Vous êtes sur la page 1sur 662

Edi~~-~2001

· .: . ·e. ;.~,:·"ct102 ··e e-·· · ~0· N:ji·· ~tJe'lf~1·0cJ~; ·.~m,e·g/


'"

:.:,." :~i :.~·-~:: •"~;~~' ~~. <~~ J·):::..f .J ~t ~i _J j ,,,/ '.: :f_\l ~~--:;.'~ ' . ; .-i' .',:


~.·'
·11J, i'VéU~I~BliES·· l,N ~DU'.SlfRl\Et.tEi>.- ,.\ ·;
<·~ ~ -~(. ,.: <.. ... ·~· ;;. ~· ,,,. --:·' }! -~ -~ . ) } ..(. ~· •.::;i..;.,,.,1/t _)_ :,/ ;, ) _,\ '' :~·)""'""'t-,~ ~>:< \
;

··._ --~ •• - - . ~·: .... . ..,,. • 'ùl ...... ..,... , ·- ·· ~ ,.• ·~-.. .. ·'~ • , • ·-·~ · • ... ,·:..,;

31 décembre 2001

SNCT
Syndica' National Chaudronnerie.
Tôlerie. Tu ya ut erie Industrielle.

Pour tout renseignement concernant ce Code, s'adresser au :


SYNDICAT NATIONAL DE LA CHAUDRONNERIE, DE LA TÔLERIE
ET DE LA TUYAUTERIE INDUSTRIELLE
39/41, rue Louis Blanc - 92400 Courbevoie
92038 Paris La Défense cedex
Téléphone: Technique: 01 47 17 62 63
Vente :0147176266
Télécopie : 01 4 7 17 62 77
e-mail : snct-pub@snct.org

SNCT
PUBUCA TIONS

Cin °1 55
PREFACE

Publié à l'origi ne en 1974 sous fo rme d'encarts dans la revue du SNCT «Chaudronnerie, Tôlerie et
Tuyauterie industrielle », puis dans les édit ions s uccessives de 1979, 1982, 1985, 199 1 et enfin
1995 , le CODETI® s'est peu à peu amélioré, pour devenir, ce que nous espérons qu ' il sera encore
demain: un outil indispen sable au service des professionnelles.
Le CODETI® 2001 est donc l' héritier du travai l fourni par les nombreux représentants des do nne urs
d'ordres, fabricants, organismes de contrôle et d'inspection qui, depuis maintenant plus de 25 ans,
se sont efforcés de faire connaître les techniques qui permettent de réaliser un réseau de tuyauterie,
en utilisant des moyens qui correspondent à une pratique permettant d'assurer la sécurité à un coùt
acceptab le.
A la veille de ! 'ouverture du marché européen et de l 'applicationde la Directive Equipements Sous
Press ion (D.E.S.P.), le CODETI® se doit, dans ce cadre, de respecter les exigences de cette dernière
et d'être un moyen privilégié pour fournir la preuve de la conformité des réseaux construits selon le
Code aux exigences essentielles de sécurité. C'est la raison qui a condu it ! 'équipe de rédaction à
s'appuyer e n particu lier sur le projet pr EN 13480 du T C267 réalisé sous mandat de la commiss ion
européenne.
Par ailleurs, le CODET l® 2001 continuera de pe rmettre la réalisation dans de bonnes conditions, de
réseaux de tuyauteries n'entrant pas dans le champ d'application de la Directive précitée et
éventuellement soumis à d'autres réglementations.
L'évolution du COD ETI® va au delà des travaux européens en prenant en compte les travaux des
organismes de recherche professionnels, en particulier ceux réalisés au CET lM, à la demande de la
profession et du SNCT, dans les domaines de !'étanchéi té avec en support la Norme EN 159 1, de la
mécanique des struc tures avec les travaux sur les grandes ouvertures, de la mécanique de la rupture
avec les travaux sur ! 'admissib ilité des défauts. De plus, dans cette nouvell e version du Code, sont
pris en compte les évolutions des techniques concernant la tenue sous pression extérieure et la tenue
en fatigue.
Que tous ceux qui, depuis l'origine , ont participé à la rédaction de ce Code au travers du Conse il de
direction, des groupes de rédaction et du comité de lecture en soient ici remerciés.
Au-delà du respect d es exigences réglementaires, au titre de la Directive Equipements Sous
Pression en particulier, le CODETI® 2001 est aussi un outi l de transmission de la connai ssance qui
constitue un recueil des« règ les de l'art » de la profession .

Bernard PITROU
Président du Conseil
de Direction du CODETI
PERSONNES AYANT PARTICIPE A L'ELABORATION DU CODETI 2001
*****
COMITE DE DIRECTIO:\' DU CODETI

MM.
PITROU (Président) MONT
PELTAN
BONNEFOY POUPET
BOY ERE ROUSSEAU
HENG SCHIMA
HOURRIEZ TAFFARD
JARBOUI TISSOT J-L.
LEROUX TISSOT J-P.
LOBINGER VANBALBERGHE

COMITE DE REDACTION

MM.
BONNEFOY PITROU
FALLOUEY SCHIMA
JARBOUJ TAFFARD
LOBINGER TISSOT J-P.
MOCQUET VANBALBERGHE

COMITE DE LECTEURS

MM.
ADAM LAGNEAUX
ALLARD LAROUSSE
BEAULIEU LEROUX
BOIZEAU LOB INGER
BONNEFOY LO RANGE
BOY ERE MOCQUET
CASTILLON PARENT
COZZAROLO PITROU
CROMER POU PET
DEOTTO QUARANTA
DIARD REGER
DOUILLET Melle RENAUD
ESTREMS RIEFFEL
FALLOUEY RIGAL
FOURREAU ROUSSEAU
GARDES SC HI MA
GAUMY SECRETIN
HANDTCHOEWERCKER SIMIER
HENG TAFFARD
HORN TISSOT J-L.
HOURRIEZ TISSOT J-P.
HUBERT TURQUIN
.
-·' = ~

_,.
JARBOUI
JOYAUX
VANBALBERGHE
VENIN
PERSONNES AYANT PARTICIPE A L'ELABORATION DES VERSIONS
ANTERIEURES DU CODETI
*****
PRESIDENCES

MM. LECONTE PITROU

COORDINATION-SECRETARIAT

MM . CHEVALIER SCHIMA

COMMISSIONS TECHNIQUES DE REDACTION ET COMITE DE LECTEURS

MM .
ABY LALANNE
AKELIAN LAROUSSE
ALLIER LECLERCQ
AUSSAT LEM OIGNE
AUBRY LOBINGER
AURE LORAN GE
AYROLLE LOUET
BARBEROLLE MARIA
BAYET MICHAUD
BAYLAC MILLET
BERTIN MOCQUET
BERTRE NOTARIANNI
BEUX PERNETTE
BLAUD PET IN
CALI NAUD PlNGARD
CERESER PIZZAGALLI
CHABIDON POU PET
CHATAIN PROST
COSTES RHO RER
DACOSTA Mme RIEBER
DELHOUME ROBERT
DENIS ROULEAU
DOUILLET SAUDRAIS
DRUESNE SILVAIN
DUCROCQ STE CHER
FORGERONT STOCKER
GACHET STOCK Y
GAKYERE TAFFARD
GAUTHIER TRIN QUET
GLODKOWSKY TURAGLIO
GODlNOT TURQUIN
HENG VANAQUER
HEZARD VANDENBOOMGAERDE
HUBERT VERGNAIS
JOU ANNEAU VIEL
CODETI 2001
Sommaire
GENERALITES
Gl - Objet et domaine d'application de la Division I du Code
G2 - Exclusions
G3 - Structure de la Division I du Code
G4 - Charges élémentaires
GS - Modes de défaillance
G6 - Catégories de risque
G6.1 - Objet
G6.2 - Groupe de fluides
G6.3 - Etat des fluides
G6.4 - Détermination de la catégorie de risque
G7 - Catégories de construction
G7.1 - Objet
G7.2 - Détermination de la catégorie de construction
G8 Définitions des parties concernées par la construction d'une tuyauterie -
Relations entre ces parties
G8.1 - Propriétaire
G8.2 - Exploitant
G8.3 - Acheteur
G8.4 - Fabricant
G8.5 - Concepteur
G8.6 - Entrepri se de tuyauterie (Tuyauteur)
G8.7 - Fabricant de matériau - Producteur
G8.8 - Transformateur
G8.9 - Revendeur
G8.10 - Etat Membre
GS.11 - Organisme Notifié (ON)
GS.12 - Entité Tierce Partie Reconnue
GS.13 - Service d'inspection d 'utilisateur
GS.14 - Service ou Organisme d' inspection
GS.15 - Service ou Organisme de contrôle
G9 - Système Qualité
GlO - Conformité à la Division 1 du Code
Gll - Déclaration de conformité CE -
CODETI 2001
Sommaire
ANNEXES
GAl - Définitions et terminologie spéèifiques aux tuyauteries
GA2 - Données techniques de construction
GA3 - Catégorie de construction exceptionnelle Ex
GA4 - Correspondance entre les exigences essentielles de sécurité de la Directive
Européenne Equipements Sous Pression 97/23/CE et de sa transposition en droit
français (décret 99-1046 du 1311211999) et les chapitres de la Division 1 du
CODETI 2001
CODETI 2001
Sommaire
MATERIAUX
Ml - Objet
M2 - Choix et définition des matériaux
M2.1 - Choix des matériaux
M2.2 - Dé finition des matériaux
M2.3 - Matériaux autorisés par la Division 1 du Code
M3 - Approvisionnements
M3.1 - Généralités
M3.2 - Rédaction d'une commande
M3.3 - Emploi de produits prélevés sur stocks
M4 - Documents de contrôle
M4.1 - Généralités
M4.2 - Contrôle des produits
MS - Conditions générales pour la réception des produits
MS.1 - Traitement thermique de référence
MS.2 - Composition chimique
MS.3 - Caractéristiques mécaniques
MS.4 - Exigences particulières
MS.5 - Réparations des défauts de surface
M6 - Identification et marquage des produits
M7 - Conditions applicables à tous les produits
M7.1 - Conditions applicables à tous les produits en acier non austénitique et non
inoxydable
M7.2 - Conditions applicables à tous les produits en acier austénitique
inoxydable
M7.3 - Conditions applicables aux autres produits en acier
M8 - Conditions et exigences particulières associées aux catégories de construction
M8.1 - Conditions de livraison des tubes
M8.2 - Conditions de livraison des tôles
M8.3 - Conditions de livraison des raccords et accessoires formés à froid ou à
chaud
M8.4 - Conditions de livraison de la boulonnerie
M9 - Produits d'apport de soudage
M9.1 - Objet
M9.2 - Règles générales
._.
CODETI 2001
Sommaire
M9.3 - Commandes de produits d'apport
M9.4 - Conservation
M.10 - Boulonnerie en acier

Ml0.1 - Objet
Ml0.2 - Choix des nuances d'acier
Ml0.3 - Dispositions générales
Ml0.4 - Conditions de livraison

M.11 - Supportage

Mll.1 - Généralités
Ml 1.2 - Normes
Ml 1.3 - Documents de livraison des produits

Mll.4 - Restriction à! 'emploi de certains produits


Ml 1.5 - Identification des matériaux

M12 - Interventions de !'Organisme d'Inspection

ANNEXES
MAl - Vieillissement des aciers non inoxydables et non austénitiques
MA2 - Prévention du risque de rupture fragile
MA3 - Comportement des aciers en présence d'hydrogène sous pression
MA4 - Prévention des risques de corrosion
MAS - Spécification d'un produit
MA6 - Produits d'usage sûr (en cours de préparation)
CODETI 2001
Sommaire
CONCEPTION
Cl - Généralités
Cl.1 - Objet et domaine d'application
Cl.2 - Charges élémentaires et situations
Cl.2.1 - Pressions et Températures
Cl.2.2 - Autres charges à prendre en compte
Cl.2.3 - Situations
Cl.3 - Caractéristiques mécaniques des matériaux utilisés dans les règles
de calcul
Cl.4 - Contrainte nominale de calcul
Cl.4.1 - Généralités
Cl.4.2 - Contrainte nominale de calcul pour une situation sans
fluage du matériau
Cl.4.3 - Contrainte nominale de calcul pour une situation avec
fluage du matériau
C 1.5 - Coefficient de soudure
Cl.6 - Epaisseurs - Définitions
Cl.7 - Unités - Tolérances
Cl.7.1 - Unités
Cl.7.2 - Tolérances

C2 - Dimensionnement
C2.1 - Généralités
C2.2 - Dimensionnement des composants soumis à une pression intérieure
C2.2.1 - Tuyau droit
C2.2.2 - Cintres et coudes à souder
C2.2.3 - Coudes à sections
C2.2.4 - Réductions
C2.2.5 - Fonds bombés
C2.2.6 - Fonds plats
C2.2. 7 - Intersections et renforcements
C2.2.8 - Assemblages à brides boulonnées
C2.3 - Dimensionnement des composants soumis à une pression extérieure
C2.3.1 - Généralités
C2.3.2 - Notations et limites de contrainte
- ~
CODETI 2001
Sommaire
C2.3.3 - Tuyaux cylindriques
C2.3.4 - Réductior:is (enveloppes coniques)
C2.3.5 - Fonds bombés
C2.4 - Analyse simplifiée à la fatigue
C2.4.1 - Généralités
C2.4.2 - Pression cyclique

ANNEXES
C2.Al Méthode alternati ve de vérification des ouvertures

C2.A2 Méthode alternative de vérification des assemblages à brides


boulonnées (en cours de préparation)

C2.A3 Assemblages à brides boulonnées avec joint annulaire en élastomère ou


métallique creux

C2.A4 Assemblages à brides boulonnées à lèvres soudées ou à joints à lèvres


soudées

C2.A5 Coefficients /3 pour le calcul des brides


C2.A6 Coeffici ent de serrage et pression d'assise des joints (en cours de
préparation)

C3 - Analyse et Critères d'acceptation


C3.1 - Objet et domaine d'application
C3.1.1 - Généralités
C3.1.2 - Exemptions
C3.2 - Flexibilité
C3.2.1 - Généralités
C3.2.2 - Propriétés physiques et caractéristiques mécaniques des
matériaux
C3.2.3 - Situations
C3.2.4 - Contraintes admissibles
C3.2.5 - Hypothèses et prescriptions de base
C3.2.6 - Coefficients de flexibilité et d'intensification des
contraintes
C3.3 - Combinaison des contraintes et critères d'acceptabilité
C3.3.1 - Généralités
C3.3.2 - Contraintes dues aux charges permanentes
C3.3.3 - Contraintes dues aux charges occasionnelles ou
exceptionnelles
CODETI 2001
Sommaire
C3.3.4 - Etendue de variation de contrainte
C3.3.5 - Contrainte due à un mouvement d'ancrage unique non
répété
C3.4 - Calcul des moments résultants et des contraintes résultantes
C3.4.1 - Généralités
C3.4.2 - Moments résultants
C3.4.3 - Contraintes résultantes
C3.5 - Calcul des réactions
C3.5.1 - Conditions
C3.5.2 - Critères de vérification des réactions sur les appareils
(forces et moments)

C3.6 - Mise en tension


C3.6.l - Mise en tension homogène
C3.6.2 - Autres mises en tension
C3.7 - Analyse à la fatigue détaillée (en cours de préparation)

ANNEXES
C3.Al Propriétés physiques et caractéristiques mécaniques des matériaux (en
cours de préparation)
C3.A2 - Recommandations pour l'installation des compensateurs de dilatation

C3.A3 - Recommandations pour la vérification au séisme des tuyauteries


métalliques

C3.A4 - Forces et moments admissibles par les tubulures de pompes à axe


horizontal (en cours de préparation)

C3.AS - Chargements dynamiques

C4 - Supportage

C4.1 - Généralités
C4.1.1 - Objet et domaine d ' application
C4.1.2 - Terminologie
C4.1.3 - Classification des supports
C4.2 - Conçeption et dimensionnement
C4.2.1 - Généralités
, . -::
C4.2.2 - Température de conception des composants des supports
C4.2.3 - Détails de conception
CODETI 2001
Sommaire
C4.2.4 - Dimensionnement
C4.2.5 - Vérificati~n des attaches intégrales ou soudées

ANNEXES
C4.Al - Implantation des supports (en cours de préparation)

C4.A2 - Justification des supports par essai

C4.A3 - Fixation du supportage aux structures


CODETI 2001
Sommaire
FABRICATION
Fl.1 - Objet
Fl .2 - Matériaux
Fl.2.1 - Matériaux utilisables
Fl.2.2 - Identification des matériaux
Fl.3 - Conception des assemblages soudés
Fl.3.1 - Types d'assemblage
Fl.3.2 - Choix du type d'assemblage
Fl.3.3 - Prescriptions générales
Fl .3.4 - Assemblages circulaires par soudure bout à bout
Fl.3.5 - Assemblage longitudinal par soudure bout à bout
FI .3.6 - Assemblages par emboîtement

Fl.3.7 - Assemblage d 'une tubulure


Fl.4 - Cintrage et autre formage
Ft.4.1 - Généralités
Fl.4.2 - Température de formage
Fl.5 - Soudage
Fl.5.1 - Généralités
Fl.5.2 - Descriptif de mode opératoire de soudage
Fl.5.3 - Qualification des soudeurs et des opérateurs
Fl.5.4 - Qualification des modes opératoires de soudage
Fl.5.5 - Préparation des bords à souder
Fl.5.6 - Produits de soudage
Fl.5.6 - Nettoyage avant et après soudage
F.1.5.7 - Exécution des soudures
Fl.5.9 - Identification des soudeurs et opérateurs
Fl.5.10 - Réparation des défauts de surface du matériau de base
Fl.5.II - Contrôles destructifs
Fl.5.12 - Contrôles non destructifs des soudures
Fl.5.13 - Réparation des défauts des soudures
CODETI 2001
Sommaire
Fl.6 - Tol érances
Fl.6.1 - Généralités
Fl .6.2 - Epaisseurs
Fl.6.3 - Alignement des éléments d' un assemblage par soudure bout à bout
Fl.6.4 - Ovalisation d' un cintre soumis en service à une pression intérieure
Fl.6.5 - Non-circularité locale
Fl.6.6 - Tolérances dimensionnelles pour les éléments de tuyauterie préfa-
briqués
Fl.6.7 - Côtes de construction
Fl.7 - Prescriptions relatives à la fabrication et à l' installation
Fl.7.1 - Généralités
Fl.7.2 - Assemblages à brides
Fl. 7.3 - Assemblages vissés
Fl.7.4 - Manchons et raccords frettés
Fl.7 5 - Attaches
Fl.7 6 - Tuyauterie sans tracé préalable
Fl.7 7 - Mise à la terre
Fl.8 - Traitements de surface
Fl.8.1 - Généralités
Fl.8.2 - Buts
Fl.8.3 - Précautions
Fl.9 - Finitions

Fl.10 - Marquage

Fl. l 0.1 - Tuyauteries soumises aux exigences de la Directive Européenne


Equipements Sous Pression 97/23/CE ou de sa t~·ansposition en droit français
(décret 99-1046)
Fl.10.2 - Autres tuyauteries

F2. l - Objet
F2.2 - Matériaux
F2.3 - Découpage
F2.3.1 - Procédés utilisables
CODETI 2001
Sommaire
F2.3.2 - Découpage mécanique

F2.3.3 - Découpage thermique


F2.3.4 - Contrôle des bords à souder
F2.3.5 - Réparations éventuelles après contrôle des bords à souder
F2.4 - Formage des tôles
F2.4.1 - Généralités
F2.4.2 - Formage à froid
F2.4.3 - Formage à tiède

F2.4.4 - Formage à chaud

F2.4.5 - Domaine des températures de formage déconseillées


F2.5 - Formage des tuyaux

F2.5.1 - Généralités
F2.5.2 - Formage à froid
F2.5.3 - Formage à chaud

F2.5.4 - Contrôles après formage et traitements thermiques éventuels


F2.6 - Soudage

F2.6.1 - Qualification de Modes Opératoires de soudage

F2.6.2 - Préchauffage

F2.6.3 - Postchauffage
F2.6.4 - Assemblages hétérogènes et mixtes
F2.6.5 - Fixation des attaches, supports et raidisseurs

F2.7 - Ajustage

F2.7.1 - Généralités
F2.7.2 - Ajustage par chauffage

F2.7.3 - Ajustage à l' aide de techniques de soudage


F2.7.4 - Ajustage par forgeage local

F2.8 - Traitements thermiques

F2.8.1 - Généralités

F2.8.2 - Traitement thermique après soudage


F2.8.3 - Traitements thermiques de qualité
CODETI 2001
Sommaire
F2.8.4 - Traitements thermiques intermédiaires

F2.9 - Finitions

F3.1 - Objet
F3.2 - Matériaux

F3.3 - Précautions particulières aux aciers inoxydables austénitiques

F3.4 - Découpage

F3.4.1 - Procédés utilisables

F3.4.2 - Contrôle des bords à souder

F3.4.3 - Réparations éventuelles après contrôle des bords à souder

F3.5 - Formage des tôles et des tuyaux

F3.5.1 - Généralités
F3.5.2 - Formage à froid

F3.4.3 - Formage à chaud

F3.4.4 - Contrôles après formage

F3.6 - Soudage
..
F3.6.1 - Qualification de Modes Opératoires de Soudage

F3.6.2 - Produits d'apport

F3.6.3 - Préparation des bords à souder

F3.6.4 - Exécution des soudures

F3.6.5 - Préchauffage et postchauffage

F3.6.6 - Fixation des attaches, supports et raidisseurs

F3.6. 7 - Réparation des défauts dans les soudures

F3. 7 - Traitements thermiques

F3.7.1 - Généralités
F3. 7.2 - Traitement thermique de détensionnement ou de relaxation

F3.7.3 - Traitement thermique des aciers stabilisés au niobium ou au titane

F3.7.4 - Conditions d'exécution

F3.8 - Finitions

F3.8.1 - Soudage
CODETI 2001
Sommaire
F3.8.2 - Décapage

F3.8.3 - Décontamination et .passivation

F3.8.4 - Grenaillage de précontrainte

F3.9 - Qualité des eaux utilisables

F4.1 - Généralités

F4.2 Documents et conditions préalables à la fabrication .,.


F4.2.1 - Documents

F4.2.2 - Approvisionnements des pièces et produits

F4.2.3 - Qualifications liées au soudage

F4.3 - Opérations de fabrication

F4.3.1 - Formage

F4.3.2 - Marquage

F4.3.3 - Propreté

F4.3.4 - Soudure de production

F4.3.5 - Produits normalisés ou standardisés

F4.4 - Assemblage - Montage

F4.4.1 - Généralités

F4.4.2 - Vérification en fin de montage ou avant mise en service

F4.4.3 - Tolérances de positionnement

ANNEXES
FAl - Assemblages soudés

FA2 - Qualification d'un mode opératoire de soudage

: - 'i
..; -
''..;.
CODETI 2001
Sommaire

CONTRÔLE ET INSPECTION
1.1 - Généralités
1.1. l - Objet
I.1.2. - Contrôle
1.1.3 - Inspection
1.1.4 - Evaluation de la conformité
·1.2 Contrôle
1.2.1 - Généralités
1.2.2 - Réception et identification des matériaux
1.2.3 - Réception des éléments sous traités
1.2.4 - Contrôles destructifs des coupons-témoins représentatifs des joints soudés
1.2.5 - Contrôles non destructifs des joints soudés
1.2.6 - Vérification des traitements thermiques
1.2.7 - Vérification des traitements de surface et des revêtements
1.2.8 - Essais de résistance
1.2.9 - Examen final de la tuyauterie
1.2. J 0 - Dossiers à établir
1.3 - Surveillance de la construction
1.4 - Evaluation de la conformité
1.4.1 - Généralités
1.4.2 - Procédures d'évaluation de la conformité
1.4.3 - Obligations des parties

ANNEXES
IA.1 - Vérification des appareils de mesure
IA.2 - Détermination des états de surface
IA.3 - Examen visuel
IA.4 - Examen par ress uage
IA.5 - Examen par magnétoscopie
IA.6 - Examen par radiographie
IA. 7 - Examen par ultrasons
IA.8 - Contrôle d'étanchéité
'.
CODETI~ 2001 - Division 1 - G/1

PARTIE G

GÉNÉRALITÉS
Pages

Gl - Objet et domaine d 'application de la Division l du Code.... . .......... G/3

G2 - Exclusions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/4

G3 - Structure du de la Division l du Code. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/5

G4 - Charges élémentaires. . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/6

GS - Modes de défaillance. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/6

G6 - Catégories de risque. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/7

G6.l - Objet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/7

G6.2 - Groupes de fluides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/7

G6.3 - Etats des fluides . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/7

G6.4 - Détermination de la catégorie de risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/7

G7 - Catégories de construction.. ... .. . ................ . . . ........... . G/12

G7.l - Objet....... . ........... .. . . . . ......... . . . ............ . G/ 12

G7.2 - Détermination de la catégorie de construction. . . . . . . . . . . . . . . . . . G/l 2

G8 - Définition des parties concernées par la construction d'une tuyauterie -


Relations entre ces parties ........ .. . .. . .. .. . . ... ... . . ... .. ..... . G/16

G8. l - Propriétaire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/ 16

G8.2 - Exploitant. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/ 16

G8.3 - Acheteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/l 6

G8.4 - Fabricant.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/16

G8.5 - Concepteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GI l 6

G8.6 - Entreprise de tuyauterie (Tuyauteur) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/l 7

G8.7 - Fabricant de matériau - Producteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/17

G8.8 - Transformateur. ... . . .. -. . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . G/ 17

G8.9 - Revendeur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . GI 17
CODETI® 2001 - Division 1 - G/2

GS.10 - Etat Membre........................................... G/17

GS.11 - Organisme Notifié (ON) . .. ............................. . G/ 17

GS.12 - Entité Tierce Partie Reconnue. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/18

GS.13 - Service d'inspection d'utilisateur. . . . . . . .. . ................. G/18

GS.14 - Service ou Organisme d'inspection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/ 18

GS.15 - Service ou Organisme de contrôle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/18

G9 - Système Qualité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/19

G 10 - Conformité à la Division 1 du Code. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/19

Gll - Déclaration de conformité CE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . G/ 19

ANNEXES
GAI - Défi nitions et terminologie spécifiques aux tuyauteries .... . ... . ...... . GAI/l

GA2 - Données techniques de construction ....................... . ...... . GA2/ l

GA3 - Catégorie de construction exceptionnelle Ex .... . .............. . .. . . GA3/ 1

GA4 - Correspondances entre les exigences essentielles de sécurité de la Direc-


tive Européenne Equipements Sous Pression 97/23/CE et de sa transposi-
tion en droit français (décret 99-1046 du 13/1211999) et les chapitres de la
Di vision 1 du CODETI 2001 ......................... . ......... . GA4/1

__ )
CODETI® 2001 - Division 1 - G/3

'PARTIE G

GÉNÉRALITÉS

Gl - OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION DE LA DIVISION 1 DU CODE

L'objet de la Division 1 du CODETI 2001 est de mentation précitée n'a pas lieu d'être appliquée ou
définir les exigences minimales requises pour le choix lorsque les tuyauteries considérées n'entrent pas dans
des matériaux, les conditions d'approvisionnement et le champ d'application de cette réglementation.
de contrôle des produits mis en œuvre, le dimension-
Dans ce cadre, la Division 1 du Code s'applique
nement (1 >, les opérations de fabrication, !'installation,
aux tuyauteries industrielles métalliques, aériennes,
les contrôles à effectuer en cours et en fin de fabrica-
enterrées ou en galerie, dans lesquelles circulent des
tion et les modalités d'inspection des installations de
fluides liquides ou gazeux dont la température est infé-
tuyauteries industrielles <2> métalliques, y compris des
rieure à 800°C.
accessoires de sécurité (3), en vue d'assurer la sécurité
d'emploi dans les conditions normales d'exploitation Note : Les canalisations de transport soumises ou non à une régle-
de ces équipements. mentation spécifique font l'objet de la Division Il du Code.

Ces règles ont été établies pour : Les organes de protection contre les excès de pres-
sion doivent respecter les dispositions de la norme EN
a) assurer que les tuyauteries conçues, fabriquées, 764-7 et ne font donc pas l'objet de prescriptions spé-
construites et contrôlées selon la présente Division du cifiques.
Code, répondent aux exigences de la Directive Euro-
Note : La référence à cette norme établie conjointement par le TC 54
péenne Equipements Sous Pression 97/23/CE et de sa et le TC 267 n'implique pas l'utilisation d'autres parties des normes
transposition en droit français (décret 99-1046), lors- élaborées par ces TC et ne modifie pas la cohérence générale du
que cette réglementation doit être appliquée. CODETI 200 1.

Dans ce cadre, la Division 1 du Code s'applique De même, les organes de robinetterie (accessoires
aux tuyauteries industrielles métalliques, aériennes, sous pression) ne sont pas traités dans le cadre de la
enterrées ou en galerie, dans lesquelles circulent des Division 1 du Code.
fluides liquides ou gazeux dont la pression intérieure Les règles de cette Division s'appliquent aussi bien
maximale admissible (PS) en situation normale de à une tuyauterie dans son ensemble qu'à chacun des
service est supérieure à 0,05 MPa (0,5 bar) (non com- éléments qui la constituent.
pris la pression hydrostatique due au liquide éventuel-
lement contenu dans la tuyauterie) et dont la tempéra- Ces règles visent à prévenir les défaillances (vo ir
ture est inférieure à 800°C. GS) de la tuyauterie sous l' effet des sollicitations aux-
quelles elle est soumise (voir G4).
b) permettre la construction de tuyauteries présen-
tant un niveau de sécurité suffisant lorsque la régie- Note 1 : Cette Division s'appliquant à tous types de tuyauteries
soumis à des sollicitations très diverses. les règles qu'il énonce ont
nécessairement une portée très générale et leur seule observation
peut, dans certains cas, ne pas être suffisante ; il appartient alors au
( l) Le dimensionnement d'une tuyauterie au sens du Code, c'est-à- Fabricant (voir GS.4) de mettre en œuvre les dispositions complé-
dire les calculs de vérification de la résistance aux sollicitations mentaires nécessaires, en accord avec les parties intéressées et sous
mécaniques et thermiques, ne doit pas être confondu avec sa concep- réserve que I' Acheteur fournisse tous les éléments nécessaires à la
tion générale qui fait appel à des notions d'échange thermique, de définitions des sollicitations mécaniques.
thermodynamique, de mécanique des fluides, etc .• qui ne sont pas
traitées dans du présent code de construction. Note 2 : Cette Division ne traite pas des règles de conduite et
d'entretien qui doivent être observées p:ir l'utilisateur dans
(2) L'appellation " tuyauterie " au sens de la présente Division l'exploitation de la tuyauterie et qui complètent les règles de cons-
correspond à la définition de la Directive Equipements Sous Pression truction pour assurer la sécurité recherchée. Les dispositions appro-
(paragraphe 2.1.2 de l'article premier) ou du décret 99-1046 du priées pour faci liter l'entretien et les contrôles en exploitation doi-
13/ 1211999 transposant cette directive en droit français. Une vent être définies par accord entre les parties intéressées (voir
" tuyauterie industrielle" est une tuyauterie destinée à un site indus- 1.2.10.3.1).
triel.
(3) En particulier, les organes de protection contre les excès de
pression.
CODETI® 2001 - Division 1 - G/4

Lorsqu'il est fait usage de cette Division, les diffé- ces derniers avec les exigences principales de la présente Div ision et
si nécessaire avec celles de la réglementat ion applicable.
rentes parties le constituant et les annexes générales à
caractère obligatoire (voir G3) doivent être interprétées Par ailleurs, dans le cas où, pour des diamètres im-
comme étant interdépendantes et de ce fait ne peuvent portants par exemple, des techniques de formage et
donc pas être dissociées. Toutefois, à condition de se d'assemblage propres à l'industrie de la chaudronnerie
conformer à la Réglementation lorsqu'elle s'applique, sont utilisées, les règles applicables à ces techniques
des règles différentes avec justification peuvent être sont celles afférentes aux spécifications de la révision
appliquées dans un cadre contractuel. du CODAP en v igueur.
En particulier, dans certains cas, il est permis Les demandes d'interprétation, d'explication ou de
d'utiliser des "standards de dimensionnement" modification des règles du présent Code, accompa-
d'ensemble de tuyauteries en fonction de la pression et gnées de toutes les justifications nécessaires, doivent
de la température qui sont reconnus et ont fait leurs être adressées au SNCT à l'attention du Comité deré-
preuves dans des industries telles que la Chimie ou la daction du CODETI.
Pétrochimie.
Note 3 : Dans ce dernier cas. il est recommandé que le Concep-
teur s·assure lors de rutilisation de tels standards de la cohérence de

G2 - EXCLUSIONS

Les équipements suivants sont exclus (4l du do- les équipements de contrôle de puits utilisés
maine d'application de la Division 1 du Code : dans l'industrie de prospection et d'exploitation
pétrolière, gazière ou géothermique ainsi que
les tuyauteries en matériaux autres que ceux fi- dans le stockage souterrain et prévus pour
gurant dans les tableaux de la Partie M
contenir et/ou contrôler la pression du puits, y
" Matériaux " ou réputés équivalents ;
compris la tuyauterie ;
les réseaux d'eau tels que les conduites forcées,
les enveloppes des équipements électriques à
les galeries sous pression, les cheminées d'équi- haute tension tels que les appareillages de
librage des installations hydroélectriques et les
connexion, les appareillages de commande et
accessoires spécifiques qui s'y rapportent;
les transformateurs ;
les tuyauteries pour véhicules visés par les pro- les tuyaux sous pression entourant les éléments
cédures d'évaluation CEE relatives à la récep- de réseaux de transmi ssion tels que les câbles
tion telles que définies dans les directives électriques ou les câbles téléphoniques ;
701156/CEE, 74/ 150/CEE et 92/61/CEE;
les tuyauteries fi xées de manière permanente
les équipements spécialement conçus pour les sur les fusées, aéronefs et unités mobiles off-
applications nucléaires, dont la défaillance peut
shore;
donner lieu à des émissions radioactives ;
- les tuyauteries inclues dan s les dispositifs médi-
caux tels que définis dans la Directive
93/142/EEC relative aux dispositifs médicaux;
l 4 ) Il est rappelé que les équipements suivants sont exclus du champ les parties tubulaires des chaudières et échan-
d·application de la Directi ve Européenne Equipements Sous Pression
geurs;
97/23/CE et de sa transpositions en droit français (décret 99-1046):

les conduites de transport et leurs accessoires, les tuyauteries dans lesquelles se produisent des
réactions chimiques;
les réseaux d'adduction, de distribution et d'évacuation d'eau
et leurs équipements, les tuyauteries situées en dehors de l'emprise
les tuyauteries dans les hauts-fourneaux, y compris le sys- des établissements qui prod ui sent ou utilisent le
tème de refroidissement. les récupérateurs de vent chaud, les produit transporté telles que canalisations de
extracteurs de poussières et les épurateurs ainsi que les fours transport et pipelines.
à réduction directe, y compris les systèmes de refroidisse-
ment, les convertisseurs à gaz et les cuves destinées à la fu-
sion, à la refusion, au dégazage et à la coulée de l'acier et
des métaux non ferreux,

les tuyauteries fixées de manière permanente sur les ba-


teaux.
Toutefois ces équipements peuvent être traités par la présente Divi-
sion (équipements« hors directive»§ G6. I )
CODETI® 2001 - Division 1 - GIS

G3 - STRUCTURE DE LA DIVISION 1 DU CODE


La Divisio n 1 comprend six parties. G3.3 - Partie C - RÈGLES DE CALCUL

Les prescriptions de cette partie pennettent, après


G3.l - Partie G - RÈGLES GÉNÉRALES
in ventaire d étaillé des sollicitations mécaniques et
thenniques auxquelles sera soumise la tuyauterie d 'en
Dans cette partie sont défini s le domaine
valider le tracé, d'en concevoir les assemblages et d 'en
d 'application de la Divisio n 1 du Code, les principes
détenniner les épaisseurs et dimensions afin de préve-
généraux sur lesq uels sont basées les règles et les
nir les différents modes possibles de défaillance de
conditions préalables à leur application, la notion de
cette tuyauterie.
catégorie de construction et les relations entre les par-
ties concernées par la construction d ' une tuyauterie.
G3.4 - Partie F - RÈGLES DE FABRICATION ET
DE MONTAGE
G3.2 - Pllrtie M - MATÉRIAUX
Cette partie concerne les prescriptions relati ves aux
Les prescriptions de cette partie pennettent
opérations de découpage, fonnage, assemblage, sou-
d'effectuer le choix des matériaux et le contrôle de la
dage, traitements thenniques, d'assemblage, etc., dont
qualité des produits mi s en œuvre de façon que :
l'observation pennet l'obtention des caractéristiques
- le matériau de base et les assemblages soudés prévues pour les produits de base et les assemblages
présentent, après fabrication et dans les condi- dans les conditions d'emploi de la tuyauterie, ainsi que
tions d'emplo i de la tuyauterie. une capacité le respect des dimensions prévues.
suffisante de défonnation plastique,

- à la température maximale d 'emploi de la G3.5 - Partie 1 - CONTRÔLE - INSPECTION


tuyauterie, le matériau ne subisse pas de modi-
fica tions structurales non maîtrisées influant sur Dans cette partie sont définis les opérations à effec-
ses propriétés, tuer pour s'assurer que les prescriptions de la Divi-
sion 1 du Code o nt bien été observées et donc que la
- à la température minimale d'emploi de la tuyau-
qualité de la tuyauterie réalisée assure la sécurité
terie, il n'y ait pas de risque de défaillance par d'emploi attendue.
rupture fragile .
CODETI® 2001 - Division 1 - G/6

G4 - CHARGES ELEMENT AIRES

Les sollicitations auxquelles les tuyauteries sont Les charges et leurs possibles combinaisons, te lles
soumises peuvent résulter de l'une ou de la combinai- que définies de C 1.2.1 à C 1.2.3 do ivent être prises en
son de plusieurs des charges élémentaires sui\'antes : compte au stade de la conception du réseau de tuyaute-
ries et de ses supports. Les combinaisons peu proba-
- pression intérieure ou extérieure, y compris les
bles peuvent être exclues après accord entre les parties
surpressions éventuelles,
concernées.
- température, effet des différences de dilatation,
L'application des règles de la Division 1 du Code
ou de contraction, ne peut assurer la sécurité d'une tuyauterie que pour
- pesanteur (poids de la tuyauteri e et de son autant que les sollicitations auxquelles elle sera sou-
contenu), mise durant son utilisation soient très précisément
connues.
- efforts et réactions diverses s'exerçant sur la
tuyauterie, Cette connaissance préalable des sollicita tions doit
porter sur:
- charges climatiques (poids de la neige, glace,
vent. .. ), leur nature,

- séismes, - leur intensité,

actions dynamiques diverses (chocs, mouve- leur caractère, statique ou variable dans le
ment des fluides, pièces en mouvement...), temps, (Les prescriptions rel atives à la prise en
compte du caractère variable des sollicitations
- phénomènes vibratoires, sont développées en C2.4),
mouvements du sol et des bâtiments, les circonstances dans lesquelles elles
s'exercent (conditions normales de service,
- onde de pression (explosion extérieure),
conditions occasionnelles de service, conditions
- effet de la poussée d'Archimède en cas exceptionnelles de service, essais de résistance),
dïnondation ou pour des tuyauteries immer- telles que définies en Cl.2.3.
gées.
L' Acheteur (voir G8. l ), sous sa responsabilité,
Note 1 : Les définitions de ces chargements sont données en C 1.2. l doit communiquer, au Fabricant (voi r G8.2) toutes les
et Cl .2.2.
informations nécessaires à cette connaissance (voir
Note 2 : A ces charges élémentaires de caractère mécanique et ther- Annexe GA.2).
mique - dont la liste n'est pas lim itative - s'ajoutent les actions
corrosives ou érosives éventuelles des fluides contenus et du milieu
extérieur.

GS - MODES DE DÉFAILLANCE

Sous l'effet des sollicita tions auxquelles elle est Ces modes de défaillance peuvent se combi ner (par
soumise, la défaillance d'une tuyauterie peut survenir exemple mpture fragile amorcée par une fissure de
suivan t l' un des modes ci-après: fatigue) ou être favorisés par une altération du maté-
riau. On peut citer, par exemple :
• mpture fragile,
- la diminution d'épaisseur par corrosion généra-
• déformation excessive, lisée ou par plage, érosion, usure, .. .,
• instabilité plastique, - la fragilisation provoquée par le fluide en
• instabilité élastique et élasto-plastique (flambe- contact avec la paroi,
ment), locale ou générale, - le viei llissement,
• fluage, - la corrosion localisée, éventuellement associée
• déformation progressive, aux contraintes.
Note : Parmi les situations envisagées ci-dessus, certaines d'entre
• fissuration par fatigue. elles, non prévisibles et/ou non quantifiables par le Fabricant, peu-
vent nécessiter, de la part de !'Exploitant, un suivi en service. dont la
description sort du cadre du Code.
COD ETI~ 2001 - Division 1 - Gn

G6 - CAT~GORIES DE RISQUE

G6.1 - OBJET • Le groupe 2 comprend les fluides non référen-


cés dans le groupe 1.
Le présent chapitre définit les dispositions concer-
nant la détennination de la catégorie de risque d'une Note : Le classement des flu ides dangereux est défini par la Directive
tuyauterie conçue, fabriquée et contrôlée selon la Divi- «Etiquetage», 67/548/CEE du 27 juin 1967 modifiée en dernier lieu
par la Directive 94/69/CE.
sion 1 du Code, et entrant dans le champ d'application
de la Directive Européenne Equipements Sous Pression
G6.3 - ÉTATS DES FLUIDES
97/ 23/CE ou de sa transposition en droit français (dé-
cret 99- 1046). Les fluides sont classés en deux types d'état définis
par le niveau de pression de vapeur à la température
Au titre de la Directive Européenne Equipements
maximale admissi ble :
Sous Pression 97/23/CE ou de sa transpositions en
droit français (décret 99-1 046) les tuyauteries sont • les gaz, les gaz liquéfiés, les gaz di ssous sous
classées (voir G6.4) en 3 catégories croissantes de pression, les vapeurs et les liquides dont la
risque de I à III selon l'état et la dangerosité des fluides pression de vapeur à la température maximale
contenus (voir G6.2 et G6.3), les pressions maximales admissible est supérieure de O,S bar à la pres-
admissibles et le d iamètre nominal des tuyauteries. sion atmosphérique nonnale ( 1013 mbar),
Les tuyauteries situées en dessous de la catégorie • les liquides dont la pression de vapeur à la
de risque 1 sont classées « sans catégorie » dans le température max imale admissible est inférieure
cadre de la présente Di vision. ou égale à O,S bar au-dessus de la pression at-
mosphérique nonnale ( 1013 mbar).
Les tuyauteries n'entrant pas dans le champ
d'application de la Direc tive Européenne Equipements Note : L'anicle 3 § 1.2 de la .D irective Européenne Equipements
Sous Pression 97/23/CE ou de sa transposition en droit Sous Pression 97/23/CE (Titre li an.3 2 du décret 99-1046) n'est pas
applicable aux tuyauteries destinée au transpon de vapeur ou d ·eau
françai s (décret 99- 1046) ou non asujetties à cette surchauftëe et soumises à un appon calorifique au moyen d'un
réglementation, sont classées « hors Direc tive » dans le traceur destiné à maintenir la température. ces équipements sous
cadre de la présente Division. pression ne présentant pas de danger de surchauffe (voir aussi Fiche
GTP 2/1 3).
Note: La catégorie de risque est l' un des éléments pennettant au
Fabricant de détenniner la procédure d'évaluation de la conformité
de r apparei 1(voir Panic 1). G6.4 - DETERMINATION DE LA CATEGORIE
DE RISQUE
G6.2 - GROUPES DE FLUIDES Les tableaux G6.4. I à G6.4.4 ci-après pennettent
Les fluides sont divisés en deux groupes : de classer les tuyauteries en catégorie de risque I à
III, «sans catégorie » ou «hors Directive » des tuyau-
• Le groupe 1 comprend les fluides dangereux teries selon l' état du fluide et son groupe, le type de
(voir note), c'est-à-dire les fluides délinis au ti- tuyauterie, sa dimensi on nominale (DN) et la pression
tre de la Directive Européenne Equipements max imale admissible spécifiée PS. Dans ces tableaux,
Sous Pression 97/23/CE ou de sa transposition les lignes de dé marcation correspondent aux limites
en droit français (décret 99-1046) comme : supérie ures de la catégorie considérée.
explosifs, Note 1 : Un réseau de tuyauteries peut être considéré comme un
réseau unique pourvu qu'il contienne des substances ayant les mêmes
extrêmement inflammables, propriétés (fluide du même groupe. 1 ou 2) et qu 'il soit conçu dans
son ensemble pour la même pression maximale admissible.
facilement inflammables,
Note 2 : En l'absence de DN dans les normes. il faut considérer que
inflammables (quand la température maxi- ON correspond au diamètre intérieur en mill imètres pour les produits
male admissible est supérieure au point circulaires ou au diamètre en millimètres de la section de passage
d'éclair), circulaire équivalente pour les produits non-circulaires.
Pour les tubes non-circulaire un diamètre comparatif doit être déter-
très toxiques, miné par rappon à la section droite existante. Ce diamètre comparatif
doit être utilisé comme base pour la c lassi fication.
toxiques,
comburants,

·-
CODETI<!> 2001 - Division 1 - G/8

PS
(bar)

1 1 1
1

10 000 ln
N
.---+-----+-- -+--+----+---+- Il '--- - +--+--~-~1---__;1-----+---+--+---
z Il
Q z
Q +---+----t----'f-----'f----+---+--+--

1 000
Sans catégorie III 1----+--+ ---+-
Il -
Art. 3.3

100
h1 1

IO
____ ,___________

! -, "'u"' _ _ u
~S.DN ~ 1 000 -t-+-i---+-+----t---+---+---+--'--+-+---+--+--+--
!~1----J.-..,

I~
PS.DN = 3 500

K
0 0
1 0 ori
t----ir----+-- - - t - - - t - - --t----t---t-1t----+ - - M-l--t---+---+---~-+--+--
Il Il

~ -1 ~
1
1 l
1
PS = 0,5
0,5 1 1 1 1 1 1 i ,

--------1----"!1---~i__ [_J Hors Directive Lj__ --L-i'-----l---·__


1 t 1 1 1 l i ...
' '
0,1 10 100 1 000 10 000 DN
(mm)

Tableau G6.4.l : Tuyauteries prévues pour des gaz, des gaz liquéfiés, des gaz dissous sous pression, des vapeurs ainsi que
les liquides dont la pression de vapeur, à la température max imale admissible, est supérieure de 0,5 bar à la pression atmos-
phérique normale ( 1013 mbar), pour les fluides du groupe 1, lorsque le DN est supérieur à 25.

Par exception, les tuyauteries destinées aux gaz instables et qui relèveraient des catégories I o u II en applicatio n du tableau
1 doivent être classées en catégorie II I.
CODETI® 2001 · Division 1 · G/9

PS
(bar)

1 1
1 1
10 000 --- = - ... =- 1--
0
. N
"'>
Il-
z --- z
lrl
N
..... Il - 1 - - Il

Q
z
~'--
c: _.___ Q

1 000 1

,____ Sans catégorie


Art. 3.3

100
1
1
~ @' III
1
PS.DN=3 500
1
'

N PS.DN = 5000
h
IO
1. . -11
PS.DN= 1000
1
1 ' ""K
..... ~~
.......
~ /
J
~ .....
........

0,5 1

'
i
1
1
1
'
i
!
1

f Hors Directive
PS = 0.5
""
!
~
1
1
1
~
'"~

1
....... !~
'

r
1 i ; 1
-- 1 1

-r
~
l 1 1
1
1 i 1
1 i 1
1 1
~
0, 1 10 100 1 000 10 000 DN
(mm)

Tableau G6.4.2 : Tuyauteries prévues pour des gaz, des gaz liqué fiés, des gaz dissous sous pression, des vapeurs ainsi que
les liquides dont la pression de vapeur, à la température max imale admissible, est supérieure de 0,5 bar à la pression atmos-
phérique no rmale ( 1013 mbar), pour les fluides du groupe 2, lorsque le DN est supérieur à 32 et que le produit PS.DN
est supérieur à 1000 bar.

Par exceptio n, toutes les tuyauteries contenant des fluides à une température s upérieure à 350°C et qui re lèveraient de la
catégorie Il en application du tableau 2 doivent être classées dans la catégorie Ill.
CODETI® 2001 - Division 1 - G/10

PS
(bar)

10 000
(1n
in
N

t----i,--~-t-~-t-~-t-~---t~--t- zIl -.-~-i-~-t-~-+-~-+~-+~-+-~~-+-~+-~t--~


~
1 000
.__I Sans catégorie 1
PS = 500
1
Art. 3.3

100
PS.DN = 2 000
-~+-+Il-+--- II -....-
JJ

10 PS = 10

0,5
1 1 1 1 !"- PS = 0.5
. ' 1 ' ' 1 i j i li

--~r--H-·_j 1---+-,-~
1'

Hors Directiï lf -..l. __,.___l,___...._ _


1
.....
0, 1 10 100 1 000 10 000 DN
(mm)

Tableau G6.4.3 : T uyaute ries prévues po ur des liquides dont la pression de vapeur, à la température max imale admissible,
est infé rieure ou égale à 0,5 bar au-dessus de la pression atm osphérique normale (1 0 13 mbar), pour les fluides du groupe
1 , lorsque le DN est supérieur à 25 et que le produit PS.DN est supérieur à 2 000 bar.
CODETI® 2001 - Division 1 - G/11

PS
(bar)
~ .
1

10 000
c
c
N Il
Il
z
Q

1 000
PS = 500
..__ Sans catégorie 1
' 1
Art. 3.3

100 1

'"
10
~l-- ~ PS = 10
'
rL
H PS.DN = 5 000
1

1 1 1 1 1 1 ,Ps=o 1s
0,5 1
i 1 ! 1
' 1 1 ! 1 1
_ j.
1
1
1
1 ! f Hors Directive 1
1
-,__,!____11 - - _ _ L_ __
1
1
1 i 1
1 1 ! 1 i i 1
1
1 ~

0,1 10 100 1 000 10 000 DN


(mm)

Tableau 4 : Tuyauteries prévues des liquides dont la pression de vapeur, à la température maximale admiss ib le, est infé-
rieure ou égale à 0,5 bar au-dessus de la pression atmosphérique norma le (1013 mbar), pour les fluides du groupe 2, lo rs-
que PS est s upérie ur à 10 b a r et le DN est s upérie ur à 200 et le produit P S.DN est supérieur à 5 000 bar.
CODETI® 2001 - Division 1 - G/ 12

G7 - CATÉGORIES DE CONSTRUCTION

G7.l - OBJET Cette catégorie de construction doit être définie par


!'Ache teur dès l'appel d'offres.
La notion de catégorie de construction permet
d'assurer une adéquation optimale entre la qualité de Pour les tuyauteries entrant dans le champ
construction d'une tuyaute rie e t ses condi tions futures d"application de la Directive Européenne Equipements
d'exploitation. Sous Pression 97 /23/CE ou de sa transposition en droit
La Division 1 définit quatre catégories normales de français (décret 99-1046), le tableau G7.2. l- 1 permet à
construction désignées A, B, C, D et une catégorie I' Acheteur, en util isant les critères proposés, d'évaluer
exceptionnelle de construction désignée Ex. le niveau des fac teurs de défaillance aggravants et le
niveau des conséquences humaines, environnementales
A chaque catégorie de construction est associé un
et économiques d'une défaillance éventuelle de la
certain niveau de sévérité de l'ensemble des prescrip-
tuyauterie.
tions de la Division 1 applicables à une tuyauterie
donnée ; ce niveau de sévérité décroît d'une catégorie à Cette évaluation associée à la catégorie de risque
la suivante dans l'ordre : Ex, A, B, C et D, et concerne (G6), permet de déterminer la catégorie de construction
notamment: en utilisant le tableau G7.2.2.
- l' emploi de certains matériaux, Pour les tuyauteries n'entrant pas dans le champ
d'application de la Directive Européenne Equipements
- les modalités d'approvisionnement et de
Sous Pression 97/23/CE ou de sa transposition en droit
contrôle des produits,
français (décret 99-1 046), les tableaux G 7.2.1 -2 e t
- les valeurs de la contrainte nominale de calcul/ G7 .2.1 -1 permettent à I'Acheteur, en utilisant les critè-
et du coefficient de soudure z pour une situation res proposés, d 'évaluer le niveau des facteu rs de défai l-
normale de service, lance de la tuyauterie et le niveau des conséquences
humaines, env ironnementa les et économiques d'une
- la conception des formes et des assemblages
défaillance éventuelle de la tuyauterie.
soudés,
Cette évaluation permet de détermi ner la catégorie
- les opérations de fabrication,
de construction en utilisant le tableau G7.2.2.
- les contrôles à effectuer en cours et en fin de fa- Note: Les critères des tableaux G7.2. l- l et - 2 ne sont pas limitati fs
brication, et peuvent être complétés pour une analyse plus détaillée.

- les modal ités d'interventions de !'Organisme L' Acheteur peut choisir une catégorie de construc-
d ' Inspection (voir Partie 1). tion supérieure à celle indiquée par le tableau, mais en
aucun cas, une catégorie inférieure.
Pour les catégories de construc tion A, B, C et D, les
exigences correspondantes sont définies dans les diver- Toutefois le choix de la catégorie de construction
ses parties de la présente Division. d 'une tuyauterie doit être effectué, dans le cadre de la
En ce qui concerne la catégorie de construction Ex, Division 1, en considérant que :
les prescri ptions à respecter pour cette catégorie sont - la catégorie de construction D correspond à la
celles correspondant à la catégorie de construction A et qualité minimale de construction que I' Acheteur
celles de l'Annexe FA 1 concernant la catégorie de est en droit d 'attendre pour un réseau fai ble-
construction Ex auxquelles s'ajoutent des exigences ment sollicité et ne contenant pas de fluide dan-
supplémentaires que I' Acheteur do it préciser dans gere ux (voir G6.2),
chaque cas (l 'Annexe GA3 propose, à titre indicatif, un
- la catégorie de construction C correspond à des
certain nombre de telles exigences).
tuyauteries aux conditions de service modérées
Le choix, pour une tuyauterie, d'une catégorie de ne contenant pas de fluides dangereux (voir
construction doit être effectué conformément aux dis- G6.2),
positions de G7.2.
- les catégories de constructio n B et A corres-
Si une tuyauterie est constituée de plusieurs tron- pondent aux niveaux de qualité q ui conviennent
çons, chacun peut relever d'une catégorie de construc- à la très grande majorité des tuyauteries,
tion propre ; les éléments communs à deux tronçons
- la catégorie de construction Ex correspond à
relèvent alors de la catégorie de construction la plus
une qualité exceptionne lle ne s' imposant que
sévère.
pour de rares tuyauteries soumises à des condi-
tions de service particulièrement sévères (voir
G7.2-DETERMINATION DE LA CATÉGORIE
annexe GA3 ).
DE CONSTRUCTION
Le présent chapitre définit les dispositions concer-
nant la détermination de la catégorie de construction ;
d'une tuyauterie.
CODETI~ 2001 - Division 1 - G/13

Tableau G7.2.1-1 - Evaluation des facteurs de défaillance et


des conséquences d ' une ·d éfaillance éventuelle de la tu yauterie

EVALUATION DES NIVEAUX (voir note 1)


CRITERES
niveau l ni veau 2 ni veau 3 niveau 4

1 - La variabilité des sollicitations autour des points de consi- très


faible modérée importante
gne est-elle ? importante
La variabilité (amplitud.: e1 nombre de cycles) des sollicitations dues à la pression, à la température, aux vibrations... peut impliquer, lorsqu' elle est
imponante. une analys.: de fatigue dans les conditions définie s en C2.4 et C3.7. Cependant, si cene analyse est nécessaire, elle n'est pas forcément
suffisanie. La variabilité des soll icitations conditionne également le choix des matériaux. la conception des assemblages, l'étendue el la s~vérité des
con1rôles.

très
2 - La fréquence des démarrages et des arrêts est-elle? faible modérée importante
importante
La fréquence des démarrages dépend des conditions de marche de la tuyauterie (marche discontinue, arrëts pour entretien .... ). Les cycles de démar-
rage et d'arrêt sont à prendre en compte ici indépendamment de la variabilité des sollicitations.

3 - La variabilité très brutale de température ou de pression est- très


faible normale importante
elle? importante
Les conditions d'utilismion d'une tuyauterie comprennent la nature et la maitri se des trans formations subies par le ou les fluides qu"clk contient
(changements d'état physique. brutalité de l'évolution des pressions et températures,. .. )

4 - La pression négati,·e intérieure ou la pression extérieure très


faible normale importante
est-elle? importante

périodique inexistante
occasion-
5 - La su rveillance de la tuyauterie en service est-elle ? continue et systéma- ou
ne lie
tique impossible
La surveillance de la tuyauterie peut être assurée soit par le personnel d 'exploitation, soit par des dispositifs de régulation et de contrôle automati-
qucs. soit par une combinaison des deux. Elle fait l'objet de consignes dites« consignes d'exploitation».

périodique impossible
occasion-
6 - L' inspection en service de la tuyauterie est-elle? continue et systéma- ou non pré-
nelle
ti que vue
L'inspection en service consiste à examiner ou à mesurer en continu ou périodiquement certaines caractéristiques susceptibles d'évoluer et de mettre
éventuellement en évidence l'apparition de détériorations.

7 - La complexité de la tuyauterie est-elle ? faible moyenne grande très grande


1 1 1 1
La complexité de la tuyauterie résulte de sa conception. Elle concerne le tracé général de la tuyauterie et les équipements connectés.

8 - La possibilité de dégradation liée à la corrosion et ou


faible moyenne élevée très é levée
l'érosion est-elle?
li s'agit des possibilités de dégradation liées à la corrosion, l'érosion et, plus généralement, à la détérioration du métal par la nature et éventuellement
la vitesse des !luid.:s en contact avec la paroi .
CODETI® 2001 - Division 1 - G/ 14

Tableau G7.2.l-l (suite)- Evaluation des facteurs de défaillance et


des conséquences d'une défailiance éventuelle de la tuyauterie

EV AL UATl ON DES NIVEAUX (voir note 1)


CRITERES
niveau 1 niveau 2 niveau 3 ni veau 4

9 - La possibilité de dégradation en service liée à la tempéra-


faible moyenne élevée très élevée
ture est-elle?
Il s'agit des possibilités de dégradation liées à la rupture par fluage ou à la rupture fragile.

10 - La température du produit, en cas de fuite, présente-t-e lle


nul faible moyen important
un danger pour le personnel ?
Il s'agit des risques corporels liés à la température du fl uide (vapeur. gaz chaud, gaz liquéfié).

très
11 - La population concernée en cas de défailla nce est-elle ? très faible faible importante
importante
La population concernée comprend le public susceptible de se trouver dans la zone affrctée par une défaillance éventuelle de l'appareil.

12 - La présence du personnel d 'exploitation à proximité de la occasion-


rare fréquente pem1anente
tuyauteri e est-elle ? ne lie
L'importance de la présence du personnel résulte. d'une part, de l'implantation de l' appareil dans l'ensemble considéré et. d'autre part, des condi-
tions d'exploitation de l'appareil.

très
13 - L'incidence économique d'une défaillance serait-elle ? faible modérée importante
importante
L'incidence économique comprend la perte de production par immobilisation de l'installation et le coût global de réparation ou de remplacement.

14 - La défaillance de la tuyauterie pe ut-elle entraîner la défail- très


faible moyenne importante
lance d'un équipement voisin dont les conséquences seraient ? importante
Les conséquences de la défail lance de l'équipement voisin sont à apprécier.

Tableau G7.2.1-2 - Evaluation des facteurs de défaillance et des conséquences d' une défaillance
éventuelle de la tuyauterie: Tuyauterie« Hors Directive »

EVALUATION DES NIVEAUX (voir note 1)


CRITERES
niveau 1 niveau 2 niveau 3 ni veau 4

15 - L'énergie libérable en cas de défaillance est-elle? faible moyenne grande très grande
Cette énergie est caractérisée par les paramètre pression et volume. Il doit être tenu compte également de l'état d 'équilibre physique du fluide (liquide,
gaz. gaz liquéfi é)
CODETI~ 2001 • Division 1 · G/1 5

Tableau G7.2.l-2 (suite)- Evaluation des facteurs de défaillance et des conséquences


d'une défaillance éventuelle de'ta tuyauterie : Tuyauterie « Hors Directive »

EVALUATION DES NIVEAUX (voir note 1)


C RITERES
ni veau 1 ni veau 2 niveau 3 niveau 4

faible ou
16 - La toxicité du produit est-elle ? moyenne grande très élevée
nulle

La notion de toxicitc! est caractérisée par le rapport concentration maximale réellement possible I concentration acceptable. La concentration maxi-
male réel lement possible dépend de la capacité de dilution du produit dans le milieu du rejet.

peu
17 - L'explosion du produit en cas de fuite est-elle? impossible probable certaine
probable

peu
18 - L'inflammabilité du produit en cas de fuite est-elle ? impossible probable certaine
probable
Les critères 17 et 18 sont liés à la composition chimique du produit et à ses limites d'inflammabilité et d"esplosi\' ité: température. point d"éclair,
mélange combustible/comburant ...

Tableau G7.2.2 - Détermination de la catégorie de construction d'une tuyauterie

Tuyauteries entrant Tuyauteries n'entrant pas


Evaluation des facteurs
dans le champ d' application dans le champ d'application
de défaillance et des
de la Directive Européenne de la Directive Européenne
conséquences huma ines,
Equipements Sous Pression Equipements Sous Pression
environnementa les et
97/23/CE ou de sa 97/23/CE ou de sa
économiques
transposition en droit fran- transposition en droit fran-
(voir note 1)
çais (décret 99-1046) çais (décret 99-1046)

Catégorie de risque (selon G6)


"Sans caté-
1 II III
go rie"

Faible D c B B D

Moyen c B B B c
Important B B B A B

très important B B A Aou Ex A

Note 1 : Dans !"hypothèse où l' on affecte les valeurs 1, 2, 3, 4 respectivement aux niveaux 1, 2, 3 et 4 du tableau G7.2. l-1 et, le cas échéant, du ta-
bleau G7.2. t -2, la somme obtenue pour les critères retenus dans ce(s) tableau(x) pennet alors de définir numériquement les tennes "faible", "moyen",
"important", "très important" du tableau G7.2.2- 1. li est recommandé d'utiliser respectivement les plages: [ 14-21), [22-32), [33-42) et [43-56]- lorsque
seul le tableau G7.2.1-l est utilisé et les plages [ 18-27], [28-4 l ]. [4 2-5 ~). [55-72] lorsque les deux tableaux sont applicables Toutefois I' Acheteur peut
modi fie r cette répartition par exemple en pondérant différemmen t les critères retenus en fonction, en particulier, du site industriel concerné et de son
environnement dont, en général, seul r Acheteur a connaissance.
CODETI® 2001 - Division 1 - G/ 16

GS - DÉFINITION DES PARTIES CONCERNEES PAR LA CONSTRUCTION


D'UNE TUYAUTERIE- RELATIONS ENTRE CES PARTIES

Les parties intéressées par la construction d'une aux prescriptions de la Division l app licables à
tuyauterie dont il est fait état dans différents chapitres, la tuyauterie co ncernée,
articles ou paragraphes de la Division 1 du Code sont
définies ci-après. aux exigences complémentaires éventuelles re-
quises par I'Ach eteur lo rs de l'appel d' offre et
Chacune des parties a des obligations qui engagent spécifiées à la commande.
sa responsabil ité dans les conditions précisées ci-
dessous. Le Fabricant peut confier tout ou partie des opéra-
tions ou des travaux à des sous-traitants après accord
G8.1 - PROPRIETAIRE préalable, le cas échéant, de !' Organisme Notifié. Le
Fabricant conserve la responsabilité complète des
Personne physique ou morale, qui peut être opérations ou travaux ainsi sous-traités.
l 'Acheteur, à laquelle la tuyauterie est destinée et pour
le compte de laquelle la tuyauterie est achetée. Lorsque la construction d'une même tuyauterie est
réali sée par plusieurs personnes physiques ou morales,
l'une d'entre elles doit être désignée d' un commun
G8.2 - EXPLOITANT
accord comme Fabricant de cette tuyauterie.
Personne physique ou morale qui a en charge
l'exploitation de la tuyauterie. Le Fabricant assume la res ponsabilité des contrôles
imposés par la Division 1 du Code.
G8.3 - ACHETEUR Le Fabricant met à la disposition des représentants
du Service ou Organisme d' inspection (voir G8.14)
L'Acheteur, dans le cadre de la Division 1 du
désigné par l' Acheteur les moyens nécessaires à
Code, s'entend comme le Donneur d'ordre c'est à dire
l'exercice de leur mission.
la personne physique ou morale qui achète, au Fabri-
cant, une tuyauterie pour son propre compte ou pour le Le Fabricant rassemble et remet à !'Acheteur les
compte d ·un ti ers. documents constituant les dossiers techniques exigés
Note: Dans la majorité des cas le contrat qui lie le Donneur d'ordre par la Division 1 du Code (voir 1.2. l 0).
au Fabricant est un contrat d'entreprise voir de sous-traitance quand
il y a un client tinal. Pour les tuyauteries relevant de la Directive Euro-
péenne Equipements Sous Pression 97/23/CE ou de sa
L' Acheteur doit spécifier sous sa responsabilité les tran sposition en droit français (décret 99-1046), le
données nécessaires à la construction de la tuyauterie, Fabricant choisit !'Organisme Notifié (voir G8.l l ). Le
notamment la catégorie de construction choisie et, le Fabricant met à la di sposi tion des représentants de
cas échéant, les exigences particuliè res complétant !'Organisme Notifié les moyens nécessai res à
celles de la présente Division. l'exercice de leur mission.
Les infonnations que !'Acheteur doit fourn ir au
Fabri cant (voir G8.4) font l'objet de l'Annexe GA2 G8.5 - CONCEPTEUR
"Données techniques de construction". D'une façon générale, personne physique ou mo-
L' Acheteur doit indiquer au Fabricant, le Service rale qui conçoit tout ou partie d'une tuyauterie, en
ou Organisme d'inspection (voir G8. l4) chargé établit les études et calculs ai nsi que les schémas, plans
d 'effectuer les opérations de surveillance de la cons- et documents définis en GA 1 de la présente Division.
truction et préciser l'étendue et les modalités La liste des documents à fournir par le concepteur
d'intervention de ce Service ou de cet Organisme. est précisée dans le contrat qui le lie à l'acheteur.

G8.4 - FABRICANT Le concepteur assure la responsabilité de


l'ensemble fonctionnel qu' il a conçu ; il peut être
Au sens de la présente Division, le Fabricant est la l'entreprise de tuyauterie et, dans ce cas, il est appelé
personne physique ou morale qui assume la responsa- Fabricant et répond à la définition donnée en G8.4.
bilité de la construction d'une tuyauterie conformé-
ment:

aux obligations réglementaires éventuellement


applicables,

I
CODETI® 2001 - Division 1 - G/17

G8.6 ENTREPRISE DE TUYAUTERIE G8.10- ÉTAT MEMBRE


(TUY AUTEUR)
Dans le c adre de l' application de la Directive Euro-
Personne physiq ue ou mo ra le qui préfabrique et/ou péenne Equipements Sous Press ion 97/23/CE ou de sa
réalise le montage de la tuyauterie s ur son emplace- transposition en droit français (déc ret 99- 1046), l'Etat
ment dé finiti f, que cette tuyauterie soit préfabriquée en membre est l'auto rité qui est légalement chargée de
atelier o u non. désig ner les Organi smes Notifiés (voir G8. l 2), de
reconnaître les Entités T ierce Partie (voir G 8. l I ),
Lorsqu'il n ' est pas, contractue lle ment, concepteur
d 'autoriser les Services d 'inspectio n des Uti lisateurs
ou réputé Fabricant, le tuyauteur ne peut être aucune-
(voir G8. l 3) et de veiller à ce que ces Organismes,
ment te nu pour responsable des conséquences des
Entités et Serv ices appliquent, da ns les li mi tes des
mi ssio ns confiées à ceux-c i.
tâches pour lesque lles ils o nt é té désignés, reconnus ou
autorisés, les transpositions de la Directive Eq uipe-
G8.7 FABRICANT DE MATÉRIAU
ments sous Pression e n dro it nationa l.
PRODUCTEUR
Il est éga lement chargé de la surveillance du mar-
Le Fabricant de matéria u, dés igné par le terme Pro-
ché.
ducteur dans la suite de la présente D ivision est la
personne phys ique ou mo rale q ui fabrique les produits (Pour ce qui concerne la mise en service des lllyau-
(voi r GA 1. 1.1) entrant dans la constitution de la tuyau- teries. /'Autorité réglementaire est celle du pays d'ins-
terie. tallation).
Par produit il faut entendre les tô les, tubes, pièces
G8.l l - ORGANISME NOTIFIÉ (ON)
forgées, estampées, moulées ou formées, bo ul onnerie,
produi ts de soudage ... Les définitio ns de la Directive Européen ne Equi-
pements Sous Pression 97/23/CE (A rticle 12 et annexe
Au sens de la p résente Di vision d oit être considéré
I V) o u du décret 99-1 046 du 1311 2/ 1999 (Titre 1V et
comm e Produc te ur, celu i sous la responsabil ité duquel
Annexe 4) transposant en dro it français les ex igences
on t eu lieu les derni ères opérations de mi se e n fo rme
de cette Directive s ' app liquent.
pouvant avoir une influence sensible sur les caractéris-
tiq ues mécaniques finales du produit, lorsqu ' il est en Note: Au titre du décret précité l'organisme noti fié porte le
mesure de garantir l' ensemble des caractérist iques nom d'organisme habilité.
telles q ue décrites dans la norme ou la s pécification L'Organisme Notifié est choisi par le Fabricant et
techni que du produit livré a u Fabricant. e st chargé, dans les limites des tâches pour lesquelles il
a é té reconnu :
G8.8 - TRANSFORMATEUR
- de dé livrer des approbations européennes de
Au sens de la présente Division, est co nsidéré matéri aux (Art. 11 de la Directive ou Art. 12 du
comme Transformateur, celui sous la res ponsabilité Décret),
duque l o nt eu lieu les dernières opérations pouvant
avoir une influence sensible sur les caractéristiques - de procéder à l' éva luatio n particuli ère de maté-
mécaniques finales du produit, lorsqu'il n'est pas en riaux lorsque nécessaire (Annexe 1,4.2 c) de la
mesure de garantir par lui-même l'ensemble des carac- Directive ou du Décret),
téristiques du produit livré au Fabricant telles que dé-
- de dé livre r des a pprobations de modes opératoi-
crites dans la no rme ou la spéci ficatio n technique.
res d'a ssemblages permanents (A nnexe 1, 3. 1.2
En ce qui co ncerne les caractéri stiques que le de la Directive ou du Décret),
Trans formateur ne peut garantir lui-même, il doit
- de délivrer des approbations de personnels
transmettre le o u les doc uments de contrôle établis par
chargés de réaliser des assemblages perma nents
le ou les intervenants précédents en complément des
(Annexe 1,3. 1.2 de la Directive ou du Décret) ,
documents de contrôle éventuellement liés à son inter-
vention. - de procéder à l'éval uatio n de la conformi té des
tuyauteries aux dispositions législatives et ré-
G8.9 - REVENDEUR glementaires concernant leur co nstruction (Arti-
cle JO de la Directive ou Titre If du Décret).
Le Revendeur est la personne physique ou morale
qui, sans être Producteur ni Transformateur, fournit les
produits entrant dans la construction de la tuyauterie. Il
doit transmettre l'ensemble des document de contrôle
établis par les intervenants précédents.
CODETI® 2001 - Division 1 - G/18

GS.12 - ENTITÉ TIERCE PARTIE RECONNUE Pour les activités non couvertes par les exigences
de la réglementation applicable !'Organisme d'inspec-
Les définitions de la Directive Européenne Equi-
tion peut être :
pements Sous Pression 97/23/CE (Article 13 et annexe
IV) ou du décret 99-1046 (Titre IV et Annexe 4) trans- - soit le propre service Inspection de !'Acheteur,
posant en droit français les exigences de cette Directive
- soit un organisme spécialisé,
s'appliquent.
L'entité tierce partie reconnue est chargée, dans les - soit, lorsqu'un Système qualité certifié du Fabri-
limites des tâches pour lesquelles elle a été reconnue : cant est mis en œuvre et après accord entre les
parties intéressées, un service du Fabricant
- de délivrer des approbations de modes opératoi- chargé de procéder, sous la responsabilité de ce-
res d'assemblages permanents (Annexe l, 3. l .2 lui-ci, à tout ou partie des opérations de surveil-
de la Directive ou du Décret), lance de la construction.
- de délivrer des approbations de personnels L'agent chargé des opérations de surveillance de la
chargés de réaliser des assemblages permanents construction est désigné sous le nom d'inspecteur.
(Annexe 1.3. 1.2 de la Directi1·e ou du Décret),
Pour les activ ités non couvertes par les exigences
- de délivrer des approbations de personnels de la réglementation applicable, les modalités des in-
chargés de réaliser les contrôles non destrnctifs terventions de !'Organisme d'inspection doivent être
des assemblages permanents (Annexe 1.3. 1.3 de précisées par !'Ache teur à la commande.
la Directive ou du Décret).
GS.15 SERVICE OU ORGANISME DE
GS.13 - SERVICE D'INSPECTION D'UTILI- CONTROLE
SATEUR
Service ou Organisme, indépendant des services de
Les définitions de la Directive Européenne Equi- production du Fabricant, chargé d'effectuer les opéra-
pements Sous Pression 97/23 /CE (Article 14) ou du tions de contrôle exigées par la Div ision 1 du Code et
décret 99-1046 (Article 14) transposant en droit fran- les données techniques de construction de !'Acheteur.
çais les exigences de cette Directive s'appliquent. Ses fonctions sont assurées :
Dans les limites ainsi définies, le Service - soit par le propre service Contrôle du Fabricant,
d' inspection d'Utilisateur est également désigné, dans
- soit par un organisme spécialisé choisi par le
le cadre de la présente Division, par ON.
Fabricant.
GS.14 - SERVICE OU ORGANISME D'INSPEC- L'Agent chargé de ces opérations porte le nom de
TION Contrôleur.
Service ou Organisme désigné par !'Acheteur S'il y a intervention d'un Service ou d'un Orga-
chargé d'effectuer les opérations contractuelles de nisme de Contrôle autre le Service Contrô le du Fabri-
surveillance de la construction spécifiées par la Divi- cant, les contrôleurs bénéficient des mêmes facilités
sion 1 du Code et les données techniques de construc- que les Inspecteurs (voir 1.2.5) pour tout ce qui est
tion de !'Acheteur. nécessaire à l'accom plissement de leur mission.
Dans le cadre de la mission qui leur est confiée, les
Inspecteurs ont libre accès aux lieux de préfabrication
et de montage, à n'importe quel stade de la fabrication
et du montage, pour s'assurer de la qualité du contrôle
et du respect des instructions de fabrication et de mon-
tage.
Les interventions des Inspecteurs doivent être ef-
fectuées sans retarder ou gêner la fabrication et le mon-
tage.
Conformément à la législation en vigueur, le Ser-
vice ou !'Organ isme d'inspection n'est pas;autorisé à
communiquer à des tiers les renseignements confiden-
tiels dont il a connaissance dans l'exercice de sa mis-
sion.
CODETI® 2001 - Division 1 - G/19

G9 - S)'.'STEME QUALITE

Lorsqu'un Fabricant met en œuvre un Système L'agent du Fabriquant chargé de ces opérations de
Qualité, l'Organisme d'inspection (G8. 10) ou surveillance de la construction est aussi désigné sous le
l'Organisme Notifié doit en te nir compte. nom d' Inspecteur.
Le Fabricant peut, après accord entre les parties in- Lorsque le Fabricant ne di spose pas d'un Système
téressées, procéder à tout ou partie des opérations de Qualité, mais uniquement d ' une organisation de la
surveillance de la construction. qualité, l'étendue des interventions de l'Organisme
d ' inspection peut être modulée en fonction de ce tte
Organisation de la Qualité.

GlO - CONFORMITÉ A LA DIVISION 1 DU CODE

Toute tuyauterie conçue, fabriquée, contrôlée et Lorsque toutes les di spositions de la Division 1 du
inspectée confo rmément aux règles de la Division 1 du Code ont été respectées, il est de la responsabilité du
Code, doit faire l'objet d 'une attestation de conformité. Fabricant d'établir ce document et de le faire viser par
I' Inspecteur désigné par l 'Achete ur selon les di sposi-
tions de la p a rtie 1.

Gll - DECLARATION DE CONFORMITÉ CE

Toute tuyauterie conçue, fa briquée, contrôlée et Cette déclaration de conformité doit être établie se-
inspectée suivant les règles de la Division 1 du Code, lon les disposition de la partie 1.
et entra nt dans le c hamp d ' application de la Directive
Européenne Equipements Sous Pression 97/23/CE ou
de sa transposition en dro it français (décret 99-1046
doit faire l'objet d ' une déclaration de conformité CE.
CODETI!! 2001 - Division 1 - GA 1/ 1

ANNEXE GAI

DEFINITIONS ET TERMINOLOGIE SPECIFIQUES AUX T UYAUTERIES

(Annexe obligatoire)

Pour une interprétation correcte de la Division 1 du - les indications de débits, pressions et températu-
Code, il y a lieu de se référer aux définitions qui sui- res pour les différents cas de marche ;
\'ent.
- pour les très grands ensembles (usine complète,
par exemple), des documents annexes tels que
GAI.1 - DÉFINITIONS
diagrammes de bilans pour les unités desservies
(distribution et collecte).
GAl.1.1 - Produit
Au sens de la présente Division et sauf indication GAI.2.2 - Schéma de circulation des fluid es •61
contraire le terme « produit » désigne la forme sous
Document indiquant les équipements, les liaisons et
laquelle le matériau est approvisionné suivant une
connexions de tuyauterie ainsi que leurs diamètres,
norme harmonisée, une approbation européenne de
leurs classes de matériel, la robinetterie et
matériau ou une évaluation particulière de matériau
l' instrumentation.
(voir M2.2) : tôle, tube, pièce forgée, estampée, mou-
lée ou formée, boulonnerie ... Ce terme couvre les Ce document indique auss i le repérage complet des
éléments tels que les coudes, tés, brides, joints appro- équipements et lignes (numérotation), ainsi que les
visionnés dans les conditions ci-dessus, de même que dispositions particulières liées au procédé (sens de
l'ensemble des produits d'apport pour le soudage. circulation, pentes, niveaux relatifs, etc.).
Il faut distinguer:
GA 1.1.2 - Soude urs et opérateurs
Dans le cadre de la présente Division, est appelé : Les schémas de circulation des fluides "Procé-
dé" qui concernent plus particulièrement les li-
- Soudeur, toute personne exécutant un assem- gnes "Procédé", dont la présentation tend à
blage soudé par tout procédé, dont l'habileté suivre la logique du procédé ;
manuelle est un des facteurs prépondérants
agissant sur l'aspect et la compacité du métal Les schémas de circulation "Procédé" peuvent
fondu; être considérés comme un développement dé-
taillé des schémas de procédé ;
- Opérateur, toute personne qui assure les régla-
ges de l'opération de soudage, la conduite du Les schémas de circulation des flui des "Utili-
bain de fusion étant effectuée par un moyen au- tés", qui sont " géographiques" et établis
tomatique. d'après le plan d' implantation, et compren-
nent :
GAI.2 - TERMINOLOGIE PARTICULIÈRE a) Les schémas représentant la circulation des flui-
AUX DOCUMENTS des pour réseaux de services généraux tels que air,
vapeur d'eau, collecteurs de sécurité, etc.
GAI.2.1 - Schéma de procédé <S>
b) Les schémas de circulation des fluides pour ap-
Document établi pour permettre de comprendre ai- pareils complexes établis lorsque les documents ac-
sément le fonctionnement de l'installation décrite et compagnant Je matériel ne font pas apparaitre claire-
comportant : ment les limites de fourniture de la tuyauterie et de
l'instrumentation. Ces schémas constituent des docu-
- les indications relatives au principe de contrôle
ments de synthèse regroupant les informations, souvent
de l'installation;

(6) Encore appelé "Flow-sheet" ou "P and 1 diagram" ("Piping and


Instruments diagram") ou encore P.C.F. (plan de circulation des
(5) Encore appelé "Flow diagram" ou "Process now scheme". nuides) ou« schéma TI »
CODET(~ 2001 - Division 1 - GA 1/2

dispersées, des divers documents accompagnan t le - positions des supports.


matériel.
- poids des appareils (à , ·ide. en service, en essai),
GA 1.2.3 - Lis te de tuya uter ies l7l - etc.,
Document consistant en une liste permettant de re- et servant de base à l'établissement du plan de cons-
pérer, sur les schémas de circulation des fluides, les truction.
différentes tuyauteri es. Celles-c i y sont classées selon
des critères déterm inés et repérés par un numéro rappe- G A I.2.5 - Pla n d ' implan tation des appareils ou
lé sur les schémas. équipem e nts csi
Cette liste comporte, pour chaque tuyaute rie , les ca- Plan exécuté d'après les docum ents suivants :
ractéristiques suivantes :
- schéma de procédé,
- catégorie de construction,
- schéma(s) de c irculation des fl uides,
- numéro de repère,
- règles d'installation fixées par I' Acheteur ou
- nature du fluide, son représentant,
diamètre nom inal, règlements nationaux ou internationaux de sé-
conditions de service (température et pression), curité,

conditions de calcul (température et pression), plans de principe des appareils (ou équipe-
ments),
- pression d'essai,
plan de si tuation du terrain, indiquant les di-
situation de la tuyauterie avec indication des mensions (et la disposition dans l'ensemble de
points de départ et d'arrivée, l'usine dans le cas d'une unité).
conditions exceptionnelles (durée, etc.), Ce plan représente succinctement tous les équipe-
ments, structures, charpentes-support (9), bâtiments,
type d ' isolation,
etc., d ' une unité ou d'une usine, positionnés les uns par
classe de matériel, rapport aux autres, l'ensemble étant géographiquement
orienté et dé limité, en tenant compte notamment :
- indication du système de peinture,
- du génie civil (fondations, structures, égouts,
épaisseurs des composants et surépaisseurs de tuyauteries enterrées, caniveaux),
corrosion si ces dernières ne sont pas précisées
dans les classes de matérie l. de l'électricité (caniveaux électriques, gaines,
chemins de câbles),
Les listes des tuyauteries sont rem ises à jour au fur
et à mesure des révisions des schémas de c irculation - de l'instrumentation (goulotte instrument, local
des fluides. ana lyseur, etc.),

- des tuyauteries,
GA 1.2.4 - Plan d e principe d ' appa reil chaudron né
- des aires de montage et démontage de certains
Plans d'appareils chaudronnés te l que ballon ,
apparei ls (échange urs tubulaires, compresseurs,
échangeur, colonne, etc ... ind iquant les :
etc.).
- conditions de calcul,
Le plan d 'i mplantation coté sert de base aux études
- diamètres extérieurs, de toutes les sections du bureau de dessin.

- hauteurs, Il en existe plusieurs types :

- longueurs, a) Plan d' imp lantation générale d'un complexe :


Echelle 1/2000, 1/ 1000 ou 11500. Vue en plan avec
épaisseurs,

- matériaux,

- orientations des tubulures, (8) Appelé quelquefois "plot plan".


(9) Certaines charpentes-support continues sont parfois appelées
(7) Encore appelées "listes des lignes". "racks".
CODETI® 2001 - Division 1 - GA 1/3

cotation des routes, aires et niveaux, repérage des ai res Contre-calque du plan d'implantation d'une urnte
et cotation de l'emprise . défini en GA 1.2 .5b ou ce plan lui-même, mais indi-
quant, en outre, clairement, le découpage en secteurs et
b) Plan d'implantation d'une unité : Echelle 1/200
les repères des secteurs et des plans d'installation de
ou 1/ 100, vue en plan . Une planche de vues en éléva-
tuyauteries définis ci-après.
tion est établie si les équipements sont superposés ou si
! 'installation comporte des structures à plusieurs éta- c) Plan d'installation des tuyauteries.
ges.
Echelle : généralement 1125 ou 1/33, exceptionnel-
Tous les équipements principaux et tous les ouvra- lement 1/50.
ges importants sont repérés.
Plan établi en partant des données définitives de
c) Plan de raccordement aux limites d'unité : l'installation (structures et équipements).
Echelle 11200 ou 111 OO. Ce plan précise les conditions
C'est un plan reprenant une partie (ou secteur) de
(déplacements, efforts, etc.) aux limites de l'unité.
l'implantation et sur lequel sont ajoutés:
Etabli à partir d'un fond de plan d'implantation
d'unité, il récapitule et situe tous les raccordements aux - les tracés de tuyauteries,
limites de l' unité.
- les obstacles environnant ces tracés,
Les caractéristiques des tuyauteries y sont indi-
quées dans des tableaux. - les structures et équipements fonctionnellement
liés à la tuyauterie (plates-formes, échelles,
Ce plan comporte des détails (coupes, élévations) à etc.).
l'échelle l/SO et 1/33.
Les tuyauteries y sont dessinées vues en plan. Si la
GA 1.2.6 - Classes de matériels clarté du dessin l'exige, le plan peut comporter des
vues partielles en élévation.
Celles-ci sont établies pour une installation donnée,
par un regro upement de divers matériels compatibles La cotation y est limitée à la bonne compréhension
entre eux, permettant d' en réduire la disparité tout en du dessin, la cotation détaillée propre à chaque tuyau-
conser\'ant les caractéristiques techniques et mécani- terie étant indiquée sur le plan isométrique défini en
ques requises . Elles permettent la réalisation de ré- GA 1.2.8. Si le Concepteur n'assure pas la fourniture
seaux complets de tuyauteries homogènes tout en ré- des plans isométriques, le plan d'installation des tuyau-
duisant le coût. teries doit comporter toutes les cotes nécessaires à leur
établissement, à l'exception des cotes de fabrication.
GAI.2.7 - Plans de projet et maquettes d) Maquette. Représentation, dans les trois dimen-
On distingue les types de plans suivants : sions, à échelle réduite (généralement 1/25, 1/33, ex-
ceptionnellement 1/50) de l'i nstallation à réaliser.
a) Plan d'étude de tuyauteries (plan-guide).
Elle peut remplacer le plan d'installation des tuyau-
Plan permettant de situer avec précision les équi- teries prévu en GAl.2.7c. La maquette n'est pas obli-
pements, de définir l'orientation des tubulures, de gatoire et fait l'objet d'un accord entre Acheteur et
réaliser les calculs préliminaires de flexibilité des li- Concepteur.
gnes importantes et ceux relatifs aux pertes de charge
(aspiration des compresseurs, pompes, etc.). Chaque base de maquette représente une zone ou
aire du plan d'implantation.
Les lignes y sont représentées selon un ordre per-
mettant de déclencher les travaux d'exécution de
l' ensemble des sections du bureau de dessin (génie-
civil, électricité, chaudronnerie, tuyauterie, instru-
ments, etc.). Il constitue le début de la phase créatrice
de l'étude d'installation. Il permet de confirmer les
cotes de position de l'implantation.
Il ne doit pas être confondu avec le plan
d'installation de tuyauterie et ne peut servir de base à
l'établissement des plans isométriques.
L'échelle est en principe de 1/20 à 1/50. Ce plan
comporte des vues en plan et en élévation si nécessaire.
b) Plan de découpage.
CODETI® 2001 - Division 1 - GA 1/4

Sont représentés sur la maquette : Un plan isométrique pe ut être c onsidéré comm e un


plan d' exécutio n et transmis directement à l'atelier de
- les équipements avec o uvertures d ' inspection et
préfabri cation. Dans le cas où la ligne doit subir un
d ' accès (trous d ' ho mme, de poi ng, etc.) et appa-
trai tement thermique, les éléments de s upports soudés
reils de mesure de niveau,
sur la tuyauterie doivent ê tre repérés et positio nnés.
- les structures, accès, plates-formes (sans garde-
Une nomenclature indique, par ai ll eurs :
corps ni crino line),
- le matériel à préfa briquer,
- les tuyauteries aéri ennes a vec leur robinetterie
e t brides à orifice, - le matériel à mo nter s ur place.

- les postes "uti lités" (sans leurs raccordements). Un plan isométrique n'est j amais dessiné à
l échelle.
Peuvent être également représentés sur la maquette,
à la demande de I'Acheteur :
GAI.2.9 - Plans de tuyauterie et de remontage
- les câblages " instrum ents " et électriq ues, Une autre méthodologie pe ut être mise en oeuvre,
- les armoires électriques, di ffé rente de celle dé fini e en GA 1.2. 7c. Elle consiste
en partant du plan d 'étude de tuyauteries (p lan-g uide
- les instruments de régu lation, dé fin i e n GA 1.2.8) à établir les plans sui vants :
- les autres obstacles éventue ls (chemins de câ- a) Plan de tuyauterie : plan limité a u tracé d'un ci r-
bles, etc. ). cuit, généralement de diamètre important, à l'éche lle
Les tuyauteries de petit di amè tre sont figurées en fil 1125 ou 1133.
plastifi é, celles de g rand diamètre en tube plastique de L'environnement du c ircuit y est représenté en trait
dimensions assoc iées à celles du diamètre extérie ur fin et en tenant compte de ses dime nsions réelles.
réel du tube (calorifugé éventue llement).
Ce plan se présente matéri ellement comme un plan
Toutes les tuyauteries sont repérées et le sens du d ' installation limité au circuit considé ré. Toutes les
fl u ide indiqué. Les d ivers réseaux sont distingués au cotes nécessaires po ur dé finir la tuyauteri e et son mo n-
moyen de teintes di ffé rentes choisies, selon un " code tage y sont considérées.
couleurs ., défini en accord avec l' utilisateur.
b) Plan de remontage : plan représentant, par zone,
GA I.2.8 - Plan isométrique la tota lité de l' install ation et obtenu par regroupement
des différents p lans d e ligne. Il se substitue au p lan
Pl an représentant la tuyauterie en perspecti ve iso- d ' installation de tuyauteries dé fini en GA 1.2. 7c.
métri q ue et mentio nnant to utes les cotes nécessaires à
sa préfabrication et éventue llement à son montage.
Les supports et l'instrumentation y sont en général
repérés. Les indi cati ons précises les concernant et leur
implantation figurent soit sur le plan isométrique, soit
sur un document séparé.
CODETI® 2001 - Division 1 - GA2/1

ANNEXE GA2

DONNÉES TECHNIQUES DE CONSTRUCTION

(Annexe obligatoire)

GAZ.1 - OBJET L' Acheteur doit également préciser :


Il est de la responsabilité de !'Acheteur de fournir - la valeur de la surépaisseur de corrosion (voir
au Fabricant les données nécessaires à la construction Cl.9.3),
de la tuyauterie commandée et il appartient au Fabri-
cant de s'assurer qu'il est en possession de la totalité - la température minimale d'étude telle qu'elle est
de ces données contractuel les. définie par l'Annexe MA2 « Prévention du ri s-
que de rupture fragile».
Ces données font l'objet d ' un document rédigé par
I' Acheteur et remis au Fabricant lors de 1'appel GA2.4 - DONNÉES RELATIVES AU CALCUL
d 'offres. Ce document peut égale ment être établi en
collaboration entre I 'Acheteur et le Fabricant. Les données techniques de construction doi vent
préciser, pour chacune des situations auxquelles sera
Ces « données techniques de construction» consti- soumise la tuyauterie, les données relati ves aux sollici-
tuent l'un des documents contractuels entre l 'Acheteur tations à prendre en compte pour l'application des
et le Fabricant et ne peuvent être modifiées sans règles de calcul de la Division 1 du Code (voir C 1).
l'accord des deux parties.
a) Pour chacune des situations normales de service
L'objet de la présen te Annexe est de dé finir la na- d'une part, et exceptionnelles de service, d'autre part :
ture des informations qui constituent les données tech-
niques de construction. La liste de ces informatio ns - le couple pression - température de calcul (P.
n 'est pas limi tative et constitue le minimum indispen- T: voir C 1.2 ),
sable. - la nature du flu ide contenu et son é tat. Dans le
cas d'une phase liquide, sa masse YO! umique
GA2.2 - DO NNÉES G É NÉRALES doit être précisée,
L' Acheteur doit indiquer : - les données re latives aux actions du vent, de la
- le repère o u la désignation de la tuyauterie, neige et des séismes (voir C 1.2 ),

le tracé de la tuyauterie, - les données relatives aux autres sollicitations


s'exerçant s ur la tuyauterie, notam ment cel les
- la réglementation applicable, qui concernent les fo rces et moments extérieurs
- la catégorie de construction choisie (voir G7), et celles qui permettent d'éva luer les contraintes
thermiques (voi r C 1.2),
- les limites de fourniture,
- les do nnées relatives à la variation des sollic ita-
- le type, la géométrie et la masse des équipe- tions (voir C2.4).
ments non fournis par Je Fabricant.
b) Pour des situations d'essais de résistance, les
données techniques de constructi on do ivent décrire les
GA2.3 DONNÉES RELATIVES AUX
conditions des essais de résistance qui seront effectués
MATÉRIAUX
sur le site après installation de la tuyauterie, et en parti-
Les données techniques de construction doivent culier:
préciser la nature et la nuance des métaux c hoi sis par
- la nature du fluide utilisé,
!'Acheteur pour couvrir, dans les cond itions
d'utilisation prévues, les ri sques de corrosion, les autres sollicitations susceptibles de s'exercer
d 'érosion et, plus généralement, de détério ration du sur la tuyauterie durant ces essais.
métal par les fluides en contact avec la paroi ai nsi que
les risques de pollution, par le métal, des fluides c·onte-
nus (voir Ml .2.1 ).
CODETI® 2001 - Division 1 - GA2/2

c) Pour les conditions de transport et de montage, - les caractéristiques de finition (état de surface),
au cas où ces opérations ne sont pas assurées par Je
Fabricant, les données techniques de construction doi- - les revêtements de protection des surfaces,
\'ent donner au Fabricant les informations lui permet- - les données particulières relatives à I" exécution
tant d ' évaluer les sollicitations auxquelles sera soumise des essais de résistance,
la tuyauterie.
- les essais particuli ers autres que les essais de
GA2.S DONNÉES RELATIVES A LA résistance.
FABRICATION
GA2.6 - EXIGENCES COMPLEMENTAIRES À
Les données techniques de construction doivent CELLES DE LA DIVISION 1 DU CODE
préciser:
- les tolérances particulières, Les données techniq ues de construction doivent
clairement indiquer l'ensemble des exigences de
les traitements thermiques imposés par les l'Acheteur complémentaires à celles de la présente
conditions d'utilisation de la tuyauterie, autres Division .
que ceux prévus par la présente Division,

- les traitements de surface,


CODETI® 2001 · Division 1 · GA3/1

ANNEXE GA3

CATÉGORIE DE CONSTRUCTION EXCEPTIONNELLE Ex

(Annexe informative)

GA3.1 - GENERALITES GA3.3.2.1 - Les produits entrant dans la fabrication


des éléments princ ipaux de la tuyauteries, ainsi que
La catégorie de construction Ex correspond à une
toutes les pièces moulées et la boulonnerie, sont sou-
qualité exceptionnelle ne s'imposant que pour de rares
mi s à un contrôle spécifique accompagné d'un procès
tuyauteries soumises à des conditions de service parti-
verbal de réception du type 3.2.
culièrement sévères, po ur lesquelles les conséquences
d ' une défaillance éventuelle associées à un risque
GA3.3.2.2 - Les produits constituant ou entrant dans la
potentiel de défaillance élevé, sont très importantes.
fabrication des éléments accessoires soudés sur le
Complétées par des exigences supplémentaires, corps de la tuyauterie sont soumis à un contrôle spéci-
toutes les règles de construction applicables à la caté- fique accompagné d'un procès verbal de récepti on du
gorie de construction A s'appli quent à la catégorie de type 3.2 .. ou d'un certificat de réception de type 3. 1.
construction Ex. En conséquence, ces dispositions
impliquent de la part de !'Acheteur la rédaction d'une GA3.3.3 - Les produits en aciers non inoxydables et
spécification technique de construction détaillée dans non austénitiques soumis à un contrôle s pécifique
laquelle sont définies ces exigences supplémentaires. accompagné d ' un certificat de réception de type 3.1
proviennent d'une coulée d'acier à grains fins CiOl.
Compte tenu du caractère particulier de cette caté-
gorie, à l'exception des assemblages soudés autorisés
GA3.3.4 - La vérification de la composition chimique
décrits dans l'Annexe FA 1, la Division 1 du Code ne
dans le cas d'un contrôle spécifique accompagné d'un
précise aucune des ex igences supplémentaires qui lui
certificat de réception de type 3.1 est effectuée sur
sont associées. La présente Annexe a uniquement po ur
produit. Elle comporte également la vérification de la
objet de proposer à !'Acheteur une liste· non exhaus-
teneur en éléments résiduels.
ti ve - des exigences le plus couramment admises parmi
lesquelles i1 peut choisir celles qui lui paraissent le
GA3.3.5 - La procédure de traitements thermiques de
mieux adaptées à l'appareil commandé.
fabrication simulés à effectuer sur les éprouvettes des-
Cette li ste couvre chacune des Parties de la pré- tinées aux essais mécaniques ainsi que les résultats à
sente Division éventuellement affectée par les disposi- obtenir font l'objet d'un accord entre les parties inté-
tions particulières à la catégorie de construction Ex. ressées.

GA3.2 - SECTION G - GÉNÉRALITÉS GA3.3.6 - Lorsque la température minimale d'étude


(TME) est au plus égale à - 50°C, les essais de flexion
Compte tenu de l'intensité des contrôles associés à
par choc d es tubes en acier non inoxydable et non
la catégorie Ex, seuls sont à envisager pour cette caté-
austénitique d'épaisseur au plus égale à 5 mm, sont
gorie de construction :
effectués sur les ébauches forgées ayant subi les trai-
- la contrainte nominale de calcul fi, tements thermiques simulés du tube à l'état de livrai-
son .
- le coefficient de soudure z égal à 1.
GA3.3. 7 - Les essais de traction des tôles en acier
GA3.3 - SECTION M - MATÉRIAUX
plaqué sont effectués uniquement sur le métal de base :
l'épaisseur du placage n'est pas prise en compte dans
GA3.3.1 - L'emploi de produits prélevés sur stock est le dimensionnement des é léments soumis à la pression.
soumis à l'accord de !'Acheteur.

GA3.3.2 - Les produits font toujours l'objet d ' un


contrôle spécifique.
( 10) Aciers ayant un indice de grosseur de grain fcrritique au moins
égal à 6 scion les essais de l'Euronorrn 103.
CODETI® 2001 - Division 1 - GA3/2

GA3.3.8 - Les contrôles par ultrasons sont e ffectués GA3.5.3 TUYAUTERIE EN ACIER
lo rsq ue les épa isseurs sont supérieures à : INOXYDABLE
- 6 mm pour les tôles, GA3.5.3.1 - Après formage d' un élément :

- 10 mm po ur les tubes sans soudure. a) S ' ag issant d ' un ac ier inoxydable austénitique
(Sectio n F3), la déformati on minimale justifiant un
Le plan de sondage des tôles et des tuyaux et les
examen par ressuage de l'e xtrados est ramenée à 15 %.
critères d ' acceptation doivent être confonnes aux pres-
criptio ns de EN 10160. b) Les caractéristiques mécaniques sont vérifiées
sur un échantillon représentatif ayant subi les mêmes
GA3.4 - SECTION C - CALCUL cycles de traitements thermiques éventuels que l'élé-
ment considéré.
Les méthodes de calcul sont identiques pour to utes
les catégories de constructio n. GA3.5.3.2 - Dans le cas de traitements thermiques, le
nombre et l' emplacement des points de mesure de la
GA3.5 - SECTION F - FABRICATION température sont choisi s par accord entre le Fabricant
et I 'Inspecte ur.
GA3.5. l - GÉNÉRALITÉS
GA3.5.4 - TUYAUTERIE EN MÉTAUX NON
GA3.5. l.l - Les princ ipaux types d' assemblages sou- FERREUX
dés admis po ur la catégorie de constructio n Ex sont
défini s dans l'Annexe FA 1. GA3.5.4.l - Après formage d ' un é lément :

GA3.5. l.2 - Les zo nes affectées par la soudure des La déformation minima le justifiant d ' un examen
attaches provisoires sont repérées et signalées s ur un par ressuage de l'extrados est ramenée à 10 % pour
plan. l'aluminium et ses a lliages et à 15 % pour le ni cke l et
ses alli ages.
GA3.5.l.3 - Le mode opératoire de réparation par
soudage des défauts de surface du métal de base est GA3.5.4.2 - Dans le cas de tra itements thermiques, le
soumis à l' accord de !'Ac hete ur. nombre et l'emplacement des points de mesure de la
température sont ch oisis par accord entre le Fabricant
GA3.5.2 - TUYAUTERIE EN ACIER NON et I' Ins pecteur.
INOXYDABLE ET NON AUSTÉNITIQUE
GA3.5.5 - T UYAUTERIE EN TÔLES D' ACIER
GA3.S.2.1 - Après un fonnage à chaud d ' une tôle PLAQUÉ
(F2.4.6) :
GA3.5.5. l - Le délardage du placage est à e ffectuer s ur
a) La dé fonnation justifiant un contrôle par res- tous les bords à soude r.
suage ou magnétoscopie de l'extrados est ramenée à :
GA3 .5.5.2 - La nature et l' étend ue du contrôle des
10 % pour les aciers des groupes St ! et St7, bords à souder, de ! 'analyse chimique de la reconstitu-
- 3 % pour les autres groupes. ti on du placage par soudure, de l'adhérence du placage
après les opérations de fabri cation, sont dé finies par
b) Les caractéristiques mécaniques sont vérifiées I' Acheteur et notamment :
sur un échantill on représentatif du produit ayant subi
les mê mes cycles thenniques que l' élément formé. - l'examen par ultrasons des tôles avant et après
form age et, éventue llement après le trai tement
GA3.5.2.2 - Un examen par ultrasons de l'extrados thermique après soudage (TT AS) ;
d' un tube fonné est effectué lorsque son épaisseur est
au moins égale à 20 mm, quels que soient son diamètre - l'examen par ressuage des bords à souder après
extéri eur et le rayon de courbure. dél ardage et celui des soudures après la recons-
tituti on du revêtement ;
GA3.5.2.3 - Concernant les traitements thenniques
après soudage : - l'ana lyse chimique de la dernière couche de
soudure de reconstitution à hauteur de
- le nombre et l'emplacement des th ermocouples l'épaisseur minima le garantie de revêtement ;
sont choisis en accord avec I' Inspec teur ;
- le taux de ferrite garanti dans les soudures de
- l' application des no tes 4 à 8 du tableau F2.8.2.5 reconstitution avant et éventuellement après le
fa it l' objet d ' un accord entre les parties intéres- traite ment thermique a près soudage (TTAS).
sées.
CODETI® 2001 - Division 1 · GA3/3

GA3.6 SECTION CONTRÔLE ET b) Tôles plaquées


INSPECTION
- avant le TTAS éventuel et avant reconstitution
du revêtement : examen radiographique (RT) et
GA3.6.1 - MATÉRIAUX
examen de surface par ressuage (PT),
GA3.6.1. l - L' Inspecteur assiste aux prélèvements des
après l'essai de résistance : examen par ultra-
échantiflons, au poinçonnage des éprouvenes d'essai et
sons (UT) et examen de surface par ressuage
aux essais de réception chez le Producteur (voir 1.3).
(PT) ou par magnétoscopie (MT).
GA3.6.1.2 - Sur sa demande, I' Inspecteur assiste au
report de marquage des produits chez le Fabricant GA3.6.4 - ESSAI DE RÉSISTANCE (1.2.8)
Les manomètres utilisés pour l'essai de résistance
GAJ.6.2 - CONTRÔLES DESTRUCTIFS DES
sont vérifiés avant l'essai.
COUPONS-TÉMOINS (l.2.4)
GA3.6.2.1 - Un essai de traction sur éprouvene cylin- GA3.6.5 - DOSSIER A ÉTABLIR (l.2.10)
drique prélevée dans le métal déposé est effectué pour
Le dossier Fabricant (CR) doit comporter les do-
toutes les nuances d'acier (sous réserve de possibilité
cuments suivants visés par 1' Inspecteur :
de prélèvement d'une éprouvette de diamètre 10 mm).
- descriptif des modes opératoires d'examens non
GA3.6.2.2 - A l'exception des aciers des groupes St l
destructifs,
et St2, une analyse chimique du métal déposé est à
effectuer. - documents de qualification des modes opératoi-
res de soudage,
GA3.6.3 - CONTRÔLES DES SOUDURES (1.2.5)
- relevé des contrôles non destructifs,
GA3.6.3. l - Les bords à souder font l'objet d'un exa-
men par ressuage ou par magnétoscopie. plan de repérage des emplacements des attaches
provisoires,
GA3.6.3.2 - Le contrôle des soudures est effectué
selon les dispositions suivantes : - diagrammes des traitements thermiques,

a) Tôles non plaquées - plan de repérage des indications relevées au


cours des examens par ultrasons avec dimen-
- avant le TT AS éventuel : examen radiographi- sions présumées des défauts.
que (RT),
- après l'essai de résistance : examen par ultra-
so ns (UT) et examen de surface par ressuage
(PT).
CODETI~ 2001 - Division 1 - GA3/4
COD ETI~ 2001 · Division 1 · GA4/1

ANNEXE GA4

CORRESPONDANCES ENTRE LES EXIGENCES ESSENTIELLES DE SECURITE DE


LA DIRECTIVE EUROPEENNE EQUIPEMENTS SOUS PRESSION 97/23/CE ET DE SA
TRANSPOSITION EN DROIT FRANÇAIS (DECRET 99-1046 DU 13/12/1999)
ET LES CHAPITRES DU CODETI 2001.

(Annexe obligatoire)
CODETI® 2001 • Division 1 - GA4/2

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité Commentaires
CODE TI
Décret
Rema rqu es préliminaires Partie G

1. Les obligations découlant des exigences essentielles énoncées dans la Chapitre G 1


présente annexe pour les équipements sous pression s'appliquent égale-
ment aux ensembles lorsque le risque correspondant existe.
2. Les exigences essentielles fixées par la directive sont obligatoires. Annexe GA2 Données techniques de cons-
Les obligations découlant de ces exigences essentielles ne s'appliquent truction
que si le risque correspondant existe pour les équ ipements sous pression
en cause lorsqu' ils sont utilisés dans les conditions raisonnablement
prévisihles par le fabricant.
3. Le fabricant est tenu d'analyser les risques afin de déterminer ceux qui Chapitres G6 et G7
s'appliquent à ses équipements du fai t de la pression ; il doit ensuite
concevoir et construire ses équipements en tenant compte de son ana-
lyse.
4. Les exigences essentielles doivent être interprétées et appliquées de § G.lb)
manière à tenir compte de l'état d'avancement de la technique et de la
pratique au moment de la conception et de la fabrication. ainsi que des
considérations techn iques et économiques compatibles avec un degré
élevé de protection de la santé et de la sécurité.

1. GEN ERALITES Partie G

1.1 Les équipements sous pression sont conçus. fabriqués. contrôlés et, le Chapitres G 1 et G3
~as échéant, équipés et installés de façon à garantir leur sécurité s'ils
sont mis en service conformément aux instructions du fabricant ou dans
des conditions raisonnablement prévisibles.

1.2 Pour choisir les solutions les plus appropriées. le fabricant applique les
principes ci-après. dans l' ordre dans lequel ils sont énoncés:

· supprimer ou réduire les risques autant que raisonnablement possible, Chapitres G6 et G7

• appliquer les mesures de protection appropriées contre les risques qui Chapitre G4 Charges élémentaires
ne peuvent être supprimés.

- informer, le cas échéant. les utilisateurs des risques résiduels et indi- Chapitre GS Modes de défaillance
qucr s'il est nécessaire de prendre des mesures spéciales appropriées
visant à atténuer les risques au moment de l'installation et/ou de
l'utilisation.

1.3 En cas de risque avéré ou prévisible d'utilisation erronée, les équipe- Annexes GA 1 et GA2 Précision pour une bonne
ments sous pression doivent être conçus de manière à exclure le danger utilisation Oc la présente Oivi-
d'une telle utilisation erronée ou, en cas d'impossibilité, il doit être sion du Code
indiqué de manière appropriée que lesdits équipements sous pression ne
doivent pas être utilisés de cette façon.
CODETI® 200 1 • Division 1 - GA4/3

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essen tielles de sécurité C ommentaires
CODETI
Décret
2. CONCEPT ION Partie C

2.1 Gé nérali tés Chapitre Cl

Les équipements sous pression doivent ~tre correctement conçus en Chapitres C 1 - C2 - + Annexes
tenant compte de tous les facteurs pertinents perrnenant de garantir la C3etC4
sûreté de l'équipement pendant toute sa durée de vie prévue.

La conception comprend des coefficients de sécurité appropriés qui se § C 1.4 et C3.2.4 Contraintes nominales de calcul
fondent sur des méthodes générales réputées utiliser des marges de Contraintes admissibles
sécurité adequates pour prévenir tous types de défaillance de manière
cohérente.

Chapitres C 1 - C2 -
2.2 Concept ion pou r une résistance appropriée
C3 et C4

2.2.1 Les équipements sous pression doivent être conçus pour supporter des § Cl.2 Charges élc!mentaires et situa-
charges correspondant à l'usage envisagé, ainsi que pour d'autres condi- tions
tion s de fonctionnement raisonnablement prévisibles. Sont notamment
pris en compte les facteurs sui\'ants :

• la pression interne et externe. §Cl.2.1

• les températures ambiante et de serYice,

• la pression statique et la masse du contenu dans les conditions d'emploi § Cl.2.2 Gravité, charges climatiques et
et d'essai. environnementales. efli:ts
dynamiques du nuide, mouve-
• les charges dues à la circulation, au vent. aux séismes, ment du sol et des bâtiments.
etc.
• les forces et les moments de réaction provoqués par les supports. les
fixations, les tuyauteries, etc ..

- la corrosion et l' érosion. la fatigue. etc .. - la décomposition des nuides


instables.
Les différentes charges qui peuvent intervenir au même moment doivent § Cl.2.3 Situations normales occasion·
étre prises en considération, en tenant compte de la probabilité de leur nelles. e.xception nelles et
apparition simultanée. d'essai

2.2.2 La conception pour une résistance appropriée doit être fondée sur :

• en règle générale, une mc!thode de calcul. telle que décrite au point § C2.I Composants normalisés quali-
2.2.3 et complétée si nécessaire par une méthode expérimentale de fiés par essais
conception telle que décrite au point 2.2.4.

ou

- une méthode expérimentale de conception sans calcul, telle que décrite NA Qualification par rapport à un
au point 2.2.4, lorsque le produit de la pression maximale admissible PS réseau existant acceptable
par le volume V est inférieu r à 6000 bar·L ou le produit PS .DN inférieur C3 . l.2 . I
à 3000 bar.
GODET(~ 2001 - Division 1 - GA4/4

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité Commentaires
C ODETI
Décret
2.2.3 Méthode de calcul

a) Confim:ment de la pression et autres charges

Les contraintes admissibles des équipements sous pression doivent être


limitées eu égard aux défaillances raisonnablement prévisibles dans les
conditions de fonctionnement. A cet effet, il y a lieu d'appliquer des
facteurs de sécurité permettant d'éliminer entièrement toutes les incerti-
tudes découlant de la fabricat ion. des conditions réelles d'utilisation, des §Cl .4 Contraintes nominales de calcul
contraintes. des modèles de calcul, ainsi que des propriétés et du com-
portement du matériau.

Ces méthodes de calcul doivent procurer des marges de sécurité suffi-


santes. conformément, lorsque cela est approprié, aux prescriptions du
point 7.

Les dispositions ci-dessus peuvent être satisfaites en appliquant une des


méthodes suivantes, comme approprié, si nécessaire à titre de complé-
ment ou en combinaison :

- conception par formules, Chapitre C2 Dimensionnement

- conception par analyse, Chapitre C3 Analyse Cl critères


d'acceptation
- conception par mécanique de la rupture. NA

b) Résistance Partie C Dimensionnement

La résistance de l'équipement sous pression en cause doit être établie § C2.2 Pression intérieure
par des calculs de conception appropriés.

En particulier: § C2.3 Pression extérieure

- ks pressions de calcul ne doivent pas être inférieures aux pressions


maximales admissibles et doivent tenir compte des pressions de fluide
statiques et dynamiques ainsi que de la décomposition des fluides insta-
bles. Lorsqu'un réc ipient est composé de compartiments distincts et
individuels de confinement de la pression, les cloisons de séparation § Cl.2. 1 Pression - Température
doivent être conçues en tenant compte de la pression la plus élevée
pouvant exister dans un compartiment et de la pression la plus basse
possible pouvant exister dans le compartiment voisin,

- les températures de calcul doivent offrir des marges de sécurité adé-


quates.

- la conception doit tenir dûment compte de toutes les combinaisons § Cl.2.3 Situations
possibles de température et de pression qui peuvent survenir dans des
conditions de fonctionnement raisonnablement prévisibles de
l'équipement,

- les contraintes maximales et les pointes de concentration de contraintes § C2.4 - § C2.2.7 Analyse simplifiée à la fatigue
doivent être maintenues dans des limites sûres. § C2.4. I Renforcement des ouvertures
§ C3.2.6.I Vérificat ion des attaches inté-
§ C3.2.6.2 - § C4.2.5 grales
GODET(' 2001 - Division 1 - GA4/5

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles d e sécurité Commentaires
CODETI
Décret
b) Résistance (suite)

- les calculs de confinement de la pression doivent utiliser les valeurs § Cl.4


adéquates des propriétés du matériau. fondées sur des données démon-
trées. compte tenu des dispositions énoncées au point 4 ainsi que des
facteurs de sécurité adéquats. Selon le cas. les caractéristiques du maté-
riau à prendre en compte comprennent :

- pour la fatigue : le nombre théorique de cycles à des niveaux de § C2.4


contrainte déterminés.

- pour la corrosion : la tolérance de corrosion théorique, § Cl.6

- la limite d'élasticité. à 0.2 % ou. selon le cas, à 1.0 %. à la température § c 1.4.2.2 Voir également§ M5.3
de calcul,

- la résistance à la traction. § c 1.4.2.4

- la résistance en fonct ion du temps. c'est à dire la résistance au nuage, § c 1.4.3 Voir également§ M5 .3

- les données relatives à la fatigue. § C2.4

- k module de Young (modu le d'élasticité),


Voir aussi Annexe C3A 1
- le ni\'eau ad.:quat de contrainte plastique. § M5.3

. la rc!sistance à la nexion par choc.


Voir aussi Annexe MA2
- la ténacité à la rupture.

- des coefficients de joint appropriés doivent être appliqués aux caracté- § Cl.5
ristiques des matériaux en fonction, par exemple. de la nature des essais
non destructifs, des propriétés des assemblages de matériaux et des
conditions de fonctionnement envisagées,

- la conception doit tenir dûment compte de tous les mécanismes de


dégradation raisonnablement prévisibles (notamment la corrosion. le Annexes MA 1 et
fluage. la fatigue) correspondant à l'usage auquel l'équipement est MA4
destiné. Les instructions visées au point 3.4 doivent attirer l 'auention sur
les caractéristiques de la conception qui sont déterminantes pour la
durée de vie de l'équipement telles que :

- pour le fluage : le nombre théorique d'heures de fonctionnement à des


températures déterminées. § Cl.4.3.1

c) Stabilité § C2.3 Pression intérieure


§ C2.3.2
Lorsque l'épaisseur calculée ne permet pas d'obtenir une stabilité struc- § C2.3.3
turelle suffisante. il convient de prendre les mesures nécessaires pour y § C2.3.4
remédier, compte tenu des risques liés au transport et à la manutention. § C2.3.5
CODETl<!l 2001 - Division 1 - GA4/6

Réf.
Réf.
DESP et Exige nces essentielles de sécurité Commentaires
CODE TI
Décret
2.2.4 Méthode expérimenta le de conception

La conception de l'équipement peut être validée. en tout ou en partie,


par un programme d'essais portant sur un échantillon représentatif de § C3. l.2. I
l'équipement ou de la famille d'équipements. Annexe C3A3 C3A3.3 : véri fi carion par essais

Le programme d'essais doit être clairement défini arnnt les essais et être Annexe C4A2 Justification des supports par
accepté par l'organisme notifié chargé du module d'évaluation de la essais (stabilité de la tuyauterie
conception. lorsqu'il existe. sous r effet de la pesanteur)

Ce programme doit définir les conditions d'essais et les critères d'accep-


tation et de refus. Les valeurs exactes des dimensions essentielles et des
caractàistiques des matériaux constitutifs des équipements essayés
doivent être relevées avant l'essai. Le cas échéant. pendant les essais, les
zones critiques de l'équ ipement sous pression doivent pouvoir être
obsen·ées avec des instruments adéquats permettant de mesurer les
déformations et les contraintes avec suffisamment de précision. Le
programme d'essai doit comprendre :

a) un essai de résistance à la pression. destiné à vérifier qu'à une pres-


sion garantissant une marge de sécurité définie par rapport à la pression
maximale admissible. l'équipement ne présente pas de fuite significative Tableaux
ni de déformation excédant un seuil déterminé. La pression d'essai doit c 1.4.2.4 Domaine élastique
être déterminée en tenant compte des différences entre les valeurs des Cl.4.3.2 Domaine du fluage
caractéristiques géométriques et des matériaux mesurées dans les condi-
tions d'essai et les vakurs admises pour la conception: elle doit aussi
1cnir comple de la différence entre les températures d'essai et de concep-
1ion.

b) lorsque le risque de fluage ou de fat igue existe. des essais appropriés


déterminés en fonction des conditions de service prévues pour
l'équipement. par exemple : durée de service à des tempéra1ures spéci-
fiées. nombre de cycles à des niveaux de contrainte déterminés, etc.

c) lorsque c'est nécessaire, des essais complémentaires relatifs à d'autres


facteurs d'environnemen1 particu liers visés au poi nt 2.2.1 tels que
§ 1.12.4
corrosion, agressions extérieures, etc.

2.3 Dispositions visa nt à assu rer la sécurité de la manutention et du


fo nction nement

Le mode de fonctionnement des équipements sous pression doit exclure Annexes GA2 et
tout risque raisonnablement prévisible du fait de leur uti lisation. Une GA2.4c
attention particulière doit être apportée selon le cas, si approprié :

- aux dispositifs de fe rmeture et d'ouverture, Annexe C3A5 Chargements dynamiques

- aux émissions dangereuses provenant des soupapes de sûreté,

- aux dispositifs d'interdiction d'accès physique tant que règne la pres-


sion ou le vide,

- à la température de surface. en tenant compte de l' utilisation envisagée,

- à la décomposition des fl uides instables.


CODETI® 2001 - Division 1 - GA4n

Réf.
Réf.
DESP et E xigences essentielles de sécurité Commentaires
CODETI
Décret
(suite)

En particulier. les équipements sous pression munis d'obturateurs amo-


vibles doivent être munis d'un dispositif automatique ou manuel permet-
tant à l'utilisateur de s'assurer aisément que l'ouverture ne présente pas
de danger. De plus. lorsque cette ouverture peut être manoeuvrée rapi-
dement. r équipement sous pression doit être équipé d'un dispositif
interdisant l'ouverture tant que la pression ou la température du flu ide
présentent un danger.

2.4 Moyens d' inspection

a) Les équipements sous pression doivent être conçus de telle sorte que § 1.6 et 1.8
toutes les inspections nécessaires à leur sécurité puissent être effectuées.

b) Il importe de prévoir des moyens permettant de déterminer l'état


intérieur de l'équipement sous pression lorsque cela est nécessai re pour
assurer la sécurité permanente de l'équipement. tels que des regards
permettant d'avoir physiquement accès à l' intérieur de l'équipement de § C 1.4.3. I Domaine du fluage système de
façon à ce que les inspections appropriées puissent être menées de suivi en service des déforma-
manière sûre et ergonomique. tions

c) D'autres moyens de s'assurer que létat de léquipement sous pression


est conforme aux exigences de sécurité peuvent être employés :

- lorsqu' il est trop petit pour permettre l' accès physique à l'intérieur,

ou

- lorsque l'ouverture de l'équipement sous pression risque d'en altérer la


condition intérieure,

ou
- lorsqu'il est prouvé que la substance qu'il contient ne présente pas de
danger pour le matériau dont il est constitué et qu'aucun autre méca-
nisme de dégradation interne n'est raisonnablement prévisible.

2.5 Purge et ventilation

Des moyens adéquats de purge et de ventilation de l'équipement sous


pression doivent être prévus au besoin :

- pour éviter des phénomènes nocifs, tels que coups de bélier, effondre-
ment sous l'effet du vide, corrosion et réactions chimiques incontrôlées.
Tous les états de fonctionnement et d'essai, notamment des essais de
pression, doivent être envisagés,

- pour permettre le nettoyage. le contrôle et lentretien en sécurité. § c 1.2.3.2.2

2.6 Corrosion et autres attaques chimiques

Au besoin, une surépaisseur ou une protection appropriée contre la Défini tion épaisseur, surépais-
corrosion ou contre d'autres attaques chimiques doivent être prévues, en § Cl.6 seur de corrosion
tenant dûment compte de l'utilisation envisagée et raisonnablement Annexe MA4 Prévention du risque de cor-
prévisible. rosion
CODETlt!> 2001 - Division 1 - GA4/8

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité Commentaires
CODETI
Décret
2.7 Usu re

Lorsque l'équipement risque être soumis à une érosion ou à une abrasion


intense. il faut prendre des mesures appropriées pour : § Cl.6 Surépaisseur de corrosion ou
d'érosion
- minimiser ces effets par une conception appropriée. par exemple. en
pré' oyant des surépaisseurs. ou par l'utilisation de chemises intérieures
ou de re,·êtements.

- permettre le remplacement des pièces les plus touchées, - attirer


l'attention. dans les instructions visées au point 3.4, sur les mesures à
mettre en oeuvre pour que l'utilisation de l' équipement puisse se pour-
suivre sans danger.

2.8 Ensembles

Les ensembles doivent être conçus de telle sorte que : Dimensionnement des compo·
Chapitres C2 et C3 sants de la tuyauterie
- les éléments à assembler soient adaptés et fiables dans leurs conditions
Analyse
de service , • tous les éléments s ïntègrent correctement et s'assemblent
de manière appropriée.

2.9 Dispositions relatives au remplissage et à la vidange

Le cas échéant. les équipements sous pression doivent être conçus et être
équipés des accessoires appropriés, ou prévus pour en être équipés. en
\' Ue de garantir un remplissage et une vidange süre, notamment en ce qui
NA
concerne les risques suivants :

a) lors du remplissage :

· k surremplissage ou la surpression au regard notamment du taux de


NA
remplissage et de la tension de vapeur à la température de référence,

- l'instabilité des équipements sous pression.

b) lors de la vidange : l'échappement incontrôlé du nu ide sous pression. NA

c) tant lors du remplissage que lors de la vidange : les connexions et


NA
déconnexions présentant des risques.

2.10 Protection contre le dépassement des limites admissibles des équi-


pements so us pression

Lorsque, dans des conditions raisonnablement prévisibles, les limites Réf à pr EN 764· 7
admissibles pourraient être dépassées. les équipements sous pression
doivent être équipés ou prévus pour être équipés de dispositifs de pro-
tection adéquats. à moins que la protection ne soit assurée par d'autres
dispositifs de protection intégrés dans l'ensemble.

Le dispositif adéquat ou la combinaison des dispositifs adéquats doit


être déterminée en fonction des particularités de l'équipement ou de
lensemble et de ses conditions de fonctionnement. Les dispositifs de
protection et leurs combi naisons comprennent :
CODETI® 2001 - Division 1 - GA4/9

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité Commentaires
CODETI
Décret
(suite)

a) les accessoires de sécurité tels que définis à ranicle 1er point 2.1.3.

b) selon le cas. des dispositifs de contrôle: appropriés. tels que des indi-
cateurs ou des alarmes. permettant que soient prises. automatiquement
ou manuellement. les dispositions visant à maintenir l'équipement sous
pression à r intérieur des limites admissibles.

2.11 Accessoires de séc urité

2.11.1 Les accessoires de sécurité doivent- être conçus et construits de façon à Réf à pr EN 764-7
être fiables et adaptés aux conditions de service prévues et à prendre en
compte. s'il y a lieu. les exigences en matière de maintenance et d'essais
des dispositifs.

- être indépendants des autres fonctions à moins que leur fonction de


sécurité ne puisse être affectée par les autres fonctions,
- suivre les principes de conception appropriés pour obtenir une protec-
tion adaptée et fiable. Ces principes incluent notamment la sécurité
positive. la redondance. la di\'CrSilé et rautOCOntrôle.

2.11.2 Dispositifs de limitation de la pression Partie G

Ces dispositifs doivent être conçus de manière que la pression ne dé- Introduction
passe pas de façon permanente la pression maximale admissible PS : une Renvois ( 1) et (3)
surpression de coune durée est cependant admise conformément, lors-
que ce la est approprié. aux prescriptions du point 7.3.

2.11.3 Dispositifs de surveillance de la température

Ces dispositifs doivent avoir un temps de réaction adéquat pour des Voir également Annexe GA 1
raisons de sécurité et compatible avec la fonction de mesure.

2.12 Feu extérieur

Au besoin. les équipements sous pression doivent être conçus et, le cas
échéant. être équipés des accessoires appropriés ou prévus pour en être
équipés, pour satisfaire aux exigences relatives à la limitation des dom- NA
mages en cas de feu externe. compte tenu. notamment. de rutilisation à
laquelle ils sont destinés.

3 FABRI CATI ON Partie F

3.1 Procédés d e fabri cation

Le fabricant doit veiller à la bonne exécution des dispositions prises au Chapitres Fl - F2


stade de la conception en appliquant les techniques et les méthodes et F3
appropriées. notamment en cc qui concerne les ékments figurant ci-
aprè:s.

3.1.1 Préparation des composants

La préparation des composants (par exemple. le formage et le chan frei - §Fl.3 - §Fl.4 -
nage) ne doit pas engendrer de défauts. de fissures ou de modifications § F l.S - § F 1. 6 - Egalement F3
des propriétés mécaniques susceptibks de nuire à la sécurité de § F2.3 - § F2.4 -
léquipement sous pression. § F2.5 - § F2.6
COD ETI<!> 2001 - Division 1 - GA4/ 10

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité C ommentaires
C ODETI
Décret
3.1.2 Assemblages permanents

Les assemblages pennanents et les zones adjacentes doivent être exemp·


ts de défauts de surface ou internes préjudiciables à la sécurité des
équipements. Les propriétés des assemblages pennanents doivent
correspondre aux propriétés minimaks spéc ifiées pour les matériaux
de\'ant être assemblés, sauf si d'autres \'aleurs de propriétés corres-
pondantes sont spécifiquement prises en compte dans les calculs de
conception. Pour les équipements sous pression. les assemblages penna-
nents des parties qui contribuent à la résistance à la pression de
réquipement et les parties qui y sont directement attachées doivent c?tre
réalisés par du personnel qualifié au degré d'aptitude approprié et selon
des modes opératoires qualifiés.

Les modes opératoires et le personnel sont approuvés pour les équipe·


ments sous pression des catégories Il. Ill et IV par une tierce partie § Fl.5
compétente qui est. au choix du fabricant :

- un organisme notifié,

- une entité tierce partie reconnue par un Etat membre comme prévu à
rarticle 13.

Pour procéder à ces approbations, ladite tierce partie procéde ou fait


procéder aux examens et essais prévus dans les nonnes hannonisées
appropriées ou :ides examens et essais équivalents.

3. 1.3 Essais non destructifs

Pour les équipements sous pression, les contrôles non destructifs des
assemblages pennanents doivent être effectués par un personnel qualifié § 1.8 et 1.9 Voir également Annexes IA 1 -
au degré d'aptitude approprié. Pour les équipements sous pression des IA3- IA4- IA5- IA6 - IA7
catégories 111 et 1V, ce personnel doit avoir été approuvé par une entité
tierce partie reconnue par un Etat membre en application de l'article 13.

3.1.4 T raitemen t thermique

Lorsqu'il existe un risque que le processus de fabrication modifie les § F2.4.2 - § F2.7 -
propriétés du matériau dans une mesure qui compromettrait !"intégrité de § F2. l .8 - § F3.7.3
l'équipement sous pression, un traitement thennique adapté doit être
appliqué à l'étape appropriée de là fabrication.

3.1.5 Traçabilit é

Des procédures adéquates doivent être établies et maintenues pour


l'identification des matériaux des parties de l'équipement qui contri- § F 1.2.2 et
buent à la résistance à la pression par des moyens appropriés, depuis la Fl.IO
réception, en passant par la production, jusqu'à l'essai final de
r équipement sous pression fabriqué.

3.2 Vérifi cation fi na le

Les équipements sous pression doivent être soum is à la vérification


finale telle que décrite ci-après.
CODETI® 2001 - Division 1 - GA4/ 11

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de'sécu rité Co mmentai res
C ODETI
Décret
3.2.1 Examen fi nal

Les équipements sous pression doivent être soum is à un examen fi nal


destiné à vérifier. visuellement et par contrôle des documents d'accom-
pagnement, le respect des exigences de la directive. 11 peut être tenu
compte. en l'occurrence. des contrôles qu i ont été effectués au cours de § 1.14
la fabrication. Pour autant que la sécurité le rende nécessaire. l'examen
final est effectué à l'intérieur et à l'extérieur de toutes les pan ics de
l'équipement, le cas échéant au cours du processus de fabrication (par
exemple si l'inspection n'est plus possible au cours de l'examen fi nal).

3.2.2 Epreuve

La vérification fi nale des équipements sous pression doit comprendre un


essai de résistance à la pression qui prendra normalement la forme d'un
essai de pression hydrostatique à une pression au moins égale, lorsque
cda est approprié. à la valeur fix ée au point 7.4. Pour les équipements
de catégorie 1. fabriqués en série, cet essai peut être réalisé sur une base § c 1.2.3.3
statistique. § c 1.4.2.4
Voir également Annexe IA8
§ Cl.4.3.2
Dans le cas où l' essai de pression hydrostatique est nocif ou ne peut pas § 1.12
être effectué, d'autres essais d'une valeur reconnue peuvent être réalisés.
Pour les essais autres que lessai de pression hydrostatique. des mesures
complémentaires. telles que des contrôles non destructifs ou d'autres
méthodes d'eflica cité équivalente. doivent être mises en oeuvre avant
ces essais.

3.2.3 Exa men des dispositifs de séc urité

Pour les ensembles, la vérification finale comprend également un exa-


men des accessoi res de sécurité destiné à vérifier que les exigences
visées au point 2.10 ont étc! pleinement respectées.

3.3 Marquage et étiquetage

Outre le marquage "CE" visé à l'an icle 15. les informations suivantes
doivent être fou rnies :

a) pour tous les équipements sous pression :

- les nom et adresse ou un autre moyen d'identification du fabricant et, le § F l. 10


cas échéant. de son mandataire établi dans la Communauté,

- l'année de fa brication,

- l'identification de l'équipement sous pression en fonction de sa nature,


par exemple le type, l'identification de la série ou du lot. et le numéro de
fabrication,

- les limites essentielles maximales/minimales admissibles.

b) selon le type de l'équipement sous pression, des informations corn-


plémentaires nécessaires à la sécurité de l' installation, du fonctionne-
ment ou de l'utilisation et, le cas échéant, de l'entretien et du contrôle
périod ique. telles que :
CODETI® 2001 - Division 1 - GA4/ 12

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécuri'té Commentaires
CODE TI
Décret
(suile)

- le volume V de l'équipement sous pression, exprimé en L,

- la dimension nomi nale de la tuyauterie DN,

- la pression d'essai PT appliquée, exprimée en bar, et la date.

- la pression de débul de déclenchement du disposi1if de sécurité. expri-


mée en bar.

- la puissance de l' équipement sous pression, exprimée en kW.

- la lension d'alimentation. exprimée en V (vo lts).

- l'usage prévu,

- le taux de chargement, exprimé en kg/I, § Fl.1 0

- la masse de remplissage maximale, exprimée en kg,

- la tare, exprimée en kg,

· k groupe de produits.

c) le cas échéant, des avertissements apposés sur les équipements sous


pression. qui attirent l'attention sur les erreurs d'utilisation mises en
évidence par l'expérience. Le marquage "CE" et les informations requi-
ses doivent être apposés sur les équipements sous pression ou sur une
plaque solidement fixée sur c.:ux-ci, à l'exception des cas suivants :

- s'il y a lieu, un document adéquat peut être utilisé pour éviter le mar-
quage répété élémenls indi viduels tels que des composants de tuyauterie,
destinés au même ensemble. Cela s'applique au marquage "CE" et autres
marq uages et étiquetages visés à la présente annexe,

- lorsque l'équipement sous pression est trop petit, par exemple pour les
accessoires. l'information visée au point b) peut être indiquée sur une
étiquette attachée à l'équipement sous pression,
- une étiquette ou tout autre moyen adéquat peut être utilisé pour
l'identification de la masse de rempl issage et pour indiquer les avertis-
sements visés au poi nt c). pour autant qu'elle reste lisible pendant le laps
de temps approprié.

3.4 Instructions de service

a) Lors de leur mise sur le marché, les équipements sous pression doi-
vent être accompagnés en tant que de besoin d'une notice d'instructions
destinée à l'util isateur contenant toutes les informations utiles à la
sécurité en ce qui concerne : § 1.15
en particul ier
- le montage. y compris l'assemblage de différents équipements sous Voir aussi
press ion. Annexe informative IA 10
§ 1.1 5.3.1
- la mise en service,

- l' utilisation,

- la maintenance, y compris les contrôles par l'utilisateur.


CODETI® 2001 - Division 1 - GA4/ 13

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité Commentaires
CODE TI
Déc ret
b) La notice d'instructions doit reprendre les informations apposées sur
l'équipement sous pression en application du point 3.3, à l'exception de
lidentification de la série. et doit être accompagnée, le cas échéant. de la
documentation technique ainsi que des plans et schémas nécessaires à
une bonne compréhension de ces instructions.

c) Le cas échéant, la notice d'instructions doit également anirer


l'attention sur les dangers d'utilisation erronée conformément au point
1.3 et sur les caractéristiques particul ièrc:: s de la conception conformé-
ment au point 2.2.3.

4. MATERIAUX Partie M

Les matériaux entrant dans la fabrication des équipements sous pression


doivent être adaptés à cette utilisation pendant la durée de vie prévue de § M2.I Choix des matériaux
ceux-c i. à moi ns que leur remplacement ne soit prévu.

Les matériaux de soudage et les autres matériaux d'assemblage ne


doivent remplir que les obligations correspondantes dc:s points 4. 1, 4.2 Chapitre:: M9 Produits d'apport de soudage
a) et 4.3 premier alinéa de manière appropriée:. à la fois individuellement
et après leur mise en oeuvre.

4.1 Les matériaux dc:stinés aux parties sous pression doivent : § M2.3

a) avoir dc:s caractéristiques appropriées à l'ensemble des conditions de


service raisonnablement prévisibles et des conditions d'essai et notam-
ment être suffisamment ductiles et tenaces. Le cas échéant, les caracté-
ristiques de ces matériaux devront rc:spc:cter les exigences prévues au
point 7.5. En outre, une sélection adéquate des matériaux doit être en
particul ier effectuée de manière: à prévenir une rupture fragile en cas de
bc::soin ; lorsque l' utilisation d'un matériau frag ile s'impose pour des
raisons particulières. des mesures appropriées doivent être prises;

b) avoir une résistance chimique suffisante contre le nuide contenu dans


l'équipc:ment sous pression ; les propriétés chimiques et physiques
nécessaires à la sécurité de fon ctionnement ne doivent pas être altérées
de manière significative au cours de la durée de vie prévue des équipe- Annexe MA2 Prévention du risque de rupture
ments ; fragile

c) ne pas êtn: significativemc:nt sensibles au vieill issement ;


Annexe MA 1
d) convenir aux méthodes de transfom1ation prévues;

e) être choisis de façon à éviter des effets négatifs signi ficatifs quand
des matériaux différents sont assemblés.

4.2 a) le fab ricant de l'équipement sous pression doit définir de manière


appropriée les valeurs nécessaires pour les calculs de conception visés Chapitre M3 Approvisionnement
au point 2.2.3, ainsi que les caractéristiques essentielles des matériaux et
de leur mise en oeuvre visées au point 4. 1 ;

b) le fabricant j oint, dans la documentation technique, les éléments


relatifs au respect des prescriptions de la directive relatives aux maté- § 1.1 5 Dossier à établir
riaux sous l' une des form es suivantes :

- par l'uti lisation de matériaux conformément aux nonnes harmonisées,


CODETI® 2001 · Division 1 • GA4/ 14

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité Commentaires
CODETI
Déc ret
(suite)

· par l'utilisation des matériaux ayant fait l'objet d'une approbation


européenne de matériaux pour équipements sous pression confonnément
à l'article 11,

·par une évaluation particulière des matériaux.


c) Pour les équipements sous pression des catégories III et IV. Annexe MA6 Estimation particulière des
l'évaluation particulière visée au troisième tiret du point b) est réalisée produits d'usage sûr
par l'organisme notitié c:n charge des procédures d'évaluation de la
confonnité de l'équipement sous pression.

4.3 Le fabricant de l'équipement doit prendre les mesures appropriées pour


s'assurer que le matùiau util isé est confonne aux prescriptions requises.
En particulier. des documents établ is par le fabricant du matériau certi· Chapitres M4 Documents de contrôle
fiant la confonn ité avec une prescription donnée doivent être obtenus et MS Condition générales pour la
pour tous les matériaux. réception des produits
Pour les panics principales sous pression des équipements des catégo-
ries Il. Il l et IV. cette anestation doit être un certificat avec contrôle
spéci tique sur produit. Lorsqu'un fabricant de matériaux a un système
Chapitre M6 Identification des produits
d'assurance qualité approprié, certifié par un organisme compétent établi
dans la Communauté et qui a fai t l' objet d' une évaluation spécifique
pour les matériaux, les attestations délivrées par le fabricant sont présu-
mées donner la conformité avec les exigences correspondantes du Annexe MAS Spéc ification d'un produit
présent point.

Exigences particulières pour certains équipements sous pression re les


exigences prévues aux sections 1 à 4, les exigences suivantes sont
applicables aux équipements sous pression visés aux sections 5 et 6.

S. EQUI PEMENTS SOUS PRESSI ON SOUMI S A L'ACT I O . DE LA


FL AMME OU A UN APPORT CALORI FI QUE PRESENTANT NA
UN DANGER DE SURCHAUFFE, VI SES A L'ARTI CLE 3 PA-
RAGRAP HE 1

Font partie de cette catégorie d'équipements sous pression :

- les générateurs de vapeur et d'eau surchau ffée visés à l'article 3 para-


graphe 1 point 1.2, tels que les chaudières à vapeur et à eau surchauffée NA
â feu nu, les surchauffeurs et les resurchauffeurs, les chaud ières de
récupération de calories. les chaudières d'incinérateurs. les chaudières
électriques à électrode ou à immersion el les autocla\'es à pression, ainsi
que leurs accessoires et, le cas échéant, leurs systèmes de traitement de
l'eau d'alimentation, d'alimentation en combustible,

et

- les appareils de chauffage à des fins industrielles utilisant d'autres


fluides que la vapeur et l'eau surchau ffée qui relèvent de l' article 3 point
1.1. tels que les dispositi fs de chauffage pour les industries chimiques et
autres industries comparables, les équipements sous pression pour le
traitement des denrées alimentaires.
GODET!® 2001 - Division 1 - GA4/ 15

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité Com mentaires
CODETI
Décret
(suite)

Ces équipements sous pression sont calculés, conçus et construits de


façon à éviter ou à réduire les risques d'une perte de confinement signi-
ficat ive due à la surchauffe. Il y a notamment lieu de veil ler à ce que,
selon le cas :

a) des dispositifs de protection appropriés soient fournis pour limiter des


paramètres de fonc tionnement tds l'apport et !"évacuation de chaleur et,
NA
s'il y a lieu. le niveau de fluide afi n d'éviter tout risque de surchauffe
local isée ou généralisée;

b) des points de prélèvement soient prévus lorsque nécessaire pour


évaluer les propriétés du flui de afin d'éviter tout risque lié aux dépôts ou
à la corrosion :

c) des dispositions appropriées soient prises pour supprimer les risques


de dommages dus aux dépôts ;

d) des moyens sûrs soient prévus pour l'évacuation de la chaleur rési-


duelle après I" arrêt ;

e) des d ispositions soient prévues pour éviter une accumulation dange-


reuse de mélanges inflammables de combustibles et d'air ou un retour de
tlamm~ .

6. TUYAUTERIE AU SE S DE L'ARTICLE 3 POI NT 3.3

La conception et la construction doivent garantir :

a) que le risque de surcharge due à des jeux excessifs ou à des forces § C2.2.8 Assemblages à brides
excessives. par exemple au niveau des brides. des raccordements, des Annexe C3A2 Compensateurs de di latation
sou fflet s et des tuyaux flexibl es. est contrôlé de manière adéquate par § C3.6 Mise en tension (précontrainte)
des moyens tels que supports, renforts. attaches. alignement et pré- § Fl.6.6 Tolérance dimensionnelle
contrainte ; (alignement)

b) que. dans les cas où il existe un risque de condensation à l'intérieur


des tuyaux pour fluid es gazeux, le drainage et !"élimination des dépôts
dans les points bas sont prévus afin d'éviter les coups de bélier ou la
corrosion:

c) que les dégâts potentiels provoqués par la turbulence et les tourbillons Chargements dynamiques
1 Annexe C3A5
sont dûment pris en compte. Les dispositions pertinentes du point 2.7
sont applicables ;

d) que le risque de fatigue dû aux vibrations dans les tuyaux est correc- § C2.4 - § C3 .2 Analyse amplifiée à la fatigue
tement pris en compte ; et Annexe C3A5 Flexibilité
1 Chargement dynamique
e) que, lorsq ue la tuyauterie contient des fl uides du groupe 1 , des
moyens appropriés sont prévus pour isoler les tuyauteries d'expédition
qui prcisentent des risques significatifs du fait de leur dimension :

f) que le risque de vidange intempestif est réduit au minimum : les


points d'expédition doivent comporter, sur leur partie fixe, l'indication
claire du fluid e contenu :

g) que l'emplacement et le trajet des tuyauteries et des conduites souter- Annexe CAi Tuyauteric:s enterrées
raines sont au moins enregistrés dans la documentation technique afin de
faci liter l'entretien. l'inspection ou la réparation en toute sécurité.
CODETI® 2001 - Division 1 - GA4/16

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécu rité Commentaires
CODE TI
Décret
7. EXIGENCES QUANTITATI VES PARTI CU LIERES POUR CER-
TAI NS EQUIPEMENT S SOUS PRESSION

Les dispositions ci-après sont applicables en règle générale. Toutefois.


lorsqu 'elles ne sont pas appliquées. y compris dans les cas où les maté- Annexe MA6 Matériaux (produits) d' usage
riaux ne sont pas spécifiquement visés et où les normes harmonisées ne sûr
sont pas appliquées. le fabricant doit justifier de la mise en oeuvre de
dispositions appropriées permettant d'obtenir un niveau de sécurité
global équivalent.

La présente section fait partie intégrante de l'annexe 1. Les dispositions


fixées par la présente section complètent les exigences essentielles des
sections 1 à 6. pour les équipements sous pression auxquelles elles
s'appl iquent.

7.1 Contraintes admissibles Partie C

7. 1.l Symboles

Relt. limite d'élasticité. désigne la valeur à la température de calcul.


selon le cas. de :

- la limite supérieure d'écoulement pour un matériau présentant des


limites inférieure et supàieure d'écoulement.

- la limite conventionnelle d'élasticité à 1,0 % pour l'acier austénitique


et l'aluminium non allié, § Cl.3

- la limite conventionnelle d'élasticité à 0,2% dans les autres cas.

Rml:!O désigne la valeur minimum de la résistance à la traction à 20 °C.

Rm/t désigne la résistance à la traction à la température de calcul.

7.1.2 La contrainte générale de membrane admissible pour des charges à


prédominance statique et pour des températures se situant en dehors de
la gamme où les phénomènes de fluage sont significatifs, ne doit pas être
supérieure à la plus petite des valeurs ci-après. selon le matériau em-
ployé:

- dans le cas de l'acier ferritique. y compris l'acier normalisé (acier


laminé) et à l'exclusion des aciers à grain fin et des aciers qui ont subi
un traitement thermique spécial, 2/3 de Re/t et 5/l 2èmes de Rm/20,
§Cl .4
- dans le cas de l'acier austénitique:

• si son allongement après rupture est supérieur à 30 %, 2/3 de Rdt,

• ou, alternativement. et si son allongement après rupture est supérieur à


35%, 5/6èmes de Re/t et 113 de Rm/t,

- dans le cas de l'acier moulé non allié ou faiblement allié, I0/1 9èmes de
Re/t et 1/3 de Rm/20,

- dans le cas de l'aluminium, 2/3 de Re/t,

- dans le cas des alliages d'aluminium qui ne peuvent être trempés, 2/3
de Re/t et 5/ l 2èmes de Rm/20.
CODETI® 2001 - Division 1 - GA4/17

Réf.
Réf.
DESP et Exigences essentielles de sécurité Commentaires
CODETI
Décret
7.2 Coeffici ents de joints Panic C

Pour les joints soudés, le coefficient de joint doit être au plus égal à la
valeur suivante :

- pour les équipements faisant l"objet de contrôles destructifs et non


destructifs permettant de vérifier que l'ensemble des j oints ne présente
pas de défauts significatifs: 1.

- pour les équipements faisant l'objet de contrôles non destructifs par § Cl.5
sondage : 0.85 •

- pour les équipements ne faisant pas l'objet de contrôles non destructifs


autres qu'une inspection visuelle: 0.7.

En cas de besoin, le type de sollicitation et les propriétés mécaniques et


technologiques du joint doivent également être pris en compte.

7.3 Dispositifs de limitation de pression, en particulier pour les réci- Réf. à pr EN 764- 7
pients sous pression
La surpression momentanée visée au point ::!.1 1.2 doit être limitée à 10%
de la pression maxi male admissible.

7.4 Pression d'épreuve hydrostatique Partie 1

Pour les récipients sous pression. la pression d'épreuve hydrostatique § 1.12


visée au point 3.2.2 doit être égale à la plus élevée des valeurs suivan-
tes:

• la pression correspondant au chargement maximal que peut supporter


l'équipement en service compte tenu de sa pression maximale admissi-
bic et de sa température maximale admissible. multipliée par le coeffi-
cient 1.25.

ou

· la pression maximale admissible multipliée par le coefficient 1,43.

7.5 Ca ractéristiques des matériaux Partie M

A moins que d'autres valeurs ne soient requises au titre d'autres critères


qui doivent être pris en compte. un acier est considért! comme suffisam-
ment ductile pour satisfaire au point 4. 1. a) si son allongement après
rupture dans un test de traction réalisé selon une procédure standard est
au moins égal à 14 % et si son énergie de flexion par choc sur éprou- § M7 . l .4
vette ISO V est au moins égale à 27 J, à une température au plus égale à
20 •c. mais non supérieure a la plus basse température de fonctionne-
ment prévue.
CODETI® 2001 - Division 1 - GA4/ 18
CODETI~ 2001 - D1v1s1on 1 - M/1

PARTIE M

MATÉRIAUX
Pages

Ml - Objet. _.................................................. .

M2 Choix et définition des matériaux ....... . M/3

M2. I - Choix des matériaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/3

M2.2 - Définition des matériaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/3

M2.3 - Matériaux autorisés par la Division 1 du Code. . . . . . . . . . . . . M/5

M3 Approvisionnements ........................................ . M/7

M3.I - Généralités ........................................ . M/7

1\13.2- Rédaction d'une commande ........................... . M/7

M3.3 - Emploi de produits prélevés sur stocks. . . . . . . . . . . . . .. . . . . . M/8

1\14 Documents de contrôle ...................................... . M/8

M4.I - Généralités.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/8

1\14.2 - Contrôle des produits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/8

MS - Conditions générales pour la réception des produits. . . . . . . . . . .. . . . . . M/9

MS.1 - Traitement thermique de référence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/9

MS.2 - Composition chimique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/9

MS.3 - Caractéristiques mécaniques. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/9

MS.4 - Exigences particulières. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/l 0

MS.5 - Réparations des défauts de surface. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/l 0

1\16 - Identification et marquage des produits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . M/l 0

1\17 - Conditions applicables à tous les produits. . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . Mil 0

M7.I - Conditions applicables à tous les produits en acier non aus-


ténitique et non inoxydable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mil 0

M7.2 - Conditions applicables à tous les produits en acier austénitique


inoxydable. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mil 2

M7.3 - Conditions applicables aux autres produits en acier. . . . . . . . . M/13


3
CODETl 2001 ·Division 1 · M/2

MS Conditions et exigences particulières associées aux catégories de cons-


truction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mil 3

MS.1 - Conditions de livraison des tubes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mil 3

MS.2 - Conditions de livraison des tôles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/I 3

MS.3 - Conditions de livraison des raccords et accessoires formés à


froid ou à chaud........................................... Mil3

MS.4 - Conditions de livraison de la boulonnerie. . . . . . . . . . . . . . . . . M/13

M9 Produits d'apport de soudage .................................. . M/18

M9.1- Objet.............................................. M/18

M9.2 - Règles générales. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/18

M9.3 - Commandes de produits d'apport. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/18

M9.4 - Conservation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mil 8

MIO - Boulonnerie en acier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mil 9

Mt0.1-0bjet............................................... M/19

M 10.2 - Choix des nuances d'acier. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Mil 9

1\110.3 - Dispositions générales.................. . . . . . . . . . . . . . M/20

M 10.4 - Conditions de livraison. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/20

Mtl Supportage ................................................. . M/21

Mlt.1 - Généralités.......................................... M/21

M 11.2 - Nonnes. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/21

Ml 1.3 - Documents de livraison des produits. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/21

Mlt.4 - Restriction à l'emploi de certains produits................. M/21

Ml 1.5 - Identification des matériaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/21

M 12 - Interventions de !'Organisme d'inspection. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . M/22

ANNEXES
MAI Vieillissement des aciers non inoxydables et non austénitiques ....... . MAI/!

MA2 Prévention du risque de rupture fragile .......................... . MA2/I

MA3 Comportement des aciers en présence d'hydrogène sous pression ..... . MA3/l

MA4 Prévention des risques de corrosion ............................ . MA4/l

MAS - Spécification d'un produit. ................................... . MA5/I

MA6 - Produits d'usage sûr.. ...................................... . MA6/l


CODETI" 2001 - Division 1 · M/3

PARTIE M

MATÉRIAUX

Ml - OB.JET

La Partie M définit les conditions rninin1ales à commandes, les approvisionnements, les possibilités
respecter pour le choix des matériaux. !es conditions d'en1ploi des produits prélevés sur stocks, le contrôle et
d'emploi des produits (voir GAl.1.1), la rédaction des le marquage des produits.

M2 - CHOIX ET DÉFINITION DES MATÉRIAUX

M2.I - CHOIX DES MATÉRIAUX M2.2 - DÉFINITION DES MATÉRIAUX


Le choix des matériaux destinés à !a fabrication aj Tuyauterie entrant dans !e champ d'application
d'une tuyauterie ou des composants d'une tuyauterie de la Directive Européenne Equipements Sous Pression
doit être fondé sur l'examen préalable de toutes les 97/23/CE ou de Sil transpositions en droit français
données relatives aux conditions de service de la (décret 99-1046).
tuyauterie.
Les produits destinés à !a fabrication d'une
Les données relatives aux conditions de service de tuyauterie soumise aux exigences essentielles des
la tuyauterie doivent être précisées par !'Acheteur dans documents précités ou des composants d'une tuyauterie
les DonnCes techniques de construction (GA2). doivent être définis par l'un des documents suivants:
Il n'entre pas dans les objectifs de la présente une norme européenne harmonisée support,
Division de définir une méthode qui permettrait relative aux matériaux ;
d'effectuer le choix optin1al des matériaux à mettre en
une fiche matériaux résultant d'une
oeuvre pour la fabrication d'une tuyauterie dont les
conditions de service sont parfaitement déterminées. Approbation Européenne de r--.1atériaux pour
Toutefois la Division l du Code prévoit la prise en équipements sous pression ;
considération des risques d'altération des propriétés un rapport d'évaluation particutière de
mécaniques, de rupture par fluage, de rupture fragile, matériaux. Pour les tuyauteries de la catégorie
de fragilisation par les fluides et de corrosion. La de risque III, l'évaluation particulière doit être
Division 1 du Code impose en outre de tenir compte de réalisée par !'Organisme Notifié chargé des
l'influence éventuelle des conditions de mise en œuvre procédures d'évaluation de la confonnitè de la
(formage, soudage, traitements thermiques ... ) sur les tuyauterie.
propriétes des matériaux.
Dans la suite du texte, ce document sera désigné par
Le choix des matériaux est de la responsabilité du l'expression "document matériau".
Fabricant. Toutefois, pour la prise en compte des
risques de corrosion et d'une manière plus générale des Pour les produits destinés à la fabrication d'une
risques liés aux actions chimiques à l'interface tuyauterie non soumise aux exigences essentielles de
fluide/matériau, ce choix doit être guidé et validé par sécurité des documents précités (tuyauterie sans
!'Acheteur seul à même de connaître les conditions catégorie - G6. l ), les règles du paragraphe b, ci-
réel!es de service et d'exploitation de la tuyauterie. dessous, s'appliquent.
b) Tuyauterie n'entrant pas dans le champ
d'application de la Directive Européenne Equipements
Sous Pression 97/23/CE ou de sa transpositions en
droit français (décret 99-1046).
CODETt® 2001 - Division 1 - M/4

Les produits destinés à la fabrication d'une tuyauterie Le docun1ent matériau doit également définir les
ou des composants d'une tuyauterie doivent être définis conditions d'essais de réception, de contrôle et de
par référence à une nonne ou, à défaut, à une marquage.
spécification particulière, attestant que ces produits Note· En ce qui concerne les aciers pour équipements sous pression.
sont adaptés à !'emploi prévu. di:s comparaisons sont données, à titre indicatif, notamment dans le
fascicule de documentation A 35-603 de l'AFNOR.
Dans la présente Division, il n'est pas fait de
distinction entre ces documents qui sont regroupés sous c) Dans tous les cas, si le docun1ent n1atériau de
la dénomination « document matériau». référence ne satisfait pas entièrement aux exigences du
de la présente Division, il appartient au Fabricant de
Note: Le terme sp~cifïcation est réservé à la sp<Scification technique
d"ach:J.t rédigé<:': par le Concepteur. préciser ces exigences complémentaîrcs do.ns la
spécification technique d'achat. Cette spécification
Le document matériau doit, en particulier, spécifier peut ainsi prévoir soit des garanties ne figurant pas
les exigences concernant: dans le document matériau, soit renforcer la sévérité
le mode d'élaboration, des dispositions y figurant.

la composition chimique spécifiée,


les caractéristiques mécaniques spécifiées.
GODET(' 2001 - D1vis1on 1 - M/5

M2.3 - MATÉRIAUX AUTORISÉS PAR LA DIVISIO:-i 1 DU CODE

l\12.3.1 - Groupes d'aciers autorisés

Tableau M2.3.1

GROUPE DÉF11','ITION
..\ciers au carbone et au carbone-manganèse et aciers à grain fin ( 1 l dont la composition
chimique ne dépasse pas les valeurs suivantes (en%):
C,; 0.22 ièl; Mn,; J ,70; Si,; 0.60; Mo,; 0.20; S,; 0.025 : P,; 0,030
Aucun autre élén1ent ne peut excéder 0,5 o/o
Stl.1 r\ciers dont la lin1ite d'élasticité n1inin1a\e sptcifiêe ReH ~ 275 N/mn12
Stl.2 Aciers dont la lin1ite d'élasticité minimale spécifiée Re1-1 S 355 "!\/mm2
..\.ciers non alliés à haute limite d'élasticité:
St2.I Aciers normalisés dont la limite d'élasticité n1inimale spécifiée ReH > 355 N/n1m2
St2.2131 Aciers thermomécaniques dont la limite d'élasticité minimale spécifiée ReH ~ 355 N!mm2
Aciers non alliés trempés-revenus à haute limite d'élasticité:
St3.1 Aciers dont la limite d'élasticité minimale spécifiée ReH $ 500 N/mrn2
St3.2 Aciers dont la !imite d'élasticité minimale spécifiée ReH > 500 N/mm2
Aciers au i\1n-l\.1o et l\ln-1\10-Cr-!'\ï pour utilisation aux températures élevées:
St4.1 Aciers au !\1n-Mo et au Mn~i'v[o-\l avec Mo S 1O,'O;V$0,25 °/o
St4.2 Aciers Mn-Cr-Ni-Mo-V et Ni-Mn-Mo-Cr-J'.,:b avec Mn$ 1,6 'Yo; Ni$ 1 <;;Q; Cr$ 0,75 °/o
Mo ,; 0,6 % ; V,; 0, 1 %
Aciers alliés au Cr-l\lo pour utilisation aux températures élevées:
St5.1 A.ci ers dont Cr$ 1,6 ~;o
St5.2 Aciers dont Cr$ 3 o/o
St5.3 Aciers dont Cr$ 7 %
St5.4 Aciers dont Cr$ 10 %
St6 Aciers alliés au Cr-1\10-\' pour utilisation aux températures élevées
avec Cr$ 12 % ; r-.10 $ 1,2 % ; V$ 0,5 %
Aciers alliés au Ni pour utilisation aux basses températures:
St7.1 Aciers avec l'·h S 0,85 ~/Ô
St7.2 Aciers avec Ni $ 1, 70 °/o
St7.3 Aciers avec Ni S 3,75 %
St7.4 Aciers avec Ni S l 0,0 <Vo
Aciers inoxydables :
St8.1 Aciers martensitiques
St8.2 Aciers ferritiques et semi-ferritiques
St9 Aciers inoxydables austénitiques
St JO Aciers inoxydables austéno-ferritiques
Notes: - Les valeurs de la limite d'élasticité à prendre en compte sont celles spécifiées par l<J norme ou par la spécification qui d~finit
la nuance concernée pour l'épaisseur la plus faible.
- Les valeurs de la composition chimique citées dans ce tableau corre5pondcnt au:>. valeurs maximales spécifiées sur coulée
par la norme ou la spécification qui définit la nuance concernée.

( 1) Aciers ayant une grosseur de grain ferritique d'un indice au moins égal à 6 selon les essais de l'Euronorm l 03
(2) Une valeur différente peut être acceptable (voir M7. l .3a).
(3) Pour ce groupe d'aciers. les conditions particulières de mise en œuvre doivent être définies.
CODETI® 2001 - Division 1 - M/6

J\12.3.2 - Nuances d'acier et épaisseurs maximales


autorisées en fonction des catégories de construction
/o.12. 3.2. 1 - Aciers non austénitiques el non inoxydables

Tableau M2.3.2.1

CA TE GO RIES DE EPAISSEURS DES PARTIES


GROVPES ET NUANCES
CONSTRUCTION COURANTES (en mm)

Toutes nuances d'aciers pour


Ex et A Toutes épaisseurs
équipements sous pression

St 1- l 1
Aciers au Cet C-Mn e::; 50
St 1-:?

l
St2-l Aciers à haute limite d'élasticité e :0: 50

St2-2 Aciers thermomécaniques e :0: 50

St3- l Aciers trempés revenus e :0: 50


(ReH :0: 500 N/mm2)
B
St4-l Aciers alliés au Mo et au Mn-Mo e::; 30

St5- l Aciers alliés au Cr-Mo e::; 30

St7- l
St7-2 Aciers alliés avec Ni::; 3,75 o/o e::; 30

St7-3

St7-4 Aciers alliés avec Ni::; 10 o/o e :0: 16

Stl-1 Aciers au Cet au C-Mn


c (Rmax• spécifiée::; 530 N/mm2)
e::; 16( 11

Stl-1 Aciers au Cet au C-Mn


D e::; 1o(\J
(Rmax• spécifiée$ 530 N/mm2)

( l) en cattgorics Cet D des épaisseurs supérieures peuvent être acceptables sous réser\'e des dispositions constructives particulières et des contrôles
complémentaires éventuellement nécessaires.
CODETI" 2001 - Division 1 - M/7

MJ.3.1.2 - Aciers inoxydables

TABLEAU M2.3.2.2

CATEGORIES DE EPAISSEURS
GROUPES ET NUANCES
CONSTRUCTION (en mm)

Ex et A Toutes nuances pour équipements sous pression Toutes épaisseurs

St8, St9 e S 50
B
Stl 0 c S JO

St9 limité aux aciers inoxydables austénitiques pour emploi à des


c températures au plus égales à 500 °C
e :". 16

St9 limité aux aciers inoxydables austénitiques pour en1ploi à des


D e :". 10
températures au plus égales à 300 °C

Note pour la mise en œu\·re des aciers inoxydables St8 et St 10, la pr~sente Division ne précise pas de règles spécifiques. Celks-ci devront être
définies rar les parties concernées.

M3 - APPROVISIONNEMENTS

M3.l - GÉNÉRALITÉS le docu1nent matériau, sa date, la nuance, la


qualité ou le grade, ou toute autre indication de
Les produits destinés à la fabrication d'une
même nature,
tuyauterie ou des composants d'une tuyauterie sont
appro\'Îsîonnés sur la base d'une commande rédigée - le type de réception et le type de document de
conformément à MJ.2 : contrôle requis,
- soit auprès d'une usine productrice: les options retenues par le Fabricant parmi
celles offertes par !e document matériau,
Dans ce cas l'acceptation définitive ne peut être
prononcée que si les résultats des examens et - les exigences particulières et réglementaires
des essais sont conformes aux exigences de la éventuelles,
commande et après réception des documents de
contrôle requis, !'état de traitement thermique de livraison
lorsque le document matériau prévoit plusieurs
- soit auprès d'un Revendeur: n1odalités de traite1nents thenniques,
Dans ce cas ]'acceptation est prononcée comme les traitements thenniques éventuels,
ci-dessus dans la mesure où le Revendeur représentatifs du cycle de fabrication qui
fournit les documents requis par le document doivent être n1is en œuvre par le Fabricant et
rnatériau et que ces documents portent toutes les donc appliqués aux échantillons avant
identifications requises pour les éléments d'effectuer les essais mécaniques requis,
fournis. Ces documents doivent être établis et
certifiés par le Producteur. les examens non destructifs requis, en
n1entionnant la valeur du coefficient de soudure,
Seule la concordance entre le document matériau de les méthodes et !es normes ou spécifications à
référence, l'acceptation de la commande lorsqu'elle utiliser ainsi que les critères d'acceptation des
existe et les documents requis à la commande, est défauts,
considérée comme preuve de la conformité des
produits aux exigences de la commande. les essais complémentaires éventuels,

éventuellement !'Organisme chargé de la


M3.2 - RÉDACTION D'UNE COMMANDE réception,
Toute commande doit spécifier, en plus des
l'état de surface requis,
caractéristiques dimensionnelles, les indications
suivantes qui font généralement l'objet d'une le revêtement éventuel.
spécification technique d'achat établie par le
Fabricant :
CODETI"° 2001 ·Division 1 • M/8

Lorsque !e document matériau ne !e prévoit pas, la par le document matériau et permettant de prouver leur
commande doit préciser en outre : conformité.
- l'identification ou le marquage des éléments Ces documents doi\'ent être établis et certifiés par le
effectué suivant la codification couleur de la Producteur et/ou, faire ou avoir fait l'objet d'une
nonne NF ISO 9095 (indice de classement é\'a!uation particulière correspondant à !'application
A 49-051 ), considérée.

les tolérances dimensionnelles, Par ailleurs, le Fabricant, peut procéder ou faire


procéder à des examens, analyses et essais pour vérifier
les conditions de réparation et, éventuellement, par rapport au document de référence, certaines valeurs
!a traçabilité requise pour ces réparations. ou cJractéristiqucs ne figurant pas dans le document
Les r~gles données au chapitre iv18 définissent les matériau mais nécessaires à l'application de la
exigences de la Division 1 du Code concernant les Division 1 du Code pour le produit considéré. sa
conditions de livraison des produits. destinJtion, le type de réception auquel i! est soumis et
pour répondre aux exigences supplén1entaires
M3.3 - EMPLOI DE PRODUITS PRÉLEVÉS SUR éventuelles de l'acheteur.
STOCKS Ces examens, analyses et essais doivent être
Lorsque des produits sont prélevés sur les stocks du effectués le cas échéant en présence de I' Inspecteur
Fabricant, ce dernier pour assurer la traçabilité de ces requis à cet effet (1.3).
produits doit être en possession des documents requis

M4-DOCUMENTSDECONTRÔLE
M4.1 - GÉNÉRALITÉS prescriptions de la commande, sans niention
quelconque d'un résultat d'essai.
Les produits doivent être livrés, après que les
exigences de la Division 1 du Code définies dans les
chapitres !\17 et i\18 aient été vérifiées, soit a\'ec un
contrôle spécifique, soit avec un contrôle non
- le relevé de contrôle f)pe « 2.2 )>

spécifique. Docu1nent dans lequel Je Producteur déclare que


Dans tous les cas. les produits sont accompagnés de les produits livrés sont confom1es aux
documents de contrôle parfaitement !isib!es et prescriptions de la comn1ande et dans lequel il
reproductibles dans leur totalité. fournît des résultats d'essais basés sur des
contrôles et des essais non spécifiques.
M4.2 - CONTRÔLE DES PRODUITS (Rappel de la M~.2.2 - Contrôle spécifique
norme NF EN 10204)
Le contrôle spécifique consiste à vérifier par des
M4.2.1 - Contrôle non spécifique contrôles destructifs, et, si requis, non destructifs,
effectués sur un échantillon représentatif du lot ou de
Le contrôle non spécifique des produits est effectué
l'unité de réception concernée, que ceux-ci sont
par le Producteur suivant des modalités qui lui sont
conformes à la spécification technique d'achat.
propres, sur des produits qui résultent du même
processus de fabrication que ceux qui font l'objet de la Les documents de contrôle sont établis sur la base
commande, mais qui ne sont pas nécessairement ceux de contrôles et d'essais réalisés et supervisés par du
livrés. personnel autorisé hiérarchiquement indépendant des
services de fabrication. Ces documents sont basés sur
Les documents de contrôle sont établis sur base de
des contrôles spécifiques.
contrôles et d'essais réalisés par du personnel autorisé
par le Producteur et pouvant être impliqué dans les Le certificat de réception est un document délivré
services de fabrication. sur la base de contrôles et d ·essais effectués
conformément aux spécifications techniques de la
Suivant le cas, on distingue dans le cadre de la
commande. Les essais doivent être effectués sur les
Division 1 du Code:
produits livrés ou sur des produits de !'unité de
l'attestation de conforn1ité à la commande f}pe réception dont la fourniture constitue une partie.
«2.1 })
L'unité de réception est fixée par le document
Document dans lequel le Producteur déclare que matériau du produit ou par la commande.
les produits livrés sont conformes aux
CODETI~ 2001 - Div1s1on 1 - M/9

Sui\'ant le cas, on distingue dans le cadre de. la le cert{ficat de réception type (( 3.2»
Division 1 du Code:
Certificat du type 3.1 validé, conformément à
~ le cert[{icat de réception type« 3.1 )> un accord spécifique, â la fois par le
représentant autorisé du Producteur et soit par le
Document dans lequel le Producteur déclare que
représentant autorisé de !'Acheteur, soit
les matériaux livrés sont conformes aux
l'inspecteur désigné par la réglementation
prescriptions de la con1mande et dans !equel il
applicable.
fournit des résultats d'essais.
Note : Les réfërencc:s sont basées sur !a version ré\ îsée de la
Le document est validé par le représentant norme EN 10204, c'est-à-dire, que k certificat 3. 1
autorisé du Producteur, indépendant des correspond au 3.lb, le 3.2 correspondant aux 3.la, 3.lc et
scr\'ices de fabrication. 3.2.

MS - CO:\'DITIONS GÉNÉRALES POUR LA RÉCEPTION DES PRODUITS

MS.! TRAITEMENT THERMIQUE DE l'énergie de rupture en flexion par choc ou les


RÉFÉRENCE autres moyens de prévention de la rupture
fragile (voir en particulier MA3).
a) Le traitement thermique effectué par le
Producteur doit être conforme à celui qui est prévu par b) En complément aux caractéristiques à la
le docun1ent matériau. température ambiante, les conditions de service de !a
tuyauterie peuvent conduire à imposer d'autres
b) Le Fabricant doit être infom1é par le Producteur
caractéristiques telles que :
du trJiten1ent etîc:ctiven1ent appliqué au produit
conforn1ément aux exigences relatives à l'état de la lin1ite d'élasticité ou la résistance à la traction
référence définies dJns les conditions de liYraison à des te1npé:-a1ures Jutres que !'anibiante,
spécifiques à ce produit.
la dureté.
c) A la den1ande du Fabricant, le traitement prévu
c) Les caractéristiques d'allongement et de rupture
par le document n1atériau peut ne pas être effectué par
par fluage figurant dans le document matériau sont en
le Producteur. Dans ce cas, il doit être effectué
général des valeurs moyennes obtenues par
ultérieure1nent et conformément aux indications du
extrapolation des résultats d'essais réalisés
Producteur.
conformément à la nomie qui s'3pplique au produit
considéré. Les valeurs de ces caractéristiques sont
MS.2 - COMPOSITION CHIMIQUE utilisables dans le cadre de la présente Division.
Les teneurs sur coulées et sur produit doivent être d) Seules les \'a\eurs minimales spécifiées de IJ
spécifiées par le document matériau. Lorsque la résistance à la traction et de la limite d'élasticité ou les
\'érification de l'analyse chimique est demandée, seules \'aleurs des caractéristiques de fluage indiquées par le
les teneurs sur coulées sont vérifiées. La vérification de document matériau peuvent être prise en compte pour
la teneur d'un ou de plusieurs éléments sur produit doit la détermination de la contrainte nominale de calcul
être spécifiée lors de l'appel d'offre et à la commande. telle qu'elle est définie en C.1.4.
Toutefois, ces vérifications sont fonction de la Des valeurs de la résistance à la traction et de la
catégorie de construction (voir tableau MS.!). limite d'élasticité supérieure aux valeurs minimales du
document matériau peuvent être prises en compte pour
MS.3 - CARACTÉRISTIQUES MÉCANIQUES la détermination de la contrJinte nominale de calcul
sous réserve que les conditions sui\'antes soit
a) Le document matériau doit préciser, pour l'état
respectées :
de référence et a la température ambiante les valeurs
garanties ci-après : ces valeurs sont exigées à la commande et
acceptées par le Producteur ou ces valeurs sont
la résistance minimale à la traction,
garanties par le Producteur,
de la résistance maximale à la traction, les produits font obligatoirement l'objet d'un
la limite d'élasticité conventionnelle minimale, contrôle spécifique.
Aucune modification du document matériau, le
l'allongement minimum après rupture exprimé
rendant moins restrictif n'est admise. En particulier
en pour cent (% ),
cette disposition ne permet pas de relever les limites
supérieures des valeurs de la résistance à la traction
spécifiées.
CODETI" 2001 - Division 1 - M/10

1\15.4 - EXIGENCES PARTICULIÈRES b) l'enlèvement complet du defaut ne reduit pas


l'épaisseur nominale du produit de plus de 20%,
Dans le cas où la Division l du Code exige des
essais ou des contrôles qui ne sont pas prévus par le c) le rechargen1ent par soudage fait !'objet d'une
document matériau, ces essais ou ces contrôles sont qualification du mode opératoire acceptée par les
effectués sous la responsabilité du Fabricant parties intéressées et est effectué par des soudeurs
conformément à t\.13.3, si le composant est commandé qualifiés selon les dispositions de F 1.4.2,
chez un Revendeur ou s'i! est prélevé sur le stock du
d) le rechargen1ent doit présenter une surépaisseur
Fabricant.
au moins égale à 1,5 mm qui est ensuite arasée par
meulage pour donner à la surface réparée un aspect
i\15.5 - REPARATIONS DES DEFAUTS DE
techniquement lisse et uni,
SURFACE
e) La réparation fait l'objet d'un contrOlc soit par
A\·ant expédition ou réception, le Producteur peut
ressuage, soit par rnagnétoscopie, soit par ultrasons,
éliminer !es défauts de surface par meulage, dans la
éventuellement par radiographie ; le choix de la
limite des tolérances d'épaiseur et sous réserve que la
méthode et de la qualification de l'opérateur fait l'objet
dépression résultante soit bien raccordée au reste de la
d'un accord entre le Producteur et le Fabricant,
surface du produit.
/) la réparation doit être effectuée avant le
Après accord entre les parties intéressées (voir
traitement thermique de référence du produit.
GA 1.4 ), des defauts plus importants peuvent être
réparés par meulage suivi d'un rechargement par Ces dispositions s'appliquent aux produits laminés
soudage dans les conditions suivantes : ou corroyés (tôles, pièces forgées et produits
tubulaires). Pour les pièces moulées, il convient
a) le défaut est éliminé avant tout apport de métal,
d'appliquer les dispositions de la EN 10213 (A 32-055)
(paragraphe 3.4 - Discontinuités, Parachèvement).

M6- IDENTIFICATION ET MARQUAGE DES PRODUITS

Les produits utilisés doivent porter les marques Dans le cas où les documents matériaux des
destinées à les identifier conformément aux exigences produits ne prévoient pas de marquage particulier et
de F.2. lorsque ces produits font l'objet d'un contrôle
spécifique, le Fabricant doit définir lui-n1ême les règles
Pour les produits qui font l'objet d'un contrôle
d'identification qu'il s'impose par référence au
spécifique, cette identification doit permettre de
fascicule de documentation AFNOR A 30-110 ou tout
rattacher chaque élément au document de réception
autre document équi\'alent et y faire référence dans la
prév'u par le document matériau ou la spécification
documentation technique de la tuyauterie.
technique d'achat.
Après accord entre le Fabricant et le Producteur,
Pour les produits qui font l'objet d'un contrôle non
des marquages complémentaires à ceux qui sont
spécifique, cette identification doit permettre de
prévues par la norme ou la spécification de référence
rattacher chaque partie élén1entaire au document
peuvent être apposés et doivent être indiquées dans la
matériau du produit et à la nuance du matériau.
spécification technique d'achat.

M7 - CONDITIONS APPLICABLES A TOUS LES PRODUITS

Les conditions spécifiées en M7.1 pour les aciers 1\17.1 - CONDITIONS APPLICABLES A TOUS
non austénitiques et non inoxydables et en Î\17 .2 pour LES PRODUITS EN ACIER NON
les aciers inoxydables austénitiques définissent les AUSTÉNITIQüE ET NON !:'<"OXYDABLE
exigences minin1a\es de la DiYision 1 du Code et
M7.1.1 - Procédé d'élaboration
précisent certaines indications à spécifier, le cas
échéant, dans une command·e de produits (voir M3.2). a) La Division 1 du Code admet les procédés à
l'oxygène pur, au four électrique, ou une combinaison
de ces procédés complétés ou non par des opérations
réalisées hors du four ou par des opérations de
refus ion.
b) Les produits utilisés pour les éléments soumis à
la pression doivent être obtenus à partir d'acier calmé.
CODETI°' 2001 - D1vis1on 1 - M/11

Toutefois, l'emploi d'acier de construction pan modes de refroidissement doivent faire l'objet d'un
effervescent et non obligatoirement calmé est admis accord préalable entre les parties.
pour la construction de tuyauteries de la catégorie de
M7.J.3 - Composition chimique (voir MS.2)
constructionC et D dans les conditions suivantes :
Les con1positions chimiques garanties sur coulée
la température maximale de calcul ne peut être
doi\·ent satisfaire aux exigences ci-après:
supérieure à 300 °C,
aj La teneur en carbone des aciers non alliés et des
la température minimale d'étude ne peut être
aciers alliés non austénitiques et non inoxydables
inférieure à - 20 °C. destinés à être soudés est lîn1itée à 0,~5 °/o.
c) Les raidisseurs, les attaches et les supports, etc ... ,
Toutefois, sur les produits autres que les tôles et
soudés directement à un élément soumis à la pression,
après accord entre les parties intéressées, la Division 1
qu'ils p:irticipent ou non à la résistance de la tuyauterie du Code ad1net des \'a!eurs supérieures niais qui
ou à sa stabilité, doivent être réalisés dans une nuance n'excèdent p11s 0,35 °/o. Des précautions p11rticulières
d'acier définie par un document matériau. Il est admis doi\'ent être obsen·ées pour !'exécutî0n des opérations
que les raidisseurs soient réalisés dans une nuance de soudage.
d'acier non prévue pour les équipements sous pression
(aciers de construction ou d'usage général). b) Les teneurs en soufre et en phosphore, sont
limitées à 0,035 °/o pour les aciers non alliés et à 0,030
La nuance choisie doit :
o/o pour les aciers alliés.
- avoir les valeurs minimales spécifiées des c) Pour les produits obtenus à partir d'aciers au
caractéristiques prises en compte pour satisfaire carbone et au carbone-manganèse autres que calmés, la
aux conditions d'étude et de calcul de la pi~ce teneur en azote libre est limitée a 0,008 %.
(caractéristiques à chaud, ténacité à froid, etc.),
Il est ad1nis que cette teneur puisse atteindre la
- satisfaire aux conditions de service particulières valeur de 0,012 % sous réserYe qu'à une augmentation
(corrosion, pollution des fluides, etc.), de 0,001 °/o de la teneur en azote corresponde une
- satisfaire aux prescriptions concernant les diminution de 0,005 °/o de la teneur en phosphore
modes opératoires de soudage. requise ci-dessus.

Si l'une de ces conditions ne peut être remplie par dj Pour les produits dont la résistance minimale à la
une nuance différente de celle de l'élément soumis à la traction spécifiée est supérieure à 470 N/mm2, les
pression sur lequel doit être réalisé \'assemblage, le teneurs en niobium ou \'anadium doivent être indiquées
raidisseur doit être : lorsque l'addition, n1ên1e n1inin1e, est volontaire.

- soit exécuté dans la nième nuance que l'élément e) Pour les produits destinés à subir un formage à
chaud, la teneur en cuivre et !a teneur en étain doi\'ent
de tuyauterie,
être limitées aux \·aleurs précisées dans les conditions
soit asse1nblé par l'intennédiaire d'une pièce de de li\'raison spécifiques aux produits définies dans la
forme et de din1ensions adaptées et de même spécification d'achat.
nuance que l'élément de tuyauterie.
Si le Fabricant considère que ces éléments dits
d) A la demande du Fabricant, formulée à la «résiduels» ont une importance particulière, une
commande, le Producteur doit indiquer le procédé limite supérieure peut être in1posée pour ces éléments
d'élaboration et le mode de calmage utilisé, dont le et doit alors être spécifiée à la commande des
choix est laissé à son initiative. composants.
Après accord entre les parties intéressées, un Pour les tubes et les tôles en acier non allié ou
procédé d'élaboration ou un mode de calmage autres faiblement allié non austénitique destinés à subir un
que ceux qui sont prévus par le document matériau formage à chaud à une température supérieure à 980°C,
peuvent être employés. la teneur en cui\Te et la teneur en étain, sur produit,
sont lirnitées con1me suit :
M7.l.2 - Traitement thermique de référence (voir
1\15.1) 1) Cu < 0,20 o/o sans essai de forgeabi!ité (entre
0,20 °!ti et !a valeur maximun1 de la norme un essai de
Dans le cas de produits de forte épaisseur, pour
forgeahi!ité est exigé);
obtenir une structure correspondant à l'état normalisé,
il peut être nécessaire d'appliquer des modes de 2) Pour les tôles: Cu+ 6 Sn< 0,33 % ;
refroidissement plus rapides que l'air calme, par
Pour les tubes: Sn< 0,03 %, valeur portée à 0,04 %
exemple, l'aspersion, l'immersion ou l'air pulsé. Ces
si Cu+ 10 Sn< 0,55 %.
CODETI® 2001 - Drvision 1 - M/12

Pour les aciers fortement alliés ces ,·aleurs sont à les valeurs jusqu'à 110°C à prendre en compte pour le
définir d'un commun accord avec le Producteur. calcul peuvent être déterminées par la formule
suivante :

1\17.1.4 - Caractéristiques mécaniques (voir 1\15.3)


a) La limite d'élasticité à prendre en compte pour le où Y est donné par le graphique M7. l A. Les
calcul est celle définie par le document matériau qui coefficients de sécurité à appliquer pour la
correspond à R~ ou R~H ou RcL ou Rr 0 .2 . détermination de la contrainte de calcul sont ceux
Pour les documents matériaux qui se réfèrent à la donnés en Cl .4.2 (jj).
limite apparente d'élasticité, i! est admis que cette y
Yaleur est supérieure de 10 Nimm~ pour les aciers dont
R,:;1 1 min ::;: 360 N/n1m:! et de 15 N/mm2 pour les aciers 1.00 f---~
dont Re 11 min > 360 N/n1m2 à la limite conventionnelle
d'élasticité à 0,2 °/o. Il est admis également que la
!imite inférieure d'écoulement (RdJ et la limite
conventionnelle d'élasticité (Rpo. 2 ) ont la rnëme Yaleur.
b) La résistance niaxî1nale à la traction spécifiée 0.88 f-----1--------"'
doit être au plus égale à 700 N/mm2.
Toutefois, après accord entre les parties, la Division
1 du Code admet des Yaleurs supérieures, mais qui
n ·excèdent pas 900 N/mm2 ; dans ce cas, ta valeur de 0.80 '----~-------~-r~'C
!a lin1ite conventionnelle d'élasticité ne doit pas 20 50 Il 0
excéder les neuf dixièmes de la résistance à la traction.
Graphique M7.l.4
c) La valeur minin1a\e spécifiée de l'al!ongen1ent
M7.1.5 - Conditions de contrôle
après rupture doit être supérieure à 14 o/o lorsqu'elle est
déterminée à partir d'une longueur initiale entre repères Les conditions de lotissement, de prélèven1ent des
égale à 5,65( JSr;) sur éprouvette proportionnelle.
échantillons, d'usinage des éprouvettes et d"exécution
des contrôles destructifs ou non destructifs définis par
Cette valeur est portée à 16 o/o sur éprouvette le document matériau, sont applicables et doivent être
proportionnelle longitudinale dans le cas de tubes. au n1oins équivalentes à celles qui sont définies par la
Division 1 du ('ode.
Lorsqu'une autre longueur entre repères est utilisée.
r équivalence avec la condition précédente doit être
établie par le Producteur .au moyen du fascicule de 1\17.2 - CONDITIO:\S APPLICABLES A TOUS
documentation EN ISO 2566- I (A 03-174) ou LES PRODUITS EN ACIER AUSTÉNITIQUE
équivalent. INOXYDABLE

d) L'énergie de rupture en flexion par choc sur


1\17.2.1 - Procédé d'élaboration
éprou\·ette ISO V est au moins égale à 27 joules à une a) Le mode d'élaboration est le four électrique, à
température au plus égale à 20 °C mais non supérieure arc ou à induction, ou tout autre procédé donnant un
à la plus basse température de fonctionnement prévue. métal de qualité au moins équivalente.
L'application de l'annexe MA2 permet de répondre à
b) A la demande du Concepteur formulée à la
cette exigence.
commande, le Producteur doit indiquer le procédé
e) En plus des spécifications sur les caractéristiques d'élaboration utilisé dont le choix est !D.issé à son
de traction à la température ambiante, les conditions de initiative.
service peuvent conduire à imposer la spécification
d'autres caractéristiques, telles que les caractéristiques Après accord entre les parties, un procédé
de striction dans le sens perpendiculaire à la surface d'élaboration autre que ceux prévus par le document
des tôles. matériau peut être employé.

e) Lorsque la température de calcul est supérieure à 1\17.2.2 - Traitement thermique de référence (voir
50 °C, la valeur de la limite d'élasticité à prendre en MS.!)
compte est obtenue par interpolation linéaire entre a) Le traitement thermique effectué par le
deux valeurs spécifiées. Producteur doit être conforme à celui prévu dans le
fJ Si le document matériau ne donne les valeurs de document matériau.
la de la limite d'élasticité qu'à la température ambiante,
CODETI~ 2001 - Division 1 - M/13

b) A !a demande du Fabricant, le traitement prévu établie par le Producteur par exemple au moyen du
par la norme ou la spécification peut ne pas e1re fascicule de documentation EN ISO 2566-1 (A 03-
effectué par le Producteur. Dans ce cas, il doit être 174).
effectué ultérieurement et conformément aux
c) L'énergie de rupture en flexion par choc, pour le
indications du Producteur.
métal de base, sur éprou\·ette ISO V est au moins égale
M7.2.3 - Composition chimique (voir MS.2) à 40 joules à une température au plus égale à 20°C
mais non supérieure à la plus basse température de
Les compositions chimiques spécifiées sur produit
fonctionnement prévue. Pour le métal déposé de la
doivent satisfaire aux conditions ci-après :
soudure, cette valeur est ramenée à 27 joules.
a) La teneur en carbone des aciers inoxydables
d) Lorsque !a température de calcul est supérieure à
austénitiques destinés à être soudés est limitée à 0, 10 %
50 °C, la valeur de la résistance à la traction à pn~ndr_e
en général. Toutefois. la teneur en carbone de certains
en compte est obtenue par interpolation linéaire entre
aciers inoxydables réfractaires peut être acceptable
deux valeurs spécifiées.
jusqu"à 0.17 %.
l\.'17.2.5 - Conditions de contrôle
b) Les teneurs en soufre et en phosphore sont
limitées respectivement à 0,020 o/o et à 0,045 o/o. Les conditions de lotissement, de prélèvement des
échantillons. d'usinage des éprouvettes et d'exécution
J\17.2.4 - Caractéristiques mécaniques (voir l\'15.3)
des contrôles destructifs ou non destructifs définis par
a) La résistance maximale à la traction spécifiée ne le document matériau sont applicables et doivent être
doit pas, en principe, excéder l 000 N/mm2. sauf accord au moins équivalentes à celles qui sont définies par !a
entre les parties intéressées. Division l du Code.

b) L'allongement après rupture doit être supérieur


1\17.3 COl\DITIO:"S APPLICABLES AUX
ou égal à 30 °10. Il est déterminé à partir d'une longueur
AUTRES PRODUITS Er\ ACIER
initiale entre repères égale à 5,65( Js:;) sur éprouvette Pour les autres produits en acier pour lesquels la
proportionnel !e. présente Division ne précise pas de règles spécifiques,
Dans le cas où une autre distance entre repères est celles-ci devront être définies entre les parties
utilisée. la corrélation avec la valeur de l'allongement concernées.
correspondant à la condition précédente peut être

MS - COl'iDITIONS ET EXIGENCES PARTICULIÈRES ASSOCIÉES AUX


CATÉGORIES DE CONSTRUCTION

Ces exigences sont résumées dans les tableaux des Tableau M8.3 : CONDITIONS DE LIVRAISON DES
pages suivantes: RACCORDS ET ACCESSOIRES FORMES A FROID
OU A CHAUD
Tableau 1\18.1 : CONDITIONS DE LIVRAISON DES
TUBES Tableau M8.4 : CONDITIONS DE LIVRAISON DE
LA BOULOl'iNERIE
Tableau M8.2 : CONDITIONS DE LIVRAISON DES
TÔLES
CODETI" 2001 - Division 1 - M/14

Tableau 1\18.1 - Conditions de livraison des tubes 111

CATEGORIES DE CONSTRliCTION
INFORMATIONS
Ex A B c D

a) Nature du contrôle spécifique spécifique ou non spécifique non spécifique

b) Document de contrôle certificat de certificat de certificat de certificat de attestation de


(suivant NF EN 10204) réception (3.2 ) réception réception (3.1) réception (3. l) conformité à la
ou attestation de con1mande
(3 .1) ou relevé de
conformité à la (2 11
contrôle
commande (2. l)
(2.2)

aciers provenant de coulées

c) Elaboration (2) calmées calmées calmées ou non non


effervescentes effervescentes

lûo/o de la selon !e document n1atérîau


d) Unité de réception fourniture ou par
défaut le tube
valeurs vérifiées sur produit si requis

et vérification spécifications du document matériau


e) Composition chimique
des éléments
résiduels (3)

f) Traitement thermique des et traitements de


éprouvettes
fabrication simulés
(2)

g) Caractéristiques à valeurs spécifiées


température élevée (4) vérifiées

h) Valeurs de tluage valeurs indiquées pzir le document matériau

e 2': 5
i) Essai de flexion par choc valeurs spécifiées
vérifiées (5)

Tubes j) Essai de
sans compacité par e:?: lü e 2 16
soudure ultrasons

k) Contrôle non pour : pour:


destructif de la pour:: = 1 : 1OO % ::= 1 \OOo/o
lOO % pour::= 0,85: 10 ~/o Z = 0,85 : j 0 °/o ::=0,7 :0%
Tubes soudure (z : coef.
soudés par de soudure voir :: = 0, 7 : 0 o/o
fusion (6) C 1.5)
>--~~~~~~~-+-~~~~~~~--1~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~+,,.,~~~~~""'

l) Qualification du exigée si le
mode opératoire exigée exigée diamètre intérieur
de soudage est> 25 mm

( 1} Pour l'utilisation de tubes soudés sans fusion (voir définition en F.5. l ), l'accord préalable de l"Acheteur est exigé.
(2) Rubrique sans objet pour les aci•!rs inoxydables austénitiques.
(3) Ces éléments sont ceux définis en M7. \.Je.
(4) Pour les aciers Inoxydables austénitiques: caractéristiques à une température différente de 10 °(.
(5) Pour les aciers inoxydables austénitîques: spécification du document matériau.
(6) Voir définition en F.5.1.
CODETI' 2001 - Division 1 - M/15

Tableau M8.2 - Condition de livraison des tôles

CATEGORIES DE CONSTRUCTION
INFO~\IA TI ONS
Ex 1 A 8 1 C D

a) Nature du contrôle spécifique Spécifique ou non spécifique non spécifique

b) Document de contrôle certificat de certificat de certificat de attestJ.tion de


(suivant NF EN !0204) réception (3.2) réception (3.1.) réception (3. 1) conformité à la
con1mande
ou relevé de contrèle
12.1)
{2.2)

aciers pro\en::int de coulées

c) Elaboration (2) calmêes calmées salmées ou non non


effervescentes effen escentes

Stii\·ant le document matériau si non


'l' l j I Il'
11:
d) Unité de réception bande ou feuille de laminage
- une série d'essais à une extrémité pour masse~ 5000 kg
1 'I
- deux séries d'essais, une à chaque extrémité pour masse> 5000 kg 1 1 1

\'aleurs spécifiées vérifiées sur produit spécifications du document


1natériau 11il11 . 111
e) Composition chimique et \'éri fication
des éléments , ,11111111111
1
11111111111
1

1111111111111111
1 1 1
11
1
.. 1.11111
11
1111wl :.11
1

1
• r 111 1
1
· 1

résiduels (3) 1

1 11 ;111111111.1111111111 1llllllilll!llilll. 1 ! ! 11:1111111111111111111 111 I·1llll 1lllllllllll 1i


traitement thermique de référence
i
i--~~~~-iTTTTTTTITTmmrrrmrn~
f) Traitement thermique des
et traitements de
éprouvettes fabrication simulés 1 1

(2) 1 i 1 ! 11 l 1 I 1

g) Caractéritiques à valeurs spécifiées spécifications du document matériau


ternpérature élevée (4) vérifiées

h) Car:::ictéristiques de fluage valeurs indiquées p3r le docun1ent matériau 11%11 !ll!l'l l,llll1ili1I, 111 1 li' 11111
1

1
e ?. 5 1'
1
spécifications du document matériau 1
i) Essai de flexion par choc valeurs spécifiées
vérifiées (5)
111111111 11 l 1
1
j) Essai de compacité par exigé pour :
ultrasons {suivant classe 111111111111 • IW1lllllllllllllllllllllllll 1

A de la NF EN 10160) e?. 50 mn1


e?. 6 mm 11 1 11
i l 1 1. ' 1

{ l) Non utilisé dans ce tab!c:iu.


C2) Rubrique sans objet pour ks aciers inoxydables austénitiques.
{3) Ces éléments sont ceux définis en Mi. l .3e.
(4) Pour les aciers inoxydables austénitiques: caractêristiqucs à une température différente de ~O °C.
(5) Pour les aciers inoxydables austénitiques; spécification du document matériau.
CODETI" 2001 - Division 1 - M/16

Tableau M8.3 - Condition de livraison des raccords et accessoires formés à froid ou à chaud

CATEGORIES DE CO:\STRUCTION
INFO~\IA TIONS
Ex A B c D

a) 1'\ature du contrôle spécifique Spécifique ou non spécifique non spécifique


b) Document de contrôle certificat de réception certificat de cenificat de attestation de
(suivant NF EN 10204) (3 2) récertion (3.1) réception (3.1) conformité à la
commande
ou relevé de contrôle
(2.1)
(2.2)

aciers provenant de coulées

c) Elaboration (2) caln1ées calmées calmées ou non non


effervescentes effervescentes

d) Unité de réception (7) (8) selon le document matériau

valeurs spécifiées spécifications de la norme


vérifiées sur produit ou du document matériau

e) Co1nposition chimique et vérification


des éléments
résiduels (3)

traitement thermique de référence


f--~~~~~~~~~~~~~~~ ~~~~~~~~~~~~~~~,,,Ji++ilti#ltiitilltlttttltttti!ttl
f) Trai1e1nent thermique
et traitements
des éprouvettes 11 1.
thern1iques
de fabrication simulés l
I,
1
(2)
1 l 1 1 1 1 l 1 111

g) Caractéristiques à valeurs spécifiées spécifications de la norme


température élevée (4) vérifiées ou du docun1ent tnatériau

h) Valeurs de fluage valeurs indiquées par la norme ou la spécification

e;::: 5
spécifications de !a norme
i) Essai de flexion par valeurs spécifiées
ou du docutnent matériau
choc vérifiées (5)

pièces de masse pièces de n1asse pièces de 1nasse supérieure à 1000 kg ou


j) Essai de compacité par supérieure à 250 kg ou supérieure à 500 kg e;::: 75 mm
ultrasons f' ~ 30 nim ou
e;::: 50 mm

( 1} Non utilisé dans ce tableau.


(2l Rubrique sans objet pour les aciers inoxydables austénitiques.
(3) Ces éléments sont ceux définis en M7. \ .3e.
(-1-) Pour les aciers inoxydables austénîtiques: caractéristiques à une température différente de 20 °C.
( 5) 1-'our les aciers inoxydables aust~nitiques : spécification du document matériau
(6) l'<on utilisé dans ce tableau.
(7) - Une série d'essais par pièce dont la masse est supérieure à 500 kg, et deux séries lorsque cette masse est supérieure à 1500 kg
- Une série d'essais par lot constitué de pièces dont la masse unitaire est au plus égale à 500 kg, la masse totale du lot étant limitée à 1500 kg.
Lorsque le traitement thermique prévu par la norme ou la spécification est un traitement de trempé-revenu, la masse unitaire maximale des pièces
est ramenée de 500 à 250 kg.
(8) - Une sl!rie d'essais par pièce dom !a masse est supérieure à !000 kg et deu'.'. séries lorsque cette masse est supérieure à 3000 kg
- Deux séries d'essais par lot constitué de pièces dont la masse unitaire est au plus égale à 1000 kg, !a masse totale du lot étant limité à 3000 kg.
Lorsque le traitement thermique prévu par !a norme ou la spécification est un traitement de trempe-revenu, !a masse unitaire maximale des pièces
est ramenée de 1000 à 500 kg.
CODETI~ 2001 - D1vis1on 1 - M/17

Tableau 1\18.4 - Condition de livraison de la boulonnerie

CATEGORIES DE CONSTRuCTION
J]';FORMATIONS
Ex
1
A B
1
c D

a) Nature du contrôle Spécifique ou non spécifique spécifique ou non spécifique non spécifique

b) Document de contrôle certificat de Par usinage : cenificat de certificat de attestation de


(suivant NF EN 10204) réception (3.2) certificat de réception (3. ! ) réception (3. J) conforrnité à la
voir aussi ~110.4 réception (3.1) commande (2.1)
ou relevé de contrôle ou relevé de
Par roulage: relevé (2.2) contrôle
de contrôle (2 2)
(2.2)

aciers provenant de coulées

c) Elaboration(~) calmées calmées calmées ou non effervescentes non


effer vescentes

d) Unité de réception lot de commande scion le document matériau


1 1 il i 1 1 lill!1I
1
valeurs spécifiées spécifications du document matériau 1

e) Composition chimique
vérifiées , 11 111111 '
1

g) Caractéristiques à valeurs spécifiées spécifications du docun1ent n1atériau 1


111::
température élevée <1) vérifiées 1 ' 11 111111 11.11
' ' '1 , 1
i) Essai de flexion par e?: 5 '1 1:
spécifications du document matériau
choc valeurs spécifiées 1 1 l , 1
1

Yérifiées (5) 11.,


1 1 1 11:

j) Essai de cornpacité
par ultrasons
0>60111m 0 > 80 n1m
llillllllllll 111111111.1111111111111111111111'111111
1,
11 11
1
1 1
l 1 !11
11111
1111; 1

valeurs spécifiées spécifications du docun1ent matériau


k) Dureté
vérifiées 1 11
1
1 Il 1 i'11
1111,
1:1'1
'' 1I :1
1

( 1 J Non utilisé d:rns ce tableau.


(~}Rubrique sans objet pour ks aci.:rs inoxydables austénitiques.
(3) Non utilisé dans ce tableau.
(4) Pour les aciers ino:-..;.dables austénitiques; caractt'ristiques :lune temperature différente de 10 °C.
(5) Pour les aciers ino:-..ydables austénitiques: spécification du document matériau.
!\.o/a: Les (1pcs d"éprouveltcs et les méthodes d'essais et de contrôle sont dJfinis dans la i\"F E ]9-()./3
CODETI® 2001 - Division 1 - M/18

M9 - PRODUITS D'APPORT DE SOUDAGE

M9.1 - OBJET les quantités et éventuellement les dimensions,


Les règles de ce chapitre ont pour objet de définir la référence du document commercial. de la
les conditions auxquelles doivent satisfaire les produits spécification ou de la nonne qui définit le
d'apport utilisés pour le soudage des éléments de produit et si nécessaire les caractéristiques
tuyauterie ainsi que de préciser les modalités de spécifiées.
réception de ces produits.
1\19.3.2 - Pour les produits d"apport de soudage autres
que les gaz de soudage, les comn1andes comportent si
1\19.2 - RÈGLES GÉNÉR>l.LES
nécessaire :
a) Le Producteur de produits d'apport doit disposer
d'un système d'assurance de la qualité, répondant au les caractéristiques particulières spécifiées en
moins aux conditions définies par la norme ISO 9000, plus de celles figurant dans le document qui
lui permettant de garantir l'homogénéité d'un lot de définit le produit,
produits d'apport comportant plusieurs coulées et la température à laquelle doit être effectué
plusieurs mélanges secs ou humides. l'essai de flexion par choc,
A défaut de mise en œuvre d'un te! système, le !es conditions d'exécution des traitements
Producteur doit soumettre au Tuyauteur !es thenniques de détensionnement éventuels qui
dispositions adoptées pour assurer l'homogénéité des sont à effectuer sur le moule avant de procéder
lots et la conformité des produits finis avec le aux essais n1écan1ques.
document qui les définit.
Les traitements de type revenu qui sont
Les documents de contrôle cités dans le chapitre normalement appliqués aux moules a\·ant les
M9 sont définis en i\.14. essais mécaniques n'ont pas à être mentionnés
b) Electrodes enrobées : dans la spécification de commande:

Le contrôle spécifique d'un lot justifié par un le type de réception demandé,


certificat 3.1. ou 3.2, est obligatoire pour les
la présence éventuelle d'un Inspecteur aux
tuyauteries des catégories de construction Ex. Le
essais de réception des produits.
contrôle non spécifique, justifié par un document 2.2,
n'est admis que pour les catégories de construction A,
M9.4 - COl\SERV A TION
B et C. Le contrôle non spécifique. justifié par un
docu1nent 2.1, n'est admis que pour la catégorie de Les produits d'apport sont stockés dans leurs
construction D ( 1l . ernbal!ages d'origine dans un endroit sec
convenablement protégé des intempéries. Des
Les lots de réception sont de la classe B définie par précautions si1nilaires sont prises pour stocker le flux
la NF A 81-050. destiné au soudage à l'arc submergé.
c) Les fils utilisés nus, avec ou sans flux solide ou
Les électrodes et flux solides sont stockés et séchés
gazeux, sont réceptionnés comme des produits en fonction des recommandations de leur fournisseur.
sidérurgiques et uniquement sur analyse chimique. Le
contrôle non spécifique justifié par un certificat 2.2 est Des électrodes humides sans toutefois être
seul exigible. Les !ots de réception sont de la classe C endommagées peuvent être utilisées après séchage
définie par la NF A 81-050. sui\'ant !es recommandations du fournisseur
d, électrodes.
M9.3 - COMMANDES DE PRODUITS D'APPORT Toute électrode dont l'enrobage est endommagé, est
M9.3.1 - La spécification technique de commande de rebutée.
produits d'apport de soudage comporte:

la désignation commerciale et/ou la désignation


nonna!isée lorsqu'elle existe,

{ 1l Les ctrtiticats 3.1 ; 2.2 et 2.1 sont définis dans la norme


'l\iF E~ 1020..t.
CODETI~ 2001 · D1v1s1on 1 · M/19

MIO - BOULONNERIE EN ACIER


MIO.! - OBJET - l'absence de fragilité à !a mise en place et de
fragilisation en ser;ice.
Les aciers destinés à la boulonnerie utilisable pour
les assemblages à brides d'éléments d'appareils soumis MI0.2.2 - Aciers pour emplois aux températures
à la pression sont définis par la nom1e EN 10269 (NF supérieures à -10 °C
E 29-043) complétée par !es dispositions ci-après.
Cette nonne donne les nuances, les caractéristiques a) Lorsque la température de calcul est au p!us
garanties, les conditions de réception, le marquage et le égale à 50 °C, les valeurs des caractéristiques
conditionnement de la boulonnerie. mécaniques à prendre en compte sont égales à celles
qui sont garanties à la ten1pérature ambiante (20°C).
Au-delà de cette température. les valeurs à prendre en
MI0.2 - CHOIX DES l\UA'ICES D'ACIER
compte sont obtenues par interpolation entre deux
M 10.2.1 - Généralités Yaleurs garanties.
a) Le choix de la nuance d'acier pour un emploi h) Les caractéristiques mécaniques d'un acier sont
déterminé de la boulonnerie doit prendre en compte au modifiées quand la température augmente. Au-dessus
moins !es éléments suivants : de 400 °C environ, ces phénomènes s'accompagnent
d'une modification du comportement de l'acier qui se
- la lè:mpérature d'étude de la boulonnerie qui se
traduit par :
déduit de celle des parties assemblées,
le fluage, c'est-à-dire !a déformation plastique
!es contraintes appliquées dues au serrage de
subie dans le temps par l'acier sous une charge
! 'assemblage ayant la mise en ser\ ice de
constante,
l'appareil, puis à la pression régnant dans
l'appareil, la relaxation, c'est-à-dire la din1inution du
serrage de l'assemblage due à !'allongement des
!es sollicitations variahles cycliques,
éléments de boulonnerie.
- les risques de corrosion en service,
c) L'acier utilisé pour un emploi à température
les risques de grippage (galling) au montage ou élevée ne doit pas présenter un risque de fragilité à la
au dén1ontage dus à !'incompatibilité des température atn1osphérique.
n1Jtériaux. o· autre part, le maintien à une température voisine
Ce choix appartient: de 500 °C pouvant entraîner sur certaines nuances une
forte d~gradation de l'énergie de rupture par choc dans
- au Donneur d'ordre lorsque doivent être pris en le temps. les nuances doivent être choisies pour éviter
compte les risques de corrosion dus aux fuites le risque de rupture fragile au moment du retour à la
a::.:cidentelles ou au milieu ambiant, température ambiante. Les nuances d'aciers à
au Fabricant pour ce qui concerne la durcissement structural, par exemple X6CrNiMo 16-4
temp~rature d'étude de l'appareil, les et X6CrNiCul 7-4, présentent ce nsque à une
contraintes appliquées et les nsques de tempérJture voisine de 150 à 250 °C (zone de
gnrpage. transformation martensitique).

Lorsque ce choix doit prendre en compte 1\-110.2.3 -Aciers pour emplois aux températures au
simultanément les paramètres énumérés ci-dessus, il plus égales à - 10°C
doit être fait d'un commun accord entre le Donneur a) La résistance à la traction et la limite d'élasticité
d'ordre et le Fabricant. augmentent et la valeur de !'allongement diminue
b) Pour éviter les risques de grippage, les écrous
lorsque la température du métal diminue.
peuvent être de dureté différente de celles des vis, tiges Les conditions de calcul étant celles de la
filetées ou goujons auxquels ils sont assemblés. température ambiante de 20 °C, les caractéristiques de
c) La prise en compte des paramètres énumérés ci- traction à basse température ne sont pas à prendre en
dessus conduit à considérer: compte.

b) Pour les assemblages dont la température d'étude


la limite d'élasticité du produit dans les
est au plus égale à - 10 °C, l'acier utilisé dans la
conditions d'utilisation,
fabrication des éléments de boulonnerie ne doit pas
son aptitude à conserver la précontrainte initiale présenter de sensibilité à la rupture fragile lorsque se
dans le temps, produisent ensemble ou séparén1ent :
CODETl 3 2001 - Division 1 - M/20

- un abaissement brutal de la température, MI0.3.3 - Dimensions

une concentration de contraintes due à la a) Les filetages sont conformes aux nonnes
géométrie de la boulonnerie, suivantes :

- une augmentation de la vitesse d'application des ISO 68 -1 : Filetages ISO - Profil de base -
soli ic itations. (E 03-001) Partie 1: fi\letages métriques.
L'énergie de rupture en tlexion par choc doit être ISO 261 : Filetages métriques ISO pour usages
au moins égale à 27 joules à la température minimale (E 03-013) généraux- Vue d'ensemble.
de fonctionnement prévue. L'utilisation de l'annexe
l'vLA..3 pennet de répondre à cette exigence. b) Les dimensions sont définies par les nonnes
suivantes.
c) La différence de dilatation entre les éléments qui
composent l'assemblage boulonné doit être prise en EN 24014: Éléments de fixation - 'lis à tête
compte pour éviter ou limiter l'introduction de (E 25-112) hexagonale partiellement filetées -
nouvel!es contraintes lors de la mise en service de Grades A et B.
\'appareil. EN 24015 : Éléments de fixation - Vis à tête
(E 25-113) hexagonale partiellement filetées -
Ml0,3 - DISPOSITIONS GÉNÉR;\LES Grade B - Tige réduite.
Ml0.3.1 - Généralités
EN 24017: Éléments de fixation - Vis à tête
Le diamètre nominal des tiges filetées, des goujons (E 25-114) hexagonale entièren1ent filetée -
et des vis ne doit pas être inférieur à 12 mm. Cette Grades A et B.
valeur peut être ran1enée à 8 mm si les élén1ents de
boulonnerie sont exécutés en acier inoxydable. E1\1 25401 Éléments de fixation - Ecrous
(E 25-114) hexagonaux, style 1 -Grades A et B.
La section à fond de filet des tiges filetées allégées
doit être au moins égale à 1, 1 fois la section de la partie EN 24033 : Éléments de fixation - Ecrous
non filetée. (E 25-407) hexagonaux, style 2 - Grades A et B.
Dans un assemblage boulonné, la partie filetée doit
dépasser de \'écrou d'une longueur au moins égale à 2 MJ0.4 - CONDITIONS DE LIVAAISON
fois le pas du ti!etage. Les éléments de boulonnerie destinés à
Les éléments de boulonnerie destinés à des l'assemblage boulonné d'éléments soun1is à la pression
assemblages particuliers peuvent ne pas être conformes font l'objet d'un contrôle spécifique, accompagné d'un
à ceux des nonnes usuelles: ils font alors l'objet d'une certificat 3 .1.
étude particulière de la part du Fabricant. Toutefois, lorsque les éléments principaux sous
\\110.3.2 - Fabrication pression ont fait l'objet d'une réception non spécifique,
et que les éléments de boulonnerie sont prélevés sur
Le filetage des tiges filetées, des goujons et des vis stock (Revendeur, Fabricant ou autre), la présente
est généralement réalisé par roulage à froid : dans le Division ad1net le contrôle non spécifique des produits,
cas où ce mode de fabrication ne peut être appliqué, le i! appartient au Fabricant de s'assurer auprès de son
mode de fabrication à mettre en œuvre fait l'objet d'un revendeur que celui-ci est en mesure de lui justifier la
accord entre les parties intéressées. provenance du produit.
Les écrous sont généralement réalisés par forgeage, Les éléments de boulonnerie sont alors
toutefois leur fabrication à partir de barres forgées est accompagnés d'un Relevé de contrôle (certificat 2.2)
admise. Pour les assemblages de tuyauterie de la établi par le Producteur.
catégorie de construction A ou EX, ce mode de
fabrication fait l'objet d'un accord entre les parties
intéressées.
CODETI"° 2001 - Division 1 - M/21

1\111-: SUPPORT AGE

Mll.I - GÉNÉRALITÉS 1\111.4.2 - ACIERS INOXYDABLES AUSTÉNITl-


QUES ET AUSTÉNOFERRITIQUES
Les matériaux utilisés pour la réalisation du
supportage doivent être compatibles avec: Les produits en acier inoxydable austénitique seront
livrés à l'état hypertrempé.
- les matériaux entrant dans la réalisation des
tuyauteries, Pour les attaches intégrales et si le risque de
corrosion intercristalline est à prendre en compte,
- les conditions de fonctionnement des seules, des nuances inoxydables austénitiques et
tuyauteries, austénoferritiques à très bas carbone ou stahilisées
- les conditions liées à !'environnement. doivent être retenues.

et ne doivent pas affecter les caractéristiques Ml 1.4.3 - RISQUE D'ARRACHEMENT LAMEL-


inétallurgiques des matériaux entrant dans la réalisation LAIRE
des tuyauteries.
Pour les attaches intégrales (voir C4.2.5). compte
Ml 1.2 - NORMES tenu de la conception (type de joint soudé et
sollicitations) un risque d'arrachement lamellaire est à
L'approvisionnement des produits sera effectué en craindre, les produits (tôles et larges plat) doivent être
conformité avec les nonnes européennes. ou bien approvisionnés avec propriétés garanties dans
Cepend.:tnt, étant donné la diversité des matériaux et le sens perpendiculaire à la surface, correspondant au
des produits entrant dans la constitution des supports, il minin1um à la classe de qualité Z 15 de la nonne NF
peut être proposé d'autres normes ou spécifications EN 10164, ou bien din1ensionnés en retenant comme
françaises ou étrangères comportant, directement ou contrainte admissible de traction ce] le définie en
par additifs, des dispositions techniques réputées C4.2.4, divisée par un coefficient de valeur 2 ; d'autres
équivalentes. possibilités présentant le même niveau de garantie
peuvent également être retenues pour se prémunir de ce
Mll.3 - DOCUMENTS DE LIVRAISON DES nsque.
PRODUITS
Mll.4.4 MATÉRIAUX TRAVAILLANT À
Le producteur ou lt! revendeur doit au minimum HAUTE OU BASSE TE:'>lPÉRATURE
attester que les produits livrés, sont conformes aux
spécifications de la comn1ande. Les n1atériaux susceptibles de travailler à haute ou
basse température doivent être choisis en se rétërant à
D'autres docun1ents peuvent être exigés suivant le des nom1es ou spécifications qui garantissent les
niveau du support (voir tableau 1.15). caractéristiques mécaniques des matériaux aux
températures considérées.
MJJ.4 RESTRICTION A L'EMPLOI DE
CERTAINS PRODUITS Ml 1.5 - IDENTIFICATION DES J\IATÉRIAUX
Les précisions ci~dessous doivent être prises en Les matériaux destinés à la réalisation de supports de
compte lors de \'utilisation de certains produits. niveaux S l et S2 doivent pouvoir être identifiés par
rapport à la nonne ou à la spécification
Mll.4.1 - ACIERS NON ALLIÉS ET ALLIÉS d'approvisionnement. toutefois des matériaux non
DESTINÉS À ÊTRE SOUDÉS documentés, lorsqu'ils sont utilisés à une température
comprise entre 0 et l 50°C, sont admis sous réserve que
Pour les produits en aciers non alliés et alliés
leur dimensionnement aux charges de la situation de
destinés à être soudés, les valeurs des teneurs en
calcul, ait été étudié avec des critères conservatifs
carbone, soufre et phosphore spécifiées sur coulée
doivent respecter les exigences suivantes : (contrainte admissible S 70 N/mm2).

c s 0,25 % ; s s 0,05 % ; p s 0,05 %


Une teneur en carbone supérieure à 0,25 o/o mais
inférieure à 0,35 % pourra néanmoins être retenue
après accord préalable de I' Acheteur.
CODETI"' 2001 - Division 1 - M/22

M12 - INTERVENTIONS DE L'ORGANISME D'Il\'SPECTIO~

En fonction de la catégorie de construction,


!'Organisme effectue les opérations de réception des
matériaux préYus en partie I - tableau 1.3
CODETI® 2001 - Division 1 - MA1/1

ANNEXE MAI

VIEILLISSEMENT DES ACIERS NON INOXYDABLES ET NOl'\ AUSTÉl'\ITIQUES

(Annexe informative)

MAI.! - OBJET Lors de la mise en œuvre du produit, ce vieillisse-


ment apparait par exen1ple, lorsqu'après roulage à froid
Cette Annexe donne des infom1ations et précise les
d'une virole, on procède à un préchauffage à 200°C
précautions à observer pour éviter les modifications,
avant soudage.
désignées sous le nom de vieillissement, susceptibles
d'affecter la ténacité de certains aciers et leur compor- En raison des risques encourus, il y a lieu de pren-
tement vis-à-vis de la rupture fragile. dre des mesures de prévention.
Ce phéno1nène concerne en particulier !es aciers au
MAl.3 - PRÉVENTIOI\" CO!'\TRE LE RISQUE
carbone et au carbone-n1anganèse.
DE VIEILLISSBIEJ';T
MAl.2 - PHÉNOMÈNE DE VIEILLISSEMENT Le vieillissement se traduit en particulier par une
augmentation de la température de transition. Une
Les aciers au carbone et au carbone-manganèse mis
solution pour éviter une trop grande fragilisation est de
en œuvre dans la construction des tuyauteries présen-
disposer d'un acier dont !a température de transition à
tent un phénomène de vieillissement qui se n1anifeste
l'état de livraison est suffisamment basse pour
par la modification de certaines caractéristiques du
qu'après vieillissement elle soit encore inférieure à la
matériau, cette modification s'effectuant lentement à la
température d'emploi ou à la température d'essai.
température ambiante et entraînant en particulier, s1-
mu!tané1nent : Des essais ont montré que dans le cas d'un écrouis-
sage supérieur à So/o suivi d'un vieil!isse1nent accéléré,
a) Une augmentation de la dureté, de la limite
la remontée de la température de transition est de
d'élasticité et de la résistance à la rupture.
l'ordre de 25 à 30°C pour les aciers au carbone ou au
b) Une diminution de la ductilité et de l'énergie de carbone-manganèse ; elle peut être plus faible, de 15 à
rupture par choc. 20°C, pour les aciers calmés à grain fin tels que les
aciers non alliés, à haute limite d'élasticité, avec ou
c) Un déplacement de la température de transition
sans élén1ents d'addition.
vers des températures plus élevées.
En première approximation, on peut admettre que
Ce phénomène est d'autant plus manifeste que le
la remontée de la température de transition par 0/o du
produit a subi une déformation à froid produisant un
taux d'écrouissage est pour les aciers calmés de l'ordre
écrouissage.
de 5°C dans le cas d'un vieillissement accéléré, et de
Etant donnée l'évolution très lente de ce phéno- 4°C dans le cas d'un vieillissement naturel.
mène à la température ambiante, ses effets peuvent ne
On peut effacer l'essentiel des effets du vieillisse-
se présenter qu'en cours de service.
ment artificiel en procédant après le formage à froid à
Mais il peut être accéléré par un chauffage à des un traitement thermique vers 550°C, à une normalisa-
températures relativement modérées, comprises entre tion ou à un traitement thermique après soudage. LA
150 et 250°( ; il y a alors vieillissement artificiel dont Division 1 du Code précise en F2.4.2 de la Section F2
les effets se manifestent immédiatement après ce la nécessité ou non d'un traitement thermique ainsi que
chauffage. le type de traitement thennique qui doit être effectué
après formage à froid des aciers non austénitiques.
CODETI' 2001 - Division 1 - MA 1 /2
CODETI~ 2001 - D1vis1on 1 - MA2/1

ANNEXE MA2

PRÉVEl\TIOI\ DU RISQUE DE RUPTURE FRAGILE

(Annexe obligatoire)

MA2-l - OBJET La température TME est déterminée par !'Acheteur.


La détermination de !a TME doit prendre en compte :
Les règles de la présente Annexe permettent de
s'assurer du choix du matériau métallique utilisé dans - la température de la paroi interne,
la construction d'une tuyauterie industrielle, ou d'un
- la présence éventuelle d'un calorifuge externe
des éléments qui la constituent, vis-à-vis du risque de
ou d'un revêtement réfractaire interne,
rupture fragile.
- !a température minimale régnant à l'extérieur de
MA2.2 - DOMAINE D'APPLICATION la tuyauterie ( 1l.
a) Ces règles concernent seulement les tuyauteries
soumises à des contraintes statiques ou quasi-statiques MA2.4.2 - TEMPÉR.\ TURE MINIMALE ADMIS-
SIBLE (TMA)
(vitesse de sollicitation maximale E ::::o 10-l s- 1).
C'est la température la plus basse susceptible d'être
b) Etles concernent les aciers non austénitiques et atteinte sans risque de rupture fragile au milieu de la
non inoxydables. paroi de la tuyauterie ou de l'un de ses éléments dans
chacune des situations définies en C.1.2.6.
MA2.3 - CONDITIONS A SATISFAIRE POUR Elle est déterminée soit par le Concepteur soit par
PRÉVENIR LE RISQUE DE RUPTURE FRA- l 'Acheteur dans l'un des cas définis en MA2.5.3 .1.
GILE
L'acier destiné à la construction d'un appareil à l\IAZ.4.3 - TEMPÉRATURE DE RÉFÉRENCE
pression. ou d'un des éléments qui le constituent. se (TR)
trouvant dans i·une des situations de service ou d'essai C'est la température 3 laquelle sont effectués les es-
de résistance définies en C.1.2.6 de la Division 1 du sais de flexion par choc satisfaisant les valeurs
Code. doit être choisi de telle sorte qu'il soit au-dessus d'énergie de rupture requises en MA2.5. l pour les
de son domaine de fragilité. matériaux de base et les soudures (métal déposé et
La nuance de l'acier est choisie de telle sorte que zone affectée thermiquement).
chaque élément admette une température minimale
admissible (TM.!-\) inférieure à la température minimale MA2.4.4 - ÉPAISSEUR DE RÉFÉRENCE (ER)
d"étude (TME) (voir 4). C'est l'épaisseur de l'élément de tuyauterie au droit
de la soudure prise en considération pour la détermina-
MA2.4 - DÉFINITIONS tion des températures TMA et TME. suivant qu'il y a
eu ou non un traitement de détensionnement.
MA2.4. 1 TEMPÉ RA TURE MINIMALE
D'ÉTUDE (TME) Cette épaisseur est la plus faible épaisseur réelle
possible sur tuyauterie neuve telle que définie en C.1.7.
C'est la température la plus basse susceptible d'être
atteinte au milieu de la paroi de la tuyauterie ou de l'un
de ses éléments soit dans la situation normale de ser-
vice, soit dans une situation exceptionnelle de service
ou d'essai de résistance (définies en C.1.2.6). Elle ne
doit pas être confondue avec la température de calcul
définie en C.1.2.4.3.
( 1l En France métropolitaine, et sauf spécification contraire de
!"Acheteur, cette température est égale à - 10 °C pour les régions
d'altitude inférieure à 1 000 m.
CODETI@ 2001 - Division 1 - MA2/2

MA2.5 - MÉTHODES APPLICABLES l\IA2.5.2 - CHOIX D'UNE NUANCE D'ACIER


Les méthodes décrites ci-après pennettent, à partir Le Concepteur doit s'assurer que !3 nuance d'acier
des graphique~ températures-épaisseur, la température choisie ne présente pas de risque de n1pturc fragile.
étant un paran1t!tre de référence : Pour cela, les valeurs d'énergie de rupture spécifiée à
la température de référence doivent satisfaire aux
- soit de s'assurer du choix d'une nuance d'acier
conditions de MA2.5. I.
vis à vis de la rupture fragile,
La détermination de la température TR est effec-
- soit de déterminer la température TM.A. d'une tuée de la façon suivante :
tuyauterie ou de l'un de ses éléments.
a) !a température Tt-.1E est détern1inée, soit par le
Les graphiques présentés en 7 donnent un échelon- Concepteur soit par l' Acheteur (voir i\1A.2.4. l ),
nement des températures TR de 20 °C qui peut être
ran1ené à une \'aleur intern1édiaire par interpolation b) le graphique choisi est celui pour lequel là limite
!inéaire. d'élasticité spécifiée à 20 °C est à l'intérieur du do-
maine de validité,
Les graphiques NDI il ND6 s'appliquent aux
tuyauteries n'ayant pas subi un traitement de déten- c) la v;:ileur de la ten1pératurc TR est obtenue par
sionnen1ent (mécanique ou thermique) après soudage ; l'intersection de l'abscisse de l'épaisseur ER et de
!es graphiques D 1 à 06, par contre, s'appliquent aux l'ordonnée de la température TME,
tuyauteries ayant subi ce traitement de détensionne- dJ le choix de la nuance est confirmé si les valeurs
mcnt. d'énergie de rupture spécifiées à la ten1pérature TR
Ils ont été établis à partir de contraintes primaires ainsi déterminée satisfont aux conditions de MA2.5. l.
de membrane au plus égales à 0,7 Re en tous points de Dans le cas contraire, i! appartient au Concepteur;
la tuyauterie (Re = Ro,oo2 limite conventionnel!e
soit de modifier son choix,
d'élasticité ou ReH ou Rel à 20 °C spécifiée par le
docun1ent qui définit le produit). - soit d'obtenir du Producteur de nouvelles spéci-
fications.
La Division 1 du Code admet que cette contrainte
puisse atteindre exceptionnellement les valeurs spéci- e) la température TR ainsi détenninée est applicable
fiées en C .1.4.4 au cours de l'essai de résistance. Dans à chacun des éléments constituJnt l'assemblage sur une
ces conditions. les graphiques restent applicables. distance au moins égale à ~Dm · e (D et e étant res-
pectivement le diamètre moyen et l'épaisseur de
MA2.5.1 - VALEUR D'ÉNERGIE DE RUPTURE
l'élément considéré).
PAR CHOC REQUISE
Les essais de flexion par choc sont effectués
T (°C)
conformément à la NF EN 10045-1 (A 03-011) sur
éprouvettes à entaille en V prélevées dans les condi-
tions définies dans la Section M de la Division 1 du
Code.
A la température de référence TR, la valeur
moyenne d'énergie de rupture par choc obtenue sur
trois éprouvettes de section normale doit être au moins
égale à 27 J sans que la valeur obtenue sur une seule
éprouvette soit inférieure à 20 J.
Dans le cas où la nonne ou le document matériau
du produit spécifie des valeurs à des ten1pératures
différentes de la température de référence choisie, il est ER E(mm)
admis de considérer que les valeurs obtenues par inter-
polation linéaire dans l'intervalle des températures
pour lesquelles des valeurs sont donnée, sont égale-
ment applicable.
CODETI" 2001 ·Division 1 · MA2/3

MA2.5.3 - DÉTERMINATION DE LA TEMPÉ- T (°C)


RATURE MINIMALE ADMISSIBLE (TMA)

l\1A2.5.3.1 - La température Tiv1A est détenninée soit


par le Concepteur soit par !'Acheteur dans l'un des cas TMAt---------,f'-
suivants:
a) Essais de résistance. Détem1inée par le Concep-
teur qui la con1munique à !'Acheteur, elle impose pour
certaines nuances d'acier la température minimale qui
peut être iJtteinte, par la tuyauterie ou l'un de ses élé-
n1ents au cours de l'essai de résistance sans risque de
rupture fragile.
Les conditions de service peuvent dans certains cas ER E(mm)
provoquer un vieillissernent de l'acier qui se traduit par
une fragilisation et un relèvement de la température de MA2.6 - DISPOSITIONS PARTICULIÈRES
transition : la valeur de la température TtvtA déterrni-
née par le Concepteur pour une tuyauterie neuve peut MA2.6.1 - Lorsque l'épaisseur ER est au plus égale à 5
en être sensiblement augn1entée, il appartient alors à mm, la température TM1\ est donnée :
!'Acheteur ou à !'Utilisateur d'en tenir con1pte au mo-
tnent des réépreuves périodiques. - dans !e cas des aciers au carbone ou au carhone-
manganèse, par les graphiques présentés en
b) l\lodification des conditions de service. Lors- MA2. 7 en prenant TR ~ 20 et ER ~ 5 mm ;
que les conditions de service de la tuyauterie doivent
être n1odi fiées, il appartient à l' Acheteur ou à - dans le cas des autres nuances d'acier, par le ta-
!'Utilisateur de s'assurer que la nouvelle ten1pérature bleau 6.1.
d'étude n'est pas inférieure à la température TMA
détern1inée par le Concepteur. MA2.6.2 - Lorsque le produit est un acier moulé et en
l'absence de valeurs d'énergie de rupture par choc
c) Dépressurisation. Lorsqu'une dépressuris::ition spécifiées, la température TMA est au moins égale à la
de la tuyauterie peut provoquer une chute de tempéra- température TR..
ture des parois, il appartient à !'Acheteur ou à
!'Utilisateur, de s'assurer qu'il n'existe pas un risque MA2.6.3 - Dans le cas d'aciers alliés au nickel dont la
de rupture fragile à la remise en pression de la tuyaute- teneur minimale spécifiée en Ni est supérieure à 1,5 o/o
ne. !a ten1pérature TMA est au 1noins éga!e à la tempéra-
ture TR.
MA2.5.3.2 - La détermination de la température TMA
est effectuée de la façon suivante: l\.1A2.6.4 - Dans le cas d'aciers autres que ceux men-
a) L'épaisseur ER est définie selon les règles don- tionnés au paragraphe 6.3, !a tetnpérature TMA peut
nées en MA2.4.4. être abaissée d'une valeur LIT donnée en lv1A2.6.4.1 et
MA2.6.4.2 en fonction du rapport :
b) Le graphique choisi est celui pour lequel la li-
mite d'élasticité spécifiée à 20 °C est à l'intérieur du
domaine de validité.
c) La température TR est celle pour laquelle les va- dans lequel/' est la \"i.lleur réelle de la contrainte dans
leurs d'énergie de rupture par choc spécifiées par le la situation considérée (définie en C.1.2.6) éventuelle-
document qui définit le produit satisfont aux conditions ment inférieure à la contrainte nominale de calcul (dé-
de 5.1. finie en C.1.4).
d) La valeur de la température TMA est donnée par
l'ordonnée du point d"intersection de l'abscisse ER
avec la courbe correspondant à la température TR.
3
CODETl 2001 - Division 1 - MA2/4

Tableau MA2.6.1

TYPES D'ACIERS TMA


- Aciers alliés au Mo, r-...'to - Mn et Cr - Mo 0°C
- Aciers alliés au nickel avec Ni< 3,5 % - 60 °C
- Aciers alliés au nickel 3,5 Ni - 1OO °C
- Aciers alliés au nickel 5 Ni - 120 °C
- Aciers alliés au nickel 9 Ni - 200 °C
Tableau MA2.6.4.2

p !JT
Tableau MA2.6.4.1
0,50 s p < 0,60 10 °C
p !JT 0,40 s p < 0,50 20 °C
(}
Ü,]Ü "p < 0,50 - 0,35 "p < 0,40 30 °C
2
0,30 <; p < 0,35 40 °C
p < 0.30 e 50 °C
p < 0.30

MA2.6.4. l - Le tableau MA2.6.4. l concerne les tuyau-


teries n'ayant pas subi de traitement de détensionne- MA2.6.6 - Après accord entre les parties intéressées, il
ment aprt::s soudage. L'abaissement de la température est adnlis que les ten1pératures minimales adrnissibles
TMA d'une valeur L1T n'est adrnis que pour des condi- puissent être: inférieures à celles qui sont déterminées
tions exceptionnelles de service (par exemple le cas par les graphiques. li appartient toutefois au Concep-
d'une dépressurisation accidentelle). teur de démontrer par des résultats d'essais adaptés que
la tuyauterie ainsi qualifiée ne présente pas de risque
La valeur B est celle qui figure dans !es tableaux de rupture fragile dans chacune des situations définies
numériques correspondant aux graphiques ND 1 à ND6 en C.1.2.6.
pour chacune des valeurs de la température TR.
MA2.6.7 - TUYAUTERIES SOUMISES À UNE
MA2.6.4.2 - Le tableau MA2.6.4.2 concerne les tuyau- PRESSION EXTÉRIEURE
teries ayant subi un traitement de détensionnernent
Hors du domaine de l'instabilité plastique, la. rup-
après soudage, il correspond aux graphiques D 1 à D6.
ture fragile ne se produit pas dans les éléments de
L'abaissement de la température TMA est admis dans
chacune des situations définies en C.1.2.6. tuyauterie soumis à une pression extérieure.

MA2.7 - GRAPHIQUES
Les tableaux numériques ci-après complètent les
graphiques qui suivent. Ils donnent les valeurs de la
température minimale admissible (TMA) pour
l'épaisseur de référence (ER) et pour chacune des
températures de référence (TR). lis donnent également
les valeurs e pour chacune des températures de réfé-
rence TR ce qui permet la détermination de LIT en
fonction du rapport p (voir§ MA2.6.4).
CODETI" 2001 - D1v1sion 1 . MA2/S

TR e TMA
TR e TMA
c - 10 e = 20 e - 30 e 40
e ~ 10 e = 20 e- 30 e 40
20 0 8 26 44 -
20 0 - 16 -3 15 33
0 - 10 - 20 -2 16 -
0 - 20 - 30 - 30 - 13 5
- 20 - 10 - 40 - 30 - 12 -
- 20 - 20 - 45 - 45 - 41 - 23
- 40 - 20 - 50 - 38 - 20 -
- 40 - 40 - 60 - 60 - 49 - 31
- 60 - 1_)- - 60 - 46 - 28 -
- 60 - 50 - 70 - 70 - 57 - 39
- 80 - - - - -
- 80 - - - - -

Tableau ND4: 355 Mpa < R po.2 <


_ 400 1~IP·a
Tableau J\.'Dl : Rpo.2::; 255 l\'1Pa

TR 0 TMA
TR e TMA
e- 10 e = 20 e = 30 e - 40
e =• 10 e = 70 e - 30 e 40
20 0 12 30 48 -
20 0 - 10 7 24 41
0 - 10 - 16 2 20 -
0 - 20 - 30 - 1'
_J -5 13
- 20 - 10 - 40 - 26 -8 -
- 20 - 20 - 45 - 45 - 33 - 15
- 40 - 20 - 50 - 34 - 16 -
- 40 - 40 - 60 - 59 - 41 - 23
- 60 - 2j - 60 - 42 - 24 -
- 60 - 50 - 70 - 67 - 49 - 31
- 80 - - - - -
- 80 - 50 - 80 - 75 - 57 -

Tableau ND5: 400 Mpa < R po,2 <


_ 440 MP a
Tableau ND2 : 255 Mpa < R p0.2 -< 285 )1'IP·.l

TR e TMA
TR e TMA
e = 10 e = 20 e = 30 e - 40
e ~ 10 e= 20 e- 30 e 40
20 0 16 34 52 -
20 0 -2 18 36 54
0 0 - 12 6 24 -
0 - 20 - 30 - 10 8 26
- 20 0 - 30 - 22 -4 -
- 20 - 20 - 45 - 38 - 20 -2
- 40 0 - 40 - 30 - 12 -
- 40 - 40 - 60 - 46 - 28 - 10
- 60 0 - 50 - 38 - 20 -
- 60 - 50 - 60 - 54 - 36 - 18
- 80 - - - - -
- 80 - 50 - 80 - 62 - 44 -

Tableau ND6: 440 Mpa < R,o.i ::;500 MPa


Tableau ND3 : 285 Mpa < R,o.i::; 355 MPa
CODETI"' 2001 - Division 1 - MA2/6

TR TMA TR TMA
e ~ 30 e ~ 60 e 2 110 e = 30 e ~ 60 e 2 11 0

20 . 5 24 51 20 24 53 80
0 - 33 -4 )' 0 -4 25 52
--'
- 20 - 61 - 32 -5 - 20 - 32 -3 24
- 40 - 89 - 60 - 33 - 40 - 61 - 31 -4

- 60 - 1 17 - 88 . 61 - 60 - 89 - 59 - 32
- 80 - - - - 80 - - -

Tableau Dl : R,n.i S 255 MPa Tableau D4 : 355 Mpa < R, 0, 2 S 400 MPa

TR TMA TR TMA
e ~ 30 e ~ 60 e 2 110 e~ 30 e ~ 60 e 2 110
20 3 32 59 20 28 57 84

0 - 25 4 31 0 0 29 56
- 20 - 53 - 24 3 - 20 - 28 1 28
- 40 - 81 - 52 - 25 - 40 - 56 - 27 0

- 60 - 109 - 80 - 53 - 60 - 84 - 55 - 28

- 80 - 120 - 108 - 81 - 80 - - -

Tableau D2: 255 Mpa < R,o,1 S 285 MPa Tableau DS: 400 Mpa < R, 0 ,1 S 440 MPa

TR TMA TR TMA
e ~ 30 e~ 60 e 2 110 e ~ 30 e~ 60 e2 110

20 16 45 72 20 32 61 88

0 - 12 17 44 0 4 33 60

- 20 - 40 - 11 16 - 20 - 24 5 '0
~-

- 40 - 68 - 39 - 12 - 40 - 52 - 23 4

- 60 - 96 - 67 - 40 - 60 - 80 - 51 - 24

- 80 - 110 - 95 - 68 - 80 - - -

Tableau D3: 285 Mpa < R,o,1 S 355 MPa Tableau D6: 440 Mpa < R,o.i S500 MPa
CODETI,, 2001 - Div1s1on 1 - MA2/7

TMA 1°C)
.!()

20

-20

-40

-60

-80

30 40
ER (mm)

Graphique ND!
Rro.2 ~ 2j5 N/111111 2
CODETI" 2001 - D1v1sion 1 - MA2/8

TMA (°C)
40 r-~~~~~~~~r---~~~~~~~---j~~~~~~~~--t~~~~~~~----=-~

li

-20

-40

-60

-80

li 10 2ll 3 li 40
ER (mm)

Graphique ND2
255 < Rpo.2 ~ 285 N/in111 2
CODETI~ 2001 - D1v1s1on 1 - MA2/9

TMA ('C)
60

0 10 20 30 40
ER (mm)

Graphique ND3
285 < Rpo.2 ,;; 355 N/mm'
CODETI'' 2001 - Division 1 - MA2/10

TMA (°C)
60 f-~~~~~~~~r-~~~~~~~__,~~~~~~~~-+~~~~~~~~--"

40

20

-20

-411

-60

Cl 10 20 30 40
ER (mm)

Graphique ND4
355 < Rpo,2 ~ 400 N/nun 2
CODETI' 2001 - Div1s1on 1 - MA2/11

TMA ('C)
6(1

-40

-60 ~----------+<::::._ ______--j_ _ _ _ _ _ _ _+---------1

0 1() 20 30 40
ER (111111)

Graphique ND5
400 < Rpo.2 ,;; 440 N/mm'
CODETI® 2001 - Division 1 - MA2/12

TMA (°C)
60 1-~~~~~~~~1--~~~~~~~--j~~~~~~~~-+~~~~~~~~-<

-~O

-60

() 10 20 30 40
ER (mm)

Graphique ND6
440 < Rpo.2 ( 500 N/mm'
CODETI~ 2001 - Division 1 - MA2/13

è=;i =r ~
~
"1 ;
Il Il Il Il Il
a: a: a: a: a:
f- f- f- f- f-
"'
LU

\ \ \ \
\ \ \ \ \
\ \ \ \ \'
\ \' \ \ ' 0
r---

\ \
\ \ \ \

\ \\ \ \ \ 0
•r,

\ \
\ \ \ \

\ \ \ \ \
\
\ \
0
N

ç";1
-
cl"
("',
o
l..Ô
Y o
°'Of o
r-
::o
~ l ~ ~ ~ •N
' '

Graphique Dl
Rpo,2 ,:; 255 N/mm 2
0
0
0
TMA (°C)
-,,~
60 TR 20 "'00

40
- ---- ------- ----
L---

---
TR=O

/ ----
----- --- -
20 î

0 /
/ /
t----- TR = -20

-----
N / /

-----
._,,
/
V•

/
0
Îv
/\
~;,,,

//\ ..ëi.
Q
-g.
'"
-20 /

/
/
/

/ --- ---- i---


TR =--Ill

----------
N 0:
OO
v.
°'0 -40 _/ _/
z"' /
t-----
/
~

"
§t
./ /
t----- TR = -60
-60
-61

-----
-----
/ -------
/
-----------
-80
-81

-1 OO ~
/
..-- ------
~ --- TR -80

-109 L----
-120
/
ER (mm)
() 10 20 30 40 50 60 70 80 911 1110 1 1Il
TMA (°C)
80
TR = 20
L---
60 1---
J..---
L---
L-- TR=O
40
V
/
-
1..---"
20 /
V - L---
L--
TR = -20
~

v
V
V L--
J.---
()

v 1/
/

v
/
L--
i--- ---- TR = -40
-15
-20 / / - i..--

-32 /
/
v 1---
L----
L---
-40 TR - -60
L---
V L--
-60 V --- L---
0
-68 L-- TR = -80 0

V
0
L-- rn

-80 / ~ ::!
'"'

V L...-- "'
0

L------ 0

-96 / /
L---
-1 OO
1/
-110 /

-120
ER (mm)
0 l () 20 30 40 5 () 60 70 80 90 1()() 11Il
TMA (°C)
1OO

80 TR=20
L--
L--
60
__.. L--
L---'
40
V --
v L---
,____ L---
TR=O

w
V. 20 /
v /
L--
L--
~
TR = -20

v V
v V
L---
V.
/\
~:,,, Q L----
0
N
"'
"g. ()
/ /
...... - L---
//\ .ô.
... ;;
2:0
-4 V

V
V

v L---
i_-
TR = -40
-

z ...
~
-20

-30 l_.../
....
/
v
/
L----
i_- ---- TR = -60

-40
/ / - i---
î ~
-45
/ L--
-60
-61
/
V ---- L.---
-

-80
I/
-89

-1 Oll
ER (mm)
0 IO 20 30 40 50 60 70 80 90 100 1 111
TMA ( 0 C)
1OO

TR = 20

---
~
80

-----
60

v --
- --- --- i-----
TR =0

40

/
v
~

/
L---- -------
--- i-----
TR = -20

---
~
20

_/
v _/
v L---
L----~

-- --- ---
() TR = -40
~
/ V
-20 / v
V V L----"'
v
TR = -60
-29

-40
---13
v V"
/
L--"'"
~
~
()

L----"' 0

-56
-60
/ /
L---- 0
m
:::!
(Ll

-80
-8-1
/
v V "'0
0

-100
ER (mm)
() IO 20 30 40 50 60 70 80 ')() 1 ()() 1 1()
0
0
0
TMA (°C) rn
::::<
t.~)

100 "'
0
0

-----
TR = 20
80
!.----"
!.----"
L---
60 / TR=O

.,.V
/
!.----"
!.----" ----
40
----
---
_,_ / i--- TR = -20
+-
c
/\
20 /
/ /
/ L---
~>;, Q
V .....-
L---
/
0 '"
•N
"- L---
//\ ~-
v. <D
80
() 3 / / / - TR = --10

/ V
~
z °'
/ / L---
"
§N _/ /
-- !.----"

---
-20
V / ~ TR = -60

V
----
-25

-38
-40

-52

-60
/
/
/
~

/
!.----"
i--- ---
/
v
-80
ER (mm)
() 10 20 30 40 50 60 70 80 90 1011 1 10
0
CODETI 2001 - D1v1s1on 1 - MA3/1

ANNEXE MA3

COMPORTEMENT DES ACIERS EN PRÉSENCE D'HYDROGÈNE SOUS PRESSION

(Annexe inforn1ative)

MA3.1 - OBJET lorsque la pression partielle d'hydrogène augn1cntc et


lorsque le degré de pureté du gaz augn1en1c. L'oxygène
Cette Annexe rappelle les différents types de dé-
et la vapeLir d'eau ont un effet inhibiteur, alors que
gradation que peut subir un acier en présence
l'hydrogène sulfuré peut accé!~rcr l'endornn1zigc1nent.
d'hydrogène. Pour chacun des rnodes
d'endomn1agement, des recomn1andations sont don· MA3.2. l.2 - Fragilisation par l'hydrogène interne
nées pour prévenir les altérations susceptibles
Il s'agit ici des dégradations observées dans des
d'affecter la tenue en service des tuyauteries. Cette
conditions où il y a diffusion de quantités significatives
annexe aborde essentiellement le cas des aciers au
d'hydrogène (:0, 1 ppm) dans le matériau. Cet hydro-
carbone ou faiblement alliés. Le cas des aciers inoxy-
dables austénitiques est é\'oqué \orsq.u'il y a lieu. gène provient généralement des réactions de corrosion
en surface du n1atériau. La fragilisation des aciers en
présence d'hydrogène sulfuré hu1nidc est un cas typi·
MA3.2 - GÉNÉRALITÉS
que de ce tyre d'endo1nn1age111ent. Les dégradations
En présence d'hydrogène, les a<:iers peuvent subir peuvent ètre de deux types.
des dégradations résultant de deux n1odes
a) Fissuration interne du matériau
d'endon1magement:
Ce type d'endornmagement se manifeste en
~ fragilisation par l'hydrogène (FPll),
l'absence de contraintes appliquées sous fom1e de
~ attaque par l'hydrogène. c\oquagc superficie! ou hlistering et de fissuration dans
!'épaisseur du produit (l-Iydrogen Induced Cracking
DJns le cas de la fragilisation par !'hydrogène, on
l-IJC). Les dégradations résultent de la diffusion de
distingue :
l'hydrogène sous forrne atomique et de sa recon1binai-
- la fragilisation par l'hydrogène externe, son sous fom1e n1oléculaire dans des sites de piégeage
du r~seau. Les fissures qui peuvent s'amorcer résultent
- la fragilisation par l'hydrogène interne. à la fois des pressions élevées d'hydrogène dévelop·
pées au niveau des sites de piégeage et de la fragilisa·
MA3.2.1 - FRAGILISATION PAR L'HYDRO- tion de la n1atrîce environnante. Les pièges sont les
GÈNE défauts de la structure et en particulier les inclusions
MA3.2. l.l - Fragilisation par l'hydrogène externe non 1nétal!iques. Ce type de dégradation affecte essen-
tiellement les aciers au carbone et faiblement alliés.
Sous cette terminologie, sont regroupées les dégra· Les conditions d'apparition du phénomène dépendent
dations observées en présence d'hydrogène gazeux de non1breux paramètres qui sont liés à l'environ-
sous pression. Pour les aciers au carbone et faiblernent nement du matériau.
alliés, ce type d'endom1nagement se produit en général
à des températures proches de la température arnbiante b) Rupture différée sous contrainte
(dans des conditions où il n'y a pas d'introduction de Ce type de dégradation se manifeste en présence de
quantités significatives d'hydrogène dans le matériau). contraintes appliquées ou résiduelles qui peuvent être
La pénétration de J'hydrogène résulte essentiellen1ent inférieures à la lin1ite d'élasticité du 1natériau. Le phé-
d'un tratt\port par les dislocations lorsque le matériau nomène est connu sous le terme ang!o.saxon de
est en cours de déformation. Ce phénomène se produit « Sulfide Stress Cracking», ou SSC.
donc essentiellement dans les zones en déformation
plastique locale (concentrations de contraintes). La La dégradation s'apparente à celle décrite dans le
fissuration lorsqu'elle se manifeste, se développe à paragraphe MA3.2.1.1, hormis le fait que les défauts à
partir de la surface et les risques de dégradation dépen- l'origine de la fissuration peuvent être des entailles
dent de l'environnement. La fragilisation augmente géométriques (en surface du matériau) ou métallurgi-
ques (défauts internes).
CODETI" 2001 ·Division 1 · MA3/2

L'apparition des phénornènes de SSC ou de I-fIC C'est en agissant sur la con1position chimique et les
dépend de non1breux paramètres qui sont liés à traite1nents thern1iques que l'on peut obtenir les meil-
]'environnen1ent et au matériau. leurs compromis entre caractéristiques mécaniques et
résistJnce à la fragilisation par \'hydrogène.
0Jns le cas précis de l'hydrogène sulfuré humide, il
existe une recom1nandation qui définît les conditions Les in1puretés (soufre, phosphore, etc.) ont un effet
de service qui doivent conduire à prendre certaines néfaste sur la résistance à la fragilisation par
précautions (1 l. Toutefois ces recommandations ne l'hydrogène.
sont pas unanime111ent reconnues ; le rôle des paramè-
c) Propreté inclusionnaîre
tres, pression partielle de l'H2S et pH du milieu, appa-
rait prin1ordial et doit être pris en compte dans le choix Les inclusions non métalliques de type sulfures ou
des n1atériaux [2]. oxydes ont un effet néf~1ste, principa!cn1ent dans le cas
de fragilisation par l'hydrogène interne. Ce sont des
MA3.2. 1.3 - Influence de.; paramètres métallurgi-
sites privilégiés d'amorçage de fissures. Les risques
ques
sont d'autant plus in1portants que ces inclusions sont
Les aciers inoxydables austénitiques sont peu sen- nombreuses, allongées et de tai!le importante.
sibles à la fragilisation par !'hydrogène tant que la
structure austénitique est stable. Pour les aciers MA3.2.2 -ATTAQUE PAR L'HYDROGÈNE
austénîtiques instables, le maxin1um de frllgilisatîon est
Ce type d'endornn1agen1ent résulte de la réaction de
observé à - 100°(~.
l'hydrogène avec le carbone du n1étal pour former des
Dans le cas des aciers au carbone et faiblernent al- molécules de méthane ceci conduit à une décarbura-
liés, !a fragilisation 1naxiinale est observée au voisi- tion de surface et à la fonnation de micro-cavités dans
nage de la ten1pérature an1biante ; elle tend à disparaî- le volume de l'acier, qui conduisent à une din1inution
tre au-delà de 100°C. de la résistance globale du matériau.
Les pJramètres métallurgiques qui agissent sur la Le phénomène est à prendre en co1npte uniquernent
fragilisation par l'hydrogène sont: dans le cas des aciers au carbone et faiblement alliés.

a) La microstructure Contrairement à la fragilisation par l'hydrogène, le


phénon1ène d'attaque par l'hydrogène se manifeste aux
La microstructure des aciers (résultant de la com-
ten1pératures élevées (au-dessus de 200° C). Il s'agit
position chin1iquc et du traitement thermique), joue un
d'un endo1111nagen1ent irréversible.
rôle essentiel dans les phénomènes de fragilisation par
l'hydrogène.
MA3.3 - RECOMMANDATION D'EMPLOI DES
Les structures de tre1npe, martensite et bainite, sont MATÉRIAUX
les plus sensibles et ce d'autant plus que leur dureté est
élevée. MA3.3.1 FRAGILISATION PAR
L'HYDROGÈNE
Les structures résultant d'un traitement de normali-
sation présentent généralement un comportement in- Les recon1mandations ci-après s'appliquent au
tem1édîaire. choix des matériaux. Des recommandations précises ne
peuvent être données en raison de la diversité des
Les hétérogénéités de structures telles que celles
conditions de service. C'haque situation doit être étu-
qui résultent des phénomènes de ségrégation peuvent
diée au cas par cas par des discussions entre le Produc-
constituer des défauts n1étallurgiques qui sont des sites
teur, l' Utilisateur et des spécialistes.
privilégiés d'an1orçage de fissures (cas de la fragilisa-
tion par l'hydrogène interne). Des exemples de spécifications particulières sont
données dans les Références bibliographiques [ I] à [3].
Les zones soudées peuvent également présenter des
microstructures favorables à une fragilisation par
\'hydrogène (zones affectées thenniquement).

b) Composition chimique, traitement thermique


et propriétés mécaniques
Les propriétés mécaniques d'un acier dépendent de
sa microstructure, qui dépend elle-même de la compo-
sition chimique et des traitement thermiques et ther-
mo1nécaniques. Il est par conséquent difficile
d'attribuer un effet direct à tel ou tel élément chimique.
CODETI' 2001 · Div1s1on 1 - MA3/3

l\1A3.3.1.1 - Hydrogène gazeux sous pression Limitation de la teneur en soufre (valeur


Les recon1n1andations dépendent des n1atériaux n1is généralement utilisée: S::; 0,002<;;;)),
en œuvre. Limitation de !<J. teneur en oxygène (va!eur gé-
a) Aciers au carbone ou faiblen1ent alliés desti- néralen1ent utilisée: 02 :-: :; 0,002o/o),
nés aux constructions soudées Obtention d'inclusions globulaires p3.r un
Linlitation de !a valeur maximale de résistance à traitement ca!ciurn ou, m1et1\, recherche
la n1pture (valeur généra!en1ent utilisée d'une très basse teneur en soufre (valeur
R111 S 540 N/mrn2); généra!en1ent utilisée : SS 0,001°/u).

- Composition chin1ique : c) 1\-ticrostructure

• liinitation des teneurs en soufre et phosphore - Limitation de 1<:1 teneur en phosphore le phos-
(valeur généralen1ent utilisée : S S 0,0 l So/o phore favorise forten1ent les ségrégations et a
souvent été associé à la fissuration (valeur géné-
et P,; 0,015%),
ralement utilisée : P,; 0,008%),
• lin1itation du carbone équivalent à un niveau
compatible avec les caractéristiques mécani- Lin1itation du carbone équivalent à un niveau
ques requises et les épaisst:urs. con1patible avec les caractéristiques n1écaniques
requises et les épaisseurs.
- Traitcn1cnt therrnique : acier normalisé,
d) Soudures
Soudures : un détensionnernent de l'appareil est
reconunandé dans la plupart des cas. - lJn détensionnc111ent de l'ensen1ble de l'appareil
après soudage est impératif,
fi) Aciers faiblement alliés pour appareil sans
soudure - Un n1axin1urn de dureté est à respecter dans les
zones soudées. Ce niveau de dureté dépend de
Lin1itation de la valeur rnaxi1nale de résistance à la con1position chiinîque du n1atériau et du trai-
la rupture (valeur généralement utilisée : Rm S ten1ent thermique appliqué.
950 N/mm2),
MA3.3.2 -ATTAQUE PAR L'HYDROGÈNE
Composition chimique limitation des teneurs
en soufre et phosphore (valeur généralen1ent Pour des te1npératures supérieures à 200°C et pour
uti!i5ée: les tuyauteries fonctionnant sous pression partielle
S,; 0,015% et P,; 0,015%), d'hydrogène gazeux, le risque d'attaque par
l'hydrogène doit être pris en compte.
- îrJiternent thermique: trernpé et revenu.
Le choix de la nuance d'acier peut être fondé sur
c) Aciers inoxydables austénitiques l'emploi du diagramme de Nelson [4] (voir graphique
S'assurer de la stabilité de la phase austénitique N1A3.3.2). Ces courbes sont le résultat d'études statis-
à la ten1pérature de service, tiques effectuées sur des ensernhles industriels chimi-
ques et pétro-chin1iques, et délin1itent des domaines
Soudures limiter la teneur en ferrite dans les dans lesquels le comportement d'une nuance d'acier
cordons de soudure (valeur généralement utili- s'est ré\'élé convenable. Toutefois, elles ont été tracées
sée : 7%). à partir de trois données détem1inécs :
MA3.3.1.2 - Emploi en milieu H1S la température de service de \'appareil,
Ces recommJndations concernent uniquement les la pression partielle d'hydrogène,
aciers au carbone et faiblement alliés.
la nuance d'acier utilisée.
Elles visent à garantir une microstructure satisfai-
sante et un bon niveau de propreté inclusionnaire.
a) Matériaux

Le Code préconise généralement l'emploi d'aciers


nonnalisés. Néanmoins, la possibilité d'utiliser
d'autres aciers trempés revenus ne doit pas être écar-
tée, sous réserve d'une analyse spécifique préalable.
b) Propreté inclusionnaire
CODETI~ 2001 - Division 1 - MA3/4

Les autres données, telles que : Il y a lieu de tenir con1pte de !'évolution de !a tem-
pérature de transition de l'acier lors d'une réépreuve de
- 13 forme de l'appareil,
l'appareil (voir Annexe MA3).
- le type de construction,
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQllES
- le n1îlieu gazeux et sa composition,
[!] « Su!fide Stress Cracking Resistant t\.tetallic
- le ten1ps de séjour, !v1aterial for Oi! Field Equiprnent )) Nr\C[
n'ont pas été prises en considération. Il ne s'agit donc Standard MR-01-75 ; National A.ssociation of
que d'un guide généralement pris pour base de choix Corrosion Engineers, J-louston, Texas.
des nuances d'acier dans les industries chin1iques et [2] «Prescriptions applicables à la construction
pétrochimiques. d'appareils à pn~ssion en ser\'ice H::!S hun1ide ~>,
par M. SAUVAGE, Colloque AFIAP, l 989,
l\1A3.3.3 - REMARQUE COMPLÉMENTAIRE Paris.
Lès tuyauteries fonctionnant à ten1pérature élevée [3] « lfo\v to select steels for con1pressed and liq-
sous pression d 'hydrog~ne peu\'ent absorber des quan- uefied hydrogen equipment » par M.
tités in1portantes d'hydrogène, qui conduisent à des BARTHELEMY, !nt Conference on Interaction
risques de fragilisation par l'hydrogène lors d'un retour of Steels With Hydrogen in Petroleum lndustry
à froid de !'appareil. Il convient donc, pour ces tuyau- Pressure Vesse! Service, Paris, 28-30 Mars
teries, de prendre des précautions visant à augmenter la 1989.
résistance à la fragilisation par l'hydrogène :
[4] « Stee\s for I--lydrogcn Service at Elevated
- limitation des teneurs en soufre et phosphore, Temperatures and Pressures in Petroleun1 Re-
- lin1itation des duretés max!n1ales dans la Z.A.. T, fineries and Petrochernical Plants », API Publi-
cation 941, American Petro!eum Jnstitute,
- réalisation d'un traitement de détensionnen1ent. \Vashington.

u 800
0

:;"
"
·V
~

o.
700
t--.
.. ~.
r...
-._-- -
--~
-=- ......--~ -
----
E 6 Cr- 0,5 !\1o
"
f- 600
.. - -- - 1_1

__
~-

' ,_ t,,---~ ::::-- ,.. 3 Cr - 0,5 i\1()


~- ~-.
500
--,
- --- u. ·-
5 Cr - 0,5 l\lo

~
..

\. ~

'-= 1 Cr-0,5~

\ ...
400

300 \..
'--- ~

-l

C - 0,5 t\1o et l\1n - 0,5 l\lo 1


-- l Cr-"~"'
2,25 Cr - 1 l\.1o

l\1n et t,25 Cr - 0,5 !\Io

'
Acier au carhonc
1

"!'
2 Cr- 0,5 l\ifo

200

0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 76
Pression partielle d'hydrogène (tv!Pa abs.)

Graphique MA3.3.2 - Diagramme de Nelson


(American Petroleum lnstitute - Refining Department 1990 - Révision 1997)
- - - - - - - - Décarburation superficielle

- - - - Décarburation interne
CODETI" 2001 - D1v1sion 1 - MA4/1

ANNEXE l\1A4

PRÉVENTION DES RISQUES DE CORROSION

(Annexe informative)

MAA.! - GÉNÉRALITÉS Les phénomènes de corrosion sont généralen1ent


répartis en deux grandes classes (tableau MA4.1) :
En raison de la nature des produits qu'elles peuvent
contenir ou de !'environnen1ent dans lequel elles peu- - la corrosion chin1ique, produite par di.:s gaz
vent fonctionner, beaucoup de tuyauteries sont expo- secs, généralement chauds, des substances or-
sées à des risques de corrosion. ganiques ou des solutions non électrolytiques.
La corrosion est dite sèche (oxydation, sulfura-
La corrosion d'un rr1atériau est la dégradation due à
tion, etc.) : elle est peu fréquente dans les tuyau-
une réaction chin1ique ou électrochin1ique impliquant
teries(!),
le milieu environnant.
Tableau l\"1A4.1 - Processus de corrosion

CORROSION

CHIMIQUE ÉLECTROCHIMIQUE

par gaz par solutions zones anodiques zones anodiques et


non électrolytiques et cathodiques cathodiques séparées
adjacentes (courant (courant mesurable)
non mesurable)

1
action de piles locales. n1étaux effet de pile action
aération différentielle. différents géologique de sources
etc. et aération extérieures
différentielle (courants
Yagabonds)
1

1 1
corrosion non corrosion
électrolytique électrolytique

( 1) L'Annexe MA3 traite du comportement des ac'1ers en présence


d'hydrogène sous pression.
CODETI" 2001 - Division 1 - MA4/2

la corrosion é\ectrochirnique produite en milieu La vitesse de la corrosion chin1iq11e s'atténue géné-


ionisé généralen1ent aqueux. La corrosion est ralement en fonction du ten1ps, celle de la corrosion
dite luonide et concerne les cas les plus fré- électrochin1ique reste en gén~ra! constante dans le
quemn1ent rencontrés. On peut également ren- temps.
contrer cette fonne de corrosion :
MA4.2.2 CORROSION LOCALISÉE NON
• dans les solvants p Jlaires,
1

FISSURANTE
• en phase vapeur h 1mide (température infé-
1

Il existe un certain non1bre de forn1es de corrosion


rieure à 200°C),
localisée dont les plus répandues sont la corrosion par
• dans les n1étaux et les sels fondus. piqûres et/ou caverneuse affectant ponctuel!en1ent la
surface, et la corrosion intercristalline affectant !es
La présente annexe traite essentiellement de ce ris- joints des grains du n1atériau.
que de corrosion, pour lequel il y a lieu de tenir compte
des volun1es et des surfaces en contact avec le fluide La cause la plus fréquente de la corrosion par piqù-
corrosif. res est la détérioration de la couche passi\'e (aciers
inoxydables, titane, aluininiurn et leurs Jlliagcs, no-
Aux processus de corrosion peuvent s'ajouter des tan11nent) dans les nli!ieux halogénés (chlorés ou fluo-
processus n1écaniques d'endon1magen1ent fatigue, rés).
usure, abrasion, frotte1nent, érosion et cavitation.
La cause la plus fréquente de la corrosion intercris-
Ces phénon1ènes dépendent de trois groupes de fac- talline est une formation de zones appau\Ties en un
teurs: composant du n1atériau due à la précipitation de phases
Je inntériau : sa cornpo:3ition chimique, sa struc- aux joints des grains de ce dernier (forn1ation de zones
ture n1éta!!ographique, appauvries en chro1ne dut: à la précipitation de carbu-
res de chrornc aux joints des grains lors du soudage des
la tuyauterie : sa conception, les opérations de aciers inoxydables austénitiques, par exemple).
fabrication (fOnnage, soudage, états de surface,
contraintes résiduelles), La vitesse de progression d'une corrosion localisée
augmente généralernent avec le te1nps, et la perte de
les conditions de servi.ce : composition chimi- masse globale d'un échantillon ne permet pas
que des rnilieux en contact, température, pres- d'évaluer !'in1portance du phénomène, qui est fonction
sion, vitesse de circulation, flux thermique, etc. de !a profondeur des attaques.

MA4.2 - MODES DE CORROSION MA4.2.3 - CORROSION LOCALISÉE FISSU-


RANTE
Il faut distinguer trois modes principaux de corros-
ion: Elle constitue la forme peut être la plus insidieuse
de corrosion et elle résulte de l'action simultanée d'une
la corrosion généralisée,
corrosion (chin1ique ou électrochimique) et de
la corrosion localisée non jissurante, contraintes 1nécaniques. Ces dernières peuvent être
statiques (dans ce cas, i! s'agit de corrosion fissurante
- la corrosion localiséejl'ssuranfe.
sous contraintes nudcanique.s, en anglais « Stress
corrosion cracking, S.C.C. »)ou variables en fonction
MA4.2.I - CORROSION GièNÉRALISÉE du temps (dans ci;; cas il s'agit de corrosion fissurante
Ce mode de corrosion est appelé aussi corrosion par fatigue, en anglais : «Fatigue strength corrosion,
uniforme et se manifeste par un enlè\'ement assez régu- F.S.C. »).
lier et généra! de matière. Sa vitesse est assez facile à A ce mode de corrosion est souvent associée la fra-
prévoir a\'ec une précision suffisante pour déterminer gilisation par J'hydtogène.
la durée de vie probable d'une tuyauterie.
Sa progression peut être intergranu!aîre ou trans-
Il peut se produire sous forme de corrosion chimi- granulaire, ou inter et transgranulaire à la fois ; par
que ou sous forn1e de corrosion électrochimique. Cette ailleurs, dans certains cas, lors de la propagation de la
dernière forme de corrosion peut se produire même par F.S.C. notamn1ent, un mode de propagation peut se
condensation de gaz corrosifs sur les parois froides de transformer en un autre.
l'appareil.
CODETI~ 2001 · Dlv1s1on 1 · MA4/3

Elle n'entraine pas de perte de nlasse sensible et se - aux conditions de contraintes rnécaniques
manifeste par la présence de fissures, sou\'ent difficiles auxquelles l'appareil ou l'é!-:rnent d'appareil est
à déceler, mais susceptibles de pro\'oqucr une rupture sou1nis, en particulier, à la direction et au ni-
brutale lorsque leur profondeur est de\·enue assez im- veau de ces contraintes.
portante pour affaiblir la résistance de la paroi aux
Ces types d'essais peuvent être réalisés soit dans
efforts qui lui sont appliqués.
les conditions réelles (essais «in situ >1) soit sous la
On peut citer la corrosion sous tension des aciers forme d'essais acc~!érés (n1csures électrochin1iques et
inO\J'dab!es austénitiques en milieux fluorés, chlorurés tests dans les milieux ou aux conditions pour lesquelles
ou caustiques, ou la corrosion sous tension des aciers un ou plusieurs facteurs dominants sont accentués ou
au carbone en présence de nitrate d'amn1oniac ou augmentés, par exemple, la tt:neur en ions chlorures, la
d'hydrogène sulfuré, ou encore la fissuration des allia- température, la vitesse d'écoulement, ... ).
ges réfractaires par l'oxygène aux ten1pératures é\e-
En règle généro.!e, plus un test est o.ccéléré, moins
\·ées.
la corrélation des résultats avec la réalité est bonne.

l\IA4.3 - TESTS DE CORROSION Il est nécessaire de distinguer ce type d'essais, spé-


cifiques d'un 1nilieu de corrosion donné et entrepris en
Il est extrê1ne111ent difficile de prévoir la situation
vue de pré\'oir le cornportement d'un n1atériau placé
réelle qui sera susceptible de déclencher le phénomène
dans des conditions très proches de la réalité, des essais
de corrosion et/ou de l'accélérer.
appelés test Je: corrosion norn1alisés ou convention-
L'utilisation des tl)rrnulaires appelés tables de nels, qui sont surtout des tests de qualité (~J.
corrosion perrnet de dégager des orientations. Cepen-
Les tests de quolité ont en effet pour but essentiel
dant, ils doi\'ent être utilisés avec prudence car les
de caractériser le bon état thermomécanique du produit
résultats n1entionnés ont été obtenus sur des éprouvet-
ou de l'appareil terminé : ils ne sont pas prévus pour
tes à partir de n1élanges particuliers, ce qui représente
évaluer le con1porte1nent en service. Panni les facteurs
des conditions assez éloignées des conditions réelles de
qui peu\'ent inten·cnir dans cet ét<lt thermon1écanique,
ser\'1ce. Les mê1nes considérations doivent être faites, à
on peut citer :
l'heure actuelle au moins, pour !es Banques de don-
nées. la qualité des produits : pollution dans la masse
ou superficielle, traitements thern1iques itnpar-
Les essais de corrosion doivent être au contraire,
Htits (présence de carbures ou <le phases inter-
aussi proches que possible des conditions réelles. Ils
n1étalliqucs dans les aciers inoxy·dables, ... ),
peu\'etlt être pris pour base d'une prévision de la tenue
en sen:ict.:. A cet effet, il convient de porter une atten- la qualité de la frlbrication et de la n1ise en œu-
tion particuli~re : \TC:

- aux composants susceptibles de réagir avec le • forrnage à chaud : contraintes themliques et


n1atériau (acidité, teneur en ions chlore, pres- 1nodifications métallurgiques,
sion partielle d'oxygène, ... ),
• ron11age à froid : contraintes résiduetles,
- aux irnpurctés (dissoutes ou combinées) et nia-
tières en suspension contenues dans le fluide, • usinage: pollution superficielle,
qui peuvent n1odifier profondén1ent les risques • soudage : cycles thenniques dangereux,
de corrosion,
• traite1nent them1ique : cycle, pollution par
- aux paramètres hydrodynamiques (vitesses l'atn1osphère, oxydation, carburation, etc.,
d'écou!en1ent, coins «morts», viscosité de la
liqueur, ... ), à la température (température des • traite1nent de surface mécanique (grenail-
parois, transferts de chaleur, ... ) et à leurs varia- lage) ou chin1ique (passivation).
tions (dépression, coups de bélier, chocs ther-
n1iques, ... ),

(2) Par exemple, le test de corrosion intergranulaire des aciers inoxy·


dabks austénitiques en milieu acide sulfurique • sulfate de cuivre
(Essai dit de MONYPENNY . STRAUSS) décrit dans la norme
NF A 05-159 .

.) '
CODETI'°' 2001 - Division 1 - MA4/4

MA4.4 - CHOIX DES MATÉRIAUX MA4.4.3 - CHOIX OU l\IATERIAU


La résistance à la corrosion n'est pas la seule pro- Le choix du matériau le 1nieux approprié est de la
priété à considérer dans le choix d'un n1atériau résis- responsabilité du Donneur d'ordre. En général, ce
tant à !a corrosion. choix ne peut être correctement effectué qu'en collabo-
ration avec le Producteur et, le cas échéant, avec
Ce choix peut s'effectuer en trois étapes:
!'utilisateur.
MA4.4.I - INVENTAIRE ET CLASSEMENT DES
MA4.5 - PRÉVENTION DE LA CORROSION
INFORMA TI ONS
Dans le cas de la corrosion généralisée (unifom1e
L 'in\·entaire et le classen1ent des informations rela-
ou hon1ogène), il est possible de prévoir les surépais-
tives aux conditions de sen ice à prendre en compte
seurs garantissant à la tuyauterie une durée de vie assez
sont les suivants :
bien définie.
a) Les paramètres de la corrosion :
Dons le cas des autres types de corrosion, cette pré-
- constituants chin1iqucs principaux du 1nilieu vision est plus difficile, en raison des variations locales
d'utilisation et iinpuretés éventuellen1ent dange- des conditions donnant lieu à ces types de corrosion.
reuses, ainsi que leurs concentrations, En raison des progrès des connaissances dans ce do-
maine, la pré\· ision de durée de vie est cependant pos-
pH du n1ilieu, sible. Cette prévision est basée sur une analyse pouvant
- degré d'aération, inclure, si cela est nécessaire, des essais dans les condi-
tions réel!es. L'expérience n1ontre que les défaillances
ten1pérature de service, survenues sur des installations industrielles sont dues à
- cinéinatique (agitation, cavitation, ... ) abrasion une analyse préalable insuffisante des processus. Par
exemple, la corrosion sous tension des aciers inoxyda-
due aux frottcn1ents,
bles austénitiques peut être évitée si les teneurs en
pression. chlorures, fluorures, potasse, soude, etc., dans le milieu
corrosif sont adaptées à la valeur de la contrainte dans
b) Le type d'application et le type de corrosion qui
le matériau.
sont à craindre :
Enfin, dans certains cas, on peut envisager de frei-
- définition de la fonction de chaque partie de la
ner les réactions à l'interface n1atériau/n1ilieu:
tuyauterie,
en n1odifiant cette interface, soit par l'utilisation
- corrosion généralisée,
<l'un inhibiteur, soit par l'application d'un revê-
corrosion localisée, tement protecteur (peinture, dépôt métallique),
soit par un traitement chimique de surface,
corrosion sous contraintes tnécaniqucs,
- par la protection cathodique si celle-ci ne risque
- conception de la tuyauterie, pas d'accroître les risques de fragilisation par
durée de vie souhaitée de la tuyauterie. l'hydrogène,

c) L'expérience: par la protection anodique si le matériau est


passivable,
- n1êmes matériaux utilisés dans des conditions
identiques, - par !'exécution d'un traiten1ent de surface (gre-
naillage contrôlé, par exemple) mettant en com-
- tests de corrosion, pression la surface du n1atériau.
expériences sur installation pilote, Ces solutions nécessitent une étude approfondie,
car, nia! appliquées, elles risquent d'avoir des effets
bibliographie.
nétàstes.
MA4.4.2 - INVENTAIRE DES MATERIAUX De façon générale, pour être efficaces, toutes ces
méthodes nécessitent une collaboration très étroite
L'inventaire des matériaux est établi en tenant
entre spécialistes en corrosion, fabricants et exploitant.
compte des caractéristiques mécaniques, ainsi que de
leur aptitude à la nlise en œuvre.
CODETlc 2001 - Division 1 - MA5/1

ANNEXE MAS

SPÉCIFICATION D'UN PRODUIT

(.Annexe obligatoire)

MA5.I - GÉNÉRALITÉS Si !e contenu du document qui définit un produit


(norme ou spécification technique particulière) n'est
La présente Annexe a pour but de définir les condi-
pas à lui seul suffisant pour satisL1ire aux exigences de
tions à satisfaire pour un produit lorsque son utilisation
la Division l du Code, il appartient au Fabricant de le
pour la construction d'un élén1ent de tuyauterie soumis
compléter par une spécification technique d'achat qui
à la pression n'est pas explicitement prévue par le
doit prendre en compte tout ou partie des dispositions
docu111ent qui le définit. Elle n'est applicable que
contenues dans le Chapitre r-..1A5.3 - Conditions de
dans le cas prévu en Ml.3.ld) dl) et dl).
réception.

MA5.2 - SPÉCIFICATION D'UN PRODUIT

INFORMATION CONTENU

Identification de !a nom1e ou de la spécification technique particulière (nun1é-


Définition du produit
ro, date et indice de révision). Nuances et qualités des rnatériaux
État de réfërence - Traite1nent thennique correspondant à l'état de référence
Élaboration - Procédé d'élaboration prévu ou à mettre en œuvre
Con1position chimique - Valeurs liinites de con1position chimique garantie sur coulée et produit
- Valeurs min. et max. de la résistance à la traction
Caractéristiques mécaniques de base
- Limite conventionne!le minin1ale d'élasticité (Rpo,:.i., ReH ou Rp1,o)
garanties à l'ambiante
- A!longement mini111al à la rupture
- Valeurs n1in. et max. de la résistance à la traction à une ten1pérature différente
de la te1npérature ambiante
Caractéristiques - Limite d'élasticité Rpo.2 à une ten1pérature différente de la température a111-
garanties
mécaniques biante
particulières - Limite d'élasticité Rp1,o à tetnpérature élevée, éventuellement
- Valeurs d'énergie de rupture par choc
non garanties - Valeur de striction perpendiculairetnent à la surface, éventuellen1ent
- Définition de l'unité de réception
- Nombre de séries d'échantillon à prélever par unité de réception
- Essais à eftèctuer par série
- Prélèvement des échantil!ons destinés aux essais
Contrôle des produits - Types d'éprouvettes
- Traitement thermique des éprouvettes
- Analyse chimique sur produit si requis par la Division 1 du Code
- Nonnes d'essais applicables
- Interprétation des résultats d'essais et essais complémentaires
CODETI~ 2001 ·Division 1 · MA5/2

INFORMATION CONTENU
Défauts de surface - Procédure de réparation des défauts de surface et critères d'accept::ition
- Types de contrôles non destructifs
Contrôles non destructifs
- Méthodes et nonnes utilisées et critères d'acceptation
f\1arquage - Définition des n1arques à apposer
Docun1ents justificatifs - Documents de contrôle

MAS.3 ·CONDITIONS DE RÉCEPTION

MAS.3.1 ·TÔLES

INFORMATION CONTENU
- La feuille ou la bande de laminage si e ~ 3 mm
Unité de réception - Le lot de feuilles issues d'une n1êrne coulée et de rnên1e épaisseur, de 1nasse
totale :S 6000 kg si e < 3 mm
. 1série d'essais à une extrérnité de la feui!le ou de la bande de laminage de
masse unitaire :5 6000 kg
Nombre de séries d'essais par unité
- 2 séries d'essais - une à chaque extrén1ité de la feuille ou de la bande de la-
niinage de inasse unitaire> 6000 kg
- 1 essai de traction à la ten1pérature ambiante
dans tous
- 1 essai de pliage tii e 2': 10 n1m
les cas
- 1 essai de flexion par choc selon la nuance et si e 2': 6 n1m
Essais à effectuer par série
- 1 essai de traction à te1npérature élevée {l l
en option - 1 essai de flexion par choc à une température détcn11inée
par le Fabricant selon MA2
dans tous . 1 analyse par coulée
Con1position chi1nique les cas
en option (~l . 1 analyse sur produit (3 l
Pré!~vement sur produit ayant subi - Les échantillons sont prélevés à n1i-distance entre la rive et l'axe de la feuille
le traitement thermique de référence - L'échantillon destiné à l'analyse chin1ique est prélevé sur toute l'épaisseur
Dans les échantil!ons, les éprouvettes sont prélevées à une distance au moins
égale à 30 n1m d'une coupe au chalumeau ou à e/2 d'une coupe à la cisaille.
Leur axe est perpendiculaire à la direclion finale de laminage
Traction La largeur est calibrée à 30 n11n, \'épaisseur étant au plus
prisn1atique égale à MIN { e, 30 }
Confection des éprouvettes
Si l'épaisseur de la t61e est supérieure à 30 mm ou s'il s'agit
de l'essai à température élevée, l'éprouvette prisn1atique
Traction
peut être remplacée par une éprouvette cylindrique prélevée
cylindrique
au v.i de l'épaisseur, ou le plus près possible de cette posi-
tion
( 1) Un essai par coulée d~rns la tôle la plus épaisse.
(2) Essais ou contrôle à effectuer:
·soit lorsque b présente Division le spécifie,
- soit sur demande formulée à la Commande.
(3) Voir f\11.8.2.
~.
CODETI- 2001- Division 1 - MA513

INFOR\IA TION . CONTENU


L'épaisseur est au plus égale à tv·1IN ( e, 30 }
Pliage L'usinage éventuel est effectué sur une seu!c face, la peau conscr+
\'ée constituant la face externe du p!i
La génératrice du fond d'entai!le est perpendiculaire à la peau:
- si e < 6 n1m: pas d'essai
Confection des
éprouvettes (suite) - si 6 mm ::; e < 10 mn1 : 3 éprouvettes de section ré<luitc de largeur
Essai de
égale à e
flexion
10 mm e ~ 40 min 3 éprOU\'Ctlcs de section nonna!e
par choc - SI
"
prélevées côte à côte près de la peau
- si e > 40 111111 : 3 éprouYettes prélevées côte à côte au li~ Je
l'épaisseur
Contrôle non destructif Selon les dispositions de chacune des Sections f\1 spécifiques
EN 10002 tv1atériaux 1nétalliques - Essai de traction.
- Partie 1 : Méthode d'essai à ta ten1pératurc arnbiante (A 03-001)
- Partie 5: Méthode d'essai à la température élevée (A 03-005)
EN ISO 7438 Matériaux métalliques - Essai de pliage (A 03-157 et A 03-158).
EN 10045-1 l\1atériaux n1étalliqucs - Essai de flexion par choc sur éprouvette
Charpy.
- Partie 1 : Méthode d'essai (A 03-011)
Nom1es EN ISO 3651-1 Détennination de la résistance à la corrosion intergranulaire des
applicables aux essais aciers inoxydables.
- Partie 1 aciers inoxydables austénitiques et austéno-férritîques
(duplex). Essais de corrosion en milieu acide nitrique par n1t~surage
de la perte de masse (essai de Huey) (A 05-160)
EN ISO 3651-2 D~tem1ination de la résistance à la corrosion intergranulaire des
aciers inoxydables.
- Partie 2: aciers inoxydables ferritiques, austénitiques et austéno-
fèrritiques (duplex). Essais de corrosion en nli!ieux contenant de
l'acide sulfurique (A 05-159)
3
CODETl 2001 - Division 1 - MA5/4

MA5.3.2 - PIÈCES FORGÉES


INFORl\IA TION CONTENU
Pièces à l'état - la pièce unitaire de masse> 1000 kg (1)

nom1a!isé ou . - le lot de pièces de masses unitaires s; 1000 kg, la niasse


hypertrempé totale du lot étant,; 3000 kg Ui
Unité de réception
Pièces à l'état - la pièce unitaire de masse> 500 kg ( 1 J
trempé et - le lot de pièces de masses unitaires ::;: 500 kg, la masse
revenu totale du lot étant$ 3000 kg t21
- Une série d'essais par unité de réception
Nombre de sénes d'essais par unité - Deux séries d'essais par pièce dont la rnasse unitaire est supérieure à
3000 kg, sur des prélèven1ents en deux endroits syn1étriques de la pièce
- l essai de traction à la température a1nhiante
dans tous
- l essai de flexion par choc (selon la nuance)
les cas
- l analyse sur coulée
Essais à effectuer par série - 1 essai de traction à température élevée (3)
- 1 essai de flexion par choc à une température déternlinée
En option
par le Fabricant selon MA2
- 1 analyse sur produit
Tous les échantillons doivent être préle\-és à une distance de la surface égale à
t/4 (1ninimu1n 20 n1n1, n1a:ximum 80 n1n1) et à une distance de t/2 de l'extrémité
(où t représente l'épaisseur équivalente (t~ 4 ) ou l'épaisseur de la section carac-
téristique (tR) de la pièce forgée au 1noment du traiten1ent thennique, voir An-
nexe 8).
Pour !es échantillons faisant partie intégrante de la pièce, \'extrémité de la pièce
forgée doit être prolongée au n1oyen d'un écran them1ique, dont la hauteur est
au n1oins égale à t/2 (n1aximurn 90 11101). Cet écran thermique, dont la largeur
doit ête au n1oins égale à t, doit être soudé à la pièce avant le traitement thermi-
Prélèvement sur produits ayant subi que.
le traiten1ent thcnnique de référence Les échantil!ons sont prélevés :
- soit sur des surépaisseurs prévues à cet effet
- soit dans dès excédents de n1atîèn.~ r0sultant du forgeage
- soit dans une pièce détruite à cet effet
- soit dans un barreau d'essai issu de la même coulée et de la n1ên1e charge de
traitement thennique, ayant subi un corroyage au plus égal à celui de la
pièce
Le sens de prélèven1ent est déterminé par rapport à la direction principale de
forgeage

Sen~ radial Sens tangentiel Sen~ radial

./
--"~1/;l
,#1~
1 " '----- .....

Sens axial Sens axial

{ l) Les pièces forgées en ébauches multiples et qui sont découpées après ks traitements thermiques sont considérées comme pièces unitaires.
(2) Le lot est constitué de pièces forgées de dimensions analogues, provenant d'une même coulée, fabriquées selon le même cycle de fabrication et
provenant de la même charge de traitement thenniquc.
(3) Un essai par couke dans la pièce la plus épaisse.
CODETI" 2001- Div1s1on 1 - MA515

INFORMATION CONTENU
Pour autant que la forme des pièces le permette, et l'épaisseur prise en cornp!c étant
cel!e de la pièce lors du traitement thermique, la distanct: dl.': l'axe des éprouvenes à la
surface traitéç la plus proche est égale à rv1IN { e/2, 30 }
Dans les autres directions, la distance de la partie traitée utiles des éprouvettes aux au-
Confection des éprouvettes tres surfaces traitées doit être supérieure ou égale à f'vflN te, 60 }
Si la forme de la pièce ne le permet pas, on se rapprochera le plus possible de ces va-
leurs
La génératrice du fond <l'entaille des éprouYettes de flexion par choc est perpendicu-
Jaire à la peau
Contrôle non destructif Selon les dispositions de chacune des Section t-.1 spécifiques
EN 10002 Matériaux 1nétal!iqucs - Essai de traction.
- Partie 1 : Méthode d'essai à la température ambiante (A 03-001)
- Partie 5 : Méthode d'essai à la température élevée (A 03-005)
EN ISO 3651-1 Détcnnin.:ition de !a résistance à !a corrosion intergranulalrc des
aciers inoxydables.
- Partie 1: nciers inoxydables austénitiques et austéno-férritiques
(duplex). Ess;:lis de corrosion en n1ilîeu acide nitrique par mesurage
Nom1es de la perte de masse (essai de Huey) (A 05-160)
arplicab!es aux essais EN ISO 3651-2 Détemlination de la résistance à la con·osion intcrgranulaire <les
aciers inoxydables.
- Partie 2: aciers inoxydables ferritiques, austénitiques et austéno-
férritiques (duplex). Essais de corrosion en n1ilieux contenant de
l'acide sulfurique (A 05-159)
EN 10045-1 iY1atériaux métalliques - Essai de flexion par choc sur éprouvette
Charpy.
- Partie 1 : Méthode d'essai (A 03-011)

MAS.3,3 - TUBES

MAS.3.3.1-TUBES POUR TUYAUTERIES

INFORMATION CONTENU
Le lot d'au plus 50 tubes ou de rnasse totale au plus égale à 3000 kg provenant
d'une mème coulée, du mêrne procédé de fabrication, de mème diamètre, de
Unité de réception
mèn1e épaisseur et provenant de la n1èn1c campagne de traiten1cnt thcrnliquc
dans un four continu, ou de la même charge dans un four donnant
- 2 séries d'essais, chacune sur un tube différent prélevé dans le lot
Nombre de séries d'essais par unité - 1 série d'essais sur un tube si le nombre de tubes constituant le lot ou la
rnasse de celui-ci est au plus égale au tiers d'un lot normal
CODETI"° 2001 - Division 1 - MA5/6

INFORMA TIO!'i CONTE'<U


- 1 essai de traction à la température an1biante
Dans tous - 1 essai de flexion par choc (selon la nuance et seulernent
les cas sie~6n1m)
- 1 analyse sur coulée
Essais à effectuer
par série - 1 essai de traction à température élevée (scule1ncnl SI
e~41nn1)

En option - 1 essai de flexion par choc à une température détemlinée


par le Fabricant selon fvLA.2 (seulement si e ~ 6 111111)
- 1 annlysc sur produit
Essais à effectuer pour Dans tous
Voir § 11.8. I de la norme EN 10216.2
chaque tube les cas
Dans tous
Essais d'évasement Suivant EN 10236 sur un échantillon par unité de réception
les cas
Dans tous
Essais d 'applatissement Suivant EN 10233 sur un échantillon par unité de réception
les cas
Selon les possibilités de prélèvement, l'éprouvette est constituée
de :
- soit un tronçon de tube
Essai de - soit une bande prélevée !ongitud inalcn1ent et ayant
traction l'épaisseur du tube
- soit une éprouvette cylindrique prélevée longitu<linalen1ent à n1î-
épaisseur, SI e "'.: 30 n1m, ou près de la paroi extérieure, SI
Pré\èven1ent des e > 30 mm
éprouvettes
Les éprouvettes sont prélevées dans le sens longitudinal. Dans la
n1est1rc où l'épaisseur le pennet, il est prélevé:
Essai de - soit une éprouvette près de la peau extérieure, une
flexion par éprouvette à 111i-épaisseur et une près de la paroi in té-
choc ne ure
- soit trois éprouvettes près de la peau extérieure
La génératrice du fond <l'entaille est perpendiculaire à la paroi
Le Producteur tient à la disposition du Fabricant la qualification du
Qualifications mode opératoire de soudage n1is en œuvre ainsi que celles des sou-
<leurs et opérateurs
Tubes soudés longitudina-
La soudure de chaque tube est contrôlée :
!ement par fusion Contrôles non
- soit par ultrasons
destn1ctifs
- soit par flux de fuite
(CND)
- soit par courants de Foucault
Les tubes d'épaisseur supérieure à 16 mm sont contrôlés:
Tubes sans soudure ou - soit par ultrasons
soudés sans fusion - soit par flux de fuite
- soit par courants de Foucault
CODETI., 2001- Division 1 - MASn

INFORMATION CONTENU
EN 10002 Matériaux métalliques - Essai de traction.
- Partie 1 : Méthode d'essai à !a température ambiante (A 03-001)
- Partie 5 : Méthode d'essai à la température élevée (A. OJ-005)
EN 10045-1 Matériaux métalliques - Essai de flexion par choc sur éprouverte
Charpy.
- Partie 1: Méthode d'essai (A 03-011)
EN ISO 3651-1 Détern1ination de la résistance à la corrosion intt.:rgranulaire des
aciers inoxydables.
- Partie 1 : aciers inoxydables austénit!ques et austéno-férritiques
(duplex). Essais de corrosion en n1ilieu acide nitrique par n1esuragc
de la perte de masse (essai de Huey) (A 05-160)
EN ISO 3651-2 Détermination de la résistance à la corrosion intergranulaire des
aciers inoxydables.
- Partie 2 : aciers inoxydables ferrîtiques, austénitiques et austéno-
tërritiques (duplex). Essais de corrosion en n1i!ieux contenant de
!'acide sulfurique (A 05-159)
EN I 0246-7 Essais non destructifs des tubes en acier.
(A 49-870)
- Partie 7 : contrôle auton1atique par ultrasons sur toute la circonfé-
rence pour la détection des irnpcrfections longitudinales des tubes
Nor111es applicable~; en acier sans soudure et soudés (sauf à !'arc i1ncrgé sous flux en
aux essais poudre)
EN 10246-5 Essais non destructifs des tubes en acier.
(A 49-871) - Partie 5 : contrôle autornatique par flux dt;;: fuite à l'aide de pal-
peurs magnétiques sur toute la circonférence des tubes pour la dé-
tection des in1perfections longitudinales des tubes en aciers ferro-
1nagnétiques sans soudure et soudés (sauf à l'arc iinn1ergé sous flux
en poudre)
EN 10246-3 Essais non destructifs des tubes en acier.
(A 49-872) - Partie 3 : contrôle auton1atique par courants de Foucault pour la
détection des in1perfections des tubes en acier sans soudure et sou-
dés (sauf à ! 'arc immergé sous flux en poudre)
EN 10246-8 Essais non destructifs des tubes en acier.
(A 49-875-8) - Partie 8: contrôle automatique par ultrasons du cordon de sou-
dure pour la détection des iinperfections longitudinales des tubes
en acier soudés électrîquen1ent
EN 10246-9 Essais non destructifs des tubes en acier.
(A 49-875-9) - Partie 9 : contrôle automatique par ultrasons du cordon de sou-
dure pour la détection des in1perfections longitudinales eUou
transver-sales des tubes soudés à l'arc immergé sous !lux en pou-
dre
CODETI® 2001 - Division 1 - MAS/8

MAS.3.3.2 -TUBES POUR TUBULURES ET ACCESSOIRES STANDARDS DE TUBULURES

INFOR:VIA TION CO!'iTENU


Le lot de tubes provenant d'une n1ê1nc coulée, du rnêrne procédé de fr1brication,
de 1nême diamètre, de même épaisseur et provenant de la nH~n1e can1pagne de:
traiternent thennique dans un four continu, ou de la même charge dans un four
Unité de réception dorn1ant
lot de 200 tubes si D, < 76.1
lot de 1OO tubes si 76, 1 "' D, < 168,3
lot de 50 tubes si D,;, 168,3
- Deux séries d'essais, chacune sur un tube diff~rent préleYé dans le lot
Non1bre de séries d'essais par unité - Une seule série d'essais sur un tube si le no1nbre de tubes constituant le lot
est au plus égal au tiers de celui d'un lot nom1al

INFORMATION CONTENU
- 1 essai de traction à la ten1perature ambiante
- 1 essai de flexion par choc (selon la nuance et seulen1cnt
sie2:6mm)
- 2 essais d'aplatissen1ent
Dans tous - 2 essJis d'é\·asement
les cas - 1 analyse sur coulée
Dans le cas de tubes soudés longitudinalen1ent par fusion :
Essais à effectuer - 1 exan1en micrographique de la soudure
par série - 1 essai de pliage endroit/envers sur une éprouvette prèle-
vée transversale111ent à la soudure
- 1 essai de traction à ten1pérature élevée par coulée sur un
produit ou un den1i-produit permettant le prélève1nent des
éprouvettes et ay.:int subi le n1ê1ne traite111ent thennique
En option que le produit concerné
- 1 essai de flexion par choc à une ten1pérature déten11inée
par le Fabricant scion MA2 (seulen1ent si e ~ 6 nHn)
- 1 analyse sur produit
Selon les possibilités de prélèvement, \'éprouvette est constituée:
- soit par une portion de tube
- soit par une bande longitudinale découpée dans le tube et
ayant une épaisseur :\1 IN ( e , 30 ) prélevée à l'opposé de
Essai de traction
l.:i soudure éventuelle
- soil par une éprou\·ette cylindrique prélevée à m1-
Confection des épaisseur si e $ 30 mm, ou près de la paroi extérieure SI
éprouvettes e > 30 mm
Les éprouvettes sont prélevées dans le sens longitudinal et, dans
la mesure où l'épaisseur le permet, il est prélevé:
Essai de flexion - soit une éprouvette près de la pe.:iu extérieure, une éprou-
par choc vette à 1ni-épaisseur et une près de !a paroi intérieure
- soit trois éprouvettes près de la peau extérieure
La génératrice du fond d'entai!le est perpendiculaire à la paroi
3
COOETl 2001- Division 1 - MA5/9

INFOR~IATION CONTENU
Le Producteur tient à la disposition du Fabricant la qualification
Qualifications du n1odt:: opératoire de soudage n1is en (X:tl\Te uinsi que celles des
soudeurs et opérateurs
Tubes soudés longitu- Chaque tube est contrôlé par radiographie
dinale1nent par fusion A. défaut, ce contrôle peut être effectué :
Contrôles
- soit par ultrasons
non destructifs
- soit par flux de fuite
- soit par courants de Foucault

INFORMATION CONTENU
EN 10002 ~/fatériaux 1n~talliques - Essai de traction.
- Partie 1 : Méthode d'essai à 13 température ambiante (A 03-001)
- Partie 5 : Méthode d'essai à température éle,·ée (A 03-005)
EN 10045-1 rY1atériaux métalliqu~s - Essai de flexion par choc sur éprouvette
Charpy.
- Partie 1 : Méthode d'essai (A 03-011)
ENIS03651-l Déternlination de la résistance à la corrosion intergranulaîre des
aciers inoxydables.
- Partie 1 : acii::rs inoxydables austénitiques et austéno-férritiques
(duplex). Essais de corrosion en n1i!icu acide nitrique par n1csurage
de la perte de masse (essai de Huey) (A 05-160)
EN ISO 3651-2 Détermination de la résistance ù la corrosion intergranulaire des
aciers inoxydables.
- Partie 2 : aciers inoxydables fcrritiques, austénitiques et austéno-
férritiqucs (duple\). Essais de corrosion en rni!ieux contenant de
l'acide sulfurique (A 05-159)
Nom1es applicables
aux essais EN 10233 Matériau\ métalliques - Tubes - Essais d'aplatissement (A 03-092)
EN 10234 tvtatériaux méta!liques - Tubes - Essai d'évasement (A 03-093)
EN 10246-7 Essais non destructifs des tubes en acier.
(A 49-870) - Partie 7 : contrôle auton1atique par ultrasons sur toute la circonfé-
rence pour la détection des in1perfcctions longitudinales des tubes
en acier sans soudure et soudés (sauf à l'arc in1ergé sous flux en
poudre)
EN 10246-5 Essais non destructifs des tubes en acier.
(A 49-871) - Partie S : contrôle automatique par flux de fuite à l'aide de pal-
peurs magnétiques sur toute la circonfërence des tubes pour la dé-
tection des in1perfections longitudinales des tubes en aciers ferro-
n1agnétiques sans soudure et soudés (sauf à l'arc i1nmergé sous flux
en poudre)
EN 10246-3 Essais non destructifs des tubes en acier.
(A 49-872) - Partie 3 : contrôle automatique par courants de Foucault pour la
détection des imperfections des tubes en acier sans soudure et sou-
dés (sauf à l'arc immergé sous flux en poudre)
rr,;
CODETI- 2001 - Division 1 - MA5/10

MAS.3.4 - PIÈCES MOULièES

INFORl\IA TION CONTENU


- la pièce unitaire de nlasse > 1000 kg ( 1 l
Unité de réception - le lot de pièces de n1asses unitaires $ 1000 kg, la 1nasse totale du lot étant
$ 3000 kg (2)

- Une série d'essais par unité de réception


Non1bre de séries
- Deux sénes d'essais par pièce dont la masse unitaire est supérieure à
d'essais par unité
3000 kg, sur des pré!èven1ents situés en deux endroits symétriques de la pièce
- 1 essai de traction à la ten1pérature an1biante
Dans tous
- l essai Je flexion par choc (selon la nuance)
les cas
- 1 analyse sur coulr!:e
Essais fi effectuer
par série - 1 essai de traction à ternpér.:iture élevée (3l
- 1 essai de flexion par choc à une température détennin~c
En option
par le Fabricant selon MA2
- 1 analyse sur produit
Les lingots échantillons doivent avoir une épaisseur;?. 28 mn1
Ils sont:
Lingots échantillons - soit attenants fi la pièce et détachés seulernent après traite1nent them1ique
- soit coulés à part. 1na1s provenant de la mên1e élaboration et de la n1êmc
coulée et ayant subi après coulée le mên1e traitement thennique que la pièce
Le type de contr6!e non destructif - ressuage, radiographie, ou ultrasons - la n1éthode, les
Contrôles non destructifs critères d'acceptation et les zones concernées font l'objet d'un accord entre les parties
intéressées
EN 10002 Matériaux n1étalliques - Essai de traction.
- Partie 1 : Méthode d'essai à la température ambiante (A 03-001)
- Partie S: Méthode d'essai à température élevée (A 03-005)
EN 10045-1 Ï\1atériaux rnétalliques - Essai de flexion par choc sur éprouvette
Charpy.
- Partie 1 : Méthode d'essai (A 03-011)
NF A 03-354 Essais à ten1pératurc élevée - Détermination de la résistance à la
traction des aciers inoxydables austénitiques
Nonnes applicables
EN ISO 3651-1 Détermination de la résistance à la corrosion intergranulaire des
aux essais
aciers inoxydables.
- Partie 1: aciers inoxydables austénitiques et austéno-férritiqucs
(duplex). Essais de corrosion en milieu acide nitrique par mesurage
de la perte de masse (essai de Huey) (A 05-160)
EN ISO 365 1-2 Détennination de la résistance à la corrosion intergranulaire des
aciers inoxydables.
- Partie 2 : aciers inoxydables ferritiques, austénitiques et austéno-
férritiqucs (duplex). Essais de corrosion en niilîeux contenant de
\"acide sulfurique (A 05-159)
( \) Les pièces moulées en ébauches multipks dans un même moule, et qui sont découpées après les traitements thermiques sont considérées comme
pièces unitaires.
(2) Le lot est constitué de pièces moukes de dimensions analogues, provenant d'une même couke et provenant de la même charge de traitement
thennique.
(3) Un essai par coulée dans la pièce la plus épaisse.
CODETI~ 2001 · Div1s1on 1 · MA5/11

l\IAS.3.5 - INTERPRÉTATION DES RÉSUL- Dans le cas contraire, elle est définiti\·en1ent refu-
TATS - ESSAIS COMPLÉl\IE'ff AIRES sée.

l\1.;\5.3.5.1 - Conditions d'acceptation des produits i\1.A.5.3.5.4 - Remaniement


a) Lorsque toutes les conditions requises sont rem- Le Producteur peut éventuellement présenter à
plies, le produit est accepté. nouveau, après traiternent thenniquc à préciser au
Fahricant, des pièces écartées au prernier exarncn pour
b) Lorsqu'un essai rr1ontre un résultat insuffisant en
caractéristiques non confon11es.
raison d'une faute d'exécution, il est annulé.
Les essais sont recon1n1encés après ce traitement, et
Pnr faute d'exécution, il faut entendre un usinage
éventucllernent les essais complén1entaircs corres-
dÇfectueu:x de l'éprouvette, un montage incorrect dans
pondants, comn1e s'il s'agissait de nouvelh~s pièces.
la machine d'essai, un mJ.u\·ais fonctîonnen1ent de
c('.]Jc-ci, ou tuut autre <Jno111alic analogue:. Il ne peut 2tre procéd~ à plus d'un re111uniernent.
l\IAS.3.5.2 - Essais de traction et de pliage
l\IA5.3.6 - RÉPARATIONS
a) L'éprouvette présente un défaut, et les résultats
Avant expédition ou réception, le Producteur peut
sont confon11es : le produit est accepté si la nature du
éliminer les défauts de surface par meulage, dans la
défaut ne 1net pas en cause l'aptitude à l'emploi de ce
li1nite des tolérances d'épaisseur et sous réser;e que !a
produit, après un exa1nen complémentaire éventuel.
dépression résultante soit bien raccordée au rt:ste de la
b) L'éprouvette présente un défaut et les résultî.ltS surface du produit.
ne sont pas confon11es : un nouvel essai est effectué sur
Après accord entre les parties intéressées, des dé-
une éprouvette prélevée dans la mên1e pièce ou la
fauts plus în1portants peuvent être réparés pGr ineulage
1nêrne unité de réception.
suivi d'un rechargement par soudage dans les condi-
Si le résultat de l'essai co1nplén1entaire est correct tions suivantes:
et si le défaut de !a prernière éprouvette ne 1net pas en
a) Le défaut est élin1iné avant tout apport de métal.
cause !'aptitude à !'err1ploi du produit, !a pièce ou
l'unité de réception est acceptée après un exan1en bJ L'enlèven1ent complet du défaut ne réduit pas
con1plémcntaire éventuel. l'épaisseur non1ina!e du produit de plus de 2.0o/o.

Dans le cas contraire, la pièce ou l'unité de récep- c) Le rechargement par soudage fait l'objet d'une
tion est définitivement refusée. qualification du mode opératoire acceptée par les par-
ties intéressées et est etlectué par des soudeurs qu;:di-
MAS.3.5.3 - Essais de füxion par choc
fiés scion les dispositions de F 1.4.2.
Lorsque les résulta1s ne sont pas confom1es, c'est à
dJ Le rechargen1cnt doit présenter une surépaisseur
dire:
au moins égale à 1,5 mm qui est ensuite arasée par
- s'il y a un résultat inférieur à la valeur indivi- meulage pour donner à la surface réparée un aspect
duelle minimale prescrite, techniquen1ent lisse et uni.

- ou si la nioyenne des trois résultats est infë- e) La réparation fait l'objet d'un contrôle soit par
rieure à la moyenne minimale prescrite, sans ressuagc, soit par niagnétoscopie, soit par ultrasons,
qu'il y ait plus d'un résultat inférieur à cette va- éventuellement par radiographie ; le choix de la mé-
leur, thode et de la qualification de l'opérateur fait l'objet
d'un accord entre le Producteur et le Fabricant.
ou si la non-co·nfonnité tient seulement au fait
que, bien que la moyenne des trois résultats soit j) La réparation doit être effectuée avant le traite-
correcte, elle est obtenue avec deux résultats in- ment thennique de référence du produit.
férieurs à la valeur moyenne minimale prescrite, Ces dispositions s'appliquent aux produits lan1inés
au lieu d'un seul, ou corroyés (tôles, pièces forgées et produits tubulai~
trois éprouvettes supplémentaires sont prélevées à côté res). Pour les pièces n1oulées, il convient d'appliquer
des premières et essayées dans les mêmes conditions. les dispositions de la EN 10213 (A 32-055) (paragra-
phe 3.4 - Discontinuités, Parachèvement).
Si les trois nouveaux résultats sont tous supérieurs
ou égaux à la valeur rnoyenne minimale requise, et si,
associés aux trois précédents, ils donnent une moyenne
générale des six essais supérieure ou égale à cette va-
leur, la pièce ou l'unité de réception est acceptée.
3
CODETi' 2001 - Division 1 ·· MA5/12
CODE Tl' 2001 • Di' ision 1 · MA6/1

ANNEXEMA6]

EVALUATION PARTICULIERE DES PRODUITS D'USAGE SUR DESTINES A LA FA-


BRICATION DE TUYAUTERIE SOUMISE AUX EXIGENCES ESSENTIELLES DE SE-
CURITE DE LA DIRECTIVE EUROPEENNE EQUIPEMENTS SOUS PRESSION
(97/23/CE) OU DE SA TRANSPOSITION EN DROIT FRANÇAIS (DECRET 99-1046)

(A.nnexe informative)

MA6.1- GÉNÉR<\.LITÉS Ces produits ont prouvé leur qualité et leur sécurité
et sont reconnus au titre de la Di\'ision 1 du Code
La présente Annexe a pour but de mettre à la dispo- d'usage sllr, dans le doinaine d'application de leur
sition des Acheteurs, des Fabricants et des Organismes nonne d'origine.
chargés de la surveillance de la fabrication, une liste de
Ces produits devront faire l'objet d'une évaluation
produits. pouvant servir à la réalisation de tuyauteries
particulière qui, en fonction du 1nodule d'évaluation de
conforn1érnent aux exigences essentielles de sécurité
la confom1ité qui sera appliqué, de\Ta être réalisée par
de la Directive Equipements Sous Pression 971231CE
un ON ou pourra être réalisée par le Fabricant.
ou de sa transpositions en droit français (décret 99-
1046) Cette évaluation devra permettre de justifier la
conformité de ces n1atériaux par rapport aux exigences
Ces produits ne sont, à la date d'édition de la Divi-
essentielles dt: sécurité de la Directive Equipements
sion 1 du Code, ni repris dans des normes européennes
Sous Pression (97/:?3/CE) ou de sa transposition en
hannonisées, ni ne bénéficient d'une approbation eu-
droit français (décret 99-1046 ).
ropéenne de matériau\ prononcée.
CODETI" 2001 - Division 1 - MA6/2

Tableau J\tlA.6.1 - Nor~es françaises de produits

j Produits 1

Désignation
1 équivalents
_ _ _ _, _ ____c_ _ _ _ _ _ __[__ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ ~

Produits sidérurgiques. Aciers inoxyda-


1
bles pour utilisation à haute tetnpérature. 1

-- Tôles pour chaudières et appareils à 1

pression. Aciers au carbone et au car- 1


1

bone manganèse. 1

1
1

1
1
Tôles pour chaudières et appareils ù 1

1 pression. Aciers alliés au Mo, au Mn- 1

Mo et au Cr-Mo. '
-1 J

Tôles en aciers à haute linlite d'élasticité


pour appareils à pression.
-------- ------- ··---------1-----------------
Tôles en aciers alliés au nickel pour ap-
pareils à pression à basse température.
Produits sidérurgiques.Tôles en aciers
inoxydables austénitiques et austéno-
ferritiques pour chaudières et appareils à
pression.
1 - - - - - - - - - - - -1' - - - - - - - - - - - - - - - - C - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
1 Tôles pour chaudières et appareils à

L-------'-------------'-------~---l _______________L_p_r_e_ss_i_o_n_._A_e_i_e-rs_a_l_li-és_t_'"--i-te-·s_à_h_a_u_te-
limite d'élasticité.
CODETI' 2001 - Division 1 - MA6/3

1- Produits
i Prod u i_is_ I\ orme _N_F---+--
_,__ _ équivalents
Désignation
---+----------+--
j BF 42

l~_8___ Tu:yauterie industriel!e. Brides et colk~ts


r l
!
NF E 29-204
B F ! 5 C D 4 - *_ _ _ _ _ _ forgesenacier. !

l
I
:: ~O~:::I0_-1 _Il Tubes e~ acier Tub~s san~~oudure ~
extren11tes lisses la1n1nes a chaud a' ec
NF A 49-112 ~--------'- -- caractenstiques garanties à ten1perdtUre
j TUE 235 A ambiante et conditions part1culiercs de
~--------··__J ___ ______ -------~ livraison.

TU Z2 CND17-12 . 316L
Tubes en acier. Tubes sans soudur~-~
extrén1ités lisses pour transport de tluide ·
NF A 49-117 1
TU 26 CN J 8-0,9 1 304 et autres usages - Aciers ino.xydabks j
------j ferritiques et austénitiques. 1

TU 26 CND17-l I 1, 316 \ j
1
TS Z2 CNl8-10 1 304L ~ Tubes en acier. Tubes soudés lon!:.!:itudi-
1'

NF A 49_ _TS 26CN18--0,9


__ 1 304 ------j nalen1ent à extrémités lisses pour canali-
147
1
, TSZ2CNDl7-12 316L salions et usa~es généraux ~ Aciers
c c
1

1 1
1 inoxy_ dable_s austénitiques. 1

f---------_i TS26CND1:7.:_ll__I 316 ---j


u
0::
l Tubes en acier. Tubes soudés !ongitudi- 1

En cours nalen1ent à extrémités lisses pour canali-


..... NF A 49-148
d'évaluation sations et usages généraux - Aciers
°"'
"'u
..Q ~--------
inoxydables fcrritiques.

:::l Norme dimen- Tubes en acier. Fonds à souder pour


r... NFA49-J85
sionnelle 1
tubes d'acier. Série courante ~
- ---
Tubes en acier. Accessoires tubulaires, j
1 courbes, réductions à souder fabriqués à 1
NFA49-186 A E 220 A TU37 B
partir d'ébauches tubulaires sans sou- 1

i
-- 1
r~urc destinés aux us~~es générnux.
i
A37

~rG~.A~
TUE 220 ASTM AS"
API SL
Tubes sans soudure à extrémités lisses
A42
NF A 49-211 en aciers non alliés pour canalisations de
TUE 250 ASTM AIO 6
Gr.B fluides à température élevée.
API 5L Gr.B

A48
TUE 275
ASTM AIO 6 Gr.C
CODETI" 2001 - Division 1 - MA6/4

Produits
---+---
Norme NF Nuances ·1 Produits
- - - + - - - - - - - - - - ; _ _é_q_u_iv_alcnts
+-- ___
Désignation
___J
!

~-~-----+~_---_-_J
1 TU 48 C ,
~--~
~--· T LI bes sans sou d LI rc en aciers non alliés
i NF A 49-213 et alliés au Mo e t ('r-Mo utilisés aux
--
'
J ASTM A335 températures élevé CS.
i TU 10 CD5-0,5
1 Gr.Pl! '
'

1
'
!
!
TU 10 CD9-10
-- ----·
ASTM A335
Gr.P22
------ ___ ,, __
! Tubes en acier. T ubes sans soudure en
___ _j
' NFA49-214 ' aciers austénitique s utilisés aux tcrnpéra-
1

tures élevées.
-- -·
TU 42 BT A333 Gr.6
Tubes sans soudu re à extrérnités lisses
NF A 49-230 TU 10 Nl4 A333 Gr.3 pour appareils à p ression et tuyauteries
- - utilisés à basse ten1
pérature.
TU Z6 N9 A333 Gr.8
1
-
TSE 220 Tubes soudés le)[lgitudinalcrnent par
1 -- -- 1
pression à extrétnit l.':s lisses en aciers non
1 NF A 49-241 TS E 250
--- alliés pour transp ort de fluide jusqu'à
TS E 275 425 °C.
i
TS 37 C Tubes soudés 1ongitudinalen1ent par
- pression en aciers non alliés et faible·
NF A 49-242 ~-

ment alliés uti 1îs és aux ten1pératures


TS 42 C
1
nloyennernent élcv écs.
1
--- --------·- ·- - -
' Tubes soudés 1ongitudinalen1cnt par

LJ
TS 37 C
·----
pression en ac 1ers non alliés et alliés
NF A 49-243
TS 42 C
J ferritiques utilisés aux ten1pératures éle·
vées.
CODETI~ 2001 - Lli\ ision 1 - MA6/5

=i Produits

lis es
Produits Norme NF Nuances Désignation
équivalents
------1---T-S_E_2_4___
a_ Tuhes en acter Tubes soudes a extr~nù~ [
NF A 49-250 ±=~és du conunerce avec ou sans j
----~-T__s_E_2_6_-_b__ L gr J3 co~dit1ons part1culieres de livraison 1

TS 37 CP Tubes en acier Tubes soudés de d1,1n1c-


' NI
'A 49-252
L

TS 42 CP
- - - - ------1 tre 168 3 'a 1220 n1n1 en aciers non al- i
I
L f--
TS 48 CP -1 liés, uti !isés aux ternpératures movcn- ·.
nemcnt é\e\·é es. . j

~1
! TS37CP _ Tubes en aci er. Tubes soudés !ongitudi-
' na!en1ent par fusion en aciers non alliés

l
NI'A 49-253 CP
et alliés fer rit!quc-s aux tcrnpérature~
1 CP élevées.
'
Nf'A 49-281 A E 220 Tubes en acî ers. Ac~essoires tuhulai·;~
(Regr oupen1ent des A E 250 A 234 WPB
courbes, tés, réductions à souder fr1h~~~
1

qués à partir '


norrries 282, 284, ~-
d'ébauches tubulaires san:; I'
286 A E 275
1
A 234 WPC soudure avec prescriptions de qualité.

NF'A 49-285
A 42 CP

A 48 CP
1 1 -
·----
qualité.
------·------ ""--

Tubes en Jcit:·r. Fonds ù souder en aciers


non alliés ou alliés avec prescriptions de ,

TU 37 C

~
TU42 C Tubes en a cier.Accessoires tubulaires
sans soudure utilisés à haute et basse
N FA 49-289 TU 48 C

TU 10 CD5-0,5
FIR tcn1pérature - Aciers non alliés, a!liCs et
inoxydables.

=l '""" '" "'


TU 10 CD9-\0 F22

l __~N
-
A 42 CP
1 cr. Tés à souder égaux ou
réduits en aci ers non alliés ou alliés sou-
FA 49-296
dés par fusi on avec prescriptions de
A 48 CP qualité.

t ) ::
CODETI® 2001 - Division 1 - MA6/6

~------,·--- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - · - - - - · - - - - --------"-----
Produits
Produits Norme NF Nuances Désignation 1
équivalents
1
1

1 i-t--N-F-A 49-401
TS E 220
f--------+--------
J
Tubes soudés longitudinale1nent p<1r
fusion en aciers non alliés et micro alliés
·
1
1
TSE 290 !
_ _ _ _ _ _ _ _, pour canalisations de transport de flui-
Î
-"'...
=
"'
TS E 360
TS E 220
TSE
j des et appareils à pression.

~
1

Tubes soudés hélicoïdaen1ent par fusion


en aciers non alliés et n1icro alliés pour
1

1
NF A 49-402
1

0 290
f--------+-------- canalisations de transport de fluides et 1

"'"'u TS E 360 appareils à pression.


"'u 1
i

"' Tubes en acier. Accessoires tubulaires !,

1
sans soudure utilisés à haute et basse
En cours
NF A 49-489 ten1pérature. Aciers non alliés, alliés et
d'évaluation
inoxydables. [)imensions. Conditions 1

techniques de livraison.
CODETI® 2001 - Division 1 - C1/1

SECTION Cl

GÉNÉRALITÉS

Pages

Cl.1 - Objet et domaine d'application ............................... . Cl/3

Cl.2 - Charges élémentaires et situations ............................. . Cl/3

Cl.2.1 - Pressions et Températures ........................... . Cl/3

Cl.2.2 - Autres charges à prendre en compte .................... . c 1/4


Cl.2.3 - Situations ........................................ . Cl/5

Cl.3 - Caractéristiques mécaniques des matériaux utilisés dans les règles de Cl/7
calcul. ................................................... .

Cl.4 - Contrainte nominale de calcul. ............................... . Cl/8

Cl.4.1 - Généralités ....................................... . Cl/8

Cl.4.2 - Contrainte nominale de calcul pour une situation sans fluage Cl/8
du matériau .............................................. .

Cl.4.3 - Contrainte nominale de calcul pour une situation avec fluage Cl/10
du matériau .............................................. .

Cl.5 - Coefficient de soudure ..................................... . Cl/12

Cl.6 - Epaisseurs - Définitions ..................................... . Cl/13

Cl.7 - Unités - Tolérances ......................................... . Cl/14

Cl.7.1 - Unités ............................................ . Cl/14

Cl.7.2 - Tolérances ........................................ . c 1114


CODETI® 2001 - Division 1 - C1/2
CODETI~ 2001 - Division 1 - C1/3

SECTION Cl

GÉNÉRALITÉS

Cl.1-0BJET ET DOMAINE D'APPLICATION

La présente section spécifie les exigences relatives Lorsque la présente Division n'indique aucune rè-
au dimensionnement des réseaux et des supports de gle de calcul, le Concepteur. sous sa responsabilité,
tuyauteries industrielles métalliques aériennes, en gale- peut utiliser des méthodes de calcul ou expérimentales
rie, en caniveau ou enterrées. reconnues pour justifier le dimensionnement retenu ..
Cette justification peut également être réalisée au
Le domaine d'application de chacune des règles de
moyen d'une analyse des contraintes ou en se référant
calcul de la Division 1 du Code est précisé par
à l'expérience acquise lors de la réalisation
l'indication de limites qui peuvent concerner les carac-
d'installations ayant donnés satisfaction pour des
téristiques géométriques des éléments à calculer, les
conditions comparables.
sollicitations prises en compte, les modes de défail-
lance couverts, les caractéristiques du matériau, etc.

Cl.2 - CHARGES ELEMENTAIRES ET SITUA TI ONS

CI.2.1 - PRESSIONS ET TEMPERA TURES Note: Pour un matériau donné (caractéristiques mécaniques) on peut
aisément, pour tous composants élémentaires de tuyauterie, sur la
base d'une température donnée, ddinir une pression maximale
Cl.2.1.1 - Pression de service admissible respectant les co~fficients de sécurité réglementaires.
La pression de service, P0 , est la pression du fluide Cette relation permet donc ck ddinir l'ensemble des composants
du réseau de tuyauteries pour une situation de service d'un réseau vis à vis des sollicitations dues à à la pression.
donnée. Pour les tuyauteries, cette définition préalable fixe un minimum. Elle
ne permet en aucun cas au Concepteur de s'affranchir des véritica-
Cette pression de service doit appartenir au do- tions complémentaires nécessaires à la garantie de la bonne tenue des
maine des pressions maximales admissibles, PS, spéci- matériels.
fiées pour le réseau de tuyauteries.
En ce qui concerne le calcul de l'épaisseur d'un
composant quelconque, les conditions simultanées de
Cl.2.1.2 - Température de service
pression et de température à considérer sont celles qui
La température de service, T0 , est la température du conduisent à l'épaisseur la plus grande.
fluide du réseau de tuyauteries pour la situation de
service pour laquelle la pression de service est égale à Cl.2.l.4 - Pression de calcul
Po.
La pression de calcul, P, est la pression maximum
Cette température de service doit appartenir au do- retenue pour le dimensionnement d'un réseau de
maine des températures admissibles, TS, spécifiées tuyauteries à la température de calcul. Elle ne peut être
pour le réseau de tuyauteries. inférieure à la pression maximale de service.
Lorsque la température de calcul, T, est telle que ce
Cl.2.1.3 - Couple
sont les caractéristiques de fluage qui prévalent dans la
Le couple (P 0 , T0 ) à considérer pour le dimension- détermination de la contrainte de calcul, la pression de
nement du réseau de tuyauteries doit correspondre aux calcul doit être considérée comme égale à la pression
conditions les plus sévères de pression et de tempéra- de service P0 à laquelle est associée la température de
ture régnant simultanément de façon prolongée dans le service T0 corrigée si nécessaire.
réseau de tuyauteries. Les écarts maximaux momenta-
nés dus à l'exploitation ou à l'action de la régulation ne
doivent pas être pris en compte.
CODETI~ 2001 - Division 1 - C1/4

Cl.2.l.5 -Température de calcul c) Pour les composants de tuyauteries chemisés in-


térieurement, la température de calcul doit être spéci-
La température de calcul, t, est la température
fiée ou doit être déterminée à partir de calculs de trans-
maximale susceptible d'être atteinte en service, au
fert thermique ou d'essais prenant en compte la tempé-
milieu de l'épaisseur de la paroi de la tuyauterie, à la
rature du fluide et les caractéristiques du chemisage.
pression de calcul.
Note: Le chemisage peut être utilisé comme calorifuge.
La température de calcul doit être déterminée
comme indiqué ci-après. Tout calcul de transfert de
chaleur doit être réalisé dans l'hypothèse qu'il n'y a Cl.2.2 - AUTRES CHARGES A PREl'iDRE EN
pas de perte de chaleur due au vent. COMPTE

a) Pour les composants de tuyauteries non calorifu-


Cl.2.2.1 - Poids de la tuyauterie et de son contenu et
gés extérieurement ni chemisés intérieurement, la tem-
autres charges de gravité
pérature de calcul est la suivante :
Les charges de gravité agissant sur une tuyauterie
pour des températures de fluide inférieures à la doivent être prises en compte dans l'étude et peuvent
température théorique de montage (voir note), la comprendre :
tempàature de calcul du composant doit être prise
égale à celle du fluide ; la masse de la tuyauterie, des accessoires, de la
robinetterie, du calorifuge et de l'ignifuge;
pour des températures de fluide égales ou supé-
rieures à la température théorique de montage (voir la masse du fluide transporté ou la masse du
note), la température de calcul des composants non fluide utilisé pour les essais ;
calorifugés ne doit pas être inférieure aux valeurs
la masse et la poussée des terres et l'action des
données ci-après sauf si une température moyenne
charges mobiles, doivent être prises en compte
inférieure à mi-épaisseur de la paroi a été détermi-
dans le cas d'une tuyauterie enterrée (voir An-
née par essai ou par calcul de transfert de chaleur :
nexe générale A2).
• 95 % de la température du fluide pour les ap-
pareils de robinetterie, tuyaux, fonds, accessoi- Cl.2.2.2 - Charges climatiques et environnementa-
res soudés et autres composants ayant une les
épaisseur de paroi comparable à celle du
Lorsque la tuyauterie est installée à l'extérieur les
tuyau;
charges climatiques doivent être prises en compte
• 90 % de la température du fluide pour les bri- (masse de la neige, de la glace, effet du vent ... ). Les
des (à l'exception des brides tournantes sur col- charges maximales doivent être déterminées en fonc-
let) y compris les brides des accessoires et cel- tion des conditions climatiques réelles du site et des
les de la robinetterie ; conditions d'exposition de la tuyauterie.

• 85 % de la température du fluide pour les bri- De plus, pour les zones inondables et en fonction
des tournantes sur collet ; du type d!nstallation (tuyauterie aérienne, en caniveau
ou en galerie) ainsi que pour les tuyauteries en bassin,
• 80 % de la température du fluide pour la bou- il peut être nécessaire de prendre en compte les effets
lonnerie. de la poussée d'Archimède.
Note : En général la température de montage peut être prise égale à
Pour les tuyauteries enterrées les effets éventuels de
21°C pour la France.L'expérience montre qu'en deçà d'une variation
de température de 20°C une analyse de l'effet des dilatations thermi- l'évolution de la nappe phréatique doivent être pris en
que n'est pas nécessaire sauf pour les montages à dilatations bridées. compte (voir Annexe générale A2).

b) Pour les composants de tuyauteries calorifugés Cl.2.2.3 - Effets dynamiques du fluide


extérieurement, la température de calcul doit être celle
du fluide à moins que des calculs, des essais ou l'expé- La tuyauterie doit être conçue afin d'éviter ou de
rience en service basée sur des mesures permettent de réduire les effets dynamiques dus au fluide. Lorsque de
justifier l'utilisation d'une autre température. Lors- tels effets ne peuvent être évités ils doivent être pris en
qu'une tuyauterie est chauffée ou refroidie par l'inter- considération. Lorsque ces effets résultent d'une
médiaire d'un traceur ou par chemisage, cet effet doit conséquence directe du procédé ou de l'utilisation de
être pris en considération lors de la détermination des matériel fourni par l'acheteur ils doivent être définis
températures de calcul. quantitativement dans la spécification d'achat.
CODETI~ 2001 - Division 1 • C1/5

Les réactions des soupapes de sûreté durant leur Cl.2.2.6 - Séisme


fonctionnement doivent être prises en compte. Si' ces
La vérification de la tenue de l'installation au
soupapes ne sont pas fournies par le monteur de la
séisme, si elle est exigée par !'Acheteur, doit être clai-
tuyauterie, !'Acheteur doit définir les réactions et leurs
rement explicitée dès l'appel d'offres. En outre, la
directions.
spécification d'achat doit préciser les caractéristiques
Note : Des indications pour l'évaluation des effets dynamiques du du séisme à prendre en compte.
fluide sont données en annexe C3.A4.
Note : Des indications pour l'é' aluation des efkts du séisme sont
donné.:s en annexe C3.A2.
Cl.2.2.4 -1\Iouvement du sol et des bâtiments
Lorsque de tels mouvements sont susceptibles de se
Cl.2.3 - SITUA TIO.\'S
produire durant la vie de l'installation (mouvements de
terrain, tassements différentiels de bâtiments, déplace-
L'analyse d'une tuyauterie doit porter sur les situa-
ments du génie civil à la tra\'ersée des joints entre
tions ci-dessous dans la mesure où celles-ci peuvent
bâtiments ... ), !'Acheteur doit déterminer l'amplitude
être dimensionnantes :
de ces mou\'ements et indiquer dans la spécification
d'achat les \'aleurs à prendre en compte dans les cal-
CI.2.3. l - Situations normales de service
culs.
Les situations norn13les de service sont les situa-
Cl.2.2.5 - Vibrations tions rencontrées en marche continue à puissance cons-
tante et lors de conditions de fonctionnement transitoi-
La tuyauterie doit être conçue, installée et suppor-
res correspondant aux opérations normales
tée de telle manière que soient éliminés les effets ex-
d'exploitation de la tuyauterie. Les situations à pleine
cessifs et nuisibles, pour les tuyauteries et les équipe-
charge et à charge partielle doivent donc être exami-
ments qu'elle supporte ou auxquels elles sont connec-
nées ainsi que les situations de démarrage, de commu-
tées, des vibrations pou\'ant être engendrées par des
tation et d'arrêt associées.
sources telles que les chocs, pulsations de pression,
résonances dans les compresseurs et les charges dues Pour les calculs relatifs aux situations normales de
au vent. service, les sollicitations dues aux charges suivantes
doivent être examinées :
Si les vibrations susceptibles d'apparaître en ser-
vice ne peuvent être évitées par un tracé approprié de pression intérieure et/ou extérieure, y compris
la ligne ou par des dispositions constructives adaptées l'effet de fond, si nécessaire,
(supports, amortisseurs, butées, ancrages etc ... ) ou
poids de la tuyauterie, y compris les équipe-
éliminées par des inter\!entions sur le site lors de la
ments internes et les équipements supportés,
mise en route, une étude de vibrations spécifique doit
être effectuée pour assurer que le réseau de tuyauterie poids du calorifuge ou de l'ignifuge éventuel,
n'est pas contraint de manière excessive.
poids du fluide,
Note: Un justificatif d'étude écrit de l'analyse de vibrations n'est pas
obligatoire sauf disposition contractuelle particulière. dilatation them1ique de la tuyauterie entravée
par le supportage,
Ces vibrations peuvent être engendrées par un
équipement n'ayant pas été défini par Je Concepteur. réactions éventuelles des dispositifs de suppor-
Celui-ci n'est tenu, si le risque lui a été indiqué par tage élastiques,
I' Acheteur, que de réaliser le supportage correspondant Note: Les dispositifs de supportage élastique sont en
conformément aux règles particulières définies à la particulier les supports à portance constante et les supports
Section C4 « Supportage ». Si ces mesures s'avèrent à portance variable (c'est-à-dire à ressort).
insuffisantes, il appartient alors à 1'Acheteur de définir
déplacements et rotations des points d'ancrage,
les dispositions à prendre et éventuellement de prévoir
des supports et des équipements raccordés ,
l'exécution d'une étude de vibrations. Celle-ci peut
être effectuée par le Concepteur, mais doit faire l'objet Note : Ces mouvements peuvent être dus par exemple aux
tassements différentiels des bâtiments ou au séisme.
d'un contrat séparé.
mise en tension à froid.
CODETI® 2001 - Division 1 - C1/6

Cl.2.3.2 - Situations occasionnelles de service Cl.2.3.2.3 ·-Situation de purge ou de nettorngt! à la


vapeur
C 1. 2. 3. 2.1 - Cas général
Pour le calcul relatif à une situation de purge ou de
Les situations occasionnelles de service corres-
nettoyage à la vapeur toutes les sollicitations dues aux
pondent aux incidents courants de fonctionnement, par
charges suivantes doivent être examinées :
exemple les effets des réactions provenant du fonc-
tionnement des dispositifs de sécurité et de décharge, géométrie modifiée du réseau;
de la défaillance d'une pompe ou de l'ouverture et de
poids de la tuyauterie, y compris les équipe-
la fenneture des robinets.
ments internes et les équipements supportés ;
Pour les calculs relatifs aux situations de service
poids du calorifuge et de l'ignifuge (partiel ou
occasionnelles, en plus des sollicitations dues aux
total) ;
charges nonnaks définies en C l.2.3.1, toutes celles
dues aux charges suivantes doivent être examinées : dilatation thermique à la température de purge ;
fonctionnement des soupapes (voir annexe conditions de supportage (y compris les sup-
C3.A5); ports temporaires) ;
forces dynamiques dues aux chocs par exemple dispositifs de supportage élastiques bloqués ou
coup de bélier (vapeur, eau) ; débloqués;
réactions de décharge :ouverture et fenneture déplacements et rotations des points d'ancrage,
de vanne ... (voir annexe C3.A5); des supports et des équipements raccordés pour
cette situation ;
températures s'écartant des conditions nonnales
de service ; mise en tension à froid éventuelle.
conditions de fonctionnement des absorbeurs
Cl.2.3.3 - Situations exceptionnelles de service
de chocs;
Les situations exceptionnelles sont des situations
effets éventuels des conditions climatiques
très peu fréquentes, mais dont l'éventualité doit être
norn1ales, par exemple charges dues à la neige
envisagée.
nonnale et au vent normal correspondant aux
conditions locales réelles ; Pour le calcul relatif à une situation exceptionnelle,
toutes les sollicitations dues aux charges suivantes
conditions sismiques (voir annexe C3.A::!).
doivent être examinées en plus de celles correspondant
CJ.2.3.2.2 - Situation de nettoyage aux charges normales données en Cl .2.3. l.
Pour le calcul relatif à la situation de nettoyage effets climatiques et environnementaux excep-
(nettoyage à l'acide et rinçage) toutes les sollicitations tionnels éventuels, par exemple neige et vent
dues aux charges suivantes doivent être examinées : exceptionnels correspondant aux conditions
climatiques locales; inondations, ... ,
pression intérieure ;
conditions sismiques (voir annexe C3.A2).
poids de la tuyauterie, y compris les équipe-
ments internes et les équipements supportés ;
CI.2.3.4 - Situation d'essai
poids du calorifuge et de l'ignifuge (partiel ou
Pour le calcul relatif à la situation d'essai toutes les
total);
sollicitations dues aux charges suivantes doivent être
poids du fluide de nettoyage ; examinées:
dilatation thennique à la température de net- pression intérieure (pression d'essai et effet de
toyage; fond);

dispositifs de supportage élastiques bloqués ou poids de la tuyauterie, y compris les équipe-


débloqués; ments internes et les équipements supportés ;

déplacements et rotations des points d'ancrage, poids du calorifuge et de l'ignifuge (partiel ou


des supports et des équipements raccordés pour total) ;
cette situation ;
poids du fluide d'essai ;
mise en tension à froid éventuelle.
dilatation thermique ;

conditions de supportage (y compris les sup-


ports temporaires) ;
CODETI:" 2001 - Division 1 - C1n

dispositifs de supportage élastiques bloqués ou mise en tension à froid éventuelle.


débloqués;
déplacements et rotations des points d'ancrage,
des supports et des équipements raccordés ;

Cl.3 - CARACTÉRISTIQUES MECANIQUES DES l\IATÉRIAUX


UTILISÉS DANS LES RÈGLES DE CALCUL

Rm Valeur minimale spécifiée de la résistance Valeur minimale spécifiée de la limite


à la traction, à la température d'essai défi- conventionnelle d'élasticité à 1 % à la
nie par la norme de matériau température de calcul t lorsque celle-ci est
supérieure à la température température
Valeur minimale spécifiée de la résistance
d ·essai définie par la nom1e de matériau
à la traction, à la température de calcul t
lorsque cette température est supérieure à s~.h Valeur moyenne de la contrainte de rup-
la température d'essai définie par la norme ture par fluage indiquée par les normes,
de matériau pour le matériau considéré à la tempéra-
ture considérée, t, et pour la durée de vie
Valeur minimale spécifiée de la limite
considérée h (en heures), la bande de
con\'entionnelle d'élasticité à 0,2 % à la
dispersion des résultats ne devant pas
température d ·essai définie par la norme
s'écarter de plus de 20 % de la valeur
de matériau
moyenne
Valeur minimale spécifiée de la limite
Valeur moyenne de la contrainte qui
con\'entionnelle d'élasticité à 0,2 % à la
conduit à un allongement par fluage de
température de calcul t lorsque celle-ci est
1 % après 1OO 000 heures
supérieure à la température d'essai définie
par la norme de matériau S, Valeur moyenne de la contrainte qui
conduit à un allongement par fluage de
Rp 1,0 Valeur minimale spécifiée de la limite
1 % après 200 000 heures
conventionnelle d'élasticité à 1 % à la
température d'essai définie par la norme
de matériau
CODETI~ 2001 - Division 1 - C1/8

Cl.4 - CONTRAINTE NOMINALE DE CALCUL

Cl.4.1 - GÉNÉRALITÉS M2.2). Ces valeurs minimales. garanties pour les


conditions de livraison, doivent être utilisées pour le
Hors du domaine du fluage, la contrainte nominale
calcul sauf s'il est reconnu que la fabrication ou les
de calcul, J,
est la valeur de la contrainte, /E définie
éventuels traitements thermiques ultérieurs conduisent
en Cl .4.2 , à introduire dans les formules de calcul de à des valeurs plus basses. Dans de tels cas, les valeurs
la Division 1 du Code. Cette contrainte dépend des à utiliser doivent faire l'objet d'un accord entre les
caractéristiques mécaniques du matériau et des coeffi- parties concernées.
cients de sécurité adoptés vis-à-vis de la défaillance par
déformation excessive. Pour les aciers utilisés à basse température (c'est à
dire inférieure à - 10 °C). la contrainte de calcul doit
Dans le domaine du fluage, la contrainte de calcul, être déterminée à température ambiante et ces aciers
J, est la plus faible des valeurs de la contrainte nomi- doivent avoir une énergie de rupture en flexion par
nale sans fluage du matériau, f E, définie en C 1.4.2 et choc à la température de calcul répondant aux ex igen-
ces de MA2.
avec fluage du matériau. JF. définie en C 1.4.3 et doit
Note 1 : L'interpolation linéaire peut ~tre utilisée pour les tempàatu-
être déterminée pour chaque situation étudiée. res intem1édiaires.

Pour la boulonnerie destinée aux assemblages à Note 2 : Pour les aciers autres qu'austénitiques la valeur spécifiée à
brides boulonnées les contraintes nominales de calcul 20 °C peut être utilisée pour des températures 1 inférieures ou égales
à 50 °C.
sans fluage du matériau sont définies en C 1.4.2.
Note 3 : Pour tous les aciers les caractéristiques mécaniques à la
Les \a leurs de la contrainte de calcul doivent être température d" essai définie par la norme de matériau peu' ent être
déterminées à partir des caractéristiques des matériaux utilisées pour les températures infàieure à cette température d'essai.
telles que définies dans les documents matériaux (voir

Cl.4.2 - CONTRAINTE NOMINALE DE CALCUL POUR UNE SITUATION


SANS FLUAGE DU MATÉRIAU

Tableau Cl.4.2.1 - Associations permises entre les différentes contraintes nominales de calcul et les catégories de
tuyauterie, pour une situation de service sans fluage du matériau

Tuyauteries entrant Tuyauteries n'entrant pas


Evaluation des facteurs dans le champ d'application dans le champ d'application
de défaillance et des de la Directive Européenne de la Directive Européenne
conséquences Equipements Sous Pression Equipements Sous Pression
humaines, environne- 97 /23/CE ou de sa 97123/CE ou de sa
mentales et économiques transposition en droit fran- transposition en droit fran-
çais (décret 99-1046) çais (décret 99-1046)

Catégorie de risque (selon G6)

"Sans catégo-
1 II III
rie"

(D) (C) (B) (B) (D)


faible
f 1 ouf 2 ou f3 f1 ou f2 f1 f1 f 1 ouf 2 ou f3
(C) (B) (B) (B) (C)
moyen
f 1 ouf 2 ou f3 f1 ou f2 f1 f1 f 1 ouf 2 ou f3

(B) (B) (B) (A) (8)


important
f 1ouf2 ou f3 f1 ou f2 f1 f1 f1 ou f2

(B) (B) (A) (A ou Ex) (A)


très important
flou f 2 ou f3 f1 ou f2 f1 f1 f1
CODETI® 2001 - Division 1 - C1/9

Tableau Cl.4.2.2 - Contrainte nominale de calcul pour une situation normale service

MATÉRIAU Contrainte nominale /E


1. Aciers non alliés ou
fi f:. h
alliés non inoxydables
et non austénitiques (1) Produit avec contrôle Produit avec contrôle Produit n'ayant pas de car::ic-
spécifique non spécifique téristiques méc::iniques mini-
m::iles g::iranties
( 1) ' (2) (1),(3) ( 1) ,( 4)

Mn< {( Rf.~' . l (~.~ )) Ml~{( R~, l·(~; J) MIN![ R~, l·(R3~ l)


( 1) Ces \aleurs sont applicables ( 11 exigence minimale requise par la présente Di\ision
au\ aciers inox! dables austéno- (2) produit avec un certificat de réception 3.1 ou un procès \erbal de réception 3.2 selon EN 10204
ferritiquès. martensitiques.
frrritiques et semi-ferritiques (3 J produit a\ec un relevé de contrôle 2.2 ou une attestation de conformité 2.1 selon EN 10204
(4) Par exemple matériau pour lequel le document matériau permet de garantir les caractéristiques m~caniques à tempéra-
turc ambiante mais non à température de service

2. Aciers inoxydables
austénitiq ues

R~1.o
A ~30%
1.5

A~ 35 %
Mn< j( ~'.~" }( Rl~ ll

Contrainte nominale JE
BOlJLO:\'NERIE
Dimensionnement des assem- Dimensionnement des assem-
blages suivant C2.2.8 blages suivant Annexe C2.A2
1. Aciers non alliés ou
alliés non inoxydables
et non austénitiques (1)
Cas général
Mn<{(R;;'] , (Rd) MIN{( Ri~' l (~:; J)
'

( 1) Ces \aleurs sont applica- Montage à tiges filetées. ron-


bles aux aciers inoxydables
austéno-ferriti ques, martensiti-
ques, ferritiques et semi-
ferritiques
delles et 2 écrous et serrage
contrôlé
ou
Boulons à tige allégée
Mn<{(R;;'] , (~· l) Mn< j( R:.~' l (~; l)
'

2. Aciers inoxydables Cas général R~, R~,


-
austénitiques 5 4

Montage à tiges filetées, ron-


delles et 2 écrous et
R' R'm
serrage contrôlé -m -
ou 4 3
Boulons à tige allégée
CODETl:s 2001 - Division 1 - C1/10

Tableau Cl.4.2.4 - Contrainte nominale de calcul pour une situation d'essai de résistance

MATÉRIAU Contrainte nominale JE


1. Aciers non alliés ou alliés Produit avec contrôle non spécifique n'ayant pas de
Produit avec contrôle
non inoxydables et non austé- caractéristiques mécaniques minimales garanties
spécifique
nitiques (1)
( 1) Ces \aleurs sont applicables aux
ackrs inoxydables austéno-ferritiques, s 0,95 R~o.1 0,95 R~o.1
martensitiques, ferritiques et semi-
ferritiques
s
1,1

2. Aciers
austénitiques
inoxydables
s MAX { 0,95 R~1.o , 0,45 R:,,}

Contrainte nominale /E
BOULONNERIE Dimensionnement des as-
Dimensionnement des as-
semblages suivant
semblages suivant C2.2.8
Annexe C2.A2

1. Aciers non alliés ou alliés


non inoxydables et non
austénitiques (l) R~o.1 R~o.1
- -
2 1,05
( 1) Ces 'a leurs sont applicables aux
aciers inoxydables au sténo-
frrritiques, martensitiques, ferriti-
ques et semi-ferritiques

2. Aciers inoxydables aus- RI R~,


m
- -
ténitiques 2 2

Cl.4.3 - CONTR-\INTE NOMINALE DE CAL- Si un système de suivi en service des défonna-


CUL POUR UNE SITUATION AVEC FLUAGE tions est prévu un facteur de sécurité de 1,25
DU MATERIAU peut être appliqué à la valeur de la contrainte
moyenne de rupture par fluage pour la durée de
Cl.4.3.l Situation normale de service vie requise (au minimum 10 000 h). Dans ce cas
les défonnations ne doivent pas excéder la li-
La contrainte de calcul dans le domaine du fluage,
mite de défonnation par fluage à 1%,
JF , dansle cas de chargements statiques est égale à :
Si aucun système de suivi en service des dé-
fonnations n'est prévu un facteur de sécurité de
1,5 peut être appliqué à la valeur de la
contrainte moyenne de rupture par fluage pour
où C est un coefficient de sécurité qui dépend de la la durée de vie requise (au minimum 10 000 h).
5
durée de vie correspondant à la contrainte spécifiée par Les tuyauteries de catégorie de construction C et D
la norme (Tableau C 1.4.3 ). sont exclues et doivent être surclassées en catégorie B.
Si pour la conception de la tuyauterie aucune durée
de vie n'est pas précisée, la résistance à la rupture par
fluage pour la durée de vie maximum prévue par la
norme doit être utilisée.

Si pour la conception de la tuyauterie une durée de


vie inférieure à 1OO 000 h est requise l'une des deux
procédures suivantes peut être utilisée :
COD ET(~: 2001 - Division 1 - C1 /11

Tableau Cl.4.3.1 - Coefficients de sécurité 15 % si la durée de chaque dépassement


n'excède pas 48 heures et si le total des dépas-
Durée de vie h Cs sements est inférieur à 600 heures ou 10 % du
temps de service de la tuyauterie si ce dernier
250 000 h 1,:20 est inférieur à 600 heures ;
200 000 h 1,25 - 20 % si la durée de chaque dépassement
150 000 h 1,35 n'excède pas 8 heures et si le total annuel des
dépassements est inférieur à 60 heures ;
100 000 h 1,5
0 .
15 Vo s1 la relation
.
+ hl h2 <
_ 1 est satisfaite
600 60
Lorsque les caractéristiques de résistance au fluage
dans le cas où dans la première année, plusieurs
sont détenninantes pour le calcul de l'épaisseur, la
dépasements sont de durée :
pression de service (P 0 ) et la température de service
( T0 ) peuvent dépasser temporairement celles utilisées • comprise entre 8 et 48 heures avec un total
pour le calcul, sous réserve des conditions suivantes : h1;
a) La température de service moyenne par année de • au plus égale à 8 heures avec un total h2.
fonctionnement n'excédera pas la température de cal-
cul. Cl.4.3.2 Situation d'essai de résistance
Note : Dans le cas de fonctionnement intermittent. le calcul doit être
Pour une situation d'essai de résistance la
réalisé sur la base d'une période de 12 mois de fonctionnement.
contrainte ne doit pas excéder 0,90R~ 1 . 0
bJ En ne considérant que l'épaisseur minimale né-
cessaire pour supporter la pression seule, la contrainte
due à cette pression ne doit pas excéder la contrainte
admissible, à la température réellement atteinte, d'un
pourcentage de :
CODETI:& 2001 - Division 1 - C1 /12

Cl.5 - COEFFICIENT DE SOUDURE

Le coefficient de soudure, z , intervient dans le cal-


cul des épaisseurs des tubes ou pièces chaudronnées
comportant une ou des soudures bout à bout autres que
circulaires. Le coefficient de soudure ne s'applique
pas:
a) aux assemblages transversaux d'une enveloppe
cylindrique ou conique de révolution avec une autre
pièce de révolution de même axe; il s'applique cepen-
dant à l'assemblage transversal d'une enveloppe cylin-
drique ou conique avec un fond sphérique (fig. C 1.5),

b) aux assemblages exécutés pour la mise en place Figure Cl.5 - Assemblage transversal d'une enve-
d'une tubulure ou d'un piquage, loppe cylindrique ou conique
c) aux assemblages exclusivement soumis à des ef- avec un fond sphérique.
forts de compression,
d) au calcul de la résistance d'un assemblage soudé
La valeur du coefficient de soudure est donnée par
bout à bout dans une situation exceptionnelle de ser- le tableau C 1.5 en fonction de la catégorie de construc-
vice ou d'essai de résistance. Il faut donc prendrez= 1 tion retenue pour la tuyauterie.
lors de l'application des formules de calcul dans les-
quelles figure ce coefficient.

Tableau Cl.5 - Coefficient de soudure

Catégorie de Ex A B c D
construction
;: 1(1 )(4)(5) 1(1) 4 H 5 J ou
< 0,85(!) 1(1) <4 H 5 l ou 0,85( 2) 0,85( 2) <5> ou 0, 7< 3 > o,i 3l
(5) (5)

( 1) Tu: auteries faisant l'objet de contrôles destructifs et non destructifs permettant de vérifier que l'ensemble des assemblages soudes ne présente pas de
défauts significatifs.

(2) Tuyauteries faisant l'objet de contrôles non destructifs par sondage.

(3) Tuyauteries ne faisant pas l'objet de contrôles non destructifs autres qu'une inspection visuelle.

(.1) Si ce sont les caractéristiques de fluage qui sont déterminantes pour le calcul de l'épaisseur, la procédure de qualification du mode opàatoire de
soudage doit comporter, en outre, des essais significatifs de fluage (basés, par exemple, sur des extrapolations en utilisant la formule de Larson-Miller).
A ckfaut de ces essais de fluage, le coefficient z ne peut excéder 0,85.

( 5) Pour les canalisations de transport réglementées voir Annexe générale A 1.


5
CODET( 2001 - Division 1 - C1/13

Cl.6 - ÉPAISSEURS - DÉFINITIONS

e Epaisseur minimale requise pour résister - si la valeur de la tolérance c1 est ex-


à la pression, sans surépaisseur ni tolé-
rance, calculée à partir des équations primée en pourcentage X de l'épaisseur
appropriées données en C3 nominale ecde:

Cette épaisseur doit être détenninée en e ~ (e + c + c ) 1OO


fonction du procédé de fabrication. ccte o 2 (1 OO-X)

Surépaisseur de corrosion ou d'érosion Note : Dans le cas de tube droit sans soudure longi-
tudinale e, 0, =en
La valeur de cette surépaisseur doit tou-
jours être fixée par I 'Acheteur, ou éven- Epaisseur additionnelle résultant du choix
tuellement par accord entre l 'Acheteur et de l'épaisseur de commande ecde
le Concepteur, en fonction de la nature
Epaisseur nominale (sur les plans)
des produits venant en contact avec la
paroi de leur température, de leur vitesse, Epaisseur utile d'un composant, utilisée
etc. pour les calculs de vérification de la ré-
sistance
Valeur absolue de la tolérance en moins
définie dans le document matériau L'épaisseur utile eu est la plus faible
épaisseur possible après corrosion et est
Valeur de la tolérance en plus définie
donnée par:
dans le document matériau
S urépaisseur correspondant à ]'amincis- ou
sement possible lors de la fabrication
Epaisseur minimale requise, surépais-
Note : L'attention est attirée sur le fait que dans les
seurs et tolérances incluses calculs il con\ ient en général de prendre en compte
les deux états de la tuyautaie : tuyauterie non
Epaisseur de commande corrodée et tu) auterie corrodée
L'épaisseur de commande ecde d'un com-
posant (tuyau ou accessoire) doit être au
moins égale à :

- si la valeur de la tolérance c1 est ex-


primée en unité de longueur :
CODETI~ 2001 - Division 1 - C1/14

Figure CI.6-1 - Epaisseurs (applicables aux tuyaux droits ainsi qu'aux cintres)

A..
c2 c2 c2
- ... -
cl cl
CO CO
... ...
e ecde e e
n u

, .
E
u ,, ,,

Cl.7- UNITES-TOLERANCES

CI.7.1 - UNITES CI.7.2 -TOLERANCES

Sauf les quelques exceptions où les unités sont in- À l'exception des tolérances sur les épaisseurs trai-
diquées, les fonnules proposées dans les différentes tées en C 1.6, il n'est pas nécessaire de prendre en
règles de calcul sont valables dans tout système cohé- compte les tolérances sur les autres dimensions pour
rent d'unités. Il est cependant recommandé d'utiliser le l'application des règles de calcul sous réserve que ces
système international d'unités, objet de la nonne NF X tolérances restent dans les limites fixées par la présente
02-006. Division.
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2!1

SECTION C2

DIMENSIONNEMENT
Pages

C2.1 - Généralités ................................................ . C213


C2.2 - Dimensionnement des composants soumis à une pression intérieure ..... . C2/3

C2.2.1 - Tuyau droit ....................................... . C2/3

C2.2.2 - Cintres et coudes à souder ............................ . C2/4

C2.2.3 - Coudes à sections ................................... . C2/5

C2.2.4 - Réductions ....................................... . C2/7

C2.2.5 -Fonds bombés ..................................... . C2/12

C2.2.6 -Fonds plats ....................................... . C2/l 9

C2.2. 7 - Intersections et renforcements ......................... . C2/26

C2.2.8 -Assemblages à brides boulonnées ....................... . C2/48

C2.3 - Dimensionnement des composants soumis à une pression extérieure .. . C2175

C2.3.1 - Généralités ....................................... . C2175

C2.3.2 - Notations et limites de contrainte ...................... . C2/76

C2.3.3 - Tuyaux cylindriques ................................. . C2177

C2.3.4 -Réductions (enveloppes coniques) ...................... . C2/84

C2.3.5 -Fonds bombés ..................................... . C2/85

C2.4 - Analyse simplifiée à la fatigue ................................ . C2187

C2.4.1 - Généralités ....................................... . C2187

C2.4.2 - Pression cyclique .................................. . C2/87


CODETI@ 2001 - Division 1 - C2/2

ANNEXES
C2.A1 - Méthode alternative de vérification des ouvertures ............ . C2.Al/l

C2.A2 - Méthode alternative de vérification des assemblages à brides bou-


lonnées (en cours de préparation) ...................... . C2.A2/l

C2.A3 - Assemblages à brides boulonnées avec joint annulaire en élasto-


mère ou métallique creux ........................... . C2.A3/l

C2.A4 - Assemblages à brides boulonnées à lèvres soudées ou à joints à


lèvres soudées ......................................... . C2.A4/l

C2.AS - Coefficients j)pour le calcul des brides ..................... . C2.A5/l

C2.A6 - Coefficient de serrage et pression d'assise des joints .......... . C2.A6/l


CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/3

SECTI0'.\1 C2

DIMENSIONNEMENT

C2.1 - GENERALITES

Cette section spécifie les règles de dimensionne- température variés, le couple à considérer est celui qui
ment des composants (GA 1.1. l) de tuyauterie soumis à conduit à l'épaisseur la plus grande.
une pression intérieure (C2.2) ou à une pression exté-
Lorsque des composants sont conformes à des
rieure ( C2.3 ).
normes garantissant leur résistance pour les condi-
Ces règles sont complétées, dans le cas de charges tions de service, ils n'ont pas à subir de nouvelle
variables par une méthode d'analyse à la fatigue vérification.
(C2.4).
A ce titre et en ce qui concerne la pression inté-
Les règles de la présente Division s'appliquent à rieure les composants (tuyaux et tubes, coudes, réduc-
des composants fabriqués, confom1ément à la section tions, tés, fonds ... ) conformes aux normes de l'annexe
F, à partir de matériaux définis dans la section M. MA6 ainsi que les assemblages à brides boulonnées
conformes aux exigences de C2.2.8.2 doivent être
Dans le cas où la tuyauterie est prévue pour fonc-
considérés dans le cadre de la présente Division
tionner dans des conditions de couples pression-
comme satisfaisant cette condition.

C2.2 - DIMENSIONNEMENT DES COMPOSANTS


SOUMIS A UNE PRESSION INTÉRIEURE

C2.2.l -TUYAU DROIT C2.2.1.2 - Tuyau sans soudure ou comportant une


soudure longitudinale
C2.2. l. l - l'iotations
Pour De/Di :S:: 1,7, l'épaisseur de paroi minimale, e,
Pour les besoins du présent chapitre les notations sans surépaisseur ni tolérance, d'un tuyau droit sans
suivantes s'appliquent : soudure longitudinale (z= 1, fig.C2.2. l.2- l) ou d'un
tuyau droit comportant une soudure longitudinale
De diamètre extérieur du tuyau (pour les
(fig.C2.2.l.2-2) ne doit pas être inférieure à l'épaisseur
tubes normalisés le diamètre De est égal
calculée à partir de l'une des formules suivantes :
au diamètre extérieur théorique sans
tenir compte des tolérances)
PD
D1 diamètre intérieur du tuyau (pour les e= e (C2.2.l.2-I)
tubes normalisés, le diamètre Di est 2/ z+P
égal au diamètre intérieur théorique
sans tenir compte des tolérances)
PD
e=--m- (C2.2. 1.2-2)
diamètre moyen du tuyau 2/ z
p pression de calcul définie en C 1.2.14

f contrainte nominale de calcul définie PD (C2.2.I .2-3)


en Cl .4 e '
2/z-P
z coefficient de soudure défini en C 1.5
CODETl'3 2001 - Division 1 - C2/4

D1

Figure C2.2.l.2-l - Tuyau sans soudure Figure C2.2.l.3 - Tuyau soudé hélicoïdalement

C2.2.2 - Cll\'TRES ET COUDES A SOUDER

C2.2.2.1 - l\otations
Pour les hesoins du présent chapitre les notations
sui\'antes s'appliquent:
Figure C2.2.l.2-2 - Tuyau comportant une sou- e épaisseur minimale d'un tuyau droit
dure longitudinale déterminée conformément à C2. l. l
Pour De/Di> 1,7. l'épaisseur de paroi minimale, e,
sans surépaisseur ni tolérance. d'un tuyau droit sans
soudure longitudinale (:: == 1, fïg.C2.2. l .2- l) ou d'un De
tuyau droit comportant une soudure longitudinale
(fig.C2.2. l.2-2) ne doit pas être inférieure à l'épaisseur
calculée à partir de l'une des formules sui\'antes:
(C2.2. l.2-4)

(C2.2. l .2-5) Re 1

Cmt " 1

C2.2. l.3 - Tuyau soudé hélicoidalement


Pour De/Di> 1,7. l'épaisseur de paroi minimale, e,
"-""-----'-" - - - - - - -~ 1

sans surépaisseur ni tolérance, d'un tuyau droit soudé Figure C2.2.2.2 - Cintre et coude à souder
hélicoïdalement (fig.C2.2. l.3) ne doit pas être infé-
rieure à la plus grande des deux valeurs calculées à C2.2.2.2 - Cintres
partir de l'une des formules C2.2. l .2 ci-dessus et de la
formule C2.2. l .3 ci-dessous: Les épaisseurs de paroi minimales, e,,, et e"" sans
surépaisseur ni tolérance, d'un cintre doivent satisfaire
2 (C2.2. l.3) les inégalités suivantes :
e=[ PDe ]( 1 _sin Ç?l
2/::+P 2 - à l'intrados :

où: (C2.2.2.2- l)
angle formé par la soudure et une géné-
ratrice
- à l'extrados :
Note: Il s'agit ici de tubes fabriqués suivant spécification particu-
lière établie par le fabricant, ceux de la norme NF A 49-250 ne
pou,ant être utilisés que pour les catégories B. Cet D. (C2.2.2.2-2)
GODET(~ 2001 - Division 1 - C2/5

où: C2.2.2.3 - Coudes à souder


rayon de cintrage Les épaisseurs de paroi minimales, e'°' et e"'' sans
surépaisseur ni tolérance, d'un coude doiYent. sauf aux
AltematiYement, l'épaisseur en tout point du cintre
extrémités. satisfaire les inégalités sui\'antes :
ne doit pas être inférieure à l'épaisseur requise pour un
tuyau droit et : - à l'intrados :

a) lorsque la contrainte de calcul ne dépend pas des


caractéristiques de fluage du matériau et que le rayon (C2.2.2.3- I)
de cintrage est inférieur à trois fois le diamètre inté-
rieur du tuyau, l'épaisseur à l'intrados doit satisfaire
l'inégalité suiYante : - à l'extrados:

e 2 Re - R ]
>-- r
l
1

e (C2.2.2.2a) (C2.2.2.3-2)
'"1 - 1,2s 2 Re - 2 R

où: où:

R=-e -e
D __ rayon du coude
2 Note: Les épaisseurs aux extrémités sont généralement alignées sur
l'épaisseur des tuyaux à raccorder.
b) lorsque la contrainte de calcul dépend des carac-
téristiques de fluage du matériau et que le rayon de Cette vérification peut être remplacée par un essai
d'éclatement.
cintrage est inférieur à six fois le diamètre intérieur du
tuyau, l'épaisseur à l'intrados doit satisfaire l'inégalité De plus, dans le cas où ils sont exécutés en demi-
suiYante : coquilles soudées longitudinalement sui\·ant le rayon
de courbure, les exigences concernant le soudage im-
2 Re - R ] posées pour les tuyaux droits soudés longitudinalement
C· 1 >e (C2.2.2.2b)
'" - [ 2 Re - 2 R (voir C2.2. l.2) doivent être respectées.

C2.2.3 - COUDES A SECTIONS


R = D. - e
2 C2.2.3.1 - Notations

Dans tous les cas, si le rapport entre le rayon de Pour les besoins du présent chapitre les notations
cintrage Re et le diamètre extérieur De est inférieur à 5, suivantes s'appliquent :
le contrôle de l'épaisseur sur l'extrados est imposé. De diamètre extérieur du tuyau
Toutefois ce contrôle n'est pas à effectuer si, lors de la
détem1ination de c2 défini en C 1.6, on a tenu compte Dm diamètre moyen du tuyau
de la \'aleur d'amincissement donnée ci-après, en fonc- Rs rayon d'un coude à sections, défini
tion de RelDe. comme la plus courte distance de l'axe
Tableau C2.2.2.2 du tuyau à l'intersection des plans
contenant les lignes d'assemblage adja-
% de l'épaisseur (e + c) (voir Cl.6) centes (\'oir fig. C2.2.3.I-I et -2)

5 0 épaisseur utile

4 10

3 20

Pour des valeurs intermédiaires de Re 1De


l'interpolation linéaire est permise.

L'ovalisation d'un cintre doit satisfaire la condition


indiquée en F l.6.4.
CODETI ""~ 2001 - Division 1 - C2/6

C2.2.3.2 - Domaine d'application


Lorsque la contrainte de calcul ne dépend pas des
caractéristiques de fluage du matériau, ! 'utilisation de
coudes à section respectant les exigences de C2.2.3.3 et
C2.2.3.4 est permise.
Lorsque la contrainte de calcul dépend des caracté-
ristiques de fluage du matériau, l'utilisation de coudes
à section est permise si, en compléments des exigences
de C2.2.3 .3 et C2.2.3 .4 toutes les conditions suivantes
1 '
sont respectées :
28 1 1
la tuyauterie doit être entièrement équilibrée au

4~-J
moyen de compensateurs,
la pression intérieure ne doit pas être supé-
rieure à 0,4 MPa (4 bar),
1

le nombre de cycles de pleine pression ne doit


pas être supérieur à 1OO,
les effets du cyclage aux températures élevées
doit être pris en compte.

Figure C2.2.3.l-l- Coude à sections rapprochées ou Dans tous les cas, les règles suivantes s'appliquent :
coude à sections multiples
un coude d'angle 8 inférieur ou égal à 3° n'est
pas considéré comme un coude à sections,
la valeur de R5 doit respecter l'inégalité sui-
vante:

l D
R >-'-+-e (C2.2.3.2)
s - tanfJ 2
où /5 prend les valeurs empmques données par le
tableau C2.2.3.2 en fonction de l'épaisseur utile, eu,
définie en C 1.6.
Tableau C2.2.3.2

eu !,
mm mm

$ 13 26

13 <eu< 22 2 eu

2: 22 (2 eu 13) + 30

- - - - Rs ------1

Figure C2.2.3.l-2 - Coude à sections espacées ou coude


à un onglet
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2f7

C2.2.3.3 - Coude à sections rapprochées ou coudes à C2.2.4 - RÉDUCTJO:\'S


sections multiples
C2.2.4.l - Notations
La pression intérieure maximale admissible (PMA)
est la plus basse pression calculée à partir des formules Pour les besoins du présent chapitre les notations
C2.2.3.3-l et C2.2.3.3-2 ci-dessous. Ces équations ne suivantes s'appliquent:
e
sont applicables que pour un angle inférieur ou égal à
e épaisseur minimale du cône dans la
22,5°.
section droite considérée

ecône. I épaisseur minimale du cône, côté


grande base
épaisseur minimale du cône, côté pe-
(C2.2.3.3-l) tite base

ecyl, 1.min épaisseur minimale du tuyau, calcu-


(C2.2.3.3-2)
lée confom1ément à C2.2.1, côté
grande base
C2.2.3.4 - Coude à section espacées ou coude à un ecyl,2.min épaisseur minimale du tuyau, calcu-
onglet lée conformément à C2.2. l, côté pe-
tite base
La pression intérieure maximale admissible (PMA)
e
pour un coude d'angle inférieur ou égal à 22,5° est la ecyl, 1 épaisseur minimale de la partie cy-
pression obtenue à partir de la formule suivante : lindrique sur laquelle se raccorde la
grande base du cône
PiV!A = [ 2 f : : ea ] [ e" ] ecyl,2 épaisseur minimale de la partie cy-
Dm ea + 0,643 tan B ~0,5 Dm e, lindrique sur laquelle se raccorde la
petite base du cône
(C2.2.3.4-l)
épaisseur minimale de la partie tori-
La pression intérieure maximale admissible (PM4.) que raccordant à sa grande base, le
e
pour un coude d'angle supérieur à 22.5° est la pres- cône avec une virole cylindrique (fig.
sion obtenue à partir de la formule suivante : C2.l.4-3)
épaisseur utile minimale du cône
PMA =
diamètres moyen, extérieur et inté-
rieur de la section droite considérée
(C2.2.3 .4-2) du cône

Dm,cyl,I diamètres moyen de la partie cylin-


C2.2.3.5 - Eléments de tuyau droits contigus des
drique sur laquelle se raccorde la
coudes à section
grande base du cône
L'épaisseur de paroi doit être maintenue sur une
Dm, cyl,2 diamètre moyen de la virole cylindri-
longueur l , mesurée à partir de langle intérieur des
que sur laquelle se raccorde la petite
soudures d'extrémité, calculée à partir de la formule
base du cône
suivante:
rayon intérieur de la partie torique
l =MAX{ 2,5 ~0,5 Dm eu ; ( R, - ~m) tan()} raccordant, à sa grande base, le cône
à la partie cylindrique

(C2.2.3 .5) a demi-angle au sommet du cône

f contrainte nominale de calcul (voir


C 1.4) du matériau du cône et des élé-
ments raccordées

:: coefficient de soudure (voir Cl.5) si


les éléments comportent au moins
une soudure non circulaire
CODETl'8; 2001 - Division 1 - C2/8

Dans le cas de soudures exclusive- b) Assemblage à angle vif


ment circulaires ou en l'absence de
Un tel assemblage (figure C2.2.4.4h) n'est accepta-
soudure, prendrez = 1 pour l'applica-
ble que s'il est constitué par une soudure bout à bout
tion des formules dans lesquelles z
avec reprise à ]'envers permettant d'assurer un raccor-
apparaît
dement régulier des surfaces intérieures. cette soudure
étant soumise à un contrôle non destructif à 1OO %
C2.2.4.2 - Domaine d'application
conformément aux règles données en 1.2.
Les réductions nomalisées ( voir C2. l) comportant
une cône d'angle au sommet supérieur à 30° et sans ~~~-------/~
bord tombé ne sont pas permises pour les températures '

supérieures à 400 °C.


Les règles ci-après concernent le dimensionnement
des réductions chaudronnées concentriques composées
d'une enveloppe conique de section droite circulaire
comportant de part et d ·autre une partie cylindrique
pem1ettant son raccordement aux tuyaux.
Le demi angle au sommet ne doit pas être supérieur
T
~ 1,4 ! cyl,\
.___ _ _ Di.cyl.!

à 40°. Des valeurs de demi-angle supérieures doivent 1

faire l'objet de justifications. _l__


~~ecône,I ~
C2.2.4.3 - Epaisseur de la partie conique a ,
L'épaisseur de paroi minimale, e, sans surépaisseur 1
ni tolérance, de la partie conique ne doit pas être infé- ~ 1,4 /cône,! '
rieure à l'épaisseur calculée à partir de ! 'une des for- 1

mules suivantes : '


1
p De '
e=--~-
(C2.2.4.3-l)
2 f z + P casa 1

Figure C2.2.4.4b - Raccordement à angle vif de la


P Dm 1 grande base d'un cône et d'une partie cylindrique
e=---- (C2.2.4.3-2)
2 f z cos a L'épaisseur de paroi minimale, ecvl I· sans suré-
paisseur ni tolérance, de la partie cylindrique ne doit
PD, pas être inférieure à la valeur calculée à partir de la
e=---'-- (C2.2.4.3-3)
2f z - P cosa relation suivante :

La pression intérieure maximale admissible (PMA) ecy1.1 = MAX(ecyl.l,min ; ej) (C2.2.4.4b-1)


est obtenue à partir de la formule suivante :
où:
PMA= 2fzeu cosa
(C2.2.4.3-4)
Dm (C2.2.4.4b-2)

C2.2.4.4 - Raccordement de la grande base d'un


et:
cône et d'une partie cylindrique
a) Limitations c,~~~Dm.<>'-'
.
tan~ -O,IS
(C2.2.4.3b-3)
Les règles de ce paragraphe s'appliquent lorsque le .) ej l+---
raccordement considéré est situé à une distance non .Jcosa
inférieure à 2 lcyl, 1 le long de la partie cylindrique et
non inférieure à 2 Icône. 1 le long du cône de tout autre
Le coefficient C 1 peut être déterminé directement à
raccordement ou discontinuité majeure :
partir du graphique C2.2.4.4.
(C2.2.4.4a- l) Cette épaisseur doit être maintenue sur une lon-
gueur au moins égale à 1,4 lev!, 1 à partir de la jonction,
' 1Dm.cvl.1 ecône.I le long de la partie cylindrique.
(C2.2.4.4a-2)
Icône.! = ~ cosa
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/9

"~~D
L'épaisseur de paroi minimale, ecône. I • sans suré-
•.,,,, '"na -015
paisseur ni tolérance, de la partie conique ne doit 'pas C1 ~ l .
être inférieure à la valeurs calculée à partir de la rela- J ej l+---
tion sui\'ante : .Jcosa
ecône.I = MAX(e; ej) (C2.2.4.4 b-4) (C2.2.-l.4c-4)

Cette épaisseur doit être maintenue sur une lon-


gueur au moins égale à 1,4 Icône.! à partir de la jonc- (C2.2.4.4c-5)
tion, le long de la partie cônique.
c) Assemblage avec un raccordement torique
Lorsque la partie conique est assemblée à la partie 0,028 r a
c, =--;==== 1
l
cyiinàrique par l'intermédiaire d'une partie torique -J Dm.c: 1.1 (C2.2.-1.4c-6)
ej l +----
(figure C2.2.4.4c), les règles de ce paragraphe .Jcosa
s'appliquent si le rayon de raccordement satisfait
l'inégalité suivante: Note : La \'aleur déterminée à patir du graphique C2.2.4.4 est un
majorant de la \'aleur calculée à partir des formules ci-dessus.
(C2.2.4.4c- l)
Cette épaisseur doit être maintenue sur une lon-
gueur au moins égale à 1.4 le, 1.1 • à partir de la jonction.
le long de la partie cylindrique.
L'épaisseur de paroi minimale, ecône. I• sans suré-
paisseur ni tolérance, de la partie conique et l'épaisseur
de paroi minimale, et, sans surépaisseur ni tolérance, de
la zone de raccordement torique ne doivent pas être
inférieures à la valeur calculée à partir de la formule
suivante:
~------- Di.cy1.1
ecône.I =e 1 =MAX(e;ei) (C2.2.4.4 c- 7)
--;r-_,......__ _ _ ~ e cyl.!
Cette épaisseur doit être maintenue sur une lon-
gueur au moins égale à 1,4 ! cône.!· à partir de la jonc-
tion, le long de la partie cônique.

C2.2.4.5 - Raccordement de la petite base d'un cône


et d'une partie cylindrique
~
~ 1,4 f cône.! a) Limitations

Les règles de ce paragraphe s'appliquent lorsque le


raccordement considéré est situé à une distance non
inférieure à 2 lcvl,2 le long de la partie cylindrique et
non infërieure à ·2 fcône.2 le long du cône de tout autre
raccordement ou discontinuité majeure :
Figure C2.2.4.4c - Raccordement de la grande
base d'un cône et d'une partie cylindrique par (C2.2.4.5a- l)
l'intumédiaire d'une partie torique

Dm.cyl.:: ecône.2
L'épaisseur de paroi minimale, ecvl 1, sans suré- (C2.2.4.Sa-2)
paisseur ni tolérance, de la partie cylindrique ne doit cos a
pas être inférieure à la valeur calculée à partir de la
relation suivante :

ec;1.1 = MAX(ecyl.t.min ; eJ (C2.2.4.4c-2)

où ej est obtenue par itération à partir des formules


suivantes:

Cl p Dm,cvl,I
e·=- . (C2.2.4.4c-3)
J C, 2f
CODETl'E 2001 - Division 1 - C2/10

b) Assemblage à angle vif ou avec un raccordement


torique
Pour un tel assemblage (figure C2.2.4.5b- l ).
l'épaisseur de paroi minimale, ecvl.2• sans surépaisseur
ni tolérance, de la partie cylindrique et l'épaisseur de
paroi minimale. ecône.2· sans surépaisseur ni tolérance,
de la partie conique ne doivent pas être inférieures aux
\'aleurs déterminées à partir de la procédure sui\'ante :
- estimer ecyl.2 et ecône,2 :

ecône.2
s=-- (C2.2.4.5b- l)
~ ecône)

e cône.2 ~ e

- calculer C4 et C5 à partir des formules suivantes :

1 52
s:::: 1 C.i = 1 + s[ + : (C2.2.4.5b-3)
2 cos a
Figure C2.2.4.5b-1- Raccordement à angle vif de
Dm_c, 1.2 tan a _ la petite base d'un cône et d'une partie
- - - - - + 0,) (C2.2.4.5b-4) cylindrique
ec, 1.2 C4

- les valeurs de ecyl.2 et ecône,2 sont acceptables si :

(C2.2.4.5b-5)

- dans le cas contraire modifier les estimations de


ecyl.2 et ecône,2 et reprendre la procédure.

L'épaisseur ecvl,2 doit être maintenue sur une lon-


gueur au moins égale à lcy\, 2, à partir de la jonction, le ~f"'----o-4~---- è: e cyl,2
long de la partie cylindrique et l'épaisseur ecône.2 doit :;of cyl,2
être maintenue sur une longueur au moins égale
à lcône.2· à partir de la jonction, le long de la partie
cônique.
Si ecvl,2 = ecône,2 le raccordement peut être réalisé
par une"' partie torique de même épaisseur (figure
C2.2.4.5b-2 ).
1 ~
1

1
1

1
1

~a

Figure C2.2.4.5b-2 - Raccordement par


l'intermédiaire d'une partie torique de la petite
base d'un cône et d'une partie cylindrique
CODETIÈ 2001 - Division 1 - C2/11

C2.2.4.6 - Réduction à axes décalés

Les axes des tuyaux raccordés par une réduction à


axes décalés doivent être parallèles et la distance dc1
entre ces axes ne doit pas être supérieure à la diffé-
rence des rayons des tuyaux.
a
__L Les épaisseurs doi\·ent être calculées suivant

---+
1

---~ - C2.2.4.4 pour le raccordement à la grande base et sui-


vant C2.2.4.5 pour le raccordement à la petite base.
Pour le cône, la plus grande des épaisseurs calculées
s'applique à toute la réduction. L'angle a est le plus
grand angle entre la partie conique et la partie cylindri-
Figure C2.2.4.6 - Réduction à axes décalés
que.

3,5

3 ""'-

2,5 ~ -40°
-x- 300

~ ""'
I~ -20°
--10°
2 ' "'
~
~
1,5 ~ "i
~
..........
""' " i'-._

~
:~ "-
~
~
.........
~~ ~

~ ....
--~ ......
~ r--.. ~ r..
r--- r-..., r-_ ~

---~ rx

0,5
r-- r-. --------
r----_
r-r----_
~

r-- !-tl

0
10 100

1000 Pif
Graphique C2.2.4.4
CODETIC5 2001 - Division 1 - C2/12

C2.2.5 - FONDS BOMBÉS C2.2.5.2 - Domaine d'application


Les règles ci-après permettant la détermination de
C2.2.5.1 - ]\;otations
l'épaisseur minimale de fonds bombés à souder soumis
Pour les besoins du présent chapitre les notations à une pression sur leur face concave s'appliquent aux
suivantes s'appliquent: fonds hémisphériques, torisphériques et elliptiques
dans les limites suivantes :
e épaisseur minimale, après formage,
d'un fond d'épaisseur uniforme ou - fonds hémisphériques :
épaisseur minimale de la région péri-
phérique d'un fond torisphérique De::'.:12,5MAX(e;e1 oue2 )
constitué de plusieurs éléments
- fonds elliptiques (figure 2.2.5.2-1):
d'épaisseurs différentes
épaisseur minimale d'un fond hémis-
phérique à sa soudure d'assemblage
avec l'enveloppe cylindrique

diamètre extérieur du fond e ::'.'. 0,001 De

Di diamètre intérieur du fond


, / y / /
R rayon intérieur de la calotte sphérique
d'un fond torisphérique ou du fond to-
risphérique équivalent à un fond ellip-
tique
r rayon de carre d'un fond torisphérique
(rayon intérieur de l'élément torique hcyl ,____ _ _ _ _ Di
dans un plan méridien) ou du fond to- 1

risphérique équivalent à un fond ellip-


r-------- De -----~-i
tique
Figure C2.2.5.2-1 - Fond elliptique
hauteur du bord cylindrique (hauteur
théorique de la partie cylindrique après - fonds torisphériques (figure C2.2.5.2-2 et -3) :
usinage du bord) d'un fond elliptique
ou torisphérique R ~De

h flèche intérieur d'un fond elliptique 0,06 Di ~ r ~ 0.2 Di


(profondeur théorique de la partie bom-
r::'.'.3e
bée)
H e ::'.'. 0,001 De

LT Ligne de tangence
p pression de calcul (voir Cl .2.4.2)

f contrainte nominale de calcul du fond


(voirCl.4)
z coefficient de soudure (voir C 1.5)

r-------- De _ _ _ _ _ _____,

Figure C2.2.5.2-2 - Fond torisphérique


CODETl'E 2001 - Division 1 - C2/13

doivent être, aux tolérances de fabrication près. dans le


prolongement l'une de l'autre. De plus, si les éléments
assemblés sont d'épaisseurs différentes, le raccorde-
ment doit se faire par des pentes n'excédant pas 114.
e
C2.2.5.6 - Fonds torisphériques
a) L'épaisseur minimale, e, sans surépaisseur ni to-
lérance, d'un fond torisphérique en un seul élément ou
/
1 1 \
constitué de plusieurs éléments soudés de même épais-
_,_ _ _ _ _ _ D;
1 \

seur ne doit pas être inférieur à l'épaisseur déterminée


/
\ I par la relation suivante :

e =MAX k ;e
1
;e 6 ) (C2.2.5.6a-1)
Figure C2.2.5.2-3 - Fond torisphérique constitué
de plusieurs éléments avec :

Ces fonds peuvent être en un seul élément sans PR


es=----- (C2.2.5.6a-2)
soudure ou constitués de plusieurs éléments assemblés 2/ z - O,SP
par soudure bout à bout. Dans le cas de fonds torisphé-
riques ou hémisphériques, ces éléments peuvent être où z = 1 si le fond est constitué d'un seul élément sans
d'épaisseurs différentes. soudure.

Les règles des paragraphes ci-après couvrent la dé-


faillance du fond par déformation excessive, par rup- (C2.2.5.6a-3)
ture par fluage et par instabilité élastique et élastoplas-
tique. Elles assurent en outre l'adaptation plastique où le coefficient fJ est déterminé à partir des formules
globale de la région à faible rayon de courbure des du tableau C2.2.5.6 ou du graphique C2.2.5.6.
fonds elliptiques ou torisphériques.
Î0,55 0667
En catégories B. C et D un fond torisphérique ou
hémisphérique n'a pas à faire l'objet d'un calcul de
eb =0,0433(0,75R+0,2Di)
(
~;) (~J.
justification si son épaisseur est au moins égale à celle
du tube sur lequel il se raccorde et si la nuance du (C2.2.5 .6a-4)
matériau du fond est identique à celle du tube.
Lorsque ey > O,OOSD; , il n'y a pas lieu de tenir
C2.2.5.5 - Fonds hémisphériques compte de la valeur de eb dans la relation C2.2.5.6a-I.

L'épaisseur de paroi minimale, e, sans surépaisseur b) Un fond torisphérique constitué de plusieurs


ni tolérance. d'un fond hémisphérique sans soudure ne éléments soudés ne doit comporter dans la région du
doit pas être inférieure à l'épaisseur calculée à partir de fond dont la distance à l'axe de révolution est supé-
l'une des formules suivantes : rieure à 0,4 De que des soudures, aux tolérances de
fabrication près, dans un plan méridien ou dans un plan
p De (C2.2.5.5-l) parallèle à l'un des axes transversaux du fond. Dans ce
e=---- dernier cas, la distance de la soudure à l'axe considéré
4/z+P ne doit pas excéder 0,2De (figures C2.2.5 .6-1 à -3 ).
PDi (C2.2.4.5-2) Un fond satisfaisant aux conditions ci-dessus peut
e=----
4/z-P avoir dans la région centrale de la calotte sphérique
une épaisseur plus faible que dans la région périphéri-
où z = 1 si le fond est en un seul élément sans soudure. que. Dans ce cas, au droit de chaque assemblage, les
Au voisinage de la soudure d'assemblage du fond fibres moyennes doivent être, aux tolérances de fabri-
avec une enveloppe cylindrique ou avec une bride ou cation près, dans le prolongement l'une de l'autre et le
un collet à collerette soudée en bout, lépaisseur du raccordement entre les épaisseurs différentes doit se
fond doit satisfaire aux conditions indiquées en faire sur la face interne et par une pente n'excédant pas
C2.2.5.8.4. 1/4.

Dans le cas d'un fond hémisphériques constitué de


plusieurs éléments soudés de même épaisseur ou non,
la disposition des soudures est indifférentes. Toutefois
au droit de chaque assemblage, les fibres moyennes
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/14

L'épaisseur minimale, e, sans surépaisseur ni tolé-


rance, de la région périphérique du fond ne doit pas
être inférieure à l'épaisseur déterminée par la relation
suivante :
e =MAX (e, :eb) (C2.2.5.6b)

où e: et eb sont les épaisseurs calculées respecti\'ement


à partir des formules C2.2.5.6a-3 et C2.2.5.6a-4.

Lorsque ey > 0,005Di , il n'y a pas lieu de tenir


compte de la valeur de eb dans la relation C2.2.5.6b.
L'épaisseur minimale de la région centrale de la ca-
lotte sphérique du fond ne doit pas être intërieure à 1 - Région où la disposition des soudures est indiffrrente pour
l'épaisseur es donnée par la formule C2.2.5.6a-2. l'application des règks de calcul
2 - Région où la disposition des soudures n'est pas indifférenre pour
l'application des règles de calcul
Tableau C2.2.5.6 Figure C2.2.5.6-l
r
Pour - = 0.06
Di __._,_____ "'0,2De
fJ = /311116 = N(-o,3635 z
3 2
+2.2124 2 -3,2937 z +1,8873)
r
Pour 0.06 < - < 0,1,
Di

~ = 25[( 0.1 - ~,J fioo6 + ( ~;


_t ____ _
rL
1

- 0,06) fio.1]
;::0,2De
r
i Pour - = 0.1
Di
J3 = /3111 = s(- 0,1833 z' + 1,0383 2 2
- t,2943 z + o,8370)
S : soudures
r Figure C2.2.5.6-2
Pour 0,1 < - < 0.2,
Di

,.
Pour - = 0,2,
D;

fJ = fiu.: =MAX l (o,532 -1,843 y - 78.375 Y


1
), (0,5) J

avec: Y = MIN { (; J, (0,04)}


Z = - log Y
S : soudures
1
N = 1,006 - -o------~ Figure C2.2.5.6-3
[ 6,2 + (90Y) 4 ]
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/15

1,8

1,6
~ ,. ID,=

1,4
~[\
~
!'-. 0,07

~ ~\
~ ~ 1\
~ ~ \
~
\

- ""'~ 1\f\ \
:::
""'
::.;

·--=
u
-------- ~ 0, IO
~ ~ 1\
""'
[\
1\

--
~
::.;
c [\
u r---_
o. 12 ~ ~ ~ ['\~
"""
:~~
~ ~
~ ~

r---_ 0,14 """ ""


~ ~
["'-
r-.,

!'--""'""'
r--_ ['..,
'-...,
"' ~~
0,8 .......
~~
--- - ~ ~~
~
0, 16
r---
r---..... -.......,
'-..
"
r-..r--..
r-- r-...
0,18
~~ ...... i"-r--,
--
0,6
0.20 ------ -----
r---_
~~
r-- ,___
r--,_

-- ~ r---.... ~ ~
......
~

r-- ['...... ~~
r---..
r--- r-...
r-- r--- r-- ~

0,4
0,001 0,01 0,1

D.) p
( 0,75 + 0,2-f f
Graphique C2.2.5.6
CODETll3: 2001 - Division 1 - C2/16

C2.2.5.7 - Fonds elliptiques C2.2. 5. 8. 2 - Notations complémemaires


L'épaisseur minimale d'un fond elliptique ne doit Pour les besoins du présent chapitre les notations
pas être inférieure à l'épaisseur déterminée en suivantes s'appliquent en complément de celles du
C2.2.5.6a à partir des rayons r et R du fond torisphéri- paragraphe C2.2.5.1.
que équivalent donnés par les formules suivantes :
D, diamètre intérieur de l'enveloppe cylin-
drique

!s contrainte nominale de calcul du matériau

r = Di [
2 !J_
. J- 0.08
(C2.2.5.7-1) de l'enveloppe cylindrique

MIN ( (/), (JJ] (C3. l .7.2)


/min,!
2h
C2.2. 5.8. 3 - Fonds elliptiques ou torisphériq11es
a) Au droit de l'assemblage par soudure bout à bout
(C2.2.5.5-2)
d'un fond elliptique ou torisphérique et d'une enve-
loppe cylindrique, les fibres moyennes peuvent être
Pour un fond elliptique conforme à la norme décalées, sans toutefois que ce décalage aille, aux tolé-
rances de fabrication près (voir Fl.3), au-delà de l'ali-
NF ~i = 1.9J. ces formules s'écrivent:
E81-103 [ -h, gnement des faces externes ou internes. Le raccorde-
ment des surfaces doit se faire par une pente n'excédant
pas 1/3.
r = 0.183 Di (C2.2.5.6-3)
b) La hauteur hc du bord cylindrique du fond doit
R = 0,856 Di (C2.2.5.6-4) être suffisante pour satisfaire aux conditions d'assem-
Un fond elliptique constitué de plusieurs éléments blage indiquées en Annexe FA 1.
soudés ne doit comporter dans la région du fond dont c) L'épaisseur utile ec, définie par la figure
la distance à l'axe de révolution est supérieure à 0,4 De
C2.2.5.8.3. du bord cylindrique doit être au moins
que des soudures, aux tolérances de fabrication près,
égale à !'épaisseur minimale nécessaire du fond e.
dans un plan méridien ou dans un plan parallèle à l'un
des axes transversaux du fond. Dans ce dernier cas, la d) De plus, si la longueur /, définie par la figure
distance de la soudure à l'axe considéré ne doit pas C2.2.5.8.3, est telle que :
excéder 0,2Dc (figures C2.2.5.6-1 à -3). Au droit de
chaque assemblage, les fibres moyennes doivent être,
aux tolérances de fabrication près, dans le prolonge-
ment l'une de l'autre. dl) l'épaisseur utile ec du bord cylindrique doit
en outre être au moins égale à :
C2.2.5.8 - Assemblage d'un fond bombé avec une
P·D
enveloppe cylindrique ec.O -- _ p' (C2.2.5.8.3-1)
21
C 2. 2. 5. 8.1 - Généralités
d2) lorsque Je fond est assemblé à l'enveloppe
Le présent paragraphe indique les règles à respecter
cylindrique par soudure bout à bout :
pour !'assemblage d'un fond bombé avec une enve-
loppe cylindrique par soudure bout à bout. • si l'épaisseur utile de l'enveloppe cylindri-

La zone d'influence du raccordement de que est < ec (figun: C2.2.5.8.3-1 ),


!' en\'eloppe cylindrique avec une autre enveloppe, un l'épaisseur utile du bord droit à son extré-
autre fond ou une bride ou la longueur d'enveloppe mité ne doit pas être inférieure à ec,O sur
cylindrique participant à la résistance d'une ouverture une longueur le supérieure à
proche du fond peut s'étendre jusqu'à la ligne théori-
que de raccordement fond-enveloppe cylindrique (li-
0,2) (Di + ec.O) ec,O ,

gne de tangence).
CODETI@ 2001 - Division 1 - C2/17

• si l'épaisseur utile de l'en\'eloppe cylindri-


que est > ec (figure C2.2.5.8.3-2 et -3),
l'épaisseur utile de cette enveloppe peut
être inférieure à lépaisseur minimale e,, 0
donnée par la formule :

P·D
e
s.o - ---
- ")! -p (C2.2.5.8.3-2)
- 5

si la longueur /5 n'excède pas

0,2 ~ (D + e .o) 5 es.a (une telle configura-


tion n'est possible que si fs < f - voir fi-
gure C2.2.5.8.3-3 ).
D

Figure C2.2.5.8.3-3

C2.2.5.8.4 - Fonds hémisphériques


/ a) L'assemblage d'un fond hémisphérique avec une
enveloppe cylindrique doit être réalisé par soudure
bout à bout.
La soudure peut être ou non située dans le plan de
la ligne de tangence.
La transition d'épaisseur entre I' em eloppe cylindri-
que et le fond doit se faire par des pentes n'excédant
-.-~--D pas 1/3.
Lorsque la soudure est située dans le plan de la li-
Figure C2.2.5.8.3-1 gne de tangence (figure C2.2.5.8.4- l ), les fibres
moyennes de l'enveloppe cylindrique et du fond peu-
vent être décalées, sans toutefois que ce décalage aille,
aux tolérances de fabrication près (voir Fl .5), au-delà
de l'alignement des faces externes ou internes.
Lorsque la soudure n ·est pas située dans le plan de
la ligne de tangence (figure C2.2.5.8.4-2), le raccor-
dement des faces internes doit se faire par un angle au
moins égal à 165°.
b) L'épaisseur utile du fond au droit de la soudure
d'assemblage avec l'enveloppe cylindrique doit être,
que le fond soit en un seul élément sans soudure ou
constitué de plusieurs éléments soudés, au moins égale
à:
L'.l:;; 113
P·R
(C2.2.5.8.4)
2/min.1. z - O,SP

c) L'épaisseur utile de l'enveloppe cylindrique à

D son extrémité peu être inférieure à l'épaisseur e 5 ,o don-


née par la formule C2.2.5.8.3-2 si la longueur /5 , défi-
nie par la figure C2.2.5.8.4, n'excède pas
Figure C2.2.5.8.3-2
0,2 ~ (D + es,O) es,O ·
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/18

R R

L.T.
L'.] "' 1/3

L'.] :::; 1/3

i--o------- D i--o------- D

a) Sans décalage des fibres moyennes b) Avec décalage des fibres moyennes

Figure C2.2.5.8.4-1 -Assemblage d'un fond hémisphérique avec une enveloppe cylindrique.
Soudure d'assemblage dans le plan de la ligne de tangence.

R
L'.] "' 113
1

L.T.

a) transition d'épaisseur sur une seule face de l'enveloppe b) Transition d'épaisseur sur les deux faces de l'enveloppe
cylindrique cylindrique

Figure C2.2.5.8.4-2 - Assemblage d'un fond hémisphérique avec une enveloppe cylindrique
Soudure d'assemblage hors du plan de la ligne de tangence.
CODETIE 2001 - Division 1 - C2/19

C2.2.6 - FONDS PLATS

C2.2.6.1 - Notations
Pour les besoins du présent chapitre les notations
SI
suivantes s'appliquent :

e épaisseur minimale du fond , '--r


i

ecyl épaisseur minimale ou épaisseur Pt 1


moyenne du tuyau au voisinage du Deq
fond ecyl

D1 diamètre intérieur du tuyau Di


Lorsque l'épaisseur du tuyau n'est pas SJ
constante au voisinage du fond, Di est
le diamètre intérieur moyen du tronçon
de tuyau de longueur fcyl (figures Figure C2.2.6.1-2 - Fond plat à bord tombé
C2.2.6.3-2 et -3)

Deq diamètre équivalent d'un fond plat à


bord tombé, défini par les figures
C2.2.6 l - l, -2 et -3
Si
r rayon intérieur du bord tombé, qui doit
être au moins égal à 0,25 ecyl
p pression de calcul (voir C 1.2 .1.4)

f, contrainte nominale de calcul respecti-


!cyl \'ement du fond plat et du tuyau (voir
c 1.4)

coefficient déterminé à partir du gra-


phique C2.2.6.3

coefficient déterminé à partir du gra- Figure C2.2.6.1-3 - Fond plat à bord tombé
phique C2.2.6.4
C2.2.6.2 - Domaine d'application
Les règles ci-après s'appliquent au cas des fonds
plats ne comportant pas d'ouverture, assemblés par
soudage et soumis à une pression intérieure. Ces fonds
e 1
plats pleins sont en général réalisés :
1
soit dans un bloc forgé, usiné, soudé bout à bout
r 1 au tuyau (C2.2.6.3);
,____ Deqi - soit dans une tôle raccordée au tuyau par un as-
semblage en angle (C2.2.6.4 ). Ce type de fond
n'est autorisé que pour les catégories de cons-
Figure C2.2.6.1-1-Fond plat à bord tombé truction B,C et D.
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/20

C2.2.6.3 - Fonds plats à bord tombé Pour les fonds à bord tombé tels que r :s; e,
Lorsque le rayon intérieur de raccordement, r, est l'épaisseur, ec, 1• du tuyau doit être constante sur une
longueur au moins égale à :
supérieur à e, !"épaisseur de paroi minimale, e, sans
surépaisseur ni tolérance, du fond à bord tombé ne doit
(C2.2.6.3-6)
pas ètre inférieure à la valeur calculée à partir de la
fonnule sui\'ante :
C2.2.6.4 - Fonds plats raccordés par assemblage en
angle
(C2.2.6.3-l)
L'épaisseur de paroi minimale, e, sans surépaisseur
ni tolérance, d'un fond à bord tombé raccordé par
Où C 1 doit ètre détenniné à partir du graphique assemblage en angle (figure C2.2.6.4) ne doit pas être
C2.2.6.3 ou calculé à partir des fonnules sui\'antes : inférieure à la valeur calculée à partir des formules
suivantes :
D +e
C 1 =MAX 0,40825 A1
[
' . c' ;0,299
1
• pour une situation nonnale de ser\'ice
D,
(C2.2.6.4- l)
(C2.2.6.3-2)
avec: où C 1 est défini au paragraphe C2.2.6.3, et:

Jmin = MfN (f; fcyl) (C2.2.6.4-2)


(C2.2.6.3-3)
et C2 est donné par le graphique C2.2.6.4. Le deuxième
tenne de r expression C2.2.6.4- I peut ètre calculé
et: directement à partir de la procédure donnée au tableau
2.2.6.4,
• pour une situation exceptionnelle de ser\'ice ou
d ·essai de résistance

_2 (2 D; + ecyl )ec/ (C2.2.6.4-3)


(C2.2.6.3-4)
4 (D; + ecyl J
L'épaisseur, ecyl· du tuyau doit ètre constante sur
L'épaisseur du tuyau peut ne pas ètre constante au une longueur au moins égale à :
voisinage du fond ; ecvl est alors l'épaisseur moyenne
de la paroi sur une longueur égale à : (C2.2.6.4-4)

l 111 = 0 ' 5 ( ~ (D + ecyl ) ecyl )


1
(C2.2.6. l-5)

Lorsque le rayon intérieur de raccordement, r, est


inférieur ou égal à e, l'épaisseur de paroi minimale, e,
sans surépaisseur ni tolérance, du fond à bord tombé ne
doit pas être inférieure à la valeur calculée à partir de
la fonnule utilisée pour le calcul des fonds plats rac-
cordés par assemblage en angle (voir C2. l .6.4 ), pour
les catégories de construction A et Ex.
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/21

;v17
>
1
1

1
2 3
1
1

--;-\(\_
' ' -rJI
'" " ' '~ '~ i
1 1

4
~~~~ 5
M~,i ' i
6 ,~~ev
1

"" !
IL €y D1
TV 1 ,,-- note 1
'~,

@ 7 8 9
L:s:3 L,j(D;+e,)e,
rv
\

lev
1 1
1

~:
1

1 IO II 12
1 1

Figure C2.2.6.4 - Fonds plats raccordés par assemblage en angle

• En catégories de construction A et Ex seuls sont admis les assemblages du type 1 a 8.


• L'utilisation des assemblages de type 11 et 12 n'est permise que si la pression est inférieure ou égale à 16 bar et
le diamètre du tuyau inférieur à 300 mm.
• Les assemblages de type 8, 11 et 12 ne peuvent être utilisés que pour les fluides non corrosifs. Cette limitation
s'applique également à l'assemblage de type 7 lorsque la soudure d'angle facultative n'est pas réalisée.
Note: L'attention est attirée sur les risques d'arrachement lamellaire dans le cas de l'assemblage de type 9.
CODETl<'D 2001 - Division 1 - C2/22

0,42
i-

[.....-- c:--
;:::;-~ ~ ~ , v
f D;=

-
0,41 -Ccyl
i:::::-- ~ L/'" V V V

-- - ~~

0,40
~
----
~0,003

/0,004
--- --- -- - - ~~
~/ ~ / /
/
I/ ~~
L---l - - ~
i---

~
/
,,....---
/
L-
L...--

V
/
.....-
./
~
/
/
~/
/
/
V v

/
V

/
V
l/

V
0,39
/ /

V
7
/ / / /// y
/
/ /
/V/ / / 0,00
/ /
V
/
/ /

/ / ' / / 1/
0,38 V

V / / V
0,37
/ /
V
/
1/
/ /
V
/

-
G
c
.:::u 0,36
/
/o,Ûo<>s / V
/ V / V / / / / / 1/

7 V / / V I / / V / V
1/ 1/
i;::
'-
<l)

u
0 /
0,35 0,03 0,04 0.05 0,065 0,08
0,008 0,01 0,0125 0,015 0,02 0,025

/ / / /
V

/ il / / / / V
0,34

1/ / / / / / 7 / / I/_,- i..-·
,, i.-·

I I I I 7 I I .~

0,33
/. ..... ,.- "'"
7 / / / / / /
.....
/ 7 I
/ 7 I -~
.-·
0,32
/ / I / /__ . -.. -·- ..... ·
--- '-- -·
1
I I I / c.-
I I I I
0,31
I I I ·-- - - - - - - i-•

'----'- -- . - -- ---
0,30
0,001 0,010 0,100

Pif
Graphique C2.2.6.3
CODETl'iiJ 2001 - Division 1 - C2/23

1,00
, , " ,I
e, / D; = 0,0025
1
/ / I I
1
1 1
0,95

0,90 I 0,003
1
0,004
J
I
1
I I I I
0,85 I I I I I I 0,005
I I 1

/ / / o,o~65 j I I I I /
0,80 / 0,008 I

0,75 / / / / / / / I / 0,01
0,~125 I
0,70
/ / / / / / / I I
/
I

0,65 / V/ 1/ / / / / / V / / I /
/ /V V / V// // /
1

() / 1//
....c J

/ / v V/ / / /
/ J
0,60
----:::::: :::=-----
-- ------ l--- V--- --- ~~V
~ V
<1.1
·c:; V .,,.-/
__..--

----
i= 0,55
.....<1.1 - i-
/
/
V

u
0
0,50
~ ~
- ---
L--- i -
:--
/ / / / f..-

/ c----

1/
~

~ ~
l..--"
V /
0,45
/ /
_,,.,..- L-- ~
--- ~0,015
/
~
V/
V
/

0,40 / /
V
/
/
/
/
V
/0,02
/ / V /
/

0,35
/ / /
/
/
/
/ /
/0,025
Vo,03
/
V /
V
/
0,30
/ V / / /
/
0,04
/ /
/
V
V V /
0,25 / / / / / / / / 0,05
V
I / / / / / /
I
I
0,20 / / 0,06

0, 15
/ / / / / / / / V A'
0,001 0,010 0,100

Pif

Graphique C2.2.6.4
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/24

Tableau C2.2.6.4

D; F
( 1) g=--- ( 11) b =-
D; + ecyl A

G
(2) ( 12) c =-
A

2
(3) . b a
( 13) l\'=---
3 9

2(2-V·g) 3
(4) u = --;===== ( 14)
c a·b a
~3(l-v 2 )
Q=---+-
2 6 27

2 4
(5) !1=2g -g. (15)

(6) 3 U ·D
A=-:---'-2Jl+vl+l-v
[ 4 ecyl
·
ecvl
D; + ecyl
J( )[ ( ) 1 Si Q ~ 0: S=VQ[1+(l+Kt2 ]
(16)

( 7) B= -3-
U-
[ 8 eC) 1
3
-
J
· D;- J H 2 -;(2-v·g)g H 1

L'épaisseur minimale nécessaire du fond pour


assurer !'adaptation plastique globale du raccor-
(8) ecvl
-3 ( 2-v·g ) g · dement fond-enveloppe cylindrique, donnée en
D; + ecyl C2.2.6.4 par l'expression:

.., e
(9) G = !._ /
[ 1
- 21
[ D; + cyl 2i H ( 17) e =Co D-~ p
8 ecyl
J -
1
/min

B
( 10) a=- peut être obtenue par la formule :
A

( 1 1) b =F ( 18) e . 1 + eC)I .) l.!.}_


= (D r"s - S - - aJ
A 3

G
( 12) c=-
A
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/25

C2.2.6.5 - Fonds à rainure périphérique de dé- le coefficient k1 est donné par la formule :
charge
aJ L'épaisseur minimale nécessaire du fond est k1 = 0,450-0.1482 (C2.2.6.5b)
ef
donnée:

• Pour une situation normale de service : par la


relation C3.2.6al,

(C2.2.6.5a-I)

• Pour une situation exceptionnelle de service ou


d'essai de résistance: par la relation:

D1

(C2.2.6.5a-2)
b) Dans ces relations :

les coefficients C1 et C2, sont définis en


C2.2.6.3 et C2.2.6.4 respectivement,
Figure C2.2.6.5
Fond plat à rainure périphérique de décharge.
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/26

C2.2.7 INTERSECTIONS ET RENFOR- soit par l'adjonction de matériau rapporté (an-


CEMENTS neau-renfort ou autre) ;

C2.2. 7.1 - Généralités - soit par la combinaison de ces deux moyens.

Les règles du présent chapitre permettent de vérifier Sauf disposition particulière justifiée par le Fabri-
la résistance des différents composants d"une tuyaute- cant, le renforcement doit être le même sur tout le
ries au voisinage d'une ouverture. pourtour de l'ouverture.

Ces règles s'appliquent aux composants sui\'ants: C2.2.7.2 - Notations


Tuyaux droits (C2.2. l )et Réductions (C2.2.3), Pour les besoins du présent chapitre les notations
Cintres et coudes (C2.2.2), suivantes s'appliquent:

Fonds bombés elliptiques, torisphériques ou diamètres extérieur et intérieur de l'enve-


hémisphériques( C2.2.4 ), loppe ou du fond bombé

Pièces en Y. 2 Ri + eu = diamètre moyen de l'enveloppe


ou du fond au droit de l'ouverture
Ces règles cou\'rent les modes de défaillance par
déformation excessive, par rupture par fluage et par d diamètre de l'ouverture, mesuré comme
déformation progressive sous l'effet de la pression l'indiquent les figures C2.2. 7.4.2
intérieure. Pour les forces et moments engendrés par Lorsque l'ouverture est celle d'une dériva-
d'autres chargements, il convient de se reporter à tion soudée en bout d'une collerette extru-
l'Annexe C2.A 1. dée, ou celle d'une dérivation renforcée par
une pièce forgée les indications de ces
C2.2. 7.2 - Définitions figures sont à corriger selon celles de la
figure C2.2. 7 .2-1 ci-après.
Intersection : partie de tuyauterie constituée par le
raccordement de deux ou plusieurs éléments, permet- Lorsque l'ouverture est celle d'une tubulure
tant de réunir ou répartir le ou les fluides circulant à vissée, d doit être mesuré à fond de filets
l'intérieur, et dont la forme est celle de té, croix Y, etc. du taraudage de la paroi.
Cette intersection peut être obtenue :

- par extrusion avec ou sans forgeage ;

- par soudage de deux coquilles embouties ;

- par piquage soudé.

Collecteur: élément principal de l'intersection.


\
\
Dérivation ou tubulure : élément secondaire de \
\
\
l'intersection raccordé sur le collecteur. Son diamètre \
\
est au plus égal à celui du collecteur. Limitée en lon- \
\

gueur et terminée par une bride, la dérivation prend le \


\
\
nom de« tubulure». ',
Ouverture : orifice, dans une enveloppe sous pres-
sion, dont la présence conduit généralement à une ré-
duction de la résisiance à la pression de \'assemblage.
r'" Cl 2 /

Renforcement : matériau supplémentaire, par rap-


port à celui nécessaire pour un collecteur sans ouver-
ture, pour résister à la pression, concentré dans la zone
voisine de l'ouverture définie en C2.2.7.4, destiné à avec S,=s,
compenser l'affaiblissement dû à l'absence de matériau Figure C2.2.7.2-l
à l'endroit de l'ouverture. Ce supplément peut être
obtenu:

- soit par un excédent d'épaisseur du collecteur


ou/et de la dérivation ou de la tubulure (auto-
renforcement) ;
CODETi'~; 2001 - Division 1 - C2/27

Lorsque !'ouverture n'est pas circulaire d


est égal à la plus grande dimension de
l'ouverture :

pour une ouverture dans une enve-


loppe sphérique ou un fond bombé, /////1
mesurée dans un plan passant par l'axe
de l'enveloppe,
Ir
pour une ouverture dans une enve- /
loppe cylindrique ou conique.
1

d1 diamètre intérieur de la dérivation '

di+ eu,t =diamètre moyen de la dérivation L v


,---L..-L.---4-

e épaisseur minimale nécessaire du collec- (a) Axe de la réduction (b) Axe de la dérivation
teur au voisinage de l'ouverture, pour résis-
ter à la pression (voir C 1. 7) Figure C2.2.7.2-2

épaisseur minimale nécessaire de la dériva-


tion, pour résister à la pression Pour un fond elliptique, le rayon R, est le
épaisseur utile du collecteur au \·01srnage rayon intérieur du fond torisphérique équi-
de l'ouverture (égale à e + E, voir C 1. 7) valent :

épaisseur utile de la déri\·ation (égale à


et + E, voir C 1.7). Si cette épaisseur n'est
R.1 = 0,45D (::li )
1 .._ 1,

pas constante, cu,t est l'épaisseur moyenne


sur la longueur l Pour un fond elliptique conforme à la
norme E 81-103 :
épaisseur utile de l'anneau-renfort
Ri= 0,855 Di
épaisseur nominale de commande de la tôle
utilisée pour l'anneau-renfort X distance, mesurée à mi-épaisseur de l'enve-
loppe, entre l'ouverture et une ligne de
f,fr,fr contrainte nominale de calcul (voir C 1.4)
changement de forme de la paroi. Du côté
respectivement associée aux matériaux du
de l'ouverture, x est à mesurer à partir du
collecteur, de la dérivation et de l'anneau-
point origine de la distance L (voir figures
renfort
C2.2.7.4.2)
flèche intérieure d'un fond elliptique
distance, mesurée à mi-épaisseur, dans le
L Longueur de collecteur mesurée à m1- cas d'un anneau-renfort, entre l'extrémité de
épaisseur de paroi participant à la résis- cet anneau et la ligne de changement de
tance de l'intersection fom1e

longueur de dérivation part1c1pant à la distance entre les centres de deux ouvertu-


résistance de l'intersection res voisines

longueur minimale disponible d'une dériva- Lorsque les ouvertures ne sont pas situées
tion ou d'une tubulure sur une même génératrice, cette distance
est mesurée à mi-épaisseur de l'enveloppe.
pression de calcul (voir C 1.2.4)
coefficient de soudure (voir Cl .5)
rayon intérieur de l'enveloppe ou du fond
au droit de l'ouverture

Pour une enveloppe conique, le rayon est


mesuré comme l'indique la figure
C2.2.7.2-2
CODETl'5 2001 - Division 1 - C2/28

C2.2.7.3 - Conditions d'application


CU.7.3_ J - Les règles de ce chapitre s'appliquent aux 1,1
'k
r. ----+-----'----------"--

___.,~
enveloppes cylindriques et coniques lorsque les ouver-
tures sont éloignées de toute discontinuité de 1,0 .....
1 __ _ _ _ _ _J____ ___:___

l'enveloppe d"une distance x non inférieure aux valeurs


indiquées ci-dessous pour chaque type d'enveloppe.
a) Pour les ouvertures dans les enveloppes cylindri-
ques:
pour une enveloppe cylindrique raccordée à un
fond bombé, à la grande base d'une enveloppe
conique de même axe, à un fond plat. à un 0,7 l-----~---------"-------'----

compensateur de dilatation ou à une bride :


(C2.2.7.3.1 a-1) 0,6 L-----'-----~---'-------------'---s_
0 4 8 12 16
pour une enveloppe cylindrique raccordée à la
petite base d'une enveloppe conique de même o = ----c=D==mS===
axe, à une enveloppe sphérique, ou pour un Dms eu
raccordement enveloppe cylindrique-enveloppe cos ex
cylindriqur ou conique d'axes concourants :
Pour 4SoS16 Pour 6 > 16
X~ f, (C2.2.7.3.1 a-2)
où x est représenté figure C2.2.7.3.1-1 et k=13_!_ k=0,75
12 48
(C2.2.7.3.1 a-3)
Graphique C2.2. 7.3.1
Pour les enveloppes coniques raccordées à une
b)
C2.2. 7.3.2 - Pour les épaisseurs égales ou supérieures à
enveloppe cylindrique de même axe. les distances XL et
0,02 Ri pour les aciers autres qu'austénitiques et quelle
xs représentées figure C2.2. 7.3 .1-2 doivent être les
que soit l'épaisseur pour les aciers austénitiques, les
suivants :
règles ci-après s'appliquent aux ouvertures et intersec-
pour la grande base : tions satisfaisant simultanément les conditions suivan-

l
tes :

-'L ~ MAX 0,2 3,0 e, a) Les ouvertures sont circulaires, elliptiques, ova-
les ou oblongues. Dans le cas d'une ouverture ellipti-
que, ovale ou oblongue, le rapport du plus grand au
(C2.2.7.3.1b-1) plus petit diamètre de l'ouverture est au plus égal à
1,5 ; en outre, pour les ouvertures ovales, le plus petit
pour la petite base :
rayon de courbure est au moins égal au 1/8 du plus
(C2.2.7.3. Ib-2) grand diamètre.
b) Dans le cas d'intersections exécutées par piquage
soudé:
où:
- tel que l'axe longitudinal du collecteur et celui
diamètre moyen de l'enveloppe cylindrique de ia dérivation soient dans un même plan (cas
raccordée à la grande base fréquents des piquages droits ou obliques),
diamètre moyen de l'enveloppe cylindrique l'angle ex formé par ces deux axes est au moins
raccordée à la petite base égal à 45° (Fig. C2.2.7.3.2b-l);
épaisseur utile de l'enveloppe conique tel que l'axe longitudinal du collecteur et celui
de la dérivation soient contenus dans des plans
k coefficient donné par le graphique C2.2.7.3.1
perpendiculaires entre eux, l'angle 6 défini par
ex demi-angle au sommet de l'enveloppe coni- la Fig. C2. l.7.3 .2b-2 ci-dessous peut excéder
que 45° sous réserve que les règles données en
Fi.3.7 concernant les angles ex et /3 soient res-
pectées.
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/29

---..L-- X~- --'-X-leu


1 1

a) Fond elliptique ou torisphérique b) Grande base d'une réduction c) Fond plat

---..:- X - 1 - - 1 eu
! i '

d) Bride e) Petite base d'une réduction f) Fond hémisphérique

Figure C2.2.7.3.1-1 - Ouverture dans une enveloppe cylindrique

Figure C2.2.7.3.I-2 - Ouverture dans une enveloppe conique

' '

I
/ '
1
----- L1
__ I_
i
'

a~

___ i_} ______ _


Figure C2.2.7.3.2b-1
Figure C2.2. 7.3.2b-2
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/30

C2.2. 7.3.3 - Le rapport des épaisseurs eu./eu utilisé où k0 est défini par le graphique C2.2.7.3.4:
dans les calculs ne doit pas être supérieur à la va-
leur donnée. en fonction de d;ID;, figure C2.2.7.3.3-
I pour les enveloppes cylindriques ou coniques et
figure C2.2.7 .3 .3-2 pour les enveloppes sphériques
1,1 '
1 ko [
L----------------

ou les fonds bombés. 101 l

O+--~I---------------
~ eu.t/eu
1
2,0- -·-----

0,8 f-----+--------'-~~--+---
1

1
0,7 -------r------------i---
1

1,0
+ I
0,6 L___.~--~-----~~
s
1 0 4 8 12 16

d/D
1 1 Ô=--d__ 13 i5
Pour 4:Si5Sl6: k 0 = - - -
1 )Dm eu 12 48
0,5 1,0
Graphique C2.2.7.3.4
Figure C2.2.7.3.3-1
Si la distance, x, entre l'ouverture considérée et une
discontinuité quelconque est inférieure à la valeur Xp
définie dans le tableau C2.2.7.3.4, la longueur de col-
lecteur, L, participant à la résistance de l'enveloppe à
prendre en comptes dans les calculs est définie dans ce
1\ même tableau.
(a)
' b) Dérivation :
\. La longueur de dérivation ou de tubulure, l partici-
pant à la résistance de l'intersection est égale à:
1,0 - - - .
\
1
(C2.2.7.3.4)
1

1 si la longueur disponible, 11,est suffisante.

1 Dans le cas où la tubulure ou la dérivation com-


1
di/D 1 porte une discontinuité dont la distance à l'intersection
est inférieure à 1, les figures C2.2.7.3.4-I à -8 définis-
0,3 0,6 sent les longueurs, li. participant au renforcement de
(a) si fS 250 Mpa l'intersection. Sur ces figures, lct, sont les longueurs
d'influence des discontinuités considérées.
Figure C2.2.7.3.3-2
C2.2. 7.3.4 - Longueurs participant à la résistance de
l'intersection
a) Collecteur:

Si la distance, x, entre le bord de l'ouverture consi-


dérée et une discontinuité quelconque est supérieure à
la valeur Xp définie dans le tableau C2.2.7.3.4, la lon-
gueur de collecteur , L, participant à la résistance de
l'intersection est égale à:
(C2.2.7.3.4)
CODETl-3 2001 - Division 1 - C2/31

Tableau C2.2.7.3.4- Longueur de collecteur participant à la résistance d'une intersection

Discontinuité Figure Xp L

Raccordement enveloppe C2.2.7.3.1-la)


cylindrique-fond bombé ellip- et
tique, torisphérique ou hémis- C2.2.7.3.l-lj)
phérique

u
Raccordement enveloppe
::J
cylindrique-enveloppe coni- C2.2.7.3.l-lb)
cr
.... que de même axe à la grande
-0
c:
·->-, base
u ko~Dmeu X
u
c...
Raccordement enveloppe
c... C2.2.7.3.I-lc)
0 cylindrique-fond plat
u
> Raccordement enveloppe
v cylindrique-soufflet de dilata-
u
c:
tion
-"°
Cf.

'-'
u
Raccordement enveloppe
C2.2.7.3.1-ld)
.... cylindrique-bride
-'

v> Raccordement enveloppe


::J
cylindrique-enveloppe coni- C2.2.7.3.l-le)
0
que de même axe à la petite
X - /cyl
base (1 + ko) )Dm eu
(voir note)
Raccordement enveloppe
cyl indri que-enveloppe cyl in-
drique d'axes concourants

Raccordement enveloppe
u u C?..2.7 .3. l-2a)
~Dm
c: :::l conique-enveloppe cylindri-
-' O" ko eu +/cône X - /cône
"'·- que de même axe à la petite
.g= c0u base
(voir note) (voir note)
.... uc...
u
c...
::J
t 0
Raccordement enveloppe
u-
> u conique-enveloppe cylindri- C2.2. 7.3 .1-2b)
6
- >
c:
u que de même axe à la grande ko~Dmeu X

base

Note: 1,, 1 et /, 6ne sont respectivement les longueurs d'enveloppe cylindrique et d'enveloppe conique partici-
pant à la résistance de la discontinuité considérée.
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/32

l.T.
!
1

f"////.// 1 / / / / //// ////~

~
t_ _____ l______ . 1
l '
1~------t------- 1 1

LT: Ligne de tangence


Figure C2.2.7.3.4-l - Dérivation comportant une Figure C2.2.7.3.4-2 -Tubulure fermée par un fond
ouverture bombé

L.T.

IJ
'
f// "//
>• ,
1 / / / //

1 !
·-: ------t------
LT: Ligne de tangence
Figure C2.2.7.3.4-3 - Dérivation avec réduction de Figure C2.2.7.3.4-4 - Dérivation avec augmentation
diamètre de diamètre

/t
Id
lt
1 /t
1
1 t
[////// 1 / / /
l //// // / '//

f :
~------f------ ------f------
Figure C2.2.7.3.4-5 - Tubulure comportant une Figure C2.2.7.3.4-6 - Tubulure comportant une
bride emmanchée-soudée bride monobloc
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/33

"//

~
~/

!
_>
/

~-~-~-~l~-~-~-
1

i
1
J
Figure C2.2.7.3.4- 7 - Tubulure comportant une Figure C2.2.7.3.4-8 - Tubulure comportant une
bride monobloc calculée en bride indépendante bride tournante

C2. 2. 7.3. 5 - Renforcement local d'une OUl'erture C2.2.7.4 - Vérification dans le cas d'une ouverture
isolée
Pour être compté comme participant au renforce-
ment local d'une ouverture, un élémenet rapporté (an- C2.2.7. 4. l - Aucun renforcement d'une intersection
neau-renfort ou tubulure) doit être solidarisé avec n'est nécessaire si la relation ci-dessous est respectée :
!'enveloppe par des soudures résistantes ; un tube vissé
ne peut constituer un renforcement même s'il comporte d ~ 0,14 JDm eu (C2.2.7.4. l)
une soudure d'étanchéité.
C2.2. 7. 4.2 - Pour une ouverture telle que :
Les limitations d'emploi des anneaux-renforts sur
l'enveloppe sont indiquées en FA l en fonction des d> 0,14 JDm eu (C2.2.7.4.2-l)
conditions de service et de la catégorie de construction
de la tuyauterie. la condition suivante doit être respectée :

L'épaisseur utile d'un anneau-renfort rapporté doit S (f - 0,5 P) +St (fr - 0,5 P) +Sr Ur - 0,5 P) '?. P G
être au plus égale à 1,5 eu et sa largeur à prendre en-
compte dans les calculs de vérification est au plus égale (C2.2.7.4.2-2)
à: Dans cette formule S, S1, S, et G sont les aires défi-
MAX(L ; 50mm) nies par les figures C2.2.7.4.2-l à -8 qui illustrent le
sconfigurations les plus usuelles à parir desquelles il
C2.2.7.3.6 Distance entre ouvertures est possible de traiter l'ensemble des configurations
couvertes par les règles.
Une ouverture est dite isolée lorsque son aire de
renforcement n'interfère pas avec celle d'une ouverture Lorsque l'ouverture est située sur une soudure :
voisine. La résistance d'une ouverture isolée doit être
d'orientation quelconque sur un fond sphérique
vérifiée au moyen des règles C2.2. 7.4.
ou sur un fond bombé,
Dans le cas contraire, c'est-à-dire lorsque les dis-
longitudinal ou hélicoïdal sur un collecteur cy-
tances L relatives à deux ouvertures se chevauchent ces
lindrique ou une réduction,
ouvertures doivent êter considérées comme voisines et
leur résistance doit faire l'objet d'une vérification au la contrainte nominale de calcul, f, doit être remplacée
moyen des règles C2.2.7.5. par ft.

Les distances L 1 et L 2 relatives aux deux ouvertures Lorsque l'ouverture estb celle d'une tubulure ou
doivent être mesurées conformément aux figures d'une dérivation comportant une soudure longitudinale,
C2.2.7.3.6-l à - 4. la contrainte nominale de calcul doit être remplacée par
f;z.
Lorsque le renforcement est obtenu par un anneau
renfort rapporté, la largeur d'anneau-renfort prise en
compte pour calculer J'aire S, ne doit pad être supé-
rieure à L.
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/34

~-t~-
L

Figure C2.2.7.4.2-l

Figure C2.2.7.4.2-2
CODET(3: 2001 - Division 1 - C2/35

1 t l

' 1

- ~1--------------------
Figure C2.2.7.4.2-3

Figure C2.2.7.4.2-4
. 1 _ C2/36
CODETI @ 2001 - Division

,--- eu
J_ -- 1

' 1

1 1

r___ _t
F 'uure
lb C2. 2·7·4 ·2-5

Figure C2. 2· 7·4 ·2-6


CODETI® 2001 - Division 1 - C2/37

-------+--+---- eu, t

D1
1
1

Figure C2.2.7.4.2-7-

Figure C2.2.7.4.2-8
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/38

Figure C2.2. 7.4.2-9-

W-T' (3,7 Rpo.2 ~2


C2.2. 7.4.3 - Cas particulier d'un renfort (1 triform »
(C2.2.7.4.3-31)
Ce type de renfort (figure C2.2.7.4.3) n'est pem1is J 4b+3x
que pour des tuyauteries non calorifugées dont la tem-
pérature maximale n'excède pas 30 °C, et pour des où:
tuyauteries calorifugées dont la température maximale
d1 diamètre intérieur de la dérivation
n'excède pas 200 °C. Si ces prescriptions ne sont pas
respectées une justification prenant en compte les D·1 diamètre intérieur du collecteur
contraintes thermiques est requise.
a angle formé par les axes du collecteur et
Le principe du calcul consiste à vérifier que la ré- de la dérivation
sistance des renforts externes est suffisante vis-à-vis
épaisseur du renfort
des charges dues à la pression dans le piquage.
b hauteur du renfort
'"
rr <,n W·J
-LI (C2.2.7.4.3-I)
X longueur du renfort travaillant en flexion
où: limite d'élasticité telle que définie en C 1.3
w effort supporté par les renforts épaisseur du collecteur, qui peut être, prise
n nombre de renforts égale à eu défini en C 1.6

Wj résistance d'un renfort, calculée successi-


vement en fonction des valeurs de b et x
d'indice 1, 2 et 3
2
W = 2 RP0 ·-,, · ec · -di ( 0 . )
D 1 - ,7 sm a (C2.2.7.4.3-2)
1
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/39

b,

Figure C2.2.7.4.3 : Renfort« triform »

C2. 2.7. 4.4 - Cas partirnlier des ouvertures dans les aux cintres avec ou sans soudure de rayon de
cintres et les coudes (figure C2.2. 7.4.4) courbure égal à 1D.
C2.2. 7.4.4.1 - Les règles ci-après concernent la Toutefois, ces intersections ainsi que toutes inter-
conception des intersections à réaliser dans : sections autres que celles couvertes par les règles ci-
après. peuvent, après accord entre les parties concer-
les coudes normalisés sans soudure de rayon de
nées, être justifiées par un calcul détaillé ou par réfé-
courbure égal à 1,50,
rence à des constructions similaires satisfaisantes.
les cintres réalisés à partir de tubes sans sou- Note: L'attention est attirée sur le fait que tout piquage accroît les
dure ou soudés (à l'exception de ceux soudés risques de décollement de veine et de turbulence. Ces phénomènes ne
hélicoïdalement). doivent pas avoir pour conséquences une agumentation de la corros-
ion ou érosion hors des limites acceptables.
Ces règles ne s'appliquent pas aux :
Sauf justification particulière, le domaine
accessoires moulés, d'application de ces règles est celui défini par les ta-
bleaux C2.2.7.4.4.l-J, -2 et-3.
aux coudes normalisés sans soudure,

Tableau CZ.2.7.4.4.1-1

- Pression :::; 40 bar

Non calorifugés:::; 200 °C


- Température
Calorifugés:::; 350 °C

Voir tableaux C2.2.7.4.4. l-2


- Rapport des diamètres nominaux
et C2.2.7.4.4.1-3

- Charge -

Sans anneau-renfort soudé (prévoir


- Technologie de renforcement
une surépaisseur de l'accessoire)

- Nombre maximum de cycles équivalents


1 000
(voir C2.2.4.1)
GODET!~ 2001 - Division 1 - C2/40

Tableau C2.2. 7.4.4.1-2

Diamètres extérieurs maximaux des tubulures

Coude : rayon de courbure R = 1,5 d


De (mm) s; 88. 9 168.3 273 323,8 355,6 406.4 457.9 508 609.6

tubulure P s; 0.5 MPa 26,7 33.4 60,3<a) 88,9 114.3 168.3 219.1 273

de 0,5 < P s; 1 MPa non 26,7 33.4 33.4 60J(a) 88,9 114.3 168.3 219.1

maxi P> 1 MPa autorisé 26,7 26.7 33,4 60,3(a) 88.9 114.3 168,3

Dispositions constructi\·es Demi manchons normaux ou longs Piquages sans anneau-renfort


(a) 60.3 en tube, ou demi-manchon pour tube de= -\8.3

Tableau C2.2.7.4.4.l-3

Cintre : rayon de courbure R > 1,5 d

Tous De -de + )Ü J2 [R + -De


_ s; X$- J+ -de ; Y s; De
2 2 e 2

u-r
r------ ---- r------
1
- -,- -

1
1
} 1

/
1

/
1 1
1

/
/, , /,
/
/ 1 / 1 ,/ 1

~ ~
1
~

1
L_--

1
1-

Figure C2.2.7.4.4.l-1 Figure C2.2.7.4.4.1-2 Figure C2.2.7.4.4.l-3

C2.2.7.4.4.2 - Renforcement de l'ouverture


R
cosa=----
L'ouverture doit être telle que la condition suivante R + 0,5D
soit respectée :
R - 0,5d
cos /3 = - - - -
R + 0,5D

R + 0,5d
avec : cosy=----
R + 0,5D
f contrainte nominale de calcul,
L et ! longueurs d'influence déterminées  = 90° - /3- T
conformément,
S 2 voir figure C2.2.7.4.4.l-l, B=y-r
et G 2 , aire calculée à partir des formules sui-
vantes :
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/41

Aire angulaire associée à un angle au centre de 1° :


Diamètre moyen du collecteur
Q = __!!_ J(R + 0,5D - 0,5e )2 - R 2 }
360 ~ Épaisseur utile du collecteur
dm Diamètre moyen de la tubulure
L'aire G2, toujours supérieure à l'aire G 1 a pour va- Épaisseur utile de la tubulure
leur:
Rayon extérieur de la tubulure au droit de
l'intersection (figure
l+~)(d-eP)
C2.2.7A.4.2-l.
G2 =.Q(a-y+r)+o,s( C2.2.7.4.4.2-2 et C2.2.7.4.4.2-3)

fu lb fu,
C2.2.7.4.4.3 - Flexibilité

Les contraintes, a, déterminées par l'analyse de


flexibilité (voir C3), en supposant le coude sans pi- ?
quage, doivent, en complément des coeftïcients affé- r--------" 'ii~
p ' ,~,-'--
rant au coude, être affectées d'un coeftïcient
d'intensification de contrainte déterminée à partir de la Figures C2.2.7.4.4.2-1, -2, -3
formule suivante :
Les contraintes obtenues doivent vérifier la relation
suivante:

Note : les contraintes. a, déterminfrs en supposant le composant sans


piquage doivent respecter le critère défini en C3.3..1.1.
où:

1
\
1

I_
1

di
1. -1
Figure C2.2. 7.4.4.2-2
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/42

C2.2.7.5 - Vérification dans le cas d'ouvertures voi- C2. 2. 7. 5. 2 - Ouvertures voisines dans une réduction
sines
Les règles de ce paragraphe s'appliquent aux ouver-
C2J 7.5. 1 - Ouvertures voisines dans un collecteur tures situées sur une même génératrice de l'enveloppe
cylindrique conique (figure C2.2.7.5.2).
Les règles s'appliquent sans limitation aux ouvertu- C2.2. 7.5.3 - Chaque ouverture, considérée comme
res voisines dont les centres sont situés sur la même isolée, doit satisfaire aux règles de C2.2.7.4
génératrice de J'enveloppe cylindrique (figure
C2.2. 7.5.4 - Aucune autre vérification que celles requi-
C2.2.7.5. l-I ).
ses en C2.2.7.5.3 n'est nécessaire pour des ouvertures
Elles s'appliquent aussi aux ouvertures dont les dans une enveloppe cylindrique satisfaisant aux condi-
centres ne sont pas sur la même génératrice de tions suivantes :
!'enveloppe cylindrique, toutefois s'il s"agit de tubulu-
les ouvertures sont situées entièrement ou par-
res soudées, celles-ci doivent être normales à la paroi
tiellement à l'intérieur d'un cercle de diamè-
(figure C2.2.7.5. l-2).
tre :

(C2.2.7.5.4-l)

la somme des diamètres des ouvertures aucune autre ouverture n'est voisine de l'une
n'excède pas: des ouvertures considérées.

0,2 ~(2 R; + e)e (C2.2.7.5.4-2)

(1) (2)

ix <Li+ L2

Figure C2.2.7.5.l-1 - Ouvertures voisines de tubulures situées sur la même génératrice


d'une enveloppe cylindrique
3
CODETI 2001 - Division 1 - C2/43

X=yX'+X'
1 c
x<L 1+L 2
'1
(2) I

< ' -----+ - //~-~--


'
1
1
1

1
1

1
1

1 ..

Figure C2.2.7.5.l-2 - Ouvertures voisines de tubulures soudées, normales à la paroi, non situées sur
la même génératrice d'une enveloppe cylindrique

(1)

1
(2)
1

1
1

-~
1

-;r.J -----
'
I 1

/ 1

R j !
1, 1 1
I / /
I

/ /

Figure C2.2.7.5.2 - Ouvertures voisines de tubulures soudées sur la même génératrice d'une enveloppe conique
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/44

C2.2. ï.5.5 - La résistance du ligament séparant deux


ouvertures est vérifiée si la condition suivante est satis- s· u - o,5 P) + s;. 1 Ut.i - o,5 P) + s;. 2 Ut. 2 - o,5 P) +
faite:
s; (/, - 0,5 P) ?_ p (GF + G1 + G2 + c; + c;)
s (f - 0,5 P) + s1• 1 Uu - 0,5 P) + st. 2 (ft. 2 - 0,5 P) + (C2.2.7.5.5-2)

S, (fr - 0,5 P) ?_ P (GF + G1 + G2 )


(C2.2.7.5.5-I)
su - o.5 Pl+ st.1 C.li.1 - o,5 P) + s1.2 Ck::. - o.s P) +
où: s, (/, - 0,5 P);::: 0,85 p (GF + GI + G2)
pour des ouvertures voisines dans
une enveloppe conique ou situées (C2.2.7.5.5-I)
F sur la même génératrice d'une Dans cette relation S', S't.1, S't. 2 , S',.G, G 1• G 2• G' 1,
enveloppe cylindrique et G ·2 sont les aires définies pcir let figure C2.2.7.5.5-4
pour des ouvertures voisines dans Toutefois cette règle n'est applicable que si les
1 + cos
2
e une enveloppe cylindrique non conditions suivantes sont satisfaites :
F situées sur la même génératrice
de !'enveloppe aucune autre ouverture n'est voisine de l'une
des ouvertures considérées,
Dans cette relation S, St. 1, St. 2 , S,.G, G 1, et G 2 sont
les aires définies par les figures C2.2.7.5.5-I à -3 qui aucune des deux ouvertures considérées n'est
illustrent les configurations les plus usuelles à partir proche d'une discontinuité de paroi,
desquelles il est possible de traiter l'ensemble des - la distance x' est au plus égale à 2 (L 1 + L 2 )
configurations couvertes par les règles. où LI et L2 sont les distances d'influences des
Si la relation (C2.2.7.5.5-l)n'est pas satisfaite la ré- ouvertures déterminée à partir de la fonnule
sistance du ligament peut être justifiée en s'assurant C2.2.7.3.4.
que les relations suivantes sont satisfaites :

(2)

Figure C2.2.7.5.5-l - Ouvertures voisines de tubulures soudées sur la même génératrice d'une enveloppe cylin-
drique. L'axe de la tubulure 1 et l'axe de l'enveloppe sont dans un même plan. L'axe de la tubulure 2 est perpen-
diculaire à celui de l'enveloppe, mais ces axes ne sont pas nécessairement concourants.
GODET(' 2001 - Division 1 - C2/45

(1) (2)

x---.

Figure C2.2.7.5.4-2 - Ouvertures voisines de tubulures soudées, non situées sur la même génératrice d'une enve-
loppe cylindrique. Les axes des tubulures sont perpendiculaires à l'axe de l'enveloppe.

(1)

(2)

//
~~ ~-~-~-~-~-~----,

Figure C2.2.7.5.5-3 - Ouvertures voisines de tubulures soudées sur la même génératrice d'une enveloppe coni-
que. Les axes des tubulures et l'axe de l'enveloppe sont dans un même plan.
CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/46

(1) (2)
~~~\-~~
' k'. L" ----'
i.->--- X
1

~
!
f-- -

['-----~------------.__.,

®'. _._ ____. ®I.___·___.·-


Figure C2.2.7.5.5-4 - Ouvertures voisines dans une enveloppe cylindrique avec ligament peu résistant: ouvertures
de tubulures soudées, normales à la paroi, situées ou non sur la même génératrice de l'enveloppe cylindrique.

C2.2. 756 - Lorsqueft. 1 ou.ft. 2 ou fr sont supérieures àf, CJ.2.7.5.8 - Lorsque l'une des ouvertures (ou les deux)
.ft. 1 ouf... 2 ou fr doit être remplacé par f dans les relations est celle d'une dérivation ou d'une tubulure comportant
C2.2.5.5-I à-3. une soudure longitudinale ..fr. 1 ouf...;. doit être remplacé
parf... 1 z ouf... 2 z dans les relations C2.2.5.5-l à -3.
C2.2. 7.5. 7 - Lorsque le ligament est traversé par une
soudure : CJJ 7.5.9 - Cas particuiier des pièces en Y
d'orientation quelconque sur un fond sphérique Les règles des paragraphes précédant s'appliquent à
ou sur un fond bombé, partir des aires définies par les figures C2.2.7.5.9-l à -
3 où:
longitudinale ou hélicoïdale sur un collecteur
cylindrique ou une réduction, L=~ l = p:::;:
la contrainte nominale de calcul, f, doit être remplacée
par f z dans les relations C2.2.5.5- l à -3. L = )(D,+e) e l = J(d 1+e1 ) e1
CODETIŒ; 2001 - o·rvrsron
.. 1 _ C2/47

Figure C2.2.7 ..
5 9-1

D1
Figure C2.2.7 .;:,.
- 9 -2

Figure C2.2.7.5.9-3
CODETI@ 2001 - Division 1 - C2/48

C2.2.8 - ASSEMBLAGES A BRIDES BOULON- d) Le joint est d'un des types autorisés, pour cha-
NEES que ISO PN, par le tableau C2.2.8.2.

e) La boulonnerie d ·assemblage des brides est


C2.2.8.I - Généralités
d'une catégorie de résistance au moins égale à celle
Les règles du présent paragraphe sont destinées fixée, pour chaque ISO PN en fonction du type de
uniquement à vérifier la résistance mécanique de joint, par le tableau C2.2.8.2.
]'assemblage soumis à des sollicitations statiques; il
j) La différence de température entre brides et bou-
appartient au Fabricant de s'assurer par ailleurs de
lons n ·excède pas, pour une situation donnée. 50°C.
l'adéquation de !'assemblage (nature du joint, caracté-
ristiques des portées de joint, etc.) à l'ensemble des g) Si la température de calcul est ~ l 20°C, le coef-
conditions de fonctionnement de l'appareil, en particu- ficient de dilatation du matériau des brides n'excède
lier pour ce qui concerne la qualité d'étanchéité re- pas de plus de 10 % le coefficient de dilatation du
quise. Dans ce dernier cas, une méthode alternative de matériau des boulons.
\'érification des assemblages à brides boulonnées est
proposée en Annexe C2.A2. C2.2.8.3 - Assemblage à brides avec joint intérieur
au cercle de perçage des trous de boulons
C2.2.8.2 - Assemblage à brides normalisées
C2.2.8.3.J - Généralités
Un assemblage à brides normalisées en acier
a) Les règles du présent paragraphe concernent les
conforme à une nonne applicable peut être utilisé dans
assemblages à brides boulonnées dont le joint est situé
la construction d'une tuyauterie soumise à une pression
à l'intérieur du cercle de perçage des trous de boulons.
intérieure sans qu'il soit nécessaire d'effectuer un
calcul de vérification de sa résistance lorsque Elles s'appliquent aux assemblages à joint plat ou à
l'ensemble des conditions suivantes sont satisfaites: joint annulaire métallique plein d'un des types indiqués
au tableau C2.2.8.3. l ou d'un type équivalent, aux
a) Pour une situation normale de service, la pres-
assemblages à joint annulaire en élastomère ou métal-
sion de calcul n'excède pas la pression maximale ad-
lique creux moyennant les adaptations indiquées en
missible donnée, pour chaque ISO PN, en fonction du
Annexe C2.A3 aux assemblages à lèvres soudées
matériau des brides et de la température de calcul, par
moyennant les adaptations indiquées en Annexe
les tableaux de la nonne NF E 29-005.
C2.A4.
b) Pour une situation exceptionnelle de service ou
b) Les règles du présent chapitre couvrent la défail-
d'essai de résistance, la pression de calcul n'excède pas
lance par déformation excessive des brides et de la
1.5 fois la pression maximale admissible donnée par
boulonnerie.
ces tableaux.
Note : Pour les brides en acier austénitique, la norme NF E 29-005 Elles assurent en outre, pour les brides à collerette,
propose deu:-. séries de valeurs de pression maximale admissible ; la l'adaptation plastique globale:
série à utiliser est celle des valeurs basées sur la limite convention-
nt:lle d'élasticité à 1 % (notée Rp0,01 dans la norme). du raccordement plateau-collerette (règles
C2.2.8.3.7.5 et C2.2.8.3.7.6),
c) Pour une situation dans laquelle l'assemblage est
soumis aux actions simultanées d'une pression inté- du raccordement collerette-enveloppe cylindri-
rieure, d'un effort axial et d'un moment de flexion que (règle C2.2.8.3.7.6).
s'exerçant dans un plan contenant l'axe de
! 'assemblage, la pression de calcul équivalente, Pcq,
n'excède pas !es limites fixées en a ou b.

peq
4F
=P+--, +--3-
I6IMI
(C2.2.8.2)
ll D;, tr Dm

où:
Dm est le diamètre moyen des deux tuyaux raccordés.
CODETI; 2001 - Oi\·ision l - C2/49

Tableau C2.2.8.2 - Boulonnerie

Catégorie minimale de résistance de la boulon-


ISO PN Type de joint autorisé
ne rie ( 1l
6.10.16 - Plat non métallique avec ou sans enveloppe Basse
- Plat non métallique avec ou sans enveloppe Basse
- Spiralé
20.25
- Métalloplastique ondulé
Moyenne
- Métallique ondulé avec ou sans garnissage
- Plat non métallique avec ou sans enveloppe Basse
- Spiralé
- Métalloplastique ondulé
!-.1oyenne
40 - Métallique ondulé avec ou sans garnissage
- Métalloplastique non ondulé
Haute
- Métallique plat lisse ou strié
- Plat non métallique avec ou sans enveloppe Basse
- Spiralé
- Métalloplastique ondulé
Moyenne
50 - Métallique ondulé avec ou sans garnissage
- Métalloplastique non ondulé
- Métallique plat lisse ou strié
Haute
- Annulaire métallique
- Plat non métallique avec ou sans enveloppe
- Spiralé
- Métalloplastique ondulé Moyenne
100 - Métallique ondulé avec ou sans garnissage
- Métalloplastique non ondulé
- Métallique plat lisse ou strié
Haute
- Annulaire métallique
- Plat non métallique avec ou sans enveloppe
- Spiralé
- Métalloplastique ondulé
~ 100 - Métallique ondulé avec ou sans garnissage Haute
- Métalloplastique non ondulé
- Métallique plat lisse ou strié
- Annulaire métallique
( l) La catégorie de résistance de la boulonnerie se définit ici par le rapport entre les valeurs minimales garanties de la
limite conventionnelle d'élasticité (à l 0/o pour les aciers austénitiques, à 0,2% pour les autres matériaux) à la tempéra-
ture ambiante, du matériau de la vis (Rp his et du matériau de la bride (Rp )bride :
1

Catégorie de résistance
Basse Moyenne Haute
de la boulonnerie 1

(RPt, ~l ~ 1,4 ~ 2,5


(Rp )bride 1
5
CODETi' 2001 - Division 1 - C2/50

Tableau C2.2.8.2- Types de joints

Joints plats non métalliques

- Sans enveloppe w...:::d~?"f:~.f~j

- Avec enveloppe non métallique m"'~'-""";""'""'-"- ]}

Joints plats métalloplastiques

-
1 l
Non ondulés
~

- Ondulés ~
- Spiralés <<<<<<<<<<~
Joints plats métalliques

- Lisses 1 1

- Striés c::::::::::::::::::::: ]

~
- Ondulés avec ou sans garnissage
~

Joints annulaires métalliques pleins


cc
C218J2 - Conditions d'application force axiale et d'un moment de flexion s'exerçant dans
un plan contenant l'axe de l'assemblage, ces efforts
a) Les brides doivent être circulaires.
peuvent être pris en compte de manière simplifiée en
b) Les brides peuvent être constituées de plusieurs substituant à la pression de calcul, P, la pression équi-
éléments assemblés par soudure à pleine pénétration ; valente, Pcq· calculée au moyen de la formule C2.2.8. 1.
toutefois, il n'y a alors pas lieu de tenir compte d'un
Les règles du présent paragraphe ne prennent pas
coefficient de soudure dans les calculs.
en compte les différences de dilatation pouvant exister
c) Les boulons ou goujons doivent être répartis ré- entre la boulonnerie et les éléments assemblés, qui
gulièrement sur le cercle de perçage et leur nombre peuvent être négligées tant que, pour une situation
doit être au moins égal à 4. donnée:

Les trous de passage des boulons doivent être cir- la différen:e de température entre la boulonne-
culaires ; leur diamètre doit être au plus égal à celui de rie et les éléments assemblés n'excède pas
la série moyenne de la norme NF EN 20-273. 50°C,

d) Les règles du présent paragraphe ne prennent en si la température de calcul est~ l 20°C, le coef-
compte que l'action de la pression intérieure et des ficient de dilatation des éléments assemblés
efforts à exercer sur le joint. n'excède pas de plus de 10% le coefficient de
dilatation de la boulonnerie.
Toutefois lorsque l'assemblage est soumis en plus
de la pression intérieure aux actions simultanées d'une
CODETI" 2001 - Division 1 - C2/51

C2.2.8.33 - Notations .fo.A est la contrainte nominale de calcul


pour une situation normale de se1Tice à
A = diamètre extérieur de la bride
température ambiante.
= diamètre extérieur de contact d'une bride
tournante sur le collet ls = contrainte nominale de calcul du matériau
de ren\eloppe cylindrique pour la situation
= section totale de la boulonnerie : considérée

(C2.2.8.3.3-l) Pour une bride à collerette monobloc avec


/'enveloppe cylindrique : ls =f
Âb,min = section minimale nécessaire de la boulon-
nerie Pour la situation d ·assise du joim. fer j~
sont les contraintes nominales de calcul
=section d'un boulon ou goujon:
pour une situation normale de sen·ice à
• pour un boulon 011 goujon à filetage à température amhiante.
filet triangulaire au profil ISO (NF ISO Go = diamètre extérieur de la surface de contact
68-1) : section résistante définie par la d'un joint plat sur sa portée
norme NF ISO 262),
G = diamètre du cercle sur lequel s'applique la
• pour un boulon 011 goujon à filetage force de compression du joint W~ou H0.
d'un autre t)pe : section à fond de
défini en C2.2.8.3.5
filet,
=diamètre du cercle sur lequel s'applique la
• pour un boulon ou goujon à tige allé-
gée : section de la tige cylindrique non force d'appui W~ ou IVp:
filetée.
• d'une bride tournante sur le collet:
B = diamètre intérieur de la bride
(C2.2.8.3.3-3)
= di:imètre intérieur de contact d'une bride
tournante sur le collet
• d'une bride vissée avec étanchéité sur
c = diamètre du cercle de perçage des trous de l'enveloppe cylindrique sur le filetage
boulons de l'enveloppe:
= coefficient correctif pour tenir compte de (C2.2.8.3.3-4)
l'espacement des boulons:
go = épaisseur admise de la collerette à son ex-

CF= MAX (1) , l 1d


- b
ne 6e
1l

+ m + 0,5
li trémité
= épaisseur admise de la collerette à son rac-
cordement avec le plateau
Pour une bride à collerette cylindrique .
(C2.2.8.3.3-2) g1 =go

Ho = force résultant de laction de la pression sur


b = largeur efficace du joint (voir C2.2.8.3.5.) la surface du cercle de diamètre B
D = diamètre intérieur de l'enveloppe cylindri- = force de compression du joint dans une
que situation sous pression, définie en
= diamètre nominal d'un boulon C2.2.8.3.6

e = épaisseur du plateau de la bride (voir = force résultant de l'action de la pression sur


C2.2.8.3.7.3) la surface annulaire comprise entre les cer-
cles de diamètrès G et B
f = contrainte nominale de calcul du matériau
de la bride pour la situation considérée La somme des forces Ho , HG et HT est la
force Wp définie en C2.2.8.3.6 (voir figure
= contrainte nominale de calcul des boulons
C2.2.8.3.7.4).
ou goujons pour une situation sous pres-
sion h = longueur de la collerette
fb,A = contrainte nominale de calcul des boulons Pour une bride à co/leretle cylindrique
ou goujons pour la situation d'assise du soudée en bout ou monobloc avec
joint /'enveloppe cylindrique: h = O.
CODETIŒ: 2001 - Division 1 - C2/52

ho = différence, pour une bride autre que tour- p = pression de calcul pour la situation sous
nante ou vissée avec étanchéité sur pression considérée
!"enveloppe cylindrique, entre les rayons du
= force minimale à exercer par la boulonnerie
cercle de perçage des trous de boulons et du
dans la situation d'assise du joint
cercle sur lequel s'applique la force Ho
w~ =force exercée par l'ensemble des boulons à
= différence, pour une bride autre que tour- prendre en compte pour le calcul de la bride
nante ou vissée avec étanchéité sur dans la situation d'assise du joint, définie en
l'enveloppe cylindrique, entre les rayons du C2.2.8.3.6
cercle de perçage des trous de boulons et du
Wp = force de traction s'exerçant sur la boulonne-
cercle sur lequel s'applique la force de
rie dans une situation sous pression
compression du joint W~ ou HG
= largeur de contact du joint sur sa portée
= différence, pour une bride tournante ou une (voir C2.2.8. l .5)
bride visssée avec étanchéité sur
l'enveloppe cylindrique, entre les rayons du y =pression d'assise du joint (voir C2.2.8. 1.5)
cercle de perçage des trous de boulons et du
= coefficient relatif aux brides « monobloc »
cercle sur lequel s'applique la force d'appui
donné en Annexe C2.A5
rV~ ou Wp de la bride sur le collet ou le
= coefficient relatif aux brides
tiletage de renveloppe
« indépendantes » donné en Annexe C2.A5
= diftërence, pour une bride autre que tour-
nante ou vissée avec étanchéité sur
l'enveloppe cylindrique, entre les rayons du 3
K-' ( 1+2--lnK
l+v
1-v
-1 J
cercle de perçage des trous de boulons et du
cercle sur lequel s'applique la force HT 1[ (K-1)(1+~K 2 J] - V

Les distances ho , hG . hL et h-r sont indi-


(C2.2.8.3.3-8)
quées sur la figure C2.2.8.2.5.

ho (C2.2.8.3.3-5)
3
K-'( 1 + 2 -
I+v- ln K
l - V
J-1
A
K
B
(C2.2.8.3.3-6) ff (I+v) (K 2 -1) (K-l)

= coefficient de correction de contrainte : (C2.2.8.32.3-9)

• pour B :<::: 1000 mm = coefficient relatif aux brides «monobloc»


donné en Annexe C2.A5
• pour 1000 mm< B < 2000 mm:
= coefficient relatif aux brides
2 ( l+-
B- )
« indépendantes » donné en Annexe C2.A5
k =- (C2.2.8.3.3-7)
F 3 2000
2
- 1 [3 6 K 1nK]
-(1-v)+-(I+v)--
K -1 ff ff K2 - 1
• pour B ~ 2000 mm
(C2.2.8.3.3- I 0)
Af = moment s'exerçant sur la bride dans ta si- Le graphique C2.2.8.A3.6 donne les valeurs
tuation considérée
des coefficients /Jr, fJu et fJy pour v= 0,3.
M = MA ou Mp selon qu'il s'agit de la si-
tuation d'assise du joint ou d'une situation
sous press ion.
= moment s'exerçant sur la bride dans la si- (C2.2.8.3 .3-11)
tuation d'assise du joint
Mp = moment s'exerçant sur la bride dans une
situation sous pression
(C2.2.8.3.3-l 2)
m = coefficient de serrage du joint (voir
C2.2.8.3.5)
V = coefficient de Poisson du matériau de la
bride
n = nombre de boulons ou goujons
CODETI'.! 2001 - Division 1 - C2/53

= coefficient relatif aux brides «monobloc» C2. 2. 8. 3. 6 - T'ér[fication de la boulonnerie


donné en Annexe C2.A5
a) La force minimale que doit exercer la boulonne-
rie dans la situation d ·assise du joint est donnée par la
C2.2.8.3.4 - Situations à éwdier
formule:
a) Situation relative au serrage initial du joint avant
WA =Trb·G·y (C2.2.8.3.6a)
mise sous pression, dite situation d'assise du joint.
Dans cette situation, l'assemblage est soumis uni- b) La force de traction s'exerçant sur la boulonnerie
quement à l'effort résultant de la compression du joint dans une situation sous pression est donnée par la for-
nécessaire pour réaliser l'étanchéité attendue. mule:

La compression minimale y à exercer sur le joint, (C2.2.8.3.6b-I)


dite pression d"assise du joint, dépend de la nature de
celui-ci.
dans laquelle :
La situation d'assise du joint est unique pour un as-
HG =27rb·G·m·P ( C2.2.8.3 .6b-2)
semblage donné; elle doit être considérée comme une
situation normale de sen·ice à température ambiante. c) La section minimale nécessaire de la boulonnerie
b) Situation(s) normale(s) de service, exception- est donnée par la relation :
nelle(s) de service ou d'essai de résistance susceptibles
d'être déterminantes pour l'assemblage, dites situations
sous pression. Ab.min = MAX 1[ -W A
lb.A
l [( -j lJ
' Wp Î
lb max
(C2.2.8.3.6c)

Le rapport m entre la compression minimale du


joint et la pression intérieure est une caractéristique du
joint dite coefficient de serrage du joint. dans laquelle ( ~: ) max est la plus grande valeur du

C2.2. 8. 3 5 - Caractéristiques du joint

a)Les valeurs de la pression d'assise y et du coeffi-


rapport ( ~:) pour l'ensemble des situations sous
cient de serrage m doivent être indiquées par le four- pression étudiées.
nisseur du joint; à défaut il est possible d'utiliser les
valeurs données en Annexe C2.A6. cl) La section totale de la boulonnerie doit être telle
que:
b) La largeur efficace du joint b et le diamètre G du
cercle sur lequel s'applique la force de compression du Ab~ Ab.min (C2.2.8.3.6d)
joint sont définis par le tableau C2.2.8.3.5.
e) La force exercée par la boulonnerie à prendre en
compte pour le calcul des éléments assemblés dans la
situation d'assise du joint est donnée par la formule:

w' _ Ab +Ab.min (C2.2.8.3.6e)


A - lb.A
2
j) Dans le cas d'un joint plat, lorsque la portée de
joint n'est pas à emboîtement double ou qu'aucune
disposition mécanique (telle qu'un anneau ou emboî-
tement limiteur d'écrasement) ne protège le joint
contre un serrage excessif, la force W~ doit vérifier la
relation:

W~ ~2Trw·G·y (C2.2.8.3 .6})


CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/54

Tableau C2.2.8.3.5 - Largeur efficace du joint b et diamètre G du cercle


sur lequel s'applique la force de compression du joint.

1 - Joint plat

• Largeur de base du joint bo :


H'
a) Faces plates bo = -
2
i
1
.... .. 1
Il'

1
Go ~
• Largeur efficace du joint b :

si bo :s: 6,3 mm : b = bo
(!)
si bo > 6,3 mm : b = 2,52-[b;

b) Faces surélevées

• Diamètre G :
Go---- G =Go - 2b

c) Emboîtement
simple

d) Emboîtement 1
Dans cette formule, la largeur bo doit être exprimée en milli-
( )
double
mètres.
2
( ) Si bo :S: 6,3 mm, G est alors le diamètre moyen de contact du
joint sur sa portée.

2 - Joint annulaire métallique plein

• b=~
8

• G = diamètre moyen du joint

_:1_=r
1 1

lw
3
CODETl 2001 - Division 1 - C2/55

C2.2.8.3. 7 - Vérification des brides Ces règles permettent de \"érifier la résistance des
brides dites :
C2.2.8.3.7.1 - Généralités
«indépendantes», à la res1stance desquelles
Le tableau C2.2.8.3.7.l défini les types de brides
couvertes par les règles du présent paragraphe, ainsi ne participe pas renveloppe cylindrique ou
que les règles de détermination des moments et les pour lesquelles la participation de renveloppe
règles de vérification de la résistance correspondantes. cylindrique peut être négligée,
« monobloc», à la résistance desquelles parti-
cipe lenveloppe cylindrique.

Tableau C2.2.8.3.7.1

Règle de Règle de
Type de bride Figure détermination vérification de
des moments la résistance

a) à collerette tronconique C2.2.8.3.7-la


1
Bride
1- b) à collerette cylindrique C2.2.8.3.7-l b
tournante
11 C2.2.8.3.7.4) ::::
c) sans collerette l C2.2.8.3.7-lc Vl
.2
ë:;;
"'.:)
a) avec étanchéité sur l'enveloppe c:
Bride vissée C2.2.8.3.7-2a C2.2.8.3.7.5 u
cylindrique c..
·u
2- (avec ou sans ~

collerette) c:
b) avec étanchéité sur la bride C2.2.8.3.7-2b ::::
Vl
u
"'.:)

1 a) à collerette tronconique C2.2.8.3.7-3a ·c


::;::i

b) à collerette cylindrique C2.2.8.3. 7-3b

Bride C2.2.8.3.7.5
c) assemblée par double
3- emmanchée C2.2.8.3.7-3cl ou
soudure non pénétrante ou
soudée et c2) C2.2.8.3.7.6
sans à pénétration partielle (i)(è)

collerette C2.2.8.3. 7.4b


::::
u
d) assemblée par soudures 0
C2.2.8.3. 7-3d .0
à pleine pénétration 0
5
c:
Bride à colle- C2.2.8.3.7.6 ::::
:r.
rette soudée en a) à collerette tronconique C2.2.8.3 .7-4a (2) u
-0
bout ou mono- ·c
::;::i
4- bloc avec
l'enveloppe b) à collerette cylindrique C2.2.8.3.7-4b
cylindrique

(1)- L'une ou !"autre de ces deux règles peut être indifféremment utilisée dans les conditions indiquées en C2.2.8.3.7.2b.

(2) - Si les conditions C2.2.8.3.7.6.2a et b ne sont pas satisfaites. il est possible de justifier la résistance de la bride au moyen de la règle C2.2.8.3.7.5
(voir C2.2.8.3.7.2c).
CODETI® 2001 - Division 1 - C2/56

a) Bride à collerette tronconique b) Bride à collerette cylindrique c) Bride sans collerette

Figure C2.2.8.3.7-1 Brides tournantes

G
--(b) B

1
1

h h
(c)

c c 1
1 1
A

(e)
A
GL(e) .. 1

a) Avec étanchéité sur l'extrémité de l'enveloppe b) Avec étanchéité sur la bride


cylindrique
(b) Plateau
(c) Collerette
(e) Enveloppe cylindrique filetée
Note: Dans le cas d'un taraudage conique, Best Je diamètre sur flancs mesuré à mi-longueur de serrage Lr

Figure C2.2.8.3.7-2 Brides visées (avec ou sans collerette)


CODETI~ 2001 - Division 1 - C2/57

/ (b) /(b)
/ /
I r /
\

h h
~~-+-(c_)+-_i
1

1
1

go t--1
' 1
go=gif---
B --+-+-- g1 -+-- B ____, B _ ___,

C ------'------ c --~=--------~ c
A ____________,_
A ---------- A----------:
a) Bride à collerette tronconique b) Bride à collerette cylindrique cl) Bride sans collerette assemblée par
double soudure non pénétrante ou à
pénétration partielle calculée au moyen
de la règle C2.2.8.3.7.5

(b) G-----

h
(d)

(d)
(2)

B Io
D ----4--+___,____ g 1
c

~ -LI) A

- - - - - - + +_____
- -____,__

c2) Bride sans collerette assemblée par dou- d) Bride sans collerette assemblée par soudures
ble soudure non pénétrante ou à pénétration à pleine pénétration
partielle calculée au moyen de la règle
C2.2.8.3. 7 .6
(a) Voir détail S
(b) Plateau
Détail S
6@~~
\l_W \W w
(c) Collerette
(d) Assemblage à pleine pénétration

( 1) Limite de la zone dïnfluence du raccordement de l'