Vous êtes sur la page 1sur 133

Module 2.

3
Systèmes thermiques
Franck Lucas

SUPPORTS de COURS

LP ERME
Objectifs pédagogiques
Niveau d’acquisition des compétences
L'étudiant doit être capable de : 1 2 3

DECRIRE : les éléments constitutifs des différents systèmes


énergétiques pour la production d’ECS (notamment
solaire), la climatisation des bâtiments la production et x
l’utilisation de la biomasse.

DECRIRE les différents moyens et sources de production x


d’énergie thermique dans les bâtiments

DIMENSIONNER et CONCEVOIR des installations de


x
production d’ECS solaire individuelles et collectives

DIMENSIONNER et EVALUER des systèmes de


x
climatisation des bâtiments

EVALUER les grandeurs quantitatives et qualitatives liées à


x
l’utilisation de la biomasse.
Sommaire
Chapitre 1 : Rappel théorique de thermique/Thermodynamique de base :
• Systèmes d’unités pour l’énergétique
• Thermodynamique
• Transferts de chaleur
Chapitre 2: Production d’ECS dans les bâtiments
• Généralités sur les systèmes de production individuels / collectifs
• Systèmes ECS solaires
Chapitre 3 : Systèmes de climatisation
• Généralité sur les systèmes
• Conception des installations
• Evaluation des performances
Chapitre 4 : Biomasse / combustion
• Production de la biomasse
• Utilisation de la biomasse / notions de combustion
Chapitre 1 : Rappel théorique de
thermique/Thermodynamique de base :

• Systèmes d’unités pour l’énergétique


• Thermodynamique
o chaleur latente /sensible
o 1er principe Thermodynamique
o 2ieme principe Thermodynamique
• Transferts de chaleur
o Conduction
o Rayonnement
o convection
Systèmes d’unités

• « Système International d’Unités » ( SI)


• adoptés en 1960.
• 7 unités de base et des unités dérivées

Grandeur Unités de Base SI


Nom :
Symbole :
Longueur mètre m
Masse kilogramme kg
Temps seconde s
Intensité électrique ampère A
Température absolue et différence kelvin K
de température
Quantité de matière mole mol
Intensité lumineuse candela cd
Systèmes d’unités

• Energie :
• Symbole en thermique : Q
• Définitions :
o Equivalence chaleur/travail = énergie (Démontré par Joule)
o Énergie/travail= force [N] x distance [m]
o Force =masse [kg] x accélération [m/s2]
• Unité SI : Le Joule [J]
1𝐽 = 𝑘𝑔. 𝑚². 𝑠 −2
• Autres unités
o Wh : 1 W délivré pendant 1h 1𝑊ℎ = 3600𝐽
o kWh : 1 kW délivré pendant 1 h 1𝑘𝑊ℎ = 3600𝑘𝐽
o Btu : British Thermal Unit
o Conversion : 1 Btu = 1055 J
Systèmes d’unités
Puissance :
• Symbole en thermique : P, 𝑄ሶ
• Expression :

𝑄
𝑃=
𝑡
Avec :
t le temps en secondes [s]
• Unité SI : Watt [W] 1 𝑊 = 1𝐽. 𝑠 −1
• Autres Unités : Btu/h 𝟏 𝑾 = 𝟑, 𝟒𝟏𝟐𝟏 Btu/h
Rmq : Attention aux petites puissances sur des durées longues
Thermodynamique
• Chaleur sensible :
elle se manifeste par une élévation de température du corps
Q= 𝑚 ∙ 𝑐 ∙ (𝑇𝑓 − 𝑇𝑖 )
o m : masse du corps [kg]
o c : chaleur massique du corps [J/kg/K]
o T : Température initiale ou finale du corps [K] ou [°C]

Chaleur latente :
elle se manifeste par un changement d’état du corps :

Q= 𝑚 ∙ 𝐿

o L : Chaleur latente de changement d’état [J/kg]


Thermodynamique
• Puissance sensible :
Chaleur sensible rapportée à l’unité de temps:
𝑄ሶ = 𝑚ሶ ∙ 𝑐 ∙ (𝑇𝑓 − 𝑇𝑖 )
o 𝑚ሶ :débit massique [kg/s]

• Puissance latente :
Chaleur latente rapportée à l’unité de temps

𝑄ሶ = 𝑚ሶ ∙ 𝐿

o L : Chaleur latente de changement d’état [J/kg]


Thermodynamique :

• Chaleur sensible /latente : exemple de l’eau :


𝑐𝑒𝑎𝑢,𝑙𝑖𝑞𝑢𝑖𝑑𝑒 = 4,185 𝑘𝐽. 𝑘𝑔−1 𝐾 −1
o Condensation /Vaporisation
𝐿𝑐/𝑣 = 2258 𝑘𝐽. 𝑘𝑔−1
o Fusion/solidification

𝐿𝑓/𝑠 = 335 𝑘𝐽. 𝑘𝑔−1


°C
o Evolution à Patm 115 D
B C
100

28,3
-335 419 2257

10
A
0
0 419 2676 2704,3
h (kJ / kg)
Fig. 15
Thermodynamique
• Les changements d’état :

• Point de changement d’état : exemple de l’eau

0,7 bar
1 bar

90°C 3 000 m ü. M.

100°C
1,5 bar
0 m ü. M.
110°C

Fig. 13
Thermodynamique
Point de changement d’état : exemple de l’eau
Diagramme température-pression pour la vapeur saturée
(°C)
210

200

190

180

170

160

150
0,7 bar
140 1 bar
130

120 90°C 3 000 m ü. M.

110

100
100°C
90 1,5 bar
0 m ü. M.
80 110°C
70
Te
Fig. 13
mp 60
éra
tur 50
e
40
0 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 1100 1200 1300 1400 1500 1600 1700 1800 (kPa)
0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 (bar)
Pression de la Vapeur
Fig. 14
Thermodynamique

Equilibre thermique de deux corps : Principe zéro de la


thermodynamique

Principe : lorsque deux corps à des températures différentes sont mis en


contacts, ces corps échangent de la chaleur et se mettent en équilibre thermique
a une température appelée température d’équilibre définie par….

Autres formes :
Deux corps, mis en contact prolongé, se mettent en équilibre thermique.
Deux corps en équilibre thermique avec un troisième, se trouvent en équilibre
thermique entre eux.
Thermodynamique

Définition 1: La thermodynamique permet de décrire l’état d’équilibre d’un


système.
Définition 2 : un système est généralement un ensemble matériel (donc constitué de
molécules) bien défini. La définition d’un système amène à définir une frontière
délimitant le système du milieu extérieur
Flux
entrant

Système
Frontière
Flux
sortant

Définition 3 : On définira l’état d’un système par les valeurs numériques que
prendront certaines grandeurs physiques caractéristiques de ce système (T, P, V, n …)
L’état d’un système est susceptible de changer si on modifie une ou plusieurs grandeurs
caractéristiques. Cette modification est obtenue par échange avec le milieu extérieur à
travers la frontière.
• Echange de travail (compression, dilatation) noté W.
• Echange de chaleur (conduction, rayonnement, convection) noté Q.
• Echange de masse.
Thermodynamique
Transformation de systèmes et fonctions d’état

La variation DX d'une grandeur X dépend généralement du chemin suivi pour


aller de l'état 1 à l'état 2.
Mais, pour certaines fonctions F, les variations DF lors d'une transformation sont
indépendantes du chemin suivi. Elles sont dites fonctions d'état.
Conséquence :

• la différentielle dF est une différentielle exacte. DF12  F2 - F1


Thermodynamique

Définition et comportement des gaz parfaits (GP).


Définition :
• Les chocs entre les particules sont dits
élastiques.
• L’énergie des particules est purement cinétique Le gaz est un gaz parfait
: pas de force d’interaction (attraction /
répulsion).
Exemples : gaz monoatomiques, gaz diatomiques.

Equation d’état des gaz parfaits

Forme générale différentielle :

Forme courante:

P : pression en Pa
V : volume en m3
T : température en K
n : nombre de moles en mol
R : constante des gaz parfaits : R = 8,314 J.K-1 .mol-1
Thermodynamique

Energie Interne d’un système

Conservation de l’énergie du système :


Prise en compte des frottements : le palet fini par s’immobiliser sur la rampe
horizontale
𝐸𝑐𝑖𝑛é𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 + 𝐸𝑝𝑜𝑡𝑒𝑛𝑡𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒 ≠ 𝑐𝑡𝑒
𝐸𝑐𝑖𝑛é𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒 + 𝐸𝑝𝑜𝑡𝑒𝑛𝑡𝑖𝑒𝑙𝑙𝑒 + 𝑈 + 𝑐𝑡𝑒

U : Énergie interne du système (J)


Thermodynamique

Energie Interne d’un système


Modélisation de l’énergie interne

Définition :
L’énergie interne notée U d’un système représente à l’échelle macroscopique l’énergie
cinétique et potentielle des particules. L’énergie interne est une fonction d’état:
∆𝑈 = 𝑈2 − 𝑈1
Application au GP
Pour un gaz parfait on montre que l’énergie interne est directement liée à la
température absolue et on calcule la variation d’énergie interne dU de la manière
suivante:

Avec :
m : Masse de gaz (kg):
cv : Chaleur massique à volume constant (J.kg-1.K-1)
T : Température absolue du système.
Thermodynamique
Premier principe de la thermodynamique:

• Mise en évidence

• Enoncé : La variation d’énergie interne du


système entre deux états d’équilibre est égale
à la somme algébrique des quantités d’énergie
mécanique W (travaux des forces extérieures)
et calorifiques Q échangées avec le milieu
extérieur.
• Mise en équation :

o Pour une transformation fini

o Pour une transformation infinitésimale

o Pour un cycle
Thermodynamique
dS

Premier principe de la thermodynamique:


S 
• Travail des forces de pression :
  
n
  
W  df ext  dl avec df ext   pe dS  n dl
M
df ext

o Soit : W   pe dV M’  
dV  dSn  dl

• Pour une transformation finie isobare de l’état i à l’état f :


Thermodynamique

Premier principe de la thermodynamique:


Enthalpie : Evolution à pression constante
• Pour une transformation à P=cte le 1er principe s’écrit :
• Comme : alors :

• Soit : et finalement 𝑸 = 𝑯𝒇 − 𝑯𝒊
• Définition : l’enthalpie est la quantité de chaleur (sensible ou latente)
échangée par un système évoluant à pression constante

• Symbole et unité :H en J, ou h en J/kg


Thermodynamique

Premier principe de la thermodynamique:


• Application à la transformation de GP : Q et W échangés
• Evolution à P=cte :
o Variation d’enthalpie pour un GP :
avec : cp chaleur massique à pression constante (J.kg-1.K-1)

• Evolution a V=cte :
dU  Q  mcv dT

• Evolution à T=cte
Thermodynamique

Premier principe de la thermodynamique:


• Application à la transformation de GP :
Evolution adiabatique (Q=0) :

• Relation caractéristique des transformations adiabatiques


Thermodynamique

Premier principe de la thermodynamique: Synthèse

Pour les transformations adiabatiques

De plus on admettra :
Thermodynamique

Deuxième principe de la thermodynamique


Objectif : prévoir le sens d’évolution des systèmes et étude des cycles
Exemple 1 : détente d’un gaz

Exemple 2 :
Thermodynamique

Deuxième principe de la thermodynamique


• Enoncé de Carnot (moteur)
Si une machine fournit du travail au cours d’un cycle, elle échange
nécessairement de la chaleur avec 2 sources de températures différentes.
• Enoncé de Clausius (machine thermique)
On ne peut construire de machine qui, au bout d’un cycle, ne ferait que
transférer une quantité de chaleur d’une source froide à une source chaude.

Conclusion « simpliste » :
• Pour produire du travail il faut une source chaude et une source froide
• Pour produire du froid il faut du travail
Thermodynamique

Deuxième principe de la thermodynamique


Cycles moteur dithermes Source, T2 Source, T1

Premier principe : ΔU=W+Q2+Q1=0 Q2 Q1

W< 0, Q2 >0, Q1<0


Système

W
Rendement du cycle :
𝑊
η=
𝑄2
Thermodynamique

Cycles dithermes de machine thermique


Source, T2 Source, T1
Premier principe ΔU=W+Q2+Q1=0
W > 0, Q2 <0, Q1>0 Q2 Q1

Système
Performance du cycle :

Machine frigorifique Pompe à chaleur (PAC)

W
Transferts de chaleur

• Principe zéro de la Thermo


Lorsque deux corps à des températures différentes sont mis « en
contacts », ces corps échangent de la chaleur et se mettent en équilibre
thermique a une température appelée température d’équilibre….

• Définition des moyens d’échange


 Conduction : avec support matériel, sans transfert de masse
 Convection : avec support matériel, avec transfert de masse
 Rayonnement: sans support matériel.
Transferts de chaleur

Conduction
Transfert par excitation de proche en proche des molécules.
• Paroi monocouche homogène e
Densité de flux traversant la paroi

o


 en W  m  2  T1 T2
o Flux total traversant la paroi

    S en W 
 
avec S : Surface de la paroi en m 2 

S
Transferts de chaleur

Conduction

Transfert par excitation de proche en proche des molécules.


• Paroi monocouche homogène
e
o Densité de flux conductif traversant la paroi


e

T1  T2  Wm  -2


1
T1  T2  avec Rth  e T2
Rth  T1
e : épaisseur en m

 : conductivité en W  m -1  K 1 

Rth ; Resitance thermique de la paroi en m²  K  W -1 
Transferts de chaleur

Conduction
Transfert par excitation de proche en proche des molécules.
• Analogie électrique

U  RI  T1  T2   Rth
T1 T2

• Paroi multicouche homogène


T1  T2
T1  T2  avec Rth  
1 ei

Rth i
e1 e2 e3
Rth   
1 2 3
e1 e2 e3
1 2 3
Transferts de chaleur

Conduction
Propriétés des matériaux: valeur de conductivité
Transferts de chaleur

Rayonnement

Transferts par ondes électromagnétiques.


• Emittance totale d’un corps gris
o M : densité de flux énergétique émise par une surface dans toutes les
directions du ½ espace et dans toutes les longueurs d’ondes

MT  T    T 4
en W  m²

avec ε : emissivité du corps gris



  5,67 .10 8 : constante de S. Boltzman en W  m-2  K -4 
T en K
Transferts de chaleur

Rayonnement

Réception de rayonnement:

On a
 : absorptivité
     1
 : transmiti vité
Et on supposesouvent:
 : reflexivit é
 
Emission de rayonnement
Transferts de chaleur

Rayonnement

• Flux net émis entre deux surfaces infinies:


Formule brute

Formule linéarisée pour une surface S1 dans des conditions ambiantes


Valable pour DT<100K

1net  hr S1 T1  T2 
hr : coefficien t d' échange radiatif
hr  5,6 Wm2 K 1
Transferts de chaleur

Convection

Transfert avec support matériel et avec transfert de masse : entre un solide et un fluide

Densité du flux échangé :   h  (T1  T2 )


h : coefficient d’échange convectif

h : évalué par valeurs forfaitaires, corrélations de nombres adimensionnels, ou abaques.

h : dépend du fluide

h : dépend du type de convection établie : naturelle ou forcée


Transferts de chaleur

Convection

Types de convection

Convection naturelle : mise en mouvement Convection forcée : mouvement des


des particules sous l’action de la poussée particules du à « moteur » extérieur.
d’Archimède.

v
Transferts de chaleur

Convection

Convection naturelle :
mise en mouvement des particules sous l’action de la poussée d’Archimède.

Nombres adimensionnels : 
h : coefficien t d' échange par convection en W  m -2  K 1 
Corrélations :

μ viscosité du fluide en kg  m -1  s 1 
D dimension caractéris tique de l' écoulement en m

λ : conductiviité en W  m -1  K 1 
 
c : chaleur massique en J  kg -1  K 1
ρ : masse volumique en kg  m  -3

 
β  1/T : coefficien t de dilatation volumique en K 1

g : accélérati on pesanteur m  s  2 
ΔT : écart de températu re surface - fluide K 
Transferts de chaleur

Convection

Convection naturelle :
mise en mouvement des particules sous l’action de la poussée d’Archimède.

Méthode de calcul
• Calculer Pr, Gr
• Choisir la corrélation

10 3  Pr .Gr  5.10 2  Nu  1,18 Gr Pr 1 / 8


5.10 2  Pr .Gr  2.10 7  Nu  0,54 Gr Pr 1 / 4
2.10 7  Pr .Gr  1013  Nu  0,13Gr Pr 1 / 3

• Calculer Nu
• Déduire h de Nu
Transferts de chaleur

Convection
Convection naturelle : mise en mouvement des particules sous l’action de la
poussée d’Archimède.
Tableaux de valeurs de h (W/m²/K):

DT (°C) 1 2 3 5 10 15 20 30
Mur vertical 2 2,3 2,6 2,9 3,5 3,8 4,2 4,6
Mur horizontal
Flux vers le X 1.33
haut
Mur horizontal
Flux vers le bas X 0.67
Transferts de chaleur

Convection

Convection forcée
Corrélation nombres adimensionnels
• Écoulement laminaire sur une plaque (Re< 2000)
2
Nu  Re 0,5 Pr 0,33
3

0,8
• Nu 0,036
Ecoulement

Re Pr
turbulent sur une plaque (Re >3000)

1  0,83 Pr
0,6

1

• Corrélation simplifiée

h  5  3,8 V

V: vitesse du vent [m/s]


Chapitre 2: Production d’ECS dans les bâtiments

• Généralités sur les systèmes de production individuels /


collectifs
• Systèmes ECS solaires
o Principes généraux
o Dimensionnement des installations
Généralités sur les systèmes

• Fonctions essentielles d'une installation de production d'ECS :


o la production proprement dite,
o la distribution,
o la fourniture
• Evaluation des besoins
o Les besoins augmentent : l’hygiène corporelle, les exigences des clients, les offres des
constructeurs, le niveau d’équipement des logements ….
o Les besoins diminuent : le coût du m3 d’eau froide, le lave-vaisselle, le nombre de
personnes dans un logement, plus de douche, moins de bains.
• Les grandeurs à déterminer pour le calcul de dimensionnement:
o La puissance thermique à installer : elle tient compte de la puissance nécessaire pour
chauffer l'eau et pour maintenir en température la boucle de recyclage ou du réseau de
distribution.
o le volume de stockage
o les débits maximaux dans chaque tronçon de tuyauterie, pour le calcul du réseau de
distribution
Généralités sur les systèmes

Règles de l’art :
Les documents techniques ci-dessous précisent les règles à observer pour l’obtention
d’une installation d’ECS de qualité.
• DT 60.1 : Travaux de plomberie sanitaire pour bâtiment à usage d’habitation
• DTU 60.5 : Canalisations en cuivre. Distribution d’ECS et d’EFS.
• DTU 65.3 : Installations de sous station d’échange à eau chaude sous pression
• DTU 65.9 : Installation de transport de chaleur ou de froid et d’ECS entre
production et bâtiments.
• DTU 65-10 : Règles générales de mise en œuvre : Canalisations d’ECS et d’EFS
sous pression.
Généralités sur les systèmes
Classification des systèmes:
Production individuelle :
• Électrique, semi-instantanée,
• Électrique à accumulation,
• Chauffe-eau thermodynamique,
• Au gaz, instantanée,
• Au gaz à accumulation,
• Solaire
• Par chaudière individuelle à gaz double usage, instantanée,
• Par chaudière individuelle à gaz double usage, semi-instantanée,
• A combustible solide ou liquide avec chaudière et production d’ECS intégrée ou séparée
(pavillonnaire)
Production collective :
• Instantanée électrique,
• Instantanée à combustible
• A semi-instantanée électrique
• Semi-instantanée à combustible
• A accumulation à combustible
• A accumulation électrique
• Solaire
• Par PAC avec récupération de chaleur
Généralités sur les systèmes
Exemples de systèmes
Production instannée par fluide primaire et à gaz

Système à accumulation par fluide primaire et éléctrique


ECS solaire

Principes généraux

Données climatiques

Données climatiques générales


ECS solaire
Principes généraux
Données climatiques
Données climatiques générales

h : hauteur
a : azimut(h)
ECS solaire

Principes généraux
Données climatiques nationales : carte d’ensoleillement en kWh/m².j
ECS solaire
Principes généraux
Données climatiques régionales : ensoleillement moyen mensuel en Wh/m².j sur un plan
horizontal et pour un capteur orienté nord et incliné de 16°

7000 Cumul journalier du rayonnment global


horizontal (Wh/m²)
6000 Irradiation capteurs orienté (Wh/m2.jour)

5000

4000

3000

2000

1000

0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12

Moyenne annuelle de l’énergie reçue par m² : 5350 kWh/m².j


Variant mensuellement entre 4000 et 6000 kWh/m².j
ECS solaire
Principes généraux
Données climatiques régionales : nombres d’heure d’ensoleillement annuel (h/an)
ECS solaire

Principes généraux
Données climatiques régionales
Rayonnement solaire:
• Rayonnement global (pyranomètre)
• diffus (pyranomètre avec anneau)

• Direct (pyrhéliomètre)
ECS solaire
Principes généraux
Autres données climatiques
Températures d’eau :
• Métropole variable entre 5 et 18°C suivant la région et le mois: cf
données Tecsol.
• Polynésie : Moyenne 25,7°C (estimation )
Température ambiante :
• Elle intervient sur le rendement des capteurs. Identification avec
relevés météo en fonction du site.
Vents :
• Influence sur les pertes thermiques du capteur
• Tenue des installations aux vents
o en métropole respect des règles NV65 -> Eurocodes.

Mois Janv Fev Mars Avr Mai Juin Juil Aout Sept Oct Nov Dec

26,1 27,1 27,3 27,3 25,7 25,3 24,3 24,2 24,5 25,1 26 26
exterieure
T° eau
25,9 26,4 26,5 26,5 25,7 25,5 25 25 25,1 25,4 25,9 25,9
froide
ECS solaire

Principes généraux
1.2 Évaluations des besoins
Plus l’évaluation est précise : meilleur est le dimensionnement
Réhabilitation : mesures ou études des factures d’eau.
2 méthodes
Neuf : suivi de la réglementation

Identiques aux installations de production d’ECS classiques :


En collectif :
 Besoin en ECS : Vecs  35 l / j / pers
 Besoins énergétiques : Becs  
1,16.Vecs.ΔT . Np
Becs : Somme au niveau de l’immeuble des consommations de
chaque logement (kwh)
Np : nombre de personnes
DT : écart de température eau chaude – eau froide (env 45°C)
ECS solaire

Principes généraux
1.2 Principe de l’installation

 optimiser le captage et le stockage de


• captage,
l’énergie solaire,
• transfert,
 dissocier l’énergie solaire et l’énergie
• stockage, d’appoint,
• appoint,  consommer en priorité l’énergie solaire,
• distribution.  conserver à l’énergie d’appoint un caractère
stricte complémentarité.
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation
ECS solaire

Principes généraux
Principe de l’installation : captage
Un capteur solaire reçoit un flux solaire et ré-émet un flux thermique

En plus des pertes par rayonnement, les pertes par convection peuvent être importantes.
Pour réduire les pertes par la face arrière du capteur, l’absorbeur est placé à l’intérieur d’un coffre
dont les parois internes sont recouvertes d’un isolant thermique. L’isolation thermique de la face
avant est réalisée en interposant entre l’absorbeur et l’air, un matériau opaque au rayonnement
thermique, mais transparent au rayonnement solaire.
Les verres et certains matériaux synthétiques sont transparents pour le rayonnement solaire, et
opaques pour le rayonnement infrarouge lointain. Ils sont donc utilisés en tant que couvertures
transparentes des capteurs solaires.
ECS solaire

Principes généraux
Principe de l’installation : captage

Flux radiatifs et
convectifs (W/m²)
échangés : capteur
plan classique.
ECS solaire

Principes généraux
Principe de l’installation : captage
Capteurs à revêtement sélectif :
pour réduire les pertes du capteur on utilise, sur la surface de l’absorbeur, un
revêtement sélectif, présentant un coefficient d’absorption le plus élevé possible pour
les longueurs d’onde du spectre solaire (inférieures à 2,5 mm) tout en ayant une
émissivité la plus faible possible dans le domaine de l’infrarouge correspondant au
rayonnement de l’absorbeur (longueurs d’onde supérieures à 2,5 mm).
De tels revêtements sélectifs sont réalisés par dépôt chimique ou par traitement
électrochimique de la surface absorbante.
Capteurs sous vide :
réduire les pertes par
convection en plaçant
l’absorbeur à l’intérieur
d’une enceinte en verre
dans laquelle un vide d’air à
été fait.
ECS solaire

Principes généraux
Principe de l’installation : Bilan énergétiques
En régime permanent, on obtient l’équation caractéristique d’un capteur solaire plan
en écrivant son bilan énergétique global.

Qu = Qa _ Qp
Qu est la puissance cédée au fluide caloporteur,
Qa est la puissance solaire absorbée,
Qp est la puissance correspondant aux pertes thermiques.

la puissance absorbée, en Watts, est :

Qa = A . s . s . G
- A surface d’entrée du capteur en m² ,

- s et s :valeurs moyennes des coefficients de transmission de lacouverture


transparente et d’absorption de l’absorbeur sur l’ensemble du spectre solaire,
- G est l’éclairement énergétique global en W/m² (de surface d’entrée), mesuré
dans le plan du capteur. (Généralement G=1000 W/m²)
ECS solaire

Principes généraux
Principe de l’installation : Bilan énergétiques

Évaluation des pertes


En négligent les pertes par les parois latérales :
Qp = QAV + QAR
Avec :
QAV / A = UAV (Tm-Ta) et QAR / A = UAR (Tm-Ta)
Soit :
QP / A = U (Tm-Ta)
U = UAV + UAR
UAV = coefficient de déperditions thermiques par la face avant (W/m2. K)
UAR = coefficient de déperditions thermiques par la face arrière (W/m2. K)
Tm = température moyenne de l’absorbeur
Ta = température ambiante moyenne
ECS solaire

Principes généraux

Principe de l’installation : Évaluation du rendement


Le rendement du capteur en régime permanent peut être évalué par :

Qu
η
Qa
Selon la normalisation internationale (ISO) et européenne (CEN), le rendement d’un
capteur plan peut être caractérisé par trois coefficients indépendants de la
température :

h = h0 – a1T* - a2 T*²
 h0 : coefficient de conversion optique (%)
 a1 : coefficient de déperditions thermiques par conduction (W/m2.K)
 a2 : coefficient de déperditions thermiques par convection (W/m2.K2)
 T* = (Tm-Ta) / G : température réduite.
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Évaluation du rendement

Climat chaud Climat froid


fortement ensoleillé peu ensoleillé
T de production basse T de production élevée

Variation
journalière
Capteur sous vide

Capteur sans Capteur à vitrage


vitrage et sélectif

T* = (Tm-Ta) / G
ECS solaire

Principes généraux
Principe de l’installation : Évaluation du rendement

T* = (Tm-Ta) / G
ECS solaire

Principes généraux

Principe de l’installation : Évaluation du rendement

Pour des valeurs de T* inférieures à 0,07, on peut raisonnablement


représenter ces variations par des relations linéaires.
Le rendement s’écrit alors :
h = h’ – a’T*

Dans la norme française NF P50-501, les coefficients h’ et a’ sont


nommés respectivement :
 Facteur optique du capteur (B)
 Conductance thermique totale des pertes (K)
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Raccordement
des capteurs
•Capteur avec Avis Technique et certification.
•capteurs de même marque et de même type.
•caractéristiques physiques voisines,( pdc)

Problème de l’équilibrage du réseau

Bon dimensionnement et ajustement sur site

Règles de conception hydrauliques :


Perte de charge dans les collecteurs
=le + faible possible
Perte de charge dans les capteurs
Diamètres internes des collecteurs
1,6  <3,3
Diamètres internes des capteurs
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Transfert et stockage de l’énergie

Stockage : nécessaire car production discontinue de l’énergie solaire. L’accumulation


de l’énergie dans le stockage se traduit par une élévation de sa température.

Rendement du capteur fonction de la température entré et de sortie => la


température de d’entée de l’eau ds le capteur (= T° sortie stockage) doit être la plus
basse possible

Transfert de chaleur : des capteurs vers le ballon ;


 par circulation forcée avec une pompe commandée par un dispositif de régulation,
 par circulation naturelle ou thermosiphon.
aucun dispositif de régulation
pas de pompe
concernent généralement que certaines fabrications de chauffe-eau
individuels
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Transfert et stockage de l’énergie
Transfert de chaleur entre capteurs et stockage par échangeurs:
•Les échangeurs intégrés au stockage : échangeurs noyés.
•Les échangeurs extérieurs au stockage.

Classification: sens de circulation


Classification: Type de construction
• Contre courant
• Tubulaires
• Co courant
• À plaques
• Courant croisé
• Ailetés…
Dimensionnement :
méthode du DTLM
2 méthodes :
méthode du NUT (Nombre d’Unités de
Transfert) ou de l’efficacité
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Transfert et stockage de l’énergie
Echangeur contre courant Echangeur co courant
Tce
Tcs Tce Tcs

Tfs Tfe Tfs


Tfe
Tc Tce
Tcs
DTa e Tcs DTa DTb
Tfs
DTb Tfe Tfs
Tfe

Puissance échangée

P  mcCc (Tce  Tcs )  m f C f (T fs  T fe )


ECS solaire

Principes généraux
Principe de l’installation : Transfert et stockage de l’énergie
Méthode DTLM : On connaît les 4 températures et les débits => on cherche la
surface d’échange

Contre courant Co courant


ΔT  ΔTb (Tce  T fs )  (Tcs  T fe ) ΔT  ΔTb (Tce  T fe )  (Tcs  T fs )
DTLM  a  DTLM  a 
 ΔTa   (Tce  T fs )   ΔTa   (T  T fs ) 
ln   ln   ln   ln  ce
 ΔTb   (T  T )   ΔTb   (T  T ) 
 cs fs 
cs fe

Puissance réelle échangée :

P  f .K g .S.DTLM
f: Facteur de correction pour les configuration autre que co et contre courant (à utiliser
avec DTLM à contre courant).
Kg: Coefficient d’échange thermique global de la paroi entre les deux fluides (W/m²K)
S : surface d’échange (m²)
DTLM : Écart de température logarithmique moyen pour les configurations co et contre
courant
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Transfert et stockage de l’énergie

Avec :

te  t s
a
Te  te

Te  Ts
b
t s  te
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Transfert et stockage de l’énergie
Méthode NUT : On connaît les 2 températures d’entrée et la géométrie => on
cherche les températures de sortie

Basé sur l’évaluation de la


puissance max d’un échangeur
P max  (m.c)min .(Tce  T fe )
parfait infini:

P
Efficacité : ε P  mcCc (Tce  Tcs )  m f C f (T fs  T fe )
P max
La méthode propose de calculer l’efficacité de l’échangeur par des abaques ou des
corrélations construites à l’aide du :
Rapport des débits  m.C min
R 1
 m.C max
K g .S
Nombre d’unités de transfert : NUT 
 m.C min
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Transfert et stockage de l’énergie

Valeur de
L’efficacité
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Régulation
Objectif : déclencher la circulation d’eau dans le circuit primaire dès que les
conditions sont favorables : si T° sortie capteur > T° stockage
Type de régulation :
Simple différentielle
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Régulation
Double différentielle
ECS solaire
Principes généraux
Principe de l’installation : Régulation

Par sonde d’ensoleillement


ECS solaire
Le dimensionnement de l’installation
Besoin ECS
Critères & contraintes
Méthode en 5 étapes : Recueil des
Données météos
données
Définition de certains composants
Données économiques

Définition des principes de


l’installation

Pré-dimensionnement
Sc0; Vs0; I0

Optimisation du
dimensionnement Sc; Vs; I

Finalisation; Couts, temps


évaluation retour…
ECS solaire
Le dimensionnement de l’installation
Recueil des données Définition de certains composants :
Besoin ECS: •Surface unitaires capteurs, coefficients B, K
•Température de ECS •Volume et constante de refroidissement du
stockage
•consommation journalière
Critères & contraintes : 24  0,05  1 1 eiso
CR   1,1   hSb avec  
•Rentabilité économique minimum Vb  Vb  h 10 λiso
•Investissement max ) 3m( nollab ud emulov : bV
•Surfaces disponibles pour capteurs et ballons ) 2m( nollab ud txe ecafrus : bS
)m( tnalosi'd ruessiapé : osie
•Intégration architecturale des capteurs
)Km/W( tnalosi'l ed étivitcudnoc : osiλ
Données météos •Données économiques :
•Température moyenne mensuelle Coût d’investissement
•Moyenne mensuelle rayonnement global
horizontal journalier
I  I 0  aSc  bVs
•Température d’eau froide mensuelle : •Coût de l’énergie d’appoint

Tef (i):Température d'eau froide du mois i


Te(i) : Température air extérieur du mois i
Tm : Température air extérieur annuelle
ECS solaire

Le dimensionnement de l’installation
Recueil des données : Implantation du champ de capteurs
Évaluation des masques lointains ou proches:
•Par héliogramme pour des obstacles spécifiques
•Évaluation d’un coefficient d’ensoleillement fonction de la hauteur moyenne (en degré) des
obstacles faisant face aux capteurs pour les masques éloignés
ECS solaire
Le dimensionnement de l’installation
Recueil des données : Implantation du champ de capteurs
Évaluation des masques lointains ou proches:
•Coefficient d’ensoleillement pour des masques proches
ECS solaire
Le dimensionnement de l’installation
Principe de l’installation

1 : Circuit direct à circulation forcée


2 : Circuit avec échangeur interne à circulation forcée, 1 pompe
3 : Circuit avec échangeur externe à circulation forcée, 2 pompes
4 : Circuit direct avec circulation en thermosiphon
5 : Circuit avec échangeur interne à circulation en thermosiphon

•Le circuit direct est incompatible avec l’utilisation d’antigel


•La circulation en thermosiphon n’est possible que pour des petites installations
•L’échangeur interne pose des problèmes de tenue des ballons à la corrosion
ECS solaire
Le dimensionnement de l’installation
Principe de l’installation : choix des composants
Type de capteurs (voir courbe de rendement)
Plan : pour la production d’ECS « classique »
Sous vide : pour ECS à haute température, surface disponible faible, taux de
couverture élevé.

Modèle de capteur : suivant données constructeurs


Bon rendement => B fort , K faible

Échange :
Direct : si pas présence d’antigel
Indirect : obligatoire si antigel
Noyé : coût moindre, pb de corrosion et accessibilité en cas d’encrassement
Externe =>à plaques:

Faire des comparatifs de différentes solutions, si nécessaire.


ECS solaire
Le dimensionnement de l’installation
Pré dimensionnement : calcul de la surface de capteur Sc
Valeur de Sc : Vj Vj
 75 litres  Sc0 
Fixer Sc0 par Sc0 75
On s’autorise un plage de variation autour de cette valeur :

Scmin , Scmax   Sc0  50%, Sc0  50%


Application des contraintes :
Sc
Surface disponible avec N capteurs:

Scmax  min  Scmax , Scmax,site  β

Scdispo Δc
Scmax,site 
tan β
2cos  β  60   Scdispo
N
Choix de l’inclinaison : fonction de la latitude et des besoins

Généralement : b= latitude
ECS solaire

Le dimensionnement de l’installation
Pré dimensionnement : calcul du volume de stock Vs
Valeur de Vs :
Vs0  max(Vj )
Fixer Vs0 par
Vj : consommation journalière en moyenne mensuelle

On s’autorise un plage de variation autour de cette valeur :

Vsmin ,Vsmax   Vs0  50%,Vs0  50%

Application des contraintes :


Prise en compte de la surface disponible pour le stock en local technique

Contraintes liées à la méthode

Vs
20   300
Sc
ECS solaire

Le dimensionnement de l’installation
Dimensionnement
Objectifs : finaliser le choix de Sc et VS

Méthode : Tester différentes configurations par le calcul :

 Sc0 ,Vs0 
Configurations :  Scmin ,Vsmin   Sc,Vs 
 Scmax ,Vsmax 

Itérations afin de trouver


une installation optimisée
techno économiquement
ECS solaire

Le dimensionnement de l’installation

2.5. Evaluation économique de l’installation


Investissement: I  I 0  aSc  bVs

Cout d’exploitation : Difficile à évaluer car fonction de la performance de


l’installation et du coût de l’énergie d’appoint
Chapitre 3 : Systèmes de climatisation

• Généralité sur les systèmes : Cycle


thermodynamique à compression de vapeur
• Evaluation des performances
• Optimisation des performances
• Conception des installations : Les différents
systèmes
Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur

Tsortie cond Tentrée cond


Moteur thermique:
Principe

Travail
Turbine
mécanique

Tsortie evap Tentrée evap


Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur
Tsortie cond Tentrée cond
Machine thermique
Principe :

Travail
mécanique

Tsortie evap Tentrée evap


Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur

• Composants principaux (Split Systems) :


o Compresseur
o Condenseur
o Détendeur
o Evaporateurs
Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur
Diagramme enthalpique
T=cte

Liquide

Liquide Vapeur
+
P
Vapeur

h
Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur
Principe :

4 3

2
5

1
6
7
Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur
 Evolution simplifiée du fluide :
• 1 et 2 : compression
isentropique. Fluide = vapeur
surchauffée.
• 2 et 3 : désurchauffe
• 3 et 4 : condensation et
transfert de chaleur vers source
chaude. Pression et température
constantes.
• 4 et 5 : sous refroidissement
• 5 et 6 : détente isenthalpique et
vaporisation partielle.
• 6 et 7 : vaporisation à pression
et température constante.
• 7 et 1 : surchauffe avant son
admission dans le compresseur.
Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur

• Evaluation des puissances instantanées: Production de froid


Bilan sur le fluide frigo

w comp  m ff  (h2  h1 )

Q cond  m
 ff  (h4  h3 )

Q evap  m
 ff  (h7  h6 )

h6 h4 h7 h1 h2
Q : puissance thermique (W) ff : fluide frogorigèn e
w : puissance mécanique (W) evap : evaporateu r
h : enthalpie massique (J. kg -1 ) cond : condenseur
m : débit massique (kg.s -1 ) comp : compresseu r
Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur
Evaluation des puissances instantanées: Production de froid

Bilan sur l’air


Q cond air  m aircond  ( hsortiecond  hentréecond )

Q cond air  m aircond  c pair  T sortiecond  Tentréecond 
Q evap air  m
 air  (hsortieevap  hentréeevap )

Q : puissance thermique (W)


ff : fluide frogorigèn e
w : puissance mécanique (W)
evap : evaporateu r
h : enthalpie massique (J. kg -1 ) cond : condenseur
m : débit massique (kg.s -1 ) comp : compresseu r
Systèmes de climatisation
Généralité sur les systèmes
Cycle thermodynamique à compression de vapeur

Évaluation générale de la performance en production de froid


Quelques soient les conditions d’opération
Valeur de référence : Efficacité de Carnot

Tevap
 carnot
Tcond  Tevap
w elec
Valeur de l’installation : Efficacité
Q evap h7  h6
 th  
w comp h2  h1

Q evapair Q evapa ir
 réel 
w elec
Systèmes de climatisation
Evaluation des performances

L’efficacité des systèmes de climatisation : EER / COP


• Attention aux :
o évaluation : en production de chaud (COP) VS production de froid (EER)
o approches diverses : européennes VS américaines
o évaluations : instantanées (EER) VS évaluations saisonnières (SEER, ESEER,…)
• Méthode européenne : Norme EN 14511:2004:
o L’EER (Energy Efficiency Ratio)

Puissance froid instantanée [W]


EER 
Puissance électrique instantanée [W]

Mesures faites à charge pleine et Conditions de fonctionnement stabilisées (Tint = 26°C et Text=35°C)
o Le COP (Coefficient of performance)

Puissance émise en chaud [W]


COP 
Puissance électrique electrique en entrée [W]
Systèmes de climatisation
Evaluation des performances
L’efficacité des systèmes de climatisation : EER, COP
o Définition suivant méthodes américaines : « Air-Conditioning, Heating, and
Refrigeration Institute » (AHRI)
• L’EER (Energy Efficiency Ratio)

Puissance froid instantanée [Btu/h]


EER 
Puissance électrique instantanée [W]

Mesures faites à charge pleine et Conditions de fonctionnement stabilisées (Table 1)

• Le COP (Coefficient of performance)


– .
Puissance émise en chaud /froid [W]
COP 
Puissance électrique electrique en entrée [W]

– D ’ou :

EER = 3.413 COP


Systèmes de climatisation
Evaluation des performances

L’efficacité des systèmes de climatisation : EER / COP


• Attention aux approches diverses !!
o Définition suivant méthodes américaines : « Air-Conditioning, Heating, and
Refrigeration Institute » (AHRI)
• Le SEER (Seasonal Energy Efficiency Ratio) de l’AHRI
Energie frigo produite sur une saison [Btu]
SEER
o Evaluation par Energie électrique consommée sur la saison [Wh]
o Conditions d’opération (Tint et Text) variables
o Fonctionnement à charge partielle : Part Load Ratio (PLR) variant de 0 à 100%.
o Avec SEER = A.EER100% + B.EER75% + C.EER50% + D.EER25%
SEER (AHRI)

o Et : PLR Text (°C) Coefficients


100% 35 A 1%
75% 26,7 B 42%
50% 18,3 C 45%
25% 12,8 D 12%
Systèmes de climatisation
Evaluation des performances

L’efficacité des systèmes de climatisation : EER / COP


• Attention aux approches diverses !!
• Méthode européenne : Norme EN 14511:2004:

L’ESEER (European Seasonal Energy Efficiency Ratio)


Idem SEER mais avec des conditions et des unités Européennes

SEER = A.EER100% + B.EER75% + C.EER50% + D.EER25%


ESEER (Eurovent) SEER (AHRI)

PLR Text Coefficients Text (°C) Coefficients


(°C)
100 35 A 3% 35 A 1%
%
75% 30 B 33% 26,7 B 42%
50% 25 C 41% 18,3 C 45%
25% 19 D 23% 12,8 D 12%
Systèmes de climatisation
Evaluation des performances

Méthodes d’évaluation EUROVENT


• Eurovent Certification certifie les performances de produits de climatisation et
de réfrigération, en accord avec les normes européennes et internationales.
• Suivant norme EN 14511
o Extrait de certification : modèle réversible

o Extrait de certification : modèle climatiseur



Systèmes de climatisation
Evaluation des performances

L’efficacité des systèmes de climatisation et étiquette énergie


Systèmes de climatisation
Evaluation des performances

L’efficacité des systèmes de climatisation fct des conditions d’opération


Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

• Limiter l’écart entre Tf et Tc:


o Conditions climatiques d’opération
o Coefficient d’échange sur les batteries
• Encrassement, corrosion
• Vitesse d’air (?)
• Pertes de charge (pression) dans les conduites
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances
Aspect pratique :
Trois problématiques essentielles :
• La sélection
• La mise en œuvre
• La maintenance
Maintenance des installations :
• Encrassement des unités intérieure et extérieure : visualisation
de la dégradation par le givrage
• Corrosion des parties extérieures : jusqu’à 20% de chute
d’efficacité.
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances
Sélection du matériel:
Performances acoustiques
Sélectionner des équipements < 55dB pour les unités intérieures
Attention aux « vrais » mesures

Sources : Philippe RIVIERE, ARMINES, “TECHNICAL


ANALYSIS OF EXISTING PRODUCT”S”:
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

Sélection du matériel
Méthodes d’évaluation EUROVENT
Eurovent Certification certifie les performances de produits de climatisation et de réfrigération, en accord avec
les normes européennes et internationales.
• Extrait de certification : modèle réversible

• Extrait de certification : modèle climatiseur


Systèmes de climatisation
Optimisation des performances
Sélection du matériel:
Efficacité énergétiques : organismes certificateurs indépendants…
• Eurovent
• ARI
• ISO…

Attention aux données constructeurs

Source : MERCHAT Michèle et al. « Performances énergétiques globales des systèmes de réfrigération »
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances
Optimisation des performances : Dimensionnement

• La question du taux de charge : 2 théories

Ancienne étude (19xx)

Etude de 2003
(EECCAC J. Adnot, Armines)
Etude pour 5 splits différents
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

Optimisation des performances: Technologie Inverter:


• Ajustement électronique de la fréquence d’alimentation du compresseur
pour moduler sa vitesse
• Moins de démarrage du compresseur : durée de vie allongée
• Régulation plus fine de la température du local
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

Optimisation des performances

Etude de 2009
ECODESIGN

Si surdimensionnement incontournable => Modèle inverter à privilégier


Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

Optimisation des performances


Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

Mise en œuvre
et implantation des unités
Intégration architecturale et fonctionnelle : exemple…
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

Aspect pratique : mise en oeuvre


Systèmes de climatisation
Optimisation des performances
Aspect pratique
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

Optimisation des performances : Aspect pratique

Attention : voir éléments de la maintenance Opticlim


Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

Maintenance
• Influence de la maintenance : suivi des performances de 3 split avec des
maintenances différentes
o Climatiseur 1 : sans nettoyage sur la période de mesure
o Climatiseur 2 : avec nettoyage classique en début et fin de période
o Climatiseur 3 : avec nettoyage à eau sous pression en début et fin de période
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances
• Influence de la maintenance : suivi des performances de 3 split avec des
maintenances différentes

Type de nettoyage % de réduction E.E.R.


sur 1 an
Classique 34 %
Pas de nettoyage 38 %
Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

• Puissance totale, sensible et latente

humidité spécifique
(kg/kgas)

hE
Ptot PLat
o
hs E
Psens rE
hadp B
rS
S radp

Tadp TS T27°C
Température sèche (°C)

Systèmes de climatisation
Optimisation des performances

• Influence de l’humidité intérieure (Charges latentes).

Teneur en humidité
(kg/kg air sec)

hE1
hE2
22
hE3 20
E1
18

E2
Tadp1
E3
Tadp2
Tadp3

Température sèche (°C) TS3 TS2 TS1 T27°C


Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation

Climatisation VS rafraichissement
Climatisation : obtenir une consigne de température stricte
Attention : Décret du 19 mars 2007 .

« Dans les locaux dans lesquels est installé un système de refroidissement, celui-
ci ne doit être mis ou maintenu en fonctionnement que lorsque la température
intérieure des locaux dépasse 26° C »
Applicable depuis le 1er juillet 2007.
• Rafraichissement : écart de température par rapport a l’extérieur
(confort adaptatif…)
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation

Classification

MONOBLOC

Unité simple Par pièce (RAC)

Split

Unité de Centrale de
climatisation À air traitement d’air
(CTA)

Groupe a eau
Bâtiment À eau glacée +Ventilo-
Unité convecteurs
complet ou
centralisée
groupe de pièces
Multisplits

À réfrigérant
Volume de
réfrigérant
variable (VRV)
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation

Monobloc (Window):
• Ancienne génération (packaged)
o Intérêt : possibilité d’assurer le
renouvellement d’air….

• Nouvelle génération (single duct)


• inconvénient : possibilité d’assurer le
renouvellement d’air….
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation


Split system
• Refroidissement
• Chauffage si réversible
• Déshumidification non contrôlée
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation

Centrale de Traitement d’Air (ex : multizone):


• Air hygiénique
• Free cooling
• Chauffage
• Refroidissement
• Humidification
• Déshumidification
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation

Groupe d’eau glacée et ventilo-convecteur (ex : 2 tubes):


• Chauffage ou refroidissement (commutation centrale)
• Déshumidification non contrôlée
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation

Groupe d’eau glacée et ventilo-convecteur (ex : 4 tubes):


• Chauffage et/ou Refroidissement (commutation locale)
• Déshumidification non contrôlée
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation


Système multi-split
Système à détente directe
Systèmes de climatisation
Les Différents systèmes de climatisation

Système Volume de réfrigérant variable


Technologie multsplit avec variation du
débit de réfrigérant en fonction de la
charge généralement par Inverter
• Possibilité de fonctionnement réversible (chaud ou froid)
• Possibilité de récupération d’énergie (chaud et froid): inversion du rôle
des échangeurs évaporateur/condenseur

Récupération d’énergie
=> équilibre :
Demande de chaud =
demande de froid
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation

Comparaison des performances


Monobloc

Source : Centre d’Energétique, Ecole des Mines de Paris

Attention : la fenêtre est


ouverte!!!
Systèmes de climatisation

Les Différents systèmes de climatisation

Comparaison des performances

Comparaison mesures/données constructeurs

Source : Climespace
Systèmes de climatisation
Les Différents systèmes de climatisation

Grille de choix et limites d’utilisation

Groupe eau CTA VRV split


glacée
Game de > 15 kW >15kW 5kWa 100 kW 1,5 à 15kW
Jusqu’à près de 64
puissance unités
Application Grosses installation • Fort besoin d’air Tertiaire, Résidentiel
Sans traitement neuf commercial Petit tertiaire
spécifique • Traitements d’air Besoins combinés Petit commercial
spécifiques (chaud/froid)

Traitement Froid et/ou chaud Froid, chaud, Froid et/ou chaud Froid ou chaud
humidification, (réversible)
d’air déshumidification
Durée de vie Jusqu’à 20 ans Jusqu’à 20 ans 12 ans 7 à 8 ans

Limites Surface locaux > Surface locaux > Distance < 120m cf plus loin
300m² 300m² Déniveler entre
d’utilisation unité < 15m