Vous êtes sur la page 1sur 26

LES FONDATIONS

CONSIDERATIONS GENERALES

22:43 Les fondations superficielles 1


La fondation est l'élément de la structure en interaction avec le sol. Son
rôle est d'assurer la stabilité de l'ouvrage.
On évaluera les charges qu'elle transmettra au sol par un calcul de
descente de charges.
La mécanique des sols permettra d'évaluer la contrainte et la déformation
que le sol pourra supporter.

On doit alors procéder à une double vérification :


a) Les efforts transmis par la fondation ne doivent pas provoquer le
poinçonnement du sol ;
b) Les tassements et les mouvements produits dans le sol sous l'action des
charges exercées par les fondations ou tout autre effet (gonflement des
sols, le gel, ...), ne doivent pas entraîner de désordres dans la structure
(fissuration, rupture de canalisations, ...)

La fondation sera considérée superficielle ou profonde


suivant la valeur de D/B (DTU 13.1).

22:43 Les fondations superficielles 2


En fonction du rapport De /B entre la hauteur d’encastrement équivalente
et la largeur de la fondation, on pourra admettre les limites suivantes
proposées par le fascicule 62-V (1993).

1. D /B < 1,5 : il s’agit de fondations


superficielles : les méthodes de calcul
développées ci-après s’appliquent pleinement.
2. D /B > 5 : il s’agit de fondations profondes :
elles doivent être traitées par les méthodes
propres à ce type de fondation.
3. 1,5 < D /B < 5 : il s’agit de fondations semi-
profondes.
Les méthodes de calcul des fondations
superficielles ou profondes s’appliquent,
moyennant des adaptations.

22:43 Les fondations superficielles 3


22:43 Les fondations superficielles 4
fondations superficielles
Les quatre types de fondations superficielles
1. fondations en rigoles (toujours filantes) : Diffuser au sol les charges des
murs continus porteurs ou non des ouvrages de petite importance
2. fondations rigides,
3. fondations souples (isolées ou filantes)
4. radiers.

On distingue :
— les semelles isolées, dont les dimensions
en plan B et L sont toutes deux au plus
de quelques mètres ;
— les semelles filantes, généralement de
largeur B modeste et de grande
longueur L (L/B > 10) ;
— les radiers ou dallages, de dimensions B
et L importantes.

22:43 Les fondations superficielles 5


CONCEPTION DES FONDATIONS SUPERFICIELLES
La conception d'une fondation doit tenir compte des effets suivants :
a) Gel du sol
Il convient de placer les fondations à une profondeur supérieure à celle que le gel
peut atteindre.
b) Affouillement du sol
• Un accroissement de la vitesse de l'eau dû, par exemple, à un resserrement du lit
de la rivière présence d'obstacles, d'ouvrages, ...) ;
• Un non parallélisme des piles et du courant.
c) Environnement
Le type de fondations à adopter pour
une nouvelle construction ainsi que
leur mode d'exécution peuvent
dépendre de la présence d'un ouvrage
déjà existant à proximité. Il convient
d'éloigner au maximum les fondations
nouvelles des anciennes.
Empiriquement, on admet la règle
définie par la figure ci-contre

22:43 Les fondations superficielles 6


d) Présence de singularités dans les sous-sols :
Le choix d'une fondation doit tenir compte de la présence de diverses singularités
pouvant exister dans le sol (cavités, points durs, failles, ...) .
e) Gonflement du sol :
La règle suivante est très utile : fonder au-dessous de toute couche susceptible de
gonfler et au maximum au niveau de la nappe si celle-ci existe.
f) Plantes :
II y a lieu de fonder toujours au-dessous du niveau des racines.
i) Joints de tassement et de retrait :

Un joint de tassement doit séparer un joint de retrait ou de dilatation


intégralement les deux parties peut être arrêté au-dessus de la
d'un même ouvrage y compris semelle de fondation
fondations

22:43 Les fondations superficielles 7


f) Fondations sur un talus
« Compte tenu des niveaux de base des fondations, il y a lieu de
vérifier que les charges ne peuvent entraîner de mouvement
d'ensemble du terrain (la vérification peut se faire par la méthode des
cercles de glissement) .
Lorsque le sol d'assise ne peut
donner lieu à un glissement
d'ensemble, les niveaux des
fondations successives doivent
être tels qu'une pente
maximale de 3 de base pour 2
de hauteur relie les arêtes des
semelles les plus voisines ».
(DTU)

En résumé, l'étude d'une fondation exige au préalable l'examen des divers


facteurs précités. Il se peut qu'il ne soit pas toujours possible de les satisfaire
toutes simultanément.
On a alors recours à des solutions spéciales qui dépendent de la nature du
problème posé et qui nécessitent l'intervention d'un spécialiste.
22:43 Les fondations superficielles 8
Capacité portante  cas des fondations superficielles

Terme de surface Terme de Terme de


(ou de pesanteur) cohésion surcharge ou
de profondeur

22:43 Les fondations superficielles 9


Terme de surface

Terme de
cohésion

Terme de
profondeur

j Ng Nq Nc Influence de la forme de la fondation


20 4,98 6,4 14,8
25 10,4 10,7 20,7
30 21,8 18,4 30,1
22:43 Les fondations superficielles 10
Méthode pressiométrique
La capacité portante ultime qu, pour une fondation superficielle chargée verticalement, est
donnée par la relation suivante :
où qu  qo  k p  Ple*
qo Contrainte totale verticale au
niveau de la fondation.
Kp Facteur de portance
pressiométrique
Ple* Pression limite nette
équivalente.

Pour un coefficient de sécurité pris égal


à 3, le taux de travail admissible du sol
qa vaut :

kp
q a  qo   Ple*
3
à titre Ple*
qa 
d’approximation 3

22:43 Les fondations superficielles 11


DIMENSIONNEMENT
DES FONDATIONS SUPERFICIELLES SOUPLES

Le sol est peu portant vis-à-vis des charges, la surface de fondation devant
être importante, on limitera donc le poids (volume de béton) de la semelle.
La semelle est large et de faible hauteur. Elle va donc fléchir et se comporter
comme deux demi-consoles inversées.

Elle sera armée et se calculera


en flexion en béton armé.

22:43 Les fondations superficielles 12


DIMENSIONNEMENT
FONDATIONS SUPERFICIELLES RIGIDES
Les proportions entre les dimensions de largeur minimale B et de hauteur utile H de la
fondation sont telles qu'elles impliquent une grande rigidité de la semelle.
La diffusion des charges se fait par l'intermédiaire de bielles de compression.

 Condition de rigidité

22:43 Les fondations superficielles 13


• RÉALISATION D'UNE SEMELLE

1° Implantation.
2° Terrassement.
3° Béton de propreté et tracé des axes.
4° Mise en place du coffrage.
5° Mise en place des armatures.
6° Mise en œuvre du béton.
7° Décoffrage.

22:43 Les fondations superficielles 14


22:43 Les fondations superficielles 15
22:43 Les fondations superficielles 16
Dimensionnement
des fondations superficielles rigides

1  P 2  b / 4
2 P 2  B 4
3  Fa  h
P  (B  b)
Fa 
8h
F
 a A?
A
22:43 Les fondations superficielles 17
Descente des charges

22:43 Les fondations superficielles 18


22:43 Les fondations superficielles 19
Application :
Soit une semelle (carrée) sur massif en gros béton,
ayant les dimensions représentées par la figure ci-
contre.
1. Quelle est la charge maximale ( F ) que peut
supporter cette semelle ?
2. Quelle est la valeur de la contrainte admissible à
la compression du massif en gros béton  ?
3. Cette semelle est armée par un quadrillage de
10HA12. Vérifier la résistance de la semelle vis à
vis de la charge F.

F( A  a)

wa : Section d’armature () a 
8h  a
h : Hauteur utile semelle (ht – e) Section semelle en gros béton :
e : enrobage = 4 cm
ssol = 1.5 kg/cm² S GB = 200 X 200 = 40000 cm²
sacier = 2600 kg/cm²
ssol = F/SGB  F = SGB x ssol
Section d’une barre HA12 = 1.13 cm² Charge maximale F = 40000 x 1.5
= 60 t

22:43 Les fondations superficielles 20


Application :
Soit une semelle (carrée) sur massif en gros béton,
ayant les dimensions représentées par la figure ci-
contre.
1. Quelle est la charge maximale ( F ) que peut
supporter cette semelle ?
2. Quelle est la valeur de la contrainte admissible à
la compression du massif en gros béton  ?
3. Cette semelle est armée par un quadrillage de
10HA12. Vérifier la résistance de la semelle vis à
vis de la charge F.

F( A  a)
wa : Section d’armature ()  a  8h  a
h : Hauteur utile semelle (ht – e) Section semelle en béton armé :
e : enrobage = 4 cm
ssol = 1.5 kg/cm² S BA = 110 x 110 = 12100 cm²
sacier = 2600 kg/cm²
sGB = F/SBA  sGB = 5.8 kg/cm²
F = 70 t

22:43 Les fondations superficielles 21


Application :
Soit une semelle (carrée) sur massif en gros béton,
ayant les dimensions représentées par la figure ci-
contre.
1. Quelle est la charge maximale ( F ) que peut
supporter cette semelle ?
2. Quelle est la valeur de la contrainte admissible à
la compression du massif en gros béton  ?
3. Cette semelle est armée par un quadrillage de
10HA12. Vérifier la résistance de la semelle vis à
vis de la charge F.

F( A  a)

wa : Section d’armature () a 
8h  a
h : Hauteur utile semelle (ht – e) Section armature :
e : enrobage = 4 cm
ssol = 1.5 kg/cm² wa = 10HA12 =10 x 1.13 = 11.3 cm²
sacier = 2600 kg/cm²  a  8h  a
F  F = 56 t < 60 t
F = 60 t ( A  a)
sGB = 5.8 kg/cm² F( A  a)
a  wa = 14.1 cm²
8h  a
13 HA 12
22:43 Les fondations superficielles 22
Règles de conception
Fondations rigides

22:43 Les fondations superficielles 23


RADIER PLAN EPAIS : CARACTÉRISTIQUES
II s'agit d'une dalle d'épaisseur uniforme
(e < 30 cm avec e = L/20).
Le coffrage n'est nécessaire que sur le
pourtour. Les armatures sont disposées
en quadrillage serré.
Facile et rapide à réaliser, le volume
important de béton surcharge
singulièrement le sol.
Cette solution est économique pour de
petites « emprises » de bâtiment.

RADIER PLAN NERVURE : CARACTÉRISTIQUES


II s'agit d'une dalle mince avec nervures et
poutres transversales. On le compare à un
plancher renversé. Le coffrage et le ferraillage
sont complexes et délicats.
Difficile et onéreux à réaliser, ce « plancher
renversé » utilise plus rationnellement la
matière.
Cette solution est économique pour de
grandes emprises de bâtiment.

22:43 Les fondations superficielles 24


Radiers : cas particuliers

22:43 Les fondations superficielles 25


Recherche d’un équilibre entre le poids de l’immeuble et celui des terres excavées
 Fondation compensée

Recherche d’une grande rigidité pour éviter au maximum


Les tassements différentiels
22:43 Les fondations superficielles 26