Vous êtes sur la page 1sur 104

Centre de Recherche Scientifique et Technique en

Soudage et Contrôle (C.S.C.)


Division de Caractérisation et d’Instrumentation
CSC, OCT. 2007

Le Contrôle Non Destructif


(CND) des matériaux.

Dr. Badidi Bouda Ali ; Maître de Recherche


Tel: 021 36 18 54 à 56; Fax: 021 36 18 50
Email:.alibadidi@yahoo.fr
Contrôle non destructif (CND)
Contrôle d’un matériau ou un assemblage sans le détruire
Principe: Consiste à irradier un matériau par des ondes et analyser
leur interaction avec la matière.
Techniques de CND
•Radiographie (RT) : tout type de matériau, 80mm
•Ultrasons (UT): tout type de matériau,quelques mètres
•Courants de Foucault (ECT): matériaux conducteurs, très petits
défauts
•Thermographie , infra rouge, zones de chaleur
•Etanchéité à l’hélium, enceintes fermées
•Magnétoscopie (MT): matériaux ferromagnétiques, qq. mm
•Ressuage (LPT):bon état de surface,défauts débouchants
•VISUEL
Généralisation du principe aux différentes techniques
deux familles de techniques de contrôles non destructifs
liées à la localisation de l’anomalie:
méthodes dites de surface
-         examen visuel,
-         ressuage,
-         magnétoscopie,
-         Courants induits ou courants de Foucault.
méthodes dites volumiques
-         Ultrasons,
-         Rayonnements ionisants.
Qualifications des opérateurs de CND (ISO 9712)
Trois niveaux de qualification : niveaux 1, 2 et 3
niveau 1
Exécute des opérations de CND selon une instruction écrite
sous la supervision d’un opérateur niveau 2 ou niveau 3
Met en marche les équipements
Exécute le test
Enregistre les résultats
Classifie les résultats selon des critères écrits et note les
résultats sur un rapport
N’est pas responsable du choix des techniques ou des
méthodes à utiliser, ni de l’interprétation des résultats de
contrôle.
niveau 2
Qualifié pour exécuter et diriger un CND en accord avec
une technique établie ou reconnue
Compétent pour le choix de la technique à utiliser
Met en marche et calibre les équipements
Interprète les résultats selon les normes en vigueur
vérifie toutes les taches du niveau 1
Développe les procédures de CND
Prépare des instructions écrites
Reporte et organise les résultats de contrôle
Doit connaître les possibilités et les limites des techniques
pour lesquelles il est qualifié
Participe à la formation des niveaux 1
niveau 3
Qualifié pour assumer la responsabilité du contrôle de l’installation et
du personnel
Établit les techniques et procédures
Interprète les codes, standards ,normes, spécifications et procédures
Désigne les méthodes de contrôle particulières, techniques et
procédures utiliser
Compétences pour interpréter les résultats selon les normes en vigueur
Doit avoir des connaissances suffisantes sur fabrication et la technologie
de production des matériaux pour sélectionner les techniques et
méthodes de contrôle et assister à l’établissement des critères
d’acceptabilité pour des problèmes particuliers
Connaît toutes les autres techniques de CND
Participe à la formation des niveaux 1 et 2
Magnétoscopie :métaux ferromagnétiques , défauts de
surface ou sous-jacents (quelques mm)
•Magnétoscopie (MT): matériaux ferromagnétiques, qq.
mm
Avantages
simple de mise en œuvre, localisation précise des défauts de
surface ou légèrement sous-jacents et une appréciation de
leur longueur.
Automatisation possible.
Inconvénients
matériaux ferromagnétiques uniquement
sensibilité dépendante de l’orientation du défaut
profondeur des défauts impossible
désaimantation des pièces après contrôle
LA RADIOGRAPHIE INDUSTRIELLE
 

DEFINITION
La radiographie est la technique de production de radiogramme. Le
radiogramme est une image sur une émulsion sensible d’un objet traversé par
un rayonnement ionisant.
Le principe de la formation de l’image est en fonction de l’absorption des
rayonnements aux différentes épaisseurs et densités du matériau à contrôler.
Donc pour un matériau donné (densité donnée) l’absorption sera d’autant plus
forte que la matière à traverser sera épaisse.
Tout défaut, tout manque , ou surplus de matière aura une action sur cette
absorption.
PRINCIPE DE LA TECHNIQUE
Une source d’émission de rayonnement est placée d’un coté de la pièce à
contrôler et un film radiographique est mis de l’autre coté .
Plusieurs paramètres vont intervenir dans la prise de clichés afin de pouvoir
déterminer le temps d’exposition de la pièce aux rayonnements afin d’obtenir
une image.
La nature de l’ouvrage à contrôler ainsi que la norme ou code de référence
vont imposer et fixer certains paramètres , tels que la classe de films à utiliser ,
les dimensions de la source de rayonnement , le flou géométrique , la densité du
cliché, le contraste etc...
A partir de ces paramètres, le temps d’exposition est établi et la pièce est
irradiée. Le film obtenu est développé et traité en chambre noire, une fois
sèche ce cliché est lu sur un négatoscope et les résultats de cette interprétation
sont consignés sur un rapport de contrôle.
Toutefois, l’interprétation reste soumise aux recommandations du code ou la
norme de référence qui définira l’acceptabilité ou le refus de la pièce à
contrôler.
Source de rayonnement

Défaut
Pièce à
contrôler
Film

RADIOGRAPHIE
Exemples de radiogrammes
Limites propres à chaque technique
Ressuage : défauts débouchants
•Ressuage (LPT):bon état de surface,défauts débouchants
Avantage  
très simple , localisation précise des défauts de surface et
une appréciation de leur longueur.
méthode globale en CND autorisant un examen de la
totalité de la surface
Automatisation possible.
 
Inconvénients
uniquement défauts débouchant à la surface de la pièce
profondeur des défauts impossible
Courants induits ou courants de Foucault
localisation dans les métaux conducteurs de défauts de
surface ou sous-jacents, tri de nuances de métaux.
Avantages
Très petits défauts
automatisation pour des produits de révolution de grande
longueur.
vitesses de défilement élevées
pas de contact entre bobine et produit
Inconvénients
matériaux conducteurs de l’électricité .
profondeur d’investigation limitée par l’effet de peau
mise en œuvre délicate pour les pièces de forme complexe.
interprétation des signaux nécessite grande experience
Les ultrasons
    défauts internes dans les matériaux solides
   Les interfaces renvoient une partie du faisceau
ultrasonore vers le palpeur qui est également récepteur.
Avantages
détection des défauts internes
recherche de défauts plans
Aisée sur site
Automatisation possible.

Inconvénients
orientation du défaut vis-à-vis P/R au faisceau acoustique .
milieu de couplage
interprétation nécessite du personnel qualifié
Comparaison des technique de C.N.D
A à D: du moins cher au plus cher

Technique Conditions d’accès Coût de Coût de Observations


l’équipement l’inspection
Visuel Peut être utilisé pour B/D D Grande souplesse d’emploi. N’exige
inspecter l’intérieur pas de qualification importante.
d’une installation
complexe. Un point
d’accès peut être
suffisant
Radiographie Accessibilité aux deux A B/C Larges domaines d’application.
faces requise Qualification requise pour
l’interprétation. Archivage facile.
Ultrasons Une ou deux faces (ou B B/C Nécessite une recherche point par
coté) point sur de grandes structures.
Personnel qualifié. Très grande
pénétration.
Magnétoscopie Bon état de surface et D C/D Uniquement sur matériaux
propre ferromagnétiques. N’exige pas de
qualification importante.
Uniquement pour défauts
débouchants ou sous cutanés.
Ressuage Bon état de surface et D C/D Tout matériau.
propre N’exige pas de qualification
importante. Uniquement pour
défauts débouchants.
Courants de Surface lisse et propre B/C C/D Défauts de surface ou de faible
Foucault profondeur. Uniquement pour
matériaux conducteurs.
GENERALITES
Notions élémentaires de trigonométrie


a

Sinus d’un angle : côté opposé/ hypoténuse a/c


Cosinus d’un angle : côté adjacent/ hypoténuse b/c
Tangente d’un angle : côté opposé/ côté adjacent a/b
Cotangente d’un angle : côté adjacent / côté opposé b/a

Remarque :
Les sinus et cosinus sont toujours compris entre –1 et +1.
Application :

p
  h

Si:
 h=40 mm
 =60°

Calculer la distance p sachant que le trajet total en pointillé est de :118mm


La matière
L’atome
La matière est constituée d’atomes. Les atomes sont les plus petites parties des corps
simple qui se combinent pour former des corps composés.

La molécule
C’est la plus petite partie d’un corps qui puisse exister à l’état libre sans perte de
propriétés.

États de la matière.
Il existe trois types de matières :
Les gaz
Les liquides
Les solides
Les gaz
Les molécules de gaz se trouvent très éloignées les unes des autres. Elles ont
tendance à occuper tout le volume qui se présente.
Les liquides
Les molécules sont plus rapprochées que les gaz. Elles sont moins mobiles et
s’attirent mutuellement.
Les solides

Les molécules sont liés entre elles et empilées de manière ordonnée.


Pour faciliter la compréhension des phénomènes de propagation des ultrasons, nous
pouvons représenter schématiquement la matière par un ensemble de boules reliées entre
elles par des ressorts.

Atomes ou
Forces de particules
liaison

Ces forces de liaison donnent la cohésion, la résistance et l’élasticité aux solides


Notions d’élasticité
L’élasticité est la propriété physique d’un corps de reprendre sa forme initiale
après suppression de la contrainte.
La plupart des matériaux métalliques tels que l’acier, l’aluminium, le laiton…
etc., ainsi que le bois peuvent être considérés comme parfaitement élastiques
dans une certaine limite dépendante du matériau appelée : limite d’élasticité.

Domaine élastique des matériaux


A : domaine élastique
B : allongement sans augmentation de la charge
unitaire
C : allongement permanent avec augmentation de la
Charge charge unitaire
unitaire
D : zone de striction (rupture)
ReH : limite d’élasticité supérieure
Re L : limite d’élasticité inférieure
A B C D
ReH
ReL

A% (allongement)

Dans le domaine élastique la déformation (ou l’allongement) est proportionnelle


à la contrainte appliquée.
Essais de traction

Soit une éprouvette cylindrique soumise à une force de traction F

l d

l/2 l/2
d/2

La contrainte  est définie comme étant la force appliquée à une section


 = F/S en N/m2 ou Pa
S : section de l’éprouvette
L’allongement relatif est :  = l/l (sans dimension).
L’éprouvette subit un rétrécissement transversal du diamètre.
Le rétrécissement relatif est : t = d/d (sans dimension).
Coefficient de Poisson 

Le rapport - t / représente le coefficient de Poisson  sans dimension.


Module de Young E
Le module de Young ou module d’élasticité est défini comme suit :
F =  / E = F / ES en N/m2 ou Pa
Physique des ultrasons
Définitions

Les ultrasons sont des vibrations mécaniques dont la fréquence est supérieure à
16kHz.

Les sons ou les ultrasons sont toujours produits par un corps élastique animé
par des vibrations mécaniques dues à un choc .
En contrôle non destructif par ultrasons, la gamme de fréquences est
généralement comprise entre 0.5 et 20 MHz.

0 infrasons 16 sons 16.10


3
ultrasons 160.106
F en Hz

Les sons ou les ultrasons sont toujours produits par un corps élastique animé
par des vibrations mécaniques dues à un choc .
En contrôle non destructif par ultrasons, la gamme de fréquences est
généralement comprise entre 0.5 et 20 MHz.
Une onde
C’est la propagation de cette vibration dans un milieu qui forme une onde
élastique. Elle se propage de proche par vibration des particules grâce aux
forces de liaison. Les ultrasons ont donc besoin d’un support matériel pour se
propager.

Onde plane et onde sphérique


Lorsque les lieux des particules dans un même état de vibration sont contenus
dans des plans parallèles, on dit que l’onde est plane. Lorsqu’ils sont contenus
dans des plans sphérique et concentriques l’onde est sphérique.

Onde sphérique
Onde plane
PHYSIQUE DES ULTRASONS

Caractéristiques de mouvement d’une particule


L’équation du mouvement d’une particule dans le temps qui oscille par rapport
à sa position d’équilibre est la suivante :
a=A sin t
a: élongation , A: amplitude, : pulsation, t : temps

A t

A 0

T : période

En CND, A est de l’ordre de 10-9 m ou nanomètre.


Période T : temps en secondes écoulé par une particule entre deux passages à la même
position.
Fréquence F: nombre de cycles par seconde ou l’inverse de la période, unités: Hz
F=1/T
En CND, F varie de 0.1 à 20 MHz.
Pulsation 
C’est la vitesse angulaire en radians par sec.
=2 π F=2 π / T
Vitesse de propagation de l’onde
La propagation se fait grâce au liaison inter atomiques (ressorts) du matériau.
C’est la distance parcourue par l’onde pendant 1 seconde.
V=d/t (m/s)
Longueur d’onde
C’est la distance parcourue par l’onde pendant 1 période.
=V/F=VT (m)
Atténuation.
En général toute onde se propageant dans un matériau subit une résistance à ce
mouvement. Il se traduit par une décroissance en exponentielle.
a=A0 exp(-αx)
α: coefficient d’atténuation.

x
L’absorption :
conversion de l’énergie ultrasonore en chaleur à cause des frottements internes
au sein du matériau.
La diffusion :
matériaux : présences de grains ou hétérogénéités
« mini-interfaces » déviation de l’ onde ultrasonore avec réflexion et
réfraction donc pertes d’énergie.
Cette diffusion se traduit donc par une atténuation.
Plus D augmente et plus α augmente.
Énergie et intensité acoustique d’une onde
Les ondes acoustiques transportent une certaine énergie. Le flux d’énergie qui
traverse une surface unitaire pendant une seconde est appelé intensité
acoustique .

I=ZV2/2 (W/m2)
U=(da/dt)max =A= vitesse maximale de la particule
Z=ρV= impédance acoustique caractéristique (kg.m-2.s-1 ou Pa.s.m-1)
ρ=masse volumique en kg/m3
V= vitesse de propagation de l’onde en m .s-1

Pression acoustique de l’onde.


L’équation de la pression acoustique s’écrit : P= Z.a
P= pression acoustique
Z=impédance acoustique
a=amplitude de vibration de la particule
I= P2/2Z =P.a/2
Différents types d’ondes

Dans les phénomènes vibratoires interviennent deux grandeurs directionnelles :


•La direction de vibration des particules
•La direction de propagation de l’onde

Propagation d’ondes ultrasonores :


Une déformation produite dans un milieu élastique se propage dans le
milieu et la vitesse de propagation dépend de la masse volumique et des
propriétés élastiques du milieu.

Ondes longitudinales ou de compression :


Les particules matérielles se déplaçant, par rapport à leur position
d’équilibre, parallèlement à la direction de propagation de l’onde, engendrent
des fronts de compression – décompression.

Propagation

Vibration des particules

Ces ondes sont désignées par le symbole OL, faciles à produire et à détecter, ce
sont les plus utilisées dans le contrôle industriel.
Ondes transversales ou de cisaillement :

Toutefois, un autre mode, utilisant le cisaillement, pour lequel les vibrations des
particules s’exercent perpendiculairement à la direction de propagation .
Ces ondes sont désignées par le symbole OT, elles ne se propagent que dans les
solides, alors que les ondes longitudinales se propagent dans tous les milieux,
solides, liquides, et gaz.

Propagation

Vibration des particules


Ondes de surface ou de Rayleigh :
A la surface du corps solide se propagent des ondes de surface qui sont des
ondes composites constituées à la fois par des déplacements longitudinaux et
transversaux, déphasée de .
Ces ondes sont une combinaison d’ondes longitudinales et transversales. Le
mouvement des particules est elliptique .

Direction de
Vibration

Ondes de Lamb :
Lorsque le milieu est limité par deux plans parallèles d’épaisseur de l ‘ordre
de la longueur d’onde, on obtient des ondes de Lamb (ou de plaque) symétriques
et antisymétriques. Ainsi tout le milieu (sous forme de plaque) vibre.

Symétrique Antisymétrique
Modes de propagation

Onde longitudinale
Lwave.gif

Onde transversale
Twave.gif

Onde de Rayleigh
Rayleigh.gif

Onde de
Lamb
Vitesses de propagation :
On démontre par la théorie des milieux élastiques que les vitesses de
propagation des ondes ultrasonores longitudinales (VL), transversales (VT) et
de Rayleigh (VR), en m/s, sont liées aux caractéristiques du matériau par les
relations suivantes :
E (1   )
VL =
 (1   )(1  2 )

E
VT=
2  (1   )

VR= 0.9VT

Avec E : module d’Young (Pa).


 ν: coefficient de poisson (sans dimension).
 : masse volumique (Kg/m3).
PASSAGE D’UNE INTERFACE ENTRE DEUX MILIEUX :
Dans un milieu infini et homogène, le faisceau ultrasonore (zone de l’espace où
existe une vibration ultrasonore, par analogie avec l’optique) se propage en
ligne droite. Lorsqu’il rencontre une interface (frontière) entre deux milieux
son parcours et sa nature peuvent être modifiés.

Normale
i i’ Réfléchi
Incident i i’ 1 : V
Milieu 1

r Milieu 2 : V2
Transmis
Lois de Snell-Descartes :Les faisceaux réfléchi et transmis (ou réfracté) ont des
directions déterminées par les lois deSnell- Descartes. Les angles de réflexion et
de réfraction sont déterminés par la relation :

sin i sin i ' sin r V2


V1

V1

V2 i  i' sin r 
V1
sin i

i : angle d’incidence
r : angle de réfraction
i’: angle de réflexion
V1= vitesse de propagation dans le milieu 1
V2= vitesse de propagation dans le milieu 2
Transformation d’une onde à l’interface :
Réflexion et transmission sous incidence normale :
Lorsqu’un faisceau acoustique arrive en incidence normale sur
l’interface entre deux milieux de natures différentes, une partie de l’onde
incidente est transmise dans le second milieu, alors que l’autre partie est
réfléchie en sens inverse dans le premier milieu.

interface
Milieu 1 Milieu 2
Onde incidente Vi

Onde transmise Vt Vr =Vi


Onde réfléchie Vr
Ces phénomènes de réflexion / transmission sont régis par un concept
d’impédance acoustique Z, qui caractérise la qualité des matériaux à
transmettre les ondes ultrasonores.
Dans le cas d’une onde plane : Z= .V
Avec :  : masse volumique, V : vitesse des ultrasons dans le milieu.
Les intensités acoustiques réfléchies ( Ir ) et transmises ( It ), relativement à
l’intensité initiale I0, sont données par les relations suivantes :

Ir  Z1  Z 2 
2
It 4 Z1Z 2
  
I 0  Z1  Z 2  I 0  Z1  Z 2  2
avec Z1et Z2 impédances acoustiques des milieux 1 et 2.
Réflexion et transmission sous incidence oblique :
Lorsqu’un faisceau acoustique arrive avec une incidence non nul 1 sur
une interface plane entre deux milieux, il y a une décomposition de l’énergie en
énergie réfléchie et énergie réfractée. Cependant, un second phénomène peut
prendre naissance; c’est la création d’une onde longitudinale et une onde
transversale. C’est le phénomène de conversion de mode .

V1T
Onde incidente Ondes réfléchies
1L 1L
V1L V1L
1T
Milieu 1 (V1)

Milieu 2 (V2)

2T 2L V2L


L : Onde longitudinale Ondes réfractées
V2T
T : Onde transversale

sin 1L sin 1T sin  2 L sin  2T


  
V1L V1T V2 L V2T
Angles critiques :
1er angle critique
Considérons le cas où le premier milieu est liquide et le second milieu est
solide. On observe qu’au-dessus d’une certaine valeur critique ic1 pour les
ondes longitudinales, telle que r = 90°, il n’y a plus d’onde acoustique
longitudinale réfractée. Toute l’énergie, est transmise sous forme d’onde
transversale qui est déduite de l’expression suivante :

Normale
OL i’ OL
V L1 i
sin ic1  OL
Milieu 1 : V1

VL 2
θ Milieu 2 : V2
OT

Application:
Calculer le 1er angle critique dans les cas suivants:
Eau (vitesse: 1500m/s– acier (vitesses: 3250 et 593O m/s)
Plexiglas (vitesses: 1430 et 2730 m/s) – acier
Calculer alors l’angle de l’onde réfractée correspondante
2ème angle critique 
Il existe un autre angle critique ic2ic1 pour les ondes longitudinales
incidentes correspondant à r’=90°, au-delà duquel il n’y a plus d’énergie
acoustique transmise sous forme d’onde longitudinale, ni d’onde transversale.
L’énergie acoustique est transmise sous forme d’onde acoustique de surface qui
se propage parallèlement à l’interface .

Normale
OL OL
i i’
VL1 Milieu 1 : V1
sin ic 2  OT

VT 2 Milieu 2 : V2

Application:
Calculer le 2ème angle critique dans les cas suivants:
Eau – acier
Plexiglas – acier
MODE DE PRODUCTION DES ULTRASONS :
La production d’énergie ultrasonore: basée sur l’utilisation des traducteurs
piézo-électriques qui transforment les vibrations électriques en vibrations
sonores et inversement.
autres moyens : magnétostriction, éléctro-striction.
Effet piézo-électrique :
lame convenablement taillée dans un cristal de quartz (SiO2): produit de
l’électricité quand elle est soumise à une contrainte mécanique et inversement.
Ainsi, une lame piézo-électrique est capable de produire des ultrasons si on lui
applique une tension électrique alternative.

A e

cristal libre cristal sous pression


Phénomène de magnétostriction :
barreau ferromagnétique : variation de longueur si soumis à l’action d’un
champs magnétique.
Exemple: nickel,
Liquides et gaz

Nature Vitesse du son Masse Impédance


(m/sec) volumique en acoustique
kg/m3 (kg/m2.sec *104)
Air 331 1.293 0.04
Alcool éthylique 1170 923 108

Chloroforme 1000 1489 149


Eau douce 1480 1000 148
Eau de mer 1510 1025 155
Huile 1250 950 119
Huile de 1390 920 128
transformateur
Glycérine 1920 1260 242
Mercure 1450 13550 1965
1330 700 93
Pétrole
Solides
Nature Vitesse du son en m/s Masse volumique en Impédance acoustique
kg/m3 (kg/m2.sec * 104)
OL OT

Aluminium 6300 3080 2700 1701


Araldite 2060 - 1200 247
Argent 3600 1590 10500 3780
Caoutchouc 1480 - 900 133
Caoutchouc artificiel 2300 - - -
Cuivre 4700 2260 8900 4183
Étain 3320 1670 7300 2423
Fer-acier 5850 3230 7800 4563
Fonte grise 4600 2160 7200 3312
Glace 3980 1990 900 358
Laiton 3830 2050 8100 3102
Magnésium 5770 3050 1700 981
Manganèse 4660 2350 8400 3914
Nickel 4660 2960 8800 4100
Platine 3960 1670 21400 8474
Plexiglas 2730 1430 1180 322
Plomb 2160 700 11400 2462
Titane 6070 - 4500 2732
Tungstène 5460 2620 19100 10428
Verre=flint 4260 2560 3600 1534
Verre=crown 5660 3420 2500 1415
Verre=quartzeux 5660 3515 2600 1448
Zinc 4170 2480 7100 2960
zirconium 4650 2300 6400 2976
DESCRIPTION DU FAISCEAU EMIS PAR UN TRADUCTEUR :
•Interprétation correcte des résultats des CND par ultrasons : connaissance du
faisceau ultrasonore.
•Champ acoustique : ensemble des points du matériau mis en vibration.
•Caractériser le faisceau: méthode du réflecteur ponctuel pouvant se déplacer
devant le traducteur.
•Le faisceau est caractérisé en chaque point de l’espace par l’amplitude de
l’écho provoqué par le réflecteur ponctuel.
Faisceau acoustique d’un traducteur circulaire  :  deux zones :
Zone proche, ou zone de Fresnel : irrégularités de l’amplitude de l’écho sur
l’axe, succession de maxima et de minima dans la direction de propagation.
Zone au delà de la zone proche: champ éloigné ou zone de Fraunhofer,
l’amplitude déçoit de façon régulière quand on s’éloigne du traducteur.
Dernier maximum : limite du champ proche dont la longueur est l0 .
En raison de la complexité du spectre d’énergie dans le champ proche, il est
conseillé de faire le contrôle dans la zone de champ éloigné.

D2 l0 : longueur du champ proche


l0  D : diamètre du transducteur.
4  : longueur d’onde.
Divergence d’un faisceau:
champ éloigné: élargissement continu du lobe central d’où élargissement du
faisceau défini par l’angle de divergence .
Sin α=kλ/d avec k=1.22
 : longueur d’onde dans le milieu
D : diamètre du traducteur

α/2

Champ proche
α/2
Champ éloigné

10 Distance le long de l’axe

Champ proche Champ éloigné


TECHNIQUES ET METHODES DE CONTROLE ULTRASONORE :
Diversité des pièces à contrôler, différentes méthodes de CND par ultrasons.
Important: choix de la méthode en fonction du problème posé.

Les ultrasons se propagent très mal dans l’air.


Assurer le passage des ultrasons entre le traducteur et la pièce à contrôler par
un milieu dit le couplage.
•contrôle par contact
•contrôle par immersion.
TECHNIQUES DE CONTROLE :
Les ultrasons se propagent très mal dans l’air.
Pour assurer le passage des ultrasons entre le traducteur
et la pièce à contrôler, il faut placer entre les deux un
milieu dit le couplage.
Deux techniques de couplage : le contrôle par contact et le
contrôle par immersion.
Contrôle par contact :
contrôles manuels par un opérateur .
avantage principal : simplicité de mise en œuvre sur site

graisse
palpeur

Pièce à contrôler

défaut
Contrôle en immersion :
Principe :
liquide de couplage :eau pétrole, huile
pas de contact avec la pièce à contrôler

palpeur

Cuve
eau

Pièce
Écho d’excitation

Écho d’entrée

Écho de fond

Écho de défaut

p
Trajet dans L
l’eau
Avantages de la méthode :
  Couplage constant ,
Contrôle précis de la pièce
Reproductibilité  
Automatisation des déplacements
Enregistrement en continu des informations
 
Inconvénient
 Utilisation difficile voire impossible sur site   ( ex.
pipeline)   
        
METHODES DE CONTROLE :
méthodes les plus utilisées : méthode par écho et méthode
par transmission.
Échographie ultrasonore :
défaut

•Détection de défauts
•Localisation
sonde
d •Dimensionnement
L
Pièce à contrôler •Identification
Impulsion d’excitation * Plans
* Volumiques
Écho de
défaut
Écho de fond

Acceptation ou
d
L rejet selon codes
Écran de et normes en
l’appareil à us vigueur
Méthode par transmission : Méthode par transmission :
tout ou rien 

Palpeur Palpeur
émetteur défaut récepteur

Écran de l’appareil

Palpeur Palpeur
émetteur récepteur

Écran de l’appareil
Méthode par tandem:
Deux sondes

E R

attention!
•Tout ou rien
•Trajet lu sur l’écran
•Possibilité d’orienter les deux sondes dans même direction
Dimensionnement des défauts:
-6 dB
-AVG
-DAC
Voir TP
Modes de représentation:
Immersion
APPLICATION AU CONTROLE DES SOUDURES
 INTRODUCTION
contrôle d’une installation industrielle: assemblages soudés
sont des parties vulnérables.
apprécier sans destruction, l’état de santé des pièces et
formuler un avis sur leur aptitude à remplir leur fonction
bonne connaissance des phénomènes et de la nocivité des
défauts
normes
Contrôle de soudures
Avant de contrôler le cordon de soudure, il est impératif de
contrôler les parties adjacentes avec un palpeur droit.

Palpeur droit
cordon

e
Contrôle de soudures
Position 2 Position 1 Profondeur du
défaut

T2 T1 p
e
ß

Un bond: p= T1.cos ß
Deux bonds: p= 2e-T2.cos ß
T1 et T2 :trajets sur l’écran
Vue de dessus
sonde

Déplacement de
la sonde

soudure
Étalonnage des appareils
Opération à faire avant chaque contrôle
(voir travaux pratiques)
Rapport de contrôle
Voir spécimen du CSC

Plus de détails: voir sites ex. www.ndt.net


Notion de focalisation :
focalisation : concentration de l’énergie du faisceau dans une zone de l’espace.
entraîne un rapprochement du dernier maximum de la pression acoustique et
l’augmentation de sa valeur. Ce point de l’axe où la pression est maximale est
appelé foyer acoustique, la distance du foyer au traducteur est appelée distance
focale acoustique.
De plus au niveau du foyer acoustique, la focalisation entraîne une
augmentation de la finesse du faisceau
Palpeur à O.L.
APPAREILLAGE
LES PROJECTEURS :
Les projecteurs sont des appareils de radiographie gamma : « TIF »
Ces projecteurs contenants des produits radioactifs doivent être conformes
aux règles de radioprotection qui sont imposées par une norme de référence
EXIGENCES ET CONTRÔLES
La vérification consiste, pour l’essentiel, à réaliser les
contrôles suivants:
 
-           Contrôle de débit d’exposition,
-           Essai de résistance aux vibrations,
-           Essai de résistance aux chocs,
-           Essai l’endurance du porte isotopes et les organes de
liaison,
-           Essai de chute libre
IDENTIFICATION DU PROJECTEUR :
 Chaque appareil devra porte :
 Numéro de série de fabrication sur une plaque en acier inox entourant le
corps de l’appareil , cette plaque gravée, porte les indications de la
norme de référence.
A) La mention « radioactive » en lettre de 10 mm de hauteur,
B) La charge maximale du projecteur et la nature du radioélément
C) La masse du projecteur,
D) La référence de la norme
E) Les inscriptions: n’utiliser que par des personnes compétentes, ne pas
stationner.
DESCRIPTION DE L’APPAREIL :
L’appareil comprend
Un bloc de protection en uranium appauvri, en forme de poire , de
rayon moyen 49mm contenant un conduit droit axial pour le porte
isotope de 7 mm de diamètre.
Un barillet d’obturation en uranium appauvri , ouvre et ferme le
conduit d’éjection . Il est commandé à la main du coté commande , et
son blocage est munit d’une clef. Une coque enveloppe l’ensemble et
comporte une poignée sur la partie supérieure , et une surface plane
de support à la base.
Cette coque comprend deux flasques ( à chaque extrémité ) sur lesquels
seront fixés les embouts qui reçoivent les câbles d’éjection et de
commande. Le système de télécommande est fait à partir d’une gaine
souple contenant un câble de type téléflex entraîné par une poulie-
manivelle.
La gaine d’éjection est souple dans laquelle coulisse le porte source et
son câble de commande.
LES DISPOSITIFS DE SECURITE
Les dispositifs de sécurité seront les suivants:
Le système de verrouillage :
Impossibilité d’éjection de la source qu’après ouverture du barillet, qui lui-
même est commande par une clef.
Une sécurité complémentaire est réalisée par le ressort de blocage du porte
isotope qui n’est mis hors service que par la fixation de la gaine de
commande.
 
Les dispositifs de signalisation :
Sur le barillet des marques de peinture visible permettant de définir la
position de l’appareil ( couleur verte : appareil en position de stockage ,
couleur rouge appareil en position d’émission).
Ces marques doivent être visibles à 5 mètres.
LE CONTROLE DU DEBIT D’EXPOSITION
Le contrôle se fait avec des dosimètres correctement étalonnés, et en
deux étapes :
Le contrôle sur l’appareil vide et ce pour définir l’influence du bloc
uranium appauvri sur les mesures.
 Le second contrôle se faire avec l’appareil chargé au maximum en
position de fermeture
Les résultats obtenus devront être de l’ordre de :

à 1 mètre 10 mR/h

à 5 cm 50 mR/h

Au contact 100 mR/h.


LE GENERATEUR A RAYONS X
Les générateurs à rayons X traditionnels utilisés pour les applications
nécessitant une énergie comprise entre 30 et 400 kV , comportent
généralement des transformateurs élévateurs de tension couplés à de grands
condensateurs et redresseurs
Le tube a rayons X se connecte à la sortie du transformateur par des câbles
H.T. et des bagues .
En général le poste se compose de trois parties :
A) Le pupitre de commande: Sur lequel on trouve les potentiomètres qui
règlent la tension , l’ampérage , la minuterie, les abaques de temps de pose et
les voyants de mise sous tension et émission de rayonnements .
 B) Les câbles de liaisons : Ce sont des câbles souples renforcés permettant
d'avoir une distance conséquente entre le pupitre de commande et le tube.
C) Le tube à rayons X: se compose d'une capsule de verre dans laquelle sont
logés sous vide une électrode positive ( ANODE ) et une électrode négative
(CATHODE) La Cathode comporte un filament qui libère des électrons
lorsqu'il est porté à incandescence par un courant de quelques ampères .
 
GENERATEUR A RAYONS X

Le refroidissement de ces postes se fait , par huile , par gaz ,par eau ou par
combinaison de deux.
LA PHYSIQUE DES RADIATIONS
PROPRIETES DES RAYONS IONISANTS
 Les rayons X et Gamma sont de même nature physique s'est a dire des
radiations électromagnétiques , mais ils ne sont pas produits de la même façon ,
en effet si pour les rayons X ils sont produits à partir d'appareillages
électriques , les rayons gamma proviennent de la désintégration noyaux
atomiques d'un élément radioactif.
L'énergie du rayonnement n'est pas réglable, elle dépend de la nature de la
source radioactive.
Les rayons x et gamma sont invisibles
Ils se propagent en ligne droite à la vitesse de lumière.
Ils ne peuvent être déviés au moyen d'une lentille ou d'un prisme, mais le sont
par réseau cristallin ( par diffraction ).
Ils traversent la matière et sont partiellement absorbés au cours de la
transmission. Le degré de pénétration dépend de la matière et de l'énergie des
rayons.
Il s'agit de radiations ionisantes, ie ils libèrent des électrons dans la matière
qu'ils traversent.
Ils peuvent endommager ou détruire les cellules vivantes.
CARACTERISTIQUE DES RAYONS X ET GAMMA
Le pouvoir de pénétration des rayons augmente proportionnellement à leur
énergie, sauf pour les énergies très élevées . La relation entre l'énergie et leur
pouvoir de pénétration est très complexe, parce qu'il existe différents
mécanismes susceptibles d'influer sur l'absorption des rayons. L'on utilise
habituellement le concept de coefficient d'absorption ( ).
ABSORPTION ET DIFFUSION
La diminution d'intensité du rayonnement est, par conséquent , la valeur ( ) et
le pouvoir de pénétration de la radiation est déterminé par quatre types
d'interaction avec le matériau .
      Diffusion de Rayleigh
      Effet photoélectrique
      Effet Compton
• Formation de paires
SOURCES RADIOACTIVES
 L’ATOME
L’atome est la plus petite partie d’un corps simple, sa taille est
extrêmement réduite ( de l’ordre 10-8 cm), il se compose de deux parties
essentielles : le cortège électronique et le noyau central
Le cortège électronique se compose d’un nombre bien défini
d’électron gravitant autour du noyau sur des orbites que l’on appelle couches
K, L, M, N au fur à mesure que l’on s’écarte du noyau.

électron

Le noyau se compose de
protons ( charge électrique + )
et neutrons ( neutre ) en
nombre défini ; ce sont les
nucléons . La masse de ces
noyau
particules est très importante
à celle de l’électron ; Il y a
autant de protons que
d’électrons.
SYMBOLE DE L’ATOME

nombre de masse atomique (nombre de n + p A

nombre atomique ( nombre d’électron )


M
Z

LA RADIOACTIVITE

 La radioactivité est la propriété qu'ont certains corps d'émettre


spontanément des rayons ,  et  . Les rayons alpha () et bêta ()
consistent en un flux de particules possédant une charge électrique. Les
rayons gamma () sont de nature électromagnétique.

 
LES SOURCES RADIOACTIVES NATURELLES
 Les sources de cette catégorie entrant dans la radiographie sont le
radium, le radon, et le mésothorium.. Ils émettent une radiation très
dure qui convient tout particulièrement à l'examen des objets très
épais.
L'inconvénient de ces sources est l'impossibilité de les présenter en
dimensions suffisamment petites pour obtenir des intensités adéquates.
De plus leur prix est très élevé.
Les sources radioactives naturelles ne sont plus utilisées en
radiographie industrielle. Dans certains pays, leur utilisation est
interdite.
LES SOURCES RADIOACTIVES ARTIFICIELLES
 
Les produits radioactifs artificiels sont obtenus par la fission ou par
irradiation dans un réacteur nucléaire. Il est possible d'obtenir de cette
manière des isotopes en quantités relativement importantes et offrant
une pureté suffisante. Leur intérêt pour l'examen non destructif des
matériaux dépend notamment de la qualité et de l’intensité de la
radiation qu'ils émettent, de leur demi-vie , et de leur activité
spécifique. C'est pourquoi malgré leur grand nombre, seuls quelques-
uns conviennent à la radiographie.
DEMI-VIE OU PERIODE
 On appelle "période" d'un élément radioactif la période de temps à l'issue
de laquelle l'intensité de la radiation émise est réduite à la moitié de sa
valeur initiale. Chaque élément radioactif se caractérise par sa période.

t : Temps initial
A
T : période
A : activité initiale
A/2 : nouvelle activité
A/2

t T
L'ACTIVITE SPECIFIQUE
L'activité spécifique d'un corps radioactif est l'activité de 1 gramme de
ce corps exprimé en becquerels ( Bq ) ou en Ci/g .
Pour un nombre de becquerels déterminé, les dimensions d'une source
radioactive sont déterminées par son activité spécifique.
ACTIVITE
L'activité d'une source radioactive est donnée par le nombre d'atomes
de cette source qui se désintègrent dans l'unité de temps.
Cette activité est mesurée en becquerels (Bq) . Le becquerel est la
quantité de tous éléments radioactive au sein duquel le nombre de
désintégrations par seconde est égal à 1"( 1 Bq = 1/s).
L'ancienne unité était le Curie ( Ci), est qui reste la plus usitée.
ÉMISSION SPECIFQUES DES RAYONS GAMMA
Une unité très utile en radiographie est le débit de rayonnement par
curie mesuré a une distance fixe. Pour les sources radio-isotopes , on
utilise généralement le Rhm ( Röntgen par heure à un mètre) mais on
utilise parfois aussi l'émission spécifique de rayons gamma ou facteur
K mesurée à une distance de 1 cm d'une source de 1mCi.
REGLES DE RADIOPROTECTION
Rayonnements ionisants: détruisent les cellules vivantes : DANGER
Stylos dosimètres, film badges , radiamètre collectif et détecteur
individuel sonore (temps réel)

PERSONNEL DATR
2,5 mRem/h
PERSONNEL NDATR
0.75mRem/h
PERSONNEL PUBLIC
0.25 mRem/h
Chaîne de contrôle par ultrasons

Écran

Appareil à
ultrasons

Câble
coaxial
Couplant
palpeur

Pièce à contrôler
APPAREILLAGE DE CONTROLE

Récepteur -
amplificateur visualisation

Générateur
d’impulsions

Circuit Générateur de
transmetteur balayage, base de
d’impulsions temps
palpeur
Le générateur d’impulsions
fournit des impulsions à intervalles réguliers de durée de
entre 25 et 1500 n.s.
4 types d’ impulsions :
Émission sinusoïdale entretenue
signal sinusoïdal > 15 cycles.
puissance fonction de la tension et du nombre de cycles.
bande passante étroite (< 0,5 MHz).
Avantage
contrôle avec faible gain en réception donc peu de bruits
Inconvénients
pouvoir de résolution médiocre et aveugle en zone proche
du traducteur.
Émission sinusoïdale amortie
signal sinusoïdal de quelques cycles fortement amorti  
Avantages
  faible gain (donc peu de bruits) et pouvoir de résolution
plus élevé que le précédent
bande passante étroite permet d’améliorer la qualité du
réflectogramme et d’effectuer une bonne mesure de
l’absorption.
Inconvénients
durée de l’émission élevée donne un mauvais pouvoir de
résolution axial
zone proche donne des résultats médiocres
Amélioration par l’usage d’un relais.
Émission choc
temps de montée > 50 n.s. et la
descente exponentielle avec durée > montée
Avantages
durée de l’émission courte donne une bonne détection dans
le champs proche du traducteur
excellent pouvoir de résolution
bande passante moyenne donc plus large gamme de
traducteurs.
Inconvénients
nécessite un gain élevé d’où risque d’apparition de bruits.
rebondissements à la fin du signal ce qui détériore le
pouvoir de résolution.
Émission brève
semblable à l’émission choc mais beaucoup plus rapide.
temps de montée 50 n.s.
temps de descente beaucoup plus court que l’émission choc.
large bande passante à ( 10 à 15 MHz).
 Avantages
durée très courte de l’émission ( < 30 n.s.) : bonne détection
en zone proche et un très bon pouvoir de résolution.
Large bande passante permet l’utilisation de tous les
traducteurs usuels du marché.
 Inconvénients
 tension élevée ( 300V) et gain important peuvent nuire à la
qualité de l’oscillogramme.
Conclusion
pas de système d’émission idéale.
Tout dépend de l’application
En général les appareils à ultrasons doivent pouvoir
s’adapter à tous les traducteurs du commerce.
Et de ce point de vue l’émission brève apparaît comme un
bon compromis.
Le récepteur (amplificateur)
signaux recueillies par le traducteur de très faibles tensions
Ces signaux doivent entre amplifiés pour les rendre
exploitables. C’est le rôle de l’amplificateur. Celui ci est un
élément essentiel dans la chaîne de contrôle qui permet de
transposer les informations acoustiques en images
exploitables par l’opérateur.