Vous êtes sur la page 1sur 19

ESSAIS DE PERMEABILITE SUR CHANTIER

in situ

1) prennent beaucoup de temps


2) de nombreuses pièces d’équipement (cher)

3) résultats plus proches de la réalité (sol intact)


mais
4) plus fiables

2 essais

Perméabilité perméabilité à base


par pompage d’un tubage de forage

essais en laboratoire
résultats plus au moins fiables (sols remaniés)
Essai de perméabilité par pompage
•consiste à forer jusqu’à la couche imperméable de sol
•pompage continu et régulier  écoulement permanent
•niveau stationnaire dans les puits de pompage et d’observation
• mesurer le rabattement dans les puits d’observations

rayon d’influence (R) = La distance de non effet sur la nappe

mesure de k à l’aide de l’équation


 (Dupuit 1863) :

2,3.q r2
k lg10
.(h22 h12) r1
Essai à base d’un tubage de forage
1) circuler l’eau à travers le sol
en contact avec la base du tubage 4) on relève le tubage par paliers
2) essai ponctuel 5) on mesure q
(niveau d’eau dans le tubage constant)
3) on verse le sable lavé


2 méthodes sont utilisées :

* à niveau constant : k moyen


k = q / 2,75 . D . HC

* à niveau variable : k faible


k = p’.C / 60
p’ est la pente de ln (H/Hi) = f (temps)
ECOULEMENT DE L’EAU

 mouvements de l’eau dans les sols

capacité = f(gonflement, retrait) état stationnaire : ppté


statique
perméabilité la seule propriété dynamique 
charges hydrauliques 

par sa position, Par sa pression et par sa vitesse

l’eau en un point donné porte


quantité d’énergie

équation de Bernoulli
 (énergie totale - MDF)

Énergie totale  v 2
p
 z
(m d’eau) 2.g  

terme énergie  charge hydraulique ou charge (h)


Charges

énergie cinétique dans les sols hV  0 écoulement
 1. charge de vitesse : hv = v /2g
2
très lent

énergie produite par la pression qui s’exerce


2. charge de pression : hp = p/ sur l’eau pression engendrée par la quantité
ou piézomètrique d’eau située au-dessus du point

associée à l’énergie potentielle la distance de la


3.charge d’élévation : he = z surface de référence arbitraire
ou de position


=  3 charges partielles (Équation de Bernoulli)

Charge hydraulique totale : h = hv + hp + he

Perte de charge h = hA – hB
Diagramme
des charges

h

Charge d'élévation
(he)
Calcul

h et h
piézomètre
1/ calcul he

2/ calcul hp

3/ calcul h

4/ calcul h
LES FORCES D’INFILTRATION ET LA BOULANCE

eau exerce une pression sur les particules  : force d’infiltration


 proportionnelle à h et i
force d’infiltration  : agit sur la contrainte effective (’)
’ = la pression qui s’exerce entre les particules de sol

écoulement descendant  : contrainte effective augmente Poids du sol : ’

Forces d’écoulement

Poussée d’Archimède : 

écoulement ascendant  : contrainte effective diminue

Poids du sol : ’
 risque ’ = 0
 état de boulance  Forces d’écoulement

· les particules flottent et ne supportent aucune charge


· survient dans les sables et les sables silteux
Poussée d’Archimède : 
· sables boulants ou mouvants
Détermination du gradient hydraulique critique

L’état critique : Feau = Fsol + eau

force ascendante

Feau  .g.A(hc h  L)

force descendante
hC = perte de
Fsol + eau  sat.g.A.L .g.A.h charge critique

En égalisant, on obtient : .(hc  L)sat.L

Sachant sat  .[Gs e.Sr ] Sr = 100 %


1e
ic  hc  Gs 1
L 1e
où ’ = sat -  (déjaugée)

Et on peut avoir aussi :


P.Réf.
ic 
'
= ’ / 

ic  provoque l’état de boulance  = G. 
Liquéfaction du sol
DETERMINATION DE LA PROFONDEUR CRITIQUE
 Si on creuse à une profondeur critique Pc
le fond de l’excavation commencera à se soulever
sous l’effet des forces d’infiltration dues à la perte de charge hc 
profondeur critique  équilibre des pressions 
Psol = Peau
 . g. L = . g. h

Comme : h = hC + L     hc


 L

Sachant que : ic 
 
et L = H - PC


hc
Donc : ic 
H  Pc
Sens
Pc = H – (hc / ic) écoulement
FACTEUR DE SECURITE 

 Pour éviter l’état de boulance (rupture)  i < ic

 un facteur de sécurité : FS = iC / i 

 pour augmenter Fs, il faut :


• soit augmenter la longueur de l’écoulement (enfoncement de la palplanche)
• soit diminuer la perte de charge (rabattement de la nappe)

h

sol
RESEAUX D’ECOULEMENT

1/ Écoulement unidimensionnel  est le plus simple


loi de Darcy, pour le calcul du débit  :

2/ En réalité, l'écoulement est tridimensionnel (difficultés)

3/ Écoulement bidimensionnel

Une méthode graphique

 Schématiser l’écoulement de lignes (réseau d’écoulement)


 Evaluer débit (Q) et charges (h)
et les zones critiques (boulance)
CALCUL DU DEBIT D’INFILTRATION
(Unidimensionnel)
qt = débit à travers un tube
 Débit total : Q = qt . Nt
Nt = nombre de tubes

A= section d’un tube  qt = v .A = k. i. A  qt k.h.A


L

NP = nombre de chutes
L =  . Np   =    qt k.h.P
A=.P
Np

Perte de charge pour chaque tube



h’ = h / Np
débit total 
Q = k. h. P. Nt / Np

Par unité de largeur


Q = k. h. Nt/Np 1 2 3 4
réseaux d’écoulement bidimensionnel (à main levée)

Conditions limites lignes de courant Phénomène de Renard


lignes équipotentielles
5 tubes de courant
Après dessin tube de courant
à main levée
10 chutes de charge
Chute de charge h' = h/10
piézomètre

1 10
3 4 5 9
2
2 3 8
4 7
5 6
1
Plan de référence
H
réseaux d’écoulement bidimensionnel
Déterminer : hA, hH , Q et Fs k = 3.10-5cm/s ; h = 4,8 m; e = 0,82
Gs = 2,0 ; P = 30 m (largeur)
AM = 3,3 cm = htotale = 4,8 m
Nt = 5 tubes Np = 10 chutes
FA = 7 cm = (4,8 / 3,3) x 7 = 10,18 m
BE = 3,2 cm = (4,8 / 3,3) x 3,2 = 4,65 m h' = htotale / Np
htotale = 4,8 m
chute 10e = 1,1 cm = (4,8/3,3)x1,1 = 1,6 m = 4,8 / 10 = 0,48 m

M
3,3 cm

h

1,1cm
1 10
3,2cm

2 1
2 3 9
4 3 8
4 7
5 6
7 cm

5
réseaux d’écoulement bidimensionnel

Calcul de hA ? Calcul de hN ?
Sachant que : hA = heA + hpA hN = heN + hpN

heN = (4,8 / 3,3) x 2,8 = 4,07m


heA = 10,18 m et hpA = 4,80 m
hpN = hPN – 7 h' = 4,80 – (7 x 0,48) = 1,44 m
Charge totale au point A Charge totale en N
hA = 14,98 m hN = 5,51 m

M
3,3 cm

1
7 cm

2
xn
3

2,8 cm
4 5 6 7
Plan de référence
Débit d'infiltration ?  k = 3.10-5cm/s ; h = 4,8 m; e = 0,82
Gs = 2,0 ; P = 30 m (largeur)
Q = k . h .Nt / Np Nt = 5 tubes   ; Np = 10 chutes

Q = 3.10-7 . 4,8 . 5 / 10 = 7,2 .10-7 m3/s

Qtotal = 7,2 x 10-7 m3 /s x 30 m = 2,16 x 10-5 m3 /s par mètre de largeur

Coefficient de sécurité ?  Fs = ic / i

ic  Gs 1  2.701 0.93
1e 10.82
et
h’ = 4,8 /10 chutes = 0,48 m i = 0,48 / 1,60 = 0,30
i = h’/
 = 1.60 m longueur (maille de sortie)

 Fs = ic/i = 0,93 / 0,30 = 3,1  1  pas de risque

de préférence quand Fs  3  il faut enfoncer les palplanches


Vitesse d’écoulement

A = aire totale du tube au dessus du sol


v = vitesse de descente de l’eau du point (1) au point (2) = k . i

vitesse d’approche :
ou la vitesse superficielle

vapp = k . i

Vitesse d’infiltration :

vitesse moyenne d’écoulement vo à travers le sol

vo = vapp / n = k . i / n