Vous êtes sur la page 1sur 119

27

JANVIER 2006 - MARS 2007

Organisations Partenaires du Sud Partenaires Techniques et Financiers du


Mali Burkina Faso Sénégal Nord
AMEPPE AMB APDJ Fonds Belge de Survie – Belgique
GAAS Mali EMESA FEGPAB Terre Nouvelle – Belgique
AMPDR AMUS FODDE Défi Belgique Afrique – Belgique
ARAFD SASO GADEC AGIRabcd – France
WaterAid – Royaume-Uni
Fonds Catalan – Espagne

Mars 2007
INTRODUCTION
Le Programme d’Appui aux Initiatives pour la Sécurité Alimentaire au Mali,
au Burkina Faso et au Sénégal (PAISA / MABUSEN) est une concrétisation de
la volonté du Réseau SADIO (Réseau pour le Sécurité Alimentaire et le
Développement Institutionnel et Organisationnel) de fonder un partenariat sous-
régional en Afrique de l’Ouest autour des questions d’eau, de la sécurité
alimentaire et de développement institutionnel et organisationnel.

Le PAISA/MABUSEN a pour objectif global de « contribuer à la sécurité


alimentaire pour un développement durable au Mali, au Burkina Faso et au
Sénégal ».
Dans sa mise en œuvre le programme vise 5 objectifs spécifiques :
1. Améliorer l’accès à l’eau potable et la promotion de l’hygiène et
l’assainissement des populations de la zone d’intervention du programme ;
2. Augmenter les productions agro-sylvo-pastorales de manière durable ;
3. Accroître les revenus des populations défavorisées ;
4. Renforcer les capacités organisationnelles et institutionnelles des
organisations partenaires (ONG, OCB, Collectivités locales) d’ici à 2009;
5. Influencer les politiques en matière de sécurité alimentaire, aux niveaux
local, national, régional et international au profit des populations
défavorisées.

Pour réaliser ces objectifs, le Programme est mis en œuvre sur une période
qui s’étend du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2009, par les organisations
membres du Réseau SADIO dans les différents pays concernés, avec la
facilitation du Secrétariat Exécutif Permanent du Réseau et les partenaires ONG
du Nord.

Ce programme, via l’ONG Terre Nouvelle de Belgique, est financé par le


Fond Belge de Survie. Il bénéficie d’un cofinancement à travers l’apport de
partenaires au Nord : Défi Belgique Afrique (Belgique), AGIRabcd (France),
Water Aid (Royaume Uni) et Fonds Catalan (Espagne).

Le programme vient de boucler sa deuxième année d’exécution qui a couvert


la période de 15 mois allant du 1er janvier 2006 au 31 mars 2007.

Le présent rapport qui a comme référence, la planification 2006 et le cadre


logique du programme rend compte du bilan de la période concernée, des
résultats obtenus et des principales conclusions et recommandations.

Il est agencé en quatre (04) parties :


ƒ Rapport annuel du Mali ;

Rapport annuel PAISA Mali2006 2


ƒ Rapport annuel du Burkina Faso ;
ƒ Rapport annuel du Sénégal ;
ƒ Annexes

Les rapports annuels des trois pays sont structurés comme suit :
1. Résumé du niveau d’exécution du PAISA en 2006
2. Rappel des objectifs et des résultas attendus
3. Réalisations (stratégies de mise en œuvre et résultats obtenus)
4. Analyse
5. Etat des lieux (niveau de réalisation des activités)
La partie des annexes du rapport se décline comme suit :
- Termes de références
- Rapports d’activités et de formation
- Comptes rendus et procès verbaux
- Etudes
- Protocoles et contrats
- Supports de suivi/évaluation
- Illustrations

Rapport annuel PAISA Mali2006 3


UNITE DE GESTION TECHNIQUE / MALI

Mars 2007

Rapport annuel PAISA Mali2006 4


TABLE DES MATIERES

SIGLES ET ABRÉVIATIONS : ........................................................................................................................ 7


1. RESUME DU NIVEAU D’EXECUTION DU PAISA/MALI.................................................................. 8
2. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DES RESULTATS DU PAISA ............................................................ 13
3. REALISATIONS.................................................................................................................................... 14
1.1 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 1 : AMÉLIORER L’ACCÈS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES À L’EAU, À
L’HYGIÈNE ET À L’ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE DU PROGRAMME ............................................................... 14
1.1.1 Résultat 1.1 : l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité…………………..14
A. FONCER DES PUITS À GRAND DIAMÈTRE : ............................................................................................... 14
B. RÉHABILITATION DES POMPES DES FORAGES ........................................................................................... 14
C. RÉHABILITATION DE PUITS TRADITIONNELS ........................................................................................... 15
1.1.2 Résultat.2 : Les conditions d’hygiène et d’assainissement sont améliorées…………………15
A. CONSTRUCTION ET RÉHABILITATION DE BLOCS DE LATRINES .................................................................. 15
B. CONSTRUCTION DE LATRINES FAMILIALES .............................................................................................. 16
C. ORGANISATION DES SÉANCES D’IEC SUR L’EAU HYGIÈNE ET ASSAINISSEMENT ...................................... 16
1.2 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 2 : AUGMENTER DE MANIÈRE DURABLE LES PRODUCTIONS AGRO-SYLVO-
PASTORALES ..................................................................................................................................................... 17
1.2.1 Résultat.2.1: Les productions agricoles sont améliorées…………………………………….17
A. CONSTRUCTION D’UN MICRO BARRAGE :................................................................................................. 17
B. RÉALISATION DE PMB............................................................................................................................ 18
C. MISE EN VALEUR DES TERRES AUTOUR DES BARRAGES DE DOUROU TANGA ET YELEKEBOUGOU .......... 18
D. APPUI À LA PRODUCTION RIZICOLE DANS LE VILLAGE DE NIADOUGOU À SÉGOU .................................... 19
E. VULGARISATION DE NOUVELLES VARIÉTÉS LOCALES DE SEMENCES ADAPTÉES ...................................... 19
A. ÉQUIPEMENT DES PRODUCTEURS EN MATÉRIELS CES ............................................................................. 19
B. ORGANISATION DE CAMPAGNES DE REBOISEMENT .................................................................................. 20
C. RENFORCEMENT DE CAPACITÉS DES COLLECTIVITÉS ET COMITÉS SUR LA CONVENTION DE GESTION DES
RESSOURCES NATURELLES ............................................................................................................................... 21
1.2.2 Résultat.2.3: Les productions animales sont améliorées…………………………………......21
A. APPUI À LA PRODUCTION APICOLE :......................................................................................................... 21
1.3 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 3 : ACCROÎTRE LES REVENUS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES ...................... 21
1.3.1 Résultat.3.1: Un système d’épargne – crédit de proximité fonctionne………………………21
A. LA MISE EN PLACE D’UN FONDS DE GARANTIE :....................................................................................... 21
1.3.2 Résultat.3.2: Les produits locaux sont mieux valorisés………………………………………22
A. AMÉLIORATION DES CONDITIONS DE CONSERVATION DE L’ÉCHALOTE SÉCHÉES EN TRANCHES ............. 22
B. APPUI À LA CRÉATION D’UNE UNITÉ DE TRANSFORMATION DES PRODUITS LOCAUX ................................ 22
1.4 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 4 : RENFORCER LES CAPACITÉS INSTITUTIONNELLES ET ORGANISATIONNELLES
DES ONG, DES OCB, ET DES COLLECTIVITÉS LOCALES D’ICI 2009 ................................................................... 23
1.4.1 Résultat.4.1:Les organisations partenaires et bénéficiaires du programme disposent d’une
identité propre d’ici 2009………………………………………………………………………………….23
A. EVALUATION RAPIDE ORGANISATIONNELLE (ERO) DES OCB :.............................................................. 23
B. APPUI AU PROCESSUS DE RECONNAISSANCE JURIDIQUE DES OCB : ....................................................... 23
C. DIAGNOSTIC PARTICIPATIF ET APPUI AUX ASSOCIATIONS DE PERSONNES VULNÉRABLES :...................... 23
D. L’APPUI AUX COLLECTIVITÉS LOCALES DANS L’ÉLABORATION DES PSD ................................................ 24
1.4.2 Résultat 4.2 : Les moyens d’intervention des ONG, des OCB et des Collectivités Locales sont
renforcés d’ici la fin du programme :…………………………………………………………………….24
A. LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ORGANISATIONS PARTENAIRES SUR LES PROCÉDURES DE
GESTION COMPTABLE DU PARTENAIRE WAM. .................................................................................................. 24
B. LA FORMATION DES MEMBRES ET DU PERSONNEL DES ORGANISATIONS PARTENAIRES (COMPTABLES,
SUPERVISEURS, RESE, ANIMATEURS) ............................................................................................................... 24
C. DOTATION DE MOYENS LOGISTIQUES AUX ORGANISATIONS PARTENAIRES :............................................ 25
D. LA FORMATION DES MEMBRES DES COMITÉS DE GESTION DE POINTS D’EAU :.......................................... 25
E. LA CONSTITUTION DE CLUBS SCOLAIRES ................................................................................................. 25
F. LA FORMATION ET L’ÉQUIPEMENT DES HYGIÉNISTES : ............................................................................ 26
G. L’ORGANISATION DE CAMPAGNES D’IEC SUR L’HYDRAULIQUE VILLAGEOISE, LA SANTÉ, L’HYGIÈNE ET
L’ASSAINISSEMENT : ......................................................................................................................................... 26
1.4.3 Résultat 4.3 : Les relations internes et externes des organisations sont renforcées d’ici la fin
du programme……………………………………………………………………………………………...27
A. RENCONTRES, ÉCHANGES, COORDINATION :............................................................................................ 27

Rapport annuel PAISA Mali2006 5


1.4.4 Résultat 4.4 : Les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base de
règles de gestion transparentes…………………………………………………………………………27
A. LA RÉVISION DU CADRE LOGIQUE DU PAISA .......................................................................................... 27
B. ORGANISATION DE LA 4E RENCONTRE ANNUELLE DU RÉSEAU SADIO................................................... 28
C. TENUE DES RENCONTRES DU COMITÉ DE PILOTAGE ET DU COMITÉ NATIONAL DU RÉSEAU SADIO ........ 28
1.5 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 5 : INFLUENCER LES POLITIQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AUX
NIVEAUX LOCAL, NATIONAL, SOUS RÉGIONAL ET INTERNATIONAL AU PROFIT DES POPULATIONS
DÉFAVORISÉES…………………………………………………………………………………………………29
1.5.1 Résultat.5.1.: Les ONG, les OCB et les Collectivités Locales maîtrisent les techniques du
plaidoyer…………………………………………………………………………………………………..29
A. LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ÉLUS LOCAUX, DES OCB, DES ONG PARTENAIRES ET DES
SERVICES TECHNIQUES SUR LES TECHNIQUES DE PLAIDOYER .......................................................................... 29
1.5.2 Résultat 5.2 : Le partenariat entre ONG, OCB et les collectivités locales est consolidé……29
A. L’APPUI À L’ORGANISATION DES JOURNÉES COMMUNAUTAIRES ANNUELLES DE SALUBRITÉ : ............... 29
B. LA REDYNAMISATION DES CADRES DE CONCERTATION ........................................................................... 30
4. ANALYSES ........................................................................................................................................... 30
ACTIVITÉS PLANIFIÉES NON EXÉCUTÉES ........................................................................................................... 30
DIFFICULTÉS RENCONTRÉES.............................................................................................................................. 30
CONSTATS DU PARCOURS .................................................................................................................................. 31
5. ETAT DES LIEUX ................................................................................................................................. 32

Rapport annuel PAISA Mali2006 6


SIGLES ET ABRÉVIATIONS :
AMPDR Association Malienne pour la Promotion du Développement Rural
AMEPPE Association Malienne pour l’Education Publique et la Protection de
l’Environnement
ARAFD Association Recherche Action Femme et Développement
CADB Cellule d’Appui au Développement à la Base
CES Techniques de Conservation des Eaux et du Sol
CL Collectivités Locales
COM Conseil des Organisations Membres du réseau SADIO
CPN Comité de Pilotage National
CPSR Comité de Pilotage Sous - Régional
EHA Sous Programme « Eau Hygiène Assainissement »
ERO Evaluation Rapide Organisationnelle
GAAS Groupe d’Animation Action au Sahel
IEC Information Education Communication
OCB Organisation Communautaire de Base
ONG Organisation Non Gouvernementale
PHAST Participation à la transformation de l'hygiène et de l'assainissement
PSD Plan Sectoriel de Développement
RODI Renforcement Organisationnel et Développement Institutionnel
SADIO Réseau Sécurité Alimentaire Développement Institutionnel des
Organisations
SEP Secrétariat Exécutif Permanent
UGT Unité de Gestion Technique

Rapport annuel PAISA Mali2006 7


1. RESUME DU NIVEAU D’EXECUTION DU PAISA/MALI
O.S.1. L’accès des populations défavorisées à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement est amélioré dans la zone du programme est facilité
Prévisions d’activités Réalisations Commentaires et suites à donner
Foncer 01 forage dans la zone AMPDR Modification d’activités
0
Foncer 04 puits à grand diamètre 05 puits grand diamètre foncés à Guélékoro, 1 388 bénéficiaires directs ont accès à l’eau potable à
R.1 : L’accès à l’eau potable Moribougou, Bambala, Bama, Koporo-na moins de 500m
pour la consommation Réhabiliter 16 forages 19 pompes réhabilitées dont 09 dans la zone 2 645 bénéficiaires directs ont accès à l’eau potable à
humaine est facilité AMPDR, 08 AMEPPE, 02 GAAS moins de 500m

Réhabiliter 29 puits traditionnels 18 puits traditionnels réhabilités 3 619 bénéficiaires directs ont un accès facile à l’eau
potable. La non mise à disposition des fonds justifie en
partie les écarts des réalisations
Réaliser au moins 230 latrines 321 dalles SANPLAT produites dont 50 latrines Les dalles sont produites au niveau de 04 centres. Accès
familiales en dalles SANPLAT construites aux latrines facilité à au moins 600 personnes

Réhabiliter 04 blocs de latrines scolaires 03 blocs réhabilités et 02 nouveaux autres Facilitation de l’accès aux latrines pour 1 750 élèves
R.2 : Les conditions d’hygiène construits repartis entre 04 structures scolaires
et d’assainissement sont 61 séances d’IEC réalisées dans les zones L’IEC pour le changement de comportement a touché
améliorées Organiser 59 séances d’IEC sur EHA d’intervention du programme sur l’eau, hygiène 1 403 personnes
et assainissement 43 relais sont formés sur les thèmes liés à l’eau, hygiène
et assainissement
Organiser 11 émissions radio 04 émissions radios réalisées sur la L’inexistence de stations radios dans certaines localités
problématique liée à l’eau, à l’hygiène et à n’a pas permis de mener toutes les émissions
l’assainissement
Réaliser 47 projections vidéo sur les bonnes 53 séances de projection réalisées sur les 2 226 personnes touchées
pratiques thématiques de la chaîne de l’eau, le lavage des
mains et la gestion du péril fécal
Renforcer les capacités des bénéficiaires sur 43 relais sont formés sur les techniques
les bonnes pratiques en hygiène et d’animation en PHAST
assainissement
OS2 : Les productions agro-sylvo-pastorales sont augmentées de manière durable

Construire 01 micro-barrage à Sokolo Barrage réalisé à 85% à Sokolo dans la Travaux en cours avec la participation des bénéficiaires
commune rurale de Dandoli pour 8,5ha attendus
Foncer 02 PMB dans la zone AMEPPE/ 02 PMB réalisés dont 01 à Famabougou Aménagement de 0,75ha pour 72 exploitantes
AMPDR et 01 à Lena
Mettre en valeur 10ha de terre autour du 6,23ha exploités en maraîchage autour du Production de 186 900kg d’échalote pour les deux cycles
R.2.1 : Les productions barrage de Dourou barrage de cultures pour une valeur de 23 362 500Fcfa
agricoles sont améliorées Appuyer les activités de riziculture dans le 01motopompe installée sur le périmètre rizicole Production de 10,200 tonnes de riz padis sur 4,5Ha
village de Niadougou à Ségou de Niadougou
Vulgariser de nouvelles variétés de 03kgs de semences introduites à Dialakoroba Approvisionnement de 40 femmes maraîchères de
semences Dialakoroba pour 01ha de superficie en semences de
laitue, tomate, oignon, aubergine,
Installer des dispositifs anti-érosifs dans 2 692 mètres de cordons pierreux installés dans 04 comités villageois formés sur les techniques de
trois villages 03 villages récupération de terre et équipés en matériel CES
4 025 plants reboisés sur 10,25ha dans les zones Un cadre de partenariat avec les services de conservation
d’intervention de la nature, l’Association Timbe Libe Mondu
Une Mise en défens sur 16ha dans le village de (pépiniéristes) pour l’organisation de la campagne de
Planter 1 000 plants dans les zones Yélékébougou reboisement.
R.2.2 : Les ressources d’intervention du PAISA Une journée de lancement de la campagne de
naturelles sont mieux gérées reboisement et celle de la quinzaine de l’environnement
par les producteurs organisées dans le cercle de Bandiagara avec 21
communes
21 collectivités, les services déconcentrés du Acquisition de connaissances de base sur la gestion
Renforcer des collectivités et comités sur cercle de Bandiagara, les associations et ONG, rationnelle des ressources naturelles de leurs localités
la convention de gestion des ressources les partis politiques et leaders information sont
naturelles informés sur les conventions de gestion des
ressources naturelles, sur le code forestier et les
conventions de gestion de l’environnement

R.2.3 : Les productions Former et équiper des producteurs apicoles Mise en place d’un comité de producteurs initiés sur les
animales sont améliorées 07 producteurs apicoles équipés et formés techniques d’exploitation des ruches kenyanes

Rapport annuel PAISA Mali2006 9


OS3 Les revenus des populations défavorisées sont accrus d’ici 2009

Mettre en place un fonds de garantie pour 02 fonds de garantie mis en place pour un Facilitation de l’accès aux crédits bancaires ou mutuelles
R.3.1 Un système d’épargne et les producteurs de filières montant total de 1 000 000Fcfa dans les zones pour environ 50 femmes pour un montant total de
de crédit de proximité d’intervention de AMEPPE et GAAS/Mali 2 000 000Fcfa
fonctionne Appuyer la création d’01 unité de 01 unité de transformation de l’échalote installée Amélioration des systèmes de conservation et
transformation des produits locaux à Brampièla et Baguila dans la commune de transformation de l’échalote pour une meilleure
Dourou commercialisation
R.3.2 : Les produits locaux Renforcer les capacités de l’unité 500kg d’échalotes produits et emballés dans des Amélioration de la qualité des revenus des
sont mieux valorisés de transformation sachets de 100 et 300G producteurs/trices de 875 000F

O.S 4. Les capacités organisationnelles et institutionnelles des organisations partenaires (OCB, ONG, collectivités locales) sont renforcées d’ici à 2009
Effectuer les Evaluations Rapides 68 OCB ont fait l’objet d’une ERO Un état des lieux des OCB est disponible
R.4.1 : Les organisations Organisationnelles (ERO) des OCB
partenaires et bénéficiaires
du programme disposent Appuyer le processus de reconnaissance 04 OCB reconnues juridiquement Il s’agit du réseau des producteurs d’échalotes et de 03
d’une identité propre juridique des OCB sociétés coopératives dans les villages de Dourou,
d’ici 2009 Konsagou et Bandiagara
Acquérir des moyens logistiques 03 motos, 02 ordinateurs, 02 appareils photos
numériques, 02 Kit vidéo ont été acquis Facilitation de l’exécution des activités du programme
R.4.2 : Les moyens Organiser 03 visites d’échanges Non réalisé Retard dans la mise à disposition des fonds
d‘intervention des d’expériences
organisations partenaires et
bénéficiaires et des Mettre en place 40 comités de gestion des 43 comités de gestion de points d’eau mis en Ces comités de gestion sont essentiels pour la pérennité
collectivités locales cibles infrastructures place des infrastructures mises en place
sont renforcées d’ici la fin Former 80 membres des comités de 86 membres de 43 comités de gestion de points Adoption de comportements favorables sur les pratiques
du programme gestion des points d’eau d’eau formés d’hygiène et assainissement
Identifier, former et équiper des hygiénistes 07 comités de gestion scolaire, 04 clubs Ces structures et les formations données à leurs membres
scolaires, 03 CSCOM, 91 hygiénistes formés et participent à la viabilité des réalisations
équipés
Identifier, former et équiper des maçons et 23 maçons formés sur les techniques de Ces formations facilitent l’accès aux dalles et à la
réparateurs de pompes fabrication de dalles SANPLAT viabilité des ouvrages mis en place

Rapport annuel PAISA Mali2006 10


Organiser des campagnes d’IEC sur l’eau, 417 visites à domicile au moins effectuées sur Ces visites à domicile concourent à des changements de
hygiène et l’assainissement l’eau, hygiène et l’assainissement comportements
Appuyer 02 structures communautaires 02 structures communautaires ont été appuyées Des journées communautaires annuelles de salubrité sont
dans le cadre des journées annuelles de dans l’organisation de journées annuelles de instituées au Mali
solidarité salubrité à Yélékébougou et Dialakoroba
Redynamiser 10 cadres de concertation 03 cadres de concertation redynamisés à Retard dans la mise en œuvre des fonds
dans les communes Dialakoroba et Koporona
Partager les documents de gestion de WA, Atelier de partage des différents documents Facilitation du processus d’harmonisation avec le
plan comptable comptables et protocoles de WA par les partenaire WA
organisations partenaires
Constituer 16 clubs scolaires 16 clubs constitués au niveau de 6 écoles Mobilisation des élèves sur les questions d’eau hygiène et
assainissement
Former 07 clubs scolaires 05 clubs scolaires regroupant 38 membres sont 02 non formés à cause du retard des fonds
formés sur l’eau l’hygiène et l’assainissement
Organiser 04 sessions de formation et 2 sessions sur la PHAST organisées avec 22 02 non exécutés à cause du retard de fonds
recyclage des enseignants en hygiène et enseignants formés
assainissement
Participer à l’animation et au renforcement 04 cellules des collectivités formées sur le Facilitation des collectes de données pour l’élaboration
des capacités d’intervention des processus d’élaboration des Plans Sectoriels de de 4 PSD en matière d’eau hygiène et assainissement.
collectivités locales Développement
Former les membres et personnel des 04 sessions de formation en SAGE –SAARI, Au total 22 membres des organisations sont formés
organisations partenaires PROMISE, plaidoyer et PSD durant l’exercice
Former 60 membres des organisations à la
base en gestion de micro crédit, gestion de 02 sessions de formation organisées 25 membres sont formés
points d’eau ;
R.4.4 : Les Tenir un atelier de partage des documents 02 ateliers de relecture du cadre logique Participation du Représentant de Terre Nouvelle en
organisations partenaires et de référence PAISA organisés Afrique de l’Ouest
bénéficiaires du
programme fonctionnent Appuyer l’organisation et la tenue des - 01 réunion du CPM tenue - Des contraintes financières empêchent la tenue régulière
sur la base de règles rencontres des organes et instances des - 01 rencontre préparatoire entre le LAM et le du CPM
de gestion transparente organisations partenaires et des OCB SEP/SADIO - Présentation et validation des rapports / pays
- Tenue de la 4e rencontre annuelle du Réseau - Systématisation des plans d’actions annuels
SADIO - Présentation des bilans des réalisations des différents
partenaires et perspectives pour 2006

Rapport annuel PAISA Mali2006 11


Elaboration et partage du budget PAISA 2006 / Un budget consensuel a été élaboré
2007
Signature du Protocole d’accord spécifique de Les relations avec WATER – AID sont formalisées
collaboration LAM / WA
Gérer et administrer le Programme à travers Signature de la lettre d’exécution technique Les conditions d’exécution du sous programme EHA sont
la synergie UGT – Organisations clarifiées avec le partenaire WA
partenaires Tenue de rencontres périodiques de coordination Ces rencontres sont prévues dans le dispositif de gestion
entre l’UGT, le LAM et les organisations du projet
partenaires
La fourniture du rapport annuel à la CADB La tutelle administrative des ONG est informée des
réalisations du PAISA au Mali
Participation des organisations partenaires aux Des réunions de coordination sur le sous-programme
différentes séances de travail avec Water Aid EHA permettent de le suivre de manière concertée avec
Mali le partenaire
Visites de suivi / supervisions de l’exécution des Ces visites permettent de se rendre compte du niveau
activités 2006 réalisées d’exécution réelle des réalisations au lieu de se contenter
de rapports
OS.5 : Les politiques en matière de sécurité alimentaire aux niveaux local, national, régional et international sont influencées au profit des populations défavorisées

R.5.1.: Les ONG partenaires, les Former les élus locaux, les OCB, les agents 04 superviseurs, 01 RESE, 08 animateurs et Cette formation a été organisée par le partenaire
OCB et les collectivités locales des ONG partenaires et services techniques 04 élus disposent de compétences en WaterAid Mali durant la période
maîtrisent les techniques du sur les techniques de plaidoyer plaidoyer sur l’eau hygiène et
plaidoyer assainissement, le PSD

Rapport annuel PAISA Mali2006 12


2. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DES RESULTATS DU PAISA
Les résultats attendus planifiées par les partenaires au Mali pour l’année 2006 comprennent :

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 1 : AMÉLIORER L’ACCÈS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES À L’EAU,


À L’HYGIÈNE ET À L’ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE DU PROGRAMME

Résultat 1 : l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité


Résultat 2 : les conditions d’hygiène et d’assainissement sont améliorées

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 2 : AUGMENTER DE MANIÈRE DURABLE LES PRODUCTIONS AGRO-


SYLVO-PASTORALES

Résultat 1 : Les productions agricoles sont améliorées


Résultat 2 : Les ressources naturelles sont mieux gérées par les producteurs
Résultat 3 : Les productions animales sont améliorées

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 3 : ACCROÎTRE LES REVENUS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES


Résultat 1 : Un système d’Épargne et de crédit de proximité fonctionne
Résultat 2 : Les produits locaux sont mieux valorisés

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 4 : RENFORCER LES CAPACITÉS INSTITUTIONNELLES ET


ORGANISATIONNELLES DES ORGANISATIONS BÉNÉFICIAIRES, DES COLLECTIVITES LOCALES
ET DES ORGANISATIONS PARTENAIRES D’ICI À 2009

Résultat 1 : Les organisations bénéficiaires et partenaires disposent d’une identité propre


d’ici à la fin du programme.
Résultat 2 : Les moyens d’intervention des ONG, OCB et CL sont renforcés d’ici la fin du
programme
Résultat 3 : Les relations internes et externes des organisations sont renforcées d’ici à la fin
du programme
Résultat 4 : Les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base de règles
de gestion transparentes

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 5 : LES POLITIQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE,


D’ACCÈS À L’EAU POTABLE ET DE PROMOTION DE L’HYGIÈNE ET DE L’ASSAINISSEMENT AU
NIVEAU LOCAL, NATIONAL, RÉGIONAL ET INTERNATIONAL SONT INFLUENCÉES AU PROFIT
DE LA POPULATION DÉFAVORISÉE

Résultat 1 : Les OCB, les ONG, les collectivités partenaires du programme disposent de
compétences en matière de plaidoyer
Résultat 2 : Le partenariat entre ONG, OCB et collectivités locales est consolidé

Rapport annuel PAISA Mali2006 13


3. REALISATIONS
1.1 Objectif Spécifique 1 : Améliorer l’accès des populations défavorisées à l’eau, à
l’hygiène et à l’assainissement dans la zone du programme

1.1.1 Résultat 1.1 : l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité

A. Foncer des puits à grand diamètre :


Le fonçage de puits profonds a été effectué dans les zones
des organisations partenaires AMPDR, AMEPPE et
ARAFD. Au total 5 puits à grand diamètre ont été construits
dans les villages de Guélékoro, Moribougou, Bambala,
Bama, Koporona

Stratégie de mise en œuvre de l’activité :


- Animation, identification des sites
- Sensibilisation pour la mobilisation de la
participation communautaire des bénéficiaires aux travaux Fonçage puits à grand diamètre à Bambala -
d’infrastructures Yélékebougou

- Lancement de l’avis d’appel d’offre


- Contractualisation avec les prestataires de services
- Démarrage des travaux d’exécution avec les prestataires choisis
- Suivi des travaux au niveau des 5 sites
- Réception provisoire des ouvrages

Résultats atteints :
Cinq (5) puits à grand diamètre foncés ont contribué à faciliter régulièrement l’accès à l’eau
potable pour 1388 bénéficiaires directs à moins de 500 mètres
Pour assurer la pérennité de cette accessibilité à l’eau potable, cinq comités de gestion ont
été mis en place et formés. Ils sont appuyés dans leurs activités par au moins 10 relais
villageois formés.

B. Réhabilitation des pompes des forages


Les activités de réhabilitation des pompes ont été
réalisées dans les communes de Dialakoroba,
Yélékébougou, Mondoro.

Stratégie de mise en œuvre de l’activité :


- Rencontre communautaire d’identification des
pompes en pannes
- Diagnostic des pompes identifiées
- Mise en place et /ou redynamisation des
comités de gestion
- Animation et sensibilisation des bénéficiaires Rencontre avec les communautés pour
l’identification des points d’eau à
pour leur participation aux travaux de réhabiliter à Mondoro
réhabilitation
- Préparation des dossiers techniques
- Identification et choix des prestataires et contractualisation;

Rapport annuel PAISA Mali2006 14


- Démarrage de l’exécution des travaux et suivi
- Réception des pompes réhabilitées dont : 09 dans la commune rurale de
Dialakoroba,(villages de dialakoroba, Solonkoro, Diorila, et Kola), 08 dans la
commune de Yélékébougou (Guily/sougalobougou, Yélékébougou, Fanciacoro) et 02
dans les communes de Mondoro Habé et Toulenwendou)

Résultats atteints :
Au terme des travaux, 19 pompes sont réhabilitées contre 16 prévues, contribuant ainsi à la
mise à disposition de l’eau potable pour 2 645 bénéficiaires à moins de 500 mètres.
La gestion des infrastructures est assurée par 19 comités villageois de gestion formés à cet
effet.

C. Réhabilitation de puits traditionnels


La réhabilitation de puits traditionnels est une activité qui vise à rendre plus potable les points
déjà existants au niveau des villages d’intervention. Elle contribue à cet effet à faciliter l’accès
des populations à l’eau potable.
Stratégie de mise en œuvre des activités de réhabilitation
- Rencontres communautaires
- identification des puits à réhabiliter
- Animation et sensibilisation des bénéficiaires pour leur participation aux travaux de
réhabilitation
- Préparation des dossiers d’appel d’offre
- Identification et choix des prestataires et contractualisation;
- Démarrage de l’exécution des travaux et suivi
- Réception des puits réhabilités
Résultats
Les travaux de réhabilitation sont réalisés à 62,07% soit 18 puits sur 29 prévus offrant ainsi
l’accès à l’eau potable pour plus 3 619 bénéficiaires.
Dix huit comités de gestion d’eau sont mis en place et formés pour assurer la gestion des
points d’eau.

Les réalisations cumulées des activités du résultat 1 (2005-2006) contribuent de nos jours
à faciliter l’accès à environ 42,5% des populations à l’eau potable à moins de 500
mètres et 12,5% des écoles cibles dans la zone d’intervention

1.1.2 Résultat.2 : Les conditions d’hygiène et d’assainissement


sont améliorées

A. Construction et réhabilitation de blocs de latrines


L’amélioration des conditions d’hygiène passe nécessairement par la
mise en œuvre d’un paquet d’activités au nombre desquelles la
construction et ou la réhabilitation de blocs de latrines
Stratégie :
- Animation, sensibilisation et identification des nouveaux sites et
des anciennes latrines à réhabiliter
- Mobilisation communautaire pour la participation des
bénéficiaires aux travaux Latrine scolaire à dalle SANPLAT
Moribougou – Dialakoroba

Rapport annuel PAISA Mali2006 15


- Lancement des avis d’appel pour le choix des prestataires
- Démarrage et suivi des activités
- Réception provisoire de l’ouvrage
Résultats :
Au total 3 blocs de latrines scolaires ont été réhabilités et 02 nouveaux autres construits ; ce
qui a contribué à améliorer les conditions d’hygiène et d’assainissement pour 1 750 élèves
repartis entre 04 structures scolaires dans les zones du projet
Pour mieux porter l’information, 07 clubs scolaires ont été créés et formés de même que 22
enseignants sur les bonnes pratiques en matière d’eau hygiène et assainissement.

B. Construction de latrines familiales


Au niveau des ménages, la pratique de l’hygiène et l’assainissement se traduit par la
construction de latrines familiales et surtout leurs utilisation et entretien. Des centres de
production de dalles SANPLAT ont été créés pour faciliter l’accès des utilisateurs aux
matériaux sur place.
Stratégie
- Animation, sensibilisation
- Mise en place du comité de gestion
- Choix des bénéficiaires et détermination de leurs contributions en apport de matériaux et
de creusement des fosses
- Confection et pause da dalles
- IEC sur l’entretien des latrines
Pour accompagner le processus, 4 centres de production de dalles SANPLAT ont été crées.
321 dalles ont été produites et mises à disposition à un montant forfaitaire. 50 latrines ont été
construites.
Des actions de formation et de recyclage des maçons ont été
engagées à la base pour assurer la disponibilité à moindre coût
des dalles à travers :
- l’identification des maçons et préparation thèmes,
- l’animation, sensibilisation,
- le choix du formateur,
- l’organisation des séances de formation, production
du rapport

Résultat atteint :
Formation de 23 maçons sur la production de dalle SANPLAT Séance formation club scolaire
et les techniques de construction et d’entretien de latrines. à Yyelekebou

C. Organisation des séances d’IEC sur l’eau hygiène et assainissement

Les organisations partenaires et les relais ont, durant la période, exécuté des activités d’IEC
sur « Eau Hygiène et Assainissement » à travers les causeries éducatives, les spots radio,
Stratégie :
- Identification et préparation thèmes,
- Identification des cibles, animation,
- Sensibilisation, et organisation des séances d’IEC en cascade

Rapport annuel PAISA Mali2006 16


Résultats atteints :
Au total 61 séances d’IEC ont été réalisées dans les zones d’intervention du programme sur
des thèmes comme la chaîne de l’eau, le lavage des mains, la
gestion du péril fécal. Les séances ont touché 1403
personnes sur les bonnes pratiques d’hygiène et
d’assainissement. Elles visent un changement de
comportement
Les activités d’IEC ont été renforcées par la conduite de 53
séances de projection de films vidéo sur les thèmes la chaîne
de l’eau, l’hygiène et assainissement qui ont touché environ
2226 personnes.
Formation des enseignants en FAST

Dans 43 villages au moins 683 femmes des ménages soit 14% des femmes touchées par
les séances d’IEC disposent de connaissances sur le paquet d’hygiène

1.2 Objectif spécifique 2 : Augmenter de manière durable les productions agro-sylvo-


pastorales

1.2.1 Résultat.2.1: Les productions agricoles sont améliorées

A. Construction d’un micro barrage :


Les travaux de réalisation du micro - barrage sont exécutés à 85% et se poursuivent encore à
Sokolo dans la commune rurale de Dandoli. Les
multiples failles constatées ont entraîné un dépassement
des délais de réalisation. Superficies attendues après la
réalisation : 8,5 ha pour 2 cycles de cultures.
Caractéristiques du barrage :

Prévision longueur : 87,5m Réalisation 97m


Prévisions fouilles : Réalisations 804,375m 3 soit un
131,25m3 dépassement de 673,125m3
Prévisions maçonnerie : Réalisation : 280,93m3
3
214,07 m
Largeur à la crête 0, 5 et 1m à la base
Visite du chantier du barrage de Sokolo par le
Capacité de captage : 24783,11 m3 commissaire à la sécurité alimentaire

Stratégie
- Animation, sensibilisation pour la mobilisation
communautaire,
- Participation des bénéficiaires aux travaux
d’infrastructure
- Mise en place et formation comité de gestion
- Appel d’offre
- Approvisionnement du chantier en matériels et matériaux Niveau d’eau barrage de Dourou Tanaga en Août
2006
- Lancement d’avis d’appel d’offre pour la fourniture des
matériaux importés (Ciments)
- Exécution des travaux en régie
- Suivi des travaux

Rapport annuel PAISA Mali2006 17


B. Réalisation de PMB

Au cours de l’année 2006, 02 PMB ont été réalisés dans les villages de Famabougou et de
Léna. Ils ont permis à 72 exploitantes d’être actives sur 0,75ha de superficie maraîchère

La stratégie de mise en œuvre :


- Animation,
- Sensibilisation pour la mobilisation communautaire,
- Participation des bénéficiaires aux travaux d’infrastructure
- Appel d’offre,
- Établissement de contrat, exécution des travaux,
- Suivi des travaux,
- Réception provisoire
Résultats :
Les 2 périmètres maraîchers améliorent les revenus et renforcent le complément alimentaire
des exploitantes. Deux comités de gestion formés assurent la gestion des activités autour du
maraîchage.
Augmentation des superficies maraîchères de 5,38ha soit 27,4% dans 4 villages

C. Mise en valeur des terres autour des barrages de Dourou Tanga et


Yelekebougou

Les 02 micro-barrages construits dans le cadre du PAISA ont fait l’objet de test de
comportement de rétention d’eau.
Stratégie :
- Animation, sensibilisation,
- Formation des comités de gestion,
- Identification des ménages bénéficiaires de parcelles d’exploitation
- Implication du service local de l’agriculture dans les appui/conseils techniques

Résultats :
Pour cette première expérience, la mise en eau des micro-barrages a été faible. Sur les 20ha
prévus, les superficies exploitées sont les suivantes au niveau du barrage de Dourou Tanga:
- Superficie maraîchère exploitée pour le premier cycle de culture 5,18ha
- Superficie maraîchère exploitée pour le deuxième cycle de culture 1,05ha

Résultats
Au total pour les deux cycles de cultures 186,9Tonnes
d’échalotes ont été produits sur une superficie de 6,23ha
de terre autour du barrage de Dourou Tanga. Cette
production a été commercialisée au prix unitaire moyen
au producteur de 125 000 F/Tonne, soit une recette brute
estimée à 23 362 500FCFA. Cette performance résulte
des efforts déployés par une communauté regroupant 74
ménages.
Toutefois, sur les 10ha attendus du barrage de Dourou
Tanaga, 6,23ha ont fait l’objet d’exploitation. Les failles L’entretien des parcelles d’oignon 2ème
cycle de culture barrage de Dourou

Rapport annuel PAISA Mali2006 18


constatées et devant faire l’objet de réparation ont entraîné la fuite prématurée de l’eau pour le
deuxième cycle de culture.
Par ailleurs, le barrage de Sanankoro dans la commune de Yélékebougou n’a pu faire l’objet
de test d’exploitation car il attend les travaux de finition. La finition totale des deux ouvrages est
prévue courant 2007.

La production maraîchère est estimée à 191tonnes dans 03 villages pour la campagne


2005 -2006.

D. Appui à la production rizicole dans le village de Niadougou à Ségou

Cette activité a consisté à renforcer le système d’irrigation par la mise en place d’une
motopompe. Ce qui a permis la production de 10,200 tonnes de riz paddys sur 4,5ha pour une
population de 260 personnes réparties entre 16 ménages.
Stratégie :
- Animation, sensibilisation,
- Installation de motopompe,
- Appui / conseil technique aux exploitants maraîchers
Résultats
Le comité de gestion mis en place et formé a en charge la gestion de la motopompe autour du
périmètre.

Augmentation des superficies rizicoles de 1,5ha soit 8,33% dans le village de Niadougou

E. Vulgarisation de nouvelles variétés locales de semences adaptées


Les productrices maraîchères de Dialakoroba ont été approvisionnées en semences de laitue,
tomate, oignon, aubergine pour un poids total de 3kg pour l’exploitation d’une superficie de
1ha.
Stratégie :
- Animation
- Sensibilisation des producteurs/trices sur l’utilisation de nouvelles variétés de semences
- Identification des variétés de semences
- Mise à disposition des semences aux productrices maraîchères

Résultat.2.2 : Les ressources naturelles sont mieux gérées

A. Équipement des producteurs en matériels CES


Cette activité s’inscrit dans les stratégies de récupération des terres exploitables.

Stratégie :
- Animation dans les nouveaux et anciens villages équipés
- Mise en place et formation des comités dans les villages nouveaux sur les techniques de
récupération des terres
- Réalisation des rencontres et réunions avec les populations pour l’analyses des contraintes
liées la dégradation de l’environnement en général et des sols de culture en particulier.
- Formation et équipement de 4 comités villageois sur les techniques de récupération de
terre

Rapport annuel PAISA Mali2006 19


Réalisations :
- Réalisation de 2 692m des cordons pierreux dans trois (3) villages
- Appel d’offre pour la fourniture des équipements,
- Elaboration de protocole tripartite mairie, comité GAAS de remise des matériels
- Entretien de 21km de pistes rurales
- Equipement de 4 villages en matériels CES

Les réalisations cumulées des activités du résultat 2.4 (2005-2006) ont permis la
récupération de 18ha de terres dégradées soit 12% de réalisations prévues et 180
producteurs formés sur les techniques culturales soit 45% .

B. Organisation de campagnes de reboisement


Les activités de reboisement ont été menées dans les différentes zones d’intervention du
PAISA au Mali. Elles ont consisté à appuyer la campagne nationale de reboisement à travers
la mise à disposition des plants d’une part et le reboisement villageois d’autre part

Stratégie :
- Animation, sensibilisation des producteurs de plants,
- Échange avec les services de la concertation de la nature pour l’organisation pratique de la
campagne de reboisement 2006
- Identification des sites à reboiser
- Collecte et traitement des demandes de reboisement avec le service de la conservation de
la nature
- Etat des lieux des campagnes de reboisement dans le cercle de Bandiagara, définition
consensuelle de novelles stratégies

Résultats atteints:
- Renforcement des capacités des pépiniéristes locales pour la production de plants de
qualité
- Elaboration de protocole de partenariat tripartite GAAS Mali, Service de la conservation
de la nature et l’association TIMBE LIBE MONDU- productrice des plants pour
l’approvisionnement et le suivi des plants.
- 10,25ha reboisés dans les zones d’intervention
- Mise en défens de 16ha dans le village de Yélékébougou
- Plantation de 10 000 plants dans les zones du PAISA
- Organisation de la journée de lancement de la campagne de reboisement et celle de la
quinzaine de l’environnement dans le cercle de Bandiagara regroupant les 21 communes,
les services techniques déconcentrés de l’État, les ONG et associations, les parties
politiques, l’administration et les forces de sécurité.
-
Les campagnes de reboisement 2005-2006 ont concerné 8,21ha dans 03 communes soit
54% des prévisions.

Rapport annuel PAISA Mali2006 20


C. Renforcement de capacités des collectivités et comités sur la convention de
gestion des ressources naturelles
Les activités de renforcement ont porté sur
l’orientation des élus sur les textes régissant le code
forestier et certaines conventions de gestion
forestières

Résultats
Acquisition de connaissances de base sur la gestion
rationnelle des ressources naturelles pour au moins
21 collectivités , décentralisées, tous les services
déconcentrés du cercle de Bandiagara, les
associations et ONG, les partis politiques et leaders Renforcement de capacités des élus,
sont informés sur le code forestiers et certaines l’administration et les ONG sur la convention de
gestion de gestion des ressources à Bandiagar
conventions de gestion de l’environnement

Dans les zones d’intervention du programme, 33% des communes cibles sont formés sur
la convention de gestion des ressources naturelles

1.2.2 Résultat.2.3: Les productions animales sont améliorées

A. Appui à la production apicole :


Cette activité visait l’initiation des producteurs aux techniques de production moderne du miel
dans la zone du projet.

Stratégie :
- Animation, sensibilisation,
- Identification des apiculteurs,
- Equipements des apiculteurs,
- Suivi des apiculteurs

Résultats atteints :
Au total 07 producteurs apicoles individuels ont été équipés et suivis. Les ruches modernes
sont installées et non encore colonisées. Un comité de gestion a été mis en place mais non
formé sur les techniques d’exploitation des ruches.

1.3 Objectif spécifique 3 : Accroître les revenus des populations défavorisées

1.3.1 Résultat.3.1: Un système d’épargne – crédit de proximité fonctionne

A. La mise en place d’un fonds de garantie :


Il s’agissait ici de mettre en place un mécanisme financier facilitant l’accès des producteurs en
particulier les femmes aux crédits mutuels ou bancaires.

Stratégie:
- Animation, sensibilisation,
- Contact avec les institutions financières,
- Analyse des options de crédits,

Rapport annuel PAISA Mali2006 21


- Ouverture de compte par les comités au niveau de l’institution financière
- Dépôts des fonds de garantie

Résultats :
L’installation de 2 fonds de garantie dont une AMEPPE et une GAAS pour montant total de
1 000 000Fcfa a facilité l’accès de 50 femmes au crédit pour la mise en œuvre d’activités
génératrices de revenus.
Le dépôt de ce fonds de garantie de 1 000 000FCFA a permis la mobilisation de 2 000
000FCFA de crédits pour 50 femmes remboursables au bout de 12 mois de crédit.

Sur les 50 femmes bénéficiaires de crédit, 25% sont formées sur la gestion du micro
crédit

1.3.2 Résultat.3.2: Les produits locaux sont mieux valorisés

A. Amélioration des conditions de conservation de l’échalote séchées en tranches


Il s’agit de renforcer les capacités des producteurs d’échalote par l’amélioration des systèmes
de conservation et de commercialisation

Stratégie :
- Définition du prototype d’emballage,
- Etude de marché et de choix d’emballage
- Production et mise en sachets
- Commercialisation

Résultat
- Fourniture de 7 000 sachets de 300grs et 4 000 sachets de 100grs et une thermo -
soudeuse
- Mise en sachet de 500kg d’échalote totalisant 875 000 FCFA

B. Appui à la création d’une unité de transformation des produits locaux


Elle a consisté à l’installation d’une unité de transformation et de séchage d’échalote à
Brampièla et Baguila dans la commune de Dourou.

Stratégie :
- Animation, sensibilisation,
- Prospection du marché pour le choix de matériels adaptés à Niono (CAFON)

Résultats :
- Installation d’une unité de transformation de l’échalote à Brampièla et Baguila dans la
commune de Dourou
- Amélioration des systèmes de conservation et transformation de l’échalote pour une
meilleure commercialisation

Rapport annuel PAISA Mali2006 22


1.4 Objectif spécifique 4 : Renforcer les capacités institutionnelles et organisationnelles
des ONG, des OCB, et des collectivités locales d’ici 2009

1.4.1 Résultat.4.1:Les organisations partenaires et bénéficiaires du programme


disposent d’une identité propre d’ici 2009

A. Evaluation Rapide Organisationnelle (ERO) des OCB :


Cette activité a consisté à l’organisation de séances de collectes des données de références
dans les zones d’intervention du programme. Cette activité permet de lancer les bases pour le
suivi du niveau d’atteinte des résultats.

Stratégie :
- Information, mobilisation communautaire
- Administration des fiches ERO
- Synthèse des fiches
- Elaboration des rapports et plans d’action

Résultats atteints :
- 76 OCB diagnostiqués
- Un état des lieux des OCB disponible

B. Appui au processus de reconnaissance juridique des OCB :


Dans le souci d’assurer la relève des actes de développement posés, qu’un processus de
renforcement de capacités des OCB partenaires a été engagé. Cette logique vise rendre les
OCB plus opérationnelles en disposant d’un cadre juridique adapté.

Stratégie :
- Animation, sensibilisation,
- Appui à l’élaboration des textes réglementaires,
- suivi des procédures administratives de reconnaissance juridique avec les OCB

Résultats :
- Reconnaissance juridique pour 03 OCB (réseau des producteurs d’échalote et de 3 sociétés
coopératives (Dourou, Konsagou, Bandiagara).

C. Diagnostic participatif et appui aux Associations de personnes vulnérables :


Le renforcement des capacités de l’association des handicapés de Bandiagara et des
groupements de femmes vulnérables à Dourou Tanga résulte de la prise en compte de la
dimension handicap dans les interventions du PAISA qui avait fait l’objet d’une motion lors
de la 4e Rencontre du Réseau SADIO.

Stratégie de mise en œuvre :


- Diagnostic participatif des associations et groupements de personnes vulnérables
- Identification des groupes cibles,
- Mise en place des comités de gestion
- Formation des groupes cibles identifiés
- Prise en charge des besoins identifiés

Rapport annuel PAISA Mali2006 23


Résultats atteints
- Trois associations de personnes vulnérables identifiées dont une association de handicapés
formée en gestion des activités génératrices de revenus
- Octroi d’un fonds de crédits de 3 000 000Fcfa à 75 personnes vulnérables dont 50 de
l’association des handicapés
- Renforcement de l’équipement du salon de coiffure pour personnes handicapées
- Organisation d’un stage de formation de 02 filles handicapées sur les techniques de tresses à
Bamako.

D. L’appui aux collectivités locales dans l’élaboration des PSD


Stratégie :
- Participation à l’animation
- Formation sur le processus d’élaboration d’un PSD
- Facilitation de la collecte

Résultat atteint :
4 plans sectoriels de développement ont été élaborés sur l’ Hygiène et Assainissement par
quatre (4) Collectivités Locales.

1.4.2 Résultat 4.2 : Les moyens d’intervention des ONG, des OCB et des Collectivités
Locales sont renforcés d’ici la fin du programme :

A. Le renforcement des capacités des organisations partenaires sur les procédures


de gestion comptable du partenaire WAM.
Dans le souci d’une meilleure gestion des fonds, le partenaire WaterAid a organisé un atelier
d’orientation sur ses procédures comptables. Il a regroupé tous les comptables des
organisations partenaires et de l’UGT.

Résultats
- Acquisition de connaissances pour l’exploitation des outils de gestion de WA

B. La formation des membres et du personnel des organisations partenaires


(comptables, superviseurs, RESE, animateurs)
Cette activité s’inscrit dans le cadre du renforcement de capacités des membres des
organisations partenaires pour une meilleure mise en œuvre du programme au Mali.
Stratégie :
- Définition et sélection des besoins de formation
- Choix des modules,
- Recherche de consultant,
- Elaboration du contrat,
- Participation à la formation,
- Rapport

Résultats :
Au total 22 membres des organisations disposent de compétences à travers les sessions de
formation en comptabilité SAGE –SARI, PROMISE, Plaidoyer sur l’eau hygiène et
assainissement, le PSD.

Rapport annuel PAISA Mali2006 24


C. Dotation de moyens logistiques aux organisations partenaires :
Au cours de l’exercice 2006, les capacités d’intervention des organisations partenaires ont été
renforcées.
Stratégie
- Définition des besoins,
- Appel d’offre pour la fourniture des équipements,
- Choix du fournisseur,
- Commande, réception et livraison
Résultats atteints :
- 03 motos,
- 02 ordinateurs,
- 02 numériques,
- 02 Kits vidéo
Les différents moyens acquis dans le cadre du Programme ont facilité l’exécution des activités
pour les Chargés de Programme RODI et l’UGT.

D. La formation des membres des comités de gestion de points d’eau :


Le renforcement de capacités des membres des organes en charge de la gestion des questions
d’eau hygiène et assainissement est le socle de la pérennisation des acquis de l’intervention.

Stratégie :
- Animation, sensibilisation,
- Définition des thèmes,
- Préparation et organisation de la formation,
- Production de rapport

Résultats atteints :
- 86 membres repartis entre 43 comités de gestion sont formés sur les bonnes pratiques
d’hygiène et assainissement en vue d’un changement de comportements
- 22 enseignants formés en deux sessions sur la PHAST
- 38 membres de 5 clubs scolaires sont formés sur l’eau l’hygiène et assainissement,
l’entretien des latrines
- 38 membres de 04 cellules des collectivités formées sur le PSD en matière d’eau hygiène
et Assainissement
- 75 membres des sociétés coopératives formés en gestion et administration
- 23 maçons formés/recyclés sur les techniques de fabrication de dalles SANPLAT et de
construction de latrines

Existence de comités de gestion fonctionnels pour au moins 85% des infrastructures

E. La constitution de clubs scolaires


La promotion des bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement fait appel au changement de
comportement. Pour y parvenir au niveau des structures scolaires, les organisations
partenaires ont, en collaboration avec l’administration scolaire, mis en place et formé des
clubs en charge de la diffusion des messages de qualité sur l’eau hygiène et assainissement au
sein de leur établissement et de leur famille.

Rapport annuel PAISA Mali2006 25


Stratégie :
- Animation, sensibilisation
- Rencontre avec les administrations scolaires sur les questions d’eau, d’hygiène et
d’assainissement
- Mise en place des comités

Résultats :
- Existence 16 clubs constitués au niveau de 06 écoles
- Formation de 5 clubs scolaires sur l’eau, l’hygiène et l’assainissement

F. La Formation et l’équipement des hygiénistes :


Dans le cadre des mesures favorisant la prise en charge des interventions par les bénéficiaires,
les organisations partenaires ont, en plus du renforcement de capacités, équipé les hygiénistes
au niveau des villages pour la poursuite des activités.

Stratégie
- Définition des critères de choix des hygiénistes avec les communautés
- Identification des hygiénistes
- Identification des besoins de formation des hygiénistes, et des équipements adaptés
- Préparation des thèmes de formation,
- Organisation de la formation et équipement des hygiénistes

Résultats
- 91 hygiénistes formés et équipés à travers 4 comités de gestion
- 04 clubs scolaires et 02 CSCOM, formés et équipés

G. L’organisation de campagnes d’IEC sur l’hydraulique villageoise, la santé,


l’hygiène et l’assainissement :
L’adoption de bonnes pratiques d’hygiène et d’assainissement ne s’acquiert pas par miracle
mais par un changement de comportement. Fort de cette assertion, les organisations
partenaires ont effectué des campagnes d’IEC visant à toucher le maximum de cibles.

Stratégie :
- Identification des cibles
- Choix des thèmes des campagnes,
- Préparation, conduite de la campagne avec les relais hygiénistes
- Visites à domicile

Résultats atteints:
- 59 projections de cassettes vidéo réalisées sur les bonnes pratiques en matière d’eau
hygiène et assainissement, l’environnement, l’entretien des latrines, la gestion des ordures
ménagères
- 417 VAD organisées sur l’hydraulique villageoise, la santé, l’hygiène et l’assainissement.

Rapport annuel PAISA Mali2006 26


1.4.3 Résultat 4.3 : Les relations internes et externes des organisations sont renforcées
d’ici la fin du programme :

A. Rencontres, échanges, coordination :


Plusieurs activités (rencontres, visites, séances de travail, etc.) menées au cours de l’année
dans le cadre du PAISA au Mali attestent du renforcement des relations des partenaires au
niveau national, sous régional et international. C’est notamment :

- La participation du SEP/SADIO à la négociation du partenariat avec Islamic Relief, TN et


WAM
- La réception du Représentant du réseau de sécurité alimentaire du Mali au sein des ONG
partenaires
- La visite par le Commissaire à la sécurité alimentaire du chantier de construction du
barrage de Sokolo courant Décembre 2006
- Visite du chantier de construction du barrage de Sokolo courant décembre 2006 par le
Directeur de la CADB.
- Les visites de la Direction régionale du génie rural de Mopti pour la réception des fouilles
du barrage de Sokolo d’une part et de l’ouvrage de Dourou Tanga
- La tenue de la 4e Rencontre du Réseau SADIO et du CPSR à Bamako en avril 2006
- La tenue de l’atelier ATOL « Genre et connaissance » à Bandiagara en février 2006 et à
Bamako
- Participation de l’ONG AMEPPE à la rencontre Nord- Sud de la COASAD en Belgique
- La participation de la Présidente du COM à la suite de l’atelier ATOL « Genre et
connaissance » à Niamey au Niger en juin 2006

Résultats atteints :
- La tenue à Bamako de la 4e Rencontre annuelle du Réseau SADIO, qui a vu la
participation de tous les partenaires et les autorités maliennes (Secrétaire d’Etat chargé de
la Sécurité Alimentaire, du 2e Vice-président de l’Assemblée Nationale, du Représentant
du Fonds Belges de Survie à l’ambassade du Mali, des Elus locaux…), a été une occasion
de permettre aux autorités maliennes d’exprimer leur confiance et leur appui au Réseau
SADIO et à son programme de sécurité alimentaire/ eau/ hygiène/ assainissement ;
- Le partenariat naissant entre Islamic Relief et les organisations partenaires du réseau
SADIO est en soit une opportunité pour le renforcement du cadre d’intervention du
PAISA ;
- L’invitation faite par le Commissariat à la sécurité alimentaire au réseau SADIO pour sa
participation aux séances de travail pour l’élaboration de stratégies adaptées de sécurité
alimentaire est une illustration de la marque de confiance des autorités, une opportunité de
partenariat à conserver par les partenaires du Mali.

1.4.4 Résultat 4.4 : Les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base
de règles de gestion transparentes.

A. La révision du cadre logique du PAISA


Suite aux différentes modifications des activités avec
le cofinancement, la revue du cadre logique
s’imposait pour une meilleure adaptation au nouveau
contexte.

Stratégie:

Rapport annuel PAISA Mali2006 27

Photo de famille atelier revue du cadre logique à


Ségou avec la participation de TN et WAM
- Organisation d’ateliers de relecture regroupant toutes les organisations et partenaires du
PAISA au Mali

Résultats :
- Un cadre logique consensuel disponible suite à 02 ateliers de relecture dont la finalisation
a été appuyée par le Représentant de TN à Dakar et de WaterAid
- Ce cadre logique ainsi revu est l’outil de référence des organisations partenaires du Mali.

B. Organisation de la 4e Rencontre annuelle du Réseau SADIO


La 4e Rencontre annuelle du Réseau SADIO s’est tenue au Mali en avril 2006. Elle a regroupé
toutes les organisations partenaires du Burkina Faso, Sénégal, Gambie, Guinée Bissau,
Guinée Conakry, Belgique autour de la présentation du rapport bilan 2005 et la planification
du PAISA 2006.

Stratégie :
- Rencontre préparatoire avec le LAM et le SEP/SADIO,
- Mise en place de la commission d’organisation
- Tenue de la rencontre COM/SADIO

Résultats :
- Participation effective des organisations partenaires et des invités de marque (Secrétaire
d’Etat chargé de la Sécurité Alimentaire, 2e Vice-président de l’Assemblée Nationale, le
Représentant du Fonds Belges de Survie à l’ambassade du Mali, des Elus locaux…)
- Présentation des bilans de réalisations des différents partenaires et perspectives pour 2006
- Résolution finale de la 4e rencontre annuelle du COM/SADIO (voir en annexe)

C. Tenue des rencontres du comité de pilotage et du Comité national du Réseau


SADIO
La tenue ordinaire des sessions du comité de pilotage détermine le niveau d’implication de
tous les acteurs dans la mise en œuvre des activités du PAISA.
La rencontre du Comité national du Réseau SADIO a été facilitée par le SEP et a consisté à
faire le point sur les dysfonctionnements et à adopter un plan d’action et des
recommandations pour le fonctionnement optimal dudit comité.
Stratégie :
- Partage de documents
- Organisation de la rencontre

Résultat atteint :
Ces rencontres ont permis la systématisation de plans d’actions.

D’autres actions menées par l’UGT en collaboration avec les partenaires participent à
l’observance des règles de gestion transparente. Parmi celles – ci nous pouvons citer :
- l’élaboration et le partage du budget du PAISA 2006-2007 par les organisations
partenaires
- la signature du protocole spécifique de collaboration LAM/WA
- la signature de la lettre d’exécution technique
- les rencontres périodiques d’échanges entre l’UGT, le LAM et les organisations
partenaires pour une mise en œuvre concertée des activités planifiées
- les rencontres de coordination de l’UGT en collaboration avec les organisations
partenaires

Rapport annuel PAISA Mali2006 28


- les visites de suivi /supervision de l’exécution des activités 2006
- la participation des organisations partenaires aux différentes séances de travail et de
formation avec le partenaire WA Mali.
- la remise du rapport annuel à la CADB
- la réception de la visite de supervision TN/SEP SADIO
- la réception de la visite du coordonnateur sous régional du programme pour la
planification et la négociation avec WA Mali pour les activités 2006-
- les visites du Représentant de Terre nouvelle en Afrique de l’Ouest sur les aspects de suivi
et revue du cadre logique
- les visites du Coordinateur sous régional du PAISA courant novembre dans le cadre du
suivi budgétaire et surtout l’harmonisation des dates de clôture de PAISA avec celles du
sous programme eau hygiène et assainissement et en mars 2007 pour la clôture des
activités et surtout la préparation de la rencontre des RODI, RESE et Coordinateurs des
UGT au Sénégal.
- la participation des organisations partenaires AMPDR, ARAFD, AMEPPE et GAAS Mali
à l’atelier de planification des activités 2006-2007
- l’atelier de la revue du cadre logique à Ségou suivi de la supervision conjointe en juin
2006.

1.5 Objectif spécifique 5 : Influencer les politiques en matière de sécurité alimentaire


aux niveaux local, national, sous régional et international au profit des populations
défavorisées

1.5.1 Résultat.5.1.: Les ONG, les OCB et les Collectivités Locales maîtrisent les
techniques du plaidoyer

A. Le renforcement des capacités des élus locaux, des OCB, des ONG partenaires
et des services techniques sur les techniques de plaidoyer
Cette activité a été organisée par le partenaire WaterAid Mali en faveur des organisations
partenaires. Elle cadre avec la stratégie de renforcement de capacités partenaires de mise en
œuvre les activités eau hygiène et assainissement.

Résultats atteints
- 04 superviseurs, le RESE, 08 animateurs et 04 élus locaux disposent de compétences en
plaidoyer sur l’eau, l’hygiène et l’assainissement, le Plan Sectoriel de Développement.

1.5.2 Résultat 5.2 : Le partenariat entre ONG, OCB et les collectivités locales est
consolidé

A. L’Appui à l’organisation des journées communautaires annuelles de salubrité :


Les journées communautaires annuelles de salubrité sont des cadres d’échanges qui offrent
l’opportunité aux acteurs de faire des réflexions partagées sur les questions d’eau, d’hygiène
et d’assainissement.

Stratégie
- Préparation du thème de la journée avec les communes
- Animation des journées,
- production de rapport des 2 journées

Rapport annuel PAISA Mali2006 29


Résultats atteints
- Deux (2) structures communautaires appuyées dans le cadre des journées annuelles de
solidarité à Yélékébougou et Dialakoroba.

B. La redynamisation des cadres de concertation


Cette activité vise à rendre plus opérationnels les cadres de concertation sur les questions
d’eau hygiène et assainissement à la base.

Stratégie
- Diagnostics participatifs des cadres existants
- Identification des forces et faiblesses des cadres
- Partage des mécanismes de fonctionnement des cadres
- Redynamisation des cadres

Résultats atteints
- 3 cadres de concertation redynamisés sur 10 prévus à Dialakoroba et Koporona.

4. ANALYSES
Activités planifiées non exécutées
Toutes les activités planifiées au titre de l’année 2006 n’ont pu faire l’objet de réalisation
complète pour cause de modification de budget et/ou de retard dans la mise à disposition des
fonds. Les activités concernées sont les suivantes :
- l’organisation de visites d’échanges des organisations et des communes
- la réhabilitation 6 puits traditionnels à Mondoro,
- la formation des enseignants et des clubs scolaires,

Difficultés rencontrées
Au nombre des difficultés dans l’exécution des activités, nous notons, entre autres :
- la limitation des ressources pour les grands travaux d’infrastructures comme le barrage de
Sanankoro
- la limitation progressive des ressources pour les activités de sécurité alimentaire, du
fonctionnement des organisations, des instances et de l’UGT
- le déficit de communication entre les organisations membres et les instances d’une part et
entre elles et le bureau de WaterAid Mali en particulier
- le retard dans la mise à disposition tardive des fonds par rapport aux plannings des
organisations partenaires reste la difficulté majeure qui entrave sérieusement le respect des
calendriers d’exécution des organisations partenaires. A titre d’illustration, les fonds pour
les premières requêtes de la période Avril-Mai- Juin 2006 ont été mis à disposition des
organisations en juillet 2006 pour les activités eau hygiène et assainissement. Les fonds de
la première tranche des fonds des activités spécifiques de sécurité alimentaire ont été reçus
le 24 mai 06.
- la lenteur dans les procédures de décaissement des fonds de WA par rapport à la
soumission des requêtes de financement
- le dépassement des prévisions au niveau du barrage de Sokolo (existence de failles)
- le fort taux d’analphabétisme des relais techniques et membres des comités

Rapport annuel PAISA Mali2006 30


- la fuite d’eau constatée au niveau du barrage de Dourou Tanga à cause de l’existence de
failles entraînant la diminution des superficies du 2ème cycle de culture (1,5 ha seulement
exploité sur 4 prévus)

Constats du parcours
- L’augmentation du nombre d’organisations partenaires du PAISA favorisée par le
cofinancement de WaterAid
- L’augmentation de la manifestation d’adhésion au Réseau par d’autres organisations
- L’augmentation du volume du cofinancement qui est orienté de plus en plus sur les
questions d’eau, d’hygiène et d’assainissement
- Diminution inattendue du budget alloué aux activités de sécurité alimentaire planifiées
par les organisations partenaires et l’UGT
- Le retard du traitement des rapports financiers
- La non prise en compte des spécificités des zones d’intervention des organisations dans la
clé de répartition budgétaire de WaterAId
- La non reconnaissance de l’identité de GAAS Mali par WaterAid, en dépit des efforts
supplémentaires consentis (voir annexe) pour renforcer le partenariat.

La deuxième année du partenariat avec WaterAid a été marquée par :


- le renforcement des capacités des organisations sur des thèmes majeurs comme le
PROMISE, Plaidoyer, PSD,
- la disponibilité du partenaire à appuyer les organisations partenaires dans la mise en
œuvre des activités
- la sollicitation des partenaires à toutes autres activités importantes liées à l’eau, l’hygiène
et l’assainissement tant au niveau national que sous-régional ; en témoigne les
participations des superviseurs de AMEPPE et de AMPDR sur le CLTS et le lancement
des pompes ROPE au Ghana et au Nigéria
Néanmoins, malgré la volonté de WaterAId de mieux entretenir ce partenariat, il est à noter
quelques insuffisances liées à :
- d’un déficit de communication entre WaterAid et les organisations partenaires et
surtout l’UGT
- la lenteur dans le traitement des rapports financiers
- la lenteur et le sous financement des requêtes
- la non prise en compte des calendriers des organisations partenaires dans leurs
sollicitations.

En définitive, au bénéfice des deux années d’expériences de cofinancement, les organisations


se réjouissent en partie de la mise en œuvre du PAISA. Cependant, il est important de créer un
équilibre dans la mise en œuvre du programme entre le volet Eau/HA et le volet SA pour
répondre de manière plus adéquate aux besoins des populations.
Par ailleurs, face à l’insuffisance de la valorisation du cadre et des mécanismes institutionnels
définis pour la mise en œuvre du PAISA, et compte tenu de l’expérience diverse en matière de
partenariat, lors de la rencontre tenue en janvier 2006 au siège de WA à Bamako, il a été
suggéré au Réseau SADIO de prendre l’initiative d’organiser un atelier de réflexion
stratégique sur la vision et l’expérience de partenariat.

Rapport annuel PAISA Mali2006 31


5. ETAT DES LIEUX
LOGIQUE D’INTERVENTION INDICATEURS OBJECTIVEMENT VÉRIFIABLES (IOV)

Contribution à la sécurité alimentaire pour un développement I.1. 70% des bénéficiaires du programme dans les pays utilisent les techniques de production et
durable au Mali au Burkina Faso et au Sénégal améliorent leur statut alimentaire, d’hygiène et d’assainissement.
I.1.1. Le taux de couverture en eau potable est amélioré de 50% dans 43 villages et 16 écoles
O.S.1. l’accès à l’eau potable à la promotion de l’hygiène et ciblés par le programme d’ici 2009
l’assainissement auprès des populations de la zone du programme I.1.2. Pour 60 % des ménages des 43 villages ciblés et 65 % des élèves des 16 écoles, les pratiques
est facilité. d’hygiène sont améliorées de 35 % et la couverture en matière d’assainissement est satisfaite à
80% d’ici 2009
I.1.1.1 D’ici 2009, 85 % des populations des 43 villages a accès à l’eau à moins de 500 m
R.1.1. l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité
I.1.1.2. D’ici 2009, 100% des élèves des 16 écoles ont accès à l’eau à moins de 500 m
I.1.2.1. Au moins 30 % des femmes des ménages des 43 villages appliquent le paquet hygiène /
R1.2 : Les conditions d’hygiène et assainissement sont améliorées assainissement de base» d’ici 2009.
I.1.2.2. Dans 100 % des villages couverts, les relais hygiénistes réalisent au moins deux séances
d’IEC par mois.

Activités Quantité globale (5 ans) Réalisations 2005 / 2006


A. 1.1.1 : Foncer des forages 07 01
A.1.1.2 : Foncer des puits à grand diamètre 14 09
A.1.1.3 : Réhabiliter des pompes 60 39
A.1.1.4 : Réhabiliter des puits traditionnels 81 32
A.1.2.1 : Réaliser des latrines familiales en dalles SANPLAT 800 175
A.1.2.2 : Construire/Réhabiliter des blocs de latrines scolaires 12 05
A.1.2.3 : Organiser des sessions de renforcement des capacités 36 10
des bénéficiaires sur les bonnes pratiques en hygiène et
assainissement

Rapport annuel PAISA Mali2006 32


Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)
OS2 : Les productions agro-sylvo-
pastorales sont augmentées de manière
durable
I.2.1.1 D’ici 2009 les superficies exploitées pour le maraîchage augmentent de 20 ha dont 30% pour les femmes dans 16 villages.
I.2.1.2. Pour 80% des producteurs ciblés dont 30 % de femmes, les productions maraîchères augmentent de 15% d’ici 2009.
R.2.1 : Les productions agricoles
I.2.1.3. D’ici 2009 au moins 65% des producteurs maraîchers et rizicoles dans 21 villages sont formés sur 3 techniques culturales au moins.
sont améliorées
I.2.1.4. D’ici 2009 les superficies exploitées pour le riz augmentent de 18 ha dont 30% pour les femmes dans 4 villages.
I.2.1.5. Pour 80% des producteurs ciblés dont 30 % de femmes, les productions rizicoles augmentent de 15% d’ici 2009.
R.2.2 : Les ressources naturelles I.2.4.1 Dans les zones d’intervention du programme au moins 150 ha de surface dégradée sont récupérés d’ici 2009
sont mieux gérées par les I.2.4.2 Dans les zones d’intervention du programme au moins 15 ha sont reboisés d’ici 2009
producteurs I.2.4.3. D’ici 2009, 10 des 17 communes couvertes par le PAISA adoptent et appliquent une convention locale de gestion des ressources naturelles.
I.2.1.3 D’ici 2009 la taille du bétail abreuvé dans 14 villages au moins augmente de 30% pendant la saison sèche
I.2.3.1. Dans 12 villages, le nombre de volailles de 30% des ménages augmente de 10% d’ici 2009.
R.2.3 : Les productions animales I.2.3.2. Dans 12 villages, la production annuelle de miel est améliorée de 10% d’ici 2009.
sont améliorées I.2.3.3. D’ici 2009, au moins 65% des producteurs apicoles et avicoles dans 12 villages sont formés sur 2 techniques d’élevage au moins.

Activités Quantité globale (5 ans) Réalisations 2005/2006


A.2. 1.1 Construire des micro- barrages 10 03
A.2.1.2. Réhabiliter des micro-barrages 02 0
A.2.1.3 Foncer des PMB 06 02
A.2. 1.4 Sur creuser une mare 01
A.2.1.5 Mettre en valeur des périmètres autour des réalisations de micro barrages (en ha) 40ha 6,23
A.2.1.5 Aménager des périmètres maraîchers 02 01
A.2.1.6 Appuyer la mise en place de banques communales de céréales 4 0
A.2.1.7 Vulgariser de nouvelles variétés locales de semences adaptées 5 2
A.2.1.8 Former des producteurs sur les techniques culturales 400 180
A2.2.1 Installer les dispositifs anti-érosifs 150 ha 18

Rapport annuel PAISA Mali2006 33


A.2.2.2 Renforcer les capacités des producteurs sur par l’introduction de race améliorée 40 0
A.2.2.3 Former et équiper des producteurs apicoles dans 12 villages 60 7
A2.3.1 Planter des plants sur 15ha de terre 37500 20525 plants /8,21ha
A 2.3.2 Former des communes sur la convention de GRN 10 3
A.2.3.3 : Former et équiper des vaccinateurs villageois 16 0

Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)


OS.3. Les revenus des producteurs cibles I.3.1. : Au moins 60% des bénéficiaires des activités génératrices de revenus dont 30% des femmes augmentent leurs revenus d’au moins 15%
et des OCB impliqués dans les activités d’ici 2009.
du programme sont accrus d’ici 2009
I.3.1.1. Dans 20 villages, le nombre de producteurs (dont au moins 30% de femmes) développant des activités génératrices de revenus augmente
au moins de 20% d’ici 2009.
R.3.1 Un système d’épargne et de crédit I.3.1.2. Dans 20 villages, au moins 10 000 000 FCFA prêtés dont les 50% aux femmes sont remboursés à 90% au moins chaque année
de proximité fonctionne I.3.1.3. Au moins une caisse d’épargne et de crédit par zone (4 caisses) est fonctionnelle pour les populations bénéficiant de l’appui du programme
d’ici 2009
I.3.2.1. Les revenus tirés de la transformation et /ou de la conservation des produits locaux augmentent de 15% au moins d’ici 2009
R.3.2 : Les produits locaux sont mieux I.3.2.2. Un système de commercialisation des produits des filières oignon et sésame améliore le revenu des producteurs de 10% au moins d’ici
valorisés 2009

Activités Quantité globale (5 ans) Réalisations 2005/2006


A.3.1.1 Former les membres de comités de gestion des comités de gestion de micro crédit 100 25
A.3.1.2 Octroyer le crédit à 400 bénéficiaires dont 120 femmes et 280 jeunes 400 dont 120 femmes 50 dont 25 femmes
A.3.1.3 : Appuyer la création de 4 caisses d’épargne et de crédit 4 0
A.3.2.1 Appuyer la création de 5 unités de transformation des produits locaux 5 2
A.3.2.2. Renforcer les capacités des membres de deux réseaux de producteurs et unités (sésame, oignon, miel, lait) en 20 6
marketing et en gestion
A.3.2.3: Former les producteurs en techniques de stockage, de conservation et de transformation des produits locaux 120 0
A.3.2.4: Organiser des visites d’échange pour le réseau des producteurs d’ici 2009 pour 20 membres des réseaux 4 0
A.3.2.5: Réaliser des études sur les filières oignon, sésame, miel, lait 4 0

Rapport annuel PAISA Mali2006 34


Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)
O.S 4.Les capacités organisationnelles et I.4.1. Au moins 70% des organisations partenaires (OCB, ONG), présentent un niveau de développement
institutionnelles des organisations partenaires (OCB, organisationnel satisfaisant (indice de développement organisationnel de 4 sur 5 au moins) d’ici 2009
ONG, collectivités locales) sont renforcées
R.4.1 : Les organisations partenaires et bénéficiaires I.4.1.1. La vision, mission, stratégie d’intervention sont partagées au moins par 60% des membres associatifs
du programme disposent d’une identité propre d’ici et personnel des quatre organisations partenaires au plus tard en fin 2007.
2009 I.4.1.2. : Au moins 75 % des OCB disposent de reconnaissance juridique, de statuts, et de règlement intérieur
d’ici 2009.
R.4.2 : Les modes de fonctionnement et de gestion I.4.2.1 : Les structures de coordination (COM, CPM, UGT), les organisations partenaires et 70% des OCB
des organisation partenaires et des OCB sont tiennent leurs instances tel que définies par les textes qui les régissent d’ici 2009.
conformes aux textes qui les régissent I.4.2.2 : Les quatre organisations partenaires et 60% des OCB appliquent les règles de gestion établies dans
leur manuel de procédures, statuts et règlement intérieur d’ici 2009.
R.4. 3 : Les moyens et les capacités d‘intervention I.4.3.1 : L’appui technique et organisationnel des relais villageois aux organisations communautaires de base et
des organisations et des collectivités locales sont aux producteurs couvre l’ensemble des zones d’intervention d’ici 2009.
renforcées d’ici la fin du programme I.4.3.2 : tous les ouvrages installés ou réhabilités avec l’appui du programme, au moins 75% des comités de
gestion assurent l’entretien et la réparation dans un délai d’une semaine au plus.

Activités Quantité globale (5 ans) Réalisations 2005/2006


A4.1.1 Organiser des ateliers de relecture des plans stratégiques des organisations partenaires 4 0
A 4.1.2. Former 60 membres des organisations du programme sur la gouvernance démocratique 60 24
A 4.1.3. Former 258 membres des comités de gestion des points d’eau 258 152
A4.1.4 : Appuyer le processus de reconnaissance juridique d’au moins 30 OCB sur les 43 ciblées. 30 3
A4.2.1 : Participer aux rencontres, ateliers et séminaires sous- régionaux organisés sous l’égide du PAISA (CPSR, 4
COM/SADIO), rencontres thématiques, statutaires
A4.2.2: Appuyer l’organisation et la tenue des rencontres des organes et instances des organisations partenaires 10 5 CPM
(Assemblée générale ordinaire et extraordinaire, Conseil d’administration, réunions de bureau, comité de pilotage,
Comité national du réseau SADIO, etc…) et des OCB
A4.2.3: Participer à l’animation et au renforcement des capacités d’intervention de 17 collectivités locales 17 4
A4.2.4 : Elaborer le manuel de procédure de gestion administrative et financière et comptable du PAISA Mali 1
A4.2.5 : Former le personnel et les membres des organisations à l’utilisation du manuel 0
A4.2.6: Appuyer les organisations et les OCB à la tenue d’auto diagnostic de fonctionnement, de DIP et ERO 76
A.4.2.7 : Former les membres et personnel des organisations partenaires 35 22
A4.3.1 : Former 258 membres des ONG et organisations partenaires à la base 258 106

Rapport annuel PAISA Mali2006 35


A.4.3.2 : Achat de moyens logistiques 5 motos, 4 ordinateurs, 5 motos, 4 ordinateurs, 2 véhicules,
2 véhicules, 1 imprimante 2 appareils numériques, 1 imprimante
A.4.3.3 Organiser 8 voyages d’échanges d’expériences 8
A.4.3.4 : Entreprendre 5 activités de recherches action (Etudes, appui à l’innovation expérimentation, capitalisation
des expériences autour du programme 5 2
A.4.3.5 : Mise en place et formation des comités de gestion des infrastructures 75
A.4.3.8 : Identification, formation et équipement des hygiénistes 97
A.4.3.9 : Identification, formation et équipement des maçons et réparateurs de pompes 37

A.4.3.10 : Effectuer des Campagnes d’IEC sur l’hydraulique villageoise, la santé, l’hygiène et l’assainissement 58
A.4.3.12 : Alphabétiser et recycler 200 producteurs 0

Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)


I.5.1. Dans 10 des 17 communes, l’augmentation de 10% au moins des budgets alloués
OS.5 : Les politiques en matière de sécurité alimentaire aux niveaux local, national,
aux secteurs EHA favorise l’accès des pauvres et des handicapés à l’eau potable, l’hygiène
régional et international sont influencées au profit des populations défavorisées
et l’assainissement d’ici 2009
R.5.1. Les OCB, les ONG, les collectivités partenaires du programme disposent de I.5.1.1. Deux campagnes de plaidoyer sont conçues et mises en œuvre par les ONG
compétences en matière de plaidoyer partenaires et les OCB d’ici 2009.
R.5.2. : Le partenariat entre ONG, OCB et communes est consolidé I.5.2.1. Dans 10 des 17 communes au moins, des protocoles et plans annuels d’exécution
sont signés et exécutés d’ici 2008.

Activités Quantité globale (5 ans) Réalisations 2005/2006

A.5.1.1 : Former les élus locaux, les OCB, les agents des ONG partenaires et services techniques
5
et sur les techniques de plaidoyer
A.5.1.2 : Organiser des campagnes de plaidoyer s 0

Rapport annuel PAISA Mali2006 36


Rapport annuel UGT (Janvier 2006 – Mars 2007)
__________________________________________________________________________________________

UNITE DE GESTION TECHNIQUE / BURKINA FASO

(Janvier 2006 – Mars 2007)

Mars 2007

__________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 37 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier 2006 – Mars 2007)
__________________________________________________________________________________________

TABLE DES MATIÈRES

1. RESUME DU NIVEAU D’EXECUTION DES ACTIVITES DE L’ANNEE 2006................................. 41


2. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DES RESULTATS DU PAISA ............................................................. 47
3. LES REALISATIONS DU PROGRAMME ............................................................................................ 48
1.1 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 1 : AMÉLIORER L’ACCÈS À L’EAU, À L’HYGIÈNE ET À L’ASSAINISSEMENT DES
POPULATIONS DE LA ZONE DU PROGRAMME. ..................................................................................................... 48
1.1.1 Résultat 1 : L’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité……………………48
A. LE FONÇAGE D’UN FORAGE ....................................................................................................................... 48
B. LA RÉHABILITATION DE FORAGES : .......................................................................................................... 49
C. LA RÉHABILITATION ET L’EXTENSION D’UN RÉSEAU D’ADDUCTION D’EAU POTABLE ........................... 50
D. FONÇAGE, RÉHABILITATION ET ÉQUIPEMENT DE PUITS À GRAND DIAMÈTRE :...................................... 50
E. L’AMÉNAGEMENT DES SUPERSTRUCTURES DE 5 FORAGES :...................................................................... 51
1.1.2 Résultat 2. : Les conditions d’hygiène et d’assainissement sont améliorées………………...51
A. LA CONSTRUCTION DE 800 LATRINES FAMILIALES :.................................................................................. 51
B. CONSTRUIRE 8 LATRINES SCOLAIRES :...................................................................................................... 52
C. RÉHABILITER DES LATRINES SCOLAIRES :............................................................................................. 53
1.2 OBJECTIF SPÉCIFIQUE N°2 : AUGMENTER DE MANIÈRE DURABLE LES PRODUCTIONS AGRO-SYLVO-
PASTORALES...................................................................................................................................................... 53
1.2.1 Résultat 1 : Les productions agro- sylvo - pastorales sont améliorées……………………….53
A. LA CONSTRUCTION D’UN BOULI :.............................................................................................................. 54
B. LA RÉHABILITATION D’UN MICRO BARRAGE : ........................................................................................... 54
C. LA FORMATION DES PRODUCTEURS SUR LES TECHNIQUES DE PRODUCTION MARAÎCHÈRE :.................. 54
D. LA VALORISATION DES TERRES AUTOUR DES MICRO - BARRAGES : ...................................................... 55
E. LE FONÇAGE DE PUITS MARAÎCHERS EN BÉTON DANS 5 VILLAGES : .......................................................... 55
1.2.2 Résultat 2 : Les ressources naturelles sont mieux gérées par les producteurs………………56
A. 1. LA FORMATION DES PRODUCTEURS MARAÎCHERS SUR LES TECHNIQUES DE PRODUCTION DE LA FUMURE
ORGANIQUE :..................................................................................................................................................... 56
B. LA RÉALISATION DE FOSSES FUMIÈRES DANS 5 VILLAGES :....................................................................... 57
1.2.3 Résultat 3 : Les productions animales sont améliorées :……………………………………58
1.3 OBJECTIF SPÉCIFIQUE N°3 : ACCROÎTRE LES REVENUS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES.................... 58
1.3.1 Résultat 1 : Un système d’épargne – crédit de proximité fonctionne………………………..58
A. LA MISE EN PLACE D’UN FONDS DE GARANTIE : ........................................................................................ 58
1.3.2 Résultat 2 : Les produits locaux sont mieux valorisés ……………………………………….59
1.4 OBJECTIF SPÉCIFIQUE N°4 : RENFORCER LES CAPACITÉS ORGANISATIONNELLES ET INSTITUTIONNELLES
DES ORGANISATIONS PARTENAIRES (ONG, OCB, COLLECTIVITÉS LOCALES)................................................... 59
1.4.1 Résultat 1 : Les organisations partenaires et bénéficiaires du programme disposent d’une
identité propre d’ici 2009………………………………………………………………………………….59
A. LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE DE AMB ET EMESA : ......................................................................... 59
B. L’EVALUATION RAPIDE ORGANISATIONNELLE DES OCB : ...................................................................... 59
1.4.2 Résultat 2. : Les moyens d’intervention des ONG, des OCB et des collectivités locales sont
renforcés d’ici 2009………………………………………………………………………………………..60
A. L’ÉQUIPEMENT DES ORGANISATIONS PARTENAIRES :................................................................................ 60
B. LA FORMATION DU PERSONNEL COMPTABLE SUR LE LOGICIEL TOMPRO :.............................................. 60
C. LA RÉALISATION D’ÉTUDES DE CAPITALISATION DES EXPÉRIENCES : ................................................... 60
D. MISE EN PLACE ET FORMATION DE COMITÉS DE GESTION DES POINTS D’EAU (COGES) ..................... 60
E. LA FORMATION ET L’ÉQUIPEMENT DE MAÇONS : ...................................................................................... 62
F. LA MISE EN PLACE, LA FORMATION ET L’ÉQUIPEMENT 16 CLUBS DE SANTÉ SCOLAIRES (CSS) :.............. 63
G. LA FORMATION/RECYCLAGE ET L’ÉQUIPEMENT DES HYGIÉNISTES : .................................................... 64
H. LA FACILITATION DE L’ÉLABORATION DE PLANS SECTORIELS DE DÉVELOPPEMENT : ........................... 65
I. L’ORGANISATION DE SESSIONS DE FORMATION POUR LES ÉLUS LOCAUX : ................................................ 65
1.4.3 Résultat 3 : Les relations internes et externes des organisations sont renforcées d’ici la fin
du programme……………………………………………………………………………………………..66
1.4.4 Résultat 4. : Les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base de règles
de gestion transparentes…………………………………………………………………………………..66
A. LA PARTICIPATION AU CPSR ET AU COM DU RÉSEAU SADIO, TENUE DES RENCONTRES DE
COORDINATION DE L’UGT ET PARTENARIAT DANS LE RÉSEAU ......................................................................... 66
B. PARTENARIAT AVEC WATER AID.............................................................................................................. 67
__________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 38 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier 2006 – Mars 2007)
__________________________________________________________________________________________

1.5 OBJECTIF SPÉCIFIQUE N°5 : INFLUENCER LES POLITIQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AUX
NIVEAUX LOCAL, NATIONAL, RÉGIONAL ET INTERNATIONAL AU PROFIT DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES. .... 67
1.5.1 Résultat 1 : Les ONG, les OCB et les collectivités locales partenaires disposent de
compétences en matière de plaidoyer……………………………………………………………………..67
A. LA FORMATION DES PARTENAIRES ET DES COLLECTIVITÉS LOCALES : ...................................................... 67
1.5.2 Résultat 2 : Des actions de plaidoyer en faveur de l’accès des populations défavorisées à la
sécurité alimentaire, à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement sont promues……………………..68
A. SUIVI ÉVALUATION DES ACTIVITÉS DU PROGRAMME ................................................................................ 68
4. ANALYSES............................................................................................................................................. 68
A. PAR RAPPORT À L’OS 1 :........................................................................................................................... 68
B. ANALYSE DU NIVEAU DES INDICATEURS DU RÉSULTAT 1 EN 2006 :.......................................................... 69
C. ANALYSE DU NIVEAU DES INDICATEURS DU RÉSULTAT 1.2. EN 2006 : ................................................. 69

__________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 39 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier 2006 – Mars 2007)
__________________________________________________________________________________________

SIGLES ET ABRÉVIATIONS

AEPHA : Accès à l’Eau Potable, à l’Hygiène et à l’Assainissement


AMB : Action Micro Barrages
AMUS : Association les Mains Unis du Sahel
CAR : Conseil d’Administration du Réseau
COGES : Comité de Gestion
COM/SADIO : Conseil des Organisations Membres du réseau Sécurité Alimentaire et
Développement Institutionnel et Organisationnel
CPBF : Comité de Pilotage Burkina Faso
CSS : Club de Santé Scolaire
DIP : Diagnostic Institutionnel participatif
EMESA : Association Environnement, Mobilisation de l’Eau et Sécurité
Alimentaire
ERO : Evaluation Rapide Organisationnelle
LAN : Leading Agency National
OCB : Organisation Communautaire de Base
ONG : Organisation Non Gouvernementale
PAISA/MABUSEN: Programme d’Appui aux Initiatives pour la Sécurité Alimentaire au
Mali, au Burkina Faso et au Sénégal
PSD : Plan Sectoriel de Développement
RODI : Renforcement Organisationnel et Développement Institutionnel
SASO : Sahel Solidarité
TDR : Termes de Références
UGT : Unité de Gestion Technique
VAD : Visites A Domicile

__________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 40 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

1. RESUME DU NIVEAU D’EXECUTION DES ACTIVITES DE L’ANNEE 2006

Résultats Prévisions Réalisations Commentaires


Objectif spécifique n°1 : Améliorer l’accès des populations défavorisées à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement dans la zone du programme.
6 forages réalisés dans les villages de Saria et Kamédji (commune
de Koudougou), Dassa (dans la commune de Dassa), Tanghin et 5 forages supplémentaires réalisés grâce au partenariat
Réaliser 1 nouveau forage
Koala (dans la commune de Saaba), Bagma (commune de avec Humanity First
TanghinDassouri)
12 forages réhabilités dans les villages de Balkoui (1) et Yamtenga
(4) (commune de Bogodogo), Manegsombo (1), Badnogo 2 (1)
Réhabiliter 12 forages Activité entièrement réalisée
(commune de Saaba), Koussago (2), Kirsi (2), Ribou (1)
(Commune de Kirsi
Résultat 1 : L’accès Réhabiliter et étendre un réseau 1 réseau d’adduction réhabilité et étendu dans la commune de
à l’eau pour la d'adduction d'eau potable Kindi
consommation
humaine est facilité Il s’agit de la construction d’un mûr de clôture pour la
Aménager les superstructures de
Superstructures aménagées de 2 forages protection des ouvrages et créer les conditions
5 forages
d’hygiènes nécessaires
La réalisation du puits équipé dans la commune de
Foncer et équiper un puits d'une Dassa a été remplacée par la réalisation d’un nouveau
Aucun puits foncé
ROPE PUMP forage dans le cadre du partenariat avec Humanity
First.
Réhabiliter et équiper d'une 2 puits réhabilités et équipés d’une ROPE PUMP dans les villages
ROPE PUMP 3 puits de Maré et Douré
9 latrines scolaires réalisées dans 8 villages : Yamtenga et secteur
29 (commune de Koudougou), Koussago (commune de Kirsi), Le village de Yamtenga bénéficie de 2 latrines sinon
Construire 8 latrines scolaires
Saaba (commune de Saaba), les secteurs 6, 7, 9 et 10 (commune tous tous les autres villages disposent d’une seule
Résultat 1.2. : Les de Koudougou)
conditions d’hygiène 6 latrines scolaires réhabilitées dans les villages et secteurs 14 (3)
et d’assainissement Réhabiliter 8 latrines scolaires et Yamtenga (2) (commune de Bogodogo), secteurs 8 (1) et 9 (2)
sont améliorées (commune de Koudougou)
802 latrines familiales réalisées
Construction de 800 latrines
familiales

___________________________________________________________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 41 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

Résultats Prévisions Réalisations Commentaires


Objectif spécifique n°2 : Augmenter de manière durable les productions agro –sylvo – pastorales

Réaliser un bouli Bouli réalisé au secteur 8 de la commune de Réo Il reste la réception définitive
Achever les travaux de
1 Micro barrage réhabilité dans le village de Pouni Nord
réhabilitation d'un micro barrage
Achever les travaux 7 ha de superficies aménagées pour la production maraîchère dans Ces villages sont localisés dans les communes de
d'aménagement de 7 ha de 5 villages : Kalguin (1ha), Villy (1ha), Sam (2ha), Nidaga (1ha), Koudougou, Kindi, Kokologo et Thiou (province de
Résultat 2.1. : Les périmètres maraîchers et Zerkoum (2ha) Boulkiemdé
productions Réaliser 35 puits maraîchers en 65 puits maraîchers réalisés dans 6 villages à différentes
agricoles sont béton profondeurs
améliorées Réaliser 52 fosses fumières 77 fosses fumières réalisées
3 sessions de formations sur les techniques de production
Organiser 3 sessions de
maraîchère réalisées au profit de 64 producteurs des périmètres de
formation sur les techniques de
Kalguin (26) et Villy (18) (commune de Koudougou), Pourra (20)
production maraîchère
(commune de Rambo)
5 sessions de formations sur les techniques de production de la
R2.2 Les ressources Organiser 4 sessions de
fumure organique tenues au profit de 95 exploitants de périmètres
naturelles sont formation sur les techniques de
dans les villages de Villy (10) (commune de Koudougou), Balkoui
mieux gérées par les production de la fumure
(20) (commune de Bogodogo), Yaoghin (15) et Vipaolgho (30)
producteurs organique
(commune de Komki Ipala), Pourra (20) (commune de Rambo)

Objectif spécifique n°3 : Accroître les revenus des populations défavorisées

Formaliser le partenariat entre


les 4 organisations de mise en
œuvre et les institutions de
Résultat 3.1. : Un financement par la signature de Les institutions de financement décentralisé approchés
système d’épargne protocoles pour le placement ont exigé des fonds de garanti largement supérieures
Partenariat non formalisé
crédit de proximité d'un fonds de garantie de 6 500 aux prévisions budgétaires retenues pour cette
fonctionne 000 Fcfa pour faciliter l'accès au activité.
micro crédit de campagne aux
producteurs cibles du
programme

___________________________________________________________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 42 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

Objectif spécifique n°4 : Renforcer les capacités institutionnelles et organisationnelles des organisations partenaires et des organisations bénéficiaires d’ici 2009

Résultats Prévisions Réalisations Commentaires

Résultat 4.1 : Les Elaborer 2 planifications


2 planifications stratégiques élaborées pour les organisations
organisations stratégiques de 2 Les DIP des partenaires SASO et AMUS sont prévus
partenaires AMB et EMESA suite aux recommandations des
partenaires et organisations de mise en cette année
Diagnostics Institutionnels Participatifs de ces organisations
bénéficiaires œuvre
disposent d’une Organiser les évaluations
identité propre d’ici Réalisations des Evaluations Rapides Organisationnelles de 4
Rapides Organisationnelles
la fin du programme OCB dans les villages de Yaoghin, Vipaolgho et Ralo
de 4 OCB
Résultat 4.2 : Les Acquérir 1 imprimante, 1
moyens appareil photo numérique, 1 UGT : 1 imprimante, 1 vidéo projecteur, 1 ordinateur portable
d’intervention des vidéo projecteur, 1 moto EMESA : 1 ordinateur portable
ONG, OCB et des terrain, 2 ordinateurs AMUS : 1 moto terrain et 1 appareil photo numérique
collectivités locales portables
sont renforcées d’ici Mener 3 études de
2009 capitalisation des
expériences des 1 étude de capitalisation des expériences de AMB réalisée
organisations de mise en
œuvre du programme
Organiser une session de
1 session d’alphabétisation (Formation Complémentaire de
formation en alphabétisation
Base) tenue au profit de 30 femmes du village de Baripsi dans
fonctionnelle pour 30
la commune de Kindi.
femmes
Mettre en place et former 17 18 COGES de forages et 1 CAR mis en place
COGES et 1 CAR 15 COGES formés

Former 15 maçons 17 maçons formés

___________________________________________________________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 43 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

Résultats Prévisions Réalisations Commentaires

Equiper 10 maçons 12 maçons équipés

Mettre en place et former 16


15 CSS mis en place et formés
CSS

Former et recycler 44
44 hygiénistes formés et recyclés
hygiénistes

Equiper 32 hygiénistes avec


32 hygiénistes équipés avec des boites à images
des boites à images

Motiver 44 hygiénistes pour


44 hygiénistes motivés pour la promotion de l'hygiène dans
la promotion de l'hygiène
14 villages
dans les villages

Equiper 16 CSS avec des


15 CSS équipés en boites à images
boites à images

Equiper les latrines scolaires


Les latrines scolaires de 15 écoles sont équipées en matériels
de 16 écoles en matériels
d'hygiène et lave mains
d'hygiène et lave mains

Equiper une école d'un PEP Non réalisé

Appuyer les collectivités 1 session de formation tenue à l’intention des membres de la


locales par l’organisation de commission Environnement et Développement Local du
2 sessions de formations Conseil municipal de Saaba sur la Problématique de la
pour les élus locaux gestion locale de l’eau et de l’assainissement
Résultat 4.3 : Les Acceptation de la demande d’adhésion de AMUS et SASO au
Elargissement du réseau des
relations internes et réseau SADIO
partenaires
externes des

___________________________________________________________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 44 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

Résultats Prévisions Réalisations Commentaires


organisations sont
renforcées d’ici la Intégration de AMUS et SASO dans le PAISA
fin du programme

Intégration de AMB et EMESA dans le Sous – Programme Opérations facilitées par le cofinancement de
Eau Hygiène Assainissement WaterAid

Partenariat WaterAid et Humanity First ayant abouti au


cofinancement permis le financement de 5 forages
supplémentaires
Résultat 4.4 Les
organisations
partenaires et
bénéficiaires
fonctionnent sur la Les 4 organisations partenaires de mise en œuvre du
Participer aux rencontres
base de règles de programme au Burkina Faso et l’UGT ont participé aux
annuelles du CPSR et du
gestion transparentes rencontres annuelles du CPSR et du COM/SADIO tenues à
COM du réseau SADIO
Bamako du 19 au 26 avril 2006

Objectif spécifique n°5 : Influencer les politiques en matière de sécurité alimentaire aux niveaux local, national, régional et international au profit des la population
défavorisée.
Organiser un atelier de
Résultat 5.1 : Les
formation sur les techniques
OCB, les ONG et les
de conduite du plaidoyer 1 atelier de formation organisé sur les techniques de conduite Formation prise intégralement en charge par Water
collectivités locales
pour le personnel et les de plaidoyer au profit du personnel et des membres des Aid avec la participation de nombreux autres
partenaires disposent
membres associatifs des organisations de mise en œuvre du PAISA partenaires de Water Aid.
de compétences en
organisations de mise en
matière de plaidoyer
œuvre

___________________________________________________________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 45 sur 119


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

Résultats Prévisions Réalisations Commentaires

Résultat 5.2 : Le Mettre en œuvre 4 plans


partenariat entre d'actions plaidoyer des
ONG, OCB et organisations de mise en Aucun plan d’action mis en œuvre
collectivités locales œuvre issus de l'atelier de
est consolidé formation de décembre 2005

Suivi évaluation des activités du programme


Organiser un atelier de
1 atelier de partage et de validation des outils de suivi
partage et de validation des
évaluation tenu à Koudougou
outils de suivi évaluation
Elaborer des outils et
5 fiches ont été élaborées et des enquêtes conduites dans Y
conduire des enquêtes pour
villages d’intervention du PAISA pour finaliser la situation de Données en cours de traitement par l’UGT
collecter les données de
référence
référence
Les PSD de 6 autres communes (Arbollé, Dassa,
Appuyer 4 communes à
4 PSD en matière d’Eau, Hygiène et Assainissement des Kindi, Didyr ; Tanghin-Dassouri et Komki Ipala)
l’élaboration de leur PSD en
communes de Koudougou, Saaba, Bogodogo et Kirsi ont été sont en cours de réalisation. Les phases enquêtes
matière d’Eau d’Hygiène et
élaborés terrain et la saisie des données sont achevées. L’étape
d’Assainissement
de l’analyse des données est en cours

___________________________________________________________________________________________________________________________________________

PAISA/MaBuSen, Burkina Faso Page 46 sur 119


2. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DES RESULTATS DU PAISA
Les résultats attendus planifiées par les partenaires au Sénégal pour l’année 2006
comprennent :

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 1 : AMÉLIORER L’ACCÈS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES À L’EAU,


À L’HYGIÈNE ET À L’ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE DU PROGRAMME

Résultat 1 : l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité


Résultat 2 : les conditions d’hygiène et d’assainissement sont améliorées

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 2 : AUGMENTER DE MANIÈRE DURABLE LES PRODUCTIONS AGRO-


SYLVO-PASTORALES

Résultat 1 : Les productions agricoles sont améliorées


Résultat 2 : Les ressources naturelles sont mieux gérées par les producteurs
Résultat 3 : Les productions animales sont améliorées

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 3 : ACCROÎTRE LES REVENUS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES


Résultat 1 : Un système d’Épargne et de crédit de proximité fonctionne
Résultat 2 : Les produits locaux sont mieux valorisés

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 4 : RENFORCER LES CAPACITÉS INSTITUTIONNELLES ET


ORGANISATIONNELLES DES ORGANISATIONS BÉNÉFICIAIRES, DES COLLECTIVITES LOCALES
ET DES ORGANISATIONS PARTENAIRES D’ICI À 2009

Résultat 1 : Les organisations bénéficiaires et partenaires disposent d’une identité propre


d’ici à la fin du programme.
Résultat 2 : Les moyens d’intervention des ONG, OCB et CL sont renforcés d’ici la fin du
programme
Résultat 3 : Les relations internes et externes des organisations sont renforcées d’ici à la fin
du programme
Résultat 4 : Les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base de règles
de gestion transparentes

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 5 : LES POLITIQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE,


D’ACCÈS À L’EAU POTABLE ET DE PROMOTION DE L’HYGIÈNE ET DE L’ASSAINISSEMENT AU
NIVEAU LOCAL, NATIONAL, RÉGIONAL ET INTERNATIONAL SONT INFLUENCÉES AU PROFIT
DE LA POPULATION DÉFAVORISÉE

Résultat 1 : Les OCB, les ONG, les collectivités partenaires du programme disposent de
compétences en matière de plaidoyer
Résultat 2 : Le partenariat entre ONG, OCB et collectivités locales est consolidé
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
3. LES REALISATIONS DU PROGRAMME

1.1 Objectif spécifique 1 : Améliorer l’accès à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement des


populations de la zone du programme.

1.1.1 Résultat 1 : L’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité

Le PAISA, dans son objectif spécifique 1 à pour ambition d’améliorer la couverture des
besoins en eau potable des populations des villages d’intervention. L’objectif que s’est fixé le
programme est d’atteindre d’ici 2009 au moins une couverture satisfaisante des besoins de
60% des populations en eau potable des villages d’intervention.
La notion de couverture des besoins est saisie à travers la distance à parcourir par les
populations pour se procurer de l’eau potable, le temps mis pour avoir l’eau et le volume
d’eau collecté par personne et par jour.
Pour satisfaire à ce résultat, les normes retenues dans le cadre du PAISA et qui se basent
fortement sur les normes nationales sont les suivantes :
- Distance à parcourir : Moins de 500 mètres
- Temps mis : Moins de 30 minutes
- Quantité d’eau par personne et par jour : 35 litres
Pour atteindre les niveaux des indicateurs retenus, les activités suivantes étaient prévues au
cours de cette année 2006.
Il s’agit de :

- La réalisation d’un nouveau forage,


- La réhabilitation de 12 forages,
- La réhabilitation et l’équipement avec une ROPE POMP de 2 puits à grand diamètre,
- La réhabilitation et l’extension d’un réseau d’adduction d’eau potable
- La mise en place et la formation de comités de gestion des ouvrages réalisés ou réhabilités.

A. Le fonçage d’un forage

La stratégie de mise en œuvre de cette activité avait commencé par l’élaboration de la


situation de référence dans les villages d’intervention du programme qui avait permis de
préciser les niveaux de satisfaction des besoins des populations en eau potable et les actions à
mener pour l’améliorer en fonction des indicateurs du programme.
Pour cette année 2006, un nouveau forage était prévu dans les communes de Tanghin
Dassouri.

Les résultats atteints :


En fin d’année 6 forages ont été réalisés, réceptionnée et mis à la disposition des populations.
La réalisation de 5 nouveaux forages supplémentaire est le fruit du partenariat entre Water
Aid et l’ONG Humanity First. En effet, Humanity First a approché Water Aid pour proposer
un partenariat dans le cadre de l’approvisionnement des populations en eau potable. Il s’est
agi dans ce partenariat de réaliser des forages dont les 2/3 du coût sont supportés par
Humanity First et le reste par Water Aid à travers ses programmes.
Ainsi en ce qui concerne le PAISA, des échanges ont été menés entre l’UGT, Water Aid et les
partenaires de mise en œuvre, ce qui a permis de retenir les localités d’intervention de AMB
et de EMESA pour réaliser des forages.

_________________ 48
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
Cela a nécessité une revue budgétaire pour dégager les fonds nécessaires au cofinancement
des forages. Pour AMB, il a fallu que l’on procède à une augmentation du budget pour
pouvoir faire face aux dépenses. Water Aid a apporté 5 millions sur les reliquats budgétaires
qui étaient resté dans leur compte central en 2005. Au niveau de EMESA, la revue budgétaire
a permis de dégager les ressources nécessaires pour le cofinancement des forages.
Les 6 nouveaux forages ont été réalisés dans les communes de Saaba, Tanghin Dassouri,
Dassa et Koudougou.
Le tableau suivant présente la répartition des forages réalisés par villages et par commune.

Tableau n°1 : Répartition des forages réalisés par village


Organisation de Nombre de forages Nombre de forages
Commune Village
mise en œuvre prévus réalisés
Saria 0 1
Koudougou
AMB Kamédji 0 1
Dassa Dassa 0 1
Tanghin 0 1
Saaba
EMESA Koala 0 1
Tanghin Dassouri Bagma 1 1
Total 4 communes 6 villages 1 6

B. La Réhabilitation de forages :
Stratégie de mise en œuvre : La réhabilitation des forages tout comme la réalisation de
nouveaux forages est menée dans le but d’améliorer le taux de couverture des besoins en eau
des populations.
Au cours de cette année, des villages ont été identifiés à partir de la situation de référence
réalisée pour y réhabiliter des forages. Pour bénéficier de cette activité, le village doit d’abord
avoir des forages en panne et avoir un taux de couverture des besoins en eau insatisfait.

Les résultats atteints :


Les travaux de réhabilitation de tous les 12 forages sont achevés à la fin de l’année dans 7
villages de 3 communes. Les forages ont été réceptionnés et les populations consomment
l’eau des ouvrages. Le tableau n°2 présente la répartition des forages réhabilités par village et
par commune.
Tableau n°2 : Répartition des forages réhabilités par village et par commune
Organisation de Nombre de réhabilitation de Nombre de forages
Commune Village
mise en œuvre forages prévus réhabilités
Balkoui 1 1
AMUS Bogodogo
Yamtenga 4 4
Manegsombo 1 1
EMESA Saaba
Badnogo 2 1 1
Koussago 2 2
SASO Kirsi Kirsi 2 2
Ribou 1 1
Total 3 communes 7 villages 12 12

_________________ 49
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
C. La réhabilitation et l’extension d’un réseau d’adduction d’eau potable

La stratégie de mise en œuvre : Le réseau


d’adduction d’eau potable de Kindi a favorisé
l’accès à l’eau potable d’une partie de la
population de la commune. Toutefois, certaines
bornes fontaine sont en panne et les populations
des autres secteurs de la ville de Kindi ne
bénéficient pas des services du réseau.
Dans le souci d’offrir les services du réseau d’eau
potable à un nombre plus élevé de personnes, le
Conseil d’Administration du Réseau (CAR) s’est
adressé à AMB pour avoir son appui technique et
financier dans cette entreprise. Après des
rencontres entre AMB, le CAR, les délégués de
secteur et le préfet maire de la commune de Kindi,
il a été retenu que des études techniques et socio-
économiques soient menées, après lesquelles, les
travaux de réhabilitation et d’extension pourraient
être menées.
Forage de Bagma.
Les résultats atteints :
En fin d’année fiscale, la réhabilitation et l’extension du réseau sont achevées. Ainsi, 6 bornes
fontaines sont de nouveau fonctionnelles (4 anciennes et 2 nouvelles) pour une population de
5774 dans la ville de Kindi. Les études sur la situation de référence des villages de la
commune de Kindi ne sont pas encore achevées. Toutefois, les 6 bornes fontaines pourront
fournir de l’eau à 3000 habitants soit en moyenne 500 habitants par bornes fontaines selon les
normes nationales en vigueur au Burkina Faso.
Des analyses approfondies viendront par la suite lorsque le rapport du Plan Sectoriel de
Développement Eau, Hygiène et Assainissement de la commune de Kindi sera achevé.

D. Fonçage, Réhabilitation et équipement de puits à grand diamètre :


La stratégie de mise en œuvre : Les puits à grand diamètre sont habituellement réalisés sans
fermeture, ce qui peut altérer la qualité de l’eau. De plus, l’utilisation des puisettes peut
également favoriser la contamination de l’eau de ces puits ouverts. C’est pour remédier à ces
risques de contamination de l’eau de ces types de puits qu’il a été entrepris d’expérimenter
une pompe manuelle à corde appelée ROPE PUMP sur un (1) puits à foncer et trois (3) autres
à réhabiliter. Cette expérience est prévue pour être réalisée dans les villages de Dassa dans la
commune de Dassa (après fonçage d’un puits) avec AMB d’une part et d’autre part dans les
villages de Maré et de Douré dans la commune de Kirsi avec le partenaire de mise en œuvre
SASO (après réhabilitation de puits existant).

Les résultats atteints :


Le fonçage du puits équipé de ROPE PUMP prévu à Dassa a été remplacé par la réalisation
d’un nouveau forage dans le cadre du partenariat avec Humanity First.
En ce qui concerne les réhabilitations, un puits a été identifié dans le village de Maré. Avant
la pose de la pompe, il fallait procéder à l’analyse de la qualité de l’eau du puits. Cela a été
fait et il s’est avérer que l’eau du puits devait être traitée avant de procéder aux
aménagements. Au mois de mars 2006, le puits a été aménagé et la pompe posée.

_________________ 50
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
Etant donné qu’il s’agit d’une nouvelle
technologie il a été entrepris de l’expérimenter
en collaboration avec le partenaire Water Aid,
dans une dynamique de recherche action. Il
ressort du suivi du fonctionnement de la
pompe de Maré certaines difficultés liées
notamment à l’exhaure, à la qualité des cordes
et des matériaux utilisés pour la fabrication
des cylindres et pistons.
L’artisan qui avait été formé au Ghana pour
reproduire la technologie ici au Burkina Faso
a été interpellé sur ces questions et il a été
convenu de remplacer la pompe du puits de
Maré déjà aménagé mais qui présentait
quelques défaillances et de placer une seconde
pompe sur un puits dans le village de Douré. Le puits de Maré après la réhabilitation
Ainsi, il n’a pas été possible d’équiper trois et l’équipement avec la ROPE PUMP
puits mais seulement deux étant donnée le fait
que la première pompe a été remplacée.

E. L’aménagement des superstructures de 5 forages :


La qualité de l’eau de boisson peut être altérée si le site de collecte de l’eau n’est pas
suffisamment assaini. Dans les villages de Koussago et de Douré il avait été prévu de
construire des mûrs de clôture pour la protection de 5 forages et ainsi créer de bonnes
conditions d’hygiènes autour de ces points d’eau.

Résultats atteints :
En terme de réalisations, trois superstructures ont été construites respectivement pour 1 forage
dans le village de Koussago et 2 forages dans le village de Douré.
Les deux autres qui avaient été prévues n’ont pas été réalisées du fait de contraintes
budgétaires.

1.1.2 Résultat 2. : Les conditions d’hygiène et d’assainissement sont améliorées

Un des objectifs du programme est d’appuyer les communautés dans la promotion de


l’assainissement dans leur milieu de vie. Les activités menées au cours de cette année 2006
pour atteindre ces objectifs ont été :
- Réaliser 800 latrines familiales
- Réaliser 8 latrines scolaires
- Réhabiliter 8 latrines scolaires

A. La construction de 800 latrines familiales :


La stratégie de mise en œuvre : Pour réaliser les latrines familiales les équipes de mise en
œuvre du programme procèdent par des animations pour mieux préciser avec les populations
accompagnées les problèmes d’assainissement rencontrés. Il s’agit de séances d’animation sur
le péril fécal avec des images qui montrent de bonnes et de mauvaises pratiques en matière
d’assainissement. Cela conduit les ménages à s’engager à changer de comportement. Et c’est

_________________ 51
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
ce changement de comportement que le programme accompagne à travers la subvention
accordée pour la réalisation de latrines familiales.

Les résultats atteints :


En fin d’année, le niveau de réalisation des latrines familiales est présenté dans le tableau n°5
ci-dessous.
Tableau n°5: niveau d’exécution des latrines familiales en 2006
Organisation de mise en Nombre de latrines Nombre de latrines
Village
œuvre familiales prévues achevées
Saria 85 85
AMB
Villy 80 80
Sous total AMB 2 villages 165 165
Tanghin 43 43
EMESA Seloghin 158 158
Nakomstenga Peulh 7 7
Sous total EMESA 3 villages 208 208
Balkoui 105 107
AMUS
Yamtenga 81 81
Sous total AMUS 2 villages 186 188
Kirsi 84 84
Douré 39 39
Maré 25 25
SASO Ribou 19 19
Sitenga 38 38
Koussago 15 15
Zoétgomdé 21 21
Sous total SASO 7 villages 241 241

Total Général 14 villages 800 802

Sur un total de 800 latrines prévues 802 ont été réalisées. Nous avons 2 latrines réalisées en
plus dans le village de Balkoui avec le partenaire AMUS.

B. Construire 8 latrines scolaires :


La stratégie de mise en œuvre : La promotion de l’assainissement dans les ménages est
soutenue par le PAISA dans les écoles. Pour ce faire des ouvrages d’assainissement sont
réalisés pour les écoles.
Les écoles choisies pour la réalisation des latrines scolaires doivent de préférence avoir déjà
un point d’eau pour faciliter l’hygiène autour de la latrine. Les animations sur le péril fécal
sont également menées avec les élèves, leurs parents et les enseignants.

Les résultats atteints :


La planification 2006 du PAISA prévoyait la construction de 8 latrines scolaires. En fin
d’année, 9 latrines scolaires ont été construites. L’explication est que le conseil municipal de
Bogodogo a souhaité transformer deux réhabilitations de latrines scolaires en la construction
d’une nouvelles latrine scolaire.
Tableau n°8 : Latrines scolaires réalisées par village en 2006

_________________ 52
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
Organisation de Nombre de latrines Nombre de latrines
Commune Village
mise en œuvre scolaires prévues scolaires réalisées
Yamtenga 1 2
AMUS Bogodogo
Secteur 29 1 1
SASO Kirsi Koussago 1 1
EMESA Saaba Saaba 1 1
Secteur 9 de
1 1
Koudougou
Secteur 10 de
1 1
Koudougou
AMB Koudougou
Secteur 7 de
1 1
Koudougou
Secteur 6 de
1 1
Koudougou
Total 4 communes 3 villages et 5 secteurs 8 9

C. Réhabiliter des latrines scolaires :


Les écoles bénéficiaires de cette activité sont situées dans les communes de Bogodogo et de
Koudougou.
Les résultats atteints sont consignés dans le tableau 9 ci-dessous :
Tableau n°9: Latrines scolaires réhabilitées par village en 2006
Organisation Réhabilitations de
Latrines scolaires
de mise en Commune Village/secteur latrines scolaires
réhabilitées
œuvre prévues
Secteur 14 3 3
AMUS Bogodogo
Yamtenga 2 0
Secteur 8 de
1 1
Koudougou
AMB Koudougou
Secteur 9 de
2 2
Koudougou
1 village et 3
Total 2 communes 8 6
secteurs
6 écoles au lieu de 8 ont bénéficié de la réhabilitation de leurs latrines scolaires dans 2
secteurs de la commune de Koudougou et au secteur 14 de la commune de Bogodogo.

1.2 Objectif spécifique n°2 : augmenter de manière durable les productions agro-sylvo-
pastorales

1.2.1 Résultat 1 : Les productions agro- sylvo - pastorales sont améliorées


L’amélioration des productions agricoles est saisie dans le cadre de la mise en œuvre du
PAISA par l’augmentation des superficies exploitées, l’augmentation de la période
d’exploitation maraîchère de 2 mois au moins, l’augmentation de la production elle-même, le
renforcement des capacités techniques des producteurs, la protection et la restauration des
terres et l’amélioration du couvert végétal.
Les activités qui ont été menées au cours de cette année concourent à améliorer la
disponibilité de l’eau pour la production maraîchère et rizicole, le renforcement des capacités
de producteurs

_________________ 53
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
A. La construction d’un bouli :
Cette activité est menée dans la commune de Réo au secteur 8.

Les résultats atteints :


La réalisation du bouli atteint un taux de 50%. Les travaux devront être achevés d’ici fin avril
2007.

B. La réhabilitation d’un micro barrage :


Stratégie de mise en œuvre : Cette réhabilitation fait suite à une demande d’assistance de la
population de Pouni Nord auprès de AMB pour restaurer cet ouvrage très précieux pour la
riziculture dans leur localité. Une étude de faisabilité s’en est suivie et a permis de procéder à
un diagnostic minutieux des dégradations de l’ouvrage qui date de cinq (5) ans.
Du rapport de l’étude de faisabilité, il ressort que le micro barrage présente les dégradations
suivantes :
• Rupture du déversoir semi latéral sur 15 m de long à partir de la tête de la digue ;
• Un ravinement assez profond et large sur 25 m en amont et 50 m en aval du déversoir ;
• Un ravinement profond de 1,50 m sur une longueur de 7 m en aval du déversoir central
avec un affouillement sous le plateau de dissipation ;
• La présence d’arbres et d’arbustes sur la digue ;
• Une dégradation de la tête de la digue à la rive droite sans mur bajoyer avec invasion d’une
termitière.
Une fois cette étude de faisabilité terminée, AMB a pu procéder à la réhabilitation du micro –
barrage.

Les résultats atteints :


La réhabilitation est achevée et la capacité du micro barrage est estimée à 45 000m3. Une des
retombées immédiates de cette réhabilitation est la reprise de la production du riz au cours de
cette campagne agricole. 10 producteurs ont emblavé 4ha de riz en saison pluvieuse pour une
production totale 5 695 Kg soit un rendement de près de 1,5 tonne à l’hectare.
Les activités de production maraîchère ont également été reprises en aval du micro barrage.
Autre effet immédiat observé de la réhabilitation du micro barrage de Pouni Nord, est
l’abreuvement du cheptel du village et des autres villages environnants.

C. La formation des producteurs sur les techniques de production maraîchère :


Dans le cadre du renforcement des capacités des producteurs, 3 sessions de formation sur les
techniques de production maraîchère étaient prévues dans la planification de 2006.
Les résultats atteints :
Effectif des producteurs formés sur les techniques de production maraîchère

Organisation de mise Effectif formé


Communes Villages
en œuvre

Villy 18
AMB Koudougou
Kalguin 26
AMUS Bogodogo Balkui 0
Yaoghin 0
EMESA Komki Ipala
Vipaolgho 0
SASO Rambo Pourra 20
Total 4 communes 5 villages 64

_________________ 54
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
Ainsi dans le cadre de l’amélioration des capacités techniques des producteurs des périmètres
maraîchers, 03 sessions de formation sur les techniques de production maraîchère ont été
dispensées au profit de 64 exploitants des périmètres de Kalguin, Villy, et Pourra.

D. La valorisation des terres autour des micro - barrages :


La stratégie de mise en œuvre : Il s’agit, à travers des aménagements de périmètres
maraîchers, de valoriser des micro - barrages déjà existants. Ce sont des réalisations
inachevées au 31 décembre 2005 qui se sont poursuivies dans le plan d’action 2006. Ainsi, il
était prévu la réalisation de sept (07) hectares de périmètres maraîchers répartis autour des
barrages des villages de Kalguin (1ha), Villy-Godin (1ha), Sam (2ha), Nidaga (1ha) et
Zerkoum (2ha) dans les communes de Koudougou, Kindi , Kokologo et Thiou, province du
Boulkiemdé.
Pour les sites de Sam, Nidaga et Zerkoum, l’intervention a consisté en la réalisation de la
clôture grillagée. Les autres aspects des aménagements notamment le fonçage et le cuvelage
des puits, le labour des parcelles, la fourniture d’intrants (semences et engrais) et
l’équipement pour l’irrigation ont été pris en charge par le deuxième Programme National de
Gestion des Terroirs (PNGT2).
Il s’agit là d’un bon exemple de complémentarité entre partenaires intervenants dans une
même localité pour la prise en charge des besoins de développement des populations.

Quant aux deux autres sites maraîchers (Kalguin et Villy-Godin), il s’agit d’aménagements
complets, du fonçage des puits jusqu’à l’implantation de clôture grillagée. Le creusage d’un
des quatre puits (04 puits par hectare) et la fixation du grillage de clôture sont toujours de
l’œuvre de la contribution des exploitants.

Les résultats atteints :


Tous les aménagements sont achevés. Les puits sont réalisés à des profondeurs variables.
Toutefois, en ce qui concerne ces réalisations de périmètres maraîchers, tous les puits ont au
moins une profondeur de 6 mètres avec un niveau statique d’eau de 2,5 mètres minimum.

E. Le fonçage de puits maraîchers en béton dans 5 villages :


La stratégie de mise en œuvre : La mise en œuvre de cette activité vise à appuyer les
producteurs maraîchers à disposer d’ouvrages qui ont le double avantage de leur procurer de
l’eau plus longtemps et de ne pas s’ébouler rapidement. Cela leur évitera désormais la reprise
obligatoire du fonçage des puits chaque année et leur faciliter la production maraîchère.

Les résultats atteints :

Tableau n°12 : Puits maraîchers réalisés en 2006 au profit des producteurs cibles
Organisation de mise Nombre de puits Nombre de puits
Commune Village
en œuvre prévus réalisés
Koudougou Villy 4 4
AMB
Poa Ralo 4 4
AMUS Bogodogo Balkui 3 5
Yaoghin 7 18
EMESA Komki Ipala
Vipaolgho 7 18
SASO Rambo Pourra 10 16
Total 5 communes 6 villages 35 65

_________________ 55
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________

Il est aisé de constater sur le tableau ci-dessus que la


plupart les réalisations sont supérieures aux prévisions et
vont parfois du simple au double.
Cela s’explique par les deux raisons suivantes :
ƒ La première est que l’arrivée tardive des fonds n’a
pas permis de réaliser les puits avant la saison
pluvieuse. Ainsi, les travaux ont commencé en
octobre mais la nappe phréatique était à son niveau le
plus élevé ce qui a conduit à la mise en eau des puits
à moins de 6 mètres de profondeur pour la plupart. Il
a alors été recommandé de réaliser plus de puits à des profondeurs plus réduites et prévoir
leur approfondissement au cours de l’année budgétaire suivante. Cette situation a été
vécue à Pourra et à Balkoui.
ƒ La seconde raison est que dans les villages de Yaoghin et Vipaolgho, il existe des
puisatiers endogènes qui ont une technique locale de réalisation des puits sans utiliser le
fer. Ce sont des puits qui ont un diamètre
plus petit mais cuvelés avec des briquettes
spéciales permettant de réduire le coût de
consolidation du puits.
Chacun des 65 puits réalisés permet d’irriguer
en moyenne 0,25 ha. Lorsque les
approfondissements seront réalisés, ces 65 puits
vont permettre l’exploitation de 16,25 ha de
superficies maraîchères dans les 6 villages du
fait de leur fonctionnalité en saison sèche
également.

En fin de campagne de production maraîchère, une enquête légère sera menée pour saisir
l’apport des puits réalisés dans les villages en terme d’augmentation de la superficie exploitée,
la période de disponibilité de l’eau et les quantités produites.

1.2.2 Résultat 2 : Les ressources naturelles sont mieux gérées par les producteurs

A. 1. La formation des producteurs maraîchers sur les techniques de production de la


fumure organique :
Dans le cadre du renforcement des capacités des producteurs, 4 sessions de formation sur les
techniques de production de la fumure organique étaient prévues dans la planification de
2006.
Les résultats atteints sont résumés à travers le tableau ci –dessous :
Effectifs de producteurs formés sur les techniquesde production de fumure organique
Organisation de
Commune Village Effectifs formés
mise en œuvre
Villy 10
AMB Koudougou
Kalguin 0
AMUS Bogodogo Balkui 20
Yaoghin 15
EMESA Komki Ipala
Vipaolgho 30
SASO Rambo Pourra 20
Total 4 communes 5 villages 95

_________________ 56
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
Ainsi dans le cadre de l’amélioration des capacités techniques des producteurs des périmètres
maraîchers :
• 5 sessions de formation sur les techniques de production de la fumure organique ont
été dispensées à l’endroit de 95 exploitants des périmètres maraîchers de Villy,
Balkoui, Yaoghin ; Vipaolgho et Pourra.

B. La réalisation de fosses fumières dans 5 villages :


L’appui aux producteurs pour la réalisation de fosses fumières est faite dans l’optique de
produire de la fumure organique pour amender les sols, une ressource naturelle vitale pour
une agriculture durable.
Les résultats atteints :
Tableau n°13 : Fosses fumières réalisées par villages en 2006
Organisation de mise Nombre de fosses Nombre de fosses
Commune Village
en œuvre fumières prévues fumières réalisés
AMB Koudougou Villy 10 10
AMUS Bogodogo Balkui 10 20
Yaoghin 10 14
EMESA Komki Ipala
Vipaolgho 10 21
SASO Rambo Pourra 12 12
Total 4 communes 5 villages 52 77
Le nombre de fosses réalisées est supérieur au nombre prévisionnel. Cela s’explique par le fait
que au niveau du partenaire AMUS, le reliquat budgétaire sur l’achat de la moto a été utilisé
pour la réalisation de fosses fumières supplémentaires.
Au niveau du partenaire EMESA, les populations ont souhaité remplacer le phosphate prévu
pour le remplissage des fosses par des matériaux locaux, permettant ainsi de réaliser d’autres
fosses fumières en plus.
Les caractéristiques des fosses réalisées : 3 m de long x 3 m de large x 1,20 m de profondeur
soit 1 m de creusage et 20 cm de margelle. Cela permet d’avoir une fosse d’un volume de
10,80 m3.
Une fosse fumière stabilisée
Ainsi, pour une fosse fumière bien non encore remplie
remplie, le producteur peut
disposer de 7,5 tonnes de matière
organique.
Les normes d’utilisation de la
fumure organique sur les sols au
Burkina Faso préconisent de
répandre sur 1 ha 20 tonnes de
fumure organique, ce qui permet
de ne pas renouveler l’amendement
du sol durant au moins 3 ans.
Pour les 77 fosses réalisées, il est
attendu 577,5 T de matière
organique qui vont permettre
d’amender pour 3 à 5 ans au moins
28 ha de superficies de production
agricole. Une fosse fumière stabilisée non encore remplie

_________________ 57
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
1.2.3 Résultat 3 : Les productions animales sont améliorées :
Aucune activité n’avait été prévue pour ce résultat au cours de l’année 2006.

1.3 Objectif spécifique n°3 : Accroître les revenus des populations défavorisées

1.3.1 Résultat 1 : Un système d’épargne – crédit de proximité fonctionne


L’activité majeure prévue cette année portait sur le placement du crédit auprès des
populations pour mener des AGR à travers le placement d’un fond de garanti dans le cadre
général d’un partenariat qui devrait être formalisé entre les organisations de mise en œuvre,
les institutions financières et les OCB.

A. La mise en place d’un fonds de garantie :


La stratégie de mise en œuvre : Plusieurs missions ont été effectuées auprès des Caisses
Populaires (Institutions mutualistes au Burkina Faso) pour négocier un partenariat en vue de
la signature d’un protocole d’accord pour la mise en place d’un fonds de garantie au profit des
producteurs cibles du PAISA.

Les résultats atteints :


Cette approche s’est avérée infructueuse du fait que la caisse d’épargne et de crédit exigeait
un fonds de garantie largement au dessus des moyens financiers prévus dans le budget.
C’est suite à cet échec, qu’il a été décidé de constituer des fonds de roulement auprès des
organisations communautaires engagées à placer auprès de leurs membres des montants sous
forme de crédit remboursable suivant un taux d’intérêt arrêté de commun accord.
La démarche consiste à mettre en place au sein du groupement un comité de gestion du crédit
devant bénéficier de la formation en gestion de micro-crédit, exiger l’ouverture d’un compte
pour recevoir le fonds et ensuite alimenter le compte. La formation des comités de crédit
permet de partager avec les responsables de la gestion du crédit les outils de gestion du micro
crédit. Le comité de gestion est chargé de placer le crédit et de le récupérer au taux d’intérêt
fixé.
Les activités menées ont permis de mettre en place des fonds de roulement auprès des OCB
qui seront chargées de placer les crédits auprès de leurs membres.
Tableau n°15 : Fonds de roulement pour de micro crédit par villages
Organisation
Nombre Montant du fons Nombre de bénéficiaires
de mise en Commune Village
d’OCB de roulement de micro crédit
œuvre
Villy 1 0
AMB Koudougou Activité non réalisée
Ralo 2 0
AMUS Bogodogo Balkui 1 500 000 FCFA 30
Activité en cours de
Yaoghin 1 750 000 FCFA
réalisation
EMESA Komki Ipala
Activité en cours de
Vipaolgho 1 750 000 FCFA
réalisation
SASO Rambo Pourra 1 1.500.000 FCFA 30
Total 4 communes 5 villages 7 3.500.000 FCFA 60
Au total 3 500 000 FCFA de fonds de roulement ont été versés dans les comptes des
groupements et 2 000 000 FCFA ont pu être placés auprès de 60 producteurs de 2 villages
pour mener des activités génératrices de revenus.

_________________ 58
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
Dans le village de Balkui, les 30 bénéficiaires de micro crédit mènent des AGR notamment du
petit commerce (vente de produits de transformation). Ceux de Pourra ont bénéficié de crédit
de campagne pour la production maraîchère.
L’approche préconisée de la mise en place du crédit auprès des groupements sous forme de
fonds de roulement demande à être réformée pour l’ensemble des localités d’intervention du
PAISA. C’est dans ce contexte qu’il a été jugé nécessaire de mener une étude sur la micro
finance dans les localités des différents partenaires. Un projet de TDR a été élaboré à cet effet
(Cf. Annexe 13). Ce projet de TDR pourrait être amélioré en concertation avec Terre
Nouvelle et la Coordination sous régionale pour tenir compte du contexte institutionnel sous-
régional (UEMOA) qui serait amené à connaître des modifications dans un bref délai.

1.3.2 Résultat 2 : Les produits locaux sont mieux valorisés :


Aucune activité n’avait été prévue pour cet objectif au cours de l’année 2006.

1.4 Objectif spécifique n°4 : renforcer les capacités organisationnelles et institutionnelles


des organisations partenaires (ONG, OCB, Collectivités Locales)
Le suivi du niveau d’évolution des indicateurs de cet objectif est lié à la réalisation régulière
des DIP et des ERO des organisations de mise en œuvre et des OCB.

1.4.1 Résultat 1 : Les organisations partenaires et bénéficiaires du programme disposent


d’une identité propre d’ici 2009
Les activités prévues pour soutenir les organisations partenaires et bénéficiaires à disposer
d’une identité propre portent sur l’élaboration de la planification stratégique, l’appui des
groupements villageois pour leur reconnaissance officielle et l’accompagnement des
groupements à la rédaction des textes fondamentaux (statuts et règlements intérieurs).

A. La planification stratégique de AMB et EMESA :


La stratégie de mise en œuvre : L’élaboration de la planification stratégique a concerné les
organisations de mise en œuvre AMB et EMESA. Cette activité découle de la mise en œuvre
des recommandations des DIP qui avaient été réalisés en 2004 auprès de ces organisations.
Les deux autres organisations AMUS et SASO n’ont pas encore bénéficiés de ces DIP qui
sont programmées à partir du mois de mai 2007.
Les résultats atteints
Les premiers drafts des planifications stratégiques de AMB et EMESA ont été élaborés. AMB
et EMESA disposent également de leur logo, ce qui constitue une avancée dans le cadre de
leur institutionnalisation.

B. L’Evaluation Rapide Organisationnelle des OCB :


La stratégie de mise en œuvre : En ce qui concerne l’accompagnement des groupements
villageois/OCB, la stratégie de mise en œuvre est basée sur l’évaluation rapide
organisationnelle du groupement. Des passages successifs permettent à chaque fois
d’identifier les besoins prioritaires de formation et d’élaborer les plans de renforcement de
capacités permettant d’atténuer ou de satisfaire ces besoins.
Résultats atteints :
Quatre ERO ont été effectuées auprès de 4 OCB dans les villages de Yaoghin, Vipaolgho et
Ralo. Au regard des problèmes diagnostiqués, des plans de renforcement des capacités ont été
engagés.
_________________ 59
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
1.4.2 Résultat 2. : Les moyens d’intervention des ONG, des OCB et des collectivités
locales sont renforcés d’ici 2009 :

A. L’équipement des organisations partenaires :


La planification 2006 prévoyait le renforcement institutionnel des organisations et l’UGT à
travers l’achat d’équipement. Ainsi, il était prévu l’achat d’une imprimante, de 2 ordinateurs
portables, d’une vidéo projecteur, d’une moto terrain et d’un appareil photo numérique.
Résultats atteints :
Tous ces équipements ont été acquis.

B. La formation du personnel comptable sur le logiciel TOMPRO :


Cette formation a été réalisée à travers le partenariat avec Water Aid qui a permis de former
les comptables des organisations sur l’utilisation du logiciel de comptabilité TOMPRO. Pour
l’acquisition de ce logiciel, WaterAid a sollicité des organisations une contribution financière
de 300 000 fcfa par organisation.

Résultat atteint :
Les compétences du personnel comptable sont améliorées.

C. La réalisation d’études de capitalisation des expériences :


Il était également planifié la réalisation de 3 études de capitalisation des expériences de AMB,
EMESA et SASO. En fin d’année, 1 seule étude a été menée par AMB et a porté sur la
contribution des micro barrages à l’approvisionnement en eau potable

Résultat atteint :
Le rapport d’étude sur la contribution des micro–barrages à l’approvisionnement en eau
potable est disponible.

D. Mise en place et formation de Comités de Gestion des Points d’Eau (COGES)


La stratégie de mise en œuvre : La gestion, l’entretien et la pérennité des points d’eau réalisés
et réhabilités sont de la responsabilité des populations qui les utilisent. Pour les y aider, des
structures de gestion des points d’eau sont mises en place et formées pour mener à bien les
tâches qui leurs sont dévolues. Il s’agit des comités de gestion des forages (COGES). Pour ce
faire, le PAISA à travers les chargés de programme RODI et les animateurs mènent les
activités suivantes :
• Tenue de séances d’information et de sensibilisation sur le rôle du Comité de Gestion du
Point d’Eau (COGES)
• Tenue de séances d’information et de sensibilisation sur la composition, les critères
d’éligibilité aux postes du COGES et les modalités de gestion des ressources financières ;
• Préparation et tenue de la formation des membres des COGES.
• Suivi des COGES mis en place.

Les résultats atteints


Au total 18 COGES ont été mis en place au cours de cette année soit un COGES pour tous les
forages réalisés ou réhabilité. Il reste à mettre en place et former les COGES des puits
réhabilités et équipés de ROPE PUIMP.
Les COGES mis en place se composent ainsi qu’il suit :
• Un Président

_________________ 60
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
• Un vice Président adjoint
• Un Trésorier
• Un Trésorier adjoint
• Un Secrétaire
• Un fontainier ou vendeur de l’eau au niveau du forage
• Deux Hygiénistes ou personnes chargés de l’entretient et de la propreté autour du point
d’eau.
Il est fortement recommandé qu’il y ait au minimum deux femmes dans le comité.
Sur l’ensemble des 18 COGES mis en place, 15 ont été formés. Il reste 3 COGES à former
dans les villages de Kamédji, Saria et Dassa.

Tableau n°4 : Nombre de COGES mis en place et formés par village


Organisation de mise en Nombre de Nombre de COGES Nombre de
Village
œuvre COGES prévus mis en place COGES formés
Kamédji 0 1 0
AMB Saria 0 1 0
Dassa 1 1 0
Sous total AMB 3 villages 1 3 0
Tanghin 0 1 1
Koala 0 1 1
EMESA Bagma 1 1 1
Manegsombo 1 1 1
Badnogo 2 1 1 1
Sous total EMESA 5 villages 3 5 5
Balkoui 1 4 4
AMUS
Yamtenga 4 1 1
Sous total AMUS 2 villages 5 5 5
Koussago 2 2 2
Kirsi 2 2 2
SASO Ribou 1 1 1
Maré 1 0 0
Douré 2 0 0
Sous total SASO 5 villages 8 5 5
Total Général 15 villages 17 18 15

La formation des COGES poursuit les objectifs suivants :


1. Permettre au COGES d’assurer le fonctionnement permanent du point d’eau et
éventuellement le renouvellement de la pompe à moyen et long terme
2. Permettre le renforcement des capacités d’intervention des membres du COGES pour
assurer une réelle appropriation des ouvrages réalisés.

Pour atteindre ces objectifs les thèmes suivants sont développés :


1. Définition et attributions du COGES
2. Rôle du COGES
3. Tâches des membres du COGES (président, vice président, trésorier, trésorier adjoint,
secrétaire, fontainier, assemblée des usagers)
4. Mise en place et gestion de la caisse d’entretien du point d’eau (mode d’alimentation
de la caisse, tenue de la caisse, approches et documents comptables, utilisation des
fonds ou dépenses)

_________________ 61
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
5. Relation eau et santé : l’hygiène de l’eau (connaissances générales sur l’eau,
principales maladies liées à l’eau et modes et voies de transmission, pollution de l’eau)
6. Elaboration et mise en œuvre d’un règlement d’usage du point d’eau (notamment les
interdictions et le respect des prescriptions techniques).

Après la formation des COGES les changements immédiats observés portent sur la propreté
autour des points d’eau, la réduction du nombre de disputes pour la collecte de l’eau, la
disponibilité de fonds dans la caisse du COGES,
la réparation rapide des pannes qui sont
survenues, la participation de l’ensemble des
utilisateurs aux prises de décisions concernant le
point d’eau.

Les indicateurs retenus dans le cadre du suivi


évaluation du programme sur les COGES
portent sur leur existence au niveau des points
d’eau réalisés et leur niveau de fonctionnalité en
fin de programme. En ce qui concerne la mise
en place des COGES il est effectif pour
l’ensemble des forages réalisés et réhabilités.
Pour apprécier leur niveau de fonctionnalité il Une vue des membres des COGES des
forages réhabilités de Koussago, Kirsi et
est important qu’ils puissent s’exercer au moins Ribou lors de leur formation
une année avant de procéder à leur évaluation.

E. La formation et l’équipement de maçons :


La stratégie de mise en œuvre : La réalisation des latrines familiales est soutenue par des
relais locaux. En effet, les travaux de réalisation des dalles et de construction de la fosse et des
murs sont effectués avec l’appui des maçons qui sont formés à cet effet.
Ces relais locaux sont formés et équipés dans chaque village où l’on réalise des latrines
familiales.
Les résultats atteints :
Le tableau suivant présente la situation des maçons formés par village.
Situation des maçons formés par village
Organisation de mise en Nombre de maçons
Village Nombre de maçons formés
œuvre prévus pour être formés
Balkoui 2 2
AMUS
Yamtenga 4 4
Sous total AMUS 02 villages 6 6
Kirsi 1 1
Douré 1 1
Maré 1 1
SASO Ribou 1 1
Sitenga 1 1
Koussago 1 1
Zoétgomdé 1 1
Sous total SASO O7 villages 7 7
AMB Villy 2 4
Sous total AMB 01 village 2 4
Total Général 10 villages 15 17

_________________ 62
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________

Les réalisations sont supérieures aux prévisions car au niveau du village de Villy, il avait été
prévu de former deux maçons mais nous en avons formé 4. Cela s’explique par le fait que les
2 maçons n’arrivaient pas à satisfaire aux demandes des populations pour la réalisation de
leurs dalles et la construction des murs. Pour respecter les délais de l’année fiscale, nous
avions estimé qu’il était important de former deux autres relais locaux pour accompagner les
populations du village de Villy dans cette activité.
Le tableau suivant présente la situation des maçons équipés par village.

Situation des maçons équipés par village


Organisation de mise en Nombre de maçons prévus Nombre de maçons identifiés,
Village
œuvre pour être équipés formés et équipés
Balkoui 2 2
AMUS
Yamtenga 4 4
Sous total AMUS 02 villages 6 6
Kirsi 0 0
Douré 0 0
Maré 0 0
SASO Ribou 1 1
Sitenga 1 1
Koussago 0 0
Zoétgomdé 0 0
Sous total SASO O7 villages 2 2
AMB Villy 2 4
Sous total AMB 01 village 2 4
Total Général 10 villages 10 12

On constate que deux maçons supplémentaires ont été équipés par rapport aux prévisions
annuelles.

F. La mise en place, la formation et l’équipement 16 Clubs de Santé Scolaires (CSS) :


Les CSS sont des structures qui sont mises en place dans les établissements bénéficiaires de
latrines scolaires. Ils sont composés d’élèves et d’un maître conseiller. Ce sont les membres
de ces CSS qui sont chargés de mener les sensibilisations sur l’hygiène et l’assainissement
auprès de leurs camarades. Ils accompagnent les autres élèves dans l’entretien et la propreté
des latrines par la mise en place d’un système de nettoyage appropriée. Pour un bon
fonctionnement des CSS, le processus de leur mise en place est suivi par l’inspection primaire
à laquelle sont rattachées les écoles. Les bureaux des associations des parents d’élèves sont
également associés à tout le processus.

Au cours de l’année, la mise en place de 16 CSS était prévue. Etant donné les changements
opérés dans les réalisations et réhabilitations des latrines scolaires, il est évident que le
nombre de CSS à mettre en place sera modifié en conséquence.
Au total 15 CSS ont été mis en place, formés et équipés. L’équipement comprend un lot
d’images présentant les bonnes et mauvaises pratiques d’hygiène et d’utilisation des latrines
scolaires, un lave mains et de petits matériels de nettoyage notamment un seau, des détergents
et un balai.
Les thèmes développés lors de la formation des CSS sont les suivants :
• L’utilisation et l’entretien des latrines et du dispositif de lave mains,
_________________ 63
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
• Le péril fécal,
• L’hygiène de l’eau de boisson,
• Les acteurs et leurs tâches : tâches des membres du CSS (rôle du président, du
trésorier, du secrétaire, des hygiénistes, de l’enseignant, de l’ensemble des élèves et
des parents d’élèves),
• La tenue des fiches d’évaluation notamment, la fiche de compte rendu, la fiche
d’évaluation de l’état de propreté et du fonctionnement des latrines, la fiche
d’évaluation de l’état de propreté et du fonctionnement du robinet du lave mains et la
fiche d’évaluation de l’état de propreté et de fonctionnement du PEP.

Ces fiches permettront de suivre l’évolution des activités des CSS et d’évaluer le changement
de comportement des élèves.
Tous ces modules sont dispensés avec des jeux de rôles et des supports imagés.

Résultats atteints :
1 Dans les 65 établissements cibles, 65 CSS sont mis en place et formés d’ici 2009
2 65 CSS mis en place sont fonctionnels d’ici 2009.

G. La Formation/Recyclage et l’équipement des hygiénistes :


La stratégie de mise en œuvre : L’amélioration des conditions d’hygiène dans les villages et
dans les écoles est un élément très important dans la mise en œuvre du PAISA. Pour ce faire,
le programme a initié des actions de sensibilisation et de formation de relais locaux pour
mener au quotidien ces sensibilisations pour opérer des changements de comportement. Les
messages forts portent sur l’hygiène de l’eau de boisson (la chaîne de collecte, de transport et
de stockage de l’eau de boisson) et l’hygiène corporelle avant les repas et après les passages
aux toilettes.
L’identification des hygiénistes se fait par les populations sur la base d’un certain nombre de
critères qui leur sont donnés lors d’animations participatives. Le nombre d’hygiénistes varie
selon la taille du village (notamment le nombre de ménages/concessions et les distances entre
les ménages). Les critères de choix des hygiénistes sont les suivants :
• Etre de bonne moralité ;
• Etre une personne respectée et écoutée dans le village ou dans le quartier ;
• Avoir au moins 25 ans ;
• Etre stable et résidant dans le quartier ;
• Etre de préférence mariée ;
• Etre de préférence alphabétisée ;
• Etre de préférence membre d’une association ;
• Etre une personne donnant l’exemple de propreté ;
• Etre capable de communiquer facilement avec les gens ;
• Accepter le bénévolat.
La formation des hygiénistes est préparée et conduite par le personnel des organisations. Ce
personnel a été au préalable formé sur les deux modules à dispenser aux hygiénistes. Il s’agit
du module N°1 qui porte sur la démarche de l’étude du milieu et la promotion de l’hygiène de
l’eau de boisson et du module N°2 portant sur la promotion des latrines familiales à faible
coût.

Les résultats atteints :


Au cours de cette année, il était prévu la formation et le recyclage de 44 hygiénistes et
l’équipement de 32 hygiénistes. En fin d’année,44 hygiénistes ont été formés ou recyclés et
32 hygiénistes équipés en boites à images.
_________________ 64
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
Le tableau 11 présente le nombre d’hygiénistes formés ou recyclés par village et par module
développé.
Tableau n°11 : Hygiénistes formés en 2006 par organisation et par village
Hygiénistes prévus pour Nombre d’hygiénistes
Organisations Villages Modules développés
être formés et recyclés formés/Recyclés
Seloghin 6 6
Nakomstenga
EMESA 2 2 Promotion des latrines
Peulh
familiales
Tanghin 12 12
Sous total EMESA 3 villages 20 20
Balkouy 10 10 Promotion des latrines
AMUS familiales
Yamtenga 20 20 Promotion de l’hygiène de
Sous total AMUS 2 villages 30 30 l’eau de boisson
Douré 2 2
Maré 2 2
Zoetgomdé 2 2
SASO Koussago 2 2 Promotion des latrines
Kirsi 2 2 familiales
Ribou 2 2
Sitenga 2 2
Sous total SASO 7 villages 14 14
Promotion de l’hygiène de
Saria 2 2
AMB l’eau de boisson
Villy 4 4 Promotion des latrines
familiales
Sous total AMB 2 villages 6 6 Promotion de l’hygiène de
l’eau de boisson
Total 12 villages 44 44

Les relais techniques ainsi formés dans les villages ont mené chacun une campagne de
promotion de l’hygiène qui doit prendre fin en Avril 2007. C’est après ces campagnes que les
données sur la chaîne de l’eau, le lavage des mains, l’état et le niveau d’utilisation des latrines
dans les villages pourront être disponibles.

H. La facilitation de l’élaboration de plans sectoriels de développement :


Avec Water Aid, une opération d’élaboration de situation de référence sectorielle sur l’eau,
l’hygiène et l’assainissement a été mise en œuvre. Cela a permis d’engager l’élaboration de 11
plans sectoriels de développement (PSD) en eau, hygiène assainissement de 11 communes
d’intervention des organisations.

I. L’organisation de sessions de formation pour les élus locaux :


Il était prévu dans la planification de 2006 la tenue de 2 sessions de formation sur la
décentralisation et sur la problématique de la gestion de l’eau.
La session de formation sur la gestion locale de l’eau et l’assainissement s’est tenue et a
concerné les membres de la commission environnement et développement local de la
commune de Saaba (Cf. Rapport de formation en Annexe 14).
Résultat :
Les capacités des membres de la commission environnement et développement local de la
Commune de Saaba en matière de gestion locale de l’eau sont renforcées

_________________ 65
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________

Analyse des résultats :


La situation de référence des variables pour mesurer les indicateurs sur l’hygiène est présentée
en détails en annexe 5. Elle comporte les informations sur la chaîne de l’eau de boisson et le
lavage des mains au savon avant de manger et après utilisation des toilettes.
En ce qui concerne la chaîne de l’eau de boisson, en 2005 :
• 37% des ménages des villages d’intervention i transportent l’eau de boisson avec des
récipients couverts,
• 54% des ménages des villages d’intervention stockent l’eau de boisson à part,
• 28% des ménages des villages stockent l’eau de boisson à l’intérieur des maisons,
• 44% des ménages des villages d’intervention ont la jarre contenant l’eau de boisson
bien couverte,
• 37% des ménages des villages d’intervention ont le gobelet de puisage posé sur la
jarre bien couverte.

Pour le lavage des mains, l’analyse a révélé que moins de 10% des personnes dans les villages
d’intervention se lavent les mains avec du savon avant les repas et après utilisation des
toilettes (Cf. Annexe 6).

1.4.3 Résultat 3 : Les relations internes et externes des organisations sont renforcées d’ici
la fin du programme.

L’élargissement du réseau des partenaires :


Un certain nombre d’acquis peuvent être énumérés à ce niveau :
9 L’acception de la demande d’adhésion des organisations AMUS et SASO au réseau
SADIO ;
9 L’intégration des organisations partenaires AMUS et SASO dans le PAISA ;
9 L’intégration des organisations partenaires AMB et EMESA dans le sous–Programme
Eau Hygiène Assainissement ;
9 Le partenariat avec Humanity First qui a permis la réalisation de cinq (5) forages
additionnels en plus de celui prévu pour cette année.

1.4.4 Résultat 4. : Les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base


de règles de gestion transparentes
L’accompagnement des organisations partenaires, des OCB et des collectivités locales a été
mise en œuvre au cours de cette année à travers la participation aux rencontres statutaires
prévues dans le programme (CPBF, CPSR, COM/SADIO, Coordination UGT) des quatre
organisations de mise en œuvre et la formation des membres d’une collectivité locale.

A. La Participation au CPSR et au COM du réseau SADIO, tenue des rencontres de


coordination de l’UGT et partenariat dans le réseau
Le Burkina Faso a participé au CPSR et au COM/SADIO à Bamako du 19 au 26 avril 2006
avec une délégation de 8 personnes dont 2 personnes respectivement pour AMB, EMESA et
l’UGT et 1 personne pour SASO et AMUS. Lors de cette assemblée générale du réseau
SADIO, deux organisations du Burkina Faso notamment AMUS et SASO ont vu leur
demande d’adhésion acceptée au sein du réseau. Désormais, le Burkina Faso compte 4
organisations membres du réseau SADIO. Cette réunion qui coincide avec celui du CPSR est
le cadre de présentation et de validation des rapports narratifs annuels et des rapports
financiers annuels par pays.

_________________ 66
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
Cette situation a facilité l’ouverture du sous programme sécurité alimentaire aux nouveaux
adhérents que sont AMUS et SASO des visites d’échanges d’expériences entres les
différentes organisations membres du réseau
L’équipe PAISA du Burkina Faso a reçu deux missions de la coordination sous régionale du
programme sous l’égide du réseau SADIO. Lors de ces différentes missions, le coordinateur
des UGT a partagé avec les organisations du Burkina les expériences d’autres membres du
réseau en matière de micro finances et les niveaux de réalisations atteints dans la mise en
œuvre du programme.
L’UGT en plus de ses missions d’appui conseil aux organisations sur le terrain a organisé 3
rencontres de coordination pour faire le point sur l’état d’avancement du plan d’action 2006.
Une session du comité de pilotage du programme s’est tenue au cours de l’année. Lors de
cette session, le rapport 2005 et la planification 2006 ont été présentés et adoptés

B. Partenariat avec Water Aid


Les organisations AMUS et SASO ont intégré le PAISA grâce au cofinancement apporté par
Water Aid. L’apport de ce cofinancement a favorisé l’intégration des organisations AMB et
EMESA dans le sous-programme Eau-Hygiène et Assainissement.
Dans le cadre de ce partenariat, les membres des différentes organisations ont bénéficié au
cours de cette année 2006 d’une formation sur les techniques de plaidoyer. Cette formation a
été entièrement financée sur les fonds propres de Water Aid ce qui a d’ailleurs permis de
redéployer les fonds prévus pour cet atelier dans les budgets du PAISA vers d’autres activités.
Il faut signaler aussi la participation sur invitation de l’UGT aux diverses rencontres
organisées par Water Aid notamment les réunions trimestrielles, les journées comptables, la
retraite annuelle des partenaires de Water Aid.

1.5 Objectif spécifique n°5 : Influencer les politiques en matière de sécurité alimentaire aux
niveaux local, national, régional et international au profit des populations
défavorisées.

1.5.1 Résultat 1 : Les ONG, les OCB et les collectivités locales partenaires disposent de
compétences en matière de plaidoyer

A. La formation des partenaires et des collectivités locales :


Le plan annuel 2006 du PAISA prévoyait la tenue d’un atelier de formation sur les techniques
de conduite du plaidoyer pour le personnel et les membres associatifs des organisations de
mise en œuvre. Cet atelier de formation s’est tenu effectivement mais comme déjà dit plus
haut dans le partenariat avec Water Aid, cette formation a été entièrement prise en charge par
les fonds propres de Water Aid.
Résultat atteint :
Les capacités de tous les chargés de programme RODI, d’un représentant des membres
associatifs de chacune des 4 organisations membres du réseau SADIO et d’un représentant de
chaque Collectivité locale bénéficiaire de l’intervention du PAISA en matière de plaidoyer
sont renforcées

_________________ 67
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
1.5.2 Résultat 2 : Des actions de plaidoyer en faveur de l’accès des populations
défavorisées à la sécurité alimentaire, à l’eau potable, l’hygiène et l’assainissement
sont promues
Les plans d’actions qui avaient été élaborés lors de la formation des membres des équipes
techniques des organisations en décembre 2005 avaient été planifiés pour être mis en œuvre.
Cette activité n’a pas pu être réalisée.
La mise en œuvre des plans d’action plaidoyer devait se faire en collaboration avec le
département de plaidoyer du partenaire Water Aid. Etant donné la surcharge de travail pour
tous les départements du programme pays au cours de cette année, (notamment la réalisation
intégrale de tous les plans sectoriels de développement Eau, Hygiène et Assainissement de
toutes les communes dans lesquelles Water Aid intervient au Burkina Faso) il n’a pas été
possible de mettre en œuvre ces plans d’actions.

A. Suivi évaluation des activités du programme


Au cours de cette année, il était prévu la mise en place du système de suivi évaluation du
programme. Pour ce faire, il a été rendu nécessaire d’élaborer des outils de suivi évaluation et
de conduire des enquêtes pour collecter les données de référence.
5 fiches ont été élaborées et des enquêtes conduites dans 12 villages d’intervention du PAISA
pour finaliser la situation de référence.
Les outils ont été validés lors d’un atelier national de suivi évaluation tenu à Koudougou du
08 au 12 août 2006.
Les données ont été saisies et le traitement est en cours au niveau de l’UGT.

4. ANALYSES
Les difficultés rencontrées dans l’exécution des activités au cours de cette année sont :
• Les difficultés à mettre en œuvre la micro finance en collaboration avec les institutions
financières de la place,
• Le retard accusé dans l’établissement de la situation de référence,
• L’arrêt de toutes les activités du volet eau, hygiène et assainissement pour s’occuper
uniquement de la réalisation des PSD.

A. Par rapport à l’OS 1 :


Le PAISA, dans son objectif spécifique 1 à pour ambition d’améliorer la couverture des
besoins en eau potable des populations des villages d’intervention. L’objectif que s’est fixé le
programme est d’atteindre d’ici 2009 au moins une couverture satisfaisante des besoins de
60% des populations en eau potable des villages d’intervention.
La notion de couverture des besoins est saisie à travers la distance à parcourir par les
populations pour se procurer de l’eau potable, le temps mis pour avoir l’eau et le volume
d’eau collecté par personne et par jour.
Pour satisfaire à ce résultat, les normes retenues dans le cadre du PAISA et qui se basent
fortement sur les normes nationales sont les suivantes :
1. Distance à parcourir : Moins de 500 mètres
2. Temps mis : Moins de 30 minutes
3. Quantité d’eau par personne et par jour : 35 litres

_________________ 68
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
B. Analyse du niveau des indicateurs du résultat 1 en 2006 :
Les indicateurs de mesure du résultat 1.1 sont les suivants :
1. Entre 2006 et 2009, au moins 60% de la population des 15 villages cibles a accès à
l’eau potable sur une distance de moins de 500 mètres,
2. Entre 2006 et 2009, au moins 60% de la population des 15 villages cibles dispose
d’un volume d’eau > 35 litres par personnes et par jour,
3. Entre 2006 et 2009, au moins 60% de la population des 15 villages cibles a accès à
l’eau potable en moins de 30 minutes.

Les actions menées cette année ont contribué à améliorer la disponibilité de l’eau pour les
populations et faciliter leur accès à l’eau.
Le tableau suivant présente dans sa première partie les niveaux des variables retenues pour
mesurer le niveau d’accès à l’eau des populations en 2005.
La seconde partie donne les niveaux atteints en 2006 par ces mêmes variables après les
réalisations des ouvrages hydrauliques.

Tableau n°3 : Niveau des variables d’appréciation de l’accès à l’eau des populations par commune
Organisation
Nombre de Population Population ≤ Population ≥ Population eau ≤
de mise en Commune
villages totale 500 m 35 litres eau 30 minutes
œuvre
Taux de satisfaction des besoins en eau en 2005
AMUS Bogodogo 2 13 497 50% 67% 23%
AMB Koudougou 5 22 329 40% 10% 27%
EMESA Saaba 9 13 132 56% 12% 26%
SASO Kirsi 7 14 590 51% 52% 8%
Global 2005 23 63 548 48% 32% 22%
Taux de satisfaction des besoins en eau en 2006
AMUS Bogodogo 2 13 497 57% 75% 31%
AMB Koudougou 5 22 329 42% 12% 28%
EMESA Saaba 9 13 132 62% 18% 16%
SASO Kirsi 7 14 590 60% 60% 16%
Global 2006 23 63 548 53% 37% 27%

La population située à moins de 500 mètres des points d’eau a été comptée pour chaque point
d’eau des villages à l’aide d’un GPS. Pour les variables quantité d’eau collectée et le temps
mis elles ont été documentées à travers des enquêtes ménages dans les villages et autour des
points d’eau.

Globalement, pour la variable distance elle est passée de 48% de la population de la zone
d’intervention ayant l’eau à moins de 500 mètres en 2005 à 53% en 2006. Pour ce qui
concerne la variable quantité d’eau collectée par personne et par jour, elle est passée de 32%
en 2005 à 37% de la population totale en 2006. Enfin, pour le temps mis pour aller collecter
l’eau, 22% de la population de la zone d’intervention mettaient moins de 30 minutes pour
s’approvisionner contre 27% en 2006.
Entre les communes et les villages des disparités existent et les actions à mener pourront lever
ces disparités et permettre à chaque village d’intervention d’atteindre les niveaux escomptés
de 60% de la population.
Les détails par village peuvent être consultés aux annexes 1 et 2 du présent rapport.

C. Analyse du niveau des indicateurs du résultat 1.2. en 2006 :


Les indicateurs de mesure du résultat 1.2 sont présentés ci-dessous :

_________________ 69
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________
________________
1. Dans 25 villages cibles, 100% des ménages disposent au moins d’une latrine d’ici
2009
2. Dans les 25 villages cibles, 100% des latrines familiales réalisées sont utilisées et bien
entretenues d’ici 2009
3. 100% des latrines scolaires réalisées sont utilisées et bien entretenues d’ici 2009.
Pour mesurer le niveau de l’indicateur portant sur la disponibilité de latrines pour tous les
ménages des villages d’intervention, des données ont été collecté pour apprécier le niveau de
couverture des ménages en latrines familiales en 2005. Les résultats présentés ci-dessous
(tableau n 10) sont compilés par communes.

Tableau n°10 : Proportion de ménages disposant de latrines familiales en 2005 et 2006 par commune
%
Ménages % ménages Ménages
Total ménages
Organisation Nombre de ayant une ayant une ayant une
ménages ayant une
de mise en Commune villages latrine latrine latrine
de la latrine
œuvre d’intervention familiale en familiale en familiale
commune familiale
2005 2005 en 2006
en 2006
AMUS Bogodogo 2 1231 2614 47% 1426 55%

AMB Koudougou 5 299 1922 16% 469 24%

EMESA Saaba 9 499 1763 28% 653 37%

SASO Kirsi 7 117 1468 8% 337 23%

Total général 23 2146 7767 28% 2885 37%

Dans 23 villages de 4 communes d’intervention en 2005, 28% des ménages disposaient au


moins d’une latrine familiale. Avec les latrines réalisées en 2006, ce taux est passé à 37%. Si
l’on effectue l’analyse selon les communes, la commune de Bogodogo a le meilleur taux de
couverture des ménages en latrines familiales 55% (Cf détails à l’annexe 3).

Le second aspect de l’amélioration des conditions d’assainissement est l’utilisation des


latrines réalisées et leur entretien. Il s’agit de voir la proportion de latrines propres, la
proportion de latrines sans émanation d’odeur et la proportion de latrines dont le trou de
défécation est fermé. Ces données de référence sont disponibles et présentées à l’annexe 4.
Sur un total de 1951 latrines familiales en 2005, 67% sont propres, 38% sont sans émanation
d’odeur et 50% ont le trou de défécation fermé.
Les données sur les latrines réalisées cette année ne sont pas encore disponibles car la
campagne des hygiénistes n’est pas encore achevée. Elle se termine en fin avril. Ces données
serviront à documenter le rapport semestriel de 2007.

Le bilan des activités de l’année 2006 du PAISA permet de percevoir un niveau de réalisation
global satisfaisant. En effet, pratiquement toutes les activités programmées ont été
entièrement réalisées de manière satisfaisante
Toutefois des efforts doivent être consentis par toutes les organisations et l’UGT pour prendre
en compte et documenter suffisamment les OS4 et OS5. La finalisation du système de suivi-
évaluation et son application effective constitueront également un axe prioritaire au courant
de l’année fiscale 2007-2008.

_________________ 70
5. ETAT D’EXECUTION DU PAISA

Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)

Contribution à la sécurité alimentaire pour un


I.1. 70% des bénéficiaires du programme dans les pays utilisent les techniques de
développement durable au Mali au Burkina Faso et
production et améliorent leur statut alimentaire, d’hygiène et d’assainissement.
au Sénégal
I.1.1 Le taux de couverture en eau potable est amélioré de 60% dans 110 villages et 16
O.S.1. l’accès à l’eau potable à la promotion de écoles ciblés par le programme d’ici 2009
l’hygiène et l’assainissement auprès des populations I.1.2. Pour 60 % des ménages des 90 villages ciblés et 65 % des élèves des 81 écoles, les
de la zone du programme est facilité. pratiques d’hygiène sont améliorées de 35 % et la couverture en matière d’assainissement
est satisfaite à 80% d’ici 2009

R.1.1. l’accès à l’eau pour la consommation I.1.1.1 D’ici 2009, 85 % des populations de 110 villages a accès à l’eau à moins de 500m
humaine est facilité
I.1.1.2. D’ici 2009, 100% des élèves des 81 écoles ont accès à l’eau à moins de 500 m
R1.2 Les conditions d’hygiène et assainissement sont I.1.2.1. Au moins 30 % des femmes des ménages des 90 villages appliquent le paquet
améliorées «hygiène / assainissement de base» d’ici 2009
Quantités réalisées
Activités Quantité (2005-2009)
2005 et 2006
A.1.1.1 Foncer des forages 15 8
A.1.1.2 Réhabiliter des forages 25 14
A.1.1.3 Foncer des puits à grand diamètre et
10 2
équipement avec rope pump
A.1.1.7 Réaliser des Km d'adduction d'eau 1 0
A.1.1.8 Réhabiliter des réseaux d'adduction d'eau
1 1
potable
A.1.1.9 Mettre en place et former des COGES et CAR 52 19
A.1.1.11 Tester la qualité de l'eau des points d'eau
50 10
réalisés
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

A.1.1.12 Traiter tous les points d'eau non potable 25 0


A.1.1.13 0rganiser des sessions de formations
10 3
d'artisans réparateurs de pompes
A.1.2.1 Réaliser des latrines familiales 1000 993
A.1.2.2 Construire des blocs de latrines scolaires 40 13
A.1.2.3 Réhabiliter des blocs de latrines scolaires 25 14

A.1.2.4 Mettre en place et former des CSS 65 27

A.1.2.5 Former des relais hygiénistes et les motiver 120 70


A.1.2.5 Organiser des séances d'IEC sur les bonnes
10 0
pratiques en hygiène et assainissement

A.1.2.8 Former des maçons en construction de latrines 25 27

A.1.2.9 Equiper les écoles en matériels d’hygiène et


65 20
d'assainissement

A.1.2.9 Equiper les hygiénistes en matériels d’hygiène 120 70


A.1.2.9 Equiper les maçons en matériel de construction
25 27
de latrines

OS2 : Les productions agro-sylvo-pastorales sont I.2.1 Le taux de couverture des besoins céréaliers est amélioré de 3 mois pour au moins
augmentées de manière durable. 30 % des ménages de 66 villages d’ici 2009
I.2.1.1 Pour 80% des producteurs ciblés dont 30 % de femmes, les productions horticoles
augmentent de 15% d’ici 2009
R.2.1 Les productions agro-pastorales sont I.2.1.2 Pour 80% des producteurs ciblés dont 30 % de femmes, les productions rizicoles
améliorées augmentent de 15% d’ici 2009
I.2.1.3 D’ici 2009, la taille du bétail abreuvé dans 64 villages au moins augmente de 30%
pendant la saison sèche

72
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

I.2.2.1 Dans les zones d’intervention du programme au moins 325 ha de surface dégradée
sont récupérés d’ici 2009
I.2.2.2 Dans les zones d’intervention du programme au moins 15 ha sont reboisés d’ici
2009
R.2.2 Les ressources naturelles sont mieux gérées
I.2.2.3 Dans 30 villages au moins, 80 % des ménages cibles ont réussi à maintenir en vie
3 plants au moins d'ici la fin du programme
I.2.2.4 D’ici 2009, 10 sur 17 communes couvertes par le PAISA adoptent et appliquent
une convention locale de gestion des ressources naturelles
Quantités réalisées
Activités Quantité
2005 et 2006
A.2.1.1 Construire des micro barrages 9 1

A.2.1.2 Réhabiliter des micro barrages 5 1

A.2.1.3 Foncer des PMB 200 77

Approfondissement de PMB 0 0

A.2.1.3 Réaliser des boulis 1 0

A.2.1.5 Aménager / réhabiliter des surfaces


50 0
rizicultivables (ha)
A.2.1.6 Aménager / réhabiliter des périmètres
50 7.5
maraîchers (ha)

Construire des abris pour l'élevage 300 0

formation et éaquipement de VVV 30 0

A.2.1.10 former des producteurs sur des thèmes


1000 159
techniques liés à la production agricole

73
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

A.2.2.1 Installer des dispositifs anti-érosifs (ha) 125 0

A.2.2.2 Réaliser des fosses compostières 450 77

A.2.2.3 Planter et entretenir des plants 24500 0

A.2.2.4 Organiser des sessions de formation en


3 0
éducation environnementale pour le corps enseignant
OS.3. Les revenus des populations défavorisées sont I.3.1. Au moins 50% des bénéficiaires des activités génératrices de revenus dont 70% de
accrus d’ici 2009 femmes au moins ont augmenté leurs revenus d’au moins 15% d’ici 2009.
I.3.1.1. Dans 60 villages, le nombre de populations (dont au moins 70% de femmes)
développant des activités génératrices de revenus augmente au moins de 15 % d’ici
2009.
R.3.1 l’accès des populations au financement I.3.1.2. Dans 60 villages, au moins 50 000 000 FCFA prêtés dont les 70% aux femmes
d’activités génératrices de revenus est facilité sont remboursés à 90% au moins chaque année

I.3.1.3. D'ici 2009, les procédures de gestion recommandées dans le système mutualiste
sont appliquées au moins à 80 % par les caisses locales d'épargne et de crédit
I.3.2.1. Les revenus tirés de la transformation et /ou de la conservation des produits
locaux augmentent de 15% au moins d’ici 2009
R.3.2 Les produits locaux sont mieux valorisés
I.3.2.2. Un système de commercialisation des produits des filières locales améliore le
revenu des producteurs de 10% au moins d’ici 2009
Quantités réalisées
Activités Quantité (2005-2009)
2005 et 2006
A.3.1.1 Mettre en place des fonds de garantie
4 0
nationaux
A.3.1.5 Organiser des sessions de formation / recyclage
sur le montage des requêtes de financement et gestion 10 2
de micro crédit

74
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

A.3.2.1 Appuyer la création d'unités de transformation


8 0
des produits locaux
A.3.2.3 Organiser des sessions de formation en
techniques de stockage, de conservation et de 3 0
transformation des produits locaux
A.3.2.4 Organiser des visites d’échange sur la
2 0
valorisation des produits locaux

A.3.2.5 Réaliser et restituer des études sur les filières


2 0
ciblées

A.3.2.6 Appuyer la structuration des filières étudiées 2 0

O.S 4. Les capacités organisationnelles et I.4.1. Au moins 70% des organisations partenaires (OCB, ONG), présentent un niveau de
institutionnelles des organisations partenaires développement organisationnel satisfaisant (indice de développement organisationnel de
(OCB, ONG, collectivités locales) sont renforcées 4 sur 5 au moins) d’ici 2009

I.4.1.1. La vision, mission, stratégie d’intervention sont partagées au moins par 60% des
R.4.1 Les organisations partenaires et bénéficiaires membres associatifs et personnel des quatre organisations partenaires au plus tard en fin
du programme disposent d’une identité propre d’ici 2007.
2009 I.4.1.2. Au moins 75 % des OCB disposent de reconnaissance juridique, de statuts, et de
règlement intérieur d’ici 2009.
I.4.2.1 Les structures de coordination (COM, CPM, UGT), les organisations partenaires
et 70% des OCB tiennent leurs instances telles que définies par les textes qui les régissent
R.4.2 Les modes de fonctionnement et de gestion des d’ici 2009.
organisations partenaires et des OCB sont
conformes aux textes qui les régissent
I.4.2.2 Les quatre organisations partenaires et 60% des OCB appliquent les règles de
gestion établies dans leur manuel de procédures, statuts et règlement intérieur d’ici 2009.

75
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

I.4.3.1 L’appui technique et organisationnel des relais villageois aux organisations


communautaires de base et aux producteurs couvre l’ensemble des zones d’intervention
d’ici 2009.
R.4.3 Les moyens et les capacités d‘intervention des I.4.3.2 Pour tous les ouvrages installés ou réhabilités avec l’appui du programme, au
organisations et des collectivités locales sont moins 75% des comités de gestion assurent l’entretien et la réparation dans un délai d’une
renforcées d’ici la fin du programme semaine au plus.

I.4.3.3 Les capacités des collectivités locales sont renforcées en gestion et dans 2
domaines de compétences transférées.

Quantités réalisées
Activités Quantité (2005-2009)
2005 et 2006

A.4.1.2 Organiser des sessions d’animation sur la


2 2
relecture des textes institutionnels
A.4.1.3 Organiser des sessions de formation sur la vie
20 0
associative et le management associatif
A.4.2.1 Participer aux rencontres, ateliers et séminaires
sous- régionaux organisés sous l’égide du PAISA
5 2
(CPSR, COM/SADIO), rencontres thématiques,
statutaires
A.4.2.2 Organiser des sessions de formation pour les
4 0
élus locaux
A.4.2.5 Appuyer l’organisation de DIP / auto
4 0
diagnostic des organisations partenaires
A.4.2.6 Appuyer l’organisation de séances d’ERO des
20 6
OCB

A.4.3.1 Organiser des sessions de formation des


4 0
membres et personnel des organisations

76
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

A.4.3.7 Organiser des voyages d’échanges


13 0
d’expériences

A.4.3.8 Entreprendre des activités de recherche action 6 1

A.4.3.9 Ouvrir des centres d'alphabétisation 950 30

A.4.3.10 Acquérir des moyens logistiques

OS.5 : Les politiques en matière de sécurité


alimentaire, d’accès à l’eau potable, et de promotion I.5.1 Dans 10 des 17 communes, l’augmentation de 10% au moins des budgets alloués
de l’hygiène et l’assainissement au niveau local, aux secteurs EHA favorise l’accès des pauvres et des handicapés à l’eau potable,
national, régional et international sont influencées l’hygiène et l’assainissement d’ici 2009
au profit de la population défavorisée

R.5.1 Les OCB, les ONG, les collectivités


I.5.1.1 Deux campagnes de plaidoyer sont conçues et mises en œuvre par les ONG
partenaires du programme disposent de
partenaires et les OCB d’ici 2009
compétences en matière de plaidoyer

R.5.2 Le partenariat entre ONG, OCB et I.5.2.1 Dans 10 des 17 communes au moins, des protocoles et plans annuels d’exécution
communes est consolidé sont signés et exécutés d’ici 2008
Quantités réalisées
Activités Quantité (2005-2009)
2005 et 2006

A.5.1.1 Organiser des sessions de formation des élus


locaux, les OCB, les agents des ONG partenaires et 2 1
services techniques et sur les techniques de plaidoyer

A.5.1.2 Organiser des campagnes de plaidoyer 3 0

77
UNITE DE GESTION TECHNIQUE / SENEGAL

JANVIER 2006 - MARS 2007

Organisations Partenaires au Sénégal Organisations Partenaires du Nord


APDJ : Diourbel AGIR/ABCD : France
Fonds Belge de Survie : Belgique
FEGPAB: Diourbel
Fonds Catalan : Espagne
FODDE: Kolda Terre Nouvelle : Belgique
Mars 2007 WaterAid : Royaume Uni
GADEC: Tambacounda
Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 78
Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
_______________________________________________________________________________________________________
_____________

SOMMAIRE
Sigles et Abréviations………………………………………………………..…...82
1. RESUME DU NIVEAU D’EXECUTION DU PAISA/SEN……………………………………… 82
2. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DES RESULTATS DU PAISA………………………………….. 87
3. REALISATIONS…………………………………………………………………………. 88
1.1 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 1 : AMÉLIORER L’ACCÈS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES À L’EAU, À L’HYGIÈNE ET À
L’ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE DU PROGRAMME……………………………………………………….88
1.1.1 Résultat 1.1 : l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité…………………..88
A. FONÇAGE DE FORAGE………………………………………………………………………………...88
B. CONSTRUCTION DE CHÂTEAU D’EAU………………………………………………………………....88
C. RÉALISATION D’ADDUCTION D’EAU ………………………………………………………………… 89
D. FONÇAGE DE PUITS PROFONDS………………………………………………………………………. 90
E. RÉPARATION DE PUITS PROFONDS…………………………………………………………………… 90
1.1.2 Résultat 1.2 : Les conditions d’hygiène et d’assainissement sont améliorées………………91
A. CONSTRUCTION DE LATRINES…………………………………………………………………………91
B. ORGANISATION DE SÉANCES D’IEC SUR L’HYGIÈNE ET L’ASSAINISSEMENT………………………….93
1.2 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 2 : AUGMENTER DE MANIÈRE DURABLE LES PRODUCTIONS AGRO-SYLVO-
PASTORALES…………………………………………………………………………………………………94
1.2.1 Résultat.2.1. Les productions agricoles sont méliorées……………………………………94
A. CONSTRUCTION D’UN MICRO BARRAGE……………………………………………………………….94
B. FONÇAGE DE PUISARDS MARAÎCHERS BÉTONNÉS (PMB)……………………………………………...94
C. AMÉNAGEMENT ET/OU RÉHABILITATION DE PÉRIMÈTRES HORTICOLES……………………………….95
D. AMÉNAGEMENT ET/OU RÉHABILITATION DE PÉRIMÈTRES RIZICOLES…………………………………96
1.2.2 Résultat 2.2 : Les ressources naturelles sont mieux gérées par les producteurs…………….96
A. CAMPAGNE DE REBOISEMENT…………………………………………………………………………96
1.3 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 3 : AUGMENTER LES REVENUS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES……………..97
1.3.1 Résultat 3.1: Un système d’épargne et de crédit de proximité fonctionne………………….97
A. MISE EN PLACE D’UN FONDS DE GARANTIE……………………………………………………………97
B. CRÉATION DE CAISSES LOCALES D’ÉPARGNE ET DE CRÉDIT (CLEC)…………………………………..98
1.3.2 Résultat 3.2 : Les produits locaux sont mieux valorisés…………..…………………………99
A. FORMATION DES PRODUCTRICES SUR LES TECHNIQUES DE TRANSFORMATION, DE STOCKAGE ET DE
CONSERVATION DES PRODUITS LOCAUX……………………………………………………………………..99
B. RESTITUTION DE L’ÉTUDE SUR LE MARAÎCHAGE………………………………………………………99
C. ÉTUDE SUR LA FILIÈRE LAIT……………………………………………………………………………99
1.4 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 4 : LES CAPACITÉS INSTITUTIONNELLES ET ORGANISATIONNELLES DES ORGANISATIONS
BÉNÉFICIAIRES, DES COLLECTIVITÉS LOCALES ET DES ORGANISATIONS PARTENAIRES SONT RENFORCÉES D’ICI À
2009………………………………………………………………………………………………………….100
1.4.1 Résultat .4.1 Les organisations bénéficiaires et partenaires disposent d’une identité propre
d’ici à la fin du programme………………………………………………………………..………………100
A. L’ÉVALUATION RAPIDE ORGANISATIONNELLE (ERO)………………………………………………….100
B. FORMATION DES RELAIS………………………………………………………………………………..101
C. ANIMATION SUR LA VIE ASSOCIATIVE…………………………………………………………………..101
1.4.2 Résultat 4.2. Les moyens d’intervention des ONG, OCB et CL sont renforcés d’ici à la fin
du
programme………………………………………………………………………………………………..102
A. OUVERTURE DE CENTRES D’ALPHABÉTISATION FONCTIONNELLE……………………………………..102
B. FORMATION DES ÉLUS LOCAUX SUR LE BUDGET……………………………………………………….103
C. RENFORCEMENT DE CAPACITÉS DES ASUFOR ET DES COMITÉS DE GESTION DES BORNES
FONTAINES……………………………………………………………………………………………………104
D. RENFORCEMENT DES MOYENS LOGISTIQUES……………………………………………………………104
1.4.3 Résultats 4.3 : les relations internes et externes des organisations sont renforcées d’ici à la fin
du programme…………………………………………………………………….…………………………104
A. FACILITATION DE LA CRÉATION / CONSOLIDATION DE RÉSEAUX ET ALLIANCES………………………..104
1.4.4 Résultat 4.4 : les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base de règles
de gestion transparentes……………………………………………………………………………………108
A. ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DE LA FEGPAB……………………………………………………108
1.5 OBJECTIF SPÉCIFIQUE 5 : INFLUENCER LES POLITIQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE AUX
NIVEAUX LOCAL, NATIONAL, RÉGIONAL ET INTERNATIONAL AU PROFIT DE LA POPULATION DÉFAVORISÉE…..108

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 79


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
_______________________________________________________________________________________________________
_____________
1.5.1 Résultat 5.1 Les OCB, les ONG, les collectivités locales partenaires du programme
disposent de compétences en matière de plaidoyer……………………………………………………….108
A. FORMATION SUR LES OGM………………………………………………………………………………108
B. PARTICIPATION AU FORUM SOCIAL SÉNÉGALAIS À KAOLACK……………………………………………..109
C. PARTICIPATION À LA CAMPAGNE 11.11.11 EN BELGIQUE………………………………………………..109
D. FORUM SUR LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE EN GUINÉE CONAKRY……………………………………………109
E. SEMAINE DE L’AMITIÉ ET DE LA FRATERNITÉ (SAFRA)…………………………………………………109
1.5.2 Résultat 5.2 Le partenariat entre ONG, OCB et collectivités locales est consolidé………110
A. SIGNATURE DE PROTOCOLES……………………………………………………………………………..110
4. ANALYSE…………………………………………………………………………………………………110

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 80


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
_______________________________________________________________________________________________________
_____________

SIGLES ET ABREVIATIONS
- AGIR/ABCD : Action Générale d’Intervention des Retraités/Action Bénévole pour la Coopération
au Développement
- AGR : Activités Génératrices de Revenus
- DBA : Défi Belgique Afrique
- APDJ : Association pour la Promotion et le Développement de la Jeunesse
- ARMD II : Appui à la Région Médicale de Diourbel Phase II
- ASUFOR : Association des Usagers de Forage
- CTB : Coopération Technique Belge
- CLEC : Caisse Locale d’Epargne et de Crédit
- CL : Collectivité Locale
- CR : Conseil Rural
- CMS : Crédit Mutuel du Sénégal
- CPS : Comité de Pilotage Sénégal
- CPSR : Comité de Pilotage Sous-régional
- COM : Comité des Organisations Membres
- DLV : Double Latrine Ventilée
- ERO : Evaluation Rapide Organisationnelle
- FEGPAB : Fédération des Groupements Paysans Associés du Baol
- FODDE : Forum pour un Développement Durable Endogène
- FONGS : Fédérations des Organisations Non Gouvernementales du Sénégal
- GPF : Groupement de Promotion Féminine
- GADEC : Groupe d’Action pour le Développement Communautaire
- GEC : Groupement d’Epargne et de Crédit
- GIE : Groupement d’Intérêt Economique
- IEC : Information Education Communication
- MEC : Mutuelle d’Epargne et de Crédit
- MYF : Médina Yéro Foulah
- OCB : Organisation Communautaire de Base
- OGM : Organismes Génétiquement Modifiés
- ONG : Organisation Non Gouvernementale
- PMB : Puits Maraîchers Bétonnés
- PADELSA : Programme d’Appui au Développement Local pour la Sécurité Alimentaire
- PAISA/MABUSEN : Programme d’Appui aux Initiatives pour la Sécurité Alimentaire au Mali, au
Burkina Faso et au Sénégal
- RESE : Responsable Suivi/Evaluation
- RGTA : Réseau Guinéen pour la Traction Animale
- RODI : Renforcement Organisationnel et Développement Institutionnel
- SADIO : Sécurité Alimentaire et Développement Institutionnel
- SEP : Secrétariat Exécutif Permanent
- UGT : Unité de Gestion Technique
- TN : Terre Nouvelle
- VAD : Volontaires d’Appui au Développement

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 81


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

6. RESUME DU NIVEAU D’EXECUTION DU PAISA/SEN


OS1 : L’accès des populations défavorisées à l’eau, à l’hygiène et à l’assainissement est amélioré dans la zone du programme

Résultats attendus Prévisions Réalisations Commentaires et suites à donner


Le forage est foncé et un test de débit donne les résultats suivants :
Foncer 01 forage 01 forage foncé à Kolda Débit = 66 m3 /heure, Profondeur= 80 mètres, PH = 6
Il est destiné à la boisson et à l’abreuvement du bétail.
Saré Mamadou Egué, département de Vélingara, Région de Kolda
dans la zone d’intervention du GADEC en partenariat avec World
Construire 02 châteaux d’eau à
01 en cours de réalisation à Vélingara Vision
Kolda et Tambacounda
La construction du 2ème château d’eau est différée pour tirer profit de
l’expérience en cours dans la zone d’intervention du GADEC
A Diourbel 08 villages ont bénéficié des adductions avec 08 bornes
fontaines à 02 robinets. Une participation financière et en main
17,200km d'adduction d'eau réalisés à Diourbel dans 08 d’œuvre des populations et du conseil rural de Gade Escale a été
Réaliser des adductions d'eau à villages (Diéré, Diompy I, Diompy II, Ndiagne Toufa, enregistrée.
R.1.1 : l’accès à l’eau pour la
consommation humaine est Diourbel et à Kolda Kontayème, Ngokol, Thiokhème et Sarème) et 01 A Kolda, le matériel (tuyauterie et accessoires) rentrant dans la
facilité hameau (Nianiang) réalisation est réceptionné. Les populations sont en train d’ouvrir les
tranchées de canalisation.

06 puits foncés dans les villages de Missirah Baboké, La contribution financière des populations a permis d’augmenter le
Foncer 04 puits profonds à grand
Saré Thiané, Kolonding, Thiorobougou, Gouloumbou à nombre de puits;
diamètre
Tambacounda la mise en eau du puits de Gouloumbou n’est pas encore réalisée

Le puits est à 94m de profondeur; l’étude est en cours pour le choix


Equiper un puits à Diourbel Non réalisé
technique

06 puits réparés à Nguidiwol, Kolonding et Saré Samba Le puits de Ida Koto (Tambacounda) est en cours
Réparer 02 puits profonds
Gayo à Tambacounda et 02 à Diourbel (Diéré, Guedj Aly) La réparation des puits de Diourbel avait débuté en 2005
Le partenariat avec la Région médicale de Diourbel/CTB à travers le
projet ARMD II a permis de réduire les coûts et d’augmenter le
Construire 50 latrines familiales 60 latrines familiales réalisées à Diourbel
R.1.2 : Les conditions d’hygiène nombre de bénéficiaires. L’inclusion des handicapés a été prise en en
et d’assainissement sont compte dans le ciblage des bénéficiaires.
améliorées 07 blocs de latrines scolaires et 02 latrines communautaires Il s’agissait de blocs de 03 latrines scolaires répartis entre les garçons,
Construire 05 blocs de latrines
réalisés à Diourbel et à Tambacounda les filles, les enseignants. La prise en compte de l’inclusion des
scolaires
handicapés à l’école de Ourel Diadji a été observée.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 82


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

OS2 : Les productions agro-sylvo-pastorales sont augmentées de manière durable

Résultats attendus Prévisions Réalisations Commentaires et suites à donner

Les études préalables sont réalisées en partenariat avec une ONG


Construire 01 micro barrage En cours de réalisation à Madialy à Tambacounda
française (AGIR/ABCD); les travaux ont déjà débuté;

02 PMB et 02 puits profonds réalisés à Sinthiou


Foncer 02 PMB et 02 puits profonds Malème, Diyabougou Sakho et dans la vallée de Les PMB sont foncés au profit de producteurs maraîchers
Mamacounda à Tambacounda
- Tambacounda :
Sinthiourou : 12ha aménagés et 06ha emblavés avec une production
de 73,06 tonnes d’aubergine africaine (Jaxatu)
Diyabougou Sakho : 1ha aménagé
R.2.1 : Les productions agricoles Kokoum Doulo : 1ha; achat d’une pompe par les productrices
sont améliorées Innallah : 1,5ha avec une production de 4,334 tonnes de jaxatu et
Aménager/réhabiliter 04 périmètres 07 périmètres horticoles aménagés sur 18,8ha à 1,304 tonnes d’aubergine par 69 femmes en campagne hivernale
horticoles Kolda, à Tambacounda et à Diourbel Sinthiou Malème : 2ha
- Diourbel : Thiéckane : 1,3ha aménagé pour 50 femmes du village
- Kolda :
Diakhali : 3,65ha aménagés avec une production de 13,351 tonnes
par 104 producteurs dont 61% de femmes
Hamdallay et Kanel n’ont pas été réhabilités

Aménager/réhabiliter des périmètres 17 périmètres de riz ont été mis en valeur sur
Les périmètres sont exploités à plus de 80% par les femmes
rizicoles une superficie de 18,75ha à Tambacounda
- Diourbel : Le reboisement s’est fait autour du périmètre horticole
R.2.2 : Les ressources naturelles
02 campagnes de reboisement réalisées à Diourbel et de Thiéckane et dans les concessions
sont mieux gérées par les Réaliser 01 campagne de reboisement Tambacounda - Tambacounda : Il s’est réalisé en partenariat avec les Scouts de
producteurs
Tamba et l’ONG belge Défi Belgique Afrique
La stratégie de mise en œuvre n’est pas encore définie avec les
R.2.3: les productions animales sont
Introduire 300 coqs raceurs à Diourbel Non réalisé bénéficiaires; il existe aussi la difficulté de trouver les coqs raceurs
améliorées.
liés à la grippe aviaire.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 83


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

OS3 : Les revenus des populations défavorisées ont augmenté

Résultats attendus Prévisions Réalisations Commentaires et suites à donner


A partir d’un fonds de garantie de 15 000 000Fcfa mis
en place en 2005, un crédit de 14 500 000Fcfa a été
Un protocole d’accord avec le Crédit Mutuel Sénégal a permis de
Mettre en place un fonds de garantie octroyé à 31 groupements de femmes, de jeunes et de
doubler le fonds de crédit à 30 000 000Fcfa
producteurs à Diourbel

- 03 caisses locales d’épargne et de crédit mises en Pour les GEC, le matériel (coffres forts et mobiliers) est déjà
R.3.1 : Un système d’épargne et Mettre en place 03 caisses locales
place avec plus de 1 200 000Fcfa d’épargne dans 04 acheté. En lieu et place des GEC, la FEGPAB a pris l’option de créer
de crédit de proximité fonctionne d’épargne et de crédit (CLEC) et de 03
communautés rurales à Diourbel une Mutuelle d’Epargne et de Crédit en partenariat avec la FONGS.
Groupements d’épargne/crédit (GEC)
- GEC non mis en place

Organiser 03 sessions de formation /


recyclage des membres des organes des La formation est en cours à Diourbel au profit des 54 membres des
03 sessions de formation réalisées pour les 03 CLEC
caisses locales d’épargne/crédit Conseils d’administration, des Comités de crédit et des Comités de
à Diourbel
Surveillance des 03 CLEC

01 session de formation sur l’emballage et le Cette formation est réalisée au profit de 15 femmes productrices de
marketing réalisée à Kolda la Fédération des GIE Pellital
Organiser des sessions de formation sur
les techniques de transformation, de
stockage et de conservation des produits
locaux
01 session de démultiplication sur la transformation Il est réalisé en Guinée et fait suite à une formation organisée à
R.3.3 : Les produits locaux sont des fruits et légumes réalisée en Guinée Tambacounda en 2005
mieux valorisés

L’étude a été réalisée dans la zone pastorale du département de


Réaliser une étude sur la filière lait local 01 étude sur la filière lait local réalisée à
Tambacounda; Les résultats de l’étude feront l’objet d’un dossier de
Tambacounda
plaidoyer
Restituer les résultats de l’étude sur la Elle a été effectuée par le partenaire AGIR qui a eu à réaliser l’étude
02 restitutions sur la filière horticole organisée à
filière horticole en présence des responsables des organisations et des producteurs
Diourbel et Tambacounda
(rapport en annexe)

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 84


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

OS4 : Les capacités institutionnelles et organisationnelles des organisations partenaires et organisations bénéficiaires sont renforcées d’ici à 2009

Résultats attendus Prévisions Réalisations Commentaires et suites à donner


Les ERO avaient ciblé les OCB qui avaient bénéficié d’un 1er
Organiser l’Evaluation Rapide
27 OCB évaluées dont 12 à Diourbel et 15 à passage en décembre 2005 à Diourbel et à Tambacounda dans le
Organisationnelle (ERO) des OCB
Tambacounda département de Kédougou, il s’agissait de faire l’état des lieux des
OCB à encadrer.
Organiser des sessions de formation Les formations étaient assurées par les volontaires d’appui au
R.4.1. les organisations des relais en vie associative 20 relais formés dans 10 villages à Diourbel développement (VAD) à travers des séances d’apprentissage
bénéficiaires et partenaires pratiques
disposent d’une identité propre - Les séances ont porté sur le renforcement des capacités des
d’ici à la fin du programme. organisations villageoises sur la structuration, le fonctionnement, la
- Plus de 100 séances réalisées à Diourbel,
Organiser des sessions d’animation gestion et le partenariat.
Tambacounda
en vie associative - Avec l’appui d’animateurs du GADEC, 03 GIE de femmes des
- 03 GIE de femmes et 01 fédération de femmes ont
villages de Diarra Boguel et de Sinthiou Omar Diam et 01 Fédération
obtenu leur reconnaissance juridique à Tambacounda
de 10 GPF à Diyabougou Sakho, disposent de reconnaissance
officielle
R.4.2. les moyens d’intervention Les centres d’alphabétisation dispensaient des apprentissages en
des ONG, OCB et CL sont Ouvrir 30 centres d’alphabétisation 30 centres d’alphabétisation fonctionnelle ouverts calcul, lecture et écriture en langues locales (sérère et wolof) à
renforcés d’ici la fin du fonctionnelle dans 20 villages à Diourbel et 10 à Kédougou Diourbel et pulaar à Kédougou ; les centres d’alphabétisation de
programme. Kédougou ont été réalisés en partenariat avec l’UNICEF.
Appuyer la Fédération des Facilitation dans le fonctionnement et la gestion de Cet appui fait suite au départ de la Mission taïwanaise et à une
riziculteurs de Gouloumbou l’Association régionale des riziculteurs du fleuve demande d’appui de l’Association auprès du GADEC
riverains du Fleuve Gambie Gambie
A Diourbel, les sessions ont porté sur le budget organisé au profit
Organiser des sessions de formation des élus locaux, chefs de villages et responsables associatifs de 03
05 sessions de renforcement des capacités des élus
des élus locaux sur la gestion du collectivités locales (Gade Escale, Touré Mbonde, Patar)
locaux à Diourbel et Kolda
budget A Kolda, les élus locaux de MYF ont bénéficié de renforcement sur
l’organisation, le fonctionnement, le foncier et le budget
Ils sont destinés à assurer la coordination du PAISA et du
Acquérir des moyens logistiques 02 véhicules achetés
SEP/SADIO
- 02 CPS tenues à Diourbel et à Tambacounda
- 04 réunions de coordination de l’UGT tenues à
La 4e Rencontre du Réseau SADIO a abrité le CPSR et la réunion du
Tenir les réunions des instances Diourbel
COM et la Réunion du Forum des partenaires
- Participation à la 4e Rencontre du Réseau SADIO à
Bamako

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 85


Rapport annuel UGT (Janvier – Février 2007)
____________________________________________________________________________________________________________________

06 missions de suivi du Coordonnateur sous-régional


et du Secrétaire exécutif de SADIO au Mali, Burkina Ces missions ont pour objet de faire le suivi des activités du PAISA
Faire des missions de suivi
Faso, Mali, Guinée Bissao, Guinée Conakry et et du fonctionnement des instances
Gambie

Cette activité s’est tenue à Tambacounda avec les UGT du Mali, du


Tenue de la Rencontre sous-régionale des RODI,
Organiser la rencontre des RODI, Burkina Faso et du Sénégal en vue de partager sur le concept RODI,
RESE et Coordonnateurs des UGT
RESE et Coordonnateurs des UGT de finaliser les rapports annuels de 2006 et de procéder à la
R.4.3 : les relations internes et planification de 2007
externes des organisations sont
renforcées d’ici à la fin du
programme. 01 ASUFOR mise en place dans la région de
Mettre en place des ASUFOR et/ou Tambacounda
Les ASUFOR et les comités sont mis en place pour responsabiliser
des comités de gestion de l’eau 10 comités de gestion des bornes fontaines installés à
les bénéficiaires dans la gestion des ouvrages hydrauliques
Diourbel et à Kolda

R.4.4: les organisations partenaires


et bénéficiaires fonctionnent sur la Tenue de l’Assemblée Générale Ordinaire de la Cette Réunion statutaire a permis de renouveler le Conseil
base de règles de gestion FEGPAB d’administration et d’élire un nouveau bureau exécutif
transparentes

OS.5 : Les politiques en matière de sécurité alimentaire aux niveaux local, national, régional et international sont influencées au profit des populations défavorisées

Résultats attendus Prévisions Réalisations Commentaires et suites à donner

R.5.1 Les OCB, les ONG, les


collectivités partenaires du
01 atelier de formation sur les OGM organisé à Cet atelier était organisé à l’intention des leaders d’association, des
programme disposent de
Tambacounda élus locaux et des producteurs.
compétences en matière de
plaidoyer
Dans le cadre de la campagne initiée par 11.11.11 sur les filières lait
et oignon, 02 délégués venant de Tambacounda (01 animateur du
Participation à la Campagne 11.11.11 en Belgique
GADEC et le Président du Réseau national des acteurs de la filière
R.5.2 Le partenariat entre ONG, lait local au Sénégal) ont séjourné en Belgique en novembre 2007
OCB et communes est consolidé Ces protocoles et conventions sont signés avec les Conseils ruraux
04 protocoles et conventions de partenariat signés
de Gade Escale à Diourbel, le Conseil rural de Nettéboulou et le
entre les organisations partenaires, les collectivités
Conseil régional de Tambacounda et l’Inspection régionale des Eaux
locales et les services techniques
et Forêts

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 86


7. RAPPEL DES OBJECTIFS ET DES RESULTATS DU PAISA
Les résultats attendus planifiées par les partenaires au Sénégal pour l’année 2006 comprennent
:

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 1 : AMÉLIORER L’ACCÈS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES À L’EAU, À


L’HYGIÈNE ET À L’ASSAINISSEMENT DANS LA ZONE DU PROGRAMME

Résultat 1 : l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité


Résultat 2 : les conditions d’hygiène et d’assainissement sont améliorées

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 2 : AUGMENTER DE MANIÈRE DURABLE LES PRODUCTIONS AGRO-


SYLVO-PASTORALES

Résultat 1 : Les productions agricoles sont améliorées


Résultat 2 : Les ressources naturelles sont mieux gérées par les producteurs
Résultat 3 : Les productions animales sont améliorées

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 3 : ACCROÎTRE LES REVENUS DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES


Résultat 1 : Un système d’Épargne et de crédit de proximité fonctionne
Résultat 2 : Les produits locaux sont mieux valorisés

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 4 : RENFORCER LES CAPACITÉS INSTITUTIONNELLES ET


ORGANISATIONNELLES DES ORGANISATIONS BÉNÉFICIAIRES, DES COLLECTIVITES LOCALES
ET DES ORGANISATIONS PARTENAIRES D’ICI À 2009

Résultat 1 : Les organisations bénéficiaires et partenaires disposent d’une identité propre d’ici
à la fin du programme.
Résultat 2 : Les moyens d’intervention des ONG, OCB et CL sont renforcés d’ici la fin du
programme
Résultat 3 : Les relations internes et externes des organisations sont renforcées d’ici à la fin du
programme
Résultat 4 : Les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base de règles de
gestion transparentes

OBJECTIF SPÉCIFIQUE 5 : INFLUENCER LES POLITIQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ


ALIMENTAIRE AUX NIVEAUX LOCAL, NATIONAL, RÉGIONAL ET INTERNATIONAL AU PROFIT
DES POPULATIONS DÉFAVORISÉES

Résultat 1 : Les OCB, les ONG, les collectivités partenaires du programme disposent de
compétences en matière de plaidoyer
Résultat 2 : Le partenariat entre ONG, OCB et collectivités locales est consolidé

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 87


8. REALISATIONS
1.1 Objectif Spécifique 1 : Améliorer l’accès des populations défavorisées à l’eau, à
l’hygiène et à l’assainissement dans la zone du programme

Résultat 1.1 : l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité

A. Fonçage de forage
Le fonçage du forage a été effectué dans le village de Kéréwane dans la région de Kolda.
Stratégie de mise en oeuvre :
- Recensement de la population bénéficiaire et du cheptel
- Etude topographique et un plan pour le réseau d’adduction d’eau potable à Kéréwane
- Animation avec les relais
- Contractualisation avec l’entreprise spécialisée en 2005
- Mobilisation de la participation financière des populations en 2005
- Exécution du contrat de fonçage du forage.
Résultats :
- Mobilisation de la participation financière des populations de Kéréwane pour un montant de
03 millions;
- Disponibilité de données actualisées sur la démographie, le cheptel et la topographie pour
l’adduction d’eau à Kéréwane et dans les villages
environnants.

B. Construction de château d’eau


Un château d’eau d’une capacité de 25 m3 et à une hauteur
de 10 m est en cours de réalisation dans le village de Saré
Mamadou Egué dans la région de Kolda.
Stratégie de mise en oeuvre :
- Tenue de séances d’animation
- Mobilisation de la participation financière et des Construction du château d’eau en cours à
matériaux locaux des populations Saré Mamadou Egué

- Signature du contrat d’exécution avec les prestataires


- Mise en place de l’équipement et des outils
- Conception de l’ouvrage et de la réalisation du château
par l’expertise technique du GADEC
- Suivi des travaux par le Service régional de
l’hydraulique.

Confection de coffrage du château d’eau de


Saré Mamadou Egué

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 88


C. Réalisation d’adduction d’eau
Les réseaux d’adduction d’eau ont été réalisés à Diourbel.
Stratégie de mise en oeuvre :
- Identification des villages
- Recensement de la population et du cheptel
- Études topographiques
- Animation au niveau des villages bénéficiaires
- Séances d’information et de réunions avec les conseils ruraux
- Appel d’offre en direction des prestataires (maçons et plombiers) et des fournisseurs de
matériaux
- Choix des prestataires et des fournisseurs
- Implication du service régional de l’hydraulique
- Exécution et suivi des travaux par le responsable du génie civil et le RODI
- Mise en place des comités de gestion des bornes fontaines
Résultats :
- Mobilisation de la participation financière et en main d’œuvre des populations et du conseil
rural de Gade Escale pour une valeur de plus de 2 000 000Fcfa
- Réalisation de 17,200km d’adduction d’eau desservant 08 villages (Diéré, Diompy I,
Diompy II, Ndiagne Toufa, Kontayème, Ngokol, Thiokhème et Sarème) et 01 hameau
(Nianiang)
- Construction d’une borne fontaine à 02 robinets dans chaque village soit 08 bornes
fontaines installées
- Fourniture de l’eau potable à environ 3 600 personnes à une distance de moins de 500m
- Réception des ouvrages en présence des autorités administratives, des élus locaux, de la
presse, des organisations partenaires, des populations bénéficiaires
- Abreuvement de tout le bétail estimé à plus de 5 000 têtes
- Génération de nouvelles sources de revenus pour les femmes à travers les recettes issues de
la vente de l’eau
- Disponibilité de temps libres pour les femmes
pour s’occuper de leur bien être (esthétique), de
leurs progénitures, à participer aux activités du
groupement, de mener des activités génératrices
de revenus
- Responsabilisation des femmes dans la gestion
collective et l’exercice du pouvoir que leur
confère la gérance des bornes fontaines et les
postes occupés dans les comités de gestion
Réception provisoire d’une adduction d’eau à Diourbel
(Présidente, trésorière, déléguée au Comité de
gestion du forage).

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 89


D. Fonçage de puits profonds
Le fonçage de puits a concerné la zone d’intervention du GADEC à Tambacounda.
Stratégie de mise en œuvre
- Identification et choix des lieux de fonçage des puits;
- Animation des équipes du GADEC auprès des bénéficiaires ;
- Contractualisation avec les prestataires de services et les bénéficiaires,
- Exécution des contrats de fonçage de puits profonds
- Le suivi des travaux
Résultats :
- Forte participation des populations à travers leur apport en matériaux locaux (eau, sable), en
main d’œuvre non qualifiée, en prise en charge (hébergement et restauration) de l’équipe
des puisatiers.
- Fonçage à sec de 02 puits profonds dans les villages de Saré Thianna (36m), Gouloumbou
(41,60m),
- Mise en eau de 04 puits dans les villages de Saré Thianna (5m), Missira Baboké (3,5m),
Kolonding (4m), Thiorobougou (4,5m)
- Approvisionnement en eau des populations et l’abreuvement du bétail sur place

E. Réparation de puits profonds


Les travaux de réparation sont réalisés à Diourbel et Tambacounda.
Stratégie de mise en œuvre :
- Identification des puits à réparer
- Visite technique des sites;
- Sélection des demandes de réparation des puits;
- Elaboration des dossiers techniques;
- Choix des prestataires et contractualisation;
- Exécution des travaux;
- Suivi de l’état d’avancement des travaux et le contrôle du respect des prescriptions
techniques par le technicien en génie civil du programme durant toutes les étapes des
réparations.
- Réception des ouvrages.
Résultats : les réparations ont porté sur 06 puits dont :
- 02 puits à Diourbel dans les villages de Diéré, Guedj Aly : Il s’agissait de travaux de
surcreusement qui avaient déjà démarré en 2005. Cela a permis de faciliter l’accès à l’eau pour
une population de 374 habitants et un cheptel de plus de 1000 têtes.
Cependant, le puits de Guedj Aly d’une profondeur de 94m nécessite un système d’exhaure qui
permet d’alimenter la population et le bétail avec moins d’efforts physiques surtout pour les
femmes.
- 03 puits dans la région de Tambacounda notamment respectivement Nguidiwol (mise en
eau sur 2,8m et réparation margelle, confection dalle anti – bourbier, condamnation), Saré
Samba Gayo (curage et mise en eau sur 1,5m, montage portique, condamnation), Ida Koto (en
cours)

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 90


- 01 puits équipé d’une motompe dans la région de Tambacounda notamment dans l’école de
Gourel Diadji (Commune de Tambacounda) facilitera les conditions d’exhaure de l’eau pour la
consommation des élèves, l’assainissement. Cette démarche participe à la prise en charge
harmonieuse des besoins en eau potable, à l’hygiène et à l’assainissement en milieu scolaire
avec l’inclusion des handicapés.
Les puits réparés permettent aux populations de ces villages de disposer d’eau pour la boisson
humaine ainsi que l’abreuvement d’une partie importante du cheptel.

Indicateur : Entre 2005 et 2006, toute la population de 31 villages estimée à 5 130


habitants a accès à l’eau potable sur une distance de moins de 500 m en moins d’une
heure soit plus de 60% des villages cibles.

Résultat 1.2 : Les conditions d’hygiène et d’assainissement sont améliorées

A. Construction de latrines
Les latrines ont été réalisées essentiellement à
Diourbel et à Tambacounda. Pour cette année, le
PAISA a pris en compte la recommandation
formulée durant le COM au Mali avec l’inclusion
des handicapés. Le partenariat a été mis en exergue
avec le Service orthopédique de l’hôpital régional
de Tambacounda et la Région médicale de
Diourbel.
Les types de latrines retenus sont : la double latrine
ventilée (DLV) pour les concessions et les blocs de
03 latrines pour les écoles.
La stratégie mise en œuvre :
- Travail de recensement dans les villages qui a
permis de faire un état des lieux Bloc de latrines scolaires

- Séances d’information organisées par les


volontaires avec les populations et avec
l’implication des infirmiers chefs de postes de
santé. Ce qui a favorisé un bon climat de
collaboration et de solidarité entre les
populations qui ont pu déterminer leurs propres
critères de choix des bénéficiaires des latrines à
savoir le niveau de pauvreté, la présence de
personnes handicapées ou âgées dans la
concession.
- Identification de maçons au niveau des
populations bénéficiaires
- Collaboration avec la Région médicale et le
Service d’hygiène de Diourbel et le Service
orthopédique de l’hôpital régional de
Intérieur d’une latrine
Tambacounda
- Séances d’animation dans les villages et les

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 91


écoles en présence des notables (chefs de villages, imams), du personnel administratif des
écoles, des leaders d’opinion, ainsi que des groupements féminins. Les thèmes de ces
discussions ont porté sur le péril fécal, l’hygiène, l’assainissement et l’importance des
latrines dans la prévention des maladies hydriques.
- Négociation et la signature de contrats d’exécution tripartite (ONG - bénéficiaire -
prestataire)
- Exécution et suivi des travaux
Résultats :
- Reconduction tacite de la convention de partenariat entre APDJ et le Programme d’Appui à
la Région Médicale de Diourbel (ARMD II) financé par la Coopération Technique Belge
(CTB) qui s’explique par le respect des engagements des deux parties pendant la 1e phase
en 2005.
- Participation en main d’œuvre des bénéficiaires
- Construction de 60 latrines familiales (DLV)
réalisées dans les villages de Dara Ndiaye,
Ndiogope, Maka Ndiande, Fintel Somb, Keur
Amadou, Thiéckane à Diourbel
- Construction de 07 blocs de latrines scolaires
dans 05 écoles dans les villages de Batou
Diarra, Hamdalaye Tessan, Diyabougou
Missira à Tambacounda et 02 dans les écoles
de Ndiabaye et Ndiagne Boumy totalisant 20
classes pour une population scolaire de près de
600 élèves à Diourbel.
- Construction de 02 latrines communautaires
pour la mosquée du village de Ndiouffène Participation de la population dans la construction des DLV
Mbakhane et dans le siège de la Zone de
Thiobé à Diabrou, région de Diourbel
- Réception des ouvrages.
Ces réalisations ont requis l’adhésion des populations à travers les fouilles, l’hébergement et la
restauration des maçons
A ce jour, aucun cas de péril fécal n’est
enregistré dans ces villages et écoles alors
qu’auparavant des cas de décès liés au choléra
ont été notés (le village de Dara Ndiaye a
enregistré 03 cas de décès causés par le
choléra en 2005).
L’esprit de solidarité a été réaffirmé par les
populations dans la désignation des
bénéficiaires des latrines (priorité aux familles
les plus démunies et celles où vivent des
handicapés). Formation des VAD sur les techniques d’entretien des DLV
avec le Service d’hygiène de Diourbel

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 92


B. Organisation de séances d’IEC sur l’hygiène et l’assainissement
Ces séances d’information, d‘éducation et de communication (IEC) sur l’hygiène et
l’assainissement ont été développées par APDJ dans les villages ayant bénéficié de latrines.
Stratégie de mise en œuvre :
- Identification des problèmes d’hygiène et d’assainissement avec les populations dans
chaque village;
- Elaboration d’un plan d’action avec la participation de toute la population (chef de village,
chefs de ménage, notables, OCB, les femmes, les jeunes)
- Information et sensibilisation sur l’hygiène individuelle et collective avec la participation
des infirmiers chefs de poste.
Résultats :
- Mise en place de comités villageois d’hygiène et d’assainissement
- Visites à domicile de suivi de l’utilisation, de l’entretien des latrines et des concessions
- Instauration de règles d’hygiène individuelles à observer telles que le lavage des mains avec
du savon et/ou de l’eau de javel avant les repas et à la sortie des latrines.
- Opérations d’assainissement collectif toutes les semaines
- Aménagement de dépôts d’ordures ménagères
Taux de couverture de latrines dans les concessions dans 10 villages à Diourbel
Villages Populations Nombre de Latrines Situation de Latrines Taux de
concessions existantes départ en 2005 réalisées par le couverture
Jeunes Femmes Hommes Total PAISA avec PAISA
Taïba Kalome 420 1 000 600 2 020 42 23 55% 10 79%
Darou Thioumpe 113 43 27 183 16 3 19% 10 81%
Thieckane 87 94 76 257 18 0 0% 18 100%
Gade 160 34 25 219 21 2 10% 12 67%
Diéré 94 150 78 322 15 2 13% 10 80%
Darou Ndiaye 208 201 103 512 12 11 92% 1 100%
Dara Ndiaye 279 193 214 686 34 0 0% 10 29%
Maka Diande 72 26 18 116 14 0 0% 14 100%
Ndiogope 280 600 320 1 200 67 24 36% 10 51%
Fintel Somb 364 200 192 756 71 35 49% 14 69%
TOTAL 2 077 2 541 1 653 6 271 310 100 32% 110 68%

Situation de départ
Taux de couverture de latrines à Diourbel
Taux de couverture
100%
90%
80%
70%
60%
50%
40%
30%
20%
10%
0%
Taïba Darou Thieckane Gade Diéré Darou Dara Maka Ndiogope Fintel
Kalome Thioumpe Ndiaye* Ndiaye Diande Somb

Indicateur : Entre 2005 et 2006, 68% des concessions de 10 villages, et tous les élèves et
enseignants de 12 écoles utilisent des latrines et environ 30% au moins adoptent les règles
d’hygiène et d’assainissement.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 93


1.2 Objectif spécifique 2 : Augmenter de manière durable les productions agro-sylvo-
pastorales

1.2.1 Résultat.2.1. Les productions agricoles sont améliorées

A. Construction d’un micro barrage


Un micro barrage est en cours de réalisation dans le village de Madialy à Tambacounda. Le
barrage a les caractéristiques suivantes : dimensions 70m/1,50m, épaisseur du mur 30cm,
longueur de retenue 1 350m, volume d’eau 30 488m³.
Stratégie de mise en oeuvre :
- Sensibilisation des populations
- Réalisation d’une étude socio-économique
- Réalisation d’études techniques
- Contractualisation avec le prestataire
- Démarrage des travaux
La réalisation du barrage est en cours.

B. Fonçage de puisards maraîchers bétonnés (PMB)


Il s’agissait de la poursuite du fonçage de 02 PMB et de deux (02) puits profonds dans la région
de Tambacounda :
Stratégie de mise en œuvre :
- Sélection des demandes de PMB formulées par les bénéficiaires ;
- Animation auprès des bénéficiaires par les équipes du GADEC
- Contractualisation avec les prestataires de service et les bénéficiaires ;
- Exécution des contrats et suivi des travaux
Résultats :
- 02 PMB réalisés à Sinthiou Malème (fonçage à
sec sur 14 m et mise en eau 1,80 m)
- 03 puits profonds foncés dans le village de
Dyabougou Sakho, la Vallée de Mamacounda et
l’école élémentaire Batou Diarra (amélioration
de l’environnement scolaire) avec les
profondeurs respectives de 20m, 19,36m et
26,5m.
- Mise en eau du puits profond du Dyabougou
Sakho à trois reprises en avril 2006, septembre
2006 et Janvier 2007 pour les profondeurs Femmes autours du puits du
respectives 3m, 6m et 6,5m. périmètre maraîcher à Khossanto

- Mise en eau du puits de l’école élémentaire Batou Diarra sur une profondeur de 4m.
- Ces puits ont pour vocation de faciliter l’irrigation des cultures et/ou d’améliorer
l’environnement scolaire.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 94


C. Aménagement et/ou réhabilitation de périmètres horticoles :
L’aménagement et/ou la réhabilitation de périmètres horticoles ont été effectués à Diourbel,
Kolda et Tambacounda.
La stratégie de mise en œuvre :
- Diagnostics de la situation des périmètres
- Analyse de l’eau pour le cas spécifique de Diourbel (périmètre en phase test)
- Recensement des investissements nécessaires ;
- Séances de concertation avec les producteurs/productrices pour envisager ensemble les
solutions techniques les plus appropriées ;
- Mise à disposition de techniciens horticoles et d’animateurs dans les périmètres
- Mise en place du matériel et des intrants
- Mise à disposition de crédit de campagne pour un montant de 1 609 400Fcfa aux
producteurs de 20 périmètres
- Exécution et suivi des campagnes
Résultats :
- Clôture en fils barbelés de périmètres à Tambacounda
- Poursuite des productions dans les périmètres
- Prise en compte de l’aspect genre avec l’affectation de parcelles à toutes des femmes du
village de Diakhali (Kolda); elles sont également majoritaires dans la plupart des périmètres
à Diourbel et Tambacounda.
- L’exploitation du périmètre horticole de Thiéckane à Diourbel en phase test fait suite à
l’étude sur le maraîchage menée par AGIR.
Pour le périmètre du village de Diakhali à Kolda, les femmes exploitent 23,5 parcelles. Au
démarrage du périmètre, les femmes ne disposaient que de 05 parcelles sur un total de 65 dans
la distribution antérieure. Elles exploitent actuellement plus de 5ha sur une superficie globale
de 15ha.
Sur une superficie de 1,5ha emblavé en gombo en 2006 par 104 producteurs dont 63 femmes, la
production s’élève à 13,351 tonnes avec des recettes brutes de 1 335 050Fcfa.

Exploitation d’un périmètre horticole à Tambacounda

Pour le périmètre de Khossanto à Kédougou dans la région de Tambacounda, le total des


recettes de la 1e campagne de 2006 s’élève à 2 004 000Fcfa soit une marge de 12 500Fcfa par
femme ou par 20m². Et si on tient compte de la production autoconsommée équivalant au tiers
de la production totale, la production totale peut être chiffrée à 3 006 000Fcfa. Cette estimation
ne prend pas en compte la production non pesée.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 95


Par ailleurs, la culture d’oignon occupe une place importance dans le système d’exploitation
avec 58,5% des recettes, suivi de la laitue au deuxième rang avec 23,5%.
Au terme de la 2e campagne couvrant la période d’octobre 2006 à Mars 2007 portant pour
l’essentiel sur l’oignon produit par 75 femmes sur 1/4ha, la production est estimée à 10,125
tonnes.
Dans le périmètre de Sinthiourou, 107 producteurs dont 60 femmes ont produit 73,06 tonnes de
Jaxatu sur 06ha.

Situation de quelques périmètres horticoles de la zone d’intervention du PAISA/SEN en 2006


Périmètres Superficies emblavées Spéculations Productions Nbre de producteurs
(en ha) (en tonne) Hommes Femmes
Jaxatu 4,334
Innallah 1,5 0 69
Aubergine 1,304
Diakhali 3,65 Gombo 13,351 41 63
Thiéckane 1,3 Chou En cours 01 50
Khossanto ¼ Oignon 10,125 00 75
1,48 Piment 0,7
Soudouwelly 10 102
2,81 Gombo 07
Sinthiourou 06 Jaxatu 73,06 47 60

Indicateur : Entre 2005 et 2006, les superficies exploitées pour le maraîchage ont
augmenté cumulativement de plus de 25 ha soit près de 50% ; environ 70% de cette
superficie additionnelle est exploitée par les femmes dans plus de 10 périmètres villageois
avec une production horticole de plus de 118 tonnes en 2006.

D. Aménagement et/ou réhabilitation de périmètres rizicoles


La Fédération des Riziculteurs de Gouloumbou qui regroupe 405 producteurs de 28 villages
étaient antérieurement encadrée par la Mission taïwanaise et s’est retrouvée sans encadrement
au départ de cette dernière. Devant ce sevrage, elle a demandé un appui du GADEC qui, après
investigation, a mis à sa disposition un fonds de garantie de 2 200 000Fcfa. Avec ce montant,
elle a acheté un stock d’engrais destiné à ses membres à crédit. S’étant rendu très tôt compte de
la mauvaise pluviométrie en 2006, elle a plutôt décidé de vendre ses engrais au comptant, y
compris à des non membres pour éviter d’aboutir à une impasse si ses membres ne parvenaient
pas à honorer leur remboursement; une perspective qui était très probable. Sur l’ensemble des
26 villages qui avaient eu à produire du riz sur une superficie de 43,1ha, la production totale
était de 65,685T.
A Tambacounda et dans le département de Vélingara (Kolda), 17 groupements de femmes soit
plus de 600 productrices ont eu à emblaver 18,75ha de riz.
Indicateur : Entre 2005 et 2006, 600 producteurs de riz de 43 villages ont aménagé et
exploité 61, 85ha dont 60% de femmes.

1.2.2 Résultat 2.2 : Les ressources naturelles sont mieux gérées par les producteurs
A. Campagne de reboisement
A Diourbel et à Tambacounda, 02 campagnes de reboisement ont été organisées.
La stratégie de mise en œuvre a porté sur :

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 96


- L’identification des sites à reboiser et le choix des espèces
- Le recensement des personnes intéressées
- Des démarches auprès du Service régional des eaux et forêts pour l’acquisition des plants
- Une collaboration tripartite entre le GADEC, les Scouts, DBA à Tambacounda
Les résultats obtenus se sont traduits par :
- Une mobilisation de la population pendant le reboisement.
- Le reboisement s’est mené au bord de la route pour la région de Tambacounda, tandis qu’à
Diourbel, les plants ont été reboisés dans les concessions et autour d’un périmètre horticole.
- Au total 777 plants de Prosopys, de Jujufis joliflora, d’Eucalyptus, d’Acacia méliféra,
fruitiers (manguiers, goyaviers, citronniers, orangers…) ont été reboisés.
1.3 Objectif spécifique 3 : Augmenter les revenus des populations défavorisées
1.3.1 Résultat 3.1: Un système d’épargne et de crédit de proximité fonctionne
A. Mise en place d’un fonds de garantie
Dans la région de Diourbel, le fonds de garantie de 15 000 000Fcfa logé au CMS par le
Consortium APDJ/FEGPAB en 2005 a permis aux groupements de femmes, de jeunes, des
producteurs des villages cibles d’avoir accès au crédit pour une enveloppe globale de
30 000 000Fcfa. Ce fonds a permis de financer les volets suivants : agriculture, élevage,
commerce, artisanat.
Stratégie de mise en oeuvre :
- Un comité de crédit régional du Consortium APDJ/FEGPAB regroupant des responsables
des deux organisations est chargé de la sélection des requêtes de financement et de
l’accréditation des demandeurs de prêt
- Pour une utilisation rationnelle de ce fonds, un protocole a été signé avec le CMS
- Le montage des requêtes de financements avec l’appui des animateurs de APDJ et
FEGPAB qui ont reçu une formation sur l’élaboration de requêtes de financement en vue
d’appuyer les organisations communautaires de base OCB dans la formulation de leur projet.
- L’ouverture d’un compte au CMS par les demandeurs de prêts
- Le remplissage d’une fiche de caution solidaire en guise d’engagement.
- La sélection des requêtes à financer par le comité régional de crédit
- La transmission des bordereaux au CMS pour procéder au financement des OCB retenues.
Résultats :
Ce dispositif a permis à 31 groupements de femmes, de jeunes et de producteurs (soit plus de
300 bénéficiaires) de bénéficier d’une enveloppe globale de 14 250 000Fcfa pour mener des
activités portant sur l’agriculture, l’élevage, le commerce avec des financements variant de
250 000Fcfa à 500 000Fcfa.
Les femmes ont été les principales bénéficiaires soit plus de 55% des OCB financées. Ainsi, les
bénéficiaires ont pu connaître les procédures et le circuit pour avoir accès au crédit dans les
structures de financement décentralisées telles que le Crédit Mutuel du Sénégal.
Les résultats des activités seront connus à la fin de la campagne (Juillet 2007) où une évaluation
avec le CMS et avec les bénéficiaires permettra de mesurer les effets et les impacts.
A titre illustratif, le GIE des femmes du village de Dara Ndiaye à Diourbel a bénéficié d’un
crédit de 500 000Fcfa avec un taux d’intérêt de 2% par mois avec une échéance de
remboursement à terme sur 9 mois. A la fin de la campagne du GIE, les résultats suivants sont
enregistrés :

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 97


- Nombre de bénéficiaires : 28 personnes
- Montant reçu par personne : 17 200Fcfa
- Niveau de remboursement : 100%
- Montant épargné par le GIE au CMS : 45 000Fcfa
- Revenus tirés des AGR :
ƒ 10 000 à 20 000Fcfa pour 08 personnes
ƒ 5 000 et 7 000Fcfa pour 09 personnes
ƒ 2 500 à 4 500Fcfa pour 10 personnes

B. Création de caisses locales d’épargne et de crédit (CLEC)


Les CLEC sont implantées dans la région de Diourbel.
Stratégie de mise en oeuvre :
- Séances d’informations et d’animation auprès des populations
- Mise en place de comités de pilotage pour l’information et la sensibilisation des populations
- Tenue d’assemblées générales ordinaires
- Choix des lieux d’implantation des CLEC
Résultats :
- 03 CLEC sont implantées au profit de 35 villages des 04 communautés rurales de Ngohé, de
Gade Esacle, de Ndankh Sène et Touré Mbonde
- L’épargne s’élève à 1 284 000Fcfa pour plus de 300 sociétaires
- Les organes des CLEC (Conseil d’administration, Comité de crédit et Comité de
surveillance) sont installés
- Les locaux qui sont entièrement pris en charge par les sociétaires sont aménagés
- Les équipements (coffre fort, outils de gestion, fournitures de bureau) sont en place
- Les formations des membres des organes des CLEC sont en cours en vue d’une maîtrise de
leur mission et leurs rôles.
- Une responsabilisation des bénéficiaires/sociétaires qui sont comptables de l’administration,
de la gestion du crédit et du contrôle à travers les organes (Conseil d’administration, Comité
de crédit, Comité de surveillance).
Indicateurs :
- L’accès au financement d’activités génératrices de revenus est facilité avec une
enveloppe financière de plus de 50 000 000Fcfa au profit des populations défavorisées
- Entre 2005 et 2006, plus de 50 organisations à la base et de producteurs dont plus de
70% de groupements de femmes ont développé des activités et augmenté leur revenu
d’au moins 20%
- Sur les 14 500 000Fcfa prêtés à 31 organisations à la base et aux producteurs en 2006,
le taux de recouvrement est à plus de 85% avant l’échéance de remboursement.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 98


Réunion de la CLEC de Ndiogope/Diourbel AGR / Embouche ovine
1.3.2 Résultat 3.2 : Les produits locaux sont mieux valorisés

A. Formation des productrices sur les techniques de transformation, de stockage et


de conservation des produits locaux
La formation a porté sur le renforcement des capacités des membres du GIE des femmes de
Pata (Kolda) en techniques d’emballage et de marketing.
La stratégie de mise en œuvre :
- Elaboration des termes de références
- Choix des formateurs
Résultats : L’atelier a permis de former 15 productrices sur l’analyse du marché, le marché mix,
l’élaboration d’une stratégie de marketing, les techniques d’emballage.

B. Restitution de l’étude sur le maraîchage


L’étude sur le maraîchage commanditée par l’UGT et réalisée par AGIR/ABCD a fait l’objet en
octobre 2006 de deux ateliers de restitution à Diourbel (APDJ et FEGPAB) et à Tambacounda
(FODDE et GADEC). Ces ateliers ont vu la participation des responsables techniques et
associatifs des organisations; des producteurs / trices, de l’UGT.
Les principales conclusions de cette étude portent sur :
- La taille du périmètre qui doit être conditionnée par l’importance de la population active
intéressée à proximité immédiate… Il vaut mieux envisager un projet modeste, économe en
investissement et à coût de fonctionnement très réduit, orienté vers l’autoconsommation et
le marché de proximité plutôt qu’un projet très important dont on ne maîtrise pas à coup sûr
les données techniques et commerciales. L’autarcie bien réfléchie peut être une solution
immédiate au problème de l’alimentation des populations locales, à condition qu’il n’y ait
aucune charge monétaire en dehors des intrants.
- Les disponibilités en eau, en qualité et en quantité : La qualité de l’eau est-elle adaptée au
maraîchage ? Il est indispensable d’avoir au moins une idée du débit journalier des puits,
des forages…Ce n’est pas toujours facile, et en cas de doute, mieux vaut minimiser la taille
du périmètre. Le pire n’est pas d’avoir vu trop petit, mais de ne pas avoir assez d’eau pour
mener une culture à son terme ou de laisser la moitié du périmètre inexploité.
- Établir un compte prévisionnel d’exploitation pour les futurs producteurs, et comparer les
charges monétaires au revenu monétaire prévisible, déduction faite de l’autoconsommation.
- Dans tous les cas, la réussite du projet sera conditionnée par la réussite technique et
économique des exploitants. Nous sommes condamnés à les faire réussir, d’où l’impératif
d’une formation et d’un appui technique et de gestion très solide. C’est d’autant plus
impératif qu’il y a plus de charges (eau, entretien de la fertilisation…) et de difficultés de
commercialisation.

C. Étude sur la filière lait


Une étude sur la filière lait a été réalisée à Tambacounda. Elle avait pour objet d’étudier
l’environnement régional et la problématique du lait en vue de mieux cerner ses conditions de
production, de transformation, de conservation et de distribution dans cet espace éco
géographique local.
Cette étude s’était fixée comme objectifs de :

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 99


a. Faire l’état des lieux de la filière laitière dans la région : production, distribution,
conservation, consommation, rôles respectifs des hommes et des femmes à ces différents
niveaux,
b. Procéder à une comparaison de la production et de la consommation du lait local et du lait
importé dans la région de Tambacounda;
c. Identifier les principaux acteurs/actrices et les publics de décideurs de la filière en vue de
participer à la campagne de plaidoyer sur « l’accès aux marchés des produits » laitiers
locaux;
d. Esquisser les conditions et les modalités concrètes de mise en place d’un plaidoyer en
faveur du lait produit localement comme levier important de promotion de la souveraineté
alimentaire
Convaincu que ce produit
traditionnel de consommation
populaire qu’est le lait peut
contribuer à améliorer
considérablement la sécurité
alimentaire des communautés
de base, le GADEC partenaire
du PAISA/MABUSEN,
compte mener un plaidoyer
avec ses partenaires belges
(NCOS et Terre Nouvelle) Atelier de restitution de l’étude sur le maraîchage
dans le cadre de la Campagne
11.11.11 portant sur « l’accès aux marchés des produits des pays du Sud ».
Ce plaidoyer pour la promotion du lait produit localement au Sénégal se fonde sur notre vision
en faveur d’une souveraineté alimentaire. Car seule une souveraineté alimentaire véritable est à
même de jeter les bases d’un développement local durable.

1.4 Objectif spécifique 4 : Les capacités institutionnelles et organisationnelles des


organisations bénéficiaires, des collectivités locales et des organisations partenaires
sont renforcées d’ici à 2009

1.4.1 Résultat .4.1 Les organisations bénéficiaires et partenaires disposent d’une identité
propre d’ici à la fin du programme.

A. L’évaluation rapide organisationnelle (ERO)


27 OCB ont fait l’objet d’une évaluation rapide organisationnelle à Diourbel et Tambacounda.
Stratégie de mise œuvre :
- Recyclage des enquêteurs
- Administration des fiches ERO (1er passage pour les OCB de Kédougou et 2e passage pour
les OCB de Diourbel)
- Restitution des résultats aux OCB
- Elaboration de plans de renforcement par OCB.
Résultats :
L’exploitation des fiches ERO de 12 OCB à Diourbel ayant déjà bénéficié d’un renforcement
en 2005 a donné les moyennes suivantes :
- Structuration : 3,6/5

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 100


- Fonctionnement : 3,9/5
- Caisse et banque : 3,9/5
- Procédures financières : 3,8/5
- Capacités d’autofinancement : 3,3/5
- Partenariat : 4/5
Evolution organisationnelle et institutionnelle des OCB à Diourbel / APDJ

4,5

4,0

3,5

3,0

2,5
2005 2006
2,0

1,5

1,0

0,5

-
Structuration Fonctionnement Caisse/Banque Procédures Autofinancement Partenariat
finances

B. Formation des relais


Cette formation s’est déroulée dans le cadre du sous-programme d’alphabétisation fonctionnelle
à Diourbel.
Stratégie de mise en œuvre :
- Choix des relais au sein des OCB
- Identification des besoins en renforcement
- Elaboration d’un plan de renforcement
Résultats :
- 02 relais ont été formés par village, soit un total de 20 personnes
- les relais sont utilisés comme secrétaires dans les OCB en établissant les procès verbaux et
les comptes rendus des réunions.
- les relais assurent la démultiplication des thèmes dans les centres d’alphabétisation et
participent à la sensibilisation et à la mobilisation des populations dans les activités de
développement.

C. Animation sur la vie associative


Ces animations se sont déroulées à Diourbel et à Tambacounda.
Stratégie de mise en œuvre :
- Exploitation des rapports des ERO
- Elaboration de plan d’action par OCB
- Tenue de séances d’animation
- Responsabilisation progressive des relais qui assurent une partie des séances d’animation

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 101


Résultats :
- Réalisation de plus de 100 séances d’animation

Formation des femmes en gestion Séance d’animation sur la vie associative

- Meilleure connaissance des rôles et responsabilités des membres des bureaux


- Obtention de la reconnaissance juridique pour 02 GIE de femmes, 01 GPF et 01 Fédération
de 10 GPF à Tambacounda.
- Renforcement des capacités en gestion des OCB
- Implication des OCB dans les activités de développement
- Forte adhésion des communautés dans les initiatives et actions d’intérêt communautaire
menées par les OCB dans leur localité (la sensibilisation sur l’utilisation des moustiquaires
imprégnées, la consultation prénatale des femmes enceintes, le respect du calendrier
vaccinal des enfants, la déclaration des
nouveaux-nés à l’état civil, la mobilisation de la
main d’œuvre non qualifiée dans l’exécution
d’ouvrages).

Indicateur : Entre 2005 et 2006, au moins 35%


des organisations de base disposent de statuts,
règlement intérieur et de reconnaissance légale.

1.4.2 Résultat 4.2. Les moyens d’intervention


des ONG, OCB et CL sont renforcés d’ici
à la fin du programme

A. Ouverture de centres d’alphabétisation


fonctionnelle
Des centres d’alphabétisation fonctionnelle ont été
ouverts à Diourbel et à Kédougou (Tambacounda).
Stratégie de mise en œuvre :
- Contractualisation avec les bénéficiaires qui
prennent en charge l’aménagement des salles de
classes, l’hébergement des moniteurs et des
VAD, une partie des fournitures
- Recensement des auditeurs (trices)

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 102

Centres d’alphabétisation fonctionnelle à Diourbel et


Tambacounda
- Identification des niveaux d’apprentissage des apprenants (es)
- Elaboration d’une requête soumise à l’UGT
- recrutement des moniteurs / volontaires appelés à résider dans les villages pendant la durée
du programme d’alphabétisation
- formation et/ou recyclage des moniteurs / des VAD
- Organisation des séances d’apprentissage
Résultats :
- 30 centres d’animation et de lecture ont été ouverts en langues Sérère, Wolof et Pulaar
pour une durée de 06 mois en moyenne
- Plus de 983 auditeurs (trices) dont au moins 97% de femmes ont été alphabétisés
- Les auditeurs ont réalisé des productions thématiques sous forme de poèmes, de recueils de
proverbes en Sérère et wolof
L’alphabétisation a permis aussi aux bénéficiaires de gérer leurs organisations et leurs activités
dans les langues locales. Les règlements intérieurs, les comptes rendus de réunions ainsi que
les supports de gestion (cahiers de caisse, comptes d’exploitation) sont rédigés en langues
locales.

B. Formation des élus locaux sur le budget


Cette série d’activité a ciblé 04 communautés rurales partenaires du PAISA à Diourbel et à
Kolda.
Stratégie de mise en œuvre :
- Identification des besoins en renforcement des communautés rurales à travers des revues
documentaires de leurs plans locaux de développement et à travers des séances de partage
- Elaboration des termes de références de l’atelier
- Identification et contractualisation avec le formateur consultant.
Résultats :
- 03 collectivités rurales à Diourbel (Patar, Touré Mbonde et Gade Escale) ont bénéficié
d’une formation sur le budget et 01 à Kolda (MYF) sur l’organisation, le fonctionnement, le
foncier et le budget.
- 160 personnes (conseillers, chefs de villages, leaders d’associations, de femmes et de
jeunes) ont participé aux ateliers
- Un plan d’action a été élaboré pour assurer le suivi de la formation.
- Les élus locaux, les chefs de villages et les leaders associatifs ont acquis des compétences
dans l’élaboration d’un budget.
- Ils ont pu identifier les principales sources de revenus au niveau de leur communauté rurale
et les stratégies de collecte.
- Les chefs de villages et les leaders associatifs ont été sensibilisés sur l’importance du
paiement de la taxe rurale.
- Le taux de
recouvrement
de la taxe rurale
est à plus de
75% pour
l’exercice 2006

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 103

Atelier de formation sur le budget des élus locaux, des chefs de village et des leaders associatifs
dans la communauté rurale de Gade Escale alors qu’il était à moins de 45% en 2005
(Source : Conseil rural de Gade Escale).

C. Renforcement de capacités des ASUFOR et des comités de gestion des bornes


fontaines
L’existence de forages et la réalisation d’adduction d’eau à Kolda et Diourbel ont justifié la
mise en place d’ASUFOR et de comités de gestion de bornes fontaines.
Stratégie de mise en oeuvre :
- Sensibilisation des populations sur la gestion des ouvrages hydrauliques
- Tenue d’assemblées générales et de réunion de mise en place des organes
- Formation des membres des comités et ASUFOR
Résultats :
- Mise en place de comités de gestion de bornes fontaines dans les villages bénéficiant
d’ouvrages hydrauliques
- Mise en place des ASUFOR avec l’implication des gérantes des bornes fontaines.
- La gestion des bornes fontaines est assurée exclusivement par les femmes
- La fixation d’un prix de vente de l’eau pour assurer le paiement de la facture au niveau du
forage, l’indemnité des gérantes des bornes et des gérants des forages, un fonds de caisse
pour prévenir les pannes.

D. Renforcement des moyens logistiques


02 véhicules 4X4 Mitsubishi ont été acquis pour le compte du coordinateur de l’UGT et du SEP
SADIO pour faciliter le travail de coordination et les missions de suivi.

Indicateur : Entre 2005 et 2006, le renforcement des capacités des 04 organisations


partenaires au Sénégal, de plus de 35 organisations à la base, et de 07 collectivités locales
ont contribué à l’accès à l’eau pour la boisson humaine et l’abreuvement du bétail, à
l’amélioration des conditions d’hygiène et d’assainissement, à l’augmentation des
productions agricoles et des revenus pour plus de la moitié des populations de la zone
d’intervention du PAISA à Diourbel, Kolda et Tambacounda.

1.4.3 Résultats 4.3 : les relations internes et externes des organisations sont renforcées
d’ici à la fin du programme.

A. Facilitation de la création / consolidation de réseaux et alliances


Les organisations partenaires du PAISA au Sénégal ont été parties prenantes de différentes
initiatives, entre autres :
- Partenariat GADEC/UNICEF :
Les deux institutions ont mis en œuvre un programme de renforcement des capacités des
Groupements de promotion féminine (GPF) de Salémata dans le département de Kédougou.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 104


Convaincus de la nécessité de donner une réponse à la situation des enfants et des femmes dans
la Communauté rurale de Salémata, le GADEC et l’UNICEF ont eu des interactions et des
échanges sur les opportunités d’action qu’il faudrait saisir pour agir en partenariat dans ladite
localité. Le Projet de Renforcement des Capacités des Femmes de la Communauté Rurale de
Salémata est le résultat de cette négociation compte tenu des priorités des deux parties
comprenant entre autres la sécurité alimentaire, le renforcement des capacités, la prise en
charge des enfants et des mères.
- Partenariat Région médicale de Diourbel et APDJ
La mise en œuvre de programmes parallèles qui prennent en charge les problèmes d’hygiène et
d’assainissement par APDJ (PAISA) et la Région médicale de Diourbel (ARMD II) grâce à des
financements de la Coopération belge a impulsé ce partenariat.
Ce concours de circonstances a justifié le souci des 02 structures de mettre en commun leurs
compétences et expériences dans la construction de latrines familiales dans les villages avec la
signature d’un protocole de partenariat qui a facilité l’exécution selon le modèle DLV conçu
par la Région médicale.
1. Activités de l’UGT
™ Les réunions
Quatre réunions de coordination de
l’UGT/Sénégal ont été tenues à Diourbel
et qui ont vu la participation du
Coordonnateur, de l’Assistant du
coordonnateur, du RESE et des Chargés
de RODI.
Mars 2006 : Finalisation du rapport
d’activités de 2005 et Planification
annuelle 2006
Cette réunion de l’UGT, en début de
campagne, a permis d’échanger sur le
déroulement du programme en 1e année,
de préparer le rapport annuel 2005 et de
proposer la planification annuelle de
2006 à valider par le CPS.
Atelier sous-régional des UGT du PAISA/MABUSEN
Tambacounda, du 15 au 19 mars 2007

Juillet 2006 : Compte rendu des activités et partage sur l’évolution institutionnelle des
organisations partenaires
La deuxième réunion de l’UGT avait pour objet de passer en revue les réalisations du
programme pour le premier semestre et en fonction du niveau d’exécution de la planification
annuelle, de proposer au CPS une planification des actions à réaliser au cours du second
semestre 2006. En plus, les participants ont pu échanger sur des informations sur la vie
institutionnelle des organisations partenaires.

Septembre 2006 : Compte rendu des activités et suivi de la planification annuelle

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 105


La troisième réunion de l’UGT a été l’occasion de renouveler l’exercice de revue du niveau de
réalisation du programme au Sénégal, de rappeler l’approche de la fin de l’exercice et de
planifier les actions du dernier trimestre 2006.
Un constat majeur de cette réunion était la nécessité de proposer un réaménagement du
dispositif permettant au Coordonnateur de l’UGT de disposer d’un Assistant. C’est ainsi qu’il a
été proposé un réaménagement au sein de l’UGT en affectant à ce poste le Responsable du
Suivi Evaluation jusque là, et de confier le Suivi/évaluation au chargé du RODI logé à APDJ en
attendant la validation de ce réaménagement par le CPS.

Novembre 2006 : Compte rendu des activités, réajustement de la planification, état des lieux
de la collecte des données sur le suivi évaluation.
Cette coordination a permis de s’informer sur la mission du Coordonnateur au Mali et en
Guinée Bissau, de revenir sur la nécessité de faire des études pour avoir des données ménages
pour pouvoir alimenter les indicateurs du cadre logique, de procéder à un réajustement de la
planification compte tenu de la proposition de prolonger l’exercice 2006 jusqu’en mars 2007.

™ Le suivi évaluation

Etape Activités Résultats

- Révision du cadre logique - Cadre logique corrigé


Atelier d’Avril 06 - Elaboration des outils de suivi - Matrices de S/E finalisées, Maquette élaborée
- Elaboration de la maquette de - Fiches de collectes de données élaborées
Saisie

Coordination UGT - Etat des lieux sur les données - Données de base disponibles (DP, ERO, DIP)
du 14 Novembre 06
disponibles/ organisation

- Enquête auprès des ménages - Situation de référence 2005 dans la zone


Janvier 07 - Série de travaux avec le d’intervention du PAISA/SEN disponible
Représentant de TN à Dakar

2. Activités du Comité Pilotage National (CPN)


™ Participation à la 4e Rencontre annuelle du Réseau SADIO et au CPSR
Les 04 organisations partenaires au Sénégal (APDJ, FEGPAB, FODDE et GADEC) ont pris
part en Avril 2006 à Bamako/Mali à la 4e Rencontre annuelle du Réseau SADIO et au Comité
de Pilotage Sous-régionale (CPSR).
La Rencontre annuelle du Réseau qui participe à la vie de l’institution était un moment solennel
pour ses membres de :
- passer en revue les orientations stratégiques
- approuver les programmes et plans d’actions du réseau
- approuver les rapports (rapport moral du Président du Conseil et rapports d’activités et
financiers)

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 106


- faire la promotion du Réseau et de son programme
- organiser des rencontres thématiques
Quant au CPSR, il s’est agi de valider les rapports annuels de l’exercice 2005 du
PAISA/MABUSEN et la planification annuelle de 2006.
™ Les réunions
Trois réunions du CPN étaient programmées pour l’exercice 2006 dont 02 réalisées; la 1e
réunion convoquée à Tambacounda a été reportée à cause du décès du Président de FEGPAB à
la même période.
- Réunion de Juillet 2006 à Diourbel : elle avait pour objet :
a) le compte rendu du COM/SADIO et de la réunion du Comité de Pilotage Sous Régional du
PAISA tenue au Mali
b) le compte rendu du rapport semestriel du PAISA par le Coordinateur de l’UGT
c) la planification des activités du 2ème semestre 2006
d) le fonctionnement du CPS
- Réunion de Décembre 2006 à Tambacounda : elle a porté sur :
a) la validation du rapport du CPS de juillet 2006
b) la présentation suivie de discussions du rapport d’activités du 2e semestriel de 2006
c) la présentation suivie de discussions du rapport financier
d) l’état des lieux sur le Suivi/évaluation
e) les échanges d’informations sur les programmes des organisations partenaires et le Réseau
SADIO
f) le réajustement de la planification de 2006 qui est prolongée jusqu’en Mars 2007.

3. SEP/SADIO
™ Missions
Trois missions ont été effectuées au Mali au Burkina Faso, en Gambie, en Guinée Bissau et en
Guinée Conakry par le coordonnateur de l’UGT et le SEP/SADIO. Ce dernier a effectué aussi
une mission en Belgique.
Ces missions avait pour but de contribuer au renforcement des inter – relations entre les
partenaires dans le cadre du réseau SADIO, de faire la promotion du SADIO et de suivre la
planification des activités du PAISA et du PADELSA.
Les missions en Guinée Bissau ont permis de rencontrer le Ministre de l’agriculture et
d’aborder avec lui la mission du Réseau SADIO, ses actions, la question de la libre circulation
des personnes et des biens dans l’espace frontalier. Ce qui a débouché sur l’engagement du
Ministre d’appuyer l’initiative de la Caravane transfrontalière des produits agricoles (avec
l’huile de palme comme produit phare).

™ Rencontre entre le SEP, le Coordonnateur sous-régional de l’UGT et le


Représentant de TN au Sénégal

Cette première rencontre qui s’est tenue en février 2007 à Diourbel participe à la consolidation
de la volonté commune des différentes parties impliquées dans la mise en œuvre du PAISA.
Les points suivants ont été abordés lors de cette réunion :
- La définition du cadre de travail

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 107


- Le compte rendu des missions
- Le choix de partenaires éligibles au financement de Terre Nouvelle
- La stratégie de cofinancement
- Le Programme UE pour les acteurs non étatiques sur la bonne gouvernance
™ Rencontre sous-régionale des RODI, RESE et Coordonnateurs des UGT
Cette réunion sous-régionale s’est tenue du 15 au 19 mars 2007 au Sénégal à Tambacounda et a
réuni les Chargés de Programme RODI, les Responsable de Suivi/Evaluation et les
coordonnateurs des UGT du Mali, du Burkina Faso et du Sénégal.
Cette réunion était convoquée pour finaliser les rapports annuels par pays, de faire le point de
l’état d’exécution du Programme dans les 03 pays et de proposer une planification annuelle
2007 en partant du cadre logique.

1.4.4 Résultat 4.4 : les organisations partenaires et bénéficiaires fonctionnent sur la base
de règles de gestion transparentes

A. Assemblée générale ordinaire de la FEGPAB


Le 20 décembre 2006, s’est tenue au siège de la FEGPAB, l’assemblée générale de
renouvellement de ladite structure.
L’ordre du jour tournait autour de 3 points :
- 1°) Lecture des rapports (rapport d’activités et rapport financier)
- 2°) Proposition de révision de quelques points du règlement intérieur
- 3°) Renouvellement du CA et du bureau
Au terme des travaux, un Conseil d’administration et un nouveau bureau ont été élus pour un
mandat de 03 ans avec l’entrée de deux femmes dans le bureau (composé de 07 membres) aux
postes de Vice-présidente et de Responsable des femmes.

1.5 Objectif spécifique 5 : Influencer les politiques en matière de sécurité alimentaire,


d’accès à l’eau potable, et de promotion de l’hygiène et l’assainissement au niveau
local, national, régional et international au profit de la population défavorisée

1.5.1 Résultat 5.1 Les OCB, les ONG, les collectivités locales partenaires du
programme disposent de compétences en matière de plaidoyer

A. Formation sur les OGM


L’atelier sur les OGM s’est tenu du 03 au 07 octobre 2006 à Tambacounda. Il a été organisé à
l’intention des leaders d’association, des élus locaux et des producteurs en provenance de
Diourbel, Kolda et Tambacounda.
L’atelier a permis de renforcer les connaissances de base des participants sur les OGM et la
biodiversité dans la perspective de mener des campagnes d’informations, de sensibilisation des
partenaires du GADEC et en direction du grand public
Cette formation a apporté, par ailleurs, un éclairage particulier sur les rapports antagoniques
entre sécurité alimentaire et OGM. Elle a été une opportunité de développer un outil et une
approche pour l’élaboration participative de dossiers de plaidoyer sur la sécurité - souveraineté
alimentaire pour le GADEC et les partenaires du réseau SADIO avec comme enjeux et

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 108


défis « lutter contre les OGM, défendre la biodiversité et promouvoir la sécurité et la
souveraineté alimentaire ».

B. Participation au forum social sénégalais à Kaolack


Cette activité qui a vu la participation de FODDE et du GADEC s’inscrit dans la logique du
PAISA qui veut influencer les politiques locales, nationales et internationales en faveur d’une
meilleure prise en compte des intérêts des producteurs agricoles au sens large.
En effet à Kaolack, le Forum, qui a regroupé 1500 délégués, a eu à dénoncer les accords de
partenariat économiques que l’Union Européenne voudrait signer avec les pays de l’Afrique de
l’Ouest. Ces accords seraient, selon les participants, le plus sûr moyen de faire régresser
l’agriculture de l’Afrique de l’Ouest et donc son économie.
Le prolongement de la participation de FODDE et de son partenaire à la base Pellital
(Fédération de GIE de Producteurs) a été la production d’un documentaire audiovisuel qui
capitalise les aspects les plus significatifs de cette rencontre.

C. Participation à la campagne 11.11.11 en Belgique


Dans le cadre de la campagne initiée par 11.11.11 sur les filières lait et oignon, 02 délégués
venant de Tambacounda (01 animateur du GADEC et le Président du Réseau national des
acteurs de la filière lait local au Sénégal) ont séjourné en Belgique du 24 octobre au 14
novembre 2007. Cette campagne constituait une opportunité pour :
- un partage d’expériences avec des agriculteurs et des éleveurs en Belgique
- une meilleure compréhension des politiques du Nord qui influent sur les économies du Sud
notamment le marché du lait européen
- Lier des contacts avec des organisations pour un partenariat.

D. Forum sur la Sécurité alimentaire en Guinée Conakry


Le Forum a été organisé par la RGTA qui a eu à fêter la 10 000e paire de bœuf dressée pour la
traction animale en novembre 2006 à Kindia. Le thème du forum a porté sur « Traction animale
et sécurité alimentaire ». Il a enregistré la participation du Président du Conseil
d’administration du GADEC, du SEP SADIO, du Responsable du BAC du GADEC.
Le forum, présidé par le Ministre de l’agriculture de la Guinée, a été une espace pour faire la
promotion du Réseau SADIO.

E. Semaine de l’Amitié et de la Fraternité (SAFRA)


Le Symposium tenu du 23 au 25 décembre 2006 dans le cadre de la 20e édition de la SAFRA
organisée à Gabou en Guinée Bissau sous la présidence effective du Président de la République
Mr Joao Bernardo VIEIRA (NINO), a vu la participation du SEP SADIO (assurant la
présidence de la commission scientifique). Le thème de la SAFRA « l’Empire du Gabo, quels
enseignements pour l’intégration sous-régionale? » a permis aux participants de revisiter
l’évolution historique, politique, socioculturel, économique et de réfléchir sur des
problématiques de développement relatives à l’intégration sous-régionale :
a. la sécurité et la souveraineté alimentaires
b. l’existence d’un libre commerce transfrontalier
c. les tracasseries de divers ordres au niveau des frontières
d. la libre circulation des personnes et des biens.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 109


1.5.2 Résultat 5.2 Le partenariat entre ONG, OCB et collectivités locales est consolidé

A. Signature de Protocoles
Le partenariat s’est matérialisé avec la signature de protocoles à :
- Diourbel entre APDJ et le Conseil rural de Gade Escale dans le cadre du renforcement de
capacités des élus locaux et dans la lutte pour la sécurité alimentaire
- Tambacounda :
a. Entre le GADEC et Conseil Régional de Tambacounda dans le cadre de l’appui aux
collectivités locales dans la bonne gouvernance
b. Entre le GADEC et le Conseil rural de Nettéboulou dans le cadre du renforcement de
capacités et dans la lutte pour la sécurité alimentaire
c. Entre le GADEC, le Conseil rural de
Nettéboulou et l’Inspection régionale
des Eaux et Forêts de Tambacounda
pour l’aménagement des forêts de
Gouloumbou.

Cérémonie officielle de réception des équipements de la CLEC


de Gade Escale en présence de l’Adjoint du Sous-préfet, du
Président du Conseil rural, du Chef de Service régional
du développement communautaire et des responsables des
organisations partenaires

Indicateur : Entre 2005 et 2006, 04 protocoles et conventions de partenariat sont signés


entre les organisations partenaires, les collectivités locales et les services techniques pour
promouvoir le développement socio-économique à la base.

9. ANALYSE
Au cours de l’année 2006, un volume important d’activités a été réalisé. Il est noté, cependant,
la non réalisation de quelques unes à savoir :
- La construction du château d’eau à Kolda :
Elle est retardée du fait que FODDE veut s’inspirer du modèle de château d’eau que le GADEC
est entrain de concevoir avec son expertise technique en collaboration avec la Brigade des puits
et forages du Service régional de l’hydraulique de Tambacounda. Le succès attendu de ce
modèle de par son coût relativement moyen et en s’appuyant sur les compétences locales pourra
faire l’objet d’une capitalisation et une généralisation de ce type d’ouvrage auprès des autres
partenaires du Réseau SADIO.
- L’équipement du puits de Guedj Aly :
Ce puits qui a une profondeur de 94m exige du temps et des efforts physiques pour les femmes
et les éleveurs dans le puisage de l’eau. C’est fort de ce constat qu’il a été proposé de l’équiper
pour alléger les corvées d’eau surtout pour les femmes. Cet équipement suppose au préalable
des études pour voir le système d’exhaure le plus approprié; d’où le retard noté à ce niveau.
- L’introduction de coqs raceurs à Diourbel :

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 110


Cette activité qui constitue une alternative de diversifier les activités génératrices de revenus au
profit des femmes n’a pas connu un début d’exécution. Ce retard s’explique en grande partie
par la difficulté de trouver des coqs raceurs et le problème récurent de la grippe aviaire qui
impose de prendre toutes les dispositions préventives pour mener cette activité.
- La création des Groupements d’Epargne et de Crédit (GEC) :
En lieu et place des GEC, la FEGPAB a opté pour la création d’une Mutuelle d’Epargne et de
Crédit (MEC). Ainsi, les GEC vont être des démembrements de la MEC.
- La réparation de véhicule pour la FEGPAB :
Ce véhicule acquis dans le cadre du PESA/DKT et rétrocédé à la FEGPAB à la fin du
programme, devait faire l’objet d’une réparation pour renforcer le parc automobile de la
Fédération qui ne dispose présentement que d’un seul véhicule. Cependant, le budget dégagé
n’a pas permis de prendre en charge les frais de réparation et de dédouanement car le véhicule
est en hors taxe.
En outre, certaines activités (qui sont en cours) telles que la construction du micro barrage de
Madialy et du château d’eau à Tambacounda ont été repoussé à cause de la réception parfois
tardive des fonds et qui ont eu des incidences dans la mobilisation des populations pendant la
saison des pluies en plus de l’accès difficile aux villages.
Il est à souligner, en somme, qu’en bouclant la planification annuelle de 2006, il est
remarquable de noter que le niveau de réalisation effective des activités planifiées est de 83%.
C’est dire l’engagement, la forte mobilisation et la participation dont les populations et les
collectivités locales partenaires ont fait montre dans l’exécution du PAISA dans leurs localités
respectives.
Ce qui traduit leur adhésion au programme qui cadre avec leurs besoins prioritaires (accès à
l’eau potable, octroi de crédit pour les AGR sans contrepartie financière ou matérielle, le
renforcement des capacités) et l’approche participative impulsée en amont et en aval à tous les
niveaux par les organisations partenaires en rapport avec les populations bénéficiaires.
Ce travail était sous-tendu par des séances d’animation et de sensibilisation auprès des
bénéficiaires, des rencontres d’informations auprès des collectivités locales, des services
techniques et des autorités administratives; ce qui a davantage favorisé l’appropriation du
programme par ces cibles et leur disponibilité à faciliter sa mise en œuvre.
Ce qui s’est traduit par les participations financières et/ou en main d’œuvre des populations
bénéficiaires pour la réalisation des ouvrages, la signature de protocoles de partenariat avec les
collectivités locales, le suivi des réalisations en rapport avec les services techniques de l’Etat.
Dans la perspective de pérennisation des réalisations et des actions initiées avec les populations,
le renforcement des capacités a été adopté comme axe central à tous les niveaux d’intervention
du PAISA.
- Dans la réalisation des ouvrages hydrauliques tels que les adductions d’eau, les puits, la
population a toujours fourni la main d’œuvre non qualifiée qui est engagée dans les travaux.
- La mise en place de comité de gestion des ouvrages, notamment de l’eau, participe à la
pérennisation des ouvrages; en outre, les femmes qui sont dévolues à la corvée de l’eau,
sont responsabilisées. Ainsi, elles occupent généralement les postes de présidente, de
trésorière, de gérante des bornes fontaines. En même temps elles sont proposées comme
délégués auprès des associations des usagers des forages.
- Les recettes tirées de la vente de l’eau, réparties en 03 parts, assurent l’entretien, le
paiement de la facture auprès du forage, et l’indemnité mensuelle de la gérante.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 111


- Dans les périmètres horticoles et rizicoles, les producteurs et les productrices sont
comptables de la gestion; un appui technique leur offre les capacités de mieux valoriser
leurs productions.
- La création des CLEC participe à une responsabilisation des populations en disposant en
leur sein d’un système d’épargne et de crédit de proximité. Les organes (Conseil
d’administration, Comité de crédit, Comité de surveillance) sont administrés par les
populations bénéficiaires. Ce qui offre l’intérêt de développer l’épargne et d’avoir
facilement accès à un crédit de proximité. L’appropriation de cette approche est assez
encourageante, car en 05 mois seulement du démarrage des CLEC, l’épargne est estimée à
plus de 1 200 000Fcfa avec plus de 300 sociétaires répartis dans 35 villages 04
communautés rurales.
- Au delà de l’exécution des réalisations physiques, le PAISA a eu un impact certain sur le
développement local par le renforcement des capacités des organisations à la base, des
collectivités locales et des organisations partenaires.
- Le renforcement organisationnel de conseils ruraux à Diourbel et Kolda a eu des effets
positifs pour les populations. C’est dans cette dynamique que le Conseil rural de Gade
Escale à Diourbel a pris intégralement en charge la construction d’un abreuvoir dans le
village de Diéré pour répondre à la demande de la population qui a eu à bénéficier
d’adduction d’eau via le PAISA.
- Grâce aux appuis institutionnels et à la formation continue, les organisations ont gagné en
efficacité et retrouvé plus de crédibilité auprès de leurs partenaires.
C’est ainsi que APDJ, FODDE et GADEC président respectivement les cellules régionales du
CONGAD à Diourbel, Kolda et Tambacounda.
En plus, FODDE est Leading Agency d’une coalition de 04 ONG locales sur un programme de
sécurité alimentaire financé par la coopération autrichienne dans les départements de Kolda et
Vélingara.
Seulement, dans un souci de renforcer la crédibilité et les performances des organisations
partenaires, il est nécessaire que leurs intervention soit de mieux en mieux orientées vers leurs
meilleures pratiques dans un souci d’un appui efficace et efficient au profit des populations et
de la communauté en général.
Au niveau de l’UGT, il importe de mieux articuler les rapports de travail entre l’Assistant du
Coordonnateur, le RESE, les Chargés de programme RODI et les organisations partenaires pour
huiler davantage le dispositif institutionnel du programme.
La production régulière et périodique des rapports d’activités (rapports mensuels et/ou
bimestriels ou trimestriels) par les Chargés de RODI et la collecte régulière des données de
suivi sur le terrain sauront donner plus de visibilité dans la mise en œuvre du programme avec
des informations à jour et faciliter le travail de rapportage annuel et de capitalisation.
Au niveau du Réseau SADIO qui regroupe 17 organisations de 06 pays en Afrique de l’ouest,
les 04 organisations partenaires au Sénégal ont pu se mettre en synergie en s’intégrant dans une
dynamique sous-régionale de promotion de la sécurité alimentaire.

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 112


10. ETAT DES LIEUX
NIVEAU D’EXECUTION DU PAISA/SEN

Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)


Contribution à la sécurité alimentaire pour un développement durable au
Mali au Burkina Faso et au Sénégal
I.1.1 Le taux de couverture en eau potable est amélioré de 50% dans 43 villages et 16 écoles ciblés par le
programme d’ici 2009
O.S.1. l’accès à l’eau potable, à l’hygiène et l’assainissement est amélioré
dans la zone du programme I.1.2. Pour 60 % des ménages des 52 villages ciblés et 65 % des élèves des 10 écoles, les pratiques d’hygiène
sont améliorées de 35 % et la couverture en matière d’assainissement est satisfaite à 80% d’ici 2009.

R.1.1. l’accès à l’eau pour la consommation humaine est facilité I.1.1.1 D’ici 2009, 85 % des populations de 52 villages a accès à l’eau à moins de 500m

I.1.2.1. Au moins 30 % des femmes des ménages des 40 villages appliquent le paquet «hygiène / assainissement
R 1.2 Les conditions d’hygiène et assainissement sont améliorées
de base» d’ici 2009

Quantité globale Quantité planifiée Réalisations


Activités
(5 ans) 2005 / 2006 2005 / 2006
A.1.1.1 Foncer des forages 02 01 01

A.1.1.2 Réhabiliter des forages 04 01 01


A.1.1.3 Construire un château d'eau 01 02 01
A.1.1.4 Réaliser des adductions d'eau (en km) 05 10 24,65
A.1.1.5 Foncer des puits à grand diamètre 30 10 12

A.1.1.6 Réparer des puits profonds 30 09 10

A.1.2.1 Construire des latrines 28 100 150


A.1.2.4 Organiser des séances d'IEC sur les bonnes pratiques en hygiène et assainissement - 100 100

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 113


Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)
OS2 : Les productions agro-sylvo-pastorales
I.2.1 Le taux de couverture des besoins céréaliers est amélioré de 3 mois pour au moins 30 % des ménages de 51 villages d’ici 2009
sont augmentées de manière durable
I.2.1.1 Pour 80% des producteurs ciblés, les productions issues de l’horticulture ont augmenté de 20% au moins entre 2006 et 2009
I.2.1.2 La production de riz par les productrices cibles a augmenté de 20% par an en moyenne entre 2006 et 2009
R.2.1 Les productions agricoles sont
améliorées I.2.1.3 Progressivement, 60% des producteurs de sésame et de riz disposent de semences de qualité à raison de 20% par an à partir de 2006

I.2.2.1 : Une superficie de 70 ha de terres de culture est amendée par la production et l’épandage de compost par les producteurs ciblés entre 2005 et 2009
R.2.2 : Les ressources naturelles sont mieux
I.2.2.2 : Dans au moins 50 villages, les superficies irriguées (riziculture, maraîchage) atteignent au total 200ha chaque an
gérées par les producteurs
I.2.2.3: 80% des ménages /producteurs cible ont réussi à maintenir en vie au moins 3 plants d’ici à la fin du programme
I.2.3.1 : Dans 50 villages, le nombre de poulets et la production d’œufs pour au moins 60% des ménages ciblés ont accru de 20% entre 2006 et 2009
R.2.3 Les productions animales sont
améliorées I.2.3.2 : L’abreuvement de tout le bétail résident sédentaire est effectué localement pendant toute l’année dans 50 villages bénéficiaires d’infrastructures
hydrauliques d’ici la fin du programme

Activités Quantité globale (5 ans) Quantité planifiée 2005 / 2006 Réalisations 2005 / 2006
A.2.1.1 Construire des micro-barrages 02 01 01
A.2.1.2 Réhabiliter des micro-barrages 08 00 00
A.2.1.3 Foncer des PMB 00 02 04
A.2.1.4 Aménager / réhabiliter des périmètres horticoles (en ha) 50 25 20
A.2.1.5 Aménager / réhabiliter des périmètres rizicoles (en ha) 50 125 125
A.2.1.6 Construire des magasins de stockage 08 02 02
A.2.1.7 Produire / tester des semences de riz (en ha) 10 15 15
A.2.2.1 Produire du compost - 00 00
A.2.2.2 Organiser des campagnes de reboisement 05 03 03
A.2.3.3 Mettre en place des poulaillers améliorés 50 00 00
A.2.3.4 Aménager une mare 01 00 00
A.2.3.5 Construire des abreuvoirs 20 00 00

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 114


Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)

OS.3. Les revenus des populations défavorisées I.3 65% des bénéficiaires directs du projet impliqués dans des activités génératrices de revenus dont au moins 50% de femmes ont
sont accrus d’ici 2009 augmenté leurs revenus de 20% au moins entre 2005 et 2009

I.3.1 1: Au moins 50% des femmes de 146 villages cibles développent leurs activités génératrices de revenus durant la période 2005-2009

I.3.1.2 : Les 5 caisses appliquent les procédures de gestion recommandées dans le système mutualiste
R.3.1 Un système d’épargne et de crédit de
proximité fonctionne I.3.1.3 : Le volume total des crédits atteint au moins 50 millions à partir de 2007

I.3.1.4 : Le volume d’épargne des populations est égal au moins à 65% des ressources financières des caisses au démarrage en 2007

I.3.2.1 : Les revenus tirés de la transformation et/ ou de la conservation des produits locaux augmentent de 20% d’ici 2009

I.3.2.2 : Un système de filières horticole, sésame et lait améliore le revenu des producteurs de 10% au moins d’ici la fin du programme
R.3.2 Les produits locaux sont mieux valorisés

I.3.2.3 : Au moins quatre (4) documents d’études sur les filières sont produits et diffusés avant 2009

Quantité globale Quantité planifiée Réalisations


Activités
(5 ans) 2005 / 2006 2005 / 2006
A.3.1.1 Mettre en place un fonds de garantie 01 01 01

A.3.1.2 Mettre en place des caisses locales d’épargne et de crédit 05 06 03


A.3.1.3 Organiser des sessions de formation / recyclage des membres des organes des caisses 10 03 03

A.3.1.4 Organiser des sessions de formation / recyclage des gérants des caisses d'épargne / crédit 10 00 00
A.3.2.1 Organiser des sessions de formation en techniques de stockage, de conservation et de
06 02 03
transformation des produits locaux
A.3.2.2 Organiser des visites d’échange sur la valorisation des produits locaux 03 00 01
A.3.2.3 Appuyer la participation des producteurs à des foires de produits locaux 02 00 00
A.3.2.5 Réaliser et restituer des études sur des filières 04 02 02

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 115


Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)

I.4.1 : Au moins 60% des organisations communautaires de base cibles mettent en œuvre leurs activités de façon autonome à la
fin du projet
O.S.4: Les capacités institutionnelles et organisationnelles des
ONG, OCB et des Collectivités locales cibles sont renforcées
d’ici à 2009 I.4.2 : Les 04 organisations partenaires mettent en œuvre leurs planifications stratégiques

I.4.3 : 10 parmi les 17 collectivités locales ciblées par le programme mettent en œuvre de manière participative leur Plan Local de
Développement à la fin du programme

I.4.1.1 la vision, la mission, la stratégie et la structuration sont partagées au moins par 70% des membres des organisations
R.4.1. les organisations bénéficiaires et partenaires disposent
faîtières et partenaires
d’une identité propre d’ici la fin du programme

I.4.1.2 Au moins 100 organisations de base disposent de statuts, règlements intérieurs et de reconnaissance légale

I.4.2: Au moins 11 organisations à la base, 04 organisations faîtières, les 04 organisations partenaires et 10 collectivités locales
R.4.2. les moyens d’intervention des organisations
ont contribué au développement communautaire dans leurs zones d’intervention par la mise en œuvre respective de leur PDV,
partenaires / bénéficiaires et des collectivités locales sont
leur plan stratégique / plan local de développement d’ici 2009
renforcés d’ici la fin du programme

I.4.3.1 : Un cadre de concertation existe entre les organisations bénéficiaires, les organisations partenaires, les services
déconcentrés de l’Etat et autres dans au moins 10 collectivités locales
R.4.3 : les relations internes et externes des organisations
sont renforcées d’ici à la fin du programme
I.4.3.2 : Au moins trois fédérations d’associations villageoises sont constituées dans la région de Diourbel d’ici 2009

I.4.3.3 : le CPS, le COM, UGT fonctionnent conformément aux textes qui les régissent

I.4.4.1 Un audit biennal des 04 organisations est réalisé d’ici 2009


R.4.4 : les organisations partenaires et bénéficiaires
fonctionnent sur la base de règles de gestion transparentes
I.4.4.2.: au moins 28 organisations bénéficiaires appliquent les procédures définies par leurs textes (statuts et règlement intérieur)

I.4.4.3 : Toutes les organisations bénéficiaires et partenaires tiennent régulièrement leurs réunions statutaires d’ici à 2009

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 116


Quantité globale Quantité planifiée Réalisations
Activités
(5 ans) 2005 / 2006 2005 / 2006
A4.1.1 Organiser des sessions de formation en ERO 10 2 1

A4.1.2 Organiser les ERO des OCB 500 27 62

A4.1.3 Organiser des sessions de formation de relais en vie associative 05 02 02

A.4.1.4 Organiser des sessions d’animation sur la vie associative 100 500 500

A4.2.1 Appuyer l’élaboration de plans stratégiques des organisations bénéficiaires et


10 03 03
partenaires

A4.2.2 Organiser une session de formation en planification stratégique 01 01 01

A4.2.3 Organiser des sessions de formation en gestion de projet / MS Project 02 02 02

A4.2.4 Organiser 02 sessions de formation et de recyclage en SAGE / SAARI 02 02 02

A4.2.5 Organiser une session de formation en genre et développement 01 0 0

A4.2.6 Organiser des sessions de formation en management 04 02 01

A4.2.7 Organiser une formation sur le suivi/évaluation 01 01 0

A4.2.8 Organiser des ateliers de mise en place d’un dispositif de suivi/évaluation 05 02 02

A4.2.9 Organiser des sessions de formation en bureautique 02 02 02

A4.2.10 Ouvrir des centres d’alphabétisation fonctionnelle 100 40 40

A4.2.12 Organiser 02 ateliers de formation sur le code forestier 02 00 00

A4.2.13 Organiser 10 sessions de formation en techniques de gestion (budget CL) 10 05 05

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 117


Quantité globale Quantité planifiée Réalisations
Activités
(5 ans) 2005 / 2006 2005 / 2006
A4.2.14 Organiser 05 ateliers sur l’Etat civil 05 00 00
A4.2.15 Organiser 05 sessions de formation de para juristes 05 00 00

A4.2.16 Organiser 100 causeries de sensibilisation sur l’importance de l’Etat civil 100 00 50

A4.2.17 Appuyer 20 communautés rurales en fournitures de bureau 20 00 00

A.4.3.1 Faciliter la création / consolidation de 10 réseaux et alliances 10 06 06

A4.3.2 Organiser 10 réunions de concertation entre OCB, collectivités locales et services


10 01 01
techniques

A4.4.1 Elaborer / mettre à jour 05 manuels de procédures 05 02 02


A4.4.2 Mettre en place 10 ASUFOR et comités de gestion de bornes fontaines 05 08 15
A4.4.3 Organiser 10 sessions de formation pour les membres des ASUFOR et des comités
10 02 02
de gestion

Logique d’intervention Indicateurs objectivement vérifiables (IOV)

OS.5 : Les politiques en matière de sécurité alimentaire aux niveaux local, national,
régional et international sont influencées au profit des populations défavorisées

R.5.1 Les OCB, les ONG, les collectivités partenaires du programme disposent de I.5.1.1 Deux campagnes de plaidoyer sont conçues et mises en œuvre par les ONG partenaires et
compétences en matière de plaidoyer les OCB d’ici 2009

I.5.2.1 Dans 10 des 17 collectivités locales au moins, des protocoles et plans annuels d’exécution
R.5.2 Le partenariat entre ONG, OCB et communes est consolidé
sont signés et exécutés d’ici 2008

Quantité globale Quantité planifiée Réalisations


Activités
(5 ans) 2005/2006 2005/2006
A.5.1.1 Former les élus locaux, les OCB, les agents des ONG partenaires et services techniques
1 0 0
et sur les techniques de plaidoyer

A.5.1.2 Organiser des campagnes de plaidoyer 2 0 1

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 118


CONCLUSION
Le bilan des activités de l’année 2006 du PAISA/MABUSEN permet de percevoir
un niveau de réalisation globalement satisfaisant. Il est encourageant de constater
et de pouvoir mesurer les progrès accomplis à ce jour dans la mise en œuvre du
programme au bout de 02 ans.
La faiblesse notée en 2005 dans la prise en charge de l’objectif spécifique 3 du
programme relatif à l’accès au crédit est de mieux en mieux pris en charge par les
organisations partenaires.
La problématique de l’inclusion des handicapés a aussi fait l’objet d’une prise en
charge progressive au niveau des organisations partenaires et à la base.

En outre, le système de suivi/évaluation prend de plus en plus forme et son


application effective devra constituer un axe prioritaire au courant de l’année
2007.

Au bénéfice des deux années d’expériences de partenariat en terme d’appui


technique mutuel et de cofinancement, une plus value réelle est notée par les
organisations partenaires dans la mise en œuvre du PAISA. Cependant, il est
important de créer un équilibre dans la mise en œuvre du programme entre le
volet Eau/HA et le volet SA pour mieux prendre en charge, de manière plus
adéquate, aux besoins des populations.
En somme, en tenant compte des mécanismes institutionnels définis pour la
mise en œuvre du PAISA, et compte tenu des expériences diverses en matière de
partenariat, il semble opportun au niveau du Réseau SADIO de prendre
l’initiative d’approfondir la réflexion stratégique sur la vision et l’expérience de
partenariat.

---------------------------
-------------
------
--

Rapport Annuel PAISA/Sen 2006 119