S’IMPLANTER EN CORÉE

Your wise and profitable choice
La Corée, pays à forte potentialité, grande puissance technologique, 11ème économie mondiale qui se tourne vers un développement durable, où les entreprises et les investisseurs peuvent bénéficient d’un environnement idéal, Venez en Corée pour réussir.

KOREA at a glance
Profil du pays (2008)
Nom officiel Capital Superficie Population Langue officielle Alphabétisation Religions Climat Décalage horaire Régime Economie Monnaie Industrie principale République de Corée (Daehan Minguk) Séoul 100 032km2 (2007) 48 600 000 hab. coréen 100% (20-40ans) bouddhistes 24%, protestants 23%, catholiques 8%, autres 0,8%, sans religion 44,2% (Bureau national de statistique, 2005) Climat continental avec quatre saisons distinctes GMT + 9heures république démocratique, présidentielle 15ème rang mondial, pays membre de l’OCDE won télécommunication, électronique, semi-conducteur, automobile, construction navale, acier, pétrochimie

Indicateurs économiques clés
2003 PIB (Mds USD) 608 Croissance économique (%) 2,8 PIB par habitant (USD) 13 460 Exportations (Mds USD) 194 Importations (Mds USD) 179 Balance commerciale (Mds USD) 12 Taux de chômage (%) 3,6 Taux d’inflation (%) 3,5 Rendement bon du trésor (à 3ans, %) 4,6 Réserves de changes (Mds USD) 155 Taux de change won/dollar 1 192 won/100 yen 1 030 won/euro 1 348
Sources: Banque de Corée, Douanes

2004 681 4,6 15 082 254 224 28 3,7 3,6 4,1 199 1 145 1 059 1 423

2005 791 4,0 17 531 284 261 15 3,7 2,8 4,3 210 1 024 931 1 274

2006 887 5,2 19 722 325 309 5 3,5 2,2 4,8 239 956 821 1 199

2007 1 050 5,1 21 695 371 357 6 3,2 2,5 5,2 262 929 790 1 273

2008 928 2,2 19 231 422 435 -6 3,2 4,7 5,3 201 1 103 1 077 1 607

S’implanter en Corée
Table des matières
Les investissements directs étrangers (IDE) en Corée Principales caractéristiques des IDE en Corée Politique gouvernemental et institution d’aide Marché Ressources humaines Infrastructures Cadre de vie Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire Automobile Semi-conducteur Ecran TIC Biotechnologie Industrie verte Energie solaire Logistique Immobilier Invest KOREA Réseau international d’Invest KOREA

03

06 08 10 12 14

16 18 20 22 24 26 28 31 33 35 36

02 03

LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS (IDE) EN CORÉE
les IDE ont diminué de façon conséquente après un pic en 2000 et ont continué leur baisse jusqu’en 2003. Après l’annonce d’un plan général sur les IDE par le gouvernement en 2003, ces derniers ont connu une forte reprise entre 2004 et 2008 avec des montants investis supérieurs à 10Mds USD par an pendant 5 ans. Au total, le cumul des IDE entre 1998 et 2008 est 5 fois plus important qu’entre 1962 et 2007. Les IDE sont devenus l’un des véritables axes de la croissance économique coréenne. Les IDE en moyenne de 11milliards de dollars sont en majorité des «greenfields» (61,7% en 2006, 76,4% en 2007 et 62,2% en 2008). Mais face à la montée en puissance des fusions-acquisitions, le gouvernement a du et doit préparer les outils juridiques pour favoriser cette forme d’IDE. Le gouvernement actuel mène, depuis 2008, une politique pro-entreprise pour promouvoir les IDE. Ainsi, malgré le ralentissement mondial, les IDE ont repris et se sont accrus pour la première fois depuis 4 ans. La chute des IDE en provenance des EtatsUnis dûe à la crise économique et financière actuelle est contre-balancée par l’augmentation des investissements en provenance de UE et du Japon. Les IDE dans les secteurs de l’assurance, de la banque et de la finance augmentent significativement, résultant de la préparation en vue de la promulgation de la loi du 4 février 2009 sur le marché capitaux et les investissements financiers et de l’accroissement des investissements pour

Orientation des IDE (de la crise financière de 1997 à 2008)
A partir de 1998, un an après le début de la crise asiatique de 1997, la Corée a libéralisé son économie, y compris les marchés des capitaux et immobilier, et s’est résolument mancée dans une politique d’attraction des investissements étrangers en promulguant la loi sur l’accélération des investissements étrangers (FIPA). Aidée par la conjoncture internationale, la Corée a su surmonter la crise financière et atteindre ses ses buts. Cependant, après les attentats du 11 septembre 2001 et l’éclatement de la bulle Internet,

Evolution des IDE (Unité: Mds USD)
Basé sur les notifications | 124 Mds USD au total (1998~2008)

Contrairement à l'année dernière, les IDE ont augmenté de 32,4% à 6,8 milliards de dollars de janvier à juillet 2009, ce qui représente la valeur record depuis 2000.
8,9

15,5 15,2 12,8 11,3 9,1 6,5 6,8 11,6 11,2 10,5 11,7

Source: Ministère de l’économie du Savoir

janvier/juillet

LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS (IDE) EN CORÉE_CONTINUED
accroître la flexibilité des institutions financières existantes. Les IDE dans le secteur industriel continuent eux aussi à augmenter montrant la confiance dans le futur de l’économie coréenne. Bien que le contexte actuel ne soit pas favorable à cause de la crise économique mondiale, la Corée sort de la tourmente avant ses partenaires grâce aux efforts et à la politique menés comme la stimulation du marché des fusions-acquisitions, la promulgation de la loi sur le marché capitaux et les investissements financiers et le renforcement de la promotion pour accueillir les investisseurs non seulement américains, européens mais aussi moyen-orientaux ou chinois. total des investissements. La ventilation des secteurs en 2008 était similaire à celle de 2007. Toutefois, les IDE dans les secteurs de l’assurance, de la banque et de la finance ont cru de 10,2% par rapport à l’année précédente, atteignant 8,39Mds USD. Ceux dans le secteur des services ont marqué une pause après un retournement à la hausse en 2007. Dans le même temps, les IDE dans les secteurs agroalimentaire, de minérais non métalliques et de la pétrochimie ont augmenté représentant 84,5% de l’ensemble du secteur manufacturier, pour atteindre 2,54Mds USD.

Ventilation des IDE par pays et régions économiques
En 2008, les investissements en provenance de l’UE, des Etats-Unis et du Japon représentaient 77,6% des investissements totaux. L’UE est le premier investisseur pesant à elle seule 54,1% de l’ensemble des

Ventilation des IDE par secteurs industriels
En 2008, les IDE dans le secteur manufacturier et celui des services représentaient respectivement 25,6% et 71,9% du montant

Résultats des investissements selon les secteurs d’activité
(Unité: Mds USD)
0,01 3,9 0,9 0,6 0,5 1 3,1

(Unité: M USD)

2,3

0,9

2,4

0,4 0,8

1,1

2,9

3

1,8

1

1,1

0,8

0,7

2,8

3,9

1

1,2 0,3 0,3

1

3,9

assurance, banque et finance distribution et logistique chimie

matériel électrique et électronique hôtellerie et restauration services divers

Source: Ministère de l’économie du savoir

Evolution du nombre des investisseurs étrangers après la crise asiatique
17 054 13 034 8 135 4 880 2 274

04 05

IDE avec 6,36 Mds USD. En 2006 et 2007, l’UE était déjà la principale source des IDE avec 46,5% et 43,9% du total. Au sein de l’UE, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Allemagne et la France sont les principaux pourvoyeurs d’investissements. Contrairement à 2007 où l’investissement du Japon s’est contracté de 53%, l’année 2008 a connu un rebond de 44%. Au premier semestre 2009, les investissements en provenance du Japon ont crû de 162% par rapport à la même période de l’année précédente, à 661 millions de dollars. La part des investissements japonais dans les composants a fortement augmenté, avec 39,4% des investissements totaux du secteur, contre 9,3% l’année précédente. Au premier semestre 2009, en raison de la hausse du yen et la baisse des prix immobiliers, les investissements financiers japonais se sont maintenus à la hausse.

Les IDE en provenance des Etats-Unis ont diminué en 2005 et encore de 37% en 2006. L’année 2007 a connu une reprise de 37% par rapport à l’année précédente à 2,3Mds USD. Mais la tourmente financière de 2008 a refroidi les ardeurs des investisseurs américains. Résultat, à partir du 3ème trimestre de 2008 les IDE de la part des Etats-Unis ont chuté n’atteignant que 1,3 Mds USD (les investissements dans le secteur des servies se sont contractés de 52,3%).

Les fusions-acquisitions ont cru entre 2007 et 2008 de 78,2% pour atteindre 4,43Mds USD, soit 37,8% de l’ensemble des IDE.

Ventilation des IDE selon les différents types d’investissement
Entre 2004 et 2006, les investissements «Greenfield» (création ex nihilo) tels que la construction d’une usine ou d’une entreprise se sont fortement accrus contrairement aux fusions-acquisitions qui ont enregistré une baisse. En 2008, les investissements en greenfield ont diminué de 9,4% par rapport à l’année précédente.

Résultas des investissements selon les pays
5,4 1,2 1,1 2,3

(Unité: Mds USD)
Japon 14,7% Pays-Bas 11,3%

(1962~2008, %)

Allemagne 5,6%

4,4

0,9

2,2

2,8 Etats-Unis 27,0%

Royaume-Uni 5,0% France 3,8%

5

2,1

1,7

2,4 Divers 32,6%

4,8

1,9

2,7

2,2

UE

Japon

Etats-Unis

Divers

Source: Ministère de l’économie du savoir

Résultat selon les différents types d’investissement
(Unité: Mds USD)
7,3 4,4

(Unité: M USD)

8

2,5

6,9

4,3

6,3

5,3

Greenfield

Fusion-Acquisition Source: Ministère de l’économie du savoir

POLITIQUE GOUVERNEMENTALE ET INCITATIONS OFFERTES
l’impact positif sur l’économie coréenne sont mesurables vont de réductions d’impôts, la création de zones franches spéciales, de retour en liquide ou d’aides financières diverses. A partir de 2009, les investissements générant des emplois ou ceux dans les très hautes technologies peuvent bénéficier d’un retour en liquide du montant investi. Les collectivités locales peuvent également soutenir pour l’achat ou la location des terrains.

Soutien gouvernemental aux les IDE
Les IDE se sont l’un des principaux axes de l’économie coréenne. Les IDE ont explosé au cours de la dernière décennie suite à la promulgation de la loi sur l’incitation des investissements étrangers (1998), l’ouverture du marché et la mise sur pied d’incitations spécifiques après la crise asiatique de 1997. Le gouvernement coréen a préparé un plan d’innovation pour les IDE en 2009 basé sur les industries vertes. Le plan est basé sur un renforcement important de la compétitivité, par l’aide massive à 17 secteurs industriels phares. Le gouvernement a également placé le chef de la commission des investissements étrangers sous l’autorité directe du Premier Ministre pour coordonner et concentrer l’énergie des autorités.

⇢ Allégement d’impôts
Pour les investissements dans les hautes technologies (cf liste publiée par le ministère de la stratégie et des finances), les IDE supérieur à un certain seuil ou réalisés dans une zone spécialement désignée, l’investisseur bénéficie d’exemption fiscales (impôts sur les sociétés et divers impôts locaux) pour une durée de 5 à 7 ans. En outre, les investisseurs qui importent des biens ou équipements indispensables1) à leurs unités de production en Corée bénéficient de l’exemption du paiement des droits de doaunes. Cette exemption est limitée à trois ans à partir de l’année d’investissement en Corée. Pour aider à la décision préalable de l’investisseur, des services d’aide industrielle et de système de vérification préalable d’obtention de la réduction fiscale sont introduits.

Incitations
Les incitations visent à attirer les IDE en effaçant les surcoûts ou désavantages par rapport aux entreprises coréennes. Ces incitations données aux investisseurs dont

⇢ Retour en liquide d’une partie de l’investissement
Le retour en liquide d’une partie de

| Zones spéciales | (en juin 2009)
Zone individuelle spéciale d’investissement (FIZ, 33 cas) Dans le cas où le montant de l’investissement dépasse un certain seuil, différent selon les activités (production-30 millions de dollars; tourisme-20 millions de dollars; logistique-10 millions de dollars et R&D-2 millions de dollars), le terrain ou est bâti le projet est considéré comme une zone spéciale et bénéficie d’un dégrèvement d’impôt (à 100% pendant 5ans et 50% pendant 2ans) et de subventions diverses. Zone spéciale d’investissement (FIZ, 13 zones) 13 zones spéciales d’investissement ont été créées au sein de parcs industriels et spécifiquement dédiées aux investisseurs étrangers. Les investissements doivent là aussi dépasser un certain seuil (production-10 M de dollars; logistique-5 M de dollars) pour bénéficier de réductions d’impôts (3 ans à 100% et 2 ans à 5%) et de coûts de location des terrains à très bas prix (inférieur à 1% de la valeur du terrain pendant 50ans).

Principales caractéristiques des IDE en Corée 06

07

l’investissement est un système d’aide aux investisseurs étrangers, qui peuvent se voir retourner au moins 5% de leur investissement suite à une négociation de gré-à-gré avec le gouvernement coréen. Le montant investi doit atteindre au moins 10 millions de dollars (et la partie étrangère du projet doit être supérieure à 30%). Peuvent être également concernés les projets créant beaucoup d’emplois ou qui se concentrent en R&D. Le dernier cas éligible est la constitution de sa base régionale asiatique en Corée ou si l’investissement contribue très significativement à l’économie coréenne. Aussi, le retour en liquide sans considération de dimension d’investissement par l’examen de l’impacte sur l’économie coréenne est prévu et les montants consacrés seront élargis de manière flexible (13ème conférence de la Commission de la compétitivité nationale, le 27 mai 2009).

seur international peuvent bénéficier d‘aides financières comme des subventions pour la formation des salariés, l’embauche, l’aide pour la construction d’infrastructures ou pour l’appui à l’amélioration de la qualité de vie.

⇢ Divers
Enfin, Invest Korea organise une foire à l’emploi qui, en 2009, célèbre sa quatrième édition. Cela permet aux entreprises étrangères de régler la difficulté du recrutement et offre simultanément la chance de trouver du travail de qualité tout en faisant reconnaître la contribution des entreprises étrangères à l’économie locale.
Ministère de l'économie du savoir

www.mke.go.kr
Ministère de la stratégie et des finances

www.mosf.go.kr
Zones économiques libres de la Corée

www.fez.go.kr
1)- Les machines, les matériels, les installations, les instruments, les produits intermédiaires et les pièces détachés en tant qu’équipement industriel, et le bétail, les graines, les arbres et les poissons et coquillages nécessaires pour le développement de l’agriculture, la sylviculture et la pêche. - Les matières premières et les approvisionnements pour le premier essai de la mise en activité des installations concernées, en cas de nécessité reconnue par les viceministres. - Les frais de transport pour l’introduction des éléments mentionnés ci-dessous. Les frais d’assurance et la technique ou le service d’installation et de conseil.

⇢ Zones spéciales
Le gouvernement coréen offre aux investisseurs étrangers qui satisfont une certaine condition des terrains soit gratuitement soit à bas prix dans des zones spéciales dédiées. Ces sont de quatre types: zone individuelle spéciale d’investissement, zone spéciale d’investissement, zone franche et zones économiques spéciales.

⇢ Autres aides financières
Les entreprises dont le capital est détenu à plus de 30% par une entreprise étrangère ou dont le premier actionnaire est un investis-

Zone franche (FTZ, 14 zones) C’est une zone où les toutes les activités (production, logistique, distribution etc.) bénéficient d’une franchise exceptionnelle des tarifs douaniers et peuvent donc se pratiquer librement. Les aéroports, les ports et leurs alentours, les terminaux de distribution et de marchandises sont désignés en tant que zones franches. En outre, 5 années de dégrèvement d’impôts sont prévues. Zones économiques spéciales (FEZ, 6 zones) Les trois zones d’Incheon, de Busan・Jinhae et de Gwangyang ont été désignées en tant que zone économique spéciale en 2003 et trois zones supplémentaires ont été désignées en 2008 (Hwanghae, Saemangeum, DaeguGyeongbuk). Ces zones bénéficient de pouvoirs propres étant mandataire des collectivités locales. Les investisseurs étrangers peuvent y être les bénéficiaires des faveurs exceptionnelles et distinctives non seulement pour leurs activités industrielles mais également au niveau de l’éducation, des soins médicaux, du logement, du soutien administratif, des impôts et des droits de douanes.

MARCHÉ
Des consommateurs exigeants dans un vaste marché intérieur
Avec une population de 48,60 millions d'habitants et un PIB de 1000 milliards de dollars, la Corée est un marché séduisant pour les investisseurs étrangers. Près de la moitié des 500 premières entreprises mondiales est présente en Corée (245 entreprises en 2008). La croissance annuelle moyenne du PIB qui atteint 5%* et des consommateurs à fort pouvoir d’achat consistuent les facteurs majeurs attirants les entreprises étrangères pour leur décision d’implantation. L’attitude technolphile des consommateurs coréens pour les technologies de pointe et leur attrait pour les nouveautés jouent un rôle primordial pour élargir le marché intérieur. En effet, derrière le succès de l’électroménager et des téléphones portables coréens dans le monde entier, se trouvent des consommateurs coréens exigeants et avides de nouveauté. De ce fait, P&G, l’Oréal, Microsoft, Motorola, eBay, Olympus ou Siemens utilisent la Corée comme marché test pour leurs nouveaux produits.

Acteur clé du commerce mondial
Les exportations et les importations coréennes atteignent respectivement 420 Mds USD et 435 Mds USD, soit 45% et 47 % du PIB. Avec le commerce extérieur qui compte pour plus de 90% du PIB coréen, la Corée est une la 11ème puissance commerciale mondiale. Avec un cumul des exportations de 104,9 Mds USD entre janvier et avril 2009, la Corée se trouve au 10ème rang mondial. Outre la Chine, les Etats-Unis et le Japon, la Corée commerce avec presque tous les pays du monde. Le commerce régional assure plus de la moitié du commerce extérieur du pays. Les principaux secteurs porteurs à l’exportation sont les chantiers navals, les semi-conducteurs, les écrans

*Taux de croissance économique (%)
7,2 5,2 4,6 5,1

4,0 2,8 2,2

Source: Banque de Corée

Le grand magasin Shinsegae dans le centreville de Séoul

Principaux pays exportateurs (2008)
Japon 7% Asie du Sud-Est 18%

Principaux pays importateurs (2008)
Asie du Sud-Est 14% Japon 14%

UE 18% Chine 22% Chine 18%

Moyen-Orient 23%

Etats-Unis 11% Divers 18% Moyen-Orient 6% Divers 10%

Etats-Unis 9% UE 12%

Source: Association du commerce international de la Corée

Principales caractéristiques des IDE en Corée 08

09

plats, l’automobile et la télécommunication sans fils. Quant aux importations elles se compsoent principalement de pétrole brut, de semi-conducteurs, de gaz naturel et de houille (août 2009, Association coréenne du Commerce International).

pent la cinquième place pour l’automobile, la sidérurgie, la pétrochimique, et l’électroménager. 14 entreprises coréennes appartiennent au classement Global Fortune 500 parmi lesquelles Samsung Electronics, LG, Hyundai-Kia Motors, SK, Samsung Life Insurance, POSCO, KEPCO, Kookmin Banque, Hanwha, KT, Hyundai Heavy Industries, Samsung C&T, SK Networks et SOil. Les entreprises coréennes dont la compétitivité est reconnue représentent un grand avantage pour les entreprises étrangères qui investissent en Corée. Se confronter ainsi a des groupes internationaux permet de progresser et d’^tre soi-m^me plus compétitif. Les fusions entre Sony et Samsung, entre LG et Philips dans le secteur de l’écran LCD et l’acquisition de Samsung Motors par Renault constituent ainsi d’excellents exemples.

Porte d’entrée de l’Asie du Nord-Est
La Corée se situe entre le Japon et la Chine, deux marchés géants. Une soixantaine de villes de plus de 1 million d’habitants sont à 3heures de vol en moyenne. De plus, par la conclusion et la ratification de l’accord de libre échange (ALE) avec les Etats-Unis en avril et en juillet 2007, la Corée se trouve au cœur d’un gigantesque marché. En juin 2009, un ALE élargi à tous les domaines entre la Corée et l’ASEAN a été signé et au mois de juillet de la même année un accord majeur avec l’Union européenne a été conclu. Plusieurs négociations d‘ALE sont en cours avec le Canada, le Mexique, le Conseil de coopération du Golfe (GCC), l’Australie, les Nouvelle-Zélande et le Pérou. Les négociations avec la Chine, le Japon, le Mercosur, la Turquie et la Russie devraient commencer prochainement. Avec ces accords de libre échange, la Corée va devenir un marché enocre plus attrayant.

Des entreprises compétitives et dynamiques
Les entreprises coréennes déploient une intense activité internationale et sont l’un des atouts de la Corée. Les entreprises coréennes se placent au premier rang dans les secteurs des chantiers navals, des semiconducteurs DRAM et TFTLCD. Elles occu-

“Les sociétés coréennes spécialisées dans l’électronique et l’automobile constituent une excellent base de clientèle pour 3M. Nous nous sommes lancés avec la stratégie d’approche maximum des clients. Située à un croisement géographiquement important en Asie du Nord-Est, la Corée est un marché clé pour 3M.”
Michael F. Roman Ancien PDG, 3M Corée

UNE MAIN D’ŒUVRE EXCEPTIONNELLE
Fort engouement pour les études et la réussite
La passion d’apprendre chez les Coréens est mondialement connue. Elle a permis en effet à la Corée de passer en 30 ans d’une économie agricole au 11ème rang mondial. Passé d'une économie agricole à une économie industrielle, la Corée est en train de passer à une économie de services. Le rapport 2008 sur la compétitivité mondiale de l’IMD montre que 53% des Coréens de 25 à 34ans ont un diplôme universitaire. Ce taux est le plus fort des pays de l’OCDE à l’exception du Japon et du Canada. Ce chiffre très élevé démontre le goût des Coréens pour l’enseignement supérieur. Cette réussite universitaire est également avérée plus tôt. Ainsi le programme PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves) montre clairement que les élèves coréens ont des connaissances en mathématiques dépassant largement la moyenne de l’OCDE, ceci avec leurs homologues finlandais et hollandais. Cet engouement pour l’éducation se concrétise par des dépenses d’éducation très importantes. Selon les études 2008 du Bureau national des statistiques, la dépense d’éducation par foyer atteint 13,8% de l’ensemble des dépenses. Pour avoir une meilleure éducation, de plus en plus d’élèves du primaire, du collège et du lycée partent pour l’étranger. Le nombre des élèves partis pour étudier à l’étranger entre 2001 et 2005 s’est élevé de 27% par an en moyenne annuelle et selon le rapport publié en 2007 par la Chine et les Etats-Unis, les Coréens constituent les premières communautés d’étudiants étrangers sur leurs campus. Cette augmentation des étudiants coréens à l’étranger va permettre à long terme d’élargir les savoir-faire des Coréens et accroître la compétitivité de son système éducatif. L’investissement personnel dans l’éducation continu même après l’embauche. Beaucoup de salariés étudient après leur travail et l’on voit apparaître néologisme «saladant» (salariés+étudiants). Selon le sondage d’un cabinet de recrutement, 70% des salariés ont répondu «étudier pour le développement personnel».

Robocon Korea 2007, un concours annuel de conception de robots sponsorisé par le Système de diffusion coréen (KBS)

Forte implication au travail
Les Coréens sont connus également par leur assiduité au travail. Selon les donnés de l’OCDE de décembre 2007 sur la productivité, la Corée se classe en deuxième position juste derrière de la Slovaquie au niveau de la croissance par heure de travail entre 2001 et 2006. La croissance de la productivité du travail coréenne se trouve dans le top 3 avec 4% et 5,4% de productivité en 2006 et en 2007, dépassant largement la moyenne des pays de l’OCDE (1,6% et 1,4%) (source: OCDE 2009).

Innovation constante
L’indice de brevet dans le rapport 2009 sur la compétitivité mondiale de l’IMD est éclairant. La productivité des brevets qui montre le nombre de brevets par rapport à l’effectif des

“Il y a beaucoup d’universités prestigieuses en Corée et elles fournissent une main d’œuvre hautement qualifiée. Dans le domaine de la R&D, la passion est l’élément le plus important et le plus demandé. De ce point de vue, les Coréens sont considérés comme les meilleures talent.”
Joseph Winter, l’ancien PDG de Siemens Corée

Principales caractéristiques des IDE en Corée

10 11

chercheurs classe la Corée au premier rang mondial en 2007. Toujours dans le même rapport, dans le domaine des TIC, la Corée s’est classée en 3ème position après l’Islande et Israël. A part la R&D, l’habileté de la main d’œuvre coréenne est une évidence. Les chantiers navals et l’électronique domaine de prédilection de la Corée ou l’automobile ont pu s’imposer grâce à la diligence, les efforts et la qualité du travail des Coréens. Dans le cadre de la compétitivité de ses entreprises, la Corée a mis en place un système en 2006 pour protéger les salariés expérimentés. Ainsi en cas de difficultés économiques et pour éviter les licenciements des salariés les plus âgés, les entreprises qui très souvent ne veulent pas perdre un savoirfaire et une expérience reconnue négocient avec le salarié sur la base suivante: l’entreprise s’engage à conserver dans ses fonctions le salarié jusqu’à l’âge l’égal de la retraite (et donc lui éviter un licenciement) en échange d’une réduction de salaire. Graduellement mis en place, ce système évite la perte d’expérience dans les entreprises, permet le maintien en activité des salariés et surtout qu’ils gardent un revenu décent.

marché du travail. Selon le rapport du Ministère de l’Education, sur la dernière décennie, 50% des diplômés universitaires étaient des jeunes filles. Dans les concours administratifs, les femmes représentent 65,7% des lauréats (10% en 1992). Dans le domaine du journalisme, des sciences et de la politique, la participation des femmes croît rapidement. Avec les efforts pour supprimer les obstacles qui empêchent l'accès des femmes aux postes de décision qui sont en cours, les femmes jouent un rôle de plus en plus important dans la société coréenne.

séminaires tenus dans plusieurs pays y compris aux Etats-Unis et au Japon.

Amélioration des rapports patronat-syndicats
Avec le consensus sur l’importance de relations sociales apaisées pour créer un environnement favorable à l’investissement, les syndicats ouvriers, le patronat et le gouvernement coréen n’ont pas épargnés leurs efforts. Ainsi, dans la plupart des lieux de travail, les relations sociales s’établissent rapidement. Le but est de résoudre les différents par la négociation, sans conflit entre patrons et ouvriers. Le mouvement de déclarations de coopérations entre patrons et ouvriers pour une cohabitation harmonieuse augmente. Le nombre de ces déclarations s’élève à 2 689, soit 278,5% de plus par rapport à l’année précédente. En parallèle, la Fédération des Syndicats Coréens exerce de nombreux efforts pour faire connaître l’amélioration des rapports patronat-syndicat en participant aux

La féminisation du marché du travail
La population active féminine n’était traditionnellement que peu élevée. Mais depuis ces dix dernières années grâce à la politique de la mise en valeur du salariat féminin, les femmes s’intègrent de mieux en mieux sur le

Compétitivité TIC (2007)
Islande Israël Corée Singapour Finlande
Basé sur une échelle de 10 Source: Rapport 2009 sur la compétitivité mondiale de l’IMD

Nombre de dépôt de brevet d’invention (Moyenne de 2005-2007)
Japon Etats-Unis Corée Taiwan Chine
Source: Rapport 2009 sur la compétitivité mondiale de l’IMD

INFRASTRUCTURES
L’Aéroport International d’Incheon, «hub» de l’Asie du Nord-Est
Ouvert en 2001, l’Aéroport International d’Incheon accueille 30 millions de passagers par an venant de 161 villes dans 49 pays via 63 compagnies aériennes. Après huit ans, il se positionne au 2ème rang des aéroports mondiaux pour le fret. En 2008, il a géré 2,42 millions de tonnes de frets. L’aéroport international d’Incheon a été désigné «meilleur aéroport au monde» pour la quatrième année consécutive (2005~2008) par le Conseil International des Aéroports (ACI). Avec l’accomplissement de la deuxième phase d’extension (en juin 2008), il possède désormais une troisième piste de 4000 mètres permettant le décollage et l’atterrissage d’avions tel l’Airbus 380 appelés «Super Jumbo». Pour réponde à la demande croissante et fournir des services de qualité, le gouvernement coréen a notifié la troisième phase du projet d’extension (juin 2009). Le plan sera entamé au deuxième semestre 2009 et terminé en 2015. Avec la fin de la 3ème phase d’extension, la capacité d’accueil de passager devrait passer de 44 millions à 62 millions, et celle des zones de fret sera renforcée de 4,5 millions de tonnes à 5,8 millions de tonnes. Au sein de la zone économique spéciale (FEZ), les entreprises de fret et de logistique connues dans le monde entier tels que DHL, FedEX, TNT, UPS, Polar Air, Schenker, KWE, AMB Poperty ont installé des terminaux de fret et des centres de logistiques. Depuis 2007, pour accueillir le fret en provenance de Chine, un nouveau système complexe de transport aérien-maritime a été développé. Ainsi, la Corée se positionne pour devenir la plate-forme logistique de l’Asie du Nord. Le train express de l’aéroport international d’Incheon, inauguré en mars 2007, assure actuellement la navette entreles aéroports d’Incheon et de Gimpo. Avec la fin des travaux qui le relieront jusqu’à la gare de Séoul (prévu en 2010), la navette permettra de relier l’aéroport d’Incheon au KTX et donc une meilleure desserte des villes coréennes. trois autre ports notamment le nouveau port de Busan situé à 25km de Busan et le port de Gwangyang au sud-ouest de la péninsule la Corée peut accueillir les portes conteneurs géants dotés du système automatique et se développe en tant que la plaque tournante logistique pour accueillir les investissements étrangers. La Corée possède les réseaux de transport maritime et portuaires globaux reliés au monde entier tels que le nouveau port de Busan, Gwangyang, Incheon, Pyeongtak・ Dangjin et Ulsan, et les vastes ensembles de logistique portuaires. Parmi les entreprises étrangères qui s’y sont installées se trouvent Steinweg, COSCO et Sanyo Maritime au nouveau port de Busan, TESCO et Mevius à Gwangyang et Stolt Haven, Vopak, Odfjell à Ulsan.

Le KTX et le transsibérien/ transchine/transcoréen
Avec l’accomplissement de la construction du train à grande vitesse entre Séoul-Busan et Séoul-Gwangju en 2004, la Corée est le 5ème pays doté d’un système ferroviaire à grande vitesse après le Japon, la France, l’Allemagne et l’Espagne. L’achèvement de la 2ème phase de construction pour la ligne SéoulBusan prévu en 2010 et Séoul-Mokpo en 2017 permettra de voyager dans tout le pays en une demie journée. En outre, à la 3ème conférence ESCAP des ministres du transport de l’ONU (tenue à Busan en novembre 2006), l’accord sur les réseaux Trans-Asia Railway (TAR) a été

Transport maritime et ports géostratégiquement placés
Le port de Busan se place au 5ème rang mondial en terme de transport de conteneurs. Il a géré 13,45 million de TEU en 2008. Il se trouve au carrefour des routes maritimes reliant l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord. En cas de réouverture du chemin de fer entre la Corée du Sud et la Corée du Nord, la Corée deviendra un «hub» logistique ralliant l’Europe via la Chine, la Russie, la Mongolie et l’Asie Centrale. Avec le développement de

L’Aéroport International Incheon

“La plateforme de réseaux bien établie, les technologies de la télécommunication mobile très avancées et une main d’oeuvre hautement qualifiés sont les raison pour lesquelles AMD considère la Corée comme le marché le plus stratégique pour le développement de la plateforme informatique.”
Hector de J. Ruiz, Ancien Président d’Advanced Micro Devices (AMD)

Principales caractéristiques des IDE en Corée

12 13

ratifiés. Et en mai 2007, un test a eu lieu sur une partie de la ligne Gyeongui et Donghae qui constituent le Trans-Korea Railway (TKR), la voie de chemin de fer qui relie la Corée du Sud et la Corée du Nord. Avec la construction de la voie ferrée transcoréenne (TKR), le réseau de la ligne ferroviaire transasiatique (TAR) se dessine, reliant le transsibérien (TSR) via la ligne de Kyongwon qui relie Séoul à Wonan (à l'Est de la Corée du Nord), au transchine (TCR) via la ligne de Kyongui (Séoul-Shinuiju), le TransMongolie (TMGR) et le TransManchourie (TMR), sur une longueur de 8100 km et; traversant 28 pays. La réussite de ce projet devrait permettre à la Corée de sortir des réseaux logistiques centrés sur le maritime et l’aérienne et d’acquérir les réseaux logistiques terrestres traversant le continent Eurasien.

construire un réseau de convergence à très haut débit (uBcN) nécessaire pour les futurs services de télécommunication caractérisés par la fusion, la réalité, l’intelligence et l’individualisation. Avec l’achèvement de ce projet, la qualité des services multimédia sera de 4 à 16 fois supérieures à celle qu’elle est aujourd’hui. Les services IPTV seront actifs et les réseaux ubiquitaires intégrants les services de téléphonie, la diffusion des chaînes en temps réel et l’Internet interactif seront réalisés. Au niveau des TIC, la Corée possède une réelle avance technologique notamment en WiBro (Mobile WiMAX), WCDMA HSPA, DMB terrestre, FTTH WDM-PON, Solution totale SW embarqué, Digital Actor, SoC (le System On Chip) de basse électrique pour DMB bidirectionnel, et navigateur GPS à reconnaissance vocale. Cela doit permettre la mise en œuvre de nouveaux services et de nouveaux moteurs pour les TIC après la technologie CDMA qui a eu un impact économique de 5600 milliards de won. Selon les études de l’OCDE, la Corée s’est classé en tête en 2007 pour la balance commerciale des produits de TIC avec 43,281 Mds USD (Dans le rapport publié par le gouvernement coréen, l’excédent de la balance commerciale des TIC en 2008 s’élève à 57,78 Mds USD). Samsung et LG prennent la première position mondiale dans le domaine des mémoires semi-conducteurs et de l’électroménager. Les PME coréennes aussi montrent leurs forces dans le domaine des

composants électroniques, les pièces détachés informatiques, la robotique basée sur les plate-formes réseaux, les appareils d'analyseou les verrous de sécurité digitale.

Centres internationaux de R&D
Les infrastructures en TIC de pointe, les sociétés hyper compétitives et les consommateurs technophiles ont attiré les entreprises mondialement reconnues en Corée. Microsoft a ouvert son Microsoft Innovation Centre (MIC); IBM un Laboratoire Ubiquitous Computing; et Google un centre de R&D. Motorola, Microsort et Intel utlisent le retour qu’ils ont des consommateurs coréens sur leurs nouveaux produits avant de les lancer dans le reste du monde. Motorola et eBay ont établit en Corée leur siège régional asiatique. Kimberly-Clark a établit en Corée son Centre d’Innovation en Asie. Siemens a ouvert un centre de R&D et Du pont un centre spécialisé dans les nanotechnologie. L’Institut Pasteur, laboratoire biotechnologique est présent en Corée depuis 2004.

Un environnement TIC étonnant
La Corée s’est classé en 3ème rang pour la 3ème année consécutive à l’évaluation des indices d’opportunités numériques (DOI) publié par l’UIT (Union internationale des télécommunications). Le DOI est un indice qui expertise le niveau de développement des TIC par l’analyse du taux d’abonnement à Internet, des dépenses par ménage dans les télécoms par rapport aux revenues et la fréquence d’utilisation. La Corée est un pays puissant de l’Internet mondial. Depuis 1995, elle travaille assidûment sur l’installation d‘infrastructures telles que xDSL et Broadband pour

Top 5 des économies offrant des opportunités dans le numérique (2007)
Corée Japon Danemark Islande Singapour
Source: Union Internationale des Télécommunications

Le nombre d’abonnés Internet à très haut débit pour 1000 habitants-Région Asie-Pacifique
1 Corée 2 Hongkong 4 Japon 5 Taiwan 7 Singapour 8 Chine
Note: La Corée est classée en 7ème position au niveau mondial Source: Rapport 2009 sur la compétitivité mondiale de l’IMD

CADRE DE VIE
frais dans cette métropole mondiale. La montagne de Namsan au cœur de la ville et plusieurs cours d’eau offrent des parcours de jogging. Les habitants peuvent escalader la montagne près de chez eux. La Rivière Han est magnifiquement mise en lumière. Les badauds peuvent se promener en toute sécurité en plein milieu de la nuit. Tout cela forme la réalité de la vie à Séoul. Le système de transport public coréen qui parcourt la métropole comme une toile d’araignée est très scientifique. La Corée a, d’ailleurs, reçu une médaille pour la meilleure politique de transport public par l’Union internationale des transports publics (UITP) en août 2005. D’autres métropoles mondiales sont spécialement venues pour étudier et coopérer dans ce domaine avec l’administration de la ville de Séoul. En mai 2005 à Berlin, Séoul a reçue le «prix Metropolis» pour ses projets d’urbanisme valorisant l‘humain. Outre 9 lignes de métro qui couvrent toute la ville de Séoul, un second réseau ferroviaire et un réseau de trams couvrent l’ensemble de l’agglomération séoulite. Séoul est également une ville leader dans l’ e-gouvernement. Le système est exporté à Moscou (e-Moscou projet) et Hanoi (en septembre 2005). L’Europe de l’Est, l’Asie du Sud-Est et l’Amérique latine sont également très intéressées par l’expérience de la capitale coréenne. Enfin, le Centre des Arts de Séoul, sorte de Rockfeller Center coréen, anime toute l’année la vie culturelle avec des spectacles vivants, des concerts classiques, de jazz ou de variétés, de l’opéra ou des comédies musicales.

Services 24h/24h
Le meilleur exemple du dynamisme coréens est le service 24h sur 24. Les banques offrent un service 24h/24h avec les guichets ATM (le distributeur automatique de billets) ou leurs services en ligne. Les dokseosil (salles de lecture privées), les PC bang (les cybercafés), les zzimzilbang (saunas secs), les grandes surfaces ou les restaurants ouverts 24h/24h offrent une vaste palette d’activités tout au ling de la nuit. Quant aux services médicaux, de plus en plus de cabinets prolongent les horaires de consultation jusqu’à la nuit et ouvrent pendant le week-end pour la facilité des patients. Les services de livraison gratuite en cas d’achats sont monnaie courante. Les achats en ligne et le téléachat offrent une grande souplesse d’utilisation. Les produits qui y sont achetés sont livrés en moins de deux jours en moyenne.

La cascade Yangjae de 5,5 Km de long traverse la résidence de Dogok-dong, à Séoul.

Séoul, ville numérique verte
Séoul est une ville dynamique avec une population de 10 millions d’habitants et un environnement idéal, montagnes, rivière et grattes-ciels. En ce moment même, Séoul change et veut se placer au point de rencontre entre l’art et la technologie. D’une ville, grise en béton dû à l’industrialisation du passé, elle se transforme en ville verte. La redécouverte de la rivière Cheonggyecheon achevée en octobre 2005 a remporté le prix de la meilleure politique publique d’aménagement à la Biennale internationale d’architecture de Venise. Cette rivière en plein centreville est devenue aujourd’hui l’un des endroits les plus populaires pour les habitants et pour les touristes. Elle apporte une bouffée d’air

Service à la personne: le client est roi
En Corée, le service est une notion importante dans les relations avec le client. Ainsi, lorsqu’on achète un appareil ménager, on peut compter sur le vendeur pour assurer un service après-vente sur site gratuitement ou à prix coûtant. Tous les grands magasins ont des employés dont la fonction est d’aider les clients à garer leur voiture. En cas d’accident de voiture, sur simple appel, le personnel de la compagnie d’assurance arrive sur place dans une demi-heure au plus.

“La rivière Cheonggyecheon, charmante avec ses ponts en pierre et ses roches, est un lieu de détente pour beaucoup de citoyens. Il y a de nombreuses choses à voir tout au long du cour d’eau et surtout pendant le week-end, elle se transforme en un lieu de culture. Divers festivals ont lieu et les gens se rassemblent aux alentours pour voir ensemble des matchs de football sur l’écran géant.”
Nicolas Yukio Tomizawa, vice président de Gale International Corée Monsieur Tomizawa est le lauréat du premier prix d’essai sur la vie quotidienne en Corée organisé par le KOTRA.

Principales caractéristiques des IDE en Corée 14

15

Les écoles maternelles et les instituts privés organisent leur propre système de ramassage scolaire. Bien que le service dans la plupart des restaurants soit excellent, la Corée n’a pas la culture du pourboire. En cas d’achat de meubles, un service gratuit de livraison à domicile et d'installation est fourni. Pour le déménagement, il y a des sociétés spécialisées, et après l’emménagement le service après-vente est assuré pendant 5 ans. Ainsi La Corée est naturellement orientée vers la satisfaction du client. Cette règle implicite impressionne toujours beaucoup les étrangers et constitue l’un des points forts de l’accueil à la coréenne.

étrangères. En terme de logement, la Corée a fait évoluer ses pratiques. Le système traditionnel coréen appelé jeonsé basé sur le paiement anticipé d’un seul coup et le remboursement au moment de départ évolue. Ainsi les contrats de bail destinés spécialement aux étrangers reprend des concepts plus classiques avec une caution (souvent de 3 mois) et un loyer mensuel. Pour faciliter les déplacements des touristes, tous les panneaux routiers sont maintenant écrits en anglais. Un projet est actuellement en cours pour fournir des cartes bilingues et que les annonces aussi bien dans les autobus que dans les métros soient faites tant en coréen qu’en anglais. Il existe également, le service téléphonique de BBB. Récemment introduit, il offre des services d'interprétation simultanée à l'aide d'un combiné spécial en 17 langues. Les combinés de BBB peuvent être empruntés dans les aéroports, les gares et les offices de tourisme. Au sein d’Invest Korea Plaza, l’incubateur réservé aux investisseurs étrangers, se trouve le Centre général de la vie et de la culture. Il aide à une installation réussite des résidents étrangers. Les informations utiles sont offertes en trois langues, l’anglais, le japonais, et le chinois. Le service hotline 24h/24h (Tel: 1600-7119) est également fourni en anglais.

Services spéciaux pour les résidents étrangers
Le processus d'obtention d’un visa d'entrée pour la Corée a nettement été simplifié ces dernières années. La Corée a fait aussi de gros efforts pour développer les écoles internationales. Il y a actuellement 44 écoles internationales, dont 16 situées à Séoul, 6 dans la province de Gyeonggi et 5 dans la ville de Busan. La médecine coréenne est l’une des meilleures du monde, particulièrement dans les domaines de l’ophtalmologie, de la dermatologie et de la chirurgie plastique. Les soins dentaires et autres services de santé offrent un excellent rapport qualité/prix à la grande satisfaction de beaucoup de patients. Le Service d’Orientation Médicale (MRS) fonctionne 24h sur 24 pour donner des informations sur les cabinets médicaux ou les hôpitaux qui pratiquent des langues

Le Cheonggyecheon traverse le centre-ville de Séoul.

AUTOMOBILE
Etat des mieux du secteur
L’industrie automobile coréenne, cinquième du monde, a produit 3,8 millions de voitures en 2006, soit une part de marché de 5,5 %. Dans les années 60 et 70, les constructeurs automobiles coréens étaient principalement des assembleurs de pièces importées. Aujourd'hui, l’industrie coréenne produit un éventail complet d’équipements et connaît une des plus importante croissance au monde. Les modèles sont maintenant développés en Corée. Cette dernière compte cinq constructeurs automobiles Hyundai, Kia, GM Daewoo, Renault Samsung et Ssangyong. D’ores et déjà, le groupe Hyundai-Kia a intégré le top 10 des constructeurs mondiaux et souhaite entrer dans le top 5 à l’horizon 2010. Cette évolution a été rendue possible par un effort soutenu d’innovation, de maîtrise des coûts et une amélioration continue de la qualité. General Motors Corp. et Renault SA continuent d’investir dans leurs filiales coréennes qui deviennent des pièces maîtresses de leur dispositif international. Le secteur des équipements automobiles est l’un des moteurs de l’économie coréenne En 2006, il occupait 5% du PIB et 3,1% des exportations. Avec 260 filiales étrangères en fin 2005, les investisseurs internationaux réalisent 35,5 % des ventes globales sur un marché d’environ 32,7 milliards de won. Les principaux industriels des équipements automobiles parmi les 30 géants mondiaux comme Delphi et Visteon (Américains), Bosch et Siemens (Allemands), Denso, Calsonic (Japonais), Valeo ou Faurecia (Français) sont déjà présents en Corée.

Perspectives
En 2009, la Corée devrait produire environ 3,6 millions de voitures dont 1,05 million pour le marché domestique et 2,55 millions pour l’exportation soit une baisse de 5,9 % par rapport à 2008. Le gouvernement soutient le développement de l’industrie automobile et souhaite qu’elle soit parmi les grandes industries d'ici à 2012. Diverses initiatives sont en cours pour accroître les parts de marché de la Corée et afin que 12 entreprises coréennes intègrent le top 100 mondial des entreprises du secteur automobile. Le gouvernement prévoit également de favoriser la modernisation de l'industrie des équipements automobiles par un accroissement de la valeur ajoutée en modernisant les processus de production, en intégrant de nouveaux matériaux et en introduisant des techniques de production plus écologiques.

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 16

17

Débouchés
Une enquête menée par le KOTRA Détroit en 2005 auprès de 42 constructeurs américains tendait à prouver que les principaux critères d’implantation à l’étranger étaient les suivants: taille du marché, potentiel de croissance, accessibilité pour servir les marchés tiers, et qualité de la main-d'oeuvre. Selon ces critères, la Corée est placée 2ème obtenant de bonnes notes à trois des quatre points et constitue une base idéale pour une implantation en Asie. Deux des principales tendances dans l'automobile sont l’approvisionnement chez les équipementiers les plus performants (où qu’ils se trouvent) et la mondialisation de production. La Corée offre d'excellents débouchés sur ces deux points pour les constructeurs internationaux qui souhaitent rationaliser leurs moyens de production par le partage de plateforme, la modularisation et un approvisionnement global afin d’être le plus compétitif possible. Les équipementiers coréens sont reconnus parmi les meilleurs du monde tant pour la qualité de leurs produits que pour les coûts. Ceci permet à la Corée de se positionner comme un lieu idéal pour les industriels qui cherchent à développer leurs bases internationales. En outre, l’accroissement de la production des entreprises automobiles coréennes et étrangères sur le marché coréen devrait permettre le développement et ainsi être un atout pour les équipementiers étrangers. Il semble nécessaire pour les sociétés non installées en Corée de nouer des relations d’affaire avec Hyundai-Kia Motors au plus vite.

Secteurs porteurs
Il y a une forte demande dans l’industrie automobile coréenne pour de nouvelles technologies telles que les moteurs diesels, l’électronique embarquée ou les carburants propres. Ces secteurs technologiques possèdent donc un très fort potentiel de croissance. Le développent de l’électronique embarquée, y compris les semi-conducteurs et du véhicule propre (véhicule électrique hybride (HEV) et «piles à combustible») représentent clairement deux des secteurs les plus prometteurs. Comme l’industrie automobile coréenne entre dans sa phase de maturité, l’accroissement des capacités de production n’est plus envisageable. En l’état actuel fournir les pièces détachés à Hyundai-KIA Motors parait difficile. Pour néanmoins entrer chez Hyundai-KIA, les équipementiers doivent impérativement s’allier avec des fournisseurs actuels du constructeur coréen que ce soit par des partenariats technologiques ou capitalistiques.

Tendances de la production automobiles
(Unité: milliers de véhicules)

*

*Note: la production de 2009 est une estimation Source: Association des Constructeurs Automobiles de Corée

SEMI-CONDUCTEUR
Marché mondial
En 2008, le marché des semi-conducteurs s’est élevé à 258,3 Mds USD en croissance de 5,6% en moyenne. Le secteur des semi-conducteurs de mémoires mortes (système semi-conducteurs) représente 80% du marché total. De 2008 à 2013, le marché mondial des semiconducteurs doit croître de 1,5% pour atteindre 282 Mds USD en 2013. Dû au contexte actuel de ralentissement mondial, le marché des semi-conducteurs est en pleine évolution. Dans le sous-secteur des mémoires, la concurrence sur le prix devrait être encore plus acharnée. Quant au secteur des mémoires mortes (système semi-conducteur), la fusion des séries a élargi les champs d’application des produits développés. Ceci devrait rendre beaucoup plus forte la concurrence entre les entreprises qui couvrent les mêmes secteurs. Dans le secteur de la fabrication des semiconducteurs, puisque la construction des usines de fabrication demande un investissement colossal, les sociétés, à part Intel, Samsung et TSMC, construisent des unités de production minimales pour des technologies spécialisées et confient le reste aux sous-traitants. Ainsi, la «désintégration» par l’externalisation devrait s’accélérer. est jugée prioritaire par le gouvernement coréen avec 7,6% des exportations totales du pays. En 2008, le secteur a réalisé 32,8 Mds USD d’exportation et 32 Mds USD d’importation et employait 138 000 personnes. L’industrie coréenne des semi-conducteurs est concentrée sur les mémoires à semiconducteur telles que les mémoires DRAM et les mémoires Flash. L’industrie coréenne est fortement compétitive tant en terme de capacités technologiques que de domination du marché. Samsung Electronics et Hynix sont au premier et deuxième rang mondial de la production de mémoires. Pour les DRAM, Samsung Electronics possède 18 mois d’avance technologique sur ces concurrents étrangers. L’industrie des semi-conducteurs fables pour l’encapsulage croît en moyenne de 37% en Corée et compte près de 150 entreprises, parmi lesquelles les plus importantes sont Core Logic et Mtekvision. MagnaChip et Dongbu HiTek sont les principaux fondeurs. MagnaChip a connu une très forte demande en hausse de 60% au premier semestre de 2009. Samsung Electronics est classé 11ème dans le secteur de la fonderie en 2008. Ces deux entreprises sont en train de renforcer leurs activités de sous-traitance de fonderie.

Marché intérieur
En 2008, la Corée détenait 9,6% de marché global des semi-conducteurs, soit la 3ème place après les Etats-Unis (47,7%) et le Japon (23,9%). L’industrie des semi-conducteurs
Une chaîne de fabrication de semi-conducteurs électroniques à l’usine Samsung Giheung

Secteurs porteurs
A cause de la crise économique actuelle, des investissements massifs dans la produciton ne sont pas envisageables. Néanmoins, les

Infineon Technologie
Infineon a ouvert en 2007 un Centre d’Innovation Hyundai-Infineon (HIIC) dans le cadre de sa coopération avec Hyundai Motor; puis a établi une chaire à l’Université KookminInfineon pour former des microcontrôleurs, un laboratoire sur les semi-conducteurs électriques et un centre de R&D dédié à la sécurité automobile. Infineon dans son laboratoire sur l’électronique automobile développe des circuits intégrés pour les modèles Hyundai-Kia Motors.

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 18

19

applicable à tous les produits de la communication, l’électroménager et l’automobile, sont prometteurs. Les investissements dans les circuits intégrés analogues et IGBT (Insulated Gate Bipolar Transistor) sont également des secteurs porteurs pour les investisseurs étrangers.

Tendance du marché mondial des semi-conducteurs
Croissance moyenne annuelle (CAGR): 5,6% (Unité: Mds USD)

230 186

239

263

272

258

La mémoire Flash NAND 40Gb de Samsung électronics

investissements dans la R&D restent eux plus que d’actualité. Le secteur des puces de traitement de données, bien que dominant le marché ne devrait pas croître. A l’opposé, le secteur des télécoms devrait croître en raison de l’élargissement des services de télécommunications mobiles comme les mobiles de 4ème génération et la convergence des appareils. Le secteur automobile devrait être un autre secteur qui verra sa demande en semi-conducteurs croître fortement avec les nouvelles applications lancées. C’est pourquoi les investissements dans les ASSP (Application Specific Standard Product),

mémoire (CAGR: 5,7%) Source: ISuppli, mars 2009

système semi-conducteur (CAGR: 5,5%)

électron individuel (CAGR: 5,9%)

Parts de marché mondial dans le secteur des semi-conducteurs en 2008
Divers 1% Etats-Unis 8% Allemagne 10% Japon 16% Taïwan 19% Japon 22%

Etats-Unis 33%

Corée 45%

Corée 45%

DRAM
Source: Gartner

NAND Flash

Infineon défriche également le secteur des télécommunications coopérant étroitement avec ses principaux clients et partenaires. Il travaille sur les normes européens GSM/GPRS, WCDMA, VDSL et Bluetooth. Infineon Corée emploie actuellement 150 salariés et a vu son chiffre d’affaires doubler au cours de ces deux dernières années. Il a, par ailleurs, été sélectionné en tant que fournisseur pour un programme sur les centres R&D dirigés par le Ministère l’Economie du savoir. Par son implication dans les programmes publics, Infineon a reçu des subventions gouvernementales pour l’embauche et la formation de ses chercheurs coréens.

ECRANS PLATS
Etat actuel et vision de l’industrie des écrans
L’industrie mondiale des écrans plats qui affichait une croissance rapide de 20% annuelle depuis 2000 n’a atteint que 0,2% de croissance en 2008 à cause de la crise économique mondiale et de l’augmentation brusque des stocks. Cela a conduit à une baisse de prix et d’investissements en équipement et finalement à une stagnation du marché. Mais une reprise est attendue avec la baisse des prix sur le marché chinois, la reprise du marché TV européen, l’augmentation de la demande en TV numérique aux Etats-Unis et le lancement de nouveaux modèles de LED et de TV. Le marché mondial des écrans plats atteindra environ 78,4 Mds USD en 2009 et 101,2 Mds USD en 2011. Le LCD occupera 92% du marché. Quant à l’OLED, une légère augmentation est prévue, soit 1,3% en 2009 et 2,2% en 2011. Les écrans plats incluent les LCD, les PDP et l’OLED. Depuis fin 2008, la chute du prix du LCD due à une offre surabondante et à la crise économique mondiale le met en compétition serrée avec le PDP. Cependant, certains spécialistes estime que le PDP, contrairement au LCD dont la technologie a arrivée à maturité, devrait gagner en compétitivité s’il remplit certains critères: découverte d’applications, bénéfices écologiques et création de modèles à haute valeur ajoutée. Quant à l’OLED qui émerge comme l’écran de nouvelle génération avec l’amélioration de l’environnement du marché et des technologies doit faire face à plusieurs problèmes tels que les coûts élevés, la courte durée de vie et la question de sa production massive avant de devenir concurrent du LCD et du PDP. La demande en écrans plats dans les différentes industries est la suivante: TV, téléphone mobile, moniteur et ordinateur portable. En 2009, le marché de la TV a été de 38,6 Mds USD, celui du téléphone mobile de 13,6 Mds USD, celui des moniteurs de 12,5 Mds USD et celui des ordinateurs portable de 8,4 Mds USD. En 2011, le téléphone mobile représentera 19,6% de l’ensemble du marché avec 20,1 Mds USD, soit 47% d’augmentation, et la TV affichera une croissance de 17% par rapport à l’année 2009 avec 45 Mds USD. L’industrie mondiale des écrans plats où rivalisaient la Corée, le Japon et Taiwan doit faire face à la montée de la concurrence chinoise. Au 1er trimestre 2009, la part de marché des entreprises coréennes Samsung Electronics et LG Display sur le marché du LCD était de 65% tandis que les entreprises taiwanaises telles que AUO et CMO en vait 35%. Au cours de l’année 2008, le Japon qui était en tête du marché du PDP avec Panasonic a été légèrement dépassé par la Corée qui a concentré 51% de la demande dont 29,4% pour Samsung SDI et 21,9% pour LG Electronics. Quant à l’OLED, Samsung SDI, le premier au monde qui en a réussi la commercialisation en 2007, domine le marché mondial.

L'écran de télévision LCD 47 pouces le plus plat du monde

Taux d’occupation du marché selon les technologies FPD (2009 à 2011)
2009
Divers 0,8% OLED 1,3% PDP 6,2% Divers 0,9% OLED 2,2% PDP 4,5%

2011

78,4 Mds USD

101,2 Mds USD

LCD 91,7%

LCD 92,4%

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 20

21

Les entreprises LG Display et Samsung dominent le marché mondial des écrans plat par leur innovation et leurs investissements dans la construction d’une chaîne de production de 8e génération.

Cette forte dépendance se retrouve pour le PDP composé de FP, BP, et d’éléments optique dont la production est quasiment entièrement importée. Pour l’OLED, la situation est plus mitigée. La Corée importe une très grande partie des matériaux pour produire les cartes ou les matériaux organiques. En revanche, elle produit de 80 à 100% des matériaux de démarrage et d’emballage. LG Chemical a récemment annoncé le lancement d’activité dans le domaine des cartes de verre LCD suite à un contrat technologique avec Schott (Allemagne). Les cartes de verre LCD, pièces à forte valeur ajoutée, correspondent à 20% du prix de revient des pièces et matériaux du LCD. Actuellement, Samsung Corning Precision Glass et les filiales de Corning (Etats-Unis) occupent 60% du marché mondial et le reste est partagé entre les entreprises japonaises dont Asahi Glasse, NEG et Avanstrate. LG Chemical prévoit de développer l’ensemble de l’industrie des écrans plats.

d‘investissements. De plus, pour faire face à la compétition du Japon et de Taiwan, la Corée doit réaliser des investissements en équipements, la mise en place d’un environnement technologique favorable et établir des normes nationales. C’est dans ce cadre que le gouvernement coréen propose un plan pour 2017 afin de faire de la Corée la première puissance dans les écrans plats avec comme objectifs 100 Mds USD d’exports et une part de marché mondiale de 45%. Le développement intense de technologies pour les écrans de nouvelle génération, la création d’un «Centre d’ écrans flexibles», des projets de co-développements dans le secteur des équipements, des partenariats internationaux et l’amélioration du système pour dynamiser les investissements sont les fondements de ce plan gouvernemental.

Tendances du marché des équipementiers électroniques
Bien que la Corée domine le marché mondial des écrans plats, elle affiche une forte dépendance à l’import des pièces et matériaux. Cette dépendance qui représente 29% du prix final oblige la Corée à se renforcer sur le secteur des équipementiers électroniques. Plusieurs éléments clés des LCD comme le BLU, Pol, C/F, Glass et IC dépendent fortement de producteurs internationaux. Le BLU est composé de CCFL, de LED, de panneaux radiants, de panneaux diffuseurs, de panneaux réflecteurs, de prismes et de DBEF dont la totalité est importée. Parmi les principaux producteurs de verre, on peut citer Samsung Corning Precision Glass (Corée), Asahi Glass (Japon) et Schott (Allemagne). Le marché des cristaux liquides est mené par Merck (Allemagne) et Chisso (Japon), et celui des filtres couleurs par LG Diaplay, Samsung Electronics et Dongwoo Fine-Chem. LG Chemical et Ace Digitech sont sur le marché des panneaux polarisés, Taesan LCD, Uyoung, Heesung Electronics et Kumho Electric sur le marché des BLU, et Samsung et Magnachip le marché des IC drivers.

Politique publique de développement de l’industrie des écrans plats
L’industrie des écrans plats est une industrie à haute valeur ajoutée ayant une base complexe et fait partie des industries de nouvelle génération. Le marché est actuellement dominé par la Corée qui devance le Japon et Taiwan. Cependant, la Corée dépend fortement des importations pour les équipements électroniques. Elle a donc besoin de nouveaux développements technologiques et

Marché selon les industries FPD (2009 à 2011)

Parts de marché mondial des écrans plats
Type Pays
LCD Korea Taiwan Korea Japan Korea OLED

Fabricants Principaux
Samsung Electronics, LG Display AUO, CMO Samsung SDI, LG Electronics Panasonic, Pioneer Samsung SDI RIT Display

2007
43,7% 42,4% 50,3% 49,7% 42,0% 25,4%

2008
46,1% 38,8% 52,3% 47,7% 45,3% 32,2%

PDP

TVs D Cameras

Notebooks Mobile

Monitors Other

Taiwan

Source: Display Search (Revenue basis)

TIC
Situation globale de l’industrie des TIC
Depuis 10 ans, l’industrie de l’information et de la communication joue un rôle moteur dans la croissance sociale et économique de la Corée. Avec l’informatisation initiée par le gouvernement dans les années 1990, les infrastructures TIC les plus performantes du monde en réalisation du projet de société numérique associant les services, les infrastructures et les équipements.
Le téléphone portable LG Prada a été désigné « Meilleur des meilleurs » pour l’année 2007 par le comité Red Dot Design Award. Le Red Dot Design Award est un des plus prestigieux prix de design industriel en Europe.

Sur le plan économique, l’industrie de l’information et de la télécommunication contribue pour 9,9% au PIB et pour représente plus de 25% de la croissance économique en 2008. De plus, elle réalise 39,9% des exportations et 24,8% des importations. L’industrie de l’information et de la télécommunication est essentiellement composée des services TIC, des équipements TIC et des logiciels. Lorsqu’on observe la composition du PIB en 2007, les services TIC correspond à 20,6%, les équipements TIC à 70,8% et les logiciels à 8,6%. De plus, le nombre d’entreprises en TIC ayant plus de 9 employés était de 15000 fin 2007.

depuis 2005 et a baissé de 4,3% en 2008 pour atteindre 22,13 millions de souscripteurs. Cela est dû à la nouvelle tendance de l’année 2009 qui est le remplacement de la ligne fixe par le téléphone via Internet, avec les produits forfaitaires moins chers (Internet ultra haut débit + IPTV + VoIP) présentés par chaque société de télécommunication. Les services d’Internet ultra haut débit ont augmenté de 24,9% en 2004 à 31,8% en 2008 et cette tendance est prévue pour durer, notamment avec l’offre de services ultra haut débit par les entreprises de câblodistribution, l’amélioration de la vitesse de services et l’apparition de produits associés.

NTIC
Parmi les nouveaux services apparus en 2008-2009, le plus représentatif est l’IPTV. L’IPTV est un service permettant de regarder la TV ou les programmes vidéo traditionnels en utilisant Internet. En Corée, sa définition exacte est: «programme de diffusion en temps réel reçu sur le récepteur TV par un réseau premium garantissant QoS à travers un réseau ultra haut débit». Depuis septembre 2008, quatre sociétés ont obtenu l’autorisation d’entrer sur ce marché. KT gère QOOK TV (ancien Mega TV); SK Broad Band (ancien Hanaro Telecom), Broad & TV (ancien Hana TV); et LG Telecom, myLGtv. En juin 2009, le nombre de souscripteurs a atteint environ 467 000 et ce nombre dépasse 1,69 million lorsqu’on additionne le nombre de souscripteurs à la vidéo à la demande (VOD).

Environnement du marché coréen des TIC
Le nombre de souscripteurs de téléphones mobiles a constamment augmenté pour atteindre 46,23 millions de personnes en fin mars 2009, ce qui correspond à 95,1% de la population totale. SKT occupe 50,5% du marché et KTF et LGT sont ses principaux concurrents. Le téléphone ligne stagne

Evolution ultérieure et opportunités
Avec l’intérêt grandissant pour les technolo-

Cisco
Cisco est une société mondiale de télécommunications spécialisée dans les réseaux TIC et la conception et fabrication d’équipements de télécommunications. Elle se situe au 1er rang mondial. Fondée en 1984, son chiffre d’affaires a atteint 39,5 milliards de dollars en 2008 et elle emploie 67000 personnes dans le monde. En Corée, avec ses quelques 350 employés et un chiffre d’affaires de 600 milliards de won, elle lance un plan de développement pour faire de la Corée son noyau mondial de développement urbain intel-

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire

22 23

gies vertes, de nouveaux domaines tels que les technologies TIC vertes sont très en vue. La croissance des TIC va continuer avec l’universalisation des technologies et le développement des réseaux d’équipements intelligents. En 2009, le gouvernement coréen a annoncé sa stratégie nationale et son projet quinquennal pour une croissance verte à travers le Comité de croissance verte, sélectionnant 3 domaines spécifiques et 10 orientations politiques. De plus, après avoir défini son concept de «croissance verte appliquée aux TIC», il a affirmé sa détermination à entrer dans le classement des sept puissances mondiales vertes d’ici à 2020 et dans le top 5 à l’horizon 2050. Cette volonté s’appuie sur le développement de l’écologie, la création de nouveaux moteurs de croissance des TIC et la conversion en société à faible émission de

gaz carbonique. De telles stratégies gouvernementales pour une croissance verte attirent l’attention de nombreuses entreprises mondiales. Ainsi, Cisco œuvre pour convertir son activité d’équipement de réseau en activité de plate-forme de réseau intégrale via des projets de développement urbain écologique à faible émission de gaz carbonique utilisant les TIC. Suite à la signature d’un mémorandum d’entente relatif au projet de construction de nouvelles villes avec la ZLE d’Incheon, Cisco a annoncé un investissement de 2 Mds USD. Cisco prévoit de développer des plates-formes pour réseaux et des solutions à travers la construction de nouvelles villes écologiques en collaboration avec des entreprises TIC coréennes détentrices de technologies vertes et à travers le projet GCIU (Centre global de l’urbanisation intelligente).

Marché des TIC
(unité: mille milliards de won)

iriver PMP P7

Services TIC Equipements TIC Services relatifs aux logiciels et à l’informatique Source: Association coréenne de l’industrie de l’information et de la télécommunication

ligent, notamment à travers le développement de technologies et de solutions de développement urbain intelligent, la gestion d’une base d’essais et l’annonce de la création d’un centre R&D à Songdo U-City.

BIOTECHNOLOGIE
Bioclusters en Corée
- 9 centres Bio Venture - 16 centres régionaux d'innovation technologique

L’industrie des biotechnologies en Corée
L’industrie biotechnique englobe l’ensemble des activités visant à l’amélioration de la santé humaine, la prévention et le traitement des maladies en utilisant les techniques de la biotechnologie. En Corée, la recherche sur les cellules souches, la technique de reconstitution génétique, la technique de fusion cellulaire, l’ingénierie des protéines et l’excellente capacité de traitement et d’analyse basé sur les TIC constituent la force motrice des biotechnologies. En 2006, la biotechnologie coréenne occupe, avec ses 4900 milliards de won, environ 2% du marché mondial. Les bioaliments et la biomédecine se taillent lapart du lion avec 80% de ce marché. La biochimie, le bioenvironnement, les bioanalyses et R&D et les processus biotechniques occupent les 20% restants. Parmi ces secteurs, la production locale utilisée en biomédecine ne représente que 39% des besoins, ceci motre la grande dépendance de la Corée vis-à-vis du marché mondial. De même, pour les bioaliments l’autosiffissance est de 13%. En Corée, il existe environs 580 sociétés pharmaceutiques, 600 entreprises biotechniques et 250 entreprises en bioalimentation. Chaque année, plus de 30000 nouveaux diplômés en biotechnologie sortent des universités coréennes. En 2008, 5755 thèses en sciences ont été publiées. En 2005, 2006 et 2007, respectivement 23, 18 et 16 thèses ont été publiées dans les trois plus grands journaux internationaux dans le domaine de la

BERNA
Berna Biotech Korea, société pharmaceutique spécialisée dans les vaccins, a démarré ses activités sous le nom de «Green Cross» en coopération avec la société pharmaceutique hollandaise Reign Biotech. Ayant pu apprécier le développement du vaccin contre l’hépatite B et les profits réalisés par «Green Cross», Reign Biotech, détenteur des brevets originauxet de réseaux internationaux dans le domaine des vaccins, a racheté 80% des parts des vaccins. Depuis, elle a investit activement créant, en outre, un centre de R&D spécifiques pour vaccins. En 2002, Reign Biotech a été racheté par la société suisse Berna Biotech et suite à la fusion en 2006 entre Berna Biotech et la société hol-

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 24

25

biotechnologie, à savoir «Nature», «Science» et «Cell». Le nombre de brevets déposés classe la Corée au 13e rang mondial en 2007.

Les bioclusters coréens
Le gouvernement et les collectivités locales ont créé des biopôles visant à promouvoir lesbiotechnologies. Depuis 2002, neuf bioclusters et seize centres régionaux de biotechnologies ont été créés autour de «Korea Bio-Hub» visant à soutenir les efforts de R&D et de collaboration des enteprises du secteur. De plus, dans le cadre de la politique nationale, un biopôle national a été créé à Osong et la ville d’Incheon a été désignée centre biomédical afin d’y accueillir des hôpitaux et centres de recherches des pays les plus avancés en la matière. Le gouvernement a décidé d’aménager des complexes médicaux de pointe à Daegu et à Osong d’ici 2012 et d’investir 5600 milliards de won jusqu’en 2038 afin de soutenir le développement de nouveaux médicaments et d’équipements médicaux de pointe.

Le plein appui du gouvernement
Le gouvernement coréen a désigné le secteur BT comme une industrie stratégiqueet a ainsi annoncé une hausse des financements publics pour la R&D. En 2009, le budget consacré à la R&D s’est monté à 2150 milliards de won, soit 17% des investissements publics. Suite au 1er plan de développement des biotechnologies, le plan «Bio-Vision 2016» a aussitôt été mis en place pour 20072016 en coopération entre 8 ministères incluant le ministère des Sciences et des Technologies. La Corée affiche clairement sonobjectif de devenir une puissance biotechnologique mondiale par le développement de technologies propres et la mise en place d’infrastructures industrielles. Des invest-issements supérieurs à 14000 milliards de won sont prévus pour le plan «Biovision 2016», un montant considérable comparé aux 4300 milliards versés pour le 1er plan. Les investissements se porteront en particulier sur la R&D post-génomique, la fusion TIC-BT-NT, la recherche sur le cerveau et les cellules souches. En outre, les biotechnologies sont incluses dans les politiques gouvernementales générales telles que le «Plan de développement de moteurs pour une nouvelle croissance», le «Projet de développement des techniques de fusion», le «Projet pour les affaires scientifiques internationales» et l’«Amélioration des services médiaux», devant à ces titres bénéficier d’un soutien politique et financier.

domaine des biopuces, le développement des techniques de diagnostic utilisant une puce à gènes, à protéines ou à cellules est attendu avec le développement des techniques de fusion entre les biotechnologies, les TIC et les nanotechnologies. La production de biosimilaires et des essais cliniques se montre également prometteuses. Depuis l’annonce de Samsung Eletronics d’investir 50 milliards de won sur cinq ans dans la production de biosimilaires, le secteur fait l’objet d’une grande attention. Les compétences des chercheurs, la facilité de recrutement de patients et la présence de douze centres cliniques régionaux sont des éléments très attractifs pour les sociétés pharmaceutiques internationales qui ont réalisé en Corée 216 essais cliniques en 2008, plus qu’au Japon ou en Chine. L’attente grandit également autour de la technique de fusion BT/TIC utilisant les compétences coréennes dans ce secteur. L’Université de Séoul et le KAIST prévoient la création commune du «Port BIT international» dans le district de Cheongna de la zone économique spoéciale d’Incheon afin d’y développer des systèmes de puces (SoC) de nouvelle génération, des sens artificiels, de la biomimétique, de nouveaux services de santé ou des techniques d’imagerie nanomoléculaire etc.

Perspectives
Conscient du potentiel de croissance et de la contribution apportée par l’industrie biopharmaceutique, le gouvernement coréen soutient ce secteur en tant que relais de croissance. L’industrie biopharmaceutique est constituée de trois domaines, à savoir la biopharmacie, la bioorganique et les biopuces. Dans le domaine de la biopharmacie, le système bioadhésif sélectif à haute efficacité, les traitements cellulaires pour maladies incurables et les anticancéreux sont les plus secteurs les plus prometteurs. Le domaine de la bioorganique comprend les traitements cellulaires fonctionnels par régénération, les produits issus de l’ingénierie tissulaire et les organes d’espèces différentes. Enfin, dans le

landaise Crucell, Green Cross est devenu Berna Biotech Korea. L’inauguration d’une nouvelle usine de vaccins en 2005 a permis de doubler la production, soit 177 millions de doses par an. En juin 2007, 470 millions de doses avaient été vendues. Par ailleurs, Berna Biotech Korea prévoit de s’installer dans la ville internationale de Songdo et bénéficiera ainsi des exonérations fiscales. Ces exonérations sont accordées en considérant les emplois créés et l’augmentation des exportations liées à cette installation.
“Capillaires et globules rouges” oeuvre ayant remporté le concours de photographie bio microscopique organisé par la fondation de promotion Osong Bio.

LES INDUSTRIES VERTES
Etat des lieux
Les industries vertes sont à la pointe de la lutte contre le réchauffement climatique et la consommation des énergies fossiles. Elle incluse donc le traitement des substances polluantes, la prévention des pollutions, la restauration de l’environnement pollué et les techniques et produits permettant une utilisation efficace des ressources. Au 21e siècle, les industries vertes se développent en association avec le développement de nouvelles énergies renouvelables, des TIC et des BT. Le marché en croissance constante atteindra 11 millions de milliards de won à l’horizon 2015. Les BRIC, le Moyen-Orient et l’Asie affrontent spécifiquement des problèmes environnementaux dus à leur développement rapide. Le marché coréen de l’environnement affiche également une croissance annuelle à deux chiffres depuis 2003. Pour répondre à l’importance du marché de l’environnement, l’UE, le Japon et les Etats-Unis réforment leur environnement économique afin que celui-ci soit plus respectueux de l’environnement et par là plus compétitif. De plus, par des restrictions très strictes, ils dressent des barrières commerciales pour protéger les acquis de leur industrie. La Corée mène également une politique environnementale de faible émission de gaz car-

Les dix technologies environnementales
Les sept technologies clés
1) Traitement des eaux 2) Véhicules verts 3) Changement climatique 4) Décontamination du sol et des eaux souterraines 5) Utilisation et restauration des ressources biologiques 6) Environnement et santé 7) Energies à haut rendement

Les dix industries vertes
1) Equipements environnementaux (canalisation d’eau potable et d’eaux usées) 2) Véhicules verts 3) Marché du carbone 4) Industrie climatique 5) Décontamination du sol 6) Ressources biologiques 7) Recyclage des métaux industriels 8) Tourisme écologique 9) Produits écologiques 10) Conseil en environnement

Les trois technologies de base
8) Amélioration de la pollution basée sur la fusion 8) Développement de substances de substitution aux gaz à effet de serre 10) Développement de produits écologiques quotidiens

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 26

27

bonique et zéro déchet, en accélérant sa conversion vers une société verte.

Politique de développement des industries vertes
Le gouvernement coréen réagit face au changement climatique par une politique volontariste de faible émission de gaz carbonique, par la création de nouveaux vecteurs de croissance économique et un renforcement de sa compétitivité sur le marché mondial de l’environnement. Dans ce contexte, il a décidé des dix technologies environnementales prioritaires bénéficiant d’investissements publics et de financements verts. De plus, il soutient l’introduction de modes de production durables dans les industries clés telles que l’automobile, la mécanique ou la sidérurgie.

Vue d’éoliennes Yeongdeok

droits d’émission de gaz carbonique. Le niveau technologique coréen dans le secteur de l’environnement n’atteint que 40 à 60% de celui des pays occidentaux avec une part de marché mondiale de 3%. La plupart des entreprises sont de taille très petite et ne sont pas aptes à investir dans le développement de nouvelles technologies. Cependant, la demande locale et la possibilité de croissance des industries de recyclage des déchets, de décontamination du sol, de recyclage des métaux précieux et des mines urbaines évoluent et le marché croît rapidement. Cela offre donc de nombreuses opportunités aux investisseurs étrangers.

Secteurs prometteurs
Les industries vertes coréennes choisiront les modes de production les plus efficaces et compétitifs à l’échelle internationale. Cette stratégie s’accorde également avec celle du partage international des tâches; les pays ou entreprises avancés se spécialisent en R&D, le haut de la chaîne de valeur et investissent dans des pays comme la Corée, ayant une capacité technique moyenne dans le domaine de la production de pièces et matériaux et dans l’assemblage de produits finis. Les produits issus de l’industrie de l’environnement ainsi fabriqués sont exportés dans le mode entier. Cela est étroitement lié au Mécanisme pour un Développement Propre (MDP), organisme désigné pour la réduction de CO2 par la convention de Kyoto et la gestion de

Exemple de réussite de l’accueil d’investissement - Scandinavian Biogas Fuels
Scandinavian Biogas Fuels (SBF) est une entreprise environnementale internationale dont le siège est à Uppsala en Suède et qui produit du biogaz à partir des déchets organiques. Détentrice de technologies de pointe, elle commercialise directement du gaz ainsi produit ou contribue au développement commercial. En Corée, le projet de construction d’usines de production de biogaz à partir des boues est en cours au sein de la station de traitement des eaux usées de Yongyeon à Ulsan. Selon la convention de Londres, tout rejet en mer de déchets organiques sera interdit à partir de 2012. Prévoyant une forte demande en Corée de méthodes de traitement terrestre des déchets organiques jusqu’ici rejetés en mer, SBF s’est implanté en 2006 en collaboration de la ville d’Ulsan et inaugurera sa première usine fin 2009.

ENERGIE PHOTOVOLTAÏQUE
Objectif de l’offre en énergie renouvelable
(Pourcentage par rapport aux énergies fossiles, %)
11,0

6,1 4,3 2,6 3,0

Source: Ministère de l’Economie du savoir

Installations solaires au parc scientifique de Jinhae

Etat actuel et perspective l’industrie photovoltaïque
En Corée, le taux d’utilisation des énergies renouvelables est de 2,4% en 2007. Un premier projet visait à faire passer ce taux à 5% à l’horizon 2011. Mais, considéré comme obsolète, un nouveau projet annoncé en août 2008 fixe un objectif plus ambitieux avec un taux d’énergies propres représentant 11% des énergies fossiles. Pour l’énergie photovoltaïque, le premier objectif de 1,3GW avant 2012 a été modifié pour devenir 4,3GW avant 2030. Le système de tarification incitative introduit

en 2004 entre dans le cadre d’une politique de dynamisation des énergies renouvelables qui a contribué à l’envol de l’industrie photovoltaïque. Fin 2008, la capacité de production d’énergie solaire atteignait 357MW pour 939 centrales. Durant la seule année de 2008, des centrales solaires d’une capacité totale supérieure à 257MW ont été construites. Cela témoigne de l’amélioration du marché des énergies vertes due à la flambée du prix du pétrole et à un système coréenne attractif grâce à une tarification incitative. L’introduction du système de seuil de capacité totale de production d’énergie solaire (500MW d’ici 2011) visant le développement progressif de l’industrie de l’énergie solaire est due au fait à la restriction du budget gouvernemental. La capacité restante de 200MW sera distribuée convenablement jusqu’en 2012 où système de tarification incitative prendra fin, à hauteur du seuil annuel de 50MW pour 2009, de 70MW pour 2010 et de 80MW pour 2011, de manière à favoriser l’atterrissage en douceur du marché et le soutien continu. Afin de faciliter l’application des normes sur l’inclusion des énergies renouvelables dont l’intro-

Cas de succès
Le marché de l’offre de solutions clé en main de processus de production de cellules et modules est monopolisé par des fournisseurs minoritaires américains, allemands et japonais et les barrières techniques semblent relativement hautes. Les stratégies valables seront donc d’occuper le marché coréen en premier à travers la coopération stratégique avec les entreprises locales qui font leurs premiers pas dans l’industrie des pièces et matériaux pour l’énergie solaire. Roth & Rau (Allemagne) qui a annoncé son projet de co-investissement avec Hydrogen Power lors de l’exposition d’investissement

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 28

29

Evolution et perspective du marché de l’énergie solaire coréen
(Unité: MW)

Etat actuel des principales entreprises selon les chaînes d’offre
Catégorie
Système de tarification incitative Usage industriel Projet expérimental RPS (nouveau) Total Logements verts, Offre régional, Offre général, etc.

09
50 21 71

10
70 32 102

11
80 49 129

Total
200 102 302

Phase
p-Si Lingot

Principales entreprises
OCI, Hankook Silicon, KCC (KAM), Woongin Poliy Silicon

Siltron, Rexor, Neosemitec, Smartace, Woongjin Energy, Nexolon, Glosil Tranche Cellule Module KPE, Millinet, HHI, Shinsung, Hanwha, STX, Korea Steel STX, HHI, LS, Dongyang Creditech, Symphony Energy, S-Energy, KD Solar, Unison, Solartech, Solarworld Korea

Usage ménager

27

30

33

90

Total

98

132

162

392

Source: Ministère de l’Economie du savoir

duction est prévue d’ici 2012 et de stabiliser le marché national de l’énergie solaire, un poids sera attribué aux résultats de prédistribution en cas de distribution de la ration obligatoire de 102MW au cours des trois premières années dans le secteur de l’énergie solaire.

Etat actuel et perspective du marché de l’énergie solaire
Depuis que DC Chem (actuellement OCI) s’est lancé dans le domaine de polysilicone, de nombreuses entreprises coréennes se sont implantées sur marché coréen de l’énergie solaire dans l’ensemble des secteurs de chaîne de valeur. L’implantation qui se faisait autour des fournisseurs de niche est en train de basculer vers le mode de production en masse et plus récemment, les grandes entreprises telles que Samsung, LG, Hyundai Heavy Industries etc., pratiquent le mode de regroupement vertical. En 2009, l’offre mondiale de polysilicone de catégorie solaire a atteint

régional de juillet dernier en est un exemple. Ce projet consiste à produire des cellules solaires d’envergure de 48 MW à compter d’avril 2010 sur le site de 49 000 m2 qui se trouve dans le 2e complexe industriel de Dalseong à Daegu, sur un montant total d’investissement de 1,6 mille milliards de won (dont mille milliards de won d’investissement étranger). Avec le cas de Solarworld (Allemagne) qui prévoit l’élargissement de la capacité de production de catégorie 1GW, il s’agit du cas le plus représentatif de l’implantation sur le marché coréen de l’énergie solaire.

ENERGIE PHOTOVOLTAÏQUE_CONTINUED
p-SI Capacity (2009-2012)
2008 DC Chemical (OCI) KCC (KAM) HK Silicon Woongjin Polysillicon LG Chemical Samsung Petrochemical Hanwha Innovation Silicon (UMG) Total 3 600Ton 10 100 33 000 52 850 3 500 100 2009F 10 000 100 2010F 22 000 3 800 2 500 4 700 2011F 27 000 6 100 6 000 5 000 5 000 3 000 750

(Unité: MT)
2012F 31 000 13 500 9 000 6 800 10 000 9 000 3 750 5 000 88 050

59 000 MT, soit la moitié de la capacité de production mondiale 128 000 MT, mais à cause de la crise économique mondiale, on estime qu’il y aura une suroffre d’environ 10 000 MT. En Corée, le polysilicone fourni par OCI et KAM atteindra 10 100 MT jusqu’en fin 2009 et d’ici fin 2010 où KAM, Woongjin Polysilicone et Hankook Polysilicone lanceront la commercialisation, une offre à hauteur 33 000 MT sera réalisée pour atteindre 88 050 MT d’ici 2012. En 2008, la production coréenne de cellules solaires a atteint 166 MW, soit environ 1% de la production mondiale, et atteindra jusqu’en 2012 4,2GW, soit 9,4% de la production mondiale grâce à l’élargissement des équipement de grandes entreprises coréennes, notamment LG, Samsung et Hyundai Heavy Industries.

Capacity M/S (2010)
Woongjin Polysilicon HK 14% Silicon 8,0% KCC (KAM) 11% DC Chemical (OCI) 67%

Secteurs prometteurs pour l’investissement
Le système de seuil de capacité totale et la fixation du seuil annuel du système de tarification incitative en vigueur affaiblissent la croissance du marché coréen de l’énergie solaire. De ce fait, le gouvernement est en train d’examiner la possibilité de fractionner davantage les prix de référence en cinq zones en considérant les facteurs uniques à la Corée tels que la petite superficie et les caractéristiques régionales, afin de privilégier les zones à petite capacité. Cette réforme permettra d’élargir le marché de l’installation en toiture et du PV intégré, associé au projet de distribution d’un million de logements verts dans le pays. De plus, la fabrication de cellules solaires et d’équipements de nouvelle génération pouvant mettre en valeur la position de la Corée qui a pénétré le marché tardivement ainsi que son expérience en processus de semi conducteur et ses infrastructures, est jugée plus prometteuse que les pièces et matériaux pour l’énergie solaire du genre silicone cristallin.

Source: Displaybank

Perspective de la production mondiale de cellules solaires 2006-2012
Production Capacity (MW) Ratio (%)

Source: Ministère de l’Economie du savoir

Corée

Monde

Ratio

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 30

31

LOGISTIQUE
Situation mondiale
Il est difficile de définir l’industrie de la logistique en un seul mot car elle se mondialise et se diversifie, mais au niveau quantitatif, une augmentation mondiale jusqu’à 470 millions de TEU est attendue en 2010 par rapport à 320 millions de TEU en 2000. L’industrie de la logistique est un secteur attractif pour l’investissement car elle a offre une grande possibilité de bénéfice et de croissance, d’où l’accélération des processus d’implantation des entreprises mondiales de logistique maritime et des regroupements des organismes financiers. Quant à l’état des opérateurs mondiaux de terminal, le taux de bénéfice de HPH (HongKong) et de PSA (Singapore) est de 33% et de 25% respectivement, valeur supérieure à 10% du secteur de la fabrication, ce qui montre bien la croissance de cette industrie. Les opérateurs maritimes mondiaux tels que Maersk, APL, NYK, K-Line, MOL, s’efforcent à devenir entreprises mondiales de logistique afin d’obtenir leurs parts de marché et de renforcer leur compétence commerciale, d’où les grandes tendances de l’externalisation des compétences autres qu’essentielles. Plus de 90% des fabricants du Vieux Continent utilisent les services de logistique de tierce partie et cette tendance s’installera inévitablement en Corée aussi. Les services de logistique va encore plus loin vers l’ère logistique de quarté. augmentation annuelle de 14,1% grâce à une force croissance chinoise. Malgré la crise économique mondiale, la valeur stratégique de ce marché reste intacte à moyen et long terme. De ce fait, une politique d’accueil des entreprises étrangères de logistique et des installations annexes est mise en place pour recueillir des cargaisons dans les ports stratégiques de Busan, de Gwangyang et d’Incheon. En 2005, le nombre d’entreprises de logistique enregistrées a atteint 65 469 avec une augmentation annuelle de 5,6% depuis 2001 et le chiffre d’affaires 66,1 mille milliards de won avec une augmentation annuelle de 9,6%.

Situation nationale
La logistique de l’Asie du Nord-Est autour de la Corée, de la Chine et du Japon montre une
Vue de nuit du port de Busan

Projet Tank Terminal au sein du Complexe industriel de Yeosu, avec l’investissement commun avec Oiltanking (Allemagne) Suite au contrat JV conclu en septembre 2008 entre la Régie pétrolière de Corée, la 2e compagnie mondiale de gestion du terminal pétrolier O et le 1er négociant pétrolier mondial G (Suisse), un terminal pétrolier composé de 57 bacs de pétrole d’une capacité totale de 6 millions de barrels sera construit sur un site de 211 333m2 dans le complexe industriel de Yeosu. En 2009, le montant FDI est estimé 270 millions de dollars et le montant réel

En 2007, le marché coréen de logistique a réalisé 97 mille milliards de won et atteindra 119 mille milliards de won en 2010. Avec la mise en place du système de développement des activités de logistique en Corée et sur le marché 3PL, le taux d’utilisation des services de logistique de tierce partie atteindra 70% en 2010 comparé à 50% en 2007.

Plans de base et plans modifiés
En juin 2006, le Ministère de la Construction et du Transport a mené une réforme de la loi sur la logistique afin d’établir les politiques nationales intégrales de logistique. La loi fondamentale relative à la politique de logistique entrera en vigueur le 10 décembre 2009. La loi fondamentale relative à la politique de logistique désigne le Président du Comité de la politique nationale de logistique comme Ministre du Territoire et des Affaires maritimes et consiste à dynamiser l’industrie de la logistique et à créer une base de données intégrale en regroupant les réseaux actuellement dispersés sur plusieurs organismes selon les fonctions aérienne, ferroviaire, maritime, routière. aménagés dans le complexe de logistique constituent donc des secteurs prometteurs. De plus, avec la désignation de l’industrie de la logistique comme industrie motrice de croissance par le gouvernement, les secteurs du développement des entreprises de logistique et de la dynamisation du marché de la logistique de tierce partie se montrent également prometteurs. Enfin, le développement de l’industrie de la logistique pétrolière sera au cœur du projet. Les clusters pétrochimiques coréens formeront le noyau de la logistique pétrolière de l’Asie du Nord-Est et l’augmentation des investissements ou de nouveaux investissements de la part des entreprises mondiales sera profitable.

Port of Gwangyang

Secteurs prometteurs pour l’investissement
Le gouvernement prévoit de continuer son investissement à grande échelle en mettant en place les pôles internationaux de logistique aérienne et maritime et en créant des clusters de logistique de pointe afin de faire de la Corée une puissance mondiale de la logistique. La gestion des terminaux maritimes et les centres de distribution qui seront

pourrait augmenter avec l’inauguration des travaux prévue au 2e semestre 2010. L’adoption de ce projet est le fruit de la volonté du gouvernement et des organismes concernés de développer les ports pétrochimiques coréens comme noyau de logistique pétrolière de l’Asie du Nord-Est et répond à l’intérêt des entreprises mondiales désirant s’implanter dans cette région. En plus de la compagnie O qui est le principal investisseur, d’autres compagnies comme V (Hollande) se disputent pour prendre possession de pôles stratégistes en contribuant à la dynamisation de l’économie nationale et régionale.

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 32

33

IMMOBILIER
Corée afficherait le taux de reprise économique le plus élevée de 3,5% parmi les 30 pays membres. Cela a contribué à faire remonter l’attente des investisseurs sur le marché immobilier coréen et en mai 2009, le bénéfice du transfert des capitaux a augmenté de 3,7 fois par rapport à l’année précédente. Cela témoigne l’augmentation des investissements et l’introduction des capitaux d’investissement dans le pays. La reprise de l’économie coréenne plus rapide que celle mondiale fait de la Corée un lieu d’investissement important sur le marché de développement stable de l’Asie du Nord-Est soutenu par le gouvernement et par les communautés régionaux.

Vue d’avion du pont d’Incheon

Le marché immobilier mondial est remué à cause de la crise financière et l’effondrement des BI, acteurs du projet de développement PF, affecte gravement le nouveau marché de développement. En particulier, les activités de nouveau développement immobilier sont plus affectées que le marché de logements, d’immeubles commerciaux et d’infrastructures. Cependant, avec l’amélioration de la situation économique, le marché de développement immobilier se stabilise et de grands projets nécessitant un investissement à long terme attirent l’attention internationale. Le gouvernement coréen a récemment annoncé sa politique d’allégement des restrictions immobilières en vendant les banques de financement défaillantes, ce qui signifie la solidité des capitaux des organismes financiers et la reprise de la crise financière immobilière. Selon le rapport de l’OCDE, la

Immeubles commerciaux
Le taux d’inoccupation des immeubles commerciaux est faible en Corée même par rapport au reste de l’Asie: les immeubles de catégorie A ou premium à Séoul affichaient un taux d’inoccupation de 1,4 à 1,8% avant la crise et de 3 à 3,4% après la crise. En particulier, la demande du marché immobilier commercial de Séoul est plus élevée que l’offre et le mode d’investissement bascule de court terme à long terme ainsi que le mode de possession du propriétaire unique au copropriétaire. Les gratte-ciels attirent les investissements des étrangers les plus actifs. Les immeubles tels que Parc1 de Yeouido, le Centre international des finances de Séoul (SIFC), Incheon Tower actuellement en cours de construction accueilleront les investissements étrangers.

AMEC AMEC, un projet de développement global et géant de construction dont le siège est à Londres, est le principal entrepreneur pour la construction du pont d'incheon. Ce projet de pont qui reliera l'aéroport incheon international à la ville de songdo sur une distance totale de 21,5 Km – a débuté en 2005 et devrait être fini en 2009. AMEC a signé un protocole d'accord (MOU) avec le ministère coréen des finances et de l'économie en 2005, lui donnant la responsabilité du développement de la zone d'affaires internationale située au

Activités d’infrastructure
Depuis que le gouvernement déploie une politique de développement régional équilibré, les communautés régionales soutiennent l’investissement dans le secteur des infrastructures. Le montant cumulé du capital d’infrastructure de la Corée est de 70% par rapport aux pays de l’OCDE et seulement de 50% en ce qui concerne le secteur des chemins de fer. Le capital d’infrastructure du secteur des ressources en eau correspond actuellement à 1% du PIB mais augmentera progressivement avec la participation du gouvernement dans le projet d’aménagement des quatre grands fleuves. Le projet de train léger reliant la région capitale à des zones périphériques qui s’achèvera d’ici 2012 suit la méthode BTO (Built-TransferOperate). Un projet de pont pour relier les îles de Jeollanamdo est également en cours suivant la méthode BTO.

nologie, de R&D et de pièces automobiles. La ZLE de Daegu aménagera, basé sur l’industrie du textile déjà en place, les clusters de mode, d‘éducation et de pièces et matériaux tandis que la ZLE de Saemangeum prévoit la création de complexes pour l’industrie de pointe pour les loisirs et tourisme. Le projet de villes d’entreprises de loisirs s’applique à Taean et Yeongam. La culture, le tourisme et les loisirs et sports y sont ainsi considérés comme industries motrices de nouvelle croissance. Pour les villes d’entreprises, Wonju, Chungju et Mooan ont été sélectionnés. Par ailleurs, les communautés régionales déploient leurs efforts pour développer des projets respectant les caractéristiques régionales. Ces phénomènes du développement sont communs dans toute

l’Asie du Nord-Est comprenant le Japon, la Corée et la Chine. En Corée, les investissements ciblés prenant en compte les caractéristiques régionales et les industries concernées seraient conseillés afin d’accéder au succès.

Activités de développement de grande envergure
Parmi les projets de développement immobilier, les projets de développement régional qui ont le potentiel et qui bénéficient de l’aide de l’Etat attirent l’attention. De grands projets de développement tels que les ZLE, les villes d’entreprises de loisirs, les villes d’entreprises et le développement du département autonome de Jeju sont en cours de réalisation. Pour les ZLE, Incheon, Busan/Jinhae et Gwangyang ont été désignés en 2003 pour accueillir les investissements dans les échanges internationaux et dans la logistique et la ZLE de la mer jaune prévoit la construction de clusters internationaux de biotech-

Vue aérienne de la Cité du tourisme et des loisirs à Taean

nord de incheon international. Cette zone de chalandise dont la construction sera terminée en 2010 comprendra un complexe d'affaires international, des hôtels, des lieux d’exposition, un parc aquatique, des logements résidentiels et des écoles internationales. AMEC investira 2 milliards de dollars dans le projet.

Industrie phare pour l’investissement et opportunité d’affaire 34

35

Invest KOREA
Invest KOREA est une agence gouvernementale chargée d'attirer les investissements directs étrangers en Corée. Son siège est situé à Séoul dans les bureaux du KOTRA sa maison mère. Invest KOREA fournit une gamme complète de services ayant pour but de satisfaire les divers besoins des investisseurs étrangers, allant de l’aide à l'investissement à la fourniture d’informations globales et spécifiques sur les aides offertes, en passant par le soutien à la localisation, le soutien administratif vis-à-vis des administrations coréennes, l’obtention de permis et licences. En un mot, Invest Korea est LE guichet unique pour les investisseurs internationaux. Mais au delà de l’attraction des sociétés étrangers, Invest Korea a aussi pour rôle d’accompagner l’investisseur dans son développement et aide donc a posteriori l’entreprise dans son quotidien (problèmes de visas, difficultés ponctuelles etc.). régulièrement recrutés pour augmenter les possibilités de service d’Invest KOREA. ale des agences de promotion d'investissement (WAIPA), lors de la conférence de Genève en mars 2007.

Bureau de l’Ombudsman aux IDE
Le bureau de l’Ombudsman se trouve au sein du KOTRA en accord avec la loi de 1998. Il vise à résoudre les difficultés pratiques, juridiques ou administratives auxquelles sont confrontées les entreprises étrangères en Corée. L'Ombudsman, nommé par le Président de la République de Corée travaille en étroite collaboration avec des spécialistes dans les divers domaines concernant l'investissement étranger. Si des améliorations légales sont souhaitables pour accroître l’attractivité ou la compétitivité de la Corée, l’Ombudsman présente son rapport concernant ces évolutions au gouvernement et les propose au Comité pour les investissements étrangers, l’organisme décisionnaire le plus élevé. Les services de l’Ombudsman sont intervenus avec succès pour de nombreuses sociétés étrangères établies en Corée. Cette expérience unique en son genre leur a valu de recevoir le prix du meilleur service de post-investissement de l'association mondi-

Invest Korea Plaza (IKP)
Invest Korea Plaza est un incubateur exclusivement réservé aux investisseurs étrangers situés dans un bâtiment high-tech dernier cri. Ce bâtiment est situé tout à côté de celui d’Invest KOREA, les locataires d'IKP ayant ainsi accès aux services complets comprenant des études de faisabilité et du conseil fourni par le personnel d’Invest KOREA, des experts ou des représentants des ministères coréens. En outre, le Centre de soutien aux investisseurs (ISC) d’IKP fournit un soutien aux investisseurs étrangers ainsi qu’à leurs familles pour simplifier leur emménagement.

Système du chef de projet
Invest KOREA affecte un chef de projet à chacune des entreprises étrangères qu'il aide afin d'offrir le service le plus personnalisé possible tout au long du processus lié à l'investissement. Il offre tout l’éventail des services auxquels peut prétendre l’investisseur et sert d’interlocuteur unique à ce dernier qui ne connaît que lui et n’a donc pas à multiplier des contacts dans les différentes administrations. Actuellement, 100 chefs de projet travaillent avec des investisseurs étrangers à différents niveaux d'investissements. Les chefs de projet reçoivent une formation continue pour mettre à jour leurs connaissances et de nouveaux chefs de projet sont

Invest Korea Plaza et Invest KOREA

“Invest KOREA est une organisation essentielle à connaître lorsqu’on fait des affaires en Corée. Le personnel est très amical, bien informé et professionnel. Ils sont d’une efficacité remarquable pour résoudre des centaines de problèmes rencontrés par les investisseurs. Il est très clair qu’Invest KOREA est un réel avantage non seulement pour les investisseurs mai également pour l’ensemble de la communauté étrangère.”
Terry Tuharsky, Ancien Président, Chambre de Commerce Canadien-Coréenne

Réseau international de l’IK
Les 39 KBC répartis sur tous les continents pour soutenir les investisseurs étrangers.
SIÈGE SOCIAL
13 Heolleungno, Seocho-gu, Séoul, Corée du Sud Tel: (82-2) 3460-7545 Fax: (82-2) 3460-7946, 7 ikonline@kotra.or.kr www.investkorea.org

AMÉRIQUE DU NORD
New York (Etats-Unis)* Tel: (1-212) 826-0900 Fax: (1-212) 888-4930 Los Angeles (Etats-Unis) Tel: (1-323) 954-9500 Fax: (1-323) 954-1707 Chicago (Etats-Unis) Tel: (1-312) 644-4323 Fax: (1-312) 644-4879 Dallas (Etats-Unis) Tel: (1-972) 243-9300 Fax: (1-972) 243-9301 Washington (Etats-Unis) Tel: (1-202) 857-7919 Fax: (1-202) 857-7923 San Francisco (Etats-Unis) Tel: (1-650) 571-8483 Fax: (1-650) 571-8065 Détroit (Etats-Unis) Tel: (1-248) 355-4911~3 Fax: (1-248) 355-9002 Vancouver (Canada) Tel: (1-604) 683-1820 Fax: (1-604) 687-6249 Toronto (Canada) Tel: (1-416) 368-3399 Fax: (1-416) 368-2893

EUROPE
Francfort (Allemagne)* Tel: (49-69) 2429-920 Fax: (49-69) 2533-89 Hambourg (Allemagne) Tel: (49-40) 3405-740 Fax: (49-40) 3405-7474 Munich (Allemagne) Tel: (49-89) 2424-2630 Fax: (49-89) 2424-2639 Paris (France) Tel: (33-1) 5535-8888 Fax: (33-1) 5535-8889 Moscou (Russie) Tel: (7-495) 258-1627 Fax: (7-495) 258-1634 Londres (Grande-Bretagne) Tel: (44-20) 7520-5300 Fax: (44-20) 7240-2367 Bruxelles (Belgique) Tel: (32-2) 203-2142 Fax: (32-2) 203-0751 Milan (Italie) Tel: (39-02) 79-5813 Fax: (39-02) 79-8235 Zurich (Suisse) Tel: (41-44) 202-1232 Fax: (41-44) 202-4318 Stockholm (Suède) Tel: (46-8) 30-8090 Fax: (46-8) 30-6190 Copenhague (Danemark) Tel: (45) 3312-6658 Fax: (45) 3332-6654 Amsterdam (Pays-Bas) Tel: (31-20) 673-0555 Fax: (31-20) 673-6918 Vienne (Autriche) Tel: (43-1) 586-3876 Fax: (43-1) 586-3979 Madrid (Espagne) Tel: (34-91) 556-6241 Fax: (34-91) 556-6868 Helsinki (Finlande) Tel: (358-9) 638-122 Fax: (358-9) 638-611

ASIE / OCÉANIE
Singapour* Tel: (65) 6221-3055 Fax: (65) 6223-5850 Sydney (Australie) Tel: (61-2) 9264-5199 Fax: (61-2) 9264-5299 Melbourne (Australie) Tel: (61-3) 9699-3833 Fax: (61-3) 9699-3811 Tokyo (Japon)* Tel: (81-3) 3214-6951 Fax: (81-3) 3214-6950 Osaka (Japon) Tel: (81-6) 6262-3831 Fax: (81-6) 6262-4607 Nagoya (Japon) Tel: (81-52) 561-3936 Fax: (81-52) 561-3945 Fukuoka (Japon) Tel: (81-92) 473-2005, 6 Fax: (81-92) 473-2007 Pékin (Chine) Tel: (86-10) 6410-6162 Fax: (86-10) 6505-2310 Shanghai (Chine)* Tel: (86-21) 5108-8771, 2 Fax: (86-21) 6219-6015 Canton (Chine) Tel: (86-20) 8334-0052 Fax: (86-20) 8335-1142 Shandong (Chine) Tel: (86-532) 8388-7931, 4 Fax: (86-532) 8388-7935 Hong Kong (Chine) Tel: (852) 2545-9500 Fax: (852) 2815-0487 Taipei (Taïwan) Tel: (886-2) 2725-2324 Fax: (886-2) 2757-7240 Kuala Lumpur (Malaisie) Tel: (60-3) 2117-7100 Fax: (60-3) 2142-2107

MOYEN-ORIENT
Dubaï (Émirats Arabes Unis)* Tel: (971-4) 332-7776 Fax: (971-4) 329-1300 Siège social local

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful