Vous êtes sur la page 1sur 72

Cours

géomorphologie littorale

FATIMA ABKHAR

MASTER SCIENCES DU LITTORAL ET DE LA

MER (SLIME)

2016-2017

Introduction

Le domaine littoral est constitué par la zone de contact

entre la mer et la terre. Sa longueur totale dans le monde s'élève à environ 504 000 km, soit l'équivalent de 12 fois le tour de la Planète, au niveau de l'équateur.

Les littoraux présentent des formes extrêmement

variées.

Un littoral = Interface entre la terre

l’atmosphère).

et

la mer

(et

Le niveau actuel des mers et des océans est le résultat de la dernière transgression flandrienne (donc

postérieure à la dernière glaciation würmienne). Le

niveau actuel date d’environ 5000 à 6000 ans.

Une transgression marine = Remontée du niveau des océans et des mers, lié au réchauffement du climat

(fonte des glaciers et de la banquise, hausse des

précipitations à certaines latitudes).

Une régression marine = Baisse du niveau des océans

et des mers, lié au refroidissement du climat (extension

des glaciers, de la banquise et diminution des précipitations à certaines latitudes.

1 - Plateau continental

2 Talus continental

3 Plaine abyssale

1 - Plateau continental 2 – Talus continental 3 – Plaine abyssale Cours Abkhar

Cours Abkhar

La notion de littoral est « à priori » simple à définir. Il s’agit de l’espace qui relie la terre, la mer et l’atmosphère. Il n’existe

cependant pas une définition unique de ce territoire, mais

plusieurs définitions selon que l'on est biologiste, géographe, juriste

Dans sa version « la plus large », le littoral (ou espace côtier), correspond à un espace compris entre la mer et l'arrière-pays côtier; il peut-être découpé en 3 zones : l’avant-pays marin, l’estran et l’arrière-pays continental.

Schéma simplifié du littoral :

Cours Abkhar
Cours Abkhar

Depuis le littoral, les fonds s’organisent en un plateau

continental, un talus continental, des plaines abyssales

et

des

fosses

océaniques.

Le plateau continental Il s’étire progressivement de

la surface jusqu’à 200 mètres de profondeur environ. Sa limite inférieure est définie par le changement de

pente. Il est le prolongement du continent dans le

domaine marin, avec toutes les propriétés continentales (lithologie, épaisseur des formations, tectonique, )

Il est subdivisé en 4 étages.

Il est subdivisé en 4 étages.

La transition vers l'océan se fait de façon graduelle (pente très modérée), dans le cas d’une marge passive (c’est le cas du Maroc ), ou d’une manière brutale, dans le cas d’une marge active (cas

du Japon, par exemple)

Le plateau continental est habituellement recouvert d'une faible colonne d'eau dont l’épaisseur est de l'ordre d'une centaine de mètres (en tous cas, ne dépassant pas, conventionnellement, les 200 m

Les zones côtières représentent à peine 10 % de la surface totale

des mers et océans, mais recèlent autour de 90 % des toutes les espèces marines, en raison de leur richesse en nutriments

Cet étage correspond à la zone de pénétration de la offre une très grande biodiversité.

lumière et

Talus continental (ou pente continentale ) :

Il s’agit d’un grand escarpement tourné vers le large, avec une

pente de l’ordre de 5°, constituant un relais morphologique entre le plateau continental et la plaine abyssale et pouvant être entaillé, ici et là, par des canyons sous-marins Au pied du talus continental, il y a formation d’un cône de sédimentation :

Le glacis continental, où les dépôts sédimentaires peuvent avoir

lieu de manière brutale, en provoquant parfois des avalanches et même en déclenchant accessoirement des tsunami

Plaine abyssale :

Canyon sous-marin

C’est la zone aplanie des grandes profondeurs océaniques,

généralement, au delà de 2500 m et jusqu’à 600m se situe entre les marges continentales et

C’est la zone aplanie des grandes profondeurs océaniques, généralement, au delà de 2500 m et jusqu’à 6000 m, qui se situe entre les marges continentales et les dorsales océaniques.

Dorsales médio-océaniques :

Les dorsales océaniques (ou souvent médio-océaniques, même si elles n’occupent pas toujours une position médiane dans les

océans) désignent des chaînes sous-marines existant dans tous

les bassins océaniques et qui s’étendent sur près de 60 000 km.

Les dorsales se développent à la limite entre 2 plaques lithosphériques divergentes et représentent l’un des environnements les plus actifs de la Terre (séismes, volcanisme, hydrothermalisme, ).

Un

(et

l’atmosphère).Le niveau actuel des mers et des océans est le résultat de la dernière transgression flandrienne (donc postérieure à la dernière glaciation würmienne). Le niveau

actuel date d’environ 5000 à 6000 ans.

littoral

Interface

entre

la

terre

et

la

=

mer

Forme de la plage

Forme de la plage

Cours Abkhar

Dune bordière végétalisée

Berme

Cours Abkhar Dune bordière végétalisée Berme Estran Haut de plage Coupe Plage d’ Elhawziya
Estran
Estran

Haut de plage

Cours Abkhar Dune bordière végétalisée Berme Estran Haut de plage Coupe Plage d’ Elhawziya

Coupe Plage d’Elhawziya

Un estran = Espace alternativement découvert par la marée (indiqué

par des figurés bleus clairs sur la carte topographique et en vert sur la

carte marine), c'est-à-dire entre le trait de côte et le niveau le plus bas des très basses mers L'estran est fonction du relief littoral, de la mer et du coefficient de marée.

L'estran se définit comme la partie du littoral située entre les niveaux

connus des plus hautes et des plus basses mers. On utilise aussi pour le désigner les termes de " zone de marnage ", " zone intertidale " ou "zone de balancement des marées".

Le marnage = Différence de niveau entre la très basse et la très haute

mer. Le marnage est fonction du relief littoral, de la mer et du coefficient.

Cours Abkhar

Cours Abkhar

Cours Abkhar

Les différents types des côtes

I- Les côtes basses

Une côte basse = côte d’accumulation, généralement de faible énergie. Côte dont le matériel est issu des continents,

principalement des alluvions fluviaux, mais plus rarement de

matériaux issus de l'érosion côtière.

Ces accumulations ont été remobilisées lors de la dernière

transgression marine, et le sont encore par la dérive littorale,

la houle et les marées.

Il existe deux types de côtes basses :

1 Les marais littoraux (non soumis à la houle)

2 Les côtes basses soumises à la houle

1 Les marais littoraux (non soumis à la houle)

Un marais littoral = une vasière = Zone de sédimentation vaseuse non soumise à la houle. Il s’agit en général de baies

profondes ou de berges d’estuaires abritées de la houle. Il peut

s’agir aussi de la partie intérieure de deltas.

profondes ou de berges d’estuaires abritées de la houle. Il peut s’agir aussi de la partie
Cours Abkhar Végétation sur la dune embryonnaire Marais
Cours Abkhar
Végétation sur la dune embryonnaire
Marais

végétation sur la dune embryonnaire (bordière) Oualidia.

La sédimentation des marais littoraux (vasières) s’effectue sur l’estran. On y distingue deux parties différentes :

- La slikke = La vasière proprement dite = La partie basse du

marais recouverte par la marée haute toute l’année. La sédimentation y est maximale.

- Le schorre = L’herbu = la partie la plus haute du marais, c’est-à-dire la

plus proche de la terre ferme, recouverte seulement par les plus hautes eaux en période de fort coefficient (vives eaux) ou lors des tempêtes. Il forme un espace constitué de vase séchée, colonisé par une végétation halophile, soumis aux embruns. Il est souvent utilisé

comme pâturage (ex : Les prés salés du Mont Saint-Michel / moutons).

La toponymie reflète la difficulté d’évacuer les eaux en cas de forte marée car le schorre est souvent incliné vers la terre ferme par

tassement : Les "marais mouillés" dans l’Ouest, les "bas champs" en

Picardie, les "moers" en Flandre, etc

Sables fins Schorres Cours Abkhar
Sables fins
Schorres
Cours Abkhar

Les estuaires :

Le mot estuaire vient du mot latin aestus (marée) et son

adjectif dérivé aestuarium ("tidal").!

Un estuaire = Embouchure d'un fleuve ou d'un cours d'eau, plus ou moins évasée et souvent bordée de marais. L'estuaire est la portion de l'embouchure d'un fleuve où l'effet de la mer ou de l'océan dans lequel il se jette est perceptible (salinité et marées). = Interface privilégiée par les sociétés (densités humaines et aménagements)

Cours Abkhar

musoir Poulier forêt
musoir
Poulier
forêt

Un

poulier

=

Flèche littorale

courbe barrant l'ouverture d'un estuaire.

Un

musoir

=

Berge

en

poulier

l'embouchure

d'un estuaire.

érodée

du

à

face

Dissymétrie de l’estuaire de l’Oum Er-Rbia 5/02/2004

Hydrologie estuarienne

D'un point de vue physique, les deux plus importants facteurs contrôlant la dynamique estuarienne sont l'intensité du mélange entre l'eau douce et l'eau salée, et la vitesse avec laquelle ce mélange se fait.

Ces deux éléments sont eux mêmes contrôlés par six facteurs

principaux: le débit fluvial, les précipitations, l'évaporation, les variations de la marée, la force du vent, et la topographie

de l'estuaire.

Le rapport entre la quantité d'eau douce qui arrive par le fleuve et celle d'eau de mer mélangée par les marées détermine clairement le type d'estuaire.

salinités,

on

catégories:

peut

classer

les

estuaires

en

six

1. Les estuaires à coin salé (salt wedge estuaries)

2. Les estuaires fortement stratifiés (highly

estuaries)

grandes

stratified

3. Les estuaires partiellement ou légèrement stratifiés (slightly stratified estuaries)

4. Les

verticalement bien mélangés (vertically

estuaires

mixed estuaries)

5. Les estuaires inverses (inverse estuaries)

6. Les estuaires intermittents (intermittent estuaries)

2 Les côtes basses soumises à la houle

Côte d'accumulation soumise à la houle et à la dérive

littorale. C'est donc une côte qui reçoit des apports de sable, de graviers ou de galets.

On les trouve :

- Dans la partie aval ou à proximité des estuaires Côte et des deltas,

- au contact de la houle et de la dérive littorale sur des

cotes relativement rectilignes

- mais aussi dans les rentrants des côtes rocheuses

La dérive littorale = courant parallèle à la côte, provoqué par le contact houle/littoral. Ces accumulations et ces érosions de matériaux remobilisés par la houle et la dérive littorale produisent des formes particulières :

Les deltas :

Un delta = Embouchure d'un fleuve ou les alluvions fluviatiles s’accumulent (au lieu d’être redistribuées en majorité sur une

grande étendue par les vagues et les courants littoraux). Ex : le

Deltade Nil Un delta se caractérise par une avancée de la terre sur la mer et prend la forme d’un triangle (d’où son nom). Dans la plupart des cas, le cours d’eau se subdivisent en défluents au niveau de

l’apex.

=> Souvent fortes densités et nombreux aménagements

Cours Abkhar

Cours Abkhar

Des plages et des grèves :

Des plages et des grèves : - Une plage = Accumulation en situation littorale de matériaux
Des plages et des grèves : - Une plage = Accumulation en situation littorale de matériaux
Des plages et des grèves : - Une plage = Accumulation en situation littorale de matériaux

-Une plage = Accumulation en situation littorale de

matériaux grossiers (sables

et graviers).

-Une

grève

=

Plage

de

galets.

-Trait de côte = Limite des parties émergées et immergées de la plage.

=> espaces privilégiés par le tourisme

Des côtes à lidos :

- Une flèche littorale = Accumulation de sable, de forme allongée, dans le sens de la houle dominante et rattachée au continent par une racine qui tend à être érodée par la dérive littorale.

Cours Abkhar Une flèche littorale
Cours Abkhar
Une flèche littorale

Un cordon littoral = Un lido = Accumulation sableuse

enracinée à ses deux extrémités.

= Dédoublement de la côte en terme d’aménagements

Un lido Cours Abkhar
Un lido
Cours Abkhar

- Un tombolo = Flèche littorale rattachant une île ou un îlot au littoral. L’ensemble donne une presqu'île.

Cours Abkhar

Un tombolo

littorale rattachant une île ou un îlot au littoral. L’ensemble donne une presqu'île. Cours Abkhar Un

- Une lagune = Etendue d'eau salée ou saumâtre isolée de la mer par un cordon littoral.

- Un grau = Passe naturelle ou anthropique permettant le

passage de l'eau entre la lagune et la pleine mer.

=> Longtemps répulsives, voire paludiques. Aujourd’hui

très densément peuplées et amanénagées.

Cours Abkhar

Salière Plage sableuse Dune consolidée Schorre Digue avale Chenal principal 6,5 km Digue avale Chenal

Salière

Salière Plage sableuse Dune consolidée Schorre Digue avale Chenal principal 6,5 km Digue avale Chenal Plage

Plage sableuse

Dune consolidée Schorre Digue avale
Dune consolidée
Schorre
Digue avale
Plage sableuse Dune consolidée Schorre Digue avale Chenal principal 6,5 km Digue avale Chenal Plage rocheuse

Chenal principal

6,5 km

Digue avale

Chenal Plage rocheuse Schorre

Salière Dune consolidée Palge et dune vive

Falaise vive

rocheuse Schorre Salière Dune consolidée Palge et dune vive Falaise vive Passes Cours Abkhar Sablière Delta

Passes

rocheuse Schorre Salière Dune consolidée Palge et dune vive Falaise vive Passes Cours Abkhar Sablière Delta

Cours Abkhar

Sablière

Delta interne

Des côtes dunaires :

-Une côte dunaire = Côte

présentant une succession de

dunes.

-Une dune = Accumulation

sableuse sur la partie émergée

de la plage (ex :).

-Une dune vive = Dune encore

soumise au vent (le versant soumis au vent est le plus abrupt).

Cours Abkhar

-Une

barkhane

=

Dune

ventrue

en

forme

de

croissant

avec

les

pointes

tournées au vent.

= Dune ventrue en forme de croissant avec les pointes tournées au vent. Cours Abkhar

Cours Abkhar

-

Une parabole = Dune

effilée en forme de

croissant avec les pointes tournées sous le vent.

-

Une

dune

morte

= Dune non soumise au vent car fixée par la

végétation.

morte = Dune non soumise au vent car fixée par la végétation. Cours Abkhar Butte sableuse

Cours Abkhar Butte sableuse en cours de formation

Les côtes hautes

Les côtes hautes = Côtes d'ablation, donc à évolution plus lente que les côtes basses d'accumulation. Il existe deux types de côtes hautes :

1 Les côtes à falaises 2 Les côtes rocheuses

1 Les côtes à falaises

Une falaise = Talus en général non ou peu recouvert de

végétation, très abrupt, essentiellement créé par l'érosion

-

marine, souvent précédé d'une plateforme d'érosion marine liée au recul de la falaise.

Cours Abkhar
Cours Abkhar

- Une falaise vive = Falaise encore battue par la mer.

- Une falaise morte = Falaise qui n'est plus en contact avec la mer (existence d'une côte d'accumulation entre la falaise et la mer).

- Une plateforme d'érosion marine = plateforme maritime liée au recul d'une falaise. Elle est liée à l'érosion de la falaise qui la surplombe et à l'accumulation des matériaux qui en sont

issus.

=> Côte difficile d’accès = frontière relativement fermée entre

terre et mer

Le premier type de côte : le profil morphologique est constitué

d’un cordon dunaire qui n’est pas atteint par la mer, il garde sa

morphologie ancienne. Le front de ce cordon dunaire est atteint par l’érosion marine, il forme une falaise de 1,5m de hauteur, cette falaise subit une érosion à la base qui se traduit par des excavations

plus ou moins profondes selon la résistance et la direction de la

falaise par rapport à l’attaque des vagues.

Dans certains endroits, on constate l’effondrement de la partie

sommitale de la falaise. Cet effondrement produit des débris de

roches au pied de la falaise. Ces débris ont l’avantage de protéger la base de la falaise, ce qui ralentit le recul de la falaise, et également

la recharge de la plage en sédiments

Culture Dune lapidifiée Cours Abkhar Falaise vive Plage rocheuse lapiès végétation
Culture
Dune lapidifiée
Cours Abkhar
Falaise vive
Plage rocheuse
lapiès
végétation

Le deuxième type de côte : le profil morphologique est caractérisé par une zone intertidale plus large, un cordon dunaire qui n’est pas atteint par la mer, sa hauteur varie entre 2 et 5 mètres de hauteur

Cette dune est attaquée en falaise à sa base où elle présente

une zone d’affouillement, puis une plage sableuse envahie par la mer en marée haute et laisse apparaitre de nombreux affleurement rocheux de grès dunaire consolidé.

Affleurement rocheux Formation gris noir kjôkkenmodding Dune vive Falaise vive Végétation Dune lapidifiée Plage
Affleurement rocheux
Formation gris noir
kjôkkenmodding
Dune vive
Falaise vive
Végétation
Dune lapidifiée
Plage sableuse
Cours Abkhar

Le troisième type de côte : le profil morphologique est

constitué par un cordon dunaire dont le sommet n’est pas atteint par la mer, il est fragmenté par la mer en îlots (quatre passes de largeurs inégales), et pénètre dans l’Oulja. La dune

végétalisée est suivie d’une formation gris-noirs (le

kjokkenmödding), puis d’une falaise façonnée dans le cordon dunaire qui atteint entre 5 à 10 m de hauteur, et enfin une partie sous marine formée par platier rocheux lapiazé et

identique à celui observé dans le premier secteur.

Passe secondaire Dune vive végétalisée Horizon gris noir Kjökkenmödding Chenal Sablière Cours Abkhar
Passe secondaire
Dune vive végétalisée
Horizon gris noir
Kjökkenmödding
Chenal
Sablière
Cours Abkhar

2 Les côtes rocheuses

Une côte rocheuse = Côte présentant des talus relativement

abrupts, parfois séparés de la mer par des plages, qui sont le fait de roches cristallines ou de littoraux de chaînes de montagnes récentes.

Les côtes rocheuses présentent une succession de :

- rentrants de tailles variables - saillants de tailles variables Nombreux abris, ports, villages de pêcheurs, etc

Les saillants :

Les saillants : -Un cap = Saillant de taille moyenne. -Une péninsule = Saillant de grande

-Un cap = Saillant de taille moyenne.

Les saillants : -Un cap = Saillant de taille moyenne. -Une péninsule = Saillant de grande

-Une péninsule = Saillant de grande taille.

cap = Saillant de taille moyenne. -Une péninsule = Saillant de grande taille. Une pointe =

Une pointe = Saillant de petite taille

Les rentrants:

-
-

Un baie = Rentrant de moindre taille.

- Une crique = Rentrant étroit de petite taille

taille. - Une crique = Rentrant étroit de petite taille Golfe persique -Un golfe = Rentrant

Golfe persique

-Un golfe = Rentrant de grande taille.

de petite taille Golfe persique -Un golfe = Rentrant de grande taille. - Une anse =

- Une anse = Rentrant arrondi de petite taille

Des formes particulières :

- Une ria = Vallée fluviale en partie ou totalement ennoyée par la mer qui a parfois la forme d'une baie très allongée (aber en Bretagne).

- Une calanque = Baie profonde

ennoyée par la mer, étroite, aux

versants souvent abrupts, qui se termine en cul-de-sac. A l'origine elle n'existe que dans

le calcaire (exemple de la côte

près de Marseille) puis le terme a

subi une extension.

elle n'existe que dans le calcaire (exemple de la côte près de Marseille) puis le terme
elle n'existe que dans le calcaire (exemple de la côte près de Marseille) puis le terme

- Une vallée ennoyée =

Vallée inscrite dans le

plateau

ennoyée après la dernière

transgression marine.

continental,

- Une vallée ennoyée = Vallée inscrite dans le plateau ennoyée après la dernière transgression marine.

Mécanismes de la dynamique littorale

Les principaux agents influençant l'évolution des morphologies

littorales sont les courants marins (les marées, particulièrement), les

houles et les trains de vagues ainsi que les vents.

Mais, en plus de ces facteurs prépondérants, d’autres facteurs viennent plus ou moins amplifier l’impact de ces agents, à commencer par le contexte climatique et les conditions météorologiques qui en découlent, et en intégrant les données géologiques et écologiques locales ou la nature des aménagements

littoraux ou toute forme d'anthropisation du milieu, Il s’agit-là de

facteurs et processus peuvent intervenir directement ou indirectement dans l'évolution du domaine littoral.

Les vents sont des agents atmosphériques exerçant une action morphogénétique importante, directe ou indirecte, dans la zone littorale. Ils sont directement actifs sur les matériaux meubles

et renforcent l'action des vagues et modifie le niveau atteint par

la pleine mer.

Lorsque le niveau de la mer est plus haut que la moyenne

correspondante, on parle de surcote, alors que dans le cas inverse, on parle de décote.

Les tempêtes sont particulièrement responsables de surcotes

pouvant

responsables de modifications morphologiques d’importance.

atteindre

localement

quelques

mètres

et

sont

Les vents marins soufflant perpendiculairement au rivage

accentuent l’agressivité des vagues, engendrant localement l'amaigrissement des plages, alors que les vents de terre

contribuent à ralentir le train des vagues et favorisent

localement l’engraissement des plages

Le

littoral

n'est

pas

une

limite

rectiligne

stable

mais

une

bande

de

terrain

à

l'intérieur

 

de

laquelle

la

ligne

de contact entre le continent et la

déplace

constamment.

mer

se

de laquelle la ligne de contact entre le continent et la déplace constamment. mer se Déferlement

Déferlement de vague

Le trait de côte (ligne fixe séparant le domaine terrestre du domaine marin) n'existe

que sur les cartes topographiques ou marines et cela correspond conventionnellement la

limite atteinte par les plus hautes mers.

Les zones littorales évoluent principalement sous l'effet des marées, des vagues, des

courants et du vent.

Les variations locales du niveau marin dues aux marées sont responsables du

déplacement de la ligne de contact entre le continent et la mer.

Les mouvements des marées sont des oscillations périodiques des eaux résultant

principalement des forces de gravitation exercées par la lune et le soleil sur l'hydrosphère marine.

La zone littorale concernée par ces variations (découverte à marée basse ; recouverte

à marée haute) est appelée estran ou zone intertidale.

L’estran peut être sableux, rocheux ou vaseux et son étendue varie en fonction de la

pente et l’importance de l’amplitude des marées (marnage).

rocheux ou vaseux et son étendue varie en fonction de la pente et l’importance de l’amplitude
Dynamique des vagues en zone côtière (Thurman et Trujillo, 1999)

Dynamique des vagues en zone côtière (Thurman et Trujillo, 1999)

Les vagues sont des agents essentiels dans la dynamique

littorale. Il s’agit d’oscillations qui se forment sous l‘action du

vent sur la surface de l’eau. Les vagues se forment à partir du moment où la vitesse du vent atteint ou dépasse environ 7 km/h. Si la vitesse du vent souffle à moindre vitesse, il se forme une simple agitation irrégulière à la surface de l'eau, nommée clapot.

En se propageant à partir de leur lieu de formation, les vagues donnent naissance aux houles. Les houles sont constituées d'un train de vagues et sont caractérisées par leurs amplitudes (H), leurs longueurs d'onde

(L), leurs périodes (T) et leurs vitesses de propagation (S).

Les houles n’agitent en réalité qu’une tranche d'eau sur une hauteur égale à la moitié de leurs longueurs d'onde.

Une fois formées, les houles peuvent se propager sur des centaines, voire des milliers de km, et subsister plusieurs jours

après que le vent responsable de leur formation ait cessé, mais

leur amplitude diminue avec le temps et la distance parcourue.

Par endroits, la mer peut être agitée par des houles provenant de plusieurs directions, on parle alors de houles croisées (ou

confuses).

A l'approche des rivages, et dès que la houle atteint les zones où la profondeur de l’eau est inférieure à la demi-longueur d'onde de

la houle, on assiste à une déformation de la houle provoquant le

déferlement des vagues.

Impacts dynamiques et morphologiques des vagues

en zone côtière

A l’approche des côtes, les vagues subissent des perturbations

sur la distribution des

affectant

sédiments côtiers.

leur

direction

et

agissant

Les principaux phénomènes affectent la direction de la houle à l'approche des côtes sont la réfraction, la réflexion et la diffraction.

La réfraction est un changement de direction contrôlé par la topographie sous-marine. Elle intervient quand la profondeur d’eau est faible (inférieure à la moitié de la longueur d'onde) et

que les isobathes ne sont pas parallèles aux crêtes des vagues.

Dans ce cas, le déferlement des vagues s’accompagne de la tendance des crêtes de vagues à être disposées parallèlement aux isobathes (par voie de concentration ou de dispersion).

La réflexion intervient lorsque les vagues rencontrent un obstacle, naturel ou artificiel. L'angle de réflexion est égal à l'angle d'incidence et plus la longueur d'onde de la houle est grande, mieux la houle est réfléchie.

La diffraction se produit lorsque la houle contourne un obstacle et se traduit par un changement de direction des

vagues ainsi que leur amortissent assez rapidement.

En rapport avec cette dynamique de la houle à l’approche des zones côtières, les vagues constituent le principal agent

d'érosion du littoral. Elles sont responsables de l’érosion, de la

(re)mobilisation et du transportent du matériel sédimentaire qu’elles prennent en charge.

Dispersion du train de vagues à l’approche de la côte

1

Diffraction

2 Réflexion

3

Réfraction

(concentration)

4 Réfraction

(dispersion)

Les vagues constituent les agents d'action morphologique

côtière les plus efficaces. Cette action n’épargne aucun type de côtes. Cela concerne l’alimentation et le remodelage des plages de sable, l’érosion des côtes rocheuses et la dégradation des falaises.

Mais l'intensité de l'action érosive varie en fonction de nombreux

facteurs :

L’efficacité de l’action des vagues dépend directement de la topographie sous-marine, en ce sens que celle-ci affecte la

trajectoire de la houle, entrainant soit une dispersion soit une concentration de l'énergie libérée par les vagues. Ainsi, les caps sont plus

exposés à l’érosion que les baies, où on assiste plutôt à l'accumulation des sédiments.

Par ailleurs, lors des tempêtes couplées aux grandes marées, l’efficacité de l'action des vagues atteint son maximum d’intensité.

Le mode de déferlement des vagues dépend également de la pente (profil) de l'avant-côte : en cas de forte pente, les vagues déferlent en volute, avec libération brutale de leurs énergies ; par

contre, en cas de côtes à pente plus faible, les vagues déferlent en

se déversant progressivement.

Le déversement des lames d'eau sur la plage par les vagues se fait en 2 temps :

un avancement, puis un recul. C'est le phénomène de swash, composé du jet de

rive (mouvement ascendant ou uprush) et du retrait (mouvement descendant ou

backwash).

Sous l’impulsion des vagues, le jet de rive est un mouvement turbulent

suffisamment énergique pour (re)mobiliser et de déplacer des sables, des graviers

ou même des galets, voire parfois des blocs entiers. A l’inverse, le retrait est

souvent plus calme.

des graviers ou même des galets, voire parfois des blocs entiers. A l’inverse, le retrait est
des graviers ou même des galets, voire parfois des blocs entiers. A l’inverse, le retrait est

Les courants marins

affectant les circulations

des eaux marines et océaniques sont principalement des agents

de transport de sédiments

fins ou très fins, mais

n'exercent pratiquement

d'actions

morphologiques directes

sur les côtes.

pas

A l’inverse, la dérive

littorale qui est un

courant côtier induit par

les vagues abordant les rivages avec obliquité, joue un rôle très important dans

le transport des sédiments mobilisés lors du déferlement des vagues, en engendrant des déplacements parallèles aux rivages correspondant au transit sédimentaire. Le sens de ses déplacements peut s'inverser, en rapport avec l’incidence de la houle, provoquant ainsi des figures sédimentaires caractéristiques.

Dérive littorale le long d’une plage (d’après Paskoff, 1998)

Forme de plage

Forme de plage