Vous êtes sur la page 1sur 15

M11 : Maintenance préventive des véhicules

A : Maintenance et entretien

Une maintenance et un entretien respectant les prescriptions du constructeur (p. ex. en matière de ' service après-
vente) s'avèrent indispensables pour assurer la sécurité de fonctionnement d'une automobile, ainsi que pour
préserver les droits de garantie.

Ces travaux sont définis par le constructeur dans les plans d’entretien et des catalogues de pièces de rechange. Des
instructions de réparation sont également publiées. Elles sont disponibles sous forme de manuels, de microfiches ou de
programmes pour ordinateur (PC).

Entretien. Les travaux d'entretien comprennent:

 inspection, p. ex. contrôles;


 entretien, p.ex. vidange d'huile, graissage, nettoyage;
 réparation, p.ex. remise en état, échange;

Service après-vente. Les défauts d’automobiles et les garages offrent un service après-vente compétent. Par
exemple, ils préparent la première mise en service d’un véhicule avant sa prise en charge par le client. En outre, ils
sont à même d’effectuer, grâce à du personnel qualifié, les travaux d’entretien que le propriétaire ne peut réaliser lui-
même. Les mesures nécessaires au fonctionnement et au maintien de la valeur du véhicule sont définies par le
constructeur dans des prescriptions d’entretien. Elles sont énumérées dans les plans de maintenance et d’entretien.

On distingue les intervalles d'entretien suivants:

 intervalles d'entretien fixes (plan d'entretien);


 intervalles d'entretien variables;
 nouvelles stratégies de service.

Les travaux d'entretien et d'inspection doivent être exécutés selon les plans fournis. La réalisation des travaux est
définie dans le plan d'inspection et doit être attestée par la signature du mécanicien exécutant.

Plan d'entretien
Il fournit des renseignements sur la périodicité, resp. des inspections :p. ex si une inspection générale doit être
effectuée après 20 000 km ou 12 mois de fonctionnement.

Plan d'inspection. Il indique l’importance prescrite de l’inspection à réaliser. (Illustration 1 : Plan d’inspection)

Intervalles d’entretien variables


Grâce aux systèmes modernes de gestion du moteur, il est désormais possible d’adapter la périodicité des
entretiens en fonction des conditions d’utilisation du véhicule En plus des kilomètres parcourus, divers paramètres sont
pris en compte pour calculer la distance restant à parcourir jusqu'au prochain contrôle. Lorsque le délai pour l'inspection est
atteint, le conducteur en est informé à temps grâce à un témoin lumineux (ill. 1). Les travaux pourront alors être réalisés en
atelier suivant le plan d'inspection.

1/15
Illustration 1 : Plan d’inspection

Intervalle de vidange d'huile. Il peut être déterminé par deux façons

 sur une base virtuelle, c'est-à-dire en calculant les kilomètres parcourus, donc le carburant consommé et le
profil moyen de la température de l'huile qui en résulte, pour déterminer l'indice d'usure de l'huile moteur;
 sur l’état effectif de l’huile, c'est-à-dire en se basant sur un capteur qui indique le niveau de remplissage et
la qualité de l’huile, fournissant ainsi des données qui sont comparées avec les kilomètres parcourus et les
sollicitations requises du moteur.

2/15
Etat d’usure des garnitures de freins.
L’usure des garnitures de frein est déterminée électriquement. Si celles-ci ont atteint la limite d’usure, un contact est
interrompu au niveau de la garniture. La fréquence de freinage, la durée d’actionnement des freins, ainsi que les
kilomètres parcourus permettent de dégager théoriquement la distance restant à parcourir. L’intervalle de
changement est ainsi déterminé et indiqué au chauffeur.

Etat d’usure du filtre d’habitacle. Le calcul de la durée de vie du filtre à poussière et à pollen se base sur les données
récoltées par des capteurs de température de l’air extérieur, de l’utilisation du chauffage, du réglage de la circulation
de l’air, de la vitesse du véhicule, de la vitesse du ventilateur, des kilomètres parcourus et de la date.

Illustration 1 : Indicateurs d’usure

Les bougies d'allumage sont changées en fonction des kilomètres parcourus, p. ex. tous les 100000 km.

Les liquides tels que liquide de refroidissement ou le liquide de frein sont changés selon la durée de fonctionnement (p. ex.
tous les 2 ou 4 ans).

Nouvelles stratégies de service


Les intervalles des services sont calculés sur la base des données recueillies sur l'état des pièces d'usure et des liquides,
ainsi que sur le mode de conduite. Selon cette stratégie de maintenance orientée sur les besoins, seuls les composants
usés ou les liquides nécessaires sont changés.

L'ordinateur de bord - c'est nouveau - peut transmettre en ligne à l'atelier les données stockées concernant le client et les
services à effectuer. Le conseiller à la clientèle a ainsi le temps nécessaire pour commander les éventuelles pièces de
rechange, p. ex. les garnitures de freins, et de convenir ensuite d'un rendez-vous avec le client.

Les réparations dues aux pannes devraient pouvoir être évitées grâce à une détection précoce des problèmes. D'autres
avantages sont générés par:

 des délais planifiés avec exactitude;


 l'absence de temps d'attente;
 l'absence de perte d'informations;
 des prestations flexibles.

3/15
Illustration 1 : les filtres dans un véhicule automobile

B : Filtres : conception et maintenance

Dans un véhicule, les filtres ont pour fonction de préserver des impuretés le moteur, les composants et l’air
respiré par les occupants.

Dans une voiture (ill.1), les filtres peuvent être subdivisés selon deux critères :le principe de fonctionnement et
le milieu à filtrer.

Principe de fonctionnement. Les impuretés solides sont extraites des fluides, comme p. ex. l'air, l'huile, le
carburant et l'eau par:

 un effet de tamis, p. ex. filtre-tamis et filtre à fibres;


 un effet d'adhérence, p. ex filtre humide;
 un effet magnétique, p. ex. séparateur magnétique;
 un effet de force centrifuge, p. ex. filtre à centrifugation.

4/15
Illustration 2 : Fonctionnement d’un filtre-tamis

Filtres-tamis. L'effet de filtrage est obtenu par un dimensionnement des mailles du filtre plus petit que les
impuretés. (Ill. 2).

Filtre à adhérence. Ce sont surtout des filtres à air humides. Les impuretés, comme la poussière, sont attirées
par les surfaces huilées et y restent collées. Filtres magnétiques. Les impuretés ferromagnétiques, p. ex.
celles provenant de la vis de vidange d'huile sont extraites du milieu à filtrer.

Filtres à centrifugation. Le milieu à filtrer, p. ex. de l'air, est soumis à rotation. Les impuretés sont projetées
sur les parois du filtre où elles restent collées.

On distingue les filtres suivants:

 filtres à air et à gaz d'échappement;


 filtres à carburant;
 filtres à huile de lubrification;
 filtres d'habitacle, p. ex. filtre à pollen, smog et ozone;
 filtres hydraulique, p. ex. pour huiles ATF.

B.1 : Filtres à air

Les filtres à air ont pour fonction de purifier l'air d'aspiration et d'atténuer les bruits d'aspiration du
moteur.

La poussière contenue dans l'air est composée de très petites particules (de 0,005 à 0,05 mm). Parfois, elles
contiennent aussi du quartz. Selon le lieu d'utilisation du véhicule (autoroute, chantier), la quantité de poussière
peut varier. Cette poussière, mélangée à l'huile moteur, risque de former une masse abrasive causant une usure
importante, en particulier des cylindres, pistons et guides de soupapes.

Genres de filtres
On utilise les filtres à air suivants:

 filtre à air sec


 filtre à bain d'huile
 filtre à air humide
 séparateur cyclonique

Filtre à air sec. La séparation des poussières est obtenue par des cartouches filtrantes interchangeables en papier
plié en accordéon. Aujourd'hui, ils font partie de l'équipement standard des voitures et des véhicules utilitaires. La
durée de vie des cartouches filtrantes dépend de leur dimension et de la teneur en poussière de l'air. De grandes
surfaces de filtrage sont nécessaires, afin de réduire la résistance à la circulation. Parallèlement, le filtre à air atténue
aussi les bruits d'aspiration du moteur.

Les filtres à air n'étant pas remplacés ou nettoyés à temps augmentent la résistance à la circulation, causant des
difficultés de formation du mélange, un mauvais remplissage des cylindres et donc une diminution de la puissance
du moteur. Les poussières fines qui réussissent à passer le filtre provoquent un envasement de l'huile moteur,
c'est pourquoi les filtres usagés doivent être changés.

Filtre à air humide. Ils sont encore utilisés de temps en temps pour les motocycles. La cartouche filtrante est composée
d'un tissu métallique ou d'une matière plastique enduite d'huile. Le flux d'air aspiré entre en contact avec la grande
surface couverte d'un film d'huile. Les poussières y restent collées. La durée de service est limitée à environ 2500 km.
Il faut alors nettoyer le filtre et à nouveau l'enduire d'huile.

Filtre à air à bain d'huile. Dans le carter du filtre se trouve un bain d'huile situé au dessous d'une cartouche filtrante
en tissu métallique (Ill.1). Le flux d'air est projeté contre la surface du bain d'huile où la poussière reste collée. Les
gouttelettes se détachant du bain d'huile se déposent surie filtre métallique. De là, elles s'égouttent à nouveau et la
poussière est accumulée dans le bain d'huile. Cet auto nettoyage permet une durée de fonctionnement prolongée.

5/15
Illustration 1 : Filtre à bain d’huile

Les séparateurs cycloniques sont indispensables pour les moteurs devant fonctionner en permanence dans une
atmosphère chargée de poussière. Un mouvement de rotation rapide est imprimé à l'air aspiré (ill. 2) et la poussière
grossière est séparée par la force centrifuge (filtre primaire). La poussière fine restant dans l'air est ensuite retenue,
p. ex. dans un filtre à air sec. La combinaison de ces systèmes de filtres en augmente la durée de vie.

Illustration 2 : Séparateur cyclonique

B.2 : Filtres à carburant

Ils ont pour fonction de retenir les impuretés contenues dans le carburant et, le cas échéant, de séparer l'eau du
carburant.

On distingue:

 filtres primaires
 cartouches filtrantes
 filtres disposés dans le circuit
 filtres interchangeables

Filtres primaires.

Ce sont des préfiltres, jouant p. ex. un rôle des filtres d’aspiration au niveau du réservoir de carburant. Il s’agit
de tamis dont la largeur de mailles est d’environ 0,06 mm. Ils sont constitués d’un tissu ou d’une structure en
polyamide à mailles étroites.

Les filtres disposés dans le circuit (filtres inline) servent au filtrage fin. Il s’agit de filtres dont la taille
de pores va de 0,002 à 0,001 mm. Ils sont montés dans le conduit de carburant et doivent être remplacés lors
de la maintenance.

6/15
Cartouches filtrantes. Elles sont interchangeables et sont implantées dans leur propre boîtier monté sur le
moteur. Pour le filtrage, on utilise des éléments en papier ou en feutre.

Illustration 3 : Filtre-Box avec cartouche filtrante en étoile

Les boitiers filtres interchangeables (Illustration 3 : Filtre-Box avec cartouche filtrante en étoile). Ils sont
composés d’un boitier indémontable et d’une cartouche filtrante, et doivent être changés lors de la
maintenance.

Pour le filtrage fin, on utilise des éléments en papier ou en feutre. Dans la cartouche filtrante en étoile, le papier, plié en
forme d'étoile, est posé autour d'un tube central perforé. Les plis du papier sont fermés aux deux extrémités par un
disque de recouvrement. Le carburant traverse le filtre de l'extérieur vers l'intérieur (sens radial). Les petites impuretés
s'accrochent à la surface du filtre et tombent dans la partie inférieure du boîtier. L'eau ne peut pas traverser les fines
pores du filtre et ruisselle vers le bas, hors du papier-filtre, en raison de sa masse volumique plus élevée que celle du
carburant. Elle est récupérée dans le collecteur d'eau du boîtier du filtre. Le carburant filtré coule vers l'intérieur à travers
les perforations du tube central et est refoulé vers le haut du filtre.

Séparateurs d'eau. (ill. 1). Ils sont utilisés pour récupérer l'eau du carburant se trouvant en plus grandes quantités dans
les véhicules à moteur Diesel militaires, de chantier ou agricoles. Les filtres-box avec collecteur d'eau permettent
d'observer l'eau accumulée à travers un boîtier de filtre transparent ou de la mesurer directement au moyen d'un
capteur d'eau installé dans le filtre (sonde à conductivité électronique). Un bouchon de vidange placé sur le carter du
filtre permet de vidanger l'eau accumulée.

Illustration 1 : Filtre-box avec récupérateur d’eau

B.3 : Filtres à huile


Ils empêchent par filtration toute altération prématurée de l’huile de lubrification. le montage et la fonction du
filtre à huile sont analogues à celles du boitier filtre interchangeable . Les cartouches filtrantes éliminent des
particules de saleté jusqu’à env. . Les impuretés contenues dans l’huile, telles que celles dues à l’abrasion du
métal, la suie ou les particules de poussière altèrent la qualité de l’huile et accélèrent son usure. Les filtres à
huile permettent de prolonger les intervalles des vidanges, et le refroidissement du flux d’huile s’en trouve
amélioré. Les filtres à huile ne peuvent toutefois pas éliminer les impuretés liquides ou diluées dans l’huile .Ils
n’ont aucune influence sur les modifications chimiques ou physiques résultant p :ex . du vieillissement de l’huile
dans le moteur.

B.4 : Les filtres hydrauliques

7/15
Ce sont des tamis qui permettent de nettoyer les fluides hydrauliques, comme p. ex. le liquide de freins, les
huiles ATF des servo-directions et des boites de vitesses automatiques.

On utilise des tamis en matière synthétique (p. ex. pour les vases d'expansion des maîtres-cylindres) et des
cartouches filtrantes plates en papier pour les boites de vitesses automatiques.

B.5 : Filtres pour habitacles

Ils filtrent l'air respiré par les occupants et les protègent ainsi de la poussière, des pollens et des gaz nocifs
comme le smog ou l'ozone.

Filtres pour habitacles (illustration 2) se composent de 3 à 4 couches. Le pré filtre retient les impuretés les plus
grosses. Les impuretés les plus petites sont capturées par la charge électrostatique du non-tissé en microfibres de la
couche intermédiaire. La 3ème couche sert de support de la 4ème couche, avec charbon actif, capture les gaz nocifs tels
que l’ozone ou les gaz d’échappement. Les substances malodorantes y sont également neutralisées.

Illustration 2 : Conception d’un filtre pour habitacle

B.6 : Maintenance
Indications de maintenance

 Procéder au changement de filtres selon les indications du fabricant (intervalles de temps, resp. kilomètres
parcourus).
 Les intervalles de temps, resp. les kilomètres parcourus, sont définis dans les plans de maintenance et les
changements de filtres dans les plans d'inspection.
 Les filtres en papier doivent être changés.
 Les filtres à mousse peuvent être nettoyés. Si l'on utilise de l'air comprimé, il faut souffler dans le sens de
l'admission du flux.
 Les mélanges eau-carburant récupérés dans les filtres à carburant doivent être éliminés selon les normes en
vigueur en matière d'environnement

C : Entretien du véhicule
La carrosserie n'est pas seulement soumise à des contraintes mécaniques mais également à des conditions
atmosphériques extrêmes. C'est pour cette raison que, en plus des inspections régulières, la carrosserie et
l'habitacle doivent également être entretenus.

Dans l'entretien des véhicules, on distingue le:

 nettoyage extérieur
 nettoyage intérieur

8/15
 lavage du châssis
 lavage du moteur

C.1 : Nettoyage extérieur

Le lavage de la carrosserie au moyen de produits de nettoyage et d'entretien ainsi que le nettoyage des vitres,
des jantes et des pneus font partie du nettoyage extérieur du véhicule.

Influences négatives sur le vernis


Le vernis de surface peut être endommagé par des facteurs externes et perdre ainsi son effet protecteur et son
bel aspect. Le vernis peut être endommagé p. ex. par:

 des actions mécaniques;


 l'impact de la météo et de l'environnement;
 des substances chimiques agressives;
 des erreurs d'entretien.

Actions mécaniques. L'impact de pierres ou de grandes rayures peuvent attaquer le vernis jusqu'à atteindre le
métal. L'effet abrasif que peut exercer la poussière et la saleté lors du lavage peut également provoquer de
multiples petites griffures qui réduisent la brillance du vernis et le rendent mat.

Météo et environnement. Avec le temps, la chaleur et le soleil attaquent le film de vernis et le rendent poreux.
Les polluants s'infiltrent dans ces porosités et détruisent le vernis jusque dans ses couches les plus profondes. Le
liant de la couche supérieure est détruit par le rayonnement UV et le vernis perd de sa brillance.

Substances chimiques agressives. Elles peuvent provenir des déjections acides des oiseaux ou d'autres
animaux (p. ex. abeilles ou poux) (ill. 1). La résine des arbres qui tombe sur le véhicule peut également détruire le
vernis jusque dans ses couches inférieures.

Il faut éliminer au plus vite les excréments d'animaux, la résine végétale et les insectes morts car ils peuvent
causer des dégâts permanents au vernis.

Illustration 1 : Dégâts causés au vernis

Erreurs d'entretien. Un lavage fréquent de la carrosserie avec des produits inappropriés et l'utilisation de produits
de polissage agressifs peuvent fortement endommager le vernis (ill. 2). Ne pas laisser agir trop longtemps les
produits de dissolution des insectes car ils génèrent des changements de teinte du vernis.

9/15
Illustration 2: Dégâts dus à l'entretien.

Lavage du véhicule
C'est la base de toutes les autres mesures d'entretien. On distingue:

 le lavage à la machine dans des stations de lavage;


 le lavage à la main.

Lavage à la machine dans des stations de lavage (ill. 3). Il faut impérativement procéder à un prélavage au
moyen d'un nettoyeur à haute pression avant de passer au lavage en station. Cela permet d'éviter que du sable
ou de la poussière ne rayent ensuite le vernis.

Les stations de lavage sont équipées de brosses rotatives en matière synthétique ou de bandes de mousse ou
d'étoffe qui nettoient le véhicule à grande eau. Après le lavage, les stations procèdent à un rinçage du véhicule au
moyen d'eau adoucie propre. Selon le programme, une cire de préservation du vernis est encore appliquée, puis
le véhicule est séché à l'aide d'une soufflerie.

Illustration 3 : Station de lavage de voitures

Conseils d'atelier

 Replier toutes les parties saillantes (p. ex. rétroviseurs).


 Replier ou dévisser les antennes.
 Vérifier les dimensions du véhicule (hauteur, largeur, garde au sol) avant d'entrer dans la station de
lavage.
 Positionner le véhicule au milieu de la station.
 Respecter les directives de l'exploitant de la station de lavage.

Lavage à la main
C'est le lavage qui requiert le plus de travail. Il peut être effectué avec une éponge et beaucoup d'eau ou au moyen d'un
nettoyeur à haute pression.

Lavage à l'éponge. Lors du lavage à l'éponge, le sable et la poussière qui s'accumulent dans l'éponge risquent de
rayer le vernis.

10/15
Il est donc conseillé de procéder de la manière suivante :

 Prélavage. La poussière est ramollie avec de l’eau propre puis rincée au moyen d’un jet de faible
puissance.

 Lavage à la mousse. La surface à laver est shampooinée au moyen d'une éponge ou d'un gant de
nettoyage pour auto. Le produit de nettoyage contenu dans l'eau dilue la saleté. Ces produits de nettoyage
contiennent souvent des additifs, tels que des cires ou de l'huile de silicone, qui protègent pendant un certain
temps la carrosserie et lui donnent un aspect brillant.

 Rinçage. Rincer à grande eau avant que la mousse ne sèche.

 Séchage. Sécher la surface mouillée avec une peau de daim humide afin d’éliminer toute trace de calcaire
susceptible de se déposer sur le vernis. En cas de polissage supplémentaire, éliminer toutes les traces
d’eau (p. ex. dans les recoins de la carrosserie ou au niveau des joints d’étanchéité) au moyen d’air
comprimé.

Conseils d’atelier
Afin d'éviter tout dégât lors du lavage à la main, il faut respecter les règles suivantes:

 Enlever bagues et montres qui sont susceptibles de rayer la carrosserie.


 Rincer la saleté grossière à grande eau afin d'éliminer tous les grains de sable et de poussière pouvant
rayer la carrosserie.
 Laver le véhicule de haut en bas.
 Rincer régulièrement l'éponge et l'essorer soigneusement afin d'en éliminer tous les grains de sable
susceptibles de provoquer des rayures.
 Ne pas laver le véhicule en plein soleil, cela peut contribuer à la formation de taches.
 Les produits de nettoyage domestiques ne sont pas appropriés pour le lavage des véhicules car ils lessivent la
couche de cire de protection et attaquent le vernis
 Ne pas essorer la peau de chamois en la tordant pour ne pas la détruire. Le mieux est d'utiliser une calandre
d'essorage.
 Rincer souvent la peau de chamois pour en éliminer la poussière et le sable et éviter ainsi de rayer la
carrosserie.

Lavage du véhicule au nettoyeur à haute pression


Dans ce cas, le nettoyage se fait en plusieurs étapes:

 Prélavage. Dans un premier temps, la saleté est ramollie et éliminée au moyen du jet du nettoyeur à
haute pression tenu à une distance d'env. 50 cm. Ensuite la saleté est éliminée à fond, de haut en bas, au
moyen du jet tenu à faible distance.

 Lavage à la mousse avec une brosse. La buse de la lance est remplacée par une brosse et du
shampooing est ajouté à l'eau. Brosser la surface de la carrosserie en appuyant faiblement et
shampooiner ainsi tout le véhicule.

 Rinçage à l'eau claire. Eliminer la mousse de haut en bas au moyen du jet à haute pression.
 Préservation. Appliquer une cire de préservation sur la surface de la carrosserie en la giclant au
moyen du jet à haute pression.

 Rinçage final (brillance). On utilise pour cela de l'eau déminéralisée qui sèche en quelques minutes
sans laisser de traces, ce qui permet d'éviter le passage à la peau de chamois.

11/15
Conseils d'atelier
 Ne pas diriger le jet à haute pression directement sur des parties délicates (p. ex. calandre, pneus, etc.).
 Pour éviter tout dégât, ne pas approcher le jet à haute pression à moins de 30 cm du véhicule.

Contrôle de l'état du vernis


Après le lavage, le vernis doit être conservé. Dans le cas d'un vernis très attaqué, il convient de procéder à un
traitement ou à un polissage du vernis, ceci afin de rendre à celui-ci sa brillance d'origine. Le choix du produit
adéquat dépend de l'état du vernis.

On peut déterminer l'état du vernis au moyen de méthodes simples.

Test à l'eau (ill. 1). On applique un peu d'eau sur la surface de la carrosserie et on observe le comportement de
l'eau. Plus les gouttes sont rondes et parlantes, plus le vernis est en bon état. Un vernis altéré ne permet pas aux
gouttes d'eau de perler: elles s'étalent à plat.

Illustration 1 : Contrôle de l’état du vernier

Contrôle visuel. La lumière du soleil permet de détecter les voiles ou les petites rayures qui ternissent la brillance
originale. Un vernis mat doit être traité et poli afin d'en assurer la conservation.

Contrôle avec l'ongle. Lorsque l'on passe délicatement l'ongle sur le vernis, la résistance rencontrée permet de
vérifier l'état de la surface (lisse et en bon état ou rugueuse et nécessitant un traitement).

On distingue trois états du vernis:

 Vernis neuf ou comme neuf. Dans ce cas, la brillance originale est intacte ou presque. Lors du contrôle
avec l'ongle, on ne sent aucune résistance. En surface, l'eau forme des gouttes et perle parfaitement.

 Vernis mat. Il est encore un peu brillant. Lors du contrôle avec l'ongle, on sent une légère résistance.

 Vernis mat et dégradé. Il n'est plus brillant. Lors du contrôle avec l'ongle, on sent clairement une
résistance. En surface, l'eau ne forme plus de gouttes mais se répand.

Choix du produit d'entretien du vernis


Dans les produits d'entretien du vernis, on distingue les agents de conservation et les produits de polissage (ill. 1).

12/15
Illustration 1 : Produit d’entretien du vernis

Agents de conservation (cires). Grâce à une combinaison de différentes cires, ces produits sont hydro-répulsifs. Ils
conservent l'élasticité du vernis et en augmentent la brillance. Parallèlement, ils permettent de fermer les pores du
vernis et d'obturer les petites rayures, ce qui empêche toute pénétration d'humidité dans les couches inférieures du
vernis et donc la formation de corrosion. En principe, les agents de conservation contiennent du silicone ou des cires
naturelles. Les cires de haute qualité protègent la surface de la carrosserie pendant plusieurs mois et durant plusieurs
processus de lavage.

Cires de conservation. Elles sont appliquées après le rinçage à l'eau claire et offrent une protection suffisante
jusqu'au prochain lavage Leur effet est toutefois nettement moindre par rapport à celui des agents de conservation
(cires dures).

Produits de polissage. Seuls les vernis mats et dégradés doivent être polis. Pour cela, on élimine la couche
superficielle du vernis au moyen d'un papier de verre très fin et on dégage ainsi la couche inférieure encore intacte.
Les résidus de polissage doivent être impérativement éliminés au moyen d'un chiffon doux ou de ouate de
polissage. Le polissage peut être réalisé à la main ou à la machine (ill. 2). La surface doit être ensuite
impérativement préservée avec une cire dure.

Utilisation des produits d'entretien


Afin d'obtenir un bon nettoyage et un brillant durable, il faut choisir les produits d'entretien appropriés.

Vernis neuf ou comme neuf. Dans ce cas, seuls des produits de protection (cires) sont utilisés. En général, les
vernis neufs ont un effet hydro répulsif. Etant donné que cet effet s'estompe avec le temps, il est alors recommandé
de renouveler la couche de protection.

Vernis mat. La brillance de la surface a disparu. Elle peut être régénérée au moyen de produits de polissage
(polish). Ces produits contiennent des particules de polissage qui n'ont qu'un très faible effet abrasif. Les huiles et
les cires qu'ils contiennent redonnent un aspect brillant au vernis.

Vernis mat et dégradé. Les vernis des véhicules peu récents, qui ont été soumis à l'influence des intempéries et
de l'environnement, ont généralement un aspect mat et dégradé. Après un pré-nettoyage intensif, le vernis peut être
poli. Pour cela, on utilise des agents de polissage agressifs (nettoyeurs de vernis) qui nettoient les pores du vernis.
Les surfaces constellées de rayures plus profondes doivent être poncées avec des moyens de polissage plus
grossiers. Les particules de vernis altérées et à moitié dissoutes doivent être éliminées avant de pouvoir appliquer
une nouvelle couche de vernis. Un dernier traitement au moyen d'agents de conservation est ensuite
nécessaire.

13/15
Illustration 2 : Polissage à la main et à la machine

Entretien des éléments en matière synthétique.


L'influence des conditions météorologiques et environnementales, ainsi que les lavages réguliers du véhicule,
dégradent les éléments en matière synthétique (p. ex. barre de protection ou pare-choc) non vernis qui perdent leur
couleur et deviennent gris et laids avec le temps. Les produits de nettoyage pour matières synthétiques renforcent les
couleurs qui ont pâli et protègent le matériau. Ces produits ont les propriétés suivantes:

 Protection UV. Elle protège le matériau synthétique de l'agressivité du rayonnement UV et l'empêche


ainsi de devenir gris et usé.
 Protection antistatique. Elle empêche l'élément de se charger d'électricité statique et d'attirer ainsi la
poussière et la saleté.

Conseils d'atelier

 Les matières synthétiques ne doivent jamais être nettoyées avec des solvants tels que dilutifs nitro, produits
anticalcaire ou essence.
 Imbiber le chiffon de produit puis le passer sur l'élément en matière synthétique.

Nettoyage des jantes en alliage


Les jantes en alliage d'aluminium sont particulièrement exposées à l'influence de l'environnement. La pluie, la neige,
le gravillon, le sel, etc. ont un fort impact sur le métal. C'est la raison pour laquelle les jantes comportent plusieurs
couches de vernis. Si celui-ci est endommagé, la corrosion s'installe et les jantes se dégradent rapidement, voire
deviennent inutilisables. Sans compter la poussière chaude issue des freins qui frappe la surface de la jante et qui y
creuse de petits trous. Avec l'humidité, cette poussière, qui contient du métal, provoque une corrosion de contact qui
attaque le vernis, provoque des taches et des dégâts irréparables. Les jantes en alliage doivent donc être nettoyées
avec un produit approprié toutes les deux à quatre semaines.

On distingue différents produits de nettoyage pour jantes.

Les produits acides. Ces produits sont très agressifs et ne doivent pas être utilisés régulièrement afin
d’éviter que l’acide ne réagisse sur le métal. C’est pour cette raison que de nombreux fabricants de
jantes interdisent l’emploi de tels produits sur les jantes en alliage.

Les produits non acides. Ils sont moins agressifs mais leur capacité de nettoyage est également
moindre.

C.2 : Nettoyage intérieur


Le nettoyage intérieur comprend:

 le passage à l'aspirateur du fond de l'habitacle et du coffre;


 le passage à l'aspirateur des sièges et des revêtements;
 le nettoyage de l'intérieur des vitres;

14/15
 le nettoyage des éléments en matière synthétique (p. ex. tableau de bord, portières, etc.) avec un produit
approprié et enfin l'élimination de la poussière avec un chiffon sec.

En présence de taches sur les rembourrages, les revêtements de sièges ou les tapis de sol, utiliser des
produits de nettoyages spéciaux.

C.3 : Lavage du moteur


Dans le compartiment moteur, les projections d'eau, d'huile et de carburant qui se mélangent à la poussière
forment un film de saleté gras. Celui-ci doit être éliminé car il peut provoquer des courants de fuite superficiels au
niveau du système d'allumage ou de la batterie.

Procédure. D'abord gicler un produit de nettoyage à froid dans le compartiment moteur afin de dissoudre la
saleté. Une fois diluée, cette dernière sera rincée au moyen d'un nettoyeur à vapeur. Le moteur et le
compartiment moteur doivent être ensuite enduits de cire de protection contre la corrosion.
C.4 : Lavage du châssis
Le lavage du châssis sert à éliminer le sel ou les incrustations de saleté qui se nichent dans les recoins de la
carrosserie. Au préalable, il s’agit de lever le véhicule et de contrôler l’état du bas de caisse. Les taches humides
présentes dans la saleté (p. ex. au niveau des conduites de frein, du moteur ou de la boite de vitesses) permettent
de localiser d’éventuelles fuites. Le lavage du châssis est effectué avec un nettoyeur à haute pression. Après le
lavage, il faut encore observer attentivement le bas de caisse pour pouvoir, le cas échéant détecter autres dégâts.

C.5 : Protection de l'environnement


La saleté provenant du nettoyage des véhicules, ainsi que les produits de nettoyage utilisés, contiennent de l'huile
et de la graisse. Pour cette raison, les eaux de lavage ne doivent pas être envoyées directement dans les égouts.
Les eaux sales provenant des places ou des stations de lavage des véhicules sont ainsi canalisées dans des
systèmes de récupération des eaux usées équipés de collecteurs de boues et de récupérateurs d’huile.

QUESTIONS DE RÉVISION
1. Pourquoi la résine des arbres, les excréments des animaux et les mouches doivent-ils être
enlevés du vernis au plus vite?

2. Comment peut-on vérifier l'état du vernis?

3. Décrivez la procédure à suivre pour le nettoyage extérieur du véhicule.

4. Pourquoi faut-il être particulièrement attentif lors du nettoyage avec un nettoyeur à haute
pression?

15/15