Vous êtes sur la page 1sur 4

Annales.

Économies, Sociétés,
Civilisations

Jean-Charles Huchet, L'amour discourtois. La « fin'amors » chez les


premiers troubadours
Joël Blanchard

Citer ce document / Cite this document :

Blanchard Joël. Jean-Charles Huchet, L'amour discourtois. La « fin'amors » chez les premiers troubadours. In: Annales.
Économies, Sociétés, Civilisations. 43ᵉ année, N. 4, 1988. pp. 913-915;

http://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1988_num_43_4_283529_t1_0913_0000_002

Document généré le 28/03/2017


HISTOIRE CULTURELLE

ment et le déguisement de la pensée par les projecteurs sur le comique de mots


mots Le scandale des fabliaux ne réside auteur fait quelque peu oublier que les
pas dans emploi de mots obscènes et de fabliaux sont des contes autrement dit des
thèmes grivois mais dans la conception récits Il minimise dangereusement le
globale du genre qui est une fiction Le comique de situation qui en fait le succès
jongleur est assimilé au trikster est durable De Brunain la vache au prêtre
celui qui se pare des vêtements autrui resterait une bonne histoire même si la
gagnés par son art ou dérobés par vache du paysan appelait autrement que
engin Vision assez pessimiste de celui Bière qui rime avec doublère On peut
qui se charge de faire rire facilement en faire expérience en racon
Le troisième chapitre est malgré son tant dans la langue aujourdhui les
titre consacré non au corps entier et ses fabliaux injustement oubliés La longue
divers éléments mais la sexualité et la nuit les trois bossus les perdrix
scatologie qui caractérisent bon nombre de bien autres encore passent très bien la
thèmes rampe auprès auditeurs de tous âges
auteur appartient école de ceux ignorant le fran ais du xine siècle Voilà
présent nombreux qui veulent revenir la qui est consolant Les poètes qui composè
lettre trop négligée selon eux au profit de rent les fabliaux même parés des vête
esprit qui conduit tous les vagabon ments autrui ont réussi étrange entre
dages Aussi étudie-t-il très minutieuse prise de aire rire
ment les contes dont le comique repose sur
les jeux de mots Estula des deux Marie-Thérèse LORCIN
Anglais et de anel etc.) souvent traités
en parents pauvres
La démonstration que on suit presque
toujours avec intérêt repose sur un certain
nombre de textes dont le choix est mal Jean-Charles HUCHET amour discour
heureusement pas expliqué est esquiver tois La fin amors chez les premiers
une donnée essentielle hétérogénéité du troubadours Toulouse Privât
corpus obstacle auquel se heurtent tous les Bibliothèque historique Privât
chercheurs auteur déclare par exemple 1987 228
que les fabliaux pornographiques et scato-
logiques tiennent une place essentielle con Le livre de Jean-Charles Huchet est
trairement ce affirment autres criti pas seulement remarquable par la subtilité
ques Affirmation qui ne fait guère avancer du style et unité du propos mais il pré
le débat Mieux vaudrait tenter de jauger la sente de prime abord une structure parfai
place de ces contes en faisant des dénom tement concertée et une composition une
brements des thèmes des mots des vers implacable logique En effet avant que de
en tenant compte des variantes) intéresser aux grands troubadours
attention portée la lettre nous vaut chacun compris selon sa propre aventure
maint passage brillant Mais on hésite par poétique J.-Ch Huchet étudie la genèse et
fois suivre auteur au bout Il la structure de la fin amors et élucide la
insiste non sans raison sur les jeux de problématique un nouvel art de vivre
mots égrillards Faut-il pour cela en voir amour aube du xi siècle Avec les
partout Il est des termes difficilement troubadours Occident découvre la
rempla ables par exemple comte et com femme auteur nous conduit dans une
tesse que on trouve en aussi grand réflexion portant sur les données plus
nombre dans les écrits poétiques ou édi cachées plus implicites de la pensée cour
fiants toise La femme malgré le désir elle ins
Reproche plus sérieux en braquant les pire reste précisément ce qui se dérobe

913
COMPTES RENDUS

provoque pour disparaître Perspective mence par Guillaume Aquitaine le


audacieuse un jeu de cache-cache du troubadour misogyne Cette misogynie
désir avec son propre reflet masque du est que envers un féminisme et la
moi au moi où affleure amour que selon composante un même procès qui vise
un effet indifférenciation mettre le poète abri de la question que
Plus profondément encore parce que pose une sexualité angoissante est là que
plus proche du jeu littéraire J.-Ch le point de vue psychanalytique apparaît
Huchet met en avant oralité et la voix comme axe directeur de étude La miso
comme dimension qui sexualise la littéra gynie de Guillaume Aquitaine avoue sur
ture médiévale De la même importance le mode de la dénégation la peur qui la
que oralité apparaît la musique qui sus fonde Cette peur elle-même révélée par
cite abandon aux plaisirs du poème Voilà excès de la prouesse sexuelle vantée Plus
en bref le cadre et la technique de la canso on en dit plus la hantise est harcelante La
en tant que moyens de faire naître une femme effraie par son incroyable appétit
trame et de susciter une écoute La sexua sexuel auquel répond la vantardise de
lité entre en littérature que par ces homme homme atteint pas la femme
moyens un dire particulier non seulement cause de effrayante
Maintenant que acte du dire est menace du sob replus pressenti mais
assigné il reste J.-Ch Huchet fixer les cause de la nécessité du langage dont elle lui
exigences philosophiques qui soulignent les présente pourtant usage comme seule voie
fins de la pensée poétique courtoise La pour atteindre Le sobreplus est non seu
fonction de Autre son identité occupent lement la tyrannique hantise mais la cause
tout abord le champ investigation cri une altérité une absence signal son
tique La dame est avant tout un regard que tour une faillite du dire est ainsi
on attend pour enfin naisse la parole et apparaît dans la amors une identifi
que le désir devienne chant mais ce regard cation cruelle de la dame comme une repré
est jamais une réponse au désir amou sentation du vide cette vacuité lui confé
reux car la dame demeure muette dans une rant son prix inappréciable Vouloir ce
distance impossible franchir Le désir est on ne peut avoir telle se définira chez
condamné ne assouvir au travers Guillaume Aquitaine la loi du désir
une persona autre femme celle qui Après Guillaume Aquitaine apparaît
double la dame et est pas objet de un autre troubadour la problématique
amour La dame elle reste intacte corps différente Jaufré Rudel le voyageur
éclatant et le chant qui monte vers elle met immobile La poésie de Jaufré Rudel
abri de la jouissance Mais cette tension par une double abolition celle du sujet et
elle-même cette sublimation du désir une celle de objet trouve une assise philo
conséquence est elle doit être entre sophique nouvelle amour de lonh Il ne
tenue comme un culte du secret et de la reste une trace musicale quand toute
non-appartenance La fin amors ne peut jouissance est abolie La seule jouissance
être chaque instant que le fait de se est celle une signature minimum
refuser de demeurer close et infertile consonne insistante reflet un nom la
est ici apparaît le rôle du tiers du seule jouissance une tonalité celle du
troisième terme le mari qui fait obstacle nom propre)
au désir du je désormais inconsolable La recherche de J.-Ch Huchet se porte
Le je est que le lieu une blessure alors sur Cer amon un chercheur
dans la canso absolu Cer amon poursuit tout ce qui
Après avoir ainsi défini la structure de la divise la Dame parce que pour lui la Dame
amors J.-Ch Huchet retrace aven est la Vérité même acte sexuel doit être
ture poétique et spirituelle des grands noms prohibé parce il divise la femme et
de la littérature des troubadours Il com abolit en tant absolu de la Vérité

914
HISTOIRE CULTURELLE

crire propos de la dame est créer tres dont il est seulement possible ici de
écriture une femme excorporée suggérer la densité et la richesse Après une
Enfin Bernard de Ventadorn découvre réflexion sur les mots chevalier et errant
dans la fin amors une mystique Comme auteur interroge sur la possibilité une
dans toute mystique le rituel est au centre genèse socio-historique du type Le dessein
Il agit de célébrer une dame dans la idéologique des uvres en vers apparaît
crainte et le tremblement Le rituel est alors nettement le héros privilégié des
dominé par Vassag construction poétique romans est un fils unique ou un aîné sou
caresse de mots là où ejauzimen la jouis vent de sang royal apte offrir la
sance charnelle est exclu Le joy apparaît noblesse une image elle-même idéalisée
alors pur ravissement qui transforme la paisible et unifiée autres éléments pro
brûlure due la privation en ineffable dou venant des mythes héroïques ou des contes
ceur populaires ont sans doute eu leur part dans
ensemble du livre est vivifié par la psy élaboration du personnage en particulier
chanalyse éclairé par un style très incisif des rituels initiation condition de ne
un heureux choix des images et une logique pas donner ce mot une portée uniforme
sans défaut et générale 73 Il semble en définitive
que le chevalier errant remplisse trois fonc
Joël BLANCHARD tions essentielles dans les textes en vers
par issue uniformément heureuse de
aventure il propose une vision optimiste
du monde aristocratie en persuadant
cette dernière que la fidélité aux valeurs de
Marie-Luce CH NERIE Le chevalier errant honneur de la prouesse assure son
dans les romans arthuriens en vers des avenir de plus il invite homme se
XIIe et XIIIe siècles Genève Droz dépasser en se mesurant inconnu et
Publications romanes et fran aises satisfait enfin le goût de extraordinaire
CLXXII 1986 758 ou tout le moins de évasion partir
un examen attentif des divers rôles arthu
travers le personnage central du cheva riens le roi la reine Keu Gau vain le che
lier errant est une riche et suggestive valier nouveau ainsi que des départs et des
exploration des romans arthuriens en vers retours des chevaliers le chapitre exa
que nous convie Marie-Luce Chênerie Le mine quels liens subtils se tissent entre les
corpus considérable de près de trois cent aventures nécessairement solitaires du
mille vers présente malgré inévitables héros et la cour arthurienne que les
disparités une forte unité inspiration exploits du chevalier renforcent et valori
due notamment au prestige de Chrétien de sent Marie-Luce Chênerie est ailleurs
Troyes père fondateur du genre et point amenée constater que le pouvoir politique
constant de référence Quant au type litté Arthur est moins inconsistant on ne
raire et héroïque du chevalier errant il dit parfois encadrement social de
paraît avoir été con pour civiliser unir errance chevaleresque sert donc faire
et distraire la noblesse Tout en admettre la souveraineté royale non pas en
apportant une attention extrême au voca vertu une supériorité magico-religieuse
bulaire employé dans les textes ce qui dont les romans gardent pourtant la trace
donne lieu utiles relevés et appuie le mais partir de valeurs morales et civilisa
commentaire sur des assises solides Marie- trices 141 Le chapitre suivant est
Luce Chênerie attaque dans la mesure du consacré étude du cadre spatial des
possible montrer comment interfèrent la romans la forêt la lande la montagne la
réalité et la fiction rivière) des lieux traversés essart verger
étude est divisée en sept copieux chapi château) des itinéraires suivis avec leurs

915