Vous êtes sur la page 1sur 4

S10 Régime sinusoïdal forcé. Impédances.

Exercices

Entraînement

 Déterminer des impédances équivalentes.

Exercice A Impédances équivalentes ‡◊◊


Déterminer les impédances équivalentes de dipôles
Donner à chaque fois l’impédance complexe Z équivalente des dipôles AB suivants :

C C
R L R
B B

L R L

A A

 Utiliser les lois de Kirchhoff en régime sinusoïdal forcé.

Exercice B Courant appelé en entrée d’un transformateur ‡‡◊ Utiliser les lois des nœuds et mailles
en régime sinusoïdal forcé
Un transformateur est un double bobinage en interaction par l’intermédiaire d’un matériau ferromagnétique. Le but d’un
transformateur est de transformer une tension alternative de valeur efficace donnée U1 présente aux bornes du premier
enroulement (primaire) en une tension alternative de valeur efficace U2 voulue aux bornes du second enroulement (sec-
ondaire). On trouve notamment des transformateurs pour abaisser la haute tension des lignes électriques vers une tension
efficace domestique de 220 V.
Un transformateur dont le secondaire est ouvert (où aucun appareil électrique n’est branché : par exemple, un chargeur de
téléphone branché sur une prise sans appareil au bout) consomme de la puissance électrique, car le transformateur n’est pas
idéal. Il y a des pertes liées au matériau ferromagnétique et aux effets joules.
On suppose que le transformateur étudié se branche sur une
prise EDF (220V efficace, 50 Hz). On donne RF = 6,7 kΩ et
On modélise alors le circuit d’un transformateur ouvert au L1 = 9,6 H. Prix moyen du kWh : 0,15 euros.
secondaire par le circuit ci-dessous :
(1) Déterminer la valeur efficace du courant appelé par ce
transformateur lorsque le secondaire est ouvert.
v1 RF L1
(2) Déterminer le facteur de puissance d’un tel transfor-
mateur.
La résistance RF représente les pertes fer, L1 l’auto-induction
lié au matériau ferromagnétique (3) Estimer le coût pour un particulier de laisser un
tel transformateur sur le secteur, sans rien brancher
dessus, pendant une semaine.

1
Signaux Physiques : Chapitre 10 R.S.F. Impédances.

Problèmes

Exercice C Mesure d’une impédance ‡‡◊ Lire un déphasage


Modéliser un dipôle
On place un dipôle d’impédance Z inconnue en série avec une résistance R de valeur connue R = 10 Ω.
On obtient donc le circuit ci-dessous, une fois ces deux dipôles alimentés par un générateur idéal sinusoïdal. On observe sur
deux voies d’un oscilloscope les signaux. On obtient alors les oscillogrammes ci-dessous

CH1
CH2 CH1 CH2

i(t)
E(t) R

Oscillogramme obtenu avec une sensibilité verticale de 2,0V/div, et horizontale de 2,0 ms/div

(1) Déterminer la fréquence du signal émis par le générateur.

(2) En justifiant, déterminer l’amplitude du courant dans le circuit.

(3) En justifiant votre réponse, déterminer si le dipôle d’impédance Z est plutôt inductif ou capacitif.

(4) Proposer alors un modèle simple de dipôle pour Z, association en série de deux dipôles idéaux. Proposer en justifiant
une valeur pour les paramètres de ces deux dipôles.

Exercice D Méthode des trois voltmètres ‡‡◊ Utiliser la représentation de Fresnel


Définir la puissance reçue par un dipôle en RSF
On dispose de trois voltmètres (à masse flottante) et d’une résistance de résistance R connue et on veut mesurer la puissance
consommée par un dipôle d’impédance Z inconnue, alimenté en alternatif par un générateur. On se place en régime permanent
sinusoïdal.

(1) Comment faut-il placer la résistance et les trois voltmètres pour obtenir trois mesures de tensions différentes ?

(2) Représenter les trois tensions dans un diagramme de FRESNEL en prenant comme origine des phases le courant traversant
les dipôles.

(3) À partir de la construction, déterminer la puissance active consommée par le dipôle d’impédance Z en fonction de R et
des valeurs de tensions efficaces lues sur chaque voltmètre.

(4) AN : On lit 20,0 V, 10,0 V (aux bornes de R) et 25,0 V (aux bornes de R et du dipôle inconnu), pour une résistance
R = 100 Ω. Donner la puissance consommée. Que peut-on et ne peut-on pas conclure sur le dipôle d’impédance Z ?

(5) On suppose que chaque tension efficace est connue à 1% près. Quelle est la précision sur la puissance ?

2/4
Signaux Physiques : Chapitre 10 R.S.F. Impédances.

Exercice E Correction capacitive d’une installation par une entreprise de réseau électrique. ‡‡‡

Une installation électrique domestique est composée de multiples installations résistives (résistances) et inductives (moteurs
et transformateurs).
On assimile l’installation complète à une unique impédance Z dom correspondant à l’intégralité de l’installation électrique du
domicile.
On peut modéliser alors l’intégralité du réseau de transport électrique comme suit :

E(t) Z dom

La résistance r représente le circuit électrique en amont de l’installation domestique, correspondant à la résistance des con-
ducteurs ohmiques support du courant.

(1) Le client ne paie que la puissance active P consommée dans son installation. Exprimer la puissance active P Joule
dissipée par effet Joule dans le circuit amont (dans la résistance
r) en fonction notamment du facteur de puissance
cos ϕ de l’installation domestique, de la puissance P , et de Z dom .

(2) Justifier alors que le gestionnaire de réseau impose un facteur de puissance suffisamment grand (supérieur à 0,9) dans
toutes les installations domestiques.

(3) Application : l’installation domestique d’une maison consiste à la mise en parallèle d’un moteur de machine à laver
(facteur de puissance 0,6, puissance absorbée : 300 W, (machine inductive) ) et de résistances chauffantes (250 W).
Déterminer le facteur de puissance de l’installation. Est-ce en accord avec les normes du gestionnaire de réseau ?

(4) Pour pallier le problème d’un facteur de puissance trop faible, EDF impose la mise en parallèle au niveau du disjoncteur
(en amont de l’installation domestique, en parallèle de Z dom ) d’un condensateur. Quelle doit être la valeur minimale
de la capacité d’un tel condensateur pour relever le facteur de puissance de l’installation précédente à 0,9 ? On pourra
supposer que la valeur efficace de la tension aux bornes de l’installation domestique est de 220 V, et la tension de
fréquence 50 Hz.

3/4
Signaux Physiques : Chapitre 10 R.S.F. Impédances.

Aides/résultats des exercices

 Exo A :
1 R − RLCω2
Premier circuit : Z eq = R + j Lω + Second circuit : Z eq = R + j Lω +
jCω 1 + jRCω − LCω2
 Exo B :
jRF L1 ω U eff
(1) En complexe : calculer l’impédance équivalente (Z = avec ω = 2π f ). La valeur efficace de I est I eff =
Rf + j L 1 ω

Z

→ −

En Fresnel : prendre v1 en origine des phases. Tracer i R représentant le courant dans la résistance et i L représentant le
courant dans la bobine. Ajouter géométriquement les vecteurs. Calculer I tot,eff
Résultat numérique : I eff = 80 mA
(2) Le facteur de puissance est donné par cos(arg Z) en complexe ou donné par la représentation de Fresnel, en regardant
l’angle orienté allant du courant total vers la tension v1 , et en en prenant le cosinus.
Résultat numérique : ϕ > 0 et cos ϕ = 0,41
v1 ∗
‚ Œ
1
(3) En complexe : P = ℜ v1 En Fresnel : P = I tot,eff V 1,eff cos ϕ.
2 Z
Valeur numérique : P = 7,2 W.
Énergie consommée en une semaine : E = P ∆t = 4,4 MJ = 1,2 kWh. Soit un tarif de 0,18 euros.
 Exo C :
(1) f ≈ 79 Hz
(2) i(t) = I0 cos(2π f t) avec I0 = 0,30 A.
(3) Le déphasage de la voie 2 par rapport à la voie 1 est négatif (∆ϕ2/1 = −2,0 rad).
Or, ∆ϕ2/1 = arg(Z + R). Ainsi Im(Z + R) = Im(Z) < 0. Le dipôle est plutôt capacitif.
(4) On propose un condensateur idéal de capacité C en série avec une résistance r.
U2,0 R −1
On obtient (avec U2,0 l’amplitude de CH2) r = − R = 6 Ω et C = = 58 µF.
U1,0 1 + tan2 ∆ϕ2/1 2π(r + R) f tan ∆ϕ2/1
Æ

 Exo D :
(1) On note i le courant traversant le circuit. Un voltmètre aux bornes de R (tension U R(t) – convention récepteur), l’un
aux bornes de Z (tension U Z (t) – convention récepteur) et l’autre aux bornes du générateur (tension E(t) – convention
générateur).
(3) Utiliser un théorème de Pythagore dans un triangle approprié pour conclure.
E 2eff − U 2Z,eff − U 2R,eff
P =
2R
U Z,eff
(4) A.N. P = 625 mW. On a Z = R = 200 Ω et seulement accès à cos(arg Z), on ne sait donc pas si le dipôle est inductif
U R,eff
ou capacitif.
(5) Calculer l’intervalle dans lequel varie P en prenant les valeurs extrémales de tensions.
 Exo E :
rP
(1) P Joule =
Z dom cos ϕ

(3) cos ϕ = 0,81 .


(4) C min = 8,9 µF

4/4