Vous êtes sur la page 1sur 11

1

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE RÉPUBLIQUE TOGOLAISE


ET DES FINANCES Travail – Liberté – Patrie

DECRET N° …………………../PR
Portant homologation du barème des honoraires des Auditeurs et
Commissaires aux Comptes

LE MINISTRE DE L’ÉCONOMIE ET DES FINANCES

Vu la Constitution du 14 octobre 1992 ;


Vu le règlement de l’UEMOA du 20 décembre 1996 relatif au système comptable ouest
africain ;
Vu la loi n°90-26 du 04 décembre 1990 portant réforme du cadre institutionnel et
juridique des entreprises publiques ;
Vu la loi N° 2001-001 du 23 janvier 2001 portant création de l’Ordre National des Experts
Comptables et Comptables Agrées ;
Vu le décret N° 2008-121/PR du 07 septembre 2008 portant nomination du Premier
Ministre ;
Vu le décret N° 2008-122/PR du 15 septembre 2008 portant composition du
gouvernement ;
Vu le décret n° 2008 – 031/PR du 15 février 2008 portant création et attribution du
secrétariat permanent pour le suivi des politiques de réformes et des programmes
financiers ;
Vue l’arrêté n° 006/MEF/DE du 28 janvier 2008 portant institution, attribution et
fonctionnement d’une commission d’agrément des auditeurs et commissaires aux
comptes ;
Vue l’arrêté n°007/MEF/DE du 28 janvier 2008 portant institution, attribution,
organisation et fonctionnement d’une commission d’audit des Auditeurs des Entreprises
Publiques, des Fonds de l’Etat, des Organismes Autonomes bénéficiant des subventions
de l’Etat et des Projets Financés par des Organismes Internationaux dont la gestion
incombe à l’Etat ;
Considérant que la qualité et la transparence dans la gestion sont aujourd’hui une
exigence universelle et indispensable en vue de la réalisation des objectifs du
Gouvernement ;
Le Conseil des ministres entendu,
DECRETE :

Article 1er : Est homologué le barème des honoraires des Auditeurs et Commissaires aux
Comptes des Entreprises Publiques, des entreprises privées, des Fonds de l’Etat, des
Organismes Autonomes bénéficiant des subventions de l’Etat annexé au présent décret.
2

Ce barème s’applique aux travaux d’audit annuel des comptes des entreprises et
organismes cités au paragraphe premier en vue de l’émission d’une opinion sur les
comptes et la situation financière de ces entités ou autres prestations s’y rapportant.
La réalisation de ces missions implique notamment :
– l’observation pour chaque exercice contrôlé, des diligences normales de révision
généralement admises et des normes d’audit applicables au Togo, dans la zone
de l’UEMOA et internationales reconnues.
– le strict respect des instructions spécifiques édictées par l’autorité de tutelle du
secteur de l’entité en vue de la prise en charge du dispositif prudentiel propre à la
nature de leurs activités.

Article 2 : L’application du barème annexé au présent décret est obligatoire pour toutes
prestations de services y relatives. Toutefois, les honoraires découlant de l’application du
présent barème peuvent être augmentés dans les cas suivants :
1- l’accomplissement de missions ou de travaux spécifiques nécessitant la mise en
œuvre de diligences supplémentaires par rapport à celles prévues à l’article
premier du présent décret, et entrant dans le cadre de missions légalement ou
réglementairement dévolues aux auditeurs, aux commissaires aux comptes ou
autres prestations y relatives.
2- L’accomplissement de travaux nécessitant un volume d’intervention
supplémentaire compte tenu des spécificités de l’entreprise ou de l’organisme.
3- L’accomplissement des missions exceptionnelles légalement dévolues aux
auditeurs ou aux commissaires aux comptes qui peuvent survenir au cours de
l’exécution de son mandat.

Article 3 : Les taux de ces augmentations sont fixés d’un commun accord entre
l’auditeur ou le commissaire aux comptes et son client, préalablement à l’acceptation de
la mission d’audit des comptes.
En cas d’apparition, au cours du mandat, de nouvelles situations ayant pour objet
l’accomplissement de missions ou de travaux cités au point 1 de l’article 2 du présent
décret, les taux de ces augmentations sont fixés d’un commun accord entre l’auditeur ou
le commissaire aux comptes et son client, préalablement à leur exécution.
Les augmentations citées à l’article 2 du présent décret doivent être motivées et portées
à la connaissance de la commission d’audit des auditeurs instituée par arrêté
n°007/MEF/DE du Ministre de l’Economie et des Finances du 28 janvier 2008.

Article 4 : Lorsque la mission est confiée à deux ou plusieurs auditeurs ou commissaires


aux comptes, les honoraires découlant de l’application du barème annexé au présent
décret sont augmentés de 20 %.
3

Article 5 : Le nombre réel d’heures de travail est estimé par l’auditeur en tenant compte
notamment :
– de la nature et de l’étendue des travaux qu’il a estimé nécessaires au regard
principalement des objectifs de sa mission, des risques généraux et des
particularités caractérisant l’entité et son secteur d’activités et les normes
professionnelles applicables ;
– de l’expérience et de la compétence appropriées des personnes appelées à
participer à ces travaux.
Les diligences estimées nécessaires à l’exécution du programme de travail d’une mission
d’audit des comptes, doivent comporter pour un exercice, en fonction des critères ci-
dessous, un nombre minimal d’heures de travail annuel défini conformément au tableau
suivant :

Nombre minimal
Paliers en CFA : Total bilan + produits d’heures de
travail annuel
Jusqu’à 50 millions 25
De 50 à 100 millions 40
De 100 à 200 millions 70
De 200 à 500 millions 100
De 500 à 1 000 millions 200
De 1 000 à 2 000 millions 350
De 2 000 à 5 000 millions 500
De 5 000 à 10 000 millions 700
De 10 000 à 30 000 millions 900
De 30 000 à 80 000 millions 1 200
De 80 000 à 120 000 millions et
1 400
supérieurs à 120 000 millions

Article 6 : Les conditions financières de réalisation de toute mission doivent être définies
dans une convention signée par le ministre chargé des finances pour les entreprises
publiques et le président du conseil d’administration pour les entreprises privées et qui
est annexée à la lettre de mission.
Cette convention précise le montant des honoraires, les frais et débours nécessaires à
l’accomplissement de la mission ainsi que les conditions de règlement.

Article 7 : Pour l’application du barème, les critères sont définis ci-après et à l’annexe 2
qui fait partie du présent décret :
4

1- Total Brut du Bilan


Le total brut du bilan à retenir est le total brut sans déduction des amortissements, des
provisions et des non-valeurs.

2- Total Produits
Les produits s’entendent du chiffre d’affaires hors taxes auquel il y a lieu d’ajouter les
subventions ayant le caractère de chiffre d’affaires, les produits financiers, les produits
accessoires et les produits Hors activités Ordinaires.
A ces produits, il y a lieu d’ajouter de manière spécifique :
– Pour les banques et établissements financiers ou assimilés : les fonds propres de
base et ceux complémentaires ;
– Pour les sociétés d’assurance, les réserves techniques ;
– Pour les projets de développement et les ONG, les ressources de financement de
l’exercice audité.

3- l’Effectif Total
L’effectif à retenir est constitué par la moyenne entre l’effectif au début et l’effectif à la
fin de l’exercice, personnel occasionnel converti en « année – homme » compris.

Article 8 : Les honoraires découlant du barème s’entendent hors taxes.

Article 9 : Lorsque la mission de révision nécessite des déplacements supérieurs à 25


Kilomètres du lieu d’implantation du cabinet professionnel de l’auditeur ou du
commissaire aux comptes, les frais de déplacement sont payés en sus des honoraires sur
la base du tarif normal kilométrique soit 250 F par kilomètre correspondant à la catégorie
ou au groupe moyen de location de voiture, à l’exclusion des taux journaliers ou des
tarifs forfaitaires, et ce, par déplacement, dans la limite de quatre intervenants par
véhicule.
Les frais de séjour des intervenants sont pris en charge ou sont payés par le client sur la
base des tarifs pratiqués par les établissements hôteliers appartenant à la catégorie
« Deux ou Trois Etoiles ».

Article 10 : A moins que l’auditeur ou le commissaire aux comptes et son client n’en
conviennent autrement, les honoraires doivent être réglées comme suit :
– 20 % au démarrage des travaux ;
– 30 % à la fin des travaux intérimaires, lors de la remise des rapports de contrôle
interne sur l’évaluation des procédures ;
5

– 30 % à l’achèvement des travaux d’audit des comptes, lors de la remise des


rapports de certification des comptes ;
– 20 % un mois après l’approbation des états financiers.

Article 11 : Le barème annexé fera l’objet d’une révision tous les trois ans par décret
pris en Conseil des Ministres en tenant compte de l’inflation.

Article 12 : Le barème s’applique à :


– toutes les missions contractuelles en vertu des conventions signées après
publication du présent décret entre les auditeurs ou commissaires aux comptes et
les entreprises publiques, privées, les fonds de l’Etat et des organismes
Autonomes bénéficiant des subventions de l’Etat.
– toutes les missions légales et contractuelles d’audit ou de commissariat aux
comptes des structures indiquées à l’article premier du présent décret et
afférentes aux exercices débutant le 1er janvier 2008.
– toutes les missions légales d’audit ou de commissariat aux comptes des
structures concernées dont la réalisation commence à partir de la date de
publication du présent décret.

Article 13 : Le présent décret, qui prend effet à partir de sa date de signature, annule
toutes les dispositions antérieures.

Articles 14 : Le Ministre de l’Economie et des Finances est chargé de l’application du


présent décret qui sera publié au Journal officiel de la République togolaise.
Fait à Lomé, le
Le Président de la République
Le Premier ministre

Faure Essozimna GNASSINGBE


Gilbert Fossoun HOUNGBO

Le ministre de l’économie
et des finances

Adji Otèth AYASOR


6

Article 12 : Le barème s’applique à :


– toutes les missions contractuelles en vertu des conventions signées après
publication du présent décret entre les auditeurs ou commissaires aux comptes et
les entreprises publiques, privées, les fonds de l’Etat et des organismes
Autonomes bénéficiant des subventions de l’Etat.
– toutes les missions légales et contractuelles d’audit ou de commissariat aux
comptes des structures indiquées à l’article premier du présent décret et
afférentes aux exercices débutant le 1er janvier 2008.
– toutes les missions légales d’audit ou de commissariat aux comptes des
structures concernées dont la réalisation commence à partir de la date de
publication du présent décret.

Article 13 : Le présent décret, qui prend effet à partir de sa date de signature, annule
toutes les dispositions antérieures.

Articles 14 : Le Ministre de l’Economie et des Finances est chargé de l’application du


présent décret qui sera publié au Journal officiel de la République togolaise.
Fait à Lomé, le
Le Président de la République
Le Premier ministre
Faure Essozimna GNASSINGBE
Gilbert Fossoun HOUNGBO
Le ministre de l’économie
et des finances

Adji Otèth AYASOR

Pour ampliation
Le Directeur de cabinet
du Président de la République

Général de Brigade aérienne Essofa AYEVA


7

ANNEXES
8

Annexe 1

Barème des Honoraires


des Auditeurs et Commissaires aux Comptes
(Audit légale et contractuel)

Fiche de calcul des honoraires

Critères Montant Cumul

 Critère Total Brut du bilan (en Francs CFA)


- Plafond des honoraires à la tranche inférieure x
- Honoraires correspondant à la fraction de la tranche x
Total (A) A A

 Critère Total Produits (en Francs CFA)


- Plafond des honoraires à la tranche inférieure x
- Honoraires correspondant à la fraction de la tranche x
Total (B) B B

 Critère Effectif (en Francs CFA)


- Plafond des honoraires à la tranche inférieure x
- Honoraires correspondant à la fraction de la tranche x

Total (C) C C

Montant des Honoraires : Total Général = A + B + C A+B+C


9

Annexe 2

1- Critère total brut du bilan


Tranche en Honoraires de la Plafond des
Taux
Palier en millions de Francs CFA millions de Francs tranche en Francs honoraires du palier
pour 1000
CFA CFA en Francs CFA
0 – 300 300 - 500 000 500 000
300 – 1 000 700 1,5 1 050 000 1 550 000
1 000 – 3 000 2 000 0,75 1 500 000 3 050 000
3 000 – 7 000 4 000 0,25 1 000 000 4 050 000
7 000 – 15 000 8 000 0,1 800 000 4 850 000
15 000 – 35 000 20 000 0,075 1 500 000 6 350 000
35 000 – 80 000 45 000 0,05 2 250 000 8 600 000
80 000 – 200 000 120 000 0,0125 1 500 000 10 100 000
Au-delà de 200 000 - 0,005 - -

2- Critère total produits


Tranche en Honoraires de la Plafond des
Taux
Palier en millions de Francs CFA millions de Francs tranche en Francs honoraires du palier
pour 1000
CFA CFA en Francs CFA
0 - 25 25 - 300 000 300 000
25 - 300 275 2 550 000 850 000
300 – 700 400 1,5 600 000 1 450 000
700 – 1 500 800 1 800 000 2 250 000
1 500 – 3 000 1 500 0,5 750 000 3 000 000
3 000 – 7 500 4 500 0,25 1 125 000 4 125 000
7 500 – 20 000 12 500 0,125 1 562 500 5 687 500
20 000 – 50 000 30 000 0,1 3 000 000 8 687 500
50 000 – 120 000 70 000 0,05 3 500 000 12 187 500
Au-delà de 120 000 - 0,0125 - -

3- Critère effectif total


Tranche en Honoraires de la Plafond des
Taux par
Palier en nombre d’employés nombre tranche en 1000 honoraires du palier
employé
d’employés Francs CFA en Francs CFA
0 - 20 20 - 200 000 200 000
20 – 50 30 8,5 255 000 455 000
50 - 150 100 5 500 000 955 000
150 - 300 150 3,5 525 000 1 480 000
Au-delà de 300 - 2 - -
10

CALCUL DES HONORAIRES DES AUDITEURS ET COMMISSAIRES AUX COMPTES SUIVANT LE


BAREME

EXEMPLE : TOGO TELECOM : Exercice 2006

CRITERES
MONTANT TOTAL

A – CRITERE TOTAL BRUT DU BILAN

- Plafond des honoraires de la tranche inférieure à la TN 10.100.000


- Honoraires (H) correspondant à la fraction de la TN

H = (total brut bilan –limite sup de la tranche inf à la TN)*tx de la TN


1000
H = (276.727.000.000-200.000.000.000)*0,005/1000 383.635

TOTAL (A) 10.483.635

B – CRITERE TOTAL PRODUITS

- Plafond des honoraires de la tranche inférieure à la TN 5.687.500


- Honoraires (H) correspondant à la fraction de la TN

H = (total produits –limite sup de la tranche inf à la TN)*tx de la TN


1000
H = (37.855.000.000-20.000.000.000)*0,1/1000 1.785.500

TOATL (B) 7.473.000

C – CRITERE EFFECTIF

- Plafond des honoraires de la tranche inférieure à la TN 1.480.000


- Honoraires (H) correspondant à la fraction de la TN

H = (effectif total – effectif des stagiaires –limite sup de la tranche inf à la TN)*tx de
la TN*1000

H = (865-300)*2*1000 1.130.000

TOTAL (C) 2.610.000

MONTANT DES HONORAIRES


Total (A) + Total (B)+ Total (C) 20.566.635

TN : tranche à laquelle appartient le « total brut du bilan », le « total produits » ou l’«effectif » de l’entreprise
11

TABLEAU COMPARATIF DES HONORAIRES

Honoraires suivant Honoraires Honoraires


Entreprises Exercices barème ONECCA- suivant barème actuels Observations
TOGO proposé facturés
Togo Télécom 2006 82 175 000 20 566 635 40 000 000
FNAPP 2007 31 425 000 5 378 855
LNBTP 2007 24 175 000 2 991 168 1 500 000
TdE 2006 67 675 000 15 764 444 5 800 000
EDITOGO 2007 36 250 000 7 033 670 5 000 000
CEET 2007 67 675 000 18 997 059 35 000 000 Pour deux
exercices
ARSE 2007 24 175 000 3 056 938
ARTP 2007 43 500 000 7 684 953
SALT 2007 43 500 000 9 606 831 6 000 000
LONATO 2007 43 500 000 10 504 052 3 540 000
SAZOF 2007 31 425 000 4 901 614 2 000 000
CNSS 2007 72 500 000 17 919 669 3 000 000
SPT 2006 43 500 000 9 462 200 19 000 000
Togo Cellulaire 2006 67 675 000 18 215 250 20 000 000
UTB 2006 67 675 000 13 668 000 10 000 000
FER 2006 58 000 000 12 104 381
SOTOCO 2007 58 000 000 11 275 469 8 270 000
PAL 2007 67 675 000 17 567 972 8 250 000
CNCT 2007 36 250 000 7 148 323
SNPT 2007 58 000 000 15 830 679 45 000 000 Environ
ODEF 2007 36 250 000 7 148 323 1 180 000