Vous êtes sur la page 1sur 31

SOMMAIRE

- Présentation générale page 3

- Master 1
Programme des enseignements page 4
Contenu des enseignements page 7
Filière socio anthropologie et risques page 8
Filière dynamiques sociales et vulnérabilités page 10
Option ouverte aux deux filières page 12

- Master 2 page 13
Programme et contenu des enseignements page 16
Bibliographie page 17

- Modalités de contrôle des connaissances page 18

- Equipes de recherches
Le CMH-DYRESO page 22
Le LASAR page 23

- Guide d’information pratiques page 26


- Plan d’accès au campus page 30
- Calendrier de l’année universitaire page 31

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 1
Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 2
Présentation générale

Ce master est, pour les deux régions de Normandie, la seule formation


universitaire de sociologie habilitée après la licence. C’est pourquoi il a une vocation
générale sanctionnant le niveau bac. + 4 ou bac. + 5 en sociologie, même s’il est également connoté,
au plan thématique, et concerne les domaines du risque et de la vulnérabilité sociale. Le master vise,
avant tout, à renforcer et approfondir les connaissances sociologiques d’ordre général en vue d’une
orientation ultérieure (en seconde année) soit vers des formations à vocation professionnelle, soit
vers la recherche. Quatre laboratoires de recherche – dont un appartenant au CNRS – sont associés à
ce master.

Sur ses deux années, le master introduit tant aux aspects socio anthropologiques des risques
qu’à l’analyse de dynamiques sociales et des vulnérabilités humaines. C’est pourquoi les aspects
institutionnels et symboliques, les dynamiques professionnelles, les mouvements contestataires mais
aussi les diverses formes de sociabilité ou la place des minorités y tiennent une place importante à
côté de l’analyse des risques d’ordre technoscientifique. Les enseignements visent à situer ces
phénomènes dans les processus de changement des sociétés contemporaines, notamment en
première année.
La demande sociale en matière de connaissance des risques et de la vulnérabilité est
aujourd’hui croissante et pressante. Elle appelle des analyses approfondies et des réponses concrètes
aux différents niveaux de responsabilité : politiques, économiques, techniques, gestionnaires,
collectivités, individus… Par ailleurs, l’interaction des phénomènes humains, écologiques,
économiques et sociaux doit désormais constituer le cadre de toute activité d’analyse et de gestion.
C’est surtout en seconde année que ces exigences sont intégrées dans les enseignements.

Dans des régions soit (Caen) encore fortement rurale mais à forte déstructuration sociale et où
les problèmes de pollution sont nombreux, soit (Rouen et Le Havre) a forte concentration
industrielle, comprenant à la fois de nombreuses entreprises dynamiques mais à haut potentiel de
risques écologiques et sanitaires, et des entreprises traditionnelles ou dans des secteurs déstabilisés
fragilisant nombre de territoires locaux et de bassins d’emplois, les sollicitations à réfléchir sur les
risques humains, écologiques, sanitaires et sociaux sont multiples. Elles émanent aussi bien des
entreprises que des collectivités locales. Elles mobilisent déjà les centres de formation, écoles de
commerce, écoles d’ingénieurs mais avec une orientation technique, gestionnaire ou économique. Les
réponses apportées laissent de côté la dimension sociologique tant au niveau des modalités de la
gestion des risques que du point de vue des représentations sociales et de l’analyse des effets de
l’activité et plus généralement du contexte culturel. C’est ce vide que le master se propose de combler.

Les universités constitutives du pôle universitaire normand (Caen, Rouen, Le Havre) ont
depuis longtemps coordonné leurs formations, notamment les formations à la recherche en matière
de risques et de vulnérabilité (D.E.A. Innovation et risques commun depuis 1990). Alors que la
gestion des risques est une préoccupation de plus en plus centrale des acteurs et responsables locaux
et régionaux des deux régions normandes, eu égard à la nature des industries implantées, des
nuisances liées à l’agriculture et des caractéristiques de la population, il n’y a pas, au niveau régional,
d’autre potentiel de recherche sociologique, en particulier sur les questions du risque sous ses
différentes appréhensions, autres que ceux que nos laboratoires représentent plus globalement.

NB : En master 1, les cours ont lieu uniquement à Caen pour les étudiants Bas-normands. En
master 2, seul le séminaire obligatoire (du vendredi) est partagé entre Caen et Rouen : les étudiants
caennais devront faire neuf à dix voyages vers Rouen sur l’ensemble de l’année de master 2. Des
modalités de remboursement des frais de voyage sont prévues dans le budget du « Pôle Universitaire
Normand ».

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 3
MASTER 1
Responsables : Alain LEGER et Camille TAROT

L’inscription

L’inscription en master1 présuppose l’obtention complète du diplôme de licence de sociologie.


Les étudiants titulaires d’un autre diplôme ne seront acceptés qu’à partir d’une équivalence (attribuée
par la Commission d’équivalence) et dans le cadre des réglementations en vigueur à l’UCBN.
* Par ailleurs, l’étudiant doit élaborer un projet de recherche (10 à 15 lignes) et choisir un enseignant
du master qui deviendra son directeur de recherche (DR). Les enseignants du master proposent des
thèmes de recherche, à cet effet, par voie d’affichage sur le panneau du Département. Tous les
enseignants titulaires sociologues de l’université et du PUN, Professeurs ou Maîtres de conférences,
peuvent diriger un mémoire de M1 (et peuvent continuer ensuite en M2).

Modalités d’examen

Epreuve finale sur table pour les cours théoriques et les cours magistraux d’option. Certains
TD font l’objet d’un oral. Le mémoire de M1 est un projet de recherche de 35-45 pages (35 pages
minimum et 45 pages maximum, +/- 30 lignes par page). La soutenance se fait en présence de deux
enseignants titulaires sociologues de l’université. A l’issue de cette soutenance – qui doit
nécessairement avoir lieu au plus le 19 octbre de l’année en cours –, la note attribuée (au moins 14/20
au mémoire) ouvre, ou non, le droit à l’inscription en M2 de sociologie l’UCBN.
Un diplôme de Maîtrise de sociologie (ne précisant pas les parcours) est délivré à l’issue de la
première année aux étudiants ayant acquis 60 ECTS. Les relevés de notes précisent les parcours. Les
mentions (TB, B, AB, P) sont attribuées en fonction de la moyenne calculée sur la base des
coefficients : respectivement à partir de 16, 14, 12 et 10.

Parcours

Il existe deux parcours étudiants (en M1 uniquement, spécifiquement à Caen) :


« Socio-anthropologie et risques »
« Dynamiques sociales et vulnérabilités »
L’étudiant doit nécessairement choisir l’un de ces parcours. Il est recommandé de travailler sous la
direction d’un enseignant du parcours choisi.

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 4
FILIERE FILIERE
Enseignements
SOCIO-
ANTHROPOLOGIE
proposés aux deux DYNAMIQUES SOCIALES
ET VULNERABILITES
ET RISQUES filières

24 HCM x 3 24HCM + 24HTD 24 HCM x 3

Cours théoriques Cours théoriques


* Approfondissement théorique,
* Sociol. de l’environnement et méthodologique et * Théories du changement social
des mouvements sociaux épistémologique et dynamiques culturelles
(ATME, sur les deux semestres)
* Crise des institutions * Modernité et vulnérabilité

------------------------------------ -------------------------------------- ------------------------------------


Semestre 2 * ATME Semestre 2

* Socio-antropologie des * Soit OPTION * Les sociabilités : familiale,


risques technoscientifiques Identités sociales et amicale, associative…
professionnelles

* Soit OPTION
Socio-anthropologie des formes
symboliques

* Le total des heures de cours suivis par les étudiants représente 84 pour chaque semestre, soit 168 heures sur l’année.

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 5
Master 1

Semestre 1
Obligatoire
Unité Optionnelle Eléments capitalis CM TD Coef ECTS
d’enseignement libre constitutifs able

Filière - Sociologie de l’environnement et des


Obligatoire mouvements sociaux (So E1) Oui 24 3 10
Socio - 2 éléments
Anthropologie suivant la - Crise des institutions (So E2) 24 3 10
des risques filière

ou ------------------------------
-----------------------
- Théories du changement social et des Oui 24 3 10
Filière dynamiques culturelles (So E3)
Dynamiques
sociales et - Modernité et vulnérabilités sociales (So E4) 24 3 10
vulnérabilités

Obligatoire - Approfondissement théorique, méthodo- Oui 12 2 5


Tronc logiques et épistémologiques Atelier (Sou 3)
commun
ATME , TD (Sou 3) Non (15) 24 1 5

60 24 9 30

Semestre : 2
Obligatoire
Unité Optionnelle Eléments capitalisable CM TD Coeff ECTS
d’enseignement libre constitutifs

- Socio - Anthropologie des risques Oui 24 3 10


Obligatoire technoscientifiques (Sou 4)
Selon la filière
ou
- Les sociabilités amicales, familiales Oui 24 3 10
et associatives (Sou 5)

Options proposées Optionnelle - Sociologie des formes symboliques Oui 24 24 4 10


aux deux filières 1 au choix (Sou 6)

- Identités sociales et profes- 24 24 4 10


sionnelles (Sou 7)

Obligatoire Approfondissement théorique,


dans les deux méthodologique et épistémologique Oui 12 2 5
filières (So u 8)

MEMOIRE (Sou 8B) Oui 7 5

60 24 16 30

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 6
Contenu des programmes
de Master 1
1er et 2nd semestre

Enseignements proposés aux deux filières

ATME : Approfondissement théorique, méthodologique et épistémologique

Responsables : Salvador Juan (1er S) et Martine Déotte- Lefeuvre (2ème S)

On travaille sur quelques concepts fondamentaux de la sociologie susceptibles de jeter un pont, d’une
part, entre les théories ou les auteurs et les terrains ou résultats d’investigation empirique et, d’autre
part, entre les deux filières du master. L’objectif du cours est également d’alimenter les projets de
recherche des étudiants.
Au premier semestre, seront plus particulièrement (re)examinés les concepts de la sociologie de
l’action (mouvements sociaux et pratiques militantes, usages ordinaires et vie quotidienne). Ces
concepts seront situés entre eux et par rapport à ceux désignant le système institutionnel ou la
structure sociale. Au second semestre, le cours magistral accordera toute son importance à une
posture théorique possible, nécessaire ingrédient de l’investigation sociologique : il s’agira de la
dynamique de l’habitus. Sera développée une analyse critique des paradigmes de la sociologie
bourdieusienne.
Le T.D. a pour double vocation de donner des orientations en invitant des enseignants du
département à exposer des travaux de recherche et de structurer concrètement les projets de
recherche des étudiants en les aidant à construire une problématique : un cadre d’analyse, une
approche et une perspective de recherche.

Bibliographie

BOURDIEU P. La Distinction ; critique sociale du jugement, Paris Minuit, 1979 ; La domination


masculine, Seuil (Points), 1998
JUAN S. Les formes élémentaires de la vie quotidienne, PUF, 1995 ; Critique de la déraison
évolutionniste, L’Harmattan, 2006
TOURAINE A. Pour la sociologie, Seuil (Points), 1974 ; Critique de la modernité, Fayard (Le livre de
poche), 1992.

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 7
Filière socio anthropologie et risques

Semestre 1
Crise des institutions et du lien social

Responsables : Anne Golse et Catherine Herbert

Aborder la crise des institutions et du lien social est une façon de parler des transformations actuelles
de la société et aussi de la vulnérabilité voire de l’obsolescence des hommes aujourd’hui, en articulant
histoire, monde et vision socio-anthropologique de l’humanité. Si la crise est ce moment où les
hommes rencontrent des problèmes qu’ils ne sont plus à même de résoudre car les réponses
traditionnelles ne fonctionnent plus ou que le pouvoir explicatif des anciennes réponses s’est épuisé
alors, quelque chose de neuf, de nouveau, peut advenir. Il s’agit donc pour les hommes de penser ce
qui peut advenir. Au travers d’exemples tels que la crise de l’adolescence, la toxicomanie,
l’affadissement de l’engagement politique ou l’accroissement de la précarisation de l’humanité, nous
tenterons, dans un premier temps, d’éclairer ce que nous appelons crise des institutions et du lien
social.
Dans un deuxième temps, nous nous intéresserons à une institution particulière, la psychiatrie,
inventée au XIX° siècle comme « pratique de l’esprit humain » (G. Swain et M. Gauchet). Nous
interrogerons ce que d’aucuns appellent depuis peu « la crise de la psychiatrie ». Celle-ci cache en fait
une véritable mutation de l’institution, révélatrice des changements qui affectent l’individu
contemporain. La santé mentale vient nommer le nouvel idéal normatif de notre société : l’individu
comme tout autonome, performant, actif. La rhétorique de la souffrance psychique, socialement
attendue, vient nommer les tensions qui habitent l’individu et les liens qui l’unissent aux autres dans
cette société des individus. La psychiatrie vient ainsi, comme savoir, encoder et fournir une
identification sociale à ces tensions et, comme pratique, tenter de les « traiter » en aidant l’individu
dans la production de soi.

Bibliographie

ARENDT, Hannah La crise de la culture, Gallimard, 1972. ; Condition de l’homme


moderne (Essai poche)
CAILLE, Alain Splendeurs et misères des sciences sociales, Editions Droz, Genève, 1986.
Alain CAILLE, Critique de la raison utilitaire, La Découverte, 1989.
CASTEL, R. La gestion des risques, Les Editions de minuit, 1981.
Sous la dir. d'Yves DUPONT, Michèle DOBRE, Aldo HAESLER, Catherine HERBERT, Salvador JUAN, Didier
LE GALL, Frédérick LEMARCHAND. Dictionnaire des risques, Armand Colin, 2003.
EHRENBERG Alain : Individus sous influence (Esprit) ; Le culte de la performance (Pluriel) ; L’individu
incertain (Pluriel) ; La fatigue d’être soi (Odile Jacob)
FREUD Sigmund: Le malaise dans la culture (PUF).
M. GAUCHET et G. SWAIN, La pratique de l’esprit humain, Gallimard, 1980.
LE GOFF Jean-Pierre, La barbarie douce, la modernisation aveugle des entreprises et de l'école, La
Découverte, 1999.
LOVELL, A. La maladie mentale en mutation, O. Jacob, 2001.
LYOTARD Jean-François, La condition postmoderne, Editions de Minuit, 1979.
MATTEI Jean-François, La barbarie intérieure, PUF, 2004 (1999).
MILLS Charles Wright, L'imagination sociologique, Réédition La Découverte, 2001
G. SWAIN, Dialogues avec l’insensé, Gallimard, 1994.

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 8
Sociologie de l’environnement et des mouvements sociaux

Responsables : Estelle Deléage et Frédérique Longuet Marx

L’émergence de la « question écologique » dans l’espace public des sociétés contemporaines a été
comparée à la cristallisation de la « question sociale » au 19e siècle. L’ampleur des enjeux
environnementaux auxquels les sociétés des pays développés, mais aussi le reste du monde, se
trouvent aujourd’hui confrontés, appelle un approfondissement de la réflexion sociologique pour
analyser les conditions de la crise et les forces sociales qui s’en saisissent en particulier dans l’espace
public. D’une façon analogue, divers mouvements renouvellent le mode d’affirmation des
revendications ethniques, nationales et religieuses dans le monde.
L’objectif de cet enseignement est d’analyser les enjeux complexes de la question écologique sur des
terrains divers ainsi que les bouleversements et les changements sociaux survenus dans les
républiques de l’ex-URSS et en particulier les revendications ethniques, nationales et religieuses
apparues chez les Musulmans de l’ex-URSS depuis la fin des années 1980.

Bibliographie

ALPHANDERY P., BITOUN P., DUPONT Y., 1991, L’Équivoque écologique, La Découverte, Paris.
GENDRON C., Vaillancourt J.-G. (dir.), Développement durable et participation publique, Les Presses de
l’Université de Montréal, Montréal, 2003.
LONGUET MARX F., Tchétchénie, la guerre jusqu’au dernier ?, Mille et une nuits, Paris, 2003.
ROY O., La nouvelle Asie centrale, Seuil, Paris, 1997 ; L’islam mondialisé, Seuil, Paris, 2002.

Semestre 2

Socio anthropologie des risques techno scientifiques

Responsables : Laurent Bocéno & Frédérick Lemarchand

Si la division des risques épouse à certains égards celle du travail et se prête ainsi à une critique
marxiste, on ne peut faire l’impasse sur l’extraordinaire rupture anthropologique qu’a engendré
l’autonomisation de la technique dans les sociétés modernes. C’est à partir d’une posture critique
héritée, entre autre, de l’Ecole de Francfort et de l’écologie politique, que nous procéderons à un
réexamen des relations homme/nature/technique. On cherchera par ailleurs à évaluer l’impact des
nouveaux risques sur la société, de la catastrophe de Tchernobyl à la crise de la vache folle, depuis le
déni de réalité jusqu’à la naissance de l’expertise citoyenne indépendante.
Nous serons amenés à illustrer l’approche socio anthropologique des risques techno scientifiques en
examinant les facettes qui en semblent, selon le sens commun, les plus immédiatement visibles : leurs
conséquences sur la santé. Nous verrons que si l’évaluation sanitaire n’est jamais l’unique étalon pour
mesurer l’influence des techno sciences sur la société, elle peut être aussi un miroir aux alouettes
destiné à tromper l’observateur. Pour cela nous mobiliserons les principales crises sanitaires de ces
dernières années qui sont toutes, peu ou prou, des illustrations des risques techno scientifiques.

Bibliographie

CANGUILHEM G., Le normal et le pathologique, 1966, Paris, P. U. F., 1988. Le livre comprend,
Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique, 1943, pp. 6-165 et Nouvelles
réflexions sur le normal et le pathologique (1963-1966), pp. 171-218.
DOZON J.-P. & FASSIN D. (dir.), Critique de la santé publique. Une approche anthropologique, Ed.
Ballannd, 2001.
DRULHE M., Santé et société. Le façonnement sociétal de la santé, PUF, 1996.

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 9
Filière dynamiques sociales et vulnérabilités

Semestre 1
Théories du changement social et dynamique culturelle

Responsable : Aldo Haesler

Expliquer non pas des lois, mais des régularités qui se sont manifesté au cours du développement
historique des sociétés humaines, constitue la partie la plus ardue de la théorisation sociologique. Or
si la sociologie a peu ou prou réussi dans son analyse des formes et modes de reproduction de la vie
sociale, la théorie du changement social demeure un domaine contesté et difficile d’approche. Sur la
base de ce que les étudiants auront appris en théorie sociologique et dans les divers champs
thématiques de leur discipline (socialisation, stratification, intégration et contrôle social), il leur sera
présenté les diverses approches dynamiques pratiquées par la sociologie classique (Comte, Marx,
Durkheim, Weber) et par la sociologie contemporaine (Elias, Habermas, Giddens, Touraine). De
manière exploratoire et pour clore ce cours, il leur sera présenté une théorie du changement social sur
la base d’une approche relationnelle en sociologie.

Bibliographie

Guy BAJOIT, Le Changement social. Approche sociologique des sociétés occidentales


contemporaines, Paris, Armand Colin 2003.
Manuel CASTELLS, La Société en réseaux, Paris, Fayard 1998.
Anthony GIDDENS, La Constitution de la société. Éléments d’une théorie de la structuration, Paris,
PUF 1987.
Aldo HAESLER, Sociologie de l’échange. Introduction à une sociologie de la relation humaine, Paris,
Desclée de Brouwer 2004.
Henri MENDRAS & Michel FORSE, Le Changement social, Paris, Armand Colin 1983.

Modernité et vulnérabilité

Responsable : Michelle Dobré

La recherche des signes et des causes de la vulnérabilité sociale constitue l’un des grands pôles
historiques de l’intérêt des sciences humaines pour le devenir des sociétés de la modernité. Il est
désormais courant de se représenter les sociétés traditionnelles devenues vulnérables avec les
nombreux changements induits par la modernité, que ces changements soient d’ordre idéologique,
technique, industriel, ou politique. Mais le changement dans toutes ses dimensions est loin d’être le
seul vecteur de la vulnérabilité. Un ensemble de définitions de la notion de vulnérabilité devra être
proposé dans l’objectif de brosser un tableau des conditions sociales actuelles de la vulnérabilité, et
poser dès lors la question des ressources civiles et politiques pour rendre possible la poursuite de la
vie sociale.

Bibliographie

CHANIAL, P., DUPONT, Y., LE GALL, D., “ Du risque à la vulnérabilité : approche socio-
anthropologique”, in “Santé, responsabilité et décision : les enjeux du risque”, Paris, Revue Française
des Affaires Sociales, La Documentation française, N. 2, avril-juin 1996, pp.85-96
DOBRE, M., 2003, articles « Vulnérabilité » et « Incertitude » dans le Dictionnaire des Risques,
collectif, sous la direction de Y. Dupont, Paris, Armand Colin.
DOBRE M. & LIANOS, M., 2002, « Modernité et vulnérabilité sociale : incertitude, insécurité et
retrait de la société en France », Europaea, 1/2, pp. 319-350.

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 10
Semestre 2
Les sociabilités : familiales, amicales, associatives

Responsables : Salvador Juan et Didier Le Gall

La première partie (S. Juan) traitera des questions de champ, d’enjeux et des relations entre les
différentes formes de sociabilité. Elle présente la sociabilité comme notion et comme fait à travers
quelques jalons théoriques puis examine les sphères principales de la sociabilité : marchande,
familiale, amicale, de voisinage, associative, professionnelle, de même que les implications du
concept de capital social. Le cours aborde ensuite les relations entre sociabilité et vulnérabilité, la
crise de confiance, la désociabilité relative et l’isolement. Enfin, il introduit aux fonctions de la
sociabilité associative en France.
La seconde partie (D. Le Gall) se « penche », elle, sur une dimension particulière, voire inattendue de
la sociabilité, ce dont rend compte son intitulé « Un autre aspect de la sociabilité : les relations
sexuelles ». Si certes ce que l’on a coutume de désigner par le vocable sociabilité renvoie aux
interactions sociales qui ont cours dans différents registres (familles, amis, voisinages,
associations…), on peut aujourd’hui considérer que les rapports amoureux et sexuels constituent un
des aspects de la sociabilité, en ce sens qu’ils contribuent eux aussi à tisser du lien social et que, dans
un contexte de sexualité contraceptée, ils oeuvrent à l’épanouissement de soi et participent du bien-
être social. Ces relations, que nous qualifions ici de « socio-sexuelles », constituent à nos yeux une
des dimensions des rapports sociaux ; « dégagées » de « toutes fins pratiques » et inscrites dans une
perspective récréative, voire ludique, elles relèvent du champ de la sociabilité.

Bibliographie de base :

BIDART C. L’amitié, un lien social, La Découverte, 1997


BOZON M., Sociologie de la sexualité, Paris, Nathan, 2004.
DEGENNE A.& FORSÉ M. Les réseaux sociaux, Paris Armand Colin, 1994
JUAN, S. Sociologie des genres de vie, PUF, 1991 ; La société inhumaine. Mal-vivre dans le bien-
être, L’Harmattan, 2001
JUAN S. & LE GALL D. (co-dir.) Conditions et genres de vie. Chroniques d’une autre France,
L’Harmattan, 2002
LE GALL D., « Secondes amours. Aimer la raison ? », in « L’individu, l’affectif et le social », Revue
Internationale d’Action Communautaire, n° 27/67, Montréal, éditions Saint-Martin, 1992,
pp. 69-79 ; « Pré-constructions sociales et constructions scientifiques de la sexualité. Les
questionnaires des enquêtes quantitatives », in « Les cadres sociaux de la sexualité », Sociétés
contemporaines, N° 41-42, Paris, L’Harmattan, pp. 65-82.
LE GALL D. (dir.), « Approches sociologiques de l’intime », Mana, revue de sociologie et
d’anthropologie, n° 3, Université de Caen Basse-Normandie, 1997 ; Genres de vie et intimités.
Chroniques d’une autre France, Paris, L’Harmattan, 2005.
Revue du M.A.U.S.S. n°11 Une seule solution : l’association, 1998

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 11
2ème semestre

OPTION ouverte aux deux filières


(au choix)

Option ISP : Identités sociales et professionnelles

Responsables : Dominique Beynier et Alain Leger

Le cours sera consacré à la notion de profession et à ses dérivés (identité professionnelle,


professionnalisation, professionnalité etc.). On prendra comme point de référence les professions
enseignantes en les comparant à d’autres groupes professionnels (médecins, avocats, etc.). Les
enseignants sont-ils redevables d’une approche professionnelle ? Ou bien relèvent-ils d’autres
registres : appartenance au groupe des intellectuels, aux classes moyennes ou aux classes
dominantes, et donc registre des situations et des positions de classe, ou encore registre de
l’institution, registre de la pédagogie, registre des rapports qu’ils entretiennent avec l’Etat, registre
des modes de vie, des habitus, etc. ? Quel est donc l’apport et quelles sont les limites éventuelles de la
sociologie des professions ? En effet, ces différents registres énumérés peuvent être pris comme
différentes facettes complémentaires, mais ils peuvent aussi être conçus comme contradictoires : par
exemple, si la notion de profession met en avant une compétence au service de l’intérêt général, alors
elle peut supposer une sorte de neutralité sociale, ce qui devient contradictoire avec les analyses
insistant sur des positions de classe. Ces questions seront développées en s’appuyant sur des travaux
récents mais aussi sur des “retours en arrière” : par exemple, l’histoire des corporations au Moyen-
Âge, ou l’approche durkheimienne de la division du travail social.

Bibliographie

DURKHEIM, De la division du travail social, 1893.


Parsons, “The profession and the social structure”, in Essay in sociological theory, 1954.
BECKER, H. S. “The nature of a profession”, in B. Nelson et B. Henry,Education for the profession,
Chicago, 1962.
LEGER A., Enseignants du secondaire, Paris, PUF, 1983
LEGER A., Tripier M., Fuir ou construire l’école populaire ?, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1988.

Option SAFS : Socio-anthropologie des formes symboliques

Responsables : Camille Tarot

On situera les mutations du religieux en ultramodernité à partir du débat franco-français sur les
sectes. Puis on prendra l’exemple de la diffusion du bouddhisme en France et de quelques moments
de son histoire contemporaine, plus dramatique, en Asie, à travers l’exemple du Tibet, pour montrer
comment le bouddhisme se trouve pris, lui aussi, entre tradition et modernité et d’autant plus
fortement qu’il se trouve également pris entre Orient et Occident.

Bibliographie :

CHAMION F., Cohen M., Sectes et démocraties, Seuil, 1999.


HERVIEU-LEGER, La religion en miettes ou la question des sectes, Calman Lévy, 2001.
LENOIR F., La rencontre du bouddhisme et de l'Occident, Fayard, 1999.
LENOIR F., Le bouddhisme en France, Fayard, 1999.
DESHAYES L. et LENOIR F., L’épopée des Tibétains, entre mythe et réalité. Fayard, 2002.

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 12
MASTER 2
Responsable : Salvador JUAN

Conditions d’admission

Avoir une maîtrise de sociologie ou une licence de sociologie avec 60 crédits ECTS en M1 dans
un master du domaine « Sciences humaines et sociales » ou une équivalence. Sauf dérogation (tout à
fait exceptionnelle), un étudiant ayant suivi le cursus de sociologie de l’UCBN ne peut être admis en
M2 que s’il a obtenu au moins 14/20 à son mémoire de M1.
Les dossiers des étudiants non titulaires d’une maîtrise ou d’un M1 de sociologie de l’UCBN seront
déclarés admis en M2 à l’issue de la réunion des intervenants aux séminaires du M2 d’octobre de
l’année en cours.
Aucun étudiant ne peut s’inscrire en M2 sans directeur de recherche (DR) acceptant, par courrier
inséré dans le dossier d’inscription, de diriger le travail de l’étudiant. Le DR de M1 n’est pas
nécessairement le même que celui de M2. Tout enseignant titulaire du master peut encadrer un
mémoire de M2. Cependant, les non HDR le feront en co-encadrement. Par ailleurs, la soutenance du
mémoire de M2 doit nécessairement être validée par deux enseignants HDR.
Conformément aux règles de la Scolarité générale, le responsable du master signe un tableau
récapitulant les étudiants admis en M2 pour l’année en cours. Les étudiants non mentionnés sur ce
tableau ne peuvent se présenter aux examens.

Programme de M2

Il varie partiellement chaque année en fonction des choix de recherche des intervenants et des
invités extérieurs (voir l’affiche officielle du master2). Pour 2006-2007, les principaux thèmes
abordés, à Caen, dans le séminaire du vendredi (9h.30-12h.30 et 14h.-17h, présentés dans l’ordre du
calendrier) sont :

S. JUAN : Théories concernant les risque et la vulnérabilité ; productivisme et scientisme,


D. BEYNIER : Vulnérabilité sociale et réseaux,
A. LEGER : Education et vulnérabilité,
C. TAROT : Religions, sociétés et violences,
D. LE GALL : Risques, vulnérabilité et filiation.

Modalités d’examen et de contrôle des connaissances (pour M2)

Les séminaires théoriques sont évalués sur la base d’une épreuve sur table : dissertation de
trois heures organisée au mois de janvier, puis de 4 heures en juin et septembre, pour la session de
rattrapage. Les copies sont corrigées par trois enseignants : le responsable et deux autres enseignants
du M2. Une bibliographie dite « de base » est donnée à tous les étudiants au moment de l’inscription
et sert de critère principal pour apprécier les connaissances théoriques attendues (cf. infra).
Les étudiants souhaitant arrêter à l’issue du premier semestre et valider les ECTS du semestre auront
une note de « mémoire » sur la base du projet de recherche.
La présence au séminaires du vendredi (cours théoriques) et du mardi (oraux de janvier et
conférences avec invités) est obligatoire. Cependant, la présence des étudiants ayant le statut officiel
de salarié n’est pas obligatoire ; elle est néanmoins fortement encouragée. Les remboursements de
trajets vers Rouen sont conditionnés à la présence des étudiants aux séminaires de Rouen (et
réciproquement pour les étudiants venant de Rouen). Le cas spécial des étudiants boursiers du M2

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 13
requiert la présences à tous les séminaires du vendredi et du mardi quel que soit leur statut. C’est
pourquoi les séances du vendredi et du mardi feront donc l’objet d’un appel.

La mention générale donnée au diplôme de master dépend des moyennes des deux années. Une
mention particulière figure également sur le diplôme pour le mémoire de fin d’études.

DEBOUCHES PROFESSIONNELS

Le débouché par excellence du Master Recherche est la poursuite en thèse. Néanmoins, ce Master
Recherche est conçu comme pouvant être une formation professionnelle par la recherche et donc un
diplôme terminal pour ceux qui ne voudraient pas s’engager dans une recherche de longue durée. Le
marché local a absorbé jusqu’à présent nombre des titulaires de l’ancien DEA dans des fonctions
diverses de chercheur, de consultant en entreprise, de chargé d’études dans des administrations ou
des organismes publics ou parapublics (chambre de commerce, ANPE, Conseil Régional), voire sur
des postes plus opérationnels (dans le cadre des politiques publiques partenariales locales). Nombre
d’institutions de formation régionales d’enseignement supérieur (écoles d’ingénieurs, écoles de
commerce, CHU, juristes et économistes, etc.), sollicitées, comme nous, par l’actualité des
problématiques du risque et de la vulnérabilité initient des formations à caractère opérationnel mais
font état d’un manque de réflexion générale sur la question du risque et interpellent sur cet aspect
nos divers laboratoires.

Informations complémentaires

Les laboratoires d’accueil sont Pour Caen :


• Le Laboratoire d’Analyse Socio-Anthropologique du Risque
• Le Centre Maurice Halbwachs, équipe caennaise Dynamiques et relations sociales (CNRS-
EHESS-ENS) qui est également équipe CEREQ,

Pour Rouen et Le Havre


• Le GRIS, équipe CEREQ,
• Le CERTAI, université du Havre.

Contacts pour la Basse-Normandie

Secrétariat du master de sociologie : Nadège Douesnel


Information : Nadège Douesnel,
Département de sociologie, UFR Sciences de l’Homme
BP 5186, 14032 Caen Cedex
Téléphone : 02 31 56 55 32
nadege.douesnel@unicaen.fr

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 14
Diplôme : master recherche de sociologie « Risques et vulnérabilités sociales » 2ème année
Semestre : 3

Code Unité d’enseignement Oblig. / Option Eléments capitalisable CM TD TP Stage Coeff ECTS
libre constitutifs Durée

Théorie, épistémologie Obligatoire Séminaires Caen / Rouen oui 70 1 5


Sou9

Méthodologie Obligatoire Méthodol. Projet. Oral janvier oui 10 20 1 5


Sou10

Mémoire Obligatoire Travail de recherche pour Non 2 20


Sou11 mémoire : fiches, note synthèse

Autres séminaires* Option facultative Séminaire officiel autre formation Oui (1) (5)
Sou12
Total 80 20 4 30
*NB Un seul séminaire (de l’option facultative) peut être validé et seulement pour compléter 5 ECTS qui manqueraient à l’étudiant.

Semestre : 4
Obligatoire
Code Unité d’enseignement Optionnelle Eléments capitalisable CM TD TP Stage Coeff ECTS
libre constitutifs Durée

Théorie, épistémologie Obligatoire Suite des séminaires Oui 50 2 10


Sou13

Présentation et critique Obligatoire Projet de recherche écrit rendu Oui 10 20 1 5


des recherches au 31 mars (avancement des
Sou 14 travaux)

Mémoire, soutenance Obligatoire Mémoire, soutenance Non 3 15


Sou15
total 60 20 6 30

Coef. ECTS
Synthèse évaluation M2, sur l’année, ( total= 10 coef. et 60 ECTS) : * Epreuve théorique janvier + juin : 3 15
N. B. La mention est déterminée par le total des points pondéré par les coefficients * Projet de recherche + méthodol. : 2 10
* Mémoire et soutenance : 3+2 35

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 15
Séminaire d’enseignement-recherche du M2 (2006-2007)

du vendredi : 9h.30-12h.30 et 14h.-17h. (sauf *)

*Ouverture : à Rouen le 20 Octobre, 10h.-12h.


Lieu affiché ultérieurement

20 AM et 27 octobre à Rouen,

Caen, 03 novembre (Salle du Conseil)


Mat : S. JUAN : La sociologie du risque
A.M. : S. JUAN : L’anthropologie de la vulnérabilité

Caen, 10 novembre (Salle du Conseil)


Mat. : A. LEGER : Education et vulnérabilité 1.
A.M. : S. JUAN : Anthropologie du risque
et sociologie de la vulnérabilité

17 et 24 novembre, Rouen

Caen, 01 décembre, (Salle du Conseil)


Mat. LEGER : Education et vulnérabilité 2.
A.M. : C. TAROT : Religions, sociétés et violences 1.

Caen, 08 décembre, (MRSH Salle 006)


Mat. A. LEGER : Education et vulnérabilité 3.
A.M. : C. TAROT : Religions, sociétés et violences 2.

15 et 22 décembre, Rouen

Caen, 12 janvier 2007 (Salle du Conseil)


Mat. D. BEYNIER : Vulnérabilité sociale et réseaux 1
A.M. : C. TAROT : Religions, sociétés et violences 3.

Caen, 19 janvier (Salle du Conseil)


Mat. D. BEYNIER : Vulnérabilité sociale et réseaux 3.
A.M. : C. TAROT : Religions, sociétés et violences 4.

26 janvier et 02 février, Rouen

Caen, 02 mars (Salle du Conseil)


Mat. : D. LE GALL : Risques, vulnérabilité et filiation 1.
A.M. : D. BEYNIER : Vulnérabilité sociale et réseaux 1.

Caen, 09 mars (Salle du Conseil)


Mat. D. LE GALL : Risques, vulnérabilité et filiation 2.
A.M. D. LE GALL : Risques, vulnérabilité et filiation 3.

16 et 23 mars, Rouen

Caen, 30 mars (Salle du Conseil)


* Mat. (10h.-12h.) : L’équipe : clôture, synthèse, bilan

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 16
UFR des Sciences de l’Homme. Département de Sociologie

Bibliographie générale de base du


Master2 Risques et vulnérabilités sociales

Aballéa F. & Simon C. Le service social du travail, Gras A. Fragilité de la puissance. Se libérer de
L’Harmattan, 2004 l’emprise technologique, Fayard, 2003
Arendt H. La crise de la culture, 1954, tr. fr. Gueissaz A. Les mondes universitaires et leur
Gallimard, 1972 ; Condition de l'homme moderne, informatique, Ed. CNRS Sociologie, 2000
1958, tr. Calmann-Lévy, 1983 Habermas J. L'espace public, 1962, tr. fr. Payot,
Aron R. Etudes sociologiques, PUF, 1988 ; Les
1986 ; La technique et la science comme
désillusions du progrès,1965-69, Gallimard, 1996
« idéologie », 1968, Gallimard, 1973 ; Droit et
Beck U. La Société du risque. Vers une nouvelle
modernité, 1986, Paris, Aubier, 2001 démocratie, 1992, tr. fr. Gallimard 1997, L’avenir
Bourdieu P. (ed.) La misère du monde, Seuil, 1993 ; de la nature humaine, 2001, Gallimard, 2002
Science de la science et réflexivité, Ed. Raisons Haesler A. Sociologie de l’argent et postmodernité,
d’agir, 2001. Droz, 1995
Bourg D. L’homme artifice, Gallimard, 1996 Illich I. La convivialité, tr. fr. Seuil, 1973 ; Némésis
Cahiers Internationaux de Sociologie, Vol. CXIV médicale, tr. fr. Seuil, 1975
2003, Faut-il une sociologie du risque ?, PUF Internationale situationniste, rééd. Fayard, 1997
(diffusion) Juan S. Critique de la déraison évolutionniste,
Callon M., Lascoumes P, Barthe Y. Agir dans un L’Harmattan, 2006
monde incertain, Seuil 2001 Kalaora B. Au delà de la nature, l’environnement.
Castel R. L’insécurité sociale. Qu’est-ce qu’être L’observation sociale de l’environnement,
protégé ? Seuil, 2003 L’Harmattan, 1998
Chateauraynaud F., Torny D., Les sombres Langoüet G. & Léger A. Le choix des familles. Ecole
précurseurs : une sociologie pragmatique de publique ou école privée ?, Fabert, 1997
l'alerte et du risque, Ed. de l'Ecole des Hautes Latour B. Politiques de la nature. Comment faire
Etudes en Sciences Sociales, 2000 entrer les sciences en démocratie, La Découverte,
Châtel V. & Soulet M-H (Eds.) Agir en situation de 1999
vulnérabilité, Les Presses de l’Université Laval, Le Breton D. L’adieu au corps, Métailié, 1999 ;
2003 Passions du risque, Métailié, 2000 ; Conduites à
Cingolani P. La précarité, Que-sais-je ?, PUF, 2005 risque, PUF, 2002
Clavandier G. La mort collective. Pour une Le Gall D. & Bettahar Y. (dirs) La pluriparentalité,
sociologie des catastrophes, CNRS éditions, 2004 PUF, 2001
Commissariat au Plan, L’économie face à l’écologie, Lemarchand F. La vie contaminée, L’Harmattan,
La découverte - La documentation française 2002
Conditions et genres de vie. Chroniques d’une autre Lianos M. Le nouveau contrôle social, L’Harmattan,
France, L’Harmattan, (co-direction de S. Juan et 2001
D. Le Gall), 2002 Maréchal J.P. Le prix du risque. L’économie au défi
Dictionnaire des risques, Armand Colin, (co- de l’environnement, Presses du CNRS, 1991
direction de M. Dobré, Y. Dupont, A. Haesler, C. Palmade J. (dir.) L’incertitude comme norme, PUF,
Herbert, S. Juan, D. Le Gall et F. Lemarchand – 2003
coord. géné. Y. Dupont), 2003 Paugam S. Les formes élémentaires de la pauvreté,
Dobré M. L’écologie au quotidien, L’Harmattan, PUF, 2005
2002 Peretti-Watel P. La société du risque, La Découverte,
Douglas M. De la souillure, 1967, La découverte, 2001
1992 Riutort P. Précis de sociologie, PUF, 2004
Duclos D. Les industries et les risques pour Taguieff P.A. Du progrès, EJL Librio, 2001
l’environnement, L’Harmattan, 1991 ; Nature et Tarot C. De Durkheim à Mauss, l’invention du
démocratie des passions, PUF, 1996 symbolique. Sociologie et science des religions, La
Elias N. La solitude des mourants, 1982, Agora, 2002
Gauchet M. Le désenchantement du monde, Découverte et Syros, 1999
Gallimard, 1985 Thebaud-Mony A. L’envers des sociétés
Girard R. La violence et le sacré, Grasset, 1976 industrielles, L’Harmattan, 1990
Godard O., Henry C., Lagadec P., Michel-Kerjan E. Touraine A. La prophétie anti-nucléaire, Seuil,
Traité des nouveaux risques, Gallimard, 2002 1980a ; L’après socialisme, Grasset, 1980b ;
Critique de la modernité, Fayard, 1992 ; Barbarie
Gorz A. Ecologie et politique, Seuil 1978 ;
et progrès, Alice éditions, 2002
Métamorphoses du travail, quête du sens, Galilée,
1988

Plaquette visée par S. Juan en septembre 2006, officielle sous réserve d’approbation par les tutelles 17
M 1 sociologie semestre 1

1ère Session 2ème session TOTAL TOTAL


UE INTITULES Ecrit Oral contrôle Dossier COEF Ecrit Oral dossier COEF
durée continu durée ECTS COEF

SOU1 Filière Socio-anthropologie et risques

SOE1 Sociol. environnemt et mvmts sociaux X 3 X 10 3

SOE2 Crise des institutions X 3 X 10 3

ou SOU2 Filière dynamique sociale et vulnérabilités

SOE3 Théories changemt social et dynam.cult 4h 3 X 10 3

SOE4 Modernités et vulnérabilités sociales X 3 X 10 3

SOU3 Approfondissemt théorique, méthodolo- 3h 2 X 5 2

gique et épistémologique (ATME)

SOU3B Atelier ATME (TD) X X 1 5 1

Langues (optionnel) voir modalités de la langue choisie voir modalités de la langue choisie (1)

30 9

18
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
M 1 sociologie semestre 2

1ère Session 2ème session TOTAL TOTAL


UE INTITULES Ecrit Oral contrôle Dossier COEF Ecrit Oral dossier COEF
durée continu durée ECTS COEF

SOU4 Socio-anthropologie des risques technoscientif. 4h 3 4h 3 10 3


Les sociabilités amicales, familiales et
ou SOU5 associativ 3h (RS + cteu) X (N) 3 3h (N+S) 3 10 3

SOU6 Sociologie des formes symboliques 3h X 4 X 4 10 4

ou SOU7 Identités sociales et professionnelles 4h+2h 4 4h 4 10 4

SOU8 Approfondissement théorique, méthodologique 3h 2 X 2 5 2

et épistémologique et mémoire

SOU8B Mémoire X X 7 7 5 7

30 16

19
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
M 2 sociologie semestre 3

1ère Session 2ème session TOTAL TOTAL


UE INTITULES Ecrit Oral contrôle Dossier COEF Ecrit Oral COEF
durée continu durée ECTS COEF

SOU9 Théorie, épistémologie 3h 1 5 1

SOU10 Méthodologie 1h 1 5 1

SOU11 Mémoire X 2 20 2
Sém. Vulnérabilités corporelles
(STAPS) (1) (5) (1)
*SOU12 Autres
séminaires ou Sém. Université d'été (1) (5) (1)
(optionnelle
facultative) ou Sém. ED/Autre master (1) (5) (1)

30 4

*Un étudiant qui validera une UE facultative (cf. SOU12 Autres séminaires) pourra bénéficier des cinq ECTS correspondants au cas
où il n'aurait pas acquis les 30 ECTS des modules obligatoires du semestre 3 et à condition qu'il ait composé aux examens de
toutes les UE du semestre.

*Pour les modalités de contrôle des connaissances des séminaires de SOU12, se référer aux séminaires en question.

20
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
M 2 sociologie semestre 4

1ère Session 2ème session TOTAL TOTAL


UE INTITULES Ecrit Oral contrôle Dossier COEF Ecrit Oral COEF
durée continu durée ECTS COEF

SOU13 Théorie, épistémologie 4h 2 4h 2 10 2

SOU14 Présentation et critique des recherches X 1 5 1

SOU15 Mémoire et soutenance X X 3 15 3

30 6

21
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
Equipe DYRESO
(Dynamiques et Relations sociales)
Centre Maurice Halbwachs (ex-LASMAS)
Unité mixte de recherche (UMR 8097)
CNRS, Université, ENS-Ulm et EHESS Paris

Directeur : Alain LÉGER


Mél : alain.leger@unicaen.fr

Université de Caen Basse-Normandie


Maison de la Recherche en Sciences Humaines (MRSH) - 14032 Caen cedex
Bureaux : MRSH - 106 à 110, 112, 113bis, 143, et 144.
Tél : 02 31 56 62 01 (bureau des doctorants : 64 38)
Fax : 02 31 56 62 06
Site internet : http://www.cmh.ens.fr/

Enseignants-chercheurs :
Dominique Beynier, Laurent Bocéno, Gérard Boudesseul, Estelle Deléage, Sophie Devineau,
Michèle Dobré, Aldo Haesler, Salvador Juan, Alain Léger, Clotilde Lemarchant, Anne
Pellissier, Monique Wach.

Mots-clés :
Acteurs, capital social, culture, données, dynamiques sociales, éducation, emploi, enquête,
formation, genre, immigration, inégalités, institutions, liberté, longitudinal, mobilités,
normes, professions, public/privé, réseaux, santé, sécurité, sociabilités, travail social,
vulnérabilités.

Présentation :
L’équipe DYRESO (Dynamiques et Relations Sociales) est une des composantes de la
MRSH, au sein de l’université de Caen. Elle codirige le pôle « Données sociales » et héberge
le centre associé du CEREQ. Elle fait partie d’un grand laboratoire de sociologie : le Centre
Maurice Halbwachs (anciennement LASMAS) qui regroupe cinq équipes sur Paris et
Caen. Le Centre Maurice Halbwachs est une unité mixte de recherche qui dépend de
plusieurs institutions : le CNRS, l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, l’Ecole
Normale Supérieure (Ulm) et l’Université de Caen.

Thèmes de recherche de l'équipe :


λ Le projet de l’équipe DYRESO se centre sur l’observation et l’analyse des dynamiques
personnelles et sociales. Ces dynamiques sociales sont examinées tant aux plans
institutionnel et structurel qu’à ceux des actions et des mouvements produisant le
changement. Dans l’élaboration ou la modification des normes, interviennent différents
acteurs et réseaux, non sans contestations, compromis et ajustements. Les relations
humaines, les formes de sociabilité, à la fois affectées par ces mutations et partiellement
déterminantes, constituent d’importants enjeux d’investigation sociologique.

λ C’est pourquoi DYRESO s’intéresse tout particulièrement aux effets sur les personnes des
mécanismes de différenciation fonctionnelle, des logiques de programmation et des
politiques de socialisation. Il examine l’évolution des « professions relationnelles » axées sur
l’humain (enseignement, santé, travail social, formation, etc.) et le rapport à leurs publics ; il
insiste sur les parcours, les ruptures et les phénomènes de fragilisation personnels tels que
l’allongement de la scolarité et les processus de diffèrement de l’entrée dans la vie adulte des
jeunes, mais aussi la vulnérabilité et les incertitudes croissantes des personnes dans les
sociétés à changement rapide, à forte historicité, soumises à d’importantes dégradations des
conditions et de la qualité de vie.

22
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
λ Enfin, les chercheurs de DYRESO sont extrêmement attachés à la confrontation de la
théorie et des faits. C’est pourquoi, sans renoncer à l’enquête ad hoc, ils prolongent souvent la
double tradition, caractérisant le laboratoire, de l’analyse secondaire des bases de données
quantitatives ou qualitatives et du recours à l’analyse longitudinale. Par ailleurs, notre équipe
poursuit notamment sa participation à l’ACI « Prosodie », et développe son implication dans
différentes recherches régionales et européennes.
Ainsi, notre projet se caractérise à la fois par une différenciation selon deux axes
problématiques distincts (Sociabilités et Vulnérabilités, d’une part, Institutions,
Normes et Acteurs d’autre part) et par un regroupement sur une dimension transversale
commune qui manifeste une forte préoccupation méthodologique.

Listes des thèmes de recherche de l’équipe DYRESO


— Incertitude et vulnérabilité
— Incertitude et insécurité en Europe
— La relation humaine
— Sociabilités et vulnérabilités existentielles
— Rupture scolaire et image de soi
— Sociabilités associatives et vie quotidienne
— La dématérialisation de l’argent et ses enjeux socioculturels
— Origine sociale et origine spatiale, facteurs de différenciation des parcours scolaires et
professionnels des jeunes
— Les déterminants de la scolarisation publique et privée en France : quelques évolutions
sur le long terme
— Unique en son genre... La situation des garçons et des filles minoritaires dans leur genre
dans les lycées professionnels et techniques
— Rapport au travail et conciliation entre travail et famille chez les femmes peu qualifiées.
— Family and changing gender roles
— La médicalisation du risque de maladie
— Les professions sociales
— Les enseignants : étude en Haute et Basse Normandie
— Normes et réseaux
— La « résistance ordinaire »

Missions de diffusion des données et de formation :


La première mission de l’équipe DYRESO consiste à accueillir les doctorants. Nous mettons à
la disposition des chercheurs et des étudiants de Master et de doctorat l’ensemble des
données d’enquête dont nous disposons ainsi que leur documentation (DYRESO centralise,
au niveau national, les fichiers informatiques des plus grandes enquêtes statistiques de
l’INSEE, l’INED, la DEP, etc., ainsi que de grandes enquêtes européennes). A ce titre, le
laboratoire a reçu en 1997 le label CNRS de « centre de compétences thématique ».
Nous organisons par ailleurs des stages de formation aux méthodologies de la recherche
(formation à l’analyse longitudinale, stages SAS, analyse des données textuelles, traitement
des réseaux d’ego, etc.).
Depuis 1995, notre laboratoire organise chaque année, en collaboration avec le CEREQ, les
Journées « L'analyse longitudinale du marché du travail ». Il est membre du European
Consortium for Sociological Research (ECSR) ainsi que du GDR MAGE (Marché du travail et
Genre).

Quelques exemples de partenariats industriels, économiques et scientifiques :


INSEE, CEREQ, ANPE, DARES, INED, DEP, Régions Basse et Haute Normandie,
programme Challenge (6ème PCRD européen <http://www.libertysecurity.org>)...

23
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
LE L.A.S.A.R.
LABORATOIRE D'ANALYSE SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE DU
RISQUE

Directeur : Frédérick Lemarchand


Co-directrice : Anne Golse

Le L.A.S.A.R. (équipe d’accueil reconnue par le Ministère en 1996) est le centre de recherche
du Département de Sociologie. Il a pour objectif principal : de promouvoir la recherche en
sociologie dans son domaine de spécialité et d'accueillir les jeunes chercheurs ; et pour
objectif secondaire, de répondre aux appels d'offres nationaux et aux demandes d'études
émanant d'organismes divers. Parallèlement, il se propose d'élargir ses interrogations
théoriques et ses investigations empiriques dans une perspective de comparaisons
internationales et de participer activement aux travaux de la Maison de la Recherche en
Sciences Humaines.
De manière sommaire, on peut donner une illustration de la problématique qui est au
principe de la constitution du L.A.S.A.R. en ces termes :
Depuis près d'un siècle, nos sociétés pouvaient se penser à l'abri du risque. La logique
assurantiel moderne venait garantir à chacun une protection contre un nombre toujours
croissant d'aléas, l'accident, la maladie, la perte d'emploi... Or, depuis quelques années, se
développe un sentiment général de montée des périls. N'assistons-nous pas en effet à une ré-
émergence du non maîtrisable, à la résurgence de dangers radicalement imprévisibles,
échappant ainsi aux modalités d'évaluation et au principe de calculabilité au cœur de la
logique assurantielle ? Bref, cette mécanique sociale de prévention et de réparation des aléas,
cette gestion experte de l'indétermination serait aujourd'hui grippée. La question se pose
donc de savoir si nos sociétés contemporaines sont encore capables d'assurer une régulation
socialement acceptable de la production comme de la distribution des risques.
Tout ceci nous amène à formuler l'hypothèse selon laquelle ce développement d'une
sensibilité accrue aux risques exprime au premier chef une crise plus profonde de nos
sociétés modernes dans leur rapport, réel, imaginaire et symbolique, à leur propre
indétermination.
Cette épreuve contemporaine de l'aléatoire, cette résurgence de l'indéterminé, le L.A.S.A.R.
se propose de l'étudier selon trois orientations principales :
Risques technoscientifiques pour l’environnement et la santé ;
Quotidien, ordinaire et intimité ;
Socio anthropologie du symbole et du symbolique ;

Par ailleurs, le LASAR a disposé jusqu’à présent d’une Lettre et d’une Revue.
La Lettre du LASAR, constituée de quelques feuillets et diffusée gratuitement, paraît une
fois l’an. Elle a pour objectif de faire état des travaux réalisés et en cours, d’annoncer les
séminaires et autres manifestations que le centre organise ou auxquels il participe et
d’esquisser un bilan des publications et conférences de ses membres.

Mana, revue de Sociologie et d’Anthropologie, paraît deux fois l’an. Dotée d’un comité de
rédaction, elle a pour objectif de rendre compte des travaux se situant dans la perspective
développée par le LASAR, mais aussi de contribuer à promouvoir, tant au niveau national
qu’international, le débat scientifique en Sociologie et en Anthropologie.

24
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
- N° 1, « Religion et politique », 1996.
- N° 2, « Figures de l’intimité », 1996.
- N° 3, « Approches sociologiques de l’intime », 1997.
- N° 4, « Vulnérabilité technosciences », 1998.
- N° 5, « Prisons : entre oubli et réformes », 1998
- N° 6, « Les sciences humaines en médecine. La médecine dans les sciences
humaines ? » 1999
- N° 7, « France/Brésil. Politiques de la question sociale» 2000
- N° 8, « Drogues, nouveaux regards, nouveaux défis » 2001
- N° 9, « Errances » 2002.
- N°10-11, « Critique de l’évolutionnisme », Marc Weber, Marcel Henaff, ect. 2002

Pour commander un numéro ou s’abonner, écrire à :

Maison de la Recherche en Sciences Humaines (M.R.S.H.)


Presses Universitaires de Caen
Tél. : 02.31.56.62.20
Fax. : 02.31.56.62.25.

Visiter le site web du LASAR : http ://www.unicaen.fr/mrsh/lasar/index.html

Secrétariat du laboratoire

Mme Claudine Eliot


Bureau LE 312
Courriel : claudine.eliot@unicaen.fr
Tel : 02.31.56.59.02

25
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
Directeur : Bernard DEFORGE
Responsable administrative : Aline SOBECKI

Vous venez de vous inscrire administrativement à l’Université de Caen Basse-Normandie (à


la Scolarité générale). Ce mémento a pour but de vous donner les informations pratiques
nécessaires à vos démarches, au déroulement de vos études et de vous faire mieux
appréhender l’Université. Pour faciliter votre approche, celui-ci se présente sous forme
d’entrées classées selon l’ordre alphabétique. CE DOCUMENT EST A LIRE
ATTENTIVEMENT.

LES INTITULES PRECEDES DU SIGNE SONT A LIRE EN PRIORITE

ADMINISTRATION (Qui fait quoi ?) :


1 – au niveau de l’UFR (Bâtiment Lettres – Niveau 1)
Le bureau des Examens et le bureau Scolarité de l’UFR sont ouverts au public du lundi au
vendredi de 9h30 à 12h30.

Le bureau des Examens : porte LE 153


Préparation des examens : résultats des examens, édition des relevés de notes, réclamations.

Secteur Lettres modernes, Sciences du langage


Véronique ROBIOLLE 02.31.56.66.31 veronique.robiolle@unicaen.fr

Secteur Philosophie, Lettres classiques, Sociologie


Marie-Jo CLEMENT 02.31.56.54.09 marie.clement@unicaen.fr

Secteur Arts du spectacle, Sciences de l’éducation


Nadège HANDORIN 02.31.56.55.93 nadege.handorin@unicaen.fr

Le Bureau Scolarité : porte LE 152


Elaboration du calendrier des examens, dérogations pour inscriptions tardives, bourses de 3ème
cycle, bourses de voyage, conventions de stages obligatoires
Patricia FORT 02.31.56.60.67 patricia.fort@unicaen.fr

Le bureau des Emplois du temps : porte LE 152 (ouvert de 13h30 à 17h)


Valérie CURTO 02.31.56.66.92 valerie.curto@unicaen.fr

2 – au niveau des départements : l’inscription pédagogique, les conventions de stage non


obligatoires, les guides des études, les informations relatives aux enseignements

Pendant la période d’inscription pédagogique, les secrétariats des départements seront


ouverts toute la journée de 9h à 12h et de 14h à 16h du 25 septembre au 27 octobre.
Pour les horaires le reste de l’année, consulter les affichages auprès des secrétariats des
départements.

Départements Arts du spectacle et Lettres classiques


(Bât. Lettres – Niveau 0 - porte LE 027)
Céline COZETTE 02.31.56.55.43 celine.cozette@unicaen.fr

Départements Lettres modernes et Sciences du langage


(Bât. Lettres – Niveau 0 - porte LE 027)
Valérie JAMES 02.31.56.66.17 valerie.james@unicaen.fr

26
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
Départements Philosophie et Sociologie
(Bât. Lettres – Niveau 1 - porte LE 174)
Nadège DOUESNEL 02.31.56.55.32 nadege.douesnel@unicaen.fr

Département Sciences de l’Education


(Bât. Droit – Sous-sol – Porte DRS 34)
Michelle LUCCHESI 02.31.56.55.37 michelle.lucchesi@unicaen.fr

AFFICHAGES
Dans le couloir de l’UFR des Sciences de l’Homme (Bât. Lettres – Niveau 1 – Portes LE 151 à LE
154), vous pourrez consulter les affichages relatifs au règlement général du contrôle des
connaissances, les emplois du temps, le calendrier des sessions d’examens (disponible environ 15
jours avant chaque session), les résultats d’examens, l’absence des enseignants, le report de cours
(au niveau de l’UFR), les informations générales …

BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE
L’inscription à l’Université donne accès à toutes les bibliothèques du réseau du Service commun de
la Documentation de l’Université. Toutefois, pour pouvoir emprunter des ouvrages, il convient de
s’inscrire en présentant sa carte d’étudiant dans l’une des bibliothèques du réseau.

L’UFR dispose des bibliothèques suivantes : Bibliothèque d’études anciennes (Bât. Lettres – Niveau
3 - Salle LE 309) qui regroupe les fonds du département de langues anciennes (Grec, latin et
philologie ancienne) et d’histoire ancienne ; Bibliothèque Lettres et Arts (Bât. Lettres – Niveau 3 -
Salle LE 335) pour les départements de Littérature, Sciences du langage et Arts du spectacle ;
Bibliothèque des Sciences humaines pour les départements de Philosophie, de Sociologie et des
Sciences de l’éducation (Bât. Lettres – Niveau 4 – Porte LE 406). Les horaires d’ouverture sont
affichés sur les portes de chaque bibliothèque (voir pour de plus amples informations dans les
Guides des études).

BOURSIERS (CONTRÔLE D’ASSIDUITE)


Le versement de la bourse est subordonné à un contrôle. Ce contrôle est OBLIGATOIRE POUR
TOUT ETUDIANT BOURSIER du CROUS (et cela veut bien dire pour TOUT ETUDIANT BOURSIER
du CROUS quel que soit son statut) (les modalités de ce contrôle feront l’objet d’un affichage à
l’U.F.R. courant décembre-janvier). Si cette formalité n’est pas remplie, le CROUS suspendra
le versement de la bourse.

CENTRE DE TELE-ENSEIGNEMENT (CTEU) : Le CTEU s’adresse aux étudiants qui sont


empêchés de suivre les cours de l’Université (éloignés géographiquement, salariés, mères de
famille, double diplôme …). Dans tous les cas, il faut être inscrit administrativement et
pédagogiquement à l’Université et présenter une dispense d’assiduité pour bénéficier d’une
inscription au CTEU. Pour l’U.F.R. des Sciences de l’Homme, le CTEU prépare aux enseignements
de Licence (L3) Sciences du langage parcours Français langue étrangère, Licence (L1, L2 et L3) et
Master 1 de Lettres modernes ; de Licence (L3) et Master 1 de Sociologie. Les cours sont proposés
sous forme de polycopiés, de cassettes audio ou CD audio.
Pour plus de renseignements, s’adresser au CTEU (Bât. Lettres – Niveau 1 – Porte LE 164)
02.31.56.55.16 cteu@unicaen.fr - Voir adresse internet dans rubrique « Internet (Sites utiles) »

CONTRÔLE DES CONNAISSANCES : Nous vous conseillons vivement de prendre


connaissance du règlement général de contrôle des connaissances qui figure dans tous
les guides des études et est affiché dans le couloir de l’U.F.R.

EMPLOIS DU TEMPS : Il n’y a qu’un seul emploi du temps par filière. Pourquoi ? En raison des
changements qui interviennent régulièrement (salles, heures, jours,…), les emplois du temps sont
affichés uniquement dans les couloirs de l’U.F.R. des Sciences de l’Homme (excepté pour les
Sciences de l’éducation – s’adresser au département Sciences de l’éducation – Bâtiment du Droit –
Sous-sol – DRS 34). La centralisation en un seul point évite les éventuels oublis ou retards au
niveau de l’affichage.

ENSEIGNANTS (comment les contacter ?) : Les secrétariats des départements disposent des
heures de permanence de chaque enseignant. Une boîte à lettres est également à votre disposition
(Bât. Lettres – Niveau 3 – Porte LE 313)

27
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
GUIDES DES ETUDES : Courant septembre ou lors des réunions de rentrée, vous pourrez
retirer auprès du secrétariat de votre département un guide des études qui vous informera sur le
contenu des enseignements, les modalités de contrôle des connaissances et le règlement des
examens.

HANDICAPES (ETUDIANTS HANDICAPES) : L’Université dispose d’un accueil spécifique


aux étudiants handicapés. Une commission du Conseil des études et de la vie universitaire se
réunit régulièrement pour régler les problèmes qui se posent, accompagnée d’une cellule de prise
en charge des étudiants à la Scolarité générale

Différents services universitaires et organismes travaillent en constante liaison afin


d’accueillir et d’aider les étudiants handicapés :
o Les Services de l’Université :
o Accueil Handicap Santé de la Scolarité générale 02.31.56.59.73 marion.boulland@unicaen.fr
o Service universitaire de Médecine préventive et de promotion de la santé 02.31.56.52.30
o Service d’accueil à la Bibliothèque universitaire 02.31.56.53.33 (section Droit-Lettres)
o Service universitaire des activités physiques et sportives 02.31.56.55.94
o Le Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires (CROUS) 02.31.56.63.00
Service social 02.31.56.63.41 - Voir adresse internet dans rubrique « Internet (Site
utiles) »
o L’Association HANDIUNI (Bât. Sciences 1er cycle) 02.31.56.58.53 handiuni@unicaen.fr

☺ INSCRIPTION PEDAGOGIQUE : Celle-ci est ABSOLUMENT OBLIGATOIRE POUR SE


PRESENTER AUX EXAMENS. Tout étudiant qui n’aura pas fait son inscription pédagogique dans
les temps et ne figurera pas sur la liste des inscrits lors du pointage en examen sera exclu
de la salle d’examen.

Les inscriptions pédagogiques se dérouleront auprès des secrétariats pédagogiques des


départements du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 16h aux dates suivantes :

N.B. : les inscriptions pédagogiques des étudiants en Master 2 se dérouleront du 30


octobre au 24 novembre (le matin).

Pièces à fournir :
• 2 enveloppes à fenêtre (affranchies au tarif en vigueur) pour l’envoi des relevés de notes ;
• carte d’étudiant ;
• relevé des notes obtenues au baccalauréat (pour les étudiants inscrits en LICENCE L1
Lettres modernes) ;
• relevé de notes de l’année universitaire précédente ;
• pièce justificative (si demande de régime dit « salarié ») [ce régime vous dispense de
travaux dirigés ; vous devez justifier de l’une des situations suivantes : avoir une activité
salariée, être inscrit dans un double diplôme, être chargé de famille, sportif de haut niveau,
être éloigné géographiquement (dès 50 kms) ou avoir des raisons de santé … ] (ex :
attestation de l’employeur, livret de famille, carte d’étudiant si vous êtes inscrit dans deux
diplômes, etc …)

IMPORTANT : TOUT CHANGEMENT EN COURS D’ANNEE DOIT ETRE IMPERATIVEMENT


SIGNALE AU DEPARTEMENT POUR QUE L’ON PUISSE ENREGISTRER LA MODIFICATION
SUR LA FICHE PEDAGOGIQUE.

INTERNET (sites utiles) :


Université de Caen Basse-Normandie : http://www.unicaen.fr (si vous cliquez sur U.F.R. puis
sur U.F.R. des Sciences de l’Homme, vous trouverez sur notre site un grand nombre
d’informations qui vous concernent directement en tant qu’inscrit au sein de notre U.F.R.)
Ministère de l’éducation nationale : http://www.education.gouv.fr
Ministère des affaires étrangères : http://www.diplomatie.gouv.fr
Centre National des Œuvres universitaires et scolaires (CNOUS) : http://www.cnous.fr
Centre Régional des Œuvres universitaires et scolaires (CROUS) de CAEN :
http://www.unicaen.fr/unicaen/crous
Préfecture du calvados : http://www.calvados.pref.gouv.fr
Catalogue collectif de France (ce site permet de localiser des documents et de trouver des
informations détaillées sur les bibliothèques françaises et leurs fonds) : http://www.ccfr.bnf.fr

28
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
Centre de télé-enseignement universitaire (CTEU) : http://cte.unicaen.fr

REGIME D’ETUDES :
1 – Le régime normal
La présence aux travaux dirigés (TD) EST OBLIGATOIRE. Cette obligation peut faire l’objet d’un
contrôle.

2 – Le régime dit « salarié »


Ce régime d’études vous dispense de TD. Pour bénéficier de ce régime, vous devez justifier de
l’une des situations suivantes sur présentation de pièces justificatives lors de votre inscription
pédagogique : avoir une activité salariée (à mi-temps, temps partiel ou temps plein), être
inscrit dans un double diplôme, être chargé de famille, sportif de haut niveau, être
éloigné géographiquement (à partir de 50 kms) ou avoir des raisons de santé …)

L’obtention d’une dispense d’assiduité délivrée par le secrétariat pédagogique vous permettra
également d’accéder au Centre de télé-enseignement universitaire (cf. rubrique « Centre de télé-
enseignement »)

ATTENTION : l’étudiant sollicitant en cours d’année le passage du régime normal au


régime dit « salarié » doit remplir les conditions d’accès au régime dit « salarié » (voir
plus haut) ET EN FAIRE IMPERATIVEMENT LA DEMANDE DANS LE MOIS QUI SUIT LA
DATE DE DEBUT DU CONTRAT DE TRAVAIL.
A l’inverse, le changement de régime dit « salarié » en régime normal est interdit.

Il est indispensable que les étudiants du régime dit « salarié » qui ne peuvent aller à
certains cours, se présentent au moins une fois auprès de l’enseignant concerné (se
renseigner auprès du secrétariat du département du diplôme pour les permanences des
enseignants) pour se faire connaître.

Vous serez informés des autres réunions d’informations par voie d’affichage dans le couloir de
l’U.F.R. (Bât. Lettres – Niveau 1) et au sein des départements et vous pourrez y consulter les
changements éventuels.

U.F.R. (comme Unité de formation et de recherche) : Chaque université est subdivisée en


plusieurs unités de formation et de recherche (U.F.R.) et instituts correspondant à un domaine
de formation. L’U.F.R. des Sciences de l’Homme compte 7 départements : Arts du spectacle,
Lettres classiques, Lettres modernes, Philosophie, Sciences de l’éducation, Sciences du langage
et Sociologie.

29
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
30
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.
CALENDRIER DE L’ANNEE UNIVERSITAIRE
2006-2007
______

- 25 semaines d'enseignement réparties en 2 semestres

- Semaine d’accueil :1ère année licence semaine du 25 septembre 2006

- Enseignements de 1er semestre : 9 octobre au 19 janvier 2007 : 13 semaines

- Reprise des cours magistraux 9 octobre 2006

- Reprise des travaux dirigés 16 octobre 2006

- Congés de Noël 23 décembre au 8 janvier 2007

- Enseignements 8 janvier au 19 janvier 2007

- Révisions semaine du 22 janvier 2007

- Examens 29 janvier au 9 février 2007

- Congés 12 février au 19 février 2007

- Enseignements de 2ème semestre : 19 février au 25 mai 2007 : 12 semaines

- Enseignements 19 février au 30 mars 2007

- Congés de Pâques 31 mars au 16 avril 2007

- Enseignements 16 avril au 25 mai 2007

- Révisions semaine du 28 mai 2007

- Examens 4 au 16 juin 2007

31
Septembre 2006. Fiche rédigée par Salvador JUAN et valable sous réserve d’approbation par les Conseils compétents.