Vous êtes sur la page 1sur 19

Mécanique des fluides

Hydrostatique
I. Introduction
Dans la vie quotidienne, plusieurs organes hydrauliques sont rencontrés tels que : les vérins,
les pompes, les distributeurs, etc. Donc on doit savoir des notions de bases même
élémentaires de la mécanique des fluides pour bien comprendre leur fonctionnement, les
entretenir et mieux gérer leur mise en œuvre.

II. Définitions
2-1) Fluide
On dit qu’un corps est fluide lorsqu’il est liquide ou gaz, ses molécules sont faiblement
liées et peuvent prendre la forme du récipient qui les contient.
Le fluide peut être compressible ˝ l’eau, l’huile ˝ ou incompressible ˝ l’air ˝.
On distingue :
Fluide parfait
Un fluide est dit parfait s'il est possible de décrire son mouvement sans prendre en compte
les effets de viscosité. C'est-à-dire les forces de cohésion qui attachent les molécules sont
nulles, ce qui facilité d’écoulement. Exemple : l’eau

Fluide réel (visqueux)


Contrairement à un fluide parfait, dans un fluide réel les forces de frottement qui s’opposent
au glissement relatif des couches fluides sont prises en considération. Ce phénomène de
frottement visqueux s’observe par une difficulté d’écoulement. Exemple : miel, huile …

2-2) Masse volumique


La masse volumique, est une grandeur physique qui caractérise la masse d'un matériau ou
d’un fluide par unité de volume. Elle est généralement notée par les lettres grecques ρ (rhô).

𝑀 𝐾𝑔
𝜌= 𝑢𝑛𝑖𝑡é: ( 3 )
𝑉 𝑚

Pour l’eau :  = 103 Kg /m3


Pour l’air :  = 1,3 Kg /m3

III. Hydrostatique
C’est l’étude des fluides au repos : statique des fluides

3-1) Pression
La pression est une grandeur physique. Elle permet de définir l’effet de la force appliquée
sur une surface.

1/19
𝐹
𝑃= 𝑢𝑛𝑖𝑡é: (𝑃𝑎)
𝑆

1Pa = 1N/m2 1bar = 105 Pa


1MPa = 106 Pa =1daN/cm2
= 1N/mm2 =1 atmosphère

3-2) Théorème de pascal


Considérons un élément de volume d’un fluide incompressible au repos, de masse
volumique . Cet élément de volume a la forme d’un cylindre d’axe vertical (O, Z), de
longueur H = Z2 – Z1 et de section droite S.

Z
F2
S
Z2
A

G Fi
H
P

B
Z1
F1
O

Bilan des forces extérieures sur l’élément de volume :


 Poids de l’élément de volume :
P = - M. g.Z
 Force de pression sur la face inférieure :
F1 = P1.S.Z
 Force de pression sur la face supérieure :
F2 = - P2.S.Z
 Force de pression sur la face latérale :

2/19
La somme des forces de pression latérales est nulle
Projection de l’équation d’équilibre sur l’axe OZ :
P1.S – M.g – P2.S = 0
(P1 –P2).S = Mg
On s’est que : M = .V et V = S.(Z2 - Z1)
(P1 – P2).S = .S.(Z2 – Z1).g

𝑷𝟐 − 𝑷𝟏
+ 𝒈. ( 𝒁𝟐 − 𝒁𝟏) = 𝟎

IV. Application :

4-1 Presse hydraulique

La presse hydraulique ci-dessus est formée d’une pompe manuelle, d’un vérin de pressage et
d’un réservoir d’huile. La manœuvre du levier de la pompe provoque l’aspiration et le
refoulement de l’huile sous pression dans la chambre du vérin de pressage transmettant ainsi
un effort démultiplié servant à déformer la pièce.

3/19
1. Calculer la pression sur le petit piston de la pompe manuelle
2. Par le principe de Pascal, Calculer la force sur le grand piston de pressage.

4-2 Vérin double effet

Le vérin double effet, schématisé ci-contre, destiné à soulever des charges, a les
caractéristiques suivantes :
 diamètre du piston D = 110 mm,
 diamètre de la tige: d = 56 mm,
 pression dans la chambre de pression (1) : P1=5 bar,
 pression dans la chambre de contre-pression(2) : P2 =2 bar.
 On néglige les frottements.

a. Calculer la valeur de la force pressante F1 exercée par l'air comprimé sur le piston dans la
chambre de pression (1).
b. Calculer la valeur de la force pressante F2 exercée par l'air comprimé sur le piston dans la
chambre de contre-pression (2).
c. Représenter sur un schéma les forces F1 et F2.
d. En déduire la direction, le sens et la valeur de la force totale FT en bout de tige du vérin.
e. Quelle masse le vérin peut-il soulever ?

4/19
Cinématique des fluides incompressibles
parfaits en écoulement permanent

I. Ecoulement permanent :
Un écoulement d’une veine fluide est dit permanent si le champ des vecteurs vitesse des
particules fluides est indépendant du temps.

Ecoulement fluide
A
fluide
M Zone d’observation

Toutes les particules fluides M passant par la zone d’observation A doivent avoir la même vitesse

II. Débit volumique : (qv)


La figure ci- dessous représente une veine d’un fluide parfait et incompressible, de masse
volumique  animée d’un écoulement permanent.

On appelle débit volumique qv est la quantité du volume fluide dV qui traverse la section
droite S à la vitesse V pendant le temps dt .

Conduite

V (m/s) dV (m3)

(S) dx

qv =

 dV = S.dx : Volume élémentaire, en (m3), ayant traversé une surface S pendant un


intervalle de temps dt,
 qv = dV /dt = S. dx /dt
 dx/dt = V : vitesse du fluide au niveau de la section droite S.

qv = S . V
en (m3/s)

5/19
III. Débit massique : (qm)
Le débit massique qm est la quantité de masse fluide dM qui traverse la section droite S à la
vitesse V pendant le temps dt .

 dM = .dV : Masse élémentaire, en (Kg), ayant traversée une surface S pendant un


intervalle de temps dt,
 qm = .dV /dt .

qm =  . qv =  . S . V
en (Kg/s)

IV. Equation de continuité :

Principe de conservation de masse :


Pour une conduite sans perte et à un instant dt donné, la quantité de masse fluide
entrante à travers la section S1 à la vitesse V1 est égale à la quantité de masse fluide
sortante par la section S2 à la vitesse V2.

Donc : dM1/dt = dM2/dt ==> ρ.dV1/dt = ρ .dV2 /dt ou encore .... S1.dx1/dt = S2.dx2/dt

Qv1 = Qv2

S1.V1 = S2.V2

en (m3/s)
6/19
V. Application :

Exercice 1 :
On veut accélérer la circulation d’un fluide parfait dans une conduite de telle sorte que sa
vitesse soit multipliée par 4. Pour cela, la conduite comporte un convergent caractérisé par
l’angle α (schéma ci-dessus).

1) Calculer le rapport des rayons (R1/R2).


2) Calculer ( R1 - R2 ) en fonction de L et α.
3) En déduire la longueur L. (R1 = 50 mm, α = 15°).

Exercice 2 :

Le vérin hydraulique de l’installation hydraulique ci-dessus présente les caractéristiques


suivantes :
 Course : 560 mm ;
 Temps de sortie : 3,6 s ;
 Diamètre de la tige : 70 mm ;
 Diamètre du piston : 100 mm ;
 Pression hydraulique : 300 bars.

1. Calculer la valeur de la vitesse moyenne v de sortie du vérin.


2. En déduire la valeur du débit moyen Q de l’huile pendant la sortie de la tige.
3. Calculer la puissance utile P du vérin sachant que son rendement est de 80%.

7/19
Dynamique des fluides parfaits
I. Equation de Bernoulli :
On considère un fluide parfait, incompressible, en écoulement permanent dans une conduite
parfaitement lisse et sans échange de travail avec le milieu extérieur.

Pendant l’intervalle de temps dt, les particules fluides entrantes à travers la section S1 arrivent en
S’1, celles sortantes à travers la section S2 viennent en S’2 par contre les particules fluides entre
S’1et S2 paraissent comme immobiles, tout se passe comme si la masse dm1 comprise entre S1et
S’1 passe de l’état (1) à l’état (2).

Exprimons la variation de l’énergie cinétique de la masse dm1 pendant l’intervalle dt


1
𝑑𝑀1(𝑉22 − 𝑉12 ) = ∑ 𝑊(𝐹𝑒𝑥𝑡)
2
Inventaire des travaux des forces extérieures :

 Travail des forces de pression :


En S1 : W1 = F1. dX1 = p1. S1. dX1
En S2 : W2 = −F2. dX2 = −p2. S2. dX2
 Energie potentielle du poids :
Ep = dM1. g(Z1 − Z2)

Théorème de l’énergie cinétique :

1
𝑑𝑀1(𝑉22 − 𝑉12 ) = 𝑝1. 𝑆1. 𝑑𝑋1 − 𝑝2. 𝑆2. 𝑑𝑋2 + 𝑑𝑀1. 𝑔(𝑍1 − 𝑍2)
2
𝑑𝑀1 𝑑𝑀2
𝑆1. 𝑑𝑋1 = 𝑑𝑣1 = , 𝑆2. 𝑑𝑋2 = 𝑑𝑣2 = 𝑒𝑡 𝑑𝑀1 = 𝑑𝑀2
 

8/19
1 𝑑𝑀1 𝑑𝑀1
𝑑𝑀1(𝑉22 − 𝑉12 ) = 𝑝1. − 𝑝2. + 𝑑𝑀1. 𝑔(𝑍1 − 𝑍2) en (Joule: J)
2  

1 𝑝2 − 𝑝1 J
(𝑉22 − 𝑉12 ) + + 𝑔(𝑍2 − 𝑍1) = 0 en ( )
2  Kg

II. Formes de l’équation de Bernoulli :

1ière Forme :
1 𝑝2 − 𝑝1 J
(𝑉22 − 𝑉12 ) + + 𝑔(𝑍2 − 𝑍1) = 0 en ( )
2  Kg

2ième Forme :
𝜌
(𝑝2 − 𝑝1) + . 𝑔(𝑍2 − 𝑍1) + (𝑉22 − 𝑉12 ) = 0 𝑒𝑛 (𝑃𝑎)
2

3ière Forme :
𝑝2 − 𝑝1 1
(𝑍2 − 𝑍1) + + (𝑉22 − 𝑉12 ) = 0 𝑒𝑛 (𝑚)
. 𝑔 2. 𝑔

III. Equation de Bernoulli avec échange de travail avec le milieu extérieur :


On considère dans ce cas une veine fluide en écoulement permanent dans une conduite
parfaitement lisse avec échange de travail avec le milieu extérieur à travers une machine
hydraulique (pompe ou turbine).
Cette machine est caractérisée par une puissance nette (Pnet) échangée avec le fluide, une puissance
absorbée (Pa) sur l’arbre et un certain rendement ().

9/19
Soit W12 le travail échangé avec le milieu extérieur en (J/Kg) ;
Exprimons la variation de l’énergie cinétique de la masse fluide dM pour passer de l’état (1) à
l’état (2).

1
𝑑𝑀(𝑉22 − 𝑉12 ) = 𝑝1. 𝑆1. 𝑑𝑋1 − 𝑃2. 𝑆2. 𝑑𝑋2 + 𝑑𝑀. 𝑔(𝑍1 − 𝑍2) + W12. dM en (Joule)
2

Tout calcul fait on trouve :


1 𝑝2 − 𝑝1 J
(𝑉22 − 𝑉12 ) + + 𝑔(𝑍2 − 𝑍1) = W12 en ( )
2  Kg

Si W12 > 0 le fluide reçoit du travail, cas de la pompe.


Si W12 < 0 le fluide fournit du travail, cas de la turbine.

IV. Puissance nette et rendement :


4-1 Puissance nette :
La puissance nette d’une machine hydraulique est la puissance échangée avec le fluide qui la
traverse.
𝑑𝑊 𝐽
𝑃𝑛 = 𝑒𝑛 ( = 𝑊𝑎𝑡𝑡)
𝑑𝑡 𝑠

Or W12 est J/Kg, donc il faut multiplier par le débit massique (Kg /s). ( W12 = dW /dm)

𝑃𝑛 = 𝑊12. 𝑄𝑚

4-2 Rendement :

Pour une pompe :

𝑃𝑛
=
𝑃𝑎
Pabsorbée Pnet

Pour une turbine :

𝑃𝑢
=
𝑃𝑛
Putile Pnet

V. Applications :
5.1- Vidange d’un réservoir :
On considère un réservoir cylindrique de diamètre intérieur D = 2 m rempli d’eau jusqu’à une
hauteur H = 3 m. Le fond du réservoir est muni d’un orifice de diamètre d = 10 mm permettant de
faire évacuer l’eau.

10/19
On donne l’accélération de la pesanteur g= 9,81 m/s2 et de masse volumique =1000Kg/m3.

1-Ecrire l’équation de continuité. En déduire l’expression deV1en fonction de V2, D et d.


2- Ecrire l’équation de Bernoulli. On suppose que le fluide est parfait et incompressible.
3- A partir des réponses aux questions 1) et 2) établir l’expression de la vitesse d’écoulement V2en
fonction de g, H, D et d.
4-Calculer la vitesse V2. On suppose que le diamètre d est négligeable devant D « (d/D) << 1 ».
5-En déduire le débit volumique qv.

5.2- Vérin hydraulique


La figure ci-dessous représente un piston qui se déplace sans frottement dans un cylindre de section
S1 et de diamètre d1= 4cm remplit d’un fluide parfait de masse volumique =1000Kg/m3.
Le piston est poussé par une force F d’intensité 62,84 Newtons à une vitesse V1 constante. Le
fluide peut s’échapper vers l’extérieur par un cylindre de section S2 et de diamètre d2=1cm à une
vitesse V2 et une pression P2=Patm=1bar.

Travail demandé :

1-En appliquant le principe fondamental de la statique au piston, déterminer la pression P1 du


fluide au niveau de la section S1en fonction de F, Patm et d1
2-Ecrire l’équation de continuité et déterminer l’expression de la vitesse V1 en fonction de V2.
3-En appliquant l’équation de Bernoulli, déterminer la vitesse d’écoulement V2 en fonction de
P1,Patm et  (On suppose que les cylindres sont dans une position horizontale (Z1=Z2).
4-En déduire le débit volumique Qv.

11/19
5.3Alimentation d’un château d’eau
Une pompe P alimente un château d’eau à partir d’un puits à travers une conduite de diamètre
d= 150 mm.

On donne :
1. les altitudes : Z2 = 26m, Z1 = - 5m ;
2. les pressions P1 = P2 = 1,013 bar ;
3. la vitesse d’écoulement V = 0.4 m/s ;,
4. l’accélération de la pesanteur g = 9.81 m/s2. .
On négligera toutes les pertes de charge.
Travail demandé :
1) Calculer le débit volumique Qv de la pompe en l/s.
2) Ecrire l’équation de Bernoulli entre les surfaces 1 et 2.
3) Calculer la puissance utile Pu de la pompe.
4) En déduire la puissance Pa absorbée par la pompe sachant que son rendement est de 80%.

5.4 Pompage de l’eau à partir de la nappe phréatique


On désire remplir un bassin en pompant de l’eau à partir de la nappe phréatique. Pour cela, on
utilise une pompe immergée qui aspire l’eau à partir du point A, situé à une altitude ZA = -26m. La
pression au point A est PA= 2bar.

L’eau refoulée par la pompe est ensuite acheminée dans une conduite de section circulaire et de
diamètre intérieur d=31 mm.

L’eau est évacuée avec un débit volumique qv = 2772 l/h par le point B situé à une altitude ZB =
30m. On admet que la pression au point B est PB = 1bar.

La pompe est actionnée par un moteur électrique. Le rendement de l’ensemble moto- pompe est 
= 80%

12/19
On suppose que le fluide est parfait, la vitesse d’aspiration est égale à la vitesse de refoulement
(VA=VB=V)

On donne la masse volumique de l’eau = 1000Kg/m3, l’accélération de la pesanteur g= 9,81 m/s2.

Travail demandé :

1-Calculer le débit massique Qm de la pompe.

2-Quelle est la vitesse d’écoulement V de l’eau ?

3-En appliquant le théorème de Bernoulli, déterminer la puissance nette Pn fournie par la pompe.

4-Calculer la puissance électrique consommée Pe

13/19
Dynamique des fluides réels
Dans cette étude le fluide n’est plus considéré comme parfait, il est réel, caractérisé par des forces
de frottement visqueux qui s’opposent au glissement des couches fluides les unes sur les autres.

I. Régimes d’écoulement :

II. Nombre de Reynolds


Le nombre de Reynolds Re permet de déterminer le régime d’écoulement en fonction de la vitesse
de l’écoulement, de sa viscosité et du diamètre de la conduite.

𝑉. 𝐷 
𝑅𝑒 = 𝑎𝑣𝑒𝑐  =
 

V : vitesse d’écoulement (m/s) ;


D : diamètre de la conduite (m) ;
 : viscosité cinématique (m2/s) ;
 : viscosité dynamique (Pa/s) ;
 : masse volumique (Kg/m3).

Si Re < 2000 le régime est laminaire


Si 2000 < Re < 3000 le régime est intermédiaire
Si Re > 3000 l’écoulement est turbulent

III. Pertes de charge


On appelle pertes de charge J12, les pertes d’énergie dues aux divers frottements inévitables subis
par un kilogramme de fluide réel en écoulement.

(1) J12 (2)


J12 < 0, perte d’énergie fournie par le fluide au milieu extérieur en (J/Kg).

14/19
3-1) Pertes de charge rectilignes
On les appelle aussi pertes de charges linéaires, sont des pertes de charge réparties régulièrement le
long des conduites.

𝑽𝟐 𝑳
𝑱𝑳 = − ( ) (𝒆𝒏 𝒋/𝑲𝒈)
𝟐 𝑫

V : vitesse d’écoulement (m/s) ;


L : longueur de la conduite (m) ;
D : diamètre de la conduite (m) ;
 : coefficient de perte de charge linéaire.

64
= ∶ 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 é𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑙𝑎𝑚𝑖𝑛𝑎𝑖𝑟𝑒.
𝑅𝑒
 = 0.316 𝑅𝑒 −0.25 : 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑢𝑛 é𝑐𝑜𝑢𝑙𝑒𝑚𝑒𝑛𝑡 𝑡𝑢𝑟𝑏𝑢𝑙𝑒𝑛𝑡.

3-2) Pertes de charge singulières :


Ces pertes de produisent quand la conduite subit une variation brusque de section ou de direction.

𝑽𝟐
𝑱𝑺 = −𝑲𝒔 (𝒆𝒏 𝒋/𝑲𝒈)
𝟐

V : vitesse d’écoulement (m/s) ;


Ks : coefficient de perte de charge singulière
donné par le constructeur.

IV. Equation de Bernoulli généralisée.


On considère un écoulement d’un fluide réel dans une conduite en présence éventuelle de machine
hydraulique.
J12 : la somme de toutes les pertes de charges singulières et régulières.
Pn : puissance nette échangée entre le fluide et la machine hydraulique.

1 𝑝2 − 𝑝1
(𝑉22 − 𝑉12 ) + + 𝑔(𝑍2 − 𝑍1) = W12 + J12 (𝒆𝒏 𝒋/𝑲𝒈)
2 

𝑃𝑛
𝑎𝑣𝑒𝑐: 𝑊12 = , 𝐽12 = ∑( 𝐽𝐿 + 𝐽𝑆 )
𝑄𝑚

15/19
V. Application :

Exercice 1 :

Un pipe-line de diamètre d=25 cm est de longueur L est destiné à acheminer du


pétrole brut d'une station A vers une station B avec un débit massique qm=18kg/s.

Les caractéristiques physiques du pétrole sont les suivantes:


- masse volumique ρ =900 kg/m3,
- viscosité dynamique μ=0,261Pa.s.
On suppose que le pipe-line est horizontal.
1) Calculer le débit volumique qv du pétrole.
2) Déterminer sa vitesse d'écoulement V.
3) Calculer le nombre de Reynolds Re.
4) Quelle est la nature de l'écoulement?
5) Calculer la valeur du coefficient de perte de charge linéaire λ.
6) Exprimer la relation de Bernoulli entre A et B.Préciser les conditions d'application et simplifier.
7) Déterminer la longueur L maximale entre deux stations A et B à partir de laquelle la chute de
pression (PA-PB) dépasse 3 bar.

Exercice 2:
Le schéma proposé ci-dessous représente une installation hydraulique composée :

 d’un réservoir contenant de l’huile de masse volumique ρ= 900 kg/m3 et de viscosité


cinématique ν = 25.10-6 m2/s ,
 d’une pompe de débit volumique qv=16 L/mn ,
 d’un tube vertical de longueur L = 50 cm et de diamètre d = 5 mm permettant d’acheminer
de l’huile sous pression refoulée par la pompe,
 d’un vérin à simple effet horizontal équipé d’un piston qui se déplace en translation sous
l’effet la pression d’huile dans une chemise,
 d’un clapet d’aspiration anti-retour placé en amont de la pompe qui a un coefficient de
perte de charge singulière Ks= 0,45.

16/19
Partie 1 : Etude du vérin.
On néglige dans cette partie toutes les pertes de charges.
1) A partir du débit de la pompe, calculer la vitesse d’écoulement VB dans la conduite.
2) Déterminer la vitesse VB’ de déplacement du piston sachant que son diamètre D = 10 cm.
3) Le piston est soumis à une force de compression F=6151 N qui s’oppose à son déplacement.
Calculer la pression d’huile PB’ au point B’.
4) En appliquant le théorème de Bernoulli entre B’ et B. Calculer la pression d’admission PB dans
le vérin. On suppose que ZB’=ZB.

Partie 2 : Etude du circuit d’alimentation (clapet, pompe et tube).


On prendra en considération dans cette partie toutes les pertes de charges.
1) Calculer le débit massique qm de la pompe.
2) Calculer le nombre de Reynolds Re.
3) Préciser la nature de l’écoulement.
4) Déterminer le coefficient de perte de charge linéaire λ.
5) En déduire la perte de charge linéaire JL.
6) Calculer la perte de charge singulière JS due au clapet d’aspiration.
7) En appliquant le théorème de Bernoulli généralisé entre B et A, déterminer la puissance nette Pn
de la pompe.
On suppose que :
- le niveau dans le réservoir varie lentement (VA≈0),
- la pression PA= Patm= 1 bar,
- l’accélération de la pesanteur g = 9,81 m/s2.

17/19
Exercice 3:

L’installation hydraulique ci-dessus comprend essentiellement un vérin simple effet, une pompe et
une soupape de sécurité.
Le vérin V est de diamètre dv = 100 mm et de rendement v = 0.9.
On souhaite que ce vérin développe une force de 75.103 N et que sa tige se déplace à la vitesse
uniforme de Vv = 0,2 rn/s.
La pompe a un rendement approximatif p = 0,82, raccordée au vérin par une tuyauterie de
refoulement de longueur lc = 8 m et de diamètre intérieur de dc = 21,6 mm.
L'huile utilisée a une viscosité  = 0,25 St et sa masse volumique est  = 850 kg/m3.
Les pertes de charges singulières sont négligées, ainsi que la différence de niveau entre 3 et 4.

On rappelle que :
Le stokes (symbole St) est une unité de viscosité cinématique.
1 St = 1 cm²/s = 10-4 m²/s.

1. Calculer la pression Pv dans le vérin.


2. Calculer le débit volumique qv dans la tuyauterie 3-4.
3. Calculer la vitesse Vc de l'huile dans la tuyauterie 3-4.
4. Calculer le nombre de Reynolds de l'écoulement 3-4.
5. Calculer le coefficient de pertes de charges  dans la tuyauterie 3-4.
6. Calculer la perte de charge J34 dans la conduite.
7. Calculer la pression Pu de réglage du limiteur de pression.
8. Calculer la puissance nette de la pompe Pn.
9. Calculer la puissance utile du moteur Pu.

18/19
Résumé de la Mécanique
des Fluides
1. Débit volumique :

2. Débit massique :

3. Equation de continuité :

4. Equation de Bernoulli généralisée :

5. Nombre de Reynolds :

Si Re < 2000 le régime est laminaire


Si 2000 < Re < 3000 le régime est intermédiaire.
Si Re > 3000 l’écoulement est turbulent.

6. Pertes de charge :

64
= ∶ pour un écoulement laminaire.
Re
 = 0.316 Re−0.25 : pour un écoulement turbulent.

19/19