Vous êtes sur la page 1sur 241

ROYAUME DU MAROC

INSTITUT SUPERIEUR DE COMMERCE ET


D’ADMINISTRATION DES ENTREPRISES

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE

COMMUNICATION (N.T.I.C) :

UN LEVIER AU SERVICE DE L’EVOLUTION ET DE LA


PERFORMANCE DES CABINETS D’EXPERTISE COMPTABLE

MEMOIRE PRESENTE POUR L’OBTENTION DU DIPLOME


NATIONAL D’EXPERT-COMPTABLE
PAR
M. Nabil BELAHCEN

MEMBRES DU JURY

Président : M. Mohamed EL MOUEFFAK – Directeur des Etudes de


l’ISCAE

Directeur de Recherche : M. Mohamed HDID – Expert-comptable DPLE.

Suffragants : - M. Larbi KZAZ – Enseignant à l’I.S.C.A.E.


- M. Mohamed BOUMESMAR – Expert-comptable DPLE.

NOVEMBRE 2004
Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

REMERCIEMENTS

Au terme de ce travail, il m’est agréable d’exprimer mes remerciements envers tous ceux et
toutes celles qui ont contribué de quelque manière que ce soit à son aboutissement.

Mes remerciements s’adressent d’abord à mon Directeur de Recherche Monsieur Mohamed


HDID. Je le remercie vivement de m’avoir fait confiance, de m’avoir encadré et fait
bénéficier de son savoir et son expérience.

Je tiens ensuite à exprimer ma profonde gratitude à Monsieur Abderrahman SAAIDI qui m’a
accordé la possibilité d’effectuer mon stage d’expertise comptable au sein de son cabinet.

Je saisis cette occasion pour remercier vivement mes parents pour leur patience et leurs
sacrifices ainsi que l’ensemble de ma famille pour son soutien moral.

Mes remerciements s’adressent également à l’ensemble des membres du jury qui ont bien
voulu évaluer mon travail.

Je voudrai également rendre un hommage particulier à la Direction, au corps professoral et au


personnel de l’ISCAE pour avoir contribué à ma formation.

J’aimerai aussi remercier tous les Experts-comptables qui ont bien voulu répondre au
questionnaire d’enquête qui leur a été administrés.

Je ne saurai terminer sans remercier tous mes collègues d’étude et de travail pour leurs
commentaires pertinents, leurs conseils et aides précieux.

Mémoire d’Expertise Comptable II


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

SOMMAIRE RESUME

Liste des abréviations…………..……………………………………………………. XIII


INTRODUCTION GENERALE………………………………………….. 3

PREMIERE PARTIE :
COMPRENDRE LE MONDE DES NTIC : UN PREALABLE NECESSAIRE
POUR FACILITER ET REUSSIR L’IMPLANTATION DE CES
TECHNOLOGIES AU SEIN DES CABINETS D’EXPERTISE COMPTABLE…... 11

CHAPITRE PREMIER :
LES NTIC, NOUVELLE OSSATURE INFORMATIQUE DU CABINET
D’EXPERTISE COMPTABLE…………………………………………………………. 13

CHAPITRE SECOND :
MISE EN PLACE DES NTIC : BIEN PLUS QU’UN PROJET INFORMATIQUE.. 41

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE………………………………………... 67

SECONDE PARTIE
LES NTIC : ENJEUX ET CONSEQUENCES POUR LE CABINET
D’EXPERTISE COMPTABLE………………………………………………………… 69

CHAPITRE PREMIER :
LES ENJEUX DES NTIC SUR L’ORGANISATION INTERNE DU CABINET ET
SES RELATIONS AVEC L’ENVIRONNEMENT EXTERNE……………………… 71

CHAPITRE SECOND
RISQUES ET LIMITES LIES A L’UTILISATION DES NTIC…………………… 109

CONCLUSION DE LA SECONDE PARTIE…………………………………………. 133

CONCLUSION GENERALE……………………………………………... 136

BIBLIOGRAPHIE........................................................................................ 142

ANNEXES…………………………………………………………………. 149

GLOSSAIRE……………………………………………………………….. 217

LEXIQUE FRANÇAIS - ANGLAIS - ARABE………………………….. 223

Mémoire d’Expertise Comptable III


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

SOMMAIRE ANALYTIQUE
Liste des abréviations……………………………………………………………………. XIII

3
INTRODUCTION GENERALE…………………………………………..

PREMIERE PARTIE :
COMPRENDRE LE MONDE DES NTIC : UN PREALABLE NECESSAIRE
POUR FACILITER ET REUSSIR L’IMPLANTATION DE CES
TECHNOLOGIES AU SEIN DES CABINETS D’EXPERTISE COMPTABLE…... 11

CHAPITRE PREMIER :
LES NTIC, NOUVELLE OSSATURE INFORMATIQUE DU CABINET
D’EXPERTISE COMPTABLE…………………………………………………………. 13

SECTION I
RESEAUX INFORMATIQUES : UNE INFRASTRUCTURE DE BASE
NECESSAIRE AUX NTIC……………………………………………………………. 13

SOUS-SECTION I - RAISONS ET STRUCTURES DES RESEAUX


INFORMATIQUES………………………………………………………………………. 13

1. Pourquoi un réseau informatique ?..................................................................... 13

a) Partager les informations par le biais du réseau……………………………… 13


b) Optimiser les ressources informatiques du cabinet……………………………….. 14
c) Centraliser les applications de production………………………………………. 14
d) Connecter des cabinets entre eux……………………………………………………. 15
2. Les types de réseau …………………………………………………………… 15

a) Le réseau poste à poste……………………………………………………… 15


b) Le modèle client-serveur……………………………………………………………… 15

3. Aspects physiques des réseaux : les composants d'un réseau………………… 16

4. Rôle et avenir des réseaux informatiques……………………………………… 16

a) Migration de l'informatique mono-utilisateur vers une informatique de


groupe…………………………………………………………………………………… 16
b) Les principaux obstacles au développement actuel……………………………….. 17

SOUS-SECTION II - CONCEPTION DE L’INFRASTRUCTURE RESEAU………… 18

1. Les critères de choix techniques et choix de la topologie du réseau………….. 18

a) Caractériser le trafic d'informations dont les besoins sont croissants……… 18


b) Choisir un système ouvert, c'est garantir sa capacité d'évolution……………… 19
c) Quels types de réseaux correspondent-ils aux besoins ?.................................... 19

Mémoire d’Expertise Comptable IV


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

d) Tests et optimisations du réseau…………………………………………………… 20

2. Identification des coûts d'investissements et d'exploitation…………………... 20

a) Des coûts technologiques réels mais secondaires………………………………. 20


b) Le vrai coût de ces technologies : l'importance des coûts organisationnels et 21
des coûts cachés………………………………………………………………………..
c) Les coûts spécifiques à Internet sont faciles à évaluer…………………………… 22

3. Recours à la sous-traitance : l'Outsourcing 22

a) Les besoins des cabinets évoluent, l'externalisation aussi……………………….. 22


b) Les risques potentiels…………………………………………………………………. 23

SECTION II
NTIC : DEFINITIONS ET VUE D’ENSEMBLE……………………………………… 23

SOUS-SECTION I - INTERNET, INTRANET ET GROUPWARE : DEFINITION ET 24


PRESENTATION…………………………………………………………………………

1. Présentation de l'Internet et de l'Intranet…………………………………… 24

a) Le fonctionnement d'Internet………………………………………………………… 24
b) De l'Internet vers l'Intranet………………………………………………………….. 25
c) De l'Intranet vers l’Extranet…………………………………………………………. 26

2. Présentation du groupware……………………………………………………... 28

a) Emergence du groupware et définition……………………………………………... 29


b) Un remède aux inconvénients posés par les moyens traditionnels de
communication………………………………………………………………………… 31
c) En quoi le groupware apporte-t-il un plus aux communications
traditionnelles ? …………………………………………………………………….. 32

3. Description des services communs au groupware et au Net………………….. 33

a) Les services de communication entre personnes………………………………... 33


b) Les services de recherche et de mise à disposition d'informations non
structurées……………………………………………………………………………. 34

SOUS-SECTION II - LES PARTICULARITES DE CHACUNE DE CES


TECHNOLOGIES………………………………………………………………………... 35

1. Le groupware, de par ses fonctionnalités spécifiques, implique davantage


une refonte de l'organisation de l'entreprise…………………………………... 35

a) Des outils pour coopérer : description et aspects fonctionnels…………………. 35

b) Des outils pour coordonner : description et aspects fonctionnels………………. 37

Mémoire d’Expertise Comptable V


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

2. Internet et Intranet sont néanmoins plus facile d'accès…………………….. 38

a) La technologie de l'Intranet répond à des normes parfaitement définies……. 38

b) Standard technologique rime avec ouverture sur l'extérieur………………….. 39


c) Cependant l'utilisation de cette technologie a aussi certains inconvénients… 40
d) Votre premier Intranet : les étapes à suivre……………………………………... 40

CHAPITRE SECOND :
MISE EN PLACE DES NTIC : BIEN PLUS QU’UN PROJET INFORMATIQUE 41

SECTION I
LA DIMENSION STRATEGIQUE DU PROJET………………………………………. 41

1. Avec qui le cabinet souhaite-t-il communiquer ? ……………………………... 42

a) A quel niveau s'effectue la communication au sein du cabinet ?.................. 42


b) A quel niveau s'effectue la communication vers l’extérieur ?....................... 43
c) L'état actuel de la communication dans le cabinet…………………………. 43

2. Quels besoins et contraintes s'imposent au cabinet en terme de système


d’information ?...................................................................................................... 44

a) Adapter nos cabinets pour profiter de l'évolution des systèmes d'information.. 44


b) Des besoins propres au système d'information du cabinet………………………. 45
c) Des contraintes de plusieurs ordres pour le cabinet……………………………… 46

3. L'importance du management stratégique : quels objectifs stratégiques le


cabinet peut-il envisager pour l’avenir ?............................................................. 47

a) Augmenter la productivité sans nuire à la qualité………………………………… 47


b) Améliorer la gestion des ressources humaines du cabinet en capitalisant les
compétences et le savoir-faire……………………………………………………….. 47
c) Capitaliser la ressource « temps » et améliorer la réactivité du cabinet……… 48

SECTION II
LA DIMENSION HUMAINE DU PROJET…………………………………………… 48

1. L'information et l'implication : un préalable indispensable dans une


nouvelle organisation……………………………………………………………. 49

a) L'information, c'est la sensibilisation des futurs utilisateurs à l'importance du


projet……………………………………………………………………………………. 49
b) Ecoute du personnel du cabinet : des salariés acteurs majeurs du projet…….. 51
c) Faire du changement-contrainte un changement-projet en développant
l'esprit d'équipe et l'autonomie individuelle……………………………………… 52

2. La Formation permet d'impliquer davantage les collaborateurs…………… 53

a) Un plan de formation pour responsabiliser le personnel………………………… 54

Mémoire d’Expertise Comptable VI


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

b) La formation, c'est aussi la possibilité d'accroître les chances de succès du


projet………………………………………………………………………………….. 54
c) Plan de formation et de reclassement du personnel………………………………. 55

SECTION III
LA DIMENSION ORGANISATIONNELLE DU PROJET……………………………... 55

1. Des nouveaux modèles d’organisation basés sur les processus et non plus
sur les fonctions…………………………………………………………………. 55

a) Qu’est-ce que le BPR ? ………………………………………………………………. 55


b) L'émergence d'une organisation basée sur des processus orientés "client"…… 58
c) Les finalités du BPR correspondent aux objectifs stratégiques du cabinet et
des entreprises en général : faire autrement, mieux, plus vite et au moindre
coût……………………………………………………………………………………. 60

2. Le groupe, structure de base idéale dans un cabinet pour accueillir ce type


d’organisation : la fin de la structure pyramidale ? ………………………….. 61

a) Nécessité d'un environnement décentralisé……………………………………... 61


b) Le groupware : prolongement naturel de l’organisation du travail par groupe 62
c) Particularités des structures pyramidales et des structures par groupe……….. 63

3. L'aspect managérial……………………………………………………………... 65

a) Le déploiement des NTIC doit se faire en douceur, il ne faut pas l'imposer…... 65

b) Il ne faut pas laisser la hiérarchie hors du coup : elle doit montrer l'exemple.. 65

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE……………………………………... 67

SECONDE PARTIE
LES NTIC : ENJEUX ET CONSEQUENCES POUR LE CABINET
D’EXPERTISE COMPTABLE 69

CHAPITRE PREMIER :
LES ENJEUX DES NTIC SUR L’ORGANISATION INTERNE DU CABINET ET
SES RELATIONS AVEC L’ENVIRONNEMENT EXTERNE……...……………… 71

SECTION I
LES CONSEQUENCES DES NTIC SUR L’ORGANISATION INTERNE DU
CABINET………………………………………………………………………………… 71

SOUS-SECTION I - FAVORISER LA COLLABORATION ET LA CIRCULATION


DE L’INFORMATION AU SEIN DU CABINET………………………………………. 71

1. Un outil de base pour mieux gérer les communications : la messagerie


électronique……………………………………………………………………… 71

Mémoire d’Expertise Comptable VII


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

a) Une façon simple, rapide et peu coûteuse de transmettre, recevoir et archiver


des informations………………………………………………………………………. 71
b) Elle ne remplace pas le téléphone, outil indispensable, mais permet de mieux
gérer les temps de communication : l'amélioration de la communication
informelle……………………………………………………………………………….. 72

2. Le développement de la collaboration, de l'implication des employés du


cabinet et une meilleure gestion de leurs compétences……………………… 73

a) La conférence thématique : révolutionner la manière de collaborer en


localisant les compétences et en accélérant les échanges d'idées de l'ensemble
du personnel……………………………………………………………………………. 73
b) Améliorer les échanges d'idées et les flux d'informations dans une équipe
grâce aux NTIC……………………………………………………………………… 74
c) Les réunions virtuelles et la visioconférence s'intègrent parfaitement à la
gestion de projet……………………………………………………………………….. 75

3. Capitaliser l'information, rendre sa circulation plus fluide et partager les


connaissances…………………………………………………………………….. 75

a) La "numérisation» des flux d'informations autorise la capitalisation du savoir


du cabinet…………………………………………………………………………….. 75
b) Le partage d'informations dans une équipe : mise en place de bases de
données collectives facilitant la cohérence du travail de ses membres………… 77
c) Une bibliothèque de documents électroniques - Information à caractère
général………………………………………………………………………………... 78

SOUS-SECTION II - OPTIMISER LA PRODUCTIVITE ET REALISER DES


ECONOMIES…………………………………………………………………………… 79

1. Une meilleure planification et gestion des processus permet des gains de


productivité et des réductions de délais……………………………………… 79

a) Améliorer et centraliser la gestion des plannings : une meilleure coordination


des hommes et des ressources……………………………………………………... 79
b) Le Workflow : un outil facilitant l'optimisation et l'accélération des
procédures………………………………………….………………………………. 80

c) Quelques exemples pratiques d'applications……………………………………… 81

2. La réduction des coûts internes : limiter des postes de dépenses directement


chiffrables……………………………………………………………………… 81

a) Economiser sur les factures de télécommunication grâce à Internet………… 81

b) Optimiser les déplacements longs et coûteux et réduire les déplacements 81


inutiles …………………………………………………………………………
c) Partage des ressources et réduction des frais généraux…………………………. 81

Mémoire d’Expertise Comptable VIII


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

SECTION II
LES NTIC : OUTIL D’OUVERTURE POUR LE CABINET D’EXPERTISE
COMPTABLE …………………………………………………………………………. 82

SOUS-SECTION I - FAIRE EVOLUER LES RAPPORTS AVEC LA CLIENTELE 83


1. Une qualité accrue du service-client……………………………………………. 83

a) Le traitement des réclamations et la gestion des alertes…………………………. 83


b) Les bénéfices tirés de ces outils dans un tel cadre sont multiples………………. 84

2. Une communication accrue vers les clients et clients potentiels : Mise en


place d’un site Internet.......................................................................................... 85

a) Pourquoi un site Internet pour un cabinet d’expertise comptable ?................... 85


b) Une communication plus dynamique avec une interface universelle…………... 87
c) Toucher un public moins habituel…………………………………………………… 88
d) Limites déontologiques……………………………………………………………….. 89

3. Les expériences Internet dans le monde……………………………………….. 89

a) En France…………………………………………………………………………….. 89
b) Aux Etats-Unis d’Amérique………………………………………………………….. 92
c) En Tunisie……………………………………………………………………………… 93

4. Remodelage des missions traditionnelles ……………………………………… 94

a) Développement des missions de conseil……………………………………………. 94


b) Effets des technologies de l’information sur la réalisation de l’audit financier. 94
c) Externalisation de certaines tâches administratives par le client - Trois
exemples pratiques………………………………………………………………….. 96
d) Vers un dossier de travail informatisé et un réseau de communication étendu
à la clientèle……………………………………………………………………………. 97
e) Elargir nos périmètres d'intervention et nos domaines de compétence aux
systèmes d'information……………………………………………………………… 100

5. De nouvelles missions en perspective ?................................................................ 100

SOUS-SECTION II - DEVELOPPER LA COLLABORATION AVEC LES AUTRES


PARTENAIRES DU CABINET………………………………………………. 104

1. Accélérer l’évolution de notre profession en créant un «réflexe Internet »


chez les Confrères…………………………………………………………….. 104

a) Associer les experts comptables aux nouvelles technologies : un début avec


le nouveau site Web de l’Ordre des Experts-comptables………………………. 105
b) Utiliser Internet pour les formalités administratives…………………………… 106
c) Création de services professionnels pour les membres de l'Ordre…………… 106

Mémoire d’Expertise Comptable IX


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

2. Les relations avec les fournisseurs du cabinet…………………………………. 106

a) Gagner du temps dans l'échange d’informations : communiquer mieux et plus


vite……………………………………………………………………………………….. 106
b) Faire jouer davantage la concurrence par Internet ………………………... 107
c) Interrogation de banques de données externes payantes ou librement
accessibles……………………………………………………………………………… 107

3. Les autres partenaires………………………………………………………….. 107

a) Vers une dématérialisation généralisée des déclarations sociales et fiscales


aux organismes sociaux et à l'Etat…………………………………………………. 107
b) Les avocats et autres professions juridiques : développer
l'interprofessionnalité et l’interdisciplinarité……………………………………… 109

CHAPITRE SECOND
RISQUES ET LIMITES LIES A L’UTILISATION DES NTIC…..………………… 109

SECTION I
DES RISQUES D'ORDRE HUMAIN ET SOCIAL…………………………………… 109

1. Un choc culturel pour le cabinet et ses salariés………………………………... 109

a) Vers un cyber-cabinet sans âme ?....................................................................... 109


b) L'existence de freins naturels aux changements…………………………………... 110
c) Une des difficultés majeure : faire accepter le principe du partage de
l'information……………………………………………………………………………. 111

2. Internet permet de communiquer avec un public plus large : c'est aussi un


risque en terme d'image du cabinet et de concurrence……………………….. 111

a) Des problèmes relatifs à la concurrence…………………………………………… 111


b) Un impact négatif sur l'image du cabinet est possible auprès du public………. 112
c) Le contrôle de la qualité des flux d'informations …………………………… 112

3. Le groupware, c'est aussi une gestion des hommes et des risques sociaux 113

a) La mise en place de ces nouveaux moyens de communication informatiques


risque de créer de nouveaux exclus…………………………………………………. 113
b) Les gains de productivité ont aussi leurs inconvénients sur un plan social
dans le cabinet…………………………………………………………………………. 113
c) Le retour paradoxal à des conditions de travail obsolètes et démotivantes…… 114

SECTION II
DES LIMITES D'ORDRE TECHNIQUE ET ORGANISATIONNEL………………... 115

1. Le développement de ces outils au sein du cabinet peut se heurter à des


problèmes techniques ………………………………………………………… 115

Mémoire d’Expertise Comptable X


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

a) La difficulté pour un non spécialiste de se retrouver dans la jungle des


normes existantes……………………………………………………………………. 115
b) Une mauvaise ergonomie du système est souvent source de sous-utilisation…. 116

2. Le déploiement du réseau pose aussi des problèmes 116

a) Le chemin est encore long avant d'avoir accès à un réseau mondial total où
chaque ordinateur est connecté et où les standards d'échanges d'informations
sont définis…………………………………………………………………………….. 116
b) Le suréquipement ou un équipement inadapté aux besoins……………………. . 116
c) Tenter de déployer un système d'information informatique sans définir un
projet d'entreprise…………………………………………………………………… 116

3. Les aspects liés à la sécurité ne doivent pas être négligés……………………... 117

3.1 La nature des risques encourus est très variée……………………………….. 117

a) Des risques habituels pour un système informatique……………………………... 117


b) Les agressions logiques : des menaces plus particulières aux réseaux………… 118
c) L'importation de virus sur le site : une attaque de plus en plus fréquente qui
menace l'intégrité des données et la disponibilité du service……………………. 119

3.2 Les conséquences d'une mauvaise protection peuvent être considérables … 119

a) Définitions des domaines de sécurité du système d'information menacés


directement…………………………………………………………………………… 119
b) Conséquences indirectes d'une mauvaise protection sur le cabinet ………….. 120

3.3 Une mauvaise protection peut coûter cher : une politique de sécurité est
indispensable……………………………………………………………………. 121
.

a) Informer, former et sensibiliser…………………………………………………….. 121


b) Se protéger contre les agressions extérieures : la mise en place de contre-
mesures…………………………………………………………………………………. 121
c) Prévoir un plan de secours………………………………………………………….. 123
d) Pas de systèmes de sécurité infaillibles mais des systèmes fiables……………. 123

4. Il existe aussi des risques organisationnels 123

a) Usage abusif d’Internet par les salariés au détriment de leur travail………….. 123
b) Rater son projet de remodelage de l’organisation……………………………….. 124
c) Une gestion ardue de l’information………………………………………………… 124

SECTION III
DEONTOLOGIE, RISQUES JURIDIQUES ET ROLE DE L’ORDRE………………… 125

1. Le développement des communications posera un problème en terme de


déontologie et de pratique professionnelle…………………………………….. 125

Mémoire d’Expertise Comptable XI


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

a) L’interdiction de la publicité dans la profession…………………………………. 125


b) La responsabilité en terme de secret professionnel et de confidentialité……… 126
c) L'obligation de superviser les dossiers limite-t-elle la déconcentration des 126
pouvoirs de décision ?........................................................................................

2. Les risques juridiques existent aussi : valeur de preuve des documents


numériques, une réforme est-elle possible ?........................................................ 126

a) L'informatisation des dossiers de travail ne pose-t-elle pas un problème


d'ordre juridique ?............................................................................................. 126
b) En l'absence de textes précis sur le sujet, l'archivage numérique nécessite
encore de prendre certaines précautions quant à la conservation des
documents physiques………………………………………………………………….. 127
c) La valeur fiscale et comptable des documents…………………………………….. 128

3. Rôle de l’Ordre ..................................................................................................... 129

a) Anticiper l’évolution des nouveaux modes de communication en terme de


réglementation de la publicité……………………………………………………….. 129
b) Engager et encadrer la réflexion sur l’impact des NTIC sur la profession……. 129
c) Apporter un support accru aux membres………………………………………… 129
d) Développer les actions de formation continue……………………………………. 130
e) Intégrer les technologies de l’information dans le cursus de formation des
Experts-comptables…………………………………………………………………. 131

CONCLUSION DE LA SECONDE PARTIE…………………………………………. 133

CONCLUSION GENERALE…………………………………………….. 136

BIBLIOGRAPHIE........................................................................................ 142

ANNEXES…………………………………………………………………. 149

GLOSSAIRE……………………………………………………………….. 217

LEXIQUE FRANÇAIS - ANGLAIS - ARABE……………………….. 223

Mémoire d’Expertise Comptable XII


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

LISTE DES ABREVIATIONS


ABREVIATION SIGNIFICATION

ADSL Asynchronous Digital Suscriber Line

AICPA American Institute of Certified Public


Accountants
ASP Application Service Provider

BPR Business Process Reengineering

CD-ROM Compact Disc Read Only Memory

CDVM Conseil Déontologique des Valeurs


Mobilières
CERN Centre Européen de la Recherche Nucléaire

CNCC Compagnie Nationale des Commissaires aux


Comptes
CNSS Caisse Nationale de Sécurité Sociale

CSOEC Conseil Supérieur de l’Ordre des


Experts-Comptables (France)
DREE Direction des Relations Economiques
Extérieures (France)
EDI Echange de Données Informatisé

EFI Echange de Formulaires Informatisé

ERP Enterprise Resource Planning

FAQ Frequently Asqued Questions

GED Gestion Electronique des Documents

HTML Hyper Text Markup Langage

HTTP Hypertext Transfer Protocol

ICCA Institut Canadien des Comptables Agréés

IEG International Education Guideline

IFAC International Federation of Accountants

IFEC Institut Francophone des Experts-comptables

Mémoire d’Expertise Comptable XIII


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

LISTE DES ABREVIATIONS (Suite)


ABREVIATION SIGNIFICATION

LAN Local Area Network

NCSA National Center for Superconducting


Application
NTI Nouvelles Technologies de l’Information

NTIC Nouvelles Technologies de l’Information et


de Communication
OEC Ordre des Experts-Comptables

OECT Ordre des Experts-Comptables de Tunisie

ONPT Office National des Postes et


Télécommunications
PC Personal Computer

PE Petite Entreprise

PME Petite et Moyenne Entreprise

RCF Revue Comptable et Financière

RFC Revue Française de Comptabilité

RTC/RNIS Réseau téléphonique commuté/ Réseau


numérique à intégration de services
TCP-IP Transmission Central Protocol - Internet
Protocol
TI Technologies de l’Information

TIC Technologies de l’Information et de


Communication
TVA Taxe sur la Valeur Ajoutée

WAN Wide Area Network

Mémoire d’Expertise Comptable XIV


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Mémoire d’Expertise Comptable XV


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

INTRODUCTION GENERALE

Mémoire d’Expertise Comptable 2


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

La vie sociale et économique a connu au cours des cinq voire les dix dernières années un
bouleversement sans précédent : l’apparition d’une nouvelle économie issue des nouvelles
technologies de l’information et de communication (NTIC) qui est une caractéristique prépondérante
de l’époque où nous vivons et un phénomène singulier marquant cette transition du vingtième au
vingt-et-unième siècle.

Les NTIC peuvent être définies comme étant « l’ensemble des technologies informatiques et de
télécommunication permettant le traitement et l’échange d’informations et la communication
construite autour de l’ordinateur et du téléphone »1.

Fédérant toutes ces technologies et porté par un ensemble de concepts idéologiques tels que la
mondialisation, la globalisation de l’économie et la société de l’information, Internet connaît un
véritable essor.

Internet trouve son origine en 1969, lorsque le ministère américain de la Défense a mis en œuvre un
projet destiné à garantir le fonctionnement de son système informatique, en cas de destruction partielle
de l’infrastructure du réseau par une explosion nucléaire. De ce projet, sont nés le réseau ARPANET
et le protocole TCP-IP (protocole de contrôle de transmission par le protocole Internet). Il faudra
attendre plusieurs années avant que les universitaires utilisent ce réseau ; ils avaient comme objectifs
le raccourcissement des délais dans le partage de l’information et la rentabilisation des
supercalculateurs généralement coûteux. Internet connut ainsi son premier boom lorsque les
professeurs et les étudiants accédèrent au réseau.

Au début de l’année 1992, un chercheur du CERN (Conseil Européen de Recherche Nucléaire situé en
Suisse) a mis au point le protocole HTTP et la navigation dans les pages HTML à l’aide de liens
hypertextes, puis le NCSA (National Center for Supercomputing Application) met au point le
navigateur MOSAIC et avec lui les fondements du World Wide Web ou la toile d’araignée mondiale.
A partir de ce moment, l’Internet a changé de dimension. Ce n’est plus un réseau informatique mais
plutôt un nouveau média de communication qui ne cesse de se développer et de se généraliser.

De 100 millions en 1998, la population mondiale connectée est passée à 634 millions à fin 2003. En
moins de cinq ans, Internet s’est imposé comme un standard de communication universelle. On estime
même que la barre de 1 milliard de personnes connectées sera franchie avant 2005.

1
Abderraouf Yaich, RCF n°53, troisième trimestre 2001.

Mémoire d’Expertise Comptable 3


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

L’originalité de la technologie Internet et des NTIC réside dans le fait qu’elles touchent tous les
domaines, tous les secteurs et tout individu. Le champ d’utilisation de ces nouvelles technologies est
aussi vaste qu’aucune autre technologie ne peut s’y mesurer. Internet est donc, non seulement le
premier média du monde, mais il est aussi la plus grande bibliothèque, le premier centre de recherche,
le premier centre d’échange de savoir, ainsi que le plus grand magasin, la première université et le
premier centre de loisirs.

Cette extraordinaire métamorphose a des effets déterminants sur la vie économique, sociale et
culturelle de l’ensemble des Sociétés.

Petit à petit, toute l’économie des pays dits développés et dans une certaine mesure des pays en voie
de développement, se transforme, passant de l’industrialisation à l’ère de l’information. L’information
devient le moteur principal de l’économie.

Ce phénomène de « numérisation » ou de « digitalisation » du système économique, appelé


communément la nouvelle économie, est désormais tellement engagé qu’il constitue un processus
inéluctable. Trois éléments, à notre connaissance, tendent à le prouver :

- L’importante mobilisation des acteurs économiques et politiques mondiaux autour des NTIC ;

- Le processus de déréglementation du monopole des Télécommunications, augmente le climat


de compétition entre les opérateurs et entraîne un panorama varié et avancé des services
technologiques offerts et une baisse des coûts des liaisons téléphoniques ;

- Le législateur, notamment américain et européen, s’est penché depuis quelques années sur les
aspects juridiques de la nouvelle Société de l’information et ce, en adoptant des dispositions
spécifiques liées, à titre d’exemple, au commerce électronique, à la signature électronique, à la
protection de la propriété intellectuelle…2

Au Maroc, le premier nœud Internet a été installé en novembre 1995 par l’ex-ONPT et le Royaume du
Maroc est le 101éme pays connecté à Internet avec pour nom de domaine « .ma ».

Mémoire d’Expertise Comptable 4


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

L’attrait pour ce nouveau média est perceptible auprès de la jeunesse du pays mais aussi de plus en
plus auprès des entreprises. Internet est perçu comme un moyen d’accélérer, voire de sauter des étapes
dans le développement de l’économie nationale. La mise à niveau devrait passer par l’accès à
l’informatique et aux NTIC.

En terme d’infrastructure des autoroutes de l’information, le Maroc dispose de la technique dite de


« bande passante3 » d’une capacité de 300 mégabits4 et depuis fin 2003, de l’Internet haut débit
« ADSL ».

D’après les chiffres récents de l’ANRT (Agence Nationale de réglementation des


télécommunications), le parc global des abonnés, entreprises et ménages confondus, s’est élevé à fin
avril 2004 à environ 76.790. Par type d’accès, les forfaits RTC/RNIS ont enregistré quelque 43%, la
formule RTC/RNIS dite classique 31% et l’accès ADSL 23%5.

Cette faiblesse des chiffres serait liée aux difficultés communes à la majorité des pays en
développement, à savoir l’analphabétisme, la faible informatisation des entreprises et des ménages6, la
pauvreté de la population par rapport aux coûts relativement élevés de la connexion7, la faible
pénétration du téléphone fixe8 et l’inconscience des avantages que peut générer l’utilisation de cet
outil dans tous les secteurs d’activité. Ajoutant à tout ceci des problèmes de culture liés
essentiellement à la nature des traditions de communication et des liens sociaux qui excluent l’idée
que l’écran réussira un jour à s’interposer entre les individus.

Sur le marché des professionnels, les grandes entreprises et les multinationales dans un souci de
compétitivité, font le choix d’investir dans les nouvelles technologies de l’information et de
communication. Des données récentes, il ressort qu’un tiers des entreprises déclarées à la C.N.S.S est
branché au réseau du Net, soit environ 25.000 entreprises sur un total de 75.000 unités9. Les petites et
moyennes entreprises ne sont donc pas encore sensibles à la médiatisation de l'Internet.

2
Au Maroc, deux textes sont en cours d’adoption : le premier concerne la reconnaissance juridique de la
signature électronique, des messages de données et des règles de leur transmission. Le second relatif à la
protection de la vie privée des particuliers contre des abus d’utilisation des données nominatives.
3
Capacité d'un réseau à véhiculer une quantité d'information plus ou moins importante par unité de temps. Se
mesure fréquemment en Mégabite par seconde (Mb/s) ou Kbite par seconde.
4
8 bytes = 1 octet (correspondant à un caractère) ⇒ 10 Mb/s = 1.25 Mo/s = 1 250 000 caractères par seconde.
5
Source : L’économiste du 15 juillet 2004.
6
0,58% des foyers disposeraient d’un ordinateur en 2000 (Source : www.dree.org).
7
Le % du PIB par habitant pour un abonnement de 30 heures/mois s’élève au Maroc à 1,239 contre 0,007 aux
USA et 0,017 en France (chiffres 2002) - Cf. Annexe 28.
8
4,1% de la population disposait d’un téléphone fixe en 2002 (Source : www.dree.org).
9
Source : l’Opinion du 2 janvier 2003.

Mémoire d’Expertise Comptable 5


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Par ailleurs, d’après une étude réalisée par la Société Créargie à fin 2002, le nombre de sites Web
marocains n’a été que de 4.500, tous les noms de domaines compris (.ma, .com, .org, .net…)10.
La plupart des sites Internet sont des sites vitrines, non dynamiques. Le commerce en ligne demeure
très limité du fait du très faible nombre des sites transactionnels, d’une faible bancarisation de la
population et d’une mentalité peu encline à ce type de transaction11.
Toutefois, le gouvernement marocain a mis en œuvre une stratégie e-Maroc ayant pour objectif la
généralisation des NTIC, le déploiement accéléré des infrastructures et l’accélération de la
libéralisation et de la concurrence.
En terme d’objectifs quantifiés, le gouvernement souhaite atteindre 3 millions d’internautes en 2005 et
10 millions en 2010.

Si cette stratégie apparaît fort ambitieuse, de nettes avancées sont cependant observées avec la mise en
place effective de projets prévus tels que le site de l’Administration des douanes et impôts indirects et
le site de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale sur lesquels il est désormais possible de remplir des
déclarations et d’opérer des paiements en ligne12.
De même, le Technopark de Casablanca abrite une centaine de start-ups dans le domaine des TIC.
Enfin, le réseau intra-universitaire Marwan (Maroc Wide Area Network), en voie de développement,
devrait être relié aux réseaux universitaires européens.
Le gouvernement marocain a d’autres projets dans le domaine d’Internet tels que le plan Ecole 2008,
qui prévoit un centre multimédia dans chaque établissement d’éducation.

Ainsi, le marché des NTIC est considéré comme un secteur porteur. Le potentiel est important dans un
Maroc qui a entamé la mise à niveau de son économie. A ce titre, la croissance annuelle de l’activité
informatique au cours de ces dernières années est d’environ 20%13 et elle devrait se poursuivre sur ce
rythme compte tenu des besoins d’équipement du marché constitué principalement par les grandes
entreprises et l’Administration. Les PME et les ménages sont encore sous-équipés, le secteur a donc
encore de beaux jours devant lui.

La profession comptable qui se trouve au cœur de l’activité économique, ne pourrait rester à l’écart
d’une telle révolution. Les technologies de l’information et de la communication constitueront de

10
Source : L’Opinion du 2 janvier 2003
11
Source : Fiche de synthèse de la mission économique française (www.dree.org)
12
Des liens hypertextes renvoyant aux services e-gouvernement sont disponibles au site
www.miseaniveau.gov.ma.
13
Source : Economie et Entreprises Hors-série MRE 2003

Mémoire d’Expertise Comptable 6


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

l’avis de tous les chercheurs et les praticiens, le principal vecteur de changement en comptabilité au
cours de la prochaine décennie. La nouvelle économie est celle de l’information. Pour une profession
dont la matière première et le produit fini sont justement l’information, caractérisée d’ailleurs par un
cycle de vie très court, les enjeux ne peuvent être qu’énormes.

L’avenir de la profession dépendra même de l’importance accordée par les professionnels à cette
mutation. Toute la profession doit réagir en temps opportun et être en mesure de sauvegarder, voire
d’améliorer sa position sur le marché et maintenir son statut privilégié.

Pour le président de l’établissement financier Europe Finance et Industrie M.Louis Thannberger : « il


faut que les Experts-comptables maîtrisent ces nouvelles technologies et les nouveaux métiers liés à
elles, sinon ils seront coupés du réel »14.

Graeme McGregor Président du comité de technologie de l’information de l’IFAC déclare, quant à lui,
que « si les Experts-comptables ne saisissent pas les opportunités offertes par les technologies de
l’information et de communication, de nombreux autres groupes professionnels seront prêts à entrer
dans l’arène et à nous souffler la place pour garantir que l’usage des technologies de l’information sera
considéré comme un avantage concurrentiel et non uniquement comme un centre de coût »15.

L’impact des technologies de l’information et de la communication sur la profession comptable peut


être étudié par référence à la triptyque de l’exercice professionnel : les clients, les métiers et les
ressources humaines.

Les clients :
Au sein d’une économie mondiale recherchant plus que jamais l’efficience sous la pression des
marchés financiers de plus en plus exigeants et interdépendants, le commerce électronique fait
désormais figure de maillon indispensable. Neutralisant quasiment tous les obstacles à la
communication vendeur-acheteur (notamment géographiques et temporels), Internet permet au
premier de s’adresser à une clientèle mondiale et au second de jouir de l’éventail de choix le plus large
possible. Alors qu’il permet au professionnel comptable de s’adresser à une clientèle plus large,
Internet donne naissance à une nouvelle génération des clients plus avisés et donc plus exigeants.
Par ailleurs, la focalisation sur les clients est l’un des principaux fondements des nouveaux modes
d’organisation et des modèles d’affaires innovants.

14
Propos recueillis par Nathalie Gressier Tora, www.ambition2010.com
15
Extrait du discours prononcé à l’occasion du congrès mondial de la comptabilité 1997, Atelier « Profession
comptable face à l’explosion des technologies de l’information ».

Mémoire d’Expertise Comptable 7


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Les métiers :
L’explosion des technologies de l’information et de la communication sonne la fin des monopoles et
ce, dans deux mesures :
- D’un côté, l’imbrication et l’ouverture des systèmes d’information font que la profession
comptable n’a plus l’exclusivité sur certaines prestations notamment dans le domaine du
conseil.
- D’un autre côté, le gap concurrentiel entre petits et grands cabinets s’érode sous l’effet des
valeurs montantes de la nouvelle économie (rapidité, réactivité…).

Au regard de leur métier de base, la mainmise des comptables sur l’enregistrement et la présentation
des transactions économiques est de plus en plus contestée. Les ERP (Progiciel de Gestion Intégrée)
permettent de générer automatiquement plus de 90% des écritures comptables. Les fournisseurs
d’applications hébergées (ou ASP : Application Service Provider) mettent les logiciels comptables et
de bureautique à la portée de tous les internautes. Par ailleurs, dans un environnement hautement
informatisé où les entreprises sont capables d’arrêter leurs comptes quatre fois par an voire davantage
dans des délais toujours plus courts16, le processus d’audit traditionnel souffre de problèmes
d’efficience et de pertinence.
C’est pourquoi, les Experts-comptables devront mener une réflexion portant sur les missions
existantes ainsi que sur les possibilités de développement de nouvelles missions répondant aux
nouvelles attentes des clients.

Les ressources humaines :


Dans cette ère du savoir, les ressources humaines sont encore plus importantes qu’elles ne l’ont jamais
été. Le savoir se renouvelle à un rythme tellement soutenu que des gaps sont très vite creusés entre les
nations et les hommes selon la capacité des uns et des autres à suivre la cadence. La formation devient
aujourd’hui un acte volontaire et conscient. La valeur des hommes ne se limite plus aux diplômes. Elle
est davantage dans l’expérience et la capacité à se former.

Au niveau national, les cabinets d’expertise comptable sont déjà bien équipés en matériel informatique
et se déclarent majoritairement « technophiles ». En effet, les Experts-comptables marocains semblent
manifester leur enthousiasme pour augmenter l’intégration des nouvelles technologies dans leur
cabinet et le rôle de levier des NTIC leur apparaît comme un facteur stratégique de succès. C’est ce
que révèle une enquête que nous avons effectuée auprès des membres de l’Ordre des
Experts-comptables (Cf. Annexe 1 : compte-rendu détaillé de l’enquête).

16
Les états financiers trimestriels de CISCO Systems sont arrêtés en une journée et publiés sur son site Internet
six jours après la fin du trimestre.

Mémoire d’Expertise Comptable 8


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Ce mémoire n'est pas destiné à des spécialistes de l'informatique ou du management. Son but est
simple : discerner les évolutions possibles de notre profession par l'assimilation de ces technologies. Il
s'agit de bien comprendre l'importance, la portée et les enjeux de ces technologies. Mais important
pourquoi ? Pour qui ? Avec quels objectifs et quel contenu ? Quels investissements et quelles
perspectives de gains ? Que peuvent-elles amener pour l'Expert-comptable en terme d'organisation, de
management et de productivité ? Que peuvent-elles apporter aux entreprises clientes en terme de
rapidité, de qualité et de service ? Permettront-elles de répondre à leurs besoins spécifiques ?

Ainsi, notre travail de recherche se propose d’atteindre deux objectifs :

Premier objectif :

Comprendre le monde des NTIC pour faciliter et réussir la mise en place de


ces nouvelles technologies dans un cabinet (Première Partie).

Si Internet, compte tenu de sa médiatisation, commence à être un mot familier, des notions telles que
client-serveur, Intranet, Extranet, EDI, EFI, Groupware, Workflow... sont des termes bien souvent
méconnus par l’Expert-comptable néophyte.

C’est pourquoi, une présentation de ces nouvelles technologies sera abordée au cours de la première
partie. Ceci permettra de démystifier ces technologies afin de mieux cerner les possibilités et les
applications transposables dans les cabinets d’expertise comptable. De plus, l’Expert-comptable dans
son rôle de conseil, se doit dans les années à venir d’inclure ces mots dans son vocabulaire.

L’aspect managérial et organisationnel qu’impose l’introduction des nouvelles technologies sera


également approché. L’informatique ne représente qu’une partie de la solution, l’implication du
personnel est, par exemple, primordiale au succès du projet.

Mémoire d’Expertise Comptable 9


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Second objectif :

Réfléchir sur les applications possibles au sein d'un cabinet, et ceci quelle
que soit l'importance de ses structures (Seconde Partie).

Il sera question de présenter les applications, d’ordre interne et externe, des nouvelles technologies de
l’information et de communication dans la vie professionnelle de l’Expert-comptable. Ceci afin de
répondre à une réflexion courante de la part des managers et chefs d’entreprises (dont les Experts-
comptables) : « Ces nouvelles technologies c’est bien, mais dans mon entreprise (ou mon cabinet), je
ne vois pas à quoi cela pourrait me servir ! ». En effet, ce mémoire se veut avant tout pratique et
exposera des exemples d’utilisations possibles comme la messagerie électronique, le partage des
dossiers de travail, le travail à distance…Il présentera également comment le cabinet d’expertise
comptable peut utiliser ces outils pour mieux communiquer avec ses clients et ses partenaires et
comment il peut développer de nouvelles missions.

Enfin, ce travail ne sera pas complet sans aborder les risques et les limites liés à ces nouvelles
technologies.

Mémoire d’Expertise Comptable 10


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

PREMIERE PARTIE

COMPRENDRE LE MONDE DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE


L’INFORMATION ET DE COMMUNICATION :
UN PREALABLE NECESSAIRE POUR FACILITER ET REUSSIR L’IMPLANTATION DE
CES TECHNOLOGIES AU SEIN DES CABINETS D’EXPERTISE COMPTABLE

Mémoire d’Expertise Comptable 11


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Avec la multiplication des flux d'informations dans un environnement en constante mutation, une
gestion de l'information dynamique et réactive devient un des facteurs clés du succès : les systèmes
d'information des entreprises doivent être prêts à s'interconnecter rapidement, aussi bien en interne que
vers l'extérieur.

La prolifération des P.C. et de puissantes stations de travail créent alors un énorme potentiel
d'interconnexion entre toutes ces machines. Les réseaux locaux d'entreprise (ou L.A.N.= Local Area
Network) et les réseaux longues distances (W.A.N = Wide Area Network) permettent ainsi le partage
de programmes, de données et de périphériques, tout en offrant un accès commun à ces ressources. Ils
jouent un rôle décisif, car eux seuls permettent aux postes de travail, donc aux personnes
(collaborateurs d'un cabinet, clients...), de communiquer. Et bien au delà du simple partage de
ressources matérielles et logicielles, c'est le partage de l'information et le développement du travail
collaboratif qui constituent les principaux enjeux.

Il importe alors de bien comprendre l'ensemble des possibilités offertes par les Nouvelles
Technologies de l'Information et de Communication (NTIC) qui, à terme, seront toutes interconnectées
et interopérables17 entre elles. Or, ce monde des NTIC est caractérisé par un langage technique qu'il
faut démystifier. C'est pourquoi cette partie se propose de donner à l'Expert-comptable des points de
repères lui permettant de mieux cerner ces technologies.

L'objectif n'est pas de faire un cours théorique et technique sans intérêt pour notre profession. Il s'agit
bien, en revanche, de donner au lecteur le moyen de se retrouver parmi ces termes technologiques et
d'avoir ensuite un meilleur discernement des possibilités qui s'offrent à lui dans le cadre d'applications
au sein de son propre cabinet (Les parties les plus techniques seront d'ailleurs annexées pour les
personnes intéressées).

Ainsi, cette première partie se propose de :

- familiariser le lecteur aux applications diverses de ces technologies dans le but de mener une
réflexion sur une mise en œuvre au sein du cabinet d’expertise comptable (Chapitre I) ;
- sensibiliser les Experts-comptables sur la « partie cachée de l’iceberg » lors de la mise en
place des NTIC, c'est-à-dire la révolution managériale et organisationnelle qu’impose ce projet
(Chapitre II).

17
Signifie qu'une application fonctionne indépendamment de la localisation physique des données. Et inversement, une
donnée sera utilisable indépendamment de la localisation des applications.

Mémoire d’Expertise Comptable 12


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

CHAPITRE PREMIER :
LES NTIC, NOUVELLE OSSATURE INFORMATIQUE DU CABINET D’EXPERTISE
COMPTABLE

Préalablement à la présentation des NTIC (Section II), il convient de démystifier la notion de réseau
informatique qui est en fait le support ou la technologie de base des systèmes d’information proposés
(Section I).

SECTION I – RESEAUX INFORMATIQUES : UNE INFRASTRUCTURE DE BASE


NECESSAIRE AUX NTIC

Au départ, les premiers systèmes informatiques s'articulaient autour de systèmes centralisés.


L'innovation technologique apportait l'automatisation de calculs répétitifs dans les secteurs tertiaires
de l'entreprise, la comptabilité en particulier.

L'informatique s'est ensuite étendue aux autres fonctions de l'entreprise. Mais l'évolution croissante
des besoins des utilisateurs en interfaces conviviales et fonctions spécifiques, a entraîné des services
entiers de l'entreprise vers la micro-informatique naissante des années 80.

A l'origine, ces différents systèmes n'étaient pas destinés à communiquer entre eux, mais seulement à
assurer, de façon autonome, des fonctions déterminées dans l'entreprise. Néanmoins, depuis environ
une vingtaine d'années, le rôle essentiel que peut jouer le système informatique exploité en tant que
système d'information global a été mieux cerné : la mise en réseau des ordinateurs éparpillés dans
l'entreprise est aujourd'hui incontournable pour rester compétitif.

SOUS-SECTION I – RAISONS ET STRUCTURES DES RESEAUX INFORMATIQUES

1. Pourquoi un réseau informatique ?

a) Partager les informations par le biais du réseau

Sans réseau informatique, l’Expert-comptable repose sur chacun de ses collaborateurs pour
obtenir l’information dont ils disposent sur leur ordinateur. Mais, dans ce cas, que faire si l’un
des collaborateurs est absent ? Comment et où trouver la bonne information ? Comment
accéder aux documents sans son mot de passe ? Une fois l’information trouvée, comment la
transférer sur l’ordinateur de l’Expert-comptable rapidement alors qu’elle est volumineuse ?
Sur disquette ou CD ? Que de temps perdu inutilement !

Mémoire d’Expertise Comptable 13


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

La solution, c’est le réseau. Centralisation de données, partage de fichiers, installations et


mises à jour de logiciels simplifiées, sécurité, gain de temps : tout cela grâce au réseau dans la
mesure où toute l’information dont dispose chaque collaborateur est mise à la disposition de
tous.
En pratique, le réseau informatique constitue la pierre angulaire de l’efficacité informatique du
cabinet. Il permet des gains de productivité considérables.

b) Optimiser les ressources informatiques du cabinet

La mise en place d’un réseau informatique au sein du cabinet ne se limite pas au simple
partage de données entre collaborateurs et aux gains de productivité. Il permet, en outre, de
partager et de mutualiser les « périphéries » du cabinet, évitant ainsi la multiplication d’achats
de matériels annexes. Imprimantes, scanners, graveurs de CD sont, grâce au réseau, mis à la
disposition de tous en un point de connexion centralisé.

De même, plus besoin de disposer de plusieurs connexions Internet. Fini le poste unique
réservé à Internet pour l’ensemble des collaborateurs ! l’accès à Internet est diffusé sur
l’ensemble du réseau ; tous les postes peuvent se connecter simultanément.

C’est ainsi qu’en plus des gains de productivité, la mise en place d’un réseau diminue
considérablement la ligne budgétaire informatique, notamment en matière de périphériques.

c) Centraliser les applications de production

Ce qui est vrai pour un périphérique matériel, l’est aussi pour les logiciels.
Combien de cabinets d’expertise comptable travaillent aujourd’hui sur des solutions
cantonnées à un accès limité sur un seul ordinateur ou alors il y a autant de licences que
d’utilisateurs.

La centralisation de ces applications sur un réseau informatique permet au contraire d’y


accéder sans limitation18. Les collaborateurs, plus autonomes, disposent de versions identiques
pour travailler et les coûts de formation et de maintenance sont réduits.

18
Dans le respect de la politique de licence réseau de l’éditeur.

Mémoire d’Expertise Comptable 14


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

d) Connecter des cabinets entre eux

Le cabinet qui n’est plus sur un même site géographique, devient multi-site. Ainsi, pour que
chaque site dispose des mêmes informations, ils doivent être connectés entre eux.

Un canal de connexion entre ces cabinets est possible grâce à Internet. C’est le VPN (Virtual
Private Network) ou réseau privé virtuel, liaison sécurisée, privée et temporaire.
Le VPN est parfait pour une utilisation ponctuelle et pour le transfert d’informations de faible
volume.

Si toutefois les échanges deviennent plus fréquents et plus importants, une liaison ADSL serait
plus appropriée, car plus rapide dans le transfert des données. Une autre solution consiste en la
liaison spécialisée.

2. Les types de réseau

a) Le réseau poste à poste

Cette architecture permet de mettre en place un réseau d’entreprise à moindre coût. Pour
autant, elle n’est recommandée que pour les structures utilisant peu d’ordinateurs.

Les postes sont reliés l’un à l’autre, à la chaîne, ce qui peut parfois poser quelques problèmes :

• Risque d’embouteillage puisque toutes les demandes transitent sur le même câble,
• Fonctionnement permanent du poste hébergeant la connexion Internet et/ou l’imprimante,
• Rupture de la chaîne et donc du réseau, en cas de défaillance de l’un des ordinateurs.

Malgré ces petits inconvénients, le réseau « Poste à poste » reste extrêmement simple à mettre
en œuvre.

b) Le modèle client-serveur

Dans cette configuration, un ordinateur –sans utilisateur- fait office de serveur : il centralise
les données à partager et les met à la disposition des utilisateurs (clients), qu’ils soient devant
leur ordinateur ou non19.

19
Contrairement au réseau « poste à poste » qui nécessite la présence de l’utilisateur devant son ordinateur.

Mémoire d’Expertise Comptable 15


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Quant aux « clients », il s’agit de simples postes de travail exécutant et exploitant les
ressources mises à disposition par le serveur.

Cette configuration est bien évidemment plus complexe que le réseau « Poste à poste », mais
elle est surtout plus puissante, plus fiable et plus ergonomique. Evolutive, elle permet de
connecter très simplement de nouveaux ordinateurs sur le réseau.

3. Aspects physiques des réseaux : les composants d'un réseau

Habituellement, un réseau local comprend des micro-ordinateurs dotés de cartes d'interface réseau :
les serveurs qui partagent leurs ressources et les clients qui utilisent ces ressources partagées. Un
réseau local comprend également une liaison physique (câblages), un système d'exploitation de
réseau ainsi que quelques périphériques (ponts, routeurs) et protocoles spécifiques aux réseaux.

Ces divers éléments peuvent être classifiés selon 3 catégories : Les éléments ressources (serveur,
postes clients, imprimante…), les éléments non-ressources (cartes réseau, cablages…) et les
éléments immatériels (notamment les logiciels).

4. Rôle et avenir des réseaux informatiques

a) Migration de l'informatique mono-utilisateur vers une informatique de groupe

Aujourd'hui, de moins en moins d'entreprises et de cabinets envisagent de travailler sur des PC


isolés. C'est, dès lors, non seulement la technologie des réseaux qui évolue, mais aussi, la
philosophie même de l'organisation du travail et du management. Que l'on se connecte en
interne ou vers l'extérieur de l'entreprise ou du cabinet, le partage de l'information et la notion
de travail en groupe entrent alors en scène (Cf. ANNEXE 2).

La vision classique des réseaux "maître-esclave" tend à disparaître grâce au développement


des technologies client-serveur. L'informatique de groupe prend peu à peu sa place20.

Si l'Intranet, fusion des technologies Internet et client-serveur, toucherait une faible part des
entreprises marocaines et même des cabinets d’expertise comptable21, dans les pays du G7 à
titre d’illustration, une enquête du département britannique du commerce et de l’industrie

20
D’après l’enquête réalisée, environ 80% des cabinets questionnés disposent d’un réseau local de type client
serveur principalement (68%) - Cf. Annexe 1.
21
D’après l’enquête réalisée, seulement 30% des cabinets questionnés disposent d’un Intranet (Cf. Annexe 1).

Mémoire d’Expertise Comptable 16


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

réalisée en juin 2003 a révélé que 75 % des grandes entreprises, 33% des petites entreprises
(PE) et 15% des très petites entreprises (TPE) ont déjà bâti leur Intranet22.

Nous le verrons par la suite, cette solution se révèle en effet relativement peu coûteuse, facile à
mettre en œuvre, donne un accès rapide et convivial à une information partagée, et surtout,
reste ouverte sur l'extérieur.

b) Les principaux obstacles au développement actuel

(1) Sous-équipement informatique : si les grandes entreprises se servent des technologies


de l’information, on déplore que quelque 60% des PME, qui sont les principaux clients
des Experts-comptables, ne recourent pas encore à l’outil informatique et partant, moins
au réseau Internet (Source : l’Opinion du 2 janvier 2003).
Aussi, les PME marocaines connaîtraient des problèmes beaucoup plus inquiétants.
L’on sait, d’ailleurs, que leur taux de pérennité est en baisse car après trois années
seulement de leur démarrage, seules 59% des entreprises restent sur le marché. Après
cinq années, le taux de survie tombe à 49% (même source).

(2) Les coûts relativement élevés des communications : Le pourcentage du PIB par
habitant pour un abonnement de 30 heures/mois s’élève au Maroc à 1,239 contre 0,007
aux USA et 0,017 en France (chiffres 2002) - Cf. ANNEXE 28.

Par ailleurs, l’ADSL23 récemment introduit, a été présenté comme solution miracle pour
le développement du marché de l’Internet. Cependant, cette technique séduira d’abord
les plus initiés, autrement dit les quelques milliers parmi les abonnés existants qui
migreront vers cette technologie. La population déjà exclue restera en dehors de
l’Internet et le marché ne s’élargira pas pour autant. En Europe, l’Internet s’est
démocratisé d’abord par le bas débit et grâce aux forfaits Internet. Or au Maroc, la
commercialisation des forfaits reste très limitée. La raison ? Le prix des
communications téléphoniques est trois fois plus cher au Maroc. La même observation
est valable pour le coût de la bande passante Internet dont le mégabit est vingt fois plus
cher qu’en Europe (33 000 DH contre 150 euros)24.

22
Source : www.journaldunet.com
23
L’ADSL permet de se connecter à des débits importants : de 256 kbits/sec à 2 Mbits/sec (1Mb=125Ko).
24
Source : Le Journal Hebdomadaire du 14 au 20 juin 2003.

Mémoire d’Expertise Comptable 17


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) L’inconscience de la part des acteurs économiques des avantages que peut générer
l’utilisation de l’outil informatique dans les entreprises.

(4) Les problèmes de sécurité : nous verrons dans la suite de ce mémoire que la sécurité
des transactions, sur Internet en particulier, est un problème crucial, d'une part pour le
développement du commerce électronique, et d’autre part pour la garantie de l'intégrité
et de la confidentialité des données transmises sur le réseau.

SOUS-SECTION II – CONCEPTION DE L’INFRASTRUCTURE RESEAU

Quelle infrastructure mettre en place dans le cabinet d’expertise comptable ?

Il est à la fois simple et délicat de répondre à cette question. Délicat, parce qu’aucun cabinet
d’expertise comptable ne ressemble vraiment à un autre que ce soit en terme de besoin informatique,
de taille de base de données à stocker ou encore en besoin de messagerie. Simple en revanche car il est
facile aujourd’hui de déterminer une architecture « type » qui soit cohérente et adaptée aux besoins
d’une petite structure.

Ainsi, le choix d'un produit dépend à la fois :

• de l’existant : le matériel informatique du cabinet est-il suffisant ou, au contraire, faut-il


envisager un renouvellement complet ou partiel du parc ? S'agit-il d'un système ouvert
facilement adaptable au type de réseau choisi ou d'un système propriétaire très fortement lié à
un constructeur et peu évolutif ?
• des perspectives : quelles fonctionnalités recherche-t-on à travers ce choix ? Quelle technologie
répond à ces fonctionnalités ?
• des ressources affectées à cet investissement.

1. Les critères de choix techniques et choix de la topologie du réseau

a) Caractériser le trafic d'informations dont les besoins sont croissants

Le choix du support est fonction d'un nombre de critères interdépendants (distance, débit,
fiabilité…). La définition de ces critères permettra de prévoir de façon plus rigoureuse les
volumes et les distributions horaires des flux d'informations circulant sur le réseau. Les
nouveaux besoins applicatifs (visioconférence, EDI25...) brassent des volumes d'informations
de plus en plus importants et réclament des temps de réponse courts. C'est pourquoi, la

Mémoire d’Expertise Comptable 18


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

définition de ces besoins et de leurs évolutions permet de choisir un matériel adapté pour
éviter la saturation du réseau et obtenir le meilleur compromis coûts/performances.

b) Choisir un système ouvert, c'est garantir sa capacité d'évolution

Mettre en place un système ouvert, libère l'entreprise des solutions propriétaires des
constructeurs et autorise l'intégration d'applications et de matériels comportant des
technologies d'hier, d'aujourd'hui et surtout de demain. C'est garantir la portabilité26 et
l'interopérabilité de ce système. Finalement, on peut ainsi le faire évoluer en fonction de
l'apparition de nouveaux besoins.

(1) Renouvellement du parc ou réutilisation du vieux matériel ? Faire migrer un


vieux système vers un système ouvert n'est plus un obstacle technique insurmontable
aujourd'hui. Néanmoins, il faut tenir compte de certaines difficultés liées, en particulier,
à la migration des données et des applications vers le nouveau système. Dans certains
cas, il est inévitable de redévelopper les applications spécifiques au cabinet et de
ressaisir les bases de données, ce qui est très coûteux.

L'utilisation de vieux équipements risque, en outre, de créer des goulots d'étranglement.


Un diagnostic préalable de ce matériel est donc recommandé afin de mieux évaluer
l'investissement.

(2) Les avantages d'un système ouvert sont doubles : plus grand choix de matériels et
de logiciels (portabilité) et plus grande facilité à faire jouer la concurrence (systèmes
non propriétaires). Le cabinet acquiert ainsi la maîtrise de l'évolution de son système
informatique et limite les risques d'obsolescence précoce. Mais au delà de cet aspect,
cela lui donne surtout l'opportunité de communiquer vers l'extérieur sans se soucier des
problèmes de compatibilité. La technologie Internet est, nous le verrons, l'illustration de
cette ouverture sur un horizon plus large.

c) Quels types de réseaux correspondent-ils aux besoins ?

Poste à poste, LAN (réseau local), WAN (réseau étendu)...Les configurations possibles d'un
réseau sont multiples et dépendent des besoins du cabinet. Le choix du type de réseau, sa
topologie déterminera en partie son évolutivité, son coût et ses performances (Cf. ANNEXE
3).

25
Electronic Data Interchange = Echange de Données Informatisé.
26
Possibilité d'utiliser les mêmes applications et les mêmes données indépendamment des plates-formes
matérielles.

Mémoire d’Expertise Comptable 19


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Mais l'architecture du réseau impacte aussi directement sur la complexité d'administration27 de


celui-ci. Elle sera proportionnelle au nombre de composants clients, serveurs, services et au
nombre de niveaux (ensemble de serveurs sur lesquels sont réparties les données du système) :
d'un système monoserveur, simple et facile à gérer, à un modèle multiserveurs qui devient
nécessaire lorsque le réseau commence à être saturé (Cf. ANNEXE 4).

d) Tests et optimisations du réseau

Tests sur la bande passante, accès aux serveurs, interface utilisateur, portabilité et
interopérabilité du système et des logiciels. L'ensemble de ces points doit absolument être testé
avant la mise en place définitive. Dans le cas contraire, le bon déploiement du réseau risque
d'être considérablement ralenti. Ainsi, une interface peu ergonomique et peu conviviale, ou un
réseau lent et constamment ralenti par des goulots d'étranglement sera peu utilisé ou rejeté par
les utilisateurs auxquels il est destiné.

2. Identification des coûts d'investissements et d'exploitation

La question "combien coûte ces nouvelles technologies, Internet, groupware, Intranet...?" est
comparable à la question "combien coûte une voiture ?". Tout dépend de l'utilisation que l'on veut
en faire, du modèle et des options que l'on choisit. Ce coût varie considérablement d'une situation à
l'autre. Une simple connexion à Internet ne coûte pas le même prix que la création de son propre
site Internet. De même, le prix d'un site Internet varie selon le volume d'informations, l'habillage
graphique et les prestations en ligne proposées. En outre, au delà des coûts liés aux matériels, plus
faciles à évaluer, les coûts liés à l'environnement culturel, humain et managérial sont très
importants : le vrai coût n'est pas technologique mais organisationnel. Nous nous limiterons ici à
indiquer les différents postes de coûts et des ordres de grandeur à titre indicatif.

a) Des coûts technologiques réels mais secondaires

Les coûts du matériel et de son installation sont les plus faciles à évaluer. Une fois
l'infrastructure définie, l'investissement peut être clairement délimité.

(1) Infrastructure matérielle : son coût est fonction de 3 critères.

• le coût matériel des réseaux locaux.

27
Gestion du système = routage des appels, annuaires des services et des utilisateurs, sécurisation et gestion des
droits d'accès, gestion des événements asynchrones et définition des priorités... (Cf. ANNEXE 5)

Mémoire d’Expertise Comptable 20


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• le coût des liaisons entre les sites distants : ces coûts varient en fonction des besoins de
connexion et de bande passante. Les lignes spécialisées, qui ont l'avantage d'établir une
connexion sécurisée et un haut débit de données (64 Kbits/s à 2 Mbits/s) ont un coût de
revient relativement élevé28.

• le coût d'installation et de paramétrage du système.

(2) Les logiciels : le coût des logiciels est fonction du nombre de licences achetées, c'est à
dire du nombre d'utilisateurs. Il comporte comme pour le matériel une partie liée au
paramétrage.

b) Le vrai coût de ces technologies : l'importance des coûts organisationnels et des coûts
cachés

Si l'outil est utile, encore faut-il pouvoir en mesurer la valeur ajoutée et évaluer sa rentabilité.
En effet en informatique, les coûts cachés ou mal analysés sont nombreux. Selon le Gartner
Group29, le coût d'usage d'un simple ordinateur dans un contexte bureautique est de plus de
2.000 $ par an !

(1) Mise en place et démarrage : il s'agit ici principalement des coûts liés à la reprise de
certaines données de l'ancien système d'information du cabinet.

(2) Les coûts de fonctionnement : coûts de communication, maintenance, administration


du système (Cf. ANNEXE 5) et support technique... tous ces coûts viennent s'ajouter à
l'investissement initial. Les coûts d'utilisation d'un poste de travail utilisant un nouveau
système d'information sont évalués à 44.000 F (environ 6.708 euros) la première
année30.

(3) Formation et information du personnel : implication du personnel, redistribution


des tâches, apprentissage des nouveaux outils nécessitent des formations coûteuses en
temps et en argent. Mais ce budget est indispensable sous peine d'échec. Il existe en fait
deux risques engendrant des coûts indirects :

• La mise en place d'un nouvel outil entraîne à coup sûr des perturbations dans
l'environnement habituel. La recherche de nouvelles fonctions et la prise en main du
nouveau système génèrent des pertes de temps et de productivité. Seule une formation
adaptée limite ce coût.

28
Pour avoir une idée sur les tarifs, consulter le site de Maroc Télécom : www.iam.net.ma.
29
Cabinet américain spécialisé dans le conseil et la gestion des technologies de l’information.
30
Source : "Le Groupware" de Serge K. Levan et Anne Liebman, Edition HERMES

Mémoire d’Expertise Comptable 21


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• le rejet d'un système qui bouscule les habitudes. Nous verrons au chapitre suivant que
l'appropriation de l'outil par les salariés du cabinet est la meilleure façon d'intégrer
celui-ci avec succès. "Bien informés, les hommes sont des citoyens, mal informés, ils
sont des sujets", (Alfred Sauvy).

c) Les coûts spécifiques à Internet sont faciles à évaluer

Il existe une multitude de possibilités pour connecter le cabinet à Internet. Nous ne rentrerons
pas dans le détail de ces différentes solutions mais nous donnerons néanmoins deux exemples.

(1) Coûts de connexion pour l'utilisation du courrier électronique et la consultation


d'Internet31.
Ce premier exemple illustre le besoin d'être un simple utilisateur d'Internet, c'est à dire
de rechercher des informations sur les services existants, par exemple pour consulter les
cours de la bourse, télécharger des fichiers, trouver les derniers éléments juridiques et
fiscaux permettant de répondre à une question particulière (décret d'application d'une
loi, circulaire...).

(2) Coûts de mise en place d'un serveur : créer son propre site ou se faire héberger.
Il s'agit, dans ce cas, de devenir fournisseur d'informations et donc de mettre en place un
service sur le réseau pour présenter ses informations (Cf. ANNEXE 6).

3. Recours à la sous-traitance : l'Outsourcing32

Même si l'Expert-comptable peut avoir des compétences en informatique, il n'a pas forcément les
moyens (en temps et en argent), ni l'envie de se lancer dans un investissement qui s'éloigne de son
métier de base et de ses préoccupations quotidiennes. Ainsi, s'il ne veut pas investir dans
l'acquisition des compétences informatiques nécessaires pour conduire ces changements, et qu'il
préfère centrer son activité sur les métiers qu'il connaît, le marché de l'externalisation est une
solution qui s'offre à lui.

a) Les besoins des cabinets évoluent, l'externalisation aussi

L'externalisation de l'informatique - Facilities Management, outsourcing ou infogérance - n'a


plus seulement des enjeux financiers, mais aussi des enjeux stratégiques. Elle comble le

31
Pour avoir une idée sur les tarifs d’abonnement à Internet, consulter le site de Maroc Télécom :
www.iam.net.ma.
32
Hébergement et externalisation de l'informatique chez un sous-traitant.

Mémoire d’Expertise Comptable 22


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

manque de compétences internes sur des technologies pointues et changeantes. L'objectif n'est
plus seulement d'assurer le maintien de l'exploitation sans en modifier la qualité tout en
cherchant à réduire les coûts, c'est aussi de faire évoluer l'informatique d'un système
propriétaire vers un système ouvert.

Les cabinets vont ou devront entreprendre des transformations profondes de leur organisation.
Il faut, pour cela, que le système d'information puisse accompagner ce changement.
L'infogérance permet ainsi de rester concentré sur son métier de base tout en faisant évoluer
son système informatique.

b) Les risques potentiels

(1) Se voir déposséder de son système d’information : L'Expert-comptable doit garder


des liens étroits avec son prestataire afin de garder le contrôle de son système. Il doit
aussi, sans rentrer dans les aspects techniques, garder la connaissance de ses applicatifs.

(2) La reprise en main de l'informatique doit être anticipée : le mieux est de prévoir,
dans le contrat, une clause de réversibilité définissant le processus à suivre en cas de
rupture de la relation.

(3) Perte de l'avantage concurrentiel : l'infogérance ne doit pas impliquer un traitement


standardisé de l'information afin que les spécificités du cabinet soient respectées.

SECTION II – NTIC : DEFINITIONS ET VUE D’ENSEMBLE

Le management évolue et se présente aujourd'hui sous les traits médiatiques du "Business Process
Reengineering" ou réingénierie organisationnelle. Il est aujourd'hui vital pour l'entreprise de s'adapter
à son environnement : face à l'exigence accrue des Consommateurs, l'intensification de la
Concurrence et l'accélération du Changement sous toutes ses formes, le cabinet doit apprendre à faire
autrement, mieux, plus vite et au moindre coût. Mais, alors que ces trois forces majeures (Les "3
C"33) sont à l’origine de l’apparition de nouveaux concepts de management, on peut observer
simultanément l’émergence de nouvelles technologies de l'information et de la communication.
Groupware, Internet, Intranet...ces nouveaux médias mettent à notre disposition un nombre croissant
d'outils et de services pour communiquer mieux et plus vite, en tous lieux et à toutes heures :
messagerie, diffusion d'informations, visioconférence, workflow...

33
D’après les mots de James Champy et Michael Hammer, Auteurs du livre « Le reengineering, réinventer
l'entreprise pour une amélioration spectaculaire de ses performances ».

Mémoire d’Expertise Comptable 23


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Dorénavant, l’information peut être traitée sous toutes ses formes : qu’elle soit structurée, non
structurée ou semi-structurée, qu’il s’agisse de texte, d’image ou de son. Grâce à ces nouvelles
technologies, l’évolution des besoins du management et l’innovation organisationnelle qui en résulte
trouvent aujourd’hui les outils nécessaires à leur développement. Désormais, il est aussi possible de
traiter l’information autrement, mieux, plus vite et moins cher.

Nous nous limiterons, dans cette section, à présenter une description des fonctionnalités de ces
technologies. L’évolution qu’elles peuvent engendrer au sein du cabinet, les perspectives
managériales et organisationnelles, en interne mais aussi vis à vis des partenaires et des clients, seront
développées dans la seconde partie de ce mémoire.

SOUS-SECTION I - INTERNET, INTRANET ET GROUPWARE : DEFINITION ET


PRESENTATION

1. Présentation de l'Internet et de l'Intranet

a) Le fonctionnement d'Internet

L’évolution de l’Internet a d’abord été très lente. Cependant, ces dernières années, il semble connaître
un développement exponentiel (en nombre d’utilisateurs et technologiquement) que rien ne semble
pouvoir arrêter. Internet apporte des fonctions nouvelles : il est mondial, rapide, offre des capacités
multimédia et connecte des réseaux d’ordinateurs entre eux.

(1) L'infrastructure du Net : un magma de réseaux interconnectés. Internet est un


réseau fédérateur de réseaux, en quelque sorte le réseau des réseaux. Si une entreprise
désire se connecter à Internet, elle fera alors intervenir plusieurs acteurs :

• un fournisseur d’accès,
• un opérateur Internet national directement raccordé au réseau mondial.

D’abord, l’entreprise se connecte au fournisseur d’accès (ou "provider") qui, lui même, a
mis en place une ligne spécialisée entre son site et celui d’un opérateur national. Si l’on
multiplie ce schéma au niveau national, puis international, on obtient alors ce que l’on
appelle le Web ou la toile d’araignée. Cette infrastructure gigantesque d’interconnexions
permet, ainsi, aux internautes, de se connecter sur un serveur à l’autre bout du monde de
façon totalement transparente.

Mémoire d’Expertise Comptable 24


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Les technologies de l'Internet. - Internet repose sur des technologies ouvertes,
universelles, devenues des standards largement diffusés (TCP/IP34, World Wide
Web35 et HTML36). Sans aller plus loin dans les détails techniques, il faut surtout
retenir que, grâce à ces technologies, n’importe quel utilisateur à travers le monde
peut se connecter sur le réseau en utilisant un simple logiciel, appelé " navigateur"
ou " browser", et visualiser des informations à l’aide d’une interface graphique
utilisant l’hypermedia37.

(3) La philosophie d’Internet : liberté et indépendance.

L’utilisateur, une fois connecté, reste libre d'accéder à tous les services (consultation,
E-mail, téléchargement...) voire de créer ses propres pages, sans autorisation, ni charges
supplémentaires de la part de l’opérateur. Sur Internet, l’opérateur se contente de fournir
l’accès au réseau. C'est l'avènement de l'utilisateur roi.

b) De l'Internet vers l'Intranet

L’utilisation de ces technologies n’a pas été restreinte à la seule plate-forme Internet. Petit à petit,
les acteurs majeurs ont pris conscience que des technologies identiques pouvaient être exploitées
avec grand profit au sein de l’entreprise, pour constituer un système performant et universel de
partage d’informations et de collaboration (à la façon du groupware). Ce système, c’est
l'Intranet. Il consiste généralement en un ou plusieurs serveurs Web (technologie Internet) mis à la
disposition des employés à travers un réseau local ou des accès téléphoniques privés. Ce concept
est ainsi né grâce à l’évolution de deux technologies ; d’une part l’Internet et d’autre part le
client-serveur.

L'Intranet est un circuit fermé, non accessible par Internet. Les serveurs apportent toutes sortes
d’informations propres à l’entreprise (bases documentaires, fichiers...) par le biais d’un logiciel de
consultation, le navigateur, qui, comme sur Internet, reste la clé de voûte du système. Un seul
logiciel permet alors de rendre homogène l'ensemble des outils d'échange d'informations de
l'entreprise : "on ne sait jamais à qui s'adresser quand on veut une information...", "Je sais que
l'information que je cherche est là, mais je ne sais pas où la trouver...". C’est aussi pour répondre à
ce genre de réflexion que l'Intranet devient incontournable.

34
Protocole de communication d’Internet, caractérisé par sa robustesse et son ouverture.
35
Version graphique d’Internet
36
Hyper Markup Language: langage de programmation permettant de créer des pages graphiques consultables sur Internet.
37
Mélange des technologies MULTIMEDIA (sons, images et vidéos) et HYPERTEXTE (document structuré de façon à ce
que sa lecture se fasse par association d’idée et non pas seulement linéairement).

Mémoire d’Expertise Comptable 25


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Il apparaît ainsi que les implications de l’Intranet sont essentiellement organisationnelles. En effet,
les spécialistes préconisent de profiter de la mise en place d’un Intranet pour organiser une
démarche de réingénierie organisationnelle ou le « Businees Process Reengineering », c'est-à-dire
une remise en cause fondamentale et une redéfinition radicale des processus opérationnels pour
obtenir des gains spectaculaires dans les performances critiques que constituent aujourd’hui les
coûts, la qualité ou le service client.

c) De l'Intranet vers l’Extranet

L’Intranet permet à l’entreprise de se tourner vers le monde et plus particulièrement vers ses
partenaires privilégiés, c’est la partie Extranet de l’Intranet. Mais le développement des Extranets
n’a été possible qu’avec la montée de l’EDI (Echange des Données Informatisé).

(1) Définition de l’EDI

« L’EDI consiste en la transmission (par communication) de documents commerciaux


(ou d’affaires) entre partenaires d’affaires distincts pour leurs bénéfices mutuels. »38
L’échange des données ou documents informatisés est donc une technologie
d’information qui consiste à effectuer des transactions entre partenaires d’affaires par
l’envoi de documents (factures, bons de commande, déclarations fiscales…) sous forme
électronique. On évalue que près de 70%39 des données produites par les systèmes
informatiques d’une entreprise serviront de données d’entrée pour les systèmes d’un
partenaire d’affaires. Dans un environnement « papier », cela signifie que la même
information est soumise à une double saisie.

L’EDI permet d’éliminer cette duplication d’entrée de données, limitant les erreurs et le
temps de traitement. Par ailleurs, l’EDI comporte d’autres avantages :
ƒ il accélère les flux d’informations ;
ƒ il permet l’intégration directe des données dans le système du destinataire ;
ƒ il préserve la confidentialité des informations ;
ƒ il donne à l’expéditeur l’assurance que le destinataire a bien reçu le message ;
ƒ au même titre que l’Intranet, l’EDI permet une amélioration des processus
organisationnels.

38
Définition de M.Yvan Lauzon, Président de l’institut mondial de l’EDI.
39
Source : Les apports stratégiques des technologies de l’information - Karim Gassemi.

Mémoire d’Expertise Comptable 26


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Améliore Réduit Elimine


Aspects administratifs
Documents comptables, administratifs… X X
Saisie, ressaisie, recopie… X X
Introduction d’erreurs, correction… X X
Téléphone, télécopie, frais postaux X
Personnel administratif X

Aspects commerciaux
Cycle de vente X X
Image de marque X
Qualité des relations clients & fournisseurs X

Certains avantages tirés de l’EDI

(2) Le principe de l'EDI : Il s'agit de développer des applications de transfert


d'informations sous forme numérique grâce à la définition de standards d’échanges
spécifiques de contenus de messages. Dématérialiser les échanges favorise alors la
défragmentation des processus et la création de chaîne de valeur ajoutée. Via l'EDI,
l'échange de données ne se fait plus uniquement au sein de la même organisation,
plusieurs applications d'entreprises différentes peuvent ainsi coopérer
automatiquement sans intervention humaine et apporter une plus grande
souplesse d'organisation. Les frontières de l'organisation s'élargissent pour
incorporer les clients et les fournisseurs. Des "entreprises virtuelles" se constituent
alors en recréant les conditions de coopération internes à une seule entreprise entre
les membres de plusieurs entreprises.

(3) Internet, un nouvel élan face à l'essoufflement de l'EDI : l’EDI est pénalisée
par des procédures rigides qui en limitent l'usage, telles la formalisation préalable
(du contenu et des procédures), indispensable entre les protagonistes; le
développement et la validation de façon conjointe; les investissements initiaux et les
coûts de fonctionnement importants.

Internet permet de résoudre ces inconvénients de coût et de couverture géographique


qui pénalisent les plus petites structures. Avec un simple navigateur Web et une
ligne téléphonique (et bien entendu un PC), l'utilisateur se branche sur le site Internet
de son partenaire (si celui-ci le permet) et réalise ses transactions à l'aide d'un
formulaire électronique (EFI = Echange de Formulaires Informatisés) qu'il charge
sur son ordinateur. Néanmoins, ce système pose des problèmes de sécurité et

Mémoire d’Expertise Comptable 27


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

d'authentification et impose une saisie manuelle (il ne peut donc pas s'intégrer dans
une chaîne complète automatisée, contrairement à l’EDI).

(4) Combinaison des technologies EDI et Internet : De nombreux travaux ont été
entrepris afin de dégager des solutions « mixtes » appelées WEB-EDI ou LITEDI,
qui ont pour objet de combiner le meilleur des deux technologies. La mise en œuvre
de formules mixtes permet ainsi de donner pleinement satisfaction à tous les
intervenants ; aux grandes et moyennes entreprises et aux activités basées sur la
confidentialité absolue : les solutions du « Tout-EDI », aux petites entreprises une
gamme de solutions plus abordables qui parviennent à combiner la rigueur de
l’EDI et la souplesse de l’Internet.

(5) Extranet, la suite naturelle de l’EDI

On peut assimiler l’Extranet à un Intranet étendu. En d’autres termes, l’Extranet est la


partie Intranet ouverte aux partenaires privilégiés tandis que le Web (ou l’Internet) est
ouvert à tout le monde sans exception.
L’Extranet40 peut créer de nouvelles formes de travail sur des sites distants. Il peut
encourager le télétravail (i.e : le travail à distance). En effet, des consultants nomades ou
« SBF » (Sans Bureaux Fixes) d’un cabinet d’audit peuvent se connecter directement à
distance au système d’information du cabinet afin de consulter leur agenda, transmettre
au superviseur leurs travaux réalisés, recevoir les observations de celui-ci, mettre à jour
leur relevé de temps, remplir leurs notes de frais…

2. Présentation du groupware

La philosophie de groupware rejoint celle d’Intranet : partager l’information et faciliter le travail de


groupe. Cette philosophie commune est rendue tangible par l'analyse fonctionnelle de ces
technologies.
Il y a d’autres termes utilisés pour le groupware : informatique de groupe, collecticiel ou travail
collectif, collaboratif ou coopératif assisté par ordinateur. En fait, si sa définition est assez floue, et
même évolutive, il est néanmoins souvent présenté comme une nouvelle forme d’organisation du
travail qui utilise un ensemble de matériel et logiciel favorisant le travail de groupe. Le concept est
né en 1984 et sa matérialisation la plus évidente est le développement des messageries
électroniques. Une définition plus précise a été énoncée depuis par Peter et Trudy Johnson-Lenz, le

40
L’Extranet est peu utilisé dans les cabinets, seul 17% en dispose et l’utilise (Cf. Annexe 1).

Mémoire d’Expertise Comptable 28


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

groupware est « un ensemble de processus et de procédures adoptées par un groupe de travail


devant atteindre un objectif particulier, et incluant les logiciels conçus pour faciliter ce travail en
groupe ». Il existe donc la composante humaine et informatique. Par ailleurs, le groupawre ne
recherche pas à traiter de l’information tels des systèmes de gestion. Bien au contraire, il est un réel
facilitateur de communication et de coordination entre les acteurs de l’entreprise et d’une certaine
forme de capitalisation d’information subjective et non structurée.

Le produit de groupware le plus connu est Lotus Notes. Le potentiel de ses applications est énorme
et la firme IBM a racheté Lotus non pas pour le célèbre tableur 1-2-3 mais bien pour Notes. IBM a
fait évoluer ce produit vers l’Intranet en créant Lotus Domino qui est une passerelle entre les bases
de connaissances Notes et le Web.

Les principales offres des logiciels de groupware sont regroupées dans le tableau ci-dessous41 :

Editeur Nom Fonctions principales

IBM Lotus Notes Domino Messagerie, agenda partagé, transfert de documents,


accès aux bases de données, workflow, mécanisme de
réplication, signature électronique

Microsoft Exchange Messagerie, agenda partagé, transfert de données,


gestion de formulaires

Novell Groupwise Messagerie, agenda partagé, gestion de documents


électroniques, gestion des tâches, workflow

Netscape Suitespot Messagerie, serveur Web, agenda partagé, forums,


diffusion de documents

a) Emergence du groupware et définition

(1) L'évolution des besoins des entreprises explique l'émergence du groupware

• de la bureautique à la messagerie : le déploiement des outils de bureautique


individuelle a d’abord donné aux entreprises des outils d’automatisation des tâches de
bureau. La création de documents électroniques a apporté une valeur ajoutée supérieure
au papier car plus facilement réexploitables. Une fois la bureautique bien implantée, un

41
Source : Internet, Intranet et Extranet – Un Projet pour l’entreprise. Mémoire E.Petit / ESC Rouen.

Mémoire d’Expertise Comptable 29


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

nouveau besoin est apparu : échanger et communiquer plus facilement ces documents
entre postes de travail isolés...la messagerie était née.

• de la messagerie au workflow (flux de tâches) : au delà de la messagerie, il est possible


d’organiser la diffusion de ces documents. La création de circuits « électroniques » de
l’information, image virtuelle de l’organisation réelle de l’entreprise, permet en
automatisant les processus d’apporter encore davantage de valeur ajoutée en réduisant
les délais.

• puis vînt le groupware : selon sa conception, la recherche de valeur ajoutée est issue de
la volonté de partager l’information. Partage et collaboration permettant de mettre en
commun les ressources de chacun. L’information ne va pas simplement arriver par le
déroulement d’un processus automatisé ou l’envoi d’un message par un émetteur à un
récepteur. Chacun doit donner pour mieux recevoir. En déposant ses documents dans un
espace réservé au groupe, chacun apporte et reçoit quelque chose. La démarche devient
active et optimise le savoir conjugué de tous.

(2) Définition fonctionnelle : Cette nouvelle technologie comporte quelques


caractéristiques fondamentales. D’abord, la gestion de l’information semi-structurée et
un accès rapide à celle-ci. Ensuite, la possibilité de faciliter la communication, la
coordination et la coopération entre les membres d’un groupe ou d’une équipe. Pour
remplir ces fonctions, le groupware s’appuie sur l’utilisation de 6 technologies de base :

• la gestion de documents multimédia (gestion de bases documentaires ou GED42) et de


bases de données structurées ;
• les conférences électroniques, conférences audio et visioconférences (communiquer) ;
• le courrier électronique (communiquer) ;
• le workflow et la gestion des tâches (coordonner) ;
• la gestion des agendas et des ressources, la planification des réunions (coordonner) ;
• le partage de documents (Coopérer).

(3) La dimension humaine est indissociable du groupware. La combinaison de ces


techniques permet une synergie nouvelle centrée sur les activités humaines qui
impliquent une collaboration les uns avec les autres. Elle élargit le domaine de
l’informatique à des territoires encore inexplorés par celle-ci : les relations humaines.
La communication, la coordination et la coopération sont, de fait, les trois fondements

42
GED = Gestion électronique de documents.

Mémoire d’Expertise Comptable 30


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

indissociables de toute organisation humaine, et ce, en dehors de toutes considérations


technologiques. Induits de façon irrémédiable par le phénomène de division du travail,
ils se manifestent dès que deux personnes travaillent ensemble.
Le groupware est le premier environnement informatique qui se fonde sur la supériorité
du groupe sur les composants électroniques pour améliorer les performances de
l’entreprise.

b) Un remède aux inconvénients posés par les moyens traditionnels de communication

(1) Des moyens de communication traditionnels pas toujours efficaces : Le travail de


groupe implique des activités communes dans un environnement partagé (La réalisation
de l’évaluation de la société X, par exemple, implique le partage de certains documents,
la communication de l’avancement du travail de chacun, des réunions ou le partage
d’outils spécifiques). Les moyens de communication traditionnels, s’ils permettent déjà
de gérer les décalages « moments / lieux » entre les membres d’un groupe (Cf.
ANNEXE 7), ont malgré tout de nombreux défauts que nous percevons chaque jour :
échéances dépassées, communications ratées, erreurs et changements de dernière minute
sont autant d'événements coûteux en qualité, en temps ou en argent.

(2) La communication verbale (entretiens, téléphone et réunions) est généralement


privilégiée parce qu’elle paraît plus réactive. Néanmoins, elle comporte deux
inconvénients qui seraient à notre avis importants : d’une part, elle est forcément
synchrone et nécessite la disponibilité simultanée des interlocuteurs, et d’autre part, sauf
exception, il n’y a aucune trace des discussions.

• le téléphone : lorsque vous appelez quelqu’un, combien de fois devez-vous rappeler


parce que la personne n’est pas là ou est déjà occupée. Et si elle vous rappelle, combien
de fois êtes vous déjà parti ou occupé avec un autre client ou une autre affaire ?
Dérangement fréquent, impossibilité de préparer une réponse à l’avance...Le téléphone
est un outil indispensable, mais il est aussi trop souvent source de perte de temps et de
productivité.

• les réunions : elles imposent de nombreuses contraintes. Il faut d’abord se mettre


d’accord sur la date et l’heure de la réunion pour chaque participant. Ce qui impose de
les contacter un par un et de trouver un moment où chacun soit disponible, et un lieu
vacant où chacun puisse se rendre...Sans parler des temps de déplacements et des frais
induits.

Mémoire d’Expertise Comptable 31


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) La communication écrite autorise une communication asynchrone qui n’est pas sans
défaut

• le courrier : il n’est pas le média le plus rapide (au minimum une journée). En outre, le
coût de transport, d'élaboration et de manipulation, ainsi que les risques de grève
éventuelle (si envoi par poste) ne sont pas à négliger. Par ailleurs, il est impossible de
réexploiter directement l’information transmise sans la ressaisir ou scanner le document
concerné.

• la télécopie : elle est rapide mais pas forcément pratique. Le coût peut être important et
la qualité et la lisibilité du document relativement faible. Comme le courrier,
l’information n’est pas non plus directement réutilisable. Néanmoins, grâce à
l'intégration de la télécopie au micro-ordinateur, le coût de manipulation du papier
tendrait à disparaître.

c) En quoi le groupware apporte-t-il un plus aux communications traditionnelles ? (Cf.


ANNEXE 8)

(1) Le groupware apporte une réponse complète dans chacune des parties de la
matrice de Johansen (Cf. Annexe 7) : grâce aux messageries et autres conférences
électroniques, il gère les communications qui ne peuvent bénéficier de l'unité de temps
et de lieu entre récepteur et émetteur.

(2) Mais le groupware va au delà de la gestion asynchrone des échanges


d'informations, il comprend aussi deux modèles de communication :

• le modèle de "transmission" : il permet la communication sur N dimensions d’une


information. C’est à dire la transmission d’une information entre une entité et une autre,
l’entité pouvant être une personne ou un groupe désigné nommément. L’information
communiquée est personnalisée. Ainsi, les collaborateurs d’un cabinet pourront réaliser
un budget prévisionnel de leur équipe sur un document partagé sur le réseau et
constituer ainsi le budget du cabinet (communication de N personnes vers une
personne). Ce budget sera ensuite transmis au secrétariat pour mise en forme
(communication de 1 vers 1) puis à chaque collaborateur concerné (communication de 1
vers N).

• le modèle de "partage" : Il est fondé sur la collecte d’informations destinées à être


partagées et gérées par des personnes ou des groupes. L’information collectée par
chacun est collective et vient enrichir la mémoire du groupe ou de l’équipe.

Mémoire d’Expertise Comptable 32


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

3. Description des services communs au groupware et au Net

a) Les services de communication entre personnes

(1) La messagerie électronique (ou E-mail) : elle rend possible la communication entre
tous les utilisateurs d'une même entreprise ou d'entreprises différentes. Ceux-ci peuvent
alors échanger des informations (messages ou fichiers) instantanément sans contraintes
d'espace ou de temps. La seule nécessité étant de communiquer avec les mêmes
protocoles, d'où l'intérêt des technologies standards et ouvertes facilitant les
communications interentreprises.
Le tableau ci-dessous compare la messagerie électronique à ses deux concurrents
classiques que sont la poste et la télécopie :

Critère Poste Télécopie E-mail


Vitesse Lent à très lent Assez rapide si document de Quasi instantanée
petite taille
Couverture Maximale Large Large

Sécurité Moyenne Moyenne Faible (sauf cryptage)

Qualité Haute Moyenne Haute

Ressaisie Nécessaire Nécessaire Inutile

Preuve juridique Oui Non Non (sauf exception


ou authentification)

43
(2) Les conférences thématiques et forums de discussion (ou newsgroup ) : en
fonction de ses centres d'intérêts et de ses besoins, l'utilisateur peut fréquenter plus ou
moins régulièrement ce genre de site. Les conférences électroniques constituent de
vastes forums d'information thématiques. Elles sont constituées d'un ensemble de
"groupes". Ceux-ci sont eux-mêmes composés de messages publics émis par les
participants. On peut les comparer à de gigantesques panneaux d'affichage sur lesquels
chaque membre d'un groupe (salariés du cabinet, partenaires...) peut venir inscrire son
avis ou sa contribution à un sujet donné. Sauf que le panneau n'est pas situé sur un mur
de l'entreprise mais sur le réseau informatique.

43
Ce sont des "lieux" d'échanges d'idées et de discussions sur un thème particulier, des "conférences électroniques" où
chacun partage ses connaissances. On peut lire la contribution de chaque participant et y répondre à tout moment.

Mémoire d’Expertise Comptable 33


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Ces conférences peuvent être permanentes (la présence de l'historique de la discussion


permet de la prendre en route) et accessibles par tous, ou bien, correspondre aux besoins
particuliers d'un groupe de travail à un moment donné. La souplesse de l'environnement
favorise la création spontanée de groupes autour d'un thème : difficultés comptables
particulières, évolution des normes comptables...Les thèmes plus divers peuvent alors
être abordés au sein d’un même cabinet ou entre plusieurs cabinets constitués en réseau,
ou bien même entre les cabinets et l'Ordre des Experts-comptables. Le forum de
discussion est un outil de travail puissant où les échanges sont multiples et
enrichissants.

b) Les services de recherche et de mise à disposition d'informations non structurées

(1) Consultation de bases documentaires hétérogènes et non structurées : le


groupware, mais aussi les technologies du Net, permettent la gestion de documents
composites. Ce qui signifie qu'ils peuvent traiter des données d'origines multiples,
parmi lesquelles du texte, des images, des graphiques, de la vidéo ou du son. Un cabinet
est alors en mesure de constituer des bases documentaires composites consultables
simultanément par les collaborateurs. Ces bases pouvant être organisées selon des
critères variables, choisis selon le type d'informations recherchées : informations
destinées au personnel du cabinet, modèles de rapport, le fichier client, actualité
juridique et fiscale...Le paradigme de la gestion documentaire est une généralisation de
l'armoire de classement, une sorte de bibliothèque électronique consultable par mots-
clés ou par catalogues thématiques.

(2) Le téléchargement met à la disposition des collaborateurs des données


spécifiques : ce procédé est un des modes possibles de diffusion de l'information. Il
permet de mettre à disposition des données spécifiques bien plus facilement que le
simple échange de disquette. Projet de rapports, lettre de mission d'un client, dernières
informations fiscales et sociales...Une fois l'information récupérée, elle pourra être
visualisée, imprimée, faxée , annotée ou bien modifiée.

Ces services constituent donc un accès rapide et dynamique à l'information, d'autant


plus si celle-ci est régulièrement actualisée. Néanmoins, il ne s'agit pas encore d'une
communication interactive : les utilisateurs peuvent y chercher l'information mais ils
ne peuvent pas l'enrichir ou la modifier de façon significative. L'information est
relativement statique et formelle car il s'agit d'un simple service de consultation. Si un
utilisateur modifie l'information récupérée, les autres ne sont, en principe, pas au

Mémoire d’Expertise Comptable 34


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

courant. A ce niveau, il y a retour à la structure traditionnelle de la bureautique


individuelle.

SOUS-SECTION II - LES PARTICULARITES DE CHACUNE DE CES TECHNOLOGIES

Si les technologies du Net et du groupware ont une philosophie commune : le partage de


l'information, elles possèdent aussi chacune leurs propres particularités. Néanmoins, celles-ci
tendent à disparaître.

1. Le groupware, de par ses fonctionnalités spécifiques, implique davantage une refonte de


l'organisation de l'entreprise

Les réponses du groupware aux demandes de simplification, de rationalisation des communications


et d'optimisation de la circulation de l'information reposent sur des techniques grâce auxquelles la
coordination et la collaboration des individus sont facilitées.

a) Des outils pour coopérer : description et aspects fonctionnels

Quel est le fondement d'un travail d'équipe efficace ? Si la compétence individuelle de chaque
membre d'une équipe est importante, la coopération de tous constitue sa véritable essence. Le
groupware permet le développement de ce potentiel en fournissant à chacun les outils
nécessaires pour communiquer et partager des informations.

(1) La gestion électronique de documents (ou GED) :

• La GED est un mode d’organisation des données et des documents de l’ensemble de


l’entreprise. Le cycle de vie complet d'un document peut être géré par cet outil (Cf.
ANNEXE 9) alors que les technologies du Net se limitent le plus souvent aux fonctions
de recherche et de mise à disposition d'informations. La GED répond au besoin
spécifique de partage d'une information interactive et rapidement disponible. La mise en
commun de documents pour leur consultation n'est qu'une première étape au travail de
groupe, la GED a donc recours à d'autres fonctions pour que chacun puisse produire
et exploiter l'information simultanément, elle fait le lien entre le groupe et
l'information qu'il génère et manipule.

• l'acquisition des données (un collaborateur dispose d'une information qu'il a récupérée
ou créée) : si le développement de la bureautique favorise la création de documents
numériques directement utilisables dans une application GED, la baisse des coûts des
scanners facilite aussi son essor grâce à la numérisation du document papier. La part

Mémoire d’Expertise Comptable 35


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

croissante de documents numériques dans les entreprises rend leur mise en commun de
plus en plus aisée et favorise le développement des échanges électroniques
d'informations.

• le stockage de données : le document ainsi créé peut remplacer l'information papier


avantageusement. Il fait intervenir les notions de classement et d'indexation (Ex :
stockage du contrat d’emprunt numérisé d'un client dans un dossier de travail
électronique). Grâce à la GED, un même document peut être classé simultanément (en
fait référencé) en plusieurs lieux et places sans pour autant le recopier. La recherche de
l'information est facilitée et accélérée.

• la consultation et la recherche d'informations : Il s'agit ici d'une des fonctions


communes aux technologies Internet et groupware, fonction que nous avons étudiée
précédemment.

• la publication et la diffusion d'informations : Dans ce cas, le destinataire joue un


rôle passif. Il ne recherche pas l'information, il la reçoit. Il peut ainsi :

⇒ soit faire partie d'une liste de diffusion (membre d'un groupe de travail qui reçoit une
information concernant tout le groupe).
⇒ soit être intégré dans un processus de workflow (réception automatique de certains
documents dans le cadre d'une procédure automatisée).
⇒ soit recevoir une information qui ne concerne que lui (réception de son programme
de travail).

Indépendamment, chaque individu d'une équipe de travail peut publier lui-même


l'information au sein du groupe. Il est donc non seulement récepteur mais aussi
générateur et émetteur de l'information. Chacun peut suivre l'avancement des
travaux des autres instantanément, et corriger éventuellement les siens en fonction de
ceux-ci.

Les avantages de la GED sont donc de faciliter la recherche et de partager l’accès aux
documents. Elle permet d’éliminer des étapes sans valeur ajoutée, d’accélérer la prise de
décisions et la communication des informations et d’améliorer la productivité globale.
Des économies indirectes apparaissent à l’analyse de l’impact global d’une GED telles
que les économies de papier, de reproduction, d’espaces et de mobiliers de stockage.

Mémoire d’Expertise Comptable 36


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Partage de l'information : la rédaction coopérative

L'accès partagé à l'information dans le cadre de la rédaction en commun d'un document


est un des moyens mis à disposition par le groupware pour renforcer la coopération du
groupe indépendamment des contraintes espace/temps. Il permet à un groupe de travail
de rédiger un dossier partagé unique (exemple : dossier permanent ou annuel d’un
client) dont chaque membre possède un niveau d'accès prédéfini (droit de lecture, de
modification...). Il s’agit de la rédaction coopérative.

(3) La conférence électronique en temps réel: cette application groupware permet par
exemple de partager en même temps, sur des sites différents, des répliques de
documents mises à jour instantanément. Des curseurs de couleurs différentes, portant les
initiales des participants, permettent de les identifier. Au-delà du partage de données et
de documents, la conférence électronique autorise aussi l'échange de commentaires en
temps réel, voire de vidéo (conférence audio-vidéo). Les participants peuvent alors se
parler par un microphone et se voir les uns les autres dans des fenêtres vidéo s'affichant
sur l'écran de l'ordinateur. A l’heure actuelle, cette technologie se démocratise et ce,
avec la baisse importante du prix des caméras et logiciels.

b) Des outils pour coordonner : description et aspects fonctionnels

Dans un groupe, la coopération est indispensable mais insuffisante. Le besoin de coordination


est, lui aussi, tout autant indispensable. Toute organisation regroupant plusieurs individus
implique une fragmentation des processus mis en oeuvre en son sein. En d'autres termes, elle
implique la division du travail. La coordination entre les différents acteurs de cette
organisation est donc essentielle pour minimiser les effets pervers de cet éclatement.

(1) Le workflow (flux de tâches) : cet outil assure le suivi d’un cas administratif du
début à la fin, tout en distribuant chaque tâche à l’individu le plus approprié et en
conservant en permanence le contexte du cas et l’historique de son traitement. II
possède deux fonctions dont l'utilité sera détaillée dans la 2ème partie de ce mémoire :

• Il modélise et automatise les flux de documents (qui passent d'un acteur à l'autre), puis
suit l'évolution de ceux-ci au fil des étapes de leur cycle de vie (demande
d'investissement par exemple). En cas d'événement exceptionnel, tel que le dépassement
de la limite fixée par le budget des investissements, l'outil de workflow alerte
automatiquement la personne concernée.

Mémoire d’Expertise Comptable 37


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• Par ailleurs, le workflow, au delà de la simple gestion du routage de document,


automatise aussi la réalisation et l'affectation de certaines tâches en fonction de
critères prédéfinis : quel acteur doit être affecté à tel type de tâche (choix du niveau de
responsabilité de celui qui doit valider la demande d'investissement en fonction du
montant de celle-ci, affectation automatique d'une tâche au collaborateur le moins
chargé...).

(2) Rendez-vous et agendas de groupe : les applications groupware aident aussi les
individus à organiser des réunions et d'autres événements ou à planifier le temps
d'utilisation des salles de réunion et autres rétroprojecteurs. Issu du mariage heureux de
l'agenda individuel et de la messagerie, l'agenda de groupe permet de connaître les
disponibilités de chacun afin de proposer des dates, heures et lieux de réunion sans avoir
à contacter chaque personne individuellement. Il gère la ressource globale que
représente le temps collectif.

(3) La gestion de tâches (qui fait quoi, quand ?) : extension naturelle du partage
d'agendas et de la planification de réunions, elle autorise l'affectation de tâches à
certains membres du groupe tout en offrant la possibilité de fixer des échéances (dates
de début et de fin automatiquement générées) et de recevoir des accusés de prise en
compte ou de délégation.

Des priorités peuvent être définies sur certaines tâches en fonction de la date limite et du
temps imparti pour sa réalisation. Pour les tâches récurrentes (préparation des rapports
d'activité, des notes de frais, déclarations fiscales ou sociales...), l'agenda affichera
automatiquement celles-ci aux dates définies au préalable (5 jours à l'avance par
exemple).

2. Internet et Intranet sont néanmoins plus facile d'accès

Les différentes solutions disponibles à ce jour pour la mise en place des outils Internet dans l'entreprise
(Intranet) ne permettent pas encore de répondre totalement aux besoins spécifiques du travail en
groupe. Néanmoins, l'Intranet dispose d'atouts non négligeables lui permettant de concurrencer de
façon sérieuse le groupware.

a) La technologie de l'Intranet répond à des normes parfaitement définies

(1) Le navigateur Web, logiciel client universel et utilisation intuitive : quels que
soient son architecture matérielle et logicielle et le fonctionnement de ses

Mémoire d’Expertise Comptable 38


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

mécanismes internes, la facilité d'accès à un système d’information est avant tout


liée à son interface utilisateur. Ici encore, le concept Intranet (ou Web d’entreprise)
prend toute sa valeur. Le navigateur Web fonctionne sur presque tous les systèmes et
l'utilisation de son interface graphique est d’une telle simplicité qu’elle rend presque
inutile toute formation complémentaire.

Le navigateur Web (Browser), basé sur un système ouvert, est le composant


indispensable pour accéder à l'Intranet. Ses fonctionnalités donnent la possibilité de
recevoir ou d'envoyer du courrier électronique, de participer aux forums
(Newsgroup), d'exécuter des programmes.

(2) La nature hypermédia (liens hypertextes + multimédia) des documents


circulants sur Web : la facilité d'utilisation et l'aspect convivial (grâce au langage
H.T.M.L) simplifient l'accès à l'information

(3) La standardisation du format des échanges (H.T.M.L) et l’intégration


possible des bases de données du cabinet.

(4) Des coûts d'installation et d'administration bien inférieurs aux solutions du


groupware : évolutivité, offre non propriétaire, utilisation de l'infrastructure
existante.

b) Standard technologique rime avec ouverture sur l'extérieur

Grâce à cette ouverture, il n'y a plus, d'un côté, les systèmes d'information cloisonnés
des entreprises, et de l'autre, un système d'information planétaire, l'Internet :

(1) Exporter vers Internet certaines données de son Intranet pour les mettre à la
disposition du public et des clients : un des intérêts de l'Intranet est sa totale
compatibilité avec Internet qui autorise les échanges directs avec les usagers du
réseau mondial. L'information sélectionnée ne nécessitera aucun traitement pour être
consultable sur Internet. Un simple transfert de données du réseau local au serveur
Internet sera nécessaire.

(2) Importer périodiquement des données de l'Internet pour actualiser certaines


informations sur le réseau privé. Il faut, dans ce cas là, éviter de mêler les
informations fiables validées par le cabinet (bases de données internes) avec
l'information trouvée sur un site Web dont la pertinence n'a pas été validée. Cela

Mémoire d’Expertise Comptable 39


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

peut nécessiter un travail de recherche, a priori, et non a posteriori, de sources


d'informations sérieuses.

(3) Ouvrir son réseau local à ses partenaires et clients - Extranet : les personnes
autorisées à se connecter sur le réseau du cabinet n'ont pas, grâce à cette technologie
standardisée, à connaître les spécificités techniques de l'environnement qu'elles
contactent.

c) Cependant l'utilisation de cette technologie a aussi certains inconvénients

(1) L'administration est moins lourde mais plus limitée : ainsi, la définition des
droits pour l'utilisateur (droits d'accès à l'information, de copie, de lecture, de
modification, autorisation préalable) n'est pas toujours possible dans un Intranet et
reste de toute façon beaucoup plus difficile à mettre en oeuvre sur un plan technique.

(2) L'ouverture est synonyme de problèmes de sécurité et de niveau de fiabilité


de l'information : nous développerons cet aspect dans la seconde partie de ce
mémoire.

(3) Mais surtout, la réponse aux besoins spécifiques du travail en groupe est
encore limitée :

• le navigateur Web reste avant tout un outil de consultation et de visualisation passif


avec peu de capacité de traitement local et d'enrichissement de l'information. Les
applications "collaboratives" de l'Intranet ne sont pas encore à la hauteur de ce
qu'offrent les logiciels de groupware (agenda partagé, workflow ou rédaction
coopérative).

• l'Intranet n'intègre pas la fonction de réplication, idéale pour les utilisateurs


nomades : ainsi, les fichiers répliqués sur un portable, puis modifiés ne sont pas
automatiquement synchronisés44 à la première reconnexion avec la version
disponible sur le réseau local,

• l'utilisateur ne peut pas publier sur l’Intranet directement et facilement de nouveaux


documents.

d) Votre premier Intranet : les étapes à suivre (Cf. ANNEXE 10)

44
La synchronisation est la mise à jour d'une même donnée partout où elle se trouve sur le réseau.

Mémoire d’Expertise Comptable 40


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Si vous choisissez de faire évoluer le réseau de votre cabinet vers un Intranet, ceci vous
donnera les grandes lignes à suivre pour réussir votre installation. C'est le minimum
nécessaire.

CHAPITRE SECOND :
MISE EN PLACE DES NTIC : BIEN PLUS QU’UN PROJET INFORMATIQUE

La mise en place des NTIC au sein des cabinets d’expertise comptable dépasse l’aspect purement
technique pour s’étendre à trois dimensions :

- la dimension stratégique (Section I);


- la dimension humaine (Section II);
- la dimension organisationnelle (Section III).

SECTION I – LA DIMENSION STRATEGIQUE DU PROJET

Pour accéder aux avantages potentiels des NTIC, le cabinet devra, comme pour tout projet
informatique, passer par une phase de réflexion sur la corrélation entre :

• ses objectifs stratégiques ;


• ses besoins et ses contraintes ;
• la nécessité d'installer un système d'information et la forme que celui-ci doit prendre
(LAN, WAN, Intranet…).

Les questions suivantes devront trouver des réponses claires et précises :

• Quelle stratégie faut-il adopter face aux NTIC ?


• Quels sont mes besoins en terme de communication interne ? Avec mes fournisseurs,
mes clients, mes prospects et mes partenaires ?
• Est-ce que je désire me connecter sur Internet ? En tant qu'utilisateur (recherche
d'informations) ? Fournisseur (création d'un service en ligne) ou les deux ?
• Dois-je rechercher une communication de personne à personne (E-mail45) ou basée sur
le document (Intranet, groupware, workflow) ?

En d'autres termes, avant de se lancer dans tout projet et investissement, la question essentielle est :
Quelle stratégie faut-il suivre ?

45
E-mail = Electronic mail = courrier ou message électronique.(courriel ou mél en langue française).

Mémoire d’Expertise Comptable 41


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Les professionnels de la comptabilité ne peuvent se mettre à l’écart du progrès engendré par les
nouvelles technologies. Deux stratégies sont possibles :

- Une stratégie d’attente : selon cette stratégie de recul face au risque, bien que l’on soit
conscient de ce qui se passe autour, la réaction ne viendra que plus tard. Ceux qui soutiennent
cette stratégie sont généralement peu sensibles aux changements qu’apportent ces
technologies et ne croient pas à leur nécessité du moins pour le moment. Lorsqu’ils
s’aperçoivent de l’importance du phénomène, ils réagiront mais cette réaction risque de venir
trop tard, car en matière de technologie, l’effet de l’expérience et de l’apprentissage sont des
phénomènes clés de compétitivité. Tout retard sera pénalisant. Dans ce sens, l’économiste
Philipe Evans affirme qu’« une stratégie attentiste est généralement mauvaise. Mieux vaut
échouer cinq fois de suite pour avoir essayé trop tôt que d’échouer une seule fois pour avoir
essayé trop tard, car dans ce cas, l’échec est définitif »46.

- Une stratégie d’action ou d’engagement : cette stratégie est la plus appropriée pour les
cabinets qui sont « soucieux de jouer un rôle moteur et de conforter leur image »47. Une
stratégie d’engagement dans les NTIC va leur permettre de s’intégrer dans l’univers des
nouvelles technologies.
La mise en œuvre de cette stratégie consiste à avoir un comportement d’engagement : créer
son propre site, introduire de nouvelles formes de communication et surtout se former sans
cesse et améliorer ses connaissances en nouvelles technologies.

1. Avec qui le cabinet souhaite-t-il communiquer ?

Le cabinet est en interrelations avec son environnement. Celui-ci est constitué de ses clients, ses
fournisseurs, ses partenaires et concurrents, des administrations et éventuellement de ses bureaux
distants (pour un cabinet multi-sites).

a) A quel niveau s'effectue la communication au sein du cabinet ?

(1) A un niveau local au sein du cabinet : entre plusieurs collaborateurs, entre le cabinet
et ses collaborateurs (base de données centralisée, journal interne, notes internes...),
entre le secrétariat et les collaborateurs (gestion des agendas, courrier à envoyer aux
clients...).

46
Portrait de la nouvelle économie - Page 28, Ordre des Experts-comptables de France.
47
RFC N°306, décembre 1998, page 20.

Mémoire d’Expertise Comptable 42


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Entre sites distants : communication inter-cabinets dans le cadre de cabinet


appartenant à un réseau ou entre plusieurs bureaux distants dans le cas du cabinet
multi-sites.

(3) Avec des utilisateurs nomades : les collaborateurs en déplacement utilisant le réseau
Internet ou travaillant chez eux (télétravail ou le travail à distance).

b) A quel niveau s'effectue la communication vers l’extérieur ?

(1) Au niveau du public : pour faire connaître le cabinet, ses services, son expertise et ses
compétences particulières.

(2) Avec les clients : pour échanger des données, communiquer ou proposer de nouveaux
services (intervention à distance), mieux répondre à leurs attentes et plus rapidement.

(3) Avec d'autres intervenants et partenaires : Avocats, experts, conseillers, Ordre des
Experts-comptables, Administrations, fournisseurs...

c) L'état actuel de la communication dans le cabinet

(1) En interne : si la tendance est bien la mise en réseau des ordinateurs du cabinet48,
l'utilisation des nouvelles technologies telles le groupware, l’Intranet, l’Extranet,
comme dans la plupart des entreprises marocaines, n'est pas encore très courante (Cf.
Annexe 1). Les notes internes, les rencontres entre deux coups de téléphone ou deux
rendez-vous sont encore trop souvent les seuls moyens de communiquer pour les
collaborateurs d'un même cabinet. La surcharge de travail, le caractère "nomade" de
notre profession accentue encore la difficulté de travailler en collaboration ou
d'organiser des réunions.

(2) Vers l’extérieur : les liens entre le cabinet et l'extérieur se résument le plus souvent à
trois procédés. Courrier postal, télécopie et téléphone sont les maîtres encore incontestés
des relations entre le cabinet et son environnement. Néanmoins, le courrier électronique
commence à s’imposer49. En effet, celui-ci est devenu le moyen de communication le
plus répandu à travers le monde. Aujourd’hui, avoir une adresse électronique est aussi
indispensable que le numéro de téléphone ou la boîte aux lettres.

48
D’après l’enquête réalisée, environ 80% des cabinets questionnés disposent d’un réseau local (Cf. Annexe 1).
49
100% des cabinets questionnés disposent d’un accès à Internet et d’au moins une adresse électronique (Cf.
Annexe 1).

Mémoire d’Expertise Comptable 43


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) Perspectives à moyen et long terme - vers l'intégration des organisations :


La réponse aux questions "quand s'exécute un travail ?", "où, comment et avec qui ?"
perd peu à peu son aspect contraignant. Grâce aux technologies de l'information,
l'exécution d'un travail devient peu à peu indépendante des contraintes espace/temps.
Du coup, les sources d'avantages concurrentiels ne résident plus exclusivement dans la
seule organisation interne du cabinet. L'accélération des flux d'informations nécessite
la mise en place d'une intégration plus globale des processus au sein d'un réseau
externe. La chaîne de création de la valeur ajoutée est de plus en plus ouverte sur
l'extérieur :

• liaisons de bout en bout de chaînes de valeur ajoutée entre organisations indépendantes


(exemple : service comptable d'un client relié au cabinet)

• substitution de chaînes de valeur ajoutée grâce à une sous-traitance (externalisation de


la comptabilité ou de la paie des entreprises).

Ces formes d'intégration électronique permettent d'éviter les ruptures dans la chaîne
d'information d'un processus commun de deux entreprises indépendantes. Celles-ci,
dans le cadre de leurs relations, peuvent ainsi fonctionner comme si elles ne formaient
qu'une seule entité, une entreprise virtuelle, en l’occurrence.

2. Quels besoins et contraintes s'imposent au cabinet en terme de système


d’information ?

a) Adapter nos cabinets pour profiter de l'évolution des systèmes d'information

(1) L'information - la "matière première" de notre profession : L'information joue


aujourd'hui un rôle de premier ordre dans l'économie. Elle est à la fois une matière
première et un produit fini : elle s'extrait, se collecte, se diffuse, se transforme, se vend
et se stocke. Les progrès les plus conséquents doivent donc passer par l'accroissement
de l'efficacité de ce traitement : Travailler n'importe où, n'importe quand, accéder plus
rapidement à toutes les informations et partager celles-ci sont des défis qui permettront
d'améliorer la productivité et la qualité de nos services : plus l'information circule, plus
elle s'enrichit.

Information fiscale, sociale ou comptable à mettre à jour, multiplication de la quantité


d'informations provenant de chaque client ou de partenaires, nécessité de produire des
services personnalisés pour chacun d'eux...une des clés de la réussite réside dans la

Mémoire d’Expertise Comptable 44


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

maîtrise et la bonne gestion de ces flux. L'investissement dans un outil de production


adapté et issu des technologies de l'information devient ainsi incontournable.

(2) L'évolution de la technologie permet d'étendre la maîtrise de l'information à


trois domaines

• Le domaine des systèmes d'information structurés : ce domaine est celui des bases de
données où l'information répond à une structure stable et définie à l'avance afin de
faciliter son exploitation.

• Le domaine des systèmes d'information non structurés : c'est celui où les informations
ne répondent pas à des normes prédéfinies. Il n'y a pas de référentiels stables et
formalisés. Les procédures sont informelles en interne : réunions, discussions
téléphoniques. Ce système est aussi alimenté par des flux en provenance de
l'environnement externe du cabinet : cours de bourse, événement politique ou
économique, abonnement à des revues...Ce domaine est très large et correspond le plus
souvent à une information qui ne peut pas être réexploitée directement.

• Le domaine des systèmes d'information semi-structurés : Il contient des données


diverses formalisées (documents) mais non structurées (au sens d'une base de données)
souvent issues des outils bureautiques (traitement de texte, tableurs, graphiques). Ce
dernier domaine est particulièrement stratégique pour plusieurs raisons :

⇒ ces documents sont numériques et donc directement réexploitables.

⇒ ils sont composites (mélanges de textes, images et sons) et répondent aux besoins
croissants du multimédia.

⇒ le développement des NTIC (et la baisse des coûts) permet de faire circuler ces
documents sur des réseaux internes et externes, mais aussi de créer des bases
documentaires.

b) Des besoins propres au système d'information du cabinet

(1) Rapidité et accessibilité de l’information : ce facteur conditionne la réactivité de


l'Expert-comptable face aux demandes de ses clients, ainsi que sa productivité. L'accès
immédiat à de nombreuses bases d'information est un besoin de plus en plus
incontournable.

(2) Fluidité de l'information pour une communication élargie : une meilleure


circulation de l'information est nécessaire entre le cabinet et ses clients, le cabinet et ses

Mémoire d’Expertise Comptable 45


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

collaborateurs, et les collaborateurs entre eux. Echanger, communiquer, partager


l'information,... ces termes seront les garants de la qualité et de la rapidité du travail.

(3) Permanence de l’information : l'information doit être disponible à tout moment pour
optimiser sa valeur. Au bureau, en déplacement ou même chez lui, l'Expert-comptable
doit pouvoir accéder quand il le désire aux renseignements dont il a besoin.

(4) Actualisation de l'information, impérative dans un cabinet : plus l'information est


ancienne, plus elle perd de sa valeur (surtout si elle est de nature juridique, fiscale ou
sociale).

(5) La qualité de l’information : avec les mises en cause de plus en plus fréquentes de la
responsabilité de l'Expert-comptable ou du commissaire aux comptes, il s'agit de
surveiller la qualité de l'information a priori et a posteriori. La qualité d'une information
dépend de l'exactitude de son contenu, de sa précision mais aussi de sa pertinence par
rapport aux besoins des clients.

c) Des contraintes de plusieurs ordres pour le cabinet

(1) Déontologiques : Interdiction de la publicité et secret professionnel sont des normes


professionnelles impératives pour l'Expert-comptable. Nous verrons que les NTIC
posent quelques problèmes concernant ces deux principes.

(2) Géographiques : Collaborateurs en déplacement, bureaux dispersés ou regroupés sont


autant de contraintes pour le système d'information du cabinet.

(3) Financières : Il ne s'agit pas pour le cabinet de se lancer dans des investissements
massifs qui ne seront pas toujours adaptés aux besoins. Même une enveloppe financière
« modeste » permet un premier pas vers un système d'information ouvert et
communicant. L'essentiel demeure la vision globale et stratégique du projet : prévoir
l'évolution des besoins et s'y préparer à son rythme.

(4) Humaines : ce problème sera largement abordé dans la suite de ce mémoire. Il a trait
principalement à la gestion du facteur humain : implication, formation du personnel et
management.

Mémoire d’Expertise Comptable 46


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

3. L'importance du management stratégique : quels objectifs stratégiques le cabinet peut-il


envisager pour l’avenir ?

Toute entreprise se doit de posséder une vision à long terme de son activité, de son organisation et
de ses objectifs. Le projet de groupware ou d'Intranet doit être l'aboutissement d'une réflexion
stratégique, et non pas son origine. Il s'agit de savoir si la mise en place d'un réseau informatique
peut aider le cabinet à atteindre ses objectifs. L'offre technologique peut-elle répondre à la demande
organisationnelle spécifique à notre métier ? Aux nouvelles problématiques managériales ? Bref,
peut-elle aider l'Expert-comptable à faire mieux, plus vite et avec moins de temps et de coût ? Peut-
elle aider à faire autrement ?

a) Augmenter la productivité sans nuire à la qualité

Face à la diminution des marges des cabinets, corrélation de la chute des honoraires et de
l'exigence légitime d'une qualité sans cesse croissante, la productivité devient un facteur clef de
succès pour l'Expert-comptable.

Il faut disposer au bon moment des bonnes ressources aux bons endroits afin de ne pas
immobiliser personnel et information de manière improductive. Aujourd'hui, l'information est
encore trop souvent redondante (ressaisie de données, nombre de documentations qui est
fonction du nombre de collaborateurs...) et difficile d'accès (manipulation de nombreux dossiers
et formulaires papiers) : "Taper, imprimer, transmettre, modifier, réimprimer,
retransmettre"...Le caractère répétitif de certains aspects de notre métier engendre des pertes de
temps considérables qui peuvent nuire à une bonne productivité et à la qualité du travail obtenu.

b) Améliorer la gestion des ressources humaines du cabinet en capitalisant les compétences


et le savoir-faire

La connaissance et l'utilisation optimale des compétences présentes dans le cabinet ne sont pas
des facteurs de compétitivité toujours bien maîtrisés par celui-ci.
Les organisations trop marquées par une structure pyramidale, qui étouffent l'initiative
individuelle et l'exploitation des gisements de compétences, ne sont plus forcément adaptées
pour préparer le futur.

L'information ne doit pas remonter à la seule hiérarchie, elle doit aussi être disponible pour
l'ensemble du personnel pour une utilisation optimale des compétences de chacun. De la sorte,
si un collaborateur manque de compétence sur un point particulier, il doit être capable de
déterminer qui peut résoudre ce problème dans le cabinet sans avoir besoin d'en référer à son
supérieur qui habituellement détient l'information.

Mémoire d’Expertise Comptable 47


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Ainsi, nous le verrons, l'organisation de structures horizontales permet une exploitation optimale
de l'expertise de chaque salarié. Cela allège les procédures fondées sur le respect de lignes
hiérarchisées et favorise ainsi l'interaction entre collaborateurs, informations et clients.

c) Capitaliser la ressource « temps » et améliorer la réactivité du cabinet

Au même titre que les flux d'informations, la ressource "temps" est un point sensible pour
l'organisation du cabinet. Non seulement, elle est directement liée à l'évaluation de la
productivité d'un collaborateur, mais elle est aussi déterminante dans la mesure de la réactivité
du cabinet sur son marché et par rapport à ses concurrents. Face à la demande exprimée,
l'Expert-comptable doit être capable de rapidement proposer du "sur mesure". Il doit
pouvoir répondre aux besoins spécifiques du marché et des clients.

Chaque client demande aujourd'hui à être traité individuellement. Il attend des services adaptés
à ses besoins. Un cabinet ne peut plus se différencier par les missions traditionnelles, il doit se
distinguer par d'autres moyens et proposer une « valeur ajoutée » à ses clients. Si un client
recherche une information spécifique, l'Expert-comptable doit aujourd'hui être capable de lui
fournir une réponse rapide et juste. L'information étant à la source de notre métier, c'est par sa
maîtrise que réside les possibilités les plus grandes pour acquérir un avantage concurrentiel : en
l'occurrence, davantage de réactivité.

La réussite des trois objectifs, que nous venons de citer, réside dans la réunion des facteurs-clés
suivants : d'une part, la rapidité d'accès à la meilleure information disponible, d'autre part, le
partage d'une information centralisée. L'Internet, l’Intranet et les technologies connexes
autorisent aujourd'hui de telles organisations.

Ainsi, par exemple, pouvoir contacter des spécialistes d'un secteur d'activité grâce à Internet (à
partir des forums de discussion50 par exemple) ou répondre à un problème spécifique d’un client
dans un délai record. De même, envoyer une proposition commerciale ou une documentation
par messagerie à un client, quelques minutes après une discussion téléphonique, aura un tout
autre impact qu'un envoi par courrier ou par fax.

SECTION II – LA DIMENSION HUMAINE DU PROJET

Les nouvelles technologies de l’information et de communication impliquent un changement capital


des valeurs et du management traditionnel. L'enjeu réel est autant managérial et organisationnel
qu'informatique. Aussi, il n'y aura pas d'amélioration de la productivité et de la qualité du service

50
Groupe de personnes discutant, dans une conférence électronique, sur un thème défini.

Mémoire d’Expertise Comptable 48


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

rendu au client si l'adaptation nécessaire, que ces nouvelles technologies impliquent au niveau
comportemental, n'est pas intégrée par le personnel du cabinet. Tant sur le plan des processus de
travail en groupe que sur un plan individuel, la réussite passe par l'appropriation du système par
les salariés. Le niveau de sensibilisation de l'ensemble des acteurs a un effet décisif sur la réussite des
opérations car si ces derniers ne modifient pas leurs comportements, l'organisation ne pourra pas
changer. Le défi réel consiste à persuader les gens travaillant dans une organisation, qu'elle soit interne
au cabinet ou fondée sur des partenariats extérieurs, d'accepter, et même de ne pas freiner, les
perspectives d'un tel changement. Tout le monde serait prêt à changer de travail mais tout le monde
accepte difficilement de changer sa manière de travailler.

Mais introduire des objectifs collectifs est un des rôles fondamentaux du management. Comme dit un
proverbe chinois : "Dis-moi et j'oublie, montre-moi et je peux me souvenir, inclus-moi et je
comprendrai".

1. L'information et l'implication : un préalable indispensable dans une nouvelle organisation

a) L'information, c'est la sensibilisation des futurs utilisateurs à l'importance du projet

(1) Cette phase permet de mieux intégrer le phénomène culturel représenté par le
groupware : il s'agit d'expliquer la démarche du cabinet dans la transparence car "Le
progrès est un mot qui sonne bien. Mais le progrès implique le changement, et le
changement a des adversaires"51. Pour mieux parvenir à faire accepter le changement au
personnel, il est essentiel que l'encadrement formule clairement, et suffisamment tôt,
deux idées clés : la première présente le positionnement actuel du cabinet et
pourquoi il doit évoluer. Il faut alors user d'un argumentaire fort, concluant mais
neutre, démontrant que la seule façon de rester dans la course consiste à mettre en
œuvre immédiatement ce changement, même si ce changement est progressif. La
seconde idée présente l'objectif du cabinet, la vision qui offre un repère pour évaluer
l'avancement du projet. Expliquer, c'est aussi faire apparaître des enjeux communs : où
va le cabinet ? quelle est sa stratégie ? Que doit-il devenir demain ? Ces enjeux doivent
être clairs, tangibles et concis pour être mieux compris, donc plus convaincants.

Ces éclaircissements préalables sont indispensables car ils permettront aux salariés,
futurs protagonistes de ce projet, d'aborder la suite des événements avec moins de
résistance et d’a priori.

Mémoire d’Expertise Comptable 49


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

La présentation du projet expliquera :

• la nature du projet et sa raison d'être,


• le niveau d'implication selon la nature du poste et la contribution de chacun,
• l'impact sur l'évolution prévue des responsabilités,
• ce qu'il en coûterait de rester passif.

(2) Les vecteurs de communication et de "marketing" interne

• l'élaboration de documents de références et la définition d'un langage commun


permettant de vulgariser des notions parfois complexes autorisent la mise en place d'un
référentiel auquel le personnel pourra toujours se reporter. Il faut, bien entendu, que ce
référentiel évolue concomitamment au projet, et que ce soit l'ensemble du personnel qui
le fasse évoluer. S'il est à la source de ce référentiel, il peut davantage s'impliquer et
"s'approprier" le projet.

• animation de conférences et de séminaires internes de présentation : ces manifestations


doivent suivre les premières informations présentées aux salariés par le biais de notes
internes afin de créer immédiatement une prise de conscience des enjeux majeurs, et de
prendre connaissance, en direct, de leurs réactions.

• une vision commune du cabinet reconfigurée - "où va-t-on ?" - est un soutien puissant
au projet. Elle joue un rôle moteur permettant à chaque salarié de mesurer les progrès
réalisés. Cette vision comporte trois caractéristiques. Exemple pratique : elle doit
d'abord se concentrer sur un métier du cabinet (l’audit par exemple); elle doit ensuite
comporter des objectifs mesurables (réalisation de dossiers d’audit électroniques d'ici 2
ans), finalement, elle doit être ambitieuse et réaliste (100 % des dossiers d’audit est un
objectif qui pourrait paraître difficile à réaliser mais qui donne la tendance et
l'importance du changement). Une vision telle que "nous voulons occuper la première
place de notre secteur pour l'externalisation de la comptabilité et de la paie", si elle est
ambitieuse, n'est pas assez concrète et reste trop vague pour être efficace.

51
Robert Kennedy

Mémoire d’Expertise Comptable 50


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) L'information tout au long du projet pour lutter contre la désinformation, les
rumeurs et les inquiétudes : il s'agit de stopper à la source toute résistance au
changement. Laisser ce genre de bruit se répandre ("comme d'habitude, c'est un projet
qui ne sert à rien", "C’est du bla bla", "encore de belles réunions et de beaux discours
qui ne seront pas suivis dans la pratique"...), c'est rendre la mise en place d'une nouvelle
organisation encore plus difficile, et même la vouer à l'échec par manque de crédibilité.

b) Ecoute du personnel du cabinet : des salariés acteurs majeurs du projet

(1) Constituer des groupes de travail pour analyser les activités du cabinet

• constituer des groupes de travail hétérogènes, c'est déjà mettre un pied dans le
groupware. Ils permettent à chacun d'apporter sa pierre à l'édifice. Les attentes des
utilisateurs sont nombreuses, parfois passionnées et contradictoires. Aussi, tout en
valorisant l'autonomie et les ressources individuelles des participants, ces groupes de
réflexion développent l'esprit d'équipe de façon constructive grâce à un objectif
commun.

• inclure le salarié dès le début, c'est assurer l'assimilation et l'appropriation du projet


par celui-ci : le facteur humain ne s'improvise pas et seule une participation active au
développement d'un projet, le valorise suffisamment aux yeux de ses futurs
protagonistes.

(2) Multiplication des idées et réflexions émanant des groupes ainsi constitués

• La prise en compte immédiate des observations du personnel autorise le développement


plus rapide du projet. Il est alors important de consulter chaque catégorie de personnel
(personnel administratif et technique), et de n'exclure personne. Dans le cas contraire,
des individus qui n'ont pas été consultés risquent de rejeter les processus les concernant,
soit par contestation, soit par incompréhension. Cela peut créer des dysfonctionnements
et des goulots d'étranglement. D'autre part, grâce à la constitution de groupes de
réflexion et à la confrontation des idées, les conflits d'intérêts possibles sont résolus dès
le début.

Mémoire d’Expertise Comptable 51


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• Cette consultation permet de délimiter clairement l'ensemble des besoins de l'ensemble


du personnel. Dans le cas contraire, la nouvelle organisation risquerait d'être inadaptée,
et donc inutilisée.

(3) la participation sera d'autant plus active que le salarié se sentira responsabilisé
et que la ligne hiérarchique sera atténuée

• le personnel doit pouvoir donner son avis, émettre des suggestions et influer sur les
décisions prises. Les consultations ne doivent pas être symboliques et sans effet.
D'abord parce que les salariés ne se sentiront pas concernés, mais aussi parce que cela
revient à se priver de précieuses sources d'informations sur les dysfonctionnements
actuels du cabinet.

• une démarche autoritaire limitera l'appropriation du projet par le personnel : il faut


valoriser les ressources individuelles et collectives par le consentement volontaire plutôt
que par la contrainte.

c) Faire du changement-contrainte un changement-projet en développant l'esprit d'équipe


et l'autonomie individuelle

(1) Les valeurs et le système de management traditionnels doivent évoluer. Ils


s'attachent à des systèmes de management cloisonnés, qui privilégient
l'individualisme et l'organisation pyramidale et hiérarchique. Sans développer la
communication et la collaboration, tout changement fondé sur le triptyque
organisation, management et système d'information, si bien pensé soit-il, fonctionne
imparfaitement. Perçu comme une contrainte venu d'en haut, il ne favorise pas
l'implication du personnel. Pour que le changement fondé sur ce triptyque puisse
fonctionner, non seulement l'organisation devrait changer, mais le management doit
évoluer. Le développement de l'autonomie individuelle et de l'esprit d'équipe devrait
être favorisé. Seuls le sentiment d'appartenance à une équipe et la convergence des
intérêts individuels et collectifs sont les catalyseurs qui favorisent l'adhésion
personnelle des salariés à un projet.

(2) développer l'esprit d'équipe :

Pour réussir un travail d'équipe, une certaine dynamique relative à la division du


travail, au partage des responsabilités, au pilotage des actions du groupe et à ses
objectifs communs doit être atteinte. Le but du travail d'équipe est d'arriver à ce que
«1 + 1 » soit supérieur à 2.

Mémoire d’Expertise Comptable 52


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• Il convient d'abord de diagnostiquer l'état actuel du travail d'équipe au sein du


cabinet. Il est possible, pour cela, d'utiliser la matrice de Blake et Mouton52 (Cf.
ANNEXE 11) qui donnera une idée des besoins organisationnels auxquels le
groupware devra répondre.

• Il faudra ensuite gérer le processus de création qui transforme un simple groupe


d'individus en une équipe performante. Ce processus n'est pas automatique et
naturel. Néanmoins, les études de deux chercheurs américains53 ont abouti à la
définition d'un modèle du cycle de vie d'une équipe (Cf. ANNEXE 12). Il permet de
dégager la problématique propre à chacune des étapes et des échéances significatives
de la vie d'une équipe. Selon les besoins, ce modèle peut donc être utilisé dans le
cabinet comme un véritable fil conducteur du management du projet de groupware.
Il permet de situer un groupe dans ce cycle, pour ensuite mieux adapter le
management du cabinet à la problématique du moment.

(3) développer en parallèle l'autonomie individuelle

Il faut faire comprendre au personnel qu'il va pouvoir échanger de l'information et


qu'il va exercer un certain pouvoir de décision. Pour qu'une équipe fonctionne,
chacun de ses membres devrait être capable de prendre des décisions et non pas
seulement appliquer à la lettre des procédures routinières. Les membres d'une équipe
doivent collaborer, mais ils doivent aussi faire preuve d'autonomie et d'esprit
critique, être capable de proposer des solutions afin que l'innovation sorte du
débat. C'est en quelque sorte la démarche "forum", qui comme nous l'avons vu
précédemment, est très présente sur Internet. Pour lui permettre de développer cette
démarche, il faut donner au salarié des outils électroniques pour produire, échanger
et distribuer l'information. C'est de l'autonomie individuelle que sortira une
dynamique collective. L'accès à l'information n'est plus restreint.

2. La Formation permet d'impliquer davantage les collaborateurs

Cette phase de formation est capitale car il est très courant de voir des personnes rechercher des
informations sur Internet et naviguer des heures durant sans trouver le moindre renseignement (et donc
se décourager très vite). Sur un réseau interne, la formation est d'autant plus importante que le cabinet
dépend, pour son bon fonctionnement, de la bonne utilisation des outils par le personnel. Ne pas
prévoir un plan de formation, c'est probablement se condamner à l'échec.

52
R. Blake et J. S. Mouton font parti de l'école du développement Organisationnel et du changement de Culture aux Etats-
Unis.
53
Allan Drexler et David Sibbet. The team performance model. Reddy & Jamison, San Diego 1988.

Mémoire d’Expertise Comptable 53


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

a) Un plan de formation pour responsabiliser le personnel54

Entre une simple messagerie électronique et un outil de workflow nécessitant une refonte
de l'organisation d'un processus, les modalités et l'importance de la formation seront très
variables. La formation prend alors trois aspects :

(1) De la formation vers l'éducation. Lors de l'introduction d'un environnement


nouveau, à l'occasion d'un changement d'organisation, le salarié (collaborateur ou
administratif) devrait apprendre à travailler autrement. Il ne s'agit plus seulement de
suivre des règles prédéfinies. Les nouvelles valeurs du travail d'équipe (coopération,
coordination et collaboration) constituent le sujet principal. Là où la formation
traditionnelle accroît la maîtrise, l'aptitude et enseigne le "comment" d'un travail,
l'éducation accroît la perspicacité et la clairvoyance et enseigne le "pourquoi" de ce
travail. Le salarié est responsabilisé par son implication et sa connaissance parfaite de
l’objectif du travail à réaliser.

(2) L'apprentissage des processus et des procédures. Pour impliquer davantage le


personnel, la formation devrait aussi porter sur la place du salarié dans l'organisation du
cabinet et des modes de travail des individus et des groupes. La formation à une
application n'est pas suffisante si le salarié ne connaît pas le processus auquel il est
attaché. Pour plus d'efficacité et d'engagement dans son activité, il est indispensable
qu'il sache d'où vient son travail et à quoi il va servir.

(3) La formation à l'outil de travail. La formation traditionnelle donne à l'utilisateur une


meilleure connaissance du fonctionnement et des possibilités des nouveaux outils à sa
disposition. Il doit passer la majorité de son temps à produire plutôt que d'essayer de
maîtriser des problèmes d'ordre technique. Cette étape sera d'autant plus réduite que le
personnel aura été associé au choix ou à la conception de l'outil. Par ailleurs, l'utilisation
même de l'outil de groupware ou d'Internet favorise l'autoformation par la création de
communautés d'intérêts virtuelles, lieux d'échanges où chacun peut renforcer ses
connaissances. Au delà, cette autoformation renforce donc la dynamique du travail en
groupe.

b) La formation, c'est aussi la possibilité d'accroître les chances de succès du projet

(1) Combien de temps perdu pour rechercher telle ou telle fonction dans un
logiciel ? Une bonne formation évite le découragement, du fait de la non maîtrise du

54
D’après l’enquête réalisée, seuls 15% des cabinets questionnés disposent d’un plan de formation aux NTIC.
Cependant, plus de la moitié est soit en train d’en bâtir un, soit compte le faire (Cf. Annexe 1).

Mémoire d’Expertise Comptable 54


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

système, et éventuellement le rejet de celui-ci. Un changement important dans


l'organisation est déjà difficile à accepter, une mauvaise formation ajoute encore un
obstacle à la réussite du projet.

(2) Elle limite les ratés des "premières heures": courrier électronique envoyé à un
mauvais client, fichier envoyé avec retard... ces "ratés" peuvent avoir des conséquences
fâcheuses pour le cabinet.

(3) Elle doit être actualisée en fonction de l'évolution du système d'information.


Dans le cas contraire, le cabinet rencontrera les mêmes problèmes que précédemment.

c) Plan de formation et de reclassement du personnel

L'automatisation et l'amélioration prévue de la productivité peuvent amener à réduire ou


même à supprimer certaines tâches au sein du cabinet. Il ne faut pas omettre d'aborder les
problèmes d'emploi et de modification des conditions de travail. La formation ne portera
alors pas seulement sur l'utilisation et la compréhension de ces nouvelles technologies, elle
consistera aussi à former le personnel concerné à de nouvelles tâches et responsabilités (par
exemple, création d'un poste destiné à gérer le site Web du cabinet : mise à jour des
informations, réponses aux clients, maintenance du site…).

SECTION III – LA DIMENSION ORGANISATIONNELLE DU PROJET

L'organisation pyramidale héritée du taylorisme n'est plus adaptée. Elle est trop lourde pour être
réactive, qualité aujourd'hui indispensable dans un marché concurrentiel. N'entrons pas dans l'avenir
les yeux fermés, sans rien changer à nos organisations et à nos comportements qui datent d'une époque
où l'environnement était fondamentalement différent. Aussi, sans remettre en cause le pouvoir
hiérarchique du manager, il faudrait déconcentrer le pouvoir de décision par mise en commun des
processus de décision au sein d'équipes responsables ayant une autonomie propre (pour ce qui
touche aux activités opérationnelles et non stratégiques). Dans un monde qui change, il est nécessaire
de s'adapter, d'avoir un projet et de la clairvoyance sur l'avenir. L'entreprise sera confrontée aux
changements inéluctables, sur le moyen et long terme, de ses structures, de son organisation et de ses
processus. C'est pourquoi réfléchir dès aujourd'hui sur la réingenierie organisationnelle (remodelage
de l'organisation ou des processus), ou Business Process Reengineering (B.P.R.), est un atout pour le
cabinet.

1. Des nouveaux modèles d’organisation basés sur les processus et non plus sur les
fonctions

a) Qu’est-ce que le BPR ?

Mémoire d’Expertise Comptable 55


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(1) La nécessité de concevoir de nouveaux modèles organisationnels découle de


l'évolution de l'économie et des technologies : quatre grandes tendances

Faire autrement n'est pas un but mais une nécessité pour rester compétitif. A
terme, c’est la survie du cabinet qui pourrait être en jeu.

• La globalisation des économies et des flux commerciaux et financiers : La conclusion


des accords de libre échange, l'ouverture des marchés, le développement des
investissements étrangers sont les caractéristiques de l’économie du début de ce 21ème
siècle. Ouverture, délocalisations et partenariats multiplient les besoins de
communication pour le cabinet.

• La concurrence qui n’est plus nationale mais mondiale émanant principalement des
pays asiatiques : ces derniers ont introduit une autre culture d'entreprise et bénéficient
de coûts de main d'œuvre inférieurs.

• Une offre croissante, une baisse de la demande et la prédominance du "Client-Roi" : le


temps de la consommation de masse où les produits étaient standardisés est révolu.
L'accentuation de la concurrence a appris au client à être plus exigeant. Il veut
maintenant être traité individuellement en fonction de ses particularités.
Aujourd'hui chaque client compte, aussi, pour gérer ses spécificités, il faut avoir
maintenant accès à des données considérablement plus nombreuses.

• L'accélération de la mise en place d'une société de l'information à tous les niveaux :


Une concurrence plus acharnée, des clients plus exigeants... La réactivité est devenue,
du fait de ces facteurs, un enjeu-clé pour conserver un avantage concurrentiel.
Aujourd'hui, seules les nouvelles technologies de l'information autoriseraient cette
gestion toujours plus rapide de l'information.

A ce titre, et selon une étude réalisée par Price Waterhouse, sur les 446 sociétés
américaines ayant fait les plus forts taux de croissance ces cinq dernières années, 85%
d’entre elles donnent, en ligne, des informations détaillées sur leurs produits et 32%
proposent des ventes en ligne. 77% de ces entreprises américaines ont un site web et
94% y font de la publicité. Ce n’est donc pas un hasard que de constater cette forte
corrélation entre la performance de ces entreprises et leur intégration poussée des
nouvelles technologies55.

Mémoire d’Expertise Comptable 56


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Définition du BPR ou la réingénierie organisationnelle (RO) ?

Le BPR constitue une nouvelle tendance dans le monde des affaires. En effet, de
nombreux gestionnaires et décideurs considèrent cette activité comme étant la plus
importante de leur stratégie organisationnelle. Certains auteurs avancent même que la
mise en œuvre des principes de la RO sera aux années 2000 ce que le concept de la
qualité totale fut aux années 90.
Le consultant Michael Hammer, président de la firme « Hammer and Co » définit la RO
comme étant une reconsidération fondamentale et une reconception radicale des
processus organisationnels en vue d’obtenir des améliorations majeures en terme de
performance, et ce, en utilisant les technologies de l’information dans toute leur
potentialité56.

(3) Les technologies de l'information jouent le rôle de levier pour les nouveaux
concepts de management.

• Où le BPR prend-il racine?... Dans la nécessité de modifier les organisations


traditionnelles qui sont aujourd'hui inadaptées face aux rapides changements sociaux et
économiques évoqués précédemment. Le BPR signifie tout reprendre, tout reprendre
depuis le début. Il ne faut plus simplement se demander "comment faire la même chose
plus rapidement ?" ou "comment faire la même chose mieux?" ou encore "comment
faire la même chose pour moins cher". Il faut, bien sûr, faire plus vite, mieux et moins
cher.

Le BPR se veut donc une profonde remise en question des processus organisationnels
dans une entreprise et son objectif ultime est une augmentation significative de la
performance organisationnelle de l’entreprise. Dans une récente étude américaine
réalisée auprès d’entreprises ayant réussi un projet BPR, cette hausse de performance
s’est concrétisée de la façon suivante : parmi les 500 entreprises sondées, on avait
obtenu en moyenne, une diminution des coûts de l’ordre de 48%, une amélioration de la
qualité de 60% de même qu’une diminution des délais de livraison de 48%57.

• Lorsqu'un processus est obsolète, la solution n'est pas de tenter de l'améliorer en


automatisant certaines tâches grâce à l'informatique. Faire fonctionner plus vite un
dispositif qui fonctionne mal ne résoudra pas le problème. Ce qu'il faut c'est repenser le
processus en se détachant des principes établis car ce sont peut-être ces idées reçues,

55
Source : Le Maroc face aux défis des Nouvelles Technologies de l’Information – Khalid Sahim.
56
Source : Les apports stratégiques des technologies de l’information – Karim Gassemi.
57
Source : Les apports stratégiques des technologies de l’information – Karim Gassemi.

Mémoire d’Expertise Comptable 57


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

déjà intégrées dans le processus défaillant, qui freinent les changements possibles. C'est
une affaire d'innovation.

Les NTIC jouent alors un rôle primordial dans le remodelage des processus. Elles
permettent aujourd'hui de reconfigurer les organisations en exploitant des possibilités
inhabituelles et innovantes, jusque là inconcevables, faute d'outils. Elles brisent les
anciennes règles. Envisager de les utiliser par rapport aux processus familiers déjà en
place et aux problèmes que l'on rencontre habituellement, sans considérer de nouvelles
façons de travailler, c'est en limiter la portée. Ainsi, les NTIC, lors d’un projet de BPR,
ne devraient pas être utilisées dans le but d’améliorer ce qui se fait déjà au sein de
l’entreprise, mais devraient plutôt servir à ce qui ne s’y fait pas encore.

• Exemple pratique : la visioconférence. Au départ, on a considéré cette technologie


comme une façon de réduire les coûts de déplacement. A cet égard, pour un Expert-
comptable qui se déplace deux fois par an chez un "gros client" situé dans une autre
ville, cette technologie lui apparaîtra comme un échec s'il n'envisage que ce seul aspect
des choses. En effet, la visioconférence ne pourra pas remplacer les deux déplacements
annuels qui lui permettent d'intervenir chez le client tout en maintenant un contact
"commercial". Vu sous un angle différent, et non plus sous celui du processus existant,
la visioconférence lui apparaîtra comme un moyen de faire des travaux qu'il ne pouvait
pas faire précédemment. Avant, il aurait été peut-être trop coûteux et trop long de se
réunir plus souvent avec ce client. Grâce à la visioconférence, il peut envisager des
réunions plus fréquentes pour développer l'aspect conseil qui manquait à sa mission (au
risque de perdre le client) et, peut-être, décrocher de nouvelles missions plus variées.

b) L'émergence d'une organisation basée sur des processus orientés "client"

(1) Les limites du modèle conventionnel fondé sur les spécialisations fonctionnelles

• Les organisations issues du taylorisme sont aujourd'hui souvent inadaptées (Cf.


ANNEXE 17).

⇒ le principe du taylorisme est la division du travail qui engendre la fragmentation des


processus. Et de la fragmentation des processus naît la bureaucratie.
⇒ chaque partie du processus est contrôlée (exigence interne) mais personne ne
supervise le processus dans son ensemble.
⇒ beaucoup de tâches accomplies n'ont ainsi rien à voir avec la satisfaction du client.
⇒ ces structures fonctionnelles verticales cloisonnées étouffent l'innovation et la
créativité.

Mémoire d’Expertise Comptable 58


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• Vers l'élimination des processus fragmentés entre les différentes fonctions ?

Dans un processus fragmenté, si deux personnes ont besoin de s'appeler souvent, si ce


qu'elles font est tellement lié, et nécessite reprise et itération, peut-être devrait-on
confier le processus à un responsable unique. Trop de passages de témoins provoquent
lenteur et lourdeur du processus. Ils supposent des délais et des files d'attentes.
Lorsqu'un cabinet a recours mensuellement au service informatique interne pour
l’élaboration de la paie au profit des clients, ce service est débordé. Idem pour les
missions de tenue de comptabilité, notamment en période de dépôts des déclarations
fiscales annuelles.

Exemple pratique : éliminer la saisie, par transfert direct, des éléments nécessaires de la
paie du client, sur le réseau interne du cabinet, permet un gain de temps considérable
dans le processus d'établissement des états de la paie et élimine tous les contrôles
internes relatifs à la qualité de la saisie (erreur de saisie, saisie partielle...).

(2) Comment définir un processus ?

• Si le processus est au centre de l'analyse d'une organisation, qu’est-ce qu’un


processus ? C'est une succession d'activités déclenchées par une ou plusieurs
entrées (inputs) (consultation fiscale par exemple) dotées d'un objectif global
commun (outputs) représentant une valeur pour le « client » (réponse à sa
consultation).
Il faut noter que le « client » est interne ou externe au cabinet.

Exemple pratique : Dans le processus d'archivage du dossier d'un client, le facteur


déclenchant est par exemple la fin de la mission ou la perte du client, l'objectif est
l'archivage et le client est le cabinet (la valeur de ce processus étant liée à la sécurité des
informations archivées).

• Qu'est qu'une activité ? Une activité est une action constituée de tâches élémentaires.
Rédiger une lettre de mission, émettre une facture, effectuer un rapport d'activité
hebdomadaire, réaliser des contrôles...Ces tâches sont réalisées par une personne ou un
groupe de personnes et font appel à des compétences spécifiques.

• Une organisation orientée « client » : l'idée du BPR est que le client d'un processus soit
le plus souvent possible le client du cabinet. Il faut davantage se focaliser sur l'objectif
d'ensemble d'un processus et non sur l'objectif d'une tâche qui le compose. C'est
pourquoi il faut le fractionner au minimum et concentrer les responsabilités. Les
processus intégrés ont l'avantage d'impliquer les salariés en clarifiant les responsabilités
et les objectifs. Ils suppriment les lourdeurs administratives des passages de relais entre

Mémoire d’Expertise Comptable 59


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

chaque fonction : moins de discontinuités, c'est moins d'erreurs et d'incompréhensions,


c'est le gage d'une plus grande maîtrise des problèmes à résoudre, d'un meilleur contrôle
interne. Nous verrons que la structure idéale pour accueillir cette organisation est
l'équipe.

(3) Les technologies Client-Serveur, Groupware et Intranet sont le reflet des


processus et de l'organisation. - Ces technologies aident les membres d'une équipe à
intégrer leurs connaissances, leurs travaux et les processus dans lesquels ils
interviennent. Elles supportent, facilitent et organisent les activités des processus et du
groupe. Les NTIC s'intègrent complètement dans ces nouveaux processus, à tel point
que sans elles, la plupart seraient inapplicables.

c) Les finalités du BPR correspondent aux objectifs stratégiques du cabinet et des


entreprises en général : faire autrement, mieux, plus vite et au moindre coût

Les voies ouvertes par le BPR peuvent permettre au cabinet d'atteindre ses objectifs
stratégiques. A partir de la question "pourquoi faisons-nous ce que nous faisons ?", il est
possible de jeter un regard objectif sur notre activité pour déceler les améliorations
possibles des processus qui la composent. En faisant autrement, il est possible dans de
nombreux cas de faire mieux, plus vite et moins cher :

(1) L'amélioration de la qualité. Les processus remodelés sont issus des besoins du
client et non pas des besoins de contrôle interne de l'entreprise. Le BPR est orienté
vers le client. Il lutte contre les structures fonctionnelles qui se renvoient les
responsabilités en cas de problème.

(2) L'utilisation optimale des compétences. A l'opposé du management traditionnel


marqué par de fortes lignes hiérarchiques et la taylorisation, le BPR tente d'exploiter les
gisements de compétence par le travail d'équipe. Au lieu qu'un individu soit responsable
de sa tâche à l'intérieur d'un processus, c'est une équipe entière qui est collectivement
responsable de son processus.

(3) La réduction des délais. En regroupant dans un même processus les tâches ayant une
même finalité, et en utilisant les nouvelles technologies pour optimiser les flux
d'informations, le BPR permet l'exécution parallèle des tâches, et donc la réduction des
délais.

(4) L'accroissement de la réactivité. L'écrasement des lignes hiérarchiques, induit par le


BPR, améliore la réactivité puisque les salariés, en contact direct avec le client, ont plus
d'autonomie.

Mémoire d’Expertise Comptable 60


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(5) La réduction des coûts. En utilisant les nouvelles technologies, nous verrons que le
remodelage des processus permet de baisser certaines dépenses et de réduire le
gaspillage.

2. Le groupe, structure de base idéale dans un cabinet pour accueillir ce type


d’organisation : la fin de la structure pyramidale ?

a) Nécessité d'un environnement décentralisé : vers l’écrasement des lignes hiérarchiques,


l'utilisation de structures horizontales décloisonnées et une autonomie de décision
accrue des individus

(1) Ces nouvelles organisations placent le duo "individu/groupe" au centre du


management : Ce couple est le moteur du projet de groupware. Il n'est pas facile de
condenser toutes les étapes d'un long processus en un travail intégré (Cf. ANNEXE18)
confié à un seul salarié. Soit les étapes ne se situent pas au même endroit, soit les
compétences requises sont trop larges. C'est pourquoi le travail de groupe est
fondamental dans ce type d'organisation. Cette structure horizontale décloisonnée est
actuellement le modèle organisationnel qui semble le plus adapté à l'exécution
performante de processus orientés "client". Elle repose sur des équipes de travail aux
délégations élargies et sur le partage de bases d'informations. En outre, de petites
équipes sont plus proches du besoin de différenciation du client.

(2) Vers un management par objectif et une rupture avec le management directif
(du rôle de superviseur à celui d'animateur) : La "défragmentation" des processus
implique une délégation élargie des responsabilités, plus de responsabilités devrait
signifier un pouvoir accru à ceux qui en ont la charge. L'autonomie du salarié est une
condition indispensable au management par objectif et au travail de groupe. Elle est
incontournable si l'on souhaite plus de souplesse et de réactivité. La décentralisation
des décisions vers les gens qui exécutent le travail va alors de pair avec une
réduction du rôle traditionnel de manager.

• Le groupe garde son autonomie car il est responsable de son objectif : la hiérarchie
contrôle la réalisation de l'objectif et non plus l'organisation du travail au sein du
groupe. Dans la limite de leurs obligations envers l'organisation - délais, objectifs de
productivité, normes de qualité - les équipes choisissent quand et comment faire leur
travail. En outre, le risque de rupture de la chaîne de décision diminue car le groupe
fonctionne par la concertation.

• L'autonomie individuelle est renforcée au sein du groupe : à l'autonomie du groupe se


superpose celle du salarié, membre de ce groupe. Il s'organise librement en fonction des

Mémoire d’Expertise Comptable 61


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

objectifs du groupe. Travail à domicile, horaire flexible...l’important est de collaborer,


d'échanger et de coordonner le travail de chacun : les NTIC sont là pour les y aider.

• Du rôle de "chef" à celui de "coach" : Avec le taylorisme, les processus étaient


complexes et les postes simples. Dans une organisation remodelée, les processus
deviennent simples et les postes complexes. Un groupe autonome n'a pas besoin d'être
surveillé, en revanche, il doit être soutenu dans son activité. Le rôle de l'encadrement
doit donc évoluer du superviseur à celui de facilitateur, d'animateur et de conseiller.
Dans ce cadre, le bon manager n'est pas celui qui supervise le plus possible ses
subordonnés directs mais c'est celui qui fournit des ressources aux équipes qu'il anime.

(3) Une structure à plus forte valeur ajoutée : le groupe, levier de l'intelligence
individuelle. La micro-culture d'une équipe permet l'établissement de règles du jeu plus
souples, plus ouvertes à la créativité. L'équipe est une société miniature dans laquelle les
individus sont liés par un objectif commun. Il y a une synergie qui pousse chacun à
additionner ses forces à celles des autres. Habituellement, et c'est là le travail du
management, les équipes sont constituées de façon homogène et cohérente afin de
limiter les interactions négatives entre ses membres. Tous collaborent dans le même but.
Les avantages sont alors doubles. Pour l'individu, c'est un support dans son parcours au
sein de l'entreprise, une aide pour l'enrichissement de ses connaissances et un soutien
dans ses activités quotidiennes. Pour le cabinet, cela permet d'accomplir des tâches
complexes en mettant à contribution la compétence de chacun des membres de l'équipe.
La valeur ajoutée d'un travail d'équipe est généralement reconnue comme
supérieure à la somme des valeurs ajoutées des différents individus qui la
composent.

b) Le groupware : prolongement naturel de l’organisation du travail par groupe

Le constat précédent est simple, mais en tenir compte est beaucoup plus difficile. Car si
on est plus intelligent à plusieurs que tout seul, le travail de groupe, nous l'avons noté,
nécessite de communiquer, de coopérer, de partager l'information, de se réunir et de
coordonner les actions de chacun. Or, il n'est pas facile, pour un groupe d'individus, de
se retrouver en même temps, au même endroit pour travailler ensemble. C'est ici que le
groupware intervient : il est le support du groupe, l'outil qui fournira les moyens
permettant ce travail collaboratif.

(1) Le groupware n’est pas incompatible dans une structure traditionnelle. Mais il
faut alors accepter qu'une telle structure n'exploite qu'une infime partie des technologies
et de ses potentiels. Le plus souvent, l'organisation ne pourra se cantonner qu'à
l'utilisation de la messagerie, voire du workflow. Cette situation est bien souvent le cas
d’un certain nombre de cabinets qui utilisent un groupware.

Mémoire d’Expertise Comptable 62


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Mais une structure de groupe offre des perspectives plus ambitieuses. Le
groupware fournit avant toute chose la mise en commun des informations et des
procédures au sein d'une équipe. Il est l'outil permettant ce décloisonnement tellement
nécessaire au bon fonctionnement d'une équipe. C'est donc dans une structure formée au
travail en groupe, ou par équipe de projet, que les technologies groupware seront
utilisées de façon optimum et permettront un gain réel de productivité et une meilleure
exploitation des compétences de chacun. Le travail d'équipe est un préalable
indissociable du groupware.

c) Particularités des structures pyramidales et des structures par groupe (Cf. ANNEXE 19)

(1) L’inertie d’une structure pyramidale dominée par des cloisonnements


fonctionnels et les intérêts individuels.

• Ce type de management encourage un certain protectionnisme néfaste à toute idée de


collaboration. Le salarié se considère comme un simple rouage d'un système immuable
et hiérarchisé. Il travaille pour son supérieur hiérarchique et non pour le client, l'objectif
est donc de plaire à ce dernier. Implicitement, les rémunérations individualisées
uniquement en fonction du budget, typiques de ce type d'organisation, ne prennent en
compte que les critères quantitatifs liés à la tâche du salarié.

C'est un frein au travail d'équipe puisque l'objectif principal reste la réalisation de son
budget, même si c'est au dépend de la qualité du travail. Ainsi, pour ne pas rétrocéder
une partie de ses honoraires, un collaborateur, dont la rémunération est liée à son budget
annuel, ne sera pas incité à travailler avec d'autres intervenants sur les dossiers de ses
clients. Certains se trouveront alors surchargés pendant que d'autres seront en
sous-activité. En outre, pour les mêmes raisons, face à un domaine pointu qui peut lui
poser problème, il hésitera à faire intervenir un collaborateur spécialisé sur son dossier.

• Exemple pratique : un cabinet possède deux sites A et B. Chacun d'entre eux est
organisé selon un système pyramidal hiérarchisé (Un directeur différent est à la tête de
chaque site avec un objectif budgétaire). Une telle organisation nuira sans aucun doute à
la synergie des deux sites. Avec des objectifs propres en terme de rentabilité et de
chiffre d'affaires, chaque directeur aura du mal à collaborer avec l'autre bureau
(rationalisation des interventions en terme de compétences, de situation géographique et
de charge de travail). Le cabinet A interviendra peut-être dans la zone proche du cabinet
B, sur un secteur où il est peu compétent, à un moment où il est surchargé alors qu'au
contraire le cabinet B possède exactement les compétences requises pour la mission et
se trouve en sous-activité.

Mémoire d’Expertise Comptable 63


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Une organisation s’appuyant sur une structure par groupe pour plus de
réactivité et d'interactivité

• Cette équipe est composée d'un groupe de personnes ayant un objectif commun (celui
du processus) et disposant des compétences nécessaires à sa réalisation. Cela crée une
dynamique, les tâches sont réparties en fonction des compétences de chacun. Il n'y a
plus de cloisonnements fonctionnels artificiels qui dispersent les objectifs, on travaille
ensemble, plutôt que séparément, avec le même but.

• Le processus libéré d'une stricte linéarité (chacun attend que l'autre finisse sa tâche
avant de commencer la sienne) est ainsi accéléré (Cf. ANNEXE 18 - 2ème partie). La
collaboration, favorisée par les NTIC, permet de travailler simultanément sur un
processus car les membres d'une équipe restent informés de l'avancement du travail du
groupe. En outre, lorsqu'un changement important intervient, l'équipe entière peut
simultanément corriger son travail, ce qui évite de rendre obsolète les travaux effectués
au début de chaîne, et donc, de recommencer le processus.

Exemple pratique : un Expert-comptable doit coordonner l'intervention des


collaborateurs pour l'audit d'un groupe de trois sociétés. Il attend la plupart du temps le
rapport concernant chacune des sociétés avant de rédiger son rapport général destiné au
groupe. Si chaque collaborateur travaille isolément, toute information découverte par
l'un, concernant l'ensemble du groupe, n'est révélée aux autres qu'à la fin des
interventions. Il faudra alors peut-être rechercher des informations complémentaires,
retourner sur les lieux pour compléter son dossier de travail...

Au contraire, le travail de groupe, soutenu par un outil de groupware, permet aux


intervenants de connaître les éléments susceptibles de modifier la nature de leurs
recherches, en temps réel. L'Expert-comptable peut aussi s'informer à tout moment de
l'avancement de la mission et commencer son travail de synthèse. Eventuellement, il
demandera des précisions sur certains points avant même que les collaborateurs aient
fini leur mission. D'un rôle de superviseur, il passera à celui d'animateur.

(3) La prise de conscience de l'organisation du groupe, et la place qu'il y occupe,


impliquent et motivent davantage le salarié. On se débarrasse des cloisonnements
et des organisations dans lesquels les salariés ne sont que de simples rouages d'une
mécanique dont ils n'entrevoient ni les tenants, ni les aboutissants. Cela va dans le sens
d'une recherche de la mobilisation du personnel au service des clients du cabinet.

Ainsi, grâce aux outils de workflow, l'utilisateur peut, à tout instant, savoir quelles
tâches ont précédé la sienne et qui les a exécutées. Il sait qui contacter s'il rencontre une

Mémoire d’Expertise Comptable 64


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

anomalie. Chacun est conscient du déroulement de l'ensemble de la procédure, de son


rôle et du rôle des autres intervenants.

3. L'aspect managérial

a) Le déploiement des NTIC doit se faire en douceur, il ne faut pas l'imposer

(1) Equiper tous les salariés dès le départ est une maladresse à éviter pour les projets les
plus audacieux. Seul un besoin précis et impératif, clairement défini et expliqué,
autorise dans ce cas le déploiement systématique à l'ensemble du personnel concerné.
S'il n'est pas sous-tendu par une vision stratégique, l'équipement immédiat de tout le
personnel revient à dévaloriser le nouvel environnement. C'est courir le risque de le
faire percevoir comme une contrainte imposée d'en haut, plutôt que comme un outil qui
va faciliter la vie. Il faut que le projet soit voulu et non imposé pour qu'il puisse se
déployer normalement et facilement.

(2) Les plus intéressés et les plus impliqués finiront par convaincre les autres.
L'outil ne peut venir qu'en facilitateur d'une relation de travail coopératif préalable. Il est
donc préférable, comme nous l'avons vu précédemment, de créer des projets pilotes
avec de petits groupes de demandeurs. Il faut du temps et de la maturité pour que le
système se mette à "vivre" réellement : le temps d'en parler et de créer le désir chez les
autres, le temps que le travail d'équipe devienne une démarche naturelle au sein du
cabinet. Cette démarche est inductive.

b) Il ne faut pas laisser la hiérarchie hors du coup : elle doit montrer l'exemple

(1) Ne pas laisser la mise en place du groupware aux mains des informaticiens :
Ce n'est pas, loin de là, une simple affaire de technique informatique. " C'est un
médicament trop important pour être laissé aux seuls médecins" assure Michel Saloff-
Coste dans son livre "Management du troisième millénaire".

(2) Convaincre les managers est aussi une des clés du succès. Ils doivent
comprendre que la remise en cause de la structure pyramidale n'est pas une remise en
cause de leur niveau hiérarchique. Ils appliqueront simplement leur autorité dans le
cadre d'un management par projet. A travers la mise en place de cellules interactives au
sein desquelles chacun peut communiquer avec tout autre individu sans
considération hiérarchique, l'autonomie individuelle et le partage de l'information, qui
ne sont pas toujours naturels et acceptés par l'encadrement, sont favorisés. Ils ne perdent
pas leurs prérogatives, ils délèguent davantage.

Mémoire d’Expertise Comptable 65


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) Il faut que la hiérarchie soit impliquée et utilise le nouvel environnement. Elle
ne doit pas se contenter d'être un simple sponsor, elle est aussi un acteur à part entière
qui, en plus, donne l’exemple. L'encadrement doit aussi faire partie des groupes. Dans le
cas contraire, cela signifie que le nouvel environnement n'est pas considéré comme
officiel ou important, mais comme un outil secondaire dont l'usage restera localisé.
Même si cela lui prend du temps et lui impose un mode de fonctionnement différent, la
hiérarchie doit participer comme tout le personnel à l'analyse des besoins, à la
formation, et à l'utilisation du nouveau système.

Mémoire d’Expertise Comptable 66


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE

Le PC a été lancé au début des années 1980 et l’informatique change le monde des entreprises.
L’information arrive instantanément sur le bureau, augmentant la productivité du personnel et
permettant de réaliser en une heure un travail qui aurait pu prendre une journée.

L'objectif affiché étant le traitement en temps réel, les Nouvelles Technologies de l’Information et de
Communication apportent la solution qui manquait à l'informatique : la communication. Cette
communication d'ordinateur à ordinateur révolutionne le monde des affaires.

Le terme des « Nouvelles Technologies » recouvre des processus et des outils novateurs fondés sur
l’informatique et l’électronique permettant d’augmenter la qualité du travail et la productivité.

Chaque jour apporte un lot de Nouvelles Technologies. D’ailleurs, c’est grâce à ce formidable
mouvement d’innovation permanente que les entreprises progressent, qu’elles développent de
nouveaux savoir-faire, de nouveaux produits…Les Nouvelles Technologies deviennent l’épine dorsale
des entreprises modernes :

Internet est le plus grand réseau au monde, pourtant il n’appartient à personne…et en même temps, il
est la propriété de tous. Il apporte des fonctions nouvelles : il est rapide, offre des capacités
multimédia (son & image) et connecte des réseaux d’ordinateurs entre eux.
La messagerie électronique est probablement l’application Internet la plus importante pour une
majorité d’entreprises et de cabinets. C’est la possibilité d’envoyer des lettres, des rapports, des
feuilles de calcul ou de simples messages d’un ordinateur à un autre, partout dans le monde, au prix
d’un appel local.

Intranet est un réseau privé qui utilise la technologie Internet mais seulement pour les besoins
internes de l’entreprise.

Extranet permet aux partenaires privilégiés de l’entreprise d’accéder à ses données.

Le Groupware signifie littéralement « travail de groupe ». Il s’appuie sur la mise en commun des
données au profit du personnel de l’entreprise pour organiser l’espace de travail du groupe.

Mémoire d’Expertise Comptable 67


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Le Workflow assure le suivi d’un cas administratif du début à la fin, tout en distribuant chaque tâche
à l’individu le plus approprié et en conservant en permanence le contexte du cas et l’historique de son
traitement.

La Gestion Electronique des Documents est accessible et rentable pour toute taille d’entreprise,
jusqu’à l’entreprise individuelle. Elle permet de réduire les coûts de classement, de recherche et
d’archivage.

Mais quelle que soit l’implication des Nouvelles Technologies dans l’entreprise, rien n’est possible
sans quatre éléments fondamentaux :

Le Réseau permet aux ordinateurs de communiquer entre eux. En effet, celui-ci permet le partage des
ressources telles qu’une imprimante, un scanner ou un graveur de CD-ROM. Il permet également de
partager des documents entre plusieurs utilisateurs. Il représente également un gage de sécurité en
permettant l’archivage des données et mettant en place un système d’accès aux données par gestion
des droits.
Le Matériel désigne les équipements informatiques sur lesquels les applications logicielles
fonctionnent.
Le Logiciel correspond aux programmes informatiques nécessaires pour faire fonctionner l’ordinateur
et ceux dont l’entreprise a besoin pour travailler.
Les Périphériques matériels incluent tous les matériels utilitaires ou de stockage de données qui sont
connectés aux ordinateurs des utilisateurs.

Enfin, si l’introduction des NTIC permet de réaliser des économies en termes de coût et de temps,
ces améliorations sont conditionnées notamment par :
- le déploiement d’une culture organisationnelle orientée vers le partage de l’information ;
- la mise en place d’une structure basée non plus sur les fonctions mais sur les processus ;
- le développement au profit du personnel, d’actions de formation et de sensibilisation sur les
NTIC.

Mémoire d’Expertise Comptable 68


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

SECONDE PARTIE

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE COMMUNICATION :


ENJEUX ET CONSEQUENCES POUR LE CABINET D’EXPERTISE COMPTABLE

Mémoire d’Expertise Comptable 69


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Les applications des NTIC, du point de vue du cabinet d’expertise comptable, regroupent un ensemble
d’outils d’aide à la réalisation des tâches d’organisation, de communication et d’échanges
d’informations et documents tant au niveau interne qu’externe, réduisant le temps de traitement et les
délais d’acheminement de l’information.

L’enquête réalisée auprès des Experts-comptables du Royaume a permis de révéler que ces derniers
exploitent, à des degrés différents, les outils et techniques issus des nouvelles technologies.

Ainsi, Internet fait désormais parti du quotidien des cabinets d’expertise comptable. Il est d’abord
perçu pour ce qu’il est avant tout : un outil de communication et de recherche de l’information.

L’e-mail constitue la porte d’entrée principale vers le cabinet dématérialisée et constitue la technologie
dominante : les cabinets possèdent sans exception au moins une adresse électronique alors que
seulement un tiers des cabinets dispose d’un site Web.

Par ailleurs, les cabinets exploitent encore peu la panoplie d’outils et services issus des NTIC tels le
groupware, l’Extranet, l’ASP, les dossiers d’audit électronique, la scanérisation, l’archivage
électronique des pièces, la télécomptabilité et la téléformation.

L’enquête a révélé également que tous les cabinets sont équipés en matériels et logiciels informatiques
et dans leur majorité, disposent d’une architecture réseau de type local. Ils sont donc légitimement en
avance par rapport à leurs clients.

C’est pourquoi, les Experts-comptables s’estiment avoir un rôle de prescripteur à jouer auprès des
entreprises en matière des nouvelles technologies. N’oublions pas qu’une grande partie des entreprises
marocaines (les PME notamment) ne sont pas informatisées du tout et ne sont donc pas encore prêtes
pour l’économie numérique.

Cette brève radiographie des technologies utilisées par les cabinets d’expertise comptable marocains
présentée, la seconde partie de ce présent mémoire mènera une réflexion plus étendue sur les
possibilités offertes par les NTIC dans l’organisation interne du cabinet d’expertise comptable et dans
ses relations avec son environnement externe (Chapitre I) et tentera de dévoiler les risques et les
limites liés à ces technologies (Chapitre II).

Mémoire d’Expertise Comptable 70


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

CHAPITRE PREMIER :
LES ENJEUX DES NTIC SUR L’ORGANISATION INTERNE DU CABINET ET SES
RELATIONS AVEC L’ENVIRONNEMENT EXTERNE

Les enjeux des NTIC au sein des cabinets d’expertise comptable tournent autour :

- d’une nouvelle organisation du travail plus collective, plus coopérative, plus productive et plus
interactive (Section I) ;
- d’une évolution des rapports des cabinets avec leur environnement externe représenté
notamment par les clients (Section II).

SECTION I – LES CONSEQUENCES DES NTIC SUR L’ORGANISATION INTERNE DU


CABINET

Les NTIC apportent une dimension « Communication » au traitement de l’information, tout en


s’affranchissant des frontières géographiques et temporelles. Par rapport au téléphone ou au fax, qui
eux aussi servent à transmettre et recevoir des informations, les NTIC apportent une dimension
nouvelle : les informations échangées restent disponibles pour des réutilisations ultérieures et peuvent
être enrichies. A partir du maillage des réseaux offerts par Internet et le groupware, les NTIC
proposent un véritable maillage d’outils interactifs : messagerie, forum, bases de données,
documentation centralisée, agendas partagés…

SOUS-SECTION I - FAVORISER LA COLLABORATION ET LA CIRCULATION DE


L’INFORMATION AU SEIN DU CABINET

1. Un outil de base pour mieux gérer les communications : la messagerie électronique

a) Une façon simple, rapide et peu coûteuse de transmettre, recevoir et archiver des
informations

(1) La messagerie électronique est un moyen très rapide pour envoyer des
documents numériques n'importe où, à n'importe quel moment pour le prix d'une
communication locale.
Jamais un moyen de communication n’a pu s’imposer aussi rapidement que le courrier
électronique. En quelques années, le e-mail est devenu le moyen de communication le
plus répandu. Aujourd’hui, avoir une adresse électronique est aussi indispensable que le
numéro de téléphone ou la boite aux lettres. L’information circule en temps réel par
voie électronique, ce qui permet aux professionnels comptables et chefs d’entreprises
clientes d’améliorer la gestion des affaires et le processus décisionnel.

Mémoire d’Expertise Comptable 71


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) La transmission de pièces jointes aux messages évite des travaux redondants.
Elle diminue le travail administratif de ressaisie (et donc les coûts) et augmente en
conséquence la productivité. En outre, les documents reçus peuvent être dupliqués et
diffusés à d'autres utilisateurs potentiels immédiatement. Elle permet aussi de réutiliser
directement certaines informations sur certains documents (états de synthèse sur tableur
par exemple).

(3) Un système de filtre peut archiver automatiquement des documents en fonction


de leur nature. Sur certaines messageries, il est possible de router automatiquement les
messages selon leur niveau d'urgence et l'identité de l'émetteur. Un tri préalable est ainsi
effectué.

b) Elle ne remplace pas le téléphone, outil indispensable, mais permet de mieux gérer les
temps de communication : l'amélioration de la communication informelle

(1) Avantages pour l’émetteur et le destinataire

Attentes interminables, transferts inconvenants, interlocuteur absent : téléphoner à une


entreprise relève encore trop souvent du parcours du combattant. Plus grave, dans une
conjoncture où le client se fait rare, un accueil négligé pourra le faire fuir ou détériorer
l'image du cabinet. Avec la messagerie, l'émetteur gère son temps de communication et
peut être certain que le destinataire recevra bien son message dès qu'il interrogera sa
messagerie (à son bureau ou à distance). Par ailleurs, en cas d'absence, il est possible de
router le courrier arrivé, en fonction du niveau d'urgence, vers un autre collaborateur.

Le collaborateur, quant à lui, pourra enfin clôturer ses dossiers au bureau sans être
dérangé toutes les cinq minutes par un coup de fil.

(2) La messagerie permet finalement de diminuer le nombre d'appels téléphoniques


ou leur durée.

Elle oblige les interlocuteurs à écrire des messages synthétiques et compréhensibles et


laisse un temps de réponse au destinataire. Son développement limite les pertes de
temps en communication qui s'éternisent et favorise la réflexion et la productivité. Pour
se donner un rendez-vous, deux ou trois messages au total suffiront. Au lieu, de passer
son temps à tenter de se contacter, les interlocuteurs passeront tout au plus cinq minutes
pour fixer ce rendez-vous.

Mémoire d’Expertise Comptable 72


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

2. Le développement de la collaboration, de l'implication des employés du cabinet et une


meilleure gestion de leurs compétences

Les outils de travail de groupe sont conçus pour renforcer la communication entre les
collaborateurs. Celle-ci prend des formes très variées qui permettent de réduire
considérablement le temps de réalisation des projets.

a) La conférence thématique : révolutionner la manière de collaborer en localisant les


compétences et en accélérant les échanges d'idées de l'ensemble du personnel

(1) La conférence thématique permanente est un outil performant pour développer


les échanges d'idées au sein du cabinet. En principe, elle est ouverte à tous.

• C'est un environnement souple qui favorise l'initiative individuelle, les débats et la


constitution spontanée de groupes autour d'un sujet d'intérêt commun : si un
collaborateur doit préparer une "base" sur les holdings, il pourra créer un "groupe"
ouvert à tous et inviter les personnes concernées à y déposer leurs remarques ou toute
autre information. Dans ce groupe, tous les collaborateurs sont au même niveau, il n'y a
pas de timides, pas de temps imparti, ni de leader qui monopolise la parole, vous lisez
uniquement les messages de ceux que vous voulez "écouter". C'est un véritable dialogue
favorisant la contribution collective des idées. Tout le monde a la parole et a le temps
de réfléchir sur le problème.

• Les conférences sont organisées par thèmes pour faire remonter l’information à
l’ensemble des personnes intéressées par un sujet ou un projet. Cela donne une plus
grande réactivité aux initiatives internes. Dans une organisation classique, l'information
ne parvient qu'à un seul individu, et ceux qui la font remonter (en distribuant une
photocopie du document aux personnes intéressées par exemple) n'ont aucune idée de
ce qu'en pensent leurs collègues. Les forums électroniques permettent de créer des
rubriques hiérarchisées et thématiques donc faciles à consulter. Chaque participant peut
ainsi lire la contribution des autres et y répondre.

• Finalement, la conférence thématique permanente permet de localiser les compétences


et les centres d'intérêts professionnels des collaborateurs via les différents projets.

(2) Elle nécessite souvent un animateur qui lance les débats et récupère
l'information pour la valoriser. La culture du partage de l'information est
indispensable. Il faut savoir donner pour recevoir : si les utilisateurs se contentent de lire
sans participer, la discussion prendra vite fin.

Mémoire d’Expertise Comptable 73


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) Les conférences thématiques permanentes peuvent se développer selon quatre


axes :

• par le biais de l'Intranet ou du groupware,


• en relayant certaines conférences accessibles sur Internet vers le réseau de l’entreprise,
• en créant un accès sécurisé qui permettra, à une catégorie de personnes poursuivant les
mêmes objectifs (équipe de projet), de disposer d'un espace de dialogue et d'échange de
documents,
• en exportant certaines conférences sur un serveur Internet : pour faire participer le
public (clients actuels ou potentiels, partenaires, autres Experts-comptables...) aux
réflexions du cabinet.

b) Améliorer les échanges d'idées et les flux d'informations dans une équipe grâce aux
NTIC

(1) Certaines conférences permanentes sont ouvertes à un nombre restreint de


personnes pour faciliter les échanges : l'équipe de projet (un projet = une
équipe = un objectif). Il est nécessaire de désigner un coordinateur dès le
lancement du projet. Pour tout projet, il faut définir un objectif clair, fixer un timing
de réalisation, définir des droits d'accès à l'information partagée et désigner un pilote. Il
ne sera pas forcément celui qui a le niveau hiérarchique le plus élevé, il doit être surtout
le plus expérimenté ou le plus compétent. Dans le cas contraire, le forum pourra être
utilisé par l'équipe comme un "brainstorming" électronique.

(2) De par ses avantages, la messagerie est aussi un excellent outil de travail pour
les échanges informels entre groupes distants

• Possibilité d'établir des listes de diffusion correspondant à des groupes prédéfinis,

• Travailler avec des partenaires distants (Exemple : Le commissaire aux comptes de la


société mère d’une filiale établie au Maroc) devient facile, rapide et économique

⇒ Souplesse de la structure des équipes et indépendance par rapport à la situation


géographique des différents acteurs : ils peuvent se répartir sur des sites distincts,
tout en continuant à s'échanger des informations et des documents.
⇒ Flexibilité de l'organisation du travail par rapport aux horaires : les
communications des membres d'une équipe n'ont plus besoin d'être synchrones pour
que le projet avance.
⇒ Le suivi des documents envoyés est aussi un atout non négligeable. Existence
d'un système d'accusés de réception en particulier.

Mémoire d’Expertise Comptable 74


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) Le groupware, dans ce cadre, est donc un catalyseur du groupe (Cf. ANNEXE
20). : il optimise la circulation de l’information.
Pour accroître la réactivité et l'efficacité du groupe, l'utilisation du groupware est un
élément essentiel. Il permet de créer une "base de données projet" autour de laquelle
chacun apporte sa contribution au projet. Il améliore le fonctionnement collectif du
groupe par la mise en commun des connaissances et des capacités individuelles
d'analyse. Les échanges informels (messagerie), l'échange d'idées (forums), le partage
des informations (GED - Cf. partie suivante), améliorent les interactions au sein du
groupe.

c) Les réunions virtuelles et la visioconférence s'intègrent parfaitement à la gestion de


projet

(1) Les avantages de la conférence électronique en temps réel :

• elle permet une communication basée sur la vidéo, le son et surtout le partage de
documents à l'écran. Elle est interactive et réactive.
• elle facilite la réunion de membres éloignés d'un groupe.
• elle apporte un gain en temps de transport et en coûts associés par rapport aux
réunions classiques.

(2) Exemple pratique d'utilisation : la visioconférence peut être utilisée dans le cadre de
l'organisation interne du cabinet (partenariats, télétravail) ou avec des clients.

3. Capitaliser l'information, rendre sa circulation plus fluide et partager les connaissances

a) La "numérisation» des flux d'informations autorise la capitalisation du savoir du


cabinet

(1) Développer des réseaux d'experts permettra le partage des connaissances. Les
Experts-comptables peuvent, par le biais de l’Ordre des Experts-comptables, s'organiser
en réseaux de compétence. Mais grâce aux NTIC, ces réseaux seront, non seulement
utiles à leurs membres, mais aussi à l'Expert-comptable qui se trouve face à un
problème dont il n'a pas la solution :

Un des principaux avantages réside dans la possibilité de rechercher des


compétences sans même savoir où elles se trouvent. Si vous désirez en savoir plus sur
un domaine précis, laissez un message sur un forum adapté, vous recevrez des réponses
vous donnant les coordonnées d'experts à contacter au moyen de leur adresse
électronique. Eux-mêmes vous donneront de nouvelles adresses qui vous permettront de

Mémoire d’Expertise Comptable 75


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

tisser un véritable réseau de compétence, ce qu'aucun autre outil de communication ne


vous aurait permis de réaliser.

• Possibilité d'avoir une réponse rapide à un problème spécifique : quel Expert-


comptable n'a pas dû rechercher une réponse à une question imbroglio pour un de ses
clients ? Pouvoir profiter de l'expérience de son confrère peut-être décisif pour la qualité
de la mission et la satisfaction du client.

• Transferts de compétences et de connaissances, autoformation et développement de la


formation interne par la participation à ces réseaux.

(2) L'essor de la communication :

• Pouvoir se renseigner rapidement sur Internet. Grâce aux moteurs de recherche58, de


plus en plus performants, la recherche d'informations spécifiques est de plus en plus
rapide. Un site comme Google (www.google.fr) permet d'accéder à une multitude de
pages web en fonction du ou des mot(s) clef(s) introduit(s).

• Surveiller les points d'intérêts de nos clients sur le serveur du cabinet : Conférences
ouvertes aux clients, création d'une "boite à suggestions"…

• Utiliser les services de traduction d'Internet: un contrat en anglais à analyser, un rapport


en anglais à envoyer à la maison mère...avec le développement de sites dédiés à la
traduction de documents, Internet offre un service rapide et souple.

• Participer aux forums thématiques et accéder aux réseaux de compétences par le biais
du groupware et d’Internet.

(3) Empêcher les pertes de compétences et d'expériences acquises. Les compétences


présentes dans le cabinet, la capitalisation des expériences rassemblées lors des
différentes missions et des projets, le suivi de chacun des clients, sont autant
d'informations qui constituent l'identité du cabinet. Là encore, la gestion des ressources
humaines devient plus qu'avant un élément clé car l'exploitation du savoir et du savoir-
faire accumulés constitue, pour le développement du cabinet, une ressource
fondamentale.

58
Un moteur de recherche constitue un index des pages web à l’aide de robots logiciels (crawler ou spider) qui
naviguent de page en page en suivant les liens. La recherche s’effectue à l’aide de mots clefs (plus de 620
millions pour le moteur de recherche Google).

Mémoire d’Expertise Comptable 76


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• Faciliter le suivi des clients en cas de changements de collaborateurs : historiques des


rendez-vous saisis sur l'agenda de groupe et des messages envoyés par E-mail. Tous les
flux d'informations entre le client et le collaborateur sont automatiquement archivés. Il
n'est pas nécessaire de rechercher ou de reconstituer les données, en quelques instants,
elles sont consultables.

• Conserver les acquis et l'historique des projets : tout est archivé, des listes de diffusion
aux messages entres les différents acteurs, en passant par les planifications, et autres
notes techniques relatives au projet. Cette base permet de capitaliser les expériences
acquises. Elle facilite une exploitation ultérieure des acquis et expériences du projet,
même avec des acteurs différents. Les écrits restent, et les idées ne se perdent pas. Il
s'agit d'une véritable "mémoire" du cabinet.

b) Le partage d'informations dans une équipe : mise en place de bases de données


collectives facilitant la cohérence du travail de ses membres

(1) Chaque collaborateur pourra les consulter et utiliser des informations de


référence dans le cadre d'un travail d'équipe.

• Elles diffusent l'information de façon quasi universelle : l'information est partagée par
tous, il n'y a plus d'informations redondantes, ni de doubles saisies.

• Plusieurs personnes peuvent consulter le même document en même temps : cela permet
le travail simultané sur un même dossier (plutôt que l'un après l'autre) et accélère le
traitement.

• Finalement, la rapidité d'accès à l'information est sans commune mesure avec la


gestion classique de dossiers stockés dans des archives classiques.

• On limite la prolifération des "coups de fils" (même si ceux-ci sont nécessaires dans
certains cas) et les échanges de mémos, synonyme de perte de temps.

(2) Mais aussi enrichir des bases relatives à un travail de groupe, ou un dossier
particulier

• L'actualisation de l'information collective est ainsi facilitée : il faut s'organiser pour que
tous les documents produits soient référencés dans les bases du groupe dès leur création.
Par son référencement, le partage et l'accès au document sont immédiats pour
l'ensemble du groupe.

Mémoire d’Expertise Comptable 77


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• La base de connaissance doit vivre et évoluer de façon structurée, selon référence et


sans anarchie : le référentiel qu'elle apporte doit être organisé pour y trouver des
éléments de synthèse qui permettent de bien mettre en valeur les points importants. Les
dossiers clients numérisés ou électroniques, par exemple, doivent toujours être présentés
de la même façon afin de faciliter les recherches. De même, les réponses aux
consultations des clients devraient être archivées par thème (juridique, fiscal,
comptable…) et par mots-clés (indemnité de transport, congés payés…)
Des normes de classement et de présentation sont indispensables, sinon ceux qui
travailleront sur un dossier client ou un nouveau client devront relire tous les documents
stockés pour retrouver l'information.

c) Une bibliothèque de documents électroniques - Information à caractère général

Etagères croulant sous les dossiers, archives envahissantes. Inutile d'aller plus loin. La
GED apporte sûrement une réponse adaptée à ces problèmes. La gestion électronique des
documents est un outil permettant de mettre à la disposition du personnel des informations
et des documents composites.

(1) Les avantages du document électronique sur le document papier (Cf. ANNEXE
21)
Combien de fois par jour l’Expert-comptable ou son collaborateur sont sollicités par les
coups de téléphone incessants des clients en quête de renseignements aussi variés que
précis. Plutôt que de rechercher (et de faire patienter le client), dans les dossiers
archivés, l'information tant convoitée, ne faudrait-il pas mieux avoir accès à celle-ci par
un simple clic de souris dans une base documentaire et envoyer directement
l’information requise (l'extrait d'un texte fiscal par exemple) par E-mail au client
concerné. L'expansion des NTIC permet de trouver, pour un coût raisonnable,
l'information où qu'elle soit, n'importe quand et sous la forme désirée. Une information
stockée sous forme numérique, par exemple, est accessible bien plus facilement que
sous forme papier. La puissance de recherche (recherche par mots-clefs) est en effet
incomparable à tout ce qu'on peut obtenir manuellement.

(2) La publication d'informations avec une large diffusion. La publication


d'informations par le cabinet à destination de son personnel est un besoin général :

• journal interne au cabinet ou revue de presse,


• notes internes,
• les informations relatives à la gestion du personnel : promotions, postes à pourvoir,
formations envisagées...

Mémoire d’Expertise Comptable 78


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Habituellement, en fonction de l'importance de l'information à communiquer, le cabinet


utilise des panneaux d'affichage ou reproduit un document papier pour le diffuser auprès
d'une catégorie de personnel. Le groupware ou l’Intranet peut remplacer l'ensemble des
canaux habituels de diffusion de l'information, tout en gérant la confidentialité d'accès à
l'information (Diffusion automatique du bulletin de paie dès sa réalisation par exemple).

(3) La gestion de formulaires électroniques. Le cabinet possède de nombreux


documents-types : modèles de lettre de mission, imprimés fiscaux, modèles de dossier
annuel et de rapports destinés aux clients...Les NTIC facilitent leur création, la gestion des
versions et leur diffusion de façon économique (pas de stockage, impression en fonction
des besoins) et rapide. En outre, la traçabilité et l'archivage de ces formulaires sont
facilités.

SOUS-SECTION II- OPTIMISER LA PRODUCTIVITE ET REALISER DES


ECONOMIES

1. Une meilleure planification et gestion des processus permet des gains de productivité
et des réductions de délais

a) Améliorer et centraliser la gestion des plannings : une meilleure coordination des


hommes et des ressources

(1) Partager un agenda : gérer l'emploi du temps des collaborateurs et affecter des
tâches

• L'agenda partagé permet de visualiser l'emploi du temps de chaque collaborateur et


leurs moments de disponibilité : Au lieu de passer des heures à téléphoner ou à parcourir
les bureaux pour cerner les emplois du temps de chacun, nous avons vu précédemment
que l'agenda partagé permet de visualiser l'emploi du temps de chacun. En quelques
clics de souris, et quelques messages de confirmation, la réunion est planifiée. Il permet
aussi au cabinet, en cas d'absence, de savoir où se trouvent ses collaborateurs pour les
joindre en cas d'urgence.

• L'application tient aussi à jour, pour chaque utilisateur, une liste de tâches à accomplir
par ordre de priorité : ces tâches peuvent en outre arriver automatiquement par
workflow dans le cadre du déroulement d'un processus ou par déclenchement d'un
événement (principalement une date).

Mémoire d’Expertise Comptable 79


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) L'affectation des ressources : L'agenda partagé est intéressant pour gérer les
ressources partageables (Datashow, salles de réunion...). Chacun sait qui, utilise quoi, et
jusqu'à quand. Cela permet de réserver une ressource et évite en général les
contestations.

(3) A qui confier l'accès à votre agenda ? C'est l'utilisateur qui définit les personnes
habilitées à lire ou à écrire dans son agenda (modification ou prise de rendez-vous).
Exemple classique : l’associé qui autorise son assistante à prendre des rendez-vous et
effectuer des tâches sur son agenda.

b) Le Workflow : un outil facilitant l'optimisation et l'accélération des procédures

(1) Routes, Règles, Rôles - Le workflow, représentation complète de l'organisation

• Les routes (itinéraires de flux) : elles définissent les chemins le long desquels se déplace
le document ou le message (Cf. ANNEXE 22).

• Les règles déterminent quelle information est acheminée, à qui et dans quelles
conditions. Elles doivent ainsi être capables de gérer les exceptions.

• Les rôles définissent les fonctions indépendamment des gens qui les exécutent. Ainsi, le
rôle de supervision d'un dossier peut être joué par le premier cadre disponible, "X" ou
"Y".

Finalement, le workflow accroît la cohésion des intervenants d'un processus et


décloisonne les divers services du cabinet : le reflet d'une organisation qui tend vers des
normes de qualité.

(2) Le workflow réduit les temps de cycle en automatisant les traitements

• Il permet d'automatiser des tâches fastidieuses qui prennent du temps sans apporter en
elles-mêmes une réelle valeur ajoutée. Ainsi grâce au workflow, l'utilisateur est assisté
dans l'organisation de son travail et dans le choix des tâches à réaliser.

Exemple pratique : Lorsqu'il décide d'exécuter une tâche (établir une lettre de mission
par exemple), l'environnement appelle automatiquement les documents et les
informations dont il a besoin pour réaliser les traitements, sans qu'il ait à aller les
chercher lui-même (identification du client). En outre, il gère automatiquement le
transfert de données entre applications (adresse du client directement inscrite dans la
lettre).

Mémoire d’Expertise Comptable 80


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• Il facilite la supervision d'une procédure (connaissance de l'état d'avancement en temps


réel), gère et identifie les responsabilités (l’utilisateur reçoit le travail dans sa "boîte aux
lettres" et doit l'exécuter dans les délais impartis).

c) Quelques exemples pratiques d'applications (Cf. ANNEXES 23 et 24)

2. La réduction des coûts internes : limiter des postes de dépenses directement


chiffrables

Développer la collaboration et la circulation de l'information sont autant de facteurs qui


permettront d’améliorer la qualité et la productivité du travail de la profession comptable.
Pourtant, il est difficile de traduire directement ces gains en termes financiers. Il existe,
toutefois, certains postes de dépenses que les NTIC permettent de réduire considérablement, et
cela de façon concrète, pratique et mesurable.

a) Economiser sur les factures de télécommunication grâce à Internet

(1)Diminuer les temps de communication - l'effet volume - Avec l'usage de la


messagerie, les communications deviennent plus rationnelles et plus efficaces. La
messagerie peut se substituer, dans de nombreux cas, à d'autres outils comme la
télécopie et le téléphone. Là, où une communication téléphonique prendra 10 mn, la
messagerie prendra quelques secondes en terme de temps de communication. Cette
comparaison est identique pour la télécopie.

(2) Diminuer le coût de communication - l'effet prix - Avec Internet, "on paie
localement pour communiquer mondialement". Le coût facturé par les opérateurs
téléphoniques est en effet celui induit par la communication entre votre ordinateur et le
provider auquel vous êtes connecté. Grâce à ce principe clé, que votre interlocuteur se
situe à Oujda, Paris, Tokyo ou sur le trottoir d'en face, le prix de votre communication
sera toujours le même (éventuellement, selon les conditions de l'abonnement).

b) Optimiser les déplacements longs et coûteux et réduire les déplacements inutiles

Notre profession impose de nombreux déplacements. Même s'il est impensable de


remplacer certaines réunions par les seules communications groupware, une utilisation
pertinente de cet outil peut engendrer des économies significatives.

Un bon partage de l'information, une répartition rationnelle des tâches, la possibilité de


travailler de façon asynchrone et sur des sites différents permettent déjà l'élimination d'une
partie des réunions. De même, l'utilisation de la visioconférence donne à ces utilisateurs, la
possibilité de réduire certains déplacements inutiles tout en gardant le minimum

Mémoire d’Expertise Comptable 81


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

d'interactivité nécessaire. D'une façon générale, les applications de réunion électronique,


facilitant la participation de membres éloignés, diminuent les temps de déplacement.

c) Partage des ressources et réduction des frais généraux

(1) Frais de poste : L'envoi d'un document nécessite la réalisation d'une copie par
destinataire, suivi d'un envoi (mise sous enveloppe, rédaction de l'adresse, dépôt à la
poste). Avec la messagerie, la diffusion ne coûtera que le prix de la communication
téléphonique (pas de papier, ni de photocopieur, ni de perte de temps dans des
manipulations sans valeur ajoutée). Dans la plupart des cas, l'envoi d'un E-mail ne prend
que quelques secondes, soit une unité téléphonique (1.50 DH TTC environ). Le même
envoi par la poste coûte un timbre poste, soit au moins 2.50 DH (envoi normal et poids
minimum).

(2) Vers le zéro papier : une illusion ? L'ergonomie et l'interface de l'ordinateur doivent
encore progresser avant d'espérer remplacer le papier en tant qu'outil de travail (en
terme de manipulation). Néanmoins, concernant l'archivage, la copie, la transmission et
la révision des informations, la supériorité du document numérique sur le papier n'est
plus à prouver. Il permet d'économiser des sommes significatives sur ce budget :

• plus de réimpression si le document peut être diffusé par messagerie, ou sur le réseau,
• réduction de l'archivage papier, réduction du stockage de formulaires (base
documentaire)
• réduction de l'impression de plaquettes commerciales (présentation du cabinet sur
Internet).

(3) Le partage des ressources et économies sur la surface des bureaux :

• le matériel : imprimantes, fax, gestion optimisée des ressources grâce à l'agenda


partagé,
• les logiciels centralisés sur le serveur du cabinet,
• la documentation numérisée : inutile d'acheter plusieurs fois la même documentation,
• m² de bureaux (réduction de l'archivage et développement du télétravail en particulier).

SECTION II- LES NTIC : OUTIL D’OUVERTURE POUR LE CABINET D’EXPERTISE


COMPTABLE

L’ouverture sur le monde qu’offrent l’Internet et ses outils connexes permet d’accéder à de
nouveaux clients, à de nouveaux marchés, à de nouveaux partenaires et évidemment à une base de
données et d’informations riche et infinie. On assiste donc à une véritable mutation, mettant
l’Expert-comptable en réseau avec ses clients, ses partenaires, ses confrères et ses fournisseurs.

Mémoire d’Expertise Comptable 82


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

SOUS-SECTION I- FAIRE EVOLUER LES RAPPORTS AVEC LA CLIENTELE

Qu'est-ce qui différencie un cabinet d'expertise comptable d'un autre ? Certainement pas ses
missions traditionnelles ! Les besoins du client évoluent, les solutions d'hier sont inadaptées face à
son exigence légitime de différenciation. Il nous faut donc "travailler autrement" et adapter nos
missions à cette nouvelle donne. Le cabinet doit être capable d'élargir son offre de services et tenir
compte des spécificités de sa clientèle. Cette évolution peut être bénéfique pour le cabinet puisque
la valeur ajoutée de ses interventions devient plus évidente pour le chef d'entreprise. Dans cette
optique, les NTIC sont indéniablement un atout.

1. Une qualité accrue du service-client

a) Le traitement des réclamations et la gestion des alertes

Lorsque le client n'est pas satisfait et se plaint, à tort ou à raison, seul un traitement rapide
du motif de son insatisfaction - une simple explication peut suffire dans de nombreux cas -
en limite les conséquences. Dans le cas contraire, c'est prendre le risque de perdre un client
très difficile à remplacer dans la conjoncture actuelle. Laisser traîner une réclamation est le
meilleur moyen pour attiser sa colère.

(1) Utilisation du groupware pour un traitement rapide de la réclamation : lors de la


réception de la plainte, celle-ci est enregistrée sur un formulaire électronique en
fonction de certains critères (responsable du dossier, nature de la réclamation, niveau
d'urgence, nom du client...). Le formulaire est ensuite transmis au responsable.

Parallèlement, le formulaire est transmis au cadre hiérarchique en fonction de la nature


du litige. Si aucun des deux, n'est joignable, le workflow orientera automatiquement la
plainte - en fonction de critères prédéfinis - vers la personne la plus à même de résoudre
le problème ou de faire patienter le client. La mention de la plainte sera néanmoins
portée sur le gestionnaire de tâches avec mention du niveau d'urgence.

(2) Etude statistique des litiges les plus courants. Parallèlement, l'enregistrement des
formulaires de réclamation, de la suite donnée par le collaborateur et du dénouement de
la réclamation dans une base de données, permet d'analyser les points faibles du cabinet
et de définir des actions préventives.

Mémoire d’Expertise Comptable 83


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

b) Les bénéfices tirés de ces outils dans un tel cadre sont multiples :

(1) Pour le client

• Il n'est pas basculé d'un poste téléphonique à l'autre, sa demande est prise en compte
immédiatement :

⇒ soit il fait sa demande par téléphone : si personne ne peut y répondre immédiatement,


celle-ci est enregistrée une fois pour toute dans le gestionnaire de tâches.

⇒ soit il fait sa demande par messagerie : un seul message suffit. Le client est certain
que le collaborateur sera averti de sa demande d'information (possibilité d'accusé
indiquant l'ouverture du message). Le cabinet peut en outre mettre en place, pour les
réclamations d'ordre général, une messagerie Internet avec une adresse spécifique du
type "réclamation@cabinet.ma".

• La rapidité de la réponse le rassure. De plus, l'utilisation de la messagerie lui permet de


recevoir des documents (extrait d'un texte par exemple) ou d'envoyer des informations
complémentaires.

(2) Pour le collaborateur ou l'Expert-comptable

• Avertissement automatique de l'appel du client (messagerie ouverte 24h/24, message


stocké et utilisation du gestionnaire de tâches)

• Information accessible rapidement sans recherche et manipulation de documentations


papier (grâce à la mise en place d'une base documentaire sur le réseau).

(3) Pour le cabinet

• Maîtrise de la qualité et la performance : les statistiques sur la nature des informations


demandées par les clients permettent la création d'une FAQ

• Respect de la procédure grâce à son automatisation

Mémoire d’Expertise Comptable 84


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

2. Une communication accrue vers les clients et clients potentiels : Mise en place d’un
site Internet (Cf. ANNEXE 25)

a) Pourquoi un site Internet pour un cabinet d’expertise comptable59 ?

(1) Le site est un moyen de promotion : « Le site Internet du cabinet a un intérêt


promotionnel incontestable et donne, même au plus petit, la possibilité de faire
connaître ses spécificités et sa différence »60. Le site Web est donc un outil de
promotion, il permet au professionnel de bien se faire connaître. Il est possible de
décrire son expérience et les services qu’il offre à la clientèle de façon plus complète
qu’on puisse le faire avec d’autres moyens. La commodité du Web c’est qu’il est
disponible tous les jours et à toute heure. Son existence reflète une image valorisante
du cabinet et un professionnalisme de ses membres. Mais tout cela doit se faire dans
le respect des règles d’éthique généralement admises par la profession. Ces règles
interdisent au professionnel de faire un démarchage par exemple pour attirer des
nouveaux clients. « La communication admise doit se limiter aux seules
informations objectives, utiles ou nécessaires à l’usager et est proscrite toute
information fausse, trompeuse ou porteuse d’espérance. L’information sur les
activités présentées comme dominantes doit rester neutre et s’abstenir de toute
référence à une spécialisation, concept actuellement non reconnu par la
déontologie »61.
Malgré ces interdictions, le site du cabinet reste un bon moyen pour faire connaître
le cabinet ou le professionnel, et cela pour les petits avant les grands. En effet, les
petits cabinets qui ne sont pas assez connus, trouvent dans le Web un moyen idéal de
se faire connaître.

(2) Le site permet de fidéliser la clientèle. En créant un site Internet, l’Expert-comptable


met en place un environnement actif pendant tous les jours de l’année. Le client se
sent un interlocuteur privilégié car il existe concrètement sur l’Internet, il peut poser
des questions, consulter des informations et suivre l’évolution de son dossier.
Aux Etats-Unis d’Amérique par exemple, la majorité si ce n’est tous les cabinets ont
leur site Internet ainsi que les entreprises clients éventuels des Experts-comptables.
Imaginez donc le sort d’un cabinet qui n’a pas suivi cette évolution et qui n’a pas

59
Un tiers des cabinets questionnés dispose d’un site Web et presque la moitié compte en développer un (Cf.
Annexe 1).
60
Jacques Cabuzel, IFEC, Economie et Comptabilité N°213.
61
Texte de la charte déontologique de création des sites Internet par les Experts-comptables, publiée par le
CSOEC de France.

Mémoire d’Expertise Comptable 85


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

encore inscrit son nom sur le Web. Il perdra sûrement une partie de sa clientèle et de
ses missions. Son existence même sera mise en jeu.
« Cette véritable montée en puissance de l’Internet, tant chez nos voisins
anglo-saxons que chez nos clients, oblige les cabinets à relever le défi collectif
consistant à affirmer leur présence sur Internet. Cet enjeu collectif se double d’un
enjeu individuel, chaque cabinet devant intégrer, dans un délai très court, la
technologie et l’esprit du Net »62. Les clients qui ne trouvent pas les services
souhaités, vont nécessairement chercher ailleurs, ce qui se traduirait par une perte de
la clientèle pour le cabinet.

(3) Le site est un moyen de communication avec les clients. Le site d’un cabinet
d’expertise comptable est un moyen complémentaire de communication avec
l’extérieur, en particulier avec ses clients. Le professionnel peut transmettre à travers
le Web toutes les informations qu’il juge utiles et nécessaires : actualités, documents
à télécharger, études, consultations en ligne…
Le professionnel peut proposer également à son client un accès sécurisé à la
comptabilité, ce qui permet à celui-ci de mieux gérer sa situation et d’avoir des
informations en temps réel.

(4) Le site procure un avantage concurrentiel. Les grands cabinets tout comme les
petits, qui se dotent de leur propre site Web, peuvent s’en servir pour se procurer un
avantage concurrentiel. En proposant des services en ligne et en diffusant
l’information qui fait ressortir leur compétence professionnelle, le site va leur
permettre de se démarquer de leurs concurrents.
Selon J-N Gorge de l’IFEC « la réussite n’est pas question de taille et de ressources,
les facteurs technologiques offrent des failles dans lesquelles s’engouffrer ne coûte
pas cher. La compréhension de l’époque, la prise de risque et l’ambition sont des
facteurs clés de succès plus importants »63.

(5) Le site est une nouvelle source de revenu. Si le site présente aux clients des services
à valeur ajoutée, ses prestations peuvent être facturées. Dans la mesure où toute
information a une valeur et que le client peut se procurer des services qui lui sont
utiles, à travers le site du cabinet, la facturation de ces services est dans ce cas
envisageable. De ce fait, le site peut former une nouvelle source de revenu pour le
cabinet.

62
Laurent Benoudiz, Expert-comptable, RFC N°306.
63
Jean-Noel Gorge, IFEC, Economie et Comptabilité N°213.

Mémoire d’Expertise Comptable 86


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

b) Une communication plus dynamique avec une interface universelle

(1) Mettre en place une "vitrine" sur Internet. La création d'un serveur destiné à
présenter le cabinet et son offre de services est une solution technique simple et peu
onéreuse permettant de profiter de la dynamique d'Internet. Eventuellement, vous
pourrez y diffuser aussi vos annonces (Ex. recherche de collaborateurs ou de
partenariat). Mais attention, pour que les utilisateurs se connectent fréquemment
sur votre site, il faudra alors plus qu'une simple vitrine figée. Vous devrez apporter
une information à valeur ajoutée et actualisée, on parle dans ce cas là de site dynamique.
Les exemples pour ce type d’informations (payantes ou non) sont multiples, on peut
citer :
- Une rubrique « Nouveautés » qui permet de regrouper toutes les nouveautés
apportées au site ;
- Une rubrique « Bulletin d’informations » concernant un condensé des points les
plus marquants de l’actualité fiscale, sociale, économique ou juridique ;
- Une rubrique « Conseils » de style « bons à savoir » ;
- Une rubrique « Liens » qui renvoit sur d’autres sites d’informations : OEC,
ministère des finances, CNSS, Bank Al Maghrib…
- Une rubrique « Questions fréquentes » (FAQ)…

(2) Détecter et identifier les clients potentiels. Lorsqu'un utilisateur rentre sur votre
site, il est possible de le "marquer" à l’aide d'un "cookie". Il s'agit d'un petit fichier texte
introduit sur l'ordinateur du visiteur et utilisé comme marqueur pour suivre son
cheminement sur le site Web. Toute information personnelle contenue dans un "cookie"
se limite à celle que l'internaute a fournie de son plein gré dans un formulaire contenu
dans le site (son nom, une réponse à un questionnaire qu'il a rempli sur le site, une
information personnelle recueillie par le serveur...). Le "compteur" est une application
courante de cookie. Chaque visite à une page de votre site incrémente la valeur d'un
cookie lié à cette page. De plus, il est possible de conserver la date et l'heure de la
dernière visite. Il est ainsi possible de mesurer la fréquence des visites et de déduire
le profil, les centres d’intérêt et les habitudes de consultation de chaque utilisateur.
Cette donnée permet au serveur, lors des prochaines visites, de produire une
présentation personnalisée (correspondant au secteur d'activité de l'utilisateur par
exemple) et actualisée de l'information (indications des nouveautés depuis sa dernière
visite). Elle permet également au professionnel de préciser les informations les plus
demandées et donc s’y former davantage si nécessaire.

Mémoire d’Expertise Comptable 87


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) Créer un espace de dialogue avec les clients. La création de forums permet de
détecter et d'identifier leurs besoins, ou d'étudier les tendances (au risque qu'une
information négative diffusée par un client mécontent soit connue de tous). Par ailleurs,
la possibilité de créer des formulaires et des questionnaires sur les serveurs Web offre, à
moindre coût, de nouvelles perspectives pour le "marketing" du cabinet (sondage...)
auprès de sa clientèle habituelle mais aussi auprès de la clientèle potentielle qui visite
son site.

Par ailleurs, une lettre électronique (ou newsletter) à diffuser en interne (collaborateurs)
ou en externe (clients principalement), peut être mise en place. Le coût de diffusion
d’une telle lettre est faible et son mode de transmission par messagerie permet aux
destinataires de la lettre de la redistribuer vers d’autres acteurs intéressés.

On peut utiliser le site Web du cabinet pour présenter les objectifs de la lettre et les
procédures d’abonnement (s’il s’agit d’un service payant). L’archivage sur le Web des
différents numéros de la lettre est une option à envisager.

c) Toucher un public moins habituel

(1) Toucher les marchés étrangers. Lorsqu'une société étrangère, qui veut implanter
une filiale au Maroc, consulte Internet pour rechercher un cabinet-conseil, vous n'aurez
aucune chance d'être contacté par cette entreprise si vous n'êtes pas déjà présent sur ce
média. Rechercher un fournisseur sur Internet devient de plus en plus courant (même si
cette pratique est encore essentiellement propre aux pays développés). Ne pas prendre
en compte ce phénomène, c'est se disqualifier d'emblée sur ce marché potentiel. Au
contraire, pour un cabinet présent sur Internet, il peut être opportun de créer un service
d'information spécifique à destination des entreprises étrangères.

(2) Permettre de mieux communiquer et moins cher avec des clients distants. Grâce
à Internet, la communication par messagerie (de documents en particulier) est beaucoup
plus facile, plus rapide (quelques secondes) et surtout moins coûteuse (communication
en tarif local). Il en est de même de l’utilisation de la visioconférence64 sur Internet à
condition de disposer des matériel et logiciel nécessaires.

64
Aux dires d’experts, cette technique permet de doubler l’efficacité de la communication par téléphone car
l’information qui s’échange est en moyenne contenue pour 55% dans l’attitude et l’apparence physique, 38%
dans le ton de la voix et 7% dans le contenu de la parole.

Mémoire d’Expertise Comptable 88


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

d) Limites déontologiques

L’article 17 de la loi n°15-89 réglementant la profession d’Expert-comptable interdit toute


forme de publicité personnelle aux membres de l’Ordre. La publicité ne peut se faire que par
l’OEC lui-même afin de promouvoir la profession d’expertise comptable.
D’une part, nous ne pouvons ignorer l’effet de l’Internet en tant que moyen de publicité,
d’autre part, un certain nombre de pays (essentiellement anglo-saxons) ont libéralisé la
publicité pour les Experts-comptables. Ainsi, nous pouvons voir aisément les panneaux de
PriceWaterhouseCoopers ou de Ernst & Young dans les stades européens ou encore les
chaînes télévisées.

La charte déontologique adoptée par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-comptables


de France en 1998 et modifiée en janvier 1999, énonce que « les Experts-comptables peuvent
librement créer des sites Web et communiquer leur adresse e-mail, l’information télématique
en ligne suppose un acte volontaire de la part du demandeur. En contrepartie, la
communication doit rester discrète, de bon goût, vérifiable et s’abstenir de tout caractère
laudatif, promotionnel, comparatif »65.

Au Maroc, l’OEC ne s’est pas encore prononcé d’une manière explicite sur cette question. En
l’absence d’une position expresse, certains Experts-comptables ont déjà pris l’initiative de
développer un site Web (Cf. ANNEXE 26).

3. Les expériences Internet dans le monde

a) En France

L’Ordre des Experts-comptables français n’a cessé depuis 1998 d’organiser des séminaires,
colloques et conférences pour intégrer la culture NTIC dans les travaux des
Experts-comptables. Au début de l’année 1999, le Conseil supérieur de l’Ordre des
Experts-comptables (CSOEC) a constitué un groupe de travail pour réfléchir sur l’impact des
NTIC sur les missions classiques des Experts-comptables et leurs incidences prévisibles sur
l’organisation des cabinets.

Le CSOEC a incité ses membres à mettre en œuvre un plan d’action permettant :


o le développement d’une forte culture NTIC,
o le rééquipement du cabinet avec des outils performants, ouverts et réactifs,

Mémoire d’Expertise Comptable 89


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

o la recherche des solutions logicielles adaptées à ces nouveaux besoins.

Pour mesurer la portée de ces actions, le CSOEC réalise des enquêtes périodiques auprès de la
profession comptable. La dernière date de novembre 2003 et s’intitulait « Radiographie des
technologies des cabinets d’expertise comptable ». 1.070 cabinets ont répondu au
questionnaire administré.

Les principaux résultats de cette étude se présentent comme suit66 :

- Internet et courrier électronique font parti du quotidien des cabinets d’expertise comptable ;
- L’e-mail est devenu un moyen efficace pour joindre ses clients : dans 73% des cas, les
échanges de fichiers s’effectuent par courrier électronique et non via un autre moyen ;
- Près d’un Expert-comptable sur deux répond à un mail dans la journée et 40% sous 48
heures. Cependant, à peine 29% des messages sont relevés à distance ;
- Le tiers des cabinets possède son site Internet. Il semble que ces sites sont exploités
davantage comme site vitrine que comme portail ;
- Progressivement, les cabinets mettent en ligne des services destinés à leurs clients : un tiers
pour les cabinets entre 20 et 50 personnes et 42% pour les plus importants ;
- Plus de 70% des cabinets n’utilisent pas de documents dématérialisés ou scannés par les
clients ;
- A peine 1% des cabinets organisent des réunions clients avec une Webcam
(visioconférence) ;
- Les données comptables des clients sont accessibles via un Intranet dans seulement 11%
des cas ;
- Enfin, l’étude révèle que 1% des cabinets recourent à une saisie des pièces comptables par
un prestataire à l’étranger.

Par ailleurs, l’étude a révélé une fracture technologique entre les cabinets en fonction de leur
taille. Les grandes organisations se montrent plus intéressées par les technologies, à l’inverse
des cabinets employant moins de cinq collaborateurs.
L’enquête a dévoilé également une interaction entre les méthodes du travail du cabinet et
celles de leurs entreprises. En fait, l’équipement des cabinets dépendrait fortement de
l’équipement des clients.

65
Texte de la charte déontologique de création des sites Internet par les Experts-comptables, publiée par le
CSOEC de France et disponible à l’adresse www.195.68.32.21/ftp/sic/admin/download.php3?id=94&cat=6.
66
Source : Livret-outil : « L’environnement technologique des cabinets d’expertise comptable » - Congrès des
Experts-comptables de France, Lyon 2004.

Mémoire d’Expertise Comptable 90


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

En terme de télédéclaration et depuis la loi de finances pour l’année 1999, les entreprises dont
le chiffre d’affaires s’élève à plus de 15 millions d’euros sont contraintes de souscrire par voie
électronique leurs déclarations de résultat fiscal et de TVA. Par ailleurs, depuis le 1er avril
2002, la norme de transmission EDIFACT67 est devenue la seule norme de télétransmission
vers la Direction Générale des Impôts (DGI).

Le CSOEC a créé le portail déclaratif www.jedeclare.com en service depuis avril 2001. A la


fin du premier semestre 2002, plus du quart des cabinets exploite le site pour les opérations de
télédéclaration et télépaiement avec plus de 200.000 télétransmissions vers la DGI (660.000 à
fin juin 2004).
2.700 cabinets d’expertise comptable ont adhéré au portail.
« jedeclare.com » garantit le bon acheminement des déclarations. Le service permet de tracer
les messages en émission comme en réception, afin de suivre en temps réel les procédures de
télédéclaration.

Par ailleurs, Best-Net est un projet du CSOEC, qui a été retenu et financé par le Ministère de
l’économie, des finances et de l’industrie dans le cadre de l’appel à projet 1999 d’UCIP
(Utilisation Collective d’Internet par les PME). Ce projet vise à favoriser et accompagner les
entreprises vers la Net-économie. Dans le cadre de cette démarche, de nombreux cabinets
d’expertise comptable ont suivi des cours de mise à niveau pour aider leurs clients à passer à
l’action.

En matière de sites professionnels, le site Internet de l’OEC (www.experts-comptables.fr)


possède une architecture à trois niveaux :
- Un premier niveau destiné au public,
- un second niveau accessible par mot de passe unique à tous les utilisateurs qui en
ont fait la demande (donnant accès à des informations non disponibles dans le
premier niveau),
- et un troisième niveau accessible également par mot de passe personnalisé et
dénommé « Experland) qui comporte la banque de données de la profession, les
liens avec les sites des conseils régionaux, des espaces privilégiés (clubs) et un
renvoi direct vers les sites des cabinets (services destinés à la clientèle).

Par ailleurs, les conseils régionaux possèdent chacun un site Internet. Il en est de même de la
Compagnie Nationale des Commissaires aux Comptes - CNCC (www.cncc.fr).

67
Règles des Nations Unies concernant l’échange de données informatisé pour l’administration, le commerce et
le transport.

Mémoire d’Expertise Comptable 91


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Le cabinet de conseil, Andersen Consulting68 s’est équipé d’un Extranet, dans le but de se
rapprocher de ses clients. Comme l’explique Jean-Claude Guez, associé chez Andersen
Consulting, le déploiement de cette nouvelle organisation a été un travail de grande envergure.
Pour lui, l’Intranet-Extranet est à la fois un « mode d’organisation, une infrastructure et un
ensemble d’outils » qui matérialisent le concept de « bureau virtuel ». Muni de son portable, le
consultant peut de n’importe quel endroit de la planète, se connecter au réseau de l’entreprise
et entrer en contact avec ses clients ou collaborateurs.
Depuis qu’ils ont déménagé de la tour GAN et qu’ils ont ouvert le « Spacenet » avenue
George V à Paris, consultants, du stagiaire à l’associé, ne disposent plus d’un bureau
personnel. Dans l’optique de la société basée sur la notion de proximité du client, les
consultants souvent en mission, occupaient trop peu un emplacement coûteux. D’où l’idée de
ce Spacenet, sorte de bureau-hôtel, où le consultant doit réserver sa place lorsqu’il n’est pas en
mission. Ils ont préféré investir dans la technologie pour rendre les consultants mobiles et
autonomes en les équipant d’ordinateurs portables tout équipés, que dans de l’espace de
bureaux sous occupés.

Un choix qui apparemment s’avère positif et dont les résultats se résument à :

- 150 tonnes de documentation individuelle jetées par les consultants (suite à la constitution
d’une base de connaissance collective),
- Espace utilisé par personne : 10 m2 à la tour GAN, 5m2 avenue George V,
- Capacité d’accueil des nouveaux bureaux : 300 personnes pour un effectif de 900
collaborateurs,
- Coût d’hébergement individuel : 40 000F à la tour GAN, 25 000F avenue George V,
- Investissement technologique par personne : 25 000F avant le déménagement, 40 000F
après le déménagement.

b) Aux Etats-Unis d’Amérique

L’AICPA s’est engagé dans une démarche de sensibilisation forte de ses membres aux
nouvelles technologies, certaine que le succès de la profession dépend pour une grande part de
sa perception et de sa maîtrise des NTIC.

68
Cet exemple est tiré du mémoire « Les NTIC, Enjeux et conséquences pour les Experts-comptables », Patrick
GENEIX.

Mémoire d’Expertise Comptable 92


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Le développement du commerce électronique aux Etats-Unis69 crée un besoin réel et croissant


de sécurité et de fiabilité des transactions, mais ouvre également l’opportunité de développer
de nouvelles missions pour les professionnels comptables.
Dans ce contexte, de plus en plus de professionnels américains recrutent des spécialistes en
NTIC au détriment des étudiants comptables.

Par ailleurs, l’AICPA publie chaque année à l’adresse de la profession et des entreprises une
liste des dix enjeux technologiques les plus importants (la corporation a même lancé un site
Web dédié à ces technologies : www.toptentechs.com). Les enseignants d’université
demandent d’ailleurs à l’AICPA de leur fournir la liste avant sa publication officielle pour
intégrer son contenu à leurs programmes de cours70. Ainsi, l’enseignement s’ajuste en temps
réel aux nouvelles exigences de l’économie moderne.

Pour ce qui est des cabinets internationaux, ceux-ci ont déployé des efforts importants pour
l’intégration de l’Internet dans leur organisation. Nous présenterons le cas de PWC.
Outre son site Web d’envergure internationale, PWC a développé un Extranet permettant à ses
collaborateurs et ses clients de bénéficier d’une base de données géante à l’échelle mondiale.
Les dossiers d’audit sont classés dans un espace sécurisé et accessible à l’équipe par mot de
passe. Les clients peuvent aussi consulter les rapports de synthèse de la mission dans un
espace qui leur est réservé.

c) En Tunisie

L’Ordre des Experts-comptables de Tunisie (OECT71) semble conscient de l’importance de la


maîtrise des NTIC. Il note même que l’avenir de la profession dans ce secteur dépend de la
façon de réagir. Nous pouvons lire sur le site Web de l’OECT « Les progrès réalisés au plan
des TIC constituent une force motrice dans l’environnement où les Experts-comptables
exercent leurs activités. Notre avenir dans ce secteur dépend de la façon dont nous nous
adapterons et réagirons aux technologies qui émergent, et de la mesure dans laquelle les
Experts-comptables parviendront à s’affirmer comme maillons indispensables dans la nouvelle
chaîne de valorisation de l’information, en s’appuyant pour ce faire sur leurs capacités
d’ajouter de la valeur au processus de présentation de l’information et d’assurer la fiabilité de
l’information dans un univers numérique… »72.

69
Le commerce électronique aux USA s’est chiffré en 2003 à environ 72 milliards US$ (Source :
www.journaldunet.com).
70
Rapporté par CAmagazine – Janvier, Février 2001.
71
L’OECT a été créé en 1983, environ 385 Experts-comptables et 120 sociétés d’expertise comptable y sont
inscrits (à fin juillet 2004).
72
www.oect.org.tn/oec_etudes.htm

Mémoire d’Expertise Comptable 93


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Par ailleurs, des manifestations (congrès, colloques, journées d’études…) portant sur les NTIC
ont été organisées en Tunisie : Congrès 2002 de l’OECT organisé à Tunis du 18 au 19 octobre
2002 sous le thème « Mondialisation, nouvelle économie et stratégie d’entreprise », Colloque
international organisé par l’ITEC (Institut Tunisien des Experts-Comptables) les 22 et 23 mai
2003 sous le thème « Information financière et NTIC ».

En matière de travaux de recherche, plusieurs mémoires soutenus en vue de l’obtention du


diplôme tunisien d’expertise comptable, ont porté sur l’impact des NTIC sur la profession
comptable. De même, un certain nombre d’articles traitant de ce sujet, sont publiés notamment
par Abderraouf Yaich, Expert-comptable inscrit à l’OECT.
Le site Internet de l’OECT (www.oect.org.tn) est une vitrine de la profession comptable avec
un niveau réservé aux membres de l’Ordre et aux Experts-comptables stagiaires.

4. Remodelage des missions traditionnelles

Nous assistons aujourd'hui à la naissance d'une nouvelle génération de systèmes fondés sur la
dématérialisation des flux d'informations et la suppression progressive des tâches purement
administratives ne générant pas de valeur ajoutée. De vastes réseaux de communication se
mettent en place et offrent de nouvelles possibilités aux Experts-comptables pour développer
les missions et services proposés à leurs clients :

a) Développement des missions de conseil

Avec la Net-Economie, on se dirige à pas sûrs vers la généralisation totale voire la


banalisation des nouvelles technologies. Le « Department of Labor Statistics » a montré
qu’aux Etats-Unis, près de la moitié des travailleurs en 2006 sera employée dans des industries
produisant ou utilisant les technologies d’information à grande échelle.
Les entreprises vont et doivent par la force des choses faire pousser progressivement certaines
de leurs activités vers le Net.
L’Expert-comptable, conseiller privilégié des dirigeants des entreprises, ne peut se mettre en
dehors de cette mutation. En effet, le passage des activités des entreprises vers la nouvelle
économie induit le développement de certaines missions de conseil en nouvelles technologies.

b) Effets des technologies de l’information sur la réalisation de l’audit financier

L’audit financier repose, généralement, sur l’examen du système de contrôle interne en place.
La démarche de l’auditeur consiste alors à recenser les procédures utilisées et ce, en procédant
au découpage de l’entreprise en fonctions, indépendantes ou non, mais facilement isolables.

Mémoire d’Expertise Comptable 94


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Cette approche n’a pas connu de révolutions particulières avec la mise en place des
applications informatiques traditionnelles. En effet, ces dernières étaient associées aux
différentes fonctions de l’entreprise : achats, ventes, stocks…

Toutefois, la mise en place des nouvelles technologies entraîne d’importants changements sur
le plan de l’organisation, des processus et de la technologie. Avec les ERP (Enterprise
Resource Planning ou Progiciel de Gestion Intégrée), par exemple, une commande client peut
générer une commande fournisseur, un lancement en production, un bon de livraison, une
facture, son règlement et l’enregistrement en comptabilité de ces événements. L’intervention
humaine est limitée à la validation ou non de certains processus.

Par ailleurs, cette évolution a augmenté considérablement la dépendance des entreprises


envers leurs systèmes informatiques et a affecté leurs systèmes comptables et de contrôle
interne. Nous en citons, essentiellement, la dématérialisation tendant à devenir totale (zéro
papier) de la transaction et par suite, de la preuve (absence de documents d’entrée et de
sorties).

C’est ainsi qu’on parle actuellement de la mutation de l’approche de l’auditeur, de systémique


et verticale, pour devenir événementielle et transversale73. Par conséquent, il faudra suivre le
chemin parcouru par un événement et étudier son impact sur l’ensemble du système
d’information.

Face à ce nouveau contexte, les auditeurs financiers ne peuvent plus ignorer le phénomène de
l’informatisation des entreprises devenu de plus en plus complexe. S’ils ont estimé, au départ,
qu’il fallait traiter l’informatique à part, ils sont convaincus, aujourd’hui, que l’informatique
devrait être intégrée dans leur démarche professionnelle et dans chacune de leurs
préoccupations.

Ce nouvel environnement appelle de la part de l’Expert-comptable auditeur un complément de


normes de travail, dont essentiellement :
◊ L’examen des nouveaux domaines se rattachant aux nouvelles technologies afin
d’obtenir une compréhension suffisante du système comptable et des contrôles internes
de l’entreprise,
◊ L’analyse des nouveaux risques inhérents et des nouveaux risques de non contrôle
nécessaire pour l’appréciation du risque d’audit et la planification des travaux,

73
Daniel Joly, « Les progiciels intégrés et les nouveaux outils informatiques vont-ils changer l’approche
d’audit ? » RCF, Novembre 1999.

Mémoire d’Expertise Comptable 95


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

◊ La conception, l’exécution et le timing des tests sur les contrôles et des tests substantifs
afin de réunir des éléments probants suffisants et adéquats nécessaires pour fonder
l’opinion d’audit.

c) Externalisation de certaines tâches administratives par le client - Trois exemples


pratiques

(1) L’utilisation des technologies ASP : les ASP (Application Service Provider)74sont
des applications hébergées à distance accessibles via Internet (par une liaison
spécialisée). Un fournisseur ASP complet (full ASP) propose à ses clients d’héberger
applications et données distants à tout moment et en toute sécurité. Par contre, un
fournisseur ASP limité propose l’hébergement uniquement des données. Ainsi, le client
loue le droit d’usage du logiciel du fournisseur et n’est, de ce fait, pas propriétaire de
l’application, mais uniquement des données.
Dans les deux cas, lorsque le client veut accéder, il s’identifie par un nom ou login75 et
s’authentifie par un mot de passe.
Avec l’utilisation de ces technologies, il n’est plus question que tout doit se faire au
cabinet ou chez le client par le professionnel ou par l’entreprise. Les données peuvent
être saisies chez le client, le professionnel peut intervenir en temps réel pour changer
des écritures, un suivi interactif entre les deux est assuré par ces applications (selon un
partage des tâches préalablement défini dans une lettre de mission). Ces technologies
présentent également l’avantage que tout le monde travaille sur la même version, le
professionnel ne se trouve plus dans l’obligation de connaître toutes les versions dont
disposent ses clients (Cf. Annexe 29 - Exemple de la comptabilité collaborative).
Les logiciels comptables ne constituent pas la seule application du modèle ASP.
L’Expert-comptable peut prescrire une variété d’outils de gestion : Gestion de la
relation client, Outils d’analyse financière, Gestion de la paie, Gestion des
immobilisations…Enfin, l’Expert-comptable pourrait lui-même jouer le rôle d’ASP en
permettant à ses clients d’utiliser quelques applications ou logiciels internes au cabinet
(dans le respect de la politique de licence).

(2) Un corollaire au point précédent : Tenue de la comptabilité à distance. La


dématérialisation des documents papiers facilitera l'externalisation de la comptabilité
d'un client. L'ensemble des pièces comptables nécessaires à la tenue comptable et à
l'établissement des déclarations (de T.V.A par exemple) sera directement consultable et

74
En français, FAH = Fournisseur d’Application Hébergée. Cet outil n’est pas du tout utilisé par les cabinets
d’expertise comptable (Cf. Annexe 1).
75
Le login est un code d’identification qui peut être alphanumérique.

Mémoire d’Expertise Comptable 96


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

exploitable, à distance, dans les archives numériques du client. En faisant disparaître les
flux de documents papier, et les retards qu'ils engendrent par leur manipulation et les
délais de diffusion, le cabinet gagnera en productivité et en qualité du service rendu.
Tout sera fait directement sur le serveur du client, à tout moment sans perdre de temps
pour l'envoi des factures et d'autres justificatifs. Dans bien des cas, la phase de saisie
sera tout simplement supprimée (imputation automatique des écritures courantes rendue
possible par la définition de standards d'échanges semblables à l'EDI). Le rôle du
cabinet sera de gérer les schémas d'imputation et les cas d’exception.

Par ailleurs, les nouvelles technologies donnent à l’externalisation de la comptabilité


une dimension internationale. Ainsi, on constate que certains cabinets marocains
effectuent la saisie comptable pour le compte de cabinets ou d’entreprises étrangères
notamment françaises.

(3) Sous-traitance de la gestion sociale. Avec des dispositifs, tels que l'EDI, il sera
aussi possible d'imaginer des mécanismes de traitement de la paie totalement intégrés.
Par exemple, un système par lequel, dans un atelier, la machine de pointage d'un client,
dont on sous-traite la paie, communiquera les horaires des salariés directement à
l'application du cabinet, sans intervention humaine. Une fois la paie réalisée par le
collaborateur (et les données cryptées pour plus de sécurité), les déclarations et le
paiement des charges sociales s'effectueront automatiquement sur les serveurs des
organismes concernés. A leur tour, ceux-ci enverront un accusé de réception numérique
et finalement, l'application adressera les fiches de paie par voie de messagerie aux
salariés.

Autre exemple : le client, en accédant à sa base de données au cabinet, pourra mettre à


jour le fichier de son personnel (heures travaillées, primes, indemnités, statut…). Ces
données pourront être directement exploitables par le cabinet pour établir les journaux
et les bulletins de paie, les déclarations…que le client pourra consulter en ligne.

d) Vers un dossier de travail informatisé et un réseau de communication étendu à la


clientèle

(1) Les dossiers de travail deviennent des documents partagés et interactifs

• Vers un dossier de travail électronique. le dossier de travail électronique est, comme


son nom l’indique, l’équivalent électronique du dossier de travail manuel. Il s’agit donc
d’un ensemble de fichiers informatiques matérialisant les diligences effectuées par
l’auditeur au cours de sa mission.

Mémoire d’Expertise Comptable 97


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

D’une part, la conception d’un modèle informatisé du dossier de travail rendrait


obligatoire le respect par les collaborateurs des procédures propres au cabinet. D’autre
part, le dossier de travail électronique offre à l’utilisateur un environnement de travail
convivial, des feuilles de calcul automatisées et permet une amélioration de la
productivité des collaborateurs.

• Une mise à jour permanente et efficace du dossier de travail. le dossier électronique


sera accessible sur le réseau par plusieurs intervenants simultanément, et les pertes de
temps liées à la circulation intensive d'informations, de données redondantes ou de
doubles saisies disparaîtront. Chaque information, saisie une fois pour toute, restera
disponible pour chacun des collaborateurs travaillant sur le dossier du client. Ainsi, la
personne travaillant sur le poste client, et qui cherche à vérifier le compte « Clients,
factures à établir », pourra avoir accès à la partie du dossier relative aux stocks, traitée
par son collègue de travail, et connaître l'ensemble des sorties de stocks non facturées.

En outre, avec un tel système, un nouveau collaborateur envoyé par son chef de mission
chez un client pourra facilement lui communiquer le mémo du dossier de travail, qu'il
soit là ou non, afin de présenter les difficultés qu'il rencontre dans sa mission (avec
transmission de la partie du dossier et des documents se rapportant aux problèmes à
traiter). Il n'aura alors plus qu'à se connecter, le lendemain par exemple, pour obtenir
l'avis éclairé et expérimenté du responsable du dossier.

• Effectuer le sondage de pièces comptables directement sur le serveur du client et


intégrer certains éléments directement dans le dossier de révision informatisé. Si les
pièces comptables sont dématérialisées, il n'est plus nécessaire de faire des allers-retours
à la photocopieuse pour conserver un double des justificatifs dans le dossier de révision.
Que l'on soit chez le client avec un portable, ou au cabinet connecté au réseau, quelques
secondes suffisent alors pour annexer une copie des factures sondées à la feuille de
contrôle numérique.

En outre, lorsque les standards d'échanges d'informations seront définis, les éléments de
certains documents seront directement intégrés dans nos contrôles. Ainsi, avec la
généralisation des téléprocédures, les informations relatives aux déclarations sociales et
fiscales pourront aussi être directement reprises dans nos feuilles de travail, de même
que les informations comptables (balance, extrait de grand-livre...). On peut aussi
imaginer que l'application du cabinet, en se connectant au réseau du client, préparera
elle-même les feuilles de sondages et y annexera les justificatifs numériques (les
factures relatives aux charges par exemple), selon les critères définis au préalable par
l'Expert-comptable.

Mémoire d’Expertise Comptable 98


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• Actualiser le dossier de travail automatiquement en le reliant à des bases de données :


articles de lois, décrets, taux d'intérêt déductibles pour les comptes courants, taux de
change, taux de charges sociales...
Ces bases de données peuvent être consultées en interne via le réseau interne du cabinet
ou en externe via Internet (accès réservé au personnel). Par ailleurs, les volumineux
ouvrages de références tiennent aujourd'hui sur un CD-ROM ou sur DVD-ROM lisible
sur un ordinateur portable.

(2) Les avantages - gagner en productivité en préservant l'essentiel : le contact


client

• Répartir les interventions sur l'année en multipliant les intérims. En période de "temps
morts", tout en restant au cabinet, le collaborateur chargé d'un dossier pourra se
connecter sur le réseau du client pour commencer à préparer son intervention annuelle
(sondages, immobilisations, actualisation du dossier permanent en particulier). De cette
façon, la charge de travail sera davantage répartie sur l'année.

• Diminuer le temps de collecte des informations. On peut se concentrer davantage sur


l'analyse des problèmes rencontrés par le client, sa situation financière et son compte de
résultat. Plutôt que de lui remettre, faute de temps, un bilan brut avec des tableaux de
financement et des soldes intermédiaires de gestion qu'il regardera à peine,
l'Expert-comptable pourra prendre le temps de réaliser une analyse commentée tenant
compte des spécificités du client (comparaison de ratios propres au secteur d'activité,
historique de l'entreprise...).

• Diminuer les déplacements : gain de temps et économie. Il est parfois nécessaire de se


déplacer chez un client pour récupérer des informations, trop volumineuses pour être
faxées, et qui ne sont disponibles que dans ses locaux. S'il était possible d'avoir un accès
distant aux données, de nombreux déplacements ne seraient plus nécessaires. De plus,
l'Expert-comptable pourrait s'affranchir des horaires d'ouverture de l'entreprise et
avancer dans ses travaux alors que celle-ci est fermée.

Exemple : Pour préparer le reporting mensuel, un collaborateur se rend habituellement


chez son client pour recueillir les éléments nécessaires à sa préparation : balance,
factures non parvenues pour les postes non budgétés, factures à émettre... Il va ensuite à
son bureau pour saisir la balance et les données collectées, éditer la situation, puis
retourne chez son client pour l’entretien de finalisation. En utilisant une simple
messagerie pour recevoir, chaque mois, les éléments nécessaires, un déplacement
unique suffira pour présenter le résultat mensuel au client. Si les éléments sont envoyés

Mémoire d’Expertise Comptable 99


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

selon des standards d'échange, la phase de saisie des informations sera elle aussi
supprimée. Finalement, seule l'analyse des résultats demeurera. Or celle-ci constitue la
véritable valeur ajoutée de la mission du cabinet.

e) Elargir nos périmètres d'intervention et nos domaines de compétence aux systèmes


d'information

(1) Commencer par améliorer nos connaissances et nous équiper...

De vastes réseaux de communication se mettent en place. Le système d'information du


cabinet ne peut pas les ignorer et s'arrêter à la porte du cabinet. Il doit intégrer
aujourd'hui l'informatique de ses clients et se tourner vers l'extérieur s'il veut rester le
pivot de la communication avec leur environnement. Sollicité par l'administration,
conseiller privilégié de l'entreprise en relation avec de nombreux acteurs économiques
(banques, avocats...), l'Expert-comptable est à la croisée de nombreux chemins. Aussi,
pour rester un acteur majeur du monde de l'entreprise, notre profession doit d'abord
apprendre à mieux connaître ces nouvelles technologies, elle doit se les approprier.

(2)…pour conseiller et accompagner nos clients dans cette évolution inéluctable


à moyen et long terme. L'Expert-comptable ne peut pas rester neutre. D'abord, parce
que sa longue expérience dans l'utilisation de l'informatique et sa bonne connaissance
des caractéristiques, des besoins et de la mentalité de chacun de ses clients lui offrent
l'opportunité d'accompagner ces derniers dans le choix et la mise en place des nouveaux
systèmes d'information. Ensuite parce que, même si des standards se mettent en place
pour faciliter les échanges, il a tout intérêt à contrôler la compatibilité des systèmes de
ses clients avec celui du cabinet. Convaincre ses clients, c'est aussi jouer dans le
sens d'un accroissement de la productivité et développer de nouvelles
missions.

5. De nouvelles missions en perspective ?

Les NTIC offrent à la profession comptable de nouvelles missions qui trouvent leur origine
dans les nouveaux besoins suscités par ces nouvelles technologies. Il s’agit en l’occurrence
de :
(1) La certification des opérations de commerce électronique : la mission Web
Trust76. Le commerce électronique est le secteur le plus médiatique de la nouvelle

76
Le nom Web Trust fait l’objet d’une marque déposée par l’ICCA et d’une marque de service (service mark)
par l’AICPA.

Mémoire d’Expertise Comptable 100


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

économie. Toutes les études montrent qu’il augmente de façon considérable. En plus
du développement que connaît le commerce interentreprises via le Web « B to B »,
une autre forme de commerce dirigé vers le consommateur « B to C » est en train de
se généraliser. Aux Etats-Unis, les ventes en ligne « B to C » ont enregistré en 2000
une hausse de 75% par rapport à 1999 et selon les estimations du Gartner Group,
elles atteindront 7% du commerce total en 2004 alors qu’elles ne présentaient que
1% en 199977.

Le commerce électronique présente une formidable réserve d’affaires, surtout pour les
PME. Toutefois, plusieurs facteurs jouent en défaveur de son développement avec, à
leur tête, le manque de confiance du public. En effet, les clients s’inquiètent du niveau
de sécurité et de confidentialité des renseignements personnels transmis lors de la
transaction électronique comme le numéro de carte de crédit. Ils s’inquiètent
également de la légitimité des sociétés qui offrent des biens et services sur le Web.
En réaction à ces craintes, l’AICPA et l’ICCA ont mis au point un nouveau service
professionnel de certification des opérations de commerce électronique dénommé
Web Trust. Ce service, qui a été adopté par plusieurs autres organismes nationaux,
permet aux consommateurs et aux entreprises de faire l’acquisition de biens et services
sur Internet tout en étant confiant que le fonctionnement des sites Web des
fournisseurs est conforme à des critères rigoureux en matière de transparence des
pratiques commerciales, d’intégrité des opérations et de protection de l’information78.
La certification du site est constatée par l’affichage d’un sceau électronique Web
Trust. Ce sceau désigne que le site concerné respecte les normes fondamentales en
matière de transparence des pratiques commerciales, d’intégrité des transactions de
commerce électronique et de protection des informations relatives aux clients.
Ainsi, le service Web Trust fournit à la profession comptable une possibilité d’étendre
stratégiquement la gamme des services qu’elle offre. Ce service, qui dépend du
développement du commerce électronique au Maroc, permettra au professionnel
comptable de répondre à de nouvelles attentes des clients et d’améliorer, en parallèle,
ses compétences informatiques et ses connaissances Internet nécessaires pour offrir le
service Web Trust.

77
Le commerce électronique mondial s’est élevé en 2003 à US$ 380 milliards (Source :
www.journaldunet.com).
78
Basé sur des articles publiés par l’Institut Canadien des Comptables Agréés sur le site, www.icca.ca.

Mémoire d’Expertise Comptable 101


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) La certification de la fiabilité des systèmes d’information : La mission


Sys Trust79. Dans leur quête de nouveaux marchés, d’un meilleur service à la
clientèle, de coûts réduits et de transformations toujours plus rapides, les entreprises
s’appuient sur les systèmes des tiers dans le cadre d’impartition de travaux, de
partenariats ou d’autres types d’opérations conjointes. Mais, le choix d’un tiers dont
les systèmes ne sont pas fiables peut avoir des incidences importantes sur les
processus d’affaires80.
Les défaillances et la faillibilité qui peuvent exister dans les systèmes d’information
des sociétés ont une influence considérable sur le processus d’affaires de la société
elle-même, ainsi que sur ses partenaires. Le partenaire va donc chercher à
entreprendre des relations d’affaires avec des tiers dont le système est digne de
confiance.
Afin de répondre aux préoccupations croissantes à l’égard des systèmes non fiables,
l’ICCA et l’AICPA ont mis au point un nouveau service de certification Sys Trust
qui consiste à vérifier la disponibilité, la sécurité, l’intégrité et la maintenabilité des
systèmes. Ce service pourrait répondre à un nouveau besoin d’entreprises
marocaines soucieuses du système d’information de leurs partenaires.
M. Alain Anderson, premier Vice-président des services techniques à l’AICPA
déclare que : « Comme les entreprises dépendent de plus en plus de la technologie de
l’information, on tolère moins les systèmes non protégés, non disponibles au
moment voulu et incapables de générer des informations exactes de manière
soutenue. » et il ajoute que : « en certifiant la fiabilité des systèmes d’une société,
Sys Trust permet de minimiser les risques pour les actionnaires de la société, pour
les instances chargées de la gouverner et pour ses partenaires commerciaux en
fournissant à ces personnes des informations fiables qui leur permettent de prendre
des décisions plus éclairées».

(3) Technology Consulting : Conseil en matière de définition des besoins, choix


et implémentation de solutions en systèmes d’information et de
communication. Par solutions en système d’information, on vise l’offre logicielle
concernant la comptabilité, la finance et la gestion et notamment les ERP (Enterprise
Resource Planning) ou les Progiciels de Gestion Intégrée81. Les solutions de

79
L’AICPA a fait enregistrer le nom « Sys Trust » comme marque déposée et marque de service (service mark)
aux Etats-Unis et l’ICCA l’a fait enregistrer comme marque déposée au Canada.
80
www.camagazine.ca
81
Les ERP constituent une famille de programmes qui intègrent, en un ensemble cohérent, différentes fonctions
de gestion informatisée d’une entreprise : GRH, gestion financière, commerciale, des achats, comptable…
Souvent la mise en place d’un ERP est perçue comme le prolongement naturel d’une approche BPR.

Mémoire d’Expertise Comptable 102


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

communication visées ici sont les solutions modernes basées sur les technologies
Internet. L’Expert-comptable peut alors être sollicité en vue de pallier les
insuffisances constatées par la proposition d’améliorations du système existant ou
d’un nouveau système d’information. Il aura la charge d’assister son client dans le
recensement de ses besoins en information, dans le choix de l’éditeur et/ou du
logiciel approprié et dans la mise en place du logiciel choisi et son intégration au
système d’information. La position privilégiée de l’Expert-comptable peut également
lui valoir d’être consulté lors de l’adoption de solutions de communication ou lors de
l’intégration de celles-ci avec le système d’information. Il lui est alors demandé
d’assister son client dans la mise en place de solutions de communication de type
Intranet, Extranet ou Internet et ce, tout en étant particulièrement conscient de ses
limites en matière de technologie, notamment face aux ingénieurs et aux
informaticiens. En faisant appel à un Expert-comptable, les dirigeants s’attendent
souvent à ce que celui-ci fasse le lien entre les gestionnaires qu’ils sont et les
techniciens (informaticiens, ingénieurs…) auxquels ils font recours.

(4) Technology Risk Management : Identification, évaluation et gestion des


risques liés aux TIC. Cette discipline s’intéresse plus particulièrement aux risques
liés à l’utilisation des TIC. Par exemple : les risques liés à la mise en place d’une
nouvelle solution, à la non adoption d’un plan de secours, à la protection des
renseignements privés des clients, à la non adoption par une entreprise d’une
solution technologique largement utilisée par ses concurrents…
La mission de Technology risk management permet à l’Expert-comptable de
proposer une multitude de services plus ou moins techniques tels que l’analyse et la
quantification d’un ou plusieurs risques, la conception et la mise en place d’un plan
de sécurité, d’un plan de continuité ou de secours…

(5)L’audit continu82 et l’audit en ligne continue83. Un audit continu est une


méthodologie qui permet aux auditeurs indépendants de fournir l’assurance sur un
sujet particulier d’une façon simultanée ou peu de temps après sa réalisation. L’audit
continu peut aussi être appelé l’audit instantané.
L’audit en ligne continue est un audit continu avec une connexion en ligne
permanente entre l’audité et l’auditeur.

82
En anglais : Continuous auditing.
83
En anglais : Continuous On-line auditing.

Mémoire d’Expertise Comptable 103


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Parmi les conditions préalables de faisabilité de l’audit continu, nous citons :


o L’usage par l’entité auditée de systèmes hautement automatisés ;
o Des outils d’audit intégrés à différents niveaux du système de l’entreprise ;
o Un haut niveau de compétence de l’auditeur sur les différents aspects des
technologies de l’information.

(6) Les prestations de services en ligne. Les professionnels comptables peuvent


élargir la gamme de leurs offres en proposant des services en ligne (à condition de
disposer d’un site Web dynamique). Les services en ligne peuvent aller de la
consultation à distance jusqu’aux missions d’assistance et d’audit en ligne.

(7) L’IP mail. L’IP mail ou l’information personnalisée communiquée par e-mail est
un outil très utile pour les Experts-comptables. Il permet de rappeler
automatiquement à chaque client du cabinet l’ensemble de ses propres échéances
(fiscales, sociales ou autres) en prenant en considération ses spécificités et son profil
(activité, exercice social, forme juridique...).

(8) Les formations en ligne. Les Experts-comptables offrent traditionnellement des


services de formation aux entreprises et particuliers. Avec l’arrivée des NTIC, ils
trouvent un nouvel outil qui va leur permettre de proposer des formations en ligne.
La population cible n’est plus restreinte aux entreprises clientes, elle est plus vaste
car elle intègre un public mondial.
Aux Etats-Unis, un nouveau service est en vogue. Il s’agit des séminaires en ligne
dénommés « Webinars : Seminars on the Web ». L’équivalent en français pourrait
être « Webinaires ».

SOUS-SECTION II- DEVELOPPER LA COLLABORATION AVEC LES AUTRES


PARTENAIRES DU CABINET

1. Accélérer l’évolution de notre profession en créant un «réflexe Internet » chez les


Confrères

(1) Y être dès aujourd'hui pour en récolter les fruits demain. Lorsque l'on cherche à
obtenir un avantage concurrentiel, il est extrêmement efficace de changer les règles du jeu et
pas seulement les produits ou services. Les NTIC permettent ce changement des bases de la
compétition sans créer un coût de conversion élevé pour le client. L'informatique a toujours
été stratégique pour les cabinets. Aussi, en terme organisationnel, les NTIC risquent de
créer une barrière à l'entrée si aucune réflexion n'est menée sur nos métiers, nos

Mémoire d’Expertise Comptable 104


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

clients et leurs attentes. Etre aujourd'hui acteur, plutôt qu'observateur, c'est s'engager dans
une voie incontournable demain, et démontrer son dynamisme à l'extérieur. C'est surtout
acquérir une expérience précieuse pour répondre à la demande et aux besoins croissants.
C'est acquérir un avantage concurrentiel. Les enjeux sont clairs : la fidélisation des clients et
le développement de l'activité du cabinet.

(2) Dans cette optique, l'Ordre des Experts-comptables, point de convergence de la


profession, peut être le catalyseur du développement de ces technologies. Le
gouvernement s’est engagé dans un vaste mouvement de simplification des formalités
administratives et a entamé la proposition de certains services administratifs en ligne. Dans
cette vision, l'Ordre des Experts-comptables peut être un des interlocuteurs privilégiés dans
la perspective de la dématérialisation des formalités déclaratives. C'est également l’occasion
pour l'Ordre de profiter de cet élan pour sensibiliser notre profession et vulgariser au sein de
celle-ci les outils de groupware, Intranet et Internet…

A ce titre, on déplore la carence des actions de sensibilisation sur les NTIC menées par
l’Ordre au profit de ses membres. A ce jour, celui-ci par son Conseil régional de Casablanca
et Sud, n’a organisé qu’un seul séminaire en la matière et qui a porté sur le thème « Internet,
Intranet au service de l’Expert-comptable et de l’entreprise » (le 19 décembre 2002 à
Casablanca). Il reste, donc, encore du chemin à parcourir avant de créer un "réflexe" Internet
dans notre profession (l'utilisation d'Internet devra nous paraître aussi naturelle que de
décrocher le téléphone pour contacter quelqu'un ou avoir une information). Pour développer
ce réflexe plusieurs voies sont à étudier :

a) Associer les Experts-comptables aux nouvelles technologies : un début avec le


nouveau site Web de l’Ordre des Experts-comptables (http://www.oec-maroc.com)

Depuis mai 2003, l’Ordre des Experts-comptables dispose d’un site Web
essentiellement une vitrine de la profession. Le but affiché étant de faire connaître la
profession et de sensibiliser, par la même occasion, les Experts-comptables à l'utilité de
ce média, que d'offrir des services essentiels pour les cabinets.
La création de nouveaux services sur ce site pourrait être un moyen de développer
l'intérêt des cabinets pour les TI.

Exemples pratiques :

• Créer des forums thématiques nationaux et régionaux : "lieux" de rencontre pour bâtir
des projets, échanger des d'idées, et favoriser le développement de réseaux,

Mémoire d’Expertise Comptable 105


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

• Développer la communication avec les stagiaires pendant leur stage : communication


entre les stagiaires, l'Ordre, les contrôleurs de stage (messagerie, forums...),

• Et pourquoi pas, à terme, créer des conférences électroniques, en temps réel, sur des
sujets d'actualité permettant à n'importe quel Expert-comptable d'y participer sans se
déplacer.

b) Utiliser Internet pour les formalités administratives

Inscription à des stages de formation continue, convocation à ces journées par messagerie,
suivi des stagiaires (envoi des rapports, de la notice...), communiqués sur les dates de
soutenance des mémoires d’expertise comptable, paiement électronique des
cotisations...Une multitude de formalités pourraient être accomplies sur le Web, et
favoriser ainsi son utilisation dans la profession. Notons qu’à ce jour, la télécopie demeure
le moyen de communication le plus employé par l’Ordre pour informer ses membres
d’événements les intéressant (réunions, séminaires, radiations, appels à cotisations…). Le
site Web de l’Ordre n’étant pas exploité pour ce genre de communication.

Néanmoins, Depuis juillet 2004, des messages électroniques d’information (congrès,


séminaires, nouvelles circulaires…) sont envoyés aux membres de l’Ordre disposant d’une
adresse électronique84.

c) Création de services professionnels pour les membres de l'Ordre

Exemples pratiques :
• Mise en place d'un S.V.P. sur messagerie pour répondre aux problèmes déontologiques,
fiscaux, comptables...

• Téléchargement de dossiers de travail spécifiques à un secteur d'activité ou à un type de


mission,

• Mise en ligne de lois et circulaires intéressant la profession,

• Informations en ligne diverses et actualisées, sur la profession (évolutions, besoins,


nouvelles missions).

2. Les relations avec les fournisseurs du cabinet

a) Gagner du temps dans l'échange d’informations : communiquer mieux et plus vite

84
Environ les deux tiers des membres inscrits à l’OEC au 31/12/2003 disposent d’une adresse électronique.

Mémoire d’Expertise Comptable 106


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Dans une relation client/fournisseur, l'utilisation de la messagerie permet de communiquer


mieux et plus vite, mais l’avenir, avec le développement de l’EDI et de l'EFI pour les
petites structures, est bien la généralisation des échanges informatisés et automatisés.

Exemple pratique : Cf. ANNEXE 27

b) Faire jouer davantage la concurrence par Internet

(1) Etendre le champ concurrentiel et faciliter la recherche de nouveaux


fournisseurs.

(2) Obtenir un meilleur S.A.V. des fournisseurs : la possibilité d'accéder à une base de
données techniques 24h/24, 7j/7 peut être intéressante en cas de panne informatique par
exemple.

c) Interrogation de banques de données externes payantes ou librement accessibles


(juridiques et fiscales en particulier)

FAQ, archives de forums, "listes" d'informations (documents écrits et diffusés par les
utilisateurs...) et documents divers (thèses, rapports techniques...) : Internet est une
véritable « Bibliothèque» contenant une multitude de renseignements. C'est pourquoi, un
travail préalable de sélection de sites et une formation sur l'utilisation des moteurs de
recherche sont indispensables pour éviter au personnel de perdre trop de temps. Internet est
un complément précieux aux documentations papiers et autres CD-ROM.

3. Les autres partenaires

a) Vers une dématérialisation généralisée des déclarations sociales et fiscales aux


organismes sociaux et à l'Etat

(1) Notre profession, du fait des volumes d'informations qu'elle manipule, a toujours
exprimé une forte demande de simplification dans les relations avec les administrations.
Après la télédéclaration et le télérèglement réalisés au profit des adhérents à la CNSS,
on s’attend à une généralisation des téléprocédures. A terme, c'est l'ensemble des
déclarations sociales et fiscales, mais aussi les paiements, qui devraient être
concernés par la dématérialisation85.

85
Le projet de loi de finances 2005 a prévu la télédéclaration et le télépaiement de l’IS et de la TVA pour les
entreprises quel que soit leur chiffre d’affaires.

Mémoire d’Expertise Comptable 107


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

La procédure EDI semble la plus appropriée pour les téléprocédures. En ce qui concerne
la télédéclaration, cette procédure nécessite l’intermédiation technique d’un partenaire
EDI. Ce dernier est un acteur habilité à transmettre des envois (à la Direction des impôts
pour les déclarations fiscales), qui peut être l’Expert-comptable lui-même ou un
prestataire externe.

(2) Avantages de la télédéclaration par EDI pour l’Expert-comptable.


- Cette procédure est sécurisée et contrôlée,
- Elle permet d’obtenir une meilleure productivité en minimisant les déplacements,
les files d’attente et le ressaisissement des données,
- Elle peut être accompagnée par un télérèglement,
- Elle induit la minimisation voire l’élimination des flux de papier.

(3) La perspective de la dématérialisation des déclarations est un enjeu stratégique


pour les cabinets. C'est même le début d'une solution globale normalisée qui est en
train de se développer. Un cabinet aujourd'hui ne peut se soustraire à ce mouvement
d'ensemble permettant de véhiculer les données sans rupture de la chaîne numérique.
Cette possibilité procurera à l'Expert-comptable un avantage concurrentiel et lui
donnera le moyen d'accroître sa productivité dans le cadre de ses missions
traditionnelles et de l'externalisation.

Dans les pays où cette procédure est déjà adoptée, la plupart des professionnels
l’utilisent ou se préparent à l’utiliser. En France, la téléprocédure des déclarations
fiscales est obligatoire (Cf. Supra).

Au Canada, quelques 5,4 millions de déclarations ont été transmises par voie
électronique en 1998, soit à peu près 25% des déclarations et ce nombre ne cesse
d’augmenter. Il a atteint 5,7 millions en 1999.

En Tunisie, la loi de finances pour la loi de gestion 2001 a prévu dans son article 57 que
le contribuable peut souscrire et déposer ses déclarations fiscales, acquitter l’impôt et
les pénalités éventuelles et échanger les données et documents utilisés pour
l’établissement de l’impôt ou destinés à l’administration fiscale ou aux services du
recouvrement de l’impôt par des moyens électroniques fiables. Depuis avril 2002, le
centre informatique du ministère des finances mène la phase expérimentale pilote du
site de télédéclaration e-tasrih86.

86
Adresse Web (non encore opérationnelle à fin juillet 2004) : www.teledeclaration.finances.gov.tn

Mémoire d’Expertise Comptable 108


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

b) Les avocats et autres professions juridiques : développer l'interprofessionnalité et


l’interdisciplinarité

Depuis quelques années, on assiste au sein des professions libérales au développement


constant de la notion de rapprochement, de regroupement, voire d'interprofessionnalité.
L'inflation des textes réglementaires en toutes matières, plus particulièrement en matière
juridique, entraîne une hausse similaire du nombre de consultations, de demandes
d'information et de traitements des problèmes et des litiges de la part des chefs d'entreprise
qui souhaitent, par ailleurs, pouvoir s'adresser à un interlocuteur unique, ou à un
groupement de professionnels s'exprimant par l'intermédiaire d'un interlocuteur
"privilégié". Dans ce cadre, un Expert-comptable, aussi brillant soit-il, ne peut, tout seul,
répondre à ce besoin; l'appel au spécialiste devient alors de plus en plus nécessaire, voire
indispensable.

On voit bien, dans ce contexte, que les NTIC sont l'outil idéal pour développer
l'interprofessionnalité : forums, messagerie, bases documentaires, documents partagés,
visioconférence...autant d'éléments qui, à l'instar des réseaux de compétence et des
"entreprises virtuelles", permettent de mieux communiquer, coordonner et collaborer.

CHAPITRE SECOND
RISQUES ET LIMITES LIES A L’UTILISATION DES NTIC

Malgré la mise en œuvre d'une politique visant à maîtriser les facteurs de succès, il existera toujours
certaines limites inhérentes à l'application des nouvelles organisations et des technologies liées. Il faut
les connaître pour mieux les prévenir. Ces limites sont d’ordre humain et social (Section I), d’ordre
technique et organisationnel (Section II) et d’ordre déontologique et juridique (Section III).

SECTION I- DES RISQUES D'ORDRE HUMAIN ET SOCIAL

1. Un choc culturel pour le cabinet et ses salariés

a) Vers un cyber-cabinet sans âme ?

(1) Ces nouvelles technologies ne doivent pas couper les circuits de communication
existant. Le contact direct, les réunions et le téléphone seront, bien entendu, toujours
indispensables. La communication non verbale que permet une réunion face à face peut
avoir plus d'importance que la plupart des mots prononcés. Les NTIC, si elles
permettent de développer de nouveaux schémas de communication plus performants et

Mémoire d’Expertise Comptable 109


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

plus rationnels, indépendants des notions de lieu et de temps, sont des médias trop
froids, sans interactions "sociales", qui ne peuvent pas remplacer systématiquement
les médias traditionnels.

(2) Le développement de la communication électronique accentuera-t-il l'isolement


des moins communicants ? Une des incertitudes de ce système réside dans la gestion
des personnes qui ont déjà, à la base, des difficultés pour communiquer. Vont-elles se
renfermer davantage sur elles-mêmes (elles n'auront plus besoin d'interroger un collègue
sur un problème précis puisqu'elles auront accès à des bases d'informations de plus en
plus vastes) ou au contraire le caractère impersonnel de ce type de communication
va-t-il les encourager à s'exprimer plus ?

(3) Va-t-on vers une rupture de la culture et de la vie d'entreprise. Avec le


développement des entreprises "virtuelles" et du télétravail, le risque encouru est
l'éclatement de l'entreprise. Ce lieu de vie social risque de s'atomiser si le
management ne concentre pas son effort sur la cohésion du groupe que représente le
personnel du cabinet. Sans cette cohésion, le projet de groupware et de remodelage de
l'organisation court à l'échec : si le personnel ne ressent pas de sentiment d'appartenance
au cabinet, il ne peut y avoir d'objectif commun. En outre, grâce à ces nouveaux moyens
de communication, les employés auront alors tout le loisir de se tisser un nouveau
réseau de contact moins centré sur le cabinet. Là encore, c'est un risque de rupture de la
culture d'entreprise, voire de passage à la concurrence.

b) L'existence de freins naturels aux changements

(1) Des difficultés d'adaptation aux nouvelles technologies. De tout temps, l'homme
s'est adapté aux nouvelles technologies et aux raisonnements de plus en plus abstraits
(qualité nécessaire dans un monde "virtuel"). Bien sûr, il existera toujours des personnes
pour qui l'informatique semble un obstacle insurmontable et qui auront du mal à
maîtriser l'outil. Ce sont elles qu'il faut d'abord accompagner et former, au risque de les
voir créer des goulots d'étranglement au sein de l'organisation déployée dans le cabinet.

(2) La remise en cause des habitudes. Lorsqu'il y a des changements dans notre
environnement, on sait toujours ce que l'on perd, on ne sait jamais ce que l'on gagne. Le
premier réflexe est la protection de son statut antérieur. Les meilleures
technologies, installées dans le meilleur schéma de processus, avec la meilleure
formation, n'atteindront jamais les performances prévues si le changement n'est pas
accepté (faute d'implication et de consultation du personnel). On aura beau installé
l'agenda partagé le plus sophistiqué, si personne ne le remplit, le projet sera un échec.

Mémoire d’Expertise Comptable 110


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(3) L'individualisme ne facilite pas la tâche.

• L'individualisme dans le cabinet, héritage du taylorisme, est ancré dans nos moeurs. Il
est un frein à la cohésion des groupes et à la définition d'objectifs communs.

• L'existence d'antagonismes au sein du cabinet constitue une entrave importante au


travail d'équipe. Si les individualités sont trop fortes et trop marquées, la coopération et
la coordination, nécessaires dans un tel projet, seront difficiles à atteindre.

• Le maintien de la culture "micro" des utilisateurs : Le réseau est là pour mettre en


commun les données et les informations. Si les collaborateurs continuent à conserver
celles-ci sur leur micro, le cabinet pourra difficilement capitaliser les expériences
acquises. En outre, il courra le risque que des versions différentes d'un même document
circulent ensuite sur le réseau.

c) Une des difficultés majeure : faire accepter le principe du partage de l'information

Les systèmes traditionnels "récompensent" le salarié en fonction des informations qu'il


thésaurise, ce qui n'est pas compatible avec la discipline que le groupware impose. Les
salariés deviennent alors des experts en rétention d'informations car détenir l'information,
c'est détenir un pouvoir, se rendre important et indispensable. C'est valoriser sa
fonction. Continuer à gérer l'information comme un capital, et non comme un flux qui
s'échange, c'est un peu plébisciter le spécialiste enfermé dans son savoir et annoncer l'échec
du groupware que le cabinet tente de mettre en place.

2. Internet permet de communiquer avec un public plus large : c'est aussi un risque en
terme d'image du cabinet et de concurrence

a) Des problèmes relatifs à la concurrence

(1) L'avantage concurrentiel acquis lors de la création d'un site Internet peut ne
pas être durable. Parce qu'Internet se fonde sur des techniques ouvertes connues et
maîtrisables par tous, il est aisé pour un concurrent (i.e. un confrère) de copier
l'utilisation que fait le cabinet d'un tel site, et cela souvent mieux et avec moins
d'énergie puisqu'il a un modèle. Une des parades consiste à n'ouvrir votre site qu'aux
personnes autorisées ou à utiliser une technologie "propriétaire" développée en interne
nécessitant la distribution d'un logiciel de connexion spécifique. Cependant, certains
avantages d'Internet deviendront alors caducs, en particulier la possibilité de recevoir
sur le serveur, pour un premier contact, des clients ou des partenaires potentiels. En

Mémoire d’Expertise Comptable 111


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

plus, c’est contraire à la philosophie de l’Internet qui prône l’ouverture et la


transparence.

(2) Définir précisément le type d'annonces ou de renseignements émis sur le réseau


pour ne pas divulguer involontairement des informations confidentielles aux
concurrents. Il faut définir une politique précise quant aux informations que le
personnel peut émettre sur ce réseau - en participant à un forum par exemple - pour ne
pas dévoiler les projets stratégiques du cabinet. Les problèmes déontologiques de
discrétion et d'interdiction de la publicité sont aussi des points importants qui seront
développés dans la troisième section de ce chapitre.

b) Un impact négatif sur l'image du cabinet est possible auprès du public

(1) Il faut communiquer de façon cohérente. Le site Internet d'un cabinet est une vitrine
sur l'extérieur, il doit correspondre à l'image du cabinet. La perte possible de la culture
d'entreprise a des effets nuisibles sur la perception du cabinet par les clients : Si chacun
communique sans stratégie de communication commune, l'image du cabinet risque de
perdre sa cohérence.

(2) Le site Internet sera peut-être le premier contact du cabinet avec des clients
potentiels. Si l'information qu'il propose en ligne est obsolète et sans intérêt, les clients
potentiels ne se reconnecteront plus sur le site et garderont un avis a priori négatif. Le
contenu doit refléter le sérieux et le dynamisme du cabinet, il doit être un atout et non
pas un handicap.

c) Le contrôle de la qualité des flux d'informations

(1) Les Flux entrants - L'information provenant de l'extérieur ne peut être contrôlée
qu'ultérieurement. Avec Internet, chacun a la possibilité d'être "producteur"
d'informations, mais aussi "consommateur". Le problème de la qualité des informations
que l'on trouve sur le réseau est important. Il ne faut pas prendre pour "argent comptant"
les informations diffusées dans des forums. Certaines seront exactes, d'autres fausses;
certaines seront d'actualité, d'autres périmées. En fait, le seul moyen de vérifier
l'information est de la recouper avec d'autres sources ou de présélectionner, pour les
collaborateurs, des sites de référence réputés pour leur sérieux.

(2) Les Flux sortants - Le caractère asynchrone de la communication leur donne


plus de poids : il reste une trace écrite- La communication écrite à la différence de
la conversation téléphonique, ou des autres formes de communication orale, a un
caractère permanent. Elle laisse une trace matérielle (visible par tous les participants

Mémoire d’Expertise Comptable 112


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

dans le cadre d'un forum). Dans une communication orale, si vous avez été mal compris,
il suffit de tout de suite corriger son propos; au contraire, une phrase écrite peut être mal
comprise sans que vous vous en rendiez compte. Une fois le message envoyé, il est trop
tard pour revenir dessus. La multiplication des E-mails avec l'extérieur exige donc de
particulièrement sensibiliser le personnel à ce problème.

3. Le groupware, c'est aussi une gestion des hommes et des risques sociaux

a) La mise en place de ces nouveaux moyens de communication informatiques risque de


créer de nouveaux exclus

(1) Les NTIC risquent d'accentuer les différences entre ceux qui s'intègrent dans les
réseaux de communication qui se créent, et ceux qui restent à l’écart : parmi les
comportements types, il existe toujours des inflexibles à tout ce qui a trait à
l'informatique. Ils ont un avis a priori négatif et rejettent systématiquement cet outil. Ils
seront des freins qui joueront contre le déploiement des NTIC au sein du cabinet. C'est
souvent l'anxiété face à l'inconnu qui les pousse à agir ainsi. Il est donc important de les
identifier pour les faire participer à la démarche du cabinet. Par leur concours actif, ils
feront de ce projet le leur, et d'un monde nouveau qui paraissait obscur, un outil
finalement simple à maîtriser.

(2) Négliger la formation des utilisateurs ou en exclure certains. Si la formation est


insuffisante, seuls les "débrouillards" communiqueront, les autres se sentiront exclus, ou
s'excluront d'eux-mêmes définitivement.

b) Les gains de productivité ont aussi leurs inconvénients sur un plan social dans le
cabinet

(1) La suppression pure et simple d'un niveau hiérarchique, ou d'une fonction, peut
créer des situations rapidement insoutenables. Après la mise en place du groupware
ou de l'Intranet, il est possible de voir disparaître un poste lorsqu'il est organisé selon un
mode de spécialisation excessif (activité de recherche et de classement de document par
exemple). Le système s'acquittant parfaitement de sa tâche, il ne reste plus aux
employés qu'à attendre que le temps passe...

(2) Les gains de productivité importants issus de l'utilisation des nouvelles


technologies sont en train de modifier la composition des emplois. Le personnel
sera de moins en moins administratif et de plus en plus professionnel. L'automatisation
des traitements sans valeur ajoutée, issue de la dématérialisation des flux d'informations,
va forcément avoir un impact sur les emplois administratifs les moins qualifiés.

Mémoire d’Expertise Comptable 113


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Sans un redéploiement des postes, les gains de productivité pourraient entraîner des
licenciements et altèreraient la confiance entre le cabinet et ses salariés. Seule la
création de nouveaux produits et de nouveaux services par le cabinet pourra compenser
les pertes d'emplois, mais il faut pour cela accompagner ce mouvement d'un effort de
formation important. La mise en place des NTIC comporterait donc un risque social
important si l’activité du cabinet ne progresse pas en développant de nouveaux services.

c) Le retour paradoxal à des conditions de travail obsolètes et démotivantes

Paradoxalement, si le taylorisme n'est pas dans leur esprit, les NTIC donnent néanmoins la
possibilité, non seulement de le perpétuer, mais aussi de le rendre encore plus poussé et
plus rigide que jamais.

(1) La renaissance d'un taylorisme exacerbé : une automatisation à outrance. Le


taylorisme repose sur une très forte spécialisation. Les mêmes gestes toujours répétés,
une formation minimale, une efficacité maximum. Avec le workflow, il est très simple
d'adopter le même schéma d'organisation en automatisant la circulation des
documents dans un processus fragmenté, sans réfléchir aux nouvelles possibilités. Il
s'agit là d'une erreur fondamentale qui, en l'automatisant, rend pérenne une organisation
obsolète et peu performante. Par ailleurs, cette automatisation, poussée à l'extrême,
risque, elle aussi, de dénaturer les relations humaines et la culture d'entreprise au sein du
cabinet. Plus grave, c'est aussi le "contact" client qui peut être affecté.

(2) Le groupware ne doit pas être considéré comme un moyen efficace de donner
des ordres. La défense des intérêts individuels perdurera si l'organisation reste
pyramidale. La définition de valeurs et d'objectifs communs sera inefficace car les
structures resteront cloisonnées et promouvront d'abord la réalisation des objectifs
personnels liés à la fonction. Ce système encourage des valeurs du genre : "Je ne suis
qu'un rouage de l'organisation, l'objectif est de plaire à mon supérieur".

(3) Plus de pression sur le collaborateur. Le contrôle accru et pointilleux du travail du


personnel sur la réalisation de ses tâches correspond à une approche taylorienne de
l'organisation. Le workflow, nous l'avons vu, peut être un outil très performant pour
mesurer avec précision l'activité de chacun, et pas seulement celle du personnel
administratif. On peut imaginer un système permettant de connaître le temps passé par
un collaborateur sur un dossier lorsqu'il le clôture au bureau. Cet outil peut être un réel
élément de maîtrise de la productivité lorsqu'il est employé de façon constructive, et
encourage l'écoute et l'attention du salarié. Il peut, tout au contraire, devenir le point de

Mémoire d’Expertise Comptable 114


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

départ de conflits et de ruptures s'il est employé comme un moyen de sanction : il se


heurte alors au refus des critiques de la part du salarié. L'utilisation de l'agenda
partagé peut aussi être pervertie. Il sera d'emblée rejeté si le personnel perçoit en lui
une façon de le surveiller.

(4) Un cloisonnement renforcé de l'accès aux informations empêche le


développement de la collaboration. En dénaturant l'utilisation des NTIC, il est
possible de contrôler l'accès de chaque document, et de chaque forum, individuellement.
Les conséquences sont les mêmes que pour le point (2). Contrairement à l'objectif
initial, l'autonomie et les responsabilités du salarié seront restreintes, ce qui risque de le
démotiver. Il n'aura plus qu'une vue parcellaire du processus dans lequel il intervient. Il
ne se sentira pas concerné par une organisation à laquelle sa contribution est limitée. Il
ne se mobilisera pas au service des clients du cabinet.

SECTION II- DES LIMITES D'ORDRE TECHNIQUE ET ORGANISATIONNEL

1. Le développement de ces outils au sein du cabinet peut se heurter à des problèmes


techniques

a) La difficulté pour un non spécialiste de se retrouver dans la jungle des normes


existantes

(1) Une évolution difficile à prévoir. La rapidité avec laquelle le marché des NTIC
évolue, la concurrence acharnée qui existe entre les principaux protagonistes (IBM,
Microsoft, Novell et Netscape en ce qui concerne les logiciels) ne permet pas de
connaître de façon précise les technologies les plus évolutives et les plus ouvertes. On
risque de faire le mauvais choix tant que le marché n'est pas stabilisé et si on n’est pas
bien conseillé.

(2) Il est parfois difficile et coûteux d'abandonner son vieux système informatique.
Le conserver et multiplier les technologies existantes dans le cabinet peut être risqué en
terme d'évolutivité du système et de performance. C'est un goulot d'étranglement
potentiel pour celui-ci. Les coûts de maintenance et de développement peuvent alors
être très élevés.

(3) Mal évaluer ses besoins et sous-estimer les exigences fonctionnelles des
utilisateurs. Un investissement trop précipité, sans réelle analyse des besoins (sans
projet pilote), risque de déboucher sur un outil inadapté. Dans ce cas, le risque financier
et la chute de la productivité sont difficilement mesurables.

Mémoire d’Expertise Comptable 115


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

b) Une mauvaise ergonomie du système est souvent source de sous-utilisation

Un système peu ergonomique, complexe à utiliser sera non seulement critiqué par le
personnel du cabinet, mais il fera aussi perdre du temps et de l'efficacité. En outre, il
multipliera les risques d'erreurs lors des manipulations et des traitements : que se passera-t-
il si lors de l'envoi d’un dossier confidentiel par messagerie, le collaborateur se trompe de
destinataire ?

2. Le déploiement du réseau pose aussi des problèmes

a) Le chemin est encore long avant d'avoir accès à un réseau mondial total où chaque
ordinateur est connecté et où les standards d'échanges d'informations sont définis

Avant de pouvoir généraliser la dématérialisation des échanges d'informations et de


diminuer de façon significative la manipulation et le traitement des documents issus des
flux papier, il faudra convaincre l'ensemble des acteurs de l'économie d'abandonner leur
système traditionnel. On se dirige inévitablement vers cette solution mais il est très difficile
de savoir si c'est à moyen terme (moins de 5ans) ou à plus long terme. Néanmoins, en
interne cette dématérialisation peut s'effectuer à court terme, et l'utilisation de la messagerie
avec ses clients peut se généraliser assez facilement.

b) Le suréquipement ou un équipement inadapté aux besoins

Il y a des organisations où la mise en place d'une solution groupware complète est


disproportionnée. Est-il nécessaire de mettre en place un workflow lorsque le cabinet ne
comporte qu'un Expert-comptable et sa secrétaire ?

c) Tenter de déployer un système d'information informatique sans définir un projet


d'entreprise

Avoir une vision technologique au détriment d’une vision stratégique rend la réussite du
projet beaucoup plus aléatoire et, en tous cas, plus longue et plus coûteuse. L'absence de
projets précis en terme de besoins à satisfaire est un handicap très important. Le pire est de
s'équiper pour faire comme tout le monde sans être convaincu par son choix.

Mémoire d’Expertise Comptable 116


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

3. Les aspects liés à la sécurité ne doivent pas être négligés

Les réseaux informatiques ne sont pas les seuls moyens de communication à comporter des
risques. En effet, des médias plus traditionnels, comme la poste, la télécopie, le télex ou tout
simplement le téléphone ne sont pas sécurisés à 100 %. Qui n'a jamais reçu chez lui un courrier
ne lui étant pas destiné ? Ou envoyé une lettre sans que son destinataire ne la reçoive ? De même
qu'il n'est pas possible de savoir si un employé des postes n'a pas ouvert le courrier, lu son
contenu puis recacheté l'enveloppe, il n'existe aucune garantie à ce qu'un document envoyé par
fax arrive en bonne et due forme (panne de fax, bourrage papier ou erreur de composition du
numéro), ni qu'il soit remis à la bonne personne. Pourtant, tous ces moyens de communication
sont utilisés dans le monde entier.

Le cabinet qui ouvre aujourd'hui son système de communication, non seulement entre ses
différents sites, mais aussi aux clients, aux partenaires et éventuellement aux utilisateurs
d'Internet, augmente sa vulnérabilité par rapport aux agressions externes. Il convient donc
d'analyser les risques qui pèsent sur son système et de créer une politique de sécurité réaliste, qui
protégera ses ressources des destructions ou intrusions. D’autant plus quand il s’agit de
l’informatique d’un cabinet qui exige un niveau de confidentialité particulièrement important.
Mais, mettre en place une sécurité informatique ne veut pas dire, uniquement, se protéger de
l’extérieur ; il faut aussi se sécuriser de l’intérieur.

La sécurité d’un système d’information peut être définie comme étant l’ensemble des moyens qui
assurent, d’une part, que les informations qu’il contient, traite, transmet et reçoit ne sont
accessibles qu’aux personnes autorisées et d’autre part que leur intégrité est assurée de façon
permanente.
Ainsi, la sécurité ne se limite pas à la protection des équipements, elle concerne aussi la
protection et la sauvegarde de l’information.

3.1 La nature des risques encourus est très variée

a) Des risques habituels pour un système informatique

(1) Les accidents sont possibles, il s'agit principalement

• des incendies, explosions, implosions, dégâts des eaux, bris de machine,


• des pannes (matérielles et logiques),
• des catastrophes naturelles.

Mémoire d’Expertise Comptable 117


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Les erreurs : il peut s'agir d'erreur d'utilisation (mauvaise formation) ou de conception
du système (pas de projet pilote ou de démarche itérative lors de la mise en place du
système). Ainsi, le mauvais routage d'un message vers un destinataire non approprié
(erreur de saisie) peut avoir des conséquences fâcheuses en terme de confidentialité des
données.

(3) La malveillance : c'est là où les risques se développent le plus. Vols de matériels (les
portables en particuliers), détournements d'informations, divulgation, fraude, sabotage
physique ou attaque logique...L'imagination humaine peut être infinie dans ce domaine !

b) Les agressions logiques : des menaces plus particulières aux réseaux

Le plus gros risque pour le cabinet, à l'heure actuelle, réside dans l'installation d'un serveur
connecté 24h/24 vers l'extérieur pour mettre à la disposition des usagers (collaborateurs ou
clients) des informations diverses et parfois confidentielles. Ce risque est d'autant plus grand
s'il s'agit d'un serveur Internet et si le réseau interne du cabinet y est aussi connecté. La
connexion à Internet peut remettre en cause toute la sécurité informatique du cabinet.

En effet, si aucune protection n'est prise en mettant en place ce type d'organisation, le réseau
est librement accessible aux utilisateurs mondiaux d'Internet qui sont estimés à des millions
susceptibles de s'introduire sur le réseau de l'entreprise. C'est offrir alors aux "Hackers87" une
porte ouverte sur le site du cabinet. Et ceux-ci ne sont pas seulement des étudiants s'amusant à
pénétrer dans les systèmes par défi. Ils sont aussi des professionnels qui peuvent exercer cette
activité dans le cadre d'espionnage industriel ou intellectuel.

(1) Les lectures non autorisées : un danger pour la confidentialité

Un des risques induit par la communication d'informations par messagerie électronique


sur Internet est l'interception des messages par une personne malveillante. Néanmoins, il
faut relativiser les choses. Le nombre astronomique d'informations transitant chaque
jour sur ce réseau constitue en soit une bonne protection. Le message envoyé est perdu
dans la masse. Néanmoins, si le cabinet est la cible d'un pirate, le risque augmente
considérablement si des solutions adaptées n'ont pas été mises en place.

87
Les informaticiens distinguent entre les hackers qui effectuent un travail intelligent, créatif et nullement nuisible. Ils sont
tout le temps à la recherche des failles dans les systèmes pour pouvoir leur trouver une solution. En revanche, les crackers
s’appuient sur le travail d’un hacker afin de pirater un site et l’endommager sérieusement.

Mémoire d’Expertise Comptable 118


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Plagier les utilisateurs autorisés : l'authenticité mise en doute

Etes-vous bien celui que vous prétendez ? Le principe est ici, pour le pirate voulant
s'introduire dans un système, de se faire passer pour un utilisateur. Une authentification
falsifiée donne à un intrus le moyen de pénétrer dans le réseau, et une fois dans les
lieux, d'effectuer un pillage en règle de toutes les informations relatives au cabinet (Cf.
ANNEXE 14).

(3) Modifier les fichiers et menacer leur intégrité


Ceci s'effectue de deux façons : d'une part, par l'interception de l'information lorsqu'elle
est envoyée (le pirate peut alors la modifier et l'envoyer ensuite à son destinataire
initial) et d'autre part, en pénétrant dans le système.

c) L'importation de virus sur le site : une attaque de plus en plus fréquente qui menace
l'intégrité des données et la disponibilité du service

L'importation de virus est un problème à ne pas négliger. La recherche d'informations sur


des bases de données externes au cabinet augmente les risques, ainsi que le téléchargement
de programmes et fichiers. L'Internet est donc une voie royale pour les virus.

L’utilisation d’un antivirus est obligatoire pour le cabinet que son système soit ouvert à
Internet ou fermé.

3.2 Les conséquences d'une mauvaise protection peuvent être considérables

a) Définitions des domaines de sécurité du système d'information menacés directement

(1) Confidentialité : propriété qui assure que seuls les utilisateurs habilités dans les
conditions normalement prévues, ont accès aux informations.

(2) Imputabilité ou authenticité : propriété qui permet d'imputer de façon certaine une
opération à un utilisateur particulier à un moment donné. Il faut authentifier cet
utilisateur puis lui donner des accès limités à ces droits.

(3) Intégrité : propriété qui assure qu'une information n'est modifiée que par les
utilisateurs habilités dans les conditions d'accès normalement prévues.

(4) Disponibilité : aptitude d'un système d'information à pouvoir être employé par les
utilisateurs habilités dans les conditions d'accès et d'usage (notamment en terme de
performance) normalement prévues.

Mémoire d’Expertise Comptable 119


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

b) Conséquences indirectes d'une mauvaise protection sur le cabinet

(1) En terme de responsabilité par rapport aux clients

• La confidentialité des données : Le commissaire aux comptes et l'Expert-comptable sont


astreints au secret professionnel et au devoir de discrétion. Toute attaque logique sur le
système informatique peut entraîner la divulgation de données confidentielles et
engager la responsabilité civile du cabinet. En cas de litige, il sera nécessaire de
déterminer le respect, ou non, de l'obligation de moyens qui lui incombe. En résumé, il
faudra répondre à la question suivante : le cabinet a-t-il suffisamment protégé son
système d'information contre les intrus ?

• l'intégrité des données :

⇒ La perte de données : prévoir au contrat que les données numériques transmises par
le client ne sont qu'une copie et non pas les originaux. Cela permettra de limiter la
responsabilité du cabinet en cas de destruction de celles-ci. En revanche, si la même
perte de données entraîne un retard des déclarations fiscales et/ou sociales par
rapport aux délais prescrits par la législation, quelle sera la responsabilité de
l'Expert-comptable ? L'obligation de résultat des délais de déclaration risque fort
d'être invoquée par le client.

⇒ Les ajouts, suppressions ou modifications de données : que se passera-t-il si des


intrusions sont à l'origine de modifications de données entraînant une erreur dans la
déclaration fiscale du client ? Celui-ci pourra-t-il invoquer l'obligation de moyen du
cabinet ?

(2) Un système d'information "hors service" a des conséquences désastreuses sur la


pérennité du cabinet très dépendant de son système d'information

• la perte de notoriété : clientèle mécontente et perte de compétitivité en particulier,

• les risques organisationnels : perte de temps pour remettre le système en route et


reconstituer les données perdues, baisse de productivité du fait de la perte d'outils...

• le risque financier : perte de chiffre d'affaires ponctuelle corrélative à la baisse de


productivité, ou définitive si les clients mécontents quittent le cabinet, frais
supplémentaires pour la remise en l'état initial du système d'information.

Mémoire d’Expertise Comptable 120


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

3.3 Une mauvaise protection peut coûter cher : une politique de sécurité est indispensable

La politique de sécurité est l’ensemble de règles qui fixent les actions autorisées et interdites
dans le domaine de la sécurité. Sa détermination doit aboutir à la fixation des procédures de
contrôle interne convenables.

a) Informer, former et sensibiliser : Selon une étude de l’année 2000, il a été noté que dans
les 500 plus grandes entreprises au Québec, 49% des obstacles à la réussite des moyens de
sécurité mis en place, sont dus au manque de sensibilisation des employés88. Ainsi, les
collaborateurs devraient être sensibilisés aux différents risques associés à l’Internet et les
pertes pouvant être supportées du fait de la survenance des dommages liés auxdits risques.
Les actions de sensibilisation et de formation doivent aboutir à la détermination de
certaines règles de bonne conduite que le personnel du cabinet devrait respecter.

b) Se protéger contre les agressions extérieures : la mise en place de contre-mesures

(1) Le cryptage des données apparaît de façon unanime comme la solution la plus
sûre

Pour contrer les attaques, le recours à la cryptographie constitue une solution


séduisante. Elle seule permet de régler simultanément les problèmes de confidentialité,
d'authentification et d'intégrité des données.

• le cryptage permet d'assurer la confidentialité et l'intégrité des données

⇒ les méthodes de cryptage (ou chiffrement) (Cf. ANNEXE 15)


⇒ lutter contre les "écoutes" : une donnée qui circule "en clair" est source de
problèmes majeurs de sécurité. Le cryptage est une solution pour que chaque
message émis ou reçu soit codé, de façon à ce que seules les personnes habilitées
puissent le lire .
⇒ garantir l'intégrité des données

• la signature électronique, quant à elle, assure le récepteur de l'authenticité du


document et de son émetteur.

88
Marcelle Labelle, Sécurité et protection de l’information, Edition 2000.

Mémoire d’Expertise Comptable 121


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Les protections physiques et logicielles limitent aussi l'intrusion dans le système

• Mettre à jour le système d’exploitation : il est préférable d’effectuer une mise à jour du
système d’exploitation vers des versions plus récentes. C’est d’autant plus intéressant
que ces versions mises en point récemment proposent des mises à jour automatiques et
de nouvelles fonctionnalités de sécurité.

• L'interconnexion avec des réseaux extérieurs est source de risques.


La meilleure protection est donc d'isoler physiquement le réseau interne :

⇒ ne pas créer de passerelles vers l'Internet, afin d'y éviter toute intrusion. Cela
constitue la méthode la plus sûre, mais limite le potentiel offert par ce média si l'on
souhaite ouvrir son site à ses partenaires et clients dans le cadre de relations
professionnelles. Il est bien sûr possible d'introduire un mot de passe, néanmoins il peut
toujours être intercepté par les pirates.

⇒ une des solutions consiste alors à mettre en place un système d'étanchéité, une sorte
d’obstacle isolant, où deux machines distinctes seront allouées d'une part à la réception
d'informations et à la communication avec l'extérieur et d'autre part à la lecture de
données sur le réseau interne par le personnel du cabinet.

• Contrôler systématiquement les données en provenance d'Internet par un antivirus. Le


cabinet devrait disposer toujours de la version la plus récente des antivirus. Il en est de
même des applicatifs qui permettent de corriger les différentes versions Windows pour
les rendre moins vulnérables aux agressions.

• Les « firewal » ou « coupe-feu » ou « pare-feu» : Ce genre de matériels (ou logiciels) ne


laisse passer que des informations correspondant à des situations reconnues et
autorisées, néanmoins, il n'est pas infaillible et coûterait cher. (Cf. ANNEXE 16)

• Le Proxy : Le serveur Proxy filtre les requêtes émises depuis le réseau local afin de
contrôler l’usage de certains services ou certaines demandes.

• Les lignes spécialisées: si la situation d'une entreprise qui se connecte sans protection
sur Internet est risquée, les liaisons privées professionnelles constituent des moyens
d'interconnexion à risques limités car seuls les usagers correspondant avec le cabinet y
ont accès.

Mémoire d’Expertise Comptable 122


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

c) Prévoir un plan de secours

(1) Prévenir plutôt que guérir : il faut prévoir le pire avant qu'il n'arrive. La prise de
conscience des risques encourus, ne doit pas se faire après un problème de piratage.
Dès la conception du système, l'aspect sécurité doit être pris en compte.

(2) Mettre au point un système de sauvegarde suffisamment sécurisé : avec la


présence d'une architecture distribuée, les données sont atomisées dans des machines
dispersées géographiquement. Les sauvegardes doivent donc, le plus possible, être
réalisées simultanément sur l'ensemble du réseau, puis placées dans des endroits sûrs.

(3) Se couvrir en cas de dommages spécifiques

• Assurances sur les dommages matériels (dégâts des eaux, incendies...),

• Assurances sur les dommages immatériels qui concernent les détournements


d'informations par attaques logiques. Elles sont encore rarement proposées par les
assureurs qui hésitent à s'engager dans cette voie dont les preuves et conséquences sont
difficiles à appréhender,

• Assurances de responsabilité civile professionnelle qui traitent plus spécifiquement des


erreurs non volontaires de transmission par réseau de données diverses.

d) Pas de systèmes de sécurité infaillibles mais des systèmes fiables

Les nombreuses solutions de secours qui existent n'assurent jamais la protection ultime du
réseau. Aucun système de sécurité n'est infaillible. Tout logiciel, qu'il soit de type
"firewall" ou de chiffrement d'informations peut être "cassé". Mais, il suffit que les moyens
financiers à mettre en œuvre pour ce faire soient supérieurs à la valeur marchande estimée
des informations en votre possession pour que le système soit considéré comme fiable. Il
ne faut pas négliger de demander l'intervention d'un spécialiste du domaine pour optimiser
le rapport coût/sécurité.

4. Il existe aussi des risques organisationnels

a) Usage abusif d’Internet par les salariés au détriment de leur travail

Il existe des moyens logiciels pour empêcher l'utilisateur de visiter certains sites jugés
inconvenables ou contraires à l’éthique. Néanmoins, la productivité pourra chuter, surtout
au début (le temps que les salariés découvrent ce monde virtuel).

Mémoire d’Expertise Comptable 123


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

b) Rater son projet de remodelage de l’organisation

(1) L'utilisation, en parallèle de l’ancienne organisation, est nuisible au bon


déploiement du système et annule une partie de ses effets bénéfiques. Il est ainsi
symptomatique, pour certaines personnes utilisant une messagerie électronique par
exemple, d'envoyer un E-mail tout en téléphonant juste après pour vérifier qu'il a bien
été reçu.

(2) Tenter d’améliorer un processus inefficace au lieu d’en changer. L'exemple du


cabinet qui possède une structure informatique qui centralise l'ensemble des saisies.

• Améliorer le processus consiste à envoyer par messagerie, des locaux du client, les
données à saisir au service informatique. Il peut ainsi commencer la saisie sans attendre
que le collaborateur, de retour au bureau, lui transmette les informations sur un support
papier.

• Changer le processus consiste à éviter la rupture de la chaîne numérique, en instituant


des standards d'échange d'informations avec le client pour que les données comptables
soient directement intégrées dans les applications du cabinet, sans ressaisie.

(3) Le rejet de ces outils ou le mépris des employés pour le projet crée des goulots
d’étranglement même si la conception des processus est exemplaire. Nous
rappellerons ici brièvement les causes possibles de rejet du système par le personnel du
cabinet: considérer le groupware comme un moyen efficace de transmettre des ordres
ou de contrôler son travail, négliger l'information, l'implication, la consultation et
l'écoute du personnel, ne pas le former ou engager une formation insuffisante. Toutes
ces causes sont des facteurs d'échec importants qui renforcent les salariés du cabinet
dans leur résistance face au changement.

c) Une gestion ardue de l’information

(1) Les risques de volume : la surinformation. Devant le nombre d'informations


circulant sur un réseau (à plus forte raison sur Internet), il est fort possible que les
collaborateurs du cabinet soient complètement submergés. Là encore, une présélection
des sites ("bookmark89") est nécessaire, elle permet d'éviter aux utilisateurs de perdre
trop de temps à se "balader" de site en site pour trouver la bonne information.

89
"Bookmark" est une commande, intégrée à la plupart des navigateurs, qui permet de créer son propre annuaire d'adresses
Internet.

Mémoire d’Expertise Comptable 124


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

(2) Attention à l’accélération des flux d’informations : lorsqu'un client envoie une
lettre, il attend une réponse dans la semaine, lorsqu'il envoie un message électronique, il
s'attend souvent à une réponse dans la journée. La rationalisation des communications le
rend de plus en plus exigeant. En outre, si vous semez votre adresse électronique à tout
vent (dans le cadre de forums par exemple), votre boite à lettre électronique risque d'être
inondée de messages (publicitaires ou autre) qu'il faudra bien lire, pour les identifier, et
trier.

SECTION III- DEONTOLOGIE, RISQUES JURIDIQUES ET ROLE DE L’ORDRE

1. Le développement des communications posera un problème en terme de déontologie


et de pratique professionnelle

a) L’interdiction de la publicité dans la profession (Cf. ANNEXE 13)

(1) Face à l'évolution constante des moyens de communication, il est essentiel de


définir précisément les problèmes relatifs au respect des règles déontologiques
sur la publicité

Pour le cabinet, de nombreuses questions restent en suspens :

• Un problème se pose lorsque l'on envoie un E-mail sur Internet : est-il possible de faire
mention du nom de son cabinet (au même titre qu'une carte de visite ou l'en-tête d'une
lettre) ?

• De la même façon, la participation à un forum électronique est-elle considérée comme


une participation à une manifestation ou à un colloque interdisant toute communication
de l'identité de son cabinet ?

• La création d'un site Internet "vitrine" doit-elle être considérée comme un "panneau
d'affichage" publicitaire ? Ou faut-il considérer que l'utilisateur vient vers vous sans
démarche commerciale de votre part ?

• En ce qui concerne le référencement de votre site sur des moteurs de recherche, la


démarche est la même que celle effectuée pour être référencé dans l'annuaire
téléphonique, mais faut-il, imposer, dans ce cas, des règles strictes ?

Mémoire d’Expertise Comptable 125


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

90
(2) Dans de nombreux pays européens , il existe des règles déontologiques sur la
communication, qui sont récentes, ou qui ont été modifiées et complétées par la
suite. Cette évolution traduit, le plus souvent, un besoin d'adaptation à la concurrence
des autres professions de conseil qui, pour leur part, ne sont pas toujours soumises à ces
règles (Ingénieurs-conseils, conseils financiers...); d'autant plus que cette concurrence
est aujourd'hui internationale.

Quels qu'en soient les motifs, l'orientation prise est toujours celle d'un plus grand
libéralisme dans les pratiques autorisées. Pour répondre à l'ensemble de ces questions en
suspens, il est nécessaire que la profession y réfléchisse en tenant compte du caractère
instable de l’environnement actuel.

b) La responsabilité en terme de secret professionnel et de confidentialité

(1) La sécurité des données : de nouveaux risques ? Nous rappellerons simplement


que l'ouverture du système d'information du cabinet et la transmission des données sur
des réseaux externes impliquent de nouveaux risques liés au piratage (Cf. Supra).

(2) Il faut définir la nature des informations que le personnel peut émettre sur ce
réseau. Il est indispensable de bien mettre l'accent sur le devoir de discrétion auquel
l'Expert-comptable reste soumis. La participation à des forums de discussions, et la
multiplication des flux de communications vers l'extérieur accroissent
proportionnellement les risques.

c) L'obligation de superviser les dossiers limite-t-elle la déconcentration des pouvoirs de


décision ?

Ou inversement, l'extension des responsabilités des collaborateurs, leur plus grande


autonomie et les gains de productivité engendreront-ils une restriction des travaux de
supervision des dossiers par l’Expert-comptable ?

2. Les risques juridiques existent aussi : valeur de preuve des documents numériques,
une réforme est-elle possible ?

a) L'informatisation des dossiers de travail ne pose-t-elle pas un problème d'ordre


juridique ?

90
Source: Instance nationale de la communication - Etude comparée sur la communication dans la profession comptable -
SIC n°152 avril 1997

Mémoire d’Expertise Comptable 126


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Le dossier électronique pourra-t-il alors avoir la même valeur juridique qu'un rapport établi
sur papier et signé de la main de l'Expert-comptable ou du commissaire aux comptes ? La
"signature électronique" est-elle une garantie suffisante de l'authenticité de la supervision
du dossier ? Les problèmes d'authenticité des documents transmis par voie numérique
resteront d'actualité tant que la législation marocaine ne se sera pas adaptée aux évolutions
technologiques (aussi bien pour les dossiers de travail que pour tout autre document en
général : contrats, factures...).

b) En l'absence de textes précis sur le sujet, l'archivage numérique nécessite encore de


prendre certaines précautions quant à la conservation des documents physiques.

Les actions en responsabilité contre les commissaires aux comptes se prescrivent par cinq
ans à compter du fait dommageable ou, s’il a été dissimulé, de sa révélation (article 181 de
la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes).

Par conséquent, les dossiers et documents afférents aux missions de commissariat aux
comptes devraient être conservés pendant au moins 5 ans. La réglementation en question
n’a donné aucune précision quant au type du support utilisé (physique ou numérique).

Néanmoins, lors de l'examen des dossiers par des autorités telles que le CDVM ou tout
simplement un tribunal, le dossier dématérialisé, même fiable techniquement, n'est pas
reconnu juridiquement. Pour l'instant, le droit marocain reconnaît uniquement la preuve par
l'écrit. En attendant les prises de position des instances concernées, les dossiers reliés
continueront d'encombrer les archives du cabinet.

En France, la preuve s’entend, depuis la loi du 13 mars 2000, comme «...une suite de
lettres, de caractères, de chiffres ou de tous autres signes ou symboles dotés d’une
signification intelligible, quels que soient leur support et leurs modalités de transmission ».
L’écrit sous forme électronique est ainsi admis en preuve, au même titre que la
preuve papier, « sous réserve (toutefois) que puisse être dûment identifiée la personne
dont il émane et qu’il soit établi et conservé dans des conditions de nature à en garantir
l’intégrité». Par ailleurs, en portant la signature électronique au même rang que la
signature manuscrite, sous réserve qu’elle « consiste en l’usage d’un procédé fiable
d’identification, garantissant son lien avec l’acte auquel elle s’attache », la loi permet de
dresser sur support électronique les actes sous seing privé (tels qu’un gage, un contrat
d’édition, une cession de brevet...), voire même les actes authentiques (actes notariés ou
passés devant un officier d’état civil...).

Mémoire d’Expertise Comptable 127


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

L’impact de telles dispositions sur le commerce électronique est considérable. En effet,


elles lèvent l’obstacle de l’article 1341 du Code civil français qui fait obligation de passer
« acte devant notaire ou sous signatures privées de toutes choses excédant une somme ou
une valeur » de 5.000 francs (seuil fixé par un décret de 1980, jamais réévalué depuis). La
loi du 13 mars 2000 permet donc de conclure par voie électronique des transactions, même
si leur montant est supérieur à 5.000 francs.

Le législateur français n’a cependant pas ouvert entièrement la voie du «tout-électronique».


En effet, il existe une série de dispositions impératives, notamment protectrices du
consommateur qui interdisent la dématérialisation pour un certain nombre d’opérations. Par
exemple, en cas de démarchage, le Code de la consommation prévoit l’obligation de
remettre à l’acheteur un formulaire détachable pour l’exercice de son « droit de repentir »
(faculté de se rétracter) et précise que « tous les exemplaires doivent être signés et datés de
la main même du client »91.

c) La valeur fiscale et comptable des documents

Concernant la valeur des pièces comptables numériques (les factures et autres pièces
justificatives), la position de l'administration fiscale est claire : seul un original écrit est
accepté.

Au regard du droit comptable, la loi 9-88 relative aux obligations comptables des
commerçants indique que les commerçants ont des livres comptables à tenir. Ces livres qui
sont le livre journal, le livre d’inventaire (ces deux livres sont cotés et paraphés) et le grand
livre (articles 2 et 6), doivent être tenus sans blanc ni altération d’aucune sorte (article 22).
Ainsi, le droit comptable n’est pas également adapté à la dématérialisation de la
comptabilité.

Au niveau européen92, les modalités de recours à la facturation électronique ont fait l’objet
d’une harmonisation au niveau communautaire permettant ainsi aux opérateurs
économiques des Etats membres de recourir dans leurs échanges au mode de transmission
de factures par voie électronique.
La directive européenne du 20 décembre 2001 fait en effet obligation aux autorités fiscales
des Etats membres de reconnaître la validité des factures électroniques à condition que
l’authenticité de leur origine et l’intégrité de leur contenu soient garanties soit au moyen
d’une signature électronique avancée, soit au moyen d’un EDI.

91
Source : www.droitweb.com

Mémoire d’Expertise Comptable 128


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

La directive susvisée a été transposée en droit interne français par la loi de finances
rectificative du 30 décembre 2002 laquelle a adapté en conséquence les règles de
facturation notamment prévues à l’article 289 du Code Général des Impôts. Conséquence
de ces modifications : les factures émises et reçues par voie électronique vaudront
factures d’origine, dès lors qu’elles auront été :
- créées au moyen d’une signature électronique certifiée par un prestataire de service
de certification ;
- et conservées dans des conditions garantissant l’authentification de leur
destinataire ainsi que l’authenticité et l’intégrité de leur contenu.

3. Rôle de l’Ordre

Le développement des NTIC est stratégique pour la profession. Comme nous l'avons vu,
l'Ordre a donc un rôle important à jouer. Nous rappellerons ici les points fondamentaux sur
lesquels il peut agir :

a) Anticiper l’évolution des nouveaux modes de communication en terme de


réglementation de la publicité. L'Ordre devrait exprimer sa position sur les points
délicats afin de limiter les "vides" juridiques créés par le développement de ces nouvelles
formes de communication. La profession a besoin d'un texte de référence spécifique qui
apporte une réponse précise aux problèmes déontologiques qui se posent ou qui peuvent se
poser.

b) Engager et encadrer la réflexion sur l’impact des NTIC sur la profession. La


réflexion sur l’impact des nouvelles technologies sur la profession en général et sur les
travaux des Experts-comptables en particulier, devrait être menée à travers des
manifestations scientifiques, des groupes de travail dédiés, des débats et forums de
discussion (à la fois réels et virtuels), des rencontres avec des spécialistes…De même,
l’OEC devrait inclure ces nouvelles technologies dans l’élaboration de la stratégie de
développement de la profession.

c) Apporter un support accru aux membres. L’Ordre a un rôle important à jouer dans la
sensibilisation des membres aux enjeux et défis posés par les technologies de l’information.
Peut-être devrait-on créer une commission destinée à promouvoir le développement des
nouvelles technologies au sein de notre profession, élaborer un livre blanc sur les NTIC et

92
Source : www.clusif.asso.fr/fr/production/ouvrages/pdf/FacturationElectroniqueClusif.pdf

Mémoire d’Expertise Comptable 129


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

pourquoi pas organiser le prochain congrès des Experts-comptables sous le thème de la


nouvelle économie.

Par ailleurs, il est important que le site Web de l’Ordre évolue vers le modèle d’un
93
portail professionnel ou qu’il soit doublé d’un site partenaire de ce type. En effet, le
portail permet d’offrir aux professionnels une multitude de services utiles : FAQ,
glossaires, newsletters, forums de discussion…

d) Développer les actions de formation continue. Selon le code d’éthique de l’IFAC94,


les professionnels de la comptabilité ont une tâche continue pour le maintien de leur
connaissance et de leur compétence à un niveau leur permettant d’assurer à leurs clients ou
employeurs l’avantage du service d’un professionnel compétent et à jour des nouveaux
développements. L’IFAC recommande que la formation professionnelle continue dans
chaque pays membre soit pilotée par l’organisme professionnel comptable local soit, au
Maroc, l’Ordre des Experts-Comptables.

A ce titre, le guide international d’éducation (IEG) N°2 « Continuing Professional


Education » de l’IFAC oblige ses associations membres, dont l’OEC, à établir et à rendre
disponibles des programmes de formation continue qui :
• maintiennent et améliorent les connaissances techniques et les compétences
professionnelles de leurs membres ;
• assistent leurs membres à l’application de nouvelles techniques, à la compréhension
des nouveaux développements économiques (dont les NTIC) ainsi qu’à la maîtrise
des nouvelles responsabilités ;
• assurent les utilisateurs du service de leurs membres que ces derniers possèdent les
connaissances et les compétences requises.

Ainsi, il ressort de cette disposition que l’IFAC qualifie d’obligatoire la formation


professionnelle continue. A ce titre, l’OEC a adopté la norme sur la formation de ses
membres. Celle-ci, applicable à partir du mois d’avril 2004, a fixé à 40 heures par an la
durée minimale que chaque Expert-comptable doit consacrer à sa formation95. Toutefois, le
respect de cette norme n’est vérifiée que dans le cadre d’un contrôle qualité ; ce qui
minimiserait son caractère obligatoire.

93
Un portail ou portal en anglais est un site Internet qui agrège différents contenus dans le but de satisfaire tous
les besoins en information et en services. Le principe d’un portail repose en premier lieu sur la personnalisation
de son offre au choix de l’utilisateur mais aussi sur la capacité à intégrer une information riche.
94
Paragraphe 16 du code d’éthique, IFAC – International Federation of Accountants.

Mémoire d’Expertise Comptable 130


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Il est également utile d’évoquer à ce niveau le concept de spécialisation. En effet, vu les


innovations continues dans le domaine des technologies de l’information,
l’Expert-comptable ne peut pas développer une expertise dans n’importe quel domaine sans
une vraie spécialisation.

Cette spécialisation est la résultante de la combinaison d’un enseignement théorique, d’un


développement de la compétence pratique et de l’expérience spécifique dans un domaine
de travail spécialisé. L’OEC peut prévoir une sorte de reconnaissance des
Experts-comptables ayant acquis une spécialisation dans les TIC en leur délivrant des
certificats de spécialiste96.

Enfin, le projet d’institut de formation de l’OEC, dont le démarrage est prévu en janvier
2005, pourrait constituer la première étape vers le développement des actions de formation
continue au profit des membres de l’Ordre.

e) Intégrer les technologies de l’information dans le cursus de formation des


Experts- comptables.
La réforme du cursus de formation des Experts-comptables est l’une des actions prévues
par le plan stratégique pour l’amélioration de l’information financière (plan élaboré suite à
une étude de la banque mondiale sur l’information financière au Maroc).
Cette réforme devrait à notre avis s’inspirer, entre autres, des guides internationaux
d’éducation de l’IFAC (IEG : International Education Guideline), dont IEG 11 qui, depuis
son adoption, a été révisée deux fois et a changé d’intitulé une fois.

Publiée en décembre 1995 sous le titre « Information Technology in the accounting


curriculum », cette norme a été révisée en juin 1998 puis en décembre 2002. A l’occasion
de cette deuxième révision, l’intitulé de la norme devient « Information Technology for
professional accountant ».

L’IEG 11 a été développé par l’IFAC pour servir de guide à ses membres dans le
développement des programmes de renforcement des compétences des professionnels
comptables en matière de technologies de l’information.

95
Selon l’enquête réalisée, l’ensemble des répondants estime que l’OEC à un rôle à jouer dans la sensibilisation
des NTIC auprès de ses membres (Cf. Annexe 1).
96
L’AICPA et l’ICCA ont mis en place les titres CITP (Certified Information Technology Professional) et CATI
(Comptable Agréé spécialiste en Technologies de l’Information) comme reconnaissance de l’expert-comptable
spécialiste dans les technologies de l’information.

Mémoire d’Expertise Comptable 131


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Selon l’IEG 11, la formation des Experts-comptables doit comprendre :

- Les généralités sur les technologies de l’information,


- L’Expert-comptable en tant qu’utilisateur des technologies de l’information,
- L’Expert-comptable en tant que gestionnaire des technologies de l’information,
- L’Expert-comptable en tant que concepteur des technologies de l’information,
- L’Expert-comptable en tant qu’auditeur des technologies de l’information.

Par ailleurs, le domaine des examens suscite aujourd’hui un large débat à l’échelle
mondiale. « Les programmes de formation sur lesquels se basent les examens n’ont cessé
de s’élargir à mesure que les attentes du marché à l’égard des Experts-comptables
gagnaient en ampleur et en complexité. Aujourd’hui, le contenu des programmes est tel que
les examens ne peuvent plus conserver leur configuration actuelle »97.

Aux Etats-Unis d’Amérique, les centres d’examen sont dotés à partir de novembre 2003, de
moyens informatiques : chaque candidat a à sa disposition un poste de travail muni d’un
accès Internet.
Ainsi, la compétence technologique du candidat sera indispensable au déroulement de
l’épreuve. L’objectif de l’examen sera revu en conséquence : on n’attend plus du candidat
qu’il mémorise une foule d’éléments énoncés dans le programme d’examen et de les
restituer dans le cadre d’un examen, mais qu’il ait la capacité de savoir comment et où
trouver les sources de référence appropriées et d’intégrer et d’analyser l’information
recueillie de manière à pouvoir fournir une solution globale à un problème donné.

Enfin, dans le domaine des nouvelles technologies comme dans tous les autres domaines de
compétence, il incombe désormais à chaque professionnel de prendre en charge sa propre
formation.

97
D’après Nick KIRTON, Président du comité sur la formation et l’admission de l’ICCA cité par Fina Scroppo.
Evaluation globale. CA Magazine. Octobre 2002.

Mémoire d’Expertise Comptable 132


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

CONCLUSION DE LA SECONDE PARTIE

Diriger une entreprise est un défi permanent quelle que soit sa taille. Pour le relever, les technologies
de l’information et de la communication offrent des outils et des solutions qui répondent aux besoins
de chaque entreprise et apportent mobilité, flexibilité, réactivité et liberté.

Mais au sein des cabinets d’expertise comptable, comment s’appuyer sur Internet ? Quel bénéfice
immédiat procure-t-il au cabinet ? Comment améliorer la mobilité des Experts-comptables et celle de
leurs collaborateurs ? Comment garantir la sécurité des données transmises sur le réseau ? Certes, les
solutions existent mais bien les choisir et les mettre en œuvre semble parfois complexe.
Pourtant, les exemples pratiques présentés au niveau de la seconde partie, les témoignages des
praticiens et les résultats de l’enquête réalisée confirment que ces technologies sont et seront les
leviers de croissance et du développement des cabinets d’expertise comptable.

En effet, la mise en place des NTIC permet aux cabinets d’expertise d’en tirer des bénéfices
considérables, tels :

- augmenter la productivité individuelle et collective,


- améliorer la qualité des prestations fournies aux clients,
- favoriser l’essor de la communication interne et externe et l’accès rapide à l’information,
- déléguer plus facilement les tâches et les projets aux collaborateurs,
- gagner de nouveaux marchés et clients,
- offrir de nouveaux services,
- réduire les frais administratifs (photocopie, courrier postal, télécopie, téléphone…) et de
déplacement,
- faire évoluer l’image du cabinet.

Cependant, si le rôle de levier des NTIC apparaît comme un facteur stratégique de succès,
l’introduction de ces technologies soulève un certain nombre d’oppositions qui doivent être prises en
compte. Elles se traduisent par plusieurs caractéristiques majeures :

- une nouvelle forme de communication qui d’une part bouleverse les modes d’organisation des
cabinets et les modes de collaboration des individus dans le travail, et d’autre part suscite des
controverses à propos des règles déontologiques ;

Mémoire d’Expertise Comptable 133


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

- le besoin de confiance dans la sécurité des fonctions d’authentification, de protection de la


confidentialité et de l’intégrité des données, lors de la circulation des données et des moyens de
paiements sous la forme numérique ;

- les autres risques potentiels comme les virus, les risques d’intrusion et de manipulation frauduleuse
et malintentionnée des données du système d’information du cabinet ;

- la dématérialisation des opérations effectuées au moyen des NTIC aboutit à la disparition du


document papier et engendre des difficultés au regard du droit traditionnellement attaché à la
production d’un écrit.

Tels sont les bouleversements que l’implantation des nouvelles technologies peut engendrer et
auxquels il convient de réfléchir préalablement au lancement du projet d’implantation.

Mémoire d’Expertise Comptable 134


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

CONCLUSION GENERALE

Mémoire d’Expertise Comptable 135


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Depuis le début des années 80, les Experts-comptables ont dû investir dans l'informatique, passage
obligé vers le cabinet moderne. Ils se sont vite aperçus que l'ordinateur était un formidable outil pour
le traitement des informations dont le volume croît régulièrement. Cette informatisation a permis aux
cabinets d'obtenir des traitements plus rapides et moins coûteux.

L'objectif affiché étant le traitement et la diffusion de l’information en temps réel, les NTIC
apportent la solution qui manquait à l'informatique : la communication. Cette communication
d'ordinateur à ordinateur révolutionne le monde professionnel de la comptabilité.

En effet, les chefs d'entreprise attendent des services plus adaptés à leurs besoins spécifiques. Ils
remettent en cause la mission traditionnelle de l'Expert-comptable, qui leur apporte certes la "qualité et
la sécurité fiscale", mais qui ne leur est d'aucune utilité dans la gestion quotidienne de leurs affaires.
Avec des conditions d'exercice toujours plus complexes à maîtriser, ils recherchent tout ce qui peut
faciliter la connaissance, au jour le jour, des nouveautés, des coûts et des échéances juridiques, fiscales
et sociales.

Avant que des conseils extérieurs ne s'emparent de ces missions, il est stratégique, pour notre
profession, de réagir en revalorisant la fonction comptable.

La généralisation des nouvelles technologies de l’information et de communication chez les


Experts-comptables est une des voies à privilégier pour acquérir l’avantage concurrentiel
indispensable à l'amélioration, attendue par les clients, des prestations et services offerts.

Les nouvelles technologies apportent ces outils. Elles sont un véritable catalyseur d’activité en
permettant de simplifier les procédures, de résoudre des questions d’ordre organisationnel et de
faciliter l’accès à l’information. Mais certaines de ces technologies devraient être surveillées de près :

L’Application Service Provider :

Les ASP (Application Service Provider) sont des applications hébergées à distance accessibles via
Internet. Un fournisseur ASP complet propose à ses clients d’héberger applications et données distants
à tout moment et en toute sécurité. Par contre, un fournisseur ASP limité propose l’hébergement
uniquement des données. Ainsi, le client loue le droit d’usage du logiciel du fournisseur et n’est, de ce
fait, pas propriétaire de l’application, mais uniquement des données.

Mémoire d’Expertise Comptable 136


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Avec l’utilisation de cette technologie, il n’est plus question que tout doit se faire au cabinet ou chez le
client par le professionnel ou par l’entreprise. Les données peuvent être saisies chez le client, le
professionnel peut intervenir en temps réel pour changer des écritures, un suivi interactif entre les
deux partenaires est assuré par ces applications. Ces technologies présentent également l’avantage que
tout le monde travaille sur la même version, le professionnel ne se trouve plus dans l’obligation de
connaître toutes les versions dont disposent ses clients.

La Gestion Electronique des Documents

La numérisation des informations, la constitution d’une base de données, son enrichissement et la


gestion de sa distribution sont aujourd'hui possibles. Plus d'empilages inaccessibles, de rangements
incompréhensibles, de données disparues ou oubliées. La Gestion Electronique des Documents
(GED) doit être appréhendée comme une méthode de travail qui, premier mérite, soulage
l’Expert-comptable et ses collaborateurs de tâches rébarbatives et fastidieuses, et surtout qui structure
les circuits d’information et de diffusion des documents.

Le document une fois dématérialisé est orienté pour classement et archivage dans le dossier numérique
approprié. Les recherches s’effectuent par des logiciels de navigation avec des mots clés définis. Les
collaborateurs peuvent donc consulter n’importe quel dossier, répondre à toute demande de client de
manière quasi instantanée en délivrant une information précise et justifiée.

Le Portail Internet de Services du cabinet

L’enquête réalisée révèle que peu de cabinets exploitent un portail de Services : 17% des cabinets ont
ouvert un Intranet à leurs clients.
Le portail de Services du cabinet présente des arguments forts. En général, un cabinet va mettre en
ligne un service d’établissement de fiches de paie, une comptabilité en ligne et le dossier du client.
L’automatisation de telles procédures réduit les erreurs, ce qui permet aux collaborateurs et aux
Experts-comptables de superviser les dossiers plus attentivement, corriger les erreurs de manière
qualitative, sans perte de temps et enfin, de valoriser leurs capacités de conseil et d’assistance.

Outre la relation client, le Portail de Services révolutionne l’organisation des cabinets. Il ouvre aux
Experts-comptables des perspectives conséquentes de travail collaboratif et de mobilité. Un portail
permet en effet de relier en permanence un collaborateur nomade avec son cabinet. Il peut y retrouver
les éléments constitutifs d’un vrai bureau mobile : courrier, bases de données, missions, rendez-vous,
dossiers des clients...

Mémoire d’Expertise Comptable 137


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

La mobilité est également applicable dans le cabinet. A ce titre, l’utilité des systèmes sans fil est
évidente. Sans avoir à se soucier des branchements des câbles, le collaborateur peut se déplacer dans le
bureau en étant toujours connecté au réseau interne ou à Internet. Ce qui facilitera l’usage et
l’organisation des locaux du cabinet.

Les Echanges de Données Informatisés (EDI)

Les EDI, en accélérant la production des informations et leur communication, permettent aux
dirigeants d’entreprises de prendre des décisions plus rapidement et dans de meilleures conditions.
Obtenir les états de synthèse le plus tôt possible est aujourd'hui devenu une exigence des clients à
laquelle les EDI répondent parfaitement. Il est donc impératif d'adopter cette technique.

Les nouvelles technologies donnent aussi l'occasion à la profession d'apporter à ses clients de
nouvelles missions de conseil. Celles-ci sont importantes car elles permettent à l'Expert-comptable de
créer ou de consolider un système d'information, de mettre en place des procédures et de les
formaliser, de former ses clients, de certifier un site Web…: autant d'atouts qui permettent à
l'Expert-comptable de s’affirmer comme le conseil privilégié de l'entreprise et de demeurer maître de
l'information, de sa circulation et de son organisation.

Le potentiel de ces technologies est donc immense, c'est pourquoi il est impératif de les exploiter, sans
quoi le retard accumulé sera difficile à combler.

Néanmoins, l'outil technologique n'est rien si le management ne suit pas : former et impliquer le
personnel, décloisonner les structures verticales et pyramidales, développer le travail de groupe,
repenser les processus sur des bases nouvelles...c'est là que se situe le vrai défi. L'informatique n'est
pas l'obstacle, elle est d'ailleurs de plus en plus transparente pour l'utilisateur : il n'est pas nécessaire
d'être mécanicien pour conduire sa voiture. L'obstacle, c'est la résistance au changement et la peur
naturelle de l'homme face à des événements qui bouleversent ses points de repère habituels. Il faut
penser autrement, c'est là où se situe la plus grande difficulté.

D'une année sur l'autre, des règles qui guidaient jusque là la gestion du cabinet sont brisées par
l'apparition de nouvelles technologies. Ainsi, l'usage selon lequel l'information n'est disponible qu'en
un seul endroit est aujourd'hui périmé.

Mémoire d’Expertise Comptable 138


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Pour autant, il ne s'agit pas, de se lancer à corps perdu dans un projet de réorganisation et
d'informatisation à outrance du cabinet. S'engager aveuglément dans les voies nouvelles ouvertes par
des technologies tels que le groupware, Intranet, workflow…, n'est pas la solution. L'attentisme non
plus.

Une démarche pragmatique consistera à étudier l'évolution de notre profession et s'y préparer avec des
outils ouverts et évolutifs, par étape, en profitant des cas concrets et des opportunités sans forcément
refondre entièrement l'organisation. Il est nécessaire de maîtriser l'intégration de ces technologies dans
le contexte global du cabinet et des perspectives de changements de son environnement. Sans vision
stratégique, sans prise de conscience qu'il s'agit avant tout d'une entreprise nécessitant une approche
managériale et organisationnelle, le succès sera compromis. Le cabinet risquera alors de rester empêtré
plusieurs années dans un choix technologique figé ne répondant plus au besoin de son environnement
tant interne qu’externe.

Concomitamment à la prise en compte des dimensions stratégique et organisationnelle d’un tel projet,
Il convient également d’accompagner ce phénomène de dématérialisation d’un certain nombre de
mesures :

- Un assouplissement des règles déontologiques concernant la communication : sans renier


les principes de notre déontologie, il serait raisonnable que l’OEC autorise clairement la
possibilité de création de site Web par les cabinets, car loin d’être un objet publicitaire, il est un
formidable outil de communication.

- Dans le domaine de la preuve : il est aujourd’hui admis que les règles de preuve de notre droit
sont dépassées par l’évolution technologique, et manifestement inadaptées à la réalité de la vie
des affaires. Il suffirait donc de peu d’aménagement juridique pour accompagner le
développement technologique et faire qu’un document électronique ne soit pas traité autrement
qu’un document papier. Il devrait avoir la même valeur légale et la même force probante.

- La reconnaissance d’autres formes de signature que la signature manuscrite : les moyens


techniques existant aujourd’hui, permettent la conception de systèmes de signature électronique
qui autorisent la vérification de l’identité et de l’authenticité de l’émetteur, de l’authenticité du
message, de sa confidentialité et de sa non répudiation par le destinataire. Dans le cadre de la
communication de l’information comptable et financière, la signature électronique intéresse
particulièrement notre profession en tant que fondement de la sécurité des échanges et des
accès.

Mémoire d’Expertise Comptable 139


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Au Maroc, le texte concernant la reconnaissance juridique de la signature électronique, des


messages de données et des règles de leur transmission est en cours d’adoption.

- Le rôle de l’Ordre des Experts-comptables nous semble crucial pour l’information et la


formation des professionnels de la comptabilité. L’organisation des séminaires de formation et
des ateliers de recherche permettra de mieux préparer les professionnels à introduire les NTIC
dans leur stratégie de développement.
L’OEC gagnerait aussi à constituer une Commission « Informatique » ou « Technologies de
l’Information » avec pour principale mission d’assurer la veille technologique dans le but
d’étudier les possibilités des NTIC qui peuvent intéresser la profession et d’assister les
Experts-comptables désirant investir dans les nouvelles technologies.

Intégrer les technologies de l’information dans le cursus de formation des Experts- comptables
est également indispensable pour préparer l’Expert-comptable de la nouvelle ère.

Si elle prend en considération tous ces paramètres, la profession comptable se donnera toutes les
chances pour réussir son intégration dans la nouvelle économie.

Mémoire d’Expertise Comptable 140


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

BIBLIOGRAPHIE

Mémoire d’Expertise Comptable 141


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

1- OUVRAGES

- K.Gassemi, Les apports stratégiques des technologies de l’information, Editions


Imprial – 2001

- K.Sahim, Le Maroc face aux défis des Nouvelles Technologies de l’Information,


Editions Edit Consulting – 2000

- A.Esther, Internet - Intranet, A.F.N.O.R. – 1997

- Max Henri Pinton, Le monde de l’Internet : Intranet, Extranet, Outernet, Editions du


téléphone – 1997

- F.Alin, D.Lafont et J.F.Macary, Le projet Intranet : de l’analyse des besoins de


l’entreprise à la mise en œuvre des solutions, Editions Eyrolles – 1997

- Jean Haguet, Internet : guide stratégique et pratique pour l’entreprise, Editions


Masson – 1996

- Martin Ader, Management collectif de l’information : GED, Collectique, Flux de


travail, Insep Editions 1996

- Bern Kretschmer et Wolfram Gieseke, Le grand livre Internet, Editions Micro


Application – 1996

- Serge K. Levan et Anne Liebmann, Le Groupware, Edition HERMES –1995

- Michaël Hammer et James Champy, Le reengineering, réinventer l'entreprise pour une


amélioration spectaculaire de ses performances, Edition DUNOD – 1995

- André Abbou et Anne Bert, Lexique usuel des Nouvelles Technologies de


Communication, Edition DAICADIF – 1986

Mémoire d’Expertise Comptable 142


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

2- MEMOIRES ET TRAVAUX DE RECHERCHE

- Bacem DAMAK (2004), L’Internet au service de l’Expert-comptable : le site Web


dynamique du cabinet, Mémoire d’expertise comptable, Université de Sfax pour le sud,
Tunisie.

- Sophia GUESSOUS (2003), Mesures d’adaptation de la fiscalité marocaine à la


pratique du commerce électronique, Mémoire d’expertise comptable, ISCAE, Maroc.

- Sofiane GARGOURI (2003), Les métiers de l’Expert-comptable dans le contexte des


Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication : de l’étude de
l’impact à l’organisation de la réaction, Mémoire d’expertise comptable, Université de
Sfax pour le sud, Tunisie.

- Makram YAICH (2001), L’impact des NTIC sur la profession comptable, Mémoire
pour l’obtention de la maîtrise en gestion comptable, Université de Sfax pour le sud,
Tunisie.

- Patrick GENEIX (1998), Cabinet d’expertise comptable de l’an 2000 : nouvelles


technologies d’information et de communication (NTIC), enjeux et conséquences
pour les Experts-Comptables, Mémoire d’expertise comptable, France.

- Cédric LAVEDRINE (1997), Conditions de mise en œuvre et perspectives pour les


nouveaux médias dans le cabinet d’expertise comptable : plus qu’un choix
technologique, un choix de management, Mémoire d’expertise comptable, France.

- Edouard PETIT (1997), Internet – Intranet – Extranet : Un projet pour l’entreprise,


Mémoire de dominante Finance/Contrôle de gestion, ESC Rouen, France.

- François FULCONIS, De la communication dans les réseaux d’entreprises : quelques


éléments de recherche – Université de Nice, Sophia Antipolis.

- Sana KTAT, L’impact des NTI sur la performance des auditeurs : validation
empiriques dans le contexte tunisien – ISCAE, Tunisie.

Mémoire d’Expertise Comptable 143


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

3- ARTICLES ET DOSSIERS DE PRESSE

- « Piratage informatique : Le site marocain, un terrain d’entraînement »,


L’économiste du 20 septembre 2004.

- « Internet : L’ADSL booste l’accès », L’économiste du 15 juillet 2004.

- « Dossier sur l’Internet », L’Opinion du 4 avril 2004.

- « La BCM inaugure le télépaiement avec la CNSS », La nouvelle tribune du 4 au 10


décembre 2003.

- « Dossier sur l’Administration en ligne », L’opinion du 23 novembre 2003.

- « E-administration : le dispositif juridique se construit », L’économiste du 17 octobre


2003.

- « Internet : Enquête sur un flop national », Le journal hebdomadaire du 14 au 20 juin


2003.

- « NTIC : Un secteur plébiscité mais non encore sérieusement pris en main », Le


journal hebdomadaire du 17 au 23 mai 2003.

- « Une étude en prévision d’un second Technopark », Le matin du Sahara du 9 janvier


2003.

- « Niches sectorielles : Des success stories à suivre », Economie & Entreprises


Hors-série 2003.

- « Entreprises/Réseau Internet », L’opinion du jeudi 2 janvier 2003.

- « BPR et introduction des TIC », Economie & Entreprises, décembre 2002.

Mémoire d’Expertise Comptable 144


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

- « Les apports stratégiques des NTIC », Le matin du Sahara du 27 décembre 2002.

- « Internet : entre opportunité et illusion », Le matin du Sahara du jeudi 26 décembre


2002.

- « L’accès des NTIC dans l’industrie marocaine reste faible », Le matin du Sahara du
22 novembre 2002.

- « Intranet », Le matin du Sahara du 31 octobre 2002.

- « Qui a parlé de stratégie e-Maroc ? », L’économiste du mercredi 30 janvier 2002.

- « Comment Nasr Hajji compte mettre sur pied sa stratégie ? », l’économiste du


mercredi 30 janvier 2002.

- « Faible percée des NTIC dans l’administration », L’économiste du mardi 5 février


2002.

- Compte rendu d’une conférence sous thème « Stratégie NTIC au Maroc », organisée à
Paris le 22 mars 2002, par l’association Maroc Entrepreneurs.

- « La formation des comptables les prépare-t-elle à la nouvelle ère informatique ? »,


La revue comptable et financière N°54, quatrième trimestre 2001.

- « NTI : Réalités et perspectives du secteur sous le collimateur », L’économiste du


jeudi 6 décembre 2001.

- « Comment les NTIC offrent de réelles opportunités de croissance ? », L’économiste


du mercredi 21 novembre 2001.

4- ENQUÊTE
- Résultats de l’enquête portant sur les NTIC et réalisée auprès des Experts-comptables
marocains.

Mémoire d’Expertise Comptable 145


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

5- CONGRES ET SEMINAIRE

- « Internet, Intranet au service de l’Expert-comptable et de l’entreprise » Séminaire


organisé par le conseil régional de Casablanca et Sud de l’Ordre des Experts-comptables,
le 19 décembre 2002 à Casablanca.

- Livret - Outil « L’environnement technologique des cabinets d’expertise comptable »,


Congrès des Experts-comptables de France - Lyon 2004.

6- TEXTES DE LOI

- Loi n°17-95 relative aux Sociétés anonymes.


- Loi n°9-88 relative aux obligations comptables des commerçants.
- Loi n°15-89 réglementant la profession d’Expert-comptable et instituant un Ordre des
Experts-comptables.
- Code des devoirs professionnels de l’Ordre des Experts-comptables (Projet).

7- SITES INTERNET

- J.M. Yolin, Internet et Entreprise : mirages et opportunités. Pour un plan d’action,


contribution à l’analyse de l’économie de l’Internet. Ministère de l’Economie, des
Finances et de l’Industrie, Secrétariat d’Etat à l’Industrie. Rapport disponible sur
www.yolin.net

- Dossier « Nouvelles Technologies de l’Information » disponible sur le site du quotidien


marocain l’Economiste : www.leconomiste.com

- Dossier « Internet au Maroc » disponible sur le site des services d’expansion


économique de l’ambassade de France au Maroc : www.dree.org

- Rapport du Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables français sur


l’impact des NTIC sur les missions traditionnelles des cabinets :
www.experts-comptables.fr

Mémoire d’Expertise Comptable 146


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

- Livre blanc sur les enjeux des nouvelles technologies dans les cabinets d’expertise
comptable élaboré par le Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts-comptables
français : www.bcentral.fr/expertscomptables

- Site de l’association française virtuelle des Experts-comptables stagiaires :


www.chez.com/avecs

- Site de l’Institut Canadien des comptables agrées : www.icca.ca

- Site de la corporation américaine des Experts-comptables : www.aicpa.org

- www.toptentechs.com : ce site, élaboré par l’AICPA, est consacré aux technologies de


l’information

- Site de l’International Federation of Accountants (IFAC) : www.ifac.org

- Site de l’Institut Français des Experts-comptables : www.ifec.fr

- Site du magazine des comptables agrées du Canada : www.camagazine.ca

- Site de la profession comptable : www.laprofessioncomptable.com

- Site du journal du net : www.journaldunet.com

- Site mis en place par Microsoft France dédié aux petites entreprises : www.bCentral.fr

- www.rca.fr : R C & A est un cabinet conseil accompagnant les cabinets d’expertise


comptable dans la mise en œuvre de leur système d’information.

- Site de Maroc Télécom : www.iam.net.ma

Ainsi que de nombreuses heures sur Internet…

Mémoire d’Expertise Comptable 147


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

ANNEXES

Mémoire d’Expertise Comptable 148


Les NTIC : Un levier au service de l’évolution et de la performance des cabinets d’expertise comptable

Mémoire d’Expertise Comptable 149


ANNEXE 1 - Enquête sur les NTIC dans les cabinets d’expertise comptable marocains

ANNEXE 2 - Migration de l'informatique mono-utilisateur vers une informatique de


groupe et communicante

ANNEXE 3 - Architecture des réseaux: du poste à poste au client-serveur

ANNEXE 4 - Architecture centralisée ou multipoint

ANNEXE 5 - Qu'est-ce que l'administration d'un système informatique ?

ANNEXE 6 - Coûts d'un site Internet: hébergement ou création d'un site

ANNEXE 7 - La matrice « Moment / Lieu » de JOHANSEN: la communication et la gestion de


l’espace/temps

ANNEXE 8 - Impact des nouvelles technologies sur l'organisation du travail

ANNEXE 9 - Le cycle de vie d'un document

ANNEXE 10 - Mise en place d'un Intranet: les étapes à suivre

ANNEXE 11 - Matrice du travail d'équipe

ANNEXE 12 - Modèle de la performance d'équipe

ANNEXE 13 - Les limites de la communication imposées par l'éthique professionnelle

ANNEXE 14 - Exemples d'attaques logiques destinées à pénétrer le système

ANNEXE 15 - Méthodes de cryptage

ANNEXE 16 - Le firewall: le gendarme des accès Internet

149
ANNEXE 17 - Le taylorisme: un système inadapté dans un environnement nécessitant davantage de
flexibilité

ANNEXE 18 - Travailler autrement: de l'intégration des processus fragmentés à la mise en parallèle


d'étapes

ANNEXE 19 - Organisation hiérarchisée ou basée sur les groupes ?

ANNEXE 20 - Le groupware: un élément essentiel de la performance des équipes de projet

ANNEXE 21 - Les avantages du document numérique sur le document papier

ANNEXE 22 - Les différents itinéraires de flux possibles dans un workflow

ANNEXE 23 - Exemple d'application workflow dans un cabinet: automatisation de la facturation

ANNEXE 24 - Exemple d'application d'agenda partagé dans un cabinet: préparation d'une réunion

ANNEXE 25 - Etapes de création d’un site Web

ANNEXE 26 - Adresses des sites Web des cabinets marocains d’expertise comptable

ANNEXE 27 - Relation cabinet/fournisseurs: vers une chaîne numérique automatisée des achats

ANNEXE 28 - Comparaison des coûts d’accès Internet en RTC

ANNEXE 29 - Un concept d’avenir : la comptabilité collaborative

150
ANNEXE 1

ENQUETE SUR LES NTIC DANS LES CABINETS D’EXPERTISE


COMPTABLE MAROCAINS

a) OBJECTIFS DE L’ENQUETE

Il n’existe pas à notre connaissance d’études récentes déjà réalisées sur l’informatisation des cabinets d’expertise
comptables marocains et encore moins sur les NTIC. Ainsi, l’enquête réalisée a pour objectifs de :
- connaître le niveau d’équipement des cabinets en matière de NTIC et noter l’utilisation qui en est faite ;
- évaluer les attentes, les attitudes et opinions de la profession à l’égard des NTIC.

b) METHODOLOGIE

Parmi les techniques de recherche, nous avons choisi le questionnaire pour ses multiples avantages. En premier lieu,
cette technique de recherche est très rapide à distribuer et à répondre comparativement à l’entrevue où un lieu
spécifique est nécessaire. De plus, le questionnaire ne coûte pratiquement rien à produire et à distribuer puis
s’applique à un grand nombre de personnes à la fois.
Le niveau de comparabilité du questionnaire est extrêmement élevé : les questions sont les mêmes pour tous les
répondants. Malheureusement, le questionnaire administré est de formation volontaire et les personnes pourraient
vouloir faire bonne impression et peuvent alors fausser les résultats.
Cette technique de recherche présente un autre inconvénient. En effet, avec un questionnaire fermé, les répondants ne
sont pas portés à développer les réponses puisqu’elles sont déjà proposées à l’avance. Evidemment, nous n’avons pas
pu développer certains aspects autant que nous le voulions et d’autres aspects auxquels nous n’avons pas pensé vont
être complètement absents de cette recherche. Toutefois, dans la mesure où les répondants sont représentatifs de leur
milieu professionnel, l’analyse des résultats obtenus pourrait combler cette lacune.

Le questionnaire est structuré de la manière suivante :


- La première partie du questionnaire porte sur l’utilisation des nouvelles technologies au sein des cabinets
d’expertise comptable (questions 1 à 16) : assimilation des NTIC, nature des NTIC utilisées et degré de leur
exploitation.
- La seconde partie du questionnaire traite de l’intérêt porté par les clients des cabinets en matière des NTIC
(questions 17 à 22).
- La troisième partie du questionnaire traite des perspectives des NTIC pour la profession comptable
(questions 23 à 27).
- Enfin, la quatrième et dernière partie se rapporte à une prise de connaissance des cabinets en terme
d’équipement et d’organisation informatiques, d’implantation et d’effectif.

151
c) COMPOSITION DE L’ECHANTILLON

L’OEC comprend au 31 décembre 2003, 270 Experts-comptables : 207 au niveau de Casablanca et les régions du
centre, du Tensift et du sud (soit 77% du total) et 63 au niveau de Rabat et les régions du nord ouest, du centre nord,
de l’oriental et du centre sud (soit 23% du total).
A la même date, 59 sociétés d’expertise comptable sont inscrites à l’Ordre.

Les Experts-comptables équipés d’une adresse électronique sont estimés à environ 179 sur une population de 270,
soit environ les deux tiers. Donc, la majorité des Experts-comptables sont équipés d’une adresse électronique.

L’enquête a été conduite du 15 avril (date de l’expédition) au 31 juillet 2004 à l’aide d’un questionnaire administré
aux Experts-comptables inscrits à l’OEC au 31 décembre 2003 et équipés d’une adresse électronique et/ou d’une
télécopie.

Nous avons retenu un échantillon de 170 Experts-comptables sélectionnés d’une manière arbitraire et répartis à
travers le Royaume.
Le questionnaire a été administré principalement par e-mail (151 envois par e-mail contre 19 par télécopie) pour ses
avantages nombreux : facilité d’utilisation, rapidité d’exécution et faiblesse du coût.

Le nombre de réponses reçues s’élève à 47 réponses soit un taux de réponse avoisinant 30%.
Notons que parmi ces 47 réponses, 8 ont été reçues par messagerie électronique, le reste soit 39 réponses ont été
reçues par courrier ou par télécopie.

La répartition géographique des répondants se présente comme suit :

Nb. cit. Fréq.


Casablanca 37 78.70%
Rabat 4 8.50%
Tanger 3 6.40%
Fès 1 2.10%
Kénitra 1 2.10%
Oujda 1 2.10%
TOTAL OBS. 47 100%

152
Par région, la composition est schématisée par le graphe ci-dessous :

21% Casablanca et régions du


centre, Tensift et sud

Rabat et régions du nord


ouest, centre nord,
79% oriental et centre sud

Nous constatons que la répartition des répondants entre les deux régions est quasi-identique à celle des membres de
l’OEC (voir supra).
Par conséquent, on pourrait avancer que le panel des Experts-comptables répondants est représentatif de la
population globale : les résultats de l’enquête constitueraient une photographie des plus intéressantes sur le niveau de
compréhension de la profession en matière des nouvelles technologies, sur les projets affichés au regard de ces outils
et sur l’équipement actuel des cabinets.

En termes d’effectif, les cabinets répondants se présentent comme suit :

Nb. cit. Fréq.


Non réponse 3 6,40%
Moins de 10 15 31,90%
De 10 à 20 19 40,40%
De 20 à 30 6 12,80%
De 30 à 40 0 0,00%
De 40 à 50 0 0,00%
De 50 à 60 1 2,10%
Plus de 60 3 6,40%
TOTAL OBS. 47 100%

Minimum = 4, Maximum = 100


Moyenne = 17,50 Ecart-type = 20,66

Environ 70% des cabinets ont un effectif qui ne dépasse pas la barre des vingt personnes. D’ailleurs, la moyenne
arithmétique calculée 17,50 employés, se situe au niveau de cette tranche.

153
45,00%

40,40%
40,00%

35,00%

31,90%

30,00%

25,00%

20,00%

15,00%

12,80%

10,00%

6,40% 6,40%

5,00%

2,10%

0,00% 0,00%
0,00%
Non réponse Moins de 10 De 10 à 20 De 20 à 30 De 30 à 40 De 40 à 50 De 50 à 60 Plus de 60
Intervalle

d) RESULTATS DE L’ENQUETE

I- Les Nouvelles Technologies et votre Cabinet

1) D’une façon générale, assimilez-vous les nouvelles technologies de l’information et de communication (NTIC) en fonction
de vos souhaits d’organisation et de développement ?

Nbre Effectif
citations % moyen
Non réponse 2 4.30%
C'est parfaitement clair 26 55.30% 20,42
J'ai de nombreuses difficultés de compréhension 2 4.30% 10.00

Cela me semble globalement clair, mais je perçois des difficultés dans la compréhension de certaines offres 17 36.20% 14.88
Je n'y comprends pas grand chose 0 0.00% 0.00
TOTAL OBS. 47 100% 17.50

154
Si plus de 50% des Experts-comptables
Je n'y comprends pas grand chose

assimilent clairement les NTIC dans leur


0%

Cela me semble globalement clair, Non réponse

cabinet, son organisation et son développement.


mais je perçois des difficultés dans la 4%
compréhension de certaines offres
36%

Cependant, environ 40% avouent avoir un peu


ou beaucoup de mal à situer clairement ces

C'est parfaitement clair


NTIC dans leur cabinet.
56%
J'ai de nombreuses difficultés de
compréhension
4%

Autre observation intéressante : les cabinets qui assimilent clairement les NTIC, emploient environ 20 personnes
alors que ceux qui ont des difficultés de compréhension, ont un effectif moyen inférieur (10 à et 15 personnes). Peut-
on avancer que l’assimilation des NTIC est fonction de l’effectif des cabinets ?

2) Vous avez un accès à Internet au sein de votre cabinet; quelle utilité en avez-vous ?

Nb. cit. Fréq.


Nous l'utilisons en permanence pour la recherche de l'information 27 57,40%
Nous l'utilisons peu mais la boîte aux lettres est consultée au moins une fois par jour 9 19,10%
Nous l'utilisons régulièrement mais les échanges concernent une faible part de notre clientèle 11 23,40%
Nous n'avons pas d'accès à internet 0 0,00%
TOTAL OBS. 47 100%

Nous n'avons pas d'accès à internet


Nous l'utilisons régulièrement mais les 0%
échanges concernent une faible part de
notre clientèle
23%

Nous l'utilisons en permanence pour la


Nous l'utilisons peu mais la boîte aux recherche de l'information
lettres est consultée au moins une fois 58%
par jour
19%

Les Experts-comptables sont tous sans exception des internautes. Ils sont environ 80% d’entre eux à utiliser
régulièrement Internet dans ses fonctions courantes (e-mail et recherche d’informations).

3) Si Oui, depuis quand avez-vous l’accès à Internet ?

Nb. cit. Fréq. La majorité écrasante des répondants (plus de 90%)


M oins de deux ans 3 6.40%
Entre deux et trois ans 12 25.50%
déclare avoir accès à Internet depuis plus de deux ans.
Entre trois et quatre ans 10 21.30%
Plus de quatre ans 22 46.80%
TOTAL OBS. 47 100%

155
Moins de deux ans
6%

Entre deux et trois ans


26%
Plus de quatre ans
47%

Entre trois et quatre ans


21%

4) Vous possédez au moins une adresse e-mail (professionnelle) au sein de votre cabinet ; quelle utilité en avez-vous ?

Nb. cit. Fréq.


Nous l'utilisons en permanence pour échanger avec nos clients et partenaires 30 63,80%
Nous l'utilisons peu mais la boîte aux lettres est consultée au moins une fois par jour 5 10,60%
Nous l'utilisons régulièrement mais les échanges concernent une faible part de notre clientèle 12 25,50%
Nous n'avons pas d'adresse e-mail 0 0,00%
TOTAL OBS. 47 100%

Nous n'avons pas d'adresse e-mail


Nous l'utilisons régulièrement mais les
échanges concernent une faible part de
0%
L’ensemble des Experts
notre clientèle
26%
disposent d’au moins une adresse
e-mail et ils seraient plus de
89% à s’en servir couramment,
notamment pour les échanges

Nous l'utilisons peu mais la boîte aux Nous l'utilisons en permanence pour avec les clients et partenaires.
lettres est consultée au moins une fois échanger avec nos clients et
par jour partenaires
11% 63%

5) Si Oui, depuis quand utilisez-vous la messagerie électronique (professionnelle) ?

Nb. cit. Fréq.


Moins de deux ans 6 12.80% Au même titre que l’accès à l’Internet, La majorité écrasante
Entre deux et trois ans 9 19.10%
des répondants (plus de 87%) déclare avoir une adresse e-mail
Entre trois et quatre ans 12 25.50%
Plus de quatre ans 20 42.60% depuis plus de deux ans.
TOTAL OBS. 47 100%

Moins de deux ans


13%

Plus de quatre ans


42%

Entre deux et trois ans


19%

Entre trois et quatre ans


26%

156
6) Chacun des collaborateurs a-t-il son adresse e-mail ?

Nb. cit. Fréq.


Oui, la grande majorité des collaborateurs possède sa propre adresse e-mail 19 40,40%
Non, seulement quelques uns mais cela nous suffit aujourd'hui 9 19,10%
Non, seulement quelques uns mais nous pensons le généraliser 6 12,80%
Non, nous possédons une seule adresse 13 27,70%
TOTAL OBS. 47 100%

Non, nous possédons une seule


adresse
Oui, la grande majorité des Si 40% des cabinets (dont l’effectif
collaborateurs possède sa propre
28%
moyen dépasse
adresse e-mail
40% 27 personnes)
déclarent que l’adresse e-mail est
généralisée à l’ensemble des
collaborateurs. Presque 30% des
Non, seulement quelques uns mais cabinets se contentent d’une
nous pensons le généraliser
13%
Non, seulement quelques uns mais cela seule adresse. L’effectif de ces
nous suffit aujourd'hui
19%
cabinets ne dépasse pas en moyenne
10 personnes, ce qui expliquerait
l’unique adresse électronique.

Par ailleurs, cette variable (adresse e-mail par collaborateur) dépend significativement de l’existence d’un réseau, de
l’utilisation d’un Intranet ou d’un groupware au sein du cabinet. Sans l’un de ces trois éléments, la communication
intra cabinet ne peut évoluer.

7) Disposez-vous d’un site Web ?

Effectif
Nb. cit. Fréq. moyen
Oui, Cela est incontournable aujourd'hui 16 34.00% 25.00
Non, mais nous comptons développer un site Web propre au cabinet 23 48.90% 14.00
Non et nous n'en voyons pas l'utilité 8 17.00% 10.00
TOTAL OBS. 47 100% 17.50

Si environ un tiers des cabinets disposent d’un site Web, presque la moitié compte en développer un. Les Experts-
comptables ne voient plus la vie sans un site Web.
Au même titre que la question n°1, la possession d’un site Web ou l’idée d’en développer un dépendrait de l’effectif
du cabinet.

Non et nous n'en voyons pas l'utilité


17% Oui, Cela est incontournable aujourd'hui
34%

Non, mais nous comptons développer


un site Web propre au cabinet 157
49%
8) Si Oui, depuis quand avez-vous un site Web ?

Nb. cit. Fréq.


Non réponse 1 6.25%
Moins de deux ans 7 43.75%
Entre deux et trois ans 2 12.50% Plus de la moitié des sites Web développés (56%) sont
Entre trois et quatre ans 1 6.25% relativement récents (moins de trois ans).
Plus de quatre ans 5 31.25%
TOTAL CIT. 16 100%

Non réponse
6%
Plus de quatre ans
31%

Moins de deux ans


Entre trois et quatre ans 44%
6%

Entre deux et trois ans


13%

9) Si oui, quels sont les services en ligne que vous proposez à travers votre site Web ?

Nb cit. Fréq.
Documentation, Information 13 87%
Consultation 2 13%
Total Observations 15 100%

Ces sites sont essentiellement des sites vitrines présentant le cabinet et mettant à la disposition du visiteur des
informations d’ordres juridiques, sociales et fiscales. Par ailleurs, seulement deux cabinets proposent des services en
ligne à travers leur site Web.

10) Quels sont pour vous les principaux critères de succès d’un site Web pour le cabinet (Maximum 3 réponses) ?

Nb. cit. Fréq.


Riche en terme d'informations à caractère fiscal, social ou juridique 36 76.60%
Interactif et couplé à une lettre d'information électronique 24 51.10%
Référencé par de nombreux sites Web ou moteurs de recherche 22 46.80%
Couplé à un intranet avec accès sécurisé 11 23.40%
Esthétique 10 21.30%
Non réponse 4 8.50%
TOTAL OBS. 47

158
9 0 ,0 0 %

8 0 ,0 0 %
7 6 ,6 0 %

7 0 ,0 0 %

6 0 ,0 0 %

5 1 ,1 0 %
5 0 ,0 0 %
4 6 ,8 0 %

4 0 ,0 0 %

3 0 ,0 0 %

2 3 ,4 0 %
2 1 ,3 0 %

2 0 ,0 0 %

1 0 ,0 0 % 8 ,5 0 %

0 ,0 0 %
N on rép onse R ic h e e n te r m e E s th é tiq u e C o u p lé à u n in tr a n e t a v e c In te ra c tif e t c o u p lé à u n e R é f é re n c é p a r d e n o m b re u x
d 'in fo r m a tio n s à c a ra c tè r e a c c è s s é c u r is é le ttre d 'in fo rm a tio n s ite s W e b o u m o te u r s d e
f is c a l, s o c ia l o u ju r id iq u e é le c tro n iq u e re c h e r c h e

C r itè r e s

Les critères de succès d’un site Web seraient :


- riche en terme d’informations à caractère juridique, fiscal et social ;
- interactif et couplé à une lettre d’informations électronique (newsletter) ;
- référencé par de nombreux sites Web ou moteurs de recherche.

159
11) Dans le cadre de vos travaux, utilisez-vous ces technologies (plusieurs réponses) ?

Effectif
Nb. cit. Fréq. moyen
Scanérisation des pièces comptables 9 19.10% 27.29
Archivage électronique des pièces 6 12.80% 25.60
Dossiers d'audit électroniques 10 21.30% 24.40
Télétransmission des données comptables ou
sociales 26 55.30% 14.21
Télécomptabilité 7 14.90% 12.50
Télésurveillance comptable 2 4.30% 12.50
Téléformation 2 4.30% 12.00
Révision Assistée par Ordinateur 6 12.80% 9.67
Non réponse 12 25.50%
TOTAL OBS. 47

6 0 ,0 0 %

5 5 ,3 0 %

5 0 ,0 0 %

4 0 ,0 0 %

3 0 ,0 0 %

2 5 ,5 0 %

2 1 ,3 0 %

2 0 ,0 0 % 1 9 ,1 0 %

1 4 ,9 0 %

1 2 ,8 0 % 1 2 ,8 0 %

1 0 ,0 0 %

4 ,3 0 % 4 ,3 0 %

0 ,0 0 %
N o n ré p o n se T é lé tr a n s m is s io n T é lé c o m p ta b il ité T é lé s u r v e il la n c e R é v i s io n A s s is té e D o s s i e r s d 'a u d i t S c a n é r is a tio n d e s A r c h iv a g e T é l é f o r m a tio n
des données c o m p ta b l e p a r O r d i n a te u r é le c tr o n iq u e s p iè c e s c o m p ta b le s é le c tr o n i q u e d e s
c o m p ta b le s o u p iè c e s
s o c i a le s

Si le quart des cabinets questionnés n’utiliserait aucune de ces technologies, les trois quarts des cabinets restant
utiliseraient principalement :
- la télétransmission des données comptables ou sociales (55%). A notre avis, cette transmission à distance de
données serait opérée principalement par la messagerie électronique ;
- les dossiers d’audit électroniques (21%) ;
- la scanérisation des pièces comptables (19%).
160
Par ailleurs, il ne faudrait pas négliger les chiffres de la télécomptabilité (15%), la révision assistée par ordinateur
(13%) et l’archivage électronique des pièces (13%).

Enfin, en analysant ces résultats en fonction de l’effectif, on remarque que la tenue des dossiers d’audit électronique,
l’archivage et la scanérisation électronique des pièces sont principalement du ressort des « grands » cabinets dont
l’effectif avoisine voire dépasse 25. Par contre, pour le reste des technologies, elles relèveraient des cabinets dont
l’effectif ne dépasse pas 15 personnes.

12) Utilisez-vous un outil informatique de type « Groupware » pour gérer le planning commun, la messagerie interne et la base
de données du cabinet ? (Groupware : ensemble de matériel et logiciel nécessaire à la mise en œuvre d’un environnement
partagé en réseau)

Nb. cit. Fréq. Le groupware rentre petit à petit dans les cabinets
Oui et nous l'utilisons parfaitement 8 17.00%
Oui mais nous l'utilisons mal ou peu 8 17.00%
(environ un tiers en serait équipé) mais pas encore
Non mais nous souhaitons en avoir un 16 34.00% de manière optimale pour la moitié d’entre eux.
Nous n'en voyons pas l'utilité au cabinet 15 31.90%
TOTAL OBS. 47 100% Néanmoins, le tiers serait prêt à s’équiper
d’un groupware.
Seuls les « petits » cabinets (effectif ne dépassant pas 9) ne voient pas l’utilité du groupware au sein de leur
organisation.

Oui et nous l'utilisons parfaitement


17%

Nous n'en voyons pas l'utilité au cabinet


32%

Oui mais nous l'utilisons mal ou peu


17%

Non mais nous souhaitons en avoir un


34%

13) Utilisez-vous un outil informatique de type « Intranet » pour partager l’information, gérer votre messagerie et vos plannings
en interne ?

Nb. cit. Fréq. Moins du tiers des cabinets utilise


Oui et nous l'utilisons parfaitement 10 21.30%
Oui mais nous l'utilisons mal ou peu 4 8.50%
l’Intranet. 70% n’en serait pas
No n mais no us souhaitons en avoir un 21 44.70% équipé mais 45% souhaiterait en
No us n'e n v oyons pas l'utilité au cabinet 12 25.50%
TOTAL OBS. 47 100% avoir un.

Au même titre que la question précédente, ce sont les petits cabinets (effectif moins de 10) qui ne voient pas l’utilité
de l’Intranet dans leur structure.

161
Oui et nous l'utilisons parfaitement
Nous n'en voyons pas l'utilité au cabinet
21%
26%

Oui mais nous l'utilisons mal ou peu


9%

Non mais nous souhaitons en avoir un


44%

14) Utilisez-vous un outil informatique de type « Extranet » pour partager l’information avec les clients, fournisseurs, ou autres
partenaires ?

Nb. cit. Fréq.


Non réponse 1 2.10% Les cabinets n’utilisent pas l’Extranet (80%)
Oui et nous l'utilisons parfaitement 4 8.50%
mais 51% se déclarent intéressés. Au même
Oui mais nous l'utilisons mal ou peu 4 8.50%
Non mais nous souhaitons en avoir un 24 51.10% titre que l’Intranet, l’Extranet, qui est l’Intranet
Nous n'en voyons pas l'utilité au cabinet 14 29.80%
ouvert aux partenaires, est encore
TOTAL OBS. 47 100%

peu utilisé dans les cabinets.

Non réponse
2%
Nous n'en voyons pas l'utilité au cabinet
30% Oui et nous l'utilisons parfaitement
9%

Oui mais nous l'utilisons mal ou peu


9%

Non mais nous souhaitons en avoir un


50%

15) Utilisez-vous un outil ASP (applications hébérgées : modèle de service où le client loue le droit d’usage du logiciel sans
qu’il soit propriétaire) pour votre cabinet et vos clients ?

Nb. cit. Fréq. Un seul cabinet avoue utiliser un outil ASP,


Oui 1 2.10%
30% se déclarent intéressés, les autres
Non mais nous souhaitons en avoir un 14 29.80%
Nous n'en voyons pas l'utilité pour le cabinet 32 68.10% cabinets (68%) attendent de voir le système
TOTAL OBS. 47 100%
se généraliser ou ne montrent pas d’intérêt à
court terme.

162
Oui
2%

Non mais nous souhaitons en avoir un


30%

Nous n'en voyons pas l'utilité pour le


cabinet
68%

16) Un plan de formation aux nouvelles technologies est-il en place au sein de votre cabinet ?

Nb. cit. Fréq. Les cabinets annoncent un effort important en


No n réponse 1 2.10%
Oui nous en avons un 7 14.90%
terme de formation aux NTIC :
Oui nous sommes en train d'en bâtir un 4 8.50% - 23% sont déjà actifs dans ce sens.
Non mais nous comptons le faire 24 51.10%
Non nous ne le ferons pas 11 23.40% - 51% déclarent s’en préoccuper dans un délai
TOTAL OBS. 47 100% court terme.
Par ailleurs, la mise en place d’un plan de formation dépend de l’effectif du cabinet. Plus ce dernier est important,
plus les chances d’avoir un plan de formation ou l’idée d’en développer un sont importantes.
Non réponse
Non nous ne le ferons pas 2% Oui nous en avons un
23% 15%

Oui nous sommes en train d'en bâtir un


9%

Non mais nous comptons le faire


51%

II- Les Nouvelles Technologies et vos Clients


17) Avec la généralisation des NTIC, quels segments seront les plus touchés (plusieurs réponses) ?

Nb. cit. Fréq.


Grandes Entreprises 21 44.70%
Tous les segments 19 40.40%
PME 15 31.90%
Sociétés de service 14 29.80%
TPE 6 12.80%
Nous ne savons pas 3 6.40%
Non réponse 1 2.10%
TOTAL OBS. 47
D’après les Experts-comptables, tous les segments sont concernés par les NTIC mais les grandes entreprises, les
PME (qui sont les principaux clients des Experts-comptables) et les sociétés de services seront les plus touchées.

163
50,00%

44,70%
45,00%

40,40%
40,00%

35,00%

31,90%

29,80%
30,00%

25,00%

20,00%

15,00%

12,80%

10,00%

6,40%

5,00%

2,10%

0,00%
Non réponse TPE PME Grandes Entreprises Sociétés de service Tous les segments Nous ne savons pas

18) Pensez-vous que les nouvelles technologies vont résoudre les problèmes d’organisation de vos clients ?

Nb. cit. Fréq.


Oui, c'est certain 16 34.00% Les Experts-comptables à 47% ne sont pas vraiment sûrs de
Oui, p e ut être 22 46.80%
l’impact organisationnel des NTIC sur leurs clients.
No n p a s du tout 5 10.60%
No us n e savons pas 4 8.50%
TOTAL OBS. 47 100 %

164
Nous ne savons pas
9%
Oui, c'est certain
Non pas du tout 34%
11%

Oui, peut être


46%

19) Vos clients s’intéressent-ils aux NTIC et y investissent ?

Nb. cit. Fréq.


Oui, une strate importante de nos clients 13 27.70%
Oui, certains d'entre eux 29 61.70%
Non, aucun intérêt de leur part 3 6.40%
Nous ne savons pas 2 4.30%
TOTAL OBS. 47 100%

Nous ne savons pas


Non, aucun intérêt de leur part Oui, une strate importante de nos
4%
6% clients
28%
Environ 90% des Experts-comptables estiment
que leurs clients ou certains d’entre eux
s’intéressent aux NTIC et y investissent…

Oui, certains d'entre eux


62%

20) Connaissez-vous le taux d’équipement de vos clients en terme de NTIC ?

Nb. cit. Fréq.


Oui, nous le connaissons et nous possédons une base à jour 2 4,30%
Oui mais nous en avons une vague idée 28 59,60%
Non, nous ne le connaissons pas 15 31,90%
Non et cela ne nous concerne pas 2 4,30%
TOTAL OBS. 47 100%

…Cependant, la majorité écrasante (plus de 90%) des cabinets n’ont pas de vision précise de l’équipement en
NTIC de leurs clients. Les Experts-comptables peuvent-ils remplir leur rôle de partenaire et d’interlocuteur privilégié
des entreprises marocaines tout en ayant une image imparfaite de leur clientèle ?

165
Oui, nous le connaissons et nous
possédons une base à jour
Non et cela ne nous concerne pas 4%
4%

Non, nous ne le connaissons pas


32%

Oui mais nous en avons une vague


idée
60%

21) Avec l’arrivée des nouvelles technologies, estimez-vous avoir un rôle de sensibilisation et d’accompagnement de vos
clients ?

Nb. cit. Fréq.


Oui, c'est certain 17 36,20%
Oui mais nous devons préalablement les maîtriser 19 40,40%
Oui pourquoi pas 7 14,90%
Non, ce n'est pas notre rôle 4 8,50%
TOTAL OBS. 47 100%
Non, ce n'est pas notre rôle
9%

Oui pourquoi pas Oui, c'est certain …D’ailleurs, les Experts-comptables sentent
15% 36%

intuitivement leur rôle vis-à-vis de leurs clients en


termes de sensibilisation et d’accompagnement,
d’autant plus que les pouvoirs publics les
investissent de cette vocation auprès,
notamment, des PME.
Oui mais nous devons préalablement
les maîtriser
40%

22) Pensez-vous que la Profession est en retard par rapport à ses clients ?

Nb. cit. Fréq.


Non réponse 2 4,30%
Oui, nous le sommes 16 34,00%
Au contraire, nous sommes en avance par rapport à nos clients 10 21,30%
Nous sommes à un niveau égal 19 40,40%
TOTAL OBS. 47 100%

Et ils sont prêts à jouer ce rôle dans la mesure où plus de 60% des répondants estiment que la profession est à un
niveau égal voire même en avance par rapport à ses clients.

166
Non réponse
4%

Nous sommes à un niveau égal Oui, nous le sommes


41% 34%

Au contraire, nous sommes en avance


par rapport à nos clients
21%

III- Les NTIC : Perspectives


23) Pensez-vous que ces nouvelles technologies représentent une source d’opportunités pour la Profession ?

Nb. cit. Fréq.


Oui, j'en suis convaincu et je m'en aperçois déjà 31 66.00%
Oui, certainement mais je demande à voir 15 31.90%
Non, pas du tout 1 2.10%
TOTAL OBS. 47 100%

La profession voit dans les NTIC des opportunités :


o 66% des cabinets disent s’en apercevoir déjà ;
o 32% en ont la conviction sans toutefois appréhender ces opportunités précisément : ils demandent à voir.

Non, pas du tout


2%

Oui, certainement mais je demande à


voir
32%

Oui, j'en suis convaincu et je m'en


aperçois déjà
66%

24) D’une façon générale, pensez-vous que les NTIC vont avoir, avant tout, un impact sur : (plusieurs réponses)

Nb. cit. Fréq.


Le service au client 40 85.10%
Les gains de productivité au cabinet 37 78.70%
La qualité des missions fournies 24 51.10%
La stratégie de positionnement du cabinet 23 48.90%
Le développement de nouvelles missions 22 46.80%
Les relations avec les fournisseurs et les Administrations 21 44.70%
Le développement de la clientèle (nouveaux clients) 17 36.20%
La réduction des prix des missions 12 25.50%
TOTAL OBS. 47

167
L’impact des NTIC se ressentirait plutôt sur :
- Le service au client ;
- Les gains de productivité ;
- La qualité des missions fournies.

Chiffre très intéressant : les cabinets ne croient majoritairement pas à la baisse des honoraires provoquée par
l’arrivée des NTIC. La profession serait-elle le seul marché épargné par un phénomène qui affecte tous les marchés
connus ?...

90,00%

80,00%

70,00%

60,00%

50,00%
%

40,00%

30,00%

20,00%

10,00%

0,00%
Le service au client Les gains de Les relations avec La qualité des La réduction des prix Le développem ent Le développem ent La stratégie de
productivité au les fournisseurs et m issions fournies des m issions de nouvelles de la clientèle positionnem ent du
cabinet les Adm inistrations m issions (nouveaux clients) cabinet

I t

25) Estimez-vous que l’OEC a un rôle à jouer dans la sensibilisation des NTIC (formation, journée de réflexion…) ?

Nb. cit. Fréq. Tous les répondants confèrent d’une manière solennelle et sans
Non réponse 1 2.10%
Ou i, c'e st certain 46 97.90%
équivoque à l’OEC un rôle à jouer dans la sensibilisation des
No n, p a s du tout 0 0.00% NTIC auprès de ses membres.
TOTAL OBS. 47 100%

168
Non, pas du tout
0%
Non réponse
2%

Oui, c'est certain


98%

26) Dans ce sens, avez-vous participé au séminaire du 19 décembre 2002, organisé par le conseil régional de Casablanca et sud,
sur le thème « Internet, intranet au service de l’expert-comptable et de l’entreprise » ?

Nb. cit. Fréq.


Non réponse 1 2,10%
Oui, j'y étais 7 14,90%
Je n'y étais pas mais mes lectures me permettent de me tenir au courant 10 21,30%
Non, mais j'ai bénéficié d'une remontée d'informations (associés, collaborateurs présents) 6 12,80%
Je n'y étais pas 23 48,90%
TOTAL OBS. 47 100%
Non réponse Oui, j'y étais
2% 15%

Je n'y étais pas


49%

Je n'y étais pas mais mes lectures me


permettent de me tenir au courant
21%

Non, mais j'ai bénéficié d'une remontée


d'informations (associés, collaborateurs
présents)
13%

La majorité écrasante des Experts-comptables répondants (plus de 80%) n’ont pas assisté à la seule manifestation
organisée par l’OEC portant sur les NTIC. Cependant, cette situation ne remet pas en cause l’intérêt suscité par les
Experts-comptables en matière de NTIC (voir question 1) et ne signifie en aucun cas qu’il n’y a plus lieu d’organiser
des manifestations ordinales de ce genre (voir question 25).

169
27) Commentaires libres sur ce questionnaire ou votre appréciation de l’impact des NTIC sur la Profession :

Les réflexions et commentaires des Experts-comptables sur les NTIC :

4 : Les NTIC sont nécessaires


16 : Le rôle de la profession est important
22 : La maîtrise des NTIC rend plus crédible la profession
23 : La profession devrait être pionnière dans les NTIC
29 : La baisse des coûts aura un impact sur la vulgarisation des NTIC et donc sur la profession
33 : Rôle incontournable des NTIC, adhésion imposée
37 : NTIC indispensable pour une meilleure qualité de service

IV- Pour vous connaître

- Nombre de PC disponibles au sein de votre Cabinet (y compris les ordinateurs portables) :

Nb. cit. Fréq.


Non réponse 1 2.10% Tous les cabinets ne peuvent s’en passer de l’outil informatique.
M oins de cinq 7 14.90%
Cette situation démontre bien que les cabinets sont nettement en
Ent re cinq et dix 14 29.80%
Ent re dix et quinze 15 31.90% avance par rapport à leurs clients (les PME notamment).
Plu s d e quinze 10 21.30%
L’outil informatique est devenu indispensable pour le travail
TOTAL OBS. 47 100%
quotidien réalisé au sein des cabinets d’expertise comptable.

Non réponse
Plus de quinze 2% Moins de cinq
21%
15%

Entre cinq et dix


Entre dix et quinze 30%
32%

- Disposez-vous d’un réseau local ?

Nb. cit. Fréq.


Oui 37 78,70%
Non 10 21,30%
TOTAL OBS. 47 100%

Elément très intéressant : presque 80% des cabinets disposent d’un réseau local. En d’autres termes, les cabinets
sont prédisposés au partage d’informations, au travail de groupe…donc, la profession est préparée à la mise en place
des NTIC.

170
Non
21%

Oui
79%

- Si oui, précisez son type ?

Nb. cit. Fréq. Le réseau de type client-serveur est l’architecture dominante au


Client/Serveur 25 67.57%
Poste à poste 12 32.43%
sein des cabinets avec un taux avoisinant les 70%. Ce type de
TOTAL OBS. 37 100% réseau est d’ailleurs plus puissant, plus fiable et plus
ergonomique que le réseau de type « poste à poste ».

Poste à poste
32%

Client/Serveur
68%

- Votre réseau local est-il interconnecté à d’autres réseaux locaux ?

Nb. cit. Fréq.


o ui 6 16.22%
Non 31 83.78%
TOTAL OBS. 37 100%

Seul 16% des cabinets disposant d’un réseau sont connectés à d’autres réseaux locaux. Les cabinets marocains sont
principalement des cabinets mono-sites.

171
oui
16%

Non
84%

- Y a-t-il une personne désignée responsable du système informatique ?

Nb. cit. Fréq.


Non réponse 1 2,10%
Oui 35 74,50%
Non 11 23,40%
TOTAL OBS. 47 100%

Non réponse
2%

Non
23%

Oui
75%

Nb. cit. Fréq.


Interne 25 71,43%
Externe 10 28,57%
TOTAL OBS. 35 100%

172
Externe
29%

Interne
71%

Les trois quarts des cabinets disposent d’une personne responsable du système informatique. Celle-ci est
principalement interne (plus de 70%).
Les cabinets ne font pas appel aux compétences externes pour gérer leur système d’information, peut-être pour des
raisons d’indépendance ou de confidentialité.

- Quels sont les logiciels dont vous disposez ?

Nb. cit. Fréq.


Tenue de comptabilité 46 97.90%
Paie 43 91.50%
Juridique 25 53.20%
Facturation 23 48.90%
Communication (groupware, messagerie, navigateur…) 21 44.70%
Gestion du temps 16 34.00%
Audit 11 23.40%
TOTAL OBS. 47

Autres
4 : Trésorerie; GRH
23 : Etats de synthèse
27 : Gestion des Immobilisations
29 : CRM (Gestion Relations Clientèle)
30 : Gestion financière

173
120,00%

100,00% 97,90%

91,50%

80,00%
%

60,00%

53,20%

48,90%

44,70%

40,00%

34,00%

23,40%

20,00%

0,00%
Tenue de comptabilité Paie Facturation Juridique Communication Audit Gestion du temps
(groupware,
messagerie,
navigateur )

La majorité écrasante des cabinets (plus de 90%) disposeraient des logiciels de comptabilité et de paie.
Cette situation est jugée ordinaire pour une profession dont le métier de base est la tenue de la comptabilité et de la
paie.
Les cabinets exploitent d’autres logiciels qui ont trait :
- au volet juridique (plus de 50%) ;
- à la gestion de la facturation (presque 50%) ;
- à la communication (environ 45%).

174
Les logiciels de gestion de temps sont peu utilisés (presque un tiers) par la profession dont les honoraires
d’ailleurs sont calculés sur la base du temps passé chez le client ou dans le traitement d’un dossier.

Enfin, les logiciels d’audit sont les moins utilisés par les cabinets (moins du quart).

e) CONCLUSION

Cette enquête a permis de mettre en évidence que les Experts-comptables ont conscience de l’importance des NTIC
et des opportunités qu’elles offrent pour la profession et sont déjà des utilisateurs, à des degrés différents, de ces
technologies.
Ainsi, les Experts-comptables :
- sont tous équipés en matériels informatiques ;
- dans leur majorité, disposent d’une architecture réseau de type local ;
- utilisent massivement Internet ;
- possèdent tous au moins une adresse e-mail ;
- dans leur majorité, ont déjà ou compte développer un site Web ;
- ont intégré dans leurs travaux des nouveaux outils et techniques tels les dossiers d’audit électronique, la
scanérisation, l’archivage électronique des pièces, la télécomptabilité…
- disposent dans une faible proportion d’un groupware et d’un Intranet ;
- ont mis en place ou compte bâtir un plan de formation aux NTIC au profit de leur personnel.

Autre enseignement tiré de l’analyse des résultats : l’interaction entre certaines réponses et l’effectif du cabinet.
C’est le cas notamment :
- de l’assimilation des NTIC en tant que levier de performance et d’évolution des cabinets ;
- des adresses électroniques dédiés aux collaborateurs ;
- de la possession d’un site Web ;
- de l’existence d’un réseau informatique ;
- de la maîtrise d’un groupware ou d’un Intranet ;
- de l’utilisation de certaines technologies tels le dossier d’audit électronique, la scanérisation…
- de la mise en place d’un plan de formation aux NTIC.

Ainsi, peut-on avancer que les NTIC sont l’exclusivité des « grands » cabinets ? Les NTIC peuvent-elles constituer
une barrière à l’entrée de la profession ?

A notre avis, cette fracture technologique ne devrait pas perdurer et l’histoire (et même l’enquête réalisée) nous le
confirme : les cabinets sans exception ont déjà fait rentrer massivement l’informatique et ont fait bénéficier leurs
clients des avantages et gains tirés de l’outil informatique.
C’est, donc, une question de temps (et peut-être de moyens). Les cabinets devraient s’approprier les NTIC et faire
bénéficier leurs clients, au même titre que l’informatique, des bénéfices tirés de ces technologies.

175
Par ailleurs, les Experts-comptables sont également disposés à jouer un rôle en matière des NTIC vis-à-vis de leurs
clients et leur statut de partenaire privilégié et historique des entreprises leur permettra de contribuer largement à la
réalisation de cet objectif.

A ce titre, l’OEC devrait s’inspirer de l’expérience initiée par le CSOEC de France qui a mis en place un projet
intitulé Best-Net financé par le Ministère de l’économie, des finances et de l’industrie. Ce projet vise à favoriser et
accompagner les entreprises françaises vers la Net-économie.
Dans le cadre de cette démarche, de nombreux cabinets d’expertise comptable français ont suivi des cours de mise à
niveau pour aider leurs clients à passer à l’action.

Les Experts-comptables marocains, en tant que conseillers des entreprises, pourraient assurer le même rôle que leurs
confrères français mais au préalable ils devraient maîtriser les NTIC. Et c’est à ce niveau que l’intervention de
l’Ordre des Experts-comptables, en tant que représentant légal de la profession, devient nécessaire notamment en
matière :

- d’actions de sensibilisation et de formation en NTIC auprès des Experts-comptables ;


- de recherche d’appuis et de partenariats tant au niveau national (pouvoirs publics, centres et instituts de
formation…) qu’international (corporations des Experts-comptables, IFAC…).

176
ANNEXE 2

Migration de l'informatique mono-utilisateur vers une informatique


de groupe et communicante

Fonctions PC isolé Informatique de groupe

Accès aux données • Base de données sur PC • Base de données sur PC


Exemple: • Autres bases de données du cabinet
- Données fiscales et juridiques • Bases de données externes

Mise à jour de données • Manuelle • Par connexion au réseau local


Exemple: • Par disquette • Par connexion à un réseau distant
- Données fiscales et juridiques • Par connexion à Internet
- Utilisation de nouveaux imprimés fiscaux
ou autres formulaires

Echange de données • Par papier (notes, dossiers...) • Par connexion au réseau local
Exemple: • Par disquette • Par connexion à un réseau distant
- Message • Par connexion à Internet
- Fichiers informatiques (tableau, rapports)

Utilisation de données • Utilisateur seul • Information partagée sur le réseau pour


Exemple: supervision
- Dossier client informatisé

Manipulation de données • Réunion • Espace de travail partagé sur réseau pour


Exemple: • Utilisateur seul (tableur, modifications
- Rédaction d'une proposition de mission rapport) puis transmission au
superviseur

Outils de productivité personnel • Agenda personnel • Agenda partagé


Exemple: • Gestion de tâches
- Gestion du personnel: affectation de
missions, réunions...

177
ANNEXE 3

Architecture des réseaux: du poste à poste


au client-serveur

• Le LAN en poste à poste connaît certaines limites: Un LAN est un ensemble d'ordinateurs connectés entre
eux sur un même site géographique. La circulation de l'information s'y effectue en circuit fermé. Un tel
réseau lorsqu'il fonctionne en poste à poste permet à chaque utilisateur de travailler avec ses propres
applications tout en accédant aux données stockées sur d'autres postes. Chaque machine est à la fois client
et serveur. Mais la fonction de serveur est très limitée (simple partage de périphériques ou de fichiers) et
n'autorise la connexion que d'un client à la fois pour accéder à une ressource partagée. On ne peut donc
espérer développer le travail collaboratif de façon importante avec ce type d'installation.

Du poste à poste...

Poste de
travail

Poste de Poste de
travail travail

Poste de
travail

Suite

178
ANNEXE 3 - suite

• Le LAN client-serveur est plus performant et plus malléable. La plupart du temps, l'installation est de type
monoserveur. L'information est alors centralisée et accessible simultanément par plusieurs postes clients. Le
serveur peut alors, contrairement au poste à poste, être accessible 24h/24 et servir de messagerie, de base de
données. Ce système facilite, en outre, la gestion et la sauvegarde des données du réseau puisque la majorité de
l'information est centralisée sur le serveur.

Réseau distant
ou Internet

Poste de
travail

Base de
données
Poste de
travail

Serveur
Impression Poste de
travail

...au client / serveur

• Le WAN est un réseau distant ou étendu. C'est un ensemble d'ordinateurs connectés entre eux mais implantés sur
des sites différents, distants de quelques kilomètres à plusieurs milliers. Son débit est nettement moins important
que celui d'un LAN sauf si l'entreprise utilise des lignes spécialisées coûteuses.

179
ANNEXE 4

Architecture centralisée ou multipoint


L'architecture d'un modèle à plusieurs niveaux peut varier selon 2 principes :

• Le choix d'une architecture centralisée dans laquelle les différents serveurs seront tous reliés à un serveur
central. Cela a l'avantage d'être très structuré donc plus facile à administrer et moins coûteux. En outre, elle
autorise une gestion asynchrone des communications, celle-ci restant stockée sur le serveur central si le
destinataire n'est pas joignable. Par contre, le risque de saturation du système est plus probable.

Poste de
Bureau A travail

Poste de
travail
Siège

Poste de
travail

Bureau B
Poste de
travail

• L'architecture décentralisée (ou "point à point") au contraire présente l'avantage, en reliant chaque
serveur entre eux, d'une rapidité accrue et d'une diminution des risques d'engorgement du réseau. Par contre,
l'anarchie des flux de communications entraîne le surcoût d'une administration complexe à gérer.

Bureau A

Siège

Bureau
C

Bureau B

180
ANNEXE 5

Qu'est-ce que l'administration d'un système informatique ?

Du fait de la multiplication des informations échangées et de la saturation qu'elle entraîne dans un réseau
classique centralisé, la mise en oeuvre du modèle client-serveur est devenue indispensable. Mais pour
assurer le transport fiabilisé de ces informations, il est indispensable de gérer ces échanges : c'est
l'administration du système.

La différence majeure entre un modèle client-serveur et un modèle centralisé se situe au niveau des
traitements d'une application qui s'exécutent entre plusieurs endroits (le poste client et le serveur, voire
plusieurs serveurs). De même, les données peuvent aussi être réparties sur un ensemble de serveurs. La
complexité de l'exploitation et de l'administration d'un réseau est proportionnelle au nombre de composants
clients et serveurs, ainsi qu'à leur hétérogénéité (connexion de P.C. récents et anciens n'utilisant pas les
mêmes technologies par exemple).

L'administration d'un système comporte en fait plusieurs aspects, plus ou moins significatifs selon la nature
et l'importance du réseau:

• Les services globaux d'annuaire


Les flux d'information modifient à chaque instant l'état du système, il évolue en permanence. Des
services s'ajoutent au réseau et s'y déplacent à volonté (à l'image d'Internet). L'information est
continuellement créée et déplacée. Comment les utilisateurs vont-ils retrouver leurs interlocuteurs, le
service qu'ils utilisent chaque jour ou tout simplement une information particulière? Comment garder la
transparence du système pour que ces utilisateurs ne se rendent pas compte que telle ou telle donnée se
trouve sur tel ou tel serveur? Ceci est le rôle du service d'annuaire qui assure au système l'apparence
d'un système unique, homogène et stable.

• Authentification et sécurité
L'administrateur accorde les droits d'accès et définit les droits d'intervention des utilisateurs:
• création de données
• modification de données
• visualisation de données
• gestion des mots de passe

Suite

181
ANNEXE 5 - suite

• Gestion des mises à jour des logiciels et des informations


La nouvelle version du logiciel gérant les liasses fiscales à installer sur l'ensemble du réseau en une
seule nuit ? C'est encore le rôle de l'administrateur. Il est parfois nécessaire d'installer quasi
simultanément une même version d'un logiciel sur tous les postes afin de préserver la cohérence du parc
informatique. Il existe pour cela des logiciels de télédistribution qui automatisent la procédure.

• Optimiser les ressources du système et en assurer la maintenance:


Paramétrage du réseau, contrôle des configurations, traitement des alertes, résolution et diagnostic de
ces alertes sont autant de travaux que l'administrateur doit effectuer.

182
ANNEXE 6

Coûts d'un site Internet : hébergement ou création d'un site ?

Si le cabinet désire créer un serveur, il a le choix entre l'installer sur son propre système informatique, ou le faire
héberger par un fournisseur d'accès qui installera ses pages sur son propre site et louera l'espace occupé au cabinet.

a) Création et hébergement du service par un tiers

Cette solution est en fait l'équivalent d'un service d'infogérance. A partir d'un cahier des charges, le prestataire
réalisera la conception du site et l'installera sur son propre site. Cette méthode évite les coûts liés à l'achat de
l'équipement (serveur, routeur, firewall).

Les coûts sont alors la plupart du temps liés :

• au coût de création du service. Il est très variable selon le cahier des charges. Un site de présentation du cabinet
(10 à 20 pages Web) pourrait être réalisé à compter d’environ 3.000 DH, alors qu'un site plus complexe relié à
une base de données pourra être facturé jusqu'à 20.000 DH, voire plus.

• au coût du nom du domaine.

• à l'abonnement mensuel correspond au forfait facturé par le fournisseur d’accès. Celui-ci est très variable et il est
fonction de la nature du site (de présentation ou dynamique) et du volume d'informations en transit. Ce deuxième
élément s'explique par le fait que si votre service est très consulté, il occupera une partie plus importante de la
bande passante du prestataire. En outre, plus le volume des pages stockées sur le serveur est important, plus la
place prise sur les disques durs l'est aussi.

b) Installation sur site

La mise en place du serveur sur votre propre site nécessite des investissements supérieurs à l'hébergement. Il s’agit
notamment de :

• L'installation et la location d'une ligne spécialisée reliant le serveur du cabinet au fournisseur d'accès. Le débit de
départ ne pourra être inférieur à 64 Kbits/s pour éviter des temps d'accès trop longs chez l'utilisateur. Les frais
d’installation d’un tel débit (64 Kbits/s) s’élèvent à environ KDH 2 et son coût d’abonnement mensuel devrait
être facturé à partir de KDH 2,5.

• L'installation du matériel et logiciel nécessaires (serveur, firewall, routeur…).

183
ANNEXE 7

La matrice « Moment / Lieu » de JOHANSEN:


la communication et la gestion de l’espace/temps

Même temps Temps différents


(synchronisme) (asynchronisme)

Réunion Note/Message

Même
lieu

Téléphone Courrier/Fax

Lieux
différents

184
ANNEXE 8

Impact des nouvelles technologies sur l'organisation du travail

Avant Nouvelles Après


technologies
L'information n'est disponible Bases de données et documentaires L'information est disponible
qu'en un seul endroit partagées simultanément partout où l'on
en a besoin

L'entreprise doit choisir entre Réseaux informatiques distants, Bénéfice simultané des
centralisation et décentralisation Internet avantages de la centralisation
et de la décentralisation

Le personnel nomade a du mal à Réseaux informatiques distants, Le personnel nomade peut


recevoir, consulter et Internet, GSM et portables échanger des informations là
transmettre des informations où il se trouve.

Les managers prennent toutes Bases de données partagées Chacun peut prendre des
les décisions décisions à son niveau

Il faut savoir où l'information se Workflow, moteur de recherche, L'information vous indique où


trouve hypertexte elle se trouve

Les plans d'action donnent lieu à Documents partagés, gestion des Révision immédiate et gestion
des révisions périodiques tâches, bases de données partagées en temps réel

185
ANNEXE 9

Le cycle de vie d'un document

Acquisition du document

Créer Recevoir Copier

Stockage du document
Classer

Archiver Indexer

Rechercher

Exploitation du document

Consulter

Commenter Envoyer

Annoter Réviser

186
ANNEXE 10

Mise en place d'un Intranet: les étapes à suivre

Etape 1 - s'organiser et déterminer le type d'information à mettre en ligne

L'un des éléments les plus importants mais également les plus difficiles à définir est la présentation de
l'information et la manière dont la navigation au sein de cette information s'effectue. Il est impératif de
déterminer de façon précise la structure des informations et la façon dont chacun des documents HTML est
relié aux autres (avec un organigramme par exemple). Une astuce consiste à utiliser des métaphores
disponibles dans le monde réel. Ainsi, vous pourrez représenter le site par un bureau avec des armoires
(représentant une base de donnée) contenant des classeurs (les dossiers clients), un téléphone (la
messagerie) et une radio (pour l'information mise à jour quotidiennement).

Etape 2 - obtenir le protocole TCP/IP, cœur du système et l'implémenter

Pour l'environnement Windows, le plus courant, ce protocole est directement disponible et exploitable lors
de l'installation ou de la configuration de ce système d'exploitation. Si votre réseau fonctionne avec Novell
Netware, il est impératif d'envisager une passerelle "IPX-to-IP" entre le serveur Web (fonctionnant sous
TCP/IP) et les postes clients (communicant sous IPX de Novell Netware)

Etape 3 - installer un logiciel serveur Web (HTTP)

Certains de ces logiciels sont gratuits. Les serveurs de milieu de gamme ajoutent des outils de surveillance
et de maintenance du site Web. Au delà, les logiciels serveurs les meilleurs, intègrent des dispositifs de
sécurité, de cryptage, voire de liens directs avec les bases de données du cabinet. Il ne faut pas négliger de
prévoir le nombre de connections simultanées que le réseau pourra supporter sans être saturé. Une des
solutions étant d'ajouter de la mémoire au serveur ou d'adopter une connexion plus rapide.

.../...

187
ANNEXE 10 - suite

Etape 4 - affronter le HTML et créer les documents Intranet

Une fois le contenu défini, il faut le préparer pour pouvoir le publier sur le site Web. La création de page
HTML est réalisable, sans savoir programmer, à l'aide d'outils automatisés. Plusieurs choix sont possibles :
créer entièrement les documents ou les convertir. Le mieux est d'utiliser un éditeur simple de documents
HTML (Navigator Gold de Nescape, Front page de Microsoft, HotMetal de Softquad) qui crée des
documents, les relie entre eux et vérifie automatiquement les liens ainsi générés. Certains documents
pourront aussi être directement créés à partir des logiciels bureautiques habituels et convertis en format
HTML (les dernières versions des traitements de textes, des tableurs et logiciels de présentation peuvent
sauvegarder les documents directement dans ce format).

Etape 5 - relier les documents créés entre eux à une base de données existante

Une fois mises en place, les informations du serveur nécessitent des mises à jour régulières. Il faut pour
cela utiliser un logiciel de gestion de base documentaire qui offre des fonctions de recherche évoluées et
automatise la conversion en HTML des documents devant être mis à jour.

Etape 6 - installer un navigateur sur chaque poste client

Il constitue, avec les serveurs Web, l'autre élément essentiel de votre Intranet. Ce logiciel client (installé sur
le poste de chaque utilisateur) permet de visualiser et de naviguer dans les pages du site. Le choix est varié,
mais deux éditeurs se disputent le marché : Nescape avec Navigator, le plus répandu, et Microsoft avec
Explorer, qui présente le net avantage d'être gratuit.

Etape 7 - l'Intranet évoluera ensuite par itérations successives

L'utilisation de la première version du site Intranet du cabinet entraînera des modifications, soit pour
répondre à de nouveaux besoins, soit pour corriger des problèmes de fonctionnement. La version 2 sera
ensuite mise en place, puis la version 3... L'Intranet doit être évolutif et suivre le développement du cabinet.

188
ANNEXE 11

Matrice du travail d'équipe1

Facile à vivre Challenge et


engagement

S
O
U
C
I

D
U

F
A
C
T Routine sans vie Gagnant-perdant
E
U
critique et tension
R

H
U
M
A
I
N

SOUCI DES RESULTATS

Suite
1
Source : Le Groupware de Serge K.Levan et Annie Liebman – Edition Hermes

189
ANNEXE 11 - suite

La matrice de Blake et Mouton comporte 2 axes

• L'axe vertical qui représente le souci des hommes dans l'organisation. - Le souci des autres recouvre

la confiance et le soutien mutuel, la volonté de participer et la coopération entre les personnes. La


coopération, la communication et le respect mutuel sont les valeurs dominantes.

• L'axe horizontal représente le souci des résultats et de la performance. - La fixation d'objectifs précis,

l'organisation et la coordination des moyens, l'adoption de nouvelles méthodes, de nouvelles procédures,


et bien sûr le pilotage de la réalisation des objectifs vont témoigner du souci de l'organisation pour les
résultats.

Il existe quatre combinaisons possibles dans cette matrice

• Souci maximum du résultat de la production et minimum des personnes. - Le management à toutes les

chances d'être conflictuel. Chaque personne essaie de se mettre en avant. C'est le règne des
antagonismes et des rivalités, dans lequel la critique est surtout destructrice. Les moyens mis en oeuvre
ont un potentiel inexploité du fait du manque de collaboration entre les individus. Ce système encourage
le salarié à thésauriser les informations, ce qui n'est pas compatible avec la discipline que le groupware
impose.

• Souci minimum de la production et maximum des personnes. - C'est la culture inverse de la

précédente. Les préoccupations majeures sont les salaires, les conditions de travail, le confort et la
convivialité. C'est l'évitement des conflits. La communication entre les individus est facile mais
personne n'en tire partie pour améliorer l'organisation du travail.

• Souci minimum de la production et des personnes. - La préoccupation essentielle est la survie dans

l'équipe. Auto-protection, individualisme, refus de prendre des risques, sont les normes culturelles qui
dominent. Le travail est routinier et les individus ne sont pas incités à s'impliquer davantage.

• Souci maximum de la production et des personnes. - L'équipe et ses membres agissent en fonction

d'objectifs communs et recherchent des résultats par la communication, la coordination et la


coopération.

190
ANNEXE 12

Modèle de la performance d'équipe

Chaque étape de ce modèle fait l'objet d'une problématique spécifique qu'il est utile de définir pour la mise
en place d'un projet de groupware.

Les étapes de création: du groupe à l'équipe

Etape 1 - Orientation du groupe (Pourquoi suis-je ici ?)

Le problème est de déterminer clairement pourquoi le groupe doit se former, et de définir quelle est sa
mission.

Etape 2 - Mise en confiance (Qui êtes-vous ?)

Avant de travailler ensemble, les membres d'un groupe sont dans une phase d'observation et de retrait. Ils
ont besoin de se connaître pour s'engager davantage. Ils veulent savoir ce que les autres pensent d'eux, et
jusqu'où ils peuvent s'impliquer personnellement.

Etape 3 - Clarification des objectifs (Que faisons-nous ?)

Lors de cette phase le groupe focalise ses efforts et son attention sur ce qui doit être fait. Les problèmes de
vocabulaire et de compréhension commencent à se manifester. Cette étape est fondamentale car pour
devenir une équipe, les membres d'un groupe doivent trouver un ou plusieurs objectifs fédérateurs. Sans
clarification des objectifs du groupe, il ne peut y avoir d'équipe.

Etape 4 - Engagement de l'équipe (Comment ?)

Les réflexions aboutissent à ce niveau à la définition des moyens et de leur organisation. Quels budgets,
quels outils, quelles informations, quel planning, quelle structure ?

Suite

191
ANNEXE 12 - suite

Les étapes de développement: vers la performance

Etape 5 - Mise en place opérationnelle (Qui fait quoi, où, quand, comment ?)

Après que chacun se soit engagé à accomplir les objectifs fixés, le groupe devient réellement une équipe
lorsqu'il se répartit les tâches, se partage les responsabilités et planifie le travail. L'action quotidienne
débute.

Etape 6 - Niveau de performance atteint (l'équipe est-elle efficace ?)

Il s'agit de savoir si les méthodes et les outils de travail sont maîtrisés et adaptés aux besoins. Leur maîtrise
permet, en effet, à l'équipe, de suivre une courbe d'expérience ascendante. La qualité du triptyque
organisation, management et système d'information, déterminera alors le niveau de performance et la
réactivité atteinte par l'équipe.

Etape 7 - Renouvellement de l'équipe

La performance d'une équipe n'est pas constante. Des membres changent de comportement, d'objectif,
certains partent, d'autres arrivent. Il y a alors un retour à l'étape 1, un nouveau cycle commence.

192
ANNEXE 13

Les limites de la communication imposées


par l'éthique professionnelle

• Loi n°15-89 réglementant la profession d’expert-comptable (art. 17)


"Toute publicité personnelle est interdite aux experts-comptables".

• Code de devoir professionnel OEC (Projet)


" Toute publicité personnelle est interdite, sauf pour les annonces professionnelles liées à des actions de
formation ou de recrutement. Cette interdiction vise notamment toute insertion faite dans la presse, dans
les organes professionnels ou autres, et celle effectuée par démarches directes ou indirectes, lettres,
cartes, circulaires...et généralement tous autres procédés publicitaires.

Cette interdiction n’est pas applicable à la publicité faite par l’éditeur d’un ouvrage dont l’auteur est
membre de l’Ordre ou aux comptes rendus bibliographiques d’ouvrages faits par un membre de
l’Ordre".

193
ANNEXE 14

Exemples d'attaques logiques destinées à pénétrer le système

1. Attaques destinées à contourner les demandes d'authentification


de l'utilisateur

• Le principe du cheval de Troie : le pirate fait croire à l'utilisateur qu'il est bien connecté sur le serveur désiré.
Il n'a plus qu'à récupérer le mot de passe que celui-ci pense envoyer au système. Il peut être aussi un
programme introduit par messagerie qui récupère les mots de passe.

• Le vol de mots de passe : attention au "responsable informatique" qui téléphone à un utilisateur pour le
"féliciter" des "dégâts" qu'il a probablement causés lors d'une fausse manoeuvre sur son poste de travail, et qui
a besoin de son mot de passe pour "tenter de réparer la catastrophe".

• Les tentatives itératives pour trouver un mot de passe : le pirate essaye toutes les combinaisons grâce à des
programmes de connexion automatique.

2. Autres types d'attaques

• La saturation du serveur : les systèmes ne sont jamais complètement stables. Une des techniques les plus
classiques consiste à jouer sur les failles de ce système en envoyant des flots de données énormes qui vont le
saturer. Une fois saturé, le système d'exploitation reste perturbé suffisamment longtemps pour que le pirate
puisse s'introduire dans le réseau.

• Introduire un programme dans le réseau cible: toujours la technique du cheval de Troie

⇒ Téléchargement d'un programme: un collaborateur télécharge un programme présenté comme un utilitaire.


En fait, ce logiciel est un cheval de Troie qui fonctionne en tâche de fond comme un routeur d'accès et
permet ainsi, à celui qui l'a conçu, de pénétrer le réseau sans avoir besoin de mot de passe.

⇒ Introduire un programme en envoyant un E-mail: celui-ci va ensuite récupérer, pour le compte de son
concepteur, les mots de passe et les communiquer à l'extérieur du cabinet en vue d'un usage criminel.

194
ANNEXE 15

Méthodes de cryptage

La méthode la plus répandue est celle des clés publiques/clés privées:


1. Confidentialité d'un document
Ce sont des algorithmes asymétriques, basés sur l'utilisation de deux clés différentes : l'une, qui permet le chiffrement, est
publique et l'autre, qui permet le déchiffrement, est secrète. Chaque utilisateur dispose donc à la fois d'une clé publique (connue
de tous et disponible dans un annuaire) et d'une clé secrète qui lui est propre.
Si un utilisateur veut coder un message, il utilise la clé publique du destinataire et envoie les informations. Celui-ci reçoit le
message et décode ce dernier grâce à sa clé "privée".

Annuaire des clés Clé secrète


de Y X désire envoyer un message
publiques
à Y. Il le chiffre grâce à la clé

Clé X publique de Y, puis envoie les


informations à Y.
Clé Y

Celui-ci grâce à sa clé secrète

Cryptage (déterminée en fonction de sa


clé publique) peut déchiffrer
le message initial.

Décryptage

Document crypté Le plus célèbre des procédés


de cryptage, et un des plus
sûrs d'après les spécialistes,
devenu un standard de fait sur
l'Internet où il est relativement
facile de se le procurer, est le
X Y logiciel PGP, inventé par
l'américain Phil Zimmerman

Document en clair Document en clair

Ce système a néanmoins un inconvénient: rien n'interdit à un pirate d'entrer sur un annuaire des clés publiques et de substituer
sa propre clé à celle d'un utilisateur. Lorsqu'un émetteur voudra chiffrer un message avec la clé publique de Y, il utilisera en fait
celle du pirate qui pourra alors intercepter le message en question et le déchiffrer avec sa propre clé secrète. Il pourra
éventuellement le modifier, puis le chiffrer avec la clé publique de Y et le renvoyer vers celui-ci. Le destinataire final de
l'information recevra un message qu'il croit authentique alors qu'il aura été falsifié.

195
ANNEXE 15 - suite
Pour cette raison, des mécanismes d'authentification permettant d'authentifier l'auteur et de
contrôler l'intégrité du document ont été développés.

2. Vérification de l'authenticité et de l'intégrité du document


1. Pierre passe le document qu'il
doit envoyer à Paul, à travers un Valeur A

algorithme qui produit une valeur


relative au contenu du document.

2. Pierre utilise sa "clé privée"


Valeur A
pour chiffrer la valeur A. La valeur
résultante est la signature
numérique de Pierre.

3. Pierre transmet le document et


sa signature numérique à Paul.
PAUL

4. Paul passe le document reçu à


travers le m ême algorithme que
celui de Pierre (étape 1). Il doit Valeur A
obtenir la même valeur.

5. Paul décode la signature


numérique avec "la clé publique" Valeur B
de Pierre. Si la signature a été
falsifiée, il ne pourra pas la
décrypter.

6. Paul compare les valeurs A et B.


Si les deux concordent, alors le Valeur A Valeur B
document est authentique. Si A et
=
B diffèrent, le document a été
modifié.

196
ANNEXE 16

Le firewall : le gendarme des accès Internet

Glossaire

• Proxy server ou
passerelle: serveur
«mandataire» qui s’interpose
entre l’intérieur et l’extérieur,
Quand on installe un «pare-feu» (ou firewall) sur un réseau, on le place à relaie les requêtes et joue
l’endroit précis où le réseau de l’entreprise se connecte à Internet. Tout le éventuellement le rôle de
trafic provenant d’Internet (et des services associés), ou partant vers le cache de données.
réseau interne, passe alors par le contrôle de cette sorte d’agent de
circulation. Lequel vérifie quel trafic est acceptable, et tout ce qui y • Firewall ou pare-feu :

transite: e-mail, transfert de fichiers, login distant (mot de passe) ou toute ensemble de matériels et de

interaction spécifique entre systèmes. logiciels destiné à protéger le


réseau privé de l’entreprise
Sur le plan logique, un firewall sépare, limite, analyse les accès ou les des intrusions venant
tentatives d’accès. d’Internet.

Mais, sur le plan physique, ses implémentations varient. Il s’agit, la plupart


du temps, d’un ensemble de composants matériels : routeur, ordinateur
hôte ou combinaison d’ordinateurs, de routeurs et de réseaux dotés des
logiciels appropriés. Un firewall se compose rarement d’un seul objet
physique, bien que certains des produits commerciaux les plus récents
regroupent tout dans la même boîte.

197
ANNEXE 17

Le taylorisme : un système inadapté dans un


environnement nécessitant davantage de flexibilité

Le principe du taylorisme est la division du travail qui engendre


la fragmentation des processus.

Il n'exige pas de personnel qualifié. Chaque personne impliquée dans un processus est
spécifiquement chargée d'une tâche simple et reste responsable de cette seule tâche. Mais la
conjugaison de tâches simples en un ensemble cohérent exige un processus complexe et
bureaucratique entraînant perte de temps, coût et gaspillage.

De la fragmentation des processus naît la bureaucratie.

Un processus, valable pour une production de masse, ne l'est plus pour répondre aux exigences
actuelles de qualité, de service, de flexibilité et d'économie. Pour éliminer cette bureaucratie, il
faut donc reconfigurer le processus : cela revient à aplatir l'organisation et les lignes
hiérarchiques et donc à impliquer davantage les salariés, les former et avoir confiance en leurs
compétences.

Chaque partie du processus est contrôlée (exigence interne) mais personne ne


supervise le processus dans son ensemble (souci du client).

Le taylorisme favorise les structures fonctionnelles verticales cloisonnées. Souvent, chaque cadre
fonctionnel est responsable de sa tâche, possède sa méthode de travail et se concentre sur ses
objectifs internes propres et non sur le client.

Beaucoup de tâches accomplies n'ont rien à voir avec la satisfaction du client.

Cela relève plutôt des exigences internes à l'organisation et n'apporte aucune valeur ajoutée. Le
client d'un processus n'est pas toujours le client de l'entreprise. L'organisation engendre des
contrôles placés là pour vérifier le bon respect du processus. Mais ce contrôle se fait tâche par
tâche et non globalement. Il est préférable d'organiser le travail autour de processus transversaux
orientés "client" en éliminant le passage obligé par une multitude de fonctions se préoccupant
plus de leur objectif interne que de la satisfaction du client.

Ces structures fonctionnelles verticales cloisonnées étouffent


l'innovation et la créativité

Si quelqu'un a une idée, elle doit passer par tous les échelons de la hiérarchie avant d'arriver au
décideur. Il n'y a ni autonomie, ni contact entre salariés et dirigeants.

198
ANNEXE 18

Travailler autrement

De l'intégration des processus fragmentés...

Avant

Etape 1 Etape 2 Etape 3 RESULTAT

File d'attente 1 File d'attente 2

Opérateur 1 Opérateur 2

La démarche BPR porte sur la remise en cause radicale du processus et des postes de travail de l'ancienne
organisation basée sur une spécialisation fonctionnelle du travail. Les opérateurs ne sont pas qualifiés et n'effectuent
qu'une seule tâche du processus. C'est une organisation taylorisée, à taille unique et complexe : elle ne présente qu'un
seul mode d'exécution, modélisé sur le traitement du cas le plus épineux. Du coup, les dossiers les plus courants (90
% des cas par exemple) passent de poste en poste subissant un stockage intermédiaire (rupture temporelle) à cause
des files d'attente créées par le traitement des cas difficiles.

Après
Cas général
(90 % des traitements)
Etape 1 RESULTAT

Opérateur 1 Cas spécifique


généraliste (10 % des traitements)

Etape 1bis

Opérateur 2
spécialiste

Dans la nouvelle organisation, un généraliste essaie de traiter seul l'intégralité du processus. Il est aidé par la
possibilité d'accéder à des bases de données, des contrats standards ... Il ne transfère aux spécialistes que les dossiers
difficiles, pour supprimer les "en-cours" responsables des délais trop longs. Ici, le processus a des versions multiples,
mais chaque version est simple et n'a besoin de traiter que les cas auxquels elle est destinée. Cette méthode évite le
traitement d'exceptions génératrices de file d'attente.

Suite

199
ANNEXE 18 - suite

...à la mise en parallèle d'étapes.

Avant: le processus linéaire fixe un ordre de priorité artificiel. Ceci est imposé par le cloisonnement fonctionnel de
l'organisation.

1 2 3 4 5

Après: l'enchaînement de ces étapes est remis en cause. Le processus est remodelé pour permettre l'exécution
naturelle de tâches qui pourraient être faites en parallèle. Les partages de bases de données collectives, les forums,
les agendas partagés et la messagerie permettent de coordonner le travail des tâches effectuées en parallèle.

1 3 5

200
ANNEXE 19

Organisation hiérarchisée ou basée sur les groupes2 ?

CARACTERISTIQUES ORGANISATION BASEE SUR ORGANISATION BASEE SUR


LA HIERARCHIE LES GROUPES

Structure Structure pyramidale Réseau de groupes à faible ligne


hiérarchique

Reporting Vers le haut à travers tous les A l'intérieur du groupe et entre


échelons hiérarchiques groupes

Changement Forte résistance, adaptation lente et Forte pro-activité et réactivité


par fragment

Information Flux verticaux de haut en bas Flux à l'intérieur du groupe et entre


groupe selon les processus

Motivation Le manager est heureux lorsqu'il a Le groupe est heureux lorsqu'il a


atteint ses objectifs personnels atteint ses objectifs

Relation Protectionnisme et compétition Coopération

Management Ordres, pilotage de la performance Faciliter la réussite, pilotage de la


individuelle performance du groupe

Rémunération Salaire basé sur la position Salaire basé sur la fonction et la


hiérarchique et la performance performance globale de l'entreprise
individuelle

Développement du Augmentation des compétences Développement de compétences


personnel spécialisées sur une tâche donnée élargies

Attitude du personnel Détachement, souvent centré sur lui- Engagement, souvent centré sur le
même groupe

2
Source : Le Groupware de Serge K.Levan et Anne Liebman – Edition Hermes

201
ANNEXE 20

Le groupware: un élément essentiel de la performance


des équipes de projet

CAS 1: fonctionnement sans forums


Base de thématiques et sans messagerie
données

Dépendance des acteurs entre eux


pour la mise à jour de la base de
Membre 1 données. Utilisation de moyens de

Membre 2 communication classiques :


téléphone, fax et réunion. Coûts de
communication importants et
difficulté pour se réunir si les
membres sont situés sur des sites
Membre 3
distincts.
Membre 4

CAS 2: Utilisation des forums et


Base de
données messageries

Automatisation de la mise à jour de la


base de connaissance. Partage
Forums Messagerie
systématique de l'information sous
toutes ses formes. Chacun des
membres est au courant de chaque

Membre 1 changement ou de toute nouvelle


Membre 4
information. L'utilisation d'Internet, si
les équipes sont réparties sur des
sites géographiques éloignés, permet
Membre 2 Membre 3 de limiter les coûts de
communication.

202
ANNEXE 21

Les avantages du document numérique sur le document papier

C'est un document multimédia


Outre le texte, il y a la possibilité de créer des documents comportant des images, des sons, des tableaux de chiffres avec leurs
formules de calcul...

Il est révisable directement et facilement

Réviser un document revient à en créer une nouvelle version pour intégrer les modifications. Sur papier, contrairement au
numérique, cela signifie recréer complètement le document. La forme électronique permet aussi :

• la gestion des versions, de leur historique et l'indication de l'auteur (exemple : lettres de mission et avenants, budgets...)

• la possibilité d'annoter un document, c'est à dire ajouter des commentaires sur le document sans changer sa forme originale.
Sur support papier, les annotations modifient le document original. Pour le document numérique, les annotations sont
enregistrées à part (comme une annexe) et consultables grâce à un lien hypertexte par exemple.

Il est facile et rapide à stocker, classer, indexer et rechercher


Plus besoin d'armoires, de classeurs, plus besoin de rechercher manuellement le dossier qui contient le document désiré,
d'extraire ce document, puis de le remettre à sa place...Le stockage des documents électroniques est moins coûteux (économie de
papier, surface bureau et manipulations manuelles moindre) et l'accès quasi immédiat avec quelques clics de souris (plus
grande rapidité d'accès aux informations "en ligne"). La recherche d'un tel document peut se faire de trois façons:

• Dans le cadre d'un plan de classement : tous les dossiers clients sont situés dans le même répertoire (archive virtuelle)
classés par ordre alphabétique (classement hiérarchisé de type armoire, tiroir, classeur, document). La recherche est encore
manuelle mais évite les manipulations physiques de classeurs et autres archives.

• Dans le cadre d'une indexation par critère de recherche : différents champs peuvent être alloués à un dossier client (nom,
date, secteur d'activité...) ainsi que des mots-clés relatifs aux particularités du dossier (consolidation, capitaux propres
inférieurs à 50 % du capital ...). Cela permet un accès automatique aux documents désirés grâce à l'utilisation de moteurs de
recherche.

• Par création de liens hypertextes : le lien est ici programmé d'avance lors de la création du document.

Il est accessible à plusieurs et à distance

Cette particularité facilite le travail de groupe et permet de travailler simultanément sur le même dossier plutôt que l'un après
l'autre, de façon séquentielle.

Il est facile et économique à diffuser

Alors qu'un document papier doit être photocopié, ressaisi ou numérisé, la copie d'un document numérique dès l'origine est
quasi instantanée et son coût est nul. Lorsqu'il est reçu, il peut être directement classé et indexé sans manipulation de papier et
perte de temps.

203
ANNEXE 22

Les différents itinéraires de flux possibles dans un workflow

Les flux 1, 2 ,3 et 4 : orientés vers l'exécution de processus répétitifs et définis au sein du cabinet.
Les flux 5 et 6 : orientés vers les processus de travail à court terme et non structurés. Pilotage d'un
groupe pour un projet ponctuel.

2 3

1 2 3 4 1 4

1. Flux séquentiel 2' 3'

2. Flux Parallèles
(Chemin de remplacement)

1 2 3 4 1 3

3. Flux rétroactif 2
(Ex. Réexécution si anomalie)

4. Flux circulaire
(Ex. Itération dans un
processus de négociation ou
de confirmation)
A B

E C D

C D
E
A B

5. Flux en étoile 6. Flux à maillage total


(Ex. Compte rendu au pilote (Ex. Groupe de travail
d'un groupe) spécifique)

204
ANNEXE 23

Exemple d'application workflow dans un cabinet:


Automatisation de la facturation

Date

1. Déclenchement automatique de la facturation - 2 cas :


• La lettre de mission prévoit un acompte à une date donnée (ex. Trimestriel)
• Le rapport d'activité hebdomadaire signale une intervention chez le client.

Rapport Lettre de
Budget
d'activité mission
annuel

2. Validation de la facturation par le


collaborateur concerné :
• Pour les acomptes : l'application fait une proposition en fonction de la lettre de
mission contenue dans la base de données

• Pour la facturation: l'application propose un montant à facturer en fonction de


deux critères
⇒ facturation en fonction du temps passé : à partir du taux horaire budgété pour
le collaborateur et du nombre d'heures indiquées sur le rapport d'activité
⇒ facturation forfaitaire : en fonction du montant négocié dans la lettre de
mission

3.Edition automatique de la 3.Détermination automatique


facture validée de statistiques
• Productivité du collaborateur
• Montant des encours ...

205
ANNEXE 24
Exemple d'application d'agenda partagé dans un cabinet:
Préparation d'une réunion

Secrétaire A = déjà occupée


1. Un cadre doit animer une réunion :
Secrétaire B = disponible

Collaborateur A = absent

Collaborateur B = en mission

Collaborateur C = disponible

3. Le cadre envoie un 2. Grâce à l'agenda partagé:


message pour :
• Il sélectionne le collaborateur C pour
• Prévenir le collaborateur C.
• Donner des précisions sur la préparer la réunion.
réunion. • Il fixe une contrainte de durée (3 jours
E-mail de travail) et une date butoir.

• L'application calcule alors


automatiquement la date "au plus tard"
pour commencer la tâche.
Internet

4. Le collaborateur s'organise en
Forums et fonction des dates. Il collecte
spécialistes en particulier les informations :
• sur Internet,
• par le biais de forums,
• ou par prise de contact avec des
spécialistes de ce domaine

5. Grâce à l'agenda partagé :


E-mail
Le collaborateur affecte à son tour la
préparation de transparents et de
documents à la secrétaire B.
6. Le secrétariat récupère alors par
E-mail les informations que le
collaborateur a collectées sur Internet, ou
saisies, puis prévient celui-ci par
messagerie lorsque les documents sont
prêts pour les faire valider et les retourner
au cadre par messagerie.

206
ANNEXE 25
Etapes de création d’un site Web

1. Etapes a priori :
1.1 S’initier à Internet

La première étape pour les non initiés serait de commencer par se familiariser avec le réseau et le courrier
électronique. En effet, on ne peut pas imaginer un bon site Web sans comprendre les finesses de la culture
Web et sans être soi-même un consommateur des services en ligne. Posséder un esprit Web est donc bien
plus important que de connaître la technique.

1.2 Fixer les objectifs du site

Un site Web peut avoir plusieurs objectifs qui varient selon la stratégie adoptée par le cabinet (site vitrine,
site d’informations, site dynamique ou d’échanges). Tous ces objectifs doivent être déterminés par
l’Expert-comptable préalablement à l’implantation du site. Ils peuvent être modifiés dans certains cas en
fonction des changements de l’environnement interne ou externe du cabinet.

1.3 Désigner un chef de projet

Un chef de projet, qui assurera le suivi du projet, doit être désigné. Celui-ci peut être l’Expert-comptable
lui-même ou tout autre personne du cabinet.

1.4 Etablir le budget

L’établissement du budget temps et du budget financier est une étape importante pour la réussite du projet.

Le budget temps devrait être détaillé par phase de réalisation du projet. Les phases ci-après peuvent être
suivies :
- phase de conception ;
- phase de réalisation ;
- formation des collaborateurs ;
- phase de test ;
- phase de mise en ligne ;
- phase d’évaluation ;
- maintenance du site et sa mise à jour.

Le budget temps a une conséquence directe sur le budget financier. A chaque révision du budget temps,
l’impact financier devrait être mesuré.

Evidemment, ce budget varie en fonction de ce qu’on veut obtenir comme site.

1.5 Elaborer un cahier de charges

Le cahier de charges intervient non seulement pour formaliser les objectifs du site mais aussi pour décrire
dans les détails les plus élémentaires, la nature du projet, sa structure, son architecture et ses phases.

Le cahier de charges constitue une véritable réflexion en amont, qui conduit le professionnel à bien mener
le projet et arriver à un résultat satisfaisant.

207
ANNEXE 25 - Suite

2. Etapes de création :

2.1 Choisir un sous-traitant ou recruter un spécialiste

La création d’un site Web nécessite des connaissances et des compétences techniques dans des domaines
spécifiques, que le professionnel comptable ne possède pas en général. Lorsque ce savoir-faire fait défaut,
le professionnel doit recourir à des ressources externes, il fait donc appel à un sous-traitant ou recrute un
spécialiste, tout dépend de la stratégie adoptée.

2.2 Définir le contenu et l’architecture du site

Un travail important sur l’ergonomie, l’arborescence et l’organisation des informations doit permettre une
consultation aussi conviviale et aisée que possible. La disposition des éléments visuels est primordiale
pour que le site soit facile à utiliser. De nombreux sites mal conçus rendent l’information difficile à
trouver ou perdent l’utilisateur dans leur arborescence. Certains éléments peuvent pallier ces difficultés :
- Une rubrique plan du site (pour les sites denses) aidera l’utilisateur à s’y retrouver dans l’organisation
des informations ;
- Un moteur de recherche interne au site est appréciable ;
- Une rubrique « nouveautés » ou « actualités » permet de se tenir informé des nouveaux documents en
ligne sans avoir à passer en revue l’ensemble des rubriques ;
- Un lien vers le sommaire présent sur chaque page constitue un élément de confort supplémentaire.

Le site doit aussi prévoir des liens variés et nombreux vers des sites de qualité et pertinents qui peuvent
intéresser les visiteurs.

2.3 Choisir le nom du domaine

Le choix du nom du domaine est une décision stratégique. Le nom du domaine doit avoir les
caractéristiques suivantes :
- ne pas être long pour être saisi sans faute, retenu et épelé facilement ;
- refléter l’activité du cabinet ;
- figurer sur les cartes de visite, papier à entête, factures, e-mails envoyés…

2.4 Déterminer où le site sera hébergé

Un site Internet peut être géré en interne chez l’Expert-comptable ou hébergé par un fournisseur
spécialisé.

3. Etapes de lancement

3.1 Faire référencer le site

Lors du référencement auprès d’un annuaire de recherche, il conviendra d’être attentif au titre, aux mots
clés, à la description du site ainsi qu’au choix des rubriques dans lesquelles il doit apparaître. On veillera
donc à employer des termes suffisamment précis pour figurer dans les premières références.

208
ANNEXE 25 - Suite

3.2 Tester le site

Une fois le développement du site achevé, le site Web doit être testé auprès des collaborateurs et clients
pour corriger les erreurs ou résoudre les problèmes non décelés.

On doit notamment s’assurer que le site comprend plus d’informations utiles que de pages portant la
mention « page en construction ».

4. Etapes a posteriori :
Le projet lancé ne peut être définitif. On parle de faire vivre le site, c'est-à-dire le mettre à jour. Un site
donnant des informations qui ne sont pas à jour est peu crédible.

Ainsi, pour que le site soit visité régulièrement, il importe d’assurer sa maintenance : on peut considérer la
date des dernières modifications comme une garantie de renouvellement des informations.

Il importe également de faire évoluer le site en créant de nouvelles rubriques, en ajoutant de nouvelles
fonctionnalités…

Enfin, répondre aux e-mails provenant des utilisateurs du site constitue une preuve de réactivité du
cabinet. Un e-mail sans réponse est pénalisant pour un cabinet qui se veut dynamique. Il en est de même
d’une réponse trop tardive.

209
ANNEXE 26
Adresses des sites Web des cabinets marocains d’expertise
comptable (au 30/06/2004)1

Les sites Internet sont généralement classés en trois catégories :


- Site vitrine ou plaquette commerciale : C’est un site statique où on trouve quelques informations
d’ordre général. Le principal intérêt est de présenter le cabinet sur Internet ;
- Site d’information : Il permet la diffusion des informations sur Internet (actualités, flash
d’information...). Il est de type statique mais il demande une mise à jour fréquente ;
- Site d’échange ou dynamique : C’est un site interactif permettant les échanges de données entre
différents intervenants. Ce type de site est le plus approprié pour les Experts-comptables dans la
mesure où ils veulent créer un espace de travail avec les clients, collaborateurs et partenaires (services
en ligne, newsletters, bases de données…).

Nom du Cabinet Adresse du site Web Caractéristiques du site

Site Vitrine
Africaine d’Expertise Comptable www.aec-conseil.com
(Casablanca)

Audit Conseil Formation www.acf.ma


Site Vitrine
(Casablanca)

Chbani & Associés www.chbani.com


Site Vitrine
(Casablanca)

El Quortobi Abdellatif www.auditconseilquortobi.com


Site Vitrine
(Casablanca)

Eurodec-Arji www.eurodecarji.com
Site Vitrine
(Casablanca)

Site d’information
Belkhayat Finance Consultants www.bfcaudit.com
(Casablanca)

1
Cette liste a été élaborée sur la base des résultats de l’enquête réalisée auprès des Experts-comptables. A notre connaissance, il
n’existe pas de liste exhaustive des adresses des sites Web des Experts-comptables inscrits à l’Ordre.

210
ANNEXE 26 - Suite
Adresses des sites Web des cabinets marocains d’expertise
comptable (au 30/06/2004)

Nom du Cabinet Adresse du site Web Caractéristiques du site

Site Vitrine
Fidar www.fidar.ma
(Casablanca)

Fidumac www.fidumac.com
Site d’échange ou dynamique
(Casablanca)

Site Vitrine
Masnaoui, Mazars & Guerard www.masnaoui.co.ma
(Casablanca)

Site Vitrine
Saaidi & Associés www.saaidi-associes.ma
(Casablanca)

Site d’échange ou dynamique


Saaidi Consultants www.saaidi-consultants.com
(Casablanca)

Site d’information
Seddik Seghir Rachid www.cabinetseddik.com
(Casablanca)

Les cabinets internationaux installés au Maroc2 ne disposent pas d’un site Web propre à eux mais sont
présents sur Internet à travers le bureau mondial.

2
Il s’agit de PWC, KPMG, Ernst & Young et Deloitte.

211
ANNEXE 27
Relation cabinet/fournisseurs : vers une chaîne numérique
automatisée des achats

Cabinet

5. Si les tarifs du catalogue n'ont pas 2. Le cabinet veut commander ses fournitures
changé, la facture est comptabilisée
administratives, il sélectionne simplement à
sans intervention humaine.
l'écran les articles désirés sur le catalogue.
3. Un bon de commande est alors émis
automatiquement et envoyé au fournisseur par
l'application.

1. Mise à jour
Banque périodique du
Fournisseur
catalogue
numérique et
des prix par
l'application
du fournisseur

4. L'application du fournisseur
envoie l'accusé de réception
numérique accompagné de la
5. A la réception des fournitures, facture
une simple validation transmet
l'ordre de virement à la banque.

212
ANNEXE 28

COMPARAISON DES COUTS D'ACCES INTERNET EN RTC (SOURCE ITU, 2002)3

Classement des vingt pays les moins chers en accès Internet


(% du PIB par habitant pour un abonnement de 30 heures/mois)
Pays % PIB / habitant
Etats-Unis 0,007
Singapour 0,009
Allemagne 0,013
Canada 0,013
Danemark 0,013
Emirats Arabes Unis 0,013
Finlande 0,013
Australie 0,014
Luxembourg 0,014
Brunei 0,015
Hong Kong 0,015
Islande 0,015
Royaume-Uni 0,015
Corée 0,016
Norvège 0,016
France 0,017
Suisse 0,019
Irlande 0,020
Japon 0,020
Nouvelle-Zélande 0,020
Maroc 1,239

3
Source : www.journaldunet.com

213
Un concept d'avenir :

La comptabilité collaborative4
ANNEXE 29

Les relations entre un Expert-comptable et son client ont toujours été influencées par la
technologie.

Après l’arrivée de la micro-informatique, nous sommes passés du "tout chez l’Expert-comptable" au


"tout chez le client". Cependant, aucun logiciel n'avait réglé la question : comment l’Expert-
comptable et son client peuvent-ils travailler sur la même comptabilité de façon conjointe,
mais pas forcément en même temps, et chacun dans un domaine réservé, défini
précédemment ensemble ?

Jusqu'à présent, la seule démarche utilisée consistait en des procédures lourdes d’échanges partiels de
données, ce qui impliquait une chaîne logicielle et technique entre les deux ordinateurs. Si cela
paraissait simple vu du côté du client, il n’en était pas de même aux yeux de l’Expert-
comptable qui devait gérer tous les logiciels et versions de ses clients. De plus, aucune solution
ne répondait réellement à la question de fond, évoquée précédemment.

Grâce à Internet, il est maintenant possible de proposer une nouvelle génération de logiciels permettant,
d’une part à chacun des deux acteurs d’exploiter au mieux et collaborativement les mêmes données
comptables, d’autre part de valoriser le rôle de l’Expert-Comptable.

Le principe en est très simple. Techniquement, le logiciel et les données sont stockés sur un
serveur accessible par Internet, grâce à une interface standard, le navigateur Internet. Sur le
plan de l’organisation des tâches, le logiciel doit pouvoir s’adapter à tous les cas de figures de la lettre
de mission, qui lie l’Expert-comptable et son client. Concrètement, celui qui administre la comptabilité
donne à l’autre partie un certain nombre de droits.

Cette comptabilité collaborative présente de nombreux avantages, tant pour l’Expert-


comptable que pour ses clients.

Des avantages pour chacune des parties

Répartition des tâches Avantages pour le client Avantages pour l’Expert-comptable


Il est moins sollicité par ses clients sur des
Accès immédiat et direct à son information comptable
L’expert fait tout positions de compte, des demandes d’éditions,
mais aussi à des tableaux de bord en temps réel.
etc…
Il peut à tout moment demander à son Expert de vérifier
L’expert ne fait que la Il peut suivre régulièrement son client et peut le
les données comptables mais peut également obtenir du
révision conseiller en cas de dérive.
conseil.
Le client saisit
Allègement du budget, la saisie ne se fait plus en Le client ne fait pas seulement une saisie de
quelques types
"aveugle", il peut consulter les comptes et lettrer. journaux, il est impliqué dans la gestion.
d’écritures

4
Source : www.rca.fr/archives/archive_2_invite.htm

214
ANNEXE 29 - Suite

Dans tous les cas, la comptabilité collaborative présente de nombreux avantages pour les deux
intervenants :
• Gain de temps, et donc économies pour l’Expert-comptable,
• Valorisation de la relation,
• Amélioration du service client,
• Meilleure circulation de l’information,
• Valorisation du rôle d’Expert.
A cela, il faut ajouter d’autres avantages comme :
• L’accessibilité aux données et aux traitements de n’importe quel endroit,
• La mise à jour automatique des versions et des améliorations,
• Plus de problèmes d’installation.
Mais l’avantage majeur est de replacer la comptabilité au cœur du système d’information du client
grâce à des données fiables et à jour.

Un modèle économique pratique, basé sur la location :


Ce mode d’utilisation d’un logiciel est connu sous le nom d’ASP (Application Service Provider) ou en
français FAH (Fournisseur d’Application Hébergée). L’utilisateur loue l’application, le fournisseur met à
sa disposition une application (logiciel et données) accessible via Internet par un simple navigateur
(browser).
Cette location peut se décomposer en plusieurs postes :

• droit d’usage du logiciel pour un utilisateur,

• espace disque utilisé pour les données,

• heures de disponibilités des applications.

La sécurité des données est assurée par un protocole de type SSL, et l’accès est protégé par un code
personnalisé et un mot de passe.

Le problème des coûts d’accès à Internet et des coûts de communication est en passe d’être résolu.
Après l’accès Internet qui devient illimité, on commence à voir apparaître de nouvelles propositions
forfaitisant les coûts de communication.

215
GLOSSAIRE

216
• Base de données
A Ensemble de tables (fichiers), de vues et d'index se rapportant
aux mêmes données.

• Administration de réseau • BPR (Business Process Reengineering)


Les réseaux véhiculent de plus en plus de données et sont Ensemble de techniques de remise à plat des processus,
devenus véritablement stratégiques pour les entreprises. Il est permettant d'analyser, de façon objective et critique, les
donc parfois nécessaire de recourir au service d'un méthodes utilisées par une entreprise pour atteindre ses
administrateur de réseau, un spécialiste qui se chargera de objectifs.
gérer le réseau. Autorisation d'accès, mot de passe, mesure du
trafic, reroutage des demandes sont les tâches qui incombent • Bps (Bit par seconde)
à l'administrateur de réseau. Il est assisté dans cette mission Unité de mesure de la vitesse maximale d'un modem.
par des logiciels de plus en plus astucieux
• Browser (Navigateur)
• Analogique Client web. Logiciel de navigation sur le web. Exemples :
Désigne un signal présentant des variations continues et Microsoft Internet Explorer et Netscape Navigator.
pouvant prendre des valeurs quelconques entre certaines
limites. Les sons, la voix, les couleurs, tels que les perçoivent • Byte (Octet)
nos sens, sont des entités analogiques. Groupe de 8 bits représentant un caractère de données.

• Arpanet (Ancêtre d'Internet)


Historiquement le premier réseau expérimental de C
commutation par paquets, destiné à la recherche militaire
américaine.. • CD – ROM (Compact Disc Read Only Memory)
D’abord utilisé comme mémoire auxiliaire d’ordinateur,
• ASP (Application Service Provider) ou FAH constitue maintenant un support d’édition grand public. C’est
(Fournisseur d’Application Hébérgée) un disque de lecture dans lequel on ne peut inscrire
Société fournissant des services ou des applications par d’informations.
l’intermédiaire d’un site Internet. Les hébergeurs qui se
lancent dans ce type de service doivent combiner des centres • Chiffrement
disposant d’infrastructures de haute sécurité physique et Technique de codage des informations, généralement par
logique, avec des services de pointe en matière de transformation à l'aide de fonctions mathématiques, destinée
disponibilité. à les rendre incompréhensibles par un tiers ne possédant pas
les clés de la transformation.
• Asynchrone (Arythmique)
Désigne un mode de transmission dans lequel l'émetteur et le • Client-serveur
récepteur ne se sont pas synchronisés au préalable. Dans une architecture serveur-terminal, le terminal ne fait
rien d'autre que de transmettre au serveur les requêtes que
• Autorité de certification l'utilisateur a saisies au clavier et d'afficher les réponses du
Son rôle est de produire et de gérer des certificats de clés serveur. Dans une architecture client-serveur, le poste client
publiques utilisées pour la signature électronique ou de l'utilisateur est mis à contribution pour une partie des
numérique. L’objectif d’un certificat est de garantir à une traitements qui s'effectuent alors en local et plus uniquement
personne qui utilise une clé publique pour vérifier une en central. Cette architecture s'appuie sur un concept de
signature que cette clé publique appartient bien à qui elle est répartition des traitements et des données sur un ensemble de
censée appartenir. systèmes comprenant à la fois des serveurs centraux et
départementaux et des micro-ordinateurs ou des réseaux
locaux.
B
• Confidentialité
Prévention d'une divulgation non autorisée de l'information.
• B to B (Business to Business) Propriété qui assure que seuls les utilisateurs habilités ont
Relation liant des partenaires professionnels accès aux informations.
(clients/fournisseurs)
• Cookies
• B to C (Business to Consumer) Petit fichier résidant sur le poste client et utilisé comme
Relation liant des professionnels à leurs clients particuliers. marqueur pour suivre le cheminement d'un utilisateur sur un
site Web.
• Backup (Sauvegarde)
Copie de secours de fichier. • CPS (Caractères par seconde)
Unité de mesure de la vitesse d'une imprimante (variante:
• Bande passante ppm, pages par minute).
Mesure de débit correspondant au volume maximal
d'informations pouvant être traitées par un périphérique • CRM (Customer Relationship Management)/GRC
(exprimée en bits par seconde). (Gestion de la relation Client)

217
Processus visant à établir avec le client une meilleure • Extranet
identification de ses besoins, une personnalisation des Extension des applications Intranet aux ressources du réseau
réponses à ses attentes et la création de relations internet.
d’apprentissage, débouchant sur sa fidélité.

• Cryptage à clé privée/publique F


Technique d'encryptage d'un fichier électronique reposant sur
l'utilisation de deux clés symétriques. L'une dite publique, • FAQ (Frequently Asked Questions) ou Foire aux
transmise de façon visible avec le fichier, l'autre conservée Questions
par un tiers de confiance ou connue du seul destinataire afin Document rassemblant les questions les plus souvent posées
de reconstituer les informations codées. sur un thème particulier.

• Cryptologie • Firewall (Pare-feu)


Ensemble des techniques qui permettent de protéger des Ensemble de matériels et de logiciels destiné à protéger le
informations grâce à un code secret. Elle étudie notamment réseau privé de l'entreprise des intrusions venant d'Internet.
les outils servant à sécuriser ces informations face à des
menaces intentionnelles. Ces outils sont généralement issus • Forums de discussion (Newsgroup)
de problèmes mathématiques difficiles à résoudre si l’on ne Espace virtuel de discussion où chaque participant peut
dispose pas d’un code ou clé. poster une contribution et lire toutes celles des autres. Ces
forums peuvent être publics ou privés (les forums d’une
entreprise).
E
• Fournisseurs d’accès (Access Provider)
• EDI (Electronic Data Interchange) Société permettant à ses clients d’accéder à Internet et
Echange de données Informatisé: technique permettant de d’utiliser tout ou partie des services sur le réseau.
remplacer les échanges de documents papier par des
échanges interordinateurs grâce à des réseaux de • Fréquence
télécommunications. Quantité d'éléments unitaires d'un signal transmis pendant un
intervalle de temps donné (ne pas confondre avec le débit:
• Edifact (Electronic Data Interchange for quantité d'informations transportées par unité de temps).
Administration, Commerce and Transport)
Ensemble de normes internationales pour les Echanges de • FTP (File Transfer Protocol)
données informatisé (EDI) entre entreprises. Protocole de transfert de fichiers fonctionnant sur des
protocoles TCP-IP.
• EFI ou Echange de Formulaires Informatisé :
C'est le transfert informatisé de la dématérialisation des
formulaires. G
• e-Learning • Gateway (Passerelle)
Le e-Learning est un mode d’apprentissage qui tire parti de
l’usage des TIC à tous les niveaux de l’activité de formation. • Gestion de projet
Il désigne plus particulièrement un dispositif de formation Catégorie de programme permettant de suivre le déroulement
dont les principaux objectifs peuvent être définis comme d'un projet étape par étape. Une gestion de projet offre une
l’autonomie d’apprentissage, la formation à distance, vision chronologique de chaque projet mettant en lumière les
l’individualisation des parcours de formation et le étapes qui risquent d'apporter un retard à l'ensemble du
développement des relations pédagogiques en ligne. projet. La gestion de projet intègre aussi la dimension coût.

• Encrypteur • Groupware (Travail en groupe)


Equipement permettant de coder (ou chiffrer) des données Le groupware comprend l'ensemble des moyens matériels et
pour des raisons de confidentialité. logiciels mis en oeuvre pour autoriser le travail de groupe
(transfert de données sur le réseau local, consultation de
• ERP (Entreprise Ressource Planning)/PGI (Progiciel de bases de données sur le réseau étendu, accès à des bases de
Gestion Intégré) connaissances.). Le groupware désigne parallèlement un
ERP couvrent les principales fonctions de l’entreprise : mode d'organisation de l'entreprise où les connaissances de
administration des ventes, approvisionnement, fabrication et chacun sont capitalisées et mises en commun.
stocks, comptabilité…Le principaux éditeurs mondiaux
d’ERP sont SAP, Baan, Oracle, JD Edwards et PeopleSoft.
H
• Ethernet
Réseau local conçu à l'origine par Xerox, DEC et Intel, • HTML (Hypertext Markup Language)
aujourd'hui normalisé par ISO. Il fonctionne normalement à Version simplifiée pour le Web de la norme SGML (Standard
10 Mbits par seconde sur un câble coaxial et une topologie en Generalized Markup Language), langage de document
bus. structuré, avec liens hyper-textes, utilisé en gestion
documentaire (ISO 8879).
218
• HTTP (Hypertext Transfer Protocol) • LS (Ligne ou liaison spécialisée)
Protocole d'accès à une adresse du World Wide Web. Liaison permanente constituée d'un ou de plusieurs tronçons
d'un réseau public mis bout à bout et affectée à un utilisateur
• Hypertexte ou hypermedia particulier. On dit aussi ligne ou liaison "louée".
Système établissant des liens, grâce à des repères (mots clés
actifs…) entre plusieurs documents. On peut ainsi cheminer,
en cliquant à travers l’information, d’in document à l’autre. M
I • Mbps (Mégabits par seconde)
Unité de débit d'un réseau de données.

• Infogérance • Mémoires
Organisation visant à confier à un tiers la gestion de tout ou Tout dispositif ou support (disques, circuits intégrés, bandes
partie du système d’information de l’entreprise. magnétiques…) permettant de traiter des informations en
remplissant les fonctions suivantes : écriture
• Intégrité (enregistrement), mémorisation (conservation), effacement
Prévention d'une modification non autorisée de l'information. ou restitution (lecture). On distingue les mémoires vives
Propriété qui garantit la présence et la conservation sans (RAM) permettant de lire et d’écrire indéfiniment des
altération d'une information ou d'un processus. informations et les mémoires mortes (ROM) consultables
mais non réinscriptibles.
• Internet
Réseau de portée mondiale interconnectant des centaines de • Messagerie électronique (E-mail)
réseaux spécifiques et auquel sont reliés quelques dizaines de C’est le plus utilisé de tous les services d’Internet. Il permet à
millions d'utilisateurs individuels et professionnels. des utilisateurs d’envoyer et de recevoir tous types de
documents et ce, grâce à une adresse électronique.
• Interopérabilité
Ensemble de moyens logiciels et matériels permettant de • Micro-ordinateur
faire travailler ensemble plusieurs systèmes hétérogènes. Petit ordinateur, en général personnel (PC), piloté par un
système d’exploitation travaillant en monoprogrammation.
• Intranet
Il s'agit des technologies Internet appliquées au niveau du • Modèle Pull (Requête/réponse)
réseau de l'entreprise. Mode de consultation classique du Web. L'utilisateur clique
sur un lien et génère ainsi une requête qui lui retourne une
• IP (Internet Protocol) page Web.
Protocole de transport spécifique à Internet. Fonctions:
définition de l'unité de base de transfert de données; routage • Modèle Push (Abonnement/diffusion)
et correction d'erreurs de transmission. L'utilisateur ne consulte plus, il reçoit automatiquement du
contenu en s'abonnant à un "canal" d'informations.
L • Modem (Modulateur-Démodulateur)
Appareil d'adaptation servant à transformer des signaux
• LAN (Local Area Network) numériques pour les transmettre sur un canal de transmission
Réseau local analogique et inversement. Il assure également les fonctions
de synchronisation de la communication.
• Logiciel
Ensemble de programmes, procédés et règles d’un traitement • Moteur de recherche
sur ordinateur. On distingue logiciels de base (systèmes Logiciel qui explore le réseau, recense les sites Web et stocke
d’exploitation) et logiciels relatifs à des applications les adresses dans une base de données pour en faire un
spécifiques ou standardisées (progiciels). annuaire.

• Login/Logon
Commande d'ouverture d'une session de communication qui N
permet d'identifier l'utilisateur et de lui affecter les ressources
auxquelles il a droit.
• Numérique
• Liste de diffussion par E-mail: S’oppose à analogique et qualifie toute information de base
Ce concept est proche de celui des forums mais leur (son, texte, image) qui a été codée et transformée en une suite
fonctionnement est différent. Le moyen emprunté pour d’éléments binaires.
discuter est exclusivement l'E-mail et les discussions sont
réservées au groupe d'abonnés de la liste. • Numérisation
Conversion d’un signal analogique ou continu en une série de
0 et 1, c'est-à-dire en format numérique.

219
• Newsletter
Message électronique envoyé régulièrement par un site Web • RNIS (Réseau numérique à intégration de services)
à ses abonnés. Outil interactif de fidélisation utilisant la Réseau mettant à profit les techniques de numérisation pour
technique Push. transporter sur la même infrastructure plusieurs services
concernant la voix, les données ou les images.
O • Routeur
Désigne un équipement qui assure la fonction
• Octet (Byte) d'acheminement (routage) d'une communication à travers un
Groupe de 8 bits représentant un caractère de données. réseau.

• Outsourcing • RTC (Réseau téléphonique commuté)


Correspond à un objectif d'externalisation d'une fonction dans Réseau quasi universel utilisé pour la téléphonie vocale.
l'entreprise. Par exemple: la comptabilité, la production,
gestion du personnel. Le concept ne s'applique à
l'informatique que par extension. S
P • Serveur
Ressource informatique capable de délivrer une information
• PC (Personal Computer) ou d'effectuer un traitement à la requête d'autres équipements.
Souvent désigné en français par le terme micro-ordinateur
(voir micro-ordinateur). • Signature électronique
Signer électroniquement c'est fournir avec le document à
• Point-à-point signer une information "chiffrée" permettant au destinataire
Liaison ne connectant que deux équipements. de s'assurer de l'identité de l'émetteur ainsi que de son
adhésion au contenu du document.
• PPM (Pages par minute)
Unité de mesure de la vitesse d'une imprimante (variante: • Site Web
cps, caractères par seconde). Document ou ensemble de documents en format HTML
qu’emmagasine un serveur. Ces documents sont accessibles
• PPP (Points par pouce) aux utilisateurs du World Wide Web.
Unité de mesure de la définition d'une image imprimée,
affichée ou numérisée. • SMTP (Simple Mail Transfer Protocol)
Protocole de messagerie lié aux protocoles TCP/IP et au
• Protocole réseau Internet, très répandu dans les systèmes Unix.
Ensemble de conventions qui encadrent et rendent possible
un échange d’informations. Plus généralement, ensemble des • Synchrone
conventions permettant la coopération d’entités équivalentes Mode de transmission dans lequel l'émetteur et le récepteur
d’un réseau ou d’un système informatique. fonctionnent au même rythme, calés sur une même horloge.

• Proxy server (Passerelle) • Système d’exploitation


Serveur «mandataire» qui s'interpose entre l'intérieur et Ensemble de logiciels qui constitue le système nerveux d’un
l'extérieur, relaie les requêtes et joue éventuellement le rôle ordinateur et coordonne l’exécution de ses diverses
de cache de données. applications. Les deux principaux standards sont Unix d’un
côté, de l’autre, MS-DOS de Microsoft auquel sa nouvelle
interface d’utilisation Windows, graphique, comme celles des
Macintosh, a donné une seconde jeunesse. Mais il existe aussi
R des SE, non standards, propriétaires.

• Reengineering
Ensemble de techniques de remise à plat des processus,
permettant d'analyser, de façon objective et critique, les
méthodes utilisées par une entreprise pour atteindre ses T
objectifs.
• TCP/IP (Transmission Control Protocol/Internet
• Réseau Protocol)
Dans le contexte informatique, c’est ce qui permet de relier Protocole de communication d'Internet, créé initialement par
plusieurs ordinateurs entre eux, leur permettant d’échanger le Département américain de la Défense pour gérer un réseau
des informations. Un réseau peut être de nature locale et local de type Ethernet sous le système d'exploitation Unix.
connecter des ordinateurs d’une même entité (réseau local-
LAN). A l’inverse, un réseau reliant des systèmes situés en
différents points du globe est qualifié de réseau étendu ou
« longue distance » (WAN).
220
V
• Visioconférence :
C'est la mise en relation télématique de deux ou plusieurs
groupes de personnes installés dans des sites différents afin
de leur permettre de discuter de la même manière comme s'ils
étaient tous dans la même salle de conférence.

• Virus
Programme qui possède la faculté de créer les répliques de
lui-même dans un autre programme. Effets néfastes:
messages intempestifs, ralentissement, pertes de données...

W
• WAN (Wide Area Network)
Réseau longue distance.

• Web
Service d'information sur Internet.

• Windows
Interface conçue par Microsoft pour rendre le PC plus
convivial.

• Workflow
Organiser les flux de données présente plusieurs avantages
pour l'entreprise. Cela permet de réduire le taux d'erreur dans
la transmission des données, les temps de traitement d'un
dossier et assure une certaine cohérence entre différents
intervenants sur un même dossier. Le workflow se rencontre
dans les secteurs gros consommateurs de traitements
administratifs : banque, assurance, administrations fiscales.
Le workflow est parfois l'occasion de mettre en oeuvre une
procédure de BPR, c'est-à-dire de remettre à plat
l'organisation même de la communication entre services.

• WWW (World-Wide Web)


Le plus célèbre service d'informations sur Internet, avec un
système de recherche basé sur la technologie de l'hypertexte.

221
LEXIQUE FRANÇAIS-ANGLAIS-ARABE

223
TERME EN FRANÇAIS TRADUCTION EN TRADUCTION EN
ANGLAIS ARABE
Agenda partagé Diary sharing ‫ﻣﻔﻜﺮ ُة ﻣﺸﺘﺮآ ُﺔ‬

Administrateur système System administrator ‫ﻣﺴﻴﺮ اﻟﻨﻈﺎم‬

Agression logique Logical aggression ‫اﻗﺘﺤﺎم ﻣﻨﻄﻘﻲ‬

Archivage numérique Numeric filing ‫ﺗﻮﺛﻴﻖ رﻗﻤﻲ‬

Authentification Authentification ‫ﺗﺼﺪﻳﻖ‬

Audit Audit ‫ﺗﺪﻗﻴﻖ اﻟﺤﺴﺎﺑﺎت‬

Audit continu Continuous auditing. ‫ﺗﺪﻗﻴﻖ ﻣﺴﺘﻤﺮ ﻟﻠﺤﺴﺎﺑﺎت‬

Audit en ligne continue Continuous on-line auditing ‫ﺗﺪﻗﻴﻖ اﻟﺤﺴﺎﺑﺎت ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

Bande passante Bandwidth ‫ﺳﻌﺔ اﻹرﺳﺎل‬

Base ou Banque de donnés Database, data bank ‫ ﺑﻨﻚ اﻟﺒﻴﺎﻧﺎت‬,‫ﻗﺎﻋﺪة‬

CD-ROM CD-ROM ‫ﻗﺮص اﻟﺬاآﺮة اﻟﻤﺪﻣﺞ‬

Certification Certification ‫ﻣﺼﺎدﻗﺔ‬

Cheval de Troie Trojan horse ‫ﺣﺼﺎن ﻃﺮوادة‬

Commerce électronique Electronic commerce ‫ﺗﺠﺎرة اﻟﻜﺘﺮوﻧﻴﺔ‬

Conférence thématique Thematic conference ‫ﻣﺤﺎﺿﺮة ﺣﻮل ﻣﻮﺿﻮع‬

Confidentialité Confidentiality ‫ﺳﺮﻳﺔ‬

Connexion Connection ‫رﺑﻂ‬

Coût caché Hidden cost ‫ﺗﻜﻠﻔﺔ ﻣﺨﻔﻴﺔ‬

Coût organisationnel Organizational cost ‫ﺗﻜﻠﻔﺔ ﺗﻨﻈﻴﻤﻴﺔ‬

Cryptage, encryptage Encryption ‫ﺷﻴﻔﺮة‬

Débit Throughput ‫ﻧﺴﺒﺔ اﻟﺘﺪﻓﻖ‬

Dématérialisation Dematerialization ‫إﻟﻐﺎء ﻗﻴﻮد اﻟﺘﺠﺴﻴﻢ اﻟﻤﺎدي‬

Décodage Decoding ‫ﺣﻞ اﻟﺮﻣﺰ‬

Déontologie Deontology ‫أﺧﻼﻗﻴﺎت‬

Déréglementation Deregulation ‫إﻟﻐﺎء ﻗﻴﻮد اﻟﺘﻘﻨﻴﻦ‬

224
Dossier d’audit Audit file ‫ﻣﻠﻒ ﺗﺪﻗﻴﻖ اﻟﺤﺴﺎﺑﺎت‬

Dossier de travail électronique Electronic audit file ‫ﻣﻠﻒ اﻟﻜﺘﺮوﻧﻲ ﻟﺘﺪﻗﻴﻖ اﻟﺤﺴﺎﺑﺎت‬

Echange des Données Electronic data interchange ‫اﻟﺘﺒﺎدل اﻻﻟﻜﺘﺮوﻧﻲ ﻟﻠﻤﻌﻄﻴﺎت‬


Infromatisé

Expert-comptable Chartered Accountant ‫ﺧﺒﻴﺮ ﻣﺤﺎﺳﺐ‬

Externalisation Outsourcing ‫ﻣﻨﺎوﻟﺔ ﺧﺎرﺟﻴﺔ‬

Extranet Extranet ‫اﻧﺘﺮاﻧﺖ ﻣﻔﺘﻮح ﻟﻠﺨﺎرج‬

Flux des tâches Workflow (‫ﺗﺪﻓﻖ اﻟﻤﻬﻤﺎت )إدارة‬

Forum de discussion Newsgroup ‫ﻣﻨﺘﺪى اﻟﺤﻮار‬

Fournisseur d’accès Access provider ‫ﻣﺰود ﺧﺪﻣﺎت اﻹﻧﺘﺮﻧﺖ‬

Fournisseur d’Application Application service ‫ﻣﺰود ﺧﺪﻣﺔ ﻃﻠﺐ‬


Hébergée provider

Frais généraux General expenses ‫ﻣﺼﺎرﻳﻒ ﻋﺎﻣﺔ‬

Questions fréquemment posées Frequently Asqued ‫أﺳﺌﻠﺔ ﺷﺎﺋﻌﺔ‬


Questions
Gestion de tâches Task management ‫إدارة اﻟﻤﻬﻤﺎت‬

Gestion électronique des Electronic documents ‫اﻹدارة اﻻﻟﻜﺘﺮوﻧﻴﺔ ﻟﻠﻮﺛﺎﺋﻖ‬


documents management

Hébergement Hosting ‫إﻳﻮاء‬

Collecticiel, travail en groupe ou Groupware ‫اﻟﺘﺸﺎرآﻲ‬ ‫اﻟﻌﻤﻞ‬ ‫اﻟﻤﺠﻤﻮﻋﻴﺎت أو‬


collaboratif assisté par ‫ﺑﻤﺴﺎﻋﺪة اﻟﺤﺎﺳﻮب‬
ordinateur

Imprimante Printer ‫اﻟﻄﺎﺑﻌﺔ‬

Infrastructure du réseau Network infrastructure ‫اﻟﺒﻨﻴﺔ اﻟﺘﺤﺘﻴﺔ ﻟﻠﺸﺒﻜﺔ‬

Interdisciplinarité, Interdisciplinarity ‫اﻟﻤﺘﺪاﺧﻞ اﻻﺧﺘﺼﺎﺻﺎت‬


Interprofessionnalité

Internet Internet ‫اﻧﺘﺮﻧﺖ‬

Intranet Intranet ‫اﻧﺘﺮاﻧﺖ‬

Liaison spécialisée Dedicated Line ‫ﺻﻠﺔ ﺧﺎﺻﺔ‬

Logiciel Software ‫ اﻟﺒﺮﻣﺠﻴّﺎت‬,‫ﻣﺠﻤﻮﻋﺔ ﺑﺮاﻣﺞ‬

225
Messagerie électronique Electronic mail ‫رﺳﺎﻟﺔ اﻟﻜﺘﺮوﻧﻴﺔ‬

Mise à niveau Upgrade ‫إﻋﺎدة ﺗﺄهﻴﻞ‬

Mot clé Keyword ‫ﺑﻨﺪ اﻟﻤﻔﺘﺎح‬

Mot de passe Password ‫آﻠﻤﺔ اﻟﺴﺮ‬

Moteur de recherche Search engine ‫ﻣﺤﺮك ﻟﻠﺒﺤﺚ‬

Multimédia Multimedia ‫اﻟﺼﻮت واﻟﺼﻮرة‬

Navigation, Navigateur Browsing, browser ‫ اﻟﻤﺘﺼﻔّﺢ‬,‫اﻟﺘﺼﻔّﺢ‬

Nom du domaine Domain name ‫اﺳﻢ اﻟﻨﻄﺎق‬

Nouvelles Technologies de New Information and ‫اﻟﺘﻘﻨﻴﺎت اﻟﺠﺪﻳﺪة ﻟﻺﻋﻼم و اﻟﺘﻮاﺻﻞ‬


l’Information et de Communication
Communication technologies

Numérisation Digitizing ‫ﺗﺮﻗﻴﻢ‬

Octet Eight-bit byte ‫ﺛﻤﺎﻧﻴﺔ‬

Ordinateur personnel Personnel computer ‫ ﺣﺎﺳﻮب ﺷﺨﺼﻲ‬,‫ﻧﻈﺎﻣﺔ ﺷﺨﺼﻴﺔ‬

Ordre des Experts-comptables Institut of Chartered ‫هﻴﺌﺔ اﻟﺨﺒﺮاء اﻟﻤﺤﺎﺳﺒﻴﻦ‬


Accountants
Passerelle Gateway ‫ﻗﻨﻄﺮة‬

Pièce comptable numérique Numeric voucher ‫ﻣﺴﺘﻨﺪ ﻣﺤﺎﺳﺒﻲ رﻗﻤﻲ‬

Plan de formation Plan of training ‫ﺧﻄﺔ اﻟﺘﻜﻮﻳﻦ‬

PME /PMI Small or medium sized ‫اﻟﻤﻘﺎوﻻت اﻟﺼﻐﺮى و اﻟﻤﺘﻮﺳﻄﺔ‬


enterprise
Portail Portal ‫ﺑﻮاﺑﺔ‬

Prescription Prescription ‫ﺗﻘﺎدم‬

Productivité Productivity ‫إﻧﺘﺎﺟﻴﺔ‬

Progiciel de Gestion Intégrée Enterprise Resource ‫ﻣﺠﻤﻮﻋﺔ ﺑﺮاﻣﺞ ﻟﻠﺘﺪﺑﻴﺮ اﻟﻤﺪﻣﺞ‬


Planning
Réactivité Reactivity ‫ﺗﻔﻌﺎﻟﻴﺔ‬

Réingénierie organisationnelle Business Process ‫إﻋﺎدة هﻴﻜﻠﺔ اﻟﻤﻘﺎوﻟﺔ‬


Reengineering
Réseau informatique Network ‫ﺷﺒﻜﺔ ﻣﻌﻠﻮﻣﺎﺗﻴﺔ‬

Ressource Resource ‫ﻣﻮرد‬

226
Routage Routing ‫ﺗﺤﺪﻳﺪ اﻟﻤﺠﺮى‬

Scanneur ou Numériseur Scanner ‫ﻣﺎﺳﺢ اﻟﺼﻮرة‬

Sceau électronique Electronic stamp ‫ﺧﺎﺗﻢ اﻟﻜﺘﺮوﻧﻲ‬

Secret professionnel Confidentiality ‫ﺳﺮ ﻣﻬﻨﻲ‬

Sécurité informatique Electronic data processing ‫ﺣﻤﺎﻳﺔ ﻣﻌﻠﻮﻣﺎﺗﻴﺔ‬


security
Serveur Server ‫ﻣﺮآﺰ اﻟﻤﻌﻄﻴﺎت‬

Signature électronique Electronic signature ‫ﺗﻮﻗﻴﻊ اﻟﻜﺘﺮوﻧﻲ‬

Site dynamique Dynamic site ‫ﻣﻮﻗﻊ ﺣﻴﻮي‬

Site Internet Internet site ‫ﻣﻮﻗﻊ ﻋﻠﻰ اﻻﻧﺘﺮﻧﺖ‬

Site vitrine ou de présentation Presentation site ‫ﻣﻮﻗﻊ واﺟﻬﺔ‬

Station de travail Work station ‫ﻣﺤﻄﺔ اﻟﻌﻤﻞ‬

Structure pyramidale Pyramidal structure ‫ﺑﻨﻴﺔ هﺮﻣﻴﺔ‬

Synchrone Synchronous ‫ﻣﺘﺰاﻣﻦ‬

Système d’exploitation Operating system ‫ﻧﻈﺎم اﻟﺘﺸﻐﻴﻞ‬

Système d’information Information system ‫ﻧﻈﺎم اﻟﻤﻌﻠﻮﻣﺎت‬

Taylorisme Taylorism ‫ﺗﻴﻠﻮرﻳﺔ‬

Téléchargement Remote loading ‫اﻟﺘﻌﺒﺌﺔ ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

Télécomptabilité On-line accounting ‫اﻟﻤﺤﺎﺳﺒﺔ ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

Télécopieur Telecopier ‫ﻧﺎﺳﻮخ‬

Télédéclaration On-line return of income ‫اﻟﺘﺼﺮﻳﺢ ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

Télépaiement On-line banking ‫اﻷداء ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

Téléprocédure On-line procedure ‫اﻹﺟﺮاءات ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

Télétransmission On-line transmission ‫اﻹرﺳﺎل ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

Télétravail Teleworking ‫اﻟﻌﻤﻞ ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

Visioconférence Videoconference ‫ﻣﺤﺎﺿﺮة ﻣﺮﺋﻴﺔ ﻋﻦ ﺑﻌﺪ‬

227