Vous êtes sur la page 1sur 296

DROIT BANCAIRE

Cours du professeur Philippe DUPICHOT

Master I
Fascicule de Travaux Dirigés
Julie CRASTRE
Chantal DONZEL
Diana FLAMAND
Sonia FELLACHE
Delphine GUILLOTTE
Thomas GIRY
Aqdas MOHAMMAD
Ingrid ROSHDAL
Florent VINCENT

1
Année universitaire 2017-2018

Droit bancaire – 2017/2018

SOMMAIRE DU FASCICULE

Séance 1 - Introduction au droit bancaire - Histoire et économie bancaire – Méthodologie.


Séance 2 - Agrément et monopole bancaire.
Séance 3 - L’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).
Séance 4 - Le compte : généralités (I).
Séance 5 - Le compte : compte de dépôt et compte courant (II).
Séance 6 - Les instruments de paiement : le chèque (I).
Séance 7 - Les instruments de paiement : les paiements bancaires dématérialisés (II).
Séance 8 - La responsabilité du banquier dispensateur de crédit.
Séance 9 - Le refinancement (I) : L’escompte (lettre de change).
Séance 10 - Le refinancement (II) : Les cessions de créances simplifiées et l’affacturage.

2
BIBLIOGRAPHIE GÉNÉRALE

MANUELS DE DROIT BANCAIRE

T. BONNEAU, Droit bancaire, LGDJ, Coll. Domat Droit privé, 12ème éd., 2017,
C. GAVALDA et J. STOUFFLET, Droit bancaire, LexisNexis, Manuels, 9ème éd., 2015,
J. LASSERRE CAPDEVILLE, M. STORCK, R. ROUTIER, M. MIGNOT, J-PHILIPPE
KOVAR, N. ERESEO, Droit Bancaire, 1ère éd., 2017,
G. RIPERT, R. ROBLOT, P. DELEBECQUE, M. GERMAIN, Traité de droit commercial, LGDJ,
17ème éd., 2014,
M. DE JUGLART, B. IPPOLITO, Traité de droit commercial, les effets de commerce, LGDJ, 11ème
éd., 1995.
S. PIEDELIEVRE, Instruments de crédit et de paiement, Dalloz, 9ème éd., 2016,
R. BONHOMME, Instruments de crédit et de paiement, LGDJ, 11ème éd., 2015,
P. NEAU-LEDUC, Droit bancaire, Dalloz, 5ème éd., 2015.

CHRONIQUES DE JURISPRUDENCE (DROIT BANCAIRE)

H. SYNVET ET D.R MARTIN, in : Dalloz,


D. LEGEAIS, in : RTD COM,
J. STOUFFLET et N. MATHEY in : Semaine Juridique, édition entreprises (JCP E)
B. BURY et M. ROUSSILLE, in : Gazette du Palais,

REVUES SPECIALISEES

BANQUE & DROIT,


JURISCLASSEUR BANQUE CREDIT BOURSE,
REVUE DE DROIT BANCAIRE ET FINANCIER (RDBF), éd. LexisNexis
BANQUE MAGAZINE,
REVUE INTERNATIONALE DES SERVICES FINANCIERS (RISF), éd. Bruylant.

CODES

- CODE MONETAIRE ET FINANCIER (CMF), 2017, 7ème éd., 2016,


- CODE DE COMMERCE, 2018, 113ème éd., 2017
- CODE MONETAIRE ET FINANCIER (CMF), 2017, 11ème éd., 2016,
- CODE DE COMMERCE, 2017, 29ème éd., 2016.

3
Séance n° 1
INTRODUCTION AU DROIT BANCAIRE – HISTOIRE ET
ECONOMIE BANCAIRE – METHODOLOGIE.

METHODOLOGIE DE LA DISSERTATION ET DU COMMENTAIRE D’ARRÊT

INTRODUCTION AU DROIT BANCAIRE – HISTOIRE ET ECONOMIE BANCAIRE

- M. VILLEMONTAIX, Fiches de droit bancaire, 2ème éd., édition ELLIPSES, 2016 :


« Introduction au Droit Bancaire »,
- A. PLESSIS, Histoire des banques de France, publié sur le site de la Fédération bancaire de
France (FBF).
- Repères d’économie bancaire, les nouveaux défis du financement de l’économie, sous la direction de
Valérie Ohanissan et Timothée Waxin, Revue Banque, éd. Hors coll, parution juillet 2017.

Doc. 1 : Article L 311-1 et L 311-2 du Code Monétaire et Financier (CMF)


Doc. 2 : Article L 312-1 du CMF
Doc. 3 : Article L 110-1 du CMF
Doc. 2 : Article L 511-1 du CMF
Doc. 3 : Article L 314-1 du CMF
Doc. 4 : Article L 511-5 du CMF
Doc. 5 : Article L 321-1 du CMF
Doc. 6 : Article L 531-4 du CMF
Doc. 7 : Article L 521-1 du CMF
Doc. 8 : Article L 123-24 du CMF
Doc. 9 : Cass, A.P, 9 octobre 2006, (JCP éd. G, 2006, II, 10175, note T. Bonneau)
Doc. 10 : Cass. 1ère civ. 19 juin 2013, n°12-16.651
Doc 11 : Extraits du manuel de J. LASSERRE CAPDEVILLE, M. STORCK, R. ROUTIER,
M. MIGNOT, J-PHILIPPE KOVAR, N. ERESEO, Droit Bancaire, 1ère éd., 2017

ACTUALITE EN DROIT BANCAIRE


V. de FILLIPIS, Shadow Banking, marchés à l’ombre, Libération, 3 août 2017.
D. NORA, Crise des subprimes : la menace de la finance de l’ombre, Nouvel Obs, 9 août 2017
M. DAMGÉ, Le 9 août 2007, le début de la crise des subprimes, Le Monde, 9 août 2017
RABREAU, Shadow banking : tout comprendre sur la finance de l’ombre, Le Figaro, 26 août 2015.

4
METHODOLOGIE DE LA DISSERTATION ET DU COMMENTAIRE D’ARRÊT

http://fiches.dalloz-etudiant.fr/methodologie/fiches-de-
methodologie/detail/fiche/193/h/a4467b76e69d3b8ad5ab9f43cb74a3c5.html

http://fiches.dalloz-etudiant.fr/methodologie/fiches-de-
methodologie/detail/fiche/193/h/a4467b76e69d3b8ad5ab9f43cb74a3c5.html
http://fiches.dalloz-etudiant.fr/methodologie/fiches-de-
methodologie/detail/fiche/194/h/aad2aa1359541d9c51b9363d4afcd3db.html

http://fiches.dalloz-etudiant.fr/methodologie/fiches-de-
methodologie/detail/fiche/191/h/d214df06a0008c7648c51dbe817804fe.html

INTRODUCTION AU DROIT BANCAIRE – HISTOIRE ET ECONOMIE BANCAIRE.

- M. VILLEMONTAIX, Fiches de droit bancaire, 2ème éd., édition ELLIPSES, 2016 :


« Introduction au Droit Bancaire »,

- A. PLESSIS, Histoire des banques de France, publié sur le site de la Fédération bancaire de
France (FBF).

- Repères d’économie bancaire, les nouveaux défis du financement de l’économie, sous la direction de
Valérie Ohanissan et Timothée Waxin, Revue Banque, éd. Hors coll, parution juillet 2017.

Doc. 1 : Article L 311-1 et L 311-2 du Code Monétaire et Financier (CMF)


Les opérations de banque comprennent la réception de fonds remboursables du public, les
opérations de crédit, ainsi que les services bancaires de paiement.
I. – Les établissements de crédit peuvent aussi effectuer les opérations connexes à leur activité
telles que :
1. Les opérations de change ;
2. Les opérations sur or, métaux précieux et pièces ;
3. Le placement, la souscription, l'achat, la gestion, la garde et la vente de valeurs mobilières et
de tout produit financier ;
4. Le conseil et l'assistance en matière de gestion de patrimoine ;
5. Le conseil et l'assistance en matière de gestion financière, l'ingénierie financière et d'une
manière générale tous les services destinés à faciliter la création et le développement des
entreprises, sous réserve des dispositions législatives relatives à l'exercice illégal de certaines
professions ;
6. Les opérations de location simple de biens mobiliers ou immobiliers pour les établissements
habilités à effectuer des opérations de crédit-bail ;
7. Les services de paiement mentionnés au II de l'article L. 314-1 ;

5
8. L'émission et la gestion de monnaie électronique.
Lorsqu'il constitue la fourniture de services d'investissement au sens de l'article L. 321-1,
l'exercice des opérations connexes et de l'activité de conservation est subordonné à l'agrément
préalable prévu à l'article L. 532-1.
II. – Les sociétés de financement peuvent également effectuer les opérations connexes à leur
activité mentionnées aux 1, 2, 5 et 6 du I

Doc. 2 : Article L 312-1 du CMF


I. – A droit à l'ouverture d'un compte de dépôt dans l'établissement de crédit de son choix, sous
réserve d'être dépourvu d'un tel compte en France :
1° Toute personne physique ou morale domiciliée en France ;
2° Toute personne physique résidant légalement sur le territoire d'un autre Etat membre de
l'Union européenne n'agissant pas pour des besoins professionnels ainsi que toute personne
physique de nationalité française résidant hors de France.
II. – Pour les personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, les
établissements de crédit disposent, au sein de leur gamme de services, de prestations de base
définies par décret.
Lorsque ces personnes sont en situation de fragilité financière au sens de l'article L. 312-1-3,
elles se voient proposer l'offre spécifique mentionnée au même article dans les conditions fixées
par décret en Conseil d'Etat.
Sous réserve du respect des dispositions du chapitre Ier du titre VI du livre V, l'établissement
procède à l'ouverture du compte de dépôt demandée par les personnes mentionnées au premier
alinéa du présent II au plus tard dans les six jours ouvrés à compter de la réception de l'ensemble
des pièces qui lui sont nécessaires à cet effet.
L'établissement peut rejeter la demande d'ouverture de compte au motif que ces personnes
peuvent bénéficier d'un compte de dépôt dans les conditions mentionnées au III.
Si l'établissement refuse l'ouverture du compte de dépôt, il communique au demandeur,
gratuitement et par écrit, les motifs de ce refus en mentionnant, le cas échéant, la procédure
prévue au III.
III. – En cas de refus de la part de l'établissement choisi d'ouvrir un tel compte à l'une des
personnes mentionnées au I, celle-ci peut saisir la Banque de France afin qu'elle lui désigne un
établissement de crédit situé à proximité de son domicile ou d'un autre lieu de son choix, en
prenant en considération les parts de marché de chaque établissement concerné, dans un délai
d'un jour ouvré à compter de la réception des pièces requises définies par arrêté.
L'établissement de crédit qui a refusé l'ouverture d'un compte remet systématiquement,
gratuitement et sans délai, au demandeur une attestation de refus d'ouverture de compte et
l'informe qu'il peut demander à la Banque de France de lui désigner un établissement de crédit
pour lui ouvrir un compte.
Il lui propose, s'il s'agit d'une personne physique, d'agir en son nom et pour son compte en
transmettant la demande de désignation d'un établissement de crédit à la Banque de France ainsi
que les informations requises pour l'ouverture du compte. A la demande d'une personne
physique, le département, la caisse d'allocations familiales, le centre communal ou

6
intercommunal d'action sociale dont cette personne dépend, une association ou une fondation à
but non lucratif dont l'objet est d'accompagner les personnes en difficulté ou de défendre les
intérêts des familles ou une association de consommateurs agréée peut également transmettre en
son nom et pour son compte la demande de désignation et les pièces requises à la Banque de
France. Un décret détermine les conditions dans lesquelles les associations et fondations peuvent
agir sur le fondement du présent alinéa.
Les établissements de crédit ainsi désignés par la Banque de France sont tenus d'offrir au
titulaire du compte des services bancaires de base dont le contenu et les conditions tarifaires sont
précisés par décret. Ils procèdent à l'ouverture du compte de dépôt dans les trois jours ouvrés à
compter de la réception de l'ensemble des pièces qui lui sont nécessaires à cet effet.
L'Association française des établissements de crédit et des entreprises d'investissement,
mentionnée à l'article L. 511-29, adopte une charte d'accessibilité bancaire afin de renforcer
l'effectivité du droit au compte. Cette charte précise les délais et les modalités de transmission,
par les établissements de crédit à la Banque de France, des informations requises pour
l'ouverture d'un compte. Elle définit les documents d'information que les établissements de crédit
doivent mettre à disposition de la clientèle et les actions de formation qu'ils doivent réaliser. Elle
fixe un modèle d'attestation de refus d'ouverture de compte.
La charte d'accessibilité bancaire, homologuée par arrêté du ministre chargé de l'économie, après
avis du comité consultatif du secteur financier et du comité consultatif de la législation et de la
réglementation financières, est applicable à tout établissement de crédit. Le contrôle du respect
de la charte est assuré par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution et relève de la
procédure prévue à l'article L. 612-31.
IV. – L'établissement de crédit ne peut résilier unilatéralement la convention de compte de dépôt
assorti des services bancaires de base, ouvert en application du III, que si l'une au moins des
conditions suivantes est remplie :
1° Le client a délibérément utilisé son compte de dépôt pour des opérations que l'organisme a
des raisons de soupçonner comme poursuivant des fins illégales ;
2° Le client a fourni des informations inexactes ;
3° Le client ne répond plus aux conditions de domicile ou de résidence définies au I ;
4° Le client a ultérieurement ouvert un deuxième compte de dépôt en France qui lui permet
d'utiliser les services bancaires de base ;
5° Le client a fait preuve d'incivilités répétées envers le personnel de l'établissement de crédit ;
6° L'établissement est dans l'une des situations prévues à l'article L. 561-8.
Toute décision de résiliation à l'initiative de l'établissement de crédit fait l'objet d'une notification
écrite motivée et adressée gratuitement au client. La décision de résiliation ne fait pas l'objet
d'une motivation lorsque la notification est de nature à contrevenir aux objectifs de sécurité
nationale ou de maintien de l'ordre public. La décision de résiliation à l'initiative de
l'établissement est adressée, pour information, à la Banque de France.
Un délai minimum de deux mois de préavis est octroyé au titulaire du compte, sauf dans les cas
mentionnés au 1° et au 2°.
L'établissement informe le client, au moment de la notification, de l'existence d'un service de
relations avec la clientèle et de la médiation pour traiter les litiges éventuels liés à la résiliation
de la convention de compte de dépôt.

7
V. – Le présent article s'applique aux personnes inscrites aux fichiers gérés par la Banque de
France en application de l'article L. 131-85 du présent code et de l'article L. 751-1 du code de la
consommation.

Doc 3 : Article L 110-1 du CMF


La loi répute actes de commerce :
1° Tout achat de biens meubles pour les revendre, soit en nature, soit après les avoir travaillés et
mis en œuvre,
2° Tout achat de biens immeubles aux fins de les revendre, à moins que l'acquéreur n'ait agi en
vue d'édifier un ou plusieurs bâtiments et de les vendre en bloc ou par locaux ;
3° Toutes opérations d'intermédiaire pour l'achat, la souscription ou la vente d'immeubles, de
fonds de commerce, d'actions ou parts de sociétés immobilières ;
4° Toute entreprise de location de meubles ;
5° Toute entreprise de manufactures, de commission, de transport par terre ou par eau ;
6° Toute entreprise de fournitures, d'agence, bureaux d'affaires, établissements de ventes à
l'encan, de spectacles publics ;
7° Toute opération de change, banque, courtage, activité d'émission et de gestion de monnaie
électronique et tout service de paiement ;
8° Toutes les opérations de banques publiques ;
9° Toutes obligations entre négociants, marchands et banquiers ;
10° Entre toutes personnes, les lettres de change.

Doc. 2 : Article L 511-1 du CMF

I.-Les établissements de crédit sont les entreprises dont l'activité consiste, pour leur propre
compte et à titre de profession habituelle, à recevoir des fonds remboursables du public
mentionnés à l'article L. 312-2 et à octroyer des crédits mentionnés à l'article L. 313-1.
II.-Les sociétés de financement sont des personnes morales, autres que des établissements de
crédit, qui effectuent à titre de profession habituelle et pour leur propre compte des opérations de
crédit dans les conditions et limites définies par leur agrément. Elles sont des établissements
financiers au sens du 4 de l'article L. 511-21.

Doc. 3 : Article L 314-1 du CMF


Est un compte de paiement, un compte détenu au nom d'une ou de plusieurs personnes, utilisé
aux fins de l'exécution d'opérations de paiement.
II. – Sont des services de paiement :
1° Les services permettant le versement d'espèces sur un compte de paiement et les opérations
de gestion d'un compte de paiement ;

8
2° Les services permettant le retrait d'espèces sur un compte de paiement et les opérations de
gestion d'un compte de paiement ;
3° L'exécution des opérations de paiement suivantes associées à un compte de paiement :
a) Les prélèvements, y compris les prélèvements autorisés unitairement ;
b) Les opérations de paiement effectuées avec une carte de paiement ou un dispositif similaire ;
c) Les virements, y compris les ordres permanents ;
4° L'exécution des opérations de paiement suivantes associées à une ouverture de crédit :
a) Les prélèvements, y compris les prélèvements autorisés unitairement ;
b) Les opérations de paiement effectuées avec une carte de paiement ou un dispositif similaire ;
c) Les virements, y compris les ordres permanents ;
5° L'émission d'instruments de paiement et / ou l'acquisition d'ordres de paiement ;
6° Les services de transmission de fonds ;
7° L'exécution d'opérations de paiement, lorsque le consentement du payeur est donné au moyen
de tout dispositif de télécommunication, numérique ou informatique et que le paiement est
adressé à l'opérateur du système ou du réseau de télécommunication ou informatique, agissant
uniquement en qualité d'intermédiaire entre l'utilisateur de services de paiement et le fournisseur
de biens ou services.
III. – N'est pas considérée comme un service de paiement :
1° La réalisation d'opérations fondées sur l'un des documents suivants, tiré sur le prestataire de
services de paiement en vue de mettre des fonds à la disposition du bénéficiaire :
a) Un titre de service sur support papier ;
b) Un chèque de voyage sur support papier ;
c) Un mandat postal sur support papier tel que défini par l'Union postale universelle ;
2° La réalisation des opérations de paiement liées au service d'actifs et de titres, notamment
celles réalisées sur un compte sur livret, sur un compte mentionné au titre II du livre II, sur un
compte à terme ou sur un compte-titre mentionné au chapitre Ier du titre 1er du livre II ainsi
que sur un compte espèces qui lui est spécifiquement associé.
IV. – Constitue un support durable, tout instrument permettant à l'utilisateur de services de
paiement de stocker les informations qui lui sont personnellement adressées, d'une manière telle
que ces informations puissent être consultées ultérieurement pendant une période adaptée à leur
finalité et reproduites à l'identique.

Doc. 5 : Article L 321-1 du CMF

Les services d'investissement portent sur les instruments financiers énumérés à l'article L. 211-
1 et comprennent les services et activités suivants :
1. La réception et la transmission d'ordres pour le compte de tiers ;

9
2.L'exécution d'ordres pour le compte de tiers ;
3. La négociation pour compte propre ;
4. La gestion de portefeuille pour le compte de tiers ;
5. Le conseil en investissement ;
6-1. La prise ferme ;
6-2. Le placement garanti ;
7. Le placement non garanti ;
8.L'exploitation d'un système multilatéral de négociation au sens de l'article L. 424-1.
Un décret précise la définition de ces services.
Les services rendus à l'Etat et à la Banque de France, dans le cadre des politiques de gestion de
la monnaie, des taux de change, de la dette publique et des réserves de l'Etat ne sont pas soumis
aux dispositions du présent code applicables aux services d'investissement mentionnés au
présent article.

Doc. 6 : Article L 531-4 du CMF

Les entreprises d'investissement sont des personnes morales, autres que les établissements de
crédit, qui fournissent des services d'investissement à titre de profession habituelle.

Doc. 7 : Article L 521-1 du CMF

I. - Les prestataires de services de paiement sont les établissements de paiement, les


établissements de monnaie électronique et les établissements de crédit.
II. - Lorsqu'ils fournissent des services de paiement, les institutions et services suivants sont
également considérés comme des prestataires de services de paiement, sans être soumis aux
dispositions du chapitre II du présent titre et dans les limites des dispositions législatives qui, le
cas échéant, les régissent :
a) La Banque de France, l'Institut d'émission des départements d'outre-mer et l'Institut
d'émission d'outre-mer ;
b) Le Trésor public ;
c) La Caisse des dépôts et consignations.

Doc.8 : Article L 123-24 du CMF

Tout commerçant est tenu de se faire ouvrir un compte dans un établissement de crédit ou dans
un bureau de chèques postaux.

10
Doc. 9 : Cass, A.P, 9 octobre 2006, (JCP éd. G, 2006, II, 10175, note T. Bonneau)
Statuant tant sur le pourvoi n S 06-11.056 formé par la société CDR créances (le CDR créances)
venant aux droits de la Société de banque occidentale (la SDBO) que sur le pourvoi n Q 06-
11.307 formé par la société Le Crédit lyonnais (le Crédit lyonnais), qui attaquent le même arrêt ;
Attendu, selon l'arrêt attaqué, que M. X... avait, avec son épouse, organisé ses activités et son
patrimoine autour de deux sociétés en nom collectif dont ils étaient les seuls associés, la société
Financière et Immobilière Bernard X... (la société FIBT) et la société Groupe Bernard X... (la
société GBT) ; que tandis que la première regroupait les divers actifs patrimoniaux des époux
X..., la seconde détenait la majorité du capital de la société anonyme Bernard X... finance (la
société BTF SA), elle-même détentrice des participations industrielles du groupe et notamment
de celle acquise en juillet 1990 et janvier 1991, par l'intermédiaire de la société allemande BTF
GmbH et avec le concours financier de la SDBO, dans le capital de la société Adidas ; que M. X...
ayant décidé de cesser ses activités industrielles et commerciales, les sociétés GBT, FIBT et
BTF SA ont, les 10 et 16 décembre 1992, conclu avec la SDBO un "mémorandum" puis une
"lettre d'engagement" aux termes desquels la société BTF SA s'engageait de manière irrévocable
à vendre, au plus tard le 15 février 1993 et pour un prix fixé à 2 085 000 000 francs, à toutes
sociétés désignées par la SDBO et à première demande de celle-ci, la totalité de ses parts
représentant 78 % du capital de la société BTF GmbH ainsi qu'à affecter l'intégralité du prix à
percevoir de cette cession au remboursement des concours ayant bénéficié aux trois sociétés,
lesquelles devaient par ailleurs fusionner au sein d'une société nouvelle ; que ce même 16
décembre 1992, la société BTF SA a confié à la SDBO, pour la même durée, le mandat
irrévocable de solliciter des acquéreurs et de recevoir le prix ; que les cessions prévues sont
intervenues le 12 février 1993 au profit de huit sociétés, parmi lesquelles la société Clinvest,
filiale du Crédit lyonnais, qui, alors qu'elle était déjà titulaire de 10 % du capital de la société
BTF GmbH, en a acquis 9,9 % supplémentaires, et la société Rice SA constituée par M. Y..., à
l'aide pour certaines d'entre elles d'un prêt spécifique dit "à recours limité" accordé par le Crédit
lyonnais et stipulant notamment qu'en cas de revente, la plus-value serait partagée à raison d'un
tiers pour l'emprunteur et de deux tiers pour la banque ;
que le même jour, l'ensemble des cessionnaires a par ailleurs consenti à M. Y..., jusqu'au 31
décembre 1994, une promesse de cession de leurs acquisitions respectives pour un prix de 3 498
000 000 francs, option qui a été levée le 22 décembre 1994 ; que le mémorandum n'ayant pu être
exécuté, non plus que le protocole signé le 13 mars 1994 avec le Crédit lyonnais pour mettre fin
aux relations bancaires des intéressés et solder les comptes du groupe X..., les prêts accordés à
celui-ci ont été rendus exigibles ; que les sociétés du groupe X... ont alors fait l'objet de
procédures de redressement puis de liquidation judiciaires, bientôt poursuivies sous patrimoine
commun, à l'exception de la société BTF SA qui, bénéficiant d'un plan de continuation, est
devenue la Compagnie européenne de distribution et de pesage (la société CEDP) ; que
reprochant au Crédit lyonnais et à la SDBO d'avoir abusivement soutenu le groupe X... et
frauduleusement conclu, dès le mois de décembre 1992, "un accord secret de revente au double"
avec M. Y..., les organes des procédures collectives ont recherché la responsabilité du Crédit
lyonnais et de la SDBO ; qu'après avoir déclaré la société Mandataires judiciaires associés (la
société MJA) et M. Z... recevables à agir, en leur qualité de mandataires liquidateurs des sociétés
GBT, FIBT, BTF SA et Bernard X... gestion (la société BTG) ainsi que de M. et Mme X..., en
réparation du préjudice subi par la société GBT et dit que, bien que n'ayant pas été partie au
mandat, le Crédit lyonnais était obligé par celui-ci, la cour d'appel a jugé, tout d'abord, que les
deux établissements de crédit avaient failli à leurs obligations de mandataires en se portant
acquéreurs par personnes interposées des participations qu'ils étaient chargés de vendre ainsi
qu'en manquant de loyauté envers le mandant qu'ils n'avaient pas informé des négociations en
cours avec M. Y... et auquel ils n'avaient pas proposé les prêts à recours limité octroyés aux
cessionnaires et, ensuite, que cette dernière faute avait fait perdre au groupe X... une chance de

11
réaliser le gain dont il aurait bénéficié si, ayant obtenu le financement adéquat, il avait pu vendre
directement les participations Adidas à M. Y... en décembre 1994 ; qu'appréciant ce préjudice au
regard des conditions des prêts à recours limité, elle a en conséquence condamné la SDBO et le
Crédit lyonnais à payer aux mandataires liquidateurs une indemnité de 135 000 000 euros égale,
selon son calcul, au tiers de la différence existant entre le prix qui aurait pu être obtenu en
décembre 1994 et celui perçu en février 1993, réservant sa décision quant à la réparation
éventuelle du préjudice consécutif à la mise en liquidation judiciaire des entités du groupe X... et
à l'incidence fiscale de sa décision ;
Sur le cinquième moyen du pourvoi formé par le CDR créances et le premier moyen du pourvoi
formé par le Crédit lyonnais, qui sont préalables, réunis :
Attendu que le CDR créances et le Crédit lyonnais font grief à l'arrêt d'avoir déclaré recevable
l'action engagée contre eux par la société MJA et M. Z..., agissant en leur qualité de mandataires
liquidateurs des sociétés GBT, FIBT, BTF SA et BTG, ainsi que de M. et Mme X..., alors, selon
le moyen développé par le CDR créances :
1 / que si l'existence d'un groupe de contrats peut justifier l'intérêt du tiers à agir à l'encontre
d'une personne avec laquelle il n'est pas directement lié par un contrat, cette circonstance ne lui
donne pas pour autant qualité pour exercer à son encontre une action de nature contractuelle ;
qu'en l'espèce, les liquidateurs judiciaires de la SNC GBT fondaient leur action à l'encontre du
Crédit lyonnais et du CDR créances sur la violation de leurs obligations contractuelles de
mandataire, ainsi qu'en atteste le visa des articles 1116, 1134, 1596, 1991 et 1992 du code civil ;
qu'en jugeant leur action recevable au motif inopérant qu'existait un lien indiscutable entre le
mandat du 16 décembre 1992 et le mémorandum du 10 décembre 1992, la cour d'appel a violé
l'article 1165 du code civil, ensemble l'article 31 du nouveau code de procédure civile ;
2 / qu'un tiers à un contrat ne saurait se prévaloir de la violation des obligations qu'il renferme
sans établir que le manquement invoqué est également constitutif d'une faute à son égard ; qu'en
l'espèce, le mémorandum du 10 décembre 1992 se bornait à prévoir l'affectation du prix de la
cession future d'Adidas à l'apurement des dettes de la société BTF SA et de la SNC GBT à
l'égard de la SDBO ; que ce mémorandum ne faisait référence ni aux modalités de la cession à
intervenir, ni à l'existence d'un mandat entre BTF SA et la SDBO ; qu'en jugeant que, du seul
fait de sa qualité de partie au mémorandum du 10 décembre 1992, la SNC GBT était fondée à
demander réparation du préjudice que lui avait personnellement causé les manquements de la
SDBO aux obligations d'information et de loyauté que mettait à sa charge le mandat qui lui avait
été confié par la société BTF SA, la cour d'appel a violé les articles 1165 et 1382 du code civil ;
3 / que l'actionnaire d'une société est irrecevable à demander à un tiers la réparation d'un
préjudice qui n'est que le corollaire d'un dommage infligé à cette société ; qu'en affirmant, au
contraire, que les liquidateurs judiciaires de la SNC GBT, actionnaire majoritaire de la société
BTF SA, étaient recevables à demander l'indemnisation du préjudice qu'ils estimaient avoir subi
par ricochet à raison de l'exécution fautive du contrat du 16 décembre 1992, la cour d'appel a
violé l'article 31 du nouveau code de procédure civile ;
4 / que le CDR créances rappelait dans ses conclusions que, selon les termes du mémorandum du
10 décembre 1992, l'affectation de la trésorerie disponible dégagée par la cession d'Adidas et des
autres filiales industrielles de BTF SA au désendettement des SNC GBT et FIBT était
subordonnée à la condition préalable d'une fusion des sociétés BTF SA, GBT et FIBT en une
entité unique, cette condition étant nécessaire pour éviter un abus de biens sociaux au préjudice
de BTF SA ; qu'elle soulignait encore que la société BTF SA avait expressément renoncé à la
fusion envisagée, en raison de l'hostilité de ses actionnaires minoritaires, ce dont elle avait
informé la SDBO et la COB par lettres des 28 janvier et 3 février 1993 ; qu'en se bornant à
affirmer que la SNC GBT était recevable à critiquer les conditions d'exécution du mandat de

12
vente d'Adidas du seul fait de sa qualité de partie au mémorandum du 10 décembre 1992 sans
rechercher, ainsi qu'elle y était invitée, si la renonciation de la société BTF SA au projet de
fusion entre les trois sociétés concernées n'avait pas rendu le mémorandum caduc et privé la
SNC GBT de tout intérêt à se plaindre des circonstances de la cession d'Adidas par sa filiale BTF
SA, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 31 du nouveau code de
procédure civile ;
5 / que la réparation octroyée au demandeur ne peut excéder les limites dans lesquelles le juge a
admis son intérêt à agir ; qu'il résulte des constatations mêmes de l'arrêt attaqué que la SNC
GBT n'avait d'intérêt à agir qu'autant qu'une partie du prix de vente que la société BTF SA
percevrait au titre de la cession d'Adidas serait affectée à l'extinction de ses dettes propres, dans
les conditions prévues par le mémorandum du 10 décembre 1992 ; que l'arrêt attaqué, qui
reconnaît lui-même que la SNC GBT n'avait pas qualité pour "demander la remontée de la plus-
value qui aurait pu être réalisée par BTF SA à la suite de la vente d'Adidas", ne pouvait, sans
méconnaître les conséquences de ses propres constatations et violer les articles 1382 du code
civil et 31 du nouveau code de procédure civile, octroyer au seul profit de la SNC GBT une
somme de 135 000 000 euros correspondant à la plus-value que le "Groupe X..." aurait réalisée si
un prêt à recours limité lui avait été proposé ;
6 / qu'en omettant de préciser laquelle des entités du "Groupe X..." avait perdu une chance de
réaliser cette plus-value et d'indiquer si cette entité était distincte du vendeur BTF SA, la cour
d'appel n'a pas mis la Cour de cassation en mesure de s'assurer que le préjudice dont elle
ordonnait réparation était bien un préjudice personnel de la SNC GBT, distinct de celui subi par
sa filiale BTF SA ; qu'en statuant ainsi, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au
regard de l'article 31 du nouveau code de procédure civile ;
7 / qu'une éventuelle acquisition par la SNC GBT des titres d'Adidas détenus par sa filiale BTF
SA au moyen de prêts à recours limités consentis par le Crédit lyonnais aurait caractérisé un
abus de biens sociaux par transfert illicite des plus-values latentes de l'actif d'une société cotée en
bourse (BTF SA) au profit de l'un de ses actionnaires (SNC GBT), de sorte qu'en déclarant la
SNC GBT recevable à appréhender, à titre de réparation, le produit de ce montage illicite, la
cour d'appel a violé les articles L. 242-6 du code de commerce et 31 du nouveau code de
procédure civile ;
et, selon le moyen développé par le Crédit lyonnais :
8 / qu'une société est irrecevable à demander l'indemnisation d'un préjudice subi par une autre
société dont elle détient les parts sociales ; qu'en déclarant l'action exercée par les mandataires
judiciaires de la SNC GBT en réparation d'un préjudice prétendument subi par la société BTF
SA, société dont la SNC GBT avait été actionnaire, la cour d'appel a violé l'article 31 du nouveau
code de procédure civile ;
9 / qu'ayant constaté la perte, par la SNC GBT, de sa qualité d'actionnaire de la société BTF SA
depuis le 25 octobre 1995, par suite de l'attribution des actions de BTF à la SDBO, et dès lors
qu'il était par ailleurs constant que l'instance engagée par les liquidateurs judiciaires du "Groupe
X..." et des époux X... aux fins de condamnation du Crédit lyonnais, de SDBO et de Clinvest à
leur payer une indemnité globale de 2 500 000 000 francs à raison de diverses fautes prétendues,
avait été introduite par acte du 21 février 1996 soit postérieurement à la perte par la SNC GBT
de sa qualité d'actionnaire de la société BTF SA, la cour d'appel, qui a refusé d'en déduire
l'absence d'intérêt actuel de GBT et de ses liquidateurs à se plaindre des circonstances de la
cession par la société BTF SA des parts de la société BTF GmbH, a violé l'article 31 du nouveau
code de procédure civile ;

13
10 / qu'en déduisant l'intérêt à agir de la SNC GBT et de ses liquidateurs de l'application d'un
mémorandum prévoyant l'affectation par la société BTF SA du prix de la future cession d'Adidas
au paiement des sommes dues par GBT à la SDBO, application hypothétique puisque dépendant
de la possibilité pour BTF de réaliser effectivement cette affectation, une fois la cession réalisée,
voire de sa volonté de respecter les termes du mémorandum, la cour d'appel a retenu un intérêt à
agir purement éventuel, en violation de l'article 31 du nouveau code de procédure civile ;
11 / qu'en ne recherchant pas, comme l'y avait invité le Crédit lyonnais, si l'exécution du
mémorandum prévoyant une affectation du produit de la vente des parts de la société BTF
GmbH, détenant elle-même Adidas, détenues par la société BTF SA au remboursement des
concours consentis par la SDBO à la SNC GBT et à la SNC FIBT, n'était pas subordonnée à la
réalisation préalable d'une condition tenant à la fusion de ces deux dernières sociétés et de la
société BTF SA, dès lors que la société BTF SA était une société cotée et que la plus-value
résultant de la cession des parts lui appartenant ne pouvait, sans lésion des intérêts des
actionnaires minoritaires, être affectée au paiement des dettes de sociétés tierces, l'une d'elles
étant la SNC GBT, fût-elle actionnaire de la société BTF SA, et si, en conséquence, l'abandon
rapide du projet de fusion entre les trois sociétés concernées n'avait pas rendu le mémorandum
caduc et privé la SNC GBT de tout intérêt, même purement éventuel, à se plaindre des
circonstances de la cession par la société BTF SA de s parts de la société BTF GmbH, la cour
d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 31 du nouveau code de procédure
civile ;
12 / qu'en affirmant purement et simplement que les mandataires judiciaires de la SNC GBT
seraient recevables à solliciter l'indemnisation du préjudice par ricochet subi du fait de la
prétendue exécution fautive du contrat du 16 décembre 1992, sans toutefois préciser aucunement
la teneur de ce prétendu préjudice par ricochet, la cour d'appel a privé sa décision de base légale
au regard de l'article 31 du nouveau code de procédure civile ;
Mais attendu, en premier lieu, qu'il ne résulte ni de l'arrêt ni de leurs conclusions que le CDR
créances et le Crédit lyonnais aient développé, à l'appui de leur contestation relative à la
recevabilité de l'action des mandataires liquidateurs, les critiques évoquées par les quatrième,
cinquième, sixième, septième, dixième et onzième branches du moyen, qui sont nouvelles et
mélangées de fait et de droit ;
Attendu, en second lieu, que l'arrêt relève que les mandataires liquidateurs ne se bornaient pas à
demander l'indemnisation de la perte éprouvée par la société GBT en sa qualité d'actionnaire de
la société BTF SA mais qu'invoquant des manquements à la convention du 16 décembre 1992
par laquelle cette dernière société avait, en exécution du mémorandum du 10 décembre 1992
dont cette convention constituait la mise en oeuvre, chargé la SDBO de la cession de sa
participation, ils sollicitaient en outre la réparation du préjudice subi par la société GBT pour
avoir été privée d'une partie des fonds que le mémorandum avait prévu d'affecter au
remboursement de ses propres dettes ; qu'en l'état de ces constatations dont il résulte que les
mandataires liquidateurs, qui se prévalaient d'un préjudice propre à la société GBT, distinct de
son préjudice d'actionnaire et susceptible d'être rattaché à des manquements aux conventions
souscrites, avaient ainsi, dans cette mesure et abstraction faite du bien-fondé de leurs prétentions
indifférent à ce stade, un intérêt à agir en responsabilité contre les établissements de crédit, la
cour d'appel, qui n'encourt aucun des griefs articulés par les première, deuxième, troisième,
huitième, neuvième et douzième branches, a exactement décidé que l'action, en tant qu'elle
tendait à la réparation de ce préjudice personnel, était recevable ;
D'où il suit que le moyen, pour partie irrecevable, est mal fondé pour le surplus ;
Sur les deuxième et troisième moyens du pourvoi formé par le CDR créances, réunis :

14
Attendu que le CDR créances fait grief à l'arrêt d'avoir dit que la SDBO avait manqué à ses
obligations de mandataire, alors, selon le moyen :
1 / que la prohibition faite au mandataire de se porter contrepartie est d'intérêt privé et ne
sanctionne que les opérations de contrepartie dissimulées au mandant ; qu'en l'espèce, les
liquidateurs judiciaires des sociétés du "Groupe X..." n'avaient pas soutenu dans leurs
conclusions que le renforcement par Clinvest de ses propres participations dans le capital de la
société BTF GmbH (Adidas) réalisé par l'acquisition de 9,90 % supplémentaires, ait été
constitutif d'une opération de contrepartie qui aurait été dissimulée au mandant et de ce fait
illicite au regard de l'article 1596 du code civil ; qu'ils avaient, en outre, abandonné toute
demande de ce chef contre la société CDR participations, venant aux droits de Clinvest, dans
leurs dernières conclusions ; qu'en affirmant pourtant qu'il n'aurait pas été rendu compte au
mandant de l'acquisition par Clinvest d'un bloc de titres de 9,90 % pour en déduire que cette
acquisition était illicite au regard de l'article 1596 du code civil, la cour d'appel a dénaturé les
termes du litige, en violation de l'article 4 du nouveau code de procédure civile ;
2 / que la prohibition édictée par l'article 1596 du code civil n'a pas lieu de jouer lorsque le
mandant consent à ce que le mandataire se porte contrepartie en ratifiant l'opération ; qu'en
l'espèce, il indiquait dans ses conclusions que la société BTF SA était représentée par un
mandataire ad hoc, un avocat, par le truchement duquel elle avait conclu l'acte du 12 février 1993
portant cession des 78 % qu'elle détenait dans le capital de la société BTF GmbH au profit de
divers acquéreurs nommés incluant la société Clinvest pour 9,90 % ;
qu'en affirmant que cette acquisition d'un bloc de 9,90 % par Clinvest était illicite au regard de
l'article 1596 du code civil, sans rechercher si la société BTF SA, mandante, n'avait pas consenti
en connaissance de cause à vendre une partie de ses parts à Clinvest, dès lors qu'elle avait conclu
l'acte de cession désignant celle-ci comme l'un des acquéreurs, la cour d'appel a privé sa décision
de base légale au regard du texte susvisé ;
3 / que seul l'octroi d'un droit d'intervention dans les affaires sociales au profit du prêteur de
deniers est de nature à lui conférer la qualité d'associé de l'affaire qu'il finance ; qu'en l'espèce, il
soulignait dans ses conclusions que les conventions de prêts à recours limité conclues entre le
Crédit lyonnais et certains des acquéreurs des parts de la société BTF GmbH (Adidas) n'avaient
conféré à la banque aucun droit d'intervention dans les affaires de la société cédée, chacun des
emprunteurs demeurant libre d'exercer ses prérogatives d'associé à sa convenance, sans avoir de
compte à rendre à la banque ; que, pour décider que le Crédit lyonnais s'était porté acquéreur des
parts de la société BTF GmbH par personnes interposées, la cour d'appel a retenu que les
acquéreurs de ces parts n'en étaient que les propriétaires apparents, dès lors qu'ils avaient
conventionnellement renoncé à disposer librement de leurs parts et que la banque s'était elle-
même réservée les deux tiers de la plus-value que pourrait dégager la revente de ces parts ; qu'en
se déterminant par de tels motifs, impropres à justifier la disqualification de ces contrats de prêts
en société, la cour d'appel, qui n'a pas constaté que les prêts à recours limité aient conféré à la
banque un droit d'intervention dans les affaires sociales de la société BTF GmbH, n'a pas donné
de base légale à sa décision au regard des articles 1596, 1832 et 1892 du code civil ;
4 / que l'article 8-3 des conventions de prêt à recours limité prévoyait : "indépendamment de la
réalisation de toute opération de cession, l'Emprunteur aura la faculté de rembourser par
anticipation l'intégralité du présent prêt moyennant respect d'un délai de préavis de quinze jours.
(...) Tout remboursement sera définitif et interviendra pour solde de tout compte." ; qu'il résulte
des termes clairs et précis de cette disposition que les emprunteurs avaient la faculté de
recouvrer à tout moment la libre disposition de leurs parts en se réservant l'intégralité d'une
éventuelle plus-value en substituant un prêt classique au prêt à recours limité ; qu'en affirmant
qu'il résultait de la combinaison des articles 8 et III des conventions de prêt que les emprunteurs,
propriétaires apparents, ne resteraient en définitive en possession de leurs titres que si leur

15
valeur s'avérait nulle, pour en déduire que cette opération constituait un portage, la cour d'appel
a dénaturé les stipulations claires de l'article 8 des conventions de prêt à recours limité, en
violation de l'article 1134 du code civil ;
5 / que le portage est la convention par laquelle une personne acquiert des titres pour le compte
d'un donneur d'ordre qui s'engage à les lui racheter ou les faire racheter par un tiers à une date
fixée et pour un prix minimal ; qu'en jugeant que les prêts consentis par le Crédit lyonnais à
certains des acquéreurs des parts de la société BTF GmbH (Adidas) constituaient une opération
de portage dans l'attente de la levée de l'option consentie jusqu'au 31 décembre 1994, à la
demande de la banque, par tous les associés à M. Y..., cependant qu'elle constatait que M. Y...
s'était seulement vu consentir une option d'achat à terme sur ces parts, ce dont il résultait que les
co-acquéreurs d'Adidas n'étaient créanciers d'aucun engagement de rachat de leurs parts, la cour
d'appel a violé l'article 1134 du code civil ;
6 / que le mandataire chargé de vendre des parts sociales n'est tenu de porter à la connaissance
du mandant que les éléments de nature à conduire ce dernier à renoncer à la vente projetée ou à
en réviser les conditions ; qu'en retenant qu'il entrait dans les obligations de la SDBO d'informer
son mandant qu'un repreneur était "éventuellement acheteur" à un terme de deux ans pour un
prix supérieur à celui fixé par le mandant, cependant qu'elle relevait qu'il ne s'agissait que d'une
simple option d'achat, insusceptible de déboucher sur la moindre certitude d'une vente future, la
cour d'appel n'a pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations, en violation des
articles 199 2 et 1147 du code civil ;
7 / que la cour d'appel qui reproche, de surcroît, au Crédit lyonnais de ne pas avoir informé M.
Bernard X... qu'il était prêt à financer les acquéreurs d'Adidas, information de nature indifférente
au mandant et que la banque n'avait pas à porter à sa connaissance viole derechef les articles
1992 e t 1147 du code civil ;
8 / qu'il en est d'autant plus ainsi que le banquier, tenu d'un devoir de confidentialité sur les
affaires de ses correspondants, n'a pas à révéler, fût-ce à son propre mandant, les conventions
privées conclues par les acquéreurs des parts sociales qu'il est chargé de vendre, dès lors qu'elles
se rapportent à des opérations distinctes du contrat projeté ; qu'il lui est loisible de financer les
acquéreurs sans être tenu d'en informer son mandant ; qu'en jugeant que le Crédit lyonnais avait
commis une faute en s'abstenant de dévoiler à son mandant la circonstance que la banque était
disposée à consentir un financement à certains des acquéreurs d'Adidas ainsi que les
arrangements réciproques par lesquels certains de ces acquéreurs avaient consenti à l'un d'entre
eux une option de rachat à terme de leurs actions, la cour d'appel a violé les articles 1992 et 1147
du code civil et L. 511-33 du code monétaire et financier ;
9 / que le mandataire n'est pas tenu d'attirer spécialement l'attention de son mandant sur des
informations publiques d'ores et déjà connues de lui ; qu'en l'espèce, il versait aux débats, d'une
part, un communiqué de presse du 4 février 1993, antérieur à la vente d'Adidas, par lequel M.
Bernard X... avait, par avance, publiquement défendu la légitimité de l'intervention du Crédit
lyonnais dans le financement des acquéreurs et, d'autre part, les déclarations par lesquelles Mme
Gilberte A..., conseil habituel de M. X..., avait indiqué au sujet de l'option d'achat consentie par
les co-acquéreurs d'Adidas à M. Y... : "Je connais évidemment la clause dès l'achat des parts de
X.... Mais je ne me rappelle pas si je lui en ai parlé. Il est plus probable que j'en ai parlé à son
adjoint Elie Fellous", PDG de la société BTF SA ; qu'en jugeant que le Crédit lyonnais avait
méconnu ses obligations de mandataire en dissimulant de tels éléments, sans rechercher, ainsi
qu'elle y était invitée, si leur connaissance, par le mandant n'était pas suffisamment établie par les
pièces susvisées, la cour d'appel a derechef privé sa décision de base légale au regard des articles
1992 et 1147 du code civil ;

16
Mais attendu que, si l'arrêt relève tout d'abord que les banques ont commis des fautes en se
portant cessionnaires des parts qu'elles avaient pour mandat de céder et en manquant à leur
obligation d'informer loyalement leur mandant, il se borne ensuite, pour caractériser l'existence
et apprécier l'étendue du préjudice causé par les manquements imputés au groupe Crédit
lyonnais, à retenir que celui-ci n'a pas respecté ses obligations de banquier mandataire en
s'abstenant de proposer au groupe X... le financement constitué par les prêts à recours limité
consentis à certaines des sociétés cessionnaires ; que, la cour d'appel ayant ainsi retenu que cette
abstention constituait la seule cause du préjudice dont elle accordait réparation, il ne peut lui être
utilement reproché d'avoir relevé l'existence d'autres manquements qui ne constituent pas le
soutien de sa décision ; que le moyen, inopérant, ne peut être accueilli ;
Mais sur le deuxième moyen du pourvoi formé par le Crédit lyonnais :
Vu les articles 1134 et 1165 du code civil ;
Attendu que pour retenir la responsabilité du Crédit lyonnais, l'arrêt retient que, bien qu'il n'ait
pas été signataire du mandat ni d'aucune des conventions souscrites avec les sociétés GBT, FIBT
et BTF SA en décembre 1992, cet établissement, qui s'était activement impliqué dans la
conception et l'exécution de ces accords, notamment en consentant et en organisant les
financements nécessaires au montage imaginé avec les coacquéreurs des participations Adidas, et
qui avait même accepté de rendre compte de son action devant la presse et la commission
d'enquête parlementaire chargée d'analyser l'opération, était obligé par le mandat ;
Attendu qu'en se déterminant ainsi, alors que les mandataires liquidateurs, qui fondaient leur
action sur des manquements aux articles 1116, 1134, 1596, 1991 et 1992 du code civil, avaient
choisi d'agir sur le seul terrain contractuel, que les sociétés GBT, FIBT et BTF SA n'avaient
traité, pour l'opération considérée, qu'avec la seule SDBO, personne morale distincte dont il
n'était prétendu ni qu'elle aurait été fictive ni que son patrimoine se serait confondu avec celui de
sa maison mère, la cour d'appel, qui a statué par des motifs impropres à faire apparaître que
l'immixtion du Crédit lyonnais dans l'exécution du mandat délivré à sa filiale avait été de nature
à créer pour les mandants une apparence trompeuse propre à leur permettre de croire
légitimement que cet établissement était aussi leur cocontractant, ce dont elle aurait alors pu
déduire que ce dernier était obligé par un mandat auquel il n'avait pas été partie, n'a pas donné de
base légale à sa décision ;
Sur le premier moyen du pourvoi formé par le CDR créances, pris en sa troisième branche, et le
quatrième moyen du pourvoi formé par le Crédit lyonnais, pris en sa première branche, réunis :
Vu les articles 1134 et 1147 du code civil ;
Attendu que pour retenir la responsabilité du CDR créances et du Crédit lyonnais, l'arrêt retient
que le groupe Crédit lyonnais avait manqué à ses obligations de banquier mandataire en
s'abstenant de proposer au groupe X... le financement constitué par les prêts à recours limité
qu'il avait octroyés à certains des cessionnaires des participations litigieuses ;
Qu'en statuant ainsi, alors qu'il n'entre pas dans la mission du mandataire de financer l'opération
pour laquelle il s'entremet et que, hors le cas où il est tenu par un engagement antérieur, le
banquier est toujours libre, sans avoir à justifier sa décision qui est discrétionnaire, de proposer
ou de consentir un crédit quelle qu'en soit la forme, de s'abstenir ou de refuser de le faire, la cour
d'appel a violé les textes susvisés ;
Et sur le moyen unique du pourvoi incident éventuel :

17
Attendu que les mandataires liquidateurs demandent, dans le cas où une cassation serait
prononcée sur l'un ou l'autre des pourvois principaux, de casser les dispositions de l'arrêt ayant
limité la réparation du préjudice subi par le groupe X... au tiers du gain dont il avait été privé ;
Mais attendu que les termes de la cassation prononcée sur les pourvois principaux rendent le
moyen sans objet ;
Et attendu que l'arrêt étant cassé en ce qu'il a retenu que les banques avaient commis une faute
engageant leur responsabilité, il n'y a pas lieu de statuer sur les griefs critiquant l'appréciation du
préjudice qui aurait été causé par cette faute ;
PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :
CASSE ET ANNULE, mais seulement du chef des condamnations prononcées contre le CDR
créances et le Crédit lyonnais, l'arrêt rendu le 30 septembre 2005, entre les parties, par la cour
d'appel de Paris ; remet, sur ce point, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient
avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Paris, autrement
composée ;
Condamne la société MJA et M. Z..., ès qualités, aux dépens ;

Doc. 10 : Cass. 1ère civ. 19 juin 2013, n°12-16.651


Sur le moyen unique, pris en sa première branche, qui est recevable :
Vu l'article 1907, alinéa 2, du code civil, ensemble les articles L. 313-1, L. 313-2 et R. 313-1 du
code de la consommation ;
Attendu qu'en application combinée de ces textes, le taux de l'intérêt conventionnel mentionné
par écrit dans l'acte de prêt consenti à un consommateur ou un non-professionnel doit, comme le
taux effectif global, sous peine de se voir substituer l'intérêt légal, être calculé sur la base de
l'année civile ;
Attendu, selon l'arrêt attaqué, qu'en vertu d'une offre de prêt acceptée le 15 février 2005, M. X...
a contracté auprès d'une banque un « prêt relais habitat révisable » d'une durée de vingt-quatre
mois, remboursable en une seule échéance différée, moyennant un taux effectif global et un taux
de période variable « donnés à titre indicatif en fonction de l'indice Moy. arithm./15 j. Euribor
douze mois », les conditions générales du prêt précisant que « le calcul des intérêts dus est
effectué sur la base d'une année de trois cent soixante jours (soit douze mois de trente jours) » ;
qu'en raison de la défaillance de l'emprunteur, la société Compagnie européenne de garanties et
de cautions (la société CEGC), qui s'était portée caution solidaire de ce prêt, a désintéressé la
banque puis exercé une action subrogatoire contre le débiteur principal, lequel a opposé à la
caution subrogée la nullité de la stipulation de l'intérêt nominal, calculé d'après l'année dite «
lombarde » de trois cent soixante jours ;
Attendu que, pour rejeter cette exception et condamner M. X... à payer à la société CEGC la
somme de 312 239,72 euros, l'arrêt retient que si le taux effectif global doit être calculé sur la
base d'une année civile, rien n'interdit aux parties à un prêt de convenir d'un taux d'intérêt
conventionnel conclu sur une autre base, que l'acte de prêt du 15 février 2005 stipulant
expressément que les intérêts conventionnels seront calculés sur la base d'une année de trois
cent soixante jours, c'est de manière inopérante que M. X... oppose à la caution, subrogée dans
les droits de la banque créancière, la nullité de cette stipulation, s'agissant de modalités qui,
librement convenues entre les parties, ne peuvent être remises en cause ;

18
Qu'en statuant ainsi quand le prêt litigieux, visant expressément les articles L. 312-1 à L. 312-6
du code de la consommation, obéissait au régime du crédit immobilier consenti à un
consommateur ou un non-professionnel, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;
PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur la seconde branche du moyen :
CASSE ET ANNULE,

Doc 11 : Extraits du manuel de J. LASSERRE CAPDEVILLE, M. STORCK, R. ROUTIER,


M. MIGNOT, J-PHILIPPE KOVAR, N. ERESEO, Droit Bancaire, 1ère éd., 2017

Histoire de la banque et du droit bancaire

« Antiquité : le droit bancaire est une branche du droit ancienne. En effet, les opérations de paiement et de
crédit qui vont de pair avec l'activité bancaire sont ancestrales..On en trouve ainsi des traces dans l’Antiquité.
On peut citer les babyloniens (avec le code d'Hammourabi vers 1700 av. J.-C). les égyptiens ou encore les
Phéniciens qui connaissaient ces opérations et cherchaient à les entencadrer.
Il en a été de même à Rome lorsque le commerce s’y est développé. Les financiers de l'époque les Argentarii,
pouvaient réaliser toute une série d'opérations à connotation bancaire : dépôts, crédits, tenue des comptes etc.
Le droit romain reconnaissait ainsi la validité du contrat de prêt sous la forme d'une nexum ou et de la
stipulatio tout en limitant le taux par crainte de pratiques usuraires. »
« Moyen Âge : Si les invasions barbares ont réduit la vie économique et donc l'importance de l'activité
bancaire, cette même économie a repris de l'importance au XIe siècle notamment dans certaines villes de l'Italie
du Nord. A cette époque, les banques jouent un rôle essentiel d'intermédiaire pour permettre le règlement des
échanges internationaux. Grâce à elle et aux outils qu'elles créent progressivement, notamment la lettre de
change, le commerce peut se développer avec une sécurité plus grande le transport d'argent pour procéder au
règlement des marchandises devenant inutile.
Toutefois, force est de constater que les religions ont joué à cette époque un rôle essentiel sur la pratique
bancaire et les règles en résultant. C'est ainsi que le droit canonique s’est plutôt montré hostile à l'activité
bancaire et notamment en interdisant le prêt à intérêt. L'ancien trois n'a alors eu de cesse de faire respecter ce
principe (Ordonnance de Saint-Louis en 1254, de Charles IX en 1560 ou encore d'Henri III en 1579) avant
que certains actes royaux ne permettent d'en contourner l'interdiction à fin de pouvoir fixer des « placements à
rente » ( Édit de Charles IX de 1572 ou déclaration du roi Henri IVde 1609).Il faudra attendre toutefois la
révolution pour qu'il soit mis fin à cette prohibition du prêt à intérêt.
En revanche le judaïsme comme le protestantisme ne sont pas opposés à ce prêt ce qui leur aura permis de
développer leur activité bancaire à la même époque.
Enfin, et malgré ces différences d'approches, le rôle du banquier se diversifie progressivement : d'intermédiaire
dans les opérations de change de monnaie dans les foires, les banques deviennent dépositaires des fonds qu’on
leur confie puis dispensateur de crédit. »
« Renaissance : c'est néanmoins surtout à partir de la renaissance que les banques ont connu un véritable essor.
Les grandes découvertes ont ainsi permis un afflux des métaux précieux et la prohibition du prêt à intérêt a
connu des assouplissements. De grands banquiers privés ont alors fait leur apparition à cette époque, tels
Jacques Cœur en France ou les Médicis à Florence.
Au XVIIe siècle des établissements se créent sous forme de sociétés. Les billets de banque font leur apparition en
Angleterre vers 1640. »
« XIXe siècle : C'est au XIXe siècle, grâce a l'avènement du capitalisme et du libéralisme que le système
bancaire se développe réellement en France, sans qu'une réglementation soit adoptée pour autant. Ainsi, en
1807, le code de commerce ne prévoit aucune disposition spécifique à la matière bancaire. […] Avec le
second Empire, sont créées des grandes banques privées de dépôts, comme par exemple le Comptoir national
d'Escompte de Paris (1860) le Crédit Lyonnais (1863) ou la Société générale (1864) […] avec la IIIe
République, ce sont les banques d'affaires qui font leur apparition. On peut citer la Banque de Paris et des
Pays-Bas (1872) […]Jusqu’à la crise économique de 1929 qui va entraîner la faillite de milliers
d’entreprises, le secteur bancaire n'est soumis à aucune législation particulière. L’activité de la banque

19
parvient à se développer librement. Cependant suite à cette crise aux conséquences internationales s'ouvre
une période de dirigisme économique se traduisant par un interventionnisme étatique de plus en plus
marqué. La loi du 19 juin 1930 sur la profession bancaire fut ainsi l'un des premiers textes cherchant à
moraliser la profession de banquier notamment par le biais d’interdictions. Mais ces mesures, d’ordre
négatif ne constituent pas un contrôle de la profession.
Celui-ci n'existe qu'à partir du moment où l'activité de diverses banques se trouve orientée par d'autres que
la propriétaire ou encore lorsque les opérations qu’elles concluent avec leur clientèle doivent respecter des
règles de fond qui ne sont pas éditées par leurs propriétaires. Telles sont les deux voies dans lesquelles notre
droit s'est orienté avec les lois des 13 et 14 juin 1941.
Ces textes ont permis le contrôle des banques par des organismes professionnels qui édictent une
réglementation assortie de peines disciplinaires. Les organismes professionnels sont alors composés d'un
Comité permanent d'orientation professionnelle des banques, d'une Commission de contrôle et d'une
Association professionnelle des banques.
Cet encadrement juridique est important et va au-delà du simple contrôle des établissements de crédit. Le
Conseil national du crédit peut, par exemple, ordonner à une banque de fermer telle ou telle succursale si les
circonstances le justifient.
A la fin du second conflit mondial, .l'État continue à assurer la direction du crédit pour orienter
l'économie dans les activités jugés essentielles. Dans ce but est promulguée la loi du 2 décembre 1945
relative à la nationalisation et à l’organisation du crédit qui va modifier sans pour autant les abroger ; les
lois des 13 et 14 juin 1941 Ces textes seront complétés par la suite à plusieurs reprises. […] »
« Loi bancaire de 1984 :le système ainsi mis en place par les lois de juin 1941 et de décembre 1945 a
cependant fini par se révéler de moins en moins adapté à l'évolution de la profession bancaire. La loi
n°1984-46 du 24 janvier 984 relative à l'activité et au contrôle des établissements de crédit dite « loi
bancaire » a alors été adoptée.
Celle-ci vient définir un statut de base aux établissements de crédit tout en rénovant le dispositif
institutionnel de l'organisation bancaire. Ce texte est notamment à l'origine d'un concept générique
d'établissement de crédit couvrant différents types d’organisations.
Plus concrètement, cette évolution s'est traduit par la fusion des banques de dépôts et des banques d'affaires
et la banalisation des banques mutualistes et coopératives.
Beaucoup de ces établissements de crédit se sont alors retrouvés dans la possibilité d'exercer, en plus des
opérations de banque, des activités financières, d'abord à titre d'opérations connexes, puis, par la suite,
comme prestataires de services d'investissement agréés. La constitution de «banques universelles » a donc
été facilitée par la loi du 24 janvier 1984. Le contenu de ce texte, finalement codifié dans le Code
monétaire et financier, a fait l'objet depuis lors de nombreuses évolutions. »

ACTUALITE DE DROIT BANCAIRE

V. de FILLIPIS, Shadow Banking, marchés à l’ombre, Libération, 3 août 2017.

Dix ans après la crise des subprimes, la finance parallèle a résisté aux tentatives de
régulation des Etats et banques centrales : les opérations et prêts hors des radars n’ont
cessé de croître, pour atteindre près de 100 000 milliards de dollars, menaçant de nouveau
la stabilité financière mondiale.

«Shadow banking», marchés à l’ombre

20
Elle est à l’origine de la déflagration financière de 2007 dont les effets se font encore ressentir
aujourd’hui. Pourtant, dix ans plus tard elle se porte à merveille. Elle, c’est la finance de l’ombre,
la finance parallèle, aussi connue sous le nom de shadow banking. La dernière étude du Conseil de
stabilité financière (CFS), parue mi-mai, dresse un tableau effrayant de cet univers financier qui
prospère à l’abri des réglementations bancaires. En 2015, la finance de l’ombre pesait 92
000 milliards de dollars selon le CFS (150 % du PIB mondial). Du jamais vu. «Elle continue sa
tendance à la hausse pour la septième année consécutive avec 3 800 milliards supplémentaires
en 2015», estiment les experts de l’organisme mandaté par le G20 depuis 2009 pour surveiller la
planète finance.

En 2002, le volume de cette véritable bombe à retardement hors de toute régulation ne dépassait
pas les 26 000 milliards de dollars. Mais cinq ans plus tard, en 2007, à la veille de la débâcle des
crédits subprimes aux Etats-Unis, le shadow banking s’est littéralement hypertrophié,
approchant les 63 000 milliards de dollars. La même année, les premières convulsions financières
riment déjà avec subprimes, titrisation, produits dérivés et surtout finance de l’ombre. Des
secousses qui annoncent une déconfiture, celle de Lehman Brothers, champion du monde de la
spéculation de haute voltige, mais qui s’écrase le 15 septembre 2008 contre le mur de la faillite.
La hantise du grand krach des années 30 est alors dans tous les esprits. Dix jours plus tard en
France, à Toulon, le président Nicolas Sarkozy promet de mettre la finance au
pas. «L’autorégulation pour régler tous les problèmes, c’est fini. Le laisser-faire, c’est fini. Le marché tout-
puissant qui a toujours raison, c’est fini», jure-t-il.
Mi-novembre 2008, les plus grands dirigeants politiques du monde se sont donné rendez-vous à
Washington le temps d’un G20. Jamais avares en déclarations, ils s’engagent dans un «plus
jamais ça». Le mythe d’une finance bienfaisante capable de s’autoréguler semble compter ses
jours. Car cette croyance s’est brisée sur les milliers de milliards engloutis par les Etats pour
sauver les banques, combattre la récession, au risque de voir s’envoler (comme ce fut le cas), le
niveau des dettes publiques et son corollaire : des politiques d’austérités pour redresser la barre
des comptes publics. Jamais la socialisation des pertes n’aura autant été le parfait reflet de la
privatisation des profits.

Boîte noire
Certes, depuis, le système bancaire est soumis à des règles, dites prudentielles, plus
contraignantes. Des prescriptions issues de «Bâle III», un ensemble de normes internationales
édictées après la crise par le comité de Bâle, ce forum qui rassemble les principales banques
centrales du monde. Des règles qui visent en particulier à obliger les banques à disposer de plus
de capitaux propres lorsqu’elles prêtent de l’argent à des particuliers ou des entreprises. Histoire

21
de mieux pouvoir faire face aux éventuelles pertes provoquées par le non-recouvrement de ces
prêts, sans avoir à faire appel au contribuable en cas d’insolvabilité des prêteurs.
Mais dix ans plus tard, la finance de l’ombre continue de menacer la stabilité financière mondiale.
Avec 30 000 milliards d’euros échangés en 2015, les virtuoses du shadow banking sont
européens. Les Etats-Unis (26 000 milliards de dollars) leur emboîtent le pas, suivis du
Royaume-Uni. Quant à la Chine toute puissante, boîte noire de la finance, le montant des prêts et
autres opérations financières hors des radars y atteindrait les 8 000 milliards de dollars.

La cartographie de la finance de l’ombre ne recense que 28 pays, qui représentent 80 % du PIB


mondial. Petite nouveauté : la juridiction des îles Caïmans a pour la première fois communiqué
ses chiffres. Son shadow banking (6 000 milliards de dollars) s’y révèle plus important qu’au
Canada et au Japon (4 000 milliards). Les actifs de cette planque fiscale représentent 170 000 %
de son PIB ! Qui dit mieux ? Personne, même s’il est difficile pour autant de parler de record
mondial. Par nature opaque, cette finance n’est en effet qu’imparfaitement sondée. Le
Luxembourg, patrie du président de la commission européenne, Jean-Claude Juncker, a ainsi
refusé de participer aux travaux du CSF. En toute impunité, puisque rien n’oblige un Etat à
montrer patte blanche. En attendant, les sommes brassées dans ce système financier «parallèle»,
qui fait peser des risques de stabilité du fait de son intrication avec le système bancaire
traditionnel, atteignent 34 000 milliards de dollars.

Vulnérabilité
Pour mieux saisir cet ensemble d’acteurs de la finance de l’ombre, situé aux frontières des
banques et des marchés financiers, un petit rappel s’impose. D’ordinaire, les banques
«traditionnelles» financent des prêts avec les ressources qu’elles collectent auprès de leurs
déposants et avec leurs fonds propres. Les banques font donc ce que les spécialistes appellent
«une transformation d’échéance». Les crédits qu’elles consentent sont effectués à des échéances plus
longues que leurs ressources. Le système bancaire ne tient donc qu’à la stabilité de la confiance
des déposants. Si ces derniers, pris soudainement de panique, décident en grand nombre de
retirer leur épargne, tout le système bancaire s’effondre. C’est justement pour assurer la
confiance des déposants et la stabilité du système bancaire que des règles et des institutions ont
été créées dans la plupart des pays (garantie des dépôts, banque centrale comme prêteurs en
dernier ressort ou encore supervision prudentielle).
A l’inverse, le shadow banking regroupe un ensemble hétéroclite d’institutions non-bancaires qui
échappe donc aux règles du secteur. Et ce, alors qu’elles réalisent des activités de crédit et de

22
transformation comparables à celles des banques. «Les acteurs du shadow banking n’ont donc pas
directement accès à une assurance de dépôts ni au refinancement des banques centrales», explique
Laurence Scialom, professeure d’économie à l’université Paris-X. Et sont donc potentiellement
beaucoup plus vulnérables au moindre choc.
Pourtant, nombreux sont ceux qui participent à cette finance parallèle : banques
d’investissement, fonds spéculatifs (hedge funds), ou fonds d’investissement (fonds mutuels, fonds
de pension, sociétés d’assurance).
«Certes, il est indéniable qu’il existe désormais une régulation à l’échelle des banques plus contraignante
qu’elle ne l’était avant la crise. L’ennui, c’est que cette régulation est encore trop compartimentée. Et elle
n’a pas totalement coupé le lien entre les banques et l’univers des "shadow bankers"», analyse Jean-
Michel Naulot, ex-banquier et ancien régulateur à l’Autorité des marchés financiers (AMF).
Soumises à la double pression des exigences toujours plus fortes de rendement des actionnaires
et des normes de supervision bancaires, les banques continuent en effet à chercher à accroître et
diversifier leur offre de financement. Pour satisfaire les exigences prudentielles, et en particulier
le ratio de fonds propres (de réserve en capital par rapport aux crédits accordés), elles sortent
donc de leurs bilans une partie des prêts les plus risqués.
C’est justement cette stratégie qui les a conduites à un usage massif des fameux produits dérivés
et des techniques financières telle la titrisation des créances. «La banque accorde des prêts et les
revend tout de suite à d’autres opérateurs financiers comme des hedge funds, des sociétés de gestion, des
fonds de pension, explique François Morin, professeur émérite d’économie à l’université Toulouse-
I. C’est ainsi que des crédits bancaires sont transformés en des titres négociables sur les marchés
financiers.» A l’autre bout de la chaîne financière se trouve l’ensemble des acteurs de la finance
parallèle (fonds de pension, fonds spéculatifs…) qui ont réussi à collecter une épargne en quête
de placements juteux et qui sont prêts à prendre le risque d’acheter les produits structurés. Il
existe donc une perméabilité entre banques régulées et shadow banking.
A lui seul, l’exemple chinois en dit long sur les risques que font courir les 8 000 milliards de
dollars brassés par la finance de l’ombre à l’ensemble de l’économie du pays. Avec des
rendements faibles du côté des banques, de plus en plus de Chinois, d’entreprises, de collectivités
locales confient une partie de leur trésorerie à des fonds spéculatifs qui investissent sur les
marchés financiers, dans des opérations immobilières ou qui accordent des crédits plus
facilement que ne le ferait le système bancaire régulé. Aucune contrainte de contrôle du risque
financier de l’emprunteur, pas de fonds de garantie, pas de soutien de la banque centrale en cas
de défaut de paiement. Pire, les prêteurs ignorent le plus souvent à quel projet est associé leur
investissement.

Exubérance

23
A l’image de ce qui s’est passé aux Etats-Unis avant la crise des subprimes, le secteur bancaire de
l’ombre chinois, en pleine croissance (+ 31 % l’an passé) externalise le risque vers les marchés
financiers. Ils revendent le prêt à des tiers (collectivités locales, particuliers, entreprises…) qui
toucheront les intérêts élevés, en comparaison des placements financiers classiques.
Sous le coup de l’euphorie des rendements financiers bien plus élevés que ceux proposés par de
simples dépôts auprès du système bancaire chinois classique, les acteurs de la finance de l’ombre
oublient juste que ces placements ne sont absolument pas garantis. Qu’un accident financier
survienne dans ce monde de l’ombre et c’est la panique générale.

On connaît la suite de cette exubérance irrationnelle : dans un mouvement de mimétisme, tout le


monde voudra récupérer sa mise de départ, persuadé que le premier arrivé sera le premier servi.
Face à ce risque de débâcle générale, les fonds spéculatifs seront incapables de faire face aux
demandes de retraits des collectivités locales ou des particuliers. La défiance s’installera, et la
contagion se propagera. La crise des crédits pourris se transformera alors en crise de liquidités -
les banques refusant de se prêter les unes aux autres. Et en une nouvelle crise financière,
économique et sociale.

D. NORA, Crise des subprimes : la menace de la finance de l’ombre, Nouvel Obs, 9 août
2017

Dix ans après la crise des "subprimes", la bombe à fragmentation la plus dangereuse du
système financier mondial continue de gagner en puissance

A l’occasion de l’anniversaire de la crise de 2007, vous avez sûrement entendu - sans vraiment le comprendre - le
terme "shadow banking", le plus souvent traduit par "finance de l’ombre", "finance fantôme", ou - pour les moins
critiques - "finance parallèle". Tâchons d'éclairer ce concept obscur qui pourrait bien, à notre insu, déterminer notre
avenir économique.

De quoi parle-t-on ? Le Conseil de stabilité financière, (CSF), qui surveille l’industrie financière globale pour le
compte du G20, définit le shadow banking comme "le système d’intermédiation du crédit impliquant des entités et des
activités qui se trouvent potentiellement à l’extérieur du système bancaire".

Concrètement, il s’agit d’un ensemble d’opérateurs financiers non bancaires, ainsi que d’opérations hors bilan
d’établissements bancaires. Citons les fonds de gestion de fortune, les fonds spéculatifs (hedge funds), les fonds du
marché monétaire, les fonds de capital-investissement, les courtiers en tous genres, mais aussi une panoplie
renouvelée de "placements structurés", comme les CDS ("credit default swaps") de sinistre mémoire, au cœur de la
crise de 2007.

24
Précisons que, contrairement à ce que semble suggérer son appellation, cette partie immergée de l’iceberg financier
mondial est parfaitement légale. Le Conseil de stabilité financière l’estime même utile : "Le financement par les non-
banques fournit une alternative de valeur au financement par les banques, et aide à soutenir l’activité économique
réelle", écrivent les experts en mai 2017. Un point de vue de moins en moins partagé, cependant, en dehors de
l’industrie financière.

Dangereux vases communicants

Le CSF reconnaît tout de même que le développement du shadow banking constitue un danger latent : "Si le
financement par les non-banques est impliqué dans des activités quasi bancaires, s’il transforme la maturité/liquidité
et crée un effet de levier financier, il peut devenir une source de risque systémique, à la fois directement et à travers
son interconnexion avec le système bancaire."

De fait, son développement est à la fois métastasique et opaque. La présidente de la Banque centrale américaine, Janet
Yellen, avait déclaré en 2014 que la régulation de la finance de l’ombre posait un "énorme défi". Or l’ex-économiste
en chef du FMI, Raghuram Rajan - l’un des rares experts à avoir prédit la crise - juge dans "les Echos" :

"Rien n’a été fait contre la finance de l’ombre, vers laquelle s’est déplacé le risque."

Explication: les banques - qui font appel à l’épargne publique - sont régulées. Elles sont soumises à la supervision des
banques centrales et dépendent de diverses autorités monétaires et gouvernementales. En contrepartie de quoi, elles
bénéficient de filets de sécurité en cas de défaillance : garantie des dépôts, banque centrale prêteuse en dernier
recours, etc. Elles seules sont, en principe, autorisées à émettre directement des crédits. Mais le problème est qu’il
existe une grande porosité entre ces entités bancaires traditionnelles, les investisseurs institutionnels (fonds de
pension, fonds mutuels, sociétés d’assurance) et les "non-banques" parallèles.

Par le biais d’une ingénierie financière de plus en plus créative (titrisation, activités hors bilan, prêt de titres, produits
à terme…) les capitaux circulent sans cesse entre ces trois pôles de la finance mondiale. Et l'on assiste à un
gigantesque jeu de vases communicants : plus on serre la vis réglementaire aux banques (ratio imposé de fonds
propres, limites aux opérations spéculatives…), plus elles ont tendance à refiler leurs actifs et opérations risqués à
cette nébuleuse de l’ombre, qui n’est pas sujette aux mêmes contraintes. Pire : en cas de pépin, cette finance de
l’ombre est "pro-cyclique", c’est-à-dire qu’elle aggrave la crise, plutôt que de jouer les contrepoids.

Problème : les autorités n’ont pas profité de la crise de 2007 pour faire le grand ménage. Et l’argent déversé à flot par
les banques centrales est venu indirectement nourrir cette industrie financière de l’ombre. Alors que cette sphère
financière parallèle s’était un peu dégonflée en 2008, elle "continue sa tendance à la hausse pour la 7e année
consécutive avec 3.800 milliards supplémentaire en 2015", expliquait le CSF en mai, dans son rapport annuel sur
la question.

25
Résultat : fin 2015, le shadow banking représente selon le CSF 92.000 milliards de dollars, soit 150% du PIB
mondial… contre 140% avant 2007 !

Le Luxembourg, plus opaque que les îles Caïmans

L’autre révélation de cet audit du CSF est qu’avec 30.000 milliards de dollars estimés, l’Europe devance désormais les
Etats-Unis en terme de finance fantôme. Dans la zone euro, elle excédait même 200% du PIB, avec l’Irlande et les
Pays-Bas en tête de liste. Un chiffre encore très sous-estimé, puisque le Luxembourg ne daigne même pas participer à
l’enquête du CSF. Le paradis financier continental - patrie du Président de l’UE, Jean-Claude Juncker - est à cet
égard moins transparent que… les îles Caïmans !

Ce gonflement de la finance parallèle annonce-t-il, pour autant, la prochaine crise systémique ? Dans son rapport
d’évaluation des risques, publié le 3 juillet, le Conseil de stabilité se veut optimiste, jugeant que "les aspects

du shadow banking qui sont considérés comme ayant contribué à la crise financière globale ont significativement
décru, et ne posent généralement plus de risques pour la stabilité financière."

Klaas Knot, membre du CSF et président de la Banque centrale néerlandaise est cependant circonspect :

"Même si nous avons fait de grands progrès, les autorités doivent rester en alerte, quant aux risques générés
par le shadow banking."

Il poursuit : "Nous devons continuer à améliorer la disponibilité des données, l’analyse de risque et le partage
d’informations, pour être à même d’identifier à temps de nouvelles sources de vulnérabilités systémiques."

Comme l’expliquait le vice-président de la Fed, Stanley Fisher, en décembre 2015, dans une conférence sur les
risques de la finance de l’ombre :

26
"Ce que l’on ne sait pas peut nous faire mal !"

Un volcan financier chinois ?

Et la boîte noire la plus opaque, ces temps-ci, est probablement la finance zombie chinoise : la banque centrale -
People’s Bank of China - a révélé cet été que les crédits hors bilan des établissements chinois avaient fait un bond
énorme en 2016, dépassant même à présent la somme de tous les crédits traditionnels.

Selon Patrick Chovanec, du fonds de gestion Silvercrest, cité par le quotidien britannique "Telegraph" :

"Les banques ont vendu ces produits sans en assumer le risque. Les investisseurs les ont achetés sans non
plus en assumer le risque. Ils pensent tous que le gouvernement va sauver tout le monde."

Le président chinois Xi, lui-même, a récemment tiré le signal d’alarme. Car la dette globale chinoise se monte à 280%
de son PIB…

M. DAMGÉ, Le 9 août 2007, le début de la crise des subprimes, Le Monde, 9 août 2017

Le 9 août 2007, le début de la crise des « subprimes »

Il y a dix ans, la banque BNP Paribas gelait les retraits de ses clients dans trois de ses fonds
monétaires et marquait le début de la plus grande crise financière de ce début de XXIe siècle.

27
C’est un fait qui est souvent ignoré : la plus grande crise financière de ce début de
XXIe siècle a commencé le 9 août 2007… en France. Ce jour-là, BNP Paribas gèle les
retraits de ses clients dans trois de ses fonds d’investissement. La banque
tricolore reconnaît qu’elle ne peut plus valoriser les actifs détenus dans ces fonds , car ils ne
sont plus échangeables sur les marchés.

Baudouin Prot, le directeur général de BNP Paribas, avait pourtant assuré, le 1er août, que la
liquidité de ses produits (la capacité à être vendus ou achetés) était « totalement assurée ». Mais,
une semaine plus tard, les clients (des trésoriers d’entreprise et des grandes fortunes) ne peuvent
plus revendre leurs parts et récupérer leur investissement.
Cette décision est rarissime dans le monde de la gestion, car elle envoie un signal désastreux ;
confronté à des déboires similaires à la même période, l’assureur Axa avait choisi d’assurer la
liquidité de ses fonds en difficulté et de racheter les parts des clients qui
souhaitaient vendre. « Nous avons juste été la première banque internationale à dire que le roi était
nu », confiait un ancien dirigeant de BNP Paribas au Monde.
Où le grand public découvre les « subprimes »

A l’époque, comme pour Axa, les trois fonds BNP Paribas sont investis en grande partie dans
les « subprimes », des produits dérivés de prêts immobiliers à risque américains, dont le grand
public ne sait pas encore grand-chose.
Tout commence dans les années 2000 aux Etats-Unis. Des millions de ménages modestes y
contractent des emprunts à taux variables (les subprimes), gagés sur la valeur de biens
immobiliers, grâce à des sociétés de crédit peu regardantes sur la capacité de ces ménages
à rembourser. Lorsque les taux d’intérêt grimpent, ces ménages sont étranglés par les dettes.

28
Sauf qu’au même moment, les prix de l’immobilier, qui connaissent une véritable bulle, se
retournent et les créditeurs ne peuvent plus se rembourser sur la revente des maisons. Et, entre-
temps, les subprimes ont été transformés (titrisés) en produits financiers complexes, eux-mêmes
rachetés par les banques du monde entier ; le risque se retrouve ainsi disséminé sur l’ensemble
de la planète.

Des signes avant-coureurs


En dehors de la décision malheureuse de BNP Paribas de pénaliser ses clients, d’autres signes
avant-coureurs peuvent être considérés comme des marqueurs des prémices de cette crise
mondiale. En février, la banque HSBC annonce des pertes liées aux subprimes. C’est le
premier « profit warning » de son histoire. Les impayés des crédits immobiliers à haut risque
amputeraient de 10,5 milliards de dollars ses bénéfices annuels. En avril, son principal
concurrent dans le secteur du subprime américain, New Century, se déclare en faillite .
En juin, deux fonds spéculatifs (hedge funds) gérés par la banque Bear Stearns enregistrent
de lourdes pertes et doivent fermer. Ces défaillances ont un effet domino, entraînant d’autres
plus petits fonds dans leur sillage, faisant craindre des pertes au sein même des établissements
les plus solides de Wall Street.
En juillet, deux banques allemandes, IKB et Sachsen LB, frôlent la faillite du fait de leurs
investissements aux Etats-Unis. Le gendarme de la Bourse allemande, la BaFin, juge alors que le
pays est « menacé de la plus grave crise financière depuis 1931 ». Le 18 août, la banque publique de
l’Etat de Saxe fait l’objet d’un plan de sauvetage exceptionnel . Pour éponger ses pertes, une
ligne de crédit de 17,3 milliards d’euros lui est accordée – deux fois plus que pour IKB. Sans ces
aides, les deux établissements spécialisés dans le financement des petites et
moyennes entreprises (PME) auraient mis la clé sous la porte.
Une prise de conscience tardive
En mai 2007, le directeur de la banque centrale américaine, Ben Bernanke, assure que la hausse
du taux de défaut sur les remboursements d’emprunts immobiliers ne sera pas préjudiciable à
l’économie américaine. Au moment même du premier choc, au début d’août, le président
américain George W. Bush estime qu’il y a « assez de liquidités » sur le marché.
Si la prise de conscience a été lente et tardive, les conséquences toutefois ne se font pas fait
attendre : un an plus tard, l’un des plus grands établissements de Wall Street fait savoir qu’il est
au bord de la faillite. Le 15 septembre 2008, le gouvernement américain laisse la banque
Lehman Brothers déposer le bilan , relançant ainsi l’onde de choc des subprimes sur l’économie
mondiale. Cette fois, les responsables politiques semblent prendre la mesure de
l’événement, Barack Obama évoquant « la crise financière la plus grave depuis la grande
dépression [de 1929] ».
Le décrochage des Bourses en 2007 ne se traduit pas immédiatement par une érosion continue
des cours, mais en deux ans les places boursières perdent presque la moitié de leur valeur. Elles
ne retrouvent leur niveau d’avant-crise qu’à partir de 2012 aux Etats-Unis. Il
faudra attendre deux années supplémentaires en France.

29
Le 9 août 2007, en France, BNP Paribas gèle les retraits de ses clients dans trois de ses fonds
d’investissement.

La fin de la confiance

Le 9 août, c’est aussi le jour où les banques centrales entrent en scène pour éviter une
paralysie générale du marché interbancaire, celui sur lequel les banques se prêtent de l’argent
entre elles pour financer leurs opérations au jour le jour, un marché essentiel à l’activité
économique. Les banques centrales, qui leur prêtent aussi de l’argent régulièrement sous forme
d’enchères sur des montants définis à l’avance, sont cette fois obligées d’ouvrir grand les vannes
et de prêter bien plus que d’habitude : en deux jours, environ 290 milliards d’euros de liquidités
sont apportés au système bancaire international, un record.
Mais il ne s’agit pas que d’apporter de l’argent, il s’agit de restaurer la confiance, d’abord entre
les banques mais aussi avec les investisseurs que sont les entreprises, les fonds de pension ou les
nouvelles puissances financières chinoises et russes… Or, la confiance est rompue et ce
problème restera entier pendant plusieurs années, personne ne sachant combien les banques ont
investi exactement dans les subprimes, et les remèdes des banques centrales (baisses de taux,
injections de liquidités, etc.) n’étant que des pansements temporaires.
C’est d’ailleurs ce problème de confiance qui est notamment à l’origine des manipulations
frauduleuses du Libor, le taux interbancaire londonien : il s’agissait d’annoncer un taux
d’emprunt plus bas que celui des concurrents, car une banque qui reconnaissait qu’elle
empruntait (plus) cher (que les autres) risquait d’être immédiatement soupçonnée de fragilité,
alors qu’une banque saine devait réussir à emprunter à un taux bon marché.
Cette méfiance quant à la santé du système bancaire se répercutera jusque chez les particuliers,
dont certains incitent, en 2010, leurs compatriotes à retirer leur épargne des banques, à l’instar
de l’ancien footballeur Eric Cantona. Une initiative qui, si elle avait été suivie, aurait
pu provoquer une ruée aux guichets et l’effondrement de plusieurs établissements. C’est ce qui
avait conduit au sauvetage de la britannique Northern Rock en septembre 2007 : en pleine crise
des subprimes, des rumeurs courent sur son manque de solvabilité. On voit alors les
déposants faire la queue pour retirer leurs économies. Le gouvernement est contraint
de nationaliser l’établissement pour éviter sa disparition pure et simple.

Les conséquences sur l’économie réelle


En l’espace de quelques mois, la crise dépasse le cadre financier pour toucher l’économie dite
« réelle ». La crise des subprimes se mue en crise généralisée du crédit. Tout le système
financier commence à se gripper ; les banques ne se prêtent plus entre elles et ne prêtent plus
aux entreprises.
Autre conséquence, le repli des investisseurs vers des valeurs considérées moins risquées :
les matières premières, dont les cours s’embrasent. En 2008, l’indice FAO (Food
and Agriculture Organization of the United Nations, qui mesure la variation mensuelle des cours
internationaux d’un panier de denrées alimentaires) grimpe en un an de 50 %, et même de 87 %
pour les céréales, provoquant une vague d’émeutes de la faim .

30
L’envolée des prix des matières premières affecte directement les industriels et les
consommateurs tout en stimulant l’inflation… ou plus exactement la stagflation, combinaison
d’inflation et de stagnation de la croissance. Un phénomène apparu dans les années 1970 après le
premier choc pétrolier, qui menace à nouveau les économies occidentales.

Des Etats-Unis à la Grèce, l’effet domino


Deux ans après le début de la crise des subprimes, l’onde de choc se propage jusqu’en Europe
avec des tensions inédites sur les marchés où se financent les Etats . Certains, comme la Grèce,
voient leur prime de risque exploser sur les marchés, la confiance des investisseurs ayant été
amoindrie par la révélation des déficits publics du pays.
En 2011, Athènes doit emprunter à 18 %, six fois plus que l’Allemagne. Après de longues
tergiversations à Bruxelles et à Francfort, c’est la zone euro qui se porte finalement au secours
d’Athènes. Mais le peuple grec paie encore aujourd’hui l’ardoise de la « crise des dettes », plan
d’austérité après plan d’austérité.
Au-delà des pays européens qui subissent cette crise du crédit de plein fouet (Grèce mais
aussi Portugal, Espagne, Italie, Irlande, etc.), c’est l’ensemble du Vieux Continent qui voit la
croissance s’éroder. Quelque 80 % des pays tombent en récession dans l’Union européenne.
Rigueur budgétaire, envolée du chômage de masse, notamment chez les jeunes, alimentent
l’euroscepticisme et la déception de nombre d’Européens, qui se tournent dans les années
suivantes vers le populisme. Il faudra attendre 2016 pour que la zone euro retrouve
durablement son niveau de croissance d’avant la crise .

RABREAU, Shadow banking : tout comprendre sur la finance de l’ombre, Le Figaro, 26


août 2015

DOSSIER «SHADOW BANKING» - La puissante finance parallèle est devenue


indispensable au bon fonctionnement actuel de l'économie mondiale. Pourtant, elle n'est
pas réglementée. Qu'est-ce que le «shadow banking»? Comment fonctionne-t-il?
Représente-t-il un danger? Explications.

Le «shadow banking» est puissant, multiformes, évolutif, et omniprésent sur la planète finance.
À tel point qu'il est devenu essentiel au bon fonctionnement du système capitaliste dans lequel
vit le monde. Pourtant, il échappe encore à toute supervision... malgré les risques considérables
qu'il présente.

• Qu'est-ce que le «shadow banking»?


Sur la planète finance, il y a le système bancaire classique et le «shadow banking». En français,
on l'appelle la «finance de l'ombre» ou «la finance fantôme». Il s'agit en fait de tous les
intermédiaires financiers qui sont en dehors du système bancaire traditionnel, et qui participent
au financement de l'économie mondiale. Autrement dit, ce sont toutes les opérations financières
qui se font hors des bilans des banques.

• Quels sont les acteurs du «shadow banking»?


Les acteurs du «shadow banking» sont les banques d'affaires, les hedge funds, les fonds de
titrisation, les fonds monétaires, les fonds de pension, mutuels, d'assurance-vie, les fonds
négociés en Bourse... Mais aussi, les entreprises de capital-investissement, les sociétés de

31
garantie de crédit, les trusts de gestion d'actifs (immobiliers par exemple), les sociétés
d'affacturage (crédit inter-entreprises), etc... Dans un sens encore plus large, le «shadow
banking» peut regrouper les établissements de crédit-conso ou de crédit-auto, de micro-crédit,
les sites de crowdfunding (financements participatifs), les plateformes de monnaies virtuelles
(bitcoins par exemple).
Ces entités, à la différence des banques traditionnelles, ne reçoivent pas de dépôts de la part des
gens: elles ne fonctionnent que sur le crédit. Elles ne sont donc pas soumises à la réglementation
bancaire traditionnelle, et leurs activités ne sont pas garanties par les États et les Banques
centrales.

• Quel est le poids de cette finance de l'ombre dans le monde?


Difficile de cerner les contours du «shadow banking», donc de le mesurer parfaitement.
Le Financial Stability Board (le Conseil de stabilité financière, créé en 2010 par le G20 après la
crise des subprimes) a chiffré le marché à 75.000 milliards de dollars à fin 2013. C'est 5000
milliards de plus qu'en 2012. À fin 2014, il devrait avoir atteint les 80.000 milliards de dollars.
Selon cette estimation, le «shadow banking» représente ainsi un quart des actifs financiers
mondiaux, la moitié du poids du système bancaire traditionnel, et l'équivalent du PIB mondial
annuel. Les États-Unis, la zone euro et le Royaume-Uni détiennent à eux seuls les trois-quarts
des actifs qui relèvent du «shadow banking». Mais dans les BRICs et les pays émergents,
particulièrement en Chine, en Inde, en Indonésie et en Russie, la «finance de l'ombre» progresse
fortement. Du côté des acteurs du «shadow banking», les fonds d'investissements immobiliers et
les hedge funds connaissent les expansions les plus fulgurantes.
Il faut bien noter que ces calculs du FSB «ne prennent pas en compte les centres
financiers offshore (les paradis fiscaux, ndlr), où la plupart des hedge funds sont domiciliés»... En
réalité, aujourd'hui, la définition du «shadow banking», de ses activités et de ses acteurs, n'est
toujours pas clairement établie et les travaux n'en sont qu'à leurs débuts.

• Quand et comment le «shadow banking» s'est-il développé?


Dans les années 1980, à l'époque de la libéralisation totale des marchés financiers - considérés
comme «auto-régulants» -, la titrisation s'est développée, a-t-on pensé, pour mieux couvrir les
risques de change et de taux. Sans cadre, ces montages financiers sont devenus complexes,
excessifs... et spéculatifs. Donc risqués et systémiques. À chaque nouvelle crise, des
réglementations bancaires sont décidées pour assurer la liquidité et la solvabilité des banques
(donc, la viabilité du système). Problème: cette régulation fait perdre des marges de manœuvre
et de la rentabilité aux banques. Ce qui les pousse, systématiquement, à la contourner.
Comment? En retirant de leurs bilans (et donc des écrans radars des régulateurs) leurs actifs les
plus risqués, en les titrisant et en les revendant en «produits dérivés» sur les marchés financiers,
par l'intermédiaire d'établissements financiers. À partir des années 2000, avec l'essor d'Internet
et de l'information, les acteurs de cette finance opaque et ultra-sophistiquée se sont multipliés.

• Concrètement, comment ça marche?


• Pourquoi le»shadow banking» est-il devenu indispensable?
Le «shadow banking» répond à des contraintes et à des besoins auxquels sont confrontés les
emprunteurs et les investisseurs, et auxquels les banques traditionnelles réglementées peuvent
de moins en moins subvenir. Le «shadow banking» est ainsi devenu donc un palliatif qui nourrit
la boucle crédit-consommation-croissance du modèle capitaliste.

• Quels sont les dangers du «shadow banking»?


Le «shadow banking» présente deux problèmes majeurs: son poids dans le financement global
de l'économie et l'interdépendance des acteurs du «shadow banking» entre eux et avec le

32
système bancaire traditionnel international. Ce qui signifie que si le «shadow banking» est
systémique: s'il souffre, il entraîne avec lui le système bancaire «normal». La crise
des subprimes de 2007 en est la preuve concrète.

C'est d'ailleurs en août 2007, alors que la tornade des subprimes se formait, qu'un économiste de
Pimco (le premier fonds obligataire au monde), Paul McCulley a utilisé pour la première fois le
terme de «shadow banking» et prévenu des risques majeurs de «cette finance de l'ombre endettée
jusqu'au cou». Un message alors passé inaperçu. Pourtant, un an plus tard, en septembre 2008, la
banque américaine Lehman Brothers faisait faillite .
Dans ce monde sans supervision, impossible d'anticiper sereinement les secousses et de prévenir
les crises. Selon l'économiste Christian de Boissieu, «la crainte est grande qu'une crise
immobilière en Chine, probable dans les deux à trois ans à venir compte tenu de la formation
d'une bulle immobilière depuis des années, engendre des risques systémiques à la fois dans le
système bancaire formel et dans le «shadow banking», avec un renforcement réciproque des
risques.»

• Pourquoi le «shadow banking» a encore de beaux jours devant lui?

Comme le FMI le souligne dans son dernier rapport sur la stabilité financière (2014) , le
«shadow banking» «se développe quand les taux sont bas et que les investisseurs cherchent de
plus gros rendements, quand il y a une forte demande d'actifs (de la part des assurances ou des
fonds de pension par exemple) et quand la régulation bancaire se durcit». Soit, tout ce qui
caractérise notre environnement actuel! Pire, aujourd'hui, les taux ne sont même pas bas, ils
sont, pour certaines échéances courtes, carrément négatifs... Sept ans après la crise des subprimes,
pour le Shadow Banking, «business is back».

• Que font les régulateurs?


La crise des subprimes consacre l'échec des politiques de régulation financière. En 2010, le G20
s'est saisi du «problème» et instauré Financial Stability Board pour étudier le «shadow banking»
et le mesurer. Aux États-Unis, en Grande-Bretagne, et en Europe, des mesures éparses ont été
prises. Au niveau international, Bâle III (la réforme dite de «Bâle III» vise à garantir un niveau
minimum de capitaux propres afin d'assurer la solidité financière des banques) prévoit des limites
à certaines activités du «shadow banking». Mais, rien n'est vraiment ni identifié ni
contraignant...

Le risque de réguler trop fort et trop directement serait de voir se développer le «shadow
shadow banking», comme l'évoquent Constantin Mellios et Jean-Jacques Pluchart dans un livre
intitulé Le Shadow Banking publié en 2015: «Le chantier de la régulation du Shadow Banking
semble devoir faire appel à un travail de l'ombre, austère, rigoureux et de longue durée,
impliquant du courage politique, de la diplomatie internationale, et de l'expertise financière et
comptable». Vaste programme.

33
Séance n° 2
AGRÉMENT ET MONOPOLE

LES NOTIONS ESSENTIELLES


Revoir les notions suivantes : opérations de crédit, services de paiement, fonds remboursables
du public

TEXTES APPLICABLES
Article L. 311-1, L. 511-1, L. 511-6, L. 511-7 et L. 571-3 du code monétaire et financier

LES OPÉRATIONS DE BANQUE


Doc. 1 : Cass. Crim., 20 février 1984, n° 83-90.738, Bull. crim., n° 62. (extrait) - opération de
crédit et cession de créances non échues.
Doc. 2 : CE, statuant au contentieux, 6.2 SSR, 8 juillet 1987, n° 47192 (extrait) - opération de
crédit et cession de créances non échues.
Doc. 3 : Cass. Com., 2 novembre 2016, n°15-10.274, F.-D., Lexbase, n°5570BW9, H. Causse, «
Du critère de l'opération de crédit désignant les crédits et délimitant les opération de banque », - locations
financières.
Doc. 4 : Cass. Crim., 22 février 2017, n° 15-85.799 - réception de fonds remboursables du public.
Doc. 5 : Position ACPR 2014-P-01 du 29 janvier 2014 relative aux opérations sur bitcoins en
France.

LES CONTOURS DU MONOPOLE BANCAIRE


Doc. 6 : Cass. com., 3 décembre 2002, n° 00-16.957, Bull. Civ., IV, n° 182 ; D. 2003. 202 ;
JCP.E.2003. 853, B. Dondero ; Petites affiches, 4 mars 2003, p. 12, E. C. ; RDBF 2003, n° 58,
Crédot et Gérard ; RJDA 2003, n° 532 - la caractère « habituel » des opérations de banque.
Doc. 7 : Cass. Com., 7 janvier 2004, Sté Fayet c/ Sté Centéa, pourvoi n° 01-02.481 (extrait) - - la
caractère « habituel » des opérations de banque.
Doc. 8 : Cass. Crim., 8 juillet 2015, n° 13-88.557 - l'application territoriale du monopole
bancaire
Doc. 9 : CJCE, 9 juillet 1997, aff. C-225/95, Parodi (extrait) - monopole bancaire et liberté
d'établissement /de prestation de services.

LES SANCTIONS CIVILES DE LA VIOLATION DU MONOPOLE BANCAIRE


Doc. 10 : J. LASSERRE CAPDEVILLE, Les sanctions civiles de la violation du monopole bancaire :
état des lieux et propositions, Banque & Droit, n°174, juillet-août 2017, p. 15.
Doc. 11 : Cass., Ass. plén., 4 mars 2005, n° 03-11.725, Bull. A. P., n° 2; JCP éd. E, p. 690, T.
Bonneau ; JCP éd. G., 2005, II, 10062, concl. R. de Gouttes ; D. 2005, p.836, X. Delpech; RTD
com. 2005, p. 400, D. Legeais; RDBF, juill.-août 2005, n°4, 118, Crédot et Gérard ; D. 2006, p.
155, H. Synvet – Incidence du défaut d’agrément sur le contrat de prêt.
Doc. 12 : Cass. Civ. 2e, 14 juin 2007, n° 05-21.166, Bull. civ. II, n° 155 – Incidence du défaut
d’agrément sur le contrat d’assurance-vie.

EXERCICE Commentaire de l'arrêt Cass. Com., 8 janvier 2008, n° 06-19.944.

34
LES OPÉRATIONS DE BANQUE

Doc. 1 : Cass. crim., 20 février 1984, n°83-90.738, Bull. crim. n°62 (extrait)

Sur le premier moyen de cassation, pris de la violation des articles 1, 6, 7, 11 de la loi du 14 juin
1941, 463 du Code pénal, 593 du Code de procédure pénale, défaut de motifs, manque de base
légale ;
En ce que l'arrêt attaqué a déclaré le prévenu le coupable d'exercice irrégulier de l'activité
d'établissement financier ;
Aux motifs qu'il est exact, comme l'expose le prévenu, que la rémunération de la CEER n'était
pas calculée selon le mode habituel d'un taux d'intérêt utilisé en matière de prêt d'argent, que
toutefois l'avance des fonds faite par la CEER à ses clients était liée à la condition de
l'engagement de ceux-ci au paiement d'une somme destinée tant à couvrir les frais exposés par la
société qu'à assurer la rétribution du financement dont bénéficient immédiatement les clients de
celle-ci, que, dès lors, les modalités de ladite rémunération, déterminée par les parties aux
opérations en cause, sont sans importance sur la nature desdites opérations, que l'argumentation
du prévenu du ce point ne peut donc qu'être rejetée ;
Alors que, après avoir admis que la rémunération en termes d'intérêts ou d'agios calculés "pro
rata temporis" de l'avance consentie, constituait l'un des éléments essentiels de l'opération de
crédit au sens de la loi du 13 juin 1941, la Cour d'appel ne pouvait se borner à déclarer que les
modalités de la rémunération forfaitaire de la CEER étaient sans influence sur la nature des
opérations pratiquées par cet organisme, sans recherche si cette rémunération forfaitaire
constituait ou non l'élément susvisés d'une opération de crédit ;

Qu'en statuant comme elle l'a fait, la Cour d'appel n'a donc pas donné de base légale à sa décision

Sur le second moyen de cassation, pris de la violation des articles 1, 6, 7, 11 de la loi du 14 juin
1941, 27-2° et 21 de la loi du 13 juin 1941, 463 du Code pénal, 593 du Code de procédure pénale,
défaut de motifs, manque de base légale ;

En ce que l'arrêt attaqué a déclaré le prévenu coupable d'exercice irrégulier de l'activité


d'établissement financier ;

Aux motifs qu'il est contant, comme l'affirme X…, que les opérations d'achat de créances
réalisées par la CEER libéraient les clients de cette société de l'obligation de la restitution des
fonds qui leur étaient avancés, que si effectivement le paiement par le débiteur de la créance
entre les mains de la CEER valait pour celle-ci le recouvrement des deniers qu'elle avait fournis
au créancier cédant, cette circonstance ne saurait effacer le caractère intrinsèque de prêts
d'argent que revêtaient les achats de créances dont la finalité était de permettre aux vendeurs de
créances de percevoir immédiatement des sommes dont ils étaient créanciers à terme, que
l'argumentation du prévenu sur ce point ne peut qu'être rejetée ;

Alors qu'après avoir admis que la restitution maintenue sur la tête de celui qui a reçu l'avance
constituait l'un de éléments de l'opération de crédit au sens de la loi du 13 juin 1941, la Cour
d'appel ne pouvait se borner à déclarer que la circonstance que le paiement par le débiteur de la
créance entre les mains de la CEER valait pour celle-ci le recouvrement des deniers qu'elle avait
fournis au créancier cédant, et, dès lors, en l'absence de restitution de l'avance par celui qui l'avait
reçue, ne saurait effacer le caractère intrinsèque de prêts d'argent de l'opération, sans rechercher
si ladite circonstance entrait ou non dans le cadre de l'opération de crédit par elle définie ;

35
Qu'en statuant ainsi, la Cour d'appel n'a pas donné de base légal à sa décision ;

(…)
Attendu qu'il appert de l'arrêt attaqué que la société "Compagnie Européennes d'Etudes et de
Recouvrement" (CEER) fondée en 1970 sous forme d'une SARL puis transformée en société
anonyme le 11 mars 1974, a été dès sa fondation dirigée par Gérard X… ;
Que son objet consistait à effectuer des opérations d'achat au comptant de créances que lui cédait
sa clientèle ;
Que début 1980, la commission de contrôle des banques ayant estimé que cette société effectuait
non une activité contentieuse, mais en réalité se livrait essentiellement à des achats de créances
non échue, alors que selon elle ces opérations de crédit étaient réservées aux seules banques et
établissements financiers régulièrement inscrits, a enjoint à la CEER, qui n'était pas agréée à
cette fin, de renoncer immédiatement à son commerce et de liquider les opérations irrégulières
en cours, puis a porté plainte contre elle en application des articles 1 er, 6, 7, 11 de la loi du 14 juin
1941 et 21 de la loi du 13 juin 1941 ;

Attendu que pour déclarer X… coupable de ces chefs, les juges du fond énoncent « qu'il résulte de
l'information et des débats que le volume des créances non échues acquises par la CEER dépassait le taux
de 50% pour l'ensemble des achats de créances effectués par cette société, pourcentage non contesté par X
…»;
Que le dirigeant de la CEER « en procédant habituellement et jusqu'au 2 février 1981 à ces achats de
créances non échues avait effectué des opérations de crédit à court et moyen terme au sens de l'article 27-2°
de la loi du 13 juin 1941 » ;
Que « les modalités de la rémunération perçue par la CEER étaient sans influence sur la nature des
opérations auxquelles elle participait » ;
Qu'il en était de même « pour l'absence d'obligation de restitution qui n'était pas imposée aux clients de
la CEER lorsqu'ils avaient reçu le paiement subrogatif, cette circonstance ne pouvant effacer le caractère
intrinsèque de prêts d'argent que revêtaient les achats de créances effectuées par la société en cause, la
finalité de ceux-ci étant de permettre aux vendeurs de percevoir immédiatement des sommes dont ils
n'étaient créanciers qu'à terme ».
Attendu qu'en l'état de ces énonciations et constatations et alors d'ailleurs que les faits déclarés
constants par l'arrêt s'analysent en escompte, prise en nantissement, ou encaissement d'effets de
commerce, de chèques ou d'effets publics entrant dans les prévisions de l'article 27-2°, C, de la loi
du 13 juin 1941, la Cour d'appel, loin d'encourir les griefs visés aux moyens, a donné une base
légal à sa décision ;
Que, dès lors, ces moyens ne sauraient être accueillis ;
Et attendu que l'arrêt est régulier en la forme ;
REJETTE LE POURVOI.

Doc. 2 : CE, statuant au contentieux, 6/2 SSR, 8 juillet 1987, n° 47192 (extrait)

Considérant qu'aux termes de l'article 2 du décret du 30 septembre 1953 modifié par le décret n°
75 793 du 26 août 1975 : « Le Conseil d'Etat reste compétent pour connaître en premier et dernier
ressort... 6° Des recours en annulation dirigés contre les décisions administratives des organismes
collégiaux à compétence nationale » ;

Considérant que la commission de contrôle des banques est un organisme collégial à compétence
nationale ; que la décision attaquée, qui enjoint à la COMPAGNIE EUROPEENNE D'ETUDES
ET DE RECOUVREMENT de cesser son activité d'achat des créances non contentieuses et de
liquider les opérations en cours, est une décision administrative ; que, par suite, le tribunal

36
administratif de Paris n'était pas compétent pour statuer sur la demande de cette société tendant
à l'annulation de ladite décision ; que, dès lors, le jugement attaqué doit être annulé ;

Considérant qu'il y a lieu d'évoquer et de statuer immédiatement sur la demande présentée par la
COMPAGNIE EUROPEENNE D'ETUDES ET DE RECOUVREMENT devant le tribunal
administratif de Paris ;
(…)
Sur la légalité interne :
Considérant qu'au nombre des opérations visées l'article 27-2° de la loi du 13 juin 1941 figurent
notamment les opérations de crédit à court ou moyen terme ; qu'il est constant que la
COMPAGNIE EUROPEENNE D'ETUDES ET DE RECOUVREMENT pratiquait des
opérations d'achat avec paiement comptant de créances non échues ; qu'en donnant à ses clients
la possibilité de céder au comptant des créances non encore exigibles, elle leur proposait des
opérations de crédit, dont les transferts de créances assuraient seulement l'exécution et la
garantie ; que ces opérations, dont il n'est pas contesté qu'elles présentaient un caractère
habituel, sont au nombre de celles visées à l'article 27-2° de la loi du 13 juin 1941 ; qu'en
conséquence, la commission de contrôle des banques, informée de ce que la COMPAGNIE
EUROPEENNE D'ETUDES ET DE RECOUVREMENT pratiquait des opérations de crédit
sans être inscrite sur la liste des établissements financiers, a pu légalement lui enjoindre de
cesser immédiatement ces activités et de liquider les opérations en cours ;

Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que, sans qu'il soit besoin de statuer sur la fin de
non-recevoir opposée par le ministre, il y a lieu de rejeter la demande de la COMPAGNIE
EUROPEENNE D'ETUDES ET DE RECOUVREMENT ;

Article ler : Le jugement du tribunal administratif de Paris en date du 6 octobre 1982 est annulé.

Article 2 : La demande présentée par la COMPAGNIE EUROPEENNE D'ETUDES ET DE


RECOUVREMENT devant le tribunal administratif de Paris et le surplus des conclusions de sa
requête devant le Conseil d'Etat sont rejetés.

Article 3 : La présente décision sera notifiée à la COMPAGNIE EUROPEENNE D'ETUDES


ET DE RECOUVREMENT et au ministre d'Etat, ministre de l'économie, des finances et de la
privatisation.

Doc. 3 : Cass. com., 2 novembre 2016, n° 15-10.274, non publié au bulletin (extrait)

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 7 novembre 2014) et les productions, que la société
Alexander Burkle, devenue Electis, a conclu en 2005 avec la société Europe Computer systèmes
(ECS), devenue Econocom France, des contrats de location de produits informatiques avec
services associés commandés à un fournisseur, dans la limite d'un montant global déterminé
intitulé « capacité nette d'engagement » ; que ces contrats ont été cédés à la société Franfinance
location ; que la société Electis a assigné la société Econocom et la société Franfinance location
en demandant la requalification de ces contrats en contrats de crédit et leur annulation comme
contraires à l'ordre public imposant leur conclusion par des établissements agréés ;

Sur le premier moyen :

Attendu que la société Electis fait grief à l'arrêt de rejeter ses demandes alors, selon le moyen,
que constitue une opération de crédit tout acte par lequel une personne agissant à titre onéreux
met ou promet de mettre des fonds à la disposition d'une autre personne ; que le prêt consenti

37
par un professionnel n'est pas un contrat réel et n'implique donc aucune remise de fonds
directement à l'emprunteur ; qu'aux termes du contrat liant la société Electis à la société
Econocom, portant sur la « location » de divers produits et de services, pour une période
déterminée et un montant global maximum dénommé « capacité nette d'engagement », ou CNE,
la société Electis devait commander auprès de ses propres fournisseurs « dans la limite de la
CNE » des produits, au nom et pour le compte d'Econocom, et d'éventuels services associés,
qu'elle s'engageait à « louer » auprès d'Econocom ; qu'Econocom réglait les produits et services
concernés aux fournisseurs et prestataires de services choisis par Electis, et se faisait rembourser
par le paiement de « loyers », comportant des intérêts, par la société Electis ; que la société
Econocom, mettait ainsi, à titre onéreux, des fonds à la disposition de la société Electis en
réglant directement ses fournisseurs et prestataires de services, tout en se faisant rembourser au
moyen de mensualités dénommées loyers ; qu'en énonçant, pour écarter la qualification
d'opération de crédit, que la société Econocom n'avait jamais remis de fonds à la société Electis,
la cour d'appel a statué par un motif inopérant, et violé l'article L. 313-1 du code monétaire et
financier, ensemble l'article 1892 du code civil ;

Mais attendu qu'ayant relevé que les contrats avaient pour objet la location de matériel
informatique et des prestations de services informatiques choisis par le locataire, dans une limite
budgétaire fixée par le montant global déterminé, et que pesait sur le locataire la double
obligation de payer les loyers et de restituer les matériels loués à l'échéance du contrat, la cour
d'appel en a exactement déduit que la société Econocom n'avait pas, agissant à titre onéreux, mis
des fonds à la disposition de la société Electis, de sorte que les contrats conclus ne constituaient
pas des opérations de crédit ; que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le quatrième moyen, qui est préalable :

Attendu que la société Electis fait le même grief à l'arrêt alors, selon le moyen, que constitue une
opération de crédit la location financière d'un bien dont la valeur réside tout entière dans l'usage,
et dont la durée est voisine de la durée moyenne d'utilisation de la chose ; qu'en l'espèce, la cour
d'appel a constaté que le contrat Capacity portait sur la location de matériels informatiques et
progiciels dont l'obsolescence est particulièrement rapide et dont la valeur réside dans l'usage :
«les contrats de location financière sont adaptés aux besoins, des clients lesquels sont confrontés
à l'obsolescence rapide des équipements informatiques, qui n'ont quasiment plus de valeur à la fin
du contrat, étant amortis et technologiquement dépassés ; d'ailleurs la fiche financière établie en
avril 2005 entre les sociétés Econocom et Franfinance corrobore cette importante dépréciation
du matériel et équipement puisque la société Econocom s'engage à racheter au terme du contrat
Capacity le matériel et équipement pour la somme de 150 euros HT, alors qu'elle les a vendus à
la société Franfinance au prix de 865 131 euros » ; qu'en retenant pourtant que la location
financière litigieuse ne constituait pas une opération de crédit, la cour d'appel n'a pas tiré les
conséquences légales de ses constatations, et a violé l'article L. 313-1 du code monétaire et
financier ;

Mais attendu qu'ayant relevé que le contrat litigieux ne stipulait aucune option d'achat en faveur
de la société Econocom, qui était tenue de restituer les matériels loués en fin de période de
location, faisant ainsi ressortir que le locataire n'avait pas la possibilité d'acquérir tout ou partie
des biens loués, moyennant un prix convenu tenant compte, au moins pour partie, des
versements effectués à titre de loyers, la cour d'appel a exactement décidé que la location
financière litigieuse ne constituait pas une opération de crédit-bail ni, plus généralement, une
opération de location assortie d'une option d'achat, seules susceptibles d'être assimilées à des
opérations de crédit par l'article L. 313-1 du code monétaire et financier ; que le moyen n'est pas
fondé ;

38
PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi.

Doc. 4 : Cass. crim., 22 février 2017, n° 15-85.799, non publié au bulletin (extrait)

Sur le deuxième moyen de cassation, pris de la violation des articles L. 511-5 et L. 312-2 du code
monétaire et financier, 121-3 du code pénal, 593 du code de procédure pénale, défaut de base
légale, contradiction de motifs ;

En ce que la cour d'appel a reconnu M. X... coupable du délit d'exercice illégal de la profession de
banquier par réception de fonds remboursables du public ;

Aux motifs que l'article L. 511-1 du code monétaire et financier dispose, en son alinéa 1, qu'il est
interdit à toute personne autre qu'un établissement de crédit ou une société de financement
d'effectuer des opérations de crédit à titre habituel ; que l'alinéa 2 prévoit qu'il est, en outre,
interdit à toute personne autre qu'un établissement de crédit de recevoir à titre habituel des
fonds remboursables du public ou de fournir des services bancaires de paiement, la personne
violant l'une de ces deux interdictions se rendant coupable d'exercice illégal de la profession de
banquier, délit prévu et réprimé par l'article L. 571-3 du code monétaire et financier, champ des
poursuites visées dans l'ordonnance de renvoi ; que la cour entend cependant souligner,
liminairement, que l'acte de poursuite est particulièrement imprécis sur les faits exactement
reprochés à M. X..., susceptibles de caractériser le délit d'exercice illégal de la profession de
banquier ; qu'il appartient cependant à la juridiction répressive, saisie in rem, de rechercher au
dossier d'information l'existence des faits, se situant dans la période de prévention, susceptibles
de tomber sous le coup de cette qualification ; que le dossier d'information, qui a mis en évidence
les intérêts financiers détenus par M. X... dans plusieurs sociétés, en tant qu'administrateur
délégué de la SA Refuge Invest au Luxembourg, au sein d'Evropa, en tant que gérant de la
SARL Immobat Consulting, salarié de la société Montesquieu, associé de la SARL Damec
Pianissimo, gérant associé de la société Princeton Property, n'a pas permis, en dépit des
investigations financières et patrimoniales qui ont été menées, d'établir que M. X... avait, « au
travers de sociétés commerciales, démarché des clients français pour leur proposer des
placements financiers entre janvier 2006 et février 2008, et qu'il avait pu prêter des fonds, via des
SARL, à des promoteurs immobiliers, dans le but de réaliser des projets de construction avec
promesse de rembourser des fonds avec intérêts » ; que la cour observe à cet égard que le
raisonnement des premiers juges s'appuie sur des éléments issus de l'ordonnance de renvoi qui,
dans un dossier conséquent dont tous les aspects n'ont pu, à l'évidence, être explorés, procèdent
de déductions, non corroborées par le résultat des investigations ; que l'information a permis en
revanche de faire apparaître que des particuliers, en l'occurrence des époux A...-B..., Mmes
Michèle C..., épouse D... E... et Aurélie F..., née D... E..., étaient susceptibles d'avoir réalisé des
placements financiers par l'intermédiaire de MM. X... et de H..., ou de MM. X... et de K...; qu'en
droit, pour se rendre coupable du délit d'exercice illégal de la profession de banquier il faut, d'une
part, ne pas avoir obtenu l'agrément nécessaire et, d'autre part, commettre habituellement des
actes relevant du monopole de la profession de banquier ; que l'obligation de détenir un
agrément résulte de la loi bancaire du 24 janvier 1984 dont l'objet visait, notamment, à protéger
le monopole bancaire et les déposants en réservant certaines opérations à des établissements
soumis au contrôle de l'Etat, offrant des garanties financières, de compétence et de moralité ; que
l'agrément revêt donc un caractère obligatoire et depuis la loi bancaire de 1984, seules peuvent

39
être agréées les personnes morales, peu important leur forme juridique ; que l'agrément est
délivré par un organisme étatique, l'ACP, et à l'époque des faits le CECEI ; que la défense
soutient en l'espèce que la société Refuge Invest, société de droit luxembourgeois, bénéficiait
d'un agrément qui avait en réalité été délivré à Sébastien H...en avril 2006 par le Ministère des
classes moyennes du Luxembourg, que Sébastien H...n'avait quitté Refuge Invest que le 22
février 2008, que les faits visés dans les poursuites avaient été commis entre 2006 et le 11 février
2008, donc à une période où les sociétés concernées avaient à leur tête des personnes agréées ; or,
on ne retrouve aucune trace au dossier d'un agrément délivré à la société Refuge Invest ou
encore à la société Princeton en tant que personnes morales par les autorités de contrôle
luxembourgeoises pour effectuer des placements financiers au profit de particuliers ; que M. H...a
du reste confirmé au cours de l'information qu'il n'avait pas l'agrément du comité des
établissements de crédit et des entreprises d'investissement en France, que la Banque de France
n'avait pas été avertie de l'autorisation de commerce qu'il aurait détenue au Luxembourg où il ne
disposait pas non plus d'un agrément du comité de surveillance du secteur financier et que la
société Refuge Invest ne disposait d'aucun agrément ; qu'à supposer en outre que cet agrément
ait été obtenu, il était nécessaire, dès lors que les opérations financières concernées étaient
conclues en France, que la Banque de France en ait été informée ; que, selon M. J..., adjoint du
chef du service de la réglementation bancaire et financière, si les sociétés étrangères européennes
qui bénéficient d'un agrément dans leur pays d'origine peuvent exercer légalement leur activité
sur le territoire français, c'est à la condition d'en avoir informé le CECEI qui établit une liste en
France des établissements étrangers européens qui sont en droit d'exercer sur le territoire
français ; que, force est de constater que ni la société Refuge Invest, ni la société Princeton de
laquelle M. X... était associé avec M. K..., ne remplissaient cette condition à la date des faits ; que,
s'agissant du caractère habituel d'actes relevant du monopole bancaire, le délit d'exercice illégal
de la profession de banquier peut être accompli par toute personne physique, ou par toute
personne morale n'ayant pas obtenu l'agrément, sauf exceptions prévues à l'article L. 511-6 du
code monétaire et financier dans le champ desquelles n'entrent pas les opérations effectuées par
MM. X... et H...via la société Refuge Invest d'une part, et par MM. X... et K... via la société
Princeton d'autre part qui accomplit des opérations de banque et notamment, réceptionne des
fonds remboursables du public ; que, l'article 312-2 du code monétaire et financier définit la
réception de fonds remboursables du public comme « les fonds qu'une personne recueille d'un
tiers, notamment sous la forme de dépôt, avec le droit d'en disposer pour son propre compte,
mais à charge pour elle de les restituer », peu important la nature juridique de l'opération qui a
donné lieu à la remise et la durée de la remise et qu'ils s'agisse de fonds restituables à termes ou
de dépôts à vue ; qu'en outre, la notion de public implique simplement que les fonds aient été
remis par un tiers, c'est-à-dire par une personne juridique distincte ; que lorsqu'il a été entendu
en garde à vue, M. X... a indiqué avoir rencontré en 2006 M. H..., qui exerçait une activité dans
le domaine de la gestion de fortune et de patrimoine au Luxembourg, et avoir pour son compte,
et moyennant commission, démarché des clients pour leur proposer des placements dans des
sociétés luxembourgeoises sous forme de « compte courant participatif » ; que s'expliquant plus
en détail devant le juge d'instruction, il a présenté ses activités comme « des opérations de
marchand de biens » ne relevant pas de la profession de banquier dans la mesure où il n'y avait
pas d'appel public à l'épargne et que les apporteurs avaient la qualité d'associés des sociétés ; qu'il
a encore mentionné que les opérations consistaient à démarcher des clients français dans le but
de les associer avec lui-même et M. H...dans des sociétés étrangères ou françaises afin qu'ils
apportent des fonds destinés à grossir les comptes courants et le capital des sociétés, dans le but
de réaliser des opérations immobilières générant des plus-values ; que bien conscient de ce que
les époux A... n'avaient pas la qualité d'associés de la société Refuge Invest, il a qualifié de prêt
l'apport de 660 000 euros consenti par ces derniers à la société Refuge Invest ; que, la chambre
criminelle considère de manière constante que « la réception de fonds auprès du public sous
forme de dépôts constitue, quelle que soit leur destination, une opération de banque au sens des
articles 1 et 2 de la loi du 24 janvier 2004 » ; qu'en l'espèce, doivent donc indubitablement être

40
qualifiés d'opérations de banque : les fonds qui ont été mis à la disposition de la société Refuge
Invest par les époux A...-B..., par l'intermédiaire de MM. X... et de H...dans le cadre du « contrat
de compte courant participatif », daté du 22 juin 2007 dont les modalités sont ci-dessus rappelées
en détail ; les fonds qui ont été placés en novembre 2007 par M. Michèle C..., époux E... D... et
son époux par l'intermédiaire de MM. X... et de K...dans la société Princeton au Luxembourg,
d'un montant de 150 000 euros au taux annuel de 17 %, le fait que cette opération de placement
n'ait suscité aucune difficulté (les époux E... D... ayant en effet été remboursés du capital et des
intérêts avant l'échéance contractuellement prévue) étant indifférent au regard de la qualification
retenue ; en revanche, hormis l'audition de M. Fabien D... Viger qui avait déclaré qu'au début de
l'année 2007, sa soeur M. Aurélie F..., demeurant en Guadeloupe, avait effectué un placement par
l'intermédiaire de MM. X... et H..., sans être certain du montant des fonds investis qui aurait été
100 000 euros, fonds qui auraient été remboursés en septembre 2007 par M. X...
personnellement, le dossier d'information ne comporte aucun élément sur les conditions et la
forme juridique du placement concerné ni même sur la société dans laquelle ces fonds auraient
été investis ; que la jurisprudence de la chambre criminelle de la Cour de cassation considère
quoiqu'il en soit de manière constante que deux actes suffisent à consommer l'habitude et que
s'agissant du délit d'exercice illégal de la profession de banquier, il faut au moins deux opérations
de banque distinctes, la caractérisation de l'habitude relevant du pouvoir souverain
d'appréciation des juges du fond ; qu'en l'espèce, deux placements pouvant être qualifiés
d'opération de banque au sens de l'article L. 312-2 du code monétaire et financier, ayant été mis à
jour par le dossier d'information et ces opérations de placement impliquant M. X... d'une part, en
sa qualité d'administrateur de la société Refuge Invest, en ce qu'il a personnellement signé le
contrat de compte courant participatif, daté du 22 juin 2007, conclu par cette société avec les
époux A... ; que d'autre part, en sa qualité d'associé de la société Princeton, en ce qu'il a participé
à l'opération de placement conclue par les époux D... E... ; que l'infraction d'exercice illégal de la
profession de banquier apparaît caractérisée en tous ses éléments constitutifs ; que c'est à juste
titre par conséquent que les premiers juges, dont le jugement doit être confirmé, mais par
substitution de motifs, ont retenu M. X... dans les liens de la prévention ;

1°) Alors que le délit d'exercice illégal de la profession de banquier par réception de fonds
remboursables du public suppose que le prévenu ait reçu des fonds d'un tiers avec le droit d'en
disposer pour son propre compte ; que la circonstance que les fonds ont été reçu à charge d'en
faire un usage déterminé fait obstacle à la caractérisation de ce délit ; qu'en l'espèce, la cour
d'appel a retenu M. X... dans les liens de la prévention alors qu'elle avait elle-même constaté que
les fonds qu'il avait reçus des époux A...-B...étaient exclusivement destinés au financement d'un
projet dans lequel ces derniers avaient souhaité investir, en sorte que ces fonds étaient affectés à
un usage déterminé ; qu'en statuant ainsi, la cour d'appel n'a pas tiré les conséquences qui
s'évinçaient de ses propres constatations et a violé les textes susvisés ;

2°) Alors que tout arrêt en matière correctionnelle doit énoncer les faits dont le prévenu est jugé
coupable et constater tous les éléments constitutifs de l'infraction ; que le délit d'exercice illégal
de la profession de banquier par réception de fonds remboursables du public suppose que le
prévenu ait reçu des fonds d'un tiers avec le droit d'en disposer pour son propre compte ; que
pour considérer que les fonds reçus par M. X... des époux E... D... constituait une opération
entrant dans le champ du monopole édicté par l'article L. 511-1 du code monétaire et financier, la
cour d'appel s'est bornée à constater qu'« en l'espèce, doivent donc indubitablement être qualifiés
d'opérations de banque : […] les fonds qui ont été placés en novembre 2007 par Mme Michèle
C..., époux E... D... et son époux par l'intermédiaire de MM. X... et K... dans la société Princeton
au Luxembourg, d'un montant de 150 000 euros au taux annuel de 17 %, le fait que cette
opération de placement n'ait suscité aucune difficulté (les époux E... D... ayant en effet été
remboursés du capital et des intérêts avant l'échéance contractuellement prévue) étant
indifférent au regard de la qualification retenue » ; qu'en statuant ainsi, sans rechercher

41
cependant si la société Princeton avait la libre disposition des fonds transférés à son bénéfice par
les époux E... D... ou si, au contraire, ces fonds étaient affectés à un usage déterminé, la cour
d'appel n'a pas caractérisé l'ensemble des éléments constitutifs du délit d'exercice illégal de la
profession de banquier par réception de fonds remboursables du public et partant, a privé sa
décision de base légale au regard des textes susvisés ;

3°) Alors, en tout état de cause, que tout arrêt en matière correctionnelle doit énoncer les faits
dont le prévenu est jugé coupable et constater tous les éléments constitutifs de l'infraction ; que
le délit d'exercice illégal de la profession de banquier est un délit intentionnel, dont l'existence
suppose de caractériser que le prévenu savait qu'il agissait en violation du monopole conféré aux
établissements de crédit par l'article L. 511-1 du code monétaire et financier ; qu'en l'espèce, la
cour d'appel s'est complètement abstenue de caractériser cet élément intentionnel, se bornant
seulement à relever qu'« en droit, pour se rendre coupable du délit d'exercice illégal de la
profession de banquier il faut, d'une part, ne pas avoir obtenu l'agrément nécessaire et, d'autre
part, commettre habituellement des actes relevant du monopole de la profession de banquier » ;
qu'en statuant ainsi, elle a violé les textes susvisés " ;

Attendu que, pour déclarer le prévenu coupable du délit d'exercice illégal de la profession de
banquier pour avoir reçu à titre habituel des fonds remboursables du public, l'arrêt prononce par
les motifs repris au moyen et retient, notamment, qu'il est établi que des particuliers ont remis
des fonds au prévenu dans un but de placement financier réalisé par celui-ci, les fonds devant être
restitués avec des intérêts à échéance convenue, sans que le prévenu n'ait obtenu l'agrément
nécessaire en tant qu'établissement de crédit pour réaliser une telle opération ;

Attendu qu'en statuant ainsi, et dès lors que la réception habituelle de fonds auprès du public
sous forme de dépôts, constitue, quelle que soit leur destination, une opération de banque au sens
des articles L. 311-1 et L. 312-2 du code monétaire et financier, la cour d'appel a caractérisé en
tous ses éléments, tant matériels qu'intentionnel, le délit reproché ;

Que, dès lors, le moyen ne saurait être accueilli.

Doc. 5 : Position ACPR 2014-P-01 du 29 janvier 2014 relative aux opérations sur bitcoins
en France

Le développement du Bitcoin, et plus largement des monnaies virtuelles, le nombre d'alertes, en


particulier criminelles, constatées notamment aux États-Unis, les risques de fraude et de
blanchiment des capitaux et de financement du terrorisme particulièrement élevés s'agissant d'un
instrument qui se prévaut de l'anonymat, ainsi que les éléments recueillis en France conduisent
l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) à préciser la qualification des
opérations réalisées à l'aide de Bitcoin au regard du droit monétaire et financier.

Le fonctionnement du Bitcoin, ses risques pour les utilisateurs et les enjeux d'un encadrement
réglementaire sont détaillés dans le Focus n° 10 du 5 décembre 2013 publié sur le site Internet
de la Banque de France (www.banque-france.fr), ainsi que dans le communiqué d'alerte émis le
12 décembre 2013 par l'Autorité bancaire européenne (www.eba.europa.eu).

En tant qu’autorité chargée de délivrer les agréments aux prestataires de services de paiement
en France, l’ACPR a adopté la position suivante :

42
Dans le cadre d’une opération d’achat/vente de Bitcoins contre une monnaie ayant cours légal,
l'activité d’intermédiation consistant à recevoir des fonds de l'acheteur de Bitcoins pour les
transférer au vendeur de Bitcoins relève de la fourniture de services de paiement.

Exercer cette activité à titre habituel en France implique de disposer d'un agrément de
prestataire de services de paiement (établissement de crédit, établissement de monnaie
électronique ou établissement de paiement) délivré par l’ACPR.

La délivrance de cet agrément impose le respect de conditions relatives notamment aux


apporteurs de capitaux, à la gouvernance, à la structure financière et au niveau de fonds propres.
Elle impose également que les entreprises agréées mettent en place (i) un dispositif de contrôle
interne et (ii) des mesures de vigilance en matière de lutte contre le blanchiment et le
financement du terrorisme, adaptés à l’activité exercée et aux risques encourus.

LES CONTOURS DU MONOPOLE BANCAIRE

Doc. 6 : Cass. com., 3 décembre 2002, n° 00-16.957, Bull. Civ., IV, n° 182

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que M. X... a prêté à M. Sébastien Y... diverses sommes, à neuf
reprises, entre 1975 et 1984 ; que l'administrateur de la succession de M. X... a cédé à Mme A...
la totalité de la créance de la succession X..., résultant de ces prêts, contre les ayants-cause de M.
Y... ; que Mme A... a assigné les consorts Y... en paiement des créances cédées ;

Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

Vu l'article L. 511-5 du Code monétaire et financier ;

Attendu que pour rejeter la demande de Mme A..., l'arrêt retient que caractérise l'exercice illégal
de la profession de banquier le fait pour une personne non agréée de consentir à titre habituel sur
la période comprise entre le 20 février 1975 et le 19 janvier 1984 neuf prêts successifs contenant
la mise de fonds à titre onéreux à la disposition d'un même client, en des termes révélant chez le
prêteur la connaissance des règles de droit applicables aux contrats ;

Attendu qu'en se prononçant par de tels motifs, inopérants et insuffisants à caractériser le


caractère habituel des opérations de banque effectuées, la cour d'appel n'a pas donné de base
légale à sa décision ; (…)

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE.

Doc. 7 : Cass. Com., 7 janvier 2001, n°01-02.481, non publié au bulletin (extrait).

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que, par acte sous seing privé établi le 5 août 1992 à Anvers en
Belgique et réitéré le même jour en la forme authentique à Paris, la banque de droit belge HSA,
devenue la société Centéa, a consenti à la société française Fayet un prêt garanti par une
inscription d'hypothèque sur un immeuble situé en France ; que la société Fayet n'ayant pas
honoré ses engagements, la société Centéa lui a fait délivrer un commandement de saisie
immobilière ; que, par dire, la société Fayet a invoqué la nullité du prêt au motif que

43
l'établissement de crédit belge n'avait pas reçu l'agrément prévu par l'article 15 de la loi du 24
janvier 1984 pour effectuer des opérations de banque en France ; que la cour d'appel a rejeté
cette prétention en retenant que le contrat s'était formé en Belgique, de sorte que le texte
invoqué n'était pas applicable à l'opération litigieuse, qu'en outre l'obligation d'un agrément ne
s'imposait pas à la banque belge, qui n'avait aucune structure implantée en France et n'y exerçait
pas son activité de manière habituelle et qu'enfin, même en cas d'annulation du prêt, l'inscription
d'hypothèque perdurerait jusqu'à la restitution des fonds empruntés ;
(…)
Mais sur le moyen unique, pris en sa troisième branche :

Vu l'article 4 du nouveau Code de procédure civile ;

Attendu que pour exclure l'application des textes invoqués par la société Fayet, l'arrêt retient
que l'acte sous seing privé stipule qu'il est signé en Belgique à Anvers, que l'offre de crédit a été
envoyée en Belgique ainsi que son acceptation et que même si les gérants de la société Fayet
indiquaient ne pas s'être rendus à Anvers en Belgique, c'est bien néanmoins dans cette ville que
s'était réalisé l'accord de volontés du prêteur et de l'emprunteur ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors que la société Centéa avait elle-même reconnu dans ses
écritures avoir émis, depuis la Belgique, par lettre recommandée avec accusé de réception
adressée à la société Fayet dont il n'a jamais été discuté qu'elle était domiciliée en France, une
offre de crédit que cette dernière lui avait retournée après l'avoir acceptée, ce dont il se déduisait
que le contrat s'était formé en France et que la société HSA avait donc pratiqué en France des
opérations de crédit, la cour d'appel a méconnu l'objet du litige en violation du texte précité ;

Sur le moyen unique, pris en sa quatrième branche :

Vu les articles 59, devenu l'article 49 du Traité instituant la Communauté européenne, 10 et 15


de la loi du 24 janvier 1984, devenus les articles L. 511-5 et L. 511-10 du Code monétaire et
financier ;

Attendu que pour rejeter les prétentions de la société Fayet, l'arrêt retient que l'agrément
bancaire n'est exigé que pour les établissements de crédit étranger se livrant de manière
habituelle à des opérations de crédit sur le territoire français ou y disposant de succursales, de
filiales ou de structures pour exercer leur profession de banquier ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'en application des articles 10 et 15 de la loi du 24 janvier
1984, devenus les articles L. 511-5 et L. 511-10 du Code monétaire et financier, la société Centéa,
qui ne contestait pas être un établissement de crédit au sens commun des législations belge et
française, devait, s'agissant d'un prêt consenti avant l'entrée en vigueur de la directive 89/646 du
Conseil du 15 décembre 1989, obtenir l'agrément imposé par les textes susvisés pour exercer en
France son activité, fût-ce à titre occasionnel et sous forme de libres prestations de service, la
cour d'appel a violé les textes susvisés ;

Et sur le moyen unique, pris en sa cinquième branche :

Vu les articles 59, devenu l'article 49 du Traité instituant la Communauté européenne, 10 et 15


de la loi du 24 janvier 1984, devenus les articles L. 511-5 et L. 511-10 du Code monétaire et
financier ;

Attendu que pour statuer comme il a fait, l'arrêt retient enfin que dans son arrêt du 9 juillet
1997, la Cour de justice des Communautés européennes a édicté que pour la période précédant

44
l'entrée en vigueur de la Directive 89/646 CEE du Conseil du 15 décembre 1989, visant à la
coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant l'accès à
l'activité des établissements de crédit et son exercice, l'article 59 du Traité CEE s'oppose à ce
qu'un Etat membre impose à un établissement de crédit, déjà agréé dans un autre Etat membre,
d'obtenir un agrément pour pouvoir accorder un prêt hypothécaire à une personne résidant sur
son territoire, à moins que cet agrément s'impose à toute personne ou toute société exerçant une
telle activité sur le territoire de l'Etat membre de destination, soit justifié par des raisons liées à
l'intérêt général telles que la protection des consommateurs et soit objectivement nécessaire
pour assurer le respect des règles applicables dans le secteur considéré et pour protéger les
intérêts que ces règles ont pour but de sauvegarder, étant entendu que le même résultat ne
pourrait pas être obtenu par des règles moins contraignantes et qu'il n'était pas démontré que de
telles conditions soient réunies ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors que l'agrément exigé par les articles 10 et 15 de la loi du 24
janvier 1984, devenus les articles L. 511-5 et L. 511-10 du Code monétaire et financier, était
conforme aux trois conditions exigées, pour sa validité, par l'arrêt précité de la Cour de justice
des Communautés européennes, notamment en ce qu'il devait être obtenu par toute personne
ayant pour activité l'octroi de prêts hypothécaires en France et en ce que, pour l'accorder, le
comité des établissements de crédit devait apprécier l'aptitude de l'entreprise requérante à
réaliser ses objectifs de développement dans des conditions compatibles avec le bon
fonctionnement du système bancaire et qui assurent à la clientèle une sécurité satisfaisante,
conditions justifiant alors l'implantation de succursales, compte tenu des garanties que celles-ci
offraient en l'absence de règles prudentielles suffisamment harmonisées au sein des Etats
membres et de relations précisément organisées et effectivement mises en oeuvre entre les
autorités de contrôle des pays concernés, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 13 décembre 2000, entre les
parties, par la cour d'appel de Bordeaux ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état
où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel
d'Agen.

Doc. 8 : Cass. Crim., 8 juillet 2015, n° 13-88.557

Sur le premier moyen de cassation, pris de la violation des articles L. 571-2 et L. 511-5, alinéa 1,
du code monétaire et financier, 8, 591 et 593 du code de procédure pénale, violation de la loi,
insuffisance et contradiction de motifs, manque de base légale ;

En ce que l'arrêt attaqué a confirmé la condamnation de M. X... du chef de complicité du délit


d'exercice illégal de la profession de banquier commis par M. D...en l'aidant ou l'assistant
sciemment dans sa préparation, facilitant ainsi la consommation de l'infraction ;

Aux motifs que M. E... déposait plainte le 19 avril 2007 ; que, de double nationalité française et
suisse, titulaire d'un très important patrimoine, ayant des comptes à la BNP agence des
Chartrons à Bordeaux 33, M. E...rencontrait M. X..., directeur de l'agence depuis octobre 1999,
qui lui proposait divers placements par l'intermédiaire de la BNP ; que M. E... cherchant des
investissements plus rémunérateurs, aux fins de placements à l'étranger M. X... le mettait en
relation avec un de ses clients et amis motocyclistes, M. D..., ayant diverses sociétés dont
concernant le sport motocycliste, et une activité de placements financiers ; que M. D...présentait
pratiquement à M. E..., en présence de M. X... sa méthode de travail de placement, fondée sur des

45
calculs informatisés sur les transactions boursières et non sur les informations concernant les
sociétés cotées, ses locaux à Bordeaux, et son équipe composée notamment du fils majeur de M.
X..., travaillant sur le logiciel informatique de calcul permettant à M. D...la gestion des
placements ; que le 11 février 2002, M. E... signait une convention de rémunération de compte
courant avec Rocca Trading Industries Corporation, société sise à Luxembourg et susceptible
d'avoir été constituée aux Iles Vierges britanniques, ayant pour co-titulaire M. D..., et le 5 mars
2002 transmettait aux fins de placements par cette société la somme de 150 000 euros de la
Banque cantonale vaudoise par l'intermédiaire d'un compte au nom de M. X... à la National
Westminster Bank à Londres ; qu'à la suite de cette opération, M. D...proposait à M. E... de lui
donner la possibilité de travailler ses placements sur une ligne de crédit avec une garantie
bancaire ; que le 7 janvier 2003, MM. D...et E...rencontraient le banquier de ce dernier à la
Banque cantonale vaudoise en Suisse ; qu'ainsi, en janvier 2003, la Rocca Trading Industries
Corporation de M. D..., par l'intermédiaire, fin janvier 2003, de la Banque générale du
Luxembourg bénéficiait d'une ligne de crédit garantie par le compte de M. E... à la Banque
cantonale vaudoise de 230 000 euros pour six mois ; que le 25 mars 2003, M. E...recevait 15 000
euros en rémunération de ses placements réalisés dans ce cadre ; qu'après la première
prolongation de la garantie bancaire le 7 mars 2003, M. D...réalisait de nombreuses opérations
sans lien avec des placements financiers amenant le compte de la Banque générale du
Luxembourg à être à découvert de 223 000 euros, somme augmentée des intérêts débiteurs ;
qu'alors que ce compte était débiteur, la garantie bancaire était finalement actionnée le 30 avril
2004, et le compte de M. E... à la Banque cantonale vaudoise était débité de 341 730, 30 francs
suisses au profit de la Banque générale du Luxembourg ; qu'il apparaissait également sur le
compte Banque générale de Rocca Trading Industries Corporation un virement le 22 décembre
2002 de 70 000 euros en provenance d'un compte ING de M. E... alors que M. D...était titulaire
d'une procuration ; que M. D...quittait alors la France pour la Thaïlande pendant plusieurs
années, sans contact avec M. E...; que le préjudice total de M. E... s'élevait à :-150 000 euros, le 5
mars 2002 de la Banque cantonale vaudoise au bénéfice de la National Westminster Bank sur un
compte au nom de M. X...,-70 000 euros, le 20 décembre 2002 de la banque ING au bénéfice de la
Banque générale du Luxembourg sur le compte de Rocca Trading Industries Corp,-230 000
euros, le 30 avril 2004 de la Banque cantonale vaudoise, au bénéfice de la Banque générale du
Luxembourg, soit 450 000 euros moins les 15 000 euros d'intérêts perçus le 25 mars 2003 ; que
le préjudice des onze autres victimes, impliquées par les agissements similaires de M. D...dans le
reste de la procédure ne concernant pas M. X..., s'élevait à un total de 637 881 euros ; qu'en
l'absence de comptabilité et documents versés par les prévenus, les sommes confiées par les
victimes dont M. E... à M. D...aux fins d'investissements à l'étranger, étaient retrouvées versées
au bénéfice de sociétés dirigées par des proches de M. D...; que notamment, la société Gua à
Bordeaux ayant pour activité le commerce et la réparation de motos, la société Graal Finances à
Paris, société AGF Finances à Paris, la société Perceval à Alès conseil en publicité, l'association
sportive Club endurance à Cergy ; que M. X..., entre juillet 2001 et juin 2003, percevait de la part
de M. D...et de ses sociétés, la somme de 62 674 euros sur un compte au Crédit mutuel ; que M.
X..., appelant, relaxé du chef de complicité d'escroquerie à la suite du non-lieu en faveur de
l'auteur principal, a été condamné du chef de complicité, d'abus de confiance au préjudice de M.
E... et exercice illégal de la profession de banquier, commis par M. D..., tandis que M. D..., auteur
principal, et sa compagne Mme G..., condamnés, ne sont pas appelants ; que le prévenu appelant
fait notamment valoir que les faits concernant l'exercice illégal de la profession de banquier se
sont déroulés notamment aux Iles Vierges et au Luxembourg et non en France, qu'en janvier
2002 M. X... ignorait l'interdiction de gérer de M. D...et son système frauduleux de prélèvement
et de détournement de fonds, et qu'il ne découlait pas de sa profession de banquier l'obligation
d'avoir un regard averti à l'égard de l'activité de M. D...ni à l'égard de la situation particulière de
M. E... ; que répondant expressément aux observations du prévenu, du condamné et de la partie
civile, pendant l'enquête et l'information, comme, assistés, devant le tribunal, ainsi qu'aux
conclusions, par les énonciations, auxquelles il y a lieu de se référer expressément et par des

46
motifs qui doivent être adoptés, le tribunal a exactement analysé les faits poursuivis et les
éléments constitutifs des infractions, objet de la prévention telle que retenue par le tribunal, en
procédant à une appréciation des éléments de preuve de la culpabilité du prévenu qui doit être
approuvée, de même en ce qui concerne la peine, le préjudice et sa réparation, éléments dont les
débats d'appel n'ont aucunement modifié le caractère déterminant ; que les motifs adoptés
doivent être ainsi complétés à la suite des débats devant la cour d'appel ; que sur l'action
publique, sur la culpabilité, M. D...a notamment reconnu le détournement de 1 149 718 euros, et
ne pas avoir investi ces fonds versés par les victimes dont M. E... dans des placements à
l'étranger mais les avoir dépensés dans d'autres activités le cas échéant sans rapport avec un
investissement financier, dont dans des activités liées à la moto, ou pour son usage personnel ou
celui de sa compagne, affirmant avoir perdu des sommes investies au Ghana ; qu'il a déclaré
confirmer globalement les faits tels que décrits par la victime ; qu'il a nié l'escroquerie au
préjudice de M. E..., et l'exercice illégal de la profession de banquier en l'absence d'appel public à
l'épargne et en raison de son accréditation par les marchés financiers, et de son exercice à
l'étranger ; que la prévention à l'encontre de M. X..., telle que retenue par le tribunal, n'est pas
remise en cause ; que la relaxe du chef de complicité d'escroquerie, en l'absence de poursuite de
l'auteur principal, est confirmée, il en est de-même de la condamnation pour complicité, de
l'auteur M. D..., d'abus de confiance au préjudice de M. E... et d'exercice illégal de la profession
de banquier concernant les faits du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2003 ; que M. X..., chef
d'agence BNP depuis seize ans, travaillait dans cette banque depuis 1975 ; que MM. D...et E...
étaient deux clients de son agence bancaire, et M. X... a agi à l'occasion de sa fonction
professionnelle sans contrôle à l'égard de M. D...dont il ignorait tout en termes de placements
financiers et de garanties professionnelles, mêlant relations et intérêts privés, activités
professionnelles et placements financiers ; qu'à titre professionnel, M. X... n'ignorait pas qu'en
France les placements financiers sont régis et contrôlés par des textes et des institutions précis,
et que M. D...n'était pas habilité à procéder aux opérations qu'il réalisait, ce que le prévenu n'a
jamais vérifié ou tenté de faire ; que si devant la cour d'appel, M. X... laisse entendre qu'il a pu
être abusé par M. D..., il n'en demeure pas moins non seulement qu'il ne le désigne pas
nominativement en qualité d'auteur d'infractions, mais également qu'il n'a pas déposé plainte
contre quiconque, notamment des chefs de faux et usage, escroquerie ou abus de confiance, alors
qu'il décrit avoir été victime de faits susceptibles de réaliser ces infractions ; que, par ailleurs, au
début de l'enquête M. X... a cru bon adopter l'attitude consistant à nier de totale mauvaise foi
tous les faits, notamment sur ses comptes à l'étranger, ses liens avec M. D...et les sommes reçues
de lui, son intervention auprès de la victime, puis à ne répondre aux questions qu'en fonction des
éléments qui lui étaient présentés, ce qui l'amenait finalement à admettre notamment que les
déclarations de la victime étaient en grande partie exactes ; que selon M. E..., M. X... lui a,
notamment, présenté M. D...comme étant un sous-traitant de la BNP, dit qu'il détenait des
chèques de M. D...garantissant les fonds placés, souligné les avantages du placement aux risques
nuls, assuré que tout l'argent passait par lui et qu'il négociait tout avec M. D...et avalisait ses
propositions ; que la victime soulignait qu'à aucun moment M. D...n'était intervenu dans la
préparation du premier placement, que si il avait fait ce placement c'est avec la caution de M. X...,
qu'il le voyait chaque semaine, assistait à presque tous ses entretiens avec M. D..., ce que
confirmait ce dernier précisant que M. X... était très protecteur de la victime ; que M. X... avait
un fils travaillant, illégalement, en faveur de M. D...afin de développer le logiciel mathématique
gérant les placements financiers, ayant été montré à la victime avant son transfert de fonds ; qu'il
était porteur de parts dans la société civile immobilière Domaine Z..., gérée par Mme G... ,
compagne condamnée de M. D...; qu'il avait un compte à la Westminster Bank à Londres, et un à
la Banque cantonale vaudoise et a accepté que les 150 000 euros versés par M. E... à destination
de Rocca Trading Industries Corporation transitent par son propre compte à la National
Westminster Bank ; qu'il a présenté M. E... à M. D..., aux fins de placements financiers, en sa
qualité de directeur d'agence bancaire dans ses locaux professionnels ; que M. X... a organisé leur
entretien technique ayant pour but le placement d'une somme importante à l'étranger,

47
accompagné d'une visite des locaux de Rocca Trading Industries Corporation à Bordeaux, où
travaillait son fils sur le logiciel de gestion des placements, ayant été utilisé par M. D...afin de
convaincre M. E... de ses compétences ; qu'il a eu connaissance de la convention de rémunération
de compte du 11 février 2002, selon la victime et M. D..., puisque selon M. E... elle a été signée
devant lui ; que, selon M. D..., M. X... a fait souscrire le 7 mai 2002 une assurance vie près la
compagnie Swiss Life à M. D...en sa faveur, afin de couvrir M. E... en cas de perte sur ses
placements, ce que M. X... déclarait ignorer ; qu'entre juillet 2001 et juin 2003, M. X... percevait
de la part de M. D...la somme de 62 674 euros, correspondant en partie au salaire de son fils et
d'un ami de ce dernier pour leur travail non déclaré en faveur de M. D..., mais des opérations ne
sont pas expliquées début 2003 correspondant sans doute à des revenus d'investissements ; que
s'il est certain que l'argent versé par la victime venait de Banque cantonale vaudoise en Suisse à
destination de Rocca Trading Industries Corporation, société sise à Luxembourg et susceptible
d'avoir été constituée aux Iles Vierges britanniques, par l'intermédiaire d'un compte au nom de
M. X... à la National Westminster Bank à Londres, il n'en demeure pas moins que tous les
éléments préalables et accords amenant M. E... au transfert ont eu lieu à Bordeaux et que cet
argent a été détourné notamment au profit de sociétés et activités en France, alors que les
personnes de nationalité française concernées habitaient à Bordeaux ; qu'ainsi, les faits et les
éléments constitutifs de la prévention telle que retenue par le tribunal sont établis, comme la
culpabilité du prévenu, qui doit être relaxé du chef de complicité d'escroquerie, et condamné des
chefs de complicité de l'abus de confiance au préjudice de M. E... et de l'exercice illégal de la
profession de banquier commis par M. D...;

Et aux motifs adoptés que sur les faits reprochés à M. D..., l'exercice illégal de la profession de
banquier, il s'agit d'une activité financière, commencée avec la société Gua (dont l'objet social
était la réparation de motos), puis continuée avec RTIC (Rocca Trading Industries Corp),
consistant à faire souscrire aux victimes des comptes courants, avec promesse de rémunérations
aux alentours de 10 % le prévenu réalisant des placements à la journée pour la partie non
détournée ; qu'il a reconnu ne pas avoir de fonds au départ, ses premiers clients étant des
proches, les intérêts étant perçus sur ses comptes personnels ; qu'il précisait également que les
intérêts dégagés auraient servi à payer les clients en retour, et avoir commencé à prospecter pour
avoir un agrément sur la commercialisation de produits boursier ; que néanmoins, à l'audience, il
fait soutenir sa relaxe sur le fondement des dispositions de l'article L. 411-2 du code monétaire
financier, soutenant qu'il s'agissait de fonds appartenant à un cercle d'investisseurs, sans appel
public ; que cette argutie ne pourra qu'être écarté en rappelant tout d'abord qu'il ne s'est jamais
agi d'émission ou de cession d'instruments financiers auprès d'investisseurs qualifiés ou d'un
cercle restreint d'investisseurs, s'agissant au contraire de l'établissement de conventions
individuelles de rémunération de comptes courants dans diverses sociétés, établie par le prévenu
seul, en abusant d'ailleurs du nom d'un cabinet d'avocats luxembourgeois, sans respect du
règlement général de l'AMF, auquel il serait resté soumis s'il était entré dans le cadre qu'il
invoque désormais, et qui ne correspond pas à la réalité des faits ; qu'en sus, le prévenu a lui-
même déclaré ignorer totalement la réglementation relative au conseil en investissement
financier et au prestataire de service d'investissement ; qu'en faisant souscrire ces conventions, et
en versant des rémunérations, il s'est rendu coupable des faits reprochés ; qu'il sera retenu dans
les liens de cette prévention ; 2) que sur les faits reprochés à M. X... : c) qu'il est enfin reproché
de s'être rendu complice du délit d'exercice illégal de la profession de banquier commis par M.
D...en l'aidant et en l'assistant dans sa préparation ; que bien qu'il prétende être profane en
matière de placements financiers, ce qui est peu crédible eu égard à ses fonctions de directeur
d'agence BNP, et à ses certitudes affichées vis à vis de M. E..., il ne pouvait ignorer cette
réglementation basique de sa profession ; qu'il a aidé à la commission de l'infraction par M. D...,
par son action et les conseils prodigués ; qu'il sera également retenu dans les liens de cette
prévention, et il sera statué à son encontre dans les termes du dispositif ;

48
"1°) alors que le délit d'exercice illégal de la profession de banquier est une infraction d'habitude
dont le point de départ du délai de prescription est fixé à la date du dernier acte constituant
l'habitude ;
que prévenu de s'être, entre le 1er janvier 2002 et le 31 décembre 2003, rendu complice du délit
d'exercice illégal de la profession de banquier, au jour de la plainte le 19 avril 2007, l'action
publique était prescrite ; qu'en condamnant le prévenu de ce chef, la cour d'appel a violé les
textes susvisés ;

"2°) alors que subsidiairement, tout jugement ou arrêt doit comporter les motifs propres à
justifier la décision ; que l'insuffisance des motifs équivaut à leur absence ; que le monopole
bancaire est territorial, au sens où les opérations de banque accomplies à l'étranger par une
personne physique ou morale non agréée en France comme établissement de crédit ne
contreviennent pas à la législation française et ne constituent pas le délit d'exercice illégal de la
profession de banquier ; que le prévenu a fait valoir que l'argent avait été adressé depuis un
compte en suisse sur un compte de transit dans une banque anglaise à destination de la société
RTIC basée aux Iles vierges et détentrice d'un compte au Luxembourg ; qu'il ne ressort ni du
jugement, ni de l'arrêt que les conventions individuelles de rémunération de comptes courants et
le versement des rémunérations ait eu lieu en France ; qu'en retenant la complicité du délit
d'exercice illégal de la profession de banquier, la cour d'appel a violé les textes susvisés " ;
(…)
Sur le premier moyen, pris en sa seconde branche, et sur le second moyen :
Attendu qu'en l'état de ces énonciations établissant, sans insuffisance ni contradiction, que, d'une
part, les opérations de banque ont été, au moins en partie, réalisées en France, d'autre part, le
prévenu a sciemment, en qualité d'intermédiaire, permis à M. D..., non habilité à procéder à de
telles opérations, d'obtenir la remise, aux fins de placement financier, de fonds appartenant à M.
E..., puis de les détourner, la cour d'appel a justifié sa décision ;
D'où il suit que les moyens qui, pour le surplus, reviennent à remettre en question l'appréciation
souveraine, par les juges du fond, des faits et circonstances de la cause, ainsi que des éléments de
preuve contradictoirement débattus, ne sauraient être admis ;
Et attendu que l'arrêt est régulier en la forme ;

REJETTE le pourvoi ;

Doc. 9 : CJCE, 9 juillet 1997, aff. C-225/95, Parodi (extrait)

« L'opération consistant, pour une banque établie dans un État membre, à accorder un prêt
hypothécaire à un emprunteur établi dans un autre État membre constitue une prestation de
services liée à un mouvement de capital, dont la libération est à réaliser, conformément à l'article
61, paragraphe 2, du traité, en harmonie avec la libération progressive de la circulation des
capitaux. A l'époque où la première directive du Conseil pour la mise en oeuvre de l'article 67 du
traité, telle que modifiée par la deuxième directive 63/21, était en vigueur, l'octroi d'un tel prêt
hypothécaire constituait un mouvement de capital en principe libéré par l'article 3, paragraphe 1,
de la première directive. Il s'ensuit que, sans préjudice des restrictions de change qu'un État
membre pouvait maintenir ou rétablir au titre de l'article 3, paragraphe 2, de la directive précitée,
les règles relatives aux mouvements de capitaux n'étaient pas de nature à restreindre la liberté
de conclure des prêts hypothécaires sous forme de prestations de services en vertu de l'article 59
du traité.

Pour la période précédant l'entrée en vigueur de la deuxième directive 89/646, visant à la


coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant l'accès à
l'activité des établissements de crédit et son exercice, l'article 59 du traité doit être interprété en

49
ce sens qu'il s'oppose à ce qu'un État membre impose à un établissement de crédit, déjà agréé
dans un autre État membre, d'obtenir un agrément pour pouvoir accorder un prêt hypothécaire à
une personne résidant sur son territoire, à moins que cet agrément :
- s'impose à toute personne ou à toute société exerçant une telle activité sur le territoire de l'État
membre de destination ;
- soit justifié par des raisons liées à l'intérêt général telles que la protection des consommateurs ;
- et soit objectivement nécessaire pour assurer le respect des règles applicables dans le secteur
considéré et pour protéger les intérêts que ces règles ont pour but de sauvegarder, étant entendu
que le même résultat ne pourrait pas être obtenu par des règles moins contraignantes.

Dans le cadre de son appréciation, le juge national doit notamment distinguer selon la nature de
l'activité bancaire en cause et du risque encouru par le destinataire du service. En effet, la
conclusion d'un contrat de prêt hypothécaire présente pour le consommateur des risques
différents de ceux du dépôt de fonds auprès d'un établissement de crédit. En outre, la nécessité de
protéger l'emprunteur varie en fonction de la nature des prêts hypothécaires et, dans certaines
situations, en raison précisément des caractéristiques du prêt octroyé et de la qualité de
l'emprunteur, il n'y a aucun besoin de protéger celui-ci par l'application des règles impératives de
son droit national.

Si l'exigence d'un agrément constitue une restriction à la libre prestation des services, l'exigence
d'un établissement stable des prestataires de services est en fait la négation même de cette
liberté. Elle a pour conséquence d'enlever tout effet utile à l'article 59 du traité, dont l'objet est
précisément d'éliminer les restrictions à la libre prestation des services de la part de personnes
non établies dans l'État sur le territoire duquel la prestation doit être fournie. Une telle exigence
n'est admissible que si elle constitue une condition indispensable pour atteindre l'objectif
recherché. »

LES SANCTIONS CIVILES DE LA VIOLATION DU MONOPOLE BANCAIRE

Doc. 10 : J. LASSERRE CAPDEVILLE, « Les sanctions civiles de la violation du


monopole bancaire : état des lieux et proposition s », Banque & Droit, n°174, juillet-août
2017, p. 15

L’article L. 511-5 du Code monétaire et financier envisage le monopole bancaire. L’article


L. 571-3 du même code en réprime pénalement les violations de ce dernier. Mais des
sanctions civiles sont-elles également envisageables ? La loi ne disant mot sur ce point, la
jurisprudence a tenu à clarifier cette question. Or les arrêts rendus jusqu’ici n’échappent
pas, selon nous, aux interrogations et aux critiques. Des propositions peuvent alors être
formulées.

1. Le monopole bancaire1 a pour objet de réserver aux seuls établissements de crédit, agréés
conformément à la loi2, l’accomplissement « à titre habituel »3 des opérations de banque.

1 Sur cette notion de monopole, v. Th. Bonneau, « Monopole bancaire et monopole des prestataires de
services d’investissement » in Mélanges AEDBF-France, RB Édition, 1997, p. 37.
2 C. mon. fin., art. L. 511-10 et s.
3 Pour une jurisprudence bien établie, il y a « habitude », au sens de l’article L. 511-5, alinéa 1er, du
Code monétaire et financier, si au moins deux personnes différentes ont pu bénéficier de crédits de la part d’un
prêteur non agréé, Cass. crim. 2 mai 1994, n° 93-83.512 : Bull. crim. 1994, n° 158. – Cass. com. 3 déc. 2002, n°
00-16.957 : Bull. civ. 2002, IV, n° 182 ; D. 2003, p. 202, obs. A. Lienhard ; RTD com. 2003, p. 344, obs. D.
legeais ; Banque et Droit 2003, n° 89, p. 55, obs. Th. Bonneau ; JCP E 2003, p. 953, note B. Dondéro. Une
pluralité de « clients » doit donc pouvoir être relevée, Cass. crim. 17 oct. 2007, n° 07-81.038. – CA Versailles 15

50
2. L’article L. 511-5 du Code monétaire et financier interdit ainsi « à toute personne autre qu’un
établissement de crédit ou une société de financement d’effectuer des opérations de crédit à titre habituel »,
mais aussi « à toute personne autre qu’un établissement de crédit de recevoir à titre habituel des fonds
remboursables du public ou de fournir des services bancaires de paiement ». Seul le bénéfice de
l’agrément bancaire, désormais délivré par la Banque Centrale Européenne, permet alors à une
personne morale de réaliser de telles opérations à titre habituel.
3. La notion de monopole bancaire pourrait laisser penser qu’un privilège, un avantage
particulier, est reconnu à certaines personnes, en l’occurrence les personnes morales
correctement agréées. Or, tel n’est pas exactement le cas. Il convient plutôt de voir, à travers ce
monopole, une règle de protection, plus particulièrement de la clientèle des banques. Il se justifie
d’abord par la nécessité de protéger les déposants, et notamment les garantir contre tout risque
d’insolvabilité des établissements du secteur bancaire. Il permet encore de faciliter le contrôle de
la distribution du crédit.
4. Ce monopole est cependant loin d’être absolu. Les articles L. 511-6 et L. 511-7 du Code
monétaire et financier visent ainsi un certain nombre d’exceptions. D’une façon générale, le
premier de ces textes prévoit des dérogations fondées sur la qualité de la personne qui en
bénéficie, et le second énumère certaines opérations qui ne sont pas soumises, en elles-mêmes, au
monopole. Ces dérogations, qui ont tendance à se développer4, répondent à des « nécessités
pratiques, sociales et économiques »5.
5. En cas de violation de ce monopole, l’auteur encourt les sanctions du délit d’exercice illégal de
la profession de banquier prévues par l’article L. 571-3 du Code monétaire et financier, soit 3 ans
d’emprisonnement et 375 000 euros d’amende6. Les personnes morales peuvent, quant à elles, se
voir infliger, en vertu de l’article 131-38 du Code pénal, une amende du quintuple du montant
précité, c’est-à-dire 1 875 000 euros7. Le tribunal peut ordonner l’affichage ou la diffusion de la
décision prononcée. Le délai de prescription de l’action publique ne commence à courir,
concernant ce délit, qu’au moment où l’emprunteur a terminé de rembourser le prêteur 8.
6. En outre, le non-respect du monopole bancaire peut donner lieu à intervention de l’Autorité
de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). En effet, selon l’article L. 613-24 du Code

sept. 2011, n° 10/08029 : LEDB, févr. 2012, p. 2, n° 003, obs. J. Lasserre Capdeville. Il en va différemment, en
revanche, pour le complice du délit qui peut être sanctionné même s’il n’est intervenu que pour une seule
opération de crédit à laquelle il a apporté son aide ou son assistance, Cass. crim. 19 mars 2008, n° 07-85.054 :
Bull.crim. 2008, n° 70 ; D. 2008, p. 1665, note J. Lasserre Capdeville ; Dr. pénal 2008, comm. 79, obs. M. Véron
et comm. 89, obs. J.-H. Robert.
4 Ces articles ont fait l’objet de plusieurs évolutions ces derniers mois. Citons, l’ordonnance n° 2017-
484 du 6 avril 2017 ; l’ordonnance n° 2016-1408 du 20 octobre 2016 ; l’ordonnance n° 2016-520 du 28 avril
2016 ; l’ordonnance n° 2016-301 du 14 mars 2016 ; la loi n° 2015-992 du 17 août 2015 ; la loi n° 2015- 990 du 6
août 2015, ou encore l’ordonnance n° 214-559 du 30 mai 2014. – M. Roussille, « Que reste-t-il du monopole
bancaire », in Mélanges AEDBF-France VI, RB Édition, 2013, p. 607.
5 S. Piedelièvre et E. Putman, Droit bancaire, éd. Economica, 2011, n° 106.
6 Pour quelques condamnations récentes, Cass. crim. 22 févr. 2017, n° 15-85.799 : Banque et Droit
2017, n° 172, p. 66, obs. J. Lasserre Capdeville. – Cass. crim. 14 déc. 2016, n° 16-80.059 : Banque et Droit 2017,
n° 171, obs. J. Lasserre Capdeville ; LEDB févr. 2017, p. 7, obs. N. Mathey. – CA Rouen 20 avr. 2016, n°
14/00997 : Banque et Droit 2016, n° 168, p. 70, obs. J. Lasserre Capdeville. – Cass. crim. 8 juill. 2015, n° 13-
88.557. – Cass. crim. 17 juin 2015, n° 14-80.977 : Banque et Droit 2015, n° 162, p. 92, obs. J. Lasserre
Capdeville. – Cass. crim. 11 mars 2015, n° 13-88.250 : Banque et Droit 2015, n° 161, p. 80, obs. J. Lasserre
Capdeville. – CA Douai 9 sept. 2014, n° 12/04054 : Banque et Droit 2015, n° 156, p. 62, obs. J. Lasserre
Capdeville. – Pour une relaxe, Cass. crim. 4 mai 2017, n° 16-81.171 : Banque et Droit 2017, n° 173, p. 84, obs. J.
Lasserre Capdeville.
7 Le même article L. 571-3 sanctionne des mêmes peines, le fait, pour une entreprise, autre qu’un
établissement de crédit, d’utiliser une dénomination, une raison sociale, une publicité ou, d’une façon plus
générale, des expressions faisant croire qu’elle est agréée en tant qu’établissement de crédit, ou de créer une
confusion en la matière. – J. Lasserre Capdeville, Quelle utilité aux délits prévus par l’article L. 511-8 du Code
monétaire et financier ? : Banque et Droit 2011, n° 139, p. 9. – V. par ex., Cass. crim. 11 janv. 1993, n° 92.
8 Cass. crim. 11 févr. 2009, n° 08-83.870 : Gaz. Pal., 17 octobre 2009, n° 290, p. 9, note J. Lasserre
Capdeville. – Cass. crim. 22 sept. 2004, n° 03-87.452.

51
monétaire et financier, « lorsqu’une entreprise […] enfreint l’une des interdictions définies à l’article L.
511-5 […], l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution peut, dans les conditions prévues à l’article
L. 612-35, nommer un liquidateur auquel sont transférés tous les pouvoirs d’administration, de direction
et de représentation de la personne morale ». La valeur juridique de cette disposition soulève
néanmoins des interrogations. L’article paraît viser une mesure de police administrative. Mais
n’allons-nous pas plus loin ? Est-ce qu’en nommant ce liquidateur l’Autorité ne prononce pas
implicitement la liquidation ? Si tel était le cas, nous nous rapprocherions alors d’une sanction
administrative 9.
7. Enfin, quelles sont les sanctions civiles susceptibles d’être prononcées par le juge en cas de
violation du monopole bancaire ? Les textes ne disent rien sur ce point. Il est alors revenu à la
jurisprudence de clarifier l’état du droit en la matière, tant en ce qui concerne la nullité des
opérations passées en violation de ce monopole (I.), qu’à propos de l’engagement de la
responsabilité civile de l’auteur de l’infraction (II.). Les solutions retenues sont cependant loin
d’être convaincantes. Des propositions peuvent alors être formulées.

I. LA NULLITÉ DES OPÉRATIONS PASSÉES EN VIOLATION DU MONOPOLE


BANCAIRE

La solution progressivement dégagée par la jurisprudence de la Haute juridiction (1.) a une


portée que l’on ne saurait exagérer (2.). Elle laisse alors la place à une proposition de réforme
(3.).

1. La solution dégagée par la Cour de cassation

9. Une question s’est posée, à partir du début des années 1990, en présence de personnes ayant
accompli des opérations de banque à titre habituel alors qu’elles n’étaient pas agréées comme
établissements de crédit : les opérations en question peuvent-elles faire l’objet d’une annulation
en justice ?
10. La loi ne disant absolument rien sur ce point, la Cour de cassation a été amenée à préciser
l’état du droit. Or, pendant une quinzaine d’années, une divergence opposa la première chambre
civile et la chambre commerciale de la Cour de cassation quant à la réponse à donner à cette
question : si la dernière citée était favorable à l’annulation des opérations10, la première ne l’était
absolument pas11. Force est d’ailleurs de constater que ces solutions présentent, toutes deux, des
arguments solides.
11. En premier lieu, en faveur de l’absence de nullité, on peut estimer que la violation du
monopole bancaire ne porte atteinte qu’à l’intérêt général et à celui de la profession de banquier
que la loi a voulu protéger, et non aux clients cocontractants. La nullité peut alors paraître

9 Une autre lecture est cependant possible selon nous. Cette nomination ne serait-elle pas uniquement
envisageable lorsque le juge pénal décide de prononcer, à titre de peine complémentaire, la dissolution de la
personne morale ayant accompli de façon habituelle des opérations de banque alors qu’elle n’était pas agréée ?
On peut légitimement s’interroger.
10 Cass. com. 19 nov. 1991, n° 90-10.270 : Bull. civ. 1991, IV, n° 347 ; Banque 1992, p. 426, obs. J.-L.
Rives-Lange ; RTD com. 1992, p. 426, obs. M. Cabrillac et B. Teyssié ; D. 1993, somm. p. 53, obs. M. Vasseur ;
RTD civ. 1992, p. 381, obs. J. Mestre. – Cass. com. 27 févr. 1996, n° 94-13.901 : D. aff. 1996, p. 552. – Cass.
com. 20 oct. 1998, n° 93-17.988 : Bull. civ. 1998, IV, n° 246 ; D. 1999, p. 10, note B. Sousi ; RTD com. 1999, p.
166, obs. M. Cabrillac.– Cass. com. 27 févr. 2001, n° 98-20.819 : D. 2001, AJ p. 1097, obs. A. Lienhard ; D.
2002, somm. p. 636, obs. H. Synvet ; RD banc. fin. 2001, comm. 73, obs. F.-J. Crédot et Y. Gérard. – Cass. com.
13 mars 2001, n° 96-20.840 : RJDA 2001, n° 801. – Cass. com. 4 juin 2002, n° 00-16.915 : RD banc. fin. 2002, p.
181, obs. F.-J. Crédot et Y. Gérard ; JCP E 2003, 396, n° 1, obs. J. Stoufflet. – Cass. com. 2 juill. 2002, n° 00-
21.404 : JCP E 2003, 396, n° 1, obs. J. Stoufflet.
11 Cass. civ. 1re, 13 oct. 1982, n° 81-13.090. – Cass. civ. 1re, 24 févr. 1993, n° 91-16.225 : JCP E 1993,
302, n° 2, obs. Ch. Gavalda et J. Stoufflet ; RD banc. bourse 1993, p. 126, obs. F.-J. Crédot et Y. Gérard. – Cass.
civ. 1re, 30 mars 1994, n° 92-16.797 : Bull. civ. 1994, I, n° 125 ; RTD civ. 1995, p. 100, obs. J. Mestre.

52
inadéquate. De même, l’absence de nullité est de nature à conforter les opérations accomplies
hors de l’Union européenne, sans autorisation spéciale de l’État d’accueil, par les banques
françaises. En outre, si les conventions ont été passées dans le strict respect du droit des
obligations12, voire des dispositions régissant l’usure 13, il ne devrait pas y avoir lieu de les
remettre en cause. Enfin, la nullité n’aurait-elle pas, si elle était admise, des incidences
dramatiques pour l’emprunteur qui devrait restituer au prêteur les sommes perçues de ce dernier
? Il se verrait peut-être dans l’obligation de revendre le bien acquis avec les fonds pour pouvoir
restituer une partie de ces derniers. Le remède serait ici pire que le mal.
12. En second lieu, et à l’inverse, l’absence de nullité peut paraître préjudiciable, car de nature à
affaiblir le monopole bancaire et à méconnaître l’intérêt des clients 14. On peut d’ailleurs s’étonner
de refuser d’annuler les actes et opérations conclus sans agrément, précisément si ce monopole
existe et s’impose. Cela revient à le réduire à néant15. De plus, en quoi le monopole bancaire ne
protégerait que les professionnels et l’intérêt général ? Nous avons peine à trouver une réponse à
cette question. En outre, la nullité serait de nature à renforcer et compléter utilement les
sanctions pénales encourues16. Elle contribuerait ainsi à la protection des consommateurs et
même des professionnels contre les risques créés par des officines incontrôlées. Enfin, l’absence
de nullité a pour inconvénient de permettre à l’auteur de l’infraction de s’enrichir de son forfait17.
13. Un arrêt de l’assemblée plénière de la Cour de cassation du 4 mars 2005 a souhaité alors
mettre un terme à cette controverse jurisprudentielle 18. En l’occurrence, un établissement de
crédit belge avait consenti en 1986, à plusieurs clients français, des prêts par actes sous seing
privé souscrits en Belgique. Ces prêts avaient été garantis par des inscriptions d’hypothèque sur
des biens immobiliers. Les fonds avaient été remis par un chèque tiré par l’établissement en
question sur une banque française. Plusieurs bénéficiaires des prêts en questions avaient
cependant engagé contre la banque belge une instance tendant, notamment, à faire déclarer nuls
les prêts et les inscriptions hypothécaires.
14. Une société actionnaire de l’un des bénéficiaires faisait alors grief à la cour d’appel de
Versailles de l’avoir déclaré irrecevable à agir en nullité des prêts alors que les interdictions
posées par l’article L. 511-5 du Code monétaire et financier sont d’ordre public et peuvent être
invoquées par toute personne y ayant intérêt. La même société invoquait la nullité des prêts
litigieux en ce qu’ils avaient été accordés par une banque n’ayant pas reçu l’agrément du Comité
des établissements de crédit et des entreprises d’investissement (CECEI), comme l’exigeait alors
le droit français. Or, ce moyen est jugé non fondé par la Cour de cassation au motif que « la seule
méconnaissance par un établissement de crédit de l’exigence d’agrément, au respect de laquelle

12 Songeons notamment à l’article 1128 du Code civil qui vise, aujourd’hui, le consentement des parties ;
leur capacité de contracter ; un contenu licite et certain. Antérieurement à l’ordonnance n° 2016-131 du 10
février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations, l’article
1108 visait, quant à lui : le consentement de la partie qui s’oblige ; sa capacité de contracter ; un objet certain
qui forme la matière de l’engagement ; une cause licite dans l’obligation.
13 C. consom., art. L. 314-6 et s.
14 Th. Bonneau, Droit bancaire : éd. Lextenso, 2015, 11e éd., n° 281.
15 M.-A. Frison-Roche, Nullité ou maintien du contrat et régulation du risque bancaire : RDC 2005, n°
4, p. 1046.
16 Ch. Gavalda et J. Stoufflet, Droit bancaire : éd. Litec, 2015, 9e éd., n° 62.
17 R. Routier, Obligations et responsabilités du banquier, Dalloz, coll. « Dalloz Action », 2011, 3e éd., n°
212.61.
18 Ass. plén., 4 mars 2005, n° 03-11.725 : Bull. civ. ass. plén. 2005, n° 2 ; JCP G 2005, II, 10062, concl.
A.G. de Gouttes ; D. 2005, AJ p. 836, obs. X. Delpech ; D. 2005, jurispr. p. 785, obs.
B. Sousi ; RTD com. 2005, p. 400, obs. D. Legeais ; JCP E 2005, p. 766, note Th. Bonneau ; D. 2006,
Pan. p. 155 et 158, obs. H. Synvet ; RD banc. fin. 2005, comm. 118, obs. F.-J. Crédot et Y. Gérard ; Banque et
Droit 2005, n° 101, p. 69, obs. Th. Bonneau ; LPA, 8 juin 2005, n° 113, p. 15, note M.-M. Ververka. – J.
Stoufflet, Le défaut d’agrément bancaire n’entraîne pas la nullité des contrats conclus : RD banc. fin. 2005, p.
48.

53
[…] les articles L. 511-10, L. 511-15 et L. 612-2 du Code monétaire et financier, subordonne
l’exercice de son activité, n’est pas de nature à
entraîner la nullité des contrats qu’il a conclus ».
15. Par la suite, cette solution a été réitérée à de nombreuses reprises tant par la chambre
commerciale que la première chambre civile, en présence d’opérations réalisées par des
établissements de crédit belges19 ou suisses20 dépourvus de l’agrément français exigé dans un tel
cas21. Elle a été également confirmée à l’égard d’établissements de crédit français ayant passé des
opérations de banque qui ne leur étaient pas permises22. Cette solution, qui paraît se démarquer
de celles retenues en matière financière et d’assurance 23, n’a cependant pas une portée illimitée.

2. La portée de la solution dégagée

16. Telle qu’elle est énoncée par l’assemblée plénière de la Cour de cassation, puis par sa
première chambre et sa chambre commerciale, on pourrait penser que la solution dégagée, c’est-
à-dire l’absence de nullité, demeure applicable à toutes les opérations de banque commises par
n’importe quelle personne non agréée24. Tel n’est pourtant pas le cas.
17. En effet, et c’est à souligner, toutes les décisions visées précédemment concernaient des
personnes morales qui étaient, au moins dans leur pays d’origine (Belgique ou Suisse en
l’occurrence), des établissements de crédit. En conséquence, leurs clients demeuraient protégés
par les dispositions légales et réglementaires s’imposant à ces établissements du fait de leur
qualité. D’ailleurs, l’arrêt du 4 mars 2005 et les décisions l’ayant suivi mentionnent chaque fois «

19 Cass. com. 7 juin 2005, n° 04-13.303 : Bull. civ. 2005, IV, n° 125 ; RD banc. fin. 2005, comm. 118, obs.
F.-J. Crédot et Y. Gérard ; RTD com. 2005, p. 574, obs. D. Legeais ; Banque et Droit 2005, n° 103, p. 68, obs.
Th. Bonneau. – Cass. com. 31 oct. 2006, n° 05-12.195. – Cass. com. 28 nov. 2006, n° 04-19.244 : Bull. civ. 2006,
IV, n° 230 ; D. 2007, AJ p. 13, obs. V. Avena-Robardet ; Banque et Droit 2007, n° 112, p. 30, obs. Th. Bonneau.
– Cass. com. 24 avr. 2007, n° 05-21.998 : Bull. civ. 2007, IV, n° 110 ; Banque et Droit 2007, n° 114, p. 16, obs.
Th. Bonneau. – Cass. com. 3 juill. 2007, n° 06-17.963. – Cass. com. 8 janv. 2008, n° 06-19.944. – Cass. civ. 1re,
31 janv. 2008, n° 04-20.151 : Bull. civ. 2008, I, n° 31 ; LPA, 10 avr. 2008, n° 73, p. 18, note J. Lasserre
Capdeville ; Banque et Droit 2008, n° 119, p. 17, obs. Th. Bonneau. – Cass. civ. 1re, 13 nov. 2008, n° 05-19.459.
– Cass. civ. 1re, 16 janv. 2013, n° 05-12.081 : CCC 2013, comm. 94, obs. G. Raymond ; LEDB mars 2013, p. 5,
obs. R. Routier ; D. 2013, p. 890, note J. Lasserre Capdeville. – Cass. com. 19 févr. 2013, n° 11-27.124, 12-
10.184, 12-14.365, 12-14.515 et 12-15.428.
20 Cass. com. 3 juill. 2007, n° 06-17.963 : D. 2007, AJ p. 2029, obs. V. Avena-Robardet ; RTD com. 2007,
p. 814, obs. D. Legeais ; Dr. et patr. 2007, n° 162, p. 82, obs. Ph. Stoffel-Munck ; JCP E 2007, 2332, n° 3, obs. R.
Routier ; Banque et Droit 2008, n° 119, p. 17, obs. Th. Bonneau ; D. 2008, Pan. p. 873, obs. H. Synvet. – Dans
un sens proche, Cass. com. 22 mai 2013, n° 11-26.503 : JCP G 2013, 937, note J. Lasserre Capdeville. ; LEDB
juill. 2013, p. 6, obs. R. Routier.
21 Concernant les succursales d’établissements belges les faits étaient antérieurs à la reconnaissance de
l’agrément unique.
22 . Cass. com. 24 avr. 2007, n° 05-21.998 : JCP G 2007, IV, 2106 ; D. 2007, AJ p. 1417, obs. V. Avena-
Robardet. Il s’agissait, en l’occurrence, d’une société de développement régional qui avait accordé un prêt à une
SCI alors qu’elle ne pouvait le faire qu’à des entreprises. – De même, la solution a été retenue à propos de
caisses régionales de Crédit Agricole qui avaient consenti des crédits alors que les caisses locales auraient pu le
faire, et donc en contradiction avec l’article L. 512-33 du Code monétaire et financier, Cass. com. 26 janv. 2010,
n° 08-70.332 : JCP E 2011, 1712, n° 6, obs. D. Hiez. – Cass. com. 7 févr. 2012, n° 11-10.833 : JCP G 2012, n°
16, 489, p. 793, note J. Lasserre Capdeville ; LEDB avr. 2012, p. 4, n° 040, obs. R. Routier.
23 A. Ricard, A défaut d’agrément, les opérations bancaires, financières et d’assurance doivent-elles subir le même
sort ? : RD banc. fin. 2009, n° 6, étude 37, p. 40. – V. notamment, Cass. com. 4 nov. 2008, n° 07-19.805 : Bull.
civ. 2008, IV, n° 187 ; D. 2008, AJ p. 2934, obs. X. Delpech ; RTD civ. 2009, p. 115, obs. B. Fages. Selon ce
dernier, « en l’état de ces constatations et énonciations dont elle a pu déduire, abstraction faite des motifs
surabondants critiqués par la première branche, que le contrat litigieux avait eu pour objet de permettre à Mme
Y., présentée comme employée de la société GSD Gestion, d’exercer de manière autonome une activité propre
de gestion de portefeuille pour laquelle elle ne disposait pas de l’agrément requis, la cour d’appel a retenu à bon
droit que la nullité de ce contrat devait être prononcée en raison du caractère illicite de son objet ».
24 G. Decocq, Y. Gérard et J. Morel-Maroger, Droit bancaire, RB Édition, 2014, 2e éd., n° 96.

54
la seule méconnaissance par un établissement de crédit de l’exigence d’agrément », et non par toute
personne morale. On ne saurait, par conséquent, donner une portée trop générale à la solution
évoquée ici.
18. Nous attendons dès lors qu’une décision soit rendue concernant des personnes
méconnaissant le monopole bancaire qui n’aient pas également la qualité d’établissement de
crédit. Songeons, par exemple, à un individu qui aurait pris l’habitude à prêter de l’argent à des
personnes à un taux élevé (sans pour autant être usuraire) afin qu’ils puissent s’adonner à leur
passion du jeu. Il est peu probable que les magistrats se prononcent en faveur de la validité des
prêts en question, même si l’absence de fondement juridique rend la solution susceptible d’être
retenue bien incertaine.
19. On regrettera que la Haute juridiction n’ait pas été interrogée sur ce point dans l’affaire
ayant donné lieu à une décision de la chambre criminelle le 14 décembre 201625. En l’espèce, les
services de police avaient découvert, à Paris, l’existence de deux cercles de jeux clandestins
destinés à la communauté chinoise. Plusieurs personnes soupçonnées d’être impliquées dans
l’organisation de ces jeux d’argent avaient été appréhendées, parmi lesquelles Mme Y.,
ressortissante chinoise vivant en France, gérante d’un restaurant dont elle possédait une partie
du capital social. Plus concrètement, les investigations avaient révélé, d’une part, que des prêts
étaient consentis moyennant un intérêt à des joueurs impécunieux, d’autre part, que les clients
du restaurant de Mme Y. pouvaient s’y approvisionner en produits stupéfiants, enfin, que cet
établissement recevait des prostituées. La cour d’appel de Paris l’avait alors reconnu coupable de
proxénétisme aggravé, association de malfaiteurs, infractions à la législation sur les stupéfiants
en récidive, tenue illicite de maison de jeux et donc exercice illégal de la profession de banquier.
Elle avait été condamnée à 4 ans d’emprisonnement et 100 000 euros d’amende. La Cour de
cassation rejette le pourvoi formé contre cette décision. En revanche, la Haute juridiction n’ayant
pas été questionnée sur les sanctions civiles de cette violation du monopole bancaire, elle n’a pas
pu prendre parti sur cette difficulté en présence de telles circonstances. Voilà une occasion
manquée. Devant tant d’incertitudes : que faire ?

3. Proposition de réforme

20. Il y a, selon nous, la place à une évolution du droit en la matière afin de réellement
décourager les personnes qui seraient tentées de réaliser des opérations de banque de façon
habituelle sans être agréées. Cela permettrait de lutter efficacement contre les violations du
monopole bancaire. Il serait dès lors utile que le législateur intervienne afin de prévoir des
sanctions de nature civile à leur encontre. Notons bien cependant que devraient nécessairement y
échapper les personnes morales agréées dans un pays de l’Espace économique européen, voire
également en Suisse. En effet, dans la mesure où ceux-ci sont bien des établissements de crédit,
leur comportement ne constitue pas une véritable atteinte au monopole bancaire mais un
manquement aux limites de leur agrément. Cela est nettement moins grave, et ces
établissements encourent, de toutes les façons, des sanctions de la part de leur autorité de
supervision nationale.
21. Notons que le Gouvernement français a souhaité, un temps, clarifier l’état du droit en la
matière. En 2007, un projet de loi en faveur des consommateurs prévoyait en effet de compléter
par un nouvel alinéa l’article L. 511-5 du Code monétaire et financier qui aurait déclaré : « nulles
les opérations réalisées sur le territoire français en violation des interdictions prévues aux deux alinéas
précédents par des personnes autres que les établissements de crédit, les personnes mentionnées au premier
alinéa de l’article L. 511-6 et les entreprises ou personnes morales ayant leur siège dans un État membre
de la Communauté européenne ou dans un autre État partie à l’accord sur l’Espace économique européen et

25 Cass. crim. 14 déc. 2016, n° 16-80.059 : Banque et Droit 2017, n° 171, obs. J. Lasserre Capdeville ;
LEDB févr. 2017, p. 7, obs. N. Mathey.

55
ayant un statut comparable »26. La nullité n’aurait donc pas été générale du fait de l’exclusion d’un
certain nombre de personnes, et en particulier des établissements de crédit ayant leur siège dans
un État de l’Espace économique européen (EEE). Ainsi, seules les opérations consenties
habituellement par des personnes physiques ou des personnes morales non agréées au sein de
l’EEE auraient finalement fait l’objet d’une action en nullité. Cette évolution n’a cependant
jamais vu le jour. En effet, le projet de loi fut retiré en raison de la présence, en son sein, d’une
version étendue de « l’action de groupe ». Il a été remplacé, quelque temps plus tard, par le
projet de loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs qui n’a pas
repris, et c’est regrettable, cette volonté de modifier l’article L. 511-5 du Code monétaire et
financier.
22. Mais quelle sanction de nature civile pourrait être envisagée ici par le législateur pour les
personnes physiques et morales qui ne sont pas, dans leur État d’origine, correctement agréées
et qui réalisent des opérations de banque à titre habituel sur le sol français ? La nullité de la
convention de prêt n’est pas, selon nous, adaptée. En effet, rappelons que cette dernière implique
des restitutions qui peuvent se révéler très lourdes pour l’emprunteur 27. Il pourrait alors être
préféré une déchéance du droit aux intérêts du prêteur 28 ou la substitution du taux légal29 au
taux conventionnel après la nullité de la clause prévoyant ce dernier30. Ces solutions sont
d’ailleurs parfaitement connues du droit du crédit. La déchéance se retrouve ainsi en matière de
crédit à la consommation et de crédit immobilier31. La substitution du taux légal (suite à la
nullité de la clause visant le taux conventionnel), quant à elle, est fréquemment retenue lorsque,
en violation de l’article L. 314-5 du Code de la consommation, le taux effectif global n’est pas
mentionné dans le contrat de prêt ou que celui-ci est erroné et que nous ne sommes pas en
présence d’un crédit aux consommateurs32. Dans tous les cas, le recours à l’une de ces sanctions
serait de nature à décourager les violations du monopole bancaire. Cela serait d’autant plus utile
que la jurisprudence se montre également hostile, dans le même temps, à la possibilité d’engager
la responsabilité civile de la personne ayant méconnu ce dernier.

26 Projet de loi en faveur des consommateurs, art. 18. Pour une présentation, Banque et Droit 2007, n°
111, p. 23, obs. Th. Bonneau.
27 Cette nullité a parfois été prononcée avec pour particularité de ne donner droit au prêteur qu’à la
restitution de son capital sans pouvoir prétendre aux intérêts, Cass. com. 19 févr. 2013, n° 11-27.124, 12-
10.184, 12-14.365, 12-14.515 et 12-15.428.
28 L’emprunteur ne serait alors tenu qu’au seul remboursement du capital suivant l’échéancier prévu. Les
sommes déjà perçues au titre des intérêts seraient, quant à elles, restituées par le prêteur ou imputées sur le
capital restant dû.
29 . Depuis le 1er janvier 2015, le taux légal se décompose en deux taux. Un premier taux est ainsi
applicable aux créances des particuliers personnes physiques n’agissant pas pour des besoins professionnels. Il
est de 0,90 % au 1er semestre 2017. Le second taux est quant à lui applicable à tous les autres cas
(principalement aux entreprises). Il est de 4,16 % pour la même période.
30 De même, concernant « la nullité ou la caducité des intérêts », R. Routier, op. cit., n° 212.61.
31 C. mon. fin., art. L. 341-1 et s. – V. par ex., Cass. civ. 1re, 18 févr. 2009, n° 05-16.774. – Cass. civ. 1re,
30 sept. 2010, n° 09-67.930 : Bull. civ. I, n° 180 ; LEDB nov. 2010, p. 5, obs. Routier ; Gaz. Pal., 4 nov. 2010, p.
9, note Lasserre Capdeville. – Cass. civ. 1re, 16 janv. 2013, n° 05-12.081 : D. 2013, p. 890, note J. Lasserre
Capdeville. – Cass. civ. 1re, 24 avr. 2013, n° 12-14.377 : Bull. civ. 2013, I, n° 88 ; JCP G 2013, n° 26, 739, p.
1273, note J. Lasserre Capdeville ; LEDB juin 2013, p. 5, obs. R. Routier. – Cass. civ. 1re, 29 mai 2013, n° 11-
24.278 : dalloz.fr, actualité, 20 juin 2013, obs. V. Avena-Robardet. – Cass. civ. 1re, 9 avr. 2015, n° 13-28.058. –
Cass. civ. 1re, 25 févr. 2016, n° 14-29.838.
32 V. par ex., Cass. com. 17 janv. 2006, n° 04-11.100 : Bull. civ. 2006, IV, n° 11 ; Banque et Droit 2006,
n° 107, obs. Th. Bonneau. – Cass. civ. 1re, 7 mars 2006, n° 04-10.876 : Bull. civ. 2006, I, n° 135 ; D. 2006, AJ p.
913, obs. V. Avena-Robardet ; RD banc. fin. 2006, comm. 93, obs. F.-J. Crédot et Th. Samin. – Cass. civ. 1re, 13
mars 2007, n° 05-20.111 : Bull. civ. 2007, I, n° 116 ; RTD com. 2007, p. 427, obs. D. Legeais. – Cass. civ. 1re, 19
sept. 2007, n° 06-16.964 : Bull. civ. 2007, I, n° 291 ; D. 2007, AJ p. 2466, obs. V. Avena-Robardet. – Cass. com.
30 oct. 2012, n° 11-23.034 : LEDB janv. 2013, p. 2, obs. R. Routier. – Cass. civ. 1re, 24 avr. 2013, n° 12-14.777 :
JCP G 2013, 739, note J. Lasserre Capdeville. – Cass. civ. 1re, 27 nov. 2013, n° 12-22.115 : LEDB févr. 2014, p.
5, n° 009, obs. J. Lasserre Capdeville. Concernant le crédit immobilier, cette sanction se retrouve lorsque
l’erreur figure dans l’acte authentique, Cass. civ. 1re, 18 févr. 2009, n° 05-16.774.

56
II. L’ENGAGEMENT DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE DE L’AUTEUR DE LA
VIOLATION DU MONOPOLE BANCAIRE

23. La solution progressivement dégagée par la jurisprudence en la matière depuis plusieurs


années (1.) n’échappe pas, selon nous, à la critique (2.). Sur ce point également, une évolution des
règles applicables serait salutaire (3.).

1. La solution progressivement admise

24. Au-delà des incertitudes entourant la nullité des opérations passées en violation du monopole
bancaire, une autre question a été posée aux juges en la matière : le client s’estimant victime
d’une violation des règles protégeant ce monopole est-il en droit d’être indemnisé pour le
préjudice subi en raison de la situation dénoncée ?
25. Se pose ici la question de la constitution de partie civile en présence du délit d’exercice illégal
de la profession de banquier. Rappelons qu’en vertu de l’article 2 du Code de procédure pénale : «
L’action civile en réparation du dommage causé par un crime, un délit ou une contravention appartient à
tous ceux qui ont personnellement souffert du dommage directement causé par l’infraction ». Un préjudice
personnel et direct sera donc requis. Mais encore faut-il que les juges admettent l’exercice de
l’action
civile en présence du délit étudié. Or, la jurisprudence a dégagé des solutions différentes selon les
époques. Trois périodes peuvent ainsi être distinguées.
26. Dans un premier temps, pour un arrêt de la chambre criminelle du 9 mai 197233, les délits
d’exercice illégal de la profession de banquier et d’atteinte au monopole des banques sont
caractérisés par le seul fait que des opérations visées par les articles 1er et 3 de la loi du 13 juin
194134 ont été pratiquées habituellement, pour son compte, par une personne ou un
établissement qui n’est pas inscrit sur les listes des banques. Or, pour les magistrats, un tel fait «
ne porte atteinte qu’à l’intérêt général et celui de la profession de banquier que la loi a voulu protéger ». Il
n’est pas susceptible, en lui-même, « de constituer la cause génératrice du préjudice qui,
éventuellement, peut résulter pour les déposants des infractions commises dans la gestion des
fonds qu’ils ont confiés, au mépris des exigences de la loi, à une personne ou à un établissement
non habilité à effectuer habituellement des opérations de banque ». Les créanciers concernés
n’étaient donc pas recevables à se constituer parties civiles contre le notaire à qui ils avaient
confié des fonds. Partant, ils ne pouvaient pas se voir allouer des dommages et intérêts pour
réparer les préjudices invoqués.
27. Dans un second temps, la jurisprudence a semblé se montrer plus encline à admettre de telles
actions. Tout d’abord, pour un arrêt de la chambre criminelle du 16 juin 199935, « si le délit
d’exercice illégal de la profession de banquier porte atteinte à l’intérêt général, il peut également causer à
des particuliers un préjudice personnel de nature à servir de fondement à une action civile devant la
juridiction répressive »36. Certaines juridictions du fond ont ainsi parfaitement admis de telles
actions37. La Cour de cassation a encore eu l’occasion de préciser, par une décision 3 juin 200438,

33 Cass. crim. 9 mai 1972, n° 71-90.997 : Bull. crim. 1972, n° 158 ; RTD civ. 1974, p. 426, obs. G. Durry.
– V. également, Cass. crim. 7 nov. 1989, n° 88-84.058.
34 Loi n° 2-532 du 13 juin 1941, relative à la réglementation et à l’organisation de la profession bancaire
: JO, 6 juill. 1941, p. 2830.
35 Cass. crim. 16 juin 1999, n° 98-83.734.
36 V. déjà, également, Cass. crim. 3 nov. 1994, n° 93-82.724 : Bull. crim. 1994, n° 345 ; JCP E 1996, I,
525, n° 1, obs. Ch. Gavalda et J. Stoufflet ; RTD com. 1995, p. 452, obs. M. Cabrillac.
37 V. par ex., CA Paris 25 janv. 2000 : Juris-Data n° 2000-111395. En l’espèce, le montant des
dommages-intérêts s’élevait à 1 800 000 francs.
38 Cass. crim., 3 juin 2004, n° 03-83.514 : Bull. crim. 2004, n° 147 ; D. 2004, p. 2782, note B. Dondéro ;
Banque et Droit 2004, n° 97, p. 81, obs. Th. Bonneau. En l’occurrence, les prêteurs n’avaient pas pu se
méprendre sur la qualité des prévenus, brasseurs et non banquiers.

57
que, pour cette action soit fondée, les plaignants ne devaient pas avoir eu recours en
connaissance de cause à la personne exerçant illégalement la profession de banquier,
s’affranchissant ainsi délibérément des garanties que pouvait leur offrir un véritable
établissement de crédit. La Haute juridiction rappelle néanmoins dans cet arrêt que « le délit
d’exercice illégal de la profession de banquier peut causer à des particuliers un préjudice personnel de
nature à fonder l’exercice de l’action civile devant la juridiction répressive ».
28. Cependant, dans un dernier temps, la jurisprudence est revenue à une solution stricte. Cela
est manifeste à la lecture d’une décision de la chambre criminelle du 11 février 200939. En
l’espèce, M. X., qui exerçait la profession d’expert-comptable sous le couvert de la société Y.,
avait directement et par l’intermédiaire d’une société dont il détenait la totalité des parts,
consenti, à des clients ayant des besoins de trésorerie ou désireux de procéder à des acquisitions,
des prêts d’argent, moyennant le versement d’intérêts à des taux proches de l’usure. La cour
d’appel de Bordeaux l’avait alors reconnu coupable d’exercice illégal de la profession de banquier
et condamné à huit mois d’emprisonnement avec sursis, 20 000 euros d’amende, cinq
d’interdiction professionnelle40. Les juges du fond s’étaient également prononcés sur les intérêts
civils.
29. Ce dernier point est important. Après avoir déclaré M. X. coupable du délit précité, la cour
d’appel l’avait en effet condamné à payer au Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables,
qui avait été déclaré recevable en sa constitution de partie civile, les sommes d’un euro à titre de
dommages et intérêts et mille euros pour frais de justice. Or, pour la Cour de cassation, en
statuant de la sorte, les juges bordelais avaient méconnu le sens et la portée du principe voulant
que « l’infraction à l’interdiction d’effectuer à titre habituel des opérations de banque ne porte atteinte
qu’à l’intérêt général et à celui de la profession de banquier ». L’action civile de l’association était donc
purement et simplement remise en cause par la Haute juridiction.
30. Dès lors, si l’on suit cet attendu, seule l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution
(ACPR) devrait pouvoir encore se constituer partie civile en matière d’exercice illégal de la
profession de banquier, dans la mesure selon l’article L. 612-16, II, du Code monétaire et
financier, cette autorité « peut se constituer partie civile à tous les stades de la procédure pénale pour
l’application des chapitres Ier à III du titre VII du livre V du présent code et des dispositions pénales du
Code des assurances, du Code de la mutualité et du Code de la Sécurité Sociale ». Le délit qui nous
occupe est donc concerné par cette disposition41.
Ce dernier état de la jurisprudence, qui vient contredire le fléchissement observé lors de la phase
précédente42, n’échappe pas à la critique.

2. Une solution critiquable

31. Tout d’abord, la solution retenue dans la décision du 11 février 2009 peut paraître
excessivement générale. Ne pouvait-on pas simplement déclarer que la profession d’expert-
comptable n’avait, en l’espèce, subi aucun préjudice direct ? De la sorte, la constitution de partie
civile du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables aurait pu être écartée sans fermer,
pour autant, la porte à toute action de la part d’une éventuelle victime directe.

39 Cass. crim. 11 févr. 2009, n° 08-83.870 : Gaz. Pal., 17 octobre 2009, n° 290, p. 9, note J. Lasserre
Capdeville ; Resp. civ. et ass. juin 2009, comm. 171.
40 La condamnation à cette peine complémentaire est cassée par la Cour de cassation dans la mesure où
elle n’est pas prévue par l’article L. 571-3 du Code monétaire et financier. Or, pour l’article 111-3 du Code
pénal, nul ne peut être puni d’une peine qui n’est pas prévue par la loi. La cassation ne soulève aucune critique
sur ce point
41 Par le passé, la Commission bancaire pouvait également se constituer partie civile en présence de tels
délits (C. mon. fin., ancien art. L. 613-24). – V. par ex., pour l’exercice illégal de la profession de banquier, CA
Paris 22 janv. 2007 : Juris-Data n° 2007-332248. – De même, concernant l’exercice illégal d’intermédiaire en
opérations de banque, CA Paris 29 mars 2006 : Juris-Data n° 2006-304298.
42 V. supra, n° 27.

58
32. De plus, la solution retenue manque de cohérence si on la compare à d’autres décisions
rendues
à la même époque. En effet, il convient de noter que, quelques mois plus tard, les magistrats de la
même chambre criminelle se sont montrés favorables à l’exercice d’une action civile menée par
une victime directe d’un exercice illégal d’intermédiaire en opérations de banque 43, c’est-à-dire
une incrimination très proche44. Les juges précisent bien dans cet arrêt que ce délit « est
susceptible de causer aux victimes un préjudice direct résultant de la privation des garanties attachées à
l’agrément des établissements de crédit ».
33. La règle qui nous occupe, et que nous regrettons, va encore à l’encontre de l’évolution du
droit qui cherche à faire disparaître, depuis plusieurs années, la catégorie des infractions d’intérêt
général. Rappelons en effet qu’à une époque où elle interprétait strictement la notion de victime
pénale, la chambre criminelle avait élaboré la notion d’infractions d’intérêt général 45, constituée
par des infractions lésant (ou censées léser) seulement l’intérêt de la société et non de telle
personne déterminée46. Elles ne faisaient naître, en conséquence, aucune action civile. Dénuées
alors de victime pénale, ces infractions conféraient au ministère public (ou à une autre autorité
publique) le monopole de l’engagement de l’action publique et de la qualité de demandeur dans la
procédure pénale. Cette théorie était largement appliquée à l’origine, notamment à propos des
infractions à la législation économique. Or, aujourd’hui, cette situation a bien évolué. La chambre
criminelle juge régulièrement que des infractions, par le passé considérées comme d’intérêt
général, lèsent à présent à la fois l’intérêt général et l’intérêt particulier et se retrouvent ainsi
classées dans la catégorie des infractions « ordinaires ». Citons en ce sens, par exemple, la non-
assistance à personne en danger47, le délit de fuite48, la non-dénonciation de crime49, la
construction sans permis50, les infractions en matière de plan local d’urbanisme 51 ou encore la
corruption passive52. Surtout, cette évolution peut également être constatée avec le délit
d’exercice illégal de la profession d’expert-comptable53 ou encore celui d’exercice illégal de la
médecine54, c’est-à-dire deux incriminations très comparables à celle qui nous occupe ! Une
modification des règles applicables s’impose alors.

3. Proposition de réforme

34. Les infractions d’intérêt général sont progressivement en train de disparaître. Leur maintien
ne peut se comprendre que dans un nombre restreint d’incriminations aujourd’hui, pour
lesquelles seule la « société » est la victime de leur commission55. Or, il n’en va pas ainsi avec

43 Cass. crim. 2 déc. 2009, n° 09-81.088 : Gaz. Pal., 6 mars 2010, n° 65, p. 25, obs. J. Lasserre Capdeville ;
Banque et Droit 2010, n° 130, p. 31, obs. Th. Bonneau ; RD banc. fin. 2010, comm. 67, obs. F.-J. Crédot et Th.
Samin. On parle aujourd’hui d’intermédiaires en opérations de banques et en services de paiement (IOBSP).
44 C. mon. fin., art. L. 571-15.
45 S. Détraz, La théorie des infractions d’intérêt général : Procédures 2009, étude 10.
46 Cass. crim., 25 juill. 1913 : Suter-Siniard : DP 1915, 1, p. 150, note Nast. Aux termes de ce dernier, «
le délit d’outrage aux bonnes moeurs ne lèse que la généralité des citoyens, en s’attaquant exclusivement à la morale
publique et que par suite, il n’entraîne pas, en principe, de préjudice direct porté à tel ou tel individu ; […] il n’appartient
donc qu’au ministère public de poursuivre ce délit ».
47 Cass. crim. 19 juin 1996, n° 95-81.945 : Bull. crim. 1996, n° 260 ; Cass. crim. 12 déc. 2006, n° 06-
82.208.
48 Cass. crim. 18 oct. 1990, n° 89-84.152 : Bull. crim. 1990, n° 345.
49 Cass. crim. 27 févr. 2001, n° 00-84.532 : Bull. crim. 2001, n° 48.
50 Cass. crim. 17 janv. 1984, n° 81-92.858 : Bull. crim. 1984, n° 24.
51 Cass. crim. 18 déc. 1984, n° 84-90.062 : Bull. crim. 1984, n° 407.
52 Cass. crim. 1er déc. 1992, n° 91-84.656.
53 Cass. crim. 12 juill. 1994, n° 93-84.668 : Bull. crim. 1994, n° 275.
54 Cass. crim. 5 mai 2009, n° 08-82.660.
55 C’est ainsi que la jurisprudence n’a pas touché au caractère d’intérêt général, par exemple, du discrédit
jeté sur une décision de justice, Cass. crim. 13 sept. 2005, n° 04-87.258 ; Cass. crim. 24 sept. 2008, n° 08-82.926
; de la dénonciation mensongère d’infraction, Cass. crim. 20 janv. 2009, n° 08-82.357 : Bull. crim. 2009, n° 14 ;

59
l’exercice illégal de la profession de banquier qui peut parfaitement entraîner un préjudice pour
des clients trompés.
35. Peut-être faut-il voir dans la position de la Cour de cassation une confusion malheureuse des
juges avec la solution observée plus haut concernant l’absence de nullité des opérations passées
par certains auteurs de violations du monopole bancaire 56. C’est, selon nous, regrettable : la
validité des actes passés ne doit pas avoir une incidence sur la possibilité pour la personne ayant
subi un préjudice personnel et direct d’exiger des dommages et intérêts en réparation de celui-ci.
Il s’agit de deux hypothèses différentes que l’on ne saurait lier entre elles 57.
36. Il serait donc heureux, selon nous, que les juges reviennent sur la jurisprudence issue de la
décision du 11 février 200958 et que la responsabilité civile de l’auteur d’une violation du
monopole bancaire puisse être retenue celle-ci a occasionné un préjudice personnel et direct à
une victime, et notamment à un client. Il paraît ainsi plus conforme à l’évolution du droit que le
juge pénal soit, à nouveau, à même de statuer sur la recevabilité de l’action civile en
considération des données de l’espèce, et plus précisément en vérifiant si le demandeur a bien
souffert d’un préjudice réparable au sens de l’article 2 du Code de procédure pénale 59. Les
évolutions précitées de la jurisprudence intéressant plusieurs délits d’exercices illégal 60 et la
décision rendue le 2 décembre 2009 par la chambre criminelle à propos des intermédiaires en
opérations de banque et en services de paiement61 nous laissent penser qu’un tel revirement
n’est pas impossible à court terme.

Doc. 11 : Cass., Ass. plén., 4 mars 2005, n° 03-11.725, Bull. A. P., n° 2

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Versailles, 12 novembre 2002), rendu sur renvoi après cassation
(chambre commerciale, 16 mai 2000, pourvoi n° G 98-14.038), que la Caisse hypothécaire
anversoise (la Caisse), aux droits de laquelle se trouve la société Axa Bank, a consenti, en 1986, à
M. Y... Z... X... et à la Société d'aménagement immobilier de Gascogne (SAIG), des prêts par
actes sous seing privés souscrits en Belgique ; que ces actes ont été déposés au rang des minutes
d'un notaire à Paris, par un acte authentique comportant affectation hypothécaire ; que les fonds
ont été alors remis par un chèque tiré par la Caisse sur une banque française ; que M. Y... Z... X...
et la société Lauga limited, en qualité d'actionnaire de la société SAIG, ont engagé contre la
Caisse une instance tendant à faire déclarer nuls les prêts et les inscriptions hypothécaires et à
faire reconnaître la responsabilité de celle-ci pour avoir contribué à l'échec de l'opération de
promotion immobilière à Biarritz et Bidart, à laquelle le financement était destiné ; Sur le
premier moyen du pourvoi principal :

Attendu que la société Lauga limited fait grief à l'arrêt de la déclarer irrecevable à agir en nullité
des prêts, alors, selon le moyen, que les interdictions posées par l'article L. 511-5 du Code

Procédures 2009, comm. 122, obs. J. Buisson ; de la contrebande et l’importation ou l’exportation sans
déclaration, Cass. crim. 26 janv. 2005, n° 03-86.854 ; de l’atteinte au secret de la défense nationale, Cass. crim.
1er oct. 1996, n° 95-85.529 : Bull. crim. 1996, n° 338 ; Dr. pénal 1997, comm. 28, obs. A. Maron ; ou encore du
refus d’obtempérer à une sommation de s’arrêter, Cass. crim. 9 nov. 2004, n° 03-83.681 : Bull. crim. 2004, n°
271 ; Procédures 2005, comm. 46, obs. J. Buisson.
56 V. supra, n° 15.
57 R. Routier, Obligations et responsabilités du banquier : Dalloz, coll. « Dalloz Action », 2011, 3e éd.,
n° 212.51.
58 V. supra, n° 28.
59 Cela ne sera, bien évidemment, pas automatique. Rappelons, que la commission du délit « ne suppose
pas nécessairement pour les clients créanciers une perte financière », Cass. crim. 3 nov. 1994, n° 93-82.724 : Bull. crim.
1994, n° 345 ; JCP G 1995, II, 22445, note F. Pollaud-Dulian ; JCP E 1996, I, 525, n° 1, obs. Ch. Gavalda et J.
Stoufflet.
60 V. supra, n° 33.
61 V. supra, n° 32.

60
monétaire et financier sont d'ordre public et peuvent être invoquées par toute personne y ayant
intérêt ; que la société Lauga limited invoquait la nullité des prêts litigieux en ce qu'ils avaient
été accordés par une banque n'ayant pas reçu l'agrément du Comité des établissements de crédit,
pris en application de ce texte ; qu'en décidant que la société Lauga limited, simple tiers aux dits
contrats de prêts, n'était pas recevable à en demander la nullité, l'arrêt a violé les articles L. 511-
5 et L. 511-10 du Code monétaire et financier, anciennement les articles 1 et 10 de la loi du 24
janvier 1984, ensemble l'article 6 du Code civil ;

Mais attendu que la seule méconnaissance par un établissement de crédit de l'exigence


d'agrément, au respect de laquelle l'article 15 de la loi n° 84-46 du 24 janvier 1984, devenu les
articles L. 511-10, L. 511-14 et L. 612-2 du Code monétaire et financier, subordonne l'exercice de
son activité, n'est pas de nature à entraîner la nullité des contrats qu'il a conclus ;

D'où il suit que le moyen n'est pas fondé ; […]

Doc. 12 : Cass., Civ.2e, 14 juin 2007, n° 05-21.166, Bull. civ. II, n°155

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Colmar, 12 mai 2005), que, le 29 novembre 1991 par
l'intermédiaire de la société de courtage Cofia, M. et Mme X..., résidant en France, ont signé une
offre de prêt au logement présentée par la Commerz Credit Bank, devenue la Commerzbank, de
Saarbrucken (la banque) et ont souscrit une assurance-vie conclue avec la société Deutscher
Lloyd, aux droits de laquelle est venue la société Generali Lloyd (l'assureur) ; que M. et Mme
X..., après avoir cessé les remboursements en 1994, ont assigné devant un tribunal de grande
instance la banque, l'assureur et la société Cofia en vue de voir prononcer la déchéance du droit
aux intérêts, subsidiairement la nullité du contrat de prêt et du contrat d'assurance, et ont mis en
cause la responsabilité des trois intervenants à l'opération pour manquement à leur obligation
d'information et de conseil ;

Sur les deux premiers moyens réunis :


Attendu que l'assureur fait grief à l'arrêt d'avoir prononcé la nullité du contrat d'assurance-vie
pour violation de l'article 18 de la loi du 31 décembre 1989, alors, selon le moyen :
(…)
Sur le troisième moyen :

Attendu que l'assureur fait grief à l'arrêt d'avoir statué comme il l'a fait alors, selon le moyen, que
ce n'est que par exception au principe de la liberté de prestation des services qu'une exigence
d'agrément peut être admise, et à condition que l'agrément s'impose à toute personne ou société
exerçant une telle activité sur le territoire de l'Etat membre destinataire, qu'il soit justifié par des
raisons liées à l'intérêt général et qu'il soit objectivement nécessaire pour assurer le respect des
règles applicables dans le secteur considéré pour protéger les intérêts que ces règles ont pour but
de sauvegarder et à condition que le même résultat ne puisse être obtenu par des règles moins
contraignantes, que le respect de ces conditions doit s'apprécier au cas par cas, de sorte :
- qu'en se contentant de rappeler les termes de l'arrêt rendu par la Cour de justice des
Communautés européennes le 4 décembre 1986, pour estimer que l'exigence d'agrément
constituait une restriction admissible au principe de la libre prestation de services, sans vérifier
concrètement que chacune des conditions d'une telle limitation de la liberté garantie par l'article
59 du Traité était réunie en l'espèce, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard
de l'article 59 du Traité et de la jurisprudence qui s'y rapporte ;
- qu'il faisait valoir dans ses conclusions que le régime d'agrément allemand était aussi
protecteur que le régime français et prévoyait un contrôle équivalent au contrôle effectué par les

61
autorités françaises ; qu'en ne répondant pas à ce chef précis des conclusions, la cour d'appel a
violé l'article 455 du nouveau code de procédure civile ;

Mais attendu que l'arrêt retient que selon l'article L. 310-10 du code des assurances applicable à
la date de conclusion du contrat le 29 novembre 1991, il est interdit de souscrire une assurance
directe d'un risque concernant une personne, un bien ou une responsabilité situé sur le territoire
de la République française auprès d'une entreprise étrangère qui ne s'est pas conformée aux
prescriptions des articles L. 321-1 et L. 321-2 du même code ; qu'en vertu de la loi du 31
décembre 1989 portant adaptation du code des assurances à l'ouverture du marché européen,
l'assureur devait obligatoirement disposer d'un agrément en France, ce dont il ne justifiait pas ;
que selon les points 4 et 5 de l'arrêt de la Cour de justice des Communautés européennes du 4
décembre 1986 (Commission des Communautés contre République fédérale d'Allemagne affaire
205/84) l'exigence d'un agrément par un Etat membre est licite sous certaines conditions ; qu'il
en résulte que l'exigence d'un agrément, reconnu par la directive 79/267 "assurance-vie",
constituait une restriction admissible au principe de la libre prestation de services édicté par le
Traité CE et qu'en conséquence, le contrat d'assurance-vie souscrit par les époux X... auprès de
l'assureur allemand, dépourvu d'agrément, devait être annulé ;

Que par ces constatations et énonciations, la cour d'appel, répondant aux conclusions des parties
a légalement justifié sa décision ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi.

EXERCICE

Cass., com., 8 janvier 2008, n° 06-19.944

Attendu, selon l'arrêt attaqué rendu sur renvoi après cassation (chambre commerciale, financière
et économique, 20 mai 2003, pourvoi n° Z 00-13.730), que selon l'offre du 20 novembre 1991 la
société de droit belge banque HSA actuellement dénommée banque Centéa (la banque) a accepté
de financer un prêt de 2 118 600 francs sollicité par M. et Mme X..., qu'ils ont acceptée ; qu'un
acte sous seing privé a été signé à Anvers pour la contrevaleur de cette somme ; que cette
convention a été ultérieurement réitérée par acte authentique reçu à Paris, contenant promesse
d'affectation hypothécaire et de nantissement de bons de capitalisation ; que M. et Mme X...
n'ayant pas respecté leurs engagements, la banque a engagé à leur encontre une procédure de
saisie immobilière à laquelle les emprunteurs ont opposé la nullité du commandement et celle de
l'acte de prêt, faute pour la banque d'avoir obtenu l'agrément préalable exigé par l'article 15 de la
loi du 24 janvier 1984, devenu L. 511-10 du code monétaire et financier ;

Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

Attendu que la banque fait grief à l'arrêt d'avoir déclaré nul le prêt consenti à M. et Mme X...,
constaté par acte authentique du 8 janvier 1992, et d'avoir décidé que M. et Mme X... sont
uniquement redevables envers elle du solde dû en capital au 26 septembre 1994 après déduction
de toutes les sommes versées en capital, intérêts et frais, avec les intérêts au taux légal sur cette
somme résiduelle à compter de cette date alors, selon le moyen : que " pour la période précédant
l'entrée en vigueur de la deuxième directive 89/646 CEE du 15 décembre 1989, l'article 59 du
traité CEE doit être interprété en ce sens qu'il s'oppose en principe à ce qu'un Etat-membre
restreigne la libre prestation de services en imposant à un établissement de crédit, déjà agréé
dans un autre Etat-membre, d'obtenir un agrément pour pouvoir exercer son activité en France ;

62
qu'il s'oppose en principe à plus forte raison à ce qu'un Etat-membre anéantisse cette liberté en
imposant en fait à l'établissement de crédit étranger de s'installer en France pour obtenir cet
agrément ; que la législation française alors applicable constituait une négation de la liberté de
prestation de services incompatible avec les dispositions du droit communautaire ; qu'en décidant
néanmoins que la société Centéa était tenue d'obtenir un agrément pour réaliser en France des
opérations de crédit, au motif qu'un tel agrément constituait une restriction à cette liberté
compatible avec les dispositions du droit communautaire, la cour d'appel a violé l'article 59 du
traité instituant la Communauté économique européenne, signé à Rome le 25 mars 1957 ;

Mais attendu que le moyen, qui reproche à la juridiction de renvoi d'avoir statué conformément
à l'arrêt de cassation qui la saisissait, est irrecevable ;

Mais sur le moyen, pris en sa seconde branche :

Vu l'article 15 de la loi du 24 janvier 1984 devenu les articles L. 511-10, L. 511-14 et L. 612-2
du code monétaire et financier ;

Attendu que la seule méconnaissance par un établissement de crédit de l'exigence d'agrément, au


respect de laquelle l'article 15 de la loi n° 84-46 du 24 janvier 1984, devenu les articles L. 511-10,
L. 511-14 et L. 612-2 du code monétaire et financier, subordonne l'exercice de son activité, n'est
pas de nature à entraîner la nullité des contrats qu'il a conclus ;

Attendu que pour prononcer la nullité du prêt, la cour d'appel retient que même si la loi du 24
janvier 1984 ne prévoit pas expressément la nullité des opérations effectuées en contravention
des règles qu'elle pose, son caractère d'ordre public permet à tout contractant de se prévaloir de
l'irrégularité constatée pour soutenir la nullité du prêt, que cette nullité n'apparaît pas excessive
au regard du droit communautaire compte tenu des conséquences financières limitées de cette
sanction, et que la banque n'ayant pas obtenu l'agrément exigé à l'époque du prêt, c'est à bon
droit que M. et Mme X... en demandent la nullité ;

Attendu qu'en statuant ainsi, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a réformé la décision déférée rejetant la


demande de nullité du prêt et dit que M. X... et Mme Y... doivent régler à la société Centéa la
somme restant due en capital au 26 septembre 1994 après déduction des sommes versées par eux
en capital, intérêts conventionnels et frais d'emprunt, cette somme portant intérêt au taux légal à
compter du 26 septembre 1994, l'arrêt rendu le 4 octobre 2004, entre les parties, par la cour
d'appel de Toulouse ; remet, en conséquence, sur ce point, la cause et les parties dans l'état où
elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de
Toulouse, autrement composée ;

63
Séance n° 3
L'AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ET DE RÉSOLUTION
(ACPR)

LES NOTIONS ESSENTIELLES


Revoir les notions suivantes : autorité indépendante administrative, juridiction

TEXTES APPLICABLES
Articles L. 612-1 à L 612-50 du code monétaire et financier

LA PROCÉDURE DE SANCTION DEVANT L'ACPR


Doc. 1 : D.R MARTIN / H. SYNVET, Droit bancaire, janvier 2011- décembre 2011, D, 2012.1908
(extraits).
Doc. 2 : CEDH, 5ème sect., Affaire Dubus S.A. c. France, 11 juin 2009, n° 5242/04 (extraits).
Doc. 3 : Cons. Constit., 2 décembre 2011, n° 2011-200 QPC, Banque populaire Côte d'Azur.
Doc. 4 : CE, 6ème et 1ère ss-sect., 11 avril 2012, n° 336839, Banque populaire Côte d'Azur.
Doc. 5 : ACP, comm. sanctions, 13 mai 2011, n°2010-06 bis.
Doc. 6 : ACP, comm. sanctions, 10 janvier 2013, n°2012-04.
Doc. 7 : ACP, comm. sanctions, 25 novembre 2013, n°2013-01.
Doc. 8 : CE, 9ème et 10ème SSR, 20 janvier 2016, n°374950 (extraits).

LE CONTRÔLE DE LÉGALITÉ DES RECOMMANDATIONS DE L'ACPR


Doc. 9 : O. DEXANT-DE BAILLIENCOURT, Le contrôle de légalité des recommandations de l’AMF et
de l’ACPR, Bull. Joly bourse, 2016, n°12, page 543.
Doc. 10 : CE, Ass., 21 mars 2016, n°368082, Faivesta
Doc. 11 : CE, 9ème et 10ème chambres réunies, n°384297.

EXERCICE
Commentaire de l'arrêt CE, 9ème et 10ème, 15 décembre 2014, n° 366640.

64
LA PROCÉDURE DE SANCTION DEVANT l'ACPR

Doc. 1 : D.R MARTIN / H. SYNVET, « Droit bancaire, janvier 2011 - décembre


2011 », D, 26 juillet 2012, n°29, page 1908
Institutions bancaires

1 - Commission bancaire

La pièce de théâtre qui se joue autour de l'ancienne Commission bancaire ne quitte pas l'affiche.

Acte 1 : tout au long des années 2000, le Conseil d'Etat s'attache, par-delà des concessions mineures,
à préserver la Commission bancaire face aux critiques qui mettent en doute son indépendance et son
impartialité. Il juge, en particulier, que « la possibilité conférée à une juridiction ou à un organisme
administratif qui, eu égard à sa nature, à sa composition et à ses attributions, peut être qualifié de tribunal au
sens de l'article 6, § 1, de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés
fondamentales, de se saisir de son propre mouvement d'affaires qui entrent dans le domaine de compétence qui
lui est attribué » n'est pas « en soi, contraire à l'exigence d'équité dans le procès énoncé par ces
stipulations » (CE 20 oct. 2000, n° 180122, Sté Habib Bank Limited, D. 2001. 2665, note A. Louvaris,
1072, obs. M. Sousse, et 2002. 634, obs. H. Synvet ; AJDA 2000. 1071, note P. Subra de Bieusses, et
1001, chron. M. Guyomar et P. Collin ; RSC 2001. 598, obs. J. Riffault ; RTD com. 2001. 197, obs. M.
Cabrillac).

Acte 2 : par son célèbre arrêt Dubus (CEDH 11 juin 2009, n° 5242/04, D. 2009. 2247, note A.
Couret ; AJDA 2009. 1936, chron. J.-F. Flauss ; AJ pénal 2009. 354, étude J. Lasserre Capdeville), la
Cour européenne des droits de l'homme décide le contraire. Elle estime que « la requérante a pu
nourrir des doutes sur la prise de décision par la Commission bancaire dès lors que celle-ci décida de
la mise en accusation, formula des griefs à son encontre et finalement la sanctionna ».

Acte 3 : dans une affaire CNCE, le Conseil d'Etat tire les conséquences de la jurisprudence de la Cour
européenne (CE 8 nov. 2010, n° 329384, D. 2010. 2764, et 2011. 1643, obs. H. Synvet). Il juge que
« la procédure menée par la Commission bancaire a méconnu l'exigence d'impartialité rappelée par l'article 6
de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales », mais son
rapporteur public exprime l'idée qu'« il ne serait guère opportun de faire une lecture intégriste de l'arrêt
Dubus et de juger que, structurellement, la Commission bancaire méconnaît le principe d'impartialité ».

Trois nouveaux actes se sont joués en 2011 et au début de l'année 2012. C'est une décision de la
Commission bancaire du 18 décembre 2009, prononçant un blâme et une sanction pécuniaire de
600 000 € à l'encontre de la Banque populaire Côte d'Azur, qui est à leur origine.

Tout d'abord, le Conseil d'Etat a, par un arrêt du 23 septembre 2011 (CE 23 sept. 2011, n° 336839,
AJDA 2012. 232), renvoyé une question prioritaire de constitutionnalité relative à la conformité aux
droits et libertés que la Constitution garantit des anciens articles L. 613-1, alinéa 1er, L. 613-4, L.
613-6, L. 613-21 et L. 613-23, I, du code monétaire et financier - en bref des textes fondant le pouvoir
de sanction de la Commission bancaire. C'était dire que, parallèlement aux faiblesses déjà constatées
sur le terrain du droit européen, le système répressif bancaire pouvait également être fragile au
regard de nos exigences constitutionnelles. Sans doute le Conseil d'Etat voulait-il, une fois pour
toutes, vider l'abcès, en provoquant l'intervention d'une décision de portée générale.

De fait, le Conseil constitutionnel s'est prononcé le 2 décembre 2011 (Cons. const., 2 déc. 2011,
n°2011-200 QPC, JO 3 déc., p. 20496, AJDA 2012. 578, chron. M. Lombard, S. Nicinski et E. Glaser ;
Constitutions 2012. 337, obs. O. Le Bot). Il a considéré que « les dispositions contestées, en organisant la

65
Commission bancaire sans séparer en son sein, d'une part, les fonctions de poursuite des éventuels manquements
des établissements de crédit aux dispositions législatives et réglementaires qui les régissent, et, d'autre part, les
fonctions de jugement des mêmes manquements, qui peuvent faire l'objet de sanctions disciplinaires,
méconnaissent le principe d'impartialité des juridictions ». En conséquence, dans le dispositif de sa
décision, il déclare inconstitutionnelles les anciennes dispositions du code monétaire et financier
visées dans la question prioritaire. Il précise que cette déclaration « prend effet à compter de la
publication de la présente décision ; qu'elle est applicable à toutes les instances non définitivement jugées à cette
date ».

Ainsi conçue, cette décision aligne les solutions retenues sur le terrain de la constitutionnalité et sur
celui de la conventionalité, ce qui est évidemment satisfaisant. Depuis l'origine, la Commission
bancaire souffrait d'un vice majeur de conception, qui s'expliquait par une vision trop « régalienne »
des choses. Ce chapitre de l'histoire de nos juridictions administratives est désormais clos. On
regrettera simplement qu'il ait fallu attendre la décision n° 2011-200 QPC pour faire reconnaître que,
structurellement, la Commission bancaire méconnaissait le principe d'impartialité, alors que, dans
l'affaire CNCE, le rapporteur public du Conseil d'Etat, M. Pierre Collin, affirmait encore le contraire.

Ceci n'exclut cependant pas la persistance d'une politique répressive, y compris pour des affaires
antérieures à la création de l'Autorité de contrôle prudentiel (ACP). Appelé à tirer les conséquences
de la doctrine du Conseil constitutionnel, le Conseil d'Etat a logiquement annulé, par un arrêt du 11
avril 2012 (CE 11 avr. 2012, n° 336839), la décision de sanction qui avait été prononcée contre la
Banque populaire Côte d'Azur. Mais il ne s'est pas arrêté là. Il a également envisagé la possibilité de
l'engagement de nouvelles poursuites contre l'établissement de crédit, dans le cadre institué par
l'ordonnance du 21 janvier 2010. A cet égard, il a considéré que « compte tenu du motif de non-
conformité à la Constitution des dispositions du code monétaire et financier en cause retenu par le Conseil
constitutionnel dans sa décision du 2 décembre 2011, l'annulation de la décision attaquée ne fait pas obstacle à
ce que l'ACP engage, en vertu de l'article L. 612-38 du code monétaire et financier et dans le respect des
nouvelles règles de séparation des fonctions de contrôle et de sanction, une nouvelle procédure de sanction à
l'encontre de la Banque populaire Côte d'Azur sur le fondement des actes de contrôle et de constatation
accomplis par la Commission bancaire dont la validité doit être appréciée, en application du 2° du III de
l'article 22 de l'ordonnance du 21 janvier 2010, au regard des dispositions législatives et réglementaires en
vigueur à la date à laquelle ils ont été accomplis ; que, dans ce cas, il appartiendra à la Commission des
sanctions de l'ACP, conformément au principe constitutionnel de non-rétroactivité de la loi pénale plus sévère,
de faire application des dispositions de l'article L. 612-39 du code monétaire et financier issu de la même
ordonnance dans la limite de l'échelle des sanctions en vigueur au moment de la commission du manquement le
cas échéant retenu ». Autrement dit :

- l'ACP peut engager de nouvelles poursuites pour des faits déjà jugés par la Commission bancaire ;

- elle peut, à cet effet, se fonder sur les résultats des contrôles effectués par la Commission bancaire et
qui avaient été à l'origine de la poursuite initiale ;

- elle peut prononcer l'une des sanctions prévues par l'article L. 612-39 du code monétaire et
financier, dans la limite de celles existant à l'époque des faits.

Il s'agit, très clairement, d'empêcher qu'un établissement de crédit fautif ne bénéficie d'un effet
absolutoire attaché à la déclaration d'inconstitutionnalité. La méthode utilisée à cette fin laisse
toutefois perplexe.

On ne peut s'empêcher de relever, tout d'abord, que le motif qui vient d'être reproduit ne trouve
aucun écho dans le dispositif de l'arrêt. C'est qu'il n'était pas nécessaire à son soutien. En réalité, le
Conseil d'Etat délivre une sorte de consultation à l'ACP, pour lui indiquer la voie à suivre si celle-ci
souhaite réprimer des manquements déjà examinés par la Commission bancaire dans le cadre de

66
procédures annulées. Ce comportement « pro-actif » est-il le signe d'une parfaite impartialité
(puisque aussi bien la notion est au coeur de tous ces litiges) ?

Ensuite, sur le fond, plusieurs objections viennent à l'esprit.

La première touche à l'utilisation des rapports de contrôle et des actes de constatation effectués par
feu la Commission bancaire dans le dossier. Il est vrai que l'article 22, III, 2°, de l'ordonnance du 21
janvier 2010 prévoit que « la validité des actes de constatation et de procédure accomplis antérieurement à la
première réunion du collège de l'Autorité s'apprécie au regard des dispositions législatives et réglementaires en
vigueur à la date à laquelle ils ont été pris ou accomplis ». Mais encore faut-il que les dispositions
législatives ainsi visées ne soient pas inconstitutionnelles. Or, le Conseil constitutionnel a déclaré
contraire à la Constitution l'ancien article L. 613-1 du code monétaire et financier, qui disposait que :
« La Commission bancaire est chargée de contrôler le respect par les établissements de crédit des dispositions
législatives et réglementaires qui leur sont applicables et de sanctionner les manquements constatés ». C'est
ainsi le pouvoir de contrôle de la Commission bancaire qui a perdu sa base légale depuis la décision
du 2 décembre 2011. Sans doute le Conseil constitutionnel a-t-il précisé que la déclaration
d'inconstitutionnalité prend effet à compter de la publication de sa décision. Mais faut-il, pour
concrétiser cette formule, se placer au jour du contrôle ou à celui de l'engagement de nouvelles
poursuites ?

En second lieu, le régime « transitoire » des sanctions dessiné par l'arrêt du 11 avril 2012 paraît un
peu acrobatique. La vérité est que ne sont applicables à une infraction que les peines prévues à la date
de sa commission, sauf intervention d'une loi pénale plus douce. Or, en l'espèce, l'ancien article L.
613-21 du code monétaire et financier, qui déterminait les sanctions susceptibles d'être prononcées
par la Commission bancaire, a été déclaré inconstitutionnel. Les faits antérieurs à l'entrée en vigueur
de l'ordonnance du 21 janvier 2010 ne peuvent donc plus être réprimés sur cette base. Evoquer,
comme le fait le Conseil d'Etat, « la limite de l'échelle des sanctions en vigueur au moment de la commission
du manquement le cas échéant retenue », est inopérant, puisque, depuis la décision n° 2011-200 QPC,
cette échelle de sanctions est, comme l'ensemble de la disposition qui la prévoit, frappée
d'inconstitutionnalité. Elle est donc abrogée pour l'avenir, selon l'article 62 de la Constitution, et ne
peut plus être utilisée dans le processus répressif. Quant au vide ainsi créé, il ne saurait être comblé
par le nouvel article L. 612-39 du code monétaire et financier, qui est d'application immédiate mais
non rétroactive.

On observera, pour finir, que le droit européen est le grand absent de la « consultation » délivrée par
le Conseil d'Etat. Cela veut dire, concrètement, que si l'ACP saisit la perche qui lui est tendue, la
Banque populaire Côte d'Azur pourra chercher de nouvelles munitions de ce côté.

Doc. 2 : CEDH, 5ème sect., Affaire Dubus S.A. c. France, 11 juin 2009 (extraits)
Condamnation de la France pour le cumul, par la Commission bancaire, de fonctions
administratives et d’un pouvoir de sanctions

53. La Cour rappelle qu’aux fins de l’article 6 § 1, l’impartialité doit s’apprécier selon une démarche
subjective, essayant de déterminer la conviction personnelle de tel juge en telle occasion, et aussi
selon une démarche objective amenant à s’assurer qu’il offrait des garanties suffisantes pour exclure à
cet égard tout doute légitime (voir, entre autres, Hauschildt c. Danemark, 24 mai 1989, § 46, série A
n°154 et De Cubber c. Belgique, 26 octobre 1984, § 24, série A n°86). Quant à la première, la
requérante ne l’a pas soulevée devant la Cour. Au demeurant, l’impartialité personnelle d’un
magistrat se présume jusqu’à la preuve du contraire, non fournie en l’espèce. Reste donc
l’appréciation objective qui consiste à se demander si indépendamment de la conduite personnelle du
juge, certains faits vérifiables autorisent à suspecter l’impartialité de ce dernier. En la matière, même
les apparences peuvent revêtir de l’importance. Il y va de la confiance que les tribunaux d’une société

67
démocratique se doivent d’inspirer aux justiciables, à commencer, au pénal, par les prévenus (Didier,
précité).
54. Elle rappelle également que les notions d’indépendance et d’impartialité objective sont
étroitement liées (Kleyn et autres c. Pays-Bas ([GC], n°39343/98, 39651/98, 43147/98 et
46664/99, § 192, CEDH 2003-VI).
55. La Cour observe que la Commission bancaire exerce deux types de fonctions. La première est une
fonction de contrôle, englobant un contrôle administratif et un pouvoir d’injonction, prévu par les
articles L. 613-6, L. 613-15 et L. 613-16 du CMF selon lesquels « Le secrétariat général de la
Commission bancaire, sur instruction de la Commission bancaire, effectue des contrôles sur pièces et
place » et la Commission bancaire peut adresser une mise en garde, une recommandation ou une
injonction. La seconde est disciplinaire et la Commission bancaire exerce son pouvoir de sanction en
agissant à ce titre comme une « juridiction administrative ».
56. La Cour relève d’emblée l’imprécision des textes qui régissent la procédure devant la Commission
bancaire, quant à la composition et aux prérogatives des organes appelés à exercer les différentes
fonctions qui lui sont dévolues.
57. En particulier, il ne ressort pas du CMF, ni d’un éventuel règlement intérieur, de distinction
claire entre les fonctions de poursuite, d’instruction et de sanction dans l’exercice du pouvoir
juridictionnel de la Commission bancaire. Or, si le cumul des fonctions d’instruction et de jugement
peut être compatible avec le respect de l’impartialité garanti par l’article 6 § 1 de la Convention,
comme la Cour l’a jugé dans le cadre d’une procédure disciplinaire devant le Conseil des marchés
financiers, autorité administrative indépendante similaire à la Commission bancaire, où était en cause
la participation du rapporteur au délibéré du jugement (Didier, précité), ce cumul est subordonné à la
nature et l’étendue des tâches du rapporteur durant la phase d’instruction, et notamment à l’absence
d’accomplissement d’acte d’accusation de sa part. La Cour a rappelé à cette occasion que « le simple
fait, pour un juge, d’avoir déjà pris des décisions avant le procès ne peut passer pour justifier en soi des
appréhensions relativement à son impartialité. Ce qui compte est l’étendue des mesures adoptées par le juge
avant le procès ».
58. La Cour doit donc rechercher si la Commission bancaire a pu décider de la sanction disciplinaire
sans « préjugement », compte tenu des actes accomplis par elle au cours de la procédure.
59. Pour ce faire, la Cour rappellera brièvement le déroulement de la procédure disciplinaire en
l’espèce. La décision de poursuivre et d’ouvrir une procédure à l’encontre de la requérante fut prise
par procès-verbal du 28 septembre 2000 par le secrétaire général et la Commission bancaire tandis
que la notification des griefs à son égard incomba à la Commission en la personne de son président le
24 novembre 2000 (paragraphes 12 et 13 ci-dessus). Quant à l’instruction de l’affaire, la Cour
constate qu’elle n’est pas dévolue à une personne précise. La Commission s’est référée notamment au
rapport d’inspection déposé par l’inspecteur R. et aux « analyses du secrétariat général »
(paragraphes 11 et 13 ci-dessus). Au cours de la procédure juridictionnelle, le secrétariat général
déposa un mémoire en réplique en réponse aux observations de la requérante (paragraphe 15 ci-
dessus). Enfin, la décision de sanction fut prise par le président de la Commission bancaire et cinq
membres de celle-ci après une audience publique et un délibéré. Le secrétaire général notifia à la
requérante la sanction prononcée par la Commission (paragraphe 18 ci-dessus).
60. De cet enchaînement d’actes pris au cours de la procédure juridictionnelle, il résulte, de l’avis de
la Cour, que la société requérante pouvait raisonnablement avoir l’impression que ce sont les mêmes
personnes qui l’ont poursuivie et jugée. En témoigne particulièrement la phase d’ouverture de la
procédure disciplinaire et de la notification des griefs où la confusion des rôles conforte ladite
impression (paragraphes 12 et 13 ci-dessus). La requérante a pu nourrir des doutes sur la prise de
décision par la Commission bancaire dès lors que celle-ci décida de la mise en accusation, formula les
griefs à son encontre et finalement la sanctionna. La Cour s’accorde avec l’analyse du Conseil d’Etat,
qui n’a pas remis en cause la faculté d’auto-saisine de la Commission bancaire, mais qui l’a
subordonnée au respect du principe d’impartialité (paragraphe 27 ci-dessus), mais elle croit nécessaire
d’encadrer plus précisément le pouvoir de se saisir d’office de manière à ce que soit effacée
l’impression que la culpabilité de la requérante a été établie dès le stade de l’ouverture de la
procédure.

68
A cela, il faut ajouter que le rôle du secrétaire général accentue la confusion soulignée ci-dessus,
même s’il n’apparaît pas être intervenu dans la prise de décision de la sanction (voir, en sens inverse,
paragraphe 28 ci-dessus, CE n°238169). En effet, aux termes de l’article L. 613-6 du CMF, le
secrétariat général effectue les contrôles sur instruction de la Commission bancaire, et la procédure
disciplinaire est précisément engagée au vu des irrégularités constatées dans le cadre du contrôle
administratif ; le secrétariat général, par son secrétaire, intervient ensuite dans la procédure
juridictionnelle en adressant des observations en réponse aux écritures de la partie poursuivie. Enfin,
c’est bien au nom de la Commission bancaire qui, au final prononcera la sanction, que l’inspection a
été diligentée.
61. En résumé, la Cour n’est pas convaincue par l’affirmation du Gouvernement sur l’existence d’une
séparation organique au sein de la Commission bancaire. Elle estime que la requérante pouvait
nourrir des doutes objectivement fondés quant à l’indépendance et l’impartialité de la Commission du
fait de l’absence de distinction claire entre ses différentes fonctions.
62. Partant, la Cour estime qu’il y a eu violation de l’article 6 § 1 de la Convention.

Doc. 3 : Conseil constitutionnel, décision n° 2011-200 QPC du 2 décembre 2011,


Banque populaire Côte d'Azur

1. Considérant qu'aux termes du premier alinéa de l'article L. 613-1 du code monétaire et financier,
dans sa rédaction antérieure à l'ordonnance du 21 janvier 2010 susvisée : « La commission bancaire
est chargée de contrôler le respect par les établissements de crédit des dispositions législatives et
réglementaires qui leur sont applicables et de sanctionner les manquements constatés » ;
2. Considérant qu'aux termes de l'article L. 613-4 du même code : « La commission bancaire délibère
valablement lorsque la majorité absolue des membres qui la composent sont présents ou représentés.
Sauf s'il y a urgence, elle ne délibère valablement en qualité de juridiction administrative que lorsque
la totalité de ses membres sont présents ou représentés » ;
3. Considérant qu'aux termes de l'article L. 613-6 du même code : « Le secrétariat général de la
commission bancaire, sur instruction de la commission bancaire, effectue des contrôles sur pièces et
sur place. La commission délibère périodiquement du programme des contrôles sur place.
« Le secrétariat général de la Commission bancaire peut convoquer et entendre toute personne
pour en obtenir des informations » ;
4. Considérant qu'aux termes de l'article L. 613-21 du même code : « I. Si un établissement de crédit,
un établissement de paiement, ou une des personnes mentionnées au premier alinéa de l'article L.
613-2 a enfreint une disposition législative ou réglementaire afférente à son activité, n'a pas répondu
à une recommandation ou n'a pas tenu compte d'une mise en garde ou encore n'a pas respecté les
conditions particulières posées ou les engagements pris à l'occasion d'une demande d'agrément ou
d'une autorisation ou dérogation prévue par les dispositions législatives ou réglementaires
applicables aux établissements de crédit, aux établissements de paiement et aux entreprises
d'investissement, la commission bancaire, sous réserve des compétences de l'Autorité des marchés
financiers, peut prononcer l'une des sanctions disciplinaires suivantes :
« 1. L'avertissement ;
« 2. Le blâme ;
« 3. L'interdiction, à titre temporaire ou définitif, d'effectuer certaines opérations et toutes
autres limitations dans l'exercice de l'activité ;
« 4. La suspension temporaire de l'une ou de plusieurs des personnes mentionnées à l'article
L. 511-13, au huitième alinéa du II de l'article L. 522-6 et à l'article L. 532-2 avec ou sans
nomination d'administrateur provisoire ;
« 5. La démission d'office de l'une ou de plusieurs de ces mêmes personnes avec ou sans
nomination d'administrateur provisoire ;
« 6. La radiation de l'établissement de crédit, […]
5. Considérant qu'aux termes du paragraphe I de l'article L. 613-23 du même code : « Lorsque la
commission bancaire statue en application de l'article L. 613-21, elle est une juridiction
administrative » ;

69
6. Considérant que, selon la société requérante, en ne prévoyant pas de séparation des pouvoirs
de poursuite et de sanction au sein de la commission bancaire, ces dispositions méconnaissent
les principes d'indépendance et d'impartialité des juridictions qui découlent de l'article 16 de la
Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 ;
7. Considérant qu'aux termes de l'article 16 de la Déclaration de 1789 : « Toute société dans laquelle
la garantie des droits n'est pas assurée, ni la séparation des pouvoirs déterminée, n'a point de
Constitution » ; que les principes d'indépendance et d'impartialité sont indissociables de l'exercice de
fonctions juridictionnelles ;
8. Considérant que les dispositions contestées, en organisant la Commission bancaire sans séparer en
son sein, d'une part, les fonctions de poursuite des éventuels manquements des établissements de
crédit aux dispositions législatives et réglementaires qui les régissent et, d'autre part, les fonctions de
jugement des mêmes manquements, qui peuvent faire l'objet de sanctions disciplinaires,
méconnaissent le principe d'impartialité des juridictions et, par suite, doivent être déclarées
contraires à la Constitution ;
9. Considérant qu'en vertu de la seconde phrase du deuxième alinéa de l'article 62 de la Constitution,
il appartient au Conseil constitutionnel de déterminer les conditions et limites dans lesquelles les
effets que la disposition qu'il déclare inconstitutionnelle a produits sont susceptibles d'être remis en
cause ; que, si, en principe, la déclaration d'inconstitutionnalité doit bénéficier à l'auteur de la
question prioritaire de constitutionnalité et la disposition déclarée contraire à la Constitution ne peut
être appliquée dans les instances en cours à la date de la publication de la décision du Conseil
constitutionnel, les dispositions de l'article 62 de la Constitution réservent à ce dernier le pouvoir de
prévoir la remise en cause des effets que la disposition a produits avant l'intervention de cette
déclaration ; que la présente déclaration d'inconstitutionnalité prend effet à compter de la publication
de la présente décision ; qu'elle est applicable à toutes les instances non définitivement jugées à cette
date,
DÉCIDE :
Article 1er.- Le premier alinéa de l'article L. 613-1, les articles L. 613-4, L. 613-6, L. 613-21 et le
paragraphe I de l'article L. 613-23 du code monétaire et financier, dans leur rédaction antérieure à
l'ordonnance n° 2010-76 du 21 janvier 2010 portant fusion des autorités d'agrément et de contrôle de
la banque et de l'assurance, sont contraires à la Constitution.

Doc. 4 : CE, 6ème et 1ère ss-sect., 11 avril 2012 – Banque populaire Côte d'Azur

Considérant qu'aux termes de l'article L. 613-1 du code monétaire et financier, dans sa rédaction
antérieure à l'ordonnance du 21 janvier 2010 portant fusion des autorités d'agrément et de contrôle
de la banque et de l'assurance : " La commission bancaire est chargée de contrôler le respect par les
établissements de crédit des dispositions législatives et réglementaires qui leur sont applicables et de
sanctionner les manquements constatés (...) " ; que l'article L. 613-2 du même code dispose : " La
commission bancaire veille également au respect des dispositions législatives et réglementaires
prévues par le présent code ou qui prévoient expressément son contrôle par les prestataires de
services d'investissement (...). Elle sanctionne les manquements constatés dans les conditions prévues
à l'article L. 613-21 (...) " ; que l'article L. 613-4 du même code, dans sa rédaction alors applicable,
précise que : " La commission bancaire délibère valablement lorsque la majorité absolue des membres
qui la composent sont présents ou représentés. Sauf s'il y a urgence, elle ne délibère valablement en
qualité de juridiction administrative que lorsque la totalité de ses membres sont présents ou
représentés. " ; qu'aux termes de l'article L. 613-6 du même code, dans sa rédaction alors applicable :
" Le secrétariat général de la commission bancaire, sur instruction de la commission bancaire,
effectue des contrôles sur pièces et sur place. La commission délibère périodiquement du programme
des contrôles sur place. / Le secrétariat général de la commission bancaire peut convoquer et
entendre toute personne pour en obtenir des informations. " ; que le I de l'article L. 613-21, dans sa
rédaction alors applicable, précise : " Si un établissement de crédit ou une des personnes mentionnées
au premier alinéa de l'article L. 613-2 a enfreint une disposition législative ou réglementaire afférente
à son activité (...), la commission bancaire, sous réserve des compétences du conseil des marchés

70
financiers, peut prononcer l'une des sanctions disciplinaires suivantes : / 1° L'avertissement ; / 2° Le
blâme ; / 3° L'interdiction d'effectuer certaines opérations et toutes autres limitations dans l'exercice
de l'activité ; / 4° La suspension temporaire de l'une ou de plusieurs des personnes mentionnées à
l'article L. 511-3 et à l'article L. 532-2 avec ou sans nomination d'administrateur provisoire ; / 5° La
démission d'office de l'une ou de plusieurs de ces mêmes personnes avec ou sans nomination
d'administrateur provisoire ; / 6° La radiation de l'établissement de crédit ou de l'entreprise
d'investissement de la liste des établissements de crédit ou des entreprises d'investissement agréés
avec ou sans nomination d'un liquidateur (...). / En outre, la commission bancaire peut prononcer,
soit à la place, soit en sus de ces sanctions, une sanction pécuniaire au plus égale au capital minimum
auquel est astreinte la personne morale sanctionnée (...) " ; qu'aux termes du III de l'article L. 613-21
du même code : " La commission bancaire peut décider que les sanctions prises dans le cadre du
présent article feront l'objet d'une publication aux frais de la personne morale sanctionnée dans les
journaux ou publications que la Commission désigne, à moins que cette publication ne risque de
perturber gravement les marchés financiers ou de causer un préjudice disproportionné aux parties en
cause " ; qu'enfin, le I de l'article L. 613-23 du même code prévoit que : " Lorsque la commission
bancaire statue en application de l'article L. 613-21, elle est une juridiction administrative " ;

Considérant qu'en application de ces dispositions, la Commission bancaire a, par une décision du 18
décembre 2009, prononcé à l'encontre de la BANQUE POPULAIRE COTE D'AZUR, d'une part, un
blâme, d'autre part, une sanction pécuniaire de 600 000 euros et rejeté sa demande tendant à ce que
cette décision ne fasse l'objet d'aucune mesure de publicité faisant apparaître son nom ; que la
BANQUE POPULAIRE COTE D'AZUR se pourvoit en cassation contre cette décision
juridictionnelle rendue en premier et dernier ressort ;
[…]
Considérant que, par la décision n° 2011-200 QPC du 2 décembre 2011, le Conseil Constitutionnel a
jugé contraires à la Constitution le premier alinéa de l'article L. 613-1, les articles L. 613-4, L. 613-6,
L. 613-21 et le paragraphe I de l'article L. 613-23 du code monétaire et financier, dans leur rédaction
antérieure à l'ordonnance du 21 janvier 2010 portant fusion des autorités d'agrément et de contrôle
de la banque et de l'assurance, au motif que ces dispositions, en organisant la Commission bancaire
sans séparer en son sein, d'une part, les fonctions de poursuite des éventuels manquements des
établissements de crédit aux dispositions législatives et réglementaires qui les régissent et, d'autre
part, les fonctions de jugement des mêmes manquements, qui peuvent faire l'objet de sanctions
disciplinaires, méconnaissaient le principe d'impartialité des juridictions ; que le juge constitutionnel
a précisé que cette déclaration d'inconstitutionnalité est applicable à toutes les instances non
définitivement jugées à la date de sa décision ; que cette décision implique que le juge administratif
écarte l'application de ces dispositions pour régler tout litige régulièrement engagé par un organisme
qui a fait l'objet d'une décision de sanction prononcée par la Commission bancaire ; qu'ainsi, il
incombe au juge de cassation d'annuler, sans qu'il soit besoin pour lui d'examiner les moyens du
pourvoi dont il est saisi, la décision attaquée ;
Considérant que le III de l'article 22 de l'ordonnance du 21 janvier 2010 portant fusion des autorités
d'agrément et de contrôle de la banque et de l'assurance précise que : " A compter de la première
réunion de son collège, l'Autorité de contrôle prudentiel succède dans leurs droits et obligations
respectifs à l'Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles, au Comité des entreprises
d'assurance, au comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement et à la
Commission bancaire. (...) / 2° La validité des actes de constatation et de procédure accomplis
antérieurement à la première réunion du collège de l'Autorité s'apprécie au regard des dispositions
législatives et réglementaires en vigueur à la date à laquelle ils ont été pris ou accomplis ; (...) " ;
qu'aux termes de l'article L. 612-38 du code monétaire et financier, issu de la même ordonnance : "
L'une des formations du collège examine les conclusions établies, dans le cadre de la mission de
contrôle de l'Autorité de contrôle prudentiel, par les services de l'Autorité ou le rapport établi en
application de l'article L. 612-27. Si elle décide l'ouverture d'une procédure de sanction, son président
notifie les griefs aux personnes concernées. Il transmet la notification des griefs à la commission des
sanctions qui désigne un rapporteur parmi ses membres (...) " ; que, compte tenu du motif de non-
conformité à la Constitution des dispositions du code monétaire et financier en cause retenu par le

71
Conseil constitutionnel dans sa décision du 2 décembre 2011, l'annulation de la décision attaquée ne
fait pas obstacle à ce que l'Autorité de contrôle prudentiel engage, en vertu de l'article L. 612-38 du
code monétaire et financier et dans le respect des nouvelles règles de séparation des fonctions de
contrôle et de sanction, une nouvelle procédure de sanction à l'encontre de la BANQUE
POPULAIRE COTE D'AZUR sur le fondement des actes de contrôle et de constatation accomplis
par la Commission bancaire dont la validité doit être appréciée, en application du 2° du III de l'article
22 de l'ordonnance du 21 janvier 2010, au regard des dispositions législatives et réglementaires en
vigueur à la date à laquelle ils ont été accomplis ; que, dans ce cas, il appartiendra à la commission des
sanctions de l'Autorité de contrôle prudentiel, conformément au principe constitutionnel de non-
rétroactivité de la loi pénale plus sévère, de faire application des dispositions de l'article L. 612-39 du
code monétaire et financier issu de la même ordonnance dans la limite de l'échelle des sanctions en
vigueur au moment de la commission du manquement le cas échéant retenu ;
Considérant qu'il résulte de tout ce qui précède que la BANQUE POPULAIRE COTE D'AZUR est
fondée à demander l'annulation de la décision attaquée ; qu'il y a lieu, dans les circonstances de
l'espèce, en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative, de
mettre à la charge de l'État, avec imputation sur le budget de l'Autorité de contrôle prudentiel, le
versement de la somme de 5 000 euros ;

DECIDE :

Article 1er : La décision de la Commission bancaire du 18 décembre 2009 est annulée.


Article 2 : L'Etat (Autorité de contrôle prudentiel) versera à la BANQUE POPULAIRE COTE
D'AZUR la somme de 5 000 euros au titre des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice
administrative.

Doc. 5 : ACP, comm. sanctions, 13 mai 2011, n°2010-06 bis

(...) la banque B demande à la Commission des sanctions, à l'appui de ses observations en défense dans
le cadre de la procédure disciplinaire n° 2010-06 ouverte à son encontre, de transmettre au Conseil
d'État la question de la conformité aux droits et libertés garantis par la Constitution, et notamment
au « bloc de constitutionnalité » auquel appartient l'article 16 de la Déclaration des droits de l'homme
et du citoyen de 1789 selon lequel : « Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n'est pas
assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n'a point de Constitution », des articles L. 612-1.1,
L. 612-1.11.3° alinéa 2, L. 612-4, L. 612-38, alinéa 3, L. 612-16.1, L. 612-16.1V du code monétaire et
financier qui organisent la distinction des fonctions de poursuite, d'instruction et de jugement de
l'ACP ; (...)
I. Sur la recevabilité de la question prioritaire de constitutionnalité
Considérant qu'aux termes de l'article 61-1 de la Constitution : « Lorsque, à l'occasion d'une instance
en cours devant une juridiction, il est soutenu qu'une disposition législative porte atteinte aux droits
et libertés que la Constitution garantit, le Conseil constitutionnel peut être saisi de cette question sur
renvoi du Conseil d'État ou de la Cour de cassation qui se prononce dans un délai déterminé (...) » ;
que selon l'article 23-1 de l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 modifiée : « Devant les
juridictions relevant du Conseil d'État ou de la Cour de cassation, le moyen tiré de ce qu'une
disposition législative porte atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution est, à peine
d'irrecevabilité, présenté dans un écrit distinct et motivé.
(. ..) » ;
Considérant qu'il résulte des dispositions des articles L. 612-9 et L. 612-38 à 41 du code monétaire et
financier, dans sa version issue de l'ordonnance n° 2010-76 du 21 janvier 2010 portant fusion des
autorités d'agrément et de contrôle de la banque et de l'assurance, que la Commission des sanctions
de l'ACP statue collégialement sur les griefs disciplinaires dont l'a saisie le Collège, organe de
poursuite de cette autorité, à l'issue d'une instruction qu'elle mène contradictoirement entre la
personne mise en cause et le représentant de cet organe ; que par ces dispositions, relatives
notamment à la composition de la Commission, à la faculté de récuser un membre dont il existe une

72
raison sérieuse de mettre en doute l'impartialité, aux garanties des droits de la défense, aux
conditions dans lesquelles elle délibère et au « recours de plein contentieux » dont ses décisions
peuvent faire l'objet devant le Conseil d'État à l'initiative de l'une ou l'autre des parties, le législateur
a conféré à la Commission la nature d'une juridiction administrative spéciale de première instance,
soumise au contrôle d'appel du Conseil d'État ; que par suite la banque B est recevable à présenter
devant elle une question prioritaire de constitutionnalité, comme elle l'a fait par son mémoire distinct
du 18 avril 2011 ;
Il. Sur le fond
Considérant qu'en vertu de l'article 23-2 de l'ordonnance du 7 novembre 1958 susvisée, une question
prioritaire de constitutionnalité ne peut être transmise au Conseil d'Etat que si elle présente un
caractère sérieux ;
Considérant que la banque B soulève la question de la conformité aux droits et libertés garantis par
la Constitution, et notamment au bloc de constitutionnalité » auquel appartient l'article 16 de la
Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789, des articles L. 612-1.I, L. 612-1.II.3° alinéa
2, L. 612-4, L. 612-38, alinéa 3, L. 612-16.I, L. 612-16.IV du code monétaire et financier, relatifs aux
fonctions de poursuite, d'instruction et de jugement de l'ACP, laquelle, selon la banque B, cumulerait
ainsi les fonctions de partie, par l'intermédiaire de son Collège et de son Président, et de juge, par
l'intermédiaire de sa Commission des sanctions ; elle en conclut que cette Commission n'est pas
impartiale et que l'organisation de l'ACP est inconstitutionnelle ;
Considérant qu'aux termes de l'article L. 612-4 du code monétaire et financier : « L ‘Autorité de
contrôle prudentiel comprend un collège et une commission des sanctions. (.) » ; que selon l'article L.
612-9 de ce code : « (...) les fonctions de membre de la commission des sanctions sont incompatibles
avec celles de membre du collège (...) » ; que selon l'article L. 612-38 : « Lorsque l'une des formation
du collège décide l'ouverture d'une procédure de sanction, son président notifie les griefs aux
personnes concernées (...) » ; que les articles L. 612-39 à L. 612-41 donnent à la seule Commission
des sanctions le pouvoir de prononcer une sanction disciplinaire ; que l'article L. 612-38 du code
dispose que : « (...) Le membre du collège désigné par la formation qui a décidé de l'ouverture d'une
procédure de sanction est convoqué à l‘audience. Il y assiste sans voix délibérative (...). Il peut
présenter des observations au soutien des griefs notifiés et proposer une sanction. (...) » ;
Considérant que les dispositions précitées organisent la séparation entre les autorités poursuivante
(le Collège) et juridictionnelle (la Commission des sanctions), dans des conditions garantissant
pleinement l'indépendance de cette dernière au sein de l'ACP, alors même que, comme croit devoir
l'invoquer la banque B, la Commission des sanctions n'a pas de personnalité morale propre et que le
président de l'ACP peut présenter, par la voie du représentant du collège, des conclusions relatives à
la sanction et faire appel devant le Conseil d'État ; que, par suite, la question de constitutionnalité
posée par la banque B est dépourvue de caractère sérieux ;
Par ces motifs, décide : Article 1er - Il n'y a pas lieu de transmettre au Conseil d'État la question
prioritaire de constitutionnalité présentée par la banque B. (...)

Doc. 6 : ACP, comm. sanctions, 10 janvier 2013, n°2012-04

(…) Considérant qu’aux termes de l’article 61-1 de la Constitution : « Lorsque, à l’occasion d’une
instance en cours devant une juridiction, il est soutenu qu’une disposition législative porte atteinte
aux droits et libertés que la Constitution garantit, le Conseil constitutionnel peut être saisi de cette
question sur renvoi du Conseil d’État ou de la Cour de cassation qui se prononce dans un délai
déterminé […] » ; que selon l’article 23-1 de l’ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 : «
Devant les juridictions relevant du Conseil d’État ou de la Cour de cassation, le moyen tiré de ce
qu’une disposition législative porte atteinte aux droits et libertés garantis par la Constitution est, à
peine d’irrecevabilité, présenté dans un écrit distinct et motivé. […] »;
Considérant qu’aux termes des articles L. 612-1 et L. 612-4 du COMOFI, dans leur rédaction issue
de l’ordonnance n° 2010-76 du 21 janvier 2010, l’ACP est une autorité administrative indépendante
comprenant un Collège et une Commission des sanctions ; que si le IV de l’article L. 612-16 du même
code prévoit seulement que les décisions de la Commission des sanctions « peuvent faire l’objet d’un

73
recours de pleine juridiction devant le Conseil d’État », l’article L.311-4 du CJA, tel que modifié par
l’article 16 de la même ordonnance, précise que c’est « en premier et dernier ressort » que le Conseil
d’État connaît de ces recours ; qu’il résulte de la combinaison de ces dispositions que, même si la
Commission des sanctions est organisée et fonctionne de manière similaire à une juridiction, le
législateur n’a pas entendu lui conférer cette qualité ; que, par suite, bien que la commission ait, dans
une décision du 13 mai 2011, regardé comme recevable une QPC avant de refuser de la transmettre
faute de caractère sérieux, les trois QPC soulevées par la BPCA sont irrecevables ;
Considérant qu’au cours de l’audience, l’établissement a en outre demandé un renvoi de l’affaire en
vue de la préparation d’une QPC supplémentaire tirée de ce que l’engagement d’une procédure
disciplinaire devant l’ACP aurait le caractère d’une auto-saisine ; qu’il n’a pas été fait droit à cette
demande dès lors que, pour les motifs indiqués ci-dessus, une telle QPC serait irrecevable ; qu’au
demeurant, l’organisation dissociée mise en place par l’ordonnance du 21 janvier 2010 se caractérise
par une stricte séparation de la poursuite et du jugement, la première fonction étant exercée par le
Collège et la seconde par la Commission des sanctions (…)

Doc. 7 : ACP, comm. sanctions, 25 novembre 2013, n°2013-01

(…) Considérant que l’article 267 du TFUE dispose que « La Cour de justice de l’Union européenne est
compétente pour statuer, à titre préjudiciel : / a) sur l’interprétation des traités, / b) sur la validité et
l’interprétation des actes pris par les institutions, organes ou organismes de l’Union. / Lorsqu’une telle question
est soulevée devant une juridiction d’un des États membres, cette juridiction peut, si elle estime qu’une décision
sur ce point est nécessaire pour rendre son jugement, demander à la Cour de statuer sur cette question. /
Lorsqu’une telle question est soulevée dans une affaire pendante devant une juridiction nationale dont les
décisions ne sont pas susceptibles d’un recours juridictionnel de droit interne, cette juridiction est tenue de saisir
la Cour. / Si une telle question est soulevée dans une affaire pendante devant une juridiction nationale
concernant une personne détenue, la Cour statue dans les plus brefs délais » ; que l’article 7 de la Charte des
droits fondamentaux dispose que « Toute personne a droit au respect de sa vie familiale, de son domicile et
de ses communications » ; qu’aux termes de l’article 47 de cette charte, « Toute personne dont les droits et
libertés garantis par le droit de l’Union ont été violés a droit à un recours effectif devant un tribunal dans le
respect des conditions prévues au présent article. / Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue
équitablement, publiquement et dans un délai raisonnable par un tribunal indépendant et impartial, établi
préalablement par la loi. Toute personne a la possibilité de se faire conseiller, défendre et représenter. Une aide
juridictionnelle est accordée à ceux qui ne disposent pas de ressources suffisantes, dans la mesure où cette aide
serait nécessaire pour assurer l’effectivité de l’accès à la justice. » ; que l’article 6, paragraphe 3, de la
CESDHLF prévoit que « Tout accusé a droit notamment à : / a. être informé, dans le plus court délai, dans
une langue qu’il comprend et d’une manière détaillée, de la nature et de la cause de l’accusation portée contre lui
; / b. disposer du temps et des facilités nécessaires à la préparation de sa défense ; / c. se défendre lui-même ou
avoir l’assistance d’un défenseur de son choix et, s’il n’a pas les moyens de rémunérer un défenseur, pouvoir être
assisté gratuitement par un avocat d’office, lorsque les intérêts de la justice l’exigent ; / d. interroger ou faire
interroger les témoins à charge et obtenir la convocation et l’interrogation des témoins à décharge dans les
mêmes conditions que les témoins à charge ; / e. se faire assister gratuitement d’un interprète, s’il ne comprend
pas ou ne parle pas la langue employée à l’audience » ;
Considérant que la CELR soutient qu’il y aurait lieu pour la Commission des sanctions de
transmettre à la CJUE une question qu’elle propose de formuler de la manière suivante : « Les articles
7 et 47 de la Charte des droits fondamentaux, éclairée par les dispositions des articles 6 § 3 et 8 CEDH,
impliquent-ils que, - au cours des phases d’enquêtes menées dans les locaux de la personne sous enquête, par une
autorité administrative indépendante, dotée de pouvoirs importants et contraignants d’investigation et de
pouvoirs juridictionnels de sanctions, et dans la mesure où, d’une part ces enquêtes se déroulent sur place, c’est-
à-dire au "domicile" du sujet de l’enquête et où d’autre part, au cours de ces enquêtes peuvent être recueillies
directement par les enquêteurs, au moyen d’investigations dans les documents et systèmes de la personne
contrôlée et auxquels la loi leur donne accès, sans possibilité pour la personne sous enquête de s’y opposer, des
preuves ou des déclarations des personnes soumises à enquête, susceptibles de fonder des poursuites
juridictionnelles ultérieures et d’être ainsi opposées à charge de la personne poursuivie, - la personne concernée

74
soit informée, quel qu’en soit le procédé, de la faculté de se faire assister d’un conseil et de son droit à garder le
silence, notamment de façon à ne pas être amenée, au cours de la phase d’enquête à s’auto incriminer et à
permettre ainsi à la personne contrôlée, dès ce stade, de bénéficier de façon effective de son droit à un procès
équitable ? Les mêmes articles impliquent-ils que l’ordre juridique national prévoit de façon effective cette
faculté de manière à garantir à la personne concernée le bénéfice effectif des droits reconnus par les articles 7 et
47 de la Charte des droits fondamentaux ? » ;
Considérant que, pour apprécier si l’organisme de renvoi possède le caractère d’une juridiction au
sens de l’article 267 ci-dessus mentionné, la CJUE tient compte d’un ensemble d’éléments, tels que
l’origine légale de l’organisme, sa permanence, le caractère obligatoire de sa juridiction, la nature
contradictoire de la procédure, l’application, par l’organisme, des règles de droit ainsi que son
indépendance ; que l’ordonnance n° 2010-76 du 21 janvier 2010 portant fusion des autorités
d’agrément et de contrôle de la banque et de l’assurance a mis en place, au sein de l’ACP, devenue
depuis ACPR, un Collège et une Commission des sanctions ; que, lorsqu’elle est saisie par le Collège,
cette dernière est seule compétente pour statuer sur les manquements disciplinaires reprochés aux
organismes assujettis au contrôle de l’ACPR ; que la procédure devant la Commission est
contradictoire ; qu’elle applique des règles de droit et que des dispositions législatives garantissent
son indépendance ; qu’elle est donc susceptible d’être qualifiée de juridiction au sens du droit de
l’Union européenne bien qu’elle n’ait pas cette qualité en droit interne ;
Considérant cependant, en premier lieu, que le IV de l’article L. 612-16 du COMOFI dispose que les
décisions prononcées par la Commission des sanctions peuvent faire l’objet d’un recours de pleine
juridiction devant le Conseil d’Etat ; qu’en conséquence, compte tenu des termes précités de l’article
267 du TFUE, et ainsi que l’a jugé le Conseil d’Etat dans une décision du 1er juin 1994, n° 129727, la
Commission n’est en tout état de cause pas tenue de transmettre à la CJUE la question préjudicielle
présentée par la CELR ;
(…)

Doc. 8 : CE, 9ème et 10ème SSR, 20 janvier 2016, n°374950 (extraits)

(…)1. Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'à la suite d'un contrôle effectué entre le 28
septembre 2011 et le 19 janvier 2012 et conclu par un rapport d'inspection définitif du 10 août 2012,
le collège de l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, statuant en sous-collège sectoriel de la
banque, a, le 17 décembre 2012, décidé l'ouverture d'une procédure disciplinaire à l'encontre de la
caisse d'épargne et de prévoyance du Languedoc-Roussillon (CELR) pour des manquements à ses
obligations professionnelles en matière de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement
du terrorisme ; que, par une décision rendue le 25 novembre 2013 dont elle a ordonné la publication
au registre de l'Autorité, la commission des sanctions a prononcé à l'encontre de la CELR un blâme
et une sanction pécuniaire d'un montant d'un million d'euros ; que la CELR demande l'annulation de
cette décision ;

Sur la régularité de la procédure de contrôle :

En ce qui concerne le respect des droits de la défense :

2. Considérant, en premier lieu, que si, lorsqu'elle est saisie d'agissements pouvant donner lieu aux
sanctions prévues par le code monétaire et financier, la commission des sanctions de l'Autorité de
contrôle prudentiel et de résolution doit être regardée comme décidant du bien-fondé d'accusations
en matière pénale au sens des stipulations de l'article 6 de la convention européenne de sauvegarde
des droits de l'homme et des libertés fondamentales, le principe des droits de la défense, rappelé tant
par l'article 6 de cette convention que par l'article L. 612-38 du code monétaire et financier,
s'applique seulement à la procédure de sanction ouverte par la notification de griefs par le collège de
l'Autorité et par la saisine de la commission des sanctions, et non à la phase préalable des contrôles
prévus par l'article L. 612-23 de ce code ; que ces contrôles doivent seulement se dérouler dans des

75
conditions garantissant qu'il ne soit pas porté une atteinte irrémédiable aux droits de la défense des
personnes auxquelles des griefs sont ensuite notifiés ;

3. Considérant que si la requérante fait valoir, s'agissant de la phase préalable à la procédure de


sanction, en premier lieu, que la " vue d'ensemble ", document de synthèse du projet de rapport de
contrôle, n'a été communiquée à la CELR qu'avec le projet de rapport du 13 juin 2012, et non avec
l'avant-projet de rapport qui lui a été communiqué le 9 mars précédent, en deuxième lieu, que ses
réponses au projet de rapport d'inspection étaient illisibles dans le dossier soumis au collège de
l'Autorité et, enfin, que sa réponse à la " vue d'ensemble " qui lui a été communiquée avec le projet de
rapport n'a été transmise ni au secrétariat général, ni au collège de l'Autorité, et ne figurait pas au
dossier communiqué à la commission des sanctions, il n'en résulte toutefois aucune atteinte
irrémédiable à la faculté de se défendre dont elle a ultérieurement bénéficié dans le cadre de la
procédure de sanction ouverte par la notification des griefs ;

4. Considérant, en second lieu, que la CELR ne peut utilement se prévaloir, à l'appui de sa


contestation de la régularité de l'enquête administrative de l'Autorité, d'une méconnaissance des
stipulations de l'article 6 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des
libertés fondamentales et de l'article 14 § 3 du pacte international relatif aux droits civils et
politiques, en soutenant que les enquêteurs n'auraient pas notifié à leurs préposés leur droit de se
taire, dès lors que ces stipulations ne sont pas applicables à la procédure d'enquête administrative ;
qu'en outre, dès lors que la CELR a pu faire valoir ses observations devant la commission des
sanctions, et à supposer même que certains des manquements retenus par la commission soient
fondés sur les déclarations orales faites par ses préposés lors des contrôles sur place, la circonstance
qu'elle n'aurait pas été informée de la possibilité de se faire assister d'un conseil ni du droit de ses
préposés à garder le silence pendant la procédure d'enquête administrative n'a porté aucune atteinte
irrémédiable aux droits de la défense ;

LE CONTRÔLE DE LÉGALITÉ DES RECOMMANDATIONS DE


l'ACPR
Doc. 9 : O. DEXANT-DE BAILLIENCOURT, « Le contrôle de légalité des
recommandations de l’AMF et de l’ACPR », Bull. Joly Bourse, 2016, n°12, page 543
Plan
I – Le moyen tiré de l’incompétence de l’autorité de régulation
I-A – Une compétence fondée sur une base textuelle explicite
I- B – Une compétence explicitement limitée
II – Les autres moyens
II- A – Le moyen tiré d’un vice de procédure
II - B – Le moyen tiré de la violation de la loi

En admettant de contrôler la légalité des instruments de droit souple utilisés par les autorités
de régulation, le Conseil d’État a ouvert la voie à un nouveau contentieux. Ce contentieux
sera nécessairement varié puisqu’il visera des instruments d’une grande diversité aussi bien
quant à leur appellation que quant à leur auteur. Parmi ces instruments, les recommandations
de l’ACPR et celles de l’AMF pourraient recevoir un traitement similaire.

1. Au-delà de leur dénomination commune, les recommandations de l’Autorité de contrôle prudentiel


et de résolution (ACPR) et celles de l’Autorité des marchés financiers (AMF) présentent de
nombreuses similitudes. D’abord, elles sont toutes deux édictées par des autorités de régulation à
caractère économique. Ensuite, elles sont a priori dépourvues de caractère juridiquement

76
contraignant, de telle manière qu’elles sont généralement classées dans la catégorie des normes de
droit souple. Enfin, elles ont la particularité – pour des actes de droit souple – de reposer sur une
base légale explicite62. En effet, l’article L. 612-29-1, alinéa 2, du Code monétaire et financier donne
expressément compétence à l’ACPR pour formuler des recommandations. S’agissant de l’AMF, cette
compétence est conférée par les articles L. 621-6, alinéa 2, et L. 621-18-3, alinéa 1, du Code
monétaire et financier. Ces similitudes conduisent à étudier conjointement les moyens offerts aux
justiciables qui souhaiteraient contester la légalité de ces recommandations, que cette contestation
soit directe ou indirecte.
2. La légalité de la recommandation sera contestée directement lorsque le recours pour excès de
pouvoir visera la recommandation elle-même. Le recours devra alors être exercé dans les deux mois
de la mise en ligne de la recommandation. En effet, si l’article R. 421-1 du Code de justice
administrative impose qu’un tel recours soit exercé dans les deux mois de la notification ou de la
publication de la décision attaquée, le Conseil d’État a pu préciser à propos d’une « communication »
de la Commission de régulation de l’énergie qu’en « l’absence de dispositions législatives ou réglementaires
prévoyant un autre mode de publication, la mise en ligne d’un acte de la nature de celui contesté dans le recours
sur le site internet de l’autorité de régulation qui l’édicte, dans l’espace consacré à la publication des actes de
l’autorité, fait courir, à l’égard des professionnels du secteur dont elle assure la régulation, le délai de
recours »63. Dans la mesure où les dispositions applicables aux recommandations de l’AMF – à l’instar
de celles applicables aux communications de la Commission de régulation de l’énergie – ne prévoient
pas un autre mode de publication, et que celles relatives aux recommandations de l’ACPR 64 prévoient
leur publication dans un recueil mais que ce recueil est disponible et accessible sur le site internet de
l’ACPR, c’est bien la mise en ligne des recommandations sur le site internet de l’autorité de
régulation qui constituera le point de départ du délai de recours. Un nouveau délai devrait d’ailleurs
commencer à courir à chaque fois que la recommandation sera modifiée et donc une nouvelle fois
mise en ligne, et ce peu importe que le point critiqué de la recommandation ait été l’objet de la
modification.
3. À défaut pour le justiciable d’avoir exercé dans le délai son recours contre la recommandation, la
légalité de la recommandation pourra être contestée indirectement. En effet, après avoir demandé
l’abrogation de la recommandation, le justiciable pourra exercer un recours pour excès de pouvoir
contre le refus de l’autorité de régulation d’abroger la recommandation. À cette demande
d’annulation du refus d’abrogation, le requérant devra joindre une demande d’injonction de l’autorité
de régulation d’avoir à abroger sa recommandation. Le recours devra alors être exercé dans les deux
mois du refus de l’autorité de régulation d’abroger la recommandation.
4. Pour que les recommandations de l’AMF et de l’ACPR puissent être contestées, il faut encore que
ces recommandations fassent grief au requérant. Cette condition de recevabilité ne devrait pas poser
de difficulté particulière, puisque ces recommandations devraient systématiquement remplir le
second critère de recevabilité dégagé par le Conseil d’État le 21 mars 2016 65. Par nature, les

62

La plupart des instruments de droit souple utilisés par les autorités de régulation ne
reposent en effet sur aucune base textuelle explicite. Il en est ainsi notamment des positions et
mises en garde de l’AMF, ou des positions et lignes directrices de l’ACPR
63
CE, sect., 13 juill. 2016, n° 388150.

64
C. mon. fin., art. L. 612-29-1, al. 4.

65
CE, ass., 21 mars 2016, n° 368082, Sté Fairvesta International GMBH ; CE, ass., 21 mars 2016, n°
390023, Sté NC Numericable : Banque et droit, mai-juin 2016, p. 28, Chacornac J. ; Sée A., « Le droit souple
des autorités de régulation », Dr. adm. 2016, comm. 34 ; von Coaster S. et Daumas V., « Le Conseil d’État

77
recommandations de l’AMF et de l’ACPR ont en effet toujours « pour objet d’influer de manière
significative sur les comportements des personnes auxquelles elles s’adressent ». Le Conseil d’État 66
a d’ailleurs déjà eu l’occasion d’admettre la recevabilité d’un recours pour excès de pouvoir dirigé à
l’encontre d’une recommandation de l’ACPR portant sur les conventions concernant la distribution
des contrats d’assurance vie, en relevant que « ces recommandations ont pour objet d’inciter les entreprises
d’assurance et les intermédiaires, qui en sont les destinataires, à modifier sensiblement leurs relations
réciproques »67. Ainsi, dès lors que le requérant aura un intérêt à agir – ce qui ne devrait pas poser de
difficulté pour les destinataires de ces recommandations ou les groupements de destinataires – les
recours pour excès de pouvoir exercés dans le délai de deux mois soit contre les recommandations de
l’AMF ou de l’ACPR, soit contre les refus d’abrogation de telles recommandations devraient en
principe être jugés recevables par le Conseil d’État.
5. Une fois la recevabilité du recours admise, on peut s’interroger sur les moyens qui pourront être
avancés par les requérants. Le caractère non contraignant des recommandations a-t-il une influence
sur les moyens de légalité qui pourront être soulevés par les requérants ? Ces moyens et la manière
dont le Conseil d’État les accueillera devraient très vraisemblablement faire l’objet de prochains
développements jurisprudentiels. Le Conseil d’État acceptera-t-il d’étudier les motifs de la même
manière qu’il le fait pour tout acte administratif ? Le Conseil d’État ne pourrait-il pas faire preuve
d’une certaine retenue lorsqu’il s’agira de juger de la légalité de recommandations 68 ? C’est ce qui
ressort notamment des décisions du Conseil d’État du 21 mars 2016, dans lesquelles le Conseil d’État
a pris soin de préciser qu’il « appartient au juge, saisi de moyens en ce sens, d’examiner les vices susceptibles
d’affecter la légalité de ces actes en tenant compte de leur nature et de leurs caractéristiques, ainsi que du
pouvoir d’appréciation dont dispose l’autorité de régulation ». Cette retenue pourrait expliquer que
lorsque le Conseil d’État a eu à examiner la recommandation de l’ACPR en juin 2016, il ait justifié la
compétence de l’ACPR de manière assez surprenante puisqu’il s’est fondé sur le caractère non
contraignant de la recommandation.

accepte de se saisir d’actes de droit souple », Dr. adm. 2016, comm. 20 ; AJDA 2016, p. 572 ; AJDA 2016, p.
717, chron. Dutheillet de Lamothe L. et Odinet G.

66
CE, 9e-10e ch. réunies, 20 juin 2016, n° 384297, FFSA c/ ACPR : Synvet H., « Droit bancaire – juillet
2015-septembre 2016 », D. 2016, p. 2305, obs. à propos de CE, 20 juin 2016, n° 384297.

67
Si le Conseil d’État a admis la recevabilité du recours en se fondant sur sa nouvelle jurisprudence issue
des arrêts Fairvesta et Numericable, une autre analyse aurait éventuellement pu permettre d’admettre la
recevabilité du recours en excès de pouvoir exercé contre la recommandation de l’ACPR. M. Synvet relève ainsi
qu’il « n’allait pas de soi que les recommandations de l’ACPR constituassent du droit souple, de sorte que l’on
aurait pu envisager de faire relever la recevabilité des recours dirigés contre elles de solutions plus classiques.
(…) Plutôt que de droit souple, il s’agit de véritables normes, non réglementaires (l’ACPR n’a pas reçu le
pouvoir réglementaire), mais qui modifient l’ordonnancement juridique de façon contraignante puisque le risque
d’une mesure de police et d’une sanction plane sur ceux qui ne s’y conformeraient pas » (obs. préc.).

68
À ce jour, on peut d’ailleurs remarquer que le Conseil d’État a eu l’occasion à sept reprises de se
prononcer sur la légalité d’actes de droit souple utilisés par les autorités de régulation en se fondant sur sa
nouvelle jurisprudence issue de ses décisions du 21 mars 2016 (CE, ass., 21 mars 2016, n° 368082, à propos
d’une mise en garde de l’AMF ; CE, ass., 21 mars 2016, n° 390023, à propos d’une prise de position de
l’Autorité de la concurrence ; CE, 20 juin 2016, n° 384297, à propos d’une recommandation de l’ACPR ; CE, 30
juin 2016, n° 383822, à propos d’une position de l’ACPR ; CE, 13 juill. 2016, n° 388150, à propos d’une
communication de la Commission de régulation de l’énergie ; CE, 5e-4e ch. réunies, 22 juill. 2016, n° 397014, à
propos d’un calendrier indicatif du Conseil supérieur de l’audiovisuel ; CE, 5e-4e ch. réunies, 10 nov. 2016, n°
384691, à propos d’une délibération et de communiqués du Conseil supérieur de l’audiovisuel). Sur les sept
recours, six ont été jugés recevables mais seule la décision du 13 juillet 2016 a abouti à la reconnaissance de
l’illégalité de l’acte critiqué, c’est-à-dire de la décision de refus d’abrogation de l’acte de droit souple.

78
6. Sans présager de la manière dont le Conseil d’État acceptera d’étudier les moyens invoqués par ces
requérants, il est néanmoins possible de s’interroger sur les motifs d’annulation qui pourraient être
invoqués à l’encontre des recommandations de l’AMF et de l’ACPR en envisageant le moyen tiré de
l’incompétence de l’autorité de régulation (I), puis les autres moyens (II).

I – Le moyen tiré de l’incompétence de l’autorité de régulation

7. En permettant la recevabilité des recours pour excès de pouvoir dirigés contre les actes de droit
souple des autorités de régulation, le Conseil d’État se prépare à vérifier la compétence de ces
autorités pour adopter ce type d’actes. Lorsque le Conseil d’État sera saisi de recommandations de
l’AMF ou de l’ACPR, le contrôle de la compétence de l’autorité devrait être simple puisque la
compétence de ces autorités est fondée sur une base textuelle explicite (A), et que le champ de cette
compétence est explicitement limité (B).

A – Une compétence fondée sur une base textuelle explicite


8. En théorie, le moyen tiré de l’incompétence de l’ACPR ou de l’AMF pour édicter la
recommandation dont la légalité est contestée ne devrait pas poser de difficultés particulières, dans la
mesure où le législateur donne expressément compétence à ces autorités de régulation pour édicter
de telles recommandations.
9. S’agissant de l’ACPR, on remarque que l’autorité de régulation rappelle systématiquement dans
ses recommandations – à l’exception de sa recommandation n° 2015-R-02 du 12 février 2015 –
qu’elle agit conformément aux articles L. 612-1, II, 3°, et L. 612-29-1, alinéa 2, du Code monétaire et
financier69. Si l’ACPR prend soin de préciser ces deux fondements, il n’est pas certain que ces deux
textes fondent sa compétence. En prévoyant que l’ACPR « peut (…) formuler des recommandations
définissant des règles de bonne pratique professionnelle en matière de commercialisation et de protection de la
clientèle », l’article L. 612-29-1, alinéa 2, du Code monétaire et financier donne compétence à l’ACPR
pour édicter de telles recommandations. En revanche, l’article L. 612-1, II, 3°, du Code monétaire et
financier ne traite pas de la compétence de l’ACPR mais de sa mission. Selon cette disposition,
l’ACPR est chargée de « veiller au respect par les personnes soumises à son contrôle des règles destinées à
assurer la protection de leur clientèle, résultant notamment (…) des bonnes pratiques de leur profession qu’elle
constate ou recommande ». Certes, avant l’introduction par la loi de régulation bancaire et financière du
22 octobre 2010 de l’article L. 612-29-1 dans le Code monétaire et financier, l’article L. 612-1, II, 3°,
était considéré comme fondant la compétence de l’ACP pour prendre des recommandations. Mais
c’est justement afin d’élargir et de clarifier les compétences de l’ACP en matière de codes de bonne
conduite et de règles de bonne pratique professionnelle, que le nouvel article L. 612-29-1 a été
inséré 70. La mission de l’ACPR ne pouvant se confondre avec sa compétence, il semblerait que la
compétence de l’ACPR pour adopter des recommandations soit fondée exclusivement sur l’article L.
612-29-1, alinéa 2, du Code monétaire et financier.
10. Quant à l’AMF, sa compétence pour prendre des recommandations repose sur deux dispositions
légales, lesquelles visent en réalité deux types de recommandations. D’une part, l’article L. 621-6,
alinéa 2, du Code monétaire et financier prévoit que l’AMF peut « publier des instructions et des
recommandations aux fins de préciser l’interprétation du règlement général ». L’AMF est également
compétente sur le fondement de l’article L. 621-18-3, alinéa 1, du Code monétaire et financier. Dans
le cadre de cette disposition, l’AMF doit établir chaque année un rapport sur la base des informations
publiées par les sociétés cotées dont le siège statutaire est situé en France, portant sur le

69
Si la recommandation n° 2010-R-01 du 15 octobre 2010 ne se réfère qu’à l’article L. 612-1, II, 3°, du
Code monétaire et financier, c’est parce que lorsqu’elle a été adoptée, l’article L. 612-29-1 du Code monétaire et
financier n’avait pas encore été adopté.

70
V. not. Marini P., rapp. n° 703 (2009-2010), fait au nom de la Commission des finances du Sénat et
déposé le 14 sept. 2010, spéc. sous art. 7 undecies.

79
gouvernement d’entreprise, la rémunération des dirigeants et le contrôle interne. À cette occasion,
l’article L. 621-18-3, alinéa 1, donne compétence à l’AMF pour « approuver toute recommandation
qu’elle juge utile ».
11. Ces différentes dispositions sont suffisamment claires pour écarter tout débat sur la compétence
de l’AMF et de l’ACPR pour édicter des recommandations. Il est donc étonnant que dans sa décision
du 20 juin 201671, le Conseil d’État ait justifié la compétence de l’ACPR pour édicter une
recommandation en se fondant sur l’absence de caractère normatif de la recommandation 72. Si
l’absence de caractère normatif suffisait à justifier la compétence de l’autorité de régulation, les
autorités de régulation seraient systématiquement compétentes pour édicter des actes de droit
souple, qui sont par essence dépourvus de caractère normatif. Pourtant, s’agissant des
recommandations de l’ACPR, il suffisait au Conseil d’État de se fonder sur l’article L. 612-29-1,
alinéa 2, du Code monétaire et financier afin de justifier la compétence de l’ACPR pour édicter des
recommandations73. En outre, tout détour par les dispositions relatives à la mission de ces autorités
de régulation, comme cela a été fait par le Conseil d’État à propos d’une mise en garde de l’AMF 74 et
d’une position de l’ACPR75, serait donc inutile voire contraire à la loi.
12. En revanche, la compétence de l’AMF et l’ACPR – et plus particulièrement du collège de
l’AMF76 et du collège de supervision de l’ACPR 77 – pour édicter des recommandations, ne signifie
pas que ces autorités sont dispensées de respecter le champ de leur compétence.

71
CE, 20 juin 2016, n° 384297.

72
Selon le Conseil d’État, « il résulte des termes mêmes de l’acte attaqué que les recommandations qu’il
contient ne présentent pas de caractère impératif et n’ont pas vocation à modifier l’ordonnancement juridique.
En formulant ces recommandations, l’ACPR s’est bornée à inviter les professionnels du secteur concerné à
adopter des règles de bonne pratique professionnelle en matière de distribution des contrats d’assurance vie.
Cet acte ne saurait être regardé comme édictant des règles nouvelles relevant du domaine de la loi ou du
règlement. L’ACPR était, dans ces conditions, compétente pour formuler la recommandation attaquée » (CE, 20
juin 2016, n° 384297, cons. 4).

73
Le rapporteur public, R. Victor, relevait d’ailleurs bien dans ses conclusions que « le législateur a lui-
même prévu que, dans l’exercice de son contrôle en matière de protection de la clientèle, l’ACPR pourrait
recourir à des actes de droit souple » (CE, 20 juin 2016, n° 384297, concl. Victor R., § 4.1).

74
CE, 21 mars 2016, n° 368082.

75
CE, 30 juin 2016, n° 383822.

76
La compétence du collège de l’AMF se déduit de l’article L. 621-2, I, du Code monétaire et financier.
Les « Principes d’organisation et de publication de la doctrine de l’AMF » (17 juill. 2014) rappellent d’ailleurs
que « la doctrine est approuvée par le collège de l’AMF ».

77
La compétence du collège de supervision de l’ACPR se déduit de l’article L. 612-4 du Code monétaire
et financier et est rappelée par l’autorité de régulation dans son document intitulé « Politique de transparence de
l’Autorité de contrôle prudentiel », juill. 2011.

80
B – Une compétence explicitement limitée
13. Le législateur a en effet défini les domaines dans lesquels ces recommandations pouvaient être
prises. En dehors des différents champs délimités par le législateur, l’AMF tout comme l’ACPR ne
sont plus compétentes pour édicter des recommandations. Ainsi, l’ACPR ne pourrait pas adopter une
recommandation qui ne concernerait pas la commercialisation et la protection de la clientèle visées
par l’article L. 612-29-1, alinéa 2, du Code monétaire et financier, ce dont l’ACPR semble consciente
lorsqu’elle présente les différents instruments juridiques dont elle dispose. Dans son document
intitulé « Politique de transparence de l’Autorité de contrôle prudentiel »78, les recommandations sont en
effet présentées dans une partie consacrée aux « instruments spécifiques de l’Autorité de contrôle prudentiel
en matière de commercialisation et de protection de la clientèle ». Le champ de compétence de l’ACPR étant
suffisamment large, le vice d’incompétence devrait rarement permettre d’annuler une
recommandation prise par l’ACPR.
14. En revanche, un tel vice d’incompétence pourrait avoir de plus grandes chances de succès
s’agissant des recommandations de l’AMF, notamment lorsque l’autorité s’intéresse au droit des
sociétés. Il n’est en effet pas certain que l’AMF ait toujours conscience des limites de sa compétence
en matière de droit souple et plus particulièrement de recommandations. Selon la loi, les
recommandations de l’AMF peuvent soit concerner le gouvernement d’entreprise, la rémunération
des dirigeants et le contrôle interne 79, soit avoir pour objet de « préciser » l’interprétation de son
règlement général80. Dans ce dernier cas, les termes de la loi sont dépourvus d’ambiguïté, l’AMF
peut préciser l’interprétation de son règlement général et non ajouter à son règlement général. Si
l’AMF souhaite ajouter à son règlement général, elle doit respecter la procédure prévue par le
législateur, c’est-à-dire que cet ajout doit être homologué par le ministre de l’Économie.
15. Pourtant l’AMF a une approche plus équivoque de son champ de compétence en matière de
recommandations. Lorsqu’elle explicite la portée de ses recommandations81, l’AMF reste vague sur
ce point en considérant que « la recommandation est une invitation à adopter un comportement ou à se
conformer à une disposition, comportement ou disposition que l’AMF considère comme susceptibles de faciliter
la réalisation des objectifs des normes ou principes généraux relevant de son champ de compétence ». L’AMF
semble ainsi adopter une vision extensive de son champ de compétence, ce qui se confirme à la lecture
de certaines recommandations. Dans sa position-recommandation intitulée « Guide pour la rédaction
des documents commerciaux et la commercialisation des OPC »82, l’AMF recommande notamment que «
tout fonds commercialisé en France souhaitant mettre en avant un caractère ISR publie un document
explicitant sa démarche sur le modèle du Code de transparence européen ou adhère à une charte, un code, ou un
label sur la prise en compte de critères relatifs au respect d’objectifs sociaux, environnementaux et de qualité de
gouvernance »83. Cette recommandation ne s’inscrit pas dans le champ de l’article L. 621-18-3, alinéa
1, du Code monétaire et financier, mais plutôt dans celui de l’article L. 621-6, alinéa 2. Pourtant, en

78
ACPR, « Politique de transparence de l’Autorité de contrôle prudentiel », juill. 2011.

79
C. mon. fin., art. L. 621-18-3, al. 1.

80
C. mon. fin., art. L. 621-6, al. 2.

81
AMF, « Principes d’organisation et de publication de la doctrine de l’AMF », 17 juill. 2014, préc.

82
AMF, Position-recomm. DOC n° 2011-24, mod. 26 mai 2016.

83
AMF, Position-recomm. DOC n° 2011-24, mod. 26 mai 2016, p. 9.

81
adoptant cette recommandation, l’AMF dépasse son champ de compétence : l’AMF ne se contente
pas de préciser son règlement général mais elle y ajoute. Dans une autre recommandation, celle sur
les assemblées générales d’actionnaires de sociétés cotées84, l’AMF commence en rappelant que « le
régulateur français, en raison de sa mission de protection de l’épargne, porte une attention particulière à la
capacité des actionnaires d’exercer leurs droits de vote aux assemblées » générales. Par cette formule, l’AMF
semble justifier sa compétence par sa mission, alors même que le législateur a délimité sa compétence
en matière de recommandations. Or, dans cette recommandation, l’AMF semble encore une fois
dépasser le champ de sa compétence. Prenons l’exemple de la proposition numéro 15 dont l’AMF
recommande l’application. Selon cette recommandation, les sociétés cotées devraient « mettre en place
un bureau de l’assemblée générale qui soit constitué d’un président et de deux scrutateurs, sauf impossibilité
dûment expliquée dans le procès-verbal de l’assemblée ». Cette règle – bien que de droit souple – dépasse la
compétence de l’autorité de régulation : cette recommandation ne s’inscrit ni dans le cadre de l’article
L. 621-6, alinéa 2, puisqu’elle ne précise pas le règlement général, ni dans le cadre de l’article L. 621-
18-3, alinéa 1, dans la mesure où elle ne concerne pas une question abordée dans les informations
rendues publiques par les sociétés cotées au titre de cette disposition.
16. La compétence de l’autorité de régulation – et plus souvent certainement en pratique celle de
l’AMF – pour adopter une recommandation pourrait ainsi parfois être discutée devant le juge de
l’excès de pouvoir. Dans la mesure où le législateur donne spécialement compétence à l’AMF et à
l’ACPR pour édicter de telles normes de droit souple, ces deux autorités doivent respecter le champ
de leur compétence. Il y a là une véritable limite aux pouvoirs de l’AMF et de l’ACPR dont le Conseil
d’État devra être garant, dès lors qu’il accepte désormais de vérifier la légalité de ces
recommandations. Sauf à ne pas respecter les termes de la loi, rien n’autoriserait donc le Conseil
d’État à justifier la compétence de l’AMF ou de l’ACPR pour édicter des recommandations en se
fondant artificiellement sur la mission de ces autorités ou sur le caractère non contraignant de ces
normes de droit souple.
17. L’existence d’une base légale explicite pour les recommandations de l’AMF et de l’ACPR
constitue ainsi une garantie pour leurs destinataires. En cas de dépassement du champ de leur
compétence, le Conseil d’État devrait être contraint d’accueillir le moyen tiré de l’incompétence de
l’autorité de régulation. Au-delà de ce moyen, d’autres moyens pourraient également être développés
par le requérant.

II – Les autres moyens

18. Parmi les autres moyens qui pourraient être invoqués à l’encontre d’une recommandation de
l’AMF ou de l’ACPR, deux moyens retiennent plus particulièrement l’attention, celui tiré d’un vice
de procédure (A) et celui tiré de la violation de la loi (B).

A – Le moyen tiré d’un vice de procédure


19. À l’heure actuelle, le moyen tiré d’un vice de procédure aurait peu de chance d’être accueilli par le
Conseil d’État si ce dernier avait à connaître d’un recours contre une recommandation de l’AMF ou
de l’ACPR. L’un des avantages de recourir à ce type d’instrument de droit souple est justement de
dispenser l’autorité de régulation de contraintes procédurales particulières. C’est cette souplesse et
cette flexibilité qui encouragent le recours aux recommandations. Si la loi est muette sur la procédure
d’adoption des recommandations 85, les autorités de régulation ne sont pas indifférentes au respect
d’une certaine procédure qui consisterait à consulter préalablement les professionnels du secteur.
C’est ainsi que dans le document intitulé « Politique de transparence de l’Autorité de contrôle prudentiel »,

84
AMF, Recomm. DOC n° 2012-05, mod. 11 févr. 2015.

85
L’article L. 612-29-1, al. 4, du Code monétaire et financier prévoit simplement la publication dans un
recueil des recommandations de l’ACPR. Cette règle de publicité ne devrait cependant pas être assimilée à une
règle de procédure dans la mesure où elle doit être respectée postérieurement à l’adoption de la recommandation.

82
l’autorité de régulation explique que « les différents instruments auxquels l’ACP peut recourir sont adoptés
à l’issue d’un processus formalisé. Le collège de l’ACP a compétence pour adopter les actes de l’ACP, après
avoir, sauf exception, consulté la profession. La consultation de la profession peut se faire soit par la saisine des
commissions consultatives que l’ACP a créées en son sein conformément à l’article L. 612-14, I, du Code
monétaire et financier, où sont représentées différentes composantes de la profession, y compris les associations
professionnelles, soit par l’organisation de consultations spécifiques, pouvant impliquer de façon particulière les
organisations professionnelles et d’autres acteurs, soit encore en utilisant les deux canaux »86. L’AMF prévoit
également que « les interlocuteurs de l’AMF – professionnels et représentants des épargnants – sont
généralement consultés au cours du processus d’élaboration de sa doctrine, dans le cadre des commissions
consultatives et/ou par le biais d’associations représentatives ou de personnalités qualifiées possédant une
expertise dans le domaine concerné »87.
20. Tant l’AMF que l’ACPR prévoient donc une consultation préalable, des professionnels
notamment. Cependant, aucune des deux autorités de régulation ne rend obligatoire cette
consultation. En effet, l’ACPR explique qu’il pourrait être fait exception à cette consultation, sans
préciser les cas qui pourraient faire exception. L’AMF est encore plus évasive, puisqu’elle prévoit
simplement que les professionnels sont « généralement » consultés, laissant à sa libre appréciation la
décision de procéder à des consultations. S’agissant de l’AMF, on remarque d’ailleurs une évolution
de sa position sur cette question. En 2010, elle était plus exigeante puisqu’elle prévoyait une
consultation des professionnels et représentants des épargnants « sauf exception motivée par des
circonstances exceptionnelles ou particulières imposant des délais resserrés ou la confidentialité de la doctrine
jusqu’à sa publication »88. En l’état des principes prévus par l’AMF et l’ACPR, l’absence de
consultation de la profession avant l’adoption d’une recommandation ne constituerait donc pas
nécessairement un vice de procédure. Tout dépendra en réalité de l’approche que retiendra le Conseil
d’État.
21. Selon une première approche, le Conseil d’État pourrait estimer que la consultation est laissée à
la libre appréciation de l’AMF et de l’ACPR et, dans ce cas, l’absence de consultation ne permettrait
pas l’annulation d’une recommandation. Cette solution est très vraisemblable dans la mesure où le
Conseil d’État semble vouloir imposer un « contrôle juridictionnel souple » au droit souple 89, ce qui
ressort notamment du considérant de principe des décisions du 21 mars 2016. Selon ce considérant
qui a été repris dans les décisions ultérieures, il appartiendra au juge « d’examiner les vices susceptibles
d’affecter la légalité de ces actes en tenant compte de leur nature et de leurs caractéristiques, ainsi que du
pouvoir d’appréciation dont dispose l’autorité de régulation ».
22. Cependant, une seconde approche n’est pas à exclure. Le Conseil d’État pourrait être plus strict
en exigeant que l’AMF ou l’ACPR apporte une justification à l’absence de consultation. Le Conseil
d’État – ou plutôt certains de ses membres – semblent en effet particulièrement sensibles aux
questions de procédure en matière de droit souple. Le rapporteur public dans l’affaire Fairvesta a
ainsi pu écrire « si les autorités se dotent de textes formalisant la procédure à suivre pour l’élaboration de ces
prises de position, recommandations et mises en garde publiques, nous ne voyons pas de raison de ne pas en
contrôler le respect. Nous croyons en effet que les considérations de procédure ne sont pas neutres pour asseoir la

86
ACPR, « Politique de transparence de l’Autorité de contrôle prudentiel », juill. 2011, point 3.1.

87
AMF, « Principes d’organisation et de publication de la doctrine de l’AMF », 17 juill. 2014, préc.

88
AMF, « Principes d’organisation et de publication de la doctrine de l’AMF », 7 déc. 2010.

89
von Coaster S. et Daumas V., « Le Conseil d’État accepte de se saisir d’actes de droit souple », Dr.
adm. 2016, comm. 20.

83
légitimité d’un pouvoir de régulation qui privilégie l’adhésion, plutôt que la contrainte »90. Si les autorités de
régulation répondent à l’invitation du Conseil d’État à formaliser les procédures d’adoption de leurs
instruments de droit souple, ce moyen tiré d’un vice de procédure pourrait éventuellement permettre
à l’avenir de contester la légalité des recommandations de l’AMF et de l’ACPR, sous réserve que le
Conseil d’État considère que la règle de procédure violée était bien substantielle.

B – Le moyen tiré de la violation de la loi


23. Un autre moyen pourrait également permettre de contester la légalité des recommandations. Le
requérant pourrait invoquer la contrariété de la recommandation à une norme supérieure. Devant
respecter la hiérarchie des normes, les autorités de régulation ne peuvent pas – au travers de leurs
recommandations – contredire des normes supérieures. En revanche, elles peuvent compléter ces
normes, ce qui est d’ailleurs généralement l’objet du droit souple. Les normes supérieures sont alors
celles du droit « dur », qu’il s’agisse des lois, des dispositions réglementaires – notamment le
règlement général de l’AMF –, des règles issues du droit de l’Union européenne, ou encore des
dispositions à valeur constitutionnelle.
24. Dans l’affaire FFSA c/ ACPR ayant donné lieu à la décision du 20 juin 2016, le Conseil d’État
avait à se prononcer sur la conformité de la recommandation à certaines dispositions légales et
réglementaires du Code des assurances, mais également au principe de valeur constitutionnelle de la
liberté contractuelle. Si le Conseil d’État a évidemment analysé ces deux moyens, il ne semble pas
avoir exercé son contrôle avec la même intensité. Le moyen tiré de la violation des dispositions du
Code des assurances a été minutieusement étudié pour finalement être rejeté au motif que la
recommandation préconisait simplement des modalités pratiques de mise en œuvre des dispositions
du Code des assurances, et ce sans les méconnaître. En revanche, le second moyen tiré de la violation
du principe de la liberté contractuelle semble avoir fait l’objet d’un contrôle plus superficiel. En effet,
selon le requérant, la recommandation contredit ce principe constitutionnel, puisqu’elle impose en cas
d’interposition d’intermédiaires entre l’organisme d’assurance et l’assuré, la conclusion d’un contrat
non prévu par la loi entre l’intermédiaire « initial » et l’intermédiaire « distributeur ». Cependant, le
Conseil d’État a refusé de reconnaître que par cette recommandation, l’ACPR portait atteinte au
principe de la liberté contractuelle, et ce pour deux raisons. D’une part, il a estimé que cette
recommandation « ne saurait conduire à modifier les contrats conclus avant cette date ». D’autre part, il
s’est fondé sur le caractère non contraignant des recommandations pour considérer que les
entreprises concernées n’étaient pas contraintes de conclure de telles conventions, et qu’elles
pouvaient adopter « d’autres pratiques qui préserveraient de façon équivalente les intérêts de leurs clients ». Si
les arguments avancés par le Conseil d’État se comprennent, ils peuvent néanmoins laisser songeur.
Certes, en théorie, la liberté contractuelle est préservée. Mais, en pratique, l’exercice de cette liberté
devient fictif. Les autorités de régulation considéreront-elles véritablement que l’intérêt des clients
est préservé lorsqu’une telle convention n’a pas été conclue ? Et comment préserver l’intérêt des
clients pour les contrats en cours ? En cas de chaîne de distribution, les organismes d’assurance
prendront-ils le risque en pratique de ne pas imposer la conclusion des contrats recommandée par
l’ACPR91 ?
25. Face à cette réalité, il semble difficile que le Conseil d’État ne contrôle pas avec la plus grande
rigueur les moyens tirés de la violation de la loi par les recommandations de l’ACPR et de l’AMF. Le
caractère non contraignant des recommandations ne peut servir de prétexte au Conseil d’État pour
refuser de contrôler leur conformité aux normes supérieures. Sinon, ne pourrait-on pas y voir une

90
Conclusions de von Coester S., rapporteur public, dans l’affaire Fairvesta qui a donné lieu à la décision
du Conseil d’État du 21 mars 2016, n° 368082, p. 11.

91
Les personnes soumises au contrôle de l’ACPR risquent en effet une sanction en cas de non-respect
d’une recommandation, ou plus précisément d’une mise en garde d’avoir à respecter une pratique recommandée
(C. mon. fin., art. L. 612-30 ; C. mon. fin., art. L. 612-39).

84
forme d’incitation pour les autorités de régulation à prendre certaines libertés à l’égard du droit dur
en passant par la voie du droit souple ?

Doc. 10 : CE, Ass, 21 mars 2016, n°368082, Fairvesta

1. Considérant que les requêtes visées ci-dessus présentent à juger des questions connexes ; qu'il y a
lieu de les joindre pour statuer par une seule décision ;

2. Considérant qu'il ressort des pièces du dossier que la société Fairvesta International GmbH,
société domiciliée..., a proposé aux investisseurs en France, à compter de 2009, des produits de
placements immobiliers, dénommés Mercatus VIII, Lumis et Chronos, prenant la forme de prises de
participation dans des sociétés en commandite simple de droit allemand ayant pour objet
l'acquisition, la gestion ou le négoce d'immeubles ; que ces placements étaient commercialisés en
France par l'intermédiaire d'agents immobiliers et de conseillers en gestion du patrimoine qui
démarchaient les investisseurs potentiels ; que, le 21 juillet 2011, l'Autorité des marchés financiers a
publié sur son site Internet, dans la rubrique " Mises en garde ", un communiqué intitulé " L'Autorité
des marchés financiers attire l'attention du public sur les activités de la société Fairvesta ", rédigé
comme suit : " L'Autorité des marchés financiers (AMF) reçoit de nombreuses questions de la part
d'investisseurs particuliers et de professionnels relatives aux activités de la société Fairvesta. Cette
société (...) propose des placements immobiliers tels que Mercatus VIII, Lumis, ou encore Chronos
avec des perspectives de rendement élevées. Ces placements sont souvent commercialisés en France
de manière très active par des personnes tenant des discours parfois déséquilibrés au regard des
risques en capital encourus. Ces produits ne relèvent pas de la réglementation applicable aux titres
financiers. La société Fairvesta n'est d'ailleurs ni autorisée à fournir en France des services
d'investissement ou des conseils en investissement financier ni habilitée à se livrer à une activité de
démarchage bancaire ou financier et les placements proposés n'ont pas donné lieu à l'élaboration d'un
document d'information visé ou revu par l'AMF " ; que le communiqué invitait ensuite les
épargnants, d'une manière générale, à appliquer des règles de vigilance avant tout investissement, et
notamment à mesurer le risque des produits, à se renseigner de façon approfondie sur leurs
caractéristiques, sur les intermédiaires les proposant, sur leurs modes de valorisation et leurs
modalités de revente, en précisant que les épargnants pouvaient s'adresser à l'Autorité pour obtenir
de plus amples informations ; que, le 17 juillet 2012, l'Autorité des marchés financiers a publié, dans
les mêmes conditions, un communiqué attirant à nouveau l'attention du public sur les activités de la
société Fairvesta, qui reprenait les termes du premier communiqué et précisait, dans une note de bas
de page, que deux autres sociétés du groupe Fairvesta, les sociétés Fairvesta Europe AG et Fairvesta
Europe AG II, domiciliées au Liechtenstein, émettaient des obligations ayant fait l'objet de visas
délivrés par l'autorité de régulation de ce pays et de certificats d'approbation et prospectus notifiés à
l'Autorité des marchés financiers ; que, le 5 novembre 2012, l'Autorité a publié un nouveau
communiqué attirant cette fois l'attention du public sur le site Internet " Fairvesta ", dans des termes
quasiment identiques à ceux utilisés en juillet 2012 ; que, par un courrier reçu par l'Autorité des
marchés financiers le 16 janvier 2013, la société Fairvesta International GmbH a demandé
l'indemnisation du préjudice qu'elle estimait avoir subi à la suite de la publication de ces trois
communiqués ainsi que la publication d'un communiqué rectificatif sur son site Internet ; que, par un
courrier du 13 février 2013, l'Autorité des marchés financiers a refusé de faire droit à cette demande,
position qu'elle a confirmée dans un courrier du 12 avril 2013 en réponse à une nouvelle demande de
la société ; que la société Fairvesta International GmbH et autres demandent l'annulation de ces trois
communiqués, des décisions ayant refusé de les rectifier, et, dans le dernier état des conclusions, la
condamnation de l'Autorité des marchés financiers à verser une somme de 15 millions d'euros à la
société Fairvesta International GmbH au titre du préjudice financier et du préjudice d'image qu'elle
estime avoir subis ;

Sur la compétence de la juridiction administrative :

85
3. Considérant que, sur renvoi effectué par la décision du Conseil d'Etat, statuant au contentieux du
10 juin 2015 visée ci-dessus, le Tribunal des conflits a déclaré, par une décision du 16 novembre 2015
visée ci-dessus, la juridiction administrative seule compétente pour connaître du litige né des
demandes des sociétés Fairvesta International GmbH, Fairvesta Europe AG, Fairvesta Europe AG
II et Fairvesta Vermögensverwaltung International AG tendant à l'annulation des communiqués
litigieux et du refus de les rectifier, ainsi qu'à l'indemnisation du préjudice en résultant ; que
l'Autorité des marchés financiers n'est, dès lors, pas fondée à soutenir que la juridiction
administrative ne serait pas compétente pour en connaître ;

Sur le recours pour excès de pouvoir, introduit sous le n°368082, tendant à l'annulation des
communiqués publiés par l'Autorité des marchés financiers :

En ce qui concerne la fin de non-recevoir opposée par l'Autorité des marchés financiers :

4. Considérant que les avis, recommandations, mises en garde et prises de position adoptés par les
autorités de régulation dans l'exercice des missions dont elles sont investies, peuvent être déférés au
juge de l'excès de pouvoir lorsqu'ils revêtent le caractère de dispositions générales et impératives ou
lorsqu'ils énoncent des prescriptions individuelles dont ces autorités pourraient ultérieurement
censurer la méconnaissance ; que ces actes peuvent également faire l'objet d'un tel recours, introduit
par un requérant justifiant d'un intérêt direct et certain à leur annulation, lorsqu'ils sont de nature à
produire des effets notables, notamment de nature économique, ou ont pour objet d'influer de
manière significative sur les comportements des personnes auxquelles ils s'adressent ; que, dans ce
dernier cas, il appartient au juge, saisi de moyens en ce sens, d'examiner les vices susceptibles
d'affecter la légalité de ces actes en tenant compte de leur nature et de leurs caractéristiques, ainsi
que du pouvoir d'appréciation dont dispose l'autorité de régulation ; qu'il lui appartient également, si
des conclusions lui sont présentées à cette fin, de faire usage des pouvoirs d'injonction qu'il tient du
titre Ier du livre IX du code de justice administrative ;

5. Considérant que les communiqués attaqués ont été émis par l'Autorité des marchés financiers dans
le cadre de sa mission de protection de l'épargne investie dans les placements offerts au public ; qu'ils
sont destinés aux investisseurs et ont pour objet de les mettre en garde contre les conditions dans
lesquelles sont commercialisés plusieurs produits de placement, précisément identifiés, offerts au
public par la société Fairvesta International GmbH et de leur adresser des recommandations de
vigilance ; qu'ils ont été publiés sur le site internet de l'Autorité des marchés financiers, ont connu
une large diffusion et sont depuis lors restés accessibles sur ce site ; que la société Fairvesta
International GmbH fait valoir des éléments sérieux attestant que la publication de ces communiqués
a eu pour conséquence une diminution brutale des souscriptions des produits de placement qu'elle
commercialisait en France ; qu'ainsi, les communiqués contestés doivent être regardés comme étant
de nature à produire des effets économiques notables et comme ayant pour objet de conduire des
investisseurs à modifier de manière significative leur comportement vis-à-vis des produits qu'ils
désignent ; que, dans les circonstances de l'espèce, ces communiqués, qui font référence à " la société
Fairvesta " doivent être regardés comme faisant grief à la société Fairvesta International GmbH et
aux sociétés Fairvesta Europe AG, Fairvesta Europe AG II et Fairvesta Vermögensverwaltung
International AG, filiales du groupe Fairvesta, qui sont recevables à en demander l'annulation ; que,
par suite, la fin de non-recevoir soulevée par l'Autorité des marchés financiers doit être écartée ;

En ce qui concerne la légalité des communiqués :

6. Considérant, en premier lieu, qu'aux termes de l'article L. 621-1 du code monétaire et financier : "
L'Autorité des marchés financiers, autorité publique indépendante dotée de la personnalité morale,
veille à la protection de l'épargne investie dans les instruments financiers et les actifs mentionnés au
II de l'article L. 421-1 donnant lieu à une offre au public ou à une admission aux négociations sur un
marché réglementé et dans tous autres placements offerts au public. Elle veille également à
l'information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés d'instruments financiers et

86
d'actifs mentionnés au II de l'article L. 421-1. Elle apporte son concours à la régulation de ces
marchés aux échelons européen et international " ;

7. Considérant qu'en vertu de ces dispositions, il appartient à l'Autorité des marchés financiers de
publier des communiqués invitant les épargnants ou investisseurs à faire preuve de vigilance vis-à-vis
de certains types de placements ou de pratiques financières risqués ; qu'il résulte des termes des
dispositions citées ci-dessus que le législateur a entendu confier à l'Autorité des marchés financiers
une mission de protection de l'épargne et d'information des investisseurs qui s'étend non seulement
aux instruments financiers, définis par l'article L. 211-1 du code monétaire et financier, et aux actifs
mentionnés au II de l'article L. 421-1 du même code admis aux négociations sur un marché
réglementé, mais également à tous les autres placements offerts au public ; que, par suite, alors même
que les placements immobiliers proposés par la société Fairvesta International GmbH ne relevaient
pas, ainsi que le soulignaient les communiqués attaqués, de la réglementation applicable aux titres
financiers, il était loisible à l'Autorité des marchés financiers, sans excéder sa compétence, d'appeler
l'attention des investisseurs sur leurs caractéristiques et leurs modalités de commercialisation, dès
lors qu'il s'agissait de placements offerts au public ; que les sociétés requérantes ne sont, par suite, pas
fondées à soutenir que l'Autorité des marchés financiers n'était pas compétente pour publier les
communiqués litigieux ;

8. Considérant, en second lieu, d'une part, que les communiqués attaqués ne sont entachés d'aucune
des inexactitudes alléguées par les sociétés requérantes ; que, notamment, en mentionnant que les
placements immobiliers offerts par la société Fairvesta sont " souvent commercialisés en France de
manière très active par des personnes tenant des discours parfois déséquilibrés au regard des risques
en capital encourus ", les termes des communiqués attaqués n'impliquent pas nécessairement que les
placements en cause seraient commercialisés en France par la société Fairvesta elle-même ; que les
communiqués n'opèrent pas de confusion entre les activités de commercialisation de placements
immobiliers de la société Fairvesta International GmbH et les activités de commercialisation de titres
obligataires et de prestations de services d'investissement exercées par des filiales du même groupe,
l'Autorité des marchés financiers ayant d'ailleurs inséré, dans ses communiqués des 17 juillet et 5
novembre 2012, une note de bas de page faisant clairement la distinction entre les activités
respectives de ces différentes sociétés ; qu'il est constant que la société Fairvesta n'est ni autorisée à
fournir en France des services d'investissements financiers, ni habilitée à se livrer à une activité de
démarchage bancaire ou financier, et que les placements qu'elle propose n'ont pas donné lieu à
l'élaboration de documents d'informations visés ou revus par l'Autorité des marchés financiers ; que,
d'autre part, en publiant les communiqués attaqués, l'Autorité des marchés financiers n'a pas excédé
les limites de sa mission d'information des investisseurs ni commis d'erreur de droit, et n'a pas
entaché son appréciation d'erreur manifeste ;

9. Considérant qu'il résulte de ce qui précède que les sociétés requérantes ne sont pas fondées à
demander l'annulation des communiqués qu'elles attaquent ; que le surplus de leurs conclusions ne
peut, dès lors, qu'être rejeté ;

Sur le recours pour excès de pouvoir, introduit sous le n° 368084, tendant à l'annulation du refus de
rectifier les communiqués publiés par l'Autorité des marchés financiers :

En ce qui concerne la fin de non-recevoir opposée par l'Autorité des marchés financiers :

10. Considérant, en premier lieu, qu'il résulte de ce qui a été dit au point 5 que la société Fairvesta
International GmbH est recevable à demander l'annulation pour excès de pouvoir du refus opposé à
sa demande de rectification des communiqués litigieux ; qu'il en va de même, dans les circonstances
de l'espèce, des sociétés Fairvesta Europe AG, Fairvesta Europe AG II et Fairvesta
Vermögensverwaltung International AG, filiales du groupe Fairvesta ;

87
11. Considérant, en second lieu, que l'Autorité des marchés financiers soutient que la requête est
irrecevable en ce qu'elle est dirigée contre le refus de rectifier les communiqués litigieux signifié aux
sociétés intéressées par un courrier du 12 avril 2013, qui ne ferait que confirmer le refus déjà opposé
aux mêmes sociétés par un courrier du 13 février 2013, lequel n'aurait pas été contesté dans le délai
de recours contentieux ; que, toutefois, la décision de refus opposée par l'Autorité des marchés
financiers par son courrier du 13 février 2013 ne comportait pas la mention des voies et délais de
recours prévue par l'article R. 421-5 du code de justice administrative, de sorte que le délai de recours
contentieux n'a pas commencé à courir à l'égard des sociétés requérantes ; qu'ainsi, la requête
enregistrée le 25 avril 2013 au secrétariat du contentieux du Conseil d'Etat n'est pas tardive ; qu'il
suit de là que la fin de non-recevoir opposée par l'Autorité des marchés financiers doit être écartée ;

En ce qui concerne la légalité externe :

12. Considérant que le refus de l'Autorité des marchés financiers de rectifier un communiqué de mise
en garde des investisseurs n'entre dans aucune des catégories de décisions dont l'article 1er de la loi
du 11 juillet 1979 relative à la motivation des actes administratifs et à l'amélioration des relations
entre l'administration et le public, alors applicable, exige la motivation ; qu'aucune autre disposition
réglementaire ou législative n'exige la motivation d'un tel refus ; qu'ainsi, les sociétés requérantes ne
sont pas fondées à soutenir que le refus qu'elles attaquent serait insuffisamment motivé ;

En ce qui concerne la légalité interne :

13. Considérant, en premier lieu, qu'il résulte de ce qui a été dit au point 7 que les sociétés
requérantes ne sont pas fondées à soutenir que l'Autorité des marchés financiers ne serait pas
compétente pour publier les communiqués litigieux et que son refus de les rectifier serait, dans cette
mesure, entaché d'erreur de droit ;

14. Considérant, en second lieu, qu'il résulte de ce qui a été dit au point 8 que les sociétés requérantes
ne sont pas fondées à soutenir qu'en refusant de rectifier les communiqués litigieux sur les différents
points mentionnés ci-dessus, l'Autorité des marchés financiers aurait commis une erreur manifeste
d'appréciation et une erreur de droit ;

15. Considérant qu'il résulte de ce qui précède que les sociétés requérantes ne sont pas fondées à
demander l'annulation de la décision de refus qu'elles attaquent ; que le surplus de leurs conclusions
ne peut, dès lors, qu'être rejeté ;
(…)
DECIDE :
Article 1er : Les requêtes de la société Fairvesta International GmbH et autres sont rejetées.
Article 2 : La présente décision sera notifiée à la société Fairvesta International GmbH, premier
requérant dénommé et à l'Autorité des marchés financiers. Les autres requérants seront informés de
la présente décision par la SCP Foussard-Froger, avocats au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation,
qui les représente devant le Conseil d'Etat.

Doc. 11 : CE, 9ème et 10ème chambres réunies, n°384297

Considérant ce qui suit :

Sur la fin de non-recevoir opposée par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution :

1. Les avis, recommandations, mises en garde et prises de position adoptés par les autorités de
régulation dans l'exercice des missions dont elles sont investies, peuvent être déférés au juge de
l'excès de pouvoir lorsqu'ils revêtent le caractère de dispositions générales et impératives ou
lorsqu'ils énoncent des prescriptions individuelles dont ces autorités pourraient ultérieurement

88
censurer la méconnaissance. Ces actes peuvent également faire l'objet d'un tel recours, introduit par
un requérant justifiant d'un intérêt direct et certain à leur annulation, lorsqu'ils sont de nature à
produire des effets notables, notamment de nature économique, ou ont pour objet d'influer de
manière significative sur les comportements des personnes auxquelles ils s'adressent. Dans ce dernier
cas, il appartient au juge, saisi de moyens en ce sens, d'examiner les vices susceptibles d'affecter la
légalité de ces actes en tenant compte de leur nature et de leurs caractéristiques, ainsi que du pouvoir
d'appréciation dont dispose l'autorité de régulation.

2. Aux termes du deuxième alinéa de l'article L. 612-29-1 du code monétaire et financier, l'Autorité
de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) " peut constater l'existence de bonnes pratiques
professionnelles ou formuler des recommandations définissant des règles de bonne pratique
professionnelle en matière de commercialisation et de protection de la clientèle ". Sur le fondement de
ces dispositions, l'ACPR a, par l'acte du 3 juillet 2014 dont la Fédération française des sociétés
d'assurances (FFSA) demande l'annulation pour excès de pouvoir, émis des recommandations sur les
conventions, conclues entre les entreprises d'assurance et les intermédiaires en assurance, concernant
la distribution des contrats d'assurance vie. Ces recommandations ont pour objet d'inciter les
entreprises d'assurance et les intermédiaires, qui en sont les destinataires, à modifier sensiblement
leurs relations réciproques. La FFSA, qui représente les intérêts des entreprises d'assurance, est dès
lors recevable à en demander l'annulation.

Sur les interventions :

3. La Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA), le Groupement des entreprises


mutuelles d'assurance (GEMA) et la Fédération bancaire française (FBF) justifient d'un intérêt
suffisant à l'annulation de la recommandation attaquée. Ainsi leurs interventions sont recevables.

Sur la compétence de l'ACPR :

4. Il résulte des termes mêmes de l'acte attaqué que les recommandations qu'il contient ne présentent
pas de caractère impératif et n'ont pas vocation à modifier l'ordonnancement juridique. En formulant
ces recommandations, l'ACPR s'est bornée à inviter les professionnels du secteur concerné à adopter
des règles de bonne pratique professionnelle en matière de distribution des contrats d'assurance vie.
Cet acte ne saurait être regardé comme édictant des règles nouvelles relevant du domaine de la loi ou
du règlement. L'ACPR était, dans ces conditions, compétente pour formuler la recommandation
attaquée.

Sur le respect des dispositions du code des assurances et des principes constitutionnels :

En ce qui concerne le moyen tiré de la méconnaissance des articles L. 132-28, R. 132-5-1 et R. 132-5-
2 du code des assurances :

5. Aux termes de l'article L. 132-28 du code des assurances : " I.-L'intermédiaire mentionné à l'article
L. 511-1 établit des conventions avec les entreprises d'assurance ou de capitalisation proposant les
contrats d'assurance individuels comportant des valeurs de rachat, les contrats de capitalisation, les
contrats mentionnés à l'article L. 132-5-3 et à l'article L. 441-1 et en raison desquels il exerce son
activité d'intermédiation. / Ces conventions prévoient notamment : / 1° Les conditions dans
lesquelles l'intermédiaire (...) est tenu de soumettre à l'entreprise d'assurance ou de capitalisation les
documents à caractère publicitaire préalablement à leur diffusion afin de vérifier leur conformité au
contrat d'assurance ou de capitalisation et, le cas échéant, à la notice ou note ; / 2° Les conditions
dans lesquelles sont mises à disposition de l'intermédiaire par l'entreprise d'assurance ou de
capitalisation les informations nécessaires à l'appréciation de l'ensemble des caractéristiques du
contrat. / II.-Un décret en Conseil d'Etat précise les modalités d'application du I, notamment les cas
et conditions dans lesquels l'obligation d'établir des conventions n'est pas justifiée compte tenu de la
nature des contrats ou de leur mode de distribution. ". Aux termes de l'article R. 132-5-1 du même

89
code : " Les conventions mentionnées à l'article L. 132-28 sont établies par écrit à la demande des
intermédiaires et prévoient notamment : / 1° A la charge de l'intermédiaire d'assurance : / a) La
soumission à l'entreprise d'assurance de tout projet de document à caractère publicitaire qu'il a établi,
quel que soit son support, et de toute modification qu'il entend apporter à ce document,
préalablement à sa diffusion ; / b) L'obligation de n'utiliser que les documents à caractère publicitaire
approuvés par l'entreprise d'assurance ; / 2° A la charge de l'entreprise d'assurance : / a) La
vérification de la conformité au contrat d'assurance ou de capitalisation de tout projet ou modification
de document à caractère publicitaire relatif à ce contrat et établi par l'intermédiaire, dans un délai fixé
par la convention ; / b) La transmission et la mise à jour systématique, notamment sous forme de
fiches de présentation, des informations nécessaires à l'appréciation de l'ensemble des caractéristiques
du contrat, tant par l'intermédiaire que par la clientèle (...) ". Enfin, aux termes de l'article R. 132-5-2
du même code : " I. - Les conventions prévues à l'article L. 132-28 ne sont pas exigées dès lors que
l'intermédiaire n'a recours qu'aux documents à caractère publicitaire mis à sa disposition par
l'entreprise d'assurance et que celle-ci s'est engagée par écrit à lui transmettre les informations
mentionnées au b du 2° de l'article R. 132-5-1. / II. - L'établissement d'une telle convention n'est pas
exigé en cas de commercialisation des contrats mentionnés à l'article L. 441-1 lorsque le lien qui unit
l'adhérent au souscripteur rend obligatoire l'adhésion au contrat. ".

6. D'une part, la recommandation attaquée préconise, à son paragraphe 4.1.3, que lorsque
l'intermédiaire a recours à des communications à caractère publicitaire autres que celles mises à sa
disposition par l'organisme d'assurance, la convention prévue à l'article L. 132-28 du code des
assurances prévoie clairement l'engagement de l'organisme d'assurance de vérifier la conformité des
communications à caractère publicitaire " dans un (des) délai(s) fixé(s) en nombre maximum de jours,
adapté(s) le cas échéant aux modalités de commercialisation de l'intermédiaire et aux support(s) de
communication utilisés ". Ces énonciations, qui se bornent à préconiser des modalités pratiques de
mise en oeuvre des dispositions fixées au a du 2° de l'article R. 132-5-1 du code des assurances,
laissent aux parties à la convention le soin de fixer la durée du délai dans lequel l'organisme
d'assurance doit vérifier la conformité des communications à caractère publicitaire qui lui sont
transmises. Dès lors elles ne méconnaissent pas les dispositions de cet article.

7. D'autre part, si la recommandation énonce, à son paragraphe 4.2.3, qu'en cas d'absence de
convention, l'écrit par lequel l'entreprise d'assurance doit, aux termes de l'article R. 132-5-2,
s'engager à transmettre au distributeur les informations relatives au contrat, devrait préciser le type
de documents destinés à cette communication ainsi que le délai et les modalités de transmission de
ces informations, ces préconisations constituent, également, des modalités pratiques de mise en
oeuvre des dispositions de l'article R. 132-5-2 et n'ajoutent aucune obligation nouvelle qui serait
édictée en méconnaissance de ces dispositions.

En ce qui concerne le moyen tiré de la violation du principe de la liberté contractuelle :

8. La liberté contractuelle est au nombre des principes de valeur constitutionnelle auxquels seule la
loi est, le cas échéant, susceptible d'apporter des restrictions et limitations. La FFSA soutient que la
recommandation attaquée porte atteinte à cette liberté en ce qu'elle impose, à son paragraphe 4.3, en
cas de " chaîne de distribution ", c'est-à-dire d'interposition de deux ou plusieurs intermédiaires entre
l'organisme d'assurance et l'assuré, la conclusion d'un contrat, non prévu par la loi, entre
l'intermédiaire " initial " et l'intermédiaire " distributeur ". Il lui est également reproché d'imposer
une modification des conventions en cours afin d'y insérer une clause prévoyant la conclusion de
convention entre l'intermédiaire initial et l'intermédiaire distributeur.

9. D'une part, si elle prévoit son application à compter du 1er janvier 2015, la recommandation
attaquée ne saurait conduire à modifier les contrats conclus avant cette date.

10. D'autre part, si le législateur n'a, par l'article L. 132-28 du code des assurances, prévu la
conclusion de conventions qu'entre les entreprises d'assurance ou de capitalisation et les

90
intermédiaires mentionnés à l'article L. 511-1 du même code, la recommandation attaquée ne saurait
être regardée comme ayant méconnu le principe de la liberté contractuelle en invitant les
intermédiaires d'assurance à conclure, entre eux, de telles conventions en cas de " chaîne de
distribution ", dès lors que ces dispositions, qui sont dépourvues de caractère impératif, ne
contraignent pas les entreprises concernées à conclure de telles conventions mais se bornent à les y
inviter, en leur laissant la faculté d'adopter d'autres pratiques qui préserveraient de façon équivalente
les intérêts de leurs clients.

11. Il résulte de ce qui précède que la FFSA n'est pas fondée à demander l'annulation de la
recommandation qu'elle attaque. Les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice
administrative font dès lors obstacle à ce qu'une somme soit mise, à ce titre, à la charge de l'Etat
(ACPR) qui n'est pas, dans la présente instance, la partie perdante. Il y a lieu, en revanche, dans les
circonstances de l'espèce, de mettre à la charge de la FFSA la somme de 3 000 euros à verser à l'Etat
(ACPR) au titre des mêmes dispositions.

DECIDE :

Article 1er : Les interventions de la Chambre syndicale des courtiers d'assurances (CSCA), du
Groupement des entreprises mutuelles d'assurance (GEMA) et de la Fédération bancaire française
(FBF) sont admises.
Article 2 : La requête de la FFSA est rejetée.
Article 3 : La FFSA versera à l'Etat (ACPR) la somme de 3 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du
code de justice administrative.
Article 4 : La présente décision sera notifiée à la Fédération française des sociétés d'assurances
(FFSA), à la Chambre syndicale des courtiers d'assurances, au Groupement des entreprises mutuelles
d'assurance, à la Fédération bancaire française et à l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.

EXERCICE
CE, 9ème et 10ème SSR, 15 décembre 2014, n° 366640

1. Considérant qu'il résulte de l'instruction qu'à la suite d'un contrôle effectué du 29 octobre 2007 au
11 janvier 2008 et conclu par un rapport d'inspection définitif du 2 avril 2008, la Commission
bancaire a, par une décision du 18 décembre 2009, prononcé à l'encontre de la Banque populaire
Côte-d'Azur (BPCA), pour des manquements aux dispositions des règlements du comité de la
réglementation bancaire et financière du 15 février 1991 relatif à la lutte contre le blanchiment des
capitaux provenant du trafic de stupéfiants et du 21 février 1997 relatif au contrôle interne des
établissements de crédit et des entreprises d'investissement, un blâme et une sanction pécuniaire de
600 000 euros, et a rejeté sa demande tendant à ce que cette décision ne fasse l'objet d'aucune mesure
de publicité faisant apparaître son nom ; que, par la décision n° 2011-200 QPC du 2 décembre 2011,
le Conseil constitutionnel a jugé contraires à la Constitution le premier alinéa de l'article L. 613-1, les
articles L. 613-4, L. 613-6, L. 613-21 et le paragraphe I de l'article L. 613-23 du code monétaire et
financier, dans leur rédaction antérieure à l'ordonnance du 21 janvier 2010 portant fusion des
autorités d'agrément et de contrôle de la banque et de l'assurance ; que le 11 avril 2012, le Conseil
d'Etat statuant au contentieux a annulé la décision de la Commission bancaire du 18 décembre 2009
qui avait été prise sur le fondement de l'article L. 613-21 du code monétaire et financier dans sa
rédaction antérieure à l'ordonnance du 21 janvier 2010 ; qu'à la suite de cette décision, le président du
collège " banque " de l'Autorité de contrôle prudentiel a, par deux lettres du 10 mai 2012, d'une part,
notifié à la BPCA l'ouverture d'une nouvelle procédure disciplinaire à son encontre sur le fondement
des actes de contrôle et de constatation accomplis par la Commission bancaire et, d'autre part, saisi la
commission des sanctions ; que, par une décision rendue le 10 janvier 2013 dont elle a ordonné la
publication au registre de l'Autorité, la commission des sanctions a prononcé à l'encontre de la BPCA

91
un blâme et une sanction pécuniaire de 500 000 euros ; que la BPCA demande l'annulation et, à titre
subsidiaire, la réformation de cette décision ;

Sur les conséquences à tirer de l'ordonnance du 21 janvier 2010 et de la décision du Conseil


constitutionnel du 2 décembre 2011 :

2. Considérant, en premier lieu, que le code monétaire et financier, dans sa rédaction antérieure à
l'ordonnance du 21 janvier 2010 précitée, conférait à la Commission bancaire la compétence de
sanctionner les établissements de crédit, notamment lorsque ceux-ci enfreignaient une disposition
législative ou réglementaire au respect de laquelle la Commission avait pour mission de veiller ; que
l'article L. 613-6 de ce code donnait compétence au secrétariat général de cette Commission pour
effectuer des contrôles sur pièces et sur place ; que, par la décision du 2 décembre 2011 mentionnée
au point 1, le Conseil constitutionnel a jugé contraires à la Constitution les dispositions de l'article L.
613-6 et L. 613-21 du code monétaire et financier au motif que ces dispositions, en organisant la
Commission bancaire sans séparer en son sein, d'une part, les fonctions de poursuite des éventuels
manquements des établissements de crédit aux dispositions législatives et réglementaires qui les
régissent et, d'autre part, les fonctions de jugement de ces mêmes manquements, qui peuvent faire
l'objet de sanctions disciplinaires, méconnaissaient le principe d'impartialité des juridictions ; que le
Conseil constitutionnel a précisé que cette déclaration d'inconstitutionnalité était applicable à toutes
les instances non définitivement jugées à la date de sa décision ;

3. Considérant que le premier alinéa du III de l'article 22 de l'ordonnance du 21 janvier 2010 portant
fusion des autorités d'agrément et de contrôle de la banque et de l'assurance précise que : " A compter
de la première réunion de son collège, l'Autorité de contrôle prudentiel succède dans leurs droits et
obligations respectifs à l'Autorité de contrôle des assurances et des mutuelles, au Comité des
entreprises d'assurance, au comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement et
à la Commission bancaire. (...) " ; que le 2° de ce III dispose : " La validité des actes de constatation et
de procédure accomplis antérieurement à la première réunion du collège de l'Autorité s'apprécie au
regard des dispositions législatives et réglementaires en vigueur à la date à laquelle ils ont été pris ou
accomplis (...) " ; que l'article L. 612-38 du code monétaire et financier, inséré dans ce code par la
même ordonnance, donne compétence à l'une des formations du collège de l'Autorité de contrôle
prudentiel pour examiner les conclusions établies par ses services dans le cadre de sa mission de
contrôle et pour décider l'ouverture d'une procédure de sanction devant sa commission des sanctions
; que, compte tenu, d'une part, du motif de non-conformité à la Constitution de l'article L. 613-6 du
code monétaire et financier retenu par le Conseil constitutionnel dans sa décision et, d'autre part, de
la portée de l'abrogation de cet article, il était loisible à l'Autorité de contrôle prudentiel d'engager,
sur le fondement des dispositions de l'article L. 612-38 du même code et dans le respect des nouvelles
règles de séparation des fonctions de contrôle et de sanction, une nouvelle procédure de sanction à
l'encontre de la banque requérante, sur le fondement des actes de contrôle et de constatation
accomplis par le secrétariat général de la Commission bancaire, dont la validité doit être appréciée au
regard des dispositions législatives et réglementaires en vigueur à la date à laquelle ils ont été
accomplis, conformément aux dispositions du 2° du III de l'article 22 de l'ordonnance du 21 janvier
2010, sans que la banque requérante soit en tout état de cause fondée à soutenir qu'elle aurait ainsi
irrégulièrement donné à ces dernières dispositions la portée d'une loi de validation ; qu'il suit de là
que la BPCA n'est pas fondée à soutenir que la décision attaquée serait, du fait de la décision du 2
décembre 2011 du Conseil constitutionnel, dépourvue de fondement légal ;

Sur l'engagement d'une nouvelle procédure disciplinaire:

4. Considérant que la BPCA soutient que la sanction complémentaire de publication de la décision du


18 décembre 2009 de la Commission bancaire ayant été entièrement exécutée, le collège de l'Autorité
de contrôle prudentiel ne pouvait engager des poursuites pour les mêmes manquements ; que,
toutefois, ainsi qu'il a été dit au point 1, la décision du 18 décembre 2009 a été annulée par la décision
n°336839 du Conseil d'Etat statuant au contentieux du 11 avril 2012 ; qu'ainsi, la banque requérante

92
ne saurait en tout état de cause soutenir qu'en engageant une nouvelle procédure disciplinaire,
l'Autorité de contrôle prudentiel aurait méconnu la règle non bis in idem ;

Sur la régularité de la procédure :

En ce qui concerne la procédure d'enquête :

5. Considérant que si, lorsqu'elle est saisie d'agissements pouvant donner lieu aux sanctions prévues
par le code monétaire et financier, la commission des sanctions de l'Autorité de contrôle prudentiel
doit être regardée comme décidant du bien-fondé d'accusations en matière pénale au sens des
stipulations de l'article 6 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des
libertés fondamentales, le principe des droits de la défense, rappelé tant par l'article 6 de cette
convention que par l'article L. 612-38 du code monétaire et financier, s'applique seulement à la
procédure de sanction ouverte par la notification de griefs par le collège de l'Autorité et par la saisine
de la commission des sanctions et non à la phase préalable des contrôles prévus par l'article L. 613-6
du même code, dans sa rédaction antérieure à l'ordonnance du 21 janvier 2010, et par l'article L. 612-
23 de ce code, depuis l'entrée en vigueur de cette ordonnance ; qu'il suit de là que la banque
requérante ne peut utilement se prévaloir des stipulations de l'article 6 de la convention européenne
de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales pour soutenir que les conditions
de réalisation du contrôle préalable à la procédure de sanction auraient méconnu les exigences du
contradictoire ;

En ce qui concerne la procédure de sanction :

6. Considérant que le premier alinéa de l'article L. 612-38 du code monétaire et financier, dans sa
rédaction applicable à la procédure relative à la banque requérante, dispose que " L'une des
formations du collège examine les conclusions établies, dans le cadre de la mission de contrôle de
l'Autorité de contrôle prudentiel, par les services de l'Autorité ou le rapport établi en application de
l'article L. 612-27. Si elle décide l'ouverture d'une procédure de sanction, son président notifie les
griefs aux personnes concernées. Il transmet la notification des griefs à la commission des sanctions
qui désigne un rapporteur parmi ses membres. " ; que le deuxième alinéa du même article prévoit que
la commission des sanctions veille au respect du caractère contradictoire de la procédure, procède aux
communications et convocations nécessaires et dispose des services de l'Autorité pour la conduite de
la procédure ; qu'aux termes de son troisième alinéa : " Le membre du collège désigné par la
formation qui a décidé de l'ouverture de la procédure de sanction est convoqué à l'audience. Il y
assiste sans voix délibérative. Il peut être assisté ou représenté par les services de l'Autorité. Il peut
présenter des observations au soutien des griefs notifiés et proposer une sanction. " ; que son sixième
alinéa prévoit que la commission des sanctions délibère hors la présence du membre du collège
convoqué à l'audience, ainsi que des services de l'Autorité chargés de l'assister ou de le représenter ;
qu'enfin, aux termes du sixième alinéa de l'article L. 612-9 de ce code : " Les fonctions de membre de
la commission des sanctions sont incompatibles avec celles de membre du collège " ;

7. Considérant, d'une part, qu'il résulte de ces dispositions qu'au sein de l'Autorité de contrôle
prudentiel, l'organe habilité à déclencher des poursuites disciplinaires est séparé de l'organe qui
instruit l'affaire et prononce la sanction ; que la commission des sanctions, à qui la notification des
griefs est transmise par le président du collège de l'Autorité, ne dispose pas, en tout état de cause, du
pouvoir de se saisir d'office ; qu'en outre, le membre du collège désigné par la formation qui a décidé
de l'ouverture de la procédure de sanction ne participe pas au délibéré de la commission des sanctions
; que, dès lors, contrairement à ce que soutient la banque requérante, les dispositions relatives aux
conditions dans lesquelles la commission des sanctions de l'Autorité de contrôle prudentiel statue ne
peuvent être regardées comme méconnaissant, par elles-mêmes, le principe d'impartialité rappelé par
l'article 6 de la convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés
fondamentales ;

93
8. Considérant, d'autre part, qu'il est constant qu'en l'espèce, la commission des sanctions a statué
dans le respect des dispositions citées au point 6 ; qu'en outre, la circonstance que le rapport établi
par l'inspection de la Banque de France dans le cadre de la mission de contrôle de la Commission
bancaire, qui n'est d'ailleurs qu'un des éléments du dossier au vu desquels la commission se prononce
et dont le contenu et les conclusions sont sans incidence sur la légalité de sa décision, aurait pris parti
sur la nature et la qualification des faits susceptibles d'être retenus contre la banque requérante, n'est
pas de nature à mettre en cause l'impartialité de la commission ; qu'ainsi, le moyen tiré de ce que la
procédure de sanction aurait été conduite en méconnaissance du principe d'impartialité ne peut
qu'être écarté ;
(…)
Sur l'application des articles L. 761-1 et R. 761-1 du code de justice administrative :

30. Considérant que les dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative font
obstacle à ce qu'une somme soit mise à ce titre à la charge de l'Etat qui n'est pas, dans la présente
instance, la partie perdante ; que dans les circonstances de l'espèce, il n'y a pas lieu de mettre une
somme à la charge de la BPCA au titre des mêmes dispositions ; qu'en revanche, il y a lieu de laisser
la contribution pour l'aide juridique à sa charge ;

DECIDE :

Article 1er : La requête de la Banque populaire Côte d'Azur et les conclusions présentées par
l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution au titre de l'article L. 761-1 du code de justice
administrative sont rejetées

Article 2 : La présente décision sera notifiée à la Banque populaire Côte-d'Azur et à l'Autorité de


contrôle prudentiel et de résolution.

94
Séance n° 4
LE COMPTE : GÉNÉRALITÉS (I)

OUVERTURE DU COMPTE

Liberté d’ouverture du compte


Doc. 1 : Art. L. 112-6 CMF
Doc. 2 : Art. L. 123-24 C. com

Droit au compte
Doc. 3 : Art. L. 312-1 CMF
Doc. 4 : Art. D. 312-5 CMF

Obligation d’information du banquier lors de l’ouverture du compte


Doc. 5 : Art. L. 312-1-1 CMF et L. 312-1-6 CMF
Doc. 6 : Art. D. 312-1-1 CMF
Doc. 7 : Art. L. 312-1-1 II CMF
Doc. 8 : Cass. com., 3 novembre 2004, n° 01-16.238, Bull. civ. IV, n°
Doc. 9 : Cass. om, 13 novembre 2012, n° 11-25.596, Bull civ. IV, n°205

Obligation de contrôle
Doc. 10 : Art. L. 561-5 CMF
Doc. 11 : Art. R. 312-2 CMF

FONCTIONNEMENT DU COMPTE

La reddition de comptes
Doc. 12 : Art. L. 312-1-5 CMF
Doc. 13 : Cass. com, 13 mars 2001, 97-10.611, Bull civ. IV n° 55

La rémunération du banquier (intérêts produits par le solde du compte)


Doc. 14 : Art. L. 312-3 CMF
Doc. 15 : CJCE, 5 octobre 2004, Affaire C-442/02, CaixaBank France c/ Ministère de
l’Economie, des finances et de l’industrie
Doc. 16 : Commentaire du document 15 : Jean Stoufflet, RDBF n° 6, novembre 2004, étude
100073
Doc. 17 : Cass. com, 18 février 2004, n° 01-12123, Bull. civ. IV, n°3848
Doc. 18 : Cass. com, 6 avril 1993, n° 90-21198, Bull 1993 IV n°138
Doc. 19 : Cass. com, 17 janvier 2006, n°04-11100, Bull 2006 IV n°11
Doc. 20 : Cass. com 24 mars 2009, n° 08-12530, Bull 2009 IV n°44

Pluralité de comptes et de titulaires


Doc. 21 : Cass. com, 14 avril 1975, n° 74-10651, n°98
Doc. 22 : Cass. com, 28 septembre 2004, n°01-16986, Bull 2004 IV n°166

La saisie du solde du compte


Doc. 23 : Cass. com, 13 novembre 1973, n°70-1437 71-10478, n°325
Doc. 24 : Art. L. 162-1 CPCE

CLÔTURE DU COMPTE

95
Les causes de la clôture
Doc. 25 : Art. L. 312-1 III al. 3 et Art. L. 312-1 al. 6 CMF
Doc. 26 : Cass. com, 8 décembre 1987, n°87-11501, Bull 1987 IV, n°266

Les effets de la clôture


Doc. 27 : Cass. Com, 17 mars 1981, n°79-13733, n°142

Exercice : commentaire d’arrêt : Cass. com., 3 novembre 2004 (doc. 8)

96
OUVERTURE DU COMPTE
Doc. 1 : Art. L. 112-6 CMF

I. – Ne peut être effectué en espèces ou au moyen de monnaie électronique le paiement d'une


dette supérieure à un montant fixé par décret, tenant compte du lieu du domicile fiscal du
débiteur, de la finalité professionnelle ou non de l'opération et de la personne au profit de
laquelle le paiement est effectué.
Au-delà d'un montant mensuel fixé par décret, le paiement des traitements et salaires est soumis
à l'interdiction mentionnée à l'alinéa précédent et doit être effectué par chèque barré ou par
virement à un compte bancaire ou postal ou à un compte tenu par un établissement de paiement
ou un établissement de monnaie électronique qui fournit des services de paiement.
Lorsqu'un professionnel achète des métaux à un particulier ou à un autre professionnel, le
paiement est effectué par chèque barré ou par virement à un compte ouvert au nom du vendeur.
Le non-respect de cette obligation est puni par une contravention de cinquième classe.
II. – Nonobstant les dispositions du I, les dépenses des services concédés qui excèdent la somme
de 450 euros doivent être payées par virement.
II bis. – Nonobstant le I, le paiement des opérations afférentes au prêt sur gage peut être effectué
en espèces ou au moyen de monnaie électronique, dans la limite d'un montant fixé par décret.
III. – Les dispositions qui précèdent ne sont pas applicables :
a) Aux paiements réalisés par des personnes qui sont incapables de s'obliger par chèque ou par
un autre moyen de paiement, ainsi que par celles qui n'ont pas de compte de dépôt ;
b) Aux paiements effectués entre personnes physiques n'agissant pas pour des besoins
professionnels;
c) Au paiement des dépenses de l'Etat et des autres personnes publiques.

Doc. 2 : Art. L. 123-24 C. com

Tout commerçant est tenu de se faire ouvrir un compte dans un établissement de crédit ou dans
un bureau de chèques postaux.

Doc. 3 : Art. L. 312-1 CMF

I. – A droit à l'ouverture d'un compte de dépôt dans l'établissement de crédit de son choix, sous
réserve d'être dépourvu d'un tel compte en France :
1° Toute personne physique ou morale domiciliée en France ;
2° Toute personne physique résidant légalement sur le territoire d'un autre Etat membre de
l'Union européenne n'agissant pas pour des besoins professionnels ainsi que toute personne
physique de nationalité française résidant hors de France.
II. – Pour les personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, les
établissements de crédit disposent, au sein de leur gamme de services, de prestations de base
définies par décret.
Lorsque ces personnes sont en situation de fragilité financière au sens de l'article L. 312-1-3,
elles se voient proposer l'offre spécifique mentionnée au même article dans les conditions fixées
par décret en Conseil d'Etat.
Sous réserve du respect des dispositions du chapitre Ier du titre VI du livre V, l'établissement
procède à l'ouverture du compte de dépôt demandée par les personnes mentionnées au premier
alinéa du présent II au plus tard dans les six jours ouvrés à compter de la réception de l'ensemble
des pièces qui lui sont nécessaires à cet effet.
L'établissement peut rejeter la demande d'ouverture de compte au motif que ces personnes
peuvent bénéficier d'un compte de dépôt dans les conditions mentionnées au III.
Si l'établissement refuse l'ouverture du compte de dépôt, il communique au demandeur,
gratuitement et par écrit, les motifs de ce refus en mentionnant, le cas échéant, la procédure
prévue au III.

97
III. – En cas de refus de la part de l'établissement choisi d'ouvrir un tel compte à l'une des
personnes mentionnées au I, celle-ci peut saisir la Banque de France afin qu'elle lui désigne un
établissement de crédit situé à proximité de son domicile ou d'un autre lieu de son choix, en
prenant en considération les parts de marché de chaque établissement concerné, dans un délai
d'un jour ouvré à compter de la réception des pièces requises définies par arrêté.
L'établissement de crédit qui a refusé l'ouverture d'un compte remet systématiquement,
gratuitement et sans délai, au demandeur une attestation de refus d'ouverture de compte et
l'informe qu'il peut demander à la Banque de France de lui désigner un établissement de crédit
pour lui ouvrir un compte.
Il lui propose, s'il s'agit d'une personne physique, d'agir en son nom et pour son compte en
transmettant la demande de désignation d'un établissement de crédit à la Banque de France ainsi
que les informations requises pour l'ouverture du compte. A la demande d'une personne
physique, le département, la caisse d'allocations familiales, le centre communal ou
intercommunal d'action sociale dont cette personne dépend, une association ou une fondation à
but non lucratif dont l'objet est d'accompagner les personnes en difficulté ou de défendre les
intérêts des familles ou une association de consommateurs agréée peut également transmettre en
son nom et pour son compte la demande de désignation et les pièces requises à la Banque de
France. Un décret détermine les conditions dans lesquelles les associations et fondations peuvent
agir sur le fondement du présent alinéa.
Les établissements de crédit ainsi désignés par la Banque de France sont tenus d'offrir au
titulaire du compte des services bancaires de base dont le contenu et les conditions tarifaires sont
précisés par décret. Ils procèdent à l'ouverture du compte de dépôt dans les trois jours ouvrés à
compter de la réception de l'ensemble des pièces qui lui sont nécessaires à cet effet.
L'Association française des établissements de crédit et des entreprises d'investissement,
mentionnée à l'article L. 511-29, adopte une charte d'accessibilité bancaire afin de renforcer
l'effectivité du droit au compte. Cette charte précise les délais et les modalités de transmission,
par les établissements de crédit à la Banque de France, des informations requises pour
l'ouverture d'un compte. Elle définit les documents d'information que les établissements de crédit
doivent mettre à disposition de la clientèle et les actions de formation qu'ils doivent réaliser. Elle
fixe un modèle d'attestation de refus d'ouverture de compte.
La charte d'accessibilité bancaire, homologuée par arrêté du ministre chargé de l'économie, après
avis du comité consultatif du secteur financier et du comité consultatif de la législation et de la
réglementation financières, est applicable à tout établissement de crédit. Le contrôle du respect
de la charte est assuré par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution et relève de la
procédure prévue à l'article L. 612-31.
IV. – L'établissement de crédit ne peut résilier unilatéralement la convention de compte de dépôt
assorti des services bancaires de base, ouvert en application du III, que si l'une au moins des
conditions suivantes est remplie :
1° Le client a délibérément utilisé son compte de dépôt pour des opérations que l'organisme a
des raisons de soupçonner comme poursuivant des fins illégales ;
2° Le client a fourni des informations inexactes ;
3° Le client ne répond plus aux conditions de domicile ou de résidence définies au I ;
4° Le client a ultérieurement ouvert un deuxième compte de dépôt en France qui lui permet
d'utiliser les services bancaires de base ;
5° Le client a fait preuve d'incivilités répétées envers le personnel de l'établissement de crédit ;
6° L'établissement est dans l'une des situations prévues à l'article L. 561-8.
Toute décision de résiliation à l'initiative de l'établissement de crédit fait l'objet d'une notification
écrite motivée et adressée gratuitement au client. La décision de résiliation ne fait pas l'objet
d'une motivation lorsque la notification est de nature à contrevenir aux objectifs de sécurité
nationale ou de maintien de l'ordre public. La décision de résiliation à l'initiative de
l'établissement est adressée, pour information, à la Banque de France.
Un délai minimum de deux mois de préavis est octroyé au titulaire du compte, sauf dans les cas
mentionnés au 1° et au 2°.

98
L'établissement informe le client, au moment de la notification, de l'existence d'un service de
relations avec la clientèle et de la médiation pour traiter les litiges éventuels liés à la résiliation
de la convention de compte de dépôt.
V. – Le présent article s'applique aux personnes inscrites aux fichiers gérés par la Banque de
France en application de l'article L. 131-85 du présent code et de l'article L. 751-1 du
code de la consommation.

Doc. 4 : Art. D. 312-5 CMF

Les services bancaires de base mentionnés aux troisième et quatrième alinéas de l'article L. 312-
1 comprennent :
1° L'ouverture, la tenue et la clôture du compte ;
2° Un changement d'adresse par an ;
3° La délivrance à la demande de relevés d'identité bancaire ;
4° La domiciliation de virements bancaires ;
5° L'envoi mensuel d'un relevé des opérations effectuées sur le compte ;
6° La réalisation des opérations de caisse ;
7° L'encaissement de chèques et de virements bancaires ;
8° Les dépôts et les retraits d'espèces au guichet de l'organisme teneur de compte ;
9° Les paiements par prélèvement, titre interbancaire de paiement ou virement bancaire ;
10° Des moyens de consultation à distance du solde du compte ;
11° Une carte de paiement dont chaque utilisation est autorisée par l'établissement de crédit qui
l'a émise ;
12° Deux formules de chèques de banque par mois ou moyens de paiement équivalents offrant
les mêmes services.

Doc. 5 : Art. L. 312-1-1 et Art. L. 312-1-6 CMF

Article L312-1-1 CMF

I. – Les établissements de crédit sont tenus d'informer leur clientèle et le public sur les
conditions générales et tarifaires applicables aux opérations relatives à la gestion d'un compte de
dépôt, selon des modalités fixées par un arrêté du ministre chargé de l'économie.
La gestion d'un compte de dépôt des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins
professionnels est réglée par une convention écrite passée entre le client et son établissement de
crédit ou les services financiers de La Poste.
Lorsqu'un relevé de compte est diffusé en application des stipulations de la convention visée à
l'alinéa précédent et que celui-ci indique, à titre d'information, qu'un montant de découvert est
autorisé, il mentionne immédiatement après, dans les mêmes caractères, le taux annuel effectif
global au sens des articles L. 314-1 à L. 314-4 du code de la consommation, quelle que soit la
durée du découvert autorisé considéré.
Jusqu'au 31 décembre 2009, les établissements de crédit et les services financiers de La Poste
sont tenus d'informer au moins une fois par an les clients n'ayant pas de convention de compte de
dépôt de la possibilité d'en signer une.
Les principales stipulations que la convention de compte de dépôt doit comporter, notamment
les conditions générales et tarifaires d'ouverture, de fonctionnement et de clôture, sont précisées
par un arrêté du ministre chargé de l'économie.
Avant que le client ne soit lié par cette convention, l'établissement de crédit l'informe desdites
conditions sur support papier ou sur un autre support durable. L'établissement de crédit peut
s'acquitter de cette obligation en fournissant au client une copie du projet de convention de
compte de dépôt.
Si, à la demande du client, cette convention est conclue par un moyen de communication à
distance ne permettant pas à l'établissement de crédit de se conformer au précédent alinéa, ce

99
dernier satisfait à ses obligations aussitôt après la conclusion de la convention de compte de
dépôt.
L'acceptation de la convention de compte de dépôt est formalisée par la signature du ou des
titulaires du compte.
Lorsque l'établissement de crédit est amené à proposer à son client de nouvelles prestations de
services de paiement dont il n'était pas fait mention dans la convention de compte de dépôt, les
informations relatives à ces nouvelles prestations font l'objet d'un contrat-cadre de services de
paiement régi par les dispositions des sections 2 à 4 du chapitre IV du présent titre relatives au
contrat-cadre de services de paiement ou d'une modification de la convention de compte de dépôt
dans les conditions mentionnées au II du présent article.
II. – Tout projet de modification de la convention de compte de dépôt est communiqué sur
support papier ou sur un autre support durable au client au plus tard deux mois avant la date
d'application envisagée. Selon les modalités prévues dans la convention de compte de dépôt,
l'établissement de crédit informe le client qu'il est réputé avoir accepté la modification s'il ne lui a
pas notifié, avant la date d'entrée en vigueur proposée de cette modification, qu'il ne l'acceptait
pas ; dans ce cas, l'établissement de crédit précise également que, si le client refuse la
modification proposée, il peut résilier la convention de compte de dépôt sans frais, avant la date
d'entrée en vigueur proposée de la modification.
III. – Le client peut résilier la convention de compte de dépôt à tout moment, sauf stipulation
contractuelle d'un préavis qui ne peut dépasser trente jours.
Au-delà de douze mois, la convention de compte de dépôt peut être résiliée sans frais. Dans les
autres cas, les frais de résiliation doivent être proportionnés aux coûts induits par cette
résiliation.
L'établissement de crédit résilie une convention de compte de dépôt conclue pour une durée
indéterminée moyennant un préavis d'au moins deux mois. Les frais régulièrement imputés pour
la prestation de services de paiement ne sont dus par le client qu'au prorata de la période échue à
la date de résiliation de la convention de compte de dépôt. S'ils ont été payés à l'avance, ces frais
sont remboursés au prorata.
Avec l'accord du client, la convention de compte peut être adaptée avant l'expiration du délai de
deux mois mentionné au II lorsqu'il bénéficie de la procédure de surendettement afin de faciliter
l'exécution des mesures de traitement prévue au titre III du livre VII du code de la
consommation. L'Association française des établissements de crédit et des entreprises
d'investissement, mentionnée à l'article L. 511-29 du présent code, adopte des normes
professionnelles qui précisent les modalités et la durée du maintien du compte de dépôt et les
adaptations, en particulier des moyens de paiement, de nature à en faciliter le fonctionnement et
à éviter les incidents.
Ces normes, homologuées par le ministre de l'économie, après avis du comité consultatif du
secteur financier et du comité consultatif de la législation et de la réglementation financières,
sont applicables par tout établissement de crédit. Le contrôle du respect de ces normes est assuré
par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution et relève de la procédure prévue à l'article
L. 612-31.
IV. – A tout moment de la relation contractuelle, l'établissement de crédit fournit à la demande
de l'utilisateur les termes de la convention de compte de dépôt sur support papier ou sur un autre
support durable.
L'établissement de crédit ne peut refuser la fourniture au client d'une convention établie sur
support papier.
V. – Pour chaque opération de paiement mentionnée à l'article L. 314-2 relevant d'une
convention de compte de dépôt et ordonnée par le payeur, le prestataire de services de paiement
fournit à celui-ci, à sa demande, des informations sur le délai d'exécution maximal de cette
opération spécifique, sur les frais qu'il doit payer et, le cas échéant, sur le détail de ces frais.

Article L. 312-1-6 CMF

100
La gestion d'un compte de dépôt pour les personnes physiques agissant pour des besoins
professionnels est réglée par une convention écrite entre le client et son établissement de crédit.
Les principales stipulations que cette convention de compte doit comporter, notamment les
modalités d'accès à la médiation, sont précisées par un arrêté du ministre chargé de l'économie.

Doc. 6 : Art. D. 312-1-1 CMF

Les établissements de crédit sont tenus d'utiliser dans leurs plaquettes tarifaires les
dénominations définies comme suit :
I. - Services bancaires :
A. - Opérations au crédit du compte :
1° Versement d'espèces : le compte est crédité du montant d'un versement d'espèces ;
2° Réception d'un virement : le compte est crédité du montant d'un virement ;
3° Remise de chèque (s) : le compte est crédité du dépôt pour encaissement d'un ou de
plusieurs chèque (s) ;
B. - Opérations au débit du compte :
1° Emission d'un virement non SEPA : le compte est débité du montant d'un virement,
permanent ou occasionnel, libellé en devises ou en euros hors zone SEPA (espace unique de
paiements en euros) ;
2° Emission d'un virement SEPA : le compte est débité du montant d'un virement SEPA,
permanent ou occasionnel, libellé en euros au profit d'un bénéficiaire dont le compte est situé
en France ou dans n'importe quel pays de la zone SEPA ;
3° Emission d'un chèque de banque : le compte est débité du montant d'un chèque émis à la
demande du client par la banque ;
4° Paiement d'un chèque : le compte est débité du montant d'un chèque émis et que le
bénéficiaire a présenté au paiement ;
5° Paiement d'un prélèvement SEPA : le prélèvement SEPA est en euros et permet de régler
les factures régulières ou ponctuelles auprès d'un créancier français, mais également auprès
d'un créancier de l'espace SEPA dont le compte est situé en France ou dans n'importe quel
pays de la zone SEPA ;
6° Paiement de titre interbancaire de paiement (TIP) : le compte est débité du montant d'un
titre interbancaire de paiement (TIP) présenté au paiement par le créancier ;
7° Paiement par carte (la carte est émise par la banque) : le compte est débité, de façon
immédiate ou différée, du montant d'un paiement par carte ;
8° Remboursement périodique de prêt : le compte est débité, à l'échéance convenue dans le
contrat de prêt, du montant du capital, des intérêts et des frais d'assurance éventuels ;
9° Retrait d'espèces en agence sans émission de chèque : le compte est débité du montant
d'un retrait d'espèces, effectué sans émission de chèque, dont le décaissement est réalisé au
guichet de l'agence ;
10° Retrait d'espèces au distributeur automatique de billets : le compte est débité du montant
d'un retrait d'espèces effectué au moyen d'une carte de retrait ou de paiement à un
distributeur automatique de billets.
II. - Frais bancaires et cotisations :
1° Cotisation à une offre groupée de services : le compte est débité des frais perçus par la
banque au titre de la cotisation d'une offre groupée de services ;
2° Cotisation à une offre d'assurance perte ou vol des moyens de paiement : le compte est
débité des frais perçus par la banque au titre de la cotisation à une offre d'assurance couvrant
notamment la perte ou le vol des moyens de paiement ;
3° Abonnement à des services de banque à distance (internet, téléphone fixe, téléphone
mobile, SMS, etc.) : le compte est débité des frais perçus par la banque au titre de
l'abonnement à son offre de services de banque à distance ;

101
4° Abonnement à un produit offrant des alertes de la situation du compte par SMS : le
compte est débité des frais perçus par la banque au titre de l'abonnement à un service
d'alertes sur la situation du compte ainsi que, le cas échéant, des frais perçus lors de chaque
envoi de SMS ;
5° Cotisation carte : le compte est débité du montant de la cotisation de la carte ;
6° Droits de garde : le compte est débité des frais perçus par la banque pour la conservation
d'un portefeuille de valeurs mobilières ;
7° Frais d'utilisation des services de banque à distance (internet, téléphone fixe, téléphone
mobile, SMS, etc.) : le compte est débité des frais perçus par la banque à chaque utilisation
des services de banque à distance ;
8° Frais de location de coffre-fort : le compte est débité des frais de location d'un coffre-fort ;
9° Frais de mise en place d'un virement permanent : le compte est débité des frais perçus par
la banque pour la mise en place d'un virement permanent ;
10° Frais de mise en place d'un mandat de prélèvement : le compte est débité des frais perçus
par la banque pour la mise en place d'un mandat de prélèvement SEPA ;
11° Frais d'émission d'un chèque de banque : le compte est débité des frais perçus par la
banque pour l'émission d'un chèque de banque ;
12° Frais d'envoi de chéquier : le compte est débité des frais d'envoi d'un ou plusieurs
chéquiers ;
13° Frais d'opposition (blocage) de la carte par la banque : le compte est débité des frais
perçus par la banque lorsque celle-ci bloque une carte et s'oppose à toute transaction en cas
d'utilisation abusive de cette carte par le titulaire ;
14° Frais d'opposition chèque (s) par l'émetteur : le compte est débité des frais perçus par la
banque pour opposition sur un ou plusieurs chèques ;
15° Frais d'opposition chéquier (s) par l'émetteur : le compte est débité des frais perçus par la
banque pour opposition sur un ou plusieurs chéquiers ;
16° Frais de lettre d'information préalable pour chèque sans provision : le compte est débité
des frais perçus par la banque quand elle informe le client, par lettre, qu'il a émis un chèque
sans provision ;
17° Frais de lettre d'information pour compte débiteur non autorisé : le compte est débité
des frais perçus par la banque lorsqu'elle informe le client, par lettre, que le solde du compte
est débiteur (négatif) sans autorisation ou a dépassé le montant ou la durée du découvert
autorisé ;
18° Forfait de frais par chèque rejeté pour défaut de provision : le compte est débité des frais
forfaitaires perçus par la banque pour un rejet de chèque pour défaut ou insuffisance de
provision ;
19° Frais par paiement d'un prélèvement : le compte est débité des frais perçus par la banque
pour le paiement d'un prélèvement présenté par le créancier ;
20° Frais de rejet de prélèvement pour défaut de provision : le compte est débité des frais
perçus par la banque quand le solde disponible du compte est insuffisant pour régler le
montant du prélèvement présenté au paiement par le créancier et que l'opération est rejetée ;
21° Frais par retrait d'espèces à un DAB d'une autre banque : le compte est débité des frais
perçus par la banque pour un retrait d'espèces à un distributeur automatique de billets
(DAB) d'une autre banque ;
22° Frais par avis à tiers détenteur : le compte est débité des frais bancaires liés à une
procédure de l'administration fiscale pour l'obtention d'une somme qui lui est due ;
23° Frais par opposition à tiers détenteur : le compte est débité des frais bancaires liés à une
procédure des collectivités territoriales, établissements publics locaux et d'autres catégories
d'organismes pour l'obtention de sommes qui leur sont dues ;
24° Frais par saisie-attribution : le compte est débité des frais bancaires liés à une procédure
judiciaire engagée par un créancier pour obtenir une somme qui lui est due ;

102
25° Frais par opposition administrative : le compte est débité des frais bancaires liés à une
procédure du Trésor public pour le recouvrement de sommes dues à l'Etat notamment au
titre d'amendes ou de condamnations pécuniaires de caractère pénal ;
26° Frais par virement occasionnel : le compte est débité des frais perçus par la banque pour
l'émission d'un virement occasionnel comportant les coordonnées bancaires correctes du
bénéficiaire ;
27° Frais par virement occasionnel incomplet : le compte est débité des frais perçus par la
banque lors de l'émission d'un virement pour lequel les coordonnées bancaires du
bénéficiaire sont absentes ou incorrectes ;
28° Frais par virement permanent : le compte est débité des frais perçus par la banque pour
l'émission d'un virement permanent ;
29° Frais de non-exécution de virement permanent pour défaut de provision : le compte est
débité des frais perçus par la banque quand l'ordre de virement permanent n'a pas pu être
exécuté en raison d'un solde disponible insuffisant ;
30° Frais de recherche de documents : le compte est débité des frais perçus par la banque
pour la recherche et l'édition, à la demande du client, de documents concernant le compte ;
31° Intérêts débiteurs : le compte est débité des intérêts à raison d'un solde débiteur du
compte pendant un ou plusieurs jours ;
32° Commission d'intervention : somme perçue par la banque en raison d'une opération
entraînant une irrégularité de fonctionnement du compte nécessitant un traitement
particulier ;
33° Frais de tenue de compte : frais perçus par la banque pour la gestion du compte ;
34° Frais suite à notification signalée par la Banque de France d'une interdiction d'émettre
des chèques : le compte est débité des frais perçus par la banque pour mettre en œuvre
l'interdiction pour le client d'émettre des chèques signalée par la Banque de France ;
35° Frais pour déclaration à la Banque de France d'une décision de retrait de carte bancaire :
le compte est débité des frais perçus par la banque qui déclare à la Banque de France une
décision de retrait de carte bancaire dont son client fait l'objet.
NOTA :
Décret n° 2014-373 du 27 mars 2014 article 2 : Les présentes dispositions s'appliquent aux plaquettes
dont les tarifs sont modifiés à partir du 1er juillet 2014 pour les publications papier et du 1er avril
2014 pour les publications électroniques.

Doc. 7 : Art. L. 312-1-1 II CMF

II. – Tout projet de modification de la convention de compte de dépôt est communiqué sur support
papier ou sur un autre support durable au client au plus tard deux mois avant la date d'application
envisagée. Selon les modalités prévues dans la convention de compte de dépôt, l'établissement de
crédit informe le client qu'il est réputé avoir accepté la modification s'il ne lui a pas notifié, avant la
date d'entrée en vigueur proposée de cette modification, qu'il ne l'acceptait pas ; dans ce cas,
l'établissement de crédit précise également que, si le client refuse la modification proposée, il peut
résilier la convention de compte de dépôt sans frais, avant la date d'entrée en vigueur proposée de la
modification.

Doc. 8 : Cass. com., 3 novembre 2004, n° 01-16.238, Bull. civ. IV, n° 187

Sur le moyen unique, pris en sa deuxième branche :

Vu les articles 1134 et 1937 du Code civil ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que les sociétés Ardico et Charco, appartenant l'une et l'autre au
Groupe X..., avaient conclu avec la Banque populaire du Nord des conventions de comptes courants
dont une clause stipulait que l'accord du client sur les opérations portées au compte serait présumé
résulter de l'absence de réclamation de la part de celui-ci dans le délai d'un mois de la réception de

103
son relevé de compte ; qu'en décembre 1997, M. et Mme Jean-Pierre X..., M. Pierre X... et les sociétés
Ardico et Charco (les consorts X...) ont contesté judiciairement vingt-quatre virements exécutés par
la banque entre septembre 1992 et juillet 1993 dont ils affirmaient qu'ils avaient été réalisés sans
ordre de MM. Jean-Pierre ou Pierre X..., seuls à disposer du pouvoir de faire fonctionner les comptes
concernés et demandé la restitution des sommes correspondantes et des dommages-intérêts ;

Attendu que pour rejeter ces demandes, la cour d'appel retient que les intéressés n'avaient pas
contesté avoir reçu la totalité des relevés de compte afférents aux opérations litigieuses, qu'ils
n'avaient formulé aucune réclamation dans le délai d'un mois dont ils disposaient
conventionnellement pour protester et qu'aucune faute n'était démontrée à la charge de la banque ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors que l'absence de protestation du client dans le délai d'un mois de
la réception des relevés de compte n'emportait, selon la convention des parties, qu'une présomption
d'accord du client sur les opérations y figurant laquelle ne privait pas celui-ci de la faculté de
rapporter, pendant la durée de prescription légale, la preuve d'éléments propres à l'écarter, qu'elle
avait elle-même relevé qu'aucun des ordres écrits relatifs aux virements litigieux n'était signé des
personnes ayant pouvoir de faire fonctionner les comptes des sociétés Ardico et Charco et qu'à
supposer qu'aucune faute ne soit imputable à la Banque populaire du Nord dans l'exécution des
virements litigieux, cette circonstance n'était pas de nature à la décharger de son obligation de ne
restituer les fonds qu'aux déposants ou à leurs mandataires, la cour d'appel a violé les textes susvisés

PAR CES MOTIFS : et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs ;CASSE ET ANNULE,

Doc. 9 : Cass. com, 13 novembre 2012, n° 11-25.596, Bull civ. IV, n°205

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :


Attendu, selon l'arrêt attaqué (Versailles, 28 octobre 2010) et les productions, que Mme X... était
titulaire, dans les livres du Crédit commercial de France, devenu la société HSBC France (la banque),
de deux comptes courant, professionnel et personnel ; que le solde du compte professionnel étant
devenu débiteur, la banque a dénoncé la convention, mis en demeure puis assigné Mme X... en
paiement ; que cette dernière a sollicité le remboursement de prélèvements et virements effectués sans
son autorisation depuis ces deux comptes, ainsi que la substitution du taux légal au taux d'intérêt
conventionnel ;
Sur le premier moyen, pris en ses première, troisième et quatrième branches :

Attendu que Mme X... fait grief à l'arrêt de l'avoir déboutée de sa demande de remboursement de la
somme de 74 232,60 euros, correspondant aux débits indûment effectués sur son compte, alors, selon
le moyen :

1°/ qu'indépendamment du caractère abusif ou non de la clause qui limite à un mois à compter de la
réception des relevés de compte le délai pendant lequel un client pourrait protester contre les
opérations qui y sont inscrites, l'absence de protestation du client pendant cette durée n'emporte qu'une
présomption d'accord de ce dernier et ne le prive pas soit de la faculté de rapporter, pendant la durée
de prescription légale, la preuve d'éléments propres à l'écarter soit de celle de reprocher à la banque
d'avoir agi sans mandat ; que les juges ont considéré qu'il ne pouvait être fait exception à l'application
de cette clause que si le client apportait la preuve d'une faute grossière ou d'une erreur manifeste de la
banque dans la tenue du compte ; qu'en mettant une telle exigence à la charge de Mme X..., la cour
d'appel a violé les articles 1134, 1147 et 1937 du code civil ;

2°/ que les juges ne peuvent mettre à la charge d'une partie la preuve d'un fait négatif ; qu'en prévoyant
que la clause devait recevoir application sauf preuve de l'absence d'envoi ou de réception des relevés,
ce qui imposait au client de la banque une preuve négative, la cour d'appel a violé l'article 1315 du
code civil ;

104
3°/ que les juges ne peuvent mettre à la charge d'une partie la preuve d'un fait négatif ; que Mme X...
faisait valoir que les prélèvements effectués au profit des sociétés Finaref, Cetelem et Franfinance
ainsi que les virements de son compte n'avaient pas été ordonnés par elle, la banque ayant agi sans
mandat ou sur l'ordre d'un tiers ; qu'en imposant à Mme X... la preuve de ce que les prélèvements
avaient été ordonnés par son ancien mari ou en se fondant sur des présomptions tirées de l'absence de
réaction de Madame X... au lieu de solliciter de la banque la preuve des ordres en vertu desquels elle
avait agi, la cour d'appel a renversé la charge de la preuve et violé l'article 1315 du code civil,
ensemble les articles 1134 et 1937 du même code ;

Mais attendu, en premier lieu, qu'après avoir énoncé que l'envoi et la réception des relevés de compte
constituent de simples faits pouvant être prouvés par tout moyen, puis relevé que la banque produit en
copie l'ensemble des relevés bancaires du compte litigieux à compter du 1er décembre 2003, qu'un
professionnel normalement diligent ne peut avoir négligé, durant sept années consécutives, de suivre
le relevé des écritures portées sur son compte et devait, en cas d'absence de réception de ses relevés
périodiques ou dans le cas de retard de celle-ci, en aviser la banque et que Mme X... n'établit pas qu'
elle se soit plainte de n'avoir pas été destinataire de ses relevés de compte, l'arrêt retient que cette
dernière est mal fondée à soutenir que la banque ne lui aurait pas envoyé les relevés litigieux
correspondant à son compte courant professionnel ou qu'elle ne les aurait pas reçus dans un temps
proche de leur établissement ; qu'ainsi, la cour d'appel, qui n'a pas exigé de Mme X... une preuve
négative, a légalement justifié sa décision ;

Attendu, en second lieu, que l'absence de protestation dans le délai imparti conventionnellement d'un
mois de la réception des relevés de compte n'emporte qu'une présomption d'accord du client sur les
opérations y figurant, laquelle ne prive pas celui-ci de la faculté de rapporter, pendant la durée de la
prescription légale, la preuve d'éléments propres à l'écarter ; que l'arrêt relève, d'un côté, que Mme X...
ne rapporte pas la preuve de ce que les crédits à la consommation qui constituent la cause des
prélèvements de son compte professionnel au profit d'établissements de crédit sont le fait de M. Y...,
de l'autre, que les virements automatiques effectués, depuis 1998, à partir de son compte professionnel
au profit d'une compagnie d'assurance sur le fondement d'une autorisation de prélèvement automatique
n'ont jamais suscité de réaction de la part de Mme X..., qui s'abstient de produire toute pièce
contractuelle permettant de connaître l'identité du souscripteur de l'assurance-vie et, enfin, que son
compte personnel qui présentait un solde débiteur a été clôturé et soldé sans qu'elle n'oppose de
contestation et qu'elle n'a raisonnablement pas pu ignorer les virements effectués régulièrement en
faveur du compte de son mari pour des sommes importantes ; qu'en l'état de ces constatations et
appréciations, faisant ressortir que Mme X... ne justifiait pas que les opérations litigieuses avaient été
exécutées sans son autorisation, la cour d'appel, abstraction faite du motif erroné mais surabondant
critiqué par la première branche, a pu décider, sans inverser la charge de la preuve, que la banque
n'avait pas commis de faute ;

D'où il suit que le moyen, inopérant en sa première branche, n'est pas fondé pour le surplus ;

Sur le second moyen :

Attendu que Mme X... fait grief à l'arrêt d'avoir rejeté sa demande tendant à voir appliquer au montant
de sa dette les intérêts au taux légal et d'avoir décidé que devaient être appliqués les intérêts au taux
conventionnel indiqués sur les relevés de compte, alors, selon le moyen, que s'agissant d'un débiteur
non commerçant, en matière de prêt d'argent, l'exigence d'un écrit mentionnant le taux de l'intérêt
conventionnel est une condition de la stipulation d'intérêt ; qu'en l'absence d'un accord écrit sur ce
point, l'indication du taux d'intérêt sur les relevés de compte ne répond pas à cette exigence, alors
même qu'elle ne fait pas l'objet d'une protestation de la part du client ; qu'en condamnant Mme X... au
paiement des intérêts conventionnels bien qu'elle relevât expressément qu'aucun intérêt conventionnel
n'avait été préalablement fixé et que la stipulation de ces intérêts ne résultait que des relevés de
compte, la cour d'appel a violé l'article 1907 du code civil ;

105
Mais attendu que la reconnaissance de l'obligation de payer des intérêts conventionnels afférents au
solde débiteur d'un compte courant peut, en l'absence d'indication dans la convention d'ouverture de
compte-courant, résulter de la réception sans protestation ni réserve, par l'emprunteur des relevés de
compte indiquant les taux de ces intérêts ; qu'après avoir constaté que les relevés de compte adressés
par la banque à Mme X... à compter du 1er décembre 2003 comportaient les mentions nécessaires et
suffisantes pour suppléer, au moins pour les intérêts échus postérieurement à leur réception, l'absence
de fixation préalable par écrit du taux effectif global de l'intérêt appliqué au découvert en compte et
relevé que Mme X... n'était pas recevable à contester les intérêts qui auraient été décomptés
antérieurement au 30 novembre 2004, l'action en nullité de ces intérêts étant prescrite, la cour d'appel a
pu condamner Mme X... au paiement de ces intérêts ; que le moyen n'est pas fondé ;

Et attendu que les autres griefs ne seraient pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;

Doc. 10 : Art. L. 561-5 CMF

I. – Avant d'entrer en relation d'affaires avec leur client ou de l'assister dans la préparation ou la
réalisation d'une transaction, les personnes mentionnées à l'article L. 561-2 :
1° Identifient leur client et, le cas échéant, le bénéficiaire effectif au sens de l'article L. 561-2-2 ;
2° Vérifient ces éléments d'identification sur présentation de tout document écrit à caractère probant.
II. – Elles identifient et vérifient dans les mêmes conditions que celles prévues au I l'identité de leurs
clients occasionnels et, le cas échéant, de leurs bénéficiaires effectifs, lorsqu'elles soupçonnent qu'une
opération pourrait participer au blanchiment des capitaux ou au financement du terrorisme ou
lorsque les opérations sont d'une certaine nature ou dépassent un certain montant.
III. – Lorsque le client souscrit ou adhère à un contrat d'assurance-vie ou de capitalisation, les
personnes concernées identifient et vérifient également l'identité des bénéficiaires de ces contrats et
le cas échéant des bénéficiaires effectifs de ces bénéficiaires.
IV. – Par dérogation au I, lorsque le risque de blanchiment des capitaux ou de financement du
terrorisme paraît faible et que c'est nécessaire pour ne pas interrompre l'exercice normal de l'activité,
les obligations mentionnées au 2° dudit I peuvent être satisfaites durant l'établissement de la relation
d'affaires.
V. – Les conditions d'application du présent article sont précisées par décret en Conseil d'Etat.

Doc. 11 : Art. R. 312-2 CMF

Le banquier doit, préalablement à l'ouverture d'un compte, vérifier le domicile et l'identité du


postulant, qui est tenu de présenter un document officiel comportant sa photographie. Le banquier
doit recueillir et conserver les informations suivantes : nom, prénoms, date et lieu de naissance du
postulant, nature, date et lieu de délivrance du document présenté et nom de l'autorité ou de la
personne qui l'a délivré ou authentifié.
Pour l'ouverture d'un compte au nom d'une personne morale, le banquier demande la présentation de
l'original ou l'expédition ou la copie de tout acte ou extrait de registre officiel datant de moins de
trois mois constatant la dénomination, la forme juridique, l'adresse du siège social et l'identité des
dirigeants.
Pour l'application des dispositions du permier alinéa, l'adresse du centre communal ou
intercommunal d'action sociale ou de l'organisme agréé au titre de l'article L. 264-2 du code de
l'action sociale et des familles figurant sur la carte nationale d'identité en application des dispositions
du cinquième alinéa de l'article 2 du décret n° 55-1397 du 22 octobre 1955 instituant la carte
nationale d'identité vaut justification du domicile. Il en est de même de l'attestation d'élection de
domicile présentée par la personne ne disposant pas d'un domicile stable instituée par le même
article.

106
FONCTIONNEMENT DU COMPTE
Doc. 12 : Art. L 312-1-5 CMF

Le client, personne physique n'agissant pas pour des besoins professionnels, est informé
gratuitement, par le biais de son relevé de compte mensuel, du montant et de la dénomination des
frais bancaires liés à des irrégularités et incidents que l'établissement entend débiter sur son compte
de dépôt. Ce débit a lieu au minimum quatorze jours après la date d'arrêté du relevé de compte.
Les conditions d'application du présent article sont fixées par décret en Conseil d'Etat. Le dispositif
mis en place par le présent article entre en vigueur dix-huit mois après la publication du décret
mentionné à la première phrase.

Doc. 13 : Cass. com, 13 mars 2001, 97-10.611, Bull civ. IV n° 55

Sur le moyen unique :

Vu les articles 1134 du Code civil et L. 122-4 du Code de la consommation, ensemble l'article 7
du décret n° 84-708 du 24 juillet 1984 ;

Attendu qu'un établissement de crédit ayant omis de porter à la connaissance d'un nouveau client
auquel il ouvre un compte les conditions d'utilisation de ce compte et le prix de ses différents
services n'est pas déchu du droit de percevoir le prix de ses prestations de services et les frais y
afférents, dès lors qu'il a, a posteriori, recueilli l'accord du client sur son droit à leur perception et
sur leur montant ; que cet accord peut résulter, pour l'avenir, de leur inscription, dans un relevé
d'opérations dont la réception par le client n'a été suivie d'aucune protestation ou réserve de sa
part ;

Attendu, selon le jugement attaqué, que Mme X... a ouvert, le 21 novembre 1989, un compte à la
Caisse d'épargne de Champagne-Ardenne (la Caisse d'épargne) ; que la Caisse d'épargne a, à
compter du mois de janvier 1994, facturé sur son compte des frais de rejet et de " forçage " ; que
Mme X... a demandé la restitution du montant de ces frais ;

Attendu que, pour condamner la Caisse d'épargne à verser une certaine somme à Mme X..., le
jugement, après avoir énoncé que le client n'est informé que par la remise effective des conditions
générales et particulières du fonctionnement du compte et que la simple mise à disposition de
dépliant ou l'affichage des conditions tarifaires ne suffit pas à caractériser l'acceptation du client
sur le principe et la tarification des opérations, retient qu'en l'espèce l'article 9 de la convention
d'ouverture de compte se réfère à des frais administratifs forfaitaires sans les détailler et les
chiffrer, qu'il ne ressort d'aucune clause de la convention que les conditions particulières et
tarifaires ont été remises à Mme X... lors de l'ouverture du compte, que la Caisse d'épargne est
dans l'impossibilité de produire un exemplaire signé de la main de Mme X... des conditions
particulières applicables au service et qu'il n'est pas établi que les conditions des services aux
particuliers ont été acceptées par Mme X... lors de l'ouverture du compte ;

Attendu qu'en se déterminant par de tels motifs, sans rechercher si les frais litigieux ont été
perçus, en totalité, par la Caisse d'épargne avant que Mme X... n'ait connu, par des inscriptions
sur ses relevés de compte, les exigences de la Caisse à cet égard pour des opérations semblables,
qui lui seraient postérieurement imputables, le tribunal n'a pas donné de base légale à sa décision
;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE,

Doc. 14 : Art. L. 312-3 CMF

107
Sans préjudice des sanctions disciplinaires qui peuvent être infligées par la commission bancaire, les
infractions aux dispositions du présent article sont punies d'une amende fiscale dont le taux est égal au
montant des intérêts payés, sans que cette amende puisse être inférieure à 75 euros.
Un décret pris sur le rapport du ministre chargé de l'économie fixe les modalités d'application du
présent article, et notamment les conditions dans lesquelles seront constatées et poursuivies les
infractions.
Les dispositions du présent article s'appliquent, quels que soient les entreprises, établissements ou
organismes dépositaires, au régime de l'épargne populaire défini à la section 2 du chapitre Ier du titre
II du livre II.

Doc. 15 : CJCE, 5 octobre 2004, Affaire C-442/02, CaixaBank France c/ Ministère de


l’Economie, des finances et de l’industrie

Cour de justice des Communautés européennes 05-10-2004 N° C-442/02

1 La demande de décision préjudicielle porte sur l'interprétation de l'article 43 CE.Le cadre


juridique national

2 Aux termes de l'article L. 312-3 du code monétaire et financier dans sa rédaction applicable en
l'espèce :
« Nonobstant toutes dispositions contraires, il est interdit à tout établissement de crédit qui
reçoit du public des fonds en compte à vue ou à moins de cinq ans, et par quelque moyen que ce
soit, de verser sur ces fonds une rémunération supérieure à celle fixée par règlement du comité
de la réglementation bancaire et financière ou par le ministre chargé de l'économie.»

3 Le règlement n° 86-13 du comité de la réglementation bancaire et financière, homologué par


arrêté du ministre de l'Economie et des Finances, du 14 mai 1986 (JORF du 15 mai 1986, p.
6330), interdit la rémunération des comptes à vue.

4 Ladite interdiction s'applique aux comptes à vue libellés en euros, ouverts par les résidents en
France, quelle que soit leur nationalité.

Le litige au principal et les questions préjudicielles

5 Depuis le 18 février 2002, Caixa Bank France (ci-après «Caixa Bank»), société de droit français
dont le siège se trouve en France et qui est une filiale de Caixa Holding, société de droit
espagnol dont le siège est en Espagne et qui détient les participations du groupe Caixa dans les
établissements de crédit implantés sous ce nom en Espagne et dans d'autres pays de l'Union
européenne, commercialise en France un compte de dépôts à vue rémunéré à 2 % l'an à partir
d'un encours de 1 500 €. Par une décision de la commission bancaire et financière du 16 avril
2002, Caixa Bank s'est vu, d'une part, interdire de conclure avec des résidents en France de
nouvelles conventions portant sur des comptes à vue rémunérés libellés en euros, et, d'autre part,
enjoindre de dénoncer les clauses des conventions déjà passées prévoyant la rémunération de tels
comptes.

6 Caixa Bank s'est pourvue en cassation contre cette décision devant le Conseil d'Etat qui a
décidé de surseoir à statuer et de poser à la Cour les questions préjudicielles suivantes :

1°) Dans le silence de la directive 2000/12/CE du Parlement européen et du Conseil, du 20 mars


2000, l'interdiction faite par un Etat membre aux établissements bancaires régulièrement
installés sur son territoire de rémunérer des dépôts à vue et d'autres fonds remboursables
constitue-t-elle une entrave à la liberté d'établissement?

108
2°) Dans le cas de réponse positive à la première question, quelle est la nature des raisons
d'intérêt général qui pourraient, le cas échéant, être invoquées pour justifier une telle entrave?»

Sur les questions préjudicielles

7 Il convient de relever d'emblée que la directive 2000/12/CE du Parlement européen et du


Conseil, du 20 mars 2000, concernant l'accès à l'activité des établissements de crédit et son
exercice (JO L 126, p. 1), n'est pas applicable dans un cas comme celui de l'affaire au principal,
dans la mesure, notamment, où cette directive ne vise pas les restrictions à l'établissement de
sociétés qui, telles que Caixa Bank, font usage du droit d'établissement dans un Etat membre en
tant que filiales d'établissements de crédit établis dans d'autres Etats membres.

8 Par ses questions, la juridiction de renvoi demande en substance si l'article 43 CE s'oppose à la


réglementation d'un Etat membre qui interdit à un établissement de crédit, filiale d'une société
d'un autre Etat membre, de rémunérer les comptes de dépôts à vue libellés en euros, ouverts par
les résidents du premier Etat membre.

9 Le droit d'établissement prévu à l'article 43 CE, lu en combinaison avec l'article 48 CE, est
reconnu tant aux personnes physiques ressortissantes d'un Etat membre qu'aux personnes
morales au sens de cette dernière disposition. Il comporte, sous réserve des exceptions et
conditions prévues, l'accès sur le territoire de tout autre Etat membre à toutes sortes d'activités
non salariées et leur exercice, ainsi que la constitution et la gestion d'entreprises, la création
d'agences, de succursales ou de filiales (voir, notamment, arrêt du 11 mai 1999, Pfeiffer, C-
255/97, Rec. p. I-2835, point 18).

10 La situation juridique d'une société telle que Caixa Bank relève du droit communautaire en
vertu des dispositions de l'article 43 CE.

11 L'article 43 CE impose la suppression des restrictions à la liberté d'établissement. Doivent


être considérées comme de telles restrictions toutes les mesures qui interdisent, gênent ou
rendent moins attrayant l'exercice de cette liberté (voir, notamment, arrêts du 30 novembre
1995, Gebhard, C-55/94, Rec. p. I-4165, point 37, du 1er février 2001, Mac Quen e.a., C-108/96,
Rec. p. I-837, point 26, et du 17 octobre 2002, Payroll e.a., C-79/01, Rec. p. I-8923, point 26).

12 L'interdiction de rémunérer les comptes de dépôts à vue, telle que celle prévue par la
réglementation française, constitue pour les sociétés d'Etats membres autres que la République
française un obstacle sérieux à l'exercice de leurs activités par l'intermédiaire d'une filiale dans ce
dernier Etat membre, qui affecte leur accès au marché. Partant, cette interdiction s'analyse
comme une restriction au sens de l'article 43 CE.

13 En effet, ladite interdiction gêne les établissements de crédit, filiales de sociétés étrangères,
dans la collecte de capitaux auprès du public en les privant de la possibilité de livrer, par une
rémunération des comptes de dépôts à vue, une concurrence plus efficace aux établissements de
crédit traditionnellement implantés dans l'Etat membre d'établissement, dotés d'un réseau
d'agences étendu et disposant, partant, de plus grandes facilités que lesdites filiales pour
recueillir des capitaux auprès du public.

14 Ainsi, lorsque des établissements de crédit, filiales d'une société étrangère, cherchent à entrer
sur le marché d'un Etat membre, livrer concurrence au moyen du taux de rémunération des
comptes de dépôts à vue constitue une des méthodes les plus efficaces à cette fin. L'accès au
marché par ces établissements est donc rendu plus difficile par une telle interdiction.

15 Si le gouvernement français a affirmé lors de l'audience qu'il existe des formes de comptes

109
comparables aux comptes de dépôts à vue, tels les comptes à terme de 15 jours, qui ne sont pas
visés par l'interdiction de rémunération et qui ont contribué à permettre à des établissements de
crédit tels que Caixa Bank de concurrencer les établissements de crédit français dans la collecte
des fonds du public et d'augmenter leurs parts de marché en France, ce même gouvernement a
toutefois admis que ces comptes, à l'opposé des comptes de dépôts à vue, ne permettent pas
l'utilisation de cartes bancaires ou de chèques. L'interdiction en cause entraîne dès lors une gêne
pour les établissements de crédit, tels que Caixa Bank, dans leur activité de collecte de capitaux
auprès du public, à laquelle l'existence d'autres formes de comptes dont les dépôts sont
rémunérés ne saurait remédier.

16 La restriction à l'exercice et au développement de leurs activités par lesdites filiales, dont


l'interdiction litigieuse est à l'origine, est d'autant plus importante qu'il est constant que la
réception des dépôts du public et l'octroi de crédits représentent les activités de base des
établissements de crédit (voir en ce sens, notamment, article 1er, point 1, et annexe I de la
directive 2000/12).

17 Il résulte d'une jurisprudence constante que, lorsque, comme dans l'affaire au principal, une
telle mesure s'applique à toute personne ou entreprise exerçant une activité sur le territoire de
l'Etat membre d'accueil, elle peut être justifiée lorsqu'elle répond à des raisons impérieuses
d'intérêt général, pour autant qu'elle soit propre à garantir la réalisation de l'objectif qu'elle
poursuit et n'aille pas au-delà de ce qui est nécessaire pour l'atteindre (voir, notamment, arrêts
du 4 juillet 2000, Haim, C-424/97, Rec. p. I-5123, point 57; Mac Quen e.a., précité, point 26, et
du 15 janvier 2002, Commission/Italie, C-439/99, Rec. p. I-305, point 23).

18 Il convient dès lors de rechercher si les motifs invoqués par le gouvernement français
répondent à ces critères.

19 Afin de justifier la restriction à la liberté d'établissement résultant de la disposition litigieuse,


le gouvernement français a invoqué tant la protection des consommateurs que l'encouragement
de l'épargne à moyen et à long terme.

20 D'abord, l'interdiction en cause au principal serait nécessaire au maintien de la gratuité des


services bancaires de base. L'introduction de la rémunération des comptes de dépôts à vue
alourdirait substantiellement les charges d'exploitation supportées par les banques qui, pour être
compensées, entraîneraient une augmentation des facturations et une tarification des différents
services bancaires actuellement fournis à titre gratuit dont, en particulier, l'émission des chèques.

21 Il convient néanmoins de relever que, si la protection des consommateurs figure parmi les
exigences impératives pouvant justifier des restrictions à une liberté fondamentale garantie par
le traité CE, l'interdiction en cause au principal constitue, à supposer même qu'elle présente en
définitive pour le consommateur certains avantages, une mesure qui va au-delà de ce qui est
nécessaire pour atteindre ledit objectif.

22 En effet, même à supposer que la levée de l'interdiction de rémunération des comptes de


dépôts à vue entraîne inévitablement pour le consommateur une augmentation du coût des
services bancaires de base ou la facturation des chèques, il pourrait notamment être envisagé de
permettre au consommateur d'opter soit pour un compte de dépôts à vue non rémunéré et le
maintien de la gratuité de certains services bancaires de base, soit pour un compte de dépôts à
vue rémunéré et la faculté pour l'établissement de crédit de faire payer des services bancaires
fournis jusqu'alors à titre gratuit, telle l'émission des chèques.

23 S'agissant ensuite du souci des autorités françaises d'encourager l'épargne à long terme, il
convient de relever que, si l'interdiction de rémunérer les comptes de dépôts à vue est certes apte

110
à inciter à l'épargne à moyen et à long terme, elle n'en demeure pas moins une mesure qui va au-
delà de ce qui est nécessaire pour atteindre cet objectif.

24 Eu égard aux considérations qui précèdent, il y a lieu de répondre aux questions préjudicielles
que l'article 43 CE s'oppose à la réglementation d'un Etat membre qui interdit à un
établissement de crédit, filiale d'une société d'un autre Etat membre, de rémunérer les comptes
de dépôts à vue libellés en euros, ouverts par les résidents du premier Etat membre.

Sur les dépens

25 La procédure revêtant, à l'égard des parties au principal, le caractère d'un incident soulevé
devant la juridiction de renvoi, il appartient à celle-ci de statuer sur les dépens. Les frais exposés
pour soumettre des observations à la Cour, autres que ceux desdites parties, ne peuvent faire
l'objet d'un remboursement

Par ces motifs, la Cour (grande chambre), dit pour droit :

L'article 43 CE s'oppose à la réglementation d'un Etat membre qui interdit à un établissement de


crédit, filiale d'une société d'un autre Etat membre, de rémunérer les comptes de dépôts à vue
libellés en euros, ouverts par les résidents du premier Etat membre.

Doc. 16 : Jean Stoufflet, RDBF n° 6, novembre 2004, étude 100073

1. - La controverse sur le maintien de l'interdiction de la rémunération par les banques des


dépôts à vue paraissait devoir se prolonger à l'infini. Elle était d'autant plus irritante que la
rigueur du raisonnement était souvent affectée par la passion. Le débat va sans doute prendre fin
à la suite de l'arrêt rendu par la Cour de Justice des Communautés Européennes le 5 octobre
2004 dans l'affaire CaixaBank France Note 1 .
2. - L'histoire est connue. Préoccupée dans la période de reconstruction qui a suivi la seconde
guerre mondiale de drainer l'épargne vers l'investissement, donc vers des placements longs, les
autorités monétaires ont prohibé la rémunération par les banques des dépôts à vue et plafonné les
taux sur les dépôts à court terme Note 2 . Le développement des marchés financiers rendus
accessibles à un nombre croissant d'investisseurs et d'épargnants ainsi que d'entreprises, a privé
de sa justification la réglementation des taux sur les dépôts courts et plus encore l'interdiction de
rémunérer les dépôts à vue. Cette interdiction aurait sans doute été abrogée sans objection de
quiconque, de même qu'a été rétablie la liberté du taux des commissions, si ne s'était
progressivement imposée l'idée que la non rémunération des dépôts à vue constituait la
contrepartie de la gratuité de l'usage du chèque à laquelle les banques souhaitent depuis
longtemps mettre fin tandis qu'une part importante de leur clientèle et les associations de
consommateurs y sont farouchement attachées Note 3 .
3. - La situation actuelle (pas d'intérêts sur la position créditrice des comptes à vue / gratuité des
chèques) aurait pu durer longtemps, les banques françaises paraissant finalement s'en
accommoder, peut-être en raison du dépérissement lent mais continu de l'usage du chèque. Cet
instrument est progressivement remplacé, pour les paiements comptant, par les cartes de
paiement dont l'usage est rémunéré et, pour les paiements à distance, par les dérivés
électroniques du virement. De manière inattendue, le statu quo est remis en cause par une
initiative commerciale de la filiale française de la banque espagnole Caixa. Cet établissement de
crédit a proposé à ses clients titulaires de comptes à vue un intérêt créditeur de 2%,
conformément à la pratique des banques du même groupe établies en Espagne Note 4 .
Habilement, la Caixa n'a pas pour autant institué une commission sur les paiements de chèques.
La Commission bancaire pouvait d'autant moins s'abstenir de réagir à une pratique dont la
contrariété à la loi française était évidente, que la Caixa avait orchestré son offre par une large
campagne publicitaire. Une décision de la Commision bancaire du 16 avril 2002 interdit à
CaixaBank de conclure avec des résidents en France de nouvelles conventions relatives à des

111
comptes à vue en euros rémunérés et lui enjoint de dénoncer les clauses des conventions déjà
conclues prévoyant la rémunération de tels comptes Note 5 . Contre cette décision, dont on
rappelle la nature juridictionnelle Note 6 , la banque a formé un pourvoi en cassation devant le
Conseil d'État.
4. - Dans sa défense devant la Commission bancaire et dans la procédure devant le Conseil
d'État, la Caixa n'a pas tenté de contester la validité de la sanction qui la frappait au regard de la
loi française. Elle n'a pas non plus mis directement en question la conformité de principe au droit
européen de la prohibition des intérêts sur les dépôts à vue. Elle s'est appuyée sur la règle de
droit communautaire qui permet à une entreprise d'un État membre d'exercer son activité sur
l'ensemble du territoire communautaire dans les conditions où elle l'exerce dans son pays
d'origine et exclut toute mesure nationale entravant l'accès d'une entreprise communautaire au
marché d'un État membre autre que celui où elle a son siège. Le Conseil d'État a considéré que la
question de savoir si la prohibition de la rémunération des dépôts à vue empêche effectivement
une banque de développer sa présence sur un autre marché national, constitue une question de
principe non encore résolue et qu'il devait s'en remettre à l'interprétation de la Cour de Justice.
Par un arrêt du 6 novembre 2002 Note 7 il a décidé de surseoir à statuer et de poser à la Cour les
deux questions suivantes :
« 1) Dans le silence de la directive 2000/12/CE ....du 20 mars 2000, l'interdiction faite par un État
membre aux établissements bancaires régulièrement installés sur son territoire de rémunérer des dépôts à
vue et d'autres fonds remboursables constitue-t-elle une entrave à la liberté d'établissement ?
2) Dans le cas de réponse positive à la première question, quelle est la nature des raisons d'intérêt général
qui pourraient, le cas échéant, être invoquées pour justifier une telle entrave ? ».
4. - L'arrêt de la Cour répond à ces deux questions dans un sens qui devrait conduire le Conseil
d'État à annuler la décision de la Commission bancaire (I). Il restera à la France à tirer au plan
législatif et réglementaire les conséquences de l'arrêt de la Cour. Puis les établissements de
crédit auront, dans un cadre légal nouveau, à déterminer s'ils revoient ou non leurs conditions
(II).
I LA CONDAMNATION PAR LA CJCE DE L'INTERDICTION DE LA
RÉMUNÉRATION DES DÉPÔTS À VUE
5. - Devant les juridictions successivement saisies de l'affaire, la Caixa s'est prévalue, pour
justifier sa pratique, du droit de libre accès au marché dont bénéficient les entreprises
communautaires. Ce principe se traduit par la liberté d'établissement sous forme «de création
d'agences de succursales ou de filiales » (Traitéart.43) et la liberté des prestations de services (Traité
art.49). Deux raisonnements sont, toutefois, possibles pour démontrer que l'interdiction de
rémunérer les dépôts à laquelle se heurtait la banque espagnole, entravait son accès au marché
français de la banque de détail.
6. - Un premier raisonnement se fonde sur le principe de la reconnaissance mutuelle des produits
et services qui permet à une entreprise d'offrir ses produits et services sur le territoire d'un État
membre aux conditions qu'elle applique dans son pays d'origine et ceci qu'elle agisse par
l'intermédiaire d'une agence ou succursale ou en prestation de services. Ce raisonnement est dans
la ligne du considérant 17 de la directive bancaire n° 2000/12/CE : «Les États membres doivent
veiller à ce que les activités bénéficiant de la reconnaissances mutuelle puissent être exercées de la même
manière que dans l'État membre d'origine, pour autant qu'elles ne soient pas en opposition avec les
dispositions légales d'intérêt général en vigueur dans l'Etat membre d'accueil » Note 8 . La Caixa faisait
effectivement valoir qu'elle rémunère dans son pays d'origine les dépôts à vue qui lui sont confiés
et elle revendiquait la faculté de pratiquer de la même manière en France.
7. - L'application, en l'occurrence, du principe de la reconnaissance mutuelle se heurtait,
toutefois, à une difficulté. La Caixa est présente sur le marché français, non pas par une
succursale, mais par une filiale, donc un établissement de crédit exerçant son activité en vertu
d'un agrément délivré par les autorités françaises, sous le contrôle de ces autorités et en
conformité avec la réglementation française. On peut, il est vrai, faire valoir que l'article 43
précité du Traité place sur le même plan, au regard de la liberté d'établissement, les filiales et les
succursales et que le principe de la reconnaissance mutuelle, étroitement lié à la liberté

112
d'établissement, vaut dans les deux cas. La question est pourtant délicate et les précédents font
défaut Note 9 . De toute évidence, la Cour de Justice a préféré, sur ce terrain, se borner à une
affirmation de principe négative. Pour caractériser la restriction d'accès au marché bancaire
français résultant de l'interdiction de rémunérer les dépôts, elle a utilisé un raisonnement plus
factuel.
8. - L'arrêt constate que l'interdiction de rémunérer les dépôts «gêne les établissements de crédit,
filiales de sociétés étrangères, dans la collecte de capitaux auprès du public en les privant de la possibilité de
livrer, par une rémunération des comptes de dépôt à vue, une concurrence plus efficace aux établissements
de crédit traditionnellement implantés dans l'état membre d'établissement, dotés d'un réseau d'agence
étendus... ». À l'argument du gouvernement français selon lequel certains types de comptes à très
court terme ne sont pas visés par l'interdiction et qu'en conséquence la possibilité de concurrence
subsiste, la Cour répond que ces comptes n'assurent pas à leurs titulaires des services équivalents
à ceux des comptes à vue classiques. Il est encore observé que la restriction au développement de
l'activité des filiales de banques étrangères est d'autant plus sérieuse que la réception de dépôts
du public et l'octroi de crédits constituent l'activité de base des établissements de crédit selon
l'article 1er de la directive 2000/12.
9. - La Cour ayant ainsi constaté une entrave à la possibilité pour la Caixa de développer sa part
de marché en France par l'effet de la prohibition critiquée, il lui restait à s'assurer que cette
entrave n'était pas justifiée par des raisons impérieuses d'intérêt général. Sur ce point également
elle se livre à une analyse concrète qui lui permet de dire, même si les raisons données par le
gouvernement français ne sont pas par leur nature étrangères à l'intérêt public, que l'interdiction
de rémunérer les dépôts à vue ne peut bénéficier de l'exception d'intérêt général parce qu'elle
constitue un moyen disproportionné par rapport à l'objectif invoqué.
10.- Le gouvernement français avait fait valoir que la rémunération des comptes de dépôt
augmenterait les charges d'exploitation des banques qui devraient compenser cet avantage
consenti à la clientèle par une tarification de services actuellement gratuits, notamment l'usage
du chèque. Ainsi qu'il a été rappelé précédemment, le débat sur les intérêts créditeurs est associé
à la question sensible dite du « chèque payant ». L'arrêt souligne que la protection des
consommateurs est bien l'une des raisons d'intérêt public pouvant légitimer une mesure
restrictive. Mais encore faut-il que cette mesure soit proportionnée à l'objectif. L'arrêt, avec
sagesse et réalisme, énonce que même si le risque de majoration du prix de certains services
bancaires est réel, il existe pour y faire face des solutions moins brutales que celle appliquée en
France, par exemple permettre au consommateur de choisir entre plusieurs formules : un compte
rémunéré et des services payants ou un compte non rémunéré et un service de base gratuit. Cette
suggestion est ingénieuse. Il est permis d'ajouter que sa mise en œuvre stimulerait une
concurrence souvent jugée trop molle en France dans le domaine de la banque de détail. De cette
question la Commission consultative du secteur financier (C. monét. fin., art, L. 614-1) a d'ailleurs
été récemment saisie par le ministre de l'économie et des finances.
11. - La Cour ne se montre pas non plus convaincue de la nécessité de prohiber la rémunération
des dépôts à vue pour amener les épargnants à préférer les investissements à moyen et long
terme. Ici également, l'intérêt public n'est pas nié, mais la mesure est considérée, dans les
conditions économiques actuelles, comme allant au-delà de ce qui est nécessaire pour atteindre
l'objectif.
12. - La conclusion tirée par la Cour de Justice est nette. L'article 42 du Traité «s'oppose à la
réglementation d'un État membre qui interdit à un établissement de crédit, filiale d'une société d'un autre
État membre, de rémunérer les comptes de dépôt à vue libellés en euros, ouverts par les résidents du premier
État membre». Telle est la réponse donnée à la double question posée par le Conseil d'État.
II CONSÉQUENCES À TIRER PAR LA FRANCE DE L'ARRÊT DE LA CJCE
13. - La conséquence la plus directe et la plus évidente de l'arrêt de la Cour sera celle qu'en tirera
le Conseil d'État dans la procédure que la Commission bancaire a engagée contre CaixaBank
France. Compte tenu de la précision de la question posée et de la netteté de la réponse qui lui est
donnée, tant sur le principe que sur l'application de l'exception d'intérêt public, la Conseil d'Etat
ne dispose plus d'aucun pouvoir d'appréciation.

113
14. - Les conséquences à tirer de l'arrêt par le législateur français sont un peu moins évidentes.
Certes la presse n'a pas manqué d'affirmer que la Cour de Justice a mis fin à la non rémunération
des comptes à vue. La formule est un peu rapide et, d'un point de vue juridique, simplificatrice.
Ce qui est en cause, c'est évidemment la licéité d'une telle rémunération. Les banques resteront
libres de leur politique en la matière. Sous réserve de cette précision, une modification des textes
légaux et réglementaires prohibant les intérêts créditeurs sur les dépôts à vue est inévitable. Elle
l'est, non par un effet juridique direct de l'arrêt qui ne concerne que la filiale bancaire d'une
société dont le siège se trouve dans un autre Etat membre, mais simplement pour éviter que se
constitue une discrimination au préjudice des groupes bancaires français.
15. - Le législateur pourrait-il, en vue de limiter les conséquences de la rémunération des
comptes à vue dont il va devoir en fait accepter le principe, plafonner ces taux et, éventuellement,
maintenir le plafonnement existant pour les dépôts à terme court ? Une telle limitation de la
liberté de fixation des taux ne pourrait être utilement justifiée par la volonté d'encourager les
placements longs. La Cour de Justice, en effet, n'a pas considéré cette justification comme
suffisante Note 10 . On pourrait aussi faire valoir qu'en limitant la rémunération des dépôts, les
pouvoirs publics ont le souci de garantir l'équilibre de l'exploitation bancaire. Il est, cependant,
douteux que la mesure soit jugée nécessaire et proportionnée à un tel objectif. La solvabilité et la
liquidité des établissements de crédit est assurée par de stricts ratios de gestion, harmonisés dans
l'UE, et dont le respect est garanti par la supervision qu'exerce, en France, la Commission
bancaire. Ce dispositif n'a pas à être complété par des mesures nationales. Les pouvoirs de la
Commission bancaire et de la Banque de France qui assiste la Commission, sont d'ailleurs définis
en termes suffisamment larges pour leur permettre de réagir à toute pratique tarifaire téméraire
d'un ou plusieurs établissements qui pourrait les mettre en péril. L'article L.613-1 du Code
monétaire et financier confie à la Commission bancaire la mission d'examiner les conditions
d'exploitation des établissements de crédit et de veiller à la qualité de leur situation financière.
La formule est large. Il existe d'ailleurs un précédent. Constatant une tendance des banques à
consentir des prêts à des taux jugés faibles et potentiellement dangereux pour elles, compte tenu
des conditions du marché, le Gouverneur de la Banque de France a. il y a quelques années, publié
en sa qualité de président de la Commission bancaire une instruction de mise en garde Note 11 .
16. - Dans le cadre législatif nouveau qui va se constituer, les banques exerçant leur activité en
France vont être amenées à repenser leur politique tarifaire. À vrai dire, elles ont commencé à le
faire dans le domaine des commissions de services. La tâche entreprise va pouvoir et devoir
s'étendre à la rémunération des dépôts et à l'usage du chèque. Les décisions devront être
individuelles et non corporatives, à défaut de quoi elles tomberaient sous le coup des lois sur la
concurrence. Il est à souhaiter que les services bancaires de base demeurent accessibles à tous et
que les modifications tarifaires soient transparentes. Les exigences de la législation récente en
matière de transparence des tarifs ont d'ailleurs été assez bien intégrées dans la pratique des
banques.

Note 1 Aff. C-442/02 (reproduit ci-après en annexe).


Note 2 L. 2 août 1956 . art. 17 (C. monét fin., art. L312-3).- Déc.CNC n° 69-02 modifiée à plusieurs
reprises par Régi. CRBF. Différents types de comptes d'épargne bénéficient d'une dérogation.
Note 3 On sait que l'article L. 131-71 du Code monétaire et financier impose aux établissements de
crédit de délivrer gratuitement des formules de chèques mais ne leur interdit pas d'inclure dans leur
tarif une commission pour l'usage du chèque. Toutefois les tentatives faites en ce sens par certaines
banques ont tourné court à raison de la résistance de la clientèle.
Note 4 La loi espagnole admet le paiement d'intérêts sur les dépôts à vue comme celle des autres pays
membres de l'UE, exception faite de la loi grecque et de la loi française.
Note 5 Sur cette décision v. J. Stoufflet, commentaire dans la Chronique de Droit bancaire européen
et international : RD bancaire et financier nov.-déc.2002, p.335 : L.ldot, La rémunération des comptes
à vue et le droit communautaire : À propos de la décision de la Commission Bancaire du 16 avril
2002 : Petites affiches. 23 oct. 2002, n° 212. p. 11
Note 6 Gavalda et Stoufflet, Droit bancaire : Litec, 5e éd., n° 122
Note 7 Arrêt de Section n° 247209
Note 8 Sur la réserve des dispositions d'intérêt général de la législation du pays d'accueil v.infra n° 9

114
Note 9 V. à cet égard les doutes... et les regrets de l'avocat général W.Van Gerven, La deuxième
directive bancaire et la jurisprudence de la Cour de Justice : Rev.de la Banque (Bruxelles). 1,1 199
p.39
Note 10 V.supra n° 11
Note 11 Instr. n° 98-03 de la CB, Rev.Banque 1998 p.74 ; Gavalda et Stoufflet,
Chron.dr.bancaire, JCP E 1999 p. 758 n° 3

Doc. 17 : Cass. com, 18 février 2004, n° 01-12.123, Bull. civ. IV, n°38

Sur le moyen unique, pris en ses deux branches :

Attendu, selon l'arrêt attaqué, (Nîmes, 25 janvier 2001), que M. X..., commerçant, a conclu le 30
mars 1984 une convention de compte avec la banque Chaix (la banque) prévoyant que le compte
fonctionnerait aux conditions habituelles en la matière, le compte étant arrêté par trimestre ou
par année à la convenance de la banque et les intérêts capitalisés conformément aux usages
bancaires ; que par assignation du 17 novembre 1997, M. X... a demandé la restitution à la
banque de ce qu'il a estimé être trop perçu, à savoir la différence résultant entre le taux
contractuel et le taux légal des intérêts prélevés sur son compte ;

Attendu que M. X... fait grief à l'arrêt d'avoir rejeté sa demande alors, selon le moyen :

1 / qu'en matière de prêt d'argent l'indication du taux conventionnel sur les relevés de compte
bancaire ne saurait suppléer, même en l'absence de protestation de l'emprunteur, à l'exigence
d'un écrit mentionnant ce taux et valoir accord tacite sur le taux d'intérêt conventionnel
pratique, si bien qu'en jugeant que l'action en restitution du trop-perçu d'intérêts conventionnels
aurait soulevé nécessairement la question de la validité ou de la nullité de dispositions
contractuelles, et aurait été ainsi soumise à la prescription quinquennale de l'article 1304 du
Code civil, la cour d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision au regard des articles 1134
et 1907 du Code civil ;

2 / qu'à défaut d'indication du taux d'intérêt conventionnel dans la convention d'ouverture du


compte courant, le taux d'intérêt légal est applicable, si bien que la cour d'appel qui, tout en
constatant qu'aucun accord écrit n'avait été signé entre les parties sur un taux d'intérêt
conventionnel a jugé le titulaire du compte-courant prescrit en son action visant à faire
application dans le cadre des accords contractuels du taux d'intérêt légal applicable de par la loi,
et à demander restitution des intérêts conventionnels indûment débités, n'a pas justifié
légalement sa décision au regard des articles 1304 et 1907 du Code civil ;

Mais attendu que la reconnaissance de l'obligation de payer des intérêts conventionnels afférents
au solde débiteur d'un compte courant, peut, en l'absence d'indication dans la convention
d'ouverture de compte courant, résulter de la réception sans protestation ni réserve des relevés
de compte par l'emprunteur, dès lors que les taux de ces intérêts y sont indiqués ; que l'arrêt
retient qu'en demandant la condamnation de la banque à lui restituer la différence entre les
intérêts perçus à un taux contractuel et les intérêts calculés au taux légal, M. X... a soulevé
nécessairement la nullité des dispositions contractuelles concernant l'application des intérêts par
la banque et que cette action en nullité s'éteint si elle n'a pas été exercée pendant cinq ans à
compter de la connaissance de l'obligation de payer des intérêts conventionnels, connaissance
acquise par lui et non contestée par les parties dès le mois de décembre 1987 et dont il n'était pas
allégué que le taux aurait varié après cette date ; qu'en l'état de ces constatations et énonciations,
la cour d'appel a légalement justifié sa décision ; que le moyen n'est fondé en aucune de ses
branches ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi ;

115
Doc. 18 : Cass. com, 6 avril 1993, n° 90-21.198, Bull 1993 IV n°138

Attendu, selon l'arrêt critiqué, que les sociétés X..., Jean X..., Suren et Ambre (les sociétés), titulaires
de comptes courants dans les livres de la société Banco Exterior France (la banque), ont assigné
celle-ci en restitution d'agios ; que la banque a demandé reconventionnellement leur condamnation
au paiement des montants des soldes débiteurs de leurs comptes ;

Sur le second moyen : (sans intérêt) ;

Mais sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Vu l'article 1131 du Code civil ;

Attendu que les sociétés faisaient valoir que leur obligation de payer des intérêts était partiellement
dénuée de cause, dans la mesure où les sommes prises en considération pour le calcul de ceux-ci
étaient augmentées, sans fondement, par l'application de " dates de valeur " aux remises de chèques et
d'espèces ainsi qu'aux retraits ;

Attendu que, pour rejeter cette prétention, l'arrêt retient que la pratique, ainsi dénoncée, de la
banque, est justifiée par le fait " qu'une remise au crédit du compte, comme un retrait porté à son
débit, exige un certain délai pour l'encaissement ou le décaissement ", et que " la valeur d'un chèque
ne peut être portée au crédit d'un compte qu'après encaissement, lequel ne peut être instantané " ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors que les opérations litigieuses, autres que les remises de chèques en
vue de leur encaissement, n'impliquaient pas que, même pour le calcul des intérêts, les dates de crédit
ou de débit soient différées ou avancées, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu d'examiner les autres griefs :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a dit " que la société Banco Exterior France n'a
commis aucune faute en se livrant à la pratique des jours de valeur ", l'arrêt rendu le 3 octobre 1990,
entre les parties, par la cour d'appel d'Aix-en-Provence ; remet, en conséquence, quant à ce, la cause
et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie
devant la cour la cour d'appel de Lyon.

Doc. 19 : Cass. com, 17 janvier 2006, n°04-11.100, Bull 2006 IV n°11

Sur le moyen unique, pris en ses deux branches :

Vu l'article 1907 du Code civil, ensemble les articles L. 313-1, L.313-2, et R. 313-1 du Code de la
consommation :

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que M. X... a acquis un fonds de commerce au moyen d'un prêt
d'équipement consenti par le Crédit lyonnais (la banque), le 18 février 1994 ; que l'acte de prêt
mentionne un taux d'intérêt annuel de 9,78%, et un taux effectif global de 10,67 % ; que l'emprunteur
a cessé de régler les échéances de ce prêt à compter du mois de novembre 1997 ; que la banque l'a
alors poursuivi en paiement ; qu'il a contesté la validité de la stipulation de l'intérêt conventionnel au
motif que cet intérêt n'avait pas été appliqué à une année civile de trois cent soixante cinq jours, mais
à une année de trois cent soixante jours ;

Attendu que, pour se borner à ordonner la restitution des sommes trop perçues, l'arrêt retient que la
banque a seulement commis une erreur dans l'application du taux d'intérêt en calculant les intérêts
sur la base de 360 jours au lieu de l'année civile ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'elle avait constaté que la banque était redevable à son client
d'une somme de 235,55 euros perçue par elle au titre des intérêts calculés par référence à l'année
bancaire de 360 jours au lieu de l'avoir été par référence à l'année civile, ce dont il se déduisait que le

116
taux d'intérêt indiqué n'avait pas été effectivement appliqué de sorte que les exigences légales
relatives à l'indication préalable et par écrit du taux effectif global n'avaient pas été respectées, la cour
d'appel, qui n'a pas tiré les conséquences légales de ses constatations, a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS :


CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 29 avril 2003, entre les parties,
par la cour d'appel de Paris ;

Doc. 20 : Cass. com 24 mars 2009, n° 08-12.530, Bull 2009 IV n°44

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le second moyen :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Rouen, 6 décembre 2007), que la Bred banque populaire (la
banque) a consenti le 23 janvier 2004 à la société CCJL un prêt d'un montant de 440 000 euros,
les intérêts étant stipulés au taux nominal de 4,60 % calculés sur 360 jours, et le taux effectif
global (le TEG) mentionné dans l'acte étant de 4,69 % l'an ; qu'à la suite de l'ouverture de la
procédure collective de la société CCJL, Mme X... étant désignée successivement représentant
des créanciers puis liquidateur, la banque a déclaré sa créance qui a été contestée ;

Attendu que Mme X..., ès qualités, fait grief à l'arrêt d'avoir admis la créance de la banque pour
la somme de 403 312,56 euros à titre privilégié, avec les intérêts au taux conventionnel, alors,
selon le moyen :

1°/ que méconnaît les exigences légales relatives à l'indication préalable et par écrit du taux
effectif global et encourt à ce titre la déchéance du droit aux intérêts et l'application du taux
légal, la banque qui perçoit, au titre d'un prêt, des intérêts calculés par référence à l'année
bancaire de 360 jours au lieu de l'année civile ; qu'ayant constaté que le taux effectif global
appliqué par la banque intégrait le taux conventionnel calculé sur une base de 360 jours, la cour
d'appel, en statuant comme elle a fait, n'a pas tiré les conséquences légales de ses constatations,
en violation de l'article 1907 du code civil, ensemble les articles L. 313-1, L. 313-2 et R. 313-1 du
code de la consommation ;

2°/ qu'en ne recherchant pas, comme elle y était invitée, si le préjudice de la société emprunteuse
n'était pas constitué par le fait que le montant des intérêts calculés sur 360 jours n'était pas
nécessairement plus élevé que celui qui aurait dû être appliqué, calculé sur 365 ou 366 jours
selon les années, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard de l'article 1907 du
code civil, ensemble les articles L. 313-1, L. 313-2 et R. 313-1 du code de la consommation ;

Mais attendu que, si le TEG doit être calculé sur la base de l'année civile, rien n'interdit aux
parties de convenir d'un taux d'intérêt conventionnel calculé sur une autre base ; qu'ayant relevé
qu'il était expressément mentionné dans l'acte de prêt que les intérêts conventionnels seront
calculés sur la base de 360 jours, l'arrêt retient, à bon droit, que ces modalités, qui ont été
librement convenues entre les parties, ne peuvent être remises en cause ; qu'ainsi, la cour d'appel,
qui n'avait pas à procéder à la recherche visée par la seconde branche, que ses constatations
rendaient inopérante, a légalement justifié sa décision ; que le moyen n'est pas fondé ;

Et attendu que le premier moyen ne serait pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi ;

Doc. 21 : Cass. Com, 14 avril 1975, n° 74-10.651, n°98

117
SUR LE MOYEN UNIQUE :
ATTENDU QU'IL EST REPROCHE A L'ARRET ATTAQUE (PARIS, 16 NOVEMBRE 1973)
D'AVOIR DEBOUTE LES AYANTS DROIT DE DEJOUX, TITULAIRE A LA BANQUE
HERVET DE DEUX COMPTES COURANTS PRESENTANT A SON DECES, L'UN N° 0036,
UN SOLDE DEBITEUR, L'AUTRE N° 0037, UN SOLDE CREDITEUR, DE LEUR DEMANDE
EN REMBOURSEMENT PAR LA BANQUE DU MONTANT DES AGIOS CALCULES SUR LE
SOLDE DU COMPTE 0036, ALORS, SELON LE POURVOI, QUE LES TERMES CLAIRS ET
PRECIS DES DIVERS ACTES ET DOCUMENTS REPRIS PAR L'ARRET ET EMANANT DE
LA BANQUE IMPLIQUENT QUE LES DEUX COMPTES FONCTIONNAIENT
SOLIDAIREMENT, L'UN COUVRANT L'AUTRE, DE SORTE QUE, SEUL LE SOLDE
COMPENSE DEVAIT ETRE RETENU POUR APPRECIER LA POSITION DU TITULAIRE
DES COMPTES, QU'AINSI LA COUR D'APPEL A DENATURE LES TERMES DU CONTRAT
QUI N'APPELAIT AUCUNE INTERPRETATION ET QU'ETAIT ETABLIE LA SOLIDARITE
DES COMPTES, LES AUTRES ENONCIATIONS DE L'ARRET ETANT SANS PERTINENCE
;

MAIS ATTENDU QUE L'ARRET CONSTATE QUE DEJOUX ET LA BANQUE N'AVAIENT


CONCLU AUCUN ACCORD EXPLICITE SPECIAL AU SUJET DES DEUX COMPTES
LITIGIEUX ;

QU'IL RELEVE QUE, SI, DANS UNE LETTRE ENVOYEE LE 25 JANVIER 1968 AU
NOTAIRE CHARGE DE LIQUIDER LA SUCCESSION DE DEJOUX, DECEDE LE 25 AOUT
1967, LA BANQUE A ECRIT QUE LES DEUX COMPTES "FONCTIONNAIENT
SOLIDAIREMENT L'UN POUVANT ETRE COUVERT PAR L'AUTRE", ET SI LE MOT
"SOLIDAIRE" FIGURE SUR LE RELEVE DE COMPTE ARRETE A LA MEME DATE, CE
TERME NE PEUT AVOIR, S'AGISSANT DU MEME TITULAIRE POUR LES DEUX
COMPTES, AUCUNE SIGNIFICATION JURIDIQUE, ET QU'IL RETIENT QUE
L'INTENTION DES PARTIES N'A PAS ETE D'ETABLIR DE LIENS ENTRE LES COMPTES,
LA BANQUE, POUR SA PART, AYANT SEULEMENT VOULU DIRE DANS LESDITS
DOCUMENTS, ECRITS APRES LA MORT DE DEJOUX, QUE PAR L'EFFET DE CE DECES
LES DEUX COMPTES COURANTS ONT ETE CLOTURES, ET QUE LES DEUX SOLDES,
L'UN POSITIF, L'AUTRE NEGATIF, ONT ALORS ETE COMPENSES SANS QUE CELA
IMPLIQUE L'EXISTENCE D'UNE CONVENTION PREALABLE EN CE SENS ET LES
HERITIERS DEJOUX AYANT, DE LEUR COTE, COMMENCE PAR DEMANDER DANS
LEUR ASSIGNATION DU 19 JUIN 1970 QUE LES COMPTES LITIGIEUX SOIENT
CONSIDERES COMME INDEPENDANTS POUR S'OPPOSER A LA COMPENSATION
PRECITEE, ET SE CONTREDISANT ENSUITE POUR PRETENDRE QU'UNE
CONVENTION AURAIT FIXE CERTAINS LIENS ENTRE CES COMPTES ;

QU'IL DECLAIRE QU'EN L'ABSENCE DE TOUTE CONVENTION, LA REGLE EST QUE


LES DIVERS COMPTES COURANTS OUVERTS AU NOM DE LA MEME PERSONNE PAR
LA MEME BANQUE SONT INDEPENDANTS, SANS QUE LE FAIT QUE LES COMPTES
AIENT ETE CLOTURES LE MEME JOUR SOIT DE NATURE A Y FAIRE ECHEC ;

QUE PAR CES MOTIFS, LA COUR D'APPEL N'A FAIT QU'USER DE SON POUVOIR
D'APPRECIER LES ELEMENTS DE PREUVE QUI LUI ETAIENT SOUMIS POUR DIRE
QU'IL N'Y A PAS EU DE CONVENTION SPECIALE ENTRE LES PARTIES, ET POUR
DETERMINER, EN CETTE ABSENCE, LE CONTENU ET LA PORTEE DES USAGES
APPLICABLES AUXDITS COMPTES ;

QUE LE MOYEN EST DONC SANS FONDEMENT ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 16


NOVEMBRE 1973 PAR LA COUR D'APPEL DE PARIS.

Doc. 22 : Cass. Com, 28 septembre 2004, n°01-16.986, Bull 2004 IV n°166

118
AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE,


a rendu l'arrêt suivant :

Statuant tant sur le pourvoi principal formé par la Société générale que sur le pourvoi incident formé
par la société CED Viandes :

Attendu, selon l'arrêt confirmatif attaqué, qu'à la suite d'une saisie que la société CED Viandes avait
fait pratiquer entre ses mains, le 3 septembre 1990, au préjudice de la banque irakienne Rafidain
Bank, la Société générale a déclaré que sa correspondante lui restait redevable d'une somme de 34
726 505,51 francs représentant le montant compensé des soldes de dix-sept "comptes" internes,
débiteurs à l'exception de trois d'entre eux ; que la société CED Viandes a contesté cette déclaration
en faisant valoir que ces dix-sept "comptes" étant juridiquement autonomes, la Société générale
n'était pas fondée, en l'absence de convention, à procéder à la compensation de leurs soldes respectifs
et qu'en outre, il résultait d'un procès verbal de l'administration des Douanes que le montant
créditeur du compte tenu en dollars américains était sous-estimé ; qu'après avoir accueilli pour partie
cette argumentation, la cour d'appel a condamné la Société générale à payer à la société CED Viandes
le montant cumulé des soldes créditeurs, tels qu'ils avaient été déclarés ;

Sur le second moyen du pourvoi principal, pris en ses quatre branches :

Attendu que la Société générale fait grief à l'arrêt d'avoir ainsi statué, alors, selon le moyen :

1 ) que la compensation suppose, d'après l'article 1291 du Code civil, que les créances réciproques
soient certaines, fongibles, liquides et exigibles ; qu'en s'abstenant de rechercher, comme il avait été
soutenu, si l'embargo en vigueur depuis l'arrêté du 4 août 1990 n'avait pas eu pour effet d'empêcher
les comptes bancaires litigieux de fonctionner conformément à la volonté des correspondants, toute
possibilité de remises réciproques se trouvant désormais interdite, et si ces comptes n'en avaient pas
été nécessairement clôturés, leurs soldes constituant dès lors des créances certaines, liquides et
exigibles, la cour d'appel a entaché sa décision de base légale au regard du texte susvisé ;

2 ) qu'en se bornant à suggérer en termes vagues que l'existence de sommes libellées en devises
différentes était de nature à empêcher leur compensation, sans examiner concrètement si la
convertibilité de ces devises ne les rendait pas fongibles au sens de l'article 1291 du Code civil, la
cour d'appel, par adoption de motif, a encore entaché sa décision d'un défaut de base légale au regard
de ce texte ;

3 ) qu'en vertu de l'article 1290 du Code civil, la compensation légale s'opère de plein droit par la
seule force de la loi, même à l'insu des débiteurs, dès l'instant que ses conditions se trouvent réunies ;
qu'il s'ensuit, que la date à laquelle la compensation légale a été spécialement invoquée par l'un des
débiteurs réciproques est sans influence sur l'opposabilité de cette exception au saisissant ; qu'en
fondant l'inopposabilité à la société CED Viandes de l'exception de compensation légale sur
l'incapacité de la banque de rapporter un document ayant date certaine, qui aurait constaté cette
compensation antérieurement à la saisie, et sur le fait qu'elle avait continué de servir des intérêts sur
les comptes litigieux, la cour d'appel, par adoption de motif, a violé le texte susvisé ;

4 ) qu'en tout état de cause, une saisie diligentée à l'initiative d'un tiers ne saurait priver l'un des
contractants de son droit d'invoquer la compensation lorsque les créances et des dettes réciproques
sont unies par un lien de connexité ; qu'en s'abstenant de rechercher si les mouvements retracés dans
les divers comptes litigieux ne se rattachaient pas à des opérations de crédit identiques ou connexes,
et notamment de crédit documentaire ainsi qu'il avait été soutenu, la cour d'appel a privé sa décision
de base légale au regard de l'article 1290 du Code civil ;

Mais attendu que la Société générale n'ayant jamais démontré que les "comptes" ouverts dans ses
livres au nom de la Rafidain Bank auraient été effectivement clôturés avant les opérations de saisie, la

119
cour d'appel, qui n'avait pas à procéder aux recherches évoquées par les première, deuxième et
quatrième branches, dès lors dépourvues d'incidence sur la solution du litige, a, abstraction faite du
motif erroné mais surabondant, critiqué par la troisième branche, justifié sa décision ; que le moyen
n'est fondé en aucune de ses branches ;

Mais sur le premier moyen du pourvoi principal, pris en sa première branche :

Vu l'article 1134 du Code civil ;

Attendu que pour statuer comme il a fait, l'arrêt, après avoir relevé que, contrairement à ce qui était
soutenu, les seize comptes litigieux n'avaient pas été ouverts pour y loger des créances litigieuses qui
ne se retrouvaient pas dans le compte d'origine, retient, par motifs propres, que si la Société générale
ne justifie que de l'ouverture d'un seul compte à l'initiative de la Rafidain Bank, elle établit par la
production de ses relevés que les dix-sept "comptes" avaient fonctionné de manière autonome,
générant des intérêts comptabilisés sur les soldes créditeurs indépendamment des soldes débiteurs,
ne donnant jamais lieu à l'établissement d'un solde global sauf pour les besoins de la déclaration
affirmative et, par motifs adoptés, qu'il était impossible de compenser des comptes libellés en dollars
américains ou en deutsch marks avec des comptes en francs ;

Attendu qu'en se déterminant ainsi alors que l'unité d'un compte n'est incompatible ni avec
l'existence de chapitres libellés en devises étrangères dès lors que, celles-ci étant convertibles, une
balance peut être calculée à chaque établissement de solde, ni avec l'existence d'intérêts différenciés
selon les opérations auxquels ils se rapportent, ni avec l'établissement de relevés séparés pendant le
cours du fonctionnement de ce compte, sans rechercher si, les comptes litigieux avaient ou non
permis de recevoir ou d'opérer des règlements entre les parties ce dont elle aurait alors pu déduire
qu'ils avaient une existence contractuelle et qu'ils n'étaient pas seulement, comme il était prétendu, de
simples cadres comptables ou comptes d'ordre dont les débits n'entraînaient aucun paiement, la cour
d'appel a privé sa décision de base légale ;

Et sur le moyen unique du pourvoi incident :

Vu l'article 336-1 du Code des douanes ;

Attendu que pour limiter la condamnation de la banque au titre des avoirs détenus par elle, pour le
compte de la Rafidain Bank, sur le compte 75 090 139, à la somme de 6 316,04 USD, l'arrêt retient
que compte tenu de son caractère succinct et du fait qu'il n'avait pas donné lieu à poursuites et à
condamnation, le procès verbal des douanes dont il ressortait que d'après les états trimestriels
adressés par la Société générale à la Banque de France, le montant de ces avoirs s'établissait, au 30
juin 1990, à la somme de 345 078 USD, n'établissait pas l'inexactitude de la déclaration affirmative de
la banque ;

Attendu qu'en statuant ainsi sans que la Société générale ait justifié ni expliqué la disparité dénoncée
par la société CED Viandes, alors que les procès verbaux de douanes, lorsqu'ils sont, comme en
l'espèce, rédigés par deux agents des Douanes, sont, en raison de la qualité de ceux, qui en apposant
leur signature, en authentifient les constatations et énonciations, des actes publics et authentiques
faisant foi jusqu'à inscription de faux, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 13 novembre 2001, entre les
parties, par la cour d'appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles
se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Versailles ;

Fait masse des dépens et les met par moitié à la charge de la Société générale et de la société CED
Viandes ;

Vu l'article 700 du nouveau Code de procédure civile, rejette la demande de la société CED Viandes ;

120
Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de Cassation, le présent arrêt sera
transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Chambre commerciale, financière et économique, et
prononcé par le président en son audience publique du vingt-huit septembre deux mille quatre.

Doc. 23 : Cass. com, 13 novembre 1973, n°70-14374 71-10.478, n°325

SUR LE MOYEN UNIQUE DU POURVOI 70-14 374, QUI EST PREALABLE :

ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A L'ARRET ATTAQUE D'AVOIR DECLARE QUE
L'AGENT JUDICIAIRE DU TRESOR AVAIT ETE, A JUSTE TITRE, MIS EN CAUSE ET
QUE LA CONDAMNATION PRONONCEE CONTRE LE PERCEPTEUR DE SAINT-CLAUDE
LUI ETAIT OPPOSABLE, ALORS QUE, SELON LE POURVOI, LE LITIGE OPPOSANT LE
CONTRIBUABLE AU PERCEPTEUR ETANT FONDE SUR LA PRETENDUE
IRREGULARITE D'UNE OPPOSITION A TIERS-DETENTEUR PRATIQUEE SUR UN
COMPTE-COURANT POUR LE RECOUVREMENT DE CONTRIBUTIONS DIRECTES, LA
CAUSE DE L'ACTION N'ETAIT PAS ETRANGERE A L'IMPOT, CE QUI IMPLIQUAIT LA
COMPETENCE DU COMPTABLE AUTEUR DES POURSUITES LITIGIEUSES ET NON DE
L'AGENT JUDICIAIRE DU TRESOR POUR DEFENDRE A L'ACTION EN
RESPONSABILITE FONDEE SUR UN ACTE DE POURSUITES ;
MAIS ATTENDU QU'APRES AVOIR RETENU QUE L'ACTION INTENTEE PAR BAPTISTA
ETAIT ETRANGERE AU PRINCIPE ET AU MONTANT DE LA DETTE D'IMPOT NON
CONTESTEE, MAIS TENDAIT UNIQUEMENT A FAIRE DECLARER L'ETAT DEBITEUR
DE DOMMAGES-INTERETS EN RAISON DE LA FAUTE DE SERVICE QU'AURAIT
COMMISE UN FONCTIONNAIRE DE L'ADMINISTRATION DES FINANCES DANS UNE
PROCEDURE D'EXECUTION, LA COUR D'APPEL A PU EN DEDUIRE QUE LA MISE EN
CAUSE DE L'AGENT JUDICIAIRE DU TRESOR SUR UNE TELLE ACTION ETAIT
JUSTIFIEE ;
QUE LE MOYEN N'EST PAS FONDE ;

MAIS SUR LE MOYEN UNIQUE DU POURVOI N° 71-10 478, PRIS EN SA PREMIERE


BRANCHE : VU L'ARTICLE 2093 DU CODE CIVIL ET L'ARTICLE 1922 DU CODE
GENERAL DES IMPOTS ;
ATTENDU QU'ESTIMANT QU'EN RAISON DE L'INDIVISIBILITE DES OPERATIONS
D'UN COMPTE-COURANT, AUCUN SOLDE NE PEUT ETRE DEGAGE AVANT LA
CLOTURE FINALE DU COMPTE ET QUE, TANT QUE CELUI-CI N'EST PAS
DEFINITIVEMENT ARRETE, AUCUN CREANCIER N'A LE DROIT DE PRATIQUER
SAISIE SUR UN SOLDE PROVISOIRE, LA COUR D'APPEL A CONSIDERE QUE LE
PERCEPTEUR DE SAINT-CLAUDE, QUI POURSUIVAIT LE RECOUVREMENT D'IMPOTS,
AVAIT COMMIS UNE FAUTE EN DEMANDANT A LA BANQUE DE LA GUADELOUPE,
PAR VOIE D'AVIS A TIERS DETENTEUR, LE VERSEMENT DES DISPONIBILITES DU
COMPTE-COURANT DONT BAPTISTA ETAIT TITULAIRE DANS CET ETABLISSEMENT
;

ATTENDU, CEPENDANT, QUE LA CREANCE, OBJET DE LA PROCEDURE


D'EXECUTION LITIGIEUSE, ETAIT RECOUVRABLE SUR L'ENSEMBLE DU
PATRIMOINE DE BAPTISTA ET QUE, FAISANT PARTIE DUDIT PATRIMOINE, LE
SOLDE PROVISOIRE DU COMPTE-COURANT, AU JOUR OU LE PERCEPTEUR A
NOTIFIE SA DEMANDE A LA BANQUE, NE POUVAIT ETRE DISTRAIT DU GAGE
GENERAL DU TRESOR ;
QU'IL SUIT DE LA QU'EN SE REFUSANT A RECHERCHER QUELLES ETAIENT LES
DISPONIBILITES DU COMPTE DE BAPTISTA LORS DE L'OPPOSITION DU
PERCEPTEUR ET EN DECLARANT FAUTIVE UNE TELLE OPPOSITION, LA COUR
D'APPEL N'A PAS LEGALEMENT JUSTIFIE SA DECISION ;
PAR CES MOTIFS : SUR LE POURVOI N° 70-14 374, REJETTE ;

121
SUR LE POURVOI N° 71-10 478, ET SANS QU'IL SOIT BESOIN D'EXAMINER LA SECONDE
BRANCHE DU MOYEN UNIQUE : CASSE ET ANNULE L'ARRET RENDU LE 29 JUIN 1970
ENTRE LES PARTIES, PAR LA COUR D'APPEL DE BASSE-TERRE ;

REMET, EN CONSEQUENCE, LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE


ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES
RENVOIE DEVANT LA COUR D'APPEL DE FORT-DE-FRANCE.

Doc. 24 : Art. L. 162-1 CPCE

Lorsque la saisie est pratiquée entre les mains d'un établissement habilité par la loi à tenir des
comptes de dépôt, celui-ci est tenu de déclarer le solde du ou des comptes du débiteur au jour de la
saisie.
Dans le délai de quinze jours ouvrables qui suit la saisie et pendant lequel les sommes laissées au
compte sont indisponibles, ce solde peut être affecté à l'avantage ou au préjudice du saisissant par les
opérations suivantes dès lors qu'il est prouvé que leur date est antérieure à la saisie :
1° Au crédit : les remises faites antérieurement, en vue de leur encaissement, de chèques ou d'effets de
commerce, non encore portées au compte ;
2° Au débit :
a) L'imputation des chèques remis à l'encaissement ou portés au crédit du compte antérieurement à la
saisie et revenus impayés ;
b) Les retraits par billetterie effectués antérieurement à la saisie et les paiements par carte, dès lors
que leurs bénéficiaires ont été effectivement crédités antérieurement à la saisie.
Par dérogation aux dispositions prévues au deuxième alinéa, les effets de commerce remis à
l'escompte et non payés à leur présentation ou à leur échéance lorsqu'elle est postérieure à la saisie
peuvent être contrepassés dans le délai d'un mois qui suit la saisie.
Le solde saisi attribué n'est diminué par ces éventuelles opérations de débit et de crédit que dans la
mesure où leur résultat cumulé est négatif et supérieur aux sommes non frappées par la saisie au jour
de leur règlement.

CLÔTURE DU COMPTE
Doc. 25 : Art. L. 312-1 III al.3 et L. 312-1 al.6 CMF

Art. L. 312-1 III al.3 CMF

III. – En cas de refus de la part de l'établissement choisi d'ouvrir un tel compte à l'une des personnes
mentionnées au I, celle-ci peut saisir la Banque de France afin qu'elle lui désigne un établissement de
crédit situé à proximité de son domicile ou d'un autre lieu de son choix, en prenant en considération
les parts de marché de chaque établissement concerné, dans un délai d'un jour ouvré à compter de la
réception des pièces requises définies par arrêté.
L'établissement de crédit qui a refusé l'ouverture d'un compte remet systématiquement, gratuitement
et sans délai, au demandeur une attestation de refus d'ouverture de compte et l'informe qu'il peut
demander à la Banque de France de lui désigner un établissement de crédit pour lui ouvrir un
compte.
Il lui propose, s'il s'agit d'une personne physique, d'agir en son nom et pour son compte en
transmettant la demande de désignation d'un établissement de crédit à la Banque de France ainsi que
les informations requises pour l'ouverture du compte. A la demande d'une personne physique, le
département, la caisse d'allocations familiales, le centre communal ou intercommunal d'action sociale
dont cette personne dépend, une association ou une fondation à but non lucratif dont l'objet est
d'accompagner les personnes en difficulté ou de défendre les intérêts des familles ou une association
de consommateurs agréée peut également transmettre en son nom et pour son compte la demande de
désignation et les pièces requises à la Banque de France. Un décret détermine les conditions dans
lesquelles les associations et fondations peuvent agir sur le fondement du présent alinéa.
Les établissements de crédit ainsi désignés par la Banque de France sont tenus d'offrir au titulaire du
compte des services bancaires de base dont le contenu et les conditions tarifaires sont précisés par

122
décret. Ils procèdent à l'ouverture du compte de dépôt dans les trois jours ouvrés à compter de la
réception de l'ensemble des pièces qui lui sont nécessaires à cet effet.
L'Association française des établissements de crédit et des entreprises d'investissement, mentionnée à
l'article L. 511-29, adopte une charte d'accessibilité bancaire afin de renforcer l'effectivité du droit au
compte. Cette charte précise les délais et les modalités de transmission, par les établissements de
crédit à la Banque de France, des informations requises pour l'ouverture d'un compte. Elle définit les
documents d'information que les établissements de crédit doivent mettre à disposition de la clientèle
et les actions de formation qu'ils doivent réaliser. Elle fixe un modèle d'attestation de refus
d'ouverture de compte.
La charte d'accessibilité bancaire, homologuée par arrêté du ministre chargé de l'économie, après avis
du comité consultatif du secteur financier et du comité consultatif de la législation et de la
réglementation financières, est applicable à tout établissement de crédit. Le contrôle du respect de la
charte est assuré par l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution et relève de la procédure
prévue à l'article L. 612-31.
L. 312-1 al.6 CMF

Sous réserve du respect des dispositions du chapitre Ier du titre VI du livre V, l'établissement
procède à l'ouverture du compte de dépôt demandée par les personnes mentionnées au premier alinéa
du présent II au plus tard dans les six jours ouvrés à compter de la réception de l'ensemble des pièces
qui lui sont nécessaires à cet effet.

Doc. 26 : Cass. com, 8 décembre 1987, n°87-11501, Bull 1987 IV, n°266

Attendu qu'il résulte de l'arrêt infirmatif attaqué que la société Stratimme Cappello disposait d'un
compte courant ouvert dans les livres de la Banque nationale de Paris (BNP) et bénéficiait, dans le
cadre du fonctionnement de ce compte, d'un plafond d'escompte et d'un découvert dont les montants
étaient déterminés, qu'elle a été mise en redressement judiciaire avec M. X... pour administrateur, que
ce dernier a informé la BNP qu'usant de la faculté que lui offrait l'article 37, alinéa 1er, de la loi du 25
janvier 1985, il optait pour la poursuite de la convention de compte courant, que la banque lui a
répondu qu'elle considérait que le compte courant avait été clôturé de plein droit par l'effet du
redressement judiciaire, que la société Stratimme Cappello et l'administrateur ont assigné la BNP
devant le tribunal qui avait ouvert la procédure pour qu'il ordonne que soient continués la
convention de compte courant ainsi que le plafond d'escompte et le découvert contractuellement
fixés, et que les premiers juges ont accueilli cette demande ; .

Sur le premier moyen, pris en ses première et quatrième branches :

Vu les articles 1er et 37, alinéas 1er et 5, de la loi du 25 janvier 1985 ;

Attendu que l'administrateur d'un redressement judiciaire a la faculté d'exiger l'exécution des
contrats en cours lors du prononcé de ce redressement judiciaire sans qu'il puisse être fait de
distinction selon que les contrats ont été ou non conclus en considération de la personne ; qu'il en
résulte que l'administrateur doit, lorsqu'il le demande, obtenir la continuation, pendant la période
d'observation, des conventions de compte courant, d'ouverture de crédits, de découvert ou
d'autorisation d'escomptes en cours au jour du jugement de redressement judiciaire, sauf pour
l'établissement financier à bénéficier des dispositions de l'article 40 de la loi du 25 janvier 1985 et, s'il
y a lieu, de celle du deuxième alinéa de l'article 60 de la loi du 24 janvier 1984 ;

Attendu que pour décider que M. X... ne pouvait exiger le maintien de la convention de compte
courant et des concours financiers antérieurement accordés par la BNP, la cour d'appel s'est fondée
sur ce que ces conventions et concours avaient été consentis par la banque à la société Stratimme
Cappello en considération de la personne de son client et, spécialement, de la confiance qu'il lui
inspirait, après avoir énoncé, à tort, que le mécanisme de règlement simplifié et de garantie propre au

123
compte courant s'opposait à la continuation de celui-ci et empêchait que l'on puisse tirer un solde
provisoire et le déclarer ;

Attendu cependant qu'en statuant ainsi, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres branches et moyens :

CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 30 janvier 1987, entre les parties,
par la cour d'appel d'Amiens ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se
trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Lyon

Doc. 27 : Cass. Com, 17 mars 1981, n°79-13.733, n°142

SUR LE PREMIER MOYEN :


VU L'ARTICLE 1147 DU CODE CIVIL ;

ATTENDU QUE, SELON L'ARRET INFIRMATIF ATTAQUE, DAME X..., TITULAIRE A LA


BANQUE SOCIETE MARSEILLAISE DE CREDIT (LA BANQUE) D'UN COMPTE COURANT
DEVENU DEBITEUR, A REMIS A LADITE BANQUE A PLUSIEURS REPRISES DES BONS
DE CAISSE DONT LE MONTANT A ATTEINT SENSIBLEMENT EN JANVIER 1973 LE
DECOUVERT DE SON COMPTE ; QUE LA BANQUE SANS INSTRUCTIONS DE SA
CLIENTE, A RENOUVELE CES BONS DE CAISSE A LEUR ECHEANCE ET, LE 31 JUILLET
1974, LES A PORTES AU CREDIT DE SON COMPTE COURANT, MAIS QUE CELUI-CI
PRESENTANT ENCORE UN SOLDE DEBITEUR DE 21 664,21 FRANCS AU 31 DECEMBRE
1975, ELLE A ASSIGNE DAME X... QUI REFUSAIT DE REMBOURSER CETTE SOMME ;

ATTENDU QUE POUR CONDAMNER DAME X... A PAYER CELLE-CI, LA COUR D'APPEL
RETIENT QU'ELLE N'A PU CROIRE SOLDER SON COMPTE COURANT PAR LA REMISE
DES BONS DE CAISSE ET QU'ELLE ETAIT TITULAIRE SIMULTANEMENT D'UN
COMPTE COURANT DEBITEUR QUI LUI A VALU DES AGIOS DE PLUS EN PLUS
ELEVES, ET DES BONS DE CAISSE QUI LUI RAPPORTAIENT UN INTERET TRES
LARGEMENT INFERIEUR ; QU'ELLE ENONCE CEPENDANT QUE LE SEUL REPROCHE
QUE DAME X... PUISSE FAIRE A SON BANQUIER, FORMULE DEJA DANS UNE LETTRE
QU'ELLE LUI ADRESSAIT LE 22 SEPTEMBRE 1974, EST D'AVOIR NEGLIGE DES LEURS
ECHEANCES, DE PORTER AU CREDIT DE SON COMPTE COURANT LE MONTANT DE
CES BONS, ET DE LES AVOIR REMPLACES, SANS QUE LA CAUSE DE CETTE
INITIATIVE SOIT CONNUE, PAR DE NOUVEAUX BONS ; ATTENDU QU'EN RETENANT
QUE LA BANQUE A REMPLACE, SANS ORDRE DE SA CLIENTE, LES BONS DE CAISSE
VENUS A ECHEANCE PAR DE NOUVEAUX BONS A ECHEANCE PLUS LOINTAINE, SANS
RECHERCHER SI, EN AGISSANT AINSI DE SA PROPRE INITIATIVE, LA BANQUE
N'AVAIT PAS COMMIS UNE FAUTE AYANT PU CAUSER UN PREJUDICE A DAME X...,
LA COUR D'APPEL N'A PAS DONNE DE BASE LEGALE A SA DECISION ;

ET SUR LE SECOND MOYEN :

VU L'ARTICLE 1134 DU CODE CIVIL ;

ATTENDU QUE LA COUR D'APPEL A CONDAMNE DAME X... A PAYER A LA BANQUE,


SUR LE SOLDE DEBITEUR DE SON COMPTE COURANT CLOTURE, DES INTERETS AU
TAUX DE 17,50 %, TAUX IDENTIQUE A CELUI PRATIQUE LORS DU
FONCTIONNEMENT DU COMPTE ; ATTENDU QU'EN STATUANT AINSI, ALORS QUE
LE TAUX CONVENTIONNEL DES INTERETS PREND FIN AVEC LE CONTRAT DU
COMPTE COURANT SAUF STIPULATION CONTRAIRE, SANS RECHERCHER SI UN
NOUVEL ACCORD ETAIT INTERVENU ENTRE DAME X... ET LA BANQUE POUR
APPLIQUER CE MEME TAUX D'INTERET AU SOLDE DEBITEUR SUBSISTANT APRES

124
LA CLOTURE DU COMPTE, LA COUR D'APPEL N'A PAS DERECHEF DONNE DE BASE
LEGALE A SA DECISION ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, EN SON ENTIER, L'ARRET RENDU ENTRE LES PARTIES LE 22


FEVRIER 1979 PAR LA COUR D'APPEL D'AIX-EN-PROVENCE ; REMET, EN
CONSEQUENCE, LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE ETAT OU
ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES RENVOIE
DEVANT LA COUR D'APPEL DE NIMES.

125
Séance n° 5
LE COMPTE :
COMPTE DE DÉPÔT ET COMPTE COURANT (II)

INTRODUCTION

Doc. 1 : A. Prüm « De la distinction entre compte de dépôt et compte courant » RD banc. fin. 2003
53.

LE COMPTE DE DÉPÔT

Ouverture et fonctionnement

Doc. 2 : Art. L. 351-1 al. 1er CMF


Doc. 3 : Art. L. 312-1-6 CMF
Doc. 4 : Cass. Civ 1ère 8 janvier 2009 n°06-17.630
Doc. 5 : Cass. Civ 1ère 28 mai 2009, n°08-15.802, Bull civ. I 2009 n°110
Doc. 6 : Art. 1316-4 C. civ
Doc. 7 : CE 14 septembre 2014 n°381183

Solde du compte

Doc. 8 : Art 1736 IV-1 du CGI


Doc. 9 : Cass. Com 9 février 2010 n°09-12-853
Doc. 10 : Art. 1939 C. civ.
Doc. 11 : Art. L. 312-35 du Code de la consommation

LE COMPTE COURANT

La caractérisation du compte courant

Doc. 12 : Cass. Com 8 juillet 1997 n°97-15.540


Doc. 13 : Cass. Com 5 octobre 2004 n°01-12.435
Doc. 14 : Cass. Com 6 décembre 2011 n°10-24.852
Doc. 15 : Cass. Com 23 mars 1993 n°91-13.256
Doc. 16 : Cass. Com 17 décembre 1991, n°90-12144, Bull 1991 IV n°389
Doc. 17 : Cass. Com 9 janvier 2001, n°97-13236, Bull 2001 IV n°1
Doc. 18 : Cass. Com 26 mai 1999 n°96-19.937
Doc. 19 : Cass. Com 9 avril 2002 n°99. 11.066
Doc. 20 : Cass. Civ. 1ere 6 janvier 2011 n°09-70.651
Doc. 21 : Cass. Civ 8 janvier 2009 n°06-17.630

Les effets du compte courant


Doc. 22 : Cass. Com 6 février 1996, n°93-19601, Bull IV n°34
Doc. 23 : Cass. Com 13 novembre 1973, n° 70-14374 71-10478, Bull n°325
Doc. 24 : Cass. Civ 1ère 9 février 1988, n°86-11557, Bull 1988 I n°34
Doc. 25 : Cass. Com. 22 mai 1991, n°89-19697, Bull 1991 IV n°168

Exercice : commentaire d’arrêt : Cass. Civ 1ère, 28 mai 2009 (doc. 5)

126
INTRODUCTION

Doc. 1 : A. Prüm « De la distinction entre compte de dépôt et compte courant » RD banc. fin.
2003 53.

La loi MURCEF changetelle la donne ?

Les comptes bancaires de dépôt, encore appelés comptes ordinaires ou comptes chèques ne
bénéficient pas d'un régime juridique aussi clairement établi que celui qui gouverne les comptes
courants. Forgé par des usages séculaires, ce dernier a fait l'objet d'une analyse minutieuse alors que
les règles régissant les comptes de dépôt sont le plus souvent déduites par simple différence avec
celles dégagées pour les comptes courants. Tout en reconnaissant qu'en pratique les uns et les autres
fonctionnent selon un mode opératoire similaire, l'on se contente ainsi d'observer que les comptes de
dépôts échappent au principe de généralité ainsi qu'à l'exigence de réciprocité des remises,
symptomatiques des comptes courants.

Pour autant, la Cour de cassation s'abstient d'étendre pleinement aux comptes de dépôt la principale
caractéristique des comptes courants, à savoir l'effet de règlement automatique attaché à l'entrée en
compte d'une remise (R. Bonhomme, Proposition d'analyse de l'effet de règlement des comptes bancaires :
Petites affiches, 21 juin 2001, p. 4). Soucieuse de protéger les clients non commerçants, n'atelle pas
refusé d'admettre, d'une part, que le solde débiteur d'un compte de dépôt génère de plein droit des
intérêts au profit de la banque (Cass. 1reciv., 4 déc. 1990, Wlambi : Banque 1991, p. 324, obs. RivesLange)
et, d'autre part, que la convention d'intérêts susceptible d'être conclue entre la banque et son client
puisse déroger aux règles de l'anatocisme posées par l'article 1154 du Code civil (Cass. 1reciv., 4 déc.
1990, Bonnet : Banque 1991, p. 428, obs. RivesLange). Comme l'a observé ajuste titre le professeur
RivesLange, l'une et l'autre solutions, loin d'être confinées au régime des intérêts débiteurs,
remettent directement en cause l'effet novatoire de l'inscription en compte de dépôt d'une créance de
la banque puisqu'une telle créance ne se trouve désormais éteinte qu'à condition de pouvoir être
compensée avec un solde créditeur et, à défaut, avec la créance que le client tire d'une éventuelle
autorisation de découvert (Cass. avis, 9 oct. 1992 : Bull, civ, avis n° 1 ; JCP E 1993, I, 302, n° 9, obs.
Gavalda et Stoufflet).

La doctrine a critiqué l'entorse portée de la sorte à l'effet de règlement automatique des remises
effectuées dans un compte en banque en estimant qu'il n'y avait pas lieu de distinguer à ce propos
entre les comptes de dépôt et les comptes courants et, surtout, qu'il paraissait difficilement
soutenable de soumettre le payement des créances de la banque à des conditions différentes de celles
qui s'appliquent aux créances du client alors que les unes comme les autres entrent de la même
manière dans le compte (Th. Bonneau, Droit bancaire, Montchrestien, 4e éd., 2001, n° 351). L'on doit
effectivement regretter que le désir (excessif ?) manifesté par la première chambre civile de la Cour
de cassation de ménager les intérêts des clients, à l'occasion des deux affaires citées, l'ai conduit à
priver la convention de compte de dépôt d'un effet essentiel.

La conception réductrice des comptes de dépôt retenue par la haute juridiction n'est sans doute pas
étrangère aux tentatives doctrinales récentes de les assimiler aux comptes courants. Fort d'une
pratique qui reconnaît de plus en plus souvent aux comptes de dépôt une amplitude comparable à
celle des comptes courants tout en plaçant le banquier en position de créancier, organisant par la
même la réciprocité des remises, certains n'hésitent pas à considérer que « les comptes de dépôt ou de
chèques sont des comptes courants qui ne disent pas leur nom alors même qu'ils en présentent les caractères et que
ces caractères correspondent bien à la volonté des parties » (F.J. Crédot et Y Gérard, RD bancaire et de la
bourse, 1991, p. 142) en même temps que d'autres mettent en avant la très large identité de régime
pour dénoncer l'inopportunité d'une distinction fondée sur des critères trop incertains (J.L Rives-
Lange et M. Contamine Raynaud, Droit bancaire, 6e éd., n° 277 ; D.R. Martin, De l'idée de compte :

127
Mélanges AEDBF, p. 285 ; Th. Bonneau, op. cit., n° 353 et 354 ; J. Belot, Compte de dépôt et compte courant
en matière bancaire : RJ com. 1985, p. 41 ; 1. TroucheDoerflinger, La distinction entre compte de dépôt et
compte courant : Petites affiches, 12 juin 1998, p. 4).

Ce souhait peutil toujours être exhaussé depuis la loi du 11 décembre 2001 portant mesures urgentes
de réformes à caractère économique et financier qui introduit une nouvelle différence entre les
régimes des comptes de dépôt et des comptes courants ? Mû par le même souci consumériste que la
Cour de cassation, le législateur est venu, en effet, soumettre les premiers à un ensemble de
conditions formelles parmi lesquelles la fameuse exigence d'une convention écrite, dont le contenu
doit toujours être précisé par un règlement d'application (C. monét. fin., art. L 31211, même si le
gouvernement a renoncé provisoirement à prendre ce règlemen en se contentant d'une charte
professionnelle). Après la disparition de l'intérêt fiscal attaché à la distinction entre les comptes
courants et les comptes de dépôt, celle ci se trouve ainsi restaurée légalement sur un autre plan. Vu le
caractère relativement contraignant du nouveau formalisme applicable aux comptes de dépôt, il ne
fait aucun doute que les banques se garderont dorénavant de les confondre avec les comptes courants.

Leur différenciation sera d'ailleurs d'autant plus aisée qu'elle pourra s'appuyer sur des critères
objectifs plutôt que sur l'analyse de l'intention des parties, critère favorisée par la doctrine (M.
Cabrillac et JL Rives Lange, Rép. com. Dalloz, V° Dépôt et compte en banque, n° 79).

Selon la Charte relative aux conventions de compte de dépôt, adoptée par la Fédération Bancaire
Française, au mois de janvier de cette année (reproduite dans cette revue 2003, p. 9 et commentée par J.
Soufflet, p. 122), la notion de compte de dépôt, tel que visée par l'article L. 31211 du Code monétaire
et financier, doit être comprise comme s'étendant aux seuls « comptes de dépôt à vue et aux comptes
courants postaux ouvert par des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels », à
l'exception des comptes soumis à une réglementation particulière. Bien qu'il ne s'agisse pas là à
proprement parler d'une définition officielle, puisqu'émanant seulement d'une organisation
professionnelle, il convient d'observer que la Charte reprend sur ce point littéralement l'article 1er du
projet d'arrêté portant application de l'article L. 31211 du Code monétaire et financier préparé par le
ministère de l'économie, des finances et de l'industrie à la suite des recommandations du comité
consultatif institué à l'article L. 6146 du même code (Rapport du comité consultatif pour l'exercice 2001-
2002, p. 119). Le projet d'arrêté ajoute seulement que le compte en question « a vocation à fonctionner
en position créditrice ».

Le critère proposé a le mérite de la simplicité, mais ne l'estil pas excessivement ? La loi du 11


décembre 2001 n'opère à ce propos aucune discrimination entre personnes physiques et personnes
morales, pas plus qu'elle n'exclut expressément de son champ d'application les comptes à terme. L'on
voit difficilement comment un règlement d'application et, a fortiori, une charte professionnelle,
peuvent venir restreindre dans ces conditions la portée des nouvelles exigences formelles par une
définition (trop ?) étroite du compte de dépôt.

Le souhait de la communauté bancaire de contenir autant que possible les contraintes impliquées par
l'article L. 312 11 du Code monétaire et financier aux seuls comptes ordinaires ouverts à des
particuliers n'agissant pas à des fins professionnelles est révélateur de l'enjeu que la loi du 11
décembre 2001 attache à la distinction entre les comptes de dépôt et les comptes courants.
Paradoxalement, elle pourrait bien avoir pour effet indirect de rapprocher leurs régimes respectifs.
Obligées de préciser par une convention écrite les modalités de fonctionnement de chaque compte de
dépôt, les banques ne serontelles pas incitées à se ménager à cette occasion les mêmes garanties que
celles offertes par un compte courant ? Elles devraient ainsi, sans difficulté, pouvoir convenir avec
leurs clients que chaque remise affectée au compte se trouve réglée de façon automatique et
indépendamment du solde. Les effets malencontreux de la position de la première chambre civile de
la Cour de cassation, évoquée cidessus, se trouveraient ainsi évités. Au surplus, de nombreux clients
ne devraient pas voir d'inconvénient d'accepter le principe de la généralité de leur compte de dépôt,
surtout lorsqu'ils sont assortis d'une autorisation de découvert. Certes, cette affectation générale
n'aura pas le même intérêt pour le banquier que celle consentie par un commerçant qui perçoit sur
son compte courant tous les paiements reçus de ses clients ; elle lui permettra cependant
d'enregistrer sur le compte les revenus réguliers de son titulaire.

128
Une telle évolution ne laisserait subsister, en définitive, entre les comptes de dépôt et les comptes
courants qu'une différence essentiellement formelle mais éviterait l'inconvénient d'une disparité
injustifiée au niveau de l'effet de règlement des remises en compte. Espérons que la pratique saisira
l'occasion d'opérer ce rapprochement.

LE COMPTE DE DÉPÔT

Doc. 2 : Art. L. 351-1 al. 1er CMF

« Est puni d'une amende fiscale de 75 euros le fait de méconnaître l'une des obligations mentionnées
aux deuxième, quatrième, cinquième et huitième alinéas du I de l'article L. 312-1-1 et, lorsque le
client est une personne physique agissant pour des besoins non professionnels, à l'article L. 314-12 et
au II de l'article L. 314-13. Cette amende est prononcée et recouvrée suivant les règles applicables à
la taxe sur la valeur ajoutée. Le contentieux est suivi par l'administration qui a constaté l'infraction. »

Doc. 3 : Art. L. 312-1-6 CMF

« La gestion d'un compte de dépôt pour les personnes physiques agissant pour des besoins
professionnels est réglée par une convention écrite entre le client et son établissement de crédit.
Les principales stipulations que cette convention de compte doit comporter, notamment les modalités
d'accès à la médiation, sont précisées par un arrêté du ministre chargé de l'économie. »

Doc. 4 : Cass. Civ 1ère 8 janvier 2009 n°06-17.630

LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Attendu que l'association UFC Que Choisir a, sur le fondement de l'article L. 421-6 du code de la
consommation, introduit contre le Crédit lyonnais une action en suppression de clauses contenues dans
la convention de compte de dépôt et dans le guide tarifaire proposés, en 2003, aux clients de la banque
; que l'arrêt attaqué, qui examine ces clauses contenues dans les documents contractuels, tels que
proposés aux clients dans leur version de 2005, accueille l'action pour certaines clauses mais la rejette
pour d'autres ;

Sur le douzième moyen, tel qu'il figure dans le mémoire en demande et est annexé au présent arrêt :

Attendu qu'ayant constaté que le Crédit lyonnais avait versé aux débats la convention de compte de
dépôt dans sa version d'octobre 2005 et l'édition du guide tarifaire de juillet 2005, la cour d'appel, qui a
examiné les clauses contenues dans ces documents contractuels, substitués, au jour où elle statuait, à
ceux antérieurement proposés aux consommateurs, a, à bon droit, rejeté la demande de l'association
UFC Que Choisir en ce qu'elle tendait à voir déclarer abusive la clause 1.5 § 2 qui ne figurait plus dans
la nouvelle version de la convention ; que le moyen ne peut être accueilli ;

Sur le deuxième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure dans le mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que, contrairement à ce qu'affirme le moyen, les clauses, prévoyant respectivement que les
relevés de compte remis ou transmis par voie informatique font preuve des opérations et écritures
qu'ils comportent et que la preuve de la remise d'espèces ou de chèques dans les automates, qui ne
vérifient pas le montant du dépôt mentionné par le client, résulte d'un inventaire ultérieur effectué par
la banque, réservent, sans altérer le pouvoir souverain d'appréciation du juge, la possibilité pour le
titulaire du compte d'apporter, sans en inverser la charge, la preuve de la réalité des opérations, des
ordres ou des dépôts ; que le moyen n'est fondé en aucune de ses branches ;

129
Sur le troisième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure au mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que, d'abord, ayant retenu que, si le code confidentiel d'accès aux services de consultation et
de gestion de compte à distance par internet, audiotel ou minitel permettait de consulter le solde des
comptes, d'effectuer des virements entre comptes du même client et de réaliser des opérations
bancaires et sur titres, il n'était pas pour autant le code secret d'une carte bancaire, la cour d'appel, qui
n'avait pas à se livrer à la recherche prétendument omise dès lors que les dispositions de l'article L.
132-4 du code monétaire et financier, relatives aux cartes de paiement, se trouvaient sans application,
a légalement justifié sa décision d'écarter le caractère illicite de la clause selon laquelle le Crédit
lyonnais n'assumait pas la responsabilité des conséquences d'un usage abusif ou frauduleux du code
confidentiel ; qu'ensuite, ayant, par motifs propres et adoptés, relevé que cette clause, contenue dans
des stipulations destinées à mettre en garde le client sur les mesures de sécurité élémentaires qu'il doit
prendre concernant son code personnel pour en assurer la confidentialité et en prévenir la divulgation,
et retenu, en conséquence, qu'elle visait l'utilisation abusive ou frauduleuse par un tiers en possession
du code personnel du fait de la négligence de ce client ou par ce dernier, la cour d'appel a légalement
justifié sa décision d'écarter le caractère abusif de ladite clause qui n'avait pas pour objet ni pour effet
d'exonérer la banque de sa responsabilité en cas de faute de sa part ; que le moyen ne peut être
accueilli ;

Sur le quatrième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure au mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que l'arrêt retient, à bon droit, que la clause, prévoyant que les carnets de chèques sont retirés
au guichet de l'agence ou envoyés par courrier recommandé aux frais du client, soit sur instruction de
celui-ci, soit en l'absence de retrait dans un délai de six semaines, ne méconnaît pas les dispositions de
l'article L. 131-71 du code monétaire et financier selon lesquelles les formules de chèques sont mises
gratuitement à la disposition du titulaire du compte, ni ne présente un caractère abusif, dès lors que les
chéquiers peuvent être effectivement retirés sans frais au guichet de l'agence pendant un délai
suffisamment long et que leur renouvellement, répondant au besoin du client, implique légitimement
que celui-ci assume les frais d'envoi lorsque, informé de la mise à disposition à l'agence, il n'a pas cru
devoir profiter de leur délivrance gratuite dans le délai suffisant dont il dispose ; que le moyen n'est
pas fondé ;

Sur le septième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure au mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que l'arrêt écarte, à bon droit, le caractère illicite et abusif de la clause stipulant que "certaines
opérations, rares ou spécifiques, ne figurent pas sur le guide tarifaire des principales opérations et qu'il
appartient au client de s'informer de leurs conditions financières auprès de son agence", dès lors que
les qualificatifs attribués aux opérations concernées en délimitent suffisamment la nature et le domaine
en dehors des opérations envisagées par l'article 2 de l'arrêté du 8 mars 2005 et que l'information
dispensée au client sur sa demande et avant leur réalisation est de nature à prévenir tout déséquilibre
au détriment de ce dernier ; que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le huitième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure au mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que, d'abord, l'association UFC Que Choisir, qui a soutenu, devant la cour d'appel, que "si le
législateur a accordé une dérogation au principe de l'intangibilité des contrats synallagmatiques , en
faveur des banquiers, par l'article L. 312-1-1 du code monétaire et financier, c'est seulement pour "tout
projet de modification du tarif ..."... Dès lors, pour toute modification autre que celle du tarif des
produits et services, la clause est bien illicite", n'est pas recevable à fonder un grief sur une position
contraire en invoquant l'illicéité de la clause en ce qu'elle engloberait l'évolution des conditions

130
tarifaires ; qu'ensuite, la cour d'appel a exactement écarté le caractère abusif de la clause prévoyant que
"les services entrant dans la gestion d'un compte de dépôts et les conditions de la convention sont
susceptibles d'évoluer notamment pour les adapter aux besoins de la clientèle et aux évolutions
financières ou techniques ainsi qu'aux mesures d'ordre législatif ou réglementaire. Nous en
informerons la clientèle .. La poursuite de la relation de compte ou l'absence de manifestation écrite
d'un désaccord vaudra acceptation de votre part", dès lors que ladite clause réservait la possibilité pour
le client de contester la modification et de mettre fin à la convention ; que le moyen ne peut être
accueilli ;

Sur le neuvième moyen, tel qu'il figure au mémoire en demande et est annexé au présent arrêt :

Attendu que, l'association UFC Que Choisir s'étant bornée à invoquer l'interdiction de toute
prospection commerciale à partir de données personnelles communiquées sans l'accord préalable du
consommateur, la cour d'appel n'était pas tenue de procéder à la recherche, prétendument omise,
relative à la possibilité pour le titulaire du compte de s'opposer à la diffusion de ses données
personnelles, qui ne lui était pas demandée, d'autant qu'il s'infère de l'arrêt, relevant que l'édition
d'octobre 2005 de la convention de compte de dépôt stipulait que le client autorisait la banque à
partager les données le concernant, que celui-ci avait la faculté de ne pas donner son autorisation ; que,
dès lors, elle a légalement justifié sa décision ;

Sur le dixième moyen, tel qu'il figure au mémoire en demande et est annexé au présent arrêt :

Attendu que la cour d'appel a exactement écarté le caractère abusif de la clause selon laquelle le Crédit
lyonnais s'autorisait à refuser les chèques émis sur des formules non conformes aux normes en usage
dans la profession et prévoyait une commission pour le traitement de pareils chèques, dès lors qu'une
telle clause, destinée à permettre un traitement rationalisé des formules de chèques normalisées au lieu
d'un traitement individualisé de formules singulières nécessairement plus long et plus onéreux, ne crée
aucun avantage au profit de la banque ni aucun désavantage au détriment du consommateur qui
bénéficie de la délivrance gratuite des chéquiers et d'une facilité d'utilisation, et, partant, n'a pas pour
effet de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties ; que le moyen n'est
pas fondé ;

Et sur les cinquième et sixième moyens, tel qu'ils figurent au mémoire en demande et sont annexés au
présent arrêt :

Attendu que ces moyens ne seraient pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;

Mais, sur le premier moyen :

Vu l'article L. 132-1 du code de la consommation ;

Attendu que, pour déclarer non abusive la clause prévoyant "qu'à l'expiration d'un délai de trois mois à
compter de la date d'édition d'un relevé de compte les écritures et opérations mentionnées sur celui-ci
seront considérées comme approuvées", l'arrêt retient que le principe de l'acceptation tacite du client
invité à formuler des observations dans le délai raisonnable de trois mois n'est pas illicite puisqu'aucun
texte ne l'interdit, que le délai de trois mois permet au client de prendre connaissance de manière
approfondie de toutes les opérations, et qu'en outre il n'interdit pas, après son expiration, une
éventuelle action en responsabilité contractuelle en cas de faute ou d'erreur manifeste ;

Attendu, cependant, qu'une telle clause, qui postule l'approbation des écritures et opérations à
l'expiration du délai prévu, est de nature à susciter ou entretenir la conviction du titulaire du compte
qu'il se trouve privé de la possibilité de les contester, alors même qu'il n'aurait pu en connaître
l'inexactitude qu'au-delà du délai, et, partant, a pour objet et pour effet d'entraver l'exercice par le
consommateur de son droit d'agir en justice, de sorte qu'elle est abusive ; qu'en statuant comme elle l'a
fait, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

131
Et sur le onzième moyen :

Vu l'article L. 132-1 du code de la consommation ;

Attendu que pour écarter le caractère abusif de la clause stipulant que "le compte de dépôt fonctionne
comme un compte courant par lequel les créances et les dettes forment un solde de compte seul
exigible", l'arrêt retient qu'il n'existe pas de définition légale ou réglementaire du compte de dépôt et
du compte courant, que la clause litigieuse n'entraîne pas de confusion entre les deux notions
puisqu'elle précise que le compte de dépôt fonctionne selon les règles du compte courant et que le
mécanisme de fonctionnement du compte courant est simple et accessible à un entendement normal et
est, en outre, conventionnellement prévu ;

Qu'en se déterminant ainsi quand l'assimilation du compte de dépôt au compte courant, non conforme
à la réalité du fonctionnement du premier, normalement mouvementé uniquement par des versements
ou des retraits dans la limite du disponible, permet à la banque d'éluder les obligations posées par
l'article L. 312-1 du code monétaire et financier, concernant les services liés à l'ouverture d'un compte
de dépôt et la notification par écrit de la décision motivée de clore un tel compte, de sorte que la clause
litigieuse, qui a pour effet de limiter de façon inappropriée les droits légaux du consommateur vis-à-
vis du professionnel, crée ainsi un déséquilibre entre les droits et obligations des parties, la cour
d'appel a violé le texte susvisé ;

Et attendu qu'en application de l'article 627, alinéa 2, du code de procédure civile, la Cour de cassation
est en mesure, en cassant sans renvoi, de mettre fin au litige, par application de la règle de droit
appropriée ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a rejeté la demande de suppression des clauses 2.1 §
3 et 1.1 § 1 de la convention de compte de dépôt, en sa version d'octobre 2005, proposée par le Crédit
lyonnais, l'arrêt rendu le 11 mai 2006, entre les parties, par la cour d'appel de Lyon ;

DIT n'y avoir lieu à renvoi ;

Déclare abusives les dites clauses ;

Dit, en conséquence, qu'elles sont réputées non écrites ;

Condamne le Crédit lyonnais aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile, rejette la demande du Crédit lyonnais ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis
pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt partiellement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, première chambre civile, et prononcé par le président en son
audience publique du huit janvier deux mille neuf.

Doc. 5 : Cass. Civ 1ère 28 mai 2009, n°08-15.802, Bull civ. I 2009 n°110

132
LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Attendu que l'association Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) a, sur le fondement de
l'article L. 421-6 du code de la consommation, introduit contre la Société générale une action en
suppression de clauses contenues dans la convention de compte de dépôt proposée, en 2006-2007,
aux clients de la banque ; que le GIE Groupement des cartes bancaires-CB est intervenu à l'instance ;
que l'arrêt attaqué accueille l'action pour certaines clauses mais la rejette pour d'autres ;

Sur le moyen unique du pourvoi principal du GIE :

Attendu que le GIE Groupement des cartes bancaires-CB fait grief à l'arrêt de déclarer abusive la
clause III.1.b sur le retrait, le blocage ou la demande de restitution de la carte bancaire, alors, selon le
moyen, que :

l'usage d'une carte bancaire est un mode de paiement et non l'octroi d'un crédit ; que le titulaire d'une
carte bancaire peut effectuer certains paiements opposables à la banque au-delà des capacités
financières de son compte et du crédit octroyé ; que la banque doit en ce cas honorer ces paiements
même en l'absence de provision ; que la clause permettant à la banque le retrait, le blocage ou la
demande de restitution sans préavis de la carte n'est donc pas abusive dans la mesure où elle a pour
objet de prévenir pendant la durée du préavis l'utilisation de la carte au-delà des capacités financières
du compte et la création d'un solde débiteur non autorisé ; qu'en statuant comme elle l'a fait, la cour
d'appel aurait violé l'article R. 132-2 du code de la consommation ;

Mais attendu que, indépendamment de l'énonciation erronée relative à l'assimilation de l'usage d'une
carte bancaire à l'octroi d'un crédit, l'arrêt retient, à bon droit, que la clause litigieuse, qui, sans être
limitée à la situation d'une utilisation excédant les prévisions contractuelles des parties et susceptible
d'emporter la garantie de la banque, prévoit, de manière générale, que "la Société générale peut, à
tout moment, retirer, faire retirer ou bloquer l'usage de la carte ou ne pas la renouveler. Sa décision
de retrait est notifiée au titulaire de la carte et/ou du compte. Le titulaire de la carte doit restituer
celle-ci à première demande de la Société générale", réserve au professionnel le droit de modifier
unilatéralement, sans préavis, les conditions d'utilisation de la carte, et contrevient ainsi aux
dispositions de l'article R. 132-2 du code de la consommation ; que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le premier moyen du pourvoi incident de l'association CLCV :

Attendu que l'association CLCV fait grief à l'arrêt d'avoir dit que la nouvelle version de la clause III.1
"moyens de paiement liés au compte courant - chéquiers", relative à la restitution du chéquier, n'était
pas abusive, alors, selon le moyen, que :

1°/ dans les contrats conclus entre professionnels et non professionnels ou consommateurs, sont
abusives les clauses qui ont pour objet ou pour effet de créer, au détriment du non professionnel ou
du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au contrat ;
que tel est le cas d'une clause permettant au professionnel de résilier le contrat sans préavis et sans
condition et de cesser ainsi de fournir la prestation prévue ; qu'en écartant cependant le caractère
abusif de la clause d'une convention de compte courant prévoyant que la banque peut, à tout moment
et sans préavis, demander au titulaire du compte la restitution du chéquier en sa possession, sans
aucune précision relative aux hypothèses justifiant cette restitution, la cour d'appel aurait violé
l'article R. 132-2 du code de la consommation, ensemble l'article L. 132-1 du même code ;

2°/ en toute hypothèse, dans les contrats conclus entre professionnels et non professionnels ou
consommateurs, sont abusives les clauses qui ont pour objet ou pour effet de créer, au détriment du
non professionnel ou du consommateur, un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des
parties au contrat ; que tel est le cas de la clause d'une convention de compte courant, qui, prévoyant
que la banque peut, à tout moment et sans préavis, demander au titulaire du compte la restitution du
chéquier en sa possession, sans aucune précision relative aux hypothèses justifiant cette restitution,
n'informe pas le client des hypothèses dans lesquelles son chéquier peut lui être retiré ; qu'en écartant

133
cependant le caractère abusif d'une telle clause, la cour d'appel aurait violé l'article L. 132-1 du code
de la consommation ;

Mais attendu que la clause selon laquelle "la Société générale peut à tout moment, en motivant sa
décision, demander au(x) titulaire(s) du compte et/ou à son (leur) mandataire, la restitution du
chéquier en sa (leur) possession par courrier adressé au(x) client(s) ou au mandataire au domicile
indiqué par lui (eux) à la Société générale", qui, ainsi, prévoit la motivation de la demande de
restitution du chéquier justifiant les raisons et l'urgence de cette mesure et, partant, met le
consommateur en mesure d'en contester le bien fondé, prévient suffisamment tout arbitraire et ne
crée aucun déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au détriment du
consommateur ; que, dès lors, l'arrêt qui retient que cette clause n'est pas abusive n'encourt pas les
griefs du moyen ;

Mais, sur le second moyen du pourvoi incident de l'association CLCV, pris en sa seconde branche :

Vu l'article L. 132-1 du code de la consommation et le point 1.b de l'annexe à cet article ;

Attendu que pour déclarer non abusive la nouvelle version de la clause VI.3.a, selon laquelle "cette
convention peut, par ailleurs, évoluer et nécessiter certaines modifications substantielles. Dans ce cas,
et sauf conditions particulières prévues pour certains services, la Société générale avertira
périodiquement les titulaires des comptes des modifications apportées à la convention par lettre
circulaire ou par tout autre document d'information. Chaque titulaire (ou co-titulaire) disposera d'un
délai de trois mois (sauf délai spécifique prévu pour les cartes bancaires Société générale) à compter
de la notification de la modification pour refuser celle-ci et dénoncer la convention par lettre
recommandée adressée à l'agence concernée ou par lettre signée et remise à son guichet. En l'absence
de dénonciation par le (ou les) titulaire(s) dans le délai susvisé, la (ou les) modification(s) sera (seront)
considérée(s) à son (leur) égard comme définitivement approuvée(s) à l'issue de ce délai", l'arrêt
retient qu'elle ne crée pas de déséquilibre en ce qu'elle prévoit l'information par l'envoi d'une lettre
circulaire qui est un moyen fiable permettant d'informer la clientèle et laisse un délai de réflexion de
trois mois suffisant pour prendre connaissance de la modification et pour la refuser ;

Qu'en se déterminant ainsi, alors qu'une telle clause, qui se borne à prévoir l'information par voie de
circulaire de modifications substantielles apportées à la convention, sans que le client ait été prévenu
à l'avance et ainsi mis en mesure, avant leur application, de les apprécier pour ensuite mettre
pertinemment en oeuvre, dans le délai fixé, son droit de les refuser, limite de façon inappropriée les
droits légaux du consommateur de dénoncer la convention et, partant, a pour effet de créer un
déséquilibre significatif entre les droits et obligations des parties au détriment du consommateur, la
cour d'appel a violé les dispositions susvisées ;

Et attendu qu'en application de l'article 627, alinéa 2, du code de procédure civile, la Cour de
cassation est en mesure, en cassant sans renvoi, de mettre fin au litige, par application de la règle de
droit appropriée ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur la première branche du second moyen du
pourvoi incident :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a dit que la nouvelle version de la clause VI.3.a -
"modifications des conditions des opérations", n'était pas abusive et a rejeté la demande de
suppression de ladite clause de la convention de compte courant proposée par la Société générale,
l'arrêt rendu le 3 avril 2008 entre les parties par la cour d'appel de Paris ;

Dit n'y avoir lieu à renvoi ;

Déclare abusive la dite clause ; dit, en conséquence, qu'elle est réputée non écrite ;

Condamne le Groupement des cartes bancaires aux dépens ;

134
Vu l'article 700 du code de procédure civile, condamne le GIE Groupement des cartes bancaires - CB
à payer à l'association Consommation, logement et cadre de vie la somme de 2 000 euros ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera
transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt partiellement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, première chambre civile, et prononcé par le président en
son audience publique du vingt-huit mai deux mille neuf.

Doc. 6 : Art. 1316-4 C. civ

“La signature nécessaire à la perfection d'un acte juridique identifie celui qui l'appose. Elle manifeste
le consentement des parties aux obligations qui découlent de cet acte. Quand elle est apposée par un
officier public, elle confère l'authenticité à l'acte.

Lorsqu'elle est électronique, elle consiste en l'usage d'un procédé fiable d'identification garantissant
son lien avec l'acte auquel elle s'attache. La fiabilité de ce procédé est présumée, jusqu'à preuve
contraire, lorsque la signature électronique est créée, l'identité du signataire assurée et l'intégrité de
l'acte garantie, dans des conditions fixées par décret en Conseil d'Etat.”

Doc. 7 : CE 14 septembre 2014 n°381183

Vu l'ordonnance n° 1407240/2-1 du 10 juin 2014, enregistrée le 12 juin 2014 au secrétariat du


contentieux du Conseil d'Etat, par laquelle le tribunal administratif de Paris, avant de statuer sur la
demande de la société BNP Paribas tendant à l'annulation pour excès de pouvoir de la décision du
directeur de la Banque de France du 10 février 2014 la désignant comme établissement bancaire
chargé d'ouvrir un compte au bénéfice de la SCI Lamartine, a décidé, par application des dispositions
de l'article 23-2 de l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 portant loi organique sur le Conseil
constitutionnel, de transmettre au Conseil d'Etat la question de la conformité aux droits et libertés
garantis par la Constitution de l'article L. 312-1 du code monétaire et financier ;

Vu le mémoire, enregistré le 2 mai 2014 au greffe du tribunal administratif de Paris, présenté pour la
société BNP Paribas, dont le siège est au 16 boulevard des Italiens à Paris (75009), représentée par
ses représentants légaux en exercice, en application de l'article 23-1 de l'ordonnance n° 58-1067 du 7
novembre 1958 ;

Vu :

- les autres pièces du dossier ;

- la Constitution, notamment son Préambule et son article 61-1 ;

- l'ordonnance n° 58-1067 du 7 novembre 1958 ;

- le code monétaire et financier, notamment son article L. 312-1 ;

- le code de justice administrative ;

Après avoir entendu en séance publique :

- le rapport de Mme Sophie-Justine Lieber, maître des requêtes,

- les conclusions de M. Xavier de Lesquen, rapporteur public ;

La parole ayant été donnée, avant et après les conclusions, à la SCP Piwnica, Molinié, avocat de la
société BNP Paribas.

135
1. Considérant qu'il résulte des dispositions de l'article 23-4 de l'ordonnance du 7 novembre 1958
portant loi organique sur le Conseil constitutionnel que, lorsqu'une juridiction relevant du Conseil
d'État lui a transmis, en application de l'article 23-2 de cette même ordonnance, la question de la
conformité aux droits et libertés garantis par la Constitution d'une disposition législative, le Conseil
constitutionnel est saisi de cette question de constitutionnalité à la triple condition que la disposition
contestée soit applicable au litige ou à la procédure, qu'elle n'ait pas déjà été déclarée conforme à la
Constitution dans les motifs et le dispositif d'une décision du Conseil constitutionnel, sauf
changements de circonstances, et que la question soit nouvelle ou présente un caractère sérieux ;

2. Considérant qu'aux termes de l'article L. 312-1 du code monétaire et financier : " Toute personne
physique ou morale domiciliée..., dépourvue d'un compte de dépôt, a droit à l'ouverture d'un tel
compte dans l'établissement de crédit de son choix. Toute personne physique de nationalité française
résidant hors de France, dépourvue d'un compte de dépôt, bénéficie également du droit à l'ouverture
d'un tel compte dans l'établissement de crédit de son choix. / L'ouverture d'un tel compte intervient
après remise auprès de l'établissement de crédit d'une déclaration sur l'honneur attestant le fait que le
demandeur ne dispose d'aucun compte. En cas de refus de la part de l'établissement choisi, la
personne peut saisir la Banque de France afin qu'elle lui désigne un établissement de crédit situé à
proximité de son domicile ou d'un autre lieu de son choix, en prenant en considération les parts de
marché de chaque établissement concerné, dans un délai d'un jour ouvré à compter de la réception
des pièces requises définies par arrêté. L'établissement de crédit ainsi désigné par la Banque de
France procède à l'ouverture du compte dans les trois jours ouvrés à compter de la réception de
l'ensemble des pièces qui lui sont nécessaires pour procéder à cette ouverture. L'établissement de
crédit qui a refusé l'ouverture d'un compte remet systématiquement et sans délai au demandeur une
attestation de refus d'ouverture de compte et informe le demandeur que celui-ci peut demander à la
Banque de France de lui désigner un établissement de crédit pour lui ouvrir un compte. (...) Les
établissements de crédit ainsi désignés par la Banque de France sont tenus d'offrir au titulaire du
compte des services bancaires de base dont le contenu et les conditions tarifaires sont précisés par
décret. / Toute décision de clôture de compte à l'initiative de l'établissement de crédit désigné par la
Banque de France doit faire l'objet d'une notification écrite et motivée adressée au client et à la
Banque de France pour information. Un délai minimum de deux mois doit être consenti
obligatoirement au titulaire du compte (...) " ;

3. Considérant que la société BNP Paribas, qui conteste la décision du 10 février 2014 par laquelle la
Banque de France, sur le fondement de ces dispositions, a désigné l'une de ses agences pour ouvrir un
compte à la SCI Lamartine, soutient, en premier lieu, que les dispositions de l'article L. 312-1 du code
monétaire et financier méconnaissent la liberté contractuelle découlant de l'article 4 de la Déclaration
des droits de l'homme et du citoyen, en ce qu'elles prescrivent à l'établissement de crédit désigné par
la Banque de France d'ouvrir un compte et de fournir des services à toute personne dépourvue d'un
compte de dépôt en France s'étant vu opposer un premier refus d'ouverture, alors qu'aucun motif
d'intérêt général ne justifie que ce " droit au compte " bénéficie aux personnes morales à but lucratif ;

4. Considérant qu'il est loisible au législateur d'apporter à la liberté contractuelle, qui découle de
l'article 4 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, des limitations justifiées par un motif
d'intérêt général, à condition qu'il n'en résulte pas d'atteinte disproportionnée au regard de l'objectif
poursuivi ; que les dispositions contestées, qui prévoient que toute personne, morale ou physique, qui
n'a pas de compte de dépôt en France et s'en est vu refuser l'ouverture par un établissement de crédit,
peut demander à la Banque de France de lui désigner d'office un établissement chargé de lui ouvrir
un compte de dépôt et de lui fournir gratuitement des services bancaires de base, répondent à
l'objectif d'intérêt général de lutte contre les situations d'exclusion bancaire, dans un contexte où la
généralisation de l'utilisation des virements, notamment pour le versement de salaires et de
prestations, rend indispensable la détention d'un compte bancaire ; que, s'agissant des personnes
morales à but lucratif, cet objectif d'intérêt général vise à faciliter l'activité de petites entités
économiques telles que des micro-entreprises ou des entreprises unipersonnelles, qui peuvent
rencontrer des difficultés d'accès aux banques, alors même que la détention d'un compte bancaire est
essentielle à leur activité ; que les dispositions de l'article L. 312-1 du code monétaire et financier
limitent ce droit au compte au seul compte de dépôt, encadrent strictement les conditions dans

136
lesquelles un tel compte peut être ouvert et prévoient que l'établissement désigné peut clore le
compte qu'il a été obligé d'ouvrir, à condition d'adresser une notification écrite et motivée au client et
à la Banque de France, et de consentir un délai minimum de deux mois au titulaire du compte ; que,
dans ces conditions, le moyen tiré de ce que les dispositions de l'article L. 312-1 du code monétaire et
financier porteraient une atteinte disproportionnée à la liberté contractuelle est dépourvu de
caractère sérieux ;

5. Considérant que la société BNP Paribas soutient, en second lieu, que les dispositions de l'article L.
312-1 du code monétaire et financier méconnaissent le droit de propriété tel qu'il est protégé par les
articles 2 et 17 de la Déclaration des droits de l'homme, en ce qu'elles obligent l'établissement
désigné à fournir gratuitement, sans compensation financière, des services bancaires de base à des
personnes morales à but lucratif, alors que les obligations de vigilance imparties à l'établissement de
crédit au titre des articles L. 561-5 et suivants du code monétaire et financier sont plus coûteuses
lorsque les personnes morales concernées ont dû demander un droit au compte à la suite d'un refus
d'ouverture de compte tenant à ce qu'elles ne remplissaient pas les obligations de transparence
nécessaires ; que l'extension du droit au compte à des personnes morales à but lucratif, qui est
disproportionnée au regard de l'objectif de lutte contre l'exclusion, méconnaît l'objectif à valeur
constitutionnelle de sauvegarde de l'ordre public dès lors que les dispositions de l'article L. 312-1
mettent en échec les dispositions de lutte contre le blanchiment prévues par les articles L. 561-5 et
suivants du code monétaire et financier ;

6. Considérant toutefois que les dispositions contestées de l'article L. 312-1 du code monétaire et
financier n'emportent aucune violation du droit de propriété, mais se bornent à apporter des limites à
son exercice ; que ces limites, qui imposent aux établissements concernés de fournir des services de
base aux bénéficiaires du droit au compte, sont justifiées, ainsi qu'il a été dit ci-dessus, par un objectif
d'intérêt général visant à lutter contre l'exclusion bancaire ; que la gratuité des services bancaires de
base que les établissements désignés doivent fournir aux bénéficiaires du droit au compte ne résulte
pas des dispositions de l'article L. 312-1 du code monétaire et financier, lequel se borne à indiquer
que les conditions tarifaires de ces services sont prévues par décret, mais découle de l'article D. 312-6
du même code ; qu'en outre, ainsi qu'il a été indiqué ci-dessus, l'établissement de crédit a la faculté de
procéder à la clôture du compte si celle-ci est justifiée ; que, par ailleurs, l'article L. 312-1 n'a ni pour
objet ni pour effet d'exonérer les établissements de crédit désignés par la Banque de France des
obligations de vigilance qui leur incombent au titre notamment des articles L. 561-5 et suivants du
code monétaire et financier ; que, dans ces conditions, le moyen tiré de ce que les dispositions en
cause méconnaîtraient le droit de propriété tel qu'il est garanti par les articles 2 et 17 de la
Déclaration des droits de l'homme et du citoyen ainsi que l'objectif constitutionnel de sauvegarde de
l'ordre public ne présente pas non plus de caractère sérieux ;

7. Considérant qu'il résulte de ce qui précède que la question prioritaire de constitutionnalité


invoquée, qui n'est pas nouvelle, ne présente pas un caractère sérieux ; qu'ainsi, il n'y a pas lieu de la
renvoyer au Conseil constitutionnel ;

DECIDE:

--------------

Article 1er : Il n'y a pas lieu de renvoyer au Conseil constitutionnel la question prioritaire de
constitutionnalité soulevée par la société BNP Paribas.

Article 2 : La présente décision sera notifiée à la société BNP Paribas, au ministre de l'économie, du
redressement productif et du numérique, au ministre des finances et des comptes publics et à la
Banque de France. Copie en sera adressée au Conseil constitutionnel, au Premier ministre et au
tribunal administratif de Paris.

137
Doc. 8 : Art 1736 IV-1 du CGI

IV. – 1. Les infractions au premier alinéa de l'article 1649 A sont passibles d'une amende de 1 500 €
par ouverture ou clôture de compte non déclarée.
Sauf cas de force majeure, les omissions de déclaration de modification de compte et les inexactitudes
ou omissions constatées dans les déclarations mentionnées au même premier alinéa entraînent
l'application d'une amende de 150 € par omission ou inexactitude, sans que le total des amendes
applicables aux informations devant être produites simultanément puisse être supérieur à 10 000 €.

Doc. 9 : Cass. Com 9 février 2010 n°09-12.853

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que MM. X... et Y..., titulaires d'un compte courant joint à la Barclays
bank à Bordeaux (la banque), ont envisagé en août 2000 d'effectuer avec M. Z... l'affrètement d'un
avion pour le Congo pour une opération présentée comme humanitaire ; que le 7 septembre 2000, la
banque a reçu par télécopie une instruction de virement de la somme globale de 175 000 US dollars
assortie de la garantie d'avoirs et de titres gagés ; qu'en exécution de ces ordres litigieux, le compte
joint de MM. X... et Y... est devenu débiteur de la somme de 1 110 623 francs (168 843,68 euros) ;
que la banque a procédé le 23 février 2001 à la clôture du compte ; que MM. X... et Y... ont alors
engagé une action à l'encontre de la banque pour avoir notamment paiement d'une certaine somme, en
restitution des ordres de virement contestés ;

Sur le premier moyen :

Attendu que ce premier moyen ne serait pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;

Mais sur le deuxième moyen, pris en sa première branche :

Vu les articles 1315 et 1937 du code civil ;

Attendu que pour rejeter les demandes de MM. X... et Y... à l'encontre de la banque et les condamner à
payer une somme de 3 000 euros sur le fondement de l'article 700 du code de procédure civile, l'arrêt,
après avoir relevé que le dépositaire ne doit restituer la chose déposée qu'à celui qui la lui a confiée,
retient que la preuve d'un faux ordre de virement incombe à celui qui s'en prévaut ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'il appartient au banquier tenu de restituer les fonds déposés par
son client d'établir que l'ordre de virement qu'il a effectué émanait de ce dernier, la cour d'appel a violé
les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 22 janvier 2009, entre les parties,
par la cour d'appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se
trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Paris, autrement
composée ;

Condamne la Banque Barclays Bank aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile la condamne à payer à MM. X... et Y... la somme globale
de 2 500 euros et rejette les autres demandes ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera transmis
pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt cassé ;

138
Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, chambre commerciale, financière et économique, et
prononcé par le président en son audience publique du neuf février deux mille dix.
Doc. 10 : Art. 1939 C. civ.

En cas de mort naturelle ou civile (1) de la personne qui a fait le dépôt, la chose déposée ne peut être
rendue qu'à son héritier.

S'il y a plusieurs héritiers, elle doit être rendue à chacun d'eux pour leur part et portion.

Si la chose déposée est indivisible, les héritiers doivent s'accorder entre eux pour la recevoir.

NOTA : (1) : La mort civile a été abolie par la loi du 31 mai 1854.

Doc. 11 : Art. L. 312-35 du Code de la consommation

Le tribunal d'instance connaît des litiges nés de l'application des dispositions du présent chapitre. Les
actions en paiement engagées devant lui à l'occasion de la défaillance de l'emprunteur doivent être
formées dans les deux ans de l'événement qui leur a donné naissance à peine de forclusion. Cet
événement est caractérisé par :

-le non-paiement des sommes dues à la suite de la résiliation du contrat ou de son terme ;
-ou le premier incident de paiement non régularisé ;
-ou le dépassement non régularisé du montant total du crédit consenti dans le cadre d'un contrat de
crédit renouvelable ;
-ou le dépassement, au sens du 13° de l'article L. 311-1, non régularisé à l'issue du délai prévu à
l'article L. 312-93.

Lorsque les modalités de règlement des échéances impayées ont fait l'objet d'un réaménagement ou
d'un rééchelonnement, le point de départ du délai de forclusion est le premier incident non régularisé
intervenu après le premier aménagement ou rééchelonnement conclu entre les intéressés ou après
adoption du plan conventionnel de redressement prévu à l'article L. 732-1 ou après décision de la
commission imposant les mesures prévues à l'article L. 733-1 ou la décision du juge de l'exécution
homologuant les mesures prévues à l'article L. 733-7.

LE COMPTE COURANT
Doc. 12 : Cass. Com 8 juillet 1997 n°95-15.540

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE,


a rendu l'arrêt suivant :

Sur les pourvois n° D 95-15.540 et n° T 95-16.496 formés par :

1°/ M. Olivier Y..., demeurant ..., agissant en sa qualité de syndic de la liquidation des biens de M.
Ahmed X...,

2°/ M. Ahmed X..., demeurant 317, Corniche Kennedy, 13007 Marseille,

3°/ de la masse des créanciers de la liquidation des biens de la société anonyme suisse Réalisation
construction boix, dont le siège social était Vers Ensier 1872 Trois Torrents et le siège de son principal
établissement en France 2, rue de la République, 74100 Annemasse et de la liquidation des biens de
M. Ahmed X..., ex-gérant de la société anonyme suisse Réalisation Construction Bois, ladite masse

139
des créanciers représentée par M. Olivier Descloux, en cassation d'un arrêt rendu le 27 mars 1995 par
la cour d'appel de Montpellier (1re et 2e chambres reunies) , au profit de la banque San Paolo, dont le
siège est ..., venant aux droits de la Banque française BFC, défenderesse à la cassation ;

Les demandeurs aux pourvois invoquent, à l'appui de leurs recours, un moyen unique identique annexé
au présent arrêt arrêt ;

LA COUR, en l'audience publique du 27 mai 1997, où étaient présents : M. Bézard, président, M.


Leclercq, conseiller rapporteur, MM. Vigneron, Dumas, Gomez, Léonnet, Poullain, Métivet,
conseillers, Mme Geerssen, M. Huglo, Mme Mouillard, M. Ponsot, conseillers référendaires, M.
Mourier, avocat général, Mme Arnoux, greffier de chambre ;

Sur le rapport de M. Leclercq, conseiller, les observations de Me Choucroy, avocat de M. Y..., de M.


X... et de la masse des créanciers de la liquidation des biens de la société suisse Réalisation
Construction Bois, de la SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, avocat de la banque San Paolo, les
conclusions de M. Mourier, avocat général, et après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Joint les pourvois no D 95-15.540 et n° T 95-16.496, qui attaquent le même arrêt ;

Sur le moyen unique, pris en ses trois branches :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Montpellier, 27 mars 1995), rendu sur renvoi après cassation, que la
Banque française commerciale, aux droits de laquelle se trouve la banque de San Paolo, a consenti à la
société Réalisation construction bois (RCB) une ouverture de crédit en compte courant, garantie par
une inscription hypothécaire sur deux immeubles et par un cautionnement souscrit par M. X...; que la
banque a mis en jeu ces garanties; qu'après être devenue elle-même adjudicataire des deux immeubles,
la banque a réclamé à M. X... le solde de sa créance en compte courant, après y avoir inscrit au crédit
le prix des immeubles, et au débit le montant de la TVA, versé par elle, conformément au cahier des
charges de l'adjudication; que M. X..., représenté par le syndic de laliquidation de ses biens, a contesté
que le montant de la TVA puisse être inclus dans le solde du compte courant ;

Attendu que le syndic de la liquidation des biens de M. X... fait grief à l'arrêt d'avoir fixé la créance de
la banque en la majorant du montant de la TVA, alors, selon le pourvoi, d'une part, que ne peuvent
constituer une remise que les créances susceptibles d'être payées par compensation et que la
compensation ne peut s'opérer que lorsque deux personnes se trouvent débitrices l'une envers l'autre en
la même qualité ;

qu'en l'espèce, la banque ne pouvait opérer la remise d'une créance qu'elle avait en qualité
d'adjudicataire dans un compte courant où elle figurait en tant que prêteur de deniers; d'où il suit
qu'en estimant que la qualité dans laquelle les parties interviennent pour faire fonctionner
le compte était indifférente pour juger que la remise litigieuse était valable, les juges du fond ont violé
l'article 1134 du Code civil; alors, d'autre part, que le cautionnement ne peut excéder ce qui est dû par
le débiteur; que le compte courant ne saurait servir au règlement d'opérations imprévisibles lors de
son ouverture; qu'en l'espèce, tel était le cas de l'opération litigieuse, ni la banque, ni la société RCB ne
pouvant prévoir ou même imaginer que la banque serait un jour amenée à être adjudicataire d'un
immeuble appartenant à cette société et à payer la TVA sur le prix de vente pour son compte; d'où il
suit qu'en jugeant la remise litigieuse valable entre les parties et opposable à la caution, la cour d'appel
a violé l'article 2013 du Code civil; et alors, enfin, et en tout état de cause, qu'une remise ne saurait
être effectuée postérieurement à la clôture du compte courant; qu'en l'espèce, la clôture était
intervenue en mai 1983 et l'adjudication en vertu d'un jugement du 16 septembre 1983; qu'en jugeant
valable la remise d'une créance née de ce jugement, la cour d'appel a violé l'article 1134 du Code civil
;
Mais attendu, en premier lieu, que l'arrêt retient à bon droit que la convention
de compte courant porte sur toutes les remises réciproques des parties, sans distinction de leur
origine; qu'est surabondante son énonciation selon laquelle la qualité dans laquelle les parties

140
interviennent pour faire fonctionner le compte courant est indifférente, dès lors qu'il n'était pas
prétendu devant la cour d'appel que la banque ait agi dans la procédure d'adjudication à d'autres fins
que le recouvrement de l'ensemble de ses créances contre la société RCB ;

Attendu, en second lieu, qu'il ne résulte pas de l'arrêt, ni des conclusions d'appel, qu'il ait alors été
soutenu que la convention de compte courant conclue entre la banque et la société ait exclu de ses
prévisions des créances telles que celle invoquée par la banque, ni que cette convention eût cessé d'être
applicable lors de l'établissement du solde de compte réclamé par la banque; que sur ces points, le
moyen, nouveau, est mélangé de fait et de droit ;

D'où il suit que le moyen, irrecevable en ses deuxième et troisième branches, n'est pas fondé en la
première ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE les pourvois

Doc. 13 : Cass. Com 5 octobre 2004 n°01-12.435

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE,


a rendu l'arrêt suivant :

Statuant tant sur le pourvoi principal formé par la SNC Elysées Franklin, la société Financière 14
Matignon et M. Max X... que sur le pourvoi incident relevé par le CDR Créances ;

Attendu, selon l'arrêt confirmatif attaqué, que pour engager deux opérations d'acquisition hôtelière à
la Guadeloupe dans le cadre de la loi du 11 juillet 1986, dite "loi Pons", la SNC Elysées Franklin,
dont le capital est détenu par la société Financière 14 Matignon, société holding des frères X...,
marchands de biens, ainsi que par la société Ibis participation, a constitué les SNC Saint-Barth's hôtel
et Saint-François résidence et obtenu de la Société internationale bankers SA (la banque IBSA), aux
droits de laquelle se sont successivement trouvés la banque Colbert puis aujourd'hui le CDR
Créances, qu'elle lui consente, les 21 juillet 1988 et 13 septembre 1989, des ouvertures de crédit
garanties par le cautionnement de M. Max X... ; que les créances qui en ont résulté n'ayant pas été
remboursées, le CDR Créances, après avoir saisi les immeubles, a fait assigner en paiement la SNC
Elysées Franklin, ses associées, les sociétés Ibis participation et Financière 14 Matignon ainsi que M.
Max X... ; que, rejetant les divers moyens opposés par ces derniers pour échapper à leurs obligations,
la cour d'appel a accueilli les réclamations du CDR Créances à l'exception de celles relative à la
capitalisation des intérêts du crédit accordé pour l'opération Saint-Barth's hôtel au-delà du 31
décembre 1992 ainsi qu'à l'application des intérêts au taux conventionnel après cette date pour les
deux concours ;

Sur les quatre moyens du pourvoi principal :

Attendu que les SNC Elysées Franklin, société Financière 14 Matignon et M. Max X... développent
quatre moyens de cassation à l'appui de leur pourvoi, reprochant à la cour d'appel d'avoir violé les
articles 1134, 1907, alinéa 2, 2015, 2037, 1315, 1135, 1147, 1353 du Code civil, 455 du nouveau Code
de procédure civile, 4 de la loi du 28 décembre 1966, 2 du décret du 4 septembre 1985, L. 236-22 du
Code de commerce ou privé sa décision de base légale au regard de ces mêmes textes ;

Mais attendu que ces moyens, annexés à la présente décision et invoqués à l'encontre de la décision
attaquée, ne seraient pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;

Sur le premier moyen pourvoi incident :

141
Attendu que le CDR Créances fait grief à l'arrêt de l'avoir déchu, pour les deux crédits, du droit aux
intérêts conventionnels à compter du 1er janvier 1993, alors, selon le moyen :

1 / que l'indication du TEG dans la convention d'ouverture de crédit suffit à fournir à l'emprunteur
l'information prévue par la loi, qui n'exige pas que cette information soit réitérée ultérieurement dans
chaque relevé de compte ; qu'en le déclarant déchu du droit aux intérêts conventionnels pour la
période postérieure au 1er janvier 1993, faute pour la banque d'avoir, après cette date, fait figurer le
TEG sur les relevés de compte, tout en constatant que les ouvertures de crédit mentionnaient le
TEG, la cour d'appel n'a pas tiré les conséquences qui s'évinçaient de ses propres constatations, et a
violé l'article 4 de la loi du 28 décembre 1966, ensemble l'article 1907 du Code civil ;

2 / qu'exigerait-on de l'établissement prêteur qu'il appose sur chaque relevé la mention du TEG,
cette obligation formelle ne peut être imposée qu'en vertu d'une loi en vigueur au jour où lesdits
relevés sont émis ; de sorte que viole les articles 2 du Code civil, ensemble l'article 4 de la loi du 26
juillet 1993, la cour d'appel qui reproche à l'établissement prêteur d'avoir omis d'indiquer le TEG sur
des relevés postérieurs au 26 juillet 1993, date à laquelle la loi du 28 décembre 1966 était abrogée
pour les prêts entre professionnels ;

3 / que les règles de forme qui conditionnent la validité de la perception d'intérêts s'appliquent
immédiatement aux intérêts à échoir postérieurement à l'entrée en vigueur de ces règles ; que viole
donc derechef l'article 2 du Code civil, ensemble l'article 4 de la loi du 26 juillet 1993, la cour d'appel
qui refuse de faire immédiatement application de cet article en ce qu'il abroge l'article 4 de la loi du 28
décembre 1966 et met, par là-même fin, pour les prêts entre professionnels, à l'obligation d'indication
du TEG ;

Mais attendu, en premier lieu, que contrairement à ce que soutient le CDR Créances, il ne résulte pas
de l'article L. 313-2 du Code de la consommation, qui s'est borné à reprendre, dans le cadre de la
codification à droit constant réalisée par la loi du 26 juillet 1993, les règles générales, applicables à
tous les prêts, figurant jusque-là dans les articles 1 à 7 de la loi du 28 décembre 1966 qu'elle
abrogeait, que les prêts à finalité professionnelle soient exclus du champ d'application de ce texte ;

Et attendu, en second lieu, que si, pour les découverts en compte, la mention du taux effectif global
doit être portée, à titre indicatif, dans la convention d'ouverture de compte ou de crédit ou tout autre
document, celle du taux effectif global appliqué doit aussi figurer sur les relevés périodiques du
compte ; qu'ayant constaté, tant par motifs propres qu'adoptés, que si le taux effectif global avait bien
été indiqué dans les actes d'ouverture de crédit consenti à la SNC Elysées Franklin, il avait cessé, à
partir du 31 décembre 1992, d'être mentionné dans les extraits de compte adressés à celle-ci, la cour
d'appel, qui en a déduit la nullité de la stipulation d'intérêts conventionnels à compter de cette date,
loin d'avoir violé les textes visés au pourvoi, en a fait au contraire l'exacte application ;

D'où il suit que le moyen n'est fondé en aucune de ses branches ;

Sur le deuxième moyen incident :

Attendu que le CDR Créances fait encore grief à l'arrêt d'avoir jugé qu'il ne pouvait prétendre aux
intérêts capitalisés du crédit accordé pour l'opération Saint-François, alors, selon le moyen :

1 / que l'intention des parties de "travailler en compte courant" peut être tacite et résulter du
fonctionnement réel du compte ;

qu'en retenant que les parties n'avaient pas eu l'intention de travailler en compte courant tout en
constatant l'existence d'une remise réciproque caractéristique du fonctionnement d'un compte
courant, la cour d'appel n'a pas tiré les conséquences légales qui s'évinçaient de ses propres
constatations et a violé l'article 1134 du Code civil ;

2 / que l'existence d'un compte courant suppose simplement, outre l'intention des parties de
travailler en compte courant, la possibilité de remises réciproques, de sorte que l'absence de remises

142
réciproques effectives n'est pas de nature à priver une convention de sa nature de compte courant ;
qu'en se fondant néanmoins, pour dénier l'existence d'un prêt en compte courant entre la société
IBSA et la SNC Elysées Franklin pour le financement de l'opération Saint-François, sur le fait qu'une
seule remise réciproque avait été enregistrée sur ce compte, la cour d'appel a violé l'article 1134 du
Code civil ;

Mais attendu que l'arrêt relève que, selon la convention d'ouverture, le compte ouvert pour
l'opération Saint-François était un simple compte de dépôt et qu'il n'avait jamais enregistré de
remises réciproques, le seul virement d'une somme de 1 300 000 francs ne pouvant être qualifié
comme tel ; qu'ayant ainsi fait ressortir que les parties n'avaient pas eu la commune intention
d'aménager leurs relations selon un mécanisme de compte courant et que cette absence d'intention
était corroborée par la manière dont ce compte avait fonctionné, la cour d'appel a exactement décidé
que le CDR Créances ne pouvait prétendre à la capitalisation d'intérêts qu'il sollicitait ; que le moyen
n'est fondé en aucune de ses branches ;

Mais sur le troisième moyen du pourvoi incident :

Vu l'article 1134 du Code civil ;

Attendu que pour rejeter la demande de capitalisation des intérêts du crédit accordé pour l'opération
Saint-Barth's, au-delà du 31 décembre 1992, l'arrêt retient qu'à partir de cette date le compte n'avait
plus enregistré d'opérations et en a déduit qu'il avait été tacitement clôturé ;

Attendu qu'en se déterminant par de tels motifs impropres à caractériser la clôture du compte, la
cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard du texte précité ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi formé à titre principal par la SNC Elysées Franklin, la société Financière 14
Matignon et M. X... ;

Statuant sur le pourvoi incident :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a rejeté la demande de capitalisation des intérêts
du prêt consenti pour l'opération Saint-Barth's au-delà du 31 décembre 1992, l'arrêt rendu le 7 mai
2001, entre les parties, par la cour d'appel de Paris ; remet, en conséquence, quant à ce, la cause et les
parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la
cour d'appel de Versailles ;

Condamne la SNC Elysées Franklin, la société Financière 14 Matignon et M. Max X... aux dépens ;

Vu les dispositions de l'article 700 du nouveau Code de procédure civile, les condamne au paiement
d'une somme globale de 1 800 euros à la société CDR Créances ;

Doc. 14 : Cass. Com 6 décembre 2011 n°10-24.852

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Sur le moyen unique :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Basse-Terre, 17 mai 2010), rendu sur renvoi après cassation (chambre
commerciale, financière et économique, 19 février 2008, pourvoi n° Z O6-18.147), que la société
Chauray contrôle, aux droits de la société White elle-même aux droits de la Banque Monod (la
banque) a consenti à la Société française d'aménagement (la société), le 12 avril 1988, un concours
bancaire sous forme d'autorisation de découvert pour une durée indéterminée, destiné au financement
d'opérations immobilières ; que, se prévalant de cette convention qui aurait fait l'objet d'un écrit
disparu depuis et des relevés de compte établis depuis sa conclusion, la banque a assigné le 16 octobre

143
1998 en paiement la société qui a formé une demande reconventionnelle en répétition de l'indu ; que
l'arrêt, ayant rejeté les demandes de la banque et condamné cette dernière à payer une certaine
somme à la société, a été cassé, faute pour les juges du fond d'avoir recherché si les parties n'avaient
pas effectué habituellement sur le compte litigieux des remises réciproques caractéristiques d'un
compte courant ; que, devant la cour d'appel de renvoi, la banque a repris sa demande initiale ;

Attendu que la société reproche à l'arrêt d'avoir dit que la convention la liant à la banque est une
convention de compte courant et de l'avoir condamnée en conséquence au paiement de la somme de
183 971,98 euros, alors, selon le moyen, que le compte courant est caractérisé par la possibilité de
remises réciproques s'incorporant dans un solde pouvant, dans la commune intention des parties,
varier alternativement au profit de l'une ou de l'autre; qu'il ressort des constatations de l'arrêt que le
fonctionnement du compte n'était pas caractéristique de celui d'un compte courant mais d'un compte
spécial affecté à l'octroi et à l'utilisation du crédit et à son remboursement; qu'il ressort en effet de
l'historique du compte tel qu'il résulte des constatations de l'arrêt que la banque a mis le 1er janvier
1989 à disposition de la société un financement de 1 106 999,38 francs (168 760,94 euros) pour
réaliser l'opération immobilière du Moule ; que ce financement principal a été ultérieurement
complété de débits complémentaires, de montant insignifiant au regard de la somme principale de
plus de un million de francs prêtée et correspondant à des intérêts ; que dans un second temps, au fur
et à mesure des ventes réalisées, la société a crédité des sommes pour le remboursement du prêt; qu'il
ne ressort pas des constatations de l'arrêt l'existence de remises réciproques et enchevêtrées, mais au
contraire l'existence de deux périodes, la première de déblocage du financement, la seconde de
remboursement au fur et à mesure des commercialisations, fonctionnement caractéristique d'un prêt
et non d'un compte courant ; qu'en qualifiant le compte de compte courant, la cour d'appel, qui n'a pas
tiré les conséquences légales de ses propres constatations, a violé l'article 1134 du code civil ;

Mais attendu qu'après avoir constaté que les conditions de fonctionnement du compte étaient établies
par la production par la banque des relevés de compte entre le 1er janvier 1989 et le 1er juillet 1996
et que les arrêtés de compte de ces mêmes années portaient mention d'un taux effectif global variable,
l'arrêt retient que, conformément à un rapport d'expertise non contesté, ces pièces établissent le
caractère habituel de réciprocité des remises de sorte que l'enchevêtrement des opérations créditrices
et débitrices était bien constitué ; que, de ces constatations et appréciations, la cour d'appel a pu
déduire que la convention liant la société à la banque était une convention de compte courant: que le
moyen n'est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi ;

Doc. 15 : Cass. Com 23 mars 1993 n°91-13.256

Attendu qu'il résulte de l'arrêt déféré que M. X..., titulaire d'un compte courant dans les livres de la
banque Rhône-Alpes, a été assigné par celle-ci, le 13 mars 1990, en paiement du solde débiteur de ce
compte et des intérêts ;

Sur le premier moyen :

Vu l'article 1134 du Code civil ;

Attendu que, pour condamner M. X... à payer à la banque Rhône-Alpes le montant du solde débiteur
du compte au 31 mars 1987, l'arrêt se borne à retenir que le dernier mouvement avait eu lieu à cette
date ;

Attendu qu'en statuant ainsi, sans rechercher si M. X... avait voulu mettre fin à la convention de
compte courant à la date considérée, la cour d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision ;

144
PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu d'examiner les autres griefs :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 15 janvier 1991, entre les parties,
par la cour d'appel de Grenoble ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se
trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Lyon.

Doc. 16 : Cass. Com 17 décembre 1991, n°90-12.144, Bull 1991 IV n°389

Sur le moyen unique, pris en ses trois branches :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 9 janvier 1990), qu'en 1972 et 1974, la société Union
immobilière a, pour financer la construction d'immeubles d'habitation, consenti à une société civile
immobilière, que M. Y... avait fondée, trois ouvertures de crédit à échéances des 8 août, 18 septembre
et 30 novembre 1974, lesquelles étaient garanties par des cautionnements des époux Y... ; que les
contrats précisaient que les fonds seraient délivrés par inscriptions sur un compte spécial ouvert au
nom de la société dans les livres de l'établissement financier, que les frais, commissions et agios y
seraient également inscrits et qu'y seraient versés, en règlements des sommes dues, le produit de la
vente des appartements ; qu'en outre, un crédit fut consenti en 1972, à échéance du 10 mars 1976, au
profit d'une seconde société civile immobilière, fondée par les époux Y... et X..., lesquels se sont, tous
quatre, portés cautions au profit de l'établissement prêteur ; que les remboursements ne sont jamais
intervenus ; que, poursuivis en paiement, Mme Y... et ses enfants, ainsi que M. X..., ont opposé
l'exception de prescription, contre laquelle l'UCIP a invoqué l'existence de comptes courants, non
clôturés, entre elle et les sociétés civiles immobilières ;

Attendu que l'UCIP fait grief à l'arrêt d'avoir décidé qu'il n'y avait pas eu ouvertures de comptes
courants et d'avoir admis l'exception de prescription, alors, selon le pourvoi, d'une part, qu'en
subordonnant la formation d'une convention de compte courant à la rédaction d'un contrat écrit, la
cour d'appel a violé l'article 1134 du Code civil ; alors, d'autre part, que le compte courant suppose
seulement, pour être qualifié tel, la possibilité de remises réciproques, de sorte qu'en subordonnant
l'existence du compte courant à la justification de remises effectuées notamment par la production de
bordereaux constatant des opérations entrecroisées, la cour d'appel a encore violé l'article 1134 du
Code civil ; et alors, enfin, qu'en s'arrêtant à la dénomination de " compte spécial " utilisé par les
parties sans rechercher si leurs conventions ne caractérisaient pas des remises réciproques propres à
établir la convention de compte courant alléguée par l'une d'elles, la cour d'appel a encore privé sa
décision de base légale au regard de l'article 1134 du Code civil ;

Mais attendu que le contrat de compte courant est caractérisé par la possibilité de remises
réciproques s'incorporant dans un solde pouvant, dans la commune intention des parties, varier
alternativement au profit de l'une ou de l'autre ;

Attendu qu'après avoir relevé que le compte spécial ouvert par l'établissement de crédit au nom de
chaque société civile immobilière était seulement destiné à la délivrance des prêts consentis pour une
durée limitée à cette société, en vue d'utilisations strictement définies, puis à l'inscription du produit
des opérations ainsi financées pour les affecter au remboursement des crédits et au paiement des frais
et intérêts, sans qu'il y ait eu des remises réciproques et alternées, et avoir, ainsi, fait ressortir
qu'après la délivrance des fonds, le compte ne pouvait plus, à l'exclusion de tout solde disponible, que
mentionner des montants de sommes à recouvrer, la cour d'appel a pu, indépendamment des autres
motifs erronés, mais surabondants, critiqués par la première branche du moyen, retenir que le compte
n'avait eu, ni dans la volonté initiale des parties, ni dans l'usage qu'elles en ont fait, les
caractéristiques d'un compte courant ; que le moyen ne peut, dès lors, être accueilli en aucune de ses
branches ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi

145
Doc. 17 : Cass. Com 9 janvier 2001, n°97-13.236, Bull 2001 IV n°1

Sur le moyen unique, pris en ses trois branches :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 9 janvier 1990), qu'en 1972 et 1974, la société Union
immobilière a, pour financer la construction d'immeubles d'habitation, consenti à une société civile
immobilière, que M. Y... avait fondée, trois ouvertures de crédit à échéances des 8 août, 18 septembre
et 30 novembre 1974, lesquelles étaient garanties par des cautionnements des époux Y... ; que les
contrats précisaient que les fonds seraient délivrés par inscriptions sur un compte spécial ouvert au
nom de la société dans les livres de l'établissement financier, que les frais, commissions et agios y
seraient également inscrits et qu'y seraient versés, en règlements des sommes dues, le produit de la
vente des appartements ; qu'en outre, un crédit fut consenti en 1972, à échéance du 10 mars 1976, au
profit d'une seconde société civile immobilière, fondée par les époux Y... et X..., lesquels se sont, tous
quatre, portés cautions au profit de l'établissement prêteur ; que les remboursements ne sont jamais
intervenus ; que, poursuivis en paiement, Mme Y... et ses enfants, ainsi que M. X..., ont opposé
l'exception de prescription, contre laquelle l'UCIP a invoqué l'existence de comptes courants, non
clôturés, entre elle et les sociétés civiles immobilières ;

Attendu que l'UCIP fait grief à l'arrêt d'avoir décidé qu'il n'y avait pas eu ouvertures de comptes
courants et d'avoir admis l'exception de prescription, alors, selon le pourvoi, d'une part, qu'en
subordonnant la formation d'une convention de compte courant à la rédaction d'un contrat écrit, la
cour d'appel a violé l'article 1134 du Code civil ; alors, d'autre part, que le compte courant suppose
seulement, pour être qualifié tel, la possibilité de remises réciproques, de sorte qu'en subordonnant
l'existence du compte courant à la justification de remises effectuées notamment par la production de
bordereaux constatant des opérations entrecroisées, la cour d'appel a encore violé l'article 1134 du
Code civil ; et alors, enfin, qu'en s'arrêtant à la dénomination de " compte spécial " utilisé par les
parties sans rechercher si leurs conventions ne caractérisaient pas des remises réciproques propres à
établir la convention de compte courant alléguée par l'une d'elles, la cour d'appel a encore privé sa
décision de base légale au regard de l'article 1134 du Code civil ;

Mais attendu que le contrat de compte courant est caractérisé par la possibilité de remises
réciproques s'incorporant dans un solde pouvant, dans la commune intention des parties, varier
alternativement au profit de l'une ou de l'autre ;

Attendu qu'après avoir relevé que le compte spécial ouvert par l'établissement de crédit au nom de
chaque société civile immobilière était seulement destiné à la délivrance des prêts consentis pour une
durée limitée à cette société, en vue d'utilisations strictement définies, puis à l'inscription du produit
des opérations ainsi financées pour les affecter au remboursement des crédits et au paiement des frais
et intérêts, sans qu'il y ait eu des remises réciproques et alternées, et avoir, ainsi, fait ressortir
qu'après la délivrance des fonds, le compte ne pouvait plus, à l'exclusion de tout solde disponible, que
mentionner des montants de sommes à recouvrer, la cour d'appel a pu, indépendamment des autres
motifs erronés, mais surabondants, critiqués par la première branche du moyen, retenir que le compte
n'avait eu, ni dans la volonté initiale des parties, ni dans l'usage qu'elles en ont fait, les
caractéristiques d'un compte courant ; que le moyen ne peut, dès lors, être accueilli en aucune de ses
branches ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi

Doc. 18 : Cass. Com 26 mai 1999 n°96-19.937

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE,


a rendu l'arrêt suivant :

146
Sur le pourvoi formé par la Société de banque occidentale (SDBO), dont le siège est ...,

en cassation d'un arrêt rendu le 2 juillet 1996 par la cour d'appel de Paris (15e chambre, section A),
au profit de la société Engelhard, société anonyme, dont le siège est ...,

défenderesse à la cassation ;

La demanderesse invoque, à l'appui de son pourvoi, les deux moyens de cassation annexés au présent
arrêt ;

LA COUR, en l'audience publique du 30 mars 1999, où étaient présents : M. Bézard, président, Mme
Graff, conseiller référendaire rapporteur, MM. Grimaldi, Tricot, Badi, Mme Aubert, M. Armand-
Prevost, Mmes Vigneron, Tric, Besançon, conseillers, Mme Geerssen, MM. Rémery, de Monteynard,
Mme Gueguen, conseillers référendaires, M. Lafortune, avocat général, Mme Arnoux, greffier de
chambre ;

Sur le rapport de Mme Graff, conseiller référendaire, les observations de la SCP Le Bret et Laugier,
avocat de la Société de banque occidentale, de Me Guinard, avocat de la société Engelhard, les
conclusions de M. Lafortune, avocat général, et après en avoir délibéré conformément à la loi ;

Donne acte à la société CDR Créances-Groupe Consortium de réalisation, aux droits par fusion-
absorption de la Société de banque occidentale, de sa reprise d'instance ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué et les productions, que, par actes des 21 mai 1990 et 9 mars 1992, la
société Engelhard a consenti à la société Bijoux Fix deux prêts portant sur 14 kgs et 30 kgs d'or fin ;
que, par actes des 11 février 1991 et 17 mars 1992, la Société de banque occidentale (la banque) s'est
portée caution solidaire de l'emprunteur pour le paiement ou le remboursement du prix du stock d'or
prêté, à concurrence respectivement de 1 000 000 et 2 000 000 de francs ;

qu'après que la société Bijoux Fix eût été mise en redressement judiciaire, la société Engelhard a
assigné la banque en exécution de ses engagements ; que le Tribunal a déclaré éteinte la créance de la
société Engelhard au titre des deux contrats de prêts, au motif qu'ils avaient été omis dans la
déclaration au passif de la procédure collective ;

Sur le second moyen, pris en sa première branche :

Vu l'article 1134 du Code civil ;

Attendu que, pour infirmer le jugement et décider que la créance de la société Engelhard sur la
société Bijoux Fix n'était pas éteinte et condamner la caution, l'arrêt retient que chaque contrat ne
concerne pas une opération de prêt ponctuelle mais une série d'opérations caractérisant une situation
juridique permanente entre le fournisseur et le client cautionné et qu'il est "admissible d'assimiler
cette situation à une convention de compte courant" ;

Attendu qu'en se déterminant ainsi, sans rechercher si le compte ouvert par la société Engelhard au
nom de la société Bijoux Fix afin d'y inscrire, d'une part, la délivrance de quantités d'or déterminées
et, d'autre part, leur "remboursement ou restitution", avait, avec le consentement des parties,
fonctionné de telle façon qu'y fussent possibles des remises réciproques et alternées, la cour d'appel
n'a pas donné de base légale à sa décision ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 2 juillet 1996, entre les parties,
par la cour d'appel de Paris ;

remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et,
pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Reims ;

147
Condamne la société Engelhard aux dépens ;

Vu l'article 700 du nouveau Code de procédure civile, rejette sa demande ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de Cassation, le présent arrêt sera
transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Chambre commerciale, financière et économique, et
prononcé par le président en son audience publique du vingt-six mai mil neuf cent quatre-vingt-dix-
neuf.

Doc. 19 : Cass. Com 9 avril 2002 n°99. 11.066

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE,


a rendu l'arrêt suivant :

Sur le pourvoi formé par :

1 / Mme Nelly, Georgette, Jeanne X..., divorcée M..., demeurant ...,

2 / la société civile immobilière (SCI) du ... 78120, dont le siège est ...,

en cassation d'un arrêt rendu le 29 octobre 1998 par la cour d'appel de Versailles (1re Chambre civile,
Section A), au profit :

1 / de la société Auxiliaire du Crédit Foncier de France (ACFF), venant aux droits de la Société de
crédit pour le logement (SECRELOG), dont le siège est ...,

2 / de M. Roger, Emile, Eugène N...,

3 / de Mme P..., Marguerite, Roberte L..., épouse N...,

demeurant ensemble ...,

4 / de M. G..., Marie, Charles B...,

5 / de Mme Noëlla, Anne-Marie I..., épouse A... de Franciosi,

demeurant ensemble ...,

6 / de M. Yves, Georges, Michel C...,

7 / de Mlle Michelle, Hélène I...,

demeurant tous deux ...,

8 / de M. Frédéric, Michel O...,

9 / de Mlle Z..., Janine D...,

demeurant tous deux ...,

10 / de M. Edouard, Jean-Paul H...,

148
11 / de Mme Cécile Y..., épouse H...,

demeurant ensemble ...,

12 / de la Caisse de Crédit mutuel de Rambouillet, dont le siège est ...,

13 / de la société civile professionnelle (SCP) Jean-Yves F... et Jean-Claude K..., notaires associés,
dont le siège est ...,

défendeurs à la cassation ;

La SCP F... et K..., défenderesse au pourvoi principal, a formé un pourvoi provoqué contre le même
arrêt ;

Les demanderesses au pourvoi principal invoquent, à l'appui de leur recours, un moyen unique de
cassation annexé au présent arrêt ;

La demanderesse au pourvoi provoqué invoque, à l'appui de son recours, deux moyens de cassation
également annexés au présent arrêt ;

Vu la communication faite au Procureur général ;

LA COUR, composée conformément à l'article L. 131-6-1 du Code de l'organisation judiciaire, en


l'audience publique du 26 février 2002, où étaient présents : M. Dumas, président, Mme Favre,
conseiller rapporteur, M. Métivet, Mmes Garnier, Collomp, Betch, conseillers, Mme Mouillard, M.
Boinot, Mmes Champalaune, Gueguen, MM. Sémériva, Truchot, conseillers référendaires, M. Jobard,
avocat général, Mme Moratille, greffier de chambre ;

Sur le rapport de Mme Favre, conseiller, les observations de Me Balat, avocat de Mme X... et de la
SCI du ..., de la SCP Boré, Xavier et Boré, avocat de la société civile professionnelle G... F... et Jean-
Claude K..., de la SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, avocat de la société Auxiliaire du Crédit
Foncier de France, venant aux droits de la Société de crédit pour le logement, de la SCP Masse-
Dessen, Georges et Thouvenin, avocat des époux N..., des époux A... de Franciosi, de M. C..., de Mlle
I..., de M. O..., de Mlle D... et des époux H..., les conclusions de M. Jobard, avocat général, et après en
avoir délibéré conformément à la loi ;

Donne acte à Mme Nelly X... et à la SCI du ... de leur désistement de pourvoi à l'égard de la Caisse de
Crédit mutuel de Rambouillet ;

Statuant tant sur le pourvoi principal de Mme X... et de la SCI du ... que sur le pourvoi provoqué de
la SCP F... et K... ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Versailles, 29 octobre 1998), que par acte notarié du 7 mai 1991, la
société RMS a vendu un terrain à la SCI du ..., pour un prix de 450 000 francs ; qu'à l'acte est
intervenue la société Socrelog, aux droits de laquelle est la Société Auxiliaire de Crédit Foncier de
France (ACFF), qui a consenti à la SCI un prêt de 450 000 francs destiné à l'achat du terrain ainsi
qu'un crédit d'accompagnement d'un montant identique pour lui permettre la construction d'un
ensemble immobilier, avec affectation hypothécaire ;

que les actes de vente des lots en l'état futur d'achèvement aux différents acquéreurs, dont Mme
Nelly X..., par ailleurs associée de la SCI, ont été établis par M. F..., notaire associé ; que tous les
acheteurs se sont acquittés du prix, en fonction de l'évolution de la construction de l'ouvrage ; que,
cependant, la société Socrelog, prétendant ne pas avoir été désintéressée, a engagé à l'encontre des
acquéreurs une procédure de saisie à tiers détenteurs ; que les acquéreurs, autres que Mme X...,
devenue gérante de la SCI, ont assigné la société Socrelog et la SCP F... et K..., en demandant
l'annulation des sommations de payer qui leur avaient été délivrées et la garantie du notaire ; que

149
Mme X... est intervenue volontairement à l'instance pour faire statuer sur sa propre demande et sur
celle de la SCI ;

Sur le moyen unique du pourvoi principal, pris en ses cinq branches et le premier moyen du pourvoi
provoqué, pris également en ses cinq branches, tels qu'énoncés aux mémoires en demande et
reproduits en annexe, réunis :

Attendu que Mme X... et la SCI, ainsi que la SCP F... et K..., font grief à l'arrêt infirmatif d'avoir
déclaré valables les poursuites engagées par la société Socrelog, aux droits de laquelle se trouve la
société ACFF, à l'encontre des consorts N..., A... de Franciosi, C..., Mineau, O..., E... et H..., ainsi qu'à
l'encontre de la première, acquéreurs de lots vendus en l'état futur d'achèvement, et d'avoir condamné
la SCI du ..., in solidum avec la SCP F... et K..., à garantir M. et Mme N..., M. et Mme A... de
Franciosi, M. C..., Mlle E..., M. et Mme H..., J... I... et M. O... ;

Attendu que les demandeurs aux pourvois soutiennent que la cour d'appel n'a pas caractérisé
l'intention de la société Socrelog et de la SCI de travailler en compte courant ; qu'elle a dénaturé
l'historique des comptes de la SCI relatifs au crédit consenti pour l'achat du terrain et au crédit
d'accompagnement, en affirmant qu'ils avaient enregistré des remises réciproques ; qu'ils reprochent
encore à l'arrêt une dénaturation des mentions claires et précises de l'acte notarié du 7 mai 1991 pour
avoir retenu que l'ensemble des mécanismes mis en place établissait que la société Socrelog était
appelée à financer toutes les opérations de construction ; qu'ils prétendent enfin que la cour d'appel
ne s'est pas expliquée sur la responsabilité encourue par la société Socrelog dans le dépassement du
crédit consenti ;

Mais attendu, en premier lieu, que l'arrêt ne dit pas que le compte de la SCI relatif au crédit consenti
pour l'achat du terrain est un compte courant ;

Attendu, en deuxième lieu, qu'ayant constaté que l'acte notarié mentionnait expressément que le
crédit d'accompagnement était accordé au titre d'une ouverture en compte courant, qu'il prévoyait la
possibilité de remises réciproques et spécifiait que l'hypothèque conventionnelle fournie par la SCI
grevant l'immeuble et les constructions qui y seront édifiées était affectée à la sûreté et en garantie
du solde du compte courant, tant en capital, qu'intérêts, commissions, frais et accessoires, la cour
d'appel en a déduit, à bon droit, que les éléments spécifiques du compte courant étaient réunis ;

Attendu, en troisième lieu, que c'est par une interprétation de l'acte, exclusive de toute dénaturation,
rendue nécessaire par le rapprochement de stipulations apparemment contradictoires, que la cour
d'appel a souverainement estimé que la société Socrelog était appelée à financer toutes les opérations
de construction, recevant en contrepartie tous les prix des ventes à être réalisées dans le cadre du
compte ouvert spécialement au nom de la SCI ;

Attendu, enfin, que la cour d'appel n'était pas tenue de répondre à des conclusions qui étaient
inopérantes, dès lors qu'il n'était pas prétendu que la société Socrelog, qui n'avait pas l'obligation
contractuelle de suivre l'évolution des fonds prêtés, avait libéré des fonds en violation des stipulations
conventionnelles ;

D'où il suit que le moyen, pour partie irrecevable, n'est pas fondé pour le surplus ;

Sur le second moyen du pourvoi provoqué, pris en ses deux branches :

Attendu que la SCP F... et K... fait grief à l'arrêt de l'avoir condamnée, in solidum avec la SCI du ..., à
garantir les consorts N..., A... de Franciosi, C..., E..., H..., Mineau et O..., alors, selon le moyen :

1 / que l'exécution de l'obligation d'information du notaire peut résulter des stipulations de l'acte
instrumenté ; qu'il résulte des propres constatations de l'arrêt que les actes de ventes conclus au
profit des différents acquéreurs stipulaient de façon claire que les paiements des fractions du prix
restant dues devaient être réalisés par chèques bancaires à l'ordre de la société Socrelog, pour être
affectés au compte de la SCI, sinon en l'étude du notaire et que tout autre paiement ne serait pas

150
libératoire ; qu'en affirmant néanmoins que le notaire aurait dû attirer l'attention des acquéreurs sur
la nécessité de respecter les modalités de paiement ainsi prévues, bien qu'une telle mise en garde
résultât des termes mêmes de l'acte qui précisait tant la nature de l'obligation que la conséquence de
leur violation, la cour d'appel a violé l'article 1382 du Code civil ;

2 / que le notaire ne saurait garantir une partie des conséquences de la violation d'une obligation
contractuelle librement souscrite ; qu'en la condamnant à garantir les acquéreurs des conséquences
du non-respect des modalités de paiements qu'ils s'étaient engagés, par des clauses claires et précises,
à respecter, la cour d'appel a violé l'article 1382 du Code civil ;

Mais attendu que l'arrêt relève qu'en vertu du devoir d'information et de conseil auquel il était tenu,
il appartenait au notaire d'attirer l'attention des acquéreurs sur la portée et le danger des inscriptions
hypothécaires prises sur leur immeuble au profit de la société Socrelog ainsi que sur l'obligation qui
leur était faite de se libérer du solde du prix selon les modalités prévues à peine de paiement non
libératoire ;

qu'en l'état de ces constatations et appréciations la cour d'appel, qui a fait ressortir que la mise en
garde des clients contre les risques qu'ils couraient en ne payant pas entre les mains de la Socrelog ne
résultait pas nécessairement de la simple lecture des clauses de la convention, a pu statuer comme
elle a fait ; que le moyen n'est fondé en aucune de ses branches ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE les pourvois tant principal qu'incident ;

Condamne Mme X..., la SCI du ... et la SCP F... et K... aux dépens ;

Vu l'article 700 du nouveau Code de procédure civile, rejette les demandes de Mme X..., la SCI du ...
et de la société Auxiliaire du Crédit foncier de France ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de Cassation, Chambre commerciale, financière et économique, et
prononcé par le président en son audience publique du neuf avril deux mille deux.

Doc. 20 : Cass. Civ. 1ere 6 janvier 2011 n°09-70.651

LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Attendu que la société BNP Paribas (la banque) ayant assigné Mme X... en paiement d'une certaine
somme au titre du solde débiteur du compte ouvert en son nom dans ses livres, celle-ci a invoqué les
dispositions applicables au crédit à la consommation et mis en cause la responsabilité de la banque ;
que la cour d'appel a fait droit à la demande de l'établissement de crédit et a débouté Mme X... de ses
prétentions ;

Sur le premier moyen :

Attendu qu'il est fait grief à l'arrêt attaqué de statuer ainsi alors, selon le moyen :

1°/ que la destination professionnelle d'un crédit ne peut résulter que d'une stipulation expresse ;
qu'en décidant d'écarter les règles du crédit à la consommation au motif que le compte ouvert par
Mme X... aurait une destination professionnelle sans constater que cette destination résultait d'une
stipulation contractuelle expresse, la cour d'appel a violé l'article L. 311-3 du code de la
consommation ;

2°/ que la commune intention des parties de s'engager dans une opération complexe ne peut résulter
que d'une convention expresse de compte courant spécifiant qu'il peut fonctionner en position
débitrice ; qu'à défaut de constater une telle convention, la cour d'appel ne pouvait décider que les
parties s'étaient engagées dans une opération complexe autorisant le fonctionnement du compte à

151
découvert, peu important que la banque ait unilatéralement adressé trimestriellement à Mme X... des
relevés d'intérêts et de commissions relatifs à «votre compte courant» comportant des commissions
de découvert et de mouvement ; que ce faisant, elle a violé les dispositions de l'article L. 311-2 du
code de la consommation ;

Mais attendu que si la destination professionnelle d'un crédit doit résulter d'une stipulation expresse,
les dispositions régissant le crédit à la consommation ne sont pas applicables à la convention de
compte courant à vocation professionnelle, ce dernier eût-il fonctionné à découvert ; que la cour
d'appel a relevé, par motifs adoptés, que Mme X... s'était présentée à la banque comme une
commerçante exploitant sous l'enseigne Suzy et a précisé, par motifs propres, qu'il ressortait du
dossier d'entrée en relations que le compte litigieux avait été ouvert sous ce nom commercial,
figurant après le nom patronymique de l'intéressée qui venait d'être immatriculée au registre du
commerce et des sociétés pour son activité de "commerce non sédentaire d'objets mobiliers divers
neufs et occasion, brocante" ; qu'ayant en outre constaté que la commune intention des parties avait
été de s'engager dans une opération complexe, autorisant le fonctionnement à découvert du compte,
qualifié de compte courant sur les relevés trimestriels d'intérêts et de commissions, et ayant
enregistré des remises d'espèces importantes ainsi que des règlements d'achats auprès de
commissaires-priseurs, correspondant à l'activité professionnelle de Mme X..., elle en a exactement
déduit que cette convention ne relevait pas des règles applicables au crédit à la consommation ; que le
moyen n'est fondé en aucune de ses branches ;

Mais sur le second moyen, pris en sa première branche :

Vu l'article 1147 du code civil ;

Attendu que pour écarter la responsabilité de la banque l'arrêt attaqué retient qu'il ne saurait être
soutenu que la BNP Paribas a accordé un crédit par caisse abusif dès lors que les dépassements dont
Mme X... a pu profiter ne reflétaient que ses débordements unilatéraux et ne constituaient que des
concours occasionnels tolérés par l'établissement de crédit qui les subissait tout en relevant que seuls
des rejets de chèques ou d'autres valeurs auraient pu mettre un terme à cette situation de façon
anticipée, ce que l'intéressée n'aurait pas manqué de reprocher à la banque ;

Qu'en se déterminant ainsi sans préciser si Mme X... avait la qualité d'emprunteur non averti et, dans
l'affirmative, si conformément au devoir de mise en garde auquel elle était tenue à son égard, la
banque justifiait avoir satisfait à cette obligation au regard de ses capacités financières et des risques
de l'endettement nés du découvert litigieux, la cour d'appel a privé sa décision de base légale ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur la seconde branche du second moyen :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a débouté Mme X... de ses demandes, l'arrêt rendu
le 22 janvier 2009, entre les parties, par la cour d'appel d'Orléans ; remet, en conséquence, sur ce
point, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit,
les renvoie devant la cour d'appel de Poitiers ;

Condamne la société BNP Paribas aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile et l'article 37 de la loi du 10 juillet 1991, rejette les
demandes tant de la SCP Waquet, avocat de Mme X... que de la BNP Paribas ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera
transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt partiellement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, première chambre civile, et prononcé par le président en
son audience publique du six janvier deux mille onze.

152
Doc. 21: Cass. Civ 8 janvier 2009 n°06-17.630

LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

Attendu que l'association UFC Que Choisir a, sur le fondement de l'article L. 421-6 du code de la
consommation, introduit contre le Crédit lyonnais une action en suppression de clauses contenues
dans la convention de compte de dépôt et dans le guide tarifaire proposés, en 2003, aux clients de la
banque ; que l'arrêt attaqué, qui examine ces clauses contenues dans les documents contractuels, tels
que proposés aux clients dans leur version de 2005, accueille l'action pour certaines clauses mais la
rejette pour d'autres ;

Sur le douzième moyen, tel qu'il figure dans le mémoire en demande et est annexé au présent arrêt :

Attendu qu'ayant constaté que le Crédit lyonnais avait versé aux débats la convention de compte de
dépôt dans sa version d'octobre 2005 et l'édition du guide tarifaire de juillet 2005, la cour d'appel, qui
a examiné les clauses contenues dans ces documents contractuels, substitués, au jour où elle statuait,
à ceux antérieurement proposés aux consommateurs, a, à bon droit, rejeté la demande de l'association
UFC Que Choisir en ce qu'elle tendait à voir déclarer abusive la clause 1.5 § 2 qui ne figurait plus
dans la nouvelle version de la convention ; que le moyen ne peut être accueilli ;

Sur le deuxième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure dans le mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que, contrairement à ce qu'affirme le moyen, les clauses, prévoyant respectivement que les
relevés de compte remis ou transmis par voie informatique font preuve des opérations et écritures
qu'ils comportent et que la preuve de la remise d'espèces ou de chèques dans les automates, qui ne
vérifient pas le montant du dépôt mentionné par le client, résulte d'un inventaire ultérieur effectué
par la banque, réservent, sans altérer le pouvoir souverain d'appréciation du juge, la possibilité pour
le titulaire du compte d'apporter, sans en inverser la charge, la preuve de la réalité des opérations, des
ordres ou des dépôts ; que le moyen n'est fondé en aucune de ses branches ;

Sur le troisième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure au mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que, d'abord, ayant retenu que, si le code confidentiel d'accès aux services de consultation et
de gestion de compte à distance par internet, audiotel ou minitel permettait de consulter le solde des
comptes, d'effectuer des virements entre comptes du même client et de réaliser des opérations
bancaires et sur titres, il n'était pas pour autant le code secret d'une carte bancaire, la cour d'appel,
qui n'avait pas à se livrer à la recherche prétendument omise dès lors que les dispositions de l'article
L. 132-4 du code monétaire et financier, relatives aux cartes de paiement, se trouvaient sans
application, a légalement justifié sa décision d'écarter le caractère illicite de la clause selon laquelle le
Crédit lyonnais n'assumait pas la responsabilité des conséquences d'un usage abusif ou frauduleux du
code confidentiel ; qu'ensuite, ayant, par motifs propres et adoptés, relevé que cette clause, contenue
dans des stipulations destinées à mettre en garde le client sur les mesures de sécurité élémentaires
qu'il doit prendre concernant son code personnel pour en assurer la confidentialité et en prévenir la
divulgation, et retenu, en conséquence, qu'elle visait l'utilisation abusive ou frauduleuse par un tiers
en possession du code personnel du fait de la négligence de ce client ou par ce dernier, la cour d'appel
a légalement justifié sa décision d'écarter le caractère abusif de ladite clause qui n'avait pas pour objet
ni pour effet d'exonérer la banque de sa responsabilité en cas de faute de sa part ; que le moyen ne
peut être accueilli ;

Sur le quatrième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure au mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que l'arrêt retient, à bon droit, que la clause, prévoyant que les carnets de chèques sont
retirés au guichet de l'agence ou envoyés par courrier recommandé aux frais du client, soit sur
instruction de celui-ci, soit en l'absence de retrait dans un délai de six semaines, ne méconnaît pas les

153
dispositions de l'article L. 131-71 du code monétaire et financier selon lesquelles les formules de
chèques sont mises gratuitement à la disposition du titulaire du compte, ni ne présente un caractère
abusif, dès lors que les chéquiers peuvent être effectivement retirés sans frais au guichet de l'agence
pendant un délai suffisamment long et que leur renouvellement, répondant au besoin du client,
implique légitimement que celui-ci assume les frais d'envoi lorsque, informé de la mise à disposition à
l'agence, il n'a pas cru devoir profiter de leur délivrance gratuite dans le délai suffisant dont il dispose
; que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le septième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure au mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que l'arrêt écarte, à bon droit, le caractère illicite et abusif de la clause stipulant que
"certaines opérations, rares ou spécifiques, ne figurent pas sur le guide tarifaire des principales
opérations et qu'il appartient au client de s'informer de leurs conditions financières auprès de son
agence", dès lors que les qualificatifs attribués aux opérations concernées en délimitent suffisamment
la nature et le domaine en dehors des opérations envisagées par l'article 2 de l'arrêté du 8 mars 2005
et que l'information dispensée au client sur sa demande et avant leur réalisation est de nature à
prévenir tout déséquilibre au détriment de ce dernier ; que le moyen n'est pas fondé ;

Sur le huitième moyen, pris en ses deux branches, tel qu'il figure au mémoire en demande et est
annexé au présent arrêt :

Attendu que, d'abord, l'association UFC Que Choisir, qui a soutenu, devant la cour d'appel, que "si le
législateur a accordé une dérogation au principe de l'intangibilité des contrats synallagmatiques , en
faveur des banquiers, par l'article L. 312-1-1 du code monétaire et financier, c'est seulement pour
"tout projet de modification du tarif ..."... Dès lors, pour toute modification autre que celle du tarif des
produits et services, la clause est bien illicite", n'est pas recevable à fonder un grief sur une position
contraire en invoquant l'illicéité de la clause en ce qu'elle engloberait l'évolution des conditions
tarifaires ; qu'ensuite, la cour d'appel a exactement écarté le caractère abusif de la clause prévoyant
que "les services entrant dans la gestion d'un compte de dépôts et les conditions de la convention
sont susceptibles d'évoluer notamment pour les adapter aux besoins de la clientèle et aux évolutions
financières ou techniques ainsi qu'aux mesures d'ordre législatif ou réglementaire. Nous en
informerons la clientèle .. La poursuite de la relation de compte ou l'absence de manifestation écrite
d'un désaccord vaudra acceptation de votre part", dès lors que ladite clause réservait la possibilité
pour le client de contester la modification et de mettre fin à la convention ; que le moyen ne peut être
accueilli ;

Sur le neuvième moyen, tel qu'il figure au mémoire en demande et est annexé au présent arrêt :

Attendu que, l'association UFC Que Choisir s'étant bornée à invoquer l'interdiction de toute
prospection commerciale à partir de données personnelles communiquées sans l'accord préalable du
consommateur, la cour d'appel n'était pas tenue de procéder à la recherche, prétendument omise,
relative à la possibilité pour le titulaire du compte de s'opposer à la diffusion de ses données
personnelles, qui ne lui était pas demandée, d'autant qu'il s'infère de l'arrêt, relevant que l'édition
d'octobre 2005 de la convention de compte de dépôt stipulait que le client autorisait la banque à
partager les données le concernant, que celui-ci avait la faculté de ne pas donner son autorisation ;
que, dès lors, elle a légalement justifié sa décision ;

Sur le dixième moyen, tel qu'il figure au mémoire en demande et est annexé au présent arrêt :

Attendu que la cour d'appel a exactement écarté le caractère abusif de la clause selon laquelle le
Crédit lyonnais s'autorisait à refuser les chèques émis sur des formules non conformes aux normes en
usage dans la profession et prévoyait une commission pour le traitement de pareils chèques, dès lors
qu'une telle clause, destinée à permettre un traitement rationalisé des formules de chèques
normalisées au lieu d'un traitement individualisé de formules singulières nécessairement plus long et
plus onéreux, ne crée aucun avantage au profit de la banque ni aucun désavantage au détriment du
consommateur qui bénéficie de la délivrance gratuite des chéquiers et d'une facilité d'utilisation, et,

154
partant, n'a pas pour effet de créer un déséquilibre significatif entre les droits et obligations des
parties ; que le moyen n'est pas fondé ;

Et sur les cinquième et sixième moyens, tel qu'ils figurent au mémoire en demande et sont annexés
au présent arrêt :

Attendu que ces moyens ne seraient pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;

Mais, sur le premier moyen :

Vu l'article L. 132-1 du code de la consommation ;

Attendu que, pour déclarer non abusive la clause prévoyant "qu'à l'expiration d'un délai de trois mois
à compter de la date d'édition d'un relevé de compte les écritures et opérations mentionnées sur celui-
ci seront considérées comme approuvées", l'arrêt retient que le principe de l'acceptation tacite du
client invité à formuler des observations dans le délai raisonnable de trois mois n'est pas illicite
puisqu'aucun texte ne l'interdit, que le délai de trois mois permet au client de prendre connaissance
de manière approfondie de toutes les opérations, et qu'en outre il n'interdit pas, après son expiration,
une éventuelle action en responsabilité contractuelle en cas de faute ou d'erreur manifeste ;

Attendu, cependant, qu'une telle clause, qui postule l'approbation des écritures et opérations à
l'expiration du délai prévu, est de nature à susciter ou entretenir la conviction du titulaire du compte
qu'il se trouve privé de la possibilité de les contester, alors même qu'il n'aurait pu en connaître
l'inexactitude qu'au-delà du délai, et, partant, a pour objet et pour effet d'entraver l'exercice par le
consommateur de son droit d'agir en justice, de sorte qu'elle est abusive ; qu'en statuant comme elle
l'a fait, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

Et sur le onzième moyen :

Vu l'article L. 132-1 du code de la consommation ;

Attendu que pour écarter le caractère abusif de la clause stipulant que "le compte de dépôt fonctionne
comme un compte courant par lequel les créances et les dettes forment un solde de compte seul
exigible", l'arrêt retient qu'il n'existe pas de définition légale ou réglementaire du compte de dépôt et
du compte courant, que la clause litigieuse n'entraîne pas de confusion entre les deux notions
puisqu'elle précise que le compte de dépôt fonctionne selon les règles du compte courant et que le
mécanisme de fonctionnement du compte courant est simple et accessible à un entendement normal
et est, en outre, conventionnellement prévu ;

Qu'en se déterminant ainsi quand l'assimilation du compte de dépôt au compte courant, non conforme
à la réalité du fonctionnement du premier, normalement mouvementé uniquement par des
versements ou des retraits dans la limite du disponible, permet à la banque d'éluder les obligations
posées par l'article L. 312-1 du code monétaire et financier, concernant les services liés à l'ouverture
d'un compte de dépôt et la notification par écrit de la décision motivée de clore un tel compte, de
sorte que la clause litigieuse, qui a pour effet de limiter de façon inappropriée les droits légaux du
consommateur vis-à-vis du professionnel, crée ainsi un déséquilibre entre les droits et obligations des
parties, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

Et attendu qu'en application de l'article 627, alinéa 2, du code de procédure civile, la Cour de
cassation est en mesure, en cassant sans renvoi, de mettre fin au litige, par application de la règle de
droit appropriée ;

PAR CES MOTIFS :

CASSE ET ANNULE, mais seulement en ce qu'il a rejeté la demande de suppression des clauses 2.1
§ 3 et 1.1 § 1 de la convention de compte de dépôt, en sa version d'octobre 2005, proposée par le
Crédit lyonnais, l'arrêt rendu le 11 mai 2006, entre les parties, par la cour d'appel de Lyon ;

155
DIT n'y avoir lieu à renvoi ;

Déclare abusives les dites clauses ;

Dit, en conséquence, qu'elles sont réputées non écrites ;

Condamne le Crédit lyonnais aux dépens ;

Vu l'article 700 du code de procédure civile, rejette la demande du Crédit lyonnais ;

Dit que sur les diligences du procureur général près la Cour de cassation, le présent arrêt sera
transmis pour être transcrit en marge ou à la suite de l'arrêt partiellement cassé ;

Ainsi fait et jugé par la Cour de cassation, première chambre civile, et prononcé par le président en
son audience publique du huit janvier deux mille neuf.

Doc. 22 : Cass. Com 6 février 1996, n°93-19.601, Bull IV n°34

ARRÊT N° 2

Sur le moyen unique :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 14 mai 1993), que, par acte du 31 juillet 1987, la Banque
nationale de Paris (la banque) s'est portée, à concurrence d'un certain montant, caution envers la
société compagnie Norwich Union, propriétaire de locaux loués à la Société internationale de gestion
(société SIG), du paiement des loyers et charges locatives dus par celle-ci ; que la société SIG, par
deux jugements du 19 mai 1988, a été mise en redressement puis en liquidation judiciaires ; que le
liquidateur de la procédure collective a demandé à la banque de lui verser la somme de 328 163,89
francs, représentant le montant du solde créditeur du compte courant ouvert dans ses livres à la
société SIG ; que la banque n'a remis au liquidateur que la somme de 93 866,04 francs, déclarant
conserver la différence pour la couvrir du montant des loyers et charges restant à payer dans la limite
de son engagement de caution ; que le liquidateur a assigné la banque en paiement de cette somme ;

Attendu que le liquidateur reproche à l'arrêt de l'avoir débouté de sa demande alors, selon le pourvoi,
que si le principe de l'affectation des créances au compte courant crée un lien de connexité suffisant
pour permettre la compensation entre une créance qui, née de l'exécution d'un contrat de
cautionnement souscrit par une banque, est certaine, liquide et exigible de sorte qu'elle se trouve
affectée au disponible du compte courant et le solde créditeur de ce compte, le lien de connexité n'est
pas suffisant pour permettre une compensation entre le solde créditeur disponible d'un compte
courant et la créance hypothétique que pourrait détenir une banque en raison de son engagement de
caution, qui figure au différé et ne sera portée au disponible que lorsqu'elle sera certaine, liquide et
exigible en raison de l'exécution du cautionnement souscrit par la banque ; qu'en énonçant que la
banque pouvait retenir le solde créditeur du compte courant détenu par la société SIG afin d'être
compensé avec la créance non certaine, ni liquide, ni exigible qu'elle pourrait détenir en raison du
seul fait de son engagement de caution, la cour d'appel a violé les articles 1289 et suivants du Code
civil ;

Mais attendu que l'arrêt relève que la société SIG était défaillante dans le paiement des loyers dès
avant sa mise en liquidation judiciaire, que la banque avait été appelée à se substituer à elle dans les
règlements, en qualité de caution, et qu'après une première série de versements antérieurs à
l'ouverture de la procédure collective, son obligation d'en exécuter ultérieurement d'autres était
certaine ; qu'il en résulte que la créance certaine de la banque sur la société débitrice était, bien que
non encore exigible, connexe de celles devant être inscrites au compte courant, dont elles avaient fait
le cadre de règlement de leurs créances réciproques, et que ladite créance déclarée au passif du

156
redressement judiciaire pouvait, en conséquence, être invoquée en compensation du solde du compte ;
que par ces motifs, l'arrêt se trouve légalement justifié ; que le moyen n'est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS :

REJETTE le pourvoi.

Doc. 23 : Cass. Com 13 novembre 1973, n°70-14.374 71-10.478, Bull n°325

SUR LE MOYEN UNIQUE DU POURVOI 70-14 374, QUI EST PREALABLE :

ATTENDU QU'IL EST FAIT GRIEF A L'ARRET ATTAQUE D'AVOIR DECLARE QUE
L'AGENT JUDICIAIRE DU TRESOR AVAIT ETE, A JUSTE TITRE, MIS EN CAUSE ET
QUE LA CONDAMNATION PRONONCEE CONTRE LE PERCEPTEUR DE SAINT-CLAUDE
LUI ETAIT OPPOSABLE, ALORS QUE, SELON LE POURVOI, LE LITIGE OPPOSANT LE
CONTRIBUABLE AU PERCEPTEUR ETANT FONDE SUR LA PRETENDUE
IRREGULARITE D'UNE OPPOSITION A TIERS-DETENTEUR PRATIQUEE SUR UN
COMPTE-COURANT POUR LE RECOUVREMENT DE CONTRIBUTIONS DIRECTES, LA
CAUSE DE L'ACTION N'ETAIT PAS ETRANGERE A L'IMPOT, CE QUI IMPLIQUAIT LA
COMPETENCE DU COMPTABLE AUTEUR DES POURSUITES LITIGIEUSES ET NON DE
L'AGENT JUDICIAIRE DU TRESOR POUR DEFENDRE A L'ACTION EN
RESPONSABILITE FONDEE SUR UN ACTE DE POURSUITES ;

MAIS ATTENDU QU'APRES AVOIR RETENU QUE L'ACTION INTENTEE PAR BAPTISTA
ETAIT ETRANGERE AU PRINCIPE ET AU MONTANT DE LA DETTE D'IMPOT NON
CONTESTEE, MAIS TENDAIT UNIQUEMENT A FAIRE DECLARER L'ETAT DEBITEUR
DE DOMMAGES-INTERETS EN RAISON DE LA FAUTE DE SERVICE QU'AURAIT
COMMISE UN FONCTIONNAIRE DE L'ADMINISTRATION DES FINANCES DANS UNE
PROCEDURE D'EXECUTION, LA COUR D'APPEL A PU EN DEDUIRE QUE LA MISE EN
CAUSE DE L'AGENT JUDICIAIRE DU TRESOR SUR UNE TELLE ACTION ETAIT
JUSTIFIEE ;

QUE LE MOYEN N'EST PAS FONDE ;

MAIS SUR LE MOYEN UNIQUE DU POURVOI N° 71-10 478, PRIS EN SA PREMIERE


BRANCHE : VU L'ARTICLE 2093 DU CODE CIVIL ET L'ARTICLE 1922 DU CODE
GENERAL DES IMPOTS ;

ATTENDU QU'ESTIMANT QU'EN RAISON DE L'INDIVISIBILITE DES OPERATIONS


D'UN COMPTE-COURANT, AUCUN SOLDE NE PEUT ETRE DEGAGE AVANT LA
CLOTURE FINALE DU COMPTE ET QUE, TANT QUE CELUI-CI N'EST PAS
DEFINITIVEMENT ARRETE, AUCUN CREANCIER N'A LE DROIT DE PRATIQUER
SAISIE SUR UN SOLDE PROVISOIRE, LA COUR D'APPEL A CONSIDERE QUE LE
PERCEPTEUR DE SAINT-CLAUDE, QUI POURSUIVAIT LE RECOUVREMENT D'IMPOTS,
AVAIT COMMIS UNE FAUTE EN DEMANDANT A LA BANQUE DE LA GUADELOUPE,
PAR VOIE D'AVIS A TIERS DETENTEUR, LE VERSEMENT DES DISPONIBILITES DU
COMPTE-COURANT DONT BAPTISTA ETAIT TITULAIRE DANS CET ETABLISSEMENT
;

ATTENDU, CEPENDANT, QUE LA CREANCE, OBJET DE LA PROCEDURE


D'EXECUTION LITIGIEUSE, ETAIT RECOUVRABLE SUR L'ENSEMBLE DU
PATRIMOINE DE BAPTISTA ET QUE, FAISANT PARTIE DUDIT PATRIMOINE, LE
SOLDE PROVISOIRE DU COMPTE-COURANT, AU JOUR OU LE PERCEPTEUR A
NOTIFIE SA DEMANDE A LA BANQUE, NE POUVAIT ETRE DISTRAIT DU GAGE
GENERAL DU TRESOR ;

157
QU'IL SUIT DE LA QU'EN SE REFUSANT A RECHERCHER QUELLES ETAIENT LES
DISPONIBILITES DU COMPTE DE BAPTISTA LORS DE L'OPPOSITION DU
PERCEPTEUR ET EN DECLARANT FAUTIVE UNE TELLE OPPOSITION, LA COUR
D'APPEL N'A PAS LEGALEMENT JUSTIFIE SA DECISION ;

PAR CES MOTIFS : SUR LE POURVOI N° 70-14 374, REJETTE ;

SUR LE POURVOI N° 71-10 478, ET SANS QU'IL SOIT BESOIN D'EXAMINER LA SECONDE
BRANCHE DU MOYEN UNIQUE : CASSE ET ANNULE L'ARRET RENDU LE 29 JUIN 1970
ENTRE LES PARTIES, PAR LA COUR D'APPEL DE BASSE-TERRE ;

REMET, EN CONSEQUENCE, LA CAUSE ET LES PARTIES AU MEME ET SEMBLABLE


ETAT OU ELLES ETAIENT AVANT LEDIT ARRET ET, POUR ETRE FAIT DROIT, LES
RENVOIE DEVANT LA COUR D'APPEL DE FORT-DE-FRANCE.

Doc. 24 : Cass. Civ 1ère 9 février 1988, n°86-11.557, Bull 1988 I n°34

Sur le premier moyen, pris en sa première branche :

Vu l'article 1907 du Code civil ;

Attendu que le taux de l'intérêt conventionnel doit être fixé par écrit ; que cette règle, prescrite pour
la validité même de la stipulation d'intérêt, est d'application générale et qu'il ne peut y être dérogé
même en matière d'intérêts afférents au solde débiteur d'un compte courant ;

Attendu que l'arrêt attaqué a constaté qu'il n'existait aucun écrit fixant le taux de l'intérêt du solde
débiteur du compte courant de la société Toulon, avant sa clôture ; qu'il a néanmoins condamné cette
société, ainsi que les cautions, à payer des intérêts au taux conventionnel de 19,65 % par des motifs
tirés de l'absence de contestation des décomptes ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'à défaut d'écrit fixant le taux de l'intérêt conventionnel, le taux
légal est seul applicable au solde débiteur d'un compte courant, la cour d'appel a violé le texte susvisé
;

Et sur le second moyen, pris en sa seconde branche :

Vu l'article 2013 du Code civil ;

Attendu que pour condamner Mme veuve X..., M. Jean-Luc X... et M. Denis X... à payer à la Banque
nationale de Paris, en leur qualité de caution, les intérêts, au taux de 19,65 %, du solde débiteur du
compte courant de la société Toulon, après sa clôture, la cour d'appel s'est bornée à relever que par
un acte du 29 mai 1981 lesdites cautions avaient accepté ce taux d'intérêt ;

Attendu, cependant, qu'après la clôture d'un compte courant le taux conventionnel fixé auparavant ne
continue à s'appliquer que s'il existe une convention entre le débiteur et le créancier et que le
cautionnement ne peut excéder ce qui est dû par le débiteur principal, ni être contracté sous des
conditions plus onéreuses ; d'où il suit qu'en statuant comme elle a fait, sans rechercher s'il existait un
accord écrit entre la société Toulon, débiteur principal, et la Banque nationale de Paris, pour fixer au
taux de 19,65 % les intérêts attachés au solde débiteur du compte courant après sa clôture, la cour
d'appel n'a pas donné de base légale à sa décision ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur l'autre branche de chacun des moyens :

CASSE ET ANNULE, en son entier, l'arrêt rendu le 9 décembre 1985, entre les parties, par la cour
d'appel de Reims ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient
avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Versailles.

158
Doc. 25 : Cass. Com. 22 mai 1991, n°89-19.697, Bull 1991 IV n°168

Sur le moyen unique, pris en sa première branche :

Vu l'article 1907 du Code civil, ensemble l'article 4 de la loi du 28 décembre 1966, l'article 2 du décret
du 4 septembre 1985 ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que la Banque populaire du Sud-Ouest (la banque), qui avait consenti un
découvert en compte courant à Mme X..., a assigné celle-ci en paiement du solde débiteur de ce
compte clôturé le 29 juillet 1983, comprenant des intérêts conventionnels ;

Attendu que, pour décider que sur les soldes débiteurs du compte courant, la banque ne pouvait
prélever que les intérêts au taux légal, la cour d'appel a relevé qu'aucune convention écrite fixant le
taux de l'intérêt en cas de découvert du compte courant n'était intervenue entre la banque et Mme X... ;
qu'en l'absence de l'écrit prévu à l'alinéa 2, de l'article 1907, du Code civil et à l'article 4 de la loi du 28
décembre 1966, l'accord des parties n'était pas acquis et que le taux légal était donc seul applicable au
solde débiteur ; qu'à cet égard, les correspondances adressées par Mme X... à la banque n'exprimaient
pas une approbation expresse et qu'un acquiescement tacite, conscient et dépourvu de toute ambiguïté,
ne pouvait être déduit de la réception par Mme X... des extraits ou relevés de compte périodiques, dès
lors que ces documents ne comportaient ni la mention des éléments propres à déterminer le taux
effectif global de l'intérêt avec notamment l'explication des modalités de calcul, ni la recommandation
d'informer la banque, dans un délai donné, d'un éventuel désaccord sur le décompte présenté, à
l'expiration duquel l'approbation serait considérée comme acquise ; qu'elle a retenu encore qu'il n'y
avait pas lieu de limiter la rétroactivité de la répétition des sommes prélevées au titre des intérêts au 10
septembre 1985, date d'entrée en vigueur du décret du 4 septembre 1985, puisque le taux effectif
global institué par ce texte ne différait de celui de la loi du 28 décembre 1966 que par son mode de
calcul et demeurait donc comme le précédent un intérêt soumis à la formalité de l'écrit prévu à l'article
1907 du Code civil ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors que la loi du 28 décembre 1966 n'était pas applicable avant l'entrée
en vigueur du décret du 4 septembre 1985 déterminant le mode de calcul du taux effectif global
lorsqu'il s'agit d'un découvert en compte et qu'en recevant sans protestation ni réserve les relevés de
compte qui lui étaient adressés, Mme X... avait accepté tacitement le taux des intérêts prélevés par la
banque, la cour d'appel, eu égard à la date de clôture du compte, a violé les textes susvisés ;

Et sur le moyen unique, pris en sa seconde branche :

Vu l'article 1154 du Code civil ;

Attendu que, pour exclure la capitalisation des intérêts pendant le fonctionnement du compte courant,
la cour d'appel a retenu que, si l'effet novatoire, c'est-à-dire l'incorporation au capital de l'intérêt par la
seule vertu de son inscription en compte, expliquait la capitalisation le plus souvent trimestrielle des
intérêts, il ne saurait justifier en l'espèce, en l'absence d'une convention spéciale d'anatocisme conclue
entre les parties, une pratique contraire aux dispositions de l'article 1154 du Code civil selon lesquelles
l'intervalle entre deux capitalisations est une année entière au moins ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors que la capitalisation des intérêts d'un compte courant se produit de
plein droit à chaque arrêté périodique par fusion dans le solde résultant dudit arrêté, d'où il suit que
l'article 1154 du Code civil n'était pas applicable, la cour d'appel a violé ce texte ;

PAR CES MOTIFS :


CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 24 mai 1989, entre les parties, par
la cour d'appel de Paris ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient
avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de Versailles.

159
160
Séance n° 6
LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT : le chèque (I)

LES NOTIONS ESSENTIELLES


Revoir les notions suivantes : formes de chèque, création, provision, transmission et paiement du
chèque, responsabilité du banquier

LE CHEQUE DE GARANTIE
Doc. 1 : Cass. com., 24 octobre 2000, n° 97-21.710, Bull. civ., IV, n° 162

LA PROVISION DU CHEQUE
Doc. 2 : Cass. com., 4 mars 1986, n° 84-16.880 ; D. 1987, n° 2, M. Cabrillac
Doc. 3 : Cass. com., 30 mai 2000, n° 96-20.423 (extraits)
Doc. 4 : Cass. com., 12 janvier 2010, n° 08-20.241, Bull. civ., IV, n° 1 ; Gaz. Pal. 190-191, 9-10 juillet
2010, p. 25, A.C. Rouaud
Doc. 5 : Cass. com., 18 janvier 2011,n° 10-10.259 (extraits) , Bull. civ., IV, n° 2 ; Gaz. Pal. 56-57, 25-
26 février 2011, p. 21, A.C

LA PRESENTATION ET LE PAIEMENT DU CHEQUE


Doc. 6 : Article L. 131-31 du code monétaire et financier
Doc. 7 : Article L. 131-32 du code monétaire et financier
Doc. 8 : Article L. 131-35 du code monétaire et financier
Doc. 9 : Article L. 131-37 du code monétaire et financier
Doc. 10 : Article L.131-38 du code monétaire et financier
Doc. 11 : Cass. com., 19 juin 2012, n° 11-17.061, Bull. civ., IV, n° 124; D. 2012, p. 1732, V. Avena-
Robardet ; Gaz. Pal. 265-266/2013, p. 24, A.C. Rouaud ; Banque & Droit 5/2012, p. 14, T. Bonneau
Doc. 12 : Cass. com., 23 janvier 2007, n° 05-18.557(extraits), Bull. civ., IV, n° 6
Doc. 13 : Cass. com., 27 novembre 2012, n° 11-19.864, Bull. civ., IV, n° 212; Gaz. Pal. 102-
103/2013, p. 16, A.C. Rouaud; Banque & Droit 1/2013, p. 20, T. Bonneau

LA RESPONSABILITE DU BANQUIER

Doc. 14 : V. Niori et A. Drochon, « Le chèque falsifié, le banquier, son client et le faussaire :


responsabilités », Gaz. Pal. 1er juillet 2004, p. 3
Doc. 15 : Cass. com., 16 mars 2010, n° 09-11.734, D ; Gaz. Pal. 190-191, 9-10 juillet 2010, p. 27, A.C.
Rouaud
Doc. 16 : Cass. com., 28 janvier 2014, n° 12-27.901 (extraits) ; Banque & Dr. n° 155, mai-juin 2014,
p. 30, T. Bonneau

EXERCICE

Commenter l’arrêt reproduit dans le doc. 3 : Cass. com., 30 mai 2000, n° 96-20.423.

161
LE CHEQUE DE GARANTIE
Doc. 1 : Cass. com., 26 janvier 1988, Bull. civ. IV, n° 49

Sur le moyen unique, pris en ses trois branches du pourvoi principal et le moyen unique, pris en ses
deux branches, du pourvoi incident :

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Versailles, 12 septembre 1997), que la société Hesnault a fait parvenir
à la société Dapharm un chèque de 2 200 000 francs tiré sur la BNP, en lui précisant qu'il était
destiné à " couvrir (des) urgences et quatre factures pro forma afin d'expédier sans délai, les
marchandises " et lui demandant " de ne pas le mettre en banque puisque c'est un chèque de garantie
" ; que s'estimant créancière envers l'organisme destinataire des marchandises la société Dapharm a
mis à l'encaissement le chèque émis à son profit par la société Hesnault, laquelle a formé opposition à
son paiement ; que la société Dapharm a saisi la juridiction des référés aux fins de mainlevée de
l'opposition ;

Attendu que la société Hesnault et la BNP font grief à l'arrêt de la mainlevée de l'opposition, alors,
selon le pourvoi, 1° que, dans la mesure où les conditions posées par la loi au regard des engagements
de garantie sont réunies, cette garantie peut consister en la remise d'un chèque assorti de la condition
qu'il ne sera porté à l'encaissement que si le tiers dont les obligations sont ainsi garanties ne les
exécute pas ; qu'en affirmant que le chèque de garantie n'existait pas en droit français, la cour d'appel
a violé, par fausse application, l'article 28 du décret-loi du 30 octobre 1935 ; alors, 2° que constitue
une utilisation frauduleuse légitimant l'opposition au paiement la remise à l'encaissement d'un chèque
qui a été préalablement adressé au bénéficiaire à titre de garantie, alors que cette garantie est
devenue sans objet ; qu'en ordonnant la mainlevée de l'opposition formée par l'émetteur du chèque
litigieux au motif qu'il ne soutenait pas que le chèque litigieux ait été perdu ou volé, et qu'il
n'établissait pas que le chèque ait été utilisé de façon " manifestement " frauduleuse, ce qui
supposerait sa falsification ou sa contrefaçon, la cour d'appel a violé l'article 32 du décret-loi du 30
octobre 1935 ; alors, 3° qu'il appartient au bénéficiaire d'un chèque sollicitant la mainlevée d'une
opposition à paiement d'établir qu'il est titulaire d'un droit sur la provision ; qu'en faisant droit à la
demande de la société Dapharm sans avoir relevé que le chèque avait été remis à l'encaissement dans
le délai prévu par l'article 52 du décret-loi du 30 octobre 1935, la cour d'appel a privé sa décision de
base légale au regard de l'article 32 dudit décret-loi ; alors 4° que le chèque, dont la remise est
assortie de la condition qu'il ne sera pas porté à l'encaissement si le tiers dont les obligations sont
ainsi garanties ne les exécute pas, est licite ; qu'en statuant pourtant comme elle l'a fait, la cour
d'appel a violé l'article 28 du décret-loi du 30 octobre 1935 ; et alors, 5° que constitue une utilisation
frauduleuse légitimant l'opposition au paiement la remise à l'encaissement d'un chèque qui a été
préalablement adressé au bénéficiaire à titre de garantie, cette garantie étant devenue sans objet ;
qu'en ordonnant cependant la mainlevée de l'opposition formée par l'émetteur du chèque de garantie,
la cour d'appel a violé l'article 32 du décret-loi du 30 octobre 1935 ;

Mais attendu, d'une part, qu'un chèque est un instrument de paiement que le bénéficiaire peut faire
encaisser même dans le cas où il lui a été " remis à titre de garantie ", sauf à lui à en restituer le
montant si le paiement reçu était indu ; que la cour d'appel a statué, à bon droit, en ce sens ;

Attendu, d'autre part, que le droit d'obtenir paiement d'un chèque ne pouvant être subordonné à la
réalisation d'une condition, ne constitue pas une utilisation frauduleuse justifiant l'opposition, la
remise de ce chèque à l'encaissement, même s'il a été reçu à titre de garantie ; que la cour d'appel a
statué à bon droit en ce sens ;

162
Attendu, enfin, que le bénéficiaire d'un chèque peut agir en mainlevée de l'opposition tant que celle-ci
garde effet, à savoir jusqu'à la prescription de l'action contre le tiré ; qu'il ne résulte pas des
conclusions échangées en instance d'appel qu'il y ait été prétendu que cette prescription était
intervenue ; que la cour d'appel n'a, dès lors, pas privé sa décision de base légale à cet égard ;

D'où il suit que le moyen n'est fondé en aucune de ses branches ;

PAR CES MOTIFS :


REJETTE les pourvois tant principal qu'incident.

LA PROVISION DU CHEQUE
Doc. 2 : Cass. com., 4 mars 1986, n° 84-16.880

Vu les articles 3 et 65-3 du décret du 30 octobre 1935, l'article 1134 du Code civil ;

Attendu qu'il résulte des énonciations de l'arrêt infirmatif attaqué que Mlle Martins X... était titulaire
d'un compte ouvert dans les livres de la Caisse de Crédit Mutuel de Clermont-Ferrand (la Caisse) ;
que cette banque a informé sa cliente que la situation de son compte ne permettait pas le paiement
d'un chèque émis par elle et lui a adressé l'injonction prévue par l'article 65-3 du décret-loi du 30
octobre 1935 ; que Melle Martins X... a assigné en référé la Caisse pour voir ordonner la mainlevée
de l'interdiction bancaire ainsi notifiée ;

Attendu que, pour accueillir cette demande, la Cour d'appel a relevé, d'une part, que, si, à la date de
refus de paiement du chèque, le compte de Mlle Martins X... était " mathématiquement déficitaire ",
certains jours et momentanément ce compte était débiteur de sommes importantes, ce qui
n'empêchait pas la Caisse d'honorer les chèques émis par sa cliente, que Mlle Martins X..., qui ne
bénéficiait pas d'une convention de découvert, profitait d'une manière habituelle d'une assez large
tolérance et que la Caisse avait l'habitude de lui consentir des découverts momentanés, et, d'autre
part, que la Caisse savait qu'un chèque que Mlle Martins X... lui avait remis, pour que la somme soit
versée au crédit de son compte, était en instance de paiement ;

Attendu qu'en le déterminant par de tels motifs, qui ne faisaient pas apparaître que Mlle Martins X...
bénéficiait d'un engagement stable et permanent de la Caisse de payer à découvert jusqu'à un certain
montant les chèques émis par sa cliente, et dès lors que le montant d'un chèque en instance
d'encaissement ne peut constituer une provision disponible, d'où il suivait que la banque avait
l'obligation d'adresser à sa cliente l'injonction prévue par l'article 65-3 du décret du 30 octobre 1935,
la Cour d'appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE.

Doc. 3 : Cass. com., 30 mai 2000, n° 96-20.423

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Colmar, 18 juin 1996), que la société Kessler a émis, les 7 et 27 octobre
1991, deux chèques tirés sur le Crédit industriel d'Alsace et de Lorraine (CIAL) au profit de la société
Edib ; que celle-ci a présenté les chèques à l'encaissement le 27 mai 1992, postérieurement à la
révocation par la banque de l'autorisation de découvert qu'elle avait consentie à la société émettrice,
devenue applicable le 28 janvier 1992, et à la mise en redressement judiciaire, intervenue le 19 février
1992 ; que le CIAL a refusé le paiement des chèques au double motif " liquidation judiciaire et sans
provision " ; que la société Edib lui en réclamé judiciairement le paiement ;

Attendu que le CIAL fait grief à l'arrêt de sa condamnation à paiement, alors, selon le pourvoi,
qu'aucune obligation légale n'impose au banquier du tiré de bloquer la provision d'un chèque en
faveur du porteur, hormis l'hypothèse où la banque connaît l'émission du chèque préalablement à la
présentation de ce dernier pour paiement ; que la cour d'appel a condamné le CIAL à payer le

163
montant des chèques litigieux, au prétexte que les chèques auraient été provisionnés lors de leur
émission, sans rechercher ainsi qu'il le lui était demandé, si le compte présentait lors de la
présentation des chèques à l'encaissement le 27 mai 1992, une provision suffisante pour être honorés ;
qu'elle a privé sa décision de toute base légale au regard de l'article 3 du décret-loi du 30 octobre
1935 et de l'article 1382 du Code civil ;

Mais attendu que si la banque, sur laquelle un chèque a été émis, n'est pas tenue d'en payer le
montant, lorsque le solde du compte tiré, supérieur à la provision du chèque lors de son émission, est
devenu ensuite insuffisant à la suite de retraits ordonnés par le client titulaire du compte, il en est
autrement lorsque la provision était constituée lors de l'émission grâce à une autorisation de
découvert alors consentie au tireur, la révocation ultérieure de ce découvert ne pouvant préjudicier au
bénéficiaire du chèque ; que la cour d'appel a retenu qu'eu égard au découvert consenti à l'époque de
l'émission des chèques, la preuve de leur insuffisance de provision n'était pas apportée ; qu'elle a, dès
lors, légalement fondé sa décision ; que le moyen n'est pas fondé ;

[…]

PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi.

Doc. 4 : Cass. com., 12 janvier 2010, n° 08-20.241, Bull. civ., IV, n° 1

Statuant tant sur le pourvoi principal formé par la BNP Paribas que sur le pourvoi incident relevé
par la Selarl Aurélie X..., en qualité de liquidateur à la liquidation judiciaire de la société Y... ;

Sur le moyen unique du pourvoi principal, qui est recevable, et le premier moyen du pourvoi incident,
pris chacun en leur première branche, réunis :

Vu l'article L. 131-31 du code monétaire et financier ;

Attendu qu'il résulte de ce texte qu'un chèque est émis et sa provision transférée dès que le tireur s'en
est dessaisi au profit du bénéficiaire, toute mention contraire étant réputée non écrite ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que la société Y..., ayant connu des difficultés de trésorerie, a convenu
avec la société Gaz de France, aux droits de laquelle vient la société GDF-Suez, de procéder à un
règlement échelonné des sommes dues ; que, conformément à cet accord, la société Y... a adressé, le
30 septembre 2005, quatre chèques, dont le dernier, établi pour un montant de 35 000 euros, portait
la date du 30 décembre 2005 ; que ce dernier chèque a été rejeté par le banquier tiré, la BNP-Paribas
(la banque), au motif que le compte était indisponible à la suite du redressement judiciaire de la
société Y..., prononcé le 4 janvier 2006 ; que n'ayant pu obtenir le règlement amiable de ce chèque, la
société Gaz de France a assigné la banque et la Selarl Aurélie X..., liquidateur judiciaire de la société
Y... (le liquidateur), le redressement ayant été converti en liquidation judiciaire ;

Attendu que pour dire que le chèque de 35 000 euros a été émis par la société Y... au profit de la
société Gaz de France à la date du 30 décembre 2005, antérieurement à l'ouverture collective, l'arrêt,
après avoir constaté que les chèques ont été adressés par la société Y... le 30 septembre 2005, relève
que les parties se sont accordées pour que la créance de la société Gaz de France fasse l'objet de
chèques dont la provision serait transférée de façon échelonnée à cette dernière société ; qu'après
avoir énoncé que l'émission d'un chèque est un fait qui peut être établi par tout moyen et qu'un
chèque est émis au moment où le tireur s'en dessaisit au profit du bénéficiaire, l'arrêt retient que
l'émission des chèques en cause opérant transfert de la provision s'est donc réalisée à la date portée
sur chacun d'eux, date à laquelle le tireur a entendu s'en dessaisir pour sa présentation à
l'encaissement ;

Attendu qu'en statuant ainsi, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

164
Et sur le moyen relevé d'office, après avertissement délivré aux parties :

Vu les articles L. 131-31 du code monétaire et financier et L. 622-7 du code de commerce ;

Attendu qu'il résulte de la combinaison de ces textes que la provision d'un chèque émis par un tireur
avant d'être mis en redressement judiciaire n'est transférée au profit du bénéficiaire qu'autant qu'elle
ait existé au jour du jugement d'ouverture ;

Attendu que pour condamner in solidum la banque et le liquidateur ès qualités au paiement de la


somme de 33 621, 25 euros, outre intérêts au taux légal, l'arrêt, après avoir relevé que le transfert de
la provision concernant le dernier chèque est intervenu le 30 décembre 2005, avant le jugement du 4
janvier 2006 prononçant le redressement judiciaire, et en avoir déduit que, sauf à prouver le défaut de
provision à la date du 30 décembre 2005, la somme mentionnée sur le chèque est due par la société
Y... à la société Gaz de France, retient que le relevé du compte de la société Y... ouvert dans les livres
de la banque du 30 novembre au 31 décembre 2005 fait apparaître un solde créditeur de 33 621, 25
euros à cette dernière date ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'il n'était pas contesté que le chèque litigieux avait été émis
avant le jugement d'ouverture, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :

CASSE ET ANNULE

Doc. 5 : Cass. com., 18 janvier 2011, n° 10-10.259, Bull. civ., IV, n° 2

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que Mme X... a ouvert un compte dans les livres de la banque
populaire Loire et Lyonnais (la banque), assorti d'une autorisation de découvert ; que le 8 mars 2004,
M. Y... a signé une convention portant le découvert à 7 000 euros ; que le 31 décembre 2005, la
banque a clôturé le compte puis a, le 17 mai 2006, assigné Mme X... et M. Y... en paiement solidaire
du solde débiteur du compte ; que ces derniers se sont opposés à cette demande et ont formé une
demande reconventionnelle en dommages-intérêts; que, par jugement du 27 novembre 2007, le
tribunal d'instance de Tournon a annulé la convention de découvert du 8 mars 2004, constaté la
forclusion de la demande en paiement du solde débiteur du compte et rejeté la demande de
dommages-intérêts ; que, la banque ayant relevé appel de ce jugement, Mme X... et M. Y... ont formé
un appel incident afin d'obtenir, chacun, paiement de 3 500 euros à titre de dommages-intérêts en
réparation de la faute de la banque ;

Vu l'article L. 131-73 du code monétaire et financier ;

Attendu que pour rejeter la demande de dommages-intérêts formée par Mme X... et M. Y..., l'arrêt
retient que les rejets des chèques suivant le premier rejet de chèque, lequel avait fait l'objet du
courrier du 16 avril 2004, ne sont pas fautifs ;

Attendu qu'en se déterminant ainsi, sans avoir recherché si le rejet des chèques suivants avait été
précédé d'un avertissement précis visant chacun des chèques concernés, la cour d'appel n'a pas donné
de base légale à sa décision ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE

165
LA PRESENTATION ET LE PAIEMENT DU CHEQUE
Doc. 6 : Article L. 131-31 du code monétaire et financier

Le chèque est payable à vue. Toute mention contraire est réputée non écrite.
Le chèque présenté au paiement avant le jour indiqué comme date d'émission est payable le jour de la
présentation.
Doc. 7 : Article L. 131-32 du code monétaire et financier

Le chèque émis et payable dans la France métropolitaine doit être présenté au paiement dans le délai
de huit jours.
Le chèque émis hors de la France métropolitaine et payable dans la France métropolitaine doit être
présenté dans un délai, soit de vingt jours, soit de soixante-dix jours, selon que le lieu de l'émission se
trouve situé en Europe ou hors d'Europe.
Pour l'application de l'alinéa précédent, les chèques émis dans un pays riverain de la Méditerranée
sont considérés comme émis en Europe.
Le point de départ des délais indiqués au deuxième alinéa est le jour porté sur le chèque comme date
d'émission.

Doc. 8 : Article L. 131-35 du code monétaire et financier


Le tiré doit payer même après l'expiration du délai de présentation. Il doit aussi payer même si le
chèque a été émis en violation de l'injonction prévue à l'article L. 131-73 ou de l'interdiction prévue
au deuxième alinéa de l'article L. 163-6.
Il n'est admis d'opposition au paiement par chèque qu'en cas de perte, de vol ou d'utilisation
frauduleuse du chèque, de procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaires du
porteur. Le tireur doit immédiatement confirmer son opposition par écrit, quel que soit le support de
cet écrit.
Tout banquier doit informer par écrit les titulaires de compte des sanctions encourues en cas
d'opposition fondée sur une autre cause que celles prévues au présent article.
Si, malgré cette défense, le tireur fait une opposition pour d'autres causes, le juge des référés, même
dans le cas où une instance au principal est engagée, doit, sur la demande du porteur, ordonner la
mainlevée de l'opposition.

Doc. 9 : Article L. 131-37 du code monétaire et financier


Le tiré peut exiger, en payant le chèque, qu'il lui soit remis acquitté par le porteur.
Le porteur ne peut pas refuser un paiement partiel.
Si la provision est inférieure au montant du chèque, le porteur a le droit d'exiger le paiement jusqu'à
concurrence de la provision.
En cas de paiement partiel, le tiré peut exiger que mention de ce paiement soit faite sur le chèque et
qu'une quittance lui en soit donnée.
Cette quittance, délivrée sur titre séparé, jouit, à l'égard du droit de timbre, de la même dispense que
la quittance donnée sur le chèque lui-même.
Les paiements partiels sur le montant d'un chèque sont à la décharge des tireur et endosseurs.
Le porteur est tenu de faire protester le chèque pour le surplus.

Doc. 10 : Article L. 131-38 du code monétaire et financier

Celui qui paie un chèque sans opposition est présumé valablement libéré.
Le tiré qui paie un chèque endossable est obligé de vérifier la régularité de la suite des endossements,
mais non la signature des endosseurs.

166
Doc. 11 : Cass. com., 19 juin 2012, n° 11-17.061, Bull. civ., IV, n° 124

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Grenoble, 17 février 2011), que, le 3 mars 2006, M. X..., gérant de la
société le Bistrot des clercs (la société), a remis à l'encaissement sur le compte de la société dans les
livres de la Banque populaire des Alpes (la banque) un chèque de 32 000 euros tiré par la société M.C
développement dont M. X... était également le gérant ; que, le même jour, la banque a inscrit son
montant sur un compte d'attente, après avoir été avisé qu'il était dépourvu de provision et a rejeté
deux chèques émis par la société, dont le montant cumulé ajouté au découvert existant, excédait
l'autorisation de découvert; que la banque ayant assigné la société en paiement du solde du compte
courant, cette dernière, sans contester le montant réclamé, a reproché à celle-ci de lui avoir causé un
préjudice en n'ayant pas inscrit le montant du chèque de 32 000 euros sur son compte courant ;

Attendu que la société fait grief à l'arrêt d'avoir rejeté sa demande de dommages-intérêts et de l'avoir
condamnée à payer à la banque la somme de 31 525,08 euros avec intérêts au taux légal à compter du
17 novembre 2006, alors, selon le moyen ;

1°/ que l'objet du litige est déterminé par les prétentions respectives des parties ; qu'en l'espèce, les
parties s'accordaient sur le fait que le 3 mars 2006, le compte courant de la société présentait un solde
débiteur autorisé, son montant étant de l'ordre de 43 334,74 euros pour une autorisation de 50 000
euros ; qu'en conséquence, si la banque n'avait pas refusé d'inscrire provisoirement le chèque de 32
000 euros au crédit de la société, les chèques émis par elle pour un montant cumulé de 31 681 euros
auraient pu être payés ; que dès lors, en affirmant, pour rejeter le préjudice de perte de chance
d'échapper aux pénalités, commissions et frais consécutifs au rejet du ou des chèques rejetés, que les
deux chèques rejetés le 3 mars 2006 par la banque ne pouvaient qu'être rejetés, dans la mesure où il
n'aurait été pas contesté qu'à cette date, l'autorisation de découvert était largement dépassée, la cour
d'appel, qui a ignoré que les parties s'accordaient sur le fait que le 3 mars 2006 l'autorisation de
découvert n'était pas dépassée, a violé les articles 4 et 5 du code de procédure civile ;

2°/ que le banquier qui reçoit un chèque à l'encaissement doit inscrire le montant de ce chèque au
crédit du compte du remettant, quitte à exercer, en cas de non paiement pour défaut de provision, une
action en remboursement contre son client ; qu'en conséquence, l'éventuelle absence de provision du
chèque remis à l'encaissement n'interdit pas l'inscription du montant de ce chèque au crédit du
compte du remettant et permet un éventuel décaissement de ce dernier correspondant au montant du
chèque crédité ; que dès lors en affirmant, pour rejeter le préjudice de perte de chance d'échapper aux
pénalités, commissions et frais consécutifs au rejet du ou des chèques rejetés, que le chèque de 32 000
euros ne pouvait en tout état de cause, faute de provision au 3 mars 2006, permettre le décaissement
des sommes correspondant aux deux chèques rejetés, après avoir pourtant constaté que la banque
avait manqué à ses obligations en n'inscrivant pas provisoirement le chèque de 32 000 euros sur le
compte de la société, la cour d'appel n'a pas tiré les conséquences légales de ses constatations et violé
l'article L. 131-4 du code monétaire et financier, ensemble l'article 1147 du code civil ;

Mais attendu que le banquier, auquel un chèque est remis à l'encaissement, s'il ne procède pas à son
inscription en compte immédiatement, a l'obligation d'en prévenir son client, faute de quoi il
engagerait sa responsabilité, sauf stipulations contractuelles contraires ou circonstances particulières
; qu'après avoir rappelé que le gérant de la société avait remis, le 3 mars 2006, à l'encaissement un
chèque d'un montant de 32 000 euros tiré sur une autre banque et que cette dernière avait répondu à
la demande de la banque qu'il n'y avait pas de provision suffisante, de sorte que la banque a inscrit le
montant du chèque, dans l'attente de son encaissement, sur un compte d'attente et rejeté les deux
chèques émis par la société, l'arrêt retient que le chèque de 32 000 euros n'aurait pu, faute de
provision au 3 mars 2006, permettre en tout état de cause le décaissement des sommes correspondant
aux deux chèques rejetés ; qu'ayant ainsi fait ressortir que la faute de la banque ne pouvait être à
l'origine du rejet des chèques et du préjudice en résultant, la cour d'appel, abstraction faite du grief de
la première branche qui s'attaque à un motif surabondant, a légalement justifié sa décision; que le
moyen n'est pas fondé ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi.

167
Doc. 12 : Cass. com., 23 janvier 2007, n° 05-18.557, Bull. civ., IV, n° 6

Attendu, selon l'arrêt attaqué (Paris, 13 mai 2005), que le 4 mai 2001, le Crédit du Nord a porté au
crédit du compte de sa cliente, la société Azur Micro, après l'avoir converti en francs, un chèque
libellé en devises étrangères, d'un montant de 115 600 USD ou 847 436,62 francs, qui avait été tiré
au bénéfice de celle-ci par une société américaine sur un compte ouvert à la Chase Manhattan Bank ;
qu'ayant été informé que le chèque était frauduleux et ne serait pas payé, le Crédit du Nord a, le 24
mai 2001, contre-passé l'écriture précédente en tenant compte des variations de change intervenues
entre-temps de sorte que le compte de la société Azur Micro a été débité d'un montant de 876 631,56
francs, soit une différence de 29 194,95 francs ; que celle-ci a d'abord contesté devoir supporter cette
différence puis, considérant que le Crédit du Nord avait été bénéficiaire d'un endossement translatif,
elle a aussi contesté le principe même de la contre-passation effectuée ; que la cour d'appel a rejeté
cette seconde prétention en retenant que l'opération de crédit ayant été inscrite au crédit du compte
de la société Azur Micro "sauf bonne fin" et rien ne permettant de retenir qu'il y avait eu escompte
du chèque, il devait en être déduit que l'endossement avait été donné à titre de procuration mais
accueilli la première en considérant qu'avant de porter le montant du chèque au crédit du compte de
sa cliente, le Crédit du Nord aurait dû l'informer du risque de change et lui offrir le choix d'un crédit
après encaissement et qu'en s'en abstenant, il avait fait perdre à celle-ci une chance d'éviter la perte ;

Sur le premier moyen du pourvoi principal après avertissement délivré aux parties :

Attendu que la société Azur Micro fait grief à l'arrêt d'avoir rejeté sa demande en paiement du
montant du chèque en garantissant l'éventuelle différence de change, alors, selon le moyen :
1°/ qu'en l'absence de toute indication sur la nature de l'endossement, celui-ci est présumé translatif
de propriété ; qu'en affirmant en l'espèce que le chèque litigieux avait été endossé par le Crédit du
Nord à titre de procuration, sans retenir d'élément permettant de caractériser un tel endossement, la
cour d'appel a privé sa décision de base légale au regard des articles L. 131-19, L. 131-20 et L. 131-26
du code monétaire et financier ;
2°/ que la clause qui n'a pas été acceptée par une partie au contrat ne lui est pas opposable ; qu'en
considérant que le chèque litigieux avait été inscrit au crédit de son compte "sauf bonne fin", sans
rechercher si elle avait bien accepté cette clause, la cour d'appel a privé sa décision de base légale au
regard de l'article 1101 du code civil ;

Mais attendu qu'en l'absence de faute de sa part, la banque a toujours, et quelle que soit la nature de
l'endossement lui ayant bénéficié, le droit de se faire rembourser par le bénéficiaire de chèques, qui se
sont révélés ensuite sans provision, le montant des avances qu'elle lui avait accordées lors de leur
remise dans l'attente de leur encaissement ; que par ce seul motif substitué à ceux critiqués par le
moyen, l'arrêt se trouve ainsi justifié ; que le moyen n'est fondé en aucune de ses branches ;

Sur le second moyen du pourvoi principal :

Attendu que la société Azur Micro fait encore grief à l'arrêt d'avoir indemnisé la perte de change
subie du fait de l'encaissement immédiat du chèque au titre d'une simple perte de chance, alors, selon
le moyen, qu'il appartient au professionnel auquel il est reproché d'avoir manqué à son obligation
d'information en privant son client d'une faculté de choisir de prouver que, l'information aurait-elle
été fournie, le client aurait agi de la même façon ; qu'en la déboutant de sa demande en
remboursement par le Crédit du Nord de la perte de change subie du fait de l'encaissement immédiat
du chèque, bien que ce professionnel n'ait pas établi que s'il l'avait consultée sur la date à laquelle son
compte devait être crédité du chèque litigieux, elle n'aurait pas opté pour la formule de crédit après
encaissement, ce qui seul aurait pu permettre au professionnel de s'exonérer de sa responsabilité, la
cour d'appel a violé l'article 1315 du code civil ;

Mais attendu que la société Azur Micro n'ayant pas, ainsi qu'elle en avait la charge, établi que si elle
avait reçu l'information qui lui avait fait défaut, elle aurait à coup sûr choisi de renoncer à l'avance
consentie par le Crédit du Nord, la cour d'appel qui n'a pas inversé la charge de la preuve, a
exactement décidé que l'intéressée pouvait seulement se prévaloir d'une perte de chance d'éviter la
perte subie ; que le moyen n'est pas fondé ;

168
[…]

PAR CES MOTIFS : REJETTE le pourvoi.

Doc.13 : Cass. com., 27 novembre 2012, n° 11-19.864, Bull. civ., IV, n° 212

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que M. Patrick X... a donné procuration sur son compte dans les livres
de la caisse régionale de crédit agricole mutuel Sud Rhône Alpes (la caisse) à M. Daniel X... ; que ce
dernier a, le 25 février 2009, présenté à l'encaissement un chèque de 320 000 euros daté du 14 avril
2008, tiré sur ce compte qui a été rejeté à la suite d'une opposition de la part du titulaire du compte ;
que M. Daniel X..., en sa qualité de porteur, a assigné, le 12 mars 2009, la caisse et M. Patrick X... en
référé à l'effet d'obtenir la mainlevée de cette opposition ;
Sur le premier moyen, pris en sa seconde branche et les deuxième et troisième moyens réunis :
Attendu que ces griefs ne seraient pas de nature à permettre l'admission du pourvoi ;
Mais sur le premier moyen, pris en sa première branche :
Vu l'article L. 131-59, alinéa 2 in fine, du code monétaire et financier ;
Attendu qu'il résulte de ce texte que le bénéficiaire d'un chèque peut agir en mainlevée de l'opposition
tant que celle-ci garde effet, jusqu'à la prescription de l'action contre le tiré ;
Attendu que, pour dire la demande de M. Daniel X... tendant à la mainlevée de l'opposition formée
par M. Patrick X... au paiement du chèque émis le 14 avril 2008 sans objet, la cour d'appel a retenu
que, par application de l'article L. 131-59 du code monétaire et financier, le chèque était périmé
depuis le 14 avril 2009 de sorte que la demande de mainlevée de l'opposition était devenue sans objet
le 24 avril 2009 ;
Attendu qu'en statuant ainsi, alors que l'assignation en mainlevée d'opposition avait interrompu la
prescription de l'action contre le tiré, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;
PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE

Doc. 14 : K. Rodriguez, « Responsabilité du banquier et paiement d’un chèque


falsifié » LPA 9 novembre 2012, p. 4
Parce qu'il doit vérifier la régularité formelle du titre, le tiré qui paie un chèque faux ou falsifié
engage sa responsabilité. Mais s'agit-il d'une responsabilité pour faute ou d'une responsabilité de
plein droit ? La réponse à cette question résulte d'une construction jurisprudentielle qui n'est certes
pas nouvelle mais que la jurisprudence a pris le soin d'affiner ces deux dernières années.
Rappelons qu'il faut distinguer deux situations. Si le titre est faux dès l'origine parce qu'il est signé
par celui qui a détourné une formule de chèque, le tiré qui paie n'est pas libéré à l'égard du tireur. Le
titre dépourvu de la signature du titulaire n'est pas un véritable chèque, le tiré ne paie pas un
créancier et, conformément à l'article 1937 du Code civil, il n'est pas libéré. Le banquier reste tenu de
restituer les fonds à son client sur le fondement du contrat de dépôt. En revanche, la preuve de la
faute ou de la négligence du client l'exonère. La jurisprudence récente précise d'ailleurs que si cette
faute est caractérisée par le retard dans la consultation des comptes ( 1) ou par la mise à disposition
d'un tiers des formules de chèque et l'absence consécutive de contestation lors de la réception des
relevés de comptes (2), elle ne l'est pas par le fait de laisser un proche accéder au carnet de chèque
(3). Bien entendu, si l'établissement du faux a été rendu possible à la suite d'une faute du titulaire du
compte, le banquier n'est tenu envers lui que s'il a lui-même commis une négligence en ne décelant
pas une signature apparemment différente du titulaire du compte, et ce, seulement pour la part de
responsabilité en découlant. Si le titre est falsifié après son émission, c'est-à-dire signé par le véritable
titulaire du chèque dont un élément a par la suite été frauduleusement modifié (montant,
bénéficiaire...), seul le banquier qui paie malgré une irrégularité apparente est responsable envers le
titulaire du compte débité, y compris si l'irrégularité concerne l'endos du chèque (4). Le banquier

169
peut malgré tout s'exonérer partiellement en invoquant la faute de son client qui a favorisé la fraude,
la non-surveillance de ses chéquiers par exemple.
Ce schéma bien assis en jurisprudence s'est récemment affiné dans l'hypothèse d'une anomalie
intellectuelle du chèque. L'anomalie intellectuelle se distingue de l'anomalie matérielle du chèque en
ce sens qu'elle ne se voit pas en raison de l'absence d'altération grossière du titre. Elle découle du
contexte qui entoure l'utilisation du chèque qui s'avère être suspect, par exemple parce que le
montant du chèque est anormal, ou bien parce que la fréquence de l'émission de chèques est
anormale, tout cela étant apprécié au regard des habitudes du client et des caractéristiques de son
compte. En l'absence d'anomalie matérielle, l'anomalie intellectuelle permet-elle d'engager la
responsabilité du banquier tiré ? Un arrêt important de la chambre commerciale de la Cour de
cassation pose les jalons en la matière (5).
En l'espèce, le banquier avait payé un chèque falsifié de manière extrêmement subtile alors qu'il
augmentait le débit du compte au-delà du découvert autorisé, ce qui aurait dû, selon le titulaire du
compte, éveiller les soupçons du banquier. La Cour de cassation rejette la demande de responsabilité :
lorsqu'il n'existe pas de provision préalable suffisante, le banquier, en passant au débit du compte de
son client un chèque émis par ce dernier et présentant toutes les apparences de régularité, lui consent
une facilité de caisse.
Les enseignements de l'arrêt sont triples.
D'abord, d'une manière générale, l'arrêt nous rappelle implicitement que le principe de non-ingérence
du banquier doit constituer un bouclier de protection efficace pour le banquier. En effet, si la banque
doit relever les grosses anomalies conformément à son devoir de vigilance, elle ne doit pas pour
autant s'immiscer dans les affaires de son client et relever la cause et l'opportunité de l'émission des
chèques. Ainsi, en l'absence d'anomalie apparente du chèque, la jurisprudence doit être moins sévère à
l'égard des banquiers tirés.
Ensuite, et sans doute est-ce la résultante de ce qui vient d'être dit, le fondement avancé par la Cour
de cassation pour rejeter la faute du banquier, la théorie des facilités de caisse, est particulièrement
protecteur du tiré.
En effet, dans des circonstances assez proches, la Cour de cassation avait déjà eu l'occasion de
préciser que le tiré engageait sa responsabilité quand le dépassement du crédit disponible en compte
pouvait être considéré comme une anomalie du fait qu'aucune convention de crédit, même tacite,
n'avait été conclue (6).
En l'espèce, c'est l'existence d'une convention de crédit, y compris tacite, qui protégeait le banquier
tiré. En recourant à la théorie des facilités de caisse dans son arrêt du 30 mars 2010, la Cour de
cassation semble protéger davantage encore le banquier car la notion de facilités de caisse recouvre
en principe, non seulement, la convention de crédit tacite, mais également, tout découvert ponctuel
destiné à aider le client, sans engagement de renouvellement par la banque, et sans exigence de
pratique antérieure du banquier prouvant tacitement son intention de faire crédit.
Enfin, l'arrêt précise que la solution serait autre si l'importance du découvert devait alerter la banque
et l'inciter à contacter le client. Ce n'est pas l'existence même d'un dépassement de découvert autorisé
qui est sanctionnée mais l'importance suspecte du déficit atteint. Pour engager la responsabilité du
tiré, le tireur devra donc démontrer l'importance notable du dépassement du découvert autorisé, et
vraisemblablement son caractère exceptionnel.
Autrement dit, pour revenir à notre question initiale, en l'absence d'anomalie matérielle, l'anomalie
intellectuelle permet de retenir une faute à la charge du banquier qui engage sa responsabilité. Mais
encore faut-il qu'elle soit véritablement caractérisée. Et en raison du principe de non-ingérence du
banquier, la jurisprudence sera sans aucun doute plus tolérante envers le banquier en présence d'une
anomalie intellectuelle qu'en présence d'une anomalie matérielle.
Notamment, elle ne saurait se contenter du simple dépassement de découvert comme en l'espèce.

(1) Cass. com., 15 févr. 2011 : JCP E 1394, § 42.


(2) Cass. com., 16 nov. 2010 : Gaz. Pal. 26 févr. 2011, p. 21 et s., obs. A.-C. Rouaut.
(3) Cass. com., 3 nov. 2010 : JCP E 2011, 1394, § 40, C. Langlais-Lassalas ; RD bancaire et fin. 2011,
no 39, F. Crédot et T. Samin ; RD bancaire et fin. 2011, no 39, F. Crédot et T. Samin.
(4) Cass. com., 26 janv. 2010 : RD bancaire et fin. juill. 2010, p. 52, obs. F. Crédot et T. Samin – Cass.
com., 16 mars 2010, no 09-11734.

170
(5) Cass. com., 30 mars 2010, no 09-65949, Patrick Richard Vollailles c/ Caisse de Crédit Mutuel de
Craon et Craonnais : D. 2010, jur. p. 1013, X. Delpech – Cass. com., 30 mars 2010 : JCP E 2010,
1739, K. Rodriguez ; D. 2010, p. 1527, J. Lasserre-Capdeville ; RD bancaire et fin., juill.-août, 2010, p.
53, F. Crédot et T. Samin.
(6) Pour un chèque faux : Cass. com., 5 déc. 2000, no 2000-007225 : RTD com. 2001, p. 200 ; pour un
chèque falsifié : Cass. com., 4 mars 2008, Juris-Data no 2008-043054 : RD bancaire et fin. 2008, no
98.

Doc. 15 : Cass. com., 16 mars 2010, n° 09-11.734

Sur le moyen unique, pris en sa deuxième branche :

Vu l'article 1147 du code civil, ensemble l'article 1937 du code civil ;

Attendu qu'il résulte de ces textes que constitue un paiement libératoire le paiement effectué par le
banquier tiré sur présentation d'un chèque émis par son client, ne présentant aucune anomalie
apparente ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que la SCI Dolphi (la SCI) a émis, le 14 janvier 2005, un chèque tiré
sur son compte ouvert dans les livres du Crédit du Nord (la banque), au profit de la société Piscines
Caron ; que ce chèque, présenté au paiement par la société Azur piscines, qui l'a complété en ajoutant
la mention Azur piscines, a été payé par la banque ; que reprochant à cette dernière d'avoir procédé à
un paiement irrégulier, la SCI l'a assignée en responsabilité ;

Attendu que pour condamner la banque à restituer à la SCI la somme de 15 756,62 euros majorée des
intérêts au taux légal à compter du 23 mai 2005, l'arrêt retient que le banquier tiré, dépositaire des
fonds que lui a remis son client, est soumis aux obligations de l'article 1937 du code civil relatives au
contrat de dépôt, qu'il doit notamment s'assurer qu'il se dessaisit des fonds sur ordre de son client et
au profit de la personne que celui-ci a désignée et que cette obligation légale constitue une obligation
de résultat, de sorte que la responsabilité du banquier est engagée dès lors que le résultat auquel il
est tenu n'est pas atteint et ce quand bien même aucune faute ne serait relevée à son encontre ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'elle avait retenu que la banque n'avait commis aucune faute
dans l'exécution de son devoir de contrôle, le rajout de la mention ne constituant pas une anomalie
qu'un employé normalement avisé aurait dû déceler en procédant à la vérification de la régularité
apparente du chèque, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :

CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions.

Doc. 16 : Cass. com., 28 janvier 2014, n° 12-27.901

Attendu, selon l'arrêt attaqué, qu'après la mise en redressement puis liquidation judiciaires de la
société Les Docks de l'électroménager (la société) en 2004 et 2005, M. X..., son gérant et associé, a,
en 2008, assigné la Société générale (la banque) en paiement d'une certaine somme à titre de
dommages-intérêts en réparation du préjudice personnel causé par le paiement de nombreux chèques
frauduleusement établis par la comptable de la société en imitant sa signature ;

Sur le moyen unique du pourvoi principal, pris en sa première branche :

Vu les articles 1147 et 1937 du code civil ;

Attendu que, pour rejeter la demande de M. X..., l'arrêt, après avoir relevé que la banque avait
commis une négligence en considérant comme authentiques des chèques falsifiés, retient que M. X...,
tenu en sa qualité de gérant de la société de vérifier les agissements de sa comptable, lui avait laissé

171
une trop grande latitude d'action, allant jusqu'à l'autoriser à signer des chèques en imitant sa
signature, et que cette dernière négligence exonère la banque de sa responsabilité ;

Attendu qu'en se déterminant ainsi, sans préciser en quoi la faute commise par le titulaire du compte
constituait la cause exclusive du dommage, la cour d'appel a privé sa décision de base légale ;
(…)

PAR CES MOTIFS, et sans qu'il y ait lieu de statuer sur les autres griefs :

CASSE ET ANNULE, en toutes ses dispositions.

172
Séance n° 7
LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT : les paiements bancaires
dématérialisés (II)

LES NOTIONS ESSENTIELLES


Revoir les notions suivantes : opérations de paiement, autorisation, exécution et contestation de
l’ordre de paiement (virement, carte bancaire), bitcoins

LE VIREMENT BANCAIRE
Doc. 1 : Article L. 133-6 du code monétaire et financier
Doc. 2 : Article L. 133-7 du code monétaire et financier
Doc. 3 : Article L.133-8 du code monétaire et financier
Doc. 4 : Cass. com., 19 décembre 2000, n° 97-15.394, Bull. civ., IV, n° 193 ; D. Aff. 2001, p. 920, V.
Avena-Robardet ; RTD com. 2001, p. 749, M. Cabrillac
Doc. 5 : Cass. com., 14 mars 2006, n° 04-16.946, Bull. civ., IV, n° 64 ; D. 2006, p. 979
Doc. 6 : Cass. com., 16 septembre 2008, n° 07-14.822

LA CARTE BANCAIRE
Doc. 7: Cass. com., 2 octobre 2007, n° 05-19.899, Bull. civ., IV, n° 208
Doc. 8 : Cass com., 16 octobre 2012, n° 11-19.981, Bull. civ., IV, n° 183 ; D. 2012, n° 38, p. 2508, X.
Delpech; JCP G n° 46, 2012, 1242 p. 2042, K. Rodriguez ; JCP E n° 46, 2012, 1680, S. Piédelièvre ;
Gaz. Pal. 102-103/2013, p. 17, A.C. Rouaud ; Banque & Droit 1/2013, p. 21, T.
Doc. 9 : Cass. com., 27 mars 2012, n° 11-11.275, Bull. civ., IV, n° 65 ; Gaz. Pal. 153-154, 1-2 juin
2012, p. 24, A.C. Rouaud ; D. 2012, p. 944, X. Delpech

LES BITCOINS

Doc. 10 : CJUE, 22 oct. 2015, no C-264/14, Skatteverket c/ David Hedqvist, RDC 2017, n° 1, p. 54,
J. Huet

EXERCICE

Commenter l’arrêt reproduit dans le doc. 6 : Cass. com., 16 septembre 2008, n° 07-14.822

173
LE VIREMENT BANCAIRE
Doc. 1 : Article L. 133-6 du code monétaire et financier
I. – Une opération de paiement est autorisée si le payeur a donné son consentement à son exécution.
Toutefois, le payeur et son prestataire de services de paiement peuvent convenir que le payeur pourra
donner son consentement à l'opération de paiement après l'exécution de cette dernière.
II. – Une série d'opérations de paiement est autorisée si le payeur a donné son consentement à
l'exécution de la série d'opérations.

Doc. 2 : Article L. 133-7 du code monétaire et financier


Le consentement est donné sous la forme convenue entre le payeur et son prestataire de services de
paiement.
En l'absence d'un tel consentement, l'opération ou la série d'opérations de paiement est réputée non
autorisée.
Le consentement peut être retiré par le payeur tant que l'ordre de paiement n'a pas acquis un
caractère d'irrévocabilité conformément aux dispositions de l'article L. 133-8.
Le consentement à l'exécution d'une série d'opérations de paiement peut être retiré, avec pour effet
que toute opération postérieure est réputée non autorisée.

Doc. 3 : Article L.133-8 du code monétaire et financier

I. – L'utilisateur de services de paiement ne peut révoquer un ordre de paiement une fois qu'il a été
reçu par le prestataire de services de paiement du payeur sauf disposition contraire du présent article.
II. – Lorsque l'opération de paiement est ordonnée par le bénéficiaire ou par le payeur qui donne un
ordre de paiement par l'intermédiaire du bénéficiaire, le payeur ne peut révoquer l'ordre de paiement
qu'avant d'avoir transmis l'ordre de paiement au bénéficiaire ou donné son consentement à
l'exécution de l'opération de paiement au bénéficiaire.
Toutefois, en cas de prélèvement et sans préjudice du droit à remboursement mentionné à l'article L.
133-25, le payeur peut révoquer l'ordre de paiement au plus tard à la fin du jour ouvrable précédant
le jour convenu pour le débit des fonds.
III. – Dans le cas où il a été convenu entre l'utilisateur qui a ordonné l'opération de paiement et son
prestataire de services de paiement que l'exécution de l'ordre de paiement commencera un jour donné
ou à l'issue d'une période déterminée ou le jour où le payeur aura mis les fonds à la disposition de son
prestataire de services de paiement, l'utilisateur de services de paiement peut révoquer l'ordre de
paiement au plus tard à la fin du jour ouvrable précédant le jour convenu ;
IV. – A l'expiration des délais mentionnés aux I, II et III, l'ordre de paiement ne peut être révoqué
que si l'utilisateur de services de paiement et son prestataire de services de paiement en sont
convenus. Dans les cas mentionnés au II, le consentement du bénéficiaire est également requis. Si la
convention de compte de dépôt ou le contrat-cadre de services de paiement le prévoit, le prestataire
de services de paiement peut imputer des frais pour la révocation.

Doc. 4 : Cass. com., 19 décembre 2000, n° 97-15.394, Bull. civ., IV, n° 193

Attendu, selon l'arrêt confirmatif critiqué, que, par erreur, la société de droit suisse Swatch AG
(société Swatch) a viré, le 29 novembre 1993, une somme de 3 000 000 francs sur le compte courant
ouvert dans les livres de la société Compagnie financière Edmond de Rothschild banque SA (la
banque), au nom de la société Compagnie internationale de concerts et spectacles (société CICS) qui a
été déclarée peu après en liquidation judiciaire ; que par suite de ce virement porté en crédit le 2
décembre 1993, le solde débiteur du compte, sur lequel la société CICS avait bénéficié, jusqu'au 30
novembre 1993, d'une autorisation de découvert de 3 000 000 francs et qui s'établissait à cette date à

174
la somme de 3 178 551,35 francs, a été réduit ; qu'à la demande de la société Swatch, la société CICS
puis son liquidateur ont donné, les 30 décembre 1993 et 28 janvier 1994, l'ordre à la banque de
restituer les fonds ; que celle-ci a refusé en faisant valoir que le solde débiteur du compte ne le lui
permettait pas ; que la société Swatch a assigné la banque en responsabilité ;

Sur le premier moyen : (Publication sans intérêt) ;

Mais sur le moyen relevé d'office, après avertissement donné aux parties :

Vu l'article 1382 du Code civil ;

Attendu qu'un établissement de crédit n'est tenu d'exécuter un ordre de virement, ne serait-ce qu'en
vue de la restitution de fonds indûment perçus par son client, que si à la date de cet ordre, il existait
sur le compte des fonds disponibles, soit en raison de l'état créditeur du compte, soit en raison de
l'existence d'un découvert autorisé ;

Attendu que pour condamner la banque à restituer la somme litigieuse de 3 000 000 francs, l'arrêt
retient que celle-ci est mal fondée à prétendre qu'il lui était impossible de procéder à la restitution
sollicitée en raison de la situation déficitaire du compte de la société CICS, alors qu'elle n'ignorait pas
qu'aucune somme n'était plus due par la société Swatch à la société CICS au titre du contrat de
partenariat et qu'en réalité elle avait voulu profiter de l'erreur commise pour réduire de 3 000 000
francs le solde débiteur du compte de sa cliente ;

Attendu qu'en se déterminant ainsi, sans rechercher si, à la date où l'ordre de restitution des fonds a
été donné, il existait des fonds disponibles sur le compte de la société CICS, la cour d'appel a privé sa
décision de base légale au regard du texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions…

Doc. 5 : Cass. com., 16 septembre 2008, n° 07-14.822, Bull. civ., IV, n° 64

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que M. X... a émis un chèque de 1 107 euros le 24 janvier 2002 alors
que son compte ouvert à La Poste, assorti d'une autorisation de découvert de 200 euros, n'était
créditeur que de 429,79 euros ; que par courrier du 28 janvier suivant adressé tant à son conseiller
financier qu'au centre financier de La Poste, M. X... a demandé que lui soit accordé un découvert
ponctuel ou, qu'à défaut, soient transférées les sommes figurant sur ses comptes d'épargne CEL ou
PEL ou livret au crédit de son compte ; que le chèque litigieux a été rejeté le 6 février pour
insuffisance de provision, ce dont M. X... a été avisé le 11 février suivant ; qu'il lui a été alors signifié
une interdiction bancaire ; que le transfert des comptes d'épargne au crédit du compte est intervenu
le 20 février suivant ce qui a conduit à la levée ultérieure de l'interdiction ; que M. X... a alors
recherché la responsabilité de La Poste pour ne pas l'avoir informé préalablement des conséquences
du défaut de provision et pour avoir tardivement transféré les fonds provenant de son épargne sur
son compte ; que la cour d'appel a retenu une faute tant à l'encontre de M. X... que de La Poste et dit
que celles-ci avaient concouru chacune pour moitié à la production du dommage ;

Sur le premier moyen, pris en sa seconde branche :

Vu l'article L. 131- 73 du Code monétaire et financier ;

Attendu que pour écarter toute responsabilité de La Poste au regard de son devoir d'information
préalable et limiter à la somme de 1 000 euros les dommages-intérêts alloués à M. X..., l'arrêt retient
que La Poste avait respecté son obligation pour lui avoir adressé lors de l'ouverture du compte le 18
juin 2001 un courrier l'informant des conditions générales de son autorisation de découvert et des
conséquences attachées à son non respect ;

175
Attendu qu'en statuant ainsi, après avoir constaté que La Poste n'avait pas adressé à M. X..., avant le
rejet du chèque litigieux, un avertissement précis à ce sujet, ce dont il résultait que le tiré n'avait pas
satisfait à ses obligations d'information, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;
Sur le premier moyen pris en sa troisième branche :

Vu l'article L. 131-73 du Code monétaire et financier ;

Attendu que pour statuer comme il fait, l'arrêt retient que M. X... ne pouvait reprocher à La Poste de
ne pas l'avoir averti préalablement des conséquences de l'émission du chèque sans provision au motif
qu'il l'avait prévenue, dans les jours qui ont suivi l'émission de ce chèque, et ne pouvait ainsi en
ignorer les conséquences ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'en toute circonstance, et quelle que soit la connaissance
éventuelle par le client de l'insuffisance de provision du chèque qu'il se propose d'émettre et de ses
conséquences juridiques, le banquier doit se conformer aux dispositions du texte susvisé lui imposant,
avant le rejet d'un chèque, d'adresser à son client un avertissement précis à son sujet, la cour d'appel a
violé le texte susvisé ;

Et sur le second moyen, pris en sa seconde branche :

Vu l'article 1147 du Code civil ;

Attendu que pour limiter comme il fait la responsabilité de La Poste du fait de l'exécution tardive du
virement, l'arrêt retient que M. X... a lui-même commis une faute en émettant un chèque qu'il savait
sans provision ;

Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'elle avait constaté que la provision sur le compte de celui-ci au
jour de la présentation du chèque litigieux aurait été suffisante si La Poste n'avait pas tardé à
effectuer sur son compte les transferts demandés, la cour d'appel n'a pas tiré les conséquences légales
de ses propres constatations ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE…

Doc. 6 : Cass. com., 16 septembre 2008, n° 07-14.822

Vu l'article 1937 du code civil ;

Attendu, selon l'arrêt attaqué, que le 4 décembre 2002, la caisse régionale du crédit agricole mutuel
centre Est (la caisse) a reçu une télécopie portant une signature manuscrite indiquée comme étant
celle de l'un de ses clients, M. X..., lui demandant de procéder au rachat total de son épargne
assurance et de son épargne PEL et d'en virer le montant à M. Y... dans une banque anglaise située à
Londres ; que le 18 décembre 2002, une nouvelle télécopie a été adressée à la caisse, demandant de
procéder à un virement de la somme de 50 000 euros par le rachat total du compte titres, au profit du
même bénéficiaire ; que M. X... a, par télécopie du 31 décembre 2002,contesté toutes les opérations
ainsi effectuées sur son compte et soutenant qu'il n'avait jamais donné son accord, a assigné la caisse ;

Attendu que, pour confirmer le jugement en ce qu'il a rejeté les demandes de M. X..., l'arrêt retient
que si l'expert a indiqué que les caractéristiques générales de l'écriture et des signatures apposées sur
les télécopies se retrouvent dans l'écriture et la signature de M. X..., ce n'est qu'au terme de son étude
menée avec les connaissances et les moyens dont dispose un expert en écritures, qu'il arrive à la
conclusion, assortie expressément de réserves, selon laquelle l'écriture et les signatures figurant sur
les pièces contestées ne sont pas de la main de M. X... ; qu'il retient encore qu'aucune dissemblance
flagrante quant à l'écriture et la signature ne permettait de rendre le banquier soupçonneux, de sorte
que c'est à juste titre que le premier juge a constaté qu'aucune faute de la caisse n'était établie et que
le préjudice subi par M. X... ne pouvait lui être imputé ;

176
Attendu qu'en statuant ainsi, alors qu'il appartient au banquier, dépositaire des fonds que lui a confiés
son client et qui, à ce titre, a l'obligation de ne les restituer qu'à celui qui les lui a confiés ou,
conformément aux indications de paiement de ce dernier, d'établir, en cas de contestation, qu'il a reçu
du déposant l'ordre d'effectuer le virement contesté, la cour d'appel a violé le texte susvisé ;

PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE…