Vous êtes sur la page 1sur 40

PHYTÊTES

RECUEIL DE QUESTIONS DE PHYSIOLOGIE


TOME 1

Physiologie Générale
et
Physiologie I

1
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
REMERCIEMENTS

A Dieu Tout-Puissant pour Sa Magnificence et Ses Grâces


A notre cher maître, le Professeur Bonaventure AWEDE
A nos chers aînés
Albus B. AHOMADEGBE
Gaméliel S. AKPO
Sylvio FALADE

A tous les vaillants moniteurs de Physiologie

A tous les utilisateurs de la 1ère édition

A tous les étudiants de la Faculté des Sciences de la Santé de Cotonou

Réalisé par :
Kismath A. AKPLOGAN
Maurice K. DANGBEGNON
Frangilo J. GONÇALVES

2
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
TOME I
Questions à Choix Multiples (QCM)
1- Les variables suivantes sont des variables extensives :
a. Pression
b. Température
c. Potentiel électrique
d. Concentration
e. Volume

2- Les variables suivantes sont des variables intensives:


a. Potentiel électrochimique
b. Nombre de mole
c. Entropie
d. Volume
e. Température

3- Le couplage de flux ne se réalise que si :


a. La fonction de dissipation est positive
b. Le milieu est anisotrope
c. Les flux sont passifs
d. Les flux sont actifs
e. Les forces sont nulles

4- Les substances suivantes utilisent la diffusion simple comme mécanisme


principal leur permettant de passer à travers la membrane plasmique :
a. Le glucose
b. L’oxygène et le CO2
c. Les acides gras
d. L’ion Na+

5- Les systèmes de transport suivants peuvent transporter le K + à l’encontre de


son gradient de potentiel chimique :
a. La Na+/K+/ATPase
b. Canal K+ VOC
c. H+/K+/ATPase
d. Cotransport Na+/K+/2Cl-

3
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
6- Selon l’équation de Goldman, le potentiel de repos d’un neurone dépend :
a. De la concentration intracellulaire de K+
b. De la concentration extracellulaire de Ca2+
c. De l’activité de la pompe Na+/K+
d. De la concentration intracellulaire de Cl-

7- Le potentiel d’équation d’un ion donné dépend des facteurs suivants :


a. Le potentiel de membrane
b. La concentration extracellulaire de sodium
c. La concentration intracellulaire de potassium
d. La concentration de calcium de part et d’autre de la membrane
e. La pompe Na+/K+

8- Parmi les substances suivantes laquelle (lesquelles) altère(nt) le


fonctionnement de la pompe Na+/K+ :
a. Cyanure
b. Tétrodotoxine
c. Tetraéthylammonium
d. Ouabaïne

9- La pompe sodium potassium :


a. Elle fait entrer 2 ions K+ dans les cellules contre la sortie de 3 ions Na+
b. Elle est présente au niveau de la membrane plasmique des cellulaires
musculaires et adipeuses
c. Elle est exprimée au niveau de la membrane apicale des entérocytes
d. Elle est inhibée par les glucosides cardiotoniques
e. Elle est indispensable au fonctionnement des échangeurs sodium
dépendants

10- Les canaux ioniques présentent les caractéristiques suivantes :


a. Chaque type de canal est spécifique d’un ion donné
b. Ils sont de nature protéique
c. Ils permettent un passage passif transmembranaire des ions
d. Ils sont tous étudiés par la méthode du potentiel imposé

11- Les flux d’eau à travers les membranes plasmiques s’effectuent par :
a. Mécanisme passif
b. Transport actif vrai

4
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
c. Transport secondaire
d. Entrainement par le solvant

12- La probabilité d’ouverture d’un canal ionique :


a. Peut être modifiée par une augmentation de la concentration
cytosolique de calcium
b. Peut être augmentée en cas de la dépolarisation de la membrane
plasmique
c. Peut être influencée par les contraintes mécaniques
d. Dépend des concentrations de part et d’autres de la membrane
plasmique de l’ion passant à travers le canal

13- Les molécules suivantes ne passent à travers la membrane plasmique que par
transport facilité :
a. Glucose
b. Ion Na+
c. Gaz carbonique
d. Les acides aminés
e. Ion K+

14- Les systèmes de transports suivants transportent l’ion Na+ dans le sens de son
gradient de potentiel électrochimique :
a. Cotransport Na+/H+
b. Canal ionique Na+ VOC
c. Cotransport Na+-glucose
d. La pompe Na+/K+
e. Cotransport Na+/K+/2Cl-

15- La probabilité d’ouverture d’un canal ionique :


a. Est le nombre de fois où il est à l’état ouvert par seconde
b. Est modifié par les changements du potentiel de membrane pour tous
les canaux
c. Peut être influencé par la concentration intracellulaire d’adénosine
monophosphate cyclique
d. Dépend de la fixation du ligand au récepteur pour les canaux Voltages
dépendant

5
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
16- Une accumulation d’eau dans le milieu interstitiel peut s’observer si :
a. La pression hydrostatique capillaire diminue
b. Pression oncotique capillaire augmente
c. Il y a insuffisance d’apport protéique
d. La perméabilité capillaire diminue

17- Les hormones suivantes stimulent l’activité de la pompe Na+/K+ :


a. L’insuline
b. Glucagon
c. Aldostérone
d. Epinéphrine

18- Le potentiel d’équilibre d’un ion dépend des facteurs suivants :


a. le potentiel de membrane
b. la concentration de l’ion de part et d’autre de la membrane
c. la concentration intracellulaire de sodium
d. la concentration intracellulaire de potassium
e. la pompe Na+/K+

19- Un sujet jeune de sexe masculin de 79Kg de poids et dont la taille est de
1,75m :
a. A environ 28,44L d’eau dans son milieu intracellulaire
b. A dans son milieu interstitiel environ 14,22 L d’eau
c. A dans son milieu extracellulaire environ 28,96L d’eau
d. Est en surcharge pondéral

20- L’absorption de glucose au niveau de la muqueuse intestinale :


a. Est toujours active
b. Peut s’annuler en cas d’administration d’ouabaïne
c. Est influencée par l’absorption de sodium
d. Fait intervenir les aquaporines de type 4
e. Peut se faire par cotransport Na+ dépendant

21- Les conditions suivantes peuvent favoriser l’apparition des oedèmes :


a. Malnutrition
b. Insuffisance hépatique
c. Insuffisance cardiaque droite
d. L’hypovolémie

6
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
e. L’augmentation de la pression oncotique

Questions à Réponse Ouverte et Courte (QROC)


1- Les cellules musculaires lisses incubées dans un milieu physiologique
contenant du Na+ à 135mEq/L et du K+ à 0,4mEq/L et celle de Ca2+ à 10-7M. en
sachant que la perméabilité de la membrane plasmique de cette cellule pour le
K+ est 80 fois celle pour le Na+, et que la contribution du Cl- est négligeable,
déterminer le potentiel de membrane au repos. Θ=25°C

2- Un sujet adulte jeune, de sexe masculin a un poids de 77,5 Kg pour une taille
de 175 cm.
a. Déterminer son IMC et en déduire son statut pondéral.
b. Quelle est la quantité d’eau dans le milieu plasmatique de ce sujet ?

3- Représenter schématiquement les mécanismes de transport impliqués dans


l’absorption du glucose au niveau de la muqueuse intestinale.

4- Décrire le mécanisme des différents œdèmes.

5- Pompe Na+/K+ : stœchiométrie, fonctions physiologiques, 4 stimulateurs et 3


inhibiteurs.

6- Citer les facteurs qui déterminent la diffusion des molécules neutres à travers
la membrane plasmique.

7- Citer les systèmes de transports qui contribuent à maintenir la concentration


intracellulaire de calcium

8- Définir :
a. Transport actif vrai ou pompe
b. Transport actif secondaire
c. Transport facilité

9- Représenter une cellule avec 5 systèmes de transport du K+ à travers la


membrane cellulaire.

7
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
10- Représenter une cellule avec 7 systèmes de transport du Na+ à travers la
membrane cellulaire.

11- Citer 04 structures permettant le transport actif de Cl - à travers la membrane


plasmique.

12- Citer 10 exemples de transports actifs secondaires, 5 exemples de transports


actifs vrais.

13- Citer pour chaque système de transport la(les) substance(s) transportée(s)


activement :
a. Pompe Na+/K+
b. Cotransport H+/pyruvate
c. Cotransport K+/Cl-
d. Cotransport Na+/K+/2Cl-
e. Antiport Na+/H+

14- Définir la probabilité d’ouverture d’un canal ionique et préciser pour chaque
canal ionique (VOC, ROC, SMOC, SAC, VRAC) les facteurs qui peuvent modifier
cette probabilité.

15- Vrai ou faux. Justifier.


Le flux d’eau des capillaires vers le milieu interstitiel augmente lorsque les
protéines plasmatiques sanguines diminuent.

16- Définir un œdème et expliquer l’œdème en cas d’une carence protéique.

17- Soit un ion X-, sa concentration extracellulaire est la moitié de sa concentration


extracellulaire, Vm=-65mV.
Déterminer le sens de diffusion de l’ion X- à 25°C.

18- Vrai ou faux. Justifier.


Le glucose est une molécule liposoluble dont l’absorption intestinale se fait
uniquement par flux passive grâce aux transporteurs de glucose qui sont tous
contrôlés par l’insuline.

19- Vrai ou faux. Justifier.

8
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
L’eau est la molécule neutre la plus abondante dans l’organisme et dont le flux
à travers les membranes cellulaire est régulé uniquement par l’ADH.

Cause à effet
1- Cause à effet
Les échanges entre le sang et le milieu interstitiel ne s’effectuent qu’au niveau des
capillaires sanguins
Parce que la paroi des capillaires n’est formée que d’un endothélium et d’une couche
musculaire.

2- Cause à effet
Le potentiel de membrane au repos est due au fonctionnement électrogène de la
pompe Na+/K+
Parce que
C’est la pompe Na+/K+ qui crée l’asymétrie de distribution des ions de part et
d’autres de la membrane plasmique.

3- Cause à effet
La diminution brutale de la concentration de Cl- dans le milieu extracellulaire entraine
une dépolarisation transitoire de la membrane plasmique des cellules musculaires
Parce que
Au niveau de toutes les cellules de l’organisme le potentiel d’équilibre de Cl - est égal
au potentiel de membrane au repos.

4- Cause à effet
Au cours de la phase d’hyperpolarisation du PA de la cellule nerveuse, le potentiel de
membrane est compris entre le potentiel d’équilibre du K+ et le potentiel de repos
Parce que
La valeur du potentiel de repos est toujours plus négative que celle du potentiel
d’équilibre K+.

5- Cause à effet
Une augmentation de la concentration des protéines dans le plasma entraine une
augmentation de la pression de filtration au niveau des capillaires
Parce que
Une augmentation de la pression oncotique capillaire entraine une diminution des
flux d’eau des capillaires vers le milieu interstitiel.

6- Cause à effet
9
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
Lorsque le coefficient de réflexion de Staverman pour une substance est égal à 1 au
niveau d’une membrane, la membrane à une perméabilité élevée pour cette
substance
Parce que
Le coefficient de réflexion de Staverman des membranes semi-perméable est nul.

7- Cause à effet
Le transport actif d’une substance s’effectue toujours à l’encontre de son gradient de
concentration
Parce que
Le transport actif nécessite l’utilisation d’énergie qui est fournie par une réaction
chimique exothermique.

8- Cause à effet
La méthode de dilution utilisant l’inuline permet la mesure du volume d’eau dans le
milieu extracellulaire
Parce que
L’inuline se distribue de façon homogène dans le milieu intracellulaire et le milieu
extracellulaire.

9- Cause à effet
Une carence alimentaire en protéine peut entrainer des œdèmes
Parce que
Une diminution de l’apport en protéines dans l’alimentation est à l’origine de
l’altération de la fonction hépatique qui entraine une diminution de la synthèse des
protéines plasmatiques.

10- Cause à effet


L’exercice physique intense s’accompagne d’une hyperkaliémie
Parce que
L’exercice musculaire inhibe la pompe à Na+/K+.

11- Cause à effet


L’ouverture des canaux ioniques ligands dépendant nécessite l’activation des
récepteurs membranaires
Parce que

10
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
Les canaux ioniques ligands dépendants sont activés par des variations du potentiel
de membrane.

12- Cause à effet


Dans une solution homogène de glucose, le flux net de glucose est nul
Parce que
Le gradient de concentration est une force qui s’applique sur chaque molécule neutre
individuellement pour permettre sa diffusion vers le milieu le plus concentré.

13- Cause à effet


L’application de la Tétrodotoxine sur la membrane d’une cellule excitable inhibe les
canaux calciques
Parce que
La Tétrodotoxine inhibe la dépolarisation de la membrane neurale.

11
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
TOME II
Questions à Choix Multiples (QCM)
1- La plaque motrice est la jonction entre l’extrémité terminale d’un axone et une
fibre musculaire :
a. Striée cardiaque
b. Striée squelettique
c. Striée cardiaque ou squelettique
d. Striée squelettique
e. Lisse

2- Au niveau de la jonction neuro musculaire :


a. Le neuromédiateur mis en jeu est l’acétylcholine
b. Le récepteur post-synaptique est de type métabotrope
c. La sommation des PPSE est nécessaire pour l’obtention d’un PA
d. Le PPS est toujours excitateur

3- Parmi les phénomènes suivants, lequel (lesquels) contribue(nt) au potentiel de


repos du neurone :
a. Fermeture des canaux Na+
b. Ouverture des canaux K+
c. Ouverture des canaux Ca2+
d. Ouverture des canaux Na+
e. Activation de la pompe Na+/K+

4- Au moment où la membrane neuronale atteint son seuil d’excitation


a. Le sodium entre dans le neurone
b. La concentration en potassium est plu élevée à l’intérieure qu’à
l’extérieur du neurone
c. Les canaux calciques ROC s’ouvrent
d. Les canaux potassiques impliqués dans le PA se ferment
12
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
e. Le potentiel de membrane du neurone est égal à -65mV

5- On peut avoir un PPSE lorsque :


a. Les canaux à Na+ sont fermés
b. Les canaux à Ca2+sont ouverts
c. Les canaux à K+ sont fermés
d. Les canaux à Cl- sont ouverts

6- Concernant la période réfractaire absolue :


a. Elle est due à l’inactivation des canaux VOC potassique
b. Elle dure autant que le PA
c. La cellule est excitable pendant cette période
d. Elle dure moins que le PA

7- Au niveau des synapses cholinergiques :


a. La synthèse de l’acétylcholine est catalysée dans l’élément pré-
synaptique par l’acétylcholine synthétase
b. Après sa libération l’acétylcholine est captée par les astrocytes et
l’élément pré-synaptique
c. L’acétylcholine est détruite dans les cellules gliales par
l’acétylcholinestérase
d. La choline est transférée des cellules gliales vers l’élément pré-
synaptique par le cotransport Na+/choline

8- Concernant les caractéristiques du PA :


a. C’est une réponse graduée
b. C’est une réponse de type tout ou rien
c. Il peut ne pas y avoir l’inversion de polarité
d. Il est toujours dû à une entrée de Na+ dans la cellule

9- Après leur libération les catécholamines sont :


a. Recapturées puis détruites dans l’élément pré-synaptique
b. Recapturées puis détruite par la MAO uniquement
c. Directement détruites dans la fente synaptique
d. Inactivées par la COMT et la MAO après recapture

10- On peut observer un PPSI dans les cas suivants :


a. Ouverture des canaux à Na+
b. Fermeture des canaux à K+

13
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
c. Fermeture des canaux à Cl-
d. Fixation du GABA sur ses récepteurs

11- La vitesse de conduction d’une fibre nerveuse est élevée lorsque :


a. La constante de longueur est élevée
b. La fibre est myélinisée
c. La résistance interne est élevée
d. Le diamètre est grand

12- Les fibres nerveuses de type C sont :


a. Myélinisées mais de petit diamètre
b. Non myélinisées et de petit diamètre
c. Myélinisées et de grand diamètre
d. Non myélinisées mais de gros diamètre
e. Les fibres ayant les vitesses de conduction les plus élevées

13- La transmission synaptique :


a. Les neuropeptides sont synthétisés au niveau du bouton synaptique
b. L’acétylcholine est une catécholamine
c. L’aspartate est un acide aminé excitateur
d. Le GABA et le glutamate sont des acides aminés inhibiteurs
e. Les récepteurs cholinergiques sont des récepteurs ionotropes

Question à Réponse Ouverte et Courte (QROC)


1- Décrire, schéma à l’appui, l’inhibition pré-synaptique.
2- Citer les rôles d’un neuromédiateur.
3- Illustration de la synthèse des catécholamines.
4- Décrire la transmission synaptique au niveau de la plaque motrice.
5- Décrire le mécanisme de disparition des catécholamines de la fente synaptique
et leur devenir.
6- Schéma du métabolisme cyclique du GABA au niveau synaptique.
7- Schéma du métabolisme cyclique de l’acétylcholine au niveau synaptique.
8- Définir : facilitation synaptique, dépression synaptique, potentialisation post-
tétanique.

14
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
9- Schéma montrant le potentiel d’action d’une fibre nerveuse avec les flux
ioniques et schéma de l’évolution des conductances ionique au cours du
potentiel d’action.

10- Vrai ou faux. Justifier.


L’acétylcholine, seul neuromédiateur de la jonction neuromusculaire, se fixe
sur ses récepteurs nicotiniques au niveau des synapses entrainant un PPM, est
récupéré par l’élément pré-synaptique et les cellules gliales.

11- Vrai ou faux. Justifier


Les fibres nerveuses myélinisées on en général une constante de longueur plus
grande que les fibres nerveuses non myélinisées.

Cause à effet
1- Cause à effet
Les canaux sodiques jouent un rôle essentiel dans la genèse de la phase ascendante
du potentiel d’action d’un neurone
Parce que
Au niveau des cellules excitables, l’ouverture des canaux sodiques tend à inhiber la
dépolarisation membranaire.

2- Cause à effet
La vitesse de conduction des fibres nerveuses de petit calibre est plus élevée que
celle des fibres de gros calibre
Parce que
La constante de longueur des fibres de gros calibre est plus petite que celle des fibres
de petit calibre.

3- La propagation dans la fibre myélinisée est lente


Parce que
La propagation est de type saltatoire pour les fibres myélinisées.

4- Cause à effet
Quand on stimule un neurone pendant le dernier tiers de la repolarisation on a une
réponse dont l’amplitude est faible que celle du PA
Parce que
Le dernier tiers de la repolarisation est la période réfractaire.

15
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
5- Cause à effet
L’ouverture des canaux calciques VOC de la membrane pré synaptique libère les
vésicules de neurotransmetteur
Parce que
L’augmentation de la concentration intracellulaire pré-synaptique de calcium précède
la libération des vésicules de neuromédiateurs.

6- Cause à effet
Les fibres nerveuses de type C sont les plus rapides
Parce que
Les fibres nerveuses amyélinisées ont les plus grands diamètres.

7- Cause à effet
L’application de la Tétrodotoxine sur la membrane d’une cellule excitable inhibe les
canaux calciques
Parce que
La Tétrodotoxine inhibe la dépolarisation de la membrane neuronale.

16
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
TOME III
Questions à Choix Multiples (QCM)
1- Le sarcomère :
a. Est l’unité anatomique et fonctionnelle de la fibre musculaire striée
b. La myosine est retrouvée sur toute la longueur du sarcomère au repos
c. L’actine est retrouvée sur toute la longueur du sarcomère au repos
d. Une bande I complète contient uniquement des filaments d’actine au
repos

2- A propos des myofilaments :


a. Il s’agit des filaments d’actine et myosine uniquement.
b. Le site d’hydrolyse de l’ATP est situé sur la chaine légère de la myosine
c. Les têtes de filaments d’actine subissent un mouvement de rotation au
cours de la contraction
d. La tropomyosine est une protéine régulatrice associée à la myosine

3- Les fibres musculaires de type II B :


a. On un contenu enzymatique essentiellement glycolytique
b. Sont les plus riches en mitochondries
c. Sont les plus pauvres en myoglobine
d. Sont très résistantes à la fatigue
e. Ont une faible vitesse de conduction

4- La myosine du muscle squelettique :


a. Est composée de 2 chaines lourdes et 4 chaines légères
b. Possède une activité enzymatique qui dépend de son extrémité linéaire
c. A un site de liaison à l’actine situé au niveau de sa partie globulaire
d. Est reliée à la ligne Z au niveau des sarcomères

17
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
5- Les contractions anaérobiques utilisent comme source d’énergie :
a. Les acides gras
b. La glycolyse anaérobie
c. Les phosphorylations oxydatives
d. Les phosphocréatines

6- Les éléments suivants sont impliqués dans la contraction de la cellule


musculaire lisse :
a. La libération du site d’interaction actine-myosine par la tropomyosine
b. La libération du Ca2+ du RE
c. La liaison du Ca2+ à la troponine T
d. La phosphorylation de la chaine lourde de la myosine
e. L’hydrolyse de l’ATP

7- Dans l’unité motrice :


a. Toutes les fibres musculaires sont de même type
b. On retrouve au maximum 2 types différents de fibres musculaires
c. Une fibre musculaire peut être innervée par 2 motoneurones
d. Toutes les fibres musculaires sont activées suite à la stimulation du
motoneurone

8- Les situations suivantes peuvent diminuer la force de contraction de la cellule


musculaire lisse :
a. La phosphorylation de la chaine légère régulatrice de la myosine
b. L’inhibition de la MLCP
c. La diminution de la concentration extracellulaire de Ca2+
d. L’inhibition des récepteurs à l’IP3
e. La phosphorylation de la MLCK

9- Au cours du raccourcissement du sarcomère


a. Les lignes Z se rapprochent
b. Les bandes Z se rapprochent
c. La bande A diminue
d. La bande H s’élargit
e. Les demi-bandes I restent intactes

Question à Réponse Ouverte et Courte (QROC)


1- Vrai ou faux. Justifier.

18
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
La cellule musculaire lisse incubée dans un milieu dépourvu de calcium ne se
contracte pas lorsqu’elle est stimulée.

2- Les muscles striés squelettiques :


a. Citer les protéines régulatrices intervenant dans la contraction
b. Citer les propriétés de la myosine

3- On stimule électriquement un motoneurone et on obtient une contraction des


fibres musculaires squelettiques qui l’innerve. Expliquer le phénomène
observé.

4- Comment l’augmentation de la concentration cytosolique du Ca2+ induit-elle la


contraction du muscle lisse ?

5- Vrai ou faux. Justifier.


La cellule musculaire incubée dans un milieu dépourvu de calcium peut se
contracter.

6- On considère deux muscles A et B constitués de fibre I et IIA. A 25°C, la durée


totale de secousse du muscle A est de 60ms et celle du muscle B est 45ms.
Déduire les informations
A- Le muscle qui contient en proportion plus de fibres de type I
B- Le muscle dont la fréquence de fusion de tétanos est la plus
élevée
C- Le muscle qui serait le plus résistant à la fatigue
A)……. B)……. C)…….

7- Schéma de la relation tension-longueur d’un muscle squelettique.


8- Décrire schéma à l’appui le couplage pharmaco-mécanique du muscle lisse.

Cause à effet
1- Cause à effet
En cas d’effort le muscle cardiaque utilise le lactate
Parce que
Le cœur a un métabolisme essentiellement glycolytique.

2- Cause à effet
La fréquence de stimulation à laquelle on observe un tétanos complètement fusionné
est plus élevée pour les muscles lents que les muscles rapides

19
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
Parce que
La secousse des fibres musculaires de type I dure plus longtemps que celles de
type2B.

3- Cause à effet
Les fibres musculaires de type IIB sont les plus résistantes à la fatigue
Parce que
Les fibres musculaires de type IIB ont les fréquences de fusion de tétanos les plus
basses.

4- Cause à effet
Les fibres musculaires de type I sont plus résistante à la fatigue
Parce que
Les fibres de type I ont un contenu enzymatique essentiellement glycolytique.

20
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
SYSTEME NERVEUX VEGETATIF
Question à Choix Multiples (QCM)
1- Le système nerveux végétatif :
a. Règle les fonctions viscérales de l’organisme
b. Est un système volontaire et indépendant
c. Est le système de la vie de relation
d. Comprend les systèmes sympathique, parasympathique et somatique

2- La transmission synaptique entre le système nerveux sympathique et la


médullaire de la surrénale fait intervenir :
a. La noradrénaline
b. L’acétylcholine
c. Le récepteur β-adrénergique
d. Adrénaline
e. Le récepteur nicotinique

3- Le système sympathique diffère de celui parasympathique par :


a. La localisation des centres végétatifs
b. La longueur des fibres nerveuses pré et post ganglionnaires
c. La nature nicotinique des récepteurs ganglionnaires
d. Les effecteurs

4- Les effets suivants peuvent s’observer lors de la stimulation du système


sympathique :
a. Une dilatation de bronches
b. Une constriction artériolaire
c. Une augmentation de la force de contraction du cœur
d. Une constriction des pupilles
21
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
e. Une contraction de la paroi vésicale

5- La transmission synaptique entre les neurones post-ganglionnaires et les


cellules des organes effecteurs met en jeu :
a. L’acétylcholine
b. Le récepteur nicotinique
c. Le récepteur muscarinique
d. L’atropine

6- Dans le système nerveux végétatif :


a. Le neuromédiateur ganglionnaire peut être l’acétylcholine
b. Le neuromédiateur ganglionnaire peut être la noradrénaline
c. Le neuromédiateur ganglionnaire est toujours l’acétylcholine
d. Le récepteur ganglionnaire est métabotrope

7- Concernant le système parasympathique :


a. Il est anatomiquement disloqué
b. Le récepteur post-ganglionnaire est de type ionotrope
c. Le récepteur ganglionnaire est de type métabotrope
d. Le neuromédiateur post-ganglionnaire est l’acétylcholine

8- A propos du système sympathique :


a. Les axones pré ganglionnaires sont longs
b. Les axones postganglionnaires sont courts
c. Le neurotransmetteur pré ganglionnaire est l’adrénaline
d. Le neurotransmetteur pré ganglionnaire est l’acétylcholine

9- Le système nerveux végétatif SNV :


a. Est autonome
b. Régule l’activité des muscles squelettiques
c. Comprend le système entérique
d. Régule l’activité des muscles lisses et du cœur
e. Régule l’activité glandulaire

Question à Réponse Ouverte et Courte


1) Citer 5 dissemblances entre le système sympathique et parasympathique.

Cause à effet

22
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
1) Cause a effet
L’action du curare sur les récepteurs adrénergiques provoque une inhibition
Parce que
Le curare est un antagoniste des récepteurs nicotiniques de l’acétylcholine
2) Cause à effet
L’administration d’un bêtamimétique entraine une broncho-dilatation
Parce que
La stimulation du système sympathique entraine une constriction bronchique.

PHYSIOLOGIE CARDIAQUE
Question à Choix Multiples (QCM)
1- La diminution de la pression artérielle à la suite d’une hémorragie abondante
entraine :
a. Une diminution de la fréquence de décharge dans les nerfs afférents
b. Une diminution de l’excrétion rénale de sodium
c. Une augmentation de la sécrétion d’aldostérone
d. Une diminution de la production d’ANF
e. Une augmentation de la production d’ADH

2- L’intervalle de temps PR donne une bonne mesure du temps mis par


l’excitation pour aller :
a. Du nœud sinusal à celui de Tawara
b. Du nœud de Tawara au réseau de Purkinje
c. Du nœud sinusal au réseau de Purkinje
d. Du nœud de Tawara au faisceau de His
e. Du faisceau de His au nœud de Tawara

3- La principale source du muscle cardiaque au cours de l’exercice physique est


le métabolisme :
a. Du glucose
b. Du lactate
c. Des acides gras libres
d. Des corps cétoniques

4- Le système artériel systémique est caractérisé par :


23
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
a. Une résistance vasculaire élevée en amont des artérioles
b. Une compliance élevée
c. Une faible élasticité
d. Une capacité plus faible que celle du système veineux
e. Des niveaux de pression les plus élevé du système vasculaire

5- Chez un sujet adulte, la teneur en oxygène du sang artériel est de 20mL/dL et


celle du sang veineux est de 16mL/dL. Sa consommation d’oxygène est de
230mL/min, sa fréquence cardiaque 75bpm et son volume télé-diastolique
gauche de 119,6mL. La fraction d’éjection systolique est de :
a. 0,70
b. 0,60
c. 0,65
d. 0,40
e. 0,45 f. 0,55

6- A la fin de l’onde P de l’ECG :


a. La pression dans le ventricule gauche est élevée
b. Le ventricule gauche est presque plein
c. La valvule aortique est ouverte
d. La valvule mitrale est ouverte

7- Comment évolue le volume ventriculaire entre la fermeture de la valve mitrale


et la fermeture de la valve aortique :
a. il diminue puis il reste stable
b. il augmente puis reste stable
c. il diminue puis augmente
d. il reste stable puis diminue
e. il reste stable puis augmente

8- Chez un sujet adulte à l’ECG, les ondes Q, R et S, ont des amplitudes suivantes :
En DIII : Q=-0,5 mV ; R=1mV ; S=-0,5mV
En DI : Q=-0,3mV ; R=1,5mV ; S=-0,2mV
L’axe QRS est à :
a. +30°
b. +90°
c. +60°
d. -120°
e. -30°

24
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
9- Le premier bruit B1 du cœur est contemporain :
a. De la systole auriculaire
b. De la fermeture de la valve mitrale
c. De la fermeture de la valve tricuspide
d. De la fermeture des valves auriculo-ventriculaires

10- A l’état normal, le volume d’éjection systolique est influencé par :


a. Le volume télé diastolique
b. La pression dans l’artère pulmonaire
c. L’action du système nerveux sympathique
d. La pression dans l’oreillette gauche

11- Les éléments suivants appartiennent au système de basse pression :


a. Les capillaires systémiques
b. Le ventricule droit en systole
c. Les artères systémiques
d. L’oreillette gauche en systole
e. Le ventricule gauche en systole

12- Dans le contrôle à moyen terme de la pression artérielle, interviennent les


facteurs de régulation suivants :
a. Angiotensine II
b. ANF
c. ADH
d. Rénine

13- Après une hémorragie abondante et brève :


a. La fréquence des influx dans les nerfs dépresseurs de Hering augmente
b. La fréquence cardiaque diminue
c. La glande surrénale diminue la sécrétion de catécholamines
d. Les résistances périphériques augmentent

14- Au niveau de l’ECG :


a. La dérivation aVR est une dérivation unipolaire des membres
b. Les dérivations standard sont des dérivations bipolaires des membres
c. La dérivation aVF est perpendiculaire à DI

25
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
d. La dérivation DII se trouve dans le plan frontal
e. Les dérivations V1 et V2 se trouvent dans le plan horizontal

15- Les résistances à l’écoulement du sang dans les vaisseaux sont plus
importantes au niveau :
a. Grosses artère
b. Veines
c. Capillaires
d. Artérioles

16- La vitesse d’écoulement du sang est la plus faible au niveau :


a. Grosses artères
b. Veines
c. Capillaires
d. Artérioles

17- Les facteurs suivants ont un effet inotrope positif sur le cœur :
a. L’acétylcholine
b. Les antagonistes des récepteurs β-adrénergiques
c. La noradrénaline
d. La diminution de la fréquence cardiaque

18- Au cours de la phase de contraction iso-volumique du cycle cardiaque :


a. La pression aortique atteint sa valeur la plus élevée
b. Le volume intra-ventriculaire gauche reste inchangé
c. La pression auriculaire gauche augmente mais reste inférieure à la
pression ventriculaire gauche
d. Les valves mitrale et aortique sont fermées

19- Le pourcentage de remplissage ventriculaire gauche ayant lieu notamment


avant la contraction atriale est :
a. 0%
b. 20%
c. 50%
d. 80%
e. 100%

20- Quel est la grandeur qui varie en sens inverse des autres pendant la
stimulation du nerf pneumogastrique :

26
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
a. Tensions des fibres pendant la diastole
b. Fréquence cardiaque
c. Force contractile du cœur
d. Vitesse de conduction dans les fibres de Purkinje
e. Intervalle de temps PQ

21- Le PA de la cellule nodale mise dans les conditions adéquates a les


caractéristiques suivantes :
a. Nait par activation surtout des canaux sodiques rapides
b. Présente une dépolarisation lente pendant la relaxation du myocarde
ventriculaire
c. Peut présenter un plateau dû à l’entrée du calcium
d. Peut naitre sans excitation préalable de a cellule

22- Lorsque la FC accélère :


a. La systole et la diastole se raccourcissent, le rapport de leur durée reste
inchangé
b. La systole et la diastole se raccourcissent, mais la systole plus que la
diastole
c. Seule la durée de la systole diminue
d. Seule la durée de la diastole diminue

23- Les échanges gazeux entre les poumons et le sang se font par :
a. Transport facilité
b. Diffusion simple
c. Transport actif secondaire
d. Transport actif vrai
e. Canaux ioniques

24- Dans l’intervalle de temps entre B2 et B1 on enregistre :


a. A l’ECG, une onde P
b. La pression minimale dans le ventricule droit
c. Le cœur est en systole
d. Le cœur est en diastole

25- Le volume d’éjection systolique diminue :

27
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
a. Quand la pré-charge augmente
b. Quand le volume télé-systolique diminue
c. En cas d’augmentation de la contractilité du myocarde
d. Lors de la stimulation du système nerveux parasympathique
e. Lors de la libération massive d’adrénaline

26- Les paramètres suivants sont indispensables à la détermination du débit


cardiaque selon le principe de Fick :
a. La consommation d’oxygène
b. Le volume d’éjection systolique
c. La pression artérielle systémique
d. La fréquence cardiaque
e. La teneur en O2 du sang artérielle

27- La réaction de l’organisme à une diminution de la pression artérielle


comporte :
a. Une diminution de la sécrétion de rénine
b. Une augmentation de la fréquence des potentiels d’action dans le nerf
de Hering
c. Une vasoconstriction artériolaire
d. Une augmentation de la libération de l’ANF
e. Une augmentation de l’élimination rénale de l’eau

28- Au cours de la phase d’éjection systolique :


a. Les valves mitrales sont ouvertes
b. Les valves tricuspides sont fermées
c. Les valves aortiques sont ouvertes
d. Les valves pulmonaires sont fermées
e. Le sang s’écoule des atria vers les ventricules

Question à Réponse Ouverte et Courte (QROC)


1- Enoncer la loi de Frank-Starling. Comment l’expliquez-vous ?
2- Présenter l’activité électrique des cellules nodales. Quel est son importance
physiologique ? Quels sont les effets des systèmes sympathique et
parasympathique sur cette activité ?
3- Représenter par un schéma, le potentiel d’action de la cellule myocardique
ventriculaire. Y indiquer les différentes phases et courants ioniques.
4- A l’aide du diagramme de pression-volume intraventriculaire, décrire le
fonctionnement de la pompe cardiaque.
28
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
5- Représenter par un schéma, l’activité électrique de la cellule nodale et l’effet
du système parasympathique et sympathique.
6- Expliquer l’effet WINDKESSEL dans le système vasculaire.

7- La FC d’un sujet est 75bpm, son volume d’éjection systolique est de 70mL et le
volume ventriculaire télé-diastolique gauche est de 115mL.
Déterminer son débit cardiaque et sa fraction d’éjection systolique.

8- A un instant du cycle cardiaque les projections du vecteur cardiaque sur DI et


sur DII sont égales et de signe contraire.
Trouver la position du vecteur cardiaque.

9- Chez un malade à un instant t du cycle cardiaque on a : VF=-0,4mV et VR=0,6mv


Calculer la valeur de DII, VL et DIII.

10- Quels sont les différents types de capillaires sanguins ? Et pour chaque type de
capillaire, donner un exemple d’organe au niveau duquel on le trouve.
11- Le régime discontinu de l’écoulement sanguin au niveau cardiaque devient
continu au niveau de l’aorte.

12- Vrai ou faux. Justifier.


Le potentiel d’action, généré au niveau des cellules nodales, se propage
directement aux cellules myocardiques atriales à celles ventriculaires grâce
aux jonctions communicantes qui existent entre ces cellules.

13- Vrai ou faux. Justifier.


Au cours du cycle cardiaque, on observe une augmentation régulière et
progressive de la pression atriale gauche du début à la fin de la systole
ventriculaire.

14- Vrai ou faux. Justifier.


Malgré que l’écoulement du sang se fasse de l’aorte vers les artères
périphériques, le pic de l’onde de pression est inférieur à celui de l’artère
fémorale.

15- Dans quel ordre les éléments suivants sont-ils traversés par le sang partant du
ventricule droit ?
a. Ventricule gauche
b. Artère pulmonaire

29
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
c. Veine cave inferieur
d. Veines pulmonaires
e. Capillaires systémiques
f. Orifice mitral
g. Aorte

16- Vrai ou faux. Justifier.


Les tétanos sont possibles au niveau du cœur.

17- Karim souffre d’une insuffisance cardiaque. Pour son traitement on décide de
lui administrer des produits dont l’ouabaïne. Justifier ce traitement.

18- Un sujet de 12 ans de masse corporelle M a été référé au CNHU pour une prise
en charge adéquate de son kwashiorkor. Les analyses sanguines révèlent :
Hte=59%, le volume total sanguin VTS=5 L.
a. Sachant que l’hématocrite est égal au rapport du volume globulaire
(VG) sur le VTS, et que VTS=VG+VP, avec VP le volume plasmatique,
déterminer :
- Le volume d’eau plasmatique
- Le volume d’eau intracellulaire
- La masse corporelle M du sujet
b. Cet enfant présente des œdèmes, comment l’expliquez-vous ?

Cause à effet
1- Cause à effet
Une élévation du niveau d’activation des barorécepteurs carotidiens entraine une
augmentation de la fréquence cardiaque
Parce que
L’augmentation de la contractilité du muscle cardiaque entraine une augmentation
de la fréquence cardiaque.

2- Cause à effet
Le ventricule droit est une pompe moins puissante que le ventricule gauche
Parce que
Les tissus ont besoin de recevoir plus de sang que les poumons.

3- Cause à effet

30
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
L’augmentation du débit sanguin dans le capillaire vrai est surtout due à un
relâchement du muscle lisse pré capillaire
Parce que
Tous les éléments constitutifs de la microcirculation renferment du muscle lisse
responsable de la vasomotricité.

4- Cause à effet
L’arrêt de l’activité des cellules du nœud sinusal entraine la suppression de l’activité
contractile automatique du cœur
Parce que
Les cellules myocardiques possèdent une pente de dépolarisation diastolique.

5- Cause à effet
L’augmentation du volume télé-diastolique peut entrainer une augmentation du
volume d’éjection systolique
Parce que
L’augmentation de la pré-charge augmente la contractilité du muscle cardiaque.

6- Cause à effet
L’activité électrique du cœur est due au nœud de Keith et Flack
Parce que
Lorsque le nœud sinusal ne fonctionne plus, l’activité électrique cardiaque cesse.

7- Cause à effet
La valeur du pic de l’onde de pression augmente au fur et à mesure qu’on évolue de
l’aorte vers les artères périphériques
Parce que
La valeur de la pression artérielle moyenne est plus élevée au niveau des artères
périphériques qu’au niveau de l’aorte.

8- Cause à effet
La dépolarisation des oreillettes n’est pas visible sur l’électrocardiogramme normal
Parce que
La dépolarisation auriculaire est masquée par la repolarisation auriculaire.

9- Cause à effet
La digoxine exerce sur le cœur un effet inotrope négatif
Parce que

31
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
La digoxine empêche le fonctionnement des transports actifs secondaires de Na + et K+
dépendant.

10- Cause à effet


Lors de la phase de relaxation iso volumique, l’orifice mitral est fermé
Parce que
Lors de la phase de relaxation iso volumique la pression intraventriculaire gauche
reste constante.

11- Cause à effet


Les β-bloquant exercent un effet inotrope positif sur le cœur
Pare que
Les β-bloquants inhibent l’activité de l’échangeur 3Na+/Ca2+

PHYSIOLOGIE RESPIRATOIRE
Question à Choix Multiples (QCM)
1- Les muscles suivants se contractent au cours de l’inspiration forcée :
a. Le diaphragme
b. Les scalènes et les intercostaux internes
c. Les muscles de la paroi abdominale
d. Les intercostaux externes
e. Les sterno-cléido-mastoïdiens

2- Les muscles suivants se contractent au cours de la respiration calme de repos


chez un adulte sain :
a. Diaphragme
b. Les muscles de la paroi abdominale
c. Les intercostaux externes
d. Les intercostaux internes
e. Les scalènes et les sterno-cléido-mastoïdiens

3- Les facteurs suivants entrainent une déviation à droite de la courbe de


dissociation de l’hémoglobine :
32
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
a. L’augmentation de la température
b. La diminution de la PCO2 dans le sang
c. Une augmentation de la concentration de H+ dans le sang
d. Une diminution de la concentration en 2,3 DPG

4- La molécule d’hémoglobine :
a. est composée de 2 noyaux hèmes et de 2 globines
b. fixe l’oxygène au niveau de la globine
c. peut fixer 4 molécules d’oxygène
d. contient un atome de fer à l’état ferreux situé sur la globine

5- La capacité résiduelle fonctionnelle est :


a. le volume pulmonaire qui ne participe pas aux échanges gazeux
b. le volume de l’espace mort anatomique
c. le volume d’air dans les poumons à la fin d’une expiration normale
d. le volume d’air retrouvé dans les poumons à la fin d’une inspiration
forcée

6- Le contrôle de la respiration automatique met en jeu :


a. le groupe respiratoire dorsal qui contient qui contient des neurones
présentant des décharges uniquement lors de l’inspiration
b. le groupe respiratoire ventral qui contient des neurones présentant
tous des décharges aux deux temps de la ventilation
c. le centre pneumo-taxique dont la stimulation entraine un
prolongement de la rampe respiratoire
d. le centre apneustique dont la stimulation entraine un prolongement de
la rampe respiratoire
e. un générateur central du rythme qui se trouve au niveau de la
protubérance

7- Le sang artériel du sujet X présente les caractéristiques suivantes :


Taux d’Hb=15g/dL ; PO2=97mm.Hg ; SaO2=100%
Le volume d’oxygène contenu dans un litre de sang artériel du sujet est d’environ :
a. 20,1mL
b. 201mL
c. 22,01mL
d. 203,91mL
e. 239,1mL

33
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
8- Au niveau de la circulation pulmonaire, la vasoconstriction est essentiellement
due :
a. Stimulation sympathique cholinergique
b. Une augmentation de la PCO2 alvéolaire
c. Une stimulation parasympathique
d. Une diminution de la PCO2 alvéolaire

9- Le surfactant :
a. Diminue la tension superficielle au niveau des alvéoles
b. Est produit par les pneumocytes de type I
c. Est constitué essentiellement d’acides gras
d. Sa production est stimulée par les glucocorticoïdes

10- Le déficit de surfactant entraine :


a. Une augmentation des variations de pressions intra-pleurale nécessaire
pour avoir un volume courant donné
b. Diminution du travail de la respiration
c. Diminution de la tension superficielle
d. Augmentation de la compliance pulmonaire

11- A la fin d’une expiration normale


a. Le volume pulmonaire est supérieur à celui que les poumons auraient
eu s’ils étaient isolés de la cage thoracique
b. Le volume de la cage thoracique est inférieur à celui du thorax isolé
c. Les forces de rétraction pulmonaire sont supérieures aux forces
d’expansion thoracique
d. La quantité d’air restant dans les poumons correspond au volume
résiduel

12- Le CO2 est transporté dans le sang principalement sous forme :


a. Dissoute
b. Dérivés carbonés
c. Lié à l’hémoglobine
d. D’ions bicarbonates

13- Chez un sujet au repos :


a. Le sommet des poumons est mieux ventilé que la base

34
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
b. La base pulmonaire est moins perfusée que le sommet des poumons
c. Le rapport ventilation/perfusion est plus élevé au sommet qu’à la base
d. Le rapport ventilation perfusion est de l’ordre 1,2 pour l’ensemble des
poumons

14- Le volume résiduel représente :


a. Le volume pulmonaire qui ne participe pas aux échanges gazeux
b. Le volume de l’espace mort anatomique
c. Le volume d’air retrouvé dans les poumons après une expiration forcée
d. Le volume d’air pulmonaire mesurable directement par spirométrie
e. Le volume d’air dans les poumons à la fin d’une expiration forcée

Question à Réponse Ouverte et Courte (QROC)


1- Représenter la courbe de dissociation de l’oxyhémoglobine. Indiquer sur la
courbe l’effet d’une diminution du pH sanguin.

2- Le volume courant d’un sujet est de 600mL et sa fréquence respiratoire de 12


cpm. En sachant que le volume de l’espace mort anatomique est de 150 ml,
déterminer sa ventilation minute et sa ventilation alvéolaire.

3- La ventilation minute d’un sujet est de 7200mL/min. sa ventilation alvéolaire


est de 4800mL/min. en sachant que le volume de l’espace mort anatomique
est de 150mL, déterminer le volume courant et la fréquence respiratoire.

4- Le volume d’un spiromètre est de 12L, il contient 15% d’hélium à la fin d’une
expiration forcée maximale. Un sujet est branché à ce spiromètre dans lequel
il respire. Après plusieurs minutes de respiration, la fraction d’hélium dans le
spiromètre se stabilise à 13%.
Déterminer le volume résiduel du sujet.

5- La capacité alvéolaire d’un sujet est de 4900mL/min, sa fréquence respiratoire


est de 15cpm. Sa capacité vitale et sa capacité pulmonaire totale sont
respectivement de 3700mL et 5200mL. Son volume de réserve inspiratoire est
de 2000ml.
a. Calculer sa ventilation minute.
b. Calculer sa capacité résiduelle fonctionnelle.

6- Décrire le mécanisme des échanges alvéolo-capillaires.

35
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
7- Quelles sont les fonctions des pneumocytes II

8- Décrire le contrôle chimique de la respiration

9- La fréquence respiratoire d’un sujet est de 15 cpm, sa ventilation minute est


de 6000mL/min. Déterminer sa ventilation alvéolaire.

10- Vrai ou faux. Justifier.


Entre la fermeture de la valve mitrale et la fermeture de la valve aortique, on
observe une stabilité puis une diminution du volume ventriculaire gauche.

11- Vrai ou faux. Justifier.


Une augmentation de la pré-charge entraine une augmentation du débit
cardiaque.

12- Le gaz carbonique (CO2) :


a. Décrire les mécanismes de transport de CO2 dans le sang
b. Quel est l’effet d’une augmentation de la PCO2 sanguine sur la
ventilation pulmonaire ?
c. Par quels mécanismes, l’augmentation de la PCO2 sanguine induit-elle
cet effet ?

Cause à effet
1- Cause à effet
La cellule du glomus carotidien de type I est activée uniquement par l’augmentation
de la PCO2 sanguine
Parce que
La PCO2 sanguine est la plus efficace des facteurs stimulateurs de la ventilation
pulmonaire
2- Cause à effet
La distension pulmonaire stimule le centre inspiratoire bulbaire
Parce que
La fréquence des influx dans les fibres nerveuses d’origine pulmonaire des nerfs
pneumogastriques augmente au cours de l’inspiration.
3- Cause à effet

36
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
Après section des nerfs carotidien et aortique la respiration d’un mélange enrichis en
CO2 augmente la ventilation
Parce que
Les chémorécepteurs sont insensibles à l’action directe de la PCO2 sanguine
4- Cause à effet
Le sang dans les artérioles coule plus lentement que dans tout le système
d’écoulement du sang
Parce que
La résistance vasculaire au niveau des artérioles est la plus élevée
5- Cause à effet
Le défaut de production du surfactant entraine chez les nouveau-nés une dégraisse
respiratoire
Parce que
Le surfactant diminue la tension superficielle au niveau des alvéoles pulmonaires
6- Cause à effet
La tension superficielle au niveau des alvéoles à la fin d’une inspiration forcée est plus
élevée qu’à la fin d’une expiration forcée
Parce que
La concentration en phospholipides dans le surfactant diminue au cours de
l’expiration.
7- Cause à effet
L’augmentation de la PCO2 sanguine entraine une augmentation de la ventilation
pulmonaire
Parce que
La PCO2 sanguine est le facteur chimique auquel le barorécepteur carotidien est
sensible.

8- Cause à effet
Une lésion du groupe respiratoire ventral entraine une altération de la respiration de
repos chez le sujet normal
Parce que
Les neurones appartenant à ce groupe ne présentent des décharges qu’au cours de
l’expiration.

9- Cause à effet
La PCO2 est plus élevée dans l’air alvéolaire que dans l’air expiré
Parce que
L’air contenu dans l’espace mort anatomique est très pauvre en CO2.

37
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
10- Cause à effet
Une activation du centre apneustique entraine un prolongement de la rampe
respiratoire
Parce que
Les neurones inspiratoires qui stimulent les motoneurones des muscles inspiratoires
ont leur origine dans le centre apneustique.

11- Cause à effet


Le rapport ventilation/perfusion est plus élevé aux sommets qu’à la base des
poumons
Parce que
Le sommet est mieux ventilé que la base pulmonaire

12- Cause à effet


Une augmentation de la fréquence respiratoire entraine toujours une augmentation
de la ventilation alvéolaire
Parce que
L’augmentation de la fréquence respiratoire et du volume courant sont des
mécanismes par lesquels l’organisme augmente l’entrée d’air dans les poumons.

METABOLISME-RATION ALIMENTAIRE-THERMOREGULATION

Question à Choix Multiples (QCM)


1- En cas de chaleur on a :
a. Une augmentation de la thermogenèse
b. Diminution de la thermolyse
c. Augmentation des pertes de chaleur
d. Une augmentation de l’activité physique

2- La réaction de l’organisme humain à une diminution de la température du


milieu extérieur comprend :
38
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
a. Une vasoconstriction cutanée
b. Une diminution de la sécrétion des hormones thyroïdiennes
c. Une augmentation de l’activité physique volontaire
d. Une augmentation de la sécrétion des catécholamines

3- Les besoins énergétiques d’un sujet s’élèvent à 11200Kj. Il consomme 350g de


glucides et sa consommation en protides couvre 8% des besoins énergétiques.
La quantité de lipides qu’il doit consommer en plus des glucides et protides
pour couvrir exactement ses besoins énergétiques est d’environ :
a. 125,67g
b. 100,25g
c. 210,76g
d. 117,67g
e. 90,25g

4- Le métabolisme de base est mesuré chez l’homme dans les conditions


suivantes :
a. Le sujet à jeun depuis moins de 6h
b. Le sujet au repos total, si possible couché ou endormi
c. Le sujet est nu, la température ambiante doit être de 18° à 20°C
d. Chez le sujet habillé la température du milieu se situe entre 20-25°C

5- Le frisson thermique :
a. Est un mécanisme physique de transfert de chaleur
b. Correspond à une activité volontaire de muscles striés
c. Correspond à une activité involontaire des muscles lisses périphériques
d. S’accompagne de vasodilatation
e. S’accompagne d’une augmentation du métabolisme

Question à Réponse Ouverte et Courte (QROC)


1- Citer les méthodes de mesure du métabolisme.
2- Citer les facteurs qui déterminent le métabolisme standard après l’avoir défini.
3- Citer les facteurs de variation du métabolisme.
4- Quels sont les principaux facteurs de variation du métabolisme énergétique
chez l’être humain ?
5- La ration alimentaire : définition et les types de besoins de l’organisme.
6- Proportion adéquates des protides, lipides et glucides pour une couverture
adéquate des besoins énergétiques.

39
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU
7- Pour couvrir ses besoins, un sujet consomme 150g de glucides, 200g de
protides, 200g de lipides.
Quels est l’apport énergétique de cette ration ? Est-elle adéquate ?
8- Citer les modalités physiques de pertes de chaleur.

9- Vrai ou faux. Justifier.


Chez l’être humain, la température de toutes les parties du corps est maintenue à
37°C de façon permanente.

Cause à effet
1- Cause à effet
Lorsque le sujet est exposé à des températures allant de 25-30°C, la réponse
thermorégulatrice mise en jeu est la vasodilatation cutanée
Parce que
Dans l’intervalle de température 25-30°C le débit sanguin cutané diminue.

2- Cause à effet
Les substances pyrogènes endogènes augmentent la température corporelle
Parce que
Les substances pyrogènes augmentent, au niveau du centre de la thermorégulation,
le point de référence de la thermorégulation.

3- Cause à effet
Lorsque la température cutanée est supérieure à la température ambiante, radiation
et convection sont positives
Parce que
Radiation et convection réunies sont les seuls mécanismes de déperdition de chaleur
lorsque la température cutanée est inférieure à la température ambiante.

40
ème
2 Edition Juin 2018
FSS-COTONOU