Vous êtes sur la page 1sur 4

AUTOMATIQUE 1 BTS MI

FONCTIONS MEMOIRE

LA FONCTION MEMOIRE
I – DEFINITION :
L’effet, sortie de l’opérateur mémoire, est maintenu alors Entrée
que l’ordre qui l’a généré, entrée de l’opérateur, a (Ordre)
disparu. 1

La fonction mémoire est un opérateur de logique Entrée Sortie t


séquentielle. (Ordre) (Effet) 0
MEMOIRE Sortie
(Effet)
1

t
0

II – LOGIQUE SEQUENTIELLE – CONCEPT D’ETAT :


La logique séquentielle est une logique qui, à un instant donné, prend en compte non seulement les
combinaisons d’états des variables d’entrée, mais aussi la succession chronologique des
combinaisons d’états des situations antérieures.
Ex : dans un équipement d’ascenseur, si la cabine est immobilisée au 3ème étage :
 Une action sur le bouton du 3ème reste sans effet
 Une action sur le bouton du 5ème se traduit par une montée
 Une action sur le bouton du 1er se traduit par une descente
L’état immédiatement antérieur à toute action a été pris en compte dans la logique de traitement des
informations.

marche
1
On peut donc établir la table de fonctionnement
correspondant à l’opérateur logique séquentiel
décrit dans la figure ci-contre. 0
marche Sortie
M A Sn Arret
0 0 Sn-1 1
1 0 1 Arret
0 0 1
0 1 0 0
0 0 0
1 0 1 Sortie
1

0
X
1 1
 M : Marche
 A : Arrêt
 Sn : état de la sortie pour la combinaison affichée des entrées
 Sn-1 : état antérieur de la sortie. C’est cet état qui concrétise la notion de mémorisation
X : état indéterminé de la sortie
III – NOTIONS DE PRIORITE :
La dernière ligne du tableau de fonctionnement, M=A=1, entraîne un état indéterminé de la sortie. Pour lever
cette indétermination due à une mise à 1 simultanée des 2 entrées, il suffit d’affecter une priorité à l’une des 2
entrées.

Fonctions mémoire - 1
AUTOMATIQUE 1 BTS MI
FONCTIONS MEMOIRE

31 – Priorité à l’arrêt :
Dans ce cas, l’entrée A est prioritaire sur l’entrée M. La table de fonctionnement devient M A Sn
donc la suivante :
0 0 Sn-1
La priorité est dite alors priorité au déclenchement ou priorité à la désactivation ou
1 0 1
encore mémoire à arrêt prioritaire.
Ceci signifie que toute mise simultanée des entrées à l’état 1 se traduit systématiquement 0 1 0
par une mise ou un maintien à 0 de la sortie. 1 1 0

32 – Priorité à la marche :
Dans ce cas, l’entrée M est prioritaire sur l’entrée A. La table de fonctionnement devient M A Sn
donc :
0 0 Sn-1
La priorité est dite alors priorité à l’enclenchement ou priorité à l’activation ou encore
1 0 1
mémoire à marche prioritaire.
Ceci signifie que toute mise simultanée des entrées à l’état 1 se traduit 0 1 0
systématiquement par une mise ou un maintien à 1 de la sortie. 1 1 1
33 – Remarque :
Dans les systèmes industriels automatisés, les dispositifs à déclenchement prioritaire occupent une place
importante du fait des directives européennes en matière de sécurité.
IV – PRINCIPES D’OBTENTION DE L’EFFET MEMOIRE :

41 – Relais électromagnétique à un enroulement :


411 – Mémoire à arrêt prioritaire :
a) Schéma : on réalise la commande par un relais électromagnétique, dans lequel X
désigne la bobine et x, un contact. Il permet de réaliser la variable secondaire qui,
en même temps, satisfait à la fonction mémorisation.
b) Analyse du fonctionnement :
 Si l’on appuie sur M, la bobine X est alimentée par l’intermédiaire du contact M
 Si on relâche M, le courant continue de passer par x. On dit qu’il y a auto-
alimentation.
 Si on appuie sur ARU, on coupe le circuit d’alimentation de la bobine X. Le contact
x s’ouvre, ce qui coupe l’auto-alimentation de la bobine.
 Si on relâche le bouton ARU, rien n’est changé, la mémoire est au repos.
c) Représentation en fonction du temps : chaque action sur les boutons poussoirs
M et ARU est représentée par une impulsion. La bobine X reste enclenchée tant
que l’on n’a pas appuyé sur le bouton ARU.
d) Cas ou on appuie sur M et ARU : dans ce cas, le circuit de X est toujours coupé.
On dit qu’il y a prépondérance de l’arrêt sur la marche
e) Equation du circuit : d’après le schéma précédent, on peut écrire l’équation
logique suivante :
X = /ARU . ( m + x )
On appelle x une variable secondaire. Dans le cas considéré, x est actionné par la
bobine du relais X, qui constitue un organe de sortie intermédiaire. Sa fonction est
d’assurer la mémorisation.
f) Le montage est souvent appelé auto-alimentation. Il se souvient du dernier
contact sur lequel on a appuyé : En mémoire si l’on a appuyé sur marche ; Hors
mémoire si l’on a appuyé sur arrêt.

Fonctions mémoire - 2
AUTOMATIQUE 1 BTS MI
FONCTIONS MEMOIRE

412 – Mémoire à marche prioritaire :


a) schéma : le bouton marche M et monté en dérivation avec l’ensemble ARU et x
qui sont en série.
b) Fonctionnement : il est identique au cas précédent, sauf lorsque l’on appuie
simultanément sur M et ARU ; dans ce cas, le contact M maintien l’alimentation de
la bobine X
c) Représentation en fonction du temps : la bobine X s’enclenche ou déclenche
dès l’apparition de l’impulsion. On dit qu’elle fonctionne sur le front montant de
l’impulsion
d) Equation : on peut écrire l’équation logique suivante :

X = M + (/ARU . x )

42 – Association d’opérateurs logiques fondamentaux :


Les équations des mémoires à marche et arrêt prioritaire permettent aussi de tracer des logigrammes.
L’essentiel de la mémorisation est la boucle de rétroaction ou boucle de la sortie X vers l’entrée. Cette
rétroaction est porteuse de l’information d’état de la sortie X. Elle est fonctionnellement comparable au
contact d’auto-alimentation des relais électromagnétiques.
Mémoire à l’effacement prioritaire :

X = /R .( S + x )

Mémoire à l’écriture prioritaire :

X = S + (/R . x )

43 – Bascules bistables :
Une bascule est un circuit de mémorisation qui pour une combinaison d’états logiques de ses entrées
présente sur sa sortie 2 états complémentaires stables.
La bascule est une mémoire élémentaire qui ne peut mémoriser qu’un seul élément binaire ou bit.

Fonctions mémoire - 3
AUTOMATIQUE 1 BTS MI
FONCTIONS MEMOIRE

Parmi les nombreux types de bascules, on peut distinguer :


 Les bascules à fonctionnement asynchrone dont l ‘état de la sortie ne dépend que de la combinaison d’états des
entrées. La plus usitée est la bascule RS.
 Les bascules synchrones dont le changement d’état de la sortie, correspondant à une nouvelle combinaison d’états
des entrées ne peut s’effectuer que sur le front actif (montant ou descendant) d’un signal d’horloge. Les
bascules RSH, D et JK sont des bascules synchrones.
44 – Exemple de Bascule RS :
Symbole : Logigrammes avec des opérateurs NOR et NAND :
S Q
R
Q
 S : entrée de mise à 1 (set) de Q
 R : entrée de mise à 0 (reset) de Q
 Q et Q : sorties complémentaires

Table de vérité pour bascule RS à base de cellules NOR / NAND :

45) Bascules R S
S : Set = mise à un. . . Q est forcé à un par .S . .
R : Reset = mise à zéro. . . /Q est forcé à un par .R . .

451 Technonologie NOR :

R Q
>1 R S Q /Q
S Q
0 0 x x
0 1 1 0
1 0 0 1 R /Q
1 1 0 0
>1 Q2
S

451 Technonologie NAND :

s S
& Q
& R S Q /Q
S Q
0 0 x x
0 1 1 0
1 0 0 1 R /Q
R 1 1 1 1
/Q
& R &

Fonctions mémoire - 4