Vous êtes sur la page 1sur 31

ETALONNAGE /VÉRIFICATION

DES BALANCES

1
CARACTERISTIQUES D’UNE
BALANCE
PORTEE MAXIMALE = valeur de pesée maximale,
compte tenu de la capacité additive de la tare

2
CARACTERISTIQUES D’UNE
BALANCE
PORTEE MINIMALE = Valeur de la charge en dessous
de laquelle les pesées peuvent être entachées d’une
erreur trop importante

3
CARACTERISTIQUES D’UNE
BALANCE
ECHELON REEL d= différence entre les valeurs
correspondant:
- 2 repères consécutifs pour une indication analogique
- la différence entre 2 indications consécutives pour une
indication numérique

4
CARACTERISTIQUES D’UNE
BALANCE
• ECHELON DE VERIFICATION
e = valeur de l’échelon réel d utilisé pour

5
CARACTERISTIQUES D’UNE
BALANCE
• NOMBRE ECHELON DE VERIFICATION
n: c’est le quotient de la portée maximale par l’échelon
de vérification

6
CARACTERISTIQUES D’UNE
BALANCE
• Les balances sont classées en 4 classes d’exactitude:

7
CARACTERISTIQUES D’UNE
BALANCE
Les classes de précision spéciale et fine sont réservées plus
particulièrement à des mesures en laboratoire et souvent
de faible portée.

Les instruments de pesage destinés à des transactions


commerciales, doivent obligatoirement être de la classe
de précision moyenne.

La répartition des instruments de pesage, en classe de


précision, est basé sur la valeur de l'échelon et sur le
nombre d'échelons de l'instrument.
8
MINIMISER LES ERREURS
SYTEMATIQUE
• Les vérifications préliminaires avant l’utilisation d’une
balance sont:

9
Caractéristique des masses
Étalons
Caractéristique des masses étalons (servant à l’étalonnage et à la vérification)
 Raccordement
Les poids utilisés doivent être raccordés aux étalons nationaux avec un
certificat d’étalonnage émis par un laboratoire d’étalonnage accrédité
Cofrac ou équivalent .
 Masse conventionnelle
les poids sont étalonnés en masse conventionnelle avec des incertitudes
élargies du tiers des EMT (erreur maximale tolérée) sur les étalons .

10
Caractéristique des masses
Étalons
 Classe de précision
Pour minimiser l’incidence de l’incertitude des poids, la classe de précision
des poids pour étalonner une balance d’analyse doit être de classe E2.
Pour étalonner une balance de précision, la classe F1 suffit. Pour étalonner une
bascule industrielle, la classe M1 suffit.

 Conséquence : la valeur de mesure brute affichée par une balance n’est pas
exactement la masse vraie, mais une masse que l’on appelle la masse
conventionnelle du corps pesé. 11
Autres moyens
Ils sont utilisés pour mesurer les conditions ambiantes au début et à la fin des mesures.
 Thermomètre
Le thermomètre sert à mesurer la température au début et à la fin des essais.
Il n’est pas nécessaire de l’étalonner périodiquement ; nous ne sommes intéressés que
par la différence de température avant et après et non une valeur juste de la
température.
Nota : dans le cas d’une balance d’analyse, il est préférable de mesurer la température
de l’air à l’intérieur de la chambre de pesée ; ou de déterminer l’écart entre la cage
et la salle de mesure. Pour les autres balances, la température est mesurée à
proximité du plateau.
 Baromètre/hygromètre
La pression atmosphérique et l’humidité relative de l’air ne sont pas mesurées mais
surveillées. On prend en compte leur étendue sur une période d’une année.

12
Méthode d’étalonnage
La méthode consiste à comparer, sur le lieu d’utilisation habituel, les indications de
la balance aux valeurs conventionnellement vraies des étalons.

Intérêt de l’étalonnage
- Comparer la valeur de la grandeur indiquée par la balance et la valeur
correspondante de masses étalons et donc déterminer des erreurs d’indications
de l’instrument de pesage et des incertitudes associées
- Réaliser les essais métrologiques : justesse, excentration et répétabilité ;
- Déterminer l’incertitude de l’instrument de pesage en fonction des valeurs des
masses pesées.

Intérêt de la vérification
S’assurer que les écarts entre les valeurs indiquées par un appareil et les valeurs
connues correspondantes d’une grandeur mesurée sont tous inférieurs aux erreurs
maximales tolérées (EMT)

13
Méthode d’étalonnage

Les essais réalisés pour la détermination de l’incertitude de l’erreur


d’indication de la balance sont les suivants :

 essai de répétabilité ;

 essai de justesse ;

 essai d’excentration.

14
Essai de répétabilité
La répétabilité est l’aptitude de la balance à fournir des résultats concordants entre eux
pour une même charge déposée plusieurs fois et d’une manière pratiquement
identique sur le plateau de la balance, dans des conditions d’essais constantes.

 Moyens d’essais

La répétabilité est déterminée en réalisant au moins cinq pesées successives en au


moins un point significatif lié à l’utilisation de la balance, Les valeurs nominales
des poids étalons sont choisies de manière à réaliser l’essai à la moitié de la portée
maximale (Max/2) et à la portée maximale d’utilisation (Max.) sur six (6) pesées
consécutives pour les balances d’analyse et de précision et trois pesées (3)
consécutives pour les balances et bascules industrielles.

15
Essai de répétabilité
 Conditions de relevé des mesures

La même répartition des charges sur le plateau est conservée lors de chaque
application, afin de ne pas engendrer d’erreur d’excentration. La balance
peut être remise à zéro avant le dépôt de la charge. À chaque dépôt de
charge, la répétition des mesures a lieu dans une courte période de temps et
sans interruption. La durée respective d’application d’une même charge est
sensiblement identique.

La charge à peser doit toujours être placée à l’intérieur de repères centrés sur le
plateau pour éviter toute erreur liée à l’excentration. S’ils n’existent pas,
ces repères peuvent être tracés sur le plateau.

16
Essai de répétabilité

 Démarrage des mesures

La balance est mise à zéro au début de l’essai. Entre chaque dépôt de la


charge, la balance peut être remise à zéro si nécessaire.

 Valeurs à relever

On relève les valeurs lues, après stabilisation des indications de la balance. On


corrigera les valeurs de mesure de la dérive du zéro, si elle existe.

17
Essai de justesse
La justesse est l’aptitude de la balance à fournir des résultats concordants entre
la valeur lue (indication de la balance) et la valeur vraie (poids étalon), dans
des conditions habituelles de fonctionnement.
Quand la balance est utilisée sur toute son étendue de mesure, l’erreur
d’indication est déterminée à plusieurs charges depuis sa pesée minimale
jusqu’à sa portée maximale. Si elle n’est utilisée que sur une partie de son
étendue de mesure, l’erreur d’indication est déterminée à des charges
représentatives des quantités pesées habituellement (par exemple :balance
utilisée pour contrôler le volume de micropipettes).
Si elle n’est utilisée qu’en un point, l’erreur d’indication est déterminée à la
charge habituellement pesée (par exemple : balance utilisée pour contrôler
la masse spécifique de médicaments, ou la quantité nominale de
préemballés).

18
Essai de justesse
 Moyens d’essais
Selon le mode d’utilisation de la balance, l’essai peut être effectué :
– en charges croissantes ;
– en charges décroissantes ;
– en charges croissantes et décroissantes.
Cinq valeurs de charge sont normalement suffisantes. Les valeurs nominales
des poids étalons sont choisies de manière à permettre le relevé des valeurs
réparties sur l’étendue de mesures comme suit :
– un point proche de la charge minimale (Min) ;
– un point proche du quart de la charge maximale (Max/4) ;
– un point proche de la moitié de la charge maximale (Max/2) ;
– un point proche des trois-quarts de la charge maximale (3/4 Max);
– un point proche de la charge maximale (Max).
19
Essai de justesse

 Conditions de relevé des mesures


La même répartition des charges sur le plateau de la balance est conservée lors
de chaque application, afin de ne pas engendrer une erreur d’excentration.
Les durées des phases de chargement sont sensiblement identiques.
La balance peut être remise à zéro avant le dépôt de la charge.
 Démarrage des mesures
La balance est mise à zéro au début de l’essai. Entre chaque dépôt de charge,
la balance ne doit pas être remise à zéro afin de mettre en évidence son
éventuelle dérive.

20
Essai de justesse

 Valeurs à relever

On relève à chaque charge les valeurs lues, après stabilisation des indications
de la balance.

 Remarque

Cet essai est à réaliser à l’aide de poids étalons.

21
Essai d’excentration
L’excentration est l’aptitude de la balance à fournir des résultats concordants, en
modifiant le point d’application d’une même charge.
 Moyens d’essais
La valeur nominale du poids est proche du 1/3 de la portée maximale.
 Conditions de relevé des mesures
La position centrale du plateau est choisie comme position de référence.
Le poids est placé au centre du plateau (position C) et l’indication IC qui en résulte est
relevée. Puis le poids est déplacé successivement en excentrant celui-ci de part
et d’autre du centre du plateau (figure 1).
Il n’est pas nécessaire de placer le poids systématiquement au centre de chaque portion.
Il suffit de le déplacer d’1 ou 2 cm. Ce déplacement représente l’éventuelle erreur
d’excentration commise par l’opérateur au cours d’une pesée courante.

22
Essai d’excentration
 Remarques

Cet essai est essentiel sauf pour les instruments pour lesquels la probabilité
d’excentration de charge en cours d’utilisation est minimale (par exemple : balance à
plateau librement suspendu, etc.).
L’essai d’excentration de charge permet de déterminer un défaut mécanique du système
de transmission de la charge.
Il n’est pas recommandé de tester les charges excentrées à la portée maximale car cela
risque d’endommager la balance.
Tester les charges excentrées à une charge inférieure à Max/3 ne permet pas de mettre
en évidence une erreur significative.

23
Essai de fluage
Vérifier l’absence de dérive dans le temps de la pesée d’une masse de référence dont la masse
est proche de la moitié de l’étendue de la balance (ou de l'étendue d’utilisation).
* Mettre la balance à zéro au début de l’essai.
* Choisir une valeur proche de Max.
* Déposer la charge au centre du plateau.
* Relever la valeur lue aussitôt après stabilisation, puis à 15 min, puis à 30 min et 4 heures.
* Calculer l’écart entre la valeur obtenue au bout de 15min et celle obtenue au bout de 30 min.
* Calculer l’écart entre la valeur obtenue immédiatement après le dépôt de la charge et celle
obtenue au bout de 30 min.
* Comparer à l’EMT.
* Si les conditions ne sont pas satisfaites, calculer l’écart entre l’indication obtenue
immédiatement après le dépôt de la charge et celle obtenue au bout de 4 heures.
* Comparer à l’EMT
* S’assurer que la température ne varie pas plus de 2°C pendant la durée de l’essai
24
Retour à zéro

* Choisir une valeur de charge proche de Max.


* Appliquer la charge pendant 30 minutes.
* Enlever la charge.
* Relever la valeur lue dès la stabilisation.
* Comparer aux tolérances. EMT

25
Erreur Maximale Tolérée (EMT)

E.M.T. : c’est l’écart maximum toléré entre la valeur de la masse conventionnelle


appliquée sur le plateau et la valeur lue.

Selon la charge appliquée sur le plateau, l’E.M.T. prend une valeur égale
à un multiple de l’échelon de vérification.

26
Erreur Maximale Tolérée (EMT)
* Exemple
• Relevé des caractéristiques métrologiques :
– portée maximale : P max = 4500 g
– résolution : d = 0,01 g

• Choix des tunnels :


les tunnels de la balance sont déterminés à partir des données suivantes du
tableau ci dessous :
– Classe de la balance (I, II, III, IV)
– e : échelon de vérification qui peut être : e = d ou e = 10 d
(d=résolution de la balance)

27
Erreur Maximale Tolérée (EMT)
Calcul de EMT :

e  10k K={0, 1, 2, ….} avec : d < e  10 d d = 0,01 g

= 100mg = 0,1 g 0,01g < e  0,1g

Nombre d’échelons de vérification : n=


Pmax = 45000g
e

28
Définition de la classe de la balance : II (Fine)
Erreur Maximale Tolérée (EMT)
Calcul de la portée minimale : 50 * e = 50 * 0,1 = 5g

Calcul des tunnels :

Tunnel 1: entre 5g et (5000* 0,1 = 500g)

Tunnel 2: entre 500g et (20000* 0,1 = 2000g)

Tunnel 3: entre 2000g et (45000* 0,1 = 4500g)

29
Erreur Maximale Tolérée (EMT)
• Calcul des EMT (à partir du tableau 1)

Représentation graphique des tunnels

30
Traitement des données
de mesure
Les données issues des mesures sont traitées d’une façon différente à celle de
la vérification conventionnelle :

– la répétabilité est calculée à partir de l’écart type des pesées ; L’erreur de


fidélité est l’écart entre le plus grand et le plus petit résultat obtenus au
cours des pesées de la charge. L’écart ne doit pas être supérieur à la valeur
absolue de l’EMT à la charge déposée sur le plateau.

– L’erreur de justesse est la différence entre la valeur indiquée par la


balance et la valeur vraie du poids étalon. L’erreur ne doit pas être
supérieure à l’EMT pour chaque charge déposée sur le plateau.

– pour l’excentration, c’est la différence entre la valeur obtenue au centre


du plateau et la plus grande valeur obtenue pour une charge excentrée, qui
est retenue pour le calcul d’incertitude.
31