Vous êtes sur la page 1sur 102

Exposé sur le pommier

Réalisé par:
HASSAN Abdelkebir
Le plan d’exposé
Introduction
I- CARACTERISTIQUES BOTANIQUES
II- LES EXIGENCES PEDOCLIMATIQUE
1. Climat
2. Sol
III. ITINERAIRE TECHNIQUE
1. matériels végétales
2. Préparation de sol
3. Fertilisation
4. Préparation des plants
5. Plantation
6. Irrigation
7. Taille
8. Éclaircissage
9. Protection phytosanitaire
10. Récolte et conservation
Conclusion
Introduction
Au Maroc, le pommier occupe une superficie d’environ 26
700 ha et se place au 2ème rang des rosacées après
l’amandier. Ce secteur fournit une production de 372 500
tonnes de fruits, soit un rendement moyen de 14 t/ha. Les 1ers
verger commerciaux ont été crées en zones de montagne, sa
culture a ensuite été étendue à d’autre zones à faible altitude
( Gharb, Rabat-Salé, Souss Massa…) cependant, les plus
importantes zones de production sont localisées en zones de
hautes et de moyennes altitudes du haut et de moyen Atlas
(Khénifra, Elhajeb, Safrou, Ifrane, Midelt, Meknès…)
Caractéristiques
botaniques
 Nom latin : Malus communis Lamk
 Famille : rosacées
 Cycle végétatif : vivace
 Classification botanique : dicotylédone
 Organe consommé : fruit
 Type de pollinisation : croisé
 Valeur nutritive (pour 100g)     
     Eau : 85,56 g 
 Protéines : 0,26 g 
 Lipides : 0,17 g 
 Glucides : 13,81 g 
 Fibres : 2,4 g 
 Valeur énergétique : 52 kcal
 Oligo­éléments :

 Calcium : 6 mg 
 Fer : 0,12 mg 
 Magnésium : 5 mg 
 Phosphore : 11 mg 
 Potassium : 107 mg 
 Cuivre : 0,027 mg 
 Sodium : 1 mg 
 Zinc : 0,04 mg
 Vitamines :
    Vitamine C : 4,6 mg 
 Vitamine B1 : 0,017 mg 
 Vitamine B2 : 0,026 mg 
 Vitamine B3 : 0,091 mg 
 Vitamine B5 : 0,061 mg 
 Vitamine B6 : 0,041 mg 
 Vitamine E : 0,18 µg 
 Vitamine K : 2,2 µg
 Acides gras :

    Saturés : 0,028 g 
 Mono­insaturés : 0,007 g 
 Poly­insaturés : 0,051 g 
Morphologie de la plante
 Racines     : fasciculées
 Feuilles   : simples, à limbe denté et à         
disposition alterne.
 Inflorescence    : 
      5  fleurs  disposant  chacune  de  cinq  pétales 
blancs, un calice composé de 5 sépales, environ 
20  étamines  et  un  pistil  se  divisant  en  5  styles. 
L'ovaire a 4 carpelles contenant 2 ovules, ce qui 
donne généralement 10 pépins . 
 Cliquez pour modifier les styles d
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
difier les styles du texte du masque
u

au
Description du fruit
LES EXIGENCES
PEDOCLIMATIQUE
  BESOINS EN FROID HIVERNAL :
     La plupart des variétés ont  un besoin moyen 
en  froid  hivernal  pour  lever  la  dormance  des 
bourgeons.
    Le pommier présente une résistance au froid 
de l’hiver, sauf si la température est importante ( 
­20°C,
­25°C ).
    Les variétés précoces sont les plus sensibles au 
gelées  de  printemps  (  21Mars,21Juin :  la 
floraison précoce ) .
  INFLUENCE DE LA TEMPERATURE :

     Une  température  moyenne  de  15  °C  entre  Mai  et 


Octobre  suffit  à  beaucoup    des  variétés  pour  mener 
leur floraison et leur fructification.

   Quelques  variétés  exigent  12°C  et  d’autre  exigent 


18°C . 

  HUMIDITE :
 Le pommier existe dans des régions  où l’humidité de 
l’air  est  relativement  élevée  durant  la  période  de 
végétation.
  LES BESOINS EN EAU :

 Le pommier est une espèce exigeante en eau 
et  ses  besoins  sont  estimés  à  600  – 
700mm/ha/an

 Les  plus  fortes  besoins  en  eau  se  font  sentir 


en juillet, août.
    ADAPTATION  AU  SOL :

 Le  pommier  s’adapte  à  une  gamme  de  texture 


assez  large  (le  sol  doit  être  sain,  profond,silico­
argileux, limoneux et perméable 
 Le pommier peut s’adapter au région de 500 à  
800m d’altitude.
 Le  pommier  redoute  les  sol  impacte,  trop 
siliceux ainsi que les excès de d’humidité. 
LA CONDUITE TECHNIQUE
PORTE-GREFFES ET
VARIETES
Porte – greffe 
     Les qualités d’un porte – greffe :
– Une bonne résistance.
– Une association greffon / porte – greffe.
–  tolérantes aux maladies et aux virus.
– Une adaptation aux sols alcalins (teneurs élevés en 
sels).
– Une multiplication et un élevage facile en pépinière, 
donnant des plantes homogènes; et offrant une 
bonne affinité au greffage avec les principales espèces 
et variétés commerciales.
– Un effet favorable du porte – greffe sur le greffon
Classification des porte­greffes
1) Les francs:
  les francs sont des porte­greffe issus de semis.
3) Les porte­greffe clonaux:
      Ils sont obtenus par multiplication végétative et 
appartiennent à des types différents.
Utilisation des Porte-greffes selon
le sol, le système de plantation et
les formes fruitières.
P.G Sol  Système de plantation et formes 
fruitières

M9  Limoneux Système intensif à haute 
densité,formes basses 
palissées,tuteurées
M7 Limoneux ou  Système semi­intensif, 
argileux buisson à axe central 
fuseau,palmette oblique.
M106 profond S.semi­intensif buisson à 
axe central fuseau, 
palmette oblique.
M26 Bien drainé Système intensif, formes 
basses tuteurées.
On distingue 
Les pommiers d'été
 Appelé  pommier  hâtif  font  leur 
apparition dès la fin de juillet dont la 
Vista  Bella,  la  Melba,…  La  chair  est 
tendre  et  sucrée  mais  elles  ne  se 
conservent  pas  longtemps. 
Le pommier semi­nain

est  un  bon  compromis  car  il  atteint 


sa  maturité  au  bout de  5  à  7  ans  et 
sa période de production s'étend sur 
25 ans. Moins haut, il jouit toutefois 
d'une  belle  ombelle  et  possède  des 
avantages quant à l'entretien.
Le pommier nain 
Petit , on peut cueillir ses fruits sans 
échelle.
Il produit des pommes dès la 
troisième ou la quatrième année. sa 
productivité ne s'étend pas au­
           delà de 15 ans.
Le pommier standard

- grand, superbe et de grande production.

- La production commence après 8 à10 ans.

- peut produire pendant  une quarantaine d'années
Les pommiers d'automne 

 ­ mûrissent entre la mi­septembre et les 
premiers gels. 
­ Ex:   la Lobo, la Cortland, l'Empire, etc…
Les pommiers d'hiver

 mûrissent avec les premiers gels soit à 
partir de la mi­octobre dont les Délicieuses 
rouges et jaunes et la Golden Russet. Elles 
se conservent facilement jusqu'au nouvel 
an
Quelques variétés les plus
connues
 Golden delicious (GD):
        C’est la variété de base. elle est exigeante en 
froid(1000h) et possède une certaine souplesse 
d’adaptation. ses pollinisatrices sont:
Starking délicious (SD) 
Starkimson (SK)
 
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
Anna
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
  Anna et Dorset Golden:

 précoces et moins exigeantes en froid.
  lèvent leur dormance sous l’effet de 200 à 300 
heures de froid ( T°< 7,2°C)
 De couleur rouge sur fond et vert­clair 
Ozarkgold et Royal Gala:
 
 des variétés semi­tardives leur maturité 
arrive pour combler un vide dans le 
calendrier de production.

 De couleur jaune­clair et rouge carmin  
La préparation du sol :
Les objectifs :
 Améliorer la structure du sol 
 Ensoleiller le sol 
 Enrichir le sol en matière organique, et en matière 
minérale 
 Dégager les gazes toxiques et faciliter l’adaptation 
des racines 
 Nettoyer les sol (pierres, racines….)
 Détruire les insectes, virus, champignons 
indésirables.
 Aérer le sol 
 Ameublir le sol 
 Diminuer l’évaporation de l’eau 
 Rendre les sol perméable 
 Augmenter la rétention du sol en eau 
 Diminuer l’érosion du sol 
 Faciliter l’enfouissement de la matière 
organique et minérale.
 Le sous­solage:
                              

       
        Il est pratiquer à une profondeur plus de 60 
cm pour briser la couche dure en profondeur.

 le défoncement :
      
        C’est le labour profond de plus de 30 cm de 
profondeur, effectuée sur toute la surface à 
planter, il doit être accompagné d’un apport 
du fumier bien décomposé.
 Labour:  
  c’est un travail du sol à une profondeur de 20 
à 30cm en utilisant les outils de labour dans le 
but de :
– Ameublir le sol et rend sa structure fine.

– Aérer le sol
– Augmenter la perméabilité du sol
– Détruire les mauvaises herbes
  Cover­cropage: 
     permet d’éliminer les mauvaises herbes, 
aérer le sol, enfouissement de la fumure …
Nivellement

    Se limite à araser la parcelle de manière à   
permettre une répartition convenable d’eau
                   
La fertilisation:

 les quantités d’engrais à apporter dépendent 
de : 
1. l’élément fertilisant 
2. Le stade de l’arbres 
3. la richesse du sol et du niveau escompté de 
rendement.
 En irrigation à la raie, le phosphore et la potasse 
doivent être apportés en hiver (Décembre­
Janvier) en un seul apport. 

 En irrigation goutte à goutte, ces éléments 
doivent être apportés sous forme d’engrais 
soluble à injecter en apports fractionnés sur 
toute la période de grossissement du fruit.
 L’azote est à fractionner également en période de 
croissance végétative active.
 Une estimation des apports peut être approchée par 
la méthode du bilan qui se base sur les analyses du 
sol. 
   les prélèvements, pour produire un tonne de 
pomme, sont de 1,2 à 2,2 ­ 0,6 à 0,7 ­ 2 à 3 kg 
d’élément fertilisant, respectivement pour l’azote, le 
phosphore, la potasse.
 

 Pour un rendement moyen de 25 t/ha on recommande:
   80 à 100 U de l’azote à fractionner comme suit:
 20% débourrement­floraison
 60% pleine croissance
 20% après la récolte 
 20 à 40 U de phosphore (avant le débourrement)
 100 à 150 U de potasse (dès la nouaison)
     Pour les oligo­éléments il est 
préférable de les appliquer par 
pulvérisation foliaire à faible 
concentration (0,5kg/hl d’eau) 
Production des plants
 Procédés de multiplication:
Semis :
n’est utilisé que pour la création de
nouvelles variétés et pour la production des
porte-greffe (sauvageon)
bouturage:
C’est l’utilisation des boutures (rameaux)
issus de l’arbre mère.
Marcottage:
 Consiste à provoquer la formation des racines sur les 
rameaux avant séparation de  pied mère.
 Est employé pour la production des porte­greffe.

Greffage:
Consiste à faire développer sur la tige d’un porte greffe 
d’une espèce donnée un greffon (œil ou rameaux) 
d’une autre variété, par fois d’une autre espèce.   
N.B:
La méthode de greffage la plus utilisée est 
l'écussonnage ou greffe en T, car c'est elle qui est la 
plus facile à faire et à réussir.
 L'écusson servant à donner la sorte de 
pomme choisie est prélevée sur une pousse 
terminale de l'année en cours qui provient 
d'arbres vigoureux dont les bourgeons sont 
bien formés. Pour voir si l'oeil (écusson) est à 
point, tirez sur une feuille du milieu du 
rameau, si l'oeil est mûr, le pétiole se détache 
tout seul.
 Il suffit ensuite de faire une incision dans le porte­
greffe dont la tête a été préalablement coupée et y 
mettre l'écusson choisi. 

 Il faut ensuite enduire les plaies avec une matière 
plastique quelconque (ex: émulsion d'asphalte, résine, 
huile de lin, paraffine.).

  tailler le rameau qui sort de l'oeil après le greffage 
pour qu'il ne forme qu'une seule tige bien droite.
- Plantation:

 La plantation du pommier doit normalement se 
dérouler  en hiver.
 Dans le cas où le sol est sec,il est urgent de 
l’irriguer
 Deux opération sont nécessaires avant la mise en 
place des plantules:
   Habillage 
   Pralinage   
Habillage :

 Il convient de veiller à ce que les racines 
soient correctement étalées ; ce que signifie 
qu’elles doivent être préalablement 
raccourcies.
Pralinage:  
 Les jeunes plants doivent être protégés et leurs 
racines trempées dans une boue liquide faite de 
terre argileuse à laquelle on mélange de la bouse 
de vache lorsqu’on a une fois le plant mis en 
place. 
N.B 
Il est recommandé de planter les jeunes arbres à la 
profondeur laquelle elles se trouvaient en 
pépinière . 
Au cours de la mise en place

tuteur

bourrelet
  Densité

•Densité idéale dépendra des facteurs suivants :
• La disponibilité de l’eau d’irrigation
• Types de variétés utilisées, 
• Mode de conduite des arbres,
•Moyens financiers et techniques dont dispose le 
producteur.
 
Le verger extensif : 80 à 150 pieds/ha
Le verger semi­extensif : 200 à 400 pieds/ha
Le verger semi­intensif : 500 à 800 pieds/ha
Le verger intensif : 1000 à 1500 pieds/ha
Le verger à haute densité (verger piéton) : 1500 à 
2000 pieds/ha et plus

  Écartements :  selon la densité optimale et des 
possibilités de travailler les inter­lignes et de traiter 
les arbres aisément. 
 

N.B

Une forte densité d’arbres de pommiers est 
responsable de:

 Pénétration insuffisante de la lumière

 Concurrence excessive

Difficulté de pratiquer des opérations d’entretien 
  
 
     
- Irrigation

Le pommier est une espèce exigeante en eau et ses 
besoins sont estimés à 6000­7000 m3/ha qui doivent 
être apportés (selon les régions) à partir du mois de 
mai jusqu’au mois d’octobre.

 les pommiers ont besoin d’une humidité 
uniformément répartie pendant la saison de croissance 
pour permettre une production régulière et importante.
Les besoins en eau sont plus importants dans les 
périodes estivales, c’est à dire environ 2 mois avant la 
récolte; c’est à cette période où le stress hydrique est à 
éviter pour ne pas contrarier la production.

L’humidité du sol doit rester proche de l’ HCC, la 
fréquente des irrigations est plus grande.
      La taille                           
                              
                               
                                   On distingue les types suivants:
–                      ­ la taille de formation
–                      ­ la taille fructification
–                      ­ la taille de rajeunissement
–                      ­ la taille d’entretien  
–                      ­ éclaircissage 
On distingue plusieurs formes:
 Forme gobelet :
     permet de créer un "puits de lumière" au centre de 
l'arbre (selon l'angle des branches, le gobelet s'appelle 
vase, entonnoir ou cylindre)
                       

                                                forme gobelet 
Forme en pyramide
    selon la position des naissances des 
charpentières, la pyramide s'appelle fuseau, cône, 
quenouille, toupie ou colonne.

                                  forme pyramide
La taille trigemme se déroule sur trois hivers:
                              (3 bourgeons) 
                             ­  Le premier hiver,  taillez le rameau à trois yeux. 
                             ­    les 2er yeux à bois évoluent en dard.

                            ­  Le second hiver, la taille se pratique également 
                             à trois yeux

                           ­   Le troisième hiver, vous laisserez que le premier
                              bouton à fruit.
Cordon oblique
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
Cordon horizontal simple
– Cinquième niveau
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
– Deuxième niveau Palmette verrier
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
palmette en U double
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
Palmette en U simple
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
la taille de formation 

   Après la plantation, et pour une forme de conduite 
en gobelet, le plan doit être rabattu à 50­60 cm pour 
former l’arbre sur 3 à 5 charpentières la deuxième 
année en éliminant les rameaux à angle fermé ou 
trop ouverts. 
 Les sous­chaprentières sont choisies pour être à 
l’extérieur de la frondaison et réparties à des espaces 
réguliers sur la structure principale. 

 La croissance excessive des sous mères dans la 
partie supérieure de la charpente doit être contrôlée 
afin de réduire le développement des rameaux de la 
partie basale et provoquer un certain déséquilibre de 
l’arbre.
la taille de fructification : 
 La taille de fructification consiste à contrôler la 
fructification par un allongement régulier de la 
branche fruitière.

 Il faut faire des coupes rases qui permettent la 
cicatrisation rapide à l'aide d' un sécateur pour les 
petites branches et une scie pour les branches plus 
grosses que 1.25 cm de diamètre. 
 La taille de rajeunissement:

 ­ C'est celle faite annuellement aux framboisiers et 
mûriers. Chaque année on enlève les branches qui 
ont fructifiées et on ne laisse que les nouvelles 
pousses. 

­  Un viel arbre fruitier peut aussi être rajeuni 
drastiquement, spécialement les pommiers et les 
poiriers. Ce ne sont pas toutes les sortes d'arbres et 
d'arbustes qui supportent ce type de taille. 
La taille d’entretien

      Pour réaliser la taille d’entretien, faites le 
tour de l’arbre pour le voir sous tous les 
angles et prenez bien le temps de repérer les 
branches à couper. 
 N.B:
Pour les arbres il est important de choisir la 
forme dès le jeune âge, pour éviter les fourches et 
la présence de plusieurs troncs à la base
  outils de taille (sécateur, cisaille, scie égoïne...) 
doivent être tranchants et bien propres. Au 
besoin, nettoyez les lames à l'alcool

 mastic cicatrisant, sur les plaies les plus 
importantes.
   Éclaircissage:

 Se pratique manuellement : sécurité et de précision, 
 bon calibre des fruits,
  bonne qualité de la production. 
 Il est pratiqué 1 à 1,5 mois après la pleine floraison
  Sur le plan pratique: garder 3 fruits par bouquet sur 
les charpentières inférieure,
 2 fruits par bouquet sur le milieu de l’arbre,
 1 fruit par bouquet sur la partie supérieure.
Protection phytosanitaire
comme tout les arbres fruitières le pommier a
attaqué par plusieurs maladies et ravageurs et
parmi ces maladies il y a :
 Les maladies cryptogamiques:
Tavelure du pommier:(Venturia inaequalis)
Symptômes:
apparition des petites taches olivâtres ,d’aspect
velouté sur feuilles, et des taches brunâtres sur
fruit qui se déforment.
Traitement:

l’utilisation des produits chimiques de base :


bénomyle, mancozèb, manèb, zineb,
thirame, captane, folpel…
r modifier les styles du texte du masque
tavelure sur feuilles 
niveau
Tavelure sur pomme
eau
iveau
me niveau
 Oïdium de pommier: (Podosphaera
locotricha)
symptômes:
- fine poussière blanche,
- feuilles petites, s’enroulent
Mesures à prendre:
couper et brûler les jeunes pousses atteintes .
Traitement :
dinocap, bénomyl, bupimate,
soufre mouillable
 Les maladies bactériennes: 
Le feu bactérien:(Erwinia amylovora)
 symptômes:
- Les bouquets floraux et les jeunes pousses 
noircissent, puis  se dessèchent sur place
- La nécrose vers la base de rameau
Traitement :
 Les mesures prophylactiques
 Arrachage et brûlage des arbres
 Utilisation des produit à base de cuivre  
Feu bactérien
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
Feu bactérien
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
 Les maladies virales:
Mosaïque du pommier:
Symptômes :
 Des zones chlorotiques jaunes clair sur les feuilles.
 30 à40 % de diminution de la croissance et la 
production.
 Prolifération ou balai de sorcière:
Symptômes:
 Une touffe de pusse à l’extrémité des rameaux « 
balai de sorcière »
 Une denticulation fine et irrégulière des feuilles
   
Les ravageurs :
Le carpocapse : ( Laspeyresia pomonella)
Symptômes:
   se sont des chenilles qui creusent des galeries dans
des jeunes fruits .
Mesure apprendre :
 ramasser et détruire les fruits attaqués
 traitement :
Phosalone  , diflubenzuron 
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
Puceron lanigère :(Eriosoma lanigèrum)
­ puceron brun­marron qui est sous un revêtement 
blanc. Il suce la sève en formant des tumeurs 
deviendront des chancres.
 mesure apprendre:
­ utiliser les auxiliaires.
­ employer des portes greffes résistants
­ traitement d’hiver avec  des oléoprathions 
Traitement:
Vamidothion ,Mévinphos ,oxydéméton­méthyl… 
Puceron lanigère
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
 Cochenilles :( Eulicanium leperii)
 Symptôme:
 attaquent les branches en pompant la sève
 Traitement:
 Oléoparathion, oléomalathion  
Cochenilles
Cliquez pour modifier les styles du texte du masqu
– Deuxième niveau
– Troisième niveau
 Quatrième niveau
– Cinquième niveau
Récolte :

  Les pommes possèdent un épiderme et une 
chair plus solides et plus résistantes aux 
manipulations
 Indices de maturité:
 ­ coloration de l’épiderme 
 ­ L’indice streif    
Précautions  à prendre au cours de la 
récolte : 

 Prendre le fruit en pleine main, de l’autre on 
maintient la coursonne porteuse ;
  Cueillir le fruit avec pédoncule ;
  Éviter de tourner le fruit ;
 Récolter en temps sec ;
 Respecter les points d’attaches des fruits sur les 
rameaux (bourses), 
 Le cueilleur doit avoir des ongles courts ;
 Les fruits tombés ou parasités sont classés à part 
et immédiatement employés ;
 Respecter les délais avant la récolte.  
         Rendement :

 20  à 50 t/ha selon les variétés et les types de 
culture

Peut atteindre 80 t/ha en système très intensif    
       
   conservation :
 C’est seule les fruits d’automne et d’hiver qui ont un 
temps de conservation satisfaisant ;
 Les fruits récoltés avant ou après maturité se 
détériorent plus rapidement ; 
 Le stockage des pommes dans des chambres froides 
est précédé par un triage pour éliminer les fruits 
tavelés, blessés, ayant des points de maturation 
différents.
 En chambres froides, ce sont les pommes 
d’hiver qui ont les meilleurs temps de 
conservation, atteignant de 3 à 6 mois et 
plus pour une température ambiante de    
­1 à 5°C environ et avec une Humidité 
relative de 85 à 88 %.
   
    Conclusion :

    La pomme parmi les fruit très demandés au 
monde entier grâce à sa valeur nutritive très 
haute, pour cela il est conseillé de prendre la 
pomme comme le fruit principale.
Bibliographies :
 
 La culture fruitière 
  volume 2: Les productions fruitières 
 Atlas d’arboriculture fruitière
 Transfert de technologie en agriculture  
                 avril 2004
 www.google.com 
Merci pour
vôtre attention