Vous êtes sur la page 1sur 429

Chez le même éditeur

Dans la collection Les Âges de la vie :


Psychopathologie transculturelle. De l’enfance à l’âge adulte, par T. Baubet,
M.-R. Moro, 2013, 304 pages.
Crise et urgence à l’adolescence, par P. Duverger, M.-J. Guedj, 2013, 352 pages.
Psychopathologie de l’intersubjectivité, par N. Georgieff, M. Speranza, 2013,
272 pages.
Enfance et psychopathologie, par D. Marcelli, D. Cohen. 2012, 9e édition,
688 pages.
Psychopathologie en service de pédiatrie, par P. Duverger, 2011, 656 pages.
Psychopathologie de l’adulte, par Q. Debray, B. Granger, F. Azaïs. 2010,
4e édition, 488 pages.
Le geste suicidaire, par V. Caillard, V. Chastang, 2010, 376 pages.
Psychopathologie du sujet âgé, par G. Ferrey, G. Le Gouès. 2008, 6e édition,
384 pages.
Psychopathologie de la scolarité. De la maternelle à l’université,
par N. Catheline. 2012, 3e édition, 432 pages.
Psychopathologie du sujet âgé, par G. Ferrey, G. Le Gouès, 6e édition, 2004,
384 pages.
L’attachement. Approche théorique, par N. Guédeney, A. Guédeney. 2010,
3e édition, 256 pages.
L’attachement. Approche clinique, par N. Guédeney, A. Guédeney. 2010,
3e édition, 256 pages.
La schizophrénie de l’adulte. Des causes aux traitements, par M. Saoud,
T. d’Amato. 2006, 248 pages.
Introduction à la psychopathologie, par A. Braconnier, E. Corbobesse,
F. Deschamps et coll. 2006, 352 pages.

Autres ouvrages :
Manuel de psychologie et de psychopathologie clinique générale,
par R. Roussillon et coll. 2007, 720 pages.
Manuel de psychiatrie, coordonné par J.-D. Guelfi et F. Rouillon. 2012,
888 pages.
Les dépressions périnatales: évaluer et traiter, par J. Dayan. 2008, 240 pages.
Collection Les Âges de la vie
Conseiller éditorial : Daniel Marcelli

Psychopathologie
de la périnatalité
et de la parentalité
Jacques Dayan (sous la direction de)
Professeur associé des universités,
praticien hospitalier
Psychiatre de l’enfant et de l’adolescent
Responsable unité de psychologie et de psychiatrie
périnatales, CHU de Rennes
Ancien professeur associé institut de psychiatrie
Mausdley, Londres

avec
Gwenaëlle Andro
Praticien hospitalier, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent
Responsable Unité de Périnatalité, CHU de Caen

Michel Dugnat
Praticien hospitalier, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent
Responsable unité d’hospitalisation conjointe mères-nourrissons, AP-HM
Président de la Société Marcé Francophone

Et la collaboration de :

N. Thessier, R. Milijkovitch, O. Rosenblum

Préfaces de M. Godelier et A. Guédeney


Ce logo a pour objet d’alerter le lecteur sur la menace que
représente pour l’avenir de l’écrit, tout particulièrement dans le
domaine universitaire, le développement massif du « photo-copil-
lage  ». Cette pratique qui s’est généralisée, notamment dans les
établissements d’enseignement, provoque une baisse brutale des
achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs
de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer correctement
est aujourd’hui menacée.
Nous rappelons donc que la reproduction et la vente sans autorisa-
tion, ainsi que le recel, sont passibles de poursuites. Les demandes
d’autorisation de photocopier doivent être adressées à l’éditeur
ou au Centre français d’exploitation du droit de copie : 20, rue des
Grands-Augustins, 75006 Paris. Tél. 01 44 07 47 70.

Tous droits de traduction, d’adaptation et de reproduction par tous procédés,


réservés pour tous pays.
Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle, par quelque procédé
que ce soit, des pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans l’autorisation
de l’éditeur est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une
part, les reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non
destinées à une utilisation collective et, d’autre part, les courtes citations justifiées
par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont
incorporées (art. L. 122-4, L. 122-5 et L. 335-2 du Code de la propriété intellectuelle).

© 2015, Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.


ISBN : 978-2-294-71024-7
ebook ISBN : 978-2-294-74062-6

Elsevier Masson  SAS, 62, rue Camille-Desmoulins, 92442  Issy-les-Moulineaux cedex


www.elsevier-masson.fr
Liste des collaborateurs
Gwenaëlle Andro, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent, pôle de psy-
chiatrie de l’enfant et de l’adolescent, CHU de Caen.
Michel Dugnat, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent, service universi-
taire de psychiatre de l’enfant et de l’adolescent, AP-HM, Marseille.
Raphaële Miljkovitch, professeur de psychologie du développement, res-
ponsable master psychologie de l’enfant et de l’adolescent, IED, univer-
sité Paris-8 Vincennes-Saint-Denis.
Ouriel Rosenblum, professeur de psychologie, université Paris-7 Paris
Diderot, psychiatre et psychanalyste, attaché au service de psychiatrie
de l’enfant et de l’Adolescent, groupe hospitalier de la Pitié Salpêtrière,
AP-HP, Paris
Nathalie Thessier-Dejoux, psychiatre de l’enfant et de l’adolescent, psy-
chanalyste, Nice.

Participation des différents auteurs :


Jacques Dayan a rédigé ou co-rédigé l’ensemble de l’ouvrage à l’exception
de «  La théorie de l’attachement  » (chapitre  1) et «  Dissociation entre
sexualité et parentalité » (chapitre 2).
Gwenaëlle Andro a co-rédigé les chapitres 7, 14 et 15.
Michel Dugnat a relu l’ouvrage et a effectué de nombreuses corrections et
suggestions.
Raphaële Miljkovitch a rédigé « La théorie de l’attachement » (chapitre 1).
Ouriel Rosenblum a rédigé «  Dissociation entre sexualité et parentalité  »
(chapitre 2).
Nathalie Thessier a co-rédigé le chapitre 9.
Abréviations
AAI Adult Attachment Interview
BDI Beck Depression Inventory (Beck, 1961)
BSQ Behavorial screening questionnaire (Richman et Graham, 1971)
CBLC Child Behaviour Checklist (Achenbach et Edelbrock, 1983)
CIM Classification internationale des maladies
CIS Clinical Interview Schedule (Goldberg, 1970)
DDSI  Delusions-Symptoms-States-Inventory (Bedford, Foulds, Sheffield,
1976)
DPP Dépression du post-partum
DSM Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux
EPDS Edinburgh Postnatal Depression Scale (Cox, 1987)
GHQ-60 60- item General Health Questionnaire (Goldberg, 1972)
GHQ-28 28- item General Health Questionnaire (Goldberg et Hillier, 1979)
HDHQ Hostility and Direction of Hostility Questionnaire (Caine, Foulds
hope, 1967)
HRSD Hamilton Rating Scale for Depression (Hamilton, 1967)
ICG Inventory of Complicated Grief
IPAT Institute for Personality and Ability Testing (Cattell et Scheir, 1957)
MADRS Montgomery and Asberg Depression Rating Scale (Montgomery et
Asberg, 1979)
MAP Menace d’accouchement prématuré
MAS Manifest Anxiety Scale (Taylor, 1953)
PPAT Pregnancy Psychologic Attitudes Test
PSE Present State Examination (Wing, 1974)
PTSD Post Traumatic Stress Disorder
RDC Research Diagnostic Criteria (Spitzer, Endicott et Robins, 1978)
SADS  Schedule for Affective Disorders and Schizophrenics (Endicott et
Spitzer, 1978)
SDS Zung Depression Scale (Zung, 1965)
SDRS Zung Self-Rating Scale (Zung, 1965)
SPI Standardised Psychiatric Interview (Goldberg, 1970)
STAI Spielberger’s Trait Anxiety Inventory
TRIG Texas Revised Inventory of Grief
UCL Utrechtse Coping List
Préfaces à la seconde
édition

Préface d’Antoine Guédeney


Le livre de Jacques Dayan sur la psychopathologie de la périnatalité est un
classique. En voici une nouvelle édition révisée et, elle était très attendue. Cet
ouvrage et le précédent sont les premiers en français à couvrir tout le champ
de la psychopathologie et de la psychiatrie périnatales. Jacques Dayan avait
été le premier à ouvrir un Diplôme Universitaire sur le sujet, fruit de son
expérience considérable de clinicien et de chercheur. Ce manuel va devenir
un prérequis pour tous les étudiants des DU de psychopathologie périnatale
qui se sont maintenant multipliés, et qui accueillent de plus en plus de
professionnels déjà engagés dans ce champ et qui veulent se former, mais
aussi d’internes et de médecins hospitaliers, de sages femmes libérales et de
psychologues. La grande qualité de cet ouvrage est son ouverture, sur des
données et des théories psychopathologiques française et étrangères ; c’est
aussi de reposer sur la clinique, et d’intégrer les résultats les plus récents
issus de la recherche. Enfin, ce travail aux qualités pédagogiques remar-
quables fait le point sur des aspects du champ périnatal qui sont encore trop
peu traités du point de vue scientifique : l’homoparentalité, et le devenir des
enfants ; l’adoption et le développement ; l’abandon et l’infanticide, avec
une remarquable synthèse sur les concepts et modèles de la parentalité, qui
sont bien au cœur de la clinique actuelle avec les parents et jeunes enfants.
Ces données, intégrées et interprétées de façon rigoureuse, sont seules à
même d’éclairer et de faire avancer les débats qui agitent la société française
sur ces points chauds.
La seconde partie sur la psychopathologie périnatale traite de façon
actuelle et du père et de la mère. Jacques Dayan nous offre une synthèse
remarquable sur la dépression postnatale, dont il est un des experts mon-
dialement reconnus, comme sur la psychose du postpartum, dont il a décrit
les modes de prévention et d’intervention précoce. Le chapitre sur les psy-
chotropes est rarement trouvé ailleurs dans la littérature francophone. On
trouve donc dans ce livre une remarquable mise au point et un outil indis-
pensable aux professionnels de toute formation en périnatalité.
Antoine Guédeney
Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent,
université Paris 7, Denis Diderot
Polyclinique Ney hôpital Bichat Claude Bernard APHP
VIII  

Préface de Maurice Godelier


J’ai plaisir en tant qu’anthropologue à écrire quelques mots pour faire
connaître tout l’intérêt que j’ai pris à la lecture de l’ouvrage de Jacques
Dayan, Psychopathologie de la Périnatalité et de la Parentalité.
Ce livre n’est sans poser problème aux anthropologues qui ont parmi
leurs domaines de recherche privilégiés l’étude des systèmes de parenté et
des groupes sociaux qu’ils engendrent, clans, lignages, familles, etc. Les
systèmes de parenté ne sont pas nombreux. Dans les dix-mille sociétés
grandes ou petites qui coexistent encore aujourd’hui il n’existe que six à
sept grands types de système de parenté. Le système euro-américain est une
variété du système dit cognatique, où l’enfant qui naît d’une union est dit
appartenir aussi bien à la famille de son père qu’a celle de sa mère. Ce n’est
pas le cas du système patrilinéaire où l’enfant appartient au clan de son père,
ni du système matrilinéaire où l’enfant qui naît appartient à la mère et au
clan de sa mère. Tout système de parenté est engendré par la mise en oeuvre
de deux principes qui génèrent des rapports sociaux différents. Le premier
est un principe  de descendance, qui définit précisément l’appartenance
des enfants naissant des unions socialement légitimes. Le second consiste
en des règles fixant avec qui un homme ou une femme peut ou ne peut
pas s’unir. Parmi ces interdictions figure bien entendu la prohibition de
l’inceste, mais elles vont au-delà  : interdiction d’épouser une personne
d’une autre religion, d’une autre couleur de peau, exerçant certains métiers,
etc. En général pour les anthropologues, la tâche la première est d’identifier
le système de parenté qui règne dans une société et que les individus qui en
sont membres ne l’ont pas choisi mais doivent le respecter. La parentalité
est alors définie comme la série des fonctions que les adultes qui sont les
parents proches ou lointains d’un enfant doivent assumer vis-à-vis de ce
dernier. En général, en analysant un système de parenté, on recueille de la
part des informateurs les données qui explicitent ces fonctions et on précise
qui doit les assumer.
C’est relativement tardivement par rapport aux psychologues et aux psy-
chiatres qu’Esther Goody (1982), une anthropologue qui avait travaillé en
Afrique de l’Ouest, a écrit un livre sur la parentalité. J’ai moi-même repris son
inventaire des fonctions de la parentalité en le complétant (Godelier, 2004).
La parentalité dans les sociétés non occidentales ou à d’autres époques de
l’histoire de l’Occident ne se réduit jamais à un désir individuel d’enfant res-
senti par un homme ou par une femme, ceci pour deux raisons. Premièrement
le choix du conjoint ou du partenaire n’est jamais une affaire personnelle
mais une affaire collective : les individus ne se choisissent pas par amour.
Deuxièmement toute union est conçue comme devant prolonger la vie d’un
groupe de parenté, un lignage, un clan, etc. et donc l’obligation est faite aux
nouveaux couples d’avoir des enfants.
IX
 

Mais il faut analyser les faits de plus près. Dans un système matrilinéaire,
le sperme n’est pas censé fabriquer l’enfant, l’homme n’est pas un géniteur,
la femme seule est génitrice, mais elle-même ne suffit pas à faire un enfant :
c’est un ancêtre qui se réincarne en elle dont l’esprit en se mélangeant au
sang menstruel de la femme fabrique un foetus. Dans les systèmes patrili-
néaires, c’est souvent l’inverse : l’homme seul est géniteur, la femme n’est
pas génitrice et l’enfant est également la réincarnation d’un ancêtre appar-
tenant au clan de l’homme. La définition et le vécu de la paternité et de
la maternité ne peuvent pas être les mêmes dans ces sociétés et sont diffi-
cilement comparables avec les attentes qui se manifestent au sein de nos
sociétés individualistes où les unions privilégiées sont celles de personnes
qui se sont choisies par amour et veulent des enfants pour la même raison.
En fait, au cours de l’histoire de l’humanité il fallait faire des enfants, qu’on
le désire ou non et entre personnes qui n’avaient pas d’obligation de se
désirer. Il faut ajouter que l’individualisme constitutif de notre mode de vie
entraîne pour beaucoup d’individus des situations de solitude et de difficul-
tés d’existence. Elles n’existeraient pas au même titre dans des sociétés plus
traditionnelles où les individus font partie de collectifs qui les entourent.
Grâce à ce livre j’ai pu mesuré l’énorme absence dans les travaux des
anthropologues d’enquêtes sur les attitudes des hommes et des femmes
appartenant à d’autres sociétés face à la grossesse, face a l’accouchement et
face à la survie des enfants. Difficile pour un anthropologue homme d’abor-
der les femmes et les interroger sur ces questions. Ce n’est pas impossible
pour une anthropologue femme mais peu d’entre elles à ma connaissance
l’ont fait (Bonnet, 1988).
Nous avons des informations sur les rites qui entourent la grossesse
d’une femme lorsque celle-ci, après avoir fait plusieurs fausses couches, res-
sent des douleurs et anticipe la perte à nouveau d’un enfant. Dans ce cas
dans certaines sociétés africaines on fait venir un homme qui possède le
savoir magique nécessaire car l’explication de ces troubles est que préci-
sément ce sont deux ancêtres défunts du mari ou de la femme qui veu-
lent en même temps se réincarner  : explication parfaitement imaginaire
à nos yeux mais qui fait que le spécialiste des rites va chercher à apaiser
les esprits des défunts et leur demander de s’accorder entre eux pour que
la grossesse arrive à terme. On voit que la « thérapeutique » repose sur des
croyances religieuses partagées mais qui relèvent, à nos yeux, entièrement
de l’imaginaire et engendrent des pratiques symboliques sur le corps de la
femme. Si l’on compare ces observations avec ce qui se passe aujourd’hui
en France, on constate que la majorité des femmes accouchent en milieu
hospitalier et donc sont accompagnées avant et après l’accouchement par
des professionnels de la santé qui ne lui sont en rien apparentés. C’est là
une grande mutation sociale. Sans m’étendre plus loin j’aimerais faire
deux remarques.
X  

Il y a dans le livre un beau chapitre sur l’infanticide. Il comporte une


dimension historique profonde puisque l’on repart dans l’empire romain
et dans l’infanticide qui suivait souvent la décision du pater familias de ne
pas intégrer l’enfant qui vient de naître dans son clan (la gens patrilinéaire
romaine). L’enfant refusé était soit abandonné pour mourir, soit donné à
des esclaves. Il ne devenait pas citoyen de Rome. Là encore on a peu de
données en anthropologie sur les pratiques d’infanticide, mais personnelle-
ment j’avais fait une enquête sur ce sujet lorsque, par hasard, vivant et
travaillant chez les Baruya, une tribu des hautes terres de l’intérieur de la
Nouvelle Guinée, j’avais entendu dire que les femmes tuaient parfois leurs
enfants à la naissance. J’ai enquêté auprès d’une centaine de femmes qui ne
m’ont pas caché que, parfois, elles s’étaient séparées d’un de leurs enfants
à la naissance. Elles m’ont donné deux sortes de raisons pour leur geste :
le premier était qu’elles étaient tombées enceintes trop vite et qu’elles ne
pouvaient pas nourrir au sein deux jeunes enfants à la fois et travailler
chaque jour dans les champs pour nourrir leur famille et leurs cochons.
Donc le sacrifice d’un enfant signifierait un espacement des naissances effi-
cace. La deuxième raison était, dirons nous, sociale. Les femmes m’expli-
quaient qu’elles ne voulaient plus faire d’enfants pour le clan de leur mari,
celui-ci était un homme épouvantable et pour cette raison avaient étranglé
l’enfant à la naissance. Quand les femmes revenaient de la hutte où elles
avaient accouché, espace interdit aux hommes, sans bébé dans les bras,
les hommes, le mari en général, les accusaient d’avoir tué un fils (on est
dans une société patrilinéaire). Mais souvent le bébé était mort à la nais-
sance, il n’y avait donc pas de vengeance de la part de la femme. Ce qui
frappe à la lecture du chapitre sur l’infanticide et le néonaticide, c’est que
les gestes homicides des femmes ne semblent pas être liés à des symptômes
et des déficits psychiques mais à des difficultés à affronter des situations
traumatisantes, soit des situations de pauvreté ou d’opprobre social, soit
que la femme était tombée enceinte du fait d’une liaison sans avenir et ne
voulait pas la transformer en un fait permanent.
Également j’ai eu beaucoup d’intérêt à lire le chapitre sur l’homoparenta-
lité. J’avais il y a quelques années affirmé que c’était là une métamorphose
tout à fait prévisible dans les sociétés occidentales de la parenté. Je m’étais
appuyé sur une partie des données qui sont mentionnées dans ce livre,
notamment des enquêtes de Golombok. Le livre fait un point plus actuel.
Il affirme très clairement que les résultats des enquêtes sérieuses menées sur
l’orientation sexuelle des enfants nés de couples homosexuels montrent
que celle-ci ne semble pas affectée profondément par le fait d’être né ou
d’avoir été élevé au sein d’un couple de lesbiennes ou de gays. Peut-être fau-
drait-il ajouter que ce qui se passe dans nos sociétés aujourd’hui met plus en
évidence que jamais le fait que chaque individu est spontanément, « natu-
rellement », habité par des tendances homosexuelles et hétérosexuelles et
XI
 

que la reproduction de toutes les sociétés privilégie à l’évidence l’hétéro-


sexualité pour continuer d’exister. La primauté de l’hétérosexualité dans
toute société s’ajoute aux interdits des incestes homo et hétérosexuels. Mais
dans beaucoup de sociétés, également du passé ou du présent, l’homosexua-
lité a sa place, dans les rites d’initiation, dans la formation des guerriers, etc.
Il faudra cependant encore plus d’enquêtes et d’analyses pour comprendre
le désir de paternité chez les gays, par exemple les répartitions des rôles
dans un couple de gays pour prendre soin d’un enfant. Mais pour le temps
présent, le développement des unions homoparentales est un fait social et
culturel limité à l’Occident.
Enfin, derniers mots, l’adolescence. Dans la plupart des sociétés non
occidentales, particulièrement les sociétés tribales, le développement des
individus est socialement contrôlé, étape par étape. Par exemple les garçons
seront séparés de leur mère et du monde féminin vers huit dix ans, à douze
ans il franchiront une autre étape, à quinze ans ce seront des rites accompa-
gnant la puberté, à dix-huit ans l’entrée dans l’âge adulte et à vingt, vingt
et un ans le mariage avec une personne que l’individu n’a pas choisi. Paral-
lèlement d’autres étapes seront franchies par les femmes avec bien entendu
le moment crucial de la puberté chez les filles. Bref l’adolescence est enca-
drée et structurée socialement collectivement et ceci crée un sentiment de
solidarité entre individus du même âge. Là encore un grand contraste existe
avec la solitude que peut ressentir dans nos sociétés un adolescent d’abord
au sein de sa famille et au delà dans la société. Bref on a tout à espérer d’un
dialogue et d’une coopération à développer entre anthropologues et psy-
chiatres. Ce livre en est la preuve.
Maurice Godelier
Ancien directeur scientifique du CNRS

Godelier, M. (2004). Métamorphoses de la parenté. Paris : Fayard.
Goody, E.N. (1982). Parenthood and social reproduction: Fostering and occupational
roles in West Africa, Cambridge.
Bonnet, D. (1988). Corps biologique, corps social: Procréation et maladies de l’enfant
en pays Mossi, Burkina Faso (Vol. 110). IRD Editions.
Préface à la première
édition
Dans le monde développé, comme l’espérance de vivre longtemps et en
bonne santé s’est accrue, une prise de conscience s’est faite de l’importance
des troubles psychiques pouvant émerger à l’occasion de la naissance, et de
leurs conséquences particulièrement sur la mère, sa famille et sur l’enfant
en développement. En fait, la connaissance de l’existence de troubles
mentaux maternels remonte à l’Antiquité. En 400 av.  J.-C., Hippocrate a
décrit plusieurs cas de mères ayant récemment accouché qui devinrent déli-
rantes puis peu après décédèrent, probablement des suites d’une infection.
Environ 2000  ans plus tard, quelques comptes-rendus sporadiques de cas
de troubles mentaux où les mères non seulement survécurent, mais pour
la plupart guérirent totalement, sont apparus dans la littérature médi-
cale européenne. Il n’existait, quoi qu’il en soit, aucun corpus cohérent
de  connaissance concernant les troubles mentaux puerpéraux jusqu’à ce
que le grand médecin français Emile Esquirol, à partir de l’expérience
clinique d’une centaine de cas qu’il avait pu connaître à l’hôpital de la
Salpêtrière à Paris, entreprît une classification de leur maladie, attirant
l’attention sur le bref intervalle qui séparait l’accouchement du début
de l’affection. Il en examina l’étiologie, l’évolution et le pronostic et publia
son article princeps initialement dans un journal, puis l’inclut en tant que
chapitre dans son livre Des maladies mentales dont la première édition
date de 1838. Vingt ans après, Louis-Victor Marcé, élève d’Esquirol, publia
la première monographie entièrement consacrée à la maternité et à ses
troubles intitulée Traité de la folie des femmes enceintes, des nouvelles
accouchées et des nourrices. Ainsi, deux des plus importantes publications,
références de la psychologie périnatale, ont été publiées par des psychiatres
français. Leur impact s’est ressenti aussi bien en France qu’à l’étranger, et il
était par exemple courant que des psychiatres anglais citent ou se réfèrent
aux découvertes de leurs collègues français. La réciproque était d’ailleurs à
cette époque aussi fréquente.
Il s’agit peut-être d’une impression fausse mais fondée sur tout ce que
j’ai pu découvrir de la littérature, il semble que depuis la seconde moitié du
xixe siècle jusqu’à une époque très récente, l’intérêt porté aux troubles men-
taux périnataux avait décliné en France, tandis qu’il s’était développé dans
les pays anglo-saxons et scandinaves. La plupart des découvertes récentes,
tant cliniques qu’épidémiologiques, émanent de la Grande-Bretagne, de
l’Australie, de la Nouvelle-Zélande, de la Scandinavie et de l’Amérique
du Nord. De plus, la plupart des psychiatres influents, mais aussi des
XIII
 

psychologues, qui ont été à la base des récents développements portant sur
ce sujet ont, comme Esquirol et Marcé, bénéficié d’une formation orientée
vers ce qui est actuellement nommé la psychiatrie générale de l’adulte. Sans
surprise, la plupart des débats ont continué à porter sur l’existence d’entités
pathologiques autonomes et leurs possibles étiologies, tandis que l’essentiel
de la recherche s’est centrée sur la clinique de l’état maternel, incluant le
traitement et le pronostic, et bien entendu l’épidémiologie. Le nouveau-né,
qui pouvait légitimement être perçu comme étant à la source des troubles,
n’avait paradoxalement reçu que peu d’attention en dehors de la littérature
psychanalytique. Il avait bien entendu été reconnu que les bébés pouvaient
être victimes des impulsions homicides des parents, et des lois telles que
l’Infanticide Act of England and Wales (1938) furent promulguées pour
éviter aux mères mentalement malades la peine de mort pour infanticide.
Le risque de maltraiter ou négliger l’enfant était un des motifs pour lesquels
il était considéré comme inadéquat que les mères mentalement malades
prennent soin elles-mêmes de leur bébé.
C’est un psychanalyste anglais, Tom Main, qui rompit avec la tradi-
tion en 1948 et admit pour la première fois un bébé avec sa mère malade
mentale dans un hôpital psychiatrique. L’avantage d’une telle méthode se
répandit comme une traînée de poudre et il fut rapidement admis que la
vigilance clinique pouvait contrebalancer les risques potentiels. En réfé-
rence aux théories qu’avait développées Bowlby à propos de l’attachement,
un nombre restreint d’unités psychiatriques mères-bébés dirigées par des
psychiatres d’adultes firent rapidement leur apparition en Angleterre, puis
en Australie, Nouvelle-Zélande et Canada. Pourquoi n’a-t-on pas observé
de développement semblable en d’autres pays  ? En France, Racamier
publia son travail novateur sur les mères et les bébés en 1961 mais il fallut
attendre près de vingt-cinq ans avant que ne surgisse un intérêt explosif
parmi les psychiatres français pour le développement et la création de
services appropriés aux mères et à leurs bébés. Hormis quelques notables
exceptions, le mouvement actuel pour améliorer la qualité des soins est
essentiellement mené en France par des psychiatres d’enfants qui, pour la
plupart, sinon tous, ont reçu une formation psychanalytique. Le nouveau-
né est ainsi revenu au centre du débat et il est bien qu’il en soit ainsi.
La question n’est plus simplement de savoir s’il faut garder ensemble la
mère et son bébé, mais plutôt de savoir comment le faire au mieux de
l’intérêt du bébé et de son développement, et quand procéder à une sépa-
ration pour le protéger. Concernant les soins à porter aux nouveau-nés et
aux nourrissons, il demeure de nombreuses questions sans réponse à côté
d’une grande quantité de théories, de dogmes et d’ignorance. Il n’y pas si
longtemps, on croyait que les bébés ne ressentaient pas la douleur, étaient
opérés sans anesthésie, nourris selon des horaires stéréotypés et séparés de
leur mère dans des nurseries « stériles ».
XIV  

Il existe actuellement une opportunité pour que surgisse un mouvement


créatif émergeant du dialogue entre les traditions cliniques plutôt diffé-
rentes de part et d’autre de la Manche. Les avancées se feront à travers une
évaluation empirique des différentes idées et hypothèses, ce qui requiert
une large ouverture d’esprit de chacun des interlocuteurs. L’alternative
consisterait à se réfugier dans une mutuelle incompréhension en invoquant
l’obstacle présenté par le langage, autant dans ses manifestations concep-
tuelles que linguistiques.
Il est heureux que Jacques Dayan, qui est un psychiatre d’enfants ayant
reçu une formation psychanalytique et travaillant à Caen, soit autant à
l’aise avec l’usage des psychotropes qu’avec l’abord des mécanismes psy-
chiques. Il a rédigé un très érudit et stimulant traité couvrant la plupart des
domaines-clés de la psychiatrie périnatale. Il est clair que les opinions déve-
loppées dans cet ouvrage lui sont propres, basées sur l’expérience clinique
et sur une connaissance approfondie de la littérature, à la fois française et
internationale. Un auteur unique ne peut prétendre à être un expert inter-
national de chaque sujet qu’il aborde mais offre en revanche une perspec-
tive personnelle qui est ici inestimable du fait de la démarche ouverte et
pragmatique avec laquelle Dayan a exploré un sujet à l’interface de nom-
breux travaux, concepts et perspectives. Il explique mais ne simplifie pas
à l’extrême, il documente les conflits et les désaccords sans embrouiller le
lecteur et quand il laisse des questions sans réponse évidente, plutôt que
d’offrir une solution à tout prix, il souligne les directions vers lesquelles le
lecteur peut s’engager. En un mot, c’est un excellent thérapeute.
Il aborde le sujet d’une manière panoramique. Le livre commence par
l’examen de la psychologie de la parentalité et notamment de l’adaptation
que nécessitent les rôles changeants de la maternité, ce qui le conduit logi-
quement à l’étude des processus d’attachement et des mécanismes intergé-
nérationnels, ainsi qu’à la répercussion sur l’enfant des dysfonctionnements
parentaux. Il évoque succinctement la psychopathologie maternelle durant
la grossesse, incluant un important et très intéressant examen du phéno-
mène de déni de grossesse. Passant à la période post-natale, Dayan demande
si le blues de la maternité doit être considéré comme un trouble mental, s’il
peut entraîner des conséquences péjoratives pour la mère ou pour l’enfant
et enfin s’il nécessite d’entreprendre une démarche thérapeutique. De telles
interrogations peuvent inéluctablement s’appliquer à la dépression du post-
partum ainsi qu’à la psychose puerpérale. Aucune réponse n’est possible en
l’absence d’un consensus sur les définitions et les critères diagnostiques,
sauf à accepter une cacophonie d’avis discordants. En ce qui concerne la
dépression, on peut aussi se demander si le caractère post-natal est une
simple coïncidence ou s’il implique une signification étiologique. En ce qui
concerne la psychose, il persiste un doute quant à l’existence d’une entité
singulière qui puisse être qualifiée de puerpérale. Dayan n’impose pas une
XV
 

solution mais guide le lecteur à travers le labyrinthe kaléidoscopique de la


terminologie : bouffée délirante, psychose cycloïde, psychose schizophréni-
forme, psychose schizo-affective, psychose psychogénique et psychose hys-
térique. Après tout, peut-être Esquirol n’avait-il pas tort ? Peut-être aucun
trait clinique ne distingue-t-il la psychose puerpérale ? Dès lors comment
interpréter l’écart de temps si bref entre la naissance et la période de haut
risque d’émergence de l’affection, surtout en cas de troubles récurrents  ?
Comme Dayan le remarque pour ces raisons précises, les troubles mentaux
de la puerpéralité offrent un modèle d’un intérêt exceptionnel pour les
études étiopathologiques. Les pères réagissent différemment. Les études
systématiques les concernant sont à peu près inexistantes mais l’opportu-
nité est présente pour les développer. Les demandes de soins pour les mères
schizophrènes et leurs enfants vont augmenter car le développement des
prises en charge ambulatoires et les nouveaux traitements qui n’affectent
pas la fertilité entraîneront davantage de grossesses. Quel est le mieux pour
un bébé qui grandit dans un environnement marqué par la présence d’une
mère sévèrement malade mentale  ? Dayan examine l’impact additionnel
des psychotropes prescrits, et non prescrits, sur la grossesse et sur le fœtus
qui, déjà, présente un handicap génétique pouvant être encore aggravé par
un mode de vie maternel déstructuré.
Les sociétés peuvent apprendre les unes des autres quelle est la meil-
leure manière d’agir lorsque la mère renonce volontairement à élever son
enfant ou bien lorsque la société la prive de ses droits parentaux. Quels
sont les effets sur l’enfant de l’absence de sa mère ? Les enfants qui vivent
en institution souffrent mais ceux qui demeurent auprès de leurs parents
peuvent aussi en pâtir. Plusieurs chapitres qui approfondissent cette
question sont accompagnés d’un regard dirigé à la fois vers le passé et
vers l’avenir. Les facteurs psychologiques jouent assurément un rôle dans
la stérilité mais comment ? Les méthodes d’assistance médicale à la pro-
création créent des difficultés potentielles sans précédent pour l’individu
et la société. Quelles en seront les conséquences psychologiques pour
les enfants conçus selon ces techniques ? Il n’y a pas tant de littérature
capable de nous aider à répondre à cette question. Nous sommes en ter-
rain plus sûr concernant l’accouchement prématuré, sujet pour lequel
il existe de remarquables études qui abordent les facteurs de risque psy-
chosociaux tout comme les conséquences. Il en est de même pour l’inter-
ruption de grossesse. Pour terminer, un excellent chapitre conclut par
la description de l’organisation des unités de soin mère-enfant et de la
psychiatrie de liaison, insiste sur l’importance de la psychothérapie aussi
bien que sur les risques et bénéfices de la prescription de psychotropes
pendant la grossesse et au cours de l’allaitement.
L’engagement de Jacques Dayan pour cet important sujet est clairement
apparent, tout autant que la profondeur de ses connaissances et sa capacité
XVI  

de transmettre au lecteur des informations d’une manière stimulante qui


suggère de nouvelles voies d’analyse. Bien que beaucoup de ces perspectives
soient familières aux cliniciens et chercheurs français, elles peuvent amener
de nouvelles idées et permettre de porter un regard neuf sur de vieux pro-
blèmes. Pour cette seule raison, mais il y en a bien d’autres, je souhaite à
l’ouvrage un grand succès. De plus, ce livre fournit un accès à la littérature
anglo-saxonne dont autrement beaucoup de collègues français ne dispose-
raient pas. J’ai bon espoir qu’il existera bientôt une traduction en anglais
qui permettra réciproquement d’offrir à un public travaillant en Angleterre
et ailleurs un accès aux travaux français.
R. Channi Kumar
Professeur de psychiatrie périnatale, Institut de psychiatrie,
hôpitaux Bethlem et Maudsley, Londres
Introduction
La deuxième édition de cet ouvrage, actualisée et remaniée, rassemble
les éléments essentiels à l’approche de la psychopathologie périnatale.
Cette psychopathologie a pour objet l’interrelation entre les parents et
l’enfant, les troubles parentaux et le développement de l’enfant, des aléas
de la conception aux premiers mois après la naissance. La première partie
consiste en l’étude générale des phénomènes de parenté et des processus
de parentalité et de leurs effets sur l’enfant. Des notions y sont emprun-
tées à l’anthropologie, à la sociologie, au droit. Elle se réfère également à
des résultats d’études expérimentales. Prendre en compte tant les données
culturelles que celles issues du laboratoire nous a semblé indispensable à la
compréhension des modifications psychiques contemporaines de la nais-
sance, normales ou pathologiques. L’application en est faite à l’étude des
parentalités les plus habituelles comme à certaines formes de parentalités
minoritaires (grossesses à l’adolescence, homoparentalité, adoption), aux
conflits de parentalité (e.g. garde alternée) et aux impasses de la parenta-
lité (abandon, infanticide). La seconde partie de l’ouvrage a pour objet la
psychopathologie périnatale proprement dite. Celle-ci consiste en l’étude
systématique des troubles psychiques caractérisés lors de la transition à
la parentalité ainsi que leurs retentissements sur l’enfant. Les questions
classiques de la dépression périnatale et des psychoses puerpérales sont
actualisées. D’autres thèmes sont approfondis ou réexaminés  :  addiction
et maternité, troubles anxieux, le deuil et sa prise en charge, l’infanticide et
le déni de grossesse, les troubles du comportement alimentaire, la schizo-
phrénie. Le chapitre sur les troubles de la paternalité a été approfondi. Les
conséquences physiologiques et psychologiques des différents troubles sur
l’enfant sont exposées et discutées. Un dernier chapitre porte sur les théra-
peutiques – psychotropes, psychothérapies et soins institutionnels - avec de
nombreuses références pour une aide à la décision.
La psychopathologie périnatale est une discipline récente. A l’interface de
la psychiatrie de l’enfant et de la psychiatrie générale de l’adulte, elle présente
certaines spécificités. La première est de s’intéresser constamment à deux
sujets simultanément, à leur interaction au sein d’une dyade profondément
asymétrique. La seconde est de prendre en compte l’extrême plasticité et la
volatilité de la symptomatologie en cette période, qui ne peuvent être compa-
rées dans ce domaine qu’aux modifications psychiques de l’adolescence. La
troisième est d’aller de pair avec d’intenses modifications corporelles qui
affectent tous les systèmes biologiques, chez le nourrisson comme chez la
mère. La quatrième, évoquée depuis longtemps, mais établie plus récemment,
est d’impliquer massivement et extrêmement précocement des processus de
XXII  

socialisation, qui sont aussi des processus «  d’inter-subjectivation  ». Enfin


une cinquième spécificité est d’être indissociable de l’étude des processus de
développement de l’enfant, qu’il s’agisse de l’action de la relation sur le déve-
loppement ou du développement sur la relation.
Nous accordons un intérêt particulier à la réactivité parentale, d’impor-
tance majeure dans les interactions précoces. Les recherches actuelles,
chaque jour davantage, montrent la variété des facteurs qui y sont impli-
qués. La réactivité parentale est affectée par l’histoire du sujet et répond à
l’héritage infantile, premiers soins et éducation. Elle dépend aussi de fac-
teurs biologiques, psychologiques ou psychiatriques, sociaux et culturels.
Elle vient à influencer l’enfant. Dans une spirale interactive, elle tend, non
inéluctablement, à une forme de reproduction des patterns relationnels
personnels et intergénérationnels, et peut être, au delà, des mécanismes
biologiques qui les sous tendent. En effet, si l’enfant hérite des parents un
capital génétique, on considère aujourd’hui que l’expressivité de ce capital
est très variable, s’exprime en termes probabilistes et dépend en général
de l’environnement. Malgré le poids de ces multiples facteurs, la sympto-
matologie de la dyade reste très sensible à l’environnement immédiat et à
la thérapeutique. Cette plasticité sémiologique répond à la plasticité des
phénomènes biologiques contemporains de cette période de la vie, pour le
nouveau-né bien sûr, mais aussi dans une certaine mesure chez le parent.
L’évolution des regards portés sur la périnatalité est rendue visible par la
multiplicité des épistémologies qui les sous-tendent. Les premières concep-
tions cohérentes des processus psychiques associées à la naissance, tant
chez la mère que chez le nourrisson, sont dues à la psychanalyse - à des
auteurs tels que D. W. Winnicott ou Th. Benedek. D’autres approches en
sont issues, telles la théorie de l’attachement fondée par J. Bowlby – qui
enrichie de la cybernétique et de l’éthologie, postule un instinct primaire
d’attachement. Comme le rappelle dans sa préface R. Kumar, c’est un psy-
chiatre psychanalyste Tom Main qui a permis pour la première fois en 1948
une hospitalisation conjointe en psychiatrie d’une mère et de son bébé.
Parmi les notions mises en place à cette période, certaines restent robustes,
notamment la précocité de la vie psychique et la nature des phénomènes
intersubjectifs consubstantiels au développement. L’évolution des tech-
niques d’imagerie et plus généralement de traitement du signal, une meil-
leure connaissance des systèmes biologiques, une nouvelle considération
de l’épigénétique, une compréhension encore balbutiante mais sans cesse
approfondie du cerveau fonctionnel et de la plasticité synaptique offrent la
voie à la création de nouveaux paradigmes.
Dans la pratique thérapeutique contemporaine, de nombreux progrés restent
à effectuer et nous espérons que cet ouvrage y contribuera. La sous-estimation
de la souffrance psychique de certaines mères ou leur infantilisation quand
elles viennent à se plaindre sont encore très répandues. Lorsqu’elles présentent
XXIII
 

des troubles sévères, leur hospitalisation reste commune dans des dispositifs
psychiatriques peu ou pas adaptés à leur maternité. La banalisation, voire le
déni par l’institution soignante de la position centrale de l’accès à la paren-
talité est fréquente. L’accès à la maternité est souvent essentiel dans la  sur-
venue des troubles et joue encore un rôle, comme cela a été montré, dans leur
dynamique évolutive. Lorsqu’il existe, le sentiment d’avoir été incomprise ou
ignorée en tant que mère, voire maltraitée par l’institution, la honte ou la
colère qui peut en résulter, accroit le risque du développement de relations
inadéquates avec le bébé ou au sein du couple.
Il arrive encore qu’aucune prévention adéquate des troubles sévères ne
soit mise en place. Parfois même, le fait n’est pas exceptionnel, le choix
thérapeutique maximalise le risque d’émergence délirante postnatale : sup-
pression de toute thérapeutique pendant la grossesse de femmes bipolaires
type I (« psychose maniaco-dépressive ») au motif du risque tératogène mal-
gré l’existence de traitement substitutif, alternative exclusive entre allaiter
ou recevoir des psychotropes et enfin mise à l’isolement en cas d’émergence
délirante et séparation durable avec le bébé. La violence des jugements
sociaux envers les mères en difficulté psychologique, a beaucoup décru,
notamment grâce aux travaux sur la dépression périnatale, mais elle ne s’est
pas éteinte. Des formes rigides de puériculture négligeant l’interaction ou
le développement précoce de la sensorialité, persistent ci et là, entrainant à
chaque fois la mise en difficulté des mères les plus vulnérables. Le père reste
quant à lui assez en retrait de toute prise en charge et un objet obscur et
rare de la recherche, malgré son implication de plus en plus répandue dans
les soins précoces.
Cet ouvrage trouve son origine dans une familiarisation aux relations
précoces mère-bébé à l’hôpital Saint-Anne auprès des docteurs Pierre Bour-
dier et Ilse Barrande. Cliniciens de l’enfance hors pair et psychanalystes, ils
avaient pris la suite de Pierre Male, fondateur d’une approche conceptuelle
novatrice de l’Adolescence, simultanément psychodynamique, sociale et
biologique, et enrichissaient leur pratique de celle d’Alice Doumic et de ses
travaux pionniers sur les relations précoces. Ils n’hésitaient pas, par leur
familiarité avec la pédiatrie, à accorder leur intérêt aux méthodes d’objec-
tivation de l’activité cérébrale, alors représentées essentiellement par l’élec-
troencéphalographie. Plus tard, le professeur R. Channi Kumar m’a invité
à travailler à Londres, à l’institut Mausdley, comme Consultant puis Pro-
fesseur Associé. Premier titulaire international d’une chaire de psychiatrie
périnatale, il m’a conduit à une approche scientifique dans une concep-
tion multidisciplinaire, associant des domaines aussi variés que l’endo-
crinologie, l’épidémiologie ou la pharmacologie. Dans ce contexte, son
intérêt constant pour les phénomènes culturels était un fait marquant et
original. Ma réflexion a été soutenue par la permanence d’un travail colla-
boratif avec des cliniciens et des chercheurs, parmi les premiers d’entre eux
XXIV  

Gwenaëlle Andro, psychiatre, Christian Creveuil, biostatisticien et Keiko


Yoshida aujourd’hui professeur de pédopsychiatrie au Japon. Bérengère
Guillery-Girard et le professeur Francis Eustache m’ont ouvert les portes
du vaste domaine des sciences cognitives devenues indispensables à l’étude
des relations précoces. Je remercie Sylvie Larmenier au nom de ceux qui
m’accompagnent dans le travail clinique quotidien, ses innovations et ses
vicissitudes. Je remercie aussi ceux qui ont ici apporté leur expertise. A tous,
je rends hommage car ils m’ont permis d’investiguer le champ de la périna-
talité avec intérêt et plaisir.
Ce livre est dédié aux familles qui constamment enrichissent ce champ
de leurs propres réflexions.
Jacques Dayan
Psychopathologie
I
de la parentalité
Nous étudierons, dans cette première partie, le concept de parentalité et les
liens théoriques qu’il entretient avec les aspects anthropologiques, sociaux
et juridiques de la parenté, puis le processus psychique de parentalisation et
enfin plusieurs formes spécifiques de la parentalité : parentalité à l’adoles-
cence, homoparentalité et parentalité adoptive, en portant un intérêt parti-
culier au développement de l’enfant. Nous terminerons par l’étude des rup-
tures et discontinuités de la parentalité à travers l’abandon et l’infanticide.
1 La parentalité :
concepts et modèles
Le terme de «  parentalité  » est emprunté à l’anglais parenthood. Sa pre-
mière occurrence dans un dictionnaire est signalée en 1856. Il désigne à
son origine le rôle des parents dans une perspective pratique, morale ou
civilisatrice. Il a évolué depuis dans plusieurs directions  ; il a désormais,
notamment, une connotation psychologique. En 1931, le psychanalyste
Zilboorg introduit ce terme à propos de la dépression postnatale essentielle-
ment paternelle. H. Deutsch, puis ses « élèves » Thérèse Benedek (1959) et
Bibring (1961) se décentrèrent de l’exclusive de la pathologie psychiatrique
pour aborder les échecs de l’attachement, la haine ou l’hostilité contre le
fœtus ou l’enfant, certains aléas physiques de la grossesse et l’infertilité.
Il est devenu constitutif des procédés d’analyse des troubles en psychopa-
thologie périnatale. Introduit en 1961, il connaît en France une progression
constante, et est utilisé aujourd’hui couramment par les démographes, les
travailleurs sociaux et les anthropologues.
Le concept de parentalité nécessitera alors une définition qui ne soit pas
réduite au processus (diachronie) et qui puisse être utilisée à un moment
donné de l’évolution (synchronie). Il ne se cantonne plus, comme à son
origine, à la seule pathologie psychiatrique. Pour distinguer parentalité
synchronique et processuelle, Stoleru et Lebovici (1995) désignaient
par le terme de parentification la «  transition vers la parentalité  ». Le
terme de parentalisation, autre néologisme, est aujourd’hui plus employé
dans cette occurence, d’autant qu’il ne se confond pas avec le sens plus
commun de «  parentification  » qui est de donner aux enfants un rôle
parental inversant les places et attributs au sein de la famille.
Les termes parentalité et parenté sont polysémiques. Sauf précisions,
nous ferons ici référence à la parentalité en tant que processus et état, et à
la parenté en tant que statut.

La parentalité comme processus psychique


Une dimension développementale et maturative
Apports de la psychanalyse
Le terme «  parentalité  » est introduit en France en 1961 par le psychiatre,
psychanalyste et thérapeute de famille, Racamier, à travers l’étude des
psychoses puerpérales, manifestations délirantes aiguës du post-partum.
L’auteur interprète ces troubles comme une forme d’échec du processus de

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
4 Psychopathologie de la parentalité

parentalité. Celui-ci peut être défini comme le processus psychologique, prin-


cipalement inconscient, qui conduit à rendre possible pour le sujet l’expérience,
l’exercice et la pratique du statut de parent. Il s’accompagne de modifica-
tions des préoccupations du sujet, de son humeur ou de sa réactivité. Ces
­modifications sont à l’œuvre, pour la mère notamment, dès la grossesse et
se consolident dans le post-partum immédiat. L’accès à la maternité entraîne
une crise développementale dont l’issue générale est maturative. Tout en
actualisant des vœux infantiles, il s’accompagne de la reviviscence de
conflits du développement. Cette reviviscence prend rarement spontané-
ment une allure mnésique ; plus que la remémoration, c’est la reviviscence
d’affects sans contenus représentatifs conscients qui est au premier plan. Ils
sont facilement mobilisables chez le sujet en assez bonne santé psychique,
ce que Bydlowski (1997) a nommé la transparence psychique. Le processus
de parentalisation ne s’arrête pas à la naissance mais se poursuit toute la vie.
Des remaniements importants peuvent encore se manifester, lors de la nais-
sance de frères et sœurs.
Une crise maturative. Pour des auteurs tels que Benedek (1959) et Bibring
(1961), la grossesse et la naissance représentent une phase du développement
psychoaffectif de la femme. Comme la crise de l’adolescence à laquelle on l’a
comparée, elle fait intervenir de multiples facteurs biologiques et sociaux. Elle
contribue à la réactivation mais aussi à des réaménagements plus «  écono-
miques » des conflits latents, qu’il s’agisse de la problématique œdipienne ou
préœdipienne, ou plus généralement, de l’ensemble de l’évolution libidinale.
Elle s’accompagne de moments de régression. Les transformations corpo-
relles entraînent des modifications de la représentation de soi et de l’image
du corps, une mise en tension, avec parfois dissolution et reconstruction des
identifications précoces, en particulier à la mère. Le sens de l’identité person-
nelle peut devenir fluctuant et fragile, la relation d’objet s’établit sur le mode
de la confusion de soi et d’autrui. Pourtant, la grossesse est aussi le moment
d’un épanouissement et d’une affirmation de soi, en partie d’un soi infantile
et archaïque. Cette satisfaction régressive n’est atteinte que lorsque la mère
peut s’y laisser aller, ce qui suppose la sécurité de l’environnement et le sou-
tien à la future mère. Les études n’ont pas fait beaucoup de place à l’accès à la
paternité qui s’accompagne aussi de modifications psychiques, biologiques et
sociales (cf. chapitre « Paternité »).

Une dimension inter et transgénérationnelle


Définitions. Il est habituel de nommer intergénérationnels les « phénomènes »
transmis ayant trait aux générations en présence, et transgénérationnels ceux
liés aux générations en rupture, trop éloignées pour se rencontrer. Celles-ci
peuvent être séparées par le temps et aussi par la disparition, ­souvent la mort,
parfois l’abandon ou d’autres motifs. Les phénomènes étudiés par les psy-
chopathologues (thérapeutes familiaux et ­psychanalystes) sont représentés
La parentalité : concepts et modèles 5

par des manifestations pathologiques et ils éclairent la transmission normale


de phénomènes psychiques. Cette transmission a conduit à l’émergence
d’un vocabulaire nouveau en psychopathologie, empruntant pour partie à
l’anthropologie. Il a pour objet les représentations chargées d’affect qui sont
transmises, les moyens de cette transmission ou media (comportements, tics
langagiers, silences et secrets,  etc.), leur forme (mythes notamment), leur
contenu (réincarnation, reproduction non sexuée, mort ou naissance, etc.).
Mandat et dettes. Dans le cadre de la psychopathologie, les événements
auxquels se rapporte cette transmission sont essentiellement des phénomènes
négatifs  : les ruptures de filiation, les événements chargés d’effroi ou de
honte, les deuils, les maladies. Ils sont transmis sous forme de fantasmes
de  dettes générationnelles (le « grand livre de comptes » de Boszormenyi-Nagy,
1973), projection souvent inconsciente sur la descendance du devoir de
réincarner un acteur d’un événement devenu en partie mythique, ou de man-
dat (Lebovici,  1983), également inconscient, de répéter ou de réparer une
hypothétique faute ou transgression d’un ascendant. Abraham et Torok (1978),
deux psychanalystes français ont mis en avant un modèle de t­ransmission
sans conscience de l’objet transmis, même par levée du refoulement. Torok
a nommé crypte cette variété de clivage du moi, ­transmise à propos du deuil.
Ce mécanisme prive le sujet de tout accès au sens et ne laisse à la troisième
génération que le trouble et des fragments non ­interprétables. Ce mode de
transmission évoque une autre hypothèse, celle de la transmission (incons-
ciente) des représentations traumatiques intergénérationnelles, qui n’est pas
exclusive de la connaissance (consciente) de l’histoire traumatique familiale
et peut venir la compléter sous une forme ouverte ou cachée comme dans le
« secret de famille » (Dekel et G ­ oldblatt, 2008 ; Dayan, 1994).

Une dimension phylogénétique du fantasme


Fantasmes d’origine et fantasmes originaires. À travers la notion de fantasme
d’origine, Freud soutient une innéité de la vie fantasmatique commune à
l’espèce humaine. Ces trames ou représentations fantasmatiques seraient
des scénarios inconscients communs à l’espèce, réélaborés dans l’histoire
individuelle et dans chaque société. Ces fantasmes d’origine ou «  origi-
naires » incluent les fantasmes de naissance, de scène primitive, de séduction
(dans un sens parfois proche de celui de viol), et le roman familial, représen-
tation idéale du complexe familial. Ils seraient à base phylogénétique. Ces
scénarios mettent en jeu des traces mnésiques irrécupérables directement.
Il s’agirait d’une connaissance implicite transmise à l’espèce et liée à son
développement. Son articulation peut être retrouvée à travers les rêves, les
scénarios anxieux, certains comportements innés, mais aussi à travers des
éléments culturels tels le choix du prénom ou les codes v ­ estimentaires. Ils
demeurent en règle non accessibles à la conscience, en un mot des « fan-
tasmes ». Elle pourrait être la trace d’un codage génétique, et mise en œuvre
à travers le développement et les interactions humaines.
6 Psychopathologie de la parentalité

Le concept de roman familial apparaît chez Freud dans un article de 1909,


intégré à l’ouvrage d’Otto Rank «  Le mythe de la naissance du héros  ».
Selon Freud, la sensation de ne pas voir ses propres sentiments pleinement
payés de retour fait naître, durant les premières années de l’enfance, l’idée
d’être un enfant d’un autre lit ou un enfant adopté. Si, précise-t-il, pour
le petit enfant, les parents sont d’abord l’unique autorité et la source de
toute croyance, avec les progrès du développement intellectuel, il ne peut
manquer de faire « la connaissance d’autres parents, les compare aux siens
et acquiert ainsi le droit de douter du caractère incomparable et unique
qu’il leur avait attribué. » Il s’assigne lui-même une filiation imaginaire qui
répond à la fois à la satisfaction de la rivalité œdipienne et à l’idéalisation
première de ses parents, encore munie chez l’adulte névrosé des traits per-
ceptibles de l’enfance. Selon Freud, cette construction peut être perceptible
dans les rêveries diurnes de l’enfance mais reste refoulée chez l’adulte. Il
présente ainsi une forme de formation universelle du mythe familial chez
l’individu, qu’il distingue en une période asexuelle et une période sexuelle.
Surtout ajoute-t-il : « Ce qui entre encore en ligne de compte, c’est le plus
ou moins grand effort d’élaboration nécessaire pour que les fantasmes attei-
gnent à la vraisemblance. Ce stade est atteint à un moment où l’enfant n’a
pas encore la connaissance des conditions sexuelles de la venue au monde. »

Modèles intégratifs

Modèle psychoanthropologique de Guyotat (1980)


Trouble psychiatrique et fonction parentale, référés à la filiation. Guyotat pro-
pose en 1980 un modèle dont l’ambition est de rendre compte de la sur-
venue de troubles psychiatriques en période périnatale. L’anthropologie
lui offre une référence pour présenter un modèle cohérent. Sa pratique
de psychiatre de liaison dans les services d’obstétrique, qu’il fut l’un des
premiers à exercer en France, l’amène à observer les liens tissés, entre
des récits de stérilité, de fausses couches à répétition, de traumas familiaux
anciens ou actuels et l’émergence de troubles psychiatriques sévères, de la
dépression à la psychose. Il recueille l’histoire personnelle et familiale avec
ses traumas, secrets, dettes et mythes. Son essai théorique embrasse non
seulement l’accès à la parentalité, mais aussi le processus de filiation dans
son ensemble.
Il part de l’hypothèse qu’un ensemble de données sociales et symbo-
liques articulées autour du système de filiation, particulier à la famille du
sujet ou étendu à un peuple, un clan, une lignée,  etc., préexiste au sujet
et le confronte à certaines exigences implicites. La conflictualité autour
de ces exigences se retrouve au cœur de certains processus délirants. La
conflictualité réactualisée par le fait de devenir parent n’est donc pas seu-
lement individuelle, mais aussi transgénérationnelle et sociétale. Elle peut
La parentalité : concepts et modèles 7

s’organiser en un trouble psychiatrique patent. Guyotat rappelle, comme


Racamier (1978), que l’acceptation d’une dette de filiation est en rapport
avec la constitution de l’organisation symbolique du sujet et que son déficit
marque la psychose.
Filiation narcissique et filiation instituée. L’auteur distingue et oppose deux
types de filiations psychiques  : la filiation instituée et la filiation narcis-
sique. La filiation instituée est de l’ordre du langage, de la désignation des
places et fonctions dans l’ordre juridique et social. Elle peut être évoquée
comme une figure du langage, la métaphore. Elle se constitue dans un
monde d’échanges symboliques et de déplacements, à travers le langage,
les rites, les lois et structures qui désignent l’enfant dans son rapport de
filiation. Guyotat qualifie de métonymique la filiation narcissique, consti-
tuée dans une relation de contiguïté et de déni de la filiation paternelle.
L’aphorisme « la chair de ma chair » met clairement en exergue une sorte
de naissance par scissiparité, revendiquée absente de tout tiers et en même
temps de toute institution. Il donne des exemples, des thèmes qui sont
tout à la fois des mythes et des contenus délirants, caractérisant la filiation
métonymique  : naissances sans interventions sexuelles, naissances par la
tête, etc. Ces naissances éliminent la figure du tiers, en tout cas humain.
Pour l’auteur, le mythe dérive d’une forme psychologique de rapport à la
filiation, le rapport narcissique, et non l’inverse.
De la nature du rapport entre filiation instituée et narcissique, Guyotat fait
un élément central de nombreux troubles psychopathologiques, au premier
rang desquels les processus psychotiques (Guyotat, 1995). La psychose puer-
pérale est un délire de filiation projeté sur la descendance. Il cite plusieurs cas
de délire pouvant éclore à l’occasion de l’accès à la paternité ou bien chez la
mère adoptante, exemples illustrant sa proposition selon laquelle le primum
movens du délire n’est pas lié à la maternité stricto sensu. L’ensemble du modèle
de Guyotat est utilisable dans le cadre d’une prise en charge psychothérapique,
contrairement aux modèles présentés ci-après, plus opératoires et collaboratifs.

Modèles multidimensionnels
Un modèle à orientation socio-juridique (Théry, 1998). Irène Théry, sociologue,
distingue la parentalité domestique, assimilable à la possession d’état, la
parentalité généalogique fondée sur le droit et la parentalité biologique.
Cette dernière peut elle-même se décomposer en parentalité génétique
asexuée (fécondation in vitro) ou sexuée. Cette classification illustre le
caractère objectif de la parentalité ordinaire : l’idéal social de deux parents
géniteurs, éducateurs et époux, du fait des recompositions familiales n’est
pleinement atteint qu’à peine une fois sur deux dans la population fran-
çaise avec une pléthore de formes incomplètes.
Un modèle psychosocial (Houzel et Dayan,  2000). Didier Houzel et
Jacques Dayan, aidés de collaborateurs psychanalystes, philosophes,
8 Psychopathologie de la parentalité

travailleurs sociaux, psychologues et psychiatres, ont cherché à partir de


l’analyse de cas d’enfants ayant posé des difficultés majeures dans leur
prise en charge autour de la naissance ou lors des premières années de
vie, à définir des composantes de la parentalité dont la spécificité serait
de pouvoir être utilisée avec profit dans le travail médico-social. Leur
objectif était aussi de fournir un outil d’analyse permettant un travail de
distanciation et de formation, minimisant les jugements moraux et les
a priori qui, bien qu’implicites et souvent réprimés, menacent en perma-
nence le travail social.
Trois axes ont été isolés : l’« exercice » de la parentalité dont la description
se rapproche de celle qu’opère Guyotat de la filiation instituée, l’«  expé-
rience » qui renvoie à l’« éprouvé » de la parentalité, étudiée à travers les
représentations fantasmatiques ainsi que les éventuels troubles psychiques
associés à l’état d’être parent, et enfin la «  pratique  » de la parentalité
déployée à travers les soins les plus ordinaires, le care et le cure, l’emphase
étant mise sur la dimension psychique des échanges comportementaux.
Une quatrième dimension, hors champ, s’ajoutait à ces trois premières, la
parentalité «  attestée  », qui consistait en la qualité du développement de
l’enfant. L’ensemble pouvait donner lieu à une appréciation dynamique et
offrait une lecture des difficultés ouvrant à des interventions positives dans
les champs non spontanément abordés sous cet angle par les travailleurs
sociaux, celui de l’exercice des droits et celui de la souffrance psychique.

Dissociation médico-juridique entre sexualité


et parentalité*
L’exemple des couples contaminés par le VIH et/ou
l’hépatite
Depuis plusieurs années, les équipes d’assistance médicale à la procréation
(AMP) sont sollicitées par des couples désirant un enfant, dont l’un des
partenaires ou les deux sont infectés par le VIH et/ou le virus de l’hépatite C
(VHC). Ces demandes sont en augmentation constante. La technique pro-
créative proposée, aide médicale à la procréation avec préparation du sperme,
est la méthode de référence. Elle est le prélude à la construction d’un indi-
vidu issu d’un couple qui accède au statut de parents par l’entremise, à la fois
de la fiction d’une sexualité stérile et de la contrainte de la non-transmission
à l’enfant du caractère dangereux de leurs émissions sexuelles. Depuis 2001,
ces techniques, entraînant une innocuité virale complète chez le futur bébé,
ont permis la naissance de plusieurs milliers d’enfants en France.

* Texte rédigé par O. Rosenblum.


La parentalité : concepts et modèles 9

Comment fabrique-t-on des parents


en bonne santé ?
L’objectif ici est d’éviter la transmission à l’enfant d’une maladie d’une
particulière gravité selon l’article 152-2 du Code de santé publique paru en
1994. Les conditions sont pour le couple d’être vivant, en âge de procréer,
apportant la preuve d’une vie commune d’au moins deux ans et consentant
aux interventions. L’AMP étant destinée à répondre à la demande parentale
d’un couple, les membres de l’équipe médicale s’attelleront à vérifier la
motivation des deux membres du couple.
L’AMP chez les couples séropositifs vient lever l’interdit, du fait du danger
de la contamination parent-enfant, et autoriser une réinscription au sein
du champ social. Le couple passe du statut de survivants à celui de parents
potentiels leur ouvrant le champ à une immortalité enfin envisageable.
Ainsi, un des aspects primordiaux auxquels le clinicien est confronté de
manière manifeste est l’insistance des couples à se promouvoir comme des
futurs parents.

Quand la médecine parraine une nouvelle famille


En France, le 10 mai 2001 paraît un arrêté modifiant l’arrêté du 12 janvier
1999 relatif aux règles de bonnes pratiques cliniques et biologiques en AMP.
Cet arrêté fixe les conditions particulières de la prise en charge du couple : il
s’engage à avoir une vie sexuelle protégée, y compris pendant la grossesse et
l’allaitement, et il est tenu au respect des conditions sérologiques pour confir-
mer la séronégativité du conjoint qui n’est pas infecté. De plus, la charge
virale du conjoint infecté doit être quasiment indétectable dans le sang et
nulle dans le sperme, si l’homme est infecté. Par ailleurs, le couple ayant reçu
les informations sur les risques d’une grossesse chez une femme séroposi-
tive, signe un consentement, les traitements antirétroviraux pris pendant la
grossesse pouvant avoir un caractère délétère sur le développement du futur
enfant (Rosenblum, 2012 ; Rosenblum et al., 2012).
Ces dispositions contraignantes maintiennent le couple sous la tutelle
d’une sexualité codifiée par la quantification normée des constantes
biologiques. Ici, l’intimité des conduites et du corps désirant se traduit
par une objectivation biologique, prélude à la naissance d’un corps filtré,
indemne de toute contagion virale. Dans ces conditions, l’AMP devient
une nouvelle forme de reproduction, parce qu’elle féconde selon ses
propres procédés qui deviennent, selon M. Iacub (2002), aussi contrai-
gnants, sinon plus, que ceux de la nature.
Par l’action «  régénérative  » de la technique, une famille peut enfin
émerger effaçant les éventuelles transgressions passées. La prise en charge
­médicalisée des couples séropositifs s’appuie sur les modes admis habituelle-
ment des systèmes de parenté, avec les conditions du « comme si » : être
10 Psychopathologie de la parentalité

vivant et en âge de procréer. L’« autre » du couple est une personne du sexe


opposé en âge de procréer, qui prend son traitement de manière efficace et
qui, plus est, abrite un virus présent, si possible indétectable, définissant
par là le caractère sain à partir d’une norme définie par la quantité de virus
lui-même. Ici, un des modes de la « fabrication de l’homme occidental »,
selon l’expression de P. Legendre (1996), est la prise en charge médicalisée
de ses futurs parents. Ils conservent les stigmates de la faute originelle, sous
l’apparence du virus rendu à l’état quiescent par les vertus du traitement.

L’accès au devenir parent pérennise l’institution


Par le jeu entre biologie et société, un certain type d’idéal du moi, «  être
parent soigné d’un enfant sain », va intervenir dans l’économie des désirs
de l’individu séropositif et contribuer en même temps à la reproduction des
rapports de parenté et des rapports sociaux auquel appartient cet individu.
Cette position peut permettre de « domestiquer » chez l’enfant à venir, d’une
manière anticipée, sa future sexualité polymorphe, déjà hypothéquée, en
appartenant d’emblée à la société l’ayant fabriqué. Ses parents dépendant de
manière vitale de la société qui les traite à vie, l’enfant à venir sera contraint
par une dette contractée par eux. Cette créance a un prix, fixé par la société ;
c’est, par exemple ici, le coût du traitement médicamenteux antirétroviral
administré aux parents. Cette dette se trouve en compétition avec la
dette de vie de l’enfant vis-à-vis de ses parents, décrit par M. Bydlowski
(1997). Ici, par conséquent, la filiation s’origine à partir d’un double regis-
tre, à la fois social et symbolique.
À partir du moment où les couples séropositifs se sont soumis à la voca-
tion reproductive de leur sexualité, ils n’en demeurent pas moins captifs
de l’injonction médicale paradoxale suivante  : pour se parer des habits
respectables d’une figure parentale, ils sont instamment priés de ne pas
se situer comme les agents transmetteurs vis-à-vis de leur progéniture.
Plus encore, la non-transmission est la qualité parentale érigée en valeur
suprême et requise comme condition unique pour offrir au futur enfant
son inscription dans le champ de la filiation instituée par la société qui
prend en charge ses parents.

L’accompagnement psychologique
des futurs parents à risque viral
L’arrêté du 10 mai 2001 introduit d’emblée la nécessité de la présence d’un
psychologue ou psychiatre impliqué dans l’accompagnement des couples à
risque viral et des équipes pluridisciplinaires – infectiologues, obstétriciens
et biologistes de la reproduction – qui en ont la charge. La position du
professionnel du psychisme n’a pas vocation d’expertise ni de jugement,
en revanche, celui-ci soutient les capacités élaboratives de la demande
La parentalité : concepts et modèles 11

parentale d’un couple, tout en se rendant disponible aux partenaires pour


les rencontrer tout au long des étapes de l’AMP, de la grossesse éventuelle
et de la période du post-partum. Ainsi, il suscite et accompagne le travail
d’élaboration du couple dans le cadre d’un suivi médical long et aléatoire et
la capacité de l’homme et de la femme à travailler les difficultés inhérentes
à une prise en charge où le risque de l’enfant à venir est posé par la situation
même de l’abord thérapeutique antirétroviral des futurs parents et des effets
éventuels sur leur progéniture. Enfin, il tente d’éclairer, par l’abord de la
dynamique psychique propre au processus de parentalisation et de ses ava-
tars, les décisions élaborées par l’équipe pluridisciplinaire ayant la respon-
sabilité médicale du suivi des couples dans le cadre de l’AMP à risque viral.

Parenté et anthropologie
Les liens étroits entre l’organisation de la parenté et le phénomène de
parentalité sont devenus plus évidents, à travers les perspectives intégrant
les observations et concepts des différentes disciplines : anthropologie, psy-
chologie, psychanalyse, neurosciences…
Le sujet institué comme parent est à même de développer avec le plus
de facilité l’investissement parental. Il reçoit le soutien de l’organisation
sociale d’où il tire son identité de sujet et de parent. Des droits lui sont
attribués et les moyens de les assurer. Il est soumis à des devoirs. Seul le
parent légitime est appelé en droit à pouvoir exercer pleinement sa paren-
talité. Dans le cas contraire, selon son statut social et la société à laquelle il
appartient, le sujet en sera gêné, interdit ou même violemment sanctionné,
parfois jusqu’à la mort.

Les structures de parenté


Prohibitions et obligations. Dans une perspective structurale, la parenté
désigne les liens d’alliance, de filiation et de consanguinité organisant la
structure familiale. Cette organisation joue un rôle considérable dans celle
de la structure sociale et par extension dans les rôles sociaux. Lévi-Strauss
(1967) nomme structure élémentaire de la parenté l’organisation qui résulte
de la prescription conjointe des liens de parenté autorisés et interdits. La
mobilité sociale est généralement plus limitée lorsque s’associent, en nom-
bre élevé, prohibitions et obligations. Lorsque seuls sont prescrits les inter-
dits, et qu’ils restent en nombre modéré, l’interdit de l’inceste en étant
le plus universel, les structures d’alliance qui se créent sont plus diverses,
variées et susceptibles d’évolution. Elles sont nommées structures complexes
de la parenté. Lévi-Strauss considère les systèmes de mariage et de parenté
comme des structures d’échange des femmes. Selon Godelier (2004), une
autre fonction essentielle de l’organisation de la parenté est le maintien de la
reproduction de l’« individu », de la lignée, de la société dans son ensemble.
12 Psychopathologie de la parentalité

Acculturation, déculturation. En Europe, les familles issues de sociétés tra-


ditionnelles sont confrontées à des prohibitions et obligations différentes
de celles de leur pays d’origine. Les études sociologiques montrent une
tendance spontanée à travers les générations à créer des compromis ou des
formes intermédiaires entre les modèles familiaux d’origine et d’accueil,
source parfois de tension intrafamiliale. Toutefois, certaines familles peu-
vent être arc-boutées sur les formes originelles de leur système de parenté,
particulièrement quand la société d’accueil ne leur offre pas d’autres formes
de réassurance narcissique indispensables à leur évolution. Ceci est ainsi
parfois le cas d’hommes issus de la seconde ou troisième génération qui per-
dent autorité et gratification que leur conférait leur statut masculin, tandis
que les femmes se trouvent revalorisées. Dans tous les cas, le passage d’un
système de parenté à un autre demande un travail psychique particulier,
long et complexe, à travers des formes intermédiaires de compromis, avec
parmi les freins les plus importants à toute modification des représentations
mentales, la loi et la religion, mais plus encore « une armature de traditions,
[…] qui, de génération en génération, sont transmises, sous de multiples
formes, par les divers systèmes d’éducation, celles dont le langage, les rites,
les convenances sociales constituent le soutien solide » (Duby, 1972).
Œdipe, interdit de l’inceste, exogamie. La prohibition de l’inceste demeure
l’interdit majeur dont la compréhension donne lieu à de vives contro-
verses. Universel, il répondrait pour certains à une hypothétique
détermination instinctuelle qui conduirait à une irrésistible tendance
à rechercher des partenaires sexuels en dehors des proches, répondant
à un mécanisme d’inhibition involontaire d’origine génétique et à parti-
cipation en partie hormonale. Les approches socioanthropologiques,
telle celle de Durkheim, mettent en avant des phénomènes culturels et
sociaux qui associent systématiquement interdit de l’inceste et exogamie.
Les croyances totémiques rendent pérennes à travers les générations le
sentiment d’horreur religieuse pour le sang apparenté au totem. L’interdit
de l’inceste dans les sociétés occidentales dériverait de telles croyances. La
psychanalyse qui fait aussi de cet interdit un point central de la théorie,
à travers notamment le « complexe d’Œdipe », n’offre pas d’hypothèse
scientifique mais un mythe anthropologique : les fils coupables après le
meurtre du père de la horde primitive s’interdisent d’épouser les mères et
les autres femmes du groupe totémique laissées libres.

Les fonctions de la parenté


Godelier (2004) définit ce qu’il nomme les fonctions de la parenté, c’est-à-
dire ce que l’organisation structurelle de la filiation oblige, interdit et permet.
Il met la parenté au service de la parentalité. Il établit un lien dialectique
entre organisations sociales et fonctions parentales. Il reprend en l’étendant
et en la précisant une liste établie par E. Goody à-propos des structures de la
La parentalité : concepts et modèles 13

parenté en Afrique de l’Ouest. Comme Malinowski, il fait de la parentalité la


base de la structure sociale. En retour, il est aisé de s’apercevoir que les modi­
fications pérennes des structures socio-économiques, qu’elles résultent
d’acculturation ou de déculturation, ou qu’elles soient fondées sur une
dynamique interne, les progrès scientifiques aussi, agissent à leur tour en
modifiant aux points de tangence, essentiels dans les organisations, l’orga-
nisation de la parenté. Il définit ainsi sept fonctions : (1) instituer certains
individus comme parents (2) élever les enfants, qui inclut  : les nourrir et
les protéger (3) les éduquer (4) les doter d’un statut et de droits spécifiques
implicites ou explicites dont le premier est d’avoir un nom (5) avoir sur les
enfants, en échange des devoirs à assumer envers eux, des droits particuliers
qui dans certaines sociétés peuvent être de les vendre ou de les mettre à mort
(7), définir les prohibitions sexuelles et leurs limites. La sixième fonction
est l’articulation entre l’autorité parentale, l’obéissance et le respect atten-
dus de l’enfant envers ses parents. Dans cette analyse, les fonctions de la
parenté sont d’assurer la reproduction sociale, au sens le plus vital du terme,
c’est-à-dire le maintien de l’existence d’une société donnée et de ses mem-
bres à travers les générations, en tenant compte du poids de sa culture et de
ses mythes propres, des modifications objectives de l’environnement, des
techniques, du savoir et de la richesse. Ceci, malgré et avec les pressions
contradictoires que chaque composante de cette dynamique peut exercer
sur les autres et sur le système. Si les fonctions sont considérées comme
universelles, les formes de la parenté sont elles-mêmes très variables. Cette
variabilité qui était mise en évidence à travers l’histoire des civilisations et à
travers la géographie des peuples, connaît actuellement une accélération qui
conduit pour certaines générations dans les sociétés industrialisées à faire
coexister des représentations différentes de la parenté et de ses fonctions
chez le même sujet, source de tension interne et sociétale.

Parenté et droit
Filiation et lignées
Filiation et descendance. Selon Godelier (2004), la filiation est définie comme
les liens qui attachent l’individu à son père et à sa mère. La descendance est
distribuée selon trois modalités principales  : unilinéaire (patri ou matrili-
néaire), bilinéaire (père et mère) et cognatique. Le système de descendance
n’est ni universel ni la traduction d’un état de nature mais celle de son
interprétation. Les principes qui touchent à la filiation sont « politiques » et
« religieux », ils concernent les rapports de solidarité et de domination entre
les sexes et entre les générations.
Lignée et nom du père. La lignée accepte plusieurs définitions, la plus ­simple
étant l’ensemble de la descendance d’un individu ou ancêtre. La lignée en
14 Psychopathologie de la parentalité

anthropologie est en grande partie imaginaire et dépend du système de


parenté. En effet, il ne s’agit pas de l’héritage biologique réel et contrôlé,
comme les petits pois de Mendel, mais d’une formation imaginaire, quoique
s’appuyant sur des vraisemblances biologiques, au regard de l’imaginaire bio-
logique lui-même. Depuis très longtemps, notre système de descendance est
juridiquement fondé sur un modèle généalogique à dominante patrilinéaire :
le statut de père y est accordé par le mariage avec la mère. Dans le monde
actuel, le nom qui marque la lignée reste le plus souvent celui d’un père
ancestral, et se transmet par les fils. Ce système fixe le nom de famille, depuis
la période 1000-1200 en France, à un ancêtre mâle supposé. Des dizaines de
générations ultérieures porteront ce nom, occultant le nom de tous les autres
hommes des lignées maternelles, comme bien sûr de toutes les femmes. La
dation du nom reste un élément symbolique fondateur de l’identité dans
notre société, pauvre en rituels. Elle est établie par un acte d’état civil. Elle
favorise une représentation implicite de l’intangibilité de l’origine, en un
ancêtre unique, sorte de père de la horde auquel l’enfant sera rattaché et en
même temps différencié par le prénom. Ce mythe invisible est mis en tension
notamment par l’adoption, l’enfant adultérin et la transmission médicale des
gamètes extérieurs au couple. La référence à un ancêtre commun se retrouve
encore communément aujourd’hui à travers la lecture du patronyme, « Ben »
en arabe, « O’ » en Irlande, « Mac » en Écosse, « Son » ou « Sohn » dans les
langues germaniques, signifiant « fils de ».
Les modèles de parenté sont aujourd’hui en reconstruction en Europe de
l’Ouest, pour de multiples motifs dont le délaissement du mariage et la
fréquence des recompositions familiales après séparation. Malgré cela, le
système de dation du nom résiste particulièrement bien. Il est demeuré en
France, jusqu’en 1994, le seuil qui séparait juridiquement, par inscription
à l’état civil, l’homicide de l’infanticide. En France encore, la possibilité
nouvelle de choisir pour l’enfant dans certaines conditions le patronyme
de la mère, en place ou à côté de celui du père, est peu utilisé  : ce n’est
étrangement pas sur le nom du père que s’établissent les luttes politiques
et idéologiques.

Les catégories juridiques de la filiation


La filiation juridique, à l’image des systèmes de parenté, n’est pas un fait
biologique mais une institution, dont l’ordre et l’essence sont, selon
­Lefebvre-Teillard (1996), politiques. Le droit présente une inertie moindre
que les systèmes de parenté. Il marque les changements évolutifs sous une
forme qui permet d’en concilier la structure de base : principaux interdits,
prescriptions, et alliances restent conservés.
La filiation légitime repose en France sur le mariage et non sur un fait
de nature, la reproduction sexuée : tout enfant né pendant le mariage est
a priori celui du père. Deux bouleversements récents ont ébranlé, sans encore
La parentalité : concepts et modèles 15

la détruire, cette fondation imaginaire  : la fréquence des naissances hors


mariage reconnues par les deux géniteurs et la possibilité de rendre certaine
la filiation paternelle par la recherche d’ADN. Beaucoup d’autres change-
ments ont encore fragilisé cette construction : le don de gamètes, le don
d’embryons, la gestation pour autrui et in fine le mariage homosexuel. La
filiation maternelle est exceptionnellement mise en doute, reconnue comme
telle à travers le fait observé que la mère a accouché. Les deux autres types
de filiation sont les filiations « naturelle » (naissance en dehors du mariage)
et « adoptive ». Le droit français contemporain (ordonnance n° 2005-759
du 4 juillet 2005) supprime les notions d’enfants « légitimes » ou « natu-
rels » pour les remplacer par celles d’enfants issus de couples mariés ou de
couples non mariés. Le problème est alors déplacé vers la question de la
reconnaissance des enfants par le père et la mère. La filiation adoptive en
droit français connaît une forme originale, l’adoption plénière, qui rompt
tous les liens institués avec les géniteurs, les attribuant en totalité aux
parents adoptants.

Limites de la parenté généalogique


Le statut des enfants nés hors mariage a attendu des siècles pour
trouver une certaine équivalence à celui des enfants nés et élevés par leurs
géniteurs mariés. Jusqu’en 2001, l’enfant né d’un tiers, alors que ses parents
étaient mariés, avait ses droits amputés de moitié dans la succession du
parent adultère. L’enfant adultérin était distingué de l’enfant naturel issu de
deux personnes non mariées. L’enfant pouvait être légitimé par le mariage
de sa mère et une reconnaissance de paternité de l’époux. Longtemps,
l’opprobre a conduit ces enfants à un destin souvent difficile, favorisant,
pour le moindre mal, le secret de la filiation et, pour le pire, toutes formes
de violence. Aujourd’hui encore, aucune statistique fiable n’est publiée sur
le nombre d’enfants adultérins alors qu’une évaluation pourrait être assez
aisément conduite dans les centres de greffe. Les chiffres souvent avancés
de 5 à 10 % tiennent plus de l’opinion que de la science et ne distinguent
pas les parents informés de ceux qui ne le sont pas.
Les lois sur l’adoption ont évolué ainsi que les droits de l’enfant
adopté. L’originalité de la filiation plénière consiste, en France, à ôter à
l’enfant adopté les droits attendus de la filiation par ses géniteurs et en
retour à lui offrir ceux des adoptants.
Les progrès techniques en matière de procréation ont amené de
nouvelles formes de parenté, de plus en plus complexes, où la position
de  géniteur se dissocie de celle d’être parent. Elles ont soulevé et soulè-
vent parfois encore autant de questions passionnées qu’autrefois le statut
de l’enfant abandonné ou adultérin. Une première particularité est la pos-
sibilité d’une naissance qui n’a pas été précédée d’un acte sexuel fécon-
dant entre les géniteurs. Dans certains cas, le couple n’a plus de rapports
16 Psychopathologie de la parentalité

sexuels depuis des mois, voire des années. Ce point donne lieu à peu de
débats, ce que l’on peut comprendre étant donné que les relations entre
acte sexuel et parentalité font l’objet d’une certaine réserve voire de tabous.
Dans d’autres cas, comme le don de gamètes (ovules ou spermatozoïdes) et
don d’embryons, les parents ne transmettent pas leurs gènes à leur enfant,
l’identité des géniteurs reste connue seulement des autorités médicales  :
cette position commence à être contestée.
Dans la gestation pour autrui (GPA), au départ initiée pour répon-
dre aux demandes de femmes sans utérus fonctionnel, les gamètes peuvent
appartenir aux « parents » mais l’enfant est porté par un tiers. Il est mainte-
nant des cas où la femme gestante porte un embryon dont un des gamètes est
issu d’une femme qui n’exercera pas elle-même de rôle maternel, notamment
en cas de couple homosexuel masculin. Dans ce cas complexe, l’enfant aura
été porté par une femme, une partie de ses gènes étant issue d’une seconde
femme et lui-même pouvant être élevé seulement par deux hommes, dont
un seul a donné ses gènes. Ce mode de filiation engendre de nombreuses
questions éthiques nouvelles  à propos de ce que représente idéologique-
ment, philosophiquement, objectivement le corps de la femme qui engendre
que ce soit dans le cadre d’un couple hétérosexuel antérieur, dans le cadre
d’une adoption ou du recours à la procréation médicalement assistée. Récem-
ment en France, la possibilité du mariage homosexuel laisse augurer la pos-
sibilité d’une homoparenté ou au moins des débats à ce sujet. Dans presque
toutes ces situations, à l’exception aujourd’hui de la gestation pour autrui
(GPA), la position en droit dans la filiation est précisée sans ambiguïté : des
personnes (le père et la mère ou la mère seule) sont reconnues légalement
comme le parent de l’enfant, qu’ils exercent ou non leur fonction parentale.
Le non-parent cohabitant. Des droits se profilent pour le beau-
parent, c’est-à-dire l’allié (hétérosexuel en général) non-parent cohabitant
ou marié avec le parent (step father). Leur présence fut jusqu’à la fin du
Moyen-Âge presque exclusivement liée au décès d’un des parents qui sur-
venaient près d’une fois sur deux avant les 15  ans de l’enfant. D’autres
formes de ­coparentalité se dessinent aussi parmi les couples homosexuels,
phénomène marginal quantitativement, mais appelant à modifier la repré-
sentation sexuée que nous avons de la parenté.

Normes et acceptabilité sociale


Le succès du terme de « parentalité » s’étend aux démographes et aux socio-
logues. La terminologie opère alors un léger glissement sémantique, qui
confère au terme un sens intermédiaire entre structure de parenté et pro-
cessus de parentalité, à travers deux déterminants majeurs, la domesticité
et l’autorité. Dès le début des années 1970, le terme est décliné dans une
version sociologique avec une perspective familialiste  : monoparentalité,
homoparentalité et coparentalité.
La parentalité : concepts et modèles 17

Démographie
Monoparentalité. On nomme monoparentales «  les familles où un
parent seul (aujourd’hui, dans 85 % des cas la mère), vit sans conjoint avec
un ou plusieurs enfants de moins de 25  ans dans un même logement  ».
Jusque vers les années 1960, ces familles se composaient majoritairement
de « filles-mères », « veuves de guerre » et « veuves civiles ». La terminolo-
gie nouvelle participe à réduire leur stigmatisation, d’autant qu’elles n’ont
cessé de croître : en 2005, 18 % des enfants de moins de 25 ans vivent dans
une famille monoparentale, contre 8 % en 1968. En 1999, 75 % (Chardon
et al., 2008) des familles monoparentales étaient dues à la séparation d’un
couple établi, 15 % résultaient d’un couple jamais formé et 10 % du veu-
vage. Si les revendications se font croissantes sur le droit des pères seuls, le
nombre de familles monoparentales « paternelles » a peu évolué ces vingt
dernières années.
Homoparentalité. Le terme a été introduit en 1997 sur l’initiative
de groupes militants pour désigner «  toutes les situations familiales
dans lesquelles au moins un adulte, se désignant lui-même comme
homosexuel, est le parent d’au moins un enfant  ». Cette définition
assez vague, le terme parent n’est pas clairement défini, est en partie
tautologique et les situations répondant à ce critère étant multiples,
elle permet une assez large possibilité de consensus. Les configurations
homoparentales résultent soit d’une recomposition familiale après une
union hétérosexuelle, soit d’un projet élaboré avant la naissance par un
couple ou une personne homosexuelle. Pour devenir parent, un couple
de même sexe sans enfant ou une personne homosexuelle doit adopter
(sur une  base individuelle dans la loi française) ou bien utiliser une
technique de procréation médicalement assistée (don de gamètes, sur
une base individuelle dans la loi française) associée dans le cas d’un
couple homosexuel masculin à un processus de gestation pour autrui (à
ce jour illégal en France).
La coparentalité. Le terme est employé dans des contextes diffé-
rents. Juridiquement, il désigne l’exercice de l’autorité parentale partagé
par les deux parents, même séparés. À côté de cette définition, il est aussi
employé avec d’autres significations. Il est le nom donné à l’exercice par
le conjoint non parent de « l’autorité parentale » pratique et de l’engage-
ment dans l’éducation en cas de familles hétérosexuelles recomposées ou
de parents séparés. En France, il n’est pas accordé de droits particuliers
au beau-parent exerçant une forme de parentalité contrairement à la
latitude donnée après un acte légal dans le droit britannique et   aus-
tralien notamment. La coparentalité peut aussi désigner une forme
de parentalité à plus de deux parents (femmes, dont une au moins est
homosexuelle) s’accordant pour avoir un enfant ensemble et l’élever
conjointement.
18 Psychopathologie de la parentalité

Les métamorphoses de la parenté (Godelier, 2004) :


acceptabilité sociale
Le rejet que peut susciter l’introduction de formes nouvelles de parenté est
à mettre en rapport avec le bouleversement de la construction fictionnelle
ou mythique établie par chaque société de l’ordre dit naturel ou légitime
de la filiation. Les déviations aux formes standard de la parenté peuvent
être interdites voire punies sévèrement dans telle société et calmement
autorisées voire encouragées dans d’autres : gémellité, mariage entre cou-
sins germains, rapt et viol des jeunes filles, nubilité déclarée dès le début
de la puberté, parenté de couples non mariés, monoparentalité féminine
et aujourd’hui homoparentalité. La légitimité des différentes formes de
parenté varie historiquement et selon les peuples et la géographie : elle est
donc éminemment culturelle. Les formes autorisées de la parenté sont sou-
vent représentées au regard de l’état de nature, désigné soit comme modèle,
soit comme repoussoir.
Dans le monde occidental dominé par des structures complexes de la
parenté, et donc par la possibilité d’une variation étendue des formes
d’alliance, le statut du parent et de l’enfant n’a évolué que lentement.
Des formes d’alliance éloignées du modèle standard ont toujours existé,
souvent en très grand nombre, mais tenues en marge ou au secret. Le rejet
des formes non standard d’exercice de la parenté a rarement été motivé
par l’intérêt de l’enfant même si celui-ci a été souvent évoqué. Il provient
de sources religieuses, culturelles, politiques notamment. Les formes de
parenté admises dans une société donnée participent de la superstructure
régulant l’organisation des alliances, elles-mêmes liées au partage et à
la transmission des biens matériels et immatériels, à l’organisation poli-
tique, économique et militaire. Le recul, apporté par le temps comme par
les études ethnologiques et psychologiques, montre que les enfants souf-
fraient non tant du fait de l’exercice de ces formes de parenté nouvelles
que de la déqualification sociale, voire intrafamiliale, qui en résultait.
Ceci est évident aujourd’hui pour les enfants illégitimes mais nombre
d’écrits ont fait porter pendant des siècles sur l’illégitimité même les
« vices » de l’enfant. Il y a à peine quelques années, des auteurs y compris
au sein de sociétés savantes, avait mis en avant le risque d’évolution psy-
chotique des enfants nés par don de gamètes, propos qui ne sont plus
rapportés maintenant. D’autres spéculent aujourd’hui sur un risque de
nature non précisée, que présenteraient les enfants élevés par des parents
homosexuels.
D’un point de vue individuel, la passion entraînée par les débats autour
des modifications du statut parental résulte de la remise en question d’une
fiction identitaire fondamentale et organisatrice de l’ordre social en géné-
ral, et de la psyché en particulier.
La parentalité : concepts et modèles 19

Alors que les nouvelles parentés issues des techniques médicales de pro-
création ou du mariage homosexuel, autorisé depuis peu en France, concer-
nent relativement peu de familles, elles interrogent pourtant l’ensemble
du statut de la filiation. En effet, elles sont susceptibles de remettre en
cause les constructions culturelles de la parenté à partir desquelles les
sujets d’une société donnée établissent une part essentielle de leur identité.
Elles ne deviendront acceptables que lorsqu’elles seront assimilées à des
formes antérieures et légitimes de parenté, fonctionnant en quelque sorte
par cooptation. Des études entreprises à ce jour semblent montrer qu’elles
n’affectent pas plus l’enfant que les formes standard de la parenté.

La construction progressive de la personne


La fonction de parent est consubstantielle à la naissance de l’enfant. Cette
naissance n’est pas seulement biologique, elle est aussi sociale et symbo-
lique. Le fœtus et le nouveau-né deviennent des humains (c’est-à-dire des
alter ego) à partir d’un consensus culturel qui a varié au cours de l’his-
toire en Europe (cf. chapitre «  Abandon et infanticide  ») et varie encore
aujourd’hui selon les cultures. Dans certaines sociétés traditionnelles, il
importe que le nouveau-né ait fait la preuve d’être un humain, et non un
esprit, ce qui peut prendre plusieurs années…
Le temps zéro. Il n’y a pas de temps zéro de la parentalité qui ne soit
défini par consensus, sur la base de l’expérience biologique et sociale, le
plus commun étant celui de la naissance de l’enfant, c’est-à-dire la sortie
de l’utérus maternel. La venue de l’enfant est anticipée, avec une progres-
sivité marquée comme le montre l’anxiété croissante des derniers mois de
grossesse et la mise en évidence fréquente de l’amorce de discrètes modifi-
cations de l’humeur accompagnée de bizarreries dès les dernières semaines
de grossesse chez les femmes qui connaîtront une psychose puerpérale. La
parentalité connaît une préhistoire dans la vie du sujet à travers les rela-
tions précoces et les premiers attachements (Guédeney A. et N., 2006), les
­premiers désirs d’enfant, les interdits œdipiens, etc. Elle connaît aussi une
préhistoire antérieure à la naissance du sujet : comment il a été désiré ou
pensé, parlé, évoqué, mais aussi plus généralement dans quelle lignée ima-
ginaire et réelle il prend vie et au-delà dans quelle civilisation. Comme l’ont
montré les thérapeutes de famille, cette préhistoire peut être abordée à tra-
vers, souvent, au moins trois générations, étendue à ce qui a été intériorisé
et connu de l’histoire des grands-parents, sans d’ailleurs aucune autre limite
diachronique que la mémoire des générations. La parentalité ne cesse non
plus d’évoluer en relation avec le développement de l’enfant, du parent et
de leurs interactions. Il s’agit d’un processus dynamique et non d’une rela-
tion en tout ou rien, comme le statut de parent. Sa fin par contre est celle de
la fin du parent ; la parentalité ne cesse pas avec la mort de l’enfant même
si elle prend une forme différente. La remarque a été souvent faite que si
20 Psychopathologie de la parentalité

« orphelin » désigne l’enfant qui a perdu son parent, « veuf » ou « veuve »,


celui ou celle qui a perdu son époux ou épouse, aucun terme ne désigne le
parent qui a perdu son enfant : il reste parent inaltéré.
On peut admettre que l’enfant confère le statut de parent, attribué avec
sa naissance. Il n’y a toutefois pas non plus de temps zéro de la parenté
qui ne soit défini par consensus. Le statut complet de parent s’origine avec
l’accès de l’enfant au statut de personne humaine. La première respiration
ou la sortie de l’utérus n’en a pas toujours été la marque sauf pour le droit
contemporain en Occident. Nous décrivons ci-après quelques variations de
ce statut d’un point de vue anthropologique, religieux et médico-légal.
Le «  seuil d’humanité  ». Il varie selon les civilisations et les époques. Il
connaît une grande part d’arbitraire. Un enfant potentiel doit quitter l’entre-
deux du monde des vivants et des ancêtres pour être considéré totalement
humain. Cette étape correspond à un stade observable ou au minimum
concevable pour tous dans une civilisation donnée. Parmi ces stades, les
anthropologues relèvent dans différentes sociétés traditionnelles la sortie
du ventre, la délivrance du placenta, le sevrage, l’acquisition de la marche.
Dans le monde contemporain, pour la plupart des sociétés modernes,
l’enfant naît quand il sort de l’utérus. Cependant pour l’Église chrétienne
d’aujourd’hui, il est entièrement humain dès l’union des gamètes, avant
que d’être né. Cette position de doctrine ne date que du xixe siècle. En effet,
selon Saint Augustin (354-430), la première respiration faisait entrer l’âme
dans le corps ; selon Saint Thomas d’Aquin (1225-1274), l’âme venait au
cours de la grossesse au bout de soixante jours pour les garçons et quatre-
vingts pour les filles, position reprise au concile de Trente. Toutefois, s’il
n’est pas baptisé, l’enfant décédé, parce que entièrement humain, souillé
du péché originel va directement en enfer ou, selon Saint Augustin, dans
un lieu intermédiaire entre l’enfer et le paradis, appelé « limbes ». Jusqu’au
concile de Vatican II, l’Église […] ne connaît pas d’autre moyen que le bap-
tême pour assurer aux petits enfants l’entrée dans la béatitude éternelle. En
2007, l’Église estime qúil existe désormais « des bases sérieuses pour espérer
que, lorsqúils meurent, les bébés non baptisés sont sauvés » (Document de
la commission théologique internationale, 2007).
Aujourd’hui en Europe, la définition de l’enfant mort-né varie d’un pays
à l’autre. Cette définition présente indirectement et sous une forme juri-
dique l’état de l’enfant en devenir avant la naissance. Il n’est aucun pays où
les enfants mort-nés acquièrent la personnalité juridique : un fœtus n’est
pas considéré comme une personne. Les enfants mort-nés sont toutefois
dotés de certains éléments d’état civil, s’ils naissent après la date légale
de viabilité. Ils sont inscrits soit au registre des naissances avec mention
du décès (Allemagne), soit au seul registre des décès (Belgique et Pays-Bas
par exemple), ou sur un registre particulier (notamment en Espagne et en
Grande-Bretagne). Cette inscription peut s’accompagner pour les parents
La parentalité : concepts et modèles 21

qui le désirent, de l’octroi d’un prénom et plus rarement d’un nom. La


France s’est alignée sur les autres législations européennes, par la circulaire
du 30 novembre 2001 : un bulletin d’enfant sans vie peut être établi dès 22
semaines d’aménorrhée ou si l’enfant a atteint un poids de 500 g (critère
de viabilité de l’Organisation mondiale de la santé, l’OMS). Toutefois, en
2008, un nouveau changement législatif a eu lieu : l’acte d’enfant sans vie
est établi sur la base du seul certificat médical d’accouchement. Les critères
de durée de gestation ou de poids ne sont plus pris en compte. Le statut de
parent est ainsi acquis même pour un enfant qui n’a pas vécu et qui n’aurait
pu vivre, exception relative dans le passage juridique européen.

Couple et rôles parentaux


L’organisation systémique du couple et les rôles parentaux ont connu une
évolution marquante à partir de la fin du xixe siècle. Les mutations de l’éco-
nomie puis les progrès des sciences y ont pris une place déterminante. Les
conséquences en sont une modification des relations au sein du couple, de
la distribution des rôles parentaux, du mode d’éducation des enfants et
de la durabilité des alliances.

Facteurs de changement et de stabilité


dans la vie des couples

Les facteurs économiques


L’autonomie du travail salarié de la femme a allégé la dépendance vis-à-vis
du conjoint et ipso facto affaibli, progressivement mais inéluctablement,
son autorité. La révolution industrielle au xixe siècle a initié ce mouve-
ment, qui s’est amplifié à l’occasion des guerres du xxe siècle, plaçant un
nombre très important de femmes sur le marché du travail. Dès lors celles-
ci ont de plus en plus revendiqué une reconnaissance sociale et un droit
d’intervention juridique et économique à l’égal de l’homme. Les progrès
ont été assez rapides mais incomplets. En France, le droit de vote a été
obtenu pour la première fois à la Libération en 1945, celui de signer cer-
taines transactions financières tel un chèque indépendamment de l’époux
dans les années 1960, et celui de signer les procédures administratives
concernant leur enfant seulement dans les années 1970. Cette autonomie
a permis aux femmes divorcées des milieux populaires de ne pas subir le
déclassement social massif des générations antérieures, l’opprobre morale
et la misère sociale.
Le développement scientifique
L’invention d’une méthode de contraception efficace, les œstroprogestatifs,
et la mise au point d’une méthode d’interruption volontaire de grossesse
22 Psychopathologie de la parentalité

(IVG) efficace et à moindre risque, viendront peu à peu modifier le rapport


à la naissance et à la sexualité des femmes. La contraception orale sera auto-
risée en 1970 et l’IVG en 1975.
Une naissance non désirée était restée pendant des siècles la hantise des
femmes, surtout si elle était illégitime. Après le mariage, alors que les nais-
sances étaient généralement sources de valorisation sociale, elles pouvaient
être également considérées comme une épreuve, à l’origine de souffrance
et de tristesse ainsi que le confie la comtesse de Ségur à sa fille (1863).
Aujourd’hui, la question du désir de grossesse et de sa programmation
semble aller de soi alors qu’elle se posait peu et en d’autres termes, il y a
seulement deux ou trois générations. Depuis les années 1970, les femmes
ont obtenu une forme de reconnaissance de la part irréfragable de leur
propre désir dans la relation sexuelle, également à travers une redéfinition
juridique du viol qui était auparavant rarement criminalisé et bien plus
rarement puni.
Le changement des valeurs : le mariage amoureux
Résultat d’une évolution du statut féminin et de l’organisation écono-
mique, le libre choix du conjoint s’est progressivement imposé. Le mariage
par désir amoureux est devenu le modèle sans contestation de la forma-
tion des couples, tirant un trait presque définitif sur le mariage de conve-
nance imposé par les parents, les alliances familiales, la constitution du
patrimoine, la préservation des pouvoirs, tel qu’il se pratiquait aux xviiie
et xixe siècles. De fait, les mariages sont devenus moins fréquents, la coha-
bitation librement choisie a augmenté comme les séparations et divorces.
Les enfants sont moins nombreux et les pères s’investissent différemment
dans leur parentalité. Des normes sociales souples mais très efficientes n’en
continuent pas moins de pousser à la reproduction sociale.
L’homogamie ou la recherche du semblable
L’homogamie participe à la reproduction des modèles familiaux à travers le
choix d’un conjoint sociologiquement proche. Partout en Europe et dans
le monde, les mariages, et à peine moins les cohabitations, obéissent à une
norme, au moins au sens statistique de l’expression. Alain Girard (1964),
le pionnier de ces travaux en France, s’étonnait de la puissance résiduelle
du déterminisme sociologique alors même que le sujet se sent libre. Cette
homogamie qui traverse toute la société française connaît un maximum
relatif aux deux extrémités du déploiement socio-économique : dans la grande
bourgeoisie et l’aristocratie, et chez les descendants d’immigrés pauvres
issus de sociétés traditionnelles, notamment du Maghreb, de la Turquie,
de l’Afrique sahélienne et subsahélienne (Santelli et Collet,  2011). Selon
Bozon (1990, 1991, 1992) plusieurs éléments allègent la pression normative
de l’homogamie dans plusieurs pays occidentaux. Cependant, hommes
et femmes sont soucieux de l’apparence physique du conjoint, l’homme
La parentalité : concepts et modèles 23

tend à rechercher dans cette apparence, comme d’ailleurs dans la psycho-


logie, des traits « en liaison avec les rôles de représentation et de médiation
sociales traditionnellement dévolus » aux femmes. Celles-ci ont tendance
aussi à prendre en compte l’apparence physique, mais sur d’autres critères,
la taille notamment, et surtout le statut socioprofessionnel permettant
d’assurer une sécurité pérenne. L’homogamie sociale générale et géogra-
phique reste importante, même si les formes qui dominent sont éducatives
et religieuses. En 1999, 56  % des couples présentaient le même niveau
d’études. Les couples dont l’un des conjoints a arrêté ses études après l’école
primaire tandis que l’autre a poursuivi des études supérieures représentaient
moins de 1 % de l’ensemble. L’homogamie socioprofessionnelle (Vander-
schelden, 2006), qui a le plus décru, est retrouvée aujourd’hui dans environ
30  % des couples. Parmi les Français d’origine métropolitaine, l’homoga-
mie religieuse incluant l’agnosticisme ou l’athéisme est estimée autour de
70 %. Elle est un peu plus élevée, de l’ordre de 70 à 80 %, quelle que soit
la religion (islam, christianisme), pour les enfants d’immigrés. Dans cette
population, on note outre une réislamisation, une tendance à obéir encore,
au moins partiellement, aux codes réinterprétés de leurs sociétés d’origine,
plus contraignants, homogamiques. On retrouve globalement une réinter-
prétation de cette norme qui conduit au mariage avec une personne « qui
partage une supposée culture commune » dont le « spectre va de l’endoga-
mie lignagère à des considérations de ressemblance sociale et affinitaire ».

Les modalités d’attachement


Le choix du conjoint s’opère aussi avec la tendance à rechercher comme
objet d’amour celui ou celle qui permettra la reproduction des liens d’atta-
chement unissant le sujet à son objet d’attachement principal, et ses
modalités : secure ou insecure. Ce point est développé par Miljkovitch dans
cet ouvrage, p. 57.

Une description psychanalytique du choix d’objet amoureux


Il n’existe pas de description prototypique du choix d’objet amoureux dans
le corpus psychanalytique mais plutôt des configurations. Elles sont toutes
nécessairement en lien avec le développement infantile et les représenta-
tions des imagos parentales, qu’elles s’en rapprochent, s’en éloignent ou s’y
opposent. Par exemple Eiguer (1984), distingue schématiquement le choix
d’objet narcissique où l’objet représente essentiellement une part idéalisée
de soi, le choix anaclitique où l’objet est investi pour l’étayage qu’il offre et
le choix œdipien « normalement névrotique ».
La pression à la procréation
La pression à procréer persiste implicitement dans les sociétés occiden-
tales bien que le taux de fécondité attendue varie régulièrement avec les
générations. Il s’équilibre actuellement autour de 2 enfants par famille en
24 Psychopathologie de la parentalité

France. À l’instar du choix du conjoint, cette norme sociale s’installe pour


beaucoup à l’insu du sujet qui se pense libre de déterminations. Le choix
du nombre d’enfants représente un compromis socio-économique mais
aussi une valeur normative. Les familles sans enfant, et dans une moindre
mesure celles avec plus de 3 enfants, sont regardées avec une légère curio-
sité. Quand il survient, cet écart à la norme statistique et sociale résulte
souvent de consensus au sein de sous-groupes et il marque l’affiliation.
C’est le cas par exemple d’une fraction notable des descendants d’immigrés
d’Afrique sahélienne ou subsahélienne qui aujourd’hui ont un nombre
d’enfants intermédiaire entre celui des générations les précédant et celui
de la population française. C’est aussi le cas des familles traditionnelles
métropolitaines répondant à une pression culturelle, religieuse ou autre.
La pression exercée par les parents est révélée de façon quasi expérimentale
par les couples inféconds qui n’ont pas osé confier leurs difficultés à leurs
propres parents. Nombre de ces couples font l’objet de remarques répétées
de leurs parents sous forme voilée ou clairement insistante.
Planifier et désirer
Une étude basée sur une population représentative du Royaume-Uni
­(Wellings et al., 2013) a permis d’inclure 5 686 femmes en âge de procréer
(16  à 44  ans) dont près de 10  % avaient eu une grossesse documentée
l’année précédente.
Parmi ces grossesses, 16,2  % n’étaient pas attendues, 29  % l’étaient
de façon ambivalente et 54,8 % étaient clairement planifiées. Bien que
ce soit parmi les adolescentes de 16 à 19 ans que les grossesses étaient
le moins souvent planifiées (45  %), c’est surtout parmi les femmes de
20-35 ansqu’elles se produisaient. Les facteurs les plus significativement
associés à l’absence de planification étaient la première relation sexuelle
avant 16 ans, la consommation de tabac ou d’autres drogues (à l’excep-
tion du cannabis), un niveau scolaire plus faible. L’étude relève aussi
l’absence de compétence lors de la première relation sexuelle, une fré-
quence élevée des relations sexuelles, une éducation sexuelle en dehors
de l’école et une dépression actuelle.

Autorité et conflits parentaux

Mode d’exercice de l’autorité parentale


Le mode d’exercice de l’autorité parentale effectif et quotidien a évolué,
la cohabitation ou le mariage étant devenus volontaires et la séparation
plus aisée. La source principale de ce changement est la substitution au
sein des couples d’un principe de négociation à celui d’autorité exercé par
l’époux. À l’autoritarisme de l’homme s’est substituée l’autorité négociée
des parents avec leurs enfants. La loi a suivi cette évolution sociale en abo-
lissant dans presque toute l’Europe la notion de «  puissance paternelle  »
La parentalité : concepts et modèles 25

pour la r­ emplacer par celle « d’autorité parentale conjointe ». Corrélative-


ment, les enfants, devenus moins nombreux, ont bénéficié d’un p ­ rincipe
d’éducation et de protections sociales plus étendus. Cette protection reste
difficile à mettre en place tant est complexe la détection des violences
réelles. La fréquence insoupçonnée auparavant des agressions sexuelles et
physiques à l’intérieur des familles a seulement été reconnue vers le milieu
des années 1970. La violence conjugale, présente dans 5 à 10 % des couples,
commence cependant à être reconnue en France, bien qu’il n’existe pas à
l’instar d’autres pays une législation spécifique.

Autorité et résidence
Autorité et résidence sont deux termes d’une décision juridique. L’« autorité »
est très aisément accordée aux deux parents, même lorsqu’un d’entre eux,
le  père le plus souvent, s’occupe peu ou pas de son enfant. Ce «  peu  »
qualifie l’activité du père au regard de celle de la mère et non au regard de
l’ensemble des pères. Le lieu d’hébergement principal est fréquemment défini
comme le domicile de la mère, au moins pour le jeune enfant. Nombre de
pères tendent à perdre contact avec leurs enfants plus ou moins rapidement,
d’autant plus que la mère ne les investit pas dans leur fonction paternelle.
Le désinvestissement des pères tient aussi à des enjeux sociétaux généraux,
à la place réduite de l’homme dans les soins et l’éducation des enfants.
Il s’accroît aaussi lorsque s’accumulent certaines conditions, notamment la
garde accordée seulement à la mère, un beau-père venant s’installer au domi-
cile et le devoir de s’acquitter d’une pension alimentaire.
La garde conjointe et la garde alternée
Une évolution sociale
Les séparations affectant aujourd’hui près d’un couple sur deux, l’évolution
des mœurs a conduit à confier l’enfant du divorce à ses deux parents. Ce
mouvement est connexe de celui qui a vu les femmes s’engager massive-
ment dans des activités sociales valorisantes autres que la maternité. Il en
est résulté une fréquente garde conjointe. La garde alternée est l’extension
de ce principe avec un partage du temps presque égal entre les deux parents,
au moins 40 % pour l’un des deux. Cette pratique met en cause l’univocité
de la mère comme référence parentale nécessaire et adaptée au développe-
ment de l’enfant. Elle interroge la place que peuvent prendre les pères dans
le développement de l’enfant (Paquette, 2004), y compris à l’intérieur des
couples non conflictuels. Elle donne lieu à des prises de position passion-
nées, parfois diamétralement opposées et sans grande valeur scientifique
(cf. chapitre « Paternité »).
La doctrine de l’âge tendre
En France, la pratique courante qui tend à accorder à la mère le droit de
garde chez l’enfant jeune, en dépit de critères éducatifs ou sociaux qui pour-
raient sembler défavorables ne porte pas de nom. C’est seulement un fait.
26 Psychopathologie de la parentalité

Aux États-Unis, jusqu’au milieu du xixe siècle, le père avait un droit quasi
absolu de décision. Puis vint à régner la « doctrine de l’âge tendre » (age ten-
der doctrine) qui voulait que les besoins d’un enfant, au moins avant 6 ans
fussent mieux couverts par la mère que par le père, même en cas d’apprécia-
tion défavorable de la conduite maternelle. Par exemple, la première occur-
rence citée de cette doctrine au Kansas, consiste en un jugement de 1875
déclarant que la mère, bien qu’alcoolique, était la mieux à même de fournir
au jeune enfant ce qui était utile à son développement. Cette doctrine a été
battue en brèche dans les années 1970 avec le développement de la garde
conjointe, et à la fin des années 1980 par la garde alternée. Les arguments
étaient juridiques – la loi ne peut tolérer une discrimination sexuelle –,
et psychologiques, à travers le témoignage de psychologues d’enfants et
chercheurs attestant que le genre était bien moins important que l’exis-
tence de parents attentionnés et pouvant s’accorder, même séparés, sur
l’éducation de leurs enfants (Kielly et Lamb,  2000). Parmi les arguments
scientifiques, figurait l’examen de l’attachement de l’enfant très jeune au
père et à la mère par des méthodes allant au-delà du seul protocole limité
de la strange situation. Il montrait que le père apportait une contribution
spécifique dans le développement de l’enfant (Lamb, 2004). Ces modes de
garde, conjointe et alternée, se sont développés, en Europe et en Amérique,
avec pour immense avantage de réduire le désinvestissement paternel. La
garde alternée est aujourd’hui le mode de garde par défaut aux États-Unis
ou en Belgique par exemple. Cette mesure a montré toutefois quelques
limites. Tout d’abord les pères souvent n’assument pas toujours directe-
ment eux-mêmes l’ensemble des tâches qui leur sont confiées. Beaucoup
confient à leur nouvelle compagne ou à défaut à leur propre mère une part
importante de la prise en charge de leur enfant. Toutefois cette situation
reproduit le partage des tâches habituel au sein des couples dans les sociétés
occidentales. Le point le plus sujet à controverse consiste en la validité de
la garde conjointe ou alternée chez le jeune enfant en deçà de 3 ans. Quand
elle existe, elle est spontanément réduite par les parents. Durant la première
année, il est exceptionnel que l’enfant dorme plus d’une nuit par semaine
chez le père.
Validation scientifique de la garde conjointe
et de la garde alternée avant 3 ans
Quatre recherches d’ampleur, chacune en plusieurs vagues, ont permis de
suivre le développement de la qualité de l’attachement des enfants à leurs
parents, essentiellement la mère, ainsi que d’autres variables du dévelop-
pement, selon que ceux-ci dormaient fréquemment chez leurs pères. La
population d’étude était recrutée par volontariat pour deux d’entre elles
(Solomon et George, 1999 ; Pruett et al., 2004), chacune portant sur environ
150 familles. Une autre recrutait en population générale en Australie et la
dernière parmi des familles à risque aux États-Unis. Dans toutes les études, le
La parentalité : concepts et modèles 27

nombre de familles optant pour la garde alternée ou conjointe au jeune âge


est faible (quelques  %)  : les parents qui optent pour ce choix sont plus
âgés, plus éduqués et bénéficient de meilleures conditions socio-économiques.
Même si ces variables sont prises en compte dans l’analyse multivariée,
elles peuvent masquer un facteur tiers dans l’organisation familiale, les res-
sources ou l’organisation de la personnalité.
Dans l’étude de Solomon et George, les enfants âgés de 2 à 3  ans, en
cas de garde « alternée » (définie comme au moins cinq jours ou plus par
mois chez l’autre parent) étaient plus irritables et beaucoup plus attentifs et
vigilants à la séparation avec le donneur de soin principal que les enfants de
couples mariés. Ils montraient plus d’attachement insecure et aussi, plus
de comportements de détresse dans leurs relations avec le parent de réfé-
rence : ils criaient plus, s’agrippaient, le mordant ou le frappant. Ils avaient
aussi plus de problèmes quant à l’alimentation. Ils réagissaient moins
quand ils étaient heurtés et montraient moins de persévérance pour les
tâches de  routine, les jeux et l’apprentissage que les enfants élevés par un
seul de leurs parents ou par leurs deux parents. Dans cette étude, ces diffi-
cultés étaient trouvées indépendamment des facteurs socio-économiques et
de la coopération entre les parents. À l’âge de 4 ans, ces difficultés n’étaient
plus spécifiquement retrouvées. Cette différence nette a pu être interprétée
en tant qu’effet de l’équipement neurobiologique, l’enfant à partir de 3 ans
étant beaucoup plus capable de se repérer et d’anticiper. Cette étude souffre
toutefois de faiblesses méthodologiques  : beaucoup d’enfants n’avaient
jamais vécu avec leur père avant la séparation et la connaissance des pères
était manquante sur des variables clés, enfin le recrutement était très hété-
rogène (listes, volontariats, etc.)
McIntosh et al. (2010) ont entrepris d’étudier en population générale
le développement psychoémotionnel des enfants en garde conjointe ou
partagée avant 3  ans dans une cohorte de 248 enfants dont les parents
étaient séparés. Les auteurs distinguent trois types d’arrangement chez les
moins de 2 ans : aucune nuit passée chez l’autre parent, entre une et quatre
nuits par mois passées chez l’autre parent, au moins une nuit par semaine
passée chez l’autre parent. À partir de 3 ans, le troisième type est étendu à
plus d’un tiers des nuits chez l’autre parent. Ils retrouvent dans ce groupe,
à 3 ans, des résultats défavorables en cas de garde alternée, proches de ceux
de l’étude de Solomon et George. À partir de 4 ans, les différences entre les
groupes se sont estompées. Avant 2 ans, l’état de santé des enfants (troubles
asthmatiformes) n’est pas lié au mode de garde mais au niveau de revenu
et au caractère chaleureux ou non des relations avec l’enfant. Ils montrent
toutefois que l’enfant en garde « partagée » tend à être plus irritable, mais
une différence de vigilance par rapport au départ du parent n’est retrou-
vée que si l’on ne tient pas compte des conditions socio-économiques et
de la chaleur des relations. À 2-3 ans, ils retrouvent encore une différence
28 Psychopathologie de la parentalité

s­ignificative concernant la stabilité émotionnelle, moins assurée chez les


enfants en garde alternée.
L’étude de Pruett et al. (2004) inclut les enfants de 0 à 6 ans. Elle confirme
l’importance essentielle de variables telles que la qualité de la relation du
parent à l’enfant et de ses parents entre eux sur l’attention, les troubles inter-
nalisés, externalisés, le sommeil, etc. Prenant en compte la seule variable du
nombre de nuits passées chez l’un ou l’autre des parents, il montre que glo-
balement les enfants en garde conjointe se développent mieux : moins de
problèmes de socialisation, de troubles comportementaux, de sommeil,
de difficultés attentionnelles ou cognitives en général. Une autre variable
importante consistait en la stabilité de l’emploi du temps des enfants. Deux
autres variables ont été examinées : le genre et l’âge. Les filles avec une garde
partagée avaient plus de comportements de retrait et d’inhibition. Concer-
nant les troubles de l’attention, les auteurs ne retrouvent pas de différence
significative en cas de garde conjointe en deçà de 3 ans et un avantage pour
la garde au-delà de 3 ans. Les auteurs concluent à l’importance essentielle
des modalités d’accord des parents pour les soins parentaux, en particulier
le calendrier, et le fait de les respecter. Les difficultés des relations entre les
parents semblent le plus grand prédicateur de troubles à venir, au-delà du
mode de garde.
La dernière étude (Tornello et al., 2013), portant sur environ 5 000 familles
à risque social, retrouve significativement plus d’attachements insecure
chez ceux qui dorment plus d’une fois par semaine chez le père jusqu’à
3  ans, (en ne tenant pas compte des facteurs associés) mais la première
année seulement en tenant compte de certaines variables de confusion.
Un élément incertain reste la direction de la causalité entre attachement
insecure et fréquentes nuits passées chez le père. D’autres limitations sont
l’hétérogénéité et la qualité variable des méthodes d’évaluation de la qua-
lité de l’attachement. Bien qu’il soit difficile de comparer ces études, elles
concordent pour affirmer que de fréquentes nuits passées chez le père sont
associées à un attachement plus insecure avec la mère avant 1 an, et pos-
siblement entre 2 et 3 ans. Cette corrélation n’est retrouvée dans aucune
étude après 3 ans. Ces résultats tiennent plus souvent compte de facteurs de
confusion tels les facteurs économiques ou la qualité parentale supposée du
père. Toutefois le modèle utilisé est très simple, voire faux. En effet la qua-
lité de la relation des deux parents entre eux, et encore plus des parents avec
l’enfant, est une variable importante dans le développement de l’enfant,
au moins autant que le mode de garde, et selon Lamb, plus encore. Elle
interfère avec le mode de garde. Par ailleurs, l’étude de Pruett le montre :
l’engagement du père dans la relation est important pour le développement
notamment après 3 ans. Il est évidemment possible de demander au père
d’attendre l’âge de 2 ans pour garder son enfant au domicile, mais quelles
en seront les conséquences sur les liens après 3  ans  ? Nous ignorons les
La parentalité : concepts et modèles 29

effets à plus long terme sur l’organisation familiale des modes de garde
précoces. Certains auteurs (Kielly et Lamb,  2000  ; Lamb et Lewis,  2010),
plaident pour le partage de la garde très précocement, mettant en avant que
la plupart des enfants deviennent attachés à chacun de leurs parents autour
de l’âge de 6 à 7 mois. Ils soulignent l’importance de garder la relation avec
le père pour le développement futur, et mettant en balance les avantages et
désavantages du temps partagé dès le plus jeune âge, ils plaident pour celui-
ci si les pères veulent s’y investir.
Validation scientifique de la garde conjointe et de la garde alternée
après 3 ans
Ces deux modes de garde semblent après 3  ans globalement favorables
à l’enfant par rapport à la garde exclusive d’un parent. Une étude (Kline
et  al.,  1989) menée auprès de 93 enfants entre 3 et 14  ans rencontrés
chaque année durant les trois années suivant la séparation, a montré que
les enfants en garde alternée étaient moins affectés par le changement de
domicile qu’avec les autres modes de garde. L’inadaptation de l’enfant après
le divorce ne tenait pas au mode de garde mais à l’âge de l’enfant, à son
genre, à l’existence de troubles anxieux ou dépressifs au moment de la sépa-
ration ou au maintien du conflit un an plus tard. McIntosh et al. (2010) ont
mené une étude sur les couples entretenant des relations très conflictuelles
et soumis à une médiation chez les enfants d’âge scolaire. Ils montrent que
les parents qui continuent à maintenir une garde partagée plusieurs années
après rapportent moins de conflits, plus de compétences parentales et de
chaleur dans les relations avec l’enfant. L’interprétation en est complexe. En
effet il peut s’agir soit d’un résultat sans intérêt, car frappé d’évidence, soit
qu’une médiation de qualité et la garde partagée pourraient permettre dans
certains couples séparés en conflit d’améliorer les relations entre les parents
au bénéfice de l’enfant. Un nombre important de parents (41  %) avaient
connu les deux modes de garde, une partie revenant à la garde conjointe
simple, un tiers seulement conservant après quatre ans de médiation la
garde partagée notamment pour des raisons de commodité tel l’éloignement
des résidences. Une méta-analyse aux États-Unis (Bauserman, 2002) a mon-
tré que les enfants avec la garde conjointe ou alternée présentaient un déve-
loppement plus favorable que ceux confiés à un seul de leurs parents : une
meilleure adaptation dans les domaines des relations familiales, de l’estime
de soi, de l’adaptation comportementale et émotionnelle et de la capacité à
supporter la séparation. Ces résultats globaux toutefois ne permettent pas de
résoudre un problème : quel est le meilleur mode de garde théorique pour le
nouveau-né ou le nourrisson quand les parents sont déjà séparés ?
Préconisations et incertitudes
En l’absence d’élément scientifique stable, nombre d’auteurs ont avancé des
préconisations générales. Le point de vue de Main et al. (2011) ­représente
30 Psychopathologie de la parentalité

celui d’un des principaux courants ayant pris part à ce débat dans les juridic-
tions américaines, celui des théoriciens de l’attachement. Ils soutiennent,
qu’en dehors d’un divorce très conflictuel dont l’examen est spécifique, il
est mieux qu’un enfant jusqu’à 2  ans reste dormir au domicile d’un seul
de ses parents et soit visité souvent par l’autre, idéalement deux fois par
semaine et longuement au cours du week-end. L’aménagement de nuits
passées au domicile de l’autre parent devrait être mis en place progressive-
ment durant la troisième année. Pour Main et al. (2011), le sexe du parent
ayant la garde importe peu et l’âge pour lequel la garde alternée ne semble
pas une solution adaptée est limité à 3  ans. Les arguments utilisés pour
défendre cette opinion reposent sur des études scientifiques. Il s’agit toute­
fois essentiellement d’arguments par défaut. La question du genre n’est pas
abordée par Main qui a aucun moment, comme d’ailleurs les théoriciens
du développement comme Lamb et al., n’en font une question essentielle.
Pour Main et al. (2011), la théorie de l’attachement permet d’affirmer
qu’aucune des affirmations suivantes n’a été établie :
1) qu’un adulte doit être présent dès la naissance pour que l’enfant
construise un attachement secure avec lui précisément ;
2) qu’il existe une fenêtre d’opportunité unique, les trois premières années de
vie, pour que se forme un attachement de qualité à une personne en particu-
lier (il faut toutefois bien mieux que l’enfant ait formé un attachement secure
avec au moins une autre personne avant 3 ans pour former un attachement
secure avec une autre personne ensuite selon Dozier et Rutter, 2008) ;
3) que la quantité de temps passée avec l’enfant est plus importante (toutes
choses égales) que l’engagement du parent dans l’interaction ;
4) que de dormir avec l’enfant au domicile améliore la qualité d’attache-
ment ;
5) que l’enfant nécessite pour se développer (bien que cela soit optimal)
plus d’une figure d’attachement disponible ;
6) que des parents eux-mêmes organisés sur un mode insecure, bien que
limités dans leur capacité de présenter des formes d’affection qui ne présen-
tent pas de distorsion, soient incapables d’offrir une bonne qualité de soins
et de protection (George et Solomon, 2008).
Les situations réelles manifestant leur idiosyncrasie, Main et al. (2011)
proposent au besoin l’assistance de spécialistes de l’attachement pour les
choix juridiques. Ils peuvent évaluer la qualité de la relation aux deux
parents. Toutefois comme l’ont souligné plusieurs auteurs (Lamb, 2000  ;
Lamb et Lewis,  2010), cela nécessiterait peut-être une observation spéci-
fique pour les pères, le protocole d’attachement d’Ainsworth ne mesurant
pas un certain type de relations offertes plus spécifiquement par le père et
contributif à un développement favorable de l’enfant.
Surtout, l’examen médical prend mal en compte plusieurs phénomènes :
les études de population mesurent mal la spécificité des situations indi-
viduelles. Les études ne mettent pas en valeur la dynamique des facteurs
La parentalité : concepts et modèles 31

interagissant entre eux, souvent mesurées comme des variables indépen-


dantes (i. e. garde partagée et entente parentale), la différence entre l’impact
à court terme et à long terme est difficile à établir et enfin il est difficile
d’appréhender les effets de la transformation lente mais significative des
rôles sociaux dans la parentalité. Des auteurs, comme Emery et al. (2005),
mettent en balance l’inadéquation méthodologique des études qui mesu-
rent des variables d’un intérêt modéré avec une méthodologie assez peu
consistante et la capacité de la majeure partie des êtres humains à assumer
leur responsabilité de parents. Ils encouragent les parents à s’entendre sur
ce qui leur semble le plus juste et à le proposer aux magistrats, tout en fai-
sant évoluer le mode de garde en même temps que le besoin s’en fera sentir.
Beaucoup d’auteurs ou d’institutions s’accordent toutefois sur le fait que
les avantages de la garde alternée sont réduits lorsque les parents ont des
relations très conflictuelles, surtout s’ils restent insensibles à la médiation
(et aux thérapies), bien que la garde conjointe, voire alternée, puisse au
cours du temps modifier favorablement les relations entre les parents. Dans
le cadre de violences avérées, ce type de garde est, sauf exceptions, un dés-
avantage pour l’enfant, voire une mise en danger.

Un concept sans base scientifique suffisante :


le syndrome d’aliénation parentale
Selon Gardner (1992), ce concept définit les situations où l’enfant est réputé
refuser de façon déterminée et hostile, souvent sans justification directe-
ment entendue de sa part, tout contact avec un de ses parents, souvent le
père. Hoult (2006) examinant les références amenées par Gardner montre
qu’aucune ne présente une base méthodologique suffisante pour appuyer
l’hypothèse du syndrome d’aliénation parentale. Hayez et Kinoo (2005)
sont plus prudents mais soutiennent que ce syndrome est insuffisant pour
décrire la complexité des relations infrafamiliales et peut conduire à des
décisions non appropriées.
Selon une étude canadienne, les conflits durables et sévères suite à un
divorce concernent 10 à 20  % des familles, et les conflits «  aliénants  »,
moins de 0,5  %. Ce concept s’est développé à la faveur des accusations
réitérées d’abus sexuel contre le père en cas de séparation, alors même que
la preuve ne pouvait en être apportée, et que des enquêtes ou plaintes réité-
rées plaçaient l’enfant au centre d’une lutte permanente entre ses parents.
Un certain nombre d’auteurs dont Gardner ont alors conclu que ces accu-
sations représentaient en règle générale une conduite pathologique de la
mère, résultant de mécanismes projectifs inconscients ou bien de pratiques
purement utilitaires et manipulatrices. Une étude canadienne (Everson et
Boat, 1989) a fait part de l’évaluation du taux de fausses allégations de vio-
lences sexuelles : elles sont estimées à 1,6 % pour les enfants de moins de
3 ans, 1,7 %, pour les 3-6 ans et 8 % pour les adolescents. Aux États-Unis,
32 Psychopathologie de la parentalité

après un engouement général pour ce concept, l’attitude actuelle est de le


considérer sans valeur, non tant après des enquêtes approfondies que suite
à des témoignages très défavorables d’enfants remis à leur père abuseur. Une
étude prospective menée en 2003 (Johnston, 2003) auprès de 215 enfants
après un divorce, retrouve un rejet ferme et hostile d’un des parents, par
l’enfant, comme un phénomène très rare. Les pères rejetés étaient peu
communicatifs et manquaient d’empathie, les mères rejetantes avaient
tendance à utiliser les enfants pour les soutenir contre la dépression et pour
combler leurs besoins émotionnels. Par ailleurs, il demeure presque impos-
sible de déterminer en cas de litige les fausses allégations d’abus sexuels :
elles semblent concerner aux États-Unis environ un tiers des accusations,
sans qu’aucune certitude ne puisse être obtenue, ce qui rend compréhen-
sible les débats passionnés, aucune preuve ne venant trancher le débat. Une
étude (Thoennes et Tjaden, 1990) a évalué à 2 %, à partir des dossiers des tri-
bunaux et des agences de protection de l’enfance, le pourcentage de divorce
conflictuel sur la garde le droit de visite qui se compliquait d’accusation de
sévices sexuels. Parmi 169 cas collectés, les accusations étaient formulées
par les mères dans deux tiers des cas environ. La validité de l’accusation a
été vérifiée dans 129 dossiers. Elle a été estimée exacte dans 50 % des cas,
inexacte dans 33 %, tandis que 17 % des cas sont restés indéterminés.
Les fausses allégations de violences sexuelles ne semblent pas, en géné-
ral, la résultante de manipulations de la mère mais plutôt de convictions
erronées. Si l’on considère les quelques données objectives, ces accusations
semblent rares dans les divorces conflictuels. Il demeure une indétermi-
nation dans un certain nombre de cas sur l’authenticité des accusations.
L’estimation donnée dans l’étude précédemment citée permet de formuler
l’hypothèse qu’il existe un certain nombre d’allégations inexactes. Toute-
fois l’étude ne montre pas non plus un acharnement pathologique chez
la plupart des auteurs de ces accusations données à tort. Il n’est donc pas
possible de conclure à une typologie qui validerait l’existence d’un syn-
drome d’aliénation parentale au sens d’un syndrome présent dans la
majorité des divorces avec allégations d’abus sexuels contre le père. Il est
toutefois intéressant d’examiner la violence des positions. Elles font écho
à la v
­ iolence du conflit au sein du couple parental. En effet, soit l’enfant a
été effectivement abusé, soit il est l’otage d’un conflit et l’agent indirect de
la violence contre son parent, alors même qu’il connaît l’inauthenticité
de l’accusation. Le syndrome de Münchhausen par procuration est un
modèle de la manipulation d’un enfant, à l’origine d’une dégradation parfois
très sévère de sa santé, dont la mère est l’auteur alors qu’elle se pose comme
victime ou parent éploré. Ce syndrome a été identifié, établi, démontré.
Dans le syndrome de « Münchhausen social » (Dauver et al., 2003), l’enfant
est utilisé comme arme contre le père, et en est aliéné. L’existence de cette
figure relationnelle ne permet évidemment pas d ­ ’assurer que tous, ni
même la ­majorité des pères accusés par leur épouse, le sont par le fait de
La parentalité : concepts et modèles 33

comportements pathologiques maternels. Il nous semble, à la lumière de


notre expérience, que ce que décrit Gardner peut refléter une situation
authentique mais que rien ne justifie la généralisation qu’il en propose.

Bibliographie
Abraham, N., & Torok, M. (1978). L’écorce et le noyau. Aubier: Flammarion.
Bauserman, R. (2002). Child adjustment in joint-custody versus sole-custody
­arrangements: a meta-analytic review. J Fam Psychol, 16(1), 91-102.
Benedek, T. (1959). Parenthood as a developmental phase. À contribution to the
libido theory. J. Am. Psychoanal. Assoc, 7, 389-417.
Bibring, G. L., Dwyer, T. F., Huntington, D. S., & Valenstein, A. F. (1961). A study
of the psychological processes in pregnancy and on the earliest mother-child
relationship. Psychoanal. Study Child, 16, 9-27.
Boszormenyi-Nagy, & Spark, G. M. (1973). Invisible loyalties: Reciprocity in inter-
generational family therapy. Harper & Row.
Bozon, M. (1991). « Apparence physique et choix du conjoint » (yen Louis roussel
et Thérèse HiBert [dir.] L’Évolution de la nuptialité en France et dans les pays
développés, INED, collection « Congrès et colloques », Paris, 93-112.
Bozon, m. (1990). «  Les femmes et l’écart d’âge entre conjoints. Une domination
consentie. I. Types d’union et attente en matière d’écart d’âge ». Population (2),
327-360.
Bozon, M. (1990). «  Les femmes et l’écart d’âge entre conjoints. Une domination
consentie. II. Modes d’entrée dans la vie adulte et représentations du conjoint ».
Population(3.), 565-602.
Bozon, M. (1991). «  Mariage et mobilité sociale en France  ». Revue européenne de­
démographie (2), 69-88.
Bozon, M. (1992). « Sociologie du rituel du mariage ». Population (2), 409-434.
Bydlowski, M. (1997). La dette de vie, Itinéraire psychanalytique de la maternité, Le
fil rouge, PUF, Paris, 6e éd. mise à jour 2008.
Chardon, O, Daguet, F, & Vivas, E. Les familles monoparentales. Des difficultés à travail-
ler et à se loger. Enquêtes et études démographiques, Insee Première N° 1195-2008.
Commission théologique internationale, L’espérance du salut pour les enfants qui
meurent sans baptême (2007). Documents II (1986-2009), Préface du cardinal
William J. LEVADA, Introduction de Mgr Luis F. LADARIA s.j., édition préparée
par Gilles EMERY o.p., Les Éditions du Cerf, Paris, 2013, 690 p.
Dauver, S., Dayan, J., & Houzel, D. (2003). Syndrome de Münchhausen par procura-
tion et fausses allégations d’abus sexuels dans un contexte de séparation parentale
conflictuelle : vers un nouveau concept ? Neuropsy Enf Ado, 51(8), 433-438.
Dayan, J. Secret et roman familiaux : fonctions du secret de famille NERVURE, 1994,
7, 45-53.
Dekel, R, & Goldblatt, H. (2008 Jul). Is there intergenerational transmission of trauma?
The case of combat veterans’ children. Am J Orthopsychiatry. 78(3):281-9.
Deutsch, H. (1949). (1945) : La psychologie des femmes, tome 2 – Maternité. Paris: PUF.
Duby, G. (1972). L’Histoire des Systèmes de Valeurs. 15-25. History and Theory, 11(1),
15-25.
Ebest C., & Mazuy M. (2011). «  Infécondité volontaire  : nouvelles données, nou-
velles, approches », séminaire de recherche de l’Idup, Paris, 2 mars.
34 Psychopathologie de la parentalité

Eiguer, A. (1984). « Le lien d’alliance, la psychanalyse et la thérapie de couple » In


La thérapie.
Emery, R. E., Otto, R. K., & O’Donohue, W. T. (2005). À critical assessment of child
custody evaluations limited science and a flawed system. Psychological Science in
the Public Interest, 6(1), 1-29.
Everson & Boat (1989). False allegations of sexual abuse by children and adolescents,
in J. Am. Acad. Child Adolesc. Psychiatry, 28, 230-235.
Gardner, & Richard A. (1992). True and false accusations of child sex abuse. Cresskill,
NJ: Creative Therapeutics.
Girard, A. (1964). Le choix du conjoint : une enquête psychosociologique en France.
Population, 19(4), 727-732.
Godelier, M. (2004). Métamorphoses de la parenté. Paris: Fayard.
Goody, J. (1997). L’Évolution de la famille et du mariage en Europe, 1985. rééd: Armand
Colin.
Guédeney, N. et A. (2006). « L’Attachement, concepts et applications » : Théorie cognitive
des processus dissociatifs : désorganisation de l’attachement. 186-187, Masson.
Guyotat, J. (1995). Filiation et puerpéralité : Logiques du lien. Paris: PUF.
Guyotat, J. (1980). Mort, naissance et filiation. Paris: Masson.
Hayez, J.-Y. & Kinoo, P. « Aliénation parentale : un concept à hauts risques » in « Neu-
ropsychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent » (revue officielle et internationale
de la Société Française de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent), 2005, 6,
157-165.
Hoult, J. (2006). The Evidentiary Admissibility of Parental Alienation Syndrome:
Science, Law, and Policy, Children’s Legal Rights Journal.
Houzel, D., Dayan, J., et al. (2000). Les enjeux de la parentalité. Ramonville Saint-Agne:
Erès, 200 p.
Iacub, M. (2002). Le crime était presque sexuel, Epel. Paris: Essais.
Johnston, J. R. (2003). Parental alignments and rejection: An empirical study of
alienation in children of divorce. Journal of the American Academy of Psychiatry
and the Law Online, 31(2), 158-170.
Kielly, J. B., & Lamb, M. E. (2000). Using child development research to make appro-
priate custody and access decisions for young children. Family Court Review,
38(3), 297-311.
Kline, M., Tschann, J. M., Johnston, J. R., & Wallerstein, J. S. (1989). Children’s
adjustment in joint and sole physical custody families. Developmental ­Psychology,
25(3), 430.
Lamb, M. E. (Ed.). (2004). The role of the father in child development. John Wiley &
Sons.
Lamb, M.E., & Lewis, C. (2010). The Development and Signi ? cance of Father-Child Rela-
tionships in Two-Parent Families. The role of the father in child development, 94.
Lebovici, S. (1983). Le nourrisson, la mère et le psychanalyste. Paris: Le Centurion.
Lefebvre-Teillard, A. (1996). Introduction historique au droit des personnes et de la famille.
Paris, PUF, coll. « Droit fundamental ».
Légendre (1992). Les Enfants du Texte. Leçons VI. Paris: Fayard, 19.
Légendre (1996). La fabrique de l’homme occidental. Paris: Arte Éditions.
Lévi-Strauss, Cl. (1967). Les structures élémentaires de la parenté. Mouton and co, La Haye.
Main, M., Hesse, E., & Hesse, S. (2011). Attachment Theory and Research overview
with suggested applications to child custody Y. Family Court Review 49, 426-463.
La parentalité : concepts et modèles 35

Malinowski, B. (1930). La vie sexuelle des sauvages du nord-ouest de la Mélanésie.


Payot.
McIntosh, J., Smyth, B., Kelaher, M., & Wells, Y. (2010). C Long - Post-separation
parenting arrangements and developmental outcomes for infants and children:
collected reports. Family Transitions.
Paquette, D. (2004). Theorizing the father-child relationship: Mechanisms and deve-
lopmental outcomes. Human development, 47(4), 193-219.
Racamier, P. C., Sens, C., & Carretier, L. (1961). La mère, l’enfant dans les psychoses
du post-partum. Evol. Psychiat., XXVI, 525-570.
Racamier, P. C. (1978). Les paradoxes des schizophrènes. Presses universitaires de
France.
RANK, O. (1909). Le mythe de la naissance du héros. Payot, 1983.
Robert-Bobée, I. (2006). Ne pas avoir eu d’enfant : plus fréquent pour les femmes les
plus diplômées et les hommes les moins diplômés. France, Portrait Social, Edition,
181-196.
Rosenblum, O. (2012). Enfants et adolescents infectés par le VIH. Prise en charge
médico-psychologique en France, in Traité européen de psychiatrie et de psy-
chopathologie de l’enfant et de l’adolescent, Dir : Pierre Ferrari et Olivier Bonnot.
Ed. Médecine Sciences Publications, 527-533.
Rosenblum, O., Vinay, A., & Okome, S. (2012). Familles et VIH, de la stigmatisation
à la normalisation, Dialogue. 197, 105-116.
Santelli, E. Collet, B. (2011). « De l’endogamie à l’homogamie socioethnique : réinterpré-
tations normatives et réalités conjugales des descendants d’immigrés maghrébins,
turcs et africains sahéliens » Sociologie et sociétés. vol. 43, n° 2, 329-354.
Ségur (Comtesse de), Correspondance, Marie-José Strich (éd.), Paris, Scala, 1993, let-
tre à Olga du 30 septembre 1863.
Solomon, J., & George, C. (1999). The development of attachment in separated and
divorced families. Effects of overnight visitation, parent and couple variables.
Attach Hum Dev, 1(1), 2-33.
Stoleru, S., & Lebovici, S. (1995). L’interaction parent-nourrisson. In: Nouveau
traité de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent, Lebovici S. et al., PUF,
Paris, (2e éd.), Tome 1, 319-340.
Tornello, S. L., Emery, R., Rowen, J., Potter, D., Ocker, B., & Xu, Y. (2013). Overnight
custody arrangements, attachment, and adjustment among very young chil-
dren. Journal of Marriage and Family, 75(4), 871-885.
Thery, I. (1998). Un état des lieux à interpréter : Le démariage et la filiation. Dialogue,
141, p.11-17.
Thoennes, N., & Tjaden, P. G. (1990). The extent, nature, and validity of sexual abuse
allegations in custody/visitation disputes. Child Abuse Negl, 14(2), 151-163.
Vanderschelden, Homogamie socioprofessionnelle et ressemblance en termes de
niveau d’études. Économie et statistiques, 2006, 398, 33-58.
Wellings, K., Jones, K. G., Mercer, C. H., Tanton, C., Clifton, S., Datta, J., Copas, A. J.,
Erens, B., Gibson, L. J., Macdowall, W., Sonnenberg, P., Phelps, A., & Johnson,
A. M. (2013). The prevalence of unplanned pregnancy and associated factors
in Britain: findings from the third National Survey of Sexual Attitudes and
­Lifestyles (Natsal-3). Lancet, 25.
Zilboorg, G. (1931). Depressive reactions related to parenthood. The American Journal
of Psychiatry, Vol 10, 927-962.
2 Parentalisation : du désir
d’enfant à l’attachement1

Désir et projet d’enfant


Aspects psychologiques et sociaux
Le mot désir est polysémique, son imprécision lui vaut une réinterpréta-
tion dans chaque système philosophique. Chez Freud, une des principales
­définitions du désir trouve son origine dans sa relation au besoin, indirecte.
Le désir, quand renaît le besoin, a pour objet la réapparition de la percep-
tion qui s’est accompagnée antérieurement de la satisfaction du besoin. Si
tout type de perception peut être évoqué, Freud fait souvent allusion à une
expérience prototypique qu’il nomme « l’expérience de satisfaction », expé-
rimentée par le nourrisson. Le désir est un mouvement, une action « qui
cherche à réinvestir l’image mnésique de cette perception […] à ­évoquer
cette perception […] à rétablir la situation de la première satisfaction  ».
(L’Interprétation des rêves, 1900). De contours mal déterminés, il inclut selon
le contexte le souhait inconscient, conscient ou bien les deux.
Des auteurs d’horizons très différents (J. Lacan, R. Girard) ont aussi mis
en exergue la dimension sociale du désir humain, qu’ils présentent tou-
jours en relation avec le désir d’autrui. Cette conception fait lien avec celle
des sociologues qui montrent qu’un désir peut être suscité artificiellement.
Le projet d’enfant est la mise en œuvre objective et planifiée du souhait
d’enfant. Il n’élimine pas une certaine forme d’ambivalence inhérente à
tout désir humain.

Déterminisme social et pression à procréer


Dans nos sociétés, «  faire un enfant  » relève à la fois d’un choix et de
contraintes sociales et biologiques. Cela étant, de nombreuses pressions
implicites déterminent la majorité des couples à se reproduire avec le
­sentiment d’avoir procédé à un libre choix. Cette pression normative a
pour principal effecteur la génération précédente, ce que montre le suivi
des couples stériles. Cette pression ne semble pas liée au fait religieux qui
est une autre source indépendante d’incitation ou d’exigence à procréer.

1. Rédigé avec R. Miljkovitch.

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
38 Psychopathologie de la parentalité

Dans nombre de cultures non occidentales, l’exigence d’un garçon reste


très vive, valorisant la femme auprès de son époux, la dévalorisant dans
le cas contraire. Le milieu familial élargi et celui du travail jouent parfois
un rôle, à travers une stigmatisation, en France souvent discrète et incons-
tante, de l’adulte sans enfant. Peu de choses sont connues avec certitude
ou subtilité des 10 à 12 % de femmes qui en France restent définitivement
sans enfant (Robert-Bobée, 2006). L’infertilité en est la cause pour seule-
ment un tiers des cas. Au contraire des hommes sans enfant, elles sont sou-
vent plus éduquées et occupent des positions socioprofessionnelles plus
valorisantes que le reste de la population. Pour un tiers environ, rester sans
enfant résulterait d’un choix déterminé (Ebest et Mazuy, 2011), tandis que
pour le tiers restant, demeurer sans enfant mêlerait contraintes sociales
et « aléas de la vie », notamment première installation en couple tardive,
séparation ultérieure et engagement socioprofessionnel exigeant. Nos
sociétés ne produisent pas d’instruction explicite à la reproduction bien
qu’un encouragement politique, sans effet mesurable d’ailleurs, fut tenté
en France par Michel Debré dans les années 1980. Toutefois, la poli-
tique  nationale encourage la reproduction à travers une prise en charge
médicale gratuite et de qualité, des avantages financiers, la construction
de crèches et l’universalité des écoles dites maternelles. Le résultat global
en est que 90 % environ des femmes ont actuellement un enfant, soit plus
qu’aux siècles précédents. Le plus souvent, elles retardent l’âge du premier
enfant (30 ans, âge moyen), ménageant une période de plusieurs années
sans enfants, leur permettant des études et une expérience autonome de la
vie sociale après la domiciliation chez les parents.

Dynamique interne du désir : hypothèses


psychodynamiques
Les racines infantiles du désir d’enfant. Les écrits psychanalytiques portent
une attention particulière à la construction du désir d’enfant durant la
période préœdipienne (avant 3 ans) et légèrement au-delà. Les hypothèses
théoriques se fondent sur un travail de réélaboration autour de la cure
d’adultes et dans une moindre mesure d’observations directes. Freud est
assez bref sur la question du désir d’enfant qu’il rapporte au souhait, chez la
petite fille, d’obtenir du père le pénis, désir dont la déception serait relayée
par le désir substitué d’avoir un enfant du père. Des psychanalystes, prin-
cipalement femmes, contesteront cette assertion (Klein,  1968  ; Deutsch,
1945 ; Benedek, 1959 ; Bibring, 1961). Selon elles, le désir d’enfant est un
désir féminin en soi et non une compensation. Le désir de la fillette serait
totalisant d’emblée et correspondrait au fantasme suivant  : incorporer le
pénis paternel et en faire un enfant. Pour Mélanie Klein, la structure de ce
désir perdure, de la relation infantile aux enfants fantasmatiques jusqu’à
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 39

la relation adulte à l’enfant en cours de gestation : « Ce besoin d’avoir des


enfants est primordial chez la petite fille parce que l’enfant est un moyen de
dominer ses angoisses et d’apaiser sa culpabilité, liée aux attaques fantasma-
tiques de la petite fille contre l’intérieur du corps de la mère. » Selon Klein,
la naissance d’un enfant pour la mère a plus d’une signification incons-
ciente : l’intérieur de son corps et les enfants qu’il contient sont intacts ou
rétablis dans leur intégrité, de même que sa mère et à l’intérieur de celle-
ci, les victimes de ses attaques fantasmatiques, ses frères et ses sœurs, son
père, son pénis. Dans cette conception le désir d’enfant est un vivant désir
de réparation et de complétude. La psychanalyse comme les théories de
l’attachement, montrent les racines infantiles du désir d’enfant et de la
structuration de la parentalité.
L’ambivalence habituelle du désir. L’ambivalence a été largement étudiée
après la naissance, mais très peu dès la période de la grossesse, bien que
la clinique révèle tous les jours combien le désir d’enfant est alimenté dès
son origine chez la petite fille par des buts multiples et menacés par la­
culpabilité. Cette ambivalence n’a rien de spécifique, ne menace pas le plus
souvent l’attachement à l’enfant ni son développement, elle est constitu-
tive du désir même. Tout désir humain est entaché d’ambivalence, sauf
peut-être la passion amoureuse, certains aspects du sentiment religieux et
de la psychologie des foules. L’ambivalence « normale » peut être définie
comme la capacité à gérer et à tolérer des sentiments conscients ou incons-
cients opposés, dirigés vers le même objet. Cette gestion est plus aisée
quand les sentiments tendres dominent nettement les sentiments agressifs.
­Contredisant Freud (1917), qui voyait dans l’amour de la mère pour son gar-
çon le seul sentiment qui ne soit pas marqué par l’ambivalence, Winnicott
(1947) rappelle que souffrant pendant sa grossesse et l’accouchement,
souvent déçue par les apparences de son enfant, déçue aussi de sa relative
incapacité à exercer aussi parfaitement qu’elle le souhaitait ses fonctions
maternelles, énervée par les cris de son bébé, dégoûtée par ses déjections, la
mère rêve parfois de s’en débarrasser. Plus fondamentalement, Klein (1968)
décrit la pulsion comme d’emblée ambivalente. Le conflit entre l’amour et la
haine marque la relation primordiale à l’objet maternel, prototype de toute
relation d’objet ultérieure. Divers mécanismes de défense peuvent être mis
en place contre l’ambivalence, en fonction de la nature du conflit intrapsy-
chique : refoulement, déni et clivage. L’idéalisation serait essentiellement
une défense contre les pulsions destructrices. Cet aspect pourrait jouer un
rôle majeur dans la relation de la mère à son bébé. La permanence de sen-
timents hostiles importants, à côté de sentiments tendres, peut déclencher
au-delà du refoulement, une formation réactionnelle, dans laquelle le sujet
« exprime un souci excessif pour le bien-être et la sécurité de la personne
pour laquelle il éprouve des sentiments ambivalents ». La sollicitude exces-
sive, la surprotection anxieuse relèvent de ce mécanisme.
40 Psychopathologie de la parentalité

Représentations
Une dimension imaginaire et sociale
de la procréation
Une trame mixte, culturelle et fantasmatique
entoure le fait de naître dans les sociétés traditionnelles
Selon Godelier (2004), dans aucune culture traditionnelle, un père et une
mère ne sont à eux seuls suffisants pour faire naître un sujet humain. Toutes
les cultures admettent le fait que faire un enfant nécessite des rapports
sexuels. Toutefois pour nombre d’entre elles le rôle des rapports n’est
pas d’unir deux gamètes, mais par exemple de faire grandir le fœtus ou de
lui apporter de quoi fabriquer son ossature. Deux êtres peuvent faire
un fœtus, mais l’âme, pour advenir, nécessite l’intervention d’un apport
tiers, « un plus » : par exemple chez les Inuits la bulle d’air, que le « maître
de l’univers  » introduit, va devenir souffle et principe de vie  ; chez les
Baruya, l’âme « esprit » se dépose dans le corps de l’enfant au moment où
le père lui donne son nom. Dans toutes les cultures, ce « plus » est marqué
à la fois par un principe de vie et d’intemporalité mais la réussite ou l’échec
de la naissance sont souvent marqués d’histoire  : l’histoire des individus
parents, ensemble et chacun séparément, des ancêtres de la lignée et du
peuple dans son ensemble. Cette histoire est la source d’un récit plus ou
moins secret et complexe.

La représentation de la naissance inclut


des représentations hors de toute scientificité
Dans la culture occidentale, les croyances partagées ont une triple origine :
l’expérience, la science, le mythe. Même inconciliables, elles sont sources
d’interprétation du monde. Ceci est valable aussi pour le fait de naissance.
Dans le champ de la maladie mentale, Racamier (1978) définit deux condi-
tions nécessaires pour qu’un sujet évite la psychose c’est-à-dire – exprimé
à la manière d’un anthropologue –, pour qu’il acquière les caractéristiques
d’un humain ordinaire. La première, liminaire, consiste à reconnaître que
l’on ne naît pas de soi-même. Son opposée est le fantasme d’autoengen-
drement : « Je me suis fait moi-même. » La seconde est de reconnaître que
l’on doit son existence « à plus d’une » personne. Son opposée est lefan-
tasme de filiation métonymique , décrit par Guyotat (1995). Dans cette
« plus d’une », se place non seulement le père mais aussi les institutions,
incluant à divers titres le langage, la parentèle et les ordres juridiques et/
ou religieux. Legendre (1992) appelle fondatrice, l’illusion normative « de
la reproduction des fils à partir des fils – reproduction du semblable à partir
du semblable », comme par exemple l’ordre généalogique et patronymique
semble l’induire.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 41

Il est au moins deux dimensions non objectives évoquées pour intervenir


dans la naissance d’un enfant.
La première, commune, consiste en une illusion rétrospective. Elle fait
supposer aux parents que l’enfant présent, dans son individualité, a été
désiré par eux alors même que les parents avant la naissance n’étaient
capables que de désirer le principe d’un enfant. Ils ne découvriront qu’une
fois la naissance advenue, ou parfois plus tôt par l’échographie, les premiers
indices de son identité à laquelle d’ailleurs ils contribueront. Cette erreur
rétrospective courante, proche de ce que Legendre (1992, 1996) nomme
« illusion fondatrice », permet au jeune enfant de pouvoir penser « j’étais
désiré par ma maman (ou mon papa)  », sous-entendant «  moi tel que je
suis ».
La seconde n’est souvent flagrante que lors d’issues défavorables de la
grossesse. Elle invoque la place d’un tiers dans cette issue (Dieu, une malé-
diction, etc.) ou une transgression (individuelle ou de la lignée).

La transition vers la parentalité pour la mère


Du souhait d’enfant à sa réalisation, un processus d’adaptation est à l’œuvre,
encore très mal connu et parfois mis en question. La mère connaît-elle un
état psychique particulier dans la transition vers la parentalité ? Présente-t-il
une spécificité par rapport à l’ensemble des situations de stress et d’adapta-
tion à un environnement très changeant et exigeant ? Débute-t-il dès l’état
de grossesse, et si oui à quel stade ? Connaît-il un équivalent chez le père ?
Existe-t-il, et dans quelle mesure, chez les parents d’enfants adoptés ? Quels
rôles jouent les modifications hormonales  ? Sa défaillance est-elle en jeu
dans les défauts d’attachement et les violences maternelles périnatales  ?
L’enjeu sociétal est de taille.
L’analyse psychologique de cette phase de transition chez le parent est
essentiellement le fait d’auteurs se référant à des conceptions psychanaly-
tiques, moins souvent aux théories de l’attachement ou bonding.

Régression, préoccupation maternelle primaire


et transparence psychique
La réactualisation d’affects infantiles et, parfois, des mécanismes de défense
qui y étaient associés ont conduit à qualifier de régressif l’état psychique
durant la grossesse et les premiers échanges avec le nourrisson. Cet état
de  régression ne se substitue ordinairement pas au fonctionnement psy-
chique ordinaire mais l’accompagne.
Winnicott (1960) décrit après l’accouchement un état proche d’une
modalité psychotique, la «  préoccupation maternelle primaire  », «  état­
organisé [qui] pourrait être comparé à un état de repli ou une sorte de
dissociation ou à une fugue, ou même encore à un trouble plus profond
tel qu’un épisode schizoïde ». Bien que l’auteur n’y fasse pas clairement
42 Psychopathologie de la parentalité

r­éférence et ne lève jamais l’ambiguïté, les états organisés qu’il décrit se


rapprochent des positions dépressives et schizoparanoïdes décrites par
M. Klein  : il ne s’agirait donc pas de manifestations symptomatiques
proprement dites. Cette assertion forte a toutefois soulevé beaucoup de
débats : l’auteur décrit-il ici l’état ordinaire des mères ou seulement d’une
partie d’entre elles  ? Cet état est-il nécessaire à l’établissement des liens
précoces ?
Nombre d’auteurs décrivent une réorganisation psychique présente dès
la grossesse, qui se prolongerait et se transformerait progressivement pour
atteindre l’état « de susceptibilité ou de transparence psychique où des frag-
ments de l’inconscient viennent à la conscience » (Bydlowski, 1978).

Enfant fantasmé ou imaginaire,


enfant de la culture ou imaginé
L’enfant imaginé, en dehors du cas particulier d’un passé maternel trau-
matique, est le plus souvent extrait d’un fragment d’expériences sociales
valorisées ou de représentations sociales partagées : enfant de 2 mois type
« vierge à l’enfant », reliquats mnésiques d’un autre nourrisson, ­construction
à partir d’une image échographique normale. Cette représentation joue peu
de rôle dans l’état psychique maternel.
L’enfant fantasmé, «  imaginaire  » ou fantasmatique est le terme qui
désigne la relation d’objet en construction, celle de l’imago de l’enfant à
venir. Il ne s’agit pas tant d’une représentation consciente que du résultat
mouvant d’un processus en évolution. Pour Deutsch (1945) si l’enfant
fantasmé est une partie du moi maternel, il est aussi un objet extérieur
envers lequel la femme répète les relations objectales entretenues avec
sa mère. Racamier (1978), à travers sa pratique de clinicien de la psy-
chose, relève que l’enfant à naître, lieu de projection, pourra, selon le
niveau des fixations prégénitales de la future mère, et en tant qu’objet
partiel, « symboliser » le sein, les fèces, le pénis ou tout à la fois. L’enfant
fantasmé résulte de deux processus principaux, la dynamique des iden-
tifications (actuelles) et l’actualisation spontanée des désirs, affects et
représentations infantiles. Il est issu des traces mnésiques maternelles
en tant qu’enfant, et pour les stades plus archaïques, d’une reviviscence
des échanges dyadiques. M. Bydlowski (1995) soulignait que dans le dis-
cours des femmes enceintes, ce sont les fantasmes régressifs et les remé-
morations infantiles qui prédominaient plutôt que l’enfant à venir. Elle
indique que « l’enfant fantasmatique, au cours de la grossesse, est celui
de la préhistoire maternelle elle-même ». Selon Bydlowski (1978, 1997)
la femme entoure de ses bras «  un ventre, pas un enfant  ». Elle précise
pourtant que, durant la grossesse, s’édifie, en même temps que l’enfant
biologique, un tissu unique de représentations, le nouveau-né demeurant
quant à lui inconnaissable.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 43

Variété et évolution des représentations :


de la grossesse à la naissance
Fantaisies bénignes. Durant la grossesse, c’est surtout d’elle-même ou de son
ventre que parle la mère, avec une très grande richesse associative et une
certaine levée du refoulement, ce que Bydlowski (1997) a nommé la « trans-
parence psychique ». Des fantaisies généralement labiles, de courte durée
et superficielles concernant l’enfant à naître sont pourtant fréquentes. Elles
peuvent être parfois déjà des inquiétudes concernant la survie, l’aspect ou le
sexe de l’enfant. Bénignes, elles semblent tout aussi fréquentes que l’attente
d’un enfant totalement réparateur. Seules la fixité des scénarios ou bien
la pauvreté de la vie imaginaire alarment, car ils peuvent préluder à des
troubles de la relation.
Représentations persistantes. Dans deux circonstances particulières, une
préoccupation directe pour l’enfant peut apparaître. La première concerne la
mère en insécurité physiologique, parce que sa grossesse est objectivement
menacée ou qu’elle le craint du fait d’accidents antérieurs, pour elle-même
ou ses proches. La seconde est associée à certains troubles psychiques. Ainsi
pour la mère psychotique, l’enfant peut être représenté avec la crudité du
fantasme : en cas de psychose aiguë par exemple, l’enfant évoqué peut être
« un monstre la dévorant », « un diable vicieux », « un revenant », « un
corps pourri » ou présenter les stigmates d’une affection imaginaire, etc.
Représentations traumatiques  : reviviscences. Dans le cas particulier d’un
traumatisme récent on assiste parfois à un envahissement par la représen-
tation traumatique qui se substitue au mouvement d’élaboration ordinaire-
ment à l’œuvre durant la grossesse. En cas de perte (grossesse interrompue,
fausse couche tardive, décès spontané in utero, perte d’un parent, mort d’un
enfant), la représentation traumatique du disparu peut venir s’imposer
comme illusion ou hallucination, ou bien par sa reviviscence obsédante
entraîner angoisse ou dépression, occulter la représentation de l’enfant
né ou à naître. Les traumatismes de l’enfance peuvent aussi venir exercer
leur prégnance : deuil précoce, violences et abus de toutes sortes. Lors de
la maternité, l’enfant à naître peut raviver ces préoccupations anciennes,
exerçant un effet de rappel. L’angoisse massive et les projections dont
­
l’enfant fait l’objet sont, au stade de la grossesse, appréhendées généralement
indirectement, notamment à travers les rêves d’angoisse.
Représentations traumatiques : évitement. Ailleurs, peut naître un « blanc »
de représentation, notamment dans les cas de mère déprimée, de grossesse
non désirée ou ambivalence du désir, de lutte contre la reviviscence trauma-
tique, de grande prématurité. Cela peut aussi être le cas lorsque le pronostic
vital d’un enfant est en jeu, par la mise en place d’une sorte de deuil anti-
cipé protégeant partiellement la mère de l’angoisse ou bien lorsque le deuil
d’un parent survient conjointement à la grossesse. Une culpabilité intense
peut alors s’accompagner de représentations mortifères de l’enfant. En cas
44 Psychopathologie de la parentalité

de décès d’un parent, une sorte de compétition s’établit entre anticiper la


naissance ou faire le deuil du disparu, les deux représentations apparaissant
incompatibles. L’investissement des représentations imaginaires peut gêner
la reconnaissance de l’enfant réel.
Rencontre avec le bébé réel. Cette rencontre est une expérience radi-
cale venant modifier la relation avec le bébé du fantasme. La réalité de
la ­ naissance va progressivement aboutir à la création de l’altérité. Les
­conditions de l’accouchement peuvent marquer une sorte d’empreinte sur
la représentation qu’aura la mère de son enfant. L’enfant va ensuite immé-
diatement être pris dans une relation triangulaire qui permettra d’échapper
à la relation symbiotique et à l’imaginaire tout-puissant maternel, parfois
source d’angoisse majeure pour cette dernière même.
Dégagement de l’altérité. Les gratifications narcissiques que le bébé apporte
à la mère vont l’aider à se dégager de l’emprise de scénarios fantasmatiques
parfois trop chargés d’excitation, tandis que les manifestations sociales de la
maternité et les gratifications qu’elle peut en recevoir vont l’aider à assurer
son identité nouvelle et le passage transgénérationnel. L’enfant est le siège
de projections et d’identifications maternelles constamment remodelées
par les interactions réelles.

Discussion autour du concept de transparence psychique


Le terme de transparence psychique mis en exergue par Bydlowski (Golse et
Bydlowski, 2001) a permis d’offrir une image assez intuitive de la manière
dont peuvent se dérouler les entretiens avec les femmes enceintes. Il éclaire
un aspect du fonctionnement mental durant la grossesse, qui consiste,
lorsqu’une relation transférentielle s’établit, dans un accès aisé au précons-
cient, des associations libres plus riches et spontanées, notamment et essen-
tiellement autour de l’enfance et des relations aux imagos parentales avec
une certaine forme de désinhibition. Ce fonctionnement permet de mieux
comprendre l’intérêt des psychothérapies à cette période, qui connais-
sent une véritable accélération dans leur marche. Durant la grossesse se
transforment la vie mentale, sa conflictualité, sa dynamique, ses enjeux.
La transparence psychique est un effet possible de cette dynamique, qui
est une dynamique relationnelle, comme le montrent les situations où au
contraire s’installe l’opacité.
Il est attesté que les modifications hormonales viennent, avec une
dynamique temporelle spécifique, modifier le comportement maternel,
notamment la socialisation et la cognition. La femme devenant enceinte,
comme l’a souligné une très abondante littérature psychanalytique depuis
soixante-dix ans, connaît une série de régressions et d’évolutions qui, dans
une situation de mise en tension identitaire, conduit à une double série
d’identifications à la mère préœdipienne, mère toute-puissante des pre-
miers soins, et au bébé que la future mère fut elle-même. Ce mécanisme
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 45

est qualifié de régressif car il fait appel à des mécanismes historiques qui
reprennent alors une place significative. Ce type d’identifications régres-
sives est retrouvé dans toutes les situations où le sentiment d’identité est
mis à mal par une modification importante et rapide de l’environnement,
qui devient menaçant ou incertain, et dont les repères ordinaires perdent
de leur acuité. La particularité du phénomène de grossesse consiste en ce
que la mise en tension de l’identité, qui inclut les transformations cor-
porelles, aboutit à une modification des défenses et des investissements,
dont l’issue anticipée est habituellement une satisfaction. Ce phénomène
ordinaire d’identifications à sa propre mère, comme à l’enfant qu’elle fut,
se dévoile aisément dans le transfert, la femme étant ordinairement dans
une attente que nous pourrions qualifier de prétransférentielle favorable.
Elle est souvent prête à accueillir l’aide d’un personnage secourable, qui
prendrait soin d’elle et comprendrait ses besoins et ses attentes en tant que
mère. La réassurance narcissique associée à l’état de grossesse favorise la
levée, partielle, du refoulement et permet alors un abord plus facile de
la conflictualité interne et des points de fixation.
Le concept de transparence psychique n’est pas toujours opérant. Dans
le cas où une issue défavorable est anticipée par la femme, on peut assister
à la mise en place d’autres mécanismes qui tendent au contraire à éloi-
gner les représentations défavorables : le clivage, le déni, la dénégation, la
pensée opératoire et parfois même les psychoses fonctionnelles. Les motifs
d’une telle anticipation peuvent être divers : social, physique ou sans fon-
dement réel, que la représentation de devenir mère soit intolérable ou trop
conflictuelle, que l’estime de soi soit insuffisante pour soutenir le processus
de maternité, que les mécanismes de défense ordinaires soient insuffisants
pour faire face à la perte de contrôle sur le corps ou les transformations du
statut social. La transparence psychique est alors remplacée par une grande
opacité, qui séduit et fascine tout autant.

L’actualisation des affects infantiles


La femme traverse ordinairement une phase de réinvestissement narcis-
sique au début de la grossesse, jusqu’à ce que les mouvements fœtaux, mais
aussi les images échographiques, introduisent le bébé comme un nouvel
objet au sein du moi, préparant la transition de l’investissement narcissique
vers l’investissement d’objet.

Affects infantiles
Au cours des soins et de l’éducation apportés à leurs enfants, les parents
vivraient la réactualisation de leur propre évolution libidinale (Benedek,
1959). Bibring et al. (1961) décrivent l’émergence de comportements,
d’attitudes et de désirs représentatifs de stades antérieurs du développe-
ment, avec une prédominance du matériel oral et anal, ambivalent ou
46 Psychopathologie de la parentalité

­hostile. En pratique clinique, cette actualisation (Cramer, 1996) s’exprime à


travers les affects et représentations suscités par l’expérience de la grossesse
et de la naissance : reviviscence des conflits infantiles, des traumatismes et
deuils. Ces ressentis n’engendrent généralement pas un démantèlement,
mais au contraire accompagnent une réorganisation des investissements.
Ils constituent l’occasion d’un processus de maturation.

Le narcissisme maternel
Selon Freud, l’amour que voue le parent à ses enfants « si touchant et au fond
si enfantin n’est rien d’autre que la reviviscence du narcissisme parental et,
bien que transformé en amour objectal, il révèle son caractère antérieur ».
Ce processus de réinvestissement narcissique de la mère, de son propre
corps et de sa fonction est soutenu par le socius, que ce soutien soit ins-
titué, explicite, ou implicite et spontané. Il participe à l’intense gratification
que représente la grossesse pour nombre de mères. Au maximum, la mère
pourrait avoir l’illusion narcissique d’être arrivée à son point de perfection
et vivre une expérience quasi délirante de toute-puissance que l’on observe
parfois sous forme de déréalisations passagères. Dans un certain nombre de
cas, ce travail s’accompagne de réactions anxieuses et dépressives.
Cependant, la transition vers la parentalité s’accompagne de changements
contradictoires dans l’économie narcissique. D’un côté, ce passage est une
source de satisfaction narcissique, puisque le parent s’identifie à ses propres
parents, à leur puissance, à leur autorité et aux autres qualités qu’il a perçues
et imaginées à leur propos. D’un autre côté, dans le même mouvement, l’indi-
vidu doit renoncer définitivement à être lui-même « l’enfant merveilleux ».
Surtout, insiste Deutsch (1945), l’estime de soi de la mère est en relation avec
les identifications à l’imago maternelle, représentation parfois dévalorisante
ou haïe qui ne permet pas de maintenir une estime de soi suffisante. C’est
dans ces circonstances défavorables qu’une figure tierce, qui n’est pas néces-
sairement féminine, peut jouer un rôle d’étayage durant la grossesse.

Le père de l’enfant pour la mère


Il exerce pendant la grossesse un rôle d’étayage essentiel, favorisant le
réinvestissement narcissique de la mère par elle-même. Celui-ci prépare,
accompagne et soutient la construction de la relation d’objet avec l’enfant
à venir. Le père joue alors, entre autres choses, un rôle de pare-excitation.
Toutefois, la grossesse réactive les fantasmes œdipiens susceptibles, dans
certaines configurations familiales, d’acquérir une valeur incestueuse.
Ils entraînent alors angoisse et culpabilité à reconnaître le rôle d’un
tiers paternel pour l’enfant, car susceptible d’évoquer pour la mère l’imago
paternelle et l’inceste. En dehors même de ces situations, certaines mères
développent ce que Guyotat (1995) nomme le fantasme de filiation narcis-
sique solitaire. Il s’agit d’une représentation de filiation de corps à corps
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 47

d’où le père «  institué  » est absent. Habituellement, l’investissement par


le père de la grossesse de sa conjointe contribue à limiter ces fantasmes et
favorise le passage à l’investissement objectal. Ce glissement est illustré
métaphoriquement par le passage de « je suis enceinte » à « j’attends un
enfant  ». Ultérieurement, seule la reconnaissance du tiers dans sa fonc-
tion paternelle permettra le passage de « j’attends un enfant » à « j’attends
un enfant de lui ».

La réconciliation avec sa propre mère


Devenir mère exige en particulier un nouvel aménagement des liens avec
sa propre mère  : identification et réconciliation. Selon Ammaniti et al.
(1992), « le point décisif […] est d’en venir à un accommodement avec ses
propres parents », la grossesse est en quelque sorte l’ultime occasion de cet
accommodement. Qu’il soit nécessaire d’avoir une référence et un appui
maternel pour enfanter, la clinique en témoigne ; la présence traditionnelle
de femmes, sages-femmes, matrones, auprès des accouchées l’institue. Ce
fait trouve de nombreuses illustrations à travers les récits consacrés à la
grossesse dans des sociétés traditionnelles. Selon Lallemand et al. (1991) :
«  La grossesse est le moment de plusieurs cérémonials actifs. Ainsi, il
importe de se concilier gens et ancêtres de sa parentèle lorsque l’enfant est
encore à l’état de fœtus. Par la cérémonie de la “levée des dangers”, la future
mère demande à ses géniteurs, non leur protection à l’enfant en gestation,
mais la cessation de rancœurs, même non explicites, voire inconscientes
entre eux et elle. Par l’apport de l’offrande, elle rend hommage à ses parents
et implore leur pardon pour des fautes connues ou inconnues qu’elle
aurait commises, qui pourraient entraver l’évolution de la grossesse et
mettraient sa vie en danger. » À cette phase, la réconciliation est d’autant
plus nécessaire que les conflits infantiles avec les angoisses archaïques qui
s’y associent sont réactivés. Faire naître, c’est symboliquement priver sa
propre mère de la fécondité, la repousser d’une génération vers la mort,
c’est-à-dire un acte agressif. La mère réelle dans la régression narcissique
qui accompagne la grossesse protège la femme des angoisses paranoïdes qui
peuvent l’étreindre.

La construction dyadique de la parentalité

L’enfant construit le parent : dyade et réciprocité


Après l’examen théorique de la parentalité et la mise en évidence des intri-
cations entre les dimensions psychologiques, anthropologiques et sociales,
il apparaît nécessaire de revenir sur la clinique de la parentalité (Guglielmi-
Rochette, 2012). Celle-ci est une clinique d’interactions : le parent et l’enfant,
surtout en période périnatale, représentent une dyade dont l’évolution
implique une forte dépendance entre deux termes qui ne sont pas égaux.
48 Psychopathologie de la parentalité

L’adulte est à un stade évolué de son développement, l’enfant à son début.


Pourtant si l’on accepte l’abstraction d’« être parent », celui-ci en est aussi
au début de ce développement quand il rencontre l’enfant. L’enfant joue un
rôle important dans l’établissement de la parentalité. Le nourrisson semble
avoir rapidement une certaine conscience de l’environnement social et de ses
modulations. Il prend sa part dans la dyade et aide le parent à se construire.
On sait d’ailleurs combien cette part laissée à l’enfant peut être hypertrophiée
au sein de certaines familles, dans le sens d’une parentalisation de l’enfant,
que l’on se réfère à la notion d’hypermaturité (Bourdier, 1972), de faux-self
(Deutsch, 1949 et Winnicott, 1960), ou d’enfant doué (Miller, 1983).

Les modèles interactionnistes


L’intérêt pour la parentalité a permis un décentrement de l’objet d’obser-
vation en pédopsychiatrie, particulièrement en périnatalité : l’enfant par sa
seule évolution ne suffit plus à attester de ses troubles propres ni de la nature
des transactions familiales. La notion d’interaction opère aussi ce décentre-
ment : sont étudiés les modes d’échange entre le parent et l’enfant. L’étude
initiale réservée aux dyades s’étend maintenant à des systèmes complexes
incluant le père et démontrant l’implication extrêmement précoce de ce der-
nier à la fois comme modulateur et comme partenaire de l’interaction avec
le bébé. Ce développement théorique s’inscrit dans la théorie des systèmes
s’appuyant sur la notion d’homéostasie et d’équilibre interne, d’action et
de rétroaction. La psychanalyse a très tôt développé un intérêt non seule-
ment pour la relation à l’imago parentale construite par l’enfant, mais aussi
en retour et dans une perspective adaptative (Anna Freud, Ferenczi) pour
l’impact de l’environnement sur l’enfant.
Lebovici a développé l’étude des interactions fantasmatiques, incluant
ainsi la dimension de l’inconscient et projetant un pont entre les théo-
ries expérimentales, la psychologie du développement et la psychanalyse.
Dans les pays anglo-saxons, les relations précoces sont essentiellement ana-
lysées en termes d’attachement, suivant en cela le protocole d’Ainsworth
développé suite aux travaux de Bowlby (1969).
Dans le même modèle interactionniste, Sameroff et Emde (1987) mon-
trent comment « l’environnement et le nourrisson s’influencent l’un l’autre
dans un processus continu de développement et de changement ».

Les modalités interactives


Au cours des premiers soins, de multiples canaux de communication sont
utilisés.
La communication par le regard a, dès les premières semaines de la vie,
une importance majeure. Le dialogue œil à œil induit souvent des affects
très marqués chez les mères. Les cris constituent une importante modalité
de communication. Pour Bowlby, ils sont un facteur d’attachement et res-
taurent la proximité.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 49

Pour Ajuriaguerra (1956), suite aux travaux de Wallon (1942), le «  dia-


logue tonique » désigne l’ensemble des échanges médiatisés autour du por-
tage de l’enfant et de son corps et inclut tous les contacts peau à peau, les
caresses, etc.
Winnicott (1969) définit par holding la façon dont l’enfant est porté mais
également soutenu, maintenu, contenu et par handling la manière dont il
est traité, manipulé physiquement mais aussi psychiquement. Ces méta-
phores désignent tout autant la description physique que la fonction psy-
chique assurée par celle-ci. Il existe un «  dialogue  » entre les postures de
la mère et la manière dont le bébé y répond. Un défaut du holding à une
période sensible peut produire chez le nourrisson des réactions anxieuses
majeures (« angoisses impensables », « impression de chute sans fin »).
Le langage d’adresse au nourrisson qui peut être signifiant est avant
tout une source d’échanges sonores dont le rythme, les intonations, les
silences, les répétitions s’ajustent aux vocalisations et au babillage du bébé
(Stern, 1985, 1989).
L’adaptation réciproque des deux partenaires s’exprime également selon
la dimension temporelle. Brazelton (1981) décrivait des «  cycles d’inter-
action » avec une alternance de phases de disponibilité et de repli de la part
du bébé. Une dimension de l’échange est constituée par les rythmes et leur
réciprocité qui suppose la perception par chacun des partenaires des signaux
émis par l’autre et l’adaptation permanente de l’un et de l’autre (contingence
responsivness).
Interactions et accordage affectif
Selon Daniel Stern (1985), il existe des «  moyens universels permettant
à une personne de connaître l’état mental d’une autre ». Les interactions
affectives sont un de ces moyens, en particulier par un phénomène qu’il
décrit sous le nom d’«  accordage affectif  » (affect attunement). L’accor-
dage affectif (Stern,  1989) présente plusieurs caractéristiques. Dans ce
bref moment, il existe une correspondance entre la conduite manifeste
de l’enfant et celle de l’adulte. Cette correspondance est transmodale ou
intermodale. Le moyen d’expression utilisé par la mère dans cette corres-
pondance est différent du moyen ou de la modalité expressive utilisé par
l’enfant ; par exemple, une modulation de la voix ou du regard de la mère
peut s’accorder à un mouvement du corps de l’enfant. Ce qui fait l’objet
de la correspondance n’est pas le comportement en soi mais plutôt l’état
affectif ou émotionnel interne de chacun des partenaires, la manifestation
comportementale n’ayant qu’une valeur de vérification du partage de cet
état affectif. Stern récuse le terme d’imitation, d’une part parce qu’il laisserait
entendre que la reproduction par le second partenaire de la conduite de
départ du premier partenaire est fidèle, ce qui n’est pas le cas, d’autre part
parce qu’on ne peut pas parler d’imitation d’un état émotionnel ou affectif
interne, enfin parce qu’une représentation interne n’est pas quelque chose
50 Psychopathologie de la parentalité

d’imitable. L’identification ne lui paraît pas non plus un terme ou un concept


clinique pertinent dans ce contexte : il est impossible de définir ce qui ferait
l’objet de l’identification.
En revanche, la définition du « partage de l’intersubjectivité », proposée
par Trevarthen (1980, 2013) est plus proche de ce qu’il cherche à décrire. Il
considère donc que l’accordage affectif est une forme particulière d’inter-
subjectivité, c’est-à-dire de partage mutuel de l’état psychique concernant
l’intentionnalité, l’affection ou l’affectivité. L’accordage affectif s’adressant
surtout à la qualité des émotions, un concept corollaire acceptable est celui
de la correspondance affective ou de la contagion affective. L’interaction
affective peut être en partie étudiée sur un mode objectif. La correspon-
dance entre la conduite de la mère et celle du bébé peut porter sur trois
qualités : l’intensité, la chronologie et la forme. La plupart des accordages
se réalisent à travers des modes sensoriels différents. L’importance de
l’accordage affectif tient à ce que les états psychiques rendus possibles par
ce mode d’interaction permettent à l’enfant de découvrir et reconnaître que
ses états affectifs internes peuvent être partagés avec l’adulte et qu’ils exis-
tent ­également chez celui-ci.
La réflexion en miroir
Fonagy et al. (1991a et b) proposent un modèle selon lequel la qualité de
l’attachement de l’enfant aux parents est intrinsèquement liée à deux fac-
teurs prénataux : la représentation interne des relations prédominantes chez
le parent, mesurée par l’AAI, et sa capacité à comprendre et se représenter
l’état psychique de son enfant. La base cognitive de ce second aspect du
développement émotionnel peut être conceptualisée comme la capacité
du parent à avoir une représentation théorique du fonctionnement psy-
chique de l’enfant. L’enfant se sentira sécurisé si la représentation interne
des relations du parent est stable et dominée par des expériences positives
ou si la capacité représentative du parent est de qualité suffisante. Fonagy
suppose que la transmission transgénérationnelle des structures d’attache-
ment secure peut être expliquée en partie par la transmission culturelle de
la capacité de mentalisation en « miroir ». Les parents fiables qui ont cette
capacité contiennent mieux les affects de l’enfant et engendrent un senti-
ment de sécurité chez celui-ci. Ils créent une base stable pour le dévelop-
pement de la vie mentale de l’enfant qui, à son tour, facilite sa capacité en
tant qu’individu à développer des relations sûres avec les autres individus,
y compris ses propres enfants.
Interactions et développement
Les affects du bébé connaissent, au cours du développement, un pro-
cessus de différenciation vers l’apparition de sentiments de plus en plus
nuancés. Les premières théories du développement considéraient que le
nouveau-né était désorganisé, passif, réactif ou renfermé. Les recherches
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 51

menées depuis lors ont montré ses aptitudes biologiques, cognitives,


communicationnelles, émotionnelles ou sociales. Elles permettent au
nouveau-né de chercher activement des stimuli et de régler son propre
comportement selon les interactions avec son environnement. Il possède
une remarquable capacité à détecter et à se souvenir d’aspects invariants
de l’expérience (Stern, 1985). Ces aptitudes font du nourrisson de 2 mois
un partenaire social bien plus développé que ne l’admettaient grand
nombre de théories du développement largement citées jusque-là. Dès 2
mois, le nourrisson devient un être modulant son comportement spon-
tané et celui en réaction avec la figure maternelle (caregiver). Le nourrisson
produit des efforts pour s’adapter etcorriger ses objectifs dans l’inter-
action. À partir de 2,5 mois, une nouvelle modalité d’expression affective
s’épanouit, la réponse par le sourire au visage humain. Ce phénomène du
« sourire social » a été appelé par Spitz (1946) « premier organisateur ».
De 7 à 9 mois, se produit une autre grande période de transition dans le
développement, que Emde (1984) a appelé le commencement de l’attache-
ment à une personne et que Stern (1985) a nommé la découverte de l’inter-
subjectivité. Spitz avait nommé «  deuxième organisateur  » l’angoisse de
l’étranger se manifestant à cette même époque. Après cette période
de transition, les nourrissons agissent comme s’ils comprenaient que leurs
pensées, leurs émotions et leurs actions peuvent être perçues par autrui.
Ces changements s’affinent progressivement durant l’année suivante,
mais leur apparition pour la première fois entre 7 et 9 mois fait de ces
nourrissons des expérimentateurs et des agents sociaux qualitativement
différents (Stern,  1985). De même, après cette période de transition, les
nourrissons ont développé une préférence marquée, se tournant vers un
nombre ­relativement restreint d’adultes prenant soin d’eux en ce qui
concerne leur nourriture et leur confort.

Schéma d’être-avec
Il s’agit d’un concept développé par Stern (1995), faisant essentielle-
ment référence aux fantaisies conscientes ou préconscientes. L’auteur
accorde moins d’intérêt à la naissance de la représentation dans le passé
de la mère. Avec le terme de représentation, il évoque (Stern et al., 1998)
des éléments concrets, telles la perception des mouvements actifs ou
l’image échographique durant la grossesse. Il cite toutefois les études
sur la «  morphogenèse du bébé représenté  » pour conclure que cette
activité de représentation culmine au septième mois de la grossesse pour
devenir moins précise ensuite, permettant à la mère de mieux accueillir
l’enfant réel et se préparer à accepter une certaine qualité de déception
que permet une représentation moins affirmée.
Il met l’accent sur l’intériorisation de patterns interactifs à partir des-
quels une transmission de schémas d’être-avec peut s’opérer, pour le bébé
52 Psychopathologie de la parentalité

d’abord mais en fait pour chacun des protagonistes de la dyade. Le réseau


de « schéma d’être-avec » est organisé autour d’un système de motivation
tel que se nourrir-avec ou bien d’expériences affectives telles que être-triste-
avec. Il suppose que les représentations se forment – sur la base d’un soi
originel – par le biais des interactions. Tous les schémas d’être-avec sont
fondés sur des interactions.
Le parentage intuitif
Le parentage intuitif décrit non un système de représentations mais un sys-
tème de comportements qui inclut un schème intuitif d’action interprétant
les demandes et besoins de l’enfant. H. et M. Papousek (1987) ont défini le
«  parentage intuitif  » comme un ensemble de comportements universels
destinés à stimuler les compétences de l’enfant. Ils se déclenchent avec un
temps de réponse intermédiaire entre celui de réflexes innés et des réponses
comportementales plus élaborées. Il s’agit surtout de comportements liés à
l’éveil de l’enfant, au contact œil-à-œil entre l’enfant et les parents, et plus
généralement aux premières communications. Les auteurs démontrent par
un système d’enregistrements vidéo chronométrés que le stimulus ayant
engendré la réponse parentale n’est pas le plus souvent celui que le parent
imagine. Pour ces auteurs, ces comportements se seraient construits tout au
long de la phylogenèse et seraient transmis génétiquement.
Cette dernière hypothèse fait l’objet de discussions. En effet, il paraît
possible de supposer également que ces comportements ont pour base,
au niveau individuel, un apprentissage acquis lors des premières relations
expérimentées par le parent alors même qu’il était nourrisson. Ils peuvent
représenter, pour une espèce donnée, un élément « culturel » au sens large
du terme. Quoi qu’il en soit, cet ensemble de comportements parentaux,
destiné à réguler une interaction dans le sens du bien-être du bébé et du
maintien de son attention, est attesté dans de nombreuses civilisations.
Dans un registre assez proche, le parler bébé ou langage adressé à l’enfant a
lui aussi été retrouvé dans de multiples cultures avec les énoncés brefs, sim-
ples, les répétitions, la fréquence plus élevée chez l’interlocuteur, la modu-
lation des intonations et l’exagération de la prononciation. Il paraît difficile
de négliger totalement le contexte social (Saïas et al., 2010) de tels compor-
tements bien que leur universalité plaide pour un étayage somatique et
fonctionnel commun, lui-même essentiellement fondé sur des caractères
et compétences transmises par voie génétique.

Corrélats cérébraux parentaux des interactions


Traitement du signal
L’étude des interactions s’est enrichie de moyens techniques à travers
l’enregistrement des échanges couplé à des mesures physiologiques très
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 53

variées  : hormones, rythme cardiaque, vocalisations, mesure des mouve-


ments, direction des regards, etc.
Les études utilisant le traitement (Delaherche et al., 2012) du signal
apportent une caution objective aux impressions sensibles des cliniciens,
trouvent des relations nouvelles. Nous détaillerons surtout les études
ayant utilisé l’imagerie cérébrale fonctionnelle. Les études d’imagerie ont
recherché les zones préférentiellement activées chez les parents dans des
protocoles variés : sons (cris, rires) ou images (visages, scènes de séparation
ou de retrouvailles). La coordination du comportement parental avec les
signaux sociaux émis par l’enfant s’organise progressivement dans une
constellation. Les éléments les plus étudiés de cette synchronisation sont
des échanges dont certains sont plus spécifiques à la mère comme le contact
œil à œil, le langage d’adresse au bébé avec ses vocalisations maternelles
spécifiques ou « mamanais », le contact tendre. Le père plus spécifiquement
participe à stimuler l’enfant et rediriger son attention vers l’environnement.

L’imagerie cérébrale fonctionnelle


Les études ont montré que les parents exposés aux stimuli de l’enfant acti-
vent des réseaux neuronaux impliqués dans la compréhension des expres-
sions faciales d’autrui (dont le système de neurones miroirs), des sentiments
d’autrui (la région du thalamus et du cortex cingulaire), les pensées d’autrui
(le cortex préfrontal dorso-médial), les systèmes de récompense et de moti-
vation (aire tegmentale ventrale, la substance noire, le striatum ventral, et
la région médiale du cortex orbito-frontal) et les réseaux impliqués dans
l’émotion (insula, amygdale) et sa régulation (cortex préfrontal latéral).
L’IRM mesure le signal Bold qui permet de traduire les variations du flux
sanguin et d’en déduire l’augmentation ou la diminution d’activité en cer-
taines zones. La résolution spatiale est actuellement de l’ordre de quelques
millimètres et la résolution temporelle de la seconde.

Stimulations sonores : le cri et les rires


La première étude à notre connaissance (Lorberbaum et al., 1999, 2002) a
consisté à comparer les réactions de quatre mères d’enfants de moins de
3,5 ans à des adultes sans enfant selon que le stimulus était un bruit blanc
ou le cri d’un bébé. L’activité était augmentée dans le cortex cingulaire
antérieur (CCA) et le cortex préfrontal médian. L’étude suivante a porté sur
10 mères de nourrissons entre quatre et huit semaines du post-partum avec
des bruits blancs de même intensité et de forme. Les régions qui étaient
stimulées chez les mères étaient les mêmes que celles retrouvées chez les
rongeurs. Elles incluaient l’hypothalamus, le mésencéphale, striatum et le
septum. Depuis de nombreuses études ont été publiées. Seifritz et al. (2003)
ont montré que les réponses des pères et des mères différaient aux cris et
54 Psychopathologie de la parentalité

aux rires du bébé, entraînant seulement chez les mères une diminution de
l’activité du cortex cingulaire antérieur lorsque la durée des stimuli était
brève (6 s). La comparaison de l’activité cérébrale entre les parents et ceux
qui ne l’étaient pas montre que chez les parents l’activité de la région amyg-
dalienne augmente plus en réponse aux cris et chez les témoins aux rires.
Swain et al. (2003) ont montré une plus forte activation chez les mères entre
deux et quatre semaines du post-partum dans la région du mésencéphale,
des ganglions de la base, du cortex cingulaire, de l’amygdale et de l’insula.
L’hypothèse de Swain était que les mères activaient deux grandes régions
au début de la relation avec le nouveau-né : celles qui parmi toutes leurs
fonctions sont aussi impliquées dans les préoccupations obsessionnelles et
celles impliquées dans le traitement des émotions. L’amygdale était moins
activée chez les pères qui se montraient aussi moins préoccupés du bébé
que les mères lors des entretiens. À trois ou quatre mois du post-partum le
même stimulus n’entraîne plus chez les mères d’activation de l’amygdale ni
de l’insula, mais il est observé une plus grande activité dans l’hypothalamus
et dans le cortex préfrontal.

Stimuli visuels
Photos et amour parental. Les expériences portant sur les stimuli visuels
s’appuient sur le postulat (Bartels et Zeki,  2004) que l’amour maternel
active les mêmes régions que l’amour «  romantique  » telles que l’insula,
le cortex cingulaire antérieure et les ganglions de la base (striatum), cette
dernière région étant impliquée dans les circuits de récompense (Bartels
et Zeki,  2004). Les mêmes montrent que l’exposition de photos de
leurs propres enfants comparés à ceux d’enfants inconnus entre 9 mois et
6 ans d’âge active chez les mères les régions impliquées dans les circuits de
récompense. Simultanément, ils mettent en évidence une diminution
de l’activité dans les régions impliquées dans les émotions négatives et les
comportements d’évitement. Nitschke et al. (2004) ont mis en évidence une
plus grande activation du cortex orbito-frontal chez les parents regardant
leur enfant de 2 à 4 mois, qui était corrélée avec une humeur plaisante
associée aux stimuli.
Détresse et sourires. Noriuchi et al. (2008) ont montré deux types de
résultats au visionnage de situations de séparation dans des vidéos silen-
cieuses de leur enfant et d’un enfant inconnu. Il est retrouvé le même
type standard d’activation préférentielle en relation avec la vision de son
propre enfant. Par contre il est aussi mis en évidence une nette et intense
activation quand l’enfant semble en détresse, de structures spécifiques
dont la substance noire, le noyau caudé, le thalamus, le cortex cingulaire
antérieur et les régions dorsales du cortex orbito-frontal. L’implication du
cortex orbito-frontal souligne l’engagement de structures impliquées dans
la cognition sociale.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 55

L’exposition à des mères d’images émotionnelles de leur enfant souriant,


neutre ou pleurant entre 3 et 8 mois (Strathearn et al., 2013) a montré une
activation significativement très différente quand il s’agissait de leur propre
enfant des régions incluant les circuits de récompense (striatum ventral,
thalamus et nucleus accubens), la reconnaissance des visages (gyrus fusi-
forme), l’émotion et la mémoire (amygdale et hippocampe). Par contre
un sous-groupe de mères présentant un attachement secure active le stria-
tum ventral à la fois pour les images tristes ou gaies des enfants, avec plus
d’intensité que les mères insecure (Strathearn et al., 2009).
Magnétoencéphalographie. Elle permet une discrimination temporelle bien
plus fine que l’IRM. Elle a montré (Kringebalch et al., 2008) en comparant la
réponse cérébrale à des images de visages d’enfants et d’adultes qu’il existe
dans les deux cas une réponse augmentée dans le gyrus fusiforme (dont
une fonction est le «  traitement  » des visages). Toutefois lorsqu’il s’agit
d’un visage d’enfant, il existe une activité précoce, intense d’environ 130
ms dans le cortex orbito-frontal médial, qui capture l’attention de l’adulte
spécifiquement.

Synchronisation, ocytocine et vasopressine


Atzil et al. (2012) ont examiné 30 couples, 15 avec un enfant entre quatre et
six mois du post-partum. Ils ont filmé le parent avec son enfant en situation
de jeu. Ils ont ensuite comparé pendant l’imagerie les réactions à l’exa-
men d’une scène standard et de leurs propres enfants en vidéo. Ils ont pu
­coordonner les réponses cérébrales entre les mères par un algorithme per-
mettant la coordination voxel par voxel. Certaines hormones impliquées
dans le lien parent-nourrisson ont été dosées : ocytocine et vasopressine. Il
existait une synchronisation dans les modifications de l’activité cérébrale
entre les pères et les mères. La coordination en temps réel entre les acti-
vations cérébrales maternelles et paternelles était mise en évidence dans
les réseaux neuronaux impliqués dans l’empathie et la cognition sociale.
De plus, les mères ont montré une activation plus importante de l’amyg-
dale, dont la réponse était corrélée au taux d’ocytocine, et les pères une
plus grande activation dans les circuits impliquant empathie et cognition
sociale.
La même équipe (Atzil et al., 2013) a examiné la réponse cérébrale de ces
mères devant des vidéos dont l’une incluait une courte séquence  d’inter-
action synchrone de la mère elle-même avec son enfant et d’une autre
mère, et deux séquences d’interactions non synchrones de mères ayant des
troubles anxieux et dépressifs caractérisés. Le visionnage des actions syn-
chrones de la mère avec son enfant, mais aussi de l’autre mère, active la
partie dorsale du cortex cingulaire antérieur.
Une autre étude sur un format proche (Apter-Levi et al., 2013) incluait
119 pères et mères et leur enfant entre 4 et 6 mois. Le recueil des taux
56 Psychopathologie de la parentalité

d’ocytocine et de vasopressine a précédé une séquence d’interactions de


10  min en face à face. Les mères étaient à l’origine de plus de contact
affectueux et les pères de plus de stimulation. Un taux d’ocytocine élevé
était associé à plus de contact affectueux chez les deux parents, une
préparation à l’engagement social en réponse au regard de l’enfant. Les
parents avec un taux élevé de vasopressine s’engagent plus dans la stimu-
lation et préférentiellement dans un contact médié par l’objet.

Le langage d’adresse à l’enfant


Enfin un protocole d’étude de la réaction au langage d’adresse au bébé
(« mamanais ») (Matsuda et al., 2011) a montré que celui-ci, uniquement
chez les mères d’enfants préverbaux, stimule les aires pariéto-temporales
gauches périsylviennes en réponse à la prosodie et au lexique, et au gyrus
frontal postéro-inférieur uniquement pour la prosodie. Ceci n’a pas été
constaté chez les pères qui dans aucun des cas n’étaient le donneur de soins
principal. Quand sa mère lui parle, le nouveau-né répond à ce type de lan-
gage comparé au langage de forme adulte par une plus grande activité dans
le cortex frontal (Saito et al., 2007).

Motivation et empathie
La motivation pour l’engagement dans les conduites parentales sem-
ble en partie corrélé avec des manifestations hormonales diverses et
complexes avec au premier plan, chez la mère l’ocytocine. Les taux
et l’action des hormones sont eux-mêmes modifiés par des éléments de
l’environnement (Bartz et al.,  2011  ; Tabak,  2013). Il existe une inter-
action complexe entre une détermination biologique et sociale qui reste
à explorer.
Tous ne s’accordent pas sur la définition de l’empathie (Zaki et Ochsner,
2012), mais ce concept présente une valeur opératoire et permet la
convergence d’approches multidisciplinaires. L’empathie maternelle (ou
du donneur de soins principal) est engagée à travers au moins quatre
réseaux de neurones (Rilling,  2013)  : le circuit cingulo-thalamique
engagé dans la réponse à la détresse, l’insularité antérieure qui permet
à la mère de simuler et de comprendre ce que ressent son enfant, le sys-
tème des neurones miroirs qui exercent la même action surtout ­vis-à-vis
de la motricité en incluant les expressions faciales et enfin le cortex
préfrontal dorso-médial et la jonction temporo-pariétale qui permettent
d’inférer ce que l’enfant pense ou croit. L’activité de ces systèmes varie
avec l’état émotionnel de la mère, son type d’attachement et les corré-
lats hormonaux. Le concept d’empathie ainsi concu offre un champ de
recherches nouveau.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 57

La théorie de l’attachement2
Fondement épistemologique et postulats de base
La théorie de l’attachement est née de l’œuvre de Bowlby, qui s’inspire
à la fois de la psychanalyse, de l’éthologie et de la théorie des systèmes,
pour finalement constituer un complément de la théorie darwinienne. Le
lien au parent a ainsi été formalisé selon une perspective évolutionniste
découlant de la théorie de la sélection naturelle. On sait que pour Darwin
(1859), l’objectif principal d’une espèce est d’assurer sa survie. Au cours des
millénaires, les « programmes » qui augmentent les chances de survie d’une
espèce permettent à celle-ci de prospérer. Ainsi, les gènes de cette espèce se
transmettent de génération en génération et finissent par l’emporter sur
d’autres gènes qui eux, sont associés à des programmes moins efficients.
D’après cette théorie, les espèces qui ont survécu au travers des millénaires
sont celles qui étaient dotées des schèmes de comportements les plus « bio-
logiquement avantageux », c’est-à-dire de ceux qui permettent de s’adapter
au milieu naturel de façon optimale.
Or, d’après John Bowlby (1957), la tendance à s’attacher serait un de ces pro-
grammes qui favorisent la survie de l’espèce. Il ne faisait aucun doute pour
lui que l’être humain dispose, tout comme les animaux, d’un répertoire de
comportements visant à promouvoir l’attachement à la mère. Plus exactement,
les « comportements d’attachement  » tels que le fait de pleurer, de s’agripper,
ou tout autre comportement favorisant la proximité d’un adulte donné seraient
des tendances innées qui se sont révélées efficaces, à travers les millénaires,
pour favoriser la survie de l’enfant. En effet, si à la naissance un bébé n’est pas
suffisamment armé pour survivre dans son environnement, ses chances d’y
parvenir seront fortement augmentées s’il parvient à obtenir la protection d’un
adulte. C’est en cela que l’instinct de s’attacher devient primordial. Certes, le
bébé a besoin d’être nourri ; mais même lorsqu’il est repu, il court un risque à
se trouver seul et sans surveillance. Pour cette raison, l’attachement, au même
titre que le nourrissage, constitue un besoin primaire à enjeu vital.
Ainsi, Bowlby a tenté de déterminer l’utilité des prédispositions innées
de l’être humain, par rapport à un objectif de survie de l’espèce. En parti-
culier, il s’est intéressé au sourire pour sa spécificité humaine. D’après lui, il
constituerait un exemple de comportement acquis au cours de l’évolution,
dont la fonction est d’assurer la protection de l’individu. De ce fait, il a
pour effet d’activer les comportements de soins de la mère, procurant ainsi
au vulnérable bébé une source de sécurité. La tendance à s’attacher à la
mère est aussi, pour Bowlby, une prédisposition innée du bébé qui favorise
sa protection. De ce point de vue, la nature du lien de l’enfant à sa mère
apparaît comme une question essentielle.

2. Partie rédigée par R. Miljkovitch.


58 Psychopathologie de la parentalité

Bowlby nota cependant qu’à la différence des oiseaux, il n’y a pas


d’empreinte (telle que décrite par Lorenz en 1935) chez l’être humain et
que celui-ci ne dispose pas de la totalité de ses comportements dès la nais-
sance. Il envisagea alors l’attachement, non pas comme un état fixé défi-
nitivement dès le début de la vie, mais plutôt comme un processus qui se
développe au fil du temps.
Chez l’homme, dont la croissance est lente, les comportements d’atta-
chement apparaissent au cours d’un laps de temps prolongé. Dans la petite
enfance, le nourrisson ne peut guère recourir qu’à des moyens qui éveillent
chez sa mère l’intérêt de s’occuper de lui. Quand il a besoin d’elle et qu’elle
se trouve à une certaine distance, il parvient à la faire venir au moyen des
pleurs. Dès qu’il l’aperçoit, il manifeste sa joie en lui souriant, ce qui a
pour effet de renforcer l’envie de sa mère de rester auprès de lui. Plus tard,
le bébé va s’agripper à elle, particulièrement quand il est effrayé, comme
pour empêcher qu’elle ne s’échappe. Dès l’âge de 3 mois, il apprend à la
suivre, d’abord du regard, puis en se déplaçant. Ainsi, pour Bowlby, le fait
de sucer, de s’agripper, de suivre, de pleurer, de sourire, d’appeler et peut-
être même de babiller constitue un répertoire de comportements qui favo-
risent l’attachement. Que ce soit en sollicitant la mère ou en essayant de
maintenir un contact avec elle, tous ces agissements ont pour fonction
de s’assurer sa proximité.
Comme nous l’avons mentionné, ce besoin de proximité résulte de celui
d’être protégé d’un danger éventuel. Pour cette raison, c’est principalement
au début de la vie, quand l’individu est particulièrement vulnérable, qu’il
a le plus besoin d’être près de sa mère. C’est aussi quand il se trouve dans
une situation alarmante que l’enfant a besoin de sa présence. Il est sensible
à des indices qui provoquent chez lui des réactions de peur. Certains de ces
indices sont transmis par la culture, mais d’autres, selon Bowlby, seraient
innés et propres à l’espèce humaine. Les stimuli non familiers, les change-
ments soudains de stimulation, l’approche rapide ou menaçante d’un objet
ou d’un être vivant sont autant de facteurs susceptibles de déclencher la
peur. Les réactions de l’enfant constituent des signaux destinés à faire venir
la figure d’attachement. Des facteurs de vulnérabilité supplémentaires, tels
que la fatigue ou la maladie peuvent accentuer le besoin de sécurité.
Bien que la perspective évolutionniste de Bowlby puisse, à première vue,
paraître éloignée des préoccupations premières des cliniciens, elle entraîne
en réalité une lecture bien particulière du fonctionnement humain. Par
exemple, un enfant carencé qui se met en danger ne sera pas perçu comme
mû par des tendances suicidaires. On cherchera à comprendre, ce qui,
dans son comportement, relève de la recherche de sécurité. Ainsi, sa prise
de risques sera considérée comme relevant d’une quête d’attention pour
­mobiliser un parent absent plutôt que comme l’expression de tendances
masochistes et mortifères.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 59

Exploration et autonomie
La sécurité procurée par l’adulte, grâce au système comportemental d’atta-
chement de l’enfant, permet à celui-ci d’explorer son environnement
pour, à terme, en contourner les dangers et s’y débrouiller seul. En cela, la
dépendance à l’égard de l’adulte laisse place, petit à petit, à l’autonomie.
Mary Ainsworth, la plus proche collaboratrice de Bowlby, a bien mis en
évidence cette balance entre attachement et exploration à travers la situa-
tion étrange (Ainsworth et al.,  1978). Dans ce dispositif expérimental, où
l’on sépare brièvement le bébé de sa mère pour observer ses réactions (i. e.
ses comportements d’attachement), on voit bien combien l’inquiétude
quant à l’absence du parent vient bloquer la curiosité pour les jouets pré-
sents dans la pièce.
La notion de base sécurisante renvoie au fait qu’une personne se sent
bien et exploite mieux son potentiel lorsqu’elle sait qu’elle peut compter sur
une figure d’attachement en cas de difficulté. L’indépendance de l’enfant
est étroitement liée aux chances qu’il croit avoir de bénéficier, en cas de
besoin, de la protection de sa figure d’attachement. Ainsi, le nouveau-né
a dès sa naissance un besoin de contact et de rapprochement avec sa mère
pour se sentir bien et, en grandissant, il peut anticiper le type de réponses
qu’elle est susceptible d’avoir ; il lui suffit alors d’avoir confiance en sa dis-
ponibilité. Bowlby a repris de la perspective évolutionniste la notion de
« système motivationnel  », qui renvoie à une série de comportements des-
tinés à poursuivre un but précis, nécessaire à la survie. Parmi ces systèmes, il
distingue le système d’attachement , dont l’objectif est de maintenir le lien,
du système d’exploration , qui est antagoniste au premier (i. e. qui ne peut
s’activer au même moment) et qui vise à l’inverse à s’ouvrir au monde. Or, ce
sont la proximité, puis la confiance en la disponibilité de la mère, qui vont
permettre à l’enfant de se sentir en sécurité et de ce fait, de ne plus devoir
activer son système d’attachement (i. e. déployer des comportements d’atta-
chement). Cette désactivation laisse place à l’activation du système d’explo-
ration de l’environnement, qui donne à l’enfant la possibilité de développer
ses capacités de façon optimale. Au-delà de l’influence qu’a cette gestion
de la nouveauté au niveau de la familiarisation avec l’environnement, la
manière dont le parent accompagne l’enfant dans sa découverte du monde
physique et social va avoir des répercussions sur la relation qu’ils entretien-
nent entre eux. Car si l’attachement permet l’exploration, la perception
d’une menace extérieure provoque chez l’enfant un désir de se rapprocher
du parent. On comprend alors que selon la perception que l’enfant a de son
milieu, il sera plus ou moins susceptible de s’accrocher ou au contraire de
devenir indépendant du parent. Ainsi, dès le plus jeune âge, l’enfant élabore
une représentation de l’environnement qui va directement conditionner sa
manière d’être avec autrui.
60 Psychopathologie de la parentalité

En plus de concevoir l’exploration par rapport à la découverte de l’envi-


ronnement, Bowlby l’a aussi conçue comme pouvant être interne, comme
capacité à réfléchir aux états mentaux (Bowlby, 1977). Des recherches plus
récentes montrent également que l’insécurité d’attachement peut venir
entraver le fonctionnement cognitif ou les compétences scolaires de l’enfant
(Bergin, Bergin, 2009 ; Moss, Saint-Laurent, 2001). Les recherches dans le
domaine de la périnatalité suggèrent par ailleurs que cette dialectique entre
attachement et exploration pourrait s’observer chez le fœtus avant même la
naissance, à travers un va-et-vient entre les stimuli nouveaux et ceux qui
sont familiers (Miljkovitch et al., 2012b).
Partant du principe que chaque être cherche avant tout à survivre dans
son environnement naturel, Bowlby en est arrivé à la conclusion que toute
espèce est dotée d’une série de comportements spécifiques, dont l’activa-
tion et la forme sont influencées par des facteurs environnementaux, à des
fins adaptatives. L’objectif principal de l’enfant est d’assurer sa sécurité.
Pour certains, cela implique de rester à proximité du parent de manière
continue, tandis que pour d’autres, il n’y a rien d’inquiétant à se tourner
vers l’extérieur. La façon dont l’enfant ajuste son comportement dépend
de ce qu’il perçoit du parent dans la prise en charge de sa sécurité. Tout se
passe comme si au moins un des deux membres de la dyade (de préférence
le parent) devait veiller à ce que l’enfant ne coure aucun risque.

Stratégies d’attachement
Dès la naissance, le nourrisson dispose d’un répertoire de comportements
d’attachement censés faire venir ou faire rester la mère. En fonction de
l’efficacité de ces dites «  stratégies primaires   » (Main,  1990), l’enfant
est plus ou moins enclin à modifier le fonctionnement de son système
d’attachement et ainsi développer des «  stratégies secondaires   ». En
d’autres termes, l’enfant va adapter son comportement en fonction des
chances qu’il croit avoir de regagner le contact de sa mère. Cette adap-
tation peut le mener à inhiber son système d’attachement (Main parle
alors de stratégies de « minimisation  ») ou au contraire à l’hyperactiver
(stratégies de « maximisation  »).
Différentes stratégies ont pu être identifiées grâce à l’observation de
comportements d’enfants durant de courtes séparations d’avec leur mère
qui ont été provoquées expérimentalement. À chacune de ces stratégies cor-
respondent des patterns comportementaux spécifiques. Les observations
d’Ainsworth avec la mise au point de la « situation étrange » (Ainsworth
et al.,  1978) ont permis d’identifier ces différents patterns. Ce dispositif
expérimental permet d’observer les comportements d’un enfant lors de
départs et de retours successifs de sa mère, en présence ou non d’une
personne inconnue. À partir des comportements observés chez le bébé,
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 61

Ainsworth a tenté de rendre compte de l’expérience et des modèles de rela-


tion i­ntériorisés de l’enfant. L’épreuve a initialement été conçue pour des
enfants de 12 mois, âge auquel la séparation d’avec la mère constitue un
stress et en cela active le système d’attachement. Dans l’étude de validation
de la situation étrange, Ainsworth a mené des observations au domicile des
familles. Il s’est avéré que les patterns comportementaux révélés lors de
la situation étrange étaient associés à des comportements d’attachement
spécifiques manifestés à la maison.
Avec les catégorisations qu’Ainsworth a établies à partir de la situation
étrange, trois cas de figure ont été décrits. De nombreuses recherches (dont
celle d’Ainsworth) ont mis ces différents types d’attachements en corres-
pondance avec la sensibilité maternelle ou, plus généralement, avec la
qualité des interactions précoces mère-bébé (par ex., Beebe et al., 2010).
Dans le premier cas, les enfants n’ont pas à modifier l’expression de leurs
comportements innés parce qu’ils leur permettent, la plupart du temps,
d’obtenir du réconfort lorsqu’ils en ressentent le besoin  ; ils ont des
mères   «  sensibles  », qui répondent à leurs besoins de manière rapide et
appropriée (Pederson et al., 1998). Ces enfants protestent contre le départ
de leur figure d’attachement et cessent une fois celle-ci revenue. Ces enfants
ont été désignés comme « sécures ». Ce terme, repris de l’anglais secure, fait
référence à un sentiment de sécurité et de confiance dans l’accessibilité de
la figure d’attachement.
Mais pour d’autres enfants, réclamer la proximité ne suffit pas toujours à
faire venir la mère. S’ils ont intériorisé, au regard de ce qu’il se passe habituelle-
ment, qu’il est néanmoins possible d’attirer son attention, ils apprennent à
accentuer leurs manifestations de détresse. Main (1991) va jusqu’à dire que
pour s’assurer de la présence de leur mère, ces enfants détectent dans l’envi-
ronnement les stimuli alarmants susceptibles de les effrayer. En bref, dans ce
deuxième cas, la détresse est manifeste et paraît être à son comble. Lors de la
situation étrange, ils protestent vivement contre le départ de leur mère et ne
parviennent pas à retrouver leur calme lors des retrouvailles. Ils paraissent
fâchés contre elle pour les avoir abandonnés. La colère semble être associée à
un désir intense d’être réconforté, ce qui donne lieu à une attitude résistante
où se mêlent recherche et refus du contact. Ainsworth a nommé ces enfants
« anxieux :ambivalents  » ou « anxieux-résistants  ». Il convient cependant de
souligner que d’autres facteurs tels que l’éducation peuvent contribuer à un tel
fonctionnement. Le tempérament en est un : certains enfants, dès la naissance,
sont plus effrayés par la nouveauté que d’autres (Kagan, 1984). Les résultats de
plusieurs recherches suggèrent une influence du tempérament sur la mise en
place des stratégies d’attachement ultérieures (Belsky, Rovine, 1987 ; Goldsmith,
Alansky, 1987 ; Susman-Stillman et al., 1996).
Enfin dans le troisième cas, les enfants constatent que leurs appels sont
vains, en ce qu’ils ne donnent pas lieu à un réconfort parce que leurs
62 Psychopathologie de la parentalité

s­ollicitations sont rejetées (Main, Stadtman,  1981) ou que les réponses


maternelles sont inadaptées. Alors, pour tenter de s’épargner les sentiments
de frustration ou de peur, ils n’ont comme seule alternative que la pos-
sibilité de détourner leur attention de leurs besoins d’attachement et de
tout ce qui pourrait venir les réveiller (i. e. la mère). Lors de la situation
étrange, ces enfants dits « anxieux-évitants  » affichent une certaine indif-
férence au départ et au retour de la mère, avec parfois un évitement de
celle-ci. À l’inverse, l’attention portée aux jouets présents dans la pièce reste
constante. Si leur attitude défensive permet de ménager l’enfant, elle per-
mettrait également, selon Main et Stadtman (1981), de promouvoir l’atta-
chement en autorisant le juste degré de proximité avec une mère qui ne
supporte pas les contacts trop rapprochés.
Main et Solomon (1986) ont décrit un quatrième cas de figure où l’enfant
serait dans l’impossibilité de développer une stratégie d’attachement
cohérente et organisée. Cet échec s’expliquerait par l’expérience d’une
situation paradoxale et insoluble pour l’enfant. Plus précisément, lorsqu’il
a peur de sa figure d’attachement, il ne sait plus s’il doit s’en approcher
ou au contraire s’en éloigner pour mettre un terme à sa frayeur (Main et
Hesse, 1990). Par suite, il adopte des comportements contradictoires. Les
patterns comportementaux de ces enfants considérés comme «  désorga-
nisés » sont inconsistants, voire étranges. Ils ont des attitudes incompré-
hensibles qui semblent révéler un conflit entre la recherche et l’évitement
du contact (par ex. : s’agripper au parent en détournant le regard, pleurer
à son départ sans s’en rapprocher) ou un vécu d’appréhension et de peur
(par ex. : rester figé, les mains en l’air). Les enfants désorganisés semblent
perplexes et impuissants dans les situations de détresse. D’une manière
générale, des réponses parentales non congruentes aux comportements
d’attachement de l’enfant provoquent chez ce dernier de la peur, dans la
mesure où il ne se sent pas protégé par le parent (Lyons-Ruth et al., 1999).
Les parents qui souffrent d’une maladie mentale qui les accapare ont sou-
vent des enfants désorganisés (Radke-Yarrow et al., 1985 ; Teti et al., 1995).
De récents travaux montrent en particulier que l’absence de réactivité de
la mère serait un facteur prédisposant à l’attachement désorganisé (Beebe
et al., 2010 ; Lyons-Ruth et al., 2005 ; Miljkovitch et al., 2012a). Cette caté-
gorie d’attachement, sans directement relever de la psychopathologie,
représente toutefois un facteur de risque dans le développement ulté-
rieur de troubles tels que des troubles internalisés ou externalisés durant
l’enfance (Hazen et al., 2011 ; Moss et al., 2006) ou encore des symptômes
dissociatifs (Ogawa et al., 1997) ou borderline (Lyons-Ruth, 2008 ; Deborde,
Miljkovitch, 2013) à l’adolescence ou l’âge adulte.
En marge de ces quatre catégories issues de la recherche, la forme que peu-
vent prendre les stratégies d’attachement est infinie, selon le contexte  et l’âge
de développement de l’enfant. En s’apercevant que des comportements, dont
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 63

la finalité n’était pas initialement d’attirer le parent, peuvent néanmoins avoir


cet effet, l’enfant peut user de ce type de conduite pour inciter le parent à
s’occuper de lui. Ceci est d’autant plus susceptible de se produire, que des
demandes plus directes ne parviennent pas à lui procurer les soins attendus.
Pour agir sur le parent de manière à trouver une réponse à ses besoins, l’enfant
n’a donc pas comme unique recours de faire varier le niveau d’activation de
son système d’attachement ; il peut aussi développer des « stratégies d’attache-
ment masquées  » (Miljkovitch, 2009), en reproduisant des conduites autres,
dont il s’est rendu compte qu’elles permettaient de mieux accéder à lui.
Les troubles de l’attachement
Dans les cas de négligence ou de maltraitance, les comportements d’atta-
chement de l’enfant sont sérieusement perturbés et donnent lieu à des
troubles de l’attachement graves qui s’apparentent à des troubles relevant
de la psychopathologie. Zeanah et al. (1993) ont proposé un système de
classification de ces troubles pour les enfants de 1 à 5 ans. Ils distinguent
5 types de troubles de l’attachement différents (les deux premiers étant les
plus graves). Si le rapport au parent est perturbé, on constate en outre que
les comportements d’exploration de l’enfant le sont aussi, en ce que l’adulte
ne semble plus remplir sa fonction de base sécurisante.
Dans le type I : trouble de l’attachement non attaché , l’enfant ne manifeste
pas de préférence particulière pour un adulte donné et ne semble s’atta-
cher à personne. Il peut, par ailleurs, présenter un retard de développement
significatif. Vraisemblablement, une telle perturbation survient chez les
enfants élevés en institution, les cas de négligence extrême ou les enfants
dont les tuteurs se sont succédé les uns après les autres.
Le type II  : trouble de l’attachement indiscriminé, se caractérise par une
tendance à ne pas s’assurer de sa sécurité auprès du parent dans les situa-
tions non familières et à ne pas se réfugier vers lui en cas de peur ou
d’appréhension. L’enfant fait plutôt preuve de promiscuité, en allant vers
n’importe qui pour obtenir des soins et du réconfort. Dans le type II, on
distingue les enfants qui ont en outre tendance à avoir des accidents et des
comportements à risque de ceux qui présentent une promiscuité sociale
avec recherche de réconfort de façon indiscriminée.
Dans le type III : trouble de l’attachement inhibé, l’enfant se montre réti-
cent à s’éloigner de sa figure d’attachement et à explorer l’environnement
comme le font les autres enfants de son âge. Certains de ces enfants s’accro-
chent de manière excessive à leur parent, une attitude qui va bien au-delà
de la simple timidité. Face à des inconnus, ces enfants se montrent extrê-
mement anxieux. Une autre catégorie d’enfants de type III se montrent
totalement soumis face à leur parent (compulsive compliance) en lui obéis-
sant en toutes circonstances, sans manifester la moindre résistance. Cet état
résulte vraisemblablement d’une maltraitance physique à son encontre.
64 Psychopathologie de la parentalité

L’enfant se montre ainsi hypervigilant ; il contient ses affects et manque de


spontanéité en présence du parent maltraitant.
Dans le type IV : trouble de l’attachement agressif, la relation avec le parent
est essentiellement marquée par la colère. En effet, l’enfant se montre très
agressif envers sa figure d’attachement (physiquement ou verbalement) et/
ou envers lui-même (par ex. : en se frappant la tête contre les murs). Sou-
vent l’agressivité est tellement prédominante que d’autres manifestations
anxieuses comme des difficultés de séparation ou des troubles du sommeil
passent inaperçues ou sont interprétées par les parents comme des tentatives
de les mettre au défi. L’agressivité peut apparaître dans d’autres contextes,
mais à un moindre degré. L’enfant peut piquer des crises de colère terribles
lorsqu’il est frustré. De tels enfants sont généralement témoins ou victimes
de violence à la maison.
Dans le type V  : trouble de l’attachement avec inversion des rôles, l’enfant
endosse le rôle de parent et se soucie de manière inhabituelle du bien-
être psychologique de celui-ci. Dans son comportement, l’enfant peut
­infantiliser le parent en veillant sur lui ou en le commandant et en le
punissant. Il semblerait qu’un attachement désorganisé pendant la petite
enfance prédispose à ce type de trouble.
Tant que l’enfant n’en arrive pas à renoncer à l’espoir d’être pris en charge
par un adulte bienveillant (auquel cas il se laisse mourir), on s’aperçoit
que quel que soit le milieu dans lequel il évolue, il cherche à s’adapter à
son environnement, en développant des stratégies qui vont accroître ses
chances d’obtenir une protection quelconque. Par exemple, s’il n’a pas eu
de figure d’attachement stable, il apprend à solliciter n’importe quel adulte
pour assurer sa protection. S’il n’a personne qui veille sur lui, il va tenter de
se familiariser avec le monde qui l’entoure par lui-même, sans attendre la
guidance d’un adulte.
On voit donc que lorsque le lien au parent est problématique, les capa-
cités d’exploration de l’enfant sont altérées, en ce sens qu’il n’arrive pas
à s’intéresser à l’environnement physique ou social de manière prudente,
sans perdre de vue sa propre sécurité. Il en arrive ainsi à des extrêmes, où
son intérêt pour l’extérieur est entravé par une trop grande proximité avec
la figure d’attachement ou au contraire il fait preuve d’inconscience en
prenant des risques inconsidérés, sans faire appel, comme il le devrait, à
l’adulte pour le guider dans son exploration.
Les modèles internes opérants
Dès les premiers mois de la vie, le nourrisson mémorise les scénarios rela-
tionnels qu’il vit au quotidien. Très vite, il s’en forme un schéma, qui le
guide dans ses nouvelles expériences. Pour désigner de tels schémas, Bowlby
a emprunté à la psychologie cognitive (Craik, 1943) le concept de « modèle
interne opérant » (MIO) : l’enfant intériorise un modèle de relation à partir
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 65

de ses interactions avec son entourage. Des recherches confirment le lien


entre les interactions précoces et les représentations que l’enfant se forme
plus tard (Miljkovitch et al., 2013b).
Selon la définition de Bowlby, les MIO, une fois mis en place, aident
à comprendre et à interpréter le comportement de ses proches. Plus
­généralement, ils permettent d’anticiper les réactions d’autrui. De ce fait, ils
influencent le comportement de l’individu dans ses rapports interperson-
nels. Ainsi, l’interprétation qu’on a des événements s’appuie sur d’anciennes
situations similaires  ; des attentes quant à leur dénouement s’enclen-
chent. C’est ainsi que l’attachement à la mère prédit en partie la qualité
des relations que l’enfant va avoir avec ses amis (Schneider et al.,  2001  ;
Berlin et al., 2008 ; Thompson, 2008). Les MIO vont également exercer une
influence sur le rapport établi à l’âge adulte, par exemple, avec ses enfants
(Miljkovitch, 2001 ; Leblanc et al., 2009 ; Miljkovitch et al., 2012a), dans
ses relations amoureuses (Miljkovitch, 2009) ou encore dans un contexte
thérapeutique (Guédeney, 2005). On envisage même que dans certains cas,
une dépendance dans le domaine de l’attachement puisse prédisposer à
des dépendances autres, telles que les addictions (Miljkovitch, 2013a). Des
données longitudinales montrent que les MIO de l’adulte synthétisent en
quelque sorte l’histoire d’attachement du sujet (Miljkovitch et al., en prépa-
ration). Les MIO, parce qu’ils supposent une lecture du présent à la lumière
du passé, participeraient à la mise en place de la personnalité, en assurant à
l’individu une certaine constance (Miljkovitch et al., en préparation).
La théorie de l’attachement prévoit, qu’en plus d’être de simples représen-
tations implicites susceptibles d’être réactivées dans des situations analogues,
les MIO vont plus ou moins contraindre à la répétition, selon leur degré de
rigidité. Celle-ci serait augmentée par le recours à des processus défensifs
que Bowlby désigne sous les termes d’« exclusion défensive ». Il s’agit d’un
phénomène qui consiste à exclure de sa conscience les informations qui
engendrent un trop grand sentiment d’insécurité, car bannies et réprouvées
par les parents (Bretherton et Munholland,  2008) ou plus généralement,
parce qu’elles sont nuisibles aux conditions de sécurité (Miljkovitch, 2009).
Par exemple, mieux vaut pour un enfant idéaliser un parent violent (et
donc «  fermer les yeux  » sur certaines choses), lorsque cette idéalisation
favorise un climat plus apaisé. Ainsi, l’exclusion défensive vise à minimiser
l’insécurité. En revanche, elle empêche une bonne mise à jour des MIO, en
écartant du système de représentations les informations non conformes à
ce qui y est établi. Par conséquent, l’apparition de nouvelles perceptions
et de ce fait, de nouveaux comportements, est compromise. La personne
insécure est limitée dans sa capacité à adapter son MIO ou à en créer de
nouveaux qui intègrent les nouvelles informations. Plusieurs travaux sug-
gèrent en effet que les personnes qui recourent à ce type de défense sont
moins enclines que les autres à développer des MIO différents de ceux mis
66 Psychopathologie de la parentalité

en place auprès des parents (Cohin, Miljkovitch, 2007 ; Miljkovitch, 2009).


On peut donc s’attendre à ce que les personnes insécures, parce qu’elles
sont plus susceptibles de recourir à ce type de défense, voient les modalités
relationnelles mises en place auprès des parents se généraliser davantage
que les personnes sécures. Elles auraient un rapport au monde plus rigide à
travers les différents domaines et situations. Leur MIO d’attachement pré-
coce aurait un caractère envahissant, en ce qu’il entraînerait une tendance
excessive à l’analogie, entre des situations nouvelles non pertinentes et les
situations sources. Le caractère envahissant du MIO est alors susceptible de
conduire à des réactions inadaptées, conformes aux réactions provoquées
par l’insécurité d’origine.

Attachement et psychopathologie
En dehors des situations de carence ou de maltraitance extrêmes qui don-
nent lieu à des troubles de l’attachement, le sentiment d’insécurité en lui-
même n’équivaut pas à une psychopathologie. Il peut toutefois participer à
sa mise en place, et ce d’autant plus que d’autres facteurs de risque s’ajoutent
pour en précipiter la survenue (Cicchetti, Rogosh, 1997). Il n’en demeure
pas moins qu’un enfant insécure est plus vulnérable à plusieurs égards. En
premier lieu, la relation d’attachement est nécessaire au bébé pour la régula-
tion de ses états internes. Grâce à des soins sensibles et adéquats, il apprend,
progressivement que les états négatifs qu’il traverse sont passagers et qu’il
peut (au départ avec l’intervention de l’adulte) y mettre un terme. En
revanche, l’absence d’un tel accompagnement laisse l’enfant aux prises avec
des affects intolérables qu’il ne peut surmonter. Des études attestent du lien
entre attachement et régulation émotionnelle au niveau neurobiologique
chez le bébé (Hertsgaard et al., 1995 ; Spangler, Schieche, 1998), mais aussi
chez l’adulte (Coan et al., 2006 ; Mikulincer, Shaver, 2007). Ainsi, l’enfant
insécure, et a fortiori désorganisé, est fragilisé par cette difficulté à gérer ses
états internes et plus vulnérable au développement de psychopathologies.
Au vu des différentes recherches en neurosciences sur l’attachement (par
ex., Gillath et al.,  2005), Coan (2008) propose que les MIO modulent les
processus neurologiques associés à la régulation émotionnelle.
En agissant sur les anticipations relatives au déroulement des interactions
et, par là même, sur les attitudes qui en découlent, les MIO participent
à la pérennisation des modes de relations initiaux et des affects associés
(Thompson, 2008). Les modèles internes opérants des enfants sécures leur
sont favorables sur le plan des relations interpersonnelles et des émotions
que cela provoque. Les échanges avec leur entourage familial leur appor-
tent les assises narcissiques nécessaires à la formation d’une image positive
de soi et participent à la construction d’une image positive d’autrui. Les
relations avec les autres sont perçues comme gratifiantes. Ainsi les attentes
de ces enfants tendent à induire des modes d’interactions satisfaisants, qui
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 67

viennent renforcer l’image préalablement formée des relations. Ce faisant,


elles réduisent l’occurrence d’échanges conflictuels susceptibles d’engen-
drer des affects négatifs. Et lorsque de tels échanges ont lieu, la confiance
que ces enfants ont en eux-mêmes et en l’avenir les prémunit contre les
effets néfastes qu’ils pourraient avoir.
À l’inverse, les enfants insécures développent le sentiment de ne pas réus-
sir à se faire aimer, ainsi que l’idée que les relations sont sources de frus-
tration. Ils développent alors une attitude méfiante ou dépendante vis-à-vis
d’autrui, qui risque de gêner l’établissement de rapports satisfaisants (cf. par
ex. Cassidy et al., 1996). Ainsi, leurs relations leur renvoient à nouveau une
image négative d’eux-mêmes, de même qu’elles engendrent des sentiments
pénibles, difficiles à gérer. Leurs modèles internes opérants les conduisent à
faire des erreurs d’attribution, dont on sait, par ailleurs, qu’elles sont impli-
quées dans différents troubles (Beck,  1967  ; Dodge, Frame,  1982). Cette
sphère d’influence des MIO concourt à la cristallisation d’un vécu affectif
négatif, tant au niveau de la qualité de celui-ci, qu’au niveau de sa capacité
à y faire face.

L’attachement à l’âge adulte


Les modèles de relations construits durant les premières années créent donc
des filtres au travers desquels l’adulte perçoit les nouveaux liens. Ce phéno-
mène est d’autant plus susceptible de s’observer qu’il s’agit d’une relation
d’attachement. Ainsi, le couple représente un contexte particulièrement
propice à de telles projections.
Dès la petite enfance, des choses se mettent en place, qui peuvent induire
plus tard des difficultés au sein du couple ou au contraire en favoriser l’équi-
libre (Miljkovitch,  2009). Pour commencer, le sentiment de confiance se
construit dès les premières années de la vie. Les intentions qui sont attri-
buées au conjoint et la croyance en son amour dépendent notamment de
ces premières expériences. Dès l’enfance, la personne associe les différentes
situations de la vie quotidienne à un vécu particulier.
L’expérience de l’éloignement en est un exemple. Si les épisodes de sépa-
ration se sont bien passés, si l’enfant a été pris en charge correctement, si
la constance du lien paraissait évidente et si les parents s’assuraient qu’il
n’en doutait pas, ils peuvent ne pas porter à conséquence. La façon dont les
séparations se sont produites va déterminer la manière dont la personne vit
l’absence de ses proches par la suite. Si en revanche, ce type d’expérience
a donné lieu à un sentiment d’abandon ou de crainte quant à la pérennité
du lien entretenu avec ses parents, les angoisses passées sont susceptibles de
se réveiller à l’âge adulte, lorsqu’on est séparé de son partenaire amoureux.
L’absence psychologique va aussi s’accompagner d’un vécu particulier.
Selon ce qu’elle signifie pour l’enfant, celui-ci la supportera plus ou moins
bien par la suite, y compris avec d’autres personnes que ses parents. Si cette
68 Psychopathologie de la parentalité

absence momentanée révèle chez les parents des préoccupations accapa-


rantes qui les coupent de lui et les empêche d’assurer correctement leur
rôle, l’enfant restera marqué par ces moments où il est livré à lui-même.
Ainsi, à l’âge adulte, un conjoint introverti peut réveiller le vécu de l’enfant
qui est en lui. Bien qu’à la maturité, les moments d’absence du partenaire
ne devraient pas porter à conséquence, en ce qu’elles ne sont pas contra-
dictoires avec une capacité d’écoute et d’empathie quand le besoin s’en
fait sentir, pour la personne qui a été fragilisée par ce phénomène durant
l’enfance, l’absorption provisoire de l’autre peut être mal vécue et donner
lieu à des réactions disproportionnées.
Le fait d’être en désaccord ou en conflit avec les parents peut aussi être
une situation critique de l’enfance. Selon que le désaccord pouvait ou non
s’exprimer dans la relation avec les parents, il sera vécu différemment par
l’adulte lors des conflits conjugaux. L’attention accordée à d’autres choses
qu’à soi peut aussi être associée à un vécu spécifique. Si les parents témoi-
gnaient une préférence nette pour un autre membre de la fratrie et que cela
donnait lieu à un sentiment de rejet de sa propre personne, le conjoint dont
le partenaire amoureux portera de l’intérêt à d’autres personnes peut voir
se raviver ce vécu difficile. Tous les épisodes de la vie quotidienne sont ainsi
assortis d’émotions particulières, qui sont susceptibles de resurgir lorsque
des situations analogues apparaissent de nouveau dans le couple.
Ainsi, la lecture des intentions et des sentiments de son conjoint peut être
déformée, pour peu que la vision que l’enfant se soit créée au contact de ses
parents soit corroborée par ce qu’il vit adulte dans le couple.
La répétition du schéma amoureux peut s’expliquer par le recours à
des stratégies d’attachement qui, bien que justifiées dans l’enfance, ne le
sont plus à l’âge adulte. Ces stratégies peuvent induire les mêmes types
de réactions chez les partenaires amoureux qui se succèdent. À leur tour,
ces réactions confortent l’individu dans ses croyances sur les relations
interpersonnelles.
En même temps, l’expérience amoureuse favorise une meilleure connais-
sance de soi et représente une occasion de faire la part des choses entre ce
qui surgit du passé et ce qui est provoqué par l’attitude de son conjoint. La
mise à jour des modèles de relations permet alors à l’individu de mieux se
rendre compte de ses propres biais d’interprétation et de l’éventuelle inadé-
quation de ses réactions par rapport au contexte actuel.

Évaluation de l’attachement
Il existe une myriade d’outils évaluant l’attachement avec des systèmes de
classification à la fois voisins et différents, qui rendent la compréhension
des recherches sur l’attachement très complexe. En gros, il existe deux
courants à l’origine d’outils dont l’esprit diffère quelque peu. Le premier
courant repose sur la mise au point du dispositif expérimental de la situation
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 69

étrange élaborée par Ainsworth et ses collègues à la fin des années 1960
­(Ainsworth et Bell, 1970). Il s’inscrit dans une perspective développementale
qui propose une classification en trois, puis quatre (Main et Solomon, 1986)
catégories obtenues grâce à l’observation des comportements de bébés. Au
départ, la situation étrange a été mise au point pour des enfants de 12 mois,
puis des adaptations de la procédure ont étendu l’âge de passation jusqu’à
6 ans (Cassidy, Marvin, 1992 ; Main, Cassidy, 1988).
Parallèlement à cela, l’adult attachment interview ou AAI (George et al., 1985)
a aussi été dérivé de la situation étrange. En faisant ressortir des caractéris-
tiques spécifiques aux mères d’enfants classés respectivement sécures, évi-
tants, ambivalents ou désorganisés, Main et ses collègues (Main, Goldwyn et
Hesse, 2002) ont défini chez elles différents « états d’esprit », à partir de leur
discours sur leurs propres expériences d’attachement en tant qu’enfants.
L’introduction de cet entretien a ainsi ouvert la voie à une multitude
d’études établissant un phénomène de transmission intergénérationnelle
des modalités d’attachement (Leblanc et al., 2009 ou Miljkovitch,2001).
D’autres systèmes de codages ont été proposés pour évaluer des dimen-
sions complémentaires à celles mesurées par le système de codage classique.
En particulier, Fonagy et al. (1991a) ont développé une échelle de fonction
réflexive (i. e. capacité à comprendre ses propres états mentaux ainsi que
ceux des autres) qui s’avère, dès la grossesse, être un bon prédicteur de l’atta-
chement de l’enfant à naître (Fonagy et al.,  1991b). La mesure de la dés-
organisation n’étant pas calquée sur la définition d’origine, Melnick et al.
(2008) ont développé la catégorie « Hostile/Impuissant » (Hostile/Helpless)
pour mieux capter l’existence de modèles contradictoires de soi et de la
figure d’attachement. Cette classification chez la mère prédit la désorgani-
sation chez l’enfant (Lyons-Ruth et al., 2005).
Un autre entretien, l’AMMI ou attachment multiple model interview
(anciennement ASSSI, Miljkovitch,  2009), permet également de mesurer
chez l’adolescent ou l’adulte la présence de tendances incompatibles d’inhi-
bition et d’hyperactivation du système d’attachement. Mais à la différence
des autres outils qui proposent un seul état d’esprit, celui-ci distingue la
qualité de l’attachement selon la relation envisagée (par ex., mère, père,
conjoint…), et ce selon une approche à la fois dimensionnelle et catégo-
rielle. Son utilisation a ainsi permis de montrer la complémentarité des
relations avec chaque parent et la manière dont l’une et l’autre se conju-
guent dans le développement de l’individu (Deborde, Miljkovitch, 2013).
Sa validité a été établie à partir de données longitudinales montrant que
l’attachement mesuré de 4 à 18 ans permet de prédire le score de sécurité du
jeune adulte de 21 ans, et ce mieux que l’AAI (Miljkovitch, Moss, Bernier,
Pascuzzo, Sander, en préparation). Le current relationship interview (Crowell,
Owens, 1998) permet également d’évaluer l’attachement au sein du couple
(actuel), par un système de classification d’état esprit unique, conforme à la
conception d’origine de l’AAI.
70 Psychopathologie de la parentalité

Suite à ce saut vers l’âge adulte, d’autres instruments dans la perspective


développementale ont fait leur apparition. En particulier, Bretherton et al.
(1990) ont mis au point des histoires à compléter (attachment story comple-
tion task) pour évaluer l’attachement dès l’âge de 3 ans, à partir des narratifs
produits à l’aide de petites figurines. Plusieurs systèmes de codages ont été
proposés (Bretherton et al., 1990 ; Gloger-Tippelt et al., 2002 ; Solomon et
al., 1995), dont un en français (Miljkovitch et al., 2001) pour lequel des liens
avec l’AAI de la mère (Miljkovitch et al., 2004) et la qualité des interactions
précoces (Miljkovitch et al., 2012a) ont été établis. Sur le même modèle,
Green et al. (2000) ont mis au point la Manchester child attachment story task
(MCAST) pour les enfants de 5 à 7 ans. Un autre test projectif, le Projective
attachment interview (George, West, 2001) dont le format s’approche de celui
du TAT, a ensuite été développé pour les adultes.
Quelques autoquestionnaires permettent en outre d’évaluer l’attache-
ment chez l’enfant (Kerns et al., 1996 ; validation française par Bacro, 2011)
ou l’adolescent (Armsden, Greenberg, 1987 ; validation par Vignoli, Mallet,
2004). À cela, s’ajoutent de nombreux autres questionnaires destinés aux
adultes. Ceux-ci sont issus du deuxième courant, qui, bien qu’inspiré par
les travaux de Bowlby, s’inscrit dans le champ de la psychologie sociale.
Parce qu’il s’intéresse davantage aux relations entre adultes qu’aux relations
filiales, sa présentation sera ici beaucoup plus succincte. Notons toutefois
quelques outils validés en français tels que le relationship scales questionnaire
(RSQ, Guédeney et al.,  2010), le questionnaire des styles d’attachement
(QSA , Paquette et al., 2001) ou encore le CaMir (Pierrehumbert et al., 1996)
qui lui, s’inscrit à l’intersection des deux courants.

Retombées pratiques des travaux sur l’attachement


Le grand nombre d’outils existant pour évaluer l’attachement atteste de la
richesse des recherches effectuées dans le domaine. Petit à petit, la théorie
de Bowlby (1969) laisse place à des faits établis scientifiquement. En plus
de contribuer à une meilleure connaissance du développement humain, les
travaux sur l’attachement ont de nombreuses retombées pratiques. Ils ont
donné lieu, par exemple, à des conceptualisations sur le processus théra-
peutique, en soulignant l’importance d’une base de sécurité (en la personne
du thérapeute) dans l’accompagnement du patient dans son introspection
(Bowlby, 1977 ; Guédeney, 2005 ; Holmes, 2001) et dans la mise en place
d’un nouveau mode de  relation plus favorable (Bateman, Fonagy,  2012).
Mais ils permettent aussi une meilleure définition des enjeux liés à des
questions de politique sociale telles que l’adoption (Dozier, Rutter, 2008), le
placement (Miljkovitch, 2010), l’accueil des jeunes enfants (Vanwelleghem,
Miljkovitch, 2011), et l’approche pratique des troubles du développement
et leur prévention (Guédeney et al., 2001).
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 71

Une question au cœur des préoccupations actuelles en raison de l’évolution


de la société est celle des droits de garde des parents séparés. Les r­ épercussions
d’un tel événement sur l’enfant sont variables d’un cas à l’autre et dépendent
du contexte dans lequel il se produit. Parmi les facteurs susceptibles de modu-
ler l’impact du divorce, on peut citer le stade de développement de l’enfant,
la qualité de la relation conjugale et coparentale avant et après la rupture,
l’impact de la séparation sur les parents et sur leur capacité à s’occuper de leur
enfant, etc. Mais s’il existe des facteurs qui existent de fait et sur lesquels il est
difficile d’agir, le mode de garde reste un facteur important dans le devenir
des enfants qu’il convient d’adapter en fonction de la situation. Récemment,
l’association australienne pour la santé mentale du bébé (AAIMHI,  2011) a
préconisé des mesures qui découlent des conclusions de recherches effectuées
sur le sujet (par exemple McIntosh et Smith, 2012). Outre des rapports cor-
diaux entre les parents et une acceptation de chacun de l’autre dans la vie de
l’enfant, l’association recommande le maintien d’une relation continue avec
le principal fournisseur de soins, principalement jusqu’à la fin de la deuxième
année voire la troisième. Plus clairement, l’association déconseille fortement
le fractionnement de la garde, qui pourrait sérieusement entraver le bon
développement de l’enfant. En particulier, il est préférable que l’enfant fasse
toujours ses nuits chez le même parent, jusqu’à ce qu’il acquière des capacités
représentationnelles et une certaine notion du temps qui lui permettent d’anti-
ciper et de saisir la durée de la séparation, de se représenter au-delà de cette
« parenthèse » et de pouvoir penser au parent absent. Généralement, l’enfant
n’est capable d’évoquer spontanément le parent absent qu’aux alentours de
3 ans. Il n’en demeure pas moins qu’avant même la naissance, des processus
mnésiques sont à l’œuvre (Fassbender, 1996), qui lui permettent de construire
des représentations procédurales du monde qui l’entoure, en l’occurrence de
la relation à chacun de ses parents. En cela, la mise en place précoce du lien
avec la figure d’attachement secondaire (outre les facteurs relatifs à l’investis-
sement parental) est déterminante pour la suite de la relation. Ainsi, l’AAIMHI
recommande que, le temps passé avec cet autre parent augmente progressive-
ment, à mesure que l’enfant devient mature et capable de tolérer la séparation
d’avec sa principale figure d’attachement.

La théorie du bonding
Le terme attachement a été traditionnellement retenu pour décrire le
­mouvement affectif qui lie l’enfant à sa mère. La relation inverse est restée
innominée, si l’on néglige bien sûr le très controversé « instinct maternel » qui
demeure plus une théorie populaire qu’un concept psychiatrique. Une théorie
du lien (bond, en anglais) a été ébauchée par deux pédiatres américains, Klaus
et Kennel, une dizaine d’année après celle de l’attachement (1976).
72 Psychopathologie de la parentalité

Elle étudie le versant maternel de l’attachement au nouveau-né s’appuyant


sur des conceptions éthologiques. La théorie du bonding relève avant tout
d’un abord empirique et ne présente pas la sophistication conceptuelle
de la théorie de l’attachement. En 1972, Klaus et al. décrivent à partir de
leurs propres observations un pattern particulier de comportements mater-
nels qui apparaît aussitôt après la naissance. Selon cette étude, la mère,
lors  du premier contact, lorsque le nouveau-né, encore nu, est placé sur
son ventre, touche d’abord les doigts et les orteils du bébé. La mère conti-
nue son exploration en allant vers le centre du corps du nouveau-né et
finit par circonscrire l’abdomen par un mouvement de sa main ouverte
qui s’accompagne souvent d’un léger massage. Selon d’autres auteurs, ces
attitudes apparaissent aussi lorsque le nouveau-né est partiellement vêtu. Ils
peuvent aussi être le fait du père (Rodholm et Larsson, 1979). Selon Kennell
et Klaus (1984), ces patterns auraient des effets, à long terme, sur la relation
parent-enfant et sur le développement ultérieur de l’enfant. Les auteurs
soulignent que la séparation des mères de leur nouveau-né prématuré a des
effets désastreux sur leur relation subséquente. Contrairement à la théorie
de l’attachement, le bonding a été initialement conçu comme un proces-
sus de tout ou rien apparaissant à une période sensible. Cette notion a été
extrêmement critiquée ce qui a conduit les auteurs à admettre la possibilité
de créer secondairement des liens satisfaisants malgré des patterns initiaux
dysfonctionnant en termes de bonding (Kennell et Klaus, 1984).
Gouin-Décarie (1987) remarque que même si la mère est conçue comme
la personne la plus importante dans la dynamique du bonding, relativement
rapidement le père intervient au point que l’édition révisée du premier
ouvrage de Klaus et Kennell, Maternal-infant bonding (1976), porte le titre de
Parent-infant bonding (1982).
Une méta-analyse de Goldberg (1983), à partir de 28 travaux ayant porté
sur le bonding, montre les limites de la théorie. Elle conclut en particulier
qu’il n’a pas été démontré qu’au moment de la naissance les interactions
peau à peau aient plus d’effets qu’avec le bébé vêtu. Aucune preuve n’a été
également apportée que les premières heures constituent une période déter-
minante dans la création d’un lien parents-enfants. De même, le contact au
moment de la naissance ne peut servir de substitut à un soutien social, dans
le cas de parents issus de milieux socio-économiquement très défavorisés.
Cette théorie, malgré sa faiblesse, a toutefois eu l’avantage de contribuer à
limiter les séparations précoces mère-enfant, notamment lors de compli-
cations obstétricales ou néonatales, et demeure une importante tentative
d’élucidation théorique de l’attachement maternel.
Kumar (1997), dans une enquête préliminaire basée sur l’appel à des
témoignages, dont 88 ont été recueillis et inclus, a tenté d’orienter la théo-
rie du bonding dans une autre direction en montrant qu’un nombre non
négligeable de mères ne ressentent pas à la naissance d’un de leurs enfants,
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 73

et dans cette recherche le plus souvent d’un seul, l’élan affectif et l’ensem-
ble des sentiments qui les ont étreints lors de la naissance des précédents.
Cet enfant aurait pu, pour cette mère être «  l’enfant de n’importe qui  »
selon le titre même de l’article. Elles éprouvent parfois immédiatement des
affects hostiles. Toutes avaient présenté des manifestations psychopatholo-
giques, le plus souvent un trouble dépressif simultanément à l’élaboration
de la parentalité. Elles n’avaient pu communiquer à leurs proches ce déficit
clairement ressenti et dont la cause ne semble pas clairement expliquée.
Ces mères ne sont pas maltraitantes et leurs enfants sont élevés dans des
conditions ordinaires. L’auteur, psychiatre d’adultes, tente ainsi d’ouvrir la
voie à une recherche privilégiant les modalités de l’attachement maternel,
délaissée jusqu’alors pour l’intérêt quasi exclusif porté au processus de
l’attachement chez l’enfant. Ni le fait que la grossesse ait été désirée, ni le
désir d’y mettre fin, ni le sexe de l’enfant, ni des difficultés obstétricales ou
simplement des difficultés d’allaitement n’y jouaient un rôle significatif.

Bibliographie
AAIMHI (2011). AAIMHI Guideline: Infants and overnight care –post separation and
divorce. (Issued 26 Nov.)
Ainsworth, M. D. S., & Bell, S. M. (1970). Attachment, exploration, and separation: Illustra-
ted by the behavior of one-year-olds in a strange situation. Child development, 49-67.
Ainsworth, M. D. S., Blehar, M. C., Waters, E., & Wall, S. (1978). Patterns of attachment:
A psychological study of the Strange Situation. Hillsdale, NJ: Lawrence Erlbaum Ass.
Ajuriaguerra, J. de (1956). Intégration de la motilité. Enfance, 2, 15-18.
Ammaniti, M., Baumgartner, E., Candelori, C., Perucchini, P., Pola, M., Tambelli, R., &
Zampino, F. (1992). Representations and narratives during pregnancy. Infant
Ment. Health J, 13, 167-182.
Apter-Levi, Y., Zagoory-Sharon, O., & Feldman, R. (2013). Oxytocin and vasopressin
support distinct configurations of social synchrony. Brain Res. doi: 10.1016/j.
brainres.2013.10.052. pii: S0006-8993(13)01462-5.
Armsden, G. C., & Greenberg, M. T. (1987). The inventory of parent and peer
­attachment: individual differences and their relationship to psychological well-
being in adolescence. Journal of Youth and Adolescence, 16, 427-454.
Atzil, S., Hendler, T., & Feldman, R. (2013). The brain basis of social synchrony. Soc
CognAffect Neurosci.
Atzil, S., Hendler, T., Zagoory-Sharon, O., Winetraub, Y., & Feldman, R. (2012). Syn-
chrony and specificity in the maternal and the paternal brain: relations to oxytocin
and vasopressin. J Am Acad Child Adolesc Psychiatry, 51(8), 798-811.
Bacro, F. F. (2011). Validation francophone de l’échelle de sécurité des perceptions
d’attachement au père et à la mère (Kerns, Klepac & Cole, 1996). European Review
Of Applied Psychology / Revue Européenne De Psychologie Appliquée, 61(4), 213-221.
Bartels, A., & Zeki, S. (2004). The neural correlates of maternal and romantic love.
Neuroimage, 21(3), 1155-1166.
Bartz, J.A., Zaki, J., Bolger, N., & Ochsner, K.N. (2011). Social effects of oxytocin in humans.
Bateman, A. W., & Fonagy, P. (2012). Handbook of mentalizing in mental health practice.
Arlington, VA US: American Psychiatric Publishing, Inc.
74 Psychopathologie de la parentalité

Beck, A. T. (1967). Depression: Causes and treatment. Philadelphia: University of


Pennsylvania Press.
Beebe, B., Jaffe, J., Markese, S., Buck, K., Chen, H., Cohen, P., & … Feldstein, S. (2010).
The origins of 12-month attachment: A microanalysis of 4-month mother-
infant interaction. Attachment & Human Development, 12(1–2), 6-141.
Belsky, J., & Rovine, M. (1987). Temperament and attachment security in the strange
situation: an empirical rapprochement. Child Development, 58, 787-795.
Benedek, T. (1959). Parenthood as a developmental phase. À contribution to the
libido theory. J. Am. Psychoanal. Assoc, 7, 389-417.
Bergin, C., & Bergin, D. (2009). Attachment in the classroom. Educational Psychology
Review, 21(2), 141-170.
Berlin, L. J., Cassidy, J., & Appleyard, K. (2008). The influence of early attachments on
other relationships. In J. Cassidy, & P. R. Shaver (Eds.), Handbook of attachment
(2nd ed.) (pp. 333-347). New York: Guilford Press.
Bibring, G. L., Dwyer, T. F., Huntington, D. S., & Valenstein, A. F. (1961). A study
of the psychological processes in pregnancy and on the earliest mother-child
relationship. Psychoanal. Study Child, 16, 9-27.
Bowlby, J. (1957). An ethological approach to research in child development. British
Journal of Medical Psychology, XXV, part 4, 230-240.
Bowlby, J. (1969). Attachment and Loss, vol. 1: Attachment. New York: Basic Books.
Bowlby, J. (1977). The making and the breaking of affectional bonds. II. Some
principals of psychotherapy. British Journal of Psychiatry, 130, 421-431.
Brazelton, T. B. (1981). Comportement et compétence du nouveau-né. Psychiatrie
de l’enfant (24–2), 375-396.
Bretherton, I. (1990). Open communication and internal working models: Their
role in attachment relationships. In R. Thompson (Ed.), Nebraska Symposium on
Motivation, vol. 36; socioemotional development. (pp. 57-113) Lincoln, Nebraska:
University of Nebraska Press.
Bretherton, I., Ridgeway, D., & Cassidy, J. (1990). Assessing internal working models
of the attachment relationship. Attachment in the preschool years: Theory, research,
and intervention, 273-308.
Bretherton, I., & Munholland, K. (2008). Internal Working Models in Attachment
Relationships – Elaborating a Central Construct in Attachment Theory. In J.
Cassidy, & P. Shaver (Eds.), Handbook of Attachment: Theory, Research, and Clini-
cal Applications. (pp. 102-126) New York: The Giulford Press.
Bourdier, P. (1972). L’hypermaturation des enfants de malades mentaux. Problèmes
cliniques et théoriques. Revue Française de Psychanalyse, 1, 19-42.
Bydlowski, M. (1995). La relation fœto-maternelle et la relation de la mère à son
fœtus. In S. Lebovici, R. Diatkine, & M. Soulé (Eds.), Nouveau traité de psychiatrie
de l’enfant et de l’adolescent (2e éd). Paris: PUF, 1881-1891.
Bydlowski, M. (1978). Les enfants du désir. Le désir d’enfant dans sa relation à
l’inconscient. Psychanal. Univ, 4, 59-92.
Bydlowski, M. (1997). La dette de vie, Itinéraire psychanalytique de la maternité, Le
fil rouge, PUF, Paris, 6e éd. (mise à jour 2008).
Cassidy, J., & Marvin, R. S. (1992). Attachment organization in preschool children.
Coding guidelines (4th ed). WA: Unpublished manuscript, MacArthur Work
Group on Attachment, Seattle.
Cassidy, J., Kirsh, S. J., Scolton, K. L., & Parke, R. D. (1996). Attachment and represen-
tations of peer relationships. Developmental Psychology, 32, 892-904.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 75

change. New York: Guilford Press.


Cicchetti, D., & Rogosch, F. A. (1997). The role of self-organization in the promo-
tion of resilience in maltreated children. Development And Psychopathology, 9(4),
797-815.
Coan, J. A. (2008). Toward a neuroscience of attachment. In J. Cassidy, & P. R. Shaver
(Eds.), Handbook of attachment: Theory, research, and clinical applications (2nd
edition). New York: Guilford Press, 241-265.
Coan, J. A., Schaefer, H. S., & Davidson, R. J. (2006). Lending a hand: Social ­regulation
of the neural response to threat. Psychological Science, 17, 1032-1039.
Cohin, E., & Miljkovitch, R. (2007). La mise en place des représentations d’attache-
ment au sein du couple : parts relatives à l’enfance et au conjoint. Psychologie
Française, 52(4), 519-533.
Craik, K. J. W. (1943). The Nature of Explanation. Cambridge, UK: Cambridge U ­ niversity
Press.
Cramer, B. (1996). Vicissitudes des identifications maternelles. In J. Manzano (Ed.),
Les relations précoces parents-enfants et leurs troubles, Genève (pp. 21-36). Médecine
et Hygiène.
Crowell, J., & Owens, G. (1998). Manual for the Current Relationship Interview and
scoring system. Version 4. 0 (manuscrit non publié). State University of New
York at Stony Brook.
Darwin, C. (1859). On the origin of species by means of natural selection, or the
preservation of favoured races in the struggle for life. London.
Deborde, A. -S., & Miljkovitch, R. (2013). L’attachement impossible ? In M. Speranza,
A. Pham-Scottez, & M. Corcos (Eds.), Trouble de la personnalité limite à l’adolescence.
Paris: Dunod.
Delaherche, E, Chetouani, M, Mahdhaoui A, St Georges C, Viaux S & Cohen D,(2000)
Interpersonnal synchrony: A survey of evaluation methods across disciplines.
Affecting Computing, IEEE Transactions on, 3(3), 349-365.
Deutsch, H. (1949). (1949) : La psychologie des femmes, tome 2 – Maternité. Paris: PUF.
Dodge, K. A., & Frame, C. L. (1982). Social cognitive biases and deficits in aggressive
boys. Child Development, 53, 620-635.
Dozier, M., & Rutter, M. (2008). Challenges to the development of attachment rela-
tionships faced by young children in foster and adoptive care. In J. Cassidy, &
P. R. Shaver (Eds.), Handbook of attachment: Theory, research, and clinical applica-
tions (2nd ed.) (p. 698-717). New York, NY US: Guilford Press.
Emde, R. N. (1984). The affective self: continuities and transformations from infancy. In
J. Call, E. Galenson, & R.L. Tyson (Eds.), Frontiers of Infant Psychiatry II (pp. 38-54).
New York: Basic Books.
Fassbender, C. (1996). Infants’ auditory sensitivity towards acoustic parameters of
speech and music. In I. Deliège, & J. Sloboda (Eds.), Musical Beginnings: Origins
and Development of Musical Competence. (pp. 56-87). New York, Tokyo: Oxford Uni-
versity Press Oxford.
Fonagy, P., Steele, M., Steele, H., Moran, G. S., & Higgit, A. C. (1991a). The capacity
for understanding mental states: the reflective self/parent in mother and child
and its significance for security of attachment. Infant Mental Health Journal, 12,
201-218.
Fonagy, P., Steele, H., & Steele, M. (1991b). Maternal representations of attachment
during pregnancy predict the organization of infant-mother attachment at one
year of age. Child Dev, 62(5), 891-905.
76 Psychopathologie de la parentalité

Freud, S. (2003). (1900) ; L’interprétation des rêves. Paris: PUF.


Freud, S. (1994). (1917) : Deuil et mélancolie. In: Œuvres complètes (vol. XIII). (2e ed)
(pp. 261-280). Paris: PUF.
George, C., & West, M. (2001). The development and preliminary validation of a new
measure of adult attachment: the Adult Attachment Projective. Attachment &
Human Development, 3, 30-61.
George, C., Kaplan, N., & Main, M. (1985). The Adult Attachment Interview. Unpu-
blished manuscript, University of California at Berkeley.
Gillath, O., Bunge, S. A., Shaver, P. R., Wendelken, C., & Mikulincer, M. (2005).
Attachment style differences and ability to suppress negative thoughts:
Exploring the neural correlates. NeuroImage, 28, 835-847.
Gloger-Tippelt, G., Gomille, B., Koenig, L., & Vetter, J. (2002). Attachment representa-
tions in 6-year-olds: Related longitudinally to the quality of attachment in infancy
and mothers’ attachment representations. Attachment & Human Development, 4,
318-339.
Godelier, M. (2004). Métamorphoses de la parenté. Paris: Fayard.
Goldberg, S. (1983). Parent-Infant Bonding: Another look. Child Development, 54,
1355-1382.
Goldsmith, H. M., & Alansky, J. A. (1987). Maternal and infant temperamental
predictors of attachment: A meta-analytic review, Journal of Consulting and
Clinical Psychology. 55, 805-816.
Golse, B., & Bydlowski, M. (2001). De la transparence psychique à la préoccupation
maternelle primaire. Une voie vers l’objectalisation. Carnet/Psy, 63, 30-33.
Gouin-Décarie, T. (1987). Les théories de l’attachement et du “ bonding ” : la différence
des similitudes. Bulletin de Psychologie, 40(381), 667-674.
Green, J., Stanley, C., Smith, V., & Goldwyn, R. (2000). À new method of evaluating
attachment representations in the young school-age children: The Manchester Child
Attachment Story Task (MCAST). Attachment & Human Development, 2(1), 48-70.
Guédeney, A., Charron, J., & Delour, M. (2001). L’évaluation du comportement de
retrait relationnel du jeune enfant lors de l’examen pédiatrique par l’échelle
d’Alarme Détresse Bébé (ADBB). La psychiatrie de l’enfant, 44(1), 211-231.
Guédeney, N. (2005). Apport de la théorie de l’attachement à la compréhension de la
relation d’aide. Illustration : Étude des liens entre le système d’attachement et l’alliance
de travail sur un échantillon de 130 adultes recourant à une demande d’aide sociale.
Paris VI: Thèse d’université.
Guédeney, N., Fermanian, J., & Bifulco, A. (2010). La version Française du
Relationship Scales Questionnaire de Bartholomew (RSQ, questionnaire des
échelles de relation) : Étude de validation du construit. L’encéphale, 36(1), 69-76.
Guglielmi-Rochette, J. (2012). Construction de l’espace dyadique primaire – de la
ritualité périnatale à une sémiologie des psychopathologies précoces. Thése de
psychologie. Université de Lyon 2.
Guyotat, J. (1995). Filiation et puerpéralité : Logiques du lien. Paris: PUF.
Hazen, N. L., Jacobvitz, D., Higgins, K. N., Allen, S., & Jin, M. (2011). Pathways from
disorganized attachment to later social-emotional problems; The role of gender and
parent-child interaction patterns. In J. Solomon, & C. George (Eds.), Disorganized
attachment and caregiving (pp. 167-206). New York, NY US: Guilford Press.
Hertsgaard, L., Gunnar, M., Erickson, M. F., & Nachmias, M. (1995). Adrenocorti-
cal responses to the Strange Situation in infants with disorganized/disoriented
attachment relationships. Child Development, 66, 1100-1106.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 77

Holmes, J. (2001). The search for a secure base. Attachment theory and psychotherapy.
New York: Routledge.
Isabella, R. A., & Belsky, J. (1991). Interactional synchrony and the origins of infant-mother
attachment: A replication study. Child Development, 62(2), 373-384.
Kagan, J. (1984). The nature of the child. New York: Basic Books.
Kennell, J. H., & Klaus, M. H. (1984). Motherinfant bonding: weighing the evidence.
Developmental Review, 4, 275-282.
Kerns, K. A., Klepac, L., & Cole, A. K. (1996). Peer relationships and preadolescent’s
perceptions of security in the child-mother relationship. Journal of Consulting
and Clinical Psychology, 32, 457-466.
Klaus, M. H., Jerauld, R., Kreger, N. C., McAlpine, W., Steffa, M., & Kennel, J. H.
(1972). Maternal attachment. Importance of the first post-partum days. N Engl
J Med, 286(9), 460-463.
Klein, M. (1968). Envie et gratitude et autres essais. Paris: Gallimard.
Kringelbach, M. L., Lehtonen, A., Squire, S., Harvey, A. G., Craske, M. G., Holliday, I. E.,
Green, A. L., Aziz, T. Z., Hansen, P. C., Cornelissen, P. L., & Stein, A. (2008).
A specific and rapid neuralsignature for parental instinct. PLoS One, 3(2), e1664.
Kumar, R. C. (1997). “Anybody’s child”: severe disorders of mother-to-infant bon-
ding. The British Journal of Psychiatry, 171(2), 175-181.
Lallemand, S., Journet, O., & Ewombe-Moundo, E. (1991). Grossesse et petite enfance
en Afrique noire et à Madagascar. Paris: L’Harmattan.
Leblanc, S., Miljkovitch, R., & Guédeney, N. (2009). La transmission intergénération-
nelle. In N. Guédeney, & A. Guédeney (Eds.), L’attachement. Concepts et applica-
tions (3e éd.) (p. 49-60). Paris: Masson.
Légendre, P. (1992). Les Enfants du Texte, Leçons VI. Paris: Fayard.
Legendre, P. (1996). La fabrique de l’homme occidental. Paris: Arte Éditions.
Lorberbaum, J. P., Newman, J. D., Dubno, J. R., et al. (1999). Feasibility of using fMRI
to study mothers responding to infant cries. Depress Anxiety, 10(3), 99-104.
Lorberbaum, J. P., Newman, J. D., Horwitz, A. R., et al. (2002). À potential role for
thalamocingulate circuitry in human maternal behavior. Biol Psychiatry, 51(6),
431-445.
Lyons-Ruth, K. (2008). Contributions of the mother-infant relationship to dissocia-
tive, borderline, and conduct symptoms in young adulthood. Infant Mental
Health Journal, 29(3), 203-218.
Lyons-Ruth, K., Bronfman, E., & Parsons, E. (1999). Atypical attachment in infancy
and early childhood among children at developmental risk. Part IV. Maternal
frightened, frightening, or atypical behavior and disorganized infant attachment
patterns. In J. Vondra, & D. Barnett (Eds.), Atypical patterns of infant attachment:
Theory, research, and current directions. Monographs of the Society for Research in
Child Development, 64(3), 67-96.
Lyons-Ruth, K., Holmes, B. M., & Henninghausen, K. (2005). Prospective longitudinal
predictors of borderline and conduct symptoms in late adolescence: The early
caregiving context. In P. Hobson, & K. Lyons-Ruth, (Co-Chairs) (Eds.), Borderline
psychopathology and early caregiving: Concurrent and longitudinal relations. Atlanta:
Symposium conducted at the biennial meeting of the Society for Research in
Child Development.
Main, M. (1990). Cross-cultural studies of attachment organization: Recent studies,
changing methodologies, and the concept of conditional strategies. Human
Development, 33, 48-61.
78 Psychopathologie de la parentalité

Main, M. (1991). Metacognitive knowledge, metacognitive monitoring, and sin-


gular (coherent) vs. multiple (incoherent) models of attachment. Findings
and directions for future research. In C. M. Parkes, J. Stevenson-Hinde, &
P. Marris (Eds.), Attachment Across the Life Cycle (p. 127-159). London, New York:
Tavistock / Routledge.
Main, M., & Stadtman, J. (1981). Infant response to rejection of physical contact by
mother: Agression, avoidance and conflict. Journal of the American Academy of
Child Psychiatry, 20, 292-307.
Main, M., & Cassidy, J. (1988). Categories of response to reunion with the parent
at age 6: Predictable from infant attachment classification and stable over a
1-month period. Developmental Psychology, 24, 415-426.
Main, M., & Hesse, E. (1990). Parents’ unresloved traumatic experiences are rela-
ted to infant disorganized attachment status: is frightened and/or frightening
parental behavior the linking mechanism? In M. T. Grennberg, D. Cicchetti, &
E. M. Cummings (Eds.), Attachment in the Preschool Years: Theory, Research and
­Intervention. The John D. And Catherine T. MacArthur Foundation Series on Mental
Health And Development. (p. 161-182). Chicago: University Of Chicago Press.
Main, M., & Solomon, J. (1986). Discovery of an insecure disorganized/disoriented
attachment pattern: Procedures, findings and implications for the classification
of behavior. In T. B. Brazelton, & M. Yogman (Eds.), Affective development in
infancy (pp. 95-124). Norwood, NJ: Ablex.
Main, M., Goldwyn, R., & Hesse, E. (2002). Adult attachment scoring and classification
systems. Version 7. 1. Department of Psychology, University of California at Berkeley.
Matsuda, Y. T., Ueno, K., Waggoner, R. A., Erickson, D., Shimura, Y., Tanaka, K.,
Cheng, K., & Mazuka, R. (2011). Processing of infant-directed speech by adults.
Neuroimage, 54(1), 611-621.
McIntosh, J., & Smyth, B. (2012). Shared-time parenting and risk, an evidence based
matrix. In K. Kuehnle, & L. Drozd (Eds.), Parenting Plan Evaluations: Applied
Research for the Family Court. Oxford University Press.
Melnick, S., Finger, B., Hans, S., Patrick, M., & Lyons-Ruth, K. (2008). Hostile-helpless
states of mind in the AAI: A proposed additional AAI category with implica-
tions for identifying disorganized infant attachment in high-risk samples. In H.
Steele, & M. Steele (Eds.), Clinical applications of the Adult Attachment Interview
(pp. 399-423). New York, NY US: Guilford Press.
Mikulincer, M., & Shaver, P.R. (2007). Attachment in adulthood: Structure, dyna-
mics, and.
Miljkovitch, R. (2001). L’attachement au cours de la vie. Modèles internes opérants et
narratifs. Paris: Presses Universitaires de France, coll. Le fil rouge.
Miljkovitch, R. (2009). Les fondations du lien amoureux. Paris: Presses Universitaires de
France, coll. Le lien social.
Miljkovitch, R. (2010). Les attachements multiples. Observatoire National de l’Enfance
en Danger, 44-49.
Miljkovitch, R. (2013a). Les conduites addictives comme réponse à l’insécurité d’atta-
chement. In M. Speranza, A. Pham-Scottez, & M. Corcos (Eds.), Trouble de la
personnalité limite à l’adolescence. Paris: Dunod.
Miljkovitch, R., Danet, M., & Bernier, A. (2012a). Intergenerational concordance
of attachment representations in the context of single parenthood. Journal of
Family Psychology, 26(5), 784-792.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 79

Miljkovitch, R., Deborde, A.-S., Pham-Scottez, A., Speranza, M. & Corcos, M. (soumis).


Borderline Personality Disorder as a generalization of disorganized attachment.
Miljkovitch, R., Gratier, M., & Danet, M. (2012b). Les interactions précoces.
Miljkovitch, R., Moran, G., Roy, C., Jaunin, L., Forcada-Guex, M., Muller, C., Pierre-
humbert, B., & Borghini, A. (2013b). Maternal interactive behavior as a ­predictor
of preschoolers’ attachment representations in full-term and premature sam-
ples. Early Human Development, 89, 349-354.
Miljkovitch, R., Moss, E., Bernier, A., Pascuzzo, K., Sander, E. (en préparation). The
Attachment Multiple Model Interview: construct- and cross-validity from a
17-year longitudinal study.
Miljkovitch, R., Pierrehumbert, B., Bretherton, I., & Halfon, O. (2004). Associations
between parental and child attachment representations. Attachment and Human
Development, 6(3), 305-325.
Miller, A. (1983). Le Drame de l’enfant doué. PUF, Le Fil Rouge.
Moss, E., & St-Laurent, D. (2001). Attachment at school age and academic performance.
Developmental Psychology, 37(6), 863-874.
Moss, E., Smolla, N., Guerra, I., Mazzarello, T., Chayer, D., & Berthiaume, C. (2006). Atta-
chement et problèmes de comportements intériorisés et extérioriśs auto-rapportés
à la période scolaire. Canadian Journal Of Behavioural Science/Revue Canadienne Des
Sciences Du Comportement, 38(2), 142-157.
Nitschke, J. B., Nelson, E. E., Rusch, B. D., et al. (2004). Orbitofrontal cortex tracks
positive mood in mothers viewing pictures of their newborn infants. Neuroimage,
21(2), 583-592.
Noriuchi, M., Kikuchi, Y., & Senoo, A. (2008). The functional neuroanatomy of mater-
nal love: mother’s response to infant’s attachment behaviors. Biol Psychiatry,
63(4), 415-423.
Ogawa, J. R., Sroufe, L. A., Weinfield, N. S., Carlson, E. A., & Egeland, B. (1997).
Development and the fragmented self: Longitudinal study of dissociative
symptomatology in a nonclinical sample. Development and Psychopathology, 9,
855-879.
Papousek, H., & Papousek, M. (1987). Intuitive parenting: a dialectic counterpart to
the infant’s integrative competence. In J. D. Osofsky,Wiley & Sons, Handbook of
infant development (pp. 669-720). New-York: Wiley & Sons.
Paquette, D., Bigras, M., & Parent, S. (2001). La validation du QSA et la pré-
valence des styles d’attachement adulte dans un échantillon francophone
de Montréal. Canadian Journal Of Behavioural Science/Revue Canadienne Des
Sciences Du Comportement, 33(2), 88-96.
Pederson, D. R., Gleason, K. E., Moran, G., & Bento, S. (1998). Maternal attachment
representations, maternal sensitivity, and the infant-mother attachment rela-
tionship. Developmental Psychology, 34(5), 925-933.
Pierrehumbert, B., Karmaniola, A., Sieye, A., Meister, C., Miljkovitch, R., & Halfon, O.
(1996). Les modèles de relations. Développement d’un autoquestionnaire d’atta-
chement pour adultes. Psychiatrie de l’Enfant, 39, 161-206.
Plamondon, & C. Dufresne (Eds.) Le développement social et émotionnel chez
l’enfant et l’adolescent (pp. 185-228). Presses de l’Université du Québec.
Pruett, M. K., Ebling, R., & Insabella, G. (2004). Critical aspects of parenting plans for
young children. Family Court Review, 42(1), 39-59.
Racamier, P. C. (1978). Mère mortifère, mère meurtrière, mère mortifiée. Paris: ESF.
80 Psychopathologie de la parentalité

Radke-Yarrow, M., Cummings, E. M., Kuczynski, L., & Chapman, M. (1985). Patterns
of attachment in two- and three-year-old in normal families and families with
parental depression. Child Development, 56, 884-893.
Rilling, J. K. (2013). The neural and hormonal bases of human parental care. Neuropsy-
chologia, 51(4), 731-747.
Roldholm, M., & Larsson, K. (1979). Fatherinfant interaction at the first contact after
delivery. Early Human Development, 3, 21-27.
Saito, Y., Aoyama, S., Kondo, T., Fukumoto, R., Konishi, N., Nakamura, K., Kobayashi,
M., & Toshima, T. (2007). Frontal cerebral blood flow change associated with
infant-directed speech. Arch Dis Child Fetal Neonatal Ed, 92(2), F113-6.
Saïas, T., Tereno, S., & Pintaux, E. (2010). Le développement précoce de l’enfant  :
évolutions et révolutions. Devenir, 22(2), 175-185.
Sameroff, A. J., & Emde, R. N. (1993). (1987) : Les troubles de la relation précoce. Paris:
PUF.
Schneider, B. H., Atkinson, L., & Tardif, C. (2001). Childparent attachment and chil-
dren’s peer relations: A quantitative review. Developmental Psychology, 37, 86-100.
Seifritz, E., Esposito, F., Neuhoff, J. G., et  al. (2003). Differential sex-independent
amygdala response to infant crying and laughing in parents versus nonparents.
Biol Psychiatry, 54(12), 1367-1375.
Solomon, J., George, C., & De Jong, A. (1995). Children as controlling at age six:
Evidence of disorganized representational strategies and aggression at home and
at school. Development and Psychopathology, 7, 447-463.
Spangler, G., & Schieche, M. (1998). Emotional and adrenocortical responses of
infants to the Strange Situation: The differential function of emotional expres-
sion. International Journal of Behavioral Development, 22, 681-706.
Spitz, R. A. (1946). The smiling response: a contribution to the ontogenesis of social
relations. Genetic-Psychology-Monographs, 34, 57-125.
Stern, D. (1995). La constellation maternelle. Paris: Calmann Lévy.
Stern, D. N. (1985): Le monde relationnel du bébé. Paris: PUF.
Stern, D. N. (1989). Les interactions affectives. In S. Lebovici, & F. Weil-Halpern,
Psychopathologie du bébé (pp. 199-214). Paris: PUF.
Strathearn, L., & Kim, S. (2013). Mothers’ amygdala response to positive or negative
infant affect is modulated by personal relevance. Front Neurosci, 8; 7:176.
Strathearn, L., Mamun, A. A., Najman, J. M., & O’Callaghan, M. J. (2009). Does
breastfeeding protect against substantiated child abuse and neglect? À 15-year
cohort study. Pediatrics, 123(2), 483-493.
Susman-Stillman, A., Kalkose, M., Egeland, B., & Waldman, I. (1996). Infant tem-
perament and maternal sensitivity as predictors of attachment security. Infant
Behavior and Development, 19, 33-47.
Stern, D. N., Bruschweiler-Stern, N., & Freeland, A. (1998). La naissance d’une mère.
Paris: Odile Jacob.
Swain J.E., Leckman J.F., Mayes L.C., et al. (Dec, 2003). The neural circuitry of parent-
infant attachment in the early post-partum.
Tabak, B. A. (2013). Oxytocin and social salience: a call for gene-environment inter-
action research. Front Neurosci, 31, 7:199.
Teti, D. M., Gelfand, D. M., Messinger, D. S., & Isabella, R. (1995). Maternal depression
and the quality of early attachment: An examination of infants, preschoolers,
and their mothers. Developmental Psychology, 31, 364-376.
Parentalisation : du désir d’enfant à l’attachement 81

Thompson, R. A. (2008). Early Attachment and Later Developments. In J. Cassidy, &


P. R. Shaver (Eds.), Handbook of Attachment: Theory, Research and Clinical Applications
(pp. 348-365). New York and London: Guilford Press.
Trevarthen, C. (1980). The foundations of intersubjectivity. In D. R. Olson (dir), The
social Foundation of Language and Thoughts. New York: W. W. Norton.
Trevarthen, C. (2013). In Praise of a Doctor Who Welcomes the Newborn Infant
Person. Journal of Child and Adolescent Psychiatric Nursing, 26(3), 204-213.
Vanwelleghem, S., & Miljkovitch, R. (2011). Garde non parentale, attachement et
vulnérabilité de l’enfant. ANAE. Approche Neuropsychologique des Apprentissages
chez l’Enfant, 112-112, 137-143.
Vignoli, E., & Mallet, P. (2004). Validation of a brief measure of adolescents’ parent
attachment based on Armsden and Greenberg’s three-dimension model. Euro-
pean Review Of Applied Psychology / Revue Européenne De Psychologie Appliquée,
54(4), 251-260.
Wallon, H. (1942). De l’acte à la pensée. Paris: Flammarion.
Winnicott, D. W. (1991). (1947) : La haine dans le contre transfert. In De la pédiatrie
à la psychanalyse. Paris: Payot.
Winnicott, D. W. (1960). La préoccupation maternelle primaire. In De la Pédiatrie à la
Psychanalyse (pp. 168-174). Paris: Payot.
Winnicott (D. W.). (1969). La théorie de la relation parent-nourrisson In De la pédia-
trie à la psychanalyse, op. cit., p. 364-369.
Zaki, J., & Ochsner, K. (2012). The neuroscience of empathys: progress, pitfalls and
promise. Nat Neurosci, 15(5), 675-680.
Zeanah, C. H., Mammen, O. K., & Lieberman, A. F. (1993). Disorders of attachment.
In C. H. Zeanah (Ed.), Handbook of infant mental health (pp. 332-349). New York:
The Guilford Press.
3 Les grossesses
à l’adolescence
Attendre un enfant à l’adolescence représente dans les sociétés industrialisées
une perturbation de « l’ordre séquentiel, socialement construit, de la procréa-
tion » (Daguerre et Nativel, 2004). Pour autant, la grossesse adolescente n’est pas
une catégorie homogène, mais « une diversité d’histoires, de personnalités, de
conditions de vie » (Le Van, 2006). Elle met en tension l’ordre social, sollicite les
familles et leurs ressources et révèle la vulnérabilité de certaines des a­ dolescentes
qui la vivront. En France, un « référentiel hygiéniste bienveillant » veille sur
ces jeunes filles (Memmi, 2003).

Fécondité à l’adolescence
Données quantitatives
Les grossesses
La fréquence des grossesses à l’adolescence, c’est-à-dire de 15 à 19 ans selon
la classification internationale, varie beaucoup selon les pays. Les États-Unis
ont, avec la Russie, le taux le plus élevé des pays industrialisés soit 3,9 % en
2009 et le Royaume-Uni le taux le plus élevé d’Europe soit 2,6  %. Il est
en  France métropolitaine de 0,8 % en 2008.
Le devenir de la grossesse. Le soutien affectif des parents et, dans une moin-
dre mesure, du géniteur est décisif dans le choix de mener la grossesse à son
terme (Roye et Balk, 1996 ; Tabberer et al., 2000) : une grossesse sur trois
environ conduira à une naissance.
Les naissances. Les grossesses adolescentes représentent 0,6  % des nais-
sances totales soit environ 4 200 par an. La proportion d’adolescentes
enceintes n’a cessé de baisser depuis quarante ans, passant de 3,6  % en
1976, à 2,4  % en 1998 et à 1  % en 1992. Elles sont rarement planifiées
(Wellings et al., 2013).
L’IVG. Aujourd’hui, plus d’une grossesse sur deux est interrompue
volontairement (IVG) d’autant que l’enfant est plus jeune  : 61,9  % pour
les 14-15  ans, 50,4  % pour les 16-17  ans (DREES). Dans le groupe d’âge
15-17 ans, le ratio IVG/naissance a fortement augmenté en vingt ans (pas-
sant de 1,5 à presque 3). En 2010, 29 000 femmes âgées de 15 à 19 ans ont
eu recours à l’IVG, dont 40 % concernaient les 15-17 ans, 60 % les 17-19 ans
(Vilain, 2010). Environ 50 % des IVG sont de type médicamenteux. Le ratio
entre nombre d’IVG et de naissances, depuis une vingtaine d’années, reste
stable (cf. schéma). Les IVG chez les adolescentes sont considérées le plus

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
84 Psychopathologie de la parentalité

souvent comme le résultat d’une méthode mal maîtrisée ou d’une absence de


contraception (Amate et al., 2013). Ainsi, d’après les chiffres de la DREES
de 2007, deux tiers des jeunes femmes de 16-25 ans recourant à une IVG
avaient utilisé une méthode contraceptive le mois précédant leur IVG, dont
plus de 42 % une contraception orale.
Une étude longitudinale effectuée en Finlande (Lehti et al.,  2013) a
­montré que le recours à l’IVG avant 20  ans était plus fréquent en cas de
familles monoparentales ou recomposées, de mère avec un faible niveau
d’éducation, de performances scolaires faibles et de troubles de la conduite.
Les enfants étaient suivis à partir de l’âge de 8 ans et 13 % des jeunes filles
étaient enceintes avant 20 ans.
Le timing : norme sociale et fait biologique
Âge de la puberté. L’âge moyen des premières règles s’est abaissé de deux
ans en deux siècles en France (INED, 2007). Il est actuellement de 12,5 ans
avec une large variabilité interindividuelle qui peut atteindre quatre à cinq
ans. Il était de 16 ans il y a deux siècles en Europe.
Âge du mariage. L’âge du premier enfant, toutes choses égales, reste
en grande partie déterminé par l’environnement socioculturel et écono-
mique. Dans les pays qui permettent un mariage très précoce (Unicef, 2011)
l’adolescente peut être mère dès qu’elle devient féconde. En France, avant
la Révolution, l’âge légal pour le mariage était de 12 ans pour les filles et
de 14 ans pour les garçons, disposition adoptée du droit romain. Toutefois,
la majorité des filles n’était pas féconde avant 16 ans. En 1803, l’âge légal a
été porté à 18 ans pour les hommes et 15 ans pour les femmes.
Âge du premier enfant. L’âge moyen du premier enfant ne cesse pour-
tant d’augmenter, de 24 ans à la fin des années 1970 à 28 ans actuellement.
Mais il était déjà de 30 ans aux XVIIe et XVIIIe siècles où la population se
mariait tard, entre 25 et 30 ans.

Attentes sociales
L’attente sociale. Dans la plupart des cultures traditionnelles la préoc-
cupation n’est pas l’avortement ou la contraception des jeunes filles,
mais au contraire leur fertilité et leur possibilité de procréation. Selon
Chapelier (2000), dans ces sociétés, la formule «  La grossesse chez une
adolescente c’est un risque d’adolescence avorté » n’est pas culturellement
admise. Dans nos propres sociétés, une reconsidération de l’évolution des
adolescentes enceintes a été rendue possible par des études de ­clustering
qui montrent des  destinées variables et très diversifiées, certaines péjo-
ratives, d’autres favorables, tenant compte que beaucoup de grossesses
surviennent chez des jeunes filles cumulant des facteurs de risque per-
sonnels, familiaux ou socio-économiques. Certains auteurs avancent
aussi l’hypothèse qu’une sexualité précoce c’est-à-dire dès 14-15  ans
Les grossesses à l’adolescence 85

puisse être aussi une réponse développementale à des conflits et difficul-


tés de l’adolescence.
La diffusion de moyens de contraception. Dans une moindre
mesure, cette diffusion est avec la libéralisation de l’IVG à la source du
contrôle des naissances. Les moyens de contraception participent au recul
depuis les années 1970 de l’âge de la première grossesse (ou naissance), mais
ne peuvent seuls expliquer le recul de l’âge moyen du premier enfant.
L’entrée des femmes dans le monde du travail. L’engagement des
femmes dans le monde du travail et la promotion sociale que leur permet
l’obtention de diplômes contribuent aussi à retarder la venue du premier
enfant. Il vient après le mouvement de scolarisation massif des jeunes
filles qui a abouti depuis 1971 à ce que les femmes soient plus   nom-
breuses que les hommes à étudier dans l’enseignement supérieur. Les
femmes les moins diplômées sont mères pour la première fois en moyenne
à 25  ans et les plus diplômées à 30  ans. Toutefois, historiquement, un
premier enfant autour de 30 ans n’a rien de nouveau : cela était la règle il
y deux siècles (Henry et Houdaille, 1979).
L’image péjorative d’une grossesse précoce. Un gauchissement des
représentations des grossesses adolescentes est fréquent qui les associe systéma-
tiquement à la pauvreté, à la détresse psychosociale et à une moindre éducation.
Lorsque ces facteurs sont absents, il semble bien que les risques pour le dévelop-
pement de l’enfant et l’avenir de la mère soient tout à fait réduits. Quand ces
facteurs défavorables sont présents, il n’y a pas d’étude à notre connaissance
qui compare le devenir des femmes et de leurs enfants nés plus tardivement.

Sexualité à l’adolescence
L’âge médian des premières relations sexuelles est en France de 17,2  ans
pour les filles. Il se rapproche de plus en plus de l’âge du premier rapport
sexuel des garçons. Ce sont les femmes qui ont vécu les plus grands change-
ments, et ils se sont produits dans les années 1960 et dans les années 1970.
Depuis 2000, une nouvelle tendance à une plus grande précocité se dessine.

L’âge des premières relations sexuelles


Plusieurs enquêtes ont été menées en France dont une enquête d’envergure
dans le cadre d’un projet international sur la santé des enfants d’âge scolaire
(Grandjean, 2008). Les chercheurs ont interrogé par voie de questionnaires
1 264 filles entre 14,5 ans et 15,5 ans sur leur sexualité : 13,7 % ont déclaré
avoir déjà eu des rapports sexuels, presque toutes (90 %) avaient utilisé un
préservatif ou la pilule lors du dernier rapport. Environ 5 % déclarent avoir
eu leur premier rapport à 13 ans ou moins. Si près de 20 % regrettent que
cette relation n’ait pas été plus tardive, les autres ne se sont pas posé cette
question ou se sont montrés satisfaites du timing.
86 Psychopathologie de la parentalité

Les modalités
Les relations sont plus sporadiques (5 à 15 par an) que chez leurs aînées,
moins planifiées, et avec un nombre de partenaires rapidement croissant
(2,2 partenaires sexuels déclarés chez les filles de 19 ans contre 4,4 parte-
naires sur la vie entière, dans l’enquête «  Contexte de la sexualité en
France », menée en 2006 par l’INED et l’Institut national de la santé et de
la recherche médicale). Le nombre moyen de partenaires atteint son maxi-
mum à 18-19 ans pour les femmes. Dans cette enquête, 40 % des garçons
et 27 % des filles de 15-18 ans avaient eu plus d’un partenaire sur l’année
écoulée (1,4 pour les filles, 2,1 pour les garçons). Entre 15 et 18 ans, 12 %
des garçons et 5 % des filles du même âge ont eu cinq partenaires ou plus,
d’après les données du Conseil national du sida en 2004.

Facteurs de risque associés à des relations précoces


Une expérience sexuelle précoce est significativement corrélée à l­’existence
d’une famille recomposée ou monoparentale, des ivresses répétées, la
consommation de tabac, l’expérimentation du cannabis, une apprécia-
tion plutôt négative de la vie et l’apparition précoce des règles à 12  ans.
L’enquête internationale (Madkour et al.,  2010) menée auprès de 5 600
enfants en Europe et aux États-Unis retrouve des résultats à peu près simi-
laires. L’entrée précoce dans la sexualité est aussi corrélée à une moindre
utilisation du préservatif lors du premier rapport, à une moins bonne ges-
tion de la contraception orale et à plus de grossesses non désirées.
Dans une étude longitudinale, en trois vagues, aux États-Unis, Spriggs et
Halpern (2008) ont montré que des symptômes dépressifs chez les adoles-
centes étaient associés à une sexualité plus précoce. La cohorte comprenait
à son origine 5 000 enfants qui n’avaient jamais eu de relations sexuelles.
(n  =  5,061). Environ 20  % d’entre eux débuteront des relations sexuelles
avant 16 ans et 50 % entre 16 et 18 ans. L’association entre un début pré-
coce des relations sexuelles et la présence d’une symptomatologie dépres-
sive n’est plus retrouvée à l’âge adulte.

La sexualité : un facteur de socialisation


De plus en plus d’auteurs (Tolman et McClelland, 2011), depuis les années
2000, reconsidèrent la sexualité à l’adolescence, la situant comme un pro-
cessus développemental central avec ses aléas, dont sa précocité, qui ne sont
pas toujours péjoratifs à terme. Ainsi des relations sexuelles précoces, même
variées, ne sont plus considérées per se comme une manifestation transgres-
sive ou pathologique. Elles répondent, au sein du groupe social élargi, à des
normes implicites partagées. La sexualité est intégrée à la quête d’identité
qui caractérise l’adolescence. Elle n’est pas seulement un phénomène qui
laisse l’adolescent passif devant une pulsion qui le déterminerait.
Les grossesses à l’adolescence 87

McGee et al. (2000) dans une étude longitudinale effectuée en Nouvelle-


Zélande ont recherché la relation entre l’estime de soi évalué entre 9 et
13  ans et les comportements menaçant la santé à 15  ans. Ils ont montré
une association significative entre le niveau d’estime de soi et des troubles
du comportement alimentaire, des idées suicidaires et des comportements
variés menaçant la santé. Par contre, il n’a pas été mis en évidence de rela-
tions avec l’usage de toxiques ni une sexualité précoce.

La contraception
La grande majorité des jeunes adolescentes déclarent utiliser un préservatif
ou la pilule. Toutefois, lors du premier rapport, à peine 30 à 50 % des adoles-
cents auraient utilisé un moyen de contraception. 10 % environ n’utilisent
aucun moyen de contraception bien que maintenant des rapports, et peuvent
utiliser la pilule du lendemain. L’échec de la contraception de l’ordre de 20 %
chez les adolescentes serait associé à une mauvaise technique mais aussi à une
très grande fécondité. Dans l’étude de Godeau et al. (2008), la proportion de
jeunes filles non ou mal protégées contre les grossesses est significativement
plus élevée chez celles qui ont déclaré avoir eu des rapports sexuels avant l’âge
de 13 ans (17 % chez les 13 ans ou moins versus 6,5 % chez les autres).

Corrélats de la grossesse à l’adolescence


Corrélats psychosociaux
Certains facteurs sont plus souvent retrouvés dès avant la grossesse : une
mésestime de soi, une symptomatologie dépressive, ou un risque secondaire
de dépression, l’usage ou l’abus de substances toxiques, un comportement
à risques, des conditions socio-économiques plus défavorables, des parents
séparés ou une situation de monoparentalité (Mylod et al., 1997). Les condi-
tions socio-économiques défavorables qui préexistent à la grossesse tendent
à se prolonger voire à s’aggraver après la naissance : moins de réussite sco-
laire sociale ou économique, monoparentalité pour elles-mêmes, précarité,
dépendance sociale, emploi instable (Field et al., 1990  ; Leadbeater et al.,
1992, 1996). Les difficultés psychologiques tendent aussi à perdurer.
C’est surtout aux États-Unis et au Royaume-Uni où les grossesses à l’ado-
lescence sont nombreuses et affectent une population très précaire qu’un
développement très défavorable a été rencontré.

Antécédents d’abus sexuel et de négligences graves


Ils représentent le caractère le plus spécifique de ces grossesses (Boyer et
Fine,  1992) pouvant concerner selon les études entre 30 et 70  % de la
population. Les grossesses précoces, particulièrement celles qui surviennent
avant 15-16 ans, témoignent d’une activité sexuelle précoce qui peut être
en lien avec des vécus incestueux, une carence affective ou de soins, ou bien
88 Psychopathologie de la parentalité

encore des violences sexuelles extrafamiliales. La fréquence de ces antécé-


dents est un des facteurs qui s’opposent à la banalisation de ces grossesses.
Une étude menée dans l’Ohio (Noll et al., 2013) a comparé 54 jeunes
filles entre 14 et 17 ans ayant été sévèrement négligées ou abusées sexuelle-
ment parmi 435 suivies. Elles furent évaluées chaque année jusqu’à l’âge
de 19 ans. Les jeunes filles maltraitées présentaient deux fois plus de risque
(OR = 2,17) de donner naissance à un enfant avant 19 ans.

Un facteur culturel ou social ?


Dans toutes les études menées en Europe ou aux États-Unis, l’appartenance
à une minorité culturelle ou ethnique, ou bien l’immigration, est un facteur
de risque. Il est difficile de discerner la part qui revient à travers ces items
aux facteurs économiques, à la précarité, à l’environnement, au défaut de
soutien personnel et aux facteurs culturels. Une étude rétrospective menée
(Filou,  2011) à partir de 172 cas d’adolescentes ayant accouché dans un
service parisien retrouvait 80  % de jeunes filles d’origine étrangère, dont
30 % environ ne parlant pas la langue française ou en ayant seulement des
notions. Un tiers d’entre elles vivaient en couple et 10 % étaient mariées,
10 % des multipares, 15 % avaient déjà fait au moins une IVG. La grossesse
est souhaitée dans 40 % des cas renseignés.

Le désir de grossesse
Faucher (2002) soutient que la majorité des grossesses menées à terme, soit
environ un tiers, résultent du projet d’une jeune fille ou d’un jeune couple. Une
étude menée à Angers retrouvait moins de la moitié des grossesses menées à
terme affirmées comme désirées, et environ 10  % seulement planifiées
(Jerome, 2010). La grossesse peut répondre aussi à des modalités inconscientes
du désir (Marcelli, 2003), parfois multiples, parfois contradictoires : s’éprouver
par rapport à sa mère, vérifier sa propre sexualité, agresser son propre corps
ou au contraire en vérifier le bon fonctionnement, équivalent suicidaire, etc.

L’association à la dépression
Il est difficile d’affirmer que l’état dépressif suit ou précède, quand il existe,
la grossesse, du fait que la majorité des études sont transversales ou bien que
longitudinales elles n’aient pu apprécier l’état préalable à la grossesse. La
prévalence de la dépression chez les adolescentes enceintes est supérieure à
celle de la population générale. Les facteurs de risque sont un faible soutien
social, des événements de vie défavorables, un environnement stressant et
une mauvaise estime de soi. Une revue de la littérature (Reid et al., 2007) a
montré qu’un des facteurs spécifiques les plus constamment retrouvés était
l’existence de conflits au sein de la famille.
L’âge est un critère important. En fin d’adolescence, la prévalence de la dépres-
sion semble modérément augmentée par rapport à la population générale,
Les grossesses à l’adolescence 89

surtout et, peut-être, seulement pendant la grossesse, et le risque dépressif sem-


ble tenir pour beaucoup à des facteurs indépendants de l’âge. Meltzer-Brody
et al. (2013) ont conduit une recherche aux États-Unis auprès de 212 jeunes
mères entre 12 et 20 ans (moyenne d’âge 18,4). Dans cette population à risque,
plus de la moitié avait subi des violences physiques ou sexuelles sévères, la plu-
part vivaient dans des conditions économiques défavorables, 10 % seulement
étaient mariées et près de 90 % appartenaient à des groupes ethniques mino-
ritaires. Les antécédents traumatiques et le stress actuel, l’absence de soutien
social et la position par rapport à la grossesse sont les seuls facteurs restés dans
le modèle final, les facteurs de confusion une fois pris en compte. La préva-
lence de la dépression évaluée par l’EPDS au seuil de 11 était de 20 % pour la
dépression anténatale et 10 % pour la dépression postnatale.

Conséquences des grossesses adolescentes


Une certaine discordance des résultats dès lors qu’il est tenu compte des fac-
teurs de confusion, tel le contexte socio-économique et psychoaffectif, peut
être mise en évidence. En effet, la grossesse à l’adolescence ne représente
pas en soi un élément péjoratif du développement ni un très grand risque
médical. Par ailleurs, c’est par un certain artifice que l’on est parfois amené
à distinguer facteurs de risque et conséquences. En effet, surtout dans les
situations les plus à risque, l’environnement familial, socio-économique et
les éventuelles difficultés psychologiques demeurent relativement stables
entre la période pré- et postnatale. Toutefois des remaniements sont pos-
sibles, parfois dans le sens d’une aggravation, parfois au contraire vers une
amélioration par des modifications favorables des relations au sein de la
famille ou avec la mise en place d’un soutien psychosocial.

Une approche originale : la résilience


Une récente littérature a suggéré que l’impact des grossesses chez les adoles-
centes peut être positif (Borkowski et al., 2007 ; Leadbeater et Way, 2003 ;
Shapiro et Mangelsdorf, 1994 ; Easterbrooks et al., 2005). Un certain nombre
de jeunes filles même avec des conditions très défavorables s’appuient sur
cette grossesse et la responsabilité qu’elle entraîne pour construire d’elle-
même une image plus valorisée et affronter la conflictualité interne de
l’adolescence. Cette évolution favorable a aussi été conceptualisée sous le
terme de résilience (Masten, 2001). Elle s’appuie notamment sur des études
de clustering, qui semblent plus adaptées à l’hétérogénéité des parcours asso-
ciés à la survenue d’une grossesse précoce.
L’étude longitudinale d’Oxford et al. (2005) a permis de suivre des mères
adolescentes jusque douze ans après la naissance de l’enfant. Une autre
étude longitudinale (Noria et al., 2007) retrouva les mêmes profils que la
précédente dans des proportions à peu près équivalentes : 43 % des mères
qui conçoivent la maternité comme un chemin vers l’âge adulte, 15 % qui
présentent des comportements à haut risque et 43 % qui conçoivent la
90 Psychopathologie de la parentalité

maternité comme une compensation à l’image négative d’elles-mêmes.


Ce dernier groupe présente plus souvent des symptômes dépressifs.
Comme toutes les mères, les mères adolescentes peuvent être tentées d’idéa-
liser leur bébé. Celles d’entre elles, qui ont vécu une enfance marquée par les
violences ou la carence, peuvent (Letendre et Doray, 2003) avoir tendance à
rechercher chez leur enfant la possibilité de faire vivre un sujet qui ne connaî-
trait pas les souffrances qu’elles-mêmes ont dû endurer. Cette propension
réparatrice n’est pas à considérer péjorativement dès lors qu’elle ne s’accom-
pagne pas d’un déni de la réalité. Il a d’ailleurs été montré que les mères ado-
lescentes qui présentaient une capacité de résilience, en ce sens qu’elles ne
reproduisaient pas les comportements de violence subie, présentaient, plus
que celles qui répétaient ce comportement de violence, une symptomatologie
dépressive. Les auteurs (Easterbrooks et al., 2011) ont fait l’hypothèse que cette
souffrance était le prix à payer pour la mère d’échapper à la reproduction.

Le risque obstétrical
La littérature abonde d’articles confortant l’idée d’une contre-indication médi-
cale de la grossesse à l’adolescence. L’anémie, l’hypertension et l’accouchement
prématuré sont les complications maternelles les plus retrouvées. Pourtant plu-
sieurs auteurs s’accordent pour considérer que ces grossesses après 15 ans ne
seraient pas plus risquées qu’à l’âge adulte si elles étaient mieux suivies.
Leppälahti et al. (2013) en Finlande ont étudié le devenir obstétrical d’adoles-
centes ayant bénéficié d’un suivi prénatal intense. Elles étaient présentes à autant
de consultations que les contrôles, bien qu’étant moins souvent présentes aux
visites obligatoires. Les auteurs ont remarqué que les adolescentes avaient des
conditions socio-économiques moins favorables mais n’ont pas inclus ce facteur
dans l’analyse multivariée. Ils retrouvent plus souvent une anémie, une infec-
tion urinaire et l’éclampsie, pour ce dernier facteur seulement chez les jeunes
filles ayant été moins suivies en prénatal. Le risque d’accouchement prématuré
n’a été retrouvé que chez les très jeunes filles entre 13 et 15 ans.
L’étude menée en Turquie par Karabult et al. (2013) montre l’absence de
complications obstétricales chez les adolescentes, le seul désavantage signifi-
catif est celui d’un poids de naissance abaissé. Les auteurs concluent que les
différences observées avec les pays industrialisés tiennent au fait que les adoles-
centes sont soutenues et accompagnées par leurs parents, viennent régulière-
ment aux consultations et que leur grossesse n’est pas une transgression.
Une très large étude a été menée dans la province de l’Ontario qui inclut
550 000 grossesses dont 24 000 (4,35  %) surviennent chez des adoles-
centes. Il est retrouvé significativement moins de risque d’hypertension, de
diabète gestationnel et d’anomalie placentaire et les conditions de la déli-
vrance sont meilleures que celles de la population générale. Seul le risque
de ­ rupture prématurée des membranes est très modérément augmenté
(RR = 1,6). Aucun élément défavorable n’est noté pour l’enfant.
Les grossesses à l’adolescence 91

Une autre étude (Fleming et al.,  2012) a été menée à Ottawa chez 206
adolescentes qui significativement consommaient plus de tabac, de pro-
duits illicites, d’alcool. Elles étaient incluses dans un programme spécifique
qui leur aura permis de recevoir autant de soins et autant de préparation à
la naissance que le reste de la population. Il n’y avait aucune différence en
termes de prématurité, de poids de naissance et de croissance intra-utérine.
L’hétérogénéité des populations en termes de suivi de grossesse a été retrou-
vée dans une étude française (Genest et al., 2013).

Les risques pour le développement de l’enfant


Les limites des études. La majorité des études qui ont montré des risques
augmentés d’infections, d’accidents domestiques, de sévices et de troubles
psychocomportementaux ont été conduites sur des cohortes d’adolescentes
ne bénéficiant pas d’un soutien psychologique et social adapté. Il semble-
rait que ces grossesses, activement et durablement suivies, ont un pronostic
plus favorable, comparable à celles des femmes plus âgées (Alvin, 2002  ;
Valentino et al., 2012) ayant les mêmes facteurs de risque. Des issues défavo-
rables accompagnent plus souvent les grossesses précoces que les grossesses
plus tardives. Il demeure toutefois possible que l’essentiel du risque soit lié
à des facteurs associés : facteurs sociaux économiques défavorables, absence
de soutien maternel voire parents agressifs ou dévalorisants, violences ou
carences durant l’enfance, usage de substances toxiques.
Des interactions troublées. Elles surviennent surtout lorsque se conjuguent à
l’adolescence les effets des carences précoces et de l’absence de soutien social
actuel et un environnement socio-économique défavorable. Les relations
avec l’enfant peuvent être rendues difficiles par des attentes irréalistes, la
méconnaissance de son développement et des préoccupations égocentriques
liées à l’âge et à l’absence de sollicitude maternelle (Karraker et Evans, 1996).
Certaines mères entraînées par la déception d’un enfant idéalisé peuvent res-
sentir à son égard des affects de haine et présenter des comportements à la
limite de la violence (Leadbeater et Way, 2003 ; ­Stevens-Simon et al., 2001),
à la hauteur de la faible estime qu’elles se portent à elles-mêmes.
Répétition du comportement maltraitant. Il a été estimé que les enfants de
mères adolescentes ont deux fois plus de risques d’être maltraités par leur
mère ou par leur compagnon que les enfants de mères plus âgées. Ceci
se retrouve tout particulièrement chez les mères ayant été victimes elles-
mêmes de négligence grave ou de violence (Bert et al., 2009  ; Lounds
et al., 2006). Une étude conduite auprès de 45 mères adolescentes sans prise
en charge particulière a retrouvé un taux de maltraitance de 33  % après
deux ans seulement (Flanagan et al., 1995). Prenant en compte les variables
de confusion, une étude longitudinale d’enfants suivis de leur naissance
jusqu’à 18 ans a montré que l’essentiel de la production du comportement
maltraitant est associé au fait d’avoir été maltraité et non d’avoir été une
92 Psychopathologie de la parentalité

mère adolescente. Enfin une prise en charge de qualité peut éviter presque
la totalité de la répétition du comportement maltraitant (Noria et al., 2007)
Troubles psychocomportementaux. Un suivi aux États-Unis pendant trois
ans des enfants de 121 mères adolescentes (Sommer et al.,  2000) a mon-
tré chez les trois quarts d’entre eux un score inférieur à la moyenne dans
le domaine du développement du langage, de la sociabilité, de l’équilibre
affectif. De moindres performances intellectuelles ou linguistiques étaient
liées au QI maternel et à l’importance du réseau familial de soutien. Les dif-
ficultés émotionnelles ou sociales étaient au mieux prédites par les troubles
internalisés de la mère mais aussi par le soutien du partenaire et des amis.
Enfin l’adaptation était liée au style parental.

Les risques sociaux pour l’enfant


Un a priori défavorable  ? Au Royaume-Uni et aux États-Unis, l’accent est
souvent mis sur la corrélation entre dépendance économique et grossesse
adolescente. La maternité adolescente est souvent considérée comme mora-
lement critiquable, faisant suite à un comportement inapproprié, et très
connoté ethniquement aux États-Unis. Les femmes, surtout aux États-Unis,
dans les milieux défavorisés, doivent ensuite assumer seules l’éducation des
enfants, dans la mesure où elles ne peuvent compter sur le père, ce qui les
rend dépendantes de l’aide sociale.
Des résultats contrastés. À l’âge adulte, les enfants nés de mères adoles-
centes tendent à avoir un niveau académique plus faible, une dépendance
plus grande à l’aide publique et une parentalité retardée. Une étude menée
en Suède sur une cohorte de 300 000 enfants (Ekeus, 2006) a mis en évi-
dence chez les enfants nés de mères adolescentes plus de suicides (Risque
relatif = 1,9) et d
­ ’hospitalisation pour tentative de suicide (RR 2,0), d’abus
d’alcool ou d’usage de drogues illicites (RR 2,2), comparées aux enfants nés
de mères plus âgées (entre 25 et 29 ans) et tenant compte des facteurs de
confusion. Une étude longitudinale (Lipman et al., 2010) menée aux États-
Unis incluant 2 355 participants de 4 à 16 ans a montré, en tenant compte
des variables socio-économiques et du soutien social, que la santé mentale ou
physique des enfants ne montrait aucune différence entre enfants nés de
mères adolescentes et de mères plus âgées. Par contre, les enfants qui avaient
été élevés par leur mère durant leur adolescence se montraient moins satis-
faits de leur existence et avait en moyenne un revenu inférieur aux seconds.

Éléments de psychopathologie
Hétérogénéité
Il n’y a de commun entre toutes les grossesses à l’adolescence que la coexis-
tence de deux processus qui peuvent s’entraver réciproquement, surtout
en l’absence d’un soutien affectif et d’une sécurité environnementale
Les grossesses à l’adolescence 93

s­uffisante  : devenir parent et traverser son adolescence. Dans certaines


configurations, l’accès précoce à la maternité, choisie ou non, apparaît
comme un mode de résolution d’une impasse conflictuelle.

Le désir de grossesse
L’IVG. Une grossesse avortée malgré la souffrance qui peut s’y associer,
autant qu’elle s’accompagne d’un étayage suffisant peut devenir un
moment résolutif. Elle vient lever l’impasse des identifications maternelles
et accompagner l’adolescente dans son cheminement vers l’état d’adulte.
Selon Brockington, parmi les adolescentes qui choisissent d’avorter, cer-
taines entretiennent avec leurs parents des relations conflictuelles, notam-
ment avec leur père, et souffrent d’ambivalence, de culpabilité et de honte.
Les négations de grossesse ne sont pas rares, du déni partiel ou déni total,
du mensonge à la dissimulation. « Je savais que j’étais enceinte, je n’arrivais
pas à y croire… vraiment je ne m’en suis pas aperçu… je le savais mais je
l’oubliais tout le temps.  » L’ignorance, la dissimulation, la gêne, voire le
déni de ces grossesses, s’accompagnent souvent de l’absence ou du retard
du suivi de grossesse.
Dynamiques familiales. On retrouve parfois des constellations familiales
particulières où l’adolescente, à travers cette maternité exprime sa rivalité
envers sa mère avec qui elle a souvent entretenu de fréquentes relations de
dépendance. Parfois la grossesse offre la possibilité d’une régression infan-
tile, la jeune adolescente redevenant «  l’enfant  » de sa mère soit directe-
ment, soit à travers l’enfant qu’elle lui confie. Enfin il est des maternités
adolescentes qui témoignent essentiellement d’un désir d’émancipation et
de mise à distance du système familial exerçant alors proprement leur effet
thérapeutique.

Prise en charge des grossesses adolescentes


Un temps d’accueil et d’écoute
Selon l’âge, la position du psychologue ou du psychiatre peut être différente.
La grossesse chez une jeune fille de 12  ans à peine pubère qui n’ose pas
prendre position pour garder ou conserver l’enfant est un problème éthique
typique qui engage la responsabilité morale et médicale. La suspicion, qu’il
s’agisse d’un enfant né d’un rapport incestueux ou d’un viol, s’installe
parfois. Elle exige du consultant une prudence attentive et une grande déli-
catesse, où il ne faut ni ignorer une violence réelle ni envahir la relation de
préoccupations totalement inappropriées. Une évaluation précoce, qui peut
être un temps d’élaboration, permet d’apprécier la position de la jeune fille
par rapport à sa grossesse, la disponibilité de ses propres parents et du père de
l’enfant pour l’accompagner et la soutenir, sa propre disposition à elle de  les
informer et enfin sa situation famille sociale et scolaire.
94 Psychopathologie de la parentalité

La présentation des lieux et la prise de décision


Il est difficile et contradictoire pour les adultes de laisser une mineure, sur-
tout si elle est très jeune, prendre une décision dont ils estiment souvent
qu’elle n’en perçoit pas toutes les dimensions. Or, c’est à elle de décider
selon la loi française ce qu’elle fait de sa grossesse. Il importe donc de
l’informer aussi complètement et simplement que possible de la matéria-
lité des décisions. Les mots qui seront prononcés sont essentiels, car s’il
est décidé une IVG le médecin devra tenir compte des effets d’après-coup
qui pourront survenir secondairement. Rencontrer les parents est indis-
pensable, mais en préservant l’autonomie de la décision de l’adolescente.
Il n’est que de rares cas, qui en général entraînent un signalement, où une
certaine distance devra être conservée entre l’adolescente et ses parents,
voire exceptionnellement le secret. Dès lors que la décision est prise tout
particulièrement pour les jeunes de moins de 15  ans, une familiarisation
des lieux est utile pour prévenir l’inquiétude.

Un enjeu social : pouvoir étudier


Un argument souvent évoqué par les jeunes filles, après 15  ans, qui déci-
dent une interruption volontaire de grossesse, est l’impossibilité de pou-
voir continuer à étudier. L’argument n’est pas inexact puisque deux tiers de
celles qui poursuivront la grossesse abandonneront leurs études le temps
de la grossesse et seule la moitié d’entre elles reprendront leurs études ensuite
(Whitman et al., 2001). La possibilité de pouvoir reprendre des études est un fac-
teur pronostique de l’évolution (Weinman et al., 1999). La grossesse adolescente
conduit à quitter le système d’éducation (Roye et Balk, 1996). Aux États-Unis, il a
été montré que l’isolement, les faibles ressources sociales et la moindre éducation,
entraînent une vulnérabilité qui peut se traduire par plus d’isolement encore et la
survenue de troubles somatiques (Hobcraft et Kiernan, 2001), l’usage ou l’abus de
substances. Toutefois, le départ du système éducatif peut aussi être le souhait
de l’adolescente, que permet sa grossesse ; certaines d’entre elles, à condition d’un
soutien, reprendront ensuite études ou insertion professionnelle.

Le soutien psychologique et social


Il est bien rare qu’il soit nécessaire d’envisager la mise en place d’une psycho-
thérapie proprement dite, individuelle ou familiale. L’essentiel de l’accompa-
gnement, qu’il soit ambulatoire ou en institution (centre maternel en particu-
lier), consistera à ménager un espace permettant à l’adolescente, en particulier
après la naissance, de poursuivre le processus a­ dolescent tout en donnant des
soins à son enfant. Dans les cas où il existe un passé de négligences graves,
voire de violences physiques ou sexuelles, la présence  d’une personne de
confiance tout au long du processus peut être utile voire indispensable.
Les grossesses à l’adolescence 95

Bibliographie
Alvin, P. (2002). Sexuality and pregnancy in adolescence: beetween nature and
culture. Rev Prat, 52(3), 237-239.
Amate P., Luton D., & Davitian C.  (2013). [Contraception and adolescence].
Arch Pediatr, 20(6):707-13.
Bert, S. C., Guner, B. M., & Lanzi, R. G. (2009). Centers for the Prevention of Child
Neglect. The Influence of Maternal History of Abuse on Parenting Knowledge
and Behavior. Fam Relat, 58(2), 176-187.
Borkowski, J. G., Whitman, T. L., & Farris, J. R. (2007). Adolescent mothers and their
children: Risks, resilience, and development. In J. G. Borkowski, J. R. Farris, T.
L. Whitman, S. S. Carothers, K. Weed, & D. A. Keogh (Eds.), Risk and resilience:
Adolescent mothers and their children grow up (1−34). Mahwah, NJ: Lawrence
­Erlbaum.
Boyer, D., & Fine, D. (1992). Sexual abuse as a factor in adolescent pregnancy and
child maltreatment. Family planning perspectives, 24 (1).
Chapelier JB. Grossesse et adolescence: approche ethnopsychiatrique. 2° Journée de
Médecine et Santé de l’Adolescent – 2000 – POITIERS.
Daguerre, A., & Nativel, C. (2004). Les maternités précoces dans les pays développés,
Problèmes, dispositifs, enjeux politiques. Dossier d’etudes, 53.
DREES. Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques.
Easterbrooks, M. A., Jana, H., Chaudhuri, J., Dym Bartlett, D., & Copeman, A. (2011).
Resilience in parenting among young mothers: Family and ecological risks and oppor-
tunities Children and Youth Services Review, 33, 42-50.
Easterbrooks, M. A., Chaudhuri, J. H., & Gestsdottir, S. (2005). Patterns of emotio-
nal availability among young mothers and their infants: A dyadic, contextual
­analysis. Infant Mental Health Journal, 26(4), 309-326.
Ekeus, C., Olausson, P. O., & Hjern, A. (2006). Psychiatric morbidity is related to
parental age: a national cohort study. Psychol Med, 36, 269-276.
Faucher, P., Dappe, S., & Madelenat, P. (2002). Maternity in adolescence: obstetrical
­analysis and review of the influence of cultural, socioeconomic and psychological­
factors in a retrospective study of 62 cases. Gynecol Obstet Fertil, 30(12), 944-952.
Field, T. M., Healy, B., Goldstein, S., & Guthertz, M. (1990). Behavior-state matching
and synchrony in mother-infant interactions of nondepressed versus depressed
dyads. Developmental Psychology, 26, 7-14.
Filou, A. (2011). Mémoire pour obtenir le Diplôme d’État de Sage-Femme. La maternité
à l’adolescence: une prise en charge spécifique ? UNIVERSITÉ PARIS DESCARTES.
Flanagan, P., Coll, C. G., Andreozzi, L., & Riggs, S. (1995). Predicting maltreatment of
children of teenage mothers. Arch Pediatr Adolesc Med, 149(4), 451-455.
Fleming, N. A., Tu, X., & Black, A. Y. (2012). Improved obstetrical outcomes for
­adolescents in a community-based outreach program: a matched cohort study.
J  Obstet Gynaecol Can, 34(12), 1134-1140.
Genest, L., Decroix, H., Rotten, D., & Simmat-Durand, L. (2013). [Early motherhood:
Sociodemographic profiles of 220 teenage mothers in Seine-Saint-Denis.].
J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris) [Epub ahead of print] French.
Godeau, E., Vignes, C., Duclos, M., Navarro, F., Cayla, F., & Grandjean, H. (2008).
Facteurs associés à une initiation sexuelle précoce chez les filles  : données
françaises de l’enquête internationale. Health Behaviour in School-aged
­
­Children (HBSC)/OMS. Gynécologie Obstétrique & Fertilité, 36(2), 176-182.
96 Psychopathologie de la parentalité

Grandjean, H. (2008). Facteurs associés à une initiation sexuelle précoce chez les
filles  : données françaises de l’enquête internationale. Health Behaviour in
School-aged Children (HBSC)/OMS. Gynécologie obstétrique & fertilité, 36(2),
176-182.
Henry, L., & Houdaille, J. (1979). Célibat et âge au mariage aux XVIIIe et xixe siècles
en France. II. Age au premier mariage. In : Population, 34e année, n°2, 403-442.
Hobcraft, J., & Kiernan, K. (2001). Childhood poverty, early motherhood and adult
social exclusion. The British journal of sociology, 52(3), 495-517.
Ined (Novembre 2007). l’âge aux premières règles. Fiches pédagogiques, « Croissance
et puberté » (Inserm, 2007).
Insee (juin 2008). Les familles monoparentales. Des difficultés à travailler et à se loger.
Première N° 1195.
Jerome, L. (2010). La grossesse chez les adolescentes. Diplôme d’Etat de sage-femme.
Université d’Angers.
Karabult, A., Ozkan, S., Bozkurt, A. I., Karahan, T., & Kayan, S. (2013). Perinatal
outcomes and risk factors in adolescent and advanced age pregnancies: compa-
rison with normal reproductive age women. J Obstet Gynaecol, 33, 346-350.
Karraker, K. H., & Evans, S. L. (1996). Adolescent mothers’ knowledge of child
development and expectations for their own infants. Journal of Youth and
Adolescence, 25(5), 651-665.
Le Van, C. (2006). La grossesse à l’adolescence : un acte socialement déviant ? Adolescence,
1, 225-234.
Leadbeater, B. J., & Way, N. (2003). Growing up fast: Transitions to early adulthood of
inner-city adolescent mothers. Journal of Adolescence, 26(2), 251-252.
Leadbeater, B. J., & Linares, O. (1992). Depressive symptoms in black and Puerto
Rican adolescent mothers in the first 3  years post-partum. Development and
Psychopathology, 4, 451-468.
Leadbeater, B. J., & Way, N. (1996). Urban Girls: Resisting Stereotypes, Creating Iden-
tities. ERIC.
Lehti, V., Sourander, A., Polo-Kantola, P., Sillanmäki, L., Tamminen, T., & Kumpulai-
nen, K. (2013). Association between childhood psychosocial factors and induced
abortion. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol, 166(2), 190-195.
Leppälahti, S., Gissler, M., Mentula, M., & Heikinheimo, O. (2013). Is teenage pregnancy
an obstetric risk in a welfare society ? À population-based study in Finland, from
2006 to 2011. BMJ Open., 3(8), e003225.
Letendre, R., & Doray, P. (2003). Expérience de la grossesse à l’adolescence. Adolescence, 46,
693-712.
Lipman, E. L., Kenny, M., Jack, S., Cameron, R., Secord, M., & Byrne, C. (2010).
Understanding how education/support groups help lone mothers. BMC Public
Health, 10, 4.
Lounds, J. J., Borkowski, J. G., & Whitman, T. L. (2006). The potential for child
neglect: the case of adolescent mothers and their children. Child Maltreat, 11(3),
281-294.
Madkour, A., Farhat, T., Halpern, C., Godeau, E., & Nic Gabhainn, S. (2010). Early
Adolescent Sexual Initiation as a Problem Behavior: a Comparative Study of Five
Nations. Journal of Adolescent Health, vol. 47(4), 89-98.
Marcelli, D. (2003). La grossesse  : une immixion douloureuse dans la sexualite de
l’adolescente. Adolescence, 46, 683-692.
Les grossesses à l’adolescence 97

Masten, A. S. (2001). Ordinary magic. Resilience processes in development. Am


Psychol, 56(3), 227-238.
McGee, R., Williams, S., Poulton, R., & Moffitt, T. (2000). A longitudinal study of
cannabis use and mental health from adolescence to early adulthood. Addiction,
95(4), 491-503.
Meltzer-Brody, S., Bledsoe-Mansori, S. E., Johnson, N., Killian, C., Hamer, R. M.,
Jackson, C., & Thorp, J. (2013). A prospective study of perinatal depression and
trauma history in pregnant minority adolescents. American journal of obstetrics
and gynecology, 208(3), 211-e1.
Memmi D., (2003). « Qui contrôle la sexualité de nos enfants ? », in Iacub M. et
Maniglier P. (dir.), Familles en scène (p. 40-47). Paris: Autrement.
Memmi, D. (2003). Faire vivre et laisser mourir  : le gouvernement contemporain
de la naissance et de la mort. Paris, La Découverte « TAP/Politique et société »,
2003, 312 pages.
Mylod, D. E., Whitman, T. L., & Borkowski, J. G. (1997). Predicting adolescent
mothers’ transition to adulthood. J Res Adolesc, 7(4), 457-478.
Noll, J. G., & Shenk, C. E. (2013). Teen birth rates in sexually abused and neglected
females. Pediatrics, 131(4), e1181-e1187.
Noria, C. W., Weed, K., & Keogh, D. A. (2007). The fate of adolescent mothers. In J.
G. Borkowski, J. R. Farris, T. L. Whitman, S. S. Carothers, K. Weed, & D. A. Keogh
(Eds.), Risk and resilience: Adolescent mothers and their children grow up. Mahway,
NJ: Lawrence Erlbaum, 35- 68.
Oxford, M. L., Gilchrist, L. D., Lohr, M. J., Gillmore, M. R., Morrison, D. M., &
Spieker, S. J. (2005). Life course heterogeneity in the transition from adoles-
cence to adulthood among adolescent mothers. Journal of Research on Adoles-
cence, 15, 479-504.
Reid, V., & Meadows-Oliver, M. (2007). Postpartum depression in adolescent
mothers: an integrative review of the literature. J Pediatr Health Care, 21(5),
289-298. Review.
Roye, C. F., & Balk, S. J. (1996). Évaluation of an intergenerational program for
pregnant and parenting adolescents. Matern Child Nurs J, 24(1), 32-40.
Shapiro, J. R., & Mangelsdorf, S. C. (1994). The determinants of parenting compe-
tence in adolescent mothers. J Youth Adolesc, 23(6), 621-641.
Sommer, K. S., Whitman, T. L., Borkowski, J. G., Gondoli, D. M., Burke, J., Maxwell, S.
E., & Weed, K. (2000). Prenatal maternal predictors of cognitive and emotional
delays in children of adolescent mothers. Adolescence, 35(137), 87-112.
Spriggs, A. L., & Halpern, C. T. (2008). Sexual Debut Timing and Depressive Symptoms
in Emerging Adulthood. J Youth Adolesc, 37(9), 1085-1096.
Stevens-Simon, C., Nelligan, D., & Kielly, L. (2001). Adolescents at risk for mistreating
their children. Part I : Prenatal identification. Child Abuse Negl.
Tabberer, S., Hall, C., Webster, A., & Prendengast, S. (2000). Teenage Pregnancy and
Choice: Abortion of Motherhood : Influence on the Decision. Joseph Rowntree
Foundation, York.
Tolman, D. L., & McClelland, S. I. (2011). Normative sexuality development in
­adolescence: A decade in review, 2000-2009. Journal of Research on Adolescence,
21(1), 242-255.
Unicef : La Situation des Enfants dans le Monde 2011: L’Adolescence l’Âge de Tous
les possibles – 2011.
98 Psychopathologie de la parentalité

Valentino, K., Nuttall, A. K., Comas, M., Borkowski, J. G., & Akai, C. E. (2012). Inter-
generational continuity of child abuse among adolescent mothers: authoritarian
parenting, community violence, and race. Child Maltreat, 17(2), 172-181.
Vilain, A. (2010). Données DREES : Les interruptions volontaires de grossesse en.
Weinman, M. L., Solomon, C., & Glass, M. B. (1999). Opportunities for pregnant and
parenting teenagers: a school-based and school-linked intervention p ­ rogram.
J Sch Nurs, 15(5), 11-18.
Wellings, K., Jones, K. G., Mercer, C. H., Tanton, C., Clifton, S., Datta, J., Copas, A. J.,
Erens, B., Gibson, L. J., Macdowall, W., Sonnenberg, P., Phelps, A., & Johnson,
A. M. (2013). The prevalence of unplanned pregnancy and associated factors
in Britain: findings from the third National Survey of Sexual Attitudes and
­Lifestyles (Natsal-3). Lancet, 25.
Whitman, T. L., Borkowski, J. G., Keogh, D. A., & Weed, K. (2001). Interwoven lives:
Adolescent mothers and their children. Psychology Press.
4 Homoparentalité :
le devenir des enfants

Position de la question
Le nombre d’enfants élevés par un couple homosexuel reste mal connu. Les
évaluations sont faites par recoupement entre enquêtes démographiques et
sondages sur des échantillons représentatifs. Selon une enquête réalisée en
2011 (IFOP, 2011), 3,5 % des personnes interrogées se définissent comme
homosexuelles et 3 % comme bisexuelles. 46 % des homosexuels vivraient
en couple contre 70 % des hétérosexuels. En 2000, l’étude des fichiers démo-
graphiques estimait à environ 1 % la prévalence des couples homosexuels
corésidents (Festy, 2006). Le nombre d’enfants résidant avec un couple de
même sexe est estimé entre 24 000 et 40 000, la très grande majorité vivant
avec un couple de femmes, et le nombre de couples vivant avec des enfants
(Festy, 2006) à 14 000. Selon l’INSEE, en 2011 (Buisson et Lapinte, 2013)
100 000 couples étaient de même sexe et environ une personne en couple
de même sexe sur dix réside (même une partie du temps seulement) avec au
moins un enfant. On estime que plus de 80 % des couples homosexuels qui
élèvent un enfant sont féminins.

Objet des enquêtes sur l’homoparentalité


Aux États-Unis, le sentiment que l’homoparentalité pouvait menacer le
mariage est resté longtemps au premier plan, tandis que moins d’intérêt
était porté à la filiation  ; en France les préoccupations étaient inversées.
Les études portant sur les enfants élevés par des parents homosexuels
existent depuis bientôt une quarantaine d’années. Elles reflètent étroite-
ment l’extrême préoccupation qu’a entraînée cette « métamorphose de la
parenté » (Godelier, 2004) au sein des sociétés considérées.
Les premières enquêtes sont américaines et datent des années 1970. Elles
portaient sur l’existence de sévices sexuels subis par les enfants au sein
des familles ou à l’extérieur et sur l’orientation sexuelle des enfants. Cette
variable est restée presque systématiquement recherchée jusqu’au début
des années 1990. Ces premières études, n’ont pas démontré de retentis-
sement sur le choix de genre, l’orientation sexuelle et l’existence de sévices
­(Patterson, 2009 ; Vecho et Schneider, 2005).
Les défauts méthodologiques des premières enquêtes ont été progressive-
ment réduits notamment le recrutement par volontariat et affiliation de

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
100 Psychopathologie de la parentalité

familles de conditions socio-économiques plus favorables que la moyenne.


Toutefois des difficultés sont restées  : faibles effectifs et représentativité
incertaine. Il fallait en effet, trouver une population représentative des
parents homosexuels élevant un enfant et trouver une population avec
laquelle la comparer pour contrôler les variables socio-économiques et tenir
compte des parcours de vie.
Les nouvelles interrogations ont porté sur l’adaptation psychologique des
enfants tandis que celles portant sur d’éventuelles « déviations sexuelles »
étaient abandonnées. La convergence des travaux de recherche portant sur
le genre et sur le développement s’est établie. Des études longitudinales ont
été mises en place et de nouvelles questions ont été posées. Une des pre-
mières occupations a consisté à reprendre les modèles habituels d’études du
développement en population générale pour les couples homoparentaux.
Une seconde préoccupation a été de rechercher les mécanismes d’adapta-
tion des parents et des enfants par rapport à cette spécificité.

Principaux résultats
La plupart des études ont porté sur les couples homosexuels féminins qui
sont largement majoritaires parmi ceux qui élèvent des enfants. Peu de
choses sont connues sur les enfants élevés par des couples homosexuels
masculins.
Les troubles du comportement. Les résultats sont très concordants  : les
enfants de mères lesbiennes ne montrent pas plus de troubles du déve-
loppement, de difficultés relationnelles, ni se comportent différemment
des garçons et des filles élevés par des parents hétérosexuels (Bos,  2004  ;
MacCallum, Golombok, 2004). Dans l’étude de Gartrell et al. (2011), après
dix-sept ans de suivi, les adolescents avaient des performances scolaires et
sociales ainsi que des compétences sociales de haut niveau et moins de pro-
blèmes comportementaux que la moyenne de la population en utilisant le
« Achenbach Child Behavior Checklist ».
L’orientation sexuelle. Une des premières études marquantes, bien que
limitée méthodologiquement, a été conduite par Green (1978) qui a mené
des entretiens structurés et effectué des tests standardisés auprès de 37
enfants, entre 3 et 20 ans. 21 enfants avaient été élevés par des mères les-
biennes, 9 par des transsexuelles femmes devenues hommes et 7 par des
transsexuels hommes devenus femmes. La question du genre était au pre-
mier plan et répondait à une inquiétude très vive de la société en relation
avec la modification d’un des piliers identitaires centraux de la famille et
du self. Elle n’a pas montré chez les enfants de fantasmes autres qu’hété-
rosexuels quand ils étaient évalués indirectement chez les préadolescents
(après 11 ans) et au-delà. Les études menées une ou deux décennies plus
tard ont surtout concerné des femmes devenues mères dans le cadre d’une
Homoparentalité : le devenir des enfants 101

union ­hétérosexuelle avant de vivre des relations lesbiennes. L’équipe de


Golombok au Royaume-Uni (1983) a comparé et suivi de la prime enfance
jusqu’à l’âge adulte 38 enfants issus de foyers féminins hétérosexuels
monoparentaux à 37 enfants issus de foyers féminins homosexuels mono-
parentaux. Dans cette cohorte, l’orientation sexuelle des enfants ne paraît
pas affectée par celle de leurs parents : elle ne diffère pas significativement
de celle d’enfants de parents hétérosexuels (Golombok et Spencer, 1983 ;
Golombok Tasker, 1996). L’étude de Gartrell et Bos (2010), conduite aux
Etats-Unis, a porté sur le développement d’une cohorte d’enfants nés de
mères lesbiennes qui devinrent parents à travers un processus d’insémi-
nation. 154 mères ont participé à cette étude dont 70 mères biologiques,
70 mères sociales et 14 mères seules. Aux États-Unis, si aucune différence
n’a été retrouvée sur l’orientation sexuelle des enfants de sexe masculin,
plusieurs études semblent montrer une plus fréquente bisexualité, peut-être
exploratoire et transitoire, chez les jeunes filles ou adolescentes (Gartrell
et al., 2011 ; Schumm, 2010).

La stigmatisation
Aucune étude n’a établi de risque significativement supérieur de harcè-
lement au sens fort du terme (bullying). Par contre la moitié environ des
études ont montré que les enfants, peut-être plus les garçons issus d’un
couple homosexuel féminin, pouvaient être souvent raillés ou taquinés par
leurs pairs (Golombok et Spencer, 1983 ; Bos et Gartrell, 2010 ; Van ­Gelderen
et al., 2012). Une étude longitudinale menée aux États-Unis auprès d’enfants
de mères lesbiennes, depuis la naissance jusqu’à leur majorité, confirme
ces résultats et explore d’autres thèmes comme les effets de la stigmatisa-
tion et les stratégies pour les circonvenir (Bos et Gartrell,  2010  ; Gartrell
et al., 2011). Les enfants sont souvent activement soutenus par leurs parents
en ces situations. La Société Américaine de Pédiatrie recommande que des
droits égaux à ceux des parents hétérosexuels soient donnés aux
parents homosexuels pour réduire les discriminations sociales qui peuvent
peser sur les enfants et leurs conséquences sur leur développement (Perrin
et Siegel, 2013).

Ajustement/adaptation
Les enfants élevés dans des formes familiales non traditionnelles et en parti-
culier par des parents du même sexe ne présentent pas de risque psychosocial
plus important que les enfants élevés dans des formes familiales traditionnelles
(Golombok et Tasker, 2010 ; Patterson et al., 2006 ; Tasker, 2005). Au-delà de
l’orientation sexuelle, une récente méta-analyse de Stacey et Biblarz (2001)
montre que le genre des parents est peu significatif pour l’ajustement psycho-
logique des enfants et leur réussite sociale.
102 Psychopathologie de la parentalité

Couples homosexuels masculins


Beaucoup moins d’études ont été réalisées. La plupart des premières études
portaient sur les enfants de pères gays, nés dans un contexte hétérosexuel,
avec un vécu difficile lié à la séparation des parents, ou bien des enfants
adoptés avec un vécu éventuellement traumatique lié à l’abandon et qui
trouvaient plus de difficultés au sein de ces familles, comparés aux enfants
de couples hétérosexuels stables. Les quelques études avec une méthodolo-
gie suffisante effectuées dans la population homoparentale masculine ne
font pas la démonstration de plus de troubles chez les enfants (Gates, 2009 ;
Gates et al., 2007). Une recherche récente a montré que les jeunes enfants
adoptés par des pères gays ne diffèrent pas en ce qui concerne l’ajustement
psychologique de ceux adoptés par des parents hétérosexuels (Farr
et al., 2010).

Désir d’enfant
Des auteurs comme Gratton (2008) ont pris comme centre d’intérêt les
conditions d’émergence du désir d’enfant chez les homosexuel(le)s (Gratton, 
2008  ; Herbrand,  2009). Ces travaux indiquent que chez les mères les-
biennes, le désir d’enfant émerge du couple, tandis que chez les pères gays,
les enfants ont été souvent l’objet d’un désir conçu par un seul des mem-
bres du couple, l’autre souhaitant seulement (du moins de prime abord)
accompagner le parent. Toutefois l’évolution sociétale aidant, il semble que
l’homoparentalité masculine évolue plus souvent vers un projet parental
conjugal.

Renouveau des études


Le développement des enfants
et la parentalité homoparentale
L’approche débutée par Lamb consiste à mener strictement le même type
d’études, avec les mêmes variables auprès des familles homosexuelles et
hétérosexuelles ainsi qu’avec les parents isolés pour rechercher quelles sont
les variables pertinentes dans le développement de l’enfant. Elle m ­ ontre
que l’adaptation des enfants est dominée quel que soit le type de famille par
les mêmes facteurs que sont la qualité des relations avec les parents, la qua-
lité des relations entre les parents et les ressources sociales et économiques
disponibles pour les familles. Il n’a pas été démontré de différences signifi-
catives entre les enfants de parents de même sexe et les enfants élevés par
un couple hétérosexuel pour les variables cognitives, affectives et compor-
tementales pour des cohortes portant sur 30 à 150 enfants environ (Farr.
et al., 2010 ; Golombok et Badger, 2010 ; Golombok et al., 2003 ; Vanfraussen
Homoparentalité : le devenir des enfants 103

et al., 2002  ; Wainright et Patterson,  2006,  2008  ; Wainright et al.,  2004).


L’élément le plus essentiel est constitué par l’équilibre émotionnel du parent
ou des parents et par le soutien qu’il(s) apporte(nt) à ses (leurs) enfants.
Une seule étude française est connue à ce jour (Nadaud, 2002) évaluant 58
enfants, âgés de 4 à 16 ans, par questionnaires et entretiens semi-structurés.
Elle ne met pas en avant de troubles majeurs chez les enfants de famille
homoparentale, mais souffre des défauts habituels de ce type d’étude avec
notamment l’absence de groupe de comparaison.

L’étude des représentations des liens de parenté


Dans un contexte où les représentations de la famille sont encore dominées
par le stéréotype de la famille nucléaire tout en laissant entrevoir des réali-
tés sociales diverses, il a été recherché les modes de constitution des familles
homoparentales et leur évolution.
Les représentations, au sein de ces familles, du caractère bisexué de la
parentalité et de l’exclusivité de la filiation (Gross, 2009b ; Tarnovski, 2011)
ont été particulièrement étudiées. L’intérêt est placé sur la manière dont
les processus ordinaires de la parentalité sont mis en place dans les
familles homoparentales et comment celles-ci peuvent s’approprier le
modèle  commun. Il a été montré que les enfants construisent avec leurs
parents un sentiment d’appartenance à une famille, alors que celle-ci est
basée sur des modèles encore transgressifs dans une partie de la population
mais devenant au sein de réseaux sociaux élargis progressivement acceptés
et légitimés.

Psychopathologie
Une dernière série de travaux a été plus spécifiquement développée en
France et en Belgique au cours des années 2000. Elle porte sur les processus
inconscients mobilisés par le devenir parent pour les couples de même sexe.
Trois dimensions ont été retenues :

La bisexualité psychique
Sur le pôle de l’identité de genre, les travaux montrent comment, pour chacun des
membres du couple, les identifications masculines et féminines sont réactuali-
sées par le devenir parent. Ils sous-tendent leurs références à la fonction mater-
nelle et à la fonction paternelle (Ducousso-Lacaze, 2004 ; Ducousso-Lacaze et
Grihom, 2009, 2010 ; Grihom et Ducousso-Lacaze, 2009 ; Feld-Elzon, 2010)
ainsi que la répartition des rôles auprès des enfants.
Du côté de l’orientation sexuelle se trouve illustrée une idée psychanalytique
centrale : chez chaque être humain, subsistent des traces de la bisexualité
originelle, sous la forme d’identifications partielles aux parents du même
104 Psychopathologie de la parentalité

sexe, et de l’existence de fantasmes inconscients ou non, homos et hété-


rosexuels. Ces fantasmes, n’impliquent pas une activité bisexuelle réelle
ni même le souhait d’une activité homosexuelle. Ils signalent seulement
des éléments de la vie inconsciente dont l’existence de figures de déplace-
ment et de figures d’identification dans les deux sexes. Ces figures sont à
l’œuvre dans les processus qui permettent d’être parents chez des personnes
homosexuelles ou d’ailleurs hétérosexuelles. Le père peut s’identifier à des
­éléments maternels, qu’il soit homo ou hétérosexuel, comme la mère à
des  éléments paternels, qu’elle soit homo ou hétérosexuelle.

Les processus inter et transgénérationnelles


La notion de permutation symbolique des places a permis de rendre compte
des voies subjectives par lesquelles le couple accède au sentiment d’être parent
tout en se représentant la place de ses propres parents en tant que grands-
parents (Gratton,  2008) indiquant que l’homoparentalité emprunte à des
formes classiques de parentalité (Ducousso-Lacaze, 2004 ; Ducousso-Lacaze et
Gachedoit, 2006).

La représentation du tiers
Du fait de son infertilité le couple homosexuel est contraint de recourir à un
tiers pour avoir un enfant. L’approche psychanalytique montre que les couples
homosexuels construisent des figures du tiers. Celui-ci est présent dans la vie
subjective des couples lesbiens en dépit de son absence dans la réalité (Naziri,
2010) ; de même dans l’expression du désir d’enfant des pères ou futurs pères
gays. Ces figures témoignent de la manière dont ces couples intègrent à leur
expérience de la parentalité la référence à leurs propres limites (infertilité en
tant que couple), à la contrainte biologique, à l’autre sexe (le tiers a forcément
un sexe différent de celui du couple) et c’est à partir de la référence à ce tiers
qu’ils élaborent et transmettent un récit sur l’origine de l’enfant.

Des questions non résolues sur la filiation


La parentalité homosexuelle peut faire suite à la parentalité hétérosexuelle
notamment après une séparation. Toutefois, elle est aussi liée à des modes
de procréation originaux ou nouveaux tels que la gestation pour autrui
avec don de gamètes ou d’embryon, le don de gamètes d’un tiers connu ou
inconnu, l’adoption. Ces modalités d’être parent et d’être enfant soulèvent
des questions nouvelles qui concernent aussi les couples hétérosexuels.
Une des revendications les plus importantes, bien qu’inconstantes, des
enfants adoptés ou issus d’un don de gamètes, surtout lorsqu’ils deviennent
adultes, et parfois dès l’adolescence, est d’avoir accès à la connaissance,
si ce n’est à la rencontre, de l’individu qui aura transmis des gènes et
Homoparentalité : le devenir des enfants 105

­ eut-être un fragment d’histoire. Cette revendication est parfois aussi celle


p
de l’enfant issu d’un adultère et sera peut-être dans l’avenir celle d’enfants
issus de la gestation pour autrui. Il ne s’agit pas ici de pathologie, mais de
la création d’un modèle culturel important pour la représentation de soi.
Cette question reste ouverte comme le sont d’autres : « Que transmettent
les parents de leurs enjeux inconscients concernant l’inscription dans une
généalogie, la représentation de l’origine, le lien à l’autre sexe ? Comment
les enfants s’approprient-ils et transforment-ils ce que leurs parents leur
transmettent ? » Ces questions ne sont pas spécifiques à l’homoparenta-
lité, mais celle-ci conduit l’ensemble de la société à s’interroger. L’adop-
tion plénière est-elle compatible avec ces exigences ? Ne vaut-il pas mieux
permettre un accès aux origines biologiques  ? Celui-ci permettra-t-il aux
parents de s’investir suffisamment ? Aux États-Unis, à côté de l’adoption
confidentielle (proche de l’adoption plénière) où les origines biologiques
de l’enfant adopté sont conservées secrètes afin de prévenir la rencontre
entre l’enfant et l’un ou l’autre de ses parents biologiques, le mode le plus
fréquent est l’adoption ouverte (proche de l’adoption simple) qui permet
à l’enfant et aux parents de connaître un certain nombre d’informations
sur le(s) parent(s) biologique(s) et éventuellement de le(s) rencontrer. La
fiction de l’adoption plénière et la méconnaissance de ses origines quand le
transfert de gamètes est organisé par la médecine répondent-elles à l’intérêt
de l’enfant ? Une étude a montré que le développement des enfants qu’ils
connaissent ou non les donneurs n’est pas altéré : la question ne permet
pas de réponses simples (Bos et Gartrell, 2011).

Bibliographie
Bos, H. (2004). Parenting in planned lesbian families. Amsterdam: Vossiuspers UvA.
Bos, H. M. W., & Gartrell, N. K. (2011). Adolescents of the US National Longitudinal
Lesbian Family Study: The impact of having a known or an unknown donor on
the stability of psychological adjustment. Human Reproduction, 26(3), 630-637.
Buisson, G., & Lapinte, A. Le couple dans tous ses états. INSEE. N° 1435 - Février 2013.
Ducousso-Lacaze, A., & Gachedoit, P. (2006). «  Homosexualité et parentalité  :
une approche psychanalytique  ». In A. Cadoret, M. Gross, C. Mécary, &
B. Perreau (Eds.), Homoparentalités : approches scientifique et politique (pp. 261-272).
Paris: PUF.
Ducousso-Lacaze, A., & Grihom, M. J. (2009). Pour une approche métapsychologique
de l’homoparentalité. Perspectives psychiatriques, 292-299.
Ducousso-Lacaze, A., & Grihom, M. J. (2010). Homoparentalité  : apports d’une
approche psychanalytique. Le divan familial, 128-142.
Ducousso-Lacaze, A. (2004). À propos du père dans la parentalité lesbienne. Le Divan
Familial, 29-42.
Farr, R., Forsell, S., & Patterson, C. (2010). « Parenting and child development in adop-
tive families: Does parental sexual orientation matter? ». Applied ­Developmental
Science, 14, 164-178.
106 Psychopathologie de la parentalité

Feld-Elzon, E. (2010). Homoparentalité, bisexualité, tiercéité. Impact du projet


d’enfant et de l’IAD sur la bisexualité. Revue belge de psychanalyse, 56, 36-60.
Festy, P. (2006). Le recensement des familles homoparentales. In A. Cadoret,
M. Gross, C. Mécary, & B. Perreau (Eds.), Homoparentalités. Approches scientifiques
et politiques (pp. 109-116). Paris: Puf.
Gartrell, N., & Bos, H. N. (2010). US national longitudinal lesbian family study: psy-
chological adjustment of 17-year-old adolescents. Pediatrics, 126(1), 28-36.
Gartrell, N. K., Bos, H. M., & Goldberg, N. G. (2011). Adolescents of the U.S. National
Longitudinal Lesbian Family Study: sexual orientation, sexual behavior, and
sexual risk exposure. Arch Sex Behav, 40(6), 1199-1209.
Gates, G. (2009). Same-sex spouses and unmarried partners in the American Community
Survey, 2008. Los Angeles: UCLA School of Law, Williams Institute.
Gates, G., Badgett, L. M. V., Macomber, J. E., & Chambers, K. (2007). Adoption and foster
care by lesbian and gay parents in the United States. Washington DC: Urban Institute.
Godelier, M. (2004). Métamorphoses de la parenté. Paris: Fayard.
Goldberg, S. (1983). Parent-Infant Bonding: Another look. Child Development, 54,
1355-1382.
Golombok, S., & Badger, S. (2010). Children raised in mother-headed families from
infancy: a follow-up of children of lesbian and single heterosexual mothers, at
early adulthood. Hum Reprod, 25(1), 150-157.
Golombok, S., Perry, B., Burston, A., Murray, C., Mooney-Somers, J., Stevens, M., &
Golding, J. (2003). Les enfants dont les parents lesbiens  : une étude de la
communauté. Dev Psychol, 39(1), 20-33.
Golombok, S., & Spencer, A. (1983). Children in lesbian and single-parent house-
holds: psychosexual and psychiatric appraisal. J Child Psychol Psychiatry, 24(4),
551-572.
Golombok, S., & Tasker, F. (1996). Do parents influence the sexual orientation of
their children? Findings from a longitudinal study of lesbian families. Develop-
mental psychology, 32(1), 3.
Golombok, S., & Tasker, F. (2010). Gay fathers. In M. E. Lamb (Ed.), The role of the
father in child development (5th ed.) (pp. 319-340). Hoboken, NJ: Wiley.
Golombok, S., Tasker, F., & Murray, C. (1997). Children raised in fatherless families
from infancy: family relationships and the socioemotional development of chil-
dren of lesbian and single heterosexual mothers. J Child Psychol Psychiatry, 38(7),
783-791.
Gratton, E. (2008). L’Homoparentalité au masculin. Le désir d’enfant contre l’ordre social.
Paris: PUF, coll. Partage du savoir.
Green (1978). Richard. Sexual identity of 37 children raised by homosexual or
­transsexual parents. The American Journal of Psychiatry.
Grihom, M. J., & Ducousso-Lacaze, A. (2009). Parentalité et homoparentalité : quels
enjeux ? Perspectives psychiatriques, 184-193.
Gross, M, (2009) « The desire to be parent among gay men and lesbians ». In Diana
Marre, Laura Briggs (dir.), International adoption. Global Inequalities and the
­circulation of children. NYU Press.
Herbrand, C. (2009). «  Déclinaisons du désir d’enfant dans les coparentalités
­homosexuelles ». Revue des Sciences Sociales, Université de Strasbourg, 41, 38-49.
IFOP. (2011). Le profil de la population gay et lesbienne en. IFOP pour Têtu.
Insee : Première N° 1195 Les familles monoparentales Des difficultés à travailler et à
se loger – juin 2008.
Homoparentalité : le devenir des enfants 107

MacCallum, F., & Golombok, S. (2004). « Children raised in fatherless families from
infancy: a follow-up of children of lesbian and single heterosexual mothers at
early adolescence ». Journal of Child Psychology and Psychiatry, 45, 1407-1419.
Nadaud, S. (2002). Homoparentalité. Une nouvelle chance pour la famille. Paris: Fayard.
Naziri, D. (2010). Devenir mère au sein d’un couple homosexuel : la place du tiers.
Revue belge de psychanalyse, 56(1).
Patterson, C. J. (2006). Children of lesbian and gay parents. Current directions in
­psychological science, 15(5), 241-244.
Patterson, C. J. (2009). Children of lesbian and gay parents: Psychology, law, and
policy. American Psychologist, 64(8), 727.
Perrin, E. C., & Siegel, B. S. (2013). Committee on Psychosocial Aspects of Child and
Family Health of the American Academy of Pediatrics. Promoting the well-being of
children whose parents are gay or lesbian. Pediatrics, 131(4), e1374-e1383.
Schumm, W. R. (2010). Children of homosexuals more apt to be homosexuals? À
reply to Morrison and to Cameron based on an examination of multiple sources
of data. J Biosoc Sci, 42(6), 721-742.
Stacey, J., & Biblarz, T. J. (2001). (How) does the sexual orientation of parents matter?
American Sociological Review, 159-183.
Tarnovski Flavio, Luiz. (2011). Les coparentalités entre gays et lesbiennes en France : le point
de vue des pères. Vibrant: Virtual Brazilian A
­ nthropology., vol. 8, no 2, 140-163.
Tasker, F., & Golombok, S. (1995). Adults raised as children in lesbian families. Am J
Orthopsychiatry, 65(2), 203-215.
Tasker, F. (2005). Lesbian mothers, gay fathers, and their children: a review. J Dev
Behav Pediatr, 26(3).
Vanfraussen, K., & Ponjaert-Kristoffersen, I. (2002). What does it mean for youngsters
to grow up in a lesbian family created by means of donor insemination? J Reprod
Infant Psychol, 20(4), 237-252.
van Gelderen, L., Gartrell, N., Bos, H. M., van Rooij, F. B., & Hermanns, J. (2012).
Stigmatization associated with growing up in a lesbian-parented family: What
do adolescents experience and how do they deal with it? Children and Youth
Services Review, 34(5), 999-1006.
Vecho, O., & Schneider, B. (2005). Homoparentalité et développement de l’enfant :
bilan de trente ans de publications. La psychiatrie de l’enfant, 48(1), 271-328.
Wainright, J. L., & Patterson, C. J. (2008). Peer relations among adolescents with
female same-sex parents. Dev Psychol, 44(1), 117-126.
Wainright, J. L., & Patterson, C. J. (2006). Delinquency, victimization, and subs-
tance use among adolescents with female same-sex parents. J Fam Psychol,
20(3), 526-530.
Wainright, J. L., Russell, S. T., & Patterson, C. J. (2004). Psychosocial adjustment,
school outcomes, and romantic relationships of adolescents with same-sex
parents. Child Dev, 75(6), 1886-1898.
5 Adoption
et développement
L’adoption contemporaine dans les pays industrialisés a pour princi-
pal objet d’être un substitut à la procréation (Bonte et al.,  2011). Avec
l’adoption plénière ou ses équivalents, toute filiation est rompue avec les
parents d’origine créant une parentalité substitutive et une rupture dont
la radicalité est aujourd’hui discutée.

Faits et histoire
L’adoption au fil du temps
Dans l’Antiquité romaine, elle concernait essentiellement les adultes jeunes.
Elle nécessitait leur consentement et celui de leur géniteur. Une forme
particulière en était l’adoption « prénatale ». Elle consistait en la « remise »
d’une épouse féconde, après séparation légale, à un homme qui devien-
drait le père légal de l’enfant à naître. L’adoption n’a été instituée dans le
droit francais qu’en 1804 avec le code Napoléon. Au xxie siècle, le nombre
d’enfants au sein des familles s’est considérablement réduit, mais moins
de couples sont sans enfant et être parent est devenu un élément essentiel
du statut social et de l’assomption identitaire. Simultanément, les droits
de l’enfant illégitime ont été rétablis et l’adoption est devenue largement
accessible.

Une substitution à la procréation


Dans les sociétés traditionnelles, les échanges d’enfants, les dons et les
placements provisoires se pratiquent entre parents de naissance vivants
et parents adoptifs féconds. Dans l’ensemble des pays industrialisés son
objet principal est de pallier à l’infertilité d’un couple. Comme le mariage
arrangé a fait place au mariage d’amour, ce n’est plus en premier l’héritier
qui est recherché mais un enfant à choyer. Le parent conserve la fonction
d’élever, éduquer et nourrir, mais déployer son amour envers son enfant
est aussi un élément clé de son projet parental. Toutefois aujourd’hui
avec le développement de l’adoption internationale, l’origine vient par
l’apparence physique mettre en tension cette création fictionnelle et
nécessite des stratégies d’adaptation. Elle réduit la propension au secret
qui était encore importante dans les adoptions plénières nationales il y a
quelques décennies.

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
110 Psychopathologie de la parentalité

Les adoptants
Ce sont essentiellement des couples. Pour 70 % d’entre eux, l’adoption est
l’unique possibilité de devenir parents  : ils n’ont pas d’enfant biologique
commun et ils ont dû renoncer à l’AMP. 7 % de couples ont des difficultés
de conception et préfèrent recourir directement à l’adoption ; 12 % encore
recourent directement à l’adoption sans aucun obstacle physiologique et
12 % sont devenus stériles après avoir eu un enfant. Il existe une sélection
sociale spontanée des couples adoptants : 25 % sont des cadres alors qu’ils
ne sont que 16 % de la population générale et par contre seulement 19 %
sont ouvriers contre 35 % pour la population générale.

Les adoptés
En moyenne, les enfants adoptés ont environ 3 ans (2,9 ans) lors de leur
arrivée dans la famille adoptive, 2 ans (1,9 an) pour les enfants originaires
de France. Il y a à peu près autant de garçons que de filles, mais selon l’ori-
gine nationale il peut y avoir un sex-ratio très différent. Par exemple, les
enfants chinois sont essentiellement des filles et parmi les enfants russes on
trouve plus de garçons.

L’adoption contemporaine
Statistiques (www.adoption.gouv.fr/Chiffres-cles.html). L’adoption concerne
environ 10 000 enfants par an avec en 2007 : 33 % d’adoptions plénières
et 67  % d’adoptions simples. Le nombre d’enfants adoptés nés à l’étran-
ger diminue régulièrement. En 2007, l’adoption plénière concernait 5 300
enfants et provenait à 80 % de l’adoption internationale. L’adoption simple
concernait 9 400 enfants et était pour 95 % une adoption intrafamiliale.
Adoptions simples et plénières. Avec l’adoption simple, l’enfant garde des
liens avec sa famille d’origine et avec l’adoption plénière, il rompt tout lien
avec celle-ci. Cette fiction juridique demeure sujette à controverse, car la
Convention internationale des droits de l’enfant stipule que l’enfant a droit
à la connaissance de ses origines.
Adoptions nationales. Dans les pays occidentaux, le nombre d’enfants
adoptables d’origine nationale a largement chuté du fait de plusieurs
facteurs conjoints  : le soutien social et financier apporté aux mères
seules  ; la maîtrise de la conception apportée par les moyens anticon-
ceptionnels ; la libéralisation de l’avortement durant le dernier quart du
siècle ; les modifications de l’autorité parentale et le développement de
la cohabitation non maritale.
Adoption internationale. Le nombre d’enfants étrangers adoptés par des
familles françaises baisse depuis plusieurs années. Alors que 2 000 enfants
ont été adoptés en 2011, en France, seulement 1 569 l’ont été en 2012,
selon les statistiques du ministère des Affaires étrangères.
Adoption et développement 111

Éléments de psychopathologie
Dépression maternelle post-adoption
Elle a été retrouvée à un taux proche de celui connu après une naissance
(Mott et al., 2011 ; Senecky et al., 2009), mais les méthodologies employées
n’utilisent pas de groupe contrôle, le recrutement de mères adoptantes
est mal précisé et le taux de refus inconnu. Toutefois, il est montré que
le corrélat principal de la dépression est le stress sous forme d’événement
stressant ou de difficultés d’adaptation aux exigences de la parentalité et
non les antécédents psychiatriques. Une étude a néanmoins montré que les
scores de dépression avant l’adoption étaient significativement plus élevés
qu’après l’adoption.

L’attachement de l’enfant : plus souvent insecure


Une méta-analyse montre que les enfants adoptés présentent significa-
tivement moins fréquemment un attachement sécure (Van den Dries et
al., 2009). La possibilité pour les enfants adoptés de développer un atta-
chement secure dépend de leurs antécédents, de l’âge d’adoption et de la
façon dont leurs parents adoptifs les prendront en charge (Homes et al.,
2008). L’attachement au parent adoptant peut différer de celui déve-
loppé avant l’adoption (Howes et Spieker,  2008), mais il se construira
à partir des modèles d’interactions antérieurs (Dozier et Rutter,  2008).
En cas d’attachement insécure ou désorganisé certains auteurs prônent
le soutien et la formation des parents. Dozier et al. (2005) soutiennent
qu’il s’agit alors d’être non simplement un parent de substitution, mais
également de devenir un parent thérapeutique. C’est pourquoi les inter-
ventions chez des enfants troublés sont pertinentes (Dozier  et al., 2005).
Dans ce contexte, la parentalité adoptive nécessite des connaissances et
compétences complémentaires, au-delà de la sensibilité et de l’engage-
ment parental (Dozier et al., 2005).

Psychopathologie
Il n’existe pas de psychopathologie spécifique de l’adoption. Toutefois
comme le souligne Winnicott (1957) « lorsqu’une mère adopte, elle ne se
charge pas (seulement) d’un enfant, mais (aussi) d’un problème ». Ainsi, un
certain nombre de familles vont être, soit dépassées par les problèmes que
pose l’enfant et le remettre à nouveau à l’adoption (le chiffre est mal connu,
il serait de l’ordre de 0,3 %), soit plus souvent en lutte permanente pour faire
face à des problèmes comportementaux ou psychiatriques. Enfin, parfois
les parents eux-mêmes n’offrent pas à leurs enfants un environnement
suffisamment sécurisant pour des motifs extrêmement variés  : sentiment
112 Psychopathologie de la parentalité

de culpabilité ou bien au contraire sentiment que l’enfant lui-même est en


dette, fantasmes ou désirs d’emprise, incapacité à gérer les différences cultu-
relles ou physiques, etc. Dans ce contexte, l’association aux vulnérabilités
préalables de l’enfant peut conduire à des impasses familiales éducatives ou
à des troubles psychiques.
Un élément original dans la psychopathologie de l’enfant adopté tient à
la construction du sentiment d’identité. Il s’associe à la perception que peut
avoir l’enfant d’être ou de ne pas avoir été désiré, tant par ses parents adop-
tifs que biologiques. Il n’est pas toujours clairement exprimé ni ressenti.
Chez les enfants les plus troublés, il est souvent le «  fait choisi  » autour
duquel s’articulent discours et représentations. À l’adolescence, particuliè-
rement les enfants les plus troublés, marquent un intérêt important pour
leurs parents biologiques qui peut les conduire à la tentation de sinon
répudier, du moins, dévaloriser leurs parents adoptifs. Ce mouvement, sans
grande originalité à l’adolescence, est complexifié par la duplicité des images
parentales. Ceux précocement abandonnés peuvent trouver une réparation
symbolique à travers des fantaisies de réunification avec des parents imagi-
naires. Des fantasmes agressifs sont alors dirigés contre les adoptants à qui
ils demeurent, malgré tout, extrêmement attachés. Les enfants adoptés plus
tardivement manifestent moins d’agressivité vis-à-vis des parents adoptants
mais tendent à s’en détacher.
Le fait d’être adopté donne aux fantasmes de filiation un poids particu-
lier. L’adoption ne peut per se être interprétée, lorsque des troubles existent,
comme leur cause principale. Les troubles participent de facteurs multiples,
dont la qualité des soins et des interrelations précoces de l’adopté et le fonc-
tionnement familial des adoptants.

Développement psychologique
et social des enfants adoptés
Un développement globalement satisfaisant
L’immense majorité des enfants adoptés se développent sans plus de
troubles que les enfants issus d’une filiation naturelle. Toutefois globale-
ment, les risques de présenter des troubles sont légèrement plus élevés.
Nous présentons ici les facteurs de risque de ces troubles à la lumière des
connaissances actuelles.
Bien que la majorité des enfants adoptés connaissent un développement
typique (Palacios et Brodzinsky, 2010), certains antécédents, en particulier
des traumas précoces et des carences sévères, sont à l’origine de troubles
du comportement persistants comme l’agression, les conduites opposi-
tionnelles, mais également des troubles internalisés comme l’anxiété et
Adoption et développement 113

la dépression. Les troubles de l’attention et l’hyperactivité sont aussi plus


fréquents (Juffer et al.,  2011). Plus récemment, il a été mis en évidence
des difficultés d’adaptation à l’adolescence chez des enfants chez lesquels
aucun facteur de risque significatif n’était connu (Hawk et McCall, 2010).
Les troubles de l’estime de soi ne sont pas plus fréquents (Juffer et Van
Ijzendoorn, 2007).

Une vigilance particulière des adoptants


Les enfants adoptés constituent entre 5 et 15 % du nombre total de consul-
tants dans les centres de soins psychiatriques établissant une incontestable
surreprésentation (Kotsopoulos et al.,  1988  ; Warren,  1992). La vigilance
particulière des familles adoptantes et leur connaissance des filières de soins
sont partiellement à l’origine de cette surreprésentation. Le recours à l’avis
psychiatrique est précoce, dès le début des troubles. Une méta-analyse (Juffer
et Van Ijzendoorn,  2005), rassemblant 25 280 cas et 80 260 contrôles, a
montré que les enfants adoptés étaient nettement surreprésentés dans les
services de santé mentale (5 092 cas) avec une taille d’effet élevé. Les fac-
teurs principaux en seraient l’hyperprotection parentale, la sensibilisation
et le haut niveau d’information. Ils présentaient toutefois plus de problèmes
comportementaux mais avec une taille d’effet faible.

Le développement psychoaffectif
Méthodologie
Les enquêtes épidémiologiques et cliniques sur ce sujet sont complexes et
souffrent de faiblesses méthodologiques liées à la méconnaissance fréquente
des conditions de vie, de l’état psychique et somatique précédant l’adoption,
des problèmes d’échantillonnage, aux difficultés d’appariement et de recru-
tement, enfin à l’utilisation de méthodes d’évaluation non standardisées.

Troubles internalisés et externalisés


Une méta-analyse (Van Ijzendoorn et al.,  2007) provenant d’un projet
international (adoption meta-analysis project) montre que globalement les
enfants adoptés ont plus de troubles, internalisés et externalisés, que
les non adoptés. Elle montre plus précisément que les enfants de l’adop-
tion internationale ont moins de troubles que les enfants de l’adoption
nationale et que les enfants adoptés ayant vécu des expériences trauma-
tiques ou des négligences extrêmes ont plus de troubles que les autres.
Des méta-analyses plus restrictives (Hawk et McCall,  2010) ont utilisé
le CBCL (child behavior check list) pour comparer les enfants élevés en
114 Psychopathologie de la parentalité

i­nstitution à des enfants non adoptés ou bien à des enfants adoptés


ayant été élevés en famille. Elles convergent vers des résultats connus,
à savoir que les enfants recueillis en institution, d’autant qu’ils ont été
tardivement adoptés, montrent le plus de troubles.
Troubles du comportement
Plusieurs études font état d’une fréquence plus élevée de troubles du compor-
tement ou de l’adaptation (Warren, 1992 ; Lipman et al., 1993). Toutes ces
études ont été effectuées sur des échantillons importants, 3 698 enfants en
population générale et 145 adoptés dans l’étude de Warren (1992), 3 294
enfants dont 104 adoptés dans l’étude de Lipman et al. (1993). Bohman et
Sigvardsson (1980, 1982), en particulier, montrent que les garçons adoptés
avaient, entre 10 et 11  ans, plus de troubles du comportement que leurs
homologues des mêmes classes scolaires. Ces différences s’atténuaient net-
tement à l’adolescence, puis à l’âge adulte. Aucune différence significative
n’est constatée pour les filles.
Pour Lipman et al. (1993), l’évolution est légèrement plus péjorative : de
mauvais résultats scolaires à l’âge de 10 et 11 ans chez des enfants adoptés
seraient corrélés à une fréquence supérieure de troubles psychiques chez
les adolescents. Lipman et al. (1993) montrent une différence significative
entre 8 et 20 ans sur la fréquence des troubles psychiatriques chez les gar-
çons uniquement. Ils ne trouvent pas de différence quant aux performances
scolaires. Comme d’autres chercheurs, ils avancent l’hypothèse que les
familles adoptantes offrent des facteurs de stimulation et d’environnement
favorables qui compensent d’éventuelles carences précoces expliquant, lors
de l’adolescence et surtout à l’âge adulte, la « mise à niveau » progressive
avec la population générale.
Lors de l’adolescence, les troubles du comportement, plus fréquents chez
les enfants élevés longtemps en institution ou victimes de négligence ou de
violences, tendent à s’aggraver. Les comportements délinquants deviennent
plus nombreux. Des troubles émotionnels, une diminution de la compétence
sociale et/ou une inhibition sociale apparaissent plus régulièrement que dans la
population générale. La protection assurée par le cadre scolaire et la famille, qui
offre une fonction « contenante » et assure des repères et une « supervision »,
devient moins efficace (Larson et Richards,  1991). Les différences ethniques
entre familles adoptantes et adoptées ne semblent pas jouer de rôle significatif.

Troubles de l’attention
Lindblad et al. (2010) a comparé, en utilisant les registres statistiques natio-
naux, les prescriptions de produits spécifiques pour les troubles déficitaires de
l’attention dans la population générale d’enfants (1 326 000) et d’enfants inter-
nationalement adoptés (16 000). Il a retrouvé significativement plus de pres-
criptions chez les enfants adoptés, d’autant qu’ils étaient adoptés tardivement
ou que les conditions initiales de prise en charge semblaient peu favorables.
Adoption et développement 115

Compétences relationnelles
Les effets sur les bénéfices de l’adoption commencent à être étudiés de façon
systématique. Il a été montré que les enfants adoptés pouvaient présenter
des compétences supérieures à leurs pairs non adoptés (Tan et Camras, 2011)
et de bonnes compétences sociales (Smyke et al.,  2009). Toutefois, même
chez ces enfants doués, un traitement différent de l’information sociale et
émotionnelle (Wismer Fries et Pollak, 2004) ou une conduite socialement
désinhibée peut se retrouver, plus particulièrement chez les enfants élevés
en institution (Bruce et al., 2009b). Ce dernier comportement est susceptible
de favoriser le harcèlement (bullying) scolaire (Raaska, 2012).

Facteurs de risque

L’âge à l’adoption
Bohman et Sigvardsson (1980) étudièrent le devenir de 624 enfants
« candidats à l’adoption », immédiatement ou peu de temps après la nais-
sance. Leur développement à long terme est comparé, selon qu’ils furent
immédiatement adoptés, réinsérés dans leur famille biologique ou qu’ils
intégrèrent une famille d’accueil. Si, avant l’adolescence, les troubles furent
maximaux dans la dernière catégorie et minimaux dans la première, ces
différences vont significativement diminuer pour devenir imperceptibles
à l’âge adulte sur les critères d’adaptation sociale relevés dans des registres
administratifs et judiciaires. Seuls les enfants intégrés en famille d’accueil,
même lorsque cette intégration était longuement préparée, même effec-
tuée par des familles compétentes, ont continué de présenter à l’âge adulte
plus de conduites alcooliques ou antisociales. Cette étude n’a été menée
que chez les garçons.
Bien que plusieurs études et méta-analyses mettent en évidence le risque
d’une adoption tardive, le seuil reste difficile à définir à partir duquel les
différences seraient significatives En effet, les études ne prennent pas le
même seuil, et il est donc difficile de les comparer entre elles. Selon Duyme
et Dumaret (1987), les adoptions après 18 mois semblent obérer le pro-
nostic à long terme, résultats confirmés par des études internationales.
Néanmoins, l’âge seul ne peut entrer en ligne de compte  : en effet, ces
enfants ont souvent subi des discontinuités éducatives et affectives qui,
à elles seules, interfèrent avec le développement. Hodges et Tizard (1989)
insistent sur le fait que les enfants ayant un passé institutionnel peuvent
néanmoins bénéficier d’une adoption tardive, l’évolution semblant plus
favorable que celle des enfants restant en institution. La conclusion la
plus générale concernant les enfants élevés en institution est qu’à partir
de 6 mois les risques de voir des troubles survenir augmentent significa-
tivement comme l’ont montré les études effectuées dans les orphelinats
roumains (Zeanah et al., 2011).
116 Psychopathologie de la parentalité

L’adoption internationale
Il est aujourd’hui difficile de définir l’adoption internationale comme un
facteur de risque  : elle représente l’essentiel des enfants adoptés actuelle-
ment. Le risque est lié surtout aux conditions initiales du développement,
non tant les relations avec les géniteurs que la présence dans des institu-
tions où la qualité humaine des soins fait défaut et confine à l’hospitalisme.
Une fraction non négligeable des enfants adoptés ont supporté, avant
l’adoption, des négligences graves ou des abus sexuels, ou ont vécu en ins-
titution dans des conditions parfois extrêmement péjoratives (Verhulst et
Versluis den Bieman, 1995).
Lorsque l’adoption a pu être précoce ou lorsque l’enfant a été élevé dans
des conditions initiales relativement satisfaisantes, il ne semble pas exister
plus de facteurs de risque au sein de cette population. Une étude menée
aux Pays-Bas (Juffer et Rosenboom,  1997), à propos de 80 enfants issus
de l’adoption internationale, met en évidence 74 % d’attachement secure
selon le protocole d’Ainsworth à 12 et 18 mois lorsque les enfants ont été
adoptés tôt (avant 6 mois). Contrairement à d’autres études aux résultats
plus péjoratifs, menées essentiellement aux États-Unis, portant sur la rela-
tion d’attachement chez les enfants issus de l’adoption internationale, ce
taux est comparable à celui généralement retenu pour les nationaux. Les
auteurs suggèrent, pour l’expliquer, l’impact essentiel de l’âge au moment
de l’adoption. L’adoption internationale soulève de nouveaux problèmes
qu’il reste à plus clairement quantifier et définir.

Les conséquences biologiques de la déprivation


Elles commencent à être mieux connues. Leur recherche est effectuée à
partir d’un examen somatique simple, particulièrement en pédiatrie. Sur un
plan plus expérimental, des dosages biologiques, les méthodes électroencé-
phalographiques ou l’imagerie cérébrale fonctionnelle sont utilisés.

Retard de croissance
L’hypothèse la plus consensuelle actuellement, cohérente avec les données
expérimentales, est que la carence précoce, peut modifier le fonctionnement
cérébral et particulièrement celui de l’axe hypothalamo-hypophysaire qui
intervient dans de nombreux systèmes de régulation, notamment dans la
sécrétion de l’hormone de croissance (GRH) (Romero et al., 2009). Il a été
montré (Van Ijzendoorn et al.,  2007) une réduction de la croissance, un
amaigrissement et une diminution du périmètre crânien à partir d’une revue
de 33 études portant sur les enfants issus de l’adoption internationale. Il
est estimé que deux à trois mois de soins institutionnels défaillants engen-
drent environ un mois de retard sur la croissance (Miller et Hendrie, 2000). Il
Adoption et développement 117

existe une certaine réversibilité. Par exemple, les enfants qui ont été adoptés
avant 1 an, présentent moins de retard et rattrapent le déficit de poids et de
taille dans les huit années qui suivent l’adoption. Par contre, la réduction du
périmètre crânien en général persiste. Plus l’enfant est adopté tard moins la
réversibilité est mise en évidence. Les études qui ont porté sur les orphelinats
roumains ont montré que d’être élevé dans une famille d’accueil de qualité
conduisait à une réversibilité équivalente (Zeanah et al.,  2003  ; Johnson
et al., 2010). Il est toutefois probable que l’intensité de la carence exerce une
influence qu’il est difficile d’apprécier.

Le développement cérébral
La découverte de la réduction fréquente du périmètre crânien a immédiate-
ment suggéré qu’elle pouvait être associée à la diminution du volume céré-
bral (Kreppner et al., 2010), ce qui a été démontré ensuite par l’utilisation
de l’imagerie cérébrale. Des anomalies à l’électroencéphalographie ont aussi
été retrouvées, qui suggéraient un retard de la maturation corticale qui pou-
vait être associé au trouble déficitaire de l’attention (Shaw et al., 2007). Une
corrélation a été retrouvée entre certaines perturbations à l’EEG et une dés-
inhibition comportementale à l’âge préscolaire (Tarullo et al.,,2011). L’exa-
men en imagerie cérébrale a montré chez les enfants maltraités un déficit du
volume total touchant tout à la fois la matière grise et la matière blanche. La
réduction des voies de conduction a été confirmée par l’examen en tenseur
de diffusion (Eluvathingal et al.,  2006). Ce déficit a été retrouvé ensuite
chez les enfants ayant été gravement carencés en institution. Toutefois, il a
aussi été montré en Roumanie le bénéfice du placement dans des familles
d’accueil de qualité (Sheridan et al., 2012). Celui-ci, effectué par randomi-
sation, a montré les importantes capacités de reprise du développement
témoignant de la plasticité cérébrale. La mesure exacte de cette réversibi-
lité n’est pas connue. Les anomalies ont aussi été retrouvées au niveau de
l’amygdale et de l’hippocampe (Mehta et al., 2009 ; Tottenham et al., 2010)
mais avec des résultats discordants, comme d’ailleurs dans les recherches
sur le syndrome de stress post-traumatique chez l’enfant. Des perturbations
ont aussi été retrouvées concernant la cognition, QI et fonctions exécutives.
À travers une méta-analyse, les performances scolaires (à partir de 55 études)
et le quotient intellectuel (à partir de 48 études) des enfants adoptés ont été
comparés à ceux de leurs frères et sœurs restés dans leur famille ou leur ins-
titution d’origine, ainsi qu’à ceux des enfants non adoptés mais vivant dans
le même environnement qu’eux. Le QI des enfants adoptés ne diffère pas de
ceux avec qui ils vivent dans le milieu familial (Van Ijzendoorn et al., 2005).
Il est meilleur que celui de leurs frères ou sœurs non adoptés. Malgré cela,
ils ont de moins bons résultats scolaires et plus de problèmes d’apprentis-
sage que ces derniers. Les enfants adoptés après 1 an surtout ont de moins
bonnes performances scolaires.
118 Psychopathologie de la parentalité

Culture, racisme et identité


Les enfants provenant d’une autre ethnie que celle, majoritaire dans le pays
d’accueil, sont souvent confrontés à des moqueries, parfois à une franche
stigmatisation, des propos ou des attitudes xénophobes ou racistes. Les
enfants victimes de discrimination présentaient selon leurs parents plus de
troubles du comportement (Lee, 2010).
Les études américaines font état d’adoption «  transraciale  », en France
on parle « d’adoption visible ». Elles concernent 85 % des adoptions inter-
nationales et 20  % des adoptions domestiques aux États-Unis. Deux
options parentales ont été décrites. Avec un certain schématisme, la pre-
mière consiste à nier l’existence de différences ethniques, l’autre consiste
à les reconnaître. Les recommandations des i­nstitutions organisant l’adop-
tion durant les années 1960 consistaient à favoriser l’orientation vers une
approche « aveugle à la couleur ». Le racisme que subissaient les enfants a
conduit les institutions vers une autre approche du problème. Reconnaître la
spécificité de l’ethnie ou de la couleur peut s’organiser dans deux directions
principales. La première consiste à valoriser l’histoire et l’héritage culturel et
ethnique et à en rendre l’enfant fier. La seconde consiste à mettre en avant
les différences culturelles et ethniques pour apprendre à l’enfant à être averti
de la discrimination et à pouvoir s’y adapter. L’étude conduite par Leslie
et al. en  2013 a montré que la ­combinaison des deux approches pourrait
modérer le caractère stressant de la discrimination. Il a ainsi été montré que
des enfants roumains avertis de leur héritage culturel étaient plus communi-
catifs sur leur adoption que ceux moins familiarisés avec celui-ci.

Prévention, information
et soutien à la parentalité
En France, les pouvoirs publics ont porté leurs efforts de prévention sur
l’intérêt de l’enfant, à travers une démarche de sélection des parents adop-
tants. Cette démarche est toutefois souvent ressentie comme intrusive par
les candidats à l’adoption, ces parents potentiels se voyant interroger sur
leurs capacités et leur histoire au contraire des parents naturels. En France,
le principe d’une information psychosociale préalable des futurs adoptants
et d’un soutien plus systématique à la parentalité adoptive n’est pas à l’ordre
du jour malgré sa spécificité, surtout dans le cadre de l’adoption internatio-
nale, et des difficultés, le plus souvent bénignes mais parfois sévères, qui
peuvent y être rencontrées. Pour le parent adoptant tout comme l’enfant
adopté la parentalité adoptive s’accompagne de mouvements psychiques
identiques à ceux retrouvés dans la parentalité naturelle. Toutefois, il s’y
associe la gestion, explicite ou non, d’une part supplémentaire d’histoire et
d’expérience, notamment de ce qu’a vécu l’enfant avant son adoption et du
Adoption et développement 119

mouvement qui a conduit un premier couple à l’abandonner et un second


à l’adopter. Il peut encore s’y ajouter des différences physiques visibles avec
les parents, qui peuvent être une source d’interrogation pour les enfants,
parfois dès l’enfance, souvent à l’adolescence, et éventuellement de stigma-
tisation sociale.

Bibliographie
Bohman, M., & Sigvardsson, S. (1980). A prospective, longitudinal study of children
registered for adoption: a 15-year follow-up. Acta Psychiatr. Scand, 61, 339-355.
Bohman M., Sigvardsson S. (1982). Adoption and fostering as preventive measures.
In : The child and his family (E.J. Anthony, C. Chiland Éds). Wiley, New York,
171-180.
Bonte, P., Porqueres, I., Gene, E., & Wilgaux, J. (2011). L’argument de la filiation aux
fondements des sociétés européennes et méditerranéennes. Paris: Éditions de la Mai-
son des sciences de l’homme, 473.
Bruce, J., McDermott, J. M., Fisher, P. A., & Fox, N. A. (2009a). Using behavioral
and electrophysiological measures to assess the effects of a preventive inter-
vention: a preliminary study with preschool-aged foster children. Prev. Sci,
10(2), 129-140.
Bruce, J., Tarullo, A. R., & Gunnar, M. R. (2009b). Disinhibited social behavior among
internationally adopted children. Dev. Psychopathol, 21, 157-171.
Dozier, M., Higley, E., Albus, K. E., & Nutter, A. (2002). Intervening with foster infants’
caregivers : Targeting three critical needs Infant Mental Health Journal, 23(5), 541-554.
Dozier M., Lindhiem O., & Ackerman J.P. (2005). Attachment and biobehavioral
catch-up: An intervention targeting empirically identified needs of foster infants
Guilford Press, New York, NY, US.
Dozier, M., & Rutter, M. (2008). Challenges to the development of attachment rela-
tionships faced by young children in foster and adoptive care. In J. Cassidy, & P.
R. Shaver (Eds.), Handbook of attachment: Theory, research and clinical applications
(2nd ed., pp. 698-718). New York, NY: The Guilford Press.
Duyme, M., & Dumaret, A. (1987). Effet de l’environnement sur le développement
cognitif et les comportements socioscolaires : trois études françaises d’enfants
adoptés. Neuropsy. Enf. Adol, 1, 35-45.
Eluvathingal, T. J., Chugani, H. T., Behen, M. E., Juh’asz, C., Muzik, O., et al. (2006).
Abnormal brain connectivity in children after early severe socioemotional
deprivation: a diffusion tensor imaging study. Pediatrics, 117(6), 2093-2100.
Hawk, B. N., & McCall, R. B. (2010). CBCL behavior problems of post-institutionalized
international adoptees. Clin. Child Fam. Psychol. Rev, 13(2), 199-211.
Hodges, J., & Tizard, B. (1989). IQ and and behavioral adjustement of ex-institutional
adolescents. J. Child Psychol. Psychiatry, 30, 53-75.
Howes, C., & Spieker, S. (2008). Attachment relationships in the context of mul-
tiple caregivers. InJ. Cassidy & PR Shaver (Eds.), Handbook of attachment: Theory,
research and clinical applications (pp. 317-332).
Johnson, D. E., Guthrie, D., Smyke, A. T., Koga, S. F., Fox, N. A., et al. (2010). Growth
and associations between auxology, caregiving environment, and cognition in
socially deprived Romanian children randomized to foster versus ongoing ins-
titutional care. Arch. Pediatr. Adolesc. Med, 164(6), 507-516.
120 Psychopathologie de la parentalité

Juffer, F., Palacios, J., Le Mare, L., Sonuga-Barke, E., Tieman, W., et al. (2011). Deve-
lopment of adopted children with histories of early adversity. Monogr. Soc. Res.
Child Dev, 76(4), 31-61.
Juffer, F., & Rosenboom, L. (1997). Infant mother attachment of internationaly
­adopted children in the Netherlands. Int. J. Behav. Dev, 20, 93-107.
Juffer, F., & van IJzendoorn, M. H. (2007). Adoptees do not lack self-esteem: a
­meta-analysis of studies on self-esteem of transracial, international, and domes-
tic adoptees. Psychol. Bull, 133(6), 1067-1083.
Juffer, F., & van Ijzendoorn, M. H. (2005). Behavior problems and mental health
referrals of international adoptees: a meta-analysis. JAMA, 293(20), 2501-2515.
Kotsopoulos, S., Cote, A., Joseph, L., Pentland, N., Chryssoula, S., Sheahan, P., & Oke, L.
(1988). Psychiatric disorders in adopted children. Am. J. Orthopsychiatry, 58, 608-
612.
Kreppner, J., Rutter, Kumsta, R., Beckett, M., Castle, C., et al. (2010). Developmen-
tal course of deprivation-specific psychological patterns: early manifestations,
persistence to age 15, and clinical features. Monogr. Soc. Res. Child Dev, 75(1),
79-101.
Larson, R., & Richards, M. H. (1991). Daily companionship in late childhood and
early adolescence: changing developmental contexts. Child Dev, 62, 284-300.
Lee, R. M. (2010). Parental perceived discrimination as a postadoption risk factor
for internationally adopted children and adolescents. Cult. Divers. Ethn. Minor.
Psychol, 16(4), 493-500.
Leslie, L. A., Smith, J. R., Hrapczynski, K. M., & Riley, D. (2013). Racial socialization in
transracial adoptive families: Does it help adolescents deal with discrimination
stress? Fam. Relat, 62(1), 72-81.
Lindblad, F., Weitoft, G. R., & Hjern, A. (2010). ADHD in international adoptees: a
national cohort study. Eur. Child Adolesc. Psychiatry, 19(1), 37-44.
Lipman, E. L., Offord, D. R., Boyle, H., & Racine, Y. A. (1993). Follow-up of psychia-
tric and educational morbidity among adopted children. J. Am. Acad. Child Adol.
Psychiatry, 32, 1007-1012.
Mehta, M. A., Golembo, N. I., Nosarti, C., Colvert, E., Mota, A., et  al. (2009).
Amygdala, hippocampal and corpus callosum size following severe early
institutional deprivation: the English and Romanian Adoptees Study pilot.
J. Child Psychol. Psychiatry, 50(8), 943-951.
Miller, L. C., & Hendrie, N. W. (2000). Health of children adopted from China. Pedia-
tric, 105(6), e76.
Mott, S. L., Schiller, C. E., Richards, J. G., O’Hara, M. W., & Stuart, S. (2011). Depression
and anxiety among postpartum and adoptive mothers. Arch Womens Ment Health.
Palacios, J., & Brodzinsky, D. (2010). Adoption research: trends, topics, outcomes.
Int. J. Behav. Dev, 34(3), 270-284.
Raaska, H., Lapinleimu, H., Sinkkonen, J., Salmivalli, C., Matom aki, J., et  al. (2012).
Experiences of school bullying among internationally adopted children: results
from the Finnish Adoption (FINADO) study. Child Psychiatry Hum. Dev, 43, 592-611.
Romero, L. M., Dickens, M. J., & Cyr, N. E. (2009). The Reactive Scope Model – a
new model integrating homeostasis, allostasis, and stress. Horm. Behav, 55(3),
375-389.
Senecky, Y., Agassi, H., Inbar, D., Horesh, N., Diamond, G., Bergman, Y. S., & Apter,
A. (2009). Post-adoption depression among adoptive mothers. J Affect Disord,
115(1-2), 62-68.
Adoption et développement 121

Shaw, P., Eckstrand, K., Sharp, W., Blumenthal, J., Lerch, J. P., et al. (2007). Attention-
deficit/hyperactivity disorder is characterized by a delay in cortical maturation.
Proc. Natl. Acad. Sci. USA, 104(49), 19649-19654.
Sheridan, M. A., Fox, N. A., Zeanah, C. H., McLaughlin, K. A., & Nelson, C. A. (2012).
Variation in neural development as a result of exposure to institutionalization
early in childhood. Proceedings of the National Academy of Sciences, 109(32),
12927-12932.
Smyke, A. T., Zeanah, C. H., Fox, N. A., & Nelson, C. A. (2009). A new model of foster
care for young children : the Bucharest Early Intervention Project. Child Adolesc.
Psychiatr. Clin. North Am, 18, 721-734.
Tan, T. X., & Camras, L. A. (2011). Social skills of adopted Chinese girls at home and
in school: parent and teacher ratings. Child. Youth Serv. Rev, 33, 1813-1821.
Tarullo, A. R., Garvin, M. C., & Gunnar, M. R. (2011). Atypical EEG power correlates
with indiscriminately friendly behavior in internationally adopted children.
Dev. Psychol, 47, 417-431.
Tottenham, N., Hare, T. A., Quinn, B. T., McCarry, T. W., Nurse, M., et  al. (2010).
Prolonged institutional rearing is associated with atypically large amygdala
­
volume and difficulties in emotion regulation. Dev. Sci, 13(1), 46-61.
van den Dries, L., Juffer, F., van Ijzendoorn, M. H., & Bakermans-KranenburgFostering,
M. J. (2009). security ? À meta-analysis of attachment in adopted children Children
and Youth Services Review, 31(3), 410-421.
van IJzendoorn, M. H., Bakermans-Kranenberg, M. J., & Juffer, F. (2007). Plasticity of
growth in height, weight, and head circumference: meta-analytic evidence of
massive catch-up after international adoption. J. Dev. Behav. Pediatr, 28, 334-343.
van IJzendoorn, M. H., Juffer, F., & Poelhuis, C. W. K. (2005). Adoption and cognitive
development: a meta-analytic comparison of adopted and nonadopted chil-
dren’s IQ and school performance. Psychol. Bull, 131(2), 301-316.
Verhulst, F. C., & Versluis den Bieman, H. J. M. (1995). Developmental course of
problem behaviors in adolescent adoptees. J. Am. Child Adolesc. Psychiatry, 34,
151-159.
Warren, S. B. (1992). Lower threshold for referral for psychiatric treatment for adop-
ted adolescent. J. Am. Acad. Child Adol. Psychiatry, 31, 512-517.
Winnicott, D. W. (1957). «  Deux enfants adoptés  », dans L’enfant et le monde
­extérieur. Paris, Payot, 73-88.
Wismerc Fries A.B., & Pollak, S.D. Emotion understanding in postinstitutionalized Eas-
tern European children.
Zeanah, C. H., Gunnar, M. R., McCall, R. B., Kreppner, J., & Fox, N. A. (2011). Sensi-
tive periods. Monogr. Soc. Res. Child Dev, 76(4), 147-162.
Zeanah, C. H., Nelson, C. A., Fox, N. A., Smyke, A. T., Marshall, P., et al. (2003). Desig­
ning research to study the effects of institutionalization on brain and beha­
vioral development: the Bucharest Early Intervention Project. Dev. ­Psychopathol,
15(4), 885-907.
6 Ruptures
et discontinuités :
abandon et infanticide
L’abandon et l’infanticide sont deux formes de rupture de la filiation aux
destins très différents pour l’enfant. Si dans la civilisation gréco-romaine
l’abandon équivalait souvent à une forme d’infanticide par délaissement,
depuis la fin du Moyen Âge en Europe il est aussi le moyen d’éviter les vio-
lences et l’infanticide. L’invention des tours et l’accouchement anonyme
répondent en effet à une forme de prévention de l’infanticide. Une étude
récente en Autriche (Orthofer et Orthofer, 2013) semble encore aujourd’hui
en montrer le bénéfice.
L’abandon dans les sociétés traditionnelles (Lallemand, 1993) n’a pas tout
à fait la même valeur que dans les sociétés héritées de la civilisation gréco
romaine. Il y connaît, comme l’adoption qui en est le corollaire, de très
nombreuses formes où la filiation initiale peut être rompue, totalement ou
partiellement, ou bien conservée. Le transfert d’enfant est aussi un moyen
d’échange entre ou au sein des familles, de dons, de contre-dons, de dettes ;
l’enfant parfois est même vendu ou mis en gage. Le transfert peut-être
réversible, l’enfant peut bénéficier d’un simple accueil provisoire, parfois
enfin l’adoption est symbolique mais peut modifier les droits successoraux.
L’enfant est souvent confié à un consanguin de l’un de ses géniteurs,
comme souvent dans le cas de l’adoption simple en France. L’adoption peut
aussi avoir pour but de faire fonction d’enfant naturel, en y recherchant
l’enfant le plus ressemblant, ou bien encore d’instaurer des liens tout à
fait nouveaux, dans une résidence tout à fait nouvelle avec un changement
d’identité, à l’image de l’adoption plénière en France.

Définitions
L’abandon
Le terme d’abandon, quand il est volontaire, a été remplacé dans le voca-
bulaire administratif par «  remise en vue d’adoption  ». Il aurait été forgé
à partir de l’expression « donner à ban », c’est-à-dire « mettre au pouvoir
de quelqu’un  ». La mère qui abandonne son enfant à la naissance peut
demander que le secret de son admission et de son identité soit préservé
(article  341-1 du Code civil). Sinon, l’abandon dit volontaire est un acte
solennel. L’abandon peut aussi être juridiquement prononcé après un
délaissement prolongé.

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
124 Psychopathologie de la parentalité

Il peut être distingué six modes de transfert de l’autorité parentale : la délé-


gation, la déchéance qui est une sanction, la déclaration judiciaire d’abandon
(régie par l’article 350 du Code civil), la tutelle familiale ou sociale, la tutelle
administrative sur les pupilles de l’État et l’adoption. Ces transferts avaient
concerné en 1990 environ 6 % du nombre de naissances (Verdier, 1993).

L’infanticide
Il a reçu plusieurs définitions. S’il s’agit toujours du meurtre d’un enfant, son
âge n’est pas clairement déterminé. Il peut selon le dictionnaire Littré désigner
le meurtre d’un nouveau-né, voire « d’un nouveau-né que la mère vient de
mettre au monde », ce que Tardieu reconnaissait comme l’infanticide typique.
Aujourd’hui l’infanticide est souvent défini comme l’homicide d’un enfant de
moins d’un an.
Les définitions juridiques n’ont cessé de fluctuer. L’ancien Code pénal le
définissait comme le meurtre ou l’assassinat d’un enfant nouveau-né.
Le meurtre commis pendant l’accouchement peut être qualifié d’infanticide
quand la victime a été considérée comme un nouveau-né viable. Il cessait
d’être qualifié ainsi à l’expiration du délai de trois jours imparti pour décla-
rer l’enfant nouveau-né à l’état civil. Ce crime maternel n’a plus, depuis
1995, de qualification pénale spécifique.
Définitions psychiatriques. Le néonaticide depuis l’article princeps de
Resnick (1969), désigne le meurtre ou l’assassinat d’un enfant âgé de moins
de  24  heures. Le filicide (1665) et le libéricide (1892) ont à l’origine
la même signification : le meurtre d’un enfant par un de ses parents.

Rappel historique
Civilisation gréco-romaine. L’abandon et l’infanticide étaient étroite-
ment liés. Tout enfant devant être adopté par le père pour entrer dans la
lignée, l’abandon pouvait être la conséquence directe du défaut d’adoption.
La contraception bien que pratiquée était assez peu efficace et l’avortement
dangereux. L’abandon était pratiqué pour préserver l’héritage ou simplement
subsister, masquer une naissance illégitime ou réduire le nombre d’enfants
de sexe féminin. Il était le plus souvent suivi d’exposition. L’infanticide
longtemps n’a été condamné ni moralement ni religieusement. À Rome il
était même ordonné de tuer les enfants malformés. La noyade et l’étouffe-
ment étaient les modalités les plus fréquentes de l’infanticide, l’exposition
le mode le plus courant de l’abandon. Quelques enfants exposés étaient éle-
vés pour leur force de travail, devenaient parfois soldats ou prostitués, mais
la mort était le destin le plus fréquent. Aucun n’était fondateur d’empire
comme Romulus. Infanticide et exposition donnaient lieu à des rites de
purification. Au iie siècle après J.-C. ces mœurs deviennent critiquées tandis
qu’un système d’aide aux parents se met en place (Harris, 1994).
Ruptures et discontinuités : abandon et infanticide 125

À partir du Moyen Âge. Au ive  siècle, les lois romaines punissent


l’infanticide et l’abandon. Au ve  siècle, les conciles de Vaison et d’Arles
précisent les dispositions à prendre en faveur des enfants exposés  : celui
qui les recueille les portera à l’église où le prêtre annoncera aux fidèles
qu’un ­nouveau-né a été trouvé. S’il n’est pas réclamé après dix jours, il est
fait appel aux fidèles. Au xviie siècle, Saint Vincent de Paul tente de lever
l’opprobre qui continuait à régner sur les enfants abandonnés.
La mortalité des enfants confiés est extrêmement élevée, plus du
double  de celle des enfants élevés par leur propre famille, elle-même de
l’ordre de 30 % durant la première année. À Paris, elle est au xviiie siècle
de 84  % dans les hôpitaux. En 1750, 20  % des enfants nés à Paris sont
abandonnés et jusqu’à 40 % en 1772. Avec la révolution de 1789, la Société
de charité maternelle est créée. Son but est de combattre l’abandon par un
soutien moral et financier aux mères. L’enfant abandonné sera accueilli,
sans formalité, à bureau ouvert.
En milieu rural, les principaux motifs sont, outre les grossesses illégitimes,
la misère. Dans certaines régions, le nombre d’enfants abandonnés est
étroitement corrélé à la production agricole. Pageot (1995) remarque que
«  beaucoup de femmes tentaient d’adoucir leur peine en se persuadant
que l’abandon n’était que temporaire, que le mauvais cap passé, de meil-
leurs jours revenus, elles reviendraient chercher leur garçon ou leur fille ».
Beaucoup de mères laissaient une trace de l’origine de l’enfant dans l’espoir,
très souvent vain, de le retrouver plus tard : l’anonymat n’était en aucune
façon une règle absolue. Cette pratique a été conservée jusqu’à la fin du
xixe siècle. Sous l’Empire, l’abandon est favorisé mais la répression contre
les enfants illégitimes est sévèrement accrue. Au xixe siècle, les tours sont
fermés au nom du droit moral. Dès lors, le taux d’infanticides augmente
considérablement.
L’époque moderne. Le grand nombre d’orphelins de la première guerre
mondiale va produire une libéralisation et une intensification de l’adoption
des pupilles de guerre. Le gouvernement de Vichy va modifier le statut de
l’adoption en permettant en 1941 l’accouchement dans le secret  : «  […]
toute femme enceinte devra, sur sa demande, être reçue gratuitement et sans
qu’elle ait besoin de justifier de son identité, dans tout établissement hos-
pitalier public susceptible de lui donner les soins que comporte son état. »
Conjointement, l’avortement était puni de mort. Aujourd’hui, l’adhésion
de la France à la Convention internationale des droits de l’enfant, lui
enjoint de permettre à tout enfant d’avoir accès à ses origines et s’oppose
ainsi sur le fond au principe de l’accouchement secret qui a été toutefois
maintenu. À partir des années 1875, deux facteurs concourent à réduire le
taux d’infanticide : la société commence à devenir plus tolérante à l’égard
de l’enfant né hors mariage et conjointement des techniques d’avortement
moins dangereuses se développent. Les mères qui abandonnent sont à
126 Psychopathologie de la parentalité

­ ouveau invitées à laisser des traces de leur identité pour que leur enfant
n
puisse les rechercher à l’âge adulte ou au minimum qu’il hérite de rensei-
gnements significatifs sur ses origines.

L’abandon
Données quantitatives

Nombre d’abandons
Lors de la dernière décennie, environ 1 000 enfants de moins d’un an ont
été abandonnés chaque année. Parmi ceux-ci environ 600 ont été remis
anonymement à l’adoption, l’essentiel des autres enfants ayant été déclarés
juridiquement abandonnés.

Caractéristiques maternelles
Dumaret et Rosset (1993) ont mené une étude sur les femmes qui remet-
taient leur enfant à l’adoption à Paris. Elle concerne 580 dossiers entre 1985
et 1989. L’âge moyen est de 25 ans, 50 % environ étaient françaises et 13 %
sont venues directement de l’étranger pour accoucher. Seules 14 % vivaient
avec le père de l’enfant ou un autre homme, 33 % ont « caché » leur gros-
sesse à leur entourage, 28 % ont souhaité une IVG. 40 % des grossesses n’ont
pas été suivies et 15 % d’entre elles uniquement durant les deux derniers
mois. À la naissance, 15 % des mères ont refusé de voir leur enfant. Villeneuve-­
Gokalp a mené une étude dans 83 départements français entre  2007
et 2009 portant sur 739 dossiers de mères qui demandent le secret de leur
identité lors de leur accouchement. La moyenne d’âge est de 26 ans, 25 %
des femmes vivent en couple. Des données complémentaires sont acces-
sibles pour 60 % d’entre elles : 46 % ont pris connaissance de leur grossesse
au deuxième trimestre, 39  % au troisième trimestre et 8  % ont présenté
un déni de grossesse total. Pour près de 10  %, un événement survenant
tardivement au cours de la grossesse (découverte d’une malformation, décès
du conjoint) les a conduites à cette démarche. Plus de la moitié des femmes
n’informaient pas le père de leur grossesse, pour la plupart du fait de la
brièveté de leur liaison.

Données qualitatives
La relation au géniteur : elle demeure un élément central du projet d’aban-
don. Les partenaires sont souvent absents, peu fiables, illégitimes (homme
marié, adultère) ou demeurent des relations de passage.
Dissimulation et déni : la déclaration de grossesse est souvent tardive. Elle
est parfois le fruit d’une dissimulation, notamment chez les mères adoles-
centes, les femmes illégitimement enceintes dans un milieu peu tolérant,
une institution intransigeante.
Ruptures et discontinuités : abandon et infanticide 127

Les troubles de l’humeur  : s’il a pu être rapporté de façon anecdotique


l’existence d’affects dépressifs évidents, les troubles de l’humeur n’ont fait
l’objet d’aucune recherche systématique.
L’ambivalence affective : les émotions hostiles vis-à-vis de l’enfant sont le
plus souvent réprimées au moins jusqu’à la naissance. Néanmoins, à tra-
vers la monographie de Dumaret et Rosset (1993) et les travaux de Bonnet
(1990), soit de notre propre expérience, il apparaît dans quelques cas une
hostilité franche, voire un désir de mort contre l’enfant.

Conséquences sur la mère de l’abandon précoce


Réactions immédiates. Il n’existe à notre connaissance sur ce sujet, que des
rapports de cas ou des études rétrospectives. Ils font état de souffrance et
de culpabilité surtout lorsque l’abandon répond à une pression sociale
ou familiale et se fait à distance de l’accouchement. Lorsque la mère est
ambivalente, l’abandon effectif peut parfois permettre la sédation de
l’angoisse. Certaines mères tendent à abandonner toutes relations avec
« ceux qui savent ».
Réactions à long terme. Des études sur l’abandon ont été menées dès 1962
par Loesch et Greenberg chez des mères célibataires. En Australie, Winkler
et Van Keppel (1984) s’entretiennent avec 213 femmes en 1983. En 1986,
Condon s’entretient vingt-et-un ans après l’abandon avec 20 femmes ayant
consenti à l’adoption. De Simone mène en 1996 une enquête auprès de 264
femmes, en moyenne vingt-cinq ans après l’abandon. La moyenne d’âge
lors de l’abandon était de 20  ans, 8  % vivaient avec un partenaire stable
et 46 % affirmaient qu’elles n’avaient absolument pas souhaité l’abandon.
Une vie familiale satisfaisante et la possibilité d’avoir pu réaliser leurs sou-
haits personnels ou professionnels modéraient significativement l’intensité
du deuil. Askren et al.et Bloom (1999) ont effectué une revue de 12 études
menées de 1978 à 1998. Ces travaux montrent avec grande constance que
le sentiment d’avoir été contrainte à l’abandon était le facteur de risque
principal d’un deuil chronique et pouvait s’accompagner d’affections soma-
tiques. La difficulté du recrutement a conduit à sélectionner des popula-
tions susceptibles d’être différentes de la population générale : volontariat,
membres de sociétés dont l’objet est l’abandon, etc. L’étude de Burnell et
Norfleet (1979) qui ont adressé des questionnaires à une population choisie
au hasard parmi les femmes qui ont confié leur enfant à une agence d’adop-
tion, avec un taux de réponse de 27 %, suggère, tenant compte du résultat
général des autres études, qu’un minimum de 10  % des mères vivent un
deuil sévère et prolongé, de plusieurs décennies dans certaines études.
Pour certaines mères, le deuil est impossible, notamment à cause de la
conscience aiguë que leur enfant est vivant quelque part. Selon une étude
citée par Brockington (1996), (17) % des mères abandonnantes ont choisi
de rester définitivement sans enfant.
128 Psychopathologie de la parentalité

Conduite à tenir
Lorsque la mère prévoit un accouchement anonyme, lui permettre de
prendre contact, si elle le souhaite, avec le nouveau-né tend à diminuer
la survenue d’un deuil pathologique et prolongé (Condon,  1986). Les
contacts réduisent le plus souvent le sentiment de perte très vif ressenti
par ces femmes et non l’inverse. Toutefois, comme dans le deuil périnatal,
les mécanismes d’évitement peuvent être plus efficaces et sollicités par cer-
taines femmes qui ont déjà peu investi la grossesse. Un accompagnement
souple permet de s’adapter à l’attitude de la mère susceptible de rapidement
évoluer, notamment du fait des sentiments ambivalents qui la traversent et
des processus d’attachement qui peuvent se mettre en place.
Lorsque la démarche d’abandon suit d’assez loin la naissance, une diffi-
culté cruciale est de pouvoir apprécier les intérêts contradictoires du nour-
risson et de sa mère et de pouvoir proposer à cette dernière une forme de
soutien même après l’abandon.

Infanticide et néonaticide
Épidémiologie
Nous désignerons par infanticide l’homicide commis durant la première
année de vie de l’enfant et par néonaticide l’homicide commis durant le
premier jour de vie. Toutefois, certaines statistiques de la police qui servent
en France de référence n’ont pas évolué depuis un siècle. Elles désignent
sous le terme «  d’infanticide  » tous les crimes commis contre les enfants
de 0  à 14  ans. Si, jusqu’à la fin du xixe  siècle, il s’agissait beaucoup plus
souvent d’infanticides et surtout de néonaticides, il n’en est plus de même
aujourd’hui.

Prévalence
Entre 1830 et 1930, plus de 50 000 dossiers d’infanticide ont été ouverts,
soit environ 500 par an, soit environ 1‰ des naissances. Un quart environ
(13 000) a donné lieu à des poursuites. La plupart étaient des néonaticides.
Dès 1920, la proportion d’infanticides et d’avortements poursuivis s’inverse,
en relation avec l’effondrement du taux de néonaticides. Depuis les années
1970, soit aux alentours de la période de l’accessibilité de la contraception
et de la libéralisation de l’avortement, le taux d’infanticide constaté est
minimal.
Vellut et al. (2013) ont mené, entre  1996  et  2000, une enquête auprès
des tribunaux, couvrant un territoire représentant environ un tiers des
naissances en France. Un recoupement avec les statistiques des hôpitaux
publics a permis d’identifier 80 décès avant 1 an, soit environ 6/100 000
Ruptures et discontinuités : abandon et infanticide 129

naissances vivantes. Les auteurs retrouvent 35  cas de syndromes du bébé


secoué (45 %), 27 néonaticides (33 %) et 22 (27 %) autres causes. Un tiers
des décès classés sous la rubrique «  causes accidentelles  » et un quart de
ceux classés « sans cause connue » étaient des homicides. Parmi les 27 cas
de néonaticides, soit 2,1/100 000 naissances vivantes, un tiers des enfants
n’avaient pas de filiation connue.
Marks et Kumar (1993), à partir de sources statistiques criminelles, ont
recherché le nombre d’enfants de moins d’un an victimes d’homicides en
Angleterre et au pays de Galles depuis 1957. Le taux est de 4,3/100  000
enfants vivants de moins d’un an. Les nouveau-nés de moins d’un jour
représentent près de 25 % des victimes, soit environ 1,1/100 000. Le sex-
ratio est à peu près équivalent. Près de la moitié des nouveau-nés décèdent
par négligence. Le risque d’être tué est maximal le premier jour de vie puis
décroît progressivement jusqu’à un an. Le néonaticide est presque exclusi-
vement un crime maternel, au contraire de l’infanticide réparti à peu près
également entre les deux sexes.
Le taux d’infanticide est estimé entre 2,5 et 7/100  000 aux États-Unis,
4,5/100 000 en Nouvelle-Zélande (Dean et al. 2004) et 3/100 000 au Canada
(Hatters-Friedman et al., 2005b).

Des mères qui commettent un néonaticide


relativement à l’infanticide
Néonaticides. Les mères qui commettent un néonaticide sont plus sou-
vent jeunes, entre 22  et 26  ans en moyenne (Haapasalo et Petaja,  1999  ;
Mendlowicz et al., 1998 ; Resnick, 1970 ; Spinelli, 2001), plus immatures,
avec un moindre ou sans soutien social, sans compagnon, moins éduquées
ou encore étudiantes, avec des parents moins présents ou perçus comme
hostiles à la grossesse. Le suivi de grossesse est réduit et l’accouchement est
moins souvent à l’hôpital (Paulozzi et Sells, 2002). Il est assez fréquent que
l’enfant victime ne soit pas l’aîné, 35 % dans une étude menée aux États-Unis
et 65 % dans une étude menée en Finlande (Herman-Giddens et al., 2003 ;
Putkonen et al., 2007a et b). Les mères présentent rarement un trouble
­psychiatrique caractérisé, bien qu’une étude ait retrouvé plus de troubles de
la personnalité (Putkonen et al., 1998). Le crime est rarement prémédité. Il
est effectué sans arme ni objet, par étouffement, noyade ou étranglement.
La grossesse est souvent dissimulée ou déniée, dans 90 % des cas dans une
étude danoise (Putkonen et al., 2007a). Les cas de grossesses inconscientes
sont plus rares, environ 10  %, mais de 50 à 100  % dans certaines études
(Spinelli,  2001). Il existe une gradation et une intermittence du déni qui
peut porter sur des objets différents  : non seulement sur le fait d’être
enceinte mais aussi d’accoucher, de devoir élever l’enfant ou que la gros-
sesse ait une fin. D’une certaine façon, il existe toujours une forme de mise à
130 Psychopathologie de la parentalité

l’écart de la ­représentation de l’inéluctabilité de la naissance, plus ou moins


réussie et plus ou moins permanente. Il ne s’agit pas toujours de dénégation
(Mendlowicz et al., 1998). D’autres mécanismes de défense peuvent être mis
en évidence comme l’annulation, le déplacement ou le cloisonnement de
la pensée. Ils répondent à une situation qui place la femme subjectivement
dans un état de détresse.
L’infanticide s’oppose point par point au néonaticide : il est plus souvent un
crime des deux parents ou du père et qu’un crime maternel, il ne concerne
pas également les deux sexes, le garçon est le plus souvent victime (ratio entre
1,5 et 1,8 selon les études) ; les troubles psychiatriques chez les parents sont
fréquents. Meyer et Oberman (2001) retrouvent dans 46 % des cas un trouble
psychotique, d’autres études font état d’une symptomatologie dépressive
extrêmement fréquente. Les femmes qui commettent un infanticide sont
plus souvent mariées ou en couple, plus âgées, et ont un niveau académique
et social équivalent à celui de la population générale. Le crime est parfois
prémédité longuement et peut survenir dans le cadre d’une maladie mentale.
Il peut aussi répondre à une impulsion, une pensée obsédante. Il peut corres-
pondre à une vengeance contre le père de l’enfant (syndrome de Médée).

Les néonaticides
Modalités de l’acte. Tardieu, médecin légiste français du xixe siècle, doit
faire face au scepticisme et au désintérêt plus ou moins unanime de la col-
lectivité médicale devant l’ampleur et la fréquence qu’il décrit des crimes
commis contre les enfants. Il écrit, en 1874, que les causes de la mort sont
dominées dans les grandes villes par l’immersion dans les fosses d’aisance :
«  La malheureuse qui vient d’accoucher clandestinement et qui a tué son
enfant […] n’a rien de plus pressé que de le jeter dans les latrines et elle se
croit assurée du secret et de l’impunité. » Tardieu (1868) lui-même ne recon-
naît pas la possibilité d’une grossesse inconsciente : « Leur déclaration est fort
simple et on peut dire stéréotypée : j’ai été prise d’un besoin subit, je ne me
savais pas près d’accoucher, et pendant que j’étais sur le siège, l’enfant est
sorti et est tombé… sans que j’aie pu l’en empêcher. » Il ajoute : « Quelques-
unes vont plus loin et disent ne pas s’en être aperçues. » Tardieu examine les
modes d’infanticide parmi 555 cas. La plupart sont commis le premier jour de
vie, plus de la moitié par suffocation (51 %), les autres par noyade (24 %), ou
strangulation (11 %). Les gestes directement violents sont plus rares et plus
tardifs (14 %) et la négligence est assez rare (3 %). Les descriptions modernes
sont tout à fait équivalentes, bien que les modalités de l’acte varient selon les
cultures et pays (i. e. Marks et Kumar, 1993 ; Putkonen et al., 2007b).
Formes cliniques
Les néonaticides à répétition. Ces cas restent rares dans la littérature jusqu’aux
années 1990. Plus nombreux ont été ceux relatés au Japon (Funayama
Ruptures et discontinuités : abandon et infanticide 131

et al., 1994). Le motif était considéré d’ordre économique, les mères vivaient


seules, ou étaient mariées à des pères très fréquemment absents du domicile
et ignorants du crime. Aucun trouble mental n’avait été mis en évidence et
le déni de grossesse jamais évoqué. Aux États-Unis, un cas très médiatique
de récidive a été représenté par une famille ayant d’abord participé à porter
au public la détresse des parents ayant des enfants décédés de mort subite.
Il a été appris plus tard que ces parents avaient eux-mêmes tué cinq de leurs
six enfants (Busch, 2009). Des cas de néonaticides ou d’infanticides pré-
coces répétés ont été rapportés depuis en France, en Allemagne et en Aus-
tralie (Porter et Gavin, 2010 ; Glendinning, 2003 ; Burton et Dalby, 2012 ;
Schipoliansky et Childs, 2009).
Les néonaticides culturels (Dayan, 2012). Ils demeurent, et de loin, la plus
grande source d’infanticide dans le monde. Ils affectent surtout les filles.
Ils sont révélés en Chine et en Inde à travers le taux anormalement élevé
de naissances masculines déclarées. L’apport de l’échographie a permis de
réduire leur prévalence de façon concomitante avec l’augmentation des
interruptions de grossesse.
Classifications. Plusieurs auteurs ont proposé des classifications, mais les
catégories se chevauchant la plupart du temps, elles ne présentent pas un
grand intérêt clinique. Nous citerons celle de Resnick (1970) visant à distin-
guer les « étiologies » du néonaticide. Parmi les principales déterminations,
il met en avant le refus d’avoir un enfant (80 %) et les troubles mentaux
(psychose) dans environ 10 % des cas.
Les troubles mentaux caractérisés sont rares
Depuis le xixe siècle, il est constaté, avec un important consensus, qu’un trouble
psychiatrique n’affecte qu’une minorité de femmes ayant commis un infan-
ticide (néonaticide). Ce résultat est retrouvé dans les études récentes. Resnick
(1970) retrouve parmi 34 néonaticides, 17 % de psychoses aiguës ou de décom-
pensations d’une psychose chronique. Plus récemment, Haapasalo et Petaja
(1999) dans une étude portant sur 15 sujets retrouvent moins de 30 % ayant
une difficulté psychologique ; Hatters-Friedman et al. (2007) parmi 80 femmes
qui ont une grossesse inconsciente ou dissimulée ne retrouvent pas de troubles
psychiatriques ; enfin en 2001, Meyer et Oberman parmi 37 cas de néonati-
cides retrouvent une faible minorité ayant un trouble psychiatrique caractérisé.
L’état de conscience peut être altéré
Certains auteurs dont Esquirol ont soutenu que l’état mental peut être trou-
blé et la conscience altérée. Qu’en savons-nous actuellement ? Très peu de
choses. Il peut être altéré en relation avec le stress, le bouleversement hormo-
nal et l’épreuve physique. Assez étrangement, cette question n’a pas béné-
ficié de l’apport des moyens d’exploration moderne et des neurosciences.
Une psychose transitoire de l’accouchement. Krafft-Ebbing, en 1886, s’en fait
l’avocat. Pour lui, ces manifestations vont de pair avec un trouble profond
132 Psychopathologie de la parentalité

de la conscience, proche de la confusion mentale. Il distingue clairement


les délires transitoires maniaques ou mélancoliques et les émotions patho-
logiques. Il énumère leurs causes : enfants illégitimes, émotions causées par
la situation d’abandonnées, par la honte d’avoir perdu l’honneur sexuel, la
peur éprouvée lors des symptômes précurseurs de l’accouchement, le souci
de l’avenir, qu’il distingue de troubles psychiatriques plus caractérisés.
Un état d’obnubilation. Esquirol, dès 1838, décrit un cas d’infanticide sur-
venu au cours d’un accouchement clandestin. Il l’attribue à une obnubila-
tion passagère due à la parturition : « Une jeune femme est enceinte ; elle
ne cache point sa grossesse ; elle fait faire une layette ; la veille de l’accou-
chement, elle se montre à tout le monde. Elle accouche pendant la nuit.
Le lendemain, on la trouve dans son lit et l’enfant dans les latrines, mutilé
de 21 coups d’un instrument qu’on juge être les ciseaux […]. Quelques
jours après, on l’interroge  ; elle avoue son crime, ne s’en défend point,
ne témoigne pas le moindre regret ; mais elle refuse de manger. » L’auteur
propose l’hypothèse d’un accès de délire transitoire.
Une conscience claire. Tardieu (1874) s’oppose à cette thèse. Il décrit
l’infanticide typique : « Dans l’immense majorité des cas, il suit de très près
un accouchement clandestin et la femme, seule dans l’ombre, après avoir
tué l’enfant qu’elle vient de mettre au monde, peut dissimuler à la fois sa
naissance et sa mort. » Il affirme : « Ce n’est pas la folie, ce n’est même pas
la perversion transitoire des facultés, c’est une surexcitation de la sensibilité
qui laisse intacts la raison et les instincts. » Il reconnaît néanmoins la pos-
sibilité d’une minorité de cas (plus tardifs) où l’infanticide peut être l’œuvre
de la mélancolie hallucinatoire, plus accessoirement de la fureur maniaque
et enfin de la folie hystérique.
Une conscience atténuée. En 1897, Bouton, magistrat, avance l’idée que
le geste infanticide est un équivalent suicidaire. Il résulte du manque
d’individuation du nouveau-né avec la mère  : «  Plus la mère est près de
la nature, plus elle a la conviction de l’impersonnalité de son enfant. […]
L’enfant sorti de son sein est un prolongement de son corps. » Si le suicide
lui semble permis, ajoute l’auteur, pourquoi ne pourrait-elle alors « tuer une
partie de son être » ? Il anticipe des descriptions ultérieures qui utiliseront
les notions de lien fusionnel, d’identification projective, voire encore de
suicide du double. Les études transnationales récentes, telles que celle
de Lester (1992), mettent en évidence une relation étroite et significative
dans chaque pays entre le taux d’infanticide (au sens large) et le taux de sui-
cide. En revanche, il n’existe aucun lien statistiquement significatif avec le
taux global d’homicides. Cette corrélation est interprétée comme le résultat
d’une racine commune entre le geste infanticide et le geste suicidaire.
Brouardel, en 1897 évoque déjà le flou de la pensée et l’espoir mis dans
une fin magique, d’une résolution spontanée de la grossesse : « Elles e­ spèrent
malgré tout que quelque événement interviendra : l’enfant ­viendra ­peut-être
Ruptures et discontinuités : abandon et infanticide 133

mort  ?  » La réalité de la naissance devrait mettre fin à leurs illusions. Elles


choisissent de mettre fin au nouveau-né : « Il crie, il faut en finir […]. Tout
cela reste confus peut-être dans leur esprit, mais ce qui est net, c’est que le
cri de l’enfant ne doit pas être entendu. L’acte criminel suit. » Il se refuse à
cautionner l’aliénation : « Cet acte est insensé, c’est vrai, mais ­Lassègue l’a dit
depuis longtemps : « Quelque insensé que soit un acte, il ne prouve pas, par
lui seul, que celui qui l’a commis l’était. »
Retard mental. Près de 25  % des mères infanticides étaient considérées
comme déficientes intellectuelles, dans la première partie du xxe siècle. La
maîtrise de la conception était rudimentaire et l’avortement d’accès très
difficile. Ce taux va décroître à 18 % dans les années 1960, et actuellement,
apparaît très rare (Vellut et al., 2013).

État de conscience
Déni de grossesse et autres états de conscience atténués. En 1971, Brozowski expose
les conceptions psychanalytiques de l’infanticide et met l’accent sur la fréquence
des dénis de grossesse chez les mères néonaticides. À côté du déni, on constate,
précédant l’infanticide, la fréquence de la régression à des mécanismes de pen-
sée magique, avec vœu de mort sur l’enfant, tentative d’annulation magique de
la grossesse, pseudo-déni. Le geste infanticide est fréquemment commis pour
annuler la naissance, faire disparaître la trace vivante de l’enfant, et notamment
son cri. On assiste souvent, une fois le geste commis, à une relative sédation de
l’angoisse. Inversement la quasi - totalité des dénis de grossesse ne s’accompa-
gnent pas d’infanticide mais de soins ordinaires à l’enfant.
Angoisse et déréalisation. L’angoisse est parfois absente sur le plan mani-
feste. Ailleurs, elle envahit la mère par moments, offrant le tableau d’une
pseudo-rationalité froide, traversée de propos étranges, quasi délirants. Il est
loin d’être exceptionnel que les mères qui se sentent devenir « folles » aver-
tissent souvent à mots couverts leur entourage familial ou professionnel, de
leur désir de tuer l’enfant, mais sont malheureusement rarement entendues.
Dans d’autres cas, le sujet apparaît assez froid, déterminé, préméditant son
geste dans une sorte de clivage, qu’on ne sait qualifier de psychotique ou
dissociatif. Cette froideur a pu être interprétée comme la belle indifférence
de l’hystérique. Dans notre expérience, surtout lorsque le crime est commis
le premier jour de vie, il nous a semblé que les mères répondaient à un
sentiment de nécessité interne auquel il leur paraissait inéluctable de se
soumettre. Il pouvait exister une forme de culpabilité, mais celle-ci était
rationnelle : il leur semblait qu’elles n’auraient pu faire autrement.
Refoulement. La thèse de la réactivité primitive de Kretschmer éclaire la
continuité entre déni et amnésie dont fait parfois état la mère infanticide.
Elle consiste à admettre l’existence, dès lors que l’enfant réel est perçu, de la
nécessité de mettre fin définitivement à son existence de crainte d’être
­submergée par les affects anxieux.
134 Psychopathologie de la parentalité

L’infanticide
Il représente un tableau bien moins homogène. Les troubles mentaux sont
beaucoup plus fréquents (psychose et dépression). Il ne s’agit plus exclusi-
vement d’un crime maternel, plus l’enfant grandit plus souvent le père est
impliqué dans les violences.
Les modalités de l’acte. Elles sont dominées par la négligence
(Kellett, 1992 ; Marks et Kumar, 1993). Concernant l’infanticide actif, les
méthodes sont différentes pour le père et pour la mère. Les pères usent
de méthodes directement violentes, destructrices, telles que secouer l’enfant,
le jeter à terre, le frapper, l’étrangler, lui tirer dessus, le poignarder, tandis
que les mères le plus souvent l’asphyxient ou l’empoisonnent. Le néona-
ticide, presque exclusivement le fait des mères, est le plus souvent lié aux
moyens déjà relevés par Tardieu  : la suffocation. Il s’accompagne parfois
pourtant de violences directes meurtrissant le corps de l’enfant. Le garçon
est presque deux fois plus souvent victime que la fille. Cela n’est pas vérifié
durant le premier jour de vie.

Infanticide et mort subite du nourrisson


Prévalence. Plusieurs enquêtes ont estimé entre 5  % et 10  % (Levene et
Bacon,  2004) la probabilité qu’une mort subite inexpliquée dissimule un
homicide. Aucune statistique fiable n’existe à ce sujet. Emery (1993) le pre-
mier en tente une étude exhaustive. Sur des arguments assez hétérogènes, il
estime que 10 à 20 % des enfants pour qui le diagnostic de mort subite du
nourrisson est porté sont en réalité tués par leurs parents. Les arguments de
l’auteur reposent sur plusieurs éléments : les résultats d’enquêtes confiden-
tielles menées en Grande-Bretagne estimant le nombre de cas douteux, la
fréquence des parents signalés précédemment comme maltraitants aux ser-
vices sociaux dont les enfants décèdent ensuite de mort subite du nourrisson,
la communauté des facteurs de risque à la maltraitance et à la mort subite
du nourrisson, l’étude des familles avec morts subites du nourrisson répétées
dont l’origine non accidentelle apparaît exceptionnelle et oriente vers une
étiologie homicide, une étude des malaises inexpliqués du nourrisson menée
en 1993 qui identifia, sur 61 enfants, 18 asphyxies délibérées. Le diagnostic
porté fut celui de syndrome de Münchausen par procuration.
Répétition. L’enquête menée par Carpenter et al. (2004) montre que
contrairement aux expectatives, le taux d’homicide lorsque la mort subite
survient de façon répétée n’est pas significativement supérieur à celle mise
en évidence la première fois (environ 5 %).
Les troubles mentaux sont plus fréquents
D’Orban (1990), parmi 89 mères homicides, en recense 24 (27 %) atteintes
d’un trouble mental dont 14 (15  %) relevant de troubles psychotiques.
Dans ce même échantillon, aucune mère néonaticide ne fut considérée
Ruptures et discontinuités : abandon et infanticide 135

comme malade mentale. Les mères infanticides présentent plus souvent


des antécédents de difficulté chronique et de violence. Il semble exister un
continuum entre le contexte psychoaffectif des mères maltraitantes et des
mères infanticides. Le rôle du père a été moins bien étudié. Marks et Kumar
ne notent pas de relation entre le sexe de l’auteur et celui de la victime. Le
meurtre est le plus souvent violent. L’enfant est secoué, poignardé, frappé,
ou bien asphyxié, suffoqué, noyé. La négligence est marginale.

Facteurs de risque
Durant la première année de vie, une étude de Cummings et al. (1994),
menée à partir des statistiques de décès dans l’état de Washington, met
en évidence les facteurs de risque suivants valables quel que soit le parent
auteur : absence de suivi de grossesse ; faible poids de naissance ; âge mater-
nel inférieur à 20 ans ; enfant mâle. La prématurité a été retrouvée comme
un facteur important dans l’étude de Vellut et al. (2013).
D’autres facteurs de risque sont assez fréquemment signalés lors des
comptes rendus d’expertise, mais leur prévalence reste inconnue : carences
et abus de l’enfance, répression sexuelle intense, discordes familiales, cli-
mat incestueux ou antécédents d’agressions sexuelles, ambiance familiale
dépourvue de chaleur et d’empathie, déni de grossesse. Les troubles de la
personnalité ont été évoqués surtout pour le filicide.

Juger l’infanticide : un enjeu culturel ?


Peines effectives. Les peines effectives pour infanticide ont largement
varié au cours de l’histoire, de la plus grande tolérance à la plus grande
rigueur. Le silence de ces crimes villageois et surtout la tolérance de
fait (non de droit) en Europe furent mis en cause à partir du xvie  siècle
(Tinková, 2005), en relation avec la place de plus en plus essentielle accor-
dée au baptême et surtout au scandale de la damnation des enfants non
baptisés. Les femmes furent menacées de pendaison, de décapitation ou
d’empalement. Ces peines terribles étaient toutefois peu appliquées, les
magistrats invoquant pour réduire la condamnation le doute sur la volonté
homicide, bien plus que l’état mental de la mère. Si certaines étaient pen-
dues (ainsi, le 18 février 1589 : « On fait savoir que Marguerite Targot, native
d’Angoulême, ci-prise pour avoir celé sa grossesse et suffoqué son enfant,
par arrêt de la Cour, a été condamnée à être pendue et étranglée à une
potence, qui sera dressée sur la place de Grève »), beaucoup furent libérées.
Le droit français. Jusqu’en 1994, l’infanticide était défini en France
comme « le meurtre ou l’assassinat d’un enfant nouveau-né, commis avant
l’expiration du délai de trois jours imparti pour déclarer l’enfant nouveau-
né à l’état civil ». La qualification « infanticide » entraînait une atténuation
de la peine maximale encourue. Les jurys populaires souvent relaxaient
les femmes ou les condamnaient à des peines assez courtes manifestant
136 Psychopathologie de la parentalité

leur empathie. La conception prédominante depuis au moins le xixe siècle


était que le crime était commis par une mère qui, «  dans le désordre de
ses facultés physiques et morales […], [avait] agi presque à son insu  »
(Georget,  1826). Depuis 1994, l’infanticide est un homicide aggravé (par
ascendant, sur personne vulnérable…). Le terme lui-même n’existe plus.
Les peines se sont dans l’ensemble fortement aggravées depuis que n’est
plus reconnue la spécificité maternelle. C’est aussi dans ce contexte qu’est
apparu le débat sur le déni de grossesse.
Le droit anglo-saxon envisage très différemment l’infanticide. La spéci-
ficité du crime reste reconnue jusqu’à un an. L’Infanticide Act ­(Loughan, 2012)
de 1938, édicté au Royaume-Uni, inspire encore de nombreuses légis-
lations telles celles du Canada, du Brésil, de l’Australie, du Danemark
ou de la Suède. Les peines prononcées et effectives sont très réduites au
regard de celles prononcées en France. Aux États-Unis, les jugements sont
extrêmement variables avec une certaine tendance à la clémence au regard
d’autres crimes (Shelton et al.,  2010). Au Royaume-Uni, la préméditation
de la mère n’est pas retenue selon le principe qu’«  au moment de l’acte
ou de l’omission, l’équilibre de son esprit [est] troublé en raison de ne pas
avoir complètement récupéré de l’effet de donner naissance à l’enfant ou
en raison de l’effet de la lactation consécutive à la naissance de l’enfant ».
Il est peu de pays où comme en France, le crime est aggravé au lieu d’être
réduit en ces circonstances.
En conclusion, la science ne pouvant aujourd’hui trancher, en dehors
de quelques cas particuliers, laisse au législateur le pouvoir d’inscrire son
opinion dans la loi, opinion divergente de chaque côté de la Manche. En
France, un cas particulier émerge, le déni de grossesse qui ouvre une brèche
au principe selon lequel l’état psychique des mères, non psychotiques, non
délirantes, venant d’accoucher ne présente pas de spécificité suffisante pour
atténuer leur responsabilité.

Prise en charge et prévention


La prévention est très difficile
Individuelle, elle repose sur la prise en compte de certaines attitudes durant la
grossesse, quand elle est connue : une dénégation partielle, des propos hos-
tiles discordant avec l’habitus de la patiente, une absence de suivi surtout
chez une femme isolée sont des signes d’alarme, surtout et très particulière-
ment lorsqu’il existe des antécédents d’abandon, de maltraitance ou de déni.
Chez les femmes ayant des antécédents de psychose, la prévention de l’infan-
ticide repose sur une prescription préventive de psychotropes et sinon leur
dépistage et prise en charge précoce en unité mère-bébé. Les soins doivent
être proposés aux mères infanticides, y compris lorsqu’elles sont incarcérées.
Ruptures et discontinuités : abandon et infanticide 137

Il n’est pas du tout exceptionnel que la femme exprime sa détresse de


manière voilée, et qu’y réponde la surdité de l’entourage.
Générale, elle repose sur la mise en place de l’accouchement anonyme.
Une étude autrichienne a montré récemment qu’après plusieurs années,
l’introduction de l’anonymat a permis de réduire la prévalence de l’infanti-
cide de façon importante. Une prévention sociale pourrait consister en une
moindre stigmatisation des femmes qui ne veulent pas élever leur enfant.

Bibliographie
Askren, H. A., & Bloom, K. C. (1999). Postadoptive reactions of the relinquishing
mother: a review. J Obstet Gynecol Neonatal Nurs, 28(4), 395-400.
Bonnet, C. (1990). Geste d’amour, l’accouchement sous X. Paris: Editions Odile Jacob.
Bouton, R. (1897). L’infanticide : étude morale et juridique. Paris: Bailliere.
Brockington, I. (1996). Infant loss. Motherhood and mental health. Oxford: Oxford
University Press, 285- 326.
Brouardel, P. (1897). L’infanticide. Paris: Baillière.
Brozowski, M. (1971). Neonaticide: clinical and psychodynamics considerations.
Child Psychiatry, 10, 673-683.
Burnell, G. M., & Norfleet, M. A. (1979). Women who place their infant up for adoption:
A pilot study. Patient Counselling and Health Education, 1(4), 169-172.
Burton, S., & Thomas Dalby, J. (2012). Psychological autopsy in the investigation of
serial neonaticides. Journal of forensic sciences, 57(1), 270-272.
Busch, F. A mother on trial. Retrieved September 25, 2009, from www.nytimes.com/
books/97/09/14/reviews/970914.14buscht. html1997, 1997.
Carpenter, R. G., Irgens, L. M., Blair, P. S., England, P. D., Fleming, P., Huber, J., &
Schreuder, P. (2004). Sudden unexplained infant death in 20 regions in Europe:
case control study. The Lancet, 363(9404), 185-191.
Condon, J. (1986). Psychological disability in women who relinquish a baby for
adoption. Medical Journal of Australia, 144(3), 117-119.
Cummings, P., Theis, M. K., Mueller, B. A., & Rivara, F. P. (1994). Infant injury death
in Washington State, 1981 through 1990. Arch. Pediatr. Adolesc. Med, 148, 1021-
1026.
D’Orban, P. T. (1990). Female homicide. Irish J. Psych. Med, 154, 560-571.
Dayan, J. (2012). Attachement et mondialisation : l’infanticide, signe d’un malaise dans
la parentalité/in Rhizome, 43.
De Simone, M. (1996). Birth mother loss: Contributing factors to unresolved grief.
Clinical Social Work Journal, 24(1), 65-76.
Dean, P. (2004). Child homicide and infanticide in New Zealand. International Journal
of Law and Psychiatry, 27, 339-348.
Dumaret, A. C., & Rosset, D. J. (1993). [Trisomie 21 et d’abandon. Les nourrissons nés
et placés pour adoption à Paris]. Arc Fr Pediatr, 50(10), 851-857.
Emery, J. (1993). Child abuse, sudden infant death syndrome and unexpected infant
death. Am. J. Dis Child, 147, 1097-1100.
Esquirol, J.-É. D.,Des maladies mentales, Paris (1838) ; réimpr. Frénésie, 1989.
Funayama, M., Ikeda, T., Tabata, N., Azumi, J. I., & Morita, M. (1994). Case report:
repeated neonaticides in Hokkaido. Forensic science international, 64(2), 147-150.
138 Psychopathologie de la parentalité

Georget, E. J. (1826). Discussion médico-légale sur la folie ou aliénation mentale,


suivie de l’examen du procès criminel d’Henriette Cornier, et de plusieurs autres
procès dans lesquels cette maladie a été alléguée comme moyen de défense  ;
impr. de Migneret (Paris).
Glendinning, L. (2003). Inside the mind of a killer mother. The Age.
Haapasalo, J., & Petaja, S. (1999). Mothers who killed or attempted to kill their child:
Life circumstances, childhood abuse, and types of killing. Violence and Victims,
14, 219-239.
Harris, B. (1994). Biological and hormonal aspects of post-partum depressed mood.
British Journal of Psychiatry, 164, 288-292.
Hatters-Friedman, S., Heneghan, A., & Rosenthal, M. (2007). Characteristics of
women who deny or conceal pregnancy. Psychosomatics, 48, 117-122.
Hatters-Friedman, S., Horwitz, S., & Resnick, P. (2005). Child murder y mothers: A
critical analysis of the current state of knowledge and a research agenda. Am J
Psychiatry, 162, 1578-1587.
Herman-Giddens, M. E., Smith, M. J., Mittal, M., Carlson, J., & Butts, J. (2003).
Newborns killed or left to die by a parent. JAMA, 289, 1425-1429.
Kellett, R. J. (1992). Infanticide and child destruction. The historical, legal and
pathological aspects. Forensic Sci. Intl, 53, 1-28.
Lallemand, S. (1993). La circulation des enfants en société traditionnelle : prêt, don,
échange. L’Harmattan.
Lester, D. (1992). The murder of babies in American states: association with suicide
rates. Psychol. Reports, 71, 1202.
Levene, S., & Bacon, C. J. (2004). Sudden unexpected death and covert homicide in
infancy. Archives of Disease in Childhood, 89, 443-447.
Loesch, J. G., & Greenberg, N. H. (1962). Some specific areas of conflicts observed
during pregnancy: a comparative study of married and unmarried pregnant
women. Am J Orthopsychiatry, 32, 624-636.
Loughan, A. (2012). Manifest Madness Mental Incapacity in the Criminal Law. Oxford:
Oxford University Press.
Marks, M. N., & Kumar, R. (1993). Infanticide in England and Wales. J. Med. Sci. Law,
33, 329-339.
Mendlowicz, M., Rapaport, M., Mecler, K., Golshan, S., & Moraes, T. (1998). Case
controls study on the socio-demographic characteristics of 53 neonaticidal
mothers. International Journal of Law and Psychiatry, 21, 209-219.
Meyer, C., & Oberman, M. (2001). Mothers who kill their children: understanding the
acts of moms from Susan Smith to the “prom mom”. New York: NYU press.
Orthofer, M., & Orthofer, R. (2013). Is the introduction of anonymous delivery
associated with a reduction of high neonaticide rates in Austria? À retros­
pective study. BJOG, 120(8), 1028.
Pageot, P. (1995). Enfants sans parents: les enfants trouvés en Limousin-Périgord.
Editions L’Harmattan.
Paulozzi, M., & Sells, M. (2002). Variations in homicide risk during Infancy: US 1989-1998.
CDC Morbidity and Mortality Weekly Report, 51, 187-189.
Porter, T., & Gavin, H. (2010). Infanticide and neonaticide: a review of 40 years of
research literature on incidence and causes. Trauma, Violence, & Abuse, 11(3),
99-112.
Putkonen, H., Collander, J., Honkasalo, M. L., & Lönnqvist, J. (1998). Finnish female
homicide offenders 1982-92. The Journal of Forensic Psychiatry, 9(3), 672-684.
Ruptures et discontinuités : abandon et infanticide 139

Putkonen, H., Collander, J., Weizmann-Henelius, G., & Eronen, M. (2007b). Legal
outcomes of all suspected neonaticides in Finland 1980-2000. International
­Journal of Law and Psychiatry, 30, 248-254.
Putkonen, H., Weizmann-Henelius, G., Collander, J., Santtila, P., & Eronen, M.
(2007a). Neonaticides may be more preventable and heterogeneous than pre-
viously thought – neonaticides in Finland 1980-2000. Arch Womens Ment Health,
10(1), 15-23.
Resnick, P. J. (1970). Murder of the newborn: a psychiatric review of neonaticide. Am.
J. Psychiatry, 126, 1414-1420.
Resnick, P. J. (1969). Child murder by parents: a psychiatric review of filicide. Am J
Psychiatry, 126(3), 325-334.
Schipoliansky, C., & Childs, D. (2009). When parents kill their kids (the case of the
frozen babies). ABC News.
Shelton, J. L., Muirhead, Y., & Canning, K. E. (2010). Ambivalence toward mothers
who kill: an examination of 45 U.S. cases of maternal neonaticide. Behav Sci
Law, 28(6), 812-831.
Spinelli, M. G. (2001). A systematic investigation of 16 cases of neonaticide. Am J
Psychiatry, 158, 811-813.
Tardieu, A. (1868). Étude médico-légale sur l’infanticide. Paris: Baillière.
Tardieu A. : Infanticide. In : Dictionnaire de médecine et chirurgie pratique. 1874,
tome 18, 597.
Tinkova, D. (2005/2). Protéger ou punir ? Crime. Histoire et Sociétés, 9(2), 43-72.
Van Keppel, M. et Winkler, R. The adjustment of relinquishing mothers in a­ doption :
The results of a national study. In: First NSCMC and ARMS conference, Mel-
bourne, Australia. 1983.
Vellut, N., Simmat-Durand, L., & Tursz, A. (2013). [The profile of neonaticide mothers
in legal expertise]. Encephale, 39(5), 352-359.
Verdier P. « L’autorité parentale, le droit en plus » Éditions Bayard, Paris 1993.
Villeneuve-Gokalp, C. (2011). Les femmes qui accouchent sous le secret en France,
2007-2009. Population, 66(1), 135-169.
Winkler, R., & Van Keppel, M. (1984). Relinquishing Mothers in Adoption: Their
­Long-Term Adjustment. 766 Elizabeth Street, Melbourne 3000, Australia: Institute
of Family Studies Monograph No. 3. Institute of Family Studies.
7 Dépression périnatale

Dépression anténatale
La dépression anténatale affecte environ 10 à 20 % des grossesses. Elle est
mal reconnue, en dehors des formes sévères et mélancoliques, les troubles
étant souvent imputés à la grossesse elle-même. La traiter, souvent sim-
plement, est indispensable pour réduire le risque de sa persistance en post-
partum, et au titre du principe de précaution, pour prévenir les risques
encore incertains mais de plus en plus plausibles sur le développement
fœtal.

Épidémiologie : prévalence et risque


Méthodologie
Deux incertitudes majeures dominent les recherches épidémiologiques sur
les troubles anxio-dépressifs durant la grossesse. L’une est liée au choix de
l’instrument d’évaluation, aucun ne semblant très satisfaisant, l’autre à des
biais de recrutement.

Validité des instruments d’évaluation


En période de grossesse, l’interprétation des instruments d’évaluation,
faciles à administrer, mais qui comprennent la plupart une inflation d’items
somatiques reste délicate, surtout si la grossesse est compliquée. Des préoc-
cupations ou des comportements qui peuvent ressortir normalement de la
grossesse sont parfois notés comme items dépressifs, d’autres (se préoccuper
souvent de son état de santé, limiter la pratique du sport ou de certains
loisirs) n’ont pas de signification dépressive. Il n’est pas non plus fiable de
retirer sans validation seconde les items somatiques d’un instrument validé
(type CES-D) car ce qui est mesuré peut être très éloigné de l’objet initial, ici
d’un trouble dépressif (Kamerrer et al., 2009). Dans ce contexte le choix de
seuils très bas au « diagnostic » de dépression, ajoute à la confusion. Certains
auteurs ont conclu avec enthousiasme et une certaine imprudence que la
prévalence de la dépression de la grossesse dépassait celle du post-partum
(Evans et al., 2001). Trois instruments ont été validés : l’EPDS, l’un des meil-
leurs questionnaires auto-administrés, le GHQ-30 et le BDI. L’EPDS, qui a
été validé en français (Guédeney et al.,  1998, 2000), et le BDI n’incluent
pas d’items somatiques qui puissent aussi être attribués à la grossesse ou au
post-partum. Ces instruments sont peu utilisés au dépistage, où ils sont les
plus performants. Ils sont à tort assimilés à des instruments diagnostiques,

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
144 Psychopathologie périnatale

ce qu’ils ne sont pas. L’EPDS à un seuil de 10-11 est optimal pour le dépis-
tage des dépressions mineures et majeures, et à un seuil de 14-15 offre la
meilleure sensibilité et spécificité pour le diagnostic de dépression majeure.

Biais de recrutement et autres biais


Beaucoup d’études ne précisent pas la méthode de recrutement. Parmi les
femmes incluses, un taux d’attrition supérieur à 30 % réduit la portée des
conclusions, surtout si l’on ne peut étudier les caractéristiques des sujets
perdus de vue. De plus, certaines études fournissent des informations sur
des populations spécifiques, peu généralisables.
La plupart des études sont transversales. À l’opposé d’études prospectives,
la découverte de corrélations ne permet souvent pas de conclure sur la
direction de l’inférence. Un exemple typique de résultat incertain est celui
qui associant les complications obstétricales et la « dépression » fait de la
« dépression » un facteur de risque de ces complications, alors que les préoc-
cupations dépressives (probablement pas une dépression majeure) peuvent
ressortir de ces complications.
Enfin, encore souvent, les analyses du risque incluent beaucoup de fac-
teurs et une faible population, avec le risque de retrouver des corrélations
« par hasard », non reproductibles dans d’autres études (erreur de type 2),
soit un nombre réduit de facteurs, mais concluent devant des corrélations
à une causalité, alors même que les facteurs corrélés peuvent masquer un
facteur causal tiers et absent de l’étude. Il est donc important de choisir
avec soin les facteurs de risque étudiés, et d’engager une analyse multivariée
plutôt qu’univariée avec une population suffisamment importante.

Prévalence

Variabilité des mesures


La prévalence s’étend de 6,1 % (Bunevicius et al., 2009) à 44 % (Orr et al., 2007).
Un taux élevé est généralement associé à la conjonction de seuils bas et du
choix d’une population particulièrement défavorisée (Marcus et al., 2003 ; Orr
et al., 2002 ; Edwards et al., 2008). Aux seuils habituellement choisis, le taux
de dépression (ou de risque de dépression) est estimé à environ 20 % avec le
BDI ou la CES-D et de l’ordre de 10-12 % avec l’EPDS pour un seuil « élevé »
(Andersson et al., 2004 ; Wu et al., 2002). La dépression majeure avérée, effec-
tuée avec l’aide d’un entretien standardisé, est de l’ordre de 3 à 6 % selon les
études.

Évolution lors de la grossesse


Selon la méta-analyse de Bennett et al. (2004), la prévalence moyenne du
taux total de dépression, mineure et majeure, évaluée à l’aide d’instruments
auto-administrés (EPDS au seuil de 10-11) ou par le moyen d’entretiens
Dépression périnatale 145

standardisés est de 7,4 % durant le premier trimestre, de 12,8 % durant le


deuxième et de 12 % durant le troisième trimestre. Selon Gavin et al. (2005),
le taux moyen, en utilisant exclusivement les entretiens standardisés, est
respectivement de 11 %, 8,5 % et 8,5 %. La discordance relative entre les
taux du premier trimestre, par rapport aux suivants, selon la méthode,
entretien ou globale, n’est pas expliquée pour l’instant.

Facteurs de risque
Nous avons sélectionné l’ensemble des études parues entre  1995 et  2012
comprenant au moins 200 sujets. Nous n’avons tenu compte que de
celles comprenant une analyse multivariée incluant des composantes socio-
économiques et au moins deux des facteurs de risque suivants  : facteurs
psychologiques ou psychiatriques, facteurs de stress, soutien social, facteurs
biologiques ou autres facteurs somatiques contemporains de la grossesse.
Facteurs sociaux. Un faible niveau d’éducation est le plus couramment
attesté (Bolton et al., 1998 ; Bunevicius et al., 2009 ; Faisal-Cury et al., 2007 ;
Marcus et al., 2003). L’association est forte et, dans plusieurs études, linéaire.
L’absence d’emploi est fréquemment mise en évidence, qu’elle semble choi-
sie ou subie (chômage). La pauvreté du lien social pourrait en être l’expli-
cation. Un faible niveau économique est moins universellement retrouvé
après analyse multivariée (Faisal-Cury et al., 2007 ; Leigh et Milgrom, 2008).
D’interprétation beaucoup plus difficile est le lien avec l’appartenance à une
minorité ethnique (Abdou et al., 2010), qui s’avère être aussi une minorité
socio-économique et culturelle : ne pas être blanc en Australie ou aux États-
Unis, ou bien posséder une langue maternelle autre que le suédois en Suède.
L’âge n’est pas un facteur de risque établi mais aucune de ces études n’inclut
des femmes enceintes de moins de 17 ans, alors que la plupart des études
portant sur la grossesse à l’adolescence retrouvent une prévalence élevée. Être
seule n’est pas un facteur de risque aussi solidement établi que l’on pourrait
penser : il se retrouve seulement dans deux tiers des études (Bolton et al., 1998 ;
Rich-Edwards et al., 2006 ; Faisal-Cury et al., 2007 ; Marcus et al., 2003 ; Orr
et al., 2002, 2007 ; Robertson et al., 2004 for multiparous). De mauvaises rela-
tions avec le partenaire (dont la femme peut s’être séparée) semblent plus
préjudiciables que d’être une mère isolée (Bilszta et al., 2008).
La survenue d’un événement de vie défavorable, et a fortiori de plusieurs, dans
toutes les études, augmente le risque de survenue d’un état dépressif de novo
ou en récidive. Quand il est quantifié, le risque augmente avec le nombre
d’événements (Leigh and Milgrom, 2008 ; Robertson et al., 2004 ; Bunevicius
et al., 2009). La seule étude (Dayan, 2010) ayant pris en compte un à un ces
facteurs a montré que seuls le stress au travail et des relations très conflic-
tuelles (violence verbale ou physique) avec le partenaire demeuraient dans
le modèle final. Ces résultats corroborent, en outre, d’autres études portant
146 Psychopathologie périnatale

sur la violence domestique (Jeanjot et al., 2008). Ils peuvent être compris à


travers l’analyse des rôles sociaux. En effet, l’engagement professionnel et
les relations avec le partenaire sont, durant la transition avec la maternité,
deux facteurs essentiels de l’identité sociale (Gatrell, 2005).
Le risque fœtal. Dayan et al. (2010) ont montré qu’un développement
fœtal à risque (anomalies biologiques ou échographiques) est corrélé avec
une plus grande occurrence de la dépression prénatale. Il est difficile de
déterminer le sens principal de cette interaction  : influence des manifes-
tations anxio-dépressives sur la survenue d’une anomalie, manifestations
déclenchées par le stress et la détresse qui accompagnent la connaissance
ou l’intuition des anomalies de développement ou bien encore, réactions
inconscientes à un développement fœtal anormal. Ce facteur semble très
important en ce sens qu’il est l’un des plus déterminants de ceux distin-
guant les femmes déprimées en prénatal et en postnatal (à condition que
l’enfant durant le post-partum ne présente aucun symptôme ni pathologie).
L’importance du soutien social, parents et beaux-parents notamment, semble
avoir été surévaluée à l’exception de celui du partenaire, si l’on prend en
compte les résultats des analyses multivariées (Ritter et al., 2000 ; Pakenham
et al.,  2007). Les sujets seraient plus sensibles à l’hostilité de leurs proches
qu’à leur absence, au moins en termes de risque dépressif. Le rôle péjoratif
de l’absence de soutien n’est d’ailleurs retrouvé que dans les études où les
facteurs de stress ne sont pas évalués. Ceci peut être compris en rappelant que
les femmes sans soutien social sont les plus à mêmes d’être confrontées à plus
de stress majeurs, avec moins de moyens d’y faire face, y compris la violence.
Des épisodes psychopathologiques antérieurs, mêmes mineurs, augmente le
risque dépressif dans toutes les études qui les ont recherchés, sous la forme
d’une question ad hoc plutôt que d’entretiens standardisés. Tous les troubles
et pathologies sont concernés sans exhaustivité par cette approche.
Les événements défavorables de l’enfance jouent un rôle dans la survenue
d’un épisode dépressif à cette étape de la vie. Cette question peut être
décisive dans les orientations thérapeutiques, si l’on s’accorde avec la
suggestion selon laquelle les dépressions majeures associées avec un passé
traumatique de l’enfance répondent mieux à la psychothérapie qu’au trai-
tement pharmacologique (Heim et al., 2008 ; Nemeroff et al., 2003). Trois
études seulement ont examiné cette question. Deux ont montré un lien
entre symptômes dépressifs durant la grossesse et la reconnaissance d’abus
sexuels durant l’enfance (Leigh et Milgrom,  2008  ; Edwards et al.,  2008).
L’étude de Dayan et al. (2010) n’a pas retrouvé cette association, ni d’ailleurs
avec des antécédents de violence physique. Toutefois, les femmes qui décla-
raient avoir été l’objet d’un rejet durant l’enfance ou qui affirmaient qu’un
secret de famille y était présent ont montré plus de risques de dépression.
Ces résultats se rapprochent de ceux retrouvés en population générale  :
relations dysfonctionnant avec les parents, violence psychologique et rejet
Dépression périnatale 147

sont associés significativement avec un état dépressif non mélancolique


(Parker et al., 1981, 2000) ; Crook et al., 1981) tandis que seuls la dépression
mélancolique ou l’état dépressif majeur étaient associés avec un abus sexuel
ou des violences physiques sévères (Harkness et Monroe, 2002).
La présence de pathologies médicales chroniques, contrairement à ce qui est
retrouvé en population générale, n’est pas associée à l’augmentation du
risque dépressif (Dayan et al., 2010 ; Andersson et al., 2004). L’hypothèse
selon laquelle l’espoir de mettre au monde un enfant vivant contrebalance les
anticipations négatives associées à la maladie chronique peut être proposée.
Par contre, l’existence de problèmes de santé pouvant menacer directement
la grossesse participe à augmenter le risque (cf. Leigh et Milgrom, 2008 ;
Orr et al., 2007 ; Dayan et al., 2010).
L’association avec le fait de fumer, retrouvée dans presque toutes les études
lors de l’analyse univariée, disparaît dans presque toutes les études en mul-
tivarié, suggérant l’absence d’action directe du tabac ou du maintien de
l’habitude tabagique.
D’autres facteurs sont plus épisodiquement étudiés. Il est souvent mon-
tré qu’avec la parité augmente le risque de survenue d’épisode dépressif,
mais seulement lors de l’analyse univariée. La primiparité n’augmente pas
le risque dans la grande majorité des études. Les résultats concernant des
issues de grossesses défavorables antérieures (avortement spontané, volon-
taire ou médical, fausse couche, antécédent de naissance avec malforma-
tion mineure ou majeure) sont plus contrastés. Ce risque est avéré dans
certaines études (Faisal-Cury et al.,  2007  ; Robertson et al.,  2004  ; Dayan
et al.,  2010) et non dans d’autres, même lors de l’analyse univariée
(Leigh et Milgrom, 2008, Bunevicius et al., 2009). Cette discordance peut
être comprise à la lueur des résultats en population générale qui montrent
que le risque dépressif après de tels événements augmente initialement
(Fergusson et al., 2008) mais faiblit avec le temps (Broen et al., 2006). Les
études évaluant le délai qui sépare la grossesse actuelle des interruptions
de grossesse spontanées ou provoquées ou de la naissance d’enfants mort-
nés arrivent à des résultats contrastés. On soulignera enfin les corrélations
retrouvées avec les sentiments négatifs ou l’ambivalence par rapport à la
grossesse (Areias et al., 1996).

Conséquences observées en post-partum


Les conclusions de telles études doivent toutefois être prises avec précau-
tion : peu sont prospectives et souvent peu de facteurs de confusion sont
pris en compte à travers une analyse multivariée. Enfin concernant les effets
postnataux, il peut être difficile de distinguer ce qui revient à la dépression
pré- ou postnatale, aux psychotropes, à des complications obstétricales ou
aux effets postnataux d’interactions inadaptées ou empêchées.
148 Psychopathologie périnatale

Les effets sur le nouveau-né sont encore peu connus


Effets sur le fœtus
Des études prospectives ont mis en évidence des associations significatives
entre la dépression prénatale et des issues de grossesse défavorables notam-
ment une réduction de la durée de gestation, le travail ou l’accouchement
prématuré (Li et al., 2009 ; Orr et al., 2007), la prééclampsie, une césarienne
et l’admission du nouveau-né dans une unité de soins intensifs. La modi-
fication du rythme cardiaque fœtal et de sa réactivité motrice ainsi qu’un
retard de croissance intra-utérin ont aussi été corrélés avec un taux élevé
de dépression prénatale (Hoffman et Hatch, 2000 ; Field et al., 2003). Les
nouveau-nés peuvent être aussi affectés dans leur comportement émo-
tionnel, la qualité de leur communication (Misri et al., 2004) bien que le
manque d’expressivité parfois constaté peut aussi résulter du traitement
pharmacologique (Dayan et Yoshida, 2007 ; Kallen, 2004).
Parmi les causes de ces issues défavorables, les effets négatifs de l’inges-
tion de substances (tabac, alcool, drogues, psychotropes), un moindre suivi
médical de la grossesse (Zuckerman et al., 1989), ou enfin l’hypoperfusion
placentaire due aux catécholamines (Murray et al., 1991) et enfin une modi-
fication de la sécrétion de cortisol (O’Donnell et al., 2012) ont été évoqués.
Une étude conduite sur 132 enfants âgés en moyenne de 15 ans a retrouvé,
mais uniquement chez les garçons, une plus grande réactivité du système
nerveux sympathique au stress si la mère était déprimée avant la grossesse
(Vedhara et al., 2012).

Effets chez le nouveau-né


Le nouveau-né serait plus irritable et difficilement consolable (Chung
et al.,  2001), présenterait une orientation motrice de moins bonne
qualité associée à une plus grande irritabilité à l’épreuve de Brazelton
(Field, 2004), un tonus vagal diminué et un tracé électroencéphalogra-
phique altéré dans le cortex frontal droit (Field et al.,  2010) rappelant
une anomalie déjà retrouvée chez les déprimés adultes (Henriques et
Davidson, 1990), et enfin des expressions émotionnelles d’allure dépres-
sive (i. e. depression-like faces). Les nourrissons en seraient différemment
affectés selon le genre (Gerardin, 2012 ; Dayan et al., 2006). Les patterns
interactifs inadéquats peuvent entraîner un impact défavorable sur le
développement psychobiologique. De plus, la dépression pourrait affec-
ter le tempérament de l’enfant sans qu’il soit aisé de démêler le rôle du
pré- et post-partum (Eastwood et al., 2012).
Effets à long terme. Dans plusieurs études, seuls les enfants dont les
mères déprimées durant la grossesse continuaient à l’être durablement
après la naissance présentent un développement défavorable après
plusieurs années par rapport aux enfants de mères non exposées aux
Dépression périnatale 149

antidépresseurs et non déprimées (cf. dépression du post-partum  ;


Andersson et al.,  2004)  : développement intellectuel et du langage
pour l’une, anxiété, dépression et inhibition pour l’autre. Les auteurs
suggèrent une spirale transactionnelle négative, la possible association
entre certains problèmes néonataux et la symptomatologie dépressive
maternelle dans une séquence débutant par la dépression maternelle en
anténatal. Les troubles neurocomportementaux observés à la naissance
pourraient être à l’origine des troubles des interactions mère-bébé
observés plus tard (Gerardin, 2012). L’irritabilité du nouveau-né pouvant
conduire à l’exacerbation des sentiments dépressifs maternels serait alors
à l’origine d’un renforcement en boucle des affects dépressifs maternels
et des difficultés du nourrisson.

Une dépression « périnatale » ?


La dépression anténatale est un facteur de risque certain et consensuel
de dépression postnatale. Les interrogations portent surtout sur la qualité de
la liaison, forte ou faible, entre dépression pré- et postnatale. Selon O’Hara
(1994), prenant pour référence onze études sur ce sujet ; cette liaison est
particulièrement forte lorsque sont utilisés des autoquestionnaires. Cer-
tains auteurs suggèrent que 50 % des dépressions du post-partum débutent
durant la grossesse, mais il s’agit surtout dans ce cas de la continuité entre
symptômes isolés. Plus récemment, choisissant un seuil élevé en anté-
natal plusieurs études retrouvent (Wu et al., 2002 ; Dayan in Gravereau-
Vanecke, 2004) environ un tiers des femmes déprimées en anténatal qui
le restent en postnatal. La distribution se fait ainsi pour 14  % de sujets
déprimés (critères EPDS 14/15) : entre 6 et 8 % de femmes « déprimées »
exclusivement en anténatal, 9  % exclusivement dans le post-partum et
environ 5 % tout à la fois en anté-et postnatal. Environ 80 % de femmes
sont en dessous du seuil à tout moment. Bien qu’utilisant des seuils diffé-
rents, d’autres études trouvent une répartition relative assez proche entre
des sujets déprimés pré- et postnatal.
Les seuls critères spécifiques retrouvés pour la dépression prénatale sont
une perception négative de la grossesse, présente dans la moitié des cas.
Les femmes déprimées avant et après la grossesse n’avaient, pour un tiers
d’entre elles, personne à qui se confier après la naissance et un quart ne
recevait pas à la fin de la grossesse le soutien qu’elle souhaitait de leur
partenaire.
La première enquête longitudinale effectuée avec un entretien stan-
dardisé (critères RDC) par Kumar et Robson (1984) retrouve beaucoup
moins de correspondance entre dépressions anté- et postnatale. Les
auteurs supposent que la participation à l’étude pouvait avoir eu un effet
thérapeutique.
150 Psychopathologie périnatale

Tableau 7.1. Continuité dépression pré- et postnatale.


Score EPDS Pré-partum Post-partum
(n = 688) (n = 470)
Distribution 0-28 0-28
Étendue 7,3 (5,5) 6,4 (5,3)
Moyenne (écart-type) 6 5
Médiane au seuil 14/15 au seuil 12/13
Scores indicatifs de dépression majeure 82 62
Nombre 11,9 % 13,2 %
Pourcentage IC à 95 % [9,5 %-14,3 %] [10,1 %-16,3 %]
(d’après Dayan et Creveuil, in Gravereau-Vanecke, 2004) (cf. méthodologie in Dayan et al., 2006)

La prise en charge
Généralités. La difficulté porte sur la capacité de repérage de la dépression
anténatale. En dehors des troubles sévères, le diagnostic ou même la sus-
picion du diagnostic sont très rarement faits par des soignants qui n’ont pas
reçu de formation. Les plaintes sont rares et souvent mises sur le compte de
troubles physiques.
Efficacité. La prise en charge est assez aisée et efficace : dans la plupart des
cas, le trouble rétrocède à une psychothérapie bien conduite et adaptée. Elle
permet aussi de créer une alliance, d’offrir un soutien durant le post-partum,
d’organiser la prévention. Dans ce contexte, les visites prénatales n’ont pas
permis d’offrir le soutien psychologique qu’on en attendait. En effet, l’aide
psychosociale, sans psychologues ou psychiatres formés, ne permet ni de
prévenir ni de traiter les troubles anxio-dépressifs périnataux.
Thérapeutique : voir chapitre 18.

Bibliographie
Abdou, C. M., Dunkel Schetter, C., Campos, B., Hilmert, C. J., Dominguez, T. P.,
Hobel, C. J., Glynn, L. M., & Sandman, C. (2010). Communalism predicts prena-
tal affect, stress, and physiology better than ethnicity and socioeconomic status.
Cultur Divers Ethnic Minor Psychol, 16(3), 395-403.
Andersson, L., Sundstrom-Poromaa, I., Wulff, M., Astrom, M., & Bixo, M. (2004).
Implications of antenatal depression and anxiety for obstetric outcome. Obstet
Gynecol, 104, 467-476.
Areias, M. E., Kumar, R., Barros, H., & Figueiredo, E. (1996). Comparative incidence
of depression in women and men, during pregnancy and after childbirth. Vali-
dation of the Edinburgh Postnatal Depression Scale in Portuguese mothers. Br J
Psychiatry, 169(1), 30-35.
Bennett, H. A., Einarson, A., Taddio, A., Koren, G., & Einarson, T. R. (2004). Preva-
lence of depression during pregnancy: systematic review. Obstet Gynecol, 103(4),
698-709.
Dépression périnatale 151

Bilszta, J. L., Gu, Y. Z., Meyer, D., & Buist, A. E. (2008). A geographic comparison of the
prevalence and risk factors for postnatal depression in an Australian population.
Aust N Z J Public Health(5), 424-430.
Bolton, H. L., Hughes, P. M., Turton, P., & Sedgwick, P. (1998). Incidence and demo-
graphic correlates of depressive symptoms during pregnancy in an inner London
population. J Psychosom Obstet Gynaecol(4), 202-209.
Broen, A. N., Moum, T., Bödtker, A. S., & Ekeberg, O. (2006). Predictors of anxiety and
depression following pregnancy termination: a longitudinal five-year follow-up
study. Acta Obstet Gynecol Scand(3), 317-323.
Bunevicius, R., Kusminskas, L., Bunevicius, A., Nadisauskiene, R. J., Jureniene, K.,
et  al. (2009). Psychosocial risk factors for depression during pregnancy. Acta
Obstet Gynecol Scand., 88, 599-605.
Chung, T. K., Lau, T. K., Yip, A. S., Chiu, H. F., & Lee, D. T. (2001). Ante-partum
depressive symptomatology is associated with adverse obstetric and neonatal
outcomes. Psychosom Med., 63, 830-834.
Crook, T., Raskin, A., & Eliot, J. (1981). Parent-child relationships and adult depres-
sion. Child Dev, 52(3), 950-957.
Dayan, J., Creveuil, C., Dreyfus, M., Herlicoviez, M., Baleyte, J. M., & O’Keane, V.
(2010). Developmental model of depression applied to prenatal depression:
role of present and past life events, past emotional disorders and pregnancy
stress. PLoS One, 5(9), e12942.
Dayan, J., Creveuil, C., Marks, M. N., Conroy, S., Herlicoviez, M., et al. (2006). Prenatal
depression, prenatal anxiety, and spontaneous preterm birth: a prospective cohort
study among women with early and regular care. Psychosom Med, 68, 938-946.
Dayan, J., & Yoshida, K. (2007). [Psychological and pharmacological treatments of
mood and anxiety disorders during pregnancy and post-partum. Review and
synthesis]. J Gynecol Obstet Biol Reprod (Paris), 36, 530-548.
Eastwood, J. G., Jalaludin, B. B., Kemp, L. A., Phung, H. N., & Barnett, B. E. (2012).
Relationship of postnatal depressive symptoms to infant temperament, mater-
nal expectations, social support and other potential risk factors: findings from
a large Australian cross-sectional study. BMC Pregnancy Childbirth, 12(12), 148.
Edwards, B., Galletly, C., Semmler-Booth, T., & Dekker, G. (2008). Antenatal psychoso-
cial risk factors and depression among women living in socioeconomically disad-
vantaged suburbs in Adelaide, South Australia. Aust N Z J Psychiatry, 42, 45-50.
Evans, J., Heron, J., Francomb, H., Oke, S., & Golding, J. (2001). Cohort study of
depressed mood during pregnancy and after childbirth. BMJ, 323(7307), 257-260.
Faisal-Cury, A., & Rossi Menezes, P. (2007). Prevalence of anxiety and depression
during pregnancy in a private setting sample. Arch Womens Ment Health.
Fergusson, D. M., Horwood, L. J., & Boden, J. M. (2008). Abortion and mental health disor-
ders : evidence from a 30-year longitudinal study. Br J Psychiatry, 193(6), 444-451.
Field, T., Diego, M., Hernandez-Reif, M., Schanberg, S., Kuhn, C., et al. (2003). Pre-
gnancy anxiety and comorbid depression and anger: effects on the fetus and
neonate. Depress Anxiety, 17, 140-151.
Field, T., Diego, M., Dieter, J., Hernandez-Reif, M., Schanberg, S., Kuhn, C., & Ben-
dell, D. (2004). Prenatal depression effects on the fetus and the newborn. Infant
Behavior and Development, 27(2), 216-229.
Field, T., Diego, M., Hernandez-Reif, M., Figueiredo, B., Deeds, O., Ascencio, A., &
Kuhn, C. (2010). Comorbid depression and anxiety effects on pregnancy and
neonatal outcome. Infant Behavior and Development, 33(1), 23-29.
152 Psychopathologie périnatale

Gatrell, C. (2005). Hard labour: The sociology of parenthood. Maidenhead: Open Uni-
versity Press.
Gavin, N. I., Gaynes, B. N., Lohr, K. N., Meltzer-Brody, S., Gartlehner, G., & Swinson,
T. (2005). Perinatal depression: a systematic review of prevalence and incidence.
Obstet Gynecol(5 Pt 1), 1071-1083.
Gerardin, P. (2012). Spécificité et enjeux de la dépression de la grossesse. Principaux
résultats d’une recherche longitudinale sur les dépressions du péripartum, du 3e
trimestre de grossesse au 12e mois de l’enfant. Neuropsy Enf Ado, 138-146.
Gravereau-Vanecke E. Etude des facteurs associés aux dépressions périnatales et
comparaison entre dépression pré et postnatale. Mémoire de Master en Métho-
dologie et statistique en recherche biomédicale. 2004 Paris V.
Guédeney, N., Fermanian, J., Guelfi, J. D., & Kumar, R. C. (2000). The Edinburgh
Postnatal Depression Scale (EPDS) and the detection of major depressive disor-
ders in early post-partum: some concerns about false negatives. J Affect Disord.
Guédeney, N., & Fermanian, J. (1998). Validation study of the French version of the
Edinburgh Postnatal Depression Scale (EPDS) : new results about use and psy-
chometric properties. Eur Psychiatry, 13(2), 83-89.
Harkness, K. L., & Monroe, S. M. (2002). Childhood adversity and the endogenous
versus nonendogenous distinction in women with major depression. Am J Psy-
chiatry, 159(3), 387-393.
Heim, C., Newport, D. J., Mletzko, T., Miller, A. H., & Nemeroff, C. B. (2008). The
link between childhood trauma and depression: insights from HPA axis studies
in humans. Psychoneuroendocrinology, 33(6), 693-710.
Henriques, J. B., & Davidson, R. J. (1990). Regional brain electrical asymmetries dis-
criminate between previously depressed and healthy control subjects. J Abnorm
Psychol, 99(1), 22-31.
Hoffman, S., & Hatch, M. C. (2000). Depressive symptomatology during pregnancy:
evidence for an association with decreased fetal growth in pregnancies of lower
social class women. Health Psychol, 19, 535-543.
Kammerer, M., Marks, M. N., Pinard, C., Taylor, A., von Castelberg, B., Künzli, H., &
Glover, V. (2009). Symptoms associated with the DSM IV diagnosis of depres-
sion in pregnancy and post partum. Archives of women’s mental health, 12(3),
135-141.
Jeanjot, I., Barlow, P., & Rozenberg, S. (2008). Domestic violence during pregnancy:
survey of patients and healthcare providers. J Womens Health (Larchmt), 17(4),
557-567.
Kallen, B. (2004). Neonate characteristics after maternal use of antidepressants in late
pregnancy. Arch Pediatr Adolesc Med, 158, 312-316.
Kumar, R., & Robson, K. M. (1984). À prospective study of emotional disorders in
childbearing women. Br J Psychiatry, 144, 35-47.
Leigh, B., & Milgrom, J. (2008). Risk factors for antenatal depression, postnatal
depression and parenting stress. BMC Psychiatry, 8, 24.
Li, D., Liu, L., & Odouli, R. (2009). Presence of depressive symptoms during early
pregnancy and the risk of preterm delivery: a prospective cohort study. Hum
Reprod, 24, 146-153.
Marcus, S. M., Flynn, H. A., Blow, F. C., & Barry, K. L. (2003). Depressive symptoms
among pregnant women screened in obstetrics settings. J Womens Health
(Larchmt), 12, 373-380.
Dépression périnatale 153

Misri, S., Oberlander, T. F., Fairbrother, N., Carter, D., Ryan, D., et al. (2004). Relation
between prenatal maternal mood and anxiety and neonatal health. Can J Psy-
chiatry, 49, 684-689.
Murray, L., Cooper, P. J., & Stein, A. (1991). Postnatal depression and infant develop-
ment. BMJ, 302(6783), 978-979.
Nemeroff, C. B., Heim, C. M., Thase, M. E., Klein, D. N., Rush, A. J., Schatzberg, A. F.,
Ninan, P. T., McCullough, J. P., Jr., Weiss, P. M., Dunner, D. L., Rothbaum, B. O.,
Kornstein, S., Keitner, G., & Keller, M. B. (2003). Differential responses to psycho-
therapy versus pharmacotherapy in patients with chronic forms of major depres-
sion and childhood trauma. Proc Natl Acad Sci U S A, 100(24), 14293-14296Epub
2003 Nov 13. Erratum in : Proc Natl Acad Sci U S A.,2005, 102 (45): 16530.
O’hara, M. W. (1994). Post-partum depression: identification and measurement in a
cross-cultural context. In J. Cox, & J. Holden (Eds.), Perinatal psychiatry. Use and
misuse of the Edinburgh postnatal depression scale (pp. 145-168). London: Gaskell.
O’Donnell, K. J., Bugge Jensen, A., Freeman, L., Khalife, N., O’Connor, T. G., & Glo-
ver, V. (2012). Maternal prenatal anxiety and downregulation of placental 11b-
HSD2. Psychoneuroendocrinology., 37(6), 818-826.
Orr, S. T., Blazer, D. G., James, S. A., & Reiter, J. P. (2007). Depressive symptoms
and indicators of maternal health status during pregnancy. J Womens Health
(Larchmt), 16, 535-542.
Orr, S. T., James, S. A., & Blackmore, P. C. (2002). Maternal prenatal depressive
symptoms and spontaneous preterm births among African-American women in
Baltimore. Maryland. Am J Epidemiol, 156, 797-802.
Pakenham, K. I., Smith, A., & Rattan, S. L. (2007). Application of a stress and coping
model to antenatal depressive symptomatology. Psychol Health Med, 12(3), 266-277.
Parker, G., Gladstone, G., Mitchell, P., Wilhelm, K., & Roy, K. (2000). Do early adverse
experiences establish a cognitive vulnerability to depression on exposure to mir-
roring life events in adulthood ? J Affect Disord, 57(1-3), 209-215.
Parker, G. (1981). Parental reports of depressives. An investigation of several explana-
tions. J Affect Disord, 3, 131-140.
Rich-Edwards, J. W., Kleinman, K., Abrams, A., Harlow, B. L., McLaughlin, T. J., Joffe,
H., & Gillman, M. W. (2006). Sociodemographic predictors of antenatal and
post-partum depressive symptoms among women in a medical group practice. J
Epidemiol Community Health, 60(3), 221-227.
Ritter, C., Hobfoll, S. E., Lavin, J., Cameron, R. P., & Hulsizer, M. R. (2000). Stress,
psychosocial resources, and depressive symptomatology during pregnancy in
low-income, inner-city women. Health Psychol, 19(6), 576-585.
Robertson, E., Grace, S., Wallington, T., & Stewart, D. E. (2004). Antenatal risk factors
for post-partum depression: a synthesis of recent literature. Gen Hosp Psychiatry,
26(4), 289-295.
Vedhara, K., Metcalfe, C., Brant, H., Crown, A., Northstone, K., Dawe, K., Lightman,
S., & Smith, G. D. (2012). Maternal mood and neuroendocrine programming:
effects of time of exposure and sex. J Neuroendocrinol, 24(7), 999-1011.
Wu, J., Viguera, A., Riley, L., Cohen, L., & Ecker, J. (2002). Mood disturbance in pregnancy
and the mode of delivery. Am J Obstet Gynecol, 187, 864-867, 2010 (9):e12942.
Zuckerman, B., Amaro, H., Bauchner, H., & Cabral, H. (1989). Depressive symptoms
during pregnancy: relationship to poor health behaviors. Am J Obstet Gynecol,
160, 1107-1111.
154 Psychopathologie périnatale

Dépression du post-partum
Les premières observations. En 1845, Esquirol observe chez certaines femmes
qui viennent d’accoucher des troubles psychiatriques d’intensité modé-
rée qui ne nécessitent pas d’hospitalisation et échappent à l’investigation
des psychiatres.
En 1858, Marcé décrit des accidents nerveux « qui ne se développent que
vers la cinquième ou sixième semaine ».
Le concept de dépression atypique. Pitt, en 1968, entreprend son étude princeps,
qui recherche une forme intermédiaire entre blues et psychoses puerpérales.
Il sera amené à décrire « la dépression atypique suivant la naissance ». Sous
ce terme, il distingue une dépression non psychotique sans idées suicidaires
ni ralentissement psychomoteur ou labilité de l’humeur, qui apparaît durant
le post-partum chez des femmes indemnes durant la grossesse. Sa prévalence
élevée fut tout à fait surprenante. Ce résultat fut reproduit ensuite à maintes
reprises, mais la reconnaissance des dépressions natales rencontra une
franche résistance dans les pays d’Europe du Sud et en France, comme en
témoigne l’examen de la littérature scientifique, peut être comme le suggère
Héritier en relation avec le statut maternel et sa place imaginaire variable en
Europe, selon les déterminations religieuses dominantes des sociétés.

Épidémiologie générale
Méthodologie
L’évaluation de la dépression repose soit sur des entretiens semi-structurés,
standardisés et validés, généralement établis en regard des principales clas-
sifications internationales (DSM ou CIM) ou selon les critères RDC (Research
Diagnostic Criteria), soit sur des questionnaires, auto-administrés ou non,
qui ne permettent pas un diagnostic stricto sensu. Ces derniers tendent à
surestimer la prévalence, évaluée par les entretiens, d’un facteur 1,5  à  2.
Les principales échelles d’auto-évaluation utilisées sont le BDI ou Beck
depression inventory (Beck et al., 1961), le CES-D ou Center for Epidemiological
Studies-Depression scale  ; l’EPDS ou Edinburgh Depression Scale (Cox et
al., 1987), le questionnaire de Zung (SDRS ; Zung, 1965). Les valeurs choisies
varient selon les études et les pays. Celles le plus souvent retenues (O’Hara
et al., 1996) sont les suivantes : BDI : ≥ 9 ; CES-D : ≥ 16 ; Zung : ≥ 48 ;
EPDS : ≥ 12. En France on utilise souvent pour l’EPDS un seuil de 10/11
pour le dépistage et 12/13 pour la recherche.

Prévalence
En utilisant les critères du DSM ou RDC, les taux de dépression majeure
varient de 3 % à 6 % au cours des deux premiers mois du post-partum. Si l’on
Dépression périnatale 155

tient compte de la totalité des dépressions, mineures et majeures, estimées


par des questionnaires, la prévalence se situe entre 10 et 18 %. On note une
importante variabilité pour des instruments semblables, même à des dates
identiques, indiquant la nécessité de préciser les conditions de l’évaluation
pour en apprécier les résultats (tableau 7.2).

Facteurs de variabilité des résultats


La date d’évaluation est un critère essentiel
Le taux de dépression (10 % environ) après la naissance d’un enfant est sem-
blable à celui retrouvé au sein de la population féminine en général, et avec
les mères ayant un enfant adopté (Kumar, 1994 ; Cooper et al., 1988 ; O’Hara
et al., 1990). En revanche, si l’intervalle postnatal est réduit à un mois, l’inci-
dence de la dépression est alors triple du taux d’incidence mensuel retrouvé
dans la population féminine à une autre période (Cox et al., 1993). Bridge et al.
(1985) illustrent les variations de prévalence inhérentes à la période d’évalua-
tion, dans leur étude deux fois plus élevée à un an qu’à six semaines.

L’instrument de mesure
La prévalence varie selon la méthode d’évaluation utilisée (O’Hara et
Swain, 1996), certains instruments n’ayant jamais été validés (cf. tableau 7.2).

Tableau 7.2. Prévalence estimée selon la méthode d’évaluation.


Méthode d’évaluation Nombre Nombre de Prévalence Intervalle de
d’études sujets moyenne confiance à 95 %
Estimation globale 59 12 810 12,8 % 0,123-0,134
BDIa, b, c 8 1 073 11,6 % 0 0,097-0,135
CES – Da, b 5 1 583 18 % 0,161-0,199
Zung depression inventory 3 329 7,6 % 0 0,047-0,105
EPDSa, b 12 3 121 12 % 0 0,109-0,131
RDCa 19 5 614 10,5 % 0,097-0,113
DSM 3 208 7,2 % 0 0,037-0,107
Critères de Pitt 2 124 16,1 % 0,096-0,226
Critères de Goldberg 4 1 436 17,8 % 0 0,158-0,198
Remarque : les mesures effectuées dans moins de deux études ne sont pas présentées.
a BDI : Beck depression inventory ; CES-D : Center for Epidemiological Studies-Depression Scale ;

EPDS : Edinburgh Postanatal Depression Scale ; RDC : Research Diagnostic Criteria.


b Les études furent incluses uniquement si le taux de prévalence était basé sur les valeurs

seuils suivantes : BDI : ≥ 9 ; CES-D : ≥ 16 ; Zung : ≥ 48 ; EPDS : ≥ 12.
c La prévalence moyenne estimée, à partir de ces études, était de 0,20. La prévalence estimée

sur le nombre de cas est bien plus faible selon Gotlib et al. (1991) qui rapportent un taux
de prévalence à 0,047 (n = 655).
(d’après O’Hara et Swain, 1996.)
156 Psychopathologie périnatale

L’hétérogénéité des questionnaires est aussi illustrée par l’étude de deux


chercheurs australiens, Condon et Corkindale, qui, en 1997 évaluent la
concordance entre différents instruments utilisés pour évaluer la dépres-
sion du post-partum. À un échantillon de 200 femmes, 4 questionnaires
furent administrés à un, quatre et huit mois du post-partum : EPDS, Zung
self rating dépression scale, une sous-échelle de dépression de l’HAD (Hos-
pital Depression and Anxiety Scale) et du PMS (Profile of Mood States). L’accord
entre deux instruments pour identifier les femmes les plus déprimées ne
dépasse jamais 40 %. Il est constamment inférieur à 25 % entre trois ins-
truments.

Aspects nosographiques
DSM-V (APA, 2013)
Le DSM-V introduit le critère «  avec début périnatal  » qui regroupe les
troubles du début de la grossesse jusqu’à quatre semaines après l’accou-
chement. La spécification est applicable à un épisode dépressif majeur (dont
la prévalence est estimée entre 3 et 6 %), isolé ou récurrent, mais également
à un trouble bipolaire I ou II, ou à un trouble psychotique bref.

CIM-10/ICD-10 (OMS, 1993)


Les troubles du post-partum, exclus de la CIM-9, réapparaissent en clair
dans la CIM-10 au terme « de discussions approfondies » permettant « un
degré de consensus acceptable ». La CIM-10 distingue la catégorie (F53) des
« troubles mentaux et troubles du comportement associés à la puerpéralité,
non classés ailleurs » qui inclut les dépressions et les psychoses puerpérales,
s’ils apparaissent dans les six semaines qui suivent l’accouchement.

Les limites des classifications internationales


L’exigence statistique à laquelle satisfont ces classifications impose des cri-
tères diagnostiques qui parfois ne rendent pas compte de la spécificité de
la clinique.

Limites temporelles
L’incidence de la dépression durant le premier mois du post-partum est trois
fois supérieure à celle d’un groupe «  approximativement  » contrôlé (Cox
et al., 1993 ; Cooper et Murray, 1995). Le risque dépressif ne se limite pas
aux quatre premières semaines. Si une grande part des épisodes puerpé-
raux débute dans le premier mois du post-partum (Cox et al., 1993), on peut
constater leur prolongation ou leur présence bien au-delà. La guérison serait
plus tardive que celle des dépressions ordinaires (Hendrick et al.,  2000).
Dépression périnatale 157

En 1993, Pop et al., dans une étude longitudinale portant sur 293 ­accouchées,
ont trouvé un pic de prévalence de la DPP dix semaines après l’accouche-
ment. En outre, Holt, en 1995, qui recherchait la dépression à trois, neuf et
quinze mois du post-partum, relève que la prévalence la plus élevée se situait
à neuf mois. De fait, de nombreuses études (cf. Holt, 1995) définissent la
DPP comme un épisode survenant dans la première année du post-partum. Il
s’agit d’ailleurs de la définition conseillée par la Société Marcé (http://www.
marcesociety.com/  ; http://www.marce-francophone.fr/), société interna-
tionale, réunissant cliniciens et chercheurs d’horizons très différents, et qui
a pour but la compréhension, la prévention et le traitement des affections
mentales liées à la naissance.
Limites sémiologiques
Les DPP ne répondent pas toutes aux critères de la dépression majeure.
Une définition trop réductrice a pour conséquence d’écarter d’une prise
en charge spécifique deux tiers des patientes dont le trouble ne sera pas
diagnostiqué (Godfroid, 1997).

Aspects sémiologiques
Les difficultés diagnostiques
Ces dépressions échappent pour la plupart à l’investigation psychiatrique
et au traitement. Leur dénomination a longtemps reflété la difficulté de
leur diagnostic : « dépressions mineures », « atypiques », « névrotiques »,
«  souriantes  ». Les mères déprimées souvent résistent au diagnostic
qu’elles craignent, n’évoquant qu’une fatigue exagérée ou des troubles
hormonaux.

Le débat sur la spécificité de la DPP

Les arguments en faveur d’une spécificité


Sémiologie maternelle. Malgré la tristesse ou l’aboulie, ce sont les symp-
tômes « névrotiques » telles l’anxiété, l’irritabilité ou des phobies nouvelles,
qui dominent le tableau. Les femmes déprimées, Cooper et Murray (1995)
pour qui le premier épisode dépressif est postnatal, présenteraient un
risque de récidive plus élevé uniquement en post-partum et non à une autre
période de la vie. La fréquence des suicides pendant la grossesse et en post-
partum est remarquablement rare. Le sentiment d’être utile semble être le
facteur protecteur le plus remarquable. Sa disparition doit alors alerter
le professionnel.
Sémiologie dyadique. Les mères déprimées expriment plus aisément
leur souffrance à travers des doléances concernant le bébé, sans négliger
158 Psychopathologie périnatale

que la dépression maternelle puisse effectivement entraîner ou favoriser


l’émergence de certains troubles  : du sommeil, balancements, difficultés
alimentaires, anorexie ou régurgitations voire vomissements, prise de
poids insuffisante, affection dermatologique, pleurs prolongés. Des consul-
tations répétées pour un nourrisson sans raison apparente peuvent aussi
être le stigmate d’une dépression maternelle et en marquer les éléments
projectifs.

Les arguments contre la spécificité de la DPP


Pour Whiffen (1991), la DPP est une construction d’intérêt limité  : la
maternité est une période normalement stressante. Elle requiert une capa-
cité d’adaptation au même titre que d’autres périodes stressantes, tels le
divorce ou la perte d’emploi. Ces arguments conduisent plutôt à distinguer
un trouble dépressif majeur sans spécificité avec une faible prévalence (3 à
6 %) et des formes moins sévères qui s’apparenteraient plutôt à des troubles
de l’adaptation. Cette remarque est déduite notamment de l’efficacité du
traitement par des groupes de pairs conduits par des thérapeutes entraînés.
De tels groupes ont démontré leur utilité pour faciliter l’adaptation face à
d’autres crises de la vie.
Toutefois, ces formes « mineures » ou « troubles de l’adaptation » semblent
s’accompagner aussi de conséquences sur le développement de l’enfant et
une fraction d’entre elles évolue vers une certaine chronicité.

Description clinique de la DPP


Le tableau complet
Le début est le plus souvent insidieux, parfois sous la forme d’un post-partum
blues qui se prolonge (Lempérière et al., 1984), mais le plus souvent après
une latence de durée variable. Deux pics de fréquence ont été signalés : les
six premières semaines puis entre le neuvième et quinzième mois du post-
partum. La phase d’état est dominée par des manifestations d’allure névro-
tique. C’est une dysthymie asthénique et irritable affectant centralement la
relation à l’enfant et aux soins.

Certains signes sont peu spécifiques Les éléments les plus caractéristiques sont
Pleurs Épuisement majeur
Labilité de l’humeur, plus altérée le soir Phobies d’impulsion
Plaintes somatiques, craintes hypocon- Déplaisir et inadaptation aux soins du bébé
driaques Irritabilité dirigée vers l’époux ou les autres
Troubles de la concentration et de la mémoire enfants
Insomnie d’endormissement avec cauchemars Sentiment d’incapacité physique
Perte de la libido, perte des intérêts habituels Anxiété fréquente et intense
Dépression périnatale 159

Éléments spécifiques
Certaines études attachées à la sémiologie retrouvent quelques traits sémio-
logiques plus particuliers à la DPP :

Tableau 7.3. Sémiologie de la DPP versus dépression non périnatale.


Dépression du post-partum Dépression non périnatale
Aggravation symptomatique le soir Amélioration symptomatique le soir
Difficultés d’endormissement Réveil précoce
Labilité émotionnelle Constance de l’humeur
Rares idées suicidaires Assez fréquentes idées suicidaires
Perte d’estime de ses capacités maternelles Perte d’estime de soi
Anxiété fréquente, déplacée vers le bébé Anxiété moins fréquente
Rareté du ralentissement psychomoteur Fréquence du ralentissement psychomoteur
Risque de récidive lors d’une grossesse Pas de risque augmenté en post-partum
ultérieure augmenté

Dépistage rapide en pratique clinique généraliste

Questions de dépistage
En pratique clinique une « préorientation » diagnostique peut être obtenue
à l’aide d’une ou deux questions :
1) « Avez-vous la sensation d’être parfois anormalement épuisée ou décou-
ragée ? »
En cas de réponse hésitante, il sera proposé la question suivante :
2) « Éprouvez-vous parfois un sentiment de fatigue ou de lassitude qui vous
conduit à pleurer ? »
En cas de réponse positive à l’une des questions un autoquestionnaire
comme l’Edinburgh postnatal depression scale (EPDS) (12, 38, 39) peut-être
proposé à la parturiente, qui assure une meilleure qualité de dépistage.

Questionnaires
Ils sont intéressants en cas de consultation ou de suivi à domicile par des
sages-femmes ou des travailleurs sociaux formés à leur lecture. L’EPDS,
d’emploi rapide et aisé (10 items, remplissage par le sujet en 2 à 5 minutes)
est un des instruments les plus employés pour dépister un état dépressif
durant la grossesse et le post-partum. Durant le post-partum, le seuil de 12 est
habituellement préconisé. D’autres échelles moins spécifiques sont dispo-
nibles notamment la Beck depression inventory (BDI) (Beck et al., 1961) et la
primary care evaluation of mental disorders patient health questionnaire (PRIME-
MD, PHQ). Ils sont tous (Spitzer et al., 1999) disponibles en français.
160 Psychopathologie périnatale

Diagnostic différentiel
Il est souvent aisé, la question essentielle étant de détecter la souffrance
maternelle, fréquemment masquée.
• Le baby blues précoce et transitoire : intense ou prolongé, il peut annoncer
ou se confondre avec une DPP (Hapgood et al., 1988 ; Sutter et al., 1995).
• La psychose puerpérale se manifeste dans la majorité des cas entre la
première et la troisième semaine postnatale, et le tableau est nettement
psychotique  : délire et hallucinations dans les psychoses aiguës, états
maniaques ou mixtes souvent délirants.
• Stress aigu et état de stress post-traumatique : le début du trouble se situe 24
à 48 heures après l’accouchement, l’angoisse est au premier plan, diurne et
nocturne avec cauchemars récurrents.
• Autres : hypothyroïdie, syndrome de Cushing, dépressions induites par les
drogues à action directe sur le système nerveux central, embolies cérébrales
et autres causes rares de délire ou de syndrome confusionnel postnataux.

Évolution et pronostic

Durée des troubles


Certaines DPP représentent plutôt de simples difficultés d’ajustement tran-
sitoires tandis que d’autres représentent des formes majeures, de modérées
à sévères, généralement plus durables.
La durée moyenne rapportée des DPP varie de trois à quatorze mois, mais
la plupart auraient une résolution spontanée en trois à six mois (Kumar et
Robson, 1984 ; Cox et al., 1993). Pourtant selon Pitt, puis Cox, un an après
l’accouchement, 50 % des femmes ne sont pas guéries. En 1994, par une
étude prospective, Kumar, utilisant les critères RDC, a montré que 50 % des
femmes déprimées dans le post-partum précoce présentent encore des affects
dépressifs à un an. Ces femmes se rappelaient clairement de la durée et du
contenu de ces troubles dépressifs trois ans plus tard.
Cependant, une autre étude (Wickberg et Hwang, 1997) a montré que
la majorité des DPP détectées à deux mois par l’EPDS à l’inverse ont cessé
un mois plus tard. Selon les auteurs, ces DPP « résolutives », détectées par
cet autoquestionnaire, représentent des difficultés d’ajustement durant la
transition à la parentalité. Elles sont pourtant, la plupart, des dépressions
(mineures ou majeures) au sens des classifications psychiatriques auxquelles
se rajoutent des troubles de l’adaptation.

Récurrence
La DPP constitue, parfois, le début d’épisodes dépressifs récurrents soit
lors d’une grossesse suivante, le risque de récidive étant alors de 25 à 30 %
(Blackmore et al.,  2013  ; Altemus et al.,  2012  ; Sharma et Pope,  2012  ;
Dépression périnatale 161

Viguera et al., 2011 ; Banti et al., 2011 ; Nylen et al., 2010), soit à une autre


période de la vie. La plupart ne sont pas diagnostiquées.
Évolution après traitement psychothérapique. Quelques études
ont été consacrées à la modification des mécanismes de défense ou coping
qui font suite à une psychothérapie. L’objectif du soin en psychiatrie est
de réduire les symptômes et simultanément la souffrance, l’inefficacité
et l’inadaptabilité sociales. Gut (1993) distingue d’une part la dépression
productive, permettant un réajustement adaptatif, avec de nouvelles stra-
tégies cognitives, et de l’autre une dépression non productive, conduisant
à la chronicité ou à la récurrence. Un point de vue proche énoncé par un
psychanalyste (Fedida,  2001) consistait à distinguer les dépressions «  de
vie  » et «  de mort  », les premières libérant le sujet d’un certain nombre
de contraintes névrotiques d’ailleurs préexistantes à la dépression, les
secondes les entraînant dans la répétition. Ainsi, dans ces conceptions,
la psychothérapie peut non seulement reproduire le statut précédant la
dépression, mais surtout ouvrir à une forme plus riche de relation au
monde. Nylen et al. (2010) procèdent au suivi de 35 femmes ayant reçu un
traitement psychothérapique de trois mois. Ils montrent que les bénéfices à
long terme de la psychothérapie peuvent être mis en évidence même chez
les sujets qui n’ont pu être guéris dans le temps du traitement.

Vulnérabilité et facteurs de risque


Génétique et épigénétique
Les femmes ayant un épisode de dépression postnatale avec des antécé-
dents familiaux d’épisode dépressif majeur ou de trouble bipolaire présen-
tent plus que d’autres une susceptibilité à la dépression périnatale (Mahon
et al., 2009). Celle-ci se manifesterait par des réactions spécifiques de l’axe
hypothalamo-hypophysaire durant la grossesse et au moment de la déli-
vrance, pouvant impliquer le cortisol mais aussi les hormones sexuelles. Par
une expérience assez agressive, Bloch et al. (2000) ont établi que deux tiers des
femmes avec des antécédents de dépression postnatale développaient
des symptômes dépressifs en réponse à un sevrage en aveugle d’œstrogènes
ou de progestatifs donnés initialement à des doses supraphysiologiques
puis arrêtés, alors qu’aucune n’en développait dans le groupe contrôle.
La recherche d’une méthylation épigénétique de l’ADN a été effectuée via
une étude interespèce utilisant des puces à ADN, chez les femmes présen-
tant un épisode dépressif modéré survenant dans les quatre semaines du
post-partum (Guintivano et al.,  2013). Les profils ont été générés chez un
échantillon de femmes suivies de façon prospective de la grossesse jusqu’à
quatre semaines du post-partum. Ces profils ont permis d’identifier deux
loci (HP1BP3  et  TTC9B), qui dans l’ADN hippocampique chez la souris
162 Psychopathologie périnatale

sont modifiés en réponse à un traitement prolongé avec des œstrogènes


(17-b-œstradiol). Leur méthylation a une valeur prédictive de dépression
postnatale. Parmi les femmes présentant un épisode dépressif dès la gros-
sesse, les études de méthylation ont aussi permis de prédire celles qui
seront aussi déprimées durant le post-partum. Le locus HP1BP3  apparaît
ainsi associé avec le récepteur aux b-œstrogènes (Nassa et al.,  2011) et le
locus TTC9B sensible aux hormones gonadiques (Cao et al., 2006). Les liens
avec la sensibilité au stress restent à établir. Un indice repose sur le fait que
le locus TTC9B  pourrait être lié à des récepteurs eux-mêmes associés à la
résilience au stress (Schmidt et al., 2010).

Hypothèses neuro-endocriniennes de la DPP


Le bouleversement hormonal qui affecte l’ensemble des femmes à la nais-
sance et dans le post-partum a conduit à porter une attention soutenue aux
facteurs endocriniens. La grossesse s’accompagne d’une montée progres-
sive du taux de progestérone et d’œstradiol jusqu’à plusieurs centaines de
fois le taux normal, suivie d’une chute brutale après l’accouchement. Une
faible fraction de ces hormones stéroïdes sont libres et donc biologique-
ment actives. Le taux de cortisol croît plus lentement pendant la grossesse,
avec maintien du cycle nycthéméral, pour atteindre trois fois environ son
taux de base, puis encore lors du travail avant de retrouver un taux normal
en quinze jours. Une part considérable de ces hormones sont secrétées par
l’unité fœto-placentaire et sont indépendantes du système hypothalamo-
hypophysaire maternel.
Malgré de nombreuses recherches concernant la DPP, aucun élément
significatif, suffisamment reproductible et consistant n’a pu être retenu
concernant les hormones stéroïdes avec les méthodes usuelles de recherche
(Bloch et al.,  2003). De nombreux indices laissent pourtant supposer un
rôle joué par ces hormones, mais dans une dynamique complexe que ne
peuvent traduire de simples études de corrélation. En revanche, il a été
démontré de façon répétée, pour une fraction des DPP, une corrélation avec
l’apparition de dysfonctionnements thyroïdiens.

Hormones thyroïdiennes
Pendant la grossesse, les modifications des hormones thyroïdiennes sont
le reflet de l’augmentation de la thyroxine-binding globulin (TBG). Les T3 et
T4 totales sont augmentées, mais les taux d’hormones libres sont dans les
limites de la normale et sont abaissés pour environ 10 % de la population
(Ekinci et al., 2013).
Une hypothyroïdie transitoire, parfois précédée d’une hyperthyroïdie (liée
à une infiltration de la glande avec destruction et libération initiale de T3 et
T4), survient chez plus de 5 % des femmes au cours de la première année du
post-partum avec un pic vers les quatrième-cinquième mois. Une association
Dépression périnatale 163

entre ce dysfonctionnement thyroïdien du post-partum et la dépression a été


démontrée (Hage et Azar, 2012). Cette association DPP-thyroïdite concerne-
rait 1 à 3 % des jeunes accouchées (Pop et al., 1993).
Lors d’une grossesse ultérieure, le risque de développer une thyroïdite
(Lazarus et al., 1997) est de 70 % après un premier épisode de thyroïdite lors
de la précédente grossesse. Il est de 25 % lorsqu’était détectée la présence
d’anticorps antithyroïdiens. Toutefois, la récurrence d’épisodes de DPP n’est
pas directement liée à la fonction thyroïdienne. Plusieurs auteurs préco-
nisent d’évaluer soigneusement lors des grossesses suivantes les patientes
ayant eu un précédent dysfonctionnement thyroïdien ou seulement la pré-
sence d’anticorps antithyroïdiens. L’importance de ce constat réside dans la
possibilité d’identifier un groupe à risque.

Hormones stéroïdiennes
Progestérone et œstrogène (stéroïdes sexuels)
Les dosages plasmatiques et les dosages urinaires n’ont pas amené d’élé-
ments marquants en faveur d’un rôle de la progestérone ou des œstrogènes.
Soit ils montrent l’absence de modifications significatives, soit les résultats
sont non reproductibles ou discordants. Une étude a même retrouvé chez
les femmes présentant une dépression majeure un taux plasmatique plus
élevé d’œstroprogestatifs (Klier et al.,  2007). Des recherches plus agres-
sives ont par contre suggéré leur intervention. Ainsi, Bloch et al. (2000)
ont simulé l’augmentation très importante du taux d’hormones stéroïdes
sexuelles durant la grossesse et son effondrement après la naissance. Pour
ce faire, ils ont administré un agoniste du GRH (gonadotropin-releasing hor-
mone) à 16 femmes euthymiques dont la moitié présentait des antécédents
de dépression postnatale. Après huit semaines de ce traitement, le sevrage
fut pratiqué en double aveugle. Chez deux tiers des femmes présentant des
antécédents dépressifs, le sevrage s’accompagnait de la survenue de symp-
tômes dépressifs, alors qu’il n’y en avait aucun dans le groupe contrôle sans
antécédent de dépression postnatale.
Cortisol (glucocorticoïde)
Harris (1994) montre l’association d’un taux abaissé de cortisol salivaire le
soir (dans le péripartum immédiat) et l’apparition secondaire d’une DPP. La
chute en post-partum du cortisol diurne serait ralentie chez les mères dépri-
mées (Pedersen et al., 1993) comparées à un groupe de mères non déprimées.
Nierop et al. (2006) retrouvent un taux plus élevé de cortisol à une épreuve
de stress chez les mères qui ont un score ≥ 10 durant les deux premières
semaines du post-partum. Groer et Morgan (2007) retrouvent, entre quatre
et six semaines, une concentration salivaire de cortisol abaissé et un taux
sérique abaissé d’interféron gamma suggérant une diminution de l’activité
de l’axe hypothalamo-hypophysaire, retrouvé dans certaines études (Taylor,
Glover et al., 2009) et non dans d’autres (Lommatzsch et al., 2006).
164 Psychopathologie périnatale

Quelques études ont examiné les relations entre la dépression du post-


partum, le cortisol et/ou le test de freinage du cortisol par la dexaméthasone
(O’Hara et al., 1991). Elles n’ont fait émerger aucune association significa-
tive.

Monoamines : sérotonine (5-hydroxytryptamine)


En 1995, Stowe rapporte des études retrouvant une association entre la
baisse du tryptophane libre dans le sérum à J5-J6 et le blues, de même lors
d’un suivi sur six mois dans les cas de DPP. La disponibilité en tryptophane
est une étape ultime avant la synthèse de sérotonine. Plus récemment, il a
été retrouvé en cas de DPP un taux abaissé de sérotonine plaquettaire (Lom-
matzsch et al., 2006), et une liaison altérée aux récepteurs du transporteur
de la sérotonine plaquettaire (Newport et al., 2004). Il n’a pas été retrouvé de
résultats consistants concernant le gène du transporteur de la séroto-
nine (5HTT), ses deux allèles, long et court (Skalkidou et al.,  2012), bien
que l’allèle court soit théoriquement susceptible d’augmenter la susceptibi-
lité au stress (Malta et al., 2012).

Autres hormones
Une étude a retrouvé un taux de mélatonine le matin significativement
plus élevé chez les femmes présentant une DPP (Parry et al., 2008). Skal-
kidou et al. (2009) ont montré que la leptine, synthétisée dans le tissu adi-
peux, pouvait conférer une protection contre la dépression, ce qui pourrait
s’accorder avec le taux élevé de DPP retrouvé dans certaines études chez les
sujets de faible indice de masse corporelle.

Facteurs de risque de la dépression postnatale


Remarques méthodologiques
Durant ces deux dernières décennies, de nombreuses recherches ont été
consacrées à préciser les facteurs de risque de dépression périnatale. Elles ont
donné lieu à plusieurs méta-analyses dont celle de Robertson, la dernière
en date (2004). Ces dernières utilisent un concept, la notion de taille de
l’effet (effect size). Elle mesure la puissance d’un test. Développé par Cohen
(1992) ce concept va permettre de s’affranchir des paramètres du modèle :
la taille de l’effet (d) permet d’estimer si l’effet des paramètres à tester est
faible ou fort. Les facteurs de risque retrouvés de façon consistante à travers
la méta-analyse de Robertson et al. (2004), où toutes les études considérées
sont prospectives, sont la dépression et l’anxiété prénatale, la survenue
(souvent dans l’année précédant le temps d’évaluation) de stress sévères
ou d’événements de vie majeurs, le faible soutien social, des antécédents
de dépression et une mauvaise estime de soi. En aucune façon une méta-
analyse ne permet de valider les modèles. Elle associe sous le même nom
des mesures parfois disparates (par exemple des facteurs obstétricaux très
Dépression périnatale 165

divers, des antécédents de dépression mesurés de façon différente, etc.). Elle


ne remplace pas, mais complète, l’intérêt des études ciblées sur un facteur
de risque spécifique qui peuvent renseigner sur les possibles mécanismes
d’action du risque et offrir des éléments de réflexion quant à la nature de la
liaison. Peu discriminative, la solidité des résultats obtenus par une méta-
analyse l’est aux dépens d’une analyse fine du contexte.

Tableau 7.4. Facteurs de risque psychosociaux prénataux de la dépression


postnatale.
Nombre de sujets Taille de l’effet (d) (Cohen, 1988)
Dépression anténatale > 3 000 0,75
Anxiété anténatale > 1 100 0,68
Événements de vie > 2 500 0,61
Soutien social > 3 100 0,64
Antécédents de dépression > 3 700 0,58
Neuroticisme > 600 0,39
Relations de couple > 1 700 0,39
Statut socio-économique > 1 700 0,14
Facteurs obstétricaux > 9 500 0,26
Par convention pour d = 0,2, l’effet est faible, d = 0,5 modéré et d = 0,8 fort.
(d’après Robertson et al., 2004.)

Facteurs obstétricaux et gynécologiques


Les complications obstétricales
Globalement, l’existence de complications obstétricales est significative-
ment, mais faiblement, associée à une augmentation du risque de DPP
(O’Hara et Swain, 1996 ; Beck et al., 2001 ; Robertson et al., 2004). L’étude
de facteurs spécifiques donne lieu à des résultats divergents, peut-être par
manque de puissance des études. La césarienne n’est pas un facteur de
risque à six semaines du post-partum (Sword et al., 2011). Le trouble amené
par une césarienne en urgence peut être profond, mais il s’estompe sou-
vent au-delà de la première semaine, ne répondant pas aux critères d’un
état dépressif. Le même raisonnement peut être appliqué à la réduction
embryonnaire (McKinney et al., 1995). Les relations entre la prééclampsie
et la dépression sont incertaines. Il semblerait que ce soit surtout la gravité
des conséquences sur le fœtus, mesurée par l’admission en unité de soins
intensifs ou le décès, qui en sont les causes réelles (Hoedjes et al., 2011).
Un syndrome de stress peut d’ailleurs survenir dans les suites compliquées
de l’éclampsie.
166 Psychopathologie périnatale

Modalités d’accouchement et allaitement


Séances de préparation à la naissance
L’absence de participation constituerait un facteur de risque important
(Nielsen Forman et al., 2000).

Planification de la grossesse
Son absence selon Warner et al. (1996) augmente le risque de DPP. La
notion de moindre préparation à la maternité est également relevée (Mills
et al., 1995).
Présence d’un support émotionnel durant le travail
Selon Wolman et al., en 1993, un soutien, même effectué par une personne
auparavant inconnue de la parturiente, conduit à une meilleure «  estime
de soi » et à une diminution de l’anxiété et de la dépression, évaluées six
semaines après la naissance. Au minimum, ce choix améliore la satisfaction
des conditions de l’accouchement (Bruggemann et al., 2007).
Naissance à domicile. C’est seulement depuis l’après-guerre que
l’accouchement à domicile est devenu tout à fait inhabituel en Europe de
l’Ouest. La prépondérance de la technique et la médicalisation de l’accou-
chement ont été évoquées à l’origine de la dépression postnatale. En
Hollande, 35 % des femmes accouchent à la maison contre moins de 1 %
en France ou en Angleterre. Selon Pop et al., en 1995, l’incidence du blues et
de la DPP est semblable chez les femmes qui accouchent à l’hôpital et celles
qui accouchent à domicile.
Parité. Stowe et Nemeroff, en 1995, rapportent que, sur 18 études, seu-
lement 3 études retrouvent un plus haut taux de DPP chez les primipares.
Nous avons retrouvé (Dayan cité in Gravereau-Vanecke, 2004) une corréla-
tion entre grande parité et dépression dans un modèle univarié.
Allaitement. Une plus grande proportion de femmes déprimées ne
désirent pas allaiter ou interrompent plus tôt l’allaitement (Henderson
et al., 2003). En aucune façon allaiter n’améliore leur humeur si elles ne le
souhaitent pas. Au contraire, en clinique il est fréquent que la pression à
allaiter chez les femmes dépressives qui n’en font pas le souhait augmente
la mésestime d’elles-mêmes. Par contre l’effet est inverse lorsqu’elles le sou-
haitent, et que spontanément et suffisamment aidées celui-ci se déroule
favorablement. Toutefois, des interactions troublées entre mères et bébés
peuvent rendre plus difficile l’allaitement. La dépression prénatale prédit
un taux d’allaitement diminué et réciproquement les femmes qui allaitent
sont moins déprimées (Figueiredo et al., 2013). Il s’agit d’effets bidirection-
nels entre dépression et allaitement (Hahn-Holbrook et al., 2013).

Facteurs gynécologiques
Syndrome prémenstruel et dysphorie prémenstruelle sont corrélés avec
l’apparition d’une DPP (Pitt, 1968 ; Buttner et al., 2013).
Dépression périnatale 167

Rôle des facteurs socio-économiques


et démographiques
Le niveau de revenus et la classe sociale
À la lueur de plusieurs méta-analyses, dont celle de Robertson (2004), il est
admis que des conditions socio-économiques défavorables sont faiblement
mais significativement associées à la survenue d’une dépression postnatale.
La façon dont est caractérisé le statut social est variable  : revenu, pres-
sion financière, profession, parfois niveau d’éducation. (Lee et al.,  2000  ;
Beck, 2001). Le statut socio-économique reflète aussi le soutien social, au
sens large du terme, c’est-à-dire l’opportunité et la capacité à l’utiliser l’envi-
ronnement, le niveau quotidien de stress et un certain nombre d’autres
variables cognitives, de santé.

Activité professionnelle
La seule absence d’emploi n’est pas un facteur de DPP (Robertson, 2004)
à l’opposé de l’instabilité professionnelle (O’Hara et Swain, 1996 ; Murray
et al., 1995). Plus que l’absence d’emploi, l’absence de reprise d’un emploi
à la suite du congé de maternité serait un facteur de risque indépendant
(Warner et al., 1996). Les auteurs estiment que la perte d’emploi (volontaire
ou non) qui suit la grossesse affecterait les femmes par l’isolement social et
la faible estime d’elles-mêmes qu’elle entraînerait.

Âge maternel
Les différentes méta-analyses concluent en l’absence de corrélation entre
l’âge maternel et la survenue d’une DPP. Toutefois, plusieurs études ont
montré qu’aux extrêmes de la période fertile, soit avant 18 ans et après
40  ans, la DPP était plus fréquente. Il est néanmoins probable que le
mode de calcul influe sur ces résultats. La DPP affecterait un quart des
adolescentes.

Relation avec le partenaire et soutien social


Soutien social. Le soutien social est une notion générale qui se décline
en soutien affectif, matériel ou instrumental et informationnel, portant
tout à la fois sur les réseaux d’aide actifs et sur les moyens de les utiliser.
Il varie évidemment avec la classe sociale. L’absence effective de ce réseau
comme le sentiment de ne pouvoir être aidé sont associés significative-
ment avec la survenue de symptômes dépressifs en post-partum (Nielsen
et al., 2000).
Statut marital. Les résultats sont controversés. Certaines études
rapportent le rôle de l’isolement (mère célibataire, divorcée, séparée),
d’autres non. Wickberg, en 1997, estime que la majorité des études sont
biaisées par des échantillons non représentatifs qui, notamment, excluent
les femmes jeunes ou non mariées et sélectionnent une population issue de
168 Psychopathologie périnatale

la classe moyenne. Étudiant une population moins sélective, il est retrouvé


une association significative avec l’isolement maternel.
Relation avec le partenaire. O’Hara et al. (1996) retrouvent une
corrélation significative négative entre la qualité des relations maritales
évaluées par un questionnaire standardisé (DYAS) et la DPP. L’insatisfaction
conjugale, l’absence de soutien ou la moindre disponibilité du conjoint,
la pauvreté de la communication à l’intérieur du couple ont été parfois
retrouvées comme facteurs de risque. La dépression du partenaire n’est pas
un facteur de risque de la dépression maternelle. Par contre, la violence du
partenaire durant la grossesse est un facteur de risque très significatif avec
un RR élevé, de 2 à 6 selon les études (Rich-Edwards et al., 2011 ; Ludermir
et al., 2010). Ce facteur en pratique clinique est souvent sous-estimé, recher-
ché essentiellement dans les classes sociales défavorisées. Wu et al. (2012)
par une méta-analyse où 679 études ont été incluses a montré l’association
significative avec la DPP (OR =  3,47  ; 95  %  ; IC 2,13-5,64). Ce risque se
retrouve aussi en cas d’antécédent de violence avec le partenaire même en
dehors de la grossesse (La Coursière et al., 2012 ; Garabedian et al., 2011)
mais avec une occurrence moindre.
Difficultés de relation avec leur propre mère. Beaucoup d’auteurs
ont évoqué les relations difficiles avec la mère actuelle (Kumar et Rob-
son,  1984  ; Mills et al.,  1995  ; Murray et Cox,  1995). Les auteurs fran-
çais (Lempérière et al., 1984) ont insisté sur les relations avec la mère de
l’enfance, en cohérence avec les théories de l’attachement ou les théories
psychanalytiques.

Facteurs de risque psychiatriques


Antécédents personnels de dépression ou de désordres
affectifs puerpéraux ou non puerpéraux
Les antécédents personnels de dépression, de symptômes dépressifs
même sans dépression caractérisée, mais aussi tout autre trouble psychia-
trique, durant le post-partum ou un autre moment de la vie, augmentent
significativement l’occurrence du risque dépressif durant le post-partum
(Robertson, 2004). Il s’agit d’un facteur pouvant parfois donner lieu à une
prévention.

Antécédents familiaux de dépression


Les études montrent quelques discordances, probablement du fait de la
nature très hétérogène du recueil de données. Avec un diagnostic de dépres-
sion obtenu par un entretien clinique, donc potentiellement plus fiable, la
corrélation est fortement significative (Steiner, 2002). Une étude, menée en
1999 (Treloar et al., 1999) chez 838 femmes avec une sœur jumelle, a mon-
tré que les facteurs «  génétiques  » expliquaient 25  % de la variance dans
Dépression périnatale 169

la survenue d’une dépression postnatale. Une autre étude en 2006 (Forty


et al., 2006) portant sur 44 femmes et leurs jumeaux avec une dépression
unipolaire utilisant une définition stricte de la dépression du post-partum
ont montré que 42  % d’entre elles développaient une telle dépression à
la première grossesse comparée à seulement 15  % des femmes sans anté-
cédents. Une autre étude (Murphy-Eberenz et al.,  2006) portant sur 328
femmes ayant au moins une sœur a mis en évidence un risque élevé de
dépression postnatale si l’une des sœurs avait un tel antécédent.

Stress et abus
Antécédents d’abus physiques ou sexuels et de carences
affectives précoces
Les violences subies durant l’enfance qu’elles soient physiques, psycholo-
giques, sexuelles, l’exposition à des violences intrafamiliales ou une édu-
cation despotique, ont été associées de façon significative dans plusieurs
études à la survenue d’une dépression postnatale (Malta et al., 2012 ; Mezey
et al., 2005 ; Sagami et al., 2004).
Très souvent, les victimes d’abus sexuels ont également été victimes
d’abus physique et émotionnel, de négligence ou d’autres conséquences
d’un dysfonctionnement familial majeur. Il a été proposé que l’ensemble de
ces facteurs pourrait être aussi déterminant que l’abus sexuel dans la déter-
mination de la psychopathologie du futur adulte. Les travaux de Bifulco
et al. (1998) orientent, néanmoins, vers un rôle prépondérant de  l’abus
sexuel en regard de la dépression. Dans ces circonstances, des difficultés
relationnelles et d’accès à la parentalité ont également été rapportées,
communément constatées par les praticiens malgré peu d’études précises
sur le sujet (Cole et al.,  1992). Le maternage quotidien devient source
d’angoisses plus ou moins conscientes (Buist et Barnett, 1995).
L’allaitement au sein est parfois abandonné en le qualifiant de répugnant,
les soins sont confiés à autrui, l’enfant peut être négligé. Ces mêmes auteurs
signalent que, dans une unité d’hospitalisation mère-bébé, 40 % de femmes
rapportent un abus sexuel, et 54 % un abus sexuel et/ou physique. L’échan-
tillon si particulier et les critères mal définis de l’abus ne permettent, bien
entendu, aucune conclusion épidémiologique, mais ces résultats incitent à
continuer les recherches.
Stress et événements de vie
Les résultats sont étroitement dépendants du mode d’évaluation. Le plus
souvent, les études sur de larges populations sont conduites avec des échelles
restreintes d’événements de vie. Il peut s’agir d’événements de vie évalués
sur la vie entière ou plus souvent sur une période restreinte du moment de
l’évaluation jusqu’aux 6 mois ou un an avant. La cotation se fait par oui ou
170 Psychopathologie périnatale

non ou par une échelle de Likert. L’association devient significative le plus


généralement à partir d’un ou deux événements de vie, mais il reste difficile
avec ce mode d’évaluation de rendre compte des événements les plus signi-
ficatifs. Un certain nombre d’études détaillent les événements susceptibles à
eux seuls de favoriser la survenue d’une DPP. La survenue d’une menace sur
le nouveau-né doit aussi être considérée comme un facteur de stress. Il est
dans une étude partiellement publiée (Dayan in Gravereau-Vanhecke, 2004)
le principal facteur de dépression postnatale avec la violence du conjoint.

Le rôle joué par le comportement de l’enfant


La qualité du comportement interactif du nourrisson, et plus particuliè-
rement le degré de réaction favorable à l’adulte, influence la nature de
l’engagement de l’adulte envers le nourrisson (Murray et Trevarthen, 1986).
En outre, Murray, Stanley, Hooper, King, et Fiori-Cowley (1996), par une
étude portant sur des nourrissons nés de mères non dépressives dans la
période néonatale, ont fait état d’un impact important du comportement
du nourrisson sur l’état mental ultérieur de la mère. La réciproque a été
mise en évidence par d’autres études de type longitudinal, mais souvent
en dehors de la période périnatale  : l’état mental de la mère ou la qua-
lité de ses attentes satisfaites ou non satisfaites, son état de bien-être vont
influencer le comportement ou le tempérament de l’enfant (Hanington
et al., 2010 ; Gross et al., 2008). Nous avons aussi montré de façon prospec-
tive comment l’état psychique de la mère était influencé par l’état de santé
du nouveau-né, notamment lorsque celui faisait l’objet de soins intensifs
(Gravereau-Vanhecke, 2004). Ce même cycle interactif doit être recherché
en cas de nourrisson à risque  : enfant prématuré, né avec un syndrome
de sevrage,  etc. Enfin plusieurs études ont montré une association entre
coliques du nourrisson et plus encore pleurs prolongés et dépression mater-
nelle postnatale (Radesky et al., 2013).
Ainsi, le processus interactif contribue à façonner l’état émotionnel et le
comportement de la dyade de façon bidirectionnelle. Parfois, le sens prépon-
dérant de la causalité reste difficile à déterminer. Il peut être important de
considérer dans quelle mesure des discontinuités peuvent surgir en fonction
des caractéristiques du nourrisson et des parents lorsque l’on cherche à
comprendre la relation qui existe entre les interactions débutées tôt et les
résultats ultérieurs du développement cognitif du nourrisson.

Développement et interactions précoces


Interactions précoces
L’observation des interactions est devenue partie intégrante de la sémio-
logie de la dépression maternelle. La psychopathologie périnatale est une
psychopathologie dynamique des échanges et de la dyade.
Dépression périnatale 171

Selon Field (1984), l’indisponibilité maternelle affecte davantage le


bébé qu’une séparation. Si la mère n’est pas disponible, le bébé recherche
les moyens d’une régulation propre, qui s’ils sont infructueux, peuvent
conduire à un état de détresse et/ou à des affects déprimés. La dépression
n’entraîne pas un modèle univoque d’interaction  : elles varient au cours
du temps pour une même dyade et diffèrent entre les mères elles-mêmes,
déprimées ou non. Certaines mères sont intrusives, d’autres plutôt absentes,
certaines ont un mode d’interaction pérenne, d’autres labile, certaines
sont plus agressives, etc. Les capacités du bébé de répondre à sa mère et de
conserver la dyade en état de fonctionnement jouent aussi un rôle.

Modalités d’étude de recherche


Protocoles expérimentaux
La plupart des protocoles utilisés avant la marche s’inspirent d’un même
dispositif de base. Celui-ci consiste généralement en une expérience de
face-à-face, mère et enfant séparés par une table, enregistrée plus souvent
dans un laboratoire qu’au domicile. Cette méthodologie tend à diminuer
les distorsions des relations des mères déprimées avec leur enfant qui,
spontanément, agissent peu en continu dans l’interaction, minimisent les
contacts (Tronick,  1989) et se montrent mal à l’aise en relation directe
de corps à corps. Beaucoup de recherches utilisent les enregistrements
vidéo d’interactions. Celles-ci peuvent être évaluées par un observateur,
cette observation est de plus en plus souvent complétée ou substituée par
l’analyse du signal.
D’autres protocoles peuvent être utilisés qui ne mesurent pas la dépression
mais ses éventuelles conséquences.
La situation étrange (Ainsworth, 1968) montre un changement de distri-
bution des proportions d’attachement secure et insecure au sein des popula-
tions étudiées (Radke-Yarrow et al., 1985). De nombreuses études ont montré
la plus grande fréquence d’attachement insecure chez les enfants de mères
ayant présenté une DPP (Murray, 1992 ; Righetti-Veltema et al., 1996 ; Wan
et Green,  2009). Des instruments plus aisément utilisables d’évaluation
des modalités précoces d’attachement sont en voie de validation (Bifulco
et al., 2004).
Dans le still-face (Tronick, 1978), la mère a pour consigne de demeurer
face à son nourrisson sans réaction durant une à trois minutes. Immédiate-
ment, le bébé tente d’attirer son attention. Il se détourne après chaque ten-
tative sans réponse puis tente à nouveau de solliciter sa mère notamment
par le regard. Il abandonne plus ou moins tôt ce cycle de sollicitations,
s’affaisse, se retire de l’échange et se réconforte lui-même. Il représente pour
Tronick « un modèle expérimental de négligence émotionnelle et de déni
de l’intersubjectivité ». Il est actuellement plutôt utilisé comme un modèle
d’étude du stress (Melinder et al., 2010) et sa durée réduite à 1 minute.
172 Psychopathologie périnatale

Ces deux derniers paradigmes sont liés par plusieurs résultats (i. e. Cohn
et al., 1991).

Procédure de cotation
Les protocoles sont standardisés pour permettre une analyse fiable des
items observés. Les critères connaissent une définition spécifique pour
chaque auteur, par exemple « le désengagement » maternel est défini dans
une étude par l’expression neutre de la mère et le fait qu’elle n’interagisse
pas avec le bébé. Elle peut aussi détourner le regard ou regarder « passive-
ment  » son enfant. Ailleurs est coté le nombre de sourires, en tenant ou
pas compte de leur qualité  ; ou bien encore le nombre «  d’états affectifs
négatifs ». Certaines études (Murray, 1992) procèdent à une cotation semi-
qualitative alors que d’autres (Field et al., 1990) préfèrent y adjoindre une
cotation quantitative des mimiques, sourires, expressions gestuelles ou de
la voix. Le kia-profil établi par Stern (1989) est basé sur une telle méthode
d’évaluation.

Concepts utilisés
L’observation d’un défaut dans le rythme d’accordage des échanges entre les
états affectifs de l’enfant et de la mère ou bien l’inadaptation des réponses
aux signaux émis a donné lieu à la promotion du concept de synchronie
(Feldman, 2007). Il est promu comme signal d’alarme par certains auteurs
(Guédeney et al., 2011).
L’accordage affectif, concept développé par Stern, est l’expression
d’affects partagés entre l’enfant et son partenaire à travers des manifes-
tations comportementales généralement dissemblables. La « contingence »,
concept développé par Greenspan et Lieberman (1980), est l’état d’un
comportement quand il répond de façon appropriée aux signaux de l’émet-
teur en relation avec le but que ceux-ci manifestaient. En cas de dépression,
les comportements maternels sont plus souvent anti-contingents, non syn-
chrones et mal adaptés.
Résultats (présentation chronologique)
8 à 9 semaines  : l’étude de Cohn et al. (1990) use d’une méthodologie
rigoureuse : population spécifiée (jeune, classe moyenne, mariée, présentant
une dépression majeure répondant aux critères RDC) et groupe contrôlé sur
les variables sociodémographiques. Le comportement des mères déprimées
se distinguait par moins de comportements «  positifs  » et 4 fois plus de
comportements « négatifs », une attention moins soutenue, plus d’irritabi-
lité, moins d’activité et de sourires. Toutefois, la quantité d’affects positifs
maternels ne différenciait pas significativement dans les deux groupes
et les bébés eux-mêmes ne semblaient pas répondre différemment selon
les critères considérés. On note d’ailleurs un taux d’harmonisation des
affects semblables. Devant cet effet restreint de la dépression maternelle, les
Dépression périnatale 173

auteurs concluent que probablement les études antérieures n’ont pas tenu
compte de facteurs annexes déterminant les troubles précédemment constatés.
2 mois : l’analyse dynamique en vidéo (Murray et al., 1996) étudie les
précurseurs (dans l’intervalle d’une seconde) des comportements différant
entre mères déprimées et non déprimées (diagnostic critères RDC ou research
diagnostic criteria) : interruptions de l’enfant et comportements affirmatifs
ou négatifs de la mère. Dans la relation mère déprimée/bébé, les ruptures
induites par l’enfant sont précédées par des réponses discordantes de la
mère ou une attitude de rejet. Ces attitudes sont elles-mêmes précédées par
l’expression d’affects négatifs chez l’enfant. À l’inverse, les comportements
positifs de la mère (réponses empathiques reflétant ou prolongeant celles
du nourrisson) sont précédés par l’expression d’affects positifs chez l’enfant
(sourires, vocalisations positives). Le sexe de l’enfant ne modifie pas ces
conclusions.
3 mois : Field et al., en 1990, étudient, au cours de séquences interactives
en face-à-face entre une mère et son nourrisson de 3  mois, les moments
où les deux partenaires semblent partager le même comportement affec-
tif. L’analyse tend à montrer une plus grande cohérence entre les cycles
comportementaux des dyades de mère non déprimée et une meilleure syn-
chronie interactive.
6 mois : Campbell et al. (1995) ont évalué les interactions de mères dépri-
mées (évaluées par la CES-D, seuil à 27), issues d’un milieu très défavorisé,
avec leur bébé. Elles avaient en commun l’expression beaucoup plus rare
d’affects positifs que le groupe contrôle (20 % du temps des échanges contre
50 %). Surtout, leurs styles différaient, démontrant que la dépression ne peut
se résumer à une modalité interactive unique : la moitié des mères étaient
«  intrusives  », les autres désengagées, mais parfois positives et semblables
dans l’interaction au groupe contrôle, ou mixtes. Au comportement mater-
nel répondait assez spécifiquement un profil de comportement du bébé. Au
comportement intrusif répondaient des «  regards vagues  », au désengage-
ment la protestation, au comportement positif, des réponses positives.
8 mois  : les mères déprimées ne sont, à 8  mois, ni plus intrusives ni
plus évitantes vis-à-vis de leur enfant que le reste de la population (Murray
et al.,  1996). Toutefois, elles sont moins sensibles et moins accordées au
comportement de l’enfant, expriment moins de commentaires sur sa
conduite et ont plus de comportements négatifs. L’enfant lui-même est
aussi souvent actif et engagé dans l’interaction, son tonus est semblable,
il ne se montre pas plus en détresse que les autres enfants. La seule diffé-
rence avec le groupe contrôle est la fréquence des discontinuités induites
par l’enfant. Ces résultats contrastent avec ceux d’études menées parmi des
populations défavorisées où les stress et l’adversité sociale augmentent
les effets de la dépression pour perturber plus massivement les interactions
mère-enfant (Field et al., 1990).
174 Psychopathologie périnatale

18 mois : les enfants de mères déprimées ont moins d’échanges vocaux


et visuels, sont moins souriants (Righetti-Veltema et al., 1996). Les échanges
se déroulent souvent sur un mode discontinu, les mères plus permissives
ou interdictrices favorisent moins l’exploration par l’enfant de l’environne-
ment. Ces derniers jouent davantage seuls, présentent moins d’interaction
à distance, adoptent un comportement d’évitement par rapport à la mère.
Ils expriment moins de plaisir, leur capacité d’attention est diminuée au
test de Bayley et ils se fatiguent plus vite. Ils présentent plus fréquemment
un retard dans l’acquisition de la notion de la permanence au test d’Uzgiris,
moins souvent un attachement secure et plus souvent un attachement
évitant.
19 mois : Stein et al., en 1991, montrent à 19 mois une moindre qualité
des interactions même en l’absence d’état dépressif au moment de l’évalua-
tion. Les mères aident moins leur enfant dans le jeu, ceux-ci se comportent
eux-mêmes plus négativement à l’égard de leur mère. En sus de la dépres-
sion dans le premier groupe, étaient plus fréquemment retrouvées des
difficultés conjugales et des mauvaises conditions sociales que les auteurs
invoquent pour expliquer la persistance d’un « tempérament » de l’enfant
ne permettant pas de bonnes interactions.

DPP et développement précoce


Relations entre interactions et développement
Elles sont encore mal comprises  : les actions sur le système de stress, les
modifications épigénétiques transmissibles par le comportement, l’épige-
nèse neuronale avec stabilisation des réseaux de neurones, l’établissement
de patterns de communication présentant une stabilité et une complexité
croissante en sont des vecteurs. Des notions comme l’imitation et l’empa-
thie viennent traduire les mécanismes des processus comportementaux
d’échanges.
Communication altérée. La dépression affecte de multiple manière
la communication interpersonnelle  : la fréquence de l’adresse verbale
(Teasdale et al., 1980), la qualité de la voix (Sherer, 1986), le contact œil à
œil (Beebe et al., 2008), la qualité de l’expression et des réponses émotion-
nelles (Libert et Lewinsohn, 1973).
Pleurs et sommeil. L’étude de Radesky et al. (2013) a montré une asso-
ciation significative entre des pleurs prolongés chez l’enfant à 6 semaines
et un score élevé à l’EPDS à huit semaines du post-partum. Ils ne rapportent
pas une telle association avec l’EPDS administré peu de temps après la nais-
sance.
Les troubles du sommeil chez l’enfant sont corrélés avec des troubles
du sommeil chez la mère et chacun d’entre eux avec la dépression post-
natale (Radesky et al.,  2013). Bien que l’ordre de la causalité soit difficile
Dépression périnatale 175

à d
­ éterminer, il semble bien que la DPP soit plutôt le promoteur de ces
troubles. Quoi qu’il en soit, une fois ceux-ci installés, une spirale interactive
négative est en place.
Développement de l’enfant évalué à 18 mois
La plupart des études aujourd’hui ne retrouvent plus de corrélation signi-
ficative entre une dépression postnatale isolée avant 6 mois et des troubles
cognitifs affectifs ou moteurs chez l’enfant à 18 mois (Azak et al., 2012  ;
Conroy et al.,  2012  ; Keim et al.,  2011  ; Sutter-Dallay et al.,  2011  ; Tse
et al., 2010).
Par contre la dépression postnatale, en association avec d’autres condi-
tions défavorables (par exemple, Tse et al.,  2010) ou lorsque les troubles
maternels tendent à la chronicité ou récidivent (Sutter-Dallay et al., 2011),
demeure un facteur de risque démontré. Les associations défavorables
sont le faible soutien social, des conditions domestiques inadaptées (Piteo
et al., 2012) ou bien un trouble de la personnalité (Conroy et al., 2012).
Certaines études ont montré que les acquisitions des enfants de mères
continûment dépressives semblaient conserver un retard discret mais signi-
ficatif par rapport aux enfants de mère non déprimées (Azak, 2012). Une
étude a retrouvé de moins bonnes performances aux épreuves de perma-
nence d’objet (épreuves piagétiennes) à 9 et 18 mois (Murray, 1992). Ces
troubles restent toutefois modérés : les nourrissons n’avaient pas d’altéra-
tion globale du développement cognitif. Une étude a montré qu’un stress
psychosocial modéré pouvait légèrement accélérer le développement
moteur et les performances langagières (Keim et al., 2011).

Bibliographie
Altemus, M., Neeb, C. C., Davis, A., Occhiogrosso, M., Nguyen, T., & Bleiberg, K.
L. (2012). Phenotypic differences between pregnancy-onset and post-partum-
onset major depressive disorder. J Clin Psychiatry, 73(12), e1485-e1491.
Azak, S. (2012). Maternal depression and sex differences shape the infants’ trajecto-
ries of cognitive development. Infant Behav Dev, 35(4), 803-814.
Banti, S., Mauri, M., Oppo, A., Borri, C., Rambelli, C., Ramacciotti, D., Montagnani,
M. S., Camilleri, V., Cortopassi, S., Rucci, P., & Cassano, G. B. (2011). From
the third month of pregnancy to 1  year post-partum. Prevalence, incidence,
recurrence, and new onset of depression. Results from the perinatal depression-
research & screening unit study. Compr Psychiatry, 52(4), 343-351.
Beck, A. T., Ward, C. H., Mendelson, M., Mock, J., & Erbaugh, J. (1961). An inventory
for measuring depression. Arch Gen Psychiatry, 4, 561-571.
Beck, C. T. (2001). Predictors of post-partum depressionan update. Nurs Res, 50,
275-285.
Beebe, B., Badalamenti, A., Jaffe, J., Feldstein, S., Marquette, L., Helbraun, E., Demetri-
Friedman, D., Flaster, C., Goodman, P., Kaminer, T., Kaufman-Balamuth, L.,
176 Psychopathologie périnatale

Putterman, J., Stepakoff, S., & Ellman, L. (2008). Distressed mothers and their
infants use a less efficient timing mechanism in creating expectancies of each
other’s looking patterns. J Psycholinguist Res, 37(5), 293-307.
Bifulco, A., Figueiredo, B., Guédeney, N., Gorman, L. L., Hayes, S., Muzik, M.,
Glatigny-Dallay, E., Valoriani, V., Kammerer, M. H., & Henshaw, C. A. (2004).
TCS-PND Group. Maternal attachment style and depression associated with
childbirth: preliminary results from a European and US cross-cultural study. Br
J Psychiatry Suppl.
Bifulco, A., Brown, G. W., Moran, P., Ball, A., & Campbell, C. (1998). Predicting
depression in women: the role of past and present vulnerability. Psychol. Med,
28, 39-50.
Blackmore, E. R., Rubinow, D. R., O’Connor, T. G., Liu, X., Tang, W., Craddock, N., &
Jones, I. (2013). Reproductive outcomes and risk of subsequent illness in women
diagnosed with post-partum psychosis. Bipolar Disord.
Bloch, M., Daly, R. C., & Rubinow, D. R. (2003). Facteurs endocriniens dans l’étiolo-
gie de post-partum dépression. Compr Psychiatry, 44(3), 234-246.
Bloch, M., Schmidt, P. J., Danaceau, M., Murphy, J., Nieman, L., & Rubinow, D. R.
(2000). Effects of gonadal steroids in women with a history of post-partum
depression. Am J Psychiatry, 157(6), 924-930.
Bridge, L. R., Little, B. C., Hayworth, J., Dewhurst Sir, J., & Priest, R. G. (1985). Psy-
chometric ante-natal predictors of post-natal depressed mood. J. Psychosom. Res,
29, 325-331.
Bruggemann, O. M., Parpinelli, M. A., Osis, M. J., Cecatti, J. G., & Neto, A. S. (2007
Jul 6). Support to woman by a companion of her choice during childbirth: a
randomized controlled trial. Reprod Health, 4, 5.
Buist, A., & Barnett, B. (1995). Childhood sexual abuse: a risk factor for post-partum
depression ? Aust N. Z. J. Psychiatry, 29, 604-608.
Buttner, M. M., Mott, S. L., Pearlstein, T., Stuart, S., Zlotnick, C., & O’Hara, M. W.
(2013). Examination of premenstrual symptoms as a risk factor for depression in
post-partum women. Arch Womens Ment Health, 16(3), 219-225.
Campbell, S. B., Cohn, J. F., & Meyers, T. (1995). Depression in first-time mothers:
mother-infant interaction and depression chronicity. Developmental Psychology,
31(3), 349.
Cao, S., Iyer, J. K., & Lin, V. (2006). Identification of tetratricopeptide repeat domain
9, a hormonally regulated protein. Biochem. Biophys. Res. Commun, 345, 310-317.
Cohen, J. (1992). À power primer. Psychol Bull, 112(1), 155-159.
Cohen, J. (1988). Statistical power analysis for the Behavioral sciences (2eédition). Hills-
dale, New Jersey: Lawrence Erlbaum Associates.
Cohn, J. F., Campbell, S. B., & Ross, S. (1991). Infant response in the still-face para-
digm at 6 months predicts avoidant and secure attachment at 12 months. Deve-
lopment and Psychopathology, 3(04), 367-376.
Cohn, J. F., Campbell, S. B., Matias, R., & Hopkins, J. (1990). Face-to-face interaction
of post-partum depressed and non-depressed mother-infant pairs at 2 months.
Dev. Psychol, 26, 15-23.
Cole, P., Woolger, C., Paver, T., & Smith, K. (1992). Parenting difficulties among adult
survivors of father-daugther incest. Child Abuse Negl, 16, 239-249.
Condon, J. T., & Corkindale, C. J. (1997). The assessment of depression in the post-
natal period: a comparison of four self-report questionnaires. Australasian Psy-
chiatry, 31(3), 353-359.
Dépression périnatale 177

Conroy, S., Pariante, C. M., Marks, M. N., Davies, H. A., Farrelly, S., Schacht, R.,
& Moran, P. (2012). Maternal psychopathology and infant development at 18
months : the impact of maternal personality disorder and depression. J Am Acad
Child Adolesc Psychiatry, 51(1), 51-61.
Cooper, P. J., Campbell, E. A., Day, A., Kennerley, H., & Bond, A. (1988). Non-psychotic
psychiatric disorder after childbirth. À prospective study of prevalence, inci-
dence, course and nature. Br. J. Psychiatry, 152, 799-806.
Cooper, P. J., & Murray, L. (1995). Course and recurrence of postnatal depression.
Evidence for the specificity of the diagnostic concept. Br. J. Psychiatry, 166,
191-195.
Cox, J. L., Holden, J. M., & Sagovsky, R. (1987). Detection of postnatal depression.
Development of the 10-item Edinburgh Postnatal Depression Scale. Br. J. Psy-
chiatry, 150, 782-786.
Cox, J. L., Murray, D., & Chapman, G. (1993). À controlled study of the onset, dura-
tion and prevalence of postnatal depression. Br. J. Psychiatry, 163, 27-31.
Dayan J. cité In Gravereau-Vanecke E. : Étude des facteurs associés aux dépressions
périnatales et comparaison entre dépression prénatale et dépression postnatale.
(Mémoire de master, Université Paris XI), 2004.
Ekinci, E. I., Lu, Z. X., Sikaris, K., Bittar, I., Cheong, K. Y., Lam, Q., Crinis, N., & Hou-
lihan, C. A. (2013). Longitudinal assessment of thyroid function in pregnancy.
Ann Clin Biochem, 50, 595-602.
Fédida, P. (2001). Des bienfaits de la dépression, éloge de la psychothérapie, Paris.
Odile Jacob, 260.
Feldman, R. (2007). Parent-infant synchrony and the construction of shared timing ;
physiological precursors, developmental outcomes, and risk conditions. J Child
Psychol Psychiatry, 48(3–4), 329-354.
Field, T. (1984). Early interactions between infants and their post-partum depressed
mothers. Infant Behav. Dev, 7, 527-537.
Field, T., Healy, B., Goldstein, S., & Guthertz, M. (1990). Behavior-state matching
and synchrony in mother-infant interactions in nondepressed versus depressed
dyads. Dev. Psychol, 26, 7-14.
Figueiredo, B., Canário, C., & Field, T. (2013). Breastfeeding is negatively affected
by prenatal depression and reduces post-partum depression. Psychol Med, 3,
1-10.
Forty, L., Jones, L., Macgregor, S., et  al. (2006). Familiality of post-partum depres-
sion in unipolar disorder: results of a family study. Am. J. Psychiatry, 163(9),
1549-1553.
Garabedian, M. J., Lain, K. Y., Hansen, W. F., Garcia, L. S., Williams, C. M., & Crofford,
L. J. (2011). Violence against women and post-partum depression. J Womens
Health (Larchmt), 20(3), 447-453.
Godfroid, I. O. (1997). Critères DSM-IV pour la dépression du post-partum: criti-
quables ? Encéphale, 23, 224.
Groer, M. W., & Morgan, K. (2007). Immune, health and endocrine characteristics of
depressed post-partum mothers. Psychoneuroendocrinology, 32(2), 133-139.
Gotlib, I. H., Whiffen, V. E., Wallace, P. M., & Mount, J. H. (1991). Prospective inves-
tigation of postpartum depression: factors involved in onset and recovery. J
Abnorm Psychol, 100(2), 122-132.
Hage, M. P., & Azar, S. T. (2012). The Link between Thyroid Function and Depression.
J Thyroid Res.
178 Psychopathologie périnatale

Hanington, L., Ramchandani, P., & Stein, A. (2010). Parental depression and child
temperament: assessing child to parent effects in a longitudinal population
study. Infant Behav Dev, 33, 88-95.
Greenspan, S. I., & Lieberman, A. F. (1980). Infants, mothers and their interaction:
A quantitative clinical approach to developmental assessment. The course
of life: Psychoanalytic contributions toward understanding personality development,
1, 80-86.
Gross, H. E., Shaw, D. S., Moilanen, K. L., Dishion, T. J., & Wilson, M. N. (2008).
Reciprocal models of child behavior and depressive symptoms in mothers and
fathers in a sample of children at risk for early conduct problems. J Fam Psychol,
22, 742-751.
Guédeney, A., Guédeney, N., Tereno, S., Dugravier, R., Greacen, T., Welniarz, B., Saias,
T., & Tubach, F. (2011). CAPEDP Study Group. Infant rhythms versus parental
time: promoting parent-infant synchrony. J Physiol Paris, 105(4–6), 195-200.
Guintivano, J., Arad, M., Gould, T. D., Payne, J. L., & Kaminsky, Z. A. (2013). Antena-
tal prediction of post-partum depression with blood DNA methylation biomar-
kers. Mol. Psychiatry.
Gut E. : Depression productive et improductive. Le fil rouge, PUF., 1993.
Hahn-Holbrook, J., Haselton, M. G., Dunkel Schetter, C., & Glynn, L. M. (2013). Does
breastfeeding offer protection against maternal depressive symptomatology  ?:
A prospective study from pregnancy to 2 years after birth. Arch Womens Ment
Health, 16(5), 411-422.
Hapgood, C. C., Elkind, G. S., & Wright, J. J. (1988). Maternity blues: phenomena
and relationship to later post-partum depression. Aust. N. Z. J. Psychiatry, 22,
299-306.
Harris, B. (1994). Biological and hormonal aspects of post-partum depressed mood.
Working towards strategies for prophylaxis and treatment. Br. J. Psychiatry,
164(3), 288-292.
Henderson J.J., Evans S.F., Straton J.A.Y., Priest S. R., Hagan R. : Impact of Postnatal
Depression on Breastfeeding Duration. 2003, 30 : 175–180.
Hendrick, V., Altshuler, L., Strouse, T., & Grosser, S. (2000). Post-partum and nonpost-
partum depression: differences in presentation and response to pharmacologic
treatment. Depress Anxiety, 11(2), 66-72.
Hoedjes, M., Berks, D., Vogel, I., Franx, A., Bangma, M., Darlington, A. S., Visser, W.,
Duvekot, J. J., Habbema, J. D., Steegers, E. A., & Raat, H. (2011). Post-partum
depression after mild and severe preeclampsia. J Womens Health (Larchmt),
20(10), 1535-1542.
Holt, W. J. (1995). The detection of postnatal depression in general practice using the
Edinburgh Postnatal Depression Scale. N. Z. Med. J, 108(994), 57-59.
Keim, S. A., Daniels, J. L., Dole, N., Herring, A. H., Siega-Riz, A. M., & Scheidt, P. C.
(2011). A prospective study of maternal anxiety perceived stress, and depressive
symptoms in relation to infant cognitive development. Early Hum Dev, 87(5),
373-380.
Klier, C. M., Muzik, M., Dervic, K., Mossaheb, N., Benesch, T., Ulm, B., & Zeller, M.
(2007). The role of estrogen and progesterone in depression after birth. J Psy-
chiatr Res, 41(3–4), 273-279.
Kumar, R. (1994). Postnatal mental illness: a transcultural perspective. Soc. Psychia-
try Psychiatr. Epidemiol, 29(6), 250-264.
Dépression périnatale 179

Kumar, R., & Robson, K. M. (1984). A prospective study of emotional disorders in


childbearing women. Br. J. Psychiatr. y, 144(1), 35-47.
La Coursiere, D. Y., Hirst, K. P., & Barrett-Connor, E. (2012). Depression and pre-
gnancy stressors affect the association between abuse and post-partum depres-
sion. Matern Child Health J, 16(4), 929-935.
Lazarus, J. H., Ammari, F., Oretti, R., Perkes, A. B., Richards, C. J., & Harris, B. (1997). Cli-
nical aspects of recurrent post-partum thyroiditis. Br. J. Gen. Pract, 47(418), 305-308.
Lee, D. T., Yip, A. S., Leung, T. Y., & Chung, T. K. (2000). Identifying women at
risk of postnatal depressionprospective longitudinal study. Hong Kong Med J,
6, 349-354.
Lemperiere, T., Rouillon, F., & Lepine, J. -P. (1984). Troubles psychiques liés à la puer-
péralité. Encycl. Med. Chir., Psychiatrie, 7, 37660 -A10.
Libert, J., & Lewinsohn, P. (1973). The concept of social skill with special refereznce
to the behavior of depressed persons. J. Consult. Cli. Psychology, 40, 304-312.
Lommatzsch, M., Hornych, K., Zingler, C., Schuff-Werner, P., Höppner, J., & Virchow,
J. C. (2006). Maternal serum concentrations of BDNF and depression in the peri-
natal period. Psychoneuroendocrinology, 31(3), 388-394.
Ludermir, A. B., Lewis, G., Valongueiro, S. A., de Araújo, T. V., & Araya, R. (2010). Vio-
lence against women by their intimate partner during pregnancy and postnatal
depression: a prospective cohort study. Lancet, 376(9744), 903-910.
Mahon, P. B., Payne, J. L., MacKinnon, D. F., Mondimore, F. M., Goes, F. S., Schwei-
zer, B., Jancic, D., NIMH Genetics Initiative Bipolar Disorder Consortium, BiGS
Consortium, Coryell, W. H., Holmans, P. A., Shi, J., Knowles, J. A., Scheftner, W.
A., Weissman, M. M., Levinson, D. F., DePaulo, J. R., Jr., Zandi, P. P., & Potash, J.
B. (2009). Genome-wide linkage and follow-up association study of postpartum
mood symptoms. Am J Psychiatry, 166(11), 1229-1237.
Malta, L. A., McDonald, S. W., Hegadoren, K. M., Weller, C. A., & Tough, S. C. (2012).
Influence of interpersonal violence on maternal anxiety, depression, stress and
parenting morale in the early post-partum: a community based pregnancy
cohort study. BMC Pregnancy Childbirth, 12, 153.
Marce, L. V. (1858). Traité de la folie des femmes enceintes, des nouvelles accouchées
et des nourrices. Baillière et fils, Paris, 394.
McKinney, M., Downey, J., & Timor-Tritsch, I. (1995). The psychological effects of
multifetal pregnancy reduction. Fertil Steril, 64(1), 51-61.
Melinder, A., Forbes, D., Tronick, E., Fikke, L., & Gredebäck, G. (2010). The develop-
ment of the still-face effect: mothers do matter. Infant Behav Dev, 33(4), 472-481.
Mezey, G., Bacchus, L., Bewley, S., & White, S. (2005). Domestic violence, life-
time trauma and psychological health of childbearing women. BJOG, 112(2),
197-204.
Mills, E. P., Finchilescu, G., & Lea, S. J. (1995). Postnatal depression-examination of
psychosocial factors. S. Afr. Med. J, 85(2), 99-105.
Murphy-Eberenz, K., Zandi, P. P., March, D., Crowe, R. R., Scheftner, W. A., Alexander,
M., McInnis, M. G., Coryell, W., Adams, P., DePaulo, J. R., Miller, E. B., Marta,
D. H., Potash, J. B., Payne, J., & Levinson, D. F. (2006). Is perinatal depression
familial. J Affect Disord, 90(1), 49-55.
Murray, D., Cox, J. L., Chapman, G., & Jones, P. (1995). Childbirth: life event or start
of a long-term difficulty? Further data from the Stoke-on-Trent controlled study
of postnatal depression. Br J Psychiatry, 166(5), 595-600.
180 Psychopathologie périnatale

Murray, L., Stanley, C., Hooper, R., King, F., & Fiori-Cowley, A. (1996). The role of
infant factors in postnatal depression and mother-infant interactions. Dev. Med.
Child Neurol, 38, 109-119.
Murray, L. (1992). The impact of postnatal depression on infant development. J.
Child Psychol. Psychiatry, 33(3), 543-561.
Murray, L., & Trevarthen, C. (1986). The infant’s role in mother-infant communica-
tion. J. Child Language, 13, 15-29.
Nassa, G., Tarallo, R., Ambrosino, C., et al. (2011). À large set of estrogen receptor
b-interacting proteins identified by tandem affinity purification in hormone-
responsive human breast cancer cell nuclei. Proteomics, 11, 159-165.
Newport, D. J., Owens, M. J., Knight, D. L., Ragan, K., Morgan, N., Nemeroff, C. B.,
& Stowe, Z. N. (2004). Alterations in platelet serotonin transporter binding in
women with post-partumonset major depression. J Psychiatr Res, 38(5), 467-473.
Nielsen, D., Videbech, P., Hedegaard, M., Dalby, J., & Secher, N. J. (2000). Post-partum
depression: identification of women at risk. BJOG: An International Journal of
Obstetrics & Gynaecology, 107(10), 1210-1217.
Nierop, A., Bratsikas, A., Zimmermann, R., & Ehlert, U. (2006). Are stress-induced
cortisol changes during pregnancy associated with post-partum depressive
symptoms ? Psychosom Med., 68(6), 931-937.
Nott, P. N. (1982). Psychiatric illness following childbirth in Southampton: a case
register study. Psychol. med, 12, 557-561.
Nylen, K. J., O’Hara, M. W., Brock, R., Moel, J., Gorman, L., & Stuart, S. (2010). Pre-
dictors of the longitudinal course of post-partum depression following inter-
personal psychotherapy. J Consult Clin Psychol, 78(5), 757-763.
O’Hara, M. W., Schlechte, J. A., Lewis, D. A., & Wright, E. J. (1991). Prospective
study of post-partum depression: biologic and psychosocial factors. Arch. Gen.
Psychiatry, 48, 801-806.
O’Hara, M. W., & Swain, A. M. (1996). Rates and risk of post-partum depression. À
meta-analysis. Int. Rev. Psychiatry, 8, 37-54.
O’Hara, M. W., Zekoski, E. M., Philipps, L. H., & Wright, E. J. (1990). Controlled pros-
pective study of post-partum mood disorders: comparison of childbearing and
nonchildbearing women. J. Abnorm. Psychol, 99(1), 3-15.
Organisation mondiale de la santé : CIM-10 Classification internationnale des mala-
dies : 10e révision. Chapitre V (F) : Troubles mentaux et troubles du comporte-
ment : descriptions cliniques et descriptives pour le diagnostic. Genève : OMS,
Masson, Paris., 1993, 305.
Parry, B. L., Meliska, C. J., Sorenson, D. L., Lopez, A. M., Martinez, L. F., Nowakowski,
S., Elliott, J. A., Hauger, R. L., & Kripke, D. F. (2008). Plasma melatonin circadian
rhythm disturbances during pregnancy and post-partum in depressed women
and women with personal orfamily histories of depression. Am J Psychiatry,
165(12), 1551-1558.
Pedersen, C. A., Stern, R. A., Pate, J., Senger, M. A., Bowes, W. A., & Mason, G. A.
(1993). Thyroid and adrenal measures during late pregnancy and the puerpe-
rium in women who have been major depressed or who become dysphoric post-
partum. J Affect Disord, 29(2–3), 201-211.
Piteo, A. M., Yelland, L. N., & Makrides, M. (2012). Does maternal depression pre-
dict developmental outcome in 18 month old infants? Early Hum Dev, 88(8),
651-655.
Dépression périnatale 181

Pitt, B. (1968). «  Atypical  » depression following childbirth. Br. J. Psychiatry, 114,


1325-1335.
Pop, V. J., Essed, G. G., De Geus, C. A., Van Son, M. M., & Komproe, I. H. (1993). Pre-
valence of post-partum depression - or is it post-puerpérium depression ? Acta
Obstet Gynecol. Scand, 72(5), 354-358.
Pop, V. J., Wijnen, H. A., Van Montfort, M., Essed, G. G., De Geus, C. A., Van Son,
M. M., & Komproe, I. H. (1995). Blues and depression during early puerperium:
home versus hospital deliveries. Br. J. Obstet. Gynaecol, 102(9), 701-706.
Radesky, J. S., Zuckerman, B., Silverstein, M., Rivara, F. P., Barr, M., Taylor, J. A., Len-
gua, L. J., & Barr, R. G. (2013). Inconsolable infant crying and maternal post-
partum depressive symptoms. Pediatrics, 131(6), e1857-e1864.
Radke-Yarrow, M., Cummings, E. M., Kuczynsky, L., & Chapman, M. (1985). Patterns
of attachment in two- and-three- year olds in normal families and families with
parental depression. Child Dev, 56, 884-893.
Rich-Edwards, J. W., James-Todd, T., Mohllajee, A., Kleinman, K., Burke, A., Gillman,
M. W., & Wright, R. J. (2011). Lifetime maternal experiences of abuse and risk of
pre-natal depression in two demographically distinct populations in Boston. Int
J Epidemiol, 40(2), 375-384.
Righetti-Veltema, M., Manghi, M., Conne-Perreard, E., & Manzano, J. (1996). Effets
observés chez l’enfant de la dépression maternelle du post-partum à 3 mois
et à 18 mois - Résultats d’une recherche épidémiologique sur les signes pré-
curseurs de la dépression du post-partum. In J. Manzano (Ed.), Les relations
précoces parents-enfants et leurs troubles (pp. 143-157). Genève: Ed. Médecine
et Hygiène.
Robertson, E., Grace, S., Wallington, T., & Stewart, D. E. (2004). Antenatal risk factors
for post-partum depression : a synthesis of recent literature. Gen Hosp Psychiatry,
26(4), 289-295.
Sagami, A., Kayama, M., & Senoo, E. (2004). The relationship between post-partum
depression and abusive parenting behavior of Japanese mothers: a survey of
mothers with a child less than one year old. Bull Menninger Clin, 68(2), 174-187.
Schmidt, M. V., Trümbach, D., Weber, P., et al. (2010). Individual stress vulnerability
is predicted by short-term memory and AMPA receptor subunit ratio in the hip-
pocampus. J. Neurosc eni, 30(50), 16949-16958.
Sharma, V., & Pope, C. J. (2012). Pregnancy and bipolar disorder: a systematic review.
J Clin Psychiatry, 73(11), 1447-1455.
Sherer, K. R. (1986). Vocal affect expression: a review and a model for future research.
Psychol. Bul, 99, 143-165.
Skalkidou, A., Hellgren, C., Comasco, E., Sylvén, S., & Sundström Poromaa, I. (2012).
biologique aspects de la dépression du post-partum. Santé des femmes (Lond
Engl), 8(6), 659-672.
Skalkidou, A., Sylvén, S. M., Papadopoulos, F. C., Olovsson, M., Larsson, A., &
Sundström-Poromaa, I. (2009). Risk of post-partum depression in association
with serum leptin and interleukin-6 levels at delivery: a nested case-control
study within the UPPSAT cohort. Psychoneuroendocrinology, 34(9), 1329-1337.
Spitzer, R. L., Kroenke, K., & Williams, J. B. (1999). Validation and utility of a
self-report version of PRIME-MD: the PHQ primary care study. Primary Care
Evaluation of Mental Disorders. Patient Health Questionnaire. JAMA, 282(18),
1737-1744.
182 Psychopathologie périnatale

Stein, A., Gath, D. H., Bucher, J., Bond, A., Day, A., & Cooper, P. J. (1991). The rela-
tionship between post-natal depression and mother-child interaction. Br. J. Psy-
chiatry, 158, 46-52.
Steiner, M. (2002). Postnatal depression: a few simple questions. Family Practice,
19(5), 469-470.
Stern, D. (1989). Les interactions affectives. In S. Lebovici, & F. Weil-Halpern (Eds.),
Psychopatologie du bébé (pp. 199-214). Paris: PUF.
Stowe, Z. N., & Nemeroff, C. B. (1995). Women at risk for post-partum-onset major
depression. Am. J. Obstet. Gynecol, 173(2), 639-645.
Sutter, A. L., Leroy, V., Dallay, D., & Bourgeois, M. (1995). Post-partum blues et
dépression postnatale. Étude d’un échantillon de 104 accouchées. Ann. Med.
Psychol, 153(6), 414-417.
Sutter-Dallay, A. L., Murray, L., Dequae-Merchadou, L., Glatigny-Dallay, E., Bour-
geois, M. L., & Verdoux, H. (2011). A prospective longitudinal study of the
impact of early postnatal vs. chronic maternal depressive symptoms on child
development. Eur Psychiatry, 26(8), 484-489.
Sword, W., Landy, C. K., Thabane, L., Watt, S., Krueger, P., Farine, D., & Foster, G.
(2011). Is mode of delivery associated with post-partum depression at 6 weeks:
a prospective cohort study. BJOG, 118(8), 966-977.
Taylor, A., Glover, V., Marks, M., & Kammerer, M. (2009). Diurnal pattern of cortisol
output in postnatal depression. Psychoneuroendocrinology, 34(8), 1184-1188.
Teasdale, J. D., Fogarty, S., & William, J. M. (1980). Speech rate as a measure of short
terur variation in depression. N. J. Soc. Clin. Psych, 19, 271-278.
Treloar, S. A., Martin, N. G., Bucholz, K. K., Madden, P. A., & Heath, A. C. (1999). Genetic
influences on post-natal depressive symptoms: findings from an Australian twin
sample. Psychol Med, 29(3), 645-654.
Tronick, E., Als, H., Adamson, L., Wise, S., & Brazelton, T. B. (1978). The infant’s
response to entrapment between contradictory messages in face-to-face inter-
action. J Am Acad Child Psychiatry, 17(1), 1-13.
Tronick, E. Z. (1989). Emotions and emotional communication in infants. Am Psy-
chol, 44(2), 112-119.
Tse, A. C., Rich-Edwards, J. W., Rifas-Shiman, S. L., Gillman, M. W., & Oken, E. (2010).
Association of maternal prenatal depressive symptoms with child cognition at
age 3 years. Paediatr Perinat Epidemiol, 24(3), 232-240.
Viguera, A. C., Tondo, L., Koukopoulos, A. E., Reginaldi, D., Lepri, B., & Baldessarini,
R. J. (2011). Episodes of mood disorders in 2,252 pregnancies and post-partum
periods. Am J Psychiatry, 168(11), 1179-1185.
Wan, M. W., & Green, J. (2009). The impact of maternal psychopathology on child–
mother attachment. Archives of women’s mental health, 12(3), 123-134.
Warner, R., Appleby, L., Whitton, A., & Faragher, B. (1996). Demographic and
obstetric risk factors for postnatal psychiatric morbidity. Br J Psychiatry, 168,
607-611.
Whiffen, V. E. (1991 Sep). The comparison of postpartum with non-postpartum
depression: a rose by any other name. J Psychiatry Neurosci, 16(3), 160-165.
Wolman, W. L., Chalmers, B., Hofmeyr, G. J., & Nikodem, V. C. (1993). Post-partum
depression and companionship in the clinical birth environment: a randomi-
zed, controlled study. Am. J. Obstet. Gynecol, 168(5), 1388-1393.
Dépression périnatale 183

Wu, Q., Chen, H. L., & Xu, X. J. (2012). Violence as a risk factor for post-partum
depression in mothers: a meta-analysis. Arch Womens Ment Health, 15(2),
107-114.
Zung, W. W., Richards, C. B., & Short, M. J. (1965). Self-rating depression scale in
an outpatient clinic. Further validation of the SDS. Arch Gen Psychiatry, 13(6),
508-515.
8 Anxiété et stress
La totalité des enquêtes épidémiologiques mettent en évidence environ
deux fois plus de troubles anxieux chez les femmes que chez les hommes
(Seedat et al., 2009 ; Howell et al., 2001). En période périnatale, une cer-
taine forme d’anxiété et d’inquiétude, les préoccupations maternelles,
généralement de faible intensité, ne ressortent pas de la pathologie. Il
leur a été prêté une fonction adaptative. Les questionnaires, échelles
et entretiens diagnostiques standardisés les classent parmi les manifes-
tations anxieuses peu intenses ou les négligent. Elles font pourtant partie
du processus de parentalisation. À côté d’elles des formes de plus grande
intensité s’organisent parfois selon des syndromes qui, à partir de certains
critères (par exemple DSM, CIM), seront considérés comme des troubles
mentaux.

Une anxiété non pathologique?


Anxiété spécifique et anxiété de séparation 
Nous avons pris le parti de reprendre deux expressions utilisées dans la
littérature psychiatrique concernant la périnatalité  : l’anxiété spécifique
(ou « relative à la grossesse ») désigne les inquiétudes et les préoccupations
se rapportant directement à la grossesse, l’anxiété maternelle de séparation
affecte les mères durant le post-partum et diminue au fur et à mesure du
développement normal de l’enfant.

Évaluation de l’anxiété
L’anxiété-état, par définition ponctuelle, est susceptible de fluctuations
rapides. Elle est aujourd’hui souvent mesurée par le STAI (State, Trait Anxiety
Inventory). Un niveau d’anxiété plus élevé est retrouvé autour du troisième
mois de la grossesse, s’atténuant au second trimestre pour connaître un
pic avant l’accouchement. Standley et al. (1979), procédant par entretiens,
retrouvent au dernier mois de grossesse chez 37 % des femmes au moins
un symptôme anxieux caractérisé (insomnie, réactivité anxieuse, idées
bizarres ou pensées incontrôlables) et chez 11 %, deux ou plus. Durant le
post-partum, la comorbidité est importante entre trouble anxieux et trouble
dépressif mais aussi entre symptômes dépressifs et anxieux.

Anxiété spécifique de la grossesse 


Méthodes d’évaluation 
Burstein et al. (1974) mesurent l’anxiété spécifique par l’échelle Pregnancy
Anxiety Scale (PAS) en 25 items. Standley et al. (1979) établissent un

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
186 Psychopathologie périnatale

­ uestionnaire qu’ils distribuent au dernier mois de grossesse à 73 femmes.


q
L’analyse factorielle dégage trois dimensions indépendantes de l’anxiété :
inquiétudes obstétricales, inquiétudes liées au maternage et signes «  psy-
chiatriques  » d’anxiété  : insomnie, réactivité anxieuse, présence d’idées
bizarres ou de pensées rapides et incontrôlables, etc. Huizink et al. (2004),
à partir d’un autre questionnaire distribué à 230 femmes à trois temps de la
grossesse (début et fin du deuxième trimestre de grossesse et entre 37 et 38
semaines de grossesse) dégagent aussi trois dimensions différentes  : peur
d’accoucher, peur de porter un enfant handicapé et préoccupations quant
à l’apparence. Le score d’anxiété a été retrouvé significativement corrélé à
des complications obstétricales, ce qui est peu surprenant sachant qu’une
proportion non négligeable des femmes inquiètes avait des motifs objectifs
d’inquiétude (mouvements fœtaux, risques connus, inquiétudes des méde-
cins formulées ou non).
Résultats
Les femmes qui expriment le plus d’inquiétudes par rapport à l’accouche-
ment et à la santé du bébé ne sont pas les plus anxieuses au sens psychia-
trique du terme. L’anxiété spécifique semble davantage liée à un facteur de
dépendance (Grimm et Venet, 1966). Les femmes les plus jeunes, les moins
éduquées et les moins préparées sont les plus « spécifiquement » anxieuses
(Standley et al., 1979 ; Burstein et al., 1974).
Parmi 139 parturientes suédoises, interrogées entre la 31e et la 33e
semaine de gestation, 6 % expriment une crainte sévère du travail et de la
délivrance, 17 % une crainte modérée (Areskog et al., 1981). L’inquiétude
est plus fréquente lorsqu’une grossesse antérieure s’est déroulée dans des
conditions stressantes  : anomalie du travail, accouchement douloureux,
grande prématurité, malformation, mort fœtale, etc. Cette crainte, parfois
majeure, a pu être décrite comme annonciatrice d’un état de stress post-
traumatique (Bidlowski et Raoul-Duval, 1978).
Anxiété de séparation  maternelle
Dans le post-partum a été décrite une « anxiété de séparation maternelle »
marquée par l’inquiétude, la tristesse et la culpabilité (Hock et Shirtzinger, 
1992). Elle aurait fonction d’assurer un état de vigilance suffisant à la mère
pour qu’elle apporte au bébé la sécurité nécessaire. Elle diminuerait au fur
et à mesure de la confiance qu’acquiert celle-ci en l’état de sûreté de son
enfant. Assurant une fonction adaptative, cette anxiété encourage la mère à
prendre soin de son enfant. Elle tend à disparaître lorsqu’elle ressent le bébé
en sécurité malgré son absence à ses côtés. Elle décroît avec l’âge du bébé et
augmente en cas de dépression majeure.

De l’anxiété de la grossesse  à la dépression du post-partum 


La relation entre anxiété prénatale et trouble anxieux ou dépressif du post-
partum a fait l’objet de plusieurs enquêtes. Une étude longitudinale de très
Anxiété et stress 187

grande ampleur (Tod, 1964), bien que ne fournissant aucune donnée quan-


titative stricte, offre des résultats intéressants. Les auteurs interviewaient
700 femmes enceintes consultant consécutivement dans un service d’obs-
tétrique à Londres. Elles furent reçues très régulièrement, six fois durant
la grossesse et six fois durant le post-partum. L’analyse de l’évolution des
troubles permet aux auteurs d’émettre l’hypothèse que les symptômes
d’anxiété pathologique durant la grossesse annoncent généralement une
dépression du post-partum. Ce résultat a été très régulièrement retrouvé par
les études des instruments standardisés (Zaers et al., 2008).

Les troubles anxieux caractérisés : trouble


panique, toc et phobies, état de stress
Anxiété généralisée 
Elle est définie comme une extrême inquiétude, quotidienne ou presque
présente durant au moins six mois, et qui perturbe les activités quotidiennes
du sujet et à laquelle un certain nombre de symptômes sont associés. La
fréquence du trouble anxieux généralisé en période périnatale a été évaluée
entre 6 et 8 %, mais une symptomatologie anxieuse incomplète est retrou-
vée chez près de 20  % des parturientes. Elle a été associée, comme dans
les études portant sur le stress, à une plus grande occurrence de complica-
tions obstétricales ou de troubles du développement (Van Batenburg-Eddes
et al., 2009). L’existence d’un lien direct, causal, est discutée.

Le trouble panique 
Il associe des attaques de panique et, dans l’intervalle de leur survenue,
une attente anxieuse généralisée dont le motif principal est la crainte d’une
récidive de l’attaque. Deuils et naissances, grossesse et accouchement ont
été incriminés parmi les facteurs précipitant ainsi que les abus sexuels ou
événements stressants de l’enfance.

Études systématiques
Prévalence
La plupart des études portent sur l’évolution d’un trouble panique pré-
existant à l’état de grossesse. Les résultats sont discordants, mais la plupart
des études à ce jour présentent des faiblesses méthodologiques : enquêtes
rétrospectives, faibles échantillons et sélection peu représentative, taux
très élevé de non-réponses. L’évolution est éminemment variable. De plus,
il n’est généralement pas tenu compte d’un éventuel traitement en cours.
Villeponteaux et al. (1992) étudient l’effet de la grossesse sur les attaques
de panique préexistantes chez 129 femmes précédemment traitées pour
trouble panique ou agoraphobie (critères DSM-III-R). Ils adressent un
188 Psychopathologie périnatale

ensemble de questionnaires par voie postale à ces 129 femmes. Seuls 57


furent retournés  : 28 patientes firent état de l’absence de grossesse après
le début des troubles paniques et ne furent pas incluses, 3 continuèrent
à prendre des psychotropes durant la grossesse, 4 questionnaires étaient
incomplets. L’étude ne put porter que sur 22 femmes. La majorité (14/22)
fit part d’une nette amélioration : cessation totale ou diminution de la fré-
quence et de la sévérité des attaques de panique. Dans deux cas les troubles
perdurent et dans trois cas ils s’aggravent.
Une étude fut menée sur le même modèle par Northcott et Klein en 1994.
Des questionnaires furent adressés à 138 femmes présentant des attaques de
panique avec un taux de réponse de 70 %. Durant la grossesse, les troubles
cessent ou se réduisent pour 43 % des femmes mais 33 % d’entre elles subis-
sent une aggravation. Celle-ci peut aussi survenir lors du sevrage : c’est le
cas de 30 % des mères allaitantes. Il est à noter que 42 % décrivent le début
des troubles dans la suite de leur dernière grossesse. Une étude rétrospec-
tive menée par Cohen et al. (1994a), à partir de 49 dossiers cliniques de
femmes suivies en psychiatrie, conclut à un impact variable de la grossesse :
elle améliorerait les troubles modérés mais serait sans effet sur les troubles
sévères. Cette constatation conduit les auteurs à suggérer l’intérêt en cas de
troubles sévères d’un traitement durant la grossesse. Un tiers des 49 femmes
vit ses symptômes nettement aggravés durant le post-partum et moins d’un
dixième améliorés. Lors du trouble panique, le symptôme « évitement » qui
lui est parfois associé semble grandement amélioré durant la grossesse et
disparaît dans de nombreux cas. Une revue publiée par Hertzberg et Whahl-
beck (1999) retrouve, parmi 215 cas reportés, 41  % s’améliorant durant
la grossesse et 38  % s’aggravant ou récidivant durant le post-partum. Une
autre étude (Meshberg-Cohen et Svikis, 2007) trouve une prévalence moitié
moindre chez les femmes enceintes qu’en population générale.
Facteurs modulant l’évolution
Une étude rétrospective sur sept ans suggère que lorsque le trouble panique
s’est manifesté pour la première fois durant la grossesse il tend à récidiver
lors de la grossesse suivante (Dannon et al.,  2006). Le trouble anténatal,
s’il est modéré, tend à diminuer durant le post-partum, puis à disparaître
lorsque les conditions de l’attachement mère-bébé sont favorables (Guler
et al.,  2008a et b). L’aggravation postnatale est plus fréquente en cas de
troubles sévères. Un trouble persistant durant le post-partum serait aussi
un facteur prédictif d’une dépression majeure (Rambelli et al.,  2010) et
précéderait dans environ 10 % des cas l’apparition de troubles obsession-
nels compulsifs. L’augmentation de la consommation d’alcool durant la
grossesse serait assez fréquente (Meshberg-Cohen et Svikis, 2007). L’usage
d’autres substances à titre anxiolytique n’a pas été évalué mais est probable
(Zvolensky et al., 2008).
Anxiété et stress 189

Vignette clinique : panique et crainte de la rage


Une mère qui présente des attaques de panique est adressée dans une unité
mère-bébé. Elle est incapable de se séparer plus de quelques instants, jour
et nuit, de son bébé de 5 mois. À toute sollicitation, elle lui répond en lui
proposant le sein. Le nourrisson ne peut rester longtemps séparé de sa mère, il
pleure. Depuis la grossesse, elle a développé la crainte phobo-obsessionnelle de
la rage (Wolfe et Sigl, 1998), de l’attraper ou de la communiquer à son bébé.
Elle présente des antécédents d’anorexie et de boulimie.
Elle dit avoir toujours fait l’objet de railleries de ses parents du fait d’un discret
surpoids. Elle se décrit aussi comme « méchante ». La relation avec son enfant
est marquée par la surprotection agressive. Pendant très longtemps, et encore
durant le post-partum précoce, elle procédait sur elle-même à des lacérations
cutanées qui étaient alors le seul moyen de calmer l’angoisse qui l’étreignait.
Le traitement a consisté à lui offrir, au sein de l’unité mère-bébé, un cadre
contenant, évitant les conseils, signalant seulement la capacité du bébé à plus
d’autonomie. Les entretiens lui ont permis d’énoncer progressivement les émo-
tions extrêmement hostiles ressenties envers ses propres parents qu’elle sem-
blait exprimer, pour la première fois, à des tiers.
Un travail effectué sur la divergence entre intentionnalité agressive objective
et pensées hostiles lui a permis de rendre plus acceptable le souhait ordinaire
qu’elle pouvait avoir de rester sans son bébé. Elle a pu dire que celui-ci la fati-
guait parfois ou qu’elle ne désirait pas en permanence le prendre en charge. Les
troubles anxieux se sont atténués et la mère a été prise en charge ensuite en
ambulatoire.

Troubles obsessionnels compulsifs  – phobies


d’impulsion 
Les TOC associent des pensées obsédantes et des rituels aliénants qui ont
pour fonction de neutraliser fantasmatiquement la pensée obsédante, par
exemple le rituel de lavage des mains contient la crainte obsédante d’être
contaminée par des microbes, les rituels de vérification la crainte obsédante
de l’oubli ou du désordre. Les TOC les plus spécifiques de la période périna-
tale sont des phobies d’impulsion. La prévalence en population générale est
évaluée à 1,6 % et 2,3 % entre 30 et 45 ans (Kessler et al., 2005).
Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)
La prévalence des TOC en post-partum, toutes formes confondues, est éva-
lué à environ 2-3 % en utilisant des critères stricts. La grossesse ou le post-
partum sont l’occasion des premières manifestations de TOC pour nombre
de patientes (10 à 25 %) (Zambaldi et al., 2009 ; Williams et Koran, 1997 ;
Neziroglu et al., 1992). De plus, nombre de femmes présentant des TOC res-
tent sans enfant (Williams et Koran, 1997).
190 Psychopathologie périnatale

Tableau 8.1. Événements de vie déclenchants du TOC chez 106 femmes


avec ou sans enfant.
Avec enfant Sans enfant
(n = 59) (n = 47)a
Événements liés à la maternité 25 45 % 4 8,5 %
Grossesse 23 39 0 0
Avortement 0 0 3 6,4
Arrêt de la pilule 1 1,7 0 0,0
Autre événement ou aucune 34 55 % 43 91,5 %
circonstance connue
a comprenant cinq femmes ayant eu des avortements ou des fausses couches.
(d’après Neziroglu et al., 1992).

Lorsqu’ils préexistent, les TOC tendent à une certaine rémission ou sta-


bilisation durant la grossesse et à une aggravation durant le post-partum
(Buttolph et Holland, 1990 ; Neziroglu et al., 1992). La comorbidité entre
TOC (pensées obsédantes et rituels de neutralisation) et dépression est éle-
vée. Toutefois ces études menées sur de très petits échantillons conduisent
parfois à des résultats discordants, comme l’aggravation durant la grossesse
(Uguz et al., 2007 ; Zambaldi et al., 2009).

Phobies d’impulsion
Les phobies d’impulsion  sont une forme de TOC extrêmement caractéris-
tique du post-partum. Elles peuvent conduire dans leur forme sévère à une
prise en charge spécifique dans les unités d’hospitalisation mère-enfant.
Historique. Esquirol rapporte, en 1845, le cas d’une parturiente qui, cinq
jours après la naissance, fut troublée par l’histoire d’une femme qui assas-
sina et décapita un enfant. Prise elle-même d’un irrépressible désir de tuer
son propre bébé, elle ne se décida à chercher de l’aide qu’après s’être sen-
tie tendre involontairement son bras vers un couteau. Après six semaines
d’hospitalisation, elle se rétablit complètement.
Idéations phobiques. Si la fréquence des phobies d’impulsion véritables est
faible (estimée entre 0,5 et 1 % de la population), les idéations agressives
sont fréquentes, affectant selon leur définition entre 10 et 40 % des partu-
rientes. Elles ont été retrouvées par Jennings et al. (1999) chez 41  % de
femmes avec bébé présentant un état dépressif contre 7 % dans la popula-
tion générale.
La phobie d’impulsion infanticide est caractérisée par la pensée obsédante
mêlée de crainte et parfois de terreur de blesser ou tuer compulsivement
ou par accident le nouveau-né  : l’égorger avec un couteau, le jeter par la
fenêtre, le noyer dans son bain, le laisser tomber de la fenêtre. Elle entraîne
des manœuvres pour éviter les bains, les couteaux de cuisine, l’isolement
avec l’enfant. Source de honte ou de culpabilité, elle peut conduire à altérer
Anxiété et stress 191

gravement les soins. Ces phobies d’impulsion peuvent se retrouver isolées


ou associées à un TOC caractérisé, à d’autres troubles anxieux et à un état
dépressif.
Symptomatologie des phobies infanticides sévères. Les plus caractéristiques
surviennent durant le post-partum mais elles n’en sont pas exclusives. But-
ton et al. (1972) rapportent 42 cas d’obsession infanticide consécutivement
adressés à un hôpital psychiatrique universitaire, soit 3 % des cas référés. Ils
diagnostiquent 17 schizophrénies, 11 dépressions et 7 troubles obsessionnels
compulsifs. Une psychothérapie de soutien associée à une chimiothérapie
ou une sismothérapie améliore rapidement les symptômes. Les auteurs dis-
tinguent deux types de personnalité sous-jacente. La première est constituée
par une personnalité obsessionnelle rigide et hypercontrôlée, peu expressive
émotionnellement. La seconde est caractérisée par une organisation de la
personnalité borderline avec une pauvreté du contrôle des impulsions, des
mécanismes de défenses archaïques incluant projection, déni et clivage.
L’étude de Sichel et al. (1993) porte sur 15 femmes hospitalisées en psy-
chiatrie présentant des TOC graves avec phobies d’impulsion. Près de la
moitié des femmes présentaient des antécédents d’attaques de panique et,
pour certaines, des désordres anxieux généralisés. La moitié évolua vers
une symptomatologie dépressive deux à trois semaines après l’épisode
aigu obsessionnel. Quatre seulement présentèrent une rémission complète
à trois mois. Dans aucun cas, un geste dangereux n’avait pu être relevé à
l’encontre de l’enfant. L’étude de Chapman (1959) porte sur 20 phobies
d’infanticide ayant pour la plupart fait l’objet d’une psychothérapie. Le
début est entre la naissance et dix ans pour la plupart. La durée des épi-
sodes est variable, entre une et deux semaines et jusqu’à quatorze ans. Les
mères sont le plus souvent traversées par la représentation de poignarder,
décapiter ou étrangler leur enfant. Cette crainte les fait éviter tout objet
contondant même apparemment anodin. Ces obsessions s’organisent en
scénarios élaborés : les mères se représentent par exemple se tenant autour
des corps mutilés et ensanglantés de leurs propres enfants. Elles peuvent
aller jusqu’à imaginer le choc et la détresse de leur mari. Ces fantaisies
s’accompagnent d’une intense anxiété, voire d’un état de panique. Le mari
tente généralement de rassurer son épouse sur le fait qu’elle n’est pas folle
ou ne le deviendra pas. Les symptômes peuvent débuter après un événe-
ment déclenchant, telle la lecture d’un article sur des gestes infanticides. Il
n’existe pas de développement psychotique ou de passage à l’acte, mais par
contre des évolutions dépressives secondaires. Il décrit deux types d’orga-
nisation mentale. Un premier groupe est constitué de femmes passives,
presque incapables d’exprimer leur colère ou d’assurer authentiquement
leurs sentiments, un second groupe plus hétérogène est constitué surtout de
femmes ayant connu des agressions sexuelles ou un comportement inces-
tuel. Les mères développeraient des fantasmes agressifs contre leurs enfants
par déplacement de la haine ressentie envers l’abuseur.
192 Psychopathologie périnatale

Pronostic et thérapeutique. Le pronostic relativement favorable, en


dehors d’une possible évolution vers un état dépressif, des phobies d’impul-
sion (clairement conscientes, source de culpabilité, d’angoisse et parfois
de mécanismes d’évitement ou de protection), doit être distingué de celui,
réservé, des fantasmes infanticides des psychoses puerpérales (souvent
confus, seulement accessibles à travers le délire ou les conduites inappro-
priées, des déclarations bizarres). Le traitement efficace doit être commencé
rapidement  : réassurance pour les idéations simples, psychothérapie psy-
chodynamique ou cognitive en cas de troubles caractérisés, antidépresseurs,
rarement hospitalisation. Souvent ces manifestations anxieuses régressent
avec l’état dépressif quand les deux sont associés.

États de stress aigu et de stress post-traumatique 


Brockington (1996) cite Savage qui fait allusion à cette complication chez
une mère primipare qui, après un travail douloureux et prolongé, fit un
horrible cauchemar et devint, pendant les quatre jours qui suivirent la nais-
sance, affectée par une stupeur mélancolique. Bydlowski et Raoul-Duval
(1978) ont rapporté dix cas de syndrome de stress post-traumatique pour
4 400 accouchements sur une période de deux années. Les troubles sur-
venaient souvent au début du dernier trimestre d’une grossesse suivant un
premier accouchement difficile et à l’issue parfois dramatique.
L’état de stress aigu associe un état de déréalisation, une amnésie dis-
sociative, des flash-back, une sidération psychique et/ou des réactions de
sursaut, une angoisse diffuse. Il peut survenir après certaines complications
sévères de l’accouchement dont les états hémorragiques mettant en jeu la
vie de la patiente, plus rarement en relation avec une angoisse intolérable
devant la douleur, la perte de contrôle ou la crainte du décès de l’enfant
à naître. En cas de complications vitales, l’état de stress est généralement
négligé par l’équipe soignante tout entière accaparée par l’enjeu vital,
et plus à distance souvent confondu avec un accès d’angoisse simple, voire
en présence de troubles dissociatifs avec un état psychotique.
L’état de stress post-traumatique (ESPT) est caractérisé par des
reviviscences mnésiques, incontrôlées, diurnes (flash-back) et nocturnes
(rêves d’angoisse), un syndrome d’évitement et un état d’hypervigilance. Il
suit un syndrome de stress aigu ou s’installe d’emblée. Beaucoup d’études
aujourd’hui portent, notamment à travers des questionnaires, sur des syn-
dromes incomplets ou très incomplets qui restent mal cernés dans leur
évolution et leurs conséquences.
Prévalence. Des études utilisant une procédure stricte d’entretien ont
retrouvé entre 1 % et 6 % de femmes avec un ESPT complet (Czarnocka et
Slade, 2000 ; Creedy et al., 2000), entre 6 % et 24 % présentant des symp-
tômes graves avec un diagnostic d’ESPT partiel. Toutes les procédures inva-
sives (Tham et al., 2010), particulièrement les césariennes en urgence, mais
Anxiété et stress 193

surtout les syndromes hémorragiques sévères sont susceptibles de conduire


à un ESPT, souvent incomplet.
Événement stressant obstétrical. Les événements susceptibles de conduire à
un ESPT peuvent ne pas mettre la vie de la femme ou du fœtus en danger :
travail douloureux prolongé, difficultés de l’accouchement par voie basse,
etc. La survenue d’un ESPT est favorisée par la coïncidence avec une antici-
pation négative de la naissance. On retrouve parfois une vulnérabilité préa-
lable, révélée par des antécédents de traitement psychologique ou psychia-
trique, et favorisée par des antécédents traumatiques, abus sexuels, ou un
précédent accouchement sévèrement stressant (Czarnocka et Slade, 2000).
Évolution. Parmi les possibles répercussions à terme de l’ESPT, il est noté l’évi-
tement des rapports sexuels, la crainte d’avoir un nouvel enfant, la demande
lors d’une grossesse ultérieure d’une césarienne, plus rarement d’anesthésie
(Fones, 1996), la persistance au-delà de plusieurs mois de reviviscences (Zaers
et al., 2008). L’existence de syndrome de stress post-traumatique a été aussi
notée dans d’autres circonstances : après l’annonce d’une stérilité ou en cas
de mort subite du nourrisson. Il peut s’associer à tout processus de deuil.

Concept et mesures du stress


Le terme de stress recouvre plusieurs acceptions différentes. Il peut être
vu comme un stimulus, c’est-à-dire une condition ou situation aversive
survenant dans l’environnement du sujet. Il peut également désigner la
réponse spécifique, physiologique et comportementale, de l’individu, le
retentissement émotionnel de l’événement. Une troisième conception, dite
interactionnelle, fait intervenir conjointement la perception qu’a l’individu
de la situation aversive et sa capacité à contrôler le stress, grâce aussi bien à
ses ressources personnelles que sociales. Huizink et al. (2004) différencient
trois types de facteurs : ceux qui provoquent la réaction de stress (événe-
ments de vie), ceux qui agissent en tant que médiateur du stress (coping,
soutien social) et enfin les facteurs qui résultent du stress comme l’anxiété
ou le stress perçu. Les principales modifications biologiques retrouvées
avec consistance sont pour le stress aigu les variations du taux de catécho-
lamines, d’ACTH ou de bêta endorphines et pour le stress chronique les
modifications du taux de cortisol (Baibazarova et al., 2012 ; DiPietro, 2012 ;
Diego et al., 2006 ; Graignic-Philippe et Tordjman, 2009).
Les événements stressants. De ces acceptions diverses a résulté la
conception de différents types d’instruments de mesure du stress. Les résul-
tats sont étroitement dépendants du mode d’évaluation. L’évaluation par
entretiens, précise et contextualisée (Brown et Harris, 1978), comme dans
la life events and difficulties schedule est plus difficile à mettre en place que
dans les échelles où les événements sont pondérés de façon préétablie tels la
life events inventory (Cochrane and Robertson, 1973) ou le schedule of recent
194 Psychopathologie périnatale

experiences (Holmes et Rahe, 1967) ; très souvent des échelles ad hoc sont


créés, sans qu’elles aient pu être validées, qui affaiblissent la portée des
résultats obtenus. Enfin certains considèrent l’anxiété comme une mesure
du stress, voire la dépression. D’autres instruments évaluent le stress chro-
nique, l’anxiété-état ou la présence de symptômes dépressifs.
Mesures biologiques. Les hormones de stress, hormones stéroïdiennes
(CRH, ACTH, b-endorphine ou cortisol) et catécholamines, sont recher-
chées dans le sang, la salive ou dans les urines. La plupart des informa-
tions sont apportées par un dosage dynamique en réponse à des facteurs de
stress mineurs et pour le cortisol notamment l’étude du rythme circadien.
Des dosages indirects sont possibles : le taux d’alpha-amylase en réponse
au stress aigu prédit de façon significative l’augmentation de la norépiné-
phrine plasmatique (Thoma et al.,  2012). Des mesures simples comme la
fréquence cardiaque et ses variations devant un stress léger, la pression arté-
rielle ou la résistance dermique sont aussi couramment utilisées.

Stress et grossesse : du sentiment de stress


à la catastrophe vécue
La plupart des enquêtes ont recherché l’association avec des complications
obstétricales telles que la durée de gestation réduite ou des enfants de petits
poids. Des résultats discordants suggèrent la nécessité de prendre en compte
d’autres variables que le stress lui-même (soutien social, tempérament,
conditions socio-économiques et niveau académique), et de caractériser la
nature du stress. Ainsi, Dunkel Schetter (2011), à travers une revue de la lit-
térature ne sélectionnant que des études prospectives de qualité suffisante,
ne retrouve une association entre prématurité et stress que dans deux tiers
des études, qu’elles concernent les événements de vie ou les catastrophes
naturelles ou sociales. Par contre, presque toutes retrouvent une associa-
tion avec le stress chronique et aucune avec le harassement quotidien. Des
corrélations significatives avec un risque relatif élevé de complications sont
aussi retrouvées avec «  l’anxiété spécifique à la grossesse  ». Ces échelles
interfèrent fortement avec des processus d’anticipation objectifs. En effet
leur formulation permet d’inclure l’inquiétude de femmes anxieuses parce
qu’elles ont connaissance d’indice objectif ou ont perçu des éléments qui
les ont inquiétés à juste titre. L’association est donc artificiellement aug-
mentée. Les études sur le stress perçu retrouvent une association à la condi-
tion de combiner cette mesure à d’autres éléments d’évaluation du stress
(Lobel et al., 1992, 2008 ; Zambrana et al., 1999).
Stress perçu et anxiété-état. La plupart des travaux (Wadhwa
et al.,  2001  ; Hedegaard et al.,  1996  ; Nordentoft et al.,  1996  ; Graignic-
Philippe et al.,2014) convergent pour montrer l’existence d’une liaison
entre prématurité ou faible poids de naissance et événements de vie
Anxiété et stress 195

perçus comme stressants par la femme enceinte. Dans une étude écossaise
­(Pritchard et Teo, 1994), une association est trouvée avec la perception qu’a
la femme des difficultés rencontrées dans son rôle de mère et dans les tâches
domestiques. Dans une étude menée aux États-Unis (Lobel et al.,  1992),
c’est un score composite de stress (stress perçu pour les événements de vie
majeurs, pour les tracas de la vie quotidienne, mesure d’anxiété) qui est lié
à l’accouchement prématuré. Une étude (Wadhwa et al., 1993) ne retrouve
pas de lien avec le stress perçu, aussi bien quotidien que lié aux événements
de vie majeurs, mais la population étudiée ne comporte que 90 femmes,
contre souvent plusieurs milliers pour les études citées précédemment. Il
est intéressant de relever que c’est surtout la réponse au stress qui joue un
rôle et non pas la seule occurrence de l’événement supposé stressant. Ainsi,
Hedegaard et al. (1996) et Lobel et al. (2008) ne détectent pas de liaison avec
l’accouchement prématuré lorsque les événements sont évalués indépen-
damment de la perception plus ou moins stressante qu’en a la femme.
Stress chronique. Il se manifeste au sein d’un environnement, affectif,
culturel et économique dont il ne peut être séparé. La personnalité du sujet,
son tempérament et son niveau académique vont aussi intervenir. L’aug-
mentation de la sécrétion par le placenta du CRH serait le point central des
interrelations complexes entre mère et fœtus en réaction à un stress chro-
nique. L’augmentation du taux de cortisol (Makrigiannakis et al., 2007) est
plus spécifique du stress chronique et de l’anxiété-trait (Diego et al., 2006).
Stress et catastrophes. Dans les quatre comtés de l’État de New York
affectés par l’inondation de juin 1972, une augmentation significative du
nombre des fausses couches a été constatée au dernier trimestre 1972 et
dans l’année qui a suivi (Janerich et al., 1981).
Une diminution du taux de naissances de faible poids a été observée, pendant
la guerre, à Helsinki (Corsa et al., 1952 d’après Omer et al., 1986). Ce résultat est
généralement imputé à un meilleur équilibre psychique des femmes soumises
en groupe à des conditions de vie plus difficiles et donc à un stress durable.
Omer et al. (1986) ont mis en évidence en Israël un taux d’accouchements
prématurés, durant la guerre d’octobre 1973 et le mois qui suivit, inférieur à
celui observé durant les mêmes mois l’année suivante. Une meilleure cohésion
sociale est encore ici proposée pour expliquer cet apparent paradoxe.
Les attaques terroristes, comme celles du World Trade Center aux États-
Unis se sont accompagnées d’un taux augmenté de retard de croissance
intra-utérin dû aux effets environnementaux mais (Engel et al.,  2005  ;
­Berkowitz et al.,  2003  ; Perera et al.,  2005  ; Rich-Edwards et al.,  2005)
d’aucune autre complication obstétricale.
Les études qui ont pris pour objet le stress ont montré des résultats
variables concernant la prématurité ou la réduction de l’âge gestationnel.
Toutefois certaines études portent seulement sur les femmes témoins directs
des événements et d’autres incluent celles qui en ont entendu parler, ce
196 Psychopathologie périnatale

qui n’est guère comparable. Il est démontré que ces dernières n’ont pas
d’augmentation du risque, voire même une diminution significative (Rich-
Edwards et al., 2005). C’est le cas d’une étude incluant 165 000 enfants nés
de familles de militaires en activité mais dont l’immense majorité n’était pas
directement exposée. Cette large étude n’a pas trouvé d’augmentation des
enfants de petit poids (Endara et al., 2009) ni d’effets sur le développement.
Une étude a même montré une réduction du risque obstétrical chez les
femmes qui présentaient un PTSD ou un état dépressif, à l’exception d’une
réduction du périmètre crânien (Engel et al., 2005). Les études qui ont porté
sur les tremblements de terre ont montré des complications obstétricales de
toutes sortes. Elles étaient maximales avec les catastrophes les plus massives
comme celle en Chine, en 2008, qui causa 70 000 décès (Tan et al., 2009).
Des tremblements de terre de moindre amplitude et de moindre sévérité
en Israël ont retrouvé une augmentation des enfants nés prématurément
(Weissman et al., 1989).
Les catastrophes qui ont entraîné d’importants déplacements de per-
sonnes sont souvent associées à des carences et des stress cumulatifs psycho-
logiques et physiologiques, surtout dans les pays en voie de développement
ou dans les populations très défavorisées. L’ouragan Katrina, qui a causé plus
de 1 800 décès aux États-Unis, s’est accompagné de moins de naissances de
petit poids et d’aucune augmentation d’autres complications obstétricales
(Hamilton et al., 2009). Globalement, il n’y a pas eu plus de problèmes de
santé mentale chez les enfants nés à cette période, bien qu’il y eût plus
de PTSD et d’états dépressifs chez les femmes enceintes à cette période (Savage
et al.,  2010). Ces troubles étaient associés à plus de difficultés psycholo-
giques chez les enfants (Tees et al., 2009), ce qui laisse supposer qu’une part
non négligeable de femmes ayant connu des troubles psychiques après la
catastrophe auraient peut-être été les mêmes qui auraient entretenu des rela-
tions difficiles avec leurs enfants. Au total, la littérature portant sur les catas-
trophes ne permet pas de conclure à des effets importants sur la durée de la
gestation. Plus d’études ont montré une réduction qu’une augmentation du
risque (Eskenazi et al., 2007 ; Engel et al., 2005 ; Rich-Edwards et al., 2005 ;
El-Sayed et al., 2008 ; Hamilton et al., 2009). Par contre, des résultats plus
consistants ont été trouvés sur la croissance fœtale et le poids de naissance.
Le timing de l’exposition au stress aigu. Le premier trimestre et le début
du second trimestre semblent une période de particulière vulnérabilité.
Entre la 8e et la 24e semaine, lorsque se mettent en place les réseaux corti-
caux, le cerveau est particulièrement vulnérable. Par ailleurs il est démon-
tré qu’une élévation du taux de cortisol durant le premier trimestre de
grossesse prédit un taux élevé de CRH au troisième trimestre, qui pourrait
expliquer le lien entre stress précoce et réduction de la durée de gestation.
La datation d’un stress est souvent difficile, car il comprend souvent une
période d’anticipation elle-même stressante et lui-même peut s’étaler sur
Anxiété et stress 197

plusieurs jours, semaines ou mois. Ce problème est partiellement simplifié


en cas de catastrophe naturelle ou sociale (guerre). Les études ont porté sur
la recherche de complications obstétricales ou d’anomalies du développe-
ment. Deux études, l’une portant sur les conséquences d’un tremblement
de terre (Torche et Kleinhaus, 2012), l’autre sur les effets d’un bombarde-
ment (Malaspina et al., 2008) ont montré que les enfants exposés durant le
premier trimestre jusqu’au début du second, étaient plus souvent prématu-
rés et présentaient une incidence plus grande de la schizophrénie.

Stress et développement 
Théorie de la programmation foetale
Le rôle des facteurs psychologiques, tels que le stress, l’anxiété ou la dépres-
sion, est suspecté dans certaines issues défavorables de la grossesse, en parti-
culier prématurité et poids de naissance (DiPietro et al.,  2002) mais aussi
dans le développement, comme le suggèrent les études très documentées
chez l’animal. Toutefois, la plupart des études contrôlent mal les facteurs
de confusion et les risques relatifs sont le plus souvent modérément aug-
mentés. Lorsqu’il s’agit d’affection rare (schizophrénie, malformation de la
crête neurale) il importe de garder à l’esprit que la très grande majorité des
grossesses ne mènent pas aux complications étudiées.
Selon la théorie de la programmation fœtale (cf. par exemple Glover
et al., 2010), le fœtus s’adapte aux conditions de l’environnement. En cas de
stimuli extrêmement défavorables, un accouchement plus précoce favorise-
rait la survie mais exposerait à plus de vulnérabilité et plus de maladies. Les
modèles épidémiologiques, comme les modèles expérimentaux se heurtent
à certaines limites pour expliquer les relations entre le stress et les issues
défavorables de la grossesse ou les conséquences sur le développement. En
effet, de nombreux facteurs interviennent qui modulent l’effet du stress,
comme certains propres à l’unité fœto-placentaire, d’autres liés aux facultés
d’adaptation du sujet dans son environnement.

Plusieurs études ont croisé les registres de naissance


et les complications obstétricales
Une étude danoise (Hansen et al., 2000) a comparé, entre 1980 et 1992, 3
600 femmes exposées au décès de leur partenaire ou d’un de leurs enfants
à ces événements durant la grossesse et jusqu’à seize mois après la gros-
sesse, à un groupe contrôle randomisé (20 000 femmes). Elle a évalué le
taux de malformations global (3 % dans la population de référence) et de
malformation de la crête neurale (0,65 % dans la population de référence).
L’augmentation globale du risque est modérée (RR = 1,14) pour l’ensemble
des malformations, un peu plus élevée pour des malformations de la crête
198 Psychopathologie périnatale

neurale. Elle est maximale lorsqu’il s’agit d’un décès d’un enfant (RR = 4,75),
a fortiori durant le premier trimestre, et qu’il est inattendu (RR = 8,36). Les
études portant sur les désastres naturels ou sociaux, déjà citées, ont montré
une plus grande incidence de la schizophrénie chez les femmes exposées au
premier trimestre. Une autre étude au Danemark (Khashan et al., 2008) a
porté sur une cohorte de 1,4 million de naissances entre 1973 et 1995. Les
enfants dont un proche (partenaire ou enfant) des mères était décédé de
cancer, d’infarctus du myocarde ou d’un accident vasculaire cérébral durant
les six mois qui précédaient la conception ou pendant la grossesse, mon-
traient une incidence plus élevée de schizophrénie (RR  =  1,7) si et seule-
ment si le décès survenait durant le premier trimestre de grossesse.
De nombreuses autres études récentes (Buss et al., 2012 ; Davis et al., 2012 ;
Sandman et al., 2011 ; Davis et al., 2011 ; Davis et al., 2010) ont montré des
liaisons significatives entre le stress durant la grossesse et certaines variantes
ou anomalies du développement neurologique (Sandman et al., 2011, 2012) :
modification de la taille de l’amygdale et de l’hippocampe (Buss et al., 2012),
troubles anxieux chez le préadolescent (Davis et al., 2012), difficulté de régula-
tion du stress (Davis et al., 2011) et enfin troubles cognitifs (Davis et Sandman,
2010 ; Schwabe et al., 2012). Un lien direct de causalité reste encore à établir.

Modes d’action
La régulation de l’axe hypothalamo-hypophysaire est modifiée durant la
grossesse. Le CRH est principalement secrété par le placenta, à la fois dans
le compartiment maternel et dans le compartiment fœtal. En contraste
avec le rétrocontrôle négatif qu’exerce le cortisol sur la production de CRH
hypothalamique, il stimule la production de CRH par le placenta qui atteint
des concentrations extrêmement élevées au fur et à mesure de la grossesse.
Les effets du cortisol maternel qui traverse le placenta sont modulés par
l’enzyme placentaire 11bHSD2 qui le transforme en sa forme inactive, la
cortisone (Seckl et Meaney, 2004 ; Murphy et al., 2006). À la fin de la gros-
sesse l’activité de cette enzyme qui était très élevée chute et permet la dispo-
nibilité du cortisol pour le développement fœtal et en particulier cérébral.
Deux types d’action ont été particulièrement étudiés : les modifications de
l’activité utérine et le développement fœtal. Chez les rongeurs, un stress bref
de modéré à sévère, entraîne l’augmentation de la production de cortisol en
réduisant l’activité de l’enzyme placentaire 11b-HSD2 (Welberg et al., 2005).
Quant au stress chronique, les études chez l’animal suggèrent qu’il n’affecte
pas la production basale de cortisol mais réduit la capacité d’adapter l’activité
de l’enzyme placentaire 11b-HSD2 en réponse à un nouveau stress. Des études
conduites chez les femmes enceintes anxieuses ont montré que les concentra-
tions de cortisol du fœtus et de la mère et dans une moindre mesure du CRH
sont corrélées de façon linéaire, avec un ratio de 10/1 en faveur du cortisol
maternel. Ainsi le fœtus est sensible au stress sans être inondé par le cortisol
Anxiété et stress 199

maternel, ce qui selon certaines hypothèses participe au mécanisme adaptatif


(Glover et al., 2009). Une action sur le système nerveux sympathique est aussi
suggérée par une modification de l’activité des catécholamines.
Les catécholamines conduisent à une réduction du flux de l’artère uté-
rine (Edwards et Burnham,  2001  ; Weinstock,  1997  ; Gitau et al.,  2001  ;
Teixeira et al., 1999). L’action du stress porterait aussi sur l’activité utérine
à travers la libération d’ocytocine et/ou l’augmentation du taux de récep-
teurs utérins à l’ocytocine (Carsten et Miller, 1987). La mesure de l’activité
utérine spontanée chez des femmes non gestantes a montré que des stimuli
soudains, désagréables ou anxiogènes étaient susceptibles d’augmenter la
fréquence et la survenue des contractions utérines (Bickers,  1956  ; Omer
et al.,  1986). Inversement, un stimulus relaxant diminue les contractions
spontanées en fin de grossesse. Omer et al. proposent de traiter les menaces
d’accouchement prématuré par relaxation sous hypnose et rapportent une
efficacité de cette prise en charge. Les médiateurs des modifications péjo-
ratives sur le développement et leurs cibles sont un objet de recherche
actuelle : hormones de stress et neuropeptides (Ratnayake et al., 2013), crois-
sance neurale et épigénèse (Archer et al., 2012 ; Kolb et al., 2012 ; Ratnayake
et al., 2013 ; Schwabe et al., 2012 ; Buss et al., 2011).
L’ensemble de ces recherches met en évidence la dimension de l’éco-
nomie psychique dans l’issue de grossesse. Elle invite à associer aux soins
physiologiques, le cure, un soin psychologique de base, le care entendu dans
une dimension indépendante de santé publique.

Bibliographie
Archer, T., Oscar-Berman, M., Blum, K., & Gold, M. (2012). Neurogenetics and Epige-
netics in Impulsive Behaviour: Impact on Reward Circuitry. J Genet Syndr Gene
Ther, 3(3), 1000115.
Areskog, B., Uddenberg, N., & Kjessler, B. (1981). Fear of childbirth in late pre-
gnancy. Gynecol. Obstet. Invest, 12, 262-266.
Baibazarova, E., van de Beek, C., Cohen-Kettenis, P. T., Buitelaar, J., Shelton, K. H.,
& van Goozen, S. H. M. (2012). Influence of prenatal maternal stress, maternal
plasma cortisol and cortisol in the amniotic fluid on birth outcomes and child
temperament at 3 months. Psychoneuroendocrinology(12), S0306-453000331-9.
Berkowitz, G. S., Wolff, M. S., Janevic, T. M., et al. (2003). The World Trade Center
disaster and intrauterine growth restriction. Jama, 290, 595-596.
Bickers, W. (1956). utérins modes de contraction; effets des stimuli psychiques sur
l’myomètre. Fertil Steril, 7(3), 268-275.
Bidlowski, M., & Raoul-Duval A (1978). Un avatar psychique méconnu de la puerpéra-
lité : la névrose traumatique postobstétricale. Perspectives Psychiatriques, IV, 321-328.
Brockington, I. F. (1996). Motherhood and mental health. Oxford: Oxford University Press.
Brown et Harris: LEDS guide d’entretien mis au point par 1978.(Life Events and
Difficulties Schedule).
Burstein, I., Kinch, R. A., & Stern, L. (1974). Anxiety, pregnancy, labor and the neo-
nate. Am. J. Obstet. Gynecol, 118, 195-199.
200 Psychopathologie périnatale

Buss, C., Davis, E. P., Hobel, C. J., & Sandman, C. A. (2011). Maternal pregnancy-
specific anxiety is associated with child executive function at 6-9  years age.
Stress, 14(6), 665-676.
Buss, C., Davis, E. P., Shahbaba, B., Pruessner, J. C., Head, K., & Sandman, C. A.
(2012). Maternal cortisol over the course of pregnancy and subsequent child
amygdala and hippocampus volumes and affective problems. Proc Natl Acad Sci
U S A., 109(20), E1312-E1319.
Buttolph, J. L., & Holland, A. D. (1990). Obsessive-compulsive disorders in pregnancy
and childbirth. In Clinical picture. OCD theory and management (pp. 89-95).
St. Louis: MO, Mosby-Year-Book Inc.
Button, J. R., & Reivich, R. S. (1972). Obsessions of infanticide. À review of 42 cases.
Arch. Gen. Psychiatry, 27, 235-240.
Carsten, M. E., & Miller, J. D. (1987). A new look at uterine muscle contraction. Am J
Obstet Gynecol, 157(5), 1303-1315.
Chapman, A. H. (1959). Obsessions of infanticide. Arch. Gen. Psychiatry, 1, 12-16.
Cochrane, R., & Robertson, A. (1973). The life events inventory : a measure of the
relative severity of psycho- social stressors. Journal of Psychosomatic Research.,
17, 135-140.
Cohen, L. S., Sichel, D. A., Dimmock, J. A., & Rosenbaum, J. F. (1994a). Impact of
pregnancy on panic disorder: a case series. J. Clin. Psychiatry, 55, 284-288.
Corsa, L., Jr., Pugh, T. F., Ingalls, T. H., & Gordon, J. E. (1952). Premature birth as a
problem of human populations. Am J Med Sci, 224(3), 343-360.
Creedy, D. K., Shochet, I. M., & Horsfall, J. (2000). Childbirth and the development
of acute trauma symptoms: incidence and contributing factors. Birth, 27(2),
104-111.
Czarnocka, J., & Slade, P. (2000). Prevalence and predictors of post-traumatic stress
symptoms following childbirth. Br J Clin Psychol, 39(Pt 1), 35-51.
Dannon, P. N., Iancu, I., Lowengrub, K., Grunhaus, L., & Kotler, M. (2006). Recur-
rence of panic disorder during pregnancy: a 7-year naturalistic follow-up study.
Clin Neuropharmacol, 29(3), 132-137.
Davis, E. P., Glynn, L. M., Waffarn, F., & Sandman, C. A. (2011). Prenatal maternal
stress programs infant stress regulation. J Child Psychol Psychiatry, 52(2), 119-129.
Davis, E. P., & Sandman, C. A. (2012). Prenatal psychobiological predictors of anxiety
risk in preadolescent children. Psychoneuroendocrinology, 37(8), 1224-1233.
Davis, E. P., & Sandman, C. A. (2010). The timing of prenatal exposure to maternal
cortisol and psychosocial stress is associated with human infant cognitive deve-
lopment. Child Dev, 81(1), 131-148.
Diego, M. A., Jones, N. A., Field, T., Hernandez-Reif, M., Schanberg, S., Kuhn, C., &
Gonzalez-Garcia, A. (2006). Maternal psychological distress, prenatal cortisol,
and fetal weight. Psychosom Med, 68(5), 747-753.
DiPietro, J. A., Hilton, S. C., Hawkins, M., Costigan, K. A., & Pressman, E. K. (2002).
Maternal stress and affect influence fetal neurobehavioral development. Dev
Psychol, 38(5), 659-668.
Dipietro, J. A. (2012). Maternal stress in pregnancy : considerations for fetal develop-
ment. J Adolesc Health., 51(2 Suppl), S3-8.
DSM-IV — Mini DSM-IV : critères diagnostiques. Masson, Paris, 1996, 384 p.
Dunkel Schetter, C. (2011). Psychological science on pregnancy: stress processes,
biopsychosocial models, and emerging research issues. Annu Rev Psychol, 62,
531-558.
Anxiété et stress 201

Edwards, H. E., & Burnham, W. M. (2001). The impact of corticosteroids on the deve-
loping animal. Pediatr Res, 50(4), 433-440.
El-Sayed, A., Hadley, C., & Galea, S. (2008). Birth outcomes among Arab Americans
in Michigan before and after the terrorist attacks of September 11, 2001. Ethn
Dis, 18, 348-356.
Endara, S. M., Ryan, M. A., Sevick, C. J., et  al. (2009). Does acute maternal stress
in pregnancy affect infant health outcomes? Examination of a large cohort of
infants born after the terrorist attacks of September 11, 2001. BMC Public Health,
9, 252.
Engel, S. M., Berkowitz, G. S., Wolff, M. S., et al. (2005). Psychological trauma asso-
ciated with the World Trade Center attacks and its effect on pregnancy outcome.
Paediatr Perinat Epidemiol, 19, 334-341.
Eskenazi, B., Marks, A. R., Catalano, R., et al. (2007). Low birthweight in New York
city and upstate New York following the events of September 11th. Human
Reproduction, 22, 3013-3020.
Fones, C. (1996). Posttraumatic stress disorder occurring after painful childbirth.
JNerv Ment Dis, 184(3), 195-196.
Gitau, R., Fisk, N. M., & Glover, V. (2001). Maternal stress in pregnancy and its effect
on the human fœtus : an overview of research findings. Stress, 4(3), 195-203.
Glover, V., Bergman, K., Sarkar, P., & O’Connor, T. G. (2009). Association between
maternal and amniotic fluid cortisol is moderated by maternal anxiety. Psycho-
neuroendocrinology, 34(3), 430-435.
Glover, V., O’Connor, T. G., & O’Donnell, K. (2010). Prenatal stress and the pro-
gramming of the HPA axis. Neurosci Biobehav Rev, 35(1), 17-22.
Graignic-Philippe, R., & Tordjman, S. (2009). [Effects of stress during pregnancy on
infant and child development]. Arch Pediatr, 16(10), 1355-1363.
Graignic-Philippe, R., Dayan, J., Chokron, S., Jacquet, A. Y., & Tordjman, S. (2014).
Effects of prenatal stress on fetal and child development  : A critical literature
review. Neurosci Biobehav Rev.
Grimm, E. R., & Venet, W. R. (1966). The relationship of emotional adjustment and
attitudes to the course and outcome of pregnancy. Psychosom. Med, 28, 34-49.
Guler, O., Koken, G. N., Emul, M., Ozbulut, O., Gecici, O., Uguz, F., Gezginc, K.,
Zeytinci, I. E., Karatayli, S., & Askin, R. (2008a). Course of panic disorder during the
early post-partum period: a prospective analysis. Compr Psychiatry, 49(1), 30-34.
Guler, O., Sahin, F. K., Emul, H. M., Ozbulut, O., Gecici, O., Uguz, F., Gezginc, K.,
Zeytinci, I. E., Karatayli, S., & Askin, R. (2008b). The prevalence of panic disorder
in pregnant women during the third trimester of pregnancy. Compr Psychiatry,
49(2), 154-158.
Hamilton, B. E., Sutton, P. D., Mathews, T. J., et al. (2009). The effect of Hurricane
Katrina: Births in the U. S. Gulf Coast region, before and after the storm. Natio-
nal Vital Statistics Report, 58, 1-32.
Hansen, D., Lou, H. C., & Olsen, J. (2000, 9). Serious life events and congenital
malformations: a national study with complete follow-up. Lancet, 356(9233),
875-880 Erratum in : Lancet 2001, 357 (9274):2142.
Hedegaard, M., Henriksen, T. B., Secher, N. J., Hatch, M. C., & Sabroe, S. (1996). Do
stressful life events affect duration of gestation and risk of preterm delivery?
Epidemiology, 7(4), 339-345.
Hertzberg, T., & Wahlbeck, K. (1999). The impact of pregnancy and puerperium on
panic disorder: a review. J Psychosom Obstet Gynaecol, 20(2), 59-64.
202 Psychopathologie périnatale

Huizink, A. C., Mulder, E. J., & Buitelaar, J. K. (2004). Prenatal stress and risk for
psychopathology: specific effects or induction of general susceptibility? Psychol
Bull, 130(1), 115-142.
Hock, E., & Shirtzinger, M. B. (1992). Maternal separation anxiety : its developmental
course and relation to maternal mental health. Child Dev, 63, 93-102.
Holmes, T. H., & Rahe, R. H. (1967). THE SOCIAL READJUSTMENT RATING SCALE.
J Psychosom Research, 11, 213-218, Pergamon Press.
Howell, H. B., Brawman-Mintzer, O., Monnier, J., & Yonkers, K. A. (2001). Generali-
zed anxiety disorder in women. Psychiatr Clin North Am, 24(1), 165-178.
Huizink, A. C., Mulder, E. J., & Buitelaar, J. K. (2004). Prenatal stress and risk for
psychopathology: specific effects or induction of general susceptibility? Psychol
Bull, 130(1), 115-142.
Janerich, D. T., Stark, A. D., Greenwald, P., et  al. (1981). Increased leukemia, lym-
phoma, and spontaneous abortion in Western New York following a flood disas-
ter. Public Health Rep, 96, 350-356.
Jennings, K. D., Ross, S., Popper, S., & Elmore, M. (1999). Thoughts of harming
infants in depressed and nondepressed mothers. J Affect Disord, 54(1–2), 21-28.
Kessler, R. C., Berglund, P., Demler, O., Jin, R., Merikangas, K. R., & Walters, E. E.
(2005). Lifetime prevalence and age-of-onset distributions of DSM-IV disorders in
the National Comorbidity Survey Replication. Arch Gen Psychiatry, 62, 593-602.
Khashan, A. S., Abel, K. M., McNamee, R., Pedersen, M. G., Webb, R. T., Baker, P. N.,
Kenny, L. C., & Mortensen, P. B. (2008). Higher risk of offspring schizophrenia
following antenatal maternal exposure to severe adverse life events. Arch Gen
Psychiatry, 65(2), 146-152.
Kolb, B., Mychasiuk, R., Muhammad, A., Li, Y., Frost, D. O., & Gibb, R. (2012). Expe-
rience and the developing prefrontal cortex. Proc Natl Acad Sci U S A., 109(Suppl
2), 17186-17193.
Lobel, M., Cannella, D. L., Graham, J. E., DeVincent, C., Schneider, J., & Meyer, B.
A. (2008). Pregnancy-specific stress, prenatal health behaviors, and birth out-
comes. Health Psychol, 27(5), 604-615.
Lobel, M., Dunkel-Schetter, C., & Scrimshaw, S. C. (1992). Prenatal maternal stress and
prematurity: a prospective study of socioeconomically disadvantaged women.
Health Psychol, 11(1), 32-40.
Makrigiannakis, A., Semmler, M., Briese, V., Eckerle, H., Minas, V., Mylonas, I., et al.
(2007). Maternal serum corticotropin-releasing hormone and ACTH levels as
predictive markers of premature labor. Int J Gynaecol Obstet, 97, 115-119.
Malaspina, D., Corcoran, C., Kleinhaus, K. R., Perrin, M. C., Fennig, S., Nahon, D.,
Friedlander, Y., & Harlap, S. (2008). Acute maternal stress in pregnancy and
schizophrenia in offspring : a cohort prospective study. BMC Psychiatry, 8, 71.
Meshberg-Cohen, S., & Svikis, D. (2007). Panic disorder, trait anxiety, and alcohol use
in pregnant and nonpregnant women. Compr Psychiatry, 48, 504-510.
Murphy, V. E., Smith, R., Giles, W. B., & Clifton, V. L. (2006). Endocrine regulation of
human fetal growth: the role of the mother, placenta, and fetus. Endocrinology
Review, 27(2), 141-169.
Neziroglu, F., Anemone, R., & Yaryura-Tobias, J. A. (1992). Onset of obsessive-
compulsive disorder in pregnancy. Am. J. Psychiatry, 149, 947-950.
Nordentoft, M., Lou, H. C., Hansen, D., Nim, J., Pryds, O., Rubin, P., & Hemmingsen,
R (1996). Intrauterine growth retardation and premature delivery : the influence
of maternal smoking and psychosocial factors. Am J Public Health, 86(3), 347-354.
Anxiété et stress 203

Northcott, C. J., & Klein, M. B. (1994). Panic disorder in pregnancy. J. Clin. Psychiatry,
55, 539-542.
Omer, H., Friedlander, D., Palti, Z., & Shekel, I. (1986). Life stresses and premature
labor: real connection or artifactual findings? Psychosomatic Medicine, 48, 362-369.
Perera, F. P., Tang, D., Rauh, V., et al. (2005). Relationships among polycyclic aromatic
hydrocarbon-DNA adducts, proximity to the World Trade Center, and effects on
fetal growth. Environ Health Perspect, 113, 1062-1067.
Pritchard, C. W., & Teo Mfphm, P. Y. K. (1994). Preterm birth, low birthweight and
the stressfulness of the household role for pregnant women. Social science &
medicine, 38(1), 89-96.
Rambelli, C., Montagnani, M. S., Oppo, A., et al. (2010). Panic disorder as a risk factor
for post-partum depression: results from the Perinatal Depression-Research &
Screening Unit (PND-ReScU) study. J Affect Disord, 122, 139-143.
Ratnayake, U., Quinn, T., Walker, D. W., & Dickinson, H. (2013). Cytokines and the
neurodevelopmental basis of mental illness. Front Neurosci, 7, 180.
Rich-Edwards, J. W., Kleinman, K. P., Strong, E. F., et al. (2005). Preterm delivery in
Boston before and after September 11th, 2001. Epidemiology, 16, 323-327.
Sandman, C. A., Davis, E. P., Buss, C., & Glynn, L. M. (2011). Prenatal programming
of human neurological function. Int J Pept, 2011, 837596.
Sandman, C. A., & Davis, E. P. (2012). Neurobehavioral risk is associated with ges-
tational exposure to stress hormones. Expert Rev Endocrinol Metab, 7(4), 445-459.
Savage, J., Giarratano, G., Bustamante-Forest, R., Pollock, C., Robichaux, A., & Pitre,
S. (2010). Post-Katrina perinatal mood and the use of alternative therapies. Jour-
nal of Holistic Nursing, 28(2), 123-132.
Schwabe, L., Bohbot, V. D., & Wolf, O. T. (2012). Prenatal stress changes learning
strategies in adulthood. Hippocampus, 22(11), 2136-2143.
Seckl, J. R., & Meaney, M. J. (2004). Glucocorticoid programming. Ann N Y Acad Sci,
1032, 63-84.
Seedat, S., Scott, K. M., Angermeyer, M. C., et al. (2009). Cross-national associations
between gender and mental disorders in the World Health Organization World
Mental Health Surveys. Arch Gen Psychiatry, 66(7), 785-795.
Sichel, D. A., Cohen, L. S., Dimmock, J. A., & Rosenbaum, J. F. (1993). Post-partum
obsessive compulsive disorder: a cas series. J. Clin. Psychiatry, 54, 156-159.
Standley, K., Soule, B., & Copans, S. A. (1979). Dimensions of prenatal anxiety and
their influence on pregnancy outcome. Am. J. Obstet. Gynecol, 135, 22-26.
Tan, C. E., Li, H. J., Zhang, X. G., et al. (2009). The impact of the Wenchuan earth-
quake on birth outcomes. PLoS One, 4, e8200.
Tees, M. T., Harville, E. W., Xiong, X., et al. (2009). Hurricane Katrina-Related Mater-
nal Stress, Maternal Mental Health, and Early Infant Temperament. Matern Child
Health J, 511-518.
Teixeira, J. M., Fisk, N. M., & Glover, V. (1999). Association between maternal anxiety
in pregnancy and increased stress in brain morphology and behaviour of the
offspring. Progress in Neurobiology, 65, 427-451.
Tham, V., Ryding, E. L., & Christensson, K. (2010). Experience of support among
mothers with and without post-traumatic stress symptoms following emergency
caesarean section. Sex Reprod Healthc, 1(4), 175-180.
Thoma, M. V., Kirschbaum, C., Wolf, J. M., & Rohleder, N. (2012). Acute stress res-
ponses in salivary alpha-amylase predict increases of plasma norepinephrine.
Biol Psychol, 91(3), 342-348.
204 Psychopathologie périnatale

Tod, E. D. M. (1964). Puerperal depression, a prospective epidemiological study. Lan-


cet, ii, 1264-1266.
Torche, F., & Kleinhaus, K. (2012). Prenatal stress, gestational age and secondary sex
ratio: the sex-specific effects of exposure to a natural disaster in early pregnancy.
Hum Reprod, 27(2), 558-567.
Uguz, F., Gezginc, K., Zeytinci, I. E., et al. (2007). Obsessive-compulsive disorder in
pregnant women during the third trimester of pregnancy. Compr Psychiatry, 48,
441-445.
van Batenburg-Eddes, T., de Groot, L., Huizink, A. C., et al. (2009). Maternal symp-
toms of anxiety during pregnancy affect infant neuromotor development: the
Generation R study. Dev Neuropsychol, 34(4), 476-493.
Villeponteaux, V. A., Lydiard, R. B., Laraia, M. T., Stuart, G. W., & Ballenger, J. C.
(1992). The effects of pregnancy on preexisting panic disorder. J. Clin Psychiatry,
53, 201-203.
Wadhwa, P. D., Sandman, C. A., Porto, M., Dunkel-Schetter, C., & Garite, T. J. (1993).
The association between prenatal stress and infant birth weight and gestational
age at birth: a prospective investigation. Am J Obstet Gynecol, 169(4), 858-865.
Wadhwa, P. D., Culhane, J. F., Rauh, V., & Barve, S. S. (2001 Jun). Stress and pre-
term birth: neuroendocrine, immune/inflammatory, and vascular mechanisms.
Matern Child Health J, 5(2), 119-125 Review.
Weinstock, M. (1997). Does prenatal stress impair coping and regulation of hypothalamic-
pituitary-adrenal axis ? Neurosci Biobehav Rev, 21(1), 1-10.
Weissman, A., Siegler, E., Neiger, R., et al. (1989). The influence of increased seismic
activity on pregnancy outcome. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol, 31, 233-236.
Welberg, L. A., Thrivikraman, K. V., & Plotsky, P. M. (2005). Chronic maternal stress
inhibits the capacity to up-regulate placental 11beta-hydroxysteroid dehydroge-
nase type 2 activity. J Endocrinol, 186(3), R7-R12.
Williams, K. E., & Koran, L. M. (1997). J. Clin. Psychiatry, 58, 330-334.
Wolfe, B. E., & Sigl, P. (1998). Experiential psychotherapy of the anxiety disorders.
Handbook of experiential psychotherapy, 272-294.
Zaers, S., Waschke, M., & Ehlert, U. (2008). Depressive symptoms and symptoms
of post-traumatic stress disorder in women after childbirth. J Psychosom Obstet
Gynaecol, 29(1), 61-71.
Zambaldi, C. F., Cantilino, A., Montenegro, A. C., & Paes, J. A. (2009). Post-partum
obsessive-compulsive disorder: prevalence and clinical characteristics. Compr
Psychiatry, 50(6), 503-509.
Zambrana, R. E., Dunkel-Schetter, C., Collins, N. L., & Scrimshaw, S. C. (1999).
Mediators of ethnic-associated differences in infant birth weight. J Urban Health,
76(1), 102-116.
Zvolensky, M. J., Leen-Feldner, E. W., Feldner, M. T., et  al. (2008). Emotional res-
ponding to biological challenge as a function of panic disorder and smoking.
J Anxiety Disord, 18(1), 19-32.
9 Psychoses puerpérales
La psychose puerpérale représente un modèle quasi expérimental de
déclenchement d’un délire aigu et d’un trouble affectif par un événement de
vie (conception phénoménologique) ou stress (conception physiologique).
L’unité de la psychose puerpérale n’est pas constituée de sa sémiologie, où
priment le délire, la manie et la mélancolie, mais des circonstances de sa
survenue. Elle montre les limites de toute classification en psychiatrie.
Bien que d’une extrême sévérité ces troubles sont mal prévenus et sur-
tout, peu de moyens spécifiques sont attribués à leur prise en charge. Beau-
coup de mères ayant fait l’expérience d’hospitalisation dans des services de
psychiatrie générale, expriment colère et insatisfaction, se sentent peu sou-
tenues, plutôt maltraitées et peu prises en compte dans leur statut maternel
(Mowbray et al., 1995 ; Robertson et Lyons, 2003 ; Hauck et al., 2013).
D’étiologie complexe, le délire ou les troubles affectifs déclenchés par
la naissance peuvent, bien qu’exceptionnellement, survenir chez le père
ou chez des mères ayant adopté un enfant (Shahani, 2012 ; Davenport et
Adland, 1982 ; Van Putten et Lawall, 1981 ; Millet et al., 1978).

Historique
Les descriptions princeps
La notion de troubles mentaux survenant à l’occasion de la maternité est
rapportée depuis l’Antiquité. Hippocrate (460-380) en donne l’illustration
dans le 3e livre des « épidémies ». Le délire est expliqué par la montée au
cerveau d’un mélange de lochies, pertes vaginales liquides, s’écoulant pen-
dant une à plusieurs semaines, jusqu’à cicatrisation de la paroi utérine, et
de lait maternel. La coutume qui subsiste de-ci de-là en France d’imposer
le jeûne au nourrisson durant les premières vingt-quatre heures de vie en
est la trace : interdire aux femmes de nourrir pour que dans un mouvement
imaginaire d’équilibre des fluides, le sang ne monte pas à la tête.
Esquirol, en 1819, décrit « l’aliénation mentale des nouvelles accouchées
et des nourrices ». Il entreprend la première enquête psychiatrique systéma-
tique. Parmi 95 femmes hospitalisées en post-partum, il distingue 50 % de
manies, 40 % de mélancolies et monomanies et 10 % de démences précoces
(schizophrénie). Il signale la fréquence des prodromes et la guérison fré-
quente, souvent spontanée en six à huit mois. Il insiste sur le risque d’infan-
ticide. Il inverse les rapports de causalité traditionnels : le défaut de sécrétion
de lait devient la conséquence de la folie puerpérale. Il remarque chez les
femmes qui en mourraient, l’absence de lésion anatomique : « l’ouverture

Psychopathologie de la périnatalité et de la parentalité


© 2015 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.
206 Psychopathologie périnatale

des corps… n’offre rigoureusement rien de particulier.  » Le terrain (héré-


dité, susceptibilité personnelle, accès de folie antérieurs), une vulnérabilité
somatique (écarts de régime, refroidissement, sevrage brusque) et des causes
morales (isolement, crainte de tomber malade, de perdre l’enfant, d’être
abandonnée du père, traumatismes familiaux) sont les étiologies nouvelles
de l’affection.
Pour Marcé, les états délirants du post-partum, ne diffèrent pas fondamen-
talement des manies et mélancolies.

Étiopathogénie
Les théories vont se succéder, organiques, psychologiques ou mixtes. Les
grands axes hormonaux, l’hérédité et les causes « morales » ont été succes-
sivement, alternativement ou conjointement évoqués. Aucune théorie ne
peut à elle seule apporter des arguments scientifiques suffisants et plusieurs
se sont déjà effondrées.

Tableau 9.1. Principales théories étiologiques des psychoses puerpérales.


Dégénérescence Magnan 1877
Constitution Ballet 1892
Auto-infection ou intoxication Toulouse et Marchand 1930
Déséquilibre lutéino-follicullinique Sivadon 1933
Réactivation des fantasmes œdipiens Zilboorg 1929
Intrication physio-psychopathologique Deutsch 1945
(orientation analytique)
Intrication stress-hérédité-hormones Consensus 2013

Épidémiologie
Fréquence
La fréquence des psychoses puerpérales varie selon les études
de 1 à 1,5 ‰ accouchements
Hemphill (1952), à partir d’un travail cliniquement très documenté,
retrouve 1,4 ‰ de psychoses puerpérales, parmi 40 000 grossesses et accou-
chements.
Kendell et al. (1987), à Edimbourgh, sur une période de onze ans, retrou-
vent pour 54  000 naissances, 120 admissions psychiatriques à trois mois
du post-partum, répondant aux critères RDC (Research Diagnostic Criteria), soit
0,9 ‰ de psychoses puerpérales : manies (17 %), dépressions de tous types
(50  %), psychoses fonctionnelles (10  %), épisodes schizo-affectifs (7,5  %),
Psychoses puerpérales 207

schizophrénies (3 %), 10 cas insuffisamment documentés. 51 femmes (42 %)


furent admises durant le premier mois.
Terp et Mortensen (1998) au Danemark entre  1973 et  1993 avec une
population de référence de 1 270 000 femmes retrouvent un taux de psy-
chose puerpérale jusqu’à trois mois du post-partum de 1 ‰ (1 200 sujets).
L’étude de Harlow et al. (2007) en Suède porte sur 612  000 primipares
entre 1987 et 2001. Ils retrouvent un taux de psychoses puerpérales égal à 1 ‰
(600 sujets), 0,7 ‰ de troubles psychotiques et 0,3 ‰ de troubles bipolaires.

Le post-partum précoce est une période à risque psychiatrique


Paffenbarger (1964) en prenant pour base de comparaison les mêmes
femmes à une autre période de leur vie a montré que dix-huit fois plus de
femmes étaient hospitalisées durant le premier mois du post-partum que
durant les autres mois de la grossesse, trente-cinq fois plus lorsqu’il s’agit
de primipares.
Selon Terp et Mortensen (1998), le risque d’être admis pour la première fois à
l’hôpital psychiatrique est multiplié par trois durant les trois premiers mois. Le
risque général d’être hospitalisée n’est augmenté que d’un faible ratio : 1,09.
Selon Harlow et al. (2007), le risque d’être hospitalisé durant le post-
partum augmente avec la récence de l’hospitalisation précédente et le
nombre d’hospitalisations antérieures. 90 % des hospitalisations dans cette
étude surviennent durant le premier mois.

Formes cliniques
Les classifications diagnostiques (CIM, DSM) internationales parfois à seule-
ment dix années d’intervalle n’utilisent pas les mêmes critères. De plus, beau-
coup de chercheurs spécialisés dans le domaine périnatal ont conservé des
catégories diagnostiques anciennes (psychoses fonctionnelles notamment).
Une dizaine d’enquêtes de grande envergure, toutes rétrospectives, ont
été menées durant les deux dernières décennies. Elles montrent 30  % de
troubles bipolaires, 30 % de psychoses aiguës et environ 35 % de troubles
de symptomatologie intermédiaire classés soit psychoses (surtout Europe
du Nord), soit troubles bipolaires (DSM, CIM). Cette pondération entre les
troubles est retrouvée à trois mois, six mois et douze mois. Des auteurs, tels
Meltzer et Kumar (1985) ou Klompenhouwer et Van Hulst (1991) maintien-
nent en effet le diagnostic jusqu’à un an du post-partum. Utilisant le DSM
ou la CIM, les troubles de l’humeur prévalent et représentent environ 70 %
des cas. Ils se partagent entre environ un tiers d’épisodes maniaques ou
mixtes et deux tiers d’épisodes dépressifs sévères avec ou sans sémiologie
mélancolique. Environ 5 % des hospitalisations sont liées à des troubles du
spectre de la schizophrénie.
Deux semaines après l’accouchement, les accès maniaques représentent
la moitié des cas.
208
Tableau 9.2. Diagnostics à 3 et 12 mois du post-partum.

Psychopathologie périnatale
Dean et Kendell et al. Klompenhouwer et Terp et Mortensen Harlow et al. Meltzer et Videbech et
Kendell (1981) (1987) Van Hulst (1991) (1998) (2007) Kumar (1985) Gouliaev (1995)
Diagnostic RDC RDC RDC ICD 8 CIM-8,9 10 RDC DSM-IV
Délai 3 mois 3 mois 3 mois 3 mois 3 mois 12 mois 12 mois
Patients 71 120 250 378 892 142 50
Troubles de l’humeur 82 % 73 %* 28 % 33 % 65 % 68 % 76 %
Épisode dépressif 49 69 % 44 37 % 40 16 % 124 581 63 44 % 29 58 %
Manie/hypomanie/ 9 13 % 44 37 % 31 12 % 34 24 % 9 18 %
états mixtes
Troubles psycho- 14 % 21 % 60 % 67 % 35 % 14 % 24 %
tiques
Psychoses fonction- 5 7 % 13 11 % 74 30 % 209 55 % 209 23 % 3 2 % 1 2 %
nelles*
Schizophrénie 1 1,5 % 4 3 % 12 5 % 102 12 % 102 11 % 9 2 % 6 12 %
Schizo-affectifs 4/0 5,5 % 5/3 51/12 25 % – 5/3 6 % 1/4 10 %
(manie/dépression)
Autres troubles 4 % 6 % 12 % 0 % 0 % 18 % 0 %
* dont 22 cas de troubles de l’humeur probable.
Psychoses puerpérales 209

Nosographie : une question toujours actuelle


La nosographie détermine en partie la conduite à tenir. Par exemple, le
principe qu’une psychose puisse être «  fonctionnelle  » permet d’analyser
l’émergence délirante dans une perspective adaptative et donne légitimité à
une réflexion sur le contexte et l’histoire de la patiente. La classification du
DSM offre une perspective presque exclusivement biologique.

Les classifications internationales


La classification de l’association américaine de psychiatrie
(APA) : le DSM
Dans le DSM-V, la spécification « avec début périnatal » s’étend aux troubles
survenant durant la grossesse jusqu’à quatre semaines du post-partum. Elle
s’applique à un épisode dépressif majeur, maniaque ou mixte, un trouble
bipolaire (I ou II) ou à un trouble psychotique bref. L’entité nosographique
« psychose puerpérale », qui figurait dans le DSM-II (1968) a été retirée du
DSM-III-R (1987), puis partiellement réintroduite dans le DSM-IV par la
mention « avec début lors du post-partum ».
La classification de l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
Cette classification a connu elle aussi l’exclusion puis la réintroduction
d’une terminologie spécifique aux troubles du post-partum. Aujourd’hui,
une classification propre à la psychose puerpérale demeure possible, dans la
section F53 : « Troubles mentaux et troubles du comportement associés à la
puerpéralité, non classés ailleurs », parmi les troubles sévères. Ces troubles
doivent apparaître dans les six premières semaines du post-partum.
Tableau 9.3. Principales dénominations utilisées pour décrire
les « psychoses aiguës délirantes ».
Dénomination du trouble Description princeps Écrits récents
délirant aigu ou de référence
Amentia Meynert 1890 Klompenhouwer 1991
et Van Hulst
Bouffée délirante aiguë Magnan 1893 Sichel et al. 1991
Psychoses psychogéniques Winner 1919 Mac Cabe 1975
Psychoses schizo-affectives Kasanin 1933 DSM-III-R 1987
Psychoses schizophréniformes Langfeld 1939 DSM-III-R 1987
Délire confuso-onirique Ey 1954 Lempérière 1984
Psychoses cycloïdes Leonhard 1961 Brockington 1996
Psychoses hystériques Follin 1963 Hirsch et Hollender 1969
Psychose aiguë/Troubles schizo- DSM-V/CIM-10 2013
phréniformes
210 Psychopathologie périnatale

Des troubles psychotiques sont retrouvés dans 70 % des cas publiés par
les Européens du Nord et 30  % par tous ceux qui utilisent le DSM ou
la CIM. Cette différence s’explique par les traditions psychiatriques. Elle
révèle des points de tension quant à la théorie, en particulier l’orientation
du DSM qui dans l’interaction complexe entre constitution et événement,
biologie et psychisme, réduit au minimum concevable la part de la sub-
jectivité.
La bouffée délirante aiguë
Définie par Magnan (1893) elle est conservée dans le DSM au titre de syn-
drome spécifique observé en Afrique de l’Ouest et à Haïti ! Les critères en
sont (Pull et al., 1987) des idées délirantes polymorphes de survenue bru-
tale, un bouleversement psychique, sans désorientation temporospatiale,
caractérisé par au moins 3 critères suivants  : changements soudains de
l’humeur ou du comportement, dépersonnalisation et/ou déréalisation,
hallucinations ou perceptions inhabituelles. Il s’y ajoute l’absence d’antécé-
dents autres qu’une ou plusieurs bouffées délirantes et le retour complet à
l’état prémorbide en moins de deux mois.
Sichel et al. (1991) décrivent 34 cas de «  bouffée délirante aiguë  » sur-
venant en post-partum, entre  1976 et  1989. Les mécanismes du délire les
plus fréquemment rencontrés sont les interprétations (41,2 %), les thèmes
retrouvés sont le plus souvent de persécution (52,9 %), la thymie dépres-
sive ou la confusion dominent (35,3 %), moins fréquemment une thymie
expansive (26,5 %). La durée d’hospitalisation est dans 80 % des cas infé-
rieure à un mois.
Les psychoses cycloïdes
Terme introduit par Kleist (1928), que Brockington (1996) souhaite réin-
troduire au titre de forme clinique des psychoses du post-partum. La symp-
tomatologie à la fois thymique et schizophrénique s’accompagne, à des
degrés divers, de confusion mentale. L’évolution est marquée par la récur-
rence des troubles. La guérison après chaque accès est complète. Il n’y a pas
d’évolution vers un état déficitaire.
Les psychoses schizophréniformes
Décrit par Langfeldt (1939) et Kant (1942), le tableau clinique des psychoses
schizophréniformes associe des signes confusionnels et une expérience
psychotique. Les symptômes accessoires sont essentiellement des idées de
référence, des sentiments de persécution et des hallucinations auditives.
Le début, brutal ou subaigu, est rapporté à un événement précipitant. La
durée est de quelques mois, mais avec une guérison complète. La typologie
est classiquement pycnique et les antécédents familiaux plus fréquemment
maniaco-dépressifs que schizophréniques. Le trouble schizophréniforme
(DSM) se distingue de la schizophrénie par la durée brève et le caractère
inconstant de l’altération du fonctionnement social.
Psychoses puerpérales 211

Le trouble psychotique bref


Il est repris dans les deux principales classifications internationales, CIM-10
et DSM des troubles « psychotiques aigus ». Il dure moins d’un mois et peut
être déclenché par un stress. Sa survenue possible dans le post-partum est
reconnue. La notion de confusion n’est plus spécifiée. La CIM-10 a créé la
catégorie des « troubles psychotiques aigus polymorphes avec symptômes
schizophréniques » qui inclue les bouffées délirantes aiguës et les psychoses
aiguës avec symptômes schizophréniques. Tous deux doivent durer moins
d’un mois.
Les psychoses schizo-affectives
Ce concept a été réintroduit par le DSM-III-R en 1987. En France, on
emploie plus volontiers le terme de schizophrénies dysthymiques. Leur
description fut l’œuvre de Kasanin en 1933. Le tableau clinique est dominé
par un début brutal, une durée de quelques semaines à plusieurs mois, des
troubles de l’humeur majeurs (excitation traditionnellement), des illusions
et des hallucinations. On peut aussi retrouver une confusion, des troubles
de la motilité, des périodes d’extase et d’anxiété massive. Les phases inter-
critiques sont marquées par une bonne adaptation sociale, rarement inva-
lidées par de discrets troubles. Les manifestations sont en général précoces,
avant 20 ans. Le pronostic est favorable, ce d’autant plus que les troubles
thymiques prédominent sur les symptômes schizophréniques.
Les psychoses psychogéniques
Faergeman (1963) puis Mac Cabe (1975) décrivent un tableau clinique
de début brutal, suite à un traumatisme dit «  adéquat  ». Le contenu de
l’épisode psychotique reflète le traumatisme, l’affectivité est conservée,
l’humeur souvent déprimée. Des idées de référence, de préjudice ou de per-
sécution sont présentes dans plus de la moitié des cas. Il peut s’y adjoindre
des difficultés cognitives annexes ou des idées de suicide, tandis que les
troubles de la conscience vigile sont exceptionnels. La théorie qui fait de la
grossesse pour certaines femmes un trauma et non seulement un stress peut
trouver à travers les psychoses psychogéniques un appui nosographique. Il
s’agit d’un concept scandinave proche des psychoses réactionnelles dont la
première description par Winner (1919) distingue deux types de psychoses
« affectives » et « paranoïaques ». Elles ne répondent pas aux critères krae-
peliniens de la psychose maniaco-dépressive ni bleuleriens de la schizo-
phrénie. Elles sont la conséquence d’un facteur précipitant identifiable.
Les psychoses hystériques
Follin (1963) a décrit des états psychotiques aigus ou subaigus, oniroïdes,
de thématique mystique ou sexuelle, chez des personnalités hystériques, en
continuité avec leur problématique existentielle. Ces épisodes peuvent res-
ter isolés ou se répéter, voire même s’intégrer dans un tableau de « psychose
hystérique chronique  », dépassant alors le cadre des bouffées délirantes,
212 Psychopathologie périnatale

sans pour autant présenter l’aspect d’une «  mutation  » schizophrénique.


Hirsch et Hollender (1969) considèrent ces troubles comme de véritables
bouffées délirantes chez des personnalités hystériques. Maleval (1996) dis-
socie nettement la folie hystérique de la psychose schizophrénique, attri-
buant au délire une fonction et une organisation spécifiques en relation
avec la personnalité du sujet. Le discours des femmes délirantes en post-
partum présente parfois une sensibilité initiale à l’environnement, s’infiltre
de métaphores et s’accompagne de théâtralisme, faisant évoquer un profil
hystérique qui tend à s’estomper dès que l’exaltation ou l’abattement, voire
les hallucinations, occupent le devant du tableau.

Aspects sémiologiques
On distinguera deux formes essentielles  : les désordres thymiques francs,
maniaques ou dépressifs, souvent délirants et les psychoses aiguës déli-
rantes plus ou moins « confusionnelles ». Il existe de nombreuses formes
de passage. Les troubles schizophréniques sont plus rares, marqués par la
dissociation et la discordance.
Dans une perspective clinique et pragmatique, il importe de souligner
l’importance des troubles du sommeil. Ils sont toujours présents à la phase
d’état et sont le meilleur signe d’alarme chez les sujets à risque  : il s’agit
d’insomnies sévères ou progressivement croissantes sans rémission.

Spécificités sémiologiques
Tous les auteurs ont reconnu, dont Esquirol, Marcé et Ey en France et
Hamilton en Angleterre, des caractéristiques sémiologiques propres aux
psychoses puerpérales, mais toutefois insuffisantes à les distinguer radi-
calement des autres formes de délire aigu. Plusieurs études empiriques
ont tenté de répondre à cette question en comparant, pour des diagnos-
tics semblables, les troubles survenant pendant et en dehors du post-
partum (Protheroe, 1969 ; Hays, 1978 ; Brockington et al., 1981 ; Hays et
Douglass, 1984 ; Platz et Kendell, 1988 ; Brockington et Meakin, 1994). La
plupart des auteurs concluent globalement à une certaine forme de spé-
cificité dont la labilité des troubles, le passage parfois rapide, d’un délire
franc à des éléments qui évoquent plus la confusion, voire une forme
« d’hystérie ».
Les troubles de forme «  intermédiaire  » représentent environ un tiers
des cas. Ils ne sont ni typiquement « maniaco-dépressifs » (bipolaires), ni
typiquement « schizophréniques ». Formes de passage, ils ne semblent pas
compatibles avec la dichotomie kraepelinienne entre schizophrénie et psy-
chose maniaco-dépressive (trouble bipolaire type I) (Klompenhouwer et
Van Hulst, 1991 ; Terp et Mortensen, 1998 ; Videbech et Gouliaev, 1995 ;
Brockington, 1996).
Psychoses puerpérales 213

Les troubles de l’humeur


Accès maniaque
Les accès maniaques et mixtes surviennent pour la plupart dans les quinze
premiers jours du post-partum. Ils représentent à cette période de 35 à 40 %
des troubles « psychotiques puerpéraux ». La manie puerpérale se caracté-
rise par son début brutal et précoce, l’agitation intense, la désorganisation
psychotique, la très grande fréquence des productions hallucinatoires et
délirantes. La thématique délirante est variée, irrégulièrement centrée sur
l’enfant : idées de toute-puissance, d’influence, de mission divine, thèmes
érotomaniaques ou de persécution.
Comparant 21 cas de manies puerpérales à un groupe de manies sur-
venant à une autre période, Kadrmas et al. (1979) constatent parmi les
premières la fréquence des symptômes de premier rang de Kurt Schneider
(62  % des cas), plus élevée que dans le groupe contrôle (28  % des cas).
Les états mixtes sont fréquents, particuliers par l’intrication ou l’alternance
rapide d’éléments maniaques et mélancoliques. Dans la moitié des cas envi-
ron, la manie puerpérale évolue vers une phase dépressive ou mixte.

Accès dépressif « majeur »


Les formes délirantes atteignent 50  % des cas (Kendell et al.,  1981  ;
Katona, 1982). Les formes aiguës ont souvent une allure stuporeuse, confu-
sionnelle ou mixte. La labilité de l’humeur est fréquente.
Un tiers environ (des dépressions majeures hospitalisées) sont précédées
par une dépression mineure ou modérée en ante-partum. L’hospitalisation a
lieu pour 20 % des cas durant les deux premières semaines, la majorité dans
les trois mois.
Dans la mélancolie puerpérale, les sentiments d’incapacité, de culpabi-
lité, de déshonneur, de ruine ou de mort dominent la thématique anxio-
dépressive et convergent vers le nourrisson : la mère est convaincue qu’elle
ne sait pas soigner son enfant, qu’il aura par sa faute un destin malheu-
reux, qu’il va mourir ; ou que déjà elle l’a tué. Elle sent peser sur elle et sur
son enfant des menaces précises : elle est jugée, condamnée, elle doit dis-
paraître, on va les tuer. Des visions funestes la hantent, mettent en scène
des catastrophes dont elle se dit responsable (mort ou maladie des proches
par exemple). Le raptus suicidaire et/ou infanticide est ici particulièrement
à redouter.

Psychoses aiguës
Phase prédélirante
Elle précède de quelques jours l’irruption délirante. Elle peut survenir dès la
fin de la grossesse (Dayan, 1997 ; Harlow et al., 2007) ou dès le lendemain
de l’accouchement (Jonquiere-Wichmann, 1981 ; Heron et al., 2007).
214 Psychopathologie périnatale

Les signes en sont des troubles du sommeil à type de cauchemars avec agi-
tation nocturne, des ruminations anxieuses, des bizarreries du comporte-
ment, un désintérêt ou dégoût progressif vis-à-vis du contact corporel avec
l’enfant, des crises de larmes, une asthénie profonde, des plaintes soma-
tiques. Le contact avec l’enfant est marqué par la distractivité, des gestes de
plus en plus « automatisés » ou distants.
Phase d’état
C’est dans les trois premières semaines du post-partum avec un pic de fré-
quence au dixième jour que le délire proprement dit peut être observé. La
variabilité du tableau est l’un des aspects les plus caractéristiques : la patiente
passe de l’agitation à la stupeur, de l’agressivité aux conduites ludiques,
en fonction des fluctuations thymiques et des oscillations du niveau de
conscience.
Les troubles de la vigilance sont fréquents. La réalité est mal perçue, sur-
chargée de significations inquiétantes. Des illusions perceptives, parfois des
hallucinations auditives et surtout visuelles sont présentes. Quand elles sont
au premier plan, elles s’organisent en véritables bouffées oniroïdes alimen-
tant l’anxiété et le délire.
L’humeur est instable  : dépressive ou exaltée avec des moments d’abat-
tement, d’irritation, de désespoir. Parfois se trouvent réalisés des tableaux
mixtes, des syndromes confuso-maniaques ou confuso-mélancoliques.
Organisation du délire. Il est mal structuré, très fluctuant dans son intensité
et son expression. Le vécu délirant est généralement persécutoire et terri-
fiant. Les idées sont particulièrement lugubres et funèbres (« délire triste »
de Marcé). L’intensité de l’angoisse de dépersonnalisation est sensible à
l’attitude de l’entourage.
Thématique. La thématique délirante est généralement centrée sur la nais-
sance et la relation à l’enfant  : négation du mariage ou de la maternité,
sentiment de non-appartenance (il n’est pas d’elle, on a substitué un autre
enfant au sien, on l’a changé de sexe, il a été dérobé par des proches mal-
veillants, il est atteint de grave maladie ou de difformités) ou de non-exis-
tence de l’enfant (il n’est pas né, elle a une tumeur dans son ventre). L’agres-
sivité envers l’enfant est possible, même lorsque la mère semble apathique
ou indifférente (Sichel et Chepfer, 1974). La mère peut se sentir elle-même
menacée, soumise à des influences maléfiques, droguée, hypnotisée.
L’infanticide et/ou le suicide peuvent surprendre l’entourage par la brutalité
de leur réalisation.
L’évolution immédiate
L’évolution est généralement rapidement favorable, sous traitement anti­
psychotique et plus rarement sismothérapie. La guérison est remarquable-
ment accélérée par le maintien de la relation mère-enfant ou sinon par
l’introduction rapide de l’enfant dans le champ d’action thérapeutique, par
Psychoses puerpérales 215

sa présentation à la mère. Mais des rechutes à très court terme ne sont pas
rares, ayant l’allure d’états mixtes, d’accès mélancoliques ou maniaques
plus ou moins typiques.

Schizophrénie et états schizophréniformes


Faible proportion des psychoses puerpérales, les troubles peuvent débuter
tôt après l’accouchement sous trois modalités principales :
• « flambées schizophréniques » avec agitation délirante, discordance idéo-
affective, bizarreries du comportement, conduites impulsives, repli autis-
tique, négativisme ;
• schizophrénie dysthymique avec excitation atypique, dépression déli-
rante et discordante ;
• parfois, le tableau se constitue insidieusement : attitude de repli et d’hos-
tilité, comportement bizarre, désintérêt pour l’enfant qui est négligé ou soi-
gné de manière aberrante.
Dans ces schizophrénies à début (ou à rechute) puerpéral, l’adaptation à
la maternité est sévèrement compromise mais la séparation précoce consti-
tuerait un facteur important et négatif du pronostic (Racamier et al., 1961).

Aspects évolutifs
Moment de survenue des troubles « psychotiques »
en relation avec la puerpéralité
Les troubles psychotiques puerpéraux peuvent survenir durant la grossesse
ou durant le post-partum. Surtout, contrairement aux idées reçues, les pro-