Vous êtes sur la page 1sur 188

Dédicace

Je tiens à remercier dans un premier temps toute l’équipe pédagogique de l’Ecole Nationale
des Ingénieurs de SFAX, les intervenants professionnels responsables de la formation Génie
Civil et à ma famille en particulier
A ma chère mère Jamila, qui m’a toujours tenu la main avec tant de tendresse et d’amour tout
le long de ma vie.
A mon cher père Habib, qui m’a toujours soutenu et qui a fait tout son possible pour m’aider.
Qu’il soit l’expression de mon infinie gratitude et de mon grand amour.
Que Dieu vous bénisse, vous procure
bonne santé et longue vie.
A mon frère et mes chères sœurs et Mokhless, Hanen et Maissa
Je vous souhaite un avenir radieux plein de succès, de bonheur
et de réussite.
A la mémoire de Mes GRANDS PARENT
A tous les membres de ma famille
A tous mes amis.
A tous ceux qui ont participé de loin ou de près à l’élaboration de ce
Travail
Que ce travail soit l’illustration de mon profond respect,
ma reconnaissance et mes sentiments distingués.

Aloui Mariam
Dédicace

Avec un grand plaisir


Je dédie ce modeste travail en guise de respect et de reconnaissances :
A mes chers parents en témoignage et en gratitude de leur dévouement
et leur soutien permanent durant toutes mes années d’études, leurs sacrifices
illimités, leur réconfort moral et tous les efforts qu’ils ont consentis pour mon
éducation et mon instruction pour me voir réussir un jour.
A mes chères frères et sœurs, pour leurs sentiments profonds de
fraternité et de soutien. Pour tous les beaux moments qui nous ont réunis
et qui nous réuniront encore.
Que dieu les garde et les accorde tout le bonheur et le succès du monde.
A tous les membres de ma famille
A tous mes amis.
A tous ceux qui ont participé de loin ou de près à l’élaboration de ce
travail

Wissem ksentini
Remerciements

Nous tenons à remercier Dieu (ALLAH) l´unique, le Tout-Puissant, le Clément et le


Miséricordieux, qui nous inspiré qui m’a guidé dans le bon chemin je vous dois ce que je suis
devenu.
Nous tenons à exprimer nos remerciements à nos encadreurs M. Masmoudi Abdelmonem et
Mme. Imen Kamoun pour leurs bienveillances et leur attention particulière pour
l’encadrement de ce travail.

Nous tenons à remercier avec beaucoup de respect, M. Makram Gtari pour nous avoir fourni
les données nécessaires à l’élaboration de ce projet et permis de mener à bien notre travail.

Nos remerciements s’adressent également aux notre rapporteurs


M. Atef Daouad et M. Riath Triki qui ont acceptés de juger
Ce modeste travail.
Enfin, nous tenons également à remercier tous nos enseignants de
département Génie Civil durant les années universitaires, nous
sommes fiers d’avoir bénéficié de la richesse de votre enseignement, de
votre indulgence, de votre soutien et de votre aide inestimable.
Sommaire
Introduction générale.................................................................................................................. 1

Chapitre 1 : Description architecturale & conception structurale .............................................. 2

1. Description architecturale............................................................................................... 2

1.1. Présentation du projet .............................................................................................. 2

1.2. Répartition des surfaces ........................................................................................... 3

2. Conception structurale .................................................................................................... 5

2.1. Introduction .............................................................................................................. 5

2.2. Ossature du bâtiment ................................................................................................ 6

2.3. Les contraintes du projet .......................................................................................... 6

Chapitre 2 : Caractéristiques des matériaux & hypothèses de calcul ....................................... 10

1. Introduction .................................................................................................................. 10

2. Caractéristiques des matériaux ..................................................................................... 10

2.1. Béton ...................................................................................................................... 10

2.2. Acier ....................................................................................................................... 11

2.2.1. Armatures longitudinales ................................................................................ 11

2.2.2. Armatures transversales .................................................................................. 11

3. Hypothèses de calcul .................................................................................................... 12

3.1. Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure ....................... 12

3.2. Dimensionnement et ferraillage de l’infrastructure ............................................... 12

3.3. Dimensionnement à l’état limite ultime (ELU) ..................................................... 12

3.4. Vérification à l’état limite de service (ELS) .......................................................... 13

Chapitre 3 : Evaluation des charges ......................................................................................... 14

1. Introduction .................................................................................................................. 14

2. Evaluation des charges ................................................................................................. 14

2.1. Charges permanentes ............................................................................................. 14

2.1.1. Plancher corps creux ....................................................................................... 14


2.1.2. Plancher en dalle pleine .................................................................................. 15

2.2. Charges d’exploitation ........................................................................................... 16

2.3. Autres charges ........................................................................................................ 16

2.3.1. Cloisons .......................................................................................................... 16

2.3.2. Acrotère .......................................................................................................... 16

3. Conclusion .................................................................................................................... 17

Chapitre 4 : Modélisation sur ARCHE .................................................................................... 18

1. Introduction .................................................................................................................. 18

2. Présentation du logiciel ARCHE.................................................................................. 18

2.1. Généralité ............................................................................................................... 18

2.2. Modélisation .......................................................................................................... 19

3. Calcul de la descente des charges................................................................................. 19

Chapitre 5 : Etude d’une dalle pleine ....................................................................................... 21

1. Introduction .................................................................................................................. 21

2. Pré-dimensionnement ................................................................................................... 21

2.1. Pré-dimensionnement de l’épaisseur de la dalle .................................................... 21

2.2. Estimation de la charge appliquée sur le panneau ................................................. 23

2.3. Détermination des sollicitations ............................................................................. 23

3. Dimensionnement des armatures ................................................................................. 26

3.1. Armatures longitudinales ....................................................................................... 26

3.2. Sections minimales d’armatures ............................................................................ 27

3.2.1. Nappe supérieur .............................................................................................. 27

3.2.2. Nappe supérieur .............................................................................................. 27

3.3. Vérification des contraintes à ELS......................................................................... 27

3.4. Vérification de la flèche ......................................................................................... 29

3.5. Dispositions constructives ..................................................................................... 30

3.6. Vérification de l’effort tranchant ........................................................................... 30


3.6.1. Détermination des sollicitations ..................................................................... 30

3.6.2. La nécessité des armatures transversales ........................................................ 30

4. Arrêt des barres ............................................................................................................ 31

5. Plan de ferraillage ......................................................................................................... 32

Chapitre 6 : Etude d’une nervure ............................................................................................. 34

1. Introduction .................................................................................................................. 34

2. Pré dimensionnement de la section de la nervure ........................................................ 34

2.1. Evaluation des charges ........................................................................................... 35

2.1.1. Charges permanentes ...................................................................................... 35

2.1.2. Charges d’exploitation .................................................................................... 35

2.2. Choix de la méthode de calcul ............................................................................... 35

3. Calcul des sollicitations ................................................................................................ 35

3.1. Moments fléchissant .............................................................................................. 38

3.1.1. Moment sur appuis ......................................................................................... 38

3.1.2. Moment en travées.......................................................................................... 40

3.2. Courbe enveloppe .................................................................................................. 43

3.3. Calcul des efforts tranchants .................................................................................. 44

4. Ferraillage de la nervure ............................................................................................... 48

4.1. Armatures longitudinales ....................................................................................... 48

4.1.1. Ferraillage des travées .................................................................................... 48

4.1.2. Ferraillage des appuis ..................................................................................... 50

4.2. Armatures transversales ......................................................................................... 52

4.3. Vérifications des aciers de glissement ................................................................... 54

4.4. Vérification de la bielle de béton ........................................................................... 55

4.5. Vérification de la jonction table nervure................................................................ 56

4.6. Vérification de la flèche ......................................................................................... 57

4.7. Ferraillage choisie .................................................................................................. 59


Chapitre 7 : Etude d’une Poutre continue ................................................................................ 61

1. Evolution de charge ...................................................................................................... 61

1.1. Distribution des charges ......................................................................................... 61

1.2. Charges réparties équivalentes ............................................................................... 61

1.3. Charges transmises sur la poutre............................................................................ 63

1.4. Charges provenant de la dalle pleine ..................................................................... 64

1.5. Charges appliquées sur les travées ......................................................................... 64

2. Choix de la méthode de calcul ..................................................................................... 66

3. Calcul des sollicitations sur la poutre .......................................................................... 66

3.1. Cas de charges ........................................................................................................ 66

3.2. Calcul des moments sur appuis .............................................................................. 67

3.3. Calcul des moments en travées .............................................................................. 71

3.4. Effort Tranchant ..................................................................................................... 74

3.4.1. Sur appuis ....................................................................................................... 74

3.4.2. En travées ....................................................................................................... 75

4. Calcul ferraillage .......................................................................................................... 75

4.1. Armatures longitudinales ....................................................................................... 75

4.2. Arrêts des barres .................................................................................................... 81

4.3. Armatures transversales ......................................................................................... 85

4.3.1. Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant ........................................... 85

4.3.2. Effort tranchant réduit .................................................................................... 85

4.3.3. Répartition des armatures transversale ........................................................... 86

4.3.4. Vérification de la flèche de la poutre .............................................................. 90

4.3.5. Etude des appuis ............................................................................................. 90

5. Vérification des sollicitions avec l’arche ..................................................................... 92

Chapitre 8 : Etude d’un poteau ................................................................................................ 93

1. Introduction .................................................................................................................. 93
2. Etude du poteau P2 ...................................................................................................... 94

2.1. Au niveau du sous-sol 2 : ....................................................................................... 94

2.1.1. Evaluation des charges ................................................................................... 94

2.1.2. Pré-dimensionnement du coffrage du poteau ................................................. 98

2.1.3. Ferraillage du poteau .................................................................................... 100

2.1.4. Schéma de ferraillage ................................................................................... 101

2.2. Au niveau du 4éme étage : ..................................................................................... 101

2.2.1. Evaluation des charges du poteau ................................................................. 101

2.2.2. Pré-dimensionnement et ferraillage du poteau ............................................ 102

Chapitre 9 : Etude d’un escalier ............................................................................................. 105

1. Introduction ................................................................................................................ 105

1.1. Définitions et terminologies ................................................................................. 105

1.1.1. Les définitions .............................................................................................. 105

1.1.2. Les dimensions ............................................................................................. 106

1.2. Evaluation des charges ......................................................................................... 107

1.3. Les combinaisons des charges ............................................................................. 111

1.3.1. Les charges à l’ELU ..................................................................................... 111

1.3.2. Les charges à l’ELS ...................................................................................... 111

1.4. Les sollicitations .................................................................................................. 112

1.5. Ferraillage de l’escalier ........................................................................................ 113

Chapitre 10 : Etude de Fondation ........................................................................................... 116

1. Introduction ................................................................................................................ 116

2. Etude géotechnique .................................................................................................... 116

3. Résultats de l'essai pressiomètriques .......................................................................... 117

4. Choix du type de fondation ........................................................................................ 117

5. Calcul de la capacité portante des pieux .................................................................... 117

5.1. Calcul de la charge limite de pointe ..................................................................... 118


5.2. Calcul de la charge limite de frottement latéral ................................................... 119

6. Exemple d’un calcul manuel d'une semelle sur deux pieux ....................................... 122

6.1. Dimensionnement de la semelle .......................................................................... 123

6.1.1. Vérification de la compression des bielles ................................................... 124

6.1.2. Calcul des armatures ..................................................................................... 125

6.2. Ferraillage des pieux ............................................................................................ 127

6.2.1. Armatures longitudinales .............................................................................. 127

6.2.2. Armatures transversales ................................................................................ 127

Chapitre 11 : Etude d'un mur de soutènement ....................................................................... 129

1. Introduction ................................................................................................................ 129

2. Caractéristiques géométriques du voile...................................................................... 129

3. Données de calcul ....................................................................................................... 130

3.1. Poussée du sol ...................................................................................................... 131

3.2. Poussée de l’eau .................................................................................................. 133

3.3. Poussée due aux surcharges ................................................................................ 133

3.4. Evaluation des charges ......................................................................................... 133

4. Calcul des sollicitations .............................................................................................. 134

4.1. Méthode de calcul ................................................................................................ 134

4.2. Détermination des coefficients des moments....................................................... 135

4.3. Détermination des moments maximaux en travée et sur appuis à ELS et ELU .. 137

5. Détermination du ferraillage ...................................................................................... 139

6. Arrêts de barres .......................................................................................................... 142

6.1. Arrêt des barres pour le 1er panneau ................................................................... 142

6.2. Arrêt des barres pour le 2ème panneau ................................................................. 143

Chapitre 12 : Contreventement .............................................................................................. 146

1. Introduction ................................................................................................................ 146

2. Implantation du bloc à contreventer ........................................................................... 146


2.1. Hypothèses de calcul ............................................................................................ 147

2.2. Action du vent ...................................................................................................... 147

2.3. Pression et force de trainée .................................................................................. 149

2.4. Sollicitations de l’ensemble ................................................................................. 151

3. Caractéristiques géométriques de voiles de contreventements .................................. 154

4. Sollicitations horizontales dans les refends ................................................................ 159

4.1. Contraintes limites ultimes................................................................................... 161

4.2. Contraintes de chargement ................................................................................... 162

4.3. Combinaisons de contraintes ............................................................................... 163

5. Calcul de ferraillage ................................................................................................... 166

5.1. Acier de compression ........................................................................................... 166

5.2. Acier de traction ................................................................................................... 166

5.3. Acier transversale ................................................................................................. 167

Conclusion.............................................................................................................................. 170
Liste des Figures
Figure 1. Façades de l’immeuble étudié .................................................................................... 2
Figure 2. La disposition des bloc ‘A’,’B’, ‘C’et ‘D’ .................................................................. 3
Figure 3. Joint de dilatation ....................................................................................................... 7
Figure 4. Joint de rupture ........................................................................................................... 7
Figure 5. Réseau tournant .......................................................................................................... 8
Figure 6. Des poteaux naissants ................................................................................................. 8
Figure 7. Plancher 19+6 ............................................................................................................ 9
Figure 8. Poteau naissant ........................................................................................................... 9
Figure 9. Coupe sur Plancher à corps creux intermédiaire ..................................................... 14
Figure 10. Plancher intermédiaire en dalle pleine .................................................................. 15
Figure 11. Modélisation de la structure sur 'ARCHE' ............................................................. 20
Figure 12. Schéma du panneau de dalle étudiée ...................................................................... 21
Figure 13. Moments dans la dalle partiellement encastrée ..................................................... 23
Figure 14. Diagramme du moment à ELU ............................................................................... 25
Figure 15. Diagramme du moment à ELS ................................................................................ 26
Figure 16. Arrêt de barre du panneau étudié ........................................................................... 31
Figure 17. Schéma de ferraillage de la nappe inferieur de la dalle......................................... 32
Figure 18. Schéma de ferraillage de la nappe supérieure de la dalle ..................................... 32
Figure 19. Schéma de ferraillage des appuis de la dalle ......................................................... 33
Figure 20. Schéma de la nervure .............................................................................................. 34
Figure 21. Schéma de calcul de la nervure .............................................................................. 34
Figure 22. Section de la nervure .............................................................................................. 35
Figure 23. Cas 1 C-C-C-C........................................................................................................ 37
Figure 24. Cas 2 C-D-C-D ....................................................................................................... 38
Figure 25. Cas 3 D-C-D-C ....................................................................................................... 38
Figure 26. Cas 1 C-C-C-C........................................................................................................ 39
Figure 27. Cas 3 C-D-C ........................................................................................................... 40
Figure 28. Cas 2 D-C-D ........................................................................................................... 41
Figure 29. Diagramme des Moments fléchissant enveloppe à l’ELU (en KN.m) ................... 43
Figure 30. Diagramme des Moments fléchissant enveloppe à ELU par ARCHE (en Nm) ...... 44
Figure 31. Effort tranchant maximal sur appuis ...................................................................... 44
Figure 32. Diagramme de l’effort tranchant à l'ELU ............................................................. 47
Figure 33. Diagramme de l’effort tranchant enveloppe à ELU par ARCHE ......................... 47
Figure 34. acier de glissement sur l’appui de rive ................................................................... 54
Figure 35. acier de glissement sur l’appui intermédiaire ........................................................ 54
Figure 36. Ferraillage de la travée 1 ....................................................................................... 59
Figure 37. Ferraillage de la travée 2 ....................................................................................... 59
Figure 38. Ferraillage de la travée 3 ....................................................................................... 60
Figure 39. Ferraillage de la travée 4 ....................................................................................... 60
Figure 40. Schéma de la poutre continue ................................................................................. 61
Figure 41. Les lignes de rupture des dalles pleines ................................................................. 61
Figure 42. Diagramme des Chargements sur les travées ........................................................ 63
Figure 43. Diagramme des Chargements réparties sur les travées corrigés .......................... 63
Figure 44. Cas 1 : C-C-C ......................................................................................................... 66
Figure 45. Cas2 : C-D-C .......................................................................................................... 67
Figure 46. Cas3 : D-C-D .......................................................................................................... 67
Figure 47. Schéma de calcul des chargements répartis ........................................................... 67
Figure 48. Schéma du calcul des forces concentrées ............................................................... 69
Figure 49. Schéma de calcul du moment maximal en travées 1 et3 (cas3) .............................. 71
Figure 50. Schéma de calcul du moment maximal en travée 2 (cas2) ..................................... 71
Figure 51. Diagramme des moments envolope sur appuis et en travées à l’ELU(KNm) ........ 73
Figure 52. Effort tranchant maximal sur les appuis................................................................. 74
Figure 53. Arrêts des barres en travée 1 .................................................................................. 84
Figure 54. Arrêts des barres en travée 2 .................................................................................. 84
Figure 55. Arrêts des barres en travée 3 .................................................................................. 85
Figure 56. Armatures transversale en travée 1 ........................................................................ 89
Figure 57. Armatures transversale en travée 2 ........................................................................ 89
Figure 58. Armatures transversale en travée 3 ........................................................................ 89
Figure 59. Diagramme des moments sur les travées sur arche ............................................... 92
Figure 60. Diagramme de l’effort tranchant sur arche ............................................................ 92
Figure 61. Architecture du poteau. P2 ..................................................................................... 93
Figure 62. Zones courante et de recouvrement du poteau ..................................................... 100
Figure 63. Ferraillage du poteau par le logiciel Arche ......................................................... 101
Figure 64. Ferraillage du poteau par le logiciel Arche ......................................................... 104
Figure 65. Architecture de l’escalier ..................................................................................... 105
Figure 66. Les constituants de l’escalier ................................................................................ 105
Figure 67. Charges sur l'escalier à l'ELU .............................................................................. 111
Figure 68. Charges sur l'escalier à l'ELS............................................................................... 111
Figure 69. Ferraillage l'escalier ........................................................................................... 115
Figure 70. Schéma explicatif de l’emplacement du pieu ........................................................ 118
Figure 71. Schéma explicatif de la semelle ............................................................................ 124
Figure 72. Schéma de ferraillage de la semelle sur 2 pieux (vue1) ....................................... 126
Figure 73. Schéma de ferraillage de la semelle sur 2 pieux (vue2) ....................................... 126
Figure 74. Section transversale du pieu ................................................................................. 128
Figure 75. Section longitudinale du pieu ............................................................................... 128
Figure 76. Schéma représentatif du mur voile ....................................................................... 129
Figure 77. Composition du sol ............................................................................................... 130
Figure 78. Diagramme de phase ............................................................................................ 132
Figure 79. Diagramme des actions exercées sur le voile ....................................................... 134
Figure 80. Moment sur appuis et en travées .......................................................................... 135
Figure 81. Détails du ferraillage du mur voile (Acier inférieur) ........................................... 144
Figure 82. Détails du ferraillage du mur voile (Acier supérieur) .......................................... 145
Figure 83. Implantation du bloc étudié et position du vent dominant .................................... 146
Figure 84. Diagramme des actions des vents W1 et W2 dans chaque étage .......................... 153
Figure 85. Diagramme des Efforts tranchant du au W1 et W2 dans chaque étage ............... 153
Figure 86. Diagramme des moments fléchissant du au vent W1 et W2 dans chaque étage ... 154
Figure 87. Décomposition (1) du voile pour les 2 vents W2 et W4 de direction horizontale. 154
Figure 88. Décomposition (2) du voile pour les 2 vents W1 et W3 de direction verticale ..... 155
Figure 89. Moment d’inertie par rapport aux axes principaux des refends réels .................. 155
Figure 90. Position du centre de gravité (G) et du centre de torsion (CT) ............................ 158
Figure 91. Position du centre de gravité de l’ascenseur ........................................................ 163
Figure 92. Contraintes dues aux vents W1 et W3 en MPa ..................................................... 165
Figure 93. Contraintes dues aux vents W2 et W4 en MPa ..................................................... 165
Figure 94. Ferraillage du voile .............................................................................................. 169
Liste des Tableaux
Tableau 1. Description du bâtiment ........................................................................................... 4
Tableau 2. Charges permanentes pour un plancher intermédiaire N(16+5), N(19+6) et
N(19+7+6) ............................................................................................................................... 15
Tableau 3. Charges permanentes pour un plancher intermédiaire ......................................... 15
Tableau 4. Charges d’exploitation ........................................................................................... 16
Tableau 5. Charge des cloisons................................................................................................ 16
Tableau 6. Charge des acrotères .............................................................................................. 16
Tableau 7. Durée de stabilitée des dalle au feu en fonction de leur épaisseur ........................ 22
Tableau 8. Tableau récapitulatif des moments......................................................................... 25
Tableau 9. Acier théorique de la dalle selon les deux sens ‘lx’ et ‘ly’ ..................................... 26
Tableau 10. Tableau récapitulatif des combinaisons de charges sur appui ............................ 36
Tableau 11. Tableau récapitulatif des combinaisons de charges sur travées .......................... 37
Tableau 12. Tableau récapitulatif des moments sur appuis ..................................................... 40
Tableau 13. Moments maximaux en travées à l’ELU............................................................... 42
Tableau 14. Moments minimaux en travées à l’ELU ............................................................... 42
Tableau 15. Moments maximaux en travées à l’ELS .............................................................. 42
Tableau 16. Moments minimaux en travées à l’ELS ................................................................ 43
Tableau 17. Récapitulation des moments fléchissant en travées ............................................. 43
Tableau 18. Tableau récapitulatif des résultats de calcul des efforts tranchants .................... 47
Tableau 19. Ferraillage des travées ......................................................................................... 50
Tableau 20. Ferraillage des appuis.......................................................................................... 52
Tableau 21. Tableau récapitulatif d’armatures sur appuis et en travée .................................. 52
Tableau 22. Vérification des conditions de la flèche ............................................................... 57
Tableau 23. Vérification de la flèche ....................................................................................... 58
Tableau 24. Les charges Pm et Pv des dalles pleines .............................................................. 62
Tableau 25. Charges réparties équivalentes ........................................................................... 62
Tableau 26. Charge provenant de la dalle pleine .................................................................... 64
Tableau 27. Charges appliqués sur les travées ........................................................................ 65
Tableau 28. Les données de calcul des moments sur appuis ................................................... 68
Tableau 29. Les moments sur appuis sous l’effet des chargements repartis........................... 68
Tableau 30. Les charges concentrées F1 et F2 à l’ELU et à l’ELS ......................................... 69
Tableau 31. Les moments sur appuis sous l’effet des chargements concentrés ....................... 70
Tableau 32. Les moments totaux sur les appuis ....................................................................... 70
Tableau 33. Chargement sur les travées à l’ELU et à l’ELS : ................................................. 71
Tableau 34. Les données de calcul des moments en travée .................................................... 72
Tableau 35. Les moments maximaux sur les travées à l’ELU en KN.m ................................... 73
Tableau 36. Les moments maximaux sur travée à l’ELS en KN.m........................................... 73
Tableau 37. Les charges appliquées sur les travées ................................................................ 74
Tableau 38. L’effort tranchant maximal sur les appuis ........................................................... 75
Tableau 39. Données de calcul et effort tanchant aux points d’applications des forces
concentrés................................................................................................................................. 75
Tableau 40. Données de calcul de la travée 2 .......................................................................... 76
Tableau 41. Ferraillage de la travée 2 ..................................................................................... 77
Tableau 42. Vérification à l’ELS de la travée 2 ....................................................................... 77
Tableau 43. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales dans les travées .................. 78
Tableau 44. Vérification à l’ELS des trois travées................................................................... 78
Tableau 45. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales sur appuis ........................... 79
Tableau 46. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales dans la travée 2 et l’appui 3
.................................................................................................................................................. 80
Tableau 47. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales dans les travées et les appuis
.................................................................................................................................................. 81
Tableau 48. Effort tranchant et de cisaillement réduits sur les appuis .................................... 86
Tableau 49. Répartition des armatures transversales dans le travée 1 ................................... 88
Tableau 50. Vérification de la fléche de chaque travée ........................................................... 90
Tableau 51. Acier de glissement des appuis ............................................................................. 91
Tableau 52. Vérification de la contrainte de la bielle de béton sur chaque appui .................. 91
Tableau 53. Evaluation de la descente de charge sur le plancher haut de l’etage 8 ............... 94
Tableau 54. Evaluation de la descente de charge sur le plancher haut de l’etage 7 ............... 95
Tableau 55. La descente de charge sur le plancher haut de l’etage 6 et 5 .............................. 95
Tableau 56. La descente de charge sur le plancher haut de l’etage 4 et 3 .............................. 96
Tableau 57. La descente de charge sur le plancher haut de l’etage 2 , 1 et RDC ................... 96
Tableau 58. Evaluation de la descente de charge sur le plancher haut du SS1 ....................... 97
Tableau 59. Evaluation de la descente de charge sur le plancher haut du SS2 ....................... 98
Tableau 60. Descente des charges du poteau ........................................................................ 102
Tableau 61. Pré-dimensionnement et ferraillage du poteau .................................................. 103
Tableau 62. Poids volumique des matériaux .......................................................................... 107
Tableau 63. Evaluation des charges sur paillasse ................................................................. 108
Tableau 64. Evaluation des charges sur palier intermédiaire ............................................... 109
Tableau 65. Evaluation des charges sur palier d’arrivée ...................................................... 110
Tableau 66. Charges sur l'escalier à l'ELU ........................................................................... 111
Tableau 67. Les charges sur l’escalier à l’ELS ..................................................................... 111
Tableau 68. Les sollicitations des volets ................................................................................ 112
Tableau 69. Dimensionnement à l’ELU ................................................................................. 113
Tableau 70. Dimensionnement à l’ELS .................................................................................. 114
Tableau 71. Sections d’acier .................................................................................................. 114
Tableau 72. Classe et facteur de portance des différentes couches du terrain ...................... 119
Tableau 73. Choix des courbes de frottement unitaire limite en fonction de la classe du sol 119
Tableau 74. Tableau récapitulatif des charges limites de pointe (Qp) et des charges limites de
frottement latéral .................................................................................................................... 120
Tableau 75. Tableau rézcapitulatif des charges admissibles à l’ELS
(Combinaison quasi- permanente) ......................................................................................... 121
Tableau 76. Tableau récapitulatif des charges admissibles à l’ELU .................................... 122
Tableau 77. Comparaison des deux choix selon le volume du béton ..................................... 123
Tableau 78. Règlement de ferraillage d’un pieu .................................................................... 127
Tableau 79. Section d’acier longitudinal pour les différents pieux ....................................... 127
Tableau 80. Les chargements appliquées sur le voile ............................................................ 133
Tableau 81. Les moments maximaus sur le voile ................................................................... 134
Tableau 82. Les combinaisons des charges pour le 1 er panneau .......................................... 136
Tableau 83. Tableau des coefficients des moments pour le 1er panneau ............................... 136
Tableau 84. Les combinaisons des charges pour le 2 eme panneau ........................................ 137
Tableau 85. Tableau des coefficients de calcul des moments pour le 2ème panneau .............. 137
Tableau 86. Tableau des moments de référence en travées et sur appuis pour le 1er panneau
................................................................................................................................................ 138
Tableau 87. Tableau des moments de référence en travées et sur appuis pour le 2ème ........ 139
Tableau 88. Tableau des données du calcul ........................................................................... 140
Tableau 89. Calcul du ferraillage du 1er panneau à l’ELU et l’ELS .................................... 140
Tableau 90. Calcul du ferraillage du 2ème panneau à l’ELU et l’ELS ................................ 141
Tableau 91. Ks en fonction du site et la région ...................................................................... 148
Tableau 92. Tableau récapitulatif des coefficients de calcul du vent W1 et W3 .................... 149
Tableau 93. Tableau récapitulatif des coefficients de calcul du vent W2 et W4 .................... 149
Tableau 94. Tableau récapitulatif du calcul de la pression et la force de trainée (vents W1 et
W3) ......................................................................................................................................... 150
Tableau 95. Tableau récapitulatif du calcul de la pression et la force de trainée (vents W2 et
W4) ......................................................................................................................................... 151
Tableau 96. Tableau de sollicitions des vents W1 et W3 ....................................................... 152
Tableau 97. Tableau de sollicitions des vents W2 et W4 ....................................................... 152
Tableau 98. Tableau récapitulatif des caractéristiques géométriques des refends
(décomposition1) .................................................................................................................... 156
Tableau 99. Tableau récapitulatif des caractéristiques géométriques des refends
(décomposition1) (suite) ......................................................................................................... 157
Tableau 100. Tableau récapitulatif des caractéristiques géométriques des refends
(décomposition2) .................................................................................................................... 157
Tableau 101. Tableau récapitulatif des caractéristiques géométriques des refends
(décomposition2) (suite) ......................................................................................................... 158
Tableau 102. Moments appliquées sur les refends ................................................................. 159
Tableau 103. Forces sur les refends dues au vent W2 ........................................................... 160
Tableau 104. Forces sur les refends dues au vent W1 ........................................................... 160
Tableau 105. Tableau récapitulatif de la descente de charge pour chaque étage ................. 161
Tableau 106. Tableau récapitulatif des contraintes limites ................................................... 162
Tableau 107. Contrainte appliquées sur la cage d’ascenseur ............................................... 163
Tableau 108. Contrainte sur le voile ...................................................................................... 164
Tableau 109. Choix des armatures transversales suivant le diametre des armatures verticales
................................................................................................................................................ 167
Tableau 110. Ferraillage des refends à la traction ................................................................ 167
Tableau 111. Armatures verticales des refends...................................................................... 168
Tableau 112. Armatures Horizontales des refends ................................................................ 168
Introduction générale

Dans le cadre de notre formation d’ingénieur à l’ENIS dans la spécialité Génie Civil, un
projet de fin d’étude doit être réalisé au cours du deuxième semestre de la 3éme année, ce
PFE est un avant-goût de mise en situation professionnelle d'ingénieur après un stage ouvrier
en 1ère année et un stage technicien en 2éme année.
A l’ENIS le PFE consiste à résoudre un problème réel en situation réelle qui repend à un
besoin d’une entreprise par l’application des connaissances acquises.
Notre projet a été proposé par le bureau d’étude G2-BET qui consiste à étudier la structure et
la fondation d’un immeuble (2 SS + RDC + 8 étages), situé à LAC, TUNIS.
L’objectif principal de ce projet est la réalisation d'une étude complète de la structure en béton
armé en utilisant le règlement BAEL91 et en se basant sur :
 Les plans architecturaux

 Le rapport géotechnique

C’est pourquoi, la première partie du PFE a consisté à la lecture et la compréhension des plans
architecturaux pour bien accomplir la tâche de la conception.
Dans une deuxième partie on s’intéresse à présenter les hypothèses de calculs et les
caractéristiques des matériaux utilisés. Suit en second lieu d’un calcul manuel de quelques
éléments de la structure, ainsi que les fondations en utilisant les données géotechniques.
Et on termine notre étude par une vérification du calcul en utilisant le logiciel GRAITEC
Arche.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 1


Chapitre 1 : Description architecturale &
conception structurale
1. Description architecturale

1.1. Présentation du projet

Le bâtiment faisant le sujet du projet est un immeuble à usage d’habitation, médical et


commercial situé à Tunis ‘Les berges du Lac’.

Figure 1. Façades de l’immeuble étudié

En effet ce projet s’étend sur une superficie de 2015.02 m² et il est composé de 2 sous-sols,
d’un rez-de-chaussée et de 8 étages. Il est composé de 4 blocs A, B, C et D séparés par deux
joints. Le 1er joint est un joint de dilatation qui sépare le bloc A et le bloc B, et le 2 ème joint
est un joint de rupture qui sépare les deux blocs A et B des deux les blocs C et D et qui
s’arrête au niveau l’étage 4 tel que montré sur la figure 2. Le bloc C continue jusqu’à l’étage 3
alors que le bloc D continue jusqu’à l’étage 4.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 2


Figure 2. La disposition des bloc ‘A’,’B’, ‘C’et ‘D’

1.2. Répartition des surfaces

Une brève description architecturale du projet nous donne une idée sur les différentes
contraintes qu’on peut rencontrer lors de la phase de la conception structurale :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 3


Tableau 1. Description du bâtiment

Hauteur sous
Composition
plafond (m)

Sous-sol 1 3.1 Parking pour 45 véhicules + 3ascenseur +3 escalier


Parking pour 51 véhicules + 3ascenseur + 3escalier +
Sous-sol 2 2.5
Celliers
-Bloc A : local syndic, 4 chambres ,4 salles de bains ,2
salles à manger, escalier, ascenseur
-Bloc B : loge gardien, 2chambres ,2 salles de bains, une
RDC 2.9 salle à manger, un local commercial, escalier, ascenseur
-Bloc C : 3 salles à manger, 3 cuisines, 4salles de bains,
4 chambres
-Bloc D : des cabinets, une pharmacie, escalier, ascenseur
-Bloc A : 5 chambres, 5 salles de bains, 2 salles à manger,
une cuisine, escalier, ascenseur
-Bloc B : 5 chambres, 5 salles de bains ,2 cuisines,
1er, 2ème et
2.9 un cabinet, escalier, ascenseur
3ème étage
-Bloc C : 3 salles à manger ,3 cuisines, 4 salles de bains, 4
chambres
-Bloc D : escalier, ascenseur, un centre commercial
-Bloc A : 5 chambres, 5 salles de bains, 2 salles à manger,
une cuisine, escalier, ascenseur
-Bloc B : 5 chambres, 5 salles de bains ,2 cuisines,
4ème étage 2.9
un cabinet, escalier, ascenseur
-Bloc C : une salle à manger, 3 chambres, un cuisine,
terrasse, 2 salles de bains
-Bloc A : 5 chambres, 2 salles à manger, 2 cuisines, 4
salles de bains, escalier, ascenseur
5ème, 6ème et
2.9 -Bloc B : 4 chambres, 2 cuisines , 4 salles de bains ,
7ème étage
escalier , ascenseur

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 4


-Bloc A : 3 chambres, cuisine, salle à manger, 3 salles de
bains, escalier, ascenseur
8ème étage 2.9 -Bloc B : 3 chambres, cuisine, salle à manger, 3 salles de
bains

2. Conception structurale

2.1. Introduction

La phase de conception est la première étape de l’étude du projet. Durant cette phase le travail
de l’ingénieur consiste à bien définir la structure porteuse en prenant en compte toutes les
données du projet et sans nuire à l’architecture générale du bâtiment.
Les plans proposés par l’architecte constituent le point de départ pour l’ingénieur qui
commence par une lecture attentive des plans des différents étages, des coupes et des détails.
Cette lecture permet d’identifier les premières contraintes liées à l’architecture imposée.
De plus, la nature du local et les matériaux utilisés sont aussi des facteurs à tenir en compte
lors de la conception. Donc, cette première phase se résume par l’optimisation d’une structure
porteuse performante qui assure la fonctionnalité, la stabilité et la sécurité :
 Assurer la sécurité des personnes et des biens.
 Respecter l’architecture surtout pour l’emplacement des poteaux.
 Estimer correctement les charges permanentes et les charges d’exploitations.
 Respecter les conditions d’exécution.
 Prendre en compte les données géotechniques pour assurer la stabilité.
 Prendre en considération le facteur économique.
 Assurer une bonne fonctionnalité des locaux en évitant les grandes retombées et les
poteaux.
 Prendre en considération les contraintes d’exécution pour faciliter les travaux de coffrage.
 Eviter le soulèvement des poteaux.
Une fois on a abouti à une structure qui répond à ces exigences, on passe à la modélisation via
le logiciel Arche avec un pré-dimensionnement adéquat.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 5


2.2. Ossature du bâtiment

Après une analyse approfondie de la géométrie de l’immeuble et des plans architecturaux


nous avons opté pour les superstructures suivantes :
 Système poutres-poteaux pour l’ensemble de la structure ce système associe des
éléments porteurs verticaux qui sont les poteaux (transmettent les charges jusqu’au sol) et
des éléments porteurs horizontaux qui sont les poutres.
 Portiques est une structure constituée des poutres et de poteaux telle que la liaison au
niveau des nœuds soit rigide. On peut classer les portiques en deux catégories : Les
portiques à nœuds non déplaçables : le contreventement est assuré par des structures
raides tels que voiles de contreventement, murs en maçonnerie ou palée de
contreventement avec diagonales. Les portiques à nœuds déplaçables reprenant
directement les efforts horizontaux du vent ou du séisme (les portiques en béton armé à
nœuds déplaçables sont peu utilisés en bâtiments).
 Des voiles en béton armé pour assurer le contreventement de la construction. Ces voiles
armés jouent le rôle de porteurs verticaux ainsi que de cloisons. Ces systèmes nécessitent
des quantités importantes de béton et d’acier.
 Un plancher en dalle pleine sont prévus dans les sous-sols, pour plusieurs raisons, tels
que la bonne résistance au feu (par rapport aux dalles nervurées) et la possibilité de
prévoir de grandes portées qui peuvent dépasser les 10 m.
 Un plancher nervuré en corps creux C’est l’exemple de planchers le plus utilisé
constitué de nervures reposant sur les poutres, de hourdis et de béton.il est caractérisé par
la légèreté, l’isolation thermique offerte et l’économie du bois de coffrage.

2.3. Les contraintes du projet

Lors de la conception du projet on a été confronté certaines contraintes qui sont détaillées si
dessous :
La longueur du bâtiment dépasse 30 m ce qui nécessité la présence d’un joint de dilatation tel
que montré sur la figure 3:

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 6


Figure 3. Joint de dilatation

 Il y a une différence de niveau entre les deux blocs A, B et les deux blocs C, D ce qui a
nécessite la présence d’un joint de rupture tel que montré sur la figure 4:

Figure 4. Joint de rupture

 Des réseaux tournants : Prenons l’exemple d’une poutre supportent deux poteaux
naissants et elle est appuyée sur deux poutres tel que montré sur la figure 5 :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 7


Figure 5. Réseau tournant

 Les deux sous-sols sont des parkings ce qui exige un choix judicieux de l’endroit des
poteaux pour ne pas gêner à la circulation, qui doit être >= 5 m, et au stationnement des
voitures, dans certains cas on était obligé de placer des poteaux naissants tel que montré
sur la figure 6 :

Figure 6. Des poteaux naissants

 Pour le choix du plancher on a opté un plancher 16+5.Il se trouve que certains planchers
dans le bâtiment présentent des grandes portées ce qui exige de considérer plutôt plancher

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 8


19+6 afin d’éviter les retombés tel que montré sur la figure 7 :

Figure 7. Plancher 19+6

 Au niveau du 4ème étage on a choisi d’implanter un poteau naissant dans le bloc B


tel que montré sur la figure 8 :

Figure 8. Poteau naissant

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 9


Chapitre 2 : Caractéristiques des matériaux &
hypothèses de calcul
1. Introduction

L’établissement d’un projet repose sur trois éléments indispensables à savoir :


- Le béton : qui est caractérisé par une valeur caractéristique de la résistance à la
compression à l’âge de 28 jours.
- Les aciers : dont les caractéristiques doivent être conformes aux textes règlementaires.
- Les hypothèses de calcul : le dimensionnement des éléments de la structure est conduit
selon les règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et constructions en
béton armé suivant la méthode des états limites (B.A.E.L).

2. Caractéristiques des matériaux

Avant de commencer le calcul des éléments de la structure, nous avons adopté des hypothèses
de calcul qu’il faut respecter tout au long du dimensionnement. Ces hypothèses sont prises du
cahier des prescriptions techniques particulières du projet.

2.1. Béton

Béton est un terme générique qui désigne un matériau de construction composite fabriqué à
partir de granulats (sable, gravillons ...)
 Dosage en ciment : 350 kg /m3 ;
 Classe du ciment : CPA45
 Le gros béton est dosé à 250Kg/m2.
 Le béton de propreté est dosé à 150Kg/m2.
 Le poids volumique du béton armé : ρ = 25KN/m3
 La résistance caractéristique du béton a la compression à 28 jours
fc28 = 22 MPa
 La résistance caractéristique du béton à la traction à 28 jours égale à :
ft28= fc28 MPa

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 10


 Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours, pour les charges
dont la durée d’application est inférieure à 24 h, égale à :
3
Ei28 = 11000√ 𝑓𝑐28 = 30822 MPa
 Le module de déformation différée du béton à 28 jours, pour les charges de longue durée:
1
𝐸𝑣=3𝐸𝑖=10274 𝑀Pa

 Le coefficient prenant en compte la durée d’application des charges :


1 Pour t > 24 heures
 Le coefficient partiel de sécurité pour le béton : 𝛾𝑏=1.5
fc 28
 La résistance de calcul de béton : fbu  0.85   12.47 MPa
b
 La contrainte limite de compression du béton :  bc  0.6  fc28  13.2MPa

 Le coefficient d’équivalence acier/béton est : n  Es  15


Eb

2.2. Acier

2.2.1. Armatures longitudinales

Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance Fe E 400,
dont les caractéristiques sont les suivantes :
 La limite d’élasticité pour les barres haute adhérence Fe E 400 : fe = 400 MPa
 Le coefficient de scellement :  s
 Le coefficient partiel de sécurité pour les aciers : γs=1.15
 Coefficient de fissuration :   1.6
 La contrainte limite de calcul des armatures à haute adhérence (HA) :
fe 400
fed    348MPa
 s 1.15

2.2.2. Armatures transversales

Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuance FeE235, dont les
caractéristiques sont les suivantes :
 La limite d’élasticité garantie : 235 MPa
 Le coefficient de scellement :  s  1

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 11


 coefficient de fissuration :   1
 La contrainte limite de calcul des armatures rondes lisses (RL) :
fe 235
fed    204.35MPa
 s 1.15

3. Hypothèses de calcul

Concernant la superstructure, le climat environnant n’est pas agressif. Et en ce qui concerne


l’infrastructure, on considère qu’elle est en milieu agressif. On peut donc déduire :

3.1. Dimensionnement et ferraillage des éléments de la superstructure

 La fissuration sera considérée peu préjudiciable.


 L’enrobage des armatures sera égal à 2.5 cm.

3.2. Dimensionnement et ferraillage de l’infrastructure

 La fissuration sera considérée préjudiciable.


 L’enrobage des armatures sera égal à 5 cm.

3.3. Dimensionnement à l’état limite ultime (ELU)

Les hypothèses à considérer pour la détermination des armatures à l’ELU sont :


 Le coefficient de pondération des charges permanentes =1.35
 Le coefficient de pondération des charges d’exploitations =1.5
fc 28
 La contrainte admissible en compression du béton : fbu  0.85   12.47 MPa
b
 La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux :
fe 400
fsu  fed    348MPa
 s 1.15

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 12


3.4. Vérification à l’état limite de service (ELS)

Les hypothèses à considérer pour la vérification des contraintes à l’ELS sont :


 Les coefficients de pondération des charges permanentes et des charges d’exploitation
sont égaux à 1.
 La contrainte admissible en compression du béton est égale à :
 bc  0.6 fc28  13.2MPa
 La contrainte de traction des armatures est égale à :
1 
- En FTP :  st  min   fe;90   ft 28 
2 
2 
- En FP :  st  min   fe;110   ft 28 
3 
- En FPP : pas de limite

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 13


Chapitre 3 : Evaluation des charges
1. Introduction

Dans ce chapitre, on a évalué les différentes charges permanentes ou d’exploitations pour les
différents types de planchers de la structure.

2. Evaluation des charges

Le plancher en corps creux est le plus répandu dans les bâtiments à usage résidentiel. Il se
distingue par son coût raisonnable, sa bonne isolation acoustique et thermique et la facilité de
sa mise en œuvre. Le choix du type de corps creux est lié aux dimensions des espaces à
couvrir, son épaisseur est déterminée en fonction des portées des nervures.
Le plancher en corps creux comporte :
 Des nervures : ce sont les éléments porteurs du plancher, reposant de part et d’autre sur
les poutres principales, elles sont coulées sur place et leurs dimensions sont liées à celles
du corps creux.
 Chape de béton : connue aussi sous le nom ’dalle de compression’, elle transmet aux
nervures les charges qui lui sont appliquées.
 Corps creux : C’est un coffrage perdu pour les nervures, ils permettent d’augmenter la
qualité d’isolation du plancher.

2.1. Charges permanentes

2.1.1. Plancher corps creux

Figure 9. Coupe sur Plancher à corps creux intermédiaire

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 14


Tableau 2. Charges permanentes pour un plancher intermédiaire N(16+5), N(19+6) et
N(19+7+6)

Produits Poids [KN/m²] N(16+5) Poids [KN/m²] N(19+6)

Carrelage (2,5 cm) 0.55 0.55


Mortier de pose (2 cm) 0.4 0.4
Sable (6 cm) 1.02 1.02
enduit sous-plafond (1.5 cm) 0.33 0.33
cloisons légères 0.75 0.75
Corps creux + chape 2.85 3.45
TOTAL G = 5.9 6.5

2.1.2. Plancher en dalle pleine

Figure 10. Plancher intermédiaire en dalle pleine

Tableau 3. Charges permanentes pour un plancher intermédiaire

Produits Poids [KN/m²]


Carrelage (2,5 cm) 0.55
Mortier de pose (2 cm) 0.4
Sable (6 cm) 1.02
enduit sous-plafond (1.5 cm) 0.33
cloisons légères 0.75
Chape (épaisseur e) 25. e
TOTAL G = 3.05+25. e

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 15


2.2. Charges d’exploitation

Tableau 4. Charges d’exploitation

Nature des locaux Poids [KN/m²]


Balcons 3.5
Escaliers 2.5
Habitation 1.5
Parking 2.5
Local commercial 5
Bureau 2.5

2.3. Autres charges

2.3.1. Cloisons

Tableau 5. Charge des cloisons

Cloisons Poids [KN/m²]


Double cloison (épaisseur 35 cm) 3.40
Double cloison (épaisseur 30cm) 2.80
Cloison (épaisseur 25) 2.40
Cloison (épaisseur 20) 2.20
Cloison (épaisseur 15) 1.65
Cloison (épaisseur 10) 1

2.3.2. Acrotère

Tableau 6. Charge des acrotères

Acrotères Poids [KN/m²]


Acrotère simple 3.65
Acrotère couvre joint 3.40

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 16


3. Conclusion

Les valeurs des différents chargements permanentes et d’exploitation estimées dans ce


chapitre seront combinées par la suite. En effet, ces charges seront multipliées par des
coefficients de pondération imposés par le règlement BAEL pour effectuer le
dimensionnement des différents éléments de la structure.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 17


Chapitre 4 : Modélisation sur ARCHE
1. Introduction

Les logiciels de modélisation numérique constituent des outils efficaces qui permettent
d’économiser du temps et de l’effort. Le rôle de l’ingénieur est de savoir manipuler les
différentes fonctions du logiciel.
Par suite, il doit savoir interpréter et exploiter les résultats de calcul fournis. Pour modéliser
notre structure, on a utilisé le logiciel ARCHE.

2. Présentation du logiciel ARCHE

2.1. Généralité

ARCHE Ossature permet de mener rapidement et en toute rigueur des études de descente de
charges, de contreventement et de séisme. Il offre en plus une possibilité de choix d’approche
d’analyse :
 L’approche traditionnelle : Calcul des reports de charges des éléments les uns sur les
autres, étage par étage, jusqu’aux fondations. Cette méthode permet de pré dimensionner
les éléments de structure.
 L’approche éléments finis : Les éléments de structure sont modélisés automatiquement en
éléments linéaire (filaires) et surfaciques. Le calcul statique et dynamique par la méthode
des éléments finis, permet d’étudier précisément les effets du vent et du séisme.
L’étude complète d’un bâtiment sous ossature comprend trois étapes :
 Création du modèle par saisie graphique.
 Modélisation et interprétation du modèle.
 Pré-dimensionnement et descente de charges, calcul du ferraillage.
Ces trois étapes s’apparentent aux trois phases par lesquelles passes le fichier Ossature :
 Phase de saisie.
 Phase d’analyse.
 Phase d’exploitation.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 18


Le modèle généré par la saisie graphique d’ossature est un modèle 3D. Cependant, la saisie
s'apparente à une saisie 2D, puisque la troisième dimension est déterminée automatiquement
par la hauteur d'étage.

2.2. Modélisation

La conception de la structure se traduit par l’élaboration des plans de coffrage en se basant sur
les plans d’architecture. La définition des emplacements et des dimensions des éléments
porteurs permet de modéliser la structure à l’aide du logiciel « ARCHE 15.1 E » dans son
module « ARCHE Ossature». Vu la complexité géométrique de quelques éléments, cette
démarche offre un modèle simplifié de la structure. La saisie de la structure se fait étage par
étage. En premier lieu, on définit chaque type d’élément (poteau, poutre, dalle, semelle ou
voile) par un calque à partir du plan de coffrage. Ensuite nous lançons le module ossature et
nous importons ces calques sous format dxf .Ainsi obtient-on le modèle. Une fois le modèle
est introduit dans le logiciel et après vérification de sa cohérence, le calcul pourra être lancé.
 La modélisation de la structure en béton armé sur Arche passe par deux étapes essentielles
qui sont la phase saisie-analyse et la phase calcul.
Dès la première vérification de la saisie, à partir du menu « Analyser » et le sous menu «
vérifier » et le sous- menu « saisie ». Arche a mentionné plusieurs erreurs et avertissements
qui sont dues principalement au non performance au niveau de la préparation des plans de
coffrages sur le logiciel Autocad : mauvais accrochage, superposition de quelque élément …
on corrige la structure jusqu’à l’affichage du message « il n’y a pas d’erreurs détectées »
Puis On passe à la phase calcul qui permet d’effectuer la descente de charge à partir du menu
«Analyser » et le sous menu « calculer ».

3. Calcul de la descente des charges

Dans cette étape, nous devons définir les chargements, les caractéristiques des matériaux
utilisés et les familles des éléments. En outre, on doit simuler la présence des escaliers par
rajout des charges réparties sur les poutres qui les supportent. Nous avons opté enfin pour la
descente de charges traditionnelle qui fait le report de charges des éléments les uns sur les
autres, étage par étage, jusqu’aux fondations, en passant par les poteaux, les poutres et les
voiles.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 19


Une fois la descente de charges est établie, on pourra lancer les calculs des éléments de la
structure , la figure suivante montre le modèle en 3D de notre bâtiment étudiée

Figure 11. Modélisation de la structure sur 'ARCHE'

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 20


Chapitre 5 : Etude d’une dalle pleine
1. Introduction

Un panneau de dalle est un élément, généralement rectangulaire, dont l’épaisseur est faible
par rapport aux deux dimensions en plan.
L’étude que nous allons aborder concerne le plancher haut du Sous-sol 2 Constitué de
panneaux de dalle en continuité, qui reposent sur des poutres porteuses.
Lors de la conception, le choix de la dalle pleine a été justifier par :
- La dalle pleine est plus étanche à l’eau et à l’humidité que le plancher en corps creux.
- La dalle pleine permet une meilleure tenue au feu et elle est plus résistante.
L’objet de l’étude consiste alors à déterminer les dimensions (épaisseur) des panneaux ainsi
que le dimensionnement (calcul des sections d’armatures) du plancher du Sous-sol.

Figure 12. Schéma du panneau de dalle étudiée

2. Pré-dimensionnement

2.1. Pré-dimensionnement de l’épaisseur de la dalle

lx 4.23
   0.785
l y 5.39
 > 0.40 Donc la dalle porte dans les deux sens.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 21


Pour une dalle continue, et qui porte dans les deux sens, nous avons :
lx
h0  , c'est-à-dire h0  5.4  10.6cm
40 40
Le panneau de dalle étudié fait partie du plancher du parking où le risque d’incendie est très
probable. Une épaisseur minimale pour que la dalle résiste au feu est requis et elle est donnée
par la formule suivante :
    (l 'w  l 'e )
hmin 
2  R

-  = 10-5 : qui est le coefficient de dilatation thermique du béton.


- R  0.25 RL;0.1 HA;0.08 TS
- l’w , l’e sont les portées fictive de part et d’autre de l’appuis considéré en calcul :

l 'i  0.8  lx : pour une travée intermédiaire.


l 'i  0.8  lx
: pour une travée de rive.
 2  g 2  0.1
D’où : 102  3  3  26
hmin 10  (lw  le ) 10  0.8  (4.23  5.39)
' '

Tableau 7. Durée de stabilitée des dalle au feu en fonction de leur épaisseur


A partir du tableau 7 et de la valeur de 102 trouvé, on peut déterminer la hauteur
hmin
minimale pour une durée de stabilité au feu de 1h ½.

* Pour 102  23.9 , on a hmin  20cm
hmin


* Pour 102  28.2 , on a hmin  18cm pour SF=1.5H
hmin

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 22



102 = 26   23.9 ; 28.2 → 18 cm < hmin < 20 cm
hmin

Par interpolation hmin  19cm


 On prend h = 20 cm.

2.2. Estimation de la charge appliquée sur le panneau

 Pu  1.35G  1.5Q  14.62 KN / m 2


G = 8.05 KN/m2 ; Q = 2.5 KN/m2 

 Pser  G  Q  10.55KN / m

2

2.3. Détermination des sollicitations

Puisque le panneau de dalle travail dans les deux sens et pour une bande de largeur unité, au
centre de la dalle, on a :

 M 0 x   x  p  lx
 2
pour le sens lx

M 0 y   y  M x
 pour le sens l y
Avec :
 1
  x  8  1  2.4   3  0.058


 
 1  0.95  1   2    0.391 
1
  y   2
   4

Moments dans la dalle (partiellement encastrée) :

Figure 13. Moments dans la dalle partiellement encastrée

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 23


 A l’ELU :
 Bande de largeur 1 m parallèle à lx

On a M 0 x  x  Pu  lx  0.058 14.62  5.39  15.14KN .m / m1


2 2

* En travée : M tx  0.75  M 0 x  11.35KN .m / m1

* Sur appuis : M ax  0.5  M 0 x  7.57 KN .m / m1


 Bande de largeur 1 m parallèle à ly

On a M 0 y   y  M 0 x  0.39115.14  5.92KN.m / m1

* En travée : M ty  0.75  M 0 y  4.44KN.m / m1

* Sur appuis : M ay  0.5  M 0 y  2.96KN .m / m1

Les conditions à respecter sont :


M tx
 M ty  → 4.44 
11.35
 Vérifiée
4 4
Mw  Me
Mt   1.25 M  Vérifiée
2
 May  Max → May =Max =7.57KNm/ml  Vérifiée
 A l’ELS :
 Bande de largeur 1 m parallèle à lx

On a M 0 x  x  Ps  lx  0.058 10.55  4.23  10.92KN.m /ml


2 2

*En travée : M tx  0.75  M 0 x  8.19 KN .m /ml

*Sur appuis : M ax  0.5  M 0 x  5.46 KN .m /ml


 Bande de largeur 1 m parallèle à ly

On a M 0 y   y  M 0 x  0.39110.92  4.27 KN.m /ml

* En travée : M ty  0.75  M 0 y  3.2KN.m /ml

* Sur appuis : M ay  0.5  M 0 y  2.14KN.m /ml

Les conditions à respecter sont :

M tx
 M ty  →3.2 
8.19
 Vérifiée
4 4

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 24


 Mw  Me  Vérifiée
Mt   1.25
2
 May  Max → May=Max=5.46KNm/ml  Vérifiée
Les moments fléchissant agissants sur le panneau de dalle entravée et sur appuis sont :
Tableau 8. Tableau récapitulatif des moments

ELU ELS
Sens lx Sens ly Sens lx Sens ly
Moment en
11.35 4.44 8.19 3.2
travée (KN.m)
Moment sur
7.57 2.96 5.46 2.14
appui (KN.m)

Figure 14. Diagramme du moment à ELU

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 25


Figure 15. Diagramme du moment à ELS

3. Dimensionnement des armatures

3.1. Armatures longitudinales

Le calcul des armatures longitudinales est réalisé pour une section rectangulaire de largeur
unitaire, travaillant à la flexion simple.
On prend un enrobage de 4 cm pour un SF=1 ,5H
La totalité de calcul sera représentée dans le tableau suivant :
Tableau 9. Acier théorique de la dalle selon les deux sens ‘lx’ et ‘ly’

En travée sens « lx » En travée sens « ly » Sur appui


|𝑴𝒖|(𝑲𝑵𝒎) 11.35 4.44 7.57
mbu 0.036 0.014 0.024
mbu<ml=0.39 ok ok ok
Asc 0 0 0
α 0.045 0.018 0.030
Yu 0.0073 0.0028 0.0048
z 0.157 0.159 0.158
Ast (th)(cm²) 2.08 0.8 1.38

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 26


3.2. Sections minimales d’armatures

3.2.1. Nappe supérieur

 Bande suivant ly

12h0 : Rond lisse


Ay min  
8h0 : Fe400
Ay min  8  h0 = 1.6 cm² / ml
Aty(th) = 0.8< 1.6 cm² / ml  n’est pas Vérifiée
→ Aty = 4 HA8 (2.01cm² / ml) > 2 cm² / ml  ok
Aay(th) = 1.38 cm² / ml < 1.6 cm² / ml  n’est pas Vérifiée
→ Aay = 4 HA8 (2.01 cm² / ml) > 2 cm² / ml  ok
 Bande suivant lx

3  3  0.875
Ax min   Ay min  1.6  1.77cm 2 / ml
2 2

Atx(th) = 2.08 cm² / ml > A xmin (1.77 cm² / ml)  Vérifiée


A xmin
→ On a choisi Atx = 2 HA10 +2HA8 (2.58cm² / ml) > (1.77cm² / ml)  ok

Aax(th) =1.38 cm² / ml < A xmin (1.77cm2 /ml)  n’est pas Vérifiée

→ On a choisi Aax = 4 HA8 (2.01 cm² / ml) > A xmin (1.77cm² / ml)  ok

3.2.2. Nappe supérieur

On a h>16cm on doit ajouter une deuxième nappe supérieur pour des raisons d’anti-
fissuration. On admet pour les deux sens 4HA8 (2.01cm2)
 Condition à remplir lors du choix de l’armature :

On a d’après les dispositions constructives,  


h
   200  20mm d’où on doit
10 10
prendre au plus HA20 ce qui est vérifiée.

3.3. Vérification des contraintes à ELS

 En travée :
 Sens lx :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 27


b
S AN  y12  15. Asc  15. Ast . y1  15. Asc .d ' 15. Ast .d   0
2
1
S AN  y12  15  3.14 104 y1  15  3.14 104  0.225  0
2
Y1=0.029
b 3
I SRH  y1  (15  AST  (d  y1 ) 2 )
3
1
I SRH   0.0413  (15  3.14  104  (0.225  0.041) 2 )  0.745.104 m 4
3

M ser  y1 11,35.10 _ 3  0.041


 bc    3.19MPa
I SRH 1.82 10 _ 4

 σbc = 3.42MPa < σ


̅bc = 13.2 MPa  Vérifiée
 Sens ly :
b
S AN  y12  15. Asc  15. Ast . y1  15. Asc .d ' 15. Ast .d   0
2
1
S AN  y12  15  2.01104 y1  15  2.01104  0.225  0
2
Y1=0.034
b 3
I SRH  y1  (15  AST  (d  y1 ) 2 )
3
1
I SRH   0.0413  (15  2.01104  (0.225  0.034) 2 )  0,59.104 m 4
3

M ser  y1 3, 2.10 _ 3  0.034


 bc    1.55MPa
I SRH 1.33 10 _ 4

 σbc = 1.55MPa < σ


̅bc = 13.2 MPa  Vérifiée

 En appuis :
 Sens lx :
b
S AN  y12  15. Asc  15. Ast . y1  15. Asc .d ' 15. Ast .d   0
2
1
S AN  y12  15  3.14 104 y1  15  3.14 104  0.225  0
2
Y1=0.029

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 28


b 3
I SRH  y1  (15  AST  (d  y1 ) 2 )
3
1
I SRH   0.0413  (15  3.14  104  (0.225  0.041) 2 )  0.754.104 m 4
3

M ser  y1 5, 46.10 _ 3  0.041


 bc    2.12MPa
I SRH 1.82 10 _ 4
 σbc = 2.12 MPa < σ
̅bc = 13.2 MPa  Vérifiée

 Sens ly :
b
S AN  y12  15. Asc  15. Ast . y1  15. Asc .d ' 15. Ast .d   0
2
1
S AN  y12  15  2.01104 y1  15  2.01104  0.225  0
2
Y1=0.029
b 3
I SRH  y1  (15  AST  (d  y1 ) 2 )
3
1
I SRH   0.0413  (15  2.01 104  (0.225  0.034) 2 )  0.754.104 m 4
3

M ser  y1 2,14.10 _ 3  0.034


 bc    0.83MPa
I SRH 1.33 10 _ 4
 σbc = 0.83 MPa < σ
̅bc = 13.2 MPa  Vérifiée

3.4. Vérification de la flèche

La vérification de la flèche est une justification vis-à-vis de l’état limite de service. Elle
devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :
h 1 Mt
1  0.047  . =0.038 ( OK)
lx 20 M 0
Aty Atx 2,52.104 2 2
 2    0,16.10 4    0.005 ( OK )
b0  d b0  d 1 0.16 f e 400
M0 : Moment de la travée de référence

Avec :  Mt : Moment maximal en travée
A : Section d'acier tendu en travée

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 29


3.5. Dispositions constructives

 En travée :
 Sens lx :

charge répartie 
  3h0
    S tx  Min   33 cm
 fissuraion peu préjudiciable  33 cm
 
Atx  2.51 cm 2 / m 
 100
  On choisit 5HA8 / m St=  20cm (ok )
Stx  33 cm 
 5

 Sens ly :
charge répartie 
  4h0
    S ty  Min   45 cm
 fissuraion peu préjudiciable  45 cm
 

Aty  2.01 cm2 / m 100


  On choisit 4 HA8 / m St=  25cm(ok )
Sty  45 cm  4

 Sur appuis :

Aay  Aax  3.14 cm2 / m; Stx  33 cm  On a choisi 4HA8/m St=


100
 25cm(ok )
4

3.6. Vérification de l’effort tranchant

3.6.1. Détermination des sollicitations

 lx 1
Charge uniformément répartie  vx  P 2    v x  22.20 KN / m
  1
   2 

  0.4   lx  v y  20.61 KN / m  v x  OK 

  v  P  v

y x
3

3.6.2. La nécessité des armatures transversales

Pour les dalles coulées sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur, on n’a pas besoin des

0.07  f cj vumax
armatures transversales, si on vérifie:  u  ; Avec  u 
b b.d

22.2 103 0.07  22


u   0.139MPa   1.02MPa (Ok)
1 0.16 1.5
 Les armatures transversales ne sont pas nécessaires.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 30


4. Arrêt des barres

Figure 16. Arrêt de barre du panneau étudié

 En travée :
 Sens lx :
On dispose par alternance : 2HA8 par mètre filant, et 2 HA8 / m arrêtés à
0.1Lx = 0.42 m de la rive
 Sens ly :
On dispose par alternance : 2 HA8 par mètre filant, et 2 HA8 / m arrêtés à
0.1Ly = 0.58 m de la rive
 Sur appuis :
 Sens lx et ly :
On a utilisé 4 HA10 / m.
ls 50  40 cm
l1  Max  , 2 HA10 / m → l1  Max 
0.2  lx 0.2  lx  85cm

 l1  85cm
ls 40cm

l2  Max  l1 , 2 HA10 / m → l2  Max 
 42.5cm
2
 l2  42.5cm

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 31


5. Plan de ferraillage

Figure 17. Schéma de ferraillage de la nappe inferieur de la dalle

Figure 18. Schéma de ferraillage de la nappe supérieure de la dalle

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 32


Figure 19. Schéma de ferraillage des appuis de la dalle

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 33


Chapitre 6 : Etude d’une nervure
1. Introduction

Comme exemple de calcul, nous avons choisi une nervure continue à 3 travées du plancher
haut du RDC

Figure 20. Schéma de la nervure

2. Pré dimensionnement de la section de la nervure

La nervure étudiée est modélisée par une poutre continue à 3 travées de section en T comme
schématisée (figure)

Figure 21. Schéma de calcul de la nervure

Généralement, on détermine la hauteur de la nervure selon la formule suivante :


L
h ≥ 22.5 ; poutre ou panneau de dalle continue
L
On a L3 = 2.83m ; d’où h ≥ 22.5 = 0.126 m

 Soit h=0.21m, on conçoit donc un hourdis de (16+5) avec les dimensions suivantes :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 34


Figure 22. Section de la nervure

2.1. Evaluation des charges

La charge supportée par une seule nervure du plancher terrasse en corps creux (16+5) :

2.1.1. Charges permanentes

Dalles en corps creux (16+5) G = 5.9×0.33=1.95 KN / ml

2.1.2. Charges d’exploitation

Q= 1. 5 ×0.33=0,5 KN / ml
 A l’ELU : Pu = 1.35 ×1.95 + 1.5 × 0.5 = 3.38 KN/m
 A l’ELS : Ps = 1.95+0.5 = 2.45KN/m

2.2. Choix de la méthode de calcul

 q = 1.5KN/m² <2 × g = 2 ×5.9 = 11.8 KN/ m²


q = 1.5 KN/m² < 5 KN/ m²  Vérifiée
 Inertie des travées constantes dans toute la nervure  Vérifiée
li 1.86
0.8    0.73  1.25  Non vérifiée
li  1 2.52
 Fissuration peu préjudiciable  Vérifiée
 L’un des conditions ci-dessus n’est pas vérifié, on pourra appliquer la méthode
Caquot minoré pour dimensionner cette nervure.

3. Calcul des sollicitations

Avant de calculer les sollicitations, on va remplacer g par 2/3 g dans le calcul de moment sur
appui dus aux charges permanentes :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 35


Tableau 10. Tableau récapitulatif des combinaisons de charges sur appui

Combinaison Travée Charge (KN/m)


T1 2.51
2
𝑃𝑢=1.35×3 G +1.5Q T2 2.51
Etat chargé T3 2.51
T4 2.51
T1 1.8
2
Ps = 3 G +Q T2 1.8
T3 1.8
T4 1.8
T1 1.76
2 T2 1.76
𝑃𝑢=1.35×3 G
Etat déchargé T3 1.76
T4 1.76
T1 1.3
2 T2 1.3
𝑃s = 3 G
T3 1.3
T4 1.3

Pour le calcul de moment en travée, on a :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 36


Tableau 11. Tableau récapitulatif des combinaisons de charges sur travées

Combinaison Travée Charge (KN/m)


T1 3.38
𝑃𝑢=1.35× G +1.5Q T2 3.38
Etat chargé T3 3.38
T4 3.38
T1 2.45
𝑃𝑠= G + Q T2 2.45
T3 2.45
T4 2.45
T1 2.63
𝑃𝑢=1.35× G T2 2.63
Etat déchargé T3 2.63
T4 2.63
T1 1.95
𝑃𝑠= G T2 1.95
T3 1.95
T4 1.95

Pour le calcul des sollicitations sur appuis et en travées, nous avons considéré des différents
cas de charges :
Cas1 :

Figure 23. Cas 1 C-C-C-C

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 37


Cas2 :

Figure 24. Cas 2 C-D-C-D

Cas3 :

Figure 25. Cas 3 D-C-D-C

3.1. Moments fléchissant

3.1.1. Moment sur appuis

Hypothèses : Pour le calcul des moments sur appui Ma, on fait les hypothèses suivantes :
• Seules les charges sur les travées voisines de l'appui sont prises en compte.
• On adopte des longueurs de portées fictives l′, telles que; l′ = 𝑙 pour les deux travées
de rive.
l′ = 0.8 𝑙 pour les travées intermédiaires.
Pour les différents cas de charge, nous avons effectué le calcul des moments sur les appuis
centrales connaissant que les moments aux appuis extrêmes sont nuls. Le moment sur appui
est déterminé par la formule suivante :
Pw  L ' w3  Pe  L ' e 3
Mai  
8.5  ( L ' w  L ' e )
Avec:
𝑀𝑎𝑖 : le moment sur appui i
𝑃𝑤 : la charge sur la travée Ouest de l'appui
𝑃e: la charge sur la travée Est de l'appui
L′w :la longueur de la travée Ouest de l'appui
L′e : la longueur de la travée Est de l'appui

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 38


Cas1 : C-C-C-C

Figure 26. Cas 1 C-C-C-C

 Appui1 :
Ma1U max  0KN.m ; Ma1S max  0KN.m
 Appui 2 :

2.51 1.863  2.023 


Ma 2u max    1.12 KN .m
8.5 1.86  2.02 

1.8  1.863  2.023 


Ma 2 s max    0.803KN .m
8.5 1.86  2.02 
 Appui3 :

2.51  2.263  2.023 


Ma 3u max    1.37 KN .m
8.5  2.26  2.02 

1.8   2.263  2.023 


Ma 3s max    0.98KN .m
8.5  2.26  2.02 
 Appui 4:

2.51  2.263 1.933 


Ma 4u max    1.32 KN .m
8.5  2.26  1.93

1.8   2.263 1.933 


Ma 4u max    0.949 KN .m
8.5  2.26  1.93
 Appui 5:
Ma5U max  0KN.m ; Ma5S max  0KN.m

Les résultats des calculs sont représentés dans le tableau suivant :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 39


Tableau 12. Tableau récapitulatif des moments sur appuis

cas combinaison Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4 Appui5


ELU 0 -1.12 -1.37 -1.32 0
CCCC
Moments ELS 0 -0.80 -0.98 0.95 0
sur ELU 0 -0.975 -1.13 -1.08 0
DCDC
appuis ELS 0 -0.71 -0.83 -0.79 0
en KN.m ELU 0 -0.93 -1.2 -1.17 0
CDCD
ELS 0 -0.68 -0.87 -0.85 0

3.1.2. Moment en travées

Les moments en travées sont calculés à partir de la méthode de trois moments :


x x
M ( x)   ( x)  Mw(1  )  Me( )
li li
Avec : M(x) : le moment sur la travée correspondante.

𝜇 (𝑥) : le moment de la travée isostatique associée :


𝑀𝑤 : le moment sur l'appui Ouest
𝑀𝑒 : le moment sur l'appui Est
li : Longueur de la travée.
Cas3 : C-D-C

Figure 27. Cas 3 C-D-C

x x
M ( x)   ( x)  Mw(1  )  Me( )
li li
Mt1𝒎𝒂𝒙 ?

 Pu  1.5  q1  1.35  g 1  1.5  0.5  1.35 1.95  3.38 KN / m

 Ps  q1  g 1  0.5  1.95  2.45KN / m

MeU  0.93KN / m ; Mw  0 KN / m
U

Me S  0.68 KN / m ; Mw  0 KN / m
S

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 40


 l1=1.86m
Pu  (1.86  x) 3.38  (1.86  x)
 ( x)    1.69 x 2  3.14 x
2 2

 M ( x)  1.69 x  2.64 x
2

M ( x)
 0 → X max  0.78m
x
Mu1 max  1.03KN .m
Ps  (1.86  x) 2.45  (1.86  x)
 ( x)    1.225 x 2  2.28 x
2 2

 M ( x)  1.225 x  1.91x
2

M ( x)
 0 → X max  0.78m
x
Ms1 max  0.74KN .m
Cas2 : D-C-D

Figure 28. Cas 2 D-C-D

x x
M ( x)   ( x)  Mw(1  )  Me( )
li li
Mt1𝒎𝒊𝒏 ?

 Pu  1.35  g 1  1.35 1.95  2.63KN / m

 Ps  g 1  1.95KN / m

MeU  0.975KN / m ; Mw  0 KN / m
U

Me S  0.71KN / m ; Mw  0 KN / m
S

 l1=1.86m
Pu  (1.86  x) 2.63  (1.86  x)
 ( x)    1.315 x 2  2.45 x
2 2

 M ( x)  1.315 x  1.93x
2

M ( x)
 0 → X min  0.73m
x
Mu1 min  0.71KN .m

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 41


Ps  (1.86  x) 1.95  (1.86  x)
 ( x)    0.975 x 2  1.81x
2 2

 M ( x)  0.975 x  1.43x
2

M ( x)
 0 → X min  0.73m
x
Ms1 min  0.52KN .m

Tableau 13. Moments maximaux en travées à l’ELU

Travées M w (KN.m) M e (KN.m) x0 (m) M travée (KN.m)


1 0 -0.93 0.78 1.03
2 -0.98 -1.13 1.25 1.65
3 -1.20 -1.17 1.42 2.2
4 -1.08 0 1.13 1.08

Tableau 14. Moments minimaux en travées à l’ELU

Travées M w (KN.m) M e (KN.m) x0 (m) M travée (KN.m)


1 0 -0.71 0.74 0.53
2 -0.93 -1.20 1.23 1.04
3 -1.13 -1.08 1.42 1.53
4 -1.17 0 1.20 0.71

Tableau 15. Moments maximaux en travées à l’ELS

Travées M w (KN.m) M e (KN.m) x0 (m) M travée (KN.m)


1 0 -0.68 0.78 0.75
2 -0.71 -0.83 1.25 1.2
3 -0.87 -0.85 1.42 1.59
4 -0.79 0 1.13 0.78

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 42


Tableau 16. Moments minimaux en travées à l’ELS

Travées M w (KN.m) M e (KN.m) x0 (m) M travée (KN.m)


1 0 -0.71 0.74 0.53
2 -0.68 -0.87 1.2 0.79
3 -0.83 -0.79 1.4 1.14
4 -0.85 0 1.2 0.53

Tableau 17. Récapitulation des moments fléchissant en travées

Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4


Moment fléchissant Max
1.03 1.65 2.20 1.08
(KN.m)
ELU

Moment fléchissant min


0.53 1.04 1.53 0.71
(KN.m)
Moment fléchissant Max
0.75 1.2 1.59 0.78
(KN.m)
ELS

Moment fléchissant min


0.53 0.79 1.14 0.53
(KN.m)

3.2. Courbe enveloppe

Figure 29. Diagramme des Moments fléchissant enveloppe à l’ELU (en KN.m)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 43


Figure 30. Diagramme des Moments fléchissant enveloppe à ELU par ARCHE (en Nm)

3.3. Calcul des efforts tranchants

L'effort tranchant est déterminé lorsque les deux travées adjacentes à l'appui sont chargées au
maximum (1.35G +1.5 Q)

Figure 31. Effort tranchant maximal sur appuis

M i  M i 1
 Vwi  V0 w 
liw
M i 1  M i
 Vei  V0 e 
lie
V0w, V0e : efforts tranchants gauche et droite sur l’appui de travées de référence.
Mi-1, Mi et Mi+1 : moments sur appuis avec leurs signes.
 Appui 1:
 Vw1U  0 KN ; Vw1S  0 KN
M 2  M1
 Ve1U  Ve 0U 
L1
Pu  L (1.35  g 1  1.5  q1)  l1
Avec ; Ve0U    3.15kN
2 2

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 44


Ps  L ( g 1  q1)  l 1
Ve0 S    2.82kN
2 2

 Ve1  2.54kN
U

 Ve1  1.85kN
S

 Appui 2:
M 2  M1
 Vw2  Vw0 
L1
Pu  L (1.35  g 1  1.5  q1)  l 1
Avec ; Vw0U     3.15kN
2 2
Ps  L ( g 1  q1)  l 1
Vw0 S     2.82kN
2 2
 Vw2U  3.75kN

 Vw2  2.17kN
S

M3M2
 Ve 2  Ve 0 
L2
Pu  L (1.35  g 2  1.5  q 2)  l 2
Avec ; Ve0U    4.28kN
2 2
Ps  L ( g 2  q 2)  l 2
Ve0 S    3.1kN
2 2

 Ve2  4.18kN
U

 Ve2  3.03kN
S

 Appui 3:
M3M2
 Vw3  Vw0 
L2
Pu  L (1.35  g 2  1.5  q 2)  l 2
Avec ; Vw0U     4.28kN
2 2
Ps  L ( g 2  q 2)  l 2
Vw0 S     3.1kN
2 2

 Vw3  4.38kN
U

 Vw3  3.17kN
S

M4M3
 Ve3  Ve 0 
L3
Pu  L (1.35  g 3  1.5  q 3)  l 3
Avec ; Ve0U    4.79kN
2 2
Ps  L ( g 3  q 3)  l 3
Ve0 S    3.68kN
2 2

 Ve3  4.80kN
U

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 45


 Ve3  3.48kN
S

 Appui 4:
M4M3
 Vw4  Vw0 
L3
Pu  L (1.35  g 3  1.5  q 3)  l 3
Avec ; Vw0U     4.79kN
2 2
Ps  L ( g 3  q 3)  l 3
Vw0 S     3.68kN
2 2

 Vw4  4.77kN
U

 Vw4  3.45kN
S

M5M4
 Ve 4  Ve0 
L4
Pu  L (1.35  g 4  1.5  q 4)  l 4
Avec ; Ve0U    3.26kN
2 2
Ps  L ( g 4  q 4)  l 4
Ve0 S    2.36kN
2 2

 Ve4  3.95kN
U

 Ve4  2.86kN
S

 Appui 5:
 Ve5U  0 KN ; Ve5 S  0 KN
M5M4
 Vw5U  Ve 0U 
L4
Pu  L (1.35  g 4  1.5  q 4)  l 4
Avec ; Ve0U    3.26kN
2 2
Ps  L ( g 4  q 4)  l 4
Ve0 S    2.36kN
2 2

 Vw5  2.58kN
U

 Vw5  1.87kN
S

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 46


Tableau 18. Tableau récapitulatif des résultats de calcul des efforts tranchants

Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4 Appui 5

à gauche(KN) 0 -3.75 -4.38 -4.77 -2.58


ELU

à droite(KN) 2.54 4.18 4.8 3.95 0

à gauche(KN) 0 -2.71 -3.17 -3.45 -1.87


ELS

à droite(KN) 1.85 3.03 3.48 2.86 0

Figure 32. Diagramme de l’effort tranchant à l'ELU

Figure 33. Diagramme de l’effort tranchant enveloppe à ELU par ARCHE

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 47


4. Ferraillage de la nervure

La nervure travaille en flexion simple, étant donné que la fissuration est peu préjudiciable on
va dimensionner à l’ELU et ensuite vérifier à l’ELS tout en respectant la CNF. (Condition de
non fragilité).Le calcul sera développé pour la première travée et l’appui 2, le reste sera
résumé dans les deux tableaux suivants

4.1. Armatures longitudinales

4.1.1. Ferraillage des travées

 Dimensionnement à l’ELU
Mu = 0.00103MN.m.
h0 0.05
M tu  b.h0 . f bu .(d  )  0.33  0.05  12.46  (0.18  )  0.032MN .m
2 2  Mu<Mtu
La section en T se comporte comme une section rectangulaire (b x h)
Mu 0.00103
µ   0.0077  μ <μL =0.39
b  d  f bu 0.33  0.182 12.46
2

2
La section sera dépourvue d’armatures comprimées A sc =0 cm

  1.25  1  1  2 µ   1.25 1  1  2  0.0077   0.0097

yu   .d  0.00175m
Z  d  0.4 yu  0.179m

Mu 0.00103
Ast    0.165cm 2
Z  f su 0.179  347.83
Soit 1HA8=0.5cm2

 Vérification à l’ELS :
Ms = 0.00075MN.m.
bh02
f (h0 )   15. Asc .(h0  d )  15. Ast .( d  h0 )
2

0.33  0.052
f (h0 )   15  0.5 104  (0.18  0.05)  0.000315 f (h0) >0
2
La section se comporte mécaniquement comme une section rectangulaire (b x h)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 48


Y1 est la solution de l’équation :

f  y1  
b 2
2
 
y1  15  Asc  Ast  y1  15 Asc d '  Ast d  0 avec Asc  0

→ y1 = 2.7cm
3
y1 2 2
ISRH / AN  b  15Asc (y1  d ')  15Ast (d  y1)
3
 ISRH/AN=1972cm4
0.7510−3
D’où  𝜎𝑏𝑐 = 𝐼 𝑀𝑠𝑒𝑟 × 𝑌1= 1972.10−8 × 0,027 = 1.03𝑀𝑃𝑎
𝑆𝑅𝐻/𝐴𝑁

Et bc  0, 6 fc 28  13, 2 MPa

Donc : bc < bc  Vérifiée

 Condition de non fragilité


b  v3  b  b 0   (V  h 0 ) b  V '3
3

IG    0
3 3 3

S. V =∑ 𝑆𝑖 × 𝑉𝑖 V=6,74 cm et V ’=14.26 cm

I G  1.007 104 m4 ;V '  0.1425m


IG ft 28 1.007 104 1.92
Amin     0.2cm²  Ast
0.81 h  V ' fe 0.81 0.21 0.1425  400  Vérifiée

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 49


Tableau 19. Ferraillage des travées

Travée 1 Travée 2 Través3 Través4


Mu (KN.m) 1.03 1.65 2.2 1.08
Mtu (KN.m) 32 32 32 32
μ 0.008 0.012 0.017 0.008
ASC (cm2) 0 0 0 0
α 0.010 0.016 0.021 0.010
ELU

Yu (m) 0.0017 0.0028 0.0037 0.0018


Z (m) 0.179 0.179 0.179 0.179
Ast théorique (cm2) 0.16 0.27 0.35 0.17
Amin (cm2) 0.2 0.2 0.2 0.2
Ast choisi(cm2) 0.5 0.5 0.5 0.5
Choix des barres 1HA8 1HA8 1HA8 1HA8
f (h0) 0.0003 0.0003 0.0003 0.0003
Y(m) 0.027 0.027 0.027 0.027
ISRH (cm4) 1972 1972 1972 1972
ELS

MS (KN.m) 0.75 1.2 1.59 0.78


σbc (MPA) 1.02 1.64 2.18 1.07
σ bc ≤ σ bc ok ok ok ok

4.1.2. Ferraillage des appuis

 Dimensionnement à l’ELU
Sur appui, la section se comporte comme une section rectangulaire (b0xh) et on travaille avec
la valeur absolue de moment.
- Appui1
Mu = -0.00112MN.m
Mu 0.00112
µ   0.0084  μ < μL =0.39
b  d  f bu 0.07  0.182 12.46
2

2
La section sera dépourvue d’armatures comprimées A sc =0 cm

  1.25  1  1  2 µ   1.25 1  1  2  0.106   0.105

yu   .d  0.0019m

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 50


Z  d  0.4 yu  0.179m

Mu 0.00112
Ast    0.18cm 2 Soit 1HA8=0.5cm2
Z  f su 0.179  347.83
 Vérification à l’ELS
Ms = -0.0008MN.m.
b h02
f (h0 )   15. Asc .(h0  d )  15. Ast .( d  h0 )
2
0.33  0.052
f (h0 )   15  0.79 104  (0.18  0.05)  0.000315
2
f (h0) > 0 La section en T se comporte mécaniquement comme une section rectangulaire
(b0×h)
b0 2
Y1 est la solution de l’équation : y1  15. Asc  15. Ast . y1  15. Asc .d ' 15. Ast .d   0
2
0.07 2
y1  15  0.5 104  y1  15  0.5 104  0.18  0  y1  0.027m
2
b0 y13
I SRH   15. Ast .(d  y1 )²  15. Asc .( y1  d ')²  I SRH  0.1972 104 m 4 .
AN 3 AN

M ser 0.8 103


 bc  . y1   0.027  1.09MPa
I SRH / AN 0.1972 104

 bc =1.09MPa <  bc  13.2MPa  (Ok) σbc ≤ σbc


 Condition de non fragilité

f t 28 1.92
Amin  0.23  b0  d   0.23  0.07  0.18   0.139cm ²
fe 400

Ast>Amin  la CNF est vérifiée.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 51


Tableau 20. Ferraillage des appuis

Appui1 Appui2 Appui3 Appui4 Appui5


Mu (KN,m) ------- - 1.12 -1.37 -1.32 -------
µ ------- 0.0084 0.010 0.010 -------
ASC (cm2) ------- 0 0 0 -------
α ------- 0.0105 0.0130 0.0124 -------
Yu (m) ------- 0.0019 0.0023 0.0022 -------
ELU

Z (m) ------- 0.179 0.179 0.179 -------


st
A théorique ------- 0.18 0.22 0.21 -------
Amin (cm2)
(cm2) ------- 0.139 0,139 0.139 -------
Astchoisi(cm2) ------- 0.5 0.5 0.5 -------
Choix des barres ------- 1HA8 1HA8 1HA8 -------
Y(m) ------- 0.027 0.027 0.027 -------
ISRH (104.m4) ------- 0.1972  104 0.1972  104 0.1972  104 -------
ELS

MS (KN,m) ------- -0.8 -0.98 -0.95 --


-------
σbc (MPA) ------- 1.09 1.34 1.30 -------
σ bc ≤ σ bc ------- ok ok ok -------

Tableau 21. Tableau récapitulatif d’armatures sur appuis et en travée

Armatures Armatures
longitudinales (𝑐𝑚2)) longitudinales
Choix d’aciers sur arche

Appuis 2, 3, et 4 1HA8 0.5*4 1HA8*4


Sur appui

Travée 1, 2, 3 et 4 1HA8 *4 0.5*4 1HA8*4


En travée

4.2. Armatures transversales

 Vérification du béton vis-à-vis cisaillement :


L’effort tranchant maximal : Vu max = 4.8.10-3MN.m
Vu max 4.8  103
La contrainte tangentielle :  u   = 0,381MPa
b0  d 0.07  0.18

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 52


Pour une fissuration peu préjudiciable et pour un angle d’inclinaison des armatures α = 90°.
2  f c 28 22
 u  min( ;5MPa)  min(0.2  ;5 MPa)=2.93MPa   u   u
10   b 1.5
→ Le béton est vérifié vis-à-vis la contrainte tangentielle de cisaillement.
 Pourcentage minimal des armatures transversales :
 At   At  0.4  b0 0.4  0.07 4 m
2

       1.19  10
 St   St  min f et 235 m
 Diamètre minimal des armatures transversales :

; )  t  min (8; 6; 7)  6 mm  t  6
t  Min h b0
(l min ;
35 10
On prend un étrier ; At= 0.56 cm2.
 Espacement maximal des armatures :
Travée 1,2 et 3

S t = Min (0.9 d ; 40 cm) = Min (19.8; 40 cm) =16.2cm  S  16cm


t

 Espacement initial St0 :

A partir de la règle de couture, on détermine l’espacement initial St 0 au droit de l’appui en

assurant : 7cm  St 0  S t ; cette règle est donnée par :


At b0 . s .( uréd  0.3.K . f t 28 )

st0 0.9. f et .(sin   cos )

ft 28  1.92MPa
K  1 flexion simple, sans reprise de bétonnage et en F.P.P
  

 s  1.15
   90
Puisque le chargement est uniformément répartie et la nervure est continue donc :
5h
V red  Vu max  Pu
6
 red est la contrainte tangentielle réduite, elle est calculée forfaitairement pour les travées de

la nervure de la manière suivante :


5h 5  0.21
Vu max  Pu 4.8 103   3.38 103
 red  6  6  0.334MPa
b0 d 0.07  0.18

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 53


At b0 . s .( uréd  0.3.K . f t 28 ) 0.07 1.15   0.334  0.3 11.92 
   0.92  104 m²
st0 0.9. f et .(sin   cos  ) 0.9  235 m

 At  At  At  0.4  b 0 0.4  0.07 2


 At   On prend:       1.19  10 -4 m

st0  St  min st0  St  min fet 235 m

Or At : est un étrier Ø6 At = 0.56 cm².


At
St 0   47cm  St max
1.19  104
 soit St0 = 16cm.
L’espacement tout au long de la nervure sera constant avec St = 16cm, la première nappe sera
disposée à St/2, soit 8 cm.

4.3. Vérifications des aciers de glissement

 Appui simple de rive :

Figure 34. acier de glissement sur l’appui de rive

Ag 
Vu 2.54 103
Vu  2.54 KN  Ag   0.073cm²
f su Or 347.83
 Les armatures sur appuis de rives seront prolongées au-delà des nus intérieurs des appuis
(0.5cm² > 0.073 cm²).
 Appui intermédiaire

Figure 35. acier de glissement sur l’appui intermédiaire

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 54


Mu Mu
Vu ,G  Vu , D 
Ag ,G  Z ; Ag , D  Z
f su f su
Avec Z=0.9d=16.2cm pour d=18cm
 Appui 2
MU 1.12 103
Vu ,G  3.75 103 
A g,G  Z  0.162  0.09cm 2  0
f su 347.83

MU 1.12 103
Vu , D  4.18 103 
A g,D  Z  0.162  0.079cm2  0
f su 347.83
 Appui 3
MU 1.37 103
Vu ,G  4.38 103 
A g,G  Z  0.162  0.12cm 2  0
f su 347.83

MU 1.37 103
Vu , D  4.8 103 
Ag,D  Z  0.162  0.11cm2  0
f su 347.83
 Appui 4
MU 1.32 103
Vu ,G  4.77 103 
A g,G  Z  0.162  0.097cm2  0
f su 347.83

MU 1.32 103
Vu , D  3.95 103 
A g,D  Z  0.162  0.12cm2  0
f su 347.83
Théoriquement dans ces cas on n’est pas obligé de prolonger les armatures, mais il est de
bonne construction de prolonger les armatures inférieures au-delà de l’appui de part et
d’autre.

4.4. Vérification de la bielle de béton

 Les appuis de rive :


Vérifions la condition de non écrasement du béton :
2  Vumax 0.8  f c 28
b  
a  b0 b
Avec : σb = Contrainte de compression dans la bielle.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 55


ba : l arg eur del ' appui  22 cm
a  ba  2cm  enrobage 
Et enrobage  2.5cm
a  0.22  0.02  0.025  17.5cm
 Appui 1
2  2.54 103 0.8. f c 28
b   0.41MPa   11.73MPa
2
17.5 10  0.07 b
 Appui 5

2  2.58 103
b   0.42MPa  11.73MPa
17.5 102  0.07

Donc
 bielle
bc   la contrainte dans la bielle du béton est vérifiée.
 Pour un appui intermédiaire :
 Appui 2
2  4.18 103 0.8. f c 28
b   0.68MPa   11.73MPa
2
17.5 10  0.07 b
 Appui 3
2  4.8 103 0.8. f c 28
b   0.78MPa   11.73MPa
2
17.5 10  0.07 b
 Appui 4
2  4.77 103 0.8. f c 28
b   0.78MPa   11.73MPa
2
17.5 10  0.07 b

Donc  bc 
bielle
 la contrainte dans la bielle du béton est vérifiée

4.5. Vérification de la jonction table nervure

 Vérification du béton :
b0 b fc 28
Il faut vérifier que :  table   âme   1   u  min[0.2 ;5 MPa ]
0.9.h0 b b

 
 u  2.93MPa. 
  0.381 0.07  0.13
Or :  âme   u  0.38MPa    table   0.23MPa
 b  b0  0.9  0.06  0.33
b1   13cm 
 2 

  table   u (Ok)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 56


 Armatures de couture :
Ac  table  0.3 ft 28 0.23  0.3 1.92
  h0   s   0.06  1.15  1cm²  0
St f et 235
On n’aura pas besoin d’acier pour la jonction puisque que le béton assure cette fonction, il
suffit de prévoir un Ø6 tous les 33 cm.

4.6. Vérification de la flèche

La vérification de la flèche est une justification vis-à-vis de l’état ultime de service. Elle
devient inutile si les conditions suivantes sont satisfaites :
h 1
1   0.044 Avec : * M0 : Moment de la travée de référence
l 22.5
h 1 Mt
 2  . * Mt : Moment maximal en travée
l 10 M 0
A 4.2 4.2
 3    0.0105 * A : Section d'acier tendu en travée
b0  d f e 400

La vérification de la flèche pour les différentes travées sera récapitulée dans le tableau qui
suit :
Tableau 22. Vérification des conditions de la flèche

Travée h/l 1/22,5 h/l Mts/10xM0s A/(b0xd) 4,2/fe


0.11 0,044 0,11 0.061 0.004 0,0105
1 (Ok) (Ok) (Ok)
0,08 0,044 0,08 0.093 0.004 0,0105
2 (Ok) Non vérifier (Ok)
0.07 0.044 0.07 0.13 0.004 0.0105
3 (Ok) non vérifiée (Ok)
0.11 0.044 0.11 0.062 0.004 0.0105
4 (Ok) (Ok) (Ok)

La condition 2 est non vérifiée pour les travées 2 et 3, alors dans ce cas le calcul de flèche est
nécessaire.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 57


M ser  l 2 1.1 I 0
fi  Avec : -I fi 
10.Ei .I fi 1  i .
-I0 : Moment d’inertie de la section totale rendue homogène  STRH  .

. 13 (b  b0 ).(V1  h0 )3 b0 .V23
bV
I 0  I STRH     15. Ast (d  V1 )2
G 3 3 3

h0  h  h0 
(h0 .b).  (h  h0 ).b0 .   h0   15. Ast .d
X G  V1 
 x .S i i

2  2 
S  S
i RH (h0 .b)  b.(h  h0 )  15. Ast

V2  h  V1
0.05. f t 28 A
i  ; 
b0 b0 .d
 .(2  3. )
b
1.75. f t 28 M ser A
  1 ;  s  15  (d  y1 ); Ei  11000 3 f c 28 , 
4. . s  f t 28 I SRH / AN b0 .d
L
La valeur de la flèche admissible est estimée à : f adm 
500
Dans notre cas :
Tableau 23. Vérification de la flèche

Travée2 Travée3
fadm(mm) 5.06 5.66
V1 (cm) 2.86 3.08
V2 (cm) 18.14 17.92
ρ 0.004 0.004
λ 9.18 4.28
I0 (cm4) 15989 18052.34
σs (Mpa) 17.2 22.8
μ -0.53 -0.47
Ifi (cm4) -3849 5425.56
fi (mm) -0.55 -0.78
fi<fadm (Ok) (Ok)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 58


4.7. Ferraillage choisie

Figure 36. Ferraillage de la travée 1

Figure 37. Ferraillage de la travée 2

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 59


Figure 38. Ferraillage de la travée 3

Figure 39. Ferraillage de la travée 4

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 60


Chapitre 7 : Etude d’une Poutre continue
1. Evolution de charge
Pré dimensionnement de la section de la poutre :
L’inertie le long de la poutre est variable, comme pré dimensionnement, on peut commencer
par des sections qui respectent la condition de limitation de flèche : h>l/16

Figure 40. Schéma de la poutre continue

 Travée 1 : h1>l1/16=314/16=19.6cm h1=25cm


 Travée 2 : h2>l2/16= 433/16=27cm h2=30cm
 Travée 3 : h3>l3/16=423/16=26cm h3=30cm

1.1. Distribution des charges

Figure 41. Les lignes de rupture des dalles pleines

1.2. Charges réparties équivalentes

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 61


Tableau 24. Les charges Pm et Pv des dalles pleines

Avec 𝛼 = 𝑙𝑥/𝑙𝑦
Tableau 25. Charges réparties équivalentes

Charge (KN/m)
Cas de charge Gv (KN/m) Gm (KN/m) Qv (KN/m) Qm (KN/m)
(+forme)
C 1 (trapèze) 14.68 18.67 4.56 5.8
C 2 (triangle) 6.32 8.43 1.96 2.62
C 3 (triangle) 8.71 11.62 2.71 3.61
C 4 (triangle) 8.51 11.35 2.64 3.53
C 5 (triangle) 8.51 11.35 2.64 3.53
C 6 (trapèze) 8.36 10.71 2.6 3.33
C 7 (trapèze) 9.3 12.37 2.89 3.84
C 8 (trapèze) 9.3 12.37 2.89 3.84
C 9 (trapèze) 9.27 12.31 2.88 3.82
C 10 (trapèze) 10.34 13.53 3.21 4.2
C 11 (triangle) 10.85 14.46 3.37 4.49
C 12 (trapèze) 8.36 10.71 2.6 3.33

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 62


1.3. Charges transmises sur la poutre

 Travée 1 : le chargement (c2) est réparti sur 80% le long de la travée, et pour
résoudre ce problème on prolonge ce chargement sur toute sa longueur pour avoir un
calcul plus facile et plus sécurisé.
 Travée 3 : cette travée admet deux types de chargement, (c1) + (c3) réparties sur
63cm de la travée et (c4) + (c5) réparties sur la partie restante (3.6m).
D’autre part, la différence entre ces deux chargement (c1) + (3) et (c4) + (c5) ne dépasse pas
les 20%, de plus, l’influence de cette différence de chargement est faible sur moment à mi-
travée pour faciliter le calcul manuel sous réserve de comparer ces résultats avec le calcul
automatique.

Figure 42. Diagramme des Chargements sur les travées

Figure 43. Diagramme des Chargements réparties sur les travées corrigés

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 63


1.4. Charges provenant de la dalle pleine

Tableau 26. Charge provenant de la dalle pleine

Gv GM Qv QM
Répartie
21 27.1 6.52 8.42
(KN/m)
Travée 1
Concentré
19.36 24.79 6.01 7.70
(KN/m)
Répartie
Travée 2 23.39 30.29 7.27 9.41
(KN/m)
Répartie
17.02 22.7 5.28 7.06
(KN/m)
Travée 3
Concentré
100.08 132.57 31.08 41.17
(KN/m)

1.5. Charges appliquées sur les travées

 Travée 1 :
Gtot= poids propre de la poutre + G revêtement + G dalle
GM1= 0.22x0.25x25+ 0.22x(8.05-5)+27.1=29.15KN/m
Gv1= 0.22x0.25x25+ 0.22x(8.05-5)+21=23.05KN/m
Qtot= Q dalle + Q sur la poutre
QM1=2.5x0.22+8.42=8.97KN/m
Qv1= 2.5x0.22+6.52=7.07KN/m
 Travée 2 :
Gtot= poids propre de la poutre + G revêtement + G dalle
GM2= 0.22x0.3x25+ 0.22x(8.05-5)+30.29=32.61KN/m
Gv2= 0.22x0.3x25+ 0.22x(8.05-5)+23.39=25.71KN/m
Qtot= Q dalle + Q sur la poutre
QM2=2.5x0.22+9.41=9.96KN/m
Qv2= 2.5x0.22+7.27=7.82KN/m

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 64


 Travée 3:
Gtot= poids propre de la poutre + G revêtement + G dalle
GM3= 0.22x0.3x25+ 0.22x(8.05-5)+22.7=25.02KN/m
Gv3= 0.22x0.3x25+ 0.22x(8.05-5)+17.02=19.34KN/m
Qtot= Q dalle + Q sur la poutre
QM3=2.5x0.22+7.06=7.61KN/m
Qv3= 2.5x0.22+5.28=5.83KN/m
 Chargement concentré F1 :
Gtot= poids propre de la poutre + G revêtement + G dalle
GM(F1)= [0.22x0.3x25+ 0.22x(8.05-5)]x4.63/2+24.79=30.16KN
Gv(F1)= [0.22x0.3x25+ 0.22x(8.05-5)]x4.63/2+19.36=24.73KN
Qtot= Q dalle + Q sur la poutre
QM(F1)=2.5x0.22x4.63/2+7.7=8.97KN
Qv(F1)= 2.5x0.22x4.63/2+6.01=7.28KN
 Chargement concentré F2 :
Gtot= poids propre de la poutre + G revêtement + G dalle
GM(F2) = [0.22x0.3x25+ 0.22x(8.05-5)]x(4.63+5.39)/2+132.57=144.2KN
Gv(F2) = [0.22x0.3x25+ 0.22x(8.05-5)]x(4.63+5.39)/2+100.08=111.7KN
Qtot= Q dalle + Q sur la poutre
QM(F2) =2.5x0.22x(4.63+5.39)/2+41.17=43.93KN
Qv(F2) = 2.5x0.22x (4.63+5.39) +31.08=33.86KN
Ce qui donne les charges totaux suivantes :
Tableau 27. Charges appliqués sur les travées

Gv tot Gm tot Qv tot Qm tot

Répartie (KN/m) 23.05 29.15 7.07 8.97


Travée 1
Concentré (KN) 24.73 30.16 7.28 8.97
Travée 2 Répartie (KN/m) 25.71 32.61 7.82 9.96
Répartie (KN/m) 19.34 25.02 5.83 7.61
Travée 3
Concentré (KN) 111.7 144.2 33.86 43.93

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 65


2. Choix de la méthode de calcul

 Q< 2G et Q< 5KN/m² (ok)


 la fissuration est peu préjudiciable.  ok
 L’inertie le long de la poutre est constante  non vérifiée
li+1 l1 314
 La portée ne vérifie pas 0.8  =   0.725  1.25  non vérifiée
li l 2 433
 On a présence des charges concentrées sur les travées
 Alors la méthode du Caquot minorée est applicable.
On va envisager par la suite les différents cas de charges afin d'avoir les sollicitations les plus
défavorables. On doit remplacer G par 2/3G dans le calcul du moment sur appui dus aux
charges permanentes :
2
-En ELS : P  G  Q
3
2
-En ELU : P  1.35  (  G )  1.5  Q
3
Pour le calcul des moments en travées, on a :
- En ELS : P  G  Q
- En ELU : P  1.35  G  1.5  Q

3. Calcul des sollicitations sur la poutre

3.1. Cas de charges

Pour calculer les sollicitations défavorables, on considère les cas de charges suivantes :

Figure 44. Cas 1 : C-C-C

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 66


Figure 45. Cas2 : C-D-C

Figure 46. Cas3 : D-C-D

3.2. Calcul des moments sur appuis

Hypothèse : Pour le calcul des moments sur appuis Ma, on applique les hypothèses
suivantes :
 Seules les charges sur les travées voisines de l’appui sont prises en compte.
 On adopte des longueurs de portées fictives L’, tel que :
L’=L pour les deux travées de rives
L’= 0.8L pour les travées intermédiaire.
 Effet des charges réparties :

Figure 47. Schéma de calcul des chargements répartis

M w  Ke ke
 Mi  [  M e  (1  )]
D D

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 67


Pe  l e 2
- M e 
8.5
Pw  l w 2
- M w 
8.5
Ie
- Ke 
Le
Iw
- Kw  → D  Ke  kw
Lw
Tableau 28. Les données de calcul des moments sur appuis

Travée 1 Travée 2 Travée 3


Longueur(m) 3.14 4.33 4.23
Longueur fictif (m) 3.14 3.46 4.23
Section 0.22*0.25 0.22*0.3 0.22*0.3
I(m4) 2.87.10-4 4.95.10-4 4.95.10-4
K 9.12.10-5 1.43.10-4 1.17.10-4
GM’=2/3GM 19.43 21.74 16.68
QM 8.97 9.96 7.61
ELS : 2/3G+Q (KN/m) 28.40 31.70 24.29
ELU :
39.69 44.29 33.93
1.35(2/3GM)+1.5QM(KN/m)
ELU : 1.35(2/3GM) (KN/m) 26.23 29.35 22.52

Le cas de charge défavorable pour calculer les moments sur appuis est : C-C-C
Tableau 29. Les moments sur appuis sous l’effet des chargements repartis

Cas de charge Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4


ELU 0 -52.46 -67.42 0
C-C-C
ELS 0 -37.54 -48.26 0
ELU 0 -42.93 -54.21 0
D-C-D
ELS 0 -31.19 -39.45 0
ELU 0 -44.24 -57.92 0
C-D-C
ELS 0 -32.06 -41.93 0
 Effet des charges concentrées :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 68


Figure 48. Schéma du calcul des forces concentrées

' '
 k w Fwl w 2   ke Fe l e 2
Mi  
lw'  le'
 a a
 aw (1  'w )(2  'w )
lw lw
kw 

'
2.125 lw
avec 
 a a
ae (1  'e )(2  'e )
 le le
 ke  '
 2.125 le

Tableau 30. Les charges concentrées F1 et F2 à l’ELU et à l’ELS

Force F1 F2
GM’=2/3 GM 20.10 96.13
QM 8.97 43.93
(C) A ELU:
40.59 195.67
1.35G’M+1.5QM (KN)
(C) A ELS : G’M+QM (KN) 29.07 140.06
(D) A ELU : 1.35G’M(KN) 27.135 129.78
(D) A ELS : 2/3 G’M(KN) 20.10 96.13

 Appui 2 :
Aw=2.5m ; l’w=3.14m => Kw=0.092
 A l’ELU :
M’w=0.092x40.59x3.14=11.72KNm
Ma2(c)=-11.72(1.43/(1.43+0.912))=-7.15KNm
D’où Ma2= Ma2(c)+Ma2(ch.rep)=-59.61KNm

 A l’ELS :
M’w= 0.092x29.07x3.14=8.40 KNm

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 69


Ma2(c)= -8.4x(1.43/(1.43+0.912))= -5.12KNm
D’où Ma2= = Ma2(c)+Ma2(ch.rep)=-42.67KNm
 Appui 3 :
Ae=0.63m ; l’e=4.23m => Ke=0.110
 A l’ELU :
M’e=0.11x195.67x4.23=91.39KNm
Ma2(c)=-91.39x(1.43/(1.17+1.43))=-50.24KNm
D’où Ma2= Ma2(c)+Ma2(ch.rep)=-117.66KNm
 A l’ELS :
M’w= 0.11x140.06x4.23=-65.42 KNm
Ma2(c)= -65.42x(1.43/(1.43+1.17))=-35.96 KNm
D’où Ma2= = Ma2(c)+Ma2 (ch. rep)=-84.22KNm
Tableau 31. Les moments sur appuis sous l’effet des chargements concentrés

Cas de
Appui 2 Appui 3
charge
ELU -7.15 -50.24
C-C-C
ELS -5.12 -35.96
ELU -7.15 -50.24
D-C-D
ELS -5.12 -35.96
ELU -4.78 -35.96
C-D-C
ELS -3.54 -24.68

Tableau 32. Les moments totaux sur les appuis

Cas de
Appui 2 Appui 3
charge
ELU -59.61 -117.66
C-C-C
ELS -42.67 -84.22
ELU -47.71 -90.17
D-C-D
ELS -34.73 -64.14
ELU -51.39 -108.17
C-D-C
ELS -37.19 -77.89

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 70


3.3. Calcul des moments en travées

 Moment en travée maximal :

Figure 49. Schéma de calcul du moment maximal en travées 1 et3 (cas3)

Figure 50. Schéma de calcul du moment maximal en travée 2 (cas2)

Tableau 33. Chargement sur les travées à l’ELU et à l’ELS :

Travée 1 Travée 2 Travée 3


Longueur(m) 3.14 4.33 4.23
Longueur fictif (m) 3.14 3.46 4.23
GM(KN/m) 29.15 32.61 25.02
QM(KN/m) 8.97 9.96 7.61
ELS : G+Q (KN/m) 38.12 42.57 32.63
ELU : 1.35G+1.5Q
52.81 58.96 45.19
(KN/m)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 71


Tableau 34. Les données de calcul des moments en travée

F1(KN) F2(KN)
GM(KN) 30.16 144.2
QM(KN) 8.97 43.93
ELU(C) 54.17 260.57
ELU(D) 40.72 194.67
ELS(C) 39.13 188.13
ELS (D) 30.16 144.2

L’évolution du moment en travée M(x), pour un cas de charge, est donné par :
x x
M ( x )   0 ( x)  M i 1 (1  )  Mi ( )
li li

0 ( x) : Moment fléchissant de la travée de référence :


-Pour une travée supportant une charge répartie q et une charge concentrée F :
 x(li  x) l a
 q F i x xa
 2 l
0 ( x)  
q x(li  x)  F a(1  x ) xa

 2 l
-Pour une travée supportant uniquement une charge répartie :
x(li  x )
0 ( x)  q
2
M ( x)
L’abscisse du moment maximal est déterminé par 0
x
 On prend l’exemple de la travée 1 l’ELU pour cela on va utiliser le cas N°3
M ( x  0.64)  26.4 x ²  126.04 x
M ( x )
 0  x max  2.08m( nonvérifié )
x
M ( x  0.64)  26.4 x ²  55.5 x  34.67
M ( x )
 0  x max  1.05m
x
M t1max  63.84 Km
d ' ouM t1max  63.84 KNm

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 72


Tableau 35. Les moments maximaux sur les travées à l’ELU en KN.m

Travée 1 Travée 2 Travée 3


cas du chargement utilisé 3 2 3
Mi-1 0 -47.7 -117.7
Mi -51.4 -90.2 0
xmax (m) 1.05 2 1.82
Mt max (KN.m) 63.8 70 130.9

Tableau 36. Les moments maximaux sur travée à l’ELS en KN.m

Travée 1 Travée 2 Travée 3


cas du chargement utilisé 3 2 3
Mi-1 0 -34.7 -84.2
Mi -37.2 -64.1 0
xmax (m) 1.05 2.01 1.82
Mt max (KN.m) 46.1 50.9 94.7

Figure 51. Diagramme des moments envolope sur appuis et en travées à l’ELU(KNm)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 73


3.4. Effort Tranchant

Figure 52. Effort tranchant maximal sur les appuis

3.4.1. Sur appuis

Pour déterminer les efforts tranchants sur les appuis, on applique les formules suivantes :
M i  M i 1
Vwi  V0 w 
l iw
M i 1  M i
Vei  V0 e 
l ie
V0w, V0e : efforts tranchants gauche et droite sur l’appui de travées de référence.
Mi-1, Mi et Mi+1 : moments sur appuis avec leurs signes
Tableau 37. Les charges appliquées sur les travées

Gv tot Qv tot ELU


Répartie
23.05 7.07 41.72
(KN/m)
Travée 1
Concentré
24.73 7.28 44.31
(KN)
Répartie
Travée 2 25.71 7.82 46.44
(KN/m)
Répartie
19.34 5.83 34.85
(KN/m)
Travée 3
Concentré
111.7 33.86 201.6
(KN)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 74


Tableau 38. L’effort tranchant maximal sur les appuis

V0w V0e Mi-1 Mi Mi+1 Iw Ie Vw Ve


(KN) (KN) (KNm) (KNm) (KNm) (m) (m) (KN) (KN)
Appui 1 ---- 100.8 ---- 0 -59.6 --- 3.14 --- 81.8
Appui 2 -74.5 100.5 0 -59.6 -117.7 3.14 4.33 -93.5 87.1
Appui 3 -100.5 245.3 -59.6 -117.7 ---- 4.33 4.23 -114 273.1
Appui 4 -103.7 ---- -117.7 0 ----- 4.23 ----- -75.9 -----

3.4.2. En travées

L’évolution de l’effort tranchant en travée pour un cas de charge est donnée par :
𝑑𝜇(𝑥) 𝑀𝑤 − 𝑀𝑒
𝑉(𝑥) = −
𝑑𝑥 𝑙
Tableau 39. Données de calcul et effort tanchant aux points d’applications des forces
concentrés

Mw(KNm) Me(KNm) L(m) V( Xf )- (KN) V( Xf )+ (KN)


Travée 1 0 -59.6 3.14 55.1 10.8
Travée 3 -117.7 0 4.23 251.1 49.6

  1.25  1  1  2 µ   1.25 1  1  2  0.0077   0.0097 Vérification :


V( 0.64 )- - V( 0.64 )+ = 55.1-10.8= 44.3 =F1 (OK)
V( 0.63 )- - V( 0.63 )+ = 251.14-49.55 = 201.6 =F2 (OK)

4. Calcul ferraillage

4.1. Armatures longitudinales

A titre indicatif, on détail le calcul pour la travée N 2, et pour les autres travées un calcul
identique est élaboré. Tous les résultats seront résumés dans un tableau. La fissuration étant
peu préjudiciable, on procède par un dimensionnement à l'ELU, ensuite une vérification à
l'ELS.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 75


 Dimensionnement à l'ELU :
Tableau 40. Données de calcul de la travée 2

Mu(KNm) Mser (KNm) b (cm) h (cm)


Travée 2
70 50.9 0.22 0.3

Mu 0.07
µ   0.34
b  d  fbu 0.22  0.2752 12.46
2
 μ <μL =0.39
2
La section sera dépourvue d’armatures comprimées A sc =0 cm

  1.25  1  1  2 µ   1.25 1  1  2  0.34   0.537

yu   .d  0.148m

Z  d  0.4 yu  0.216m
Mu 0.07
Ast    9.32cm 2  Soit 3HA16+3HA12=9.42cm2
Z  f su 0.216  347.83
ft28
Armature minimal : (CNF)= 0.23b. d. = 0.67𝑐𝑚2 < 𝐴𝑠𝑡. 𝑡ℎ.
fe

 Vérification à l’ELS :
Détermination de y1 :

f  y1  
b 2
2
 
y1  15  Asc  Ast  y1  15 Asc d '  Ast d  0 avec Asc  0

 Y1=13.4 cm
3
y1 2 2
ISRH/AN  b  15Asc (y1  d ')  15Ast (d  y1)
3
 ISRH/AN=45736cm4
D’où
3
   Mser  Y1  50.9 10 8  0.134  14.91MPa  bc  13.2MPa
bc
ISRH / AN 45736 10
 On redimensionne la poutre ; soit h=0.35cm :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 76


Tableau 41. Ferraillage de la travée 2

Travée 2
bxh(m²) 0.25x0.35
µ 0.213
Asc 0
a 0.302
yu 0.098
Z 0.286
Ast th(cm²) 7.04
Ast choisi 8.01
CNF (OK) 3HA14+3HA12
Tableau 42. Vérification à l’ELS de la travée 2

Vérification à l’ELS
Y1(m) 0.133
ISRH/AN (cm4) 62293
𝜎𝑏𝑐 10.9MPa

𝜎𝑏𝑐 = 10.9 <  bc = 13.2𝑀𝑃𝑎 (𝑜𝑘)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 77


Tableau 43. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales dans les travées

Travée 1 Travée 2 Travée 3


Mu(KNm) 63.8 70 130.9
bxh (cm²) 25x35 25x35 25x45
m 0.194 0.213 0.233
m lim 0.39 0.39 0.39
m < m lim
(Pas d’acier OK OK OK
comprimé)
a 0.272 0.302 0.356
yu 0.088 0.098 0.143
Z(m) 0.29 0.286 0.368
Ast calculé (cm²) 6.33 7.04 10.23
Amin(cm²) 0.9 0.9 1.17
2 lits
Choix 3HA14+3HA12 3HA16+3HA14
3HA12
Ast réelle (cm2) 6.79 7.72 10.65

Tableau 44. Vérification à l’ELS des trois travées

Vérification à l’ELS
Y1(m) 0.127 0.133 0.178
I srh (cm4) 57000 62293 144459
Mser (KNm) 46.1 50.9 94.7
 bc 10.27 10.88 11.65
(MPa)

 bc 13.2 13.2 13.2


(MPa)

 OK OK OK
s bc < bc

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 78


Tableau 45. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales sur appuis

Appui 2 Appui 3
Mu(KNm) 59.61 117.66
bxh (cm²) 25x35 25x35
m 0.181 0.357
m lim 0.39 0.39
m < m lim
OK OK
(Pas d’acier comprimé)
a 0.252 0.582
yu 0.082 0.189
Z(m) 0.29 0.250
13.57
Ast calculé (cm²) 5.86

Amin(cm²) 0.9 0.9


Choix 2 lits de 3HA12 3 lits de 3HA14
Ast réelle (cm2) 6.79 13.85
Y1(m) 0.127 0.164
I srh (cm4) 57000 90608
Mser (KNm) 42.67 84.22
 bc (MPa) 9.51 10.88

 bc (MPa) 13.2 15.21

s bc <  bc OK Non vérifié

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 79


La solution pour vérifier l’appui 3 à l’ELS est d’augmenter la section de la travée 2 de 25x35
à 25x40. Cette modification va réduire le ferraillage sur la travée 2 et sur l’appui 3.
Tableau 46. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales dans la travée 2 et l’appui 3

Appui 3 Travée 2
Mu(KNm) 117.66 117.66
bxh (cm²) 25x40 25x40
m 0.268 0.16
m lim 0.39 0.39
m < m lim
(Pas d’acier OK OK
comprimé)
a 0.400 0.219
yu 0.150 0.082
Z(m) 0.315 0.342
Ast calculé (cm²) 10.74 5.88
Amin(cm²) 1.04 1.04
2 lits de
Choix 3HA14+3HA12
3HA12
Ast réelle (cm2) 11.41 6.79
Y1(m) 0.168 0.139
I srh (cm4) 112850 79106
Mser (KNm) 84.22 50.9
 bc 12.56 8.93
(MPa)

 bc 13.2 13.2
(MPa)

 OK OK
s bc < bc

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 80


Tableau 47. Tableau récapitulatif des armatures longitudinales dans les travées et les appuis

Travée 1 Travée 2 Travée 3 Appui 2 Appui 3


Section 25x35 25x40 25x45 ---- ----
2 lits de 2 lits de 2 lits 3HA16+ 2 lits de 2lits 3HA14 +
Choix
3HA12 3HA12 3HA14 3HA12 3HA12

4.2. Arrêts des barres

Le calcul des arrêts des barres peut se faire par une méthode graphique ou une autre
analytique. Dans la suite, on s'intéresse à la méthode analytique.
 Le cas de la travée 1
On a 2 lits 3HA12 (2x3.39cm²)
Moment résistant de chaque lit :
fsu  Ast
  0.146
0.8  b  d  fbu
Z  d (1  0.4 )  0.306

Mru  Z  Ast  fsu  0.0361MNm  36.1KNm

Les barres sont arrêtées en fonction de la courbe du moment enveloppe décalé de 0.8h dans le
sens le plus défavorable tout en respectant la longueur de scellement l s = 40 Φ ; pour FeE 400.
Nous exprimons l'équation de la courbe des moments :
Pu= 52.81KN/m
L1=3.14m
F1=39.13KN
R1=31.15KN
x x
M ( x )   0 ( x)  M i 1 (1  )  Mi ( )
li li

 qx 
 0 ( x) 
 2
(l  x)  R1 x; six  0.64 

 
  ( x)  qx
(l  x)  ( R1  F1 ) x  .064 F1 ; six  0.64 
 0
 2 

 0 ( x  0.64)  26.41x ²  126.04 x 


 
 0 ( x  0.64)  26.41x ²  71.87 x  34.67 

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 81


 M ( x  0.64)  26.41x ²  109.67 x 
 
 M ( x  0.64)  26.41x ²  55.5 x  34.67 
0.8h= 0.8x0.35=0.28cm
L’intersection entre les courbes de moment maximale et résistant s’obtient en égalant :
36.1  26.41x ²  109.67 x; six  0.64m 
 
36.1  26.41x ²  55.5 x  34.67; six  0.64m 
 x  0.36m 
 
 x  2.08m 
Le deuxième lit 3HA12 doit débuter à x=0.36-0.8h=0.09m et s’arrêter à x=2.08+0.8h=2.36m
 Le cas de la travée 2
Moment résistant de chaque lit :
Mru  0.042MNm  42KNm
Pu=58.96 KN/m
L2=4.33m
On a 2 lits de 3HA12 :
Le moment de la travée 2 est :
M ( x)  29.48 x ²  117.84 x  47.71

0.8h= 0.8x0.35=0.28cm
L’intersection entre les courbes de moment maximale et résistant s’obtient en égalant :
42  29.48x² 117.84x  47.71
D’où x=1.02m et x=2.97m
Le deuxième lit 3HA12 doit débuter à x=1.02-0.8h=0.74m et s’arrêter à x=2.97+0.8h=3.25m
 Le cas de la travée 3
On a 2lits : lit inférieur de 3HA16 et lit supérieur de 3HA14
Moment résistant du lit inférieur (6.03cm²) :
Mru  0.082MNm  82KNm
Pu=45.19KN/m
L3=4.23m
F2=260.17KN
 M ( x  0.63)  22.96 x ²  342.6 x  108.2 
 
 M ( x  0.63)  22.96 x ²  82.4 x  55.74 
0.8h= 0.8x0.45=0.36cm
L’intersection entre les courbes de moment maximale et résistant s’obtient en égalant :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 82


82  22.96 x ²  342.6 x  108.2; six  0.63m 
 
82  22.96 x ²  82.4 x  55.74; six  0.63m 
 x  0.58m 
 
 x  3.24m 
Le deuxième lit 3HA14 doit débuter à x=0.58-0.8h=0.22m et s’arrêter à x=3.24+0.8h=3.6m
 Le cas de l’appui 2 :
On a 2 lits de 3HA12 :
Moment résistant du lit supérieur : Mr=36.1KNm
Le moment de la travée 1 est :
M 1( x  0.64)  26.41x ²  55.5 x  34.67

M1(x>0.64)=0 -> x=2.6m


0.8h= 0.8x0.35=0.28cm
-> Le lit supérieur 3HA12 doit débuter à x=2.6-0.8h= 2.32m
M1(x>0.64)=-36.1 -> x=3m
-> Le lit inferieur 3HA12 doit débuter à x=3-0.8h= 2.72m
Le moment de la travée 2 est :
M 2( x)  29.48 x ²  117.84 x  47.71

M2(x)=0 -> x=0.46m


0.8h= 0.8x0.4=0.32cm
-> Le lit supérieur 3HA12 doit s’arrêter à x=0.32+0.8h= 0.78m
M2(x)=-36.1 -> x=0.1m
-> Le lit inférieur 3HA12 doit s’arrêter à x=0.92+0.8h= 0.42m
 Le cas de l’appui 3
On a 2 lits : lits supérieur de 3HA14 ; lit inférieur de 3HA12
Moment résistant du lit supérieur :
Mr=0.0561MNm=56.1KNm
Le moment de la travée 2 est :
M 2( x)  29.48 x ²  117.84 x  47.71

M2(x)=0 -> x=3.54m


0.8h= 0.8x0.4=0.32cm
-> Le lit supérieur 3HA14 doit débuter à x=3.54-0.8h= 3.22m

M2(x)=-56.1KNm -> x=4.07m

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 83


-> Le lit inferieur 3HA12 doit débuter à x=4.07-0.8h= 3.75m
Le moment de la travée 3 est :
 M ( x  0.63)  22.96 x ²  342.6 x  108.2 
 
 M ( x  0.63)  22.96 x ²  82.4 x  55.74 
 M ( x  0.63)  22.96 x ²  342.6 x  108.2  0 
 
 M ( x  0.63)  22.96 x ²  82.4 x  55.74  0 
 x  0.55m 
   x  0.55m
 x  impossible 
M3(x)=0 ->
0.8h= 0.8*0.4=0.32cm
-> Le lit supérieur 3HA14 doit s’arrêter à x=0.55+0.8h= 0.87m
 M ( x  0.63)  22.96 x²  342.6 x 108.2  56.1   x  0.15 cm 
  
M3(x)=-56.1 ->  M ( x  0.63)  22.96 x²  82.4 x  55.74  56.1   x  impossible 

x=0.15m
-> Le lit inférieur 3HA12 doit s’arrêter à x=0.15+0.8h= 0.47m

Figure 53. Arrêts des barres en travée 1

Figure 54. Arrêts des barres en travée 2

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 84


Figure 55. Arrêts des barres en travée 3

4.3. Armatures transversales

4.3.1. Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant

Vu max 0.273
La contrainte tangentielle :  u    2.57 MPa
b0 .d 0.25  0.425

 fissuration peu préjudiciable


Contrainte limite :  o 
angle d ' ames droites 90 

 fc28 
 u  min 0.2 ;5MPa   2.93MPa
 b 

 u   u (ok )
Le béton est vérifié vis-à-vis l’effort tranchant.

4.3.2. Effort tranchant réduit

Pour F1 : a =0.64m < 3/2 h=0.525m  pas de réduction de charge concentré.


Pour F2 :h/2=0.225m< a=0.63m < 3/2h=0.675m  il y a réduction de charge concentré.
Donc l’expression de réduction des charges réparties et concentré sont :
5h
red
Vurep  Vurep
max
 (1  )
3l
2a 2  0.63
F2red  F2   0.202  0.188MN
3h 3  0.45

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 85


Tableau 48. Effort tranchant et de cisaillement réduits sur les appuis

Appui1 Appui2 Appui3 Appui4


D G D G D G
Vumax(MN) 0,082 0,094 0,087 0,114 0,273 0,076
Vured(MN) 0,067 0,076 0,074 0,096 0,225 0,062
ᵹ u (max)= 1,007 1,151 0,929 1,216 2,570 0,714
ᵹ u (red)= 0,820 0,937 0,786 1,029 2,115 0,588

4.3.3. Répartition des armatures transversale

Pour la première travée, en présence de charge uniformément répartie et d’effort concentré, on


ne peut pas appliquer la série de Caquot. Dans la suite, on va déterminer ci-dessous la
répartition d’armatures transversales.
 Travée 1 :
L’expression de l’effort tranchant est :
5h
0 x  29.2cm  Vu red  V0red  0.067 MN
6
5h 5h
 x  a  0.64m  Vu red  V0red  Pu ( x  ) avec Pu1  0.0417 MN / m
6 6
 Vu  0.0417 x  0.079
red

5h 5h
a  0.64  x  l   Vu red  V0red  Pu ( x  )  F
6 6
 Vu red  0.0417 x  0.034
5h
l  x  l  Vu red  V0red  0.076MN
l

 Diamètre minimale des armatures transversales :


 h b
t  min l min ; ;   10mm    6mm
 35 10 
 ²
 un cadre  un épingle  At  3   0.848mm ²
4

 Espacement maximale :
St max  min 0.9d ;40cm  0.9  0.325  0.29cm  on prend St max  25cm
Pourcentage minimale des armatures transversales :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 86


  ured 
sup  0.4;   b0
At  At   2  0.82  0.25
     4.36cm² / m
St  St min f et 2  235

 Espacement théorique entre les cadres :


On est dans le cas d’une flexion simple sans reprise de bétonnage : k=1.

At  u  0.3  k  f t 28   s  b0  0.82  0.3  1 1.92 1.15  0.25


red

   3.31cm ² / m
St 0.9 f et 0.9  235

At
St théorique   0.194cm
  At   At  
max    ;   
  St min  St theo 
On prend St0=18cm
Méthode générale de répartition des armatures transversales :
On calcule le premier espacement St0 pour Vured à x=0 et on place le premier cadre à St0/2.
Par suite, on calcul l’effort tranchant à cette nouvelle abscisse x= St0/2+n. St0.
Puis, on calcule le nouvel espacement St pour ce nouveau Vured.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 87


Tableau 49. Répartition des armatures transversales dans le travée 1

St
Vu ᵹu (At/St) (At/St) (At/St) St cal St max
X(m) retenu Répartition
(red) (red) min th ch (m) (m)
(cm)
0 0,067 0,82 4,36 3,31 4,36 0,194 0,25 9 1x9
0,09 0,067 0,82 4,36 3,31 4,36 0,194 0,25 18
0,27 0,067 0,82 4,39 3,38 4,39 0,193 0,25 18
0,45 0,060 0,74 4,26 2,21 4,26 0,199 0,25 18
0,63 0,052 0,65 4,26 0,95 4,26 0,199 0,25 18
0,81 0,001 0,01 4,26 -7,72 4,26 0,199 0,25 18
0,99 -0,007 0,08 4,26 -6,69 4,26 0,199 0,25 18
1,17 -0,014 0,18 4,26 -5,43 4,26 0,199 0,25 18
14x18
1,35 -0,022 0,27 4,26 -4,17 4,26 0,199 0,25 18
1,53 -0,029 0,36 4,26 -2,92 4,26 0,199 0,25 18
1,71 -0,037 0,45 4,26 -1,66 4,26 0,199 0,25 18
1,89 -0,044 0,55 4,26 -0,40 4,26 0,199 0,25 18
2,07 -0,052 0,64 4,26 0,85 4,26 0,199 0,25 18
2,25 -0,059 0,73 4,26 2,11 4,26 0,199 0,25 18
2,43 -0,067 0,82 4,38 3,37 4,38 0,194 0,25 18
2,59 -0,074 0,91 4,82 4,48 4,82 0,176 0,25 16
2,75 -0,076 0,94 4,98 4,89 4,98 0,170 0,25 16 3x16
2,91 -0,076 0,94 4,98 4,89 4,98 0,170 0,25 16
3,07 -0,076 0,94 4,98 4,89 4,98 0,170 0,25 5 1x5

En partant de l’appui gauche vers l’appui droite :


 (1 9)  (14  18)  (3  16)  (1 5)

 Travée 3 :
La même méthode est appliqué pour le calcul des armatures transversaux, avec Φt=8mm et on
obtient les résultats suivants :
 (1 3)  (9  7)  (14  25)  (1 7)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 88


 Travée 2 :
On fait la répartition des armatures transversales selon la méthode de Caquot :
L=4.33m ; E (L/2)=2.
- St max=25cm.
- St0=18cm.
D’où la répartition :
2  9  2 10  2 11  2 13  2 16  2  20  2  25  117  2  25  2  20  2 16  2 13  2 11  2 10  2  9

Figure 56. Armatures transversale en travée 1

Figure 57. Armatures transversale en travée 2

Figure 58. Armatures transversale en travée 3

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 89


4.3.4. Vérification de la flèche de la poutre

La vérification de la flèche est une justification vis à vis de l’état limite de service. Elle
devienne inutile si toutes les conditions suivantes sont satisfaites.
h 1
1   0.044 Avec : * M0 : Moment de la travée de référence à ELS
l 22.5
h 1 Mt
 2  . * Mt : Moment maximal en travée à ELS
l 10 M 0
A 4.2 4.2
 3    0.0105 * A : Section d'acier tendu en travée
b0  d fe 400

Tableau 50. Vérification de la fléche de chaque travée

Travée h/l 1/22,5 h/l Mts/10xM0s A/(b0xd) 4,2/fe


0.111 0,044 0,111 0.0764 0.008 0,0105
1
(Ok) (Ok) (Ok)
0,092 0,044 0,092 0.0510 0.007 0,0105
2
(Ok) (Ok) (Ok)
0.106 0.044 0.106 0.0656 0.0100 0.0105
3
(Ok) (Ok) (Ok)

4.3.5. Etude des appuis

 Acier de glissement :
 Appuis de rive :

Ag 
Vu 81.8 103 4
Vu  81.8KN  Ag  10  2.35 cm²
f su Or 347.83
Pour la travée 1 : Ast >> Ag : on prolonge le lit inférieur.

 Appuis intermédiaires :
Mu Mu
Vu ,G  Vu , D 
Ag ,G  Z ; Ag , D  Z
f su f su

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 90


Tableau 51. Acier de glissement des appuis

Appui 2 Appui 3
G D G D
Vumax (KN) 94 87 114 273
Mu (KNm) 59.61 117.66
Ag(cm²) -3.15 -2.58 -6.75 -0.99

Théoriquement dans ces cas on n’est pas obligé de prolonger les armatures, mais il est de
bonne construction de prolonger les armatures inférieures au-delà de l’appui de part et
d’autre.
 Vérification de la contrainte de la bielle de béton :
Vérifions la condition de non écrasement du béton :
2  Vumax 0.8  f c 28
b  
a  b0 b
Avec : σb = Contrainte de compression dans la bielle.

ba : l arg eur de l ' appui  25cm


a  ba  2cm  enrobage 
enrobage  2.5cm
a  0.25  0.02  0.025  20.5cm
Tableau 52. Vérification de la contrainte de la bielle de béton sur chaque appui

Appui 1 Appui 2 Appui 3 Appui 4

Vumax(KN) 82 94 273 76

 b (Mpa) 3.2 3.67 10.65 2.97

 b   bc  11.73MPa OK OK OK OK

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 91


5. Vérification des sollicitions avec l’arche

Figure 59. Diagramme des moments sur les travées sur arche

Figure 60. Diagramme de l’effort tranchant sur arche

Remarque :
On constate qu’il y a une différence légère dans le calcul des sollicitions sur les travées.
Cette différence est du grâce à la méthode de calcul utilisé par l’arche et au changement des
sections de pré dimensionnement après le calcul des moments sur appuis et en travées.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 92


Chapitre 8 : Etude d’un poteau
1. Introduction

Un poteau est un élément généralement vertical, dont une dimension, la longueur, est grande
par rapport aux deux autres. Il est destiné principalement à transmettre les charges gravitaires
de la structure. On se propose d’étudier deux poteaux tout en explicitant les différentes étapes
de calcul :
 1 er cas : Poteau P2 situé au niveau du SS (-2) ‘ Bloc A jusqu’à l’étage 8.
 2 ème cas : Poteau P2 situé au niveau de l’étage 4 jusqu’à l’étage 8.

Figure 61. Architecture du poteau. P2

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 93


2. Etude du poteau P2

2.1. Au niveau du sous-sol 2 :

2.1.1. Evaluation des charges

La descente des charges effectuée sur le P2 est récapitulée dans les tableaux suivants :
Tableau 53. Evaluation de la descente de charge sur le plancher haut de l’etage 8

ETAGE 8

L(m) b(m) H (m) Poids (KN/m3 ) ou ( KN/m2 ) valeur (kN)


k2.1 2,32 0,22 0,3 25 3.828
R1.1 2,165 0,22 0,21 25 2,500575
R1.2 1,9 0,22 0,21 25 2,1945
S1 5,0228 6 30,1368
S2 4,408 6 26,448
acrotère 4,065 0,066 25 6,70725
Charge permanente NG 71,815
S1+S2 9.431 1.5 14.146
Charge d’exploitation NQ 14.146
Nu=1.35 NG +1.5 NQ 118.17
Ns= NG + NG 85.96

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 94


Tableau 54. Evaluation de la descente de charge sur le plancher haut de l’etage 7

ETAGE 7
L(m) b(m) H (m) Poids (KN/m3 ) ou ( KN/m2 ) valeur (kN)
J2.1 2,32 0,22 0,3 25 3,82
R1.1 2,165 0,22 0,21 25 2,50
R1.2 1,9 0,22 0,21 25 2,19
S1 5,0228 6 30,13
S2 4,408 6 26,44
Cloison 4,065 2.9 3.4 6,70
Pp du p du 8eme étage 0.22 0.22 3.2 25 3.87
109.06
Charge en tête du poteau

Charge permanente NG 180.87


S1+S2 9.431 1.5 14.15
Charge d’exploitation NQ 28.29
Nu=1.35 NG +1.5 NQ 286.62
Ns= NG + NG 209.16

Tableau 55. La descente de charge sur le plancher haut de l’etage 6 et 5

ETAGE 6 ETAGE 5
Charge permanente NG (kN) 289.94 Charge permanente NG (kN) 398.99
Charge d’exploitation NQ (kN) 42.44 Charge d’exploitation NQ (kN) 56.58
Nu=1.35 NG +1.5 NQ (kN) 455.07 Nu=1.35 NG +1.5NQ (kN) 623.52
Ns= NG + NG (kN) 322.37 Ns= NG + NG (kN) 455.58

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 95


Tableau 56. La descente de charge sur le plancher haut de l’etage 4 et 3

ETAGE 4 ETAGE 3
Charge permanente NG (kN) 508.06 Charge permanente NG (kN) 617.12
Charge d’exploitation NQ (kN) 70.73 Charge d’exploitation NQ (kN) 84.88
Nu=1.35 NG +1.5 NQ (kN) 791.97 Nu=1.35x NG +1.5x NQ (kN) 960.43
Ns= NG + NG (kN) 578.78 Ns= NG + NG (kN) 701.99

Tableau 57. La descente de charge sur le plancher haut de l’etage 2 , 1 et RDC

ETAGE 2 ETAGE 1 RDC


Charge permanente Charge permanente Charge permanente
726.18 835.24 944.30
NG (kN) NG (kN) NG (kN)
Charge Charge Charge
d’exploitation NQ 99.02 d’exploitation NQ 113.17 d’exploitation 127.31
(kN) (kN) NQ(kN)
Nu=1.35 NG +1.5 Nu=1.35 NG +1.5 Nu=1.35 NG +1.5
1128.88 1297.33 1465.78
NQ (kN) NQ (kN) NQ (kN)
Ns= NG + NG (kN) 825.20 Ns= NG + NG (kN) 962.56 Ns= NG + NG (kN) 1071.62

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 96


Tableau 58. Evaluation de la descente de charge sur le plancher haut du SS1

SS1

L(m) b(m) H (m) Poids (KN/m3 ) ou (KN/m2 ) valeur (kN)

B2.1 2,32 0,22 0,3 25 3,82


B34.1 2,165 0,22 0,3 25 3.57
B34.2 1,9 0,22 0,3 25 3.14
S1 5,0228 8.05 40.43
S2 4,408 8.05 35.48
Pp du p du rdc 0.22 0.22 3.4 25 4.11
90.56
Charge en tête du poteau

Charge permanente NG 1034.86


S1+S2 9.431 2.5 23.58
Charge d’exploitation NQ 150.89
Nu=1.35 NG +1.5x NQ 1623.41
Ns= NG + NG 1185.76

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 97


Tableau 59. Evaluation de la descente de charge sur le plancher haut du SS2

SS2

L(m) b(m) H (m) Poids (KN/m3 ) ou ( KN/m2 ) valeur (kN)


A3 2,32 0,22 0,3 25 3,82
A31.1 2,165 0,22 0,3 25 3.57
A31.1 1,9 0,22 0,3 25 3.14
S1 5,0228 8.05 40.43
S2 4,408 8.05 35.48
0.22 0.22 2.8 25 3.39
89.83
Charge en tête du poteau

Charge permanente NG 1124.70


S1+S2 9.431 2.5 23.58
Charge d’exploitation NQ 174.47
Nu=1.35 NG +1.5 NQ 1780.05
Ns= NG + NG 1299.17

2.1.2. Pré-dimensionnement du coffrage du poteau

La longueur de flambement est par définition lf = k×l0.


Avec : k : coefficient de flambement, pour le déterminer on procède comme suit : I
R  i
i li

On désigne par :
- R1 : raideur du poteau.
- R2 : raideur du plancher haut.
- R3 : raideur du poteau de l’étage précèdent.
 Cas où le poteau est lié au massif de fondation :
R2 ≥ R1 alors k =0.7 Sinon k = 1
 Cas où le poteau est entre deux planchers :
R2 ≥ R0 et R3 ≥ R0 alors k = 0.7Sinon k = 1.
Dans notre cas on : k =1 lf  1 2.5  2.5m

- Détermination de la section du poteau :


Les dimensions du poteau (a x b) tel que a < b. on impose la cote a = 30 cm et on cherche b

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 98


 fc28 = 22MPa
 ϴ=1
fc 28
 fbu  0.85   12.47 MPa
b
 𝑓𝑠𝑢 = 348 MPa
 k=1 paramètre tient compte de l’âge du béton lors du chargement
lf
 L’élancement de la section 
i

I
 rayon de giration : i 
B
I : moment d’inertie de la section transversale (béton seul) dans le plan de flambement.
B : aire de la section transversale.

12  lf 12  2.5
   28.87  50
a 0.3
Pour ce faire, on utilise l’expression suivante :
k    Nu
 Br  , on pose Al
 100
fbu Al fe
 0.85   Br
0.9 Br  s
- Br : section réduite : (a-0,02) (b-0,02)
0.85
-  avec 0.85
si λ≤50
 ( ) 1  0.2  (

) 2

35
 ( ) 
50
0.6  ( )2 si 50 ≤ λ ≤ 70

Dans ce cas λ = 28.86  ( )  0.75 β = 1.133

11.133 1780.05  103


Finalement on obtient Br   0.120m 2
12.47 0.85
  348
0.9 100
Br 0.120
b  0.02   0.02   0.449m
Alors : a  0.02 0.30  0.02

On prend b=45 cm P2 de section (a  b) = ( 30  50 )

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 99


2.1.3. Ferraillage du poteau

 Armatures longitudinales

Section réduite Br  (a  0.02)  (b  0.02)  0.134m


2

fbu 12.47
K    Nu  Br  11.133 1780.05 103  0.134 
Al  0.9  0.9  5.41cm2
0.85 
fe 0.85  348
s
La section doit vérifier :

- Acier minimal : Al  4 cm²  périmètre(m)=4×1.6=6.4 cm²


0.002  B = 0.002  0.15 = 3 cm²

- Acier maximal Al  0.05  B  0.05  0.15  75cm 2

On choisit des armatures 10HA10 (7.85 cm²)


 Vérification à l’ELS
- On a Ns = 1299 kN

- Il faut vérifier que  bc  bc  0.6  fc28  0.6  22  13.2MPa

Ns 1299.17 103
-  bc    8.03MPa vérifiée
B  15  Al 0.15  15  7.85 104
 Aciers transversales
 Diamètre :
Le diamètre doit vérifier les conditions suivantes :
𝛷𝑙 10
Φt ≥ = = 3.33 mm
3 3

Φt ≤ 12 mm => Φt = 6 mm
 Espacement en zone courante :

- st ≤min 40cm

a+10 =30+10 = 40cm

15 Φl min =15 * 1.0 = 15 cm Figure 62. Zones courante et de


recouvrement du poteau

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 100


→Soit: st = 15 cm
 Espacement en zone de recouvrement :
- Lr=0,6×Ls

τs=0,6   ft28 = 0.6 1.5 1.92  2.592MPa


2 2
-

avec ft28 = 1.92


 = 1.5

- Ls=   fe  0.010  400  0.386m


4  s 4  2.592
- Lr  0.6  0.386  0.232m
Lr  10
- st   6.6 cm
2
On prend: St= 6 cm distance entre deux cadres successifs

2.1.4. Schéma de ferraillage

Figure 63. Ferraillage du poteau par le logiciel Arche

2.2. Au niveau du 4éme étage :

2.2.1. Evaluation des charges du poteau

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 101


On va étudier le poteau P2 qui se trouve à l’étage 4 et s’étend jusqu’au l’étage 8.
La descente des charges effectuées sur ce poteau est résumée dans le tableau suivant :
Tableau 60. Descente des charges du poteau

NG (KN) NQ (KN) Nu (KN) Ns (KN)


Etage 8 71.815 14.146 118.17 85.96
Etage 7 180.87 28.29 286.62 209.16
Etage 6 289.94 42.44 455.07 322.37
Etage 5 398.99 56.58 623.52 455.58
Etage 4 508.06 70.73 791.97 578.78

2.2.2. Pré-dimensionnement et ferraillage du poteau

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 102


Tableau 61. Pré-dimensionnement et ferraillage du poteau

Section du poteau
Nu (kN) 791.97
Lf (m) 2.9
a(m) 0.22
λ 45.66
β 1.35
b(m) 0.4
Armatures longitudinales
Al cm² 6.17
Almin cm² 4.96
Almax cm² 44
La vérification Almin ≤ Al ≤ Almax
Choix des aciers 8HA10 (6.28 cm2 )
Vérification à l’ELS
Ns(KN) 578.78
 bc (MPa) 13.2
 bc (MPa) 5.94

La vérification  bc ≤  bc

Aciers transversales
Φt (mm) 6
Espacement en zone courante
st (cm) 15
Espacement en zone de recouvrement
st (cm) 6

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 103


Figure 64. Ferraillage du poteau par le logiciel Arche

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 104


Chapitre 9 : Etude d’un escalier
1. Introduction

Les escaliers constituent un ouvrage de circulation verticale permettant de passer d'un niveau
de plancher à un autre. Il existe plusieurs types d’escaliers. Dans ce qui suit, on traite le cas
d’un escalier droit à trois volets.

Figure 65. Architecture de l’escalier

1.1. Définitions et terminologies

1.1.1. Les définitions

Figure 66. Les constituants de l’escalier

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 105


Pour ce type d’escalier, on considère les paramètres de dimension suivants :
 Emmarchement : largeur des marches perpendiculaires à la pente.
 Giron (marche) D : distance horizontale entre deux nez de marches consécutives varie de
27 à 32 cm
 H : Contre marche (hauteur de marche) : distance verticale entre deux parties
horizontales.et comprise entre 15 et 17cm
 Paillasse : partie inclinée servant de support aux marches sur toute leur largeur.
 g : Largeur d’une marche, comprise entre 26 et 36cm.
 𝛼: L’inclinaison de la volée : α = arctg (h/g)
 H : Hauteur de la volée = Hauteur à franchir : c´est la hauteur libre sous plafond +
l’épaisseur du plancher fini.
 n : Le nombre de marches.
 e: L’épaisseur de la dalle (paillasse ou palier).
 L : Longueur projetée de la volée.
 ρb : masse volumique du béton
 q : charge d’exploitation sur l’escalier

1.1.2. Les dimensions

- Hauteur sous plafond : HSP=2.9 m → la dénivelée Hétage = 2.9 +0.3 = 3.2 m


Denivelé
- n=18 → H  17.77 cm
n
H
- D=30 cm →   arctg  30.64
D
Il faut vérifier la condition de blondel :
59cm ≤ 2H+D ≤ 55cm → 59cm ≤ 47.77 cm≤ 55cm vérifiée
 Epaisseur du paillasse et du palier :
L’épaisseur de la paillasse doit vérifier la condition de flèche :
L L
L=4.98 → e  0, 018.L. 3  b .e  q  0.17m ≈→ ≤e = 0.17 m≤ vérifiée
30 25

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 106


1.2. Evaluation des charges

Les poids volumiques des matériaux constitutifs des différents éléments de l’escalier sont
présentés dans le tableau suivant :
Tableau 62. Poids volumique des matériaux

Matériaux Poids (KN/m3 ) Epaisseur (cm)


Béton 25 KN/m3 17cm
Mortier de pose 20 KN/m3 1.5 cm
Mortier de pose (contre
20 KN/m3 1.5 cm
marche)
Marbre de marche 28 KN/m3 3 cm
Marbre contre marche 28 KN/m3 1.5 cm
Béton banché 22 KN/m3 -
Enduit 18 KN/m3 1.5

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 107


Tableau 63. Evaluation des charges sur paillasse

Charges
Désignations Formules
(kN/m)
e ρbéton=25 KN/m3
Chape de béton  béton 4.94
cos  e = 17 cm
h ρbéton-banché=22
Béton banché  béton  banché 1.95
2 KN/m3
ρmarbre=28 KN/m3
Marbre de marche emar mar 0.84
e = 3cm
ρmortier=20 KN/m3
Mortier de pose emortier mort 0.3
e = 1.5cm
H  e marbre ρmarbre=28 KN/m3
Marbre contre marche e marbre  marbre  0.23
D e = 1.5 cm
Mortier de pose (contre H  e mortier ρmortier=20 KN/m3
e mortier  mortier  0.16
marche) D e = 1.5 cm
e enduit ρenduit= 18 KN/m3
Enduit  enduit 0.31
cos  e = 1.5 cm
Garde-corps 1.00
Charges permanentes Gpaillasse = 9.73
Charges d’exploitation Qpaillasse = 2.5

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 108


Tableau 64. Evaluation des charges sur palier intermédiaire

Désignations Formules Charges (kN/m)


ρbéton=25 KN/m3
Chape de béton e béton 4.25
e = 17 cm
ρmarbre=28 KN/m3
Marbre de marche emar mar 0.84
e = 3 cm
ρmortier=20 KN/m3
Mortier de pose emortier mort 0.3
e = 1.5cm
ρenduit= 18 KN/m3
Enduit eenduit enduit 0.27
e= 1.5 cm
Reaction de volée de D
G paillasse  1.5
liaison 2

Garde-corps 1.00

Charges permanentes Gpaillasse = 8.16


 D
Qpalier int ermediaire  Qpaillasse  1   Qpaillasse = 2.875
Charges d’exploitation  2

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 109


Tableau 65. Evaluation des charges sur palier d’arrivée

Désignations Formules Charges (kN/m)


ρbéton=25 KN/m3
Chape de béton e béton 4.25
e = 17 cm
ρmarbre=28 KN/m3
Marbre de marche emar mar 0.84
e = 3 cm
ρmortier=20 KN/m3
Mortier de pose emortier mort 0.3
e = 1.5cm
ρenduit= 18 KN/m3
Enduit eenduit enduit 0.27
e= 1.5 cm
Garde-corps 1.00

Charges permanentes Gpaillasse = 6.66

Charges d’exploitation Qpaillasse = 2.5

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 110


1.3. Les combinaisons des charges

1.3.1. Les charges à l’ELU

Tableau 66. Charges sur l'escalier à l'ELU

paillasse pallier intermédiaire Pallier d’arrivée

Pu=1.35G+1.5Q 16.88 kN/m 15.33 kN/m 12.74 kN/m

Figure 67. Charges sur l'escalier à l'ELU

1.3.2. Les charges à l’ELS

Tableau 67. Les charges sur l’escalier à l’ELS

pallier
paillasse Pallier d’arrivée
intermédiaire
Ps=G+Q 12.23 kN/m 11.04 kN/m 9.16 kN/m

Figure 68. Charges sur l'escalier à l'ELS

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 111


1.4. Les sollicitations

Le calcul du ferraillage de l’escalier est similaire à celui d’une poutre rectangulaire de largeur
b= 1m et de hauteur h=e=0.17m
Tableau 68. Les sollicitations des volets

Moment fléchissant

Figure 9-4. Moment de fléxion de l'escalier à Figure 9-5. Moment de flexion de l'escalier à
l'ELU l'ELS
Moment maximal Mu = 49.44 KN.m Moment maximal Mser = 35.75 KN.m
xmax Xmax = 2.461 m xmax Xmax = 2.461 m
Effort tranchant

Figure 9-6. Effort tranchant de l'escalier à Figure 9- 7. Effort tranchant de l'escalier à


l'ELU l'ELS

Appui gauche Vu = 39.26 KN Appui gauche Vu = 28.35 KN


Appui droit Vu = 36.66 KN Appui droit Vu = 26.48 KN

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 112


1.5. Ferraillage de l’escalier

Le calcul du ferraillage de l’escalier est similaire à celui d’une poutre rectangulaire de largeur
b= 1m et de hauteur h=e=0.17m
Tableau 69. Dimensionnement à l’ELU

Dimensionnement à l'ELU
Mu
u 0.17
Moment ultime réduit 2
 u b.d .f bu
= , d = 0.9h
µu≤ µl = 0.39
Etat limite de compression du béton
Pas d’acier comprimé Pas d’acier comprimé

Coefficient de la fibre neutre α α=



1.25  1  1  2  0.23

Position de l’axe neutre yu yu = α × d 0.04 m

Bras de levier du couple interne z Z=


d  0.4yu 0.14 m

Mu
Section théorique d’acier Ast 10.24 cm²
Ast =
Z  f su

Section choisi d’acier Astchoisi 8 HA 14 12.32 cm²


f t 28
Section d’acier minimal Amin 0.23  b  d 1.69 cm²
Amin =
fe

Condition de non fragilité Ast≥ Amin vérifiée

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 113


Tableau 70. Dimensionnement à l’ELS

Justification à l’ELS
b 2
y1  15A sc  15A st  y1  15A st  d  15A sc  d '  0 0.0591
Position de l’axe neutre 2
m
 y1
Moment d’inertie par
b 3 2.32 10-
ISRH  y1  15A sc  y1  d '   15A st  d  y1 
2 2
rapport à l’axe neutre de la
3 4
m4
section rendue homogène
M ser
Contrainte dans le béton  bc  y1 9.1 MPa
ISRH

15M ser 217.27


Contrainte dans l’acier st   d  y1 
ISRH MPa
Contrainte résistante du 13.2
bc  0.6  f c28
béton MPa
fe
Contrainte résistante de st  348
Fissuration peu préjudiciable :
s
l’acier MPa

Vérification des σst≤ σ̅st


vérifiée
contraintes σbc≤ σ̅bc

Tableau 71. Sections d’acier

Armature transversales de répartition


1
Ar   A st 6 HA8 (3.02 cm² )
4 = 2.56 cm²
Acier sur appuis
0.15  M u
Aa  4HA8 (2.01 cm² )
Z  f su
= 1.52 cm²

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 114


Figure 69. Ferraillage l'escalier

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 115


Chapitre 10 : Etude de Fondation
1. Introduction

La fondation est le moyen de contact entre l’ouvrage et le sol d’assise, qui transmet au second
les efforts provenant du premier. Pour accomplir son rôle, le sol doit satisfaire certains critères
mécaniques, à savoir ; une bonne résistance à la rupture, et des déformations modérées qui ne
nuisent pas la structure de l’ouvrage. Ce sont ces critères qui exigent la nature de la fondation
qu’elle soit « superficielle » ou « profonde ».

2. Etude géotechnique

La campagne de reconnaissance géotechnique consistait à la réalisation de :


• Deux sondages pressiomètriques (SP1) et (SP2) de 50 m de profondeur chacun
• Un sondage carotté(SC1) de 50 m de profondeur
• Prélèvement des échantillons intacts (sur lesquels des essais au laboratoire sont réalisés)
D'après la coupe des différents sondages, on peut diviser la litho stratigraphie du terrain étudié
en 6 horizons illustrés comme suit :
 Couche de remblai : couche de remblai d'une épaisseur de l'ordre de 2 m aux droits
de SP1 et SP2.
Remblai sableux présentant des caractéristiques mécaniques faibles à moyennes.
 Couche A (2m-6m) : couche de sable fin jaunâtre à brunâtre, avec des traces de
nodules d’argile et avec présence de concrétions de sable grésifié d'une épaisseur varie
entre 4m aux droits de SP1 et de SP2 et 4.5m au droit de SC1.
 Couche B (6m-27m):couche d’argile sableuse, vaseuse, plastique, riche en
madrépores et de débris de coquilles, et avec présence de passages sableux plus ou
moins épais. Son épaisseur varie entre 21m au droit de SP1 et 23m au droit de SP2.
 Horizon B1 (24m-27m): Un passage de sable jaunâtre fin argileux a été identifié au
droit de SP1. Il présente des caractéristiques mécaniques correctes.
Son épaisseur est de 3m au droit de SP1.

 Couche C (27m-50m) : la dernière couche rencontrée est une couche d’argile grisâtre.
Elle présente des caractéristiques mécaniques moyennes à correctes.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 116


Son toit a été rencontré à une profondeur variant entre –27 m TN au droit de SP1 et -
29m au droit de SP2.

3. Résultats de l'essai pressiomètriques

Voir annexe.
⟹ On remarque qu’il y a une légère différence entre les deux courbes dans les zones
[15 ;17]m et [26 ;31]m.
L’essai SP2 a été faite sous le bloc A, pour cette raison on va utiliser les valeurs de pl* de
cette essai pour dimensionner les pieux.

4. Choix du type de fondation

Les couches de terrains capables de supporter les charges provenant de la superstructure sont
à une grande profondeur .Pour cela, on choisit l'utilisation de fondation profonde Les pieux
sont classés suivant leurs techniques d’exécution. On distingue principalement :
• Les pieux réalisés avec refoulement du sol au fur et à mesure de leur pénétration dans le
terrain : pieux battus et foncés
• Les pieux réalisés sans refoulement du sol par excavation du terrain : pieux forés.
Comme la profondeur de la couche d'assise ≥ 15 m , on choisit des pieux forés.
D’autre part, il est conseillé par la campagne géotechnique d’utiliser ce type des fondations
avec les profondeurs : -30m,-32m ;-34m ;-36m ;-38m ;-40m ;-42m ;et -44m par rapport au TN
avec les trois diamètre 800mm ;900mm et 1000mm.

5. Calcul de la capacité portante des pieux

Le calcul de la capacité portante des pieux sera réalisé sur la base des règles du fascicule 62.
Soit Qp : la charge limite de pointe et Qs : la charge limite de frottement latéral.
La charge limite (compression) Qu = Qp + Qs
La charge de fluage (compression) Qc =0.5Qpu+0.7Qsu
La charge axiale Q appliquée sur le pieu considéré doit être comprise entre les limites
suivantes :
• Q max (valeur maximales autorisée pour Q en compression)
• Q min (valeur maximale autorisée pour Q en arrachement)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 117


Pour des combinaisons quasi-permanentes à l'ELS : Q max =Qc/1.4 et Q min = 0
Pour des combinaisons fondamentales à l'ELU : Q max = Qu/1.4 et Q min =-Qtu/1.4
Ainsi, on doit vérifier que la contrainte maximale à l'ELS dans le béton ne dépasse pas
4.5MPa.

Figure 70. Schéma explicatif de l’emplacement du pieu

5.1. Calcul de la charge limite de pointe

Selon la fascicule 62 titre V , la charge limite de pointe est donnée par la formule :
Qp= A Kp Ple* avec A : Section du pieu, Kp : facteur de portance et Ple* : pression limite
nette équivalente.

Avec D : profondeur du pieu, B : le diamètre du pieu, h : le hauteur de l’élément,


 B / 2 siB  1m 
a=   et b=min (a, h)
0.5msiB  1m 
Kp : est en fonction de la nature du sol et du mode de mise en œuvre (avec ou sans
refoulement du sol. (Détails sur annexe)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 118


Tableau 72. Classe et facteur de portance des différentes couches du terrain

Couche Classe Kp
Remblai Sable A 1
Couche A Sable B 1.1
Couche B Argile A 1.1
Couche C Argile A 1.2

5.2. Calcul de la charge limite de frottement latéral

Selon le fascicule 62 titre V, la charge limite de frottement latéral est donnée par la formule
h
Qs  P  qs( z )dz
6

Avec P : le périmètre du pieu, h : la hauteur du pieu ou s'exerce effectivement le frottement


latéral et qs : le frottement latéral unitaire.
Le frottement latéral unitaire est donné en fonction de la pression limite nette ∗ par les courbes
trouvées sur l’annexe.
Le choix de la courbe à utiliser se fait en fonction de la nature du sol et du type de pieu.
Seules les couches B et C entre en calcul pour le dimensionnement des pieux.
Tableau 73. Choix des courbes de frottement unitaire limite en fonction de la classe du sol

Couche courbe

Couche B Q1

Couche C Q1

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 119


Tableau 74. Tableau récapitulatif des charges limites de pointe (Qp) et des charges limites
de frottement latéral

Diamètre(m) 0,8 0,9 1 0,8 0,9 1


Longueur du pieu (m) Qp (MN) Qs (MN)
32 0,704 0,891 1,100 2,305 2,594 2,882
33 0,774 0,979 1,209 2,405 2,706 3,007
34 0,843 1,067 1,317 2,506 2,819 3,132
35 0,835 1,057 1,305 2,606 2,932 3,258
36 0,820 1,038 1,282 2,706 3,044 3,382
37 0,783 0,991 1,223 2,805 3,156 3,506
38 0,775 0,981 1,211 2,904 3,267 3,630
39 0,759 0,960 1,185 3,000 3,375 3,750
40 0,730 0,924 1,140 3,099 3,486 3,873
41 0,716 0,907 1,119 3,196 3,595 3,995
42 0,709 0,897 1,107 3,291 3,702 4,113
43 0,698 0,883 1,090 3,383 3,806 4,229
44 0,703 0,889 1,098 3,481 3,916 4,351

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 120


Tableau 75. Tableau rézcapitulatif des charges admissibles à l’ELS
(Combinaison quasi- permanente)

Diametre(m) 0,8 0,9 1


Longueur du pieu (m) Qmax(MN)
32 1,404 1,615 1,834
33 1,479 1,703 1,935
34 1,554 1,791 2,037
35 1,601 1,844 2,095
36 1,646 1,893 2,149
37 1,682 1,932 2,190
38 1,729 1,984 2,248
39 1,771 2,030 2,298
40 1,810 2,073 2,344
41 1,854 2,121 2,397
42 1,898 2,171 2,452
43 1,941 2,218 2,504
44 1,991 2,276 2,568

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 121


Tableau 76. Tableau récapitulatif des charges admissibles à l’ELU

Diametre(m) 0,8 0,9 1


Longueur du pieu (m) Qmax(MN)
32 2,150 2,489 2,844
33 2,271 2,632 3,011
34 2,392 2,776 3,178
35 2,458 2,849 3,259
36 2,518 2,916 3,331
37 2,563 2,961 3,378
38 2,628 3,034 3,458
39 2,685 3,096 3,525
40 2,735 3,150 3,581
41 2,794 3,216 3,653
42 2,857 3,285 3,729

6. Exemple d’un calcul manuel d'une semelle sur deux pieux

Les semelles sur deux pieux sont calculées comme des semelles superficielles isolées en
appliquant la méthode des bielles.
Exemple de calcul :
Soit le poteau P15 (40X70) cm² transmettant une charge Nu=3.770MN et Ns=2.752MN aux
deux pieux qu’on va le calculer.
Choix du pieu :
 Variante A :
Soit deux pieux de diamètre Φ=0.8m ayants une profondeur d’encastrement égales à 42m et
un entre-axe = 2.5m
Ps= Ns+ pp estimé du semelle + pp pieu= 3.304MN
(soit le pp semelle = 0.1MN ; pp pieu=0.452MN)
Pu= Nu+1.35 pp estimé du semelle +pp pieu = 4.515MN

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 122


Vérification du choix :
N lim (2 pieux)  n.N pieu .Ce
Avec n : nombre des pieux dans le groupe
2 arctg ( B / S ) 1 1
Ce  1  (2 
 )
 m n
B : diamétre du pieu; S : entre  axes; m et n nombre de ligne et de colonnes du groupe
2 arctg (0.8 / 2.5) 1
Ce  1  (2   1)  0.901
 2
à ELS : N lim (2 pieux)  2.0.901.1,898  3.42 MN
 Vérifiée
à ELU : N lim (2 pieux)  2.0.901.2,857  5.14
 Variante B :
Soit deux pieux de diamètre Φ=0.9m ayants une profondeur d’encastrement égales à 36 m et
un entre-axe = 2.5m
à ELS : N lim (2 pieux)  2.0.901.1,893  3.41MN
 Vérifiée
à ELU : N lim (2 pieux)  2.0.901.2,916  5.254

Tableau 77. Comparaison des deux choix selon le volume du béton

Volume du béton Var 1 Var 2

m3 36.20 38.17

On choisit d’utiliser 2 pieux de diamètre Φ = 80mm ayant une profondeur d’encastrement


(z)= 42m.

6.1. Dimensionnement de la semelle

 En plan :
Pour un débord de 7.5cm au-delà du nu des pieux :
b0  max(  2  7.5cm; a)  95cm
Longueur totale :

a’’  a’  2   2  7.5  250  80  15  345cm
2

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 123


 En élévation :

Figure 71. Schéma explicatif de la semelle

d
1  tg   1.4
a' a

2 4
a a
 0.5(a ' )  d  0.7(a ' )
2 2
 1.15m  d  1.61m

 On prend d=1.4m
h = d + 5cm = 1.45m
a'
tg   0.893    51.2o
2.d

6.1.1. Vérification de la compression des bielles

 Au voisinage du poteau :
Section du poteau = 0.4 * 0.7 = 0.28m²
Pu= 1.35 G + 1.5 Q = 3.304MN.
Pu
 bc   19.43MPa
B sin ² < 0.9 fc28 = 19.8MPa.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 124


 Au voisinage des pieux :
Section du pieu : Bp= 0.503m².
G0  25  a '' b0  h  118.8KN  0.119MN
Poids propre de la semelle :
G0 Pu
 bc  1.35   5.57 MPa  0.9 f c 28  19.8MPa
2 Bp 2 Bp sin ²
.

6.1.2. Calcul des armatures

 Armatures inférieurs :
Nu a
Effort de traction dans les aciers inférieurs : Fs  (a ' )  1.548MN
4d 2
Fs
Au  1.1  48.93cm²
f su
Nu
Au   43.33cm²
2.5 f su
 Soit 2 lits 8HA20.
 Armatures supérieurs :
Ainf
Asup '  4.9cm²
10
 On prend 8HA10.
 Armatures de répartition :
Armature verticale :
Pour maintenir les 10 files d’armatures : soit 4 cadres ∅8HA : Av=4.02cm²
Av
 0.002  Sv max  21.16 cm soit Sv  20cm
b0 Sv
 Armatures horizontales :
Soit un cadre ∅14HA : Ah=3.08cm²
Ah
 0.002  S h max  16.2cm  S h  15cm
b0 S h
 Cadres ∅14HA, Sh=15 cm

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 125


Figure 72. Schéma de ferraillage de la semelle sur 2 pieux (vue1)

Figure 73. Schéma de ferraillage de la semelle sur 2 pieux (vue2)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 126


6.2. Ferraillage des pieux

6.2.1. Armatures longitudinales

D’après les regles DTU13.2 (travaux de fondations profondes pour la batiments), on a :


Tableau 78. Règlement de ferraillage d’un pieu

Tableau 79. Section d’acier longitudinal pour les différents pieux

Types des pieux Section (m²) Al (cm²) choix A réel (cm²)


Pieu ∅80 0.502 25cm² 13HA16 26.13
Pieu ∅90 0.636 25cm² 13HA16 26.13
Pieu ∅100 0.785 25cm² 13HA16 26.13

6.2.2. Armatures transversales

Ces armatures maintiennent les armatures longitudinales. Elles peuvent s’opposer à


l’ouverture des fissures longitudinales qui pourraient apparaitre dans le béton.
Le minimum des aciers transversaux et leurs espacement sont fixés par le règlement à un
diamètre de 80 mm et un espacement au plus de 35 cm.
Exemple de calcul :
Soit le poteau P15 (40x70) cm² transmettant une charge Nu=3.770MN et Ns=2.752MN à
deux pieux de ∅=0.8m ayant une profondeur d’encastrement de 42 m.
On F pieu= F acier + Fbéton
Avec Fpieu est la force d’une section droite du pieu.
- Facier est la force sur l’acier
- Fbéton est la force sur le béton.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 127


Fbéton
 béton   Fbéton   béton  Sbéton  6  0.502  3.012MN
Sbéton
3.77
Fpieu  Fbéton  Facier  Facier  Fpieu  Fbéton   3.012  1.127 MN  béton  6MPa
2
 Sacier  0
 On retient la section minimale Sacier=26.13cm² correspondant à 13HA16.
Pour les aciers transversaux, on choisit de faire une spirale avec une barre de diamètre 8 mm
et d’un espacement de 25 cm.

Figure 74. Section transversale du pieu

Figure 75. Section longitudinale du pieu

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 128


Chapitre 11 : Etude d'un mur de soutènement
1. Introduction

Les deux sous-sols du bâtiment sont entourés par des voiles périphériques en béton armé.
Ces dernières sont destinés à supporter la poussée du sol et les surcharges existantes au
voisinage, ils jouent le rôle d’un mur de soutènement fonctionnant comme une dalle verticale
et jouent aussi un rôle séparatif.
La partie qui suit s’intéresse à l’étude de la partie de la voile le plus sollicitée, en déterminant
les sollicitations agissantes et le ferraillage qui vérifient les conditions nécessaires.

2. Caractéristiques géométriques du voile

Figure 76. Schéma représentatif du mur voile

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 129


On modélise le voile par deux panneaux de dalle. Le 1er panneau est encastré sur la longrine et
sur les deux poteaux P2 et P3 et libre sur la poutre B31.2 (22×30) du plancher haut sous-sol
2. Le deuxième est encastré sur la poutre et sur les deux poteaux P2 et P3 et il est libre au
niveau de son appui haut, sur la poutre C31.2.

3. Données de calcul

Le sol est formé par une couche de Remblai pour une profondeur de 2 m puis une couche de
Sable fin pour une profondeur entre 2 et 6 m . Ainsi, la nappe phréatique se trouve à une
profondeur de 1.4 m.
- Longueur du voile (les deux voiles) : H= 610 m
- Largueur du voile : L=433 m
- Épaisseur voile : e = 0.2 m

Figure 77. Composition du sol

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 130


 Méthode de calcul :
- Cohésion du sol (pour sable et remblai) : c = 0
- Angle de frottement interne (pour sable et remblai) φ = 30 ͦ
- Poids volumique du sol γ = 18 KN/m3
- Surface du sol rectiligne.
- Paroi lisse : frottement sol/paroi est nul.
- Milieu en état d’équilibre limite
 Méthode de Rankine

3.1. Poussée du sol

Le coefficient de poussée latérale du sol est :


 
- Ka  tg 2 (  )  0.33
4 2
- Contrainte verticale : v   h
- Contrainte horizontale :  h  Ka  v  2  c  Ka  Ka  v

 Pour Z=0.m  v1  0Kpa


 h1  0 Kpa

 Pour Z=1.2 m  v2  0MPa


 h2  0KPa

 Pour Z=1.4 m  v3  18  (1.4  1.2)  3.6MPa


 h3  3.6  0.33  1.188KPa

 Pour Z= 3.3 m  v 4   ' h


 h 4   h3   ' h  Ka

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 131


 Détermination de γ′∶

Figure 78. Diagramme de phase

- Ws : poids des grains solides = 27 KN


- Ww : poids de l'eau = 10 Vw
- Vv : volume des vides
- Vs : volume des grains solides = 1 m3
- Volume total V = VS+VW= 1+VW
Ws 27
- Poids volumique sec :  d    18 KN / m3
Vs  Vw 1  Vw
27
→ Vw   1  0.5m3
18
Ww  Ws 27  10  0.5
- Poids volumique saturé  sat    21.33kN / m3
Vs  Vw 1  0.5

Poids volumique déjaugé :  '   sat   w  11.33kN / m3

 Pour Z= 3.3 m  v 4  (3.3 1.4) 11.33  21.527 KPa


 h4  1.188  21.527  0.33  8.292KPa

 Pour Z= 3.6 m  v5   ' h  (3.6  3.3) 11.33  3.4KPa


 h5   h 4   ' h  Ka  8.292  3.4  0.33  9.414 KPa

 Pour Z= 6.1 m  v5   ' h  (6.1  3.6) 11.33  28.325KPa


 h5   h 4   ' h  Ka  9.414  28.325  0.33  18.76 KPa

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 132


3.2. Poussée de l’eau

 Pour Z=1.4 m  w  0KPa


 Pour Z=3.3  w  (3.3  1.4) 10  19 KPa

 Pour Z=3.6  w  (3.6  1.4) 10  22 KPa

 Pour Z= 6.1m  w  (6.1  1.4) 10  47 KPa

3.3. Poussée due aux surcharges

- Inclinaison du mur voile : λ = 0


- Inclinaison de la surface du sol : β =0
Ka
- Kaq   Ka  0.33
cos(   )
- On prend q = 4 kN/m2
-  a  Kaq  q  0.33  4  1.32 KPa

3.4. Evaluation des charges

Tableau 80. Les chargements appliquées sur le voile

Profondeur Sol Surcharge Eau


Z(m) (KPa) (KPa) (KPa)
(triangulaire) (rectangulaire) (triangulaire)
0 0 0 0
1.2 0 0 0
1.4 1.188 1.32 0
3.3 8.292 1.32 19
3.6 9.414 1.32 22
6.1 18.76 1.32 47

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 133


Figure 79. Diagramme des actions exercées sur le voile

4. Calcul des sollicitations

4.1. Méthode de calcul

On applique la méthode des différences finies (résolution de l’équation de Lagrange) pour


chercher les moments en travées et sur appuis à l’aide de la formule suivante :
D’après le formulaire du CCSB Tome IV, pour une charge p par unité de surface le moment
sur les travées et sur les appuis est donné par les formules du tableau suivant :
Tableau 81. Les moments maximaus sur le voile

Pour une charge P Au côté de longueur Au côté de longueur


(par unité de surface) X Y
Moment maximal positif en travée par unité de
Kx  P  L2 Ky  P  L2
largeur Mx  My 
1000 1000

Moment maximal négatif sur appuis ou en Kx ' P  L2 Ky ' P  L2


Mx '  My ' 
travée par unité de largeur 1000 1000

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 134


Figure 80. Moment sur appuis et en travées

• Mx : moment en travée parallèle au côté x.


• My : moment en travée parallèle au côté y.
• M’x : moment sur appuis côté x.
• M’y : moment sur appuis côté y.

4.2. Détermination des coefficients des moments

Les coefficients K dépond du type de chargement, la nature des appuis (schéma de calcul) et
le rapport largeur sur longueur x/y.
D’après les abaques de « HENRY TONIER» on obtient les coefficients suivants :
 1er panneau
- L=min (x,y) = min (4.33 ; 2.5) = 2.5
x
-  1.73 (interpolation)
y

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 135


Tableau 82. Les combinaisons des charges pour le 1 er panneau

ELS (kPa) ELU (KPa)

Poussée du sol triangulaire (1) Ps = 9.346 Pu = 1.35x9.346=12.617


Poussée du sol rectangulaire (2) Ps = 9.414 Pu=1.35x9.414=12.709
Poussée de l’eau triangulaire (1) Ps=25 Pu=1.35x25=33.75
Poussée de l’eau rectangulaire (2) Ps=22 Pu=1.35x22=29.7
Poussée de la surcharge Ps = 1.32 Pu = 1.5x1.32 = 1.98

Tableau 83. Tableau des coefficients des moments pour le 1er panneau

x
1er Panneau : EEEA (  1.73 )
y

Type de 𝑿 K’x
Kx Ky K’y
Chargement 𝒀

Poussée du sol
1.73 23.192 14.408 -51.326 -71.991
Triangulaire (1)

Poussée du sol
1.73 86.049 21.412 -224.322 -161.386
Rectangulaire (2)

Poussée de l’eau
1.73 23.192 14.408 -51.326 -71.991
Triangulaire(1)

Poussée de l’eau
1.73 86.049 21.412 -224.322 -161.386
Rectangulaire(2)

Poussée de la
1.73 86.049 21.412 -224.322 -161.386
Surcharge

 2ème panneau :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 136


- L=min (x,y) = min (4.33 ; 3.1) = 3.1
x
- 1.4
y
Tableau 84. Les combinaisons des charges pour le 2 eme panneau

ELS (KN/m2) ELU (KN/m2)

Poussée du sol triangulaire Ps = 8.292 Pu = 1.35x8.292=11.194


Poussée de l’eau triangulaire Ps = 19 Pu=1.35x19=25.65
Poussée de la surcharge Ps = 1.32 Pu = 1.5x1.32 = 1.98

Tableau 85. Tableau des coefficients de calcul des moments pour le 2ème panneau

x
2ème Panneau : EEEL (  1.4 )
y

Type de 𝑿 K’x
Kx Ky K’y
Chargement 𝒀

Poussée du sol
1.4 18.829 12.854 -40.775 -56.241
Triangulaire

Poussée de l’eau
1.4 18.829 12.854 -40.775 -56.241
Triangulaire

Poussée de la
1.4 71.994 17.247 -167.834 -113.011
Surcharge

4.3. Détermination des moments maximaux en travée et sur appuis à ELS et ELU

 1er panneau

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 137


Tableau 86. Tableau des moments de référence en travées et sur appuis pour le 1er panneau

K  P  L2
M ; L= 2.5
1000
Mx My M’x M’y
Etat limite
(KN.m/ml) (KN.m/ml) (KN.m/ml) (KN.m/ml)
Poussée du sol ELS 1.355 0.842 -2.998 -4.205
Triangulaire (1) ELU 1.829 1.136 -4.047 -5.677
Poussée du sol ELS 5.063 1.260 -13.199 -9.496
Rectangulaire (2) ELU 6.835 1.701 -17.818 -12.819
Poussée de l’eau ELS 3.624 2.251 -8.020 -11.249
Triangulaire(1) ELU 4.892 3.039 -10.827 -15.186
Poussée de l’eau ELS 11.832 2.944 -30.844 -22.191
Rectangulaire(2) ELU 15.973 3.975 -41.640 -29.957
Poussée de la ELS 0.710 0.177 -1.851 -1.331
Surcharge ELU 1.065 0.265 -2.776 -1.997
ELS 22.583 7.473 -56.911 -48.471
Total
ELU 30.594 10.116 -77.108 -65.636

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 138


 2ème panneau :
Tableau 87. Tableau des moments de référence en travées et sur appuis pour le 2ème

K  P  L2
M ; L= 3.1
1000
Mx My M’x M’y
Etat limite
(KN.m/ml) (KN.m/ml) (KN.m/ml) (KN.m/ml)
Poussée du sol ELS 1.500 1.024 -3.249 -4.482
Triangulaire ELU 2.025 1.382 -4,385 -6,048
Poussée de l’eau ELS 3,438 2,347 -7,445 -10,269
Triangulaire ELU 4,641 3,168 -10,051 -13,863
Poussée de la ELS 0,913 0,219 -2,129 -1,434
Surcharge ELU 1,370 0,328 -3,194 -2,150
ELS 5,852 3,590 -12,823 -16,184
Total
ELU 8,036 4,879 -17,629 -22,061

5. Détermination du ferraillage

On considère que la fissuration est très préjudiciable, ainsi pour déterminer le ferraillage, on
fera le calcul à l'ELU, un calcul à l'ELS et on prendra le maximum des deux cas.
-   0.6 fc28  13.2MPa
bc

2 
-  st  min   fe;110   ft 28 
3 
On considère dans le calcul une bande de largeur b=1m et h0 =0,2m
L’enrobage des armatures est de 5 cm.
Espacement (FP): st ≤ min [2×h0 , 25cm] =25 cm.
h
Diamètre des armatures    20mm
10

D  h  enr   0.14m
2

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 139


Tableau 88. Tableau des données du calcul

b (m) h0 (m) Enrobage (m) f c28 (MPa) f e (MPa) f t28 (MPa)


1 0.2 0.05 22 400 1.92
d (m) fbu(MPa) ̅ 𝒄
𝝈̅𝒃 ̅ (MPa) f su(MPa) 𝛔̅ st (MPa) μ limite
0.14 12.47 13.2 348 192.8 0.39

CNF : (condition de non fragilité) :


ft 28
A min  0.23  b  d   1.55cm2
fe
Tableau 89. Calcul du ferraillage du 1er panneau à l’ELU et l’ELS

Armature sur
1er panneau Armature en travée
appuis
sens sens
Formules de calcul Poteaux Longrine
horizontal vertical

Mu ( KN .m / ml ) 30.594 10.116 77.108 65.636

Mu
 bu  0.152 0.041 0.315 0.269
b  d 2  fbu

  1.25  (1  1  2bu ) 0.167 0.0.053 0.491 0.400


Z  d  (1  0.4   )(m)
ELU

0.131 0.137 0.113 0.118


Mu
Ast  (cm 2 / m) 6.732 2.121 19.691 16.035
z  fsu

A min(cm2 / ml ) 1.55 1.55 1.55 1.55

Astretinue(cm2 / ml ) 6.732 2.121 19.691 16.035

|Mser| (KN.m/ml) 22.583 7.473 56.911 48.471


Mser
 ser  0.087 0.029 0.220 0.187
b  d 2   bc
9  fc 28
ELS

1  0.938 0.938 0.938 0.938


 bc  9  fc 28

1 
 rb     (1  ) 0.322 0.322 0.322 0.322
2 3

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 140


30  Mser
U  0.179 0.059 0.452 0.385
b  d 2   st
  1 U 1.179 1.059 1.452 1.385
3
  ar cos( 2 ) 38.635 23.421 55.142 52.156


1  1  2   cos(240  ) 0.360 0.222 0.515 0.486
3

 12  b  d
Ast  (cm2 / ml ) 9.450 2.956 25.520 21.445
30  (1  1)

A min(cm2 / ml ) 1.55 1.55 1.55 1.55

Astretinue(cm2 / ml ) 9.450 2.956 25.520 21.445

Aciers choisies 9HA12 7HA12 9HA20 7HA20

Tableau 90. Calcul du ferraillage du 2ème panneau à l’ELU et l’ELS

Armature sur
2ème panneau Armature en travée
appuis
Sens Sens
Formules de calcul Poteaux Longrine
horizontal vertical

Mu ( KN .m / ml ) 8,036 4.879 16.629 22.061

Mu
 bu  0.033 0.02 0.068 0.090
b  d 2  fbu

  1.25  (1  1  2bu ) 0.042 0.025 0.088 0.118

Z  d  (1  0.4   )(m)
ELU

0.138 0.139 0.135 0.133

Mu
Ast  (cm2 / m) 1.677 1.012 3.538 4.753
z  fsu

A min(cm2 / ml ) 1.55 1.55 1.55 1.55

Astretinue(cm2 / ml ) 1.677 1.55 3.538 4.753

|Mser| (KN.m/ml) 5.852 3.590 12.823 16.184


ELS

Mser
 ser  0.023 0.014 0.050 0.063
b  d 2   bc

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 141


9  fc 28
1  0.938 0.938 0.938 0.938
 bc  9  fc 28

1 
 rb     (1  ) 0.322 0.322 0.322 0.322
2 3
30  Mser
U  0.064 0.029 0.102 0.128
b  d 2   st

  1 U 1.064 1.029 1.102 1.128


3
  ar cos( 2 ) 24.336 16.660 30.183 33.415


1  1  2   cos(240  ) 0.231 0.160 0.284 0.313
3

 12  b  d
Ast  (cm2 / ml ) 3.238 1.422 5.257 6.655
30  (1  1)

A min(cm2 / ml ) 1.55 1.55 1.55 1.55

Astretinue(cm2 / ml ) 3.238 1.55 5.257 6.655

Aciers choisies 9HA10 7HA10 9HA10 7HA12

6. Arrêts de barres

6.1. Arrêt des barres pour le 1er panneau

 En travée sens b (lx) :


On dispose par adhérence 5HA12 par mètre filant et 4HA12 /ml arrêté à 𝐿1 =0,1×2.5 = 0,25m
𝐋𝟏 = 𝟐5𝐜𝐦 de la rive
 En travée sens à (ly) :
On dispose par adhérence 4HA10 par mètre filant et 3HA10 /ml arrêté
à 𝐿2=0,1×4.33 = 0,433m
𝐋𝟐 = 43.3 𝐜𝐦

 Sur appuis :
 1  Mappuis  
- L1   Ls;  0.3    Lx 
 4  M0  

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 142


 L1 
- L 2  Max  Ls; 
 2
 fe
avec τs=0,6   ft28 = 0.6 1.52 1.92  2.592MPa
2
- Ls  
4 s

- Ls=   fe  2  400  77.16cm


4   s 4  2.592

1
- 
b

2.5
 0.577 ; a   0.085 ; M 0a   a  P  b2
a 4.33 8  (1  2.4   )
3

- P = 1.35 x G +1.5 x Q = 90.756 KN/m2


- M0 = 0.085x 90.756 x 2.52 = 48.21 KN.m
1 77.108
 L1  {77.16cm ;  [0.3  ]  2.5  118.7cm} L1= 118.7cm
4 48.21
118.7
L 2  Max{77.16cm ;  59.35cm} L2= 77.16 cm
2

6.2. Arrêt des barres pour le 2ème panneau

 En travée sens b (lx) :


On dispose par adhérence 5HA10 par mètre filant et 4HA10 /ml arrêté à 𝐿1 =0,1×3.1 = 0,31m
𝐋𝟏 = 31𝐜𝐦 de la rive
 En travée sens a (ly) :
On dispose par adhérence 4HA10 par mètre filant et 3HA10 /ml arrêté
à 𝐿2 =0,1×4.33 = 0,433m
𝐋𝟐 = 43.3 𝐜𝐦
 Sur appuis :
 1  Mappuis  
- L1   Ls;  0.3    Lx 
 4  M0  

 L1 
- L 2  Max  Ls; 
 2
 fe
avec τs=0,6   ft28 = 0.6 1.52 1.92  2.592MPa
2
- Ls  
4 s

- Ls=   fe  1 400  38.58cm


4   s 4  2.592

1
- 
b

3.1
 0.716 ; a   0.066 ; M 0a   a  P  b2
a 4.33 8  (1  2.4   )
3

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 143


- P = 1.35 x G +1.5 x Q = 38.82 KN/m2
- M0 = 0.085x 38.82 x 2.52 = 20.623 KN.m
1 22.061
 L1  Max{38.58cm ;  [0.3  ]  2.5  85.6cm} L1= 85.6cm
4 20.623
85.6
L 2  Max{38.58cm ;  42.8cm} L2= 42.8 cm
2

Figure 81. Détails du ferraillage du mur voile (Acier inférieur)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 144


Figure 82. Détails du ferraillage du mur voile (Acier supérieur)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 145


Chapitre 12 : Contreventement
1. Introduction

Dans ce chapitre, on se propose d'étudier l'action du vent sur notre bâtiment; plus précisément
sur un bloc (bloc A) du bâtiment, et la façon de la contreventer. Vu que ce bloc comprend un
cage de deux ascenseurs.
On va déterminer tout d'abord, l'action du vent appliquée sur le bloc, ensuite on déterminera
les sollicitations agissantes sur la cage d’ascenseur et enfin on cherchera le dimensionnement
nécessaire.

2. Implantation du bloc à contreventer

Figure 83. Implantation du bloc étudié et position du vent dominant

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 146


2.1. Hypothèses de calcul

 Le bâtiment est situé à Grande Tunis: d'après la carte régionale du vent, on est dans la
région 2.
 Le site est supposé normal.
 Le bâtiment n'est pas protégé.
 La cage d’ascenseur est de hauteur H=31.2 m.
 Les dimensions du bloc étudié (forme rectangulaire) a = 24.5 m ; b = 16.5 m
 On va utiliser un béton de fc28= 22MPa.
 La géométrie de notre bâtiment est rectangulaire, donc on a W1 = W3 et W2=W4
 Le calcul se fait selon la norme NV65 (les abaques utilisées sont présentées dans
l'annexe).

2.2. Action du vent

 Ct : Coefficient de trainée :
Ct  Ct 0   0
La construction est assimilée à un ouvrage prismatique de section rectangulaire. Donc :
Ct 0  1.3
z 31.2
a1    1.27   0  1
a1 24.5
 Ct1  1.3
Ct 0  1.3
z 31.2
a 2    1.89   0  1
a2 16.5
 Ct 2  1.3

 β : Coefficient de majoration dynamique


  1   ; Avec :

- τ : Coefficient de pulsation, fonction de la hauteur H(m) qui varie d'un niveau à l'autre.
- ξ : coefficient de réponse, fonction du matériau de construction et de la période de
vibration

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 147


H H
T  0.08   ; Avec :
De De  H
- T : la période propre de vibration
- De : La dimension en plan dans la direction considérée
 δ : Coefficient de réduction :
- Pour max (Z ; De1) = max (31.5 ; 24.5) = 31.5 ⟹ δ1 = 0.71
- Pour max (Z ; De2) = max (31.5 ; 16.5) = 31.5 ⟹ δ2 = 0.71
 Ks : coefficient de site est déterminé à partir du tableau 95 :

Tableau 91. Ks en fonction du site et la région

Région
I II III
Protégé 0.80 0.80 0.80
Site Normal 1.00 1.00 1.00  Ks=1.3
Exposé 1.35 1.30 1.25

Pour notre cas, il s’agit d’un site exposé dans la région II  Ks=1.3

 qz : pression du vent au niveau z :

La pression réglementaire qz est déterminée en fonction de la région et la hauteur z des


différents niveaux.
 qn : pression normale du vent: qn  Ks  qz
Ce calcul de la pression normale du vent est plus détaillé dans les tableaux si dessous :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 148


Tableau 92. Tableau récapitulatif des coefficients de calcul du vent W1 et W3

Niveau cote Z Ct0 γ0 Ct  ϕ β  Ks qz(daN/m²) qn(daN/m²)


1 31,2 1,3 1 1,3 0,329 0,25 1,082 0,71 1,3 94,4 122,7
2 26,8 1,3 1 1,3 0,335 0,25 1,084 0,71 1,3 90,3 117,4
3 23,6 1,3 1 1,3 0,34 0,25 1,085 0,71 1,3 87,1 113,2
4 20,4 1,3 1 1,3 0,344 0,25 1,086 0,71 1,3 83,6 108,7
5 17,2 1,3 1 1,3 0,35 0,25 1,088 0,71 1,3 79,8 103,7
6 14 1,3 1 1,3 0,355 0,25 1,089 0,71 1,3 75,7 98,4
7 10,8 1,3 1 1,3 0,359 0,25 1,090 0,71 1,3 71,2 92,5
8 7,6 1,3 1 1,3 0,36 0,25 1,090 0,71 1,3 66,3 86,2
9 4,4 1,3 1 1,3 0,36 0,25 1,090 0,71 1,3 60,9 79,1
10 1,2 1,3 1 1,3 0,36 0,25 1,090 0,71 1,3 54,9 71,4
11 -2,1 - - - - - - - - - -
12 -4.9 - - - - - - - - - -

Tableau 93. Tableau récapitulatif des coefficients de calcul du vent W2 et W4

Niveau Cote Z Ct0 γ0 Ct  ϕ β  Ks qz(daN/m²) qn(daN/m²)


1 31,2 1,3 1 1,3 0,329 0,25 1,082 0,71 1,3 94,4 122,7
2 26,8 1,3 1 1,3 0,335 0,25 1,084 0,71 1,3 90,3 117,4
3 23,6 1,3 1 1,3 0,34 0,25 1,085 0,71 1,3 87,1 113,2
4 20,4 1,3 1 1,3 0,344 0,25 1,086 0,71 1,3 83,6 108,7
5 17,2 1,3 1 1,3 0,35 0,25 1,088 0,71 1,3 79,8 103,7
6 14 1,3 1 1,3 0,355 0,25 1,089 0,71 1,3 75,7 98,4
7 10,8 1,3 1 1,3 0,359 0,25 1,090 0,71 1,3 71,2 92,5
8 7,6 1,3 1 1,3 0,36 0,25 1,090 0,71 1,3 66,3 86,2
9 4,4 1,3 1 1,3 0,36 0,25 1,090 0,71 1,3 60,9 79,1
10 1,2 1,3 1 1,3 0,36 0,25 1,090 0,71 1,3 54,9 71,4
11 -2,1 - - - - - - - - - -
12 -4.9 - - - - - - - - - -

2.3. Pression et force de trainée

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 149


La force de trainée T par unité de longueur est la composante de la force du vent dans la
direction parallèle à celle de vent est déterminé dans les tableaux si dessous :
Pr ession detrainée : Pn  Ct      q
Force detrainée : Tn  Ct      q  De
Tableau 94. Tableau récapitulatif du calcul de la pression et la force de trainée (vents W1 et
W3)

Niveau Cote Z De Ct β  qn(daN/m²) Pn(daN/m²) Tn(KN/m)


1 31,2 24,5 1,3 1,082 0,71 122,7 122,6 30,0
2 26,8 24,5 1,3 1,084 0,71 117,4 117,5 28,8
3 23,6 24,5 1,3 1,085 0,71 113,2 113,4 27,8
4 20,4 24,5 1,3 1,086 0,71 108,7 108,9 26,7
5 17,2 24,5 1,3 1,088 0,71 103,7 104,1 25,5
6 14 24,5 1,3 1,089 0,71 98,4 98,9 24,2
7 10,8 24,5 1,3 1,090 0,71 92,5 93,1 22,8
8 7,6 24,5 1,3 1,090 0,71 86,2 86,7 21,2
9 4,4 24,5 1,3 1,090 0,71 79,1 79,6 19,5
10 1,2 24,5 1,3 1,090 0,71 71,4 71,8 17,6
11 -2,1 24,5 - - - - - 0
12 -4,9 24,5 - - - - - 0

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 150


Tableau 95. Tableau récapitulatif du calcul de la pression et la force de trainée (vents W2 et
W4)

niveau cote Z De Ct β  qn(daN/m²) Pn(daN/m²) Tn(KN/m)


1 31,2 16,5 1,3 1,082 0,71 122,7 122,597316 20,2
2 26,8 16,5 1,3 1,084 0,71 117,4 117,454727 19,4
3 23,6 16,5 1,3 1,085 0,71 113,2 113,370456 18,7
4 20,4 16,5 1,3 1,086 0,71 108,7 108,915102 18,0
5 17,2 16,5 1,3 1,088 0,71 103,7 104,120856 17,2
6 14 16,5 1,3 1,089 0,71 98,4 98,8620311 16,3
7 10,8 16,5 1,3 1,090 0,71 92,5 93,0827509 15,4
8 7,6 16,5 1,3 1,090 0,71 86,2 86,6768 14,3
9 4,4 16,5 1,3 1,090 0,71 79,1 79,6107565 13,1
10 1,2 16,5 1,3 1,090 0,71 71,4 71,8057804 11,8
11 -2,1 16,5 - - - - - 0
12 -4,9 17,5 - - - - - 0

2.4. Sollicitations de l’ensemble

L’effort tranchant et le moment fléchissant dans chaque niveau sont calculés comme suit :
T T 
H n   n n1   z  H n1
 2 
 H  H n1 
Mn   n   z  M n1
 2 

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 151


Tableau 96. Tableau de sollicitions des vents W1 et W3

Niveau Cote Z Tn(KN/m) Hn(KN) Mn(KNm) Mn(MNm)


1 31,2 30,0 0 0 0
2 26,8 28,8 124 739 0,74
3 23,6 27,8 212 1550 1,55
4 20,4 26,7 295 2621 2,62
5 17,2 25,5 375 3940 3,94
6 14 24,2 450 5493 5,49
7 10,8 22,8 520 7262 7,26
8 7,6 21,2 586 9231 9,23
9 4,4 19,5 645 11339 11,34
10 1,2 17,6 673 13493 13,49
11 -2,1 0 673 15714 15,71
12 -4,9 0 673 16656 16,66

Tableau 97. Tableau de sollicitions des vents W2 et W4

Niveau Cote Z Tn(KN/m) Hn(KN) Mn(KNm) Mn(MNm)


1 31,2 20,2 0 0 0
2 26,8 19,4 84 498 0,50
3 23,6 18,7 142 1044 1,04
4 20,4 18,0 199 1765 1,77
5 17,2 17,2 252 2654 2,65
6 14 16,3 303 3699 3,70
7 10,8 15,4 350 4891 4,89
8 7,6 14,3 394 6217 6,22
9 4,4 13,1 434 7637 7,64
10 1,2 11,8 453 9087 9,09
11 -2,1 0 453 10583 10,58
12 -4,9 0 453 11218 11,22

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 152


Tn=f(z) en MN
35
z(m)

30

25

20

15 Vent W2
Vent W1
10

0
0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 25,0 30,0 35,0
Tn(KN/m)

Figure 84. Diagramme des actions des vents W1 et W2 dans chaque étage

Hn=f(z) en MN
35
z(m)

30

25

20

15
Vent W2
10
Vent W1
5

0
0 200 400 600 800 1000
-5

-10
Hn(KNm)

Figure 85. Diagramme des Efforts tranchant du au W1 et W2 dans chaque étage

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 153


Mn=f(z) en MNm
35
z(m)
30

25

20

15
Vent W2
10
Vent W1
5

0
0 5 10 15 20
-5

-10
Mn(MNm)

Figure 86. Diagramme des moments fléchissant du au vent W1 et W2 dans chaque étage

3. Caractéristiques géométriques de voiles de contreventements

Pour le calcul des caractéristiques mécaniques, on va décomposer le voile selon la direction


du vent pour avoir des résultats plus proche à la réalité, comme indique les figures si
dessous :

Figure 87. Décomposition (1) du voile pour les 2 vents W2 et W4 de direction horizontale

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 154


Figure 88. Décomposition (2) du voile pour les 2 vents W1 et W3 de direction verticale

 ei: épaisseur du refend


 hi : largeur du refend
 Ai : Aire du refend
 Moment d’inertie par rapport aux axes principaux des refends réels :
e  h3
I1 
12
e3  h
I2 
12

Figure 89. Moment d’inertie par rapport aux axes principaux des refends réels

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 155


 Φ : angle entre l'axe 1-1 et X'-X' ( à chaque refend correspond un angle Φ )
 Moments d'inerties par rapport au centre de gravité :
I x  I1cos ²  I 2 sin ²
I y  I1 sin ²  I 2 cos ²

 (x’ ; y’) : coordonnée de centre de gravité de chaque refend par rapport au repère
(X'X', Y’Y’).
 Centre de gravité : les coordonnées du centre de gravité sont données par les formules
suivantes :

I y  x' I x  y'
Xc  ; Yc 
I y I x

 X, Y : les distances entre le centre de torsion et le centre de gravité de chaque refend.

Tableau 98. Tableau récapitulatif des caractéristiques géométriques des refends


(décomposition1)

Refend h(m) e(m) Ai(m²) I1(m4) I2(m4) ∅ Ix(m4) Iy(m4) x'(m) y'(m)
1 1,9 0,2 0,38 0,1143 0,0013 90 0,0013 0,1143 0,1 2,22
2 1,9 0,2 0,38 0,1143 0,0013 90 0,0013 0,1143 0,1 2,22
3 2,3 0,2 0,46 0,2028 0,0015 0 0,2028 0,0015 1,15 4,34
4 2,3 0,24 0,552 0,2433 0,0026 0 0,2433 0,0026 1,15 2,22
5 2,3 0,2 0,46 0,2028 0,0015 0 0,2028 0,0015 1,15 0,1
6 0,3 0,2 0,06 0,0005 0,0002 90 0,0002 0,0005 2,2 4,19
7 0,28 0,2 0,056 0,0004 0,0002 90 0,0002 0,0004 2,2 2,22
8 0,28 0,2 0,056 0,0004 0,0002 90 0,0002 0,0004 2,2 0,25
9 0,3 0,2 0,06 0,0005 0,0002 90 0,0002 0,0005 2,2 0,25
somme 2,464 0,8792 0,0090 0,6522 0,2360

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 156


Tableau 99. Tableau récapitulatif des caractéristiques géométriques des refends
(décomposition1) (suite)

Refend Ix .y' Iy. x' dx dy X(m) Y(m) Iy.X² Ix.Y²


1 0,0028 0,0114 -0,032 0,00 0,0001 0,00
2 0,0028 0,0114 -0,032 0,00 0,0001 0,00
3 0,8801 0,0018 1,018 2,12 0,0016 0,91
4 0,5402 0,0030 1,018 0,00 0,0027 0,00
5 0,0203 0,0018 1,018 -2,12 0,0016 0,91
0,132 2,22
6 0,0008 0,0010 2,068 1,97 0,0019 0,00
7 0,0004 0,0008 2,068 0,00 0,0016 0,00
8 0,0000 0,0008 2,068 -1,97 0,0016 0,00
9 0,0001 0,0010 2,068 -1,97 0,0019 0,00
somme 1,4474 0,0312 0,0096 1,83

Tableau 100. Tableau récapitulatif des caractéristiques géométriques des refends


(décomposition2)

Refend h(m) e(m) Ai(m²) I1(m4) I2(m4) ∅ Ix(m4) Iy(m4) x'(m) y'(m)
1 4,44 0,2 0,888 1,4588 0,0030 90 0,0030 1,4588 0,1 2,22
2 1,9 0,2 0,38 0,1143 0,0013 0 0,1143 0,0013 1,15 4,34
3 1,9 0,24 0,456 0,1372 0,0022 0 0,1372 0,0022 1,15 2,22
4 1,9 0,2 0,38 0,1143 0,0013 0 0,1143 0,0013 1,15 0,1
5 0,5 0,2 0,1 0,0021 0,0003 90 0,0003 0,0021 2,2 4,19
6 0,8 0,2 0,16 0,0085 0,0005 90 0,0005 0,0085 2,2 2,22
7 0,5 0,2 0,1 0,0021 0,0003 90 0,0003 0,0021 2,2 0,25
somme 2,464 1,8373 0,0089 0,3700 1,4762

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 157


Tableau 101. Tableau récapitulatif des caractéristiques géométriques des refends
(décomposition2) (suite)

Refend Ix .y' Iy,x' dx dy X(m) Y(m) Iy.X² Ix.Y²


1 0,0066 0,1459 -0,021 0 0,0007 0
2 0,4961 0,0015 1,029 2,120 0,0013 0,5138
3 0,3045 0,0025 1,029 0 0,0023 0
4 0,0114 0,0015 1,029 -2,120 0,0013 0,5138
0,121 2,220
5 0,0014 0,0046 2,079 1,970 0,0090 0,0013
6 0,0012 0,0188 2,079 0 0,0369 0
7 0,0001 0,0046 2,079 -1,970 0,0090 0,0013
somme 0,8213 0,1793 0,0605 1,0302
On remarque que les 2 centre de torsion ont les même coordonnées sur les axes x et y.

Figure 90. Position du centre de gravité (G) et du centre de torsion (CT)

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 158


4. Sollicitations horizontales dans les refends

 H: l'effort tranchant au niveau du sous-sol


 Ex et ey : l'excentricité entre le point d'application de la résultante du vent et le centre
de torsion.
 M=He : le moment dû ou vent.

 avec J   I xY ²   I y X ²
Tableau 102. Moments appliquées sur les refends

Vent W1 W2 W3 W4
Hx(MN) 0 0.453 0 -0.453
Hy(MN) 0.673 0 -0.673 0
ex (m) - 6.03 - 6.03
ey (m) 5.6 - 5.6 -
M(MNm) 3.769 2.732 -3.769 -2.732
J 1.839 1.0907 1.839 1.0907

 Les forces dans les refends dues à une translation sous l'effet de H :
Hx  Ix Hy  Iy
- H 'x  et H ' y 
 Ix  Iy
 Les forces dans les refends dues à une rotation sous l'effet de H :

M  y  Ix M  x Iy
- H x ''  et H y '' 
J J
 Les forces finales distribuées dans les refends :

- H x  H x ' H x " et H y  H y ' H y "

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 159


 Décomposition (1) :
Tableau 103. Forces sur les refends dues au vent W2

Hx(MN) Hy(MN)
Refend Ix(m4) Iy(m4) X(m) Y(m) H'x(MN) H'y(MN) H''x(MN) H''y(MN)
(final) (final)
1 0,0013 0,1143 -0,041 0,000 0,00090281 0,0000 7,02654E-07 -0,0096 0,001 -0,0096
2 0,0013 0,1143 -0,041 0,000 0,00090281 0,0000 7,02654E-07 -0,0096 0,001 -0,0096
3 0,2028 0,0015 1,009 2,120 0,14083765 0,0000 0,881268959 0,0031 1,022 0,0031
4 0,2433 0,0026 1,009 0,000 0,16896351 0,0000 0,000131504 0,0054 0,169 0,0054
5 0,2028 0,0015 1,009 -2,120 0,14083765 0,0000 -0,88104973 0,0031 -0,740 0,0031
6 0,0002 0,0005 2,059 1,970 0,00013889 0,0000 0,000807616 0,0021 0,001 0,0021
7 0,0002 0,0004 2,059 0,000 0,00013889 0,0000 1,08101E-07 0,0017 0,000 0,0017
8 0,0002 0,0004 2,059 -1,970 0,00013889 0,0000 -0,0008074 0,0017 -0,001 0,0017
9 0,0002 0,0005 2,059 -1,970 0,00013889 0,0000 -0,0008074 0,0021 -0,001 0,0021
somme 0,6523 0,2360 0,453 0 -0,00045 0,0000 0,453 0,0000

 Décomposition (2) :
Tableau 104. Forces sur les refends dues au vent W1

Hx(MN) Hy(MN)
Refend Ix(m4) Iy(m4) X(m) Y(m) H'x(MN) H'y(MN) H''x(MN) H''y(MN)
(final) (final)
1 0,0030 1,4588 -0,021 0 0 0,6651 0 -0,1080 0 0,5571
2 0,1143 0,0013 1,029 2,12 0 0,0006 0,8375 0,0045 0,8375 0,0051
3 0,1372 0,0022 1,029 0 0 0,0010 0 0,0078 0 0,0088
4 0,1143 0,0013 1,029 -2,12 0 0,0006 -0,8375 0,0045 -0,8375 0,0051
5 0,0003 0,0021 2,079 1,97 0 0,0009 0,0023 0,0150 0,0023 0,0159
6 0,0005 0,0085 2,079 0 0 0,0039 0 0,0613 0 0,0652
7 0,0003 0,0021 2,079 -1,97 0 0,0009 -0,0023 0,0150 -0,0023 0,0159
somme 0,3700 1,4762 0 0,6730

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 160


En plus des charges horizontales, le refond est soumis à des charges verticales telles que les
charges permanentes G et d’exploitations Q.
Les sollicitations qui résultent de la descente de charge et les efforts normaux agissant sur le
refend à chaque niveau sont récapitulées dans le tableau suivant :
Tableau 105. Tableau récapitulatif de la descente de charge pour chaque étage

G Q
étage8 0,1277 0,04568
étage7 0,70416333 0,09733667
étage6 1,28062667 0,14899333
étage5 1,85709 0,20065
étage4 2,2277725 0,215565
étage3 2,598455 0,23048
étage2 2,9691375 0,245395
étage1 3,33982 0,26031
RDC 3,55382 0,26501
SS1 4,1529 0,3376
SS2 4,77641 0,40372

Calcul des contraintes :

4.1. Contraintes limites ultimes

Ce calcul est réalisé au niveau du sous-sol, car c'est l'endroit le plus sollicité.
 L=2.8m hauteur de l’étage.
 a=0.20m
 d=1m.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 161


Tableau 106. Tableau récapitulatif des contraintes limites

Voile non armé verticalement Voile armé verticalement

Longueur de flambement l f  0.9  l0  2.52m l f  0.85  l0  2.38m

12  l f 12  l f
Elancement λ   43.65   41.22
a a
0.65 0.85
     0.457      0.617
   
2 2
Coefficient α
1  0.2    1  0.2   
 30   30 

Acier minimale As (cm²) 0 As  0.001 a  2

aire réduite (m²/m) Br  d  (a  0.02)  0.18 Br  d  (a  0.02)  0.18

  Br  f c 28 B  f Af 
Effort limite Nu(MN) N u lim   1.341MN Nu lim     r c 28  s e   1.853MN
0.9   b  0.9   b s 

Contrainte limite sult N u lim N u lim


 u lim   6.705MPa  u lim   9.265MPa
(MPa) ad ad

4.2. Contraintes de chargement

Par simplification, on suppose que la pression du vent est constante sur toute la hauteur du
bâtiment. Nous présentons ainsi les contraintes appliquées sur la voile :

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 162


Figure 91. Position du centre de gravité de l’ascenseur

Tableau 107. Contrainte appliquées sur la cage d’ascenseur

désignation charge M(MNm) N/S (Mpa) MV/Iy(D.2) MyV'/Iy(D.2) MV/Ix(D.1) MyV'/Ix(D.1)


G(MN) 4,77 - 1,996 - - - -
Q(MN) 0,4 - 0,167 - - - -
H1(MN) 0,673 3,769 - 2,35 -3,52 - -
H2(MN) 0,453 2,732 - - - 5.67 -5.67
H3(MN) -0,673 -3,769 - -2,35 3,52 - -
H4(MN) -0,453 -2,732 - - - -5.67 5.67

4.3. Combinaisons de contraintes

On considère les cas de charges suivants pour déterminer les contraintes maximales de
compression et de tractions dans le refend:
 Combinaison ❶
1.35G + Q + 1.8W
 Combinaison ❷
1.35G + 1.5Q + 1.2W
 Combinaison ❸
G + 1.8W
 Combinaison ❹
G − 1.8W

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 163


Les contraintes maximales récapitulées au tableau 112 et les diagrammes sont représenté aux
figures 94 et 95 :
Tableau 108. Contrainte sur le voile

W1 W2 W3 W4
Combinaison σcompr σ trac σcompr σtrac σcompr σ trac σcompr σ trac
1 13,06 -7,34 13,27 -4,07 13,06 -7,34 9,80 -7,54
2 13,15 -7,26 13,55 -3,99 13,15 -7,26 9,88 -7,46
3 12,20 -8,21 12,40 -4,94 12,20 -8,21 8,93 -8,41
4 -8,21 12,20 -8,41 8,93 -8,21 12,20 -4,94 12,40

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 164


Figure 92. Contraintes dues aux vents W1 et W3 en MPa

Figure 93. Contraintes dues aux vents W2 et W4 en MPa

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 165


5. Calcul de ferraillage

Le ferraillage est effectué en deux états de chargement extrêmes :


 Le premier provoque une compression maximale.
 Le second provoque une traction maximale.

5.1. Acier de compression

 Pourcentage minimal à la compression :


 400   3 u 
  max 0.001;0.0015  

 1 

 fe  u ,lim  
avec :
  1 pour voile int ermédiaire.
  1.4 pour voile de rive.

 Acier minimal vertical :

Asv    a  d
Avec :
a : épaisseur de la voile
d = 1m de largeur de la voile
 Acier minimal horizontale :
 2 
Ash  a  d  max  0.001; 
 3 
 Espacement des aciers :
acier verticale : St  min(0.33m;2a)
acier horizontale : St  0.33m

5.2. Acier de traction

t  a  s
Ast 
fe

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 166


5.3. Acier transversale

Les armatures verticales doivent être maintenues par des armatures transversales, qui sont
définies par le tableau suivant :
Tableau 109. Choix des armatures transversales suivant le diametre des armatures verticales

nombre d’armature transversale diamètre

∅l≤ 12mm 4 épingles par m2 de voile 6mm

12mm≤∅l 6mm
Reprendre toutes les barres verticales espacement < ∅l
20mm<∅l 8mm

Nous avons trouvé pour tous les éléments du voile 12mm≤∅l < mm20 .
On reprend toutes les barres verticales par des épingles ∅t=6mm
Tableau 110. Ferraillage des refends à la traction

Armatures de traction
Partie de la
s trac MAX Ast (cm²/m) Choix
voile
1-2-4-5 8,21 47,21 2*8HA20
3(petite
4,94 28,41 2*8HA20
surface)
6-8-9-10-11-
8,41 48,36 2*8HA20
12-13-14-15
7 8,41 48,36 2*8HA20

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 167


Tableau 111. Armatures verticales des refends

Armatures verticales
scompr MAX r Asv(cm²/m) Asv< Ast espacement verticale (cm)
13,15 0,0068 13,68 OK 33
13,15 0,0068 13,68 OK 33

13,55 0,0071 14,23 OK 33

13,55 0,0051 12,19 OK 33

Tableau 112. Armatures Horizontales des refends

Armatures Horizontales
Ash(cm²/m) choix
9,12 6HA14
9,12 6HA14

9,48 5HA16

8,13 8HA12
Le Choix facile à exécuter en
5HA16
chantier

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 168


Figure 94. Ferraillage du voile

Remarque : La quantité d’acier est trop importante donc on propose d’ajouter un refend pour
augmenter l’inertie et rapprocher le centre de gravité avec le centre de torsion et par la suite
diminuer la quantité d’acier.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 169


Conclusion
Au terme de ce travail, nous avons essayé de traiter les différents aspects du projet, en
proposant une conception fidèle aussi bien aux contraintes architecturales qu’aux lois de la
résistance des matériaux.

Nous avons calculé par la suite plusieurs composantes structurales en évaluant leurs
chargements, en vue d’établir les plans de ferraillage.

En dernier lieu, nous avons conçu la fondation du bâtiment en assurant la stabilité de


l’ouvrage, tout en tenant compte des différentes propriétés mécaniques du sol.

Certes, l’étude d’un tel projet requiert une optimisation des dimensions du bâtiment
généralement assurée par l’usage de supports informatiques ; il n’en demeure pas moins que
ces derniers restent de simples outils de calculs nécessitant l’intervention du concepteur.
Maîtriser les méthodes de calculs de base est alors un atout pour l’ingénieur afin de réussir
tout projet qu’il entreprendra.

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 170


ETUDE DE L’OSSATURE EN BÉTON ARMÉ D’UN IMMEUBLE

( 2 S-SOL + RDC + 8 ÉTAGES )

Aloui Mariam et Ksentini Wissem

Résumé :
L’objet de ce projet est l’étude de la structure en béton armé d’un immeuble (2 Sous-Sol +
RDC + 8 étages) à usage médical, habitation et commercial, situé à TUNIS.
Après l’analyse des plans architecturaux et la fixation des choix de conception, un système
poteau poutre a été adopté comme ossature de bâtiment. Un plancher à dalle pleine a été
choisi pour les sous-sols et des planchers à corps creux ont été choisis pour les autres étages.
Des pieux forés ont été étudiés pour une fondation profonde. Le contreventement du bâtiment
est assuré par la cage d’ascenseur. Ensuite, on a abordé le dimensionnement des principaux
éléments en béton armé tels que : panneau de dalle, nervure, poutre, poteau, semelle, escalier,
cage d’ascenseur.
Summary:
The purpose of this project is the study of the reinforced concrete structure of a building (two
basements + ground floor + 8 floors) for office use medical, residential and commercial use,
located in TUNIS.
After analyzing the architectural plans and the setting of design choices, a beam- column
system was adopted as the building frame. A solid slab floor was chosen for basements and
hollow body floors have been selected for other floors. Drilled piles have been studied for a
deep foundation. The bracing of the building is provided by bracing the elevator shaft. Then,
the dimensions of the main reinforced concrete elements were discussed, such as: slab panel,
rib, beam, pole, sole, staircase, elevator shaft.
Mots clés :
Conception
 Dimensionnements
 Ossature
 Béton armé

Etude d'un Bâtiment ( 2 SS+ RDC + 8 ) Page 171