Vous êtes sur la page 1sur 39

UNIVERSITE DE YAOUNDE I

Faculté des Sciences


Département de Physique
Licence 3
Parcours Mécanique

HYDRAULIQUE
PHY 324

Pr. HONA Jacques

Année académique 2019-2020

Semestre 2
HYDRAULIQUE PHY 324

Table des matières

Table des matières ............................................................................................................................... 2


1 Propriétés physiques des liquides .......................................................................................... 5
1.1 Définitions ............................................................................................................................... 5
1.2 Poids et masse ........................................................................................................................ 5
1.3 Masse spécifique ou masse volumique ......................................................................... 6
1.4 Poids spécifique ou poids volumique ............................................................................ 6
1.5 Coefficient de viscosité dynamique ................................................................................ 6
1.6 Pression .................................................................................................................................... 7
1.7 Paramètres géométriques ................................................................................................. 8
2 Principes de l’hydraulique ....................................................................................................... 10
2.1 Continuité et mouvement du fluide ............................................................................. 10
2.1.1 Equation de continuité .............................................................................................. 10
2.1.2 Equation d’Euler .......................................................................................................... 10
2.2 Propriétés générales des fluides ................................................................................... 11
2.2.1 Fluidité ............................................................................................................................ 11
2.2.2 Viscosité.......................................................................................................................... 11
2.2.3 Isotropie ......................................................................................................................... 11
2.2.4 Compressibilité ............................................................................................................ 12
2.3 Hydrostatique ...................................................................................................................... 12
2.3.1 Equation générale ....................................................................................................... 12
2.3.2 Cas d’un fluide soumis à la seule action de la pesanteur .............................. 13
3 Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli....................................................... 14
3.1 Introduction .......................................................................................................................... 14

Table des matières 2


HYDRAULIQUE PHY 324

3.2 Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli............................................... 15


3.2.1 Types d’énergie............................................................................................................ 15
3.2.2 Energie d’une particule le long de sa trajectoire ............................................. 16
3.2.3 Ligne d’énergie et ligne piézométrique .............................................................. 17
3.2.4 Energie ou charge dans une section de l’écoulement .................................... 17
4 Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés ................................ 20
4.1 Introduction .......................................................................................................................... 20
4.2 Granulométrie des solides divisés ................................................................................ 20
4.2.1 Diamètre équivalent .................................................................................................. 21
4.2.2 Diamètre équivalent en volume ............................................................................ 21
4.2.3 Diamètre équivalent en surface ............................................................................. 22
4.2.4 Diamètre équivalent en surface spécifique ....................................................... 22
4.3 Opération solide – fluide .................................................................................................. 23
4.3.1 Caractéristique des milieux poreux ..................................................................... 23
4.3.2 Perte de charge hydraulique................................................................................... 25
4.3.3 Conductivité hydraulique ........................................................................................ 26
4.3.3.1 Sols homogènes ....................................................................................................... 26
4.3.3.2 Milieu poreux stratifié ........................................................................................... 26
4.3.3.2.1 Cas où l’écoulement s’opère suivant la verticale ................................... 27
4.3.3.2.2 Cas où l’écoulement s’opère suivant l’horizontale ............................... 28
4.3.4 Opérations unitaires .................................................................................................. 29
5 Ecoulements en charge – régime permanent ................................................................... 30
5.1 Introduction .......................................................................................................................... 30
5.2 Pertes de charge linéaires................................................................................................ 30
5.2.1 Expression générale ................................................................................................... 30
5.2.2 Rugosité absolue et rugosité relative .................................................................. 31

Table des matières 3


HYDRAULIQUE PHY 324

5.2.3 Coefficient de perte de charge – Diagramme de Moody ............................... 31


5.2.3.1 Régime laminaire .................................................................................................... 31
5.2.3.2 Régime turbulent en tuyaux lisses ................................................................... 32
5.2.3.3 Régime turbulent en tuyaux rugueux .............................................................. 32
5.2.3.4 Diagramme universel de Moody ....................................................................... 33
5.2.4 Formules empiriques ................................................................................................ 34
5.2.4.1 Formule de Manning – Strickler ........................................................................ 34
5.2.4.2 Formule de Chézy ................................................................................................... 34
5.2.4.3 Formule de Darcy.................................................................................................... 35
5.3 Pertes de charge singulières ........................................................................................... 35
5.3.1 Expression générale ................................................................................................... 35
5.3.2 Pertes de charge dans les élargissements brusques ...................................... 36
5.3.3 Pertes de charge dans les rétrécissement brusques ...................................... 36
5.3.4 Pertes de charge dans les rétrécissements progressifs ................................ 37
5.3.5 Pertes de charge dans les coudes .......................................................................... 37
5.3.5.1 Coudes arrondis ...................................................................................................... 37
5.3.5.2 Couche à angle vif ................................................................................................... 38
5.3.6 Pertes de charge dans les branchements ........................................................... 38

Table des matières 4


HYDRAULIQUE PHY 324

1 Propriétés physiques des liquides

1.1 Définitions
Les fluides sont des corps sans forme propre, qui peuvent s’écouler, c’est-à-dire
subir de grandes variations de forme sous l’action de forces d’autant plus faibles que
ces variations sont plus lentes. Les liquides et les gaz sont des fluides. La mécanique
des fluides étudie leur équilibre et leurs mouvements.
Les liquides occupent un volume déterminé et ne peuvent subir de traction. Ils
sont peu compressibles. L’hydraulique, pour étudier leurs mouvements ou leur
équilibre, utilise les résultats de la mécanique des fluides.
Les gaz occupent toujours le volume maximum qui leur est offert et sont très
compressibles. On peut cependant, lorsque leur vitesse d’écoulement est faible,
comparée à la vitesse du son, étudier leurs écoulements en les considérant comme
incompressibles.

1.2 Poids et masse


Le langage ordinaire confond parfois les notions de poids et de masse.
Cependant, on sait que du point de vue physique, il s’agit des grandeurs tout à fait
différentes. La masse d’un corps est une caractéristique de la quantité de matière
que ce corps contient, c’est-à-dire de l’inertie que ce corps oppose au mouvement.
Le poids du corps représente l’action que la pesanteur exerce sur lui.

Propriétés physiques des liquides 5


HYDRAULIQUE PHY 324

1.3 Masse spécifique ou masse volumique


La masse spécifique 𝛒 est la masse contenue dans l’unité de volume. Elle a la
dimension 𝐌𝐋−𝟑 . Dans le Système International d’Unité, on l’exprime en 𝐊𝐠⁄𝐦𝟑 .

1.4 Poids spécifique ou poids volumique


̅ est la force d’attraction que la terre exerce sur l’unité de
Le poids spécifique 𝛚
volume, c’est-à-dire le poids de l’unité de volume.
Le poids spécifique et la masse spécifique sont liés par la relation fondamentale :
̅ = 𝛒𝓰
𝛚
Dans le système International, le poids spécifique est exprimé en Newton par
mètre cube : 𝐍⁄𝐦𝟑 .

1.5 Coefficient de viscosité dynamique


Le coefficient de viscosité dynamique 𝛍 est le paramètre qui traduit l’existence
d’efforts tangentiels dans les liquides en mouvement. Si l’on considère deux plaques
de surface 𝐒 distantes de ∆𝐞 et en mouvement à la vitesse relative ∆𝐕, la force
nécessaire pour produire le mouvement est :
∆𝐕
𝐅 = 𝛍𝐒
∆𝐞
𝛍 est de dimension 𝐌𝐋−𝟏 𝐓 −𝟏 . Dans le Système Internationale, on exprime 𝛍 en
Poiseuille (𝐏𝐥). 𝟏 𝐏𝐥 = 𝟏 𝐍. 𝐬. 𝐦−𝟐 . Pour l’eau à 20 °C, 𝛍 = 𝟏𝟎−𝟑 𝐍. 𝐬. 𝐦−𝟐 .
Les deux plaques parallèles peuvent être, dans la pratique, matérialisées par
deux cylindres coaxiaux séparés par un intervalle 𝐞 très petit par rapport aux
rayons des cylindres (Expérience de Couette).

Propriétés physiques des liquides 6


HYDRAULIQUE PHY 324

Ainsi, les deux cylindres sont semblables à deux plaques parallèles qui se
meuvent l’un par rapport à l’autre. On fait tourner le cylindre extérieur et on mesure
le couple 𝚪 nécessaire pour maintenir fixe le cylindre intérieur.
Si la vitesse de rotation est 𝛚, la vitesse tangentielle sera 𝐕 = 𝛚𝐫. Sachant que la
surface latérale du cylindre intérieur est 𝐒 = 𝟐𝛑𝐫𝐡, le couple 𝚪 nécessaire pour
maintenir le cylindre intérieur immobile sera :
𝟐𝛍𝐒𝐕(𝐫 + 𝐞)𝟐 𝐕𝐑
𝚪= 𝟐 𝟐
≈ 𝛍𝐒 𝐬𝐢 𝐞 ≪ 𝐫
(𝐫 + 𝐞) − 𝐫 𝐞

1.6 Pression
La résultante des forces exercées sur une particule fluide au repos est nulle. En
conséquence, la tension sur un élément de surface du fluide est normale à cet
élément, et identique dans toutes les directions, en un point déterminé. C’est la

Propriétés physiques des liquides 7


HYDRAULIQUE PHY 324

pression. Elle est définie comme la force agissant sur l’unité de surface. Elle a la
dimension 𝐌𝐋−𝟏 𝐓 −𝟐 . Dans le Système Internationale, on l’exprime en Pascal (Pa).
𝟏 𝐏𝐚 = 𝟏 𝐍⁄𝐦𝟐 .
La pression 𝐩, mesurée par rapport à la pression atmosphérique est appelée
pression relative. La pression absolue est la somme de la pression relative et de la
pression atmosphérique.
Parfois, en hydraulique, il est commode d’exprimer la pression en hauteur de
colonne de liquide. Considérons par exemple un prisme droit de liquide au repos, à
génératrices verticales, de hauteur h et de surface de base S. La force que le liquide
exerce sur la base du prisme est égale au poids du liquide autrement dit égale à
̅ 𝐒𝐡. La pression (force subie par unité de surface) sera alors 𝐩 = 𝛚
𝛚 ̅ 𝐡. Nous voyons
𝐩
ainsi, qu’à la pression p est associée une hauteur de liquide 𝐡 = ̅𝛚
̅̅
.

̅ = 𝟖𝟎𝟎𝟎 𝐍⁄𝐦𝟑 est soumise à la


Exemple : Une huile de poids spécifique 𝛚
pression de 𝟒𝟎 𝐍⁄𝐜𝐦𝟐 . Exprimer cette pression en colonne de liquide.
Solution : 𝐩 = 𝟒𝟎 𝐍⁄𝐜𝐦𝟐 = 𝟒𝟎𝟎 𝟎𝟎𝟎 𝐍⁄𝐦𝟐 , 𝛚
̅ = 𝟖𝟎𝟎𝟎 𝐍⁄𝐦𝟑
p 400 000
h= = = 𝟓𝟎 𝐦 𝐝𝐞 𝐜𝐨𝐥𝐨𝐧𝐧𝐞 𝐝′ 𝐡𝐮𝐢𝐥𝐞.
ω
̅ 8000
La pression s’exprime en différentes unités.
𝟏 𝐚𝐭𝐦 = 𝟏, 𝟎𝟏𝟑𝟒 𝐛𝐚𝐫 = 𝟏𝟎𝟏𝟑𝟒𝟎 𝐏𝐚 = 𝟕𝟔𝟎 𝐦𝐦𝐇𝐠 = 𝟏𝟎, 𝟑𝟑 𝐦𝐇𝟐 𝐎

1.7 Paramètres géométriques


Nous indiquons les paramètres géométriques les plus utilisés en hydraulique :
o Section mouillée S : Section occupée par l’écoulement.
o Périmètre mouillé P : Périmètre de la section mouillée en contact avec le
liquide écoulé. Dans les écoulements à surface libre, la partie en contact avec
l’air n’entre pas dans le périmètre mouillé.

Propriétés physiques des liquides 8


HYDRAULIQUE PHY 324

𝐒
o Rayon hydraulique 𝐑 𝐇 = : Quotient entre la section mouillée et le
𝐏
périmètre mouillé.
o Diamètre hydraulique 𝐃𝐇 = 𝟒𝐑 𝐇 : Dans les conduites circulaires, le diamètre
hydraulique est le diamètre de la conduite.
Pour les écoulements à surface libre, on définit encore les écoulements
géométriques suivants :
o Largeur superficielle 𝐋 : Largeur de la section mouillée sur la surface libre.
o Hauteur de l’écoulement h : Distance entre le fond du canal et la surface
libre.
𝐒
o Hauteur moyenne 𝐡𝐦 = : Quotient entre la section mouillée et la largeur
𝐋
superficielle.
o Profondeur du centre de gravité : Distance, à la surface libre, du centre de
gravité de la section.

Propriétés physiques des liquides 9


HYDRAULIQUE PHY 324

2 Principes de l’hydraulique

2.1 Continuité et mouvement du fluide


2.1.1 Equation de continuité
Elle exprime la conservation de la masse, c’est-à-dire qu’il ne peut avoir dans le
fluide ni apport extérieur, ni prélèvement de matière du seul fait de l’écoulement.
On décrit l’état d’un fluide en mouvement par la connaissance de la vitesse
⃗⃗⃗⃗
𝐕 = ⃗⃗⃗⃗
𝐕 (𝒙, 𝒚, 𝒛, 𝐭), de la pression 𝐩 = 𝐩(𝒙, 𝒚, 𝒛, 𝐭),de la densité 𝛒 = 𝛒(𝒙, 𝒚, 𝒛, 𝐭) et de
la température 𝐓 = 𝐓(𝒙, 𝒚, 𝒛, 𝐭). L’équation continuité s’exprime :
𝛛𝛒
+ 𝐝𝐢𝐯(𝛒⃗⃗⃗⃗
𝐕)=𝟎
𝛛𝐭
𝓳 = 𝛒⃗⃗⃗⃗
Le vecteur ⃗⃗⃗⃗⃗ 𝐕 dans l’équation de continuité représente la densité de flux
de masse. Sa direction coïncide avec celle du mouvement du fluide, et sa valeur
absolue détermine la quantité de fluide traversant, par unité de temps, l’aire unité
placée perpendiculairement à la vitesse.

2.1.2 Equation d’Euler


L’équation du mouvement ramenée à l’unité de volume d’un fluide parfait est
donnée par :
𝐝⃗⃗⃗⃗
𝐕
𝛒 = − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝐩 + 𝛒⃗⃗⃗⃗⃗
𝓰
𝐝𝐭
Or, on a la relation :
𝐝⃗⃗⃗⃗
𝐕 𝛛⃗⃗⃗⃗
𝐕
= 𝐕 . ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
+ (⃗⃗⃗⃗ 𝐠𝐫𝐚𝐝 )⃗⃗⃗⃗ 𝐕
𝐝𝐭 𝛛𝐭

Principes de l’hydraulique 10
HYDRAULIQUE PHY 324

D’où on obtient :
𝛛⃗⃗⃗⃗
𝐕 𝟏
𝐕 . ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
+ (⃗⃗⃗⃗ 𝐠𝐫𝐚𝐝 )⃗⃗⃗⃗ 𝐕 = − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝐩 + ⃗⃗⃗⃗⃗
𝓰
𝛛𝐭 𝛒
C’est l’équation d’Euler dans un champ de pesanteur ⃗⃗⃗⃗
ℊ.

2.2 Propriétés générales des fluides


2.2.1 Fluidité
Le fluide est caractérisé par le fait que ses molécules sont très mobiles les unes
par rapport aux autres ; elles se déplacent sous l’action des faibles efforts, de sorte
qu’à l’encontre des solides, un fluide n’offre en principe aucune résistance aux
déformations. En particulier, il épouse sans résistance la forme du récipient qui le
contient. Cette caractéristique définit la fluidité.

2.2.2 Viscosité
Les fluides naturels sont constitués par des molécules présentant une adhérence
entre elles, ce qui tend à gêner leurs mouvements relatifs, constituant ce qu’on
appelle la viscosité. La viscosité provoque une dissipation d’énergie cinétique de la
masse de fluide en mouvement sous forme de chaleur. Cette dissipation d’énergie
est d’autant plus accentuée que la vitesse de déformation du fluide est plus
considérable.

2.2.3 Isotropie
Un liquide parfait est supposé dénué de frottement. L’isotropie suppose les
mêmes propriétés dans toutes les directions.

Principes de l’hydraulique 11
HYDRAULIQUE PHY 324

2.2.4 Compressibilité
La compressibilité volumique est le rapport entre la variation de pression et la
variation du volume qu’elle provoque :
𝓿𝐝𝐩
𝐊=
𝐝𝓿
Pour l’eau, à la température ordinaire, 𝐊 = 𝟐𝟎 𝟎𝟎𝟎 𝐛𝐚𝐫𝐬, ce qui signifie qu’une
1
augmentation de pression de 1 bar entraîne une diminution de volume de .
20 000
𝟏
Parfois on utilise le terme module de compressibilité, .
𝐊
Il faut aussi noter que dans un liquide de fluidité parfaite, en équilibre ou en
mouvement, la pression en un point est la même dans toutes les directions autour
de ce point.

2.3 Hydrostatique
Il s’agit ici de l’étude des fluides au repos. On admet que la viscosité est nulle, et
on considère que le fluide est parfait.

2.3.1 Equation générale


On part de l’équation du mouvement du fluide dans un champ de pesanteur
uniforme déduite par Euler :
∂⃗⃗⃗⃗
V 1
V . ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
+ (⃗⃗⃗⃗ grad )⃗⃗⃗⃗ V = − ⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
grad p + ⃗⃗⃗⃗⃗

∂t ρ
𝐕 = ⃗⃗⃗⃗
Pour un fluide au repos, ⃗⃗⃗⃗ 𝟎 , cette équation devient :
⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐠𝐫𝐚𝐝 𝐩 = 𝛒⃗⃗⃗⃗⃗
𝓰
Remarquons qu’en statique, le temps n’intervient pas dans la variation de la
pression, si bien que la différence totale de pression ne dépend que de 𝑥, 𝑦 et 𝑧.

Principes de l’hydraulique 12
HYDRAULIQUE PHY 324

Pour un fluide de densité constante, on a :


𝛛𝐩 𝛛𝐩 𝛛𝐩
= =𝟎; = −𝛒𝓰 avec ⃗⃗⃗⃗⃗
𝓰 = −𝓰⃗⃗⃗⃗⃗⃗⃗
𝐞𝒛
𝛛𝒙 𝛛𝒚 𝛛𝒛
Il ressort que :
𝐩 = −𝛒𝓰𝒛 + 𝐜 𝐭𝐞
Si le fluide au repos a une surface libre à la hauteur h à laquelle est appliquée
une pression extérieure p0 , la même en tous les points, cette surface doit être un
plan horizontal 𝑧 = h. De la condition p = p0 pour 𝑧 = h, on déduit que
𝐂𝐭𝐞 = 𝐩𝟎 + 𝛒𝓰𝐡, ce qui donne :
𝐩 = 𝐩𝟎 + 𝛒𝓰(𝐡 − 𝒛)

2.3.2 Cas d’un fluide soumis à la seule action de la pesanteur


On part de l’équation fondamentale de la statique des fluides :
∂p ∂p ∂p
= =0; = −ρℊ ⇒ dp = −ρℊd𝑧. Soit ∶
∂𝑥 ∂𝑦 ∂𝑧
̅ 𝐝𝒛 = 𝟎
𝐝𝐩 + 𝛚
En intégrant cette équation dans le cas où ρ = Cte , donc ω
̅ = Cte , on trouve :
𝐩
𝒛+ = 𝐂𝐭𝐞 = 𝐇𝐚𝐮𝐭𝐞𝐮𝐫 𝐩𝐢é𝐳𝐨𝐦é𝐭𝐫𝐢𝐪𝐮𝐞 = 𝐇
̅
𝛚
Pour les fluides incompressibles, partant de l’équation ci-dessus intégrée entre
deux côtes 𝑧0 et 𝑧1 auxquelles correspondent les pressions p0 et p1 , on arriverait à :
p p0 p1
𝑧+ = Cte ⇒ 𝑧0 + = 𝑧1 + . Soit ∶
ω
̅ ω
̅ ω̅
𝐩𝟏 − 𝐩𝟎 = −𝛚̅ ( 𝒛𝟏 − 𝒛𝟎 )
La différence de pression entre deux points d’une masse de liquide au repos est
égale au poids d’une colonne de ce liquide ayant pour base l’unité de section et pour
hauteur la différence de niveau des deux points considérés.

Principes de l’hydraulique 13
HYDRAULIQUE PHY 324

3 Energie des écoulements – Théorème de


Bernoulli

3.1 Introduction
L’hydraulique est une branche de la physique qui a pour objectif l’étude des
liquides en mouvement.
Si un liquide s’écoule en contact avec l’atmosphère, on dit qu’il y a écoulement à
surface libre. Tel est le cas d’un canal, par exemple. Si l’écoulement s’opère dans un
tuyau fermé, occupant toute la section du tuyau, et, en général, à des pressions
différentes de la pression atmosphérique, on dit qu’il y a écoulement en charge. Tel
est le cas de l’écoulement dans les conduites. Si le liquide s’écoule à travers un
milieu poreux, en toute rigueur, l’écoulement n’est ni en charge ni à surface libre ; on
dit alors qu’il y a écoulement en milieu poreux ou écoulement de filtration : C’est ce
qui se passe dans les nappes aquifères. Comme variantes des types d’écoulement
indiqués, existent les écoulements par les orifices, les écoulements en déversions,
etc.
Par rapport à la variable temps, si les caractéristiques de l’écoulement en
chaque point sont indépendantes du temps, on a un régime permanent ; dans le cas
contraire, on a un régime variable.
La mécanique des fluides constitue la base théorique de l’hydraulique. Les
écoulements réels sont, cependant, très réfractaires à l’analyse théorique. Il en
résulte que la science hydraulique conserve encore une certaine dose d’empirisme

Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli 14


HYDRAULIQUE PHY 324

et que le recours à l’expérience est fondamental. C’est pourquoi dans toute


formulation théorique, il est indispensable d’avoir présentes à l’esprit des
hypothèses de départ.

3.2 Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli


3.2.1 Types d’énergie
L’énergie (ou travail) 𝐖 est définie, en mécanique, comme le produit d’une force
par un déplacement. Ses dimensions sont donc 𝐌𝐋𝟐 𝐓 −𝟐 . L’unité d’énergie dans le
Système International est le Joule (𝐉).
Dans les problèmes d’hydraulique, l’énergie est en général rapportée à l’unité de
poids et est désignée d’une manière simplifiée par charge 𝐄 qui a en conséquence la
dimension d’une longueur. Dans le Système International, elle s’exprime en mètre.
Si la particule est animée d’une vitesse 𝐕, son énergie cinétique est :
𝟏
𝐖𝐂 = 𝐦𝐕 𝟐
𝟐
L’énergie cinétique par unité de poids sera alors :
𝐖𝐂 𝟏 𝐦𝐕 𝟐 𝟏 𝛒𝐕 𝟐 𝐕 𝟐
𝐄𝐂 = = = =
̅𝓿
𝛚 ̅𝓿
𝟐 𝛚 𝟐 𝛚̅ 𝟐𝓰
On rappelle que l’énergie potentielle de l’unité de poids est 𝒛 et que l’énergie
𝐩
potentielle de pression est . Autrement dit, une particule de liquide animée d’une
̅
𝛚
vitesse V sujette à une pression p et placée à une côte 𝑧 au-dessus d’un plan
horizontal de référence, a, par unité de poids, les types d’énergie regroupés dans le
tableau suivant qui, parce qu’elles ont les dimensions d’une longueur, s’appellent
également hauteurs.

Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli 15


HYDRAULIQUE PHY 324

L’énergie totale par unité de poids sera alors :


𝐩 𝐕𝟐
𝐄=𝒛+ +
̅ 𝟐𝓰
𝛚
La hauteur piézométrique représente la hauteur d’une colonne de liquide
capable, par son poids, d’engendrer la pression p.
La hauteur cinétique représente la hauteur 𝐡 dont un élément de fluide doit
tomber en chute libre, dans le vide, pour atteindre la vitesse V.

3.2.2 Energie d’une particule le long de sa trajectoire


Dans le cas d’un fluide incompressible en régime permanent, si l’on admet que
les forces de frottement sont négligeables, la charge totale d’une particule est
constante au long de sa trajectoire.
𝐩 𝐕𝟐
𝒛+ + = 𝐂𝐨𝐧𝐬𝐭𝐚𝐧𝐭𝐞
̅ 𝟐𝓰
𝛚
Comme le montre l’énoncé même, le théorème de Bernoulli résulte directement
du principe de conservation d’énergie : S’il n’y a pas de frottement, la particule se
déplace sans perte d’énergie.

Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli 16


HYDRAULIQUE PHY 324

3.2.3 Ligne d’énergie et ligne piézométrique


Soit une ligne de courant de régime permanent. En chaque point de cette ligne
de courant situé à une côte 𝑧 au-dessus d’un point de repère, les différentes
particules qui occupent successivement ce point sont sujettes à une pression p et
sont animées d’une vitesse V, à laquelle correspondent les conditions énergétiques
suivantes :
o Charge statique ou piézométrique :
𝐩
𝐄𝐒 = 𝒛 +
̅
𝛚
o Charge dynamique ou cinétique :
𝐕𝟐
𝐄𝐂 =
𝟐𝓰
o Charge totale :
𝐩 𝐕𝟐
𝐄=𝒛+ +
̅ 𝟐𝓰
𝛚

3.2.4 Energie ou charge dans une section de l’écoulement


On peut définir la charge totale non seulement en un point d’une ligne de
courant, mais encore dans une section droite d’un écoulement, à condition que les
lignes de courant aient une courbure très petite, de manière qu’elles puissent être
p
considérées comme sensiblement rectilignes ou parallèles. La charge statique 𝑧 + ̅ω
̅̅

dans ce cas, a la même valeur pour toute la section droite.


La vitesse V peut cependant varier d’un point à l’autre de la section droite.
Si l’on fait intervenir la vitesse moyenne 𝐔 au lieu des vitesses ponctuelles V des
particules, on introduit un facteur de correction de l’énergie cinétique 𝛂 appelé
coefficient de Coriolis qui émane de la relation entre l’énergie cinétique réelle de

Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli 17


HYDRAULIQUE PHY 324

l’écoulement et l’énergie cinétique d’un écoulement fictif où toutes les particules se


déplaceraient à la vitesse moyenne U.
La charge totale dans une section droite sera :
𝐩 𝐔𝟐
𝐄=𝒛+ +𝛂
̅
𝛚 𝟐𝓰
On définit la ligne de charge et la ligne piézométrique relative ou absolue
suivant que l’on considère la pression relative ou la pression absolue.

Dans la figure ci-dessus, la ligne de charge ou ligne d’énergie est éloignée de la


ligne piézométrique d’une longueur mesurée sur la verticale égale à la charge
cinétique. S’il n’y a pas de perte de charge, la ligne d’énergie est horizontale. S’il y a
perte de charge, la ligne d’énergie descend toujours le long de l’écoulement.
La puissance cinétique qui traverse la surface S de l’écoulement est définie par :
𝛒𝐕 𝟐 𝛒
𝓟𝐂 = ∫ 𝐕𝐝𝐒 = ∫ 𝐕 𝟑 𝐝𝐒
𝐒 𝟐 𝟐 𝐒

Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli 18


HYDRAULIQUE PHY 324

La puissance cinétique résultante du fait que l’on considère la vitesse moyenne


U est :
𝛒𝐔 𝟐 𝛒 𝛒𝐔 𝟑 𝐒
𝓟𝐂 ′ = ∫ 𝐔𝐝𝐒 = ∫ 𝐔 𝟑 𝐝𝐒 =
𝐒 𝟐 𝟐 𝐒 𝟐
L’expression mathématique du coefficient α est :
𝓟𝐂 𝟏
𝛂= = ∫ 𝐕 𝟑 𝐝𝐒
𝓟𝐂 ′ 𝐔 𝟑 𝐒 𝐒
Exercice d’application : Déterminer la charge cinétique d’un écoulement
laminaire dans un tuyau de section circulaire et dont la distribution de vitesse est
donnée par :
r 2
V = 2U [1 − ( ) ] , r0 étant le rayon moyen du tuyau.
r0
Solution : Nous savons que :
3
αU2 1 3
1 r 2
EC = , or α = 3 ∫ V dS = 3 ∫ {2U [1 − ( ) ]} dS . On a dS = rdrdθ
2ℊ U S S U S S r0
r0 2π r0
3 2 3 2 3
8U r 16π r0 8r r2
⇒ α = 3 ∫ r (1 − 2 ) dr × ∫ dθ = − ∫ − 2 (1 − 2 ) dr
U S r0 8S r0 r0
0 0 0
r0
4
2π r0 2 r2 2π r0 2
=− (1 − 2 ) = . Or, S = π r0 2 ⇒ α = 2. D′ où ∶
S r0 S
[ ]0
𝐔𝟐
𝐄𝐂 =
𝓰

Energie des écoulements – Théorème de Bernoulli 19


HYDRAULIQUE PHY 324

4 Opération solide – fluide et


caractérisation des solides divisés

4.1 Introduction
L’état solide est un état dans lequel les molécules se touchent et sont fortement
liées, mais n’ont pas de grands mouvements. Un solide ne s’écoule presque pas. Il y a
dans la nature un autre état solide, c’est l’état granulaire, ou l’état de poudre appelé
solide divisé. C’est un solide qu’on retrouve très souvent, par exemple la farine, le
ciment, le tas de sable, le sucre en poudre, la latérite (sol de couleur rouge résultant
de la décomposition des roches). Ce sont des solides à l’état de petits grains qui
peuvent être plus ou moins animés de mouvements, plus ou moins bloqués, plus ou
moins espacés. L’interaction de ce type de solides et des fluides donne lieu aux
opérations solide – fluide comme la filtration, la décantation, la fluidisation, la
centrifugation, etc.

4.2 Granulométrie des solides divisés


Les molécules ont des tailles de l’ordre du nanomètre, c’est-à-dire du
milliardième de mètre, alors que les grains de sable par exemple sont de la taille de
la fraction de millimètre. La granulométrie est l’analyse de la taille et de la forme des
particules solides.
La taille des particules est sans doute le paramètre le plus recherché d’une
poudre, tant pour la prédiction de son comportement que pour le calcul des

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 20


HYDRAULIQUE PHY 324

opérations qui la mettent en œuvre : stockage, écoulement, séparation, fluidisation,


échange thermique, réaction chimique, dispersion, dissolution, etc. Et pourtant, que
signifie la taille d’une poudre ?
Pour une particule de forme sphérique, une et une seule grandeur, en
l’occurrence son diamètre peut représenter sa taille. Cette dernière permet par
ailleurs d’en déterminer rigoureusement toutes les autres caractéristiques
géométriques (surface, volume, surface sphérique, etc.).
La taille d’un cube est donnée par la longueur de l’arête. Celle d’un cylindre est
donnée par deux paramètres qui sont le diamètre de section et la longueur ou la
hauteur. En fait, le nombre de paramètres nécessaires à la description de la taille
d’une particule augmente avec la complexité de forme de celle – ci.
La petitesse des dimensions des particules qui composent les solides divisés,
entraîne qu’on assimile ces particules à des sphères équivalentes sur le terrain et
dans la pratique.

4.2.1 Diamètre équivalent


Comme les particules qui composent les solides divisés sont assimilables à des
sphères, dans le cadre de ce cours, on va distinguer trois types de diamètres
équivalents : le diamètre équivalent en volume, le diamètre équivalent en surface et
le diamètre équivalent en surface sphérique.

4.2.2 Diamètre équivalent en volume


C’est le diamètre d’une sphère équivalente qui aurait le même volume que celui
de la particule de solide divisé considérée.
Exemple : Pour un cube d’arrête 𝑎, le volume de ce cube est 𝓿 = 𝒂𝟑 . La sphère
équivalente en volume devrait avoir un diamètre équivalent en volume 𝓭𝓿 tel que :

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 21


HYDRAULIQUE PHY 324

𝟒 𝟒 𝓭𝓿 𝟑 𝛑
𝓿 = 𝛑𝐑 = 𝛑 ( ) = 𝓭𝓿 𝟑
𝟑
𝟑 𝟑 𝟐 𝟔
La relation entre 𝒹𝓋 et 𝑎 est donc donnée par :

π 𝟑 𝟔
𝒹𝓋 3 = 𝑎3 ⇒ 𝓭𝓿 = 𝒂 √
6 𝛑

4.2.3 Diamètre équivalent en surface


C’est le diamètre d’une sphère équivalente qui aurait la même surface que celle
de la particule de solide divisé considérée.
Exemple : Pour un cube d’arête 𝑎, la surface de ce cube est telle que 𝐒 = 𝟔𝒂𝟐 . La
sphère équivalente en surface devrait avoir un diamètre équivalent en surface 𝓭𝐒 tel
que :
𝓭𝐒 𝟐
𝟐
𝐒 = 𝟒𝛑𝐑 = 𝟒𝛑 ( ) = 𝛑𝓭𝐒 𝟐
𝟐
La relation entre 𝒹S et 𝑎 est donc donnée par :

𝟔
π𝒹S 2 = 6𝑎2 ⇒ 𝓭𝐒 = 𝒂𝟐 √
𝛑

4.2.4 Diamètre équivalent en surface spécifique


C’est un diamètre défini sur la base des deux premiers. Pour une configuration
géométrique donnée d’un solide divisé, le diamètre équivalent en surface spécifique
𝒹S𝓋 est défini par :
𝓭𝓿 𝟑
𝓭𝐒𝓿 =
𝓭𝐒 𝟐

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 22


HYDRAULIQUE PHY 324

4.3 Opération solide – fluide


Un solide se présente sous la forme suivante :

La masse volumique apparente est une grandeur utilisée essentiellement avec


des substances se présentant sous forme de granule. Elle est définie par :
𝐦𝐦𝐚𝐭
𝛒𝐚 =
𝐕𝐚
Où mmat est la masse de matériau et Va le volume apparent de l’ensemble des
grains.
La masse volumique réelle est le rapport entre la masse de matériau et le
volume réel des grains :
𝐦𝐦𝐚𝐭
𝛒𝐫 =
𝐕𝐫
Où Vr le volume du matériau.

4.3.1 Caractéristique des milieux poreux


Les milieux poreux naturels sont essentiellement les alluvions constituées par
du matériau granuleux, ou bien par des roches compactes fissurées. Les milieux

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 23


HYDRAULIQUE PHY 324

poreux artificiels sont des remblais, dont les plus importants sont les barrages en
terre. Dans l’étude des écoulements en milieux poreux, l’interaction des deux phases
à savoir liquide et solide relève davantage de la mécanique des sols.
Un milieu poreux constitué par du matériau granuleux est caractérisé, du point
de vue géométrique par :
o L’indice du vide 𝓮 : C’est le rapport entre le volume des pores 𝐕𝐩 et le volume
des grains 𝐕𝐠 :
𝐕𝐩
𝓮=
𝐕𝐠
o La porosité relative ou porosité totale 𝓷 : C’est le rapport entre le volume
des pores et le volume total 𝐕𝐭 = 𝐕𝐩 + 𝐕𝐠 :
𝐕𝐩
𝓷=
𝐕𝐭
o Le coefficient de saturation : C’est le rapport entre le volume occupé par le
liquide Vℓ et le volume des pores :
𝐕𝓵
𝛔=
𝐕𝐩
o La porosité effective ou porosité cinématique : C’est le rapport entre le
volume qui peut être occupé par le liquide en circulation 𝐕𝐜 et le volume
total :
𝐕𝐜
𝓷𝐞 =
𝐕𝐭
On constate les relations suivantes :
𝓷 𝓮
𝓮= ; 𝓷=
𝟏−𝓷 𝟏+𝓮

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 24


HYDRAULIQUE PHY 324

4.3.2 Perte de charge hydraulique


Considérons un tube de longueur L, plein d’un matériau poreux (granuleux),
reliant deux récipients d’un niveau constant Z1 en amont et Z2 en aval.

La charge encore appelée potentiel piézométrique est définie par :


𝐩
𝐡=𝒛+
𝛒𝐠
Etant donné que la vitesse de l’écoulement U est faible à cause de la présence du
matériau granuleux dans le tube, la perte d’énergie entre les niveaux 1 et 2 est :
∆𝐄𝟏𝟐 = 𝐙𝟏 − 𝐙𝟐 = ∆𝐙
La perte de charge par unité de longueur est définie par :
∆𝐄
𝓲=
𝐋
Il existe un nombre sans dimension caractéristique de chaque type
d’écoulement appelé nombre de Reynolds, noté 𝐑 𝐞 . Pour le cas présent, il est défini
par :
𝐔𝓭
𝐑𝐞 =
𝛎

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 25


HYDRAULIQUE PHY 324

Où 𝛎 est la viscosité cinématique du fluide, en 𝐦𝟐 ⁄𝐬, 𝓭 est le diamètre


caractéristique traduisant le fait que l’écoulement a lieu en milieu poreux. Le
diamètre 𝒹 résulte de la forme des grains et de leur disposition. La définition de 𝒹
est imprécise.
Une autre définition de la perte de charge est la suivante :
𝒂𝛎 𝐔 𝟐𝓰𝓭𝟐
𝓲= 𝐔= avec 𝐊 =
𝟐𝓰𝓭𝟐 𝐊 𝒂𝛎
Où 𝐊 est la conductivité hydraulique, en 𝐦⁄𝐬. C’est une mesure de la
perméabilité du milieu. 𝒂 est une constante sans dimension qui dépend du type de
milieu poreux, 𝓰 est l’accélération de la pesanteur.

4.3.3 Conductivité hydraulique


4.3.3.1 Sols homogènes
La conductivité hydraulique K ou perméabilité du milieu poreux dépend de la
viscosité cinématique ν du liquide et aussi du milieu poreux par l’intermédiaire de la
perméabilité intrinsèque ou géométrique définie par :
𝓭𝟐
𝐊𝟎 = en 𝐦𝟐
𝒂
On alors :
𝟐𝓰
𝐊= 𝐊
𝛎 𝟎

4.3.3.2 Milieu poreux stratifié


Considérons un système stratifié composé de n couches de matériaux poreux
différents. Soit 𝐛𝐢 l’épaisseur de la couche i et 𝐊 𝐢 sa conductivité hydraulique.

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 26


HYDRAULIQUE PHY 324

4.3.3.2.1 Cas où l’écoulement s’opère suivant la verticale

𝐪 est le débit par unité de surface qui traverse en série les différentes couches.
Soit ∆𝐡𝐢 la perte de charge dans la couche i :
∆𝐡𝐢
𝐪 = 𝐊𝐢
𝐛𝐢
∆h est la perte de charge totale entre la surface libre (niveau 1) et le fond de la
dernière couche (niveau 2) :
𝐧 𝐧
𝐛𝐢
∆𝐡 = ∑ ∆𝐡𝐢 = 𝐪 ∑ ( )
𝐊𝐢
𝐢=𝟏 𝐢=𝟏

Si les n milieux pouvaient être remplacés par un seul milieu poreux, ce dernier
serait équivalent aux n couches stratifiées s’il est traversé par un débit q et s’il
impose une perte de charge ∆h, son épaisseur étant égale à la somme des épaisseurs
des n couches.
Soit 𝐊 𝐕 la conductivité hydraulique de ce milieu équivalent :

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 27


HYDRAULIQUE PHY 324

𝐧
∆𝐡 ∆𝐡
𝐪 = 𝐊𝐕 𝐧 = 𝐊𝐕 avec 𝐋 = ∑ 𝐛𝐢
∑𝐢=𝟏 𝐛𝐢 𝐋
𝐢=𝟏

4.3.3.2.2 Cas où l’écoulement s’opère suivant l’horizontale

L’écoulement s’opère dans chaque couche i avec un débit par unité de surface
qi :
𝐧 𝐧
∆𝐡 ∆𝐡
𝐪 = ∑ 𝐪𝐢 = ∑ 𝐛𝐢 𝐊 𝐢 = 𝐋𝟎 𝐊 𝐇
𝐋 𝐋
𝐢=𝟏 𝐢=𝟏

Le milieu poreux équivalent aux n couches est celui qui aurait une épaisseur L0
égale à la somme des épaisseurs des couches et serait traversé par le même débit
initial q avec une conductivité hydraulique K H .
Il se trouve que pendant que le fluide s’écoule dans un milieu poreux, plusieurs
autres phénomènes peuvent se manifester comme la filtration, la décantation, la
centrifugation, la fluidisation, etc.

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 28


HYDRAULIQUE PHY 324

4.3.4 Opérations unitaires


On distingue :
o La filtration : C’est le passage d’un fluide au travers d’un corps poreux pour
isoler toutes les particules en suspension.
o La décantation : C’est une opération qui se manifeste par le dépôt de
particules non solubles et au transvasement d’un liquide.
o La centrifugation : C’est un procédé de séparation des composantes d’un
mélange en fonction de leur différence de densité en les soumettant à une
force centrifuge.
o La fluidisation : C’est un processus par lequel une substance granulaire est
soumise à un fluide dont la charge va se déposer sur ledit matériau.

Opération solide – fluide et caractérisation des solides divisés 29


HYDRAULIQUE PHY 324

5 Ecoulements en charge – régime


permanent

5.1 Introduction
Un écoulement en charge est un mouvement du fluide qui s’opère dans une
conduite fermée. Il s’agit d’un écoulement confiné.

5.2 Pertes de charge linéaires


5.2.1 Expression générale
Les écoulements en charge, dans les conduites circulaires rectilignes sont régis
par l’équation :
𝐋 𝐔𝟐
∆𝐇 = 𝛌
𝐃 𝟐𝓰
o ∆𝐇 est la perte de charge ou la perte d’énergie, mesurée en hauteur de
liquide par unité de poids écoulé.
o 𝛌 est le coefficient de perte de charge ou facteur de résistance. C’est une
𝛆
fonction du nombre de Reynolds R e , et de la rugosité relative où 𝛆 est la
𝐃
rugosité absolue de la conduite.
o 𝐃 est le diamètre hydraulique de la section qui, dans le cas de conduites
circulaires, coïncide avec le diamètre géométrique.
o 𝐋 est la longueur de la conduite.

Ecoulements en charge – régime permanent 30


HYDRAULIQUE PHY 324

La perte de charge dans une conduite de longueur unitaire, ou perte de charge


linéaire, sera représentée par 𝓲 :
∆𝐇 𝐔𝟐 𝟏
𝓲= =𝛌 = 𝒂𝐐𝟐 où 𝒂 = 𝛌
𝐋 𝟐𝓰𝐃 𝟐𝓰𝐃𝐒𝟐
𝐐 est le débit volumique. 𝑎 a la dimension 𝐋−𝟔 𝐓 𝟐 .
Dans le cas d’une conduite circulaire, on a :
𝟖
𝒂=𝛌
𝓰𝛑𝟐 𝐃𝟐

5.2.2 Rugosité absolue et rugosité relative


o Dans les conduites en béton, la valeur de la rugosité absolue dépend
essentiellement de la finition, ainsi que de la fréquence et de l’alignement
des joints.
o Dans les conduites métalliques soudées, la valeur de la rugosité absolue
dépend principalement du type et du mode d’application du revêtement.
o Dans les conduites métalliques rivées, le revêtement n’a qu’une importance
secondaire ; le facteur principal est le procédé de rivetage (nombre et
écartement des files longitudinales et transversales de rivets).
o Dans les conduites en bois, c’est surtout l’alignement des joints qui importe.
Lorsque la rugosité d’une paroi est plus faible que son épaisseur, la nature de la
rugosité n’a pas d’influence sur l’écoulement : On dit que l’écoulement a lieu en
tuyau lisse.

5.2.3 Coefficient de perte de charge – Diagramme de Moody


5.2.3.1 Régime laminaire
Dans le cas du régime laminaire, λ est indépendant de la rugosité relative ; il est
uniquement fonction du nombre de Reynolds et est donné par l’expression :

Ecoulements en charge – régime permanent 31


HYDRAULIQUE PHY 324

𝟔𝟒
𝛌=
𝐑𝐞
Dans un diagramme logarithmique, cette expression est représentée par une
droite, appelée droite de Poiseuille.
Si on remplace la valeur de λ dans l’équation donnant la perte de charge linéaire
𝒾, on obtient la formule de Poiseuille, valable pour un fluide quelconque qui, en
régime laminaire s’écoule dans des tuyaux circulaires :
𝟑𝟐 𝛎𝐔 𝛎𝐔 𝛎𝐐
𝓲= = 𝟑, 𝟐𝟔 = 𝟒, 𝟏𝟓
𝓰 𝐃𝟐 𝐃𝟐 𝐃𝟒

5.2.3.2 Régime turbulent en tuyaux lisses


Dans le cas du régime turbulent en tuyaux lisses, il existe diverses expressions
qui traduisent la valeur de λ.
o Equation de Karman – Prandtl :
𝟏
= 𝟐 𝐥𝐨𝐠 𝐑 𝐞 √𝛌 − 𝟎, 𝟖
√𝛌
o Equation de Nikuradse (𝐑 𝐞 > 𝟏𝟎𝟓 ) :
𝟎, 𝟐𝟐𝟏
𝛌= + 𝟎, 𝟎𝟎𝟑𝟐
𝐑 𝐞 𝟎,𝟐𝟑𝟕
o Equation de Blasius :
𝟎, 𝟑𝟏𝟔𝟒
𝛌=
𝐑 𝐞 𝟎,𝟐𝟓

5.2.3.3 Régime turbulent en tuyaux rugueux


o Formule de Karman – Prandtl (1935) :
𝟏 𝐃
= 𝟐 𝐥𝐨𝐠 + 𝟏, 𝟕𝟒
𝛌 𝟐𝛆
o Formule de Colebrook et White :

Ecoulements en charge – régime permanent 32


HYDRAULIQUE PHY 324

𝟏 𝛆 𝟐, 𝟓𝟏
= − 𝐥𝐨𝐠 ( + )
√𝛌 𝟑, 𝟕𝐃 𝐑 𝐞 √𝛌

5.2.3.4 Diagramme universel de Moody


En se fondant sur les expériences de Nikuradse, sur l’analyse mathématique de
Prandtl et Karman, sur les observations de Colebrook et White (1939) et sur un
grand nombre d’expériences sur les conduites industrielles, Moody a établi un
diagramme logarithmique, où λ est donnée en fonction du nombre de Reynolds et de
ε
la rugosité relative . Ce diagramme est désigné par diagramme universel de
D
Moody.

Ecoulements en charge – régime permanent 33


HYDRAULIQUE PHY 324

5.2.4 Formules empiriques


5.2.4.1 Formule de Manning – Strickler
Cette formule, désignée en Amérique par formule de Manning et en Europe par
formule de Strickler est donnée par :
𝟐 𝟏 𝐔𝟐
𝐔 = 𝐊 𝐒 𝐑 𝐇 𝟑 𝓲 𝟐 ou 𝓲 = 𝟒
𝐊𝐒 𝟐 𝐑𝐇 𝟑
𝐑 𝐇 est le rayon hydraulique, 𝐊 𝐒 est le coefficient de rugosité de Strickler, ce
coefficient est d’autant plus grand que le tuyau est lisse. La dimension de K S est
𝟏
𝐋 𝟑 𝐓 −𝟏 .
On peut également écrire :
𝟔, 𝟑𝟓 𝟏𝟎, 𝟑
𝓲 = 𝐛𝐔 𝟐 = 𝒂𝐐𝟐 où 𝐛 = 𝟒 et 𝒂 = 𝟏𝟔
𝐊 𝐒 𝟐 𝐃𝐇 𝟑 𝐊 𝐒 𝟐 𝐃𝐇 𝟑

5.2.4.2 Formule de Chézy


Cette formule, établie d’abord pour l’écoulement en canaux, a été généralisée
aux conduites en charge :
𝐔𝟐 𝐐𝟐
𝐔 = 𝐂√𝐑 𝐇 𝓲 ou 𝓲 = =
𝐂𝟐 𝐑 𝐇 𝐂𝟐 𝐑 𝐇 𝐒𝟐
Où 𝐑 𝐇 est le rayon hydraulique et 𝐂 est le coefficient de Chézy qui a la dimension
𝟏
𝐋 𝟐 𝐓 −𝟏 .
Le coefficient de résistance λ, le coefficient de Strickler K S , et le coefficient de
Chézy C sont liés par les expressions :
𝟏 𝟖𝓰
𝐂 = 𝐊𝐒 𝐑𝐇 𝟔 ; 𝛌 =
𝐂𝟐
On peut aussi ajouter les formules de Bazin et Kutter :

Ecoulements en charge – régime permanent 34


HYDRAULIQUE PHY 324

𝟐 𝟐
𝟐𝐊 𝐁 𝟐𝐊 𝐊
𝛌 = 𝟎, 𝟎𝟏𝟎𝟑𝟕 (𝟏 + ) ; 𝛌 = 𝟎, 𝟎𝟎𝟕𝟖𝟓 (𝟏 + )
√ 𝐃𝐇 √𝐃𝐇
𝟖𝟕√𝐑 𝐇 𝟏𝟎𝟎√𝐑 𝐇
𝐂= ; 𝐂=
𝐊 𝐁 + √𝐑 𝐇 𝐊 𝐊 + √𝐑 𝐇
Les constantes 𝐊 𝐁 et 𝐊 𝐊 caractérisent la rugosité des parois.

5.2.4.3 Formule de Darcy


La formule de Darcy établie pour les conduites en fonte s’écrit :
𝟒
𝓲= 𝐛𝐔 𝟐
𝐃𝐇
Où b, pour les tuyaux en fonte, en service, a la valeur :
𝐛′
′ −𝟑
𝟏𝟎−𝟑
𝐛=𝒂 + = 𝟎, 𝟓𝟎𝟕 × 𝟏𝟎 + 𝟎, 𝟎𝟏𝟐𝟗𝟒 ×
𝐃𝐇 𝐃𝐇

5.3 Pertes de charge singulières


5.3.1 Expression générale
Les pertes de charge singulières sont des pertes d’énergie mécanique créées
dans le fluide quand celui – ci s’écoule à travers des singularités présentées par des
conduites.
Les pertes de charge singulières en régime turbulent sont telles que :
𝐔𝟐 𝟏
∆𝐇 = 𝐊 = 𝐛𝐊𝐐𝟐 avec 𝐛 =
𝟐𝓰 𝟐𝓰𝐒𝟐
Où 𝐐 est le débit volumique, 𝐒 est la section, 𝐔 est la vitesse moyenne de débit et
𝐊 est le coefficient de perte de charge singulière.

Ecoulements en charge – régime permanent 35


HYDRAULIQUE PHY 324

5.3.2 Pertes de charge dans les élargissements brusques

𝐔𝟏 et 𝐔𝟐 sont des vitesses moyennes (vitesses de débits) ou vitesses uniformes


dans leurs sections :
(𝐔 𝟏 − 𝐔 𝟐 )𝟐
∆𝐇 =
𝟐𝓰
La conservation de débit impose que :
𝐒𝟏 𝐒𝟏
𝐔𝟏 𝐒𝟏 = 𝐔𝟐 𝐒𝟐 ⇒ 𝐔𝟐 = 𝐔𝟏 = 𝐔𝟏 𝛈 avec 𝛈 =
𝐒𝟐 𝐒𝟐
On a ainsi :
𝐔𝟏 𝟐 𝟐
𝐔𝟏 𝟐
∆𝐇 = (𝟏 − 𝛈 ) = 𝐊 avec 𝐊 = (𝟏 − 𝛈)𝟐
𝟐𝓰 𝟐𝓰

5.3.3 Pertes de charge dans les rétrécissement brusques

A partir de la formule précédente, l’élargissement entre σ et S2 donne :


(𝐔 − 𝐔 𝟐 )𝟐 𝐔 𝟐 𝟐 𝐔 𝟐
∆𝐇 = = ( − 𝟏)
𝟐𝓰 𝟐𝓰 𝐔𝟐

Ecoulements en charge – régime permanent 36


HYDRAULIQUE PHY 324

𝟐
U S2 𝐔𝟐 𝟐 𝐒𝟐
Or, Uσ = U2 S2 ⇒ = ⇒ ∆𝐇 = ( − 𝟏)
U2 σ 𝟐𝓰 𝛔
𝛔
On pose le coefficient de contraction 𝐂𝐂 = ∶
𝐒𝟐
𝟐 𝟐
𝐔𝟐 𝟐 𝟏 𝐔𝟐 𝟐 𝟏
∆𝐇 = ( − 𝟏) = 𝕵 avec 𝕵 = ( − 𝟏)
𝟐𝓰 𝐂𝐂 𝟐𝓰 𝐂𝐂

5.3.4 Pertes de charge dans les rétrécissements progressifs

𝟐
𝐔𝟐 𝟐 𝟏 𝛑
∆𝐇 = 𝕵 avec 𝕵 = ( − 𝟏) 𝐬𝐢𝐧 𝛉 ; 𝛉 ≤
𝟐𝓰 𝐂𝐂 𝟐

5.3.5 Pertes de charge dans les coudes


5.3.5.1 Coudes arrondis

𝛉 est l’angle de coude, 𝐑 𝛉 est le rayon de courbure moyen de la courbure :


𝟕
𝐔𝟐 𝐃𝐇 𝟐 𝛉
∆𝐇 = 𝕵 avec 𝕵 = 𝟎, 𝟏𝟑 + 𝟏, 𝟖𝟓 ( ) ( ) (𝐅𝐨𝐫𝐦𝐮𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐖𝐞𝐢𝐬𝐛𝐚𝐜𝐡)
𝟐𝓰 𝟐𝐑 𝛉 𝟗𝟎°

Ecoulements en charge – régime permanent 37


HYDRAULIQUE PHY 324

5.3.5.2 Couche à angle vif

𝐔𝟐 𝛉 𝛉
∆𝐇 = 𝕵 avec 𝕵 = 𝐬𝐢𝐧𝟐 ( ) + 𝐬𝐢𝐧𝟒 ( ) (𝐅𝐨𝐫𝐦𝐮𝐥𝐞 𝐝𝐞 𝐖𝐞𝐢𝐬𝐛𝐚𝐜𝐡)
𝟐𝓰 𝟐 𝟐

5.3.6 Pertes de charge dans les branchements

Si les vitesses des courants U1 et U2 sont différentes, il y aura une zone de choc
et de mélange avec transfert de quantité de mouvement entre les particules. Dans le
sens de la veine la plus rapide, il y aura toujours une perte de charge (K > 0).
Quand la veine est moins rapide, sa vitesse augmentera au moment du mélange
avec le courant venant de la veine la plus rapide, ce qui lui communiquera de
l’énergie (K < 0).
Les pertes de charge dans les branchements résultent essentiellement du choc
entre les courants de vitesses différentes, du changement de direction de l’un des
courants et de l’élargissement dans la partie divergente. On aura donc :

Ecoulements en charge – régime permanent 38


HYDRAULIQUE PHY 324

𝐔𝟑 𝟐 𝐔𝟑 𝟐
∆𝐇𝟏𝟑 = 𝐊 𝟏𝟑 et ∆𝐇𝟐𝟑 = 𝐊 𝟐𝟑
𝟐𝓰 𝟐𝓰
∆𝐇𝟏𝟑 et ∆𝐇𝟐𝟑 sont respectivement les perte de charge entre 1 et 3 et entre 2 et 3.
Pour les branchements sans raccordement, on aura les formules de Levi et
Kaliev :
𝐒𝟑 𝟐 𝐐𝟐 𝟐 𝐒𝟑 𝐐𝟐 𝟐 𝐒𝟑 𝐐𝟐 𝟐
𝐊 𝟏𝟑 = 𝟏 + ( ) (𝟏 − ) −𝟐 (𝟏 − ) −𝟐 ( ) 𝐜𝐨𝐬 𝛉 + 𝒂
𝐒𝟏 𝐐𝟑 𝐒𝟏 𝐐𝟑 𝐒𝟐 𝐐𝟑
𝐐𝟐 𝐒𝟑 𝟐 𝐒𝟑 𝐐𝟐 𝟐 𝐒𝟑 𝐐𝟐 𝟐
𝐊 𝟐𝟑 = 𝐀 [𝟏 + ( ⋅ ) −𝟐 (𝟏 − ) −𝟐 ( ) 𝐜𝐨𝐬 𝛉] + 𝐛
𝐐𝟑 𝐒𝟐 𝐒𝟏 𝐐𝟑 𝐒𝟏 𝐐𝟑
𝒂, 𝐀 et 𝐛 sont des constantes précises.

Ecoulements en charge – régime permanent 39