Vous êtes sur la page 1sur 388

1

_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Résumé
La revue documentaire sur l’expérience marocaine dans le domaine de
l’affacturage s’avérait nécessaire dans le cadre de notre étude en ce sens
qu’elle nous a permis de connaitre les processus et obstacles de mise en place,
de développement et d’amélioration de l’affacturage au Maroc.

Dans ce dossier nous avons apprécié l’essentiel à savoir sur l’affacturage au


RESUM
Maroc avec quelques questions-réponses sur les conditions d’utilisations, les
modalités de fonctionnement et le coût de l’opération. L’exposé de
l’environnement économique et financier du Maroc a confirmé les perspectives
que ce pays comprenait mettre en œuvre en 2010.

Nous avons élaboré des statistiques sur l’affacturage par continent de 2003 à
2009 en volume total et en prenant en compte la spécificité des affacturages
domestique et international. Ces mêmes statistiques ont été réalisées pour le
Maroc dans sa particularité d’abord et en comparaison avec l’Afrique et le
monde. Cette étude a été effectuée en pourcentage et en millions d’euros sur la
base du rapport de Factors Chain International (FCI) une des plus grande
sociétés d’affacturage au monde.

Par suite, il s’agissait de présenter les différentes institutions qui sont mises en
place pour assurer la gestion, le contrôle et le suivi de l’affacturage au Maroc,
parmi lesquelles nous pouvons répertorier les banques et établissement
financiers spécialisés dans l’affacturage, l’Association Professionnelle des
Sociétés de Financement (APSF) qui a mise en place un Système d'Aide à
l'Appréciation du Risque (SAAR) et un Système d’Aide au Management (SAM).
Le Maroc a établi un dispositif de prévention et de règlement de conflits liés à
l’affacturage : le Médiateur de l’APSF.

Préparé par une équipe de la Banque Mondiale à partir des informations


fournies par les autorités marocaines, le rapport sur l'observation des normes
et codes (RONC) au Maroc : insolvabilité et droits des créanciers a été publié en
2006.

2
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ce dossier nous a offert l’opportunité d’étaler les lois, règlements et textes
régissant l’activité d’affacturage au Maroc. Nous avons procéder par une
énumération des textes législatifs et réglementaires avec un classement
thématique. Les différentes lois bancaires au Maroc ont fait l’objet d’analyse
avant même l’exposé de la loi sur les sociétés de financement. Une multitude de
décrets, circulaires et arrêtés encadrent l’activité des banques et
établissements financiers spécialisés dans l’affacturage au Maroc. L’étude de
ces divers aspects législatifs et réglementaires a abouti à l’examen du droit des
obligations et des contrats (DOC) au Maroc.

Cependant, le constat que dresse la Banque Mondiale sur la justice marocaine


est qu’elle demeure handicapée par une série "d'insuffisances". Dans ce
dossier, nous avons démontré en quoi l’incapacité de la jurisprudence
marocaine de suivre l'évolution du monde des affaires constitue un frein au
développement du secteur privé.

Par ailleurs, nous avons fait référence à la nouvelle Convention Unidroit


uniformisant les règles internationales d’affacturage ainsi qu’aux principes de la
normalisation par les méthodes du commerce international.

Ce dossier a permis d’apprécier et de faire l’inventaire des lignes et


mécanismes de financements des entreprises marocaines mais aussi de
dégager les contraintes et perspectives des financements des Petites et
Moyennes Entreprises (PME) au Maroc. Ce qui va engendrer l’analyse du
secteur financier marocain dans le cadre de la politique européenne de
voisinage.

Sommaire
En définitive, les principaux documents juridiques utilisés par les banques et
sociétés d’affacturage au Maroc ont été découvert dans ce dossier ainsi que

I.desL’ESSENTIEL
coupures de presses
A SAVOIRsurSUR
l’affacturage dans ce AU
L’AFFACTURAGE pays.
MAROC

II.LesQUELQUES QUESTIONS-REPONSES
deux plus importants SUR L’AFFACTURAGE
réseaux de sociétés d’affacturage dans le monde ont
été dévoilés dans ce dossier : il s’agit de Factors Chain International (FCI) et
d’International Factoring Group (IFG).

En guise de conclusion nous avons essayé de présenter les lois bancaires au


Maroc comme un moteur de développement.
3
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Sommaire
I. L’ESSENTIEL A SAVOIR SUR L’AFFACTURAGE AU MAROC

II. QUELQUES QUESTIONS-REPONSES SUR L’AFFACTURAGE

III. L’ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE ET FINANCIER DE L’AFFACTURAGE AU


MAROC

IV. STATISTIQUES SUR L’AFFACTURAGE PAR CONTINENT DE 2003 A 2009

1. Volume d’affacturage total par continent de 2003 A 2009 (en millions d’euros)
2. Volume d’affacturage total par continent de 2003 A 2009 (en pourcentage)
3. Affacturage domestique et international par continent en 2009 (en millions
d’Euros)
4. Affacturage domestique et international par continent en 2009 (en
pourcentage)

V. STATISTIQUES SUR L’AFFACTURAGE AU MAROC

5. activité des sociétés d’affacturage au Maroc 1999-2009


6. affacturage domestique et international au Maroc par rapport à l’affacturage
du continent africain en 2009 (en millions d’euros)
7. affacturage domestique et international au Maroc par rapport à l’affacturage
du continent africain en 2009 (pourcentage)
8. affacturage domestique et international au Maroc par rapport à l’affacturage
mondial en 2009
9. volume d’affacturage total au Maroc par rapport a l’affacturage du continent
africain de 2003 à 2009 (en millions d’euros)
10. volume d’affacturage total au Maroc par rapport a l’affacturage du
continent africain de 2003 à 2009 (en pourcentage)
11. volume d’affacturage total au Maroc par rapport a l’affacturage mondial
de 2003 à 2009

4
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
VI. LES BANQUES ET ETABLISSEMENTS DE CREDIT SPECIALISES DANS
L’AFFACTURAGE AU MAROC
1. Attijari Factoring
2. Marocaine de Factoring
3. Bmci Factoring
4. Société Générale de Factoring

VII. L’ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES SOCIETES DE FINANCEMENT


AU MAROC
12. métiers de financement
13. système d'aide a l'appréciation du risque – SAAR
14. système d'aide au management- SAM
15. Premières Assises Nationales du Factoring
16. Lettre numéro 23 décembre 2009 éditée par l’Association Professionnelle
des Sociétés de Financement

VIII. DISPOSITIF DE PREVENTION ET DE REGLEMENT DE CONFLITS NES DE


L’AFFACTURAGE : LE MEDIATEUR DE L’APSF

17. le “médiateur de l’APSF” et les actions de lutte contre la fraude


opérationnels dès janvier 2010
18. le médiateur de l’APSF : guide pratique

IX. RAPPORT SUR L'OBSERVATION DES NORMES ET CODES (RONC) AU


MAROC INSOLVABILITE ET DROITS DES CREANCIERS

X. LOIS, REGLEMENTS, TEXTES & CADRE REGISSANT L’ACTIVITE


D’AFFACTURAGE AU MAROC

1. Enumération des textes législatifs et réglementaires


2. La loi bancaire au Maroc : lois sur les sociétés de financement au Maroc
a. rappel historique : loi du 6 juillet 1993
b. la nouvelle loi du 2 mars 2006

5
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3. Décret n° 2-91-967 du 30 moharrem 1414 (21 juill et 1993) fixant la
composition et le fonctionnement du Comité des établissements de crédit
4. Décret n°2-06-223 du 17 joumada II 1428 (3 juill et 2007) fixant les modalités
de fonctionnement du Comité des établissements de crédit
5. Arrêté du ministre des finances et des investissements extérieurs n° 2450-95
du 10 joumada I 1416 (6 octobre 1995) fixant le capital minimum ou la
dotation minimale des sociétés de financement
6. Arrêté du ministre de l'économie, des finances, de la privatisation et du
tourisme n° 1440-00 du 8 rajeb 1421 (6 octobre 2000 ) fixant coefficient de
liquidité des établissements de crédit
7. Arrêté du ministre des finances et des investissements extérieurs n° 2445-95
du 10 chaoual 1416 (29 février 1996) relatif au fonds collectif de garantie des
dépôts
8. CN°20/G/2006 Rabat, le 30 novembre 2006 Circulai re relative au capital
minimum des établissements de crédit
9. Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib n° 3 /G/2001 du 15 janvier
2001 (19 Chaoual 1421) relative au coefficient maximum de division des
risques des établissements de crédit
10. Circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib n° 22/G/2006 du 30 novembre
2006 relative aux modalités de financement, de gestion et d’intervention du
Fonds collectif de garantie des dépôts.
11. Circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib n° 41/G/2007 du 2 août 2007
relative à l’obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit
12. C.N° 19 / g / 06 rabat, le 23 octobre 2006 cir culaire relative au taux
maximum des intérêts conventionnels des établissements de crédit
13. C N° 1/6/2008, Rabat ; le 16 juillet 2008, Circula ire relative aux
conditions de publication des états de synthèse par les établissements
de crédit
14. Le Droit des Obligation et des Contrats – DOC

XI. LA JURISPRUDENCE MAROCAINE EN MATIERE D’AFFACTURAGE

XII. UNIFORMISATION DES REGLES INTERNATIONALES CONCERNANT


L’AFFACTURAGE
6
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
XIII. METHODES DU COMMERCE INTERNATIONAL > LES PRINCIPES DE LA
NORMALISATION

XIV. INVENTAIRES DES LIGNES ET MECANISMES DE FINANCEMENTS DES


ENTREPRISES MAROCAINES

XV. FINANCEMENT DES PME AU MAROC: CONTRAINTES ET PERSPECTIVES

XVI. L’ANALYSE DU SECTEUR FINANCIER MAROCAIN DANS LE CADRE DE LA


POLITIQUE EUROPÉENNE DE VOISINAGE

XVII. PRINCIPAUX DOCUMENTS JURIDIQUES UTILISES PAR LES BANQUES ET


SOCIETES D’AFFACTURAGE AU MAROC

15. Le contrat d’affacturage


16. La lettre de notification au débiteur
17. Dossier étude d’affacturage

XVIII. COUPURE DE PRESSES SUR L’AFFACTURAGE AU MAROC

XIX. LES DEUX PLUS IMPORTANTS RESEAUX DE SOCIETES D’AFFACTURAGE


DANS LE MONDE

18. Factors Chain International – F.C.I


19. International Factor Group - I.F.G

XX. CONCLUSION: LES LOIS BANCAIRES AU MAROC COMME MOTEUR DE


DEVELOPPEMENT

7
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
I- L’ESSENTIEL A SAVOIR SUR L’AFFACTURAGE AU MAROC

Au Maroc, le factoring est défini par la loi bancaire (loi du 14 février 2006) qui le
considère comme une opération de crédit : "l'affacturage est la convention par laquelle
un établissement de crédit s'engage à recouvrer et a mobiliser des créances
commerciales, soit en acquérant lesdites créances, soit en se portant mandataire du
créancier avec, dans ce dernier cas, une garantie de bonne fin".

Concrètement, le factoring consiste en un transfert de créances commerciales, par voie


de subrogation, de leur titulaire a une société de factoring qui se charge, en
contrepartie, de les garantir, de Les recouvrer ou de Les financer.

Dans la p r a t i q u e , Le factoring fait intervenir trois acteurs : une entreprise,


détentrice de créances sur sa propre clientèle, une société de factoring et Le client de
L'entreprise.

L'entreprise transfère ses créances à toute société de factoring par voie de


subrogation, en vertu d'un contrat de factoring.

* La société de factoring fournit a l'entreprise tout ou partie des services suivants :


prévention du risque d'impayé, gestion du compte-clients, financement. En
contrepartie du service rendu, elle perçoit une rémunération.

" Le client de l'entreprise qui ne connait plus des tors que toute société de factoring
pour to paiement des biens ou services qui lui ont été fournis ou rendus par
L'entreprise.

Les avantages du factoring sont multiples et tiennent pour l'essentiel a une


prévention des risques clients, un allègement de la gestion du poste clients et
un financement rapide des c r é a n c e s . Une sécurisation du poste clients les
sociétés de factoring ont développe une connaissance des marches et des
operateurs au Maroc et à l'étranger, ce qui leur permet d'obtenir des
informations commerciales et financières sur les clients et les prospects dune
entreprise. Elles disposent ainsi dune bonne visibilité sur la solvabilité des
clients et peuvent aider l'entreprise à sélectionner sa clientèle actuelle et
potentielle.

Un allègement de la gestion du compte clients les sociétés de factoring peuvent


se charger de tous les aspects de la gestion du compte clients : tenue des
comptes, recouvrement amiable, précontentieux et contentieux. L'entreprise, ainsi
déchargée de cette gestion, peut se consacrer entièrement a son métier.

Un financement rapide des créances. Les sociétés factoring peuvent accorder a


l'entreprise, en moins de 48 heures, des financements équivalents a tout ou
partie du montant des factures qui lui sont remises. L'entreprise peut ainsi
disposer de ressources sans avoir a attendre l'échéance convenue avec son client
pour le paiement.

1988 1995 2000 2008

8
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Jusqu'a la fin des années 90, l'offre de factoring était orientée exclusivement a
l'international. Depuis, l'activité a touche progressivement et de plus en plus le
marche domestique qui représente dorénavant 80% de l'activité des sociétés
spécialisées (encours des remises de créances a fin 2009).

Evolution de I’ activité des deux seules sociétés de factoring spécialisées -


Remises de créances (millions de dirhams)

Le factoring en bref

Le factoring offre a l'entreprise une solution complète de gestion des créances


clients intégrant :

La gestion du poste clients la prévention des risques d'impayés le financement


des créances.

Technique de gestion du compte clients, le factoring permet un suivi rapproche


des règlements. Formule de garantie, le factoring permet de se prémunir contre
les risques de défaillance financière de la clientèle. Formule de financement, le
factoring procure de la trésorerie immédiate. Le factoring s'adresse a toutes les
entreprises, quels que soient les marches sur lesquels elles opèrent, leur étape
de développement et leur taille.

1. DÉFINITION ET CADRE JURIDIQUE

1.1. DÉFINITION

L’affacturage (ou factoring) est une convention par laquelle une entreprise industrielle
ou commerciale (l’adhérent) transmet ses créances à un établissement spécialisé (le
factor ou société d’affacturage) qui, moyennant commissions, lui en règle le montant
par avance et se charge de leur recouvrement auprès du client de l’entreprise, tout
en supportant les risques d’insolvabilité éventuelle sur les créances cédées.

L’adhérent s’engage à transférer au factor l’ensemble des créances, qui n’ont pas
déjà été cédées (principe de globalité ou d’exclusivité). Ce transfert s’opère grâce à
un bordereau qui récapitule une série de factures. Le factor est libre d’accepter ou de
refuser les créances qui lui sont proposées. Une quittance subrogative
correspondant au montant du règlement effectué par le factor pour les créances
acceptées est délivrée et permet de déterminer la date de subrogation.

L’adhérent garantit le factor contre toute contestation d’ordre professionnel ou


technique dont ferait l’objet les créances cédées. Dans cette opération, le CNRS,

9
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
client de l’adhérent, intervient comme débiteur des créances cédées dont il aura à
effectuer le paiement direct entre les mains du factor.

1.2. CADRE JURIDIQUE

Pour obtenir des tiers débiteurs le paiement des créances qu’elle a acquises, la
société d’affacturage peut se prévaloir :

- soit des règles de la subrogation conventionnelle posées par les articles 1249 à
1252 du Code civil, procédé actuellement le plus utilisé,

- soit des dispositions de la loi Dailly en matière de cessions de créances


professionnelles,

- soit d’autres modes de transmission des créances (mandat ou cession de créance


de droit commun) mais qui sont, en pratique, très peu utilisés.

2. 2. NOTIFICATION ET FORME DE LA DEMANDE DE PAIEMENT PRESENTÉE


AU CNRS

2.1. NOTIFICATION DE LA DEMANDE DE PAIEMENT

La notification est faite directement auprès des gestionnaires et non auprès de


l’agent comptable, car c’est la pièce justificative de la dépense (facture ou mémoire)
qui constitue le support de la demande de paiement direct du factor. L’inscription
d’une mention sur la facture vaut notification de la subrogation au débiteur cédé.

2.2. FORME DE LA DEMANDE DE PAIEMENT

2.2.1. En cas de paiement par subrogation

La facture doit obligatoirement comporter la mention suivante :

- Règlement à l’ordre de (indication de la société d’affacturage) à lui adresser


directement (adresse, n° de téléphone, n° et coord onnées du compte
bancaire à créditer),
- Elle le reçoit par subrogation dans le cadre d’un contrat d’affacturage,
- Elle devra être avisée de toute demande de renseignements ou réclamations.

2.2.2. En cas de cession de créances

La mention devant figurer sur la facture ou le mémoire est celle prévue par l’annexe
II du décret n° 81-862 du 9 septembre 1981 :

- La créance relative à la présente facture a été cédée à (nom du factor) dans


le cadre de la loi n° 81-1 du é janvier 1981 codifi ée aux articles L313-23 à
L313-35 du code monétaire et financier
- Le paiement doit être effectué par virement au compte (coordonnées
bancaires ou postales) n°…ouvert chez…..

10
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3. 3. RÔLE DES GESTIONNAIRES D’UNITÉ (OU DE SERVICE) RÔLE DES
GESTIONNAIRES D’UNITÉ (OU DE SERVICE)

3.1. VÉRIFICATION

A réception de la facture, le gestionnaire de l’unité (ou du service) vérifie :

- Que la dépense visée concerne bien un engagement pris par son laboratoire
ou son service sur des crédits gérés par le CNRS,
- Que la pièce (facture ou mémoire) est bien revêtue des mentions susvisées,
- Que la créance cédée est bien exigible, c’est-à-dire que le fournisseur, titulaire
du marché, a effectivement et correctement réalisé les prestations facturées.

N.B. La mention d’une convention d’affacturage prévue dans un marché public ne


constitue pas en soi une subrogation. Le factor devra, en tout état de cause, pour
recouvrer sa créance, utiliser la cession Dailly ou la subrogation.

S’il utilise la cession, il devra la notifier au comptable dans les conditions de droit
commun (cf. instruction DGCP n° 99-064-B1-MO-M9 du 8 juin 1999).

Si le factor choisit la subrogation comme moyen de recouvrement, seule la mention


subrogative inscrite sur chacune des demandes de paiement, se rapportant au
marché considéré, autorisera le comptable à délivrer le paiement entre les mains du
factor. Dans ce cas, la production de l’exemplaire unique du marché prévue pour les
cessions ne constitue pas une pièce justificative de paiement.

3.2. GESTION

Dans XLAB, il saisit la facture au nom du créancier du CNRS (le fournisseur) Le


gestionnaire transmet la facture papier au SFC, accompagnée des éléments
nécessaires à la prise en compte du factor comme bénéficiaire dans BFC (n° SIRET
du factor, RIB du factor, etc), en veillant à appeler l’attention du SFC sur la présence
d’une mention d’affacturage sur la facture.

4. 4. ROLE DU SFC DE LA DÉLÉGATION

4.1. LE SFC ENREGISTRE L’AFFACTURAGE DANS BFC

Il crée la société d’affacturage comme tiers divergent autorisé pour ce fournisseur


dans BFC.

Il affecte ce tiers divergent à la pièce au moment de la prise en charge de la facture.

11
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
4.2. AVANT PAIEMENT, LE COMPTABLE DOIT VÉRIFIER L’ABSENCE
D’AUTRES CESSIONS OU OPPOSITIONS À L’ENCONTRE DU CRÉANCIER ET
DU FACTOR

A réception de la facture, le comptable doit s’assurer qu’il n’existe pas d’obstacle au


paiement direct de la société d’affacturage en s’assurant qu’il n’a pas pris en charge
d’autres cessions ou oppositions soit à l’encontre de son fournisseur, soit à l’encontre
de la société d’affacturage elle-même.

4.2.1. Vérification de l’existence éventuelle d’autres oppositions à l’encontre du


fournisseur

Si aucune opposition n’existe à l’encontre du fournisseur, le paiement pourra


s’effectuer entre les mains de la société d’affacturage (sous réserve qu’elle n’ait pas
elle-même fait l’objet d’une opposition entre les mains du comptable). Dans le cas
contraire, le comptable vérifie si les droits du factor sont primés par les droits des
créanciers opposants. Pour cela, il devra demander au factor la quittance
subrogative (ou le bordereau de cession de créances) pour vérifier la date de
signature de ces pièces afin d’établir les droits respectifs du factor et de l’opposant.

- Si l’opposition a été signifiée avant la subrogation, le paiement doit être


différé jusqu’à l’intervention d’un accord amiable entre les parties concernées
ou d’une décision de justice.
- Si l’opposition a été signifiée après la subrogation, le paiement peut intervenir
entre les mains du factor, car la subrogation a pour effet de transférer la
créance correspondante dans le patrimoine de la société d’affacturage.

4.2.2. Vérification de l’absence d’oppositions à l’encontre du factor

Au cas où le factor aurait lui-même fait l’objet d’une opposition entre les mains du
comptable, celui-ci devra vérifier la validité des oppositions et les appliquer dans
l’ordre de priorité à concurrence de leur montant.

12
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
II- QUELQUES QUESTIONS-REPONSES SUR L’AFFACTURAGE

Des créances irrécouvrables : 0.6 % du CA environ

- Coût de l’inflation sur le retard de paiement : 0.2 % du CA environ

- Coût du recouvrement des créances : 1.4 % du CA environ

 Coût de financement

L'affacturage a certes un coût, mais celui-ci répond à une offre de service


beaucoup plus développé que dans les financements bancaires classiques. Les
services connexes au financement (garantie et gestion du poste lient) peuvent
s'avérer très rentables pour l'entreprise puisqu’elle n'aura pas elle même à en
assumer le coût en interne.

 Coût de service

Le coût de l’affacturage évolue entre 0.1 % et 2 % du chiffre d’affaires confié pour les
prestations de gestion des comptes clients : recouvrement des créances, relance des
factures, garantie des clients. En comparant ce coût à la gestion interne de ces
prestations dans l’entreprise, l'affacturage apparait comme très compétitif.

Au sein de l'entreprise, ces coûts de gestion sont estimés à environ 3 % du CA selon


la décomposition suivante :

- Coût de gestion administrative des comptes clients : 0.8 % du CA environ

- Coût moyen Le coût de financement de l’affacturage est comparable au taux de


financement des banques, c’est à dire Euribor 3 mois plus 0.2 % à 3 %.

L’affacturage est donc en réalité peu cher comparé aux coûts réels que l’entreprise
doit supporter en absence d’affacturage : charges salariales, impayés etc...

L'affacturage, c'est complexe à mettre en œuvre

Non, et d'autant plus lorsque l'entreprise est assistée par un courtier comme e-
affacturage, un contrat d’affacturage peut être mis en place très rapidement, sans
frais supplémentaire.

Circuit type de la mise en place d'un contrat d'affacturage :

 ETUDE

Vous effectuez une demande d'étude gratuite d'affacturage sur e-affacturage. A


réception e-affacturage réalise un diagnostic précis de votre besoin en financement.

13
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
 PROPOSITION

Vous recevez une proposition d'affacturage, qui sera validé par le comité de crédit
une fois les justificatifs envoyés.

Il y a un comité chaque semaine chez tous les factors, le lundi ou le vendredi. Pour
les petits dossiers d'affacturage, c’est à dire au-dessous d’environ 1.5 ME de CA, il y
a deux comités par semaine, voire plus selon l’urgence.

 DEMARRAGE

Votre dossier d'affacturage est accepté par le comité de crédit ? la signature du


contrat d'affacturage peut se faire immédiatement et les remises des premières
factures également. Il faut compter à peine 24H pour effectuer les premiers
virements sur le compte bancaire de l’entreprise.

L'affacturage, c'est fastidieux à gérer ?

Non, un contrat d’affacturage se gère aujourd’hui très simplement.

L'affacturage, des formalités simplifiés : La mention de subrogation indiquée sur les


factures indique à vos clients que vous avez cédé votre facture à une société
d’affacturage. Une fois émise cette facture, vous envoyez un 2ème exemplaire au
factor avec le justificatif de livraison ou de prestation de service. A réception de la
facture et du justificatif, le montant financé vous est envoyé par virement ou par
chèque. Dans certains cas le financement peut se faire sans justificatif (affacturage
de la balance clients). L'entreprise tient alors à la disposition du factor les justificatifs.
Cela se trouve fréquemment pour les entreprises dont les comptes clients regroupent
beaucoup de factures de petites tailles.

e-affacturage met à votre disposition des modèles pour faciliter le passage des
écritures comptables d'affacturage : Ecritures comptables.

L'affacturage et internet :

Les factures peuvent être transmises par voie électroniques, ce qui limite la
paperasserie et accélère le financement des créances.

L'entreprise peut également suivre son compte chez le factor en temps réel par
internet : Détail des paiements et des débits, des créances non soldées, des litiges et
des avoirs, des montants des commissions, des factures financées et des montants
garantis ...

L'affacturage, c'est seulement en dernier recours

Non, l’affacturage n'est pas la dernière solution avant la crise financière, mais un
moyen de mieux gérer son poste clients en le confiant totalement ou partiellement à
une société spécialisée dont c’est l’unique métier.

14
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
L'affacturage, un exemple de bonne gestion

C'est un exemple de bonne gestion et d'optimisation par l'externalisation de certaines


fonctions administratives et financières des entreprises.

• L’affacturage permet de réduire les délais de paiement d’environ 10 jours.


• L'affacturage, en garantissant les créances, permet de ne plus avoir d'impayé.

L'affacturage, levier de croissance des entreprises

L’affacturage répond à un besoin sur le long terme d’accompagnement de


l’entreprise tout au long de son développement. Les services de l’affacturage
permettent à l’entreprise de suivre sa croissance au rythme souhaité, dans la mesure
où les financements ne sont pas plafonnés.

Intérêt commercial de l'affacturage

Outre la garantie contre les impayés et le suivi des comptes clients, l’affacturage
apporte à l’entreprise des marges de manœuvre pour négocier avec ses
fournisseurs. Avec la trésorerie générée par l’affacturage, l’entreprise peut régler ses
fournisseurs plus rapidement, voire au comptant, et peut ainsi négocier des points
d’escompte fournisseur qui peuvent représenter jusqu’à 4 % du montant acheté.

Les banques et les clients n'aiment pas l'affacturage

Au contraire, l'affacturage est aujourd'hui perçu comme un exemple de bonne


gestion. Les entreprises ont pu constater que beaucoup d'entreprises autour d'elles
ont mis en place une solution d'affacturage. L'affacturage connait une croissance
régulière depuis 20 ans.

Les clients de l'entreprise face à l'affacturage :

Les clients qui sont gênés par les sociétés d’affacturage sont ceux qui ont pris
l'habitude de retarder leur règlement pour se faire de la trésorerie sur leurs
fournisseurs. Ces clients, sont avec l'existence d'un contrat d'affacturage dans
l’obligation de respecter leurs engagements contractuels de règlement. Pour les
autres clients, régler un factor ou son fournisseur est neutre car cela ne demande
aucune obligation supplémentaire.

L'affacturage, c'est uniquement pour la France ?

Non, une entreprise peut souscrire un contrat d’affacturage sur la France ou à


l’export. Les pays de l’OCDE, c’est à dire la Communauté Européenne, les Etats-
Unis, le Canada et le Japon, sont suivis et gérés par les factors, de même que
certains pays asiatiques, d’Amérique Latine, les pays d’Europe Centrale les plus
avancés et des pays africains comme la Tunisie, le Maroc ou l’Afrique du Sud.

L’affacturage export permet à une entreprise qui ne maîtrise pas complètement les
traditions de paiements des pays étrangers où elle se développe, de sous-traiter la
gestion du poste clients : recouvrement, gestion des encaissements, à une société

15
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
d’affacturage qui a des correspondants dans ces pays et qui va effectuer les
prestations d’affacturage sur place.

LE COUT GLOBAL DE L’AFFACTURAGE

Quel est le prix de l’affacturage ?

Le prix d'un contrat d’affacturage impose des vérifications indispensables pour être
fait sérieusement.

Il faut dimensionner le contrat en fonction des besoins de l’Entreprise.

Une partie de votre Chiffre d’Affaires, soumis à contraintes particulières, ne pourra


peut-être pas être cédé à la société d’affacturage. (Nous savons identifier cela.)

D’autres vérifications s’imposent pour rendre efficace votre futur contrat. Cela ne
peut pas se faire en ligne.

Comment s'engager sur un prix alors que celui-ci est bâti sur mesure par nos
partenaires ? Vous annoncer un prix faux n'apporte absolument pas
l’information que vous recherchez.

Toute solution d’Affacturage se décompose en deux coûts appelés


‘’commissions’’ :

1 - La commission d’Affacturage : C’est un pourcentage du chiffre d'affaires que


vous allez céder. Il comporte le prix de l’Assurance contre les impayés auquel
s’ajoute le coût de gestion de vos factures. Cette commission a un minimum
annuel indiqué dans les conditions particulières de votre contrat d'affacturage.

Pour les plus petites entreprises, ou en création, c'est parfois un forfait mensuel. Au
sein de toutes les sociétés d’affacturage, cette commission est calculée en fonction :

- Du Chiffre d’Affaires annuel TTC qui sera cédé. (Ou chiffre d'affaires prévisionnel
s’il s’agit d’une création d’Entreprise) - Du nombre de clients à gérer.

- Du nombre de factures à gérer. - De la qualité de vos clients. (Ceci joue sur le


calcul du coût de l'Assurance impayés) - Du risque lié à votre secteur d'activité.

D’une entreprise à une autre, les prix d'affacturage peuvent ainsi aller du simple au
double. Une société d’affacturage répercute son coût de traitement en fonction de sa
structure et de ses charges fixes. Ce coût de traitement est donc extrêmement
différent d’un intervenant à l’autre.

Cette FOIRE AUX QUESTIONS sur l'affacturage, vous indiquera, sans aucune
intervention de notre part, les points où sont à mener des négociations.

16
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
2 - La commission de financement (C’est le taux de financement, aussi appelé
« commission d’anticipation ») : Ce taux est souvent proche ou inférieur à celui
de votre banque en escompte ou en loi Dailly.

Ce taux ne s’applique que sur l’argent avancé et sur la durée du prêt (donc jusqu’au
paiement final de votre client)

Exemple : Si vos clients payent à 60 jours et que le taux d’intérêt est de 6% par an,
ce ‘’prêt’’ sur 60 jours vous coûtera donc 1%.

Comment réduire le cout de l’affacturage ?

- En dimensionnant votre contrat au plus juste, le coût de l'affacturage change.

Il n’est peut-être pas nécessaire de confier tout votre chiffre d’Affaires pour répondre
à vos besoins de trésorerie.

- En ne confiant (si possible) que vos plus importants clients et ceux qui
génèrent les plus importantes factures le coût de l'affacturage est moindre.

- En effectuant un regroupement de votre facturation autant que possible, vous


diminuez le coût de l'affacturage.

- En renégociant les prix de votre contrat au bout de quelques mois et au moins


une fois par an si votre entreprise progresse au-delà de ce qui était prévu.

A quoi sert le fonds de garantie en affacturage ? Que coûte-t-il ?

Le fonds de garantie en affacturage protège le factor d'une différence de règlement


de vos clients : litiges, avoirs, etc...

A la différence d’une banque, le financement de vos factures via une société


d’Affacturage est ''irrévocable''. Dès le virement effectué, la seule possibilité de
récupération dont dispose le factor devient le règlement en bonne et due forme de
votre client.

Une banque qui pratique escompte ou loi Dailly va, par contre, débiter votre compte
si elle n’est pas payée à échéance. Pour pallier à d’éventuels non valeurs, dont
avoirs, remises ou litiges nés durant le délai de règlement, les sociétés d’Affacturage
appliquent un ‘’ non financement ‘’ d’une partie de vos factures. C’est ce qu’on
appelle le fonds de garantie. Le fonds de garantie est généralement de 10% mais
cela est plus élevé pour certaines entreprises ou dans certains secteurs d'activité. La
société d’Affacturage vous avance 90% du TTC de vos factures et vous restitue les
10% dès le paiement du client.

Lors de l’entrée en relation un minimum de fonds de garantie est constitué. Les 10%
ne sont donc pas restitués dans un premier temps. Ils servent à constituer ce
minimum. La société d’Affacturage, n’étant pas encore payée de votre client, elle
considère vous prêter l’argent permettant de constituer ce minimum de fonds de
garantie. Cette constitution coûtera donc le taux de financement prévu au contrat.
17
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Pour les plus petites entreprises, il existe des contrats n’ayant pas de minimum de
fonds de garantie à constituer.

Peut-on négocier la hauteur du fonds de garantie ?

Le fonds de garantie est généralement de 10% du montant TTC de vos factures. La


société d’Affacturage finance donc 90% de votre facturation TTC et vous
restitue les 10% non financés dès que votre client a intégralement payé sa
facture (une fois un minimum de fonds de garantie constitué).

Votre souhait est de réduire ces 10% en 7%, voire 5% ?

Il est très difficile de négocier la hauteur du fonds de garantie dès l’entrée en


relation. En effet, la société d’Affacturage a besoin de se rassurer sur le
fonctionnement de vos comptes clients. Même si vous pouvez justifier que vos
comptes de clients ne comportent jamais d'avoirs ni de litiges, cela ne suffira sans
doute pas. Le fonds de garantie est là pour compenser une différence de règlement,
un avoir (commercial ou non) ou un litige de dernière heure. En revanche le fonds de
garantie n’est pas destiné à indemniser un impayé. Si vous êtes financé, c’est qu’un
assureur a garanti votre risque client.

Si l’expérience de fonctionnement de vos comptes clients s'avère concluante au bout


de quelques mois, la négociation à la baisse du fonds de garantie est parfaitement
recevable par la société d’affacturage.

Meilleur factor assistance, dans un rôle de négociation personnalisé qui s’applique


bien après la mise en place de votre contrat d’Affacturage, effectue une veille sur les
aménagements possibles des conditions de votre contrat. Comment connaître les
taux de financement en affacturage ?

Les taux de financement utilisés par les sociétés d'affacturage sont


majoritairement indexés à l'EURIBOR 3 mois ou à l'EONIA.

Les valeurs (variables) de ces taux se consultent en toute fiabilité sur le site de la
Banque de France. www.banque-.fr S’ajoute à ces taux une marge indiquée au
contrat.

Exemple :

Euribor 3 mois + 3% = 7,743% en Septembre 2007, l’Euribor 3 mois valant à cette


période 4,743% l’an. A la même période, l’EONIA est plus intéressant, il vaut 4,017%

EONIA :

Euro Over night Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE (Banque Centrale
Européenne) et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il
résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts
non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'Euribor. Source
Banque de France

18
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
EURIBOR :

Euro Interbank Offered Rate : taux interbancaire offert entre banques de meilleures
signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en
effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances
communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la
zone Euro.

Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50%
des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution.
La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le
nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales. Source
Banque de France TBB : Taux de Base Bancaire.

Certains financements peuvent être indexés sur le TBB + une marge (le taux de base
bancaire = 6,60%). A contrario des taux ci-dessus, ce taux est fixe. (Les banques ont
abaissé le taux de base bancaire de 7,10 % à 6,60 % le 15 octobre 2001).

Le taux de base bancaire n’est pas intéressant lorsque les taux à court terme
sont bas.

AVERTISSEMENT :

Vous pouvez entendre parler de Taux de Base dans certaines banques. Il ne s’agit
nullement du taux de base bancaire tel qu’exprimé ci-dessus.

Ces ‘’taux de base’’ sont des taux spécifiques à chaque établissement, parfois bien
au dessus du taux de base bancaire, et sont là aussi parfaitement négociables.

IMPORTANT :

Comme pour la mobilisation bancaire, une période de baisse des taux est
avantageuse pour l’EURIBOR, une période de hausse des taux est avantageuse
pour l’EONIA. Il convient de vérifier votre taux d’indexation avant toute entrée en
relation et d’indiquer à la société d’affacturage le taux souhaité, car ceci est
parfaitement négociable.

C’est autant d’économies sur vos financements.

Sur la page d’accueil de meilleur factor, nous publions les principaux taux de
financement utilisés par les sociétés d’Affacturage.

Peut-on calculer sérieusement en ligne le prix de l'affacturage ?

La réponse est NON et l'entreprise doit être vigilante d'un prix d'affacturage
annoncé en ligne.

19
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Pour quelle raison ?

Une partie de votre Chiffre d’Affaires, soumis à contraintes particulières, ou à


processus de facturation non éligible, ne pourra peut-être pas être cédé à la société
d’affacturage. Une partie de votre chiffre d'affaires peut être composé de clients mal
garantis qui ne seront pas financés. Le nombre de factures émises l'an dernier est
peut-être très différent cette année Bien d’autres vérifications s’imposent pour rendre
efficace votre futur contrat.

Cela ne peut pas se faire en ligne.

Comment pourrions-nous parler sérieusement d'un prix en ligne alors que celui-ci est
chaque fois bâti sur mesure ?

Vous annoncer un prix faux n'apporte absolument pas l’information que vous
recherchez.

Pourquoi des frais de dossier dans l'affacturage ?

Les ''frais de dossier'' sont pris à l’entrée en relation par certaines sociétés
d’affacturage.

Ils sont généralement constatés allant de 300 à 1500 euros. Il convient de distinguer
les frais de dossier pris par la société d’affacturage et les éventuels honoraires d’un
intermédiaire qui accompagne la vie de votre contrat et ses futures renégociations.
Ces frais ne sont justifiés en rien par les sociétés d’affacturage qui y voient une
récupération pour tout ou partie de leurs frais commerciaux et administratifs avant de
percevoir les premières commissions de votre contrat : Frais de prospection et de
déplacement des commerciaux, travail administratif d’entrée en relation et
d’ouverture du compte, etc…

Cette ''compensation'' n'est pas toujours justifiée. Si vous êtes accompagnés par un
courtier, celui-ci peut avoir un accord avec la société d'affacturage et être rétribué
pour partie sur ces frais d'entrée.

Celui-ci, aussi honnête soit t'il pour afficher qu'il travaille sans frais
(visibles), ne sera donc pas toujours ''enclin'' à se battre sur ce sujet.

Négociez immédiatement la suppression de ces frais (ou à minima leur


réduction) et tenez bon.

Même si certains factors en ont fait un préalable, la majorité d'entre eux


préfèrera les abandonner plutôt que de vous voir signer ailleurs.

Cette première négociation constitue un gain immédiat.

20
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Quels sont les frais ''masqués'' de l'affacturage ?

Les contrats d’affacturage ont des frais annexes que vous devez demander.

Nous insistons sur le fait de les demander à l'origine car ils ne sont pas toujours
fournis volontairement par la société d'affacturage. Leur impact est souvent
très important sur le coût annuel (notamment les frais d’abonnement internet qui sont
de la ‘’marge pure ‘’ pour les sociétés d’affacturage). Lors d'une étude comparative,
une juste estimation de ces frais peut tout à fait changer le coût annuel d'une
proposition que vous pensiez à tort plus compétitive qu'une autre.

On dénombre sur le marché plusieurs centaines de postes de frais auprès des


différentes sociétés d’affacturage.

La liste ci-dessous n’est pas exhaustive mais mentionne les frais les plus
courants :

- Frais de remise d’une LCR papier à l’encaissement : C’est un poste important si


bon nombre de vos clients vous règlent par effets, et donc un des premiers poste de
frais à se faire préciser.

- Frais de remise d’une LCR magnétique à l’encaissement

- Frais d’édition de relevés de comptes passés

- Frais de dossier lors d’un impayé

- Frais de dossier lors d’un impayé à l’export

- Frais de mise à disposition de fonds au-delà d’un certain nombre de mises à


disposition mensuelles.

- Frais de virement en valeur compensée

- Frais d’ordre irrévocable de paiement

- Frais d’avance sur quittance subrogative

- Frais de remise de quittance au-delà de la fréquence contractuelle

- Frais de demande d’avis de sort

- Frais de régularisation de quittance sans code SIRET

21
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- Frais d’analyse statistique de comptes clients

- Frais de traitement de règlement direct non signalé

- Frais de déblocage exceptionnel de fonds de garantie

- Frais de création d’un sous compte du compte courant

- Frais d’information annuelle d’une caution

- Frais de transmission de tableau de bord

- Frais d’envoi quotidien de tableau de bord

- Frais de demande de réédition d’état

- Frais de recherche sur écritures antérieures à 3 mois

- Frais de connexion internet

- Ouvertures de compte par client (y compris dans le cadre d’une assurance-crédit


séparée. Il faut essayer de négocier de ne pas payer deux fois : Chez l’assureur et
chez le factor)

- Ouvertures de compte par client à l’export

- Ouverture de compte pour une succursale

- Frais de demandes de garantie sur vos clients (barème souvent établi en fonction
des niveaux d’encours)

- Frais de demandes de garanties à l’export

- Frais de surveillance sur vos clients

- Frais de surveillance à l’export

- Frais d’envoi de télécopie

- Frais d’échanges informatiques sous format spécifique

22
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- Frais d’audits (essentiellement sur les contrats confidentiels)

- Frais d’envoi d’une confirmation de financement à votre banque

- Frais de virement dit ‘’accéléré’’

- Frais de traitement d’avoir

- Frais de traitement d’avoirs non transmis

- Frais de traitement de litige commercial

- Frais de règlement sur une facture non transmise

- Frais de contre-passation d’écriture

- Frais de traitement de différence sur quittance subrogative

- Frais de gestion de dossier contentieux

- Frais de recherche sur une opération

- Frais d’édition de documents spécifiques

- Frais de commissions sur effets reçus

- Frais d’information du commissaire aux comptes

- Frais de notification aux clients

- Frais de saisie / ATD par voie de justice

- Frais de cession / nantissement

- Frais de paiement à un tiers

- Frais de gestion de moratoire sur créanciers privilégiés

- Frais de gestion de RFA / Participations publicitaires

23
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- Frais de déclaration de créance excédant la garantie

- Frais de recouvrement contentieux sur créance non garantie

- Frais de clôture définitive de compte

- Frais d’ouverture de procédure collective

- Frais d’envoi par Chronopost

De nombreux frais sont parfaitement négociables.

Conseil :

Si vous obtenez la suppression de certains d’entre eux, faites-le écrire au


contrat ou écrivez-le à la main en contre signant sur la dernière page des
conditions particulières de votre contrat.

Que faire en cas d'erreur sur les frais du factor ?

LORS D’UNE ERREUR DE FRAIS, QUE FAIRE AUPRES DE LA SOCIETE


D’AFFACTURAGE ?

Comme dans beaucoup d’établissement financier, et sauf erreur grave les


concernant, vous disposez d’un délai de réclamation au-delà duquel les comptes
sont réputés approuvés par vos soins. Vous devez demander si ce délai
d’approbation ‘’tacite’’ existe et quel est t’il ? Vous devez demander à qui vous
adresser dans le cas de détection d’une erreur et ce, dès l’origine de votre contrat
d’affacturage. Dès identification de l’erreur, un courrier en recommandé AR est à
envoyer à la société d’affacturage pour lui signaler celle-ci.

Comment calculer le TEG taux effectif global en affacturage ?

COMMENT CALCULER LE TEG (Taux Effectif Global) EN AFFACTURAGE ?

Les sociétés d’affacturage doivent mentionner le ‘’TEG’’ (Taux Effectif Global)


dans leurs contrats depuis le décret du 7 Mai 2008 (ci-dessous reproduit) :

L’idée est d’indiquer à l’entreprise un taux qui tienne compte des frais annexes de la
société d’affacturage en lieu et place d’un seul taux de financement, parfois
faussement attractif lorsqu’il est annoncé seul.

IMPORTANT :

Si vous souhaitez comparer banque et affacturage, il faut comparer dans ce


cas TEG bancaire et TEG affacturage.

En effet, la banque prélève aussi plusieurs frais en plus du taux de financement.


24
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Décrets, arrêtés, circulaires

TEXTES GÉNÉRAUX

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE, DE L’INDUSTRIE ET DE L’EMPLOI

Décret No 2008-449 du 7 mai 2008 relatif au calcul du taux effectif global pour
les avances réalisées dans le cadre d’un contrat d’affacturage.

NOR : ECET0801598D

Le Premier ministre,

Sur le rapport de la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi, Vu le code de


la consommation, notamment ses articles L. 313-1 et L. 313-2 ; Vu le code monétaire
et financier, notamment son article L. 313-4 ; Vu l’avis du comité consultatif de la
législation et de la réglementation financières en date du 20 décembre 2007 ; Le
Conseil d’Etat (section des finances) entendu, Décrète :

Art. 1er. − Il est inséré au code de la consommation un article R. 313-1-1 rédigé


comme suit :

« Art. R. 313-1-1. − Lorsqu’il s’agit d’une avance réalisée dans le cadre d’un
contrat d’affacturage, le taux effectif global est un taux annuel, proportionnel au
taux de période et exprimé pour cent unités monétaires. Le montant de l’avance à
prendre en considération pour le calcul du taux effectif global est rapporté, selon la
méthode des nombres, à une période d’un jour. Ce taux est calculé selon la formule
figurant en annexe au présent article. »

Art. 2. − La ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi est chargée de


l’exécution du présent

Décret, qui entrera en vigueur le premier jour du troisième mois suivant celui de sa
publication au Journal officiel de la République française .

Fait à Paris, le 7 mai 2008.

FRANÇOIS FILLON

Par le Premier ministre :

La ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi

CHRISTINE LAGARDE

25
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
ANNEXE À L’ARTICLE R. 313-1-1 DU CODE DE LA CONSOMMATION

Pour l’application de l’article R. 313-1-1 du code de la consommation, sont définis les


termes suivants :

Commission post-comptée : commission facturée au client en fin de période au


titre des avances consenties.

Commission précomptée : commission facturée au client au titre des avances


consenties, lors de la mise en place desdites avances.

Retenue de garantie : somme constituée lors de la prise en charge des factures par
la société d’affacturage pour garantir cette dernière des sommes dont le client
pourrait devenir débiteur à son égard et qui lui est restituée dans le cas où cette
garantie n’a pas été mise en œuvre.

Nombres débiteurs : produit du montant brut de financement par le nombre de jours


de financement.

Nombres créditeurs du compte de retenue de garantie : produit du montant des


prélèvements sur le compte d’engagement au titre de la constitution de la retenue de
garantie par le nombre de jours pendant lequel le compte d’engagement est imputé.

Le taux de période d’un jour applicable aux opérations d’affacturage est calculé de la
façon suivante :

Numérateur du taux : Le numérateur est composé :

- du montant de la commission de financement précomptée (prise en totalité ou en


cas d’étalement, pour la quote-part imputable à la période considérée) et/ou post-
comptée assise sur l’intégralité de l’avance (y compris l’avance sur les rémunérations
perçues par la société d’affacturage et sur les retenues de garanties) ;

- du montant des autres frais et commissions liés au financement, mais distincts de la


commission de financement, inclus dans l’assiette de calcul du taux effectif global
(pris en totalité ou en cas d’étalement, pour la quote-part imputable à la période
considérée). Le numérateur est, le cas échéant, minoré des réfactions de taux ou
d’assiette accordées au titre de l’avance sur retenues de garantie.

Dénominateur du taux :

Le dénominateur est composé :

- du montant des nombres débiteurs afférents à la commission de financement


précomptée (en cas d’étalement, ne sont pris en compte que les nombres débiteurs
afférents à la période concernée) ;

- du montant des nombres débiteurs afférents à la commission de financement post-


comptée de la période considérée.

26
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Le dénominateur est minoré :

- du montant des nombres créditeurs constatés pendant ladite période sur le compte
de la retenue de garantie, pour la part qui a donné lieu à la perception de
commissions liées au financement ;

- du produit du montant de la commission de financement précomptée visée au


numérateur par le nombre de jours de financement précompté;

- du produit du montant des frais et commissions visés au numérateur sur la période


considérée inclus dans l’assiette du taux effectif global, par la durée pendant laquelle
ils viennent réduire le montant du financement disponible;

- du produit du montant des frais et commissions sur la période considérée non


inclus dans l’assiette du taux effectif global, par la durée pendant laquelle ils viennent
réduire, sur la période, le montant du financement disponible.

Le coût de l'affacturage

Il existe 3 principaux types d'affacturages : l'affacturage confidentiel, l'affacturage non


géré, la subrogation.

Les commissions

Les prestations d'affacturage sont rémunérées par deux commissions : la


commission d'affacturage et la commission de financement.

La commission d'affacturage

Le prestataire prélève une commission dite d'affacturage, qui correspond aux frais de
gestion, de recouvrement et d'assurance-crédit.

Cette commission oscille entre 0,15% et 1,30% du CA TTC confié. Sur ce total,
l'assurance-crédit représente entre 0,30 et 0,50%.

Les écarts s'expliquent au cas par cas par :

• le volume de créances cédées,


• le montant moyen des factures,
• la qualité du portefeuille client de l'entreprise,
• le nombre de clients concernés,
• le secteur d'activité,
• la zone géographique.

La société d'affacturage impose un montant forfaitaire minimum annuel à la signature


du contrat qui est dû dès lors que l'entreprise commence à faire appel à ses services.

Ce montant minimum est de l'ordre de 70% des commissions à payer (calculée en


fonction du CA cédé).

27
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Bon à savoir : attention à ne pas surévaluer votre chiffre d'affaires pour ne pas
devoir payer plus au factor.

La commission de financement

Une autre commission s'ajoute à la première, il s'agit de la commission de


financement. Elle compense l'avance de trésorerie, c'est-à-dire le loyer de l'argent.

Elle est calculée sur le montant prêté au prorata temporis.

Le taux appliqué correspond à Euribor à 3 mois (ou sur TBB) + un pourcentage qui
représente sa marge (compris entre 0,15% et 2% selon le profil de votre entreprise)
multiplié par le nombre de jours de l'encours et divisé par 360 jours.

Les frais annexes

Certaines sociétés d'affacturage facturent séparément des frais annexes en


contrepartie des services Web proposés, des frais de constitution de dossier, des
frais pour litiges, etc.

Attention, il est possible de négocier ces frais à la baisse voire d'exiger leur
suppression.

Les garanties

La participation au fond de garantie, ou retenue de garantie, est souvent exigée par


les sociétés d'affacturage.

Il s'agit d'une participation à un fonds de garantie couvrant le risque de factures


impayées. La somme versée correspond à un pourcentage du montant de chaque
facture. En moyenne elle s'élève à 10% des encours.

En fin de contrat, ce fonds de garantie vous est restitué.

Quel est le coût de l'affacturage ?

Sur une facture de 4650 € HT quel sera le coût de l'affacturage ?

Le contrat d'affacturage ne fonctionne pas par facture mais par remises de factures à
l'année.

Si on se trouve dans un contrat annuel avec un coût forfaitaire minimum, le coût pour
la remise et le financement d'une facture de 4650 € HT sera de l'ordre suivant : Un
forfait mensuel d'environ 100 € et un coût de financement d'environ 30 €.

Pour avoir un coût plus précis il faut raisonner en chiffre d'affaires cédé sur l'année et
en encours à financer sur l'année également. En ne prenant en compte qu'un
élément partiel comme ci-dessus, l'estimation de coût ne pourra être
qu'approximative.

28
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
L’affacturage peut-il se faire de façon ponctuelle ?

Réponse d'e-affacturage

Aujourd’hui il n'y a qu'un seul factor qui propose de l’affacturage ponctuel et


uniquement pour les clients de son réseau bancaire.

Relativement proche de l'affacturage ponctuel, il existe néanmoins beaucoup de


nouveaux petits forfaits d’affacturage bien adaptés aux problématiques des TPE. Ces
forfaits sont au même prix, voire pour certains moins cher, que l’affacturage ponctuel.
Les premiers petits forfaits commencent à moins de 200 euros par mois pour une
prestation complète d’affacturage. (Voir affacturage au forfait)

Ces forfaits sont très souples et peuvent être résiliés, pour la plupart à tout moment,
en respectant un préavis.

Comment calculer le coût de financement de l'affacturage?

Le coût de financement de l'affacturage se calcule de la manière suivante : Il faut


prendre de taux annuel de financement et le reporter à l'encours moyen annuel. Pour
prendre un exemple, avec un taux de financement annuel de 6% et un encours
moyen annuel de 200 000 euros. Le coût du financement sera de 200000 X 6%, soit
12 000 euros. Le taux de financement ne varie pas en fonction du chiffre d'affaires
remis mais peut être renégocié chaque année au moment du renouvellement du
contrat.

Quel sera le taux et le coût de l'affacturage, si le montant de mes créances est


de 120 000 € ?

Si le montant des créances remises en affacturage sur l'année représente 120 KE, le
coût de l'affacturage annuel sera la suivant : Pour des remises annuelles de 120 KE,
on raisonne sur une moyenne mensuelle de remise de 10 KE. Si on imagine que cela
représente environ 3 à 5 factures par mois, le forfait mensuel s'établira entre 200 à
250 euros. Pour le coût du financement, si les règlements se font à 60 jours de
moyenne, avec un taux de 6% annuel. Le coût pour financer l'encours moyen de 20
KE sera de 1200 euros sur l'année.

Soit un coût global de 2400 à 3000 euros pour le service et de 1200 euros pour le
financement.

Quel est le coût de l'affacturage pour une facture remise de 10 000 €, une
commission d'affacturage de 1.5% et un Euribor 3 mois + 2% ?

Réponse d'e-affacturage

Pour une facture remise de 10 000 euros, le coût de l'affacturage, au 29 septembre


2009 est le suivant :

Commission d'affacturage de 1.5% soit 10 000 X 1.5% = 150 €

29
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Commission de financement : Le taux de l'Euribor 3 mois est au 29/09/09 de 0.75%
(soit 2.75%). Le délai de paiement pris est de 60 jours. Soit : (10 000 X 60): 365 =
1644 € Et 1644 X 2.75% = 45 €

Le coût total est de 195 euros (150 + 45), soit 1.95% de la somme remise.

L'affacturage au forfait

Les forfaits d'affacturage ou affacturage au forfait présentent de nombreux avantages


:

• Le coût de l'affacturage est fixe et déterminé en avance.


• Le nombre de clients remis au factor est déterminé très souplement.

Forfait Nbre Nbre Nbre Nbre Nbre


d'affacturage Clients Clients Clients Clients Clients
Nbre factures 0à5 6 à 30 31 à 75 76 à 150 151 à 300
0à2 190 € 260 € 415 € 570 € 770 €
3 à 10 410 € 470 € 620 € 770 € 930 €
11 à 20 570 € 620 € 780 € 930 € 1 030 €
21 à 30 770 € 830 € 930 € 1 030 € 1 140 €
31 à 40 880 € 930 € 1 030 € 1 140 € 1 240 €
41 à 50 980 € 1 030 € 1 140 € 1 240 € 1 340 €
51 60 1 090 € 1 140 € 1 190 € 1 290 € 1 390 €
61 à 70 1 140 € 1 190 € 1 240 € 1 340 € 1 440 €
Coût de l'affacturage au forfait

Certaines sociétés d'affacturage proposent des forfaits mensuels à des prix très
attractifs. Certains forfaits démarrent à environ 200 € par mois. Au forfait mensuel,
représentant le coût de gestion et de garantie des créances clients, il faut ajouter le
coût du financement correspondant au taux d’intérêt appliqué au montant financé
pendant la période de l’avance des fonds. Le taux de financement correspond à
l’Euribor à 3 mois plus un pourcentage qui varie généralement de 2% à 4% en
fonction du volume financé. Ce taux est un taux annuel qu’il faut ramener à la durée
(prorata temporis) de l’utilisation Tableau de coût d'affacturage au forfait.

Pour ce tableau, le forfait mensuel correspond à un nombre de factures cédées


(jusqu'à 70) et à un nombre de clients remis par mois (jusqu'à 300).

Au forfait mensuel, représentant le coût de gestion et de garantie des créances


clients, il faut ajouter le coût de financement.

Ce tableau est un exemple de coût d'affacturage, d'autres forfaits existent en fonction


de l'encours financé.

30
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Exemples de coût d'affacturage

Exemple 1 de coût d'affacturage au forfait *

Chiffre d’affaires de votre entreprise : 100 KE Votre entreprise vend à des clients
français, votre chiffre d’affaires est d’environ 100 K€, le montant moyen de vos
factures clients est d’environ 1.5 K€ pour une dizaine de clients qui vous paient en
moyenne à 60 jours :

Coût de gestion de l’affacturage : 2 400 € Forfait d’environ 2 400 € par an soit


environ 200 € par mois de commission d’affacturage qui comprend la gestion des
factures, la garantie des créances clients et le recouvrement.

Coût de financement de l’affacturage : 640 € Commission de financement pendant


la durée de l’avance des fonds, soit un taux annuel d’environ 4 %, qui ramené à votre
encours moyen maximum financé de 16 K€ donne 640 € annuel dans le cas où la
totalité du financement est utilisé, (l’encours moyen maximum financé est le montant
des encaissements à percevoir, remis à la société d’affacturage, prorata temporis
des délais de règlement des clients).

Coût total annuel de l’affacturage, service, garantie, financement : 3 040 €

Exemple 2 de coût d'affacturage au forfait *

Chiffre d’affaires de votre entreprise : 200 KE Votre entreprise vend à des clients
français, votre chiffre d’affaires est d’environ 200 K€, le montant moyen de vos
factures clients est d’environ 2 K€ pour une dizaine de

Exemple 3 de coût d'affacturage au forfait

Chiffre d'affaire de votre entreprise TPE: 400 K € Votre entreprise vend à des
clients français, votre chiffre d’affaires est d’environ 400 K€, vos encours clients sont
d’environ 10 K€ pour une vingtaine de clients qui vous paient en moyenne à 60 jours.

Coût de gestion de l’affacturage : Forfait d'environ 3 600 € / an, soit environ 300 €
/ mois de commission d’affacturage.

Coût de financement de l'affacturage : Pendant la durée de l’avance des fonds,


taux annuel d’environ 4 %, qui ramené à votre encours moyen maximum financé de
60 K€ équivaut à 2 400 € annuel. (L’encours moyen maximum financé est le montant
des encaissements à percevoir, remis à la société d’affacturage, prorata temporis
des délais de règlement des clients).

Coût total annuel de l’affacturage : de 6 000 €.

Exemple 4 de coût d'affacturage à taux *

Chiffre d’affaires de votre entreprise : 1 ME Votre entreprise vend à des clients


français, votre chiffre d’affaires est d’environ 1 ME, le montant moyen de vos factures

31
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
clients est d’environ 3 K€ pour une quinzaine de clients qui vous paient en moyenne
à 60 jours :

Coût de gestion de l’affacturage : 7 000 € Coût d’environ 7 000 € par an soit


environ 580 € par mois de commission d’affacturage.

Taux de commission de 0.7% qui comprend la gestion des factures, la garantie des
créances clients et le recouvrement.

Coût de financement de l’affacturage : 5 600 € Commission de financement


pendant la durée de l’avance des fonds, soit un taux annuel d’environ 3.5 %, qui
ramené à votre encours moyen maximum financé de 160 K€ donne environ 5 600 €
annuel dans le cas où la totalité du financement est utilisé, (l’encours moyen
maximum financé est le montant des encaissements à percevoir, remis à la société
d’affacturage, prorata temporis des délais de règlement des clients).

Coût total annuel de l’affacturage, service, garantie, financement : 12 600 €.

Exemple 3 de coût d'affacturage au forfait

Chiffre d'affaire de votre entreprise TPE: 400 K € Votre entreprise vend à des
clients français, votre chiffre d’affaires est d’environ 400 K€, vos encours clients sont
d’environ 10 K€ pour une vingtaine de clients qui vous paient en moyenne à 60 jours.

Coût de gestion de l’affacturage : Forfait d'environ 3 600 € / an, soit environ 300 €
/ mois de commission d’affacturage.

Coût de financement de l'affacturage : Pendant la durée de l’avance des fonds,


taux annuel d’environ 4 %, qui ramené à votre encours moyen maximum financé de
60 K€ équivaut à 2 400 € annuel. (L’encours moyen maximum financé est le montant
des encaissements à percevoir, remis à la société d’affacturage, prorata temporis
des délais de règlement des clients).

Coût total annuel de l’affacturage : de 6 000 €.

Exemple 4 de coût d'affacturage à taux *

Chiffre d’affaires de votre entreprise : 1 ME Votre entreprise vend à des clients


français, votre chiffre d’affaires est d’environ 1 ME, le montant moyen de vos factures
clients est d’environ 3 K€ pour une quinzaine de clients qui vous paient en moyenne
à 60 jours :

Coût de gestion de l’affacturage : 7 000 € Coût d’environ 7 000 € par an soit


environ 580 € par mois de commission d’affacturage. Taux de commission de 0.7%
qui comprend la gestion des factures, la garantie des créances clients et le
recouvrement.

32
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Coût de financement de l’affacturage : 5 600 € Commission de financement
pendant la durée de l’avance des fonds, soit un taux annuel d’environ 3.5 %, qui
ramené à votre encours moyen maximum financé de 160 K€ donne environ 5 600 €
annuel dans le cas où la totalité du financement est utilisé, (l’encours moyen
maximum financé est le montant des encaissements à percevoir, remis à la société
d’affacturage, prorata temporis des délais de règlement des clients).

Coût total annuel de l’affacturage, service, garantie, financement : 12 600 €.

Exemple 5 de coût d'affacturage à taux *

1. Chiffre d’affaires de votre entreprise : 2 ME Votre entreprise vend à des


clients en France et à l’export, votre chiffre d’affaires est d’environ 2 ME, le
montant moyen de vos factures clients est d’environ 5 K€ pour une trentaine
de clients qui vous paient en moyenne à 60 jours :
2. Coût de gestion de l’affacturage : 8 000 Coût d’environ 8 000 € par an soit
environ 660 € par mois de commission d’affacturage.
3. Taux de commission de 0.4% qui comprend la gestion des factures, la
garantie des créances clients et le recouvrement.

Coût de financement de l’affacturage : 9 900 € Commission de financement


pendant la durée de l’avance des fonds, soit un taux annuel d’environ 3 %, qui
ramené à votre encours moyen maximum financé de 330 K€ donne environ 9 900
€ annuel dans le cas où la totalité du financement est utilisé, (l’encours moyen
maximum financé est le montant des encaissements à percevoir, remis à la
société d’affacturage, prorata temporis des délais de règlement des clients).

4. Coût total annuel de l’affacturage, service, garantie, financement : 17 900


€.

Exemple 6 de coût d'affacturage à taux * Chiffre d'affaire de votre entreprise


PME: 10 M€Votre entreprise vend à des clients français, vos encours clients vont
de 2 K€ à 20 K€ pour environ 1000 clients actifs qui vous règlent en moyenne à
60 jours.

5. Coût de gestion de l’affacturage : Coût d'affacturage d'environ 20 000 € / an


soit une prime mensuelle d'affacturage de 1 667 €. Calcul basé sur un taux de
0.2 % appliqué au chiffre d’affaires.
6. Coût de financement de l'affacturage : Commission de financement
pendant la durée de l’avance des fonds, taux annuel d’environ 2.5 %, qui
ramené à votre encours moyen maximum financé de 1.5 M€ donne 37 500 €
annuel,
7. Coût total annuel de l’affacturage : 57 500 €

Exemple 7 de coût d'affacturage à taux * Chiffre d'affaire de votre entreprise:


30 M€ Votre entreprise vend à des clients en France et à l’international, votre
chiffre d’affaires est d’environ 30 M€ dont 10 M€ à l’export, vos encours clients
vont de 2 K€ à 100 K€ pour environ 3000 clients actifs qui vous règlent en
moyenne à 60 jours.

33
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
8. Coût de gestion de l’affacturage: Le coût de l’affacturage sera d’environ 0.2
% de votre chiffre d’affaires pour la partie France, soit 40 000 € par an
(représentant des commissions d’environ 3 300 € mensuelles), et d’environ
0.25 % de votre chiffre d’affaires export, soit 25 000 € par an (représentant
des commissions mensuelles de 2 083 €), il est possible aussi d’appliquer un
taux unique pour l’ensemble du chiffre d’affaires France et export. Ce taux
serait alors d’environ 0.22 % du chiffre d’affaires, soit 66 000 € par an,
représentant des commissions mensuelles de 5 500 €.
9. Coût de financement de l'affacturage : Commission de financement
pendant la durée de l’avance des fonds, taux annuel d’environ 2,2 %, qui
ramené à votre encours moyen maximum financé de 5 M€ donne 110 000 €
annuel. Coût total annuel de l’affacturage : 175 000 €

Exemple 8 de coût d'affacturage à taux *

Chiffre d'affaire de votre entreprise: 100 M€ Votre entreprise vend à des clients
en France et à l’international, votre chiffre d’affaires est d’environ 100 M€ dont 30
M€ à l’export, vos encours clients vont de 2 K€ à 500 K€ pour environ 7000
clients actifs qui vous règlent en moyenne à 60 jours.

10. Coût de gestion de l’affacturage : le coût de l’affacturage sera d’environ 0.1


% de votre chiffre d’affaires pour la partie France, soit 70 000 € par an
(représentant des commissions mensuelles de 5 833 €), et d’environ 0.12 %
de votre chiffre d’affaires export, soit 36 000 € par an (représentant des
commissions mensuelles de 3 000 euros), il est possible aussi d’appliquer un
taux unique pour l’ensemble du chiffre d’affaires France et export. Ce taux
serait alors d’environ 0.11 % du chiffre d’affaires, soit 110 000 € par an,
représentant des commissions mensuelles de 9 167 €.
11. Coût de financement de l'affacturage : Commission de financement
pendant la durée de l’avance des fonds, soit un taux annuel d’environ 2 %, qui
ramené à votre encours moyen maximum financé (France et export) de 15 M€
donne 300 000 € annuel. Coût total annuel de l’affacturage : 406 000 €

QUESTION : QUE FAIRE QUAND UN CLIENT NE PAIE PAS ?

Réponse

Toujours avoir à l'esprit qu'on n'est pas le seul créancier d'un débiteur et sans frais
inutiles, vérifier que d'autres créanciers ne peuvent vous être préférés (à supposer
qu'il y ait un patrimoine à partager). On trouvera ci-après le texte d’une conférence
donnée sur la question (voir Propos et publications). Antérieur aux lois nouvelles sur
la faillite notamment, ce texte devrait être mis à jour. Il contient toutefois les
paramètres du premier diagnostic de principe nécessaire en la matière. A. UN PEU
D'HISTOIRE, ENTRE INFAMIE ET PARDON.

Dans le Notre Père, "Pardonne-nous nos offenses" signifie "Remets-nous nos


dettes", comme Solon les remit aux agriculteurs grecs, fondant ainsi la démocratie.
Pareils pardons n'ont pas toujours été suivis par l'Histoire : au temps de Cicéron, les
"DECOCTORES" sont parqués à part ; à l'époque du célèbre juriste coutumier
Beaumanoir, le créancier peut aller manger chez son débiteur. Il faut attendre

34
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Shakespeare pour qu'on tourne en dérision la loi qui permettait de découper le
débiteur en morceaux. Mais sous Louis XIV, l'endetté doit porter un bonnet vert -
comme des Juifs, l'Étoile de David, alors qu'à la même époque, en Malaisie, un code
tribal permet le relèvement du failli (etc).

L'histoire du droit des dettes, pour anecdotique qu'elle paraisse, nous enseigne qu'il
est souvent de bonne campagne électorale de remettre les dettes, de ne pas
assassiner le débiteur : les réformes des dernières années en Belgique visent surtout
les débiteurs civils, dont les engagements - contrairement à ceux des commerçants -
sont considérés comme des accidents (médiation, plans d'apurement, intervention
des Cpas, protection du consommateur etc) ; mais tout récemment, les projets de
réforme du droit de la faillite semblent évoquer l'excusabilité du failli lui-même (par
exemple, suppression du mot banqueroute), c'est-à-dire l'effacement de l'ardoise du
commerçant professionnel.

Comme dirait Rousseau, c'est le thème sociologique du bon failli dont une
application remarquable était déjà, voici bientôt vingt ans, la radicale modification du
projet de loi (1978) sur la faute grave et caractérisée du dirigeant : il n'est pas
question de l'interdire d'office de commerce ; il y faut un jugement motivé. Pareilles
idées-forces, exprimées entre autres par les Chambres syndicales - fussent-elles
heurtantes - ne peuvent nous laisser indifférents.

B. LES DEGRÉS DE DIFFICULTES DU DÉBITEUR ET LE CONCOURS. Une


seconde approche doit retenir l'attention de celui qui veut récupérer une créance : le
débiteur a-t-il un rhume, un infarctus, est-il dans une ambulance ou dans un
corbillard ?

1. La difficulté sans plus Une facture est impayée : je téléphone, je faxe, j'envoie des
rappels... J'apprends que le débiteur boit, qu'il a quitté sa femme, qu'il vient de
passer deux mois à l'hôpital etc. D'abord, il convient de se renseigner : a-t-il bien
régularisé sa Tva qui était en attente d'attribution, a-t-il publié ses comptes annuels,
que disent les banques de données ou les agences spécialisées en renseignements
financiers, quel est le numéro de son compte-banque, qui sont ses clients importants
chez qui je pourrais saisir ?

- Pourquoi ne pas le rencontrer et lui rappeler qu'il est honteux d'avoir des dettes ?

- Lui envoyer un encaisseur ?

- Quelle que soit l'approche arrêtée ici au cas par cas - à condition de savoir d'abord
qui est tout simplement le débiteur, c'est le plus débrouillard qui parvient à se faire
payer, sans devoir jamais se préoccuper des autres créanciers.

2. Les enquêtes commerciales (article 442 alinéa 1 in fine de la loi de 1851). Si les
dettes se sont accumulées, le tribunal de commerce peut avoir désigné un juge
enquêteur, et le poursuivant

- à supposer qu'il soit informé de l'enquête (en principe confidentielle) doit alors
commencé à penser aux créanciers concurrents : la banque qui a sûrement pris un
gage sur le fonds de commerce, le fisc et l'Onss qui font boule de neige etc. Si l'on

35
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
peut en principe encore agir seul, on risque de perdre son temps et de se faire primer
par d'autres droits ; si le débiteur est à la Conciergerie de la faillite, sachant
forcément qu'il avait des difficultés, si on parvient à se faire payer, ne devra-t-on pas
rendre ce qu'on a récupéré ?

- C'est la question des nullités dites de période suspecte, période de six mois et dix
jours maximum, dont l'automaticité appartient du reste au passé.

3. L'administration provisoire (article 584 du code judiciaire et 25 LCS). Si le


Président du tribunal de commerce a nommé un administrateur provisoire
(préfigurant ainsi le commissaire au sursis prévu par la réforme du droit de la faillite),
un autre dialogue s'installe de manière plurielle : si théoriquement chaque créancier
conserve à ce stade le droit d'agir seul, ne faut-il pas nécessairement faire confiance
au mandataire de justice ? - S'il conseille d'attendre, - pourquoi s'entêter ?

- Il paraît en tous cas certain que - davantage que le débiteur lui-même

- l'administrateur judiciaire doit, quelque part, rendre compte et peut engager une
responsabilité professionnelle : la sienne.

4. Le concordat amiable ou judiciaire (lois coordonnées de 1946). Ici, on demande au


créancier de voter, par exemple l'abandon de la moitié de la créance, l'autre moitié
étant payée de suite... c'est le temps des adages : "On ne fait pas saigner une pierre,
Un tien vaut mieux que deux tu l'auras, Vâ mî in'ouhè es min qu'deu sol hâye" (Mieux
vaut un oiseau dans sa main que deux sur la haie). Si je ne vote pas favorablement,
je n'aurai quand même rien ou peu de chose

- parce que je suis limité par les droits des autres, soit qu'ils me priment, soit qu'ils
m'accompagnent au marc le franc (c'est la notion de concours).

5. La liquidation de société (articles 178 et suivants des LCS). A ce stade, le


liquidateur rappelle au créancier qu'il ne peut plus rien faire, sinon attendre : si je
saisis les biens de mon débiteur, c'est en pure perte, la saisie étant suspendue.

- Si je n'ai pas confiance ou que je ne suis pas satisfait des trop rares informations
fragmentaires données par le liquidateur, tout ce que je puis faire c'est assigner en
faillite

- Que me rapportera pareille procédure parfois longue et coûteuse ?

- Trop souvent de charger ma créance initiale de frais et d'honoraires d'avocat.

6. La faillite (loi de 1851) C'est évidemment le stade ultime des difficultés (celui du
corbillard), où l'on ne peut vraiment plus rien faire, sinon s'en remettre aux qualités
présumées de diligence et d'efficacité du curateur qui, souvent, délivrera une belle
attestation fiscale d’irrécouvrabilité définitive. On rappellera à toutes fins qu'un
débiteur civil (non commerçant) ne peut être déclaré en faillite et qu'il se trouve, lui,
en état de déconfiture, situation dont le législateur n'a jamais organisé les règles,
obligeant -exceptionnellement

36
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- les magistrats à nommer un liquidateur, en application de l'article 585 du code
judiciaire (cf. une ordonnance civile du 21 mars 1977 citée par Maître Michel Mersch,
in "Juges consulaires de Liège", Colloque du 23.11.1978, La liquidation du
patrimoine du débiteur en difficultés, pages 59 et suivantes).

7. Mais maigre et lente consolation, à tous les stades de gêne évoqués ci-avant

- à supposer que l'on ait consenti à abandonner une partie de la créance

- on pourrait encore revenir à la charge si le débiteur "se refaisait" : sauf si la


nouvelle loi de faillite supprimait cette règle (?), les sacrifices ne sont jamais que
sous condition. C'est ce que les juristes appellent la clause de retour à meilleure
fortune (article 34 des lois coordonnées sur le concordat judiciaire : Celui qui a
obtenu le concordat est tenu, en cas de retour à meilleure fortune, de payer
intégralement ses créanciers). On voit ainsi que l'analyse est radicalement différente
selon que l'on peut agir seul et, d'autre part, selon que le passif du client est en
quelque sorte collectivisé.

C. QUELQUES REMEDES A LA RESIGNATION DU CREANCIER

1. L'assurance-crédit, le factoring et l'avocat. La plus grande efficacité, le plus grand


confort en matière de récupération de créances est apparemment d'assurer les
factures que l'on adresse à ses clients. Pourquoi s'assurer contre l'incendie ou la vie
et pas contre le risque de déstabilisation de la balance-clients, qui est pourtant le
cœur de l'entreprise ? - Le coût de cette garantie se situe actuellement entre 0.2 et 1
pour cent du chiffre d'affaires (et non de telle ou telle facture), qui doit être le plus
souvent de vingt millions de francs minimum.

A l'échéance de la facture impayée, le créancier assuré conserve le droit de


récupérer lui-même durant nonante jours, à condition d'adresser trois rappels - dont
le dernier par recommandé. Six mois après l'échéance, si la facture reste impayée,
l'assureur-crédit paye 85 % de la créance, les 15 % non couverts étant versés
ultérieurement, si l'assureur - cessionnaire de la créance - parvient à récupérer
totalement ; en cas de faillite du client, l'assureur paye en principe les 85 % dans les
trente jours de la faillite (ou du dépôt du procès verbal de vérification des créances).

On observera que l'assurance-crédit implique des contacts réguliers entre l'assureur


et son client, avec les conseils et les recommandations qui les accompagnent, ce qui
est moins ou jamais le cas en matière de factoring, sorte d'expropriation des droits
que l'on a sur ses clients. Contrairement à l'assurance-crédit, le factoring propose
toutefois deux services supplémentaires la gestion directe de la balance âgée des
clients débiteurs, et les avances sur factures, comparables à l'escompte pratiqué par
les banques.

Le factoring est, en quelque sorte, moins relationnel que l'assurance-crédit, mais il


présente l'avantage de permettre à une jeune entreprise par exemple, de disposer de
liquidités. Dans l'un comme dans l'autre cas (assurance-crédit et factoring), l'assuré
n'est plus totalement maître de ses relations avec un client qu'il souhaiterait peut-être
conserver, parce qu'il représente par exemple une part importante de son chiffre
d'affaires : dans les restructurations d'entreprises en difficultés, on peut assister ainsi

37
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
à de véritables divorces entre l'assureur du fournisseur et le client ; alors que le
fournisseur aurait voté pour un concordat amiable, l'assureur-crédit ou le factor se
montre particulièrement intransigeant.

A côté de ces mécanismes coûteux, qui exigent qu'on soit accepté in globo par
l'assureur-crédit ou le factor, l'avocat est une solution sur mesure, pour telle ou telle
créance douteuse, fût-elle unique : c'est comme la différence entre le menu et la
carte. S'il diagnostique bien le cas - notamment parce qu'il dispose du plus grand
nombre de renseignements indispensables, l'avocat pourra utilement conseiller l'un
ou l'autre des trucs examinés ci-après (dans un ordre en principe décroissant
d'efficacité).

2. L'action en revendication (articles 566 à 572 de la loi de 1851 sur les faillites) ;

Les juristes dénomment ainsi la possibilité d'aller rechercher chez le débiteur la


chose qu'on a mise à sa disposition, solution efficace à la condition évidente que le
bien revendiqué ait encore une valeur marchande. "Pourront être également
revendiquées, aussi longtemps qu'elles existeront en nature, en tout ou en partie, les
marchandises consignées au failli à titre de dépôt ou pour être vendues pour le
compte de l'envoyeur" (...) (Article 567 alinéa ter de la loi de 1851 sur les faillites).

3. Le droit de rétention (jurisprudence, article 1613 du code civil et 570 de la loi de


1851) C'est en quelque sorte l'inverse de l'action en revendication : je puis conserver
dans certaines conditions la chose que mon débiteur m'a remise (cas du garagiste
ou du comptable p.ex.). Le créancier doit être possesseur de bonne foi (c'est-à-dire
qu'il doit avoir acquis régulièrement) ; il doit retenir le bien pour son propre compte,
en être resté possesseur et enfin il n'exercera son droit de rétention que dans la
mesure où il y a un lien de connexité entre la rétention et la convention qui a donné
naissance à la créance. "C'est la nature de ce dernier lien qui sera surtout un
problème, certains exigeant un lien objectif et matériel entre le bien retenu et la
créance, d'autres se contentant d'un lien dit subjectif qui étend par convention la
portée du droit de rétention à un ensemble d'opérations" (Verougstraete, Manuel du
curateur de faillite, page 149).

4. La clause de réserve de propriété (jurisprudence). C'est indiquer dans le contrat


de vente que la chose vendue reste ma propriété (je puis la reprendre ou la faire
vendre à mon seul profit) tant que le prix n'a pas été entièrement payé.
L'inconvénient de cette clause est que, conservant la propriété, je garde à ma charge
les risques d'altération ou de dépérissement de la chose, d'où la nécessité de
compléter le contrat par un engagement de l'acheteur de supporter ces risques. La
limite de la réserve est qu'elle ne joue plus en cas de concours avec d'autres
créanciers (cf. ci-avant les stades de difficultés) : il faut qu'elle ait été mise en œuvre
- par recommandé, par exemple - avant la survenance de ce concours
(collectivisation du passif du client).

5. La compensation (articles 1289 et suivants du code civil) Il s'agit ici de se payer au


moyen de ce qu'on doit soi-même à son débiteur. Il faut toutefois que les dettes
réciproques soient tenues entre elles par un étroit lien de connexité, notion que la
jurisprudence peut évidemment faire varier.

38
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
"La compensation n'a lieu qu'entre deux dettes qui ont également pour objet une
somme d'argent, ou une certaine quantité de choses fongibles de la même espèce et
qui sont également liquides et exigibles" (article 1291 alinéa 1er du code civil). "Les
conditions de la compensation légale entre une dette du failli envers un créancier et
une dette de celui-ci envers le failli ne sont réunies que lorsque les deux dettes sont
liquides avant la déclaration de faillite" (Cassation 11 avril 1986, Pasicrisie, page
987).

6. La dation en paiement (Verougstraete, Manuel du curateur de faillite, No 350-353)


Le procédé est une forme de troc : par exemple, pour se payer des travaux de
construction d'un immeuble, un entrepreneur se fait donner l'immeuble inachevé. Il
s'agit d'une convention dangereuse, qui pourrait particulièrement être annulée en cas
de survenance d'une faillite. Il est en effet toujours nécessaire, quel que soit le cas
d'espèce examiné et la consultation à donner, d'examiner si telle ou telle attitude en
principe efficace ne heurtera pas la règle de l'égalité des créanciers (cf. ci-avant, la
notion de concours) et ne sera pas anéantie de ce chef. Ainsi, dans un arrêt récent
(JLMB 1997, No 13, pp.520 sqq), la Cour de cassation rappelle fermement : (..) "Une
sûreté réelle, établie en dehors des règles légales, heurte le principe d'égalité des
créanciers.

En vertu de cette règle, il y a lieu de refuser tout effet postérieur au concours à une
convention qui créerait, en faveur de créanciers, une préférence dépourvue de cause
légitime et qui serait préjudiciable aux autres créanciers du débiteur. Le principe de
l'égalité des créanciers et les articles 7, 8 et 9 de la loi hypothécaire dérogent
nécessairement aux articles 1165, 1134 et 1135 du code civil, puisqu'ils rendent
inopposable aux créanciers en concours une convention créant une sûreté réelle non
prévue par la loi..." (..)

7. La faculté de remplacement (usage commercial inspiré de l'art. 1657 du code civil)


Si je mets mon acheteur défaillant en demeure de prendre livraison
(automatiquement, lorsque le cours des choses vendues fluctue rapidement), je peux
vendre à quelqu'un d'autre et réclamer à l'acheteur défaillant la différence éventuelle
de prix. Cette faculté est également réservée à l'acheteur en cas de refus de
livraison. L'avantage de cette technique est de ne pas devoir saisir le tribunal, mais
elle comporte une importante obligation d'information, et le juge pourrait dire par la
suite que le remplacement n'a pas été correctement effectué. Un usage analogue
existe en matière de contrat d'entreprise. De manière plus générale, le remplacement
pourrait être expressément stipulé dans tout contrat, quel qu'il soit, la convention
faisant la loi des parties.

8. Le dépôt de la facture (article 20/5 de la loi hypothécaire) Que l'on vende une
machine ou un fonds de commerce, biens qualifiés de meubles, beaucoup ignorent
que si l'on dépose - gratuitement - au greffe du tribunal de commerce, dans la
quinzaine, la facture ou tout acte constatant la vente (fût-ce un fax, par exemple), on
est privilégié sur le prix de réalisation de l'objet vendu en cas de faillite. Un obstacle
non négligeable : l'immobilisation possible de la chose.

39
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
9. L'exception d'inexécution ou non adimpleti contractus (article 1612 du code civil)
On applique dans ce cas une modalité consulaire de la loi du talion - dont on sait
qu'elle est un progrès par rapport à Pour une dent, toute la gueule... On peut ne pas
respecter ses obligations dans la mesure où le cocontractant n'a pas respecté les
siennes. Notons qu'à certaines conditions, la jurisprudence a étendu la faculté
d'invoquer l'exception d'inexécution à un champ contractuel, un ensemble de
relations d'affaires dans le temps.

La limite de pareille justice privée est l'exécution de bonne foi des conventions
stipulée par l'article 1134 du code civil : "Les conventions légalement formées
tiennent lieu de loi à ceux qui les ont faites. Elles ne peuvent être révoquées que de
leur consentement mutuel, ou pour les causes que la loi autorise. Elles doivent être
exécutées de bonne foi. "Comme le droit de rétention (3), la compensation (5), la
dation en paiement (6), la faculté de remplacement (7) et, dans une certaine mesure,
la conversion de créance en capital (13, ci-après), se faire justice à soi-même n'est
pas sans risque.

De manière plus générale, on peut encore stipuler qu'en cas d'inexécution de telle ou
telle obligation, le contrat sera résolu de plein droit (clause résolutoire expresse),
c'est-à-dire sans devoir s'en remettre au juge : l'idée est excellente, indépendante,
mais laisse au débiteur défaillant la faculté de faire dire par ce juge - dont on a voulu
éviter l'intervention - que le créancier a outrepassé ses droits : on peut ainsi se
retrouver à la case départ... N'est-il pas ici plus insécurisant de croire un problème
résolu, alors qu'il reste judiciairement récurrent ?

10. Le privilège des frais de justice (article 17 de la loi hypothécaire) Quoique


subsidiaire, ce moyen de se faire donner une préférence permet par exemple de
récupérer les frais d'huissier exposés en vue d'une saisie conservatoire. Les frais de
justice sont privilégiés sur les meubles et les immeubles, à l'égard de tous les
créanciers dans l'intérêt desquels ils ont été faits.

11. Les dettes dites "de" masse (en cas de liquidation ou de faillite). Il n'est pas sans
intérêt de rappeler que si un liquidateur ou un curateur poursuit les activités
commerciales d'un débiteur en difficultés, il doit donner la priorité à des dettes
nouvellement contractées par lui, à la condition qu'il ait en quelque sorte assumé
l'engagement de manière explicite : ainsi, même dans la situation la plus obérée, on
peut encore espérer être payé.

12. Le privilège du sous-traitant et son action directe (article 1798 du code civil)
Exception importante au principe de la relativité des contrats, cette disposition légale
permet au sous-traitant impayé d'agir directement contre le maître de l'ouvrage, en
cas de défaillance de l'entrepreneur (substitution de débiteur utile, à la condition
évidente que le maître de l'ouvrage soit solvable). La limite est ce que le maître de
l'ouvrage doit lui-même à l'entrepreneur. S'il y a plusieurs sous-traitants, la règle
s'applique entre eux, au marc le franc (cf. Cour d'appel de Liège, 23 mai 1996, JLMB
1997, No 15, pp.589 sqq).

40
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
13. La conversion de créance en capital et les sûretés de réduction de capital. Si
mon débiteur sollicite un moratoire et que ses difficultés ne sont que passagères,
pourquoi n'entrerais-je pas dans le capital de sa société ? –

Pour exceptionnel qu'il puisse paraître, pareil procédé n'est pas sans intérêt : il doit
être réalisé en respectant les règles strictes des apports en nature ou par un droit de
vote favorable dans un concordat amiable.

Autre protection remarquable de créanciers dans un domaine analogue, celui de


l'hypothèse d'une réduction de capital (article 72 bis nouveau des LCS) : "Si la
réduction du capital s'opère par un remboursement aux actionnaires ou par dispense
totale ou partielle du versement du solde des apports, les créanciers dont la créance
est née antérieurement à la publication, ont, dans les deux mois de la publication aux
annexes du Moniteur belge de la décision de réduction du capital, nonobstant toute
disposition contraire, le droit d'exiger une sûreté pour les créances non encore
échues au moment de cette publication.

"Quoique très ciblé, ce texte mérite une attention toute particulière, lorsque l'on
évoque ce nombre incroyable de sociétés dont le capital est réduit en fait (Oserait-on
une application analogique avec les articles 103 et 104 des lois coordonnées et
l'influence sans cesse grandissante du tribunal dans la vie des sociétés
commerciales ?...)

14. L'action paulienne en inopposabilité (article 1167 du code civil) Si le débiteur a


fraudé, le créancier peut se faire déclarer inopposable l'acte frauduleux
d'appauvrissement, avec cet avantage évident que, contrairement aux annulations
de période suspecte éventuellement poursuivies par les curateurs, l'action paulienne
se prescrit par trente ans. La mise en œuvre de cette action exige quatre conditions :
la fraude, la complicité d'un tiers, l'antériorité de la créance, et l'exigibilité de celle-ci.
"Ils (les créanciers) peuvent aussi, en leur nom personnel, attaquer les actes faits par
leur débiteur en fraude de leurs droits"(article 1167 alinéa 1 er du code civil).

15. Les saisies et les traites protestées. Il est essentiel de rappeler qu'à un créancier
chirographaire, une saisie, parfois fort coûteuse, ne donne absolument aucun
privilège - pas plus que des traites protestées. Si, par exemple, au moyen d'une
saisie-arrêt, je bloque la trésorerie de mon débiteur, je n'aurai souvent que la
satisfaction d'avoir provoqué sa faillite (à la condition évidente que je ne sois pas le
seul créancier). Il est encore ainsi très utile de consulter préalablement le fichier des
saisies. Même remarque pour le protêt, qui ne fait que publier l'endettement à l'égard
des tiers.

Dans cette manière d'aborder la récupération de créance contre un débiteur en


difficultés, on retrouve en quelque sorte les règles de l'infamie abordées en
introduction (A) : si pareilles sanctions de principe peuvent être utiles en cas de
difficultés limitées, elles entraînent souvent dans tous autres cas des dépenses en
pure perte.

41
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
16. La citation en faillite pour faire pression Poursuivant dans la récupération-
vindicte, on peut en effet citer en faillite (à la condition que l'on dispose d'un titre
exécutoire et - selon les cas - d'un procès verbal de carence ou assimilé dressé par
un huissier de justice) : outre son coût et sauf situations flagrantes de mauvaise foi
et/ou de malversations du débiteur, pareil réflexe nous paraît démodé, dans la
mesure où les tribunaux de commerce, inspirés par les idées de la réforme du droit
de la faillite notamment, auront de plus en plus tendance à préférer la notion de
sursis, mais dans cette limite où le contrôleur fiscal est plus ou moins facile pour
accepter une créance en pertes et profits. L'usage abusif de la citation en faillite a été
souvent reproché à l’Onss.

17. L'action en responsabilité et la plainte (pour organisation d'insolvabilité). Dernier


stade de récupération, lorsqu'on a vraiment la conviction que rien n'est récupérable,
faut-il agir en responsabilité (est-on recevable à le faire...) ou déposer plainte au
Parquet ? - Force est de constater que ce dernier a d'autres chats à fouetter.

D. CONCLUSION

Au terme de cet exposé forcément sommaire mais qu'on espère utile et pratique,
nous pouvons conclure brièvement qu'il faut :

(1) cibler son débiteur,

(2) le situer selon le degré de ses difficultés,

(3) ne pas consulter trop tard, afin de disposer notamment d'informations fraîches, et
surtout

(4) dans le plus strict discernement, préférer la compréhension à la fermeté. A ces


conditions, on peut faire en sorte que le poste "clientèle" du bilan soit une réalité.

42
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
III- L’ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE ET FINANCIER DE L’AFFACTURAGE
AU MAROC

ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE

ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

Les menaces de récession de l'économie mondiale apparues fin 2008 se sont


concrétisées en 2009, l'économie mondiale ayant enregistré un recul de 0,6% du
PIB. Le recul de l'activité est le fait des économies dites avancées (-3,2%
globalement), les économies en développement enregistrant + 2,4% en moyenne.

Au sein des économies avancées, le PIB s'est contracté de 2,4% aux États-Unis, de
5,2% au Japon et de 4,1% au sein de la zone euro.

Dans la zone euro, l'Allemagne et l'Italie affichent -5%, le Royaume-Uni -4,6%,


l'Espagne -3,6% et la France -2,2%. Dans les pays en développement, l'activité a
progressé de 8,7% en Chine et de 5,7% en Inde, tandis qu'elle a reculé de 6,5% au
Mexique et de 0,2% au Brésil. Le commerce mondial a reculé de 10,7%. Chez les
principaux partenaires commerciaux du Maroc; les importations ont reculé (- 9,7% en
France et -17,9% en Espagne).

ENVIRONNEMENT NATIONAL

Malgré le contexte international peu porteur et grâce aux bons résultats du secteur
agricole et au raffermissement de la demande intérieure, le taux de croissance
économique au Maroc ressort en 2009 à 4,9% après 5,6% en 2008. Cependant, la
conjoncture internationale difficile n'a pas manqué d'affecter la demande étrangère
adressée au Maroc. Activité sectorielle

Le taux de croissance économique enregistré en 2009 est le résultat des


performances du secteur agricole, dont la hausse de la valeur ajoutée a compensé le
ralentissement de celles des autres activités, en particulier dans les secteurs orientés
vers l'exportation. Le PIB agricole a augmenté de 30,6% (après 16,3% en 2008) et le
PIB hors agriculture de 1,4% (4,2% en 2008).

Ce tassement du PIB hors agriculture est lié au recul d'activité de l'ordre de 2,8% du
secteur secondaire (notamment les mines, sous l'effet du recul de la production des
phosphates et dérivés, et les industries de transformation, sous l'effet du recul de
l'activité dans la confection et dans le secteur des biens d'équipement automobile).
La régression de la demande étrangère adressée au Maroc explique en grande
partie cette contre-performance des activités secondaires (voir page 7, "Opérations
avec l'étranger").

Demande intérieure

La croissance économique a été tirée par la demande intérieure finale, compte tenu
de la hausse de 5,6% des dépenses de consommation finale (+5,7% en 2008) elle-
même liée à l'augmentation de 4,0% de la consommation des ménages (6% en
2008) et à la hausse de 11,2% de la consommation finale publique (4,8% en 2008).

43
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
La formation brute de capital fixe (FBCF) s'est inscrite en hausse de 2,5% (11,5% un
an auparavant). Le taux d’investissement (FBCF/PIB) ressort dans ces conditions à
30,7% (33% en 2008).

Emploi

Le taux de chômage s'est établi à 9,1% en 2009 (13,8% en milieu urbain et 4% en


milieu rural) contre 9,6% une année auparavant (14,7% en milieu urbain et 4% en
milieu rural).

Prix

L'inflation, mesurée par l'indice annuel moyen des prix à la consommation a


enregistré, en 2009, une augmentation de 1,0% par rapport à l'année 2008 (+ 3,9%
en 2008). La hausse a concerné aussi bien les produits alimentaires, dont l'indice a
augmenté de 1%, que les produits non alimentaires dont l'indice a progressé de
0,9%. Pour ces derniers, la variation s'inscrit dans une fourchette allant d'une baisse
de 4,5% pour le poste "Communications" à une hausse de 5,4% pour le poste
"Enseignement".

Opérations avec l'extérieur

Les indicateurs relatifs aux opérations avec l'étranger se sont détériorés du fait de la
conjoncture internationale défavorable qui a prévalu en 2009.

Balance commerciale

Les transactions commerciales du Maroc avec l'étranger ont porté, en 2009, sur un
montant de 377,2 milliards de dirhams, en recul de 104,6 milliards ou 21,7%.

Cette évolution est imputable au recul : de près de 19% ou -61 milliards des
importations qui se sont établies à 265,2 milliards en 2009 ; de plus de 28% ou - 44
milliards des exportations qui se sont établies à 112 milliards en 2009. Il faut noter à
cet égard, la baisse de 63% ou 33 milliards de dirhams des exportations des
phosphates et dérivés.

Recettes voyages, recettes au titre des investissements et prêts privés


étrangers et transferts des Marocains Résidant à l'Étranger (MRE)

Les recettes au titre des voyages ont atteint 52,8 milliards de dirhams, en recul de
2,7 milliards ou 5% par rapport à 2008.

Les envois de fonds effectués par les Marocains Résidant à l'Étranger se sont établis
à 50,2 milliards de dirhams, en recul de 2,8 milliards ou 5,3%.

Les investissements et prêts privés étrangers ont enregistré un montant de 26,6


milliards de dirhams, en recul de 8,7 milliards ou 26,1%.

Au total, le compte courant de la balance des paiements rapporté au PIB ressort à -


4,5%.

44
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Finances publiques

Après avoir dégagé un excédent de l'ordre de 0,4% du PIB, le solde budgétaire a


enregistré un déficit qui se situerait autour de 2,5% du PIB en 20069, suite une
baisse des recettes fiscales elle-même liée notamment à la crise économique qui a
affecté les secteurs d'activité liés à la demande étrangère.

ENVIRONNEMENT FINANCIER

MONNAIE ET CRÉDIT

L'exercice 2009 a été marqué par une progression de 4,6% de la masse monétaire
qui a atteint 747, 3 milliards de dirhams, progression moins soutenue
comparativement à 2008 (10,8%). Cette décélération est attribuable à l'atténuation
du rythme d'accroissement de la monnaie scripturale : s'établissant à 360,7 milliards
de dirhams, cet agrégat a progressé de 2,0% au lieu de 7,9% en 2008.

Les placements liquides, qui ont atteint 58,4 milliards de dirhams ont enregistré une
hausse de 36,3% contre une baisse de 15,5% en 2008.

En termes de contreparties monétaires, les concours à l'économie des banques se


sont établis à 579,2 milliards de dirhams, en progression de 9,1% contre 22,9% en
2008. Ce tassement est attribuable :

• d'une part, au ralentissement du rythme de croissance,


• des crédits immobiliers (+12,8% au lieu de 27,5% en 2008) qui ont atteint
172,3 milliards de dirhams,
• des crédits à la consommation (+18,8% au lieu de 27,6%) qui ont atteint 29,8
milliards de dirhams,
• des concours aux sociétés de financement (+1% au lieu de 21,3%) qui ont
atteint 52,7 milliards de dirhams;
• d'autre part, à la baisse des crédits de trésorerie de 1% à140 milliards de
dirhams (+22% en 2008).

Les créances en souffrance ont reculé de 0,6% (après -6,4% à fin 2008) atteignant
31 milliards de dirhams. Les créances nettes sur l'État ont marqué une hausse de
6% après 1% en 2008, atteignant 85,5 milliards de dirhams. Enfin, et pour la
deuxième année consécutive, les avoirs extérieurs nets ont enregistré une
régression pour passer à 189 milliards de dirhams contre 196 milliards de dirhams à
fin 2008, soit une baisse de 3,6% après celle de 5,3% en 2008. Ce recul s'explique
par ceux des recettes voyages, des transferts des MRE et des recettes des
investissements et prêts privés étrangers.

BOURSE DE CASABLANCA

La Bourse de Casablanca a évolué dans un climat d'incertitudes lié à la crise


financière internationale et ses répercussions sur le comportement des investisseurs,
sur l'activité et, partant, sur les perspectives des résultats des sociétés cotées. Dans
ce contexte, elle a affiché un recul de ses principaux indicateurs.

45
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Le MASI a reculé de 4,92% à 10 443,81 points, après -13,48% en 2008 et le MADEX
a perdu 6,58% à 8 464,47 points après -13,41%.

La capitalisation boursière s'est contractée de 23 milliards de dirhams revenant à 509


milliards au lieu de 532 milliards en 2008 et 586 milliards en 2007. Le volume des
transactions a baissé de 37,4%, atteignant 49,6 milliards de dirhams en 2009.
Notons que l'année 2009 a été marquée par l'absence d'opérations d'introduction de
sociétés en bourse, sachant que cinq opérations ont été réalisées en 2008 et dix en
2007.

PERSPECTIVES 2010

L'économie mondiale a entamé, début 2010, sa sortie de crise, enregistrant une


reprise qui demeure, cependant, lente et fragile. Selon les estimations du FMI, le PIB
mondial devrait augmenter de 4,2% en 2010 et de 4,3% en 2011, et les perspectives
de croissance pour les pays en développement s'annoncent favorables avec des
taux de croissance de 6,3% en 2010 et de 6,5% en 2011.

Au Maroc, l'activité économique devrait bénéficier aussi bien du redressement de la


demande mondiale adressée au Maroc que de la consolidation de la demande
intérieure. Selon les prévisions du HCP, la croissance devrait s'établir à 4,1% sous
l'effet principalement de la reprise des activités non agricoles (+5,9%). La
consommation finale nationale progresserait de 4,6% et la FBCF de 8,3%.

46
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
IV- STATISTIQUES SUR L’AFFACTURAGE PAR CONTINENT DE 2003 A 2009

1. VOLUME D’AFFACTURAGE TOTAL PAR CONTINENT DE 2003 A 2009 (en


millions d’euros)

Continents
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

Europe 546.935 612.504 715.486 806.983 932.269 888.533 876.649


Amérique 104.162 109.619 135.240 140.493 149.673 154.195 142.013
Afrique 5.840 7.586 6.237 8.513 10.705 13.263 14.796
Asie 88.933 111.478 135.470 149.606 174.244 235.512 209.991
Australie 13.979 18.417 23.380 27.853 33.780 33.246 40.110
Total 759.849 859.604 1.015.813 1.133.448 1.300.671 1.325.111 1.283.559

2. VOLUME D’AFFACTURAGE TOTAL PAR CONTINENT DE 2003 A 2009 (en


pourcentage)

Continents 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009


Europe 72 71,2 70,5 71,2 71,7 67 68
Amérique 13,7 12,8 13,3 12,4 11,5 11,7 11
Afrique 0,8 0,9 0,6 0,7 0,8 1 1
Asie 11,7 13 13,3 13,2 13,4 17,8 17
Australie 1,8 2,1 2,3 2,5 2,6 2,5 3
Total 100 100 100 100 100 100 100

3. AFFACTURAGE DOMESTIQUE ET INTERNATIONAL PAR CONTINENT EN


2009 (en millions d’Euros)

Nombre
d’entreprises Affacturage Affacturage Affacturage
Continent
domestique international total

559 Europe 760.699 115.950 876.649


1.163 Amérique 132.278 9.735 142.013
18 Afrique 14.335 461 14.796
143 Asie 170.713 39.279 209.991
26 Australie 40.075 35 40.110
1.909 Total 1.118.100 165.459 1.283.559
47
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
4. AFFACTURAGE DOMESTIQUE ET INTERNATIONAL PAR CONTINENT EN
2009 (en pourcentage)

Nombre Continent Affacturage Affacturage Affacturage


d’entreprises domestique international total
559 Europe 68 % 70,07% 68%
1.163 Amérique 11% 5,88% 11%
18 Afrique 1,5% 0,27% 1%
143 Asie 15,5% 23,73% 17%
26 Australie 4% 0,05% 3%
1.909 Total 100% 100% 100%

V- STATISTIQUES SUR L’AFFACTURAGE AU MAROC PAR RAPPORT A


L’AFFACTURAGE MONDIAL

1. Activité des sociétés d’affacturage 1999-2009

2005 2007
m i l l i o n s d e d i r h a ms 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2006 2008 2009

Remises de créances de l'exercice 2 011 2 172 2 192 2 138 2 048 2 941 3 423 3 758 5 249 6 177 7 354

Import 77 77 78 66 49 95 74 139 834 675 495

Export 1 162 1 199 907 989 1 009 1 129 1 183 1 238 1 407 1 292 1 187

Domestique 773 897 1 207 1 083 1 350 1 717 2 166 2 381 3 008 4 211 5 672

Encours des remises de créances au 31


734 636 664 612 590 788 976 1 131 1 487 2 238 2 163
décembre

Import 26 27 22 18 15 26 18 45 41 217 78

Export 269 237 190 202 162 234 267 275 300 271 259

Domestique 438 372 452 392 413 527 691 812 1 146 1 751 1 826

Créances financées au 31 décembre 180 113 230 120 124 193 324 516 720 1 079 1 079

Export 49 17 15 15 12 16 24 42 53 76 57

Domestique 132 97 215 105 112 177 300 473 667 1 003 1 022

48
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
2. AFFACTURAGE DOMESTIQUE ET INTERNATIONAL
AU MAROC PAR RAPPORT A L’AFFACTURAGE DU
CONTINENT AFRICAIN EN 2009 (en millions d’euros)

Nbre Pays Affacturage Affacturage Total


d’entpses domestique international affacturage
4 Egypte 35 75 110
6 Maroc 750 160 910
5 Afrique du sud 13.300 200 13.500
3 Tunisie 250 26 276
18 Total 14.335 461 14.796

3. AFFACTURAGE DOMESTIQUE ET INTERNATIONAL


AU MAROC PAR RAPPORT A L’AFFACTURAGE DU
CONTINENT AFRICAIN EN 2009 (pourcentage)

Nbre Pays Affacturage Affacturage Total


d’entreprises domestique international affacturage
4 Egypte 0,2 16 1
6 Maroc 5,2 35 6
5 Afrique du 92,8 43 91
sud
3 Tunisie 1,8 6 2
18 Total 100 100 100

4. AFFACTURAGE DOMESTIQUE ET INTERNATIONAL


AU MAROC PAR RAPPORT A L’AFFACTURAGE
MONDIAL EN 2009

Affacturage Affacturage Total affacturage


domestique international
Somme (en 750 160 910
millions d’Euros)
Pourcentage 0,06% 0,09% 0,07%

49
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
5. VOLUME D’AFFACTURAGE TOTAL AU MAROC PAR
RAPPORT A L’AFFACTURAGE DU CONTINENT
AFRICAIN DE 2003 A 2009 (en millions d’euros)

Pays 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009


Egypte 0 1 1 3 20 50 110
Maroc 160 300 430 440 660 850 910
Afrique du sud 5.470 7.100 5.580 7.800 9.780 12.110 13.500
Tunisie 210 185 226 270 245 253 276
Total 5.840 7.586 6.237 8.513 10.705 13263 14.796

6. VOLUME D’AFFACTURAGE TOTAL AU MAROC PAR


RAPPORT A L’AFFACTURAGE DU CONTINENT
AFRICAIN DE 2003 A 2009 (en pourcentage)

Pays 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009


Egypte 0 1 1 3 20 50 110
Maroc 160 300 430 440 660 850 910
Afrique du sud 5.470 7.100 5.580 7.800 9.780 12.110 13.500
Tunisie 210 185 226 270 245 253 276
Total 5.840 7.586 6.237 8.513 10.705 13263 14.796

7. VOLUME D’AFFACTURAGE TOTAL AU MAROC PAR


RAPPORT A L’AFFACTURAGE MONDIAL DE 2003 A
2009

Année 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009


Somme (en 160 300 430 440 660 850 910
millions
d’euros)
Pourcentage 0,02% 0,03% 0,04% 0,04% 0,05% 0,06% 0,07%

50
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
VI- LES BANQUES ET ETABLISSEMENTS DE CREDIT SPECIALISES DANS
L’AFFACTURAGE AU MAROC

1. ATTIJARI FACTORING

Attijariwafa bank est un groupe bancaire et financier marocain ; il est considéré


comme le premier groupe bancaire et financier du Maghreb et le troisième au niveau
africain.

Histoire

La Banque Commerciale du Maroc (BCM) a été fondée en 1911, elle était considérée
comme la première banque privée au Maroc, jusqu'à sa fusion en 2003 avec
Wafabank pour former Attijariwafa Bank.

Wafabank

L’histoire de Wafabank commence à Tanger où, en 1904, la Compagnie française de


crédit et de banque crée, à travers sa filiale algérienne, la CACB (Compagnie
algérienne de crédit et de banque). La CACB tisse, au fil des années, son réseau
d’agences, premier et seul réseau bancaire du Maroc au lendemain de
l'indépendance, il comptait 38 agences. En 1964, la CACB est marocanisée et
devient la CMCB (Compagnie marocaine de crédit et de banque). Quatre ans plus
tard, en 1968, la famille Kettani en devient actionnaire majoritaire. A la fin des
années 70, le top management se rend compte que la dénomination CMCB est un
facteur qui entrave le développement de la notoriété de la banque. En 1985, la
banque prend le nom de Wafabank. Entre 1985 et 1991, Wafabank entame une
politique agressive axée sur la filialisation des métiers. En 1993, elle s'introduit en
Bourse de Casablanca.

Groupe intégré, Attijariwafa bank a développé une offre para bancaire complète via
ses filiales spécialisées qui occupent des positions de premier plan dans leurs
métiers et constituent un relais de croissance significatif dans le développement du
groupe.

AU MAROC

WAFASALAF

Leader sur le marché du crédit à la consommation au Maroc, Wafasalaf dispose de


la gamme de produits la plus diversifiée et la plus complète du marché : prêts
personnels, crédits renouvelables, cartes de crédits revolving, crédit automobile,
location avec option d’achat (LOA), crédits d’équipement des ménages et crédits
voyages.

51
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
WAFA ASSURANCE

Leader du marché en 2008, Wafa Assurance développe notamment les métiers de


bancassurance au profit de la clientèle d’AttijariWafabank et de plusieurs autres
réseaux. Une stratégie qui lui assure une proximité optimale et des perspectives de
croissances intéressantes.

WAFACASH

Wafacash offre aux clients bancarisés ou non bancarisés de leur faciliter toutes les
opérations liées à l’argent : le transfert international (en partenariat avec Western
Union), le transfert local (Cash express) et le change manuel.

WAFABAIL

L’offre de Wafabail, destinée aux professionnels et aux entreprises, couvre le


financement des locaux professionnels, véhicules utilitaires, équipement industriel,
matériel informatique, voitures de tourisme,…

WAFA IMMOBILIER

Spécialisée dans la distribution de crédits pour l’acquisition, la construction et


l’aménagement de logements, Wafa Immobilier intervient également dans le
financement de la promotion immobilière.

WAFA LLD

Wafa LLD est spécialisée dans la location longue durée de véhicule. Son activité
consiste à mettre à la disposition des entreprises un ou plusieurs véhicules neufs
pour un kilométrage et une durée convenus à l’avance (de 12 à 60 mois), moyennant
une redevance mensuelle nette.

ATTIJARI FACTORING

Date de création : 1995

Au capital de 30 000 000 dirhams

RC : 74 899 - IF : 1085259

Attijari Factoring propose à sa clientèle une technique de gestion et de financement à


travers laquelle elle s’engage par contrat à couvrir le risque d’impayés de leurs
clients marocains et étrangers, prendre en charge la gestion des comptes clients et
le recouvrement des créances et assurer le financement des factures.

PRINCIAPAUX ACTIONNAIRES

BCM Corporation (Groupe BCM): 75%

SANTUSA Holding (Groupe Santander Central Hispano): 25%

52
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
CONSEIL D’ADMINISTRATION

Mohamed EL KETTANI EL HAMIDI - Boubker JAI (Président) - Omar BOUNJOU -


José ANDRES REIG ECHEVESTE - Brahim SAID -Javier DIAZ ALLIAGA - Javier
RODRIGUEZ MANTINIAN - Talal El BELLAJ - Amin BENJELLOUN TOUIMI

MANAGEMENT RESSOURCES HUMAINES

Boubker JAI (Président)

Driss CHERIF HAOUAT (Directeur Général)

RESEAU DE DISTRIBUTION

Réseau Attijariwafa Bank

Correspondants étrangers

Réseau Factors Chain International

PRODUITS COMMERCIALISES

- Affacturage domestique, export et import

2, Bd Moulay Youssef

Casablanca

Tél. : 022 22 93 01

Fax : 022 22 92 95

E-mail : attijari@menara.ma

ATTIJARI INTERMEDIATION

Attijari Intermédiation gère l’investissement en actions et l’intermédiation en Bourse.

ATTIJARI FINANCES CORP.

Leader dans le domaine des fusions acquisitions, d’origination de dette privée ainsi
que d’introduction en bourse et de marché primaire Actions. 50 opérations ont été
traitées en 2006 dont 38 stratégiques.

WAFA GESTION

Leader dans la gestion d’actifs, Wafa Gestion a pour objectif la gestion et la


valorisation de l’épargne, grace à l’offre d’une gamme complète de produits et
services financiers, SICAV et FCP, apportant de la valeur ajoutée au client.

53
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
ATTIJARI INVEST

Attijari Invest gère les prises de participations en capital-risque, la création et la


gestion de fonds d’investissements ainsi que le conseil en restructuration et mise à
niveau.

A L'INTERNATIONAL

ATTIJARIWAFA BANK EUROPE

Basée à Paris, Attijari bank Europe est une filiale bancaire française qui dispose du
statut juridique et social nécessaire pour déployer ses activités dans l’ensemble des
pays de l’Union Européenne.

ATTIJARI BANK TUNISIE

Attijariwafa bank, en consortium avec Grupo Santander, a acquis, dès 2005, 53,54%
du capital de la Banque du Sud, devenue depuis Attijari bank Tunisie. Forte d’un
réseau d’une centaine d’agences et de 1 350 collaborateurs, Attijari bank, 4ème
banque de la place, entend se positionner en acteur de référence sur le marché
tunisien, garantissant à l’ensemble de ses clients et partenaires une expertise multi-
métiers. Attijari bank Tunisie vise en parallèle la promotion des échanges
commerciaux et des flux d’investissements entre la Tunisie et le Maroc, mais
également avec l’Espagne.

CBAO GROUPE ATTIJARIWAFA BANK

Filiale d'Attijariwafa bank, premier groupe bancaire et financier du Maghreb et


huitième au niveau Africain, la CBAO Groupe Attijariwafa bank, résultat de la fusion
entre la CBAO et Attijari bank Sénégal se veut une banque au service de tous les
sénégalais et leader sur le marché.

Domaines d'activités

Banque de détail à l'international

• Attijari bank Tunisie (N° 5 en Tunisie)


• CBAO (N° 1 au Sénégal)
• Union Gabonaise de Banque (N° 3 au Gabon)
• Crédit du Congo (N° 1 en République du Congo)
• BIM SA (N° 2 au Mali)
• Attijariwafa bank Europe
• Crédit du Sénégal (N° 4 au Sénégal)
• Société Ivoirienne de Banque (N° 6 en Côte d'Ivoire)
• SCB Cameroun (N° 3 au Cameroun)

Filiales au Maroc

• Wafa Assurance
• Wafasalaf

54
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Wafabail
• Wafa LLD
• Wafa Immobilier
• Wafacash
• Attijari Factoring

Activités de marché

• Wafa Gestion
• Attijari Finances Corp.
• Attijari Intermédiation
• Wafa Bourse

2. MAROCAINE DE FACTORING

Date de création : 1988

Au capital de 15 000 000 dirhams

RC : 53215 - IF : 1067559

PRINCIPAUX ACTIONNAIRES

BMCE BANK: 100 %

CONSEIL D’ADMINISTRATION

Mamoun BELGHITI (Président)

M'Fadel EL HALAISSI

Mohamed BENNANI SMIRES

MANAGEMENT RESSOURCES HUMAINES

Mamoun BELGHITI (Président)

Bouchra El GUEDDARI DAKIR (Directeur Général)

Hicham DAOUK (Directeur Général Adjoint)

PRODUITS COMMERCIALISES

- Garantie de bonne fin des opérations commerciales

- Financement, encaissement et recouvrement des créances commerciales tant au


Maroc qu’à l'étranger

55
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
RESEAU DE DISTRIBUTION

Réseau BMCE BANK

Réseau IFG (International Factors Group) : 90 correspondants agréés

243, Bd Mohammed V

Casablanca

Tél. : 022 30 20 08

Fax : 022 30 62 77

E-mail : factoring@marocfactoring.co.ma

3. BMCI FACTORING

L’essentiel du Groupe BMCI

La BMCI, dont l’actionnaire de référence est le groupe BNP Paribas, exerce une
activité de banque universelle, qui s’adresse à Tout type de clientèle : Particuliers (y
compris les Marocains Résidents l’Etranger), Professionnels, Grandes Entreprises et
Institutionnels, PME-PMI, jeunes.

Pour mieux satisfaire les besoins de ses clients, le groupe BMCI met à leur
disposition, à travers son réseau de plus de 250 agences au Maroc, toute l’expertise
et le savoir faire de ses 10 filiales et entités spécialisées, notamment en matière de
Corporate Finance, de Gestion d’Actifs, de Transactions Boursiers, de Leasing, etc...

Certifiée ISO 9001 version 2000 pour ses activités documentaires et ses virements
internationaux, la BMCI occupe une position de référence dans le domaine du
commerce international, grâce notamment au Casablanca BNP Paribas Trade
Center. Par ailleurs, Fitch a confirmé pour l’année 2009 les notes F1+ et AAA,
correspondant aux meilleures notes sur une échelle nationale, ce qui conforte la
solidité financière de la BMCI et sa position de référence dans le secteur bancaire
marocain.

Forte de la mobilisation de ses équipes, de la confiance de ses clients, de son image


de marque et de l’appui du Groupe BNP Paribas, la BMCI poursuit ses objectifs de
croissance et de rentabilité afin de rester, plus que jamais, dans un Maroc qui
change et se développe, la banque de référence en matière de qualité de service.

56
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
4. SOCIETE GENERALE DE FACTORING

Société Générale se lance dans le factoring

L’allongement des délais de paiement revigore l’affacturage. Société Générale Maroc


vient de lancer une nouvelle ligne de métier dédiée, la Sogefactoring, destinée aux
grandes entreprises et aux PME-PMI structurées. L’affacturage permet aux
entreprises de faire face au décalage de trésorerie. Dans un contexte marqué par
l’allongement des délais de paiement, pareil service a le vent en poupe. D’où le
lancement par Société Générale Maroc d’une nouvelle ligne de métier dédiée :
Sogefactoring. Il s’agit d’un projet d’affacturage domestique qui s’inscrit dans un
objectif global de la filiale de la Société Générale d’accroître son positionnement
auprès des grands groupes et des PME-PMI structurées.

Cette nouvelle activité casablancaise porte à dix le nombre de sociétés d’affacturage


sous le label de la SG. Concrètement, le produit se décline à travers l’offre « confort
créance », où Sogefactoring met son service à la disposition de sa clientèle par un
contrat sans recours sur l’adhérent ou avec recours. Dans le premier cas,
Sogefactoring garantit les créances approuvées à 100%. Dans le deuxième cas, le
risque débiteur reste à la charge du client.

En plus du résultat visé (recouvrement des créances), l’affacturage permet surtout


aux entreprises d’optimiser leurs ressources de trésorerie, de centraliser la gestion
de leurs flux financiers et, entre autres, de centraliser la gestion administrative de
leurs créances. L’économie des temps de relance du débiteur, particulièrement
harassante en ces temps de disette financière, n’est-elle pas déjà un gain en soi ?
Pour les PME, le recours à un tel service apporte aussi des solutions de financement
de trésorerie qui ne peuvent pas être couverts par le seul canal des crédits bancaires
classiques. De même, pour celles qui sont en phase d’expansion, le factoring permet
de financer l’accroissement en fonds de roulement.

A la Société Générale, on présente trois principaux avantages offerts par ce service :


garantie totale (100%) contre le risque d’insolvabilité avec une assurance-crédit
couvrant la totalité du montant approuvé au préalable, la possibilité de transformer
ses charges administratives et comptables fixes en charges variables, diminuant
ainsi les engagements à court terme, ainsi que le financement de tout ou partie du
poste clients, au besoin. L’affiliation de la Société Générale Maroc à la Société
Générale France lui permet de profiter de l’expérience de la Compagnie générale
d’affacturage (CGA) à travers un partenariat basé sur le savoir-faire et la
compétence.

A noter qu’au Maroc, le marché de l’affacturage est prometteur, avec un volume


global des créances factorées représentant moins de 5% des encours de
financements à court terme accordés aux entreprises (escompte, découvert) par le
système bancaire marocain. Dans certains pays européens, ce ratio dépasse 30%.

Le métier présente des perspectives d’autant plus intéressantes que l’on assiste, au
Maroc, au développement et à la professionnalisation de l’assurance-crédit, à
l’évolution du marché vers des standards internationaux, à la structuration des
informations financières, et au développement de la grande distribution.

57
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
L’affacturage est un contrat de subrogation conventionnelle par lequel un
établissement de crédit spécialisé, appelé factor, achète ferme les créances
détenues par un fournisseur, appelé vendeur, sur ses clients appelés acheteurs ou
bénéficiaires de services, et ce moyennant rémunération.

Le factor peut régler par anticipation tout ou partie du montant des créances
transférées. Dans un contexte économique particulièrement marqué par la crise et la
concurrence, les entreprises sont souvent obligées d’accorder à leurs clients des
délais de paiement. De fait, l’affacturage est considéré comme la meilleure solution
pour financer ces décalages à répétition de trésorerie.

La Société Générale l’a bien compris et s’est attelée à diversifier son offre en
proposant une nouvelle solution dédiée aux grandes entreprises et aux PME/PMI. Il
s’agit de «Confort Créance», qui permet de sécuriser et d’externaliser la gestion du
poste clients. Le management de ce nouveau produit est confié à «Sogefactoring»,
une ligne de métier créée en collaboration avec la Compagnie générale d’affacturage
(CGA), qui reste une filiale à 100% du groupe SG et 4e sur le marché en France.
«Via ce service d’affacturage domestique, Sogefactoring se verra confier une
multitude de créances par les entreprises. Cette dernière prendra en charge le
recouvrement en garantissant leur paiement dans les meilleures conditions», affirme
Albert Le Dira’ch, président du directoire de Société Générale.

Ainsi, l’offre Confort Créance prévoit deux types de contrats: avec ou sans recours.
Le premier garantit les créances qui sont couvertes à 100% par Sogefactoring. Le
deuxième, pour sa part, laisse le risque débiteur totalement à la charge du client.
Une offre qui reste personnalisée selon les entreprises adhérentes. Ces dernières
ont des besoins en trésorerie conséquents, avec des délais de paiement importants
et donc un différentiel non négligeable entre charges et recettes.

«Ce type de contraintes concerne surtout la grande distribution, l’industrie


mécanique, le négoce et les sociétés d’informatique», indique Laurent Lemoine,
directeur général adjoint à la CGA. Au niveau de la structure des prix de ce service,
la commission de l’affacturage varie entre 0,5 et 2% du chiffre d’affaires, tandis que
la commission de financement se situe entre 6 et 10% du CA. Le taux est défini en
fonction de différents paramètres, notamment la taille des factures, les délais de
paiement clients, etc.

Rappelons que le marché du factoring au Maroc reste prometteur. Pourtant le


volume global des créances «factorées» ne représente que 5% des encours de
financements à court terme accordés aux entreprises (escompte, découvert…), alors
que dans certains pays européens ce ratio dépasse largement les 30%.

La SOCIETE GENERALE lance « CONFORT CREANCE », son offre


d’affacturage.

Dans le cadre de la diversification de son offre « Entreprise », SOCIETE GENERALE


annonce le lancement de « CONFORT CREANCE », une offre de services riche et
complète dédiée aux grandes entreprises et aux PME/PMI souhaitant externaliser et
sécuriser la gestion de leur poste clients. La gestion de cette nouvelle offre est
confiée à SOGEFACTORING, une nouvelle ligne métier créée en collaboration avec

58
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
la Compagnie Générale d’Affacturage (CGA) (filiale à 100% du groupe Société
Générale France). A travers le service d’Affacturage Domestique « CONFORT
CREANCE », les entreprises peuvent transférer leurs créances commerciales à
SOGEFACTORING, qui prend en charge le recouvrement et garantit leur paiement
dans les meilleures conditions.

L’intérêt principal de « CONFORT CREANCE » est de permettre à l’entreprise de :

► Sécuriser son développement commercial et poursuivre, sans risque, son


activité sur ses marchés traditionnels et futurs ;

► Simplifier la gestion de ses comptes clients en confiant les relances et les


encaissements à SOGEFACTORING ;

► Optimiser sa gestion de trésorerie en disposant en permanence d’une capacité


de financement proportionnelle à son chiffre d’affaires.

Commentaire d’Hassan Amor, Responsable de SOGEFACTORING, sur les


ambitions de SOGEFACTORING :

« La nouvelle ligne métier SOGEFACTORING a de fortes ambitions de


développement commercial sur un marché porteur. Et pour répondre
efficacement aux attentes des entreprises soucieuses de sécuriser leurs
créances, SOGEFACTORING s’est doté des meilleurs atouts :

- Une expertise métier, soutenue par CGA (acteur de référence sur le marché
de l’Affacturage en Europe).

- Une technicité reconnue s’appuyant sur un outil innovant et performant.

- Une équipe dédiée, offrant conseil et réactivité. »

L’AFFACTURAGE

POURQUOI L’AFFACTURAGE

Dans un contexte économique marqué par la crise et la concurrence, les entreprises


sont souvent obligées d'accorder à leurs clients des délais de paiement.
L’Affacturage est donc considéré comme la meilleure solution pour financer ce
décalage de trésorerie. Cette pratique est l’une des composantes majeures de l’offre
gestion et financement du cycle d’exploitation et la réponse la plus complète aux
préoccupations des entreprises en ce qui concerne la gestion de leur poste clients.

► Les grandes entreprises recourent à l’affacturage pour optimiser leurs ressources


de trésorerie, centraliser la gestion de leurs flux financiers et se soulager de la
gestion administrative, de la relance des débiteurs, et du recouvrement des
créances.

59
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
► Les entreprises en fort développement ont besoin de financer l’accroissement de
leur besoin en fond de roulement et ne peuvent pas toujours le faire via une
augmentation de capital ou en ayant recours à de l’endettement / du découvert.

► A ses débuts, la jeune entreprise n’a pas beaucoup de moyens et recourt à


l’affacturage pour pallier une insuffisance de trésorerie, externaliser la gestion du
poste client et se concentrer sur le développement de son activité.

ET AU MAROC… ?

Le marché de l’Affacturage au Maroc est très prometteur puisque le volume global


des créances « factorées » au Maroc représente moins de 5 % des encours de
financements à court terme accordés aux entreprises (escompte, découvert …) par
le système bancaire marocain, alors que dans certains pays européens ce ratio
dépasse 30%. Il est à noter des évolutions favorables au développement du
Factoring parmi lesquelles on peut citer :

►Développement et professionnalisation de l’assurance-crédit (présence


d’ACMAR, filiale d’EULER HERMES, leader mondial de l’assurance-crédit) depuis 10
ans au Maroc.

►Evolution du marché vers des standards internationaux (amélioration des


processus et des systèmes d’information).

►Structuration des informations financières : disponibilité des états financiers sur


Internet et projet de Centrale des Bilans au niveau de Bank Al Maghrib.

►Développement de la Grande Distribution favorisant le recours au Factoring.

►Grands projets de développement au Maroc impliquant des besoins de trésorerie


croissants pour les PME.

COMPRENDRE L’AFFACTURAGE

L'Affacturage est un contrat de subrogation conventionnelle par lequel un


établissement de crédit spécialisé, appelé factor, achète ferme les créances
détenues par un fournisseur, appelé vendeur, sur ses clients appelés acheteurs ou
bénéficiaires de services et ce, moyennant rémunération. Le Factor peut régler par
anticipation tout ou partie du montant des créances transférées.

Une relation économique triangulaire…

► Le vendeur, ou client, qui est en position de créancier et qui est l'acheteur de la


garantie.

►L'acheteur qui est en position de débiteur vis-à-vis du vendeur.

60
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
►La société d'affacturage (ou factor), qui acquiert du vendeur la créance que celui-
ci a sur l'acheteur. Entre un acheteur, un vendeur et le factor.

► L'opération consiste donc pour le fournisseur à céder ses créances au factor qui
peut lui consentir une avance sous déduction des intérêts et commissions.

►Le vendeur accorde au factor l'exclusivité de l'affacturage de toutes ses créances.

Le factor se charge de l'encaissement des créances.

L’entreprise Le client

Le Factor

(1) Facture le débiteur et l’informe de la cession de la créance en faveur du Factor

(2) Transmet une copie de la facture au Factor

(3) Selon les besoins du client, le factor finance la facture avec ou sans recours

(4) Assure l’encaissement à l’échéance de la facture et relance le tiré en cas


d’impayé (gestion du recouvrement)

(5) Le débiteur règle la facture entre les mains du Factor

NAISSANCE DE SOGEFACTORING

SOGEFACTORING, une nouvelle ligne métier :

Le groupe Société Générale Maroc a lancé une nouvelle ligne métier dédiée à
l’Affacturage : SOGEFACTORING. Ce projet d’Affacturage Domestique s’inscrit
dans la démarche de Société Générale visant à accroître son positionnement
tant auprès des grands Groupes que des PME/PMI structurées. Cette nouvelle
activité vient enrichir la stratégie de développement du groupe Société
Générale, comptant déjà à son actif près de 10 sociétés d’affacturage.

CONFORT CREANCE maitrise la gestion des créances clients

A travers l’offre « Confort Créance », SOGEFACTORING met son service


d’Affacturage Domestique à la disposition de sa clientèle des entreprises (PME et
grands groupes).

CONFORT CREANCE peut prendre deux formes : le contrat « SANS RECOURS »


ou « AVEC RECOURS ».

• Contrat sans recours sur l’adhérent : SOGEFACTORING garantit les


créances approuvées à 100 %.

61
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Contrat avec recours sur l’adhérent : Le risque débiteur reste à la charge du
client (l’adhérent).

L’AFFACTURAGE S’ADRESSE AUX ENTREPRISES STRUCTUREES…

Confort Créance s’adresse principalement aux cibles suivantes :

Les Grandes Entreprises ayant les besoins suivants :

► Optimisation de leurs ressources de trésorerie ;

► Centralisation de la gestion de leurs flux financiers ;

► Externalisation de la gestion administrative de leurs créances (relance des


débiteurs) ;

► Garantie du poste clients ;

► Déconsolidation du poste clients.

Les PME ayant les besoins suivants :

►Financement de la trésorerie dont les besoins sont excessifs pour être couverts
par des crédits classiques bancaires ;

►Financement de l’accroissement de leur besoin en fonds de roulement (entreprise


en phase de développement) ;

►Externalisation de la gestion administrative de leurs créances (relance des


débiteurs) ;

►Garantie du poste clients ;

►Obtention de prestations de services efficaces (gestion du poste clients pour le


recouvrement et le traitement des règlements / assurance du poste clients lorsque le
contrat est sans recours).

… AVEC DES AVANTAGES PRECIEUX

Ce service présente trois principaux avantages pour l’entreprise adhérente :

►Une garantie à 100% contre le risque d’insolvabilité de ses clients avec une
assurance-crédit couvrant la totalité du montant approuvé au préalable.

►Des prestations à forte valeur ajoutée qui apportent une solution sur mesure, en
fonction des besoins et des attentes en matière de gestion, permettant ainsi une
réduction des charges financières. Les entreprises peuvent transformer leurs
charges administratives et comptables fixes en charges variables et diminuer ainsi le
montant de leurs engagements à court terme.

62
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
►Le financement de tout ou partie du poste clients, selon ses besoins.

… ET DES MOYENS DEDIES

Des spécialistes du « poste clients »

SOGEFACTORING est composée de banquiers ayant des compétences diversifiées


et une réelle expertise en matière de gestion du poste clients : relation clientèle, suivi
administratif et comptable, gestion des risques et des engagements, recouvrement
des créances et traitement des factures.

Des outils performants

Grâce à une solution informatique performante et innovante permettant de connaître,


au jour le jour, la situation de chaque compte, SOGEFACTORING optimise
pleinement son offre commerciale « Confort Créance » pour s’affirmer, à moyen
terme, comme un acteur de tout premier plan dans le métier de l’Affacturage.

La Synergie Groupe à travers le partenariat avec la CGA

L’appartenance de la Société Générale Maroc au groupe Société Générale France


lui a permis de profiter de l’expérience de sa filiale spécialisée en affacturage : La

Compagnie Générale d’Affacturage (CGA). Ce partenariat est axé sur un transfert


de savoir-faire et de compétences.

C’est ainsi que la CGA est intervenue en tant que consultant pour la mise en place et
la réussite de ce projet. Ce monitoring s’est matérialisé par le suivi du business plan,
ainsi que par des formations assurées à l’équipe chargée de cette nouvelle activité
au sein de Société Générale Maroc.

ANNEXES

A propos de : SOCIETE GENERALE MAROC

A propos de : GROUPE SOCIETE GENERALE

A propos de : CGA (COMPAGNIE GENERALE D’AFFACTURAGE)

A propos de SOCIETE GENERALE MAROC

Banque universelle créée en 1913, Société Générale Maroc est gérée conformément
aux standards internationaux édictés par son principal actionnaire, Société Générale
(56,94%).

• 1er Groupe financier privé du pays (PNB et RBE consolidés 2008) ayant un
actionnaire de référence internationale.

63
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Plus de 3 500 collaborateurs et 300 agences répartis sur l’ensemble du
Royaume.
• Des filiales souvent leaders dans leurs secteurs d'activité respectifs :
• SOGELEASE - Financement par crédit-bail
• EQDOM - Crédit à la consommation
• ALD AUTOMOTIVE - Location longue durée et gestion de flotte de véhicules
• ECS Maroc - Pionnier de l'ingénierie locative et du management des
infrastructures informatiques
• SOGÉBOURSE - Intermédiation en bourse
• GESTAR - Gestion de l'épargne collective
• LA MAROCAINE-VIE – Compagnie d'assurance-vie
• SG TANGER OFF-SHORE - Banque off-shore.
• 1er opérateur Multi-canal du secteur bancaire au Maroc.
• Des spécialistes métiers et des synergies Groupe à l'échelle mondiale mises
au service de la clientèle.

A propos du groupe in de CGA (COMPAGNIE GENERALE D’AFFACTURAGE)

Créée en 1976, CGA (la Compagnie Générale d’Affacturage), filiale à 100% du


groupe Société Générale, est le 1er Factor français certifié ISO 9001. CGA occupe le
4ème rang sur le marché de l’affacturage en France. CGA fait partie des deux
réseaux internationaux IFG (International Factors Group) et FCI (Factors Chain
International) et couvre ainsi près de 60 pays dans le monde pour traiter dans les
meilleures conditions les opérations à l'export de ses clients.

CGA met par ailleurs à la disposition des filiales SOCIETE GENERALE à travers le
monde, un transfert d’expertise et de compétences pour le développement de
nouvelles lignes métiers dédiées à l’affacturage, et la création d’offres commerciales
à forte valeur ajoutée.

64
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
VII- L’ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES SOCIETES DE
FINANCEMENT AU MAROC

Association Marocaine, instituée par la loi du 6 juillet 1993, confirmée par la loi du 14
février 2006

1. METIERS DE FINANCEMENT

Les sociétés de financement exercent, selon agrément délivré par Bank Al-Maghrib
(par le ministère des Finances en vertu de la loi du 6 juillet 1993) plusieurs métiers,
allant du crédit-bail à la gestion des moyens de paiement, en passant par
l'affacturage, le cautionnement et la mobilisation de créances, le crédit immobilier, la
gestion des moyens de paiement ou le crédit à la consommation. Ces métiers sont
regroupés selon qu'ils sont destinés à financer les particuliers ou les entreprises.

FINANCEMENT DES PARTICULIERS FINANCEMENT DES ENTREPRISES

Crédit à la consommation. Le crédit à la consommation permet le financement


d'achats de biens de consommation ou de biens d'équipement à crédit. Il prend la
forme de prêts affectés, de prêts non affectés, de crédits renouvelables ou de
location avec option d’achat. Prêt affecté : le prêt affecté est un crédit dont l'octroi est
subordonné à l'acquisition d'un bien ou service. Prêt non affecté : le prêt non affecté
ou crédit direct, appelé également prêt personnel, est proposé directement par la
société de crédit ou son correspondant agréé. Les sommes prêtées sont utilisées
librement par l’emprunteur.

Crédit renouvelable : le crédit renouvelable, appelé aussi crédit revolving, offre une
réserve d'argent permanente au client qui l'utilise en partie ou en totalité, les intérêts
n'étant dus que sur le montant effectivement utilisé. Le client dispose alors d'une
carte qui lui est confiée par la société, destinée à régler des achats auprès de
commerçants affiliés. Location avec option d’achat (LOA) : la LOA est parfois aussi
appelée location avec promesse de ventre ou bail avec option d’achat. C’est une
formule destinée à l'acquisition de biens d'équipements tels que les véhicules ou les
ordinateurs, qui permettent au client de jouir du bien sans en être propriétaire, avec
possibilité de l'acquérir en fin de contrat.

Locataire du bien, l'utilisateur doit s'acquitter néanmoins des charges, comme s'il en
était propriétaire.

Crédit immobilier

Le crédit immobilier réside dans le financement de l'activité immobilière. Les sociétés


de crédit immobilier membres de l’APSF contribuent à l'acquisition de logements par
les ménages.

Gestion des moyens de paiement

Les moyens de paiement sont des instruments qui, quel que soit le support ou le
procédé technique utilisé, permettent à toute personne de transférer des fonds. Les
cartes magnétiques émises par des sociétés de financement ou par les banques en

65
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
font partie. Elles permettent à leur porteur d’effectuer des retraits d’espèces et/ou de
payer des achats de biens et services auprès des commerçants affiliés. Certaines de
ces cartes constituent une réserve de crédit (crédit revolving).

Crédit-bail

Le crédit-bail est un moyen de financement qui permet de financer aussi bien des
équipements mobiliers qu’immobiliers.

₋ Avantages du crédit-bail

Le crédit-bail s'impose comme un moyen de financement de plus en plus sollicité en


raison des avantages qu'il procure. Ces avantages sont multiples et peuvent être
ramenés, pour l'essentiel, aux éléments suivants :

• un financement intégral des investissements : le crédit-bail permet un


financement intégral des investissements là où le crédit classique nécessite
un apport initial ;
• une trésorerie préservée : en offrant un financement total de l'investissement,
le crédit-bail permet de préserver la trésorerie de l'entreprise qui conserve ses
fonds propres pour les affecter au financement des besoins de son
exploitation ;
• des garanties réduites : le crédit-bail ne nécessite généralement pas de
garanties lourdes à supporter par le client.

La société de crédit-bail peut s'en tenir à la propriété du bien à financer, qu'elle


détient jusqu'à l'expiration du contrat ;

• une fiscalité attrayante : le crédit-bail a été doté par le législateur d'un régime
fiscal approprié ;
• une grande souplesse : le crédit-bail se distingue par sa souplesse dans la
mise au point du contrat de location. Grâce à des barèmes personnalisés, il
permet d'adapter au mieux le financement aux caractéristiques de l'activité
professionnelle de l'entreprise et au cycle de vie du matériel à financer.

Affacturage

L'affacturage est une convention par laquelle un établissement de crédit s'engage à


effectuer le recouvrement et, éventuellement, la mobilisation des créances
commerciales que détiennent les clients, soit en acquérant lesdites créances, soit en
se portant mandataire du créancier avec, dans ce dernier cas, une garantie de bonne
fin. Dans les faits, l’affacturage consiste en un transfert de créances commerciales
de leur titulaire, appelé adhérent, à un factor, en l’occurrence la société de factoring
qui se charge de leur recouvrement et qui supporte les pertes éventuelles sur les
débiteurs insolvables. En outre, le factor peut régler par anticipation le montant des
créances transférées. Il s’agit donc à la fois d’une procédure de recouvrement, d’une
garantie des risques et éventuellement d’un moyen de financement.

66
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Cautionnement et Mobilisation de créances

Les sociétés exerçant les métiers de cautionnement et de garantie participent au


financement des entreprises en ce sens qu’elles facilitent à ces dernières l’accès aux
crédits bancaires destinés à couvrir les besoins tant d’investissement que
d’exploitation.

2. APSF : SYSTEME D'AIDE A L'APPRECIATION DU


RISQUE - SAAR

Note de présentation

a. Objectifs

Le Système d'Aide à l'Appréciation du Risque vise à répondre aux préoccupations


des sociétés membres, en leur fournissant :

- des informations sur la situation des clients qui s’adressent à elles (incidents
de remboursement et engagements) ;

- des éléments de score (catégorie socioprofessionnelle, situation de famille …


pour les particuliers, secteur d’activité… pour les professionnels).

De manière générale, le SAAR constitue :

- pour les sociétés membres :

• un outil d’aide à la prise de décision et de score pour l’octroi d’un crédit ;


• un outil de suivi des clients présentant des incidents de remboursement au
niveau des services de recouvrement ;
• un tableau de bord marketing ;

- pour la profession :

• un observatoire du comportement des clients, particuliers et entreprises, en


tant qu’utilisateurs de crédit ;

- pour les clients :

• un dispositif dissuasif contre les arnaqueurs ;


• un garde-fou contre le risque de surendettement des honnêtes gens.

Le Système servira par ailleurs à l’alimentation de l’Observatoire du Financement


des Ménages projeté par l’APSF, pour ce qui est des particuliers.

67
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
b. Menu proposé

Connaître les incidents de remboursement avec leur degré de gravité, c’est bien ;
être renseigné sur ces incidents avec les montants, c’est mieux ; avoir une
connaissance sur les engagements actuels du client vis-à-vis du marché, c’est
encore mieux ; disposer d’informations de score, c’est l’idéal.

Le système est conçu pour répondre aux souhaits des sociétés membres.

Ainsi, trois profils d’adhésion sont offerts aux adhérents dès le démarrage :

- Profil C : Incidents de remboursement avec montants (en indiquant le niveau


de gravité : impayé, pré-douteux, douteux, compromis).

- Profil B : Incidents de remboursement avec montants et engagements du client


avec montants.

- Profil A : Incidents de remboursement avec montants et engagements du client


avec montants, ainsi que les informations de score.

c. Valeur ajoutée immédiate du SAAR

- Profil C : Ce profil d’adhésion correspond aux informations partagées


auparavant tant au niveau de la section crédit à la consommation qu’à celui de la
section crédit-bail.

La valeur ajoutée du SAAR par rapport à cet existant réside dans :

- l’indication du montant de la créance en souffrance ;

- la sécurité du système ;

- l’éventail des informations fournies ;

- la fiabilité des informations communiquées ;

- l’actualité des informations fournies ;

- l’élargissement des points de consultation ;

- le repérage des consultations ;

- l’exploitation pour le recouvrement.

Au plan de la sécurité, le système est conçu pour n’être accessible qu’aux seules
sociétés qui y adhèrent par des utilisateurs dûment mandatés par elles et authentifiés
par le Système. En outre, le système est conçu pour ne répondre qu’à l’occurrence,
c’est-à-dire qu’il ne renseigne que sur le client objet de la consultation. Par ailleurs, le
système est conçu pour repérer les tentatives d’incursion de quelque origine qu’elles
viennent et de les bloquer.

68
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Au plan de l’éventail des informations fournies, le système comporte les déclarations
de toutes les sociétés membres adhérentes, quel que soit leur métier. Aussi,
l’adhérent est-il informé sur les incidents de remboursement du client effectués tant à
titre personnel (crédit à la consommation, crédit immobilier) qu’à titre professionnel
(crédit-bail, affacturage…). Au plan de la fiabilité des informations communiquées, le
système est conçu au niveau de l’alimentation et de sa mise à jour mensuelle par les
adhérents, de manière à les alerter sur toute incompatibilité ou erreur relevées dans
leur propre déclaration. Il participe ainsi au « nettoyage » des bases de données des
adhérents. En outre, les informations qui seront restituées par le système lors des
consultations sont fiables.

A terme, la profession aura une base de données harmonisée et normalisée. Au plan


de l’actualité des informations fournies, les adhérents disposent de données
régulièrement mises à jour et donc pertinentes. Au plan de l’élargissement des points
d’accès, la latitude est donnée à chaque société adhérente d’opter soit pour un accès
à partir du seul siège (la liaison entre le siège et ses points de vente étant laissée à
sa discrétion), soit à partir des différents points de vente (y compris le siège).

Au plan du repérage des consultations, chaque société adhérente le nombre a la


possibilité de suivre les consultations effectuées par ses collaborateurs. Celle-ci est
ainsi en mesure d’apprécier le volume de crédits octroyés par rapport aux demandes
qui lui ont été faites (taux de rejet).

Au plan de l’exploitation pour le recouvrement, le système renseigne sur la situation


sur le marché d’un client ayant des incidents de remboursement et permettra ainsi de
relever son comportement.

d. Valeurs ajoutées des profils « supérieurs »

- Profil B : Le système offre, en sus des informations fournies par le profil C,


des informations sur les engagements du client vis-à-vis du marché. Il présente ainsi
l’avantage pour l’adhérent d’apprécier la situation globale du client, présente et
historique.

- Profil A : Le système offre, en sus des informations fournies par les profils C
et B, des éléments de score : catégorie socioprofessionnelle, situation de famille …
(pour les particuliers), secteur d’activité … (pour les entreprises).

e. Fonctionnement du SAAR

Les préoccupations qui ont présidé à la conception du SAAR ont trait notamment à la
sécurité, à la fiabilité des informations transmises dans les deux sens et à la rapidité.
En outre, le fonctionnement du système est convivial.

Au plan de la sécurité : la solution retenue, conçue par Synthèse Conseil, repose sur
l’exploitation d’un réseau privé, en l’occurrence le réseau VPN IP de «Maroc
Connect». Outre la sécurité des transactions, ce réseau présente toutes les garanties
de disponibilité et de rapidité.

69
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Il y a lieu de souligner encore une fois, que le système ne répond qu’à l’occurrence
pour ne donner que les informations relatives au client objet de la consultation et que
des dispositions sont mises en œuvre pour ne permettre l’accès au fichier qu’aux
utilisateurs dûment habilités par les sociétés, ainsi que leur poste de travail, et pour
détecter toute tentative d’incursion «étrangère ». En outre, la base de données est
sauvegardée en permanence pour parer à toute défaillance éventuelle du système.

Au plan de la fiabilité des informations : le système est conçu pour être alimenté et
mis à jour mensuellement par les responsables des sociétés membres adhérentes
habilités et désignés à cet effet.

Fort de l’historique des déclarations déjà communiquées par chaque société


adhérente, le système opère à chaque mise à jour une vérification des informations
fournies à ce moment et communique les incompatibilités et les erreurs constatées
(identifiant erroné, déclaration nouvelle pour un dossier déjà existant…).

Le déclarant s’assure ainsi des informations communiquées et les rectifie, si besoin


est. Dans tous les cas, le système ne prend en compte que les déclarations dûment
validées par le déclarant. Au plan de la rapidité, le système est conçu pour satisfaire
en temps réel la demande des utilisateurs, répondant ainsi au souci commercial des
sociétés adhérentes d’être diligentes dans leur prise de décision. Tant au niveau de
l’alimentation mensuelle du système qu’à celui de sa consultation quotidienne, le
système est conçu pour permettre un dialogue convivial et instantané.

3. APSF : SYSTEME D'AIDE AU MANAGEMENT- SAM

Note de présentation

Le management d’une société de financement, comme pour toute entreprise,


requiert, de plus en plus, de disposer d’informations pertinentes tant internes que sur
l’environnement. Le management se préoccupe de la pérennité et du développement
de son entreprise, guettant, au niveau de l’environnement, les opportunités à saisir
ou les contraintes devant être affrontées et ce, en mettant en œuvre ses propres
atouts ou forces et en palliant ses lacunes ou faiblesses.

En outre, le manager s’intéresse à l’évolution des performances de son entreprise


aussi bien dans le temps (indicateurs d’activité et de performance) que dans l’espace
(comparaison des indicateurs internes avec ceux de la Profession). Les informations
sur l’environnement ont trait notamment à :

- la réglementation bancaire, fiscale, juridique, comptable

- la technologie

- la concurrence (nouveaux entrants, nouveaux produits). Les informations sur


l’environnement émanent de différentes sources et sont, en principe, du ressort de

70
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
l’APSF, à charge pour elle de les diffuser aux membres au fur et à mesure qu’elle y a
accès. Les informations d’évolution de l’activité et des performances ont trait
notamment :

- aux financements (crédits distribués)

- aux conditions d’exploitation (refinancement, chiffre d’affaires et résultats,


risques encourus sur la clientèle).

Ces informations ne peuvent provenir que des sociétés membres, à charge pour
l’APSF de les diffuser globalement ou détaillées et à charge pour les membres de les
communiquer à temps et régulièrement pour qu’elles ne perdent pas de leur
pertinence. En principe, la communication de ces informations ne devrait pas poser
de difficulté majeure dans la mesure où, déjà, toutes les sociétés membres sont
tenues de les communiquer à Bank Al-Maghrib selon un calendrier précis. Il en est
ainsi de la situation comptable, du bilan, du CPC, de l’ESG, etc…. Les informations
relatives au risque encouru sur la clientèle proviennent également des sociétés
membres. Celles-ci sont tenues de les transmettre au Service Central des Risques
de Bank Al-Maghrib (ici, tous les financements dépassant 300 000 dirhams et les
clients en souffrance).

Les sociétés membres peuvent, à cet égard, gagner en efficacité en adhérant au


SAAR de l’APSF. Enfin, le management, quand son établissement appartient à une
communauté d’intérêt, et c’est le cas pour les sociétés de financement regroupées
au sein de l’APSF, a tout intérêt à ce que sa profession d‘appartenance véhicule une
image positive et rayonne pour davantage de business. L’APSF pourrait, et c’est son
rôle, alimenter régulièrement les médias en informations (statistiques, réalisations,
innovations, etc…) pour "vendre" le secteur au public.

4. Premières Assises Nationales du Factoring,


Casablanca, Hyatt, jeudi 22 avril 2010

Cette manifestation, placée sous l’égide de l’Association Professionnelle des


Sociétés de Financement, APSF, est co-organisée par les deux principaux
opérateurs de factoring dans notre pays, Maroc Factoring, du groupe BMCE et
Attijariwafa bank Factoring, du groupe éponyme. Si la tenue de ces assises a été
jugée nécessaire, en vue notamment de sensibiliser les PME-PME, mais aussi les
partenaires des affactureurs, c’est-à-dire les autorités de tutelle (Bank Al-Maghrib), le
secteur bancaire, la Justice, les compagnies d’assurances, etc, c’est que le factoring
est aujourd’hui un marché en pleine émergence dans notre pays.

En effet, si le factoring réalise annuellement un chiffre d’affaires de 1800 milliards de


dollars à l’échelle planétaire, au Maroc, il a connu une croissance régulière et
relativement importante au cours des dix dernières années, partant d’un milliard de
dirhams en 1999 à 11 milliards de dirhams en 2009. Mais c’est véritablement au
cours des trois dernières années que le chiffre d’affaires de l’affacturage a
conséquemment augmenté pour passer donc de 5 Mrds Dh à 10 Mrds Dh,
essentiellement porté par Maroc Factoring et Attijariwafa bank Factoring, deux
sociétés exclusivement dédiées à l’affacturage alors que la BMCI et la Société
Générale Maroc disposent en leur sein de départements dévolus au factoring.

71
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ces premières assises qui seront notamment marquées par la présence du Wali de
Bank Al-Maghrib, M. Abdellatif Jouahri, d’éminents intervenants étrangers venus de
France, Belgique ou Espagne, seront donc l’occasion de mettre le Factoring au
devant de la scène entrepreneuriale, afin d’édifier les PME et PMI sur les avantages
de l’affacturage, sachant que ce mode de financement, longtemps utilisé à l’avantage
exclusif des exportateurs de textile national, permet aux entreprises de disposer de
solutions complètes de gestion des créances clients et des dettes fournisseurs, tant
au niveau national qu’à l’international.

Le factoring, qui offre une garantie à 100% contre les risques d’impayés, garantit la
mobilisation immédiate et souple des créances et des dettes, mais aussi la relance et
le recouvrement des créances au Maroc et à l’étranger, de l’encaissement jusqu’au
contentieux, veut ainsi entrer par la grande porte dans l’espace des entreprises
marocaines. Nul ne doute que les Premières Assises en seront le sésame

DISCOURS DE BIENVENUE DU PRÉSIDENT DE L’APSF,

MONSIEUR ABDELKRIM BENCHERKI

Messieurs les Présidents, Mesdames, Messieurs, Chers Collègues. Je voudrais, tout


d’abord, vous remercier, en mon nom propre et au nom du Conseil de l'APSF, d’avoir
bien voulu répondre à l’invitation de l’APSF à participer à ces Premières Assises
Nationales du Factoring. La tenue des présentes Assises s'inscrit dans le cadre de
la communication institutionnelle de l'APSF qui a organisé, il y a quelques années,
des Assises du crédit à la consommation et des Assises du crédit-bail. L'objectif, à
chaque fois, est de promouvoir les métiers de financement, d'échanger autour des
moyens de renforcer leur capacité à financer la consommation et l'investissement.

L'action de communication de l'APSF autour des métiers de financement nous vaut


les encouragements de Bank Al-Maghrib. Dans le cas de l'organisation des
présentes assises du factoring, le Gouverneur de Bank Al-Maghrib, informé de cette
initiative par le Conseil de l'APSF qui le recevait au mois de décembre dernier, l'a
accueillie très favorablement. Nous ne pouvons que nous féliciter de ces
encouragements et d'ailleurs du niveau de la concertation entre Bank Al-Maghrib et
l'APSF. Concertation, disons-le sans crainte, d'une qualité exemplaire.

Mesdames, Messieurs. L'histoire du factoring est riche, parce qu’ancienne. Avant


son lancement, dans sa forme moderne, à la fin des années 80, il était pratiqué sous
une forme traditionnelle, quand des intermédiaires réceptionnaient, stockaient et
vendaient des marchandises et en percevaient le prix pour le compte de négociants
marocains installés à l'étranger. Un marché s’est mis en place animé par des
"facteurs", c’est-à-dire ceux qui exercent pour le compte d’un autre. Ces "facteurs"
renseignaient sur la moralité et la capacité financière et commerciale des
commerçants locaux.

Au-delà de l'anecdote, l'histoire du factoring au Maroc montre qu'il s'agit 'une


solution qui a su accompagner l'économie marocaine et son développement, ce qui
ne s'est jamais démenti au demeurant. Jusqu'à la fin des années 90, l'offre factoring

72
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
était orientée exclusivement à l'international. Le factoring a contribué au
développement de secteurs exportateurs, notamment le textile, l'offre factoring
résidant alors essentiellement dans l'assurance crédit. Depuis la fin des années 90,
l'activité a touché progressivement et de plus en plus le marché domestique, et l'offre
factoring s'est peu à peu diversifiée pour couvrir, aujourd'hui, une palette de services
complète, destinée à toutes les entreprises, petites et grandes, pourvu qu'elles soient
organisées, transparentes et fortes d'un potentiel de développement commercial.

Outre l'assurance crédit et le financement, les services proposés touchent la gestion


du compte clients, le recouvrement, voire, pour les grandes entreprises, des
possibilités pour la déconsolidation de leurs bilans. Qu'en sera-t-il demain ?.A ce
stade, et sur la base de l'analyse de l'évolution récente de l'activité factoring, il y a
fort à parier que ce métier présente un fort potentiel de croissance. Le marché du
factoring au Maroc, mesuré par les remises de créances, est certes en croissance
régulière depuis plusieurs années. En soi, une évolution de 25% en moyenne sur les
trois dernières années, semble et constitue certainement une performance notable.
Toutefois, comparée à la progression d'autres modes de financement, cette
performance devient toute relative.

Au total, si l'on considère l'ensemble des factors exerçant sur le marché, qu'il
s'agisse des deux sociétés spécialisées membres de l'APSF, en l'occurrence Attijari
Factoring et Maroc Factoring, ou des banques à travers des départements dédiés,
les remises de créances totalisent environ 11 milliards de dirhams en 2009, soit
1,5% du PIB, à peine 1,5% du PIB, suis-je tenté de dire. De ce fait et sans préjuger
de vos échanges, il y a fort à parier que le factoring présente un potentiel de
croissance non négligeable.

Il reste à savoir, si vous partagez ce constat, et sans vouloir anticiper vos


conclusions, à examiner, ensemble, comment il peut faire plus et mieux et comment
les entreprises peuvent tirer tout le profit d'une solution complète regroupant tout à
la fois la gestion du poste clients, la prévention des risques d'impayés et le
financement. Mesdames, Messieurs. Si je dois en juger par l'expérience des
intervenants, par le nombre et la qualité des participants, il ne fait pas de doute que
nos Assises sont d'ores et déjà un succès.

Décideurs, professionnels du factoring étrangers et marocains, chefs d'entreprise


utilisateurs ou non du factoring, tous ne manqueront pas d'éclairer, les uns selon les
exigences propres à leur métier, les autres selon leurs attentes ou leur perception de
cette solution, comment dynamiser le factoring et faire en sorte que les entreprises y
trouvent une réponse à leurs exigences sans cesse renouvelées. Le programme et le
numéro spécial de "Lettre de l'APSF" qui sont entre vos mains font mention de la
qualité des intervenants et annoncent le contenu de leurs communications. Je
voudrais les remercier d’avoir bien voulu accepter de participer à nos travaux.

Je tiens, ici, à souhaiter la bienvenue à :

- M. Michel Aussavy, ex Président de General Electric Factofrance;


- M. Eric Timmermans, Secrétaire général d'International Factors Group (IFG);
- M. Josep Selles Bruguera, General Manager Eurofactor Espagne.

73
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Je tiens également à remercier de leur présence Messieurs les Présidents des
banques, Madame la Présidente de la Société Marocaine d’Assurance à
l’Exportation, ainsi que Messieurs les Directeurs Généraux des sociétés d'assurance
crédit opérant au Maroc. Je tiens également à remercier Monsieur Fahd Yata de "La
Nouvelle Tribune", modérateur de nos travaux. Mes remerciements s'adressent
enfin au Comité d'organisation des présentes assises, animé par les Directeurs
Généraux d'Attijari Factoring et de Maroc Factoring et par la Délégation Générale de
l'APSF.

Mesdames, Messieurs. Avant de céder la parole aux intervenants, permettez-moi de


vous présenter très brièvement l'APSF. L'APSF a été instituée par la loi bancaire et
regroupe toutes les sociétés de financement, qui sont considérées, au sens de cette
loi, comme des établissements de crédit au même titre que les banques. L'APSF
coiffe plusieurs métiers de financement. Les uns s'adressent à l’entreprise. Il s'agit du
crédit-bail, du factoring, de la mobilisation de créances, de la garantie et du
cautionnement. Les autres s'adressent aux particuliers. Il s'agit du crédit à la
consommation, du crédit à l’immobilier et de la gestion des moyens de paiement.

L'APSF réunit, également, des sociétés d'intermédiation en matière de transfert de


fonds. Les concours des sociétés de financement à l'économie avoisinent, à fin
2009, les 80 milliards de dirhams, soit 13% des crédits à l'économie. L'APSF, tout en
s'acquittant du rôle qui lui a été assigné par la loi, s'emploie à dynamiser les métiers
de financement qu'elle regroupe et l'organisation de la présente manifestation en est
un exemple. Ses nombreuses publications, comme le "Guide du factoring" qui vous a
été distribué, constituent des sources d'information très prisées par les universitaires
et l'ensemble des observateurs des métiers de financement. Début 2010, l'APSF
s'est dotée d'un "Médiateur de l'APSF" qui est à présent opérationnel. Sollicitez-le
et invitez votre clientèle à le faire. Je vous remercie de votre attention.

5. LETTRE NUMERO 23 DECEMBRE 2009 EDITEE PAR


L’ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DES SOCIETES
DE FINANCEMENT

Association instituée par la loi du 6 juillet 1993, confirmée par la loi du 14


février 2006 : Président : Abdelkrim BENCHERKI

Tél: 0522 48 56 53/54/55 - Fax : 0522 48 56 60 - E-mail : apsf@apsf.ma - Site


Web : www.apsf.org.ma

Visite du Gouverneur de Bank Al-Maghrib à l’APSF

UNE FEUILLE DE ROUTE POUR LES SOCIÉTÉS DE FINANCEMENT

Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib a participé à la traditionnelle réunion du 4ème


trimestre du Conseil de l'APSF qui s'est tenue le jeudi 3 décembre 2009. A l'occasion
de cette réunion historique - c'était la première fois qu'un Gouverneur de Bank Al-
Maghrib rendait visite à l'APSF - un plan d'action commun a été arrêté (voir page 3),
qui constitue pour ainsi dire une feuille de route pour les sociétés de financement en

74
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
2010. Toutes les questions retenues relèvent, à gros traits, de la bonne
gouvernance, de l'appréciation et de la gestion du risque et des relations des
sociétés de financement avec la clientèle.

Pour certaines questions, déjà finalisées par l'APSF, du moins dans leurs volets
conceptuel et organisationnel, il s'agit de traduire les décisions en dispositifs
concrets et opérationnels, comme c'est le cas pour la lutte contre la fraude et le
Médiateur de l'APSF. Pour d'autres questions, il s'agit de redoubler d'efforts afin de
renforcer la capacité des métiers de financement à répondre aux attentes de leur
clientèle et à l'évolution des marchés.

Pour d'autres questions encore, il s'agit d'étendre l'engagement citoyen de l'APSF


par sa contribution à l'éducation financière des (futurs) citoyens (collaboration avec
l'Education Nationale pour l'insertion des aspects financiers dans les programmes
pédagogiques) et à la promotion de la place financière de Casablanca. Le suivi de ce
plan d'action et de son état d'avancement s'effectuera semestriellement lors de
réunions Gouverneur de Bank Al-Maghrib / APSF. Signalons que lors de sa visite à
l'APSF, le Gouverneur de Bank Al-Maghrib était accompagné du Directeur de la
Direction de la Supervision Bancaire et du Directeur du Réseau et des Relations
avec les Entreprises de Bank Al-Maghrib.

TENUE DES PREMIÈRES ASSISES NATIONALES DE L'AFFACTURAGE

L'APSF a fait part au Gouverneur de Bank Al-Maghrib de l'organisation en avril 2010


des Premières Assises Nationales de l'Affacturage. Cette manifestation qui se
déroulera sous le thème "l'affacturage: 20 ans au service du développement de
l'entreprise marocaine", est destinée à vulgariser l'affacturage et montrer son intérêt
en tant que levier de croissance de l'entreprise. Le Conseil de l'APSF réuni en
première séance avant de recevoir le Gouverneur de Bank Al-Maghrib, a approuvé
dans ses grandes lignes le projet de contenu scientifique de la manifestation tel qu'il
a été élaboré par le comité d'organisation de cet événement.

Rappelons que l'affacturage consiste en un transfert par voie de subrogation de


créances commerciales de leur titulaire à un factor (une société de financement
spécialisée) qui, en contrepartie, les garantit, les finances et les recouvre. Les factors
offrent aux entreprises des solutions complètes de gestion des créances clients et
des dettes fournisseurs, aussi bien sur le marché national qu’à l’international.
L’affacturage a été lancé, au Maroc, en 1988. A cette date, l’offre était destinée
exclusivement au marché international, avant de s’étendre à la fin des années 90 au
marché domestique. Le secteur compte deux sociétés spécialisées, membres de
l’APSF, à savoir Attijari Factoring et Maroc Factoring. L’encours des remises de
créances de ces deux sociétés a atteint, à fin 2008, 2,2 milliards de dirhams, dont
78% au titre du marché domestique.

75
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
LES TEMPS FORTS DE LA RÉUNION

INTERVENTION DU PRÉSIDENT DE L’APSF

Après avoir souhaité la bienvenue au Gouverneur de Bank Al-Maghrib, le Président


de l’APSF a donné un bref aperçu de l'évolution de l'activité des métiers de
financement en 2009 (situation du crédit-bail et du crédit à la consommation à fin
septembre 2009) et sur l'action professionnelle récente de l'APSF. Il a fait part, à cet
égard, de l'état d'avancement des chantiers liés à la bonne gouvernance, à
l'appréciation et la gestion du risque et aux relations des sociétés de financement
avec la clientèle.

L'accent a été mis sur : l'institution du "Médiateur de l'APSF", les compétences du


Médiateur et les conditions d'éligibilité des litiges à la médiation ; les chantiers
appelés à faire l'objet d'un plan d'action avec la DSB, à savoir l'adoption d'un code
d'éthique par les métiers de financement, code appelé à traiter de l'endettement des
ménages, des conditions de concurrence et de la publicité des offres de crédit ;
l'examen, toujours de concert avec Bank Al-Maghrib, des moyens de se prémunir
contre la fraude et contre les tentatives de blanchiment des capitaux ; la tenue très
prochaine des Assises Nationales de l'Affacturage, manifestation destinée à
vulgariser le factoring et montrer son intérêt en tant que levier de croissance de
l'entreprise.

INTERVENTION DU GOUVERNEUR DE BANK AL-MAGHRIB

Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib a fait part du réel plaisir qu'il a à être parmi
l'APSF. Il a ouvert la réflexion sur l'avenir du système bancaire et financier dans les
dix prochaines années, a livré quelques orientations stratégiques pour les métiers de
financement et a arrêté une feuille de route pour lesdits métiers. Quel avenir pour le
système bancaire et financier dans les dix prochaines années ? 2009 marque le
50ème anniversaire de l'ensemble du système financier marocain et le Maroc a
développé un savoir-faire et une expertise qui le placent, aujourd'hui, en tête du
peloton dans la région MENA.

Il y a lieu de capitaliser sur ce savoir-faire et faire en sorte que Casablanca émerge


en tant que "hub financier" régional. Casablanca en tant que "hub financier" régional
est un challenge gagnable si chacun y met du sien pour la réussite de ce projet : "Il
nous faut tous porter ce projet" et l'APSF y est partie prenante. Il y a lieu de
préserver la place du Maroc en tant que benchmark de la région MENA, sachant que
les investisseurs et les observateurs lisent le Maroc selon une grille universelle.

Orientations stratégiques pour les métiers de financement

Les métiers de financement disposent d'un savoir-faire et d'une expertise qui les
autorisent à prétendre à des parts de marché à l'étranger. Il est nécessaire,
cependant, de se doter de grands groupes pour ce faire, à l'instar de l'expérience
récente du secteur bancaire. Il y a lieu, ainsi, de penser à la restructuration du
secteur par des regroupements. Par ailleurs, les sociétés de financement sont
appelées à examiner les moyens de mutualiser tout ce qui peut l'être, notamment la
formation, l'objectif étant de réduire les coûts et d'améliorer le service rendu. Feuille

76
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
de route pour les métiers de financement. L'adoption des principes de bonne
gouvernance, la promotion de la culture du risque, l'amélioration des relations avec la
clientèle et la communication constituent quatre axes de la feuille de route pour les
métiers de financement.

PLAN D'ACTION BANK AL-MAGHRIB / APSF POUR L'ANNÉE 2010

Bank Al-Maghrib et l’APSF sont convenues, lors de la rencontre avec le Gouverneur


de Bank Al-Maghrib au siège de l’APSF, d’un plan d’action commun pour l'année
2010. Ce plan d'action, nourri par les deux parties, se décline comme suit :

- Finalisation du code d'éthique des métiers de financement


- Mise en œuvre du dispositif de médiation de l'APSF
- Mise en place des actions de lutte contre la fraude
- Mise en place des actions d'accompagnement du Crédit Bureau
- Poursuite des actions de sensibilisation sur la lutte contre le blanchiment des
fonds
- Poursuite de l'adaptation des métiers de financement à l'évolution de
l'environnement législatif et réglementaire : protection du consommateur,
liberté des prix et concurrence, protection des données à caractère personnel
- Suivi de la sécurité dans les sociétés de transfert de fonds
- Adaptation des conditions tarifaires à l'évolution des marchés
- Formation (à quelque niveau de responsabilité que ce soit, imprégner les
ressources humaines des aspects liés à la bonne gouvernance)
- Education financière des citoyens (insertion des aspects financiers dans les
programmes pédagogiques de l'Education nationale)
- Promotion de la place financière de Casablanca

Bonne gouvernance

Le code d'éthique constitue le socle pour l'application des principes de bonne


gouvernance par les sociétés de financement. Ce code est appelé à préciser les
conditions de concurrence, les sociétés de financement n'ayant pas intérêt à une
concurrence désordonnée ou sauvage. Bank Al-Maghrib veillera, bien entendu, à ce
qu'il n'y ait pas entente entre les opérateurs. Ce code est appelé, également, à poser
les règles de publicité des offres de crédit. Il devra prévoir des sanctions, en cas de
manquement par un opérateur à l'une ou l'autre des règles établies. Bank Al-Maghrib
se réserve le droit de veiller au respect des dispositions de ce texte.

Culture du risque

Il s'agit d'imprégner, à quelque niveau du management que ce soit, les ressources


humaines de la culture du risque. La formation revêt à cette fin une importance
capitale. De même, il est nécessaire de participer à l'éducation financière des
Marocains et ce, dès leur plus jeune âge. A cet égard, l'APSF est appelée à faire des
propositions pédagogiques qui pourraient alimenter les programmes de l'Education
nationale.

77
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Relations avec la clientèle

Les sociétés de financement sont appelées à traiter la clientèle avec toute la


transparence requise, qu'il s'agisse de l'octroi des prêts et des financements ou de la
gestion desdits prêts et financements. L’institution d’un Médiateur de l’APSF prend,
ici, tout son sens. L'APSF est appelée à rendre son dispositif de médiation
opérationnel dans les meilleurs délais, et à communiquer aussitôt à ce sujet. Le
Crédit Bureau procède aussi de cette volonté de Bank Al-Maghrib d'améliorer la
relation des établissements de crédit avec la clientèle, puisqu'il conduit à davantage
de transparence financière.

VIII- DISPOSITIF DE PREVENTION ET DE REGLEMENT DE CONFLIT LIE A


L’AFFACTURAGE : LE MEDIATEUR DE L’APSF

Références légales

• Loi 08-05 relative à l'arbitrage et la médiation

• Charte relative au dispositif de Médiation des sociétés de financement

LE “MÉDIATEUR DE L’APSF” ET LES ACTIONS DE LUTTE CONTRE LA


FRAUDE OPÉRATIONNELS DÈS JANVIER 2010

MÉDIATEUR DE L’APSF

Suivant en cela les recommandations de Bank Al-Maghrib, le Conseil de l'APSF a


décidé de se doter d'un "Médiateur de l'APSF" et avait désigné à cette fonction, M.
Mohamed Tehraoui, membre fondateur de l'APSF (réunion du 17 décembre 2008).

Le Conseil de l'APSF avait adopté, quelques mois plus tard, une résolution portant
sur la désignation des représentants de l'APSF devant siéger au Comité de
Médiation bancaire (réunion du 9 juin 2009). Outre M. Mohamed Tehraoui, le comité
de Médiation Financière de l'APSF est composé de Mme. Laila Mamou et MM.
Chakib Bennani, Aziz Cherkaoui et Mostafa Melsa.

Lors d'une réunion tenue en octobre 2009, le Comité de Médiation de l'APSF a


retenu l'appellation "Médiateur de l'APSF" pour le dispositif à mettre en place au sein
de l'APSF. Il a également arrêté les principes de la médiation financière, les
compétences du médiateur et une première liste des litiges éligibles à la médiation
pour ce qui est du crédit-bail et du crédit à la consommation. S'agissant des
principes, il y a lieu de signaler que :

- Le Médiateur n'intervient que sur les dossiers ne faisant pas l'objet d'une
procédure de recouvrement amiable ou contentieuse ;
- le dispositif de médiation est instauré sans préjudice du droit des parties de
recourir aux juridictions de droit commun ou à des procédures arbitrales ;
- le dispositif de médiation est volontaire et gracieux pour les parties qui y
recourent.

78
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Quant aux compétences du Médiateur, le Comité est convenu du fait que le
Médiateur de l'APSF est appelé à se prononcer sur des litiges relevant des seules
relations des sociétés de financement avec leur clientèle, à l'exclusion de toute autre
question liée au crédit proprement dit.

Le Conseil de l'APSF, réuni le 3 décembre 2009, a approuvé le budget 2010 du


"Médiateur de l'APSF". Le dispositif sera opérationnel en janvier 2010.

LUTTE CONTRE LA FRAUDE

La Section Crédit à la consommation a proposé au Conseil de l'APSF qui l'a entériné,


un projet de "charte anti fraude" destinée à protéger les sociétés membres en amont
contre les fraudes des dossiers de crédit. Ce projet a été élaboré par une Cellule ad
hoc issue de la Section et enrichi par cette dernière. Le principe retenu consiste à
rendre les tentatives de fraude plus complexes et à dissuader les fraudeurs dans
leurs tentatives d'usurpation d'identité, de falsification de documents, de
dissimulation de faits ou de présentation de documents authentiques destinés à
tromper sur leur situation réelle.

La Charte prévoit :

- de mener des actions de sensibilisation et de formation aussi bien du


personnel de front office en agence propre que des correspondants des
sociétés de crédit ;
- d'engager auprès des partenaires traditionnels de l'APSF (CNT, par exemple)
et d'institutions nationales (CNSS, administration de la défense nationale) des
actions permettant aux sociétés de crédit d'obtenir des informations destinées
a s'assurer de l'intégrité des informations qui leur sont communiquées dans
des cas de fraude présumés.

Le dispositif prévu en vertu de ladite charte devra être opérationnel début 2010.

Bank Al-Maghrib et l'APSF sont convenues, par ailleurs et toujours en vue de


prévenir la fraude, d'explorer les moyens qu'offriront les données et enseignements
du Crédit Bureau.

LE MEDIATEUR DE L’APSF : GUIDE PRATIQUE

Qu’est-ce que la médiation ?

La Médiation est un mode de résolution des litiges entre deux parties qui recourent
de manière volontaire à un tiers indépendant et impartial, le médiateur, pour trouver
une solution négociée à leur différend.

Quels sont les avantages de la médiation ?

Avec la médiation, les parties d’un différend réalisent une économie de ressources
(temps et charges financières).

79
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Qui est le Médiateur de l’APSF ?

La médiation est recommandée par Bank Al-Maghrib, qui a institué un Comité de la


médiation bancaire qu’elle préside et qui comprend l’APSF. Ce Comité désigne le
Médiateur et veille sur son indépendance.

Que propose le Médiateur ?

Le Médiateur de l’APSF a pour objectif de faciliter la recherche d’une solution


négociée et amiable à un différend qui vous oppose à une société de financement.

Il vous aidera à rapprocher vos points de vue et à vous entendre, et peut vous
proposer un accord transactionnel qui vous satisfait tous les deux.

Quand est mise en œuvre la médiation ?

La médiation est mise en œuvre à votre demande.

Auparavant, vous devez avoir saisi la société de votre réclamation.

Si, dans un délai de 21 jours, la solution proposée par la société ne vous satisfait pas
ou, si tout simplement la société ne répond pas à votre requête, adressez-vous au
Médiateur de l’APSF.

Les services du Médiateur de l’APSF sont-ils payants ?

Les services du Médiateur de l’APSF sont rendus à titre gracieux.

Comment saisir le Médiateur de l’APSF ?

Un formulaire de demande de médiation est mis à votre disposition au 95, bd


Abdelmoumen, Casablanca, ou depuis son site Internet (www.apsf.org.ma).

Ce formulaire doit être dûment renseigné et comprendre votre identité et vos


coordonnées, l’objet du litige, un exposé succinct des faits et le nom de la société de
financement concernée.

Comment se déroule la médiation ?

Le Médiateur traite votre réclamation dans un délai d’un mois et ce, dans la stricte
confidentialité, clé de succès de la médiation.

Que se passe-t-il au terme de l’instruction de la réclamation ?

Au terme de l’instruction de la réclamation, le Médiateur :

• prend acte de la solution à laquelle les parties sont elles-mêmes arrivées, ou

• propose la solution qu’il estime appropriée au litige, ou

80
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• constate le refus, par l’une ou l’autre partie, de la solution qu’il propose. Dans ce
cas, le recours à la justice est toujours possible.

Plus d’informations sur le Médiateur de l’APSF sont disponibles sur le site web

www.apsf.org.ma

Vous pouvez joindre le Médiateur de l’APSF

Par courrier électronique : lemediateur@apsf.ma

Par téléphone : 0522 485 653 / 0522 485 654

Par courrier : Le Médiateur de l’APSF, 95 bd Abdelmoumen, Casablanca 20 360

IX- RAPPORT SUR L'OBSERVATION DES NORMES ET CODES (RONC) AU


MAROC INSOLVABILITE ET DROITS DES CREANCIERS

Préparé par une équipe de la Banque Mondiale à partir des informations fournies par
les autorités marocaines.

Septembre 2006

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION

II. DESCRIPTION DE LA PRATIQUE DU PAYS

A. DROITS DES CREANCIERS ET PROCEDURES D’EXECUTION

B. CADRE JURIDIQUE DES PROCEDURES DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES


DES ENTREPRISES

C. CADRE REGLEMENTAIRE DES PROCEDURES DE TRAITEMENT DES


DIFFICULTES DES ENTREPRISES

D. GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET ARRANGEMENTS INFORMELS

III. RESUME DES RESULTATS DE L’EVALUATION ET

IV. RECOMMANDATIONS

ANNEXE 1 EVALUATION PRINCIPE PAR PRINCIPE

81
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Résumé

Les systèmes juridiques de protection des droits des créanciers et de recouvrement


au Maroc sont assez modernes. Si les procédures judiciaires d’exécution ont
tendance à être relativement inefficaces, des reformes récentes ont apporté des
améliorations. La protection des droits des créanciers est fondée sur un système
contractuel et processuel d’inspiration française et repose sur un large éventail de
sûretés et garanties. Le système est relativement complexe en ce qui concerne les
règles de priorité et les privilèges. Les contraintes du système et la liquidité limitée
des marchés conduisent à un faible taux de recouvrement, même pour les créanciers
privilégiés. Le code des obligations et des contrats et le code de commerce offrent
tous types de sûretés, mais les nantissements et les hypothèques en particulier ont
la préférence des banques qui utilisent aussi l’escompte, l’affacturage et la cession
de créance.

Ces techniques sont fiables mais les créanciers privilégiés souffrent des
insuffisances du système judiciaire, toutefois en nette régression, qui ont pu
empêcher un recouvrement efficace. Le cadre juridique marocain de l’insolvabilité
commerciale a été refondu en 1996 avec l’adoption d’une nouvelle loi traitant des
difficultés des entreprises ; celle-ci prévoit des procédures judiciaires de prévention
des difficultés, de redressement et de liquidation de l’entreprise. Des juridictions
commerciales (tribunaux de première instance et cours d’appel) ayant compétence
en matière de procédures collectives ont été créées en 1997 et facilitent l’application
cohérente de la nouvelle législation. Le redressement et la liquidation sont régis par
une procédure unique entraînant l’application de l’une ou l’autre solution. L’efficacité
du nouveau système est toutefois restreinte par un recours abusif aux procédures de
traitement des difficultés des entreprises par les débiteurs qui bénéficient d’une
suspension des poursuites d’une durée parfois excessive et par le manque de
professionnels (syndics) suffisamment formés et qualifiés.

La création de tribunaux de commerce spécialisés a amélioré considérablement la


résolution des litiges commerciaux et contribue à un traitement plus cohérent et
efficace des litiges par le système judiciaire. En revanche, l’absence de normes de
performance des tribunaux et de formation spécialisée des juges diminue l’efficacité
générale du système. De même, l’absence d’organe de régulation et de critères de
compétence pour les administrateurs des procédures de traitement des difficultés
des entreprises et les liquidateurs est un obstacle majeur au fonctionnement efficace
du système. La quasi-totalité du crédit aux entreprises est garantie, les crédits non
garantis représentant une minorité du montant total des avances. Les grandes
banques marocaines et étrangères utilisent des procédures sophistiquées de gestion
des défauts de remboursement et emploient une palette de méthodes de
recouvrement amiables et contentieux.

Malgré l’absence de formalisation dans un cadre spécifique, les banques ont


fréquemment recours aux arrangements amiables pour aménager les dettes et
restructurer les entreprises. Les banques se plaignent cependant du faible taux de
recouvrement dans les procédures judiciaires ainsi que des lenteurs et de
l’inefficacité du système, alourdi par un recours excessif aux experts dont la mission
est peu justifiée et correctement exécutée.

82
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
La version initiale de ce Rapport a été préparée par une équipe comprenant Gordon
W. Johnson (Conseiller juridique principal, Banque Mondiale), Jacques Ferry
(Consultant) et Hicham Naciri (Associé, Cabinet Naciri &

Associés). Ce Rapport a ensuite été révisé par une équipe comprenant Pauline
Aranda (Conseiller juridique, Banque Mondiale), Eric Haythorne (Conseiller juridique
principal, Banque Mondiale) et Jacques Ferry (Consultant) sous la supervision de
Mahesh Uttamchandani (Conseiller juridique principal, Banque Mondiale) et Vijay
S.Tata (Conseiller juridique en chef, Banque Mondiale).

I. INTRODUCTION

1. La Banque Mondiale a évalué le système juridique de l'insolvabilité et de la


protection des droits des créanciers en vigueur au Maroc conformément à l'initiative
conjointe FMI - Banque Mondiale portant sur l'observation des normes et des codes

("RONC") en 2003. L'étude a été conduite sur la base des Principes et Directives
régissant le Traitement de l'Insolvabilité et la Protection des Droits des Créanciers de
la Banque Mondiale ("Principes"). Ces systèmes constituent les fondements
principaux de la confiance commerciale et le socle d’une saine gestion du crédit et de
ses difficultés.

2. Les conclusions de cette évaluation sont fondées sur : (i) un rapport d’ensemble
sur le droit et la pratique marocains en ce domaine rédigé par le cabinet d’avocats
marocain Naciri & Associés ; (ii) l’examen de la législation ainsi que des informations
et autres textes législatifs et réglementaires pertinents ; et (iii) des réunions tenues
avec un large éventail représentatif des diverses parties prenantes, institutions et/ou
professionnels du secteur public et du secteur privé au cours desquelles il a été
discuté de l'efficacité du dispositif juridique régissant les relations entre créanciers et
débiteurs, de la gestion des risques de crédit et des pratiques de règlement des
difficultés des entreprises.

II. DESCRIPTION DE LA PRATIQUE DU PAYS

A. DROITS DES CREANCIERS ET PROCEDURES D’EXECUTION

1. L’économie du Maroc est fondée sur le crédit. Les banques et sociétés de


crédit bail sont des interlocuteurs incontournables du marché. Les crédits sont
principalement accordés au moyen d’avances en fonds de roulement, de prêts
bancaires pour les investissements, de crédit-bail et d’affacturage. Il est
marginalement fait recours aux instruments financiers complexes et aux instruments
dérivés. Les prêts à la consommation et les prêts hypothécaires constituent une
faible part du portefeuille global des établissements de crédit non spécialisés. Le
crédit bancaire est assorti de garanties dans presque tous les cas, sauf pour les
clients notoirement solvables. Le système général de recouvrement des créances
assorties ou non de garanties et le système de traitement de l’insolvabilité des
entreprises sont assez bien corrélés et fonctionnent correctement ensemble.

83
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Banque Mondiale, Principes et Directives Régissant l'insolvabilité et la Protection des
Droits des Créanciers (Avril 2001) <http://www.worldbank.org/ifa/rosc_icr.html>.

La législation principale examinée inclut, entre autres, le Code de Commerce (Dahir


n°1-96-83 du 1er août 1996 portant promulgation de la loi n°15-95 formant code de
commerce) ; la loi sur les Obligations et les Contrats (Dahir du 12 septembre 1913
formant code des obligations et des contrats ainsi que modifiée et complété par le
Dahir du 11 mai 1995); la loi sur les juridictions de commerce (Dahir n°1-97-65 du 12
février 1997 instituant les juridictions de commerce); la loi sur les sociétés (Dahir n°
1-96-124 du 30 août 1996 portant promulgation de la loi 17-95 relative aux sociétés
anonymes); la procédure civile (Dahir du 28 septembre 1974 portant loi n°1-74-447
approuvant le texte du code de procédure civile); le droit bancaire (Dahir portant loi
n° 1-93-147 du 6 juillet 1993 relative à l’exercice de l’activité des établissements de
crédit et à leur contrôle); le droit immobilier (Dahir du 2 juin 1915 fixant la législation
applicable aux immeubles immatriculés); le recouvrement des dettes publiques
(Dahir n°1-00-175 du 3 mai 2000 portant promulgation de la loi n° 15-97 formant
code de recouvrement des créances publiques); la loi sur la propriété industrielle
(Dahir du 15 février 2000 relatif à la protection de la propriété industrielle); le crédit
automobile (Dahir du 17 juillet 1936 réglementant la vente à crédit des véhicules
automobiles); le décret n° 2-61-161 du 10 juillet 1962 portant réglementation de
l’aviation civile; le Dahir du 31 mars 1919 portant Code de commerce maritime; le
Dahir 1-93-162 du 10 septembre 1993 organisant l’exercice de la profession
d’avocat.

4. La loi offre un très grand choix de sûretés et garanties sur une grande
diversité d’actifs. Ce choix inclut le cautionnement, le droit de rétention, la réserve
de propriété, la cession et la délégation de créances, la cession de créances
professionnelles à titre de garantie ou en propriété, le nantissement d’actions, le
gage et nantissement de meubles et immeubles, le nantissement de fonds de
commerce, d’outillage et d’équipement, l’hypothèque de biens immobiliers, de
bateaux et d’aéronefs et les privilèges. La création et l’exécution des garanties et
sûretés sont notamment régies par le Code des Obligations et des Contrats (Dahir du
12 septembre 1913 modifié et complété par le Dahir du 11 mai 1995), la législation
applicable aux immeubles immatriculés (Dahir du 2 juin 1915), le Code de
Commerce (Dahir du 1er août 1996) et le Code de recouvrement des créances
publiques (Dahir du 3 mai 2000).

5. Des procédures accélérées permettent aux créanciers de recouvrer des


dettes échues plus rapidement au moyen d’une injonction de payer, d’une
saisie ou d’une action en justice. Tout créancier, quelque soit sa nationalité, peut
saisir le tribunal compétent pour obtenir paiement de sa créance selon les règles de
procédures applicables. Le droit marocain offre des moyens efficaces de
recouvrement aux créanciers dont la créance répond à certaines conditions. La
procédure d’injonction de payer est une procédure simplifiée d’ordonnance sur
requête délivrée par le président du tribunal. Une telle ordonnance permet au
créancier dont la créance est fondée sur un titre ou une promesse reconnue d’obtenir
rapidement satisfaction du débiteur ou bien un titre exécutoire lui permettant de saisir
les biens mobiliers ou immobiliers.

84
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
6. Les procédures de saisie sont plus efficaces, moins onéreuses et
généralement plus rapides qu’une action en justice. Une procédure de saisie
permet de faire vendre des biens immobiliers et mobiliers, y compris le fonds de
commerce, d’un commerçant ou d’une société. Un ensemble de techniques
juridiques, telles que la saisie conservatoire, la saisie réelle, la saisie-exécution de
meubles et d’immeubles, la saisie-arrêt, la saisie gagerie et la saisie-revendication,
peuvent être mises en œuvre. Les créanciers chirographaires ne peuvent faire
vendre un bien immobilier qu’en cas d’insuffisance ou d’absence de biens mobiliers.
L’intervention du tribunal est nécessaire au cas où le créancier veut vendre en totalité
le fonds de commerce du débiteur y compris l’équipement et les stocks.

7. Différentes lois ont été votées récemment dans le but d’accélérer le


recouvrement des dettes civiles et commerciales en réduisant les délais et
limitant les effets de l’appel dans certains cas. En particulier la loi n°19-02
complétant le Code de procédure civile dispose que l’exécution d’une injonction
ordonnée par le Président du tribunal de première instance fondée sur un effet de
commerce ou un titre authentique ne peut être suspendue ni par l’effet du délai
d’appel courant ou même de l’appel interjeté. La loi n° 18.02 complétant la loi
instituant les tribunaux et cours d’appel de commerce confère au président du
tribunal de commerce le pouvoir de trancher les réclamations concernant des
sommes supérieures à 20.000 Dirhams lorsque ces réclamations sont fondées sur
un billet à ordre ou un acte passé devant notaire.

8. Les règles de priorité entre créanciers établies par la loi procurent une
prévisibilité satisfaisante dans le recouvrement de créances garanties par un
bien nanti au profit de plusieurs créanciers. En particulier, le privilège du trésor
sur les biens immobiliers, contrairement à celui des frais de justice, doit être publié à
la conservation de la propriété foncière pour être opposable aux tiers.

9. L’inscription des sûretés portant sur les meubles et les immeubles est
portée sur différents registres, selon la nature des actifs en cause. L’inscription
des sûretés portant sur les biens immobiliers est faite obligatoirement sur deux
registres distincts : celui du Bureau de la conservation foncière et hypothécaire et
celui du Service de l’enregistrement. Le premier enregistrement a un effet constitutif
et conditionne l’opposabilité aux tiers des hypothèques tandis que le second a une
vocation essentiellement fiscale. Les lieux et systèmes d’enregistrement relatifs aux
biens meubles dépendent du type de bien sur lequel porte la sûreté. Le nantissement
de fonds de commerce est enregistré au Registre du commerce du lieu d’activité du
débiteur.

Les sûretés portant sur l’équipement et l’outillage sont établies sur un registre spécial
tenu par le greffier du tribunal du lieu où sont situés les biens et au Registre du
commerce ainsi qu’au registre spécial du lieu du siège social du débiteur. Les
sûretés prises sur les biens des filiales d’une société doivent également être
enregistrées au greffe du tribunal du siège de la société mère. D’autres registres sont
spécifiquement utilisés en matière de sûretés sur les marques, les aéronefs, les
véhicules automobiles et les navires.

85
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
10. Les procédures d’inscription peuvent être considérées comme assez
transparentes, faciles d’accès, peu onéreuses et ouvertes aux étrangers. La
procédure d’enregistrement d’une sûreté immobilière au Service de l’enregistrement
peut être, selon la nature du bien, gratuite ou soumise à un taux fixe ou à un taux
proportionnel appliqué à la valeur de l’immeuble grevé.

11. La procédure d’enregistrement d’une sûreté immobilière au Bureau de la


conservation foncière et hypothécaire est toujours payante et calculée en fonction du
montant garanti par l’hypothèque. Les registres sont à la disposition du public et
peuvent être consultés de façon assez transparente. Les frais d’enregistrement au
registre du commerce sont calculés ad valorem. Aucune restriction ne s’applique aux
étrangers en ce qui concerne la constitution et l’enregistrement des sûretés.

12. La réalisation des sûretés est une procédure assez simple, en particulier
dans le contexte industriel et commercial mais elle est souvent retardée par
une confiance excessive accordée aux experts. L’exécution des sûretés est régie
par le code de commerce, le code des obligations et des contrats, la loi applicable
aux immeubles immatriculés et le code de procédure civile qui définit les règles
applicables aux saisies et ventes forcées pour l’ensemble des créanciers. Par
exception, l’Etat et l’administration sont soumis aux dispositions du code de
recouvrement des créances publiques sauf en ce qui concerne leurs créances
commerciales. Outre leur rang préférentiel lors de la distribution du prix de vente des
biens du débiteur sur lequel porte leur sûreté, les créanciers nantis bénéficient de
droits particuliers sur le bien grevé. En matière immobilière, le créancier hypothécaire
a le droit de procéder à une saisie exécution sans avoir à poursuivre au préalable le
débiteur sur ses biens meubles ; le créancier titulaire d’un certificat d’inscription peut
poursuivre la vente de l’immeuble par expropriation forcée même s’il n’est pas
pourvu d’un titre exécutoire.

13. En matière de meubles, les créanciers gagistes peuvent faire vendre les biens
dans des délais de principe très brefs et selon des formalités simplifiées. Pour autant,
les voies d’exécution sont souvent alourdies par l’intervention des officiers
d’exécution et par le recours important à des experts pour la fixation de la valeur des
biens qui ne correspond pas toujours à leur valeur marchande.

B. CADRE JURIDIQUE DES PROCEDURES DE TRAITEMENT DES DIFFICULTES


DES ENTREPRISES

14. Le cadre juridique régissant l’insolvabilité des entreprises a été totalement


refondu en 1996 et 1997. Le système marocain actuel résulte de la réforme du
Dahir du 1Per P août 1996 établissant le nouveau code de commerce. Le traitement
des difficultés de l’entreprise, inclus dans le « Livre V » du code de commerce,
comprend des dispositions sur la prévention des difficultés de l’entreprise avec ou
sans le concours du tribunal pouvant aboutir à la suspension des poursuites
individuelles, ainsi que des dispositions relatives au redressement et à la liquidation
judiciaires. Ces dispositions ont été complétées par le Dahir du 12 février 1997
créant les juridictions commerciales, lesquelles ont notamment compétence en
matière de traitement des difficultés des entreprises.

86
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Un des objectifs de la nouvelle législation est de fournir tous les moyens juridiques
nécessaires et adéquats à la préservation des entreprises, par le redressement sous
forme d’un plan de continuation et/ou d’un plan de cession ou bien par la liquidation
judiciaire de l’entreprise, de la valeur des actifs du débiteur et de son potentiel
industriel et/ou commercial, de préserver les emplois tout en protégeant les intérêts
des créanciers par leur remboursement.

15. La procédure unifiée de traitement des difficultés des entreprises,


organisée en deux phases, représente une évolution considérable par rapport
au régime ancien de 1913 et est sans aucun doute plus adaptée au contexte
d’une économie de marché.

Elle comprend de nombreuses dispositions conformes aux régimes d’insolvabilité


des pays développés orientés vers le redressement des entreprises et reflète une
conception centrée sur le rôle prédominant des organes judiciaires par opposition
aux systèmes conférant un rôle décisionnel aux créanciers. La procédure se déroule
dans un cadre unifié qui conduit, selon les circonstances, au redressement de
l’entreprise ou à sa liquidation. La procédure de redressement peut être convertie en
procédure de liquidation à tout moment, mais l’inverse n’est pas possible.

16. Le nouveau code de commerce établit un droit de l’insolvabilité complet qui


n’a pas cependant encore complètement démontré son efficacité. Les obstacles
majeurs à cette efficacité sont le manque général de repères pour les magistrats et
auxiliaires de justice. A l’évidence, le système contient des dispositifs et outils
propres à les rendre efficaces lorsque les aspects institutionnels et réglementaires
auront été perfectionnés.

17. Si certains concepts juridiques de la nouvelle loi ont posé des difficultés
d’interprétation à l’origine, la jurisprudence semble aujourd’hui clarifiée. En
particulier, la loi de 1996 pose une condition préalable à l’ouverture de traitement des
difficultés des entreprises qui est la preuve de la cessation des paiements du
commerçant ou de l’entreprise. Les tribunaux exigent du déclarant qu’ils produisent à
l’appui de sa demande les mises en demeure attestant de l’exigence faite à lui
d’honorer ses engagements. La jurisprudence est aujourd’hui quasi-unanime sur la
nécessité d’apporter la preuve que l’entreprise est dans l’impossibilité de faire face à
son passif échu et effectivement exigé grâce à son actif disponible.

18. Le déroulement des procédures de traitement des difficultés des


entreprises était lent avant la réforme mais s’est amélioré de façon
significative, notamment grâce à la création des tribunaux de commerce. La
situation générale ne s’est cependant pas améliorée du fait de l’augmentation
substantielle du nombre d’affaires. Selon les banquiers et les juges, l’augmentation
très importante du nombre d’affaires de traitement des difficultés des entreprises est
due en grande partie au changement d’attitude des débiteurs après l’entrée en
vigueur de la nouvelle loi. Il semble que de nombreux commerçants et dirigeants de
petites et moyennes entreprises ont demandé l’ouverture d’une procédure pour le
seul avantage tenant à la suspension des poursuites qui est automatiquement
prononcée par le jugement d’ouverture de la procédure.

87
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les banques soutiennent que les débiteurs essaient fréquemment de négocier leur
dette en menaçant de pouvoir arrêter une procédure d’exécution et de saisie par le
recours à la procédure de traitement des difficultés des entreprises. L’application du
critère formel de non paiement des dettes exigibles procure au débiteur un moyen de
pression important, d’où l’importance des efforts de clarification de la jurisprudence
sur les conditions d’ouverture des procédures.

19. Les pouvoirs renforcés des juges-commissaires facilitent la cession


efficace des biens immobiliers. Les procédures de liquidation et de cession d’actifs
sont régies par les règles de droit commun de procédure civile sur le règlement des
litiges. Le juge commissaire détient des pouvoirs particuliers dans le cadre d’une
liquidation permettant une cession efficace des biens. Après consultation des
contrôleurs représentant les créanciers, du chef d’entreprise et du syndic, le juge-
commissaire détermine le prix et les conditions essentielles de la vente ainsi que les
modalités de publicité. Le juge commissaire peut, dès lors que la consistance du bien
immobilier, son emplacement et les offres reçues permettent une vente amiable dans
les meilleures conditions, autoriser la vente de l’immeuble soit par adjudication
amiable au prix fixé ou de gré à gré aux prix et conditions qu’il détermine, la
surenchère étant toujours possible. L’adjudication purge toutes les sûretés.

20. La loi confère au syndic des pouvoirs importants lui permettant de remettre
en cause les obligations contractuelles du débiteur. Le syndic a le pouvoir de
demander la continuation et l’exécution de tout contrat en cours au moment de
l’ouverture de la procédure à la condition expresse de remplir les obligations du
débiteur envers son cocontractant. Le droit du syndic peut être exercé nonobstant
l’inexécution par le débiteur de son obligation contractuelle avant l’ouverture de la
procédure collective.

21. La loi prévoit que certains actes passés dans des conditions anormales
durant une certaine période antérieure à l’ouverture de la procédure (période
suspecte) peuvent être ou sont automatiquement annulés, selon leur nature. La
période suspecte s’étend de la date de cessation des paiements à la date
d’ouverture de la procédure de redressement ou de liquidation, sous réserve de
prolongation pour certains contrats. La date de cessation des paiements est fixée par
le tribunal lors du jugement d’ouverture de la procédure et peut être modifiée par la
suite. La période suspecte ne peut dépasser dix huit mois.

22. Les droits et rangs des créanciers tels qu’établis avant la procédure en
vertu des règles de droit civil et commercial sont maintenus de façon générale
dans la procédure de traitement des difficultés des entreprises sous réserve de
quelques exceptions. L’exception la plus importante est le rang supérieur conféré
aux dettes encourues par le débiteur après le jugement d’ouverture de la procédure
qui doivent être payées par préférence à celle existantes au jour de l’ouverture de la
procédure, qu’elles bénéficient ou non de sûretés ou de privilèges. Cette solution
témoigne du souci d’assurer une perspective de redressement au débiteur, ce
privilège étant conçu comme un mécanisme incitant à contracter avec les entreprises
soumises à une procédure collective.

23. La loi confère un faible pouvoir de contrôle aux créanciers, dont la protection
est dévolue au syndic. Les créanciers sont également représentés dans la procédure

88
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
certains d’entre eux dénommés « contrôleurs » et désignés par le juge-commissaire.
Ils n’ont pas d’accès direct à l’information relative au débiteur, ne participent pas à
l’élaboration du plan de continuation ou de cession et ne votent pas le plan qui est
décidé par le tribunal seul, le juge-commissaire demeurant la pierre angulaire de la
procédure collective. L’information est canalisée et transmise par les contrôleurs
auxquels il n’est pas imposé d’obligation stricte de transmettre avec diligence et en
quantité suffisante des informations aux créanciers.

24. Le nouveau code de commerce favorise les arrangements judiciaires grâce


à la procédure de prévention et la procédure d’alerte. La procédure d’alerte porte
essentiellement sur l’obligation professionnelle imposée au commissaire aux
comptes et aux associés d’une société de déclencher une procédure d’avertissement
dès lors qu’un fait pouvant être préjudiciable à la bonne marche de l’entreprise est
porté à leur connaissance, ceci au moyen d’une notification aux dirigeants de
l’entreprise. Au cas où aucun remède n’est apporté, l’assemblée générale des
actionnaires de la société doit être saisie et, ultimement, le président du tribunal de
commerce.

25. La loi confère d’importants pouvoirs d’investigation au président du


tribunal de commerce. Celui-ci peut notamment convoquer le dirigeant afin de
discuter des mesures à adopter pour pallier aux difficultés de l’entreprise et peut
demander des informations complémentaires de différentes sources afin de s’assurer
de la situation financière réelle de la société. Le président du tribunal dispose aussi
du pouvoir discrétionnaire de mandater un tiers afin de concilier les associés et les
tiers concernés.

26. La loi prévoit également une procédure de règlement amiable indépendante


des procédures de liquidation et de réorganisation, réservée au débiteur dont
la condition financière ne justifie pas l’ouverture de telles procédures. La
procédure de règlement amiable, qui a pour but d’éviter la procédure formelle aux
entreprises n’étant pas en cessation de paiement, est placée sous le contrôle du
tribunal de commerce et est menée par un conseiller indépendant, le conciliateur.
L’initiative d’une telle procédure revient exclusivement au représentant légal du
débiteur. A la demande du conciliateur, le président du tribunal peut décider la
suspension des poursuites individuelles pour la durée de la mission du conciliateur,
dont l’effet est de suspendre toutes les procédures en cours, d’interdire toute
nouvelle procédure contre le débiteur concernant les dettes contractées avant
l’ouverture de la procédure ainsi que d’empêcher toute procédure de résiliation des
contrats en cours. En cas de décision d’octroi de la suspension des poursuites par le
président, et sauf dispositions particulières de ladite décision, il est interdit au
débiteur, sous peine de nullité de tels actes, de payer toute dette encourue
antérieurement à la décision de suspension (sauf en faveur des salariés), de payer
les cautions données au moment où la dette a été contractée, de consentir une
hypothèque ou de céder des actifs sauf dans le cadre de la gestion normale de
l’entreprise.

89
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
C. CADRE REGLEMENTAIRE DES PROCEDURES DE TRAITEMENT DES
DIFFICULTES DES ENTREPRISES

Cadre Institutionnel et Capacité

27. La loi de 1997 instituant les juridictions de commerce a créé les tribunaux
de commerce et les cours d’appels de commerce qui ont notamment
compétence pour toute matière relative au traitement des difficultés des
entreprises. Les tribunaux de commerce ont une large compétence qui s’étend au
débiteur, ses représentants, dirigeants et associés; aux actifs du débiteur (ensemble
des biens et des créances); aux créanciers privilégiés et autres créanciers du
débiteur.

28. Le tribunal prononçant l’ouverture de la procédure dispose de larges


pouvoirs d’administration de la procédure et de direction des opérations. Ces
pouvoirs comprennent l’ouverture de la procédure, le choix de la liquidation ou du
redressement, l’acceptation du plan de continuation ou de cession de l’activité et/ou
la révocation du plan. Sa compétence est élargie à la connaissance de toutes
matières et contestations relatives ou connexes aux difficultés des entreprises dont le
règlement amiable, et le redressement et la liquidation judiciaires.

29. La formation et la compétence des juges ayant à traiter des affaires


relatives au traitement des difficultés des entreprises ne sont pas toujours
satisfaisantes mais sont en cours d’amélioration. En pratique, certains juges
nommés dans les sections de faillite des tribunaux de commerce sont issus des
chambres traitant auparavant de ces matières dans les juridictions de droit commun
tandis que des juges nouvellement venus au traitement des difficultés des
entreprises ont dû s’adapter à un nouveau domaine d’activité et se former eux-
mêmes en fonction de l’expérience acquise au fil du traitement des affaires. Pour
pallier à ces difficultés, l’Institut Supérieur de la Magistrature s’oriente actuellement
vers une spécialisation de magistrats en matière commerciale, et des sessions de
formation continue sont organisées par le Ministère de la Justice. Nonobstant
l’accroissement rapide du nombre des affaires d’insolvabilité et de procédures
d’injonction de paiement, les tribunaux de commerce ont fait preuve d’une grande
activité telle qu’indiquée dans le tableau ci-dessous.

Cadre Réglementaire

30. Il n’existe aucune instance professionnelle contrôlant ou encadrant les


administrateurs judiciaires ou liquidateurs (syndics) qui sont choisis librement
et dirigés par le tribunal. Selon le code de commerce, la fonction de syndic est
exercée par le greffe du tribunal mais le tribunal peut également désigner un tiers. En
pratique, le tribunal désigne le syndic parmi les membres du personnel de son greffe
dans les affaires de liquidation judiciaire et choisit le syndic parmi les experts
comptables dans les affaires de redressement judiciaire. Le syndic tient son mandat
du tribunal et agit comme son mandataire. Il est en même temps la seule personne
ayant capacité pour agir au nom et pour le compte des créanciers. Bien que son rôle
soit essentiel dans les procédures de traitement des difficultés des entreprises, sa
qualification ne fait l’objet d’aucune condition légale formelle. Aucun critère légal n’a
été établi concernant les modalités d’administration des affaires par les syndics. Le

90
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
contrôle méthodique et suivi de leur travail est peu fréquent, ce contrôle étant de la
compétence du Juge-commissaire dont les lourdes fonctions laissent peu de temps
disponible pour la surveillance du travail des syndics.

31. Aucune qualification ou compétence professionnelle technique ou juridique


n’est exigée des syndics comme condition de leur désignation par le tribunal.
L’écart entre les qualifications professionnelles qui devraient être celles
d’administrateurs en charge de procédures juridiques et économiques complexes et
la situation réelle au Maroc est ressentie fortement en raison de l’importance du rôle
juridique et pratique qui leur est dévolu dans les procédures. Certains experts
comptables se sont spécialisés dans ces matières mais de façon non uniforme et
encore marginale.

D. GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET ARRANGEMENTS INFORMELS

Gestion du Risque de Crédit

32. La grande majorité des crédits consentis par les banques, importants ou
non, sont garantis, les crédits non garantis ne représentant qu’un faible
pourcentage du montant total des crédits aux entreprises. Les sûretés les plus
fréquemment utilisées sont les cautionnements des dirigeants d’entreprise ou des
commerçants, les gages, avec ou sans dépossession sur toutes sortes d’actifs, y
compris le nantissement de fonds de commerce, de matériel et d’équipement, et
d’actifs liquides (e.g. dépôts bancaires, valeurs mobilières, polices d’assurance) ainsi
que les hypothèques sur les biens immobiliers (terrains, immeubles et dépendances),
usines et équipements industriels. Des sûretés sont également fréquemment prises
sur les stocks et les créances à recevoir. Les banques utilisent aussi les
nantissements de marchés comme sûreté des avances faites ou des ouvertures de
crédit mais peu encore la cession de créance commerciale sur simple bordereau qui
est pourtant un nouvel instrument sûr et flexible créé par le nouveau code de
commerce. Les garanties données par les sociétés, la famille ou les individus sont
assez répandues et constituent des formes supplémentaires de garantie.

33. Les banques marocaines, de quelque origine et type que ce soit, sont
intégrées dans un système bancaire avancé et disposent de procédures
internes efficaces pour gérer les défauts de paiement. Elles utilisent une large
palette de techniques de recouvrement et de règlement amiable. Les grandes
banques disposent de services spécialisés et parfois décentralisés au plan régional
alors que les petites banques ne disposent que de petits départements de
recouvrement ou ont fréquemment recours à des tiers pour procéder au
recouvrement. Les plus grands établissements utilisent des méthodes informatisées
de traçage des créances douteuses et de gestion des différents niveaux de
défaillance tandis que les plus petites banques utilisent à un moindre degré la
gestion des informations et des statistiques. Toutes les banques sont tenues
d’appliquer la classification des créances instaurée par voie de circulaire par la
banque centrale, Bank Al-Maghrib, qui détermine par niveau de risque leur traitement
comptable et les règles de provisionnement. Les équipes bancaires et juridiques des
départements de recouvrement ont la plupart du temps une forte expérience des
différentes méthodes de recouvrement et techniques de résolution des difficultés. La
plupart des banques indiquent une préférence pour les solutions amiables, le

91
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
recouvrement judiciaire étant relativement lent et pouvant s’étaler sur les périodes de
trois à cinq ans. Selon les différents types de crédit attribués au Maroc, les niveaux
les plus élevés de défaillance en pourcentage de crédits par industrie tendent à être
dans les secteurs de l’agriculture, de l’industrie, de la construction et du commerce.
Le niveau des crédits douteux est légèrement plus important dans les banques
locales ce qui résulte peut-être des conditions plus sélectives d’octroi de crédits par
les banques étrangères.

Arrangements informels

Circulaire n°19 du 23 décembre 2002 relative à la c lassification des créances et à


leur couverture par les provisions.

34. Bien qu’aucune procédure d’arrangement informel n’ait été standardisée,


les banques et institutions financières utilisent fréquemment des procédures
informelles pour parvenir à des arrangements amiables de rééchelonnement de
dettes et de restructuration des entreprises. De façon comparable aux pratiques
de nombreux pays, une grande variété d’approches est utilisée pour sauver des
affaires viables dans le but de permettre le remboursement des dettes. Celles-ci
incluent les techniques habituelles de mesures de réduction de coût, de réduction du
nombre d’employés, de vente d’actifs et branches d’activités ne faisant pas partie du
cœur de métier de l’entreprise ainsi que la prise de sûretés supplémentaires afin de
garantir le remboursement. Ces mesures sont plus efficaces pour les débiteurs
importants, laissant les petits débiteurs confrontés de façon presque inévitable à la
perspective d’une procédure collective. La méthode de conciliation organisée sous la
supervision des tribunaux ou de façon indépendante et permise par le nouveau
régime de l’insolvabilité, pourrait constituer une approche efficace pour promouvoir
de façon effective les procédures informelles auprès d’un plus grand nombre
d’entreprises. Cette méthode dont l’initiative revient légalement au débiteur est
encore rarement utilisée par les banques.

III. RESUME DES RESULTATS DE L’EVALUATION ET CONCLUSIONS

35. Les droits des créanciers et les procédures d’exécution offrent globalement
une protection moderne et les Principes sont estimés comme substantiellement
observés. Cependant, dans plusieurs domaines, les procédures, règles et pratiques
pourraient être améliorées afin d’atteindre un niveau plus élevé d’efficacité et des
résultats plus probants :

• Sûretés. Le cadre juridique relatif à la constitution d’une grande variété de sûretés


portant sur une grande diversité de biens meubles et immeubles ainsi que le
cautionnement et les cessions de créances prévus par le code civil et le code de
commerce, est bien conçu et complet. Cependant le système est devenu complexe
et dépassé à certains égards. La complexité est le fait en particulier de
l’augmentation du nombre de règles de priorité en raison de l’ajout aux sûretés
traditionnelles de sûretés et garanties nouvelles rendues nécessaires ou requises du
fait des nouvelles méthodes commerciales et de l’ouverture plus grande de
l’économie sur le plan international. Une réforme devrait être entreprise afin de
simplifier globalement ce domaine, de réduire le nombre de rangs de priorité et de
réorganiser les sûretés mobilières afin de les adapter au plus grand degré de mobilité

92
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
des objets auxquels elles s’appliquent suite à la dématérialisation des valeurs
mobilières.

• Inscription. Dans ce domaine également, l’évaluation faite confirme l’observation


substantielle des Principes. Le système marocain d’enregistrement et d’inscription
des sûretés est globalement efficient, son accès peu onéreux et considéré comme
transparent. Cependant, l’enregistrement des sûretés réelles est compliqué par
l’existence d’une possibilité de faire opposition, les délais qui en découlent, et le
pouvoir important du conservateur. De même, l’inscription n’est pas toujours
aisément accessible et elle n’est pas assez informatisée. Une attention particulière
devrait être apportée, dans le processus d’informatisation en cours, à la compatibilité
et à la cohérence entre les différents registres et bureaux.

L’informatisation devrait également permettre une vérification croisée entre les biens
meubles et immeubles et leurs propriétaires.

• Exécution. La réalisation des sûretés se fait selon des procédures assez simples,
notamment dans le contexte industriel et commercial. La prévisibilité est d’un niveau
acceptable dans la mesure où les notifications de saisie et de vente doivent précéder
toute action, quand la valeur du bien grevé est suffisante pour payer les dettes
garanties. Cependant, la simplicité et la prévisibilité de l’exécution des sûretés
souffrent du large recours fait aux expertises, qui concourent à l’élaboration de
l’opinion du juge mais ne reflètent pas nécessairement le prix du marché et qui
conduisent à prolonger excessivement les procédures d’exécution. Aucun délai n’est
imposé pour l’obtention d’un jugement d’exécution de sûretés ou pour terminer la
réalisation, la saisie ou l’enchère publique ou privée, auxquels s’ajoutent les appels
dans ces matières. Les oppositions peuvent aussi compliquer les affaires et
augmenter les délais. Dans un souci d’efficacité et de confiance du public dans la
justice, le recours aux experts, leur rôle et leur qualification devraient être
soigneusement revus. Un décret d’application de la loi n° 45.00 relatif aux experts
judiciaires, actuellement en cours de préparation, est supposé améliorer les
conditions d’exercice de cette profession et devrait encadrer strictement les
conditions de recours à ceux-ci.

36. Le cadre juridique régissant le traitement des difficultés des entreprises a


été totalement refondu en 1996 du fait de l’adoption d’une nouvelle loi divergeant
fondamentalement du système précédent orienté vers les sanctions personnelles. La
nouvelle loi instaure un système complet et moderne comprenant un dispositif
judiciaire de prévention des difficultés des entreprises qui peut aboutir à une
suspension des poursuites, ainsi que des procédures de redressement et de
liquidation cohérentes et bien conçues sous quelques réserves fondamentales par
rapport aux Principes. Les Principes sont substantiellement observés, bien qu’un
certain nombre de faiblesses, y compris dans le fonctionnement du processus,
demeurent dans les domaines ci-dessous :

• Le système légal marocain du traitement des difficultés des entreprises écarte dans
une large mesure les créanciers du contrôle de la procédure et ne leur permet pas de
jouer un rôle significatif dans la gestion de celle-ci, hormis dans le cadre de
procédures amiables pré-judiciaires. Il repose au contraire sur un contrôle judiciaire
fort ainsi que sur les syndics, qui jouent un rôle clé et sont des employés du greffe du

93
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
tribunal (dans les procédures de liquidation) ou des experts comptables (dans les
procédures de redressement).

• Bien que le texte de la loi semble avoir bien conçu la gestion du processus, un
faible nombre de syndics a les compétences professionnelles et l’expérience
nécessaires. Aucune qualification professionnelle n’est requise par les textes en
vigueur. Cette situation combinée avec la faiblesse de la participation et du contrôle
des créanciers entraîne des solutions imprévisibles. Ce problème est également dû à
l’absence de cadre juridique approprié pour les syndics et les autres mandataires
nommés par le tribunal.

• Ouverture de la procédure. Les dispositions légales relatives aux conditions


d’ouverture des procédures collectives i.e. la seule preuve de la cessation des
paiements, définie comme l’impossibilité de payer les dettes échues, entraînent des
demandes abusives. Cette condition peut être trop facilement démontrée et permet
aux débiteurs de mauvaise foi de demander l’ouverture de la procédure collective.

Compte tenu de l’expérience acquise par l’application du nouveau système depuis


plus de six ans, il devient urgent de revoir certains aspects du texte à cet égard.

37. Le cadre d’application a été évalué comme oscillant entre substantiellement


observé et substantiellement non observé pour les juridictions mais substantiellement
on observé ou non observé pour la réglementation relative aux professionnels des
procédures de traitement des difficultés des entreprises. Les points sur lesquels une
amélioration devrait porter concernent :

• Spécialisation des tribunaux et formation. Les commentaires ci-dessus reflètent


une certaine ambiguïté. D’une part, la mise en place récente des tribunaux de
commerce et des cours d’appels correspondantes, et l’existence au sein de ces
juridictions de chambres spécialisées dans le traitement des difficultés des
entreprises, marquent un progrès significatif dans la promotion d’un règlement
cohérent et efficace des litiges commerciaux. D’autre part, les critères de
performance des juridictions, la formation des juges et l’organisation des tribunaux
sont considérés comme n’étant pas totalement satisfaisants. Cette situation est
préoccupante dans un contexte où les membres du tribunal, son président et le juge-
commissaire notamment, jouent un rôle vital dans l’administration des procédures et
qu’aucune participation active ou contrôle de la procédure ne sont possibles ou
donnés aux créanciers, et pourrait être facilement améliorée par l’adoption d’un code
de bonnes pratiques. Formés aux disciplines juridiques traditionnelles jusque
récemment, les juges reçoivent une formation judiciaire limitée à un an à l’Institut
National d’Etudes Judiciaires, ce qui est insuffisant pour acquérir une connaissance
des matières complexes du droit commercial et notamment du droit du traitement des
difficultés des entreprises. Peu nombreux sont ceux qui ont fait des études
supplémentaires pour compenser ce manque. Par ailleurs, la formation continue se
limite à quelques séminaires et réunions occasionnels. Pourtant, la spécialisation des
tribunaux et des juges devrait permettre d’améliorer la situation, mais une politique
active de formation continue et d’échanges d’expériences professionnelles de même
que la circulation des décisions judiciaires entre les magistrats des juridictions
commerciales devraient être systématiquement organisées et promues.

94
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Absence d’organismes de contrôle et de critères de compétence pour les
praticiens. Il n’existe aucun organisme de contrôle responsable de l’encadrement de
la conduite des administrateurs et liquidateurs (syndics). De plus, aucune
qualification ou compétence technique ou juridique professionnelle n’est requise
comme condition de désignation par le tribunal. Les conséquences en sont fortement
ressenties du fait du rôle important sur le plan juridique et pratique qui leur est dévolu
dans les procédures. Certes, certains experts comptables se spécialisent mais de
façon non cohérente et encore marginale. Il est essentiel de créer une profession
réglementée d’administrateurs et de liquidateurs ainsi que de déterminer strictement
les obligations et responsabilités professionnelles de ses membres. Il est également
nécessaire de créer des règles déontologiques obligatoires et de mettre en place une
formation juridique et économique continue.

38. Gestion du risque de crédit et procédures d’arrangements informels. Le


système bancaire marocain fournit un cadre réglementaire contraignant aux banques
en ce qui concerne la méthode d’évaluation des créances dont l’objet est prudentiel
et comptable et vise à réduire le risque systémique. Ce cadre fournit indirectement
une méthode d’évaluation des risques de crédit pour les sociétés/commerçants et
peut aider les établissements bancaires à les identifier mais non à les traiter. Les
banques sont totalement libres d’adopter la méthode de traitement de leur choix et
de privilégier le recours amiable ou le recours contentieux, eu égard à la qualité de
leur portefeuille de prêts, la solidité financière de leur clients et les garanties
obtenues. Il est à noter que la situation des banques souffre parfois de l’attitude
agressive de débiteurs à leur égard qui ont pu relativement facilement obtenir
l’ouverture d’une procédure de traitement des difficultés des entreprises qu’ils
utilisent comme moyen de pression.

IV. RECOMMANDATIONS

Recommandations. Les autorités sont encouragées à prendre en compte les


recommandations suivantes :

39. Droits des créanciers et procédures d’exécution

• Les droits des créanciers et les procédures d’exécution requièrent des mises au
point concernant en particulier : (i) l’informatisation du système d’inscription, son
développement sur l’ensemble du territoire et son élargissement à toutes les sûretés;
(ii) la clarification des rangs de priorité et la limitation de leur nombre; et (iii)
l’établissement de mesures appropriées pour maximiser la valeur des actifs dans le
cadre des ventes sur saisie.

• Les autorités anticipent que l’adoption en février 2006 d’une réforme substantielle
de la profession d’huissier de justice est de nature à faciliter l’exécution des
jugements et la réalisation des saisies. Une attention particulière devra être apportée
à la mise en œuvre de ce nouveau système.

40. Cadre juridique régissant le traitement des difficultés des entreprises

• La réforme globale intervenue en 1996 représente un progrès important et mérite


d’être poursuivie afin de rendre le cadre juridique du traitement des difficultés des

95
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
entreprises plus efficace et pallier aux problèmes rencontrés en pratique depuis sa
mise en vigueur. Les procédures mises en place par la loi pourraient par exemple
être détaillées dans un texte d’application fournissant aux juges, syndics et parties
prenantes des indications et des références précises et donnant plus de fiabilité et
d’attraits aux procédures de prévention et de traitement des difficultés des
entreprises prévues par la loi.

• Certaines dispositions législatives pourraient faire l’objet d’amendements, en


particulier la notion de cessation des paiements afin de limiter les possibilités de
recours abusifs à la protection du régime dont souffrent aujourd’hui les créanciers et
le système bancaire. Les droits des créanciers devraient être mieux protégés par la
mise en place d’une meilleure représentation et participation des créanciers à
l’élaboration de la solution de redressement. Un ou plusieurs comités de créanciers
contribueraient à l’équilibre des procédures et à asseoir des solutions réalistes. Les
pouvoirs et responsabilités des syndics devraient être encadrés par des prescriptions
plus contraignantes afin de mieux protéger les intérêts des créanciers. Les pouvoirs
importants du juge commissaire et du tribunal devraient être définis et détaillés afin
de les guider dans l’exercice de leurs fonctions et permettre un contrôle plus strict de
l’application de la loi par les juridictions supérieures facilitant la création d’une
jurisprudence.

41. Cadre d’application

• La mise en place d’une formation continue adéquate pour les juges des juridictions
commerciales, en particulier ceux devant assurer le service ou servant déjà dans les
chambres spécialisées dans le traitement des difficultés des entreprises paraît faire
défaut à présent et est rendue nécessaire par la complexification des procédures et
le développement d’une économie de marché dont le droit de l’insolvabilité est un
élément régulateur.

• Il est important de fournir au traitement des difficultés des entreprises une


profession d’administrateurs et de liquidateurs judiciaires bien organisée, compétente
et fiable. Pour ce faire, il convient de déterminer de façon stricte les obligations
professionnelles et les responsabilités des intervenants et d’établir des règles
déontologiques obligatoires. Il est aussi nécessaire d’instaurer une formation
professionnelle spécifique ainsi qu’une formation juridique et économique continue.
Un organisme de supervision et des règles claires devraient être mis en place pour
établir des règles déontologiques minimales et gérer les qualifications, les licences et
les performances et la conduite professionnelles. Enfin, il pourrait être utile de créer
un système de fonds de garantie financé par les cotisations des professionnels
concernés pour garantir les sinistres au profit des créanciers et contribuer à auto
contrôler cette profession.

42. Gestion du risque crédit et arrangements informels

• Le cadre fiscal existant ne favorise pas les arrangements et les reprises


d’entreprises. La réduction des droits de mutation applicables à la cession d’actifs, la
possibilité pour l’acquéreur de déduire les déficits provenant de l’acquisition de
l’entreprise et un traitement favorable de l’abandon de créances, par exemple,
seraient des mesures propres à les encourager. De telles dispositions incitatives ne

96
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
seraient cependant pas en harmonie avec l’orientation actuelle de la réforme fiscale
générale récemment entamée au Maroc.

Une attention particulière devra être apportée aux caractéristiques du fonds de


garantie, et en particulier en ce qui concerne les catégories de créanciers
bénéficiaires, l’instance chargée de la gestion du fonds, ainsi que la quotité de
couverture des dommages par le fonds.

X- LOIS, REGLEMENTS, TEXTES & CADRE REGISSANT L’ACTIVITE


D’AFFACTURAGE AU MAROC

1. ENUMERATION DES TEXTES LEGISLATIFS ET


REGLEMENTAIRES

CLASSEMENT THEMATIQUE

CADRE GENERAL DE L’ACTIVITE DES SOCIETES DE FINANCEMENT

Dahir 1-05-178 portant promulgation de la loi 34-03 du 14 février 2006 relative aux
établissements de crédit et organismes assimilés

Dahir portant loi 1-93-147 du 6 juillet 1993 relatif à l’exercice de l’activité des
établissements de crédit et de leur contrôle

Dahir 1-08-18 du 23 mai 2008 portant promulgation de la loi 20-05 modifiant et


complétant la loi 17-95 relative aux sociétés anonymes

Dahir 1-96-124 du 30 août 1996 portant promulgation de la loi 17-95 relative aux
sociétés anonymes

COMPOSITION DU CNME ET DU CEC

Décret 2-06-223 du 17 joumada II 1428 (3 juillet 2007) fixant les modalités de


fonctionnement du Comité des établissements de crédit

Décret 2-06-224 DU 17 joumada II 1428 (3 juillet 2007) fixant la composition et les


modalités de fonctionnement du Conseil national du crédit et de l’épargne

Décret 2-06-225 du 17 joumada II 1428 (3 juillet 2007) fixant la composition et les


modalités de fonctionnement de la Commission de coordination des organes de
supervision du secteur financier

Décret 2-91-966 du 21 juillet 1993 fixant la composition et le fonctionnement du


Conseil national de la monnaie et de l’épargne

97
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Décret 2-91-967 du 21 juillet 1993 fixant la composition et le fonctionnement du
Comité des établissements de crédit

REPRESENTATION PROFESSIONNELLE

Statuts de l'APSF (juin 2008)

Système d'Aide à l'Appréciation du Risque de l'APSF :

Note de présentation

Règlement intérieur

CAPITAL MINIMUM ET FONDS PROPRES

Capital minimum

Circulaire 37/G/2007 du 9 juillet 2007 relative au capital minimum des intermédiaires


en matière de transfert de fonds

Circulaire 20/G/2006 du 30 novembre 2006 relative au capital minimum des


établissements de crédit

Arrêté du Ministre des Finances et des Investissements extérieurs 2450-95 du 6


octobre 1995 fixant le capital minimum ou la dotation minimale des sociétés de
financement

Fonds propres

Circulaire 24/G/2006 du 04 décembre 2006 relative aux fonds propres des


établissements de crédit

Refinancement

Dahir 1-08-95 du 20 octobre 2008 portant promulgation de la loi 33-06 relative à la


titrisation de créances et modifiant et complétant la loi 34-94 relative à certains titres
de créances négociables et la loi 24-01 relative aux opérations de pension

Modificatif du 26 février 2003 de la circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib


3/G/96 relative aux bons des sociétés de financement

Arrêté du Ministre des Finances et de la Privatisation 2232-02 du 13 décembre 2002


modifiant l’arrêté du Ministre des Finances des Investissements extérieurs 2560-95
du 13 joumada I 1416 (9 octobre 1995) relatif à certains titres de créances
négociables

Arrêté du Ministre de l’Economie, des Finances, de la Privatisation et du Tourisme


1311-01 du 10 juillet 2001 modifiant l’arrêté du Ministre des Finances et des
Investissements extérieurs 2560-95 du 9 octobre 1995 relatif à certains titres de
créances négociables

98
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 3/G/96 du 30 janvier 1996 relative aux
bons des sociétés de financement

Arrêté du Ministre des Finances et des Investissements extérieurs 2560-95 du 9


octobre 1995 relatif à certains titres de créances négociables

Décret 2-94-651 du 5 juillet 1995 pris pour l’application de la loi 35-94 relative à
certains titres de créances négociables

Dahir 1-95-3 du 26 janvier 1995 portant promulgation de la loi 35-94 relative à


certains titres de créances négociables modifié

REGLES PRUDENTIELLES

Classification des créances en souffrance et leur couverture par des provisions

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 19/G/2002 du 23 décembre 2002


relative à la classification des créances et à leur couverture par les provisions

Modificatif du 9 décembre 2004 de la circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib


19/G/2002 relative à la classification des créances et leur couverture par les
provisions

Lettre circulaire 81/DCEC 2003 - Déclaration des créances en souffrance générées


par les nouveaux crédits distribués au cours de chaque année, ventilées par sections
et sous-sections d'activité

Coefficient de solvabilité

Circulaire 26/G/2006 du 05 décembre 2006 relative aux exigences de fonds propres


portant sur les risques de crédit, de marché et opérationnels des établissements de
crédit

Lettre Circulaire 02/DSB/2007 du 13 avril 2007 arrêtant les modalités d'élaboration et


de transmission des états de calcul du coefficient minimum de solvabilité en
application des dispositions de la circulaire 26/G/2006

Notice technique 02/DSB/2007 du 13 avril 2007 fixant les modalités d'application de


la circulaire 26/G/2006

Lettre Circulaire 01/DSB/2007 du 13 avril 2007 arrêtant les modalités d'élaboration et


de transmission des états de calcul du coefficient minimum de solvabilité en
application des dispositions de la circulaire 25/G/2006 relative au coefficient
minimum de solvabilité des établissements de crédit

Notice technique 01/DSB/2007 du 13 avril 2007 fixant les modalités d'application de


la circulaire 25/G/2006 relative au coefficient minimum de solvabilité des
établissements de crédit

99
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Circulaire 25/G/2006 du 05 décembre 2006 relative au coefficient minimum de
solvabilité des établissements de crédit

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 4/G/2001 du 15 janvier 2001 relative


au coefficient minimum de solvabilité des établissements de crédit

Circulaire 41/DCEC/2001 du 13 avril 2001 - Modalités pratiques de calcul du


coefficient minimum de solvabilité des établissements de crédit

Arrêté du Ministre de l’Economie, des Finances, de la Privatisation et du Tourisme


1439-00 du 6 octobre 2000 complétant l’arrêté du Ministre des Finances et des
Investissements extérieurs 175-97 du 22 janvier 1997 relatif au coefficient minimum
de solvabilité des établissements de crédit

Arrêté du Ministre des Finances et des Investissements extérieurs 175-97 du 22


janvier 1997 relatif au coefficient minimum de solvabilité des établissements de crédit

Arrêté du Ministre des Finances et de la Privatisation 800-04 modifiant l'arrêté 143-


96 du 31 janvier 1996

Coefficient de division des risques

Circulaire 57/DCEC/2001 du 21 mai 2001 relative aux modalités pratiques de


déclaration des risques égaux ou supérieurs à 5% des fonds propres

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 3/G/2001 du 15 janvier 2001 relative


au coefficient maximum de division des risques des établissements de crédit

Arrêté du Ministre des Finances et des Investissements extérieurs 174-97 du 22


janvier 1997 relatif au coefficient maximum de division des risques des
établissements de crédit

Arrêté du Ministre de l’Economie, des Finances, de la Privatisation et du Tourisme


1438-00 du 6 octobre 2000 modifiant l'Arrêté du Ministre des Finances et des
Investissements extérieurs 174-97 du 22 janvier 1997

Coefficient de liquidité

Directive 31/G/2007 du 13 avril 2007 relative au dispositif de gestion du risque de


liquidité

Lettre circulaire 03/DSB/2007

Circulaire 31/G/2006 du 05 décembre 2006 relative au coefficient minimum de


liquidité des banques

Circulaire 3/DCEC/2002 du 3 avril 2002 relative aux modalités pratiques de calcul et


de déclaration du coefficient minimum de liquidité

100
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 1/G/2002 du 27 février 2002 relative
au coefficient minimum de liquidité des établissements de crédit

Arrêté du Ministre de l'Economie, des Finances, de la Privatisation et du Tourisme


1440-00 du 6 octobre 2000 fixant coefficient de liquidité des établissements de crédit

Dispositif de gestion des risques de concentration de crédit, global de taux d'intérêt,


opérationnels, de liquidité et produits dérivés

Directive 48/G/2007 du 31 août 2007 relative au dispositif de gestion du risque de


concentration du crédit

Directive 46/G/2007 du 31 août 2007 relative au dispositif de gestion des risques sur
produits dérivés

Directive 31/G/2007 du 13 avril 2007 relative au dispositif de gestion du risque de


liquidité

Directive 30/G/2007 du 13 avril 2007 relative au dispositif de gestion du risque global


de taux d'intérêt

Directive 29/G/2007 du 13 avril 2007 relative au dispositif de gestion des risques


opérationnels

Gouvernance, conformité et plan de continuité de l’activité

Directive 50/G/2007 du 31 août 2007 relative à la gouvernance au sein des


établissements de crédit

Directive 49/G/2007 du 31 août 2007 relative à la fonction "conformité"

Directive 47/G/2007 du 31 août 2007 relative au plan de continuité de l’activité au


sein des établissements de crédit

Directive 31/G/2007 du 13 avril 2007 relative au dispositif de gestion du risque de


liquidité

Processus d’évaluation de l’adéquation des fonds propres internes

Directive 45/G/2007 du 31 août 2007 relative au processus d’évaluation de


l’adéquation des fonds propres internes

Prises de participation par les établissements de crédit

Circulaire 29/G/2006 du 05 décembre 2006 relative aux conditions de prises de


participations par les établissements de crédit dans des entreprises existantes ou en
création

Normes comptables

101
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Lettre Circulaire 06/DSB/2007 du 27 novembre 2007 fixant les modalités
d'application de la circulaire 56/G/07 relative aux conditions de tenue, par les
établissements de crédit, de leur comptabilité

Circulaire 56/G/07 du 08 octobre 2007 relative aux conditions de tenue, par les
établissements de crédit, de leur comptabilité

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 12/G/99 du 3 décembre 1999 relative


au plan comptable des établissements de crédit

Circulaire 4/DCEC/99 du 14 décembre 1999 relative aux modalités pratiques de


transmission de la balance des comptes et de la situation comptable et ses états
annexes

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 13/G/99 du 3 décembre 1999 relative


aux modalités d’élaboration et de transmission à Bank Al-Maghrib de la balance des
comptes et de la situation comptable et ses états annexes

Arrêté du Ministre de l'Économie et des Finances 1331-99 du 23 août 1999 fixant le


cadre comptable et le modèle des états de synthèse des établissements de crédit

OBLIGATIONS DE PUBLICATIONS ET DE COMMUNICATION

Circulaire 1/G/2008 du Gouverneur de Bank Al-Maghrib du 16 juillet 2008 relative


aux conditions de publication des états de synthèse par les établissements de crédit

Directive 44/G/2007 du 31 août 2007 relative à la publication par les établissements


de crédit des informations financières portant sur les fonds propres réglementaires et
sur les risques

Arrêté du Ministre de l’Economie et des Finances du 30 août 2000 relatif à la


publication des états de synthèse par les établissements de crédit

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 12/G/2000 du 5 octobre 2000 relative


à la publication des états de synthèse par les établissements de crédit

Arrêté du Ministre des Finances et des Investissements 2893-94 du 24 octobre 1994


fixant la liste des journaux d'annonces légales

Service de centralisation des risques de Bank Al-Maghrib

Lettre de la DRRE à l'APSF du 26 octobre 2009 : Annonce de la cessation du


fonctionnement de la centrale des risques gérée directement par BAM et le
démarrage de la nouvelle centrale appelée communément Crédit Bureau

Modificatif du 25 janvier 2008 de la LC 146-DOSI-2006 portant sur les modalités


d'échange des données par télétransmission entre BAM et les établissements
déclarants au 30 mars 2006

102
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 28/G/2007 relative aux conditions et
modalités d'accès aux informations détenues par le service de centralisation des
risques

Circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib 27/G/2007 du 13 avril 2007 relative aux


informations que les établissements de crédit doivent communiquer à Bank Al-
Maghrib pour le bon fonctionnement du Service de centralisation des risques

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 6/G/03 du 23 janvier 2003 relative à la


centralisation des risques

Instruction de la Direction du Crédit et des Marchés de Capitaux de Bank Al-Maghrib


(Service Central des Risques) du 23 janvier 2003

Communication d'informations aux Autorités Monétaires

Circulaire 27/G/2006 du 05 décembre 2006 fixant les modalités selon lesquelles les
établissements de crédit soumettent à Bank Al-Maghrib tout changement affectant la
composition de leurs organes d’administration, de direction ou de gestion

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 14/G/2000 16 novembre 2000 relative


aux modalités de transmission, à Bank Al-Maghrib, des états de synthèse et des
documents complémentaires

Lettre du Ministre de l’Économie et des Finances à l’APSF du 18 décembre 1998.


Communication des informations comptables des sociétés de financement

Communication d'informations aux analystes de marché

Sociétés de crédit à la consommation : Canevas des informations à transmettre aux


analystes de marché

Sociétés de crédit-bail: Canevas des informations à transmettre aux analystes de


marché

PROTECTION DE LA CLIENTELE

Soutien aux établissements en difficulté

Arrêté du Ministre des Finances et des Investissements extérieurs 2445-95 du 29


février 1996 relatif au fonds collectif de garantie des dépôts

Circulaire 22/G/06 du 30 novembre 2006 relative aux modalités de financement, de


gestion et d'intervention du fonds collectif de garantie des dépôts

Taux d'intérêt

Arrêté du ministre des Finances et de la Privatisation 2250-06 du 29 septembre 2006


déterminant le taux maximum des intérêts conventionnels des établissements de
crédit

103
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Circulaire 19/G/06 du 23 octobre 2006 relative au taux maximum des intérêts
conventionnels des établissements de crédit

Modificatif du 25 juin 2004 de la circulaire 8/G/96 du Gouverneur de Bank Al-Maghrib


du 15 février 1996 relative aux intérêts débiteurs

Arrêté du Ministre des Finances et de la Privatisation 800-04 du 29 avril 2004


modifiant l'arrêté 143-96 du 31 janvier 1996 réglementant les intérêts applicables aux
opérations de crédit

Modificatif du 1er août 2003 de la circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib


8/G/96 du 15 février 1996 relative aux intérêts débiteurs

Modificatif du 8 novembre 2002 de la circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib


2/G/97 du 14 mars 1997 relative au taux maximum des intérêts conventionnels des
établissements de crédit

Arrêté du Ministre de l’Economie et des Finances 1122-99 du 22 juillet 1999


modifiant l’arrêté du Ministre des Finances et des Investissements extérieurs 155-97
du 11 ramadan 1417 du 20 janvier 1997 déterminant le taux maximum des intérêts
conventionnels des établissements de crédit

Arrêté du Ministre des Finances et des Investissements extérieurs 155-97 du 20


janvier 1997 déterminant le taux maximum des intérêts conventionnels des
établissements de crédit

Modificatif de la circulaire 8/G/96 du Gouverneur de Bank Al-Maghrib du 15 février


1996 relative aux taux d'intérêt débiteurs

Circulaire 8/G/96 du Gouverneur de Bank Al-Maghrib du 15 février 1996 relative aux


taux d'intérêt débiteurs

Arrêté du Ministre des Finances et des Investissements Extérieurs 143-96 du 31


janvier 1996 réglementant les intérêts applicables aux opérations de crédit

Information de la clientèle

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 5/G/98 du 5 mars 1998 relative aux


modalités selon lesquelles les établissements de crédit doivent porter à la
connaissance du public les conditions qu'ils appliquent à leurs opérations

Circulaire 23/G/2006 du 04 décembre 2006 relative aux modalités selon lesquelles


les établissements de crédit doivent porter à la connaissance du public les conditions
qu’ils appliquent à leurs opérations

Circulaire 28/G/2006 du 05 décembre 2006 relative aux modalités d'établissement


des relevés de comptes de dépôts bancaires

Traitement des données à caractère personnel

104
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Loi 09-08 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à
l'égard du traitement des données à caractère personnel

NORMES DE CONTROLE ET SANCTIONS

Contrôle interne

Circulaire 40/G/2007 du 02 août 2007 relative au contrôle interne des établissements


de crédit

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 6/G/2001 du 19 février 2001 relative


au contrôle interne des établissements de crédit

Audit externe

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 9/G/2002 du 16 juillet 2002 relative à


l’audit externe des établissements de crédit

Commissariat aux comptes des établissements de crédit

Circulaire 21/G/2006 du 30 novembre 2006 relative aux modalités d'approbation des


commissaires aux comptes des établissements de crédit et à l'exercice de leur
mission

Lettre circulaire du 30 novembre 2006 relative aux termes de référence de la mission


des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit

Lettre de la DSB 293/DSB/07 du 26 mars 2007 à l'APSF : Seuil fixé par BAM pour la
désignation d'un seul commissaire aux comptes

Sanctions pécuniaires

Arrêté du Ministre de l’économie et des Finances 202-08 du 25 janvier 2008 portant


homologation de la circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 2/G/2007 fixant la
liste des faits susceptibles de sanctions disciplinaires en application des dispositions
de l’article 128 de la loi 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes
assimilés ainsi que le montant des sanctions pécuniaires y relatives (BO 5610 du 6
mars 2008)

Voir circulaire 2/G/2007

Circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib 9/G/2001 du 19 juin 2001 relative aux


sanctions pécuniaires applicables aux établissements de crédit

Devoir de vigilance des établissements de crédit

Circulaire 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l’obligation de vigilance incombant aux


établissements de crédit

105
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Circulaire 36/G/2003 du Gouverneur de Bank Al-Maghrib relative au devoir de
vigilance incombant aux établissements de Crédit

PUBLICATION ET DIFFUSION D’INFORMATIONS PAR LES SOCIÉTÉS DE


FINANCEMENT FAISANT APPEL PUBLIC À L’ÉPARGNE

Circulaire du CDVM 11/01 du 5 juillet 2001 relative à la publication et à la diffusion


d’informations financières par les personnes morales faisant appel public à l’épargne

Circulaire du CDVM 01/96 du 29 février 1996 relative au dossier d’informations exigé


des émetteurs de titres de créances négociables

Dahir portant loi 1-93-212 du 21 septembre 1993, relatif au CDVM et aux


informations exigées des personnes morales faisant appel public à l’épargne

CREDIT A LA CONSOMMATION

Code déontologique du crédit à la consommation (en français)

Code déontologique du crédit à la consommation (en arabe)

Fonctionnaires : convention sociétés de crédit - PPR

SCC – PPR : Convention de précompte sur salaire

Convention SCC- PPR : Manuel de la procédure des prêts

SCC/CMR : Convention de précompte sur pension (avril 2005)

Cas des militaires : Note de Service de Son Altesse Royale le Prince Héritier,
Coordonnateur des Bureaux et Services de l’État-Major Général des FAR -

Cas des militaires : Note de Service de Son Altesse Royale le Prince Héritier-
Déclaration sur l’honneur

Vente à crédit des véhicules automobiles

Dahir du 17 juillet 1936 réglementant la vente à crédit des véhicules automobiles –


Extraits

CREDIT-BAIL

Code déontologique du crédit-bail

Dahir 1-96-83 du 1er août 1996 portant promulgation de la loi 15-95 formant code de
commerce

106
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
TRANSFERT DE FONDS

Lettre Circulaire 05/DSB/2007 du 18 septembre 2007 relative aux conditions


d’exercice de l’activité d’intermédiation en matière de transfert de fonds

Arrêté du Ministre des Finances et de la Privatisation 1510-07 du 10 rejeb 1428 (26


juillet 2007) relatif aux conditions spécifiques d’application aux intermédiaires en
transfert de fonds de certaines dispositions de la loi 34-03 relative aux
établissements de crédit et organismes assimilés

AUTRES

Recommandation du 13 septembre 2007 relative aux produits Ijara, Moucharaka et


Mourabaha

Circulaire 13/G/2006 relative à la lettre de change normalisée

Circulaire 30/G/2006 du 05 décembre 2006 relative aux conditions d'application de


certaines dispositions de la loi 34-03 (compagnies financières)

2. La loi bancaire au Maroc : LOIS SUR LES SOCIETES


DE FINANCEMENT AU MAROC

a. RAPPEL HISTORIQUE : LOI DU 6 JUILLET 1993

I - RAPPEL HISTORIQUE

L'ouverture des premiers guichets bancaires au Maroc date de la deuxième moitié du


19ème siècle.

L'Acte d'Algésiras, signé en 1906 par les délégués de douze pays européens, des
Etats-Unis d'Amérique et du Maroc, a institué la Banque d'Etat du Maroc qui sera
effectivement créée, à Tanger, en 1907 sous forme de société anonyme, dont le
capital était réparti entre les pays signataires, à l'exception des Etats Unis. Outre les
opérations à caractère commercial, la Banque d'Etat du Maroc disposait du privilège
de l'émission de la monnaie fiduciaire sur tout le territoire du Royaume et assumait le
rôle d'agent financier du gouvernement marocain.

Avec l'avènement du protectorat français en 1912, de nombreuses filiales de


grandes banques commerciales européennes, notamment françaises, de banques
d'affaires et de groupes financiers étrangers se sont installées au Maroc. De même,
ont vu le jour des institutions financières marocaines remplissant des fonctions
spécifiques et intervenant dans des domaines particuliers. Il s'agit notamment de la
Caisse des Prêts Immobiliers du Maroc, de certaines caisses spécialisées dans le
financement de l'agriculture, de la Caisse Centrale de Garantie, de la Caisse
Marocaine des Marchés et du Crédit Populaire.

107
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
L'exercice de l'activité bancaire, qui n'était régi par aucun texte particulier, a été
organisé pour la première fois en 1943, suite à la promulgation du dahir du 31 mars
relatif à la réglementation et à l'organisation de la profession bancaire. Les modalités
d'application de ce dahir ont été fixées par l'arrêté du Directeur des Finances de la
même date, puis modifiées et complétées par les arrêtés du 15 janvier 1954, du 17
janvier et du 16 avril 1955.

Ces textes ont notamment dévolu au Directeur des Finances une compétence
générale en matière de contrôle et de réglementation des conditions d'exercice de
l'activité bancaire, ainsi que le pouvoir de sanction des manquements constatés.

Pour l'accomplissement de sa mission, le Directeur des finances était assisté par le


"Comité des banques", instance consultative chargée d'émettre des avis ou des
propositions sur toutes questions intéressant la profession et appelant des mesures à
caractère individuel ou général.

Ce dispositif institutionnel fut complété, par la mise en place du "Comité du Crédit et


du Marché Financier", organe consultatif habilité à donner son avis au Directeur des
finances, en particulier en ce qui concerne la politique générale de crédit et le
marché financier.

Le champ d'application des textes susvisés qui ne concernait, que la zone territoriale
sous protectorat français, a été étendu, par les arrêtés du 14 août 1958 et du 31
mars 1960, respectivement à la zone sous occupation espagnole, puis à la province
de Tanger qui disposait d'un statut particulier.

Au lendemain de l'indépendance du Maroc en 1956, les bases d'un système


bancaire national ont été mises en place.

Ainsi, la Banque du Maroc a été instituée par le dahir n° 1-59-233 du 30 juin 1959
pour se substituer à la Banque d'Etat du Maroc et assurer la fonction de Banque
Centrale. Créée sous forme d'établissement public doté de la personnalité civile et de
l'autonomie financière, cette institution s'est vue confier le privilège de l'émission de
la monnaie fiduciaire, ainsi que la mission de veiller à la stabilité de la monnaie et de
s'assurer du bon fonctionnement du système bancaire. A partir de mars 1987, La
dénomination de « Bank Al-Maghrib » a été substituée à celle de « Banque du
Maroc » ".

D'autre part et afin de répondre aux objectifs de développement et aux besoins de


financement spécifiques à des secteurs économiques jugés prioritaires, l'Etat a
procédé à la création d'organismes financiers spécialisés et à la restructuration de
certaines institutions existantes.

Ainsi furent créés, en 1959, la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG), le Fonds


d'Equipement Communal (FEC), la Caisse d'Epargne Nationale (CEN), la Banque
Nationale pour le Développement Economique (BNDE) et la Banque Marocaine du
Commerce Extérieur (BMCE).

L'année 1961 a vu la restructuration du Crédit Agricole et du Crédit Populaire.

108
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Enfin, le Crédit Immobilier et Hôtelier, qui a succédé en 1967 à la Caisse de Prêts
Immobiliers du Maroc, a été réorganisé conformément aux dispositions du décret
royal portant loi du 17 décembre 1968.

Cette période s'est caractérisée également par la réduction du nombre des banques
qui a été ramené de 69 à 26 entre 1954 et 1961, sous l'effet conjugué de la fusion et
de la disparition de certains établissements.

La seconde étape importante de la mise en place et de la consolidation du système


bancaire marocain a débuté avec la promulgation du décret royal n° 1-67-66 du 21
avril 1967 portant loi relatif à la profession bancaire et au crédit, dont les principaux
apports consistent en une définition plus précise de l'activité des banques, la
délimitation des attributions des autorités de tutelle et de surveillance et l'institution
d'une réglementation plus appropriée.

Les dispositions du décret susvisé furent étendues au Crédit Populaire en 1970. En


1986, les prescriptions du titre III du décret portant loi susvisé, relatives au contrôle
du crédit et des banques, ont été étendues à la Banque Nationale pour le
Développement Economique et au Crédit Immobilier et Hôtelier qui ont été, par
ailleurs, autorisés à recueillir des dépôts auprès du public. La Caisse Nationale du
Crédit Agricole, quant à elle, a été habilitée, en 1987, à financer d'autres secteurs
d'activité liés notamment au milieu rural.

Enfin et en vue de promouvoir notamment les projets d'investissement initiés par les
marocains résidant à l'étranger, il a été procédé, en 1989, à la création de Bank Al-
AMAL, chargée en particulier d'octroyer des prêts participatifs ou subordonnés, et de
DAR AD-DAMANE qui a pour objet de garantir, entre autres, les prêts consentis par
la première entité.

II- LA REFORME DU 6 JUILLET 1993

Le système bancaire marocain a fait l'objet, en 1993, d'une importante réforme avec
la promulgation du dahir portant loi n° 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993)
relatif à l'exercice de l'activité des établissements de crédit et de leur contrôle. Ce
texte a, en effet, permis :

1)- d'unifier le cadre juridique applicable aux établissements de crédit qui


comprennent désormais les banques et les sociétés de financement.

Les banques étant habilitées à effectuer les principales opérations suivantes:

la réception de fonds du public, quel que soit leur terme;

₋ la distribution de crédits;
₋ la mise à disposition de la clientèle de tous moyens de paiement ou leur
gestion.

Les sociétés de financement, quant à elles, ne peuvent effectuer, parmi les


opérations citées ci-dessus, que celles précisées dans les décisions d'agrément qui

109
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
les concernent. En outre, ces sociétés ne peuvent recevoir, du public, des fonds à
vue ou d'un terme inférieur ou égal à 2 ans.

2)- d'élargir les bases de la concertation entre les autorités monétaires et la


profession et ce, à travers notamment la mise en place des deux organes suivants :

- Le Conseil National de la Monnaie et de l'Epargne " CNME " : présidé par


le Ministre des Finances, le CNME est consulté sur toute question intéressant
les orientations de la politique monétaire et du crédit et les moyens de sa mise
en œuvre. Il donne aussi son avis sur les conditions générales de
fonctionnement des établissements de crédit ;
- Le Comité des Etablissements de Crédit " CEC ": présidé par le
Gouverneur de Bank Al-Maghrib, le CEC donne son avis conforme au Ministre
des Finances sur les questions relatives à l'activité des établissements de
crédit. Il peut également être consulté par le Gouverneur sur les aspects
techniques de la politique monétaire et des règles prudentielles ;

3)- d'affermir le pouvoir de supervision de Bank Al-Maghrib, notamment par le


renforcement de ses attributions en matière prudentielle et l'extension de ses
contrôles aux personnes morales liées aux établissements de crédit. Ce pouvoir a
également été consolidé par l'institution de l'obligation de l'audit externe des comptes
pour les établissements qui reçoivent des fonds du public ainsi que par la révision,
dans un sens plus dissuasif, des sanctions et la mise en place de la Commission de
discipline des établissements de crédit ;

4)- d'améliorer la protection de la clientèle, en particulier les déposants en mettant


notamment en place un fonds de garantie des dépôts ainsi qu'un mécanisme de
soutien aux établissements de crédit en difficultés.

Le Dahir portant loi du 6 juillet 1993 a, cependant, expressément exclu de son champ
d'application Bank Al-Maghrib, la Trésorerie Générale du Royaume, le service de
comptes courants et de chèques postaux, le service de mandats postaux, la Caisse
de Dépôt et de Gestion, la Caisse Centrale de Garantie, les banques off-shore et les
compagnies d'assurances et de réassurances.

De plus, la Caisse d'Epargne Nationale n'est pas régie par les dispositions dudit
dahir, en vertu des prescriptions de la loi n° 24/9 6 relative à la poste et aux
télécommunications, promulguée par le Dahir n° 1-97 -162 du 2 Rabii II 1418 (7 août
1997).

En 1996, suite à la réforme de son statut, le FEC a été agréé en qualité de banque.

Il est à signaler, enfin, qu'un processus de réforme du Crédit Populaire du Maroc a


été entamé avec l'entrée en vigueur de la loi n° 12 /96, promulguée par le dahir n° 1-
00-70 du 19 Rajab 1421 (17 octobre 2000) qui prévoit notamment la transformation
de la Banque Centrale Populaire en société anonyme à capital fixe et l'ouverture au
privé de son capital, ainsi que le renforcement de l'autonomie des banques
populaires régionales.

110
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
III- CONDITIONS D'EXERCICE DE L'ACTIVITE DES ETABLISSEMENTS DE
CREDIT

L'exercice de l'activité bancaire est soumis à des règles et conditions spécifiques.

A- Agrément des établissements de crédit

Aux termes de l'article 21 du dahir portant loi du 6 juillet 1993, "toute entreprise
considérée comme établissement de crédit, doit, avant d'exercer son activité sur le
territoire du Royaume du Maroc, avoir été préalablement agréée, soit en qualité de
banque, soit en qualité de société de financement".

L'agrément est octroyé par le Ministre des Finances, après avis conforme du Comité
des Etablissements de Crédit. La décision d'octroi de l'agrément prend en compte,
entre autres, la qualité des fondateurs et des dirigeants ainsi que les moyens
techniques et financiers qui seront mis à la disposition de la future entité et son plan
d'action.

Les établissements de crédit doivent disposer d'un capital minimum (ou d'une
dotation) totalement libéré. Le capital minimum (ou dotation) des banques est fixé par
l'arrêté du Ministre des Finances n° 934-89 du 4 ka âda 1409 (8 juin 1989) à 100
millions de dirhams.

Le capital minimum des sociétés de financement est régi par l'arrêté du Ministre des
Finances et des Investissements Extérieurs n° 2450- 95 du 10 joumada I 1416 (6
octobre 1995). Il varie entre 100.000 DH et 20 millions de dirhams en fonction de la
nature de l'activité de ces sociétés.

Un nouvel agrément est requis dans le cas où des changements affectent la


nationalité ou le contrôle d'un établissement de crédit, le lieu de son siège social et la
nature des opérations qu'il effectue habituellement.

Les établissements de crédit ayant leur siège social à l'étranger, peuvent, après
agrément du Ministre des Finances, exercer leur activité au Maroc via des
succursales, des agences ou des guichets.

Les établissements de crédit sont tenus d'adhérer à l'association professionnelle dont


ils relèvent, en l'occurrence le Groupement Professionnel des Banques du Maroc
"GPBM" ou l'Association Professionnelle des Sociétés de Financement "APSF".

B- Dispositif prudentiel

Afin de préserver leur liquidité et leur solvabilité ainsi que l'équilibre de leur structure
financière, les établissements de crédit sont tenus de respecter les règles
prudentielles suivantes :

1)- le coefficient minimum de solvabilité régi par l'arrêté du Ministre des Finances
n° 175-97 du 22 janvier 1997, tel que complété par l'arrêté n° 1439-00 du 6 octobre
2000, dont les modalités d'application sont fixées par la circulaire de Bank Al-
Maghrib n° 4/G/2001 du 15 janvier 2001.

111
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ce coefficient, à l'instar des normes internationales édictées en la matière par le
Comité de Bâle, impose aux établissements de crédit de couvrir leurs risques
pondérés, à hauteur de 8 % au moins par leurs fonds propres nets.

Cette règle doit être respectée, à la fois, sur une base individuelle et consolidée.

2)- le coefficient maximum de division des risques régi par l'arrêté du Ministre
des Finances n° 174-97 du 22 janvier 1997, tel que complété par l'arrêté n° 1435-00
du 6 octobre 2000, dont les modalités d'application sont fixées par la circulaire de
Bank Al-Maghrib n° 3/G/2001 du 15 janvier 2001.

En vertu de cette règle, les risques pondérés encourus sur un même bénéficiaire
(individu ou groupe de personnes liées) autre que l'Etat, ne doivent pas excéder 20
% des fonds propres nets de l'établissement de crédit.

Le calcul de ce ratio s'effectue aussi bien sur une base individuelle que consolidée.

3)- le coefficient minimum de liquidité régi par l'arrêté du Ministre de l'Economie,


des Finances, de la Privatisation et du Tourisme n° 1440-00 du 6 octobre 2000.

En application de cette règle, les exigibilités à vue et à court terme et les


engagements par signature donnés par un établissement de crédit doivent être
intégralement couverts par les actifs disponibles et réalisables à court terme et les
engagements par signature reçus.

Les éléments de calcul de ce coefficient étant affectés de pondérations en fonction,


selon le cas, de leur degré d'exigibilité et de liquidité.

4)- les coefficients maximums relatifs aux positions de change régis par l'arrêté
du Ministre des Finances et des Investissements Extérieurs n° 585-96 du 29 mars
1996 tel que modifié par l'arrêté n° 3168-98 du 8 d écembre 1998. Les modalités
d'application de cet arrêté sont fixées par la circulaire de Bank Al-Maghrib n° 9/G/96
du 29 mars 1996, telle que modifiée par la circulaire n°15/G/98 du 30 décembre
1998.

Conformément aux dispositions de ces textes, la position de change longue ou


courte dans chaque devise et le total des positions de change pour l'ensemble des
devises ne doivent pas excéder respectivement 10 % et 20 % des fonds propres nets
de l'établissement de crédit.

5)- les règles relatives à la classification des créances en souffrance et à leur


couverture par les provisions.

En vue de préserver la solvabilité des établissements bancaires, Bank Al-Maghrib


avait précisé en 1993, le mode et les critères de classification des créances en
souffrance et institué le régime de leur couverture par les provisions. Ces
dispositions ont fait l'objet d'une révision en 1995. Ainsi, aux termes de la circulaire
du 6 décembre 1995, les créances en souffrance sont classées, en fonction du degré
du risque de non recouvrement, en trois catégories: pré-douteuses, douteuses et
compromises. Elles doivent, selon une Instruction de Bank Al-Maghrib de la même

112
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
date, donner lieu à la constitution de provisions représentant au minimum et de façon
respective 20 %, 50 % et 100 % de leurs montants.

6)- les règles régissant les prises de participations

Les conditions de prise de participation dans les entreprises existantes ou en


création sont fixées par l'arrêté du Ministre de l'Economie et des Finances n° 1241-
99 du 4 joumada I 1420 (16 août 1999), qui stipule que :

- le montant total du portefeuille des titres de participation ne doit pas excéder


50 % des fonds propres nets de l'établissement de crédit ;
- tout établissement de crédit peut détenir, dans la limite maximum de 10 % de
ses fonds propres nets, une participation dans une société donnée, sans que
cette participation n'excède 30 % du capital ou des droits de vote de ladite
société. Ne sont pas, toutefois, soumises à ces limites les participations
détenues dans les établissements de crédit, les sociétés exerçant des
activités connexes à celles de ces établissements et les sociétés de services
contrôlées par ceux-ci ainsi que les sociétés d'investissement et de
portefeuille.

7)- le système de contrôle interne

En vue de renforcer le dispositif prudentiel existant et permettre aux établissements


de crédit de maîtriser davantage les risques qu'ils encourent, Bank Al-Maghrib, par
circulaire n° 6/G/2001 du 19 février 2001, a fixé l es modalités et les conditions
minimales d'un système de contrôle interne.

Le système de contrôle interne institué par cette circulaire consiste en un ensemble


de mécanismes visant à assurer en permanence, notamment :

- la vérification des opérations et des procédures internes,


- la mesure, la maîtrise et la surveillance des risques,
- la fiabilité des conditions de la collecte, du traitement, de la diffusion et de la
conservation des données comptables et financières,
- l'efficacité des canaux de la circulation interne de la documentation et de
l'information, ainsi que de leur diffusion auprès des tiers.

C- Réglementation comptable

1)- Cadre comptable

Eu égard aux particularités des activités bancaires et pour permettre aux autorités
monétaires de disposer des informations nécessaires à l'accomplissement de leur
mission de contrôle, le dahir portant loi n° 1-93-1 47 du 6 juillet 1993 a soumis les
établissements de crédit à une réglementation comptable spécifique qui déroge aux
obligations comptables des commerçants.

A cet effet, l'arrêté du Ministre de l'Economie et des Finances n° 1331-99 du 11


joumada I 1420 (23 août 1999), pris après avis du Conseil National de la
Comptabilité, a fixé le cadre comptable et le modèle des états de synthèse des

113
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
établissements de crédit tels qu'ils figurent dans le Plan Comptable des
Etablissements de Crédit (PCEC). Les modalités d'application de cet arrêté ont été
précisées par la circulaire de Bank Al-Maghrib n° 1 2/G/99 du 3 décembre 1999.

Les dispositions du PCEC ont trait notamment aux normes et règles comptables et
d'évaluation, aux états de synthèse individuels et consolidés, ainsi qu'au cadre
comptable et aux modalités de fonctionnement des comptes.

2)- Informations devant être transmises à Bank Al-Maghrib

En vue d'assurer sa mission de supervision et de répondre aux besoins en matière


de statistiques monétaires et financières, Bank Al-Maghrib impose aux
établissements de crédit de lui communiquer certains documents et renseignements
dont les modalités d'élaboration et de transmission sont fixées par les circulaires n°
13/G/99 du 3 décembre 1999, n° 4/DCEC/99 du 14 déce mbre 1999 et n° 14/G/2000
du 16 novembre 2000.

Les principaux documents financiers concernés par les dispositions réglementaires


susvisées sont la situation comptable mensuelle, les états de synthèse et les états
donnant certaines informations complémentaires.

3)- Publication des états de synthèse

Selon la circulaire de Bank Al-Maghrib n° 14/G/2000 du 5 octobre 2000, prise en


application des dispositions de l'arrêté du Ministre de l'Economie et des Finances du
29 joumada I 1421 (30 août 2000), les établissements de crédit sont tenus de publier,
dans un journal d'annonces légales et dans leur rapport de gestion, leurs états de
synthèse annuels ainsi que certaines informations complémentaires, établis sous
forme individuelle et consolidée. Ces documents doivent être certifiés conformes aux
écritures par deux commissaires aux comptes.

Les établissements de crédit qui reçoivent des fonds du public sont tenus de
procéder à la publication de ces mêmes documents sur une base semestrielle.

IV- OPERATIONS DES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

A- Réception de fonds du public

Les modalités de collecte de fonds du public sont fixées par la circulaire de Bank Al-
Maghrib n° 9/G/94 du 15 juillet 1994, telle que com plétée par celle du 16 juin 1999,
prises en application des dispositions de l'arrêté du Ministre des Finances du 5 avril
1994 tel que modifié par celui du 25 mai 1999 réglementant certains intérêts servis
par les banques.

Les établissements de crédit sont ainsi habilités à recevoir, du public, des fonds
notamment sous forme de dépôts ou par émission de titres de créance.

Les dépôts à vue ne peuvent être rémunérés, à l'exclusion des comptes sur carnets
et de ceux libellés en dirhams convertibles.

114
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les comptes sur carnets sont réservés aux personnes physiques et assortis d'une
rémunération minimale indexée sur le taux moyen pondéré des bons du Trésor à 52
semaines émis par adjudication, au cours du semestre précédent, diminué d'un
point. Le solde maximum en capital de ces comptes est fixé à 150.000 dirhams.

Les comptes à terme peuvent être libellés en dirhams, en dirhams convertibles ou en


devises. Leur durée ne peut être inférieure à 3 mois et leur rémunération est libre.
Les bons de caisse, qui ne peuvent être libellés qu'en dirhams, ne doivent pas avoir
une durée inférieure à 3 mois et leur rémunération est librement négociée.
L'ouverture et le fonctionnement des comptes en devises et en dirhams convertibles
obéissent aux prescriptions de la réglementation des changes en vigueur.

Dans le cadre de l'appel public à l'épargne, les établissements de crédit peuvent


émettre des titres de créances négociables, à savoir les certificats de dépôt pour les
banques et les bons des sociétés de financement pour les sociétés de financement.

Les caractéristiques et les conditions d'émission de ces titres sont fixées par les
circulaires de Bank Al-Maghrib n° 2/G/96 et 3/G/96 du 30 janvier 1996 qui précisent
certaines dispositions de l'arrêté du Ministre des Finances et des Investissements
Extérieurs n° 2560-95 du 9 octobre 1995 relatif à c ertains titres de créances
négociables.

Les certificats de dépôt peuvent être émis sans aucune limitation et pour une période
variant entre 10 jours et 7 ans.

L'émission des bons de sociétés de financement est, quant à elle, limitée à 40 % de


l'encours des crédits distribués par l'établissement concerné et leur durée ne peut
être inférieure à 2 ans sans, toutefois, excéder 7 ans.

La valeur nominale de ces deux catégories de titres est uniformément fixée à


100.000 dirhams.

Le rachat de titres de créances négociables par l'établissement émetteur ne peut


intervenir que dans la limite de 20 % de leur encours.

B- Distribution des crédits

Aux termes du dahir portant loi du 6 juillet 1993, constitue une opération de crédit "
tout acte par lequel une personne met ou s'oblige à mettre, à titre onéreux, des fonds
à la disposition d'une autre personne, à charge pour celle-ci de les rembourser, ou
prend, dans l'intérêt de cette dernière, un engagement par signature tel qu'un aval,
un cautionnement ou toute autre garantie".

Les opérations de crédit-bail mobilier et immobilier, de pension ou de vente à réméré


et d'affacturage sont assimilées à des opérations de crédit.

Les conditions débitrices sont régies par l'arrêté du Ministre des Finances et des
Investissements Extérieurs n°143-96 du 10 ramadan 1 416 (31 janvier 1996)
réglementant les intérêts applicables aux opérations de crédit et la circulaire de Bank
Al-Maghrib n° 8/G/96 du 15 février 1996.

115
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les taux d'intérêt débiteurs, qui peuvent être fixes ou variables, ont été libérés par
l'arrêté susvisé.

C- Opérations en devises

Des mesures de libéralisation de la réglementation des changes ont été introduites


progressivement, tout au long de la décennie 80, pour aboutir en janvier 1993 à
l'instauration de la convertibilité du dirham pour les opérations courantes et, depuis le
3 juin 1996, à la mise en place d'un marché de changes institué par la circulaire de
l'Office des Changes n° 1633 du 1er avril 1996 et p ar les textes d'application de Bank
Al-Maghrib notamment la circulaire n° 61/DAI/96 du 1er avril 1996 relative au marché
des changes.

Dans ce cadre, les banques peuvent effectuer :

- des opérations d'achat et de vente de devises contre dirhams, dans la limite


des cours plancher et plafond affichés en continu par Bank Al-Maghrib ;
- des opérations d'arbitrage que ce soit avec la clientèle, les autres banques ou
les correspondants étrangers;
- des opérations d'achat et de vente à terme, dirhams contre devises et devises
contre devises. Toutefois, les opérations avec la clientèle doivent être
adossées à des transactions commerciales ou à des prêts et emprunts en
devises, contractés conformément à la réglementation des changes.
L'échéance maximale des contrats d'achat de devises à terme relatifs à des
transactions commerciales ne peut excéder 90 jours. Celle des contrats de
couverture de prêts et emprunts extérieurs est fixée à un an. Bank Al-Maghrib
n'affiche pas de taux de change à terme et ne se porte pas contrepartie à ces
opérations ;
- des opérations de prêts, d'emprunts ou de swap ;
- des placements en devises auprès de Bank Al-Maghrib pour un
montant minimum de 2 millions de dirhams.

V- PROTECTION DE LA CLIENTELE

A- Droit au compte

Selon les dispositions de l'article 65 du dahir du 6 juillet 1993, toute personne qui
s'est vue refuser l'ouverture d'un compte de dépôt après l'avoir demandée par lettre
recommandée avec accusé de réception à plusieurs établissements de crédit et qui
,de ce fait, ne dispose d'aucun compte de dépôt, peut demander à Bank Al-Maghrib
de désigner un établissement de crédit auprès duquel elle pourra se faire ouvrir un
tel compte.

L'établissement de crédit désigné par Bank Al-Maghrib peut limiter les services liés
au fonctionnement du compte aux seules opérations de caisse.

116
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
B- Relevé de compte

Le relevé de compte est régi par les dispositions de l'article 106 du dahir portant loi
du 6 juillet 1993, par celles des articles 491, 492 et 496 du Code de Commerce ainsi
que par la circulaire du Gouverneur de Bank Al-Maghrib n° 4/G/98 du 5 mars 1998.

Conformément aux dispositions de l'article 106 précité, les relevés de compte sont
admis en matière judiciaire, comme moyens de preuve entre les établissements de
crédit et leurs clients commerçants dans les contentieux les opposant, jusqu'à preuve
du contraire, sous réserve qu'ils soient établis selon les modalités fixées par le
Gouverneur de Bank Al-Maghrib.

Ces dispositions ont été étendues par le code de commerce à tout organisme
légalement habilité à tenir des comptes sur lesquels des chèques peuvent être tirés.

Selon les prescriptions de la circulaire de Bank Al-Maghrib n° 4/G/98 du 5 mars


1998, le relevé de compte doit comporter notamment :

- les éléments d'identification du titulaire du compte et de l'établissement de


crédit auprès duquel le compte est ouvert,
- les caractéristiques de chaque opération (libellé, montant, dates d'exécution et
de valeur,....)
- le taux d'intérêt effectivement appliqué, le mode de calcul des intérêts et les
commissions prélevées.

Cette circulaire précise également les modalités de forme et de fond que les
établissements bancaires doivent respecter pour l'établissement des relevés de
comptes.

C- Taux maximum des intérêts conventionnels

Aux termes de l'arrêté du Ministre des Finances et des Investissements Extérieurs du


20 janvier 1997 relatif au taux maximum des intérêts conventionnels des
établissements de crédit, tel que modifié par l'arrêté du 22 juillet 1999, le taux effectif
global appliqué par les établissements de crédit à leurs opérations de prêts à la
clientèle ne doit pas dépasser le taux maximum des intérêts conventionnels, qui est
égal au taux moyen pondéré du semestre précédent majoré de 60 %.

La circulaire de Bank Al-Maghrib n° 2/G/97 du 14 ma rs 1997 modifiée par celle du 30


juillet 1999 qui précise les modalités d'application des arrêtés susvisés, stipule
notamment que :

- le taux effectif global comprend, les intérêts proprement dits, les frais,
commissions ou rémunérations liées à l'octroi de crédits, à l'exception de
certaines charges prévues dans la circulaire;
- le taux moyen pondéré dont le calcul et la publication sont du ressort de Bank
Al-Maghrib, est déterminé en tenant compte des intérêts perçus pendant un
semestre sur les prêts à la clientèle et de l'encours moyen desdits prêts
pendant ce même semestre;

117
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- le taux maximum des intérêts conventionnels fixé au titre d'un semestre ne
doit être appliqué que pour les prêts accordés au cours de ce même
semestre.
Le taux maximum des intérêts conventionnels s'est établi, pour la période du
1er avril au 30 septembre 2001 à 15,46 %.

D- Affichage des conditions débitrices et créditrices

Selon la circulaire de Bank Al-Maghrib n° 5/G/98 du 5 mars 1998 prise en application


de l'article 64 du dahir du 6 juillet 1993, les établissements de crédit sont tenus de
porter à la connaissance du public, les conditions qu'ils appliquent pour leurs
principales opérations de crédit et de collecte de dépôts. Le choix du support le plus
approprié est laissé à la libre appréciation des établissements de crédit. Toutefois,
l'information du public doit être assurée, au moins par voie d'affichage dans des lieux
aisément accessibles à la clientèle.

E- Fonds Collectif de Garantie des Dépôts

Afin de protéger les intérêts des déposants, d'assurer le bon fonctionnement du


système bancaire et de préserver le renom de la place, le dahir portant loi du 6 juillet
1993, aux termes de son article 56, a institué un Fonds collectif de garantie des
dépôts "FCGD".

L'objet de ce fonds est :

- de consentir, sous certaines conditions, des concours remboursables aux


établissements de crédit recevant des fonds du public et se trouvant en
difficulté,
- d'indemniser les déposants des établissements de crédit mis en liquidation, à
concurrence d'un montant maximum de 50 000 dirhams par déposant et dans
la limite des disponibilités du fonds.

Le financement du FCGD est assuré par les établissements de crédit, recevant des
fonds du public, par le versement d'une cotisation annuelle calculée sur la base des
dépôts à vue et à terme libellés en dirhams, en dirhams convertibles et en devises,
reçus des clients résidents et non résidents.

Le taux de cotisation, plafonné, de par la loi, à 0,25 % des dépôts, est actuellement
fixé à 0,20%.

F- Mécanisme de soutien aux établissements de crédit en difficulté

Le Dahir portant loi du 6 juillet 1993 habilite le Gouverneur de Bank Al-Maghrib à


mettre en œuvre un dispositif destiné à soutenir, sur le plan financier, tout
établissement de crédit recevant des fonds du public qui se trouve en difficulté.

La première étape du dispositif susvisé commence par appel aux actionnaires qui
détiennent une participation égale ou supérieure à 5 % du capital et font partie du
conseil d'administration, en vue d'apporter leur appui financier à l'établissement en
question. Au cas où l'apport de ceux-ci s'avère insuffisant, le Gouverneur de Bank Al-

118
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Maghrib peut proposer au Ministre des Finances de désigner un administrateur
provisoire qui doit présenter, dans un délai de trois mois, un plan de redressement
dudit établissement.

En cas d'acceptation par le ministre des finances du plan de redressement susvisé,


le Fonds Collectif de Garantie des Dépôts peut consentir à l'établissement de crédit
concerné des facilités remboursables.

Si la contribution du FCGD est jugée insuffisante, le Gouverneur de Bank Al-Maghrib


peut mettre en oeuvre la solidarité de la place en invitant les autres établissements
de crédit à apporter leur soutien financier à l'établissement en difficulté, sous forme
soit de prise de participation, soit d'octroi de concours remboursables ou non.

BANK AL-MAGHRIB

Direction du Contrôle des Etablissements de Crédit

Rabat, le 24 mai 2001

b. LA NOUVELLE LOI DU 2 MARS 2006

LOI N° 34-03 RELATIVE AUX ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET ORGANISMES


ASSIMILÉS

Source : Bulletin Officiel n° 5400 du 1er safar 142 7 (2 mars 2006)

TITRE PREMIER - CHAMP D’APPLICATION ET CADRE INSTITUTIONNEL

Chapitre premier - Champ d'application

Chapitre II - Cadre institutionnel

TITRE DEUXIÈME - OCTROI DE L’AGRÉMENT, CONDITIONS D’EXERCICE ET


RETRAIT DE L’AGRÉMENT AUX ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

Chapitre premier - Agrément et conditions d'exercice

Chapitre II - Retrait d’agrément

TITRE TROISIÈME - DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

Chapitre premier - Dispositions comptables

Chapitre II - Dispositions prudentielles

TITRE QUATRIÈME - CONTRÔLE DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

Chapitre premier - Contrôle par Bank Al-Maghrib

119
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Chapitre II - Contrôle par les commissaires aux comptes

Chapitre III - Secret professionnel et collaboration entre autorités de supervision

TITRE CINQUIÈME - ADMINISTRATION PROVISOIRE ET LIQUIDATION DES


ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

Chapitre premier - Administration provisoire des établissements de crédit

Chapitre II - Liquidation des établissements de crédit

TITRE SIXIÈME - PROTECTION DE LA CLIENTÈLE DES ÉTABLISSEMENTS DE


CRÉDIT

Chapitre premier - Fonds collectif de garantie des dépôts

Chapitre III - Intermédiaires en opérations effectuées par les établissements de crédit

TITRE SEPTIÈME - SANCTIONS DISCIPLINAIRES ET PÉNALES

Chapitre premier - Sanctions disciplinaires

Chapitre II - Sanctions pénales

TITRE HUITIÈME - DISPOSITIONS DIVERSES ET TRANSITOIRES

Dahir n° 1-05-178 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006) portant promulgation de


la loi n° 34-03 relative aux établissements de créd it et organismes assimilés

LOUANGE A DIEU SEUL !

(Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed VI)

Que l’on sache par les présentes - puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur !

Que Notre Majesté Chérifienne,

Vu la Constitution, notamment ses articles 26 et 58,

A DÉCIDÉ CE QUI SUIT :

Est promulguée et sera publiée au Bulletin officiel, à la suite du présent dahir, la loi
n° 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés, telle
qu’adoptée par la Chambre des conseillers et la Chambre des représentants.

Fait à Ifrane, le 15 moharrem 1427 (14 février 2006).

Pour contreseing :

Le Premier ministre, Driss Jettou

120
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
TITRE PREMIER - CHAMP D’APPLICATION ET CADRE INSTITUTIONNEL

Chapitre premier - Champ d'application

Article premier

Sont considérés comme établissements de crédit les personnes morales qui


exercent leur activité au Maroc, quels que soient le lieu de leur siège social, la
nationalité des apporteurs de leur capital social ou de leur dotation ou celle de leurs
dirigeants et qui effectuent, à titre de profession habituelle, une ou plusieurs des
activités suivantes :

- la réception de fonds du public ;

- les opérations de crédit ;

- la mise à la disposition de la clientèle de tous moyens de paiement ou leur gestion.

Article 2

Sont considérés comme fonds reçus du public les fonds qu’une personne recueille
de tiers sous forme de dépôt ou autrement, avec le droit d’en disposer pour son
propre compte, à charge pour elle de les restituer.

Sont assimilés aux fonds reçus du public :

- les fonds déposés en compte à vue, avec ou sans préavis, même si le solde du
compte peut devenir débiteur ;

- les fonds déposés avec un terme ou devant être restitués après un préavis;

- les fonds versés par un déposant avec stipulation d’une affectation spéciale, si
l’entreprise qui a reçu le dépôt ne le conserve pas en l’état, à l’exception des fonds
versés auprès des sociétés légalement habilitées à constituer et gérer un portefeuille
de valeurs mobilières ;

- les fonds dont la réception donne lieu à la délivrance, par le dépositaire, d’un bon
de caisse ou de tout billet portant intérêt ou non.

Toutefois, ne sont pas considérés comme fonds reçus du public :

- les sommes laissées en compte, dans une société, par les associés en nom, les
commanditaires et les commandités, les associés, les gérants, les administrateurs,
les membres du directoire ou du conseil de surveillance et les actionnaires, détenant
5% au moins du capital social;

- les dépôts du personnel d’une entreprise lorsqu’ils ne dépassent pas 10% de ses
capitaux propres;

121
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- les fonds provenant de concours d’établissements de crédit et des organismes
assimilés visés aux paragraphes 3, 4 et 5 de l’article 107 ci-dessous.

Article 3

Constitue une opération de crédit tout acte, à titre onéreux, par lequel une personne :

- met ou s’oblige à mettre des fonds à la disposition d’une autre personne, à charge
pour celle-ci de les rembourser;

- ou prend, dans l’intérêt d’une autre personne, un engagement par signature sous
forme d’aval, de cautionnement ou de toute autre garantie.

Sont assimilées à des opérations de crédit :

- les opérations de crédit-bail et de location avec option d’achat et assimilées;

- les opérations d’affacturage;

- les opérations de vente à réméré d’effets et de valeurs mobilières et les opérations


de pension telles que prévues par la législation en vigueur.

Article 4

Les opérations de crédit-bail et de location avec option d’achat visées à l’article 3 ci-
dessus concernent :

- les opérations de location de biens meubles qui, quelle que soit leur qualification,
donnent au locataire la possibilité d’acquérir à une date fixée avec le propriétaire,
tout ou partie des biens pris en location, moyennant un prix convenu tenant compte,
au moins pour partie, des versements effectués à titre de loyers

- les opérations par lesquelles une entreprise donne en location des biens
immeubles, achetés par elle ou construits pour son compte, lorsque ces opérations,
quelle que soit leur qualification, permettent au locataire de devenir propriétaire de
tout ou partie des biens pris en location, au plus tard à l’expiration du bail;

- les opérations de location de fonds de commerce ou de l’un de ses éléments


incorporels qui, quelle que soit leur qualification, donnent au locataire la possibilité
d’acquérir, à une date fixée avec le propriétaire, le fonds de commerce ou l’un de ses
éléments incorporels, moyennant un prix convenu tenant compte, au moins pour
partie, des versements effectués à titre de loyers, à l’exclusion de toute opération de
cession bail, à l’ancien propriétaire, dudit fonds ou de l’un de ses éléments.

La cession bail est l’acte par lequel une entreprise utilisatrice vend un bien à une
personne qui le lui donne aussitôt en crédit-bail.

122
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 5

L’affacturage, visé à l’article 3 ci-dessus, est la convention par laquelle un


établissement de crédit s’engage à recouvrer et à mobiliser des créances
commerciales, soit en acquérant lesdites créances, soit en se portant mandataire du
créancier avec, dans ce dernier cas, une garantie de bonne fin.

Article 6

Sont considérés comme moyens de paiement tous les instruments qui, quel que soit
le support ou le procédé technique utilisé, permettent à toute personne de transférer
des fonds.

Article 7

Les établissements de crédit peuvent aussi effectuer, sous réserve du respect des
dispositions législatives et réglementaires applicables en la matière, les opérations
connexes à leur activité, telles que :

1) les opérations de change;

2) les opérations sur or, métaux précieux et pièces de monnaie;

3) le placement, la souscription, l’achat, la gestion, la garde et la vente de valeurs


mobilières, de titres de créances négociables ou de tout produit financier;

4) la présentation au public des opérations d’assurance de personnes, d’assistance


et d’assurance-crédit;

5) l’intermédiation en matière de transfert de fonds;

6) le conseil et l’assistance en matière de gestion de patrimoine;

7) le conseil et l’assistance en matière de gestion financière, l’ingénierie financière et,


d’une manière générale, tous les services destinés à faciliter la création et le
développement des entreprises;

8) les opérations de location simple de biens mobiliers ou immobiliers, pour les


établissements qui effectuent, à titre habituel, des opérations de crédit-bail.

Article 8

Les établissements de crédit peuvent prendre des participations dans des


entreprises existantes ou en création, sous réserve du respect des limites fixées, par
rapport à leurs fonds propres et au capital social ou aux droits de votes de la société
émettrice, par circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité
des établissements de crédit visé à l’article 19 ci-dessous.

123
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 9

Les établissements de crédit peuvent être autorisés à effectuer des opérations autres
que celles visées aux articles premier et 7 de la présente loi.

La liste de ces opérations est fixée par arrêté du ministre chargé des finances après
avis du Comité des établissements de crédit.

Seules peuvent être autorisées, dans ce cadre, les opérations qui sont effectuées
habituellement par les établissements de crédit sur les places financières
internationales et dont l’exercice n’est pas de nature à empêcher, restreindre ou
fausser le jeu de la concurrence au détriment des entreprises qui les effectuent à titre
principal.

Ces opérations doivent demeurer d’une importance limitée par rapport aux
opérations visées à l’article premier ci-dessus.

Pour l’exercice de ces opérations, les établissements de crédit sont soumis aux
dispositions législatives et réglementaires particulières applicables aux activités
concernées.

Article 10

Les établissements de crédit comprennent deux catégories, les banques et les


sociétés de financement.

Les banques et les sociétés de financement peuvent être classées par Bank Al-
Maghrib en sous-catégories, en fonction notamment des opérations qu’elles sont
autorisées à effectuer et de leur taille.

Les modalités d’application des dispositions de la présente loi peuvent être fixées
pour chaque catégorie ou sous-catégorie d’établissements de crédit.

Article 11

Les banques peuvent exercer toutes les activités visées aux articles premier et 7 ci-
dessus et sont seules habilitées à recevoir du public des fonds à vue ou d’un terme
égal ou inférieur à deux ans.

Les sociétés de financement ne peuvent pratiquer, parmi les activités visées aux
articles 1er et 7 ci-dessus, que celles précisées dans les décisions d’agrément qui
les concernent ou, éventuellement, dans les dispositions législatives ou
réglementaires qui leur sont propres.

Par dérogation aux dispositions du premier alinéa ci-dessus, les sociétés de


financement peuvent être agréées, dans les formes et les conditions prévues à
l’article 27 ci-dessous, à recevoir du public des fonds d’un terme supérieur à un an.

124
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 12

Il est interdit à toute personne non agréée en qualité d’établissement de crédit


d’effectuer, à titre de profession habituelle, les opérations visées à l’article premier ci-
dessus.

Toutefois, toute personne peut pratiquer les opérations suivantes :

- consentir à ses contractants, dans l’exercice de son activité professionnelle, des


délais ou des avances de paiement, notamment sous forme de crédit commercial;

- conclure des contrats de location de logements assortis d’une option d’achat;

- procéder à des opérations de trésorerie avec des sociétés ayant avec elle,
directement ou indirectement, des liens de capital conférant à l’une d’elles un pouvoir
de contrôle effectif sur les autres;

- émettre des valeurs mobilières ainsi que des titres de créances négociables sur un
marché réglementé;

- consentir des avances sur salaires ou des prêts à ses salariés pour des motifs
d’ordre social;

- émettre des bons et des cartes délivrées pour l’achat, auprès d’elle, de biens ou de
services déterminés;

- prendre ou mettre en pension des valeurs mobilières inscrites à la cote de la


bourse des valeurs, des titres de créances négociables ou des valeurs émises par le
Trésor.

Article 13

Nonobstant les dispositions législatives qui leur sont applicables et sous réserve des
conditions spécifiques qui seront édictées à cet effet par arrêtés du ministre chargé
des finances, après avis du Comité des établissements de crédit :

- les services financiers de la poste qui sont constitués du service de la Caisse


d’épargne nationale, du service des comptes courants et des chèques postaux et du
service des mandats postaux sont soumis aux dispositions des articles 40,48, 51, 53,
55, 57, 84, 112, 113, 115, 116, 118, 119 et 120 et à celles du titre VII de la présente
loi

- la caisse de dépôt et de gestion et la caisse centrale de garantie sont soumises


aux dispositions de l’article 40 et à celles des titres III, IV et VII de la présente loi

- les associations de microcrédit régies par la loi n° 1 8-97 sont soumises aux
dispositions du titre IV de la présente loi;

125
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- les banques off-shore, régies par la loi n° 5 8- 90 relative aux places financières off-
shore, sont soumises aux dispositions des articles 40, 45, 47, 48, 50, 51, 52, 53, 55,
57 et 84 ainsi qu’à celles du chapitre II du titre IV de la présente loi.

Article 14

Les dispositions des articles 47, 49, 50, 51, 53, 55 et 57 ainsi que celles du chapitre
II du titre IV de la présente loi sont, dans les conditions fixées par circulaire du
gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des établissements de crédit,
applicables aux compagnies financières.

Sont considérées comme compagnies financières, au sens de la présente loi, les


sociétés qui ont pour activité principale, au Maroc, de prendre et gérer des
participations financières et qui, soit directement soit par l’intermédiaire de sociétés
ayant le même objet, contrôlent plusieurs établissements effectuant des opérations à
caractère financier dont un, au moins, est un établissement de crédit.

Article 15

Sont agréées conformément aux dispositions de l’article 27 ci-après :

- les entreprises qui effectuent, à titre de profession habituelle, les opérations


d’intermédiation en matière de transfert de fonds consistant en la réception ou
l’envoi, par tous moyens, de fonds à l’intérieur du territoire marocain ou l’étranger;

- les entreprises qui effectuent, à titre de profession habituelle, le conseil et


l’assistance en matière de gestion de patrimoine à l’exclusion des sociétés
légalement habilitées à constituer et à gérer un portefeuille de valeurs mobilières.

Ces entreprises sont soumises aux dispositions des titres III, IV et VII de la présente
loi, sous réserve des conditions spécifiques qui seront édictées à cet effet par arrêtés
du ministre chargé des finances, après avis du Comité des établissements de crédit.

Article 16

Ne sont pas soumis aux dispositions de la présente loi :

1) Bank Al-Maghrib;

2) la Trésorerie générale;

3) les entreprises d’assurances et de réassurance régies par la loi n° 17-99 portant


code des assurances et les organismes de prévoyance et de retraite;

4) les organismes à but non lucratif qui, dans le cadre de leur mission et pour des
raisons d’ordre social, accordent sur leurs ressources propres des prêts à des
conditions préférentielles aux personnes qui peuvent en bénéficier en vertu des
statuts de ces organismes;

126
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
5) le Fonds Hassan II pour le développement économique et social régi par la loi n°
36-01;

6) les institutions financières internationales et les organismes publics de coopération


étrangers autorisés par une convention conclue avec le gouvernement du Royaume
du Maroc à exercer une ou plusieurs opérations visées à l’article premier ci-dessus.

Chapitre II - Cadre institutionnel

Article 17

Les circulaires du gouverneur de Bank Al-Maghrib prises en application de la


présente loi et des dispositions légales et réglementaires en vigueur sont
homologuées par arrêtés du ministre chargé des finances et publiées au "Bulletin
officiel".

Article 18

Il est institué un conseil dénommé "Conseil national du crédit et de l’épargne"


composé de représentants de l’administration, de représentants des organismes à
caractère financier, de représentants des chambres professionnelles, de
représentants des associations professionnelles et de personnes désignées par le
Premier ministre en raison de leur compétence dans le domaine économique et
financier.

La composition et les modalités de fonctionnement dudit Conseil sont fixées par


décret.

Le Conseil national du crédit et de l’épargne débat de toute question intéressant le


développement de l’épargne ainsi que de l’évolution de l’activité des établissements
de crédit. Il formule des propositions au gouvernement dans les domaines qui
entrent dans sa compétence.

Il peut constituer en son sein des groupes de travail pour mener toutes études qu’il
juge utiles ou qui peuvent lui être confiées par le ministre chargé des finances ou le
gouverneur de Bank Al-Maghrib.

Il peut demander à Bank Al-Maghrib et aux administrations compétentes de lui fournir


toute information utile à l’accomplissement de sa mission.

Le Conseil national du crédit et de l’épargne est présidé par le ministre chargé des
finances.

Le secrétariat du Conseil est assuré par Bank Al-Maghrib.

Article 19

Il est institué un comité dénommé "Comité des établissements de crédit" dont l’avis
est requis par le gouverneur de Bank Al-Maghrib sur toute question, à caractère

127
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
général ou individuel, ayant trait à l’activité des établissements de crédit et des autres
organismes assimilés visés aux articles 13, 14 et 15 ci-dessus.

Le Comité mène également toutes études portant sur l’activité des établissements de
crédit et notamment sur leurs rapports avec la clientèle et sur l’information du public.

Ces études peuvent donner lieu à des circulaires ou recommandations du


gouverneur de Bank Al-Maghrib.

Le Comité des établissements de crédit est présidé par le gouverneur de Bank Al-
Maghrib.

Il comprend en outre :

- un représentant de Bank Al-Maghrib, vice-président;

- deux représentants du ministère chargé des finances, dont le directeur de la


direction du Trésor et des finances extérieures;

- deux représentants du Groupement professionnel des banques du Maroc, dont le


président;

- deux représentants de l’Association professionnelle des sociétés de financement,


dont le président.

Lorsqu’il est saisi de questions à caractère individuel, telles que définies au


paragraphe 2 de l’article 20 ci-après, sa composition est restreinte aux seuls
représentants de Bank Al-Maghrib et du ministère chargé des finances.

Les modalités de fonctionnement du Comité des établissements de crédit sont fixées


par décret.

Le secrétariat du Comité est assuré par Bank Al-Maghrib.

Article 20

Sont soumises, pour avis, au Comité des établissements de crédit visé à l’article 19
ci-dessus notamment :

1 - les questions suivantes intéressant l’activité des établissements de crédit et


revêtant un caractère général :

- les modalités d’application des dispositions de l’article 8 ci-dessus relatives aux


conditions de prises de participations, par les établissements de crédit, dans des
entreprises existantes ou en création;

- les opérations visées à l’article 9 ci-dessus, susceptibles d’être pratiquées par les
établissements de crédit;

128
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- les mesures prises par le ministre chargé des finances en application des
dispositions de l’article 15 ci-dessus;

- les statuts des associations professionnelles et les modifications susceptibles de


leur être apportées, visés à l’article 25 ci-dessous;

- le montant du capital, ou de la dotation minimum, exigible des établissements de


crédit, prévu par l’article 29 ci-dessous;

- les modalités d’application des dispositions de l’article 30 ci-dessous relatives aux


fonds propres minimums des établissements de crédit;

- les modalités et conditions d’ouverture au Maroc, par les établissements de crédit


ayant leur siège social à l’étranger, de bureaux d’information, de liaison ou de
représentation, prévues à l’article 34 ci-dessous;

- les mesures d’application des dispositions des articles 40 et 120 ci-dessous


relatives respectivement à la communication à Bank Al-Maghrib des documents et
informations nécessaires au fonctionnement des services d’intérêt commun et aux
conditions et modalités d’accès, du public, à ces informations;

- les conditions de collecte de fonds du public et de distribution de crédits, visées à


l’article 42 ci-dessous;

- les mesures d’application des dispositions de l’article 45 ci-dessous relatives aux


obligations comptables des établissements de crédit;

- les conditions selon lesquelles les établissements de crédit doivent publier leurs
états de synthèse, visées à l’article 49 ci-dessous;

- les conditions selon lesquelles les compagnies financières doivent respecter les
dispositions des articles 47, 49, 50 et 5 1 ci-dessous;

- les mesures d’application des prescriptions des articles 50 et 51 ci-dessous


relatives aux dispositions prudentielles;

- les conditions dans lesquelles les entreprises visées à l’article 54 ci-dessous


doivent communiquer à Bank Al-Maghrib leurs états de synthèse;

- les modalités selon lesquelles les établissements de crédit doivent soumettre à


Bank Al-Maghrib les changements affectant la composition de leurs instances
dirigeantes;

- les modalités d’application des dispositions de l’article 70 ci-dessous relatives aux


modalités d’approbation des commissaires aux comptes;

- les conventions de coopération et d’échange d’informations avec les autorités de


contrôle des établissements de crédit étrangères, visées à l’article 82 ci-dessous;

129
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- les modalités d’application des dispositions de l’article 84 ci-dessous relatives au
devoir de vigilance;

- les modalités de financement, de gestion et d’intervention du Fonds collectif de


garantie des dépôts, visées à l’article 111 ci-dessous;

- les modalités d’application des dispositions de l’article 116 ci-dessous relatives à la


publication des conditions appliquées par les établissements de crédit à leurs
opérations avec la clientèle;

- les modalités d’application des dispositions de l’article 118 ci-dessous relatives à


l’établissement des relevés de comptes.

Le gouverneur recueille l’avis du Comité des établissements de crédit, dans sa


composition élargie, sur les questions visées à l’article 105 ci-dessous.

2 - Les questions suivantes intéressant l’activité des établissements de crédit et


revêtant un caractère individuel :

- l’octroi d’agréments pour l’exercice de l’activité d’établissement de crédit;

- la fusion de deux ou de plusieurs établissements de crédit;

- l’absorption d’un ou plusieurs établissements de crédit par un autre établissement


de crédit;

- la création de filiales ou l’ouverture de succursales, ou de bureaux de


représentation à l’étranger, par les établissements de crédit ayant leur siège social
au Maroc;

- les changements qui affectent la nationalité, le contrôle d’un établissement de


crédit ou la nature des opérations qu’il effectue à titre de profession habituelle.

Le Comité des établissements de crédit, dans sa composition restreinte, donne


également son avis sur les mesures prises par le ministre chargé des finances en
application des dispositions de l’article 13 ci-dessus.

Article 21

Il est institué une commission, dénommée "Commission de discipline des


établissements de crédit", chargée d’instruire les dossiers disciplinaires et de
proposer, au gouverneur de Bank Al-Maghrib, les sanctions disciplinaires à
prononcer en application des dispositions de l’article 133 de la présente loi.

Article 22

La Commission de discipline des établissements de crédit, qui est présidée par le


vice-gouverneur ou le directeur général ou un représentant de Bank Al-Maghrib,
désigné par le gouverneur de cette institution, comprend en outre les membres
suivants :

130
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- un représentant de Bank Al-Maghrib;

- deux représentants du ministère chargé des finances;

- deux magistrats, nommés par le ministre chargé des finances, sur proposition du
ministre chargé de la justice.

Le président de la Commission peut faire appel à toute personne dont la


collaboration est jugée utile pour donner à la Commission un avis à propos de
l’affaire dont elle est saisie.

Cette personne ne prend pas part aux délibérations de la Commission.

Le secrétariat de la Commission est assuré par Bank Al-Maghrib.

Article 23

La Commission élabore et adopte son règlement intérieur.

Elle se réunit sur convocation de son président et délibère valablement lorsque


quatre au moins de ses membres sont présents.

Ses avis sont pris à la majorité des membres présents et, en cas de partage égal des
voix, celle du président est prépondérante.

Article 24

La Commission convoque, afin de l’entendre, le représentant légal de l’établissement


concerné, qui peut se faire assister d’un défenseur de son choix, et ce après lui avoir
signifié les griefs relevés à son encontre et communiqué tous les éléments du
dossier.

La commission peut convoquer, à son initiative ou à la demande de l’intéressé, le


représentant de l’association professionnelle concernée afin de l’entendre.

Article 25

Les établissements de crédit agréés en tant que banques et les banques offshore
sont tenus d’adhérer à l’association professionnelle dénommée "Groupement
professionnel des banques du Maroc" régie par les dispositions du dahir du 3
joumada I 1378 (15 novembre 1958) relatif au droit d’association, tel qu’il a été
modifié et complété.

Les établissements de crédit agréés en tant que sociétés de financement et les


entreprises agréées visées à l’article 15 ci-dessus sont tenus d’adhérer à
l’association professionnelle dénommée "Association professionnelle des sociétés de
financement" régie par les dispositions du dahir du 3 joumada 1 1378 (15 novembre
1958) relatif au droit d’association, tel qu’il a été modifié et complété.

131
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les statuts des deux associations précitées ainsi que toutes modifications y relatives
sont approuvés par le ministre chargé des finances, après avis du Comité des
établissements de crédit.

Article 26

Les associations professionnelles des établissements de crédit étudient les questions


intéressant l’exercice de la profession, notamment l’amélioration des techniques de
banque et de crédit, l’introduction de nouvelles technologies, la création de services
communs, la formation du personnel et les relations avec les représentants des
employés.

Elles peuvent être consultées par le ministre chargé des finances ou le gouverneur
de Bank Al-Maghrib sur toute question intéressant la profession. De même, elles
peuvent leur soumettre des propositions dans ce domaine.

Les associations professionnelles des établissements de crédit servent


d’intermédiaire, pour les questions concernant la profession, entre leurs membres,
d’une part, et les pouvoirs publics ou tout autre organisme national ou étranger,
d’autre part.

Elles doivent informer le ministre chargé des finances et le gouverneur de Bank Al-
Maghrib de tout manquement, dont elles ont eu connaissance, dans l’application, par
leurs membres, des dispositions de la présente loi et des textes pris pour leur
application.

Elles sont habilitées à ester en justice lorsqu’elles estiment que les intérêts de la
profession sont en jeu et notamment lorsqu’un ou plusieurs de leurs membres sont
en cause.

TITRE DEUXIÈME - OCTROI DE L’AGRÉMENT, CONDITIONS D’EXERCICE ET


RETRAIT DE L’AGRÉMENT AUX ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

Chapitre premier - Agrément et conditions d'exercice

Article 27

1 - Toute personne morale considérée comme établissement de crédit au sens de


l’article premier ci-dessus doit, avant d’exercer son activité au Maroc, avoir été
préalablement agréée par le gouverneur de Bank Al-Maghrib après avis du Comité
des établissements de crédit, soit en qualité de banque Soit en qualité de société de
financement.

2 - Les demandes d’agrément doivent être adressées à Bank Al-Maghrib qui


s’assure:

- du respect par la personne morale postulante des dispositions des articles 28, 29,
30, 31 et 37 ci-après;

132
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- de l’adéquation des moyens humains, techniques et financiers de la personne
morale postulante, compte tenu notamment de l’implantation projetée et du
programme d’activité qu’elle envisage de mettre en œuvre;

- de l’expérience professionnelle et de l’honorabilité des fondateurs, des apporteurs


du capital, des membres des organes d’administration, de direction et de gestion;

- de la capacité du postulant à respecter les dispositions de la présente loi et des


textes pris pour son application;

- que les liens de capital pouvant exister entre la personne morale postulante et
d’autres personnes morales ne sont pas de nature à en entraver le contrôle
prudentiel.

3 - Dans le cadre de l’instruction de la demande, Bank Al-Maghrib est habilitée à


réclamer tous documents et renseignements qu’elle juge nécessaires.

4 - La décision portant agrément ou, le cas échéant, refus dûment motivé, est notifiée
par le gouverneur de Bank Al-Maghrib à l’entreprise requérante, dans un délai
maximum de 4 mois à compter de la date de réception de l’ensemble des documents
et renseignements requis.

L’agrément peut être limité à l’exercice de certaines opérations seulement lorsqu’il


apparaît que les moyens humains, techniques ou financiers du requérant sont
insuffisants au regard des opérations qu’il envisage d’effectuer.

Il peut également être subordonné au respect d’engagements financiers souscrits par


le requérant.

5 - La décision portant agrément est publiée au "Bulletin officiel".

Ampliation en est communiquée au ministre chargé des finances et à l’association


professionnelle concernée.

Article 28

Les établissements de crédit ayant leur siège social au Maroc ne peuvent être
constitués que sous la forme de société anonyme à capital fixe, à l’exception de ceux
que la loi a dotés d’un statut particulier.

Article 29

Tout établissement de crédit ayant son siège social au Maroc doit justifier à son bilan
d’un capital intégralement libéré ou, lorsqu’il s’agit d’un établissement public, d’une
dotation totalement versée, dont le montant doit être égal au moins au capital
minimum, tel que fixé, pour la catégorie ou la sous-catégorie dont il relève, par
circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des
établissements de crédit.

133
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Tout établissement de crédit ayant son siège social à l’étranger et autorisé à ouvrir
une succursale au Maroc doit affecter à l’ensemble de ses opérations une dotation,
effectivement employée au Maroc, d’un montant au moins égal au capital minimum
visé ci-dessus.

Article 30

L’actif de tout établissement de crédit doit, à tout moment, excéder effectivement,


d’un montant au moins égal au capital minimum ou à la dotation minimum, le passif
exigible, sans que les versements des actionnaires ou la dotation, selon le cas,
puissent être compensés, directement ou indirectement, notamment par des prêts,
avances ou souscription de titres de créance ou de capital, ayant pour objet la
reprise du capital ou de la dotation.

Les modalités d’application des dispositions du présent article sont fixées par
circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des
établissements de crédit.

Article 31

Nul ne peut, à un titre quelconque, fonder, diriger, administrer, gérer ou liquider un


établissement de crédit :

1) s’il a été condamné irrévocablement pour crime ou pour l’un des délits prévus et
réprimés par les articles 334 à 391 et 505 à 574 du code pénal;

2) s’il a été condamné irrévocablement pour infraction à la législation des changes

3) s’il a été condamné irrévocablement en vertu de la législation relative à la lutte


contre le terrorisme

4) s’il a été frappé d’une déchéance commerciale en vertu des dispositions des
articles 711 à 720 de la loi n° 15-95 formant code de commerce et qu’il n’a pas été
réhabilité

5) s’il a été condamné irrévocablement pour l’une des infractions prévues aux articles
721 à 724 de la loi n° 15-95 formant code de commer ce

6) s’il a fait l’objet d’une condamnation irrévocable en vertu des dispositions des
articles 135 à 146 de la présente loi

7) s’il a fait l’objet d’une condamnation prononcée par une juridiction étrangère et
passée en force de chose jugée pour l’un des crimes ou délits ci-dessus énumérés

8) s’il a fait l’objet d’une radiation irrévocable, pour cause disciplinaire, d’une
profession réglementée et qu’il n’a pas été réhabilité.

134
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 32

Lorsque la demande d’agrément émane d’un établissement de crédit ayant son siège
à l’étranger, soit pour la création d’une filiale, soit pour l’ouverture d’une succursale
au Maroc, cette demande doit être accompagnée de l’avis de l’autorité du pays
d’origine habilitée à délivrer un tel avis.

Bank Al-Maghrib s’assure, également, que les dispositions législatives et


réglementaires qui sont applicables aux établissements de crédit du pays d’origine
ne sont pas de nature à entraver la surveillance de la filiale ou de la succursale dont
la création est envisagée au Maroc.

Article 33

La création de filiales ou l’ouverture de succursales ou bureaux de représentation, à


l’étranger, par des établissements de crédit ayant leur siège social au Maroc sont
subordonnées à l’accord préalable du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du
Comité des établissements de crédit.

Article 34

Les établissements de crédit ayant leur siège social à l’étranger peuvent, dans les
conditions et modalités fixées par circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib,
après avis du Comité des établissements de crédit, ouvrir au Maroc des bureaux
ayant une activité d’information, de liaison ou de représentation.

Article 35

Est subordonnée à l’octroi d’un nouvel agrément dans les formes et les conditions
prévues à l’article 27 ci-dessus, toute opération portant sur :

- la fusion de deux ou de plusieurs établissements de crédit;

- l’absorption d’un ou plusieurs établissements de crédit par un autre établissement.

Article 36

Les changements qui affectent la nationalité, le contrôle d’un établissement de crédit


ou la nature des opérations qu’il effectue habituellement, sont subordonnés à l’octroi
d’un nouvel agrément demandé et délivré dans les formes et conditions prévues à
l’article 27 ci-dessus.

Au sens du présent article, le contrôle d’un établissement de crédit résulte :

- de la détention, directe ou indirecte, d’une fraction du capital conférant la majorité


des droits de vote dans les assemblées générales;

- ou du pouvoir de disposer de la majorité des droits de vote en vertu d’un accord


conclu avec d’autres associés ou actionnaires;

135
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- ou de l’exercice, conjointement avec un nombre limité d’associés ou d’actionnaires,
du pouvoir d’administration, de direction ou de surveillance;

- ou de l’exercice en vertu de dispositions législatives, statutaires ou contractuelles


du pouvoir d’administration, de direction ou de surveillance;

- ou du pouvoir de déterminer en fait, par les droits de vote, les décisions dans les
assemblées générales.

Article 37

Le président-directeur général, le directeur général, les membres du directoire ainsi


que toute personne ayant reçu délégation de pouvoir de direction, du président-
directeur général, du conseil d’administration ou de surveillance d’un établissement
de crédit recevant des fonds du public, ne peut cumuler ces fonctions avec des
fonctions similaires dans toute autre entreprise, à l’exception :

- des sociétés de financement ne recevant pas des fonds du public;

- des sociétés contrôlées par l’établissement de crédit considéré dont l’activité aurait
pu être exercée par ce dernier dans le cadre normal de sa gestion, sous réserve du
respect des dispositions législatives particulières applicables à cette activité.

Article 38

Les établissements de crédit doivent notifier à Bank Al-Maghrib, selon les modalités
fixées par elle :

- toute modification affectant leurs statuts;

- le programme annuel d’extension de leur réseau au Maroc ou à l’étranger;

- toute ouverture effective, fermeture ou transfert, au Maroc ou à l’étranger,


d’agences, de guichets, ou de bureaux de représentation.

Bank Al-Maghrib peut limiter ou interdire aux établissements de crédit l’extension de


leur réseau au Maroc ou à l’étranger en cas de non respect des dispositions des
articles 50 et 51 de la présente loi.

Article 39

Les établissements de crédit doivent faire état, dans leurs actes, documents et
publications, quel qu’en soit le support :

- de leur dénomination sociale telle qu’elle figure dans la liste visée à l’article 41 ci-
dessous;

- de leur forme juridique;

- du montant de leur capital social ou de leur dotation;

136
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- de l’adresse de leur siège social ou de leur principal établissement au Maroc;

- du numéro de leur immatriculation au registre du commerce;

- de la catégorie ou sous-catégorie à laquelle ils appartiennent;

- et des références de la décision portant leur agrément.

Article 40

Les établissements de crédit sont tenus de communiquer à Bank Al-Maghrib tous


documents et informations nécessaires au bon fonctionnement des services d’intérêt
commun visés à l’article 120 ci-dessous, dans les conditions fixées par circulaire du
gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des établissements de crédit.

Article 41

Bank Al-Maghrib établit et tient à jour la liste des établissements de crédit agréés,
des banques offshore et des organismes visés à l’article 15 ci-dessus. A sa diligence,
la liste initiale et les modifications dont elle fait l’objet sont publiées au "Bulletin
officiel".

Bank Al-Maghrib établit et tient à jour la liste des succursales, agences, guichets et
bureaux de représentation des établissements de crédit exerçant leur activité au
Maroc ainsi que celle des succursales, agences, guichets et bureaux de
représentation ouverts à l’étranger par des établissements de crédit ayant leur siège
social au Maroc.

Article 42

En vue d’assurer le développement de l’économie, la défense de la monnaie, la


protection des déposants et des emprunteurs, le ministre chargé des finances peut
fixer par arrêtés, pour l’ensemble des établissements de crédit ou pour chaque
catégorie ou sous-catégorie de ces établissements, les conditions de collecte de
fonds du public et de distribution de crédits, après avis du Comité des établissements
de crédit.

Chapitre II - Retrait d’agrément

Article 43

Le retrait de l’agrément à un établissement de crédit est prononcé par le gouverneur


de Bank Al-Maghrib :

1 - soit à la demande de l’établissement de crédit lui-même ;

2 - soit lorsque l’établissement de crédit :

* n’a pas fait usage de son agrément dans un délai de douze mois, à compter de la
date de notification de la décision portant agrément;

137
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
* n’exerce plus son activité depuis au moins six mois

* ne remplit plus les conditions au vu desquelles il a été agréé

3 - soit lorsque la situation de l’établissement de crédit est considérée comme


irrémédiablement compromise

4 - soit à titre de sanction disciplinaire en application des dispositions de l’article 133


ci-dessous.

L’avis de la Commission de discipline des établissements de crédit est requis dans


les cas prévus aux 2e, 3e et 4e paragraphes ci-dessus.

Article 44

La décision de retrait d’agrément est notifiée à l’établissement de crédit concerné et


publiée au "Bulletin officiel". Elle entraîne la radiation de l’établissement concerné de
la liste visée à l’article 41 ci-dessus.

TITRE TROISIÈME - DISPOSITIONS COMPTABLES ET PRUDENTIELLES

Chapitre premier - Dispositions comptables

Article 45

Par dérogation aux dispositions de la loi n° 9-88 r elative aux obligations comptables
des commerçants, les établissements de crédit sont astreints à tenir leur comptabilité
dans les conditions fixées par circulaires du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après
avis, respectivement du Comité des établissements de crédit et du Conseil national
de la comptabilité.

Les avis du Conseil national de la comptabilité sont formulés dans un délai


n’excédant pas deux mois à compter de la date de sa saisine.

Article 46

Les établissements de crédit ayant leur siège social à l’étranger et agréés pour
exercer leur activité au Maroc doivent tenir, au siège de leur principal établissement
implanté au Maroc, une comptabilité des opérations traitées, conformément aux
dispositions du présent chapitre.

Article 47

Les établissements de crédit doivent, à la clôture de chaque exercice social, établir,


sur base individuelle et consolidée ou sous-consolidée, les états de synthèse relatifs
à cet exercice.

Les établissements de crédit sont tenus également de dresser ces documents à la fin
du premier semestre de chaque exercice social.

138
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les états de synthèse sont transmis à Bank Al-Maghrib dans les conditions fixées
par elle.

Article 48

Les établissements de crédit sont astreints à la tenue de situations comptables et


d’états annexes ainsi que de tout autre document permettant à Bank Al-Maghrib
d’effectuer le contrôle qui lui est dévolu par la présente loi ou par toute autre
législation en vigueur.

Ces documents sont établis et communiqués à Bank Al-Maghrib dans les conditions
fixées par elle.

Article 49

Les établissements de crédit doivent publier les états de synthèse cités à l’article 47
ci-dessus dans les conditions fixées par circulaire du gouverneur de Bank Al-
Maghrib, après avis du Comité des établissements de crédit.

Bank Al-Maghrib s’assure que les publications susvisées sont régulièrement


effectuées. Elle ordonne aux établissements concernés de procéder à des
publications rectificatives dans le cas où des inexactitudes ou des omissions auraient
été relevées dans les documents publiés.

Elle peut, à son initiative, publier les états de synthèse de ces établissements, après
avis de la Commission de discipline des établissements de crédit.

Chapitre II - Dispositions prudentielles

Article 50

Afin de préserver leur liquidité et leur solvabilité ainsi que l’équilibre de leur situation
financière, les établissements de crédit sont tenus de respecter, sur une base
individuelle et/ou consolidée ou sous-consolidée, des règles prudentielles fixées par
circulaires du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des
établissements de crédit, consistant à maintenir des proportions, notamment :

- entre l’ensemble ou certains des éléments de l’actif et des engagements par


signature reçus et l’ensemble ou certains des éléments du passif et des
engagements par signature donnés;

- entre les fonds propres et l’ensemble ou certains des risques encourus;

- entre les fonds propres et l’ensemble ou certaines catégories de créances, de


dettes et d’engagements par signature en devises;

- entre les fonds propres et le total des risques encourus sur un même bénéficiaire
ou un ensemble de bénéficiaires ayant entre eux des liens juridiques ou financiers
qui en font un même groupe d’intérêt.

139
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 51

Les établissements de crédit sont tenus, dans les conditions fixées par circulaire du
gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des établissements de crédit,
de se doter d’un système de contrôle interne approprié visant à identifier, mesurer et
surveiller l’ensemble des risques qu’ils encourent et de mettre en place des
dispositifs qui leur permettent de mesurer la rentabilité de leurs opérations.

Article 52

Le gouverneur de Bank Al-Maghrib peut exiger d’un établissement de crédit


présentant un profil de risque particulier de respecter des règles prudentielles plus
contraignantes que celles prises en application des dispositions de L’article 50 ci-
dessus.

TITRE QUATRIÈME - CONTRÔLE DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

Chapitre premier - Contrôle par Bank Al-Maghrib

Article 53

Bank Al-Maghrib est chargée de contrôler le respect, par les établissements de


crédit, des dispositions de la présente loi et des textes pris pour son application.

Elle vérifie L’adéquation de l’organisation administrative et comptable et du système


de contrôle interne de ces établissements et veille à la qualité de leur situation
financière.

Dans ce cadre, Bank Al-Maghrib est habilitée à effectuer, par ses agents ou par toute
autre personne commissionnée à cet effet par le gouverneur, les contrôles sur place
et sur documents des établissements susvisés.

Pour s’assurer de l’observation des règles prudentielles par ces établissements, les
contrôles sur place peuvent être étendus à leurs filiales et aux personnes morales qui
les contrôlent, au sens des dispositions de l’article 36 ci-dessus.

Les personnes visées à l’alinéa 3 ci-dessus ne peuvent voir leur responsabilité civile
personnelle engagée à raison de l’exercice de leur mission.

Article 54

Les entreprises ayant leur siège social au Maroc, autres que les établissements de
crédit et les compagnies financières, qui contrôlent un établissement de crédit, sont
tenues de communiquer à Bank Al-Maghrib, selon les modalités fixées par circulaire
du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des établissements de
crédit, leurs états de synthèse établis sur base individuelle, consolidée ou sous-
consolidée accompagnés du rapport de leurs commissaires aux comptes.

140
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 55

Bank Al-Maghrib peut demander aux organismes soumis à son contrôle la


communication de tous documents et renseignements nécessaires à
l’accomplissement de sa mission. Elle en détermine la liste, le modèle et les délais
de transmission.

Article 56

Bank Al-Maghrib communique les résultats des contrôles ainsi que ses
recommandations aux dirigeants de l’établissement concerné et à son organe
d’administration ou de surveillance.

Dans le cas des banques offshore, les résultats des contrôles sont transmis au
comité de suivi visé à l’article 23 de la loi 11° 5 8-90 relative aux places financières
offshore.

Dans le cas des associations de micro-crédit, les résultats des contrôles sont
transmis au comité de suivi visé à l’article 14 de la loi n° 18-97 relative au micro-
crédit.

Bank Al-Maghrib peut transmettre les résultats des contrôles aux commissaires aux
comptes.

Article 57

Le président-directeur général, le directeur général, les membres du directoire et


toute personne occupant une fonction équivalente dans un établissement de crédit
ou dans tout autre organisme soumis au contrôle de Bank Al-Maghrib par la présente
loi, sont tenus d’informer les membres du conseil d’administration ou du conseil de
surveillance de leur établissement, ainsi que le ministre chargé des finances et le
gouverneur de Bank Al-Maghrib, de toute anomalie ou événement grave survenu
dans l’activité ou la gestion dudit établissement et qui sont susceptibles d’en
compromettre la situation ou de porter atteinte au renom de la profession.

Article 58

Lorsqu’un établissement de crédit a manqué aux usages de la profession, Bank Al-


Maghrib, après avoir mis ses dirigeants en demeure de présenter leurs explications,
peut leur adresser une mise en garde.

Article 59

Lorsque la gestion ou la situation financière d’un établissement de crédit n’offrent pas


de garanties suffisantes sur le plan de la solvabilité, de la liquidité ou de la rentabilité,
ou que son système de contrôle interne présente des lacunes graves, Bank Al-
Maghrib lui adresse une injonction à l’effet d’y remédier dans un délai qu’elle fixe.

Bank Al-Maghrib peut, dans ce cas, exiger communication d’un plan de


redressement, appuyé, si elle l’estime nécessaire, par un rapport établi par un expert

141
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
indépendant, précisant notamment les dispositions prises, les mesures envisagées
ainsi que le calendrier de leur mise en œuvre.

Article 60

Dans le cas où elle estime que les moyens de financement prévus dans le plan de
redressement visé à l’article 59 ci-dessus sont insuffisants, Bank Al-Maghrib peut
faire appel aux actionnaires ou aux sociétaires détenant, directement ou
indirectement, une participation égale ou supérieure à 5% du capital et faisant partie
des organes d’administration, de direction ou de gestion de l’établissement en cause,
pour fournir à celui-ci le soutien financier qui lui est nécessaire.

Article 61

Bank Al-Maghrib peut, sans faire application de l’injonction prévue à l’article 59 ci-
dessus et de l’appel aux actionnaires ou sociétaires visé à l’article 60 ci-dessus,
adresser directement un avertissement à l’établissement de crédit concerné à l’effet
de se conformer, dans un délai qu’elle détermine, aux prescriptions de la présente loi
et des textes pris pour leur application, d’améliorer ses méthodes de gestion, de
renforcer sa situation financière ou redresser les anomalies constatées au niveau du
système de contrôle interne.

Article 62

Le gouverneur de Bank Al-Maghrib désigne après avis de la Commission de


discipline des établissements de crédit, un administrateur provisoire :

- lorsqu’il apparaît que le fonctionnement des organes de délibération ou de


surveillance ou la gestion de l’établissement ne peuvent plus être assurés
normalement;

- lorsque les mesures envisagées dans le plan de redressement visé à l’article 59 ci-
dessus sont jugées insuffisantes pour assurer la viabilité de l’établissement, que les
actionnaires ou sociétaires aient répondu ou non à l’appel du gouverneur de Bank Al-
Maghrib prévu à l’article 60 ci-dessus;

- dans le cas prévu à l’article 133 ci-dessous.

Article 63

A titre exceptionnel et temporaire, Bank Al-Maghrib peut accorder aux


établissements de crédit des dérogations individuelles, dont elle détermine les
conditions, aux règles qui sont fixées en application des dispositions de l’article 50 de
la présente loi.

Article 64

En cas d’inobservation des dispositions des articles 45, 50 et 51 ci-dessus et des


textes pris pour leur application, Bank Al-Maghrib peut, soit à la place, soit en sus
des sanctions disciplinaires prévues par la présente loi, interdire ou limiter la

142
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
distribution, par un établissement de crédit, de dividendes aux actionnaires ou la
rémunération des parts sociales aux sociétaires.

Article 65

Bank Al-Maghrib peut, par décision dûment motivée, s’opposer à la nomination d’une
personne au sein des organes d’administration, de direction ou de gestion d’un
établissement de crédit, notamment lorsqu’elle estime que cette personne ne
possède pas l’honorabilité et l’expérience nécessaire pour l’exercice de ses
fonctions.

A cet effet, les établissements de crédit sont tenus de soumettre à Bank Al-Maghrib,
selon les modalités fixées par circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après
avis du Comité des établissements de crédit, tout changement affectant la
composition des instances susvisées.

Article 66

Toute personne détenant, directement ou indirectement, une participation égale ou


supérieure à 5% du capital social ou des droits de vote d’un établissement de crédit
doit déclarer à Bank Al-Maghrib et à l’établissement concerné la part du capital ou
des droits de vote qu’elle détient.

Cette déclaration doit être effectuée par lettre recommandée avec accusé de
réception dans les 30 jours qui suivent la date à laquelle ce niveau de participation
est atteint.

Article 67

Sans préjudice des dispositions de l’article 36 ci-dessus, l’accord de Bank Al-Maghrib


est requis lorsqu’une personne physique ou morale envisage de détenir ou de céder,
directement ou indirectement, une participation dans le capital d’un établissement de
crédit conférant au moins 10%, 20% ou 30% du capital social ou des droits de vote
dans les assemblées générales.

Article 68

Les personnes visées aux articles 66 et 67 ci-dessus sont tenues de communiquer à


Bank Al-Maghrib toutes les informations que celle-ci peut leur demander dans le
cadre de l’exercice de sa mission.

Article 69

Bank Al-Maghrib publie un rapport annuel sur le contrôle des établissements de


crédit ainsi que sur l’activité et les résultats de ces établissements.

143
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Chapitre II - Contrôle par les commissaires aux comptes

Article 70

Les établissements de crédit sont tenus de désigner deux commissaires aux


comptes, après approbation de Bank Al-Maghrib.

Les modalités d’approbation sont fixées par circulaire du gouverneur de Bank Al-
Maghrib, après avis du Comité des établissements de crédit.

Article 71

Par dérogation aux dispositions de l’article 70 ci-dessus et à celles de l’article 159 de


la loi n° 17-95 relative aux sociétés anonymes, les sociétés de financement
désignent un seul commissaire aux comptes, lorsque leur total du bilan est inférieur à
un seuil fixé par Bank Al-Maghrib.

Article 72

Les commissaires aux comptes ont pour mission :

- de contrôler les comptes conformément aux dispositions du titre VI de la loi n° 17-


95 relative aux sociétés anonymes;

- de s’assurer du respect des mesures prises en application des dispositions des


articles 45, 50 et 51 de la présente loi;

- de vérifier la sincérité des informations destinées au public et leur concordance


avec les comptes.

Article 73

Par dérogation aux dispositions de l’article 163 de la loi n° 17-95 relative aux
sociétés anonymes, le renouvellement du mandat des commissaires aux comptes
ayant effectué leur mission auprès d’un même établissement, durant deux mandats
consécutifs de trois ans, ne peut intervenir qu’à l’expiration d’un délai de trois ans
après le terme du dernier mandat et sous réserve de l’approbation de Bank Al-
Maghrib.

Article 74

Outre les dispositions relatives aux règles d’incompatibilité prévues par la loi n°17-95
précitée et par la loi n° 15-89 réglementant la pro fession d’expert comptable et
instituant un Ordre des experts comptables, les commissaires aux comptes doivent
présenter toutes les garanties d’indépendance à l’égard de l’établissement contrôlé.

Lorsqu’il y a désignation de deux commissaires aux comptes, ceux-ci ne peuvent


représenter ou appartenir à des cabinets ayant des liens entre eux.

144
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 75

Les commissaires aux comptes établissent des rapports dans lesquels ils rendent
compte de leur mission telle que définie à l’article 72 ci-dessus.

Ces rapports sont communiqués à Bank Al-Maghrib et aux membres du conseil


d’administration ou de surveillance de l’établissement de crédit concerné selon les
modalités fixées par elle.

Article 76

Les commissaires aux comptes sont tenus de signaler immédiatement à Bank Al-
Maghrib, tout fait ou décision dont ils ont connaissance au cours de l’exercice de leur
mission auprès d’un établissement de crédit qui constituent une violation des
dispositions législatives ou réglementaires qui leur sont applicables et qui sont de
nature notamment :

- à affecter la situation financière de l’établissement contrôlé;

- à mettre en danger la continuité de l’exploitation;

- à entraîner l’émission de réserves ou le refus de certification des comptes.

Article 77

Bank Al-Maghrib peut demander aux commissaires aux comptes de lui fournir tous
éclaircissements et explications à propos des conclusions et opinions exprimées
dans leurs rapports et, le cas échéant, de mettre à sa disposition les documents de
travail sur la base desquels ils ont formulé ces conclusions et opinions.

Bank Al-Maghrib peut mettre à la disposition des commissaires aux comptes les
informations estimées nécessaires à l’accomplissement de leur mission.

Article 78

Bank Al-Maghrib saisit les organes délibérants des établissements soumis à son
contrôle à l’effet de mettre fin au mandat d’un commissaire aux comptes et procéder
à son remplacement, lorsque ce dernier :

- ne respecte pas les dispositions du présent chapitre et celles des textes pris pour
leur application;

- a fait l’objet de mesures disciplinaires de la part de l’Ordre des experts comptables


ou de sanctions pénales en application des dispositions de la loi n° 17-95 précitée.

145
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Chapitre III - Secret professionnel et collaboration entre autorités de
supervision

Article 79

Toutes les personnes qui, à un titre quelconque, participent à l’administration, à la


direction ou à la gestion d’un établissement de crédit, ou qui sont employées par
celui-ci, les membres du Conseil national du crédit et de l’épargne, du Comité des
établissements de crédit, de la Commission de discipline des établissements de
crédit, de la Commission de coordination des organes de supervision du secteur
financier prévue à l’article 81 ci-dessous, les personnes chargées, même
exceptionnellement, de travaux se rapportant au contrôle des établissements soumis
à la surveillance de Bank Al-Maghrib en vertu de la présente loi et, plus
généralement, toute personne appelée, à un titre quelconque, à connaître ou à
exploiter des informations se rapportant à ces établissements, sont strictement tenus
au secret professionnel pour toutes les affaires dont ils ont à connaître, à quelque
titre que ce soit, dans les termes et sous peine des sanctions prévues à l’article 446
du code pénal.

Article 80

Outre les cas prévus par la loi, le secret professionnel ne peut être opposé à Bank
Al-Maghrib et à l’autorité judiciaire agissant dans le cadre d’une procédure pénale.

Article 81

II est institué une commission dénommée "Commission de coordination des organes


de supervision du secteur financier", composée de Bank Al-Maghrib, de
l’administration chargée du contrôle des entreprises d’assurances et de réassurance
et du Conseil déontologique des valeurs mobilières.

Cette commission est chargée notamment de coordonner les actions des instances
précitées en matière de supervision des établissements soumis à leurs contrôles
respectifs.

Les membres de cette commission peuvent procéder, entre eux, à tout échange de
renseignements sur leurs activités de supervision ainsi que sur les établissements
soumis à leur contrôle.

La commission peut, en outre, être saisie par le ministre chargé des finances de
toute question d’intérêt commun.

La composition de la commission ainsi que les modalités de son fonctionnement sont


fixées par décret.

Article 82

Bank Al-Maghrib est habilitée à conclure avec les instances chargées, dans des
Etats étrangers, d’une mission similaire à celle qui lui est confiée par la présente loi

146
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
en matière de contrôle des établissements de crédit, des conventions bilatérales
ayant pour objet :

- la définition des conditions dans lesquelles chacune des parties peut transmettre et
recevoir les informations utiles à l’exercice de sa mission;

- la réalisation des contrôles sur place des filiales bancaires ou des succursales des
établissements de crédit implantées sur le territoire de chacune des parties.

La conclusion des conventions susvisées ne peut intervenir :

- si elle est de nature à porter atteinte à la souveraineté nationale, à la sécurité, aux


intérêts essentiels du Royaume ou à l’ordre public marocain;

- si l’organe étranger de surveillance des établissements de crédit n’est pas soumis


à des conditions similaires à celles prévues par la législation marocaine en matière
de respect du secret professionnel.

Les contrôles sur place susvisés portent sur l’observation des règles prudentielles
ainsi que sur la qualité des risques afin de permettre un contrôle consolidé de la
situation financière des groupes bancaires et financiers.

Toutefois ces contrôles ne peuvent :

- avoir lieu lorsqu’une action pénale est engagée à l’encontre de la filiale ou de la


succursale installée au Maroc;

- aboutir, le cas échéant, qu’à l’application, à l’encontre de la filiale ou de la


succursale installée au Maroc, des sanctions prévues par la présente loi et des
textes pris pour son application.

Les contrôles sur place précités doivent être effectués conjointement par les deux
parties.

Bank Al-Maghrib tient informé le ministre chargé des finances de la conclusion de


toute convention avec un organe étranger de supervision des établissements de
crédit.

Article 83

Les informations et documents échangés entre Bank Al-Maghrib et les commissaires


aux comptes sont couverts par la règle du secret professionnel.

La responsabilité des commissaires aux comptes ne peut être engagée du fait de la


communication d’informations à Bank Al-Maghrib.

147
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 84

Les établissements de crédit et les autres organismes soumis au contrôle de Bank


Al-Maghrib sont tenus à une obligation de vigilance concernant toute opération dont
la cause économique ou le caractère licite n’est pas apparent.

Les modalités d’application des dispositions du présent article sont fixées par voie de
circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du Comité des
établissements de crédit.

TITRE CINQUIÈME - ADMINISTRATION PROVISOIRE ET LIQUIDATION DES


ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT

Chapitre premier - Administration provisoire des établissements de crédit

Article 85

Les établissements de crédit ne sont pas soumis aux procédures de prévention et de


traitement des difficultés de l’entreprise prévues respectivement par les dispositions
des titres I et Il du livre V de la loi n° 15-95 fa çonnant Code de commerce.

Article 86

L’administrateur provisoire est nommé par le gouverneur de Bank Al-Maghrib, dans


les cas prévus à l’article 62 ci-dessus.

La décision de nomination de l’administrateur provisoire fixe la durée de son mandat


ainsi que les conditions de sa rémunération, qui est à la charge de l’établissement de
crédit considéré.

Cette décision est notifiée aux membres du conseil d’administration ou de


surveillance de l’établissement de crédit concerné ainsi qu’au ministre chargé des
finances.

Elle est publiée au "Bulletin officiel".

Article 87

L’administrateur provisoire doit, dans le délai fixé par Bank Al-Maghrib, établir à
l’attention de celle-ci un rapport dans lequel il précise la nature, l’origine et
l’importance des difficultés de l’établissement ainsi que les mesures susceptibles
d’assurer son redressement ou proposer sa cession totale ou partielle ou à défaut, sa
liquidation, lorsque sa situation est considérée comme irrémédiablement
compromise.

Article 88

Lorsque Bank Al-Maghrib estime, au vu du rapport de l’administrateur provisoire, que


l’établissement du crédit dispose de sérieuses possibilités de redressement, elle
décide de la continuation de l’exploitation dudit établissement.

148
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Elle en informe, par écrit, l’administrateur provisoire.

Article 89

A compter de la date de nomination de l’administrateur provisoire, le fonctionnement


des organes d’administration, de surveillance et de direction de l’établissement est
suspendu et l’ensemble de leurs pouvoirs est transféré à l’administrateur provisoire.

L’administrateur provisoire est tenu, durant toute la durée de son mandat, au respect
des obligations légales et conventionnelles incombant aux dirigeants de
l’établissement.

Les actions, les parts sociales et les certificats d’investissement ou de droit de vote
détenus par les membres des organes d’administration, de surveillance et de
direction de l’établissement concerné ne peuvent, à compter de la date susvisée, être
cédés à peine de nullité.

Les valeurs précitées sont virées à un compte spécial bloqué, ouvert par
l’administrateur provisoire et tenu par l’établissement de crédit ou par un
intermédiaire habilité, selon le cas.

L’administrateur provisoire fait mention de incessibilité sur les registres de


l’établissement de crédit.

L’incessibilité des valeurs ci-dessus prend fin de plein droit à compter de la cessation
de l’administration provisoire.

Article 90

L’administrateur provisoire délivre aux membres des organes d’administration, de


surveillance et de direction de l’établissement concerné détenant des actions, des
parts sociales, des certificats d’investissement ou de droit de vote, un certificat leur
permettant de participer aux assemblées générales de l’établissement de crédit.

Toutefois, lorsque les circonstances l’exigent, notamment en cas de défaillance ou


de blocage au niveau des assemblées générales, Bank Al-Maghrib, sur proposition
de l’administrateur provisoire, saisit le président du tribunal compétent pour qu’il
désigne un mandataire de justice qui sera chargé, pour une durée qu’il fixe, de
l’exercice des droits de vote attachés aux titres mentionnés au premier alinéa ci-
dessus.

Article 91

L’administrateur provisoire peut saisir le président du tribunal compétent à l’effet de


prononcer la nullité de tout paiement ou transfert d’actif, constitution de garanties ou
de sûretés, effectués dans les six mois précédant sa désignation au profit de toute
personne physique ou morale, lorsqu’il est établi qu’une telle opération n’était pas
liée à la conduite des opérations courantes de l’établissement ou qu’elle avait pour
objet de soustraire un ou plusieurs éléments de son actif.

149
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 92

Lorsqu’elle estime que l’intérêt des déposants le justifie, Bank Al-Maghrib peut saisir
le tribunal compétent, afin que soit ordonnée la cession des titres visés à l’article 89
ci-dessus.

Le prix de cession est fixé sur la base d’une évaluation effectuée par un expert choisi
sur le tableau des experts comptables prévu par les dispositions de la loi n°15-89
précitée réglementant la profession d’expert comptable et instituant un Ordre des
experts comptables.

Article 93

L’administrateur provisoire ne peut procéder à l’acquisition ou à l’aliénation de biens


immeubles ou de titres de participation et emplois assimilés que sur autorisation
préalable de Bank Al-Maghrib.

Article 94

Nonobstant toute disposition légale ou toute clause contractuelle, aucune résiliation


ou résolution des contrats en cours, conclus avec la clientèle ou avec des tiers, ne
peut résulter du seul fait de la mise de l’établissement de crédit sous administration
provisoire.

Article 95

L’administrateur provisoire est tenu d’établir un rapport trimestriel à l’attention de


Bank Al-Maghrib dans lequel il rend compte de l’évolution de la situation financière
de l’établissement et de l’exécution des mesures de redressement telles que prévues
dans le rapport visé à l’article 87 ci-dessus ainsi que les difficultés rencontrées et, le
cas échéant, les nouvelles mesures à prendre à cet effet.

Article 96

Lorsque la situation financière de l’établissement est redressée, l’assemblée


générale des actionnaires ou des sociétaires est convoquée, à l’initiative de
l’administrateur provisoire après accord de Bank Al-Maghrib, à l’effet de procéder à la
désignation de nouveaux organes d’administration, de surveillance ou de direction.

Article 97

La mission de l’administrateur provisoire prend fin à l’expiration de son mandat ou


lorsque :

- les organes visés à l’article 96 ci-dessus sont désignés;

- la situation de l’établissement de crédit est irrémédiablement compromise;

- il ne peut, pour quelque raison que ce soit, assurer normalement l’exercice de ses
fonctions;

150
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- il faillit à ses obligations telles que prévues par le présent chapitre.

Dans ces deux derniers cas, il est pourvu au remplacement de l’administrateur


provisoire dans les formes prévues à l’article 86 ci-dessus.

Chapitre II - Liquidation des établissements de crédit

Article 98

Toute action en justice à l’encontre d’un établissement de crédit de nature à entraîner


le prononcé d’un jugement d’ouverture de liquidation judiciaire, doit être portée par le
président du tribunal saisi à la connaissance de Bank Al-Maghrib.

Article 99

Entre en liquidation tout établissement de crédit dont l’agrément a été retiré :

1 - soit à la demande de l’établissement de crédit lui-même;

2 - soit lorsque l’établissement de crédit :

* n’a pas fait usage de son agrément dans un délai de douze mois, à compter de

la date de notification de la décision portant agrément;

* n’exerce plus son activité depuis au moins six mois;

* ne remplit plus les conditions au vu desquelles il a été agréé.

Dans ce cas, le ou les liquidateurs sont nommés par le gouverneur de Bank Al-
Maghrib.

Pendant le délai de liquidation, l’établissement en question demeure soumis au


contrôle de Bank Al-Maghrib prévu par les dispositions des articles 53 et 55 de la
présente loi et ne peut effectuer que les opérations strictement nécessaires, à sa
liquidation.

Il ne peut faire état de sa qualité d’établissement de crédit qu’en précisant qu’il est en
liquidation.

Article 100

Lorsque le retrait d’agrément est prononcé suite à la situation irrémédiablement


compromise de l’établissement de crédit ou à titre de sanction disciplinaire en
application des dispositions de l’article 133 ci-dessous, le gouverneur de Bank Al-
Maghrib saisit le président du tribunal compétent à l’effet de prononcer un jugement
de liquidation judiciaire.

Toutefois et par dérogation aux dispositions de l’article 568 du Code de commerce, le


ou les liquidateurs sont nommés par le gouverneur de Bank Al-Maghrib.

151
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Le liquidateur procède aux opérations de liquidation conformément aux dispositions
du titre III du livre V de la loi n° 15-95 formant Code de commerce.

Article 101

La décision du gouverneur de nomination du ou des liquidateurs fixe la durée de leur


mandat, qui peut être renouvelé, ainsi que les conditions de leur rémunération, qui
est à la charge de l’établissement de crédit concerné.

Elle est publiée au "Bulletin officiel".

Le ou les liquidateurs soumettent à Bank Al-Maghrib un rapport trimestriel sur les


opérations de liquidation.

Article 102

Par dérogation aux dispositions de l’article 686 de la loi n° 15-95 précitée, les
déposants des établissements de crédit en liquidation sont dispensés des
déclarations de créances prévues audit article.

Les modalités d’application des dispositions ci-dessus sont fixées par circulaire du
gouverneur de Bank Al-Maghrib.

Article 103

A compter de la date de sa nomination, le liquidateur peut saisir le tribunal compétent


à l’effet de prononcer la nullité de tout paiement ou transfert d’actif, constitution de
garanties ou de sûretés effectués dans les six mois précédant sa désignation, au
profit de toute personne physique ou morale, lorsqu’il est établi qu’une telle opération
n’était pas liée à la conduite des opérations courantes de l’établissement ou qu’elle
avait pour objet de soustraire un ou plusieurs éléments de son actif.

Article 104

Nonobstant toutes dispositions législatives contraires, ne peuvent, en aucun cas, être


annulés les paiements et les livraisons de valeurs effectués dans le cadre de
systèmes de règlements interbancaires ou dans le cadre de systèmes de règlement
et de livraison d’instruments financiers, jusqu’à l’expiration du jour où est publiée la
décision de retrait d’agrément à l’encontre d’un établissement participant,
directement ou indirectement, à de tels systèmes.

TITRE SIXIÈME - PROTECTION DE LA CLIENTÈLE DES ÉTABLISSEMENTS DE


CRÉDIT

Chapitre premier - Fonds collectif de garantie des dépôts

Article 105

Sans préjudice des systèmes ayant le même objet pouvant exister au niveau de
certains établissements de crédit, il est institué un Fonds collectif de garantie des

152
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
dépôts destiné, sur décision du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du
Comité des établissements de crédit à :

- indemniser les déposants des établissements de crédit en cas d’indisponibilité de


leurs dépôts ou de tous autres fonds remboursables ;

- consentir, à titre préventif et exceptionnel, des concours remboursables à l’un de


ses membres dont la situation laisse craindre à terme une indisponibilité des dépôts
ou de tous autres fonds remboursables, à condition qu’il présente des mesures de
redressement jugées acceptables par Bank Al-Maghrib.

Article 106

Les établissements de crédit recevant des fonds du public sont tenus de contribuer
au financement du Fonds collectif de garantie des dépôts par le versement d’une
cotisation annuelle dont le taux ne peut dépasser 0,25% des dépôts et autres fonds
remboursables.

Article 107

La garantie du fonds couvre tous les dépôts et autres fonds remboursables collectés
par l’établissement de crédit à l’exclusion de ceux reçus de la part :

- des autres établissements de crédit;

- de ses filiales, de ses membres des organes d’administration, de surveillance et de


direction, de ses actionnaires disposant d’au moins 5% des droits de vote;

- des organismes qui fournissent les services financiers visés à l’article 7 ci-dessus; -
des entités visées aux 1er, 2e et 4 tirets de l’article 13 ci-dessus;

- des organismes visés aux 1), 2), 3), 5) et 6) de l’article 16 ci-dessus.

Article 108

L’indemnisation des déposants a lieu à concurrence d’un montant maximum par


déposant, personne physique ou morale.

Le Fonds collectif de garantie des dépôts est subrogé dans les droits des déposants
indemnisés, à concurrence des sommes qu’il leur a versées.

Article 109

En cas de liquidation d’un établissement de crédit ayant bénéficié de concours


remboursables du Fonds collectif de garantie des dépôts, ledit Fonds jouit d’un
privilège sur le produit de la liquidation pour le recouvrement de sa créance qui
prend rang immédiatement après le privilège du Trésor prévu à l’article 109 de la loi
n° 15-97 formant code de recouvrement des créances publiques.

153
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 110

La gestion du fonds est assurée par Bank Al-Maghrib.

Celle-ci établit et publie chaque année une situation comptable retraçant l’ensemble
des opérations du fonds.

Article 111

Les modalités de financement du fonds ainsi que celles relatives à sa gestion et à


ses interventions sont fixées par circulaires du gouverneur de Bank Al-Maghrib,
après avis du Comité des établissements de crédit.

Chapitre II - Relations entre les établissements de crédit et leur clientèle

Article 112

Toute personne ne disposant pas d’un compte à vue et qui s’est vu refuser, par une
ou plusieurs banques, l’ouverture d’un tel compte après l’avoir demandé par lettre
recommandée avec accusé de réception, peut demander à Bank Al-Maghrib de
désigner un établissement de crédit auprès duquel elle pourra se faire ouvrir un tel
compte.

Lorsqu’elle estime que le refus n’est pas fondé, Bank Al-Maghrib désigne
l’établissement de crédit auprès duquel le compte sera ouvert. Ce dernier peut limiter
les services liés à l’ouverture du compte aux opérations de caisse.

Article 113

Toute ouverture d’un compte à vue ou à terme ou d’un compte titres doit faire l’objet
d’une convention écrite entre le client et son établissement de crédit. Cette
convention, dont copie est remise au client, doit notamment préciser les conditions
de fonctionnement et de clôture dudit compte.

Article 114

Les établissements de crédit dépositaires de fonds et valeurs clôturent les comptes


qu’ils tiennent lorsque les fonds et valeurs n’ont fait l’objet, de la part de leurs
titulaires ou ayants droit, d’aucune opération ou réclamation depuis 10 ans.

Les établissements de crédit sont tenus d’adresser, dans un délai de six mois avant
l’expiration de la période précitée, un avis recommandé au titulaire de tout compte,
ou à ses ayants droit, susceptible d’être atteint par la prescription et dont l’avoir en
capital et intérêts est supérieur ou égal à une somme déterminée par arrêté du
ministre chargé des finances.

Ces fonds et valeurs sont versés ou déposés, par les établissements de crédit, à la
Caisse de dépôt et de gestion qui les détiendra pour le compte de leurs titulaires ou
ayants droit jusqu’à l’expiration d'un nouveau délai de 5 ans.

154
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Passé ce délai, ces fonds et valeurs sont prescrits à l’égard de leurs titulaires ou
ayants droit et acquis de droit et versés au profit du Trésor.

A titre transitoire, les établissements de crédit doivent, dans les six mois suivant la
date de publication de la présente loi au "Bulletin officiel", adresser un avis
recommandé aux titulaires ou ayants droit de fonds et valeurs non réclamés depuis
plus de quinze ans.

Passé ce délai, les fonds et valeurs non réclamés sont prescrits à l’égard de leurs
titulaires ou ayants droit et versés au profit du Trésor.

Article 115

Les dispositions du dahir du 8 kaada 1331 (9 octobre 1913) fixant, en matière civile
et commerciale, le taux légal des intérêts et le maximum des intérêts conventionnels,
tel qu’il a été modifié, ne sont pas applicables aux opérations de dépôts et de crédits
effectuées par les établissements de crédit.

Article 116

Les conditions appliquées par les établissements de crédit à leurs opérations,


notamment en matière de taux d’intérêt débiteurs et créditeurs, de commission et de
régime de dates de valeur, doivent être portées à la connaissance du public dans les
conditions fixées par circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après avis du
Comité des établissements de crédit.

Article 117

Toute fermeture, par un établissement de crédit, d’une agence doit être portée à la
connaissance de la clientèle par tout moyen approprié, deux mois au moins avant la
date de fermeture effective.

L’établissement de crédit concerné doit porter à la connaissance de la clientèle les


références de l’agence à laquelle ses comptes seront transférés.

Il doit donner aux clients qui le souhaitent la possibilité de clôturer leurs comptes ou
de transférer leurs fonds, sans frais, soit auprès de toute autre agence de son
réseau, soit auprès d’un autre établissement de crédit.

Article 118

En matière judiciaire, les relevés de comptes, établis par les établissements de crédit
selon les modalités fixées par circulaire du gouverneur de Bank Al-Maghrib, après
avis du Comité des établissements de crédit, sont admis comme moyens de preuve
entre eux et leurs clients, dans les contentieux les opposant, jusqu’à preuve du
contraire.

155
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 119

Toute personne s’estimant lésée, du fait d’un manquement par un établissement de


crédit aux prescriptions de la présente loi et des textes pris pour leur application, peut
saisir Bank Al-Maghrib qui réservera à la demande la suite qu’elle juge appropriée.

A cette fin, Bank Al-Maghrib peut procéder à des contrôles sur place ou demander à
l’établissement concerné de lui fournir, dans les délais fixés par ses soins, tous les
documents et renseignements qu’elle estime nécessaires pour l’examen de ces
demandes.

Article 120

Bank Al-Maghrib peut, à son initiative ou à la demande des organisations


professionnelles, créer et gérer tout service d’intérêt commun au profit des
organismes assujettis à la présente loi, des entreprises ou des administrations.

Dans ce cadre, Bank Al-Maghrib organise et gère notamment des services de


centralisation des risques et des incidents de paiement.

Elle peut déléguer la gestion desdits services dans les conditions définies par elle.

Le gouverneur de Bank Al-Maghrib détermine, par voie de circulaire, après avis du


Comité des établissements de crédit, les conditions et modalités d’accès aux
informations détenues par les services d’intérêt commun.

Chapitre III - Intermédiaires en opérations effectuées par les établissements de


crédit

Article 121

Est intermédiaire en opérations effectuées par les établissements de crédit toute


personne qui, à titre de profession habituelle, met en rapport les parties intéressées à
la conclusion de l’une des opérations prévues à l’article premier ci-dessus, sans se
porter ducroire.

L’activité d’intermédiaire ne peut s’exercer qu’entre deux personnes dont l’une au


moins est un établissement de crédit.

Article 122

Les dispositions du présent chapitre ne visent pas le conseil et l’assistance en


matière de gestion financière.

Article 123

Les intermédiaires en opérations effectuées par les établissements de crédit


exercent leur activité en vertu d’un mandat délivré par un établissement de crédit.

156
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ce mandat mentionne la nature et les conditions des opérations que l’intermédiaire
est habilité à accomplir.

Article 124

L’exercice de la profession d’intermédiaire en opérations effectuées par les


établissements de crédit est interdit à toute personne qui tombe sous le coup des
dispositions de l’article 31 de la présente loi.

Article 125

Tout intermédiaire en opérations effectuées par les établissements de crédit qui,


même à titre occasionnel, se voit confier des fonds en tant que mandataire des
parties, est tenu, à tout moment, de justifier d’une garantie financière spécialement
affectée à la restitution de ces fonds.

Cette garantie ne peut résulter que d’un cautionnement donné par un établissement
de crédit habilité à cet effet ou une entreprise d’assurances ou de réassurance,
dûment agréée conformément à la législation en vigueur.

Article 126

Les établissements de crédit sont tenus de communiquer à Bank Al-Maghrib, dans


les conditions qu’elle fixe, la liste des intermédiaires qu’ils ont mandatés en vue
d’effectuer l’activité, objet du présent chapitre.

TITRE SEPTIÈME - SANCTIONS DISCIPLINAIRES ET PÉNALES

Chapitre premier - Sanctions disciplinaires

Article 127

Sont passibles des sanctions disciplinaires prévues aux articles ci-après, les
établissements de crédit et les autres organismes soumis au contrôle de Bank Al-
Maghrib qui contreviennent aux dispositions de la présente loi et aux textes pris pour
leur application, sans préjudice, le cas échéant, des sanctions pénales édictées par
la présente loi ou des sanctions prévues par les législations particulières.

Article 128

En cas de non respect des dispositions des articles 8, 38, 40, 42, 45, 46, 48, 49, 50,
51, 55, 106, 116, 117 et 119 ci-dessus et des textes pris pour leur application, Bank
Al-Maghrib est habilitée à appliquer à l’établissement concerné une sanction
pécuniaire égale au plus au cinquième du capital minimum auquel il est assujetti,
indépendamment de la mise en garde ou de l’avertissement prévus respectivement
aux articles 58 et 61 de la présente loi.

Les dispositions qui précèdent sont également applicables en cas de non respect,
par les établissements de crédit, de la constitution de réserves obligatoires auprès de
Bank Al-Maghrib, telle que prévue par la loi régissant cette institution.

157
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 129

Bank Al-Maghrib notifie à l’établissement de crédit la sanction pécuniaire qui lui est
appliquée, les motifs qui la justifient et le délai dans lequel il sera fait application des
dispositions de l’article 130 ci-dessous, délai qui ne peut être inférieur à huit jours
courant à compter de la date d’envoi de la notification à l'établissement.

Article 130

Les sommes correspondant aux sanctions pécuniaires sont prélevées directement


sur les comptes des établissements de crédit disposant d’un compte auprès de Bank
Al-Maghrib.

Les établissements de crédit qui ne disposent pas d’un tel compte s’acquittent
desdites sommes aux guichets de Bank Al-Maghrib.

Dans le cas où le règlement des sommes précitées n’a pas été effectué dans le délai
prévu à l’article 129 ci-dessus par les établissements de crédit ne disposant pas de
compte auprès de Bank Al-Maghrib, le recouvrement en est assuré par la Trésorerie
générale sur la base d’un ordre de recette émis par le ministre chargé des finances
ou toute personne déléguée par lui à cet effet et ce, dans les conditions prévues par
la loi n° 15-97 formant code de recouvrement des cr éances publiques.

Par dérogation aux dispositions des articles 36 et 41 de la loi n° 15-97 précitée, les
poursuites en recouvrement débutent immédiatement par la notification du
commandement.

Article 131

Les sommes visées à l’article 130 ci-dessus sont versées par Bank Al-Maghrib à la
fin de chaque exercice social au Trésor.

Article 132

La liste détaillée des infractions visées à l’article 128 ci-dessus ainsi que les
sanctions pécuniaires correspondantes sont fixées par circulaire du gouverneur de
Bank Al-Maghrib, après avis de la Commission de discipline des établissements de
crédit.

Article 133

Lorsque la mise en garde ou l’avertissement prévus respectivement aux articles 58 et


61 ci-dessus sont demeurés sans effet, le gouverneur de Bank Al-Maghrib peut,
après avis de la Commission de discipline des établissements de crédit :

- suspendre un ou plusieurs dirigeants;

- interdire ou restreindre l’exercice de certaines opérations;

- par l’établissement de crédit;

158
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- décider la nomination d’un administrateur provisoire;

- prononcer le retrait d’agrément.

Article 134

Bank Al-Maghrib peut publier, par tous moyens qu’elle juge appropriés, les sanctions
disciplinaires prononcées à l’encontre des établissements de crédit.

Chapitre II - Sanctions pénales

Article 135

Est punie d’un emprisonnement de 3 mois à un an et d’une amende de 5.000 à


100.000 dirhams, ou de l’une de ces deux peines seulement, toute personne qui,
agissant pour son compte ou pour le compte d’une personne morale :

- utilise indûment une dénomination commerciale, une raison sociale, une publicité
et, de manière générale, toute expression faisant croire qu’elle est agréée en tant
qu’établissement de crédit ou entretient sciemment dans l’esprit du public une
confusion sur la régularité de l’exercice de son activité;

- utilise tous procédés ayant pour objet de créer un doute dans l’esprit du public
quant à la catégorie d’établissement de crédit au titre de laquelle elle a été agréée.

Article 136

Est punie d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 10.000 à
1.000.000 de dirhams ou de l’une de ces deux peines seulement, toute personne qui
:

- effectue, à titre de profession habituelle, les opérations visées à l’article premier ci-
dessus sans avoir été dûment agréée en tant qu’établissement de crédit;

- effectue, à titre de profession habituelle, sans avoir été dûment agréée, l’une des
activités visées aux alinéas 5, 6 et 7 de l’article 7 ci-dessus;

- effectue des opérations pour lesquelles cet établissement n’a pas été agréé.

Article 137

Dans les cas prévus aux articles 135 et 136 ci-dessus, le tribunal peut ordonner la
fermeture de l’établissement où a été commise l’infraction et la publication du
jugement dans les journaux qu’il désigne, aux frais du condamné.

Article 138

Quiconque contrevient aux interdictions prévues à l’article 31 de la présente loi est


passible d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 10.000 à
500.000 dirhams ou de l’une de ces deux peines seulement.

159
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 139

Quiconque enfreint les dispositions de l’article 37 de la présente loi est passible


d’une amende de 10.000 à 500.000 dirhams.

Cette peine est également applicable :

- à tout actionnaire, personne physique ou morale, qui méconnaît les dispositions


des articles 66, 67 et 68 de la présente loi;

- aux dirigeants des personnes morales visées à l’article 54 ci-dessus qui refusent
de communiquer à Bank Al-Maghrib les états de synthèse de leurs sociétés;

- aux dirigeants d’un établissement de crédit qui méconnaissent les dispositions de


l’article 57 ci-dessus.

En cas de récidive, le contrevenant est passible d’une amende de 20.000 à


1.000.000 de dirhams.

Article 140

Sont passibles des peines édictées à l’article 139 ci-dessus, les dirigeants des
compagnies financières qui ne procèdent pas à l’établissement ou à la publication
des états de synthèse ou qui ne transmettent pas à Bank Al-Maghrib, les
informations demandées en vertu des dispositions de l’article 55 ci-dessus.

Article 141

Toute personne qui enfreint les dispositions édictées par l’article 121 ci-dessus est
passible d’une amende de 10.000 à 500.000 dirhams.

En cas de récidive, le contrevenant est passible d’une amende de 20.000 à


1.000.000 de dirhams.

Article 142

Toute personne qui, en tant que dirigeant d’une entreprise exerçant des activités
d’intermédiaire en opérations effectuées par les établissements de crédit, enfreint les
dispositions de l’article 124 de la présente loi est passible d’un emprisonnement de 3
mois à un an et d’une amende de 20.000 à 100.000 dirhams ou de l’une de ces deux
peines seulement.

Article 143

Toute personne qui, en tant que dirigeant d’une entreprise exerçant des activités
d’intermédiaire en opérations effectuées par les établissements de crédit, enfreint les
dispositions de l’article 125 de la présente loi est passible d’un emprisonnement de 3
mois à un an et d’une amende de 10.000 à 500.000 dirhams ou de l’une de ces deux
peines seulement.

160
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 144

Tout représentant d’un établissement tenu, en vertu de la présente loi, de


communiquer des documents ou renseignements à Bank Al-Maghrib, qui donne à
celle-ci sciemment des informations inexactes, est passible d’une amende de 10.000
à 500.000 dirhams.

En cas de récidive, le contrevenant est puni d’une amende de 20.000 à 1.000.000 de


dirhams et d’un emprisonnement de trois mois à un an ou de l’une de ces deux
peines seulement.

Article 145

Est en état de récidive, pour l’application des articles 140, 143 et 144 ci-dessus et
147 ci-après, toute personne qui, après avoir fait l’objet d’une condamnation
irrévocable pour une infraction antérieure, en commet une autre de même nature
dans les douze mois qui suivent la date à laquelle la décision de condamnation est
devenue irrévocable.

Article 146

Les auteurs des infractions définies aux articles 135 à 145 ci-dessus, leurs co-
auteurs ou complices peuvent être poursuivis sur plainte préalable ou constitution de
partie civile de Bank Al-Maghrib, ou de l’association professionnelle concernée.

Article 147

Les dispositions des articles 404 et 405 de la loi n° 17-95 relative aux sociétés
anonymes s’appliquent aux commissaires aux comptes pour leur mission visée au
chapitre Il du titre quatrième de la présente loi.

TITRE HUITIÈME - DISPOSITIONS DIVERSES ET TRANSITOIRES

Article 148

Les établissements de crédit qui, à la date de publication de la présente loi, exercent


leur activité en vertu d’un agrément du ministre chargé des finances, sont agréés de
plein droit.

Article 149

Sont abrogés :

- le dahir portant loi n° 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993) relatif à


l’exercice de l’activité des établissements de crédit et de leur contrôle;

- les dispositions des articles 3, 22 et 25 de la loi n° 58-90 relative aux places


financières off-shore, promulguée par le dahir n° 1 -91-131 du 21 chaabane 1412 (26
février 1992);

161
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- les dispositions des articles 4, 14 (3e alinéa) et 15 de la loi n° 18-97 relative au
microcrédit, promulguée par le dahir n° 1-99-16 du 18 chaoual 1419 (5 février 1999).

Demeurent en vigueur tous les textes réglementaires pris en application du dahir


portant loi n° 1-93-147 précité, pour toutes les di spositions non contraires à la
présente loi jusqu’à leur remplacement conformément aux dispositions de ladite loi.

Les références aux dispositions du dahir portant loi n° 1-93-147 précité sont
remplacées par les références aux dispositions correspondantes de la présente loi.

Article 150

Tout établissement de crédit se trouvant sous le régime de l’administration provisoire


à la date de publication de la présente loi dispose d’un délai d’une année pour se
mettre en conformité avec ses dispositions. A défaut, il est mis en liquidation
conformément aux prescriptions du deuxième chapitre du titre V de ladite loi.

Le texte en langue arabe a été publié dans l’édition générale du "Bulletin officiel" n°
5397 du 21 moharrem 1427 (20 février 2006).

3. DECRET N° 2-91-967 DU 30 MOHARREM 1414 (21


JUILLET 1993) FIXANT LA COMPOSITION ET LE
FONCTIONNEMENT DU COMITE DES
ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Le Premier ministre,

Vu le dahir portant loi n° 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993) relatif à


l’exercice de l’activité des établissements de crédit et de leur contrôle, notamment
son Article 19 ;

Après examen par le conseil des ministres réuni le 21 joumada II 1413 (16 décembre
1992),

DÉCRÈTE :

Article premier

Le Comité des établissements de crédit prévu à l’Article 19 du dahir portant loi


susvisé n° 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993) est présidé par le
Gouverneur de Bank Al-Maghrib, et comprend, en outre, les membres suivants :

- le Vice-gouverneur ou le Directeur Général de Bank Al-Maghrib, ou à défaut, un


représentant de cette institution, Vice-président ;

- deux représentants du ministre des finances, dont le Directeur du Trésor et des


finances extérieurs;

162
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- deux représentants du groupement professionnel des banques du Maroc dont le
président ;

- deux représentants de l’association professionnelle des sociétés de financement


dont le président.

Le président peut inviter à participer aux travaux du comité, à titre consultatif, toute
personne dont la collaboration est jugée utile.

Le secrétariat du comité est assuré par Bank Al-Maghrib.

Article 2

Le Comité des établissements de crédit se réunit, au moins une fois par trimestre et
chaque fois que le besoin s’en fait sentir, à l’initiative de son président ou sur la
demande d’au moins trois de ses membres.

Le Comité délibère valablement lorsque la moitié, au moins, de ses membres sont


présents.

Ses avis et propositions sont adoptés à la majorité des membres présents et, en cas
de partage égal des voix, celle du président est prépondérante.

Article 3

Le ministre des finances est chargé de l’exécution du présent décret qui sera publié
au Bulletin Officiel.

Fait à Rabat, le 30 moharrem 1414 (21 juillet 1993)

Mohammed KARIM-LAMRANI

Pour contreseing :

Le ministre des finances, Mohamed BERRADA

163
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
4. DECRET N°2-06-223 DU 17 JOUMADA II 1428 (3
JUILLET 2007) FIXANT LES MODALITES DE
FONCTIONNEMENT DU COMITE DES
ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Le Premier Ministre,

Vu la loi n° 34-03 relative aux établissements de c rédit et organismes assimilés,


promulguée par le dahir n° 1-05-178 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006)
notamment ses articles 19 et 20 ;

Après examen par le conseil des ministres réuni le 5 joumada II 1428 (21 juin 2007),

DECRETE

Article premier

Le Comité des établissements de crédit prévu par les dispositions de l’article 19 de la


loi n° 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes assimilés, ci-après
dénommé le Comité, se réunit au moins une fois par semestre à l’initiative de son
président ou sur demande d’au moins trois de ses membres lorsqu’il est saisi des
questions revêtant un caractère général intéressant l’activité des établissements de
crédit, telles que définies au 1) de l’article 20 de la loi n° 34-03 de la loi précitée.

Ce comité se réunit à l’initiative de son président, chaque fois que nécessaire, pour
examiner les questions revêtant un caractère individuel, telles que définies au 2) de
l’article 20 de la loi n° 34-03 de la loi précitée.

Article 2

Le Comité délibère valablement lorsque la moitié, au moins, de ses membres sont


présents. Ses avis et recommandations sont adoptés à la majorité des voix des
membres présents et, en cas de partage égal des voix, celle du président est
prépondérante.

Article 3

Les délibérations du Comité sont consignées dans des procès-verbaux signés par
ses membres présents.

En cas d’urgence constatée par le président, les avis des membres du Comité
peuvent être recueillis par procès-verbal tournant.

Article 4

Sont abrogées les dispositions du décret n° 2-91-96 7 du 30 moharrem 1414 (21


JUILLET 1993) fixant la composition et le fonctionnement du Comite des
établissements de crédit.

164
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article6

Le présent décret sera publié au bulletin officiel.

Fait à Rabat, le 17 joumada II 1428 (3 juillet 2007)

DRISS JETTOU

Pour contreseing,

Le Ministre des Finances et de la Privatisation

FATHALLAH OUALALOU

5. ARRETE DU MINISTRE DES FINANCES ET DES


INVESTISSEMENTS EXTERIEURS N° 2450-95 DU 10
JOUMADA I 1416 (6 OCTOBRE 1995) FIXANT LE
CAPITAL MINIMUM OU LA DOTATION MINIMALE DES
SOCIETES DE FINANCEMENT

Le ministre des Finances et des Investissements extérieurs,

Vu le dahir portant loi n° 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993) relatif à


l'exercice de l'activité des établissements de crédit et de leur contrôle, notamment
son Article 26 ;

Après avis conforme du comité des établissements de crédit émis en date du 26 juin
1995,

ARRÊTE

Article premier

Les sociétés de financement doivent justifier à leur bilan d'un capital effectivement
libéré ou d'une dotation totalement versée d'un montant minimum de :

a) vingt millions de dirhams pour les sociétés agréées en vue d'effectuer les
opérations autres que celles visées aux b, c, d, e, et f ci-dessous ;

b) dix millions de dirhams pour les sociétés agréées en vue d'effectuer les opérations
d'affacturage ;

c) cinq millions de dirhams pour les sociétés de financement agréées en vue


d'effectuer les opérations de crédit à la consommation ;

165
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
d) deux millions cinq cent mille dirhams pour les sociétés agréées en vue d'effectuer
les opérations de warrantage ;

e) un million cinq cent mille dirhams pour les sociétés agréées en vue d'effectuer les
opérations de gestion des moyens de paiement ;

f) cent mille dirhams pour les sociétés agréées en vue d'effectuer les opérations de
cautionnement mutuel.

Article 2

Les sociétés de financement exerçant leurs activités au moment de la publication du


présent arrêté doivent se conformer aux prescriptions de l'Article premier ci-dessus
avant le 31 décembre 1999

Article 3

Bank Al-Maghrib est chargée de l'application des dispositions du présent arrêté qui
sera publié au Bulletin Officiel.

Rabat, le 10 Joumada I 1416 (6 Octobre 1995).

Mohammed KABBAJ

6. ARRETE DU MINISTRE DE L'ECONOMIE, DES


FINANCES, DE LA PRIVATISATION ET DU TOURISME
N° 1440-00 DU 8 RAJEB 1421 (6 OCTOBRE 2000)
FIXANT COEFFICIENT DE LIQUIDITE DES
ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Le Ministre de l'Economie, des Finances, de la Privatisation et du Tourisme,

Vu le dahir portant loi n°1-93-147 du 15 moharrem 1 414 (6 juillet 1993) relatif à


l’exercice de l’activité des établissements de crédit et de leur contrôle, notamment
ses Articles 13 et 28 ;

Après avis du conseil national de la monnaie et de l'épargne émis en date du 29


mars 2000,

ARRÊTE

Article premier

Les établissements de crédit sont tenus de respecter de façon permanente un


rapport, dit coefficient de liquidité, égal au minimum à 100 % entre : d’une part, leurs
éléments d’actif disponibles et réalisables à court terme et leurs engagements par
signature reçus, et d’autre part, leurs exigibilités à vue ou à court terme et leurs
engagements par signature donnés.

166
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les établissements de crédit doivent calculer ce coefficient à partir de la comptabilité
de leur siège au Maroc et, le cas échéant, de celle de l’ensemble de leurs agences et
succursales à l’étranger.

Les éléments du numérateur et du dénominateur retenus pour le calcul du rapport


susvisé sont affectés de pondérations en fonction, respectivement, de leur degré de
liquidité et d’exigibilité.

Article 2

Est abrogé l’arrêté du ministre des finances n°369 -82 du 26 joumada I 1402 (23
mars 1982) fixant le coefficient de liquidité des banques et des organismes du crédit
populaire.

Article 3

Bank Al-Maghrib est chargée de l'application des dispositions du présent arrêté qui
sera publié au Bulletin Officiel.

Rabat, le 08 Rejeb 1421, 06 octobre 2000

Signé: Fathallah OUALALOU

7. ARRETE DU MINISTRE DES FINANCES ET DES


INVESTISSEMENTS EXTERIEURS N° 2445-95 DU 10
CHAOUAL 1416 (29 FEVRIER 1996) RELATIF AU
FONDS COLLECTIF DE GARANTIE DES DEPOTS

Le ministre des Finances et des Investissements extérieurs ;

Vu le dahir portant loi n° 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993) relatif à


l'exercice de l'activité des établissements de crédit et de leur contrôle, notamment
ses articles 56, 57, 58, 59, 60 et 61 ;

Après avis conforme du Comité des établissements de crédit émis en date du 26 juin
1995 ;

ARRÊTE

Article premier

La cotisation annuelle que les établissements de crédit sont tenus de verser au titre
de leur contribution au Fonds Collectif de Garantie des Dépôts institué par l'Article 56
du dahir portant loi susvisé n° 1-93-147 du 15 moha rrem 1414 (6 juillet 1993) est
calculée sur la base des dépôts à vue et à terme libellés en dirhams, en dirhams
convertibles et en devises, reçus des clients résidents et non résidents.

167
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Elle est déterminée en appliquant le taux de cotisation à la moyenne mensuelle des
dépôts au cours de l'exercice précédent.

Article 2

Le taux de la cotisation annuelle est fixé comme suit :

- 0,10 % pour les contributions à verser en 1996 et 1997 ;

- 0,15 % pour les contributions à verser en 1998 et 1999 ;

- et 0,20 % pour les contributions à verser après l'année 1999.

Article 3

Les cotisations annuelles doivent être versées au crédit du compte ouvert auprès de
Bank Al-Maghrib au nom du Fonds et ce, au plus tard à la fin du mois de mars.

Article 4

Le montant, les modalités de remboursement et, le cas échéant, le taux d'intérêt des
concours remboursables que le fonds peut consentir aux établissements de crédit en
difficulté, sont fixés par le Ministre des Finances et des Investissements Extérieurs.

Article 5

Le déblocage des concours susvisés s'effectue sur autorisation du Ministre des


Finances et des Investissements Extérieurs.

Article 6

Sont considérés comme un seul déposant et indemnisés sur cette base :

- Tout titulaire de plusieurs comptes, quels que soient le nombre, la nature et le


terme de ces comptes ainsi que la devise dans laquelle ils sont libellés ;

Article 7

Les ressources du fonds qui peuvent être affectées à l'indemnisation des déposants
sont arrêtées le jour de la mise en liquidation de l'établissement de crédit.

Elles sont déterminées en ajoutant, au total cumulé des contributions annuelles, les
produits de leur placement et en retranchant les concours déjà consentis aux
établissements de crédit en difficulté.

Article 8

Au cas où les ressources du fonds s'avèrent insuffisantes pour indemniser chaque


déposant à hauteur du montant de ses dépôts, déduction faite des crédits qui lui
auraient été consentis, l'indemnité est égale audit montant multiplié par un

168
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
pourcentage obtenu en rapportant les ressources du fonds visées à l'Article 7 ci-
dessus au total des dépôts susceptibles d'être remboursés, sans toutefois excéder la
somme de 50.000 DH.

Article 9

Sauf cas de force majeure, les déposants ont un délai de six mois, à compter de la
date de mise en liquidation de l'établissement de crédit, pour adresser au liquidateur
dudit établissement les demandes d'indemnisation accompagnées de tous
documents, notamment le dernier relevé de compte, justifiant de leur dépôt.

Le liquidateur est habilité à exiger la production de tout autre document qu'il estime
nécessaire pour l'instruction des demandes d'indemnisation.

Article 10

Le règlement des indemnités est effectué par le liquidateur sur autorisation du


Ministre des Finances et des Investissements Extérieurs dans un délai de douze
mois à compter de la date de mise en liquidation de l'établissement de crédit.

Article 11

Les ressources disponibles du fonds doivent être utilisées en valeurs négociables


émises ou garanties par l'État.

Article 12

Bank Al-Maghrib est chargée de l'application des dispositions du présent arrêté qui
sera publié au Bulletin Officiel.

Rabat, le 10 Chaoual 1416, 29 Février 1996

Signé : Mohammed KABBAJ

8. CN°20/G/2006 RABAT, LE 30 NOVEMBRE 2006


CIRCULAIRE RELATIVE AU CAPITAL MINIMUM DES
ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Le gouverneur de Bank Al-Maghrib;

vu la loi n° 34-03 relative aux établissements de c rédit et organismes assimilés


promulguée par le dahir n° 1-05-178 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006)
notamment ses articles 17, 29 et 30;

Après avis du Comité des établissements de crédit émis en date du 13 novembre


2006;

169
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Définit par la présente circulaire le capital minimum des établissements de crédit.

Article premier

Tout établissement de crédit agréé en qualité de banque est tenu de justifier à son
bilan d’un capital intégralement libéré ou d’une dotation totalement versée, dont le
montant doit être égal au moins à DH 200.000.000,00 (deux cents millions de
dirhams).

Toutefois, lorsque l’établissement de crédit agréé en qualité de banque ne recueille


pas de fonds du public, le capital minimum exigible est de DH 100.000.000,00 DH
(cent millions de dirhams).

Article 2

Tout établissement de crédit agréé en qualité de société de financement doit justifier


à son bilan d’un capital effectivement libéré ou dune dotation totalement versée d’un
montant minimum de:

1- DH 50.000.000,00 (cinquante millions de dirhams) pour les sociétés de


financement agréées en vue d’effectuer les opérations de crédit immobilier ou les
opérations de crédit-bail ou les opérations de crédit autres que celles visées par le
présent article

2- DH 30.000.000,00 (trente millions de dirhams) pour les sociétés de financement


agréées en vue d’effectuer les opérations d’affacturage

3- DH 40.000.000,00 (quarante millions de dirhams) pour les sociétés de


financement agréées en vue d’effectuer les opérations de cautionnement autres que
le cautionnement mutuel

4- DH 20.000.000,00 (vingt millions de dirhams) pour les sociétés de financement


agréées en vue d’effectuer les opérations de crédit à la consommation;

5- DH 10.000.000,00 (dix millions de dirhams) pour les sociétés de financement


agréées en vue d’effectuer les opérations de mise à la disposition de la clientèle de
tous moyens de paiement et leur gestion;

6- DH 1.000.000,00 (un million de dirhams) pour les sociétés agréées en vue


d’effectuer les opérations de cautionnement mutuel.

Article 3

L’actif de tout établissement de crédit doit, à tout moment, excéder effectivement,


d’un montant au moins égal au capital minimum ou à la dotation minimum, le passif
exigible.

Cet excédent doit être au moins égal au total du capital effectivement libéré ainsi que
des sommes qui en tiennent lieu, des réserves et des éléments qui leur sont
assimilés, déduction faite:

170
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- des pertes et des non-valeurs ;
- des prêts et avances consentis :

• aux actionnaires détenant un pourcentage égal ou supérieur à 5% du capital


de l’établissement de crédit ou à leurs conjoints, parents et alliés jusqu’au
deuxième degré inclus,
• aux personnes morales contrôlées de manière exclusive ou conjointe
directement ou indirectement, par les actionnaires visés à l’alinéa précédent,
• à toute personne physique ou morale interposée entre l’établissement de
crédit et les personnes visées ci-dessus;

- des titres de dette ou de capital, émis par les personnes morales visées aux
alinéas ci-dessus, souscrits par l’établissement de crédit.

Article 4

Pour l’application des dispositions de la présente circulaire, sont considérés comme


un établissement de crédit unique, les établissements de crédit constitués sous
forme de réseau doté d’un organisme central.

Article 5

Les établissements de crédit exerçant leurs activités à la date d’entrée en vigueur de


la présente circulaire et qui n’observent pas ses prescriptions disposent d’un délai de
deux ans pour s’y conformer.

Signé : Abdellatif JOUAHRI

9. CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-


MAGHRIB N° 3/G/2001 DU 15 JANVIER 2001 (19
CHAOUAL 1421) RELATIVE AU COEFFICIENT
MAXIMUM DE DIVISION DES RISQUES DES
ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Les prescriptions de l'arrêté du Ministre des Finances et des Investissements


Extérieurs n° 174-97 du 13 ramadan 1417 (22 janvier 1997) relatif au coefficient
maximum de division des risques des établissements de crédit, tel qu’il a été modifié
et complété par l’arrêté du Ministre de l’Economie, des Finances, de la Privatisation
et du Tourisme n° 1438-00 du 8 rejeb 1421 (6 octobr e 2000), stipulent que les
établissements de crédit sont tenus de respecter en permanence, sur base
individuelle et consolidée, un rapport maximum de 20 % entre d’une part, le total des
risques encourus sur un même bénéficiaire affectés d’un taux de pondération en
fonction de leur degré de risque, à l’exclusion des risques encourus sur l’Etat, et
d’autre part, leurs fonds propres nets.

Par ailleurs, cet arrêté prescrit que les risques englobent :

- les crédits de toute nature et de toute durée,


171
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- les opérations assimilées au crédit telles que définies à l’Article 3 alinéa 2 du dahir
portant loi n° 1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juil let 1993) relatif à l’exercice de
l’activité des établissements de crédit et de leur contrôle

- et les titres de placement, de participation et emplois assimilés, émis par le


bénéficiaire et souscrits par l’établissement de crédit concerné.

D’autre part, l’arrêté précité spécifie qu’il faut entendre par même bénéficiaire :

- toute personne physique ou morale ;

- l’ensemble des personnes physiques ou morales ayant entre elles des liens
juridiques ou financiers qui en font un groupe d’intérêt.

Il stipule, enfin, que le calcul de ce coefficient sur base consolidée doit être effectué
lorsqu’un établissement de crédit :

- contrôle de manière exclusive ou conjointe un ou plusieurs établissements de crédit


ou exerce sur eux une influence notable ;

- exerce un contrôle exclusif ou conjoint sur une ou plusieurs entreprises à caractère


financier autres que les établissements de crédit, notamment celles visées à l’Article
4 de l’arrêté du Ministre de l’Economie et des Finances n°1241-99 du 4 joumada I
1420 (16 août 1999) relatif aux conditions de prises de participation des
établissements de crédit dans des entreprises existantes ou en création.

La présente circulaire a pour objet de fixer les modalités d’application des


dispositions susvisées.

Article 1

Les fonds propres sont calculés selon les modalités fixées par la circulaire de Bank
Al-Maghrib relative au coefficient minimum de solvabilité.

Article 2

Les éléments de l'actif et du hors bilan, pris en considération pour le calcul des
risques, ainsi que les quotités qui leur sont appliquées sont détaillés ci-après.

I) ÉLÉMENTS DE L'ACTIF

A) Quotité de 0 % :

1) les créances sur Bank Al-Maghrib et les autres banques centrales des pays
membres de l’OCDE et assimilés (1) ; Cf. annexe I.

2) les valeurs reçues en pension, émises par l’Etat marocain ou par les États
membres de l’OCDE et assimilés ;

172
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3) les crédits de mobilisation de créances sur l’Etat dûment constatées consentis aux
entreprises adjudicataires de marchés publics.

B) Quotité de 20 % :

1) les créances sur :

- les établissements de crédit marocains,

- les banques installées dans les pays membres de l'OCDE et assimilés,

- les banques installées dans des pays autres que ceux visés au tiret précédent, dont
l'échéance résiduelle n'excède pas douze mois,

- les banques multilatérales de développement (1),

- les collectivités locales ;

2) les titres de créance, autres que ceux déduits des fonds propres, émis ou garantis
par les établissements de crédit marocains, les banques installées dans les pays
membres de l’OCDE et assimilés ou par les banques multilatérales de
développement ;

3) les titres de créance émis ou garantis par les banques installées dans des pays
autres que ceux membres de l’OCDE et assimilés, dont l’échéance résiduelle
n'excède pas douze mois ;

4) les créances sur la clientèle, garanties par :

- les établissements de crédit et assimilés marocains, habilités à délivrer des


garanties par signature (2),

- nantissement de titres de créance émis par les établissements de crédit marocains,

- les organismes marocains d'assurances à l'exportation (3),

- les banques installées dans les pays membres de l'OCDE et assimilés ou par
nantissement de titres émis par ces établissements,

- les banques installées dans des pays autres que ceux visés au tiret précédent et
dont l'échéance résiduelle n'excède pas douze mois,

- les banques multilatérales de développement ;

5) les valeurs reçues en pension de la clientèle, émises par les établissements de


crédit marocains, par les banques installées dans des pays membres de l’OCDE et
assimilés ou par les banques multilatérales de développement.

(1) Cf. annexe II.

173
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
(2) Cf. annexe III.

(3) Société Marocaine d’Assurances à l’Exportation.

C) Quotité de 50 % :

1) les crédits à l'habitat consentis à la clientèle pour l’acquisition, l'aménagement ou


la construction de logements, garantis par :

- une hypothèque de premier rang sur les biens objet desdits crédits,

- ou une hypothèque de second rang, lorsque le premier rang est inscrit en faveur de
l'Etat, en garantie du paiement des droits d'enregistrement,- ou, éventuellement, une
hypothèque de rang inférieur lorsque les rangs précédents sont inscrits au profit du
même établissement et pour le même objet ;

2) les parts ordinaires de Fonds de Placements Collectifs en Titrisation des créances


hypothécaires ;

3) les crédits-bails immobiliers en faveur de la clientèle.

D) Quotité de 100 % :

1) les créances sur les banques installées dans les pays autres que les pays
membres de l'OCDE et assimilés, dont l'échéance résiduelle excède douze mois ;

2) les créances sur la clientèle autres que celles visées aux paragraphes A, B et C ;

3) les parts spécifiques de Fonds de Placements Collectifs en Titrisation des


créances hypothécaires ;

4) les titres de propriété et de créance autres que ceux déduits des fonds propres et
ceux visés à l’alinéa précédent et aux paragraphes B et C ;

II) ÉLÉMENTS DU HORS BILAN

A) Quotité de 0 %

Les engagements de financement et de garantie en faveur ou sur ordre de l’Etat


marocain et des États membres de l’OCDE et assimilés ;

B) Quotité de 4 %

Les crédits documentaires import ouverts sur ordre des banques marocaines,
garantis par les marchandises correspondantes.

C) Quotité de 20 % :

1) les crédits documentaires import ouverts sur ordre de la clientèle garantis par les
marchandises correspondantes ;

174
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
2) les crédits documentaires export confirmés ;

3) les engagements de financement et de garantie, autres que ceux visés au


paragraphe B et aux deux alinéas précédents, en faveur ou sur ordre :

- des établissements de crédit marocains,

- des banques installées dans les pays membres de l'OCDE et assimilés,

- des banques installées dans des pays autres que ceux visés au tiret précédent,
dont l'échéance résiduelle n'excède pas douze mois ;

4) les engagements de financement et de garantie en faveur ou sur ordre de la


clientèle, garantis par :

- les établissements de crédit et assimilés marocains habilités à délivrer des


garanties par signature,

- les banques installées dans les pays membres de l'OCDE et assimilés,

- les banques installées dans des pays autres que ceux visés au tiret précédent, dont
l'échéance résiduelle n'excède pas douze mois,

- les banques multilatérales de développement ;

5) les engagements d’achat de titres émis par les établissements de crédit.

6) les engagements de rachat de titres émis par les établissements de crédit, vendus
à réméré ;

D) Quotité de 50 % :

1) les crédits documentaires import ouverts sur ordre de la clientèle non garantis par
les marchandises correspondantes ;

2) les engagements irrévocables de crédit-bail en faveur de la clientèle ;

3) les cautions de marchés publics données sur ordre de la clientèle ;

4) les cautions données sur ordre de la clientèle, en garantie du paiement des droits
et taxes de douane ;

5) les engagements irrévocables d’octroi de cautionnements ou de crédits par


acceptation sur ordre de la clientèle;

6) les autres engagements de financement et de garantie en faveur ou sur ordre de


la clientèle, qui ne constituent pas des engagements de substitution à des crédits
distribués par les autres établissements.

175
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
E) Quotité de 100 % :

1) les engagements de financement et de garantie, dont l'échéance résiduelle


excède douze mois, en faveur ou sur ordre des banques installées dans les pays
autres que les pays membres de l'OCDE et assimilés ;

2) les engagements d’achat de titres émis par la clientèle ;

3) les engagements de rachat de titres émis par la clientèle, vendus à réméré ;

4) les autres engagements de financement et de garantie en faveur ou sur ordre de


la clientèle.

Article 3

Les éléments du hors bilan portant sur les taux d’intérêt et les taux de change, tels
que les Instruments financiers à terme sur taux d’intérêt ou taux de change et les
opérations de change à terme, sont évalués selon la méthode du «risque courant »
ou celle du « risque initial » décrites en annexe IV.

La méthode choisie doit être notifiée à la Direction du Contrôle des Établissements


de Crédit de Bank Al-Maghrib (DCEC).

Article 4

Sont exclus des risques de hors bilan visés à l’Article 3 ci-dessus les options sur taux
d’intérêt ou sur devises vendues, les contrats négociés sur un marché organisé qui
prévoient le versement de marges journalières ainsi que les contrats de taux de
change d’une durée initiale n’excédant pas 14 jours de calendrier.

Article 5

L’application de la quotité de 0% aux crédits de mobilisation de créances sur l’Etat


consentis aux entreprises adjudicataires de marchés publics est subordonnée au
respect des conditions suivantes :

- les marchés publics doivent être nantis en faveur de l’établissement de crédit lui
même et les paiements y afférents domiciliés à ses guichets ;

- les droits constatés ne doivent faire l’objet d’aucune réserve de la part de


l’Administration.

Article 6

Les crédits consentis aux collectivités locales ne sont pris en considération à hauteur
de 20% que lorsque leur remboursement est prévu d’office dans le budget de ces
entités et qu’ils ne revêtent pas le caractère de créances en souffrance.

176
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 7

Les actions ou parts des Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières


(OPCVM) sont retenues à hauteur de la quotité applicable aux titres qui les
composent, conformément aux dispositions de la présente circulaire et sous réserve
que l’établissement de crédit soit en mesure de le justifier.

Article 8

Pour la détermination des crédits par décaissement consentis à la clientèle, les


comptes débiteurs et créditeurs peuvent être fusionnés conformément aux
prescriptions du Plan Comptable des Établissements de Crédit.

Article 9

Les quotités prévues à l'Article 2 ci-dessus sont appliquées après déduction des
montants correspondant à la part des risques garantie par :

- l'Etat ;

- la Caisse Centrale de Garantie, lorsque la garantie est homologuée par


l’Administration ;

- les Fonds de garantie marocains de crédits (1) ;

- nantissement de dépôts constitués auprès de l’établissement de crédit lui-même ;

- nantissement de titres émis ou garantis par l’Etat ;

- nantissement de titres de créance émis par l'établissement lui-même ;

(1) Cf. annexe V

Article 10

Les garanties visées aux Articles 2 et 9 ci-dessus doivent être réalisables à première
demande, sans conditions ni possibilité de contestation.

En outre, elles ne peuvent être prises en considération que pendant leurs durées
effectives et seulement à hauteur des montants des risques couverts.

Article 11

Les contrats de nantissement de fonds ou de titres doivent stipuler expressément


que ces valeurs sont affectées à la garantie des risques encourus.

Le nantissement de titres nominatifs émis par les établissements de crédit doit, en


outre, être appuyé par un acte ayant date certaine attestant de son acceptation par
l’établissement émetteur.

177
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 12

Au sens de la présente circulaire, on entend par groupe d’intérêt tout ensemble


constitué par des personnes physiques ou morales et les personnes morales dont
elles détiennent le contrôle.

Article 13

Pour l’application de l’Article 12 ci-dessus, le contrôle d’une personne morale résulte


:

- de la détention, directe ou indirecte, d’une fraction du capital conférant la majorité


des droits de vote dans les assemblées générales ;

- ou du pouvoir de disposer de la majorité des droits de vote en vertu d’un accord


conclu avec d’autres associés ou actionnaires ;

- ou de l’exercice, conjointement avec un nombre limité d’associés ou d’actionnaires,


du pouvoir d’administration, de direction ou de surveillance ;

- ou de l’exercice en vertu de dispositions législatives, statutaires ou contractuelles


du pouvoir d’administration, de direction ou de surveillance ;

- ou du pouvoir de déterminer en fait, par les droits de vote, les décisions dans les
assemblées générales

Article 14

Le contrôle de fait, visé au dernier tiret de l’Article 13 ci-dessus, est présumé


lorsqu’une personne dispose, directement ou indirectement, d'une fraction des droits
de vote supérieure à 40% sans qu’un autre associé ou actionnaire possède,
directement ou indirectement, une fraction de ces droits égale ou supérieure à 30%.

Article 15

Les établissements de crédit qui ont des doutes sur l’appartenance d’une personne
physique ou morale à un groupe d’intérêt donné peuvent saisir à ce sujet la DCEC.

Article 16

Le calcul du coefficient maximum de division des risques sur base individuelle est
opéré à partir de la comptabilité des opérations que l’établissement de crédit traite au
Maroc et de celles effectuées par ses agences et succursales à l’étranger.

Article 17

Les éléments pris en considération, pour le calcul des risques sur base consolidée,
sont retenus à hauteur de leurs montants tels qu’ils résultent de la consolidation des
comptes.

178
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 18

Les établissements de Crédit communiquent chaque trimestre à la DCEC les états


donnant, sur base individuelle et consolidée, les risques encourus sur un même
bénéficiaire, dont le montant est égal ou supérieur à 5 % de leurs fonds propres. Ces
états sont établis selon les modèles et dans les conditions fixés par circulaire de
cette Direction.

Article 19

La DCEC peut considérer, pour des raisons d’ordre prudentiel, un ensemble de


clients comme faisant partie du même groupe d’intérêt, si les liens juridiques ou
financiers qui les unissent le justifient.

Article 20

Lorsqu’en cas de force majeure, l’encours des risques sur un bénéficiaire excède
momentanément 20 % des fonds propres d’un établissement de crédit, notification
doit en être faite, immédiatement, par écrit à la DCEC.

Cette notification doit comporter les raisons d’un tel dépassement ainsi que les
mesures envisagées et les délais prévus pour ramener les risques à leur niveau
réglementaire.

Article 21

Les établissements de crédit qui ne respectent pas les dispositions de la présente


circulaire sont passibles des sanctions prévues par l’Article 68 du dahir portant loi n°
1-93-147 du 15 moharrem 1414 (6 juillet 1993) relatif à l’exercice de l’activité des
établissements de crédit et de leur contrôle.

Article 22

La présente circulaire annule et remplace la Circulaire n° 15 du 26 septembre 1999.

Signé : M. SEQAT

Annexe I

PAYS MEMBRES DE L’OCDE ET ASSIMILÉS

Pays membres de l’OCDE :

Allemagne, Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis,


Finlande,

France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Japon, Corée du Sud, Luxembourg,
Mexique, Nouvelle Zélande, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République
Tchèque, Royaume Uni, Suède, Suisse, Turquie.

179
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Pays assimilés aux membres de l’OCDE :

Sont assimilés aux membres de L’O.C.D.E., les pays qui ont conclu des accords
spéciaux de prêt avec le Fonds Monétaire International dans le cadre des accords
généraux d'emprunt de cet organisme et qui n’ont pas procédé au rééchelonnement
de leur dette au cours des cinq dernières années. Il s’agit pour l’heure actuelle du
Royaume d’Arabie Saoudite.

Annexe II

BANQUES MULTILATÉRALES DE DÉVELOPPEMENT

Banque Africaine de Développement

Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique

Banque Asiatique de Développement

Banque de Développement des Caraïbes

Banque Européenne d'Investissement

Banque Européenne pour la Reconstruction et le Développement

Banque Interaméricaine de Développement

Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement

Banque Islamique de Développement

Banque Nordique d'Investissement

Fonds de Développement Social du Conseil de l'Europe

Société Financière Internationale.

Annexe III

ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT MAROCAINS ET ASSIMILÉS HABILITES À


DÉLIVRER DES GARANTIES PAR SIGNATURE

- Banques

- Caisse Marocaine des Marchés

- Dar Ad-Damane

- Caisse Centrale de Garantie

180
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
ANNEXE IV

ÉVALUATION DES RISQUES LIÉS AUX ÉLÉMENTS DE HORS BILAN RELATIFS


AU TAUX DE CHANGE ET AU TAUX D’INTÉRÊT

I) Évaluation selon la méthode du “ risque courant ” (mark to market)

Les risques liés aux éléments de hors bilan relatifs au taux de change et au taux
d’intérêt comportent deux composantes, en l’occurrence :

- le coût de remplacement actuel

- et le risque de crédit potentiel.

A/ Détermination du coût de remplacement

Le coût de remplacement est obtenu par évaluation, au prix de marché, des contrats
à valeur positive (c’est-à-dire présentant un gain) et après pondération en fonction de
la contrepartie.

Il est égal au produit du montant du contrat par le différentiel positif des taux d’intérêt
ou de change.

Le différentiel positif des taux d’intérêt ou de change est égal à la différence positive
entre le taux à la date d’arrêté et celui convenu dans le contrat.

B/ Détermination du risque de crédit potentiel

Le risque de crédit potentiel d’un contrat est égal à son montant pondéré en fonction
de la durée résiduelle, conformément au tableau suivant :

Le montant du risque qui doit être retenu est égal au total du coût de remplacement
des contrats à valeur positive (A) et du risque de crédit potentiel (B).

II) Évaluation selon la méthode du « risque initial »

Le montant du risque qui doit être pris en considération est égal au total des
montants des contrats pondérés en fonction de leur durée initiale, conformément au
tableau ci-après :

Annexe V

FONDS DE GARANTIE MAROCAINS

- Fonds de Garantie des Crédits Jeunes Promoteurs et Jeunes Entrepreneurs (géré


par Dar Ad-Damane)

181
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- Fonds de Garantie des Prêts d'Investissement en faveur des Petites et Moyennes
Entreprises Exportatrices (géré par CITIBANK MAGHREB)

- Fonds de Garantie des Crédits pour le Développement des Provinces du Nord


(géré par le Groupement Professionnel des Banques du Maroc).

10. CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-


MAGHRIB N° 22/G/2006 DU 30 NOVEMBRE 2006
RELATIVE AUX MODALITES DE FINANCEMENT, DE
GESTION ET D’INTERVENTION DU FONDS
COLLECTIF DE GARANTIE DES DEPOTS.

Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n° 34-03 relative aux établissements de c rédit et organismes assimilés


promulguée par le dahir n° 1-05-178 du 15 moharrem 1427 (14 février 2006),
notamment ses articles 105 et 111;

Après avis du Comité des établissements de crédit émis en date du 13 novembre


2006 ;

Définit par la présente circulaire les modalités de financement, de gestion et


d’intervention du Fonds collectif de garantie des dépôts.

ARTICLE 1 : Les établissements de crédit recevant des fonds du public sont tenus
de verser au Fonds collectif de garantie des dépôts, ci-après dénommé le Fonds,
une cotisation annuelle, dont le taux est fixé à 0,20%, calculée sur la base des
dépôts et autres fonds remboursables collectés.

ARTICLE 2 : On entend par dépôts et autres fonds remboursables tout solde


créditeur résultant de fonds laissés en compte ou de situations transitoires
provenant d’opérations bancaires normales, que l’établissement de crédit doit
restituer conformément aux conditions légales et contractuelles applicables.

Les dépôts et autres fonds remboursables ainsi définis, incluent les dépôts de
garantie lorsqu’ils deviennent exigibles et les sommes dues en représentation de
bons de caisses et de moyens de paiement de toute nature émis par l’établissement
ainsi que les dépôts en espèces y compris ceux affectés en garantie ou en
couverture de positions prises sur un marché d’instruments financiers.

ARTICLE 3 : L’assiette de calcul de la cotisation visée à l’article premier ci-dessus


inclut les dépôts et autres fonds remboursables, quelle que soit leur monnaie de
libellé, collectés au Maroc auprès des personnes physiques et morales autres que
celles visées à l’article 107 de la loi n°34-03 pré citée.

ARTICLE 4 : Le montant de la cotisation au titre d’un exercice donné est obtenu par
l’application du taux visé à l’article 1er ci-dessus à la moyenne mensuelle des dépôts
et autres fonds remboursables collectés au cours de l’année précédente. Le montant

182
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
de la cotisation est versé par l’établissement assujetti au compte du Fonds ouvert sur
les livres de Bank Al-Maghrib, dans les délais fixés par celle-ci.

ARTICLE 5 : Les ressources disponibles du Fonds peuvent être placées :

- dans des titres de créance et valeurs assimilées négociables émis ou garantis par
l’Etat,

- dans des titres de créance négociables, dans la limite de 20% des ressources
disponibles.

ARTICLE 6 : Pour l’application du premier tiret de l’article 105 de la loi n° 34-03


précitée, lorsque Bank Al-Maghrib constate qu’un établissement de crédit adhérent
au Fonds, pour des raisons liées à sa situation financière, n’est plus en mesure de
restituer les dépôts et que rien ne laisse prévoir que cette restitution puisse avoir lieu
dans des délais proches, elle décide, après avis du Comité des établissements de
crédit, de l’indemnisation des déposants.

ARTICLE 7 : Pour l’application du 1er alinéa de l’article 108 de la loi n° 34-03


précitée, le plafond de l’indemnisation par déposant est fixé à 80.000 dirhams.

Le montant de l’indemnisation est calculé net de tous concours ou facilités accordés


par l’établissement de crédit au déposant.

ARTICLE 8 : Les dépôts en devises sont remboursés dans la limite de la contre-


valeur du montant de l’indemnisation, calculée sur la base du cours du jour du
règlement.

ARTICLE 9 : Sont considérés comme un seul déposant et indemnisés sur cette


base :

- tout titulaire de plusieurs comptes, quels que soient le nombre, la nature et le terme
de ces comptes ainsi que la devise dans laquelle ils sont libellés ;

- les titulaires de comptes collectifs.

ARTICLE 10 : Au cas où les ressources disponibles du fonds s’avèrent insuffisantes


pour rembourser chaque déposant à hauteur du montant auquel il a droit, l’indemnité
est égale audit montant multiplié par le pourcentage obtenu en rapportant les
ressources disponibles du Fonds au total des dépôts susceptibles d’être remboursés

ARTICLE 11 : Pour l’indemnisation des déposants, Bank Al-Maghrib vérifie ou fait


vérifier à partir des documents produits par l’établissement de crédit, les créances
des déposants.

ARTICLE 12 : L’établissement de crédit informe, à l’issue des vérifications, par lettre


recommandée avec accusé de réception, les déposants de l’indisponibilité de leurs
dépôts.

183
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Il indique à chaque déposant le montant et la nature des dépôts couverts par la
garantie du Fonds ainsi que les modalités arrêtés par Bank Al-Maghrib pour le
versement des indemnisations.

ARTICLE 13 : Pour l’application du deuxième tiret de l’article 105 de la loi n° 34-03


précitée, lorsqu’un établissement de crédit adhérent au Fonds éprouve des difficultés
susceptibles d’engendrer, à terme, une indisponibilité des dépôts, Bank Al-Maghrib
peut, après avis du Comité des établissements de crédit et sous réserve de la
présentation par l’établissement concerné de mesures de redressement jugées
acceptables, décider l’octroi par le Fonds à cet établissement, à titre préventif et
exceptionnel, de concours remboursables dont elle détermine le montant, le taux
d’intérêt applicable et les modalités de remboursement .

ABDELLATIF JOUAHRI

11. CIRCULAIRE DU GOUVERNEUR DE BANK AL-


MAGHRIB N° 41/G/2007 DU 2 AOUT 2007 RELATIVE A
L’OBLIGATION DE VIGILANCE INCOMBANT AUX
ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib ;

Vu la loi n°34-03 relative aux établissements de cr édit et organismes assimilés


notamment son article 84 ;

Après avis du Comité des établissements de crédit émis lors de sa réunion tenue le
23 juillet 2007,

Définit par la présente circulaire les dispositions relatives à l’obligation de vigilance


incombant aux établissements de crédit.

Article 1

Les établissements de crédit sont tenus de mettre en place les procédures


nécessaires qui leur permettent :

- d’identifier leur clientèle et d’en avoir une connaissance approfondie ;

- d’assurer le suivi et la surveillance des opérations de la clientèle notamment


celles présentant un degré de risque important ;

- de conserver et de mettre à jour la documentation afférente à la clientèle et


aux opérations qu’elle effectue.

Ils doivent sensibiliser leur personnel et le former aux techniques de détection et de


prévention des opérations à caractère inhabituel ou suspect.

184
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 2

Les procédures visées à l’article premier ci-dessus sont consignées dans un manuel
qui doit être approuvé par l’organe d’administration de l’établissement de crédit. Ce
manuel doit être périodiquement mis à jour en vue de l’adapter aux dispositions
légales et réglementaires en vigueur et à l’évolution de l’activité de l’établissement de
crédit.

I - Identification de la clientèle

Article 3

Les établissements de crédit sont tenus de recueillir les éléments d’information


permettant l’identification de toute personne qui :

- souhaite ouvrir un compte, quelle que soit sa nature, ou louer un coffre fort ;
- recourt à leurs services pour l’exécution de toutes autres opérations, même
ponctuelles, telles que le transfert de fonds.

Article 4

Préalablement à l‘ouverture de tout compte, les établissements de crédit doivent


avoir des entretiens avec les postulants et, le cas échéant, leurs mandataires, en vue
de s’assurer de leur identité et de recueillir tous les renseignements et documents
utiles relatifs aux activités des postulants et à l’environnement dans lequel ils opèrent
notamment lorsqu’il s’agit de personnes morales ou d’entrepreneurs individuels.

Les comptes rendus de ces entretiens doivent être versés aux dossiers des clients,
prévus aux articles 5 et 6 ci-après.

Article 5

Une fiche d’ouverture de compte doit être établie au nom de chaque client personne
physique, au vu des énonciations portées sur tout document d’identité officiel. Ce
document doit être en cours de validité, délivré par une autorité marocaine habilitée
ou une autorité étrangère reconnue et porter la photographie du client.

Sont consignés dans cette fiche les éléments suivants :

- le(s) prénom(s) et le nom du client ainsi que ceux de ses parents ;


- le numéro de la carte d’identité nationale, pour les nationaux ainsi que sa
durée de validité ;
- le numéro de la carte d’immatriculation, pour les étrangers résidents ainsi que
sa durée de validité ;
- le numéro du passeport ou de toute autre pièce d’identité en tenant lieu, pour
les étrangers non résidents et sa durée de validité ;
- l’adresse exacte ;
- la profession ;

185
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- le numéro d’immatriculation au registre de commerce, pour les personnes
physiques ayant la qualité de commerçant ainsi que le centre
d’immatriculation
- et le cas échéant le numéro de la patente.

Les éléments d’identification ci-dessus doivent également être recueillis des


personnes qui pourraient être amenées à faire fonctionner le compte d’un client en
vertu d’une procuration. La fiche d’ouverture de compte ainsi que les copies des
documents d’identité présentés doivent être classées dans un dossier ouvert au nom
du client.

Article 6

Une fiche d’ouverture de compte doit être établie au nom de chaque client personne
morale dans laquelle doivent être consignés, selon la nature juridique de ces
personnes, l’ensemble ou certains des éléments d’identification ci-après :

- la dénomination et/ou l’enseigne commerciale ;


- la forme juridique ;
- l’activité ;
- l’adresse du siège social ;
- le numéro de l’identifiant fiscal ;
- le numéro d’immatriculation au registre du commerce de la personne morale
et de ses établissements, le cas échéant, ainsi que le centre d’immatriculation.

Cette fiche doit être conservée dans le dossier ouvert au nom de la personne morale
concernée ainsi que les documents complémentaires, ci-après précisés,
correspondant à sa forme juridique.

Les documents complémentaires devant être fournis par les sociétés commerciales
incluent notamment :

- les statuts mis à jour ;


- la publicité légale relative à la création de la société et aux éventuelles
modifications affectant ses statuts.
- les états de synthèse de l’exercice écoulé ;
- les procès-verbaux des délibérations des assemblées générales ou des
associés ayant nommé les administrateurs ou les membres du conseil de
surveillance ou les gérants ;
- les noms des dirigeants et les personnes mandatées pour faire fonctionner le
compte bancaire.

Dans le cas de sociétés en cours de constitution, l’établissement de crédit doit exiger


la remise du certificat négatif, le projet des statuts et recueillir tous les éléments
d’identification des fondateurs et des souscripteurs du capital.

Les documents complémentaires devant être fournis par les associations incluent :

- les statuts mis à jour ;

186
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- le certificat ou récépissé de dépôt légal du dossier juridique de l’association
auprès des autorités administratives compétentes ;
- les procès-verbaux de l’assemblée générale constitutive portant élection des
membres du bureau, du président et la répartition des tâches au sein du
bureau ;
- les noms et prénoms des dirigeants, ceux de leurs parents et les personnes
mandatées pour faire fonctionner le compte bancaire.

Les documents complémentaires devant être fournis par les coopératives incluent :

- les statuts mis à jour ;


- le procès-verbal de l’assemblée constitutive ;
- l’acte portant nomination des personnes habilitées à faire fonctionner le
compte ;
- la décision portant agrément de la constitution de la coopérative.

Les documents complémentaires devant être fournis par les établissements et autres
entités publics incluent :

- l’acte constitutif ;
- les actes portant nomination des représentants ou fixant les pouvoirs des
différents organes de l’établissement ;
- les noms et prénoms des personnes habilitées à faire fonctionner le
compte et ceux de leurs parents.

Pour les autres catégories de personnes morales (groupement d’intérêt économique,


groupement d’intérêt public, société anonyme simplifiée, etc), les établissements de
crédit exigent, entre autres, les éléments complémentaires d’identification
spécifiques tels que prévus par la législation en vigueur.

Article 7

Les établissements de crédit, avant d’ouvrir un compte à un correspondant bancaire


étranger doivent en sus des éléments d’identification prévus à l’article 6 ci-dessus,
s’assurer par tous moyens notamment par un questionnaire :

- que le dit correspondant est assujetti à une réglementation en matière de lutte


contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme au moins
équivalente à celle applicable au Maroc ;
- que son dispositif de vigilance, fait régulièrement l’objet de compte rendu ou
de contrôle de la part de l’autorité de supervision dont il relève.

Article 8

Les établissements de crédit veillent à la mise à jour régulière des éléments


d’identification de la clientèle prévus aux articles 5, 6 et 7 ci-dessus.

187
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 9

Les établissements de crédit recueillent des personnes qui ne disposent pas de


comptes ouverts sur leurs livres et souhaitent louer un coffre fort ou effectuer des
opérations occasionnelles auprès de leurs guichets les éléments nécessaires à leur
identification et à celle des personnes qui en sont les bénéficiaires.

Article 10

Sont soumises aux mêmes exigences visées aux articles 4, 5 et 6 ci-dessus, les
demandes d’ouverture de comptes à distance (par voie d’Internet, par exemple).

Article 11

A défaut des originaux, les photocopies des documents d’identité visés à l’article 5 et
celles des statuts, des procès verbaux et des documents délivrés par une autorité
administrative prévus à l’article 6 ci-dessus doivent être dûment certifiées conformes
par les autorités compétentes.

Dans le cas des personnes morales ayant leur siège social à l’étranger, ces
documents doivent, sauf dispositions particulières prévues par une convention
internationale, être certifiés conformes auprès des services consulaires marocains
installés dans leur pays ou auprès des représentations consulaires de leur pays au
Maroc.

Les documents rédigés dans une langue autre que l’Arabe ou le Français doivent
être traduits dans l’une de ces deux langues par un traducteur assermenté.

Article 12

Les documents visés aux articles 5 et 6 ci-dessus doivent faire l’objet d’un examen
minutieux pour s’assurer de leur régularité apparente et, le cas échéant, être rejetés
si des anomalies sont détectées.

Lorsque les informations fournies par le client ne concordent pas avec celles figurant
sur les documents présentés, des justificatifs complémentaires doivent être exigés.

Article 13

En vue de s’assurer de l’exactitude de l’adresse donnée par tout nouveau client, «


une lettre de bienvenue » lui est adressée. En cas d’adresse erronée,
l’établissement de crédit doit s’assurer par tous moyens de l’adresse exacte. A
défaut, il peut décliner l’entrée en relation et procéder, s’il y a lieu, à la clôture du
compte.

Article 14

Les établissements de crédit doivent vérifier, lors de l’ouverture d’un compte, si le


postulant, dispose déjà d’autres comptes ouverts dans leurs livres et vérifier, le cas
échéant, l’historique de ces comptes.

188
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ils se renseignent sur les raisons pour lesquelles la demande d’ouverture d’un
nouveau compte est formulée ainsi que sur l’origine des fonds à verser et la nature
de la relation d’affaire.

II - Suivi et surveillance des opérations de la clientèle

Article 15

Les établissements de crédit doivent classer leurs clients par catégories, selon leur
profil de risque.

A cet effet, les fiches d’ouverture des comptes des clients doivent retracer le profil de
risque du client, établi sur la base des documents reçus en application des
dispositions des articles 5 et 6 ci-dessus, des résultats des entretiens visés à l’article
4 ci-dessus et en tenant compte de certains indicateurs tels que le pays d’origine du
client, l’origine des fonds, la nature de l’activité exercée, la nature des opérations a
effectuer ou effectuées et l’historique du compte.

Ces fiches doivent être mises à jour régulièrement.

Article 16

Les établissements de crédit doivent instituer, pour chaque catégorie ou profils de


clients, des seuils au delà desquels des opérations pourraient être considérées
comme inhabituelles ou suspectes.

Article 17

Les opérations inhabituelles ou suspectes visées à l’article 16 ci-dessus, incluent


notamment les opérations qui :

- ne semblent pas avoir de justification économique ou d’objet licite apparent ;


- portent sur des montants sans commune mesure avec les opérations
habituellement effectuées par le client ;
- se présentent dans des conditions inhabituelles de complexité.

Article 18

Les établissements de crédit doivent porter une attention particulière aux opérations
financières effectuées par des intermédiaires professionnels (tels que les entreprises
qui effectuent, à titre de profession habituelle, l’intermédiation en matière de transfert
de fonds, les bureaux de change, les intermédiaires en matière de transactions
immobilières, les casinos etc……), pour leur propre compte ou pour le compte de
leurs clients, personnes physiques ou morales.

189
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 19

Les établissements de crédit doivent prêter une attention particulière :

- aux opérations exécutées par des personnes dont le courrier est domicilié
chez un tiers, dans une boîte postale, aux guichets de l’établissement ou qui
changent d’adresse fréquemment,
- aux comptes des personnes physiques gérés par des mandataires.

Article 20

Les établissements de crédit doivent assurer une surveillance particulière sur les
comptes et opérations des clients présentant un risque élevé au sens de la loi n° 43-
05 relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux notamment les personnes
étrangères exerçant ou ayant exercé des fonctions publiques de haut rang.

Ils doivent également assurer cette surveillance en ce qui concerne les comptes et
opérations des clients ressortissants de pays ne disposant pas d’une réglementation
en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et de financement de
terrorisme.

Article 21

Les conditions d’ouverture de nouveaux comptes et les mouvements de fonds


d’importance significative doivent faire l’objet de contrôles centralisés en vue de
s’assurer que tous les renseignements relatifs aux clients concernés sont disponibles
et que ces mouvements n’impliquent pas d’opérations à caractère inhabituel ou
suspect.

Toute opération considérée comme ayant un caractère inhabituel ou suspect doit


donner lieu à l’élaboration d’un compte rendu à l’intention du responsable de la
structure visée à l’article 22 ci-dessous.

Article 22

Les établissements de crédit doivent mettre en place une structure dédiée à la


gestion du dispositif interne de vigilance.

Cette structure doit notamment :

- assurer la relation avec l’Unité de Traitement du Renseignement


Financier (URTF) ;
- centraliser et examiner les comptes rendus des agences sur les
opérations ayant un caractère inhabituel ou suspect ;
- assurer un suivi particulier des comptes qui enregistrent des opérations
considérées comme inhabituelles ou suspectes ;
- tenir la direction de l’établissement continuellement informée sur les clients
présentant un profil de risque élevé.

190
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Article 23

Les établissements de crédit doivent dresser une typologie, aussi bien des
opérations ayant fait l’objet de déclaration à l’URTF, que de celles prévues à l’article
17 ci-dessus.

Cette typologie retraçant les procédés de blanchiment de capitaux et de financement


du terrorisme est communiquée à Bank Al-Maghrib qui la diffusera auprès des
établissements de crédit s’il y a lieu.

Article 24

Les établissements de crédit doivent se doter de systèmes d’information qui leur


permettent, pour chaque client :

- de disposer de la position de l’ensemble des comptes détenus ;


- de recenser les opérations effectuées ;
- d’identifier les transactions à caractère suspect ou inhabituel visées à l’article
17 ci-dessus.

III - Conservation et mise à jour de la documentation

Article 25

Les établissements de crédit conservent pendant dix ans tous les justificatifs relatifs
aux opérations effectuées avec la clientèle et ce, à compter de la date de leur
exécution.

Ils conservent également pour la même durée, les documents comportant des
informations sur :

- leurs clients et ce, à compter de la date de clôture de leurs comptes ou de la


cessation des relations avec eux ;
- les donneurs d’ordre d’opérations.

Article 26

L'organisation de la conservation des documents doit notamment permettre de


reconstituer toutes les transactions et de communiquer dans les délais requis, les
informations demandées par toute autorité habilitée.

IV - Formation du personnel

Article 27

Les établissements de crédit doivent veiller à ce que leur personnel, directement ou


indirectement concerné par la mise en œuvre des dispositions de la présente
circulaire, bénéficie d’une formation appropriée.

191
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ils doivent sensibiliser le personnel aux risques de responsabilité auxquels pourraient
être confrontés leurs établissements s’ils venaient à être utilisés à des fins illicites.

V - Autres dispositions

Article 28

Les établissements de crédit ayant des filiales ou des succursales, installées dans
des zones offshore ou dans des pays qui n’appliquent pas ou appliquent
insuffisamment les recommandations du Groupe d’Action Financière (GAFI), doivent
veiller à ce que ces entités soient dotées d’un dispositif de vigilance équivalent à
celui prévu par la présente circulaire.

Article 29

Les établissements de crédit incluent dans le rapport sur les activités de la fonction
conformité, qu’ils sont tenus d’adresser à Bank Al-Maghrib, un chapitre consacré à la
description des dispositifs de vigilance mis en place et des activités de contrôle
effectuées en la matière.

12. C.N° 19 / G / 06 RABAT, LE 23 OCTOBRE 2006


CIRCULAIRE RELATIVE AU TAUX MAXIMUM DES
INTERETS CONVENTIONNELS DES
ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Les dispositions de l’arrêté du Ministre des Finances et de la Privatisation du 29


septembre 2006 relatif au taux maximum des intérêts conventionnels des
établissements de crédit stipulent, notamment, que le taux effectif global appliqué en
matière de prêts accordés par les établissements de crédit ne doit pas dépasser,
pour la période allant du 1er octobre 2006 au 31 mars 2007, le taux d'intérêt moyen
pondéré pratiqué par ces mêmes établissements sur les crédits à la consommation
au cours de l'année civile précédente majoré de 200 points de base.

Cet arrêté précise que le taux maximum sus visé est corrigé au 1er avril de chaque
année par la variation du taux des dépôts bancaires à 6 mois et 1 an enregistrée au
cours de l’année civile antérieure.

En outre, cet arrêté précise que le taux effectif global tient compte des intérêts
proprement dits, des frais, commissions ou rémunérations liés à l’octroi du crédit et
qu’il doit être communiqué au bénéficiaire du prêt par l’établissement de crédit.

La présente circulaire a pour objet de fixer les modalités d’application de l’arrêté


susvisé.

192
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
I – TAUX EFFECTIF GLOBAL

ARTICLE 1

Le taux effectif global comprend, outre les intérêts proprement dits calculés
sur la base du taux contractuel, les frais, commissions ou toutes autres
rémunérations liés à l’octroi du crédit. Toutefois, ne sont pas pris en considération,
les éléments ci-après :

- la taxe sur la valeur ajoutée,

- les frais de dossier, dans le cas des crédits à la consommation, dans la limite de
150 dirhams par dossier,

-les frais liés à la constitution des garanties (honoraires du notaire, taxe notariale,
droit d’inscription au titre foncier, droit de mainlevée, droit de timbres, droit
d’enregistrement au registre de commerce …),

-les frais de procédures judiciaires engagés pour le recouvrement des créances


impayées (taxe judiciaire, honoraires d’avocat, frais de traduction d’actes, frais de
déplacement des agents du secrétariat greffe, frais engagés à l’occasion de la saisie
des biens meubles et immeubles …),

-les pénalités de retard, à concurrence de 2% l’an au maximum,

-les intérêts susceptibles d’être prélevés en cas de remboursement anticipé d’un prêt
et ce, dans la limite d’un mois d’intérêts calculés sur la base du taux duquel le prêt
est assorti.

- les frais de virement des montants des crédits aux comptes bancaires de leurs
bénéficiaires;

- les frais de retour des effets et des avis de prélèvement impayés;

- les frais liés aux rappels des clients pour honorer les effets et avis de prélèvement
impayés.

ARTICLE 2

Le taux effectif global est un taux annuel et à terme échu. Il doit être exprimé avec
deux décimales.

ARTICLE 3

Le calcul des intérêts relatifs aux crédits amortissables s’effectue en tenant compte
des modalités d’amortissement de ces crédits, telles que convenues entre les
établissements de crédit et leurs clients.

193
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
ARTICLE 4

Le calcul des intérêts relatifs aux prêts accordés sous forme de découverts en
compte s’effectue sur la base de la méthode des nombres selon laquelle chacun des
soldes débiteurs, successivement inscrits en compte durant l’intervalle séparant deux
arrêtés, est multiplié par sa propre durée en jours.

ARTICLE 5

Le taux effectif global ayant trait aux opérations d’escompte d’effets ou de chèques
est calculé en tenant compte :

-du montant des intérêts proprement dits, des frais, commissions ou rémunérations
liés aux dites opérations, à l’exception de ceux mentionnés dans l’article premier de
la présente circulaire,

-du montant de la valeur escomptée

-et du nombre de jours s’écoulant entre la date à laquelle le compte du client a été
crédité et la date effective de recouvrement de la valeur escomptée.

ARTICLE 6

Le taux effectif global ne doit à aucun moment de la durée du prêt, dépasser le taux
maximum des intérêts conventionnels en vigueur au moment de la signature du
contrat.

II – TAUX D’INTERET MOYEN PONDERE

ARTICLE 7

Pour la période du 1er octobre 2006 au 31 mars 2007, le taux d’intérêt moyen
pondéré est déterminé en tenant compte des intérêts perçus pendant l’année 2005
sur les prêts à la consommation consentis par les établissements de crédit et de
l’encours moyen desdits prêts pendant cette même année.

III- TAUX MAXIMUM DES INTERETS CONVENTIONNELS

ARTICLE 8

Le taux maximum des intérêts conventionnels pour la période du 1er octobre 2006
au 31 mars 2007 est égal au taux d’intérêt moyen pondéré visé à l’article 6 majoré de
200 points de base.

ARTICLE 9

Le taux maximum des intérêts conventionnels est révisé au 1er avril de chaque
année, sur la base de la variation du taux d’intérêt moyen pondéré des dépôts
bancaires à 6 mois et 1 an enregistré au cours de l’année civile précédente.

194
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ce taux est calculé et publié par Bank Al-Maghrib.

ARTICLE 10

Le taux maximum des intérêts conventionnels relatif à une période donnée ne doit
être pris en considération que pour les seuls prêts accordés au cours de cette même
période.

ARTICLE 11

Les dispositions concernant le taux maximum des intérêts conventionnels


s’appliquent aussi bien aux prêts à taux fixes qu’aux prêts à taux variables.

IV- ENTREE EN VIGUEUR

Les dispositions de la présente circulaire qui prennent effet à compter de sa date de


signature, annulent et remplacent celles de la circulaire N°2/G/97 du 14 mars 1997.

13. C N° 1/6/2008, RABAT ; LE 16 JUILLET 2008,


CIRCULAIRE RELATIVE AUX CONDITIONS DE
PUBLICATION DES ETATS DE SYNTHESE PAR
LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT

Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib

Vu la loi n °34-03 relative aux établissements de cr édit et organismes


assimiles promulguée par [e Dahir n ' 1-05-178 du 15 moharrem 1427 (14
février 2006) notamment son article 49 ;

Apres avis du comité des établissements de crédit émis en date du 8 juillet


2008 ;

Fixe par la présente circulaire les conditions selon lesquelles les


établissements de crédit doivent publier leurs états de synthèse.

ARTICLE PREMIER

Les établissements de crédit sont tenus de publier, dans un journal


d'annonces légales, leurs états de synthèse annuels établis sous forme
individuelle conformément aux dispositions du chapitre 3 du Plan Comptable
des Etablissements de Crédit annexées à la circulaire n` 561G/2007 du 8
octobre 2007, relative aux conditions de tenue, par les établissements de
crédit, de leur comptabilité.

Les états de synthèse comprennent ;

- le bilan ;
- le compte de produits et charges ;

195
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- I ‘état des soldes de gestion
- le tableau des flux de trésorerie ;
- et I ‘état des informations complémentaires.

ARTICLE 2

Les établissements de crédit sont tenus de publier les états visés à (l’article
précédent, arrêtés à la fin du premier semestre de chaque exercice
comptable.

Ces états comportent un comparatif avec les chiffres arrêtés à la fin du


premier semestre de l’exercice comptable précédent pour le compte de
produits et charges et l’état des soldes de gestion et ceux de fin d'exercice
comptable précédent pour le bilan.

ARTICLE 3

Les éléments de l’état des informations complémentaires publies devraient


revêtir une importance significative par rapport aux données fournies par les
autres états de synthèse et tenir compte des spécificités de l’activité des
établissements de crédit.

ARTICLE 4

L'état des informations complémentaires, arrêté à la fin du premier semestre,


comporte une description de tous événements ou opérations survenus depuis
la publication des états de synthèse du dernier exercice comptable et qui
s'avèrent importants pour (l’appréciation de la situation financière, du résultat
et des risques assumes par les établissements de crédit.

ARTICLE 5

Les établissements de crédit sont tenus de publier, sous forme consolidée,


dans un journal d’annonces légales, leurs états financiers annuels établis
conformément aux dispositions du chapitre 4 du Plan Comptable des
Etablissements de Crédit.

Ces états financiers comprennent

- le bilan ;
- le compte de résultat ;
- l’état des variations des capitaux propres ;
- le tableau de flux de trésorerie ;
- Les notes.

ARTICLE 6

Les établissements de crédit publient les états financiers sous forme


consolidée, ci-après, arrêtés a la fin du premier semestre de chaque exercice
comptable :

196
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- le bilan avec un comparatif des chiffres arrêtés à la fin de
l’exercice précédent ;
- le compte de résultat avec un comparatif des chiffres arrêtés à
la fin du premier semestre de l'exercice précédent
- l’état des variations des capitaux propres depuis le début de
l'exercice ainsi qu'un Mat comparatif pour la période
comparable de l'exercice comptable précédent le tableau de
flux de trésorerie depuis le début de l'exercice ainsi qu'un
tableau comparatif pour la période comparable de l'exercice
comptable précédent ;
- les notes ou une sélection de ces notes comportant des
informations pertinentes.

ARTICLE 7

Les états, vises aux articles 1 et 5, doivent figurer dans le rapport de gestion
des établissements de crédit.

ARTICLE 8

La date de clôture de l’exercice comptable des établissements de crédit est


fixée au 31 décembre de chaque année.

ARTICLE 9

Les états de synthèse et les états financiers, vises aux articles 1 et 5, doivent
être vérifiés par le ou les commissaires aux comptes.

Cette vérification doit donner lieu à l’établissement d’une attestation dans


laquelle les commissaires aux comptes :

- soit certifient que ces états sont réguliers et sincères et


donnent une image fidele du résultat de l'exercice écoulé ainsi
que de la situation financiers et du patrimoine de
l'établissement a la fin de l'exercice comptable ;
- soit assortissent la certification de réserves
- soit refusent la certification de ces états.

Dans ces deux derniers cas, les motifs doivent titre précises.

ARTICLE 10

La publication des états de synthèse annuels individuels doit avoir lieu trente
jours au moins avant la réunion de l'assemblée générale ordinaire et faire
apparaître clairement s'il s'agit d'états vérifiés ou non par les commissaires
aux comptes.

Lorsque ces états sont vérifiés par les commissaires aux comptes, ils doivent
être accompagnés de l'attestation visée à l’article 9.

197
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
ARTICLE 11

Les établissements de crédit doivent publier. dans un journal d'annonces


légales, au plus tard le 31 mai suivant la date de clôture de chaque exercice
comptable, un communiqué précisant soit que les états de synthèse publics
préalablement à la tenue de l'assemblée générale ordinaire ont été approuvés
par celle-ci et qu'ils n'ont subi aucun changement ; soit que ces états de
synthèse ont subi des changements, auquel cas la nature de ces
changements ainsi que les états concernés doivent être spécifiés et attestés
par les commissaires aux comptes.

Ce communiqué doit comporter l'attestation des commissaires aux comptes


dans le cas où les états de synthèse publics n'auraient pas été vérifiés
préalablement à la tenue de l'assemblée générale.

ARTICLE 12

La publication des états financiers annuels doit être effectuée au plus tard le
31 mai suivant la date de clôture de chaque exercice comptable,

Ces états doivent être accompagnés de l’attestation des commissaires aux


comptes visée à l’article 9 précité.

ARTICLE 13

La publication des états de synthèse semestriels, visés à l’article 2 ci-dessus,


doit se faire au plus tard le 30 septembre,

La publication des états financiers semestriels, visés à l’article 6 ci-dessus, doit


avoir lieu au plus tard le 15 octobre de chaque exercice comptable.

Ces états doivent être accompagnés d’une attestation par laquelle les
commissaires aux comptes :

- soit certifient que les informations contenues dans ces documents sont
sincères ;
- soit émettent des réserves sur la sincérité de ces informations.

Dans ce dernier cas, les motifs doivent être précisés.

198
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
14. LE DROIT DES OBLIGATION ET DES CONTRATS –
DOC

DROIT DES CONTRATS

VOLONTE

Le droit des contrats s'inscrit dans le droit des obligations. A la différence du droit de
la responsabilité délictuelle il se rapporte aux obligations qui ont été créées par la
volonté des parties au rapport d'obligation.

DROIT COMMUN DES CONTRATS

Le droit commun des contrats est défini par les règles du Code Civil concernant les
contrats. Ces règles définissent les devoirs des contractants et sont issues du
principe moral du respect de la parole donné, qui donnera naissance au seizième
siècle à la règle de la force obligatoire des conventions. La source autonome de
l'obligation devient la volonté, indépendamment du formalisme de l'expression du
consentement. Au caractère formel des contrats se substitue le principe du
consensualisme fondé sur la confiance du bénéficiaire de l'obligation que celle-ci
sera exécutée par le débiteur de l'obligation. Le contrat donne ainsi naissance au
sens littéral du terme aux obligations de "bonne foi".

Le principe de la liberté contractuelle, comme l'autonomie contractuelle et


l'immutabilité des conventions, constituent des principes fondamentaux qui relèvent
de la loi mais le Conseil Constitutionnel refuse une valeur constitutionnelle au
principe de la liberté contractuelle (Conseil Constitutionnel, 3 août 1994, JCP 1995.
II. 22 404).

Les obligations nées du contrat

Le contrat donne naissance à des obligations de faire ou de ne pas faire, de donner


ou de livrer la chose.

Les diverses obligations générales qui naissent du contrat sont prévues par les
articles 1136 à 1164 du Code civil. A ces obligations s'ajoutent les engagements
particuliers qui sont prévus par le contrat.

Les contrats spéciaux

Le Code Civil définit aussi les règles qui s'appliquent aux contrats nommés dans le
cadre des contrats spéciaux

Les contrats conclus entre commerçants sont par ailleurs soumis aux règles du Code
de Commerce. Certains contrats créés par la pratique sont essentiellement de nature
commerciale, tel l'affacturage.

L'évolution du droit des contrats

199
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Le droit des contrats s'était développé dans le cadre dé développement de
l'autonomie de la volonté individuelle qui s'affranchissait des barrières de l'Ancien
droit dues à l'organisation religieuse, sociale et politique de l'Ancien Droit et des
règles corporatistes.

Avec la révolution industrielle le droit des contrats s'est adapté à l'évolution


économique. Le développement des phénomènes collectifs et le déséquilibre
économique entre les cocontractants ont entrainé le développement d'une
jurisprudence de protection.

La doctrine, sous l'impulsion de Saleilles regroupe ces règles dans le cadre de la


notion de contrat d'adhésion.

Contrats et consommation

Dans la mesure où la volonté de l'individu n'est que formel à l'exception d'une


intervention comme condition de la relation, les tribunaux s'efforcent d'opérer un
contrôle du contenu contractuel, celui-ci résultant en fait de la volonté unilatérale du
stipulant, pour en écarter les clauses abusivement onéreuses. Le code civil
s'inscrivait dans une philosophie de libéralisme où la liberté individuelle légitimait
l'obligation consentie.

L'altération de la volonté individuelle dans le cadre des contrats de guichet ou des


conditions générales imposées remettait en cause pour les juges la valeur d'un
engagement onéreux et déséquilibré.

Cette tendance sera à l'origine du développement du droit de la consommation,


maintenant codifié dans le cadre d'un code de la consommation, et en particulier de
la réglementation nationale et européenne des clauses abusives et qui amène à une
série de règles de protection dans les contrats.

Contrats d'adhésion et contrats négociés

Le droit des contrats se développe en domaine du fait de la qualification contractuelle


de relations économiques entre les opérateurs économiques et leurs clients et
usagers. Mais avec un affaiblissement des règles contractuelles. Les règles du droit
commun des contrats dans ces contrats d'adhésion sont en effet complétées ou
modifiées de façon impérative par le développement de la réglementation, dont
l'essor correspond principalement à ces relations collectives. On assiste à une
renaissance du formalisme, censé protéger le consentement, et à une remise en
cause de l'autonomie contractuelle.

C'est ainsi que les contrats de masse, tels que l'assurance ou le transport, font l'objet
d'une réglementation qui s'inscrit dans la réglementation générale des activités
concernées.

L'interventionnisme législatif et jurisprudentiel ont fortement réduit le domaine effectif


de l'autonomie de la volonté dans les contrats d'adhésion.

Du dirigisme au libéralisme contractuel

200
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Le retour au libéralisme redonne vigueur au droit contractuel. Ce qui est qualifié par
une partie de la doctrine de solidarisme contractuel est sujet à une certaine révision
des instruments de l'équilibre contractuel.

Code civil Titre III Des contrats ou des obligations conventionnelles en général

RESPONSABILITE CONTRACTUELLE

DROIT COMMERCIAL DES CONTRATS

Dans l'analyse des règles applicables aux contrats, il convient de souligner l'impact
des règles législatives qui s'appliquent aux conventions réglementées ou qui limitent
les possibilités de cumul d'un contrat de salarié et d'un mandat social.

DROIT DE LA CONCURRENCE ET CONTRATS

Le droit de la concurrence interdit les conventions qui sont qualifiées d'ententes et


par ailleurs restreint les conventions qui sont susceptibles de s'inscrire dans le
contrôle des concentrations.

Contrats en cours

DROIT DU REDRESSEMENT JUDICIAIRE ET CONTRATS

Le droit des procédures collectives affecte le régime des contrats en cours.

droit de la consommation

Contrats de consommation

Contrats et consommateurs

DROIT DE LA CONSOMMATION ET CONTRATS

Le droit de la consommation est venu affaiblir l'importance du droit commun des


contrats lorsque l'une des parties est un consommateur. Depuis la loi de 1978 sur la
protection des consommateurs se sont développées des règles qui sont maintenant
codifiées dans le Code de la Consommation.

Il déroge aux principes de formation des contrats en prévoyant des délais de


réflexion et un droit de repentir, il impose des obligations d'information et met en
œuvre un contrôle du contenu par le biais des règles applicables aux clause
abusives ou en incluant dans le contrat une obligation générale de sécurité .

On peut cependant rappeler qu'il s'agit là d'une concrétisation de règles prétoriennes


développées par la jurisprudence relatives à la protection dans les contrats mais
dont la fixation dans le cadre de règles différentiées entre les consommateurs et les
professionnels crée une distorsion économique suivant les modalités de la chaine
contractuelle.

201
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
DROIT DES CONTRATS ET DROIT SOCIAL

DROIT SOCIAL DES CONTRATS

Le développement du droit social inscrit la relation de travail dans un cadre dont on a


souligné qu'il était à mi-chemin entre le contrat et l'institution.

La réglementation du contrat de travail est en fait prédominante, et la jurisprudence


a tendance à vouloir écarter le droit commun des contrats en ce qui concerne la
rupture au profit de la procédure de licenciement.

En revanche les règles de droit commun des contrats concernant les vices du
consentement ont plutôt tendance à se développer

DROIT PUBLIC DES CONTRATS

Les contrats en droit administratif sont soumis aux règles de droit public concernant
les contrats administratifs mais de nombreuses règles de droit commun des contrats
sont applicables.

DROITS DES OBLIGATIONS

Introduction

Sources des obligations

Le contrat générateur d'obligations

Les articles 19 et 20 CO

La notion de consentement

Les droits formateurs

Atteintes à la validité d'un contrat

La représentation

La culpa in contrahendo

Les devoirs précontractuels

Le dommage

La stipulation pour autrui

La cession de créance

La clausula rebus sic standibus

202
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les conditions de l'art. 97 CO

La demeure

La gestion d'affaire

Le droit objectif est un ensemble de règles qui régissent des comportements. Il y a :

· Des règles d’injonction (devoir), à la charge du sujet de droit.

· Des règles de permission (droit, faculté).

Les devoirs juridiques :

· Universels, généraux : ils touchent un nombre indéterminé de personnes


(ex : le respect de la personnalité).

· Particuliers : ils existent envers une ou quelques personnes déterminées


(ex : obligation).

L’obligation : C’est un rapport juridique entre au moins 2 personnes, en vertu duquel


une personne est tenue (débitrice) envers l’autre (créancier) à une prestation.

Le droit du créancier : C’est un droit relatif, il n’a un droit que par rapport au débiteur.

Droit réel, qui est absolu, il peut faire valoir son droit contre tous (ex : propriété). Il
entraîne un devoir général. Il existe cependant des devoirs généraux pas rattachés à
un droit absolu (ex : se comporter honnêtement dans les affaires).

Conclure un contrat n’est pas transférer quelque chose : on peut s’obliger tant qu’on
veut (ex : vendre 2x la même chose). La seule limite est la capacité civile. L’acheteur
qui ne reçoit rien dans un tel cas peut demander des dommages et intérêts.

Dans l’exemple 1B, si A se plaint à C, C va lui répondre qu’il est titulaire d’un droit
absolu. Dans l’exemple 2, B peut demander une indemnité à A qui ne respecte pas
son engagement.

Une obligation est rarement isolée. Souvent, il y a un rapport juridique complexe.


Dans un contrat de vente, par exemple, il y a plusieurs obligations. Il y a une certaine
indépendance entre les obligations : des obligations peuvent subsister au rapport
juridique complexe qui a pris fin (ex : dans contrat de bail, si le loyer n’est pas payer,
le contrat prend fin mais pas l’obligation de payer).

L’incombance : Ce n’est ni un devoir juridique, ni une obligation.

C’est quand on doit faire quelque chose pour ne pas perdre un avantage (ex : art.
201 CO, 44 CO) mais on n’est pas obligé. Si un acheteur ne vérifie pas la chose à
l’achat, c’est à ses risques et périls.

203
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les effets de l’obligation : Le premier effet est qu’une prestation est due (dette). Si la
prestation n’est pas fournie, il n’y a plus de nos jours la saisie de la personne. Dans
un tel cas, c’est tout le patrimoine du débiteur qui en répond (poursuite pour dette). Il
n’existe pas de droit propre à se précipiter sur le patrimoine du débiteur, il faut passer
par une autorité, c’est la responsabilité du patrimoine. On comprend mieux pourquoi
« on ne prête qu’aux riches », on est ainsi sûr d’être remboursé.

· La violation d’un devoir général aboutit à l’art. 41 CO.

· La violation d’un devoir particulier aboutit à l’art. 97 CO.

Dans les deux cas, il faut qu’il y ait un préjudice.

S’il ne s’exécute pas volontairement, le patrimoine répond (Haftung) de ce que le


débiteur doit (Schuld). Le patrimoine tient donc lieu de gage. Si le débiteur n’a rien à
mettre en gage (patrimoine nul), la valeur économique de la créance ne vaut rien. Il y
a une autre expression liée à cela : « Avoir du crédit ». La créance, dans le
patrimoine, est un actif. La dette est un passif. Plus on a de créance, plus on est
riche (si le débiteur est solvable).

La prestation :

C’est l’objet de l’obligation. C’est ce que le débiteur doit fournir, le comportement à


adopter en fonction de la dette contractée. Ca peut être un comportement actif ou
passif.

₋ Positive : Elle a généralement une valeur économique.

1. Livrer quelque chose, remettre au créancier la possession de quelque


chose. Il faut distinguer la possession de quel objet :

· Un objet précisément déterminé (dette d’espèce).

· Une chose d’un genre (dette de genre).

Si un vase déterminé se casse, la prestation devient impossible. Si c’est une chose


d’un genre, la prestation reste possible. Pour l’exécution d’une dette de genre, il faut
voir qui détermine la chose (art. 71 CO). Pour une dette d’espèce, on remet la chose,
c’est tout.

· Une dette d’argent (genre particulier).

2. Le transfert d’un droit sur une chose. Ce peut être un droit absolu ou relatif
(créance).

3. Une activité intellectuelle ou physique (ex : activité de travailleur).

204
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
₋ Négative : C’est une abstention (pas faire de concurrence à quelqu’un,
par exemple).

1. Le débiteur s’engage à ne pas faire quelque chose (art. 340 CO), c’est
une abstention).

2. Le débiteur s’engage à laisse faire quelque chose.

SOURCES DES OBLIGATIONS

Les sources des obligations :

· Les actes juridiques.

· Les actes illicites (obligation de réparation, art. 41 CO).

· L’enrichissement illégitime (art. 62ss CO).

· La gestion d’affaire (égoïste ou altruiste, art. 419ss CO).

· La loi.

Les actes juridiques (Rechtgeschäft) : C’est une manifestation de volonté destinée et


propre à produire un effet juridique. Le fondement préjuridique des obligations est
donc l’autonomie de la volonté, la liberté de perdre sa liberté en s’obligeant. Ils
peuvent être :

· Unilatéraux : une manifestation de volonté d’une personne suffit à


produire l’effet juridique (ex : testament).

· Bilatéraux ou multilatéraux : il faut deux personnes au moins qui


manifestent leurs volontés pour produire les effets juridiques (ex : contrats).

Les décisions sont des actes juridiques impliquant la manifestation de volonté d’un
certains nombre de personnes pour produire l’effet juridique.

· Entre vifs

· Pour cause de mort : testament (unilatéral), pacte successoral (bilatéral).

· Actes d’acquisition : on acquiert quelque chose par un acte juridique,


cela augmente l’actif.

· Actes de libération : on diminue le passif, on paie sa dette, on se libère


d’un passif.

· Actes générateurs d’obligations : acte par lequel on s’oblige. L’art. 27 CC


est la réserve au fait que l’on peut s’obliger tant qu’on veut. A part ça, il faut juste la
capacité civile. Celui qui s’oblige augmente son passif (débiteur).

205
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
· Actes de dispositions : acte par lequel on transfert ou met fin à un droit
qu’on a. On a moins d’actif. Il faut la capacité civile et aussi être titulaire du droit de
disposer. On ne peut jamais répéter une disposition de même contenu. On a perdu le
droit, on ne peut plus en disposer une 2e fois. S’il y a plusieurs actes de dispositions,
seul le premier est valable. Pour les obligations sur un même objet, elles sont toutes
valables.

Quand on s’oblige, le passif augmente.

Quand on dispose, l’actif diminue.

Quand le vendeur exécute une obligation, il dispose en vue d’une obligation,


son passif diminue. C’est un acte de libération (pour le passif).

Quand l’acheteur reçoit la chose, son actif change mais pas sa valeur. L’effet
est l’acquisition. Cela augmente l’actif mais le diminue aussi par la perte de la
créance du même contenu qui s’éteint. En droit, il y a un changement.

La notion d’attribution : C’est un acte par lequel un attribuant procure un


avantage patrimonial à une autre personne qui est attributaire. Il y a 4 sortes d’effets
sur le patrimoine de l’attributaire :

· L’actif augmente.

· L’actif ne diminue pas (il aurait dû diminuer sans cela).

· Le passif diminue.

· Le passif qui aurait dû augmenter n’augmente pas.

La forme juridique est souvent la disposition, l’acte générateur d’obligation ou


bien les prestations en nature (activité, travail).

Il y a d’autres comportements comme la spécification (art. 726-727 CC, le


mélange... L’attribution peut être :

· Directe : les deux personnes sont l’une en face de l’autre.

· Indirecte : un tiers intervient.

Elles ont généralement une cause, un motif :

· Pour exécuter une obligation : solvendi causa (dans le but de payer).

· Pour que l’attribution soit rendue d’une façon ou d’une autre: credendi
causa (dans le but de devenir créancier, ex : le prêt).

· Donandi causa, ex : la donation (contrat) qui peut être refusée, la remise


de dette. Il y a deux formes :

206
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
· « Je te donnerai », promesse de donner.

· Donation manuelle, confusion entre obligation et exécution.

Quand l’attribution réussit et qu’il n’y a pas de cause, y a-t-il un


enrichissement illégitime ?

XI- LA JURISPRUDENCE MAROCAINE EN MATIERE D’AFFACTURAGE

Handicapé par une série "d'insuffisances", l'appareil judiciaire est aujourd'hui


incapable de suivre l'évolution du monde des affaires. Son dysfonctionnement
actuel apparaît comme un frein au développement du secteur privé. Tel est, en
substance, le constat que dresse la Banque Mondiale sur la justice marocaine.

Immeubles délabrés, absence des conditions élémentaires de travail, lenteur des


procédures, inefficacité, manque de transparence, imprévisibilité dans le règlement
des litiges: deux rapports de la Banque Mondiale mettent à jour les carences de la
justice marocaine(1). Le constat dressé traduit les griefs ressentis par les milieux
d'affaires, nationaux ou étrangers, à l'égard du système judiciaire actuel. Praticiens
de droit et entreprises s'en plaignent au même titre que les investisseurs américains,
britanniques, allemands ou japonais. Interrogés, les détenteurs étrangers de capitaux
ne cachent pas leurs sentiments. Ils restent, selon la Banque Mondiale, "très
sceptiques quant à l'efficacité, la transparence ou l'équité des juridictions locales". Le
rapport ajoute que "ce manque de confiance" explique, en partie, la faiblesse des
fonds propres que les multinationales misent au pays. Ce qui compromet, à
l'évidence, l'évolution des investissements étrangers.

Une formation caduque

Sur ce volet, la Banque Mondiale n'hésite pas à rappeler le lien étroit qui existe entre
le bon fonctionnement de la justice et le développement du secteur privé au Maroc.
Le rapport note que "les fondements juridiques d'une économie de marché efficace
sont pour la plupart en place". Mais il précise que les faiblesses du système judiciaire
ruinent pratiquement cet avantage. La Banque Mondiale rattache ces faiblesses au
système d'enseignement du droit, à la formation des magistrats, aux conditions
techniques et matérielles de travail et enfin à l'éparpillement de la jurisprudence.
Seule note optimiste, la procédure d'arbitrage dont la qualité ne soulève
pratiquement pas d'observation de fond.

Il existe actuellement 61 tribunaux de Première Instance, 21 cours d'appel et une


Cour Suprême. Ces différentes juridictions mobilisent, actuellement, environ 2.000
magistrats, dont la compétence est générale à l'image du système judiciaire lui-
même. Ce dernier ignore, en effet, la spécialisation du tribunal en fonction de la
nature du litige: civil, commercial, pénal, administratif... Le rapport de la Banque

207
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Mondiale rappelle qu'il "n'existe pas de tribunaux de commerce, bien que les
juridictions soient divisées en sections spécialisées". Il fait toutefois état de
l'existence du projet de loi portant création des tribunaux de commerce. Le but de
cette réforme serait d'assouplir les procédures de règlements des différends
commerciaux, avec en toile de fond, la refonte du système de preuve. Le rapport
omet, toutefois, de souligner l'existence du projet de création des tribunaux
administratifs qui devrait mettre fin au principe de l'unité de juridiction et la dualité du
droit(2).

(1) "Vers le 21ème siècle, renforcement du secteur privé" daté du 6 août 1993 en un volume; "Développement du secteur de
l'industrie privée au Maroc" daté du 2 septembre 1993 en deux volumes. Le premier rapport a été relativement diffusé, en
revanche, le second devait rester strictement confidentiel. Cf. L'Economiste du 23 septembre 1993.

(2) Cf. L'Economiste n° 93 du 2 septembre 1993.

Analyse de la Banque Mondiale

Les carences dont souffre la justice sont dues en partie à l'état de l'enseignement du
droit dans les facultés, souligne la Banque Mondiale. Elle précise que les matières
enseignées sont "dépassées par la complexité croissante des opérations
commerciales». Les insuffisances touchent en particulier les disciplines juridiques
étroitement liées au monde des affaires: droit commercial, bancaire et maritime(3).

Une logistique administrative obsolète

Le regard critique des experts de la Banque Mondiale n'épargne pas le fameux INEJ
(Institut National d'Etudes Judiciaires). A cet effet, le rapport note que les magistrats
reçoivent "une formation classique", ne bénéficient pas de stages de formation
continue. Résultat, les 2.000 magistrats "éprouvent des difficultés à suivre l'évolution
du droit et des affaires".

Ces difficultés sont aggravées par les conditions matérielles de travail. Le personnel
judiciaire, y compris les juges, touchent des salaires faibles(4). Ce qui ne manque
pas de se répercuter sur leur image d'indépendance.

Le problème de l'indépendance touche en particulier les magistrats de siège appelés


à trancher les litiges (juges assis contrairement à ceux du Parquet qui prononcent
leur réquisitoire tout en étant debout).

Les experts de la Banque Mondiale relèvent, à ce niveau, un point technique de


taille: le pouvoir de "mutation temporaire" que possède le Ministre de la Justice à
l'égard des magistrats de siège peut menacer leur indépendance, pourtant garantie
constitutionnellement à travers le principe de "l'inamovibilité" des magistrats de
siège.

Le "pouvoir qu'a le Ministère de la Justice de déplacer un juge en cours d'une année


loin de sa famille" est ressenti ainsi par des magistrats comme une atteinte à leur
indépendance.

Dans leur travail au quotidien, les magistrats s'appuient sur une logistique
administrative obsolète. Le nombre des greffiers, auxiliaires étroits des juges, est très

208
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
réduit en comparaison avec le volume du travail que la loi leur échoit: recouvrement
des taxes et frais de justice, notification des actes de procédure, rédaction des
procès-verbaux des audiences et exécution des jugements. Ce dernier point soulève
l'indignation des milieux d'affaires qui font remarquer que la lenteur de l'exécution
des décisions judiciaires peut aller jusqu'à 6 ans. Le changement de domiciliation du
débiteur condamné réduit presque à néant les chances de l'exécution d'un jugement
rendu.

Le rapport de la Banque Mondiale souligne toutefois que les praticiens du droit


mettent en relief la lenteur enregistrée pour qu'un jugement devienne définitif et non
pas l'exécution des décisions.

La liste des outils de travail dont ont besoin les juges reflète, par ailleurs, l'archaïsme
dans lequel vivent les tribunaux. Selon la Banque Mondiale, l'exercice efficient de la
fonction de magistrat nécessite un accès facile à l'information juridique, des
assistants administratifs, des équipements, du matériel informatique et des
fournitures, y compris le crayon et le papier. Le rapport souligne que "les
bibliothèques des tribunaux souffrent d'un manque de crédits et les magistrats en
sont réduits à s’associer pour acheter des livres".

Une imprévisibilité dangereuse

L'organisation obsolète de la justice se traduit également par l'absence d'un système


de référence jurisprudentiel. La Banque Mondiale souligne que "les jugements ne
sont pas systématiquement publiés". Conséquence, les juges rendent des décisions
sans tenir compte des précédents enregistrés dans d'autres espèces similaires.
Autrement dit, chaque juge a son propre raisonnement jurisprudentiel. D'où l'absence
d'une jurisprudence "claire et cohérente". Cette situation est source d'incertitudes.
L'imprévisibilité du système préoccupe les milieux d'affaires, souligne le rapport de la
Banque Mondiale.

Membres de la famille judiciaire, les avocats n'échappent pas à la critique des


experts internationaux. Ils soulignent qu'exception faite des avocats anciens formés à
l'étranger les autres présentent les mêmes insuffisances que celles des
magistrats(5).

Seul point encourageant - l'arbitrage. La Banque Mondiale rappelle, sur ce plan, que
le Maroc a ratifié la Convention internationale sur le règlement des différends et la
Convention de New York de 1954 sur la reconnaissance et l'exécution des sentences
arbitrales. Elle souligne que le Maroc possède "à l'heure actuelle un noyau d'arbitres
bien formés, forts d'une expérience internationale". La Banque Mondiale reste
toutefois réservée sur l'avenir. "Il n'est pas certain que le système actuel de formation
puisse assurer la relève», conclut le rapport.

(3) Les Facultés de Droit ont commencé, depuis cette année, à dispenser des enseignements spécifiques dans le cadre des
licences appliquées en Droit d'Entreprise et en Droit Notarial.

(4) Les régularisations de salaires prennent plusieurs mois auprès du Ministère de la Justice. A titre de comparaison, le
Ministère des Travaux Publics régularise son personnel en 1 mois.

(5) Cf. L'Economiste n°102 du 4 novembre 1993.

209
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Social: Le parti-pris des juges

UN des passages forts de l'étude-diagnostic de la Banque Mondiale est l'évaluation


du droit du travail. Le rapport fait état des observations des juristes de la place. Les
praticiens du droit soulignent, sans équivoque, que "le principal problème juridique
auquel (est) confronté le secteur privé (vient) des restrictions apportées au droit de
licenciement". - La Banque Mondiale rappelle que la résiliation d'un contrat de travail
à durée indéterminée "doit être justifiée par un motif légitime". Dans la foulée, elle
ajoute que les licenciements collectifs sont "soumis à l'autorisation du gouverneur".
Le rapport constate que les "difficultés économiques ou financières" ou
"l'amélioration de l'efficacité économique" ne sont pas considérées comme des
"motifs" de licenciement collectif.

Faisant l'écho des avis des conseillers d'entreprises, le rapport de la Banque


Mondiale souligne que "les tribunaux ont tendance à prendre le parti des salariés et
les gouverneurs à refuser les autorisations de licenciement". Le rapport ajoute que
cette situation est due à "la persistance du chômage" au Maroc et à l'absence de
protection sociale (allocation-chômage).

Les experts de la Banque Mondiale soulignent que les employeurs restent désarmés
face à une action en justice pour licenciement abusif. Les patrons trouvent des
difficultés pour amener des employés qui voudraient témoigner contre le salarié
licencié. Conséquence, le licenciement est déclaré injustifié et donc abusif. La
Banque Mondiale rappelle qu'un licenciement collectif sans autorisation est puni
d'une amende de 200 à 2.000 DH par employé licencié. Le patron est, en plus,
astreint à procéder à la réintégration du personnel licencié. Le rapport ajoute que la
notion de licenciement collectif est "mal définie". Ce qui contribue à l'imprévisibilité
dans l'application de la règle de droit.

Le rapport de la Banque Mondiale évoque, bien entendu, le projet du Code de


Travail(1). Il précise que les juristes de la place lui reprochent "de ne pas répondre
aux problèmes réels que pose le code actuel ou de proposer des solutions
irréalistes". Talon d'Achille de cet irréalisme: un congé-maternité d'un an avec
garantie de réintégration. Le rapport de la Banque Mondiale souligne, sur un ton
crédule, qu'une "telle réforme ne peut que dissuader les entreprises de recruter des
femmes".

Par ailleurs la Banque déplore l'absence d'un droit de la concurrence.

Contre l'absence d'un cadre juridique réglementant la concurrence, les accords de


franchisage, d'affacturage ou de gestion, la profession juridique marocaine avance
l'argument de la souplesse des principes du droit des contrats.

Fondé sur la règle de l'autonomie de la volonté, le droit des contrats peut s'adapter à
tous les rapports juridiques intéressant le domaine du négoce. Tout en rapportant
ces points de vue apaisants des juristes de la place, le rapport de la Banque
Mondiale prend ses distances vis-à-vis de ces vides juridiques en série. C'est au
niveau de l'absence d'une réglementation de la concurrence où les experts de la
Banque Mondiale sont inquiets.

210
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
A l'exception de la publicité mensongère et certains actes de concurrence déloyale, il
n'existe au Maroc aucune autre trace juridique pouvant moraliser les batailles
commerciales sur les marchés.

(1) Cf L'Economiste du 28 mai 1992.

XII- UNIFORMISATION DES REGLES INTERNATIONALES CONCERNANT


L’AFFACTURAGE

Une nouvelle Convention Unidroit uniformisant les règles internationales


d’affacturage entrera en vigueur dans notre pays le 1er octobre prochain. Elle va
dans le sens d’une acceptation large de la validité des cessions de créances, mais
notre pays a souscrit à une clause de réserve concernant les cessions contenant une
clause de prohibition de cession.

L’affacturage

L'affacturage est une technique de financement qui consiste à céder une créance à
un tiers qui reprend la créance et l'encaisse.

Concrètement, un établissement de crédit spécialisé (le factor ou affactureur en


français) prend en charge le recouvrement de créances d'une entreprise dans le
cadre d'un contrat, en supportant, de manière optionnelle, les pertes éventuelles sur
les débiteurs insolvables.

L’affacturage est une technique de financement des ventes qui consiste pour une
entreprise à céder ses créances commerciales à un établissement spécialisé (ou «
factor ») au fur et à mesure des facturations, dans le cadre d’un contrat portant sur la
totalité ou une part importante du chiffre d’affaires. Le factor s’engage à acheter les
créances dès leur naissance, sans recours contre le cédant en cas de non-paiement.
Il réglera les factures à leur échéance ou avant, réalisant ainsi une opération de
crédit. Les praticiens considèrent que l’affacturage est un transfert total et définitif
des créances contre paiement, avec subrogation dans les droits du cédant.

L'affacturage recouvre trois types de prestations qui peuvent toutes être souscrites,
séparément ou non, par l’entreprise :

- Le recouvrement du poste client : l'affactureur gère pour le compte de


son client l'enregistrement des factures, la relance des débiteurs en cas
de retard de paiement, assure les encaissements et le service
contentieux en cas de non paiement. Il s'agit d'un service ;
- Le financement de la trésorerie : l'affactureur avance le montant des
créances dès leur cession par le client. Il s'agit donc d'un crédit. Le
montant avancé représente entre 85 et 95% de celui des créances
cédées. Cette quotité varie en fonction de la connaissance qu'a
l'affactureur des créanciers ;
- L'assurance crédit : l’affactureur garantit le paiement de la créance ce
qui signifie que le risque lui revient en cas de non paiement du débiteur.

211
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
On comprend aisément les difficultés qui peuvent surgir lorsque de telles opérations
sont conduites au niveau international, et l'incertitude juridique pouvant par
conséquent entraver l'essor de cet instrument financier fort utile dans le contexte du
développement économique. C'est pourquoi des règles uniformes destinées à régir
les opérations d'affacturage réalisées au niveau international ont maintenant été
adoptées.

Liberté contractuelle

La Convention consacre le principe de la liberté contractuelle des parties, puisque


celles-ci disposent de la liberté de se soumettre à un régime juridique autre, sous
réserve de tous les intérêts en jeu, et de modifier ou d'exclure les règles de la
Convention.

Champ d’application

Au point de vue matériel, la nouvelle Convention s’applique à tout contrat conclu


entre une partie (le fournisseur) et une autre partie (l'entreprise d'affacturage, ou
cessionnaire) en vertu duquel :

a) le fournisseur peut ou doit céder au cessionnaire des créances nées de contrats


de vente de marchandises conclus entre le fournisseur et ses clients (débiteurs), à
l'exclusion de ceux qui portent sur des marchandises achetées à titre principal pour
leur usage personnel, familial ou domestique;

b) le cessionnaire doit prendre en charge au moins deux des fonctions suivantes :

- le financement du fournisseur, notamment le prêt ou le paiement


anticipé ;
- la tenue des comptes relatifs aux créances ;
- l'encaissement de créances ;
- la protection contre la défaillance des débiteurs.

c) la cession des créances doit être notifiée aux débiteurs.

Du point de vue géographique, la Convention s'applique lorsque les créances cédées


dérivent d'un contrat de vente internationale (fournisseur et débiteur situés dans des
États différents), et lorsque les États où sont situées les trois parties sont des États
contractants, ou encore lorsque le contrat de vente de marchandise et le contrat
d'affacturage sont régis par la loi d'un État contractant.

Validité des cessions

La Convention s’engage largement, dans le but de faciliter le développement des


échanges internationaux, dans la voie d’une reconnaissance large des cessions de
créances.

Ainsi, en vertu de certaines législations, un accord de cession de créances peut ne


pas être valable, si l’on n’indique pas précisément l'objet de la cession, lorsque les
créances visées sont cédées globalement ou bien lorsqu'il s'agit de cession de

212
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
créances futures. La Convention (art. 5) apporte une solution uniforme à cette
problématique : ces types de cessions sont bel et bien valables.

La possibilité, pour les parties au contrat, de prévoir le transfert, directement ou par


un nouvel acte, de tout ou partie des droits (déjà existants ou qui seront constitués)
provenant de la vente de marchandises, est également expressément autorisée (art.
7).

Enfin, même en cas de présence dans le contrat de vente d'une prohibition de


cession des créances, la Convention consacre le principe de la validité du transfert
(article 6, paragraphe 1), sans préjudice de l'obligation de bonne foi du fournisseur,
qui reste responsable envers le débiteur de la rupture de la convention de prohibition
de cession qu'il avait passée avec lui. Compte tenu cependant de la difficulté pour
certains systèmes juridiques d'accepter la brèche ainsi ouverte dans le principe de
l'autonomie de la volonté des parties, un mécanisme de réserve (article 18) permet
aux États qui le souhaitent de protéger les débiteurs dont l'établissement est situé
sur leur territoire. Dans ce cas, la cession, qui reste valable entre le fournisseur et le
cessionnaire, est sans effet à l'égard du débiteur.

La Belgique a souscrit à cette réserve.

Entrée en vigueur et état de l'acceptation de la convention

Cette Convention entrera en vigueur en Belgique le 1er octobre 2010.

Elle a, par ailleurs, déjà été signée par les États suivants : Ghana, Guinée,
Nigéria, Philippines, République Unie de Tanzanie, Maroc, France,
Tchécoslovaquie, Finlande, Italie, Allemagne, Belgique, États-Unis d'Amérique,
Royaume-Uni, Hongrie, Lettonie. À ce jour, la France, l'Italie, le Nigéria, la
Hongrie, la Lettonie, l'Allemagne et l'Ukraine ont ratifié la Convention, qui est
entrée en vigueur le 1er mai 1995.

La Finlande et la Suède envisagent respectivement d'adhérer et de ratifier la


Convention. Les consultations sont enfin menées dans d'autres pays, parmi
lesquels on peut mentionner le Canada et l'Australie.

Source:28 mai 1998 - Convention d'Unidroit sur l'affacturage international, faite à


Ottawa le 28 mai 1988, M.B. 21 septembre 2010, p.58552;

En France, ces opérations rentrent dans le monopole bancaire prévu par la loi du 24
janvier 1984. L’affacturage, au niveau interne et international, est donc réservé aux
établissements de crédit étant donné le monopole des diverses prestations bancaires
données par le factor au cédant.

Cependant, l’introduction en France de ce mode de financement du commerce


international n’a pas conduit à l’élaboration d’un régime juridique spécifique. Cette
pratique ne répond à aucune définition légale et ne peut pas être intégrée à une
catégorie de contrats préexistante. Des montages ont d’abord été créés par la
pratique et consacrés par la jurisprudence. Puis, face à l’essor de cette technique,
présentant de nombreux avantages pour les exportateurs, et à la diversité des

213
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
systèmes juridiques relatifs à ce mode de financement, il est apparu nécessaire
d’élaborer un cadre juridique officiel pour l’affacturage international. L’objectif était de
mettre au point des règles uniformes afin de permettre une plus grande prévisibilité
pour les parties, et prévenir les difficultés liées aux problèmes de conflits de lois.
L’Institut international pour l’unification du droit privé (Unidroit) a donc élaboré la
Convention d’Ottawa du 28 mai 1988 relative à l’affacturage international pour
répondre aux besoins d’uniformité des règles relatives à cette technique.

Si cette uniformisation était nécessaire et s’est avérée bénéfique, elle ne résout pas
tous les problèmes, et quelques difficultés subsistent.

I/ LA NECESSITE DE L’UNIFORMISATION DES REGLES RELATIVES A


L’AFFACTURAGE INTERNATIONAL

Le mécanisme de l’affacturage international comme mode de financement des


exportations connaît un grand essor et est régulièrement utilisé dans les relations
commerciales internationales. Cependant, cette technique n’est pas appréhendée de
la même manière par tous les Etats. La variété des régimes pouvant s’appliquer à un
tel contrat a donc incité les Etats à élaborer des règles matérielles uniformes pour
l’affacturage international.

1/ Etude de l’affacturage international et des règles applicables à ce mode de


financement du commerce international

Le mécanisme de l’affacturage international

Le mécanisme de l’affacturage international s’inspire du schéma de l’affacturage


réalisé au niveau interne. La plupart des opérations d’affacturage implique trois
parties : le fournisseur, le cessionnaire et le débiteur. Une opération d’affacturage
peut ainsi prendre la forme de ce que l’on nomme habituellement « factoring d’export
direct » par lequel le fournisseur cède ses créances sur un débiteur étranger à un
cessionnaire dont l’établissement est situé dans le même pays que celui du
fournisseur. L’opération d’affacturage peut également consister en un « factoring
d’import direct » par lequel le fournisseur cède ses créances à l’encontre du débiteur
étranger à un cessionnaire dont l’établissement est situé dans le même pays que
celui du débiteur.

Cependant, la structure la plus usuelle des opérations d’affacturage international est


le système des deux cessionnaires, qui se présente comme une opération réunissant
quatre parties : un fournisseur qui cède ses créances sur un débiteur étranger à un
factor de son pays, qui cèdera à son tour les créances à un factor du pays du
débiteur après avoir eu recours à un réseau de factors. Par exemple, un fournisseur
français mobilise auprès d’un factor français ses créances sur un acheteur étranger.
Le fournisseur transmet au factor la propriété des créances mobilisées. Le factor lui
achète les créances selon des modalités convenues et renonce à tout recours contre
le fournisseur sauf si les créances correspondent à des opérations commerciales
inexistantes, non exécutées, mal ou tardivement exécutées. Le factor français se
charge du recouvrement des créances parfois à l’aide de filiales implantées dans le
pays concerné qui se chargeront du recouvrement. Il peut aussi demander, pour les
autres pays, à des confrères étrangers de se charger du recouvrement. En

214
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
contrepartie, ces derniers peuvent demander aux établissements français de
recouvrir leurs créances françaises: il s’agit des chaînes inter-factors. L’intérêt de ce
mécanisme se comprend aisément. Le vendeur français va transmettre la créance à
son factor français. Mais ce dernier appelé factor de l’exportateur n’a pas la
possibilité d’apprécier la solvabilité des débiteurs étrangers. C’est pourquoi il
s’adresse à un factor du pays du débiteur. Ce factor étranger procédera à cette
appréciation sous sa responsabilité puisque c’est lui qui va garantir au factor français
la solvabilité du débiteur étranger. Ce factor de l’importateur reste cependant
étranger aux relations entre le factor français et le fournisseur, car ce dernier ne traite
qu’avec le factor français qui lui achète sa créance. Il reste également étranger au
débiteur bien qu’il reçoive généralement mandat de la part du factor de l’exportateur
pour procéder au recouvrement de la créance transmise à ce dernier par le
fournisseur.

Si le mécanisme de l’affacturage international ne s’éloigne pas de celui de


l’affacturage interne, il présente des avantages plus considérables compte tenu des
risques particuliers à l’exportation.

Les avantages de ce mode de financement des exportations

Les avantages sont nombreux pour le fournisseur. Premièrement, le risque de non-


paiement est pris en charge par le factor. Le fournisseur peut également bénéficier
d’un crédit de la part du factor lorsque le règlement est effectué avant échéance. Il
dispose ainsi du maximum de trésorerie qu’il va généralement utiliser pour payer ses
propres fournisseurs. Il pourra ainsi obtenir de meilleures conditions de prix.

Deuxièmement, il ne supporte pas la lourde charge du recouvrement de ses


créances. C’est surtout intéressant pour les petites et moyennes entreprises en
croissance qui n’ont pas une structure financière et administrative susceptible de
faire face à leur expansion, et qui souhaitent développer leurs relations avec
l’étranger.

Troisièmement, le fournisseur évite des risques liés à la médiocre connaissance de


son partenaire étranger : l’organisme d’affacturage peut apporter les renseignements
dont il dispose sur l’acheteur étranger. En effet, l’entreprise d’affacturage qui est
située dans le pays du débiteur étranger a plus de chance de connaître la situation
du débiteur. De même, l’entreprise d’affacturage située dans le pays du fournisseur
peut utiliser son réseau pour fournir au fournisseur des informations sur le débiteur.

Le factor peut également rendre un grand nombre de services au fournisseur. Il peut


s’occuper de la gestion de son compte client et de son fichier d’acheteurs, offrir des
services de conseils ou de prospection commerciale et des services de facturation
voire de comptabilité ou autres services administratifs.

Concernant le factor, ce dernier perçoit, en contrepartie de ses services, une


commission appelée « commission d’affacturage ». Elle est calculée en fonction du
montant des créances cédées, et se situe généralement entre 1,25 et 2,50% de ce
montant. En outre, en cas de paiement anticipé, le fournisseur verse des intérêts au
factor (ou « commission de financement ») calculés en fonction du coût de
financement par l’entreprise d’affacturage.

215
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Une technique en plein essor

L’affacturage international connaît aujourd’hui une grande expansion. Les entreprises


d’affacturage se multiplient en France et à l’étranger. D’après le rapport ASF pour
1996, l’affacturage international représente en France 8% du chiffre d’affaires des
factors français ; l’encours d’escompte représente 200 milliards de francs, la cession
Dailly 20 milliards de francs et l’affacturage 30 milliards de francs. Son succès est en
majeure partie dû aux avantages qui viennent d’être vus et à la gamme de services
offerte aux PME leur permettant ainsi de participer au commerce international.

Cependant, des réglementations diversifiées pouvaient rendre difficiles les


opérations d’affacturage international.

2/ Les problèmes liés à la diversité des règles applicables à l’affacturage

Le besoin d’uniformité provient des différences significatives existant entre les


différents systèmes juridiques qui régissent certains des aspects essentiels de la
transaction, constituant ainsi des obstacles qui découragent l’utilisation de
l’affacturage au niveau international.

Une répartition géographique différenciée

L’internationalisation des échanges a conduit au développement de l’affacturage


international.

Cependant, si l’affacturage est implanté sur tous les continents, l’activité n’est pas
identique partout. L’Europe constitue les deux tiers du marché, le continent américain
représente 20% et

la zone Asie Pacifique connaît une augmentation importante du recours à ce mode


de financement du commerce international. Le renforcement de l’uniformisation des
pratiques, qui est la base de la sécurité juridique, devient essentiel à un
développement international efficace des services des factors.

Des cadres juridiques très diversifiés

Les législations régissant l’affacturage sont très divergentes car l’affacturage n’a pas
la même origine selon les différents pays, et n’a pas évolué dans le même contexte
économique et financier.

Il existe tout d’abord un clivage entre les pays de droit civil et les pays de Common
Law, qui explique que l’affacturage connaît des cadres juridiques différents même
entre pays voisins. Dans certains pays, comme la France, la technique de
l’affacturage est réservée à des établissements de crédit ou sociétés financières
agréées qui ont des obligations statutaires à respecter. En Italie ou en Allemagne, au
contraire, des sociétés de droit commun peuvent exercer cette activité sans les
mêmes contraintes. On trouve également des situations mixtes où le factor est
dispensé d’agrément et du statut de société financière, dans la mesure où il achète
les créances sans prêt d’argent en contrepartie. C’est la méthode utilisée notamment
par la Grande-Bretagne.

216
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Des techniques opérationnelles divergentes

Dans certains pays est pratiqué l’affacturage « avec recours ». Cela signifie que le
factor joue un rôle de gestionnaire et s’occupe du recouvrement des créances sans
apporter la garantie des impayés.

Certains pays, comme les Etats-Unis par exemple, pratiquent l’affacturage à


échéance. Cette technique se distingue de l’affacturage classique dans la mesure où
le financement n’intervient pas au même moment que la livraison des marchandises,
mais dix ou vingt jours après la date d’échéance moyenne des factures, et il n’est
perçu aucune commission financière.

Certains pays, comme la Grande Bretagne, pratiquent de l’« INVOICE


DISCOUNTING » qui est une sorte d’affacturage confidentiel sans notification auprès
du débiteur, avec ou sans garantie de bonne fin, et qui constitue une sorte de
financement gagé sur créances.

En France, l’article 1690 du Code civil prévoit des formalités pour la validité de la
cession à l’égard des tiers. La notification formelle d’un huissier ou l’acceptation
explicite de la cession par le débiteur dans un acte notarié sont nécessaires. Ces
formalités assez lourdes constituent une raison du rejet du mécanisme de cession
dans les opérations d’affacturage. C’est pourquoi les cessionnaires ont adopté un
mécanisme particulier : le mécanisme de la subrogation personnelle. C’est un
mécanisme par lequel le cessionnaire paye immédiatement la créance au client, et
reçoit simultanément de sa part une décharge de subrogation qui la clôt
expressément et éteint les droits du client relatif à la créance. Ce mécanisme
présente un inconvénient important : chaque opération individuelle est indépendante,
ce qui empêche la cession de futures créances. En dépit de cet inconvénient, très
peu d’opérations d’affacturage ont été réalisées sous l’empire de la loi n° 81-1 du 2
janvier 1981 dite loi Dailly, dont l’objectif était de simplifier la cession en masse de
créances professionnelles existantes et futures.

A côté du choix de la subrogation conventionnelle fait par la France, les autres pays
européens connaissent des mécanismes de transfert de créances variés soit par
cession par simple échange de consentements comme en Allemagne, soit par
cession par endossement des factures comme en Belgique.

A la lumière des éléments qui viennent d’être exposés, l’intérêt de règles uniformes
en matière d’affacturage international est manifeste. La question essentielle est celle
de la loi applicable à une opération d’affacturage international. Il apparaît nécessaire
de soumettre les trois voire quatre parties à l’opération d’affacturage, à des règles
identiques de manière à éviter les imprévus qui naissent des solutions aux conflits
des législations internes ou des stipulations contractuelles. C’est dans cette optique
qu’a été élaborée la Convention d’Ottawa du 28 mai 1988 sur l’affacturage
international.

217
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
II/ L’UNIFORMISATION DES REGLES RELATIVES A L’AFFACTURAGE
INTERNATIONAL PAR LA CONVENTION D’OTTAWA DU 28 MAI 1988

La Convention d’Ottawa, adoptée le 28 mai 1988, a été signée par 14 Etats ( la


France, l’Allemagne, la Belgique, les Etats-Unis, la Finlande, le Ghana, la Guinée,
l’Italie, le Maroc, le Nigeria, les Philippines, le Royaume Uni, la Tanzanie et la
Tchécoslovaquie2). Elle a été ratifiée par la France, l’Italie et le Nigeria, et est entrée
en vigueur entre ces Etats le 1er mai 1995. Cette Convention est une œuvre de
synthèse des droits des Etats contractants.

1/ L’apport de la Convention d’Ottawa

L’objectif de cette convention

L’objectif de cette convention est parfaitement posé dans son préambule. Il est dit
que « Les Etats parties à la présente Convention, conscients du fait que l’affacturage
international a une fonction importante à remplir dans le développement du
commerce international » ont souhaité reconnaître « l’importance d’adopter des
règles uniformes établissant un cadre juridique qui facilitera l’affacturage
international, et de veiller à l’équilibre entre les intérêts des différentes parties
d’affacturage ».

L’objectif de la convention est de maintenir l’équilibre entre les intérêts des parties à
l’opération d’affacturage et de ne pas affaiblir la position de l’acheteur.

Le champ d’application de la convention

Le domaine d’application est défini dans l’article 1 qui comporte une définition de
l’opération couverte. Un contrat d’affacturage est un contrat « par lequel

a) le fournisseur peut ou doit céder au cessionnaire des créances (…) ;

b) le cessionnaire doit prendre en charge au moins deux des fonctions


suivantes :

• Le financement du fournisseur, notamment le prêt ou le paiement anticipé

• La tenue des comptes relatifs aux créances

• L’encaissement des créances

• La protection contre la défaillance des débiteurs ;

c) et la notification de la cession des créances doit être donnée au débiteur.

Il y a donc affacturage lorsque le fournisseur des marchandises ou des services cède


à l’entreprise de factoring les créances nées de contrats de vente de marchandises
conclus entre le fournisseur et ses clients et ne visant pas un usage principal d’ordre
personnel, familial ou domestique.

218
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
La Convention a vocation à s’appliquer lorsque les créances cédées par un contrat
d’affacturage résultent d’un contrat de vente de marchandises ou de prestations de
services entre un fournisseur et un débiteur ayant leur établissement dans des Etats
différents et que, soit lesdits Etats ainsi que l’Etat où le cessionnaire a son
établissement sont parties à la Convention d’Ottawa, soit que le contrat de vente de
marchandises ou de services et le contrat d’affacturage sont régis par la loi d’un Etat
contractant en vertu de l’article 2-1. En général, le contrat de vente est soumis à la loi
du vendeur et le contrat d’affacturage est soumis à la loi du pays dans lequel le factor
est installé car ce sont eux qui fournissent la prestation caractéristique (selon les
dispositions de la Convention de Vienne du 11 avril 1980 sur la vente internationale
de marchandises3). Si la société d’affacturage et le fournisseur sont établis en
France la Convention s’appliquera sauf si les parties l’excluent explicitement.

Le contenu de la convention

1 L’objet du contrat

Le terme de « cession » inclut l’ensemble des opérations juridiques par lesquelles


une personne recouvre une somme d’argent à la place d’une autre: il peut s’agir d’un
mandat, d’une subrogation, d’un escompte, d’une assurance-crédit ou d’une cession
de créance. En France, on recourt généralement à la cession Dailly.

Les contrats, malgré le principe dit « de globalité » qui oblige le fournisseur à


présenter au factor toutes ses créances, peuvent prévoir l’exercice d’un pouvoir de
sélection des créanciers que le factor consent à approuver.

L’article 5 prévoit que la cession est valable à condition que les créances soit
déterminables lors de la conclusion du contrat pour les créances existantes, ou à leur
naissance pour les créances futures.

Ce critère est vague en comparaison de ce que prévoit la plupart des législations


nationales sur l’affacturage. C’est pourquoi un grand nombre de critères sont mis à la
disposition des parties au contrat d’affacturage pour déterminer quelles créances
seront transférées au cessionnaire. Par exemple, le critère peut définir les débiteurs
cédés ou la nature spécifique des marchandises ou services vendus par le cédant.
De plus, le fournisseur peut limiter la cession de créance dont la valeur est
supérieure ou inférieure aux seuils définis ce qui permet de protéger les crédits
honorables contre le défaut de paiement. Le but de la convention qui transparaît à
travers ces dispositions est de préserver l’autonomie contractuelle des parties.

Les rapports entre les parties

• Entre le factor cessionnaire et le fournisseur

La Convention d’Ottawa ne vise aucune technique spécifique de transfert. Les


parties peuvent donc recourir aux divers moyens de l’affacturage prévus par une
législation interne.

219
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Entre le factor et le débiteur étranger

Le débiteur doit régler les factures que lui présente le factor. Cependant deux points
sont à souligner.

Premièrement, le débiteur peut opposer au factor tous les moyens de défense


découlant du contrat de base qu’il aurait pu opposer au fournisseur qui lui aurait
présenté la créance pour paiement, en vertu de l’article 9-1 de la convention. La
cession ne doit pas affaiblir la position du débiteur cédé. Les exceptions susceptibles
d’être soulevées sont plus nombreuses que dans l’affacturage interne. Il peut par
exemple invoquer l’exception d’inexécution du marché et ce, jusqu’à la date de la
notification. Le débiteur peut également exercer contre le cessionnaire, un droit de
compensation détenu contre le fournisseur « à l’époque où la notification de la
cession par écrit a été donnée ». La compensation est donc plus largement admise
dans l’affacturage international car elle peut être invoquée jusqu’à la date de la
notification, mais il suffit encore qu’à cette date, le débiteur ait des droits ou actions
contre le fournisseur sans qu’il soit nécessaire qu’il soit titulaire d’une créance
liquide, certaine et exigible.

Le débiteur possède également une action en répétition contre le factor. En principe,


le débiteur cédé ne peut plus contester le paiement effectué en invoquant une
mauvaise exécution du fournisseur. Un tel recours subsiste si le cessionnaire n’a pas
payé les créances au fournisseur, ou s’il était de mauvaise foi au moment du
paiement et connaissait la mauvaise ou tardive exécution de ses obligations
contractuelles par le fournisseur. L’action contre le cessionnaire est aussi ouverte
lorsque celui-ci a payé le fournisseur alors qu’il avait connaissance de la mauvaise
exécution du contrat. Pour éviter ce risque, les entreprises d’affacturage doivent tirer
les conséquences des informations financières données par les débiteurs sur
l’exécution du contrat principal.

Deuxièmement, le débiteur ne doit payer le factor que s’il a reçu notification du


transfert et qu’il n’a pas eu connaissance d’un droit préférable. Ce qui n’est pas le
cas en droit français où le débiteur ne peut se libérer qu’entre les mains du factor à
compter de la date du paiement subrogatoire, sauf exception. Tant qu’il n’a pas reçu
notification, le débiteur peut régler le fournisseur. La notification est obligatoire et doit
être faite par écrit, ce qui conduit à penser que la notification est une condition
d’opposabilité du transfert des créances, alors qu’en droit interne le transfert de
propriété est opposable aux tiers et au débiteur cédé dès la date du paiement et non
pas à la date où une notification interviendrait.

Les cessions successives des contrats d’affacturage

Cette situation concerne le cas ou il y a quatre parties concernées par l’opération


d’affacturage dont deux factors (un dans le pays du fournisseur et un dans le pays du
débiteur). Des chaînes dites « inter-factors » ont été mises en place depuis
longtemps pour faciliter cette opération et la Convention d'Ottawa n'a pas ignoré
cette réalité. Elle réglemente les cessions successives. Il y a une condition pour que
la convention s’applique à une cession de créances successives : il est nécessaire
que les créances aient été antérieurement cédées par un fournisseur à un
cessionnaire en vertu d'un contrat d'affacturage régi par la Convention d’Ottawa.

220
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
L’article 11-1 assimile les cessions successives à une opération de cession d’un
fournisseur à la première entreprise d’affacturage. Cependant, pour que le transfert
successif conduise à un résultat effectif, il est nécessaire qu’il soit notifié au débiteur,
ce que prévoit l’article 11-2. Cette notification produit également effet à l’égard de la
première entreprise d’affacturage qui ne peut plus prétendre au recouvrement de la
créance.

Si le contrat contient une disposition interdisant les cessions successives, la


Convention toute entière est écartée en vertu de l’article 12.

La question de la validité d’une cession successive intervenue en violation d’une


clause du contrat d’affacturage est soumise à la loi nationale.

La Convention d’Ottawa présente donc une première étape vers l’uniformisation des
règles relatives à l’affacturage international, mais elle ne règle pas tous les
problèmes liés à ce mode de financement.

2/ Les lacunes de la convention

Les problèmes non réglés par la Convention

La Convention ne traite pas de tous les aspects de l’affacturage international. On


peut même affirmer que la convention laisse de nombreux problèmes sans réponse.
On peut comprendre aisément que les Etats qui ont élaboré cette convention ont des
législations très diversifiées concernant l’affacturage et qu’en conséquence, ces
Etats n’ont pas pu s’accorder sur tous les points, ce qui laisse des points non traités
par la Convention. Malheureusement, les points qui n’ont pas fait l’objet de règles
uniformes sont les points qui méritaient le plus d’être uniformisés comme c’est le cas,
par exemple, des priorités entre les créanciers en conflit quant à la créance cédée.

De même, la Convention ne fournit pas une réglementation efficace de la validité du


contrat d’affacturage (la validité de la garantie à l’égard des tiers) ni de la clause de
rétention de propriété. Néanmoins, les carences de la Convention n’entraînent pas
toujours de graves difficultés dans la mesure où un rôle important est laissé à
l’autonomie contractuelle des parties à un contrat international.

Il a été vu que la convention ne comporte pas de dispositions relatives à la validité du


contrat d’affacturage. Cependant, elle permet aux parties de déterminer le contenu et
la structure du contrat d’affacturage en appliquant le principe de l’autonomie de la
volonté des parties afin que les législations nationales n’invalident pas les clauses du
contrat.

La loi applicable aux questions non traitées ou aux opérations qui ne rentrent pas
dans le champ d’application de la convention est déterminée par l’application des
règles de conflit selon le droit international privé. L’application des règles nationales
de fond qui seront désignées par les règles de conflit de lois va poser de grands
problèmes. Ces problèmes ont été soulignés par M. Marco TORSELLO. Selon cet
auteur, dans la plupart des systèmes juridiques, les matières relatives au droit de
garantie et de propriété sont régies par la loi nationale désignée par le critère de la
LEX REI SITAE (la loi du lieu de l’immeuble) ; cela signifie, en référence aux biens

221
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
meubles, que ces matières peuvent être régies par deux systèmes juridiques
différents, à deux moments différents, selon la localisation des biens. Ces effets
négatifs ont été illustrés par la clause de réserve de propriété, la reconnaissance et
la mise en œuvre des droits de propriété qui, après un changement du lieu de
situation du bien, relèvent de la réglementation nationale du nouveau lieu de
situation du bien. Cela pose problème car certains systèmes juridiques imposent
comme condition de validité du droit à l’égard des tiers, l’enregistrement ou d’autres
formalités, alors que d’autres systèmes juridiques n’imposent pas de telles formalités.
Ainsi, un droit de propriété établi selon les règles de l’un de ces systèmes juridiques
pourra être jugé non fondé dans un des autres systèmes qui impose des formalités
spécifiques.

Les rédacteurs d’Unidroit se sont interrogés sur l’opportunité d’insérer des règles de
conflit de lois dans la Convention d’Ottawa mais ils ont rejeté cette idée en préférant
se focaliser sur des règles matérielles qui donnent directement la règle applicable et
permettent une plus grande prévisibilité dans les échanges commerciaux
internationaux.

Une application facultative et peu fréquente

Lorsque la Convention d’Ottawa ne s’applique pas, les deux contrats qui constituent
l’opération d’affacturage obéissent généralement, selon le droit international privé
commun, à la loi d’autonomie choisie librement par les parties, sous réserve de
l’existence d’un lien économique avec la loi de rattachement choisie et sous réserve
du respect de certaines lois de police.

Dans le silence des parties c’est souvent la Convention de Rome du 19 juin 1980 sur
la loi applicable aux obligations contractuelles4 qui définit la loi applicable pour les
pays adhérents. L’article 12 de cette convention dispose que « les obligations
mutuelles du cédant et du cessionnaire nées d’une cession volontaire d’un droit à
l’encontre d’une autre personne (« le débiteur ») doivent être régies par la loi en vertu
de laquelle cette convention est applicable entre le cédant et le cessionnaire (« LA
LEX CONTRACTUS ») et « la loi régissant le droit auquel la cession est relative doit
déterminer sont caractère cessible, la relation entre le cessionnaire et le débiteur, les
conditions dans lesquelles la cession peut être invoquée à l’encontre du débiteur
ainsi que toute question relative à la décharge éventuelle des obligations du débiteur
».

De plus, malgré des perspectives d’extension du domaine d’application de la


Convention, la zone géographique couverte par celle-ci est peu importante. En effet,
seulement trois pays ont ratifié la convention.

Il faut également préciser que l’application de la convention a un caractère facultatif


pour les parties. L’article 3-1 de la convention prévoit en effet que son application
peut être exclue par les parties au contrat d’affacturage ou par les parties au contrat
de vente de marchandises « à l’égard des créances nées, soit au moment, soit après
que la notification par écrit de cette exclusion a été faite au cessionnaire ». A la
différence de la Convention sur le crédit-bail international à laquelle il est possible de
déroger partiellement, en matière d’affacturage international l’exclusion ne peut que

222
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
porter sur l’ensemble de la convention: à partir du moment où l’on n’a pas exclu son
application, la convention s’applique intégralement.

La Convention d’Ottawa n’impose pas une solution particulière qui s’impose aux
parties à un contrat d’affacturage international. Elle permet une harmonisation des
solutions proposées par les différents systèmes juridiques nationaux tout en
protégeant le contrat de l’invalidité dont un droit national pourrait le frapper. Elle
diminue ainsi les barrières juridiques posées par les différences de législations
nationales. D’autre part, si elle avait imposé des solutions, elle aurait connu un
moindre succès car de nombreux Etats n’auraient pas accepté cette solution, et les
acteurs de l’économie n’étaient pas prêts à adapter leurs standards à un nouveau
modèle.

Les rédacteurs de cette convention ont décidé de faire preuve de souplesse et de ne


pas imposer une uniformisation des règles. Ils ont décidé de créer les conditions
juridiques favorables aux acteurs de la vie économique pour qu’ils puissent ajuster
leurs transactions en fonction de la structure d’affacturage la plus appropriée.

XIII- METHODES DU COMMERCE INTERNATIONAL > LES PRINCIPES DE


LA NORMALISATION

Comprendre les principes de la normalisation Qu'est-ce qu'une norme ? | Le respect


des normes est-il obligatoire ? | Qui produit les normes ? | Où trouver les normes ? |
Comment faire certifier son produit ? | Qu'est-ce qu'une norme ?

L’importance des normes

Les normes sont des documents écrits qui définissent l’ensemble des spécificités
techniques auxquelles doit répondre un produit ou un service qui prétend à cette
norme. Les normes garantissent l’aptitude à l'emploi des produits et la qualité des
biens et des services.

Les normes sont pour la plupart différentes d’un pays à un autre et sont souvent
considérées en commerce international comme des barrières non tarifaires,
obstacles techniques aux échanges.

Les normes internationales

Les normes internationales permettent une normalisation globale à l'échelle de


l'industrie. Pour les pouvoirs publics, elles servent de base technique pour la santé,
la sécurité et la législation relative à l’environnement, ainsi que pour l’évaluation de la
conformité ; elles favorisent l'harmonisation des règlements et des politiques
publiques au niveau international.

Au niveau des entreprises, elles fournissent un cadre de référence, un langage


technologique commun entre les fournisseurs et leurs clients. Elles facilitent les
échanges commerciaux et favorisent le transfert des technologies et des bonnes
pratiques de gestion. Elles permettent la réalisation d’économie d’échelle en

223
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
garantissant la compatibilité des matériels de diverses origines et l'interopérabilité de
différentes technologies : connexions internet, cartes bancaires, cartes
téléphoniques, etc.

Sur le site l’ISO, l’Organisation internationale de la normalisation, vous trouverez une


explication détaillée des avantages que procurent les normes et à qui elles
bénéficient.

Le respect des normes est-il obligatoire ? Le caractère obligatoire des normes

Le respect d’une norme a un caractère obligatoire si et seulement si il est issu d’un


règlement ou d’une directive. Dans le cas de pratiques import-export, un produit ne
pourra entrer sur le territoire et être vendu sur le marché local que s’il respecte la
législation en vigueur dans le pays. Les contrôles sont réalisés au moment du
passage en douane, au moment de la mise en vente du produit sur le marché ou
après.

Pour connaître les normes applicables dans le pays, il est nécessaire de rechercher
dans la législation nationale les textes de loi relatifs à son produit. Parfois, les
Organismes nationaux de normalisation ou les Ministères compétents mettent à
disposition sur leur site la liste des normes obligatoires dans le cadre des opérations
d’Import-Export.

Concernant le Maroc, le Ministère de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles


Technologies met à disposition sur son site la liste des normes obligatoires dans le
pays.

La compatibilité technologique

Même si le respect de la norme n’a pas un caractère obligatoire, il est toujours


nécessaire de vérifier les normes appliquées dans le pays que vous ciblez. Cela
vous permettra de vous assurer et de vérifier que tous les éléments nécessaires au
bon fonctionnement de votre produit sont réunis.

Nombreuses habitudes technologiques diffèrent d’un pays à l’autre. Il est souvent


assez facile de trouver sur internet une comparaison internationale de l’utilisation des
normes : prises électriques, zones DVD, téléphones portables.

Le comportement de consommation

Le respect d’une norme est un signe fort de distinction et un point de repère


important pour le consommateur. Dans certains cas, bien que cela ne soit pas
obligatoire, la mise en conformité du produit vis-à-vis de la norme sera effectuée par
les entreprises pour des raisons marketing.

Qui produit les normes ? Les organismes de normalisations

Les organismes de normalisation sont nombreux et présents à différents niveaux


(internationaux, régionaux, nationaux) et dans différents domaines (généraux ou
spécifiques).

224
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les organismes marocains - SNIMA, Service de normalisation industrielle marocain

Les organismes internationaux ISO, Organisation internationale de normalisation -


CEI, Commission électrotechnique internationale ; UIT, Union internationale des
télécommunications

L'ISO collabore avec un grand nombre de partenaires selon leur spécialisation


thématique : la Commission du Codex Alimentarius sur la sécurité alimentaire, la
Commission économique pour l’Europe (CEE-ONU) pour la sécurité des véhicules à
moteur et le transport des marchandises dangereuses, l’Organisation mondiale de la
santé (OMS) pour les technologies médicales, etc.

Les autres organismes régionaux

- ARSO, l'Organisation africaine de normalisation ;

- AIDMO, l'Organisation arabe du développement industriel et des mines ;

- CEN, le Comité européen de normalisation ;

- COPANT, la Commission panaméricaine de normalisation ;

- EASC, le Conseil euro-asiatique de normalisation, métrologie et certification ;

- PASC, the Pacific area standards congress;

- ACCSQ, le Comité consultatif de l’ANASE pour les normes et la qualité.

Les autres organismes nationaux

La plupart des organismes nationaux sont membres de l'ISO.

Il existe aussi un certain nombre d'offices nationaux qui propose des normes
applicables au niveau international, ASTM International (American Society for
Testing and Materials) en est un exemple.

Les autres parties prenantes

Les Associations de consommateurs :

- Consumers International;

- The European consumer voice in standardization;

- les associations nationales de défense des consommateurs

Les Associations des utilisateurs des normes :

- IFAN, la Fédération internationale des associations pour la pratique des normes ;

225
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- les associations nationales des utilisateurs de normes

Où trouver les normes ?

Les catalogues en ligne

Les normes sont accessibles auprès des organismes de normalisation qui les
mettent en place. En général, ces organismes disposent d’un site internet sur lequel
ils proposent un catalogue en ligne. Il vous sera alors possible de commander ou
d'acheter la norme directement sur internet.

Notamment, l'ensemble des normes marocaines sont consultables sur le site du


SNIMA.

Consultez aussi :

- les normes européennes en ligne ;


- le moteur de recherche des normes américaines ;
- le catalogue en ligne de l'ISO.

Comment faire certifier son produit ? La certification

La certification est la procédure par laquelle une " tierce partie " compétente donne
une assurance écrite qu'une entité (produit, processus, personne ou service) est
conforme aux exigences spécifiées.

La certification est réalisée par des laboratoires d’essais accrédités.

L’accréditation d’un organisme garantit que celui-ci a les moyens et les compétences
d’opérer cette certification.

Les organismes de certification

Les centres de certification sont souvent listés sur les sites internet des organismes
nationaux d’accréditation. Ceux-ci sont en général membres des organismes
internationaux d’accréditation. Ces sites vous en donneront la liste. Consultez
notamment :

- la liste des membres de l'ILAC, International Laboratory Accreditation


Cooperation;

- la liste des membres de l' IAF, International Accreditation Forum (IAF) ;

- la liste des membres de l'EA, European Cooperation for Accreditation (EA).

Les centres de certification au Maroc - les organismes habilités pour le contrôle des
importations ;

- les laboratoires accrédités. 2009 © Région Champagne Ardenne.

226
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
XIV- INVENTAIRES DES LIGNES ET MECANISMES DE FINANCEMENTS DES
ENTREPRISES MAROCAINES

1. Prêts destinés au financement des entreprises :

1) Affacturage.
2) Crédit-bail.
3) Cautionnement et Mobilisation de créances.
4) Financement sur nantissement de marchandises (warrantage).
5) Crédit d’investissement.
6) Introduction en Bourse.

1) Affacturage :

Principe :

L'affacturage est une opération reposant à l'origine sur la pratique du


"factoring"

L'affacturage est un moyen de financement des entreprises par le biais d'une


société de financement, la société d'affacturage, à laquelle seront confiées les
créances de l'entreprise. Les factures porteront mention de la nécessité
d'effectuer le paiement à la société d'affacturage, qui va gérer le compte client.
L'affacturage fonctionne sur le fondement juridique du paiement par
subrogation. Le factor assume le risque de solvabilité du client, mais pas celui
de non-paiement.

L'affacturage est ainsi une combinaison d'une prestation de services, la


gestion du recouvrement des créances, d'une opération analogue à
l'assurance, la garantie de crédit des débiteurs et d'une opération de crédit.

Fondement juridique

L'affacturage repose sur les dispositions concernant la subrogation par le


paiement. Il convient cependant de noter que le paiement, compte tenu des
stipulations habituelles et de l'inscription au crédit de manière provisoire, est
moins au sens juridique un paiement qu'une avance en crédit.

227
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Réglementation de l'affacturage

Compte tenu de sa nature l'affacturage est réservé aux établissements de


crédit.

Sociétés d’affacturage

Dénomination
Adresse du siège social
sociale

Attijari Factoring. 2, boulevard Moulay Youssef, Casablanca.

Maroc Factoring. 243, boulevard Mohammed-V, Casablanca.

2) Crédit-bail :

Le crédit-bail est une technique de financement des investissements


professionnels.
Le chef d'entreprise choisit un équipement et convient avec le vendeur des
conditions de l'achat.

Après examen du dossier, une société de crédit-bail achète le matériel et loue


celui-ci au chef d'entreprise qui l'exploite librement. En fin de contrat, le chef
d'entreprise peut:

- Soit rendre l'équipement,


- soit le racheter pour sa valeur résiduelle fixée au départ dans le contrat,
- soit continuer à le louer moyennant un loyer très réduit.

Spécificités

Le crédit-bail est juridiquement une location. Il ne finance en principe que les


matériels standards.

La durée des contrats est fonction de la durée d'amortissement fiscale des


matériels financés (légèrement plus courte, éventuellement).

228
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les contrats sont assortis d'une valeur résiduelle (option d'achat en fin de
location) comprise généralement entre 1% et 6 % du prix d'origine hors taxes
des matériels.

Les loyers de crédit-bail sont payables "terme à échoir" (en début de période)
et peuvent être linéaires ou dégressifs, le plus souvent à échéance
trimestrielle.

• Bénéficiaires

Toutes les entreprises quel que soit leur statut juridique.

• Principaux avantages

Pour les entreprises, et notamment celles en création, les avantages du crédit-


bail sont multiples :

- Il permet un financement à 100 % du montant de l'investissement et


n'exige par conséquent aucun apport du créateur, (sous réserve du
premier loyer payable d'avance). Ceci le distingue des financements
bancaires traditionnels qui sont le plus souvent limités à 70 % du prix
HT du bien financé.

- Les loyers de crédit-bail font partie en totalité des charges


déductibles pour l'entreprise. L'avantage fiscal est d'autant plus
important que la durée du remboursement est rapide, choix qui s'avère
doublement intéressant pour les matériels frappés d'obsolescence
rapide (informatique, bureautique, ...).

- Ce type de financement permet d'éviter un décalage important de TVA.


En effet, les premiers mois d'activité d'une entreprise sont souvent des
mois d'investissements, avec des dépenses plus importantes qu'en
régime de croisière. La TVA payée sur les achats (notamment achat
d'immobilisations) est donc supérieure à la TVA collectée sur les
ventes, ce qui entraîne des difficultés de trésorerie parfois sévères pour
l'entreprise nouvelle.

229
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- Le financement de machines importantes (coût élevé) peut être plus
facile à obtenir par crédit-bail pour une jeune entreprise quand le
fournisseur, pour vendre, accepte de signer un "engagement de reprise
du matériel" en cas de défaillance de l'entreprise locataire. Cette clause
représente une garantie supplémentaire pour la société de crédit-bail, le
fournisseur récupérant le matériel et payant les loyers restant dus.
- En fonction de la qualité du dossier, le mode de détermination des
loyers peut être éventuellement assoupli pour mieux répondre aux
besoins de l'entreprise utilisatrice.

- La propriété des matériels loués étant la première des garanties pour le


crédit-bailleur, le crédit-bail permet de dépasser éventuellement le ratio
habituel : Fonds propres/Endettement à terme = 1 , et l'instruction d'une
demande de crédit-bail peut être plus rapide voire moins formaliste.
- Enfin, ni les biens financés en crédit-bail, ni les ressources de
financement obtenues sous forme de crédit-bail ne figurent au bilan de
l'entreprise ; ce qui a notamment comme avantage de "limiter"
l'endettement apparent de l'entreprise (mais les loyers de crédit-bail
figurent sur une ligne spéciale au compte de résultat, l'encours des
contrats de crédit-bail est indiqué dans les annexes comptables, et les
contrats de crédit-bail sont publiés au greffe du tribunal de commerce).

• Limites d'utilisation

- Son coût est supérieur à celui d'un crédit bancaire traditionnel.


- Les organismes spécialisés sont réticents à financer les
investissements très spécifiques. Le crédit-bailleur peut en effet se
trouver dans la même situation de risque que le prêteur bancaire non-
garanti : client insolvable et matériel non revendable. Toutefois selon la
négociation menée, cette limite peut être contournée par l'intervention
en garantie d'une SCM (société de caution mutuelle), de SOFARIS ou
d'un autre fonds de garantie, ainsi que par la prise de garanties réelles
ou personnelles.

230
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Modalités

- Le dossier est accepté par la société de crédit-bail après examen de la


situation financière de l'entreprise et accord sur le bien financé.
- Un contrat de location est signé entre la société de crédit-bail et
l'entreprise, assorti d'une promesse de vente à un prix convenu (valeur
résiduelle).
- La location commence à la réception du matériel constatée par la
signature d'un procès-verbal.
- La société de crédit-bail reste propriétaire du bien jusqu'au paiement de
la valeur résiduelle à l'échéance du contrat.
- Le locataire doit faire assurer le matériel et le maintenir en bon état
pendant toute la durée du contrat (usure normale).

• Coût

Pour les barèmes standards, le crédit-bail est plus cher qu'un crédit à moyen
terme bancaire, mais l'entreprise bénéficie d'un financement à 100 % et de la
déductibilité fiscale des loyers de crédit-bail.

En cas d'intervention d'un organisme de garantie, le coût de l'opération est


majoré de la commission versée à ce garant.

• Sociétés de Crédit-bail

Dénomination sociale Adresse du siège social

Angle rue Normandie et rue Ibnou


BMCI-Leasing (*) (**).
Fariss, Casablanca.

Compagnie marocaine de location Résidence El Manar, boulevard


d'équipements "Maroc-Leasing" (*) Abdelmoumen, Casablanca.

32, boulevard de la Résistance,


DIAC-Leasing (*).
Casablanca.

Société générale de Leasing du Maroc Résidence El Manar, boulevard


"SOGELEASE Maroc" (*). Abdelmoumen, Casablanca.

231
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Société Maghrébine de Crédit-bail (Leasing) 45, boulevard Moulay Youssef,
"MAGHREBAIL" (*). Casablanca.

C/o Oismine s.a., 141, boulevard


Tissir Bail.
Moulay Ismaïl, Casablanca.

Union Bail. 195, avenue Hassan II, Casablanca.

WAFABAIL (*). 1, avenue Hassan II, Casablanca.

______
(*) Sociétés de financement habilitées à recevoir, du public, des fonds d'un
terme supérieur à deux ans.
(* *) Ex Société Internationale de Leasing (Inter-Leasing).

3) Cautionnement et mobilisation des créances :

Les sociétés exerçant les métiers de cautionnement et de garantie participent


au financement des entreprises en ce sens qu’elles facilitent à ces dernières
l’accès aux crédits bancaires destinés à couvrir les besoins tant
d’investissement que d’exploitation.

• Sociétés de cautionnement

Dénomination sociale Adresse du siège social

Caisse marocaine des marchés "CMM"


12, place des Alaouites, Rabat.
(*)

Dar Ad-Damane. 27, avenue Hassan II, Casablanca.

__________
(*) Sociétés de financement habilitées à recevoir, du public, des fonds d'un
terme supérieur à deux ans.

232
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
4) Financement sur nantissement de marchandises (warrantage) :

Les magasins généraux ont été institués et réglementés au Maroc par le dahir
du 6 juillet 1915 modifié par les dahirs du 25 juin 137 et 15 juin 1954.

Ce sont des établissements d'entreposage responsables de la garde et la


conservation des matières premières, objet fabriqués, marchandises e
denrées qui leur sont confiés par les commerçants, les industriels ou les
agriculteurs. Les récépissés et warrants délivrés par ces établissements
peuvent être transférés par voie d'endossement, ensemble pu séparément, le
récépissé conférant la propriété de la marchandise et le warrant donnant la
possibilité de mettre celle-ci en nantissement auprès des établissements de
crédit.

• Sociétés de financement sur nantissement de marchandises

Dénomination sociale Adresse du siège social

77, rue Oued Yquem,


Société marocaine des magasins généraux
Casablanca.

5) Crédit d’investissement :

Grâce au crédit d'investissement, la banque finance directement l'outil de


travail et les éléments destinés à y rester durablement (terrain, bâtiment,
machines, matériels roulant).

Durée : La durée des crédits varie suivant la durée d'amortissement de l'objet


financé. Par exemple une machine-outil est financée sur une durée de 5
à 7 ans; un bien immobilier sur 15 ans; le financement d'achat de terres
par un agriculteur s'effectue sur une durée de 15 à 20 ans.

Remboursement : Le remboursement s'effectue par mensualités ou annuités


constantes ou progressives grâce aux bénéfices réalisés par
l'entreprise.

233
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les échéances de remboursement comprennent le capital, les
intérêts et les assurances.

Autofinancement : L'autofinancement (ou apport personnel) généralement


demandé à l'emprunteur représente environ 20 % de
l'investissement.

Taux : Le taux des crédits dépend généralement des conditions


du marché monétaire (pour l'argent prêté à court terme) et du marché
financier (pour l'argent prêté à long terme). Certains prêts peuvent être
"bonifiés" lorsque par l'Etat prend en charge une partie des intérêts
(prêts à l'agriculture ou à l'artisanat).

Le taux des crédits d'investissements peut être contractuellement établi:

- à taux fixe, qui est déterminé à la réalisation du prêt et reste identique


pour toute sa durée;

- à taux révisable, qui change périodiquement en fonction de l'évolution


d'indices financiers reconnus par les pouvoirs publics; (taux de base
bancaire (TBB)…)

La banque est obligée de faire figurer sur ses offres de crédit le taux
effectif global (TEG), qui tient compte du taux d’intérêt, des frais de
dossier et de l’assurance.

Les lignes nationales représentent une potentialité, pour les investisseurs


marocains. Les financements offerts sont adaptés suivant la nature de l'investisseur
et l'investissement. Les lignes nationales, offre deux types de financement:

• Le financement de l'investissement englobe les financements offerts au but


d'investir ou étendre un projet.
• Les crédits de fonctionnement réunissent plusieurs types de crédits.

Contact :

La Banque de votre choix.

234
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
6) Introduction en Bourse :

Les entreprises doivent constamment assurer leur croissance en vue de


s’agrandir et se moderniser pour progresser. L’entreprise est plus obsédée par
la survie que par le profit. Elle doit réaliser des bénéfices pour satisfaire et
rémunérer le capital c’est-à-dire les actionnaires. Mais, l’entreprise doit surtout
dégager des surplus pour pouvoir se maintenir.

Par ailleurs, l'insuffisance de la trésorerie constitue le principal obstacle pour


l’entreprise. En effet, il y a une différence entre le patrimoine et les liquidités.
Une entreprise peut avoir d’importants actifs mais peut se retrouver en
difficulté si elle a épuisé toutes ses lignes de crédit auprès des banques.

Egalement, le crédit coûte cher. Les frais financiers augmentent le prix de


revient d’où un manque de compétitivité et de rentabilité.

Pour cela, l’entreprise doit trouver le moyen de se financer sans s’endetter. Ce


moyen c’est la Bourse.

Ainsi, l’introduction en Bourse permet à une société au capital "fermé" de


devenir une société dont le capital est ouvert en partie au public.

L’introduction en Bourse permet à la société d’acquérir du prestige et


d’appartenir à une catégorie d’entreprises dont on cite fréquemment le nom à
la télévision et dans les journaux.

L’introduction en Bourse offre aux entreprises plusieurs avantages mais elle a


toutefois quelques contraintes. Parmi ceux-ci, figure la nécessité de publier
périodiquement les comptes et de travailler de manière transparente et
étroitement contrôlée.

L’épargnant qui achète des actions en bourse fait confiance aux dirigeants de
cette institution. Il les charge, en quelque sorte, de la mission de contrôle de
l’entreprise dont il vient d’acquérir une partie du capital.

235
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Cette mission de contrôle est assurée par les intervenants en bourse
moyennant une commission qu’ils prélèvent à l’occasion de chaque
transaction.

Les avantages de l’introduction en Bourse

• Accès plus simple au financement,


• Renforcement des fonds propres,
• Prestige plus important,
• Actions facilement transférables.

Les contraintes de l’introduction en Bourse

Les contraintes majeures de l’introduction en bourse des entreprises sont les


suivants :

• Risque de perte du contrôle total de la société,


• Nécessité de divulguer ses comptes au public.

Pour cela, certaines sociétés ne veulent pas s’introduire en Bourse même si


elles répondent aux exigences prévues par la loi.

2. Lignes de crédit étrangères :

Cinq lignes de crédit étrangères sont actuellement à la disposition des PME


marocaines pour financer leurs investissements à moyen terme ainsi que la ligne
PROPARCO. Ces lignes sont mises en place dans le cadre d'accords bilatéraux
entre le Maroc et certains pays de l'Union Européenne afin de permettre le
financement de l'achat d'équipements, biens et services en provenance du pays
signataire d'une convention.

1. Ligne de crédit française.


2. Ligne de crédit italienne.
3. Ligne de crédit portugaise.
4. Ligne de crédit allemande.
5. Ligne de crédit espagnole.
6. Ligne PROPARCO.
236
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
1) Ligne de crédit française :

Objet
Crédits pour achats de biens et services d'origine française

Conditions d'éligibilité

• Entreprise de droit marocain, à fort potentiel de développement,


notamment à l'exportation
• Entreprise ayant réalisé au cours des deux derniers exercices soit un
chiffre d'affaires annuel HT n'excédant pas 75 millions de DH, soit un
total bilan ne dépassant pas 50 millions de DH

Quotité finançable

• Crédit maximum : 2 286 735,26 Euros


• Crédit minimum : 100 000 Euros
• Financement part locale : 15%

Conditions du crédit

• Taux d'intérêt : 5% H.T l’an.


• Durée de remboursement : 6 ans minimum et 12 ans maximum
• Différé : au minimum 1 an et au maximum 4 ans
• Remboursement : trimestriel, quadrimestriel ou semestriel

Déblocage des fonds :

La banque gérante envoie à la Mission Economique et Financière près


l'Ambassade de France à Rabat (MEF) la demande de financement, et à la
DTFE la fiche de mise à disposition, une copie du bilan du bénéficiaire et un
document mentionnant la nature et le montant de l'investissement à financer.

Le prêt peut être débloqué directement en faveur des fournisseurs de biens ou


services français, ou entre les mains du bénéficiaire sur présentation des
justificatifs de dépenses payées et de l’origine française des biens et services.

237
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
La MEF prend la décision concernant l'imputation de l'opération et envoie à la
DTFE, pour accord, une lettre d'application.

Une fois l'accord reçu, la DTFE établi l'échéancier de remboursement.

Il est à noter que les acomptes à régler aux fournisseurs français doivent être
au minimum de 20% du montant des contrats dont 10% au minimum à la
commande et le solde au fur et à mesure de l’exécution des contrats.

A qui vous adresser ?

Crédit Agricole, BCP, BMCE, Attijari - Wafa Bank, BMCI, Crédit du Maroc

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Jaouad Zhar
Tel : 037 67 73 82 Fax : 037 67 73 72
e-mail : j.zhar@dtfe.finances.gov.ma

Ambassade de France au Maroc


Mission économique. Rabat.

Agence Française de Développement


15, Avenue Mers Sultan, Casablanca.
Tél. : 022.29.53.97 / 022.22.78.74

2) Ligne de crédit italienne

Objet

Crédits finançant l'achat d'équipements productifs, le transfert de technologie,


les licences et les brevets industriels. Les biens et services acquis doivent être
d'origine italienne.

238
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Critères d'éligibilité

Est éligible au financement de la ligne italienne toute PME / PMI de droit


marocain ou ayant la forme de sociétés mixtes maroco-italiennes, ayant
résidence au Maroc, dont :

1) le capital n’est pas détenu directement ou indirectement à plus de 25%


par une personne morale ou un fonds collectif d’investissement,

Pour les entreprises à plus de 2 ans d’existence :

2) l’effectif permanent ne dépasse pas 200 personnes,


3) le chiffre d’affaires hors taxes réalisé au cours des 2 derniers exercices
est inférieur à 75 millions de dhs ou le total bilan inférieur à 50 millions
de dhs.

Pour les entreprises nouvellement créées :

2) l’investissement initial inférieur à 25 millions de dhs,


3) le ratio investissement/emploi inférieur à 250 000 dhs.

Aussi éligible au financement de la ligne les universités et centres de


recherche développant des projets pilotes dans le secteur de l'innovation
technologique et de la protection de l'environnement.

Quotité finançable

• 100% du prêt pour l'acquisition des biens et services italiens.


• Crédit maximum: 2 080 000 Euros
• Crédit minimum : 52 000 Euros
• Financement part locale : 20%

Conditions du crédit

• Taux d'intérêt applicable : 5,25% H.T l'an ;


• Durée de remboursement : 7 à 10 ans ;
• Différé de remboursement : 3 ans maximum à négocier avec la banque;

239
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Remboursement : semestriel.

Procédure de financement

La demande de financement doit être déposée directement à l'UPI.


L'UPI procède à une première analyse économique et financière afin d'évaluer
la faisabilité et la rentabilité du projet.

Le dossier est alors transmis à la banque qui procède à son étude pour
approbation.
Par la suite le dossier est adressé au ministère des Finances et de la
Privatisation marocain qui après approbation le transmet aux autorités
italiennes pour imputation définitive.

La banque italienne règle alors directement le fournisseur italien sur la base


du contrat qu'il aura préalablement établi avec le promoteur marocain.

Déblocage des fonds :

Directement en faveur des fournisseurs des biens ou services italiens


conformément aux dispositions du contrat commercial.

A qui vous adresser ?

Crédit Agricole, BCP, BMCE, Attijari - Wafa Bank, BMCI, Crédit du Maroc.

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Jaouad Zhar Tel : 037 67 73 82 Fax : 037 67 73 72
E-mail : j.zhar@dtfe.finances.gov.ma

Unité de Promotion des Investissements


ONUDI 10, Rue Ghandi, BP 211 Rabat
Tél. : 037 73 79 79 Fax : 037 73 80 70
E-mail : onudirabat@anpme.ma

240
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3) Ligne de crédit portugaise :

Objet

Crédits ouverts à toutes les entreprises mixtes maroco-portugaises en


création ou en développement, pour l'achat de biens neufs et services d'origine
portugaise.

Critères d'éligibilité

PME-PMI privées marocaines ou PME mixtes maroco-portugaises dont :

1) le capital n’est pas détenu directement ou indirectement à plus de 25%


par une personne morale ou un fonds collectif d’investissement,

Pour les entreprises à plus de 2 ans d’existence :

2) l’effectif permanent ne dépasse pas 200 personnes,


3) le chiffre d’affaires hors taxes réalisé au cours des 2 derniers exercices
est inférieur à 75 millions de dhs ou le total bilan inférieur à 50 millions
de dhs.

Pour les entreprises nouvellement créés :

2) l’investissement initial inférieur à 25 millions de dhs,


3) le ratio investissement/emploi inférieur à 250 000 dhs.

Quotité finançable

• Crédit maximum 25 millions de DH


• Financement part locale : 15%

Conditions du crédit

• Taux d'intérêt : 5% H.T l’an,


• Durée de remboursement : 8 ans au minimum et 16 ans au maximum
• Différé : 2 ans
• Remboursement : semestriel

241
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Procédure de financement

L'entreprise présente la demande à la banque gérante.

Constitution du dossier

• facture pro forma ou document en tenant lieu


• fiche d'identification du bénéficiaire
• fiche d'identification du fournisseur
• fiche retraçant la consistance du projet
• accord de mise à disposition entre le ministère et la banque marocaine
• tout document utile à l'appui de la demande d'imputation.

La banque transmet la demande à l'ICEP Portugal à Rabat pour examen,


accompagnée du dossier.

Le ministère de Finances communique son accord sur l'imputation du projet à


la banque marocaine, à la CDG et à l'ICEP Portugal. Cet accord fait office
d'imputation définitive dudit projet.

A qui vous Adresser ?

Crédit Agricole, BCP, BMCE, Attijariwafa Bank, BMCI, Crédit du Maroc

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Jaouad Zhar
Tel : 037 67 73 82 Fax : 037 67 73 72
e-mail : j.zhar@dtfe.finances.gov.ma

Unité de promotion des investissements


10, Rue Ghandi, Rabat
Tél. : 037 73 79 79

Ambassade du Portugal
João Manuel Rodrigues Correia ; Ambassade du Portugal 5, Rue Thami
Lamdouar ; B.P. 5050- Souissi – RABAT _ Tél. : 037.75.24.72

242
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Fax : 037.75.66.86
E-mail : icepmar@mtds.com

4) Ligne de crédit allemande :

Objet

Ligne de crédit « acheteur » dotée de 50 millions d'Euros, destinée à financer


les importations des biens d'équipement d'origine européenne.

Critères d'éligibilité

Entreprises marocaines exportatrices

Quotité finançable

85% maximum du contrat d'exportation

Conditions du crédit

• Durée du crédit : 5 à 12 ans


• Taux d'intérêt : Libor ou Euribor + marge (possibilité de taux fixe)
• Commissions d'engagement : 0,1% du montant non utilisé après
chaque imputation - projet
• Commissions de gestion : 0,1% du montant après chaque
imputation - projet

Procédure de financement

La présentation du dossier de financement se fait auprès de à la BMCE BANK


Après étude, la BMCE communique à la HYPOVEREINS BANK les
informations relatives à ce financement.

La décision de la HYPOVEREINS BANK est communiquée via la BMCE. Les


prêts accordés à la clientèle sur cette ligne sont garantis par les agences de
crédit à l'export.

243
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
A qui vous adresser ?

BMCE BANK - Direction Financement des Projets


140, Av Hassan II - Casablanca
M. A. NASSERDINE 022-49-83-32
e-mail : anasserdine@bmcebank.co.ma
M. M. HAJJAM 022-49-83-86
e-mail : shajjam@bmcebank.co.ma
Fax : 022 20 05 14
Site web : www.bmcebank.ma

5) Ligne de crédit espagnole :

Principe :

L’Etat a signé avec les banques membres du GPBM, une convention de


coopération destinée au financement de la création, l’agrandissement et la
modernisation des entreprises mixtes maroco-espagnoles ayant une
résidence au Maroc en finançant l’acquisition de biens neufs et services
d’origine espagnole.

L’enveloppe globale de la ligne est de 18 millions d’Euros.

Critères d’éligibilité :

Est éligible au financement de la ligne espagnole toute PME-PMI de droit


marocain ou ayant la forme de société mixtes maroco-espagnoles dont le total
bilan après investissement est inférieur à 50 millions de Dhs.

Conditions du crédit :

• Quotité de financement : Jusqu’à 100% du prêt pour l’acquisition des


biens et services espagnoles. Toutefois, le prêt peut intégrer 10% du
matériel étranger et 15% au maximum des dépenses locales.
• Montant maximum : 26 millions de Dhs.
• Taux : 5% HT l’an.

244
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Durée : 8 ans avec un différé de 2 à 3 ans.
• Remboursement :

Directement en faveur des fournisseurs ou sur présentation des


documents justificatifs stipulés dans le contrat commercial.

• Pas de risque de change (crédit en DH).

A qui vous Adresser ?

Crédit Agricole, BCP, BMCE, Attijariwafa Bank, BMCI, Crédit du Maroc

Ambassade d’Espagne
Service économique, Rabat.

6) Ligne PROPARCO :

• Permettre aux entreprises marocaines de financer en devises (Euro ou


Dollar à taux fixes ou à taux variables) à moyen et long terme, des
investissements de biens et services sans contrainte d’origine.
• Financement de l’acquisition des biens et services entrant dans un
programme d’investissement pour des projets de création, de
développement ou de restructuration

Critères d’éligibilité

Sont bénéficiaires les PME et les grandes entreprises.

Les entreprises exportatrices ou dont une partie de recettes est réalisée en


devise (Hôtellerie par exemple)

Conditions de financement

• Quotité de financement : 300.000 Euros au minimum et 4 millions


d’Euros au maximum
• Durée : 3 à 12 ans avec un amortissement semestriel
• Le risque de change : à la charge du client

245
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Taux d’intérêt : taux fixe ou variable avec option de changement de
taux :

- EURIBOR : pour l’Euro


- LIBOR : pour le dollar

Banques partenaires

BMCE, la SGMB Moussaham, Maghreb Priate Equity Fund, Capital Morocco,


Upline IT Technologies.

Comment bénéficier du crédit

- Présenter le dossier à l’une des banques partenaires.


- Les fonds sont versés à l’entreprise dans des délais très courts, après la
demande de déblocage.

A qui vous adresser ?

PROPARCO Yann CARON

15, avenue Mers Sultan - Casablanca.

Tel: 022 29 53 97 – 022 22 78 74 - Fax: 022 29 53 98

E-mail: AFDPROCasablanca@ma.groupe-afd.org

3. Société de prise de participation :

Le capital-risque, le capital-développement, le capital-amorçage, le capital-


transmission et le capital-restructuration sont les principales formules de prise de
participation mises en place pour alimenter les fonds propres des entreprises.

Ces capitaux investissements interviennent à différents stades du cycle de


développement des PME et constituent un appui financier non rémunéré par un
taux d’intérêt. Leur rémunération correspond à la plus-value de sortie et
accessoirement à des dividendes. Ils ont l’avantage d’apporter de l’assistance

246
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
technique, du conseil et de l’élaboration d’études qui servent de base à la
mobilisation des fonds.

Principales sociétés de prise de participation :

1) Ligne de capital risque BEI.


2) IZDIHAR, Crédit Banque Populaire.
3) Société de participation et de promotion du partenariat.
4) Prêt Participatif de BANK AL AMAL.
5) Accès Capital Atlantique.
6) Fonds d’Amorçage SINDIBAD.
7) PPP: Programme Public Private Partnership.
8) Crédit du Maroc Capital.
9) CFG Group.
10) Capital Invest.
11) Upline It Management.
12) Maroc Invest.
13) Asma Invest
14) COFEIDES: Compagnie espagnole pour le financement du développement.
15) Faisal Invest.

1) Ligne de capital risque BEI :

Objet

Renforcer les fonds propres de votre entreprise, sous forme de prise de


participation, dans le cadre du programme MEDA.

Avantages

• Allégement des charges financières


• Garanties non exigées
• Rémunération en fonction des résultats de l'entreprise
• Durée de la participation limitée dans le temps
• Permet de garder le contrôle de son affaire
• Assistance et conseil du capital risque au management, au niveau de :

247
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- Stratégie
- Ingénierie financière
- Réseau de relations

• Partage de la responsabilité
• Partage de risque (rémunération aléatoire, pas de portage)

Cibles

Toutes les entreprises marocaines présentant des fondamentaux solides en


termes de marché, de technicité et d'avantages compétitifs à même de
soutenir un développement certain.

Critères d'éligibilité

• Qualité du management
• Transparence dans la gestion
• Existence d'outils de pilotage et de suivi permanent
• Être un partenaire actif
• Préservation de la liquidité de son investissement (sortie, distribution,
rémunération des quasi fonds propres)
• Visibilité sur l'augmentation de la valeur de la cible et la génération de
plus-value
• Rendement compatible avec la prise de risque.

Sont exclus les investissements de restructuration financière.

Durée de la prise de participation

3 à 5 ans

Instruments de financement

• Fonds propres : Actions


• Quasi fonds propres : Obligations simples ou convertibles en actions

248
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Rémunération

Sur les dividendes de chaque exercice et sur la plus value à la sortie du


capital risque.

Procédure de financement

La demande de financement en capitaux à risque est présentée par


l'entreprise à sa banque ou à l'organisme de capital risque sur la base de
l'étude de diagnostic et du plan d'affaires préalablement élaborés. La banque
convient avec l'entreprise du montage financier adéquat, après avis du comité
de la banque et de la BEI.

A qui vous adresser ?

MOUSSAHAMA:
R. BAKKALI D. RAFI
Tél.: 022 39 30 00 - Fax: 022 39 32 20
E-mail : bakkali@caramail.com

BMCE: A.NASSERDINE
Tél.: 022 49 83 32 - Fax: 022 29 44 42
E-mail : anasserdine@bmcebank.co.ma

BCM: H. SMAD
Tél.: 022 29 89 22 / 022 22 41 69 - Fax: 022 29 41 20
E-mail : h.smad@bcm.co.ma

MAROC INVEST : N. FETTAH


Tel : 022 25 95 15 - Fax : 022 25 99 60
E-mail :nadia.fettah@marocinvest.com

CAPITALINVEST : M. TAHIRI
Tel : 022 22 30 56Fax : 022 27 38 15
E-mail : m.tahiri@capitalinvest.co.ma

249
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
2) IZDIHAR, Crédit Banque Populaire :

Objet de financement :

Financement partiel de la création, de l’extension ou la modernisation des


entreprises.

Critères d’éligibilité :

• Toute entreprise de production de biens et de services opérant dans les


secteurs de l’industrie, l’agriculture, le transport, le tourisme, les
professions libérales et autres activités de services.

• Ne sont pas finançables les entreprises immobilières.

Durée :

Maximum 12 ans y compris un différé de :

• 3 ans maximum pour les projets de création.


• 2 ans maximum pour les projets d’extension ou de modernisation.

Plafond de financement :

• 70% du programme d’investissement en cas de création.


• 80% du programme d’investissement en cas d’extension ou de
modernisation.

Avantage :

• Financement à long terme.


• Financement pouvant aller jusqu’à 80% en cas d’extension.

Taux d’intérêt :

• Si la durée est inférieure ou égale à 7 ans: Taux de référence bancaire


(TRB) +3 points.

250
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Si la durée est supérieure à 7 ans : Taux de référence bancaire (TRB) +
4 points.

Remarque :

Le coût d’acquisition du terrain et des locaux d’exploitation ainsi que le


montant du BFDR ne doivent pas excéder globalement 50% du PI sauf cas
exceptionnel.

Contact :

Banque Populaire.

www.bp.co.ma

3) SPPP-Moussahama : Société de participation et de promotion du partenariat

Objectif :

Prise de participations dans des sociétés marocaines ou étrangères créées ou


à créer. Assistance technique et conseil des sociétés sus visées ainsi que
l’élaboration d’études destinées à servir de base aux prises de participation.

Critères d’éligibilité :

Toute entreprise en démarrage ou en développement et à fort potentiel de


croissance, à l’exclusion des activités de services liés à l’industrie, du secteur
de l’immobilier et des entreprises en difficultés.

Durée :

La sortie du capital s’effectue dès que l’entreprise est en vitesse de croisière.

Taux d’intérêt :

Participation de la SPPP dans les bénéfices et les pertes.

251
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Montant finançable :

49% maximum du capital de l’entreprise sans que cette participation n’excède


10% des fonds propres de Moussahama.

Contact :

Nadir EYTHRIB Chargé d’affaires

Espace Porte d’Anfa, 3 Rue Bab El Mansour, Immeuble C- 1er


étage Porte 1 20000 CASABLNCA. MAROC

Tél. 212.22.39.30.00

Fax. 212.22.39.32.20

La Banque Centrale Populaire,

La Banque Européenne d’Investissement,

PROPARCO,

COFIDES.

4) Prêt Participatif de BANK AL AMAL :

Objectif :

Bank Al Amal finance des projets auxquels participent des résidents


marocains à l’étranger.

Bank Al Amal peut participer à concurrence de 20% à la consolidation du


capital des entreprises qu’elle finance. Cette participation prend fin dès que
l’affaire commence à dégager du cash flow. Les actionnaires ont aussi la
possibilité de racheter les parts souscrites par la banque.

252
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Bénéficiaires :

Entreprises privée dont le capital social est détenu à hauteur de 20% au moins
par un ou plusieurs R.M.E.

Programme finançable :

Toutes les dépenses d’investissement hors taxes.

Quotité de financement :

40% du programme d’investissement finançable (avec un plafond de 1% des


fonds propres de B.A.A).

Durée :

15 ans maximum dont 4 ans de différé.

Taux :

9% hors taxes pour le prêt d’une durée inférieure ou égale à 9 ans et 10%
hors taxes pour une durée supérieure à 9 ans.

Garanties :

- Caution de Dar Ad-Damane à hauteur de 40% du prêt,


- Caution des principaux associés,
- Caution d’une banque à hauteur de 20% si cette banque initie le
dossier de crédit,
- Caution des principaux associés.

Contact :

Bank Al Amal
Faîçal Lahlou. Directeur General
288 Bd Zerktouni-Casablanca.
Tel.: 022.22.69.26 – 022.22.75.28
Fax: 022.22.69.30
E-mail: bankalamal@iam.net.ma

253
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
5) Accès Capital Atlantique :

Objectif :

Accès Capital Atlantique SA (ACASA) est une société de capital


d’investissement origine d’une alliance entre la Caisse de Dépôt et de Gestion
et la Caisse de Dépôt et Placement du Québec, auxquelles se sont jointes
AXA Assurance, CNIA Assurance, MAMDA/MCMA et WAFA Assurance.

Son intervention se fait par des prises de participations minoritaires dans des
entreprises marocaines privées innovatrices à fort potentiel de croissance
opérant dans des secteurs industriels ou de la nouvelle économie, qui sauront
profiter de l’ouverture des frontières, des modifications réglementaires et de
l’évolution des conditions de marché.

La société "Accès Capital Atlantique SA" a été créée au mois de juin 2001
avec un capital de 300 millions de Dhs reparti entre la CDG (40%) et la CDP
(60%).

Les solutions de financement sont fonction des besoins spécifiques de chaque


entreprise. Les montants investis vont de 5 à 35 millions de dirhams, avec une
possibilité de mobiliser des capitaux plus importants si les besoins sont
supérieurs, et ce, grâce à la qualité du tour de table d’Accès Capital Atlantique
et de son réseau de relations internationales.

Produits/Services :

Accès Capital Atlantique permet de maximiser les acquis de l'entreprise, lui


ouvre de nouvelles opportunités d'affaires et stimule l'innovation. Elle répond à
des besoins aussi variés que :

- L'acquisition
- L'expansion
- L'externalisation d'activités
- L'implantation à l'étranger

254
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- La mise à niveau
- Le rachat de parts par la famille ou des dirigeants.

Critères d'éligibilité :

Entreprises marocaines privées innovatrices à fort potentiel de croissance


opérant dans des secteurs industriels, des services liés à l’industrie et la grande
distribution ou de la nouvelle économie, qui sauront profiter de l’ouverture des
frontières, des modifications réglementaires et de l’évolution des conditions de
marché.

Durée de la prise de participation :

5 à 7 ans

Rémunération :

Plus-value en capital en sortie plus honoraires d'analyse et de suivi.

Procédure de participation :

La demande de prise de participation se fait auprès du siège de Accès Capital


Atlantique. Le dossier doit comprendre :

- Une présentation du projet


- Un Business Plan détaillé
- Une étude de faisabilité du projet

A qui vous adresser ?

ACCES CAPITAL ATLANTIQUE


M. Hassan LAAZIRI / M. Pierre André POMERLEAU
199, Angle Bd Zerktouni et rue d’Avignon - Casablanca
Tel : 022 95 15 97 Fax : 022 95 09 53
e-mail : hlaaziri@acasa.ma
Ou papomerleau@acasa.ma

255
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
6) Fonds d’Amorçage SINDIBAD :

Objectif :

Dans le cadre de la promotion de l'investissement, la CDG a lancé, durant le


mois de septembre 2002, le premier fonds d'amorçage au Maroc dénommé
Fonds Sindibad. Ce Fonds a été mis en place en collaboration avec la Caisse
des Dépôts et Consignations (France) et doté d'un capital de 48 MDH.

L'objectif du fonds est de faire émerger au Maroc des entreprises innovantes


et performantes provenant ou s'appuyant sur les pôles d'excellence marocains
dans les technologies (universités, écoles, entreprises de haute technologie)
et également dans l'industrie classique ( agriculture, pêche,..).

Par ailleurs, dans le cadre de la recherche et de promotion d’une politique de


partenariat, une convention a été signée entre le Fonds et l'Agence Française
de Développement (AFD) qui a pour objet de déléguer au Fonds la gestion
d'une subvention de près de 7 Mdh accordée aux entrepreneurs Marocains
Résidant à l’Etranger (MRE).

Le fonds SINDIBAD, société anonyme à conseil d’administration, Premier


Fonds d’amorçage au Maroc destiné aux sociétés marocaines innovantes.

- Création : 2002
- Zone d’intervention : Maroc
- Fonds gérés : 4,8 M euro
- Fourchette d’intervention : 30 à 400 K Euro

Critères d’éligibilité

Le Fonds Sindibad est destiné au financement, sous forme de prise de


participation, des entreprises innovantes en phase de création, ou crées
depuis moins de 2 ans, opérant plus particulièrement dans les secteurs des
TIC, des sciences de l'ingénieur, des sciences de la vie et plus généralement
tous les services et produits innovants.

256
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Quantum de financement

Entre 10 et 35% du capital de la société avec un plafond de 4 millions de DH


et un minimum de 300.000 DH.

Mode d’intervention

Prise de participation dans les fonds propres et quasi fonds propres de


l’entreprise.

Durée de la participation

4 à 6 ans

Contact

Technopark, route de nouasser, angle RS 114et CT 1029, bureau 460/461,


B.P : 16449- Casablanca / Maroc.
Tel : 212- 22 50 20 07/ 212-22 50 32 07 - Fax : 212-22 50 32 48
E-mail : mbouatou@fondssindibad.co.ma

7) PPP : Programme public private partnership

Objet

Don de la Banque de Développement Allemande DEG et de la Coopération


Technique Allemande GTZ destiné à financer les projets d'investissements en
faveur des entreprises européennes désirant s'installer au Maroc, en
partenariat avec une entreprise locale.

Critères d'éligibilité

• Sociétés dont 25% appartiennent à un ressortissant ou une société


issue de l'Union Européenne

257
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Projets d'extension : formation, qualification, adaptation de procédés,
transfert de technologie, amélioration des conditions de travail et de
sécurité
• Projets ne nécessitant pas une aide publique et ne bénéficiant pas d'un
cadre de promotion légale

Quotité finançable

Jusqu'à 50% de l'investissement avec un plafond ne dépassant pas 20


Millions de Dhs par projet.

Durée du projet

2 ans

Procédure d'octroi du financement

La demande doit être adressée à la chambre Allemande de Commerce et


d'Industrie au Maroc, accompagnée d'une description du projet, d'un aperçu
sur le planning du projet et d'une évaluation du budget requis. L'approbation
est notifiée par DEG / GTZ.

A qui vous adresser ?

Chambre Allemande de Commerce et d'Industrie au Maroc


8, bd Khouribga- Casablanca
Tel : 022 44 98 22/23Fax : 022 44 96 93
E-mail : info@dihkcasa.org

258
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
8) Credit du Maroc Capital :

Objectif

Destiné au capital création et développement de PME/PMI.

Critères d’éligibilité

PME / PMI en création ou développement, à l’exclusion du négoce et de


l’immobilier.

Conditions de financement

• Rémunération : Plus-value en capital à la cession de la participation.

• Taux de rendement annuel recherché : 20%.

• Durée de la participation : 3 à 7 ans.

BANQUES PARTENAIRES

Crédit du Maroc

A qui vous adresser ?

CREDIT DU MAROC CAPITAL

Lhoucine SAHIB

8 rue Ibn Hilal - Casablanca.

Tel.: 022 94 07 44 - Fax: 022 94 07 66

E-mail: h.sahib@cdmc.co.ma

259
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
9) CFG Group :

Objectif

Fonds d’investissement en sociétés non cotées en développement.

Critères d’éligibilité

Entreprises des secteurs des technologies de l’information, tourisme, financier,


distribution et services.

Conditions de financement

• Plafond de financement :

- 15% du total des engagements du fonds (25%


exceptionnellement).
- Minoritaire à hauteur de 34% du capital de la société.

• Durée de la participation : 3 à 7 ans


• Rémunération :

- Plus-value en capital à la cession de la participation.


- Taux de rendement annuel recherché : selon la classe de risque.

A qui vous adresser ?

CFG Développement

Isabelle Portebois – Yasmine Zrikem

26, rue Ibnou Khalikane - Casablanca.

Tel : 022 95 98 40/57 - Fax: 022 99 24 80

E-mail : i.portebois@cfgmorocco.com

Site web : www.cfgmorocco.com

260
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
10) Capital Invest :

Objectif

Prises de participation dans le capital de PME/PMI marocaines.

Critères d’éligibilité

PME/PMI non cotées ayant une situation financière saine et transparente et


présentant de bons potentiels de développement (chiffre d'affaires autour de
30 M DH).

Conditions de financement

• Rémunération : Plus-value en capital à la cession de la participation.


• Durée des participations : 4 à 6 ans

Banques partenaires

BMCE, PROPARCO, BEI, ICG (Investment Company of the Gulf), SOMED,


MAMDA, CIMR, Al WATANYA, CDC PME, RMA.

A qui vous adresser?

CAPITAL INVEST

Mehdi Tahiri

62, angle bd d’Anfa et bd My Youssef 20000 - Casablanca.

Tel: 022 22 30 56 - Fax: 022 27 38 15

E-mail: m.tahiri@capitalinvest.co.ma

Site web : www.capitalinvest.co.ma

261
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
11) Upline It Management :

Objectif

Dédié aux sociétés cotées et non cotées actives dans le secteur des nouvelles
technologies de l’information.

Critères d’éligibilité

Sociétés actives dans le secteur des nouvelles technologies de l’information.

Conditions de financement

• Rémunération : Plus-value en capital à la cession de la participation.


• Durée de la participation : 3 à 5 ans

Banques partenaires

Upline International, PROPARCO, CDG INVESTIA et MAMDA

A qui vous adresser ?

UPLINE IT MANAGEMENT

Géraldine Mermoux

41-43 bd d’Anfa - Casablanca.

Tel : 022 47 51 24 – 022 47 52 21 - Fax: 022 47 46 14

E-mail : mermoux@upline.co.ma

Site web : www.upline.co.ma

262
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
12) Maroc Invest :

Objectif

Prise de participations de type capital investissement et développement de


PME/PMI du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie).

Critères d’éligibilité

PME/PMI non cotées ou entreprises en développement opérant dans le


Maghreb dans tous les secteurs à l’exclusion de l’immobilier et de l’hôtellerie.

Conditions de financement

• Rémunération : Plus value en capital à la cession de la participation.

A qui vous adresser?

MAROCINVEST

Nadia Fettah Alaoui – Brahim El Jai

82 angle bd Abdelmoumen et rue Soumaya Imm C - Casablanca.

Tel : 022 25 95 15 - Fax: 022 25 99 60

E-mail : mig@marocinvest.com

Site web : www.marocinvest.com

263
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
13) Asma Invest :

Objectif

• Financement de projets sous forme de participation au capital et/ou


prêt.
• La promotion de projets d’investissement.
• L’octroi de crédits à moyen et long terme et le capital investissement.

Critères d’éligibilité

• Entreprises de tous secteurs.


• Projets dont les coûts sont supérieurs à 10 MDH.

Conditions de financement

• Plafond de financement :

35% du projet sans dépasser 20% des fonds propres de la société.

• Rémunération :

- Plus-value en capital à la sortie.

- Taux de rendement annuel recherché : supérieur à 20%.

Durée des participations :

Pas de sortie, sauf dans deux cas : le contractant précise une date de sortie
ou la société entre en bourse.

A qui vous adresser?

ASMA INVEST

Mohamed YASSINE – Abdallah BENMANSOUR


13, rue Abdellatif Benkadour BP 6186 21300 - Casablanca.
Tel : 022 39 77 20 - Fax: 022 39 77 24

264
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
14) COFIDES: Compagnie espagnole pour le financement du développement.

Objectif

₋ Encourager l’investissement espagnol à l’étranger.


₋ Financement partiel en fonds propres ou sous forme de crédit, des projets
espagnols au Maroc.
₋ Fonds doté de 640 millions d’Euros

Critères d’éligibilité

₋ L’apport de l’investisseur espagnol aux fonds propres devra au moins être


égal à l’appui financier sollicité pour le projet.
₋ Le maximum de participation de COFIDES dans le capital est de 30%.

Conditions de financement

• Quantum : entre 250.000 et 25.000.000 Euros


• Plafond de financement :

Pour les opérations dont le montant est inférieur à 250 000 euros, le
financement en capital risque se fait par l’intermédiaire de Moussahama
dans laquelle COFIDES détient une participation dans le capital.

• Taux d’intérêts : fixe ou variable au taux du marché européen


• Durée des participations : 8 ans maximum avec un délai de grâce de
2 ans.

A qui vous adresser ?

Cofides. Délégation Maroc

Emilio De La Guardia- Directeur Général


31 rue Faidi Khalifa (Lafayette) - Casablanca.
Tel : 022 31 31 18 – 022 54 16 83 - Fax: 022 54 16 85
E-mail : emilio.delaguardia@casablanca.ofcomes.mcx.es

265
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
15) Faisal Finance Maroc

Faisal Finance Maroc (FFM) est une filiale du Groupe DMI Trust dont le siège
est à Genève (Suisse). DMI Trust a un capital de 300 millions US$ et des
fonds sous gestion de plus de 4 milliards US$. Le Groupe et toutes ses filiales
sont audités par PriceWaterhouse Coopers.

Au Maroc FFM a un capital de 50 millions DH et accède également aux


financements extérieurs auprès des sociétés consoeurs du Groupe DMI.

Objectif

Prise de participation sous forme d'apport en capital développement, dans des


entreprises à fort potentiel de croissance notamment en vue de leur
accompagnement à une entrée en bourse et/ou le portage avec rétrocession
aux promoteurs et/ou au tiers.

Critères d’éligibilité

Entreprises non cotées à fort potentiel de développement opérant dans tous


les secteurs à l’exclusion des services et de l’hôtellerie.

Conditions de financement

• Rémunération : Plus-value en capital à la cession de la participation.


• Taux de rendement annuel recherché : 15%
• Durée de la participation : 4 à 6 ans

A qui vous adresser ? FAISAL FINANCE MAROC

Abderrahim SKALLI : Directeur Général


Forum Bab Abdelaziz – 3° Etage
62, Angle Bd Anfa & Bd My Youssef
Casablanca
Tel: 022 22 64 20 - Fax: 022 22 65 27
E-mail: ffm@menara.ma

266
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
5. Fonds spécifiques :

1. FOMAN.
2. Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social
3. Fonds de Restructuration du secteur Textile (FORTEX)
4. Fonds de Rénovation des Unités Hôtelières (RENOVOTEL)

1) FOMAN :

Objet

Dans le cadre des mesures prises en vue de l’amélioration de la compétitivité


des PME / PMI face à la concurrence étrangère, l’Etat a créé un fonds de
financement, dénommé "FOMAN", destiné à soutenir ces entreprises en
matière de conseil et de financement des investissements au moyen d’un
mécanisme de cofinancement conjoint FOMAN-Banques.

Critères d'éligibilité

• Avoir un total bilan (avant investissement) n'excédant pas 40.000.000


DH
• Avoir un programme de mise à niveau dans la limite de 20.000.000 DH
• Présenter un programme de mise à niveau global visant l'amélioration
de leur compétitivité
• Avoir un encadrement minimum de 3 cadres et une durée d'activité
minimale de 3 ans

Quotité de financement

Les programmes éligibles au financement du FOMAN sont les


investissements matériels et les travaux liés aux aménagements des locaux
déjà en utilisation par l’entreprise.

Les programmes sont finançables dans les proportions suivantes :

FOMAN:
- 30% maximum du programme de mise à niveau avec un plafond de

267
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
2.500.000 DH
- Taux d'intérêt : 2%.HT l’an.

- Durée de remboursement : 5 à 12 ans avec un différé de 3 ans maximum.

CREDIT BANCAIRE (moyen et long terme) :


- 50% du programme de mise à niveau
- Taux d'intérêt : négociable avec la banque indexé sur le taux moyen pondéré
des Bons du Trésor + marge + TVA.

FONDS PROPRE ET QUASI FONDS PROPRES : 20% minimum du


programme de mise à niveau

Procédure

• L’entreprise adresse le formulaire de candidature2 dûment rempli à


l’ANPME, spécifiant le type d’action souhaitée.
• L’ANPME envoie un courrier de présélection à l’entreprise et fixe la
date d’une visite préalable.
• Un rapport est établi au terme de cette visite.
• L’entreprise éligible reçoit alors une lettre de confirmation ainsi que les
termes de références à parapher.
• L’entreprise s’acquitte de sa quote-part.
• L’ANPME engage la procédure de recrutement de l’expertise court-
terme.

A qui vous adresser ?

Caisse Centrale de Garantie :


Service de la Communication et de la Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard Ar Ryad, Hay Ryad, Rabat, B.P. 2031
Tél. : 037 71 68 68 / 037 71 68 79
Fax : 037 71 57 15
Site web : www.ccg.ma
E-mail : ccg@ccg.ma

268
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ministère des Finances et de la Privatisation
M Hicham SERGHINI
Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88
Fax : 037 67 73 87
E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

2) Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social :

Objet

Appui aux investissements par le biais du Fonds HASSAN II pour le


Développement Economique et Social au profit des secteurs du textile-
habillement (confection et bonneterie), du cuir, de la sous-traitance automobile
(fabrication de composants automobiles et mécanique de précision), de
l'électronique ainsi que toute activité, à titre principal, contribuant à la
préservation de l'environnement par le traitement, le recyclage et la
valorisation industriels des déchets.

Contribution du fonds

L'appui se présente sous forme d'une contribution financière directe qui peut
revêtir deux formes :

1) Contribution à hauteur de :

• 50% du coût du terrain (sur la base d'un coût maximum de 250 DH/m2);

Et

• 30% du coût des bâtiments (sur la base d'un coût maximum de 1500
DH/m2).

Ou

2) Contribution de 100% sur le foncier sur la base d'un coût maximum de 250
DH/ m2.

269
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Procédure d'octroi de la contribution

La demande de contribution doit être adressée pour accord à la commission


mixte, composée des représentants :

• du Ministère chargé de l'Industrie - Direction de la production


Industrielle (Président);
• du Ministère chargé des Affaires Economiques- Direction des
investissements (Membre)
• du Fonds Hassan II pour le Développement économique et social
(Membre)

Délais d'instruction

Pour le foncier, la contribution sera versée dans un délai de 60 jours après


présentation par l'investisseur de pièces justificatives du règlement du foncier
auprès du propriétaire ;

Pour les bâtiments, la contribution sera versée dans un délai de 60 jours


après l'achèvement des constructions et la présentation par l'investisseur de
pièces justificatives du coût réel des travaux de construction.

A qui vous adresser ?

Département du Commerce et de l'Industrie


Mme Mounia TAIB ENNEFS
Tel : 037 66 14 57
Fax : 037 76 35 37 / 037 66 00 27
E-mail : MOUNIAT@mcinet.gov.ma

270
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3) Fonds de Restructuration du secteur Textile (FORTEX) :

Objet

Dans le cadre des mesures visant à soutenir le secteur du textile et de


l’habillement, l’Etat a mis un mécanisme de cofinancement conjoint Banques -
Fonds Hassan II pour le développement économique et social, destiné au
financement des programmes de restructuration visant l’amélioration de la
compétitivité des entreprises relevant de ce secteur.

Critères d'éligibilité

Entreprises du secteur du textile-habillement réunissant les conditions


suivantes :

1. Avoir au moins 3 années d'activité continue à la date de la présentation


de la demande de financement à la banque;
2. Présenter un programme de mise à niveau global visant l'amélioration
de leur compétitivité.

Quotité de financement

80% du coût des projets peuvent être financés par le crédit Banque-FORTEX
suivant le schéma ci-après :

• Fonds propres et quasi fonds propres : 20% au minimum du


programme de mise à niveau.
• Crédit FORTEX : 30% au maximum du programme de restructuration
avec un plafond de 1.500.000 DH
• Crédit bancaire : 50% au maximum du programme de restructuration

271
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Conditions du crédit

Part FORTEX Crédit Moyen terme


Durée 10 ans 10 ans maximum
maximum
Différé 2 ans maximum 2 ANS maximum
Taux 2 % l’an H.T CMT=< 2.500 kdhs : à partir de 6.5%* l’an HT
variable

CMT > 2.500 kdhs : à partir de 7%* l’an HT


variable.

*selon le projet, le niveau des apports en fonds propres et la durée, taux


variable indexé sur le taux moyen pondéré des Bons du trésor + marge + TVA.

Sûretés

- Les sûretés couvrant le crédit bancaire seront librement négociées entre la


banque et le client.

- Les sûretés couvrant la part du FORTEX porteront exclusivement sur les


éléments constitutifs du projet et sont inscrites au rang venant
immédiatement après celui de la banque.

Procédures de financement

La présentation de la demande se fait par l'intermédiaire de la banque choisie


par l'entreprise.

Délais d'instruction des demandes :

• 10 jours ouvrables au maximum pour les programmes de


restructuration dont le coût global est inférieur ou égal à 10.000.000 DH
;
• 20 jours ouvrables au maximum pour les programmes dont le coût
global dépasse 10.000.000 DH.

272
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
A qui vous adresser ?

Caisse Centrale de Garantie : Service de la Communication et de la


Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard AR Riyad, Hay Riyad, Rabat, B.P. 2031
Tél. : 037 71 68 68 / 037 71 68 79
Fax : 037 71 57 15
Site web : www.ccg.ma
E-mail : ccg@ccg.ma

Dar Ad-Damane: 288 Boulevard Zarktouni Casablanca


M. EL MELAGUI
Tél. : 022 29 74 05/06 - 022 47 46 41
Fax : 022 29 74 07
E-mail :dardaman@iam.net.ma ou a.elmelagui@dardamane.ma
Site web : www.dardamane.ma

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Hicham SERGHINI
Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88
Fax : 037 67 73 87
E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

4) Fonds de Rénovation des Unités Hôtelières (RENOVOTEL) :

Objet

Dans le cadre des mesures visant à soutenir le secteur touristique, l’Etat a mis
en place un mécanisme de financement conjoint, entre les banques et le
Fonds Hassan II, destiné à financer les programmes de rénovation des unités
hôtelières.

273
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Critères d'éligibilité

Entreprises éligibles

Est éligible au financement du RENOVOTEL, toute unité hôtelière réunissant


les conditions suivantes :

• Figurer sur la liste exhaustive arrêtée par la commission nationale de


classement des établissements hôteliers. Les maisons d'hôtes ne sont
pas éligibles à ce crédit.
• Etre viable et avoir au minimum 7 années d'activité à la date de la
présentation de la demande de financement

Les maisons d’hôtes ne sont pas éligibles au financement du fonds


RENOVOTEL.

Investissements éligibles

Tout investissement nécessaire à la rénovation de l'unité hôtelière.

Quotité de financement

Crédit conjoint accordé dans les proportions suivantes :

• Fonds propres et / autofinancement : 30% au minimum du programme


de mise à niveau.
• Crédit RENOVOTEL : 35% au maximum du programme de rénovation
• Crédit bancaire : 35% au maximum du programme de rénovation

Coût maximum du programme de rénovation

Catégorie Coût maximum de rénovation par chambre


5 étoiles 200.000 dh
4 étoiles 150.000 dh
3 étoiles 100.000 dh
2étoiles 80.000 dh
1 étoiles 60.000 dh

274
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Villages de vacances et de tourisme 130.000 dh

Résidences touristiques 120.000 dh

Auberges 80.000 dh

Conditions du crédit

• Durée : jusqu'à 10 ans, dont un différé pouvant atteindre 2 ans


• Taux d'intérêt : 2% l'an hors TVA pour la part du RENOVOTEL

Le taux du crédit bancaire est librement négociable avec la banque.

Procédure de financement

La demande de financement est présentée par l'intermédiaire de la banque


choisie par l'entreprise.

Délais d'instruction des demandes

• 10 jours ouvrables au maximum pour les programmes de rénovation


dont le coût global est inférieur ou égal à 10.000.000 DH ;
• 20 jours ouvrables au maximum pour les programmes dont le coût
global dépasse 10.000.000 DH.

A qui vous adresser ?

Caisse Centrale de Garantie : Service de la Communication et de la


Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard AR Riyad, Hay Riyad, Rabat, B.P. 2031
Tél. : 037 71 68 68 / 037 71 68 79
Fax : 037 71 57 15
Site web : www.ccg.ma
E-mail : ccg@ccg.ma

Dar Ad-Damane :
288 Boulevard Zerktouni Casablanca
M. EL MELAGUI
275
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Tél. : 022 29 74 05/06 - 022 47 46 41
Fax : 022 29 74 07
E-mail :dardaman@iam.net.ma ou a.elmelagui@dardamane.ma

Site web : www.dardamane.ma

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Hicham SERGHINI
Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88
Fax : 037 67 73 87
E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

6. Promotion des exportations :

1. CMPE : Centre Marocain de Promotion des Exportations.


2. SMAEX : Société Marocaine d’Assurance à l’Exportation.
3. Avances sur créances à l’export.
4. Crédit de financement Export en Devises.
5. Crédit de préfinancement Export en Dirhams.
6. Mobilisation de Créances en Devises.
7. Banque Islamique de Développement (BID).
8. AWEX : Fonds Agence Wallone à l’Exportation – Belgique.

1. CMPE : Centre Marocaine De Promotion Des Exportations :

Objet

Accompagner l’entreprise pour la promotion de ses produits et services


destinés à l’export à travers un système d’information et de communication.
Organiser des missions au profit des entreprises à la recherche de débouché
[Salons spécialisés, foires, expositions t misions commerciales à l’étranger sur
les marchés cibles]. Assistance technique t conseil à l’export.

276
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Critères d’éligibilités

PME / PMI à vocation exportatrice.

Services

• Etudes sectorielles et études de marchés.


• Opportunités d’affaires et mise n relation commerciales.
• Recherche de partenaires.
• Missions commerciales et expositions à l’étranger.
• Formation sur les techniques du marketing et du commerce
international.
• Séminaires d’information sur les marchés étrangers.

Tous les services et prestations du CMPE sont gratuits.

A qui vous adresser ?

Centre Marocaine de Promotion des Exportations [CMPE]

23, Rue Bnou Majed Al Bahar – Casablanca.

Tél: 022 30 22 10

Fax: 022 30 17 93

E-mail: cmpe@cmpe.org.ma

Site Web: www.cmpe.org.ma

277
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
2. SMAEX : Société Marocaine d’Assurance à l’Exportation :

Objet

La Société Marocaine d'Assurance à l'Exportation est une société d'économie


mixte qui a pour objet la gestion du système d'assurance à l'exportation.

Ainsi, la SMAEX est chargée :

• d'assurer pour le compte de l'Etat et sous son contrôle les risques


Politiques, catastrophiques et de non transferts, et les risques
commerciaux extraordinaires afférents à l'assurance crédit ainsi que les
risques afférents à l'assurance prospection et l'assurance foire.
• d'assurer pour son propre compte et sous le contrôle de l'Etat, les
risques commerciaux ordinaires afférents à l'assurance crédit.

Cette activité reflète le rôle essentiel de promotion des exportations nationales


joué par l'institution et ce en :

• Sécurisant les transactions des exportateurs


• Partageant avec les exportateurs les risques de prospection
infructueuse;
• Confortant les garanties des banques;
• Facilitant l'accès au financement aux assurés.

Critères d’éligibilités

PME / PMI à vocation exportatrice.

Produits

Assurance Crédit Export :

Couvre l’exportateur contre le non-paiement de ses créances et garantit le


remboursement des pertes subies par la réalisation des risques suivants :

278
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Risque commerciale – Risque politique – Risque catastrophique –
Risque d non transfert de fonds.

Assurance Prospection :

• Assurance prospection normale [ANP] : destinée aux exportateurs


déjà établis qui cherchent à consolider leurs parts de marché ou à
en conquérir d’autres.
• Assurance prospection simplifiée [APS] : destiné aux PME / PMI
dont la création ne dépasse pas 2 ans ou dont le CA à l’export ne
dépasse pas 1 MDH.

Assurance Foire :

Permet aux entreprises résidentes au Maroc de participer à des foires et


exportations à l’étranger et de bénéficier d’une assurance contre les pertes
pouvant résulter de l’insuccès de leur action commerciale.

A qui vous adresser ?

SMAEX [Société Marocaine d’Assurance à l’Exportation]

24 Rue Ali Abderrazak – Casablanca 20 100

Tél. : 022 98 20 00

Fax : 022 25 20 70

E-mail: commercial@smaex.com

Site Web: www.smaex.com

279
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3. Avances sur créances à l’export :

Objet

Mobilisation des créances à l'export se matérialisant par une avance accordée


par la banque sur la base des ventes à l'étranger.

Critères d’éligibilité

Les entreprises exportatrices.

Conditions de financement

• Plafond de financement : Entre 70% et 100% de chaque créance


portée sur les clients étrangers de l'entreprise
• Remboursement : Par l'encaissement de la créance à l'export après
réception des documents expédiés par la banque marocaine.

A qui vous adresser ?

La banque de votre choix.

4. Crédit de financement export en devises :

Objet

Financement partiel en devises des charges relatives à la préparation d'une


ou plusieurs commandes spécifiques pour le compte d'un client étranger.

Critères d’éligibilités

Les entreprises exportatrices.

Conditions de financement

• Plafond de financement : Contre-valeur minimum de 500.000 DH.


• Remboursement : à l’échéance, le remboursement du crédit de
préfinancement en devises peut s’effectuer soit par déduction directe du

280
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
produit de l’export, soit par le débit du compte client de la contre-valeur en
dirhams du principal plus les intérêts.
• Durée : Variable selon le délai de paiement de la commande
préfinancée sans dépasser 150 jours.

A qui vous adresser ?

La banque de votre choix.

5. Crédit de préfinancement Export en Dirhams :

Objet

Crédit réservé au financement des :

• Besoins de trésorerie liés à l’exécution, soit d’une demande extérieure


spécifique, soit d’un courant d’affaires régulier avec l’étranger.
• Dépenses nécessaires à l'exécution de commandes destinées à
l'exportation, notamment l'approvisionnement en matières premières et
fournitures, les frais d'exploitation, les frais de stockage, la
prospection...etc.

Critères d’éligibilité

Les entreprises exportatrices.

Conditions de financement

• Durée : 1 an maximum.
• Plafond de financement :

- Dans le cas d’un courant d’affaires régulier avec l’étranger :


financement de 10% du chiffre d'affaires à l'export réalisé au courant
de l'exercice précédent.
- Dans le cas de marché spécifique, le besoin à financer est
dégagé sur la base des décaissements et des encaissements

281
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
relatifs au marché tel qu’il ressort du plan e trésorerie établi à cet
effet.

• Remboursement :

Dénouement du crédit par les encaissements de l'entreprise ou la


mobilisation des créances à l'export.

A qui vous adresser ?

La banque de votre choix.

6. Mobilisation de Créances en Devises :

Objet

Avance accordée par la banque en mobilisation des créances commerciales


sur l'étranger avec ou sans recours.

Critères d’éligibilité

Les entreprises exportatrices.

Conditions de financement

• Plafond de financement :

Toute créance d'une contre-valeur minimum de 300.000 DH.

• Durée :

Minimum 30 jours.
Maximum 150 jours.

A qui vous adresser ?

La banque de votre choix.*

282
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
7. Banque Islamique de Développement (BID)

Objet

Financement par la Banque Islamique de Développement (B.I.D.) des


opérations d'importation de produits contribuant au développement
économique mutuel des pays membres de la Conférence Islamique.
Critères d’éligibilité

Entreprises des pays membres de la BID.

Conditions de financement

• Plafond de financement :
Jusqu’à 100% du montant de l'opération (dans le cadre de la Mourabaha).

 Opération d’exportation :

- Opération inférieure à 3 millions dollars US : 100% de


financement.
- Opération supérieure à 3 millions dollars US : 80% de
financement.

 Opération d’importation :

- 200.000 à 2 millions US dollars.

• Durée: De 9 à 18 mois.
• Monnaie de la transaction : Le Dinar Islamique.

A qui vous adresser ?

Banque Islamique de Développement


177, avenue John Kennedy Souissi 10105
BP. 5003 - Rabat
Tél. : 037 75 91 / 037 63 63 22
Fax : 037 75 71 60

283
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
8. Fonds Agence Wallonne à l'Exportation (AWEX/Belgique) :

Objet

Le projet ANPME – AWEX a pour objet de promouvoir l’investissement


développé au Maroc par des entreprises marocaines et wallonnes par le biais
de facilités financières d’un montant total de 500.000 euros sous forme de
dons.

Critères d'éligibilité

Sont éligibles au financement de l’AWEX :

• Projets contribuant au développement économique du Maroc,


impliquant dans leur financement et leur réalisation des entreprises
marocaines ou des sociétés mixtes maroco-wallones.
• Du côté wallon, les opérateurs éligibles au financement sont des
entreprises ayant leur établissement dans la région wallonne.

Quotité de financement

Les projets sont finançables dans les proportions suivantes :

• 35% de la valeur des fournitures de biens et services réalisées par


l'exportateur wallon, sous réserve qu'un crédit commercial portant sur
65% de cette même valeur soit mis à disposition par la banque choisie
par le partenaire.
• dans le cas où le partenaire marocain participe au financement du
projet sur ses fonds propres, un acompte de minimum 10% de la valeur
totale des fournitures de biens et services réalisée par l'exportateur
wallon doit être versé par le partenaire marocain à l'exportateur wallon
concerné avant la mise en œuvre de la participation wallonne.

Procédure de financement

• Le dossier est introduit simultanément auprès de l'ANPME et de la


banque choisie par l'entreprise.
284
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• L'ANPME présente à l'AWEX la demande d'imputation sur le protocole
dans les 10 jours ouvrables après réception de la demande.
• L'AWEX communique sa décision aux intéressés dans un délai ne
dépassant pas 10 jours ouvrables après réception de la demande
d'imputation présentée par l'ANPME.
• Après la signature du contrat et sous réserve du versement à la banque
de l’acompte de 10%, l’AWEX informe la banque désignée de
l'exportateur wallon qui procède à la liquidation de son intervention.

A qui vous adresser ?

Agence Nationale pour la Promotion de la PME : ANPME


10, Rue Ghandi, BP 211 Rabat
Mr Bahammi
Tel : 037 70 84 60
Fax : 037 70 76 95
E-mail: bahammi@anpme.ma

4. Environnement :

5. FODEP : Fonds de Dépollution Industrielle.


6. CMPP : Centre Marocain de Production Propre.

5) FODEP : Fonds de Dépollution Industrielle:

Objet

Le gouvernement allemand, à travers KFW, a mis en place une seconde ligne


FODEP, doté d'un fond de 100 millions de DH, destinée à aider les entreprises
industrielles marocaines à installer des systèmes de dépollution intégrés à
plusieurs unités de production ou en aval.
Le FODEP III (doté de 50 millions de DH) est élargi aux coopératives ainsi
qu'aux mesures intégrées pour les délocalisations d'entreprises artisanales.

285
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Critères d'éligibilité

Les projets éligibles sont de deux types :

- Projet en aval : réduire la pollution par le traitement ou l’élimination des


déchets liquides, solides ou des émissions gazeuses,

- Projet intégré : outre la réduction de la pollution, économique de ressources


(eau, énergie…) et utilisation de technologies propres.

Peut bénéficier du financement FODEP, toute entreprise répondant aux


critères suivants :

- Etre une entreprise industrielle ou un groupe d’entreprises individuelles


installées au Maroc et causant des émissions importantes de pollution de
l’environnement,

- Présenter un projet de dépollution industrielle intégré au procédé de


production ou en aval,

- Le programme d’investissement doit être au maximum de 15.000.000 dhs


par projet individuel et 30.000.000 dhs par groupe d’entreprises,

- Avoir un total bilan au titre du dernier exercice clos ne dépassant 200 millions
de dhs avant investissement,

- Avoir reçu l’accord de principe de la cellule FODEP du Département de


l’environnement sur l’éligibilité du projet au plan technique.

Coût des projets

15.000.000 DH par projet individuel par entreprise et 30.000.000 DH par projet


initié par un groupe d'entreprises.

286
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Quotité de financement

Projets en aval du processus de production qui permettent de réduire la


pollution à travers la mise en place d'installations de traitement ou d'élimination des
déchets liquides, solides ou des émissions gazeuses :

• Don du FODEP : 40%


• Fonds propres : 20% au minimum
• Crédits bancaires: entre 20 et 40 % du coût du projet

Projets intégrés qui visent, en plus de la réduction de la pollution, des


économies de ressources (eau, énergie, etc.) et l'utilisation de technologies
propres :

• Don du FODEP : 20%


• Fonds propres : 20% au minimum
• Crédits bancaires: entre 20 et 60 % du coût du projet

Conditions du crédit

• Durée de remboursement : 2 à 10 ans


• Taux : taux du marché (Taux moyen pondéré des Bons du Trésor+
marge+TVA)
• Différé de remboursement : 3 ans au maximum
• Sûretés : fixées en fonction du risque encouru

Intervenants

L’intervention conjointe du Ministère chargé de l’environnement, de la CCG et


de la banque concerne les programmes d’investissement pour le financement
de projets de dépollution industrielle.

Les rôles impartis à chacun des organismes se présente comme suit :

* Gestion technique du FODEP : Le Ministère chargé de l’environnement, à


travers la cellule spécialisée, assurera la gestion technique de celui-ci, se
prononcera sur l’éligibilité des entreprises au financement du FODEP suivant

287
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
des critères préétablis, et assurera le contrôle de la réalisation et de la fiabilité
des programmes de dépollution,

* Gestion financière du FODEP : Elle est confiée à la CCG qui sera chargée
de la gestion des disponibilités du don,

* Gestion des prêts et du risque commerciale : Les crédits sont consentis et


gérés sur les propres ressources de la banque. A cet effet, celle-ci procédera
à l’étude financière des projets et au déblocage des fonds « don » et « prêt ».

Processus d’octroi du financement :

Le processus d’octroi du financement FODEP s’articule autour de 5 étapes :

Etape 1 : L’entreprise présente son projet de dépollution industrielle (étude


technique) au Ministère chargé de l’environnement qui se prononcera sur
l’éligibilité du point de vue environnementale, fixera le montant maximum
éligible, et décidera de l’octroi de la facilité don.

Le projet est à présenter à la cellule FODEP dont les coordonnées sont


mentionnées au dessous.

Etape 2 : Le Ministère chargé de l’environnement notifie à l’entreprise et à la


CCG son accord de principe, accompagné d’une fiche technique détaillée des
équipements à acquérir et des travaux à réaliser au titre dudit projet.

Etape 3 : Le promoteur présente son projet appuyé de l’accord de principe et


de la fiche technique à la banque pour l’étude de la demande de financement.
En cas d’accord par la banque, celle-ci communiquera au Ministère chargé de
l’environnement le coût détaillé du programme d’investissement et le plan de
financement retenus.

Etape 4 : Le Ministère chargé de l’environnement notifie à l’entreprise et à la


CCG son agrément définitif.

Etape 5 : Au vu de la réalisation de l’investissement projeté, la banque


débloque le prêt et lance l’appel de fonds pour le don à la CCG.

288
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
A qui vous adresser ?

Cellule FODEP du Secrétariat d'Etat chargé de l'Environnement


36 Avenue AL Abtal, Agdal Rabat
M. ABBOUD Jamal
Tél.: 037 68 07 43 / 037 68 15 00
Fax: 037 68 07 41
Site web : www.minenv.gov.ma
E-mail: dpar@minenv.gov.ma

Caisse Centrale de Garantie : Service de la Communication et de la


Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard AR Riyad, Hay Riyad, Rabat, B.P. 2031
Tél. : 037 71 68 68 / 037 71 68 79
Fax : 037 71 57 15
Site web : www.ccg.ma
E-mail : ccg@ccg.ma

6) CMPP : Centre Marocain de Production Propre :

Le Centre Marocain de Production Propre (CMPP) est le centre national de


référence en termes de production plus propre. Il a pour mission principale
l'assistance technique aux entreprises marocaines pour l'adoption des
technologies plus propres et des systèmes de management environnemental
leur permettant ainsi d'améliorer la performance économique, en termes
d'efficacité, de productivité et de compétitivité, ainsi que la performance
environnementale.

Promotions des investissements

Accompagnement dans le montage des dossiers financiers :

Au-delà du conseil et de l'expertise, le CMPP aide l'industriel non seulement


dans le choix des solutions environnementales optimales, mais aussi dans la
recherche de financement à travers des lignes de financement nationales ou
internationales et l'assiste ainsi dans le montage du dossier financier.

289
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Critères d’éligibilité :

Toutes les entreprises industrielles.

Conditions de financement :

• Financement de l’expertise : 10%.


• Financement de la formation : 50%.
• Possibilité de prise en charge à 100% pour les PME / PMI.

A qui vous adresser ?

Centre Marocain de Production Propre (CMPP)

23, Rue Mohamed Abdou – Quartier Palmier Casablanca

Tél. : 022 25 05 40 / 022 25 08 71 / 022 25 11 61

Fax. : 022 23 04 66

E-mail : samira.amil@cmpp.ma

Site Web : www.cmpp.ma

5. Fonds de garantie :

Les fonds de garantie permettent de faciliter l'accès des entreprises aux crédits
bancaires afin de permettre le financement de leurs programmes d'investissement.
Le principe des fonds de garantie est basé sur le partage du risque avec
l'entrepreneur en couvrant par sa caution une partie du crédit accordé par la banque.

1. FOGAM.
2. Garantie des crédits de mise à niveau (FORCE).
3. Garantie des crédits d'investissement (CCG).
4. Garantie des crédits de fonctionnement "Oxygène" (Dar Ad Damane).
5. Fonds de garantie pour la création de la jeune entreprise.
6. Garantie des crédits d'investissement "ALMOUHAJIR".
7. Fonds de Garantie des Industries Culturelles (FGIC).

290
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
8. Garantie de crédits "Energy" (Dar Ad Damane).
9. Fonds de Garantie Meda I (PAIGAM).
10. Fonds de garantie français en faveur du Maroc.
11. Cautionnement des marchés à l'exportation.
12. Garantie des crédits d’investissement à moyen et long terme "ATTAHFIZ ".

1) FOGAM :

Objet

Faciliter l'accès des entreprises aux crédits bancaires, à des conditions


avantageuses, afin de permettre le financement des programmes de mise à
niveau.

Critères d'éligibilité

• Avoir un total bilan (avant investissement) n'excédant pas 50.000.000


DH
• Avoir un programme de mise à niveau dans la limite de 20.000.000 DH
• Avoir un chiffre d'affaires ne dépassant pas 75.000.000 DH
• Etre potentiellement viable et présenter un programme de mise à
niveau ayant pour objet l'amélioration des facteurs de compétitivité face
à la concurrence étrangère.

Crédits garantis

• Quotité : 70% au maximum du coût du programme de mise à niveau


• Fonds propres et quasi fonds propres : 30% au minimum
• Durée : 5 à 12 ans dont un différé d'amortissement pouvant atteindre 3
années
• Taux d'intérêt : taux librement négociable entre l'entreprise et la banque
(taux moyen pondéré des bons de trésor+marge+TVA)

Conditions de garantie

• Quotité de la garantie : jusqu'à 60% du crédit en principal majorés de 6


mois d'intérêts
291
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Commission de garantie : 0,25% l'an de l'encours en principal (TVA en
sus)
• Règlement de la commission de garantie : en totalité par l’intermédiaire
de la banque. Elle peut être incluse dans le coût global du projet.
• Sûretés : fixées en fonction du risque évalué par la banque et le
FOGAM.

Présentation de la demande de garantie

• Soit par l'intermédiaire d'une banque choisie par l'entreprise


• Soit directement par l'entreprise à la CCG. Dans ce cas, un guide
décrivant le contenu du dossier devant accompagner la demande de
garantie est mis à la disposition de l'entreprise.

Délais d'instruction

10 jours ouvrables au maximum

Condition d’octroi de la garantie :

Etape 1 : l’entreprise doit réaliser un diagnostic pour déterminer son


programme d’investissement. Ce diagnostic peut être réalisé soit à travers le
Centre Euro-Maroc Entreprise soit à travers un cabinet conseil.

Etape 2 : Une fois le programme d’investissement établi, l’entreprise a le choix


suivant : soit le soumettre à sa banque soit le présenter directement à la CCG
pour obtenir la garantie et par la suite s’adresser à sa banque pour obtenir le
crédit.

A qui vous adresser ?

Caisse Centrale de Garantie : Service de la Communication et de la


Documentation Centre d'Affaires, Boulevard Ar Ryad, Hay Ryad, Rabat, B.P.
2031
Tél : 037 71 68 68 / 037 71 68 79. Fax : 037 71 57 15
Site web : www.ccg.maE-mail : ccg@ccg.ma

292
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Ministère des Finances et de la Privatisation
M Hicham SERGHINI
Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88 Fax : 037 67 73 87
E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

La banque de votre choix.

2) Garantie des crédits de mise à niveau (FORCE) :

Objet

C’est un cautionnement destiné à faciliter aux PME-PMI l’accès au crédit


bancaire dans des conditions avantageuses, pour leur permettre de financer
leur mise à niveau en vue d’améliorer leur compétitivité.

Critères d'éligibilité

• PME du secteur privé productif ayant 2 années d'activité effectives


et dont le total bilan, avant investissement, est inférieur ou égal à 50
millions de dirhams ;
• PME présentant une situation financière équilibrée ;
• PME opérant dans l'ensemble des secteurs à l'exclusion de
l'armement, de la pêche, et de l'agriculture ;
• PME présentant un programme d'extension, de modernisation, de
redéploiement et toute autre opération de mise à niveau visant le
renforcement de sa productivité et de sa compétitivité face à la
concurrence étrangère.
• PME présentant un programme d'investissement supérieur ou égal à
1.000.000 DH financé à hauteur de 20% au moins par des Fonds
Propres.

Financement des programmes

• Fonds propres ou quasi fonds propres : 30% au minimum.


• Crédit bancaire : 70% au maximum.
293
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Durée des crédits : 5 à 12 ans dont un différé d’amortissement de 3 ans
au maximum.
• Taux d’intérêt des crédits : Négociable avec la banque (Taux moyen
pondéré des bons du trésor + marge + TVA)

Conditions de garantie

• Quotité de garantie : 50% maximum du crédit bancaire


• Commission de garantie: 0,4% l'an, hors TVA, sur l'encours du crédit
• Règlement de la commission de garantie : en totalité par l’intermédiaire
de la banque. Elle peut être incluse dans le coût global du projet.
• Sûretés : fixées en fonction du risque encouru par la banque.

Procédure d'octroi de la garantie

La demande doit être adressée :

• A votre banque
• Directement à Dar Ad Damane.

A qui vous adresser ?

Votre banque.

Cellule d'Information de Dar Ad Damane :


288 Boulevard Zerktouni Casablanca
M. ELMELAGUI Tél. : 022 29 74 05/06 - 022 47 46 41 - Fax : 022 29 74 07
E-mail :dardaman@iam.net.ma ou a.elmelagui@dardamane.ma
Site web : www.dardamane.ma

294
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3) Garantie des crédits d'investissement (CCG)

Objet

Faciliter l'accès des entreprises aux crédits bancaires nécessaires à la


réalisation de leurs projets de création, d'extension ou de modernisation.

Critères d'éligibilité

Peuvent bénéficier de la garantie de la Caisse Centrale de Garantie, les


crédits d’investissement, en dirhams ou en devises, contractés par les
entreprises répondant aux critères suivants :

• Avoir pour objet la production de biens et/ou de services,


• Présenter un programme d'investissement potentiellement viable.

Conditions de financement bancaire

- Crédit bancaire :

• Pour la PME/ PMI : 80% au maximum


(dont total bilan avant investissement ≤ à 20 millions de dhs et le
programme d’investissement ≤ 10 millions de dhs)
• Pour les grandes entreprises : 70% au maximum en cas de création et
80% au maximum pour les extensions et modernisations.

- Le reliquat du financement doit être couvert par les fonds propres.

Conditions de garantie

• Quotité Garantie : jusqu'à 50% des crédits en principal, majorés des


intérêts y afférents.
• Commission de garantie :

1. Pour la PME/PMI : 0,40% l'an de l'encours total du crédit en principal et


intérêts (TVA en sus)

295
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
2. Pour les grandes entreprises :
*Quotité garantie < 50% :1% l'an de l'encours garanti (TVA en sus)
*Quotité garantie de 50% : 0,50% l’an de l’encours total des crédits en
principal et intérêts (TVA en sus).
• Règlement de la commission de garantie : en totalité par l’intermédiaire
de la banque. Elle peut être incluse dans le coût global du projet.
• Sûretés : fixées en fonction du risque encouru par la banque et la CCG.

Présentation de la demande de garantie

• Soit par l'intermédiaire d'une banque choisie par l'entreprise


• Soit directement par l'entreprise à la CCG. Dans ce cas, un guide
décrivant le contenu du dossier devant accompagner la demande de
garantie est mis à la disposition de l'entreprise.

Délais d'instruction

• 10 jours ouvrables au maximum pour les dossiers des PME/PMI


• 30 jours ouvrables au maximum pour les dossiers des grandes
entreprises

A qui vous adresser ?

Caisse Centrale de Garantie : Service de la Communication et de la


Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard AR Ryad, Hay Ryad, Rabat, B.P. 2031
Tel : 037 71 68 68 / 037 71 68 79 Fax : 037 71 57 15
Site web : www.ccg.ma E-mail : ccg@ccg.ma

La Banque de votre choix.

296
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
4) Garantie des crédits de fonctionnement "Oxygène" (Dar Ad Damane) :

Objet

Garantir les crédits de fonctionnement consentis par les banques aux PME
pour leurs besoins d’exploitation.

Critères d'éligibilité

• PME existantes ayant au moins 6 mois d'activité et des relations avec


une banque.
• PME dont le chiffre d'affaires est inférieur ou égal à 15 millions de DH.

Conditions de garantie

• Quotité garantie :
· jusqu'à 60% du crédit d’exploitation la première année dans la limite
d’un plafond de 1 000 000 dhs par demande,
· 50% en cas de renouvellement, possible 4 fois, après accord de Dar
Ad Damane, dans la limite d’un plafond de 1 000 000 dhs par
demande.
• Renouvellement : 60 jours après la date de l'échéance de la garantie
• Etendue de la garantie : principal uniquement.
• Garantie maximale : 1 Million de dirhams
• Commission de garantie :
· 1ère demande : 0,6% flat du montant de la garantie avec un plancher
de 1000 Dh
· Renouvellement : 0,4% flat du montant de la garantie avec un
plancher de 1000 Dh · Toute commission perçue reste définitivement
acquise à Dar Ad Damane.

Procédure d'octroi de la garantie

La demande doit être adressée à Dar Ad Damane par l'intermédiaire de la


banque choisie par l'entreprise.

Le dossier doit contenir :


297
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• le canevas fourni par Dar Ad Damane dûment rempli par l'entreprise
• les bilans et comptes de produits et charges des derniers exercices
• le plan de trésorerie prévisionnelle

A qui vous adresser ?

A votre banque.

Cellule d'Information de Dar Ad Damane :


288 Boulevard Zerktouni Casablanca

M. ELMELAGUI Tél. : 022 29 74 05/06 - 022 47 46 4 -Fax : 022 29 74 07


E-mail :dardaman@iam.net.ma ou a.elmelagui@dardamane.ma

Site Web : www.dardamane.ma

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Hicham SERGHINI
Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88 Fax : 037 67 73 87
E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

5) Fonds de garantie pour la création de la jeune entreprise :

Objet

Le fonds de garantie pour la création de la jeune entreprise est un fonds


étatique créé pour faciliter aux jeunes entrepreneurs l’accès au crédit bancaire
dans des conditions avantageuses.

Critères d'éligibilité

Jeunes entrepreneurs, à titre individuel ou constitués en sociétés ou


coopératives, remplissant les conditions suivantes :

• Etre de nationalité marocaine

298
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Etre âgés de 20 à 45 ans à la date de leur demande de prêt à titre
personnel ou dans le cadre d’une société ou de coopératives. Au cas
ou le prêt est accordé dans le cadre d’une société, une dérogation à la
limite d’âge de 45 ans peut être admise au bénéfice d’un seul associé.
• Présenter un projet viable de première installation ou de création. En
cas de société ou de coopérative, de nouveaux prêts peuvent être
accordés dans le cadre d’une extension en cas de nouvel associé ou
détenteur de parts dans le respect des conditions d’éligibilité prévues.
• Tous les secteurs sont éligibles à ce fonds de garantie.

Conditions de financement

Prêts éligibles à la garantie du fonds :

• FP ou quasi FP : 10% au minimum.

• Crédit bancaire : 90% au maximum du coût du programme


d'investissement.

Le montant du crédit ne doit pas excéder 1 million de Dhs dans le cas où le


projet est promu par un seul promoteur et 3 millions de Dhs dans le cas de
projets à réaliser par une société ou une coopérative.

Taux d'intérêt : librement négociable avec la banque (Taux moyen pondéré


des bons du trésor+marge+TVA).

Durée du crédit : 7 à 12 ans dont un différé de 2 ans au minimum.

Conditions de garantie

• Quotité de la garantie : 85% du crédit en principal, majorés des intérêts


normaux et, le cas échéant, des intérêts de retard y afférents
• Commission de garantie : 1,5% flat du montant garanti en principal
(TVA incluse).
• Règlement de la commission de garantie : En totalité par l’intermédiaire
de la banque, ou par prélèvement sur les blocages du prêt selon leurs
montants.
299
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Sûretés : fixées en fonction du risque encouru par la banque et la CCG.

Procédure d'octroi de la garantie

La demande de garantie est présentée par l'intermédiaire de la banque


intervenante, accompagnée d'un dossier comprenant :

• L'étude de faisabilité du projet en quatre exemplaires, établie par la


banque et couvrant notamment les aspects économique, technique,
financier et organisationnel du projet,
• En cas de projet d'extension, les bilans et CPC des deux derniers
exercices, accompagnés du récépissé de leur dépôt auprès de
l'administration fiscale et de l'état modèle 7 du registre de commerce
datant de moins de 3 mois,
• Tout autre document de nature à faciliter l'instruction de la demande de
garantie.

Délais d'instruction

10 jours ouvrables au maximum à compter de la date du dépôt des dossiers à


la CCG.

A qui vous adresser ?

Caisse Centrale de Garantie : Service de la Communication et de la


Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard AR Ryad, Hay Ryad, Rabat, B.P. 2031
Tél. : 037 71 68 68 / 037 71 68 79. Fax : 037 71 57 15
Site Web : www.ccg.ma
e-mail : ccg@ccg.ma
Ministère des Finances et de la Privatisation
M Hicham SERGHINI
Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88 Fax : 037 67 73 87
E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

La banque de votre choix.

300
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
6) Garantie des crédits d'investissement "ALMOUHAJIR"

Objet

Garantir les prêts participatifs de Bank Al Amal

Critères d'éligibilité

Etre une entreprise de droit privé, dont au moins 20% du capital est détenu
par un Marocain Résidant à l'Etranger

Conditions de garantie

• Quotité de garantie : 40% du prêt participatif


• Commission de garantie : 1% HT maximum l'an, sur l'encours du crédit
• Rémunération : commission perçue d'avance, lors du premier
déblocage du crédit

Procédure d'octroi de la garantie

La demande doit être adressée à :

• Bank Al Amal
• A votre banque
• Directement à Dar Ad Damane

7) Fonds de Garantie Meda I (PAIGAM) :

Objet

Développer les capacités financières et techniques des instituts de garantie,


CCG et Dar Adamane, afin de faciliter l'accès de votre entreprise aux crédits
bancaires.

Critères d'éligibilité

Entreprise privée existant depuis au moins 2 ans et dont le total bilan n'excède
pas 50 millions de Dhs.

301
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Sont exclus de ce fonds de garantie les secteurs de la pêche, de l'agriculture
et de l'armement.

Conditions de garantie

Quotité de la garantie : 50% du crédit avec un montant maximum des crédits


plafonné en fonction de l'investissement à concurrence de 700 000 Euros,
indépendamment du coût total de l'investissement.

Conditions de financement

Prêts éligibles à la garantie du fonds :

• Programme d'investissement d'au moins 100 000 Euros


• Crédits bancaires : 80% au maximum
• Fonds propres et quasi- propres : 20% au minimum
• Taux d'intérêt : taux négociable avec la Banque
• Durée : 10 ans maximum
• Différé de remboursement : 3 ans

Procédure d'octroi

L'entreprise dépose la demande auprès de sa banque. Après étude, la banque


sollicite la garantie de la CCG ou Dar Ad Damane.
La CCG ou Dar Ad Damane évalue le dossier de prêt pour le garantir. En cas
d'acceptation, elles demandent la contre garantie du PAIGAM.
Si les critères sont respectés, le PAIGAM donne rapidement et gratuitement
son accord.

A qui vous adresser ?

Délégation de de la Commission Européenne à Rabat


M. Sylvain DAUBAN, Chef du projet
Tél : 037 680534/43 - Fax : 037680550
Email : paigam@3sinfo.com

302
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Caisse Centrale de Garantie : Service de la Communication et de la
Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard Ar Ryad, Hay Ryad, Rabat, B.P. 2031
Tél : 037 71 68 68 / 037 71 68 79 Fax : 037 71 57 15
Site web : www.ccg.maE-mail : ccg@ccg.ma

Cellule d'Information de Dar Ad Damane


288, Bd Zerktouni, Casablanca
M. ELMELAGUI

Tél. : 022 29 74 05/06 022 47 46 41 Fax :022 29 74 07


E-mail : dardaman@iam.net.ma ou a.elmelagui@dardamane.ma
Site Web : www.dardamane.ma

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Hicham SERGHINI

Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88 Fax : 037 67 73 87


E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

8) Cautionnement des marchés à l'exportation :

Objet

Appuyer les entreprises marocaines à développer l'exportation de leurs


produits et services à travers la garantie des cautionnements exigés par les
maîtres d'ouvrage et les clients à l'étranger.

Critères d'éligibilité

Est éligible à la garantie, toute entreprise marocaine soumissionnaire ou


titulaire de marchés de travaux, fournitures ou services à l'étranger.

Cautionnements Garantis

Cautionnements de soumission (ou provisoires), de restitution d'avance, de


bonne fin, de retenue de garantie, d'entretien.

303
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Conditions de garantie

• Quotité garantie : jusqu'à 50% des cautionnements par la CCG, le


reliquat devant être couvert par la ou les banques intervenantes ;
• Commission de garantie : 0,40% de l'encours des cautionnements.
• Présentation de la demande

. Soit par l'intermédiaire d'une banque choisie par l'entreprise ;

. Soit directement par l'entreprise à la CCG. Dans ce cas, un guide


décrivant le contenu du dossier devant accompagner la demande de
garantie est mis à la disposition de l'entreprise.

• Délais d'instruction des demandes : 15 jours ouvrables au


maximum.

A qui vous adresser ?

Caisse Centrale de Garantie: Service de la Communication et de la


Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard Ar Ryad, Hay Ryad, Rabat, B.P. 2031
Tél. : 037 71 68 68/037 71 68 79 Fax : 037 71 57 15
Site Web : www.ccg.ma
E-mail : ccg@ccg.ma

La Banque de votre choix.

9) Fonds de Garantie des Industries Culturelles (FGIC) :

Objet

Faciliter l'accès au financement bancaire pour les PME oeuvrant dans le


domaine des industries culturelles.

Critères d'éligibilité

Entreprises éligibles

304
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Personnes morales de droit marocain et opérant notamment dans
les domaines :

. Production et distribution cinématographique et audiovisuelle


. Industries techniques du cinéma, de l'audiovisuel et de la musique
. Théâtre, spectacles, exploitation de salles de cinéma radio et
télévision
. Presse écrite, édition des livres, production et distribution de disques
et de contenu multimédia culturel et éducatif
. Arts visuels et plastiques, mode et design, artisanat

• Chiffre d'affaires annuel durant les trois derniers exercices inférieur


ou égal à 20 millions de DHS

Opérations éligibles

Opérations de crédit, de crédit-bail, cautions bancaires

Investissement éligible

Projet d'investissement matériel ou immatériel, de production et d'acquisition


d'entreprises, opérations de renforcement du fonds de roulement
accompagnant un projet d'investissement.

Condition de financement

• Crédits bancaires : 80% au maximum, avec un montant minimum de


100 000 DH
• Fonds propres et quasi- propres : 20% au minimum
• Taux d'intérêt : négociable avec la Banque
• Durée : 7 ans maximum
• Différé de remboursement : 2 ans

Conditions de garantie

Part garantie : jusqu'à 70% de l'encours de l'opération garantie, qui s'applique


uniquement au principal du crédit pour une durée limite de 7ans.

305
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Procédure d'octroi de la garantie

• La demande de garantie est adressée par l'intermédiaire de la


banque choisie par l'entreprise
• Délai d'instruction : 10 jours ouvrables à partir de la date de
réception du dossier par la CCG

A qui vous adresser ?

Caisse Centrale de Garantie : Service de la Communication et de la


Documentation
Centre d'Affaires, Boulevard Ar Ryad, Hay Ryad, Rabat, B.P. 2031
Tél : 037 71 68 68 / 037 71 68 79Fax : 037 71 57 15
Site web : www.ccg.maE-mail : ccg@ccg.maØ

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Hicham SERGHINI

Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88 Fax : 037 67 73 87


E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

10) Garantie de crédits "Energy" (Dar Ad Damane) :

Objet

Garantir les prêts finançant les infrastructures d'intérêt public.

Critères d'éligibilité

Sont éligibles à la garantie ENERGY :

• les concessionnaires privés réalisant des prestations pour le compte


des collectivités locales;
• les collectivités locales;
• autres emprunteurs agréés par l'USAID.

Les activités éligibles sont :

306
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Raccordement des logements au réseau de distribution d'eau ;
• Services concernant l'assainissement et l'électricité ;
• Puits, réservoirs et châteaux d'eau des communes ;
• Ramassage et traitement des ordures ;
• Goudronnage des rues ;
• Extension des réseaux de distribution d'eau et d'assainissement ;
• Tout autre service ou installation d'intérêt public.

Conditions de garantie

• Quotité de garantie: 50% maximum du crédit éligible


• Commission de garantie: 0,4% l'an, hors TVA, sur l'encours du crédit
• Rémunération: Commission perçue d'avance, lors du premier
déblocage du crédit

Procédure d'octroi de la garantie

La demande doit être adressée à :

• votre banque
• directement à Dar Ad Damane

A qui vous adresser ?

Votre banque.

11) Fonds de garantie français en faveur du Maroc :

Objet

Garantir les crédits octroyés par les banques pour les projets de mise à niveau
des PME.

Critères d'éligibilité

Sont éligibles à ce fonds de garantie les entreprises de droit marocain :

• Ayant une activité effective d'au moins 30 mois

307
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
• Ayant une stratégie de développement à moyen et long terme
• Présentant un programme d'investissement dans un secteur concerné
par la politique de mise à niveau

Conditions de financement

Prêts éligibles à la garantie du fonds :

• Crédit bancaire : montant minimum de 2 million de dirhams


• Taux d'intérêt : librement négociable avec la banque
• Durée maximum : 12 ans
• Différé de remboursement : 3 ans maximum

Sont exclus de la garantie de ce fonds les crédits de restructuration purement


financière.

Conditions de garantie

• Quotité de la garantie : 50% du crédit avec un montant maximum


garanti de 17 millions de DH ou sa contre valeur en Euros
• Commission de garantie : 2,5% du montant garanti du crédit
• Sûretés fixés en fonction du risque évalué par la banque et lAFD

Procédure d'octroi de la garantie

Les entreprises éligibles doivent soumettre un projet d'investissement à l'une


des banques intervenantes, qui transmet après analyse, une demande de
garantie au Secrétariat du Fonds chargé de l'instruction des dossiers.

Délai d'instruction : 20 jours ouvrables à compter de la réception du dossier


complet

A qui vous adresser ?

Secrétariat Permanent du Fonds


Groupe Agence Française de Développement
M. LA COGNATA

308
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Tél : 022 29 53 97
Fax : 022 29 53 98
E-mail : AFDPROCasablanca@ma.groupe-afd.org

Ministère des Finances et de la Privatisation


M Hicham SERGHINI
Tel : 037 67 73 91/ 037 67 73 88
Fax : 037 67 73 87
E-mail : h.serghini@dtfe.finances.gov.ma

Banques intervenantes :
BMCI, BAA, Attijari Wafa Bank, BCP, BMCE, CDM, SGMB.

XV-.FINANCEMENT DES PME AU MAROC: CONTRAINTES ET PERSPECTIVES

Paragraphe II : le financement externe des PME

Dans un monde globalisé, où la concurrence est devenue très rude entre les
entreprises, où les crédits clients sont nécessaires pour s'accaparer de nouvelles
parts de marché, et où le développement des marchés financiers est extraordinaire,
l'entreprise doit trouver des sources de financement pour son cycle d'exploitation et
chercher à optimiser les coûts liés à ces financements. L'insuffisance des capitaux
propres se manifeste lors de la réalisation des événements importants dans la vie de
la PME tels que des projets d'investissements ou restructurations diverses. Le
financement de ces opérations nécessite couramment un apport important de
capitaux propres car d'une part les ressources d'autofinancement, si elles existent,
ne leur permettent pas de faire face à leurs besoins financiers et d'autre part les
associés sont incapables d'apporter les fonds nécessaires. L'appel à l'extérieur, tel
que le secteur bancaire, le marché financier et à d'autres moyens de financement,
pour une augmentation des fonds propres apparaît comme une fatalité à l'égard de
l'insuffisance des sources internes de financement.

A- Le financement bancaire

Pour atténuer les effets du phénomène de l'insuffisance chronique des capitaux


propres sur les équilibres financiers de la PME, le système bancaire a été conduit
depuis de nombreuses années à intervenir de plus en plus largement dans le
financement des PME, que ce soit sous forme de crédit à court terme ou de crédit à
long ou moyen terme.

Cette transformation progressive du rôle du système bancaire s'est accompagnée


d'une remise en cause parfois radicale du rôle des fonds propres.

309
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
I- les crédits à court terme

On désigne sous le terme des crédits à court terme l'ensemble des techniques de
financement spécialisées relatives aux opérations du cycle d'exploitation et d'autre
part des moyens de financement dont la durée est extrêmement courte, de quelques
jours à quelques mois. Pour préciser cette définition, il faut examiner la nature des
opérations auxquelles le crédit est attaché. Ainsi, suivant la durée du cycle de
production ou de commercialisation, le crédit à court terme peut être relativement
long et atteindre une période de l'ordre d'un an, on désigne alors ces crédits sous le
nom de court terme prolongé, et on les distingue des opérations plus courtes qui
portent sur une période de trois à six mois. (24)

Les concours bancaires à court terme consentis par les banques comme moyens de
financement à court terme aux entreprises sont décomposés en deux catégories :

- les crédits de trésorerie dits objectifs qui s'appuient sur l'existence d'une créance
commerciale qui assure la garantie du crédit octroyé (escompte, CMCC, dailly,
l'affacturage.....)

- les crédits de trésorerie « classiques » dits subjectifs dans la mesure où leur objet
est d'assurer l'équilibre de la trésorerie courante de l'entreprise lorsque celui-ci ne
peut pas être obtenu par la mobilisation de créances commerciales.

En raison de l'absence de garantie hypothécaire et de leur caractère très court


terme, ces crédits sont particulièrement risqués pour les banques. Ils sont donc
octroyés après une étude approfondie des besoins à satisfaire et de la structure
financière de l'entreprise .Dans ce contexte, on distingue une autre classification :

- les crédits de trésorerie à objet général : le découvert, le crédit spot, l'escompte de


billet financier, le crédit global d'exploitation, l'avance en devises...

- les crédits de trésorerie à objet spécifique : le crédit de compagne, l'avance sur


marchandise, le warrant.....destinés à couvrir une opération particulière. (25)

1- Le crédit par caisse

Réalisé par une avance en compte courant, le crédit par caisse est techniquement
très simple, et vivement recherché par les entreprises qui peuvent ainsi faire
fonctionner leur comptes sur des bases débitrices à l'intérieur d'un plafond
préalablement défini, il est de pratique courante même s'il fait courir à la banque des
risques bien supérieurs à ceux des crédits de mobilisation, tel par exemple
l'escompte commercial.

24) Pierre conso « gestion financière de l'entreprise « page 310,311

(25)Philippe Rousselot, Jean-François verdié « la gestion de la trésorerie »


page 133,134

310
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
1-1 La facilité de caisse

La facilité de caisse est essentiellement destinée à donner à la trésorerie une


élasticité de fonctionnement .Elle est consentie aux entreprises pour leur permettre
de faire face aux décalages de très courte durée qui peuvent affecter leur trésorerie à
certaines périodes, notamment lors des échéances fournisseurs, de payé du
personnel ou du règlement de la TVA. (26)

1-2 le découvert

La notion de découvert est fort imprécise. Les entreprises utilisent généralement ce


mot en pensant à une aide bancaire par caisse, plus ou moins longue, sans faire
distinction ni dans le temps ni dans l'objet entre la facilité et le découvert. Les
banquiers ont coutume de dire qu'un compte en position débitrice est « à découvert
»

Le découvert, appelé également « crédit blanc», ne porte pas en lui-même son


dénouement (créance commerciale en garantie).Sa bonne fin résulte de la qualité de
la gestion du client et peut être contrariée par des phénomènes internes ou externes
à l'entreprise : hausse salariales, recherches infructueuses, mévente passagère,
perte de marchés, faillite de clients, etc.

Il est donc fortement risqué pour le banquier qui l'octroi dans la mesure où il s'agit
d'un concours bancaire à court terme subjectif qui n'est adossé à aucune opération
commerciale. Nombreuses sont les PME qui financent leurs investissements sur leur
trésorerie courante sans s'attacher à solliciter préalablement les concours idoines.
Plus dangereuses pour les banquiers sont celles qui trouvent dans le crédit par
caisse un excellent moyen de couvrir leurs pertes... (27)

2-les Crédits « objectifs »basés sur la mobilisation de créances commerciales

Dans une économie marquée par l'importance du crédit inter-entreprises, la


mobilisation du poste clients est une priorité pour l'entreprise désireuse de se
procurer des liquidités auprès de son banquier.

Dans ce cadre, le système bancaire propose aux entreprises une large gamme de
concours, allant de l'escompte de papier commercial, crédit de mobilisation des
créances commerciales (CMCC), à la formule plus récente de la cession de créances
professionnelles (Dailly) en passant par l'affacturage ou factoring.

2-1 l'escompte commercial

La mobilisation auprès de l'appareil bancaire à travers l'escompte des créances


commerciales que les entreprises détiennent sur leur clientèle est un outil de
financement ancien, simple et largement diffusé qui conserve encore aujourd'hui une
place importante dans les emplois des banques.

(26)Gérard Rouyer, Alain choinel « la banque et l'entreprise techniques


actuelles de financement» page 85

311
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
(27)Synthèse Philippe Rousselot, Jean-François verdié « la gestion de la
trésorerie »e page 138Gérard Rouyer, Alain choinel « la banque et
l'entreprise techniques actuelles de financement »page( 88)

L'escompte commercial peut être défini comme « l'opération de crédit par laquelle le
banquier met à la disposition d'un client le montant d'une remise d'effets sans
attendre leur échéance. Le recouvrement des effets, qui lui sont cédés en pleine
propriété, doit normalement procurer au banquier escompteur le remboursement de
son avance » (J.Ferronnière) (28)

Autrement dit, l'escompte permet à un fournisseur (porteur ou cédant) de mobiliser,


avant terme, les créances qu'il détient sur sa propre clientèle en les cédant, en cas
de besoin, à son banquier (cessionnaire) qui le règle par anticipation et se charge à
l'échéances du recouvrement sur l'acheteur. (29)

Pour les entreprises, l'escompte des effets est un mode de financement simple et
facile car les banques accordent ce crédit auto-liquidatif rapidement et avec le
minimum de formalités.

En revanche, la banque trouve dans l'escompte un emploi avantageux, bien que de


prime abord moins rentable que le crédit par caisse. Il possède cependant sur ce
dernier, trois avantages :

- L'escompte présente un moindre risque de non remboursement : fondée sur


une transaction commerciale qui trouve normalement son issue auprès de l'acheteur
qui a pris livraison de la marchandise, l'opération donne à la banque un double
recours, l'un contre son client en vertu du contrat d'escompte, l'autre contre
l'acheteur en vertu de la créance de provision.

- Il est générateur de dépôts dans la mesure où les fonds crédités au compte, non
entièrement utilisés, forment des ressources au même titre que des soldes créditeurs
provenant de versement d'espèces ou de remises de chèques.

- Il immobilise peu les fonds de la banque car sa courte durée n'excède pas 90
jours en règle générale. (30)

Malgré un grand nombre d'inconvénients, le rôle et l'importance de l'escompte n'ont


cessé de s'accroître ses dernières années pour les PME-PMI, alors que dans le
même temps il disparaissait quasiment de la palette des modes de financement à
court terme utilisé par les grandes entreprises.(31)

2-2 Le crédit de mobilisation des créances commerciales (CMCC)

La procédure de l'escompte des effets commerciaux est assez lourde, c'est pourquoi
une nouvelle technique de crédit à court terme a été apparue, cette nouvelle
technique permet aux entreprises de mobiliser auprès des banques leurs créances
commerciales, sans avoir recours à l'émission d'effets de commerce.

312
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Les entreprises qui peuvent bénéficier de ces CMCC sont des entreprises
industrielles, commerciales, et agricoles qui ont obtenu l'autorisation de la banque
centrale et qui ont choisi de renoncer à ce CMCC.

(28) Rouyer, Alain choinel « la banque et l'entreprise techniques actuelles de


financement » 3e édition page 29

(29) Berrada Mohamed Azzedine « les techniques de banque de credit et de


commerce exterieur au Maroc » édition 99 page 626

(30) Rouyer, Alain choinel « la banque et l'entreprise techniques actuelles de


financement » 3e édition page 31

(31) Philippe Rousselot,Jean-François verdié « la gestion de la trésorerie »


page 143

Comme dans le cas de l'escompte, la procédure du CMCC est associée à une


opération commerciale entre des clients et leur fournisseur. Dans la cas où ce
dernier a besoin de trésorerie, il souscrit un billet à l' ordre de son propre banquier
« garanti » par un certain nombre de créances portant sur une même échéance
laquelle est identique à celle du billet à ordre remis au banquier . Le banquier
escompte ce billet à ordre à la demande de son client et le crédite après prélèvement
des commissions d'usage.

Á l'échéance du billet à ordre, l'entreprise encaisse le paiement de ses créances


commerciales et son banquier prélève le remboursement du crédit accordé lors de
l'escompte du billet à ordre.

Dés son lancement, le CMCC ne convient qu'à une minorité d'entreprises de bon
standing et ne répond pas aux attentes de ses promoteurs. Le Découvert mobilisé
n'apportant aucune garantie aux banques, il n'allège nullement leurs frais généraux
puisqu'il ne supprime ni ne réduit l'emploi de l'effet de commerce.

Pour des raisons différentes, les entreprises hésitent à adopter le CMCC car, en
l'absence de conditions dérogatoires sur l'escompte des billets de mobilisation et sur
l'encaissement des effets primaire, son coût est élevé par rapport à celui de
l'escompte commercial.

En raison des nombreuses contraintes qui pèsent sur ce type de concours bancaire à
court terme, cette technique de financement des déficits de trésorerie n'a pas connu
beaucoup de succès, ce qui a amené les banques et les pouvoirs publics à mettre en
place le crédit ou loi dailly qui a le principal avantage de ne plus nécessiter
l'autorisation de la banque centrale. (32)

2-3-La Loi, crédit ou bordereau dailly

Du nom du sénateur Étienne Dailly qui en est l'investigateur, Cette procédure (crée
en 2 janvier1981 modifié par la loi bancaire du 24 janvier 1984) prévoit la possibilité
par simple remise d'un bordereau, de procéder à la cession ou au nantissement d'un
ensemble de créances à la banque qui accorde le crédit. Le mécanisme est en

313
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
principe une simplification considérable de la procédure d'escompte. Le bordereau a
les caractéristiques d'une lettre de change. (33)

La banque notifie en principe au débiteur la cession et celui-ci règle directement la


banque .En pratique c'est l'entreprise qui mentionne la procédure sur la facture et
transmet le règlement au banquier pour éviter une charge administrative trop lourde.

Si le crédit Dailly est très proche de l'escompte dans son mode de fonctionnement, il
reste néanmoins beaucoup moins lourd en création et en circulation de papier qui
sont souvent sources de commissions facturées. En toutes logique, il devrait donc
être nettement moins onéreux que l'escompte, mais en pratique, les banques
compensent l'économie de manipulation par l'accroissement des risques

(32) Synthèse Philippe Rousselot, Jean-François verdié « la gestion de la


trésorerie » page 151,152 et

Rouyer, Alain choinel « la banque et l'entreprise techniques actuelles de


financement » 3e édition page 56

(33) Pierre conso « la gestion financière de l'entreprise » page 316

d'impayés. Ainsi, une entreprise n'obtient du crédit Dailly que sur des clients ayant
une bonne surface financière (diminution du risque de non paiement) et supporte une
commission de risque et de charge de 1%à 2.5% du montant TTC de la facture
portée sur le bordereau. Cette commission reste acquise même dans le cas où la
créance est annulée (avoir) ou fait l'objet d'une ristourne.

De façon générale, la raison pour laquelle la cession de créances commerciales


professionnelles par CMCC ou Dailly n'a pas eu le succès mérité, est certainement
due au fait que les banques ne l'ont pas pleinement adoptée. Seules les entreprises
saines ont pu en bénéficier volontiers alors que les plus fragiles, notamment les
PME-PMI, ont beaucoup de mal à y avoir accès en raison de la lourdeur
d’application, mais aussi du caractère très hermétique et méfiant des banques vis-à-
vis de telles innovations, sources de risques non négligeables (absence
d'hypothèques, de caution, et plus généralement de garanties). (34)

2-4 L'Affacturage ou factoring

Les origines du factoring remontent au Moyen Age, le mot viendrait du français


facteur, sont des commerçants itinérants auxquels sont confiées des marchandises
en vue de la vente. A partir du XVe siècle les factors deviennent les dépositaires,
dans les nouvelles colonies, des fabricants et commerçants de la métropole. Peu à
peu ils assument le risque de non-paiement de la part des débiteurs et financent, par
des prêts et avances à leurs commettants, les marchandises qui leur remises en
dépôts. Après s'être développée au XIXe siècle en grande Bretagne et aux Etats-
Unis, la fonction de factor connaît au XXe siècle une véritable mutation dans ce
dernier pays.

L'amélioration des conditions de transport fait passer au second plan le rôle de


dépositaire-vendeur tandis que s'affirme celui d'intermédiaire financier.

314
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Apparu en France au milieu des années 60, francisé par la suite sous le nom
d'affacturage, l'arrivée de grands groupes informatiques américains* (IBM ,
Compaq...)et les difficultés économiques des années 1980 ont contribué au succès
de ce dernier.

L'affacturage est très proche de la loi Dailly, néanmoins c'est une technique dont les
modalités sont fixées par un contrat et non pas par une loi. Il permet donc à
l'établissement financier de les fixer librement. Il peut être définit comme « un
contrat par lequel un établissement de crédit spécialisé, appelé factor, achète
ferme les créances commerciales ».

Pour sa part, la banque de France en donne la définition suivante : « l'affacturage


consiste en un transfert de créances commerciales de leur titulaire à un factor qui se
charge d'en opérer le recouvrement et en garantit la bonne fin, même en cas de
défaillance momentanée ou permanente du débiteur. Le factor peut régler par
anticipation tout ou partie du montant des créances transférées. L'affacturage est
donc à la fois un procédé de recouvrement, une technique de garantie des risques et
éventuellement un moyen de financement des créances ».

* Les sociétés anglo-saxonnes et notamment nord américaines ne pratiquent


pas ou pas le crédit -client.

(34) Synthèse Philippe Rousselot,Jean-François verdié « la gestion de la


trésorerie » page 152,153.

L'affacturage connu également sous le nom anglo-saxon de factoring n'est pas


exclusivement une technique de financement à court terme : sa vocation est plus
large, elle peut être pratiquée dans des opérations de commerce intérieur ou
extérieur .Le contrat a pour objet, moyennant une commission, de décharger le
fournisseur des opérations de recouvrement des créances sur ses clients. Il s'agit
alors de l'achat ferme des créances de l'entreprise sur ses clients. Ainsi, la mise en
œuvre d'une procédure d'affacturage passe par la signature d'un contrat- cadre du
type emprunt d'intuitu personae. Il s'agit en général d'un contrat d'exclusivité liant les
deux parties : le factor d'une part et son adhérant d'autre part. Au terme de ce
contrat, le factor sélectionne son adhérant en fonction de critères qui sont propres et
qui peuvent être différents d'un facteur à l'autre.

Aux conditions communes à tous les contrats (durée, modalités de réalisation,


résiliation, préavis....), s'ajoutent un grande nombre de conditions particulières
propres à chaque adhérant et qu'il convient de bien étudier et parfois négocier. Il
s'agit de périodicité des remises de factures, de la durée moyennes de crédits
accordés, des modes de règlement utilisés, des modalités de rémunération du factor,
l'encours maximum autorisé, de la constitution éventuelle de provisions de
commissions annuelles, de la caution personnelle et solidaire des dirigeants, de la
constitution d'un fond de garantie bloqué alimenté par un pourcentage de 5%à
10%du montant des factures remises qui reste propriété de l'adhérant...

L'affacturage n'est donc pas une simple mobilisation de créance commerciale. Cette
procédure permet au fournisseur :

315
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
-De simplifier sa gestion administrative (facturation, encaissement, secrétariat,
contentieux, comptabilité)

- D'avoir une assurance sur le crédit consenti aux clients.

- De dégager des liquidités.

Malgré toutes les démarches marketing qui accompagnent sa commercialisation,


cette technique reste onéreuse pour l'entreprise qui y recourt. Elle peut parfois être
« imposée » par un banquier qui souhaite diminuer le recours systématique de son
client à des concours bancaires à court terme de plus en plus risqués pour lui
(découvert, facilité de caisse, dailly....) (35)

(35) synthèse Rouyer, Alain choinel « la banque et l'entreprise techniques


actuelles de financement » 3e édition page 65

Philippe Rousselot, Jean-François verdié «la gestion de trésorerie» » page 154,


155, 15.

3- Les Crédits « subjectifs » sans mobilisation de créances commerciales.

Contrairement à toutes les techniques de financement à court terme que nous


venons de voir, ces crédits ne sont pas compensés par des mobilisations de
créances commerciales. Ce sont donc des crédits à court terme de nature et de
modalités « traditionnelles » soit :

- un montant de crédit accordé à la date de décision

- un intérêt calculé à partir d'un taux appliqué au montant et à la durée de mise à


disposition des fonds (date d'échéance exclue) majorée de jours de banque
éventuels et auquel viennent se rajouter d'éventuelles commissions facturés en sus ;

- un remboursement de montant prêté à l'échéance du crédit.

Ces crédits sont pour la plupart d'entre eux mobilisables sur le marché monétaire
auprès, notamment de la banque centrale afin de permettre aux banques qui les
octroient de se refinancer. (35)

3-1- Le Crédit spot ou crédit par billet financier

Utilisé principalement par les entreprises ayant des besoins durables de trésorerie, le
crédit spot répond à ses besoins pour des montants souvent importants et sur des
périodes très courtes allant de quelques jours à un ou deux mois et très rarement au
delà.

Certains offices publics et sociétés d'envergure n'hésitent pas à mettre en


concurrence les établissements bancaires en lançant, à cet égard, des appels
d'offres de crédit spot (par fax) afin d'obtenir les meilleures conditions de financement
possibles et les taux les plus bas.

316
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
Selon son besoin de trésorerie, l'entreprise qui souhaite obtenir ce type de crédit,
souscrit un billet à l'ordre de son banquier par lequel elle s'engage à rembourser
celui -ci à une échéance fixée à l'avance. Lorsque l'entreprise mobilise cet effet, la
banque crédite le compte courant du montant de l'effet escompté puis le débite à
l'échéance en prélevant également les agios dus. Ce billet est librement renouvelable
selon le besoin de l'entreprise pour un montant et une durée éventuellement
modifiables.

Les avantages de ce crédit spot sont importants et expliquent le succès obtenu par
ce type de concours bancaire au cours de ces dernières années où il est devenu le
mode de financement à court terme le plus utilisé après le découvert dans les
entreprises de taille moyenne. (36)

3-2-Les Billets de trésorerie

Leur création date au début du XIXème siècle aux Etats-Unis. Ils avaient pour
objectifs d'élargir le marché des capitaux et de donner plus de souplesse au
financement des entreprises à travers d'une part, l'atténuation de la pression qui
s'exerçait sur les crédits et la mobilisation de l'épargne liquide ; d'autre part, la
création des conditions nécessaires à l'établissement et au développement des
relations financières entre des agents économiques non bancaires.

(35) Philippe Rousselot, Jean-François verdié « la gestion de la trésorerie »


page 160

(36) Berrada Mohamed Azzedine « les techniques de banque de crédit et de


commerce extérieur au Maroc »

édition 99 page 610 et Philippe Rousselot, Jean-François verdié « la gestion de


la trésorerie » page 160

Les billets de trésorerie sont définis comme des titres de créances négociables,
d'une durée déterminée, émis au gré de l'émetteur en représentation d'un droit de
créance et qui portent intérêt.

L'entreprise fait appel dans ce cas directement au marché. Elle émit du papier
financier « non causé » pour une durée de l'ordre de dix jours à quelques mois, elle
l'escompte soit directement auprès d'une entreprise, soit en passant par
l'intermédiaire d'une banque. Les souscripteurs de ces billets peuvent être des
personnes physiques et morales, peu importe leur nationalité, mais capable d'évaluer
le risque inhérent à cette opération et mesurer la surface financière de l'émetteur.

Cette forme de désintermédiation dépasse le cadre du court terme car elle assure à
l'entreprise un financement revolving de caractère permanent. Les banques ont ainsi
perdu du trafic et n'ont conservé que l'encaissement des commissions de placement.
(37)

317
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3-3-Les Crédits garantis

Utilisés par les grandes entreprises qui détiennent des marchandises ou des titres
qui permettent, en cas de besoin de trésorerie, d'anticiper la mobilisation de leurs
créances en percevant immédiatement leurs montants. En contrepartie et selon la
technique retenue, ces créanciers cèdent les créances concernées aux mobilisateurs
choisis ou les mettent temporairement en garantie au profit de ces derniers.

Dans la pratique, on distingue des crédits garantis par des stocks de marchandises
ou de produits finis et des crédits garantis par des titres détenus. (38)

3-3-1-Le Crédit relais

Le crédit relais est une facilité de caisse d'une durée plus longue, lié à une opération
ponctuelle hors exploitation, qui permet à une entreprise d'anticiper une rentrée de
fonds à provenir soit d'une opération financière (augmentation de capital ou
déblocage d'un emprunt obligataire), soit d'une cession d'un bien (immeuble ou fonds
de commerce), soit de la TVA payée sur un investissement.

Il s'agit donc d'une avance destinée à financer exceptionnellement les


immobilisations dans l'attente d'une rentrée certaine et prochaine. (39)

3-3-2-Le Crédit de compagne

Le crédit de compagne a pour objet de financer les entreprises dont l'activité est
saisonnière (sucreries, conserveries, industrie du jouer....) qui se trouvent dans l'un
des deux cas suivants : soit elles supportent de très importants décaissements à
l'entrée du cycle puis réalisent des ventes échelonnées dans le temps, soit elles
décaissent très progressivement puis vendent d'un coup sur le marché leurs produits
en fermant le cycle. Mais quel que soit le cas de figure il leur faut disposer des

(37) Synthèse Gérard Rouyer, Alain choinel « la banque et


l'entreprise techniques actuelles de financement »page 106

(38) Philippe Rousselot,Jean-François verdié « la gestion de la trésorerie »


page 166

(39) Synthèse Gérard Rouyer, Alain choinel « la banque et


l'entreprise techniques actuelles de financement »page 86

concours nécessaires pour stocker entre le moment où elles achètent ou fabriquent


et celui où elles vendent. Le crédit est généralement un crédit par caisse ou par billet,
accordé par une ou plusieurs banques:

- le crédit de compagne par caisse : est d'une grande simplicité et présente pour
l'entreprise tous les avantages du crédit par caisse, puisqu'elle revient à mettre à
disposition de l'entreprise un découvert dans lequel le client peut piocher en fonction
de ses besoins quotidiens sous contrainte de ne pas dépasser le plafond autorisé.

318
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
- le crédit de compagne par billet : seules diffèrent les modalités d'utilisation du
concours c'est-à-dire au lieu de rendre son compte débiteur, l'entreprise escompte
auprès de sa ou ses banques des billets financiers dans la limite de l'autorisation qui
lui est accordée.

L'octroi de ce crédit n'est pas exempt de risques importants pour le banquier qui le
réservera en conséquence à des clients surs (ayant réussi les précédentes
compagnes, avec structure financière équilibrée...) la banque s'assurera donc que de
nombreuses conditions sont remplies avant d'accorder ce type de crédit .Ainsi ,le
risque maximum que peut subir la banque est celui de l'échec d'une compagne qu'il
a financée .Afin d'éviter de supporter seule ce risque , la banque peut exiger des
engagements fermes : cautions personnelles de dirigeants, réserves de trésorerie
conséquentes, apports éventuels en compte courant des actionnaires .... . (40)

3-3-3-Les Avances sur marchandises et warrant

Les avances sur marchandises peuvent être définies comme les crédits bancaires
qui ont pour objet de procurer à certaines entreprises industrielles ou commerciales
les capitaux complémentaires nécessaires au financement de leurs besoins en
stockages : approvisionnement en matières premières, achat de marchandises,
constitution de stocks de produits fabriqués, maintien de stockages de sécurité, en
contre partie une garantie des marchandises sont remises en gage au banquier.

En pratique, ce type de crédit consiste pour le bénéficiaire à émettre un billet à l'ordre


de son banquier. Ce billet financier est alors escomptable et garanti par le
nantissement des marchandises.

Cette technique de financement reste très risquée pour le banquier qui doit estimer la
valeur, la qualité et la liquidité du gage, il s'appuiera souvent sur les compétences
d'un expert, en réservant ce type de crédit à des clients très bien sélectionnés.

Le warrantage ou escompte de warrant est une forme de crédit de compagne qui


permet d'affecter des marchandises en garantie des avances accordées par la
banque, le warrant est souvent utilisé par les entreprises ayant une activité
saisonnière (les producteurs de vins, de céréales, l’alcool, de fromages...) et qui
stockent des marchandises dont elles n'ont pas immédiatement l'utilité.

(40) synthèse Philippe Rousselot, Jean-François verdié « la gestion de la


trésorerie » page 166,167 et Rouyer, Alain choinel « la banque et
l'entreprise techniques actuelles de financement » 3e édition page 101

Les marchandises apportées en garanties doivent être déposées dans des magasins
généraux souvent localisés dans des grandes villes, contre soit un simple récépissé
de dépôt qui est un reçu non négociable, soit un titre spécial négociable appelé
récépissé- warrant qui contient deux partie, le récépissé et le warrant.

Le récépissé est la reconnaissance signée par le magasin général des marchandises


qu'il a reçues en dépôt ; il incorpore le droit de propriété qui se transmet avec le titre
lui -même. (41)

319
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
3-4 Les cautionnements

Il est difficile de les citer tous, mais leur objet est toujours le même, soit éviter à
l'entreprise d'immobiliser des sommes importantes sous forme de cautionnements en
espèces, soit lui permettre d'obtenir des délais de règlements de sa dette à l'égard
de fisc et parfois même de ne pas faire l'avance de droits, qu'elle n'aura peut-être
jamais à payer, en cas de contestation d'impôts.

3-4-1- les obligations cautionnées

Les obligations cautionnées constituent un mode de financement important pour les


entreprises importatrices. En effet, l'administration de la douane peut accorder un
crédit à l'entreprise pour le paiement de certains impôts (Droit de douane, TVA à
l'importation..). Le crédit est matérialisé par un billet à ordre, au bénéfice de la
douane, cautionné obligatoirement par une banque.

3-4-2- Les cautionnements en douane

Pour l'enlèvement des marchandises importées, l'importateur fournit une soumission


cautionnées, et s'engagent à payer les droits dans un délai de 30 jours après
liquidation.

3-4-3-Les cautions administratives

Ce sont les différentes cautions exigées par les administrations lorsqu'elles confient
l'exécution de marchés à des entreprises privées.

4- Crédits à l'exportation

Avec le développement du commerce extérieur, les PME exportatrices peuvent se


trouver confrontées à un problème de financement, d'où l'intérêt à ces PME de
recourir aux formules de crédit à l'exportation particulièrement adaptées à ces
opérations, pour éviter les tensions trop grandes sur sa trésorerie et les délais de
paiements souvent très long accordés à l'international.

On distingue trois techniques de financement utilisées en commerce international :

- La mobilisation de créances nées à l'exportation ;

- Le préfinancement à l'export ;

- L'avance en devise ;

- L'affacturage à l'international.

(41) Berrada Mohamed Azzedine « les techniques de banque de crédit et de


commerce extérieur au Maroc »

édition 99 page 650 et Philippe Rousselot,Jean-François verdié « la gestion de


la trésorerie » page 168,169.

320
_______________________________________________________________________________________________________________________________________
DOSSIER N°II : REVUE DOCUMENTAIRE SUR L’EXPERIENCE MAROCAINE DANS LE DOMMAINE DE L’AFFACTURAGE
4-1- Mobilisation de créances nées à l'exportation (MCNE)

La MCNE est une technique permettant aux exportateurs de mobiliser leurs créances
sur des acheteurs étrangers. L'avantage de cette technique réside dans le
financement assez avantageux des délais de paiement qui peuvent aller jusqu'à 18
mois alors que dans l'escompte ne peuvent excéder 3 mois. Au delà de délai
l'entreprise