Vous êtes sur la page 1sur 26

ISSEP Ksar-Saïd

Promotion: 1ère Année ‘‘LFEP’’

FILIERES ENERGETIQUES

Mohamed ELLOUMI
Docteur en STAPS (Physiologie de l’Effort)
Maître de Conférence Universitaire

 Besoin
Énergie

1
Notions de base

Métabolisme
 Le métabolisme est l'ensemble des transformations moléculaires
et énergétiques qui se déroulent de manière ininterrompue dans la
cellule ou l'organisme vivant.
 C'est un processus ordonné, qui fait intervenir des processus de
dégradation (catabolisme) et de synthèse organique (anabolisme).
Couramment, le métabolisme est considéré comme l'ensemble des
dépenses énergétiques d'une personne.

Catabolisme
 Ensemble des réactions de dégradation des composés organiques
qui ont lieu chez les êtres vivants au cours du métabolisme. S'oppose
à l'anabolisme.

Anabolisme
 Ensemble des réactions chimiques des organismes vivants
permettant la synthèse de métabolites essentiels à partir des
éléments de base fournis par l'alimentation et aboutissant à la
construction ou au renouvellement des tissus.

2
 Besoin
Énergie
=  ATP

Structure de l’ATP

 L’adénosine triphosphate- ATP: Monnaie énergétique de la


cellule

 L’ATP est une molécule composée d’adénine rattaché à 3


phosphates

 Sous l’action de l’ATPase, le dernier phosphate se détache de la


molécule d’ATP

L’énergie contenue dans la liaison phosphate-phosphate est alors


libérée

3
Hydrolyse de l’ATP

ATPase
ATP ADP + Pi + Energie

 Le renouvellement de cette molécule doit être continuelle pour


assurer l’activité musculaire

Les réserves au niveau musculaire sont très réduites


Les concentrations d’ATP 4-5mmol/Kg de muscle (1à 2s de
contraction)

Plusieurs processus sont mis en jeu pour renouveler cette


molécule d’ATP

4
À chaque épreuve sa filière
énergétique

Hydrolyse de la PCr

Glycolyse lactique

Oxydation

Rappel des caractéristiques des différentes sources énergétiques


sollicitées au cours de l’exercice musculaire
CO2 + H2O
Ca2+ + ATP + Mg2+
Glycogène,
ATP glucose, AGL, AA
+ O2

Acide lactique

Glycogène
= ADP + Pi ADP + Pi Créatine + Pi

Phosphocréatine (PCr)
SOURCES
1) « Anaérobie alactique »: Sprints courts et tout exercice très court et très intense
2) « Anaérobie lactique »: 400m, 800m (8s à 2-3min)
2) « Aérobie »: 5-1000m, semi marathon, marathon et ultra marathon

5
Caractéristiques des sources énergétiques

Chaque source énergétique se caractérise par:


● le délai d’apport optimum d’énergie,

● sa capacité ou énergie potentielle totale susceptible d’être utilisée,


● sa puissance métabolique ou quantité maximale d’énergie qu’elle
peut fournir par unité du temps,

● son endurance ou pourcentage de la puissance énergétique


maximale qu’elle peut fournir le plus longtemps possible,

● son ou ses facteur (s) limitant (s),


● et la durée nécessaire pour reconstituer les réserves utilisées
ou/et métaboliser ou éliminer les déchets métabolites produit

Très grande
puissance mais
petit réservoir

Puissance
moyenne mais
grand réservoir

Forte puissance
mais réservoir
moyen

Notions de puissance et
de capacité

6
7
Filière énergétique qui alimentent les exercices:

1) TRÈS COURT (>6S) ET TRÈS INTENSE: sauts, sprint


très court et tout exercice « explosif »,…

2) DE DUREES INTERMEDIARES (20S à 2min) ET INTENSE:


200m,…800m course…

3) DE LONGUES DUREES (3MIN ET PLUS) ET DE MOINDRE


INTENSITÉ: 1000m au marathon…

1) TRÈS COURT ET TRÈS INTENSE:

= Filière anaérobie (*) alactique (**)

(*) anaérobie = indépendante de l’oxygène

(**) alactique = sans production d’acide lactique

Ou également le système ATP-CP

8
 Les concentrations d’ATP 4-5mmol/Kg (1à 2s de
contractions)
 Les concentrations de Pcr est de 3 à 5 fois plus
élevée que celle de l’ATP 15-28mmol/Kg (6à 7s de
contractions)
 Puissance importante: 72 Kcal/min

RÉCAPITULATIF

Source substrat Production Délai de capacité puissance Endurance


d’énergie d’énergie production
optimale

Immédiate ATP-CP Très faible Nul Très Très élevée < ou = 15 à


Phosphagènes CP  ATP faible 250 à 530 20s
20-60kj kj/min dépend du
1 à 3-4s % de la
puissance
max

9
2) DE DUREES INTERMEDIARES (20S à 2min) ET INTENSE

Cycle de la glycolyse anaérobie *Nombre élevé de Réactions


enzymatiques : Plein rendement: 20 à 30
secondes
*Puissance importante et capacité élevée
*Efforts maximaux d’une durée comprise
entre 30s à 2min
- 2 ATP
*Bilan directe: 2ATP à partir du glycose et
de 3ATP à partir glycogène
*Les réactions se passent au niveau du
cytosol
*La glycolyse aboutit à la formation de
l’acide lactique
Une concentration élevée de cette acide :
-entrave la contraction musculaire et
provoque des douleurs
-Ralentie l’activité enzymatique
+ 4 ATP
*Chaque molécule de glycose aboutit à la
formation de 2 molécules d’acide
pyruvique qui en présence d’O2 rejoint le
cycle de Krebs

10
Le lactate est il un déchet?
Quel est le devenir du lactate?

Coeur
Lactate et CO2

Lactate

Tissu
musculaire
Artère
Veine

Glycogène

I
Lactate

II
CO2

Brooks 1985, 1991


Navette du Lactate

11
MCT4 = moncarboxylate transporter 4 (protéine de transport du lactate)

4
Cytoplasme

Extracellulaire 1
Mitochondrie
1

LDH

1
1

Juel et al 1991; Brooks 1993

CYCLE DE CORI

Muscle Sang Foie

glucose Sang glucose

Glucose 6P Glucose 6P

CYCLE DE
Glycolyse CORI Néoglucogenèse

Pyruvate Pyruvate

Lactate Sang Lactate

12
Le lactate n’est pas donc « un déchet » ni
surtout « une toxine qui empoisonne le muscle »
mais bien une source d’énergie utilisable par la
cellule musculaire

CINÉTIQUE DU MÉTABOLISME DU LACTATE POST EXERCICE

Transformation du lactate après un exercice épuisant de 2min:

1) RÉCUPÉRATION PASSIVE:
50% en environ 25min
75% en environ 50min
88% en environ 1h 15min
100% en environ 1h 30min

1) RÉCUPÉRATION ACTIVE:
50% en environ 6min
75% en environ 12min
100% en environ 20min

13
RÉCAPITULATIF

Source substrat Production Délai de capacité puissance endurance


d’énergie d’énergie production
optimale

Retardée Glucose Faible Court Faible Élevée Entre 1 et


Glycolyse Ou 1GL  15 à 20s 75-200kj 110 à 3min
Lactique glycogène ATP 200kj/min dépend du
% de la
PMA (entre
90 et 140 de
la PMA et de
la VMA

3) DE LONGUES DUREES ET DE MOINDRE INTENSITÉ

14
Cycle de Krebs

● Conversion dans la mitochondrie de l’acide


pyruvique en une forme d’acide acétique
l’acétyl-CoA: C’est le point d’entrée à une série
de réactions chimiques qui permet l’oxydation
complète de L’acétyl-CoA.
Bilan directe: 2ATP (2 GTP : guanine
triphosphate)
Le substrat est dégradé en hydrogène et en
CO2.
● Le CO2 diffuse hors des cellules et il est
transporté par le sang vers les poumons où il
est rejeté.

● Le cycle de Krebs est couplé à une série de


réactions connus sous le nom de chaîne de
8NADH+H+ transport des électrons
2FADH2
2ATP

Chaîne de transport
des électrons

Le cycle de Krebs produit de


l’hydrogène.
Au niveau de la membrane
interne de la mitochondrie Le
NAD+ est réduit en NADH par
l’adjonction d’un hydrogène et de
deux électrons. L’autre H+ se
trouve dans le liquide cellulaire.
Le FAD accepte deux hydrogènes
pour se transformer en FADH2.

15
Chaîne de transport d’électrons

•La chaîne de transport d’électrons est


un ensemble de réactions d’oxydo-
réductions ou les électrons sont
échangés entre le NADH, le FADH2, le
coenzyme Q et les cytochromes qui
sont des transporteurs protéiques
comportant du fer.

•Le fer de chaque cytochrome est à


chaque fois réduit en acceptant
l’électron puis oxydé en le perdant en
faveur d’un autre cytochrome.
• A trois niveau pendant cette chaîne il
y a fourniture de l’énergie pour former
un ATP

Chaîne de transport
des électrons
Et Phosphorylation
oxydative

Le bilan net est de 3ATP à partir d’un


transporteur NADH et 2ATP à partir D’un
FADH2
A la fin de la chaîne intervient l’oxygène pour
accepter les électrons et se combiner avec
l’hydrogène pour former de l’eau (H2O).

16
Bilan total de la glycolyse anaérobie et aérobie

Etapes de l’oxydation ATP/GTP Cofacteurs réduits riches Nombre total d’ATP


complète du glucose formés en énergie formé
Glycolyse 2 ATP ou 2 NADH + H+ 2 ou 3
3 ATP 6
Pyruvate → Acétyl-CoA 2 NADH + H+ 6

Cycle de Krebs 2 GTP 6 NADH + H+ 2


2 FADH2 18
4
Total 38 ATP Glucose
39 ATP Glycogène

La lipolyse

17
Catabolisme des lipides

Les sources du catabolisme des lipides incluent :


 Les triglycérides stockés dans la fibre musculaire et surtout dans les
fibres lentes
 Les acides gras libres (AGL) en circulation issus des triglycérides
contenus dans le tissu adipeux (adipocytes)
 Les triglycérides contenus dans les lipoprotéines complexes en
circulation, hydrolysé par une lipoprotéine lipase

 Triglycéride + H2O Glycérol + 3 acides gras


Lipase
 Les AGL sont activés par des enzymes puis catabolisés à l’intérieur
des mitochondries grâce à un processus appelé β-oxydation

β-oxydation

La mise en route de ce processus nécessite de l’énergie fournie


par l’Hydrolyse de L’ATP

La chaîne de carbones d’un AGL est fragmenté par couples de


carbones qui forment des acides acétiques (acétyl).

Par ex: un AGL formé de 16 carbones est scindée en 8 molécules


d’acide acétique. Chaque acide acétique est converti en Acétyl
CoA et rentre dans le cycle de Krebs. Cette étape nécessite des
CoA et des transporteurs d’hydrogène

Le glycérol se transforme en 2 molécules de phosphoglycérldhyde


et rejoint l’étape 6 de la glycolyse

18
Energie produite (ATP) par l’oxydation d’une mole
d’acide palmitique (C16H 32O2)
 Etape chimique directe Par phosphorylation oxydative

 Activation de l’acide gras -2

 β-oxydation 35 (7NADH+7FADH2)


 Cycle de Krebs 8 (1ATP) 88 (chaque cycle 3NADH+1FADH2)

 Sous total 8 121

 Total 129 ATP

Energie produite (ATP) par l’oxydation d’un triglycéride

3 (129 )+22(glycérol) = 409 ATP

LA VOIE AÉROBIE À PARTIR DES LIPIDES

Les substrats énergétiques lipidiques :

essentiellement les acides gras

également le glycérol

Ces molécules sont stockées dans l’organisme sous forme de tri-


glycérides
(1 glycérol + 3 acides gras)

19
LA VOIE AÉROBIE À PARTIR DES ACIDES GRAS

Avant le début des réactions, il faut faire passer les acides gras
du cytoplasme dans la mitochondrie.

Membrane mitochondriale

Formation d’un Dissociation du


complexe complexe
acide gras/carnithine acide gras/carnithine

LA β OXYDATION
phase activation (coût 2 ATP)
oxydation (libération de 1NADH2 et 1FADH2)
libération de 1 acétyl CoA et de l’acide gras amputé de
2 carbones

 Le nouvel acide gras libéré subit la même réaction


d’oxydation, les carbones de l’acide gras initial sont
donc coupés 2 à 2.

 Lors de la dernière étape, libération de 2 Acétyl CoA

20
LA β OXYDATION DE L’ACIDE STÉARIQUE (18C)
Mise en route du métabolisme : coût 2 ATP
8 tours d’hélice
8 NADH2 et 8 FADH2
(8 +1) Acétyl Co A

Chaque Acétyl CoA entre dans le cycle de Krebs et


fourni 3 NADH2, 1 FADH2 et 1 ATP.

L’ensemble des NADH2 et FADH2 entrent dans la


phosphorylation oxydative
chaque NADH2 donne 3 ATP
chaque FADH2 donne 2 ATP

LA β OXYDATION DE L’ACIDE STÉARIQUE

Coût -2
β-oxydation 8 NADH2 x 3 + 24
8 FADH2 x 2 + 16
9 AcCoA
Cycle de Krebs x 3 NADH2 x 3 + 81
et x 1 FADH2 x 2 + 18
phosphorylation x 1 ATP +9
oxydative

Bilan + 146 ATP

21
LA VOIE AÉROBIE À PARTIR DU GLYCÉROL

Le glycérol est transformé en glycéraldéhyde 3


phosphate qui intègre la glycolyse.

1 glycérol (3 carbones) 22 ATP

LA VOIE AÉROBIE À PARTIR D’UN TRIGLYCÉRIDE


Tristéaryl glycérol

3 acides stéariques 3 x 146 438 ATP


1 glycérol 1 x 22 22 ATP

460 ATP

22
Énergie libérée par
les Acides Aminés

Energie libérée par les protéines

● La première étape du métabolisme énergétique des protides est la


désamination des acides aminés: extraction de l’azote. Elle se fait
dans le foie.

● Au cours d’un effort de longue durée, l’analine par exemple perd


son amine et gagne un oxygène et forme ainsi un pyruvate. C’est le
cycle de Cori : la gluconéogenèse.

● D’autres acides aminés comme la leucine peuvent être modifiés


pour donner de l’acide pyruvique, de L’Acétyl CoA.

● La contribution des protides est estimée à 5-10% au cours d’effort


de longue durée.

23
RÉCAPITULATIF

Source substrat Production Délai de capacité puissance endurance


d’énergie d’énergie production
optimale

Très Glycogène Très Long Très Faible Dépend de


Retardée Glucose important 2 à 3min élevée 60 à la VO2max
Oxydative Acide gras 1GL  1500- 90kj/min sollicitée
aérobie 39ATP 5300kj entre 70 et
Acide aminé 90 de la
VMA

Pourcentage de contribution dans la production d’ATP


D’après Newsholme et al 1992

Courses en PCr Anaérobie Aérobie Glucose Triglycéride


(m) (%) (%) (%) sanguin AGL
(%) (%)
100 48 48 4 _ _

200 25 65 10 _ _

400 12,5 65,5 25 _ _

800 6 50 44 _ _

1500 (*) 25 75 _ _

5000 (*) 12,5 78,5 _ _

10000 (*) 3 97 _ _
42195 (*) 1 74 5 20
80000 (*) _ 35 5 60

(*) dans ces épreuves la Pcr est utilisée dans les premières secondes

24
Wingate Test 30 sec

28 % O2 sprinters
et 45 % O2 coureurs demi-fond
Reste Anaérobie (ATP/PCr et Lactique)
(Granier et al. 1995)

Course 800m
69 % O2
Reste Anaérobie (ATP/PCr et Lactique)
(Billat 2001)

Contribution des différentes filières énergétiques dans


la fourniture de l’énergie en fonction du temps (1)

25
Contribution des différentes filières énergétiques dans
la fourniture de l’énergie en fonction du temps (2)

● Le système ATP-Pcr domine au cours


D’un effort intense de courte durée (sprint sur 100m).

● La glycolyse anaérobie atteint son plein rendement entre 30 et


40s d’un effort Intense (ex: 400m).

● La mise en route du métabolisme aérobie est lente mais ce


système permet de fournir la quasi-totalité de l’énergie au cours
d’un effort modérée et de longue durée (Le marathon).

Références

Jean-Paul DOUTRELOUX. Physiologie et biologie du sport. Vigot,


Édition 2002

W. McARDEL, F. KATCH. V. KATCH. Physiologie de l’activité physique,


Maloine/Edisem, 4ème édition 2001

26