Vous êtes sur la page 1sur 5

Marion F et Morgane 11/05/09

Noms des correcteurs BMAC 15h-16h


Marion C.L. et Guigui NBA

Principe de fonctionnement des automates d’hématologie


en clinique vétérinaire
Il existe 3 types d’automates d’hématologie, c'est-à-dire 3 principes de fonctionnement :
- Variation d’impédance (ou principe Coulter)
- Analyse quantitative du Buffy Coat (QBC)
- Cytométrie en flux (CMT)

NB : Quand on centrifuge un tube contenant du sang, on obtient 3 phases : le culot de globules


rouges, un anneau blanchâtre composé de globules blancs et de plaquettes (le Buffy Coat), et le
plasma.

I/ Principe de la variation d’impédance

Le tube de sang est placé dans une tubulure entourée par 2 électrodes permettant la création
d’un champ magnétique. Ceci permet à la fois de compter les particules, mais aussi de mesurer
leur taille.
Cet automate possède 2 cuves : une cuve de comptage des globules rouges et des
plaquettes, et une cuve qui compte les globules blancs après avoir lysé les globules rouges. Il y a
alors libération d’hémoglobine, donc cette cuve permet également de mesurer l’hémoglobinémie.

Résultats :
Cet automate donne les 3 numérations (globules rouges, blancs et plaquettes), ainsi que
l’hématocrite, le VGM, le TCMH, le CCMH et le VMP (volume moyen plaquettaire).
On obtient des résultats chiffrés mais également des courbes ( par exemple, le pourcentage des
différentes cellules en fonction de leur taille).

Exemple du leucogramme : en fonction de l’automate, on obtiendra une formule approchée ou


complète. La formule approchée permet seulement de différencier les lymphocytes et les
granulocytes, alors que la formule complète permet de différencier les lymphocytes, les monocytes,
les GNN (neutrophiles) et les GNE (éosinophiles).

Biomédicale – les automates d’hématologie – page 1/5


Les résultats obtenus doivent toujours être confirmés par le frottis.
Si par exemple, l’automate annonce une thrombopénie sévère chez un chat, il faut vérifier qu’il n’a
pas pris les plaquettes agrégées pour des hématies. En effet, 5 plaquettes agrégées ont quasiment la
même taille qu’un globule rouge. Le frottis permet donc de vérifier si les plaquettes sont agrégées
ou pas et donc si la thrombopénie est réelle.

II) Analyse quantitative du Buffy Coat (QBC)


Pour réaliser cette analyse, le sang doit être prélevé dans un microtube dont les
particularités sont les suivantes :
- parois recouvertes d’orange d’acridine (met en évidence ARN et ADN)
- le tube contient un flotteur (qui permet la séparation des différentes phases).

Une fois le prélèvement sanguin réalisé, le tube est centrifugé et placé dans l’automate.
L’automate va alors apprécier l’épaisseur des couches cellulaires obtenues après centrifugation. La
largeur des populations cellulaires indique le nombre de cellules (Cf diapo 8).

Il va mesurer ainsi l’hématocrite, la hauteur du Buffy Coat et la plaquettocrite. Il en déduira


respectivement l’hémoglobine, la numération des GB et celle des plaquettes (Cf diapo 9).

Biomédicale – les automates d’hématologie – page 2/5


Le grand intérêt de cette méthode est que l’automate « dit » quand il n’est pas sûr de son résultat : il
envoie un message d’erreur !
Comme on le voit sur le PPT, la présence d’agrégats plaquettaires au sein de l’échantillon entraîne
une variation anormale et en dent de scie des courbes de l’ARN et de l’ADN. L’automate en
envoyant un message d’erreur montre que les résultats obtenus ne sont pas fiables et qu’il y a un
problème.

Biomédicale – les automates d’hématologie – page 3/5


III) Cytométrie de flux
Les cellules sont aspirées les unes après les autres dans une colonne. Chaque fois qu’une cellule
passe, elle est illuminée par un faisceau laser.
Deux détecteurs récupèrent les rayons diffractés. L’un est placé dans l’axe du faisceau laser initial
et donne la taille de la cellule. L’autre est placé comme sur le schéma de la diapo 11 et donne des
informations sur la structure interne de la cellule.

Un traitement préalable a été réalisé sur l’échantillon à analyser :


-les GR ont été rendus sphériques par un surfactant anionique
- l’ARN des réticulocytes et des GR immatures ainsi que les granulations des plaquettes ont été
colorés pour amplifier la lumière diffractée.

Biomédicale – les automates d’hématologie – page 4/5


Les résultats sont donnés sous forme de graphes ( Cf diapo 13)

C’est un histogramme en nuage de points. Le nuage rouge représente un unique globule rouge, alors
que le vert représente le passage de deux globules rouges agglomérés.
RAS= diffraction de la lumière à 90%
En cas d’anémie régénérative, le nuage rouge est décalé sur la droite (cellules plus grosses).
Ce procédé permet d’avoir la taille des cellules.

Rq : sur la diapo 15, on note la présence sur le graphe de billes en latex. Il s’agit en fait de témoins
qui permettent de vérifier que l’automate fonctionne bien.

Cette méthode est la plus précise et la plus rapide qui existe.

Conclusion
Ces techniques ne donnent pas tous les paramètres :
- l’impédance ne donne aucune information sur les réticulocytes, ni sur la formule
leucocytaire .
- Dans la méthode QBC, la numération des GR, le VGM et la formule complète des GB
ne sont pas précisés.
Il est donc nécessaire de confirmer ou du moins de vérifier les résultats donnés par l’automate en
faisant un FROTTIS SANGUIN !!!

Biomédicale – les automates d’hématologie – page 5/5