Vous êtes sur la page 1sur 26

KH. ANGADE (PH.

D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

MODULE 1 : NORMALISATION COMPTABLE INTERNATIONALE ET CADRE


CONCEPTUEL

FONDEMENTS ET HISTORIQUE

OBJECTIFS DE L’IASB

Selon la constitution de l’IASC/IASB approuvée en 2000 et révisée en 2002, l’organisme privé


des normes comptables internationales a pour principaux objectifs de :

« - élaborer dans l’intérêt général un jeu unique de normes comptables de haute qualité,
compréhensibles et que l’on puisse faire appliquer dans le monde entier, imposant la
fourniture dans les états financiers et autres informations financières, d’informations de
haute qualité, transparentes et comparables, de manière à aider les différents intervenants
sur les marchés de capitaux dans le monde, ainsi que les autres utilisateurs dans leur prise de
décisions économiques ; promouvoir l’utilisation et l’application rigoureuse de ces normes ;
tendre vers la convergence des normes comptables nationales et des normes comptables
internationales pour des solutions de haute qualité. »

Les objectifs énoncés ci- dessus n’ont pas été édictés à la création de l’organisme mais se
sont progressivement précisés tout au long de son existence. D’ailleurs le comité, afin
d’atteindre ses objectifs, travaille en collaboration avec les grands normalisateurs nationaux
pour l’élaboration des normes ou leur interprétation.

HISTORIQUE DE L’ IASB

ORIGINE

Tout comme le FASB américain créé en 1973, la charte de la création de l’IASC (International
Accounting Standards Committee) fut signée le 29 juin 1973 par les organisations
professionnelles de l’audit et de la comptabilité de plusieurs pays
(Allemagne,Australie,Canada,Etats-Unis,France,Grande-Bretagne, Irlande, Japon, Mexique,
Pays-Bas), sur proposition d’Henry Benson, auditeur chez Coopers & Lybrand. L’IASCE est
un organisme privé indépendant dont le siège est situé à Londres, au 166 Fleet Street.

EVOLUTION

1
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

Pour acquérir son statut actuel de normalisateur international, l’IASB a dû passer par
plusieurs phases dont celle pendant laquelle il n’était qu’un simple harmonisateur. Nous
distinguerons dans l’évolution de l’organisme les 3 périodes suivantes :

DE 1973 A 1987 : PERIODE D’HARMONISATION

Bien que dans ses premiers jours l’IASC a bénéficié d’une période de grâce : les organisations
qui l’entouraient étaient bienveillantes et l’IASC s’occupait des questions techniques sans que
cela ne prête à controverse (Peter Walton, 2003). Le comité n’a pas tardé à se mettre à
l’épreuve. En effet, dès 1975 la première norme (IAS 1 : « Publicité des méthodes
comptables ») a été publiée : elle évoquait les conventions de base (continuité d’exploitation,
permanence des méthodes, spécialisation des exercices) et les principes qui devraient régir le
choix et l’application des méthodes comptables (prudence, prééminence de la réalité sur
l’apparence et importance relative. Par la suite, plusieurs normes plus techniques ont été
publiées. Elles portent notamment sur les stocks (IAS 2), les amortissements (IAS 4), le
tableau de financement (IAS 7) ou encore l’impôt sur le bénéfice (IAS 12).

Jusqu’au début des années 80, le travail réalisé par l’IASC était considéré plutôt comme un
pur exercice intellectuel que comme un moyen de faciliter la comparaison des états
financiers des entreprises de pays différents. En effet, rares ont été les marchés financiers et
les normalisateurs nationaux à adopter les normes de l’IASCE du fait de leur qualité moyenne
mais également à cause de leurs modalités de préparation. Concernant le processus
d’élaboration, chaque norme était d’abord préparée par un sous-comité constitué sur la base
du volontariat, et devait ensuite être soumise à l’approbation du board de l’IASC dont les
effectifs allaient croissant.

En définitive, durant cette quinzaine, la crédibilité de l’organisme et sa souveraineté se


trouvaient menacées pour deux principales raisons :

• l’organisme s’est attaché à concevoir des normes internationales cohérentes avec


des référentiels nationaux disparates. Par conséquent, ces normes internationales
autorisaient différents traitements comptables et les normes nationales de la
majorité des pays constituaient en quelques sortes des sous-ensembles des normes
internationales ;

• la création d’organismes de normalisation concurrents à l’international:


L’International Federation of Accounts (IFAC) a été créé en 1977 en remplacement de
l’International Coordinating Committe of Public Accounting Profession (ICCPAP),
organisme de la même profession, et certains de ses membres notamment les Etats
Unis souhaitaient que l’IASC soit un sous-comité de l’IFAC qui regroupe de nombreux
pays qu’un normalisateur à part entière comportant les mêmes membres.

2
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

L’Organisation des Nations Unies (ONU) et l’Organisation pour la coopération


économique et le développement (OCDE) ont également créé des groupes de travail
sur la publication d’informations financières destinées aux entreprises.

Toutefois, l’IASC retrouve un second souffle en introduisant dans ses orientations le concept
d’ « harmonisation comptable ».Cette nouvelle démarche s’est trouvée relancée notamment
par la concurrence que se livrent les bourses internationales pour attirer de nouvelles
entreprises à la cote. Les grandes places financières, quant à elles, cherchent à conjuguer
entre nouvelles cotations des entreprises et contraintes réglementaires. L’ONU et l’OCDE ont
accepté de laisser à l’IASC l’écriture des normes proprement dite, et l’IFAC obtenait un rôle
plus important dans le gouvernement de l’IASC (surtout dans la nomination des membres du
board), mais qui consacraient l’indépendance de l’IASC (Cairns, 1996).

Malgré les efforts fournis par le comité privé, ses normes semblaient manquer d’objectifs
clairs et de principes directeurs ce qui explique leur adoption uniquement par les
normalisateurs des pays en voie de développement.

DE 1987 A 2000 : PERIODE D’INNOVATION

L’IASC, pour remplir sa mission de normalisateur à l’échelle internationale, ne cherche plus à


être un simple harmonisateur mais un organe apte à émettre des normes comptables de
haute qualité indépendante de tout système national.

En 1987, l’IASC a entrepris de réduire les nombres d’options pour chaque norme. Le projet
appelé « comparabilité des états financiers » (projet Exposure Draft 32) prévoyant
l’amendement au moins de 13 normes sera mis en œuvre en 1989. Il portera uniquement sur
10 normes à son approbation définitive en 1993, avec date d’application des nouvelles règles
fixées aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 1995.

En 1989, l’IASC a adopté un cadre de préparation des états financiers (framework for the
Preparation and Presentation of Financial Statements) ou cadre conceptuel .Il a pour rôle de
fournir une base commune permettant l’élaboration de normes cohérentes .Le cadre
conceptuel sera analysé en détail dans la suite de ce chapitre.

Au début des années 1990, l’IASC allait conclure un accord avec l’Organisation internationale
des commissions de valeurs (OICV) regroupant les organes réglementaires de la plupart des
marchés financiers, par lequel le normalisateur acceptait de revoir ses normes afin qu’elles
puissent devenir le cadre de référence mondialement reconnu pour la préparation de
l’information financière publiée par les entreprises recherchant une cotation sur plusieurs
places financières. Le projet se soldera par un échec puisant lorsque l’OICV rejeta, en 1993,
les normes révisées de l’IASC qu’elle considère très flexibles.

3
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

En 1995, un deuxième accord fut signé entre l’OICV et l’IASC consacré à la révision de
certaines normes internationales ainsi que la promulgation de normes nouvelles traitant de
sujets tels que les provisions, la dépréciation permanente et également les instruments
financiers pour permettre aux entreprises dont les états financiers sont conformes aux
normes de l’IASC n’auront plus à retraiter leurs comptes pour être cotées en bourse. L’IASC a
également annoncé son intention de formuler des interprétations destinées à expliquer aux
entreprises comment appliquer les normes internationales à certaines transactions ou
certains événements particuliers. Cette fois, le projet sera adopté avec quelques réserves par
l’OICV puisqu’elle recommande dès 2000 à l’ensemble des autorités boursières du monde
d’accepter l’utilisation des normes IAS (à l’exception de la norme IAS 15 relative aux
variations de prix et des normes sectorielles IAS 26, IAS 30 et IAS 41) et des interprétations
relatives à ces normes, pour les émissions et cotations effectuées par des émetteurs
transnationaux.

A la fin de cette période, l’IASC se heurte de nouveau à quelques difficultés :

- certains groupes notamment le « G4+ 1 » composé des normalisateurs de l’Australie, des


Etats Unis, du Canada, de la Nouvelle Zélande et de la Grande Bretagne et disposant d’un
cadre conceptuel commun prétendaient que le travail de l’IASC n’était pas nécessaire et qu’il
suffisait d’utiliser les normes américaines ;

- au sein de l’IASC, la question de la structure future de l’organisme fait l’objet d’un intense
débat.

DE 2000 A 2007 : LA FONDATION IASCF

Le normalisateur international réussit à surpasser les difficultés rencontrées car l’utilisation


d’un référentiel américain international n’était pas valable politiquement surtout pour
l’Europe. D’autre part, la confiance accordée à l’organisme par l’OICV confirme le « non
poids » du concurrent potentiel, en l’occurrence « le G4 +1 ». Dans le même esprit, la
Commission européenne publie une étude démontrant que les IAS sont compatibles
avec les directives européennes et recommande aux pays membres de l’Union
Européenne de suivre les normes de l’IASC pour les comptes consolidés de sociétés
multinationales.

L’IASC travaille en parallèle sur sa nouvelle structure interne. La réforme de l’IASC synonyme
d’une nouvelle organisation du normalisateur s’est mise en place en février 2001. A la suite
de cette reforme, l’IASC devient l’IASB (International Accounting Standards Board), dont
l’organe de direction est l’IASCF (International Accounting Standards Committee
Foundation). L’IASCF est une institution internationale indépendante, à but non lucratif,

4
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

enregistrée dans l’Etat de Delaware aux Etats-Unis, qui compte 153 membres originaires
de 112 pays, l’IASB garde son siège londonien.

Le nouvel organisme réalise de nombreux travaux qui aboutissent à la création de cinq


nouvelles normes IFRS. Il a gagné en autonomie et en autorité après l’accord de Norwalk de
2002 (accord entre l’IASB et le FASB sur la convergence entre les normes IAS et USGAAP) ou
encore suite à l’application des normes IAS pour les comptes consolidés des sociétés
européennes (règlement européen du 19 juillet 2002).

Il convient de signaler que l’IASB travaille également sur la comptabilité des institutions
publiques ainsi que celle des petites et moyennes entreprises (PME) ou encore celle des très
petites entreprises (TPE).

Pour l’instant les normes existantes sont applicables dans le cadre de la préparation des états
financiers des institutions publiques. En ce qui concerne le volet PME, l’IASB a déjà réalisé
une enquête sur les besoins en informations de ces entreprises. En outres, l’organisme a
publié au début de l’année 2007 l’exposé sondage intitulé « la norme internationale pour les
PME », les conclusions de l’exposé sondage ainsi que les projets de guide d’application
(Exposé sondage de Février 2007) présentant les exemples d’états financiers et les listes
d’informations à fournir. Les commentaires doivent être reçus par l’IASB au plus tard le 1 er
Octobre 2007.

Le référentiel IFRS destiné aux PME serait éventuellement disponible dès l’année 2008 mais
son application engagerait sans doute autant de discussions que celles ayant eu lieu pour les
normes déjà en place.

ORGANISATION INTERNE

Après sa reforme en avril 2001, l’IASC se compose essentiellement de 4 organes : l’IASCF


(International Accounting standards Committee Fondation) constitué de trustees, le Board ou
le conseil, le SAC (Standards Advisory Council) et l’IFRIC (International financial interpretation
committee).

Les Trustees, au nombre de 22 depuis la réforme de 2005, sont désignés suivant des
contraintes géographiques . Ils ont pour mission de désigner les membres des trois autres
instances (Board, SAC et SIC), de définir la stratégie de l’IASC, de voter le budget, d'établir
et d'amender les procédures et la Constitution ;

Le Board se compose de 14 membres dont 12 à temps plein, est en liaison avec les divers
normalisateurs nationaux par 7 de ses membres. Il prend les décisions sur les principes
comptables et les publie sous forme de Standards Internationaux de Comptabilité. C’est

5
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

donc lui qui oriente l’activité de l’IASC en définissant son programme, en constituant les
groupes de travail chargés de l’élaboration des textes. De plus il suit l’avancement de
travaux, commente les projets qui lui sont soumis et se prononce sur l’adoption des
normes.

Le Standards Advisory Council (SAC) donne son avis sur les principaux projets de normes et
sur le calendrier de travail du Board. Il donne aussi des conseils au Board et aux
Trustees .Les membres de cet organe de réflexion sont nommés pour une durée de 3 ans
renouvelable et ne sont pas rémunérés.

L’International Financial Reporting Interpretations (IFRIC) ancien Standing Interpretations


Committee (SIC) était chargé avant 2002 d’apporter des précisions quant à l'application
des normes existantes,a pour compétence désormais d’interpréter les normes et de publier
des orientations ad hoc sur des points non prévus par les IAS et IFRS. C’est également l’IFRIC
qui s’occupe de coopérer avec les différents normalisateurs nationaux pour d’éventuels
projets de convergence.

Organisation actuelle de l’IASCF

IASCF- Fondation

22 trustees

Standard Advisory Council IFRIC


IASB -Board
(SAC) Comité d’interprétation
14 membres
Conseil consultatif 12 membres

50 membres

Régulateurs nationaux Direction opérationnelle

Direction technique

6
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

LES SOURCES DE FINANCEMENT DE L’IASB

Le financement de l’IASB provient pour moitié de ses membres et de l’International


Federation of Accountants (IFAC) et, pour l’autre moitié des contributions d’entreprises
multinationales, des grands cabinets de comptabilité et d’audit ainsi que de la vente de
ses publications.

LA PROCEDURE D’ELABORATION DES NORMES (DUE PROCESS)

Le nouvel IASB s’est engagé à décrire des normes qui soient cohérentes avec le cadre
conceptuel. Il peut cependant recourir à des comités externes pour consultation afin
d’amender des normes existantes ou en émettre des nouvelles, mais ses statuts ne l’y
obligent pas.

Le processus d’élaboration a été créé dans le but de permettre à tous les intéressés
(organismes nationaux de normalisation, préparateurs et utilisateurs des états financiers …)
de faire valoir leur point de vue conduisant à l’adoption d’une norme. C’est pour cette raison
que certaines séances de l’IASB sont tenues en public.

La procédure d’élaboration des normes est longue et assez complexe. Elle donne naissance à
la publication de nombreux travaux intermédiaires: En fonction de son plan de travail, le
Board crée un Groupe de travail chargé d'étudier le domaine à normaliser.

En nous inspirant de ses étapes obligatoires (consultation du SAC pour retenir le programme
de travail, publication pour appel à commentaire d’un projet de norme, prise en compte de
tous les commentaires reçus, approbation de la norme par le board), le processus
d’élaboration des normes de l’IASB sera divisé en 4 grandes étapes :

IDENTIFICATION ET ANALYSE DU SUJET RETENU

Une équipe technique est tout d’abord constituée par l’IASB, pour identifier et analyser le
thème étudié. A ce stade de la réflexion et de la recherche, l’IASB se fait aider par les
normalisateurs nationaux et constitue un comité consultatif (advisory group) composé
de spécialistes capables de le conseiller sur le sujet. Des comparaisons de pratiques et de
règles adoptées dans différents pays sont effectuées par les normalisateurs comptables
nationaux.

Pour les sujets les plus importants, le SAC doit être consulté, sur l’opportunité d’inscrire le
projet traité à l’agenda du programme de travail de l’IASB.

7
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

PUBLICATION D’UN DOCUMENT DE DISCUSSION

A partir de ces premières analyses, et des propositions rendues par les instances techniques,
l’IASB publie un Document de Discussion(Discussion document) ou un projet d’énoncé des
principes ou DSOP (draft statement of principles) pour appel à commentaires qui peuvent
être émis pendant une période de 90 jours.

PROPOSITION D’UN PROJET DE NORME

Pour les normes qui ne donnent pas lieu à la rédaction d’un document de discussion, l’IASB
publie directement un projet de norme ou de révision de norme, appelé exposé-sondage (ED,
exposure draft) qui est diffusé auprès de toutes les organisations membres de l’IASB et qui
intègre obligatoirement les arguments divergents des membres du Board, appelées « basics
for conclusions ». En principe les exposés sondages sont accompagnés d’informations
complémentaires qui sont le résumé des réflexions et des intentions des normalisateurs et
constituent une aide pour les utilisateurs lors de l’application des normes. La publication des
exposés-sondages nécessite l’approbation de l’IASB par au moins 8 votes favorables sur un
total de 14 membres.

Les commentaires reçus sur l’exposé-sondage pendant une période maximale de 90 jours
sont analysés et sont la meilleure occasion pour les préparateurs et les utilisateurs des états
financiers de donner leur avis sur les projets en cours. Pendant cette période, l’IASB peut
tenir des réunions publiques qui ont lieu une fois par mois et effectuer des tests sur le
terrain.

APPROBATION ET PUBLICATION DE LA NORME

A l’issue de cette période d’analyse et après prise en compte des commentaires reçus, l’IASB
publie la norme définitive qui doit être approuvée par au moins 8 voix favorables sur 14.La
publication est accompagnée en annexe de renseignements complémentaires sur
l’application concrète de la norme.

Le processus d’élaboration dure en moyenne deux ans pour mettre en forme une nouvelle
norme.

Nous remarquons dans la figure que le board est l’organe central qui peut émettre ou réfuter
une norme lorsqu’il vote à la majorité des ¾ du total des membres soit 10 membres au
minimum. Mais pour des raisons pratiques, une norme peut être adoptée avec une majorité
de 8 membres uniquement.

Le processus d’élaboration des normes de l’IASB tient compte de l’opinion des utilisateurs en
leur permettant d’émettre des commentaires.

8
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

Procédure d’élaboration d’une nouvelle norme

Identification du projet

Etude comparative des pratiques nationales

Consultation du SAC

Constitution d’un comité consultatif (Advisory group)

Publication d’un document de discussion pour appel à commentaire

Publication d’un projet de norme ou de révision de norme pour commentaires de toutes les

organisations membres de l’IASB

Analyse des commentaires reçus

Approbation de la norme

Publication de la norme

9
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

LES NORMES IAS/IFRS ACTUALISEES A 2020

Les normes de l’IASB sont depuis la mise en place de la nouvelle préface aux normes
internationales, en mai 2002, appelées IFRS (International Financial Reporting Standard).
Elles désignent à la fois les normes IAS existantes et les futures normes.

Les normes IAS/IFRS sont élaborées pour s’appliquer aux états financiers individuels et
consolidés à vocation générale de toutes les entités à but lucratif, quel que soit leur secteur
d’activité et leur forme, ainsi qu’à toute information publiée par ces entités.

Les textes approuvés par l’IASB sont ceux publiés par l’organisme international en langue
anglaise. Pour les besoins des utilisateurs, ils peuvent être traduits dans la langue du pays
par les organismes professionnels. Les normes comptables internationales ont ainsi été
traduites en français sous la responsabilité du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-
comptables.

Au nombre de 47 à ce jour, les normes publiées de l’IASB comprennent généralement les


rubriques suivantes :

- objectifs

- champ d’application

- définitions

- développements spécifiques

- informations à fournir

- dispositions transitoires

- date d’application

- annexes

Chaque norme (notamment pour celles qui ont été approuvées par l’IASB depuis sa réforme
de structure en 2001) comprend également deux rubriques complémentaires (qui peuvent
être présentées séparément et qui ne sont pas considérées comme faisant partie intégrante
de la norme) :

• les bases des conclusions ;

• un guide d’application.

Lorsque la norme prévoit plusieurs traitements possibles (options), elle distingue le


traitement de référence des autres traitements autorisés.

10
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

En cas d’utilisation d’un autre traitement autorisé, une information complémentaire devra
être fournie (dans l’annexe des états financiers) pour permettre à l’utilisateur de faire le
rapprochement entre le traitement autorisé et le traitement de référence.

Tableau des IAS et IFRS publiées par l’IASB à ce jour

N° Norme Libellé Observations

IFRS pour les PME IFRS pour les PME Non adopté UE

Cadre conceptuel Cadre conceptuel Publié UE

Cadre conceptuel Cadre conceptuel (version 2) - Non publié UE


(version 2) - Phase 1 Phase 1 (objectifs et
caractéristiques qualitatives de
l'information financière)

IAS 1 Présentation des états financiers Adoptée UE

IAS 2 Stocks Adoptée UE

IAS 7 Etat des flux de trésorerie Adoptée UE

IAS 8 Méthodes comptables, Adoptée UE


changements d'estimations
comptables et erreurs

IAS 10 Evènements postérieurs à la Adoptée UE


période de reporting

IAS 11 (version Contrats de construction Adoptée UE


applicable avant le 1er
janvier 2018)

IAS 12 Impôts sur le résultat Adoptée UE

IAS 14 Information sectorielle Adoptée UE

remplacée par IFRS IAS 14 est annulée et


8 "Segments remplacée par IFRS
opérationnels". 8 "Segments
opérationnels".

IAS 16 Immobilisations corporelles Adoptée UE

IAS 17 (version Contrats de location Adoptée UE (version


applicable avant le 1er applicable avant le

11
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

janvier 2019) 1er janvier 2019)

IAS 18 (version Produits des activités ordinaires Adoptée UE (version


applicable avant le 1er applicable avant le
janvier 2018) 1er janvier 2018)

IAS 19 (version Avantages du personnel (version Adoptée UE (version


applicable avant le 1er applicable avant le 1er janvier applicable avant 1er
janvier 2013) 2013) janvier 2013)

IAS 19 (version applicable Avantages du personnel (version Adoptée UE (version


à compter du 1er janvier 2013) 2013)
2013)

IAS 20 Comptabilisation des subventions Adoptée UE


publiques et informations à
fournir sur l'aide publique

IAS 21 Effets des variations des cours Adoptée UE


des monnaies étrangères

IAS 23 Coûts d'emprunt Adoptée UE

IAS 24 Information relative aux parties Adoptée UE


liées

IAS 26 Comptabilité et rapports Adoptée UE


financiers des régimes de retraite

IAS 27 (révisée en 2008) Etats financiers consolidés et Adoptée UE (version


individuels (version applicable applicable avant le 1er
avant le 1er janvier 2013) janvier 2013)

IAS 27 (modifiée en Etats financiers Adoptée UE (version


2011) individuels (version applicable à applicable à compter du
compter du 1er janvier 2013) 1er janvier 2013)

IAS 28 (révisée en 2003) Participations dans des Adoptée UE (version


entreprises associées (version applicable avant le 1er
applicable avant le 1er janvier 2013) janvier 2013)

IAS 28 (modifiée en Participations dans des Adoptée UE (version


2011) entreprises associées et des applicable à compter du
coentreprises (version applicable à 1er janvier 2013)
compter du 1er janvier 2013)

IAS 29 Information financière dans les Adoptée UE


économies hyper-inflationnistes

IAS 31 ** Participations dans des Adoptée UE


coentreprises

12
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

**Supprimé par IFRS 11


"Partenariats" adoptée par l'UE

IAS 32 Instruments financiers : Adoptée UE


Présentation

IAS 33 Résultat par action Adoptée UE

IAS 34 Information financière Adoptée UE


intermédiaire

IAS 36 Dépréciation d’actifs Adoptée UE

IAS 37 Provisions, passifs éventuels et Adoptée UE


actifs éventuels

IAS 38 Immobilisations incorporelles Adoptée UE

IAS 39 (version applicable Instruments financiers : Adoptée UE à l'exception


avant le 1er janvier 2018) comptabilisation et évaluation des dispositions
concernant la
comptabilité de
couverture

IAS 40 Immeubles de placement Adoptée UE

IAS 41 Agriculture Adoptée UE

IFRS 1 Première adoption des IFRS Adoptée UE

IFRS 2 Paiement fondé sur des actions Adoptée UE

IFRS 3 Regroupements d'entreprises Adoptée UE

IFRS 4 (version avant le Contrats d'assurance Adoptée UE


1er janvier 2021)

IFRS 5 Actifs non courants détenus en Adoptée UE


vue de la vente et activités
abandonnées

IFRS 6 Prospection et évaluation de Adoptée UE


ressources minérales

IFRS 7 Instruments financiers: Adoptée UE


informations à fournir

IFRS 8 Secteurs opérationnels Adoptée UE

IFRS 9 (version finale et Instruments financiers (version Adoptée UE

13
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

complète de juillet 2014, finale et complète de juillet 2014)


applicable à compter du 1er
janvier 2018)

IFRS 10 Etats financiers consolidés Adoptée UE

IFRS 11 Partenariats Adoptée UE

IFRS 12 Informations à fournir sur Adoptée UE


les intérêts détenus dans
d'autres entités

IFRS 13 Evaluation de la juste valeur Adoptée UE

IFRS 14 Comptes de report Non adoptée UE


réglementaires

IFRS 15 (version Produits des activités ordinaires Adoptée UE


applicable à compter du tirés des contrats conclus avec
1er janvier 2018) des clients

IFRS 16 (version Contrats de location Non adoptée UE


applicable à compter du
1er janvier 2019)

IFRS 17 (version
applicable à compter du Contrat d’assurance Non adoptée UE
1er janvier 2021)

CADRE CONCEPTUEL
Au préambule du cadre conceptuel, l’IASC fournit les explications suivantes : « De
nombreuses entreprises, de par le monde, établissent et présentent des états financiers à
l’usage d’utilisateurs externes. Bien que ces états financiers puissent apparaître comme
similaires de pays à pays, il existe des différences, dont les causes sont probablement à
rechercher dans la diversité des circonstances sociales, économiques et juridiques, et
dans l’idée que l’on se fait dans différents pays, lorsqu’on définit les dispositions
nationales, des besoins des divers utilisateurs d’états financiers. »

Pour ces raisons, l’IASC a décidé de réduire les différences qui subsistent de la variété de
définitions des éléments des états financiers utilisés dans les systèmes nationaux et
d’harmoniser les réglementations tout comme les procédures liées à la préparation et à la
présentation des états financiers.

14
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

Un des moyens adaptés à cet effet consiste à la mise en place d’un cadre conceptuel
(framework) destiné à aider le normalisateur dans l’élaboration des normes (IAS et IFRS)
ainsi que des interprétations (IFRIC) qui vont avec.

Le cadre a été approuvé par le Conseil en avril 1989 pour publication en juillet 1989 et a été
adopté par l’IASB en avril 2001. C’est un système cohérent d’objectifs et de principes
fondamentaux inter-liés ayant pour objet de donner une représentation utile de
l’entreprise.

Il ne constitue pas une norme et en cas de conflit entre le cadre conceptuel et une norme, ce
sont les dispositions de la norme qui prévalent.

Des normes tels que celles relatives à la présentation des états financiers (IAS 1), à la
première adoption des IFRS (IFRS 1) ou encore celle traitant des changements de méthodes
comptables, d’estimations et corrections d’erreurs (IAS 8) fournissent des principes qui
complètent le cadre conceptuel. Pour des raisons de cohérence, nous présenterons un
extrait de la norme IAS 1 à la fin de ce chapitre, les points importants de l’IAS 8 et de l’IFRS 1
seront abordés tout au long de ce travail dés que leur introduction est présumée aider à
mieux comprendre un axe déterminé des normes IFRS.

L'OBJECTIF DES ETATS FINANCIERS

L'objectif des états financiers, selon le cadre conceptuel (framework for the preparation and
presentation of financial statements) est de fournir une information sur la situation
financière, la performance et l'évolution de la situation financière de l'entreprise, qui soit
utile à une large gamme d'utilisateurs lorsqu'ils prennent leurs décisions économiques. Ces
utilisateurs comprennent les investisseurs, les salariés, les prêteurs, les fournisseurs et
autres créanciers, les clients, les gouvernements et administrations, le public.

On peut remarquer que les états financiers ne sont pas établis uniquement pour répondre
aux besoins des investisseurs mais aussi pour les autres partenaires de l'entreprise.
Néanmoins, l'IASC considère que les besoins communs à l'ensemble des utilisateurs sont
satisfaits par des états financiers établis conformément aux besoins des investisseurs.

HYPOTHESES DE BASE DE LA COMPTABILITE DE L'IASB

COMPTABILITÉ D’ENGAGEMENT (ACCRUAL BASIS OF ACCOUNTING)

Afin de satisfaire à leurs objectifs, les états financiers sont préparés sur la base de la
comptabilité d’engagement. Selon cette base, les effets des transactions et autres
événements sont comptabilisés quand ces transactions ou événements se produisent (et
non pas lorsqu’intervient le versement ou la réception de trésorerie ou d’équivalents
de trésorerie) et ils sont enregistrés dans les livres comptables et présentés dans les états
financiers des exercices auxquels ils se rattachent. Les états financiers présentés sur la

15
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

base de la comptabilité d’engagement informent les utilisateurs non seulement des


transactions passées impliquant des sorties et entrées en trésorerie mais également des
obligations de payer en trésorerie dans l’avenir et des ressources qui représentent de
la trésorerie à recevoir dans l’avenir. Ainsi, ils fournissent le type d’information sur les
transactions passées et autres événements qui est le plus utile aux utilisateurs pour
prendre des décisions économiques.

CONTINUITE D’EXPLOITATION (GOING CONCERN)

Les états financiers sont normalement préparés selon l’hypothèse qu’une entreprise est en
situation de continuité d’exploitation et poursuivra ses activités dans un avenir prévisible.
Ainsi, il est supposé que l’entreprise n’a ni l’intention, ni la nécessité de mettre fin à ses
activités, ni de réduire de façon importante la taille de ses activités. S’il existe une telle
intention ou une telle nécessité, les états financiers peuvent devoir être préparés sur une
base différente, et, s’il en est ainsi, la base utilisée doit être indiquée.

CARACTERISTIQUES QUALITATIVES DES ETATS FINANCIERS

Les caractéristiques qualitatives sont les attributs qui rendent utile pour les utilisateurs
l’information fournie dans les états financiers. Les quatre principales caractéristiques
qualitatives sont l’intelligibilité, la pertinence, la fiabilité et la comparabilité.

• INTELLIGIBILITE (UNDERSTANDABILITY)

Une qualité essentielle de l’information fournie dans les états financiers est
d’être compréhensible immédiatement par les utilisateurs. A cette fin, les utilisateurs sont
supposés avoir une connaissance raisonnable des affaires et des activités économiques et de
la comptabilité et une volonté d’étudier l’information d’une façon raisonnablement
diligente. Cependant, l’information relative à des sujets complexes, qui doit être incluse dans
les états financiers du fait de sa pertinence par rapport aux besoins de prises de décisions
économiques des utilisateurs, ne doit pas être exclue au seul motif qu’elle serait trop
difficile à comprendre pour certains utilisateurs.

• PERTINENCE (RELEVANCE)

L’information doit être de nature à influencer les décisions économiques des utilisateurs en
aidant ceux-ci à évaluer les événements ou en leur permettant de réviser leurs évaluations
antérieures. Selon le cadre de l’IASC, une information pertinente doit également être
significative, ce qui conduit au principe d’information relative.

Information relative : La pertinence de l’information est influencée par sa nature et son


importance relative. L’information est significative si son omission ou son inexactitude peut

16
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

influencer les décisions économiques que les utilisateurs prennent sur la base des états
financiers.

Le principe de non compensation introduit par l’IAS 1 peut également servir à avoir une
information pertinente.

Principe de non compensation : selon ce principe, les produits et les charges doivent être
présentés séparément à moins que la compensation ne soit requise ou autorisée par une
autre norme.

• FIABILITE (RELIABILITY)

L’information est dite fiable quand elle est exempte d’erreur et de biais significatifs et que
les utilisateurs peuvent lui faire confiance pour présenter une image fidèle de ce qu’elle est
censée présenter ou ce qu’on pourrait s’attendre raisonnablement à la voir présenter. Cinq
caractéristiques supplémentaires découlent du principe de fiabilité :

- Image fidèle : L’information, pour être fidèle doit présenter de la manière la plus claire et la
plus fiable les transactions et les autres évènements qu’elle vise à présenter ou dont on
s’attend raisonnablement à ce qu’elle les présente ;

- la prééminence de la substance sur la forme (substance over form): les évènements et


transactions doivent être comptabilisés et présentés conformément à leur substance et à
leur réalité économique et non pas seulement selon leur forme juridique ;

- la neutralité : l’information contenue dans les états financiers doit être présentée sans
partis pris. Elle ne doit pas influencer les prises de décisions ou le jugement afin
d’obtenir un résultat ou une issue prédéterminée ;

- la prudence : le principe de prudence nécessite de prendre en compte un certain degré de


précaution dans l’exercice des jugements nécessaires pour préparer les estimations dans des
conditions d’incertitude de façon à ce que les actifs ou les produits ne soient pas surévalués
et que les passifs ou les charges ne soient pas sous-évalués.

- l’exhaustivité : l’information présentée doit être exhaustive de telle sorte qu’une omission
ne puisse rendre l’information fausse ou trompeuse.

COMPARABILITE (COMPARABILITY)

D’une manière simple, la comparabilité signifie que les utilisateurs doivent être en mesure
de comparer les états financiers d’une entreprise dans le temps ou dans l’espace grâce à la
permanence des méthodes.

17
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

CONTRAINTES A RESPECTER

CELERITE OU RAPIDITE

L’information peut perdre sa pertinence si elle est fournie avec un retard indu. La direction
peut avoir à trouver un équilibre entre les mérites relatifs d’une information prompte et
ceux d’une information fiable. Pour fournir une information à bonne date, il peut souvent
être nécessaire de la présenter avant que ne soient connus tous les aspects d’une
transaction, ce qui nuit à la fiabilité. Inversement, si l’on retarde la présentation de
l’information jusqu’à ce que tous les aspects soient connus, l’information peut être très
fiable, mais de peu d’utilité pour les utilisateurs qui ont eu des décisions à prendre entre
temps. Pour atteindre l’équilibre entre pertinence et fiabilité, la considération dominante
doit être de satisfaire au mieux les besoins des utilisateurs en matière de prise de
décisions économiques.

RAPPORT COUT / AVANTAGE

Le rapport coût / avantage est une contrainte générale plutôt qu’une caractéristique
qualitative. Les avantages obtenus de l’information doivent être supérieurs au coût qu’il a
fallu consentir pour la produire. L’évaluation des avantages et des coûts est cependant un
processus qui est affaire de jugement. En outre, les coûts ne pèsent pas nécessairement sur
les utilisateurs qui profitent des avantages.

EQUILIBRE ENTRE LES CARACTERISTIQUES QUALITATIVES

En pratique, la recherche d’un équilibre ou un arbitrage entre les caractéristiques


qualitatives est souvent nécessaire. Généralement le but poursuivi est d’atteindre un
équilibre approprié entre les caractéristiques afin de satisfaire aux objectifs des états
financiers. L’importance relative des caractéristiques dans les divers cas est une affaire de
jugement professionnel.

L'application de ces caractéristiques devait en principe donner une présentation fidèle de la


situation financière, de la performance et des variations de la variation de la situation
financière de l’entité.

CRITERES DE COMPTABILISATION

Pour le cadre conceptuel, les critères de comptabilisation sont satisfaits s’il est probable que
les avantages économiques futurs compris dans les éléments (actifs, passifs, charges,
produits) entrent ou sortent de l’entité et s’il existe un système de mesure fiable.

SYSTEME DE MESURE

Deux modes : coût historique et juste valeur

18
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

REFERENTIEL COMPTABLE MAROCAIN ET NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES

HISTORIQUE

Pour des besoins d’information et de gestion les entreprises marocaines ont appliqué, sous
le protectorat, le plan comptable français de 1947 ; par la suite, le plan de 1957 a été adopté
le long de la période précédant la normalisation de la comptabilité nationale. L’idée d’un
plan comptable spécifiquement marocain et moderne naît dans le début des années 1970.
Pour son élaboration une longue période d’analyse et de pré tests a été nécessaire. Voilà
quelques dates importantes qui ont permis sa mise en place :

Janvier 1982 : un colloque national sur la normalisation comptable a été organisé, le mois
suivant, un groupe de réflexion sous l’égide du Ministère du plan a vu le jour;

1983 : création par le chef du gouvernement d’un Comité National du Plan Comptable
(CNPC)qui devrait servir de structure transitoire à l’institution d’un comité technique, ce
dernier sera créé au sein du CNPC en 1986 sous l’appellation « Commission de
Normalisation Comptable » ;

1989 : Introduction du CGNC dans les entreprises publiques ; l’Office National de L’Eau
Potable l’appliquera dés 1990 ;

1992 : Promulgation de la loi 9-88 relative aux obligations comptables des commerçants et
de la loi 15/89 réglementant la profession d’expert comptable et instituant un ordre des
experts comptables ;

1994 : Généralisation de l’application de la loi 9-88 introduisant le CGNC dans toutes les
entreprises (publiques et privées).

LE CONSEIL DE LA NORMALISATION COMPTABLE (CNC)

Le Conseil de la Normalisation Comptable a été créé au sein du CNPC en 1986 par le


Ministère des Finances, sa présidence a été confiée à la Direction des Etablissements Publics
et des Participations.

L’organisme s’occupant de l’élaboration du code de normalisation comptable se compose de


deux équipes qui ont effectué ensemble un travail de grande envergure:

• Le Groupe Permanent (GP), composé de 5 experts comptables dont un consultant


expérimentés dans les domaines professionnel ou dans la recherche ;

19
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

• le Collège des Conseillers (C.C) comprenait 10 membres représentant le Ministère du


Plan, la Direction des Impôts, la Direction des Etablissements Publics et des
Participations et les professionnels de la comptabilité.

L’étape conceptuelle du CGNC s’est basée essentiellement sur :

• les orientations et recommandations du séminaire de Casablanca de 1986 ;

• les directives données en 1986 par le Ministère des Finances lors du lancement des
travaux de la CNC.

LE CODE GENERAL DE NORMALISATION COMPTABLE

Le code général de normalisation comptable (CGNC), composé de la Norme Générale


Comptable (NGC) et du Plan Comptable Général de l’Entreprise (PCGE), fixe les principes
comptables de base ainsi que les règles d’élaboration et de présentation de l’information
financière. L’appellation CGNC est le fruit d’un consensus d’un long débat au sein de la
commission.

Le terme « Code » recouvre l’aspect réglementaire de la normalisation car il introduit la


notion de « droit comptable » et aussi un caractère pédagogique car le CGNC se veut
pratique, unificateur, exhaustif et homogène.

Le mot « général » montre que le CGNC s’applique à toutes les entreprises dans leur
ensemble sans tenir compte de leur nature, du secteur d’activité ou de leur forme juridique.
Par la suite, des plans comptables destinés à des secteurs spécifiques tels que les organismes
financiers (banques, assurances,…) ont vus le jour mais se basent sur les règles du CGNC.

Le référentiel comptable marocain constitue également une œuvre de normalisation


comptable spécifiquement marocaine.

Le CGNC est marqué par quatre qualités principales :

• l’innovation : grâce à un apport méthodologique, doctrinal et conceptuel ;

• l’exhaustivité : son caractère général ;

• synthèse : un condensé de la pensée comptable des écoles anglo-saxonnes et franco-


germaniques ;

• adaptation : prend en compte les particularités de l’économie marocaine.

OBJECTIFS DE LA NORMALISATION COMPTABLE MAROCAINE

Les objectifs à atteindre par la comptabilité marocaine, dès sa mise en place en 1992 sont les
suivants :

20
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

i. Mettre un outil de gestion au service du chef d’entreprise ;

ii. Améliorer l’information économique externe à l’entreprise et celle destinée à ses


partenaires ;

iii. Développer l’information au niveau micro et macro-économique ;

iv. Faciliter l’enseignement et la formation ;

v. Se prêter à l’outil informatique ;

vi. Être en harmonie avec les règles comptables internationales ;

vii. Fournir une information fiable à l’état et à la statistique nationale.

LA NORME COMPTABLE GENERALE

La norme générale définit les principes comptables généraux et fixe les modes de
comptabilisation et d’évaluation servant à l’élaboration et présentation des états financiers
des entreprises.

PRINCIPES COMPTABLES FONDAMENTAUX

Le CGNC a retenu sept principes comptables fondamentaux à respecter par les préparateurs
des documents comptables afin qu’ils reflètent l’image fidèle du patrimoine, de la situation
financière et des résultats de l’entreprise.

La continuité d’exploitation : c’est la continuité de l’activité de l’entreprise qui détermine


l’application des autres principes ainsi que les règles d’évaluation pour la présentation
comptes. En cas de liquidation ou d’arrêt des comptes, les états financiers doivent être
élaborés en tenant compte de cette hypothèse.

Le coût historique ou encore le principe de nominalisme signifie que la valeur à laquelle est
inscrit un bien reste fixe quelles que soient les éventuelles variations du cours de la
monnaie. Il considère donc que la valeur du dirham reste toujours la même dans le temps.

Cette valeur reste définitive à moins qu’une réévaluation ait été réalisée. La procédure de
réévaluation demeure toute fois exceptionnelle.

La permanence des méthodes stipule que l’entreprise établit ses états financiers en
appliquant les mêmes règles d’un exercice à l’autre. Tout changement de méthode d’une
année à l’autre ainsi que les justifications sous-jacentes doivent être mentionnés dans l’état
des informations complémentaires (ETIC).

Ce principe devrait assurer la comparabilité des états financiers dans le temps et entre
entreprises.

21
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

La spécialisation des exercices : les charges et les produits doivent être rattachés à l’exercice
qui les concernent. L’article 7 de la 9-88 relative aux obligations comptables des
commerçants prévoit que chaque entreprise doit, sauf exception, établir ses états financiers
pour une durée n’excédant pas 12 mois. De ce principe découlent les règles de
comptabilisation des événements postérieurs à l’exercice. Il convient ici de mentionner deux
dates : la date de clôture de l’exercice qui coïncide généralement avec la fin de l’année
(31/12/N) et la date d’arrêt des comptes sociaux intervenant souvent 4 à 6 mois après la
clôture de l’exercice et déterminée par la réunion de l’assemblée générale ordinaire (AGO).
Deux situations sont à distinguer :

- lorsque l’événement trouve son origine dans l’exercice clos et survient avant l’arrêté des
comptes, il peut être inclus dans les états financiers ;

- lorsque l’événement ne trouve pas son origine dans l’exercice clos et survient avant
l’arrêté des comptes, les préparateurs des états de synthèse ne doivent pas enregistrer
l’opération dans les documents comptables de l’exercice clos. Toute fois ils doivent en
informer le commissaire aux comptes afin de l’inclure dans le rapport de gestion soumis à
l’AGO.

La prudence : selon ce principe, une charge même probable doit être enregistrée tandiqu’un
produit ne peut être enregistré que lorsqu’il est définitif. Le principe de prudence met en
garde le comptable contre une éventuelle présentation des états financiers qui pourrait
refléter une image trompeuse ou flatteuse que la réalité de l’activité de l’entreprise et le
convie à rester vigilent face à l’instabilité de l’environnement économique.

La clarté : toutes les opérations et informations doivent être inscrites dans les rubriques
appropriées. L’information claire est celle exempte d’erreur, reflétant la situation de
l’entreprise et grâce à laquelle les utilisateurs peuvent prendre des décisions économiques
appropriées.

L’importance significative : les états de synthèse doivent révéler tous les éléments dont
l’importance peut affecter les évaluations et les décisions.

Le respect de l’ensemble de ces principes devrait permettre d’obtenir une image fidèle de la
situation de l’entreprise. Si l’application d’un principe ne permet pas l’obtention de l’image
fidèle, les préparateurs peuvent ne pas en tenir compte mais doivent mentionner sa non
application ainsi que les explications nécessaires dans l’ETIC.

LES METHODES D’EVALUATION

Elles représentent les conditions pour la détermination de la valeur des éléments inscrits en
comptabilité. Trois formes de valeurs sont à distinguer : la valeur d’entrée, la valeur actuelle
et valeur comptable nette.

22
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

Lors de leur entrée dans le patrimoine, les éléments du bilan sont à comptabiliser selon les
règles d’évaluation suivante :

- les biens et titres sont inscrits à leur coût (pour les biens) ou prix (pour les titres)
d’acquisition (s’ils sont acquis à titre onéreux), à leur coût de production (pour les biens
produits par l’entreprise), à leur valeur actuelle (s’ils sont acquis par voie d’échange).

- les créances, les dettes et les disponibilités sont inscrites pour leur valeur nominale.
Lorsqu’elles sont libellées en monnaies étrangères, elles font l’objet d’une conversion en
monnaie nationale au cours du jour à leur date d’entrée.

- les stocks sont évalués selon la méthode du coût unitaire moyen pondéré (CUMP) ou celle
du premier entré- premier sorti (first in-first out ; FIFO).

La valeur d’entrée des éléments est intangible sauf exceptions prévues par le CGNC
notamment en matière de créance, dettes et disponibilités libellées en monnaies étrangères
ou indexés. Cependant, la valeur d’entrée des éléments de l’actif immobilisé dont
l’utilisation est limitée dans le temps doit faire l’objet de corrections de valeur sous forme
d’amortissement. La valeur nette d’amortissement (VNA) est égale à la valeur d’entrée
diminuée du montant cumulé des amortissements.

Ainsi, la valeur nette comptable (VNC) des éléments d’actifs est, soit la valeur d’entrée pour
les biens non amortissables ou la VNA pour les biens amortissables si la valeur actuelle leur
est supérieure ou égale, soit la valeur actuelle lorsqu’elle leur est inférieure.

LE PLAN COMPTABLE GENERAL DES ENTREPRISES (PCGE)

Le PCGE précise les détails des comptes et la nomenclature que chaque entreprise doit
respecter lors de la préparation des états financiers. Outil autant pratique que technique, le
PCGE fournit :

i. les modalités d’application des méthodes d’évaluation ;

ii. la définition des termes à utiliser dans les documents comptables ;

iii. les états de synthèse, documents que doivent publier les entreprises ;

iv. la liste numérotée des comptes à utiliser ;

v. le contenu ainsi que les règles de fonctionnement de ces comptes qui doivent être
utilisés de la manière par toutes les entités, pour une meilleure comparabilité dans le
temps et dans l’espace des états financiers.

23
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

LA DEFINITION DES PRINCIPAUX TERMES EMPLOYES

Le bilan

Les comptes de bilan (actif et passif) décrivent la situation patrimoniale de l’entreprise et


sont nécessaires en fin d’exercice à l’établissement du bilan.

Actif: L’actif regroupe les éléments du patrimoine ayant une valeur économique positive et
traduisent pour l’entreprise l’emploi des ressources.

Le passif : Le passif traduit l’origine des capitaux de l’entreprise. Il constitue l’ensemble des
ressources lui permettant de réaliser ses emplois.

Le compte des produits et des charges

Les charges : Les charges sont les sommes ou valeurs versées ou à verser à des tiers soit en
contrepartie des matières, fournitures, travaux et prestations, soit exceptionnellement sans
contrepartie. Sont comprises également dans les charges les dotations aux amortissements
et aux provisions et exceptionnellement la valeur nette d’amortissements des
immobilisations cédées. Ne sont donc pas considérés comme charges les remboursements
de dettes et le montant des biens et créances destinés à être immobilisés ou investis.

Les produits : Les produits sont les sommes ou valeurs reçues ou à recevoir soit en
contrepartie de fournitures, de travaux ou prestations exécutés ou fournis par l’entreprise,
soit exceptionnellement sans contrepartie.

Les produits comprennent, par extension, les immobilisations produites par l’entreprise pour
elle-même, la variation des stocks de produits et services, les reprises sur amortissements et
provisions, les transferts de charges et les produits de cessions d’immobilisations.

Ne sont donc pas considérés comme produits les sommes reçues en paiement des créances
et les sommes empruntées.

LES ETATS DE SYNTHESE

Le PCGE présente les classes des comptes et aménage leur liste et nature selon deux
modèles en fonction du chiffre d’affaires annuel réalisé par l’entreprise. Les deux modèles
sont modèle normal et le modèle simplifié.

Le modèle normal, prévu pour toutes les entreprises, est obligatoire pour celles dont le
chiffre d’affaires annuel dépasse 10 millions dirhams (DH). Il impose l’établissement de cinq
états de synthèse :

- le bilan ;

- le compte de produits et de charges ;

24
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

- l’état des soldes de gestion (ESG) ;

- le tableau de financement ;

- l’état des informations complémentaires (ETIC).

En plus des 5 états financiers élaborés, les entreprises concernées par le modèle normal
doivent disposer d’un manuel de procédure comptable.

Le modèle simplifié, réduit le nombre des comptes ainsi que les états financiers à présenter.
Il est adopté par les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est inférieur ou égal à 10
millions Dh.

RAPPROCHEMENT IFRS & CGNC

A partir de 2005, les premières entreprises, au Maroc, à avoir été éligibles aux standards
internationaux étaient les filiales de groupes européens cotés pour leurs états de reporting.
Egalement, certaines entités affiliées à des groupes des pays du Golfe ont adopté ce
référentiel du fait que bon nombre de ces pays utilisent ces normes, tel que l’Emirats arabes
unis, le Koweït et l’Arabie Saoudite.

Le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) a donné l’option aux groupes
marocains cotés de présenter leurs comptes consolidés en normes IFRS. Toutefois, compte
tenu de l’ampleur des projets de conversion, ces sociétés ont été autorisées à effectuer un
passage progressif aux nouvelles normes pour aboutir à une première publication en IFRS en
2007. Quand aux banques, elles présenteront leurs comptes consolidés en IFRS à partir de
2008.

Ainsi, les banques sont aujourd’hui les seules entités du Maroc à devoir se conformer aux
normes internationales, selon les directives de Bank Al-Maghrib. La plupart d’entre elles sont
avancées dans le processus de conversion. Les filiales de groupes européens, elles, se sont
d’ores et déjà mises au diapason depuis 2005, date d’entrée en vigueur des normes en
Europe. D’autres en sont au stade du diagnostic de divergences entre le plan comptable des
établissements de crédit (PCEC) et les IFRS. Etape indispensable dans le processus de
migration. Vient ensuite la phase d’évaluation des premiers impacts sur les comptes pour se
faire une idée globale, sachant que l’impact définitif sera établi lors de la dernière phase du
processus à savoir, la mise en oeuvre.

Le processus du passage des comptes vers les standards IFRS est une tâche longue et ardue.
Aujourd’hui, ce processus demande 18 à 24 mois. Les entreprises recours à l’assistance de
cabinet d’audit internationales et autres professionnel sur tous les aspects de l’organisation
afin de réussir le processus de conversion dans les meilleures conditions.

25
KH. ANGADE (PH.D) S9/GFC/IAS-IFRS ENCGA

Nature de la divergence IFRS CGNC

Existence d’un cadre conceptuel Oui Non

Orientation de l’information Vers l’investisseur A vocation générale


financière

Substance over form Oui Non

Intangibilité du bilan Non énoncé Oui


d’ouverture

Comptabilité d’engagement oui oui

Continuité d’exploitation Hypothèse de base Principe comptable

Monnaie d’établissement et de Différentes (permise) La même (Dirham)


présentation

Existence d’un plan comptable non oui

Système de mesure Coût historique et juste valeur Coût historique

Recours à l’actualisation Fréquente Rare

26