Vous êtes sur la page 1sur 6

Lycée pilote de Tunis

Similitudes planes 2 Terminales Maths

Mr Ben Regaya. A + Eléments de corrections www.ben-regaya.net

Exercice1

Dans un plan orienté, on donne un triangle équilatéral direct BCD. On désigne par I le centre de gravité de BCD et par
A le symétrique de I par rapport à la droite (BD).

Soit S la similitude directe qui envoie A sur B et B sur C.


1. a) Montrer que le rapport de S est 3 et qu’un angle de S est
2
b) Prouver que S  I   D .
2. On désigne par J le milieu du segment  AI  .
Déterminer S  J  . En déduire le centre de S.
3. On considère l’application   s s S BD  .
a) Montrer que  est une similitude indirecte dont on précisera le rapport.

b) Déterminer   J  et   I  .

c) En déduire le centre et l’axe de  .

Exercice2


Dans le plan orienté IBOA est un losange tel que IB, IO   3
 2  . C et D les symétriques respectifs de I par rapport
à O et B.
1. Soit S la similitude directe telle que S(A)=C et S(O)=D. On pose h  S R  .
I, 
 3
a) Déterminer h(O) et h(B)
b) En déduire que h est homothétie dont on précisera le centre et le rapport.
c) Caractériser alors S.
2. Soit f la similitude indirecte telle que f (C )  O et f (D) =B.

a) Montrer que f admet un centre  .

b) On note  l’axe de f , E le point d’intersection de  et (OC) et E '  f ( E ) . Montrer que

1
E '  E .
2

   
c) Montrer que CD, E   OB, E  2  . En déduire que  //(CD).

d) Soit C '  S (C ) . Montrer que E est le centre de gravité du triangle CC ' . En déduire que

EC  2EO .
e) Construire alors le point E, l’axe  et le centre  de f .
Exercice3


Dans le plan orienté, OAB est un triangle rectangle isocèle tel que OA = OB et OA, OB    2
 2  .

On désigne par I le milieu du segment [AB] et par C et D les symétriques respectifs du point I par rapport à O et à B.
Soit f la similitude directe qui envoie A sur D et O sur C.


1. Montrer que f est de rapport 2 et d’angle .
2
2. a) Montrer que O est l’orthocentre du triangle ACD.
b) Soit J le projeté orthogonal du point O sur (AC).
Déterminer les images des droites (OJ) et (AJ) par f et en déduire que J est le centre de f .

3. Soit g la similitude indirecte de centre I, qui envoie A sur D.


a) Vérifier que g est de rapport 2 et d’axe (IC) En déduire g(O).
_1 _1
b) Déterminer les images de C et D par g f En déduire la nature de g f .

4. Soit I '  f ( I ) et J '  g ( J ) .


_1
a) Déterminer les images des points J et I ' par g f

b) Montrer que les droites ( IJ ) , ( I ' J ') et (CD) sont concourantes.


Exercice4

On considère un rectangle ABCD tels que  AB, AD   2 2  et AB = a, AD = 2a avec a un réel strictement positif.
Soient K le milieu de [AD] et f la similitude directe qui transforme C en A et K en B.

1. Déterminer le rapport et l’angle de la similitude f .

2. Soit  le centre de f et O le point d’intersection des droites (AB) et (CK).

a) montrer que les points O, K,  et B appartienne à un même cercle dont on déterminera le centre.

b) Vérifier que C  a 2 .

c) En déduire que   S AC  ( K ) .



3. Soit I le point tel que BA, BI   2
 2  et BA = BI.

Soit g la similitude directe de centre A et qui transforme I en B.

a) On pose B '  g  B  ; Montrer que le triangle ABB’ est rectangle.

b) Déterminer la nature et les éléments caractéristiques de g f.


c) Montrer que le centre J de g f est alignés avec les points B et K, et construire J.
Lycée pilote de Tunis
Similitudes planes 2 Terminales Maths

Mr Ben Regaya. A Eléments de corrections www.ben-regaya.net

Exercice1

1. Soit S la similitude directe qui envoie A sur B et B sur C.


a) Désignons par k et  le rapport et l’angle de S.

    
S BD  ( I )  A  BI , BD  BD, BA  2  or  BI  est la bissectrice intérieure de l’angle BC , BD il s’en 
  
suit que : BI , BD  BC , BI 2   6 2    BC, BA  3 BC , BI   2  2  .

On a k 
BC
AC
 
  
 cot    3 et   AB, AC  2     BA, BC  2    2 
6 2

b) le triangle ABI est équilatéral direct alors son image par S est un triangle équilatéral direct.

Comme S  A  B et S  B   C et BCD est équilatéral direct alors S(I) = D.

2. J le milieu du segment  AI  .

J = A * I  S(J)=S(A)*S(I)=B*D. Ainsi S  J   J et le rapport de S est k  3  1 donc J est le centre de S.

3. a)  est la composée de deux similitudes directes et d’un antidéplacement (similitude indirecte de rapport 1)
donc  est une similitude indirecte de rapport le produit des rapports c’est donc 3.

   
b)  ( J )  S S S BD  ( J )  S S ( J )  J et  ( I )  S S S BD  ( I )  S S ( A)  S ( B)  C .

c)  est une similitude indirecte de rapport 3  1 et   J   J donc J est le centre de  . D’autre part J , I et

  I   C sont alignés , il en découle que  IC  est l’axe de  .

Exercice2

S la similitude directe telle que S(A)=C et S(O)=D. On pose h  S R  .


I, 
 3
1. a) Cherchons h(O) et h(B)
IOA et IBO sont des triangles équilatéraux directes alors R(O) =A et R(B)=O alors :
h(O)  S R(O)  S ( A)  C
h( B)  S R( B)  S (O)  D
 
b) h est la composée de deux similitudes directes de rapports respectifs 1 et 2 et d’angles respectifs – et
3 3
donc h est similitude de rapport 2 et d’angle nul donc h est une homothétie de rapport 2 . Le centre de h est le
point d’intersection des droites (OC) et (BD) c’est le point I. Ainsi h  h I ,2 .


c) S  h R 1  h I ,2 R   . Ainsi S est la similitude directe de centre I de rapport 2 et d’angle  .
 I ,  3
 3
2. f la similitude indirecte telle que f (C)= O et f(D)=B.
a) Montrons que f admet un centre  .
OB 1
f (C)= O et f(D)=B donc le rapport de f est   1 donc f admet un centre  .
CD 2
1
b) Montrer que E '  E .
2
1
E ∊  qui est l’axe de f et E '  f  E  alors E '  E .
2

  
c) Montrons que CD, E   OB, E  2  . 
f est similitude indirecte donc f échange les mesures des angles en leurs opposées et comme f transforme C, D,

   
 et E en O, B  et E’ alors CD, E   OB, E '  2  . Or E '  E donc
1
2

CD, E   OB, E 2 


 
Déduction : Comme CD  2 OB on aura alors 2 CD, E  0  2   CD, E  k ; k ∊ ℤ.  
Ainsi (CD) (  E). (   (  E) ).
d) C '  S (C ) . Montrons que E est le centre de gravité du triangle CC ' .

 E    est la médiatrice de [CC’] alors porte une médiane du triangle CC ' . D’autre part : f(C)= O alors
h 1 S (C )  O  h 1 (C ')  O donc O =  * C’ alors (OC) porte une deuxième médiane du triangle
 ,   , 
 2  2

CC ' . Or  OC    E   E alors E est le centre de gravité du triangle CC ' .

Déduction : O étant le milieu de  C ' alors EC  2EO .

EC  2EO  EC  2 EO  0 alors E est le b.p.p (C,1) et (O,2) .  est la parallèle à (CD) menée de E.
  SO (C ') avec C '  S (C ) .
Exercice3

DC 2OB
1. Le rapport de f est :  2
AO OB


L’angle de f est AO, DC  OA, OB     2
2  .
2. a) (IC)  (AD) car (IO) est la médiatrice de [AB]donc dans le triangle ACD, la droite ( IC) porte la hauteur
issue de C . (AO)  (CD) donc dans le triangle ACD, la droite (AO) porte la hauteur issue de A.
donc (IC)  ( AO) = {O}est l’orthocentre du triangle ACD.
b) f  OJ  est la perpendiculaire à (OJ) passant par f (O) = C qui n’est autre que la droite (AC).

f  AJ  est la perpendiculaire à (AJ) passant par f (A) = D qui n’est autre que la droite (DJ).
On a :
f  OJ   f  AJ  = (AC)  (DJ) =  J  , comme{J} = (OJ )  ( AJ ) alors

 f ( J ) = f  OJ   f  AJ  =  J  donc J est invariant par f ,qui est de rapport différent de 1 d’où J est
l’unique point fixe par f et par suite J est le centre de f.

3. a)
ID 2 IB

IA IB

 2 donc g est de rapport 2. L’axe de g porte la bissectrice intérieur de IA, ID qui n’est autre
que (IC)  g  h I ,2 S IC   S IC  h I ,2
g (O)  h I ,2 S IC  (O)  C

b) g f 1(C )  C et g f 1( D)  D
1
g f 1 est la composée d’une similitude indirecte g de rapport 2 et d’une similitude directe f 1 de rapport
2
donc g f 1 est une similitude indirecte de rapport 1 donc c’est un antidéplacement .Comme g f 1 fixe les
points C et D on a alors g f 1  S CD  .

4. a) g f 1( J )  g ( J )  J ' et g f 1( I ')  g ( I )  I .


b) Comme g f 1( J )  J ' et g f 1( I ')  I donc S CD   J   J ' et S CD   I   I ' d’où

SCD   IJ   ( I ' J ')


Montrons que les droites (IJ) et (CD) sont sécantes.

Supposons qu’elles sont parallèles. On a : S CD   J   J ' donc (CD)  ( JJ ') ce qui donne (JI)  (JJ ')


D’autre part, f (I) = I ' donc ( JI )  ( JI ') car f est de centre J et d’angle . Ainsi,( JI ')  (JJ ') par suite les
2
points J, J’ et I’ sont alignés ce qui est absurde.

les droites (IJ) et (CD) sont sécantes et S CD   IJ   ( I ' J ') Donc les droites (IJ) , (I'J') et (CD) sont

concourantes.
Exercice4

1. Détermination du rapport et de l’angle de f.


On a C  K et A  B ; il existe donc une similitude directe f telle que f(C)=A et f(K)=B
Soit k et  le rapport et l’angle respectifs de f.
AB
f (C )  A k
 CK Comme [CK] est la diagonale du demi-carré KDC alors
f (K )  B
CK , AB    2 
1
CK  2 DC  2 AB d’où k 
2

CK , AB   CK , DC  2  ; ( AB  DC)


3
CK , AB   CK , CD    2    4   2   34 2  d’où  
4
;

2. a) Montrons que O,K,  et B sont cocycliques.

       
f (K) =B  K , B  CK , AB  2   K , B  OK , OB  k comme O, K, B sont non alignés
alors O, K,  et B sont cocycliques.
 
BCO est un triangle rectangle en B et comme CK , CB    4
 2  donc  CO, CB    2 
4
Alors BCO est un triangle rectangle et isocèle en B donc BC = BO,
BC  2BA  BO  2BA

et comme A ∊ [OB] alors AO=AB. On a aussi AB=AK. Par suite AO = AB = AK d’où A est le centre du cercle
circonscrit au triangle OKB et contenant  .
1
b) f (C )  A  A  C  C  2 A  2 AB comme AB = a alors C  a 2 .
2
c) Montrons que   S AC  ( K ) .

On a CK  2 CD  2 AB  a 2 d’où C  CK .
Comme an a de plus A  AK alors  AC   med  K  donc   S AC  ( K ) .
3. g  S 1  .
 A, , 4 
 2 
a) B’ = g(B) ; montrons que ABB’ est un triangle rectangle.
Méthode1
g ( A)  A
On a : g ( I )  B l’image du triangle AIB rectangle et isocèle en B par g est le triangle ABB’ rectangle et
g ( B)  B '
isocèle en g(B)=B’.

Méthode2

AB  AK
 K  R
 AB, AK   2 2 
On a  ( B) donc ABK est un triangle rectangle et isocèle en A et de
 A, 
 2
sens direct.
Soit B’’= B*K d’où ABB’’ est un triangle rectangle et isocèle en B’’ et de sens direct.

 AB, AB ''  4 2 


On a donc c'est-à-dire B’’= g(B) donc B’=B’’. Par suite ABB’ est un triangle rectangle
AB '' 2

AB 2

et isocèle en B’ et de sens direct.


3  1
b) g f est la composée de deux similitudes directes d’angles respectifs et et de même rapport
4 4 2
1 1
donc g f est une similitude directe de rapport et d’angle  donc g f est une homothétie de rapport  .
2 2
1
On a g f ( K )  g ( B)  B ' d’où le centre J de g f est tel que JB '   JK c'est-à-dire JK  2 JB '  0 .
2
J est alors le barycentre de (K, 1) et (B’,2).
c) Montrons que J ∊ (BK).
Méthode1
On a : ABK est un triangle rectangle en A et isocèle.

 AB, AB '  4 2 


Et donc B’ = A * K et par suite (B’K) = (AK). Comme J ∊ (B’K) alors J ∊ (AK)
2
AB '  AB
2
Méthode2
D’après la première méthode du 3. a) on a B’= B*K donc B’, B, K alignés. On a g f (C )  g ( A)  A d’où

J∊(AC). Par suite J   ( AC )  ( BK ) .