Vous êtes sur la page 1sur 84

VOLUME 3

SPÉCIFICATIONS TECHNIQUES
第 3 卷:技术要求

1. SYSTEME ELECTRIQUE 电气系统

1.1 Tensions et fréquence de service 工作电压和频率

Le matériel servira à construire des installations HTA et des réseaux triphasés HTA-BT
fonctionnant sous une fréquence assignée de 50Hz. Les tensions de service seront :
A 高压(也成为中压)设备和 A 高压-低压三相电网的材料的标称频率为 50Hz。工作电压
为:
- Pour le matériel HTA, 15, 20 et 33 kV
对于 A 高压设备,15, 20 et 33 kV
- Pour le matériel BT, 400 V entre phases (230 V phase – terre)
低压设备,相间 400V(230V 相地)

1.2 Réseaux, postes HTA/HTA et HTA/BT 电网,中压/中压变电站,中压/低压变电站

Les réseaux HTA à construire sont deux types aériens et souterrains.


待施工的中压电网分为架空和埋地型。
Les nouveaux départs et les renouvellements des réseaux en ville sont en souterrain, câbles
aluminium de section 240 mm².
新出现和城市电网改造为埋地型,使用截面为 240 mm² 的铝电缆。
Des renouvellements de réseaux seront réalisés en aérien. Pour ces travaux il sera utilisé des
conducteurs almélec 148mm². Ces lignes sont de type suspendu.
其他电网改造为架空类型。这类工程将使用截面为 148mm² 的铝镁合金导线。这类线路为
架空型。
Les réseaux seront en 15 kV mais construits en technique 20 kV pour prendre en compte des
évolutions futures.

1.3 Réseaux BT

En aérien, les réseaux de distribution BT sont construit en câble aluminium préassemblé torsadé
de section 70 mm² à neutre porteur. La torsade comporte un conducteur de 16 mm² pour
l'éclairage public.
En souterrain, les réseaux de distribution BT (sortie de poste) sont construits en câble aluminium
de section 150 mm².Le réseau éclairage public, posé séparément, est en câble cuivre de section
4x16mm² ou 4'x25 mm²

2. ESSAIS

L'Entrepreneur, ou sous sa responsabilité, doit effectuer les essais et inspections imposés par les
normes en la matière. Les essais et contrôles de qualité seront effectués conformément aux
spécifications applicables et suivront, pour chaque type de matériel, les recommandations
spécifiques applicables de la CEI.

15 janvier 2016 Page 1 sur 84


511468818.doc
Sauf indication contraire, les essais et les contrôles de matériel seront faits d'après les
recommandations de la CEI correspondante.
La CI-ENERGIES pourra procéder à tout essai qu'elle estimera nécessaire au moment de la
réception sur site.

1.1 Essais de type

Pour les essais de type, les soumissionnaires présenteront avec leur offre les certificats d'essai
émis par un laboratoire accrédité, de réputation internationale et indépendant.
Le Maître d'œuvre se réserve le droit de faire exécuter, à la charge de l'Entrepreneur, certains
essais de type pour lesquels l'Entrepreneur ne serait pas en mesure de présenter des certificats
conformes.
Les essais seront effectués conformément aux CEI définies pour ce matériel.

1.2 Essais en usine

Avant expédition, les matériels prévus dans la fourniture sont soumis en usine aux essais de
routine définis par la CEI pour ce type de matériel.
Pour les matériels principaux : câbles HTA, cellules HTA, transformateur HTB/HTA, etc. les
essais seront effectués aux frais de l'Entrepreneur en présence de l'Ingénieur Conseil et de
représentants du Maitre d’Ouvrage. L'Entrepreneur devra prévoir dans son offre la prise en
charge de deux (2) représentants du Maître d’Ouvrage pendant la durée des essais.
L'Entrepreneur remettra avec son offre un programme prévisionnel des essais. Au moins 28
jours avant la date prévue pour leur exécution, il remettra un programme détaillé décrivant les
protocoles d'essais.
Pour les essais de routine effectués hors la présence de l'Ingénieur Conseil, les fournisseurs
présenteront le détail des procédures de contrôle de qualité mises en place pour assurer les tests
pratiqués en cours de fabrication.
Le matériel ne peut être expédié que si les essais en usine sont satisfaisants. Les résultats
enregistrés pour le matériel à livrer seront communiqués préalablement à l'accord sur
l'expédition.
L’Entrepreneur intègrera dans son prix les frais de déplacement et de séjour (base per diem) des
représentants du Maître d’Ouvrage (2 Personnes) et du Maître d’œuvre pour tout test ou
démarche délocalisée (hors Côte d’Ivoire).

1.3 Essais de mise en service

Les essais effectués sur site à la fin des travaux porteront sur la vérification du fonctionnement
de l'installation dans les conditions d'exploitation normale.
Les essais et la première mise sous tension des équipements seront réalisés par l'Entrepreneur en
présence du maître d'ouvrage et de l'Ingénieur Conseil.
L'Entrepreneur fournira tous les moyens en personnel et en matériel, nécessaires au bon
déroulement des essais. Avant la date prévue pour le début des essais il soumettra un programme
détaillé en respectant les délais indiqués dans le planning des travaux.
A l'issue des essais, l'Entrepreneur fournira à l'Ingénieur Conseil et au Maître d'ouvrage un
rapport détaillé consignant tous les résultats des essais et des mesures réalisées.
Les essais sur site comprendront à minima et de façon non limitative:
15 janvier 2016 Page 2 sur 84
511468818.doc
- La vérification de l'assemblage de l'appareillage,
- La vérification du câblage,
- Les essais d'isolement,
- Les mesures de mises à la terre,
- Les manœuvres de l'appareillage: commande, déclenchements, sécurités, verrouillages,
signalisations.

3. TRAVAUX RESEAUX HTA ET BT

3.1 Travaux de réseau HTA

3.1.1 Définition des travaux


Ce paragraphe, définit la nature des travaux à réaliser les réseaux HTA. En première étape,
l’Entreprise effectuera une reconnaissance sur place des tracés, piquetage préliminaire, et des
lieux d’implantation possibles des ouvrages projetés. Pour la construction des réseaux, en
fonction des points d'arrivée et de départs de chaque tronçon et des demandes de la CI-
ENERGIES, l'entrepreneur déterminera:
- le tracé définitif;
- l'emplacement des postes de transformation;
- l'emplacement géographique des points d'ouverture, IACM sur réseau aérien ;
- l'emplacement des dérivations.

Pour le remplacement ou la pose des IACM, une visite sur place sera nécessaire pour recueillir:
- tous les éléments nécessaires sur le matériel en service ;
- valider la position future du matériel.

Avec ces éléments, l'entreprise réalisera une étude pour chaque projet. Cette étude, qui
respectera les règles administratives en vigueur en Côte d'Ivoire, devra comporter à minima tous
les éléments définis dans la composition des dossiers. La CI-ENERGIES devra valider les
dossiers avant tout commencement des travaux.

3.1.1.1 Raccordements au réseau


Les raccordements sont réalisés conformément aux exigences de la CI-ENERGIES.
L’entreprise aura levé toutes ses interrogations auprès de la CI-ENERGIES durant la
consultation. Notamment :
- les conditions et procédures d’accès aux ouvrages ;
- les limites de prestations et de fourniture de la CI-ENERGIES ;
- les conditions et procédures de remises d’ouvrages.

3.1.1.2 Normes et règles techniques


Pour l’exécution des travaux, l’entrepreneur est soumis au respect des normes et textes (dernière
version en cours au début des travaux) notamment :
- NFC 11-201 ;
- NFC 14-100 ;
- UTE 18-510 ;
15 janvier 2016 Page 3 sur 84
511468818.doc
3.1.1.3 Dossiers techniques et administratifs divers
L’Entrepreneur établira les dossiers d’autorisation de construire en application de la législation
en Côte d'Ivoire. Ces dossiers seront établis en nombre et en forme suivant les précisions de la
CI-ENERGIES.

3.1.2 Réseaux aériens HTA


Les travaux sur les réseaux aériens seront réalisés conformément à la norme NFC C11-201. Pour
ces travaux, il sera effectué des activités de pose et de dépose.
Ces travaux comprennent :
- la matérialisation définitive sur le terrain du tracé des lignes;
- l’exécution des fouilles y compris les étaiements nécessaires pour les supports et
ouvrages Annexes, les remblaiements avec les matériaux appropriés;
- la fourniture et/ou la pose des supports, des conducteurs, et les raccordements aux
réseaux existants;
- La pose et fourniture des armements, accessoires
- Les reprises et réglages des conducteurs;
- les abattages et élagages des plantations voisines des conducteurs;
- la fourniture et / ou la pose des transformateurs, interrupteurs aériens;
- la fourniture et/ou la pose des ouvrages Annexes ou spéciaux (coffrets de commande);
- les travaux complémentaires nécessaires à la réalisation des ouvrages (plate-forme,
accès, travaux pour assurer la continuité de service, etc.);
- le démontage et l'enlèvement des armements, des éléments isolants, des ancrages, des
haubans et des conducteurs des lignes renouvelées;
- la remise en état provisoire des chaussées, trottoirs et accotements, leur entretien jusqu’à
réfection définitive;
- la remise en état des terrains, propriétés privées, clôtures, murs, toitures, etc.
endommagés, démolis ou modifiés pour permettre l’installation des ouvrages;
- la réfection définitive des sols;
- le transport aux dépôts désignés par la CI-ENERGIES par ordre de service, des matériels
déposés ou aux décharges des matériels ou matériaux reconnus impropres.

Les lignes principales construites en 148²Alm seront réalisées en technique suspendue.

3.1.2.1 Dossier et Etude

3.1.2.1.1 Dossier
Avant tout commencement de travaux, une étude sera réalisée pour chaque projet. Un dossier
sera remis à la CI-ENERGIES pour validation.
Le dossier comprendra les emplacements et tracés des ouvrages notamment:
- les réseaux, canalisations et bâtiments existants;
- les emplacements exacts des supports à implanter ;
- les distances entre les supports;
- les angles des lignes aériennes et les paramètres de pose des conducteurs ;
- le calcul des résultantes des supports d’angles et d’étoilement ;
- l’orientation existante et projetée des supports à réorienter (si nécessaire) ;
- la spécification des supports (effort, hauteur, classes, etc.) et leur numérotation;
- la nature du sol et les dimensions des fondations des supports ;
- l’armement des supports ;
- les mises à terre et les valeurs de résistivité des sols;
15 janvier 2016 Page 4 sur 84
511468818.doc
- les modifications apportées aux réseaux existants (points de coupure, pontages, etc.);
- les élagages et abattages d’arbres ;
- les plans descriptifs des ouvrages sont établis à l’échelle du 1/2000e;
- un plan de profil en long sera réalisé pour les lignes en 148²Alm à l’échelle 1/500
vertical, 1/2000 horizontal ;
- Les types, références et fabricants des matériels mis en œuvre.

Les diverses autorisations seront recherchées par l'entreprise


Pour justifier ces choix, supports et armements, l'entreprise accompagnera son dossier, des
tableaux résultats de l'étude mécanique des ouvrages. Cette étude aura été réalisée par un
logiciel agréé UTE. Une version informatique sera également fournie afin que des contrôles
puissent être réalisés.
Les contrôles pourront amener l'Ingénieur Contrôle à demander des modifications sur les choix
faits par l'entreprise.
En fin de travaux, les plans conformes à exécution seront fournis à la CI-Energie, 1 exemplaire
support papier et 1 exemplaire sur support numérique au format Autocad (pour les réseaux
souterrains).

3.1.2.1.2 Etude
Avant la construction des lignes HTA, des études devront être réalisées:
- Une étude mécanique ;
- Une étude du profil de la ligne.
Ces études seront réalisées par un logiciel agréé par l'UTE.

3.1.2.1.2.1 Calcul mécanique


L'étude mécanique permettra de déterminer les supports et les armements en fonction des
hypothèses et de la bibliothèque "matériel" fixées par la CI-ENERGIES. Le matériel devra être
conforme à la C 11-201. Les provenances et qualités des matériels et matériaux, qui ne font pas
l’objet de stipulations précises dans la Norme C 11 201, devront être agréés par la CI-
ENERGIES.
Cette étude mécanique, faite avec un logiciel agréé UTE, devra être réalisée avec les hypothèses
locales.

3.1.2.1.2.2 Plans et profils en long


L'étude du profil de la ligne permettra de vérifier que les conducteurs sont toujours à une bonne
distance par rapports aux obstacles et au sol. Après les études, des restitutions papiers seront
fournies. Pour réaliser les études de profil, des relevés topographiques devront être faits. Les
coordonnées des points relevés seront reportées sur les plans qui seront remis.
Les distances par rapport aux obstacles devront être conformes aux normes en vigueur dans le
pays.
L'arpentage, pour réaliser les plans et profils en long des lignes, doit être exécuté afin de
satisfaire aux exigences suivantes :
- Les élévations sont prises en tout point de l'axe de la ligne où il y a un changement de
profil et, dans tous les cas, la distance maximale entre deux points d'élévation ne doit pas
dépasser 50 m ;
- Le plan doit inclure, à l'échelle correspondante, une bande parcellaire comprenant la
description exacte du terrain et des infrastructures existantes sur une largeur de 2 x 100
15 janvier 2016 Page 5 sur 84
511468818.doc
m : routes, chemins de fer, bâtiments, lignes de distribution ou de télécommunications,
ponts, clôtures, zones inondables, dunes vives, forêt zones cultivées… Les noms et
adresses des propriétaires des parcelles surplombées y seront également indiqués.
Pour les zones avec une pente transversale à la ligne égale ou supérieure à 1/5, un profil
supplémentaire est pris à une distance de 3 m de chaque côté de l'axe de la ligne.
Les dessins des profils en long sont préparés sur des feuilles de dimension à valider avec la CI-
ENERGIES et à une échelle horizontale de 1/2000 et verticale de 1/500.
Le tracé sera choisi de façon à ce que les gênes aux riverains de la ligne soient minimisées,
l'Entrepreneur tiendra compte des habitations, des terres cultivées, des plantations. Dans le cas
où l'Entrepreneur souhaiterait intervenir sur des biens d'autrui, il en demandera l'autorisation du
Maître d'Ouvrage et se conformera aux décisions de ce dernier.

3.1.2.1.2.3 Validation
Pour validation des études, l'entreprise fournira:
- les résultats des calculs mécaniques avec les armements et les supports retenus ;
- les tableaux de pose de chaque canton ;
- un plan de profil avec le tracé de la ligne, les surplombs, les caractéristiques des supports
et des armements, les angles de la ligne.

3.1.2.1.2.4 Conditions climatiques


Pour l'étude mécanique des lignes, les hypothèses climatiques doivent être définies. Les
conditions climatiques du pays devront être prises en compte.
Les hypothèses utilisées par la CI-ENERGIES pour déterminer ces ouvrages sont les suivantes:
Température maximale  : 45 °C
Température minimale  : 12 °C
Température moyenne : 28 °C
Niveau isokéraunique : 120
Altitude au-dessus du niveau moyen de la mer : 1000 m
Humidité relative : 100%
Vitesse du vent : 120 km/h
Pluviométrie moyenne : 1900 mm/année
Niveau de pollution : présence sel marin

L'entreprise devra paramétrer ses outils de calculs avec ces données.

3.1.2.1.2.5 Paramètre, portée


Pour réaliser les études des lignes en conducteurs 148²Alm, il sera utilisé un paramètre, P, entre
800 m et 1400 m. L'entreprise devra déterminer le paramètre adaptée aux et à la configuration
du terrain.

3.1.2.1.2.6 Coefficient de sécurité


Les calculs réalisés devront permettre de vérifier que les coefficients de sécurité Cs, spécifié par
la norme NFC 11-201, sont bien respectés.
- Cs ≥ 3 pour les pièces travaillant à la traction (conducteurs, pinces d'ancrages.) ;
- Cs ≥ 2,1 pour les pièces travaillant en flexion (supports, armements).

3.1.2.1.2.7 Répartition des supports 电线杆 分布

3.1.2.1.2.7.1 Généralités

15 janvier 2016 Page 6 sur 84


511468818.doc
L'Entrepreneur devra effectuer la répartition des supports de façon à satisfaire aux exigences ci-
après :
- les paramètres de pose seront choisis pour minimiser le coût des ouvrages en optimisant
le nombre et les efforts des supports ;
- les hauteurs de surplomb spécifiées dans ce Dossier d'Appel d'Offres seront strictement
respectées ;
- ni les supports, ni les fondations ne seront sollicités au-delà de leurs charges de
conception ;
- pour les supports de suspension, le rapport des portées adjacentes ne sera pas supérieur à
2 sur 1 ;
- pour les supports d'ancrage, le rapport des portées équivalentes des cantons adjacents ne
sera pas supérieur à 2 sur 1 ;
- les écartements à la masse seront respectés dans les hypothèses de vent spécifiées et les
dispositions seront prises pour éviter les risques de retournement de chaînes ;
- les portées limites seront respectées; les cas particuliers seront documentés ;
- les cantons seront limités généralement à 4 km environ et ne dépasseront pas 4,5 km ;
- la hiérarchie des niveaux de tension sera respectée aux croisements de lignes.

Les plans de profils à l'échelle 1:2000 horizontal et 1:500 vertical porteront toutes les
informations sur les conditions d'établissement de la ligne :
- la numérotation ainsi que l'identification des supports (type, hauteur) ;
- les types d'armement et de chaînes d'isolateurs ;
- les types et dimensions des fondations ;
- les longueurs des cantons de pose, la portée équivalente du canton et le paramètre de
référence à la température maximale ;
- les distances partielles, les distances entre supports, les distances cumulées ainsi que
l'altitude du terrain ;
- la chaînette pour la condition de température maximale des câbles, indiquant les
dégagements au sol ;
- les profils à 3 m de part et d'autre de l'axe de la ligne en cas de contrepente supérieure à
1/5 ;
- les obstacles rencontrés (bâtiments, arbres, autres ouvrages aériens) ;
- les distances ou hauteurs libres aux croisements de lignes, routes et autres ouvrages.

L'implantation des supports tiendra compte des voiries existantes et futures. Des distances de
garde suffisantes seront ménagées, notamment dans les carrefours afin de préserver les supports,
tout en assurant la sécurité des usagers.
Il sera tenu compte de la nature des terrains traversés, notamment des cultures. Les
implantations de supports se feront dans la mesure du possible sur les limites de parcelles de
façon à minimiser la gêne aux exploitations agricoles. Un soin particulier sera apporté aux
systèmes d'irrigation.
Des relevés détaillés des lignes MT existantes peuvent être requis pour les croisements difficiles.
Ils seront établis systématiquement pour les lignes HT et THT dont les conditions de
croisements seront étudiées au cas par cas, dans les conditions de rapprochement les plus
défavorables.
Le plan de profil en long sera complété d'une bande planimétrique de 2 x 100m faisant
apparaître l'axe de la ligne, les points d'angle et tous les éléments environnementaux :
infrastructures, routes, bâtiments, arbres, autres lignes et obstacles de toutes natures.

15 janvier 2016 Page 7 sur 84


511468818.doc
Les plans de répartition des supports seront soumis à l'approbation du Maître d'œuvre avant leur
matérialisation sur le terrain, accompagnés des carnets de piquetage correspondants. Les plans
seront faits sur des feuilles séparées (pas de rouleaux), avec un chevauchement minimal d'une
portée.
Le cartouche de chaque feuille portera les informations suivantes :
- Nom de l'Entrepreneur ;
- Nom du projet ;
- Numéro de la section ;
- Support n °... à support n ° ;
- Chaînage… à chaînage... ;
- Numéros du dessin, de la page et de la révision ;
- Signature et date.

3.1.2.1.2.7.2 Portée équivalente


La portée équivalente d'une section de ligne comprise entre deux structures à chaînes d'arrêt
(canton) est une portée simple fictive qui se comporte de façon similaire à la section complète eu
égard à ses variations de tension en fonction des variations de température ou de charge. La
portée équivalente a pour valeur :

ae 
a 3
i

a i

avec a e  portée équivalente


avec a i  portée

La portée équivalente admet les hypothèses suivantes:


- la tension est constante le long du canton ;
- la température du conducteur ne varie pas le long du canton.

3.1.2.1.2.7.3 Carnets de piquetage


Les carnets de piquetage seront établis et soumis à l'approbation de l'Ingénieur Conseil avec les
profils en long, avant le début des travaux de construction.
Les carnets de piquetage doivent, entre autres, faire état de :
- numéro des supports, indications de repérage ;
- portées horizontales entre supports ;
- paramètre choisi, portée équivalente de la section de ligne considérée, tensions
mécaniques dans les conducteurs aux différentes températures ;
- angles de ligne en grades, type de poteau, hauteur, armement… ;
- efforts longitudinaux et transversaux sur les supports ;
- type de fondation, de mise à la terre ;
- type d'isolateurs ;
- Tableau des flèches (de 10 en 10°C) et dénivellation des différentes portées, indication
des portées choisies pour le réglage.

3.1.2.1.1 Abattages - Ouverture du layon - débroussaillage - élagage


Les interventions d’abattages et d’élagages doivent être conformes aux dispositions de Côte
d'ivoire gérant ce domaine d’activité. Les propriétaires seront avertis avant le début des travaux.
La distance entre végétation et conducteurs sera de 5m pour les lignes en technique rigide, 7m
pour les lignes en technique suspendue.

15 janvier 2016 Page 8 sur 84


511468818.doc
3.1.2.2 Ouverture du layon - débroussaillage - élagage
Après le balisage du tracé de la ligne, l'Entrepreneur sollicitera le Maître d'Ouvrage pour une
intervention des autorités, en vue d'une évaluation d'impact environnemental. C'est seulement
suite à cette évaluation et à la délivrance d'un permis de coupe d'arbres par les autorités que
l'Entrepreneur pourra ouvrir un layon sur le tracé de la ligne pour la construction de celle-ci.
L'élagage et l'abattage des arbres seront effectués dans un couloir de 14 m pour les lignes en
technique "suspendue" et 10m pour les ligne en technique "rigide" (7m ou 5m) de part et d'autre
de l'axe central de la ligne) en observant les règles de l'art et les prescriptions du service
environnement du Maître de l'Ouvrage et des autorités des eaux et forêts. Pour que la gêne aux
riverains de la ligne soit minimisée, l'Entrepreneur tiendra compte des habitations, des terres
cultivées, des plantations. Dans le cas où l'Entrepreneur souhaiterait intervenir sur des biens
d'autrui, il en demandera l'autorisation du Maître d'Ouvrage et se conformera aux décisions de ce
dernier. Ceci est également valable pour toute question d'élagage ou d'abattage d'arbres. Le
Maître d'Ouvrage assistera l'Entrepreneur dans le cas d'éventuelles négociations avec les
riverains.
Toute coupe d'arbre sera subordonnée à une autorisation délivrée par les autorités.
Il est à noter que tous les frais de prestation de ces autorités ainsi que le dédommagement des
propriétaires sont à la charge du Maître d'Ouvrage. La durée de l'intervention des autorités ne
sera pas comptée dans le délai contractuel de l'Entrepreneur.

3.1.2.3 Caractéristiques électriques du matériel


 Caractéristiques électriques de base des ouvrages 15 kV :
- Tension d'isolement assignée du matériel Uo/U (Um) : 12/20 (24) kV
- Tension d'emploi assignée (Ue) : 20 kV
- Fréquence assignée : 50 Hz
- Courant de court-circuit triphasé : 12,5 kA (1s)
- Tenue en tension à fréquence industrielle (50 Hz - 1 min) : 50 kV
- Tenue en tension aux ondes de choc (1,2/50µs) : 125 kV
- Distance conducteur/masse : 220 mm

 Définition du type de ligne


Les lignes aériennes qui seront construites seront du type "suspendu" et seront constituées des
matériels suivants :
- conducteurs en Almélec de 148 mm² de section ;
- isolateurs en verre trempé ;
- armements de type nappe-voûte (NV - NW), drapeaux-suspendus DS ou alternés-
suspendus ALTS ;
- armements de, de type traverse d'ancrage pour les supports d'angle et d'arrêt, ou nappe
d'alignement (NS) pour des supports montés en portique ;
- supports en béton, classe disponible en Côte d'Ivoire ;
- Interrupteur Aérien à Commande Manuelle (IACM) ou Interrupteur Aérien à
Télécommandé (IAT).

3.1.2.4 Supports 电杆

3.1.2.4.1 Caractéristiques techniques des générales 一般技术要求

Le support devra résister aux efforts appliqués par les conducteurs des lignes MT et/ou BT.
15 janvier 2016 Page 9 sur 84
511468818.doc
电杆应该耐受作用于中压和/或抵押线路导线的应力。

Les supports utilisés seront en béton armée de classe A et exceptionnellement de classe B. Dans
le cadre de la présente spécification, les efforts disponibles en tête à 25 cm du sommet des
supports retenus sont de 300, 400, 500, 650, 800, 1000, 1250 et 1600 daN.
采用的电线杆材质应该是 A 级钢筋混凝土,特殊情况下为 B 级。本要求中距顶部 25cm
处可选受力为 300, 400, 500, 650, 800, 1000, 1250 et 1600 daN。

En général, les hauteurs des supports sont de 9 ou 10m en BT 12 ou 13 mètres et


exceptionnellement 14 mètres en HTA. Le poids varie de 1340 à 4250 Kg.
一般,低压电杆高度为 9 或 10m,中压为 12 或 13 米,部分为 14 m。重量在 1340 至
4250 Kg 之间。

Des difficultés liées au terrain peuvent nécessiter l’utilisation de d’autres types de supports
autres que les poteaux en béton armé. Si cette situation se présente, le contractant devra avoir
solliciter un accord de CI-ENERGIES.
以为土地的原因可能需要采用钢筋混凝土电杆之外的其他类型电杆,在这种情况下,需
要得到能源公司同意。

Suivant l'endroit d'implantation l'on distingue trois types de poteaux : alignement, angle ou
dérivation et arrêt. Les efforts de tête peuvent être très variables. Il incombe à l'Entreprise de
choisir pour chaque cas d'utilisation le poteau le mieux adapté et d'en fournir la justification par
calcul.
根据埋设位置电杆分为三种类型:直线,转角及终端。最大应力差别很大。要求承包商
根据各种使用情况选择最合适的电杆,并通过计算提交论证资料。

Dans tous les cas, les supports devront être fabriqués par une entreprise agrée par CI-
ENERGIES et doivent être conformes à la norme NF C67 200. Au cas ou la fabrication n’est pas
faite par une netreprise agrée par CI-NERGIES, les supports proposés par le contractant devront
avoir un approbation formelle du maître d’oeuvre. La pocedure d’approbation ainsi que tous les
frais y afférents seront à la charge du contractant.
无论如何,电杆应该是由经能源公司认证的公司制造的,并且符合NFC67 200标准。如果
不是由经能源公司认证的企业生产,承包商建议的电竞应该经监理的正式批准。审批程
序和各项费用由承包商负责。

3.1.2.4.2 Travaux d’implantation des supports 电杆埋设施工

3.1.2.4.2.1 Piquetage 标桩
Les supports seront localisés sur le terrain au moyen de piquets en bois numérotés dont la tête
sera peinte en rouge. Tous les piquets seront maintenus en place jusqu'à la réception du
piquetage.
L'Entreprise sera responsable de la localisation correcte des supports sur le terrain et de la
longueur définitive des portées dont les valeurs exactes seront mesurées par ses services et
reportées dans le carnet de piquetage.

L’Entreprise devra remettre une copie du plan avec les données approuvées par le maitre
d’œuvre lors de la réception du piquetage, faute de quoi l’Entreprise ne pourra commencer les
fouilles des massifs des supports.

3.1.2.4.2.2 L’exécution des fouilles 开挖施工

15 janvier 2016 Page 10 sur 84


511468818.doc
Pendant tout le temps que durera l'exécution des fouilles, l'Entreprise devra veiller à conserver
en bon état les piquets.

Elle prendra aussi toutes les précautions nécessaires afin d'éviter leur enlèvement ou leur
déplacement.

Dans le cas des zones inaccessibles (marécage, traversée de ruisseau), l'entrepreneur devra
construire, à ses frais tous les aménagements nécessaires au passage, sans risque pour les
personnes, des équipements et / ou du matériel à pied d'œuvre.

En règle générale, les fouilles seront réalisées aux dimensions réglementaires en vigueur des
supports à implanter et demeureront ouvertes le moins de temps possible. Au besoin elles seront
récurées avant l'implantation du support et la coulée du béton.

L’entrepreneur prendra toutes les précautions nécessaires afin que les fouilles ne restent pas plus
de 72 heures ouvertes avant le levage des supports. Par ailleurs, il lui appartient de prévoir la
protection nécessaire des fouilles contre tout accident éventuel.

La responsabilité de l’entreprise est engagée en cas d’accident des riverains ou des animaux dû à
la non protection des fouilles.

3.1.2.4.2.2.1 Dimensions des fouilles 开挖尺寸


L'Entreprise devra prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter les fouilles de
dimensions excessives et s'en tenir aux dimensions théoriques comme spécifiées dans les normes
NFC 67-200 et NFC 67-250. Elles seront parallélépipédiques. Toutefois les Entreprises pourront
utiliser des engins mécaniques (foreuses). Ces dernières étant de forme cylindrique, elles
peuvent être admises pour les supports béton à la condition de respecter pour chaque support,
suivant sa hauteur et son effort, un diamètre minimum donné par la formule :

承包商应该采取所有必要措施避免开挖尺寸过大,尽量保证 NFC 67-200 和 NFC 67-250


规范中要求的理论尺寸。形状为平行六面体。但是,承包商可以使用机械设备(钻机)。
机械设备应该为圆柱形,开挖成根据混凝土电杆高度和受力通过如下公式计算出来的最
小直径:

D+0,15cm

"D" étant la longueur de la diagonale mesurée au pied de chaque support (exprimée en cm.)

D 是各电线杆底部测得的对角线长度(单位为 cm)

Dans tous les cas où ce diamètre ne pourrait être respecté, il sera demandé à l'Entreprise un
"équarrissement" de la fouille.

不能遵守这一直径时,要求承包商开挖成方形。

Les dimensions à respecter sont les suivantes :

需遵守的尺寸如下:

 Profondeur (P) des fouilles 开挖深度(P)

Elle est donnée pour les supports béton, par la formule :

混凝土电杆的深度通过如下公式计算:
15 janvier 2016 Page 11 sur 84
511468818.doc
P = H/10+0,50 (P et H en mètres P 和 H 单位为米)

H étant la hauteur totale du support en mètres.

H 是电杆总高,单位为米

 Longueur et largeur des fouilles 杆坑长和宽

Le tableau ci-dessous donne ces dimensions en fonction de la hauteur et de l'effort de chaque


support.

下表给出电杆各种高度和应力条件下开挖尺寸:

Hauteur totale des supports (mètres)

电杆高度(米)

9 à 12 mètres 13 à 14 mètres

9-12 米 13-14 米

Effort du Longueur Largeur Longueur Largeur


support (daN) (centimètres) (centimètres) (centimètres) (centimètres)

电杆受力 长(cm) 宽(cm) 长(cm) 宽(cm)

150-200 60 40 60 40

330 60 40 70 40

400 65 45 70 45

500 70 45 75 45

650 75 50 80 50

800 85 70 90 65

1000 95 75 100 75

1250 100 85 100 85

2000 110 95 100 95


15 janvier 2016 Page 12 sur 84
511468818.doc
Si les dimensions de fouille sont supérieures à celles indiquées ci-dessus, le volume en trop sera
rempli de mortier compact ou d'agglomérés à la charge de l'Entreprise.

如果开挖尺寸大于上表所示,多出的将由承包商通过碾压砂浆或者结块砂浆填充。

3.1.2.4.2.2.2 Orientation des fouilles 开挖朝向

La vérification de l'alignement des supports est de la responsabilité de l'Entreprise qui devra


procéder elle-même aux travaux et repérages nécessaires.

Les massifs des supports d'alignement seront orientés pour que leurs consoles soient
perpendiculaires à la direction de l'alignement.

Les massifs des supports d'IACM et d'arrêt de ligne seront également orientés pour que leurs
consoles soient perpendiculaires à la direction de la ligne.

Les massifs des poteaux d'ancrage seront :

 orientés pour que leurs consoles soient dirigées suivant la bissectrice de l'angle, pour
un angle de déviation compris entre 10 et 50 degrés,

 orientés pour que leurs consoles principales soient perpendiculaires à la direction de


la ligne, pour un angle de déviation compris entre 50 et 90 degrés.

3.1.2.4.2.2.3 Utilisation des explosifs pour l’exécution des fouilles

Les travaux s'effectuant à proximité ou à l'intérieur des lotissements des localités, l'utilisation
des explosifs est proscrite.

3.1.2.4.2.2.4 Pompage pendant l’exécution des fouilles 开挖过程中抽排水

L'Entreprise, pendant l'exécution des fouilles dans des sites à niveaux phréatiques élevés, devra
disposer d'équipements de pompage à haute capacité afin de maintenir aussi bas que possible, le
niveau d'eau; le puisard et le drainage seront disposés de manière à permettre d'assécher
totalement le fond de la fouille.

3.1.2.4.1 Levage et implantation des poteaux en béton. 混凝土杆的起吊和埋设


Les supports sont mis en place après qu’ils aient été équipés de leurs armements. Les
équipements sont effectués après l'approche des supports nus, des fouilles d’implantation.
电杆在安装金具之后开始埋设。装备是在电杆到场,埋设杆坑开挖之后进行。
Les armements sont vérifiés afin qu’ils correspondent bien aux prescriptions de l’étude. Ils sont
soigneusement fixés.
15 janvier 2016 Page 13 sur 84
511468818.doc
检查金具保证其与设计要求相符。需要认真固定金具。
Les supports devront être manutentionnés avec précaution; les chocs seront évités au maximum;
les élingues de levage devront être en bon état; l'utilisation de chaînes métalliques est
formellement "INTERDITE".
电杆吊装需要当心,最大限度地避免碰撞,吊绳应该完好,禁止使用金属链。
Les supports seront levés sans à-coups et déposés dans la fouille délicatement. L’entreprise
veillera à ce que rien ne butte dans le support ou son armement durant le levage. Les supports
devront être centrés par rapport à l'axe de la fouille, il est interdit de placer le support en contact
avec la paroi de la fouille. Les supports sont implantés verticalement et dans l'alignement de la
ligne ou en diagonale de l’angle, selon les prescriptions de l’étude.
电杆吊起过程中不应有突然停顿,并小心放置在开挖坑中。承包商注意起吊过程中没有
的东西碰撞电杆或金具。电杆应该位于开挖坑的轴线,禁止将电杆贴着开挖坑壁放置。
电杆垂直埋设且根据设计排直或与角度呈对角线埋设。
Ils seront maintenus en position durant la réalisation du massif.
在回填施工时电杆应保持原位。

3.1.2.4.1.1 Massifs de fondation 基座

L'Entreprise fournira tous les matériaux et les moyens nécessaires et elle effectuera tous les
travaux de bétonnage.

承包商提供所有必要的材料和设备进行混凝土浇筑

3.1.2.4.1.1.1 Béton 混凝土

3.1.2.4.1.1.1.1 Composition du béton 混凝土成分

Le béton sera composé de ciment, de sable, d'agglomérés fins ou grossiers et d'eau. La


composition devra assurer un béton plastique malléable et approprié aux conditions d'utilisation
et de mise en place. Correctement traité, on obtiendra les niveaux de résistance, de dureté et
d'imperméabilité indispensables pour l'usage auquel il sera soumis. La résistance est égale ou
supérieure à 250 kG /cm2.

混凝土由水泥,沙子,粗或细砌块。成分应该保证塑态混凝土可延展性,并设备使用及
施工条件。经正确处理的混凝土能保证使用时的强度,硬度和防水性。强度等于或大于
250 kG /cm2。

 Le ciment

Le ciment utilisé est du type PORTLAND CP A 250 kG ou ciment de laitier au clinker ou


équivalent.

L'entrepreneur est tenu de commander à temps le ciment afin d'éviter un stockage prolongé. Dès
sa livraison sur le site, le ciment sera entreposé sous un hangar sec et à l'abri des intempéries
avec les moyens adéquats pour éviter d'absorber de l'humidité.

15 janvier 2016 Page 14 sur 84


511468818.doc
Tout ciment contenant des blocs, détérioré ou jugé non recevable ne sera pas utilisé. Par ailleurs,
la température du ciment au moment de son utilisation ne peut excéder sensiblement la
température ambiante.

L'Entreprise ne pourra évoquer la mauvaise qualité d'un lot de ciment pour demander une
prolongation de délais; Elle est tenue d'avoir sur le chantier un stock suffisant de ciment de
bonne qualité.

Pour l'utilisation des sacs détériorés pendant le stockage, le Maître d'œuvre se réserve le droit de
procéder à une pesée pour vérifier le poids du contenu de l'emballage; la tolérance sur le poids
est de 1 %.

 Le sable

Le sable naturel est constitué de grains secs granuleux, crissant à la main; il est propre,
débarrassé de toutes parties terreuses et d'autres corps étrangers, et au besoin, passé au tamis. Le
pourcentage en poids des matières terreuses et impalpables ne peut dépasser 2 %. Le sable
obtenu par concassage ne peut être utilisé s'il présente des éléments dont la plus grande
dimension dépasse 1,5 fois la plus petite dimension.

 Le sable de mer est strictement INTERDIT.

Le sable sera stocké de manière à éviter toute intrusion de corps étrangers dans le béton et toute
ségrégation ou détérioration.

 Gravier

L'Entreprise choisira des endroits ou des carrières d'approvisionnement en gravier qui devront
être approuvés par le Maître d'œuvre.

Le gravier sera du type naturel ou de concassage de rocher dur, de dimension comprise entre 5 et
33 mm. Il doit être formé d'éléments bien proportionnés, de qualité dure et lourde.

Chaque morceau doit présenter au moins deux faces de brisure. Les pierres plates (plaquettes) ou
allongées (aiguilles) sont exclues. Le gravier doit avoir un son net et purgé de toutes matières
terreuses ou organiques.

L'aire de stockage sera aménagée pour éviter toute souillure des matériaux.

 Eau de gâchage

L'eau de gâchage doit être propre et la teneur en matières nocives, telles que acides, alcalis,
sulfates, matières sucrées, matières organiques, doit être limitée, compte tenu de la nature du
ciment.

Elle ne doit pas provenir de terrains marécageux ou bourbeux, et ne doit pas contenir
d'impuretés en suspension ou dissoutes.

Les eaux douteuses ou susceptibles de contenir des matières organiques seront soumises
obligatoirement à l'analyse chimique aux frais de l'Entreprise.

3.1.2.4.1.1.1.2 Fabrication du béton

15 janvier 2016 Page 15 sur 84


511468818.doc
Les installations pour la fabrication et la mise en place du béton seront soumises à l'approbation
du Maître d'œuvre, qui pourra obliger l'Entreprise à améliorer ses installations ou à en
augmenter la capacité, si la qualité du béton laissait à désirer ou si le rendement de fabrication
était insuffisant.

Les matériaux constitutifs du béton seront soigneusement mesurés sur la plate-forme de


chargement.

Le ciment sera mesuré au poids et le sable et les agrégats dans des cuves calibrées ou des
brouettes qui auront été approuvées par le Maître d'œuvre.

Le béton sera préparé dans une bétonnière à entraînement mécanique dont le type et la capacité
auront préalablement été approuvés par le Maître d'œuvre. De plus, de par sa conception, cette
bétonnière assurera une répartition uniforme de tous les éléments au sein du mélange.

La cuve de la bétonnière déchargera le mélange sans qu'il y ait apparition de ségrégation.

Pour 1 m3 de béton, de résistance égale à 250 Kg/cm2, le dosage des différents agrégats est le
suivant:

1 方强度为 250 Kg/cm2 混凝土,各成分的掺量如下:

 450 litres de sable, soit 9 brouettes de 50 litres

450升沙子,也就是50L的独轮车9车;

 800 litres de gravillons, soit 16 brouettes de 50 litres

800L石子,也就是50L的独轮车16车;

 250 Kg de ciment PORTLAND, soit 5 paquets

250kg 硅酸盐水泥,也就是5包;

 170 litres d'eau environ.

大概170L水

3.1.2.4.1.1.1.3 Transport et mise en place du béton

En principe aucun béton ne pourra être coulé sans la présence du Maître d'œuvre et ce,
seulement après qu'il ait inspecté les fonds de fouille, les coffrages, ainsi que les parties
encastrées et éventuellement renforcées.

La coulée du béton sera interdite si le Maître d'œuvre juge que les conditions pour une mise en
place convenable ne sont pas remplies.

Seules les méthodes de transport et de coulée qui éviteront toute ségrégation et toute perte
éventuelle de béton seront permises. De plus, l'Entreprise doit utiliser les moyens nécessaires
permettant d'amener à pied d'œuvre un béton de consistance requise. Quoi qu'il en soit, le béton

15 janvier 2016 Page 16 sur 84


511468818.doc
qui aura été transporté sur une distance appréciable sera convenablement mélangé avant son
déchargement au point d'utilisation.

Le béton sera mis en place avant la première prise du ciment et dans les 30 minutes qui suivent
sa préparation, dans le meilleur des cas, le plus rapidement possible.

Lors de la coulée du massif, la hauteur maximale permise de chute libre du béton, ne devra
jamais excéder 2 mètres ceci pour éviter toute ségrégation. Dans les endroits où cela aura été
spécialement autorisé par le Maître d'œuvre, celui-ci imposera à l'Entreprise l'utilisation de
gouttière de coulée.

Par ailleurs, en vue de l'obtention d'un massif dense, homogène, et sans poche d'air, l'Entreprise
devra procéder au compactage du béton, à l'aide d'un vibreur.

Dans le cas des coffrages, les réparations des imperfections du béton seront effectuées dans les
24 heures qui suivent le décoffrage. Les bavures seront enlevées sur les surfaces visibles du
béton. Le béton endommagé ou qui présente des cavités sera enlevé par fragments jusqu'au
béton sain et sera remplacé par un mortier de ciment.

3.1.2.4.1.1.1.4 Vérification de la qualité du béton

Au cours des travaux de bétonnage, et en cas de doute sur la qualité du béton, des essais de
contrôle par éprouvettes peuvent être demandées par le Maître d'œuvre.

Pour ce faire, l'Entreprise préparera à ses frais et conformément aux prescriptions du Maître
d'œuvre des éprouvettes de béton et les fera tester dans un laboratoire approuvé par ce dernier.

Les essais seront conformes aux normes en vigueur et dans le cadre de la présente spécification,
ils seront réalisés par un un laboratoire agréé et reputé en la matière. Un nombre suffisant de
cubes sera fait pour obtenir le plus grand nombre d'échantillonnages des résultats de la résistance
du béton pendant la période de bétonnage.

Le Maître d'œuvre se réserve le droit de demander la modification de la composition du


mélange, si la résistance à l'écrasement est inférieure à la résistance demandée, c’est-à-dire 250
kg/cm2.

3.1.2.4.1.1.2 Le coffrage

Le massif de fondation des supports béton se confectionne à fond de fouille jusqu'au niveau du
sol. Néanmoins dans le cas des terrains faibles, le Maître d'œuvre peut exiger de l'Entreprise la
confection et la mise en place de coffrage pour consolider cette fondation.

Les coffrages seront alors suffisamment résistants, rigides et étanches. Ils doivent supporter les
charges engendrées par le bétonnage et la vibration et résister sans déformation préjudiciable
aux actions extérieures (poussée de terre, etc.), les coffrages ne seront pas récupérés (coffrages
perdus).

L'Entreprise aura le choix pour les matériaux de coffrage. Les coffrages ordinaires peuvent être
en bois, métalliques ou autres matériaux dont l'aspect de surface correspond à celui de coffrages
en bois non rabotés ou plus lisses. Les bois employés seront de première qualité, sans gros
nœuds, ou autres défauts.

15 janvier 2016 Page 17 sur 84


511468818.doc
Le coffrage sera construit conformément aux dimensions du béton achevé, comme prévu dans la
spécification. Il se fera avec grand soin, (alignement parfait, bien droit et d’aplomb). En outre, il
sera suffisamment étanche pour prévenir les fuites de mortier.

NB: La décision et le choix du type de coffrage devront être soumis à l'approbation du Maître
d'œuvre.

3.1.2.4.1.1.3 Protection des massifs contre les eaux et l'érosion

L'Entreprise exécutera des dispositifs de protection des massifs des supports contre les eaux et
l'érosion, partout où les conditions locales l'exigent ou du fait des terrassements exécutés pour
l'établissement des fondations.

En outre, un sur-massif sera soigneusement confectionné sur le massif de chaque support. Il aura
une hauteur de 25 cm par rapport au niveau du sol et sera terminée par un cône de 5 cm appelé
pointe de diamant. Ce cône devra adhérer parfaitement au support afin d'éviter les infiltrations
d'eau.

1.1.1.1.1 Montage de la ligne

1.1.1.1.1.1 Transport et manutention des poteaux en béton armé

Les poteaux en béton armé ne doivent sortir du chantier de fabrication qu'après expiration du
délai de durcissement de 28 jours nécessaire à l'obtention des qualités mécaniques prévues pour
le béton.

A la prise en charge des supports à l'usine de fabrication ou au dépôt, l'Entreprise devra vérifier
que ceux-ci ne comportent ni épaufrure, ni éclat, ni trace de manutention.

Toutes anomalies ou dégâts constatés sur les supports aux différentes réceptions partielles ou
provisoires seront considérés comme de la responsabilité de l'Entreprise et leur remplacement
sera au frais et à la charge de l'Entreprise.

Le transport et la manipulation doivent se faire avec soin.

 Manutention

Au cours des opérations mettant en jeu le poids propre (transport, mise en dépôt, bardage et
levage), le poteau doit être sollicité suivant son sens de plus grande inertie, compte tenu des
indications que doit fournir le fabricant : poids, position du centre de gravité et des points
d'élingage. Les opérations de manutention doivent être conduites de façon à ne pas faire subir
aux poteaux des surcharges dynamiques.

Les dispositifs d'élingage seront pourvus de garniture souple garantissant efficacement le béton
contre tout risque d'épaufrure. Le calage est fait avec des barres de bois.

 Transport

Le transport des supports par la route est fait au moyen d'une remorque rigide et de longueur
suffisante pour éviter des porte-à-faux excessifs. Les supports ne doivent jamais être transportés
à plat. La remorque ne doit jamais être attachée au camion par son crochet d'attelage normal si
les poteaux portent sur le camion et sur la remorque.
15 janvier 2016 Page 18 sur 84
511468818.doc
Quand il y a plusieurs couches de poteaux, elles sont séparées par des cales en bois de largeur
suffisante. Ces cales auront 10 mm d'épaisseur au minimum et seront toujours placées à l'aplomb
des points d'appui des poteaux de la première couche.

 Le déchargement

Le déchargement a lieu par l'intermédiaire des camions grues, de palans, au moyen de potences,
monorails ou de portiques amovibles ou par tout autre dispositif mécanique.

 Le bardage

Lorsqu'il n'est pas possible d'accéder à pied d'œuvre directement par route, on pourra utiliser des
fardiers ou des trinqueballes. Les poteaux doivent être alors soulagés et protégés par une poutre
de répartition de longueur appropriée. Dans le cas de long parcours, il y a intérêt à transporter
simultanément deux ou plusieurs poteaux solidarisés.

Dans tous les cas, le traînage sur le sol est formellement proscrit.

Les poteaux en dépôt à pied d'œuvre doivent être placés sur champ en 2 points au minimum et
reposer sur des cales en bois ou tout autre dispositif approprié.

1.1.1.1.1 Finitions
Les fondations des supports dépassent le niveau du sol d'au moins 0,10 m en terrain non
inondable.
En terrain inondable, la hauteur hors sol des massifs sera à une côte à définir. Dans tous les cas,
la partie hors sol des fondations des supports formera un plan incliné de façon à éviter la
stagnation d'eau à ce niveau.
Après achèvement de la fondation, le remblai est effectué avec la terre de fouille fortement
pilonnée par couches successives de façon à reconstituer le mieux possible la compacité du sol
d'origine.
La terre végétale mise à part est placée à la surface en dernier lieu.
Le tout est réglé de façon qu'après tassement, le sol revienne à son niveau normal.
Une partie de la terre est réservée, le cas échéant, pour exécuter le remblai autour de la prise de
terre.
Les déblais en excès sont enlevés par l'Entrepreneur et transportés dans les lieux de dépôt de son
choix pour lesquels il se charge d'obtenir les autorisations nécessaires.
Les rigoles, fossés, haies, clôtures… sont remises en état par l'Entrepreneur.
Faute par l'Entrepreneur de se conformer aux indications qui précèdent, l'Ingénieur Contrôle
peut, après achèvement des travaux, y pourvoir aux frais de l'Entrepreneur, afin d'éviter les
réclamations des intéressés (propriétaires, exploitants, services publics…).

3.1.2.4.2 Transport des supports


Le transport par route est fait au moyen d'une remorque rigide et de longueur suffisante pour
éviter des porte-à-faux excessifs. Cette remorque doit être munie d'un dispositif coulissant
permettant le réglage suivant la longueur des supports transportés. Le châssis est monté sur
ressorts. Les essieux sont munis de freins et les roues équipées de pneumatiques. Si le pied des
supports repose sur la plate-forme du tracteur, celle-ci est munie d'une traverse pivotante évitant
la flexion des supports dans les virages. Les points d'appui, au nombre de 3, des supports se
15 janvier 2016 Page 19 sur 84
511468818.doc
trouvent dans un même plan et présentent une surface suffisante. Les supports ne doivent jamais
être transportés à plat. La remorque ne doit jamais être attachée au camion par son crochet
d'attelage normal si les supports portent sur le camion et sur la remorque.
Quand il y a plusieurs couches de supports, elles sont séparées par des cales en bois de largeur
suffisante. Ces cales auront 10 mm d'épaisseur au minimum et seront toujours placées à l'aplomb
des points d'appui des supports de la première couche.

3.1.2.4.3 Numérotation des supports


La numérotation sera réalisée au pochoir avec de la peinture rouge ou noire sur la petite face du
support à une hauteur de 1,5 m du sol. Le numéro sera celui porté sur le plan d’étude.

3.1.2.4.4 Déroulage et réglage des conducteurs

3.1.2.4.5 Déroulage sous tension mécanique, réglage et mise sur pinces des câbles
La manutention des tourets et les opérations de déroulage et mise sur pinces sont faites avec le
plus grand soin pour éviter toute atteinte aux conducteurs. Toute détérioration provoquée par la
torsion, les nœuds, l'écrasement ou les ruptures des conducteurs ou des brins, le frottement des
conducteurs sur le sol, sur le béton des supports, le fer des armements ou sur tout autre obstacle,
doit être rigoureusement évitée.
Les tourets de conducteurs sont stockés à l'abri de l'humidité.
Les tourets ne doivent pas être déchargés ou entreposés dans des endroits où les poussières
(sable, ciment, charbon) ou tout autre corps étranger risqueraient de s'introduire dans les
conducteurs ou de les corroder. Les tourets ne doivent pas être roulés sur un terrain garni
d'aspérités ou de corps durs susceptibles de détériorer les conducteurs.
La manutention des tourets ne se fait qu'avec une tige (à travers l'axe central de chaque touret) et
des élingues pour éviter l'utilisation des fourchettes, pelles de bulldozer, etc.
Le déroulage d'un touret se fait autant que possible en une seule fois pour toute la longueur.
L'Entrepreneur vérifiera au cours de cette opération que le câble est absolument intact. Les
travaux de déroulage seront effectués en respectant les règles de sécurité des travaux de montage
pour le personnel et le public.
Les câbles seront déroulés sur poulies. Les poulies de déroulage qui seront utilisées ne devront
causer aucun dégât aux conducteurs. Les poulies de déroulage auront un diamètre minimum en
fond de gorge de 2,5 fois le diamètre respectif du conducteur. Elles seront à faible friction, de
préférence à roulement à billes et seront graissées de façon à tourner aisément, et toute poulie
que l'Ingénieur Contrôle ou son représentant jugera non conforme sera enlevée de la ligne et
remplacée.
Les poulies seront accrochées aux chaînes d'isolateurs ou à des crochets, ou élingues de
longueur suffisante pour que les câbles occupent respectivement la hauteur que les phases
occuperont après leur mise sur pinces.
La gorge des poulies sera garnie de néoprène ou de caoutchouc. Les poulies seront conçues et
utilisées de manière à ce que la force de tirage n'entraîne pas de dommage ou de dépôt de corps
étrangers dans la couche de néoprène ou de caoutchouc qui pourraient blesser le conducteur. Les
15 janvier 2016 Page 20 sur 84
511468818.doc
raccords de jonction ne passeront pas dans les poulies. Les poulies ayant servi au tirage de
conducteur en cuivre seront proscrites.
Pendant le déroulage, les chaînes d'isolateurs doivent être relevées, ou maintenues écartées afin
de ne pas gêner le fonctionnement normal des poulies.
L'Entreprise fournira et installera toute protection (portique) nécessaire aux croisements des
lignes électriques et téléphoniques, chemins de fer, routes et obstacles pour leur protection et
celles des câbles. Immédiatement après la fin des travaux de déroulage d'une section de ligne,
l'Entreprise démontera et enlèvera tous les portiques de protection.
Les conducteurs ne seront pas soulevés au moyen d'outils à faible rayon de courbure ou de
nature à causer des blessures; la courbure de la surface de contact sera au moins égale à celle
imposée ci-dessus pour les poulies. Toute portion de conducteurs présentant une blessure
quelconque sera éliminée. Les chutes de conducteurs inférieures à 100 mètres ne seront pas
utilisées en ligne.
Les manchons de jonction ne passeront pas dans les poulies.

3.1.2.4.6 Déroulage mécanique.


L'Entrepreneur doit prendre toutes dispositions utiles, en particulier en ce qui concerne le
freinage des tourets, pour que les conducteurs ne touchent pas le sol sur l’ensemble du canton
lors des opérations de déroulage sous tension mécanique.
Les câbles sont enroulés sur une freineuse. Le déroulage des conducteurs s'effectuera sous
tension mécanique avec les engins adéquats (dérouleuse, freineuse à 1 ou plusieurs tambours
ainsi qu'un treuil cabestan). La freineuse doit permettre le déroulage des câbles en douceur et
sans secousse. Elle doit pouvoir reprendre la traction développée par chaque câble durant le
déroulage. Elle doit être pourvue de tous les instruments nécessaires à la mesure de la traction.
Un émerillon sera installé sur la pince de tirage du câble.
L’émerillon doit être du type roulement à billes et avoir une capacité appropriée à la traction de
déroulage. L'entrepreneur doit vérifier l'état et le bon fonctionnement des émerillons avant
chaque utilisation.
Le réglage des conducteurs sera fait selon les tableaux des tensions et flèches de pose en
fonction de la température ambiante.
L'Entrepreneur donne à l'Ingénieur Contrôle, toutes facilités pour le contrôle des tensions et
flèches, sans que ce contrôle ne modifie sa responsabilité.
Lors du déroulage sous tension mécanique des conducteurs, l'Entrepreneur doit prendre toutes
les précautions préliminaires (haubanage…) pour éviter des déformations ou fatigues anormales
des armements, des supports et des fondations qui ne sont pas calculés à l'arrêt des conducteurs.
L'Entrepreneur est tenu responsable des avaries qui résulteraient de la non-observation des
prescriptions ci-dessus.

3.1.2.4.7 Déroulage classique


Etant réalisé par tirage du conducteur à dos d'hommes et de ce fait sans tension mécanique, il
nécessite en plus des protections évoquées plus haut, une préparation importante par la mise en
place de protections qui éviteront au conducteur de traîner au sol.
Pour les travaux se réalisant à proximité d’habitations, l'Entrepreneur devra repartir
régulièrement son personnel sur tout le parcours du conducteur par intervalles de 10 mètres
environ afin d'éviter que le câble traîne au sol. Le tirage devra se faire sans à-coups.

15 janvier 2016 Page 21 sur 84


511468818.doc
3.1.2.4.8 Manchons de réparation
Si un conducteur est blessé et que celle-ci n'affecte pas plus de trois brins d'aluminium, soit
qu'ils soient cassés, soit qu'ils soient blessés sur une profondeur supérieure à 1/3 de leur
diamètre, l'on utilisera un manchon de réparation. Là où les dégâts sont plus importants, la
section endommagée du câble conducteur sera coupée et les extrémités jointes par un manchon
de jonction.
Dans une même portée, il ne sera toléré qu'un seul manchonnage. Il n'y aura pas de
manchonnage à moins de 10 mètres de la pince la plus proche.
Aucun manchon ne sera placé dans une portée croisant une grande route, une rivière ou des
lignes de télécommunication ou de transport d'énergie électrique.
Un inventaire de toutes les jonctions de raccordement et les jonctions de réparation sera tenu à
jour et transmis à la CI-ENERGIES.

3.1.2.4.9 Ancrages provisoires et ancrage d'équipements


En fin de déroulage, l'Entreprise réalisera immédiatement les ancrages provisoires.
Les ancrages provisoires de conducteurs et d'équipements de déroulage, seront placés en
alignement avec les conducteurs à ancrer ou à dérouler. L'angle formé par la ligne reliant le
croisillon le plus proche au point d'ancrage et la ligne horizontale ne dépassera pas 30°.
Les ancrages devront résister aux sollicitations les plus fortes auxquelles ils vont être -soumis,
avec un coefficient de sécurité de 3. Les pieds des poteaux ne seront pas utilisés comme points
d'ancrages à moins d'une autorisation expresse de l'Ingénieur Contrôle et dans la mesure où l'on
protège suffisamment le support.
La tension sera appliquée aux conducteurs de façon à ne pas dépasser la tension indiquée sur le
tableau de pose; celui-ci est établi en tenant compte de ce que le câble conducteur subira un
certain fluage sous l'effet des oscillations auxquelles il sera soumis après la pose.

3.1.2.4.10 Réglage des conducteurs


Le réglage sera fait séparément pour chacun des cantons de pose, délimités par les supports
d'arrêt de ligne. Des réglages intermédiaires seront nécessaires chaque fois que l'on ne pourra
garantir l'uniformité de la composante horizontale de la tension entre toutes les portées du
canton, soit à cause des frottements dans les poulies, soit à cause des dénivellations.
Les opérations de mise sous tension et réglage seront conduites avec la plus grande attention de
façon à ne jamais surcharger les supports.
Il appartiendra à l'Entreprise d'haubaner éventuellement les supports, compte tenu des cas de
charge pour lesquels les différents supports sont calculés.
Le réglage des conducteurs sera basé sur la température ambiante, diminuée de 15°C (voir
mesure des températures)
Au cours du réglage de chaque canton, tous les conducteurs seront traités aussi uniformément
que possible, afin qu’ils subissent ultérieurement le même fluage. A cette fin, on veillera
notamment à terminer, autant que faire se peut, les opérations de réglages le même jour pour
tous les conducteurs d’un même canton de pose.
Les tableaux de pose, définis lors du calcul mécanique de l’ouvrage, indiqueront la tension à
réaliser dans les câbles, par canton de pose ainsi que les flèches des différente portées, dans les
plages de températures de 10 en 10°C.

15 janvier 2016 Page 22 sur 84


511468818.doc
A la fin du réglage, et sauf conditions météorologiques exceptionnelles, les conducteurs seront
fixés aux chaînes d’isolateurs suspendues de façon que ces dernières soient verticales. La
tolérance sur la flèche de réglage des conducteurs sera de + ou – 2%. Par contre, dans une portée
déterminée quelconque, les différences entre les flèches des divers conducteurs ne pourront pas
dépasser la moitié de la tolérance ci-dessus.
Le réglage de pose est effectué par mesure des flèches des conducteurs au moyen de mesures
directes par visée de support à support, à l’aide du théodolite. Une mesure de l’effort de tension
à l’aide d’un dynamomètre est recommandée pour réaliser une approche rapide des paramètres
de réglage.
La flèche des câbles devra être vérifiée dans deux portées au moins par canton de pose,
suffisamment écartées l’une de l’autre pour pouvoir apprécier l’uniformité de la tension. Il est à
noter que les mesures de flèches ne seront pas basées sur les côtes de niveaux indiquées sur le
profil en long, mais bien en situation réelle sur le terrain après l’implantation des supports.
La tolérance de réglage sera de l'ordre de 2%, mais dans tous les cas, les distances minimales
réglementaires par rapport au sol ou à d'autres croisements doivent être impérativement
respectées
S’il est constaté que la distance de garde au sol d’un conducteur est inférieure aux distances
réglementaires, l’Entreprise en avisera aussitôt l'Ingénieur Contrôle et proposera les mesures
appropriées pour y remédier.
Les conducteurs déroulés devront rester au repos sur poulie pendant 24 heures avant le réglage.
Le réglage des conducteurs s’effectuera après que toutes les phases d’un canton aient été
déroulées.
Après réglage, les câbles seront maintenus tendus pendant au moins 48 heures pour dissiper
l’énergie de torsion prise sur le touret et les laisser prendre une position stable. Passé ce délai le
réglage sera vérifié et les conducteurs pourront être fixés sur les chaînes d’isolateurs.

3.1.2.4.11 Mesure des températures


L'Entreprise devra être munie d'un thermomètre de précision, protégé par une gaine
d’aluminium avec rainure pour la lecture. L'ensemble sera accroché en haut du support, sur le
conducteur en attente de réglage pendant 30 minutes minimum.
Au bout de ce temps, la température sera lue sur le thermomètre, et en fonction de cette dernière,
la flèche sera choisie sur le tableau de pose établie par l'entreprise.

3.1.2.4.12 Méthode de réglage


La méthode sera celle du métrage de flèches sur les portées préalablement déterminées sur les
tableaux de pose.
L'emploi de dynamomètre ne sera permis que pour l’approche du réglage.
On établira les portées de réglage et de vérification selon la longueur des parties à régler. Les
portées de réglage sont celles sur lesquelles on place la flèche. Leur longueur, de même que la
différence de niveau devront être contrôlées avant l'opération de réglage. Les portées de
vérification serviront à contrôler les erreurs possibles de réglage, et spécialement par rapport au
fonctionnement des poulies de déroulage. Elles devront être éloignées le plus possible des
portées de réglage.
Les portées de réglage et de vérification seront établies de la façon suivante :
Pour les cantons allant jusqu'à 5 portées: 1 de réglage et 1 de vérification ;
Pour les cantons de 5 à 10 portées: 1 réglage et 2 de vérification ;
15 janvier 2016 Page 23 sur 84
511468818.doc
Pour les cantons de plus de 10 portées: 2 réglages et 3 de vérification.
Les vérifications se porteront sur les portées les plus longues, ou celles qui présentent
d'importantes différences de niveaux.
Les portées de réglage, seront choisies parmi celles dont la longueur se rapproche le plus de la
portée moyenne du canton à régler, et sous lesquelles le terrain semble le plus de niveau.

3.1.2.4.13 Mise sur pinces


En alignement, les câbles seront placés dans les pinces de suspension.
Les pinces de suspension utilisées pour attacher les conducteurs aux chaînes d'isolateurs seront
des pinces oscillantes. Pendant le montage des pinces de suspension, les chaînes d'isolateurs
seront maintenues verticales.
Lors du changement du conducteur des poulies aux pinces, on utilisera des outils et des
dispositifs de courbure assez protégés et amples pour éviter de causer des mortaises ou des
dommages au conducteur. Les couples de serrage spécifiés par le fabriquant de pinces seront
appliqués au moyen de clefs dynamométriques régulièrement calibrées. L'entrepreneur devra
obtenir des fournisseurs, les informations et documents nécessaires.
Après la mise sur pinces, les chaînes d'isolateurs ne devront présenter aucune inclinaison
anormale dans le sens de la ligne. L'Ingénieur Contrôle se réserve le droit de vérifier la
verticalité de ces chaînes ainsi que la valeur correcte de la flèche des conducteurs. Cette
vérification aura lieu pour un canton donné, après le réglage des deux cantons adjacents.
Pour les tronçons aéro-souterrains éventuels, l'Entrepreneur exécutera successivement,
l'implantation puis l'ouverture de la tranchée, les travaux de pose de buses et d'ensablement et
enfin, de pose du câble et de fermeture de la tranchée. Les travaux de bétonnage, de pose
d'armements, de busage, d'ensablement et de pose de câble se feront sous la surveillance de
l'Ingénieur Contrôle ou de son représentant.

3.1.2.5 Conducteurs
Les lignes principales à construire ou à reconstruire auront pour section 148mm² Aster. Les
dérivations pour alimenter des postes pourront être en 54,6mm² Aster. L'Ingénieur Contrôle
précisera les sections à employer. Les caractéristiques des conducteurs seront conformes à la
CEI 61089
Les conducteurs seront entièrement graissés (couches intérieures et extérieures) afin de leur
assurer une bonne protection contre les diverses corrosions. Les lignes principales seront
construites sur des isolateurs suspendus.

3.1.2.5.1 Caractéristiques des conducteurs


Les principales caractéristiques électriques et physiques des conducteurs Almélec de 148 mm² et
54,6 mm² de section, sont données dans les tableaux ci-dessous.

Section Courant max Résistance max à Inductance


(mm²) (A) 20°C (Ù/km) (Ù/km)
148 365 0,224 0,366

3.1.2.5.1.1 Caractéristiques électriques


Caractéristiques Unité Valeurs
Type Almélec
Section mm² 148

15 janvier 2016 Page 24 sur 84


511468818.doc
Nombre de fils - 19
Masse linéique moyenne kg/km 407
Module d'élasticité final hbar 6.000
Coefficient de dilatation linéaire 10-6/°C 23
Tension nominale admissible N/mm² 107
Tension de limite élastique N/mm² 240
Tension de rupture kN 48,10

3.1.2.5.1.2 Distances d'isolement


Les distances d'isolement sont les distances minimales à respecter pour garantir le non amorçage
des parties conductrices sous tension entre elles ou entre elles et les structures métalliques mises
à la terre (220mm en 20kV, 320mm en 33kV).
Les lignes HTA, doivent également respecter des distances par rapport au sol et aux obstacles.
La norme UTE C11-001 donne les distances minimales à respecter:
Routes et terrains non normalement accessibles aux véhicules routiers: 6m
Routes et terrains normalement accessibles aux véhicules routiers: 8m
Bâtiment ou autre construction accessible à toute personne: 3m
Ligne BT sur même support: 1m
Toute ligne de télécommunications: 2m

3.1.2.6 Armements - Ferrures


Pour les armements et ferrures, la protection contre la corrosion sera assurée par une
galvanisation à chaud conforme aux règles en vigueur: norme UTE 66-400, normes NFC 66-425
et NFC 66-428. Aucun usinage n’est toléré après la galvanisation. Les stockages et
manutentions ne devront pas apporter de détérioration au matériel (rayure profonde, vrillage).
Les armements feront partis de la "bibliothèque" des armements utilisés par la CI-ENERGIES,
NV et NW, Drapeaux suspendus, Alternés suspendus. Les armements d’arrêt sont du type
traverse.
De façon générale, l’armement utilisé en alignement pour la construction des lignes en technique
suspendue est l’armement nappe voûte (NV), en rural ou BIS en zone urbaine.

3.1.2.7 Isolateurs

3.1.2.7.1 Type d’isolateur


Pour les lignes sur isolateurs suspendus, seule est autorisée l’articulation comportant une rotule
logée dans un ball-socket et verrouillée par une goupille élastique. Dans le cas de lignes sur
isolateurs rigides, sont utilisés les isolateurs rigides à pinces, d’un type agréé, conformes à la
recommandation CEI 60305.
Les isolateurs ou les chaines isolantes seront en verre trempé ou composite.
Les traversées (route goudronnée, autres réseaux aériens) sont soit surisolées, soit équipées de
dispositifs de limitation des surtensions électriques (cornes ou cônes d’accrochage d’arc
électrique).

3.1.2.7.2 Pose isolateurs


Les isolateurs sont en principe livrés en caisse horizontale à claire-voie, les chaines sont pré
assemblés en usine.
15 janvier 2016 Page 25 sur 84
511468818.doc
Il appartient à l'Entreprise de vérifier l'état de ces goupilles.
L'Entreprise vérifiera également la propreté des isolateurs et le bon état. Il en effectuera
éventuellement le nettoyage.
Les accessoires des chaînes seront transportés de manière à les prémunir de tout contact avec le
sol. Ces accessoires de chaînes, de la norme 11 ou 16 (étrier, œillet à rotule, ball-sockets,
chapes, manilles, biellettes, pinces, etc.) sont d'un modèle agréé et conforme à la norme NF C66-
495 et CEI-120.
Chaque élément sera nettoyé et contrôlé avant le montage pour écarter tous ceux qui possèdent
des défauts visibles. L'assemblage sera effectué conformément aux plans et aux
recommandations du constructeur. Les boulons seront convenablement serrés, conformément
aux règles de l'art régissant les constructions de lignes aériennes.
Pour les armements consoles, les chaînes de suspension seront fixées aux ferrures par
l'intermédiaire d'œillet à rotule et à l'armement de telle sorte que chaque goupille fasse face au
fût du support.
Les capots d'isolateurs des chaînes d'ancrage seront placés de manière à ce que l'ouverture de
l'œillet soit dirigée face au sol pour permettre un bon drainage de l'eau.
Les isolateurs ne seront pas déballés de leur emballage d'origine avant leur installation sur le
support.
Si les isolateurs sont fixés aux ferrures avant levage des supports, des précautions particulières
devront être prises afin qu’ils ne soient ni salis ni endommagés. Les chaines d’isolateurs devront
restées emballées et soigneusement fixées afin de ne pas balancer durant la manutention.

3.1.2.8 Connections et raccordements


La jonction entre deux conducteurs, qui doivent être obligatoirement de même nature et de
même section, se fera à l'aide de manchons de jonctions étirés. Ils seront conformes à la norme
NFC 66-800.
Tous les ancrages ainsi que l’appareillage sont munis d’une broche de connexion permettant de
recevoir un connecteur pour broche. Le raccordement de 2 conducteurs sera réalisé soit sur un
ancrage, soit en ligne avec un manchon de jonction étiré.

3.1.2.9 Parafoudres
Tous les supports avec descente aéro-souterraine ou transformateur seront équipés de parafoudre
de type synthétique. Ces parafoudres seront posés sur des ferrures destinés à positionner et à les
maintenir en position horizontale
Les parafoudres devront répondre aux principales recommandations, normes et spécifications
suivantes :

- CEI 60099 Parafoudres


- CEI 60815 Guide pour le choix et le dimensionnement des isolateurs sous pollution
- UTE C 11-001 Conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les distributions
d'énergie électrique
- NF C11-201 Règles de construction des réseaux de distribution d'énergie électrique

L'enveloppe du parafoudre est en matériau synthétique et elle est constituée d'un seul élément.
Elle doit répondre aux recommandations CEI 60099 et CEI 60815, afin de respecter les
principales contraintes suivantes :
15 janvier 2016 Page 26 sur 84
511468818.doc
- tenue au cheminement ;
- comportement satisfaisant en cas de feu ;
- comportement satisfaisant face aux contraintes climatiques.

Le parafoudre ne comporte pas de dispositif de déconnexion. En revanche, il comporte un


dispositif de signalisation, détectable ou visible à distance et indiquant sans ambiguïté que le
parafoudre est avarié. Visible à distance signifie que, de jour, le signal doit être nettement visible
du sol, à l'œil nu, à une distance de 25 m autour du pied de la poutrelle métallique. De nuit, ce
signal doit être visible de la même façon à l'aide d'une lampe électrique.
Les éléments de parafoudres doivent présenter une étanchéité totale dans les conditions de
service spécifiées. La masse totale d'un parafoudre, y compris les dispositifs de raccordement, ne
doit pas excéder 4 kg.
Le parafoudre est raccordé côté ligne par l'intermédiaire d'une connectique appropriée du type
connectique pour raccordement sur remontées aéro-souterraines.
La partie du parafoudre raccordée côté terre est directement reliée à la terre par l'intermédiaire
de la console support sur laquelle il est fixé. Les parties en contact avec la ferrure ne doivent pas
présenter d'incompatibilité électrochimique avec l'acier galvanisé.

3.1.2.9.1 Caractéristiques électriques et mécaniques des parafoudres

Les principales caractéristiques des parafoudres sont résumées dans le tableau suivant

Caractéristiques Valeurs
Type ZnO
Tension assignée 24kV eff
Tension maximale de service permanent 12,7kV eff (22kV/ )
Tenue minimale aux surtensions temporaires service 19kV eff pendant 1 heure
permanent
Fréquence assignée 50 Hz
Courant d'essai du parafoudre en court-circuit 15 A, 1 kA, 3 kA, et 6 kA
courant nominal de décharge 5 kA
Tenue aux courants de choc de grande amplitude tension à (4/10 µs) 65 kA
une onde de choc (1,2/50 µs)
Tension résiduelle au courant nominal de décharge 75 kV (valeur crête)
Tension résiduelle à 40 kA 120 kV
Courant de défaut provoquant le fonctionnement de 15 A eff
l'indicateur

3.1.2.9.2 Caractéristiques mécaniques des parafoudres

Les parafoudres sont constitués d'un seul élément avec une enveloppe en matériau synthétique.
Il ne comporta pas de dispositif de déconnexion. En revanche, il comporte un dispositif de
signalisation, détectable est visible à distance et indiquant que le parafoudre est en défaut.
Les parafoudres sont destinés à être installés principalement horizontalement. Dans ce cas, ils
seront fixés sur une console-support. Cette ferrure permet de positionner et de maintenir en
position horizontale les parafoudres.

15 janvier 2016 Page 27 sur 84


511468818.doc
Cette console devra répondre aux documents normatifs:
- HN 66-S-46 Broche de raccordement ;
- UTE C 66-400 Galvanisation à chaud des pièces en métaux ferreux.

Le parafoudre étant monté sur un support horizontal, la broche, le dispositif de serrage et le


parafoudre doivent résister aux efforts dont les valeurs sont indiquées dans le tableau ci-joint.

Point d'application Fv effort Fh effort effort de torsion Couple de


vertical (N) horizontal (N) (N.m) serrage (N.m)
Broche 800 300 72 -
Dispositif de - - - 90
serrage

3.1.2.9.3 Mise à la terre des parafoudres

La ferrure du parafoudre doit être reliée à la terre du poste (poste sur poteau) ou à la descente de
terre du support. Pour cela, la ferrure doit posséder un dispositif (trou diamètre Ø13, tige filetée
Ø 12) permettant la connexion d'une câblette en cuivre munie d'une cosse en cuivre.
Ci-joint des schémas qui donnent les connexions à réaliser en fonction de l'utilisation des
parafoudres.

15 janvier 2016 Page 28 sur 84


511468818.doc
15 janvier 2016 Page 29 sur 84
511468818.doc
3.1.2.10 Equipement de postes de distribution aériens HTA/BT

3.1.2.10.1 Description
Les postes de distribution triphasés 15-20/0,4 kV ou 30/0,4 seront en général du type 22 TS.
Lorsque cette solution ne pourra être retenue les postes de distribution pourront être du type haut
de poteau et protégés par des parafoudres.
Un IACM pourra, si nécessaire, être disposé sur un support avant un poste de transformation.
Le poste de distribution comprend les matériels suivants :
- Un support ;
- Une traverse d'ancrage (simple ou double) ;
- 3 isolateurs ;
- Un jeu de trois parafoudres sur l'arrivée de la ligne ;
- Un châssis support de transformateur ;
- Un transformateur de distribution triphasé ;
- Un coffret équipé d'un disjoncteur BT ;
- Un câble BT de liaison transformateur - disjoncteur et disjoncteur- réseau ;
- Un coffret d'éclairage public ;
- Une plate-forme de manœuvre ;
15 janvier 2016 Page 30 sur 84
511468818.doc
- Un circuit de terre.

3.1.2.10.2 Armement
Les isolateurs d'ancrage des conducteurs de la ligne triphasée seront fixés à une traverse
d'ancrage simple dans le cas des postes en extrémité de ligne MT (antenne), ou d'une traverse
double pour les postes en passage. La traverse est conçue pour résister aux efforts longitudinaux
dus à la traction des conducteurs aux efforts transversaux dus à l'action du vent sur les
conducteurs ainsi qu'aux efforts dus aux poids des conducteurs sur la portée.
Les traverses sont réalisées en acier galvanisé à chaud et fournies avec tous les accessoires
nécessaires à leur fixation sur le support. Les traverses d'ancrage seront du même type que celles
utilisées sur la ligne.
Les ferrures seront conformes à la norme NF C 66-428.

3.1.2.10.3 Transformateurs de distribution triphasés


L'entreprise installera que des transformateurs bi-tension 15- 20 kV
Les transformateurs de distribution seront des transformateurs triphasés à isolement et
refroidissement dans l'huile (refroidissement type ONAN). Ils seront hermétiques et possèderont
une cuve à volume variable absorbant les variations de volume d'huile en fonction de la
température. Cette technique évite toute pénétration d'humidité dans la cuve et tout risque
d'oxygénation du diélectrique liquide. Elle permet d'éviter les entretiens. Il sera muni d'un
dispositif permettant l'accrochage du type "sac à dos" sur un châssis-support et d'un anneau de
levage.

3.1.2.10.3.1 Puissance
La puissance des transformateurs sur poteau, qui seront installés, sera de 160 kVA.

Caractéristiques

Caractéristiques Unité 15- 20/0,4 kV


Refroidissement ONAN
Diélectrique Huile sans PCB
Traversées MT porcelaine
Traversées BT porcelaine
Puissance nominale kVA 160
Fréquence assignée Hz 50
Tension primaire assignée kV 24
Tension primaire d'emploi kV 15 - 20
Tension secondaire assignée kV 0,6 / 1
Tension secondaire d'emploi kV 0,23 / 0,4
assignée
Réglage de la tension ± 2 x 2,5 %
Tenue en tension au primaire :
à fréquence industrielle (50 Hz - kV 50
1 min)
aux ondes de choc (1,2/50 μs) kV 125
Tension de court-circuit % 4
Indice horaire Dyn11
Neutre dimensionné pour une charge % 100
15 janvier 2016 Page 31 sur 84
511468818.doc
Protection / température 2 seuils
Enroulements : Cuivre
Matériau des enroulements électrolytique
Niveau de bruit maximum dB < 62

3.1.2.10.3.2 Traversées
Les traversées MT seront disposées sur le couvercle du transformateur tandis que les traversées
BT seront disposées sur la face latérale gauche de la cuve. Les traversées seront en porcelaine.
Les plages de raccordement seront en cuivre et le raccordement des conducteurs de la ligne sera
réalisé à l'aide de cosses bimétalliques.

3.1.2.10.3.3 Mises à la terre


Une mise à la terre sera prévue sur la partie inférieure de chaque face latérale côté poteau. Elle
consistera en un fer plat soudé percé d'un trou de diamètre de 8,5 mm et d'un boulon en acier
inoxydable de 8 mm de diamètre. Le symbole de terre sera gravé ou frappé à froid sur la cuve du
côté droit de chaque fer plat.

3.1.2.10.3.4 Protection contre la corrosion et revêtement

3.1.2.10.3.4.1 Protection externe


Le transformateur devra être protégé contre la corrosion à l'aide de trois couches de peinture.
Cette protection devra pouvoir résister au climat tropical et notamment au sel marin pour les
transformateurs situés en bord de mer. Toute la boulonnerie doit être protégée par un revêtement
électrolytique conformément aux recommandations NF A91-108. Le revêtement sera de couleur
grise.

3.1.2.10.3.4.2 Protection interne


La partie interne de la cuve et la face intérieure du couvercle seront recouvertes d'un vernis
antirouille résistant au liquide diélectrique utilisé.

3.1.2.10.3.5 Liquide isolant


Le transformateur sera immergé dans de l'huile minérale. Tout isolant synthétique contenant des
polychlorobiphényles notamment l'askarel est prohibé conformément aux recommandations en
vigueur (UTE C 27-101).

3.1.2.10.3.6 Marquage des bornes


Le repérage des bornes sera marqué de façon claire et indélébile. Le marquage à la peinture ou
étiquettes adhésives n'est pas acceptable. Le marquage sera réalisé de la façon suivante :
- Bornes primaires : A, B, C ;
- Bornes secondaires: a, b, c, n.

3.1.2.10.3.7 Identification des transformateurs


Chaque transformateur portera une plaquette signalétique comportant en caractères lisibles et
indélébiles les données suivantes:
- Nom du constructeur ;
- Numéro de série du constructeur ;
- Année de construction ;
- Référence de conformité à la norme NF C 52-123 ;
- Type de transformateur ;
- Nombre de phases ;
15 janvier 2016 Page 32 sur 84
511468818.doc
- Puissance assignée ;
- Fréquence assignée ;
- Rapport de transformation ;
- Symbole de couplage ;
- Tension de court-circuit ;
- Masse totale ;
- Masse et nature du liquide diélectrique ;
Les transformateurs type haut de poteau auront leurs plaques signalétiques placées sur la même
face que les bornes BT.

3.1.2.10.3.8 Châssis-support du transformateur


Les châssis-supports seront constitués de deux montants métalliques en U solidarisés par des
intercalaires, permettant la fixation sur les supports d'arrêt de ligne. Les deux montants sont
traversés par un axe transversal sur lequel vient s'accrocher le transformateur. Les accessoires de
fixation comprendront les profilés d'écartement ainsi que les tiges filetées M14, les rondelles et
les écrous permettant la fixation de la ferrure sur les supports en béton conformément aux
perçages spécifiés dans la norme NF C 67-200. Ce châssis support sera conçu pour recevoir, lors
de la manutention, la potence amovible avec les étriers pour l'accrochage du palan de levage.
Tous les éléments du châssis sont galvanisés à chaud. La ferrure est conçue pour recevoir une
potence amovible.

3.1.2.10.3.9 Parafoudres
Des parafoudres seront installés sur l'arrivée MT du poste de distribution triphasé haut de
poteau, au-dessus des isolateurs d'ancrage et seront reliés à la terre des masses.
Les parafoudres seront du type à résistance variable à oxyde de zinc, sans éclateurs. Les
parafoudres doivent être capables de supporter des contraintes combinées, comme il en existe en
service. Ces contraintes ne doivent occasionner ni détérioration, ni emballement thermique.
Les fonctions essentielles à remplir par les parafoudres sont :
- Ecrêter une surtension en écoulant l'énergie à la terre ;
- Tenir les surtensions temporaires ;
- Signaler les avaries ;
- Retrouver son équilibre thermique après avoir subi un choc de foudre suivi d'une
surtension temporaire.

Une défaillance du parafoudre ne doit pas provoquer de rupture explosive de l'enveloppe, ni


d'inflammation de cette dernière. L'enveloppe du parafoudre doit répondre à la recommandation
CEI 60815 afin de respecter les principales contraintes suivantes :
- tenue au cheminement ;
- comportement satisfaisant en cas de feu ;
- comportement satisfaisant face aux contraintes climatiques.

Le parafoudre ne comporte pas de dispositif de déconnexion.


En revanche, il comporte un dispositif de signalisation, détectable ou visible à distance et
indiquant sans ambiguïté que le parafoudre est avarié. Visible à distance signifie que, de jour, le
signal doit être nettement visible du sol, à l'œil nu, à une distance de 25 mètres autour du pied de
la poutrelle métallique. De nuit, ce signal doit être visible de la même façon à l'aide d'une lampe
électrique. Seules les conditions de brouillard ou brume sont acceptées comme non visibles. La
masse totale d'un parafoudre, y compris les dispositifs de raccordement, ne doit pas excéder 4
kg. Les parafoudres sont installés de façon à réduire au maximum la longueur du raccordement à
15 janvier 2016 Page 33 sur 84
511468818.doc
la ligne aérienne. La fixation sera réalisée, de préférence verticalement, c'est-à-dire en mode
suspendu, soit horizontalement.
Le parafoudre est raccordé côté ligne par l'intermédiaire d'une connectique appropriée du type
connectique pour raccordement sur remontées aéro-souterraines.
La partie du parafoudre raccordée côté terre est directement reliée à la terre par l'intermédiaire
de la console support sur laquelle il est fixé. Les parties en contact avec la ferrure ne doivent pas
présenter d'incompatibilité électrochimique avec l'acier galvanisé.

3.1.2.10.3.10 Disjoncteurs BT
Les disjoncteurs basse tension seront conformes aux normes UTE C 15-505 ou autres normes
équivalentes de réputation internationale.
Le disjoncteur BT est du type tétrapolaire à trois pôles protégés et est muni d'un dispositif
assurant la mise à la terre du neutre du transformateur lorsque le disjoncteur est en position
d'ouverture.
Les disjoncteurs basse tension auront les caractéristiques principales suivantes:
- Type : 4 pôles dont 3 pôles protégés ;
- Tension nominale : 440 V ;
- Fréquence : 50 Hz ;
- Mode d'utilisation : à enclenchement brusque et déclenchement à image thermique ;
- Puissance nominale du transformateur protégé : 160 kVA.

L'ouverture du disjoncteur doit pouvoir être réalisée de deux manières différentes :


- manuellement par l'intermédiaire d'un levier et d'une tringlerie ;
- automatiquement par l'intermédiaire de déclencheurs à maximum d'intensité temporisés.
La fermeture du disjoncteur est uniquement possible au moyen de la commande manuelle
constituée d'un levier et d'une tringlerie de renvoi. Le dispositif de manœuvre sera composé
d'une poignée isolée et la commande s'effectuera par l'intermédiaire d'une tringlerie agissant sur
le disjoncteur. Le dispositif pourra être condamné par un cadenas autant en position de fermeture
que d'ouverture.

3.1.2.10.3.10.1 Calibre des disjoncteurs


La protection BT se fera par un disjoncteur type D 265 T. Le courant assigné des disjoncteurs
sera choisi comme suit ; pour les transformateurs de 160 kVA : 265 A

3.1.2.10.3.10.2 Enveloppe de protection


Le disjoncteur sera incorporé dans un coffret en polyester renforcé à la fibre de verre dont le
degré de protection sera d'au moins IP545. Il sera équipé d'un dispositif permettant sa fixation
sur les supports métalliques HEB, à une hauteur suffisante pour ne pas être accessible depuis le
sol sans moyens appropriés. La porte du coffret sera amovible par translation verticale.
L'ensemble de l'équipement sera monté sur un châssis pré-câblé disposé sur la partie fixe du
coffret. Les pièces métalliques seront traitées contre la corrosion. L'arrivée du câble de liaison
transformateur-disjoncteur se fera par la partie basse du coffret du disjoncteur au travers d'un
orifice permettant le passage du câble isolé BT 3x150 mm² + neutre. Le départ vers le réseau BT
s'effectuera également par la partie inférieure et sera prévue deux sorties de câble BT pré-
assemblé 3x70mm² + 1x54.6mm² + 2x16mm². Les orifices de passage des câbles seront munis
de presse-étoupes.

3.1.2.10.3.10.3 Intégrateur
Le disjoncteur est muni d'un dispositif d'indication de charge ainsi qu'un intégrateur permettant
la mise hors service du transformateur lors d'une surcharge persistante. Un système de cumul
15 janvier 2016 Page 34 sur 84
511468818.doc
des durées de fermeture du contact provoquera au bout de 24 heures le fonctionnement d'une
signalisation ainsi que le déclenchement du disjoncteur. La fonction de déclenchement du
disjoncteur devra pouvoir être rendue inopérante par l'actionnement d'un levier.

3.1.2.10.3.10.4 Dispositif d'accrochage


Le disjoncteur BT sera livré avec les ferrures et la boulonnerie permettant sa fixation à 3,5 m du
sol sur les poteaux béton. Les pièces métalliques seront constituées en acier galvanisé à chaud.
La signalisation de la position d'ouverture sera visible du sol.

3.1.2.10.3.10.5 Bloc déclencheur


Un bloc déclencheur réglé à I= 231A pour un transformateur de 160 kVA.

Tension assignée 440V


Courant assigné 265A
Pouvoir de 6400A
coupure/fermeture
Nombre de pôles 4
Nombre de sorties 2
Section des câbles 50 à 150 mm²
Tenue diélectrique 20 kV
choc/masse
Tenue diélectrique à 50Hz 10 kV
Tenue diélectrique entre 4kV
pôles
Dispositif de commande manuel
Norme HN 63 S 11

3.1.2.10.4 Câbles BT de liaison


La liaison entre le transformateur et le disjoncteur BT sera réalisée en conducteurs en aluminium
isolés torsadés, conforme à la NF C 33-209 et NF C 33-210 (câble de réseau) de section 150
mm² + neutre. Ces conducteurs sont raccordés par des cosses Aluminium-Cuivre serties et
étanches sur le transformateur et par des raccords fonctionnels sur le disjoncteur.

3.1.2.10.5 Traversées
Les traversées MT seront disposées sur le couvercle du transformateur tandis que les traversées
BT seront disposées sur la face latérale gauche de la cuve. Les traversées seront en porcelaine.
Les plages de raccordement seront en cuivre et le raccordement des conducteurs de la ligne sera
réalisé à l'aide de cosses bimétalliques.

3.1.2.10.6 Mise à la terre des masses


La mise à la terre des postes aériens comprend la mise à la terre des masses ainsi que la mise à la
terre du neutre du secondaire (BT) des transformateurs. Cependant ces deux mises à la terre
doivent être séparées pour éviter que les courants de défauts dans le réseau MT ne provoquent
des montées de tensions dans le réseau BT. De ce fait, seule la mise à la terre des masses est
réalisée sur le support du poste aérien, et ce par un conducteur de cuivre de 29 mm² et un piquet
de terre en acier cuivré de 2 m de longueur enfoncé de manière à ce que sa partie supérieure soit
enfoncée à au moins 1,5 m de profondeur. Le conducteur de terre est protégé sur une longueur
de 2 m au-dessus et 50 cm au-dessous du niveau du sol par un tube en PVC. Afin de permettre la
15 janvier 2016 Page 35 sur 84
511468818.doc
mesure de la résistance de mise à la terre lors de l'exploitation du réseau, il sera installé un
coupe-circuit au-dessus de la protection du conducteur de mise à la terre. La mise à la terre du
neutre du réseau en sortie de poste sera faite sur le premier poteau de départ du réseau. La tête
du neutre au départ des transformateurs et les masses métalliques des transformateurs seront mis
à la terre séparément et auront une résistance de terre inférieure ou égale à 10 Ω.

3.1.2.11 Plateforme de manœuvre

Il est prévu la confection d'une plateforme de manœuvre pour l'actionnement du levier de


commande du disjoncteur BT au pied du support. Les dimensions de cette plateforme sont de 70
x 70 x 7 cm. Elle est constituée en béton armé. Le quadrillage en fer rond de 4 mm de diamètre
forme des mailles de 20 x 20 cm. L'armement du béton doit être mis à la terre des masses du
poste.

3.1.2.12 Accessoires

Les principaux accessoires suivants seront fournis avec l'équipement du poste :


- Affiche extérieure d'identification ;
- Affiche de sécurité du type "soins aux électrisés" ;
- Cadenas.

3.1.2.13 Armoire de commande de l'éclairage public

Un coffret de commande de l'éclairage public sera associé à chaque poste de distribution.

3.1.2.13.1 Schéma d'un poste sur poteau

15 janvier 2016 Page 36 sur 84


511468818.doc
15 janvier 2016 Page 37 sur 84
511468818.doc
3.1.2.13.2 Mise à la terre du transformateur

3.1.2.13.3 Références normatives


Les matériels des postes de distribution haut de poteau doivent répondre aux principales
recommandations, normes et spécifications suivantes :
- CEI 60230 Essais de choc des câbles et de leurs accessoires ;
15 janvier 2016 Page 38 sur 84
511468818.doc
- CEI 60287 Câbles électriques - Calcul du courant admissible ;
- CEI 60885 Méthodes d'essais électriques pour les câbles électriques - Partie 2: Essais de
décharges partielles ;
- CEI 61238 Raccords sertis et à serrage mécanique pour câbles d'énergie de tensions
assignées inférieures ou égales à 33 kV ;
- NF C 30-204 Conducteurs et câbles isolés - Marquage des câbles ;
- NF C 33-210 Constitution des câbles pour des tensions assignées 0,6/1 kV ;
- EN 60811 Matériaux d'isolation et de gainage des câbles électriques - Méthodes d'essais
communes ;
- CEI 60071 Coordination de l'isolement ;
- CEI 60137 Traversées isolées pour tension alternative supérieure à 1 kV ;
- CEI 60273 Caractéristiques des supports isolants d'intérieur et d'extérieur destinés à des
installations de tension nominale supérieure à 1000 V ;
- CEI 60305 Isolateurs pour lignes aériennes de tension nominale supérieure à 1000 V.
Eléments d'isolateurs en matière céramique ou en verre pour systèmes à courant
alternatif. Caractéristiques des éléments d'isolateurs du type capot et tige ;
- CEI 60325 Isolateurs pour lignes aériennes de tension nominale supérieure à 1000 V.
Eléments d'isolateurs en matière céramique ou en verre pour systèmes à courant
alternatif. Définitions, méthodes d'essai et critères d'acceptation ;
- CEI 60383-1 Eléments d'isolateurs. Définitions, méthodes d'essai et critère
d'acceptation ;
- CEI 60383-2 Chaînes d'isolateurs. Définitions, méthodes d'essai et critère d'acceptation ;
- CEI 60575 Essais d'endurance thermomécanique des éléments des chaînes ;
- CEI 60664 Coordination de l'isolement des matériels dans les systèmes (réseaux) basse
tension. 1ère partie: Principes, prescriptions et essais ;
- CEI 60815 Guide pour le choix et le dimensionnement des isolateurs sous pollution ;
- CEI 60076 Transformateurs de puissance ;
- CEI 60296 Fluides pour applications électrotechniques - Huiles minérales isolantes
neuves pour transformateurs et appareillages de connexion ;
- CEI 60354 Guide pour le remplissage des transformateurs immergés dans l'huile Divers ;
- CEI 60099 Parafoudres à oxyde métallique sans éclateur pour réseaux HT ;
- CEI 60269 Fusibles basse tension ;
- CEI 60439 Ensemble d'appareillage à basse tension ;
- CEI 60529 Degrés de protections procurées par les enveloppes (codes IP) ;
- CEI 60943 Guide pour la spécification des températures et des échauffements
admissibles pour les parties de matériels électriques en particulier dans les bornes de
raccordements ;
- CEI 60947 Ensembles d'appareillage à basse tension ;
- CEI 61641 Guide pour l'essai des ensembles d'appareillage à basse tension sous
enveloppe en conditions d'arc dû à un défaut interne ;
- ISO 2063 Revêtements métalliques et inorganiques - Projection thermique - Zinc,
aluminium et alliages de ces métaux ;
- NF C 11-201 Règles de construction des réseaux de distribution publique d'énergie
électrique
- NF C 66-428 Ferrures et Armement nappe-voûte (NV) ;
- UTE C 11-001 Conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les distributions
d'énergie électrique ;
- UTE C 11-201 Règles de construction des réseaux de distribution d'énergie électrique.

15 janvier 2016 Page 39 sur 84


511468818.doc
3.1.3 Interrupteurs aériens à commande manuel et interrupteur aérien télécommandé

Des interrupteurs aériens à commande manuelle, IACM, seront installés sur le réseau pour
remplacer des appareils existants. Ces appareils seront fournis par l'Entrepreneur. Ces appareils
du type ouvert.
Dans certains points indiqués par la CI-ENERGIES (chapitre téléconduite), il sera posé des
Interrupteurs aériens Télécommandés, IAT. Les IAT sont sous enveloppe métallique dans le
SF6. Ils devront être conformes à la norme NF C 64-140, certains pourront être télécommandés,
ils devront alors répondre à la spécification HN 64S46.
Ces interrupteurs seront disposés sur des supports ayant la fonction de Semi-Arrêt (SA) ou arrêt
double (AD) et d’effort adapté aux effets dynamiques dus aux manœuvres de l’appareil (1000
daN minimum). Une dalle sera créée afin de pouvoir manœuvrer l'interrupteur. Elle aura pour
dimensions 1mx0.7m par 7cm d’épaisseur. Pour les IACM, les plateformes et le coffret de
commande ne sont pas mis à la terre si la commande possède des noix d’isolation. Les mêmes
recommandations techniques seront retenues si l'interrupteur est sous enveloppe métallique.
Les cantons des lignes existantes encadrants un appareil remplacé ou nouvellement posé devront
avoir leur réglage de pose vérifié et le niveau de résistance du support de l’interrupteur vérifié
par rapport aux contraintes recalculées.
Pour les différents types d'interrupteurs, la valeur de la prise de terre sera de 30 ohms.
Dans tous les cas, le réseau de terre doit être adapté à l’écoulement des ondes électriques à front
raide.
Certains interrupteurs pourront être télécommandés, IAT. Ces interrupteurs qui devront répondre
à la spécification HN 64S46. Ils seront équipés d'un coffret de télécommande interrupteur, ITI.
La fonctionnalité Automatisme Décentralisé Alarmé sera intégrée dans ces coffrets. Les IAT
seront fournis avec le coffret de télécommande.
Ci-joints les schémas d'un IA et d'un IAT avec les différents raccordements à la terre qui doivent
être exécutés.

Mise à la terre d’un interrupteur aérien à commande manuelle

15 janvier 2016 Page 40 sur 84


511468818.doc
15 janvier 2016 Page 41 sur 84
511468818.doc
Mise à la terre d’un interrupteur aérien de coupure (version équipotentielle)
télécommandé par radio

Ces interrupteurs aériens seront constitués des éléments suivants:


- Une partie coupure HTA, à coupure dans l'air ou système à pression scellé (IAT) ;
- Un châssis support pour l'interrupteur ;
- Un dispositif de commande manœuvré à partir du sol (secours pour l'IAT) ;
- Une traverse d'ancrage double ;
- 6 isolateurs avec rallonges ;
- Des cosses de raccordement ;
- Un circuit de mise à la terre des masses ;
- Une commande électrique (IAT) ;
- Un coffret de contrôle commande (IAT) ;
- Une alimentation de coffret de contrôle commande (IAT) ;
- Une protection HTA par parafoudres (IAT) ;
- Des liaisons BT (IAT) ;
- Une antenne radio (IAT) ;
- Un support ;
- Une plate-forme de manœuvre ;
15 janvier 2016 Page 42 sur 84
511468818.doc
Serrage des matériels

Toute la boulonnerie mise en œuvre sera serrée aux couples de serrage préconisés par les
fournisseurs. L’Entreprise utilisera pour cela des clés dynamométriques. Un certificat
d’étalonnage datant de moins de 12 mois pour chaque clé, devra pouvoir être présenté à la CI-
ENERGIES ou son représentant.

3.1.4 Détecteur de défaut réseaux aériens, DDA

Le détecteur de défaut permet de localiser le tronçon défectueux d'un départ, objet d'un défaut
permanent grâce à des signalisations lumineuses. Les détecteurs sont installés à demeure. La CI-
ENERGIES a déterminé les points ou ces appareils seront installés,
Sur les réseaux aériens ces détecteurs devront être conforme s à la norme HN 45-S-52.
La mise à la terre du neutre d'une partie des réseaux mixtes HTA est réalisée par l'intermédiaire
d'une impédance de compensation. Ce mode de mise à la terre, en compensant le courant
capacitif résiduel des réseaux, permet de limiter le courant qui circule dans les défauts. Cette
limitation du courant de défaut implique que les détecteurs dont le principe est basé sur un
critère de détection ampèremétrique ne fonctionnent plus. Il est nécessaire de définir des
détecteurs de défauts basés sur un principe directionnel de détection pour les défauts
monophasés à la terre. La détection des défauts polyphasés est basée sur un principe
ampèremétrique.
Trois modèles de détecteurs de défaut aériens relatifs à des contextes ou environnements
d’utilisation différents sont définis : - le détecteur aérien d’aide à la conduite que nous appelons
PDAC ; - le détecteur aérien pour support avec IAT que nous appelons PDAT ; - le détecteur
aérien pour l’auscultation que nous appelons PDAU.
Les détecteurs de défauts aériens fonctionnent sur des réseaux HTA 15/20kV avec neutre mis à
la terre par une résistance ou une impédance de limitation.
Rôle du détecteur de défaut Le détecteur de défaut a les 2 rôles suivants :
Localisation des défauts permanents Lors d'un défaut permanent, il permet de déterminer la
partie du réseau en défaut en vue de réalimenter rapidement les parties saines de ce réseau.
Pour ce faire, le détecteur de défaut fournit les informations nécessaires :
- en local, par des signalisations visuelles;
- à distance, par des contacts qui fournissent les informations au système de téléconduite
dans le cas d'un appareil télécommandé.

Aide à la localisation des origines des défauts non permanents Il s'agit d'une fonction d'aide à la
localisation d'un ouvrage HTA responsable d'un nombre de défauts d'isolement anormalement
élevé. Il apporte ainsi une aide à l'entretien du réseau. Pour cela le détecteur détecte:
- les défauts non permanents ;
- les défauts permanents.

Il peut également, incrémenter un compteur et mettre des informations à la disposition de la


téléconduite. Cet appareil externe, à partir de ces contacts, date les événements et les mémorise
en vue de leur transmission.
15 janvier 2016 Page 43 sur 84
511468818.doc
Le détecteur de défaut aérien est installé sur un support de ligne aérienne et destiné à la
localisation des défauts permanents. Il peut éventuellement être équipé, suivant le besoin, d'un
horodateur pour l'aide à la localisation des origines des défauts non permanents (ou
éventuellement d'un autre équipement). Ce type de détecteur existe en deux versions :
- une version comprenant un atelier d'énergie propre et qui est donc dans ce cas
entièrement autonome;
- une version associée à une IAT utilisant l'atelier d'énergie de cet appareil télécommandé
pour son alimentation.

Configuration du détecteur

Elle est réalisée en fonction du type de support et d'armement Trois caractéristiques de


l'environnement du détecteur (type de support, type d'armement, hauteur sol - conducteur le plus
bas) peuvent être configurées de manière simple dans le détecteur de défaut afin d'améliorer sa
sensibilité de détection
Installation
Les détecteurs sont installés entre 1,5 m et 2,5 m du sol et entre 8 et 12 m du conducteur le plus
bas de la nappe de conducteurs. Il n'y a pas besoin de consigner l'ouvrage, ni de faire appel à une
équipe TST pour le mettre en place

Constitution du détecteur de défaut


Le détecteur de défaut est constitué de 4 modules : • des capteurs qui fournissent aux détecteurs
les images des signaux du réseau nécessaires au fonctionnement de l'appareil (signaux concernés
: courant de phases, courant résiduel, tension directe, tension résiduelle), • d'un ensemble de
traitement des signaux et de la logique de traitement, • des signalisations visuelles et des
contacts de signalisations vers d'autres équipements, • de l'atelier d'énergie qui alimente le
système (sauf dans le cas d'un appareil devant fonctionner avec un IAT . Tous ces éléments sont
de la fourniture du constructeur du détecteur de défaut. Ils sont intégrés dans un seul boîtier ou
installés dans deux boîtiers différents.
Les détecteurs de défauts devront détecter les défauts monophasés - terre, les défauts polyphasé
isolés ou à la terre d'une durée supérieure à 100ms. Pour les défauts monophasés doubles, c'est la
phase centrale de l'armement qui servira de référence.
Le courant de défaut maximum par phase est de 12 500A
Ils détectent la présence tension entre phases à partir de 12 000v
Les défauts monophasés - terre sont traités suivant un principe directionnel. La détection
directionnelle des défauts phase - terre utilisée dans ce type de détecteur permet de situer le
défaut, comme indiqué sur le schéma de la Figure 3 et ceci indépendamment de la position du
poste source.

15 janvier 2016 Page 44 sur 84


511468818.doc
NOTE :
1. Les détecteurs de défaut situés en aval du défaut peuvent détecter les défauts qui ont lieu sur
le réseau situé en amont, sous réserve que le courant capacitif résiduel en aval du détecteur soit
suffisant.
2. Le côté « vert » du détecteur de défaut est situé du côté support.

La détection de défaut se fait par 2 signalisations (locales et visuelles) :


- une signalisation visuelle de couleur verte (LV);
- une signalisation visuelle de couleur rouge (LR), et par 2 groupes de signalisations par
contacts;
- un à destination d'un appareil externe (horodateur ou autre) (CV1 et CR1);
- un à destination de la téléconduite (CV 2 et CR2). Chacun de ces contacts et de ces
signalisations désignent :
• une signalisation DEFAUT vers la direction "Verte"
• une signalisation DEFAUT vers la direction "Rouge", Sur le terrain, les directions
"verte" et "rouge" seront repérées par un nom désignant la direction d'un ouvrage
situé sur le réseau HTA (poste HTA/BT, appareil de coupure, etc.). Les
signalisations visuelles et les contacts associés peuvent être associés indifféremment
à une direction ou à l'autre en fonction du sens de pose du détecteur. Lors de la pose,
il faut pouvoir "orienter" le détecteur de défaut. Le sens de pose du détecteur ou des
capteurs doit permettre de déterminer sans ambiguïté les signalisations qui
correspondent à chacune des 2 directions. D'où le schéma de principe de
signalisation pour un détecteur

15 janvier 2016 Page 45 sur 84


511468818.doc
xxxx ?
• LV et LR sont les signalisations locales lumineuses "Défaut vers la direction Verte" et "Défaut
vers la direction Rouge". • CV1 et CR1 sont les contacts "Défaut vers la direction Verte" et
"Défaut vers la direction Rouge" à destination de l'appareil externe (horodateur ou
éventuellement autres équipements). • CV2 et CR2 sont les contacts de "Défaut vers la direction
Verte" et "Défaut vers la direction Rouge" à destination de la téléconduite. Ils sont alimentés par
une polarité commune venant de la téléconduite. Les compteurs "Vert" et "Rouge" totalisent les
défauts "Vers la direction Verte" et "Vers la direction Rouge"
Défauts Polyphasés ou doubles - Principe de signalisation La signalisation des défauts
polyphasés ou doubles n'est pas directionnelle. Seuls les détecteurs de défauts situés entre le
poste source et le défaut signalent la position de celui-ci ("passage" du courant de défaut). La
détection de ce type de défaut se fera par : • l'activation des deux signalisations locales
lumineuses LV et LR (voir § 8.2 et 9.2.1.3); • la fermeture simultanée des contacts CV1 et CR1
à destination de l'appareil externe (horodateur ou éventuellement autres équipements). • la
fermeture simultanée des contacts CV2 et CR2 à destination de la téléconduite;
Le compteur "Polyphasé" totalise les défauts polyphasés qui sont détectés. Un défaut polyphasé
incrémente le compteur "Polyphasé", mais n'incrémente ni le compteur "Vert", ni le compteur
"Rouge".

Alimentation et autonomie

Si le détecteur comprend des piles ou des batteries internes, elles ne nécessitent une maintenance
que tous les 4 ans ou plus (remplacement éventuel) pour un fonctionnement de 100 heures par
périodes de deux heures équi-réparties sur 4 ans. Les batteries ou piles utilisées sont des modèles
standards du commerce et leur fourniture est multi-source. Elles sont étanches. Elles peuvent
comprendre un système de connectique et un conditionnement particulier à condition que ceux-
ci puissent être approvisionnés de manière courante avec les piles et ne nécessitent pour
l'installation aucun outillage particulier, ni soudure. Le temps de mise en œuvre est de l'ordre de
la minute.
15 janvier 2016 Page 46 sur 84
511468818.doc
Détecteur de défaut raccordé à un IAT Ce détecteur de défaut utilise, pour son alimentation,
l'atelier d'énergie de l'IAT. L'atelier d'énergie fournit une tension 12 V continue. En veille ou
pendant les cycles de fonctionnement, la source 12 V reste dans la plage de tension 10,8V et
15,6 V (12 V, +30 %, -10 %). Le taux d'ondulation résiduelle est inférieur à 2% des valeurs
assignées de 50 Hz à 3000 Hz. La tension continue peut descendre jusqu'à 6 V pendant 0,5 s. Le
fonctionnement du détecteur de défaut ne doit pas être perturbé, mais la signalisation lumineuse
peut être temporairement affectée. La polarité - (négative) de l'atelier d'énergie est reliée à la
masse du coffret de l'IAT, qui est lui-même raccordé à la terre des masses du support.
Cet atelier d'énergie alimente :
- l'accès transmission (AT) radio (consommant 400mA maximum en veille et 4A
maximum en émission) ou téléphone (consommation comprise avec celle du PA);
- le poste asservi (PA) consommant 170 mA en veille et 400 mA en émission. Le temps
d'émission est d'environ 20 s. La consommation du détecteur de défaut ne devra pas être
supérieure à 50 mA en veille et à 150 mA lorsque les signalisations lumineuses
fonctionnent (pendant 2 heures maximum).
Le détecteur a une durée de vie de 15 ans.
Il devra avoir une fiabilité est de 5.10-3 pannes par an, tous composants électroniques compris,
sans les piles. Le terme ci-dessus est défini dans la norme HN 46-R-01-3 § 3
Maintenance La définition de ce terme est donnée dans la norme HN 46-R-01-1 §4.2.2. Le
système ne nécessite durant sa durée de vie aucune maintenance préventive autre que le
remplacement des piles. En cas de panne, la maintenance se limite à l'échange du détecteur. En
ce qui concerne les piles ou batteries, il est possible de connecter et de déconnecter ces éléments,
le détecteur de défaut étant en ordre de marche, c'est à dire sans déposer l'appareil. Le matériel
est repéré de manière à permettre le remplacement en évitant toute inversion de polarité dans les
raccordements. Le constructeur précise dans sa notice les conditions d'interchangeabilité des
piles ou batteries (précautions à prendre et type de batteries ou piles à utiliser).

3.1.4.1 Essais et mesures à la fin des travaux


A la fin des travaux, et avant la mise en service des ouvrages, l'Entrepreneur procédera à sa
charge les mesures et essais ci-après :
L'Entrepreneur se charge des mesures électriques qui lui sont demandées par l'Ingénieur
Contrôle et qui en principe sont les suivantes :
- Essais de réglage des organes de protections ;
- Mesure de l'isolement ;
- Mesure des systèmes de mise à la terre des postes de transformation, IACM,
parafoudres…
- Essais de fonctionnalité ;
- Mise sous tension progressive des ouvrages ;
- Essais de surtension sur les câbles souterrains.

La mise à la terre du neutre est réalisée selon la base suivante :


- sur le premier support de chaque départ à partir du poste de transformation ;
- à l'extrémité d'antennes judicieusement choisies.

Les valeurs de la résistance des mises à la terre normales seront mesurées et ne devront pas être
supérieures aux valeurs limites prescrites suivantes :
- 10 Ω pour la terre du point neutre BT des postes de distribution aériens MT/BT ;
- 20 Ω pour la terre des supports des liaisons aéro-souterraines ;
15 janvier 2016 Page 47 sur 84
511468818.doc
- 30 Ω pour la terre des supports équipés d'un IACM ou d'un IACT.

3.1.5 Normes

Les matériels devront répondre aux principales recommandations, normes et spécifications


suivantes :
- CEI 60208 Conducteurs câblés en alliage d'aluminium
- CEI 60230 Essai de choc pour des câbles et leurs accessoires
- CEI 60273 Caractéristiques des supports isolants d'intérieur et d'extérieur destinés à des
installations de tension nominale supérieure à 1000 V
- CEI 60287 Câbles électriques - Calcul du courant admissible
- CEI 60305 Isolateurs pour lignes aériennes de tension nominale supérieure à 1.000 V.
Eléments d'isolateurs en matière céramique ou en verre pour systèmes à
courant alternatif. Caractéristiques des éléments d'isolateurs du type capot et
tige
- CEI 60325 Isolateurs pour lignes aériennes de tension nominale supérieure à 1.000 V.
Eléments d'isolateurs en matière céramique ou en verre pour systèmes à
courant alternatif. Définitions, méthodes d'essai et critères d'acceptation
- CEI 60383-1 Eléments d'isolateurs en matière céramique ou en verre pour systèmes à
courant alternatif - Définitions, méthodes d'essai et critères d'acceptation.
- CEI 60815 Guide pour le choix et le dimensionnement des isolateurs sous pollution
- CEI 61089 Conducteurs pour lignes aériennes à brins circulaires, câblés en couches
concentriques
- CEI 61109 Isolateurs pour lignes aériennes - Isolateurs composites de suspension et
d'ancrage destinés aux systèmes à courant alternatif de tension nominale
supérieure à 1 000 V - Définitions, méthodes d'essai et critères d'acceptation
- CEI 61284 Lignes aériennes. Exigences et essais pour le matériel d'équipement
- DIN 536-2 Poutrelles métalliques - Dimensions, caractéristiques, catégories d'aciers
- NF A 45-201 Poutrelles à larges ailes à faces parallèles - Dimensions
- NF EN 50182 Conducteurs pour lignes aériennes - Conducteurs à brins circulaires, câblés
en couches concentriques
- NF C66-403 Ferrures - Consoles inclinées (CI)
- NF C66-425 Ferrures - Bras inclinés pour armement suspendu (BI)
- NF C66-428 Ferrures et Armement nappe-voûte (NV)
- NF C66-800 Raccords de jonction, de dérivation et d'extrémité pour lignes aériennes
- NF C11-201 Règles de construction des réseaux de distribution publique d'énergie
électrique
- UTE C 11- Conditions techniques auxquelles doivent satisfaire les distributions
001 d'énergie électrique

3.1.6 Réseaux souterrains HTA

3.1.6.1 Travaux de réseau souterrain HTA


Les travaux sur les réseaux souterrains seront réalisés conformément aux règles en vigueur sur le
terrassement et les travaux d'électricités. Les câbles utilisés seront ceux répondant à la norme C
33-226. La section des câbles posés sera en général du 240²Al.
Ces travaux comprennent :

15 janvier 2016 Page 48 sur 84


511468818.doc
- La recherche des informations sur les réseaux souterrains existants sur l’ensemble des
tracés, des différents opérateurs;
- la matérialisation définitive sur le terrain du tracé des lignes et des réseaux rencontrés;
- la fourniture et/ou la pose des transformateurs, interrupteurs aériens, disjoncteurs, de
postes de transformation;
- la fourniture, la construction et/ou la mise en place des cabines pour postes de
transformation;
- les travaux complémentaires nécessaires à la réalisation des ouvrages (plate-forme,
accès, travaux pour assurer la continuité de service, etc.);
- la remise en état provisoire des chaussées, trottoirs et accotements, leur entretien jusqu’à
réfection définitive;
- la remise en état des terrains, propriétés privées, clôtures, murs, toitures, etc.
endommagés, démolis ou modifiés pour permettre l’installation des ouvrages;
- la réfection définitive des sols;
- le transport des dépôts désignés par la CI-ENERGIES par ordre de service, des matériels
déposés, ou aux décharges des matériels ou matériaux reconnus impropres.

3.1.6.1.1 Dossier
Avant tout commencement de travaux, une étude sera réalisée pour chaque projet, un dossier
sera remis à l'Ingénieur Contrôle pour validation.
Le dossier comprendra les emplacements et tracés des ouvrages notamment:
- les réseaux, canalisations et bâtiments existants;
- les emplacements exacts des ouvrages souterrains à créer et des bâtiments à construire;
- les mises à terre et les valeurs de résistivité des sols;
- les modifications apportées aux réseaux existants (points de coupure, pontages, etc.);
- les plans du génie civil et de l’équipement des postes de transformation;
- les coupes côtés des tranchées avec indication de tous les réseaux;
- le schéma unifilaire du réseau à construire ou à déposer, avec l’indication des longueurs
par section de câble;
- les obstacles divers (fossés, murs de clôture, etc.).
Les plans descriptifs des ouvrages sont établis à l’échelle du 1/200e dans les agglomérations
avec récapitulation sur le plan au 1/2000e et à l’échelle de 1/500e en dehors de celles-ci.
Les plans conformes à exécution seront fournis à la CI-ENERGIES en fin de travaux.
1 exemplaire support papier, 1 exemplaire sur support numérique au format Autocad.
Sur les plans, sont également notés et cotés tous les ouvrages rencontrés au cours de l'ouverture
de la tranchée et les renseignements concernant les passages difficiles sont complétés par des
vues en coupe.
Les câbles sont également cotés en profondeur. Toutes les caractéristiques du câble doivent
figurer sur le plan, à savoir: type de câble, section, métal du conducteur, tension assignée, date
de pose, N° de touret, fournisseur.
Le Nom du fabricant, le type, le numéro de série, date de mise en œuvre, nom de l’entreprise
exécutrice, nom de l’opérateur des accessoires de raccordement.
L’Entreprise, avec l’aide de la CI-ENERGIES recueillera les autorisations nécessaires auprès
des autorités locales et le gestionnaire de la voirie, ainsi que les exigences de ces services tant en
matière de sécurité que de contraintes (dépôt de dossiers, exigences de remblaiement,
d’ouverture, fonçage, etc.).

15 janvier 2016 Page 49 sur 84


511468818.doc
3.1.6.1.2 Terrassements
Les dispositions techniques à appliquer seront conformes à celles définies dans la norme NFC
11-201 articles 4.3 et 4.5.
Le remblaiement et le compactage seront réalisés immédiatement après le déroulage du câble et
pour les accessoires, suivants les modalités qui seront précisées par l'Ingénieur Contrôle. Sauf
avis contraire du gestionnaire de la voirie, l'utilisation des matériaux extraits sera privilégiée.
Les réfections seront réalisées au fur et à mesure de l'avancement du chantier.

3.1.6.1.3 Soutènement des fouilles


Les fouilles sont descendues verticalement jusqu'à la profondeur nécessaire Éventuellement,
elles sont étayées convenablement et épuisées au fur et à mesure de leur approfondissement.
Dans toutes les fouilles de plus de 1,30 m de profondeur et d'une largeur égale ou inférieure aux
deux tiers de la profondeur, des dispositions doivent être prises pour éviter l'éboulement des
parois.
L’Entrepreneur prendra toutes les dispositions pour éviter les éboulements dans les fouilles et
placera éventuellement, des étais et blindage partout où se sera nécessaire conformément aux
dispositions de prévention et de sécurité
L’Entrepreneur devra prendre toutes les dispositions si nécessaires pour la mise en place du
blindage pour assurer les conditions optimales de sécurité et de maintien du profil dit de
« talus ». Ces dispositions devront être préalablement agréées par l'Ingénieur Contrôle qui se
réserve le droit d'imposer toutes mesures propres à assurer la sécurité des ouvriers, de la
circulation et des immeubles voisins. L'Entrepreneur n'en gardera pas moins la responsabilité
entière de la stabilité des fouilles et excavations et de la sécurité en général.
Au cours des travaux de fouille à ciel ouvert, l'Entrepreneur devra particulièrement veiller à ce
que le dépôt des déblais, les équipements, la circulation des engins de chantier ainsi que les
vibrations dues aux bétonnières placées à proximité de la fouille et à la circulation publique
voisine (véhicules, etc.) ne puissent provoquer d'éboulement mettant en danger la sécurité des
personnes ou des biens.
En fonction de la nature des terrains rencontrés, l’entrepreneur est tenu de mettre en place les
soutènements appropriés (blindage jointif ou semi jointif, palplanches…..) nécessaires à la
stabilité des parois de la fouille. Ces dispositions seront particulièrement suivies pour toutes les
tranchées à proximité des murs de clôture et bâtiment.

3.1.6.1.4 Réseaux souterrains existants


Afin qu'aucun dommage ne soit causé aux canalisations et câbles rencontrés pendant l'exécution
des terrassements, l'Entrepreneur prendra toutes dispositions utiles à leur reconnaissance (surtout
s'il envisage l'emploi des engins de terrassement mécanique) et ensuite pour leur soutien et leur
protection. En cas de dommage à un réseau ou un ouvrage, l'Entrepreneur en informera sans
délai le propriétaire et l'Ingénieur Contrôle.
Les distances minimales réglementaires en projection horizontale ou verticale devront être
observées entre les différents réseaux. La largeur et profondeur des fouilles devront tenir compte
de cette obligation.
L’usage de feu ou de forte chaleur ne sera pas admis à proximité des réseaux.
L'Entrepreneur se conformera aux conditions qui pourront lui être imposées par les exploitants
des différents réseaux. Toutefois, s'il estime qu'elles excèdent ses obligations, il demandera à la
CI-ENERGIES confirmation par un ordre de service.

15 janvier 2016 Page 50 sur 84


511468818.doc
L’Entrepreneur demeurera responsable des frais de réparation des conduites d’eau, des câbles
souterrains, des installations publiques ou privées qui auraient subi des avaries du fait de
l’exécution des travaux.
Les ouvrages existants dans le sol et rencontrés dans les fouilles sont laissés dans leur état
primitif et aucune modification ne peut leur être apportée sans l'accord écrit du propriétaire, de
l'administration ou des concessionnaires intéressés. En particulier, il est interdit de faire passer
un câble au travers d'un ouvrage rencontré et formant obstacle, à moins d'en avoir obtenu
l'autorisation écrite. En ce qui concerne les ouvrages électriques, les câbles sont ripés sur le côté
de la tranchée pour ne pas être détériorés et sont maintenus à leur niveau normal par des
supports ne risquant pas de les endommager (cordage, planchettes suspendues, etc.) et distants
entre eux de 3m au plus.
Les boîtes de jonction ou de dérivation sont dégagées avec prudence et, aussitôt après,
suspendues avec soin. Elles ne sont déplacées qu'en cas de nécessité absolue et après accord du
concessionnaire.
Les boîtes de coupure et de branchement sont maintenues à leur place et étayées si nécessaire.
Le déplacement et la suspension d'un câble sont exécutés de telle façon qu'aucune traction
tendant à arracher le câble de ses pièces de connexion ne puisse s'exercer sur les boîtes de
jonction, de dérivation ou de coupure.
Avant le remblayage, les câbles et accessoires sont rétablis dans leurs positions primitives et les
dispositifs de protection ainsi que le dispositif avertisseur sont soigneusement remplacés.
Le déplacement de câbles isolés au papier imprégné, ainsi que leurs accessoires de
raccordement ne peuvent être déplacés que hors tension, la remise sous tension ne pouvant
être effectuée qu’en l’absence de personnel à proximité de la zone de déplacement.

3.1.6.1.5 Aménagement du fond de fouille

3.1.6.1.5.1 Câbles en plein sol


Le fond de fouille est aménagé par l'apport d'une couche de 0,10 m de matériaux (terre fine,
sable, etc.) exempt de tout élément susceptible de détériorer la gaine de protection des câbles.
Les câbles nus de mise à la terre sont déposés sur le fond de la fouille préalablement à la mise en
place de cette couche de matériaux d'apport. Dans le cas particulier ou la nature du terrain le
permet, le câble pourra être posé directement sur le fond de la tranchée dressé et exempt de toute
aspérité. Les profondeurs de tranchées définies précédemment peuvent alors être réduites de 0,
10 m.
Dans les zones marécageuses, toutes dispositions doivent être prises pour assurer la pose et le
maintien du câble (pose d'un drain, remblaiement de la tranchée avec des matériaux adaptés).

3.1.6.1.5.1.1 Pose en fourreaux ou en caniveaux


Ce type de pose doit être limité afin de ne pas avoir à limiter les capacités de transit des câbles
(échauffement).
La pose de grillage avertisseur au-dessus est maintenue pour les tranchées ouvertes.
On les utilise essentiellement aux traversées des routes, voies ferrées et chaque fois que les
contraintes de l’environnement le justifie. Les fourreaux seront de résistance suffisante afin de
permettre de remplacer le câble sans ouverture ultérieure. Chaque câble doit être posé dans un
fourreau distinct.

15 janvier 2016 Page 51 sur 84


511468818.doc
Les fourreaux sont constitués de tuyaux en matière synthétique ou en acier conformes à la
normalisation en vigueur, voir par des tuyaux à emboîtement en ciment ou en fibro-ciment sans
amiante. Ils sont posés de façon la plus rectiligne possible.
Pour les réseaux HTA le diamètre nominal des fourreaux sera de 160mm.
La jonction entre fourreaux doit être assurée avec les accessoires préconisés par le fournisseur
(manchon de jonction). Il peut être nécessaire, pour certaines traversées, d'enrober la buse d'une
couche d’enrobage en béton maigre dosé à150kg/m3 de 0.20 m d’épaisseur.
Nota : les tuyaux acier ne sont utilisés que pour les zones de contraintes importantes pour
lesquelles les fourreaux en matériaux synthétiques ne peuvent répondre, notamment lors de
passage bétonné à faible profondeur, avec risque d’utilisation de marteaux « brise béton »
ultérieurement.
En cas de passage de câbles unipolaires, non assemblés par terne, les fourreaux ne sont pas
armés ou sont en métal amagnétique. Le diamètre intérieur des fourreaux doit être approprié au
diamètre extérieur du câble et ne doit pas être inférieur à 80 mm sauf pour les câbles de
branchement à basse tension, pour lesquels il peut être de 40 ou 50 mm (en principe 1,5 à 2 fois
le diamètre extérieur du câble).
Pour certaines traversées, le gestionnaire de voirie peut imposer le passage par fonçage ou
forage. On utilisera pour cela des fourreaux en PEHD à liserés rouges, plus résistants.
La pose sous caniveau doit être faite dans des caniveaux parfaitement calés, ne présentant pas
d’arêtes vives aux jonctions. Il est préférable de déposer une couche de sable avant la mise ne
place du câble.
Les fourreaux ou les caniveaux sont posés sur un fond de fouille dressé et nivelé pour permettre
le raccordement correct des éléments. Après pose des fourreaux, il est recommandé de les
recouvrir sur une hauteur de 0,20 m de terre débarrassée des pierres, caillasses et autres
matériaux impropres.

3.1.6.1.6 Découpe des revêtements


Il est toujours souhaitable de découper les chapes et revêtements existants avec précaution à 0,10
m minimum de part et d'autre de l'emprise de la fouille.
L'emploi de la masse et de la pelle mécanique pour ces travaux est interdit.
Les pavés, dallages, briques, carreaux et, en général, tous les éléments séparés sont enlevés avec
tout le soin nécessaire en vue de leur réemploi.
Leur stockage sera sécurisé

3.1.6.1.7 Remblai des tranchées


Le remblaiement doit être réalisé en respectant la norme NF P 98-331.
Les deux couches qui constituent la zone de pose (lit de pose et enrobage) doivent être réalisées
en respectant les recommandations suivantes :
- Même matériau : en général constitué de sable de carrière 0/3 sauf stipulation contraire ;
- Matériau homogène : composé d'éléments fins sans gros éléments qui pourraient
transmettre des contraintes locales importantes.
Lit de Pose
Dresser le fond de fouille pour enlever les éléments susceptibles d’endommager les câbles
électrique (pierres saillantes, déchets, …etc.); le fond de fouille doit être compacté afin d’assurer
la stabilité du fond de la tranchée. Constituer ensuite le lit de pose par une couche de sable de
carrière 0/3.
Enrobage
15 janvier 2016 Page 52 sur 84
511468818.doc
L’enrobage est réalisé également avec une couche de sable de carrière 0/3 non compacté
recouvrant les câbles de 0.20m.
La couche d’enrobage :
- Ne doit pas être compactée mécaniquement, pour ne pas risquer d'endommager les câbles
électriques très proches ;
- Doit être damée à la main, en particulier autour des accessoires de réseau.
Les fouilles seront remblayées avec les terres des déblais, lorsque celles-ci seront reconnues
valables (après analyses) et après accord écrit de l'Ingénieur Contrôle. La terre sera purgée de
tout caillou. Ces remblais devront obligatoirement être très soigneusement compactés.
Dans le cas où les déblais s’avèrent non réutilisables, le remblaiement s’effectuera
exclusivement en matériaux d’apport agrées par l'Ingénieur Contrôle.
Le comblement de la tranchée jusqu’à 0,10 m au moins au-dessus du dispositif avertisseur
(plastifié rouge) est effectué avec les éléments les plus meubles des déblais, éventuellement
débarrassés au préalable par criblage de tous matériaux susceptibles d’endommager le câble. Les
matériaux pierreux qui auront été mis à part, seront répandus à la surface du remblai.
Le remblayage est poursuivi avec les matériaux issus de la tranchée, tassés par couches de
0,15m et soigneusement damés de façon à donner au sous-sol une consistance équivalente à
celle qu’il présentait avant la création de la tranchée.
L’emploi d’engins mécaniques pour le compactage des matériaux doit faire l’objet d’accord
particulier entre l’entreprise et l'Ingénieur Contrôle. L’épaisseur des couches est notamment
fonction de la nature du sol et du type d’engin utilisé.
Le compactage par roulement de camion est interdit.
Les déblais excédentaires d'un tronçon pourront servir au remblai des tronçons suivants dans les
conditions ci-dessus précisées, et ce, afin d'éviter au maximum le transport des terres.
Les déblais non utilisés en remblai seront évacués à une décharge agréée.
Les essais de compactage des remblais par couches successives de 20cm seront effectués aux
frais, à la charge et sous l’entière responsabilité de l’Entrepreneur et en outre pendant le délai
d'un an qui suivra la réception provisoire, l'Entrepreneur assurera l'entretien des remblais. Il
restera seul responsable de la tenue de ces remblais, et tous les travaux nécessités par les
éventuels tassements du sol seront effectués à ses frais.
Il conservera également pendant ce temps la responsabilité des accidents qui pourraient survenir
du fait de cette situation.
Des contrôles de la bonne exécution des remblais pourront être réalisés à la demande de
l'Ingénieur Contrôle ou du gestionnaire de la voirie.
L’entreprise, afin de se prémunir d’éventuels recours, devra faire un constat de l’état initial des
chaussées et trottoirs.
Les remises en état initial font parties intégrantes de la responsabilité de l’entreprise, quel que
soit les sur largeurs rendues nécessaires par des manques de tenue des terrains ou de la
circulation.

3.1.6.1.8 Dépôt des déblais


Les déblais provenant des tranchées seront rangés en cordon avec soin le long de la tranchée et,
en principe, d'un seul côté de celle-ci, en ménageant un passage minimum de 1 m entre la fouille
et le cordon ou sur instruction de l'Ingénieur Contrôle évacuée au fur et à mesure de
l’avancement de l’excavation.
15 janvier 2016 Page 53 sur 84
511468818.doc
La terre végétale éventuelle sera déposée à part pour être remise en place après le remblaiement.
Dans le cas de tranchée ouverte sous une voie de circulation, les matériaux qui constituent le
revêtement et la fondation seront triés et mis en dépôt suivant instruction de l'Ingénieur Contrôle
aux fins de réutilisation éventuelle pour la réfection de la voie.

3.1.6.1.9 Propreté et nettoyage du chantier


Au fur et à mesure de l’avancement des travaux, l’entrepreneur devra quotidiennement veiller à
la propreté du chantier et de ses abords en évacuant tous les matériaux inutiles, débris, gravats,
etc…, déposés à l’occasion des travaux.
Elle devra rétablir les passages et accès aux habitations, conserver le bon écoulement des
caniveaux, réaliser la contention des terres si elles ne sont pas évacuées le jour même.
Dans l’attente de la réfection de chaussée définitive (enrobé à chaud), en cas de nécessité ou sur
demande de l’administration, mais avec l’accord de l'Ingénieur Contrôle, une réfection
provisoire pourra être réalisée.
L’entrepreneur, devra aussi revoir les réfections de chaussées définitives conformément à la
réglementation en vigueur. En particulier, l’attachement des travaux ne sera signé qu’après que
cette remise en état aura été effective.
Tous ces travaux seront entièrement à la charge de l’entrepreneur.

3.1.6.1.10 Pose des câbles


La pose des câbles se fera suivant les dispositions des articles 4.2.2, 4.4 et 4.7 de la norme NFC
11-201. Sauf dispositions particulières, la couverture minimale des câbles ou fourreaux est de
0,70 m sous trottoir ou accotement et de 0,90 m sous chaussée. Pour le déroulage, les efforts
maximum à la traction pour le câble C33-226 devront être respectés. Un grillage avertisseur sera
posé à 0,1 m au-dessus du câble.
Le déroulage se fera réalisé en respectant les efforts maximum de traction, effort maximum de 3
daN (sur l'âme aluminium). Les câbles sont déroulés, tiret et mis en place avec le plus grand soin
en évitant toute torsion, boucle, etc.., les rayons de courbure sont généralement supérieur à 20
fois le diamètre extérieur du câble.
Durant tout le déroulage, l’état du câble sera vérifié afin de s’assurer que l’intégralité des câbles
ne présente pas de défaut apparent. La propreté des fouilles est vérifiée pour éviter le frottement
du câble sur des aspérités pendant son déroulage. Des dispositifs de guidage adaptés seront
posés sur les entrées de fourreaux afin d'éviter de blesser la gaine du câble, le câble pourra être
lubrifié (eau, graisse neutre,..) afin de limiter les efforts.
La méthode consistant à dérouler le câble en bord de tranchée avant de le basculer dans la fouille
est en principe prohibée.

3.1.6.1.11 Tranchée sous-chaussée


Les tranchées sous chaussées sont essentiellement constituées de bas vers le haut des couches
suivantes :
- Une zone de pose comprenant le lit de pose, l’assise de pose et l’enrobage ;
- Deux zones de remblai inférieur et supérieur qui permettent de répartir les charges sur le
sol support;
- Une assise de la chaussée comprenant la couche de fondation et la couche de base pour
réduire les contraintes diffusées au sol;
- La couche de surface constituée d’une couche de roulement ayant pour but
d’imperméabiliser l’assise et de la protéger contre l’agression du trafic (et en plus, une
couche de liaison en cas de fort trafic).
15 janvier 2016 Page 54 sur 84
511468818.doc
La chaussée doit avoir au niveau de la tranchée l’allure suivante :

3.1.6.1.12 Déroulage à la main


Nombre d’homme en fonction du poids/m du câble
Masse du câble Kg/m Distance entre hommes en m

Un nombre suffisant de galets droits et galets d’angles sont répartis uniformément le long de la
tranchée à raison d’un galet tous les cinq mètre et trois galets d’angle par changement de
direction. Ces galets doivent être stables.
Les hommes doivent tirer le câble sans le soulever afin d’éviter les martèlements répétés qui se
produisent au cours de chaque retombé du câble sur les galets. Le tirage doit se faire d’une
manière ininterrompue.

3.1.6.1.13 Déroulage à bobine portée


Lorsqu’une tranchée exempte de toute canalisation transversale longe une voie accessible aux
véhicules utilisables pour le transport de la bobine et qu’aucun obstacle vertical n’est implanté
15 janvier 2016 Page 55 sur 84
511468818.doc
entre cette voie et la fouille, il peut procéder au déroulage par déplacement du touret. On veillera
essentiellement à ce que les vérins ou appareils qui tiennent l’axe de la bobine soient fixés sur
l’engin porteur.

3.1.6.1.14 Déroulage au treuil


Ce mode de déroulage sert principalement pour le tirage des câbles dans des fourreaux de grande
longueur, des traversées de pont
L’accouplement de câble au câble de traction se fait généralement en utilisant une « chaussette »
portant à l’avant un anneau pour l’amarrage au câble de traction. Cette chaussette doit avoir un
diamètre adapté aux dimensions de la gaine extérieur du câble (ou diamètre apparent du torsade)
qui doit être serré par la chaussette sur une distance de 0,5m. Un émerillon à billes sera installé
entre le câble de traction et la chaussette de tirage.
Il est important pendant toute la durée de l’opération de ne pas dépasser la contrainte admissible.
La pose d’un enregistreur pourra être exigée par l'Ingénieur Contrôle.
Un moyen de communication fiable sera mis en œuvre pour la coordination entre le treuil et le
porte touret (radio, téléphone).
Pour le passage sous fourreau, l’entreprise vérifiera leur propreté avant l’introduction des câbles,
ainsi qu’aucun matériau ne soit entrainé dans le fourreau lors du tirage de câble.
La mise en place des accessoires s'effectuera sur des câbles secs et nettoyés.
Les boites de jonction ou de dérivation et les extrémités des câbles HTA seront confectionnés
suivant les modes opératoires spécifiés par les fabricants et avec les composants qui les
accompagnent, conformément aux règles de l'art.
Toutes les extrémités de câbles en attente seront capuchonnées à l'aide de capuchons
thermorétractables adaptés à la section du câble.
Les extrémités des câbles à basse tension sont munies de têtes étanches en matière
thermorétractable ou assurant une protection équivalente. Leur connexion aux autres éléments
est réalisée par l’intermédiaire de raccords appropriés.
Toute portion de câble présentant une dégradation quelconque est éliminée, et l’entrepreneur en
informe l'Ingénieur Contrôle.
Les manutentions des tourets seront exécutées selon les règles de l’art afin d’éviter toutes
détérioration aux câbles, notamment levage par les axes des tourets avec du matériel adapté,
élingues suffisamment longues pour éviter les contraintes sur les joues des tourets, si non emploi
d’écarteurs pour éviter ces contraintes.
Le "roulage" des tourets ne pourra être exécuté que sur des sols dépourvus d’aspérité en
respectant le sens de rotation afin d’éviter le desserrage des spires.
Tous les tourets en attente, pleins ou vides, sont calés pour éviter tout risque d’accident.

3.1.6.1.15 Repérage
Des plaques ou bornes de repérage seront prévues pour localiser le parcours des câbles et le
positionnement des accessoires de raccordement.

3.1.6.1.16 Sécurité
Les travaux sont réalisés sous la responsabilité de l’Entreprise. Celle-ci assurera la surveillance
tout au long de l’opération, afin d’éviter les accidents.
15 janvier 2016 Page 56 sur 84
511468818.doc
Les fouilles laissées ouvertes seront balisées, balisages visibles de nuit.
Le gestionnaire de la voirie et les autorités Ivoiriennes compétentes pourront imposer des
contraintes de balisage et de signalisation particulière (pose de barrières, feux tricolore,
surveillance, transfert de la circulation piétonne, etc.) selon la réglementation locale.
Le personnel portera les équipements individuels de sécurité adaptés aux opérations (baudrier,
casque, gants, protections auditives, etc. ).
L’organisation du chantier évitera la présence de personnel dans les tranchées lors de circulation
d’engin à proximité de celles-ci.
Les zones de circulation du personnel ainsi que des riverains éviteront les zones de travail des
engins.
Des ponceaux avec garde-corps seront installés sur les tranchées ouvertes, devant les entrées des
bâtiments. Leur résistance sera adaptée à la circulation (piétonne, voiture).
L’entreprise veillera à ce qu’aucun matériau n’encombre les voies de circulation en dehors des
zones balisées (risque de projection de caillou, de chute).
En cas de fuite d’huile sur un engin, celui-ci sera immédiatement arrêté.
Du matériau absorbant sera réparti sur la zone souillée, un réceptacle sera installé pour récupérer
les fuites sous l’engin.

3.1.6.2 Câbles et matériel de raccordement pour réseau souterrain HTA


Les câbles HTA seront conformes à la norme C33-226.

3.1.6.2.1 Caractéristiques des câbles souterrain HTA

Ame Aluminium
Semi-conducteur sur âme PR extrudé
Isolant PR polyéthylène réticulé
Tension assignée 12/20 (24kV) et 17/33 (36KV)
Température maxi de l'âme 90°C en permanence
120°C en régime de surcharge
250°C en court-circuit

Les accessoires de câbles doivent être de type compatible avec les câbles utilisés.
Les accessoires de raccordement des câbles seront réalisés par du personnel formé et agréé, qui
utilisera le matériel préconisé par le constructeur.
Les câbles utilisés pour la mise à la terre seront en cuivre nu de 25² de section minimale ou en
cuivre isolé U 1000 R2V 1x25².

3.1.6.2.2 Caractéristiques des Jonctions HTA


Les boîtes pour jonctions doivent assurer :
- Le contact électrique,;
- L’isolement des contacts, afin que les conducteurs soient aussi isolés dans la traversée
des boites qu’ils le sont en plein câble ;
- L’étanchéité de l’accessoire;
- Le contact est assuré par des raccords poinçonnés ;

15 janvier 2016 Page 57 sur 84


511468818.doc
- L’isolement des contacts est réalisé soit par reconstitutions de l’isolant du câble et de son
ou ses écrans éventuels (semi-conducteur métallique) soit par reconstitution pareille au
moyen des cônes déflecteurs ou remplissage de champ et de séparateurs, fuseaux ou
rubannages;
- L’étanchéité des accessoires est assurée soit:
- par des matériaux rétractables ;
- par rubannage à l’aide d’un ruban synthétique à mailles lâches dans lequel est
injectée une matière isolante à froid ;
- par un bon serrage des joints des boîtes au moyen de presse-étoupe sur les gaines
de câbles à isolation synthétique.

3.1.6.2.3 Extrémités
Les boîtes d’extrémités doivent assurer : le contacte électrique, l’isolement de la pièce de contact
et l’étanchéité des extrémités.
- le contact est assuré par cosses, des embouts ou têtes de boites serties ou soudé, mais le
plus généralement poinçonnées ;
- l’isolement est obtenu par un remplissage de la boîte avec de la matière isolante (boîte
coulés) ou par des matériaux synthétiques disposés autour du câble (câble à isolement
synthétique) ;
- l’étanchéité est obtenue par un bon serrage des joints ou par matériaux synthétiques.
Elles sont de différents types:
- les boîtes d’extrémités pour l’intérieur ;
- les boîtes d’extrémités pour l’extérieur ;
- les prises de courant.

3.1.6.2.4 Prises de courant


Elles sont utilisables sur les câbles unipolaires à isolation synthétique des types PE et PR. Elles
ne nécessitent aucun remplissage de matière isolante et permettent le raccordement direct des
câbles à des transformateurs ou à des cellules HTA.
Elles sont manœuvrables hors tension.
Elles diffèrent par leurs calibres :
- calibre 200 A (50 et 95 mm²)
- pièce mobile droite,
- pièce mobile équerre.
- calibre 400 A (95-150 et 240 mm²) avec accès au conducteur
- pièce mobile équerre.

Ce type de prise doit comporter un diviseur capacitif permettant de vérifier l’absence de tension
et autoriser l’accès au câble après une mise à la terre, un essai du câble ou une remise sous
tension (dans ces 2 cas, on utilisera des bouchons isolants).
Un certain nombre d’accessoires complémentaires existent pour ces prises :
- des plots de repos isolés;
- des plots de mise à la terre;
- des bouchons isolants pour parties fixes et mobiles;
- des pièces de jonction, de dérivation, de réduction, etc.

3.1.6.2.5 Câble en remontées "aéro-souterraines"


15 janvier 2016 Page 58 sur 84
511468818.doc
Les remontés sur le support de la ligne seront particulièrement soignées. Les fixations ne
devront pas blesser les câbles et être assez solides pour éviter que le câble pèse sur l’extrémité.
Le câble doit être protégé, par une protection mécanique de degré 9 (goulotte PVC ou
aluminium ou acier galvanisé), sur une hauteur de 2.50 mètres hors du sol et sur 0.50 mètre en
dessous du sol.
Les goulottes devront comporter :
- Trous latéraux permettant la fixation par vis ;
- Lumière latérale permettant la fixation du feuillard sur poteaux.

Les goulottes PVC devront être traitées contre les UV et seront de couleur gris clair.
En principe, les liaisons aéro-souterraines sont réalisées sur les petites faces des poteaux en
béton.
Dans le cas où la liaison est réalisée sur un support d’alignement, la remontée se fait sur la
surface alvéolée du support. Des dispositions particulières sont alors à prendre.
Les descentes aéro-souterraines seront fixées par :
- Feuillard en acier inoxydable de 20x0.4 ;
- Maille ou platine de fixation 25x60 ;
- Bande de protection en polypropylène ou cavalier ;
- Chape inox de 20mm.

Pour la réalisation de remontée aéro-souterraines sur des supports existants, toutes les
précautions seront prises pour éviter la déstabilisation des supports. Ceux-ci pourront être
éventuellement haubané.
Après réalisation des saignées dans les massifs et calage des fourreaux, le béton des massifs sera
nettoyé et mouillé avant le coulage du béton de reprise.

3.1.6.2.6 Détecteur de défaut réseaux souterrains, DDS


Le détecteur de défaut permet de localiser le tronçon défectueux d'un départ, objet d'un défaut
permanent grâce à des signalisations lumineuses. Les détecteurs sont installés à demeure. La CI-
ENERGIES a déterminé les postes dans lesquels ces détecteurs seront posés afin d'aider à la
conduite du réseau.
Des détecteurs de défaut seront fournis et installés par l'installateur, ils seront du type
ampèremétrique et ils seront conformes à la norme HN 45-S-50.
Ces dispositifs sont placés dans des postes coupures. Seuls les dispositifs situés en amont du
défaut fonctionnent. Ils permettent, par le contrôle de la signalisation des dispositifs, de localiser
le défaut.
Ils devront :
- détecter les défauts de toutes natures grâce à l'utilisation de 3 tores ;
- donner une signalisation lumineuse de cette détection à l'extérieur du poste où ils sont
installés ;
- Revenir en position veille lorsque le départ HTA est remis sous tension ;
- Actionner des contacts auxiliaires pour envoyer l'information de défaut, via un système
de télétransmission pour les détecteurs de défauts communicants, au centre de conduite à
distance des réseaux.
15 janvier 2016 Page 59 sur 84
511468818.doc
Le lot DDS comprendra:
- un capteur constitué de 3 tores ouvrants identiques associés à un redresseur ;
- Un boitier de relayage contenant un dispositif de détection, une source de courant
continu (redresseur et batterie alimentés par le tableau des auxiliaires BT du poste, un
dispositif clignotant pour alimenter un voyant extérieur ;
- Un voyant extérieur, La puissance de la lampe du voyant étant faible, le voyant doit être
placé sur un fond sombre, à l'abri des rayons du soleil directs.
Les capteurs devront permettre de détecter des défauts à la terre de ≥ 80A + 10A, biphasé isolé ≥
1200A, triphasé symétrique ≥ 450A. L'enroulement secondaire des tores sera relié à la terre des
masses du poste. En cas de terre séparée du neutre BT, l'alimentation sera faite par
l'intermédiaire d'un transformateur de séparation capable de supporter 10 kV à 50Hz pendant
1mn.
L'utilisation de tores ouvrants sera obligatoire sur les ouvrages déjà en exploitation. Leur
conception ou système d'installation devra permettre le centrage du câble dans le tore. La pose
des tores sur les câbles HTA sera réalisée selon le schéma ci-dessous.

Mise à la terre des tores détecteurs de défauts

3.2 Réseaux BT

3.2.1 Souterrain Basse Tension

Les travaux souterrains sur les réseaux BT concerneront essentiellement l'amorce des départs
BT. Pour réaliser les départs BT, en aéro-souterrain, il sera utilisé des câbles Basse Tension. Ces
câbles isolés Basse Tension pour les réseaux de distribution publique seront du type 3 phases
plus Terre. Ils seront conformes aux Normes HD603, IEC 60502, NFC 32-013 et NFC 32-210.
Les spécifications des tranchées sont identiques aux spécifications pour les réseaux HTA.

3.2.1.1 Caractéristiques

Les conducteurs de phase sont en aluminium câblé (classe 2), de forme sectorale pour les
sections ≥ 95 mm² ou ronde pour les sections ≤ 50 mm².
Le conducteur de neutre est en aluminium câblé (classe 2) de forme ronde et gainé de plomb.

15 janvier 2016 Page 60 sur 84


511468818.doc
L'étanchéité entre la gaine de plomb et l'âme du conducteur neutre est assurée par un matériau
hydrofuge. L’enveloppe isolante est en polyéthylène réticulé.

3.2.1.2 Assemblage / Bourrage

Les conducteurs de phase et de neutre sont assemblés à un pas permettant de les écarter
facilement pour réaliser des dérivations. Sur l'ensemble des conducteurs de phase et de neutre,
est enroulé un écran en acier galvanisé, en contact direct avec le plomb du neutre. L'ensemble
ainsi constitué est recouvert d'une gaine en PVC à hautes caractéristiques mécaniques,
traitement anti-termites possible.

3.2.1.3 Caractéristiques électriques

- Tension d'essai : 3,5 kV alternatif pendant 15 minutes;


- Tenue aux ondes de chocs : 1,2 / 50 µs d'une polarité positive ou négative ayant une
valeur de crête de 20 kV.

Trois sections de conducteurs sont utilisées avec les limites de transit suivantes (puissance
pondérée):
- 240 mm² pour un départ de poste HTA/BT alimentant une charge supérieure ou égale à
120 kVA et inférieure à 180 kVA ;
- 150 mm² pour un départ de poste HTA/BT alimentant une charge inférieure à 120 kVA
(section par défaut) ;
- 95 mm² pour les antennes non évolutives limitées à 60 kVA.

Section à utiliser Intensité maximale admise (A)


3x95 +50 235
3x150 +70 315
3x240 +95 415

Les intensités maximales admises doivent être minorées par les facteurs de correction précisés
ci-après, lorsque les câbles enterrés cheminent en parallèle (écartement de 20 cm), avec ou sans
fourreau. Cette réduction de capacité est à appliquer uniquement lors d'un parcours commun
supérieur à 10 mètres.

Nombre de câbles En pleine terre Sous fourreau


1 1 0.80
2 0.85 0.70
3 0.78 0.62
4 0.72 0.58

15 janvier 2016 Page 61 sur 84


511468818.doc
3.2.1.4 Réalisation des remontées aéro-souterraines BT

3.2.2 Aérien Basse tension

3.2.2.1 Carctéristiques du réseau BT aérien

La réalisation des réseaux Aériens Basse Tension présente de nombreuses similitudes avec la
construction des réseaux HTA aériens (type de supports, logiciels de calculs, transport, mise en
œuvre)
Les hypothèses de calcul des efforts mécaniques sont définies dans la norme NFC 11 201 en ne
tenant compte que de la pression du vent en zone vent normal
15 janvier 2016 Page 62 sur 84
511468818.doc
L'étude tiendra compte des plans de zonage des quartiers d'implantation afin de faciliter le
raccordement des branchements existants et futurs.
Les réseaux sont en conducteurs isolés torsadés tendus entre supports à l'aide de pince de
suspensions et d'ancrage.
L'utilisation de tendeur de réglage est interdite.
Les torsades comprennent les conducteurs EP.
La mise à la terre du Neutre est réalisée conformément à l'article 3.8 de la norme NFC11 201.
La valeur individuelle d'une terre ne devra pas excéder 100 Ω, et la valeur globale devra être au
maximum de 15 Ω
La terre du neutre pourra être raccordée à la terre des masses si ensemble elles font moins de 1
Ω, si non elles devront être distantes d'au moins 8m en respectant un coefficient de couplage
inférieur à 15%.
Les emplacements de points de coupure désignent des extrémités contigües de réseaux issus de
postes différents ou de départs différents.
Pour les supports de lignes équipés de branchements basse tension, on devra tenir compte des
efforts supplémentaires dus aux branchements existants et prévisibles.

Section à utiliser Intensité maximale admise (A)


3x70 + 54,6 + 1x16 213
3x150 + 70 + 1x16 344
Les réseaux BT des quartiers seront de structure radiale simple. Cette structure qui s'étend le
long des rues ne ménage qu'un seul point de raccordement avec la sortie BT du poste de
transformation.
Par ailleurs, le réseau BT n'est pas bouclé sur lui-même quel que soit le plan de lotissement du
quartier concerné. Chaque réseau arborescent est alimenté par un seul départ BT pour les postes
en cabine équipés de tableaux urbains à plusieurs départs.
Le réseau BT est aérien et monté sur des supports béton (aux alignements, aux arrêts et aux
angles).
Chaque arborescent est conçu en respectant les critères suivants:
- Limitation de la chute de tension maximale en extrémité de ligne à 7,5 % dans le réseau
de Distribution;
- Limitation de la chute de tension dans le réseau d'éclairage public à 5%, compte tenu du
réglage à vide du transformateur de + 5 % de manière à faire fonctionner les lampes dans
une plage de tension comprise entre 0,95 et 1,05 fois la tension minimale;
- Limitation des pertes de puissance active dans le réseau à 10 % de la puissance injectée;
la portée moyenne entre deux supports est de 45 m;
- Chaque support est équipé d'un foyer d'éclairage public.

3.2.3 Reprise ou création de branchements

Remplacement de réseaux en conducteurs nus par des réseaux en conducteurs isolés


Lors du remplacement de réseaux en conducteurs nus par des réseaux en conducteurs isolés, les
branchements aériens en conducteurs nus doivent également être modifiés. L’intervention de
l’entreprise pour le compte de CI-ENERGIES, au niveau de ces branchements, est strictement
limitée à : - la dépose des conducteurs aériens de branchements existants,
15 janvier 2016 Page 63 sur 84
511468818.doc
- la fourniture, l’ancrage et la pose des conducteurs isolés de la partie aérienne du
branchement ;
- le raccordement du câble à chaque extrémité.
Le câble de branchement est fixé à un niveau légèrement inférieur à celui de la torsade de
réseau. Les connecteurs sont du type à perforation d’isolant et à serrage mécanique simultané.
Ils sont décalés les uns des autres de 20 cm (entre axe) sur la torsade. Des liens sont disposés
afin de maintenir les conducteurs de branchements contre la torsade de réseau.
Dispositifs d’ancrage
Tous les faisceaux tendus sont amarrés à leurs extrémités au moyen de pinces d’ancrage de
branchements.
Le système d’accrochage de la pince est constitué :
- soit par un étrier d’accrochage amovible auquel on peut adjoindre un crochet isolé
lorsque la pince est mise en œuvre sous tension à distance ;
- soit par une tige en aluminium que l’on recourbe sur le chantier à la longueur souhaitée
pour assurer le réglage convenable de la traction mécanique du faisceau. Cette tige en
aluminium peut être nue ou isolée suivant que le travail est exécuté sous tension à
distance ou sous tension au contact ;
- soit par un crochet isolé solidaire de la pince et prévu pour être aisément saisi par la
perche à crochet utilisée pour le travail sous tension à distance.
La portée aérienne des branchements ne doit pas excéder 30m
La tension ne pourra excéder 40 dan pour un branchement 2 fils, 60 dan pour un branchement 4
fils

3.2.4 Eclairage public

3.2.4.1 Généralités

L’ensemble des fournitures et travaux à réaliser seront conformes aux normes et règlements en
vigueur en France au moment de l’offre et à l’exécution des travaux :
- La norme NF C15-100 et ses additifs (installations électriques à basse tension) ;
- La norme NF C14-100 et ses additifs (installations de branchements en basse tension) ;
- La norme NF C17-200 et ses additifs (installation d’éclairage public) ;
- La norme NF C 14-105 (détermination des sections de conducteurs et choix des
dispositifs de protection) ;
- La norme UTE C17-205 (détermination des caractéristiques des installations d’éclairage
public) ;
- CEI 6071-1 Coordination de l'isolement ;
- CEI 60305 Caractéristiques des éléments des chaines d'isolateurs du type capot et
tige;
- CEI 60228 Ames des câbles isolés ;
- CEI 60230 Essai de choc des câbles et de leur accessoires;
- CEI 60391 Marques de repérage des conducteurs isolés;
- CEI 60947 Appareillage basse tension.

L’entreprise ne pourra se prévaloir d’un manque de connaissance des normes et des lois en
vigueur, elle devra respecter les impératifs de montage et d’installation définis par les
constructeurs de matériels

15 janvier 2016 Page 64 sur 84


511468818.doc
3.2.4.2 Conducteurs EP

Les conducteurs d’éclairage public sont des conducteurs isolés à âme cuivre ou aluminium. S’ils
sont associés à un réseau de distribution publique sur supports communs, ils sont de la même
nature que les conducteurs de réseau. Cependant, exceptionnellement, des conducteurs isolés
d’éclairage public peuvent être utilisés sur des supports communs comportant un réseau en
conducteurs nus. Dans ce cas, les portées seront compatibles avec les caractéristiques des
conducteurs d’éclairage public. Les conducteurs souterrains d’éclairage public sont des séries :
U 1000 RVFV ou U 1000 R2V à âme cuivre de 10 mm² à 35 mm² inclus,
NFC 33-210, à âme aluminium pour les sections égales ou supérieures à 50 mm². Les câbles de
mise à la terre et de protection sont en cuivre nu de 25 mm².
La jonction entre les supports de lanternes et les coffrets muraux dans lesquels arrivent les
câbles souterrains sera assurée par des câbles de série U1000 R2V minimum égal à 2.5 mm²
Les boîtes de dérivations coulées sont strictement interdites, toutes les dérivations devront se
faire en passage de candélabres ou de coffret EP (Type S50).
Toutes défaillances consécutives à un mauvais équilibrage, à la mise en place de sections
inférieures à celles indiquées aux projets pourra mettre l’entrepreneur dans l’obligation et à ses
frais de déposer les câbles et de les remplacer par les câbles appropriés.

3.2.4.3 Classement des installations

Toutes les installations destinées à assurer la sécurité des usagers du domaine public tel que
l’éclairage public, ainsi que les installations de mise en valeur par éclairage réalisée par des
équipements fixes, sont régies par des dispositions similaires en matière de protection
Protection contre les contacts indirects des installations
Toutes les installations accessibles au public, comportant des masses conductrices pouvant
accidentellement être mises sous tension et situées à moins de 2,50 m du sol, sont protégées
contre les contacts indirects par des dispositifs individuels.
Dans ce type d’installation, la protection est exclusivement assurée par l’ensemble des trois
prescriptions suivantes :
- Les masses conductrices accessibles du public, sont reliées à une prise de terre générale
ayant une valeur de résistance de terre inférieure ou égale à 2ohms. Cette prise de terre
est constituée d’un câble en cuivre nu de 25 mm², déroulé en terre franche avant la mise
en place des matériaux fins protégeant les câbles d’énergie. Le câble de protection,
également en cuivre nu de 25 mm², est raccordé au câble de terre par soudure au cuivre
par aluminothermie. Sur le parcours du câble de protection, on effectue une boucle d’au
moins 0,30 m de diamètre avant son raccordement à la borne de masse des appareils à
protéger (mâts métalliques, masses conductrices d’appareils accessibles au public). La
remontée en boucle du câble de terre, dans les supports, est interdite ;
- Les fusibles individuels de protection contre les surintensités sont du type gG et sont de
calibres suivants :

COURANT NOMINAL DU DISPOSITIF RESISTANCE MAXIMALE DE LA


DE PROTECTION (A) PRISE DE TERRE (OHMS)
2 2.0
4 1.5
6 1.0
15 janvier 2016 Page 65 sur 84
511468818.doc
10 0.7

Les bornes de raccordement des câbles actifs et des fusibles sont protégées de sorte à constituer
un ensemble répondant aux caractéristiques de la classe II
Lorsqu’il s’agit de protéger un appareil ou un groupe d’appareils ne permettant pas la réalisation
d’une mise à la terre étendue, le dispositif de protection est d’un type dit à « haute sensibilité »
(30mA) qui tient compte de l’incertitude concernant la pérennité des caractéristiques de la mise
à la terre. Un réseau souterrain raccordé sur un réseau aérien existant doit obligatoirement être
protégé par un dispositif différentiel résiduel (DDR) placé sur la remontée aérosouterraine, sous
coffret étanche, muni d’une porte fermant à l’aide d’un outil. Afin de palier au maximum les
risques encourus, le matériel mis en œuvre pour le compte du SDE76 sera de type classe II par
construction ou par mise en œuvre.
Dans certaines situations bien spécifiques, l’adoption de très basse tension d’alimentation (24
volts) pourra être envisagée.

3.2.4.4 Données de base:

Les lanternes devront respecter une IP minimum de 55 et ne devront pas avoir d'émission au-
dessus de l'horizontale supérieure à 3 %.
Les lanternes seront de type fermé Sodium Haute Pression (SHP) 100 W ou 150w:
- Lanterne avec appareillage incorporé pour lampe SHP 100 W ou 150w ;
- Composition: corps en polyester armé, platine porte appareillage amovible en
duralinox, réflecteur en verre pressé prismatique métallisé à 500 °C douille E 40 ;
- Tension nominale : 230/240 V ;
- Crosse galvanisée pour EP 40/49, avancée 2,00 m;

3.2.4.4.1 Lampes
Les lampes du type sodium haute pression (SHP), de forme tubulaire ou ovoïde et de puissance
150 W ou 250W à douille E40, devront respecter les caractéristiques suivantes :
- Encombrement : longueur 257 mm, diamètre 47 mm,
- Durée de vie minimum 4 ans
- Tension nominale : 230/240 V, (+10%)
- 150W ou 250W
- Flux lumineux minimum 17 500Lm
- Rendement : 116,5 LmW

3.2.4.4.2 Ballast.
Les ballasts seront de type électronique afin d'augmenter la durée de vie des lampes et d'avoir
une meilleure protection contre les surtensions et les harmoniques. Ils éliminent également le
courant d'appel.
Les câblages internes aux matériels seront en câble U1000R2V 2x2, 5mm² à âme cuivre rigide
massive à isolation PVC et bourrage, gaine extérieure en PVC de couleur grise Norme NFC 32
321
Tension nominale 0,6/1kV, In 16 A

15 janvier 2016 Page 66 sur 84


511468818.doc
Le matériel sera livré neuf, emballé et protégé de façon à supporter toutes les contraintes de
transport manutention et entreposage. Lorsque des dispositifs sont enlevés d’un matériel pour
rendre son transport commode, les orifices ouverts doivent être convenablement bouchés. Le
matériel doit être toujours expédié dans des caisses. Les lampes et ballasts sont garanties deux
ans minimum contre tout vice de fabrication à partir de leur date de mise en service.

3.3 Déroulement des travaux de réseau HTA/BT

3.3.1 Exécution des travaux


L'Entrepreneur exécutera les différentes étapes des travaux, conformément aux prescriptions
techniques du présent dossier d'appel d'offres.
Les visites de chantier seront sanctionnées par un procès-verbal. Ainsi, si les réalisations sont
jugées satisfaisantes, l'Entrepreneur sera autorisé à poursuivre les travaux. Dans tous les autres
cas, l'Ingénieur Contrôle pourra exiger que les travaux soient repris conformément aux
prescriptions techniques.
Au sens de ce qui précède, les différentes étapes pour la construction des lignes sont les
suivantes.

3.3.1.1 Lignes aériennes


- le piquetage ;
- l'ouverture des fouilles ;
- le levage, l'alignement et le calage des supports ;
- le bétonnage ;
- la pose des armements, des isolateurs, le déroulage sous tension mécanique des
conducteurs et le raccordement des lignes.

3.3.1.2 Lignes souterraines


- la matérialisation du tracé ;
- la matérialisation des réseaux souterrains connus ;
- la pose des fourreaux aux tronçons posant des problèmes d’environnement (traversées de
chaussées, entrées d’entreprises, etc., remontées aérosouterraines) ;
- l’ouverture des tranchées, le déroulage des câbles ;
- la confection des boites de jonction ;
- le remblaiement, les réfections provisoires;
- Les pénétrations dans les ouvrages neufs ou existants ;
- Les raccordements aux ouvrages ;
- Les réfections définitives.
Il sera organisé des visites inopinées de chantier au cours desquelles le l'Ingénieur Contrôle ou
son représentant examinera et fera des contrôles approfondis des réalisations en compagnie du
responsable du chantier.
A la fin de chaque étape, il sera organisé une visite de chantier au cours de laquelle l'Ingénieur
Contrôle ou son représentant examinera les réalisations en compagnie du responsable du
chantier.
L'Entrepreneur pourra toujours faire une demande de réception à l'adresse de l'Ingénieur
Contrôle, suite à l'exécution partielle d'une étape des travaux pour autant que cette partie de
travaux ait subi avec succès les tests de mise sous tension. Pour cela, l'Entrepreneur établira à la
fin de chaque étape, une demande de réception à l'adresse de l'Ingénieur Contrôle.

15 janvier 2016 Page 67 sur 84


511468818.doc
3.3.2 Carnet de chantier
L'Entrepreneur ouvrira un carnet de chantier sur lequel seront consignés à chaque visite de
chantier, et tout au moins chaque semaine :
- les approvisionnements en matériaux, matières ou matériel ;
- les travaux effectués et les quantités de matériaux mises en œuvre ;
- éventuellement les recommandations et observations mises en œuvre ;
- tous les faits saillants pouvant influencer la marche des travaux.
Le carnet dont l'ouverture est obligatoire devra comporter une page originale et deux (02)
copies, et sera maintenu en permanence sur le chantier ; il sera remis à l'Ingénieur Contrôle à la
fin des travaux.
L'Entrepreneur devra en outre tenir sur le chantier, un document comportant la portion des
travaux à réaliser, le planning couvrant l'ensemble des travaux, la liste du matériel affecté aux
travaux, les détails d'exécution complémentaires au projet ainsi que les effectifs par catégorie
d'agents participant à l'exécution des travaux.

3.3.3 Contrôle des travaux


L'Ingénieur Contrôle se réserve le droit d'effectuer ou de faire effectuer par tout représentant de
son choix, la surveillance et le contrôle de l'exécution et de l'avancement des travaux.
L'exercice de ce contrôle ne peut en aucun cas diminuer la responsabilité de l'Entrepreneur.
Celui-ci doit se conformer au cours de l'exécution des travaux, aux instructions qui lui seront
données par l'Ingénieur Contrôle ou son représentant et par ordre de service.

3.3.4 Restitution des plans et dossiers techniques


- Les plans seront réalisés à l'aide du logiciel AUTOCAD ou éventuellement avec un
autre logiciel restituant les fichiers en DWG et format SIG, suivant la liste des
couches graphique qui sera définie par CI-ENERGIES ;
- Les restitutions se feront sur CD ROM. Elles seront repérées par le nom du poste et
le numéro des plans contenus (le support sera fourni par l'Entreprise) ;
- Une liste récapitulative des plans comprenant le titre, le numéro CI-ENERGIES et le
numéro Entreprise accompagnera la restitution ;
- Les éléments du poste seront dessinés sur l'espace objet, avec une correspondance
d'une unité graphique égale 1m ;
- Le cartouche et le cadre seront dessinés sur l'espace papier avec une correspondance
d'une unité graphique égale 1mm ;
- Les blocs seront créés sur la couche 0 ;
- Les cotations seront réalisées en mode cotation ;
- Les noms des couches, leur contenu, les couleurs utilisées sont définis sur un tableau
annexé au cartouche
Les polices de caractères utilisées devront être des polices courantes. (ROMAN).
Les plans et contenu des CD-ROM seront propriété CI-ENERGIES. En outre, 3 impressions
papiers des plans conformes à exécution seront fournies à CI-ENERGIES. Avant chaque
remise d'ouvrage, pour essai ou pour mise en exploitation, un plan des installations devra être
fourni. Celui-ci sera conforme à l'ouvrage remis.

4. Téléconduite réseaux HTA

15 janvier 2016 Page 68 sur 84


511468818.doc
4.1 Domaine d’application.

Les interrupteurs HTA actuellement utilisés dans les réseaux HTA en Côte d’Ivoire sont
conformes aux spécifications EDF HN 64-S-41 et HN 64-S-42.

Ces interrupteurs, de tension assignée 24 kV et de courant assigné 400 A, assurent les fonctions
« Arrivée interrupteur » dans les tableaux HTA modulaires (HN 64-S-41) ou monoblocs (HN
64-S-42), de fonction « poste de réflexion » ou « coupure d’artère » ou « coupure de dérivation
» dans les armoires de coupure (HN 64-S-49) et de fonction « coupure d’artère » dans les postes
HTA/BT préfabriqués (HN 64-S-36).

Les tableaux HTA d’un poste peuvent comporter jusqu’à 16 interrupteurs équipés d’une
commande électrique, permettant une télécommande de l’interrupteur HTA en utilisant le réseau
radio comme support de transmission.

4.2 Objet

Les présentes spécifications ont pour objet de fixer les conditions techniques pour la fourniture,
l’installation, les essais et la mise en service d’équipements pour la téléconduite des postes et
des points aériens stratégiques du réseau HTA d'Abidjan. Ces équipements sont destinés à
améliorer l’exploitation de ce réseau HTA à partir du Bureau Centrale de Conduite d'Abidjan
(BCC Abidjan) par la réduction des temps de manœuvres sur les départs HTA.

La téléconduite des postes HTA et des points aériens stratégiques sera réalisée à partir des
installations du Dispatching d'Abidjan qui comprend le centre de conduite distribution. Une
ligne de communication sera donc utilisée à cet effet pour connecter les postes HTA au
dispatching. Cette ligne supporte les protocoles de communication CEI 60870-5-101 et CEI
60870-5-104. Le mode de communication entre le Centre de conduite et les sous-stations est
maître/esclave, le centre de conduite étant le maître.

NB : Les cellules motorisées 48Vcc et les coffrets intégrés de télécommande (ITI) doivent
être de la même marque pour faciliter l’exploitation et la maintenance. L’ensemble des
équipements seront dans les marques habituellement utilisées sur le réseau électrique en
Côte d’Ivoire ou équivalentes.
Dans le but de mieux apprécier l’exhaustivité des prestations demandées, les adjudicataires
pourront effectuer des visites sur l’ensemble des postes et points aériens retenus dans le cadre
de ce projet. Dans tous les cas, toute non-conformité des prestations qu’ils fourniront sera
entièrement de leur responsabilité.

4.3 Prestations

4.3.1 Réseau de transmission de données

15 janvier 2016 Page 69 sur 84


511468818.doc
La transmission radio se fera par radio VHF des données entre les postes HTA et le BCC en full
duplex. Dans ce mode de communication, le maître est le BCC et les esclaves, les postes HTA.
Ce réseau devra permettre la transmission des données compatible avec les protocoles CEI
60870-5-101 et CEI 60870-5-104 conformément à l’interopérabilité existante. Le
soumissionnaire fera les études nécessaires pour déterminer l’ensemble des moyens à mettre en
œuvre pour ce réseau.

4.3.2 Système intégré de conduite

Le système d'interfaçage doit intégrer les fonctionnalités suivantes :

1. Communication au centre de conduite


2. Serveur web embarqué pour configuration à l’aide d’un PC portable
3. Interfaçage interrupteur HTA motorisée et équipements externes
4. Interface Homme/Machine permettant la commande, la visualisation, la configuration
locale et la consultation des EED et des mesures directement à partir de l’interface
5. Détection de défaut phase et neutre (option directionnalité suivant évolution du régime
de neutre HTA)
6. Alimentation intégrée, protégée et secourue de tous les équipements du poste
7. Des automatismes (permutation automatique de source auxiliaire, Automatisme
décentralisé alarmé …)
8. Mémorisation et horodatage de tous les événements (EED)
9. Gestion des accès
10. Accessoires et options

NB : Il doit être possible d’installer le PA aussi bien verticalement qu’horizontalement en


fonction de l’espace disponible dans le poste HTA.

4.3.2.1 Communication

Le système permettra la communication de toutes les informations du poste HTA au centre de

conduite à l'aide du protocole CEI 60870-5-101 ou CEI 60870-5-104 par radio VHF. Un

emplacement aéré permettant la fixation d'une interface de transmission radio est alloué.

Le PA doit aussi intégrer un modem GSM/GPRS pour le secours de la


communication radio : la communication GSM/GPRS pourra remplacer automatiquement la
communication radio en cas de problèmes de transmission au niveau du support radio.

4.3.2.2 Interface interrupteurs HTA et équipements externes

15 janvier 2016 Page 70 sur 84


511468818.doc
Dans les postes télécommandés il sera installé un coffret ITI pour communiquer avec le système de
conduite.

Il assure le passage des ordres aux interrupteurs et l’acquisition des informations. La capacité
peut-être modulable jusqu’à 16 voies. Il gère les commandes d’ouverture et de fermeture en 48
Vcc ainsi que l’acquisition des positions ouvertes et fermées des interrupteurs HTA. Si les
détecteurs de défaut de chaque voie sont externes il sera capable de gérer leurs signalisations et
de les réinitialiser. Le raccordement se fera par des connecteurs robustes dédiés HAN 10A,
détrompés et condamnables pour la partie interrupteurs et par un bornier à vis pour le
raccordement des TC tore et des E/S extérieures. Les commandes et les signalisations seront
disponibles sur une platine synoptique, sur un PC local ou au BCC et validées par les modes
d’exploitation locale ou distante.
L'Interface de télécommande d'interrupteur HTA permet:
- la fonction "Poste Asservi" PA ;
- la commande électrique d'interrupteurs HTA, soit à partir du synoptique de contrôle-
commande situé dans le coffret ITI, soit par télécommande depuis le système de
téléconduite;
- la fourniture de l'énergie nécessaire à la télécommande ou la commande électrique locale
des interrupteurs HTA en présence ou en absence d'alimentation extérieure alternative;
- la surveillance des courants HTA, la détection, la signalisation et la télésignalisation des
défauts HTA ;
- la détection du départ HTA en défaut, l'émission d'un ordre d'ouverture à l'interrupteur
HTA correspondant à la télésignalisation et la télésignalisation de cette fonction ;
- son auto-surveillance et son autocontrôle.
- Il peut permettre, à la détection du départ HTA en défaut, l’émission d’un ordre
d’ouverture à l’interrupteur HTA correspondant et la télésignalisation du fonctionnement
de cette fonction appelée "Automatisme. Décentralisé. Alarmé" (ADA).

L'ITI peut alimenté à partir du tableau BT depuis une protection unipolaire+neutre raccordée en
aval du coupe-circuit tripolaire+neutre. Ce circuit est monophasé (phase+neutre) d'intensité
assigné 2A, équipé d'une cartouche fusible cylindrique de calibre 6A, conforme à la NFC 63-
213.

4.3.2.3 Détection de défauts

L’équipement intégrera la détection de défaut de courant phase et neutre. Les capteurs de


courant seront de type tore ouvrant auto-centreur et leur connexion se fera par cordon équipé de
connecteur avec détrompeur. Les seuils de détection de défaut seront paramétrables ainsi qu’un
seuil de surcharge. Les défauts seront mémorisables, consultables sur la platine de commande
locale, visualisables par un voyant externe anti-vandalisme et transmis au BCC. Ces défauts
pourront être acquittés par temporisation, par retour de présence tension, par PC local, par la
platine d’exploitation ou par télécommande à travers une entrée extérieure. La carte de
détection de défauts devra gérer un éventuel passage à la détection directionnel (sans
changement de carte)

4.3.2.4 Alimentation

15 janvier 2016 Page 71 sur 84


511468818.doc
L’équipement intégrera un atelier d’énergie capable de fournir l’alimentation secourue de
l’électronique intégrée, de la commande motorisée des interrupteurs HTA en 48 Vcc, des
modems et des systèmes de transmissions en 12 Vcc. L’atelier d’énergie sera compose d’un seul
élément en plomb étanche sans entretien. La batterie assure le fonctionnement uniquement
en cas d’absence secteur. L'autonomie permettra de réaliser un minimum de 150 cycles de
commande d'interrupteur HTA et l'alimentation du système d'interface pendant au minimum
quarante heures (40h) lors d'une perte des auxiliaires. Un automatisme gérera les cycles de
charges et de décharges des batteries afin d’optimiser leur durée de vie. Cet automatisme
surveillera également l’état des batteries et enverra une alarme si une maintenance est
nécessaire. Une alarme absence secteur après temporisation réglable sera aussi disponible. Une
surveillance de l'atelier d'énergie sera présente et générera des alarmes en cas d'anomalie. La
durée de vie de la batterie sera supérieure à cinq ans (5 ans).

4.3.2.5 Automatismes

La configuration de l’équipement intégrera les automatismes de réseau déporté tels que :

PASA : permutation automatique de source auxiliaire,

ADA : Automatisme décentralisé alarmé. Ouverture de l’interrupteur concerné par le défaut


pendant le creux de tension du cycle de reenclenchement du disjoncteur au poste source.

4.3.2.5.1 Rôle de la fonction PASA

Lorsque la fonction PS est en service, son rôle est, lors de la disparition de la tension sur la
canalisation alimentant le poste HTA, de provoquer, si les conditions en sont réunies, la
permutation des alimentations, reportant ainsi l’alimentation du poste sur l’autre canalisation.

4.3.2.5.2 Conditions de permutation


En exploitation normale, la fonction PASA en service doit ordonner et faire exécuter
complètement la permutation des sources A et B (dont la commande des interrupteurs est
raccordée respectivement aux voies A et B de l’ITI, si toutes les conditions ci-après sont
remplies simultanément pendant une durée (retard à la permutation) de t secondes consécutives :
a) l'interrupteur d'une UF (Unité Fonctionnelle) « Arrivée interrupteur » A ou B est fermé ;
b) l’interrupteur de l’autre UF « Arrivée interrupteur » A ou B est ouvert ;
c) absence de tension sur l’UF dont l’interrupteur est fermé ;
d) présence de tension sur l’UF dont l’interrupteur est ouvert ;
e) tension 48 volts continus correcte, permettant d’assurer une permutation complète des sources
;
f) sens de permutation autorisé ;
g) aucune des deux commandes électriques n’est neutralisée ;
h) absence d’ordre de verrouillage par défaut HTA.
Si une ou plus de ces conditions n’est plus remplie pendant le retard à la permutation, la
temporisation qui assure ce retard doit être remise à zéro en 150 ms au plus, et repartir de zéro
lorsque toutes les conditions se trouvent à nouveau simultanément remplies.
15 janvier 2016 Page 72 sur 84
511468818.doc
Les valeurs du retard à la permutation sont comprises entre 5s à 25s et réglables

4.3.2.5.3 Consistance de la permutation

La permutation commandée par la PASA dans les conditions ci-dessus comporte


systématiquement l’enchaînement des deux opérations suivantes :
– ordre d’ouverture de l’interrupteur fermé si les conditions précitées sont remplies ;
– dès l’ouverture de celui-ci, ordre de fermeture de l’interrupteur ouvert, même si les conditions
c et d ci-dessus ne sont plus remplies.
L’ordre de fermeture de l’interrupteur ouvert ne doit être donné que si l’ouverture de
l’interrupteur fermé résulte d’un ordre donné par l’automatisme.

4.3.2.5.4 Retard de la permutation

Un retard de la permutation doit permettre d’éviter un changement d’alimentation pendant des à-


coups ou des creux de tension ou pendant le fonctionnement des automatismes installés sur les
réseaux amont.
La durée T1 de retard à la permutation doit pouvoir être choisie égale à 5 s ou 25 s ±20 %.
Cette durée T1 correspond à l’intervalle de temps entre la disparition de la tension HTA sur
l’alimentation normale et l’émission de l’ordre CO par l’ITI vers l’interrupteur HTA fermé.
La durée T1 est paramétrable localement, manuellement à l’aide ou non d’un micro portable.

4.3.2.5.5 Verrouillage par défaut HTA


La permutation des sources est verrouillée, lors d’un défaut dans le tableau HTA, que
l’alimentation se fasse par l’interrupteur HTA, A ou B.
L’information logique de verrouillage par défaut HTA est issue des détecteurs de défauts HTA,
de type Ampèremétrique. La réception de cette information logique doit verrouiller
instantanément tout ordre de fermeture ou d’ouverture des interrupteurs quelle que soit son
origine (fonction PASA, commande locale ou télécommande).

4.3.2.5.6 Remise à zéro


Celle-ci est effectuée par la présence des informations « Présence tension HTA » fournies par les
deux UF arrivée interrupteur du tableau HTA. Cependant, cette remise à zéro est inhibée
pendant 3 s après la mise en mémoire du défaut.
Le relais à temps indépendant spécifié non ajustable assurant cette temporisation doit avoir un
temps de récupération inférieur à 100 ms.
En l’absence du retour des informations de « Présences tension HTA », la remise à zéro pourra
être effectuée manuellement par action sur un bouton-poussoir situé sur le synoptique de l’ITI.

4.3.2.5.7 Dispositifs d’information de présence et d’absence de tension HTA


Les dispositifs d’information de présence et d’absence de tension sur chacune des canalisations
HTA sont situés dans les UF arrivée interrupteur et leurs caractéristiques sont définies dans la
spécification
HN 64-S-41.
15 janvier 2016 Page 73 sur 84
511468818.doc
L’information « Présence tension » est donnée pour une tension simple (V) du réseau HTA
supérieure ou égale à 4 kV par un contact fermé, isolé de toute source d’alimentation.
L’information « Absence tension » est donnée pour une tension simple inférieure ou égale à 1,2
kV par l’ouverture du contact
« Présence tension ».
Ces informations sont destinées :
– à remplir les conditions de permutation (c) et (d);
– à autoriser la remise à zéro du dispositif de PASA.

4.3.2.5.8 Manœuvre manuelle locale

Les manœuvres manuelles de fermeture et d’ouverture de l’interrupteur de chaque UF (UF A et


UF B) sont possibles localement par les commandes mécaniques manuelles situées sur le tableau
HTA.
Elles permettent la fermeture ou l’ouverture simultanée des deux interrupteurs, c’est-à-dire la
mise en parallèle des sources ou la mise hors tension de l’ouvrage HTA.

4.3.2.5.9 Permutation automatique


La mise en/ou hors service de la fonction PASA est réalisée soit localement dans l’ITI sans
l’aide d’un micro portable, ITI en « Local », soit par télécommande.
ITI en position « Local », une signalisation lumineuse verte doit indiquer « PASA en service » et
une signalisation lumineuse jaune indique « PASA hors service ».
La PASA en service assure la permutation des sources selon les conditions définis
précédemment.

4.3.2.5.10 Manœuvre électrique locale et télécommande

En plus de la manœuvre manuelle locale et de la permutation automatique, il est possible de


manœuvrer électriquement localement (depuis le synoptique de l’ITI) ou par télécommande, les
interrupteurs HTA.
Les différents verrouillages et priorités sont présentés dans le tableau 1 ci-après.

4.3.2.5.11 Choix du sens de permutation

Il sera possible de configurer manuellement depuis l’ITI, dans la position « Local », avec ou
sans micro portable, le sens de la permutation automatique. Le sens pourra être soit de A vers B
(identifié
A  B), soit de B vers A (identifié B  A), soit indifféremment de A vers B ou de B vers A
(identifié A  B ou B  A).
Le changement de sens de permutation doit pouvoir s’effectuer sans entraîner de manœuvre des
interrupteurs HTA (le changement d’état des interrupteurs HTA étant réalisé avant ou après le
changement du sens de permutation).

4.3.2.6 Interface Homme/Machine

15 janvier 2016 Page 74 sur 84


511468818.doc
L’ITI sera muni d’un écran intégré et d’un clavier associé, permettant la visualisation et le
paramétrage directement sur l’appareil sans nécessiter obligatoirement un PC.

Le synoptique permettra à l’exploitant de :

- Sélectionner le mode d’exploitation (local ou distant) à l’aide d’un commutateur


- Commander les interrupteurs. Une fois le commutateur de mode d’exploitation positionné
sur local, l’opérateur pourra ouvrir ou fermer individuellement chaque interrupteur à l’aide
d’un bouton de sélection et d’un bouton de validation.

- Visualiser toutes les informations par des voyants de couleurs différentes en fonction du
niveau d'urgence

- Défaut chargeur
- Défaut batteries
- Défaut de communication avec BCC
- Défaut alimentation commande interrupteurs
- Défaut alimentation des équipements de transmission
- Absence tension secteur
- Défaut interne équipement
- Mode d’exploitation (Local/Distant)
- Le passage de courant de défaut pour chaque interrupteur et le sens amont ou aval (si
détection directionnelle)
- La position ouverte et fermée de chaque interrupteur
- Pour chaque automatisme, l’exploitation doit pouvoir connaître son état (en ou hors service,
verrouillé ou non, actif ou inactif...)
- Réinitialiser et tester les détecteurs de défaut à l’aide d’un bouton-poussoir

4.3.2.7 Mémorisation des événements (EED)

Chaque événement de surveillance interne du système intégré et toutes les informations du poste HTA
seront mémorisées et horodatées. Une restitution sera disponible sur le PC local et au centre de
conduite via le réseau de transmission.
Il aura une capacité minimum de 1000 évènements, une précision d’au moins 1/10 de seconde. La mise
à l’heure et la synchronisation des événements sera gérée depuis le centre de conduite.

4.3.2.8 Gestion des accès

Deux types d’intervention sont généralement nécessaires pour l’exploitation d’un ouvrage HTA.
 Intervention des agents d’exploitation : ces agents doivent pouvoir manœuvrer les
interrupteurs par une manœuvre local sur le tableau HTA, une manœuvre électrique
locale, et réaliser une neutralisation des commandes électrique. Ils ne doivent pas avoir
accès aux dispositifs de réglage et de protection et aux composantes d’interfaçage de
télécommande
15 janvier 2016 Page 75 sur 84
511468818.doc
 Intervention des agents de maintenance : en plus des possibilités autorisées aux agents
d’exploitation, ces agents doivent pouvoir accéder aux dispositifs de réglage et de
protection et aux composantes d’interfaçage de télécommande.

De ce fait l’interface de télécommande devra avoir trois niveaux d’accessibilité gérés


mécaniquement et seront cadenassables :

- 1er Niveau : accessibilité libre. Il permettra à l’exploitant :


- De prendre connaissance rapidement de l’état des équipements du coffret
d’interfaçage.
- D’identifier le tronçon de câble en défaut.

- 2ème Niveau : conduite et exploitation local. Il permettra à l’agent de conduite :


- De choisir le mode de commande des interrupteurs.
- De commander électriquement les interrupteurs.
- De mettre en ou hors service des automates décentralisé alarmé ou de
permutation de source.
- De faire le RESET du dispositif micro informatique et des signalisations.
- De tester les détecteurs de défaut et toutes les signalisations par voyants.
- D’accéder à toutes les fonctions du 1er niveau.

- 3ème Niveau : Niveau maintenance. Il permettra à l’agent de maintenance :


- De configurer les fonctionnalités du coffret d’interfaçage des interrupteurs.
- De paramétrer les différents automates du coffret.
- D’accéder aux fonctions de diagnostic et à tous les éléments intégrés pour le
dépannage.
- D’accéder à toutes les fonctions du 2ème niveau.

2 Niveaux d’accès verrouillables par mot de passe géreront le logiciel du PC local

- 1er Niveau : Accès aux événements (EED), à la visualisation de tous les états et à
la commande des interrupteurs (conduite/ exploitation)
- Le 2ème Niveau donnera accès à la configuration du système et au diagnostic.
Le 2ème Niveau donne accès à toutes les fonctionnalités du 1er Niveau 

4.3.2.9 Accessoires et options

Un ensemble d'accessoires devra permettre de tester, mettre en service et maintenir les


équipements, et devront comporter à minima :

- Un parc de boîtier de simulation d’interrupteur (quantité à définir ≥ 10)


- Deux outils de configuration et ses logiciels associés sur Compact disque.
- Deux valises de test des détecteurs de défaut et des tores
- Deux boîtiers de contrôle de l’interfaçage (réception des ordres du BCC, simulation des
signalisations vers le BCC, contrôle des commandes de l'interface vers les interrupteurs et
simulation des entrés extérieures).
- Un châssis support de coffret du système intégré pour test, contrôle et formation en
laboratoire.

15 janvier 2016 Page 76 sur 84


511468818.doc
- Un dispositif permettant le support de l'outil de configuration intégré au système ou sous forme
de kit encliquetable.
- L'intégration au système d'une auto-surveillance, d'un auto-diagnostic et d'une aide à la
maintenance
- Un lot de maintenance de première nécessité (ex : radio, carte UC, carte d’acquisition courant,
kit d’acquisition tension, etc.).
- Une documentation complète, en français et en trois exemplaires pour l'installation, la
configuration, la mise en service et le dépannage
- La mesure du courant de charge sur chaque voie consultable au centre de conduite
éventuellement à travers un support de transmission permanent ou non permanent
- La gestion de la position de l'interrupteur de neutralisation de la commande électrique de
l'interrupteur HTA (INC) avec transmission de l'état au BCC
- La détection de courant de défaut directionnel
- la gestion, la signalisation et la transmission de la position du sectionneur de terre

En complément de l'offre initiale, il sera proposé en option diverse fonctions facultatives comme :
- Des entrées extérieures pouvant gérer :
 Porte ouverte
 Sonde de température
 Eclairage

4.3.3 Système d’intégration au dispatching

Ce système comprend la radio et les équipements nécessaires à la connexion sur la ligne du


front-end dédié à cet effet. La connexion au front-end se fera sur le connecteur RS 232 de la
carte de communication du système frontal du dispatching d'Abidjan.

4.3.3.1 Caracatéristique du système radio

Antennes Omnidirectionnel pour les relais et directionnel pour les


postes fixes
Gamme de fréquence 146 – 174 MHz conforme avis UITR
Puissance RF 25 W
Gain de l’antenne 6 dB pour les relais et 3 dB pour les radios
Interface téléphonique A préciser
Mode de trafic Full duplex
Interface donnée pour accès BF 0 dbr réglable avec impédance d’entrée 600W
Débit binaire 100 à 19200 bits / s conforme UITT
Source d'alimentation disponible 48Vcc au CTT et 12Vcc dans les postes HTA
Maintenance Facile
Montage Armoire murale normes européennes
Construction modulaire norme européenne
Conception récente selon norme UITR en vigueur
Autres A préciser

15 janvier 2016 Page 77 sur 84


511468818.doc
4.4 Carctéristique du système intégré de conduite

Conduite locale Synoptique animé (position de la cellule : O/F/Terre)


Identification des cellules
Etat de passage de courant de défaut
Alarme et surveillance communication et alimentation
Locale / distante
Sélection et validation des commandes locales
Sortie digitale de télécommande tension 48 Vcc
Entrée digitale télésignalisation Tension 12Vcc
Niveau d’isolements assignés Entre primaire et écran + le(s) secondaire(s)
pour le transformateur de sécurité 10kV – 50Hz – 1 min
du coffret 20 kV à l’onde de choc 1,2/50µs
entre le(s) secondaire(s) et écran + le primaire
10kV – 50Hz – 1 min
20 kV à l’onde de choc 1,2/50µs
entre l’écran et le primaire + le(s) secondaire(s)
10kV – 50Hz – 1 min
20 kV à l’onde de choc 1,2/50µs
Débits binaires 100 à 19200 bits/s (programmable)
Protocole de transmission CEI 60870-5-101 ou CEI 60870-5-104
Synchronisation Dispatching par le protocole CEI 60870-5-101 ou CEI
60870-5-104
Modem Intégré ou externe
Etat esclave du calculateur frontal
Mémoire Stockage de plus de 1000 événements
Source d'alimentation 48Vcc intégrée
Configuration Programmable par PC
Montage armoire aux normes européennes
Construction modulaire aux normes européennes
Conception récente selon normes CEI et UITT en vigueur

Ce système doit avoir une fiabilité élevée, c’est-à-dire être capable de résister aux dégradations
sans perte de performances ou de données.
Le temps de disponibilité doit être amélioré en le dotant d’un système d’autocontrôle et/ou en
introduisant de la redondance aux points critiques.

4.5 Liste des téléinformations (minimale)

Chaque cellule comprend 2 TSD pour l’interrupteur. Si l’interrupteur est télécommandé (CTC),

elle comprend 2 TC en plus. S’il existe un détecteur de défaut pour la téléalarme (CTA), 1 TSS

15 janvier 2016 Page 78 sur 84


511468818.doc
s’ajoute aux précédentes. Le soumissionnaire pourra ajouter toutes autres informations utiles à

l’exploitation.

La surveillance globale du poste est réalisée par les informations et les commandes de la tranche
générale (TG).

Poste Cellules Informations TC TS TM Bilan


Enclenchement Interrupteur 1 0 0 CTC
Déclenchement Interrupteur 1 0 0
Interrupteur Fermé 0 1 0 2 TC
Arrivées, 2 TSD
Interrupteur Ouvert 0 1 0
Départs ou 4 TSS
Sectionneur de Terre 0 1 0
Couplages 1 TM
Présence Tension HTA 0 1 0
Poste Courant de ligne 0 0 1
Passage courant de défaut 0 1 0
Tranche RAZ détecteur de défaut 1 1 0 TG
générale Poste en local 0 1 0
(TG) Défaut poste 0 1 0 3 TC
Porte ouverte au poste 0 1 0 2 TSD
3 TSS

TC : Télécommande ; TSD : Télésignalisation double ; TSS : Télésignalisation simple


TM : Télémesure
CTA : Cellule avec téléalarme de détecteur de défaut ; CTC : Cellule télécommandée

4.6 Le disjoncteur fictif

C’est un relais qui sert au test de la liaison de données par les opérateurs. Il est
télécommandable.

Commande 2 relais (1 Fermeture et 1 Ouverture)


Signalisation 2 contacts (1 Fermé et 1 Ouvert)
Alimentation 48Vcc

Cinq (5) disjoncteurs fictifs seront fournis dans le cadre de la présente.

4.7 L’atelier d’énergie (redresseur/chargeur + batteries)

Il permet d'alimenter l'ensemble des équipements de télécommunications. Il est composé d'un


redresseur chargeur et d'un ensemble de batteries. L’alimentation 220Vac est mise à la
disposition par CIE. Il alimente les moteurs des cellules en 48Vcc.

15 janvier 2016 Page 79 sur 84


511468818.doc
Tension d'alimentation nominale mono 220Vac Fréquence : 50Hz
Tension de sortie 48Vcc et taux d'ondulation : < 1%
Autonomie Au moins 24 heures
Maintenance sans entretien
Montage Intégré
Conception récente selon normes CEI en vigueur

4.8 Le système de surveillance et d’exploitation locale

Il permet de faire une exploitation locale des installations. Les indications donnent l’état des

alimentations des équipements. Ce système permet de mettre le poste en local lors des actions

de maintenance ou pour des besoins de consignation.

Alarmes
- Manque 48Vcc sortie redresseur chargeur de batteries,
- Manque 220Vca entrée redresseur chargeur de batteries
- Défaut alimentation transmission pour la radio
- Défaut alimentation téléconduite pour le calculateur
- Défaut télécommande pour le manque 48Vcc sur les relais de commande
Exploitation
- Présence alimentation 220Vca
- Présence 48Vcc
- Poste en local
Commutateurs
- Local / Télécommande (bistable)
- Essai lampe (monostable)

4.9 Conditions limites de fonctionnement

4.9.1 Environnement et sécurité

Les postes où seront installés les équipements de télécommunications ne sont pas climatisées.

La température ambiante peut atteindre 55° C.

La sécurité contre les surtensions accidentelles des installations est assurée par une bonne

terre.

15 janvier 2016 Page 80 sur 84


511468818.doc
Les équipements à fournir seront immunises contre toute influence electromagnetique. Les

équipements informatiques les PC notamment, seront de type industriel.

4.9.2 Sources d’alimentation existante

- Tension alternative : 220Vca ± 10% à 50 Hz;

4.9.3 Conditions climatiques

- Température : +20 à + 55 °C;


- Hygrométrie : 90 à 95%.

4.10 Documentation - Formation - Maintenance

4.10.1 Documentations

Le soumissionnaire devra fournir la documentation concernant son équipement pour permettre


au maître d’œuvre de le connaître. La documentation sera rédigée en Français et délivrée en trois
(3) exemplaires.
Le soumissionnaire devra fournir les documents suivants :

4.10.1.1 Une notice technique

Elle comprenndra :

- La description du fonctionnement des équipements;


- Les données techniques;
- Les résultats de test d'usine;
- Les schémas de principe indiquant les valeurs et points de test;
- Les schémas de câblage et d'implantation mécanique des cartes;
- Les schémas bloc et les différentes vues;
- Les protocoles d'essai des différents équipements;
- Les supports informatiques des données et des programmes.

4.10.1.2 Une notice de maintenance et d’exploitation

Elle comprenndra :

15 janvier 2016 Page 81 sur 84


511468818.doc
- La nature des mesures, les points de mesures, les niveaux nominaux et les points de
réglages;
- Les types de maintenance;
- La périodicité des maintenances préventives;
- Les outils jugés nécessaires pour la maintenance et l’exploitation (simulateur de centre
de conduite, PC et logiciel de diagnostic, appareils de mesure, etc.)

1.1.1.1 Rapport d’audit


L’entrepreneur préparera un rapport d’audit complet basé sur les présentes spécifications
techniques et les résultats d’audit. Ce rapport inclura à minima :
- L’architecture du système ;
- La situation des postes ;
- Le quantitatif final ;
- Les schémas du système ;
- Le plan de travail.

Les schémas montreront les situations des équipements, les raccordements principaux aux
sources d’énergie, les chemins de câbles, les modes de connexion aux structures déjà existantes.
D’une manière générale, ils incluront les relations matérielles des équipements fournis par
l’entrepreneur à tout autre équipement du site.

4.10.2 Formation

L’entrepreneur proposera une formation de cinq (5) jours en Côte d’Ivoire sur les aspects
d’exploitation, de maintenance et d’intervention au niveau 1 et 2 sur l’ensemble des
équipements de télécommunication pour 04 ingénieurs.
La formation deuxième niveau des techniciens aura lieu chez le constructeur avant les tests à
l'usine.Elle aura pour objet de permettre aux Ingénieurs du maitre d’oeuvre et du maître
d’ouvrage de maîtriser le fonctionnement et la maintenance de niveau 2 et 3 de l'équipement
(matériel, logiciel, procédure de mise en service, programmation), de vérifier la conformité aux
spécifications techniques et de faire la maintenance des cellules.

La formation premier niveau aura lieu en CÔTE D'IVOIRE par l'adjudicataire et portera sur la
connaissance des équipements et les actions précises de maintenance et d’exploitation.
Elle concerne principalement les techniciens opérationnels d’exploitation et maintenance.
Le soumissionnaire proposera le programme, les prérequis et le coût de la formation.

Le programme et les prérequis de la formation seront communiqués au maître d’oeuvre et


au maitre d’ouvrage un mois avant la formation pour approbation.

4.10.3 Maintenance – Pièce de rechange

4.10.3.1 Maintenance

15 janvier 2016 Page 82 sur 84


511468818.doc
Les différents réglages internes et externes nécessaires et les points de test permettant la
maintenance seront clairement définis et facilement accessibles. Les équipements nécessaires à
la maintenance seront proposés par le soumissionnaire.

4.10.3.2 Pièces de rechange

Le soumissionnaire proposera la liste des pièces de rechange en indiquant leur référence et leur
coût hors taxe et hors douane actuel.

Il proposera un lot de pièces de rechange de première nécessité.

4.11 Mise en service

Elle sera faite par un spécialiste du constructeur et les techniciens de la CI-ENERGIES et


portera sur :
- La vérification des installations;
- La mise en service effective de l'équipement;
- Le fonctionnement normal et effectif de l'équipement;
- La mise en exploitation de l’équipement.
- La programmation des équipements

La mise en service effective se fera en deux étapes :


1. Qualification
2. Intégration

4.12 Qualification

L’adjudicataire utilisera un simulateur de centre de conduite au CTT pour qualifier le réseau de


communication et les installations qu’il aura réalisés. Les résultats sont ensuite validés par CI-
ENERGIES.

4.13 Intégration

Suite à la validation de la qualification, le nouveau réseau de poste HTA est connecté au front-
end sur la ligne dédiée. Les essais de fonctionnement sont alors réalisés par l’adjudicataire et
CIE. Toutes les corrections nécessaires sont alors effectuées pour adapter le nouveau réseau au
fonctionnement du BCC existant. A la fin de cette intégration la mise en service est validée par
CIE et le réseau mis en exploitation.

L’adjudicataire devra mettre à la disposition du maître d’œuvre les schémas de chantier mis à
jour ainsi que les plans du réseau de télécommunication sur support papier et informatique (CD).
Ils prennent en compte toutes les modifications ou rajouts réalisés à la faveur des travaux et
essais.

La durée de la mise en service ne devra pas excéder un (1) mois.


15 janvier 2016 Page 83 sur 84
511468818.doc
4.13.1 Coffret d'interface de télécommande pour interrupteur HTA , ITI

15 janvier 2016 Page 84 sur 84


511468818.doc