Vous êtes sur la page 1sur 331

OFFICE NATIONAL DE L’ASSAINISSEMENT DE TUNISIE - ONAS

REPUBLIQUE DE TUNISIE

ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS


D’ASSAINISSEMENT DANS LES
GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX,
GABES, MEDENINE ET GAFSA

CONTRAT N° TA2010032 TN F10

RAPPORT DE MISSION 1
TOME 0

- VERSION DEFINITIVE -

JUIN 2014
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

La présente opération d’assistance technique est financée par le Fonds d’assistance technique de la
FEMIP. Ce fonds utilise des aides non remboursables versées par la Commission européenne pour
appuyer l’activité d’investissement que la BEI déploie dans les pays du sud et de l'est de la Méditerra-
née, en assistant les promoteurs pendant les différentes phases du cycle des projets.

Les auteurs assument l’entière responsabilité du contenu du présent rapport. Les opinions exprimées
ne reflètent pas nécessairement l’avis de l’Union européenne ou de la Banque européenne
d’investissement
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

AVERTISSEMENT POUR LE TOME ZERO

La présente version, définitive, du tome zéro, prend en compte l’ensemble des remarques formulées
au cours des séances de travail qui se sont échelonnées de janvier à mai 2014 et notamment lors de
la réunion du comité de pilotage du 15 avril 2014 tenue à Tunis, suivie de réunions dans les six gou-
vernorats . .
Par rapport aux versions antérieures, les améliorations, correction set précisions ont porté sur les
points suivants qui impactent ou le texte, ou les annexes ou les pièces graphiques du dossier :
Vérification et modifications de certains taux prévus pour la croissance démographique
Précisions sur les informations concernant la stratégie future de l’ONAS
Ajout de plusieurs localités disséminées dans toute l’aire de l’étude, en particulier dans
le gouvernorat de Mahdia.
Ajout de données sur les réseaux existant EU ou EP dans certaines villes des six gou-
vernorats
Ajout d’informations concernant des projets ou coups partis
Corrections des valeurs de taux de raccordement quand ils étaient erronés
Prise en compte d’études non identifiées auparavant et communiquées récemment
Estimation des situations estivales particulières sur quelques sites à forte activité touris-
tique, générant une consomation en eau et des rejets exceptionnels
Reprise de calculs de débits suite à modification de l’analyse urbaine (cas de Kerkenah
par exemple)
Ajout de deux stations de pompage dans le réseau urbain de Sfax ville
Sdandardisation des équipements et en particulier changement de nomenclature pour
les materiaux des collecteurs, précisions sur le design des stations de pompage et dis-
tinction cales séches / pompes immergées
Suppression du diamétre 700 dans les projets
Débat plus étoffé sur la question des dotations AEP avec entre autres des valeurs révi-
sées pour les lits des zones touristiques.
Reprise des commentaires sur la délicate question des conditions de l’exploitation des
ouvrages ; le Consultant a pris en compte ces considérations pour préparer les recom-
mandations qu’il conviendra de formuler en mission III concernant la problématique de
l’organisation et de la maintenance.
Ajout de précisions concernant la situation en matière de REUT, notamment dans le
gouvernorat de Sfax.
Ajout de précisions sur des valeurs de pollution industrielle.
Diverses modifications font en complément l’objet de reprises ponctuelles dans chacun
des six tomes relatifs aux six gouvernorats spécifiquement.
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

SOMMAIRE TOME 0

1 PRESENTATION GENERALE DE L’ETUDE ................................................................................. 7


1.1 CONTEXTE ET OBJET DE L’ETUDE ................................................................................................. 7
1.1.1 Présentation du contexte ................................................................................................................. 7
1.1.2 La stratégie future de l’ONAS .......................................................................................................... 7
1.1.3 Rappel de l’attribution du marché :................................................................................................... 8
1.1.4 Rappel des termes de référence ...................................................................................................... 8
1.2 PRESENTATION ET OBJECTIFS DE LA MISSION 1 ............................................................................. 9
1.3 AIRE DE L’ETUDE ......................................................................................................................... 9
1.3.1 Analyse préalable pour identifier les localités de plus de deux mille habitants ................................ 9
1.3.2 Considérations complémentaires pour préciser l’étendue de l’aire de l’étude................................ 10
1.3.4 Le cas particulier des établissements industriels établis le long des routes ................................... 11
1.3.5 Aire d’étude retenue ....................................................................................................................... 11
1.4 ORGANISATION DU RAPPORT DE MISSION 1 EN SEPT TOMES......................................................... 14

2 RAPPELS METHODOLOGIQUES ................................................................................................ 15


2.1 EXPERTISE DEMOGRAPHIQUE..................................................................................................... 15
2.1.1 Eléments de Base pour les Projections démographiques .............................................................. 15
2.1.2 Résultats des Projections démographiques ................................................................................... 17
2.2 RECONSTITUTION DU PATRIMOINE EXISTANT EN INFRASTRUCTURES D’ASSAINISSEMENT ................ 17
2.2.1 L’examen des documents existant ................................................................................................. 17
2.2.2 Les entretiens avec les services d’exploitation de l’ONAS ............................................................. 17
2.3 VISITES AUX DELEGATIONS ........................................................................................................ 18
2.4 VISITES DES STEP.................................................................................................................... 18
2.4.1 Déroulement des visites ................................................................................................................. 18
2.4.2 Contenu et organisation des fiches de diagnostic .......................................................................... 19
2.4.3 Procédures méthodologiques pour élaborer le diagnostic ............................................................. 20
2.5 ANALYSE URBAINE..................................................................................................................... 20
2.5.1 Nomenclature de l’occupation de l’espace ..................................................................................... 21
2.5.2 Urbanisme et démographie ............................................................................................................ 22
2.6 LA QUESTION INDUSTRIELLE ....................................................................................................... 22

3 CRITERES DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES RESEAUX ET STATIONS DE


POMPAGE ............................................................................................................................................ 24
3.1 CRITERES DE CONCEPTION DES RESEAUX D’EAUX USEES ............................................................ 24
3.1.1 Système d’assainissement............................................................................................................. 24

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 1


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

3.1.2 Canalisations.................................................................................................................................. 25
3.1.3 Stations de pompage ..................................................................................................................... 25
3.2 CRITERES DE DIMENSIONNEMENT DES RESEAUX D’EAUX USEES ................................................... 26
3.2.1 Estimations des débits d’eaux usées ............................................................................................. 26
3.2.2 Calcul des sections d’écoulement des collecteurs ......................................................................... 32
3.2.3 Dimensionnement des stations de pompage et des conduites de refoulement ............................. 33
3.3 CRITERES DE CONCEPTION DES RESEAUX D’EAUX PLUVIALES ...................................................... 33
3.3.1 Système d’assainissement pluvial.................................................................................................. 33
3.3.2 Réseaux EP ................................................................................................................................... 33
3.4 CRITERES DE DIMENSIONNEMENT DES RESEAUX D’EAUX PLUVIALES ............................................. 34
3.4.1 Estimation des débits d’eaux pluviales........................................................................................... 34
3.4.2 Analyse pluviométrique .................................................................................................................. 34
3.4.3 Modalités de ruissellement............................................................................................................. 36
3.4.4 Calcul des débits ............................................................................................................................ 37
3.4.5 Présentation des résultats .............................................................................................................. 38
3.4.6 Calcul des sections d’écoulement .................................................................................................. 38

4 CRITERES DE CONCEPTION ET DE DIMENSIONNEMENT DES STATIONS D’EPURATION 39


4.1 LES CRITERES DE QUALITE DE REJETS ........................................................................................ 39
4.1.1 Les des normes de rejet tunisiennes - le cadre juridique ............................................................... 39
4.1.2 Tableaux de paramétrage des normes relatives à l’épuration........................................................ 39
4.1.3 Commentaires critiques sur les normes existantes ........................................................................ 42
4.1.4 Comparaison avec les normes européennes ................................................................................. 43
4.1.5 Les projets de modification des normes tunisiennes ...................................................................... 44
4.1.6 Proposition de qualité de rejets des effluents spécifiquement pour le projet .................................. 45
4.2 L’ASSAINISSEMENT AUTONOME .................................................................................................. 47
4.2.1 Les conditions justifiant le choix de l’assainissement autonome .................................................... 47
4.2.2 Les procédés de traitement en assainissement autonome ............................................................ 48
4.2.3 Critères de conception assainissemnt autonome ........................................................................... 49
4.2.4 Critères de dimensionnement assainissement autonome .............................................................. 49
4.3 ASSAINISSEMENT COLLECTIF : LES PROCEDES DE TRAITEMENT .................................................... 49
4.3.1 Les procédés extensifs .................................................................................................................. 50
4.3.2 Les procédés intensifs à culture libre ............................................................................................. 51
4.3.3 Procédés intensifs à culture fixée................................................................................................... 54
4.3.4 Traitement primaire, traitemnt physico chimique ............................................................................ 57
4.3.5 Procédés de traitement des boues................................................................................................. 57
4.3.6 Procédés de traitement tertiaire ..................................................................................................... 59
4.4 ASSAINISSEMENT COLLECTIF : CRITERES DE CONCEPTION ........................................................... 60
4.4.1 Instrumentation de base................................................................................................................. 60
4.4.2 critères de conception .................................................................................................................... 60
4.5 ASSAINISSEMENT COLLECTIF : CRITERES DE DIMENSIONNEMENT .................................................. 62

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 2


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

4.5.1 La charge hydraulique.................................................................................................................... 62


4.5.2 La charge polluante........................................................................................................................ 62

5 RECAPITULATIF DES CONCLUSIONS DES TOMES 1 A 6 ...................................................... 65


5.1 RECAPITULATIF DES ACTIONS A ENVISAGER POUR LA COLLECTE DES EFFLUENTS DANS LES
GOUVERNORATS .................................................................................................................................. 65
5.1.1 La collecte des effluents EU........................................................................................................... 65
5.1.2 La collecte des eaux pluviales ....................................................................................................... 65
5.2 CONSIDERATIONS GENERALES SUR LA CONCEPTION DES STEP................................................... 65
5.3 COMMENTAIRES SUR L’EXPLOITATION ET LA FIABILITE DES INSTALLATIONS.................................... 66
5.4 CONSIDERATIONS PARTICULIERES SUR LES SIX GOUVERNORATS.................................................. 66
5.4.1 Gouvernorat de Sfax ...................................................................................................................... 66
5.4.2 Gouvernorat de Sousse ................................................................................................................. 67
5.4.3 Gouvernorat de Mahdia ................................................................................................................. 67
5.4.4 Gouvernorats de Gabes ................................................................................................................. 67
5.4.5 Gouvernorat de Medenine ............................................................................................................. 67
5.4.6 Gouvernorats de Gafsa .................................................................................................................. 67
5.5 SYNTHESE SUR LA REUTILISATION DES EAUX USEES TRAITEES ..................................................... 67
5.6 SYNTHESE SUR LE DEVENIR DES BOUES ..................................................................................... 68
5.7 LES EFFLUENTS INDUSTRIELS..................................................................................................... 68

6 ETABLISSEMENT D’UNE BASE DE PRIX UNITAIRE ET PREMIERE COTATION DES


TRAVAUX ............................................................................................................................................. 70
6.1 BASE DE PRIX D’ORDRE ............................................................................................................. 70
6.2 PREMIERE COTATION DES TRAVAUX A ENTREPRENDRE ................................................................ 70

FIGURES

Figure : localisation des agglomérations de l’aire d’étude. ................................................................... 13

Figure : intensités de pluie .................................................................................................................... 35

TABLEAUX

Tableau : Liste des localités des six gouvernorats................................................................................ 12

Tableau : taux de croissance de la population (en % par an) ............................................................... 15

Tableau : évolution de la population dans les gouvernorats (en % par an) .......................................... 16

Tableau : évolution de la population dans les gouvernorats, zones urbaines et rurales (en % par an) 16

Tableau : population de l’aire d’étude par Gouvernorat, de 2012 à 2036 ............................................. 17

Tableau : les dix classes de nomenclature d’occupation de l’espace................................................... 21

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 3


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Tableau : dotations AEP en litres par jour par habitant Sousse, Sfax et Mahdia ................................. 27

Tableau : dotations AEP en litres par jour par habitant Médénine et Gabès ........................................ 27

Tableau : dotations AEP en litres par jour par habitant Gafsa .............................................................. 28

Tableau : part du collectif ...................................................................................................................... 28

Tableau : taux de raccordement AEP ................................................................................................... 28

Tableau : taux de raccordement au réseau d'assainissement si connus par l’ONAS .......................... 30

Tableau : taux de raccordement au réseau d'assainissement si inconnus par l’ONAS .. Erreur ! Signet
non défini.

Tableau : coefficient de restitution à l'égout à l’échelle journalière ....................................................... 30

Tableau : coefficient de pointe journalière (jour le plus chargé de l'année) .......................................... 31

Tableau : coefficient de pointe horaire (heure la plus chargée de la journée) ...................................... 31

Tableau : coefficients de Montana ........................................................................................................ 35

Tableau : coefficients de ruissellement ................................................................................................. 37

Tableau : NT106.002 qualité des eaux traitées selon le milieu de rejet ............................................... 40

Tableau : NT106.003 qualité des eaux traitées réutilisées ................................................................... 41

Tableau : annexe1 de la norme NT106.002 projetée : MEST, DCO et DBO5 ...................................... 41

Tableau : annexe1 de la norme NT106.002 projetée: Azote et phosphore .......................................... 42

Tableau : extrait de l'arrêté du 22 juin 2007 de la législation française (en conformité avec la législation
Européenne) .......................................................................................................................................... 43

Tableau : annexe 1 de la norme NT106.002 projetée: Paramètres microbiologiques.......................... 44

Tableau : proposition de niveau de rejet dans le milieu hydrique ......................................................... 46

Tableau : proposition de niveau de rejet en cas de réutilisation des eaux usées traitées .................... 47

Tableau : récapitulatif filières de traitement assainissement autonome ............................................... 49

Tableau : avantages et inconvénients du lagunage naturel .................................................................. 50

Tableau : avantages et inconvénients du lagunage aéré ..................................................................... 51

Tableau : avantages et inconvénients des boues activées moyenne ou forte charge ......................... 52

Tableau : avantages et inconvénients des boues activées faible charge ou aération prolongée ......... 53

Tableau : avantages et inconvénients du bioréacteur à membrane ..................................................... 54

Tableau : avantages et inconvénients du SBR ..................................................................................... 54

Tableau : avantages et inconvénients du lit bactérien .......................................................................... 55

Tableau : avantages et inconvénients du disque biologique ................................................................ 56

Tableau : avantages et inconvénients du biofiltre ................................................................................. 57

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 4


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Tableau : récapitulatif des filières envisagées: ..................................................................................... 61

Tableau : dotations unitaires et concentrations en DBO5 selon les bilans d’aut-contrôle des Steps.... 63

Tableau : taux de REUT par gouvernorat ............................................................................................. 67

Tableau prévisionnel des investissements ............................................................................................ 70

Tableau : récapitulatif des infrastructures par gouvernorat ................................................................... 71

Tableau : récapitulatif du coût des infrastructures par gouvernorat ...................................................... 71

ANNEXES
ANNEXE 0-1 : ANALYSE DEMOGRAPHIQUE
ANNEXE 0-2 : ANALYSE PLUVIOMETRIQUE
ANNEXE 0-3 : EPURATION – DECRETS, NORMES ET TEXTES FONDAMENTAUX
ANNEXE 0-3A : Décret 79-768 du 08 O9 1979 –déversement dans réseau public
ANNEXE 0-3B : Décret 85 – 56 du 02 01 1985 – milieu récepteur
ANNEXE 0-3C : Décret 89 – 1047 du 28 08 1989 – REU en agriculture
ANNEXE 0-3D : Norme NT 10 60 03
ANNEXE 0-3E : Norme NT 10 60 02
ANNEXE 0-3F : ANPE industrie durable
ANNEXE 0-3G : ANPE – révision NT 10 60 02
ANNEXE 0-3H : Etude de révision du code des eaux
ANNEXE 0-3I : Recueil de normes de protection de l’environnement
ANNEXE 0-3J : Norme NT 10 60 20 relative aux boues de step
ANNEXE 0-4 : BASE DE PRIX UNITAIRES
ANNEXE 0-5 : SYNTHESE DES INVESTISSEMENTS

ACRONYMES, SIGLES ET ABREVIATIONS


- AEP Alimentation (ou approvisionnement) en eau potable
- AFD Agence française de développement
- APAL Agence de Protection et d’Aménagement du Littoral
- ANGED Agence nationale de Gestion des Déchets
- APD Avant-Projet Détaillé
- ANPE Agence Nationale pour la Protection de l’Environnement
- APII Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation
- BD Base de Données

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 5


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

- BEI Banque Européenne d’Investissement


- CRDA Commissariat Régional du Développement Agricole
- DAO Dossier d’appel d’offres
- DHU Direction de l’Hydraulique Urbaine
- EU Eaux Usées
- EP Eaux Pluviales
- INS Institut National de la Statistique
- ONAS Office national de l'assainissement de Tunisie
- PDAL Plan directeur de l'assainissement liquide
- PELT/PLT Projet eau à long terme
- PSA Plan Stratégique Assainissement
- PSE Projet sectoriel eau
- REUT Réutilisation des Eaux Usées Traitées
- SIG Système d'information géographique
- SONEDE Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux
- SP Station de Pompage
- STEP Station d'épuration
- TDR Termes de référence (de la présente étude)
- TIC Technologies de l’Information et de la Communication

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 6


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

1 Présentation générale de l’étude

1.1 Contexte et objet de l’étude

1.1.1 Présentation du contexte


L’assainissement urbain occupe en Tunisie depuis une quarantaine d’années une position privilégiée
en matière d’amélioration de la vie du citoyen et dans la gestion intégrée des ressources en eau.
Dans les gouvernorats de Sousse, Mahdia, Sfax, Gabés, Médenine et Gafsa, des programmes impor-
tants d’infrastructures d’assainissement ont été mis en œuvre dans plusieurs villes et des études ont
été lancées pour améliorer ces infrastructures ou en conduire de nouvelles dans les villes non encore
gérées par l’ONAS.
Ces investissements ont pu être mis en place grâce à un concours financier de la B.E.I. à travers les
programmes ‘’Villes côtières’’ et ‘’ONAS III’’.
Aujourd’hui l’ONAS et la BEI souhaitent poursuivre leur partenariat et prolonger ces différentes actions
en étendant à l’ensemble des localités de plus de 2 000 habitants des six gouvernorats la prise en
compte des questions d’assainissement d’une part et en mettant en cohérence pour les installations
existantes qu’il convient de réhabiliter ou d’étendre les plans directeurs communaux élaborés ou en
cours d’élaboration d’autre part.

1.1.2 La stratégie future de l’ONAS


Plusieurs principes stratégiques de l’ONAS en vue de développer son action et répondre à sa mission
sont particulièrement importants dans le cadre de cette étude, et ils sont rappelés ci-dessous car ils
ont guidé l’action du Consultant dans son approche méthodologique :
Poursuivre l’effort national visant l’amélioration des conditions de vie des citoyens à re-
venu bas à travers la réalisation d’une nouvelle tranche de programme national
d’assainissement des quartiers populaires
Etendre les services d’assainissement vers les petites villes en vue de l’amélioration
des conditions de vie des citoyens et la préservation des ressources naturelles
Continuer l’assainissement des zones rurales à habitat regroupé
Améliorer la qualité de l’assainissement par la rénovation et l’extension des réseaux et
des stations d’épuration
Améliorer les filières de traitement des boues et de réutilisation des eaux épurées
Améliorer la filière de traitement des eaux industrielles par la mise en place de stations
spécifiques
Optimiser le rendement des infrastructures d’assainissement en place à travers la réali-
sation de schémas directeurs d’assainissement par gouvernorat
Poursuivre l’effort national de généralisation des services d’assainissement en milieu
urbain afin d’en faire bénéficier tous les citoyens en donnant la priorité aux gouverno-
rats dont le taux de raccordement au réseau public d’assainissement est au-dessous de
la moyenne nationale ;
S’orienter d’avantage vers les nouvelles technologies d’assainissement et procédés de
traitement à jour en utilisant des techniques efficaces, rationnelles, non énergivores et
écologiques ;
Poursuivre l’effort permettant la préservation des équilibres financiers de l’ONAS afin de
pérenniser le secteur ;

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 7


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Continuer l‘effort de modernisation des modes de gestion managériales et techniques


et l’intégration des TICs (Technologies de l’Information et de la Communication) dans
toutes les activités de l’ONAS ;
Développer la participation du secteur privé dans la gestion des infrastructures
d’assainissement dans un objectif d’optimisation de la répartition des rôles entre les
secteurs privé et public afin d’offrir aux citoyens et toutes les catégories de clients un
service de qualité et à des niveaux de coûts supportables.

1.1.3 Rappel de l’attribution du marché :


Suite à la procédure d'appel d'offres relative à ce projet, la BEI a confié l’étude d’assainissement des
six gouvernorats au groupement de Consultants formé par SGI Consulting SA et STUDI, avec comme
mandataire SGI Consulting S.A. Le projet bénéficie d’un financement de la B.E.I et a pour bénéficiaire
l’ONAS.

1.1.4 Rappel des termes de référence


Le présent projet a pour but de doter les 6 Gouvernorats de Sousse, Mahdia, Sfax, Gabes, Médenine
et Gafsa d’un Plan Directeur d’Assainissement à l’horizon 2036.
Le déroulement de l’étude est organisé, conformément aux Termes de Références, autour de trois
missions :
Mission 1 : Collecte des données de base et évaluation de la situation locale en matière
d’assainissement
Sous mission 1.1 : Evaluation des Plans Directeurs d’Assainissements Locaux (PDAL)
Sous mission 1.2 : Reconnaissances et inventaire des installations d’assainissement
existantes
Sous mission 1.3 : Complément d’information locale et des données de base
Sous mission 1.4 : Conclusion
Mission 2 : Etude des variantes portant sur
Les aspects techniques :
- La collecte, le traitement et le transfert des eaux usées
- Les modifications, extensions, renouvellements et réhabilitations des réseaux struc-
turants et des stations de pompage
- La réutilisation des eaux usées traitées
- La gestion des boues issues des stations d’épuration
Les aspects économiques
Les aspects environnementaux et sociaux
Mission 3 : Schémas directeurs d’assainissement
Etablissement du schéma directeur d’assainissement de chaque gouvernorat, dit de
cohérence
Etablissement d’un programme d’investissement et définition d’une tranche prioritaire
Présentation sommaire de mesures d’accompagnement organisationnelles et institu-
tionnelles

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 8


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

1.2 Présentation et objectifs de la mission 1


Dans la conception des termes de référence, l’accent a été clairement mis sur la distinction entre la
collecte des effluents d’une part et leur épuration d’autre part. C’est la raison pour laquelle ces deux
problématiques ressortissent à deux missions distinctes.
Toutefois, pour recueillir toute la masse documentaire et diagnostique nécessaire au projet, dès la
mission 1, objet du présent rapport de restitution, les tâches suivantes ont été accomplies :
Identification et diagnostic des installations existantes, qu’elles concernent les réseaux
de collecte ou les ouvrages d’épuration. Ce travail a consisté à établir la réalité patri-
moniale de toutes les installations structurantes, réseaux de collecte, stations de pom-
page et STEP, et à en dresser un état fonctionnel.
Analyse critique des schémas d’assainissement des localités des six gouvernorats, déjà
prises en charge par l’ONAS ou ne disposant pas encore de réseaux
d’assainissement1. Ce travail a consisté à estimer la pertinence des propositions conte-
nues dans les quelques documents de programmation encore d’actualité, étant entendu
que des schémas directeurs de plus de dix ou vingt ans n’offrent pas beaucoup d’intérêt
à ce jour
Sur la base d’analyses urbaines synthétisant les projections de plans d’aménagement
d’urbanisme et des considérations actualisées sur les perspectives d’aménagement de
l’espace, mise au point de schémas de collecte des effluents horizon 2036, adaptés à
ces futures configurations urbaines en termes de réhabilitation, d’extension ou de créa-
tion.
Concernant ce dernier point il importe de garder en mémoire que la mission 1 n’a pas exploré la
problématique de l’épuration dans le futur ; en effet cette très importante question de stratégie
économique et environnementale fait l’objet de la mission 2. Toutefois, suite aux remarques de la BEI
à l’issue du rapport provisoire, il a été décidé d’ajouter au présent rapport deux importants dévelop-
pements qui portent sur la conception des ouvrages d’épuration d’une part et sur les méthodes de
dimensionnement de ces ouvrages d’autre part.

1.3 Aire de l’étude


Etant entendu que l’étude concerne une vision globale de l’assainissement urbain des six gouverno-
rats et que les TdR précisent que par assainissement urbain il convient d’entendre bien sûr les zones
strictement urbaines au sens administratif du terme mais aussi les localités à habitat regroupé d’au
moins deux mille habitants, la structure de l’habitat dans chacun des six gouvernorats a été soigneu-
sement analysée.

1.3.1 Analyse préalable pour identifier les localités de plus de deux mille habitants
La définition de l’aire de l’étude a nécessité plusieurs vérifications qui ont conduit à se rapprocher
étroitement de l’INS d’une part et à observer minutieusement la structuration de l’occupation de
l’espace sur le terrain.
En effet les préconisations des termes de référence recommandent d’étudier les tenants et aboutis-
sants de l’assainissement ‘’dans les localités d’au moins 2’000 habitants (deux mille)’’ ; l’esprit de
cette recommandation est de concentrer la réflexion sur l’habitat urbain.

1 Les quelques cas de réseaux gérés par les communes ont été pris en compte également

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 9


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

La première démarche a donc consisté à analyser les données des derniers recensements ; les dési-
gnations administratives relatives aux ‘’communes’’ et aux ‘’imadas’’ (secteurs administratifs et géo-
graphiques) ne permettent pas d’identifier la liste exhaustive des localités de plus de deux mille habi-
tants, ni lors du dernier recensement, ni bien sûr dans le futur.
Pour compléter les informations issues de l’INS, le Consultant a analysé les clichés satellitaires qui
permettent de repérer les habitats agglomérés et d’en déterminer la population, grâce à des considé-
rations sur le bâti et sur la densité d’habitations de ce bâti. Les six gouvernorats ont donc donné lieu à
un examen minutieux de tout leur territoire et un crible des regroupements urbains ou pseudo urbains
a permis de discerner les zones où l’habitat agglomérée était contenue dans une surface d’au moins
50 hectares. Ce dispositif permet de lister, sur la base d’une densité d’habitat d’environ 40 habitants à
l’hectare, les localités ayant à ce jour une population d’au moins 2’000 habitants.

1.3.2 Considérations complémentaires pour préciser l’étendue de l’aire de l’étude


Au-delà de cette première approche permettant de lister les localités de plus de 2'000 habitants en
2013, le Consultant a gardé en mémoire au cours des investigations de mission 1 une flexibilité pour
prendre en compte :
Des sites en dehors des limites des 6 gouvernorats mais qui pourraient provoquer
d’éventuels dégâts environnementaux par leur situation dans des bassins versants
amont se déversant dans l’un des six gouvernorats
Des sites dont les autorités locales demandent à ce qu’ils soient pris en compte
Des sites sur lesquels un problème environnemental est clairement identifié ;
Sur la base de ces trois considérations, la liste des communes a été complétée.
Ajoutons que lors de la mission 2, relative à la vision stratégique des implantations de STEP, il se
pourra que quelques cas particuliers soient pris en compte, notamment ceux liés à l’habitat diffus le
long de couloirs routiers.
On constate en effet, surtout dans les gouvernorats de Mahdia et de Sousse que se développe une
occupation de l’espace le long des routes mais en dehors des territoires strictement municipaux. Cette
occupation ‘’anarchique’’ et même illicite prend néanmoins souvent l’allure d’un fait acquis puisque
eau et électricité sont distribués à ces habitants. On mentionne que dans certains cas la pose d’un
collecteur le long de ces routes pourra être envisagée ; on signale également que cette configuration
est tout de même marginale par rapport à la problématique d’ensemble.

1.3.3 Analyse approfondie de l’espace rural


Suite aux recommandations de l’ONAS de prendre en compte des localités additionnelles sur la base
d’une nouvelle observation de la structuration de l’espace rural en agglomération pouvant totaliser
plus de 2 000 habitants, il a été procédé à une reprise de l’examen des images Google de tous les
imadas concernés.
On a pour cela passé au crible la liste fournie par l’ONAS qui mentionne les totaux de population par
secteur de recensement dépassant 2 000 habitants. En effet dans un secteur de recensement, il
existe à la fois de la population éparse et également des imadas regroupant moins de 2 000 habitants.
Mais une analyse de l’occupation de l’espace plus fine permet de considérer que des localités où la
population agglomérée est inférieure à 2 000 habitants, si on les considère comme deux ‘’quartiers’’
d’un même ensemble ‘’urbain ‘’ peuvent par addition dépasser le seuil de 2 000 habitants.
Ainsi dans une première approche, si une délégation de 3 100 habitants est constituée d’une localité
de 800 habitants, d’une autre de 1 300 et de 1 000 habitants isolés, on a jugé qu’elle n’était pas éli-
gible dans l’aire de l’étude ; mais si la distance entre les deux localités de 800 et 1300 habitants est
suffisamment faible, ces deux localités n’en font qu’une de 2 100 ……

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 10


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

En utilisant cette méthode de dénombrement, on se doit d’ajouter quelques sites à la liste initialement
élaborée. C’est ce qui apparait dans le tableau correctif qui suit.
En termes d’analyse hydraulique, la conséquence pour ces sites de petite taille revient à estimer des
débits potentiels de rejets d’E.U., qui sont estimés au chapitre 3 ci-après. C’est en mission 2, sur la
base des critères de conception et notamment de la pertinence éventuelle de préconiser de
l’assainissement autonome dans certaines circonstances, que seront dimensionnés les réseaux de
raccordement de ces populations à la step la plus proche (existante ou projetée)

1.3.4 Le cas particulier des établissements industriels établis le long des routes
D’accords parties, il a été convenu de rajouter quelques tronçons de routes à la périphérie des
grandes villes où sont établies des unités industrielles et l’habitat associé. C’est le cas notamment au
Nord de Sfax sur les axes routiers de Mahdia ou de Tunis.

1.3.5 Aire d’étude retenue


Il est ressorti des procédures précédemment évoquées une liste de localités qui constituent l’aire de
l’étude. Cette liste est reprise dans le tableau qui suit. Elle résulte de plusieurs étapes :
Elaboration initiale sur la base des critères définis au 1.3.3
Analyse détaillée complémentaire des propositions de l’ONAS faisant suite aux ateliers
d’octobre 2013.
Ajouts consécutifs à la réunion du comité de pilotage d’avril 2014.
A noter que pour les conurbations type Sousse, Mahdia ou Sfax, on mentionne dans cette liste uni-
quement le nom de la conurbation selon une appellation « Grand Sousse », « Grand Mahdia » ou
« Grand Sfax » et non les composantes, pour bien signifier que l’étude suit une logique
d’assainissement et non pas une classification administrative de découpage communal. Autrement dit,
un élément de la liste ci-dessous correspond à un réseau étudié (bien sûr existant ou projeté).

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 11


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Liste des localités des six gouvernorats


Gouvernorat de Gouvernorat Gouvernorat de Gouvernorat de Gouvernorat Gouvernorat de
Sousse de Mahdia Sfax Gabés de Médenine Gafsa

Agareb et El
Ain Errahma Boumerdes Mahrouga Arram Ajim Belkhir
Ain Garssi Bradaa Bir Ali Ben Khelifa Ben Ghilouf Ben Guerdane El Guetar
Grand Gaf-
Ain Mdhaker Chebba Bouderbala Bouattouch Beni Khedeche sa*****
Dkhilet Toujene
Beni Kalthoum Chorbane Chaffar (dont Toujene) Boughrara Mdhilla
Bouficha El Ghedabna El Amra El Hamma Gasr Jedid Metlaoui
Bourjine El Jem El Ataya El Madou Hasi Omor Oum Laaraiess
El Bedarna (y
compris Essaadi
Chgarnia Ghanada****** et El Agarba) El Metouia Houmt Souk Redeyef
Enfidha (dont
Takrouna 1 et 2 et Grand Mahdia
Gremit) ** El Ghraba Grand Gabès**** Medenine Sidi Aich
Essafha Hebira Ellouza Kettana Midoun Sned
Grand Sousse * Karkar Erramla Mareth Sidi Makhlouf
Hergla Kesasba Essghar Matmata Anc. Zarzis
Kneiss Ksour Essef Graiba Matmata Nouvelle
Kondar Malloulech Grand Sfax *** Menzel Habib
Ksibet Ethrayet Ouled Chamekh Hancha Ouedhref
Menzel Dar Bilwaar Salakta Hazeg Zarrat
Messadine Sidi Alaouane Jebeniana Zraoua
Moureddine Sidi Zid Mahres Zrig El Ghandri
M'Saken Souassi Mellita
Complexe
Chiba, Sidi
Bannour, El
Ouled Abdallah Hom Menzel Chaker
Ouled Amir Nakta
Sidi Bou Ali (dont
Essed Nord) Sidi Litayem
Sidi El Heni Skhira
*Grand Sousse = Sousse Medina, Sousse Jawhara, Sousse Sidi Abdelhamid, Sousse Riadh, Zaouiet Sousse, Hammam
Sousse, Mootmar, Kalaa Sghira, Kalaa Kebira, Akouda, Ententana et Chott Meriem
**Grand Mahdia = Mahdia et Réjiche
***Grand Sfax = Sfax Medina, Sfax Ouest (dont El Mayel), Sfax Sud, Sakiet Eddair, Sakiet Ezzit (y compris Al Ghraba et
Sidi Salah), Thina, Cité Khadra et la partie Sud de Gargour

****Grand Gabès = Gabès, Cheneni Nahal et Ghannouche


*****Grand Gafsa = Gasfa et Ksar
******La ville de Ghanada est située sur le Gouvernorat de Monastir, mais sur un bassin versant s’écoulant vers Mahdia

Tableau : Liste des localités des six gouvernorats

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 12


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Figure : localisation des agglomérations de l’aire d’étude.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 13


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

1.4 Organisation du rapport de mission 1 en sept tomes


L’originalité du projet a été d’agglomérer en une seule étude l’examen de l’assainissement dans six
gouvernorats différents, appartenant à deux secteurs distincts de l’organisation administrative de
l’ONAS. On a donc considéré qu’il convenait de restituer les résultats de la mission 1 sous deux
formes :
Un document de synthèse qui décrit les principes méthodologiques, les concepts com-
muns aux six gouvernorats et une synthèse statistique de tous les résultats des six
gouvernorats. Ce document numéroté zéro est précisément le présent tome.
Six tomes distincts qui rendent compte de la situation spécifique dans chacun des gou-
vernorats de Sousse, Mahdia, Sfax, Gabés, Médenine et Gafsa ; ces documents sont
numérotés de 1 à 6 et comportent respectivement :
La présentation du gouvernorat dans tous ses aspects géographiques,
L’analyse urbaine de chaque localité du gouvernorat,
La situation environnementale du gouvernorat,
Le schéma de collecte d’assainissement des localités élaboré à partir des diagnostics
fonctionnels et structurels et des critiques des documents existants.
L’estimation financière des investissements à engager pour les ossatures des réseaux
de collecte d’ici à l’horizon 2036.

La présente édition, dénommée version pré-définitive car elle précède la version finale, résulte de la
prise en compte de deux séries de remarques émises par la BEI et par l’ONAS.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 14


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

2 Rappels méthodologiques
Ci-après sont exposées les diverses méthodes d’analyse et de calculs qui ont été utilisées pour les
besoins de la mission 1 ainsi que les investigations de toutes natures mises en œuvre par le Consul-
tant et qui indiquent le degré de précision qui ressort de cette première mission.

2.1 Expertise démographique

2.1.1 Eléments de Base pour les Projections démographiques


En Tunisie, l’Institut National des Statistiques (INS) est l’organisme officiel en charge de la réalisation :
des Recensements Généraux de la Population et de l’Habitat (RGPH), qui sont effec-
tués avec une fréquence décennale,
des Projections de la population dans le pays.
Le dernier Recensement en date a été effectué en 2004.
Les dernières projections de la population ont été effectuées en 2007. Ces projections l’ont été pour la
période 2004-2034.
C’est sur la base des Projections effectuées par l’INS que les projections de la population dans les
localités de l’étude ont été effectuées.

2.1.1.1 Evolution passée de la population


Compte tenu des mutations socioéconomiques que la Tunisie connait depuis l’indépendance (en
1956), la démographie tunisienne s’est caractérisée notamment par une baisse quasi continue du taux
de croissance de la population.

1956 à 1966 1956 à 1975 1975 à 1984 1984 à 1994 1994 à 2004
2,86 % 2,67 % 2,69 % 2,15 % 1,27 %

Tableau : taux de croissance de la population (en % par an)


Cette baisse du taux de croissance de la population est essentiellement le résultat de la baisse de la
fécondité dans le pays, qui est mesurée par ce qui est appelé l’Indice Synthétique de Fécondité.

2.1.1.2 Hypothèses d’évolution future de la population


L’INS établit des projections de la population basées essentiellement sur quatre hypothèses quant à
l’évolution future de l’indice Synthétique de Fécondité :
Hypothèse 1 : stabilité de la fécondité,
Hypothèse 2 : baisse légère de l’indice de fécondité,
Hypothèse 3 : baisse modérée de l’indice de fécondité,
Hypothèse 4 : baisse rapide de l’indice de fécondité.
De ces quatre hypothèses, celle basée sur une baisse modérée de l’indice de fécondité est considé-
rée comme étant la plus probable.
Au niveau National, l’INS établit des projections de populations pour les 4 hypothèses. Cependant au
niveau Régional, i.e. par Gouvernorat, l’INS ne considère que l’hypothèse 3 (baisse modérée de la
fécondité) et se limite à l’horizon 2029.
Les taux de croissance de la population au-delà de l’horizon 2029 sont établis en maintenant jusqu’à
2036 les taux d’évolution de la période 2024 – 2029 fournis par l’INS

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 15


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Sur cette base, les taux d’évolution naturelle de la population sont établis par Gouvernorat, jusqu’à
l’horizon 2036. Il en ressort, pour les Gouvernorat concernés par l’actuelle étude, les taux d’évolution
suivants :

Calculs INS Extrapolation


2004 à 2009 à 2014 à 2019 à 2024 à 2029 à 2034 à
Gouvernorat
2009 2014 2019 2024 2029 2034 2036
Sousse 1,46 1,44 1,33 1,13 0,91 0,91 0,91
Mahdia 1,26 1,32 1,29 1,15 0,97 0,97 0,97
Sfax 1,17 1,16 1,08 0,91 0,7 0,7 0,7
Gabes 1,03 1,20 1,26 1,14 0,91 0,91 0,91
Médenine 1,03 1,15 1,18 1,05 0,83 0,83 0,83
Gafsa 1,16 1,23 1,25 1,11 0,87 0,87 0,87
Source INS

Tableau : évolution de la population dans les gouvernorats (en % par an)

Une différenciation a été faite entre les villes et les localités rurales. Les taux de croissance retenus
pour les calculs de population sont présentés dans le tableau ci-après :

2004 à 2009 à 2014 à 2019 à 2024 à 2029 à 2034 à


Gouvernorat
2009 2014 2019 2024 2029 2034 2036
Sousse
Urbain 1,72 1,72 1,58 1,37 1,37 1,37 1,37
Rural 0,46 0,28 0,21 0,00 0,00 0,00 0,00
Mahdia
Urbain 1,44 1,50 1,47 1,33 1,33 1,33 1,33
Rural 1,12 1,17 1,14 1,00 1,00 1,00 1,00
Sfax
Urbain 1,46 1,41 1,36 1,15 1,15 1,15 1,15
Rural 0,67 0,70 0,55 0,43 0,43 0,43 0,43
Gabes
Urbain 1,47 1,66 1,68 1,55 1,55 1,55 1,55
Rural 0,07 0,13 0,19 0,02 0,02 0,02 0,02
Médenine
Urbain 1,78 1,8 1,79 1,63 1,63 1,63 1,63
Rural 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Gafsa
Urbain 1,57 1,66 1,65 1,50 1,50 1,50 1,50
Rural 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00

Tableau : évolution de la population dans les gouvernorats, zones urbaines et rurales (en % par an)

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 16


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

2.1.2 Résultats des Projections démographiques


Les projections de population sont détaillées par localités pour les échéances quinquennales succes-
sives jusqu’à 2036 en Annexe 0-1.
Le tableau ci-dessous donne un récapitulatif par Gouvernorat.

Gouvernorat 2012 2016 2021 2026 2031 2036


Sousse 544'146 578'270 619'546 659'965 703'226 749'535
Mahdia 210'131 285'538 237'695 253'375 270'100 287'934
Sfax 668'132 704'043 747'711 789'538 833'784 880'586
Gabès 291'779 309'960 333'712 358'065 384'366 412'799
Médénine 406'800 435'217 471'999 509'867 550'926 595'460
Gafsa 315'278 292'435 316'020 340'066 365'967 393'881
Total aire d’étude 2'436'266 2'605'463 2'726'683 2'910'876 3'108'369 3'320'195

Tableau : population de l’aire d’étude par Gouvernorat, de 2012 à 2036

2.2 Reconstitution du patrimoine existant en infrastructures d’assainissement


La tâche prioritaire dès le début de la mission 1 a consisté à établir les documents cartographiques
restituant la géométrie des réseaux et de tous les ouvrages. Ce travail a permis d’établir des cartes
actualisées de toutes les installations gérées par l’ONAS.
En effet il apparait que l’ONAS ne dispose pas de cartes d’exploitation exhaustives des sites qu’il ad-
ministre. La raison en est probablement le manque de moyens humains pour établir et faire vivre ce
type de documents. Il est important de noter qu’à l’issue de la présente étude le Consultant remettra à
l’ONAS l’ensemble des fichiers numériques et graphiques qu’il aura constitués et qui pourront par la
suite servir à l’ONAS de base de données dans le futur…
La procédure pour établir les cartes des réseaux a couplé une analyse des documents d’une part et
des interviews des responsables de l’exploitation d’autre part.

2.2.1 L’examen des documents existant


La masse documentaire que l’ONAS a rassemblé dans des « data room » mises en place spécifique-
ment pour les besoins de l’étude a été analysée selon un ordre chronologique qui a permis d’extraire
puis de reporter sur des fonds de plan Google, les infrastructures primaires ‘’existantes’’ et ‘’proje-
tées’’ ; Bien entendu la notion d’’’existant’’ et de ‘’projeté’’ correspond à la date d’élaboration du docu-
ment consulté. Faute de document postérieur on se doit de vérifier si en 2013 telle ou telle installation
est toujours soit existante, soit projetée ; les réponses à ces questions sont venues des entretiens
avec les services de l’ONAS.

2.2.2 Les entretiens avec les services d’exploitation de l’ONAS


Les entretiens avec les services d’exploitation ont été une source d’information très importante car ils
ont permis tout d’abord de confronter les premières cartes de réseaux ‘’théoriques’’ issues de docu-
ments parfois trop anciens avec la connaissance actuelle qu’ont accumulé les agents de l’ONAS. Tra-
cés, caractéristiques, dates de pose, ont été corrigés au fur et à mesure des séances de travail.
Dans un deuxième temps des commentaires sur l’état des installations ont pu être recueillis aussi bien
dans les sièges des directions que sur le terrain lors des visites aux délégations (voir ci-après). Ces
commentaires ont été précieux pour apprécier et localiser les raisons de certains dysfonctionnements.
Enfin, le Consultant a pris bonne note des suggestions formulées par les agents de l’ONAS en termes
de modification, d’extension ou de création de nouveaux collecteurs ou de nouveaux ouvrages.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 17


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

2.3 Visites aux délégations


La collecte des données de patrimoine concernant aussi bien les localités prises en charge par
l’ONAS que surtout celles qui ne sont pas actuellement prises en charge, a nécessité des visites de
terrain pour recueillir des autorités locales des éléments de constat et un recueil de leurs doléances
ou suggestions concernant :
les nuisances éventuelles actuelles
le contexte environnemental local
l’état des infrastructures d’assainissement quand elles existent (réseaux et SP)
les perspectives de développement urbain
et toute information jugée pertinente par les autorités locales
L’intérêt de ces visites a été de pouvoir synthétiser toutes les données à l’échelle des délégations, y
compris en descendant à l’échelon de la localité.

2.4 Visites des STEP

2.4.1 Déroulement des visites


Une attention particulière a été apportée aux stations d’épuration, de façon à accumuler tous les in-
formations nécessaires pour la conception des variantes à élaborer en mission 2.
Chaque installation existante a fait l’objet d’une visite de l’expert traitement, excepté pour quelques
stations où ce n’était pas justifié :
Jerba Ajim, gouvernorat de Médenine : station en cours de réalisation
Marhes, gouvernorat de Sfax : station qui va être abandonnée, les dossiers d’offres des entre-
prises pour la construction de la nouvelle station étant en cours de dépouillement
Enfidha Hergla, gouvernorat de Sousse : station récente, toujours sous garantie constructeur.
Une réunion préalable aux visites, s’est chaque fois tenue au sein des bureaux ONAS de chacun des
six gouvernorats, en présence du directeur et du responsable exploitation le cas échéant, afin
d’exposer rapidement la situation générale des stations, les projets en cours ou à venir, les difficultés
spécifiques éventuelles. Les visites se sont déroulées selon les cas, en présence du responsable de
l’exploitation ou d’un adjoint, ou en présence du directeur du gouvernorat. Le chef de station de
chaque site nous assiste lors de chaque visite : il présente la station, les difficultés ou dysfonctionne-
ments rencontrés.
Chaque visite sur site a duré environ 3 h, pendant lesquelles ont été recueillies les informations sur :
les dysfonctionnements d’équipements
les dysfonctionnements biologiques
les moyens d’exploitation
les traitements tertiaires et les éventuelles réutilisations d’eau usée traitée
le devenir des boues et des sous-produits
les éventuelles difficultés dues à des rejets industriels
l’état général du génie civil et du poste de contrôle-commande
Les informations recueillies sur site sont ensuite complétées par l’analyse :

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 18


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Des bilans annuels et mensuels d’exploitation de l’année 2012, qui ont été demandés aux di-
recteurs d’exploitation de chaque gouvernorat. Pour la majorité des gouvernorats, les rapports
ont été fournis sous format informatique.
Des fichiers dit « Neptune » équipements et ouvrages : seuls les fichiers des gouvernorats de
Sfax et de Gabes ont été obtenus.
Des dossiers APS, APD, des différentes stations, mis à disposition dans les data-room de Sfax
et Sousse,
Des dossiers APS, APD ou de recollement, demandés au sein de chaque gouvernorat, pour
toutes les stations dont aucune information n’était disponible dans les data-room,
Des dossiers DAO, APD, des projets de réhabilitation/extension en cours.
Aucune information sur les campagnes d’analyses des rejets industriels, que ce soit par l’intermédiaire
du fichier CADRIN (voir ci-après) ou par l’intermédiaire des responsables d’exploitation et des rejets
industriels au sein de chaque gouvernorat, n’a été obtenue à ce stade des investigations. Un proto-
cole particulier a été mis au point pour récupérer ces informations durant la phase intermédiaire entre
mission 1 et mission 2.

2.4.2 Contenu et organisation des fiches de diagnostic


L’analyse des documents et informations recueillies sur site, est résumé pour chaque station sur une
fiche diagnostic figurant dans chacun des six tomes concernés. Chaque fiche est organisée de la ma-
nière suivante :
Partie descriptive : les sous-chapitres 1 à 12 présentent principalement des tableaux et des listes
construits à partir des données de dimensionnement des steps, des résultats de fonctionnement issus
des rapports d’exploitation de l’ONAS (ou d’opérateurs privés le cas échéant), des descriptifs de la
step (APD, ou autres documents fournis lors des visites), des observations faites et des renseigne-
ments recueillis sur site. Les sous-chapitres présentés sont les suivants :
N.1-Capacité de la station
N.2 Qualité des effluents bruts
N.3 Milieu récepteur et normes de rejet
N.4 Performances de la station
N.5 Descriptif de la filière eau
N.6 Descriptif de la filière boue
N.7 Instrumentation
N.8 Gestion et devenir des sous-produits (hors boues)
N.9 Gestion et devenir des boues
N.10 Réutilisation des eaux épurées
N.11 Moyens d’exploitation
N.12 Aspects environnementaux et contraintes
Ces sous-chapitres ne contiennent pas de commentaires ou d’analyses autres que ceux expliquant
les éventuels calculs effectués par nos soins.

Partie diagnostic : les sous-chapitres 13 à 15 présentent les diagnostics à partir des observa-
tions faites sur site, principalement sur l’état des ouvrages et équipements :
N.13 Diagnostic Equipements
N.14 Diagnostic Contrôle Commande

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 19


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

N.15 Diagnostic Génie Civil

Partie travaux : cette partie rappelle les travaux en cours ou programmés


N.16Travaux programmés

Partie analyses et commentaires : les commentaires et analyses sont regroupés dans un


sous-chapitre qui reprend les différents thèmes exposés dans la partie descriptive. Cette
analyse se décline donc de la manière suivante :
N.16 Synthèse des dysfonctionnements : toutes les fiches sont construites de la même façon,
avec une analyse sur les thèmes suivants :
Capacités de traitement,
Qualité des eaux traitées et performances,
Filière de traitement,
Traitement tertiaire,
Gestion des boues,
Moyens d’exploitation (humains et matériels)
Maintenance et renouvellement équipements,
Auto-surveillance, instrumentation et réglages procédés
N.17 Conclusion : synthèse sur l’état général de la station, ses performances et son adéqua-
tion aux charges polluantes reçues et aux normes de rejet actuellement en vigueur. Il est éga-
lement précisé, le cas échéant, les mesures à mettre en œuvre à court terme ou dans les cas
les plus critiques, des commentaires sur le devenir de la step. Les éventuelles préconisations
sur le futur de la step sont susceptibles d’évoluer lors de la mission 2.

2.4.3 Procédures méthodologiques pour élaborer le diagnostic


Le diagnostic de la capacité de traitement et du fonctionnement de chaque station est basé sur les
charges hydrauliques et polluantes actuellement mesurées, et reportées sur les bilans d’exploitation.
La capacité de traitement est donc analysée par rapport aux charges polluantes pour lesquelles la
station a été dimensionnée lors de sa réalisation.
Le diagnostic ne prend pas en compte, à ce stade de l’étude, le nombre d’habitants de chaque com-
mune, ni les taux de raccordement : l’adaptation de la capacité de chaque station à l’évolution actuali-
sée de la population, des divers équipements et commerces ainsi que des rejets industriels, des taux
de raccordement, du réseau d’assainissement, sera analysée lors de la mission 2.
Enfin, les commentaires et analyses sont basés sur les normes de rejet actuellement en vigueur. C’est
également en mission 2 que les éventuels travaux de réhabilitation, agrandissement ou reconstruction
seront étudiés à la lumière d’une éventuelle évolution des normes vers des exigences de rejet plus
adaptées aux réelles contraintes et sensibilité des milieux récepteurs et aux performances des tech-
niques épuratoires.

2.5 Analyse urbaine


L’analyse urbaine des localités étudiées est évidemment un préalable essentiel pour concevoir les
infrastructures d’assainissement. Un problème important devait être résolu pour mener à bien cette
analyse : la standardisation concernant le découpage du territoire en vue de restituer aujourd’hui et à

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 20


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

l’horizon 2036 le mode d’occupation de l’espace. En effet les nombreux documents d’urbanisme qui
ont été consultés font apparaître plusieurs catégories qu’il convenait d’homogénéiser.
On a donc opté pour la distinction en dix classes d’occupation de l’espace qui sont décrites ci-après.
Dans ces catégories, les classes d’habitat jouent un rôle décisif puisque la densité d’habitat peut va-
rier de quelques personnes par hectare jusqu’à 200 habitants et plus par hectare ; cette disparité a
une incidence très forte sur les débits d’eau usée à attendre dans ces différents territoires aux densi-
tés distinctes.

2.5.1 Nomenclature de l’occupation de l’espace

2.5.1.1 Les différentes classes d’occupation de l’espace dans les études d’urbanisme
Il existe une certaine disparité concernant les classes d’occupation de l’espace utilisées pour mener à
bien l’analyse de l’occupation de l’espace, quand on consulte les documents d’urbanisme produits
dans les villes des six gouvernorats
Finalement, pour restituer la diversité de l’occupation de l’espace sur l’ensemble de toutes les localités
étudiées on a opté pour cinq classes d’habitat et cinq autres classes complémentaires qui sont dé-
crites ci-après et qui correspondent à un paramétrage spécifique pour ce qui est des débits d’eaux
usées ou d’eaux pluviales qui y transitent.
Concernant la correspondance entre nombre de logements et densité d’habitat, il a fallu opter pour
une valeur moyenne de taille de ménage ; sur la base des résultats de l’analyse démographique on a
retenu la fourchette de valeurs de quatre à cinq habitants par ménage. Par la suite pour éviter toute
confusion on a établi tous les calculs sur une base de population et non plus de ménage (cf. 3.2 esti-
mation des débits d’eaux usées). La nomenclature sur les classes d'occupation résulte d'une compila-
tion et d'une homogénéisation des différentes nomenclatures qui ne sont pas standardisées dans les
différents documents et rapports d''urbanisme qui ont été consultés.

Habitat de forte densité, c’est-à-dire supérieur à 200 habitants à l’ha ; cela concerne aussi
Classe 1
bien certaines zones de médina ou de l’habitat en hauteur, à savoir du R + 8 et plus
Habitat dense, c’est-à-dire s’étendant de 140 à 200 habitants à l’ha et correspondant à
Classe 2
des immeubles de type R+ 5
Classe 3 Habitat semi dense c’est-à-dire s’étendant de 80 à 140 habitants à l’ha
Classe 4 Habitat dit ‘’regroupé’’ dont la densité varie entre 40 et 80 habitants par ha
Classe 5 Habitat éparpillé, de densité comprise entre 8 à 40 habitants par ha
Zones vertes et assimilées dont éventuellement habitat diffus, comprenant moins de huit
Classe 6
habitants à l’ha
Classe 7 Zones industrielles
Zones touristiques ; il s’agit là des ensembles d’hôtels ou de résidences dédiées essen-
Classe 8 tiellement à un habitat saisonnier et à un mode de consommation d’eau particulier. Une
densité de 120 lits/ha a été retenue.
Classe 9 Zone d’équipements collectifs
Voirie ; cette catégorie est en effet en termes d’occupation de l’espace un ensemble signi-
ficatif (de 10 à 20 % du total de la superficie urbaine) et un espace qui ne génère aucun
Classe 10
débit d’eau usée, mais de forts débits d’eaux pluviales étant donné son statut de zone
quasi imperméable

Tableau : les dix classes de nomenclature d’occupation de l’espace


Cette grille de lecture du territoire urbain a ensuite été appliquée à chaque localité pour caractériser
sa configuration future. On a donc élaboré des cartes de toutes les localités où à l’intérieur des limites
du périmètre urbain futur, chaque parcelle de territoire est caractérisée vis-à-vis de ces dix classes

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 21


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

d’occupation de l’espace. Des coefficients de saturation ont été appliqués afin de respecter la popula-
tion définie par les prospectives démographiques pour chaque localité.

2.5.2 Urbanisme et démographie

2.5.2.1 Identification des projets structurants


L’extension des villes obéit à diverses logiques qui sont restituées dans les Plans d’Aménagement.
Mais quand ces documents sont trop anciens, les prévisions ne vont pas jusqu’à l’horizon de 2036. Il
a donc fallu investiguer auprès des administrations concernées pour prévoir comment se ferait
l’extension de certaines villes où manque l’information. Cela s’est déroulé aussi bien au siège des
gouvernorats mais aussi dans les chefs-lieux des délégations.
On a donc identifié les éléments tendanciels de développement : l’agrandissement ‘’naturel’’ de quar-
tiers par rapport aux contraintes d’espaces d’une part et les projets particuliers d’autre part, qui con-
cernent surtout les grandes villes.

2.5.2.2 Répartition de la population à l’horizon 2036 et notion de taux d’occupation


Pour quantifier avec plus d’exactitude la population résidente actuellement dans les localités étudiées
et en prolongement de la répartition en classes d’occupation de l’espace, on introduit le concept de
taux d’occupation ; En effet force est de constater qu’un espace urbain correspondant à telle ou telle
classe ne signifie pas forcément que la totalité de cet espace est effectivement structuré comme tel.
Par exemple une zone de 20 ha dont le bâti a une structure de type 110 habitants à l’ha n’abrite pas
forcément 20 x 110 = 2’200 habitants.
En effet seule une fraction de cette zone est bâtie aujourd’hui et ce pourra être le cas également dans
le futur. En conséquence pour quantifier la répartition de la population actuelle et future dans toutes
les zones d’habitat d’une ville, on a confronté le total estimé à travers l’expertise démographique (cf..
plus haut) et l’ensemble des zones auxquelles on a affecté un taux d’occupation actuel obtenu à partir
des clichés Google qui fournissent une image fidèle du taux d’occupation de l’espace zone par zone ;
pour le futur on a effectué des hypothèses d’évolution à la hausse de ces taux pour que la somme des
populations obtenues en additionnant toutes les zones aboutisse bien au sigma prévu par les projec-
tions démographiques en 2036.
Ainsi dans l’exemple ci-dessus, si on observe que le taux d’occupation n’est que de 50 % actuelle-
ment, on déduira que la population concernée actuelle dans cette zone est de 2’200 x 50 % = 1’100
habitants. Et si dans le futur la population atteindra 1 760 habitants c’est que le taux d’occupation sera
de 80 % et réciproquement.
On note que le concept de taux d’occupation permet aussi de renseigner sur la superficie effective
des zones industrielles, des zones touristiques ou des zones d’équipements collectifs.

2.6 La question industrielle


Les zones industrielles (ZI) participent à la production d’effluents, aussi bien de type domestique
compte tenu de la population de personnes y travaillant, que de type industriel, en fonction des pro-
cess qui y sont développés. Dans une première approche pour pouvoir estimer les débits rejetés dans
les réseaux par ces activités industrielles, on a utilisé un ratio à l’hectare qui donne un ordre de gran-
deur satisfaisant de ces débits. La valeur retenue est de 25 m3/ha/jour. Ce ratio est validé par l'ONAS
; on se réserve néanmoins la possibilité de déroger pour des cas spécifiques. Concernant la pollution
issue des industriels, l’hypothèse de calcul a été de considérer que l'effluent en sortie d'usine serait
conforme à la réglementation.
En effet, on pris en compte la répartition en catégories d’activités industrielles pratiquée par le minis-
tère et notamment l’APII (Agence de Promotion de l’Industrie et de l’Innovation), qui se décline comme
suit :
IAA Industries agro-alimentaires

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 22


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

IMCCV Industries des matériaux de construction, céramiques et verres


IMM Industries mécaniques et métallurgiques
IEE Industries électriques, électroniques et de l’électroménager
ICH Industries chimiques
ITH Industries textiles et de l’Habillement
ICC Industries du cuir et de la chaussure
ID Industries diverses

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 23


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

3 Critères de conception et de dimensionnement des ré-


seaux et stations de pompage
On distingue dans ce chapitre les critères de conception des critères de dimensionnement car ils con-
cernent des domaines bien distincts :
La conception du mode d’assainissement propose de récupérer et d’acheminer les EU et les
EP séparément ou de façon groupée ; la conception des stations de pompage obéit à des
principes concernant le nombre des pompes, la taille de la bâche, etc…
Par contre les critères de dimensionnement font référence à des modalités de calcul qui né-
cessitent des hypothèses particulières, aussi bien pour les EU que pour les EP

3.1 Critères de conception des réseaux d’eaux usées

3.1.1 Système d’assainissement


Les principes suivants ont été utilisés pour concevoir les réseaux d’assainissement :

3.1.1.1 Privilégier le séparatif


Dans le cas de nouveaux réseaux à créer ex nihilo, le système séparatif a été préféré aux autres pos-
sibilités que sont l’unitaire ou le pseudo séparatif. La raison en est double :
dans une région (les six gouvernorats) où la pluviométrie est rare mais peut être intense les
dimensionnements de collecteurs EP aboutissent vite à de grandes dimensions qui obèrent
le coût des réalisations ; on considère que la densité de réseaux EU et EP n’est pas la
même ; autant la collecte des EU doit être généralisée à tous les quartiers, autant la collecte
des EP peut être décomposée en des secteurs où des canaux ou collecteurs sont néces-
saires et d’autres secteurs où le ruissellement peut être de surface
quand bien même sur certains tronçons on pourrait envisager de l’unitaire, le calendrier de
réalisation ne serait pas forcément le même pour prendre en compte les urgences respec-
tives.

3.1.1.2 Maintien de l’unitaire existant exceptionnellement


En dérogation à ce qui précède et pour rester réaliste vis-à-vis du patrimoine existant dans les cœurs
de ville, on pourra opter pour un maintien de certains réseaux unitaires. Mais on prendra soin de pro-
mouvoir petit à petit l’abandon du relevage des eaux de pluies, compte tenu du coût très élevé de ce
type de pompage et des contraintes de maintenance

3.1.1.3 Eviter sauf exception l’assainissement autonome


L’assainissement autonome est appelé à disparaître progressivement dans le milieu urbain car la
contamination des sols et l’incidence éventuellement négative sur le milieu hydrogéologique des ou-
vrages non collectifs, constitue un risque qu’il faudra progressivement éradiquer.
Toutefois dans des parcelles de grande taille et sous réserve que l’assainissement autonome soit
correctement suivi avec vidange à échéance régulière, si nécessaire, des fosses, on pourra accepter
le concept d’assainissement autonome pour des raisons d’économie, la pose d’un collecteur se révé-
lant d’un coût prohibitif.

3.1.1.4 Privilégier l’écoulement gravitaire


Les sites à assainir dans les six gouvernorats bénéficient de pentes favorables ; néanmoins
l’acheminement des effluents jusqu’à leur destination finale (une STEP existante ou à créer) oblige

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 24


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

parfois à concevoir des stations de pompage, en relevage ou ne refoulement. Conscients des con-
traintes que constituent ces stations, on s’est efforcé d’en minimise le nombre et la puissance.et ce au
bénéfice de l’écoulement gravitaire dés que les conditions d’autocurage étaient satisfaites et en ac-
ceptant parfois des surprofondeurs localisées.

3.1.1.5 Respect des aspects réglementaires


On constate que des dysfonctionnements trouvent leur origine dans le non respect des contraintes
réglementaires ; cela est vrai aussi bien dans le domaine de la quantité des eaux à évacuer que con-
cernant leur qualité :
Les intrusions d’eaux pluviales dans les réseaux d’eaux usées ont été considérées comme
l’exception et non la règle dans la mesure où les règlements d’urbanisme prohibent claire-
ment le raccordement des terrasses sur les réseaux d’eaux usées et encore moins les bran-
chements d’avaloirs. Dans ce contexte on opté pour une tolérance zéro des venues d’eaux
pluviales dans un souci évident d’économie étant entendu que la prise en compte même
d’une faible fraction des ruissellements conduirait à augmenter très significativement les
diamètres et donc les coûts des collecteurs. Toutefois, comme il est malheureusement cons-
tatable que des raccordements abusifs existent, il a été considéré une majoration du débit
d’eaux usées de 25% afin de tenir compte, pour le diagnostic et dimensionnement des ou-
vrages, des apports en eaux parasites
S’agissant de la qualité on a également considéré que les eaux industrielles devaient res-
pecter les normes de rejet et ne pas corroder les réseaux

3.1.2 Canalisations
Le choix des collecteurs et canalisations obéit aux principes suivants :
Matériaux conduites gravitaires : PVC jusqu’ à DN 630 mm, PEHD et PRV jusqu’à DN 2000
mm, béton armé revêtu (revêtement intérieur PVC ou PEHD) à partir de DN 800 mm
Matériaux conduites de refoulement : à partir de DN 110 mm en PEHD
Diamètre minimal : 110 mm en refoulement et 250 en gravitaire
Pente minimale recommandée : 0.4 %
Couverture minimale recommandée : 80 cm au dessus de la génératrice supérieure
Conditions de vitesses recommandées pour les conduites gravitaires pour satisfaire
l’autocurage et limiter l’abrasion : 0.7 < V < 5 m/s
Conditions de vitesses recommandées pour les conduites de refoulement pour satisfaire les
vitesses minimales et limiter les pertes de charge : 1 < V < 2.5 m/s

3.1.3 Stations de pompage


Le design des stations de pompage, aussi bien en termes de réhabilitation que de création, s’appuiera
sur les directives suivantes :
Pompes immergées pour un débit inférieur à 150 l/s, et en cale sèche pour un débit supé-
rieur
Bâtiment monobloc avec local technique aérien construit directement sur la fosse des
groupes motopompes et bâche de collecte des eaux usées attenante.
Installation d’une grille fine de protection avec piège à cailloux le tout placé dans un ou-
vrage aménagé au niveau de la connexion de la conduite d’arrivée sur la bâche de col-
lecte.
Installation d’au moins 2 groupes par station: un ou deux en service, un en stand-by
(groupe secours).

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 25


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Démarrage des pompes en mode automatique (poires de niveau) ou manuel avec al-
ternance automatique des groupes en service.
Installation d’un palan de levage adapté, pour permettre d’extraire les pompes pour la
maintenance.
Equipements additionnels : biofiltre anti odeurs, désodorisation, anti-bélier, manomètres
entrée sortie, débitmètres, etc.
Vérification du cheminement hydraulique du trop plein

3.2 Critères de dimensionnement des réseaux d’eaux usées

3.2.1 Estimations des débits d’eaux usées


La procédure de calculs des débits d’eaux usées a été mise au point pour pouvoir dimensionner les
collecteurs structurants, c’est-à-dire les collecteurs primaires et certains collecteurs secondaires, ainsi
que les éventuelles stations de pompage associées. Pour cela on a déterminé :
l’ossature géométrique des réseaux, c’est-à-dire le schéma hydraulique d’ensemble de
chaque localité,
les hypothèses permettant de mener à bien les calculs,
les dimensionnements de chaque ouvrage.
Dans le cas de variante d’ossature, on a répété tout le processus de calculs pour aboutir à des di-
mensionnements distincts.

3.2.1.1 Présentation de la méthodologie générale

3.2.1.1.1 La notion de bassin d’apport


Le principe de la méthode est tout d’abord de découper l’espace de la ville étudiée en bassins
d’apport. On définit un bassin d’apport comme le lieu géographique où les effluents produits dans cet
espace convergent tous vers un point bas unique matérialisé par l’aval d’un collecteur primaire. Ce
concept de bassin d’apport est strictement identique à celui de bassin versant qui désigne l’espace où
convergent les écoulements pluviaux ; Comme décrit ci après dans le paragraphe relatif aux débits
d’eaux pluviales, il se produit souvent que bassin d’apport et bassin versant coïncident mais pas tou-
jours.

3.2.1.1.2 Les caractéristiques d’un bassin d’apport


Par superposition de la carte globale d’occupation de l’espace qui permet de distinguer entre les dix
classes d’urbanisme et carte de bassins d’apport on peut caractériser chaque bassin d’apport vis-à-vis
de l’urbanisme : tel bassin sera la combinaison d’une ou deux catégories, tel autre sera plus com-
plexe, mais in fine, à la proportionnelle des superficies on peut caractériser un bassin d’apport spécifi-
quement vis-à-vis de l’habitat, des espaces verts, industriels, touristiques, d’équipement ou de voirie.

3.2.1.1.3 L’utilisation du SIG pour les calculs


Le SIG permet grâce aux attributs de toutes les composantes géographiques qui déterminent
l’occupation de l’espace dans une ville, d’automatiser ce travail de superposition et de caractériser
chaque bassin d’apport. Le résultat conduit alors à des tableurs où sont regroupés la part respective
de chacune des dix classes d’occupation du sol définis plus haut (à la fois en 2013 et en 2036).
Cet outil est particulièrement commode pour conduire les calculs dont on décrit ci-dessous le proto-
cole mais également de procéder à des modifications et donc à des tests de sensibilité.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 26


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

3.2.1.2 Présentation des hypothèses pour caler les paramètres de calcul


La liste des huit critères qui suit fournit les hypothèses de calcul qui permettent de passer des bassins
d’apport et de leur occupation spatiale jusqu’au diamètre des collecteurs qui pourront à l’horizon 2036
assurer le transit des débits concernés.

3.2.1.2.1 Les dotations AEP pour l’habitat domestique, les ZI et les zones touristiques
L’estimation des débits d’eaux usées conduit tout d’abord à estimer les consommations en eau po-
table en 2013 et prévisibles à l’horizon 2036. Pour cela deux méthodes peuvent âtre appliquées :
Déduire des statistiques actuelles SONEDE et de projections dans le futur les consomma-
tions localité par localité
Etablir une règle générale utilisable pour toutes les localités
La première approche a été possible sur les Gouvernorats de Gabès, Gafsa et Medenine où des ré-
centes études globales ont été menées par la SONEDE.
Pour les Gouvernorats de Sfax, Sousse et Mahdia, cette approche détaillée se révèle difficile
d’application car les statistiques de relevés de compteurs et donc de consommation sont trop dispa-
rates d’une ville à l’autre et difficilement extrapolables. Dans ce cas de figure, on opte donc pour une
standardisation des quantités consommées par habitant en respectant le constat que les consomma-
tions moyennes ont tendance à croître légèrement en fonction de la taille de la ville.
Les tableaux qui suivent fournissent donc pour quatre catégories de tailles de ville, les dotations per
capita observées en 2013 en moyenne et les projections à 2036 établies sur la base d’une augmenta-
tion de 0,50 % par an (sauf information différente dans les études ONAS) jusqu’à 2036.
Les dotations de ZI (exprimées en m3/hectare/jour) et des zones touristiques (exprimées en
litres/jour/lit) ont également le taux de croissance annuel de 0.5 %.

Dotations AEP en litres par jour par habitant Sousse, Sfax et Mahdia
Type Taille localité Population en 2013 2013 2036
Domestique Petite Moins de 10'000 80 90
Domestique Moyenne Entre 10'000 et 50'000 90 101
Domestique Assez grande Entre 50'000 et 100'000 105 118
Domestique Très grande Supérieure à 100'000 120 135
Industrielle 25 28
Touristique 350 393

Tableau : dotations AEP en litres par jour par habitant Sousse, Sfax et Mahdia

Dotations AEP en litres par jour par habitant Médénine et Gabès


Type Taille localité Population en 2013 2013 2036
Domestique Petite Moins de 10'000 75 84
Domestique Moyenne Entre 10'000 et 50'000 99 125
Domestique Assez grande Entre 50'000 et 100'000 99 125
Domestique Très grande Supérieure à 100'000 99 125
Industrielle 25 28
Touristique 350 393

Tableau : dotations AEP en litres par jour par habitant Médénine et Gabès

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 27


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Dotations AEP en litres par jour par habitant Gafsa


Type Taille localité Population en 2013 2013 2036
Domestique Petite Moins de 10'000 91 114
Domestique Moyenne Entre 10'000 et 50'000 91 114
Domestique Assez grande Entre 50'000 et 100'000 106 134
Domestique Très grande Supérieure à 100'000 110 140
Industrielle 25 28
Touristique 229 257

Tableau : dotations AEP en litres par jour par habitant Gafsa

3.2.1.2.2 La part du collectif


L’estimation de la consommation en eau des bâtiments collectifs, c’est à dire les équipements admi-
nistratifs et commerciaux qui sont disséminés dans le tissu urbain, est effectuée sur la base d’un
constat : cette part de consommation collective augmente avec la taille de la ville. Cette augmentation
traduit le fait que plus une ville est grande plus elle est équipée de structures administratives et com-
merciales dont le poids est de plus en plus significatif. Sur la base des quatre tailles de ville déjà men-
tionnée ci-dessus, on fournit ci-dessous les parts respectives de la consommation du collectif pour ces
quatre catégories de villes.

Part du collectif
Taille localité Population en 2013 2013 2036
Petite Moins de 10'000 habitants 10 % 10 %
Moyenne Entre 10'000 et 50'000 habitants 18 % 18 %
Assez grande Entre 50'000 et 100'000 habitants 27 % 27 %
Très grande Supérieure à 100'000 habitants 32 % 32 %

Tableau : part du collectif

3.2.1.2.3 Le taux de raccordement AEP


En vue d’abattre le volume théorique de consommation en eau par rapport au nombre effectif de con-
sommateurs dans une zone, on a repris les hypothèses de la SONEDE concernant les taux de rac-
cordement, qui avoisinent en fait 100 % à l’horizon 2036 et on a récapitulé dans le tableau qui suit la
situation pour les usages domestiques, industriels et touristiques.

Taux de raccordement AEP


Type Taille localité Population en 2013 2013 2036
Domestique Petite Moins de 10'000 95 % 97 %
Domestique Moyenne Entre 10'000 et 50'000 96 % 98 %
Domestique Assez grande Entre 50'000 et 100'000 97 % 100 %
Domestique Très grande Supérieure à 100'000 98 % 100 %
Industrielle 100 % 100 %
Touristique 100 % 100 %

Tableau : taux de raccordement AEP

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 28


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

3.2.1.2.4 Le taux de raccordement au réseau d’assainissement


La même estimation a été reprise pour les raccordements à l’assainissement où on a pronostiqué une
amélioration très sensible du taux de raccordement pour toutes les catégories d’occupation de
l’espace.
Le tableau ci-dessous présente les taux de raccordements connus en 2013 par l’ONAS

Taux de raccordement au réseau d'assainissement


Gouvernorat Localité 2013 2036
Agareb 51.0% 100%
Chihia 54.2% 100%
Djebeniana 71.5% 98%
El Ain 29.9% 98%
El Hencha 48.6% 100%
Gremda 40.7% 100%
Erramla 35.3% 99%
Mahres 97.5% 90%
Sfax
Sakiet Eddair 53.4% 90%
Sakiet Ezzit 52.2% 98%
Sfax 92.4% 100%
Thina 80.3% 100%
Bir Ali Ben Khelifa 0% 90%
Graïba 0% 90%
Menzel Chaker 0% 90%
Skhira 0% 90%
Bouficha 98.1% 100%
Enfidha 99.8% 100%
Hergla 91.1% 98%
Ksibet Ethrayet 94.4% 98%
Messadine 97.4% 100%
Sousse
M'Saken 98.7% 100%
Sidi Bou Ali 95.1% 99%
Kondar 5.3% 90%
Sidi El Heni 6.6% 90%
Sousse** 95.0% 98%
Boumerdes 97.5% 100%
Chebba 59.6% 95%
El Jem 95.0% 99%
Ksour Essef 87.2% 98%
Mahdia* 98.5% 100%
Mahdia
Chorbane 9.6% 90%
Bradaa 7.1% 90%
Souassi 75.5% 95%
Hebira 0% 90%
Karkar 0% 90%

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 29


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Malloulech 0% 90%
Ouled Chamekh 0% 90%
Sidi alouane 0% 90%
Medenine 65.0% 95%
Zarzis 17.8% 95%
Medenine Houmt Souk 60.0% 95%
Midoun 60% 95%
Ajim 40.0% 95%
Gabes 91.9% 95%
Chninni Ennahal 82.8% 95%
Ghannouch 52.3% 95%
El Hamma 98.9% 95%
Gabès
El Metouia 95.4% 95%
Ouedhref 96.8% 95%
Mareth 81.6% 95%
Zarrat 81.6% 95%
Gafsa 95.0% 95%
Ksar 84.0% 95%
Mdhilla 40.0% 95%
Gafsa Metlaoui 56.0% 95%
Oum Laaraiess 40.0% 95%
Redeyef 70.0% 95%
El Guetar 43.0% 95%

Tableau : taux de raccordement au réseau d'assainissement ( données 2012)

3.2.1.2.5 Le coefficient de retour à l’égout


Un paramètre important dans les calculs moyens journaliers de débit d’eaux usées est la corrélation
entre eau consommée et eau restituée à l’égout. Les usages font qu’une part de l’eau qui arrive sur un
site est reprise en évaporation, infiltration ou autre utilisation qui la fait disparaitre ; c’est la fraction
restante qui est à prendre en compte pour l’estimation des volumes d’eau usée, conformément au
tableau qui suit :

Coefficient de restitution à l'égout à l’échelle journalière


Type Taille localité Population en 2013 2013 2036
Domestique Petite Moins de 10'000 70 % 75 %
Domestique Moyenne Entre 10'000 et 50'000 75 % 80 %
Domestique Assez grande Entre 50'000 et 100'000 80 % 85 %
Domestique Très grande Supérieure à 100'000 85 % 85 %
Industrielle 90 % 90 %
Touristique 80 % 80 %

Tableau : coefficient de restitution à l'égout à l’échelle journalière

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 30


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

3.2.1.2.6 Le coefficient de pointe journalière


Pour prendre en compte les variations inter saisonnières, on convient qu’il existe des journées où la
consommation en eau et par conséquent la restitution au réseau d’égout est plus importante ; c’est ce
qui se passe en été quand on constate des sur-consommations par rapport à la moyenne annuelle.
On a utilisé les coefficients qui suivent pour rendre compte de ce phénomène :

Coefficient de pointe journalière (jour le plus chargée de la journée)


Type Taille localité Population en 2013 2013 2036
Domestique Petite Moins de 10'000 1.40 1.40
Domestique Moyenne Entre 10'000 et 50'000 1.40 1.40
Domestique Assez grande Entre 50'000 et 100'000 1.40 1.40
Domestique Très grande Supérieure à 100'000 1.50 1.50
Industrielle 1.50 1.50
Touristique 1.60 1.60

Tableau : coefficient de pointe journalière (jour le plus chargé de l'année)

3.2.1.2.7 Le coefficient de pointe horaire


Sur un plan strictement hydraulique il convient de dimensionner les réseaux sur la base d’un coeffi-
cient de pointe dans la journée, étant entendu que l’eau n’est pas restituée au réseau de façon homo-
gène mais avec des pics qui varient selon l’heure de la journée et les usages de l’eau.

Coefficient de pointe horaire (heure la plus chargée de la journée)


Type 2013 et 2036
Domestique et touristique 1.5 + 2.5 x (Q pj domestique + Q pj collectif + Q pj touristique) ^0.5 <3
Industrielle 1.50

Tableau : coefficient de pointe horaire (heure la plus chargée de la journée)

3.2.1.2.8 Les débits parasites


Pour compléter l’estimation du débit d’EU il convient d’ajouter une fraction constituée d’eaux para-
sites, issues du retour de la nappe dans les réseaux qui ne sont pas parfaitement étanches. On a opté
pour une valeur de 25 % du débit final d’EU pour estimer cette part d’intrusion d’eaux parasites, qui
couvre également les venues d’eaux pluviales en provenance de terrasses ou éventuellement
d’avaloirs..
Cette estimation globale de 25 % constitue à ce stade de l’étude une précaution qui peut être parfois
exagérée quand la présence de nappe n’est pas avérée ou que les venues d’eau pluviale parasite
sont maîtrisées…Néanmoins c’est une sécurité qu’il convient de prende et qui sera (in)validée au
cours dds étude sde détail ultérieures.

3.2.1.2.9 Formules de calcul


Débit moyen journalier

Q mj = Q m domestique + Q m collectif + Q m touristique + Q m industriel + Q eaux parasites


Dans laquelle :

Q m domestique = (Population x Dotation AEP domestique) x Taux de raccordement AEP x Taux


de raccordement assainissement x Coefficient de restitution à l’égout

Q m collectif = Q m domestique x part de collectif

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 31


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Q m touristique = Surface touristique x 120 (lits/hectare) x Dotation AEP touristique


Q m industriel = Surface industrielle x 25 (m3/hectare/jour)

Q eaux parasites = 0.25 x (Q m domestique + Q m collectif + Q m touristique + Q m industriel)

Débit de pointe journalier

Q pj = Q pj domestique + Q pj collectif + Q pj touristique + Q pj industriel + Q eaux parasites


Dans laquelle :
Q pj domestique = Q m domestique x coefficient de pointe journalière domestique
Q pj collectif = Q m collectif x coefficient de pointe journalière domestique
Q pj touristique = Q m touristique x 1.6 (coefficient de pointe journalière touristique)
Q pj industriel = Q m industriel x 1.5 (coefficient de pointe journalière industriel)
Q eaux parasites = 0.25 x (Q m domestique + Q m collectif + Q m touristique + Q m industriel)

Débit de pointe horaire


Q ph = Q ph domestique + Q ph collectif + Q ph touristique + Q ph industriel + Q m infiltration
Dans laquelle :
Q ph domestique = Q pj domestique x coefficient de pointe horaire domestique
Q ph collectif = Q pj collectif x coefficient de pointe horaire domestique
Q ph touristique = Q pj touristique x coefficient de pointe horaire domestique
Q ph industriel = Q pj industriel x 2.3 (coefficient de pointe horaire industriel)
Q m infiltration = 0.25 x (Q m domestique + Q m collectif + Q m touristique + Q m industriel)

3.2.1.3 Présentation des résultats


On trouvera dans chacun des six tomes relatifs à chaque gouvernorat les tableurs explicitant pour les
eaux usées :
les caractéristiques de tous les bassins d’apports (superficie, occupation du sol…) ainsi que
les productions d’eaux usées en 2013, 2016, 2012, 2026, 2013 et 2036.
les caractéristiques de tous les collecteurs et de toutes les stations de pompage (et leurs
conduites de refoulement correspondantes) ainsi que leur capacité d’écoulement afin de
pouvoir établir le diagnostic hydraulique en situation actuelle (capacité suffisante ou non en
2013 ?)

3.2.2 Calcul des sections d’écoulement des collecteurs


Il est proposé d'utiliser la formule de Manning-Strickler pour dimensionner les ouvrages d'évacuation
des eaux. Cette formule très couramment utilisée peut être appliquée aussi bien pour les canalisations
circulaires que pour les dalots et les canaux.
L’équation est la suivante :
2 1

Q = S × K × Rh 3 × J 2
dans laquelle : Q Débit en [m3/s]

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 32


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

K Coefficient de rugosité de Strickler [m1/3/s]


S Section de l’écoulement [m2]
Rh Rayon hydraulique (surface/périmètre mouillé) [m]
J Pente du radier de la canalisation [m/m
Le coefficient de Strickler retenu sera de :
80 pour les conduites plastiques (PVC, PEHD, PRV)
70 pour les conduites en béton

3.2.3 Dimensionnement des stations de pompage et des conduites de refoulement


Le volume utile des bâches sera calculé à partir de la relation suivante communément utilisée pour le
dimensionnement des stations de pompage :

Volume utile = QT/4, avec:

Q: débit d'une pompe (en m3/h)


T: temps entre deux démarrages d’une pompe (en heure).
Pour des pompes eaux usées, on n'autorise pas une pompe à redémarrer avant 10 minutes d'arrêt.
Un temps d’arrêt de 15 minutes, plus sécurisant sera retenu.
Concernant les conduites de refoulement on a retenu la vitesse de dimensionnement de 1.5 m/s dans
ces conduites à l’horizon final.
D’autre part, pour s’affranchir des risques de corrosion par dégagement de H2S éventuel, la durée de
parcours des effluents ne devra pas excéder six heures et si ce devait être le cas des évents intermé-
diaires devront être interposés dans ces tronçons de refoulement.

3.3 Critères de conception des réseaux d’eaux pluviales

3.3.1 Système d’assainissement pluvial


Deux systèmes d’assainissement pluvial sont envisageables pour le futur réseau structurant des loca-
lités étudiées :
Des réseaux à ciel ouvert (canaux, fossés),
Des réseaux enterrés (conduites, dalots).
Il sera privilégié des réseaux enterrés sur les secteurs de forte urbanisation.
Par ailleurs, il sera évité dans la mesure du possible la mise en place de stations de pompage. Pour
cela, les écoulements gravitaires jusqu’aux exutoires (oueds, mer) seront privilégiés (même si les
distances à parcourir sont plus longues qu’un cheminement plus court, mais nécessitant du pom-
page).

3.3.2 Réseaux EP
Les considérations générales sur les réseaux EP rejoignent celles qui concernent les EU, mais avec
les spécificités additionnelles suivantes :
Matériaux des canaux :
En terre pour la reprise de thalwegs ou d’oueds

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 33


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Une semelle en béton et de la maçonnerie sur les parois latérales (si section trapé-
zoïdale)
Un béton armé (pour sections trapézoïdales ou rectangulaires)
Matériaux des Conduites : béton centrifugé armé, classe de résistance 90A ou 135A en
fonction des cas de charge.
Diamètre minimal : 300 mm
Pente minimale recommandée : 0.1 %
Couverture minimale recommandée : 80 cm au dessus de la génératrice supérieure
Conditions de vitesses recommandées pour limiter l’abrasion : V < 5.5 m/s
Réalisation de conditions d’accès aux engins d’entretien (les contraintes de dégagement
post épisodes pluvieux importants sont fortes en effet)

3.4 Critères de dimensionnement des réseaux d’eaux pluviales

3.4.1 Estimation des débits d’eaux pluviales


La détermination des débits d’eau pluviale obéit à la même procédure que pour les débits d’eau usée :
caractérisation des bassins versants en termes de ruissellement aval, par superposition de la carte
des BV avec la carte urbaine où chaque classe d’habitat se caractérise par des paramètres de ruissel-
lement particuliers. Pour cela une triple expertise a été conduite
Analyse de la pluviométrie pour déterminer les valeurs de la pluie à prendre en compte sur la
base d’un niveau de protection décennal,
Définition des modalités de ruissellement en fixant pour chacune des dix classes d’occupation
de l’espace un coefficient de ruissellement,
Calculs de débits de pointe à prendre en compte et conditions de propagation de ces débits
de pointe de l’amont de la ville vers son extrême aval.

3.4.2 Analyse pluviométrique


Dans le cadre du présent projet, les données pluviométriques nécessaires ont été achetées auprès de
l’INM (Institut National de la Météorologie) afin de disposer des données les plus actuelles possibles.
Les données achetées sont les intensités de pluie pour des périodes de retour 5 et 10 ans et pour des
durées de 30 et 90 minutes sur les stations suivantes :
Station de Monastir, représentative des Gouvernorats de Sousse et Mahdia,
Station de Sfax, représentative du Gouvernorat de Sfax,
Station de Gabès, représentative des Gouvernorats de Gabès et Médénine,
Station de Gafsa, représentative du Gouvernorat de Gafsa.
Ces données sont représentées sur la figure ci-dessous.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 34


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

80

Monastir T=5 ans Monastir T=10 ans

70 Sfax T=5ans Sfax T=10ans


Gabès T=5ans Gabès T=10ans
Gafsa T=5 ans Gafsa T=10 ans
60

50
Intensité (mm/h)

40

30

20

10

0
30 60 90
Durée (min)
Figure : intensités de pluie

Ces données ont ensuite été traitées de manière à pouvoir les obtenir sous forme de loi de Montana
et les exploiter sur des durées de l’ordre de 20 à 120 minutes (c'est-à-dire l’ordre de grandeur des
temps de concentration des bassins versants étudiés).
Une loi de Montana s’écrit de la suivante :
i = a × tb
avec : i intensité de la pluie [mm/h]
t durée de précipitation [min]
a et b coefficients de Montana
Les coefficients a et b ont été déterminés par régression logarithmique et sont données dans le ta-
bleau ci-dessous :

Monastir Sfax Gabès Gafsa


Période de retour a b a b a b a b
5 ans 635 -0.71 670 -0.71 835 -0.87 405 -0.76
10 ans 580 -0.66 706 -0.67 973 -0.86 444 -0.73

Tableau : coefficients de Montana

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 35


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

L’Annexe 0.2 récapitule l’ensemble des données pluviométriques.


A noter que ces données pluviométriques actualisées contrastent avec des données utilisées dans les
précédents schémas directeurs. A titre d’exemple, pour une période de retour de 10 ans et une durée
de pluie de 1 heure, ces données actualisées sont supérieures aux précédentes :
de 31 % sur Sousse (34.6 mm dans le PDA datant de 2000 contre 45.5 mm avec les nou-
velles données)
de 65 % sur Mahdia Sousse (27.5 mm dans le PDA datant de 2001 mais utilisant des don-
nées pluviométriques bien antérieures contre 45.5 mm avec les nouvelles données)
Ces augmentations sont donc légitimes, mais auront pour conséquence de générer des débits d’eaux
pluviales également plus conséquents, à récurrence identique.

3.4.3 Modalités de ruissellement


Les paramètres nécessaires à la l’estimation des modalités de ruissellement sont les suivants, pour
chaque sous-bassin versant :
Caractéristiques géométriques,
Temps de concentration,
Coefficient d’imperméabilisation,

3.4.3.1 Caractéristiques géométriques


Les caractéristiques géométriques sont la superficie, forme, longueur et pente du bassin versant élé-
mentaire ; elles ont été déterminées à partir du SIG.

3.4.3.2 Temps de concentration


Le temps de concentration est communément défini comme la somme du temps de ruissellement vers
le réseau et du temps d'acheminement dans les canalisations de la goutte d’eau la plus éloignée de
l’exutoire du sous-bassin versant.
Lorsque le temps de concentration est atteint, la totalité du bassin versant contribue au processus de
ruissellement. L’intensité de pluie correspondant au temps de concentration génère le débit le plus
important à l’exutoire du bassin versant. En effet, pour une durée inférieure au temps de concentra-
tion, la totalité du bassin versant ne participe pas au ruissellement et le débit n’atteint pas encore son
maximum. Pour une durée supérieure au temps de concentration, tout le bassin versant contribue
mais l’intensité moyenne de la pluie se réduit et les débits diminuent.
Pour la présente étude, ce temps a été estimé à l’aide de la formule de Kerby qui présente l’avantage
d’introduire la notion de rugosité des surfaces de ruissellement (fonction notamment de leur imper-
méabilisation).
La formule de Kerby s’écrit :

t c = 1,446 × (n × L ) × i −0,033
0,467

dans laquelle : tc temps de concentration [min]


L longueur maximale du thalweg [m]
i pente entre points extrêmes [m/m]
n facteur de rugosité de Strickler [s/m1/3] de la surface du BV : pris égal
à 0.05.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 36


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

3.4.3.3 Coefficient de ruissellement


Le coefficient de ruissellement correspond au rapport de la surface imperméabilisée sur la surface
totale du bassin versant.
Pour chaque catégorie d’occupation du sol définie dans l’analyse urbaine, les coefficients de ruissel-
lement suivants ont été retenus. Une distinction entre les valeurs 2013 et 2036 permet de prendre en
considération une imperméabilisation encore plus intense de chaque secteur (comme par exemple le
goudronnement de voiries, construction de nouveaux bâtiments…)

Coefficients de ruissellement 2013 2036


Type 1 Habitat très dense (Médina, R+6/8) 0.80 0.85
Type 2 Habitat dense (R+4/6) 0.70 0.75
Type 3 Habitat semi-dense (R+2/4) 0.60 0.65
Type 4 Habitat regroupé (R+0/1/2) 0.50 0.55
Type 5 Habitat éparpillé (R+0) 0.40 0.45
Type 6 Zone verte, habitat diffus 0.20 0.20
Type 7 Zone industrielle 0.60 0.70
Type 8 Zone touristique 0.50 0.50
Type 9 Equipements 0.60 0.70
Type 10 Voirie 0.80 0.90

Tableau : coefficients de ruissellement


In fine, le calcul du coefficient de ruissellement équivalent de chaque bassin versant sera réalisé par
pondération surfacique en fonction des types occupations du sol présent sur le bassin versant, et de
la nature des sols.

3.4.4 Calcul des débits


Le calcul des débits d’eaux pluviales a été fait par la méthode rationnelle, parfaitement adaptée aux
petits bassins versants (quelques km2).
Son principe est le suivant : le débit à l'exutoire d'un bassin versant soumis à une averse homogène
dans le temps et dans l'espace, d'intensité l (mm/h), atteint son maximum lorsque toutes les particules
d'eau qui tombent sur le bassin participent effectivement à l'écoulement au droit de l'exutoire ; c'est-à-
dire dès que la goutte d'eau tombée au point le plus éloigné de l'exutoire atteint ce dernier au bout
d'un temps tc, appelé "temps de concentration".
Le débit maximal à l'exutoire est donné par la formule suivante :
A × C × I(t c ) × S
Q10 =
3.6

dans laquelle : Q10 débit décennal [m3/s]


C coefficient de ruissellement
I (tc) intensité de l'averse décennale pour le temps de concentration [mm/h]
S surface du bassin versant [km2]
A coefficient d'abattement de la pluie décennale

 161 − 0.042 × Pan 


A = 1−  × log S 
 1000 

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 37


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

3.4.5 Présentation des résultats


On trouvera dans chacun des six tomes relatifs à chaque gouvernorat les tableurs explicitant pour les
eaux pluviales :
les caractéristiques géométriques et hydrologiques tous les bassins versants (superficie,
longueur, pente, occupation du sol, coefficient de ruissellement, temps de concentration…)
ainsi que les productions d’eaux pluviales en 2013, 2016, 2012, 2026, 2013 et 2036.
les caractéristiques de tous les collecteurs ainsi que leur capacité d’écoulement afin de pou-
voir établir le diagnostic hydraulique en situation actuelle (capacité suffisante ou non en
2013 ?)

3.4.6 Calcul des sections d’écoulement


Il est proposé d'utiliser la formule de Manning-Strickler, comme pour les eaux usées.
Le coefficient de Strickler retenu sera de :
80 pour les conduites plastiques (PVC, PEHD, PRV),
70 pour les conduites ou dalots en béton,
40 pour les fossés en terre aménagés,
30 pour les fossés non aménagés (type oued).

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 38


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

4 Critères de conception et de dimensionnement des sta-


tions d’épuration

4.1 Les critères de qualité de rejets

4.1.1 Les des normes de rejet tunisiennes - le cadre juridique


Les principaux textes juridiques régissant la protection de l'environnement en Tunisie et touchant di-
rectement le domaine des eaux usées, sont les suivants :
Loi n° 75-16 du 31 mars 1975 portant promulgation du Code des Eaux, complété d’une publi-
cation en version définitive en avril 2012, de l’Etude de révision et d’amendement du code des
eaux, Etape III, Projet de loi portant refonte du code des eaux et decrets d’application (docu-
ment joint en annexe),
Loi n°95-70 du 17 juillet 1995 relative à la conserfvation des eaux et du sol,
Décret n°79-768 du 08/09/79 réglementant les conditions de branchement et de déversement
des effluents dans le réseau public d’assainissement,
Arrêté du ministre de l’économie nationale du 20 juillet 1989, portant homologation de la
norme tunisienne relative aux rejets d’effluents dans le milieu hydrique,
Décret n°89-1047 du 28 juillet 1989 fixant les conditions d’utilisation des eaux usées traitées à
des fins agricoles,
Décret n°85-56 du 2 janvier 1985 relatif à la réglementation des rejets dans le milieu récep-
teur.

La norme NT 106.002 (1989), intitulée « Rejets d’effluents dans le milieu hydrique » définit les
conditions auxquelles sont soumis les rejets d’effluents traités et non traités dans le milieu hydrique et
les références aux normes relatives aux analyses des différents paramètres concernés. Elle spécifie
pour plus de 50 paramétres les caractéristiques permises des rejets dans (i) le domaine public mari-
time, (ii) le domaine hydraulique et (iii) les canalisations publiques ONAS. L’annexe 0.3e reprend le
tableau de ces caractéristiques.

La norme NT 106.003 (1989) intitulée « Utilisation des eaux usées traitées à des fins agricoles-
Spécifications physico-chimiques et biologiques » vient compléter le décret n° 89-1047 du 28
juillet 1989 fixant les conditions d’utilisation des eaux usées traitées à des fins agricoles. L’annexe
0.3d reprend le tableau de ces caractéristiques.

4.1.2 Tableaux de paramétrage des normes relatives à l’épuration

Domaine public Domaine public Canalisations


Paramètres (expression)
maritime hydraulique publiques ONAS
Température (°C) 35 25 35
pH 6.5 - 8.5 6.5 - 8.5 6.5 – 9
Matières en suspension MES (mg/l) 30 30 400
Matières décantables (mg/l) 0.3 0.3 -
Demande chimique en oxygène DCO (mg O2 90 (moyenne 24 90 (moyenne 24 1000
/l) h) h) 400
Demande biologique en oxygène DBO5 (mg 30 30 700
O2/l) Sans exigence 600 1
Chlorures Cl (mg/l) 0.05 0.05 0,05

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 39


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Chlore actif Cl2 (mg/l) 0.05 0.05 400


Bioxyde de chlore ClO2 (mg/l) 1000 600 300
Sulfate SO4 (mg/l) 2000 200 50
Magnésium Mg (mg/l) 1000 50 1000
Potassium K (mg/l) Sans exigence 300 Fixer selon le cas
Sodium Na (mg/l) Sans exigence 500 10
Calcium Ca (mg/l) 5 5 Fixer selon le cas
Aluminium Al (mg/l) 100 70 3
Couleur Echelle au platine cobalt 2 0.1 3
Sulfures S (mg/l) 5 3 90
Fluorures dissous F (mg/l) 90 50 10
Nitrates NO3 (mg/l) 5 0.5 NT09.18
Nitrites NO2 (mg/l) 30 1 10
Azote organique et ammoniacal (mg/l) 0.1 0.05 1
Phosphore PO4 ou P-total (mg/L) 0.05 0.002 30
Phénols, compose phénoliques (mg/l) 20 10 10
Graisses et huiles saponifiables (mg/l) 10 2 0,1
Hydrocarbures aliphatiques total (mg/l) 0.05 0 5
Solvants chlorés (mg/l) 2 0.5 2
Détergents anioniques - ABS (mg/l) 20 2 5
Bore B (mg/l) 1 1 1
Fer Fe (mg/l) 1.5 0.5 2
Cuivre Cu (mg/l) 2 2 1
Etain Sn (mg/l) 1 0.5 5
Manganèse Mn (mg/l) 10 5 5
Zinc Zn (mg/l) 5 0.5 0,5
Molybdène Mo (mg/l) 0.5 0.1 1
Cobalt Co (mg/l) 0.1 0.05 10
Brome actif Br2 (mg/l) 10 0.5 0,1
Baryum Ba (mg/l) 0.1 0.05 0,1
Argent Ag (mg/l) 0.1 0.05 0,05
Arsenic As (mg/l) 0.05 0.01 0,1
Béryllium Be (mg/l) 0.005 0.005 0,5
Cadmium Cd (mg/l) 0.05 0.05 0,5
Cyanures CN (mg/l) 0.5 0.01 2
Chrome bexavalent Cr6+ (mg/l) 2 0.5 0,2
Chrome trivalent Cr3+ (mg/l) 0.1 0.1 2
Antimoine Sb (mg/l) 2 0.2 1
Nickel Ni (mg/l) 0.5 0.05 0,01
Sélénium Se (mg/l) 0.001 0.001 1
Mercure Hg (mg/l) 0.5 0.1 0,01
Plomb Pb (mg/l) 0.001 0.001 0,01
Titane Ti (mg/l) 0.005 0.001
Pesticides (mg/l) 2000 2000
Coliformes fécaux (par 100 ml) 1000 1000
Streptocoques fécaux (par 100 ml) Absence Absence
Salmonelles (par 5000 ml) Absence Absence
Vibrions cholériques (par 5000 ml)
Tableau : NT106.002 qualité des eaux traitées selon le milieu de rejet

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 40


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Paramètres (expression) Concentration admissible


pH 6,5-8,5
Matières en suspension MES (mg/l) 30
Demande chimique en oxygène DCO (mg O2 /l) 90
Demande biologique en oxygène DBO5 (mg O2/l) 30
Chlorures Cl 2000
Conductivité (CE) (µS/cm) 7000
Fluorures F 3
Organochlorés 0,1
Arsenic 0,1
Cadmium 0,01
Cuivre 0,5
Chrome 0,1
Fer 5
Mercure 0,01
Manganèse 5
Nickel 0,2
Plomb 1
Zinc 5
Bore 3
Cobalt 0,1
Sélénium 0,05
Moyenne arithmétique des œufs de nématodes intesti- 1/1000 ml
naux
Tableau : NT106.003 qualité des eaux traitées réutilisées

Réseau public
Domaine public maritime Domaine public hydraulique d’assainissement
paramètres
(DPM) (DPH)
(RPA)
• 150 dans le cas d'une épu- • 150 dans le cas d'une épu-
Matières en ration par lagunage ; ration par lagunage ;
Suspen- • 100 si le flux journalier • 100 si le flux journalier 4
sions. maximal n'excède pas 50 maximal n'excède pas 50 0
(M.E.S) kg/j ; kg/j ; 0
(mg/l) • 30 si le flux > 50 kg/j ou • 30 si le flux > 50 kg/j ou
milieu récepteur sensible milieu récepteur sensible
• 150 dans le cas d'une épu- • 150 dans le cas d'une épu-
Demande ration par lagunage ; ration par lagunage ;
Biologique
en Oxygène • 100 si le flux journalier • 100 si le flux journalier 4
en 5 jours maximal n'excède pas 50 maximal n'excède pas 50 0
(DBO5) kg/j; kg/j; 0
• 30 si le flux > 50 kg/j ou • 30 si le flux > 50 kg/j ou
(mg O2/l) milieu récepteur sensible milieu récepteur sensible
• 200 dans le cas d'une épu- • 200 dans le cas d'une épu-
Demande ration par lagunage ; ration par lagunage ;
1
Chimique en • 300 si le flux journalier • 300 si le flux journalier
Oxygène 0
maximal autorisé n'excède maximal autorisé n'excède
(DCO) 0
pas 150 kg/j; pas 150 kg/j;
0
(mg O2/l) • 125 si le flux > 150 kg/j ou • 125 si le flux > 150 kg/j ou
milieu récepteur sensible milieu récepteur sensible
Tableau : annexe1 de la norme NT106.002 projetée : MEST, DCO et DBO5

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 41


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Réseau public
Domaine public maritime Domaine public hydraulique d’assainissement
Paramètres
(DPM) (DPH)
(RPA)
Nitrates NO3- 20 11 20
N (mg N/l)
Nitrites NO2- 1,5 0,15 3
N (mg N/l)
• 10 mgN/l si le flux journalier • 10 mgN/l si le flux journalier
Azote total
maximal dépasse 30 kg/j et maximal dépasse 30 kg/j et
kjeldahl, NtK
la concentration de l’azote la concentration de l’azote
(mg N/l)
kjeldahl dans les eaux kjeldahl dans les eaux
brutes à l’entrée de la sta- brutes à l’entrée de la sta-
tion ne dépasse pas 80 tion ne dépasse pas 80
mg/l. mg/l.
• 20 % de la concentration • 20 % de la concentration
de l’azote kjeldahl dans les de l’azote kjeldahl dans les 80
eaux brutes à l’entrée de la eaux brutes à l’entrée de la
station si le flux journalier station si le flux journalier
maximal dépasse 30 kg/j et maximal dépasse 30 kg/j et
la concentration de l’azote la concentration de l’azote
kjeldahl brute dépasse 80 kjeldahl brute dépasse 80
mgN/l. mgN/l.
• 10 mgN/l pour milieu récep- • 10 mgN/l pour milieu récep-
teur sensible teur sensible
• 5 mg/l si le flux journalier • 5 mg/l si le flux journalier
Phosphore
maximal dépasse 5 kg/j et maximal dépasse 5 kg/j et
total, Pt (mg/l)
la concentration du phos- la concentration du phos-
phore dans les eaux brutes phore dans les eaux brutes
à l’entrée de la station ne à l’entrée de la station ne
dépasse pas 10 mg/l. dépasse pas 10 mg/l.
• 50 % de la concentration • 50 % de la concentration
du phosphore dans les du phosphore dans les
10
eaux brutes à l’entrée de la eaux brutes à l’entrée de la
station si le flux journalier station si le flux journalier
maximal dépasse 5 kg/j et maximal dépasse 5 kg/j et
la concentration du phos- la concentration du phos-
phore brute dépasse 10 phore brute dépasse 10
mg/l. mg/l.
• 5 mg/l pour milieu récepteur • 5 mg/l pour milieu récepteur
sensible sensible
Tableau : annexe1 de la norme NT106.002 projetée: Azote et phosphore

4.1.3 Commentaires critiques sur les normes existantes

Ces normes actuellement applicables appellent les commentaires suivants :


Pour certains paramètres, le respect intégral des normes n’est pas atteignable dans des con-
ditions technico-économiques raisonnables : il s'agit des concentrations en azote organique et
ammoniacal (1 mg/l) et en phosphore total (en mer comme en eaux continentales 0,1 mg/l et
0,05 mg/l,

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 42


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Les exigences de rejet ne sont exprimées qu’en termes de concentration, sans être complé-
tées par des rendements minimaux. Par voie de conséquence, elles n’interdisent pas explici-
tement la possibilité de diluer des rejets pour satisfaire aux concentrations.
La norme n’évoque pas la capacité d’adsorption et la vulnérabilité du milieu récepteur qui de-
vrait être un critère important dans la caractérisation des rejets. Elle ne prend pas en compte
le fait qu’un milieu récepteur (maritime ou continental) soit plus ou moins sensible aux rejets
bactériologiques ou à l’eutrophisation (qui conditionne les concentrations admissibles en
azote et phosphore). Quel que soit le milieu récepteur, une certaine qualité bactériologique est
exigée (excepté pour le rejet dans les canalisations ONAS).
Les anions tels que les chlorures, les sulfates, les fluorures traversent les traitements phy-
siques et biologiques sans modification. Les organochlorés et les pesticides ne peuvent être
attaqués que par des traitements thermochimiques forts tels que l'ozonation ou par des trai-
tements d'adsorption sur charbon actif. Par conséquent les concentrations de ces polluants
doivent être contrôlées en amont des raccordements, et même interdits pour certains d’entre
eux.
La station d’épuration ne permet pas de contrôler la concentration de métaux à son rejet (pas
de réel traitement), leurs concentrations doivent donc également être contrôlées en amont.
La norme ne fait mention d’aucune règle de tolérance quelque soit la taille de la station de
traitement, et par conséquent pas de concentration maximale à ne pas dépasser. Elle sup-
pose donc que ces concentrations doivent être respectées en permanence, 365 jours par an,
sans aucune tolérance de dépassement.
La norme ne mentionne pas le mode et la fréquence minimale des analyses d’auto-contrôle à
mettre en place pour un respect du rejet.
La norme NT106.003 devrait intégrer clairement dans son tableau les exigences en termes
bactériologiques.

4.1.4 Comparaison avec les normes européennes


A titre de comparaison, les normes européennes appliquent systématiquement une concentration et
un rendement sur les paramètres DCO (125 mg/l-75 %), DBO5 (25 mg/l -70-80 %) et MES (35 mg/l-90
%). Ces valeurs peuvent être plus basses en fonction de la sensibilité du milieu récepteur.
Ces normes sont vérifiées sur des échantillons 24 heures. ElIes sont assorties d'une possibilité de
dépassement du niveau de rejet en nombre/an et d’une fréquence d’analyses d’auto-contrôle, en fonc-
tion de la taille des unités de traitement (en kg DBO5 reçu /j)
Les concentrations de rejet en azote et phosphore sont déterminées en fonction des objectifs de pro-
tection du milieu récepteur. Si le milieu est considéré comme sensible à l'eutrophisation, il est imposé
une norme de rejet portant sur l'azote global (NGL : NTK+ NH4+ +NO3-) et le phosphore total (P total).
La protection de la vie piscicole dans les cours d'eau peut impliquer également des impositions com-
plémentaires sur le paramètre NH4. Ces impositions portent sur une moyenne annuelle car ce sont les
effets cumulatifs qui sont visés.

Rejet en zone sensible Paramètre Charge brute de pollution or- Concentration maxi-
à l’eutrophisation ganique reçue en kg/j de DBO5 male à ne pas dépas-
ser
Azote NGL 600 exclu à 6 000 inclus 15 mg/l
> 6000 10 mg/l
Phosphore Pt 600 exclu à 6 000 inclus 2 mg/l
> 6000 1 mg/l
Tableau : extrait de l'arrêté du 22 juin 2007 de la législation française (en conformité avec la législation
Européenne)

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 43


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Définition des zones sensibles :


L'eutrophisation est la conséquence d'un enrichissement excessif en nutriments (azote, phosphore)
conduisant à des développements végétaux anormaux. Ce phénomène est également fonction des
conditions physiques d'écoulement (notamment vitesse d'écoulement et ensoleillement qui influent sur
la température de l'eau). La pollution domestique et la pollution agricole sont les causes anthropiques
majeures d'enrichissement en nutriments des masses d'eau.
La directive européenne 91/271/CEE du 21 mai 1991, relative à l'épuration des Eaux Résiduaires
Urbaines (ERU), exige la collecte et le traitement des eaux résiduaires urbaines en fonction d'une part
de la taille de l'agglomération et d'autre part de la sensibilité à l'eutrophisation du milieu récepteur.
La directive stipule qu'une masse d'eau doit être identifiée comme sensible si :
elle est eutrophe ou pourrait le devenir à brève échéance en l'absence de mesures de protec-
tion;
il s'agit d'une eau douce de surface destinée au captage d'eau potable qui pourrait contenir
une concentration de nitrate supérieure à celle prévue par la directive 75/440 (directive rela-
tive à l'eau potable) soit 50 mg/l;
un traitement plus rigoureux au sens de la directive est nécessaire pour satisfaire aux objectifs
d'autres directives.
Ainsi tous les cours d’eau sont classés en fonction de ces critères et chacun d’eux est associé à un
objectif de qualité dictant les exigences de rejet dans ces cours d’eau et les états membres doivent
revoir la liste des zones sensibles au moins tous les quatre ans.

4.1.5 Les projets de modification des normes tunisiennes


La nécessité d’une adéquation des normes tunisiennes actuellement en vigueur avec la pratique et les
techniques actuelles ne fait plus de doute depuis plusieurs années.
Aujourd’hui la révision du code des eaux précise entres autres à l’article 149 que les eaux superfi-
cielles, cours d’eau, canaux, lacs et sebkhas doivent faire l’objet d’un inventaire établissant leur degré
de pollution. L’état de chacune d’elles est établi d’après des critères physiques, chimiques, biolo-
giques et bactériologiques. Cet inventaire fait l’objet d’une révision périodique générale et d’une révi-
sion immédiate chaque fois qu’un changement exceptionnel ou imprévu affecte l’état de ces eaux.
La norme NT 106.002 est actuellement en cours de révision. Le contenu de la nouvelle norme proje-
tée est reprs en annexe 0.3i.
Les valeurs limites suivantes pour les paramètres microbiologiques s’appliquent seulement pour les
rejets d’effluents dans les zones sensibles.

Domaine public Réseau public


Expression Domaine public
Paramètres hydraulique d’assainissement
des résultats maritime (DPM)
(DPH) (RPA)
Coliformes fécaux NPP (1) par 100 ml 2000 2000 —

Streptocoques fécaux NPP par 100 ml 1000 1000 —

Salmonelles NPP par 100 ml Absence Absence —

Vibrions cholériques NPP par 100 ml Absence Absence —


Œufs de Nématodes Moyenne arithmétique < 1/1000 ml < 1/1000 ml —
intestinaux
Tableau : annexe 1 de la norme NT106.002 projetée: Paramètres microbiologiques
(1)
nombre le plus probable

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 44


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

La nouvelle norme définit le milieu récepteur sensible de la manière suivante :

tout milieu présentant une certaine fragilité vis-à-vis d’activités susceptibles de modifier ses
éléments de nature biologique, écologique, climatique et physico-chimique et /ou de le dégra-
der voire de le détruire.
tout milieu particulièrement sensible à la pollution hydrique, notamment par les substances
contribuant à l’eutrophisation en particulier les nitrates, phosphore et azote, les substances
exerçant une influence défavorable sur le bilan d'oxygène et mesurables par des paramètres,
tels que demande biologique en oxygène (DBO), demande chimique en oxygène (DCO), les
matières en suspension (MES), et les substances microbiologiques.
Les concentrations de ces substances seront fixées dans un arrêté, proposé par le ministre de
l’Environnement et du Développement Durable et après l’avis de ministre de la Santé Publique et le
ministre de l’Agriculture et les Ressources Hydrique, les milieux récepteurs sensibles

La nouvelle norme prend donc en compte des niveaux de rejet en fonction du milieu récepteur, avec
des exigences en azote kjeldahl et en phosphore (les concentrations en nitrates et en phosphore sont
encore relativement élevées dans le cas de milieux particulièrement sensibles à l’eutrophisation) en
adéquation avec les performances des techniques épuratoires.
Elle ne précise pas de tolérance de dépassement ni de fréquence d’auto-contrôle, sauf pour ce der-
nier point, pour les rejets industriels. Elle prend également en compte une exigence de performance
en fonction de la quantité de pollution rejetée et donc en fonction de la taille de la station de traite-
ment.

4.1.6 Proposition de qualité de rejets des effluents spécifiquement pour le projet


Sur la base des considérations qui précédent (état de la réglementation et perspectives d emodifica-
tion), et compte-tenu que l’inventaire des cours d’eau et leur classement en zone sensible n’est pas
encore disponible, compte-tenu que l’arrêté portant délimitation des zones sensibles n’est pas encore
publié, nous définirons le cadre suivant, pour la détermination du niveau de rejet :
Toutes les eaux continentales seront considérées à risque d’eutrophisation, donc classées en
zone sensible,
Du point de vue bactériologique, nous considérerons que seules les zones côtières et les
zones de baignade devront être protégées,
Concernant plus particulièrement le niveau de rejet en azote et notamment en nitrates : dans
la future norme l’azote kjeldhal est limité à 10 mg/l et les nitrates à 11 à 20 mg/l. Compte-tenu
du fait que, pour une concentration en nitrates supérieure à 10 mg/l, toutes les filières de trai-
tement biologique (culture libre ou culture fixée) incluant une séparation eau/boues par clarifi-
cation sont sujettes à dénitrification sauvage dans le clarificateur et donc départ de boues
avec l’eau traitée, nous prendons en compte un niveau de rejet équivalent à celui de la norme
européenne de 15 mg/l en NGL. Lorsque la station est conçue pour faire de la nitrification,
une concentration de 1 à 3 mg/l en NH4+ est aisément atteignable, par conséquent la norme
tunisienne sera respectée et les stations devront être conçues pour assurer une dénitrification
limitant la concentration en nitrates au rejet à 10 mg/l pour des raisons de fiabilité.
L’aire d’étude étant limitée aux communes supérieures à 2000 EH, le cas de stations collec-
tives recevant moins de 50 kg/j en DBO5 ou MES, de 150 kg/j en DCO, de 30 kg/j en azote ou
moins de 5 kg/j en phosphore, ne se présentera pas.
Les émissaires marins représentent un moyen de soulager en partie les pressions exercées
sur l’environnement marin (faune et flore) en matière de pollution organique, de pollution par
les nutriments et par les matières en suspension. Leur efficacité est tributaire des choix qui
sont opérés sur la position du rejet et lors de la pose en mer (et bien-sûr l’état écologique du
point de rejet). La détermination du niveau de rejet acceptable en sortie d’une station avec

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 45


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

émissaire va donc nécessiter une étude détaillée et complexe pour simuler avec précision le
devenir des effluents en mer au moyen d’un émissaire. Ces études ne peuvent être menées
dans le cadre d’un schéma directeur d’assainissement à grande échelle. C’est pourquoi, nous
appliquerons la norme zone sensible dans le cas d’un rejet en mer avec ou sans émissaire.
En ce qui concerne la pollution bactériologique, il s’agit d’éloigner le rejet des côtes pour avoir
un éloignement suffisant des zones côtières et une dilution suffisante pour respecter un objec
tif de qualité conforme aux eaux de baignade (protection des zones de baignades du littoral).
Nous considérerons que dans le cas de construction d’un émissaire sa longueur et sa profon
deur répondront à ces impératifs.

La présence de bactéries dans l’eau est un phénomène normal et constitue un aspect primor-
dial de la décomposition de la matière organique et du recyclage des éléments nutritifs essen-
tiels au maintien des organismes aquatiques et de la chaîne trophique. Cependant, lorsque le
milieu reçoit des déjections d’origine animale ou humaine, le nombre et le type de bactéries
présentes peuvent rendre l’eau non appropriée pour certaines activités. Ces bactéries, appe-
lées coliformes fécaux, proviennent du tube digestif des mammifères et sont de bons indica-
teurs de la présence potentielle d’organismes pathogènes pouvant causer des problèmes de
santé (gastro-entérites, dermatites, etc.). Des concentrations trop élevées en coliformes fé-
caux peuvent compromettre la baignade et la pratique sécuritaire d’activités nautiques, ou la
pratique de conchyliculture. Excepté en cas de réutilisation d’eau, nous ne considérerons
l’obligation d’un traitement tertiaire par désinfection que dans les cas de rejet en zone cô-
tière/zone de baignade.

Nous proposons par conséquent, dans cadre de la mission 2, les valeurs suivantes pour les niveaux
de rejet :

Paramètres Domaine maritime oued, canaux,


sebkhat
Rejet zone côtière Rejet en mer avec
et/ou de baignade émissaire
DCO (mg/l) 125 125 125
DBO5 (mg/l) 30 30 30
MES (mg/l) 30 30 30
Azote NGL (mg/l) 15 15 15
Phosphore (mg/l) 5 5 5
Coliformes fécaux - NPP / 100 ml 2000 -

Streptocoques fécaux NPP par 100 ml 1000 -


Salmonelles Absence -
Vibrions cholériques Absence -
Œufs de Nématodes intestinaux < 1/1000 ml -
Tableau : proposition de niveau de rejet dans le milieu hydrique

Pour la réutilisation des eaux usées traitées, nous appliquerons la norme NT 106.003 actuel-
lement en vigueur, à laquelle nous ajouterons les recommandations de l’OMS pour l’irrigation
de cultures fourragères, céréalières, industrielles, pâturages et arbres :

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 46


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Paramètres REUT en arrosage ou irrigation


DCO (mg/l) 90
DBO5 (mg/l) 30
MES (mg/l) 30
Coliformes fécaux 1000 NPP/100 ml
Streptocoques fécaux 1000 NPP/100 ml
Œufs de Nématodes intestinaux < 1/1000 ml
Tableau : proposition de niveau de rejet en cas de réutilisation des eaux usées traitées

4.2 L’assainissement autonome

4.2.1 Les conditions justifiant le choix de l’assainissement autonome

Les techniques d’assainissement autonome sont reconnues comme une voie possible au niveau eu-
ropéen et en Tunisie, dès 1991.
Les techniques d’assainissement autonome se présentent comme une alternative pérenne à
l’installation d’un réseau collectif dans le cas où ce dernier ne présenterait pas d’intérêt pour
l’environnement ou parce que son coût serait excessif. La disponibilité et l’aptitude du terrain ainsi que
l’acceptation publique sont deux critères majeurs qui affectent le choix du processus.
Par son autonomie, l’assainissement individuel est souvent opposé à l’assainissement collectif, bien
que la limite entre les deux systèmes ne soit pas toujours bien identifiée.
On peut en effet parler de deux types d’assainissement autonome :
L’assainissement autonome individuel comme l’assainissement d’une maison individuelle qui
utilise le plus souvent le sol naturel ou reconstitué ou le sable comme élément épurateur,
L’assainissement autonome groupé (ou semi-collectif) lorsqu’il s’agit de plusieurs habitations
individuelles drainées par un mini-réseau aboutissant à un système d’épuration ou quand il
s’agit de bâtiments collectifs ou de petites collectivités. L’assainissement groupé n’utilise pas
toujours le sol comme élément épurateur. Ce type d’assinissement est adapté à l’habitat mixte
(ni diffus, ni concentré).
La présente étude est consacrée aux localités de plus de 2 000 EH : compte-tenu de la taille de ces
communes et de la pollution engendrée, il apparaît « logique » de collecter et traiter ses eaux ur-
baines résiduaires par un système d’assainissement collectif. En effet, une agglomération de plus de
2000 EH est une zone dans laquelle la population ou les activités économiques sont suffisamment
concentrées pour qu’il soit possible et cohérent de collecter les eaux usées pour les acheminer vers
un système d’épuration unique. C’est d’ailleurs ce que prévoit le droit français et européen, sauf
lorsque le réseau n’est pas encore réalisé ou lorsque l’installation d’un système de collecte ne se justi-
fie pas (pas d’intérêt pour l’environnement ou coût excessif).
C’est dans ce contexte, que l’on envisagera dans cette étude, la possibilité de mettre en œuvre des
systèmes d’assainissement autonome (assainissement de maison individuelle). L’assainissement
autonome groupé ne sera pas envisagé : seul le cas d’habitats individuels très dispersés justifiera la
possibilité d’un assainissement autonome, dans les autres cas, les habitations ou immeubles seront
raccordés au réseau d’assainissement colllectif qui doit être mis en œuvre pour des communes de
plus de 2000 EH.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 47


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Il est important de noter, que la mise en œuvre de systèmes d’assainissement non collectif, doit être
réalisée avec certaines précautions et prescriptions pour qu’il soit efficace:
Les conditions pour lesquelles ces techniques d’assainissement autonome sont proscrites
doivent être clairement siginifiées (par exemple lorsqu’il y a des usages sensibles ou des
zones de baignade à proximité du rejet),
Les techniques d’épuration admissibles doivent être définies sur la base des procédés exis-
tants et éprouvés, ayant fournis la preuve de leur efficacité d’un point de vue épuratoire. Des
règles de l’art doivent être éditées, comme par exemple les règles techniques contenues
dans les normes européennes NF 12566 - 1 à 7 établissant les prescriptions générales rela-
tives aux techniques et équipements des installations de traitement des eaux usées domes-
tiques pour une population ≤ 50 EH.
L’entretien obligatoire de ces installations ainsi que les responsables de cet entretien doivent
être clairement définis,
Un service public de contrôle, par du personnel qualifié, des installations mises en œuvre
ainsi que de leur entretien et de leur performance, est nécessaire.
Enfin, dans le cas d’installation de fosses septiques seules, sans exutoire pour les eaux
usées, un service public de collecte et de transport de ces eaux (matières de vidange) à une
unité de traitement est nécessaire.

4.2.2 Les procédés de traitement en assainissement autonome


.
Ces procédés sont constitués de deux étapes :
Prétraitements, ils peuvent être constitués de : fosse toutes eaux ou fosses septiques, bac à
graisse, préfiltre de sécurité, poste de relevage. La fosse septique ne constitue qu’un prétrai-
tement, et les eaux usées doivent être évacuées par vidange, ou traitées et évacuées sur site.
Traitement et évacuation : épuration et évacuation des effluents par le sol, ou épuration avant
rejet vers le milieu hydraulique superficiel et autre dispositif d’évacuation.

Les filières de traitement et évacuation qui peuvent être adoptées sont de différents types, en fonction
de la configuration du terrain :

Type Conditions d’utilisation


Epuration et évacuation des effluents par le sol
Tranchées d’épandage à faible profondeur dans Sol d’épaisseur, de texture et de perméabilité
le sol naturel adéquate
Lit d’épandage à faible profondeur Sol de texture sableuse et absence de pente
Lit filtrant non drainé à flux vertical Roche trop perméable à faible profondeur
Tertre d’infiltration Nappe à faible profondeur
Epuration avant rejet vers le milieu hydrique superficiel
Lit filtrant (sable) drainé à flux vertical Sol peu perméable, dénivelé supérieur à 1,20 m
Lit filtrant (sable) drainé à flux horizontal Peut remplacer le précédent en cas
d’insuffisance de dénivelé
Puits d’infiltration Envisageable pour les filières drainées lors-
qu’aucune autre voie d’évacuation n’est possible.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 48


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Tableau : récapitulatif filières de traitement assainissement autonome


Pour adopter la solution « épandage souterrain », qui reste la filière la plus communément préconisée,
les caractéristiques minimales exigées pour le sol sont les suivanntes :
Sol présentant une profondeur d’au moins 70 cm à 1 m sans horizon hydromorphe, rocheux
compact ou fracturé,
Perméabilité supérieure à 15 mm/h
Nappe située à plus de 1,50 m,
Pente du terrain inférieure à 10%.

4.2.3 Critères de conception assainissemnt autonome


Dans le cadre de la mission 2, les caractéristiques précises du sol n’étant pas connues (les études de
sol ne sont pas réalisées lors de l’élaboration d’un schéma directeur), seules les caractéristiques de
surface disponible, présence de nappe, perméabilité apparente et pente seront prises en compte,
lorsqu’elles sont disponibles, pour la faisabilité technique de l’épandage.
Les filtres à sable drainés, les filtres compacts et certains tertres d’infiltration, n’assurent que
l’épuration des eaux, et non pas leur évacuation. Aussi il sera nécessaire de réaliser des conduites
d’évacuation vers le point de rejet hydrique et de s’assurer du bon état écologique de l’éxutoire. Dans
le cadre d’un schéma directeur d’assainissement à grande échelle, ces points ne pourront pas être
vérifiés et étudiés précisément, aussi, par principe de précaution, seules les solutions d’évacuation
par le sol seront envisagées.

Les filières qui seront envisagées dans la mission 2, lorsque la surface de terrain disponible et la qua-
lité du terrain le permettront, seront :
Fosse toutes eaux et évacuation d’épandage par le sol.
Fosses septique avec collecte à échéance, des matières de vidange et corrélative-
ment système de collecte et apport à la step la plus proche équipée pour recevoir les matières
de vidange.

4.2.4 Critères de dimensionnement assainissement autonome


Pour une habitation comprenant jusqu’à 5 pièces, le volume de la fosse toutes eaux sera de 3000 l.
La surface d’épandage nécessaire est fonction de la taille de l’habitation et de la perméabilité du ter-
rain.
Pour chaque habitation, il sera prévu une fosse toutes eaux de 3000 l et surface d’épandage minimale
de 20 m2 (5 m2/pièce en lit filtrant non drainé).

4.3 Assainissement collectif : les procédés de traitement


On décrit ci après les différents process d’épuration envisageables et on fournit pour chacun un com-
paratif avantages / inconvénients en distinguant tout d’abord les trois familles suivantes de traitement
global des eaux :
Les procédés extensifs
Les procédés intensifs à culture libre
Les procédés intensifs à culture fixée

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 49


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

On décrit ensuite les traitements primaires, puis le traitement des boues et enfin l’éventualité du trai-
tement tertiaire.

4.3.1 Les procédés extensifs


On distingue le lagunage naturel et le lagunage aéré

4.3.1.1 Le lagunage naturel


Ce procédé consiste à laisser séjourner les effluents dans un ou plusieurs bassins de grandes dimen-
sions, où les microorganismes se nourrissent des matières organiques dissoutes, colloïdales et en
suspension. Le lagunage se caractérise par un temps de séjour très élevé des effluents, plusieurs
dizaines de jours, et par des mécanismes de fonctionnement biologique fortement liés à la tempéra-
ture et aux saisons. Ce caractère spécifique rend l’évaluation des performances de ce procédé sensi-
blement différent de celui des procédés intensifs conventionnels.

Avantages Inconvénients
Simplicité de fonctionnement et d’exploitation Grande emprise au sol
Coût d’exploitation faible MES élevées dans l’effluent rejeté, possibilité de
rejet important d’algues avec un impact mal con-
Peu sensible aux variations hydrauliques ou pol-
nu sur un milieu récepteur sensible.
luantes (fort pouvoir tampon)
Abattements des nutriments (azote et phos-
Elimination d’une grande partie des nutriments
phore) limités de 60 à 70 % (pas de nitrate ou
surtout en été
presque en sortie)
Efficace pour l’élimination des germes en lagu-
Variations des performances, selon les saisons
nage de finition
Peu adapté aux effluents dont la concentration
Boues stabilisées
en (DBO5 > 300 mg/l)
Bonne intégration dans le paysage
Raccordement d’effluents industriels à proscrire
La septicité des effluents bruts rend l’écosystème
instable
Entretien des abords important : fauchage de la
végétation des digues et des berges, faucardage
de la ceinture végétale, lutte contre les rongeurs
Opération lourde de curage des boues
Coût d’investissement très dépendant de la na-
ture du sous-sol : dans un terrain sableux ou
instable, il est préférable de ne pas se tourner
vers ce type de lagune.
Tableau : avantages et inconvénients du lagunage naturel
Le domaine privilégié du lagunage naturel se situe dans une classe de taille de station entre 100 et
1500 EH. Il ne peut répondre aux critères de rejet sur l’azote et surtout sur le phosphore pour un rejet
en milieu sensible. Ce procédé ne sera pas retenu dans le cadre de la mission 2, pour des stations
supérieures à 2000 EH et pour des rejets en milieu sensible.

4.3.1.2 Le lagunage aéré


Iil s’agit d’un procédé de lagunage aéré par des moyens mécaniques (aération de surface ou insuffla-
tion). Les lagunes sont dans ce cas plus profondes de 2,5 à 5 m et moins étendues (temps de séjour

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 50


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

plus courts qu’en lagunage naturel). Généralement la filière comprend plusieurs lagunes en série :
lagune(s) aérobie(s), suivies de lagune(s) facultative(s) moyennement agitées puis de lagune(s) de
décantation. Ce procédé nécessite des prétraitements efficaces comprenant dégrillage, dessablage et
déshuilage.

Avantages Inconvénients
Emprise au sol réduite par rapport au lagunage Emprise au sol importante par rapport aux pro-
naturel cédés intensifs
Simplicité de fonctionnement et d’exploitation Rejet de qualité moyenne sur tous les para-
mètres
Peu sensible aux variations hydrauliques ou
polluantes (fort pouvoir tampon) Nuisances sonores
Elimination d’une grande partie des nutriments Forte consommation énergétique
Efficace pour l’élimination des germes en lagu- Par rapport au lagunage naturel, nécessité de
nage de finition personnel qualifié en électro-mécanique pour la
maintenance des équipements d’aération
Tolérant aux effluents concentrés
Entretien important des abords
Tolérant aux effluents déséquilibrés en nutri-
ments Opération lourde de curage des boues
Raccordement des effluents industriels possible
Boues stabilisées
Bonne intégration dans le paysage
Tableau : avantages et inconvénients du lagunage aéré

Compte-tenu des critères de rejet en milieu sensible, des rendements moyens obtenus, de la con-
sommation énergétique qui n’est plus un avantage, le lagunage aéré ne sera pas retenu dans les
procédés à envisager pour les nouvelles installations.

4.3.2 Les procédés intensifs à culture libre


Quatre process sont décrits :
Boues activées moyenne ou forte charge
Boues activées faible charge ou aération prolongée
Bioréacteur à membrane
SBR (Sequenced Batch Reactor)

4.3.2.1 Boues activées moyenne ou forte charge


Ce procédé met en œuvre des réacteurs biologiques (bassins en génie civil) dans lesquels est main-
tenue une biomasse active, aérée et brassée par des moyens mécaniques (aération de surface ou
insufflation). La concentration en boues dans les bassins est relativement faible (2 à 3 g/l), la quantité
de pollution organique appliquée par kg de biomasse est élevée (0,2 à 1 kg DBO5/kgMVS/j) et l’âge
des boues est faible (< 10 jours).
Ce procédé necessite la mise en place d’un prétraitement efficace comprenant dégrillage, dessablage
et déshuilage, et est généralement associé à une décantation primaire en étape préalable. La sépara-
tion eau/boue est réalisée par un clarificateur final. Ce procédé consomme moins d’oxygène qu’une
boue activée faible charge, mais produit plus de boues. Les rendements épuratoires globaux se si-

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 51


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

tuent entre 85 et 95 % sur la DBO5. Ce procédé ne permet pas l’abattement de l’azote par nitrifica-
tion/dénitrification. Les boues produites ne sont pas stabilisées : la filière boues doit donc inclure une
étape de stabilisation (aérobie ou anaérobie).

Avantages Inconvénients
Bonne performance sur la pollution organique Coût d’investissement important
(DBO, DCO) et sur les MES.
Consommation énergétique importante
Le traitement du phosphore peut-être assuré par
Necessité de personnel qualifié, surveillance
injection de coagulant dans la biologie.
soutenue
Les filières peuvent être conçues pour une varia-
Pas de traitement de l’azote
tion de charge saisonnière : mise en œuvre de
plusieurs files, d’un traitement primaire Traitement tertiaire nécessaire pour l’abattement
des germes pathogènes.
Production de boues élevée et boues non stabili-
sées.
Peu adapté aux fortes variations de charge hy-
draulique et polluante
Adaptation relative à une variation de charge
saisonnière, le démarrage d’une boue activée
étant relativement lent.

Tableau : avantages et inconvénients des boues activées moyenne ou forte charge

Le procédé est bien adapté aux collectivités de plus de 2000 EH, mais l’absence de traitement de
l’azote, la production élevée des boues (non stabilisées), et le coût d’exploitation important, limite son
intérêt, Ce procédé ne sera pas retenu dans les procédés à envisager pour les nouvelles installations.

4.3.2.2 Boues activées faible charge ou aération prolongée


Même principe qu’une boue activée moyenne charge excepté que la charge massique est plus faible
(< 0,2 kg DBO5/kgMVS/j) et l’âge de boues est nettement plus élevé. Les conséquences sont une
consommation plus importante en oxygène mais une production de boues nettement plus faible. Les
boues produites sont considérées stabilisées. Les rendements épuratoires globaux se situent entre 95
et 98 % sur la DBO5. Ce procédé permet un traitement poussé de l’azote par nitrifica-
tion/dénitrification. Ce procédé est un procédé universellement utilisé car il apporte un bon compromis
entre le coût d’exploitation et les performances épuratoires. Il est adapté à la plupart des niveaux de
rejets exigés en pollution carbonée, azotée et phosphorée.
Pour les stations de grande taille, on associe un traitement primaire amont qui permet d’obtenir des
boues fortement organiques et particulièrement adaptées à une digestion méthanique. La digestion
méthanique des boues primaires et secondaires permet la diminution de la quantité de boues pro-
duites à évacuer (jusqu’à 40 %) et la production de biogaz qui représente une source d’énergie sous
forme d’électricité (par la mise en place d’une cogénération) utilisable pour le fonctionnement de la
station. L’association traitement primaire/boues activées faible charge/ digestion méthanique des
boues est une solution interessante pour la réduction des coûts énergétiques et des coûts
d’évacuation des boues.

Avantages Inconvénients
Performances élevées sur la pollution organique Coût d’investissement important
(DBO, DCO), MES, et les nutriments (azote et
Consommation énergétique importante
phosphore).

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 52


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Le traitement du phosphore peut être assuré par Necessité de personnel qualifié, surveillance
injection de coagulant dans la biologie ou par soutenue
déphosphatation bilogique dans un bassin anaé-
Traitement tertiaire nécessaire pour l’abattement
robie amont.
des germes pathogènes.
Les filières peuvent être conçues pour une va-
Peu adapté aux fortes variations de charge hy-
riation de charge saisonnière : mise en œuvre
draulique et polluante
de plusieurs files, d’un traitement primaire.
Adaptation relative à une variation de charge
saisonnière, le démarrage d’une boue activée
étant relativement lent.

Tableau : avantages et inconvénients des boues activées faible charge ou aération prolongée

La boue activée aération prolongée est adaptée aux stations d’épuration de plus de 2000 EH et pour
des critères de rejet élevés sur l’azote et le phosphore. Malgré un coût d’investissement élevé et un
coût d’exploitation important, cette solution sera retenue avec la possibilité pour les stations de plus
de 150 000 EH d’une mise en œuvre d’une filière complète de traitement primaire et de digestion mé-
thanique permettant d’optimiser le coût de fonctionnement des installations.
A noter, que le poste le plus élevé en consommation énergétique, est représenté par l’aération. Au-
jourd’hui on peut diminuer cette consommation par des équipements moins énergivores: l’aération par
insufflation d’air est le système qui donne le meilleur rendement (kg d’O2/kWh) avec des configura-
tions de bassins adaptées. Les moteurs des surpresseurs sont à fort rendement énergétique de type
IE2 voire IE3. Des technologies de surpresseurs moins énergivores sont aujourd’hui dévelop-
pées comme les surpresseurs à vis. Enfin une bonne exploitation et surtout une bonne automatisation
de la station permet également de réduire sensiblement les consommations énergétiques des stations
d’épuration.

4.3.2.3 Bioréacteur à membrane


Ce procédé est la combinaison d’une boues activées avec une un système d’ultratfiltation (par mem-
brane) en lieu et place du clarificateur final.La séparation eau/boue par une barrière physqiue permet
d’augmenter la concentration des boues dans les réacteurs biologiques à des valeurs de 10-15 g/l.
Cette augmentation de concentration combinée à la mise en place de membranes (dans les bassins
biologiques ou dans des bassins spécifiques) permet d’aboutir à un procédé compact. La qualité de
l’eau rejetée est excellente grâce aux membranes d’ultrafiltration qui retiennent la quasi-totalité des
MES et des microorganismes. Le fonctionnement des membranes necessitent un apport d’énergie
important (pompage et aération). Les membranes doivent être remplacées tous les 8 ans environ.

Avantages Inconvénients
Performances élevées sur tous les paramètres y Coût d’investissement élevé.
compris bactériologique.
Coût d’exploitation plus élevé qu’en convention-
Pas de traitement tertiaire nécessaire (filtration, nel (énergie et membranes), compétitif avec les
désinfection) traitements conventionnels lorsqu’un traitement
tertiaire est requis.
Compacité du procédé.
Necessité de personnel qualifié, surveillance
Particulièrement adapté lorsque les critères de
soutenue.
rejets sont très contraignants et/ou lorsque les
surfaces d’implantation sont restreintes. La surface de membrane et donc le coût
d’investissement sont proportionnels à la charge
Conception modulaire, et évolutive.
hydraulique. Pour de fortes variations hydrau-
Facilité d’intégration paysagère, adapté à une liques, un bassin tampon s’avère nécessaire.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 53


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

couverture et désodorisation de la quasi-totalité


des ouvrages.
Tableau : avantages et inconvénients du bioréacteur à membrane

Les biroréacteurs à membranes sont adaptés aux situations de rejet très contraignantes mais en
contre-partie l’investissement et l’exploitation sont élevés. Ce procédé requiert du personnel particuliè-
rement qualifié au suivi et à la maintenance des membranes. Le niveau de rejet requis ne justifie pas
de retenir ce type de procédé, d’autant plus que la surface de terrain disponible est rarement une con-
trainte en Tunisie.

4.3.2.4 SBR (Sequenced Batch Reactor)


Ce procédé fait intervenir un bassin biologique dans lequel ont lieu la réaction biologique et la décan-
tation finale. Le bassin biologique est alors d’un volume supérieur aux bassins biologiques conven-
tionnels, à niveau variable, et fonctionne par cycle. Un cycle étant composé d’une période de remplis-
sage, une période de réaction biologique, une période de décantation et une période de vidange.
L’alimentation en effluent brut étant continue, ce type de fonctionnement par cycle, nécessite la mise
en place de plusieurs bassins fonctionnant en « carrousel », afin de ne jamais interrompre
l’alimentation en effluent brut. Les performances sont similaires à un procédé à boues activées con-
ventionnel. L’intérêt de ce procédé est le gain de place (plus de clarificateur) et un gain en ouvrage
génie civil.

Avantages Inconvénients
Performances élevées sur la pollution organique Coût d’investissement élevé.
(DBO, DCO), MES, et les nutriments (azote et
Coût d’exploitation élevé
phosphore).
Necessité de personnel qualifié, exploitation
Compacité du procédé.
délicate, notamment en cas de variation hydrau-
lique journalière (temps de pluie).
Traitement tertiaire nécessaire pour l’abattement
des germes pathogènes.
Peu adapté aux fortes variations de charge hy-
draulique.
Tableau : avantages et inconvénients du SBR

Ce procédé requiert du personnel particulièrement qualifié au suivi et à la régulation des bassins bio-
logiques. L’automatisation du procédé est importante. La surface de terrain disponible est rarement
une contrainte en Tunisie, et les coûts d’investissement et d’exploitation sont proches de ceux d’une
boue activée conventionnelle. Ce procédé ne sera pas retenu dans le cadre de la mission 2.

4.3.3 Procédés intensifs à culture fixée

On expose ci-dessous les trois techniques suivantes


Lit bactérien
Disques biologiques
Biofiltres

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 54


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

4.3.3.1 Les lits bactériens


Procédé remplaçant le bassin biologique à mélange intégral, par un ouvrage rempli de matériau plas-
tique (ordonné ou en vrac) ou traditionnel (pouzzolane), sur lequel ruisselle les effluents prétraités. La
biomasse se fixe et croit sur le matériau plastique et l’effluent répartie sur l’ensemble du matériau, et
percole au travers du lit bactérien Le lit bactérien se présente sous la forme d’une tour, à travers la-
quelle un courant d’air naturel ou forcé, apporte l’oxygène nécessaire à la biomasse.
La qualité de l’eau épurée est directement liée à la charge polluante appliquée par une unité de sur-
face mouillée du matériau. Les performances des lits bactériens sont dépendantes des conditions
climatqiues (baisse de performances en période froide). L’arrosage du lit se fait par un bras hydrau-
lique, et avec une aération naturelle, les consommations énergétiques sont particuièrement faibles.
Néanmoins, la majorité des lits bactériens sont aujourd’hui équipés d’un poste de recirculation des
boues, nécessaire à l’augmentation des performances de l’ouvrage, au détriment d’une consomma-
tion énergétique supplémentaire. La séparation eau/boues se fait par décantation.

Avantages Inconvénients
Coût d’investissement assez élevé.
Simplicité d’exploitation entretien simple mais Prétraitements performants nécessaires : tami-
régulier) sage fin < 3mm) ou décantation.
Consommation énergétique réduite (de l’ordre Performances limitées (≤ 35 mg/l en DBO5) no-
de 0,6 kWh/kg de DBO5 éliminée). tamment en terme d‘azote et de phosphore :
nitrification faible et pas de dénitrification. De
Bonne adaptabilité aux variations de charges
bonnes performances peuvent être obtenues en
polluantes : le démarrage est plus rapide que
nitrification, mais avec des ouvrages de grandes
pour une boue activée.
tailles (charges appliquées par m2 de matériau
Relative insensibilité aux surcharges hydrau- très faible).
liques.
Risques d’odeurs dans certaines conditions
Peut être installé en amont d’une boue activée météorologiques, de prolifération d’insectes,
en cas de présence importante d’effluents indus- d’aérosols, impact visuel.
triels concentrés (type agro-alimentaire) ou de
Boues non stabilisées (très fermentescibles).
variations de charges saisonnières.
Traitement tertiaire nécessaire pour l’abattement
des germes pathogènes.
Peu adapté aux fortes variations de charge hy-
draulique.
Tableau : avantages et inconvénients du lit bactérien

Les lits bactériens sont très bien adaptés aux stations de petites tailles (< 10 000 EH) et ont un avan-
tage intéressant sur la consommation énergétique. Néanmoins, du fait de leurs performances limitées
notamment en azote et phosphore, ce procédé ne peut être retenu que pour un rejet en milieu non
sensible. Le lit bactérien peut être avantageusement envisagé comme une étape préalable à une
boue activée dans certains cas particuliers (prétraitements d’eaux industrielles chargées). La produc-
tion de boues non stabilisées, entraîne la nécessité d’une stabilisation complémentaire des boues sur
la filière de traitement des boues (décanteur-digesteur sur les petites installations).
Le procédé de traitement par lit bactérien ne sera pas retenu dans le cadre de la mission 2.

4.3.3.2 Les disques biologiques


Dans ce procédé, les micro-organismes sont fixés sur des disques tournant lentement (quelques tours
par minute) autour d'un axe horizontal et baignant en partie dans l'eau à traiter. De par la rotation, la

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 55


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

biomasse se trouve alternativement au contact avec l'eau à traiter et avec l’oxygène de l'air am-
biant.La qualité de l’eau épurée est directement liée à la charge polluante appliquée par une unité de
surface mouillée des disques. Dans cette technique, la nitrification s'obtient en mettant en place plu-
sieurs étages. Les disques biologiques peuvent être couverts, limitant ainsi les nuisances olfactives, et
la sensibilité au froid.
Avantages Inconvénients
Coût d’investissement assez élevé.
Simplicité d’exploitation, entretien simple mais Requiert du personnel avec des compétences
régulier en électro-mécanique.
Consommation énergétique réduite Prétraitements performants nécessaires : tami-
sage fin < 3mm) ou décantation.
Bonne adaptabilité aux variations hydrauliques
et polluantes : le démarrage est plus rapide que Performances limitées (≤ 35 mg/l en DBO5) no-
pour une boue activée. tamment en terme d‘azote et de phosphore :
nitrification faible et pas de dénitrification. De
Couverture possible, conférant une adaptation
bonnes performances peuvent être obténues en
naturelle aux climats froids.
nitrification, mais des ouvrages de grandes
tailles (charges appliquées par m2 de matéraiu
très faible).
Boues non stabilisées (très fermentescibles).
Traitement tertiaire nécessaire pour l’abattement
des germes pathogènes.
Tableau : avantages et inconvénients du disque biologique

Ce procédé de traitement comme pour les lits bactériens et pour les mêmes raisons, ne sera pas
retenu dans le cadre de la mission 2.

4.3.3.3 Biofiltres
Le traitement consiste à faire transiter les eaux usées dans un bassin contenant un matériau filtrant
immergé qui constitue le support du biofilm. Le biofilm se développant sur le support assure le traite-
ment des eaux et la filtration de la boue produite qui est en grande partie retenue. L’oxygénation est
assurée par insufflation d’air. Le support nécessite régulièrement un lavage à l’eau et à l’air, les eaux
de lavage retournant en tête de station. Les biofiltres sont généralement précédés d’un traitement
primaire associé ou non à un physico-chimique.

Avantages Inconvénients
Performances épuratoires élevées (si une déni- Coût d’investissement élevé.
trification est nécessaire, le procédé requiert
Coût énergétique élevé (aération, lavage bio-
alors plusieurs étages de traitement).
filtre, pompage) proche des boues activées.
Bonne élimination des MES par filtration de la
Peu adapté aux effluents concentrés.
boue.
Necessité de personnel qualifié.
Modulaire, adaptabilité dans le temps (exten-
sion) Sensibilité aux variations de charges brutales.
Mise en régime rapide. Prétraitements performants nécessaires, sen-
sible au colmatage.
Compacité de l’installation, nuisances limitées.
Traitement tertiaire nécessaire pour l’abattement
Bonne intégration paysagère.
des germes pathogènes.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 56


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Les boues produites diluées : épaississement


des eaux de lavage et séparation eau/MES né-
cessaires (par flottaion par exemple).
Tableau : avantages et inconvénients du biofiltre
Les biofiltres permettent l’obtention d’une très bonne qualité d’eau, avec pour l’abattement du phos-
phore une déphosphatation physico-chimique en traitement primaire (mais consommation importante
de réactifs) et la mise en place de plusieurs étages amont/aval pour la dénitrification (avec un besoin
éventuel en carbone en post-dénitrification). En combinaison avec une boue activée, les concentra-
tions en sortie peuvent être très basses. Néanmoins, l’investissement est élévé et la consommation
énergétique similaire à une boue activée. Les niveaux de rejet requis dans notre cas, et la contrainte
plutôt faible en terme de disponibilité de terrain, ne justifient pas en première approche de prévoir ce
type de procédé

4.3.4 Traitement primaire, traitemnt physico chimique

Le traitement primaire par simple décantation est en général associé à une boue activée moyenne
charge. La décantation primaire peut être envisagée dans les cas suivants :
Station d’épuration à fortes variations de charges (charges saisonnières)
Élimination préférentielle et ciblée des MES seules
Présence importante d’effluents d’origine industrielle
Compacité des ouvrages, meilleure intégration et facilitation de la désodorisation :
Dans le cas de station de grande taille, qui permet l’investissement dans une étape de digestion mé-
thanique pour une valorisation énergétique du biogaz produit, on associe la décantation primaire à la
filière biologique, afin d’obtenir des boues organiques, ayant un bon rendement en méthanisation.

C’est pourquoi, dans le cas des stations supérieures à 150 000 EH (capacité à partir de laquelle la
valorisation énergétique devient rentable par rapport à l’investissement d’un digesteur) nous envisage-
rons une filière décantation primaire-boues activées aération prolongée avec digestion méthanique
des boues et cogénération.

Traitement physico-chimique primaire ou tertiaire:


Le traitement physico-chimique peut être associé à la décantation primaire, ou mis en place en traite-
ment tertiaire (coagulation/floculation/décantation lamellaire).
Ce type de traitement est envisagé dans les cas suivants :
Station d’épuration à fortes variations de quantité de pollution entrante
Élimination poussée du phosphore
Traitement d’effluent peu ou pas biodégradable

Compte-tenu des exigences de la norme NT 106.002 projetée, sur la qualité des rejets industriels
dans le réseau, et des concetrations requises en phosphore (5 mg/l) au rejet des stations, ce type de
traitement ne se justifie pas.

4.3.5 Procédés de traitement des boues

Les filières de traitement des boues ont pour objectif de :


Réduire le pouvoir fermentescible des boues,
Réduire le volume des boues afin de faciliter leur manutention et répondre aux besoins de
siccité des destinations finales

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 57


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

La stabilisation des boues est nécessaire pour:


des boues primaires
des boues physico-chimiques
des boues activées de moyenne ou forte charge, dont le taux de MVS est trop élevé (> 75 %)
On considère que les boues d’aération prolongée ont un taux de MVS suffisamment bas pour ne pas
nécessiter de stabilisation avant leur évacuation. La stabilisation est obtenue par des procédés biolo-
giques (aérobies ou anaérobies) ou chimiques.

Stabilisation chimique: Elle aura pour but de stopper (momentanément) l’activité bactérienne.
L’adjonction de chaux va entraîner une augmentation de pH (> 11) qui provoquera l’arrêt de toute
activité bactérienne.

Stabilisation par voie aérobie: les boues sont aérées pendant une période prolongée de façon à ce
que les bactéries placées en phase de respiration endogène dégradent les matières organiques exis-
tant librement ou stockées dans la masse bactérienne. Le taux de réduction varie en fonction du
temps de séjour des boues (15 à 20 jours) et de la température: de 20 à 40 % de réduction des MVS.
Ce procédé est énergivore et nécessite la construction de grands bassins biologiques.

Stabilisation par voie anaérobie ou digestion: fermentation méthanique des boues dans des diges-
teurs fermés, à l’abri de l’air. Selon le type de digesteur on maintiendra une température de 25 à 35 °C
dans les boues. La digestion va produire du méthane qui est utilisé pour alimenter la chaudière de
chauffage des boues et peut valoriser en énergie électrique gâce à un cogénérateur. Le taux de ré-
duction des MVS varie de 45 à 50 %.

Compte-tenu du fait que la principale solution de traitement envisagée est le traitement par boue acti-
vée en aération prolongée, (solution universelle pouvant répondre aux exigences de performances de
la majorité des cas) dans le cadre du schéma directeur, les boues sont donc considérées stabilisées.
Seuls les cas de station de grande capacité seront éventuellement associés à une digestion métha-
nique (avec traitement primaire) dans l’optique d’une forte économie d’énergie.

La réduction du volume des boues est obtenue par épaississement puis déshydratation, dans le but
d’obtenir des boues avec le moins d’humidité possible.
Les différentes techniques d’épaississement sont:
Epaississement gravitaire: sans conditionnement chimique, concentration de boues biolo-
giques de l’ordre de 2 à 3 % , concentration de boues physico-chimiques de l’ordre de 3 à 4 %
Epaississement par flottation: avec ou sans polymère, concentration de l’ordre de 3,5 à 5 %
Epaississement par égouttage: avec polymère, concentration de l’ordre de 5 à 8 %
Epaississement par centrifugation: avec polymère, concentration de l’ordre de 5 à 8 %

Les différentes techniques de déshydratation sont:


La filtration sous pression: filtre à plateaux, conditionnement minéral ou polymère, siccité de
30 à 45 %. Equipement à coût élevé, exigeant une importante main-d’œuvre.
La filtration sous filtre à bandes presseuses: avec polymère, siccité de l’ordre de 15 à 20 %.
La centrifugation: avec polymère, siccité de l’ordre de 18 à 25 %

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 58


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Les lits de séchage : aucun besoin d’énergie, ni de polymère, très grande siccité dans de
bonnes conditions météorologiques, mais nécessitant de l’espace, de la main d’œuvre et pou-
vant engendrer de fortes nuisances olfactives et visuelles.

Compte-tenu du fait que les deux principaux débouchés actuellement en Tunisie sont la valorisation
agricole, et la mise en décharge contrôlée, les solutions envisagées seront en fonction des contraintes
locales (environnement, terrain, …), et du devenir des boues (boues pelletables pour une mise en
décharge), les suivantes :
Epaississement gravitaire suivi d’une déshydratation par lits de séchage et/ou filtres à bandes.
La déshydratation par filtres à bandes est moins onéreuse et moins énergivore que la centri-
fugation. Elle permet d’obtenir des boues moins élastiques à siccité égale, et avec une con-
sommation moindre en polymère que la centrifugeuse. D’entretien simple, elle ne demande
pas, d’un point de vue maintenance, un niveau de technicité aussi important que pour la cen-
trifugeuse.
Le nombre et la taille des filtres à bandes seront prévus, pour les stations de moyennes et grandes
capacité, pour assurer un secours de la filière boues.

A noter que la centrifugation, bien que plus énergivore et plus côuteuse, présente certains avantages :
entièrement automatisable, moins de personnel d’exploitation, moins de surveillance, elle permet de
travailler un nombre d’heure/jour plus important. Elle apporte une plus grande modularité, et plus de
possibilité de secours (machines plus petites, possibilité d’installer deux centrifugeuses de demi-
capacité qui pourront fonctionner jusqu’à 24h/j lorsqu’une des deux machines est en panne), La filière
boues globales doit être étudiée précisément au cas par cas, dans le cadre d’études de faisabilité et
d’avant-projets en fonction du contexte local, des débouchés pour les boues et de la meilleur adapta-
tion aux différentes voies de traitement biologique envisagées. La centrifugation est plus adaptée aux
stations de grande capacité.

4.3.6 Procédés de traitement tertiaire

Dans notre cas, l’objectif du traitement tertiaire est de réduire la population bactérienne et/ou la réten-
tion des œufs de nématodes intestinaux, lorsque le rejet se fait soit en milieu sensible (par exemple
zones de baignades, activités nautiques, conchyliculture,…) soit est revalorisé en irrigation agricole.
La désinfection peut être obtenue par ozonation, chloration ou rayonnement UV. Si la chloration a
l’avantage d’un effet rémanent et particulièrement efficace contre les bactéries, il l’est moins sur les
virus.La désinfection au chlore peut avoir un effet négatif sur la vie aquatique si on ne maîtrise pas
suffisemment la concentration du chlore résiduel. D’autre part, le chlore réagit avec certaines matières
organiques contenues dans les eaux usées, et former des composés organo-chlorés dont certains
sont potentiellement cancérigènes.

La prescription pour les œufs d’helminthes implique un traitement de type filtration (filtration sur sable
ou filtration mécanique). La filtration apporte également une rétention des MES particulièrement avan-
tageuse dans le cas d’une désinfection par rayonnement UV: plus la turbidité est faible, plus la dose
d’UVc à appliquer sera faible. Elle apporte également une sécurité supplémentaire sur la constance
de la qualité bactériologique de l’eau en cas de pertes de boues momentanées.
C’est pourquoi, à des fins de standardisation, nous adopterons comme filière générale :
Filtration + désinfection UV dans tous les cas où une réduction bactériologique est néces-
saire.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 59


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Filtration + désinfection UV ou émissaire en mer, pour les stations dont le point de rejet se si-
tue en zones côtières sensibles et qu’aucune réutilisation d’eaux usées traitées n’est prévue.

Enfin, le lagunage de finition (ou maturation) permet également un excellent abttement bactériolo-
gique et donne de bons résultats sur les œufs de nématodes, sans consommation d’énergie ni de
réactifs. Cette solution est bien entendu évidente dans le cas des stations de lagunage mais égale-
ment dans les cas de réhabilitation d’une station de lagunage ou en traitement de finition d’une station
conventionnelle, lorsque le terrain disponible le permet.

4.4 Assainissement collectif : critères de conception

4.4.1 Instrumentation de base


Toutes les stations d’épuration projetées seront à la base équipées de:
automatisme et supervision
instrumentation et automatismes intégrés
équipements de sécurité et d’hygiène
laboratoire et équipements d’analyse
équipement de manutention et d’entretien
équipements de secours en place ou en caisse
atelier et stockage, local de commande
A noter qu’en fonction de conditions agressives du milieu et en particulier des risques de corrosion à
proximité de la mer ou de sebkha, des préconisations particulières pourront être formulées ( choix de
l’inox) pour certains équipements.

4.4.2 Critères de conception


Le présent chapitre synthétise les critères de conception qui permettront de sélectionner les filières de
traitement eau/boues et traitement tertiaire, qui seront dimensionnées et chiffrées en mission 2 :

Niveau de rejet : nous avons défini au chapitre Erreur ! Source du renvoi introuvable. Er-
reur ! Source du renvoi introuvable., les contraintes de rejet des stations d’épuration.
Celles-ci conduisent à la nécessité d’une filière assurant un abattement performant en DCO,
DBO5 et MES, ainsi qu’une nitrification/dénitrification poussée. Un léger abattement du phos-
phore sera également nécessaire. Enfin en cas de rejet en zone sensible ou de réutilisation
des eaux usées traitées, un traitement tertiaire est nécessaire.
Coût d’exploitation, facilité d’exploitation et d’entretien : La facilité de maintenance et
d’exploitation d’une station aboutit à une réduction des coûts et à une réduction du besoin en
main d’œuvre qualifiée. La minimisation de la consommation énergétique, poste important
dans le coût global d’exploitation, est non seulement une question d’économie mais égale-
ment une question d’environnement. Aussi, le choix des filières à mettre en œuvre doit être le
résultat d’un compromis entre l’investissement, le coût d’exploitation critères de performances/
fiabilité requises.
Capacité de traitement : pour une capacité supérieure à 150 000 EH, la filière de traitement
comprendra un traitement mécanique, une digestion méthanique, une déshydratation par cen-
trifugation. Pour les stations de 2000 à 10 000 EH, les lits de séchage seront privilégiés si au-
cune autre contrainte ne les proscrit. Enfin pour les stations de moyenne capacité, une dés-
hydratation par filtres à bandes sera privilégiée.
Variation saisonnière des charges polluantes et hydrauliques : ce critère pourra entraîner
soit la mise en place d’un traitement primaire, soit la création de plusieurs files de traitement.
Coût d’exploitation: dans l’objectif de diminuer la facture énergétique, il sera prévu, pour les
STEP > 150 000 EH env (à 40g/EH), une digestion méthanique avec cogénération. Cette di-
gestion sera prévue dès la construction de la station si les projections futures atteignent les
6000 kgDBO5/j.
Evolution démographique : cette évolution déterminera le phasage des travaux,

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 60


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Disponibilité foncière : ce critère détermine la possibilité de mettre en place des lits de sé-
chage, mais influence également les extensions à envisager (nombre de files réalisables et
phasage des travaux),
Localisation, contraintes environnementales : les contraintes en termes de bruit et no-
tamment d’odeurs déterminent la possibilité de mettre en place des lits de séchage, mais éga-
lement la nécessité d’une éventuelle unité de désodorisation.
Potentialité de réutilisation de l’eau traitée : ce critère détermine la mise en œuvre d’un
traitement tertiaire et d’un éventuel stockage inter-saisonnier. Pour estimer les besoins quanti-
tatifs, une première localisation des zones susceptibles d’être éligibles à la réutilisation d’eaux
pour irrigation sera réalisée, et des investigations sur les potentialités auront lieu en liaison
avec les CRDA.
Devenir des boues : comme indiqué au chapitre Erreur ! Source du renvoi introuvable. Er-
reur ! Source du renvoi introuvable., les deux débouchés actuellement envisageables à
court et moyen terme (enfouissement ou épandage) n’ont pas beaucoup d’incidence sur la fi-
lière de traitement des boues, à partir du moment où le stockage des boues dans le cas de la
valorisation agricole, n’est pas prévu sur le site de la station. Il sera néanmoins réalisé, pour
chaque step, une première localisation des zones susceptibles d’être éligibles à l’épandage
de boues, des zones pouvant accueillir des unités de stockage de boues ou des plateformes
de compostage. Des investigations seront menées auprès des principaux utilisateurs identi-
fiés.

Cas des stations d’épuration existantes : les stations d’épuration existantes verront leur fi-
lière de traitement complétées, totalement réhabilitées, voire abandonnées au profit d’une
nouvelle station, en fonction de la qualité de rejet exigée, de l’évolution démographique, du
diagnostic réalisé lors de la mission 1, des possibilités foncières d’extension et du contexte
environnemental et social (nuisances, zone urbanisée, acceptabilité de la station par le voi-
sinnage).

Les filières envisagées en fonction des critères de conception sont présentées dans le tableau ci-
après :

STEP < 150 000 EH STEP > 150 000 EH


Filière eau Prétraitements- aération prolongée- Prétraitements- décantation primaire-
déphosphatation physico-chimique si- aération prolongée- déphosphatation
multanée- clarificateur final physico-chimique simultanée- clarifica-
teur final

Filière boues Epaississement gravitaire avec Epaississement gravitaire-Digestion


lits de séchage méthanique, gazomètre et cogénération-
ou Déshydratation par centrifugation
filtres à bandes
Traitement Filtration + désinfection UV Filtration + désinfection UV
tertiaire ou ou
émissaire en mer émissaire en mer
ou ou
aucun traitement tertiaire aucun traitement tertiaire
Bâche de stockage inter-saisonnier en cas de réutilisation agricole
Désodorisation biologique en cas de fortes contraintes locales
Tableau : récapitulatif des filières envisagées:

Le procédé à boues activées en aération prolongée permet de répondre à plusieurs contraintes et


objectifs : adapté à une grande gamme de capacité de stations, bonnes performances sur la dégrada-
tion de la pollution organique, abattement de l’azote par nitrification/dénitrification, mise en place aisée
d’une déphosphatation complémentaire, stabilisation de la boue. Le mode d’exploitation de ce type de

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 61


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

procédé est aujourd’hui largement connu et maîtrisé pour améliorer l’efficacité des stations tout en
contrôlant et diminuant le coût d’exploitation (aération par insufflation d’air, équipement à rendement
énergétique élevé, automatisation de la station, mode d’asservissement des principaux équipements,
systèmes de récupération d’énergie).

C’est au niveau des APS et APD pour chaque nouveau projet que pourront être réalisées les études
comparatives avec d’autres types de traitement biologiques, des combinaisons de divers procédés et
diverses filières de traitement des boues, en fonction des contraintes locales spécifiques.

4.5 Assainissement collectif : critères de dimensionnement

4.5.1 La charge hydraulique

La détermination des volumes et débits horaires d’eaux usées arrivant aux stations d’épuration, aux
différents horizons, est détaillée au chapitre Erreur ! Source du renvoi introuvable.Erreur ! Source
du renvoi introuvable..
Les paramètres pris en compte pour le dimensionnement des stations d’épuration sont :
Le volume moyen journalier des eaux usées domestiques, collectives, industrielles et touris-
tiques, ainsi que les eaux parasites d’infiltration,
Le volume de pointe journalier,
Le débit de pointe horaire.

4.5.2 La charge polluante

4.5.2.1 Qualité des eaux brutes

La détermination de la charge polluante future en kg DBO5/j pour la part domestique, peut être géné-
ralement réalisée de deux manières :
A partir d’une charge spécifique en g DBO5/hab./j,
A partir d’une concentration moyenne de l’effluent en mg/l de DBO5.
L’analyse statistique des bilans d’auto-contrôle des stations d’épuration existantes, permet, lorsque
les données sont suffisamment représentatives et fiables, de définir la qualité des eaux brutes et ainsi
de définir les charges futures à prendre en compte.

L’analyse des bilans d’exploitation des stations d’épuration des six gouvernorats, a fourni les résultats
suivants :

Concentration Concentration
Dotation (hors
Taille STEP STEP en DBO5 (flux en DBO5 (hors
flux industriel)
industriel inclus) flux industriel)
EH gDBO5/hab/j mg/l mg/l

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 62


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

SFAX Nord 24 416 416


SFAX Sud 24 493
Sousse Nord I 382 382
54
> 100 000 Sousse Nord II 386 386
Sousse Sud 28 379 379
Gabes 19 319 319
Gafsa 28 798
Msaken 18 341
Mahdia 33 327 327
Medenine 22 494
50 000 à 100 000
Houmet Souk 7 330 330
Ksour Essef NC 362 362
El Hamma 26 289 289
Agareb 34 536 536
Kherkena 12 121
Sidi Bou Ali 10 269 269
Kalaa Sghira 23 465 465
El Jem 27 407
10 000 à 50 000
Chebba 11 173
Aghir 64 300
Mareth Zarat 10 365 365
Metouia 19 463 463
Metlaoui 33 781
El Hencha 12 333 333
Jbeniena 19 309 309
Boumerdes 18 310 310
< 10 000
Sidi Mehrez 75 270 270
Zarzis Ville 24 350 350
Souihel 24 152
Moyenne 26 377 361
Maximum 75 798 536
Minimum 7 121 269
Tableau : dotations unitaires et concentrations en DBO5 selon les bilans d’auto-contrôle des Steps
Nota : sur la dernière colonne, ont été supprimées les stations recevant 20% ou plus d’effluents
d’origine industrielle, et les stations pour lesquelles les concentrations étaient particulièrement basses
ou élevées.

Ce tableau montre, une grande disparité dans les dotations unitaires, ainsi que dans les concentra-
tions en DBO5 des effluents supposés d’origine domestique.
Il ne se dégage pas non plus de tendance en fonction de la taille des collectivités.

Ces résultats appellent à plusieurs commentaires :


La fiabilité des résultats obtenus peut être discutée. Les stations, comme nous l’avons consta-
té lors des visites de diagnostic, ne sont pas correctement équipées en mesures en continue,
préleveurs et enregistrement de données (automatisme/supervision), La grande majorité des
prélèvements ne sont pas asservis au débit, et un grand nombre d’entre eux sont réalisés
manuellement et ponctuellement.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 63


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Nécessité de disposer de données nombreuses et fiables : les analyses d’auto-contrôles doi-


vent être augmentées pour un grand nombre de stations. Des campagnes d’analyse complète
des effluents industriels associées en parallèle et simultanément à des campagnes d’analyse
des effluents entrée/sortie step (en débit et concentrations) sont nécessaires, notamment lors
de missions d’études d’avant-projet et d’éxecution.
La dotation moyenne obtenue est très faible, bien en dessous des standards utilisés dans
l’ensemble des études d’avant-projets et d’éxécution en Tunisie. Cette disparité peut être due
à une accumulation de données incertaines : charges hydrauliques et polluantes industrielles
(le contrôle des rejets industriels doit être renforcés, les résultats actuels vérifiés), charges
hydrauliques et polluantes entrées station (comme expliqué ci-dessus).

4.5.2.2 Les flux de pollution

Sur la base des différentes études dernièrement réalisées en Tunisie (APS, APD) et l’observation faite
sur les résultats d’auto-contrôle des stations, les paramètres de dimensionnement pour les différents
horizons du projet sont les suivants :

Pollution d’origine domestique :


il est pris une charge polluante spécifique de 40 gDBO5/hab/j en 2013 avec un acroissement de 0,05%
par an jusqu’en 2036. La dotation projetée en 2036 sera donc de 45 gDBO5/hab/j.
Pour les autres paramètres les bases de calculs sont les suivantes :
DCO = DBO5 *2,3
MES = DBO5 *1
NTK = DBO5 *0,2
Pt = DBO5 *0,05

Pollution d’origine collective : il est pris en compte une concentration de 300 mg/l de DBO5/l
Pollution d’origine touristique : il est pris en compte une concentration de 300 mg/l de DBO5/l
Pollution d’origine industrielle : application de la future norme NT 106.002, soit une concentration ad-
mise dans les réseaux publics de 400 mg/l de DBO5.

4.5.2.3 Calcul des capacités des stations en équivalent-habitant

Le total equivalent-habitant de chaque station d’épuration sera la somme des charges polluantes do-
mestiques, collectives, touristiques et industrielles divisée par la charge polluante spécifique exprimée
en gDBO5/hab/j.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 64


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

5 Récapitulatif des conclusions des tomes 1 à 6

5.1 Récapitulatif des actions à envisager pour la collecte des effluents dans
les gouvernorats
On trouvera dans chacun des six tomes relatifs à chaque gouvernorat les tableurs explicitant pour les
eaux usées et les eaux pluviales les caractéristiques de tous les collecteurs et de toutes les stations
de pompage (et leurs conduites de refoulement correspondantes) projetés à l’horizon 2036.
Pour chacun de ces projets (éventuellement traités sous forme de plusieurs variantes possibles), le
dimensionnement est effectué sur la base des hypothèses explicitées ci-dessus. L’ensemble des li-
néaires de collecteurs ou nombre de stations de pompage à réhabiliter ou à réaliser y sont clairement
identifiés et quantifiés.

5.1.1 La collecte des effluents EU


Les dimensionnements des collecteurs à l’horizon 2036 donnent un ordre de grandeur des actions à
engager. Il convient cependant de garder en mémoire que l’exercice de la présente étude est
d’identifier des manques actuels et prévisionnels d’infrastructures et de fournir une estimation finan-
cière réaliste des travaux à entreprendre ; en conséquence on fait remarquer les réserves suivantes
quant à la validité des estimations :
Pentes approchées par MNT.
Choix de remplacement place pour place en cas de sous dimensionnement actuel ; des
études fines pourraient mettre en évidence une économie (à priori négligeable à
l’échelle d’une telle étude) en cas de maintien en service d’un collecteur et de double-
ment de celui-ci pour atteindre la débitance totale 2036.
Hypothèse pour les réseaux EU que les règlements d’urbanisme seront respectés et
qu’aucune fraction d’eau pluviale en provenance des terrasses ou des avaloirs de
chaussée ne retournera au réseau d’égouts.
Uniformisation des coûts, nonobstant d’éventuelles disparités de sous-sol. On note à
cet égard que les estimations financières ont été systématiquement majorées de 10%
au final pour prendre en charge les divers et imprévus, dont ces hétérogénéités de pé-
dologie.
En conséquence de quoi, il conviendra à l’évidence de lancer pour chaque action listée dans la pré-
sente étude les investigations et études de détails classiques avant consultation d’entreprises.

5.1.2 La collecte des eaux pluviales


La principale difficulté dans la conception des ouvrages d’évacuation des eaux pluviales est de déter-
miner la distinction entre réseaux à la charge de l’ONAS et réseaux à la charge de la DHU avec qui Il
faudra poursuivre la coordination au cours des missions 2 et 3 avant d’arrêter un plan d’action définitif.

5.2 Considérations générales sur la conception des STEP


Mettre en place systématiquement des prétraitements automatiques complets (dégril-
lage, dessablage, déshuilage).
Harmoniser les filières de traitement des sous-produits.
Développer le traitement de l’azote et du phosphore, notamment pour les stations reje-
tant dans les oueds, sebkha, zone côtière sans émissaire.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 65


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Harmoniser les filières de traitement tertiaire, et prévoir une désinfection des eaux reje-
tées en zone de baignade.
Fiabiliser les filières de traitement des boues.
Renforcer l’instrumentation des stations, et leur automatisme.
Prévoir systématiquement sur tous les équipements clés des secours installés ou des
secours en caisse.
Installer des équipements de marques fiables et réputées dont les pièces de rechange
sont aisément disponibles.

5.3 Commentaires sur l’exploitation et la fiabilité des installations


Renforcer les équipes d’exploitation en nombre et en qualification, ainsi que la forma-
tion du personnel.
Améliorer les processus d’auto-surveillance, ainsi que la gestion et le contrôle des pro-
cédés. Définir le nombre d’analyses d’auto-surveillance en fonction de la taille des sta-
tions. Définir les procédures d’échantillonnage, les critères de tolérances sur les résul-
tats d’auto-surveillance (en concentration, en taux de dépassements,..).
Instaurer des critères d’évaluation de la qualité de l’exploitation.
Toutes les stations doivent posséder sur site des manuels d’exploitation, des procé-
dures d’exploitation, des classeurs de suivi de maintenance préventive et curative et
des classeurs complets contenant toutes les notices d’entretien constructeur, des plans
des équipements et des installations électriques. L’ensemble de ces documents doit
être régulièrement contrôlé et mis à jour.
Décentraliser la maintenance et le renouvellement des équipements, la gestion des
consommables :
La maintenance préventive et curative devrait être réalisée sur site, avec du per-
sonnel qualifié affecté sur un ou plusieurs sites, selon la taille des stations.
Chaque station devrait être pourvue:
D’équipement de secours en caisse, lorsque le secours installé n’est pas prévu
De matériel de manutention et d’exploitation courante du type : pompe de chan-
tier, transpalette, grue d’atelier, potence mobile,…
D’un atelier équipé, pour la maintenance préventive et curative, d’outillage spé-
cial nécessaire à l’entretien et au démontage (colliers, carcans, clés spéciales)
De matériel de sécurité : bouée, détecteur de gaz portatif, garde-corps mobiles
(pour les stations dont certains ouvrages/canaux ne sont pas sécurisés), échelle,

De moyens de manutention en nombre et en capacité suffisants pour éviter les
manutentions manuelles supérieures à 25 kg et de moyens d’accrochage inté-
grés aux pièces lourdes et intégrés aux équipements de manutention (point
d’ancrage, crochets, monorails, etc…).

5.4 Considérations particulières sur les six gouvernorats

5.4.1 Gouvernorat de Sfax


Réhabilitation urgente de la station de Sfax Sud, et forte sous-charge des stations d’Agareb, Jebenia-
na, El Hencha et Kerkennah, nécessitant probablement des adaptations des filières de traitement. A

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 66


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

noter la forte salinité des eaux brutes arrivant à Kerkennah, dûe à des infiltrations de nappe dans le
réseau.

5.4.2 Gouvernorat de Sousse


Pratiquement toutes les stations sont en surcharge hydraulique et/ou polluante. La qualité des eaux
rejetées est moyenne à mauvaise.

5.4.3 Gouvernorat de Mahdia


3 stations sur 5 sont en surcharge polluantes ou hydraulique, la qualité des eaux rejetées est
moyenne à mauvaise, en particulier pour les stations de Mahdia et El Jem dont la réhabilitation est
urgente. A noter la forte salinité des eaux brutes arrivant à Mahdia, en grande partie due aux rejets
industriels.

5.4.4 Gouvernorats de Gabes


Aucun personnel exploitant sur les sites, avec une qualité d’eau rejetée de moyenne à mauvaise,
alors que les stations sont récentes avec des filières de traitements complètes (excepté Gabes, dont
la réhabilitation est urgente).

5.4.5 Gouvernorat de Medenine


6 stations sur 7 sont vieillissantes ou en surcharge, avec une qualité d’eau rejetée de moyenne à
mauvaise.

5.4.6 Gouvernorats de Gafsa


Qualité d’eau rejetée mauvaise, insuffisance de l’exploitation. Réhabilitation urgente de la station de
Gafsa

5.5 Synthèse sur la réutilisation des eaux usées traitées


Sur l’ensemble des 6 gouvernorats, les types de réutilisation pratiquée sont l’irrigation agricole (arbres
et cultures fourragères), l’arrosage d’espaces verts ou de golf. A noter un partenariat
(ONAS/Industriel) en cours pour la réutilisation des eaux usées traitées de la station de Gabes par un
groupe chimique qui réaliserait son propre traitement.
Le taux de réutilisation des eaux traitées est généralement faible :

Nombre annuel
Nombre de Taux de REUT
Gouvernorat Nombre de stations avec REUT d’analyses sur
stations actuel
rapports ONAS
Sfax 6 (hors Mahres) 2 stations avec traitement tertiaire 8% 1à2
Sousse 6 (hors Enfidha) 3 stations sans traitement tertiaire 16,4 % 1à3
Mahdia 5 1 station sans traitement tertiaire 0,1 % 2
Gabes 4 2 stations sans traitement tertiaire 2,8 % 0
2 stations sans traitement tertiaire
Médenine 7 16,8 % 0
1 station avec traitement tertiaire
Gafsa 2 1 station avec traitement tertiaire 64,8 % 0

Tableau : taux de REUT par gouvernorat

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 67


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Dans la majorité des cas, la qualité des eaux n’est pas conforme aux exigences pour la réutilisation,
soit par absence de traitement soit par défaillance de la station d’épuration.
Pour fiabiliser la qualité des eaux traitées réutilisées, il serait préférable de :
Mettre en œuvre systématiquement une étape de désinfection (station de type intensif)
par le bénéficiare (CRDA ou autre),
Mettre en œuvre une filtration pour la rétention des MES et des œufs de parasites (sta-
tion de type intensif),
Systématiser les analyses de contrôle par l’unité bénéficiaire dès que cette dernière a
en charge le traitement tertiaire,
Renforcer le contrôle des eaux traitées,
Améliorer le système de communication entre CRDA et ONAS, en cas de mauvaise
qualité des eaux.
On notera aussi que l’absence de réservoir de régulation chez le CRDA, l’insuffisance de la capacité
des équipements de la CRDA ainsi que la salinité des eaux constituent une contrainte pour la réutili-
sation des eaux épurées à Sfax sud.
A noter que des études sont en cours pour l’amélioration de la réutilisation des eaux traitées (la Tuni-
sie est par exemple fortement impliquée dans le projet SWIM « Mécanisme de soutien à la gestion
intégrée durable de l’eau ») et qu’un programme de développement du traitement tertiaire dans 48
stations d'épuration concernées par la valorisation des eaux usées traitées est inscrit dans les projets
d’investissement de l’ONAS pour la période 2012-2016. Sur les 48 stations, 16 d’entre elles sont sur
les gouvernorats du Centre et du Sud.

5.6 Synthèse sur le devenir des boues


Dans la grande majorité des cas, les boues en excès déshydratées ainsi que les déchets des prétrai-
tements (refus de grilles, sables et graisses), sont stockés dans l’enceinte même de chaque station,
sans véritable aire de stockage conçue en tant que telle.
La valorisation des boues dans l’agriculture reste peu pratiquée et encore au stade d’essais pilote la
plupart du temps.
Néanmoins, des efforts sont réalisés pour développer cette filière que ce soit par des études en cours
ou des accords passés entre l’ONAS, la CRDA et les agriculteurs : l’épandage agricole est pratiqué
sur Kalaa Sghira (gouvernorat de Sousse), Ksour Essef et Mahdia (gouvernorat de Mahdia), Méde-
nine et Djerba Aghir (gouvernorat de Médenine). Les retours des agriculteurs sont en général positifs.
Dans tous les cas l’ONAS reste en charge du transport des boues (à la demande des utilisateurs) et
des analyses de contrôle

5.7 Les effluents industriels


Dans la présente synthèse, nous ne citerons que les cas d’effluents industriels susceptibles
d’entraîner des problèmes de fonctionnement sur les stations, cas identifiés soit lors des visites des
stations d’épuration soit à l’examen des rapports d’exploitation. Les cas concernés sont dus à des
prétraitements inefficaces chez l’industriel ou à des rejets illicites.
Les principales difficultés signalées lors des visites sont au niveau :
Du gouvernorat de Sfax : rejets non autorisés de volaillerie, laiterie et margines,
Des communes de Sousse Nord et Sud : prétraitements des industriels inefficaces,

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 68


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

De la commune de Mahdia : forte salinité due à des intrusions dans le réseau et à des
effluents industriels,
De la commune d’El Hamma : surcharge hydraulique par les bains maures.
Les visites et analyses des rapports d’exploitation ont mis en évidence quelques effluents bruts dont
les caractéristiques nécessitent des investigations complémentaires:
Chebba : forte dilution due aux eaux parasites ou rejets industriels
les eaux traitées de la station d’El Jem présentent des teneurs en plomb, mercure et
nickel supérieures aux valeurs autorisées
Marreth-Zarrat et Metouia : effluents noirs pour cause de septicité, hydrocarbures,
autres effluents industriels,...
Zarzis Ville : la concentration en DBO5 des effluents bruts est particulièrement basse,
rapport DCO/DBO5 de 4,4, qui ne correspond pas à un effluent d’origine domestique.
les eaux traitées de Metlaoui et de Gafsa, font apparaître des teneurs en cadmium su-
périeures aux valeurs autorisées
Afin de protéger le fonctionnement des stations d’épuration, et ne pas grever les potentialités de valo-
risation des eaux usées traitées et des boues, les exigences de qualité de rejets des effluents indus-
triels doivent être consolidées par des normes spécifiques ou des conventions, et les contrôles et
moyens d’actions en cas de non-respect doivent être renforcés.

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 69


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

6 Etablissement d’une base de prix unitaire et première


cotation des travaux

6.1 Base de prix d’ordre


Les estimations de prix d’ordre constituent un exercice difficile compte tenu de deux aléas, l’un phy-
sique lié au contexte géotechnique, l’autre financier lié aux conditions du marché et de la concurrence.
Néanmoins, une base de prix unitaire a été élaborée et est présentée en Annexe 0.4. Elle est basée
sur des marchés de travaux et études récentes menées en Tunisie et en Afrique du Nord.
On n’a pas tenté d’élaborer de distinction de prix entre les différentes régions concernées par le pro-
jet, même si une analyse minutieuse de marchés récents mettait en lumière d’éventuels surcoûts dans
des régions isolées, on a considéré que ces disparités étaient faibles.
Pour les collecteurs, dalots et émissaires en mer, on a établi à partir de valeurs discrètes de diamètres
et de sections particulières, des courbes de régression qui permettent donc mathématiquement de
déterminer ‘’automatiquement’’ des prix unitaires pour toute dimension de collecteur ou dalot.
Concernant les stations de pompage on a établi des abaques reposant sur la valeur de la puissance
hydraulique et de la puissance électrique de la station. L’avantage en étant de pouvoir interpoler pour
n’importe quelle puissance. Par ailleurs, pour estimer le coût de réhabilitation d’une station, on a été
amené à utiliser des fractions de coût total de station de pompage en fonction de leur puissance, con-
formément à ces abaques. A dire d’expert la réhabilitation d’une station de pompage peut en effet se
calculer en fonction des équipements et organes à ajouter ou remplacer, ce qui se traduit comme une
fraction du coût total de la SP.
Enfin, pour l’épuration, on a distingué les modes autonomes et collectifs, par type de filières (2 pour
l’autonome et 4 pour le collectif). Pour le collectif, on a discrétisé chaque filière par gamme de capaci-
té pour être le plus représentatif de l’économie d’échelle possible lorsque la taille de l’unité de trait-
meent augmente.

6.2 Première cotation des travaux à entreprendre


En récapitulant l’ensemble des investissements identifiés sur les localités des 6 gouvernorats, on
aboutit à un montant de 345 millions TND sur la période d’ici à 2036 pour les infrastructures primaires
des réseaux Eaux Usées et 862 millions pour les réseaux Eaux Pluviales ;
Le sous-détail s’établit comme suit :

Infrastructures EU
Réseaux 1’364 km 260'248’359 TND
Stations de pompage 313 unités 82'506’824 TND
Infrastructures EP
Collecteurs et dalots 350 km 747'698’729TND
Total des investissements de réseaux primaires EU et EP 1'090'453’912 TND
Divers et imprévus (10%) 109'045'391 TND
Total des investissements de réseaux primaires EU et EP 1'199'499’303 TND

Tableau prévisionnel des investissements


Le détail par localité et Gouvernorat est présenté en Annexe 0-5.
Le récapitulatif par Gouvernorat est présenté dans les tableaux ci-dessous (infrastructures et coûts,
variantes 1).

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 70


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Réseau EU SP Réseau EP
Gouvernorat
(km) (nb) (km)

Sfax 172 52 83

Sousse 131 77 62

Mahdia 146 34 62

Médénine 570 70 56

Gabès 161 52 20

Gafsa 185 28 66

TOTAL 1’364 313 350

Tableau : récapitulatif des infrastructures par gouvernorat

Cout Réseau Cout Réseau


Cout SP Cout Total Divers et Cout Total
Gouvernorat EU EP
(TND HT) (TND HT) imprévu 10% (TND HT)
(TND HT) (TND HT)

Sfax 43'756'228 9'256'730 329'743'065 382'756'024 38'275'602 421'031'626

Sousse 34'455'391 19'112'456 108'168'616 161'736'464 16'173'646 177'910'110

Mahdia 25'135'271 7'072'408 146'624'933 178'832'612 17'883'261 196'715'873

Médénine 95'652'936 25'482'559 90'951'338 212'086'834 21'208'683 233'295'518

Gabès 31'468'011 15'367'205 20'869'400 67'704'616 6'770'462 74'475'078

Gafsa 29'780'521 6'215'464 51'341'377 87'337'362 8'733'736 96'071'098

TOTAL 260'248'359 82'506'824 747'698'729 1'090'453'912 109'045'391 1'199'499'303

Tableau : récapitulatif du coût des infrastructures par gouvernorat

Il convient de garder en mémoire que ces montants ne concernent que les réseaux primaires d’une
part et que d’autre part, le volet épuration ne figure pas non plus dans ce bilan puisqu’il fera l’objet de
l’étude de mission 2
Par ailleurs les coûts de fonctionnement ne figurent pas non plus dans ce récapitulatif ; ils seront es-
timés, avec les autres coûts, au cours de la mission 2.

__________________

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 71


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXES

Juin 2014 Groupement SGI / STUDI Page 72


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-1
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

2012 2016 2021 2026 2031 2036


Gouvernorat de Sousse
Communes
Sousse 198'276 211'656 227'939 243'984 261'159 279'542
Ksibet Ethrayet 10'039 10'717 11'541 12'354 13'223 14'154
Ezzouhour 13'370 14'273 15'371 16'452 17'611 18'850
Zaouiet Sousse 11'979 12'788 13'771 14'741 15'778 16'889
Hammam Sousse 39'742 42'424 45'687 48'903 52'346 56'031
Akouda 24'333 25'975 27'974 29'943 32'050 34'307
Kalâa El Kebira 52'695 56'251 60'578 64'843 69'407 74'293
Sidi Bou Ali 10'325 11'021 11'869 12'705 13'599 14'556
Hergla 7'255 7'745 8'341 8'928 9'556 10'229
Enfidha 11'436 12'208 13'147 14'073 15'063 16'123
Bouficha 9'970 10'642 11'461 12'268 13'131 14'056
Sidi El Heni 3'504 3'740 4'028 4'312 4'615 4'940
Msaken 63'845 68'153 73'396 78'563 84'093 90'012
Kalaâ Sghira 28'734 30'673 33'033 35'358 37'847 40'511
Messadine 9'675 10'328 11'123 11'905 12'744 13'641
Kondar 4'280 4'568 4'920 5'266 5'637 6'034
Localités rurales
Délégation M'Saken
Moureddine 3'327 3'359 3'380 3'380 3'380 3'380
Bourjine 3'491 3'524 3'547 3'547 3'547 3'547
Beni Rabiaa 2'723 2'745 2'757 2'757 2'757 2'757
Kneiss 4’762 4'802 4'822 4'822 4'822 4'822
Beni Kalthoum 3’005 3'031 3'044 3'044 3'044 3'044
Délégation Akouda
Chott Meriem 3'798 3'835 3'859 3'859 3'859 3'859
Délégation Kondar
Ouled Amir 2'583 2'608 2'624 2'624 2'624 2'624
Délégation Enfidha
Ain Mdhaker 3'246 3'278 3'298 3'298 3'298 3'298
Ain Garssi 2'254 2'276 2'290 2'290 2'290 2'290
Ouled Abdallah 3'332 3'364 3'385 3'385 3'385 3'385
Chgarnia 3'918 3'956 3'980 3'980 3'980 3'980
Menzel dar Bilwaar 2'775 2'802 2'819 2'819 2'819 2'819
Délégation Bouficha
Ain Errahma 2'503 2'528 2'544 2'544 2'544 2'544
Essafha 2'971 3'000 3'018 3'018 3'018 3'018
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Gouvernorat de Mahdia
Communes
Mahdia 51'652 54'792 58'772 62'772 67'044 71'606
Réjiche 10'027 10'636 11'409 12'185 13'014 13'900
Boumerdès 4'521 4'796 5'144 5'494 5'868 6'267
Aouled Chamekh 5'722 6'069 6'510 6'953 7'427 7'932
Chorbane 6'571 6'970 7'477 7'986 8'529 9'109
Hbira 3'571 3'788 4'064 4'340 4'636 4'951
Souassi 5'205 5'521 5'922 6'325 6'756 7'216
El Jem 20'561 21'811 23'395 24'987 26'688 28'504
Karkar 6'901 7'0321 7'853 8'387 8'958 9'567
Echabba 22'337 23'695 25'416 27'146 28'993 30'967
Mellouche 7'202 7'640 8'195 8'753 9'349 9'985
Sidi Alouane 7'472 7'926 8'502 9'081 9'699 10'359
Ksour Essef 24'490 25'977 27'462 29'337 31'340 33'480
Bradâa 7'208 7'646 8'202 8'760 9'356 9'993
Localités rurales
Délégation Ksour Essef
Diar El Haj Hassan (Ghdhabna) 4'487 4'699 4'960 5'213 5'478 5'758
Salakta 4'965 5'199 5'425 5'701 5'992 6'298
Délégation Souassi
Sidi Zid 6'348 6'648 7'017 7'374 7'750 8'145
El Kesasba 5'670 5'937 6'266 6'586 6'922 7'275
Gouvernorat de Monastir
Ghenada 5'221 5'467 5'704 5'995 6'301 6'622
Gouvernorat de Sfax
Communes
Sfax 297'248 314'022 334'550 354'274 375'160 397'278
Sakiet Ezzit 50'323 53'163 56'639 59'978 63'514 67'258
Chihia 26'487 27'981 29'811 31'568 33'429 35'400
Sakiet Eddayer 45'649 48'225 51'378 54'407 57'615 61'011
Gremda 40'815 43'118 45'937 48'645 51'513 54'550
El Ain 42'883 45'303 48'265 51'111 54'124 57'315
Tina 29'861 31'547 33'609 35'590 37'689 39'910
Agareb 10'774 11'382 12'126 12'841 13'598 14'400
Jebeniana 7'373 7'789 8'298 8'787 9'305 9'854
El Hencha 7'037 7'434 7'921 8'387 8'882 9'406
Menzel Chaker 2'480 2'620 2'791 2'956 3'130 3'315
Graiba 2'881 3'044 3'243 3'434 3'637 3'851
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Bir Ali Ben Khlifa 5'000 5'282 5'628 5'960 6'311 6'683
ESkhira 9'672 10'218 10'886 11'528 12'207 12'927
El Mahress 16'255 17'173 18'295 19'374 20'516 21'726
Kerkenah 16'144 17'055 18'170 19'242 20'376 21'577
Localités rurales
Délégation Jebeniana
Hazeg 8'442 8'654 8'872 9'063 9'257 9'456
Ellouza 4'031 4'133 4'237 4'328 4'421 4'516
Délégation El Hancha
El Ghraba 4'627 4'743 4'863 4'967 5'074 5'183
Délégation El Amra
El Amra 5'379 5'515 5'654 5'775 5'899 6'026
Bouderbala 4'367 4'477 4'590 4'688 4'789 4'892
Délégation Menzel Chaker
Sidi Litayem 3'292 3'375 3'460 3'535 3'611 3'688
Délégation Agareb
Essghar 2'718 2'786 2'857 2'918 2'981 3'045
Gargour 2’157 2’205 2’248 2’297 2’347 2’398
El Mahrouga 739 755 770 787 804 821
Délégation Thina
Cité Khadra 12'222 12'529 12'845 13'121 13'403 13'691
Délégation Sakiet Eddayer
El Bedarna 4'324 4'432 4'544 4'642 4'742 4'843
Délégation El Marhress
Chaffar et Nakta 7'109 7'288 7'472 7'632 7'797 7'964
Gouvernorat de Gabes
Communes
Gabes 131’459 140’487 152’309 164’513 177’694 191’943
Chenenni nahal 15’994 17’092 18’530 20’014 21’619 23’352
Ghannouche 25’632 27’393 29’698 32’077 34’648 37’426
Matouia 11’241 12’012 13’023 14’066 15’193 16’412
Ouedhref 10’236 10’940 11’860 12’810 13’837 14’947
El Hamma 39’368 42’072 45’612 49’266 53’213 57’481
Matmata 2’391 2’556 2’771 2’993 3’232 3’492
Nouvelle Matmata 7’507 8’022 8’696 9’394 10’146 10’960
Mareth 12’344 13’192 14’302 15’448 16’685 18’024
Zarat 5’882 6’286 6’815 7’361 7’951 8’589
Localités rurales
Délégation Menzel Habib
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

Secteur Menzel Habib 2’050 2'063 2’076 2’078 2’079 2’081


Délégation El Hamma
Bouattouch 4’527 4’554 4’583 4’587 4’591 4’595
Délégation Mareth
Dkhilet Toujène 4’794 4’823 4’853 4’857 4’862 4’866
Zraoua 1’340 1’348 1’357 1’358 1’359 1’360
Ben Guilouf 2’071 2’084 2’097 2’099 2'101 2’102
El Madou 2’180 2’193 2’207 2’209 2’211 2’213
Arram 5’097 5’128 5’160 5’165 5’169 5’173
Kettana 5’007 5’039 5’070 5’075 5’079 5’083
Zrig El Guendri 2’659 2’676 2’693 2’695 2’697 2’700
Gouvernorat de Médenine
Communes
Médenine 71'107 76'367 83'176 90'187 97'788 106'032
Béni Khdèche 3'538 3'800 4'140 4'489 4'867 5'277
Ben Guerdane 66'953 71'907 78'318 84'919 92'076 99'839
Zarzis 81'696 87'741 95'564 103'618 112'351 121'824
Djerba Houm Souk 74'811 80'345 87'509 94'884 102'881 111'555
Djerba Midoun 58'147 62'449 68'017 73'750 79'965 86'707
Djerba Ajim 27'848 29'908 32'575 35'320 38'298 41'526
Localités rurales
Délégation Médenine Sud
Secteur Hassi Amor 3'219 3'219 3'219 3'219 3'219 3'219
Secteur Boughrara 6'744 6'744 6'744 6'744 6'744 6'744
Délégation Sidi Makhlouf
Secteur Sidi Makhlouf 2'605 2'605 2'605 2'605 2'605 2'605
Jedaria 650 650 650 650 650 650
Jemila 3'511 3'511 3'511 3'511 3'511 3'511
Sayah 2'668 2'668 2'668 2'668 2'668 2'668
Délégation de Beni Khdèche
Gsar Jedid 3'303 3'303 3'303 3'303 3'303 3'303
Gouvernorat de Gafsa
Communes
Gafsa 110'878 102'713 111'143 119'738 128'998 138'975
El Ksar 38'782 35'926 38'875 41'881 45'120 48'609
Moularès 32'065 29'703 32'141 34'627 37'304 40'190
Redeyef 34'233 31'712 34'315 36'969 39'826 42'907
Metlaoui 48'579 45'002 48'695 52'461 56'517 60'889
M'dhilla 16'215 15'021 16'254 17'511 18'864 20'324
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

El Guetar 17'749 16'441 17'791 19'166 20'649 22'246


Essned 11'694 10'834 11'723 12'630 13'606 14'658
Localités rurales
Délégation Sidi Aich
Secteur Sidi Aich 2'445 2'445 2'445 2'445 2'445 2'445
Délégation Belkhir
Belkhir 2'638 2'638 2'638 2'638 2'638 2'638
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-2
Annexe 0-2 : Données pluviométriques INM et calcul des coefficients de Montana

Intensités à Monastir (mm/h) 80 Coefficients de Montana à Monastir (i = a tb)


Monastir T=5 ans Monastir T=10 ans
Durée (min) 30 90 a b
Sfax T=5ans Sfax T=10ans
5 ans 55,9 25,5 70 5 ans 635 -0,71
Gabès T=5ans Gabès T=10ans
10 ans 62,3 30,3 10 ans 580 -0,66
Gafsa T=5 ans Gafsa T=10 ans
60
Intensités à Sfax (mm/h) Coefficients de Montana à Sfax (i = a tb)

Durée (min) 30 90 50 a b
Intensité (mm/h)
5 ans 59,8 27,4 5 ans 670 -0,71
10 ans 71,3 34 10 ans 706 -0,67
40

Intensités à Gabès (mm/h) Coefficients de Montana à Gabès (i = a tb)


30

Durée (min) 30 90 a b
5 ans 43,4 16,7 5 ans 835 -0,87
20
10 ans 52,8 20,6 10 ans 973 -0,86

10
Intensités à Gafsa (mm/h) Coefficients de Montana à Gafsa (i = a tb)

Durée (min) 30 90 0 a b
5 ans 30,1 13 30 60 90 5 ans 405 -0,76
10 ans 37,2 16,7 Durée (min) 10 ans 444 -0,73
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3A
Décret n° 79-768 du 8 septembre 1979,
réglementant les conditions de branchement
et de déversement des effluents dans le
réseau public d'assainissement

Nous, Habib Bourguiba, Président de la République Tunisienne;

Vu la loi n° 75-16 du 31 mars 1975 portant promulgation du code des eaux;

Vu la loi n° 74-73 du 3 août 1974 portant création de l'office national d'assainissement


(ONAS) ;

Vu la loi n° 75-33 du 14 mai 1975 portant promulgation de la loi organique des Communes;

Vu le décret n° 75-492 du 26 juillet 1975 chargeant la SONEDE de la facturation et de la


perception des redevances d'assainissement pour le compte de l'ONAS ;

Vu le décret n° 73-515 du 30 octobre 1973 portant approbation du règlement des


abonnements à l'eau ;

Vu l'avis des Ministres de l'Intérieur, des Finances, de l’Equipement, de l'Agriculture et de


l'Industrie, des Mines et de l'Énergie ;

Vu l'avis du Tribunal Administratif

Décrétons :

Titre I : Généralités
Article 1er

Application

Les dispositions du présent décret sont applicables dans les périmètres communaux ou autres
zones pourvus d'un service public d'assainissement.

Article 2

Définition

Est entendu par :


- SPA : Tout service public d'assainissement chargé de la collecte, du transport et le cas
échéant, de l'épuration des eaux usées tel qu'il est défini par l'article 137 du Code des Eaux ;

- l’ONAS :Office national de l'assainissement ;

- L'usager : le propriétaire d'un immeuble raccordé à un réseau d'égout existant;

- Installations intérieures : les ouvrages et canalisations situés à l'intérieur de l'immeuble


privé, destinés exclusivement à la collecte, transport et traitement des eaux usées et pluviales
provenant de cet immeuble.

- Branchement particulier : partie publique de la conduite raccordant les installations


intérieures d'un immeuble au réseau public dégoûts et s'étendant du collecteur public jusqu'à
la limite du terrain privé concerné, soit dans le cas où cette conduite comporte un siphon ou
un dispositif similaire, jusqu'à la limite amont de ce dispositif.

Titre II : Branchement des immeubles


Article 3

Obligation de branchement

Obligation est faite de raccorder aux égouts publics existants pour l'évacuation des eaux usées
et le cas échéant pluviales, tout immeuble à usage d'habitation, ou à usage industriel,
commercial, ou professionnel situé dans une voie pourvue d'égouts publics ou dans une voie
privée débouchant sur une autre voie.

Article 4

Demande de branchement

1) Tout propriétaire d'un immeuble visé à l'article 3 et qui n'est pas branché aux égouts est
tenu d'adresser au Service Public d'Assainissement une demande établie sur des imprimés
fournis gratuitement par cet organisme pour demander le branchement aux égouts.

2) Dans le cas d'un immeuble existant ou en construction à la date d'entrée en vigueur du


présent décret, la demande doit être faite dans les six mois après cette date.

3) Dans le cas d'un immeuble dont la construction n'a pas commencé à la date d'entrée en
vigueur du présent décret, la demande doit être faite au plus tard à la même date que la
demande d'autorisation de construire.

4) Dans le cas du premier établissement d'égouts la demande doit être faite dans les trois mois
après la notification par le service public d'assainissement aux propriétaires des immeubles
riverains.

Article 5
Impossibilité de branchement

Quand il est jugé que le raccordement n'est pas techniquement réalisable, le propriétaire
intéressé en est informé par lettre recommandée ; il lui sera alors indiqué la méthode
d'assainissement individuelle prescrite par la réglementation en vigueur.

Article 6

Travaux de branchement

Les travaux de branchement sont effectués par le service d'assainissement, aux frais de
l'usager. Pour chaque demande de branchement, un devis estimatif des travaux à réaliser est
dressé par ce service.

Les travaux ne seront exécutés que lorsque l'usager aura réglé le montant indiqué dans le
devis précité et après obtention par le service public d'assainissement de l'autorisation des
services de voiries pour la traversée de la chaussée.

L'usager dispose d'un délai de trois mois pour effectuer le règlement du devis.

Article 7

Frais de premier établissement des branchements particuliers

Les frais de premier établissement des branchements sont réglés par les usagers dans les
conditions suivantes :

Le devis comprend :

- Les frais de branchement calculés d'après les dépenses réelles majorées de 10% pour frais
généraux.

- Les trais de réfection de la chaussée établis sur la base des prix pratiqués par le service
affectataire.

Dans le cas où les travaux sont exécutés par l'ONAS, les frais seront calculés selon les
dépenses réelles majorées de 10% pour frais généraux.

Une contribution de l'usager aux trais de construction des égouts calculées selon la
réglementation en vigueur.

Article 8

Paiement

1) Dans les zones d'intervention de l'ONAS tel que déterminées conformément à la loi n° 74-
73 portant création de l'ONAS ... paiements sont effectués dans les conditions indiquées ci-
après :
Les frais de premier établissement des branchements particuliers sont pavés soit au comptant
soit avec facilités de 20 versements trimestriels égaux.

Le paiement au comptant, ou le cas échéant le premier versement doit être effectué avant le
commencement des travaux. Le paiement du solde se tait par trimestre et à terme échu.

Dans le cas où le paiement serait assorti de facilités, les frais seront majorés d'un taux d'intérêt
conformément aux pratiques bancaires à la date du contrat de raccordement au réseau
d'égouts.

Le paiement à tempérament n'est admis qu'aux usagers dont l'immeuble est destiné
strictement à leur habitation personnelle ou à celle de leur famille et qui donnent leur accord
pour l'application des mesures correctives prévues ci-dessous.

Tous les autres usagers doivent effectuer le paiement au comptant.

Au cas où l'immeuble est utilisé autrement que prévu dans l'alinéa 5 ci-dessous, les sommes
restantes à sa charge sont exigibles immédiatement et intégralement.

L'ONAS est autorisé à faire facturer let percevoir les montants mentionnés ci-dessus par la
SONEDE.

A défaut de paiement des montants ainsi facturés, la SONEDE procède à la suspension ou à la


résiliation de l'abonnement à l'eau potable de l'usager défaillant.

Les obligations à la charge de la SONEDE et de l'ONAS qui découlent du présent article,


seront précisées par une convention entre ces deux organismes.

2) Dans les autres zones, les paiements seront effectués auprès de la Commune conformément
à la réglementation en vigueur.

Article 9

Entretien des branchements particuliers dans les zones d'intervention de l'ONAS

Les travaux d'entretien et de réparation courants et normaux sont effectués par l'ONAS et à
ses frais sans préjudices des redevances qu'il est autorisé à percevoir.

Les travaux d'entretien et de réparation résultant de la négligence de l'usager sont effectués


par l'ONAS aux frais de l'usager. Ces travaux sont facturés selon un devis qui comprend des
dépenses réelles majorées de 10% et éventuellement des frais de réfection de chaussées tel
que mentionné dans l'alinéa 4 de l'article 7.

Article 10

Contribution des usagers

Toutes contributions prises en charge par l'usager ne lui confèrent aucun droit de propriété ou
de remboursement afférent au réseau d'égouts.
Article 11

Installations intérieures

Il n'est effectué de branchement à l'égout que si les installations intérieures ont été agréées par
le S.P.A.

Les installations intérieures doivent être construites et entretenues par les usagers et à leurs
frais, conformément à la réglementation en vigueur.

Titre III : Déversement à l’égout


Article 12

Usage du branchement

Il est interdit d'introduire dans l'égout, le branchement particulier ou les installations


intérieures, tout objet, matériel produit ou liquide, qui peuvent obstruer les conduites, affecter
l'atmosphère émettre des vapeurs ou gaz toxiques inflammables ou explosifs, ou de quelque
manière que ce soit entraver le bon fonctionnement des égouts ou des autres ouvrages
d'assainissement ou permettre l'hygiène et la salubrité publique.

Dans le cas où il existe un réseau spécial destiné à l'évacuation des eaux pluviales, celles-ci
doivent être séparées des eaux usées et le déversement doit être effectué de façon à assurer
que les eaux usées et les eaux pluviales n'empruntent que le réseau qui leur est destiné.

En aucun cas les eaux pluviales ne peuvent être déversées dans un réseau destiné
exclusivement à l'évacuation des eaux usées.

Article 13

Autorisation de déversement

1) Tout déversement dans le réseau dégoûts publics, d'eaux résiduaires, autres que
domestiques doit être préalablement autorisé par le Ministre de l'Equipement. L'autorisation
est accordée par arrêté du Ministre de l'Equipement après avis du S.P.A.

Dans le cas où le S.P.A. propose de ne pas autoriser un industriel à déverser ses effluents dans
le réseau public d'égout le Ministre de l'Equipement doit avant de prendre l'arrêté, demander
l'avis du Ministre de l'Industrie des Mines et de l'Energie.

2) Le Ministre de l'Equipement, par arrêté pris après l'avis du S.P.A. peut définir des
prescriptions générales applicables aux déversements provenant des industries, commerces ou
professions précisées dans ces prescriptions. Ces prescriptions peuvent prévoir que pour les
déversements provenant des industries, commerces ou professions précisées par l'arrêté,
l'autorisation est accordée par le S.P.A. conformément aux dispositions du présent décret.

Article 14
Demande d'autorisation

La demande d'autorisation de déversement doit satisfaire aux conditions qui seront fixées par
arrêté du Ministre de l'Equipement.

Article 15

Octroi de l'autorisation

Le Ministre de l'Equipement prend sa décision sur la demande dans un délai maximum de


deux mois.

Il peut par arrêté, reporter une fois sa décision à deux mois au maximum.

Article 16

De la non délivrance de l'autorisation

L'autorisation peut être subordonnée à des obligations visant :

- la garantie du bon fonctionnement des égouts et des autres ouvrages d'assainissement et


notamment des stations d'épuration;

- le respect par le S.P.A. des prescriptions auxquelles le rejet des eaux usées dans un milieu
naturel, ou le cas échéant l'utilisation de ces eaux aux fins d'irrigation, sont subordonnées.

Au cas où des mesures complémentaires s'avéraient nécessaires pour la protection des


installations et la garantie d'un bon fonctionnement des égouts et des autres ouvrages
d'assainissement ou au cas où les prescriptions visées ci-dessus viennent à être modifiées, le
Ministre de l'Equipement peut prendre sur avis du S.P.A., un arrêté modifiant en conséquence
les obligations mentionnées dans l'autorisation.

Article 17

Autorisation temporaire

L'autorisation peut être limitée dans le temps

a) dans le cas d'un déversement temporaire.

b) dans le cas où sur la base des données disponibles, le Ministre de l'Equipement ne peut
avoir la certitude que le déversement produise ou non des effets nocifs pour les ouvrages
d'assainissement.

Article 18

Effet de l'autorisation

1) L'autorisation n'est valable que pour les eaux ou matières et pour les quantités par unité de
temps précisées par l'arrêté portant autorisation.
2) L'autorisation est valable pour son titulaire ainsi que pour ses ayants-droit. Sur demande du
titulaire ou des ayants-droit, ces derniers ou l'un d'eux peuvent être inscrits par le Ministre de
l'Equipement comme nouveaux titulaires.

Article 19

Révocation de l'autorisation peut être révoquée entièrement ou en partie

a) S'il s'avère que l'autorisation a été fondée sur des données fausses ou incomplètes.

b) Quand l'activité industrielle, commerciale ou professionnelle n'a pas démarré dans le délai
d'un an après la date d'autorisation.

c) Quand l'activité industrielle, commerciale ou professionnelle n'est pas effectuée pendant


une année consécutive.

d) Quand l'activité industrielle, commerciale ou professionnelle n'est effectuée conformément


aux données indiquées dans la demande d'autorisation.

e) Quand les prescriptions auxquelles l'autorisation a été subordonnée ne sont pas observées.

f) Quand il survient, après l'octroi de l'autorisation, un changement de circonstances ou de


connaissances, sur la base desquelles il devient prévisible que la continuation du déversement
autorisé portera atteinte au fonctionnement des égouts ou des autres ouvrages,
d'assainissement, atteinte qui ne peut être obviée par d'autres prescriptions.

Article 20

Pénalités

Les infractions aux dispositions du présent décret ou des textes pris pour son exécution sont
punies conformément aux dispositions des articles 158, 159 et 160 du code des eaux.

Article 21

Sanctions administratives

1) Outre les sanctions prévues à l'article 20 et sur demande de S.P.A. le Ministre de


l'Equipement se réserve le droit après mise en demeure notifiée à domicile ou adressée par
lettre recommandée, restée sans effet pendant un délai de 15 jours, d'exécuter d'office et aux
frais de l'usager, les travaux ou aménagement nécessaires pour faire cerner l'infraction.

La mise en demeure peut être effectuée par le service public d'assainissement simultanément
avec la demande de l'application de la sanction.

2) Toutefois, en cas d'urgence, lorsqu'une infraction ou ses conséquences mettent en danger


grave et immédiat les ouvrages d'assainissement et d'épuration des eaux usées ou pluviales, le
Ministre de l'Equipement prend, sans délai ou mise en demeure et aux frais du contrevenant
toutes mesures nécessaires pour faire cesser l'infraction ou ses conséquences.
Article 22

Surveillance

1) Les infractions aux dispositions du présent décret sont constatées par les agents de police et
de la garde nationale ayant qualifié d'officiers ou d'agents de police judiciaire ainsi que les
agents assermentés habilités à cet effet par le Ministre de l'Equipement.

2) Les agents susmentionnés sont habilités à dresser un procès-verbal des infractions


constatées. Ces procès-verbaux font foi jusqu'à preuve du contraire.

3) Chacun est tenu de procurer aux dits agents tous les renseignements et la coopération
nécessaires pour effectuer leur tâche de surveillance conformément aux dispositions du
présent article.

Article 23

Les Ministres de l'Equipement de l'Intérieur, des Finances et de l'Industrie, des Mines et de


l'Energie sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret qui sera
publié au journal Officiel de la République Tunisienne.

Fait à Tunis, le 8 septembre 1979

P. Le Président de la République Tunisienne et par délégation

Le Premier Ministre

Hédi NOUIRA
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3B
Décret n° 85-56 du 2 janvier 1985 relatif à la
réglementation des rejets dans le milieu
récepteur
(JORT n° 6 du 22 janvier 1985)

Nous Habib Bourguiba, Président de la République Tunisienne;

Vu la loi n° 66-27 du 30 avril 1966 portant promulgation du Code du Travail,

Vu la loi n° 75-16 du 31 mars 1975, portant promulgation du Code des Eaux;

Vu la loi n° 75-33 du 14 mai 1975, portant promulgation de la loi Organique des Communes;

Vu la loi n° 82-66 du 6 août 1982, relative à la normalisation et à la qualité;

Vu le décret n° 79-768 du 8 septembre 1979, réglementant les conditions de branchement et


déversement des effluents dans le milieu récepteur;

Vu le décret n° 83-724 du 4 août 1983, fixant les catégories de normes et les modalités de leur
élaboration et de leur diffusion;

Vu l'avis du Premier Ministre, Ministre de l'Intérieur, des Ministres de l'Economie Nationale,


de l'Equipement et de l'Habitat, de la Santé Publique et de l'Agriculture;

Vu l'avis de la Commission Nationale de l'Environnement;

Vu l'avis du Comité National de l'Eau;

Vu l'avis du Conseil Supérieur de l'Hygiène Publique;

Vu l'avis du Tribunal Administratif;

Décrétons :

Chapitre I : Dispositions générales


Article 1er

Objet

Le présent décret a pour objet de fixer les conditions dans lesquelles sont réglementés ou
interdits les rejets dans le milieu récepteur.
Article 2

Terminologie

On entend par:

1. "Eaux usées": au sens large du terme, les eaux à évacuer des zones bâties. Elles proviennent
des ménages, des différentes installations communales ou publiques, de l'artisanat et de
l'industrie y compris les eaux de refroidissement ainsi que les eaux de drainage et de
ruissellement urbain.

2. "Milieu récepteur": le milieu naturel dans lequel sont déversés les effluents de toute origine
: il s'agit de la mer, des lacs, des lagunes, des sebkhas, des cours d'eau, des canaux d'irrigation
et d'assainissement agricole, des zones d'épandage, des nappes souterraines de toutes sortes et
des retenues établies sur les cours d'eau,

3. "Effluent": tout écoulement d'origine urbaine ou industrielle ayant ou non subi un


traitement préalable et évacué directement ou indirectement dans le milieu récepteur.

4. "Pollution": l'introduction directe ou indirecte, par l'homme/ de substances ou d'énergie


dans le milieu récepteur susceptible d'altérer sa qualité ou de causer des effets nuisibles tels
que dommages aux ressources en eau et aux ressources biologiques, risques pour la santé de
l'homme ou de l'animal, entrave à l'utilisation légitime du milieu récepteur.

5. "Rejet": tout déversement, écoulement, jet, dépôt direct ou indirect d'eau ou de matière, et
plus généralement tout fait susceptible d'altérer la qualité de l'eau superficielle ou souterraine.

Chapitre II : Conditions générales de rejet


Article 3

Préservation de la qualité du milieu

Les rejets, quelle que soit leur provenance, ne doivent en aucun cas altérer la qualité du milieu
récepteur telle que fixée par les normes y afférents.

Article 4

Conformité aux normes

Les eaux usées déversées dans le milieu récepteur doivent être conformes aux normes de rejet
fixées selon les modalités prévues par la loi susvisée n° 82-66 du 6 août 1982.

Article 5

Effets interdits
Le déversement des eaux usées dans le milieu récepteur ne doit pas, notamment, provoquer
de:

a - formation de boue,

b - turbidité, coloration, ou formation de mousse,

c - altération du goût et de l'odeur par rapport à l'état naturel,

d - modification défavorable de la répartition naturelle de la température,

e - altération des caractéristiques chimiques du milieu récepteur et modification défavorable


de la qualité et de la répartition des substances nutritives,

f - prolifération indésirable d'algues et de plantes aquatiques supérieures,

g - formations nuisibles au milieu récepteur, de colonies bactériennes ou de protozoaires.

Article 6

Traitement obligatoire

Toutes les eaux usées qui ne répondent pas aux normes de rejet dans le milieu récepteur,
doivent être déversées dans les canalisations publiques conformément à la réglementation
relative aux conditions de branchement et de déversement des effluents dans le réseau public
d'assainissement.

Les conditions d'élimination et de traitement des eaux usées, autres qu'industrielles, qui ne se
prêtent pas à l'épuration dans une station centrale du réseau public d'assainissement, sont
fixées par arrêté conjoint des Ministres de l'intérieur, de l'Agriculture et de la Santé Publique.

Les eaux usées provenant des canalisations urbaines, d'habitation, de chantiers, d'entreprises
industrielles, artisanales et commerciales, d'exploitations agricoles et de navires, ainsi que tout
autre rejet, ne peuvent être déversées dans le milieu récepteur qu'après avoir subi un
traitement conforme aux normes régissant la matière.

Article 7

Biodégradabilité des détergents

Le déversement dans le milieu récepteur de tout produit détergent ou de produits de lavage ou


de nettoyage contenant des détergents est interdit lorsque leur biodégradabilité n'est pas
conforme aux normes y afférentes.

Article 8

Composés dangereux

La pollution du milieu récepteur due, notamment, aux substances, familles et groupes de


substances ci-dessous énumérés doit être éliminée.
a - Composés organohalogénés et substances qui peuvent donner naissance à de tels composés
dans le milieu aquatique.

b - Composés organophosphorés et substances qui peuvent donner naissance à de tels


composés dans le milieu aquatique.

c - Composés organostanniques et substances qui peuvent donner naissance à tels composés


dans le milieu aquatique.

d - Mercure et composés de mercure.

e - Cadmium et composés de cadmium.

f - Tous autres métaux lourds ou leurs composés dont il est prouvé qu'ils possèdent un effet
toxique.

g - Huiles lubrifiantes usagées.

h - Matières synthétiques solides persistantes, en particulier les matières plastiques, qui


peuvent flotter, couler ou rester en suspension et qui peuvent gêner toute utilisation légitime
de la mer, des fleuves ou des lacs.

i - Substances dont il est prouvé qu'elles possèdent directement ou indirectement un pouvoir


cancérigène ou mutagène, et qui sont rejetées dans le milieu récepteur.

j- Déchets radioactifs et autres matières radioactives tels qu'ils seront définis par arrêté
conjoint des Ministres de l'Economie Nationale et de la Santé Publique.

Sont toutefois exclus des composés et substances énumérés aux points a, b et c ci-dessus ceux
qui sont biologiquement inoffensifs ou qui se transforment rapidement en substances
biologiquement inoffensives.

Les normes et les calendriers d'application pour la mise en œuvre des programmes et mesures
visant à éliminer ladite pollution sont fixés conformément à la législation relative a la
normalisation et à la qualité.

Article 9

Valeurs limites de rejet de composés dangereux

Sont interdits les rejets contenant en des quantités supérieures aux limites fixées par les
normes de rejet, les substances visées à l'article précédent.

Article 10

Lavage des véhicules et citernes

Il est interdit de procéder dans les oueds, lacs, retenues de barrages, zones d'aquaculture ou de
baignade et sur leurs rives, au déversement d'hydrocarbures, de graisses et d'huiles végétales
ou animales.
A ce titre, il est interdit d'y procéder:

a - au lavage des véhicules automobiles et de tous les engins mécaniques,

b - a la vidange des moteurs de tous les engins mécaniques,

c - au rinçage et à la vidange des citernes et des appareils ou engins ayant contenu des
produits polluants ou toxiques.

Article 11

Recyclage des eaux traitées

Utilisation des eaux traitées doit répondre aux normes de qualité en vigueur. Les eaux usées,
destinées à l'irrigation, telles que définies par les Articles 105 et 106 du code des eaux,
doivent répondre aux normes de qualité selon les cultures envisagées, la nature du sol et
l'usage des produits cultivés.

Dans tous les cas, la réutilisation des eaux usées même traitées pour l'irrigation ou l'arrosage
de crudités est interdite.

Chapitre III : Autorisations de rejet


Article 12

Rejets soumis à autorisation

Les rejets dans le milieu récepteur tels que définis dans l'article 2 du présent décret, sont
soumis à autorisation dans les conditions ci-après.

Article 13

Conformité aux normes

Les rejets de toute exploitation requérant une autorisation de rejet qui ne sont pas conformes
aux normes prescrites, doivent subir un prétraitement ou si nécessaire un traitement
permettant de satisfaire aux dites normes.

Article 14

Contrôles périodiques

Toute exploitation soumise à autorisation doit effectuer des contrôles périodiques de ses rejets
et tenir à cet effet un registre où sont consignés la date et les résultats des analyses effectuées.

Article 15
Autorité délivrant l'autorisation de rejet

L'autorisation de rejet est octroyée au requérant préalablement à la délivrance de l'agrément


du projet.

Le Ministre habilité à accorder l'autorisation de rejet est celui qui est habilité normalement à
agréer le projet ou à autoriser l'ouverture ou l'exploitation de l'établissement. L'octroi de
l'autorisation dépend de la conformité du dit projet aux normes en vigueur.

Toutefois, il doit, au préalable, tenir compte de l'avis motivé des Ministres de l'Agriculture et
de la Santé Publique et, le cas échéant, des autres ministres concernés.

Article 16

Délai de réponse et motivation des refus

Le Ministre saisi de la demande d'autorisation de rejet est tenu de répondre dans un délai ne
dépassant pas 60 jours.

Le refus de l'autorisation doit être dûment motivé.

Article 17

Conditions de renouvellement des autorisations

L'autorisation est valable pour une durée de trois ans renouvelable dans les mêmes formes ci-
dessus.

Le renouvellement est subordonné, toutefois, à un contrôle du rejet effectué sur les lieux
même de l'établissement.

Article 18

Contenu des dossiers de demande

Toute demande d'autorisation de rejet ou de dépôt de déchets dans le milieu récepteur doit
comporter les renseignements suivants :

1. La description de l'emplacement du rejet, ou de dépôt de déchets et notamment les niveaux


souterrains, la profondeur et la distance par rapport à la côte dans le cas d'un rejet en mer.

2. La nature et l'importance de l'effluent, les conditions d'évacuation ou de dépôt.

3. La nature et la qualité des agents polluants contenus dans le rejet.

4. Les mesures proposées pour remédier à la pollution.

5. La description technique des installations de traitement.


6. Un extrait de carte à l'échelle minimale de 1 / 10.000 sur lequel est reporté l'emplacement
de l'opération projetée, et en tant que de besoin un plan de situation à grande échelle où sont
reportés les établissements environnants.

L'administration peut exiger tout autre renseignement jugé utile.

Article 19

Paramètres réglementés

Les éléments à prendre en considération pour fixer les critères présidant à la délivrance d'une
autorisation pour les rejets concernant notamment:

I/ Les Caractéristiques et Compositions du Rejet

1. Type et importance de la source du rejet,

2. Nature du rejet,

3. Forme du déchet,

4. Quantité totale,

5. Mode de rejet,

6. Concentration des principaux constituants,

7. Propriétés physiques, chimiques et biochimiques du rejet.

II/ Les Caractéristiques de nocivité du rejet.

1. Persistance physique et biologique dans le milieu récepteur.

2. Toxicité et autres effets nocifs.

3. Accumulations dans la matière biologique ou les sédiments.

4. Effets défavorables sur l'équilibre de l'oxygène dissoute.

5. Transformations biologiques susceptibles de produire des composés nocifs.

6. Sensibilité aux transformations physiques, chimiques et biochimiques et


interaction dans le milieu aquatique avec d'autres constituants des eaux qui
peuvent produire des effets nocifs.

III/ Les Caractéristiques du Milieu Récepteur

1. Caractéristiques hydrographiques, météorologiques, géologiques et


topographiques du milieu récepteur.
2. Lieu du rejet tel qu'émissaire, canal, sortie d'eau et situation par rapport à
d'autres emplacements tels que les zones d'agrément, de fruit, de culture et de
pêche, les gisements naturels de coquillage.

3. Dilution réalisée au point de rejet.

4. Caractéristiques de dispersion: effet des courants, des marées et du vent sur


le déplacement horizontal et le brassage vertical.

5. Caractéristiques de l'eau, en égard aux conditions physiques, chimiques et


écologiques existants dans la zone de rejet.

6. Capacité du milieu récepteur à absorber les déchets rejetés sans effets


défavorables.

Article 20

Autorisation des rejets des dépôts de déchets

Le Ministre de l'Intérieur, après avis des Ministres de l'Agriculture et de la Santé Publique,


délivre l'autorisation de rejet pour tout dépôt de déchets à l'exception des déchets industriels
sur le sol et dans le sol.

Cette autorisation de dépôt de déchets fixe :

a - Les limites à l'intérieur desquelles le dépôt est autorisé, compte tenu de la nature du sol et
de son relief, de la vulnérabilité des eaux souterraines et de la proximité éventuelle des eaux
superficielles ou du rivage de la mer.

b - La capacité maximale du dépôt.

c - La liste des déchets dont le dépôt est autorisé.

d - La nature du conditionnement ou du traitement que doivent subir les déchets autorisés. e-


La liste des déchets dont le dépôt est interdit. L'autorisation prescrit, en tant que de besoin,
l'exécution d'aménagement permettant de prévenir l'infiltration et le ruissellement en direction
du milieu récepteur, des matières liquides de toutes natures en provenance du dépôt.

Article 21

Contrôles de l'Administration

Le Ministre ayant délivré I'autorisation est habilité à effectuer à tout moment des visites de
recollement et de contrôle pour vérifier l'application de ses prescriptions.

Les analyses sont effectuées par l'Administration, le cas échéant par des laboratoires dûment
habilités.

Les frais afférents aux analyses ci-dessus mentionnées sont à la charge des établissements
bénéficiaires de l'autorisation.
Article 22

Equipement des points de rejets

Les installations relatives aux rejets avec ou sans traitement doivent être équipées d'un
dispositif permettant l'échantillonnage et la mesure en contenu du débit.

En l'absence d'un tel dispositif, l'Administration peut utiliser tout moyen d'évaluation qu'elle
estime approprié.

Article 23

Délais d'application aux installations nouvelles

Les rejets effectués par les installations nouvelles sont soumis aux dispositions du présent
décret à partir de sa publication.

On entend par "installation nouvelle" tout établissement quel qu'en soit l'usage, qui n'est pas
entré en production à la date d'entrée en vigueur du présent décret, ou tout établissement
existant qui a fait l'objet d'un agrandissement ou transformation ayant pour effet d'accroître de
plus de 25% la qualité des rejets ou d'en modifier la nature.

Article 24

Délais d'application aux installations existantes

Les établissements qui sont en cours d'exploitation à la date d'entrée en vigueur du présent,
doivent se conformer à ses dispositions et sont tenus de déposer à cet effet, leur dossier auprès
des services compétents.

Les demandes doivent parvenir aux Ministres concernés au plus tard un an à partir de la date
d'entrée en vigueur du présent décret.

Article 25

Prise en compte du traitement des rejets dans les projets

Les organismes chargés de l'étude de projets d'aménagement ou de promotion des


investissements, doivent selon les cas, prévoir ou exiger dans tout nouveau projet le traitement
des rejets dans le milieu récepteur.

Article 26

Sanctions

Les infractions aux prescriptions du présent décret sont réprimées conformément aux
sanctions et pénalités prévues par le code du travail promulgué par la loi n° 66-27 du 30 avril
1966 et le code des eaux promulgué par la loi n° 75-16 du 31 mars 1975.

Article 27
Application et publication

Les Ministres concernés sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent
décret qui sera publié au Journal Officiel de la République Tunisienne.

Fait à Tunis, le 2 janvier 1985

P. Le Président de la République Tunisienne

et par délégation

Le Premier Ministre
Ministre de l'Intérieur

Mohamed MZALI
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3C
Décret n° 89-1047 du 28 juillet 1989, fixant
les conditions d'utilisation des eaux usées
traitées à des fins agricoles
(JORT n° 55 du 11-15 août 1989)

Le Président de la République tunisienne

Vu le code du travail promulgué par la loi n° 66-27 du 30 avril 1966 ;

Vu le code des eaux promulgué par la loi n° 75-16 du 31 mars 1975 et notamment ses articles
105 et 106 ensemble les textes qui l’ont modifié ou complété ;

Vu la loi n° 74-73 du 3 août 1974, portant création de l'office national de l'assainissement ;

Vu la loi n° 82-66 du 6 août 1982, relative à la normalisation et à la qualité ;

Vu la loi n° 88-91 du 2 août 1988, portant création de l'agence nationale de protection de


l'environnement ;

Vu le décret n° 74-93 du 15 février 1974, fixant les attributions du ministère de l'équipement ;

Vu le décret n° 74-1064 du 28 novembre 1974, relatif à la définition de la mission et des


attributions du ministère de la santé publique ;

Vu le décret n° 75-342 du 30 mai 1974, fixant les attributions du ministère de l'intérieur ;

Vu le décret n° 85-56 du 2 janvier 1985, relatif à la réglementation des rejets dans le milieu
récepteur ;

Vu le décret n° 86-1233 du 4 décembre 1986. portant attribution du ministère de l'agriculture ;

Vu l'avis du premier ministre ;

Vu l'avis des ministres de l'intérieur, de l'économie nationale, de l'agriculture, de l'équipement


et de l'habitat et de la santé publique ;

Vu l'avis du tribunal administratif.

Décrète :

Article 1er
L'utilisation des eaux usées traitées à des fins agricoles doit faire l'objet d'une autorisation du
ministre de l'agriculture, délivrée après accord du ministre de la santé publique et avis de
l'agence nationale de protection de l'environnement.

Article 2

L'utilisation des eaux usées traitées à des fins agricoles ne peut être autorisée qu'après
traitement approprié en station d'épuration. Les eaux usées traitées doivent répondre aux
normes d'utilisation qui seront fixées selon les modalités prévues par la loi sus-visée n° 82-66
du 6 août 1982.

Article 3

La fréquence des analyses physico-chimiques et bactériologiques des eaux usées épurées


utilisées à des fins agricoles est fixée comme suit :

a) Une fois par mois au minimum des échantillons moyens composés de prélèvements
effectués sur 24 heures en vue des analyses physico-chimiques suivantes : PH. DB0 5. DCO,
MES, chlorures, sodium, azote ammoniacal et conductivité électrique.

b) Une fois par semestre au minimum des échantillons moyens composés de prélèvement
effectués sur 24 heures en vue des analyses chimiques suivantes :

Arsenic, bore, cadium, chorme, cobalt, cuivre, fer, fluorures, manganèse mercure, nikel,
organochlores. sélénium, plomb, zinc.

c) Une fois tous les 15 jours des échantillons moyens composés de prélèvement effectués sur
24 heures en vue de la recherche des œufs de parasites.

Article 4

Les analyses citées à l'article 3 du présent décret sont à la charge des organismes distributeurs
et seront effectuées sous le contrôle du ministère de la santé publique et l'agence nationale de
protection de l'environnement.

Article 5

L'utilisation des eaux usées traitées est interdite pour l'irrigation ou l'arrosage des cultures
maraîchères et des crudités.

Article 6

Le pâturage direct est prohibé dans les parcelles irriguées par les eaux usées traitées.

Article 7

Les eaux usées traitées ne peuvent être utilisées que pour des cultures, dont les produits ne
sont pas directement consommables par l'homme et dont la liste est fixée par arrêté du
ministre de l'agriculture après avis du ministre de la santé publique. Toutefois cette utilisation
n'est possible qu'à condition que dans le périmètre cultivé, aucune autre culture ne sera
contaminée.

Article 8

Les cultures irriguées par les eaux usées traitées feront l'objet d'un contrôle biologique et
physico-chimique par le ministre de la santé publique qui doit ordonner toute mesure utile en
vue de sauvegarder la santé du personnel affecté à l'irrigation ainsi que la santé des
consommateurs.

Article 9

Sur tous les robinets d'irrigation du réseau d'eaux usées traitées, l'installation d'une plaque
devant signifier eau impropre à la consommation est obligatoire.

Article 10

Les périmètres irrigués par aspersion doivent être suffisamment éloignés des routes,
agglomérations et puis de surface destinés à l'alimentation en eau potable.

Article 11

L'irrigation avec les eaux usées traitées ne doit en aucun cas occasionner des stagnations
d'eau, des mauvaises odeurs, des gîtes larvaires et la contamination de la nappe souterraine.

Article 12

Un cahier des charges approuvé par arrêté du ministre de l'agriculture après avis du ministre
de la santé publique fixera les modalités et les conditions particulières applicables à chaque
utilisation.

Article 13

Toutes infractions aux prescriptions du présent décret sont réprimées conformément à la


législation en vigueur et notamment la loi n° 66-27 du 30 avril 1966, portant promulgation du
code du travail et la loi n° 75-16 du 31 mars 1975, portant promulgation du code des eaux.

Article 14

Les ministres de l'intérieur, de l'économie nationale, de l'agriculture, de l'équipement et de


l'habitat et de la santé publique sont chargés chacun, en ce qui le concerne de l'exécution du
présent décret qui sera publié au Journal officiel de la République tunisienne.

Tunis, le 28 juillet 1989

Zine El Abidine Ben Ali


TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3D
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3E
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3F
République Tunisienne

Ministère de l’Environnement et du Développement Durable


Agence Nationale de Protection de l’Environnement

Industrie
Durable

Observatoire Tunisien de l’Environnement et du Développement Durable

1
Edition : Juin 2007

2
Avant Propos

Dans les perspectives d’ancrer les principes de développement durable et de


mettre en place un outil d’évaluation et de suivi des politiques, stratégies et
programmes dans certains secteurs, le Ministère de l’Environnement et du
Développement Durable, a entrepris, la réalisation de rapports et guides sur
le développement durable pour plusieurs secteurs dont on peut citer l’agri-
culture, la pêche, les forêts, l’industrie, le tourisme, l’énergie, le transport…
L’Observatoire Tunisien de l’Environnement et du Développement Durable
(OTED) a été chargé d’accomplir cette mission.
Le présent rapport, qui porte sur le thème « Industrie durable » a été préparé
en 2002 par Monsieur Ali Chelbi, expert national, avec la collaboration d’un
comité de réflexion constitué à l’occasion.
Ce rapport a été réexaminé et actualisé en 2005 et a fait l’objet de plusieurs
ateliers de travail avec la participation des établissements et institutions
concernés tels que la Direction Générale de l’Environnement et de la Qualité
de Vie, l’Agence Nationale de Maîtrise de l’Energie, la Direction Générale de
l’Energie, la Direction de la Sécurité, la Direction du Développement Indus-
triel, la Direction Générale de l’Industrie Manufacturière, l’Agence de Promo-
tion de l’Industrie et le Centre International des Technologies de l’Environ-
nement de Tunis.
La version finale du rapport a été examinée par le Comité Technique de la
Commission Nationale de Développement Durable et approuvée par la Com-
mission Nationale de Développement Durable lors de la 11ème réunion tenue
le 25 décembre 2005.
Ce projet a été cofinancé par la Coopération Technique Allemande « GTZ » et
l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement (ANPE).

3
SOMMAIRE

Préambule : Le concept de développement durable ............... 7

1. Présentation de l’industrie tunisienne et sa place


dans l’économie du pays ..........� 9

1.1.Généralités surl’économie tunisienne ............................................................................... 9


1.2. Physionomie de l’industrie tunisienne .......................................................... 10
1.3.Les programmes de développementindustriel en cours .......................... 13
1.3.1. Le programme de mise à niveau (PMN) ..................................................................................................................... 13
1.3.2. Le programme de modernisation industrielle (PMI) ............................................................................ 14
1.3.3. Le programme de mise à niveau environnemental (PMNE) ......................................................... 15
1.3.4. Le projet d’efficacité énergétique dans le secteur industriel (PEEI) ....................................... 15
1.3.5. Le Programme National de la Qualité ......................................................................................................................... 17
1.3.6. Le Programme National de Coaching ........................................................................................................................ 17
1.3.7. Le Fonds de Dépollution (FODEP) ........� 18
1.3.8. Le Fonds d’Accès aux Marchés d’Exportation (FAMEX 1 & 2) .......................................................... 18
1.3.9. Les autres programmes en cours ......� 19

1.4. Principales faiblesses de l’industrie tunisienne du point de


vue compétitivité et organisation générale .................................................................... 20
1.5. Les défis et opportunités qui se présentent pour l’industrie
tunisienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

2. L’impact de l’industrie tunisienne sur les 3 composantes


du développement durable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .26
2.1. Impacts économiques .........� 26

2.2. Impacts environnementaux ............................................................................................................ 26


2.2.1. Les déchets industriels ...................................� 27
2.2.2. Destruction de la couche d’ozone .....� 36
2.2.3. Exploitation des ressources naturelles et de l’énergie ........................................................................... 37
2.2.4. Industries du recyclage ................................� 43

4
2.3. Impacts sociaux .....................................� 46
2.3.1. L’emploi ................................................................................� 46
2.3.2. Les conditions de travail .............................� 48
2.3.3. La sécurité et la prévention des risques industriels ................................................................................ 49
2.3.4. La formation professionnelle ...............� 49
2.3.5. Le développement régional et l’aménagement des zones industrielles........................ 51

3. Les objectifs à atteindre pour un développement


industriel durable ..................................................................................................................................... 52

4. Pistes d’actions pour atteindre les objectifs du


développement industriel durable ................................................................................. 54
4.1. Actions sur le volet économique ............................................................................................ 54
4.1.1. Amélioration de la compétitivité industrielle ................................................................................................. 54
4.1.2. Amélioration de la qualité des produits fabriqués et du management de la qualité . . . . . . . 54
4.1.3. Incitation à la maîtrise et à l’innovation technologique ..................................................................57
4.1.4. Evaluer l’incidence des aspects environnementaux sur la pérennité des entreprises.. . . . . 58
5.1.5. Politique de produits ...........................................� 60

4.2. Actions sur le volet environnemental .................................................................. 61


4.2.1. Mettre en place des programmes spécifiques par branche d’activité .......................... 61
4.2.2. La sensibilisation des opérateurs ...� 62
4.2.3. L’information et le rôle des associations de consommateurs ................................................. 62
4.2.4. La législation sur la pollution et les structures de contrôle ........................................................ 63
4.2.5. La veille sur les technologies environnementales ................................................................................... 65
4.2.6. Introduction du management environnemental .................................................................................. 65
4.2.7. L’industrie du recyclage ...............................� 67
4.2.8. Cartographie des ressources ................� 68
4.2.9. Encouragement à la préservation des ressources ................................................................................... 69
4.2.10. Réaliser des études sur l’évaluation des bénéfices des mesures et programmes
environnementaux ........................................................................................................................................................................................ 69

4.3. Actions sur le volet social ............................................................................................................................. 70


4.3.1. La Formation ...............................................................� 70
4.3.2. Inciter les entreprises à désigner un responsable environnement ................................... 72
4.3.3. Amélioration des conditions de travail ................................................................................................................... 72

5
4.3.4. Politique de prévention des risques industriels ............................................................................................ 73
4.3.5. Soutien à l’emploi ...................................................� 74
4.3.6. Elimination de la discrimination entre les sexes ....................................................................................... 75
4.3.7. Assurer un développement régional intégré et cohérent, respectant les schémas
d’aménagement du territoire .................� 75

4.4. Actions horizontales .........� 76


4.4.1. Concevoir une fiscalité adaptée au développement durable et au contexte tunisien . . . . . 76
4.4.2. Introduire les instruments d’évaluation stratégique environneentale .................... 78
4.4.3. Rôle des pays développés ...........................� 79
4.4.4.Renforcerlaréflexioninterdépartementalesurledéveloppementdurable...................80
4.4.5. Mise en place d’indicateurs sur le développement industriel durable ......................... 80
4.4.6. Rôle des acteurs ......................................................� 81

5. Annexes ......................................................................� 82

5.1. Synthèse ...........................................................................� 82

5.2. Annexe au chapitre 1 : Les zones de libre échange avec l’Union


Européenne et les autres pays arabes .............................................................................. 94

5.3. Bibliographie ..............................................................� 95

6
Préambule : Le concept de développement
durable
La notion de développement durable est apparue pour corriger la vision du
développement basée principalement sur la croissance économique.
En effet, chacun sait à présent que la croissance économique engendre des
effets négatifs sur le bien être, comme par exemple la dégradation de la qua-
lité de l’air, l’appauvrissement de la couche d’ozone, la pollution de l’eau, la ra-
réfaction de certaines ressources,…
Ainsi, il est désormais admis que le Produit Intérieur Brut (PIB) n’est qu’un
indicateur limité du bien-être des populations, dans la mesure où certaines
activités qui contribuent au PIB diminuent le bien-être (par exemple, la pol-
lution) tandis que d’autres peuvent réduire le niveau des ressources en-deçà
de leur seuil de régénération (si elles ne sont pas gérées de façon durable).
C’est pourquoi, ces approches, fondées sur la croissance du revenu, utilisées
couramment pour mesurer le bien être de la population, ont été remises en
question, pour introduire la notion de développement durable.
Diverses approches ont alors été utilisées pour définir ce concept de déve-
loppement durable.
En général, celui-ci est défini comme étant un développement « qui ré-
pond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des
générations futures de répondre aux leurs ». Le développement dura-
ble est donc une évolution au cours de laquelle la maximisation du bien-
être des générations actuelles ne réduit pas le bien-être futur.
Ce bien-être des populations englobe non seulement la satisfaction des be-
soins économiques, mais aussi les aspirations à un environnement propre et
sain et les préférences en termes de développement social.
Une approche utilisant la notion de capital a également été développée. Elle
consiste à affirmer que les formes de capital sur lesquelles s’appuie le bien-
être, du fait de leurs volumes et de leur répartition, sont notamment le ca-
pital produit par l’homme, le capital naturel, le capital humain et le capital
social.

7
Un problème clé du développement durable est de savoir dans
quelle mesure les différentes formes de capital sont substitua-
bles entre elles. Si une substitution est possible, l’épuisement d’une forme
de capital ne remet pas en cause la durabilité, s’il peut être compensé par
une augmentation d’autres formes de capital. Toutefois, la substitution
entre différentes formes de capital n’est pas toujours possible.
Ainsi, lorsqu’il existe des seuils critiques pour certaines ressources, une nou-
velle dégradation peut rapidement devenir de plus en plus coûteuse et né-
cessiter des politiques qui préservent la qualité et la résilience des ressour-
ces en cause.
L’objet du présent rapport est d’introduire la problématique du développe-
ment industriel durable en Tunisie.
Pour ce faire, le rapport est structuré autour des chapitres suivants :
1. Nous commencerons par présenter la situation de l’industrie tunisien-
ne et sa place dans l’économie du pays.
2. Par la suite, nous tenterons d’identifier l’impact que peut avoir le dé-
veloppement industriel sur les 3 volets du développement durable, qui
sont le volet économique, environnemental et social.
3. Le troisième chapitre est consacré à la proposition des objectifs de
développement du secteur industriel, vu également sous les 3 volets
précédents.
4. Ceci nous permettra finalement de suggérer un ensemble de pistes
pour les actions qu’il convient de mener afin de concilier les exigences
industrielles avec celles d’un développement durable.

8
1. Présentation de l’industrie tunisienne et
sa place dans l’économie du pays
1.1. Généralités sur l’économie tunisienne
L’économie tunisienne a réalisé des performances remarquables en matière de
croissance économique. Evoluant à un rythme annuel de 1.8% entre 1986
et 1989, la croissance du PIB affiche un taux moyen de 5% à partir de 1990. Le
tourisme (8.4% du PIB) et l’industrie du textile et de la chaussure à l’exportation
(6.5% du PIB), sont les secteurs qui ont le plus contribué à la croissance du PIB.
L’objectif du Xème Plan de développement est de réaliser un taux de crois-
sance annuel moyen de 5.5% pour la période 2002-2006 contre 5.3% enregis-
tré durant la période du IXème plan. Cette croissance devrait permettre une
augmentation du revenu moyen par tête d’habitant de 4.5% par an sur la
période du Xème Plan contre seulement 3.9% pour le IXème plan.
L’évolution du PIB en Tunisie a été marquée par la régression de la part de l’agri-
culture et la progression de la contribution du secteur tertiaire dans la créa-
tion des richesses.
La contribution des industries manufacturières au PIB progresse continuellement : de
7% en 1962, elle passe à 14.3% en 1980, atteint 18.1% en 1991 et s’élève à plus de 20% en 2004.
Ce secteur industriel a connu un développement considérable à partir des an-
nées 70. Il a enregistré une progression soutenue de 6.2 %, 5.8% et de 6.1% au cours
des VIIème (87-91), VIIIème (92-96) et IVème (97-01) plans de développement économi-
que. Il est appelé à progresser à raison de 4.9% par an durant le Xème plan (02-06).
La balance commerciale de la Tunisie est en amélioration : le taux de
couverture des importations par les exportations passe de 60% en 1986 à en-
viron 76% actuellement. Cette amélioration s’explique par une accélération
des exportations, qui ont progressé plus rapidement que les importations.
De plus, les exportations tunisiennes sont constituées de deux fois plus de
produits finis que de matières premières et demi-produits, ce qui reflète un
niveau certain de développement qui confirme le niveau du PIB atteint.
Par ailleurs, l’exportation de l’industrie manufacturière est devenue la source
dominante des exportations de biens, dont la part dans les exportations de
biens est passée de 41% en 1981 à 91% en 2004. Ainsi, la Tunisie n’est plus un pays

9
qui exporte sa matière première, mais plutôt des produits finis manufacturés.
Les principaux produits exportés sont les vêtements et autres articles de texti-
les, articles de cuir, produits chimiques, poissons, certains produits électriques
et quelques produits alimentaires (huile d’olive, fruits et produits de la mer).
Le marché du travail, représente environ 70 0001 demandeurs d’emplois
nouveaux par an, pour une population active de 3.3 millions de personnes.
Le nombre de création d’emplois durant le IXème plan a atteint près de 322 000
postes couvrant ainsi plus de 92% de la demande additionnelle. L’industrie
manufacturière a contribué à hauteur de 30% dans la création des emplois
(près de 95 000 postes durant le IXème plan).

1.2. Physionomie de l’industrie tunisienne


Le tissu industriel de la Tunisie compte environ 9 500 entreprises. Parmi cel-
les-ci, 5 468 ont un effectif supérieur ou égal à 10 (tableau suivant) dont 2 360
sont totalement exportatrices (selon les statistiques de l’API – Février 2005)
Répartition des entreprises employant 10 personnes
et plus par secteur et par régime

Secteurs TE* ATE* Total %


Agro-alimentaire 121 824 945 17

Matériaux de Construction, Céramique et Verre 19 409 428 8

Mécanique et Métallurgique 78 403 481 9

Electrique, Electronique et Electroménager 153 130 283 5

Chimie 31 218 249 5

Textile et Habillement 1 656 438 2 094 38

Bois, Liège et Ameublement 31 174 205 4

Cuir et Chaussures 178 111 289 5

Divers (papier, impression et divers) 93 401 494 9

Total 2 360 3 108 5 468 100

* : TE : Totalement exportatrices, ATE : Autres que totalement exportatrices.


Source : Agence de Promotion de l’Industrie-2005

1
D’après les premiers résultats du recensement de la population de 2004, le nombre de demandeurs d’em-
plois s’est situé à une moyenne de 67 200 par an sur la période 1994-2004 et ce, pour les personnes âgées
entre 18 et 59 ans.

10
Partenariat
Le nombre d’e ntreprises à participation étrangère est de 1 744 dont
plus de la moitié sont à capitaux 100 % étrangers. 1 433 entreprises, soit
82% des entreprises en partenariat, sont totalement exportatrices.
Production–Valeur ajoutée
La valeur de la production a atteint 24.8 milliards de dinars en 2004, contre 9.3
milliards de dinars en 1992 ; soit un taux de croissance annuel moyen de 8.5%. En
2001, La valeur ajoutée a représenté 31% de la valeur de la production.
Le taux de croissance annuel moyen de la valeur ajoutée a été de 11% sur la
période 1992-2001.
Investissements
Les Investissements ont évolué de 515 millions de dinars en 1992 à 1008 mil-
lions de dinars en 2004. Le taux de croissance annuel moyen a été de 6%. No-
tons que les quatre dernières années ont enregistré une quasi-stagnation
des investissements dans le secteur industriel.
Ces investissements sont réalisés principalement par le secteur privé. En ef-
fet, la structure des investissements est passée de 75% publics et 25% privés
entre 1962 et 1971 à 55% publics et 45% privés entre 1982 et 1986 et à 12% publics
et 88% privés entre 1997 et 2001.
Emplois
Les entreprises dont l’effectif est supérieur ou égal à 10 occupent 446 000
personnes. Les entreprises totalement exportatrices en occupent 268 000
personnes, soit 60% de ces emplois.
Le secteur manufacturier est demeuré longtemps le premier secteur pour-
voyeur d’emplois et a ainsi contribué à créer plus de 30% des emplois des 3
derniers plans de développement. Ce n’est qu’à partir de 1989 que le secteur
des services s’attribue la première place.
Exportations
La valeur des exportations des industries manufacturières est passée de 6.8
milliards de dinars en 2000 à 10.6 milliards de dinars en 2004 enregistrant
ainsi, un taux de croissance annuel moyen de 12%.
Ainsi, la part des industries manufacturières dans les exportations totales
des biens est passée de 41% en 1981 à 91% en 2004.

11
Les exportations sont fortement concentrées sur l’Europe qui absorbe plus de
83% des exportations tunisiennes en 2004, suivie par la zone «Afrique et mon-
de arabe», qui absorbe 7,7% des exportations. Les autres zones géographiques
(Amérique du Nord, PECO, Asie et divers) représentent ensemble environ 9%.
La répartition des exportations des industries manufacturières en 2004 par
secteur est présentée par le graphique suivant 2:

Les secteurs phare au niveau des exportations sont le Textile et Habillement (41%)
et les Industries Electriques et Electroniques (18%). On note que ces secteurs sont
également ceux qui comportent le plus grand nombre d’entreprises «offshore».
Il convient de signaler que les exportations du textile commencent à con-
naître une stagnation à partir de l’année 2003, en raison, notamment de la
concurrence des pays asiatiques, qui s’est encore renforcée en 2005 avec le
démantèlement des accords multifibres3.

2
Source : site de l’API – juillet 2005
3
Les résultats des 4 premiers mois de l’année 2005, montrent une stagnation en valeur des exportations
tunisiennes du textile (exprimés en dinars), accompagnée d’une baisse de l’ordre de 25% au niveau des
quantités.

12
1.3. Les programmes de développement industriel
en cours
Un vaste programme de modernisation et de restructuration de l’indus-
trie a été mis en place, financé par le budget tunisien ainsi que par l’Union
Européenne, l’ONUDI, et d’autres institutions internationales.
Nous présentons ci-dessous les principaux volets de ce programme.
1.3.1. Le programme de mise à niveau (PMN)
Le principal objectif du programme de mise à niveau (PMN) a été de ren-
forcer la compétitivité des entreprises tunisiennes, pour leur permettre de
mieux affronter la concurrence internationale tant :
• sur le marché intérieur, suite à l’adhésion de la Tunisie à la zone de libre
échange avec l’Union Européenne, qui se traduira par une présence
accrue de produits européens sur le marché tunisien.
• que sur les marchés extérieurs, compte tenu de la mondialisation de
l’économie en général et du démantèlement des accords préférentiels
conclu par la Tunisie avec l’Europe (accords multi-fibres,…).
De ce fait, les pouvoirs publics tunisiens ont mis en place un mécanisme de
soutien à l’entreprise, qui comporte plusieurs volets :
• Un diagnostic préalable dont la finalité est de positionner l’entreprise
dans son environnement interne et externe, d’identifier ses forces et
faiblesses et de dégager les actions à mener pour renforcer sa compéti-
tivité dans les secteurs cibles.
• Une subvention à l’investissement pour inciter les entreprises à mo-
derniser leur technologie d’une part et à faire appel, d’autre part, à l’ex-
pertise et au conseil pour les aider à mettre en application les actions
requises.
• Une incitation au renforcement des fonds propres de l’entreprise.
• Une subvention, mise en place, pour le recrutement de cadres expéri-
mentés dans des fonctions spécifiques.
Signalons que, depuis 2004, le diagnostic du volet environnement est
devenu une obligation, et doit faire partie de l’évaluation de l’entreprise.

13
Par contre, la sensibilisation des industriels sur l’environnement n’a pas été
réellement prévue lors des campagnes de lancement du programme de
mise à niveau.
Depuis le début de ce programme (1995), à ce jour (Mi- 2005), environ 2000 en-
treprises ont vu leur dossier approuvé par le COPIL, avec un investissement
de 3.000 MD, dont 16% représente un investissement immatériel. Les primes
accordées s’élèvent à 500 MD.
1.3.2. Le programme de modernisation industrielle (PMI)
Ce programme est financé par l’Union Européenne pour un budget de 50
millions d’Euros. Il vise à soutenir l’action tunisienne de mise à niveau de
son tissu industriel en vue de préparer les entreprises à l’instauration de
la zone de libre-échange avec l’UE à l’horizon 2008. Il comporte cinq com-
posantes :

• Création d’entreprises et développement par l’Innovation;


dont l’objet est de soutenir la création et le développement d’entrepri-
ses innovantes, faciliter l’exploitation des nouvelles technologies d’in-
formation et de communication (NTIC) par les entreprises tunisien-
nes, fournir une assistance aux organismes de recherches et d’appui
à l’industrie, …

• Qualité, Métrologie et amélioration de la compétitivité; qui


consiste à fournir des services d’assistance et d’expertise visant à met-
tre en place les outils de management de la qualité et de métrologie et
à fournir diverses prestations contribuant à l’amélioration de la com-
pétitivité des entreprises.

• Assistance directe aux entreprises industrielles et de ser-


vices à l’industrie; cette assistance vise à introduire de nouvelles
approches se rapportant à l’organisation de la production, la gestion
commerciale et financière, la GRH, …

• Etude et appui institutionnel, ce volet comporte des expertises


visant à réaliser des diagnostics d’entreprises, à mener des études gé-
nérales et à fournir une assistance aux bureaux d’études et d’autres or-
ganismes privés et publics d’appui ou de financement de l’industrie.

14
• Normalisation et propriété industrielle; qui englobe des pres-
tations d’assistance aux entreprises et aux institutions pour renforcer
les droits de propriété industrielle, pour introduire et développer des
nouvelles normes,…
Même si le PMI ne comporte pas de composante spécifique à l’environne-
ment, cette préoccupation se retrouvera particulièrement sur le second axe,
traitant de la qualité, où des actions d’assistance à la mise en place de mana-
gement environnemental sont prévues

1.3.3. Le programme de mise à niveau environnemental (PMNE)


Il s’agit d’un programme qui vise à améliorer les performances environne-
mentales des entreprises tunisiennes, dans les secteurs de l’industrie et du
tourisme, et de les mettre en conformité par rapport aux standards interna-
tionaux. Pour l’industrie, il répond ainsi à deux préoccupations principales :
• Atténuer les impacts négatifs de l’industrie sur l’environnement;
• Eviter les risques d’une éventuelle entrave au développement des ex-
portations tunisiennes sur certains marchés, à cause de contraintes
environnementales.
Ce programme est actuellement en phase de préparation et a fait l’objet
d’une étude spécifique, en 2004, pilotée par le Ministère de l’Environnement
et du Développement Durable (MEDD).

1.3.4. Le projet d’efficacité énergétique dans le secteur industriel (PEEI)


Ce projet pilote, financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial «FEM» à
travers la Banque Mondiale, vise l’élimination des barrières pour le dévelop-
pement du marché de l’efficacité énergétique de façon durable. Pour attein-
dre cet objectif, les interventions de ce projet ont été axées sur trois compo-
santes principales, à savoir :
• L’encouragement à la réalisation de projets d’efficacité énergétique en pré-
voyant des mécanismes incitant à l’investissement dans ce domaine.
• La création d’un fonds de garantie pour faciliter l’implantation des Eta-
blissements de Services Energétiques (ESE).
• La mise en oeuvre d’un programme d’a ssistance technique et de

15
développement des compétences visant le renforcement des capa-
cités nationales en matière de maîtrise de l’énergie, la sensibilisation
des intervenants, la création d’un cadre réglementaire incitant à la
maîtrise de l’énergie,…
Le projet s’étale sur cinq ans à partir de janvier 2005. Parmi les actions et les
objectifs ciblés, citons :
• La réalisation de plus de 125 projets d’efficacité énergétique pour des
grandes et moyennes entreprises industrielles;
• La création d’au moins trois ESE;
• La réalisation de 30 projets par des ESE;
• L’économie d’au moins 10 Ktep par an.
Le coût global du projet est évalué à 31.8 M$ répartis comme suit :
• 25 M$ sous forme de participation dans le financement de projets
d’efficacité énergétique dans l’industrie;
• 4 M$ sous forme de participation dans la création du fonds de garantie;
• 2.8 M$ sous forme d’assistance technique.
Outre ce programme, un ensemble de mesures réglementaires a été
instauré en vue d’inciter les entreprises notamment industrielles à
s’engager dans des démarches de réduction de leur consommation
énergétique.
Parmi les mesures récentes, citons :
La loi n°2004-72 du 02 août 2004 relative à la maîtrise de l’énergie
Il s’agit d’une loi cadre qui a permis de définir et de préciser le contexte de
la maîtrise de l’énergie en Tunisie. Ainsi, elle a traité de plusieurs aspects
dont:
• L’obligation de réalisation d’audit énergétique périodique pour les éta-
blissements dont la consommation énergétique dépasse un certain
seuil;
• L’obligation de consultation préalable pour les nouveaux projets con-
sommateurs d’énergie;

16
• L’autorisation d’établir des contrats entre les ESE et les entreprises dans
le but de réaliser des économies d’énergie;
• La structuration et les attributions de l’ANME;
• Les avantages accordés en matière de maîtrise de l’énergie.

Le décret n°2004-2144 du 02 septembre 2004


Ce décret a permis de :
• Fixer les critères d’assujettissement des établissements aux audits
énergétiques obligatoires et aux consultations préalables;
• Les conditions et les modalités de réalisation des audits et des
consultations;
• Les conditions d’exercice de l’activité des experts-auditeurs en énergie.
1.3.5. Le Programme National de la Qualité
Ce programme4 vise à encourager davantage le tissu industriel tunisien
à se doter des méthodes modernes de management de la qualité et of-
fre, à cet effet, la possibilité aux entreprises industrielles et de services,
d’avoir une certification selon les normes et référentiels internationaux
dans divers domaines.
Il s’étend sur la période 2005-2007, et met à la disposition des entreprises bé-
néficiaires des experts tunisiens et internationaux chargés d’assurer l’assis-
tance technique et l’accompagnement durant la phase de mise en place des
systèmes de management de la qualité, de la sécurité, de l’environnement
et des systèmes de management sectoriels, et ce en vue de leur certification
selon notamment ISO 9001, ISO 14001, OHSAS 18001.
Finalement, le programme touchera 600 entreprises du secteur de l’indus-
trie et des services connexes à l’industrie.
1.3.6. Le Programme National de Coaching
Ce programme5 s’étend, également, sur 3 ans (2005-2007). Il est conçu pour aider
400 PME dans l’industrie ou de services liés à l’industrie en vue de les inciter à
adopter les techniques nouvelles d’amélioration de la productivité et à réaliser
les investissements immatériels prévus dans leur plan de mise à niveau.
4
Source : bulletin de la mise à niveau – Mars 2005
5
Source : bulletin de la mise à niveau – Mars 2005

17
Parmi les prestations de ce programme figurent :
• Méthodes, gestion industrielle et suivi d’atelier;
• Maîtrise des coûts;
• Amélioration des procédés et contrôle de la qualité des produits;
• Amélioration des rendements de production et de la sûreté alimentaire;
• Efficacité énergétique.
Ce programme bénéficie de l’appui financier de l’Etat à travers le fonds de
la compétitivité industrielle (FODEC) et de l’Union Européenne à travers le
programme de modernisation industrielle (PMI).
La contribution de l’entreprise bénéficiaire se limite à 2 100 DT du coût du
Programme.
1.3.7. Le Fonds de Dépollution (FODEP)
Le Fonds de Dépollution est un fonds mis en place par la loi n° 122/92 du 29 dé-
cembre 1992 (article 35) et porte sur «l’incitation des entreprises à l’utilisation
de la technologie propre». Ce Fonds a permis, depuis sa création en 1993, la réa-
lisation de la majeure partie des investissements de dépollution en Tunisie
pour le compte des entreprises industrielles créées avant le 13 mars 1991.
A la date6 du 30 avril 2005, le FODEP a traité 367 projets pour un coût global
d’environ 103 MD et un montant de subventions de l’ordre de 20 MD.
Un autre programme important qui n’est pas spécifique à l’industrie mais qui
mérite d’être présenté à ce sujet, concerne l’appui aux exportations. Il s’agit de :
1.3.8. Le Fonds d’Accès aux Marchés d’Exportation (FAMEX 1 & 2)
Le FAMEX a démarré effectivement ses activités en Avril 2000. Son but est de
permettre à la Tunisie d’accroître ses exportations en diversifiant les marchés
et les produits, et en augmentant le nombre d’exportateurs.
A son démarrage, le programme avait pour cible d’accompagner 350 entre-
prises sur une période de 3 ans, auxquelles il propose les aides suivantes :
• Assistance technique et financière pour la préparation de leur plan
marketing à l’exportation. Ce plan marketing devant être réalisé soit
6
Source : site web de l’ANPE, juillet 2005.

18
par l’entreprise elle même lorsqu’elle en a la capacité, soit par des con-
sultants privés. 70% du coût d’élaboration de ce plan est prise en char-
ge par le FAMEX, avec un plafond de 10 000 DT.
• Subvention de 50% du coût des actions proposées dans ces plans mar-
keting, avec un plafond de la prime de 100 000 DT.
• Assistance technique et conseil aux entreprises pendant la réalisation
des actions pour l’organisation de leur fonction export, pour la con-
naissance des marchés, l’adaptation de leurs produits,…
Le FAMEX est arrivé à son terme en 2004. Il a été reconduit en un second pro-
gramme (FAMEX 2) qui a démarré ses activités en Mars 2005. Les objectifs
assignés au FAMEX 2 sont :
• Assurer la continuité des résultats à l’exportation enregistrés par les
entreprises bénéficiaires du premier programme FAMEX;
• Renforcer le développement des exportations à partir de la diversifi-
cation des produits et des marchés;
• Accroître le nombre d’exportateurs en y intégrant notamment les
PME ayant un potentiel non encore exploité sur les marchés exté-
rieurs;
• Renforcer les capacités des associations professionnelles intervenant
dans le domaine de l’exportation;
• Encadrer 500 entreprises et 40 associations bénéficiaires du nouveau
programme FAMEX.

1.3.9 Les autres programmes en cours


Outre les programmes cités précédemment, d’autres programmes sont en
cours de réalisation, dont les principaux sont :
• Le Programme de Soutien à la Création d’Entreprises qui vise à faire
connaître les mécanismes et incitations relatifs à la création d’entre-
prises dans le secteur industriel.
• La mise en place d’une veille réglementaire au sein de l’INNORPI, pour
recueillir et mettre à la disposition des entreprises, la réglementation
européenne (projet financé par la Banque Mondiale).

19
• Le programme national en faveur du secteur textile, pour encourager
le passage de la sous-traitance au produit fini, et pour aider les entre-
prises à améliorer leur compétitivité (2005 – 2008). A cet effet, il a été
prévu que le FODEC puisse participer dans le capital des entreprises qui
désirent passer au stade de la co-traitance et/ou du produit fini, afin
de les aider à faire face au besoin croissant de fonds de roulement. De
plus, un volume important d’assistance technique est prévu avec des
experts internationaux et nationaux.
• L’assistance du Cettex à une cinquantaine d’entreprises du textile
pour l’obtention du label environnemental Oëko-Tex. Cette action
a été lancée avant l’introduction de la notion d’écolabel, par l’étude
du CITET, et vient donc conforter cette vision de label environne-
mental.
7
• L’aménagement de 18 zones industrielles couvrant une superficie de
642 ha avec un coût prévisionnel de 152 MD répartis comme suit :
- Continuation de l’aménagement de 7 zones reliquat du IXème plan
couvrant une superficie de 257 ha avec un coût de 51.7 MD;
- Aménagement de deux nouvelles zones industrielles couvrant une
superficie de 385 ha;
- Etude d’aménagement d’autres zones;
- Construction de 27 bâtiments industriels couvrant une superficie de
51 100 m2.

1.4. Principales faiblesses de l’industrie tunisienne du


point de vue compétitivité et organisation
générale
Plusieurs faiblesses structurelles et organisationnelles ont été identifiées,
parmi lesquelles nous citons :
• L’industrie est dominée par les activités de sous-traitance, dans les
trois secteurs les plus importants, à savoir le textile, la chaussure et le
matériel électrique (principalement les faisceaux de câbles). Ces sec-
teurs représentent près de 70% de nos exportations. Avec le démantè-
lement des quotas et des droits de douane à l’échelle internationale, ce
7
Source : bulletin de la mise à niveau – Mars 2005

20
type d’activité, qui a fait la force de l’industrie tunisienne depuis 1972,
devient fortement concurrencé, et son avenir demeure problémati-
que, s’il ne conduit pas une mutation structurelle, par l’intégration
en amont (c’est notamment l’objectif du programme cité précédem-
ment, qui traite du passage de la sous-traitance au produit fini pour
les entreprises du textile).
• La structure financière des entreprises est largement sous-ca-
pitalisée, particulièrement pour les petites et moyennes entreprises.
Ceci engendre des difficultés de trésorerie et des charges financières
importantes, ainsi qu’un frein à l’investissement.
• L’organisation des entreprises est souvent informelle, et plusieurs
fonctions de base ne sont pas développées. (Ex : la fonction marketing;
méthodes; calcul des coûts de revient; R&D; management; stratégie;
qualité; environnement; système d’information;…). Malgré cela, le re-
cours aux investissements immatériels, qui pourrait aider les entre-
prises à remédier aux faiblesses précédentes, demeure très en deçà
des besoins des entreprises. Ceci est d’autant plus inquiétant que ces
investissements bénéficient d’une subvention de 70% accordée par le
programme de mise à niveau.
• Le recours à la formation est assez timide et peu d’entreprises
possèdent des plans de formation annuels
• Les échanges inter-industries et inter-entreprises d’une
même industrie sont faibles. Les problèmes d’intégration verticale et
horizontale handicapent les entreprises tunisiennes produisant pour
le marché local ou l’export .
• La capacité d’innovation de produits et de procédés est encore
faible.
• Les taux d’utilisation des capacités de production sont, en
général, assez moyens, ce qui se traduit par un surcoût qui réduit la
compétitivité .
• Le taux d’encadrement est faible, et les entreprises souffrent
d’une insuffisance de personnel de maîtrise, permettant de jouer un
rôle moteur dans la gestion de la production..

21
• La qualité des produits a été longtemps négligée par les chefs
d’entreprises en raison, notamment, de la protection du marché local.
Ainsi, le nombre d’entreprises certifiées ISO 9000 s’élève8 à environ 350,
soit prés de 3.5% du nombre total d’entreprises industrielles. Rapporté
au nombre d’entreprises dont l’effectif dépasse les 10 employés, ce
taux9 serait de 6.5%.
• La conformité des produits fabriqués à la norme tuni-
sienne et/ou internationale : Cet aspect sera de plus en plus
important du fait que les industriels sont à présent confrontés à la
concurrence internationale sur le marché local. De plus, lorsqu’ils
désirent exporter, les industriels sont en face de réglementations
de plus en plus sévères sur le plan de la conformité des normes
produits, du marquage, des normes environnementales,... Il con-
vient toutefois de signaler que la situation actuelle de l’industrie
est aggravée d’un côté par l’absence de normes tunisiennes homo-
loguées dans certains domaines, et de l’autre côté par l’irrégularité
du contrôle effectué par les autorités compétentes pour s’assurer
du respect des normes existantes. Le manque de laboratoires ac-
crédités pour assurer ces contrôles contribue encore plus à cette
situation.
• Le recours très limité des entreprises aux techniques de l’infor-
mation et de la communication, qui sont devenues dans le nouveau
contexte international, un des facteurs déterminants de la compéti-
tivité.
D’une manière générale, il ne faut pas perdre de vue qu’environ 90% des
entreprises tunisiennes sont de petite taille (moins de 100 emplois), et
que, de ce fait, elles trouvent plus de difficultés à mettre en œuvre les
outils de gestion performants, dont ceux relatifs à la gestion environne-
mentale.

8
Source : site web de l’API-2005
9
Si l’on désire que ce taux reflète une situation réelle sur le potentiel d’entreprises pouvant accéder à la cer-
tification, il convient de ne pas tenir compte de la totalité des entreprises sous-traitantes dans le secteur de
la confection. En effet, celles-ci sont davantage sensibles à la productivité de la main d’œuvre qu’à la mise en
place d’une démarche ISO. Si nous adoptons cette approche, le taux d’entreprises certifiées par rapport au
potentiel s’élèverait à environ 9%.

22
1.5. Les défis et opportunités qui se présentent pour
l’industrie tunisienne
La nouvelle période que vît actuellement la Tunisie est celle de l’o uver-
ture totale de l’é conomie sur son environnement international et à
son intégration dans un vaste ensemble économique constitué de
l’Union Européenne et de tous les pays méditerranéens. La Tunisie
s’e ngage maintenant dans une nouvelle voie, et devra relever les défis
suivants :
• La concurrence de plus en plus forte des pays à bas coût de main d’œu-
vre, et en particulier de la Chine, qui, avec la suppression des quotas
avec l’Europe, constitue une menace de taille pour les exportations
tunisiennes.
• L’accroissement de la concurrence engendrée par la libéralisation du
commerce extérieur d’une manière générale, et avec l’ensemble des
pays.
• L’intensification des échanges induits par l’établissement de Zones de
Libre échange avec l’UE, le Maroc, l’Egypte, la Jordanie et dans le cadre
de la Ligue arabe.
• Le concept de l’eco-label est également à signaler, sur le même su-
jet. Ainsi plusieurs multinationales ont adopté cette politique, et exi-
gent de leurs sous-traitants une analyse du cycle de vie du produit.
L’exemple de Levis Straus peut être cité, puisqu’il s’intéresse au cycle
du produit, en partant dès l’origine, c’est-à-dire les plantations de co-
ton d’où l’on extrait la matière première pour la production du tissu.
Pour demeurer parmi les fournisseurs de cette multinationale, la so-
ciété tunisienne Sogitex a été amenée à introduire elle-même cette
approche, et a pu ainsi relever le défi en améliorant ses performances
environnementales.
• Une prise en compte plus marquée des aspects environnemen-
taux, et les mesures de protection que certains pays développés ont
mis en place pour se prémunir vis-à-vis de la concurrence de pays qui
ne respecteraient pas ces exigences. A titre illustratif, nous présentons
ci-dessous deux directives européennes sur ce sujet.

23
Directive 94/62/CE du parlement Européen et du Conseil du
20 décembre 1994 relative aux emballages et aux déchets
d’emballages.
Cette Directive concerne la gestion des emballages et des déchets d’embal-
lages afin :
- De réduire leur incidence sur l’environnement et d’assurer un niveau
élevé de protection de l’environnement.
- De garantir le fonctionnement du marché intérieur et de prévenir l’ap-
parition d’entraves aux échanges et de distorsions et restrictions de
concurrence dans la communauté.
Elle prévoit des mesures visant, comme première priorité, la préven-
tion de déchets d’emballages et, comme autres principes fondamen-
taux, la réutilisation d’emballages, le recyclage et les autres formes de
valorisation des déchets d’emballage et, partant, la réduction de l’éli-
mination finale de ces déchets.
Au plus tard, le 31 décembre 2008, cette directive prévoit qu’entre 55 et
80% des déchets d’emballage seront recyclés.
La directive 2004/12/CE (qui modifie la directive 94/62/CE établit
des critères pour clarifier cette définition du terme «emballages
». Cette nouvelle directive vient donner des exemples clairs dans
ce sens : les sachets de thé ne constituent pas un emballage, les
films recouvrant les boîtiers de disques compacts constituent
un emballage, tout comme les étiquettes accrochées directe-
ment ou fixées à un produit).

• Directive (CEE) N° 89/109 du Conseil du 21 décembre 1988 relative au


rapprochement des législations des états membres concernant les
matériaux et objets destinés à entrer en contact avec des denrées ali-
mentaires.
Assurer l’inertie vis-à-vis des denrées alimentaires des matériaux et
objets en contact avec celles-ci. Les matériaux ne peuvent céder aux
denrées alimentaires des constituants en une quantité susceptible :

24
- De présenter un danger pour la santé humaine

- D’entraîner une modification inacceptable de la composition des den-


rées ou une altération des caractères organoleptiques de celles-ci.

• Cette position des pays développés s’est également étendue au res-


pect d’autres exigences du développement durable, notamment cel-
les qui se rapportent aux conditions de travail, à l’emploi des en-
fants,.... Ainsi, différents concepts de labellisation (label social, SA 8000,
OHSAS24-18001,…) deviennent de plus en plus exigés par les clients
étrangers. A titre d’exemple, dans le secteur du textile, plusieurs don-
neurs d’ordre étrangers exigent des audits sociaux à leurs fournis-
seurs tunisiens.

Ces défis ne doivent cependant pas faire oublier les opportunités que
cette mondialisation peut offrir à la Tunisie, du fait, notamment de la
proximité avec l’Europe, de l’ouverture du pays sur son environnement
extérieur, et de la capacité à intégrer les préoccupations environnemen-
tales.

Sur ce dernier point par exemple, les industriels tunisiens qui adopteront le
principe de l’eco-label, auront un avantage certain par rapport à de nom-
breux concurrents d’autres pays en développement, et pourront de ce fait,
renforcer leur position sur les marchés européens.

C’est pourquoi, la période future constitue un enjeu de taille pour l’indus-


trie tunisienne, et mettra les produits tunisiens face à une concurrence
plus sévère aussi bien sur le marché local que sur les marchés d’exporta-
tion.

Ainsi, plusieurs analyses ont montré que de nombreuses entreprises in-


dustrielles sont menacées de disparaître si elles ne s’adaptent pas à ce
nouvel environnement. Un effort de modernisation et de mise à niveau
sera nécessaire pour assurer une meilleure compétitivité internationale.
Le but est de préserver les positions acquises, de conquérir de nouveaux
marchés et de contribuer ainsi à la réalisation des objectifs ambitieux de
développement.

25
2. L’impact de l’industrie tunisienne sur les
trois composantes du développement
durable
2.1. Impacts économiques
Nous avons évoqué les défis et opportunités qui se présentent à l’industrie
tunisienne au cours des prochaines années, ainsi que les faiblesses qui carac-
térisent cette industrie.
Ceci nous a permis d’identifier l’incidence économique du développement
industriel futur, dans une perspective d’une politique de développement
durable.
Rappelons qu’il s’agit principalement des volets suivants :
• Incidence de l’ouverture économique de la Tunisie sur la pérennité de
certaines entreprises et la préservation de l’emploi;
• Impact de la suppression des quotas (accords AMF) sur le secteur tex-
tile tunisien, ainsi que sur les secteurs à haute intensité de main d’œu-
vre (chaussure par exemple);
• Incidence des normes et exigences environnementales et sociales
fixées par les pays partenaires de la Tunisie, sur la poursuite des ex-
portations tunisiennes;
• Capacité des entreprises tunisiennes à offrir des produits répondant
aux normes techniques nationales et internationales;
• Capacité des entreprises tunisiennes à intégrer les nouvelles technologies
assurant une production plus propre et une économie de ressources;
• Potentialités existantes en matière d’innovation, qui permettraient
de faire évoluer les produits et les procédés de fabrication.
Pour permettre à l’industrie tunisienne de remédier aux faiblesses constatées
et profiter de la perspective d’un développement durable, diverses pistes d’ac-
tions seront proposées au § 4.1.
2.2. Impacts environnementaux
Dans certains cas, la croissance industrielle s’avère incompatible avec les

26
exigences d’un développement durable dans sa composante environne-
mentale.
En effet, cette dernière a été, en général, peu intégrée dans l’approche des
industriels tunisiens.
Néanmoins, les recommandations de ces études d’impact demeurent par-
fois sans suite et ne sont pas appliquées, faute de moyens suffisants au ni-
veau du contrôle institutionnel ainsi que faute de ressources humaines et
financières à l’échelle des industries concernées.
C’est pourquoi, à ce jour, des impacts négatifs de certaines branches de l’in-
dustrie tunisienne sur l’environnement demeurent, et se sont parfois ag-
gravés faute d’avoir pris, à temps, les mesures nécessaires. Même si le tissu
industriel tunisien, composé en grande partie d’activité de sous-traitance,
n’a pas un caractère très polluant, il n’empêche que certaines activités ont
un impact négatif sur l’environnement.
A titre d’exemple, une évaluation sommaire des investissements à entrepren-
dre par les grands projets industriels pour se mettre en conformité avec les
exigences environnementales, aboutit à un montant proche de 1000 MD10.
Ce montant aurait pu être fortement réduit si des mesures avaient été pri-
ses, à temps, pour faire face aux nuisances environnementales.
Nous essayerons, dans ce qui suit, d’identifier ces impacts, et ce, à partir des
différentes études qui ont été menées dans ce sens, tant au sein du Ministère
chargé de l’industrie que du Ministère chargé de l’environnement, et des orga-
nismes de soutien.
2.2.1. Les déchets industriels
Parmi près de 9 500 sociétés industrielles répertoriées en Tunisie, (dont 5
468 de plus de 10 emplois) le nombre de celles qui sont considérées comme
polluantes n’est pas connu avec précision.
Ainsi, nous avons essayé d’identifier diverses sources qui traitent de cet as-
pect, et les chiffres annoncés sont assez variables.

10
Sous réserve de la fiabilité d’une telle estimation, ce montant comporte notamment les investissements
principaux suivants, par pôle industriel: Gabes : 200 MD; Bassin minier de Gafsa : 150 MD; Sfax (dont Tapa-
rura et Sfax sud) : 150 MD; Bizerte (El Fouledh, Stir, Lac de Bizerte, Cimenterie) : 100 MD, Kasserine : 100 MD

27
Un chiffre de 1200 entreprises fortement polluantes est souvent cité dans
les documents du Ministère chargé de l’Environnement (Agenda 21 de la Tu-
nisie : chapitre 11 page 119).
L’ONAS de son côté a dressé un cadastre des entreprises tunisiennes, mais
qui englobe divers secteurs comme l’industrie, les blanchisseries, les stations
de services (essence) …
Par rapport à ce cadastre qui comporte 6000 entreprises, 1090 ont été iden-
tifiées par l’ONAS comme polluantes (au niveau hydrique).
En collaboration avec les services de l’ONAS, nous avons tenté de caractériser
de manière plus fine le degré de pollution hydrique de ces entreprises, en
fixant 3 paliers correspondant au degré de pollution de leurs rejets11, et en
identifiant le nombre d’entreprises dans chacun de ces paliers, comme suit :

Physionomie des entreprises industrielles polluantes


Caractérisation des rejets Nombre d’entreprises
Rejets > 2 fois la norme 230
Rejets compris entre 1,5 fois et 2 fois la norme 200
Rejets compris entre 1 fois et 1,5 fois la norme 270

Ainsi, et malgré l’approximation inhérente à la méthode utilisée, nous


pouvons estimer le nombre d’entreprises industrielles fortement pol-
luantes autour de 400, dont environ 200 à 250 sont particulièrement
polluantes12.
D’une manière générale, ces entreprises sont à l’origine de plusieurs formes
de contamination de l’air, de l’eau ou du sol. Certaines sont responsables de la
perturbation du système écologique tel que celui du littoral de Sfax.
Les cas suivants illustrent davantage cet effet
2.2.1.1. Pollution de l’air
Elle est provoquée par les dégagements gazeux en provenance des usines,
11
Nous avons retenu les critères liés aux paramètres suivants : DCO; DBO5; MES
12
Nous partons de l’hypothèse que, dans la plupart des cas, si une entreprise est polluante, elle l’est en par-
ticulier au niveau de ses rejets hydriques

28
sans parler, bien entendu, d’autres sources polluantes telles que les automo-
biles, que nous ne traiterons pas ici.
Parmi les agents polluants industriels, nous citons :
• Le monoxyde de carbone : Aciérie El Fouledh à Menzel Bourguiba;
• L’ammoniac et le SO2 : Les usines de transformation du phosphate à
Sfax, Gabès, Mdhilla et Skhira;
• Les poussières : Les cimenteries, les carrières et d’autres unités de pro-
cess (ex : bois aggloméré);
• Les oxydes d’azote (NOx) : ils sont produis lors des combustions à tem-
pérature élevée, tel que c’est le cas pour les centrales thermiques et les
chaudières industrielles.
Dans l’ensemble, les experts s’accordent à dire que la qualité de l’air en
Tunisie reste assez bonne.
Toutefois, des cas critiques commencent à apparaître et sont, parfois,
aggravés par les conditions climatiques défavorables. Ces situations se pro-
duisent essentiellement au niveau des grandes agglomérations, en raison
du trafic routier et/ou près des sites industriels très polluants (Tunis, Sfax,
Gabès et Bizerte).
Parmi les actions engagées pour lutter contre cette forme de pollution, ci-
tons celle entreprise, récemment, par l’ANPE pour contrôler la qualité de l’air
au niveau des cimenteries (émissions de SO2, NOx et des poussières). Cette
action se situe dans le cadre de l’entrée en vigueur de la norme13 NT 106 05
qui fixe les valeurs limites d’émission des polluants des cimenteries. L’action
consiste à suivre en temps réel et à partir du siège de l’ANPE (via une liaison
réseau14) les valeurs correspondantes à ces paramètres. Ces valeurs étant
mesurées par des analyseurs mis en place dans les cimenteries.
Rappelons également qu’un inventaire des gaz à effet de serre a été réa-
lisé et a constaté que la Tunisie contribue d’une manière relativement
limitée à l’amplification de l’effet de serre, en comparaison à d’autres
pays, même si le ratio émissions par unité de PIB est sensiblement plus
13
relative à la protection de l’environnement et fixant les valeurs limites d’émission des polluants des ci-
menteries
14
dont la fin de mise en place est prévue pour le mois de juillet 2005.

29
élevé que celui des nations plus développées. Un second inventaire des
gaz à effet de serre est programmé par l’ANPE afin de mieux caractériser
la situation actuelle en matière de pollution de l’air.
2.2.1.2. Pollution hydrique
Les eaux utilisées dans les procédés industriels sont, dans de nombreux cas,
rejetées dans la nature avec une charge plus au moins importante d’agents
nocifs. Ces rejets polluent de vastes zones et leur effet atteint dans certains
cas les nappes phréatiques.
Les problèmes liés aux rejets hydriques les plus couramment rencontrés
sont ceux liés au dysfonctionnement des unités de traitement (lorsqu’elles
existent) et au dimensionnement des ouvrages de traitement. Ainsi, lorsque
de telles stations de traitement existent, elles sont conçues pour traiter soit
une charge moins polluante, soit un débit moins important. C’est ce qui con-
duit à la non-conformité des rejets à la norme NT106 002.
Par ailleurs, il faut signaler que cette norme, qui spécifie les limites de con-
centration des rejets, (dans les domaines public maritime, hydraulique et
les canalisations publiques), n’évoque pas la capacité d’absorption et la vul-
nérabilité du milieu récepteur, qui devrait être un critère important dans la
caractérisation des rejets15.
Les exemples suivants16 sont parmi les plus connus en Tunisie et demeurent
encore dans l’attente d’une solution définitive :
3
• Les tanneries qui rejettent près de 2500 m /jour d’eaux chargées de
chrome, sulfure et matières en suspension
• Le traitement de l’alfa par la SNCPA qui engendre des quantités impor-
tantes d’eau chargée en organochlorés et ce, malgré le nouveau dispositif
d’épuration mis en place17. Les conserveries sont responsables de l’évacua-
tion dans la nature18 de 55 000 m3/jour d’eau chargée en matière organique
• Les déchets liquides du secteur du textile sont évalués à environ
250 000 m3 dont 65% sont rejetés à travers le réseau national de l’ONAS
15
Il semble que la révision en cours du texte de cette norme tiendra compte de cet aspect
16
Les chiffres indiqués ont été repris de plusieurs études différentes sur le sujet.
17
Ce dispositif permet un traitement partiel des rejets
18
généralement dans la mer

30
et le reste dans les cours d’eau et les rivières. Ces quantités sont reje-
tées par les entreprises spécialisées en finition. Ces rejets liquides re-
présentent un sérieux problème environnemental compte tenu des
colorants et des matières en suspension qu’ils comportent.
• Le secteur des huileries rejette annuellement près de 500 000
tonnes de margines contenant de 7 à 17% de matières organiques et
de 1 à 3% de matières inorganiques. Les mesures prises consistent à
aménager des décharges collectives dans les régions productrices et à
encourager les propriétaires à construire des bassins de stockage en
attendant de trouver des procédés appropriés pour valoriser ces dé-
chets. Toutefois, il faut noter que certaines régions restent dépourvues
de décharges ce qui constitue une menace pour l’environnement.
Signalons que le montant de la redevance d’assainissement était déterminé sur
la base du volume de la consommation d’eau en provenance du réseau public.
Ceci conduit à une sous-estimation importante du montant de cette redevance
lorsque les entreprises utilisent une source d’eau différente (puit, forage). Le dé-
cret n°2001-2001 du 27 Août 2001 a remédié à cette situation et a prévu d’intégrer
la totalité des volumes d’eau consommés pour le calcul de la redevance d’assai-
nissement. Signalons, également, que le calcul de la redevance tient compte
d’un second élément, à savoir le degré de pollution des eaux usées.
2.2.1.3. Les déchets solides
La loi cadre n°96-41 relative aux déchets et au contrôle de leur gestion et de leur
élimination distingue les cinq principales catégories de déchets suivantes :
• Les déchets ménagers et assimilés (banals) composés principalement
de déchets organiques (prés de 70%).
• Les déchets dangereux : une liste de ces déchets est fixée par décret
(n°2000-2339) selon leurs constituants et les caractéristiques des ma-
tières polluantes qu’ils contiennent.
• Les déchets inertes.
• Les déchets d’emballages.
• Les déchets particuliers qui nécessitent des règles et modes de ges-
tion appropriés, arrêtés par décrets. Nous citons à ce titre :

31
• Les déchets de soins
- Les déchets de margine;
- Les déchets des abattoirs;
- Les boues de forage;
- Les boues des stations de traitement primaire des déchets.
Une estimation19 de la production annuelle des principaux déchets en Tuni-
sie, se présente comme suit :
• Déchets Ménagers : environ 1 800 000 T/an soit l’équivalent de 0.5 kg/
pers/j;
• Déchets dangereux : 150 000 T/an (hormis le phosphogypse avec une
production moyenne d’environ 5 millions de tonnes par an);
• Déchets de soins : 18 000 T/an dont 8 000 T de déchets toxiques;
• Déchets d’emballage : 52 000 T/an soit l’équivalent de 1 300 000 unités
par an;
• Batteries : 500 000 unités par an;
• Pneus usagés : 2 millions d’unités par an.
Parmi les exemples de pollution engendrée par les déchets solides, nous citons :
• Le phosphogypse : Les quantités rejetées sont de l’ordre de 5
millions de tonnes par an. Pour pallier aux problèmes causés par
ces rejets, une décharge terrestre a été aménagée pour stocker
cette substance et réduire la pollution marine dans la région de
Gabes.
• Les métaux ferreux : Pour ce secteur, une grande partie des dé-
chets est collectée soit par les sidérurgies et les fonderies soit par des
petites structures telles que les ferrailleurs qui procèdent à leur tri
et leur traitement. Toutefois, des quantités importantes restent irré-
cupérables et sont dispersées dans les décharges municipales et/ou
autres zones non-contrôlées.
• Les déchets plastiques provenant de plusieurs secteurs (sachets,
bouteilles, tubes, articles ménagers,…). Ce type de déchets connaît

19
Source : site web de l’ANPE, juillet 2005

32
une prolifération importante compte tenu de la multiplication des
usages de ces matériaux.
• Les piles à mercure: le nombre d’unités commercialisées sur le
marché local est estimé20 à environ 70 millions d’unités par an dont
seulement 5 millions sont produites localement. Le reste provient de
l’importation, essentiellement via le circuit parallèle, ce qui complique
la maîtrise de cette filière.
Ces piles à mercure rejetées ont un effet polluant très important du fait
qu’elles contiennent un agent nocif à l’environnement, à savoir, le mercu-
re. Ce problème se pose particulièrement pour les piles importées, dont
l’origine et la composition sont inconnues. Actuellement, un plan de ges-
tion des piles à mercure est en cours d’élaboration.
Signalons, toutefois que, mis à part les quelques chiffres présentés précé-
demment, il n’existe pas de statistiques mises à jour qui renseignent sur les
quantités de déchets solides en provenance du secteur industriel.
Par ailleurs, en se référant à l’étude de Dagh Watson, réalisée pour le compte
de l’ANPE, et sous réserve du degré de précision du modèle de simulation
qu’elle a adopté , les quantités de déchets industriels solides dangereux sont
évalués à près de 310 000 tonnes21.
Notons, finalement, que, compte tenu de l’importance que revêt la gestion
des déchets solides dans les orientations de la Tunisie en matière environne-
mentale, il a été décidé de créer une structure nationale chargée d’organiser
ce secteur et de mettre au point des plans pour la gestion intégrée des dé-
chets en coordination avec les municipalités.
Dans ce qui suit, nous présenterons quelques difficultés qui se présentent
encore, pour la maîtrise de cette forme de pollution par les déchets solides.
• Le tri, la collecte et le transport
La majorité des industriels ne procède pas à un tri de leurs déchets. Cette ac-
tion se limite aux déchets ayant une valeur financière potentielle tels que le
20
Source : site web de l’ANPE, juillet 2005
21
Une autre étude élaborée en 1998 par l’organisme japonais JICA fait état d’une quantité de déchets de 4,6
millions de tonnes par an, sans compter le phosphogypse. La différence significative entre les estimations
de ces deux études provient d’une définition différente de la notion de déchets. Ex l’étude de la JICA intègre
comme déchet la production d’articles qui seront ultérieurement rejetés après leur consommation.

33
papier et les emballages. Ces derniers sont parfois récupérés et utilisés pour
des fins incompatibles avec leur origine tels que l’emploi des sacs provenant
des industries chimiques pour le transport des produits agricoles.
Ainsi, les déchets se trouvent généralement mélangés près des sites indus-
triels et/ou dans les décharges municipales sans tenir compte de leurs spéci-
ficités, ce qui complique les opérations de tri et de récupération.
• La mise en décharge
Dans le meilleur des cas, les décharges publiques constituent, la destination
des déchets industriels comme c’est le cas pour les ordures ménagères. Par
ailleurs, une bonne partie des déchets est laissée dans des lieux non contrô-
lés ce qui affecte de manière significative les zones naturelles. L’incinération
représente le procédé le plus exploité22 pour se débarrasser de ces déchets.
Ainsi, la revalorisation des déchets ne constitue pas jusqu’à présent la prio-
rité des industriels. En effet, mis à part les papeteries de taille importante
ou certains fabricants de plastiques, le traitement et la revalorisation des
déchets sont très peu observables.
Néanmoins, il faut noter qu’un dispositif a été mis en place pour réglementer
la gestion de ce type de rejets solides y compris ceux en provenance du sec-
teur industriel. Il s’agit du Programme National de Gestion des Déchets Soli-
des (PRONAGDES) qui comporte des composantes techniques, financières
et législatives et dont la gestion a été confiée à l’ANPE.
Parmi les principaux objectifs de ce programme, citons :
• Prévention et réduction de la production des déchets et leur nocivité
• Valorisation des déchets par la réutilisation, le recyclage et toute ac-
tion visant la récupération des matériaux réutilisables ;
• Stockage et traitement des déchets dans des installations appropriées ;
• Promotion des nouvelles technologies dans le secteur de gestion des
déchets ;
• Promotion du secteur privé dans la gestion des déchets (collecte, recy-
clage, traitement, élimination,…).

22
Il s’agit d’une incinération « sauvage » dont la pratique est interdite par la loi en vigueur.

34
Notons, par ailleurs, qu’une stratégie a été élaborée pour la gestion des dé-
chets solides. Cette stratégie consiste en :
• La création de centres d’enfouissement techniques régionaux et de
centres de transfert.
• La fermeture et la réhabilitation des décharges non contrôlées (plus
de 400).
• La mise en place de systèmes intégrés de gestion des déchets (collecte,
tri, traitement et valorisation, etc.).
• Le développement de nouvelles filières de traitement, de recyclage et
de valorisation des déchets.
Les projets réalisés à ce propos pourraient se résumer comme suit :
• Dans le cadre du PRONAGDES, des études de Schémas Directeurs de Gestion
des Déchets Solides ont été réalisées pour 23 gouvernorats de la Tunisie ;
• 5 décharges contrôlées de déchets ménagers et assimilés à Tunis, Béja,
Siliana, Jendouba et Medjez El Bab (traitement par enfouissement) ;
• 1 station de compostage à Béja;
• La réalisation de 2 centres de tri dans les gouvernorats de Tunis et de
Sousse et la mise en place d’un système de tri sélectif au niveau des
ménages (mode de gestion moderne des déchets ménagers);
• La fermeture et la réhabilitation de la décharge sauvage de henchir El
yahoudia (Grand Tunis) et son aménagement en parc urbain ;
• La réalisation d’une unité de compostage de Béja (1995), dans le cadre
du projet de coopération Tuniso-Allemand relatif à «la gestion des dé-
chets Solides dans la vallée de Medjerda », de capacité de production :
1000 tonnes/an.
Signalons, également, que dans la situation actuelle, l’ANPE est entrain d’exé-
cuter les projets programmés dans le IXème plan (1996-2001) qui consistent
en la réalisation de 9 décharges contrôlées et 40 centres de transfert dans
les gouvernorats de Bizerte, Sousse, Nabeul, Monastir, Kairouan, Sfax, Gabès,
Djerba, Medenine et une unité centrale de traitement des déchets dange-
reux à Jradou.

35
De même, de nouveaux projets ont été prévus à cet égard. Il s’agit de :
• trois nouvelles décharges desservies par des centres de transfert (Za-
ghouan, Mahdia et Tozeur).
• une deuxième décharge contrôlée pour le Grand Tunis.
2.2.2. Destruction de la couche d’ozone
La couche d’ozone préserve la terre des rayons solaires du type Ultra-vio-
let. Sa dégradation continue, surtout sur le pôle sud, a retenu l’attention des
gouvernements partout dans le monde, compte tenu de son importance. En
effet, la destruction progressive de cette couche entraîne des effets néfastes
sur la santé (cancer, troubles génétiques,…) et sur le climat. Le CFC serait la
principale substance responsable de cette dégradation.
Les principaux secteurs industriels produisant les CFC et autres substances
nocives à la couche d’ozone tels que les halons sont le secteur du froid, la
climatisation, la fabrication de mousses, les aérosols et les appareils d’extinc-
tion. La consommation de la Tunisie des produits nocifs à la couche d’ozone
a été évaluée à près de 850 tonnes en 1999.
Si les pays développés ont renoncé définitivement depuis l’année 1995 à l’uti-
lisation des produits CFC, les pays en voie de développement ont bénéficié
d’un délai de grâce accordé par le sommet de Montréal et ce, compte tenu de
leurs contraintes techniques et financières.
La Tunisie a adhéré dès le départ à la convention de Vienne et au protocole
de Montréal et entrepris des actions visant la réduction de la production
de produits cités plus haut. Ainsi, une unité chargée de la protection de la
couche d’ozone a été mis en place au sein de l’ANPE. Cette unité a élaboré, en
collaboration avec la BM et l’ONU, un programme comportant plusieurs pro-
jets visant la réduction des produits dangereux pour la couche d’ozone.
Toutefois, beaucoup de contraintes restent à supprimer afin d’atteindre les
objectifs de ce programme. Parmi ces contraintes, nous citons :
• Le dispositif réglementaire en matière d’interdiction de l’utilisation
de substances nocives à la couche d’ozone dans certains secteurs in-
dustriels tels que le froid, la climatisation et les mousses.
• Le non-respect des engagements par certains industriels qui ont

36
bénéficié des concours techniques et financiers pour réduire ou
supprimer l’utilisation de ces produits.
• L’absence de contrôle au niveau des importations sur les produits ou
les équipements utilisant ces substances.
• Le manque de sensibilisation des consommateurs sur ce sujet.
2.2.3 .Exploitation des ressources naturelles et de l’énergie
2.2.3.1 .Ressources en eau
La capacité de l’infrastructure de mobilisation des ressources en eau en
Tunisie a atteint23, à la fin de l’année 2003, environ 4.84 milliards de mètres
cubes. Cette infrastructure a permis de mobiliser 3.96 milliards de mètres
cubes, soit prés de 85% du potentiel mobilisable.
Rapportées à la population, les ressources hydriques mobilisées
se situeraient à environ 400 m 3 /hab/an, alors que les seuils géné-
ralement admis à l’é chelle internationale se situent à hauteur de
1 000 m 3 /hab/an.
C’est pourquoi, la Tunisie est, aujourd’hui, considérée comme un pays dému-
ni en ressources en eau conventionnelle.
L’état de ces ressources est présenté ci-dessous :

Evolution des ressources en eau de la Tunisie (en milliards de m3)


Ressources Ressources mobilisées
Mobilisables* 1991 2000 2003 Prév.2010
Eaux de surface 2.5 1.25 1.48 2.05 1.9
Eaux souterraines 2.14 1.5 1.75 1.91 1.87
Total 4.64 2.75 3.23 3.96 3.77
Taux de mobilisation 67,6% 79,4% 85.3 92,6%

*Chiffres de 2003
Source : Rapport national sur l’état de l’environnement 2000 et 2003

23
Rapport National sur l’Etat de l’Environnement 2003

37
L’activité industrielle absorbe, aujourd’hui, prés de 4%24 des ressources hy-
driques (soit plus de 50 millions de mètres cubes d’eaux souterraines dont la
majeure partie n’est pas renouvelable). Les secteurs de fabrication du papier
et de transformation des phosphates, dans les régions du Sud, sont les plus
grands consommateurs de ces ressources.

Par ailleurs, d’ici l’horizon 2020, le rapport Ressources/Demande enregistrera


un léger déséquilibre ce qui nécessiterait le recours aux eaux non conven-
tionnelles (Dessalement et eaux usées). C’est pourquoi, le meilleur moyen
pour conserver cette ressource précieuse reste la sensibilisation et l’incita-
tion des utilisateurs à maîtriser la consommation.

Ainsi, le principe de « utilisateur-payeur » a été instauré pour lutter contre le


laxisme de certains consommateurs. Toutefois, ce système est resté sans ré-
sultats concrets surtout chez les industriels. En effet, les écarts importants
en matière de tarification entre l’eau en provenance de la SONEDE et celle
des nappes n’a pas incité beaucoup d’industriels à se soucier de la préserva-
tion de cette ressource.

Par ailleurs, le recours aux ressources non-conventionnelles intègre le


traitement des eaux usées ce qui donne plus d’importance à l’exploita-
tion et la généralisation des stations de pré-traitement et d’épuration.
En effet, l’ONAS dispose en 2003 de plus de 70 stations qui traitent près
de 19025 Mm3 dont près de 152 Mm3 provenant des eaux usées. La quantité
restante provient d’autres sources (eaux pluviales, et autres). Les prévi-
sions pour 2010 prévoient un volume traité d’environ 210 Mm3 ce qui por-
terait les superficies irriguées par ces eaux à plus de 17 000 ha à la fin du
Xème plan contre 7 000 en 1999.
Cette orientation vers l’exploitation des eaux usées nécessite de la part des
industriels concernés une adhésion à cette démarche et ce, par la mise en
place de stations de pré-traitement de leurs rejets. Nous avons cité
dans le paragraphe réservé aux déchets hydriques le cas des industries tex-
tiles (branche de la finition), mais, d’autres secteurs sont concernés tels que
l’agroalimentaire, le phosphate et les tanneries.
24
Source : Rapport National sur l’Etat de l’Environnement, 2003.
25
Il semble que la révision en cours du texte de cette norme tiendra compte de cet aspect

38
2.2.3.2. Ressources minières
L’activité minière contribue pour près de 1% dans le PIB. Les principales
productions26 sont :
- Phosphate de chaux : environ 7.9 millions de tonnes
- Minerai de fer : 164 milles tonnes
- Minerai de Zinc : 66 milles tonnes
- Fluorure d’aluminium : 45 milles tonnes
- Sel marin : 700 milles tonnes
Dans un contexte de développement durable, l’exploitation de ces ressources
devrait être rationalisée et ce, en tenant compte du potentiel existant et de
l’impact de cette industrie sur l’environnement. Ainsi, les facteurs à prendre
en considération sont les suivants :
• Ne pas compromettre la vie des générations à venir par une exploita-
tion intensive qui conduirait à une pénurie rapide des ressources.
• Réduire les impacts des gisements miniers sur l’environnement et l’es-
thétique des zones concernées. A titre d’exemple, le centre de Gafsa
produit d’importantes quantités de boue et d’effluents contenant des
métaux lourds et notamment du cadmium.
2.2.3.3. Energie
La consommation énergétique de la Tunisie a ainsi atteint environ 5.4 Mtep
en 200327.
Le bilan énergétique de la Tunisie est passé d’une situation excédentaire au
début des années 90 vers un équilibre entre l’offre et la demande en 2000,
et un déficit de plus de 700 Ktep en 2003. Ce déficit énergétique risque de se
creuser dans les prochaines années compte tenu de la croissance rapide de
la demande par rapport à celle des ressources. Ainsi, le déficit estimé pour
l’an 2010 serait de 8 millions de tep28.
Cependant, l’intensité énergétique finale (consommation d’énergie fina-
le / PIB) est passée de 0.32 tep/1000 DT en 1990 à environ 0.29 tep/1000 DT
en 2003, ceci montre que la progression de la consommation a été plus

26
Les chiffres indiqués ont été repris de plusieurs études différentes sur le sujet.
27
Source : ANME, Conférence nationale sur la maîtrise de l’énergie (7 avril 2005)
28
Rapport National sur l’Etat de l’Environnement 2000 – page 61.

39
faible que celle du PIB. L’amélioration de l’intensité énergétique s’explique
par le développement enregistré des secteurs à forte valeur ajoutée et
à faible contenu énergétique notamment l’industrie manufacturière et
les services d’une part et à la rationalisation de l’utilisation de l’énergie
d’autre part.
La répartition de la consommation énergétique finale par secteur en 2003
se présente comme suit :
- Industrie : 36%
- Transport : 31%
- Résidentiel : 17%
- Tertiaire : 9%
- Agriculture : 7%
La part de l’industrie dans la consommation énergétique globale est en
baisse continue, et a atteint 36% en 2003, contre 42% en 1980. Les prévisions
pour 2010 fixent cette part à 28%.
Cette évolution s’explique par l’orientation de l’économie tunisienne vers les
services et les branches industrielles à faible intensité énergétique.
La répartition de la consommation d’énergie de l’industrie par forme
d’énergie a également évolué, avec une plus forte progression de la part du
gaz naturel et de l’électricité, et une baisse des produits pétroliers.

Evolution de la structure de la consommation énergétique dans


l’industrie par forme d’énergie

1990 2000 2003

Produits Pétroliers 63,7% 52,5% 49%

Gaz naturel 18% 24% 27%

Electricité 13,3% 19% 22%

Coke 5% 4,5% 2%

Total % 100% 100% 100%

Total en Ktep 1418 1762 1940

40
Il apparaît à travers le tableau précédent que la part du gaz naturel
dans la structure de la consommation énergétique dans l’industrie a
connu une évolution importante en passant de 18% en 1990 à 27% en
2003. Cette part aura tendance à croître davantage dans les années à
venir et ce, compte tenu de l’o rientation de l’Etat pour développer cet-
te forme d’é nergie à cause notamment de la conjoncture économique
internationale caractérisée par une augmentation accrue des cours
mondiaux du brut.

Par ailleurs, compte tenu du déficit énergétique prévu pour les années fu-
tures (voir plus haut), et malgré la baisse de la part de l’industrie dans la
consommation énergétique, comme signalé précédemment, le secteur in-
dustriel, a plus que jamais besoin d’entreprendre des actions qui visent à
maîtriser la consommation énergétique et les pollutions qu’elle engendre.
Il s’agit notamment de s’orienter vers les équipements performants sur le
plan technologique qui permettent d’améliorer l’efficacité énergétique des
process et de réduire leurs effets environnementaux.

A titre d’exemple, nous avons constaté dans certaines unités industrielles


tunisiennes, que la consommation d’énergie de leur four était largement su-
périeure aux ratios existants en Europe. La raison étant souvent liée à une
mauvaise conception du four dès l’origine (pour réaliser des économies à l’in-
vestissement), ou parce que la problématique de la consommation d’énergie
a été mal étudiée.

Signalons, par ailleurs, que le secteur de l’énergie participe à hauteur de 50%


aux émissions de gaz à effet de serre tous secteurs confondus soit l’équiva-
lent d’environ 19 MTE-CO2.

La principale source de ces émissions est constituée par la combustion de


l’énergie qui produit 19 MTEP, en plus des émissions en provenance des opé-
rations de production, de stockage et de transport d’hydrocarbures.

Notons, également, qu’outre le projet d’efficacité énergétique présenté un


programme national de promotion des énergies renouvelables et de déve-
loppement de l’efficacité énergétique a été initié par l’ANME en 2002 et vise
comme objectif en 2010 :

41
• De réaliser une économie d’énergie annuelle d’un million de tep, soit
10% de la consommation d’énergie primaire29.
• De réduire les émissions dues à l’énergie d’environ 3 millions de tonnes
de CO2 par an
Sur ce dernier point, il convient de noter que la « communication initiale de
la Tunisie à la convention cadre des nations unies sur les changements cli-
matiques – Oct 2001 » a présenté un inventaire des GES en Tunisie et un plan
d’action d’atténuation de la croissance des émissions de GES. Ce plan d’action
a identifié 47 options d’atténuation, dont la majorité se rapportent au sec-
teur de l’énergie qui représente la principale source des gaz à effet de serre
(33 options). La mise en œuvre de ces 47 options permettrait d’éviter d’émet-
tre une quantité cumulée de 190 millions de TE-CO2 sur la période 2002- 2020,
et d’absorber environ 50 millions de TE-CO2 . Sur ces 240 millions de TE-CO2
l’énergie contribuerait pour 60%, loin devant la forêt ( 21%); les déchets (11%)
et l’agriculture (8%).
2.2.3.4. Les carrières
Le nombre30 de carrières agréées s’est situé, en 2003, à environ 630 dont près
de 300 à caractère industriel31.. Sous l’effet du développement urbain intensif
enregistré en Tunisie, la demande sur les produits de carrières a enregistré
une très forte croissance. Les troubles environnementaux occasionnés par
ces carrières sont nombreux :
• La défiguration du paysage et de son esthétique;
• La dégradation des sols;
• Les poussières;
• La pollution sonore engendrée par l’utilisation des explosifs et des
gros engins;
• Une perturbation du trafic routier.

29 Le cas de la production du ciment est intéressant à signaler, puisque l’on a pu améliorer le ratio de con-
sommation spécifique de l’ordre de 20% . Par contre, le secteur des briqueteries n’a pas encore obtenu de
résultats probants
30 Source : Rapport National sur l’Etat de l’Environnement, 2003.
31 Source : Rapport National sur l’Etat de l’Environnement, 2003.

42
Malgré les efforts entrepris en matière de contrôle des carrières, plu-
sieurs infractions ont été observées dans le secteur (219 contraventions
ont été signées en 2002-2003). Elles portent essentiellement sur l’utilisa-
tion appropriée des explosifs et le réaménagement des carrières aban-
données.
Les mesures prises pour limiter les effets néfastes des carrières sur l’envi-
ronnement sont les suivants :
• Obliger les propriétaires à s’équiper de moyens de lutte contre la pollu-
tion atmosphérique;
• Exiger un réaménagement complet des sites après exploitation;
• Inciter les propriétaires à opter pour des procédés modernes en ma-
tière d’utilisation d’explosifs.

2.2.4. Industries du recyclage


L’industrie du recyclage contribue de manière significative à atténuer les
effets industriels néfastes sur l’environnement. En effet, le recyclage des dé-
chets industriels permet de :
• Réduire la quantité des rejets industriels (et ménagers) et par consé-
quent, réduire leur impact environnemental;
• Revaloriser ces déchets et leur donner une valeur économique;
• Créer des emplois (collecte, tri, transport et traitement).
L’état de l’industrie du recyclage et ses perspectives ont été traités par
« l’étude de recyclage des déchets industriels de la TN »32. Dans cette étude,
un échantillon de sociétés a été sélectionné pour évaluer les quantités de
déchets vendues par des industriels à des entreprises de recyclage.
Toutefois, il n’existe pas, aujourd’hui, de statistiques mis à jour et relatifs à tou-
tes les catégories de rejets pouvant renseigner sur l’état actuel de l’industrie de
recyclage. Seulement, quelques chiffres sont disponibles. A titre d’exemple, ci-
tons 33:
32
Etude réalisée pour le compte du Ministère de l’environnement et de l’aménagement du territoire et fi-
nancée par la JICA (Octobre 1998).
33
Source : ANPE

43
• La quantité d’huiles lubrifiantes usagées récupérées et régénérées est
estimée à 14 000 T/an par rapport à un total de 50 000 T/an commer-
cialisées sur le marché local soit 28%.
• Le nombre de pneus commercialisés sur le marché s’élève à environ
2 millions par an. 3% de ces pneus sont rechapés mais l’activité 34 de
recyclage n’a pas encore démarré pour cette filière.
• Parmi les 500 mille unités de batteries qui sont commercialisés, cha-
que année, environ 2335 % sont collectées.
Par ailleurs, il nous semble important d’évaluer la situation actuelle en matière
de recyclage dans le secteur industriel. Une étude pourrait être lancée à ce ti-
tre. Elle aurait pour objectif notamment d’évaluer, pour chaque catégorie de
déchets, la part des quantités recyclées par rapport à la quantité produite.
2.2.4.1. Sociétés de collecte
La plupart des sociétés de collecte existantes manquent de compétences hu-
maines et de technologies en matière de manipulation des déchets. Il s’agit
dans la majorité des cas de petites structures qui ne procèdent pas à un trai-
tement particulier des déchets avant de les mettre en décharge publique.
L’agrément de ces sociétés de collecte est exigé pour celles qui opèrent dans
les déchets dangereux. Pour les autres, le système du cahier des charges est
appliqué. Le secteur demeure cependant peu structuré, et ces sociétés n’ont
pas encore de syndicat qui les représente et qui puisse défendre et valoriser
leur profession.
2.2.4.2. Méthodes de traitement
Des plans de gestion des déchets ont été élaborés par les structures du Mi-
nistère de l’environnement pour les principaux déchets dangereux (ex pour
les PCB) et les industriels sont censés appliquer ces plans. Toutefois, l’absence
de décharge pour les déchets dangereux pose problème36, et fait que, sur le

34
Signalons à cet égard, que deux sociétés spécialisées dans le recyclage des pneus ont déjà signé le cahier
des charges avec l’ANPE. Cependant, ces sociétés n’ont pas encore démarré leurs activités.
35
Chiffres de 2003.
36
En attendant la réalisation du centre de Jradou prévu à cet effet. A ce stade, l’on se trouve au stade
de l’évaluation des offres reçues en réponse à l’appel d’offres lancé pour la sélection de l’entreprise qui
réalisera les travaux nécessaires pour la construction du centre

44
plan pratique, les déchets industriels et les ordures ménagères sont parfois
mélangés dans les décharges.
2.2.4.3. Traitement des effluents
Dans certains cas, les effluents évacués à travers les réseaux de l’ONAS con-
tiennent des matières en suspension ne respectant pas les critères d’admis-
sion. Ces infractions se produisent surtout au niveau des anciennes unités
industrielles qui n’ont pas fait l’objet d’une étude d’impact préliminaire.
2.2.4.4. Stockage des déchets
Certains industriels déposent leurs déchets dans des zones qui ne sont pas
aménagées à cet effet (absence de revêtement des sols,…). Cette pratique
pourrait engendrer des contaminations des sols et des eaux souterraines
dans le cas de certaines substances dangereuses.
Par ailleurs, la qualité de certains types de déchets tels que les métaux, le
plastique et le papier se dégrade à cause du stockage inapproprié ce qui rend
plus difficile leur revalorisation.
2.2.4.5. Contraintes techniques
Plusieurs formes de déchets ne sont pas recyclées à cause de l’absence d’un pro-
cédé approprié, et/ou du coût économique du recyclage qui ne permet pas de
disposer d’un produit à coût raisonnable. A titre d’exemple, nous citons :
• Le phosphogypse : La quantité produite annuellement est très
importante et jusqu’à présent il n’existe pas de procédé fiable per-
mettant de recycler cette matière. La solution adoptée à cet effet,
nous le rappelons, consiste à aménager une décharge terrestre
pour stocker cette substance et réduire la pollution marine dans
la région de Gabès.
• Les plastiques combinés : La majorité des industriels ne procèdent
qu’au recyclage des plastiques simples. Il existe très peu d’unités capa-
bles de traiter les plastiques combinés. Par ailleurs, en raison des con-
ditions de stockage signalées précédemment, la qualité des produits
recyclés est généralement mauvaise ce qui n’incite pas les opérateurs
à les produire.
• Les pneus : près de 2 millions de pneus sont rejetés annuellement.

45
Les unités de rechapage ne s’intéressent qu’a ux pneus des bus et
des camions. En effet, les pneus des voitures particulières sont
généralement rejetés dans un état d’usure où ils sont quasi-irré-
cupérables avec ce procédé.
En outre, il faut signaler que certaines unités de recyclage existantes ne res-
pectent pas les normes en la matière. C’est le cas, par exemple, de celles qui
traitent de la récupération des batteries usagées. Le procédé qu’utilisent ces
unités engendre des dégagements sulfureux, du plomb et des poussières
nuisibles à la santé des travailleurs.
2.2.4.6. Utilisation des déchets comme combustible
La tendance à l’échelle internationale est de s’orienter davantage vers cette
solution pour éliminer les déchets industriels qui pourraient servir comme
combustibles dans les fours des cimenteries ou des fonderies.
Le recours à ce procédé est peu fréquent en Tunisie à cause des contraintes
logistiques et financières.
2.3. Impacts sociaux
La vision du développement durable de l’industrie devrait intégrer la com-
posante sociale comme volet fondamental et indispensable dans ce proces-
sus. Cette importance découle du fait que toute la philosophie du dévelop-
pement durable est centrée sur le bien être durable de l’individu et son
aptitude à mettre ses compétences au service de cette orientation.
Le volet social dans la démarche du développement durable de l’industrie
prend plusieurs formes dont nous citons quelques-unes :

2.3.1. L’emploi
L’industrie manufacturière emploie actuellement environ 450 00037 person-
nes dont prés de 50% dans le secteur du textile et de l’habillement.
Les menaces qui pèsent sur l’industrie tunisienne, vont inévitablement en-
traîner des suppressions d’emplois dans certains secteurs peu compé-
titifs, ce qui constitue l’une des préoccupations majeures dans le contexte
d’un développement durable. Dores et déjà , les premières répercussions du
37
Source : site de l’API (ce nombre n’inclut pas les entreprises ayant un effectif inférieur à 10)

46
démantèlement des AMF sur le secteur textile tunisien, ont montré une
perte d’emploi de l’ordre de 10 000 postes38 dans ce secteur pour
l’année 2005.
La réflexion sur le développement durable devra ainsi prendre en considéra-
tion la préservation de l’emploi et/ou la création de nouvelles opportunités
d’embauche.
La Tunisie a mis en place un dispositif diversifié pour créer de nouveaux pos-
tes de travail. Parmi ces outils de création d’emplois dans le secteur indus-
triel (ou autres), nous citons :
• Les exonérations des charges patronales et sociales pour des périodes
allant jusqu’à 5 ans.
• Les stages d’initiation à la vie professionnelle (SIVP)
• Le Fonds 2121
• Les encouragements à l’investissement assurés par des fonds comme
le FOPRODI
• Le mécanisme instauré dans le cadre du programme de mise à niveau
qui prévoit la prise en charge pendant 2 ans et à hauteur de 70% des
salaires des cadres recrutés pour certaines fonctions (R&D, qualité,
marketing,…)
Par ailleurs, les programmes visant l’amélioration de la compétitivité des in-
dustries tunisiennes tels que le programme national de mise à niveau, ont
comme objectif le développement et la préservation de la capacité d’emploi
de l’industrie nationale et ce, en améliorant ses performances. Ceci permet-
tra de la protéger contre la concurrence et de la doter de meilleurs atouts
pour conquérir des marchés extérieurs.
Toutefois, il faut noter que certains secteurs connaîtront vraisemblable-
ment des difficultés particulières pour leur maintien. A titre illustratif, nous
citons les cas suivants :
• Certains produits du secteur de la chimie tels que certaines gammes
38
Un rapport de la Banque Mondiale en Juin 2004 (Réf 28791 – TUN- page 6) avance même un chiffre
de 100.000 postes comme impact global des AMF sur le secteur en Tunisie. Il semble, au vu des pre-
miers résultats constatés, que ce chiffre soit surestimé.

47
de peintures techniques, la parfumerie, les colles,…. qui, en cas de sup-
pression des droits de douane, seront dans une situation difficile vis-
à-vis des produits étrangers.
Signalons qu’u ne étude a été menée 39, en 2000, pour évaluer l’im-
pact de la zone de libre échange sur le secteur de la chimie. Parmi
les conclusions de cette étude, figure le fait que, les secteurs cités
précédemment vont probablement disparaître, mais que d’autres
opportunités de développement existent dans d’autres produits.
Globalement, pour l’ensemble du secteur de la chimie, l’impact de
la zone de libre échange sur l’emploi, sera plutôt positif, et n’entraî-
nera pas de diminution nette des emplois, sous réserve que des ac-
tions soient conduites au niveau des entreprises et des structures
d’appui, dont notamment des actions spécifiques de formation du
personnel.
• La création de la zone de libre échange avec l’UE engendrera éga-
lement une pression concurrentielle pour le secteur textile sur le
marché local. Par ailleurs, le démantèlement des accords multi-fi-
bres, qui est entré en application, depuis le début de l’année2005
impliquera un renforcement de la concurrence sur le marché com-
munautaire, ce qui risque de pénaliser les exportateurs tunisiens
actuels.
• Le montage des appareils électroménagers qui offre plus de 2600 em-
plois sera fortement menacé en cas de baisse des droits de douane sur
les produits complets importés d’A sie. En effet, le coût de ces derniers
est nettement moins cher que ceux montés en Tunisie.

2.3.2. Les conditions de travail


L’observation de plusieurs usines tunisiennes montre que des efforts impor-
tants sont à faire pour l’amélioration des conditions de travail.
Ainsi, nous constatons souvent les situations suivantes :
• des vestiaires inexistants;
• des postes de travail dont l’ergonomie est inadaptée;
39
Etude menée en 2000 par Sofreco et ACC pour le compte du centre technique de la chimie

48
• des moyens de manutention insuffisants, qui obligent le personnel à
manipuler de lourdes charges;
• des salaires parfois très insuffisants, en raison, notamment, d’un abus
dans l’utilisation d’apprentis.
2.3.3. La sécurité et la prévention des risques industriels
Les accidents survenus récemment dans certains pays industrialisés ont
rappelé à chacun l’existence des risques industriels et les conséquences né-
fastes qu’ils peuvent engendrer.
La Tunisie se doit de prendre les devants et de mettre en place une politique
visant :
• d’abord la réduction des risques industriels, en renforçant, en amont,
la prévention.
• ensuite, et en cas d’apparition d’accidents, de réduire les conséquences
que ces phénomènes peuvent avoir.
Des mesures d’ordre organisationnel, réglementaire et législatif doivent
ainsi être prises dans ce sens .
2.3.4. La formation professionnelle
L’importance de la formation continue pour la mise à niveau des entreprises et
pour l’atteinte des objectifs d’un développement durable n’est plus à démontrer.
La modernisation de l’outil de production, bien qu’étant une étape impor-
tante dans la compétitivité des entreprises, n’est aucunement suffisante, si
le volet ressources humaines ne s’accompagne pas d’une mise à niveau lui
permettant de répondre aux enjeux aussi bien techniques qu’organisation-
nels et environnementaux.
C’est ainsi que chaque entreprise doit être en mesure d’identifier les compé-
tences qui lui sont nécessaires pour mener à bien sa modernisation.
Cependant, la situation des entreprises tunisiennes se caractérise par une
faible prise de conscience de cet aspect de formation, et rares sont celles qui
disposent d’un plan de formation annuel.
Ainsi, nous trouvons un grand nombre d’entreprises où l’absence de réflexion
approfondie dans ce domaine a conduit à des résultats décevants, malgré

49
un investissement souvent lourd en équipements, et ce, parce que la prépa-
ration du personnel pour la maîtrise de ces équipements n’a pas eu lieu.
D’un autre côté, lorsque l’entreprise arrive à identifier ses besoins en compé-
tences et/ou en formation, elle est confrontée à un double problème:
• celui du manque de disponibilité sur le marché du travail de personnel
qualifié, ce qui ne lui permet pas de recruter les agents de maîtrise et
autres profils ayant les compétences nécessaires.
• celui de l’absence de formations appropriées: les entreprises sont sou-
vent confrontées à l’inadéquation des programmes disponibles avec
leurs besoins spécifiques de formation continue.
C’est ainsi, que le secteur de la formation continue se caractérise
par :
40
• Le nombre de participations enregistré dans le domaine de la for-
mation continue s’est situé à une moyenne d’environ 35 000 en 2003 et
2004. Rapporté à l’effectif des entreprises industrielles, ce nombre re-
présenterait une part de 7% .
• Des dépenses en formation continue pour le secteur industriel qui se
situent à un niveau très modeste, représentant moins de 1% de la mas-
se salariale.
• Dans la plupart des cas, la formation se rapporte à des thèmes généraux
comme la bureautique, l’informatique, ou la comptabilité, alors que les
formations techniques sont rares, sans parler de la formation sur les thè-
mes liés à l’environnement.
• Les bureaux de formation, dont le nombre est assez important, sont
des structures très légères, souvent composées de quelques personnes,
et ne possèdent pas de spécialisation thématique.
• Les tarifs pratiqués par les bureaux de formation, qui sont éligibles aux
procédures de prise en charge par le Secrétariat d’Etat à la formation
professionnelle, sont plafonnés à un niveau parfois faible, qui ne per-
met pas d’avoir recours à des formateurs de haut niveau.
41
Source : CNFCPP

50
• Les procédures mises en place par le Secrétariat d’Etat +à la formation
professionnelle pour bénéficier de la prise en charge partielle des dé-
penses de formation, sont complexes. Il en va de même des différents
outils disponibles41 (TFP, FIAP, Article 39, Pronafoc,…).
Tout ceci pour dire que la formation continue du personnel et/ou son redé-
ploiement interne ou externe, est une nécessité pour l’entreprise qui veut se
moderniser, et qui veut maîtriser les aspects environnementaux. Malheu-
reusement, nous constatons que le recours à cette formation continue de-
meure très en deçà des besoins de la plupart des entreprises tunisiennes.
2.3.5. Le développement régional et l’aménagement des zones industrielles
L’implantation des unités industrielles en Tunisie s’est faite surtout dans les
zones proches du littoral.
Certaines zones aménagées par l’AFI dans le Nord Ouest ne sont occupées
qu’à 20% de leur capacité.
Ceci engendre un déséquilibre régional important et se répercute sur :
• une surexploitation des ressources du littoral;
• une pollution concentrée dans ces zones;
• des sources de revenus faibles dans les zones éloignées.
Des incitations importantes ont été mises en place pour encourager les in-
dustriels à s’implanter dans les zones défavorisées. Une prime allant jusqu’à
25% du coût de l’investissement est ainsi accordée dans ce sens. Cette me-
sure a permis de créer de nombreux projets dans ces zones et il semble que
ces incitations aient réellement contribué à atteindre les objectifs ciblés.
Néanmoins, il faut veiller à éviter le phénomène de « saupoudrage » industriel,
c’est-à-dire une implantation d’unités trop dispersées car ceci risque d’avoir un
coût économique non négligeable (infrastructure routière, réseaux de télécom-
munication, assainissement, transport, disponibilité de personnel qualifié, …).
Un équilibre devra donc être recherché entre ces deux impératifs du déve-
loppement régional et de la viabilité du fonctionnement des entreprises im-
plantées dans ces zones.
41
Un projet est en cours actuellement pour unifier ces différents outils

51
Sur un autre plan, l’aménagement des zones industrielles devrait prévoir un
cahier des charges fixant la nature des activités industrielles pouvant être
installées, ou celles qui ne sont pas compatibles avec les conditions particu-
lières de ces zones.
En effet, il n’est pas acceptable de voir que des activités aussi différentes que
la production de médicaments ou de produits alimentaires par exemple, et
le taillage de marbre ou la trituration de l’huile d’olive, puissent cohabiter
au même endroit, compte tenu des risques de contamination d’une unité à
l’autre.
Le prise en compte des ressources naturelles de la région est également un
élément qui pourrait être considéré pour éviter d’installer des unités forte-
ment consommatrices d’une ressource rare (l’eau par exemple).
Enfin, pour faire face aux investissements lourds qui sont parfois nécessai-
res pour respecter les exigences en matière de rejets de certaines activités
(ex les tanneries), il est possible de prévoir un regroupement des unités en
question dans une même zone industrielle, ce qui permettra de réduire les
coûts et de respecter l’environnement.
C’est pourquoi il est recommandé d’assurer une réflexion commune entre
les administrations et les professionnels concernés (AFI; ANPE, les régions,
UTICA,…) afin de définir des schémas d’aménagement du territoire inté-
grant les considérations précédentes.

3. Les objectifs à atteindre pour un dévelop-


pement industriel durable
L’objectif d’un programme de développement durable pour l’industrie ne
devra pas se limiter à traiter de la pollution industrielle, mais veillera à at-
ténuer l’ensemble des effets négatifs signalés précédemment, et assurer
une contribution positive de l’industrie aux 3 volets du développement
durable, que sont le développement économique, social et environne-
mental.
De plus, il est fondamental de considérer que les aspects environnementaux
ne sont pas toujours un handicap pour le développement industriel mais

52
qu’ils engendrent souvent une économie de matière première, d’eau, d’éner-
gie, et d’autres charges diverses. Par voie de conséquence, ils sont une source
d’amélioration de la compétitivité des entreprises, et non pas une charge
supplémentaire.
Partant de là, le développement durable de l’industrie tunisienne devra ainsi
être conçu dans le cadre des objectifs suivants :

Objectifs économiques :
• Industrie en croissance durable;
• Industrie ancrée dans l’économie internationale et ouverte sur les mar-
chés étrangers;
• assurant une source importante de rentrée de devises;
• maîtrisant la qualité des produits et la qualité de l’organisation;
• maîtrisant les nouvelles technologies ;
• capable de réaliser des innovations technologiques.

Objectifs environnementaux :
• Industrie limitant la dégradation des ressources naturelles et favori-
sant l’économie de ces ressources;
• préservant l’environnement en matière de pollution (air; eau; sols) et de
production de déchets;
• permettant une maîtrise des technologies de production propre;
• maîtrisant les systèmes de management environnemental.

Objectifs sociaux :
• Industrie fortement créatrice d’emploi ;
• employant un personnel de plus en plus qualifié;
• garantissant des conditions de travail décentes;
• respectant les schémas d’aménagement du territoire, et visant un dé-
veloppement régional intégré et cohérent .

53
4. Pistes d’actions pour atteindre les objec-
tifs du développement industriel durable
Compte tenu des éléments cités précédemment qui décrivent la situation
de l’industrie tunisienne et sa conformité aux exigences du développement
durable, et partant des objectifs recommandés, nous estimons que la ré-
flexion sur le développement durable de l’industrie devrait porter sur les
pistes d’actions suivantes :
4.1. Actions sur le volet économique
4.1.1. Amélioration de la compétitivité industrielle
D’une manière générale, le développement durable devra être conçu dans le
but de renforcer la compétitivité des entreprises tunisiennes, qui seront de
plus en plus confrontées à la concurrence internationale.
Les années à venir constituent une étape cruciale pour la pérennité des en-
treprises.
Celles-ci sont appelées à mener des actions de fond pour renforcer da-
vantage leur compétitivité pour lutter contre la concurrence sur le mar-
ché national et pour préserver et accroître leur présence sur les marchés
étrangers.
C’est là le principal objectif du programme de mise à niveau et du program-
me de modernisation industrielle, pilotés par le Ministère chargé de l’In-
dustrie.
Des incitations spécifiques pourraient être prévues, dans le cadre du pro-
gramme de mise à niveau, pour les actions conduites par les industriels,
dans le sens du développement durable.
4.1.2. Amélioration de la qualité des produits fabriqués et du manage-
ment de la qualité
La conformité des produits fabriqués aux normes tunisiennes et inter-
nationales devra constituer un préalable à la compétitivité des entre-
prises.
De plus, il est nécessaire que les entreprises soient dotées de systèmes de
gestion de la qualité, qui se rapporte non seulement au produit, mais à

54
l’organisation générale de l’entreprise, de manière à garantir le respect des
exigences des clients.
Cette action comporte plusieurs volets, dont nous citons :
4.1.2.1. Etablissement de normes homologuées et contrôle de leur appli-
cation
L’amélioration de la qualité des produits fabriqués en Tunisie est condition-
née par l’édition de normes homologuées dont le respect est obligatoire pour
les produits mis sur le marché.
Nous avons vu que, dans certains secteurs, l’a bsence et/ou le non
respect de telles normes par les industriels entraîne une mise sur
le marché de produits pouvant avoir une incidence négative sur la
santé du consommateur.
Il faut signaler que l’INNORPI, dont le rôle est d’éditer les normes en question,
n’a pas l’autorité pour le contrôle de l’application de ces normes. Divers mi-
nistères sont impliqués dans ce sens, dont celui du Commerce, de la Santé
et de l’Industrie. Il faudra donc renforcer la coordination entre les différents
intervenants pour que les normes soient disponibles, homologuées, et que
leur application soit effectivement assurée.
4.1.2.2. Mise en conformité avec les exigences normatives pour l’accès aux
marchés étrangers
Dans divers secteurs, dont l’agroalimentaire, l’électronique, l’électricité, la
chaussure, la pharmacie, l’équipement automobile, l’emballage, etc… l’accès
aux marchés étrangers, notamment européens, est conditionné à la confor-
mité des produits à des normes de plus en plus strictes.
Ces normes intègrent souvent un volet environnemental, comme par exem-
ple, pour les produits agroalimentaires, le plastique (bio-dégradable ou non),
les équipements automobile (recyclés par le fournisseur sous-traitant ou
non) ou l’emballage (exigence du recyclage). Parfois, un délai est prévu pour
assurer la conformité à ces exigences normatives.
Dans certains cas, les produits tunisiens qui sont actuellement exportés, ne
sont pas encore totalement conformes à ces normes.

55
Il est donc urgent d’inciter les exportateurs à se préoccuper de ces aspects et
de les aider à y parvenir.
4.1.2.3. Accréditation des laboratoires tunisiens et reconnaissance mutuelle
Les deux recommandations précédentes ne peuvent être appliquées sans la
présence de laboratoires tunisiens accrédités, capables d’effectuer les con-
trôles requis et de délivrer les certificats de conformité correspondants.
Pour atteindre l’objectif d’exportation, de tels certificats devront être recon-
nus à l’échelle internationale.
Il y a donc lieu de développer rapidement :
• la mise à niveau des laboratoires tunisiens tant sur le plan des équipe-
ments disponibles que des procédures de fonctionnement (accrédita-
tion);
• la création éventuelle de laboratoires spécialisés pour faire face à la de-
mande d’analyse et de contrôle des divers secteurs économiques, et par-
ticulièrement ceux en relation avec le commerce extérieur;
• la reconnaissance mutuelle entre les certificats délivrés par les labora-
toires tunisiens et leurs homologues étrangers, particulièrement euro-
péens.
Rappelons à ce sujet que l’article 40 de l’accord d’association entre la Tunisie
et l’Union Européenne prévoit la conclusion à terme d’accords de reconnais-
sance mutuelle dans le domaine de l’évaluation de conformité entre les deux
parties.
Le programme de modernisation industrielle qui a démarré récemment a
retenu notamment parmi ses objectifs d’avoir :
• Un Système National de Normalisation en harmonie avec les systèmes
des principaux partenaires et assurant l’information et la réponse aux
attentes de l’ensemble des intervenants;
• Un Système National de Métrologie permettant de relier les étalons na-
tionaux utilisés par les laboratoires d’étalonnage et d’essai ainsi que les
entreprises aux étalons primaires internationaux;
• Des organismes d’attestation de conformité (institutions de certifica-
tion de produits ou de systèmes, organismes d’inspection, laboratoires

56
d’étalonnage ou d’essai) émettant des certificats reconnus à l’échelle
nationale, régionale et internationale;
• Un Système National d’Accréditation reconnu à l’échelle internationale
et permettant de hisser les organismes d’attestation de conformité au
niveau exigé par les standards internationaux;
• Une réglementation relative à la gestion de la qualité (normalisation,
certification, évaluation de la conformité, accréditation et métrologie)
en harmonie avec les obligations et les objectifs du pays;
• Un niveau de participation internationale en mesure de maintenir le
fonctionnement adéquat de l’ensemble de l’infrastructure qualité;
• Des entreprises industrielles et de service maîtrisant leurs marchés et pou-
vant s’adapter en utilisant différents techniques et outils de la qualité;
• Un savoir-faire chez les consultants tunisiens permettant de fournir les
prestations requises dans ce domaine et de soutenir le marché de la
qualité.
4.1.2.4. Renforcer la maîtrise des systèmes de management de la qualité
L’instauration de systèmes de management de la qualité, conformément à
la norme ISO 9000, devient de nos jours un passage quasi obligé pour garan-
tir la compétitivité des entreprises.
Comme présenté précédemment, la Tunisie vient de lancer un second pro-
gramme national de la qualité. Le premier avait ciblé 300 entreprises. Ce pro-
gramme, nous le rappelons, touchera 600 entreprises de l’industrie et des
services connexes et assurera l’assistance technique et l’accompagnement
de ces entreprises durant la phase de mise en place des systèmes de mana-
gement de la qualité, de la sécurité, de l’environnement et des systèmes de
management sectoriels, et ce en vue de leur certification selon notamment :
ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001.
4.1.3. Incitation à la maîtrise et à l’innovation technologique
La compétitivité des entreprises est étroitement liée à leur maîtrise de la
technologie, et à leur capacité d’innovation tant au niveau des produits que
des procédés de fabrication et d’organisation.
De plus, le développement durable impose que les entreprises introduisent

57
des technologies qui respectent l’environnement, ce qui, dans certains cas, a
un coût, qui ne doit pas pénaliser ces entreprises.
Il faut donc prévoir un mécanisme de soutien pour encourager les entreprises
qui adoptent de tels procédés, et qui s’engagent à préserver l’environnement.
Ce mécanisme devra aller au-delà de l’encouragement à l’acquisition d’équi-
pements de traitement de déchets, pour financer la recherche sur les tech-
nologies propres, l’assistance technique dans ce domaine, la mise en place
d’organisations et de systèmes de gestion pour une production qui réponde
aux objectifs du développement durable.
Cependant, de telles activités de recherche appliquée lorsqu’elles sont dans
l’intérêt de la collectivité ont peu de chances d’être assurées par le secteur
privé tout seul.
C’est pourquoi, il faudrait encourager le partenariat Public - Privé pour le dé-
veloppement et la diffusion de ces technologies.

4.1.4. Evaluer l’incidence des aspects environnementaux sur la pérennité


des entreprises
Les enjeux qui se présentent à l’industrie tunisienne, tel que rappelés en in-
troduction, posent le problème de la capacité des entreprises à faire face aux
exigences environnementales fixées tant par les autorités locales que par
les partenaires économiques de la Tunisie.
L’exemple des tanneries est à citer, dans la mesure où les entreprises, de taille mo-
deste, n’ont pas les moyens, à l’heure actuelle, de respecter les normes tunisiennes.
Une tentative pour évaluer la capacité des grandes entreprises à respecter
le principe d’un développement durable a été faite à l’occasion de la commis-
sion sur les grands projets (CNDD – Octobre 2001).
Cette commission a passé en revue la situation de quelques unités impor-
tantes en Tunisie (Groupe chimique, SNCPA, ciments, tanneries, El Fouledh,
STIR, Recyclage de l’huile ). La question était de savoir si la situation éco-
nomique de ces entreprises leur permettrait de faire face aux nuisances
environnementales qu’elles induisent actuellement. Pour ce faire, une ca-
ractérisation de ces principales nuisances a été présentée, et se rapporte :
• aux rejets hydriques et solides

58
• aux dégagements gazeux
• à la tarification préférentielle de l’eau qui leur était appliquée
• à l’incidence sur la santé de la population
Une estimation des investissements nécessaires pour la mise en conformité
environnementale de ces unités a été présentée et comparée aux résultats
financiers de chaque entreprise.
Le résultat de cette approche a été qu’un certain nombre de ces grands pro-
jets n’avaient pas les moyens financiers de faire face aux investissements re-
quis pour leur mise en conformité.
• S’agissant principalement d’unités publiques, il revient donc à l’Etat de
prendre une décision sur le financement de ces actions ou de proposer
d’autres solutions pour la pérennité des entreprises concernées. Il s’agit
là d’une problématique dont les enjeux sont très importants : ainsi, si l’on
se réfère à ce qui s’est passé en Europe, où l’industrie du phosphate par
exemple ou celle du délavage sont en voie de disparition, en raison, no-
tamment de leur impact sur l’environnement, la Tunisie se doit de pren-
dre une position sur la viabilité de telles industries, et sur les conditions
de leur fonctionnement. Ce n’est qu’à ce moment que l’orientation vers
un développement durable pourra être atteinte.
De même, comme nous l’avions évoqué, plusieurs entreprises seront con-
frontées à des exigences accrues de conformité à des normes et réglemen-
tations environnementales et sociales, lorsqu’elles désirent exporter sur cer-
tains pays développés.
La Tunisie a déjà vécu une situation similaire lorsqu’il s’agissait d’opter pour
une libéralisation de son économie et d’adhérer à l’OMC, puis lorsqu’elle a
conclu les accords de libre échange avec divers pays, dont ceux de l’Union
Européenne.
Aujourd’hui, nous pouvons affirmer que, malgré les craintes qu’une telle po-
litique n’a pas manqué de soulever, le résultat, pour le moment, est relative-
ment satisfaisant.
Ceci a été rendu possible grâce à la mise en place d’actions d’accompagne-
ment adéquates, dont le programme de mise à niveau, qui ont permis de
remédier, en partie aux faiblesses de l’industrie tunisienne.

59
La situation sera vraisemblablement similaire pour l’incidence des mesures
environnementales, sous réserve que la Tunisie mette en place, comme pré-
cédemment, les mesures d’accompagnement requises.
A cet effet, une étude a été lancée par le MEDD, début 2005, pour évaluer de
manière fine, l’impact des exigences environnementales internationales sur
la compétitivité des entreprises.
Par la suite, il s’agira d’identifier les mesures et actions à mettre en place pour
atténuer cet impact, et pour le transformer en atout que pourrait avoir la
Tunisie vis-à-vis d’autres pays qui n’auraient pas adopté une attitude aussi
ouverte.

4.1.5. Politique de produits


D’une manière générale, les politiques environnementales se sont préoccu-
pées en premier lieu des conditions de fabrication des produits afin d’assu-
rer un respect des exigences environnementales en matière de rejets et de
pollution diverse.
Cependant, il faut se rendre compte que, lors de la consommation de ces
produits puis de leur élimination, d’autres problèmes environnementaux
peuvent surgir.
L’exemple des produits agroalimentaires peut être cité, puisque le mode de
distribution de ces produits ainsi que leur consommation peut avoir une
incidence sur la santé des citoyens.
Les emballages sont également un autre exemple, puisque, selon que l’on
utilise un matériau plastique, carton ou bois, l’impact final sur l’environne-
ment sera différent42.
En matière d’économie d’énergie également, la conception des produits peut
avoir un impact plus ou moins favorable à la préservation des ressources
énergétiques du pays, et ce, indépendamment des conditions de fabrication
des produits en question.

42
Pour illustrer ceci, signalons que, depuis l’introduction de la directive européenne sur l’obligation du recyclage
des emballages, plusieurs grandes surfaces en Europe, ont opté pour les caisses plastiques comme emballage des
fruits et légumes, alors que le mode d’emballage dominant était le bois et le carton. En effet, ces caisses en plasti-
que étant consignables, ne sont pas soumises à l’obligation de recyclage, contrairement aux autres matériaux.

60
• Il est donc souhaitable d’adopter une approche intégrée verticalement
pour analyser l’ensemble du cycle de vie des produits, à partir de
l’extraction des matières premières, en passant par leur traitement, par la
fabrication proprement dite, par leur distribution, jusqu’à leur utilisation et
la gestion des déchets.
4.2. Actions sur le volet environnemental

4.2.1. Mettre en place des programmes spécifiques par branche d’activité


A partir des différentes études menées par le Ministère de l’Environnement
et du Développement Durable sur l’incidence environnementale de l’indus-
trie tunisienne, il apparaît qu’un certain nombre de secteurs ou branches
d’activités présentent des situations assez critiques en matière de pollu-
tion.
A titre d’exemple, nous avons cité le cas de l’industrie chimique, des cimente-
ries, des carrières, des tanneries, du textile, de l’alfa,...
Pour remédier à cette situation, il est important de trouver les solutions adé-
quates pour les problèmes qui sont, soit communs à plusieurs industries,
soit dont l’ampleur est significative pour une même entreprise (cas du phos-
phogypse, par exemple).
Ceci devra permettre par la suite de mettre en place un programme spéci-
fique de lutte contre la pollution, qui comprendra, pour chaque problémati-
que ou secteur, les solutions techniques adéquates, les coûts, les mécanismes
de subvention, la législation à appliquer, et les délais.
Une assistance technique aux opérateurs devrait également être prévue
pour les aider dans la mise en place des actions.
Pour que de tels programmes réussissent, il est primordial d’associer les opéra-
teurs eux-mêmes dans la phase de conception, de mise en place et d’évaluation.
En effet, il faudra veiller à concevoir des programmes dont le coût soit sup-
portable par les industriels, qui ne porte pas préjudice à leur compétitivité,
et qui soit réellement une opportunité pour garantir la pérennité et la com-
pétitivité future des entreprises.

61
4.2.2. La sensibilisation des opérateurs
Comme nous l’avons mentionné plus haut, la démarche du développement
durable de l’industrie nécessite la mobilisation de tous les acteurs dans le
secteur. Cette mobilisation n’est possible qu’à travers une prise de conscien-
ce générale de l’importance de ce processus pour assurer une croissance du-
rable du pays qui permet de maximiser le bien être de la génération actuelle
sans affecter celui des générations futures.
Les cadres dirigeants des entreprises n’ont, pour la plupart, pas reçu de for-
mation sur la problématique de l’environnement.
De ce fait, ils sont peu sensibles à cette problématique, et ne savent pas com-
ment l’aborder, en dehors du volet traitement des rejets.
C’est pourquoi, il est important d’organiser des cycles de sensibilisation dans
le but d’introduire, d’abord chez les dirigeants, une prise de conscience des
enjeux liés à une meilleure prise en compte de l’environnement dans le ma-
nagement de leurs entreprises.
Il s’agira plutôt d’actions pédagogiques visant à changer les comporte-
ments et la prise de décision, et non pas une information technique sur les
processus de traitement de la pollution.
A ce titre, nous avons rappelé auparavant que la prise en compte des aspects
environnementaux n’est pas un handicap pour le développement industriel
mais qu’elle a, au contraire, un impact positif sur la compétitivité des entre-
prises, en réduisant par exemple leur consommation de ressources.
Cette vision n’est cependant pas comprise par la plupart des industriels, et
l’un des objectifs de la sensibilisation proposée est de traiter de
cette vision, en donnant des exemples concrets d’entreprises,
ayant amélioré leur compétitivité grâce à des programmes en-
vironnementaux.
4.2.3. L’information et le rôle des associations de consommateurs
La mise en place d’un programme de développement durable ne peut réus-
sir sans une implication forte des consommateurs.
En effet, ce sont eux qui, en dernier ressort, ont la possibilité de sanctionner
tel produit dont la consommation ou la production a un impact négatif sur

62
l’environnement, et ce, en changeant leurs habitudes d’achat, par exemple.
Pour que les consommateurs puissent user de ce pouvoir, il faudrait d’abord
qu’ils soient informés et sensibilisés sur la problématique environne-
mentale.
Un programme national de sensibilisation des consommateurs devra ainsi
être prévu et traitera de thèmes divers tels que, par exemple celui des em-
ballages recyclables, de l’utilisation dans le procédé de fabrication de subs-
tances nuisibles à l’environnement, de l’impact d’un mauvais traitement des
rejets sur la santé des citoyens, …
Il faut ensuite qu’ils puissent accéder à l’information sur les produits et
leur condition de fabrication: ceci sera possible en introduisant une réglemen-
tation en matière d’étiquetage des produits et l’instauration d’un écolabel.
De plus, il faudrait concevoir l’information sous une forme participative,
et non conflictuelle, c’est-à-dire que les entreprises, les travailleurs, les con-
sommateurs et les organisations non-gouvernementales (dont par exemple
l’organisation de défense des consommateurs), doivent dialoguer ensemble
et débattre sur les modes de production et de consommation, de manière à
faciliter la transition vers le développement durable.
Cette démarche participative est primordiale car elle permet de débattre
sur les conséquences économiques et sociales des différents choix techni-
ques qui pourraient être envisageables.
Bien entendu, ce dispositif devra être complété par la mise à disposition des
citoyens et/des associations de consommateurs, de moyens efficaces pour
faire entendre leur voix (par exemple procédures judiciaires à l’encontre
de ceux qui ne respectent pas les exigences environnementales).
4.2.4. La législation sur la pollution et les structures de contrôle
La mise en place d’un cadre législatif exhaustif et complet permet de bien
distinguer les responsabilités en terme de classification et de gestion des
rejets.
De plus, il faudra veiller à la conformité de ce cadre législatif tunisien avec
celui qui est en vigueur à l’échelle internationale (Exemple : il faudra intégrer
dans la réflexion sur la législation tunisienne, le fait qu’en Europe, les possibi-

63
lités de mise en décharge deviennent de plus en plus strictes)
Ainsi, les volets suivants devraient être étudiés :
- La définition claire des rejets (hydriques, solides et gazeux) selon leur com-
position et leur degré de toxicité : les types de rejets non encore définis avec
précision devront l’être (ex caractérisation des boues, rejets d’huile usa-
gées,…)
- La définition des conditions de stockage et de tri des déchets dans les usi-
nes;
- La révision de la tarification en matière de coût43 des déchets remis en dé-
charge par les industriels;
- L’identification des déchets susceptibles d’être rejetés dans les décharges
publiques;
Par ailleurs, nous avons signalé précedent la nécessité d’une révision de la
norme NT 106.002, afin d’introduire la notion de capacité d’absorption du mi-
lieu et sa vulnérabilité44.
De plus, cette norme ne prend pas en considération les particularités secto-
rielles qui peuvent induire une interprétation spécifique de la composition
des déchets. Ainsi, dans le cas de l’industrie des batteries, les normes inter-
nationales fixent un seuil de déchets rapporté aux quantités de batteries
produites. Ceci permet de qualifier les industries concernées en fonction de
leur niveau de pollution par unité de produit fabriqué.
En outre, il y a lieu de revoir la législation sur les établissements classés, qui,
de part son ancienneté, ne permet plus de définir avec précision la nature
des établissements en question. Une harmonisation des différentes nomen-
clatures sur les entreprises (INS, API, ONAS,..) devrait ainsi être assurée.
Pour assurer le respect de ces règles, les mécanismes de contrôle ainsi que les
moyens mis à la disposition des agents chargés de cette opération devraient
être réétudiés.
Ainsi, l’ANPE, dans sa structure actuelle ne dispose pas de moyens humains

43
Une étude visant à déterminer le coût à la tonne de gestion des déchets est actuellement en cours.
44
Une révision de cette norme est en cours actuellement

64
et financiers suffisants pour faire un contrôle efficace des entreprises. Il fau-
drait que les agents chargés du contrôle puissent disposer du temps suffi-
sant et des moyens pour faire les prélèvements d’échantillons sur les rejets
par exemple, et les analyser. De plus, parmi les autres prérogatives de l’ANPE,
figure l’aspect contrôle du procédé industriel des entreprises, dans le but de
conseiller celles-ci sur les pistes d’amélioration des performances environne-
mentales, ce qui exige des compétences différentes de celles des contrôleurs.
Il faudrait donc revoir le mode d’intervention de l’ANPE, au niveau :
- de la compatibilité de ces missions de conseil et de contrôle
- des moyens humains et financiers : la possibilité de sous-traiter les opéra-
tions de contrôle à des experts indépendants pourrait éventuellement être
étudiée.
4.2.5. La veille sur les technologies environnementales
L’amélioration des performances économiques et environnementales des so-
ciétés industrielles constitue l’un des objectifs du développement durable. Il
s’agit de se tenir informé des principales innovations sur le plan technologique
qui permettront de développer les performances des sociétés industrielles et
de réduire leur nuisance environnementale. Toutefois, le tissu industriel tu-
nisien se caractérise, de manière générale, par une maîtrise incomplète de ce
volet et même lorsqu’il est relativement introduit dans le fonctionnement des
entreprises, les aspects liés à l’environnement sont marginalisés.
Pour remédier à cette lacune, il serait intéressant que les organismes d’as-
sistance (ANPE, CITET, les centres techniques,…) s’impliquent dans cette dé-
marche pour collecter et analyser les nouveautés sur le plan technologique
qui ont trait à l’amélioration de la productivité et à la limitation des effets
environnementaux. Ces informations devraient être par la suite fournies
aux industriels afin qu’ils puissent orienter leurs décisions en matière de
choix technologique.
4.2.6. Introduction du management environnemental
4.2.6.1. ISO 14000
La démarche « Qualité » suppose l’intégration de la préoccupation environ-
nementale dans le management de l’entreprise par l’application d’une

65
stratégie préventive qui intègre l’environnement au processus de produc-
tion.
Produire plus propre et maintenir un niveau élevé d’efficience écologique
sont aussi deux critères d’évaluation importants des entreprises.
Dans ce cadre, la norme ISO 14001 est une référence internationale en matiè-
re de gestion environnementale. Plusieurs entreprises ont mis en place les
recommandations de cette norme afin d’affirmer leur engagement envers
la conformité réglementaire, la prévention de la pollution et l’amélioration
continue
La mise en oeuvre d’un système de management environnemental permet
de disposer d’un outil dynamique permettant de gérer les points critiques
en matière de risque d’impact sur l’environnement des activités de l’entre-
prise.
Elle permet aussi une maîtrise des coûts par la prévention, en matière de
gestion des matières premières et des déchets et la recherche d’une utilisa-
tion de technologies propres.
La certification qui couronne le processus peut être considérée comme une
opportunité extérieure offerte à l’entreprise pour la faire bouger, replacer
explicitement la gestion de l’environnement en tant qu’axe majeur du mana-
gement et faire participer tous ses membres à un projet d’amélioration.
Etre certifié ISO 14001 et obtenir un écolabel donnent ainsi un avantage
concurrentiel incontestable à l’entreprise, et peut constituer également un
outil de promotion de l’image de marque de celle-ci auprès de ses clients.
C’est pourquoi il est important d’inciter les entreprises à introduire un tel
système de management environnemental.
Ceci nécessitera de former des structures de conseil pour accompagner les
entreprises dans ces démarches.
Citons sur ce sujet le projet qui a été mené, sur financement de la GTZ, pour
la mise à niveau des entreprises aux exigences environnementales (MNE).
Outre la certification ISO 14000, ce projet développe et diffuse des instru-
ments de management environnemental et des solutions techniques spéci-
fiques au sein des entreprises

66
4.2.6.2. Encourager les audits environnementaux indépendants
La pratique des audits environnementaux est devenue de plus en plus cou-
rante dans un grand nombre de pays.
Il s’agit, en général, d’audits volontaires et non obligatoires, menés par des
organismes ou des experts indépendants.
Dans certains cas, comme aux Etats-Unis, cet audit est même obligatoire
pour les entreprises qui s’introduisent en bourse. L’audit est également exigé
dans quelques cas par les compagnies d’assurance, ainsi que par des investis-
seurs institutionnels en cas d’acquisition d’entreprises ou d’investissements
importants.
Il serait ainsi souhaitable que, dans un premier temps, ces audits soient exi-
gés, en Tunisie, des entreprises publiques.
Pour les entreprises privées, un mécanisme de prise en charge partielle de
ces audits devra être mis en place. Le programme de mise à niveau, qui prend
en charge 70% du coût des actions immatérielles pourrait être le cadre adé-
quat pour un tel mécanisme.
A cet effet, il serait envisageable de demander cet audit aux entreprises qui
adhèrent au programme de mise à niveau, au même titre que l’audit techni-
que, financer et organisationnel qui est pratiqué actuellement.
Les actions qui seront recommandées par ces audits devraient alors être
éligibles au mécanisme de la mise à niveau, notamment pour le volet imma-
tériel.
Enfin, il pourrait être envisagé d’accorder une bonification de taxes liées à
l’environnement, pour les entreprises dont le résultat des audits est satis-
faisant.

4.2.7. L’industrie du recyclage


Nous avons cité auparavant les principales contraintes qui freinent le dé-
veloppement de l’industrie du recyclage en Tunisie. Il s’agit d’intégrer ces
contraintes dans la réflexion sur le développement durable de l’industrie
tunisienne vu l’importance de la notion de recyclage et de valorisation des
déchets dans cette démarche.

67
4.2.8. Cartographie des ressources
La préservation des ressources naturelles constitue une composante fonda-
mentale du développement durable, dans la mesure où il s’agit de ne pas com-
promettre la disponibilité de ces ressources pour les générations futures.
Au stade actuel, il est difficile d’évaluer la situation présente de l’industrie
tunisienne sur ce volet, du fait de l’absence d’un inventaire exhaustif des res-
sources disponibles, et de leur durabilité.
C’est pourquoi une action de fond devra être engagée pour dresser une car-
tographie des ressources non durables utilisées par l’industrie tunisienne,
avec l’estimation de leur durabilité, en fonction des projections du dévelop-
pement industriel.
Ceci devra aboutir à un plan national d’utilisation des ressources, qui indi-
quera les seuils critiques d’exploitation lorsque les ressources sont renou-
velables, et les alternatives éventuelles pour une substitution avec d’autres
types de ressources.
Ce plan devra ainsi comporter les volets suivants :
• seuils critiques d’exploitation pour les ressources renouvelables (principe
de régénération des ressources): ce seuil devra permettre de ne pas con-
sommer les ressources au-delà de leur rythme de régénération;
• seuils de consommation des ressources non renouvelables (principe de
substituabilité): ce seuil devra tenir compte des possibilités de subs-
titution de ces ressources par d’autres ressources renouvelables et/ou
par d’autres formes de capital;
• principe d’assimilation : les rejets de substances dangereuses ou pol-
luantes dans l’environnement ne doivent pas excéder sa capacité d’assi-
milation, et les concentrations doivent être maintenues en dessous des
niveaux critiques dont le respect a été jugé nécessaire pour protéger la
santé humaine et l’environnement. Lorsque la capacité d’assimilation
est effectivement nulle les rejets doivent être strictement proscrits
pour éviter toute accumulation dans l’environnement ;
• l’absence d’irréversibilité : Ce principe a pour but de protéger les
processus naturels capables de préserver ou de rétablir l’intégrité des

68
écosystèmes, et des cycles géochimiques et hydrologiques, qui auraient
pu être affectés par les activités humaines.
De plus, il sera utile de prévoir un recensement des industries les plus pol-
luantes en Tunisie.
Ceci permettra de mettre en place un programme d’actions hiérarchisé,
pour traiter les problématiques environnementales

4.2.9. Encouragement à la préservation des ressources


Le plan national d’utilisation des ressources proposé précédemment consti-
tuera une référence de base pour gérer au mieux ces ressources.
Une gestion durable de ces ressources devra partir du principe que leur prix
puisse intégrer à la fois leurs valeurs d’usage et de non-usage.
En effet, un certain nombre de services écologiques fournis par les ressour-
ces naturelles ne peuvent être aisément pris en compte dans les prix sur le
marché, et il faudrait concevoir une approche pour en tenir compte.
Pour aider les entreprises qui s’engageraient à changer leur mode de con-
sommation de ces ressources, il est nécessaire de prévoir un mécanisme de
soutien, comportant notamment une aide financière lorsque l’entreprise
doit engager des investissements à cet effet.

4.2.10. Réaliser des études sur l’évaluation des bénéfices des mesures et
programmes environnementaux
Les mesures environnementales prises dans le secteur de l’industrie
sont nombreuses : elles concernent les études d’impact environnemen-
tales, l’introduction des technologies propres, le management environ-
nemental, le recyclage,…Des fonds conséquents ont été dépensés dans
ce sens, à travers le FODEP, le FODEC, la coopération internationale, les
entreprises,…
Cependant, le gain induit en terme économique n’a pas été chiffré, ce qui
ne permet pas, d’une part de sensibiliser les opérateurs sur l’importance de
telles mesures, et d’autre part, n’alimente pas suffisamment le discours pour
justifier la mobilisation des ressources nécessaires.

69
C’est pourquoi, il est utile de mener des études d’évaluation des bénéfices que l’on
a pu obtenir suite à la mise en place d’actions à caractère environnemental.
Ces études seront ensuite médiatisées pour montrer que le respect de l’envi-
ronnement est un investissement que l’on récupère rapidement. Signalons que
quelques tentatives d’évaluation ont été faites dans ce sens, notamment dans
certains programmes de la GTZ, mais se sont limitées à quelques projets précis.

4.3. Actions sur le volet social


4.3.1. La Formation
De manière générale, le rehaussement du niveau des compétences et la maî-
trise des procédés technologiques constituent des garanties fortes pour as-
surer la pérennité du développement.
C’est pourquoi le développement durable part du principe que le développe-
ment doit être basé sur la promotion de l’individu, son accès au savoir,….
La formation dans le secteur industriel a fait l’objet de plusieurs program-
mes nationaux.
Plusieurs insuffisances demeurent dans ce secteur, comme nous l’avons signalé
auparavant Ainsi, les actions de formation dans le domaine de l’environnement
restent peu nombreuses.
C’est pourquoi, outre les actions de sensibilisation des dirigeants proposées
précédemment, la nécessité d’un programme national de formation dans le
domaine de l’environnement est à affirmer. Ce programme devrait avoir les
deux composantes suivantes45:
4.3.1.1. La formation des cadres des organismes de conseil publics et pri-
vés en matière environnementale
Il s’agit de former les cadres des centres techniques et des bureaux privés
sur divers outils techniques en matière de protection de l’environnement
et de préservation des ressources. Ces cadres sont censés apporter leur
soutien aux entreprises industrielles en matière de choix environnemen-
taux et d’optimisation des process.

45
La GTZ a déjà initié un programme dans ce sens en 2004

70
De cette façon, l’o ffre de conseils et d’a ssistance aux entreprises sera
démultipliée, ce qui permettra d’avoir un meilleur impact sur les ac-
tions environnementales des entreprises.
4.3.1.2. La formation des cadres d’entreprises
Pour assurer leur efficacité, les actions de formation devraient être grou-
pées par secteur. En effet, le fait de programmer des actions par branche
industrielle permet de distinguer des problématiques environnementales
spécifiques et concrètes ce qui susciterait l’intérêt des industriels.
De plus, ces séminaires de formation devraient déboucher sur des actions
d’accompagnement et de mise en place des solutions préconisées. Cet ac-
compagnement sera assuré par les experts tunisiens susmentionnés et qui
seront assistés, en cas de besoin, par des experts étrangers.
Le fait de programmer ce genre d’action permet d’impliquer les organismes
publics dans la résolution des problèmes environnementaux au sein des so-
ciétés et de rompre ainsi avec l’image de contrôle et de répression attribuée,
généralement, à ces derniers. Ceci permettrait une meilleure collaboration
public – privé, ce qui est indispensable pour atteindre les objectifs dans le
domaine environnemental.
Les thèmes qui devraient être évoqués dans ces actions de formation sont
multiples :
- La réduction des consommations énergétiques par l’utilisation de procé-
dés technologiques performants.
- Le stockage et le tri des déchets au niveau des unités industrielles.
- Le recyclage des déchets.
- L’exploitation rationnelle des ressources.
- L’utilisation de matériaux de substitution.
- Le traitement et l’évacuation des effluents.
- La réduction des dégagements gazeux.
- L’amélioration des conditions de travail (motivation, aménagement des
locaux, organisation des postes,…).
- L’organisation de la fonction environnement au sein d’une entreprise (ob-
jectifs, actions, description de fonction du responsable, ses pouvoirs,…).

71
4.3.2. Inciter les entreprises à désigner un responsable environnement
La présence d’un tel responsable est en effet importante, et son action doit
faire partie des tâches courantes de l’entreprise.
Il s’agit d’assurer l’interface entre l’extérieur et l’intérieur de l’entreprise, tant
dans ses aspects de réglementation, de communication, d’investissements,
de suivi,… que dans la sensibilisation et la formation de l’ensemble du per-
sonnel.
Pour ce faire, il doit être doté d’un pouvoir de décision, comme par exemple,
arrêter un processus contraire au respect des normes ou des exigences en-
vironnementales.
Son action doit également toucher les aspects esthétiques de l’entreprise,
l’organisation des postes de travail, afin d’offrir au personnel, un cadre de
travail agréable.
4.3.3. Amélioration des conditions de travail
L’organisation du travail au sein des entreprises a un impact réel sur la pro-
motion de l’individu.
C’est pourquoi, tout effort en matière de gestion de l’environnement doit né-
cessairement intégrer une réflexion sur l’organisation des lieux et des postes
de travail de manière à intérioriser l’impact d’une stratégie environnemen-
tale de l’entreprise, qui ne doit, en aucun cas, s’occuper uniquement des rela-
tions avec l’extérieur.
Ces actions ne devraient pas être considérées comme une contrainte qui s’im-
poserait à l’entreprise, mais réellement un moyen d’améliorer la productivité
du personnel, grâce à un environnement du travail agréable et bien conçu.
Les constats signalés précédement montrent que des actions doivent être
prévues en matière :
- de propreté des usines;
- d’architecture industrielle;
- d’aménagement et d’ergonomie des postes de travail;
- de vestiaires, zones de repos pour le personnel,…
- de conditions de manutention.

72
4.3.4. Politique de prévention des risques industriels
Comme indiqué au § 2.3.3, une politique en matière de prévention des risques
et de maîtrise des conséquences des accidents devrait être mise en place.
Une telle politique pourrait comporter les volets suivants :
• Etablir un recensement des industries à risque potentiel;
• Demander aux industries à risque d’élaborer des études de danger, à
soumettre aux autorités compétentes. Cette approche pourrait être
similaire à celle des études d’impact sur l’environnement, à savoir que
les études de danger en question seront soumises au contrôle des auto-
rités, qui seront chargées de les valider, pour s’assurer que l’ensemble
des risques ont bien été identifiés et qu’un plan de prévention a été
dressé, ainsi qu’un plan de lutte contre les accidents éventuels (plan de
secours);
• Etablir une réglementation comportant les prescriptions spécifi-
ques aux industriels (règles d’aménagement, consignes d’exploitation,
moyens de surveillance et de contrôle des installations,..);
Cette réglementation devra s’intéresser également à l’urbanisme autour
des sites industriels à risques (l’exemple de la SIAPE peut être cité sur ce
point, puisqu’à l’époque de sa création, il n’était pas prévu que l’urbanisa-
tion se rapproche de ce site);
• Charger une instance gouvernementale du contrôle des risques (ex le
Ministère de l’industrie dans lequel existe une direction sécurité, en re-
lation avec les autorités régionales et d’autres ministères) : Des contrô-
les périodiques devront être effectués par cette instance pour vérifier
la bonne application de la réglementation;
• Enfin, il ne faut oublier la formation du personnel des entreprises sur la
maîtrise de ces risques, et sur le volet sécurité d’une manière générale.
Directive SEVESO : 1239 établissements recensés en France
Une directive relative aux risques technologiques majeurs, appelée direc-
tive Seveso, avait été adoptée par l’Union européenne après l’accident sur-
venu à Seveso (Italie) , le 10 Juillet 1976.
Le 3 Février 1999, un autre texte, appelé Seveso II, a été adopté, renforçant

73
la prévention dans les établissements abritant des substances dangereuses.
Il met l’accent sur les dispositions que doivent prendre les exploitants en ma-
tière de prévention des accidents majeurs. L’inspection des sites concernés
a, elle aussi, été renforcée sur la base de programmes annuels. Le dernier
recensement, d’Octobre 2001, dénombre, en France, 1239 établissements Se-
veso II…. Les diverses branches de l’industrie concernées sont : l’industrie
chimique, les usines métallurgiques et de production de pneus, certaines
industries agroalimentaires (sucreries, distilleries), les verreries, les unités
de stockage de gaz industriels, d’ammoniac agricole, les usines de microélec-
tronique, les entrepôts, les carrières, les unités de traitement de l’eau et les
établissements de recherche…
4.3.5. Soutien à l’emploi
Les enjeux auxquels sont confrontés les industries tunisiennes à la fois de-
vant le changement économique international, que face à la nécessaire prise
en compte des aspects environnementaux, ne manqueront pas d’avoir des
répercussions négatives sur certaines catégories d’emploi.
Ainsi, les entreprises qui n’auront pas fait l’effort de modernisation nécessité
par l’ouverture économique, et qui n’auront pas intégré les exigences envi-
ronnementales dans leur stratégie, auront du mal à se maintenir sur le mar-
ché national et international.
De ce fait, il est probable d’assister à des réductions d’effectifs dans certaines
industries, même si d’autres créations d’emploi verront le jour.
Le sort de ces travailleurs dont l’entreprise n’aurait pu se maintenir en acti-
vité devra alors être pris en compte, et des programmes spécifiques devront
être conçus à cet effet.
De tels programmes pourraient, par exemple, prévoir :
• le soutien financier transitoire du personnel licencié;
• l’aide à la recherche d’un autre emploi;
• des programmes de recyclage.
4.3.6. Elimination de la discrimination entre les sexes
L’égalité entre les hommes et les femmes devra être retenue comme

74
orientation de fonds dans la perspective d’un développement industriel
durable.
Diverses études ont montré que les femmes étaient surtout employées
dans l’industrie tunisienne, dans des tâches spécifiques (confection, bureau-
tique,…), et qu’elles avaient plus difficilement accès aux postes techniques.
Il convient alors de faire en sorte, par des actions de sensibilisation des em-
ployeurs, et par une formation adaptée, que les conditions d’accès à l’emploi
soient non discriminatoires vis-à-vis des femmes.

4.3.7. Assurer un développement régional intégré et cohérent, respectant


les schémas d’aménagement du territoire
La plupart des industries tunisiennes se trouvent dans les zones proches
des grandes villes.
Divers instruments incitatifs à la décentralisation industrielle ont été mis
en place en Tunisie, et offrent des subventions très importantes46 pour ceux
qui s’implantent dans les zones défavorisées.
Ces mesures commencent à donner des résultats assez encourageants,
puisque l’on a assisté à une augmentation substantielle des investissements
industriels dans ces régions.
Cependant, il convient de retenir le principe de développement régional intégré
et cohérent, de préférence à celui d’équilibre régional, qui a montré ses limites.
D’un autre côté, nous constatons que les schémas d’aménagement du ter-
ritoire, qui, entre autres, définissent les zones réservées aux implantations
industrielles, ne sont pas appliqués de manière stricte. Ceci conduit à une
implantation de certaines unités industrielles dont l’impact sur l’environne-
ment n’est pas souhaitable.
Il convient ainsi, dans la perspective d’un développement industriel durable,
d’introduire la notion de développement régional intégré, et de veiller au res-
pect des plans d’aménagement. De plus, il faut améliorer les infrastructures
au sein des régions défavorisées, de manière à garantir des conditions d’ex-
ploitation viables aux unités qui s’y trouvent.
46
Ces subventions atteignent jusqu’à 25% du coût du projet, sans limitation de montant

75
Les axes de réflexion suivants sont également à approfondir, pour assurer
une présence industrielle sur le territoire, en cohérence avec les objectifs du
développement durable :
- Peut-on prévoir une implantation de zones industrielles en fonction
de la vocation de chaque région ?
- Faut-il opter pour des petites ou pour des moyennes zones industrielles ?
- Peut-on spécialiser des zones industrielles par nature d’activité (l’exem-
ple du cas des tanneries a été cité dans le présent rapport) ?

4.4. Actions horizontales


4.4.1. Concevoir une fiscalité adaptée au développement durable et au
contexte tunisien
4.4.1.1. La problématique de la fiscalité et du développement durable
D’une manière générale, les taxes mises en place au sein de la plupart des
pays, y compris en Tunisie, se basent sur le principe du « pollueur – payeur ».
Cela veut dire que le coût de la prévention et de la lutte contre la pollution
doit se répercuter sur les prix et les coûts des biens dont la production et/ou
la consommation sont génératrices de pollution.
De ce fait, ces taxes devraient inciter les producteurs à prendre diverses
mesures pour réduire la pollution (introduction de nouvelles technologies,
innovations technologiques,…).
Cependant, il est montré que ces taxes se répercutent souvent sur le con-
sommateur, à travers le prix des produits et services, ce qui a tendance à
pénaliser les citoyens dont le revenu est modeste.
Ces taxes peuvent également avoir une incidence sur la compétitivité in-
ternationale des entreprises, bien que, pour le moment, des études me-
nées par l’OCDE ont montré que ce phénomène n’a pas encore été observé.
En effet, les entreprises qui subissent ce genre de taxes reçoivent, souvent,
des exonérations diverses, dont l’effet est d’annuler ou d’atténuer l’effet de
la taxe en question.
C’est pourquoi, il est important de bien définir l’objectif poursuivi par l’ins-
tauration des taxes liées à l’environnement, avant de les mettre en place,

76
de manière à s’assurer de leur impact effectif en matière de lutte contre la
pollution d’une part et de préservation des intérêts économiques et sociaux
des opérateurs, et à la compétitivité internationale des entreprises.
D’une manière générale, pour que les marchés contribuent à des résultats
durables, les prix doivent refléter l’intégralité des coûts et avantages pour les
collectivités des biens et services produits. Cela peut nécessiter l’élimination
des incitations à la surexploitation des ressources naturelles et à la détério-
ration de l’environnement, ou l’introduction d’incitations positives à l’amé-
lioration de l’environnement.
Ceci conduit à la nécessité d’une réflexion sur la nature de la régle-
mentation à adopter, qui, d’une manière générale, peut combiner la
taxation proprement dite avec d’autres formes de réglementation, com-
me les démarches volontaires, les réglementations contraignantes et les
permis négociables47.
4.4.1.2. Repenser les mécanismes d’incitations en Tunisie
Les mécanismes de sensibilisation et de répression légale sont insuffisants pour
assurer l’adhésion des opérateurs industriels dans un processus de développe-
ment durable. C’est pourquoi des mesures incitatives devraient être mises en
place et d’autres devraient être renforcées pour atteindre cet objectif.
Les programmes actuels d’incitation à l’investissement dans le secteur
de l’environnement devraient être mieux vulgarisés et les procédures
administratives en matière d’obtention des subventions liées à ces in-
vestissements devraient être allégées.
De plus, ces programmes devraient jouer un rôle mobilisateur pour la con-
duite d’actions liées à l’environnement. C’est ainsi que le FODEP par exemple,
est plutôt perçu actuellement comme un mécanisme « passif » dans la me-
sure où il se limite principalement à l’examen des demandes de subvention,
sans pour autant avoir un rôle moteur dans l’initiation d’actions particuliè-
res avec les industriels.
A ce titre, une évaluation du mode de fonctionnement du FODEP devrait être
conduite, afin de mesurer son impact et sa perception par les industriels.
47
Une étude a été initiée en Janvier 1998 par le Ministère chargé de l’environnement sur ce sujet , avec le
bureau hollandais Tebodin

77
Outre les incitations liées à l’environnement, l’amélioration des conditions
du travail et de sécurité dans les unités industrielles devraient faire l’objet
d’un programme d’encouragement dédié aux sociétés qui investissent dans
ce domaine.
Le rôle de l’administration tunisienne, en tant que consommatrice de biens
peut être mis à profit du développement durable, dans la mesure où l’on
intègre, dans les clauses des marchés publics, des critères de bonification
pour les entreprises qui ont mis en place une politique environnementale
efficace.
Une telle action a été menée avec succès par certaines administrations, pour
ce qui est de la qualité (ex : STEG, SONEDE,…).
La généralisation de cette démarche à l’environnement aura certainement
un effet incitatif pour les entreprises, et son efficacité serait probablement
meilleure qu’une taxation classique.
Enfin, dans le cadre de l’e ncouragement de l’utilisation de produits
respectueux de l’e nvironnement et de la santé des consommateurs,
il est envisageable d’introduire une fiscalité avantageuse pour de tels
produits. A titre d’e xemple une TVA à taux réduit pourrait être prévue
pour des produits labellisés, afin de compenser le coût, généralement
élevé de leur production.
4.4.2. Introduire les instruments d’évaluation stratégique environne-
mentale
L’utilisation de l’évaluation stratégique environnementale (ESE) est
préconisée pour la prise en compte des préoccupations écologiques à
l’étape de l’élaboration des politiques sectorielles, des plans et program-
mes. Il s’agit d’un mécanisme mis au point pour surmonter les difficul-
tés associés à la mise en œuvre du développement durable.
Une ESE peut être liée à un secteur économique, comme l’industrie, l’énergie,
le tourisme… ou à une zone ou région géographique donnée.
Le principal avantage d’une ESE est qu’elle permet l’examen d’impacts à plus
long terme et cumulatifs, ainsi qu’un éventail de variantes plus large que
les évaluation d’impact classiques et spécifiques aux projets. En outre, l’ESE

78
peut faciliter les consultations avec le grand public grâce à l’identification
des problèmes, à la mise en route de la collecte des données de référence et
à l’élaboration de programmes d’action.

4.4.3. Rôle des pays développés


Les pays développés ont un rôle à jouer pour aider des pays comme la
Tunisie à mettre en place une politique de développement durable.
Ce principe est unanimement reconnu, notamment au sein de l’OCDE, qui a
déjà affirmé une telle position.
L’intervention des pays développés pourrait être sollicitée sur les volets sui-
vants :

• Faciliter l’accès aux marchés de ces pays, par la mise en place de me-
sures préférentielles, notamment celles qui concernent les exigences
environnementales et sociales;

• Aide pour le renforcement des capacités tunisiennes à gérer leurs res-


sources naturelles et à lutter contre la pollution;

• Aide à l’acquisition et au transfert des technologies nécessaires pour


atteindre les objectifs d’un développement durable;

• Financement de la formation sur les technologies environnementales;

• Encourager les investissements directs étrangers en Tunisie , en


veillant à ce qu’ils n’aient pas d’incidences environnementales ou
sociales négatives, mais qu’ils contribuent à la croissance écono-
mique de la Tunisie, à la maîtrise technologique et à la diffusion
d’écotechnologies et de techniques et outils de gestion de l’envi-
ronnement.
4.4.4. Renforcer la réflexion interdépartementale sur le développement
durable
Les politiques en faveur du développement durable entrent en général dans
les attributions de plusieurs ministères.
Pour ce qui est du développement industriel durable, nous pouvons déjà citer

79
l’implication des ministères chargés de l’industrie et de l’énergie, de l’environ-
nement, de la formation professionnelle, de l’équipement, de l’agriculture, des
affaires sociales, des finances et de la coopération internationale,…
La réussite de ces politiques est donc fortement tributaire d’une bonne coor-
dination entre ces différents ministères, et à l’intégration par chacun d’entre
eux des objectifs économiques, sociaux et environnementaux.
En effet, il convient de s’assurer que des politiques sectorielles définies par
un département particulier ne soient contraires aux objectifs de la durabi-
lité, du fait qu’elles répondent à un besoin immédiat de développement sans
se préoccuper de l’incidence environnementale à long terme.
La désignation par chaque ministère d’un responsable environnement qui puis-
se servir d’interface avec les autres intervenants est nécessaire. Ces différents
responsables devraient également constituer un groupe de travail interminis-
tériel permanent pour suivre les actions planifiées, et évaluer les résultats.
La définition des objectifs du développement durable, et le chiffrage de la
cible des indicateurs identifiés dans le guide sera parmi les tâches de ce co-
mité.
4.4.5. Mise en place d’indicateurs et des guides sur le développement in-
dustriel durable
Les indicateurs de développement durable sont très utiles pour mesurer le
degré de conformité du pays aux objectifs qu’il s’est fixé et pour se rendre
compte des progrès accomplis.
Cependant, leur mise en place n’est pas aisée, puisqu’il s’agit de quantifier des
paramètres difficilement chiffrables.
Divers pays ont soulevé cette difficulté, et certains, comme le Canada, s’orien-
tent vers l’utilisation du « modèle du capital » qui observera les réserves des
principaux types de capital (produit, naturel et humain) dont les généra-
tions futures auront besoin. Parmi les actifs importants qui seront ainsi ob-
servés, citons les réserves de ressources naturelles, ainsi que les services fon-
damentaux de l’écosystème (tels que l’approvisionnement en eau et en sols
purs) dont dépendent notre société et notre économie.
Cette initiative est menée par un comité d’o rientation composé

80
d’o rganismes participant à l’é laboration d’indicateurs de durabi-
lité et provenant des universités, des groupes de protection de
l’e nvironnement, des représentants du gouvernement et des or-
ganismes économiques et financiers
Il est donc recommandé de mettre en place de tels indicateurs pour la Tuni-
sie, en adoptant une démarche progressive, qui permettra d’affiner les con-
cepts à utiliser.
De plus, il faudra veiller, lors de l’élaboration de ces indicateurs, à la définition
des objectifs à atteindre, qui constitueront une cible pour les indicateurs en
question.
Par ailleurs, il est nécessaire que ces indicateurs soient conçus de manière
spécifique pour chaque population cible, et qu’ils soient vulgarisés sous for-
me de guides destinés d’une part aux opérateurs de manière sectorielle, et
aux décideurs de manière globale.
4.4.6. Rôle des acteurs
Enfin, la dernière proposition que nous faisons peut être considérée
comme la condition de succès de l’ensemble de la politique du dévelop-
pement durable, à savoir, qu’il faut définir le rôle de chaque acteur dans
ce processus.
Il s’agit ainsi de tracer les contours de l’intervention de l’Etat; des collectivi-
tés locales, de l’UTICA, des associations professionnelles, de l’organisation des
travailleurs, de l’information; et plus généralement, de la société civile.

81
5. Annexes
• Synthèse
• Annexe au chapitre 1: Les zones de libre échange avec l’Union Euro-
péenne et les autres pays arabes
• Bibliographie
5.1. Synthèse
L’objet du présent rapport est de poser la problématique du développement
industriel durable en Tunisie.
Il comporte un aperçu sur la situation de l’industrie manufacturière tuni-
sienne, ses enjeux, et son impact sur les trois composantes du développe-
ment durable. Des recommandations et des pistes d’actions sont identifiées
pour concilier les exigences du développement industriel avec ceux du déve-
loppement durable.
5.1.1. L’industrie manufacturière
Le tissu industriel de la Tunisie compte environ 9 500 entreprises. Parmi cel-
les-ci, 5 468 ont un effectif supérieur ou égal à 10, dont 2 360 sont totalement
exportatrices.
La contribution des industries manufacturières au PIB progresse continuel-
lement : de 7% en 1962, elle passe à 14.3% en 1980, atteint 18.1% en 1991 et s’élève
à plus de 20% en 2004.
La part de l’industrie manufacturière dans les exportations de biens est pas-
sée de 41% en 1981 à 91% en 2004.
Des faiblesses structurelles et organisationnelles de l’industrie tunisienne
ont été identifiées, et constituent autant de difficultés qu’il faudra résoudre
pour affronter la nouvelle période que vît actuellement la Tunisie en ma-
tière d’ouverture sur son environnement international et à son intégration
dans un vaste ensemble économique constitué de l’Union européenne et de
tous les pays méditerranéens. A ce titre, l’industrie tunisienne devra relever
un certain nombre de défis dont : L’accroissement de la concurrence engen-
drée par la libéralisation du commerce extérieur; l’abolition des quotas dans
les échanges internationaux (AMF), l’apparition de nouveaux concurrents
ayant un coût de main d’œuvre très compétitif ou plus proche du principal

82
marché de la Tunisie qui est l’UE; la prise en compte plus marquée des as-
pects environnementaux, et les mesures de protection que certains pays
développés ont mis en place pour se prémunir vis-à-vis de la concurrence de
pays qui ne respecteraient pas ces exigences.
Ainsi, plusieurs analyses ont montré que de nombreuses entreprises
industrielles sont menacées de disparaître si elles ne s’adaptaient pas
à ce nouvel environnement. Un effort de modernisation et de mise à
niveau sera nécessaire pour maintenir et accroître sa compétitivité in-
ternationale.
5.1.2.L’impact de l’industrie tunisienne sur les 3 composantes du
développement durable
5.1.2.1. Impacts économiques
L’incidence économique du développement industriel futur, dans une
perspective d’une politique de développement durable se retrouve : dans
l’impact qu’aura l’ouverture économique de la Tunisie et la libéralisation
internationale des échanges sur la pérennité de certaines entreprises et
la préservation de l’emploi; dans l’impact des normes et exigences envi-
ronnementales et sociales fixées par les pays partenaires de la Tunisie
sur la poursuite des exportations tunisiennes; dans la capacité des en-
treprises à offrir des produits répondant aux normes techniques natio-
nales et internationales; et enfin, dans la capacité de ces entreprises à
intégrer les nouvelles technologies assurant une production plus propre
et une économie de ressources.
5.1.2.2. Impacts environnementaux
Les principaux impacts identifiés portent sur la pollution hydrique, les dé-
chets solides, l’exploitation des ressources naturelles et de l’énergie.
Cependant, la Tunisie ayant principalement une industrie de main d’ouvre,
avec peu de process polluants, sauf quelques cas spécifiques, l’impact envi-
ronnemental demeure maîtrisable, moyennant un traitement adéquat de
ces cas particuliers.
Il faut noter également que des efforts notoires ont été faits pour lutter con-
tre la pollution, et ce, particulièrement, depuis la parution de la législation
sur les études d’impact en 1991.

83
5.1.2.3. Impacts sociaux
Le volet social dans la démarche du développement durable de l’industrie
prend plusieurs formes dont nous citons : l’emploi sur lequel pèse une mena-
ce de suppressions de postes dans certains secteurs peu compétitifs, et qui
a déjà été constaté au cours de l’année 2005, particulièrement dans le textile;
les conditions de travail; la sécurité et la prévention des risques industriels;
la formation professionnelle; le développement régional et l’aménagement
des zones industrielles.
5.1.3. Les objectifs à atteindre pour un développement industriel durable
Il est fondamental de considérer que les aspects environnementaux ne
sont pas toujours un handicap pour le développement industriel mais
qu’ils engendrent souvent une économie de matière première, d’eau,
d’énergie, et d’autres charges diverses. Par voie de conséquence, ils sont
une source d’amélioration de la compétitivité des entreprises,
et non pas une charge supplémentaire.
Le développement durable de l’industrie tunisienne devra ainsi être conçu
dans le cadre des objectifs suivants :
Objectifs Objectifs Objectifs
économiques environnementaux sociaux
- Industrie en croissance
durable
- Industrie limitant la - Industrie fortement
- ancrée dans l’économie
dégradation des ressources créatrice d’emploi
internationale et
naturelles et favorisant - employant un
ouverte sur les marchés
l’économie de ces ressources personnel de plus en
étrangers
- préservant l’environnement plus qualifié
- assurant une source
en matière de pollution (air; - garantissant des
importante de rentrée
eau; sols) et de production de conditions de travail
de devises
déchets décentes
- maîtrisant la qualité des
- permettant une maîtrise des - respectant les schémas
produits et la qualité de
technologies de production d’aménagement du
l’organisation
propre territoire, et visant
- maîtrisant les nouvelles
- maîtrisant les systèmes un développement
technologies
de management régional intégré et
- capable de réaliser environnemental cohérent
des innovations
technologiques

84
5.1.4.Pistes d’actions pour atteindre les objectifs du développe-
ment industriel durable
La réflexion sur le développement durable de l’industrie devrait porter sur
les pistes d’actions suivantes :
5.1.4.1. Actions sur le volet économique
• Amélioration de la compétitivité industrielle
Les années à venir constituent une étape cruciale pour la pérennité
des entreprises.

Celles-ci sont appelées à mener des actions de fond pour renforcer


davantage leur compétitivité pour lutter contre la concurrence sur
le marché national et pour préserver et accroître leur présence sur
les marchés étrangers. Une mutation est exigée dans certains cas,
comme le textile, où le passage du statut de sous-traitant à celui de
fabricant de produit fini est de plus en plus nécessaire. C’est là le prin-
cipal objectif du programme de mise à niveau (PMN) et celui de la mo-
dernisation industrielle (PMI), pilotés par le Ministère de l’Industrie, de
l’énergie et des PME.

• Amélioration de la qualité des produits fabriqués, du ma-


nagement de la qualité et maîtrise de la technologie

Cette action comporte plusieurs volets, dont nous citons : l’établisse-


ment de normes homologuées et le contrôle de leur application; la
mise en conformité avec les exigences normatives pour l’accès aux
marchés étrangers; l’accréditation des laboratoires tunisiens et re-
connaissance mutuelle; le renforcement de la maîtrise des systèmes
de management de la qualité; l’incitation à la maîtrise et à l’innovation
technologique.

• Politique de produits

D’une manière générale, les politiques environnementales se sont


préoccupées en premier lieu des conditions de fabrication des pro-
duits afin d’assurer un respect des exigences environnementales

85
en matière de rejets et de pollution diverse. Cependant, il faut se
rendre compte que, lors de la consommation de ces produits puis
de leur élimination, d’autres problèmes environnementaux peu-
vent surgir.

Il est donc souhaitable d’adopter une approche intégrée verticale-


ment pour analyser l’ensemble du cycle de vie des produits, à partir de
l’extraction des matières premières, en passant par leur traitement,
par la fabrication proprement dite, par leur distribution, jusqu’à leur
utilisation et la gestion des déchets.

5.1.4.2. Actions sur le volet environnemental


• Mettre en place des programmes spécifiques par branche
d’activité
Quelques secteurs ou branches d’activités présentent des situations
relativement critiques en matière de pollution. Pour remédier à cette
situation, il est important de trouver les solutions adéquates pour les
problèmes qui sont, soit communs à plusieurs industries, soit dont
l’ampleur est significative pour une même entreprise. Ceci devra per-
mettre, par la suite, de mettre en place un programme spécifique de
lutte contre la pollution, qui comprendra, pour chaque problémati-
que ou secteur, les solutions techniques adéquates, les coûts, les méca-
nismes de subvention, la législation à appliquer, et les délais.
Une assistance technique aux opérateurs devrait également être pré-
vue pour les aider dans la mise en place des actions.
• La sensibilisation des opérateurs
La démarche du développement durable de l’industrie ne peut réussir
sans un changement de mentalité de la part des opérateurs. Il est ainsi
nécessaire que les industriels soient convaincus que la prise en compte
des aspects environnementaux n’est pas un handicap pour leur dévelop-
pement mais qu’elle a, au contraire, un impact positif sur leur compétiti-
vité, en réduisant par exemple leur consommation de ressources.
C’est pourquoi, il est important d’organiser des cycles de sensibilisa-
tion dans le but d’introduire, chez les dirigeants, en premier lieu, une

86
prise de conscience de ces enjeux et en donnant des exemples con-
crets d’entreprises, ayant amélioré leur compétitivité grâce à des pro-
grammes environnementaux.
• L’information et le rôle des associations de consomma-
teurs
Pour que les consommateurs puissent user de leur pouvoir, de
sanctionner tel produit dont la consommation ou la production a
un impact négatif sur l’environnement, et ce, en changeant leurs
habitudes d’achat, par exemple, il faudrait d’abord qu’ils soient in-
formés et sensibilisés sur la problématique environnementale. Un
programme national de sensibilisation des consommateurs devra
être prévu autour de thèmes divers tels que, par exemple celui des
emballages recyclables, de l’utilisation dans le procédé de fabrica-
tion de substances nuisibles à l’environnement, de l’impact d’un
mauvais traitement des rejets sur la santé des citoyens, …L’intro-
duction d’un écolabel permettra de soutenir de telles campagnes
de sensibilisation, et l’Etat peut, dans le cadre de sa politique d’ap-
provisionnement, accorder une préférence aux produits possédant
un écolabel.
• La législation sur la pollution et les structures de contrôle
La mise en place d’un cadre législatif exhaustif et complet permet
de bien distinguer les responsabilités en terme de classification
et de gestion des rejets. De plus, il faudra veiller à la conformité de
ce cadre législatif tunisien avec celui qui est en vigueur à l’échelle
internationale.
Par ailleurs, l’ANPE, dans sa structure actuelle ne dispose pas de moyens
humains et financiers suffisants pour faire un contrôle efficace des
entreprises. Il faudrait donc revoir son mode d’intervention, au niveau
des moyens humains et financiers.
• La veille sur les technologies environnementales
Il s’agit de se tenir informé des principales innovations sur le plan
technologique qui permettront de développer les performances des
sociétés industrielles et de réduire leur nuisance environnementale.

87
Les organismes d’assistance (ANPE, CITET, les centres techniques,…)
devraient collecter et analyser les nouveautés sur le plan technologi-
que qui ont trait à l’amélioration de la productivité et à la limitation
des effets environnementaux. Ces informations devraient être, par la
suite, fournies aux industriels afin qu’ils puissent orienter leurs déci-
sions en matière de choix technologique.
• Introduction du management environnemental
Il est important d’inciter les entreprises à introduire un système
de management environnemental, basé sur la norme ISO 14000.
Ceci nécessitera de former des structures de conseil pour accom-
pagner les entreprises dans ces démarches. L’encouragement à
mener des audits environnementaux est également à retenir, et
les entreprises publiques pourraient donner l’exemple dans ce
sens.
• Cartographie des ressources
La préservation des ressources naturelles constitue une composante
fondamentale du développement durable, dans la mesure où il s’agit
de ne pas compromettre la disponibilité de ces ressources pour les gé-
nérations futures. Au stade actuel, il est difficile d’évaluer la situation
présente de l’industrie tunisienne sur ce volet, du fait de l’absence d’un
inventaire exhaustif des ressources disponibles, et de leur durabilité.
C’est pourquoi une action de fond devra être engagée pour dresser
une cartographie des ressources non durables utilisées par l’industrie
tunisienne, avec l’estimation de leur durabilité, en fonction des projec-
tions du développement industriel.
De plus, il sera utile de prévoir un recensement des industries les plus
polluantes en Tunisie.
Ceci permettra de mettre en place un programme d’actions hiérar-
chisé, pour traiter les problématiques environnementales.
• Encouragement à la préservation des ressources
Pour aider les entreprises qui s’engageraient dans un processus d’éco-
nomie des ressources, il est nécessaire de prévoir un mécanisme de

88
soutien, comportant notamment une aide financière lorsque l’entre-
prise doit engager des investissements à cet effet.
• Réaliser des études sur l’évaluation des bénéfices des mesu-
res et programmes environnementaux
Pour permettre d’argumenter les encouragements à la préservation
des ressources, ainsi que pour sensibiliser les opérateurs à la mise en
place des actions requises dans ce sens, il est utile de mener des études
d’évaluation des bénéfices que l’on a pu obtenir suite à la mise en pla-
ce d’actions à caractère environnemental. Ces études seront ensuite
médiatisées pour montrer que le respect de l’environnement est un
investissement que l’on récupère rapidement.
5.1.4.3. Actions sur le volet social
• La Formation
Les actions de formation dans le domaine de l’environnement
commencent à voir le jour, et méritent d’être renforcés dans le ca-
dre de programmes nationaux. Ces programmes devraient avoir
les deux composantes, à savoir, la formation des cadres des orga-
nismes de conseil publics et privés en matière environnementale;
et la formation des cadres d’entreprises.
En outre, il faudrait inciter les entreprises à désigner un responsable
environnement pour assurer l’interface entre l’extérieur et l’intérieur
de l’entreprise, tant dans ses aspects de réglementation, de commu-
nication, d’investissements, de suivi,… que pour la sensibilisation et la
formation de l’ensemble du personnel.
• Amélioration des conditions de travail
Tout effort en matière de gestion de l’environnement doit nécessaire-
ment intégrer une réflexion sur l’organisation des lieux et des postes
de travail de manière à intérioriser l’impact d’une stratégie environne-
mentale de l’entreprise, qui ne doit, en aucun cas, s’occuper uniquement
des relations avec l’extérieur. Des actions peuvent être prévues par
exemple, en matière de propreté des usines; d’architecture industrielle;
d’aménagement et d’ergonomie des postes de travail; de vestiaires, zo-
nes de repos pour le personnel; de conditions de manutention;…

89
• Politique de prévention des risques industriels

Une politique en matière de prévention des risques et de maîtrise


des conséquences des accidents devrait être mise en place, et pour-
rait comporter un recensement des industries à risque potentiel; une
exigence d’élaborer des études de danger, à soumettre aux autorités
compétentes; une réglementation comportant les prescriptions
spécifiques aux industriels (règles d’aménagement, consignes d’ex-
ploitation, moyens de surveillance et de contrôle des installations,..);
une prise en compte de l’urbanisme autour des sites industriels à
risques; la désignation d’une instance gouvernementale pour le con-
trôle des risques.

• Soutien à l’emploi

Il est probable d’assister à des réductions d’effectifs dans certaines


industries, qui n’auront pas fait l’effort de modernisation nécessité
par l’ouverture économique, et qui n’auront pas intégré les exigences
environnementales dans leur stratégie. Le sort de ces travailleurs
dont l’entreprise n’aurait pu se maintenir en activité devra alors être
pris en compte, et des programmes spécifiques devront être conçus
à cet effet.

• Elimination de la discrimination entre les sexes

L’égalité entre les hommes et les femmes devra être retenue comme
orientation de fond dans la perspective d’un développement indus-
triel durable. Il convient de faire en sorte, par des actions de sensibilisa-
tion des employeurs, et par une formation adaptée, que les conditions
d’accès à l’emploi soient non discriminatoires vis-à-vis des femmes, et
ce, quelque soit la nature de l’emploi.

• Assurer un développement régional intégré et cohérent,


respectant les schémas d’aménagement du territoire

La plupart des industries tunisiennes se trouvent dans les zones pro-


ches des grandes villes.

Par ailleurs, les schémas d’aménagement du territoire ne sont pas

90
appliqués de manière stricte, ce qui conduit à une implantation de
certaines unités industrielles dont l’impact sur l’environnement
n’est pas souhaitable.

Face à cette situation, il convient de retenir le principe de développe-


ment régional intégré et cohérent, de préférence à celui d’équilibre
régional, qui a montré ses limites et de veiller au respect des plans
d’aménagement.
5.1.4.4. Actions horizontales
• Concevoir une fiscalité et des mécanismes d’incitation,
adaptés au développement durable et au contexte tuni-
sien
Les mécanismes de sensibilisation et de répression légale sont insuffi-
sants pour assurer l’adhésion des opérateurs industriels dans un pro-
cessus de développement durable.
Les programmes d’incitation devraient jouer un rôle mobilisateur
pour la conduite d’actions liées à l’environnement. C’est ainsi que le FO-
DEP par exemple, est plutôt perçu actuellement comme un mécanis-
me « passif » dans la mesure où il se limite principalement à l’examen
des demandes de subvention, sans pour autant avoir un rôle moteur
dans l’initiation d’actions particulières avec les industriels.
Le rôle de l’administration tunisienne, en tant que consommatrice de
biens peut être mis à profit du développement durable, dans la me-
sure où l’on intègre, dans les clauses des marchés publics, des critères
de bonification pour les entreprises qui ont mis en place une politique
environnementale efficace, ainsi que pour les produits ayant reçu un
écolabel national.
• Introduire les instruments d’évaluation stratégique envi-
ronnementale
L’utilisation de l’évaluation stratégique environnementale (ESE)
est préconisée pour la prise en compte des préoccupations éco-
logiques à l’étape de l’élaboration des politiques sectorielles, des
plans et programmes. Une ESE peut être liée à un secteur écono-
mique, comme l’industrie ou à une zone ou région géographique

91
donnée. Son principal avantage est qu’elle permet l’examen d’im-
pacts à plus long terme et cumulatifs, ainsi qu’un éventail de va-
riantes plus large que les évaluations d’impact classiques et spéci-
fiques aux projets.
• Renforcer la réflexion interdépartementale sur le dévelop-
pement durable
Les politiques en faveur du développement durable entrent en géné-
ral dans les attributions de plusieurs ministères. La réussite de ces
politiques est donc fortement tributaire d’une bonne coordination
entre ces différents ministères, et à l’intégration par chacun d’entre
eux des objectifs économiques, sociaux et environnementaux.
La désignation par chaque ministère d’un responsable environne-
ment qui puisse servir d’interface avec les autres intervenants est né-
cessaire. Ces différents responsables devraient également constituer
un groupe de travail interministériel permanent pour suivre les ac-
tions planifiées, et évaluer les résultats.
La définition des objectifs du développement durable, et le chiffrage
de la cible des indicateurs identifiés dans le guide sera parmi les tâ-
ches de ce comité.
• Mettre en place des indicateurs et des guides de développe-
ment durable
Les indicateurs de développement durable sont très utiles pour mesu-
rer le degré de conformité du pays aux objectifs qu’il s’est fixé et pour
se rendre compte des progrès accomplis.
Cependant, leur mise en place n’est pas aisée, puisqu’il s’agit de
quantifier des paramètres difficilement chiffrables. Il est donc re-
commandé de mettre en place de tels indicateurs pour la Tunisie,
en adoptant une démarche progressive, qui permettra d’affiner les
concepts à utiliser.
De plus, il faudra veiller, lors de l’élaboration de ces indicateurs, à la dé-
finition des objectifs à atteindre, qui constitueront une cible pour les
indicateurs en question.

92
Par ailleurs, il est nécessaire que ces indicateurs soient conçus de ma-
nière spécifique pour chaque population cible, et qu’ils soient vulgari-
sés sous forme de guides destinés d’une part aux opérateurs de ma-
nière sectorielle, et aux décideurs de manière globale.
• Rôle des pays développés
Les pays développés ont un rôle à jouer pour aider des pays comme
la Tunisie à mettre en place une politique de développement durable.
L’intervention des pays développés pourrait être sollicitée en matière
de facilitation de l’accès aux marchés de ces pays; d’aide pour le ren-
forcement des capacités tunisiennes à gérer ses ressources naturelles
et à lutter contre la pollution; d’aide à l’acquisition et au transfert des
technologies nécessaires pour atteindre les objectifs d’un développe-
ment durable; de financement de la formation sur les technologies
environnementales; d’encouragement des investissements directs
étrangers en Tunisie, en veillant à ce qu’ils n’aient pas d’incidences en-
vironnementales ou sociales négatives…
• Rôle des acteurs
Il s’agit de définir le rôle de chaque acteur dans le processus condui-
sant à un développement industriel durable, à savoir, le rôle de l’Etat,
des collectivités locales, de l’UTICA, des associations professionnelles,
de l’organisation des travailleurs, de l’information; et plus générale-
ment, de la société civile.

93
5.2. Annexe au chapitre 1: Les zones de libre échange
avec l’Union Européenne et les autres pays arabes
La Tunisie s’est engagée, au cours des dernières années, dans un programme
orienté vers la libéralisation de son économie et son intégration progressive
dans l’économie mondiale. Cette volonté d’ancrage dans un espace économique
global s’est matérialisée par l’adhésion de la Tunisie au GATT depuis 1990 et par
la conclusion d’un Accord d’Association avec l’UE au mois de juillet 1995 en plus
des zones de libre-échange convenues avec le Maroc, l’Egypte et la Jordanie. La
Tunisie est en effet bien avancée dans un processus qui la place en 2008 dans
une zone de libre-échange avec l’UE et les pays membres de la Ligue Arabe.
Compte tenu de l’importance de l’accord de libre échange conclu entre la Tu-
nisie et l’Union Européenne, pour le futur de l’industrie tunisienne, nous en
présentons ci-dessous les principales modalités pratiques visant les échan-
ges de biens.
Cet accord a été conclu le 17 juillet 1995, et prévoit, notamment le démantè-
lement de l’ensemble des barrières douanières sur les produits industriels
européens selon un calendrier échelonné sur douze ans.
Il est entré officiellement en vigueur le 1er Mars 1998, après avoir été ratifié
par l’ensemble des Etats membres, bien que la Tunisie ait décidé de le mettre
en application dès 1996.
Pour les produits industriels, les accords de libre échange de 1995 avec l’Union
Européenne prévoient quatre listes de produits:
• La première concerne les biens qui ne sont pas produits en Tunisie.
La suppression des droits de douane sur ces produits est immé-
diate (à partir de 1996). La valeur des importations des produits
concernés était estimée à l’époque à environ 12% de la valeur totale
des importations des produits industriels.
• La deuxième liste regroupe des biens intermédiaires et des matières
premières qui ne sont pas produits localement. Pour ces produits la
suppression des droits devait être effective à partir de la date d’appli-
cation de l’accord. La valeur des importations des produits concernés
était évaluée à l’époque à environ 28% de la valeur totale des importa-
tions de produits industriels.

94
• La troisième liste comprend des biens produits localement que le
gouvernement tunisien considère comme compétitifs. La suppres-
sion des droits doit être effectuée au cours d’une période transitoire
de 12 ans, à raison de 8% du droit de base par an. La valeur cumulée des
produits concernés représentait 30 % des importations de produits
industriels.
• La dernière liste regroupe enfin les autres produits industriels. La
période transitoire reste de douze ans mais ces produits bénéficient
d’une période de grâce de 4 ans. Par contre au cours des 8 dernières
années (qui ont débuté en l’an 2000), le rythme de suppression des
droits de douane est, chaque année, de 11% du droit de base (12% la pre-
mière année). Les produits concernés représentaient également 30%
du total des importations industrielles.
Les produits agricoles et de la pêche sont inclus dans l’accord, mais le dé-
but de l’application d’un programme de libéralisation des échanges n’est pas
encore fixé. Pour les produits des agro-industries, une distinction est faite,
dans leur prix de revient, entre une partie industrielle, pour laquelle l’accord
s’applique, et une partie agricole, « l’élément agricole », qui sera traitée lors des
négociations relatives à l’agriculture. Cette dichotomie assez artificielle in-
duit une mise en œuvre spécifique.
L’accord prévoit en outre la possibilité de mesures exceptionnelles pour des
durées limitées, en particulier en cas de sérieuses difficultés rencontrées par
des secteurs en restructuration, surtout dans le cas de graves problèmes
sociaux, ou pour des industries naissantes.

95
5.3. Bibliographie
1. Etude de faisabilité et d’impact pour l’instauration d’un écolabel tunisien – ACC
– Citet - 2005
2. Etude du programme de mise à niveau environnemental de l’industrie et du tou-
risme – ACC – MEDD - 2004
3. L’expérience de l’Agenda 21 en local en Tunisie – une planification locale et partici-
pative du développement durable, C. Zouaghi - 2001
4. Les déchets d’emballage en Tunisie – éléments de stratégie, M. Cherif- 2001
5. Rapport National, l’Etat de l’Environnement, Ministère de l’Environnement et du
Développement Durable, (éditions 1997 à 2003)
6. Eau 21, Ministère de l’Agriculture, édition 2000
7. Audit et management environnemental en Tunisie – ISO 14000 – Situations et
recommandations, MD Expansion - 2000
8. Etude sommaire de présentation des problématiques de développement durable
du bassin versant du Nord-Ouest Tunisien- Concept - 2000
9. Etude sur le recyclage des déchets industriels de la TN, ANPE (JICA), 1998
10. Etude de la pollution industrielle en Tunisie, TEBODIN, Janv. 1998
11. Intérêt de l’instauration d’un eco-label en Tunisie – COMETE, Dr Bark, 1998
12. Plan fédéral de développement durable 2000-2004, Canada, 1997
13. La gestion des déchets industriels en Tunisie , Approche méthodologique – Fran-
ce Déchets – Avril 1994
14. Etude sur l’intégration du volet environnemental dans la mise à niveau – R. Nafti
– 1999.
15. Agenda 21 National, Ministère de l’Environnement et de l’Aménagement du Ter-
ritoire, 1995
16. Les problèmes d’environnement dans l’industrie tunisienne de textile, Ridha AB-
BES, 1994
17. Etude sur la gestion des déchets industriels dangereux, Dagh Watson, ANPE, 1994
18. Synthèse générale sur la mission d’assistance technique pour l’élaboration des
audits environnementaux et le suivi des projets pilotes – Valotech – Déc 1999
19. Evaluation du coût économique de la dégradation de l’environnement en Tunisie
– Banque Mondiale – METAP – Nov. 2001
20. Rapport sur les grands projets – CNDD – 10 Oct 2001
21. Communication initiale de la Tunisie à la convention cadre des nations unis sur
les changements climatiques – MEAT – Oct. 2001
22. Impact des réglementations sur le commerce et la compétitivité : évaluation ra-
pide de quelques secteurs clés de l’économie tunisienne – METAP III – CP3 – Pro-
jet de rapport - Mai 2000.

96
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3G
maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 1
maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 2

2
INFORMATION

L
RÉUNION DU COMITÉ DE PILOTAGE DU PROJET COPEAU
a réunion N°3 du comité de pilotage du projet COPEAU ( Réseau de Contrôle de la Pollution de l’Eau)
s’est tenue le 16 janvier 2008 au siège de l’ANPE. Mr. Xavier Detienne et Mme Véronique Gosselin ont
présenté le manuel des procédures réalisé par l’Aquapôle dans le cadre du projet COPEAU aux membres du
Comité de pilotage du projet. Il s’en est suivi un échange sur la mise en place du Réseau National de Contrôle
de la Pollution de l’Eau.

D
SESSION DE FORMATION DU 10 AU 14 MARS 2008
ans le cadre du renforcement des capacités, une
session de formation de 5 jours a été dispensée
aux agents de l’ANPE et des institutions impliquées
dans le contrôle de la pollution de l’eau, cette session
avait pour thèmes :
• Le choix et signification des paramètres
• L’interprétation des résultats d’analyses des eaux
Cette session de formation a été effectuée par
Messieurs Louis VANDEVENNE, Directeur du
CEBEDEAU (Centre d’Expertise en Traitement et
Gestion de l’eau - Belgique) et Farouk M’HENNI, de
la faculté des sciences de Monastir.

A
SÉMINAIRE SUR LE CONTRÔLE DE LA POLLUTION DE L’EAU
l’occasion de la journée mondiale de l’eau et en partenariat avec la Commission Européenne
«Programme Life Pays Tiers», l’Agence Nationale de Protection de l’Environnement a organisé, sous
le patronage de Monsieur Nadhir HAMADA, Ministre de l’Environnement et du Développement Durable, un
séminaire sur le contrôle de la pollution hydrique et ce le 25 mars 2008. Lors de cette journée, 10 exposés
concernant le contrôle de la pollution de l’eau ont été présentés par différents experts du domaine.

VISITE TECHNIQUE AU BARRAGE DE SIDI SALEM

D
ET À L’OUED MEDJERDA
ans le cadre du Projet COPEAU, une visite de
terrain a été effectuée le mercredi 2 avril 2008 à
l’Oued Medjerda et au barrage de Sidi Salem.
Mme Buscosi Guilia, chargée de l’environnement à
la Délégation de la Commission Européenne à Tunis,
et Monsieur Noureddine Ben Rejeb, Directeur
Général de l’ANPE, ont accompagné l’équipe du
COPEAU pour participer à une campagne de
prélèvement d’échantillons et de mesures le long de
l’Oued Medjerda par le biais du laboratoire mobile.

Réseau National de contrôle de la pollution de l’eau


maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 3

MISSION RELATIVE À L’ÉTUDE DE FAISABILITÉ D’UNE


MÉTHODOLOGIE DE MODÉLISATION À L’ÉCHELLE

L
GLOBALE DU BASSIN VERSANT DE LA MEDJERDA
e présent projet se propose de compléter les actions
mises en oeuvre dans le cadre du PISEAU et du projet
COPEAU par la réalisation d’une étude de faisabilité pour
la mise en place d’une méthodologie et la collecte des
données en vue de la modélisation de l’ensemble de
l’écosystème du bassin versant de la Medjerda. L’étude
d’évaluation de la faisabilité de l’utilisation du modèle
PÉGASE (Pégase : Planification Et Gestion de
l’Assainissement des Eaux) est financée par la région
Wallone – Commission mixte permanente pour le
programme 2008 – 2010, elle sera exécutée en coopération
avec l’Aquapôle –Université de Liège.

D
SÉMINAIRE “MEDJERDA: CHÂTEAU D’EAU DE LA TUNISIE”
ans le cadre de la célébration du vingtième anniversaire de l’ANPE, la Direction Régionale de l’ANPE au
Nord Ouest a organisé le 2 juillet 2008, sous le patronage de Monsieur le Gouverneur de Béja, un
séminaire ayant pour thème « Medjerda : château d’eau de la Tunisie ».

RÉVISION DE LA NORME NT 106. 02 RELATIVE AUX


REJETS D'EFFLUENTS DANS LE MILIEU HYDRIQUE
Un projet de décrêt a été proposé par le bureau d’études chargé de la révision de cette norme. Les nouveautés par
rapport à l’ancienne norme se résument dans :
• La fixation de la concentration des polluants en fonction des flux journaliers et ce pour tenir compte de la charge
polluante globale ;
• Le traitement par lagunage a été considéré comme cas exceptionnel, vu les limites de cette méthode concernant
la DCO, la DBO5 et les MES (développement d’algues) ;
• Le décrêt proposé a tenu compte de la sensibilité du milieu récepteur et de la nature de l’activité et du volume
spécifique c.à.d. la consommation d’eau par unité de production ou de transformation.

Un premier rapport relatif au contrôle de la pollution


hydrique a été publiée par l’ANPE, il a présenté les
PUBLICATIONS

résultats des campagnes de mesure effectuées depuis


2004. Le rapport a été focalisé sur les trois principaux
Oueds déversant dans la mer (Oued Medjerda, Oued El
Bey et Oued Méliane) et les zones humides (lagunes,
sebkhas…) au nord de la Tunisie.
maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 4

4
CAMPAGNES DE SUIVI DES MILIEUX

SUIVI DE LA QUALITÉ DE L’EAU DU BASSIN


VERSANT DE L’OUED MEDJERDA
L'Oued Medjerda constitue l'artère principal du réseau hydrographique en Tunisie.
Ce principal cours d'eau a une longueur de 484 km, prenant sa source de départ en Algérie et débouchant à la
méditerranée au niveau de Ghar el Melh. Il est alimenté par plusieurs sous bassins versants d’une superficie de
23.700 km2 dont 16.100 km2 en Tunisie.

Les résultats de la dernière campagne de suivi (mois de mars 2008) sont présentés ci-dessous.

• Salinité g/l
4

La salinité dans le cours principal d’Oued Medjerda


3,5

varie entre 0.8 et 2 g/l (mars 2008). Cette variation


3

est due essentiellement aux apports des affluents. En


effet, on remarque des apports d’eau de salinité
2,5

relativement importante du côté de la rive droite


2

(Oueds Mliz, Mellègue, Tessa et Siliana). Par contre,


1,5

on note un apport d’eau douce du côté de la rive


1

gauche (Oued Bou Heurtma, Oued Kasseb, Oued


0,5

Béja et Oued Zerga). 0


o.medj 1

o.Meliz

o.medj 2

o.tessa
o.mellegue

o.medj 3

O. Bou Hertma

o.medj 4

o.Kasseb

o.béja

o.siliana
o.zerga

o.medj 5

o.medj 6

o.medj 7

o.medj 8
• pH
Les valeurs du pH mesuré sur le cours principal de
8,3
8,2

l’Oued Medjerda au cours de la campagne du mois


8,1
8

de mars 2008 varient entre 7.5 et 8.5.


7,9
7,8

Durant les campagnes des années 2007 et 2008, on a


7,7
7,6

remarqué qu’un rejet très basique (pH>11) en


7,5
7,4

provenance de la zone industrielle de Béja se


7,3
El Battan
Ghardimaou

Jendouba

Boussalem

Sidi Salem

Kantart Bizerte
Barrage

Slouguia

Jdaida
Medjez El Beb

déversait dans l’Oued Béja.


mg/l

18

16

14

• Nitrates
12

Les valeurs les plus élevées en nitrates sont


10

enregistrées au niveau des régions de Medjez El


8

Bab et de Bou Salem, par contre les valeurs les


6

plus faibles sont enregistrés au niveau des zones


4
2

de Jendouba et de Slouguia
0
O.Medj. GHARD

O.Medj.Jend

O.Medj. Boussalem1

O.Medj. Boussalem1

Slouguia

Djdeida

Pont Bizerte
O.Medj.Medjez

Réseau National de contrôle de la pollution de l’eau


maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 5

mg/l

• Orthophosphates
60

Les orthophosphates sont parmi les éléments


50

indispensables à contrôler vu qu’ils favorisent


l’apparition du phénomène d’eutrophisation.
40

30
On remarque une concentration importante en
orthophosphates dans les Oueds de Béja, de
Kasseb et de l’Oued Mliz, par contre elle est
relativement faible au niveau des autres points de
20

prélèvement.
10

0
o.tessa

o.mliz

o.siliana

o.Kasseb

o.béja
o.mellegue

o.zerga

O. Bou Hertma

• Oxygène dissous
La concentration en oxygène dissous est un
O. Zerga

paramètre essentiel dans le maintien de la vie. Sa


concentration est notamment liée à l’aération de
O. Béja

l’eau (apport en oxygène), à la photosynthèse


O. Kasseb

(production d’oxygène) et aux phénomènes de O. Siliana

dégradation de la matière organique


(consommation d’oxygène).
O. Mliz

Les rejets comprennant une charge élevée en


O. Tessa

matières organiques peuvent engendrer des


phases d'asphyxie du milieu lorsque la dilution
O. Mellégue

est insuffisante, ainsi qu’un développement du


0 5 10

phénomène d'eutrophisation (entraînement de


Mars 08 Mai 07 Juin 06 Avril 05

fortes variations journalières du taux d'oxygène


du milieu).
Dans le cas du bassin versant de la Medjerda, la
concentration en oxygène dissous varie entre 8 et
10 mg/l. Au niveau de la zone urbaine (Oued
Kasseb et Oued Béja), on contate des valeurs
plus faibles.
mg O2/l

10000

1000

• Demande Chimique en Oxygène


Les Oued de Béja et de Kasseb recoivent des
100

effluents d’eaux pollués engendrant une DCO


élevée, malgré la bonne qualité des eaux transitées
par ces oueds.
10

1
o.medj 1

o.Meliz

o.medj 2

o.tessa
o.mellegue

o.medj 3

O. Bou Hertma

o.medj 4

o.Kasseb

Step.béja

o.béja

o.zerga

o.siliana

o.medj 5
o.medj 6

o.medj 7

o.medj 8
maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 6

SUIVI DE LA QUALITÉ DES EAUX SOUTERRAINES


DANS LE GOUVERNORAT DE NABEUL
Une campagne de suivi de la pollution de l’eau a été effectuée au mois
d’Avril 2008 pour les nappes de Grombalia, d’El Haouaria, Côte
Orientale Sud et Côte Orientale Nord.

7,8

7,6

7,4

7,2

• pH
7

Les valeurs du pH mesurées pour les différents


6,8

points de prélèvement varient entre 6,9 et 7,8. 6,6

6,4
P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9

N.Grambalia N.Tazoghrane N.El hawaria N.Côte orientale


g/l

2,5

• Salinité
1,5

La salinité mesurée lors de cette campagne varie


1

0,5
entre 0,5 et 2,7 g/l.
0
P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9

N.Grambalia N.Tazoghrane N.El hawaria N.Côte orientale


mg/l

60

50

• Nitrates
40

La concentration en nitrates est inférieure à 15


mg/l, elle devient plus importante (> 50 mg/l) au
30

niveau de la nappe de Grombalia. Cette élévation


20

du taux des nitrates peut être expliquée par


l’influence des apports d’origine diffuse dus à
10

l’activité agricole.
0
P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9

N.Grambalia N.Tazoghrane N.El hawaria N.Côte orientale

Réseau National de contrôle de la pollution de l’eau


maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 7

• Nitrites
mg/l

14

Les concentrations en nitrites mesurées pour les


12

puits visités sont relativement faibles à l’exception


10

des puits P2 et P5 (Grombalia) qui présentent des


8

concentrations assez élevées.


6

4
2
0
P1 P2 P5 P6 P7 P8 P9

N.Grambalia N.Tazoghrane N.El hawaria N.Côte orientale

mg/l
9
8

• Oxygène dissous
7

Les eaux souterraines se caractérisent par leur


6

contact réduit avec l’air. Les concentrations en


5

oxygène dissous enregistrées lors de cette


4

campagne sont faibles.


3
2

0
P1 P2 P3 P4 P5 P6 P7 P8 P9

N.Grambalia N.Tazoghrane N.El hawaria N.Côte orientale

• Les éléments majeurs


mg/l

Les principaux éléments majeurs analysés sont les


700

chlorures et les sulfates. Ces éléments sont directement


600

liés à la salinité. A cet effet, on remarque que les puits


500

de la nappe d’El Hawaria, ont une salinité élevée qui


400

peut atteindre 2,4 g/l. Les concentrations en chlorures


300

et en sulfates sont respectivement de 592 mg/l et 608


200

mg/l. La salinité mesurée au niveau des puits de la


100

nappe de Tazoghrane est de l’ordre de 1,1 g/l. Les


0

concentrations est de 240 g/l pour le chlorure et de 345


P1 P6 P7 P8 P9

mg/l pour les sulfates.


N.Grambalia N.Tazoghrane N.El hawaria N.Côte orientale
mg/l

3,5

• Phosphore total
2,5
2

Le phosphore total mesuré est relativement faible


1,5

dans les puits, par contre il est plus élevé aux P2 (3.5
1

mg/l) et P5 (1 mg/l).
0,5

0
P1 P2 P5 P6 P7 P8 P9

N.Grambalia N.Tazoghrane N.El hawaria N.Côte orientale


maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 8

SUIVI DE LA QUALITÉ DE L’EAU DU BASSIN


VERSANT DE L’OUED MÉLIANE
Le bassin versant de l’Oued Méliane prend sa source à partir de Sminja à 5 kilomètres de la région Ouest de
Zaghouan jusqu’à la vallé de Radès où il se termine par son embouchure à la mer. La zone se situe entre les
longitudes N36°45’ – N36°30’ et les latitudes E10°00’ – E10°15’.

Le bassin versant est caractérisé par une vaste plaine recevant les eaux des zones montagneuses se trouvant à
ses alentours. Cette plaine est appelée plaine de Mornag.

Les résultats de la campagne de suivi du mois d’avril 2008 sont présentés ci dessous.

• Salinité
g/l

3
2,5

La salinité varie entre 0.8 et 2.5g/l. Les valeurs


2
1,5

élevées s’expliquent par les apports des cours


1
0,5

d’eau salines de la région de Jbel El Ouest dont la


0
Avant el Fahs

Ville d’ el Fahs

Aprés el Fahs

Step Mornag

Avant Step Radès

Step Radès

Après Step Radès

Après Rejet Step Radès

salinité dépasse 10g/l.


Mhamdia

Khlidia

Nasseen

8,2
8

• pH
7,8
7,6
7,4

Le pH mesuré dans les cours d’eau de l’Oued


7,2

Méliane varie entre 7.2 et 8 unités, il dépasse 8 au


7
6,8

niveau du barrage de Bir Mchergua.


Mhamdia

Avant Step Radès


Aprés el Fahs

Step Radès
Step Mornag
Nasseen
Ville d’ el Fahs

Khlidia
Avant el Fahs

Après Step Radès

Après Rejet Step Radès


mg/l

9
8

• Oxygène dissous
7
6

Les rejets industriels importants ont un impact


5
4

négatif sur la qualité des eaux au niveau des zone de


3

Naassen et de Radès. On remarque les taux faibles


2
1

de l’oxygène dissous au niveau de ces zones.


0
Avant el Fahs

Jbel el ouest
Ville d’ el Fahs

Aprés el Fahs

Step Mornag
Mhamdia

Avant Step Radès

Step Radès
Khlidia

Nasseen

Après Rejet Step Radès

Réseau National de contrôle de la pollution de l’eau


maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 9

• Turbidité
Les échantillons d’eau prélevés après le rejet de la

NTU
400

STEP de radès et à la zone de Naassen et Mhamdia


350

sont caractérisés par une turbidité très élevée.


300
250

L’augmentation de la turbidité sur ces points reflète


200

la qualité médiocre des eaux des affluents qui


150
100

déversent dans l’Oued Méliane. En effet, les eaux


50

turbides limitent la pénétration des rayons


0

lumineux nécessaires à la photosynthèse ce qui

Ville d’ el Fahs

Step Mornag
Khlidia

Avant Step Radès


Avant el Fahs

Mhamdia
Aprés el Fahs

Step Radès

Aprés Step Radès


Naaseen
perturbe l’équilibre aquatique.

mg/l
60

50

• Nitrates
40

La plus grande valeur mesurée (58 mg/l), est


30

enregistrée juste au niveau de la zone de Radès


20

Méliane. 10

0
Ville d’ el Fahs

Step Mornag
Khlidia

Avant Step Radès


Avant el Fahs

Mhamdia
Aprés el Fahs

Step Radès

Aprés Step Radès


Naaseen

• Orthophosphates
mg/l

La forme minérale prépondérante du phosphore dans


40

l’eau est l’orthoposphate. Son rejet en excès dans le


35

milieu aquatique est un indicateur de la présence


30
25

élevée des matières organiques.


20

La concentration en orthophosphates mesurée lors de


15

la campagne est relativement élevée au voisinage de


10
5

la zone urbaine du Grand Tunis. Elle atteint 37,7 mg/l


0

au niveau de Morneg est 30,9 mg/l au niveau des


Ville d’ el Fahs

Step Mornag
Khlidia

Avant Step Radès


Avant el Fahs

Mhamdia
Aprés el Fahs

rejets des eaux de Radès Méliane.


Step Radès

Aprés Step Radès


Naaseen

mg O2/l

250

200

150

• Demande Chimique en Oxygène


100

Lors de cette campagne, la plus grande valeur de la


DCO a été mesurée au niveau du rejet de Radès
50

Méliane, elle est de l’ordre de 220 mg/l.


0
Ville d’ el Fahs

Step Mornag
Khlidia

Avant Step Radès


Avant el Fahs

Mhamdia
Aprés el Fahs

Jbel ouest

Step Radès

Aprés Step Radès


Naaseen
maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 10

10

SUIVI DE LA QUALITÉ DE L’EAU DU BASSIN


VERSANT D’OUED EL BEY
Le bassin versant de l’Oued El Bey couvre environ 464 Km2. Ce bassin abrite plusieurs agglomérations urbaines dont
Soliman, Bou Argoub, Grombalia, Menzel Bouzelfa et Bni Khalled. De ce fait Oued El Bey reçoit des rejets urbains
et industriels trés importants (Grombalia, Bou Argoub, Soliman) qui finiront par être évacués à la Sebkha de Soliman
et par la suite à la mer. Plusieurs campagnes ont été réalisés dans le bassin versant d’Oued El Bey pour suivre l’état
environnemental. La dernière campagne a été faite au cours du mois de mai 2008.

g/l
6

• Salinité
La salinité mesurée atteint un maximum (5,2 g/l) en
4

deux sites Soliman et Grombelia.


3

S.Soliman
Après Z.I Grombalia

Eaux usées

R. STEP G

Après R.STEP G

R.TMM

O. Tahouna

O.Jdidi

O.Belli 1

O.Belli 2

O.EL Melah

O.Bey 3

O.Bey 2

O.Bey 1
10
9
8

6
5

• pH
4
3

Les valeurs du pH varient entre 6,92 et 8,87.


2

1
0
R. STEP G

S.Soliman
Après Z.I Grombalia

Eaux usées

Après R.STEP G

R.TMM

O. Tahouna

O.Jdidi

O.Belli 1

O.Bey 1
O.Belli 2

O.EL Melah

O.Bey 3

O.Bey 2

mg/l

8
9

• oxygène dissous
6

La concentration en oxygène dissous enregistrée


5

varie d’un point à un autre. Elle est faible au


4

niveau d’Oued El Bey et à l’Oued El Meleh. La


3

diminution de l’oxygène dissous dans l’eau crée


2

un milieu défavorable pour la vie de la faune et de


1

la flore aquatique. 0
R. STEP G

S.Soliman
Après Z.I Grombalia

Eaux usées

O.Jdidi

O.Belli 1

O.Belli 2

O.EL Melah

O.Bey 3

O.Bey 2

O.Bey 1

Réseau National de contrôle de la pollution de l’eau


maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 11

• Turbidité
NTU

L’augmentation de la turbidité de l’eau a un impact


700

négatif sur la vie des organismes aquatiques. Elle


600

peut conduire à une chute du taux de l’oxygène et


entraîner des agressions des épithéliums des
500

branchies et par conséquent une forte mortalité de la


400

faune aquatique.
Les affluents de l’Oued El Bey ont pour la majorité
300

d’entre eux des valeurs de turbidité qui peuvent être


200

qualifiées d’élevées (>50 NTU), mais la valeur la


plus élevée est enregistrée au niveau de Oued Belli
100

(630 NTU) à cause de l’activité industrielle


0

notamment l’usine du papier qui y déverse ses rejets.


R. STEP G
Après Z.I Grombalia

Eaux usées

Après R.STEP G

R.TMM

O. Tahouna

O.Jdidi

O.Belli 2

O.EL Melah

mg/l
300

• Nitrates
La concentration en nitrates atteint des valeurs
250

élevées pour la majorité des prélèvements tel que le


cas de Oued El Meleh (275mg/l), mais reste faible
200

pour les autres points au niveau de Soliman (6 mg/l) 150

et Oued Jdidi (2mg/l).


100
mg O2/l

50
1600

1400 0
Après R.STEP G

R.TMM

O. Tahouna

O.Jdidi

S.Soliman
O.Belli 1

O.Belli 2

O.EL Melah

O.Bey 3

O.Bey 2

O.Bey 1
R. STEP G
Après Z.I Grombalia

Eaux usées

1200

1000

• Demande Chimique en Oxygène


800

Le rejet au niveau de la Tannerie Mégisserie du


600

Maghreb ainsi que les rejets de la zone


industrielle de Grombalia contiennent une
400

quantité de matières organiques oxydables très


200

importante vu qu’ils présentent une valeur de


DCO très élevée soient respectivement de 1456
0

mg/l et 1256 mg/l.


Après R.STEP G

R.TMM

O. Tahouna

O.Jdidi

O.Belli 1

O.EL Melah

O.Bey 3

O.Bey 2
R. STEP G

mg/l

90

80

70

• Ortho phosphates
60

50

L’enrichissement du bassin versant de l’Oued El


Bey en éléments nutritifs comme l’orthophosphates
40

entraine la prolifération des algues visibles au


30

niveau de Sabkhat Soliman, ce qui engendre une


20

diminution de la concentration d’oxygène dans


10

l’eau et ce qui crée des conditions défavorables pour 0

la faune aquatique.
R.TMM

O. Tahouna

S.Soliman
Après Z.I Grombalia

Eaux usées

R. STEP G

Après R.STEP G

O.Jdidi

O.Belli 1

O.Bey 1
O.Belli 2

O.EL Melah

O.Bey 3

O.Bey 2
maquette bull eau final 10/09/08 11:26 Page 12

12

SUIVI DE LA QUALITÉ DE L’EAU DU SABKHAT ARIANA


Sabkhat Ariana est une vaste dépression géographique
alimentée par les pluies des zones montagneuses de Djebel
Ennahli et de J. Jaafar et des zones urbaines. Elle est
entourée par des plaines légèrement en dépression vers la
Sabkhat dont la plus importante se trouve dans le côté Nord
ouest (zone de Choutrana).
Actuellement, la Sabkhat se trouve presque totalement
ceinturée par les agglomérations urbaines ; ce qui engendre
des problèmes environnementaux notamment en matière de
qualité de la vie, de la population limitrophe mais également
en terme de protection d'un milieu naturel riche.
Le suivi environnemental de Sabkhat Ariana a fait l’objet de
plusieurs campagnes de suivi de la qualité des eaux.
La dernière campagne de suivi a été effectuée pendant le
mois de février 2008.
Localisation des points de prélèvements

Les résultats de suivie du pH ,de la salinité, de la turbidité, de l’oxygène dissous, des nitrates et des
orthophosohates sont groupés dans le tableau ci dessous.

P1 P2 P3 P4 P5
pH 8,01 8,93 8,93 9,06 8,86
Salinité (g/l) 9 14,3 3,3 14,5 10,7
Turbidité (NTU) 250 250 5 370 250
Oxygène dissous (mg/l) - - 5,53 - 6,41
Nitrates (mg/l) 12 26 80 66 50
Orthophosphates (mg/l) 10,45 10,17 1,7 9,25 8,32

• La turbidité mesurée au niveau de Sabkhat Ariana atteint des valeurs trés importantes.
• La partie sud de la sebkha a enregistré les valeurs les plus élevées en Nitrates.
• Les valeurs enregistrées indiquent des concentrations constantes en orthophosphate entre 8,32 et 10,45 mg/l à
l’exception du point P3 qui est faible (1,7 mg/l).

Cher lecteur,
Vu l’importance de l’information sur la pollution de l’eau et afin que toutes les structures et personnes
concernées puissent en bénéficier et si vous souhaitez, il est possible d’élargir le champ de diffusion de
ce bulletin à qui vous voyez intéressé, nous vous demandons de remplir ce bulletin à retourner à :

Agence Nationale de Protection de l’Environnement


«Réseau National de contrôle de la Pollution de l’Eau» COPEAU
Centre Urbain Nord, 15, rue 7051 cité Essalem 2080-Tunis - B.P N° 52 le bélvédère ou par fax : 71 232 811 / 236 480

Nom ou raison sociale : ……….............................................................................………………….........................................................................…………..


Adresse ……………………............................................................................................................................................ Code postal :………............................
Tél. :…………………………......………….. fax :……........……………………………….. E-mail :………………………........................................................
TA2010032 TN F10 - ELABORATION DES SCHEMAS DIRECTEURS D’ASSAINISSEMENT
DANS LES GOUVERNORATS DE SOUSSE, MAHDIA, SFAX, GABES, MEDENINE ET GAFSA

Rapport de Mission 1 - version pré-définitive - Tome 0

ANNEXE 0-3H
Etude de révision et d’amendement du code des eaux

Table des matières

EXPOSE DES MOTIFS .......................................................................................................................... 1

TITRE PRELIMINAIRE : DES OBJECTIFS ET DES PRINCIPES GENERAUX ............................................................... 5

TITRE PREMIER : DELIMITATION ET PRESERVATION DU DOMAINE PUBLIC HYDRAULIQUE......... 6

Chapitre I : Du domaine public hydraulique ................................................................................................... 6


Section 1 : Du DPH Naturel ......................................................................................................................................... 6
Section 2 : Du DPH Artificiel ........................................................................................................................................ 7
Section 3 : Des Servitudes du DPH .............................................................................................................................. 7

Chapitre II : Protection et Préservation du domaine public hydraulique ....................................................... 9


Section 1 : Protection quantitative des ressources hydrauliques ............................................................................... 9
A. Dispositions générales ............................................................................................................................... 9
B. Des périmètres de sauvegarde .................................................................................................................. 9
C. Des périmètres d'interdiction .................................................................................................................. 10
Section 2 : Protection qualitative des ressources ..................................................................................................... 10

TITRE 2 : DE LA GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR DE L’EAU ..................................................................... 12

Chapitre I : Le Cadre Institutionnel de Gestion de l’Eau ............................................................................... 12


Section 1 : L’Autorité de l’Eau et la coordination intersectorielle ............................................................................ 12
Section 2 : La Gestion par bassins ............................................................................................................................. 13
Section 3 : De la Participation dans la Gestion de l’Eau ............................................................................................ 13
Section 4 : La régulation des services publics de l'eau .............................................................................................. 13

Chapitre II : Planification et Gestion des Eaux .............................................................................................. 14


Section 1 : Dispositions générales ............................................................................................................................ 14
Section 2 : Des Plans d’Aménagement et d’Utilisation des Eaux (PAUE): ................................................................. 16
Section 3 : Des Plans Directeurs d’Aménagement Régionaux Intégrés des Ressources en Eau par Grandes Régions
Hydrauliques ............................................................................................................................................................. 17
Section 4 : Du Plan National des Ressources en Eau :............................................................................................... 18

Chapitre III : Des données et des Systèmes d’Information sur l’Eau ............................................................ 18

TITRE 3 : LES REGIMES D’UTILISATION DE L’EAU ..................................................................................... 20

Dispositions générales .................................................................................................................................. 20

Chapitre I : Des autorisations sur le DPH ...................................................................................................... 20

Chapitre II : Régime des eaux de surface et souterraines ............................................................................ 21


Section 1 : Régime des eaux de surface .................................................................................................................... 21
Section 2 : Régime des eaux souterraines ................................................................................................................ 22
Section 3 : Régime des ressources en eau du sol agricole ........................................................................................ 22

Chapitre III : Régime des eaux non conventionnelles ................................................................................... 23

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux

Chapitre IV : Du partenariat dans la gestion de la ressource en eau ............................................................ 24


Section 1 : Dispositions générales ............................................................................................................................ 24
Section 2 : De la concession ...................................................................................................................................... 24
A. Les activités soumises au régime de la concession .................................................................................. 24
B. Les principes régissant les concessions .................................................................................................... 25
C. Fin de la concession.................................................................................................................................. 26
D. Les pouvoirs de l’administration .............................................................................................................. 27

TITRE 4 : DES USAGES ET DES SERVICES PUBLICS DE L’EAU ........................................................................ 28

Dispositions générales .................................................................................................................................. 28

Chapitre I : Service d’approvisionnement en eau ......................................................................................... 28


Section 1 : Eaux potables .......................................................................................................................................... 28
A. Eau potable des réseaux publics .............................................................................................................. 28
B. Eaux conditionnées .................................................................................................................................. 29
Section 2 : Eaux Thermales ....................................................................................................................................... 29
Section 3 : Eaux à usage agricole .............................................................................................................................. 30
Section 4 : Eaux à usage énergétique et industriel ................................................................................................... 30
Section 5 : Eaux à usages divers ................................................................................................................................ 31

Chapitre II : Service public d’assainissement ................................................................................................ 31

TITRE 5 : PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIES A L’EAU ................................................................... 33

Chapitre I : Prévention et sécurité relatives à la qualité de l’eau ................................................................. 33


A. Les principes de lutte contre la pollution hydrique .............................................................................................. 33
B. Les mesures de prévention de la pollution hydrique ............................................................................................ 35

Chapitre II : Prévention et gestion des inondations ..................................................................................... 37

Chapitre III : Prévention et gestion des sécheresses, des pénuries et risques divers .................................. 39

TITRE 6 : DU REGIME DE CONTROLE ET DE SUIVI ............................................................................ 41

Disposition générale ..................................................................................................................................... 41

Chapitre I : De la responsabilité en matière de DPH .................................................................................... 41

Chapitre II : Des procédures de contrôle et de suivi ..................................................................................... 42

Chapitre III : Des infractions et des sanctions ............................................................................................... 43

TITRE 7 : DISPOSITIONS TRANSITOIRES ET FINALES ....................................................................... 45

PROJETS DE DECRETS D’APPLICATION DU CODE DES EAUX .......................................................................... 46

GLOSSAIRE DU CODE DES EAUX 2012.................................................................................................. 72

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 1

Exposé des motifs

Cadre général des réformes du secteur de l’eau


Promulgué en 1975, le Code des Eaux a consacré les principes fondateurs de la politique
tunisienne de l’eau des quartes dernières décennies : Centralisation de l’Administration de
l’Eau, Priorité à l’Eau Potable, Valorisation maximale de la ressource. En renforçant la
domanialisassions des ressources en eau, le Code des Eaux a introduit des orientations
modernes de gestion de l’eau, ainsi que des mesures de protection de l'environnement.
L'organisation centralisée de l'administration de l'eau a permis d'appliquer une politique de
production et d'approvisionnement au niveau national et de fournir la vision globale
nécessaire à la coordination des moyens techniques et financiers qu'exige la réalisation des
aménagements importants de mobilisation de stockage et de transfert des eaux.
Aujourd’hui, les prélèvements en eau approchent l’ordre de grandeur des potentialités de la
ressource et la réalisation des grands programmes hydrauliques a entraîné une profonde
artificialisation du cycle de l’eau et une certaine réduction des apports aux systèmes
hydrologiques naturels. Le plus préoccupant est que de nombreuses nappes souterraines ont
été exploitées d’une manière excessive au cours des trente dernières années et il en est résulté,
un peu partout, d’importants rabattements de nappes, au caractère parfois irréversible, avec
souvent une dégradation lente de la qualité chimique des eaux. Cette situation grève les actifs
nationaux et renvoie à la nécessité de trouver des solutions appropriées.
Nonobstant les progrès réalisés, ces constats conduisent à la conclusion évidente que la
Tunisie doit s’engager dans une nouvelle étape de développement et de gestion de ses
ressources en eau. Les études du secteur de l’eau réalisées au cours des dernières décennies
ont, dans leur ensemble, proposé une approche globale de gestion dont les idées essentielles
visent à promouvoir les usages efficients de l'eau en maîtrisant la demande et en valorisant au
mieux la ressource dans un contexte qui lui confère une valeur sociale, économique et
environnementale. Elles recommandent d’autre part d’orienter les réformes institutionnelles,
vers des modes d’administration plus décentralisés avec un désengagement progressif de
l'Etat en favorisant la gestion participative des usagers et l’implication de plus en plus forte
des opérateurs privés. Ces objectifs renvoient à la nécessité de réadapter les instruments de
régulation du Secteur de l'Eau ; en particulier, la rénovation du Code des Eaux.

Une refonte du Code des Eaux pour assimiler les nouveaux enjeux du secteur de l’eau
L’approche hydraulique de planification de la ressource a atteint ses limites et la Tunisie doit
réussir, dans le nouveau contexte, le double challenge : assurer sa sécurité hydrique et
préserver ses ressources. L’analyse de la situation du secteur de l’eau en Tunisie a été
conduite avec l’objectif de proposer les amendements au code de l’eau ainsi que les
accompagnements socio-économiques en mesure de préparer, pour le futur, les plus
importantes réformes institutionnelles et réglementaires sur les différents plans, technique,
économique, cognitif, législatif, institutionnel, pour garantir un développement durable des
ressources en eau et des richesses ainsi que du bien-être qu’elles ont jusqu’ici accompagné.
Au delà de l’amélioration des modes de gestion, la Tunisie doit dans l’avenir composer avec
toutes les ressources pour assurer sa sécurité hydrique et renforcer sa sécurité alimentaire. Les
nouvelles stratégies doivent parvenir à imprimer un changement dans notre comportement vis
à vis de l’eau. Un comportement qui reconnaît les valeurs sociales, économiques et
environnementales de la ressource, qui prend en compte ses limites et qui anticipe les risques
qu’elle encourt.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 2

Un projet qui s’inscrit dans la continuité


Le projet de révision et d’amendement du code des eaux reprend et consolide le statut
juridique de l'eau, celle-ci étant considérée, sous toutes ses formes, comme une dépendance
du domaine public : l’eau doit rester un bien commun et l’accès à l’eau potable doit constituer
un droit fondamental. L’alimentation en eau potable et l’assainissement constituent ainsi des
services publics prioritaires. La notion de patrimoine commun introduite en 2001 est
renforcée ; elle ne constitue pas, par ailleurs, une nouvelle catégorie juridique. Cependant, la
reconnaissance à l’eau du caractère patrimonial est une question de principe qui intègre un
élément moral de responsabilité à l'égard des générations futures avec ce que cela implique en
termes de devoir de protection. Ce statut est de nature à légitimer la mise en place d’une
politique à la mesure des enjeux de l’eau et des défis qui pèsent sur l’avenir de la ressource.
Le projet de réforme du code des eaux conserve le rôle administratif des différentes autorités.
A ce titre, le Ministre en charge de l'eau élabore et met en œuvre la politique nationale de
l'eau et assure la coordination interministérielle dans le domaine de l'eau, mission essentielle
compte tenu des exigences de cohérence d'une gestion rationnelle de la ressource. Il est assisté
dans cette tâche par le Conseil National de l’Eau qui apporte son concours à la définition des
objectifs généraux et des orientations de la politique de l'eau. D’autre part, le projet reconnaît,
confirme et renforce de façon significative, le rôle de l'Etat dans le domaine de l'expertise
scientifique et technique, dans le développement de l’information sur l’eau et dans la gestion
administrative.
Le projet conforte également le principe de valorisation optimale de l’eau en l’élargissant à
toutes les formes de ressources qui participent au cycle naturel et anthropique de l’eau. Il
maintient néanmoins la notion classique du Domaine Public Hydraulique et renforce les
mesures de contrôle et de gestion. Les techniques juridiques mises en œuvre pour le contrôle
du DPH, restent classiques. Ainsi en est-il de la police de l'eau qui repose sur un régime
d'autorisation et de déclaration d’activités, d’aménagements et de travaux susceptibles d'avoir
une incidence sur l'eau.

Une approche intégrée et planifiée de gestion qui consacre l’unité hydrologique de la


ressource
Le projet de révision et d’amendement du Code des Eaux prend acte de la nécessaire
consolidation de la gestion intégrée de l’eau : intégration de l’eau dans tous ses états
(ressource en eau du sol, eau de surface, eau souterraine, eau non conventionnelles ...) ;
intégration de l’eau dans tous ses usages (agricole, domestique, industriel, touristique,
environnemental, récréatif...) ; intégration de l’eau dans tous ses acteurs (Etat, administration,
opérateurs privés, collectivités, techniciens, scientifiques, utilisateurs, consommateurs,
citoyens).
Le projet de réforme considère que la gestion intégrée des ressources en eau doit procéder
d’une approche globale qui respecte l’unité du cycle hydrologique naturel en prenant en
compte les aspects socio-économiques, les considérations environnementales et les risques
associés à l’exploitation de la ressource ; il introduit ainsi la notion de bassin hydrologique
largement reconnu comme le cadre approprié pour appliquer une approche qui intègre les
interactions de diverses natures qui caractérisent les programmes de planification, de gestion
et d’utilisation des eaux superficielles et des eaux souterraines. Par ailleurs, le degré élevé
d’artificialisation du cycle de l’eau en Tunisie et les interactions via les divers transferts entre
bassins ont conduit à renforcer le cadre législatif de la planification. Il s’agit des modes
d’élaboration du Plan National des Ressources en Eau (planification des allocutions
régionales et sectorielles à l’échelle du pays) et des Plans Directeurs Régionaux

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 3

d’Aménagement des Eaux à concevoir dans le cadre de Grandes Régions Hydrauliques. Aux
échelles plus locales, le projet conserve le texte relatif aux Périmètres d'Aménagement et
d'Utilisation des Eaux qui offre un cadre permettant de concilier l'offre et la demande dans les
zones où les ressources en eau sont ou risquent d'être insuffisantes.
La notion d’unité de la ressource ne concerne pas uniquement le cadre géographique de
gestion, elle porte aussi sur les différentes composantes de toutes les ressources
conventionnelles et non conventionnelles, appartenant aux cycles hydrologiques naturel et
anthropique. Le projet de révision du Code des Eaux considère que la délimitation de
l’ensemble des ressources hydriques constitue la base des programmes de valorisation, de
protection et de sauvegarde de toutes les ressources hydriques : définition, délimitation
quantitative, caractérisation qualitative, couverture technique et institutionnelle, aspects
législatifs et règlementaires, mécanismes de délimitation géographique.

Une approche scientifique du risque pour protéger la ressource et améliorer la qualité


des eaux
Le projet de révision du code des eaux place les objectifs de protection des ressources et
d’amélioration de la qualité des eaux naturelles au cœur du dispositif d’aménagement et de
gestion des ressources hydriques. Il développe les outils législatifs et les mécanismes
institutionnels nécessaires à la mise en place des mesures de nature à éviter toute dégradation
à long terme de la qualité, et toute surexploitation entraînant la diminution durable des
quantités. A cet effet, le projet de réforme renforce les interdictions des rejets de substances
dangereuses dans l'eau et introduit le concept de « Bon état » des eaux de surface et
souterraines, concept innovant qui insuffle une nouvelle ambition pour la politique de l'eau : il
s’agit d’une compréhension moderne de la gestion des ressources en eaux, qui définie des
objectifs globaux de qualité et leur associe des échéances de réalisation. Appliqués à la
gestion des nappes souterraines surexploitées, ces objectifs se traduisent par la mise en place
de mesures progressives de réduction des prélèvements, jusqu’à y équilibrer, à des échéances
plus ou moins rapprochées et autant que les connaissances scientifiques le permettent, le taux
de renouvellement
D’une façon plus générale, Le projet de révision et d’amendement du Code des eaux inscrit le
risque comme une composante essentielle des modes de gestion des ressources en eau et
incite à l’intégrer dans l'ensemble des politiques sectorielles. Il considère que la gestion du
risque doit s’appuyer sur une démarche scientifique d’évaluation et des méthodes approuvées
d’intervention. Le projet de réforme insiste sur la nécessaire coordination de l'activité de tous
les acteurs impliqués dans la gestion des différents risques (sécheresse, inondation,
surexploitation, pollution, dégradation de la ressource, salinisation des sols, sécurité ouvrages
hydrauliques) et de veiller à la cohérence de l'ensemble des actions. Il y va de même pour les
risques associés aux changements du climat qui peuvent avoir des répercussions sur le régime
des ressources hydriques.

Une participation responsable et solidaire qui associe les usagers aux processus de prise
de décision
La gestion moderne de la ressource ne peut se concevoir sans la responsabilisation des
différents acteurs de l’eau et leur association aux processus de prise de décision. Le projet de
révision et d’amendement du Code des Eaux place la participation au centre du dispositif
d’une gestion responsable et solidaire des ressources en eau. La nécessité de la participation
des usagers est un principe acquis, une conception incontournable pour la gestion des
ressources en eau ; en particulier lorsqu’il s’agit des nappes souterraines et de surcroît lorsque
celles-ci sont soumises à une exploitation soutenue. Dans ce domaine, le projet de révision du
CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 4

code vise trois objectifs essentiels : Il s’agit d’abord de sceller la prise de conscience du
caractère commun de la ressource pour favoriser la responsabilisation des usagers ; il s’agit
ensuite d’associer les usagers au processus de prise de décision notamment en ce qui concerne
l’établissement et l’actualisation des plans de gestion des ressources et des installations
hydrauliques ; il s’agit enfin d’instaurer une redevance significative sur les prélèvements, qui
signifie que l’eau a une valeur pour tous.

Consacrer la valeur économique, sociale et environnementale de la ressource


La mise en œuvre des instruments économiques pour influencer la demande et orienter les
investissements est aujourd’hui acquise. Le projet de révision et d’amendement du Code des
Eau va plus loin, il considère que l’eau est à la fois un bien de consommation qui implique un
droit d’accès renforcé et un facteur de production qui induit une valeur économique. Il
considère à cet effet que les usages « économiques » de l’eau doivent, à terme, supporter le
coût réel de l’eau pour inciter à une utilisation écologiquement durable des ressources en eau.
Cela concerne d’une part les coûts de mobilisation et de transports ; il concerne d’autre part
les coûts des traitements requis avant rejet des eaux résiduaires, en application du principe
pollueur-payeur. Le projet de révision du code des eaux considère qu’à plus grande échelle, la
valorisation de l’eau au plan économique doit tenir compte de la durabilité de la ressource :
pour qu’elle soit réelle, la valorisation des ressources hydriques doit considérer, à coté des
actifs dégagés par l’exploitation de l’eau, les passifs qu’elle est susceptible d’engendrer.
D’une façon plus générale, la valorisation économique de la ressource conduit à considérer
l’eau comme un des éléments fondamentaux du développement durable des régions et un
facteur structurant de l’aménagement du territoire.

Des outils institutionnels pour une meilleure gouvernance de l’eau


Les analyses développées et les propositions qui en ont découlé montrent que les objectifs
essentiels de la politique de l’eau exigent la mise en place d'une coordination et d'une
coopération effectives entre les différents acteurs concernés au niveau local, régional et
national. Cela demande aussi l’élaboration de mécanismes de concertation, d’arbitrage et de
règlement des conflits. Ces considérations ont conduit à proposer la création d’une instance
supérieure « Conseil Supérieur de l’Eau », assisté par un comité technique permanent, relayé
au plan régional par des commissions qui s’impliquent dans l’élaboration et l’exécution des
politiques de l’eau en s’appuyant sur une participation active des acteurs de l’eau. A cet effet,
le projet de révision du Code des Eaux met en place les instruments législatifs et
règlementaires nécessaires au développement des ressources humaines au niveau local
(formation professionnelle, encadrement technique et administratif, modernisation des outils
de gestion, accès à l’information etc.). Le projet a pour ambition de formuler une série de
mesures destinées à accélérer et renforcer des actions en cours mais n’ayant pas encore de
bases légales suffisantes pour être efficaces ; notamment en ce qui concerne la modernisation
du système d’information sur l’eau. Il s’agit d’une part de développer l’information sur les
éléments du bilan hydrique et sur les performances des usages afin de concevoir des
politiques et des mesures de gestion appropriées ; il s’agit d’autre part de faciliter l’accès du
public à l’information et de disposer de données fiables pour une meilleure évaluation de la
politique de l’eau.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 5

Loi n°XX-XXXX du XX-XX-XXXX


Portant promulgation du code des eaux

Titre Préliminaire : Des objectifs et des principes généraux

Article 1er :
L’eau constitue une richesse nationale, un bien public et un patrimoine qu’il faut protéger,
conserver et développer.
L’eau possède une dimension environnementale et une valeur économique. Elle constitue un
élément fondamental du développement durable et un facteur structurant de l’aménagement
du territoire.

Article 2 :
Le droit à l’eau potable et à l’assainissement est essentiel à la vie et à l’exercice des droits de
l’homme. Les autorités compétentes, aux niveaux central, régional et local, intensifient les
efforts pour fournir des services d'eau potable et d'assainissement accessibles pour tous.

Article 3 :
La planification de la mobilisation et de l’utilisation des eaux a pour objectifs de parvenir à la
meilleure adéquation possible entre les demandes en eau, actuelles et futures, et les
ressources disponibles en quantité et en qualité, d’équilibrer et d’harmoniser le
développement régional et local et de rationaliser les usages en accord avec les exigences de
l’environnement
La gouvernance de l’eau permet d’instaurer une coordination et une coopération effectives
entre les différents acteurs aux niveaux national, régional et local. La participation de tous les
acteurs au processus de gestion de la ressource renforce le sentiment de responsabilité et de
solidarité entre les citoyens.
L’économie de l’eau est considérée comme l’un des moyens les plus importants permettant le
développement, la préservation et la rationalisation de l’utilisation des ressources
hydrauliques. Les travaux visant le développement, l’économie, l’amélioration de la qualité et
la protection des ressources hydrauliques nationales sont d’utilité publique
Les autorités compétentes, centrale, régionales et locales, prennent toutes les dispositions
utiles pour s’assurer que les ressources en eau sont gérées de façon rationnelle, de manière à
sauvegarder les ressources, améliorer la qualité de vie, et protéger l’environnement.

Article 4 :
La gestion intégrée des ressources en eau a notamment pour objectifs : de valoriser au mieux
toutes les formes de ressources participant au cycle naturel et anthropique de l’eau ; d’orienter
les investissements et promouvoir l’utilisation équilibrée, équitable et durable des ressources ;
de consacrer la gestion de l’eau dans un cadre géographique qui respecte l’unité de la
ressource ; de prendre en considération les risques encourus par l’eau.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 6

TITRE Premier : Délimitation et Préservation du domaine public


hydraulique

Article 5 :
Le régime des eaux continentales, qui s’inscrivent dans le Domaine Public Hydraulique, est
régi par les dispositions du présent Code. Font partie du Domaine public hydraulique le
domaine public hydraulique naturel et le domaine public hydraulique artificiel.

Chapitre I : Du domaine public hydraulique

Section 1 : Du DPH Naturel

Article 6 :
Font partie du domaine public hydraulique naturel :
- Toutes les nappes d’eau naturelles, superficielles et souterraines, et toutes les zones
humides ;
- les cours d'eau de toutes sortes et les terrains compris dans leurs francs bords,
- Les sources naturelles de toutes natures, y compris les sources minérales et thermales,
- Les aquifères de toute sorte,
- Les lacs naturels, étangs, sebkhas et chotts, les lagunes et marais de toute espèce ne
communiquant pas directement avec la mer, ainsi que les terrains et végétations
compris dans leurs limites,
- Les alluvions, atterrissements et végétations qui se forment naturellement dans les lits
des oueds.

Article 7 :
La délimitation des oueds, lacs, étangs, sebkhas, chotts, lagunes et marais est déterminée par
le plus haut niveau atteint par les eaux et notamment, pour les oueds, par celui des crues
coulant à plein bord avant de déborder.
En cas de déplacement du lit d'un cours d'eau, le lit nouveau du cours d'eau avec les francs
bords qu'il comporte est incorporé au domaine public hydraulique.

Article 8 :
Le Domaine Public Hydraulique naturel doit faire l’objet d’un inventaire et d’une délimitation
réguliers établis par le Ministère chargé de l’eau.

Article 9 :
Les modalités d’établissement de l’inventaire et de la délimitation du DPH naturel sont fixées
par décret.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 7

Section 2 : Du DPH Artificiel

Article 10 :
Relèvent du domaine public hydraulique artificiel les ouvrages et installations à caractère
hydraulique réalisés par l’Etat, les collectivités territoriales et les établissements publics ou
pour leur compte, ainsi que les nappes d’eau artificielles, dont la nomenclature est fixée par
décret, et dont la liste, après inventaire régulier et délimitation, doit faire l’objet d’arrêté du
ministre en charge de l’eau.

Article 11 :
Les ouvrages et installations relevant du domaine public hydraulique artificiel font l’objet
d’un inventaire et d’une délimitation réguliers établis par le Ministère chargé de l’eau.
Les modalités d’établissement de l’inventaire et de la délimitation sont fixées par décret.

Section 3 : Des Servitudes du DPH

Article 12 :
Les riverains des cours d'eau, lacs, chotts et sebkhas, canalisations et ouvrages connexes, sont
astreints à une servitude dite de franc bord, dans la limite d'une largeur minimale de 3 mètres
à partir de la rive.
A l’intérieur des zones soumises à la servitude, toute nouvelle construction, toute élévation de
clôture fixe, toute plantation est soumise à autorisation préalable du Ministre en charge de
l’eau.

Article 13 :
Lorsqu'une servitude de franc bord se révèle insuffisante pour l’établissement d'un chemin, le
long d'un cours d'eau ou d’une canalisation, l'Administration peut, à défaut de consentement
exprès des riverains, acquérir le terrain nécessaire par voie d'expropriation.

Article 14 :
L’Administration peut requérir l'abattage des arbres existant dans les limites des zones
soumises à la servitude de francs bords. Elle peut y procéder d'office si cette mise en demeure
n'est pas suivie d'effet dans un délai de 3 mois.

Article 15 :
Il est interdit à tout propriétaire d'élever toute construction empiétant sur les limites des francs
bords sauf autorisation préalable du ministre en charge de l’eau.

Article 16 :
La zone d'emprise nécessaire à la réalisation, à l'exploitation et à l'entretien des canalisations
d’eau ou de leurs ouvrages connexes est déterminée par le Ministre en charge de l’eau. Cette
zone, dont les limites sont indiquées d'une manière apparente sur le terrain, peut faire l'objet
soit d'une expropriation pour cause d'utilité publique soit d'une occupation temporaire. Dans
ce dernier cas, les propriétaires concernés sont tenus, contre réparation intégrale du dommage,

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 8

de permettre l’installation sur leurs fonds, d’aqueducs, canalisations canaux ou drains s’il est
toutefois impossible d’exécuter ces travaux autrement et sans frais excessifs.

Article 17 :
Le propriétaire ou celui ou ceux qui ont l'usage d'un fonds sont soumis aux servitudes en ce
qui concerne l'installation par l’Etat de poteaux indicateurs, moyens de signalisation, travaux
de mesure et de relèvement concernant les eaux.

Article 18 :
L'exécution des travaux sur les terrains grevés de servitude doit être notifiée par écrit aux
personnes exploitant le terrain ou, en leur absence, leurs représentants à charge pour elles de
prévenir les propriétaires. Un état des lieux doit être dressé si un tel état est nécessaire pour
apprécier les dommages résultant de l'exécution des travaux. Les dommages qui résultent des
travaux sont fixés, à défaut d'accord amiable, par le tribunal compétent.

Article 19 :
La servitude oblige les propriétaires et leurs ayants droit à s'abstenir de tout acte de nature à
nuire au bon fonctionnement, à l'entretien et à la conservation de l'ouvrage concerné par la
servitude.

Article 20 :
Les riverains des canalisations d’eau déclarés d'utilité publique par l'Administration sont tenus
de permettre le libre passage et l'emploi sur leurs propriétés, des engins mécaniques servant
aux opérations d'entretien ; Ils doivent également permettre sur certains emplacements le
dépôt de produits de curage.
A défaut de vente à l'amiable, l'expropriation des terrains grevés de la servitude de dépôt
devient obligatoire.
A l’intérieur des emplacements grevés de servitude de passage ou de dépôt, les nouvelles
constructions, les élévations de clôture fixe ainsi que les plantations sont soumises à
autorisation préalable du ministre en charge de l’eau.

Article 21 :
Tout propriétaire d'un terrain grevé d'une servitude de dépôt des produits de curage, peut à
tout moment, exiger du bénéficiaire de cette servitude l'achat de ce terrain. S'il n'est pas déféré
à cette demande dans le délai d'un an, le propriétaire peut saisir les tribunaux en vue de
l'intervention d'un jugement prononçant le transfert de la propriété et déterminant le montant
de l'indemnité. L'indemnité est calculée comme en matière d'expropriation pour cause d'utilité
publique.

Article 22
Lorsque par des sondages ou des travaux souterrains ayant fait l'objet d'une autorisation, un
propriétaire fait surgir des eaux dans son fonds, les propriétaires des fonds inférieurs doivent
accorder le passage des eaux suivant le tracé le plus rationnel et le moins dommageable. Ces
propriétaires ont droit à une indemnité en cas de dommage, résultant de l'écoulement de ces
eaux.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 9

Article 23
Tout propriétaire qui veut se servir, pour l’approvisionnement en eau de sa propriété, des
eaux superficielles concédées peut obtenir la faculté d'appuyer sur la propriété du riverain
opposé, les ouvrages d'art nécessaires à sa prise d'eau, à la condition de consentir une juste et
préalable indemnité.

Chapitre II : Protection et Préservation du domaine public hydraulique

Section 1 : Protection quantitative des ressources hydrauliques

A. Dispositions générales

Article 24 :
Pour assurer la protection quantitative des nappes souterraines, des périmètres de sauvegarde
et des périmètres d’interdiction peuvent être créés par décret, pris après avis de la
Commission du Domaine Public Hydraulique.
Les dispositions relatives aux modalités de création et de délimitation des périmètres de
sauvegarde et d’interdiction sont fixées par décret.

Article 25 :
A l’intérieur des périmètres d'interdiction et des périmètres de sauvegarde :
a) sont interdits toute exécution de nouveaux puits ou forages, et tout travail de
transformation ou d’équipement de puits ou forages destiné à en augmenter le
débit ;
b) sont soumis à autorisation préalable du Ministre en charge de l’eau les travaux
de remplacement ou de réaménagement de puits ou forages non destinés à en
augmenter le débit ;
c) l’exploitation des eaux souterraines est soumise à une autorisation annuelle et à
des prescriptions spécifiques du ministre en charge de l’eau. Cette autorisation
est renouvelable par tacite reconduction jusqu'à 3 ans maximum si les
prescriptions restent inchangées.

B. Des périmètres de sauvegarde

Article 26 :
Des périmètres de sauvegarde peuvent être délimités par décret dans les nappes pour
lesquelles le taux et la cadence d'exploitation des ressources existantes risquent, à échéance,
de mettre en danger la conservation quantitative et qualitative des eaux. L’inventaire de ces
zones est régulièrement publié par Arrêté du Ministre en charge de l’eau.
Dans les périmètres de sauvegarde, les prescriptions peuvent porter sur une limitation du débit
maximum à exploiter par puits ou forages, ou toute autre disposition propre à éviter les
interactions nuisibles et à prévenir toute surexploitation des ressources existantes.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 10

C. Des périmètres d'interdiction

Article 27 :
Des périmètres d’interdiction peuvent être créés par décret dans les nappes souterraines
surexploitées et dans les zones où une dégradation du niveau de conservation ou de la qualité
des eaux a été dûment constatée par le Ministre en charge de l’eau. L’inventaire et l’état de
ces zones sont régulièrement publiés par Arrêté du Ministre en charge de l’eau.
Dans les périmètres d'interdiction, les prescriptions portent obligatoirement sur une réduction
et une limitation du débit maximum et du volume à exploiter par puits ou forage, ainsi que
toute autre disposition propre à réduire la surexploitation. Elles permettent d’éviter un
développement du niveau de dégradation de la ressource et d’assurer la conservation des
ressources existantes. Ces mesures de réduction des prélèvements sont mises en œuvre
jusqu’à équilibrer, à des échéances plus ou moins rapprochées et autant que les connaissances
scientifiques le permettent, les taux de renouvellement des eaux souterraines.

Section 2 : Protection qualitative des ressources

Article 28 :
Sont établies des zones de protection qualitative, destinées à prévenir les contaminations par
des substances polluantes, autour des ouvrages et installations de captage, de mobilisation, de
traitement et de stockage d’eau souterraine ou superficielle destinés à l'alimentation en eau
des collectivités publiques. Les zones de protection qualitatives peuvent comprendre, selon
les nécessités de prévention des risques de pollution, les éléments suivants :
- Un périmètre de protection immédiate dont les terrains doivent être acquis et protégés
par l’exploitant des ouvrages et des installations hydrauliques concernés. Le périmètre
de protection immédiate est intégré au domaine public hydraulique ;
- Un périmètre de protection rapprochée à l’intérieur duquel sont interdits ou
règlementés les dépôts, activités ou installations susceptibles de polluer les eaux, de
façon durable ou temporaire ;
- Un périmètre de protection éloignée à l’intérieur duquel peuvent être règlementés les
dépôts, activités ou installations visées à l’alinéa précédent.

Article 29 :
A l’intérieur des périmètres de protection, l’ensemble des activités, y compris les activités
agricoles ou industrielles, peuvent être réglementées ou interdites, et peuvent faire l’objet de
mesures particulières de contrôle.
Les périmètres de protection immédiate des aires de prélèvement d'eau potable peuvent faire
l'objet d'expropriation pour cause d'utilité publique.
En ce qui concerne les barrages retenues destinés à l’alimentation en eau potable, il est prévu :
- un périmètre de protection immédiate composé des terrains riverains de la retenue aux
plus hautes eaux sur une largeur de dix mètres à acquérir en toute propriété par
l’organisme assurant l’exploitation du barrage ;
- une zone de servitude de 50 mètres de largeur au-delà de la bande riveraine dans
lesquels sont interdits tous faits et activités de nature à conduire directement ou
indirectement à la pollution de la retenue.
CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 11

Article 30 :
Les conditions et les modalités de création et de délimitation des périmètres de protection sont
fixées par décret.
L’établissement des périmètres de protection immédiate et des périmètres de protection
rapprochée est obligatoire. La création des périmètres de protection et leur délimitation se fait
par arrêté du Ministre en charge de l’eau. Cet arrêté précise la nomenclature des périmètres de
protection requis pour chaque type d’ouvrage ou d’installation, ainsi que les mesures de
règlementation ou d’interdiction d’activités dans le périmètre concerné.
L’inventaire des périmètres de protection qualitative est régulièrement publié par le Ministre
en charge de l’eau.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 12

TITRE 2 : De la gouvernance dans le secteur de l’Eau

Chapitre I : Le Cadre Institutionnel de Gestion de l’Eau

Section 1 : L’Autorité de l’Eau et la coordination intersectorielle

Article 31 :
Le DPH est géré et administré par le Ministre en charge de l’eau.
La gestion des ressources en eau et des installations hydrauliques peut être assurée par des
personnes publiques ou par des personnes privées dans le cadre d’une délégation pouvant
prendre la forme de concession, de partenariat ou autre.

Article 32 :
Est crée un Conseil Supérieur de l’Eau dont les réunions sont présidées par le Premier
ministre.
Ce conseil constitue un espace pour l’étude, la concertation et la discussion des politiques, des
stratégies, des plans et programmes nationaux et régionaux relatifs au secteur de l’eau.

Article 33 :
Le Conseil Supérieur de l’Eau est chargé d’examiner et émettre son avis sur les sujets qui lui
sont soumis et notamment sur les questions suivantes :
- Les orientations et les principes généraux de la politique hydraulique du pays et les
études prospectives relatives au secteur de l’eau ;
- Les plans et les programmes de mobilisation, de transfert, de développement et
d’utilisation des ressources en eau, de grande envergue et présentant un caractère
d’intérêt national ou régional.
- Le plan National des Ressources en eau.
- Les projets de lois et de décrets se rapportant à l’aménagement et la gestion des eaux.
La composition et les modalités de fonctionnement du Conseil Supérieur de l’Eau sont fixées
par décret.

Article 34 :
Le Ministre en charge de l’eau est assisté d'une Commission du Domaine Public Hydraulique.
La Commission du Domaine Public Hydraulique est chargée de donner un avis technique sur
toute question relevant du domaine public hydraulique, notamment la délimitation du DPH,
l’exploitation du DPH, la création de périmètres d'interdiction et de sauvegarde, la création et
la délimitation de périmètres de protection.
Sont représentés dans la commission les établissements publics impliqués dans la gestion,
l’utilisation, l’exploitation, la conservation et la protection quantitative et qualitative des
ressources en eau et du DPH. La composition et les modalités de fonctionnement de la
commission du DPH sont fixées par décret.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 13

Section 2 : La Gestion par bassins

Article 35 :
Au niveau d’un bassin hydrologique ou d’un ensemble de bassins, la protection et la gestion
intégrée des ressources en eau peuvent être exercées par un organisme de coordination ou de
gestion de bassin hydrologique, dont les missions et les modalités de création et
d’organisation sont fixées par décret, après avis du CSE.

Section 3 : De la Participation dans la Gestion de l’Eau

Article 36 :
Les associations d’usagers ou toute forme de gestion collective ou communautaire de l’eau et
des infrastructures hydrauliques jouissent de la personnalité juridique et demeurent sous
tutelle du Ministère chargé de l’eau, selon la législation et la réglementation en vigueur.

Article 37 :
Les associations sont investies de missions d’intérêt général. EIles œuvrent, principalement à :
- Participer à la mise en œuvre et à la gestion des aménagements publics ou privés
destinés à fournir l’eau nécessaire à l’usage domestique ou à l’irrigation, ainsi qu’à
l’assainissement des terres agricoles ou des petites agglomérations rurales, au profit de
leurs adhérents ;
- Assurer l’entretien, la maintenance et le bon fonctionnement des systèmes d’eau, et
œuvrer à tout contrôle et suivi ayant pour objectif leur protection.
- Renforcer les mesures visant la gestion durable des ressources hydrauliques,
notamment des nappes souterraines,
- Promouvoir les activités de valorisation et d’économie de l’eau ;
- Assurer toute activité ayant pour objectif la défense des intérêts de leurs adhérents ;

Section 4 : La régulation des services publics de l'eau

Article 38 :
La régulation des services publics de l'eau est exercée par une autorité administrative
autonome appelée : Instance Nationale de Régulation de l’Eau

Article 39 :
L'autorité de régulation est chargée de veiller au bon fonctionnement des services publics de
l'eau, en prenant en compte, notamment, les intérêts des usagers et le caractère prioritaire des
services publics de l’eau. Dans le cadre de sa mission, l'autorité de régulation :
- participe à la coordination entre les divers services publics de l’eau ;
- contribue à l'établissement des normes, à l’amélioration des pratiques de gestion des
services publics de l'eau, ainsi qu’à l’élaboration des règlementations y afférents ;
- veille au respect des principes régissant les systèmes tarifaires et contrôle les coûts et

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 14

les tarifs des services publics de l'eau gérés par des personnes publiques ou délégués à
des personnes privées ;
- effectue toutes enquêtes, expertises, études et publications portant sur l'évaluation de
la qualité des services publics de l’eau ;
- donne son avis sur toutes les opérations de concession, ou de partenariat public-privé.

Article 40 :
Les attributions ainsi que les règles d'organisation et de fonctionnement de l’instance
nationale de régulation de l’eau sont fixées par décret.

Chapitre II : Planification et Gestion des Eaux

Section 1 : Dispositions générales

Article 41 :
La planification des ressources en eau doit favoriser la gestion intégrée des ressources et
œuvre notamment à :
- l’intégration de l’eau dans tous ses états (ressource en eau du sol, eau de surface, eau
souterraine, eaux non conventionnelles) ;
- l’intégration de l’eau dans tous ses usages (agricole, domestique, industriel,
touristique, environnemental, récréatif) ;
- l’intégration de l’eau dans tous ses acteurs (Etat, administration, organismes publics,
opérateurs privés, collectivités, techniciens, scientifiques, utilisateurs, consommateurs,
citoyens).

Article 42 :
La planification des ressources en eau doit respecter l’unité du cycle hydrologique naturel en
prenant en compte les aspects socio-économiques, les considérations environnementales et les
risques associés à l’exploitation de la ressource.

Article 43 :
La planification des ressources en eau doit renforcer la participation des différents acteurs
pour promouvoir une gestion responsable et solidaire des ressources en eau.

Article 44 :
La planification des ressources en eau définit les mesures de nature à éviter toute dégradation
à court, moyen et long terme de la qualité, et toute surexploitation entraînant la diminution
durable des quantités. Elle fixe à cet effet les objectifs de bon état des eaux de surface et
souterraines, définit les méthodes et les moyens pour les atteindre, établit les échéanciers de
réalisation, de contrôle et de suivi.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 15

Article 45 :
La planification de l’utilisation des ressources hydrauliques nationales doit être basée sur le
principe de la valorisation maxima de la production du mètre cube d’eau à l’échelle de tout le
pays selon des conditions économiques et techniques acceptables. Les travaux de transfert
des eaux d’un bassin à un autre doivent être précédés par une étude économique qui prouve
que ces transferts s’accompagnent d’une meilleure valorisation des quantités d’eaux à
transférer, y compris sur le long terme.
Le transfert d’un bassin à un autre afin de satisfaire les besoins de la population en eau
potable n’est soumis à aucune mesure.

Article 46 :
La planification des ressources en eau doit inscrire le risque comme une composante
essentielle des modes de gestion des ressources en eau et incite à l’intégrer dans l'ensemble
des politiques sectorielles. La gestion du risque s'appuie sur une démarche scientifique
d’évaluation et des méthodes éprouvées d’intervention.

Article 47 :
La planification des ressources en eau doit fixer les mécanismes de coordination de l'activité
de tous les acteurs impliqués dans la gestion des différents risques tels que la sécheresse, les
inondations, la surexploitation des nappes souterraines, la pollution, la dégradation de la
ressource, la salinisation des sols, et la sécurité des ouvrages hydrauliques. Il en va de même
pour les risques associés aux changements du climat et de leurs impacts sur le régime des
ressources hydriques.

Article 48 :
Le Ministère en charge de l’eau est responsable de la préparation des plans
intégrés d’aménagement et d’utilisation de l’eau dans le cadre national (Plan National de
l’Eau) et au niveau des grandes régions hydrauliques (Plans Directeurs d’Aménagement
Régional Intégré des Ressources en Eau).
Des Plans d'Aménagement et d'Utilisation des Eaux peuvent être créés à l'intérieur des Plans
Directeurs d’Aménagement Régional Intégré des Ressources en Eau pour organiser la gestion
de l'eau à l'échelle locale.
La planification des ressources en eau à différentes échelles est élaborée en collaboration avec
l’ensemble des acteurs du secteur de l’eau.

Article 49 :
Le plan National et les Plans Directeurs d’Aménagement Régional Intégré des Ressources en
Eau sont établis pour une période de 20 ans, et seront déterminés et approuvés selon des
modalités fixées par voie réglementaire. Ils peuvent faire l’objet de révisions périodiques à
l’occasion de l’établissement des plans quinquennaux de Développement Economique et
Social.
Les Plans d'Aménagement et d'Utilisation des Eaux sont établis pour une période de 5 ans et
sont déterminés et approuvés par voie réglementaire. Ils peuvent faire l'objet de révision
permanente ou conjoncturelle pour les adapter à de nouveaux objectifs ou pour faire face à
des aléas tels que la sécheresse ou les inondations, ou à une dégradation quantitative ou
qualitative de la ressource.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 16

Article 50 :
Les instances régionales et les organes consultatifs tels que le Conseil Supérieur de l’Eau et le
Conseil Régional, sont associés aux phases d’élaboration et de révision de la planification des
ressources en eau.

Article 51 :
Les modalités d’élaboration, d’approbation, de mise en œuvre, d’évaluation et d’actualisation
du Plan National, des Plans Directeurs des Ressources en Eau et des Plans d’Aménagement et
d’Utilisation des Eaux sont fixées par décret.
Les contenus de ces Plans doivent être tenus à la disposition du public. Une fois approuvés,
les contenus de ces plans sont opposables à toute personne publique ou privée.

Section 2 : Des Plans d’Aménagement et d’Utilisation des Eaux (PAUE):

Article 52 :
Des plans d'Aménagement et d'Utilisation des Eaux (PAUE) peuvent être définis par arrêté
du Ministre en charge de l’eau et suite à la proposition des instances locales de gestion des
ressources hydrauliques, après enquête publique.

Article 53 :
Les PAUE couvrent un sous-bassin ou une nappe souterraine, un groupement de sous-bassins
ou de nappes souterraines correspondant à un territoire hydrographique pertinent pouvant
chevaucher entre plusieurs entités administratives et qui a vocation à naître de la volonté des
acteurs locaux en vue de coordonner leurs politiques en matière d’eau.
A défaut d'initiative locale, la création du PAUE dans les régions où des problèmes
particuliers ont été constatés peut être inscrite dans le Plan Directeur d'Aménagement
Régional Intégré des Ressources en Eau ;
Le Plan d'Aménagement et d'Utilisation des Eaux doit être compatible avec le Plan Directeur
Régional Intégré d'Aménagement des Eaux ;

Article 54 :
Les PAUE intègrent à un niveau local les mesures nécessaires pour :
- Préciser des objectifs de qualité et de quantité à atteindre pour les ressources en eau
concernées dans un délai déterminé, en définissant le bon état de l’eau notamment
pour les nappes souterraines en surexploitation, dans lesquelles les prélèvements
approchent ou dépassent les ressources renouvelables ;
- Répartir l'eau disponible entre les différentes catégories d'usage en déterminant des
priorités en cas de conflit ou de pénurie ;
- Identifier et protéger les milieux aquatiques sensibles, et notamment les écosystèmes
aquatiques remarquables et les zones humides ;
- Coordonner les actions d'aménagement et d'entretien des ouvrages, notamment afin de
prévenir les inondations et autres calamités naturelles.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 17

Article 55 :
L’élaboration des PAUE implique les ministères et les établissements publics nationaux
compétents, les organismes locaux concernés par le périmètre du PAUE, ainsi que les
représentants des usagers.
Tous ces acteurs sont regroupés dans une commission sectorielle permanente relevant du
Conseil Régional, commission compétente sur les questions de l’eau à l’échelle régionale.

Article 56 :
Est créée au sein du Conseil Régional une commission sectorielle permanente des ressources
hydrauliques qui se charge notamment de :
- L’examen et le suivi des plans d’aménagement et d’utilisation des eaux relatifs à la
circonscription du gouvernorat.
- le contrôle de la situation des ressources hydrauliques dans le gouvernorat et
l’exécution des différents programmes et projets y afférents.
- le suivi des objectifs fixés pour le secteur de l’eau notamment aux plans de la
conservation et de l’exploitation.

Article 57 :
Lorsque le domaine d’un PAUE s’étend sur tout ou partie du territoire de deux gouvernorats
ou plus, toutes les commissions sectorielles permanentes des ressources Hydrauliques
concernées siègent en une commission sectorielle élargie pour l’examen du PAUE considéré.
Un arrêté du Ministre en charge de l’eau désigne le Gouverneur coordonnateur du PAUE
parmi les gouverneurs compétents sur le territoire du PAUE. Cet arrêté précise les missions et
les conditions d'intervention du gouverneur coordonnateur du PAUE, notamment en ce qui
concerne l’administration de la commission sectorielle élargie et la gestion des situations de
crises, ainsi que les moyens nécessaires à l'exercice des missions qui lui sont confiées.

Section 3 : Des Plans Directeurs d’Aménagement Régionaux Intégrés des


Ressources en Eau par Grandes Régions Hydrauliques

Article 58 :
Le Plan Directeur d’Aménagement Régional Intégré des Ressources en Eau a pour objectif de
définir les modalités de gestion des ressources en eau d’une grande région hydraulique en vue
de satisfaire en quantité et en qualité les besoins en eau actuels et futurs des divers usages
socio économiques et environnementaux de la région, tout en garantissant la protection
quantitative et qualitative des ressources, la lutte contre le gaspillage de l’eau et sa
valorisation.

Article 59 :
Le Plan Directeur d'Aménagement Régional Intégré peut inscrire la création de PAUE dans
les régions où la gestion locale dans le cadre du PAUE est susceptible d'apporter des
améliorations à l'état de la ressource et à son mode d'exploitation

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 18

Article 60 :
Le Plan Directeur d'Aménagement Régional Intégré peut proposer, lorsque nécessaire, la
création d'un organisme de gestion de bassin hydrologique.

Article 61 :
Le Plan Directeur d'Aménagement Régional Intégré des Ressources en Eau par grande région
hydraulique détermine notamment, sur la base de l'offre et de la demande en eau, en quantité
et en qualité :
- les objectifs de développement des aménagements de mobilisation et de transfert
éventuel des eaux entre unités hydrographiques naturelles, en tenant compte de
paramètres socio -économiques ;
- les objectifs en matière d'utilisation des ressources en eau ainsi que les mesures liées
aux exigences d'économie, de valorisation et de protection de la qualité de l'eau, dans
une perspective de gestion durable de ces ressources.

Article 62 :
Le Plan Directeur d'Aménagement Régional Intégré des Ressources en Eau est établi par
décret sur proposition du Ministre en charge de l’eau.

Section 4 : Du Plan National des Ressources en Eau :

Article 63 :
Le Plan National de l’Eau est fondé sur les résultats des Plans Directeurs d’Aménagement
Régional Intégré des ressources en eau. Il doit notamment définir :
- les priorités en matière de mobilisation et d’allocations des ressources ;
- les objectifs et les échéances des grands aménagements,
- les modalités de transfert interbassin des ressources ;
- les dispositions de valorisation, de protection et de conservation des ressources ;
- les articulations et les relations du secteur de l’eau avec les autres secteurs et
notamment les secteurs de l’agriculture, de l’industrie, de la santé publique, de
l’aménagement du territoire, de l’environnement ;
- les mesures d’accompagnement à caractère technique, économique, institutionnel, et
autres nécessaires à sa mise en œuvre.
Le Plan National de l’Eau est approuvé par le CSE et adopté par l’Assemblée Nationale.

Chapitre III : Des données et des Systèmes d’Information sur l’Eau

Article 64 :
Les inventaires et les bases de données relatifs aux DPH naturel et artificiel, portant sur les
ressources et les usages de l’eau, sont établis et régulièrement mis à jour par le Ministère
chargé de l’eau. Ce dernier a à sa charge l’entretien des bases de données sur l’eau et la mise

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 19

en œuvre d’un Système National d’Information sur l’Eau, qui collecte, centralise, fédère,
valide, exploite, valorise et diffuse l’ensemble des données et informations sur l’eau au plan
national.

Article 65 :
Tout détenteur de données ou d’informations sur l’eau, et tout titulaire d’une concession ou
d’une autorisation d’utilisation du DPH naturel ou artificiel, est tenu de fournir
périodiquement, à l’autorité chargée du Système National d’Information sur l’Eau, tous
renseignements et données dont il dispose.

Article 66 :
La déclaration de tous travaux de captage d’eau de toute sorte, et la déclaration périodique de
tous prélèvements d’eau du DPH constituent une obligation pour tout usager du DPH. Les
modalités d’information et de déclaration sont précisées par Arrêté du Ministre en charge de
l’eau.

Article 67 :
Sur l’ensemble du Domaine Public Hydraulique, les agents dument habilités à cet effet,
relevant du Ministère chargé de l’eau, sont en droit d’accéder, à tout moment et en tout lieu,
afin d’effectuer les observations, mesures et contrôles destinés à caractériser l’état quantitatif
et qualitatif des ressources en eau et des installations hydrauliques.
Les exploitants et occupants du domaine public hydraulique sont tenus de faciliter l’accès de
ces agents aux lieux d’exploitation et de leur délivrer tout document ou pièce utile à leur
investigation.

Article 68 :
Les points faisant l’objet de mesures régulières et périodiques forment le Réseau National
d’Observation de l’Eau, réseau dont la composition et le fonctionnement sont fixés par Arrêté
du Ministre en charge de l’eau.

Article 69 :
Le Système National d’Information sur l’Eau comporte notamment un volet accessible aux
jeunes et au grand public, ainsi que des dispositions particulières destinées à faciliter l’accès
des usagers de l’eau aux informations d’ordre technique.
Les modalités d’organisation et de fonctionnement du Système National d’Information sur
l’Eau sont fixées par décret.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 20

Titre 3 : Les Régimes d’utilisation de l’eau

Dispositions générales

Article 70 :
Toutes utilisations ou exploitations du domaine public hydraulique naturel ou artificiel
demeurent soumises à autorisation ou à concession, selon le cas. Les conditions obligatoires
des autorisations et des concessions font l'objet d'un décret.

Article 71 :
Les autorisations et les concessions donnent lieu, au profit de l'Etat, à des redevances
spécifiques qui font l'objet d'un barème révisable fixé par « la loi de Finances ».
Le produit de ces redevances, en tout ou partie, est affecté au financement des charges des
services d’investigation, d’observation, de protection et de gestion du DPH, ainsi que du
système d’information national sur l’eau.
La nature des redevances, par type de concession, et les modalités de recouvrement de ces
redevances sont fixées par décret et précisées dans les actes d’autorisation ou de concession.
Dans le cas où le propriétaire n'exploite pas lui-même le fonds, le recouvrement des
redevances est poursuivi auprès de l'exploitant et en cas de défaillance de ce dernier, auprès
du propriétaire.

Article 72 :
En cas d'incendie et autre calamité publique, il est permis de se servir, sans autorisation
préalable, des eaux publiques ayant fait l'objet d'autorisation ou de concession d'eau.

Chapitre I : Des autorisations sur le DPH

Article 73 :
Le Ministre en charge de l’eau a le pouvoir de surveillance et de suivi des ressources en eau et
celui de délivrer les autorisations d’exploitation et de mobilisation.
Il a le pouvoir et le devoir de contrôler les conditions d’exploitation et la conformité de celle-
ci aux stipulations de l’acte d’autorisation sur tous les plans et spécialement, pour ce qui
concerne les eaux souterraines, aux plans du volume, du débit et de la profondeur.

Article 74 :
L’autorisation est exigée pour tous les cas de mobilisation et d’exploitation des eaux. Elle est
délivrée pour une durée maximale de cinq ans renouvelable une fois.
Le refus de l’autorisation doit être motivé et communiqué à l’intéressé dans un délai ne
dépassant pas trois mois à partir de la date de réception du dossier dument constitué.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 21

Article 75 :
Sont soumis au régime de l’autorisation :
- L’occupation temporaire du domaine public hydraulique ;
- La réalisation de puits ou de forages en vue d’un prélèvement d’eau souterraine, et la
réalisation de tout autre ouvrage de captage d’eau ;
- Les prises d’eau établies sur les cours d’eau et retenues de faible capacité d’eaux de
surface (lacs ou barrages collinaires) ;
- L’établissement dans le DPH d’installations de toute nature, d’accès ou de sorties sur
les digues et les francs bords ;
- La construction, la reconstruction ou la réparation des ouvrages qui sont établis entre
les limites des francs bords des cours d’eau, lacs, sebkhas, chotts, conduites et
canalisations d’eau potable, d’irrigation et d’assainissement ;
- Le curage, l’approfondissement, le redressement ou la régularisation des cours
d’eau et canaux;
- L’extraction de sable ou autres produits du DPH des cours d’eau, sebkhas et chotts.
Les conditions d’octroi des autorisations d’utilisation des ressources hydrauliques
d’occupation du PDH ou d’exploitation de ses produits sont fixées par décret.

Chapitre II : Régime des eaux de surface et souterraines

Section 1 : Régime des eaux de surface

Article 76 :
Tout propriétaire a le droit d’user et de disposer des eaux pluviales qui tombent sur son fonds.

Article 77 :
Le propriétaire d'un fonds inférieur est tenu de recevoir sur son fonds les eaux qui s'écoulent,
naturellement, du fonds supérieur, notamment les eaux de pluie, de neige ou des sources non
captées. Aucun des voisins ne peut empêcher cet écoulement naturel au détriment de l'autre.
Si l’usage de ces eaux où la direction qui leur est donnée aggrave la servitude naturelle
d’écoulement des eaux, une indemnité est due au propriétaire du fonds inférieur
Le propriétaire d'un fonds inférieur est tenu de recevoir les eaux provenant du drainage du
fonds supérieur si elles s'écoulent déjà naturellement sur son terrain. En cas de dommage, il
peut toutefois exiger du propriétaire du fonds supérieur et, aux frais de ce dernier,
l'installation d'une canalisation à travers le fonds inférieur.

Article 78 :
Les prises d'eau et autres installations créées sur le domaine public hydraulique, même avec
autorisation, peuvent être modifiées ou supprimées pour utilité publique. Toutefois aucune
suppression ou modification ne peut être prononcée que suivant les formalités et en respectant
les garanties établies pour la délivrance de ces autorisations. Seul a droit à une indemnité, le

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 22

titulaire d'une autorisation en bonne et due forme.

Article 79 :
Les autorisations ou concessions accordées pour l’établissement d'ouvrages sur les cours d'eau
peuvent être retirées, résiliées ou modifiées dans les cas prévus par le présent code.
Le Ministre en charge de l’eau peut procéder à la fermeture d'office des prises d'eau utilisant
une quantité d'eau supérieure à celle qui avait été accordée par les autorisations et les
concessions et, sans préjudice d'autres mesures légales, les prises d'eau non autorisées ou sans
droit.

Article 80 :
Au cas où les débits utilisés par un permissionnaire ou un concessionnaire deux ans ou plus
après la date de délivrance de l'autorisation ou de la concession de prise d'eau dont il
bénéficie, sont inférieurs à ceux dont il était autorisé à prélever, l'autorisation ou la concession
correspondante peut être réajustée en conséquence sans qu'il en résulte pour le titulaire aucun
droit à réclamation ou indemnité.

Article 81 :
Les eaux des lacs d’eau douce et des petites retenues sont régies à l’instar des eaux de surface
par le régime d’autorisations de prises d’eau.

Article 82 :
Les eaux des barrages et des ouvrages de transfert sont réservées au domaine d’exploitation
d’utilité publique.

Section 2 : Régime des eaux souterraines

Article 83 :
Demeurent soumis à autorisation préalable du Ministre en charge de l’eau, toute opération de
forer et d’exécuter des puits quelle qu’en soit la profondeur, ainsi que tout approfondissement
d’un puits ou d’un forage existants.
Les entreprises de forage et d’exécution de puits ne peuvent exercer qu’après agrément obtenu
auprès du Ministre chargé de l’eau. Ces entreprises doivent communiquer à l’administration
territoriale compétente tous les renseignements utiles sur les forages et les puits entrepris y
compris les résultats obtenus.
Les conditions de recherche et d'exploitation des eaux souterraines sont déterminées par
décret.

Section 3 : Régime des ressources en eau du sol agricole

Article 84 :
Les ressources en eau du sol agricole représentent la part infiltrée des précipitations, qui
n’arrive pas à rejoindre les nappes souterraines et se trouve momentanément stockée dans le
sol agricole et disponible soit pour l’évaporation directe dans le cas d’un sol nu, soit pour

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 23

l’évapotranspiration des végétaux si le sol est couvert.

Article 85 :
Les ressources en eau du sol agricole demeurent soumises à la législation en vigueur en
matière de conservation des eaux et du sol. Les plans relatifs aux ressources en eaux doivent
contenir des mesures pour inciter à leur conservation et à leur valorisation quelle que soient
les zones climatiques.

Chapitre III : Régime des eaux non conventionnelles

Article 86 :
Les ressources en eau non conventionnelles sont produites à partir de matières premières non
directement utilisables :
- Les eaux salées naturelles ou provenant du drainage agricole ;
- Les eaux usées traitées ;
- Les eaux obtenues par déminéralisation des eaux saumâtres et dessalement de l’eau de
mer ;
- Les eaux traitées après usage et recyclées dans le même établissement ou la même
exploitation.

Article 87 :
Peuvent être autorisées, la production et l’utilisation des ressources hydrauliques non
conventionnelles qui répondent aux conditions spécifiques de la consommation et de
l’utilisation privées ou pour le compte d’autrui dans une zone industrielle ou touristique
intégrée et déterminée.
La production et l’utilisation privées ou pour le compte d’autrui de l’eau s’effectuent selon un
cahier des charges et un contrat de concession conformément aux dispositions du présent
code.
Le cahier des charges, approuvé par décret pris sur proposition du Ministre en charge de l’eau,
fixe les obligations et les moyens techniques de l’offre des eaux, les caractéristiques de ces
eaux, les modalités de leur utilisation, les conditions sanitaires y afférentes et, le cas échéant,
la zone de leur distribution.

Article 88 :
L’utilisation des eaux usées non traitées est strictement interdite. La réutilisation des eaux
usées traitées est autorisée selon un cahier des charges qui fixe principalement les modes et
les niveaux d’épuration, les usages des eaux usées épurées pour l'irrigation de certaines
cultures ou l'arrosage d'espaces verts, ainsi que dans les domaines industriels et
environnementaux. Les mesures préventives liées aux risques sanitaires et aux impacts sur
l'environnement sont prévues par un arrêté conjoint du Ministre en charge de l’eau et du
Ministre en charge de la santé.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 24

Article 89 :
Le dessalement de l’eau de mer est soumis à un cahier des charges qui mettra l’accent sur la
prise en considération du coût économique et des impacts sur l’environnement de l’opération
de dessalement.

Chapitre IV : Du partenariat dans la gestion de la ressource en eau

Section 1 : Dispositions générales

Article 90 :
Le partenariat public/privé dans la gestion des ressources et des installations hydrauliques est
encouragé dans le cadre des concessions ou toute autre forme de partenariat prévue par les
textes législatifs en vigueur.

Article 91 :
Nonobstant les textes législatifs en vigueur, l’encouragement et les incitations en matière de
gestion en partenariat des ressources et installations hydrauliques couvrent les domaines et
activités suivants :
- La gestion directe des systèmes d’eau publics en vue d’en augmenter l’efficacité ou
d’en réduire les coûts.
- le développement et l’amélioration des technologies utilisées, l’innovation des
procédés, des installations ou des équipements qui permettent d'économiser, de
recycler et de valoriser l'eau ;
- la valorisation des ressources en eau du sol agricole
- l'utilisation d'eaux usées épurées en vue de valoriser les eaux traitées ;
- le dessalement et l’amélioration de la qualité de l’eau ;

Section 2 : De la concession

A. Les activités soumises au régime de la concession

Article 92 :
Sont soumis au régime de la concession :
- la gestion des systèmes d’eau potable et d’assainissement ;
- Les prises d’eau qui ont un caractère permanent dans le lit des cours d’eau ;
- L’utilisation des eaux souterraines ;
- L’utilisation d’eaux de sources minérales naturelles, d’eaux de source ou d’eaux dites
« eaux de table » d’origine souterraine, toutefois la concession de l'utilisation de ces
sources doit être approuvée par décret ;
- L’établissement et la gestion d’installations de dessalement d’eau de mer ou de

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 25

déminéralisation d’eaux saumâtres pour cause d’utilité publique ou pour la satisfaction


de besoins propres ;
- La réalisation d’infrastructures destinées à l’utilisation d’eaux usées épurées pour des
usages agricoles individuels ou collectifs ou pour des usages industriels ;
- La construction de barrages permanents ainsi que l’utilisation des eaux retenues ou
dérivées à des fins agricoles, d’aquaculture ou de loisirs nautiques ;
- Le dessèchement de lacs et de sebkhas et leur utilisation ;
- L’extraction de matériaux ayant un caractère permanent dans les sebkhas et les chotts.

B. Les principes régissant les concessions

Article 93 :
Nonobstant les textes en vigueur, les concessions en matière du DPH et des ressources en eau
demeurent soumises aux principes suivants :
- L'octroi d'une concession d'utilisation des ressources en eau est subordonné à la
signature par l'autorité concédante et le concessionnaire d'un cahier des charges. Des
cahiers des charges-types sont fixés par voie réglementaire pour chacune des
catégories d'utilisation ;
- Si l'intérêt de l'aménagement projeté le justifie, la concession peut être déclarée
d'utilité publique par décret.

Article 94 :
L’Administration se réserve le droit de limiter le débit, dont l'usage est autorisé ou concédé,
au volume réellement nécessaire pour le programme d'utilisation adopté.
Les concessions sont accordées dans les limites vraisemblables de disponibilités en eau
évaluées sur la base des relevés, mesures, observations, statistiques et calculs dont dispose
l'Administration.

Article 95 :
Aucune indemnité ne peut être demandée à l'État au cas où le volume effectivement
disponible n'atteint pas le volume concédé qui constitue un maximum à ne pas dépasser.

Article 96 :
L'Administration peut obliger le concessionnaire à consentir une limitation provisoire des
droits inhérents à la concession pour effectuer, après modification et de façon à limiter au
minimum le dommage causé à l'intéressé, des travaux d'intérêt général sur les eaux publiques.

Article 97 :
Les concessions d’utilisation du DPH donnent lieu, au profit de l'Etat, à des redevances
spécifiques qui font l'objet d'un barème révisable fixé par « la loi de Finances ».
Le produit de ces redevances, en tout ou partie, est affecté au financement des charges des
services d’investigation, d’observation, de protection et de gestion du DPH.
La nature des redevances, par type de concession, et les modalités de recouvrement de ces

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 26

redevances sont fixées par décret et précisées dans les actes de la concession.

Article 98 :
Les terrains, bâtiments et ouvrages constituant les dépendances immobilières des concessions
déclarées d'utilité publique doivent gratuitement faire retour à l’Etat en fin de concession,
francs et quittes de tout privilège.

Article 99 :
Les titulaires d'une concession d'utilisation des ressources en eau sont tenus :
- d'utiliser l'eau de façon rationnelle et économique,
- d’observer les dispositions relatives aux conditions de mise en service et d'exploitation
des ouvrages hydrauliques,
- de respecter les droits des autres utilisateurs de l'eau,
- d’installer des dispositifs de mesure ou de comptage des consommations d'eau,
- de se soumettre aux missions de contrôle effectuées par les agents habilités à cet effet
et à faciliter leur accès aux lieux d’exploitation.
Les conditions générales et les procédures d’octroi des concessions sont fixées par décret.

Article 100 :
Si l'utilité publique rend nécessaire la suppression ou la modification des installations
régulièrement faites, en vertu d'une concession, le permissionnaire ou le concessionnaire a
droit, sauf stipulation contraire de l'acte d'autorisation ou de concession, à une indemnité
correspondant à la valeur simple du préjudice subi.

Article 101 :
Dans le cas où le propriétaire n'exploite pas lui-même le fonds, le recouvrement des
redevances est poursuivi auprès de l'exploitant et en cas de défaillance de ce dernier, auprès
du propriétaire.
Ces redevances visées sont indépendantes de celles qui sont exigibles, le cas échéant, à raison
de l'occupation temporaire du domaine public du fait des installations de prises d'eau ou
d'utilisation des eaux.

Article 102 :
Toute cession totale ou partielle de concession, tout changement de concessionnaire ne peut
avoir lieu qu'après autorisation écrite délivrée par le Ministre en charge de l’eau.
En cas de décès du concessionnaire, l'ayant droit doit demander la transcription de la
concession en son nom dans un délai de six mois, sous peine de déchéance.

C. Fin de la concession

Article 103 :
Sans préjudice des clauses particulières figurant dans l'acte de concession, la déchéance de la
concession peut être ordonnée dans les cas suivants :

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 27

- utilisation des eaux autres que celle autorisée, ou hors de la zone d'utilisation fixée ;
- non observation de la législation et la réglementation sur les eaux ;
- non paiement des redevances annuelles après mise en demeure restée sans effet;
- cession effectuée sans l'autorisation de l'Administration ou sans que la transcription y
afférente ait été demandée dans les six mois suivant le décès de son titulaire sauf
dérogation expresse du Ministre en charge de l’eau sur les délais ;
- non utilisation des eaux dans un délai d'un an à partir de la délivrance de la
concession ;
- non utilisation des eaux concédées durant deux années successives.

D. Les pouvoirs de l’administration

Article 104 :
L'Administration peut ordonner l’arrêt de tous travaux effectués sans concession, ou
contrairement à la réglementation sur les eaux, et que tous les ouvrages soient démolis et,
qu'éventuellement, tout soit rétabli dans l'ordre primitif, et ce aux frais des contrevenants.
L'Administration peut requérir la modification des travaux exécutés et des ouvrages édifiés
qui ne soient pas en conformité avec les conditions de la concession.
En cas de déchéance de concession, l'Administration peut ordonner la remise des lieux dans
l'état primitif, et le cas échéant, la faire effectuer d'office aux frais du concessionnaire déchu.

Article 105 :
Si les travaux de recherche ou d'exploitation minière, ou l'exploitation d'une carrière à ciel
ouvert sont de nature à compromettre la conservation des eaux, l'usage des sources et nappes
d'eau qui alimentent la population, l'administration prend les mesures de tout ordre visant à
sauvegarder les prélèvements d'eau déclarés d'utilité publique destinés à l'alimentation en eau
des collectivités et l'effet des mesures générales arrêtés à l'intérieur des périmètres
d'aménagement des eaux.

Article 106 :
Le permissionnaire de recherche minière ou le concessionnaire d'exploitation minière est
soumis, en ce qui concerne la conservation et l'utilisation des eaux découvertes dans ses
travaux, aux conditions précédentes relatives à la conservation et à l'utilisation des eaux dans
le domaine public sauf dérogations déterminées par décret.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 28

TITRE 4 : Des usages et des services publics de l’eau

Dispositions générales

Article 107 :
La production d’eau douce, l’approvisionnement en eau et l’assainissement constituent des
services publics prioritaires.
Les services liés à l’eau peuvent être directement gérés par l’Etat ou faire l’objet d’une
délégation au profit de personnes publiques ou privées.
L’Administration chargée des ressources hydrauliques veille à assurer la satisfaction des
divers usages de l’eau et détermine les conditions dans lesquelles peuvent être imposées les
mesures à prendre pour la construction et l’entretien des réseaux et installations publics ou
privés dans le but d’éviter le gaspillage d’eau. Ces conditions sont fixées par décret.

Article 108 :
La gestion des ressources utilisées pour l’eau potable peut intégrer un régime de tarification
différencié, progressif, rationnel, transparent et qui prend en considération le coût réel de la
ressource et des installations, sans pour autant rompre le droit de tous à l’eau potable en
quantité suffisante et qualité satisfaisante.
Les quantités d’eau, à usage domestique, consommées au-delà des normes de consommation
d’eau définies par arrêté du ministre en charge de l’eau pris après avis des ministres
intéressés, donnent lieu à une tarification progressive et supérieure à la tarification normale.

Chapitre I : Service d’approvisionnement en eau

Section 1 : Eaux potables

A. Eau potable des réseaux publics

Article 109 :
L'eau destinée à la consommation signifie l'eau brute ou traitée destinée à la boisson, aux
usages domestiques, à la fabrication des boissons gazeuses, des eaux minérales, de la glace et
de tout produit alimentaire.

Article 110 :
Une eau potable est une eau qui ne présente pas de risque pour la santé. Elle doit avoir un
goût agréable, être claire et sans odeur, exempte de germes pathogènes et d’éléments toxiques
de nature chimique. Sa composition répond à une définition réglementaire, fixée par des
normes qui précisent les valeurs limites des paramètres les plus importants. Lorsque ces
limites sont dépassées, l'eau est déclarée non potable.
Le contrôle de la qualité des eaux est assuré au moyen d'analyses périodiques dont la nature et
la fréquence est fixée par arrêté du ministre en charge de la Santé Publique pratiquées dans
CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 29

les laboratoires agréés par le Ministère chargé de la Santé Publique.


L'organisme chargé de la distribution de l'eau de consommation est tenu de publier le résultat
des analyses effectuées.

Article 111 :
Les Collectivités, les Etablissements Publics ou Privés et les associations d’usagers qui
peuvent avoir leur propre système d'alimentation en eau, sont tenus de faire vérifier
régulièrement la qualité de l'eau distribuée et de procéder régulièrement à l'analyse
bactériologique de l'eau desservie conformément aux normes en vigueur.
Les méthodes éventuelles de correction des eaux ou de recours à un mode de traitement de ces
eaux à l'aide d'additifs chimiques, simples ou composés, doivent être au préalable autorisées
par le Ministère chargé de la Santé Publique. Les additifs éventuels ne doivent en aucun cas
altérer les propriétés organoleptiques de l'eau.

Article 112 :
Si l'eau à distribuer diffère des normes prescrites, son utilisation peut être autorisée, sous
certaines conditions fixées par le Ministère chargé de la Santé Publique auquel cas, celui-ci
doit prendre les mesures de protection appropriées.

B. Eaux conditionnées

Article 113 :
Les eaux conditionnées désignent les eaux minérales naturelles, les eaux de sources et les
eaux dites "de table". La définition de ces différentes catégories d'eau, leur classification et les
conditions de leur exploitation commerciale sont fixées par décret.

Article 114 :
Les cahiers des charges relatifs aux concessions en matière d’eau conditionnée doivent tenir
compte des besoins d'alimentation en eau potable des agglomérations et localités avoisinantes,
de la satisfaction des usages agricoles préexistants, ainsi que de l’impact sur l’environnement
et la pérennité de la ressource.

Article 115 :
Le contrôle de la qualité des eaux conditionnées est assuré au moyen d'analyses périodiques
dont la fréquence est fixée par arrêté du ministre en charge de la Santé Publique et pratiquées
dans les laboratoires agréés par le Ministère chargé de la Santé Publique.
L'organisme chargé du contrôle de ces eaux est tenu de publier le résultat des analyses
effectuées.

Section 2 : Eaux Thermales

Article 116 :
L’utilisation d’une eau minérale à des fins thérapeutiques est subordonnée à l’obtention d’une
autorisation du ministère chargé de la santé publique.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 30

Section 3 : Eaux à usage agricole

Article 117 :
L`eau est un facteur de développement agricole et qui doit être géré dans un objectif de
favoriser la sécurité alimentaire.
La mise en valeur des terres agricoles ou à vocation agricole situées dans les périmètres
d'irrigation d'intérêt public, collectif ou privé doit procéder de la valorisation optimale du
volume d'eau utilisé.
La mise en valeur des terres agricoles ou à vocation agricole situées à l’intérieur des
périmètres publics irrigués est obligatoire dans les conditions définies par la législation
régissant les périmètres publics irrigués.

Article 118 :
L’utilisation des eaux aux fins agricoles doit être effectuée dans des conditions telles que les
caractéristiques du sol et la remontée du plan d'eau dans le périmètre, restent compatibles
avec une exploitation des sols du périmètre sans irrigation.

Article 119 :
Les zones et points de rejet des eaux de drainage des périmètres irrigués doivent être choisis
de manière à éviter de dégrader, par leur salure, les propriétés avoisinantes. En cas
d'impossibilité technique, une indemnité est servie aux propriétaires dont les fonds ont été
dégradés à raison des dommages occasionnés.

Article 120 :
Les eaux utilisées aux fins d'irrigation doivent conserver des caractéristiques qui leur
permettent de ne pas constituer une source de propagation de maladies ni d'incommoder le
voisinage.

Article 121 :
L'utilisation d'eaux usées à des fins agricoles n'est autorisée qu'après traitement approprié de
ces eaux usées en station d'épuration et sur décision du Ministère chargé de l’eau, prise après
accord du Ministère chargé de la Santé Publique. Dans tous les cas, la réutilisation des eaux
usées, même traitées, pour l'irrigation ou l'arrosage de crudités est interdite.

Article 122 :
Dans les périmètres publics irrigués et les périmètres irrigués équipés par l’Etat, les modalités
et les conditions générales de fourniture et de tarification des eaux d’irrigation par les services
régionaux chargés du développement agricole sont fixées par un cahier des charges approuvé
par décret pris sur proposition du ministre en charge de l’Agriculture.

Section 4 : Eaux à usage énergétique et industriel

Article 123 :
L`utilisation des eaux à des fins énergétiques et industrielles demeurent soumise à un régime

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 31

de concession ou de toute autre forme de partenariat selon des cahiers des charges qui doivent
détailler les conditions d`allocation de ces eaux, les tarifs à appliquer, l’évaluation et
l’optimisation du potentiel hydroélectrique, et ils prennent en considération la maintenance
des retenues d`eau ainsi que la sécurisation des ouvrages hydrauliques.

Article 124 :
Les industriels, utilisateurs d'eau doivent justifier dans leur demande d'installation que les
dispositions prévues sont celles qui permettent d'économiser au maximum la qualité d'eau
utilisée, d'en préserver au mieux la qualité, et de limiter au maximum la pollution brute
déversée.

Article 125 :
Les industries utilisatrices d'eau doivent procéder pour leurs besoins au recyclage de l'eau
utilisée, toutes les fois que ce recyclage est techniquement et économiquement réalisable.

Section 5 : Eaux à usages divers

Article 126 :
Les cahiers des charges portant sur la concession d`utilisation des ressources en eau pour
satisfaire une demande environnementale ou le développement des activités aquacoles,
sportives ou de loisirs nautiques... doivent prendre en considération la maintenance des
retenues d`eau ainsi que la sécurisation des ouvrages hydrauliques.

Chapitre II : Service public d’assainissement

Article 127 :
L’assainissement étant un service essentiel pour la lutte contre la pollution et la protection de
la santé et de la salubrité publique, l’Etat et les collectivités territoriales œuvrent à garantir ce
service au profit de tous.

Article 128 :
Le service public d’assainissement demeure géré par des personnes publiques ou privées sur
délégation.
Des incitations fiscales, financières ou autres, peuvent être accordées à tout projet, programme
ou équipements destinés à la généralisation du service d’assainissement dans le milieu rural.

Article 129 :
L`assainissement demeure régi par les règles régissant les eaux usées et la lutte contre la
pollution des eaux et le principe de leur traitement ;

Article 130 :
Les eaux pluviales doivent être prises en considération dans le cadre de l’assainissement et de
la lutte contre la pollution ;

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 32

Article 131 :
Le branchement au réseau public d'assainissement de toute habitation ou établissement est
obligatoire dans les zones urbaines.
Dans les zones à habitat dispersé ou dans les centres ne disposant pas d'un système
d'assainissement collectif, l'évacuation des eaux usées doit se faire au moyen d'installations
autonomes agréées et contrôlées par l'administration. Les modalités de conception, d'agrément
et de contrôle des installations sont fixées par décret

Article 132 :
Tout déversement dans un réseau public d'assainissement ou dans une station d'épuration
d'eaux usées autres que domestiques est soumis à l'autorisation préalable de l'administration
chargée de l’assainissement.
Le déversement peut être subordonné à une obligation de prétraitement dans le cas où, à l'état
brut, ces eaux usées peuvent affecter le bon fonctionnement du réseau public d'assainissement
ou de la station d'épuration.

Article 133 :
Il est interdit d'introduire dans les ouvrages et installations d'assainissement toute matière
solide, liquide ou gazeuse susceptible d'affecter la santé du personnel d'exploitation ou
d'entraîner une dégradation ou une gêne de fonctionnement des ouvrages de collecte,
d'évacuation et d'épuration des eaux usées.

Article 134 :
Tout service public d’assainissement quelque soit son mode d’exploitation, donne lieu à la
perception de redevances d’assainissement qui sont fixées par décret.
Le produit de ces redevances est affecté au financement des charges du service
d’assainissement.

Article 135 :
La tarification du service public d'assainissement peut être fondée sur le principe de
progressivité des tarifs selon les catégories d'usagers et les tranches de consommation d'eau
correspondant au service public d'alimentation en eau potable et ce pour prendre en compte
l'importance, la nature et la charge polluante des effluents déversés dans le réseau de collecte
des eaux usées et le coût réel du service d’assainissement.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 33

TITRE 5 : Prévention et Gestion des risques liés à l’eau

Chapitre I : Prévention et sécurité relatives à la qualité de l’eau

Article 136 :
Une eau usée est définie comme une eau qui a subi une modification de sa composition ou de
son état du fait de son utilisation ;
Une eau polluée est définie comme une eau qui a subi du fait de l’activité humaine,
directement ou indirectement ou sous l’action d’un effet biologique ou géologique, une
modification de sa composition ou de son état qui a pour conséquence de la rendre impropre à
l’utilisation à laquelle elle est destinée.
Les normes de qualité auxquelles une eau doit satisfaire selon l’utilisation qui en sera faite,
doivent être fixées et règlementées.

A. Les principes de lutte contre la pollution hydrique

Article 137 :
La lutte contre la pollution hydrique doit satisfaire et concilier les exigences :
- De l’alimentation en eau potable
- De la santé publique ;
- De l’agriculture, de l’industrie, et de toutes autres activités humaines d’intérêt
général ;
- De la vie biologique du milieu récepteur et spécialement de la faune piscicole ;
- Des loisirs et de la protection des sites ;
- De la conservation et de l’écoulement des eaux.

Article 138 :
La lutte contre la pollution hydrique s’applique aux déversements, écoulement, rejets, dépôts
directs ou indirects de matière de toute nature et plus généralement à tout fait susceptible de
provoquer ou d’accroître la dégradation des eaux en modifiant leurs caractéristiques
physiques, chimiques, biologiques, ou bactériologiques, qu’il s’agisse d’eaux superficielles ou
souterraines.

Article 139 :
Les personnes physiques ou morales et notamment les établissements industriels, agricoles ou
commerciaux qui endommagent les ressources en eau ou dont l'activité cause une pollution
des ressources par des rejets solides, liquides ou gazeux, ou autres, sont tenus à l'élimination,
à la réduction et éventuellement à la récupération des matières rejetées ainsi qu'à la réparation
des dommages qui en résultent.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 34

Article 140 :
Est interdit le déversement ou l'immersion dans les eaux de mer des matières de toutes
natures, en particulier des déchets domestiques, industriels et nucléaires susceptibles de porter
atteinte à la santé publique ainsi qu'à la faune et à la flore marines et de mettre en cause le
développement économique et touristique des régions côtières.

Article 141 :
II est interdit de laisser écouler, de déverser ou de rejeter dans les eaux du domaine public
hydraulique, concédées ou non, des eaux résiduelles ainsi que des déchets ou substances
susceptibles de nuire à la salubrité publique ou à la bonne utilisation de ces eaux pour tous les
usages éventuels.

Article 142 :
II est interdit d'effectuer tout dépôt en surface susceptible de polluer, par infiltration, les eaux
souterraines, ou par ruissellement, les eaux de surface.

Article 143 :
Est interdit tout déversement ou rejet d'eaux usées et de déchets susceptibles de nuire à la
salubrité publique, dans les puits absorbants naturels, puits, forages ou galeries de captage
désaffectés ou non.

Article 144 :
Les puits, forages ou galeries de captage désaffectés font l'objet d'une déclaration et sont
soumis, sans préjudice des droits des tiers, à la surveillance de l'administration qui peut
prononcer leur suspension provisoire ou leur fermeture définitive. Ces installations seront
conformes aux conditions qui sont fixées par arrêté du ministre en charge de l’eau après avis
des ministres intéressés.

Article 145 :
Les ouvrages de captage, de traitement, d'adduction et de distribution d'eau potable, y compris
les pompes, les réservoirs et les conduites doivent être construits et maintenus dans des
conditions telles qu'elles préservent l'eau de tout effet nuisible à sa qualité et à sa salubrité.

Article 146 :
Les sources d'approvisionnement public en eau potable doivent être protégées contre toute
cause accidentelle ou délibérée de nature à porter atteinte à la qualité des eaux telle que
prescrite par les normes règlementaires.

Article 147 :
Sans préjudice des dispositions sus mentionnées, les conditions dans lesquelles peuvent être
réglementés ou interdits les déversements, écoulements, jets, dépôts directs ou indirects d'eau
ou de matière et plus généralement tout fait susceptible d'altérer la qualité de l'eau
superficielle ou souterraine sont fixées par décret.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 35

Article 148 :
Le décret mentionné dans l’article précédent, fixe d'une part les spécifications techniques et
les critères physiques, chimiques, biologiques et bactériologiques auxquels les cours d'eau,
canaux, lacs, barrages, étangs, ou toute retenue d'eau d'une façon générale doivent répondre,
notamment pour les prises d'eau assurant l'alimentation des populations et, d'autre part, le
délai dans lequel la qualité de chaque milieu récepteur doit être améliorée pour satisfaire ou
concilier les intérêts sus mentionnés.
Il précise également les conditions dans lesquelles :
- peuvent être réglementés ou interdits, compte tenu des dispositions ci-dessus, les
déversements, écoulements, jets, dépôts directs ou indirects d'eau et plus généralement
tout fait susceptible d'altérer la qualité de l'eau superficielle ou souterraine,
- sont effectués les contrôles des caractéristiques chimiques, biologiques et
bactériologiques des eaux réceptrices et des déversements, et notamment les
conditions dans lesquelles il est procédé aux prélèvements et aux analyses
d’échantillons.
Ce décret fixe, en tant que besoin, pour chacun des cours d'eau, canaux, lacs, barrages, eaux
souterraines et autres retenues d'eau, les conditions particulières dans lesquelles s'appliquent
les dispositions prévues ci-dessus ainsi que les délais dans lesquels il doit être satisfait
auxdites dispositions en ce qui concerne les installations existantes.
Dans tous les cas, les droits des tiers à l'égard des auteurs des pollutions sont et demeurent
réservés.

Article 149 :
Dès la promulgation du présent code, les eaux superficielles, cours d'eau, canaux, lacs et
sebkhas doivent faire l'objet d'un inventaire établissant leur degré de pollution. L'état de
chacune d'elles est établi d'après des critères physiques chimiques, biologiques et
bactériologiques. Cet inventaire fait l'objet d'une révision périodique générale et d'une
révision immédiate chaque fois qu'un changement exceptionnel ou imprévu affecte l'état de
ces eaux.

Article 150 :
L’élimination de la pollution est à la charge des utilisateurs et des entreprises, des collectivités
publiques, responsables du rejet de leurs déchets dans le Domaine Public Hydraulique.

B. Les mesures de prévention de la pollution hydrique

Article 151 :
Toute personne atteinte de maladies, dans la transmission desquelles l’eau est susceptible de
jouer un rôle, ne peut être rattachée à la gestion, à l’entretien ou à l’exploitation des systèmes
d’approvisionnement en eau potable et notamment des ouvrages de captage, de traitement et
les réservoirs de distribution.
La liste de ces maladies est fixée par arrêté du ministre de la santé publique.
Toute personne rattachée à un poste désigné à l’alinéa ci-dessus doit faire l’objet d’un examen
médical conformément aux prescriptions qui sont fixées par arrêté du ministre de la santé
publique.
CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 36

Article 152 :
Sans préjudice des obligations découlant de la législation en vigueur, les propriétaires
d’installations de déversement existant antérieurement à la publication du décret prévu à
l’article 136 du présent code ,doivent prendre toutes dispositions pour satisfaire dans les
délais fixés par le même arrêté aux conditions qui sont imposées à leur effluent afin d’assurer
au milieu récepteur les caractéristiques qu’il doit avoir à l’expiration dudit délai.
L’administration peut prendre, en raison du péril qui pourrait en résulter pour la sécurité ou la
salubrité publique, toute mesure immédiatement exécutoire en vue de faire cesser le risque
possible.

Article 153 :
Le déversement d’eaux d’égout dans le DPH et le DPM ne peut être admis qu’après avis des
services chargés de la conservation du DPH et du DPM et des ouvrages riverains sur les
dispositions envisagées pour le traitement ou la diffusion des eaux.
Les caractéristiques biologiques, physiques et chimiques auxquelles doit satisfaire, sauf
spécifications particulières, l’effluent d’une station de traitement des eaux usées sont définies
par arrêté conjoint du Ministre en charge de l’eau, du ministre en charge de la Santé publique
et du ministre en charge de l’Environnement.

Article 154 :
L’assainissement des villes doit prévoir dans ses projets des réseaux d’évacuation rapide et
sans stagnation loin des habitations de tous les déchets d’origine humaine ou animale
susceptibles de donner naissance à des putréfactions ou à des odeurs.
La réalisation de ces projets d’assainissement doit en outre éviter que les produits évacués
puissent, par leur destinée finale, souiller des eaux souterraines quelle qu’en soit la nature, des
cours d’eau, des lacs, le littoral de la mer dans les conditions dangereuses pour les habitants
de l’agglomération ou d’autres usagers éventuels ainsi que pour le personnel chargé de
l’entretien et de l’exploitation des ouvrages.

Article 155 :
Tout déversement d’eaux résiduaires, autres que domestiques, dans les égouts publics doit
être préalablement autorisé par le Ministre en charge de l’eau après avis de la collectivité à
laquelle appartiennent les ouvrages qui sont empruntés par ces eaux usées avant de rejoindre
le milieu naturel. Ce déversement, après autorisation, peut être subordonné notamment à un
prétraitement individuel ou le cas échéant, collectif.

Article 156 :
Lorsque l’intérêt général le justifie, peuvent être prescrits ou admis dans les conditions fixées
par le ministre en charge de l’eau, les raccordements aux réseaux d’assainissement ou stations
d’épuration des effluents privés qui ne satisfont pas aux caractéristiques du cours d’eau
récepteur.
Ce raccordement peut être subordonné à la participation de l’établissement privé concerné aux
charges supplémentaires de construction et le cas échéant, d’exploitation résultant de l’apport
des eaux usées.
Faute par l’établissement d’exécuter, dans le délai prescrit, les travaux lui incombant en vue

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 37

du raccordement aux ouvrages publics, il est procédé d’office, après mise en demeure et aux
frais de l’intéressé aux travaux nécessaires.

Article 157 :
Toute demande d’ouverture d’un établissement dangereux insalubre ou incommode doit
préciser le mode et les conditions d’évacuation, d’utilisation et de traitement des eaux
résiduaires envisagées par le demandeur.
Les dispositions ainsi envisagées doivent parer efficacement aux inconvénients que pourrait
présenter l’établissement soit pour la salubrité ou la commodité du voisinage soit pour la santé
publique ou l’environnement.

Article 158 :
La recharge des nappes souterraines par des eaux naturelles ou par des eaux usées traitées
ayant subi un traitement complémentaire approprié est soumise à un cahier des charges
spécifique

Chapitre II : Prévention et gestion des inondations

Article 159 :
L’initiative de l’étude des risques d’inondation et leur cartographie dans toutes les régions où
il existe un risque important d’inondation incombe à l’Etat qui réalise les plans de gestion des
risques d’inondation résultant d’une coopération et d’une participation des institutions et des
populations concernées.
Les mesures de réduction des risques doivent être, dans la mesure du possible coordonnées à
l’échelle locale ou régionale pouvant regrouper plusieurs unités hydrographiques.

Article 160 :
Les conseils régionaux et les communes peuvent être autorisés à exécuter tous travaux de
défense contre les inondations sous le contrôle, selon les cas, du Ministère chargé de l’eau ou
du Ministère chargé de l’équipement avec ou sans subventions de l’Etat, soit isolément soit
après constitution d’associations, gouvernatoriales ou intergouvernatoriales dénommées
groupements de défense contre les inondations.
Un décret fixe le mode de constitution et de fonctionnement des groupements visés à l’alinéa
ci-dessus.

Article 161 :
En ce qui concerne la construction de digues intéressant la protection de propriétés privées
contre les cours d’eau, la nécessité n’est constatée par l’administration, et la dépense n’est
supportée par les propriétaires que dans la proportion de leur intérêt aux travaux.
L’Etat peut accorder une subvention à la réalisation de ces travaux en fonction de leur intérêt
et notamment de la rentabilité économique de l’aménagement et de l’inscription de
l’aménagement envisagé dans un cadre plus général ou régional et dont le montant est fixé par
arrêté du Ministre en charge de l’eau.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 38

Article 162 :
En cas de nécessité, l’administration se réserve le droit de construire ou de modifier les digues
contre les inondations d’occuper les berges appartenant à des particuliers, à procéder à leur
prélèvement et à acquérir les terres nécessaires au renforcement des digues contre les
inondations.

Article 163 :
Les digues, remblais, dépôts de matières encombrantes, constructions ou autres ouvrages
établis sans autorisations préalables conformément à la règlementation en vigueur avant la
promulgation du présent code et qui sont reconnus faire obstacle à l’écoulement des eaux ou
restreindre d’une manière nuisible le champ des inondations peuvent être modifiés ou
supprimés sauf le paiement s’il y a lieu, d’indemnités de dommages.
Il en est de même pour les ouvrages qui sont également établis, au cas où pour les motifs ci-
dessus visés leurs modifications ou leur suppression viennent à être reconnues nécessaires.

Article 164 :
Pour l’ensemble des cours d’eau, il ne peut être effectué sans autorisation de l’administration
aucune plantation nouvelle ni aucun dépôt sur les terrains compris entre les cours d’eau et les
digues construits en bordure immédiate des cours d’eau.

Article 165 :
Toute plantation ancienne, dépôt ou construction sur les digues ou levées et sur les terrains
compris entre les cours d’eau ou construits en bordures immédiats du cours d’eau et les
digues, qui feraient obstacle à l’écoulement des eaux ou pourraient restreindre d’une façon
nuisible le champ d’inondation peuvent être supprimés dans un délai d’un an sur décision de
l’administration.

Article 166 :
Il est interdit de faire, sans autorisation, dans les parties submersibles du territoire, des levées
et autres aménagements susceptibles de gêner l’écoulement des eaux d’inondations, sauf pour
la protection des habitations et jardins attenants.

Article 167 :
Sont interdits, la circulation et les passages des animaux dans les digues bordant les cours
d’eau en toutes saisons.

Article 168 :
Dans les régions cultivables en sec et où les propriétés agricoles sont menacées par des
précipitations excessives, les eaux de crue, les remontées des nappes phréatiques ou les eaux
de surface en excédent, la délimitation des zones dites « zones d’assainissement » peut être
prononcée par décret, pris sur proposition du Ministre en charge de l’eau.

Article 169 :
Au cas où la réalisation des travaux d’assainissement rural à l’intérieur de la « zone
d’assainissement » visée à l’article précédent s’avère économiquement justifiée,

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 39

l’administration peut accorder au groupement des propriétaires et usagers concernés l’aide et


les facilités financières nécessaires pour la réalisation de ces travaux.

Article 170 :
Le groupement des propriétaires et usagers concernés est tenue d’assurer un entretien des
ouvrages propres à leur permettre de remplir leur rôle.
En cas de non réalisation de ces travaux d’entretien, l’Administration se réserve le droit, après
mise en demeure préalable, de faire effectuer d’office les travaux en question, aux frais du
groupement des propriétaires et usagers concernés.

Chapitre III : Prévention et gestion des sécheresses, des pénuries et risques divers

Article 171 :
En cas de pénurie d’eau en relation avec l’épuisement des ressources, ainsi qu’à des
évènements exceptionnels tels que la sècheresse, ou autres calamités naturelles,
l’Administration déclare l’état de pénurie, définit et délimite les zones sinistrées et édicte les
règlementations locales et conjoncturelles en vue d’assurer en priorité l’alimentation en eau
des populations, l’abreuvement des cheptels et lorsque c’est possible la sauvegarde des
plantations existantes.

Article 172 :
Des études et des plans de protection sont à mettre en œuvre par l’Administration en vue de
modérer les risques et notamment ceux liés à la sécheresse, à la défaillance des ouvrages
hydrauliques et des systèmes de transfert ainsi qu’à l’envasement des retenues d’eau et aux
pollutions accidentelles.

Article 173 :
Un système de rationnement de la consommation des eaux peut être instauré.
L’organisation de ce rationnement et les modalités de son contrôle sont fixées par décret pris
sur proposition du ministre en charge de l’eau.
Egalement, il peut être instauré, pour des raisons climatiques ou techniques, un système de
rationnement conjoncturel ou une interdiction temporaire de certaines utilisations des eaux.
L’instauration du système de rationnement conjoncturel ou d’interdiction est décidée par
arrêté du gouverneur si les effets des conditions climatiques ou techniques, prises pour cause
de cela, ne dépassent pas la circonscription d’un seul gouvernorat et par décision du ministre
en charge de l’eau dans les autres cas.
Les arrêtés des gouverneurs et les décisions du ministre en charge de l’eau sont publiés dans
deux quotidiens dont l’un est en langue arabe.

Article 174 :
L’administration a notamment le pouvoir de suspendre la fourniture de l’eau d’irrigation :
- pour l’exécution des travaux d’irrigation qualifiés d’urgents ;

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 40

- en cas de mauvais entretien des systèmes d’eau, pour prévenir le gaspillage ;


- en cas de gaspillage de l’eau dûment constaté ;
- lorsqu’il n’a pas été donné effet aux notifications ou demandes faites pour l’entretien
et la réparation des ouvrages.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 41

Titre 6 : DU REGIME DE CONTROLE ET DE SUIVI

Disposition générale

Article 175 :
Les différents relatifs aux ressources en eaux peuvent êtres réglés par la voie juridictionnelle,
par l’arbitrage et par la médiation.

Chapitre I : De la responsabilité en matière de DPH

Article 176 :
Il est interdit, sauf autorisation du ministre en charge de l’eau dument justifiée :
- d'empêcher le libre écoulement des eaux du domaine public ;
- d'empiéter, de quelque manière que ce soit et notamment par des constructions, sur les
limites des francs bords des cours d'eau temporaires ou permanents, des lacs, des
sebkhas, des sources, ainsi que sur les limites d'emprise des aqueducs, des conduites
d'eau, des canaux d'irrigation ou d'assainissement dont l'exécution a été déclarée
d'utilité publique;

Toutefois, les constructions préexistantes peuvent être entretenues ou réparées sous la double
restriction qu'il ne sera fait aucune augmentation aux dimensions extérieures et que les
matériaux employés seront les mêmes que ceux précédemment mis en œuvre ;
- D’effectuer tout dépôt, plantation ou culture sur les francs bords et dans le lit des cours
d'eau temporaires ou permanents, dans les lacs et sebkhas, ainsi qu'entre les limites
d'emprise des conduites d'eau et des canaux dont l'exécution a été déclarée d'utilité
publique;
- de jeter dans le lit des cours d'eau temporaires ou permanents des matières insalubres
ou des objets quelconques qui puissent embarrasser ce lit ou y provoquer des
atterrissements ;
- d'enlever des gazons, des arbres, des arbustes, des terres ou pierres des francs bords ou
lit des cours d'eau temporaires ou permanents ;
- de pratiquer des excavations de quelque nature qu'elles soient à une distance de la
limite des francs bords des cours d'eau temporaires ou permanents, des conduites,
aqueducs et canaux, moindre que la profondeur desdites excavations, sans que cette
distance puisse être inférieure à trois mètres.
- de curer, approfondir, élargir, redresser ou régulariser les cours d'eau temporaires ou
permanents ;
- d'entreprendre d'une manière générale, un travail quelconque de nature à intéresser le
régime des eaux de surface dépendant du domaine public hydraulique ;
- d'effectuer des travaux de recherche ou de captage d'eaux souterraines jaillissantes ou
non ;
- D’exécuter, en dehors de l'utilité publique, des puits ou forages non jaillissants sur les

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 42

propriétés privées quand ces ouvrages constituent une prise d'eau déguisée dans une
source.

Article 177 :
L'exécution des travaux visés à l’article 162 du présent code peuvent être suspendus par
décision du ministre en charge de l’eau sans préjudice des mesures conservatoires
susceptibles d'être ordonnées par l'administration ; ces mesures conservatoires peuvent porter
sur la démolition partielle ou totale des ouvrages ainsi que la remise des lieux en l'état.

Article 178 :
La violation des dispositions du présent code engage la responsabilité civile et pénale du
contrevenant.

Article 179 :
Le Ministère chargé de l’eau est autorisé à transiger avec les personnes poursuivies pour
infraction aux dispositions du présent code et de ses textes d’application à la condition que
l’infraction n’ait pas occasionné une pollution ou une dégradation de la ressource, que le
contrevenant ne soit pas récidiviste et que l’objet de l’infraction ait été remise en son état
antérieur par ses soins et à ses frais.
Les infractions ne pouvant faire l’objet d’aucune transaction sont fixées par décret.

Chapitre II : Des procédures de contrôle et de suivi

Article 180 :
Il est institué une police des eaux constituée par des agents relevant du Ministère chargé de
l’eau. Sous réserve des textes spécifiques les régissant, des agents relevant d’autres
administrations peuvent être chargés des missions de la police des eaux.

Article 181 :
Outre les officiers et agents de la police judiciaire prévus à l’article 10 du Code de Procédure
Pénale, sont habilités à procéder aux contrôles, à rechercher et constater les infractions aux
dispositions du présent code et des textes pris pour son application, les agents dûment
désignés à cet effet.

Article 182 :
Les agents chargés de la police des eaux ne peuvent exercer leurs fonctions qu’après avoir
prêté serment devant le tribunal compétent conformément à la législation en vigueur. Ils sont
tenus de porter, pendant les heures de service, des signes distinctifs. Les conditions de
désignation et de formation des agents de la police des eaux sont fixées par décret.

Article 183 :
Les infractions au présent code et des textes d’application sont constatées par des procès
verbaux relatant les faits et les déclarations de leurs auteurs. Les procès verbaux sont adressés
dans les 15 jours de leur clôture au ministère public.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 43

Article 184 :
Les agents de la police des eaux disposent des pouvoirs les plus étendus dans l’exercice de
leurs fonctions. Ils ont droit d’accès à tous les ouvrages et installations utilisant les ressources
hydrauliques ou ayant un impact sur ces ressources. Ils peuvent demander toute pièce qu’ils
jugent nécessaire. Ils demandent en cas de besoin l’aide et l’assistance des agents de la sûreté
nationale notamment dans les cas de résistance des contrevenants ou de flagrants délits.

Article 185 :
En cas d’atteinte manifeste au domaine public hydraulique, les agents de la police des eaux
sont habilités à prendre les mesures conservatoires qu’ils jugent utiles dont notamment l’arrêt
provisoire des travaux, la confiscation du matériel et des matériaux de construction.

Chapitre III : Des infractions et des sanctions

Article 186 :
Tout empiètement illicite sur le domaine public hydraulique par appropriation des lits ou des
francs bords des oueds, sebkhas et lacs soit pour exploitation agricole ou autre est sanctionné
d’un emprisonnement de 3 à 6 mois et d’une amande de 5.000 dinars à 20.000 dinars ou de
l’une de ces deux peines seulement.

Article 187 :
Est puni d’une amende de 1.000 dinars à 10.000 dinars et d’un emprisonnement de 3 mois à 6
mois ou de l’une des deux peines seulement, quiconque détériore les digues de protection
contre les inondations.
En cas de récidive, l’amende ne peut être inférieure à 10.000 dinars et l’emprisonnement est
de six mois avec obligation de remise des digues en l’état aux frais du contrevenant.

Article 188 :
Toute création ou aménagement d’un point de captage illicite d’eau dans un périmètre
d’interdiction ou de sauvegarde tel que défini dans les articles 21,22 23 et 24 du présent code
sont punis d’une amende de 5000 à 10.000 dinars et d’un emprisonnement de 3 mois à 6mois
ou de l’une de ces deux peines seulement avec obligation de fermeture du puits et destruction
des aménagements réalisés aux frais du contrevenant et la confiscation des équipements
installés sur le point d’eau.
Toute récidive est sanctionnée d’une amende ne pouvant être inférieure à 10.000 dinars et
d’un emprisonnement de six mois.

Article 189 :
Tout propriétaire d’outils de forage saisi en flagrant délit en train d’exécuter un puits ou un
forage illicites est puni d’une amende de 10.000dinars.
A la première récidive, l’amende est portée au double du montant sus-indiqué avec
confiscation du matériel utilisé et retrait définitif de l’agrément.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 44

Article 190 :
Toute intervention illicite sur un aménagement public dans le domaine de l’eau ou des
conduites d’eau servant à l’irrigation, à la distribution d’eau potable ou à l’assainissement est
punie d’une amende de 1000 à 5000 dinars et d’un emprisonnement d’un mois à 3 mois avec
obligation de remise en état de l’aménagement et des conduites aux frais du contrevenant.
L’amende ne peut être inférieure à 5000 dinars et la peine d’emprisonnement est de 3 mois
pour les conduites servant au transfert des eaux avec obligation de remise en état des
conduites aux frais du contrevenant.

Article 191 :
En cas de condamnation pour infraction prévue aux dispositions du chapitre premier du Titre
v du présent code ou de textes pris pour leur application le tribunal fixe le délai dans lequel
les travaux d’aménagement, de réparation ou de remise en état ou toute autre obligation
rendue nécessaire doivent être exécutés.
En cas de non exécution des travaux, aménagements ou obligations dans le délai prescrit, le
contrevenant est passible d’une amende de 1000 dinars à 10000 dinars sans préjudice, le cas
échéant, de l’application de toutes autres dispositions législatives ou règlementaires en
vigueur. En outre, le tribunal peut, après audition du représentant de l’administration,
prononcer, jusqu’à l’achèvement des travaux ou aménagements ou l’exécution des obligations
prescrites, soit une astreinte dont le taux par jour du retard ne peut dépasser un 1/4000ème du
coût estimé des travaux ou aménagements à exécuter, soit l’interdiction d’utiliser les
installations qui sont à l’origine de la pollution.
Est passible d’une peine d’emprisonnement de 6 mois à 2 ans et d’une amende de 5000 dinars
à 50000 dinars ou de l’une de ces deux peines quiconque aura fait fonctionner une installation
en infraction à une interdiction prononcée en application de l’alinéa précédent.
Le tribunal peut également autoriser l’administration sur sa demande à exécuter d’office les
travaux ou aménagements nécessaires pour faire cesser l’infraction.

Article 192 :
En cas de condamnation pour infraction prévue à l’article 173 ci-dessus, le tribunal peut
ordonner, aux frais du condamné la publication intégrale ou d’extraits de sa décision dans un
ou plusieurs journaux nationaux ou régionaux qu’il désigne ainsi que son affichage au siège
de la commune ou de la délégation dans la circonscription de laquelle l’infraction a été
commise.

Article 193 :
Toute association de défense de l’environnement ou s’activant dans le domaine de l’eau est
habilitée à se constituer partie civile dans les procès visant la poursuite des infractions aux
dispositions du présent code et des textes pris pour son application.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 45

TITRE 7 : DISPOSITIONS TRANSITOIRES ET FINALES

Article 194 :
Sont abrogées toutes dispositions contraires à la présente loi, notamment la loi n°75-16 du 31
mars 1975, modifiée et complétée, portant code des eaux.

Article 195 :
Les textes pris en application de la loi n°75-16 du 31 mars 1975, telle que modifiée et
complétée, portant code des eaux demeurent en vigueur jusqu’à la promulgation des textes
règlementaires prévus par la présente loi.

Article 196 :
Les autorisations, concessions et tous autres documents délivrés en vertu de la loi n°75-16 du
31 mars 1975, modifiée et complétée, portant code des eaux sont actualisés conformément
aux dispositions de la présente loi dans un délai n’excédant pas douze (12) mois à compter de
la date d’entrée en vigueur de cette loi.
Les ouvrages et installations d’utilisation des ressources en eau réalisés et exploités sans acte
administratif à la date de publication de la présente loi au Journal officiel de la République
Tunisienne doivent faire l’objet, dans un délai d’un an, et sous peine de la mise en œuvre des
dispositions de l’article 173 ci- dessus et de la suppression de l’accès à la ressource hydrique,
d’une déclaration en vue de leur régularisation dans les conditions fixées par la présents loi.

Article 197 :
La présente loi sera publiée au Journal officiel de la République Tunisienne.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 46

Projets de décrets d’application du code des eaux

LISTE DES PROJETS DE DECRETS

1. Décret relatif aux modalités de délimitation des dépendances du DPH naturel et artificiel

2. Décret fixant la Nomenclature des ouvrages et installations relevant du domaine public


hydraulique artificiel

3. Décret fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement du système national


d’information sur l’eau

4. Décret fixant le régime et les modalités de recouvrement des redevances, par type
d’autorisation et de concession, et les modalités de comptage des quantités utilisées

5. Décret portant création d’un Conseil Supérieur des Ressources Hydrauliques et fixant ses
missions, sa composition et les modalités de son fonctionnement

6. Décret relatif aux modalités d’élaboration, d'approbation, de mise en œuvre, d'évaluation et


d'actualisation du plan national et des plans directeurs des ressources hydrauliques ;

7. Décret portant sur les modalités d'octroi de l'autorisation d'utilisation des ressources en eau et
de l’occupation temporaire du DPH

8. Décret relatif aux modalités d’intervention en cas de calamités ou de phénomènes extrêmes


liés aux ressources hydrauliques

9. Décret relatif aux conditions de recherche et d’exploitation des eaux souterraines

10. Décret fixant les conditions obligatoires des autorisations et des concessions

11. Projet de décret fixant les infractions au code des eaux ne pouvant faire l'objet de transaction

12. Décret relatif au mode de constitution, d’organisation et de fonctionnement des groupements


de défense contre les inondations

13. Décret relatif à l’instauration de périmètres de protection qualitative, de périmètres de


sauvegarde et de périmètres d’interdiction.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 47

1. Projet de décret relatif à

LA DELIMITATION DU DOMAINE PUBLIC HYDRAULIQUE


Le décret n°87-1202 du 4 septembre 1987 relatif à la délimitation du DPH des cours d’eau, des lacs et
sebkhas relevant du Domaine Public Hydraulique, tel que modifié par le décret n°89-1059 du 27 juillet
1989 établit la procédure de délimitation du DPH des cours d’eau, des lacs et sebkhas dont
l’application est en cours actuellement par un vaste projet de délimitation d’un certain nombre de
cours d’eau à travers plusieurs régions du pays.

Il semble que la procédure mise en œuvre par la DGRE est jugée longue et fastidieuse. Il s’agit par
conséquent de simplifier autant que possible la procédure préconisée par le décret en vigueur.

Cette simplification peut d’ores et déjà revenir au texte original du décret de 1987 afin de supprimer
l’obligation de passer par l’Office de Topographie et de Cartographie et se contenter d’un Topographe
Agréé (par l’OTC) ce qui permettrait d’accélérer les opérations de levés topographiques qui seraient
dorénavant réalisées par les topographes agréés.

Quant au reste de la procédure il y a lieu de renforcer les services administratifs concernés par les
opérations de délimitation du DPH notamment la DGRE qui devrait être dotée d’une Structure
spécifique de délimitation du DPH.

Le projet du nouveau décret relatif à la délimitation du DPH pourrait reconduire l’essentiel du décret
de 1987 tout en prenant en considération :

1) Se contenter d’un Topographe Agréé (par l’OTC) au sein de la commission technique chargée
de la délimitation du DPH ;

2) Revoir, si besoin, la composition de cette commission technique au vu des opérations de


délimitation du DPH en cours (dont certains sont probablement sur le point d’aboutir) ;

3) Fixer les délais nécessaires (optimaux) pour les différentes phases de délimitation du DPH
afin d’accélérer les opérations de délimitation ;

4) Etendre la procédure de délimitation au DPH artificiel comme les barrages, les conduites
d’adduction d’eau et d’assainissement, les zones de protection immédiate, etc…

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 48

2. Décret fixant

La Nomenclature des ouvrages et installations relevant du domaine


public hydraulique artificiel

Relèvent du domaine public hydraulique artificiel, les ouvrages et installations réalisés par l’Etat, par
les collectivités territoriales et les établissements publics ou pour leur compte, les nappes d’eau
artificielles, les périmètres de protection immédiate, et notamment :

 Les ouvrages et installations réalisés dans un but de recherche, d’observation et d’évaluation


quantitative et qualitative des ressources en eau, appartenant au Réseau National
d’Observation sur l’Eau, comprenant les : pluviomètres, stations hydrométriques,
piézomètres, qualitomètres ;
 Toutes les nappes d’eau artificielles : lacs artificiels, retenues de barrages et lacs collinaires,
ainsi que les canaux, et les marais salants ne communiquant pas directement avec la mer ;
 Les ouvrages de mobilisation des eaux superficielles et souterraines : barrages, digues de
lacs collinaires, barrages souterrains, prises d’eau, puits, forages, galeries ;
 Les ouvrages de transfert des ressources en eau souterraine et superficielle : canaux,
canalisations, …
 Les ouvrages permanents de recharge artificielle des nappes souterraines
 Les stations de traitement d’eau potable ;
 Les stations de dessalement d’eaux saumâtres ou d’eau de mer et leurs dépendances, y
compris leurs installations de pompage en mer ;
 Les réservoirs de stockage, stations de pompage et infrastructures de transport et de
distribution d’eau en réseaux de conduites et canaux, ainsi que leurs dépendances, affectés à
un usage public d’alimentation en eau des agglomérations urbaines et rurales ou d’irrigation
et drainage des périmètres ;
 Les périmètres de protection immédiate des ouvrages et installations de captage, de
mobilisation, de traitement et de stockage d’eau souterraine ou superficielle destinés à
l'alimentation des collectivités publiques.
 Les collecteurs d’eaux usées et d’eaux pluviales ;
 Les stations d’épuration d’eaux usées, ainsi que leurs dépendances, affectées à un usage
public d’assainissement des agglomérations urbaines et rurales ;
 Les ouvrages d’écrêtement des crues, d’endiguement et d’aménagement des lits et des
berges d’oueds réalisés dans le but d’assurer la protection contre les inondations des zones
urbaines ou des zones inondables ;

La liste des ouvrages et installations relevant du domaine public hydraulique artificiel fait l’objet d’un
arrêté du Ministre…. Cette liste est établie par un inventaire régulier et une délimitation, dont les
modalités sont fixées par décret.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 49

3. Projet de Décret fixant

Les modalités d’organisation et de fonctionnement du Système


National d’Information sur l’Eau

1. Définition :

Le Système National d’Information sur l’Eau (SINEAU), qui réunit tous les producteurs de données
publiques sur l’eau, est mis en place et développé par le Bureau d’Inventaire des Ressources
Hydrauliques (BIRH).

Le BIRH coordonne et entretient, en collaboration avec les détenteurs et les producteurs de données,
les bases de données sur l’eau et établit le Système National d’Information sur l’Eau, qui collecte,
centralise, fédère, valide, exploite, valorise et diffuse l’ensemble des données et informations sur l’eau
au plan national.

Les inventaires et les bases de données relatifs aux DPH naturel et artificiel, portant sur les ressources
et les usages de l’eau, sont établis et régulièrement mis à jour.

Compte tenu de la multiplicité et de la diversité des intervenants, la plus grande cohérence doit être
assurée dans l’établissement du SINEAU. Ceci impose la mise en œuvre d’un référentiel de données
commun.

2. Portée du SINEAU :

Le référentiel technique, élaboré par le BIRH et publié par arrêté du Ministre en charge des Ressources
Hydraulique fixe notamment : les modalités et les protocoles d’acquisition, de collecte, de traitement,
de conservation et de diffusion des données, d'élaboration des indicateurs et des méthodologies,
d'échange des données avec d'autres systèmes d'information.

Le SINEAU concerne les eaux de surface continentales, les eaux souterraines, et plus généralement
l’ensemble des éléments du DPH naturel et artificiel, ainsi que toutes les activités humaines ayant un
lien avec les ressources en eau conventionnelles et non conventionnelles, et avec la gestion qualitative
ou quantitative et la préservation des ressources en eau.

3. Acteurs du SINEAU :

Les différents acteurs du SINEAU sont l'Etat (administrations centrales et régionales, établissement et
entreprises publics), les usagers, les gestionnaires, les experts, les chercheurs et les citoyens, et d’une
manière générale, Le SINEAU concerne tous les acteurs du secteur de l’eau susceptibles de constituer
des producteurs ou des utilisateurs d’informations sur l’eau. L’Arrêté sus visé précise notamment la
liste des parties prenantes et les modalités de leur contribution à la mise en œuvre et au
développement du SINEAU.

4. Pilotage et Organisation :

L’Organisation du SINEAU au niveau national est placée sous la tutelle du Ministère en Charge des
Ressources hydrauliques et mise en œuvre par le BIRH, qui en assure la coordination technique
nationale.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 50

Le BIRH met en place le service d'administration nationale des données sur l'eau organisé en réseau
entre les organismes contributeurs, s'assure de la mise en œuvre et de la mise à disposition du
référentiel des données et veille à son respect.

L’Arrêté … définit le mode de pilotage stratégique du SINEAU, ainsi que les modalités de son
organisation opérationnelle et technique.

5. Détention et déclaration des données sur l’eau :

Tout détenteur de données ou d’informations sur l’eau, et tout titulaire d’une concession ou d’une
autorisation d’utilisation du DPH naturel ou artificiel, est tenu de fournir périodiquement au service
régional compétent du BIRH, sous forme de déclaration, tous renseignements et données dont il
dispose. La déclaration de tous travaux de captage d’eau de toute sorte, et la déclaration périodique
de tous prélèvements d’eau du DPH, constituent notamment une obligation pour tout usager du
DPH. Les modalités d’information et de déclaration sont précisées par Arrêté du Ministre…

6. Réseau National d’Observation de l’Eau :

Les points d’observation faisant l’objet de mesures régulières et périodiques de l’état quantitatif et
qualitatif des ressources en eau forment le Réseau National d’Observation de l’Eau, réseau dont la
composition et le fonctionnement sont fixés par Arrêté du Ministre en charge des ressources
hydrauliques.

Les titulaires d’autorisations ou de concessions d’utilisation du DPH, et les propriétaires de terrains


comportant des points de mesure appartenant au Réseau National…doivent faciliter l’accès de leur
propriété aux agents dûment mandatés par le BIRH.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 51

4. Projet de Décret fixant

Le régime et les modalités de recouvrement des redevances, par type


d’autorisation et de concession, et les modalités de comptage des
quantités utilisées

Art.1 : Le présent décret fixe le régime et les modalités de recouvrement des redevances susceptibles
d'être perçues par l'Etat en raison de l'occupation ou de l’utilisation du Domaine Public Hydraulique.

Art.2 : Le régime des redevances couvre :

 l'établissement d’ouvrages permanents ou temporaires ayant pour but l'utilisation des eaux
du DPH ;
 les dépôts et plantations sur les francs bords et dans le lit des cours d'eau, lacs, chotts et
sebkhas ;
 les travaux de recherche et de captage d'eaux souterraines ;
 l'utilisation des eaux superficielles et souterraines ;
 l’utilisation de sable relevant du DPH ;
 les travaux de recherche et de captage de sources minérales et thermales ;
 l'utilisation des eaux des sources minérales et thermales ;
 le dessèchement des lacs et des sebkhas et leur utilisation ;
 l’occupation du DPH par les canalisations et ouvrages des services d’irrigation, d'eau
potable et d'assainissement ;

Art.3 : Toute personne dont les activités entraînent un prélèvement sur la ressource en eau est
assujettie à une redevance pour prélèvement sur la ressource en eau.

Sont exonérés de la redevance :

i) les prélèvements nécessités pour maintenir à sec et à titre temporaire des bâtiments ou des ouvrages.

ii) les prélèvements destinés à la réalimentation des milieux naturels menacés : zones humides
protégées, nappes souterraines classées en zone de sauvegarde ou d’interdiction.

iii) les prélèvements à usage privé strictement destinés aux besoins domestiques des populations.

La redevance de prélèvement est assise sur le volume d'eau prélevé au cours d'une année.

Le tarif de la redevance est affecté d'un coefficient de régulation tenant compte de l'usage et de
l'origine de l'eau superficielle ou souterraine utilisée.

On entend par eau superficielle toute eau prélevée notamment d'une rivière, d'un barrage, d'un canal,
d'un lac ou d'un étang et par eau souterraine toute eau prélevée par puits, forage ou galerie; le captage
d'une source est un cas particulier de prélèvement d'eau souterraine. Pour la fixation du tarif de la
redevance, les ressources en eau de chaque région sont classées en catégorie 1 lorsqu'elles sont situées

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 52

hors des zones de sauvegarde et d’interdiction, en catégorie 2 dans les zones de sauvegarde, et en
catégorie 3 dans les zones d’interdiction.

Le tarif de la redevance de prélèvement, en millimes par m3, est fixé par le tableau suivant, en
fonction des différents usages suivants auxquels donnent lieu les prélèvements :

Usages Catégorie 1 Catégorie 2 Catégorie 3


Irrigation 2 3 4
Usage agricole des eaux géothermales 2 3 4
Alimentation en eau potable 6 8 10
Usages commerciaux et de services 8 12 15
Usages industriels 8 12 15
Usages touristiques 15 20 30
Eaux minérales et eaux en bouteille 500 500 500

Le volume d’eau prélevé visé est déterminé au moyen d’un compteur volumétrique. L'utilisateur est
tenu de déclarer à l'agence le volume d'eau prélevé enregistré au compteur selon une périodicité fixée
dans l'arrêté d'autorisation ou de concession de prélèvement d'eau. Lorsque le compteur ne peut pas
être installé en raison du mode de prélèvement, ou lorsque la quantité utilisée est inférieure à 50 000
m3/an, le volume d’eau prélevé est déterminé sur la base du débit autorisé. L’équipement des
installations de prélèvement d’eau de compteurs volumétriques est à la charge des utilisateurs de
l’eau. Ces compteurs doivent être agréés et plombés par les services compétents du BIRH.

Art.4 : La redevance pour l’utilisation du sable relevant du domaine public hydraulique est fixée à
XXX millimes par mètre cube autorisé.

Art.5 : Les autres redevances, visées à l’article 2, sont fixées comme suit :
 Etablissement d’ouvrages permanents ou temporaires ayant pour but l'utilisation des eaux
du DPH…..
 Dépôts et plantations sur les francs bords et dans le lit des cours d'eau, lacs, chotts et
sebkhas….
 Travaux de recherche et de captage d'eaux souterraines…..
 Travaux de recherche et de captage de sources minérales et thermales…..
 Dessèchement des lacs et des sebkhas et leur utilisation…..
 Occupation du DPH par les canalisations et ouvrages des services d’irrigation, d'eau potable
et d'assainissement…..

Art.6 : Le tarif des redevances est révisé par la loi de finances.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 53

5. Projet de décret portant

Création d’un Conseil Supérieur des Ressources Hydrauliques et


fixant ses missions, sa composition et les modalités de son
fonctionnement
Article 1er :
Il est crée un Conseil Supérieur des Ressources Hydrauliques.
Ce conseil constitue un espace pour l’étude, la concertation et la discussion des politiques, des
stratégies et programmes nationaux relatifs au secteur de l’eau et au suivi de leur exécution.
Il émet ses avis notamment sur les questions suivantes :
 Les orientations générales de la politique hydraulique du pays et les études prospectives
relatives au secteur de l’eau.
 Les programmes et les plans de mobilisation des ressources hydrauliques du pays, et
notamment le PNE, les PDRH et les PAUE.
 La coordination entre les activités de mobilisation et d’utilisation des ressources hydrauliques
et les mesures permettant l’optimisation de leurs utilisations et leur durabilité.
 Les orientations et les programmes de la politique nationale visant la rationalisation de la
consommation d’eau par les divers secteurs et sa valorisation.
 Les programmes de diffusion du savoir sur l’eau et d’éducation des jeunes et du public à la
gestion de l’eau.
 Les programmes et les objectifs de la recherche scientifique se rapportant au secteur de l’eau.

Article 2 :
Le Premier Ministre Préside le Conseil Supérieur des Ressources Hydrauliques qui se compose des
membres suivants :
1) Représentants de l’Etat :
 Le Ministre de l’intérieur
 Le Ministre de la Justice
 Le Ministre des Finances
 Le Ministre de la santé Publique
 Le Ministre de l’Agriculture et de l’Environnement
 Le Ministre de l’Equipement
 Le Ministre du Transport
 Le Ministre de l’Industrie et de la Technologie
 Le Ministre des domaines de l’Etat et des Affaires Foncières
 Le Ministre de l’Education
 Le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche scientifique
 Le Ministre du Plan et de la Coopération Internationale
 Le Ministre de la Formation Professionnelle et de l’Emploi
 Le Ministre du Commerce et du Tourisme
 Le Président de l’Institution de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur Agricole
 4 représentants du Ministère de l’Agriculture et de l’Environnement
 Le PDG de la SONEDE.
 Le PDG de la SOCADENOR
 Le PDG de l’ANPE
 Le PDG de l’ONAS
 Le DG du BIRH au titre de responsable du SINEAU
2) Représentants des Organisations Nationales et des Usagers :
 2 représentants de l’UTAP
 2 représentants de l’UTICA

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 54

 6 représentants des commissions sectorielles permanentes des ressources hydrauliques des


Conseils Régionaux, élus par leurs pairs
 2 représentants des GDA irrigation, élus par leurs pairs
 2 représentants des GDA eau potable, élus par leurs pairs
 Les Maires de Tunis, de Sousse et de Sfax
 3 Maires représentant les autres agglomérations, désignés par leurs pairs
3) Représentants des Professionnels de l’eau :
 3 représentants des bureaux d’études et ingénieurs conseils spécialisés dans les problèmes de
l’eau, désignés par leurs pairs
 3 représentants des métiers et des professionnels de l’eau, compétents respectivement dans les
secteurs de l’eau potable, irrigation, assainissement
 3 représentants des laboratoires de recherche agréés, spécialisés dans les problèmes de l’eau,
désignés par leurs pairs
 3 experts reconnus pour leur expérience, leur compétence et leur rayonnement international
dans le secteur de l’eau
 Un professeur de l’enseignement supérieur, reconnu pour son intérêt pour la diffusion et la
vulgarisation des questions relatives à la gestion de l’eau
 Un professeur de l’enseignement secondaire, reconnu pour son intérêt pour la diffusion et la
vulgarisation des questions relatives à la gestion de l’eau
 Un professeur de l’enseignement primaire, reconnu pour son intérêt pour la diffusion et la
vulgarisation des questions relatives à la gestion de l’eau

Un Arrêté du Ministre en charge de l’eau définit les modalités précises de désignation, d’élection et de
cooptation des différents représentants et experts membres du Conseil.
Le Président du conseil peut faire appel à toute personne ayant l’expertise, la compétence ou
l’expérience en vue de participer, avec avis consultatif, à ses travaux ou d’accomplir des missions
consultatives à son profit.
Les membres du conseil sont désignés par arrêté du Premier Ministre sur proposition des parties
concernées.
Le Ministère chargé des ressources hydrauliques assure le secrétariat du conseil.

Article 3 :
Le Conseil Supérieur des Ressources Hydrauliques est assisté par un Comité Technique Permanent
dont les attributions, la composition et les modalités de fonctionnement sont fixés par arrêté du
Premier Ministre.
Des commissions techniques peuvent être crées au sein du conseil, chaque fois que la nécessité l’exige.
Leur création se fait par décision du Premier Ministre.

Article 4 :
Le Président du Conseil arrête l’ordre du jour du conseil et convoque à ses réunions.
Le conseil se réunit au moins une fois par an et autant de fois que la nécessité l’exige.
Le conseil ne peut valablement délibérer qu’en présence d’au moins la moitié de ses membres. Si le
quorum n’est pas atteint, le conseil tiendra une deuxième réunion dix jours après la date de la
première réunion avec le même ordre du jour, ses délibérations sont alors valables quelque soit le
nombre des membres présents.
Le conseil émet ses avis et formule des propositions à la majorité des voix des membres présents et en
cas de partage, la voix de son président est prépondérante.

Article 5 :
Est abrogé le décret n° 2010-407 du 9 mars 2010 portant création d’un conseil national de l’eau et fixant
ses missions, sa composition et les modalités de son fonctionnement.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 55

6. Décret relatif aux

Modalités d’élaboration, d'approbation, de mise en œuvre,


d'évaluation et d'actualisation du Plan National, des Plans
Directeurs des Ressources Hydrauliques et des Plans
d’aménagement et d’utilisation d’eau

Le présent décret fixe les modalités d’élaboration, d’approbation, de mise en œuvre, d’évaluation et
d’actualisation des plans relatifs aux ressources en eau.

Titre Premier : Du plan national des ressources en eau

Le PNE est un document élaboré pour une période de 20 ans et évalué et mis à jour tous les 5 ans et
comporte :

- un diagnostic du secteur de l’eau portant sur les ressources mobilisées et leur consommation par
type d'usage, sur l'état quantitatif et qualitatif des infrastructures hydrauliques existantes et sur
les aspects, réglementaires, législatifs, institutionnels et financiers ;
- la fixation d'objectifs de développement sectoriel à long terme en prenant en compte l'état des
lieux dans le secteur de l’eau ainsi que les orientations d'aménagement du territoire, de
protection de l'environnement… ;
- la détermination des projets et programmes structurants sur la base de leur identification par les
plans directeurs d'aménagement des ressources en eau ainsi que des projets de transfert d’eau
entre les unités hydrographiques;
- la détermination des projets et programmes structurants de portée nationale visant à assurer une
gestion durable des ressources en eau et des infrastructures hydrauliques ;
- la répartition temporelle de l'ensemble des projets et programmes structurants ainsi que le
cadrage financier établi sur la base de l'estimation des coûts d'investissements dans les différents
plans directeurs d'aménagement des ressources en eau ;
- la répartition des différents projets et programmes structurants à l'échelle des régions.

Le Plan est élaboré dans un large processus participatif sous tutelle du ministère chargé des ressources
hydrauliques et approuvé par décret.

Titre 2 : Plans Directeurs des Ressources Hydrauliques

Les plans directeurs des ressources hydrauliques (PDRH)sont des documents élaborés pour chaque
grande région hydraulique, pour une période de 20 ans et évalués et mis à jour tous les 5 ans.

La liste des grandes régions hydrauliques est fixée par arrêté du ministre en charge des ressources
hydraulique après avis du Conseil supérieur des ressources hydraulique et le comité national de l’eau.

Les plans directeurs des ressources hydrauliques comportent :

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 56

- une évaluation des ressources en eau mobilisables, incluant les ressources alternatives provenant,
notamment, de l'épuration des eaux usées et du dessalement de l’eau de mer…;
- une évaluation des besoins en eau établie sur la base des objectifs de développement sectoriel à
long terme fixés pour chaque région hydrographique ;
- l'identification des projets et programmes structurants de mobilisation et d'affectation des
ressources en eau, permettant de satisfaire les besoins en eau additionnels à long terme ;
- l'identification des projets et programmes structurants de réhabilitation et de développement de
l'infrastructure d'alimentation en eau potable, d'assainissement et d'irrigation ;
- la répartition temporelle de l'ensemble des projets et programmes structurants en fonction de
l'évolution des besoins en eau sur la période de planification ainsi que l'estimation des coûts
d'investissements.

Les PDRH sont élaboré sous la tutelle du ministère chargé des Ressources hydrauliques dans un large
processus participatif et approuvés par arrêté du ministre en charge des Ressources hydrauliques et
publiés au journal officiel.

Titre 3 : Des Plan d’Aménagement et d’utilisation des eaux (PAUE)

Les Plan d’Aménagement et d’utilisation des eaux couvrent les périmètres d'aménagement et d'utilisation
des eaux dont la liste est définie par décret, sur proposition du ministre en charge des Ressources
hydrauliques et après avis du Comité National de l'Eau.

Les périmètres peuvent couvrir un sous-bassin, un groupement de sous-bassins ou de nappes


souterraines correspondant à territoire hydrographique pertinent qui a vocation à naitre de la volonté des
acteurs politiques locaux de coordonner leurs politiques en matière de l’eau.

Les PAUE peut intégrer les mesures nécessaires pour :

- préciser des objectifs de qualité et quantité à atteindre pour les masses d'eau concernées dans
un délai déterminé (bon état de l’eau notamment pour les nappes souterraines surexploitées) ;
- répartir l'eau disponible entre les différentes catégories d'usagers, le cas échéant en
déterminant des priorités d'usage en cas de conflit ou de pénurie
- identifier et protéger les milieux aquatiques sensibles, et notamment les écosystèmes
aquatiques remarquables et les zones humides ;
- coordonner les actions d'aménagement et d'entretien des masses d'eau, notamment afin de
prévenir les inondations...

L’élaboration de ces plans implique les autorités locales concernées par le périmètre (collectivités
publiques locales, établissements publics locaux..), les autorités publiques concernées (différents
ministères, établissements publics nationaux…), les élus locaux et nationaux des régions concernées, les
représentant des usagers. Les plans seront arrêtés par le ministre en charge des ressources hydrauliques
et publiés au journal officiel.

Le Plan d’Aménagement et d’utilisation des eaux sont élaborés pour 20 ans ét mis à jours tous les 5 ans.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 57

7. Projet de décret fixant

Les modalités d'octroi de l'autorisation d'utilisation des ressources en


eau et de l’occupation temporaire du DPH.

Article 1 :
La demande d'autorisation d'utilisation des ressources en eau ou d’occupation temporaire du DPH, est
adressée au nom du ministre en charge des ressources hydrauliques auprès de l'administration régionale
ou locale chargées des ressources hydrauliques. Cette demande doit contenir les indications ci-après :
- les noms, prénoms, adresse et, le cas échéant, la raison sociale du demandeur
- la justification, par acte authentique, de l'occupation par le demandeur du ou des terrain(s)
d'assiette d'implantation des ouvrages ou installations de prélèvement d'eau projetés
- la nature, la localisation géographique et le plan de situation de l'ouvrage ou de
l'installation de prélèvement d'eau
- la durée prévue des travaux
- le débit moyen et/ou le volume à prélever
- la durée d'exploitation
- le ou les usages de l'eau à prélever
- une étude d’impact si elle est exigée par la réglementation en vigueur ;
- les résultats de l’enquête publique si elle exigée par la réglementation en vigueur ;

Les documents techniques requis pour la réalisation de chaque type d'ouvrage ou installation
d'utilisation des ressources en eau sont fixés par arrêté du ministre chargé des ressources en eau.

Article 2 :
La demande d'autorisation d'utilisation des ressources en eau est soumise à une instruction technique
effectuée par les services de l'administration en charge des ressources hydrauliques et qui consiste à :
- s'assurer de la disponibilité de la ressource en eau en tenant compte des droits d'utilisation
déjà octroyés ainsi que des aménagements publics existants et futurs
- effectuer une visite des lieux pour vérifier les conditions d'implantation de l'ouvrage ou de
l'installation projeté et celles relatives à l'usage de la ressource en eau
- solliciter l'avis des différents intervenants publics ou communautaires en charge de
l'évaluation et de la gestion des ressources en eau

Article 3 :
Sur la base des résultats de l'instruction technique, l'autorisation d'utilisation des ressources en eau est
accordée par arrêté ministre en charge des ressources hydrauliques ; en cas de refus, la décision doit être
motivée et notifiée au demandeur.

Article 4 :
L'arrêté portant autorisation d'utilisation des ressources en eau doit être communiqué au demandeur
dans un délai de 30 jours ouvrables à partir de la date de réception de la demande et doit mentionner :
- le débit ou le volume d'eau maximal pouvant être prélevé ;

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 58

- l'usage de l'eau
- la durée de validité de l'autorisation
- la durée et les conditions techniques d'exécution des travaux
- les conditions d'exploitation et de maintenance des ouvrages et installations
- l'obligation d'installation de dispositifs de mesure ou de comptage de l'eau prélevée
- l'obligation de paiement des redevances

Article 5 :
L'autorisation d'utilisation des ressources en eau peut faire l'objet d'un renouvellement sur la base d'une
demande introduite deux (2) mois avant l'expiration de sa durée de validité. Elle ne peut être modifiée
que dans les mêmes formes que celles qui ont prévalu pour son établissement.

Article 6 :
L'autorisation de prélèvement d'eau peut être modifiée, réduite ou révoquée dans les cas et selon les
modalités prévues par les dispositions des articles (XXXXXXX) du code des eaux.

Elle peut, en outre, être révoquée dans les cas suivants :


 le défaut de lancement des travaux dans un délai de deux (2) ans à compter de la notification de
l'arrêté d'autorisation ;
 la non-conformité de la réalisation des ouvrages et installations par rapport aux documents
techniques ;
 l'utilisation de l'eau pour un autre usage que celui autorisé.

Article 7 :
Les ouvrages et installations réalisés dans les conditions fixées par le présent décret font l'objet d'un
inventaire par l'administration chargée des ressources en eau.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 59

8. Projet de Décret relatif aux

Modalités d’intervention en cas de calamités ou de phénomènes


extrêmes liés aux ressources hydrauliques
(Décret relatif aux modalités d’intervention en cas de calamités ou de phénomènes extrêmes
liés aux ressources hydrauliques).

Article 1 :

Sont considérés calamités et phénomènes extrêmes : les inondations, les tempêtes, la sécheresse, le
manque quantitatif de ressources en eau, la dégradation qualifiée des ressources en eau, et d’une
manière générale tout fléau dont la gravité et les séquelles dépassent les moyens ordinaires
disponibles pour y faire face sur les plans national, régional et local.

Article 2 :

Une commission nationale et des commissions régionales peuvent être créées pour la gestion des
calamités et des phénomènes extrêmes tels que définis par l’article précédent.

La commission nationale est placée auprès du ministre de l’intérieur et les commissions régionales
œuvrent sous la tutelle du gouverneur.

La commission nationale et les commissions régionales peuvent créer des sous-commissions.

Article 3 :

 En cas de calamités ou de phénomènes extrêmes, il est autorisé de prendre toutes les mesures
pour prévenir, lutter et remédier aux effets de ces phénomènes ;
 Les mesures doivent être arrêtées d’urgence suivant les plans nationaux ou régionaux de lutte
contre les calamités ;
 Il est autorisé de procéder à des réquisitions de personnes et de moyens matériels nécessaires
pour lutter contre ces phénomènes.

Article 4 :

Les réquisitions sont décidées par le ministre de l’Intérieur sur le plan national et par le gouverneur
sur le plan régional.

Lorsque les réquisitions sont individuelles, elles doivent être notifiées par écrit à l’intéressé.
Lorsqu’elles sont collectives, elles sont portées à la connaissance des intéressées par tout moyen de
communication : affichage, presse, et autres mass média.

Les réquisitions sont indemnisées d’une manière juste et équitable et doivent prendre fin avec la
cessation des circonstances et des motifs qui y ont conduit.

L’intervention en matière de calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources hydrauliques


se fait dans le cadre d’un plan national et de plans régionaux.

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 60

1. Du plan national de lutte contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources
hydrauliques

Le plan national est arrêté par la ministre de l’Intérieur dans le cadre de la commission
nationale de lutte contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources hydrauliques ;

La Commission est présidée par le ministre de l’Intérieur et composée des représentants des
différents ministères, des établissements publics, de la protection civile, des élus et des représentants
des usagers et de la société civile (dans la limite du tiers des membres) ; et toute personne dont l’avis,
la compétence ou l’expérience sont jugés utiles ;

Le président de la commission peut procéder à la création de sous-commissions ;

Le plan national de lutte contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources
hydrauliques est élaboré sur la base des données et inventaires recueillis et centralisés par les
intervenants (nationaux, régionaux ou locaux) dans le secteur des ressources hydrauliques et du
domaine public hydraulique ;

Le plan national de lutte contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources
hydrauliques comporte les différentes mesures et opérations pour :
 prévenir les calamités et les phénomènes extrêmes ;
 faire face aux phénomènes extrêmes et apporter les secours et les aides nécessaires ;
 remédier aux séquelles engendrés par ces phénomènes ;

2. Des plans régionaux de lutte contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux
ressources hydrauliques

 Il est créé sous la tutelle de chaque gouverneur une commission régionale de lutte
contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources hydrauliques ;
 La commission régionale est composée des représentants des services extérieurs des
différents ministères et établissements publics, des élus locaux et régionaux, des
représentants des usagers et de la société civile (dans la limite du tiers des
membres) et toute personne dont l’avis, la compétence ou l’expérience sont jugés
utiles ;
 Le président de la commission peut procéder à la création de sous-commissions ;
 Les plans régionaux font partie intégrante du plan national de lutte contre les
calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources hydrauliques ;
 Le gouverneur arrête le plan régional dans le cadre de la commission régionale et
après avis de la commission nationale ;

3. Contenu des plans national et régional

Le plan national ou les pans régionaux peuvent contenir :

 des plans spécifiques par type de calamités ou phénomènes extrêmes ;


 des schémas adaptés d’alerte en cas de calamité ou phénomène extrême ;
 toutes les mesures ayant pour finalité de prévenir, gérer et remédier à ces phénomènes ;

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 61

4. Déclenchement des plans de lutte contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux
ressources hydrauliques

 Au niveau national, c’est le ministre de l’Intérieur qui donne l’ordre de déclenchement


du plan national de lutte contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux
ressources hydrauliques ;
 Au niveau régional, c’est le gouverneur qui donne l’ordre de déclenchement du plan
national de lutte contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources
hydrauliques ;
o Le ministre de l’Intérieur peut déclencher des exercices de simulation de lutte
contre les calamités ou de phénomènes extrêmes liés aux ressources
hydrauliques ;

5. Durée des plans

Le plan national et les plans régionaux de lutte contre les calamités ou de phénomènes
extrêmes liés aux ressources hydrauliques sont élaborés pour une durée de 10 ans et mis à
jour tous les deux ans ;

CNEA / étape 3
Etude de révision et d’amendement du code des eaux 62

9. Projet de Décret relatif aux


Conditions de recherche et d'exploitation des eaux souterraines

Article 1 :

La recherche des eaux souterraines par puits ou forages quelle que soit leur profondeur est soumise à
une autorisation accordée par Arrêté du Ministre en charge des ressources hydrauliques après étude
de la demande déposée par le pétitionnaire auprès de l’Administration régionale ou locale en charge
des ressources hydrauliques.
Cette autorisation ne donne aucun droit à l’utilisation des eaux en cas de réussite dans la recherche
entreprise, laquelle devra faire l’objet d’une concession à demander en exécution des articles XX à XX
du code des eaux promulgué par la loi n°XX-XXX du XX/XX/XXXX.

Article 2 :

La demande de recherche d’eau souterraine est établie sur imprimé spécial en cinq exemplaires et
devra comporter d’une manière précise la désignation de l’emplacement de l’ouvrage projeté, la
profond