Vous êtes sur la page 1sur 7

TP

UNIVERSITE BADJI MOKHTAR ANNABA

FACULTE DES SCIENCES DE L’INGENIORAT


DEPARTEMENT DE METALLURGIE

REALISE PAR : BOUMENDJEL MABROUK


 
FILIERE : M2 MISE EN FORME

ANNEE SCOLAIR : 2020/2021


 
 
TP

Introduction :
Contrairement aux procédés de la métallurgie classique, qui font toujours intervenir la
solidification d’un métal fondu, la métallurgie des poudres part d’une poudre métallique et
utilise un procédé de consolidation appelé frittage. Celui-ci peut être défini comme une
réaction entre particules d’une masse de poudre qui entraîne la formation d’un solide
continu cohérent.

Les procédés selon la nature des produits varient selon la nature du matériau de départ et les
performances visées. Le prix de revient est également un facteur déterminant.
La production des poudres métalliques fait appel à de nombreuses méthodes dont
l'atomisation est une des principales.
a- Par atomisation : on entend la fusion d'un métal et sa coulée dans des conditions où il est
dispersé en un grand nombre de Inès gouttelâtes qui en se solidifiant donnent des particules de
poudre. Élaboration des poudres : Les procédés selon la nature des produits varient selon la
nature du matériau de départ et les performances visées. Le prix de revient est également un
facteur déterminant. Cette dispersion peut être obtenue par impact de jet d'un fluide (liquide
ou gaz) sur une veine d'un métal ou alliage liquides. C'est ainsi qu'on pratique l'atomisation à
l'eau, à l'air, à l'argon ...
b- Atomisation hydromécanique : - Action combinée: hydraulique (eau sous-pression) et
mécanique (mouvement relatif du disque ce qui provoque une pulvérisation.

- Particules de forme déchiquetées d = 0.5mm

- Cette méthode utilisée pour la production des poudres de fer. - Réduction nécessaire après
pulvérisation (vitesse de disque 20-30.103 t/mn)
TP

c- Atomisation à électrode tournante : La fusion de l’électrode tournante est obtenue grâce


à la naissance d’un arc électrique amorcé entre les deux électrodes. Les gouttes du métal sont
éjectées par la force centrifuge à l’intérieur de la chambre due à la rotation de l’électrode.

- Particules relativement sphériques et lisses.


- Spectre granulométrique 50 - 400 µm.
- Capacité faible (~ 10 Kg/ mn).
- Utilisée lors de la pénétration sous protection d’une gaz inerte (Ar, He) des poudres (Ti, Zr,
Nb, Ta, V).
- Absence de contamination, pureté élevée.
- Unité pilote France.
Il existe d’autres méthodes d’obtention des autres procèdes on, cite permis eux : Pulvérisation
sur bande (où sur disque), Atomisation ultrasonique, Obtention des poudres par réduction
chimique

Frittage : Processus par lequel un ensemble de particules de poudres comprimées où non


comprimées, se transforme en un matériau cohérent sous l’influence d’une élévation de
température, celle-ci reste toujours inférieure à la température de fusion du constituant
principal de l’aggloméré de poudre
TP

TECHNIQUES EXPRLMENTALE
1- On pèse à l’aide d’une spatule 0,51 g de poudre de cuivre

Spatule

2_On pose la poudre pesé dans la matrice :

3_On remet le poinçon supérieur :


TP

On applique une pression de 5 ( Mpa ) sous une presse :

On retire la matrice fixe et là on la remplace par une matrice libre :

On obtient une pièce aggloméré après la compression :


TP

Résultats et dis discutions


ρ experimental
ρ total=
ρ teorique

m
ρ experimental= ×100
V
m =0 .5×5= 2.5 g
V= π×r²×h= π×5²×5= 392.5 mm³=0 .3925 cm³
2.5
ρ experimental= ×100 = 636.9 g / cm³
0.3925
ρ experimental 636.9
ρ total= = =71 g / cm³
ρ teorique 8.96
Ø = 100 - ρ total = 100- 71 = 29

Dans ce tableau ci-dessous on expose la variation des ρ experimental ,


Ø et ρ total en fonction de la variation du diamètre

H ρ teorique ρ expérimental ρ total Ø


H1=5 8.96 g / cm³ 636.9 g / cm³ 71 29
H2=4.8 8.96 g / cm³ 663.48 g/cm³ 74 26
H3=4.6 8.96 g / cm³ 692.3 g/cm³ 77.26 22.74
H4=4.9 8.96 g / cm³ 650 g/cm³ 72.54 27.46
H5=4.7 8.96 g / cm³ 677.69 g/cm³ 75.63 24.37

On fait la même chose pour 4 échantillons :


H1=5 H2=4.8 H3=4.6 H4=4.9 H5=4.7 H
moyen=4.
8
ρ 71 74 77.26 72.54 75.63 74
total(échantillon1)
Ø (échantillon 1) 29 26 22.74 27.46 24.37 26
ρ total(échantillon 28.4 29.6 30.9 29 30.2 29.62
2)
Ø (échantillon 2) 71.6 70.4 69.1 71 69.8 70.38
ρ total(échantillon 85.3 88.8 92.71 87.05 90.7 88.9
3)
Ø (échantillon 3) 14.7 11 .2 7.29 13 9.3 11.1
ρ total(échantillon 90 94.9 98.8 92 96.8 94.5
4)
TP

Ø (échantillon 4) 10 5.1 1.2 8 3.2 5.5

Échantillon1(2,5g Échantillon Échantillon Échantillon


) 2(1g) 3(3 .2g) 4(3.6)
ρ total 74 29.62 88.9 94.5
(moyen)
Ø(moyen) 26 70.38 11.1 5.5

CONCLUSION :
Dans la fin de ce TP on a obtenu une pièce en cuivre aggloméré, d’après la courbe du
développement de la porosité en fonction de la densité on peut conclure que toute
augmentation de la densité la porosité diminue.