Vous êtes sur la page 1sur 26

1 une société de participation :

A)-est obligé de tenir un compte bancaire s'elle exerce une activité commerciale.
B)- obligé de tenir un compte bancaire quel que soit son activité
C)-elle n'a obligé de tenue de compte.
D)-est obligé de tenir un compte parce qu'elle est une société commerciale par la forme
2 Le droit au compte permet aux citoyens marocains de bénéficier de ces avantages:
A) opérations de caisse et des crédits bancaires.
B) des opérations de caisse et un carnet de chèque et des crédits bancaires
C) des opérations de caisse et un carnet de chèque et un autre de lettres de change
D)- des opérations de caisse et crédits bancaires et carnet de lettre de change
3 qui géré un compte bancaire s'appelle:
A)-un tireur
B)- un détenteur
C)-un Mandataire
D)-un ordonnateur
4 la lettre d'unité de compte:
A)- permet à la banque d'unifier les compte d'un client qui détient plusieurs compte en même
banque.
B)-rassembler les soldes des comptes du client dans un seul compte.
C)-faire une compensation entre deux comptes lorsqu’un des deux représente solde débiteur.
D transformer le solde d'un compte à un autre.
5 les types de compte a vue sont:
A)-compte courant
B-compte spéciaux
C)-compte de dépôt
D)-compte sur carnet
6 le délai de clôture d'un compte non mouvementé pendant 10 ans est:
A)10 ans
B)5 ans
C)15 ans
D) aucune réponse
7 lorsque un citoyen émis un chèque sans provision :
A)- il peut souscrire des chèques de banque avant un délai de 10 ans.
B)- Il ne peut souscrire des chèques bancaires avant un délai de 10 ans .
C)- cet acte est considéré comme un délit et frape par un emprisonnement de 1-a 5ans
D)- cet acte ne considéré pas comme un délit est frape par une amende fiscale seulement.
8 le compte sur carnet est ouvert
A) à des personnes morales uniquement.
B) à des personne physique uniquement
C)- a des personnes morales et physiques
D en principe à des personnes physiques et en exception à des personnes morales
9 sont des étapes de régler les litiges bancaires :
A)- saisine de la banque concernée
B)-recours à la banque centrale
C)- saisine du médiateur
D)- recours au tribunal administratif
E) recours au tribunal de première instance
10 Quelle est la bonne réponse?
a) un compte courant peut présenter soit un solde créditeur soit débiteur
b) un compte courant présenter uniquement un solde créditeur
c) un titulaire d’un compte courant peut bénéficier des dépassements occasionnels
d) un non commerçant peut avoir un compte dépôt
11 en cas du décès d'une personne qui a détient un compte bancaire à solde créditeur le
compte :
A)- saurait une clôture définitive
B)-serait bloqué jusqu’à la production d'une attestation de succession
C) serait bloqué jusqu’ à la production d'une attestation de tutelle.
D)- on ne peut jamais le bloqué et on ne peut jamais le fermer
12 Le délai de régularisation de la situation en ATD est
A)- aucun délai
B)-60 jrs
C)-3jours
D)-15 jours
13 La lettre de change (Traite) :
1- est un acte de commerce par nature
2-doit être présentée à l’acceptation avant paiement
3- est un écrit par lequel un souscripteur s’engage à payer au bénéficiaire une certaine somme
à une échéance déterminée.
4- aucune réponse
14-lorsque un tireur met la mention non â ordre dans LC le bénéficiaire:
A)- peut endosser la lette de change à une seule personne
B)-ne peut endosser la lettre de change
C)-ne peut endosser la lettre de change qu'au tireur luimême.
D)-peut endosser la lettre de change à un nombre illimité des endossataires
15 la lettre de change peut considéré comme:
A)- instrument de paiement
B)- instrument de mobilisation de créance
C)-instrument de vendre la créance
D)-instrument de crédit
16 dans le rapport fondamental de la lettre de change les éléments principaux sont:
A)-tireur
B)-tiré
C)-endosseur
D)-endossataire
17 si le tiré d'une LC est un dément et à signé la LC .
A)- tous les éléments de la LC soient invalables
B)-la seule signature du tiré soit invalable et les autres soient valable.
C)-la lettre de change devient une reconnaissance de dette.
D)-la lettre de change serait soit valable absolument
18 l'Effet de complaisance c'est:
A)- le tireur tire un chèque sans provision
B)-le tireur tire une lettre de change sur un tiré imaginaire.
C)- le tireur se met en d'accord avec le tiré et tire sur lui une lettre de change sans provision
D- le tireur tire une lettre de change â un tiré dont le tireur c''est le bénéficiaire.
19 un avaliste s'engage au bénéficiaire
1)- de payer un somme d'argent préalablement.
2)-d'une garantie
3)-d'un crédit
4)-aucune
20 la clause (contre acceptation est pouvu inséré par :
A)-le tiré
B)-le tireur sauf si la LC porte la mention (non acceptable)
C)- le tireur absolument
D)-l'endosseur si la LC ne porte la mention (non acceptable.
E)- le bénéficiaire
F)- aucun ne peut insérer cette clause parce qu’elle transgresse la validité de la LC
21 les cas d'oppositions de paiement légales prévus par la loi:
A)-perte d'instrument de paiement
B)-falsification
C)- virement bancaire
D)- tirer un chèque sans provision
22 choisissez la bonne proposition :
A)- en la LC normalisé la provision doit être présenter au domicile du tiré
.B)-en la lettre de change classique la provision doit être présenter à la banque à l’échéance.
C)-on peut escompter la LC classique
.D)- on ne peut pas escompter ou endosser la
LC classique
23 Lorsque la datte de LC se met à vue:
A)- l'échéance soit un délai déterminé
B)-le jour de présentation c'est le jour de paiement
C)-le jour de paiement soit le jour de création
D)- l'échéance est liée au jour de l'acceptation
24 le dépassement de solde créditeur est fait :
A)- occasionnellement au compte courant.
B)- par découverte bancaire en compte de dépôt
C)- par découvert bancaire en compte courant
D)- par dépassement occasionnel au compte chèque
25 Le Rôle de la Lettre de change :
a/ un instrument de transport d'argent
b/ un instrument de paiement
c/ un instrument de crédit
d/ les trois réponses citées ci-dessus sont fausses
26 Parmi les caractéristique de traite:
1) acte de commerce par forme
2) titre littéral
3) titre négociable
4) créatrice d'obligation
27 lorsque le tireur a inséré la clause sans garantie dans une LC ça signifie :
a)- impossibilité d'intervenante des avalistes
b)-si le tiré n'a payé pas on ne peut pas retourner au tireur.
c- le paiement de la lettre de change ne doit pas doter une garantie.
d)-aucune
28 On applique les intérêts a un LC lorsque la date d'échéance est:
1) a vue
2) a jour fixe
3) a certain délai a vue
4) a certain délai de date
29 L'aval est
a - le fait que la traite soit signée par le " tiré "
b - une garantie de paiement de la traite, donnée par un tiers
c - le fait que le bénéficiaire de la traite peut transmettre à une tierce personne le bénéfice du
paiement de l'effet
d - une procédure de traitement interne propre aux banques, en ce qui concerne les lettres de
change
30 si une lettre de change est crée le 9/06/2015 et acceptée par le tiré le 20/06/2015 et le
tireur a met le paiement doit être a un délai de Vue de 10jours:
Z)-le paiement doit être le 20/06/2015
Y)le paiement doit être le 09/06/2015
X) le paiement doit être le 01 /06/2015
W)le paiement doit être le 1/07/2015
V)le paiement doit être le 30/06/2015
U)le paiement doit être.
31 Choisie la bonne réponse
1) avoir un chèque est un service gratuit
2) avoir un LC est un service payée
3) avoir un LC est un service gratuit
4) avoir un carte magnétique est un service payée
32 Le droit au compte:
A)-un droit absolu.
B)-un droit limite.
C)-un droit relatif.
D)-ce n'est pas un droit absolu.
E)-un droit illimité.
F)-un droit absolu et limite.
33 si un tireur qui a créé une LC LC le 03/06/2015 qui est doit être paye dans un délai
fixe de 20 jours et le tire a accepté la LC le 15/06/2015 alors la date de paiement est :
A)- 24/06/2015
B)-23/06/2015
C)-06/07/2015
D) 05/07/2015
34 si l'aval est donné au compte du tiré l'avaliste qui a payé à l'échéance peut retourner :
A)- au tiré accepteur uniquement
B)-au tiré accepteur et au endosseur.
C)-au tiré accepteur et au tireur
D)-au tiré et le premier avaliste.
E)- au tireur uniquement
Les Réponses
1/A 
2/AUTRE 
3/C 
4/AC 
5/ACD 
6/B 
7/ ABC 
8/B
9/ AC 
10/AD 
11/B 
12/ C 
13/B 
14/B 
15/BD 
16/AB
17/B 
18/C 
19/B 
20/C 
21/AB 
22/AUTRE 
23/B
24/CD 
25/ABC 
26/B 
27 /AC 
28/ABCD 
29/B
30/D 
31/ABD 
32/CDE 
33/A 
34/C

Source | Cours fsjes

Examen corrigé droit des affaires Maroc


FSJES OFPPT COURS septembre 29, 2019

Examen corrigé droit des affaires Maroc S5


Examen  QCM corrigé droit des affaires Maroc

1.      Choisir la proposition juste concernant le chèque :


 a.       C’est un moyen de paiement cambiaire.
 b.      Il peut être déposé par un débiteur à titre de gage chez son créancier.
 c.       C’est un moyen de paiement à terme.
 d.      Il est commercial par la forme.
 e.       Il doit toujours être certifié.

2.      Choisir les affirmations justes :


 a.   Un mineur émancipé autorisé à faire le commerce peut faire l’endossement
translatif de propriété d’une lettre de change.
 b.      Une traite portant la mention non ordre est non endossable.
 c.       La traite est un moyen de paiement libératoire.
 d.      Tout signataire de la lettre de change doit avoir la capacité de faire le commerce.
 e.       Toutes les propositions sont justes

3.      Choisir les affirmations justes:


 a.       La traite est exigible à vue.
 b.      Il existe des exceptions que le tiré accepteur peut opposer au porteur de la traite.
 c.       La provision de la traite est une créance que le tireur détient sur le tiré.
 d.      Le donneur d’aval est celui qui se porte caution de la créance.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

4.      Choisir l’affirmation juste concernant la traite :


 a.       Le porteur négligent perd ses recours cambiaires contre le tiré accepteur.
 b.      Le porteur négligent garde un droit de recours contre l’avaliste qui a donné aval
pour le compte du tiré.
 c.       Le porteur négligent garde tous ses recours cambiaires.
 d.      Le porteur diligent perd tous ses recours cambiaires.
 e.       Toutes les réponses sont justes.

5.      Choisir les affirmations justes:


 a.       Le souscripteur du billet à ordre doit obligatoirement avoir la capacité
commerciale.
 b.      Le billet à ordre est non endossable.
 c.       Le billet à ordre est un moyen de paiement et de crédit.
 d.      Le billet à ordre est un moyen de paiement à terme.
 e.       Le billet à ordre est toujours commercial.

6.      Choisir l’affirmation juste:


 a.       La certification du chèque est faite par la banque tirée.
 b.      La certification du chèque est obligatoire.
 c.       Le chèque est non endossable.
 d.      L’acceptation des chèques de garantie est autorisée.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

7.      Choisir les affirmations justes:


 a.       Les tribunaux de commerce sont des juridictions spécialisées compétentes pour
connaître les affaires commerciales.
 b.      La loi confie au président du tribunal de commerce une compétence générale en
matière de référé.
 c.       Les tribunaux de commerce fonctionnent selon le principe de la collégialité.
 d.      La procédure de référé obéit au principe de la collégialité.
 e.       Toutes les propositions sont fausses.

8.      Choisir les affirmations justes:


 a.       La traite est un acte civil ou commercial selon la nature de la transaction.
 b.      La traite peut être émise en blanc ou au porteur.
 c.       Le tireur de la traite doit obligatoirement avoir la capacité commerciale.
 d.      L’acceptation de la traite n’est pas obligatoire.
 e.       La traite est non endossable.

9.      Choisir l’affirmation juste:


 a.       Le compromis d’arbitrage n’est valable qu’entre commerçants.
 b.      L’arbitre peut être une personne physique ou morale.
 c.       La convention d’arbitrage doit toujours être établie par écrit.
 d.      En cas d’arbitrage ad hoc, les parties au litige choisissent de recourir à une
institution d’arbitrage.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

10.  Choisir les affirmations justes:


 a.       La sentence arbitrale est toujours exécutoire.
 b.      L’ordonnance d’exéquatur de la sentence arbitrale est prononcée par le président
du tribunal de commerce.
 c.       La clause d’arbitrage n’est valable qu’entre commerçants.
 d.      La mission de l’arbitre est de trancher dans les litiges.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

11.  Choisir l’affirmation juste:


 a.       Le chèque doit obligatoirement être nominatif.
 b.      Le chèque doit obligatoirement être certifié.
 c.       Le chèque doit obligatoirement porter la mention non à ordre.
 d.      Le chèque est un acte de commerce par la forme.
 e.       Toutes les propositions sont fausses.
12.  Choisir les affirmations justes:
 a.       La convention d’arbitrage est obligatoirement un acte authentique.
 b.      Le recours à l’arbitrage en cours d’instance est possible.
 c.       Le recours à l’arbitrage en cours d’instance interrompt la procédure judiciaire.
 d.      La clause d’arbitrage n’est valable qu’entre commerçants.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

13.  Choisir les affirmations justes:


 a.       La loi sanctionne toute personne qui accepte des chèques de garantie.
 b.      La loi sanctionne toute personne qui émet un chèque sans provision.
 c.       Le chèque est un moyen de paiement à terme.
 d.      Un chèque ne peut être émis que par un commerçant.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

14.  Choisir l’affirmation juste:


a.       La procédure de conciliation est accordée à toute entreprise, sans aucune condition.
b.      La mission du conciliateur est fixée à trois mois renouvelable pour un mois.
c.       Le règlement amiable est opposable à tous les créanciers.
d.      La procédure de conciliation est ouverte à toute entreprise en cessation de paiement.
e.       Toutes les propositions sont justes.

15.  Choisir les affirmations justes:


 a.       La convention de médiation peut prendre la forme de clause de médiation ou de
compromis de médiation.
 b.      La clause de médiation n’est valable qu’entre commerçants.
 c.       Le compromis de médiation n’est valable qu’entre commerçants.
 d.      Les parties au litige peuvent recourir à la médiation en cours d’instance.
 e.       Le recours à la médiation n’interrompt pas la procédure judiciaire.

16.  Choisir l’affirmation juste:


 a.       Le tribunal de commerce est compétent pour connaître des affaires relatives aux
accidents de circulation.
 b.      Le tribunal de commerce est compétent pour connaître des actions relatives aux
effets de commerce.
 c.       La compétence territoriale du tribunal de commerce appartient au tribunal du
domicile réel ou élu du demandeur.
 d.      Le tribunal de commerce est saisi par requête écrite et signée par le défendeur.
 e.       Toutes les réponses sont justes.

17.  Choisir les affirmations justes:


 a.       Un effet de commerce est un titre négociable.
 b.      Tout signataire du billet à ordre doit avoir la capacité commerciale.
 c.       Le chèque est un effet de commerce.
 d.      L’endossement pignoratif de la traite est interdit.
 e.       La traite peut être endossée en blanc.

18.  Choisir l’affirmation juste:


 a.       La présentation au paiement de la traite doit se faire au jour de l’échéance ou l’un
des 20 jours ouvrables qui suivent.
 b.      Le porteur de la traite est dispensé de la procédure du protêt.
 c.       Le protêt faute de paiement est un acte sous-seing privé.
 d.      Le porteur vigilant perd tous ses recours cambiaires.
 e.       En cas de perte ou de vol de la traite, il est possible de faire opposition aux mains
du tiré.

19.  Choisir les affirmations justes:


 a.       En droit cambiaire, le porteur négligent est celui qui s’est présenté au paiement
dans le délai légal et qui a dressé un protêt en cas de non paiement.
 b.      Le porteur négligent a un droit de recours contre tous les obligés en vertu de
l’effet de commerce.
 c.       Le porteur diligent a un droit de recours contre tous les obligés en vertu de l’effet
de commerce.
 d.      le porteur diligent peut actionner tous les signataires de l’effet de commerce ou
l’un d’eux devant le tribunal.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

20.  Choisir l’affirmation juste:


 a.       Le juge peut ordonner aux parties au litige de recourir à la conciliation.
 b.      Tous les créanciers sont tenus d’accepter la conciliation.
 c.       Le respect de l’accord de conciliation par ses signataires n’est pas obligatoire.
 d.      Le recours à la conciliation en cas de litige est obligatoire.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

21.  Choisir les affirmations justes :


 a.       La traite est un moyen de paiement cambiaire.
 b.      La traite est un effet de commerce.
 c.       La traite représente une créance de sonne d’argent non encore échue.
 d.      La traite est civile ou commerciale selon la nature de la transaction.
 e.       La traite ne peut jamais être déposée chez un créancier à titre de gage.

22.  Choisir l’affirmation juste :


 a.       Le chèque peut être déposé chez un créancier à titre de gage.
 b.      Le chèque ne peut pas être émis en blanc.
 c.       Le chèque ne peut pas être endossé en blanc.
 d.      Le barrement du chèque n’est pas obligatoire.
 e.       Toutes les propositions sont justes.

23.  Choisir les affirmations justes:


 a.       Le billet à ordre peut être déposé chez un créancier à titre de gage.
 b.      Le billet à ordre peut être endossé au porteur.
 c.       Le billet à ordre peut être émis au porteur.
 d.      Le billet à ordre est non endossable.
 e.       L’acceptation du billet à ordre est obligatoire.

Tout savoir sur le chèque


Màj le 11 janvier 2017

Le chèque est un titre de paiement ; ce n’est pas un instrument de crédit, car il est payable à
vue. L’ouverture d’un compte bancaire ou postal représente l’une des obligations du
commerçant. Le paiement par chèque barré, virement ou carte de paiement ou de crédit est
obligatoire dans certains cas :

 lorsqu’il s’agit de payer un salaire dont le montant mensuel est supérieur à 10 000 DH.
 lorsqu’il s’agit de règlements effectués par des commerçants pour des opérations
professionnelles et privées d’un montant de 5 000 DH.
 lorsqu’il s’agit du paiement, par des particuliers, d’un montant supérieur à 150 000
DH.
 lorsqu’il s’agit de dons de plus de 2 000 DH aux candidats aux élections.

Dès l’ouverture d’un compte, les banques délivrent un chéquier. Le chèque est un document
normalisé. Tous les chèques comportent les mêmes indications.

Le chèque
Définitions:

Le chèque est un écrit par lequel une personne, le tireur, qui a des fonds déposés disponibles
chez une autre personne, donne à celle-ci, le tiré, l’ordre de payer une certaine somme soit à
elle-même, soit à un tiers, le bénéficiaire.

Le tiré doit être banquier ou assimilé (Caisse de Dépôts et Consignations, Trésor Public,
Caisse d’Épargne).

Le tireur est également bénéficiaire lorsqu’il libelle un chèque de retrait à son nom.

Conditions de forme du chèque :


Pour valoir comme chèque, le titre doit contenir certaines mentions obligatoires :

 la dénomination de chèque insérée dans le texte même du titre,


 le mandat de payer une somme déterminée,
 le nom du tiré, ainsi que le numéro de téléphone de la succursale ou agence bancaire
au   près de laquelle le chèque est payable,
 le lieu de paiement,
 l’adresse du tireur,
 la signature manuscrite du tireur,
  l’indication de la date et du lieu où le chèque est créé.

Provision du chèque:
Créance du tireur sur le tiré (fonds déposés ou crédit accordé).

La provision doit être :

 préalable : à l’émission du chèque


 disponible : il faut que les fonds déposés en banque ne soient pas bloqués pour une  
raison quelconque.
 suffisante : le montant du chèque doit être inférieur ou au plus égal à la provision.

Preuve de la provision :

   le chèque visé : le visa atteste seulement l’existence de la provision (chèque sur


Agence indirect ou déplacé),
 le chèque certifié : la provision est bloquée par la banque au profit du porteur pendant
les délais de présentations, moyennant une commission. Il peut être remplacé par un
chèque de banque.

Depuis le 1er avril 1979, les formules normalement remises par les banquiers sont barrées
d’avance et rendues, par une mention expresse du banquier, non transmissibles par voie
d’endossement, sauf au profit d’une banque, d’une caisse d’épargne ou d’un établissement
assimilé (loi du 29 décembre 1978) ; ce sont des CHEQUES PREBARRES.

L’endossement est la signature que le bénéficiaire appose au dos du chèque pour en


transmettre la propriété ou donner procuration pour encaissement.

Le chèque doit avoir, lors de son émission, une provision préalable, suffisante et disponible.
Cette obligation découle normalement du fait que le chèque est payable à vue. En
conséquence :

   toute mention de délai de paiement est réputée non écrite,


 un chèque présenté au paiement avant le jour indiqué comme date d’émission (par
hypothèse chèque anti-daté) est payable le jour de la présentation, sans préjudice d’une
amende fiscale de 6 % à la charge du tireur en cas de fausse date,
 l’émission du chèque emporte transfert immédiat de la propriété de la provision, d’où
impossibilité, sauf cas exceptionnels, de faire opposition au paiement, même si la
créance que le chèque est destiné à éteindre est contestée.

Le chèque bancaire
Les différentes formes du chèque sont :

Le chèque barré:

Depuis la loi de finances pour 1979, les banques ne délivrent à leurs clients, que des chèques
barrés non endossables au profit d’un tiers et qui ne peuvent être encaissés que par un
banquier.

Le barrement peut être général ou spécial :

le barrement général est celui que l’on voit sur toutes les formules de chèque délivrées par les
banques. N’importe quel banquier peut l’encaisser.

le barrement spécial est celui qui indique entre les deux barres, le nom d’un banquier, et au
profit duquel le chèque pourra seul être encaissé.

Le chèque visé:

Le visa dont est revêtu le chèque constitue la garantie que la provision existe à la date ou il est
donné.

Le chèque certifié:

Par la certification, le banquier donne au tireur ou au porteur l’assurance que la provision


existe et bloque celle-ci pendant un délai de 8 jours.

Le chèque de banque:

Comme son nom l’indique, le chèque de banque est émis par la banque elle-même au nom du
créancier qui doit le recevoir en paiement. Le porteur d’un chèque de banque bénéficie d’une
garantie totale de paiement.

Les traveller’s chèques ou chèques de voyage:

Ils sont acquis auprès d’une banque pour leur montant nominatif et signés par l’acquéreur en
présence du banquier ? Au moment de l’utilisation, le porteur signe le titre une deuxième fois.
Cette signature vaut ordre de paiement par le banquier tiré.

Le chèque de retrait:

Il est remis par le banquier à son client pour lui permettre d’effectuer un retrait au guichet. Ce
chèque est utilisé lorsque le tireur n’a plus de formules de chèque, ou que celles-ci lui ont été
retirées à la suite d’une interdiction bancaire.

Circuit du chèque:
Paiement du chèque
Délai de présentation :

Pour les chèques payables au Maroc, le délai de présentation au paiement est de:

 8 jours pour un chèque émis au Maroc,


 20 jours pour un chèque émis en Europe ou dans les pays riverains de la Méditerranée,
 70 jours pour un chèque émis dans les autres pays.

Délai de validité :

 Il est d’un an à partir de l’expiration du délai de présentation.

Pour encaisser un chèque, il faut l’endosser à l’ordre de la banque (le bénéficiaire appose sa
signature au dos du chèque). Les banques ne procèdent pas à l’encaissement réel des chèques
mais chaque jour, les banquiers de la place, c’est-à-dire d’un même lieu géographique, se
réunissent en CHAMBRE DE COMPENSATION pour échanger les chèques qu’ils
détiennent les uns sur les autres. Les chèques sont alors « compensés » et les montants portés
au compte des bénéficiaires.

Endossement du chèque:
Le seul endossement possible pour le chèque prébarré est l’endossement en vue
d’encaissement : c’est un endossement de procuration.

Il existe deux sortes d’endossement :

 Endossement complet :(Payez à l’ordre de la banque. . . , Valeur à l’encaissement,


Lieu et date)
 Signature du bénéficiaire Endossement simple (en blanc) :(Signature du bénéficiaire).

Dans ce cas, le plus courant, le banquier appose la formule sous forme de timbre (ou tampon).
Chèque non barré:
Bien que les chèques barrés soient devenus une obligation, la banque peut délivrer des
chèques non barrés, endossables ou non endossables. Cependant pour chaque formule
demandée, un droit de timbre est à payer. Celui-ci s’élève à 5,00.DH.

Toutefois, la banque est tenue de communiquer à l’administration des Impôts les numéros des
chèques délivrés et l’identité des personnes ayant demandé les formules de chèques non pré
barrées.

Circulation du chèque non barré:


Le bénéficiaire peut encaisser ce chèque de deux façons :

 directement auprès de la banque du tireur,


 par l’intermédiaire de sa banque.

Le bénéficiaire peut aussi, dans le cas d’un chèque non barré endossable, le transmettre à une
personne :

 de la main à la main : cas du chèque au porteur (le nom du bénéficiaire n’étant pas
indiqué sur le chèque),
 par voie d’endossement : (cas rare) le tireur du chèque a indiqué le nom du
bénéficiaire et celui-ci le transmet à une tierce personne : l’endossataire.
  Forme de l’endossement (translatif de propriété) :Complet (Payez    à   l’ordre   de
M. . . . . . . . . . . . . adresse, lieu     et     date, signature de l’endosseur) Simplifié
(signature de l’endosseur)

Remarque : l’endossataire (bénéficiaire du chèque par endossement) pourra également :

 faire encaisser le chèque par l’intermédiaire de sa banque (remise de chèque).


 endosser le chèque à un autre endossataire.

L’émission d’un chèque sans provision est considérée comme une escroquerie.

Le décret du 3 octobre 1975 fixe les conditions d’application de la loi du 3 janvier 1975.

Ce nouveau régime est entré en vigueur le 1er janvier 1976.

Responsabilité du tiré:
Information du banquier:

Le banquier est tenu d’interroger la Banque du Maroc avant de procéder soit à la première
délivrance de formules de chèques à un nouveau titulaire de compte, soit à une nouvelle
délivrance au titulaire de compte qu’il sait avoir été frappé d’interdiction.

Garantie de paiement des chèques de moins de 100 DH


Le banquier est garant du paiement des chèques d’un montant inférieur à 100 DH pour
lesquels la provision n’existe pas. Afin d’éviter la fraude qui consisterait à fractionner le
paiement d’une somme supérieure à 100 DH, la loi sanctionne ceux qui provoquent un tel
mode de règlement (amende de 600 à 2 000 DH en cas de récidive).

Chèques sans provision:

Lorsque aucun incident n’est intervenu sur son compte depuis un an, le tireur d’un chèque
sans provision recevra de sa banque une lettre d’injonction lui demandant de régulariser
l’incident dans un délai de 30 jours. Il pourra soit approvisionner son compte, soit payer
directement le bénéficiaire puis justifier de ce règlement auprès de son banquier.

Cette possibilité de régularisation ne sera plus accordée pendant 1 an.

Si le 1er incident n’a pas été régularisé dans les 30 jours ou si un nouvel incident est constaté
avant le délai d’un an après le 1er incident, la banque :

 interdit d’émettre des chèques pendant 1 an,


 oblige à la restauration de toutes les formules de chèques détenues,
 déclare l’incident à la Banque de France qui tient un fichier des interdictions.

Le bénéficiaire d’un chèque resté impayé pour défaut ou insuffisance de provision doit
demander à la banque du tireur un certificat de non paiement délivré gratuitement.

Si le paiement n’intervient pas après la remise par huissier de ce certificat au signataire du


chèque, il y aura apposition de la formule exécutoire sur ce certificat de non paiement qui
permettra le recouvrement sur les biens meubles et immobiliers.

Le bénéficiaire impayé peut aussi engager des poursuites pénales contre le signataire du
chèque.

 Un commerçant peut il refuser le paiement par chèque?

Même s’il n’y fait pas le plus souvent d’objection, notamment pour des raisons commerciales,
un commerçant n’est pas obligé d’accepter qu’un achat effectué par un simple particulier lui
soit payé par chèque. Il a la possibilité de refuser ce mode de paiement du fait des risques
qu’il peut courir si le compte bancaire (ou postal) n’est pas suffisamment approvisionné. Un
commerçant adhérant d’un Centre de Gestion Agréé ne peut refuser le paiement par chèque.

 Comptabilisation des chèques reçus:


Il existe diverses solutions :

 Le chèque est reçu le jour même de la livraison des marchandises et de la remise de la


facture
Cette solution ne concerne en fait que les ventes dites « au détail », celles pour lesquelles il
n’y a généralement pas émission d’une facture. (cas des grandes surfaces).

Dans les activités autres que la vente « au détail », l’émission d’une facture est de règle et un
compte client est généralement ouvert. Le règlement entraîne donc l’écriture suivante, même
dans le cas où la facture est réglée à la livraison.

 Le chèque reçu du client n’est pas remis immédiatement à l’encaissement. Pour bien
traduire en comptabilité cette situation, on passe l’écriture :

Lors de la remise à l’encaissement des chèques :

Une entreprise a évidemment intérêt à remettre les chèques à l’encaissement le plus


rapidement possible. L’utilisation de ce compte « Chèque à l’encaissement » n’est donc pas
systématique. Le procédé est utilisé dans quelques cas particuliers (par exemple chèques de
faible montant) ou encore pour des motifs d’organisation comptable, exemple : la gestion de
la trésorerie est confiée à un comptable, le suivi et la tenue des comptes clients à un autre
comptable.

Compléments
Depuis le 1er avril 1979, il est d’usage que les chèques soient barrés d’avance. Ils sont
devenus non transmissibles par voie d’endossement, par une mention spéciale du banquier,
sauf au profit d’une banque, d’une caisse d’épargne ou d’un établissement assimilé.

Cependant le titulaire d’un compte peut obtenir de son banquier, des chèques non barrés et
endossables.

Il doit en contrepartie :

 acquitter une taxe par chèque émis,


 remettre à l’administration des impôts la liste des bénéficiaires susceptibles de
procéder à des endossements ainsi que les numéros des chèques.

LES CHEQUES
a / Création et forme de chèque:
Le chèque est un instrument de paiement tout comme les billets de banque. Le chèque n’est pas
un instrument de crédit, il ne doit être délivré que si la provision suffisante existe sur le compte du
tireur.

Le chèque contient obligatoirement :

1. le mot chèque doit être écrit sur le titre dans la même langue employé pour la rédaction
du dit titre

2. Le mandat pur et simple de payer une somme déterminée;

Le montant en chiffre et en lettre de la somme à payer

Si il n’y a pas de concordance entre le montant en lettre et le montant en chiffre, c’est le montant
en chiffre qui fait foi ?U7

le chèque dont le montant est écrit plusieurs fois soit en toutes lettres, soit en chiffres, ne vaut, en
cas de différence, que la moindre somme.

3. Le nom du tiré; qui doit procéder au paiement, EX : banque ...

4. L'indication du lieu où le paiement doit s'effectuer; A défaut, le lieu de paiement est celui
désigné à côté du nom du tiré . A défaut de toute mention, le chèque est payable au lieu où le tiré
a son établissement principal.

5. L’indication de la date et du lieu où le chèque est crée; A défaut, le lieu de création est
désigné comme celui mentionné à coté du nom du tireur.

Le lieu est une mention importante car il permet de déterminer la compétence du tribunal en cas
de litige.
La date est rendue obligatoire pour connaître le point de départ, car le chèque a un délai de
présentation et un délai de validité.

6 Le nom et la signature du tireur, Celui qui émet le chèque.

Le banquier doit connaître la signature du client, c’est sa responsabilité civile.

Est réputé non valable comme chèque :

Tout chèque non conforme aux formules délivrées par l'établissement bancaire ou tout chèque
dans lequel l'une des énonciations obligatoires fait défaut, mais il peut être considéré comme un
titre ordinaire établissant la preuve de la créance à l’égard du débiteur.

b/ La circulation et transmission du chèque :


1. chèque au porteur :
Ici le bénéficiaire est le porteur du chèque, sans qu’il soit spécifié. Le chèque peut circuler par
simple transmission matérielle.

2. chèque à ordre :
C'est un chèque nominatif qui ne peut se transmettre que par voie de l'endossement.
L'endossement est fait soit par et pour le bénéficiaire lui même, soit par le bénéficiaire du chèque
à un tiers pour retirer l’argent en son compte.
C'est une forme de procuration l'endossement doit être pur et simple, toute condition à laquelle il
est subordonné est réputé non écrite.
 
c/ Présentation et paiement du chèque :

Délai de présentation du chèque :


 le chèque est payable à vue, toute mention contraire et réputée non écrite ;
 Le chèque présenté au paiement avant le jour indiqué comme date d'émission est
payable le jour de la présentation ;
 Celui qui accepte un chèque de garantie est passible d'une amende de 25% du montant
du chèque et d’un emprisonnement de 1 à 5 ans
 Le chèque émis et payable au Maroc, doit être présenté au paiement dans un délai de 20
jours ; à compter du jour porté sur le chèque
 Le chèque émis hors du Maroc et payable au Maroc doit être présenté dans un délai de
60 jours; à compter du jour porté sur le chèque
 A l'intérieur du délai de présentation, le bénéficiaire dispose de tous les recours possible
(contre le tireur et aussi tous les tiers)
 Sanction de dépassement du délai de présentation :
 La disparition du recours du porteur contre les tiers garants, notamment les endosseurs
 La fin du blocage de la provision du chèque certifié
 Le tiré doit payer même après l'expiration du délai de présentation

Délai de validité du chèque :


 Le délai est de 1 an à partir de l’expiration du délai de présentation du chèque (lan+20j).
 Au delà de ce délai la banque peut refuser le paiement du chèque.
 Même après expiration de la validité du chèque, la créance n'est pas éteinte et le
bénéficiaire dispose de recours contre le tireur.
 Après expiration de la validité, le chèque est considéré comme une reconnaissance de
dette et preuve pour engager une action en paiement.

Il n’est admis de faire opposition au paiement que dans les cas suivant
 De perte, vol
 Utilisation frauduleuse ou falsification ;
 Redressement ou de liquidation judiciaire du porteur.

Ni le décès du tireur ni son incapacité survenant après l'émission ne touchent aux effets du
chèque.
 Le tireur doit faire son opposition par écrit à sa banque

Toute personne qui remet un chèque en paiement doit justifier, son identité au moyen d’un
document officiel portant sa photo.

En cas de personnes physiques :


 la carte d'identité nationale ;
 la carte d’immatriculation pour les étrangers résidents ;
 le passeport ou toute autre pièce d’identité en lieu pour les étrangers non résidents ;

En ce qui concerne les personnes morales :


 l'identité de la ou des personnes physiques habilitées à effectuer l’opération précitée,
 le numéro d'inscription à l’impôt sur les sociétés, au RC ou à l'impôt des patentes.
 
d/ Les modalités d’émission du chèque:
Chèque barré :

Le chèque est barré lorsqu'il comporte deux barres parallèles à son recto.
C'est un moyen de limiter le risque d'utilisation frauduleuse du chèque, l’encaissement ne peut
pas se faire par retrait d'espèces directement.
L'encaissement doit se faire par l’intermédiaire d'une banque, le bénéficiaire doit être titulaire d'un
compte.
Tout chèque de société d'une valeur supérieure à 10000,00 dhs doit être barré.

Le barrement peut être général ou spéciale


Le barrement général : le chèque ne comporte aucune mention entre les 2 barres, il est payable
par l'intermédiaire de n'importe quelle banque
Le barrement spécial : le nom de l'établissement est mentionné entre les 2 barres et le
paiement ne peut se faire que par l'intermédiaire de la banque désigné
Le barrement général peut être transformé en barrement spécial mais le contraire n'est pas
possible.

Chèque certifié :
Le bénéficiaire peut demander au tireur de faire certifié son chèque auprès de la banque tiré pour
garantir le paiement.
Pour cela la banque appose sa signature et sa griffe de certification sur le chèque; le chèque doit
comporter toutes les autres mentions obligatoires d'un chèque normal.
Le délai de présentation est le même que pour les chèque normaux (20j).
La certification entraine le blocage de la somme du chèque dans un sous compte relié au compte
principale jusqu'à expiration du délai de présentation
Chèque de banque :
C’est un carnet de paiement appartenant à la banque.
La banque débite le compte de son client et lui remet la somme équivalente au moyen d’un
chèque lui appartenant.

le Travel chèque :
chèque de voyage payable en espèces dans un pays diffèrent de celui où il a été établi.

e/ Dissuasion de l'émission de chèque sans provision :

La banque qui rejette un chèque pour motif de provision est tenue de déclencher un processus
d'interdiction pour forcer le tireur à régulariser sa situation.
Le tireur de chèque sans provision est interdit d'émettre de nouveaux chèques pendant 10 ans.
Le tireur défaillant doit remettre tous les chéquiers, de tous les comptes ouverts en son nom, en
sa possession
Le tireur qui émet un chèque sans provision s'expose à une interdiction, une peine
d'emprisonnement, une amende fiscale et une saisie conservatoire sur ses biens.
Le bénéficiaire peut demander le paiement partiel de la somme du chèque, le nouveau code du
commerce oblige le banquier à proposer le paiement partiel au porteur.

Le tireur dispose de deux manières pour régulariser sa situation à tout moment


:
 Le tireur peut approvisionner le compte et demander au bénéficiaire de représenter son
chèque au paiement.
 Payer directement le bénéficiaire et remettre au tiré le chèque récupérer du bénéficiaire.

Le tireur doit en plus quoi qu'il soit s’acquitter d'une amende fiscale :
5% première injonction.
10% deuxième injonction.
20% troisième injonctions et celles qui suivent.

Corrigé des exercices de techniques bancaires

I/ Donnez les définitions des termes suivants : ( 8 POINTS )

 
PUBLICITÉ

A/ La banque :

La    banque   est une entreprise ou un   établissement    qui fait   profession


habituelle de recevoir du public sous forme de dépôts    ou autrement des
fonds    employés   pour leur propre compte en opérations  d’escompte , en
opération de crédit ou en opérations financières .
 

B/ Les banques d’affaires :

            Les banques d’affaires sont celles dont l’activité principale est outre
l’octroi des crédits , la prise et la gestion de participations  dans des
affaires existantes ou en formation . Les opérations de financement
engagées    par les banques d’affaires  immobilisent des capitaux pour une
longue période    d’où    l’utilisation de leurs capitaux propres

C/ Le virement :

Le virement est un ordre écrit par lequel le titulaire d’un compte


donne  ordre à sa banque    de transférer par le débit de son compte une
somme déterminée au crédit du compte d’un bénéficiaire    domicilié au
même    siège , soit auprès d’un autre siège ou d’une autre banque .

D/ Le chèque :

Le chèque est un    écrit par lequel  le titulaire du compte appelé tireur ,
donne ordre à sa banque  appelée tiré    , de payer une certaine somme
disponible    à son compte , à son profit ou au profit d’une tierce personne
bénéficiaire.

E/ La lettre de change :

La lettre de change est un écrit par lequel    le tireur donne l’ordre au


tiré    de  payer à son profit  ou à l’ordre d’un tiers- bénéficiaire  une   
certaine somme à une échéance  déterminée .

Le fournisseur  vend à son client une marchandise à crédit .  Pour 


matérialiser sa créance , le vendeur tire une traite sur l’acheteur  , lui
donnant ordre de payer le montant de la marchandise plus les intérêts  , à
une certaine échéance .

La création de la lettre de change  met en présence  :

Le tireur  : C’est le créancier  vendeur de  la marchandise , il crée  la


lettre de change .
Le tiré  :  c’est le  débiteur  -acheteur  . Il paiera la lettre de change .

Le  bénéficiaire  : C’est celui au profit duquel le montant  sera versé  . IL 
peut être le tireur  lui même  , ou une tierce personne ( Banquier etc.…).

F/ L’aval :

C’est une signature qui est donnée sur la traite par une tierce personne,
s’engageant à la payer en cas de défaillance du débiteur.

G/ Le compte bancaire :

Le compte bancaire   est un tableau intitulé  au nom du client .  Il


enregistre les opérations de retrait  et de versements  ainsi que toutes
opérations qui diminuent  ( débit ) ou augmentent ( crédit )  les avoirs  du
client avec la détermination d’un solde .

H/ La facture consulaire :

 La facture consulaire est un document établi par le vendeur  visé par le
consulat  du pays de l’importateur    authentifiant l’origine et la valeur des
marchandises.

II / Mettre une croix(X) devant la bonne réponse. (12 points)

1/La notion de dépôt à vue comprend :

           X   A/ Les comptes courants.

           B/ Les bons de caisse.

 2/Le siège de la banque comprend :

X       A/ Les directions centrales.

           B/ Les agences bancaires.

 3/ La banque d’investissement est également appelée :


         A/ Banque d’affaires.

X      B/ Banque à moyen et long terme

4/ Les banques d’investissement accordent des crédits dont la durée

est :

         A/ Inférieure à deux (02) ans.

X       B/ Supérieure à deux (02) ans.

5/ L’escompte des effets de commerce et les cautions sont des :

A/ Crédits à long terme.

X     B/ Crédits à court terme.

C/ Crédits à moyen terme

 6/ Les comptes courants sont ouverts au profit des :

X        A/ Commerçants qui effectuent beaucoup d’opérations.

            B/ Particuliers qui effectuent des opérations  limitées.

 7/ L’endossataire du chèque est la personne qui :

      A/ Endosse le chèque.

X         B/ Reçoit le chèque.

8/ En matière de lettre de change, l’endossement   pignoratif signifie :

 A/ La transmission de la propriété de la lettre de  change et les droits qui


lui sont attachés.

X      B/ Transmission de la lettre de change au prêteur   à titre de


garantie .
 

9/ Le billet à ordre fait intervenir :

          A/Trois(03)parties (le tireur– le tiré–le bénéficiaire ).

X      B/ Deux(02) parties ( le souscripteur –le bénéficiaire).  

 10/Le virement indirect est effectué entre deux clients  titulaires de


comptes ouverts auprès de :

         A/ Deux agences d’une même banque.

X     B/ Deux banques différentes.

        C/ La même agence bancaire.

 11/ La chambre de compensation intervient en  matière de :

 X      A/ Virement indirect.

         B/ Endossement de la lettre de change.

 12/ Le protêt pour défaut de paiement d’un chèque doit être établi dans un
délai de :

A/ 15 jours.

X     B/ 20 jours.

C/ 30 jours.