Vous êtes sur la page 1sur 33

Connaissance des

installations
Production

Récupérateur
de chaleur à
condensation

Brûleur Brûleur
2 allures progressif

Gaz
naturel
300 mbar
Connaissance des installations thermiques

Préambulé
La production d’eau chaude et de vapeur intervient dans de multiples domaines :
 Eau chaude sanitaire (ECS) et chauffage central (Eau Chaude Basse Température (<110°C), Eau Chaude
Haute Température),
 Réseaux de vapeur comme celui de la CPCU (Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain) avec de la vapeur
basse, moyenne ou haute pression.

En ordre de grandeur il faut retenir :

 Ampoule à incandescence : 40W à 120 W,


 Installation de chauffage domestique : 10kW à 80kW,
 Installation de chauffage industriel : 100kW à 60MW,
 Centrale nucléaire : 1GW par cœur nucléaire.

La puissance de la chaudière se détermine à partir des besoins thermiques du bâti, ces besoins étant eux-mêmes
calculés suivant la réglementation thermique en vigueur soit la RT2012 pour les bâtiments basse consommation
(BBC) soit la RT 2020 pour les bâtiments à énergie positive (BEPOS).

RT 2012 RT 2020
Bâtiments basse consommation
Types de bâtiments Bâtiments à énergie positive (BEPOS)
(BBC)
 Refroidissement ;
 Refroidissement ;
 chauffage ;
 chauffage ;
 production d’ECS ;
 production d’ECS ;
Usages pris en compte  éclairage ;
 éclairage ;
 auxiliaires ;
 auxiliaires.
 appareils ménagers ;
 appareils électroménagers.

Suppression du gaspillage énergétique à


Diminution de la consommation des l’aide d’une gestion intelligente de la
Type de consommation visé
équipements. consommation. (exemple: MyLight
Systems)

 Isolation thermique des


bâtiments ;
Principaux éléments pris en compte Isolation thermique des bâtiments
 production d’énergie ;
 empreinte environnementale.
Tableau résumant les différences entre les réglementations thermiques.

Pour la suite du cours nous ne développerons que la technologie des réseaux fournissant de l’ECBT.

Les régimes de température n’ont cessé de décroître, nous sommes ainsi passé de réseau 90/70 [°C] (dans les
années 60 - 70) à des réseaux 80/60[°C] et dorénavant en 60/50 [°C]. On rencontre aussi des réseaux à très basse
température : 45 /35[°C], par exemple sur des installations à plancher chauffant.

L’intérêt des réseaux très basse température réside dans :


 La diminution des pertes thermiques sur la distribution,
 L’augmentation du rendement des générateurs …

Par contre, ces réseaux entraînent des surfaces d’échange plus importantes et donc des appareils plus onéreux et
plus encombrants.

Cours STS
Production
Page 1 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

Table des matières


1. Constitution du corps de chauffe ........................................................................................................................... 4
1.1. Chaudière à éléments fonte ou aluminium .................................................................................................... 4
1.2. Chaudière à tube de fumées .......................................................................................................................... 4
2. Chaudière à condensation ...................................................................................................................................... 5
2.1. Constitution .................................................................................................................................................... 5
1.1. Configuration des échangeurs ........................................................................................................................ 6
3. Règlementation et sécurité des installations ......................................................................................................... 7
3.1. Règlementation .............................................................................................................................................. 7
1.1. Sécurité des installations ................................................................................................................................ 8
1.1.1. Sécurité en cas de surpression ............................................................................................................... 8
1.1.2. Sécurité en cas de surchauffe ................................................................................................................. 8
3.1.1. Sécurité manque d’eau ........................................................................................................................... 9
3.1.2. Sécurité en cas d’interruption de débit .................................................................................................. 9
4. Puissance, nombre et raccordement des générateurs......................................................................................... 10
4.1. Détermination de la puissance ..................................................................................................................... 10
4.2. Nombre de générateurs ............................................................................................................................... 10
4.3. Raccordement de plusieurs générateurs...................................................................................................... 11
4.3.1. Avec une pompe commune .................................................................................................................. 11
4.3.2. Avec une pompe individuelle ............................................................................................................... 11
5. Régulation de la production ................................................................................................................................. 12
5.1. Constituants d’une chaîne de régulation ..................................................................................................... 12
5.2. Les principes de la variation de puissance.................................................................................................... 12
5.3. Courbe de chauffe ........................................................................................................................................ 13
6. Fluide frigo ............................................................................................................................................................ 14
7. Représentation graphique de l’évolution du fluide.............................................................................................. 15
7.1. Lecture du diagramme.................................................................................................................................. 15
7.2. Exemple sur le diagramme du fluide R134a ................................................................................................. 16
8. Système de production frigorifique ...................................................................................................................... 16
Hypothèses simplificatrices .................................................................................................................................. 16
8.1. Constitution d’un circuit de base.................................................................................................................. 17
8.2. Évolution du cycle du fluide frigorigène sur le diagramme .......................................................................... 17
8.3. Bilan des puissances ..................................................................................................................................... 17
8.4. Coefficient de performance .......................................................................................................................... 18
8.5. Détail de l’évolution du fluide dans le circuit ............................................................................................... 18
9. Composants d’une installation ............................................................................................................................. 19

Cours STS
Production
Page 2 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

10. Le compresseur................................................................................................................................................. 20
10.1. Compresseur volumétrique ...................................................................................................................... 20
10.1.1. Compresseurs à piston(s) ..................................................................................................................... 20
10.1.2. Compresseurs spiro-orbital ou SCROLL ................................................................................................ 21
10.1.3. Compresseurs à vis ............................................................................................................................... 21
10.2. Compresseur centrifuge ........................................................................................................................... 22
11. Le condenseur .................................................................................................................................................. 22
11.1. Condenseur à air ....................................................................................................................................... 23
11.1.1. Dry......................................................................................................................................................... 23
11.1.2. Adiabatique........................................................................................................................................... 23
11.1.3. Évaporatif.............................................................................................................................................. 24
11.1.4. Hybride ................................................................................................................................................. 25
11.2. Condenseur à eau ..................................................................................................................................... 25
11.2.1. Échangeur coaxial ................................................................................................................................. 25
11.2.2. Échangeur bouteille .............................................................................................................................. 26
11.2.3. Échangeur multitubulaire ..................................................................................................................... 26
11.2.4. Échangeur à plaque .............................................................................................................................. 26
12. Le détendeur..................................................................................................................................................... 27
13. L’évaporateur ................................................................................................................................................... 28
14. La régulation ..................................................................................................................................................... 29
14.1. Régulation Tout ou Rien par tirage au vide de l’évaporateur (pump down) ........................................... 30

Cours STS
Production
Page 3 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

Lés génératéurs calorifiqués


Le cours sur les brûleurs ainsi que le bilan des puissances du générateur a été traité précédemment.
1. Constitution du corps de chauffe
1.1.Chaudière à éléments fonte ou aluminium

1.2.Chaudière à tube de fumées

Cours STS
Production
Page 4 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

2. Chaudière à condensation
Une partie de la chaleur produite par la combustion est perdue :
 Par les parois du générateur (bien que celles-ci soient calorifugées),
 Par les produits de combustion (pertes par les fumées de chaleur sensible et latente).

𝑃𝑢𝑡𝑖𝑙𝑒 𝑘𝑊
On définit le rendement thermique utile de la chaudière de la manière suivante : 𝜂 = 𝑃 [𝑘𝑊]
𝑓𝑜𝑢𝑟𝑛𝑖𝑒

Ce rendement peut s’exprimer selon deux standards :


 Rendement η sur PCI (Pouvoir Calorifique Inférieur) : le
rendement ne prend pas en compte la valorisation possible de
la chaleur latente de condensation de la vapeur d’eau présente
dans les fumées,
 Rendement η sur PCS (Pouvoir Calorifique Supérieur) : le
rendement prend en compte la valorisation possible de la
chaleur latente de condensation de la vapeur d’eau présente
dans les fumées (ce qui est le cas dans toutes les chaudières
1
dont la température des fumées est < 55 °C ).  Courbe A : chaudière à condensation (eau <
55 [°C]  = 100 [%])
/PCI

Pour obtenir le meilleur rendement de l’échangeur-condenseur, il  Courbe B : chaudière avec brûleur à air
est important que l’évacuation des fumées se fasse dans le même soufflé

sens que l’écoulement des condensats, c’est-à-dire vers le bas.  Courbe C : chaudière avec brûleur
atmosphérique
Dans le cas contraire, les fumées s’élevant risqueraient de
revaporiser les condensats, ce qui ferait perdre l’avantage de la
condensation.

2.1.Constitution

Évacuation des condensats


+ traitement anti acide

1
Température de condensation de la vapeur d’eau contenue dans les fumées dans le cas de la combustion du gaz naturel, dite température de rosée.

Cours STS
Production
Page 5 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

1.1.Configuration des échangeurs


Il est tout à fait possible de concevoir une « chaudière à condensation » constituée d'une chaudière standard et
d'un échangeur supplémentaire (le condenseur) qui sera installé sur le conduit de sortie des fumées. On appelle
aussi ce condenseur « récupérateur ou économiseur».

Fumées venant de la
chaudière
ECBT

Échappement des fumées à


l’arrière en partie basse

Récupérateur Totaleco, raccordement hydraulique ci-dessous


L’échangeur est intégré à la
chaudière, ici une Viessmann
Vitocondens

Récupérateur
SCHEUCH pour des
puissances
installées allant de
500 kW à 100 MW

Puissance chaudière : 10 MW
Puissance récupérée : 1,2 MW

Puissance chaudière : 15 MW
Puissance récupérée : 3,1 MW

Cours STS
Production
Page 6 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

3. Règlementation et sécurité des installations

3.1.Règlementation
Un local spécifique appelé chaufferie est nécessaire pour abriter des appareils de production de chaleur par
combustion si la puissance installée est supérieure à 70 [kW] ou 85 [kW] (absorbée).

La chaufferie doit répondre à un grand nombre d’exigences visant à assurer la sécurité incendie et la sécurité des
personnes décrites dans l’arrêté du 23 juin 1978 et arrêté du 30 novembre 2005 modifiant l'arrêté du 23 juin 1978).

Le terme mini-chaufferie est apparu avec le concept CIC (Chauffage Individuel Centralisé) développé par Gaz de
France. Il s'agit d'une production de chaleur et d'eau chaude sanitaire centralisée dont la puissance calorifique
totale est inférieure à 70 [kW] ou 85 kW (absorbée). Cette limitation de puissance permet aux locaux où sont
installés ces types de matériel de s'affranchir de la réglementation contraignante des chaufferies.

Cours STS
Production
Page 7 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

1.1.Sécurité des installations


1.1.1. Sécurité en cas de surpression
Évacuer la vapeur d’eau produite par emballement du générateur, suite à une défaillance des organes de régulation
de température ou à un défaut de température. Il est installé une soupape de sécurité sur le générateur, ou juste
après le départ d’ECBT, afin de remédier à ce problème.

Mise à
Mise à
l’égout
l’égout

Différentes soupapes utilisées

Type de montage possible des soupapes

La section de passage de la soupape de sécurité dépend de la puissance installée et de la pression d’ouverture.

Le tableau ci-dessous, réalisé avec les informations fournies par différents fabricants, indique la puissance
maximum que l’on peut installer pour chaque ouverture de passage et chaque pression d’ouverture.

Ouverture de passage ½” ¾” 1”
Pression d’ouverture 3 bars 4 bars 3 bars 4 bars 3 bars 4 bars
56 kW 112 kW 140 kW 224 kW 280 kW
Puissance maximum 70 kW
125 kW 200 kW 246 kW 375 kW 461 kW

1.1.2. Sécurité en cas de surchauffe


Empêcher que la température de l’eau dans l’installation, les générateurs et les récipients ne dépasse 110 [°C]. Il
est installé un thermostat de sécurité à réarmement manuel qui est indépendant du thermostat de régulation.

Réglage de la température de
sécurité

E13 : alarme

Raccordement électrique

Thermostat de sécurité Siemens


Partie plongée dans l’ECBT pour prélever la température RAK ST

Cours STS
Production
Page 8 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

Sécurité

Régulation
Montage du thermostat de sécurité

3.1.1. Sécurité manque d’eau


Empêcher la mise en service du brûleur s’il n’y a pas assez d’eau dans le corps de chauffe du générateur. La taille du
pressostat dépend de la puissance de l’installation.

Pressostat Viessmann
Pressostat Danfoss RT 110
40 5. Bouton de réglage manuel
9. Échelle de plage 9
5
40. Molette de différentiel

3.1.2. Sécurité en cas d’interruption de débit


Empêcher l’ébullition, et donc la mise en sécurité, du générateur par non circulation du fluide caloporteur.

Montage en sens inverse au débit Palette trop longue

Contrôleur de débit (Flow Switch) à palette

Cours STS
Production
Page 9 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

4. Puissance, nombre et raccordement des générateurs

4.1.Détermination de la puissance
𝑃𝑛é𝑐𝑒𝑠𝑠𝑎𝑖𝑟𝑒 = ∑(𝑃𝑢𝑡𝑖𝑙𝑖𝑠𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 ) + 𝑃𝑒𝑟𝑡𝑒𝑠𝑑𝑖𝑠𝑡𝑟𝑖𝑏𝑢𝑡𝑖𝑜𝑛

𝑃𝑖𝑛𝑠𝑡𝑎𝑙𝑙é𝑒 = 𝐶𝑠. 𝑃𝑛é𝑐𝑒𝑠𝑠𝑎𝑖𝑟𝑒

Cs est un coefficient de surpuissance permettant de :

 Prévenir une baisse de performance des générateurs due à leur vieillissement (entartrage, dépôt de
boues…),
 Disposer d’une puissance supplémentaire permettant des mises en régime rapides des installations à
fonctionnement intermittent ou à régime ralenti.

Une chaudière fonctionnant à faible régime voit son rendement chuter radicalement (dû aux pertes thermiques
pendant la période d’arrêt du brûleur).

Donc, il ne faut pas appliquer un coefficient de surpuissance excessif (pour éviter cette chute du rendement
d’exploitation).

1,00 ≤ 𝐶𝑠 ≤ 1,15

4.2.Nombre de générateurs
Pour garantir la continuité de service et obtenir le meilleur rendement, il est presque impératif de disposer de
plusieurs générateurs. La puissance de chaque appareil est choisie en appliquant la règle des deux tiers :

 En cas de panne d’un générateur, la production doit rester capable de fournir les deux tiers de la
puissance nécessaire.

2 2 1 1 1
𝑃 𝑃 𝑃 𝑃 𝑃
3 𝑛 3 𝑛 3 𝑛 3 𝑛 3 𝑛

4 𝑃𝑖𝑛𝑠𝑡 = 𝑃𝑛
𝑃𝑖𝑛𝑠𝑡 = 𝑃
3 𝑛

Exemple de montage avec plusieurs générateurs

Cours STS
Production
Page 10 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

4.3.Raccordement de plusieurs générateurs


4.3.1. Avec une pompe commune
Le débit total se répartit équitablement entre les générateurs si l’on prévoit un dispositif d’équilibrage.

 Distributeur et collecteur : dissociation des résistances hydrauliques entre chaque branche de chaque générateur.
 Robinets de réglage : ajustement de la résistance hydraulique sur chaque branche afin qu’il n’y ait pas de passage
favorisé.
 Boucle de TICHELMANN : trajet identique pour le fluide quel que soit le parcours choisi. La boucle peut être sur le
retour ou bien le départ.

Distributeur et collecteur Robinets de réglage

Boucle de TICHELMANN (ou Tickelman)

Pour ces trois solutions,


il faut prévoir un
montage avec des
pompes doubles afin de
ne pas être tributaire du
bon fonctionnement de
la pompe alimentaire

4.3.2. Avec une pompe individuelle

Solutions techniquement meilleur mais plus onéreux. L’avantage est de ne pas être dépendant d’une pompe.

Cours STS
Production
Page 11 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

5. Régulation de la production
Les régulations employées en chauffage ont pour objectif final de réguler la
température intérieure : ti. Elles règlent l’apport de chaleur au local.
Émetteur de
chauffage ti
La valeur de consigne est généralement choisie pour assurer le confort des
personnes :
Chaleur
 Cas général (locaux d’habitations, tertiaires, hôtels…) : 19 °C
 Ateliers : 16 °C
 Hôpitaux : 25 °C

À cette température que l’on veut obtenir vient se


superposer des déperditions ainsi que des apports
thermiques. Air rejeté
te < ti

 Déperditions = dép. surfaciques + dép. linéiques +


dép. par renouvellement d’air
ti
 Apports = Apports externes + apports internes
Air neuf

Machines

5.1.Constituants d’une chaîne de Illustrations des apports et déperditions


régulation
Une chaîne de régulation comporte 4 équipements principaux :

 Une sonde ou organe de détection qui mesure une grandeur physique.


Exemple : une sonde de température
 Un régulateur qui interprète la mesure et la compare avec la consigne. Si la mesure diffère de la consigne,
alors le régulateur envoie un signal de correction. Le régulateur est le cerveau du système.
 Un actionneur commandé par le régulateur qui positionne l’organe de réglage.
Exemple : un servomoteur de vanne ou de registre.
 Un organe de réglage qui modifie la puissance de l’installation.
Exemple : la soupape d’une vanne deux voies qui règle le débit d’eau de chauffage.

Consigne

Régulateur Actionneur

Sonde Organe de réglage

5.2.Les principes de la variation de puissance


Pour effectuer une variation de la puissance P de chauffage d’un émetteur alimenté en eau chaude, on peut agir
sur :
 la température d’alimentation de l’eau de chauffage,
 le débit d’alimentation de l’eau de chauffage.

On retiendra donc deux grands principes de la variation de puissance :

Cours STS
Production
Page 12 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

 régulation à température variable et débit constant,


 régulation à débit variable et température constante.

La régulation à température variable (et débit constant) est la plus usuelle au départ des circuits de chauffage par
radiateurs à eau chaude.

Pour faire varier la température de l’eau, on peut agir sur les cycles de fonctionnement de la chaudière ou sur des
vannes de mélange au départ des circuits de distribution. Ces vannes (vannes 3 voies et vannes 4 voies) assurent
des mélanges en proportions variables entre de l’eau chaude en provenance de la chaudière et de l’eau
« refroidie » en provenance du retour des émetteurs.

5.3.Courbe de chauffe
La loi qui relie la consigne de départ à la température extérieure est appelée courbe de chauffe ou loi d’eau.

Pour une température extérieure donnée, le régulateur calcule, grâce à la loi de chauffe, la température de départ
d’eau de chauffage nécessaire. Puis, il compare la température d’eau au départ du réseau de chauffage à celle qu’il
a calculée, et agit en conséquence sur un dispositif de réglage tel que le brûleur d’une chaudière ou une vanne de
mélange.

Température de
ti : Température intérieure [°C]
départ [°C]
te : Température extérieure [°C]
teb : Température extérieure de base [°C]
tdn tdn : Température de départ nominale du chauffage [°C]
tnc : Température de non chauffe [°C]

td

ti Température
extérieure
teb te ti

La régulation a été traitée l’année dernière. S’y référer le cas échéant.

Cours STS
Production
Page 13 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

Lés machinés frigorifiqués


Le froid est l’absence de chaleur. Pour « produire » du froid il faut trouver un medium qui va absorber et
« véhiculer » la chaleur à l’extérieur de l’enceinte où l’on désire abaisser la température.

Les besoins sont multiples :


 Conservation des aliments classiques : le froid réduit l’activité biologique (bactéries, virus, ...) et permet ainsi de
conserver les aliments classiques.
 Nouveaux aliments : le froid a permis le développement de nouveaux produits : glaces et sorbets.
 Climatisation : en distribuant de l’eau glacée (en régime 7/12 °C), on peut maintenir la température des locaux à 19 °C
quel que soit les températures extérieures.
 Découpe des caoutchoucs : il est extrêmement difficile de découper même grossièrement les caoutchoucs à
température ambiante. Cependant à faible température (-50 °C et moins) les caoutchoucs durcissent et leur découpe
est alors possible.
 Cryochirurgie : la glace est moins dense que l’eau liquide, l’eau des cellules en cristallisant augmente de volume et
conduit à la mort des cellules suite à l’explosion des membranes cellulaires.
 Liquéfaction des gaz : l’azote et l’oxygène ne sont liquéfiables qu’à très basse température.
 Thermographie infrarouge : la moitié des caméras infrarouges sont refroidies à basse température afin de limiter le
bruit (dans les mesures) d’origine thermique.
 …

6. Fluide frigorigène
Le fluide frigorigène (FF) est le carburant d’une installation frigorifique dans laquelle, circulant, il est vaporisé,
comprimé, liquéfié et détendu. Il assure le transfert de chaleur recevant, en dessous de la température ambiante,
la chaleur, par évaporation et en la cédant à nouveau, au-dessus de la température ambiante, par liquéfaction.

Le choix du fluide frigorigène adapté influe sur la performance, le coût de conception et la consommation
énergétique d’une installation frigorifique.
Ambiance n°2

La chaleur se déplace amb < FF : transfert de


de la source chaude chaleur du FF vers l’ambiance
vers la source froide
Circulation du FF
Chaleur

Ambiance n°1

Chaleur
 Qo est la quantité d’énergie
Abaissement de la amb > FF : transfert enlevée à la source froide.
température ambiante de chaleur de l’ambiance  Qk est la quantité d’énergie
vers le FF donnée à la source chaude.

Cours STS
Production
Page 14 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

Les plages de températures :

7. Représentation graphique de l’évolution du fluide


Les différents états du fluide, de gazeux à liquide, sont représenté sur un graphique qui se nomme diagramme
enthalpique ou diagramme de Mollier. Chaque fluide possède son propre diagramme.

7.1.Lecture du diagramme
Le diagramme est une mine de renseignement sillonné de courbes. Prises une à une et en enlevant leurs parallèles
voici ce qu’il reste :

Zone vapeur (on parle de vapeur surchauffée)


Zone liquide (on parle de liquide sous-refroidi)
Zone de mélange (liquide + vapeur)

p sat
Courbe de saturation
[bar] [°C]
Isentrope
Isotherme

Isotitre

Isochore

h [kJ/kg]

 p : pression absolue du fluide en [bar]. Attention un manomètre indique une pression relative. Échelle
logarithmique.
 sat : température de saturation en [°C]
 h : enthalpie. Cela représente l’énergie emmagasiné ou restituée par une quantité de fluide. Unité en
[kJ/kg]
 Isotherme : courbe d’isotempérature (ou de même température) en [°C]

Cours STS
Production
Page 15 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

 Isentrope : courbe de même entropie appelée aussi courbe de compression. Unité en [kJ/(kg.K)]
 Isochore : courbe de volume massique (à volume constant) en [m3/kg].
 Courbe de saturation : courbe de séparation entre la zone liquide et l’apparition de la première bulle de
vapeur ainsi que la séparation entre la zone vapeur et l’apparition de la première goutte de liquide.
 Isotitre : courbe indiquant le pourcentage de vapeur dans le liquide sur la masse totale (vapeur+liquide).

7.2.Exemple sur le diagramme du fluide R134a

8. Système de production frigorifique


Le fluide frigorigène ne peut se mettre en mouvement tout seul aussi il circule dans un circuit fermé qui lui permet
de changer d’état, de pression et de température.

Hypothèses simplificatrices
Par simplification, on suppose :

 Le compresseur est parfait, il n’a aucune perte d’énergie,


 Le fluide frigorigène est parfait, il n’a aucune viscosité,
 Le circuit frigorifique est parfait, il n’a aucune perte de charge.

Cours STS
Production
Page 16 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

8.1.Constitution d’un circuit de base


Zone d’état
Liquide Vapeur

Condenseur

Basse pression Haute pression


Détendeur

Zone de pression
Liaisons frigorifiques

Compresseur
Évaporateur

8.2.Évolution du cycle du fluide frigorigène sur le diagramme


Sous-refroidissement Condensation
p sat Désurchauffe
[bar] [°C]
3
pk 2

Détente

Compression

p0
4 1

Vaporisation Surchauffe

h [kJ/kg]

h3 = h4 h1 h2
hévap hcomp
hcond

8.3.Bilan des puissances

Puissance compresseur : Puissance évaporateur :


 Pcond : puissance condenseur 𝑃𝑐𝑜𝑚𝑝 = 𝑞𝑚𝐹𝐹 . (ℎ2 − ℎ1 ) 𝑃é𝑣𝑎𝑝 = 𝑞𝑚𝐹𝐹 . (ℎ1 − ℎ3 )
 Pcomp : puissance compresseur
Puissance condenseur : Conclusion :
 Pévap : puissance évaporateur
𝑃𝑐𝑜𝑛𝑑 = 𝑞𝑚𝐹𝐹 . (ℎ2 − ℎ3 ) 𝑃𝑐𝑜𝑛𝑑 = 𝑃é𝑣𝑎𝑝 + 𝑃𝑐𝑜𝑚𝑝

Cours STS
Production
Page 17 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

8.4.Coefficient de performance

Le coefficient de performance (COP) d’une machine est le rapport entre sa puissance utile et sa puissance
consommée. Il existe donc plusieurs COP, selon la nature de la machine.

Pour les machines frigorifiques Pour les pompes à chaleur


𝑃é𝑣𝑎𝑝 𝑃𝑐𝑜𝑛𝑑
𝐶𝑂𝑃𝑓𝑟𝑜𝑖𝑑 = 𝐶𝑂𝑃𝑐ℎ𝑎𝑢𝑑 =
𝑃𝑐𝑜𝑚𝑝 𝑃𝑐𝑜𝑚𝑝
ℎ1 − ℎ3 ℎ2 − ℎ3
𝐶𝑂𝑃𝑓𝑟𝑜𝑖𝑑 = 𝐶𝑂𝑃𝑐ℎ𝑎𝑢𝑑 =
ℎ2 − ℎ1 ℎ2 − ℎ1

Le COPfroid est aussi appelé Coefficient d’Effet Frigorifique ou Seasonal Energy Efficiency Ratio (SEER)2.

8.5.Détail de l’évolution du fluide dans le circuit

Sous-refroidissement
Condensation Désurchauffe

p sat
[bar] [°C]
3
pk 2
Compression
Détente

Surchauffe
Vaporisation

p0
4 1

h [kJ/kg]

h3 = h4 h1 h2

2
La notion SEER date de 2013. Avant cette date seul EER était utilisé.

Cours STS
Production
Page 18 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

9. Composants d’une installation

Local à refroidir 9 1 9
3A
2

10
5

3 8 7 11 6

Numéro Nom Fonction


1 Compresseur Aspirer le FF en BP, basse température et le refouler en HP, haute température.

Échanger les calories du FF avec le milieu ambiant afin de faire passer le fluide de
2 Condenseur
l’état gazeux à l’état liquide et ainsi baisser sa température.

3 Détendeur Abaisser brutalement la pression du FF afin d’abaisser sa température.

Prélever la température en sortie de l’évaporateur afin de réguler le débit masse du


3a Bulbe
FF au niveau du détendeur.

Échanger les frigories du FF avec l’ambiance à refroidir. Le FF passe de l’état liquide à


4 Évaporateur
l’état gazeux.
Permettre l’aspiration du FF à l’état gazeux et éviter que le compresseur n’aspire du
Bouteille anti coup
5 FF à l’état liquide. Le trou dans la partie basse permet le retour de l’huile dans le
de liquide
compresseur.
Permettre l’aspiration du FF à l’état liquide. Cette bouteille sert également de réserve
6 Bouteille liquide
de FF.
Vérifier la bonne liquéfaction du FF après le condenseur ainsi que de vérifier l’absence
7 Voyant liquide
d’humidité dans le circuit.
Arrêter la circulation du fluide lors de l’arrêt du fonctionnement par une régulation BP
8 Électrovanne
(pump down).

9 Sécurité BP et HP Protéger l’installation en BP et HP.

Pressostat de
10 Réguler l’installation en BP et HP.
régulation

11 Filtre déshydrateur Filtrer les impuretés (oxydation, etc…) et absorber l’humidité éventuelle.

Cours STS
Production
Page 19 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

10. Le compresseur
10.1. Compresseur volumétrique

Pulsé de manière cyclique, le liquide est emmagasiné dans un volume. L'énergie est directement fournie sous
forme de pression. On classe les moto-compresseurs en 3 catégories :
 hermétique : le compresseur et le moteur sont dans une enceinte soudée,
 hermétique accessible (semi-hermétique) : le compresseur et le moteur sont dans une enceinte
démontable,
 ouvert : l’axe du compresseur sort du carter, le moteur n’est pas refroidi par le FF.

10.1.1. Compresseurs à piston(s)

Avantages Inconvénients
 Simple  Difficulté de régulation de
 Compact puissance
 Peu cher  Maintenance
 Bruit
 Sensible aux coups de
liquide

Compresseur BITZER hermétique accessible, à 6 pistons en W

Un compresseur à piston(s) se compose de :


 un vilebrequin,
 une ou plusieurs bielles,
 autant de pistons,
 autant de cylindres,
 au moins autant de clapets d’aspiration,
 au moins autant de clapets de refoulement.
Nombre de bielles par Nombre de Nombre de
Disposition des cylindres
manetons cylindres manetons
1 1
En ligne 1
2 2

2 1
En V 2
4 2

6 2
En W 3
12 4

En double V 8 2
4
(VV) 16 4

Cours STS
Production
Page 20 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

10.1.2. Compresseurs spiro-orbital ou SCROLL


Avantages Inconvénients
 Absence de clapets  Difficulté de
aspiration/refoulement réalisation
 Alimentation continue du  Problème
FF d’étanchéité entre
 Fiables les spirales
 Insensible aux coups de
liquide
 Compact
 Niveau sonore faible
 Coût de fonctionnement
réduit
 Possibilité de variation de
vitesse

10.1.3. Compresseurs à vis


Avantages Inconvénients
 souplesse de puissance  Bruit
mais limitée  Limitation de puissance
 Moyenne et grande
puissance peu de place

Profil des vis :

Il existe également des compresseurs à palettes, à engrenages, à pistons axiaux, etc…

Cours STS
Production
Page 21 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

10.2. Compresseur centrifuge

Le liquide emmagasiné entre les aubes du rotor est projeté vers l'extérieur sous l'action de la force centrifuge.

roue radiale
(centrifuge)

roue semi-axiale
(hélico-centrifuge)

Compresseur Turbocor de Danfoss à 2 étages de compression

11. Le condenseur
Les condenseurs ont la fonction d’évacuer la chaleur produite par le système (en production frigorifique) ou de
fournir de la chaleur (en mode pompe à chaleur, PAC).

Les condenseurs sont donc des échangeurs thermiques. Ils permettent la transformation des vapeurs surchauffées
par le travail de compression en liquide sous-refroidi.

On peut distinguer les condenseurs à air et les condenseurs à eau. L’échange se fait très souvent en contre-courant
afin de limiter les écarts de températures entre le fluide frigorigène et le médium de refroidissement.

Il existe donc plusieurs types de condenseurs en fonction du médium :

 Air : condenseur à air


 Eau : condenseur à eau

Cours STS
Production
Page 22 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

11.1. Condenseur à air

11.1.1. Dry
Principe Condenseur à plat

Condenseur incliné

11.1.2. Adiabatique

Adiabatique signifie sans échange de chaleur. Le but ici de refroidir l’air en l’humidifiant. L’eau voulant s’évaporer,
elle puise l’énergie nécessaire dans sa propre chaleur ce qui fait que l’air se refroidit. De l’eau d’une source externe
(eau de pluie par exemple) imbibe des matelas à un débit tel que toute l’eau est entièrement évaporée dans l’air
entrant, ce qui permet de le refroidir.

Refroidisseur TFVC de Baltimore Aircoil Company

Le TVFC est un aéroréfrigérant en V équipé de pré-


refroidisseurs adiabatiques (1) qui refroidissent le fluide de
process chaud (2) par transfert de chaleur sensible. L'eau
s'écoule (3) régulièrement sur le média de refroidissement
évaporatif situé face à la batterie sèche à ailettes (4). Avec
l’eau d’appoint (9) au-dessus des médias, le pré-
refroidissement adiabatique de l’air peut également être
garantit lorsque la pompe n’est pas en fonction. Des
ventilateurs axiaux (5) aspirent l'air (6) à travers les médias,
où une partie de l'eau s'évapore et refroidit l'air saturé. Ce
qui augmente la capacité de refroidissement de l'air entrant
pour refroidir le fluide de process (7) à l'intérieur de la
batterie. Le système de recirculation (8) peut réduire
ultérieurement la consommation d’eau totale.

Cours STS
Production
Page 23 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

11.1.3. Évaporatif

Un condenseur évaporatif simple est équipé d’un dispositif simple d’aspersion de la batterie de condensation. Il
travaille essentiellement en « température de bulbe humide » permettant de valoriser la chaleur de vaporisation
et, par conséquent, de réduire la température de condensation de l’ordre de 4 à 5°C. C’est sur le principe physique
de l’évaporation de l’eau que le condenseur évaporatif fonctionne. Ainsi, l’eau est pulvérisée en microgouttelettes
au niveau de la batterie de condensation en assurant le refroidissement du fluide frigorigène par la combinaison :

 d’un échange de chaleur sensible, dû à la température du mélange de l’eau et de l’air ascendant;


 et d’un échange de chaleur latente, dû à l’évaporation de l’eau dans l’air au contact de la batterie de
condensation.

En théorie, si l’échange était parfait (surface d’échange infinie), le fluide frigorigène refroidi atteindrait la
température humide de l’air.

Par exemple, si l’air extérieur est de 30°C, 40 % HR, sa température humide est de 20 °C 100 % HR. Mais l’eau
n’atteindra pas cette valeur. En pratique, elle sera de 3 à 8 °C au-dessus de cette valeur, suivant le
dimensionnement du bureau d’études (pour atteindre 3 °C, il faut dimensionner largement le condenseur). Cette
valeur est appelée « approche ».

Condenseur EVAPCO

Cours STS
Production
Page 24 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

11.1.4. Hybride

Ces tours combinent le fonctionnement sec et évaporatif en fonction des besoins

1. Aspiration d'air
2. Refoulement d'air
3. Entrée de vapeur
4. Sortie de liquide
5. Surface de ruissellement
6. Bassin d’eau froide
7. Système de distribution d’eau
8. Batterie humide à surface lisse
9. Pompe de pulvérisation
10. Éliminateurs
11. Batterie sèche ailetée
12. Registres de modulation d’entrée d’air
13. Moteur de ventilateur pour ventilateur axial
14. Transmetteur de pression
15. Déflecteurs d'entrée d'air à 3 fonctions

Tour hybride HXC de B.A.C.

Exemple de technologie de refroidissement

Aéroréfrigérants à pré
Tours de refroidissement
Tours de refroidissement Condenseurs réfrigérants
à circuit fermé Produits à
refroidisse- adiabatique
stockage et
ment à À pré- Sec à
accumulation de
circuit refroidisse- prérefroidisse-
Évaporatif Hybride Sec Évaporatif Hybride glace
ouvert ment ment
adiabatique adiabatique
Températures +++ +++ +++ + ++ +++ +++ ++ ++++
de process basses
Efficacité +++ +++ ++ + ++ ++ ++ ++ +++
énergétique
Faible + ++ ++(+) ++++ +++(+) ++ ++(+) +++(+) s.o.
consommation
d'eau
Sécurité ++ ++(+) +++ ++++ +++(+) ++(+) +++ +++(+) ++++
opérationnelle
Faible ++++ +++(+) +++ + ++ +++(+) +++ ++
encombrement
Fonctionnement + ++ +++(+) ++++ ++++ ++ +++(+) ++++ s.o.
sans panache

11.2. Condenseur à eau

11.2.1. Échangeur coaxial

Cet échangeur est composé de deux


tubes enroulés en spirale, le fluide Constitution d’un échangeur
frigorifique circule dans le tube central
Eau
tandis que l’eau circule dans l’espace FF
entre les tubes intérieurs et extérieurs.
Ces deux fluides circulent à contre-
courant pour que l’échange soit le plus
efficace possible. Échauffement de
l’eau de 8 à 12 °C.

Cours STS
Production
Page 25 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

11.2.2. Échangeur bouteille

Cet échangeur remplit deux fonctions : celui de


réservoir liquide et celui de condenseur. Il est
constitué d’un serpentin dans lequel circule
l’eau de refroidissement. Le fluide frigorigène
contenu dans l’enveloppe externe se condense
au contact du tube d’eau. Le réchauffement est
identique au précédent.

11.2.3. Échangeur multitubulaire

Des tubes sont placés en grand nombres horizontalement (acier, cuivre, inox, etc…) soudés à deux viroles
terminales, ces viroles séparant le fluide et l’eau. L’eau circule à l’intérieur des tubes tandis que le fluide se
condense autours dans un réservoir appelé la calandre. Ce condenseur présente l’avantage d’être démontable ce
qui facilite la maintenance.

11.2.4. Échangeur à plaque

Ce condenseur est composé d’un assemblage de plaques embouties entre deux plateaux au moyen de tirants dont
les alvéoles constituent le circuit emprunté par les deux fluides. L’étanchéité entre les plaques est assurée par des
joints en polymères assurant la séparation des fluides. C’est un échangeur à contre-courant.

Ce type de condenseur permet une grande surface d’échange dans un volume limité grâce à un coefficient
d’échange thermique élevé. Il est par contre très sensible à l’encrassement.

Cours STS
Production
Page 26 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques
Constitution Circulation des fluides

Plaques soudées à gauche ; échangeur assemblé au centre Étanchéité réalisée avec des joints

12. Le détendeur
Le détendeur est un dispositif qui permet de créer une perte de charge entre la HP et la BP, tout en maintenant
une surchauffe (ou une pression constante parfois) avant le compresseur en limitant, réglant ou en régulant le
débit du fluide frigorigène.
Il existe différents types de détendeurs :
 Les détendeurs régulateurs
o De températures (ou thermostatiques)
o Pressostatique (l’appareil maintient une pression constante dans l’évaporateur en introduisant plus
ou moins de fluide frigorigène)
o De niveau (l’admission du fluide frigorigène n’est commandée que par le niveau du fluide dans
l’évaporateur, la surchauffe étant effectuée au-delà), nous ne nous intéresserons pas à ce matériel
qui est pour usage industriel principalement.

 Les détendeurs à caractéristiques fixes


Fonctionnement du détendeur thermostatique à pression d’égalisation interne :
Ressort
Bulbe Capillaire
Tige de liaison et membrane

Égalisation interne

Sortie BP

Pointeau

Vis de réglage Filtre

Détendeur Danfoss
Entrée HP

Le bulbe contient un fluide saturant similaire à celui de l’installation. Il est fixé à la sortie de l’évaporateur. Toute
variation de température du bulbe entraîne une variation de pression au-dessus de la membrane qui déplacera plus
ou moins le pointeau est donc modifiera le débit du FF. La consigne est réglée grâce à la vis de réglage.

Cours STS
Production
Page 27 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

13. L’évaporateur
La fonction de l’évaporateur est d’absorber la chaleur du fluide à refroidir ou d’un produit par échange de chaleur
à travers une enveloppe. C’est un échangeur de chaleur. Il « produit du froid » par évaporation du fluide
frigorigène.

On distingue plusieurs types d’évaporateur, aériens ou liquide, l’échange peut se faire par convection naturelle, ou
par convection forcée.

Pour les échangeurs à air la surface d’échange est augmentée par l’adjonction d’ailettes serties ou soudées.

Un bac à condensats permet de récupérer l’eau produite par condensation ou lors du dégivrage (pour un
évaporateur à air, si la température de surface est inférieure à la température humide de l’air).

Une résistance de chauffe est nécessaire parfois afin de dégivrer l’échangeur (dans le cas contraire une inversion
de cycle, permet de faire fondre la glace de l’évaporateur en le rendant « condenseur »).

L’échange produit dans l’évaporateur comprend une surface prévue pour l’évaporation du fluide frigorigène et
une surface pour la surchauffe du fluide avant la détente.

Les technologies sont similaires aux condenseurs. Suivant les applications, dans le tertiaire, il est possible de
rencontrer en plus :

Cassette Poutre froide

Batterie froide à détente directe

Cours STS
Production
Page 28 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

14. La régulation

Les équipements composant un cycle fermé sont liés les uns aux autres, c'est-à-dire que dès qu'un des éléments du
circuit modifie son régime de fonctionnement, les autres doivent y répondre presque instantanément.

Les principales modifications de régime se retrouvent au niveau des équipements suivants :

 L'évaporateur est soumis en permanence à la variation de puissance à évacuer par le circuit (eau glacée,
glycolée, batterie froide,…)
 Le condenseur, quant à lui, doit souvent évacuer la chaleur prise par l'évaporateur au médium et la chaleur
de compression du compresseur vers l'extérieur. Très souvent l’extérieur est le milieu atmosphérique donc
soumis aux variations climatiques de températures et d’humidité. Cette chaleur est souvent appelée la
chaleur de réjection.

Sans régulation des différents équipements, le cycle frigorifique serait instable de par les variations quasi
permanentes des conditions de fonctionnement au niveau des échangeurs.

Le schéma ci-dessous illustre, de manière générale, les grands principes de la régulation des différents composants
du circuit frigorifique en fonction de la réaction de l'évaporateur et du condenseur suivant respectivement les
variations des médiums internes ou externes.

EVAPORATEUR :
Variation de :
- puissance (BF, eau glacée, glycolée, …)
- température (chambres froides)

COMPRESSEUR :
Variation de :
- puissance (débit de fluide frigorigène)

CONDENSEUR :
Variation de :
- puissance (rejet de chaleur = Pévap + P compression)
- température (atmosphère)

La régulation se fera sur les 3 éléments en fonction des caractéristiques de fonctionnement souhaitées (pression
ou/et température constante ou limite) et de leur utilisation (eau, chambre froide, air de climatisation,…). Seul une
régulation sera présentée pour le principe dans ce cours.

Cours STS
Production
Page 29 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

14.1. Régulation Tout ou Rien par tirage au vide de l’évaporateur (pump down)

Le principe consiste à arrêter le fonctionnement du compresseur par la régulation de pressostat BP, suivant la
cascade d'événements suivants :

 supposons que le niveau de froid soit atteint (température du médium) : le thermostat coupe
l'alimentation de l'électrovanne sur la ligne liquide -1-,
 le fluide frigorifique ne peut plus alimenter l'évaporateur,
 le peu de fluide qui s'y trouve encore s'évapore,
 comme le compresseur continue d'aspirer les vapeurs, la pression chute,
 le pressostat BP -2- détecte l'insuffisance de pression et arrête le compresseur.
 la commande du compresseur ne se fait ici qu’en fonction de la BP

La remise en marche suit la même logique :

 la sonde d'ambiance informe le thermostat d'une remontée en température,


 le thermostat alimente l'électrovanne qui s'ouvre,
 le fluide frigorigène envahit l'évaporateur,
 la pression remonte,
 le compresseur se remet en marche sous l'impulsion du pressostat BP et le cycle continue.

Cours STS
Production
Page 30 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

Schémas électriques associés

Cours STS
Production
Page 31 / 32 Maintenance
Connaissance des installations thermiques

Cours STS
Production
Page 32 / 32 Maintenance