Vous êtes sur la page 1sur 71

Dédicaces

Je rends grâce à Dieu de m’avoir donné tant de courage, de volanté et de patience pour
l’élaboration de ce modeste projet de fin d’étude que je dédie :

A mon cher père

Qui a su être à mes côtés dans les moments difficiles,

Pour son encouragement et sa générosité sans limites,

Pour ces sacrifices durant toute sa vie afin de me voir devenir ce que je suis.

A ma chère mère

Pour ses sacrifices demeurés et son amour infini,

Que dieu la garde pour moi afin que ses prières me protègent et que ses regards suivent ma
destinée.

Aucun mot ne serait assez loquace pour témoigner les sentiments de reconnaissance que
j’éprouve à leurs égards. J’espère pouvoir réaliser aujourd’hui l’un de leurs rêves et les
honorés.

A ma sœur Chourouk et mon frère Farouk

Qui ont été toujours prêts à me renforcer et me donner l’espoir.

J’espère que ma réussite leur donne le bon courage dans leurs études.

A toute ma famille et mes amis

A tous ceux qui m’ont supporté, encouragé et soutenu.

A tous ceux qui me sont chers.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 1/71 2013-2014


Remerciements
Avant le développement du contenu de ce rapport, je tiens à exprimer toute ma gratitude
à mes encadrants à ESPRIT Monsieur Oueslati AYOUB et Madame Ben Salem ZEINEB pour
leurs dévouements et leurs aides précieuses dont ils ont toujours fait preuve tout le long de ce
projet.

Je tiens également à remercier Monsieur Fredj MAATOUK Ingénieur conseil et mon


encadrant au bureau d’étude BFM pour son assistance régulière et son aide par son expérience
et compétences.

Je tiens aussi à saluer Monsieur Adel MAATOUK Ingénieur au bureau d’études BFM
pour ses conseils judicieux.

Mes profondes reconnaissances à tous mes enseignants de l’ESPRIT qui m’ont

accompagné tout au long de ma formation et à toutes les personnes qui ont contribué
directement ou indirectement aux déroulements de ce projet de fin d’études.

Finalement, je remercie mes honorables membres du jury d’avoir accepté de juger mon
travail.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 2/71 2013-2014


Sommaire
INTRODUCTION ......................................................................................... 9
Présentation Et description architecturale du projet .................................... 10
Avant-propos :-------------------------------------------------------------------------------------- 11

I- Présentation du projet -------------------------------------------------------------------------- 11

I.1- Situation du projet ............................................................................................ 11


I.2- Description du bâtiment.................................................................................... 12
Partie 1: Béton armé .................................................................................... 15
II .Conception architectural du projet ----------------------------------------------------------- 16

II.1- Joints de structure ............................................................................................ 17


II.2- Planchers ......................................................................................................... 19
Caractéristiques des matériaux, Hypothèses de calcul, Evaluation des
charges ................................................................................................................. 24
Avant-propos :-------------------------------------------------------------------------------------- 25

III.1. Normes et règlements de calcul ----------------------------------------------------------- 25

III.1.1. Planchers ..................................................................................................... 25


III.1.2. Fondation superficielle ................................................................................ 25

III.2. Caractéristiques des matériaux ------------------------------------------------------------ 25

III.2.1. Caractéristiques du béton ............................................................................ 25


III.2.2. Caractéristiques de l’acier ........................................................................... 26

III.3. Hypothèses de calcul ----------------------------------------------------------------------- 27

IV. Evaluation des charges ----------------------------------------------------------------------- 28

IV.1 Chargement des dalles .................................................................................... 28


IV.2 Chargement des poutres .................................................................................. 31

V. Calcul manuel d’escalier ---------------------------------------------------------------------- 32

V. 1. Données .......................................................................................................... 32
V. 2. Charges ........................................................................................................... 32
V. 3. Moment ELU .................................................................................................. 32
________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 3/71 2013-2014


V. 3. Moment ELS .................................................................................................. 34
V. 3. Acier sur appuis ............................................................................................ 34
Partie2 : charpente métallique ..................................................................... 35
VI.1. Introduction a la charpente métallique --------------------------------------------------- 36

VI.2. Conception de bâtiment -------------------------------------------------------------------- 37

VI.3. Justification des types de profilés des éléments de la charpente métallique ------- 42

VI.4. Descriptif ------------------------------------------------------------------------------------- 42

VI.5. Hypothèses de calcul ----------------------------------------------------------------------- 43

VI.6. Charges et surcharges ---------------------------------------------------------------------- 44

VI.6.1. Vent ............................................................................................................. 45


VI.6.2. Charges permanentes .................................................................................. 46
VI.6.3. Charges exploitations .................................................................................. 46
VI.6.4. Pente versants .............................................................................................. 46
VI.6.5. Règlement ................................................................................................... 46
Calcul du vent et dimensionnement de l’ossature ....................................... 47
VII. Calcul du vent -------------------------------------------------------------------------------- 48

VII.1. Les impératifs technique liés à une charpente métallique ............................ 48


VII.2. Notations et définitions ................................................................................. 48
VII.3. Pression du vent appliquée à la structure ...................................................... 49
Calcul manuel de quelque élémentents de structure en charpente métallique
............................................................................................................................. 53
VIII. Calcul manuel des pannes------------------------------------------------------------------ 54

VIII.1. Les charges .................................................................................................. 54


VIII.2. Calcul des composants des efforts............................................................... 54
VIII.3.Combinaisons des charges : (ELU) .............................................................. 55
VIII.4.Vérification de la flèche : ............................................................................. 56
VIII.5. Vérification des contraintes : ....................................................................... 57

IX. Calcul des liernes------------------------------------------------------------------------------ 58

X. Effort du Vent ---------------------------------------------------------------------------------- 59

X.1. Pression dynamique de calcul ......................................................................... 59

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 4/71 2013-2014


X.2. Action intérieures ............................................................................................ 60
X.3. Action extérieurs ............................................................................................. 61

XI. Calcul de poteau pignon---------------------------------------------------------------------- 65

XI.1. Poteau pignon 1 .............................................................................................. 65


XI.1.1. Vérification de la flèche .............................................................................. 66
XI.1.2. Vérification de la résistance ........................................................................ 66
XI.2. Poteau Pignon 2 ............................................................................................. 66
XI.2.1 Vérification de la flèche ............................................................................... 67
XI.2.2 Vérification de la résistance ......................................................................... 67

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 5/71 2013-2014


Liste des figures

Figure 1 : Situation géographique du projet .................................................................... 11

Figure 2 : Plan d’implantation du futur projet................................................................. 12

Figure 3 : Vue en 3D du bâtiment ................................................................................... 12

Figure 4 : Coupe E-E sur le bâtiment .............................................................................. 14

Figure 5 : Emplacements du joint de dilatation (Bloc1) ................................................. 18

Figure 6 : Emplacements du joint de dilatation (Bloc2) ................................................. 18

Figure 7 : Détachement de la plaque inferieure de la dalle en corps creux (Sbitla) ........ 19

Figure 8 : Acier mal enrobé............................................................................................. 20

Figure 9 : Dalle pleine ..................................................................................................... 21

Figure 10 : Les formes carrées et les réservations des dalles pleines du bloc1 ............... 22

Figure 11 : Les formes irrégulières des dalles pleines du bloc2 ..................................... 22

Figure 12 : dimensionnement des planchers en dalle pleine ........................................... 23

Figure 13 : Coupe sur plancher intermédiaire ................................................................. 28

Figure 14 : Tableau des aciers ......................................................................................... 33

Figure 15 : Coupe sur l'escalier ....................................................................................... 34

Figure 16 : Type de bâtiment en charpente métallique ................................................... 37

Figure 17 : Couverture NERVESCO (1000T 0.75) ........................................................ 38

Figure 18 : Les pannes et les liernes ............................................................................... 39

Figure 19 : Assemblage pannes et liernes ....................................................................... 39

Figure 20 : Portiques avec traverse à âme pleine renforcée avec jarret .......................... 40

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 6/71 2013-2014


Figure 21 : Poteaux de pignon ......................................................................................... 41

Figure 22 : Contreventements vertical (croix de saint André) ....................................... 41

Figure 23 : Structure modéliser sur Robot ...................................................................... 43

Figure 24 : Exemple d’un portique en charpente métallique du bloc3. .......................... 45

Figure 25 :L’effet du vent sur la structure ....................................................................... 49

Figure 26 : Régions du vent ............................................................................................ 50

Figure 27 : Les composants des efforts ........................................................................... 54

Figure 28 : Moment appliqué à la panne. ........................................................................ 57

Figure 29 : Coefficient de réduction des pressions dynamiques ..................................... 59

Figure30:Constructions prismatiques a base quadrangulaire reposant sur le sol  ...... 60

Figure 31: Coefficient Ce (toitures a un ou plusieurs versants plans)............................. 61

Figure 32 : La répartition des efforts du vent sur les poteaux pignions 1 et 2. .............. 65

Figure 33 : Le diagramme des efforts du vent normal a la grande face. ......................... 63

Figure 34 : Le diagramme des efforts du vent normal a la petite face. ........................... 64

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 7/71 2013-2014


Liste des Tableaux

Tableau 1: Charges permanentes des éléments des plancher intermédiaires (Bloc2:


Restaurants) .............................................................................................................................. 28

Tableau 2 : Charges permanentes des éléments du plancher terrasse (Bloc1 et Bloc2) . 29

Tableau 3 : Charges d’exploitions .................................................................................. 30

Tableau 4 : Tableau récapitulatif des charges permanente dues aux murs dans le
bloc2(Restaurants). ................................................................................................................... 31

Tableau 5 : Tableau récapitulatif des charges permanente dues éléments de façades et


aux acrotères. ............................................................................................................................ 31

Tableau 6 : Zonage et valeurs des pressions dynamiques de base en Tunisie ................ 50

Tableau 7 : Tableau des Ce calculé. ................................................................................ 62

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 8/71 2013-2014


INTRODUCTION

La formation d’ingénieur à ESPRIT passe par un stage de fin d’études d’au moins quatre
mois au cours duquel l’élève ingénieur met en pratique et consolide les connaissances qu’il a
apprises au cours des 5 semestres précédents et ceux à travers l’étude d’un projet réel.

Pour mon stage de fin d’étude j’ai choisi l’étude de structure d’un projet de construction
d’un centre d’animation dans la zone de Tunis.

Ce projet de par sa singularité présente des spécificités qui m’ont tout de suite séduit.
L’étude d’un bloc en charpente métallique mais aussi deux blocs en béton armé sont autant
d’éléments qui reflètent la richesse et la diversité des structures à concevoir.

Mon choix de travailler sur une structure en béton armé et une structure en charpente
métallique s’inscrit dans une volonté de maîtrise et de spécialisation des structures en béton
armé et charpente métallique. Après deux projets de fin d’année en béton armé, j’ai souhaité
parfaire ma formation en m’attaquant à cette spécialité redouté pour sa complexité de
conception et de dimensionnement.

Concevoir la structure d’un bâtiment ne peut se faire sans une compréhension précise et
détaillée de l’architecture, j’ai donc analysé l’architecture et dégagé les contraintes qui en
découlent.

Ce projet présente des défis de taille pour l’élève ingénieur que je suis. Ceux-là m’ont
poussé à effectuer un travail de recherche important afin de comprendre et cerner les
phénomènes, les normes mais aussi les dispositions constructives propre.

Enfin j’ai souhaité profiter de ce projet de fin d’étude pour apprendre à modéliser une
structure métallique et une structure en béton armé sur le logiciel d’analyse de structure Robot
Autodesk Structural et Arche Effel.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 9/71 2013-2014


Présentation et description
architecturale du projet

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 10/71 2013-2014


Avant-propos :

Dans ce chapitre, on va présenter le bâtiment et décrire ses principales caractéristiques.

I- Présentation du projet

I.1- Situation du projet

Le projet est à construire en face du complexe commercial Tunis City à Sabalet ben
Ammar ( 2032-Ariana-Tunis-Tunisie)

Ci-dessous on retrouve les figures 1 et 2 qui représentent l’emplacement du terrain


d’implantation du futur projet :

Figure 1 : Situation géographique du projet

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 11/71 2013-2014


Figure 2 : Plan d’implantation du futur projet

I.2- Description du bâtiment

Le projet est un centre de loisir dont les études sont assurées par un groupe d'architectes
français Groupe 6 avec la collaboration de l'architecte Slim Ben Nessib, et le bureau d'étude
structure Maatouk Fredj

Le bâtiment s’étend sur un terrain de superficie totale égale à 16000 m2, il est d’une
largeur de 49m, une longueur de 328m et une hauteur de 14m par rapport au niveau du sol, et
le nombre total de mètres carrés couverts est de 20000 m².

Figure 3 : Vue en 3D du bâtiment

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 12/71 2013-2014


Le projet est à construire en face du complexe commercial Tunis City, et il est
composé:

d'un espace de loisir couvert de 1800 m2 pour enfants de 3 à 6 ans de 30m x 60m avec
l'obligation de ne pas avoir de poteaux à l'intérieur de la salle , avec faible différence
de hauteur entre le faitage et la sablière du bâtiment, ce qui acconduit
automatiquement à concevoir un bâtiment en charpente métallique avec couverture en
bac acier, isolation thermique et étanchéité monocouche, pour pouvoir avoir une pente
du rampant au-dessous de 5%.

d'un bloc de onze restaurants, six au RDC d'une surface de 1000 m2, et cinq en étage
de 840 m2, les formes de ces bâtiments sont irrégulières, courbes en façade, avec la
possibilité de prévoir des appuis à l'intérieur des salles ce qui a conduit vers la solution
poteaux, poutres et dalles pleines en béton armé.

d'un bloc composé de huit salles de cinéma 1553 spectateurs répartis comme suit, trois
salles à 122 fauteuils chacune, deux salles de 271 fauteuils chacune et deux salles de
126 fauteuils chacune, une grande salle de 393 fauteuils. Ces salles doivent répondre à
des contraintes acoustiques sévères, le système constructif adopté est le poteaux
poutres à grandes portées, le système portique a été évité pour ne pas avoir de grands
poteaux dans les salles gênants du point de vu acoustique et encombrement, la
stabilité horizontale est assurée par des voiles qui contreventent la structure dans les
deux directions. en dessous de ces salles et dans leur emprise un espace culture et
sport de 1445 m2.

d'un bloc composé de trois espaces de loisir couvert d'une surface totale de 4475 m2,
les architectes demandent pour ces espaces une maille régulière de 8x8m avec
skydome au centre de chaque trame ce qui conduit à une structure en béton armé
poteaux poutres et dalle pleine portant dans deux sens.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 13/71 2013-2014


Figure 4 : Coupe sur le bâtiment

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 14/71 2013-2014


Partie 1: Béton armé

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 15/71 2013-2014


II .Conception architecturale du projet

Une étude globale du bâtiment sera effectuée, qui a pour objectif la spécification des
paramètres importants concernant l'étude de la structure et le choix du système porteur.

La conception de la structure est une phase importante lors de l’élaboration d’un projet.
Son but principal est d’assurer un compromis permettant à la fois de satisfaire les exigences
structurales et architecturales, définir une structure en adéquation avec les contraintes du site
et sur tout minimiser le coût globale du projet. En effet, elle met en épreuve le savoir-faire de
l’ingénieur dans la mesure où elle varie d’un édifice à l’autre et ne présente pas des règles
absolues à suivre. L’expérience de l’ingénieur et sa réflexion y sont déterminantes.

La conception structurale permet de choisir le type d’ossature, le type de plancher, fixer


l’emplacement des éléments porteurs, elle permet de détermine la nature et la disposition des
éléments porteurs verticaux et horizontaux ainsi que des fondations. Cependant certaines
règles de résistance et de rigidité doivent être respectées telles que :

Eviter au maximum les retombées visibles des poutres et avoir recours à de grandes
portées dans le cas où les retombées ne peuvent pas nuire à l’aspect esthétique sachant
que le bâtiment contient un espace de loisirs et des restaurants.

Choisir l’emplacement des poteaux sachant que celui-ci ne doit en aucun cas gêner
l’usage fonctionnel de l’ouvrage.

Prendre en considération les données du rapport géotechnique.

Pour le présent projet la structure porteuse choisie est une ossature classique de
poteaux, poutres et des dalles en béton armé.

Le système porteur « poteau-poutre » est caractérisé par sa stabilité, son aspect


économique et sa facilité d’exécution, en effet, on a adopté des solutions pratiques vu que la
première contrainte étant rencontrée pour l’implantation des poteaux est la fonctionnalité des
locaux et sur le plan esthétique la forme des poteaux circulaires dans plusieurs cas, aussi
l’implantation et le choix des sections des poteaux sont faits de telle sorte que ces derniers
soient incorporés dans les murs, tout en respectant les exigences structurales et en évitant le
plus possible le recours à des poteaux naissants.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 16/71 2013-2014


II.1- Joints de structure

Avant d’élaborer la conception relative à la structure il est impérieux de définir


l’emplacement des différents joints afin d’éviter la déstabilisation entre les éléments de la
construction en béton armé dû aux variations de température, retrait dû au durcissement du
béton, fluage et le gonflement initial du béton... De ce fait on commence tout d’abord par
chercher à mettre les joints de dilatation ou de rupture selon la nécessité en appliquant les
règles du BAEL qui disent que les distances maximales entre les joints sont définies en
fonction des régions et du climat. Le respect de ces distances ne nécessite pas une justification
de la structure vis-à-vis du gradient thermique, en effet, dans les calculs relatifs aux
« constructions courantes » et aux « constructions industrielles », on peut ne pas tenir en
compte les effets du retrait et des variations de température pour les éléments de constructions
compris entre joints distants au maximum de :

25 m dans les régions sèches et à forte opposition de température


50 m dans les régions humides et tempérées.

Quand ces distances limites sont dépassées, on tient compte dans les calculs des effets
du retrait et des variations de température extérieure à moins que des dispositions spéciales ne
soient prises pour pallier ces effets [BAEL].

Dans le cas du présent projet les joints de dilatation conçue sont :

Bloc1 : ESPACE LOISIRS COUVERT ENFANTS DE 6 A 14 ANS :


3 joints dans le sens vertical et un joint dans le sens horizontal.

Bloc2 : RESTAURANTS :
Un joint dans le sens vertical et un autre joint dans le sens horizontal.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 17/71 2013-2014


Figure 5 : Emplacements du joint de dilatation (Bloc1)

Figure 6 : Emplacements du joint de dilatation (Bloc2)

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 18/71 2013-2014


II.2- Planchers

En générale en Tunisie on construit en se souciant de la solidité essentiellement sans


porter une grande importance à l’économie.

Cependant, vu que le choix du type de plancher est déterminant dans le calcul


économique de l’ossature d’une structure « élément porteur » et sachant que ce sont les
éléments les plus chers de la structure, le choix des matériaux, le choix du type de dalle va
influencer tout le système.

Par conséquent, afin d’envisager la solution la plus économique pour la réalisation de


cette partie du projet quatre variantes ont été proposées par le bureau d’étude pour en tirer
celle donnant le moindre coût pour ce projet après avoir écarté la variante classique des
planchers en corps creux, vu les problèmes rencontrés en adoptant ce type de dalle.

En effet la solution des planchers nervurés classiques en céramique est une solution
traditionnelle souvent utilisée en Tunisie, mais vu l’expérience et les accidents rencontrés en
utilisant ce type de plancher qui sont dus non pas à la dalle mais à la qualité du produit rouge,
on va écarter cette solution. Ce coffrage perdu à causé malheureusement plusieurs accidents
vu que la dalle reste intacte mais l’enduit sous plafond qui est projeter sur le coffrage perdu
alourdit la plaque inferieur de ce coffrage et par suite celle-ci se détache de la dalle en
provoquant des dégâts (Figure 7), à titre d’exemple nous citons le complexe commercial et
touristique de Sbeïtla, la piscine couverte de l’hôtel Marco polo Hammamet, la résidence
Cléopâtre les Berges du Lac…

Figure 7 : Détachement de la plaque inferieure de la dalle en corps creux (Sbitla)

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 19/71 2013-2014


Il s’est avéré que, suite à la réalisation des sondages sur l’armature principale des
nervures que celle-ci était mal enrobée (figure 10), et cela est due à :

 La largeur des nervures de l’ordre de sept centimètres et compte tenu de l’enrobage


nécessaire, de la dimension de la barre et de l’étrier, on trouve toujours que ces
armatures sont mal enrobées.

 Le mauvais calage de l’armature principale qui touche parfois le coffrage et par suite
le béton n’enveloppe pas cette armature.

Par conséquent les armatures mal enrobées seront amenées à être attaquées par la rouille
ce qui engendre, dans le temps, l’affaiblissement de la dalle et même la ruine de l’ouvrage.

Figure 8 : Acier mal enrobé

Bien que nos bureaux d’étude continuent d’utiliser cette solution comme solution de
base, celle-ci n’est plus compétitive sur le plan économique vu que le coffrage perdu en terre
cuite est devenu très cher, par exemple en comparaison avec le plancher en poutrelles
précontrainte avec entrevous en béton actuellement l’hourdis 16 cm coûte 900 millimes la
pièce et l’entrevous 16 cm coûte 577 millimes la pièce et sachant que 1m2 renferme 15,15

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 20/71 2013-2014


pièces d’hourdis et 8,33 pièces d’entrevous, le coffrage perdu en hourdis ramené au m2 coûte
2,8 fois plus cher que le coffrage perdu en entrevous. D’autre part, le coffrage perdu en terre
cuite consomme beaucoup d’énergie pour la fabrication et nécessite le façonnage de l’acier
donc beaucoup plus de main d’œuvre qui est devenue plus cher de nos jours…

 Dalle pleine :

C’est la solution classique adoptée dans notre projet :

Cette dalle est constituée d’une plaque de béton avec armatures incorporées, coulée en place
sur des coffrages horizontaux. Son épaisseur varie de 1/20 à 1/40 de la petite portée
(figure11). Elle varie entre 12 cm et 25 cm dans les bâtiments courants, et elle est souvent
plus importante dans les bâtiments industriels. Cette dalle en béton armé peut reposer sur deux
ou plusieurs appuis.

Elle peut travailler dans les deux sens, en effet, elle porte sur un réseau de poutres
secondaires et de poutres principales perpendiculaires au précédentes et leurs transmettent les
différentes charges et surcharges. Cependant pour porter sur quatre appuis il faut opter pour
une forme se rapprochant du carré où le rapport des portées dans les deux sens soit compris
entre 0,4 et 1 pour avoir une dalle économique.

Ce type de plancher est très courant car, il permet une grande souplesse dans les portées
et les formes, en particulier la facilité des divers percements.

Figure 9 : Dalle pleine

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 21/71 2013-2014


Par conséquent la meilleure solution c’était d’opter pour la solution dalle pleine car dans
cette partie du projet il y a :

 Une présence systématique des réservations dans chaque dalle du bloc1.

 La conception est faite pour avoir des formes de dalles qui se rapprochent de la
forme carré.

Figure 10 : Les formes carrées et les réservations des dalles pleines du bloc1

 Une irrégularité des formes de dalles du bloc2.

Figure 11 : Les formes irrégulières des dalles pleines du bloc2

 Donc c’est la solution la plus économique et la plus pratique.


________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 22/71 2013-2014


Pré-dimensionnement de la dalle pleine :

α<0.4 α>=0.4

Lx Lx
Panneau isolé h0  h0 
20 30

Lx Lx
Panneau continu h0  h0 
25 40

Figure 12 : dimensionnement des planchers en dalle pleine

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 23/71 2013-2014


Caractéristiques des
matériaux
Hypothèses de calcul
Evaluation des charges

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 24/71 2013-2014


Avant-propos :

L’objectif de ce chapitre est de présenter les documents, les règlements de calcul, les
caractéristiques et les contraintes limites des matériaux des éléments du projet.

III.1. Normes et règlements de calcul

III.1.1. Planchers

BAEL « 91 modifié 99» : Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages


et constructions en béton armé suivant la méthode des états limites

Norme « NFP06-001 » : Base de calcul de construction – Charges d’exploitation des


bâtiments…

Norme: « NFP06-004 » : Base de calcul de construction – Charges permanentes et


surcharges à admettre dans les constructions…

III.1.2. Fondation superficielle


Règles techniques de conception de calcul des fondations des ouvrages de génie
civil (fascicule 62, titre1, section1)…

Données géotechniques :

Selon la compagne géotechnique réalisée par la société HYDROSOL


FONDATIONS, on adopte comme système de fondation superficielle sur des
semelles isolées.

La contrainte admissible du sol est de l’ordre de 3 bras.


Le niveau d’assise des fondations est à 2 m de profondeur.

III.2. Caractéristiques des matériaux

Divers types de matériaux sont utilisés dans ce bâtiment en partant du béton


ordinaire et des aciers HA.

III.2.1. Caractéristiques du béton

Pour tout élément du plancher en béton armé tels que les poutres, les dalles
pleines…on utilisera du béton B25, ses caractéristiques sont les suivantes :

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 25/71 2013-2014


- Le poids volumique du béton armé :

  25KN / m3

- Le dosage en ciment est de 350 kg/m3

- la résistance caractéristique à la compression à 28 jours :

f c 28  25MPa

- La résistance caractéristique à la traction à 28 jours :

f t 28  0.06  f c 28  0.6  2.1MPa

- La résistance de calcul de béton :

f c 28   1
f bu  0.85   14.2MPa avec 
  b  b  1.5

- La contrainte ultime du béton en compression :

 bc  0.6  f c 28  15MPa

- Le module de déformation longitudinale instantanée du béton :

Eij  11000  3 f cj

- Le module de déformation différé du béton :


1

Evj  3700  f 3
cj avec f cj  1.1 f c 28

Pour l’infrastructure on utilise aussi du béton B25.

III.2.2. Caractéristiques de l’acier

Acier passif :

Les armatures longitudinales sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE500.

Les armatures transversales utilisées sont des aciers ronds lisses de nuances FeE235.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 26/71 2013-2014


Le coefficient partiel de sécurité pour les aciers :

  1,15 .
s

La résistance de calcul :

- A l’Etat Limite Ultime (ELU) :

fe
f ed   434,8 MPa

s
- A l’Etat Limite de Service (ELS) :

Dans le cas de fissuration très préjudiciable pour les fondations on a :

2 
  min  f ; 90  f 
adm 3 e t 28 

Module d’élasticité longitudinale de l’acier :

Es  200000 MPa

III.3. Hypothèses de calcul

La fissuration est considérée comme peu préjudiciable pour la superstructure et pour


les fondations, donc le calcul sera fait à l’ELU pour celle-ci.

Les combinaisons d’action à envisager sont les suivantes :

ELU : Pu=1.35 G + 1.5 Q

ELS : Ps =G + Q

Enrobages :

- Pour la fissuration peu préjudiciable : Bas = 2,5 cm


Haut = 2,5 cm
Latéral = 2,5 cm

Stabilité au feu :

- Une heure pour les deux blocs 1 et 2.


________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 27/71 2013-2014


IV. Evaluation des charges

IV.1 Chargement des dalles

Charges permanentes :

Les charges permanentes qui figurent ce tableau représentent le poids propre des
différents éléments de la structure tels que planchers, plafonds, cloisons, revêtements du sol…

Figure 13 : Coupe sur plancher intermédiaire

Tableau 1: Charges permanentes des éléments des plancher intermédiaires (Bloc2:


Restaurants)

Matériau Epaisseur (m) Poids Volumique (kg/m3) Poids (kg/m²)

Carrelage 0,02 2200 44

Mortier de Pose 0,03 1800 54

Sable 0.03 1800 54

Faux plafond 0.02 20 (par cm) 40

Gaines de climatisation 40

Cloison de 10 cm 100

Total en kg/m² 330

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 28/71 2013-2014


Remarque : D’après la norme NF P 06-001 la charge permanente due aux cloisons de 10 cm
d’épaisseur est ramenée à une charge répartie appliquée sur le plancher de 100 kg/ m2.

 Charges des cloisons de 10 cm reparties par m2 = 100 kg/m²


 Charge appliqué = (0.02 x 2200) + (0.03 x 1800) + (0.03 x 1800) + (2 x 20) + 40 =
230 kg/m²

Charge permanente appliqué au plancher intermédiaire = 330 kg/ m²

Tableau 2 : Charges permanentes des éléments du plancher terrasse (Bloc1 et


Bloc2)

Poids Volumique
Matériau Epaisseur (m) Poids (kg/m²)
(kg/m3)

Protection lourde dalettes béton 0.04 2400 96

Sable 0.03 1800 54

Etanchéité (SP4) 0.004 18 kg/m2 par 1 cm 7.2

Isolent 0.04 400 16

Pare vapeur p2 0.002 18 kg/m2 par 1 cm 3.6

ENDUIT en ciment sous étanchéité 0.015 18 kg/m2 par 1 cm 27

Forme de Pente (béton CELULAIRE) 0.25 pente (1%) 400 100

Enduit sous Plafond** 0.02 18 kg/m2 par 1 cm 36*

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 29/71 2013-2014


Gaines de climatisation** 40*

Total en kg/m² 310

Remarque : on rajouté une charge de 50 kg/m² pour pouvoir accroché des panneaux
suspendus.

 Charges de 50 kg/m² pour les panneaux suspendus dans le bloc1 (Espace loisirs).
 Charges de 40 kg/m² pour les gaines de climatisation dans le bloc2 (Restaurants).
 Charges de 36kg /m² de l’enduit sous plafond existe juste dans le bloc2 (Restaurants).
 Charge appliqué = (0.04 x 2400) + (0.03 x 1800) + (0.4 x 18) + (0.04 x 400) + (0.2 x
18) + (1.5 x 18) + (0.25 x 400) = 310 kg/m²

Charge permanente appliqué au plancher terrasse de bloc1 = 360 kg/ m²

Charge permanente appliqué au plancher terrasse de bloc2 = 390 kg/ m²

Charges d’exploitation :

Les charges d’exploitation sont en fonction de l'usage des locaux (tableau 3). D’ après la
norme NFP06-001 [5] on a :

Tableau 3 : Charges d’exploitions

Locaux Q (kg/m²)

Restaurants 400

Hall 400

Balcon 400

Escaliers 400

Terrasse non accessible sauf pour entretient 150

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 30/71 2013-2014


IV.2 Chargement des poutres

Ci-dessous on a le tableau récapitulatif des charges dues aux murs par ml pour une
hauteur sous plafond de l’ordre de 4m et 6.60m (tableau 4) et des éléments de façades et de
l’acrotère.

Tableau 4 : Tableau récapitulatif des charges permanente dues aux murs dans le
bloc2(Restaurants).

Cloison Poids (kg/m²)

Cloison 35 350

Brise soleil 100

Tableau 5 : Tableau récapitulatif des charges permanente dues éléments de façades


et aux acrotères.

Elément Poids (kg/ml)

Elément de façade 1000

Acrotère 500

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 31/71 2013-2014


V. Calcul manuel d’escalier

V. 1. Données

 .Charge d’exploitation : q = 4 KN/m²

 .Béton :
f c 28 = 25 MPA

 .Acier :
f e = 500 MPA

1 1
 .Epaisseur de la paillasse : h = 25 a 30  h = 25 cm avec l = 6.28m

 .Fissuration non préjudiciable.

 .Enrobage = 2.5 cm

 .d = 25 - 2.5  d = 22.5 Cm

 .α = 29°

V. 2. Charges

 Charge permanente :

g2 = 0.25 x 25  g2 = 6.25 KN/m²

 0.25 0.165 
g1      25
 cos 29 2   g1 = 9.21 KN/m²

 Charge d’exploitation :

q = 4KN/m²

V. 3. Moment ELU

 g  l ²  g1  g 2   a ²  ql ²
M u  1.35 1    1.5 
 8 2  8 Avec a=1.79m

 9.21  6.28² 9.21  6.25  1.79²  4  6.28²


M u  1.35    1.5 
  8 2  8

 M u  84.47 KN .m
________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 32/71 2013-2014


 b  26  25   b  15MPa

Mu 84.47
   0.11
b  d ² b 1  0.225²  15000

d 0.225
Z  (1  1  2µ )  (1  1  0.22 )
2 2

 Z  0.21

Acier:

5
Mu fe 5 5.10
AS  avecf ed   5.10
Z  f ed s 1.15

 As  9.24Cm²

Figure 14 : Tableau des aciers

Soit 6HA14  e = 16.67 cm

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 33/71 2013-2014


V. 3. Moment ELS

 g  l ²  g1  g 2   a ²  ql ²
Mu   1  
 8 2  8
 9.21  6.28² 9.21  6.25  1.79²  4  6.28²
 Mu    
 8 2  8
 M u  60.38KN .m

Ms 60.38.10 3
       1.19
bd ² 1  0.225²

V. 3. Aciers sur appuis

0.15 A0  AS = 1.39 cm²

Soit 6HA8 (Constructif)

Figure 15 : Coupe sur l'escalier

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 34/71 2013-2014


Partie2 : charpente
métallique

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 35/71 2013-2014


VI.1. Introduction à la charpente métallique

La charpente métallique est un assemblage de pièces, généralement en acier, servant à


soutenir la construction et la toiture. Elle peut être, ainsi, jugée comme étant l’ossature du
bâtiment dont vont dépendre la qualité et la résistance de l’ensemble de la construction.

Vu les multiples avantages qu’elle avance, la structure métallique est recommandée pour
tous types de bâtiments, qu’ils soient de stockage, agricoles, industriels ou encore garage, abri
de jardin, bureau ou logement, etc. En effet, il s’agit bien d’une ossature métallique
entièrement préparée en atelier (découpée, percée…) qui permet, grâce à la solidité et à la
souplesse de l’acier, de grandes portées et favorise donc une utilisation optimale de l’espace,
en autorisant entre autre une grande liberté architecturale.

Soulignons, de prime abord, que la charpente métallique n’est pas isolée c’est-à-dire que
le plus souvent, c’est l’ensemble de la construction qui se base sur une armature métallique.
Sa résistance, propriété principale de l’acier, et son pouvoir important de portée libre pouvant
aller jusqu’à quarante mètres, permettent d’alléger la structure du bâtiment, réduisant le
nombre de murs porteurs, et augmentant par conséquent l’espace disponible, ce qui rend
l’ossature acier idéale pour l’édification de grandes surfaces sans murs porteurs, comme
désiré pour les centres commerciaux, par exemple.

Un autre point qui mérite d’être relevé est le fait que quels que soient les types de
contraintes et de surface, la charpente métallique s’adapte parfaitement à l’extension et à la
surélévation.

Sa rapidité d’exécution et de l’absence de déchets sur le chantier en font un matériau


parfait pour tout agrandissement .Ainsi, il est possible de créer de nouvelles ouvertures,
d’ajouter des étages, d’insérer des fenêtres de toit, de poser des panneaux photovoltaïques sur
la toiture, etc. Ces extensions s’adaptent à tous les styles de bâtiment, qu’il soit ancien ou
contemporain. Par ailleurs, la charpente métallique trouve également sa légitimité dans la
surélévation de locaux professionnels ou d’habitation.

Pour les bâtiments classés à usage industriel, le choix de la construction en charpente


métallique se prenait pour la variante couramment adoptée pour être, comparée a la
construction traditionnelle ou encore à la charpente en bois, la plus avantageuse en termes de
temps (rapidité de mise en œuvre), de cout ou encore pour son impact non amplifié sur
l’environnement, et pour tout autre apport déjà cité.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 36/71 2013-2014


Pour cette partie, nous allons concevoir notre bâtiment en charpente métallique.

Nous modélisons la structure sur le logiciel « Autodesk Robot Structural Analysis


Professional 2010 ».

 Normes et règles de calcul : Les justifications et les calculs seront conformes aux :
- Règles NV65 Mod99 pour le calcul des vents.
- Calculs CM66.

Dans ce bloc (Bloc3) l’architecte et l’exploitant demande un espace libre sans appuis
intermédiaires de 31m x 60m, la solution la plus adaptée à ce genre de portée est la charpente
métallique.

VI.2. Conception du bâtiment


La conception de bâtiment doit respecter trois grandes lignes :

 La considération de la surface utile demandée par le client.

 L’implantation d’exploitation, à savoir les positions des machines, des ponts roulants...

 L’optimisation du point de vue économique : par exemple, plus les largeurs sont
importantes, plus entraxes des poteaux et les hauteurs sont importants et donc plus les
profilés à utiliser sont plus grands, ce qui mène à un cout de construction élevé.

Notre bâtiment sur lequel nous allons travailler est constitué d’un bâtiment en structure à
âmes pleines avec une pente de 5%.

Figure 16 : Type de bâtiment en charpente métallique

Une solution en treillis est normalement plus économique, cependant les exigences des
architectes concernant la hauteur libre du bâtiment (hauteur sous poutre) et la hauteur au
faitage nous ont obligés à adopter la solution du portique à âme pleine.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 37/71 2013-2014


 Choix de la couverture et de la clôture :

 La couverture :

Pour la couverture, nous considérons le type de couverture Tôle nervurée (NERVESCO


1000T 0.75), et ses plaques sont planes pour être placées sur les pannes et non voutées.

Figure 17 : Couverture NERVESCO (1000T 0.75)

Ce type de couverture présente une bonne résistance au vieillissement grâce à son insensibilité
a l’humidité, une incombustibilité, une grande stabilité dimensionnelle limitant les dilatations
et minimisant les flèches.

Rappelons toujours, que ces plaques à utiliser sont sans amiante et donc saines a
l’environnement.

La pente relativement faible nous impose la solution bac acier + isolation + mono couche car
une pente plus importante aurait permis l’utilisation du panneau sanduich.

 La clôture :

L’enveloppe verticale envisagée pour le remplissage des façades peut être un bardage en bac
d’acier ou une maçonnerie, la seconde alternative est à retirer pour différentes raisons. En
effet le choix de cet élément doit répondre à certains critères, parmi lesquels la fonction
protectrice contre les intempéries, la résistance et la rigidité contre la charge du vent, la
protection incendie, l’isolation thermique et acoustique. Ces critères sont assurés par la
maçonnerie contrairement au bardage d’acier qui nécessite des traitements supplémentaires
artificiels pour l’isolation thermique et acoustique et de la peinture pour augmenter la
résistance aux feux. Par conséquent, il est plus efficace et surtout plus économique de
travailler en maçonnerie.
________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 38/71 2013-2014


 Les pannes et les liernes :

Les pannes sont des poutres destinées à transmettre les charges et les surcharges s’appliquant
sur la couverture a la traverse. Elles sont disposées parallèlement aux lignes de faitage, dans le
plan des versants.

Compte tenu de la faible inertie transversale des pannes, et dès lors que la pente du versant(α)
atteint 10%, l’effet de la charge H est particulièrement préjudiciable et conduit à des sections
de pannes importantes, donc onéreuses.

Figure 18 : Les pannes et les liernes

Figure 19 : Assemblage pannes et liernes

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 39/71 2013-2014


 Les éléments de compression : les sablières

Il est utile de prévoir des poutres dites sablières reliant les deux têtes des poteaux d’une même
file aux deux bords des compartiments (et parallèle au long pan) entre elles.

Les sablières, en bas de pente, sert à transmettre les efforts de pression du vent, et à reprendre
une partie des charges de la couverture.

 Les portiques avec traverse à âme pleine :

Composés par des traverses, supportant les pannes et supportées par des poteaux, les portiques
constituent l’ossature principale des bâtiments.

Les portées n’étant pas très grandes (31m pour le bloc3) des portiques symétriques à âme
pleine peuvent être envisagées en profils à inertie constante.

Soient des IPE pour les poutres et des HEB pour les poteaux.

Les barres d’aciers sont généralement délivrées en barres de 12m de longueur. Ainsi, pour
optimiser les couts, nous prenons des entraxes de 6m entre les portiques. Nous prévoyons
aussi, des renforts dans les traverses : des jarrets d’extrémité et au niveau du faitage. En effet,
à ces emplacements, les moments sont largement supérieurs au reste des sections des traves
des, et l’utilisation est donc bien justifiée pour éviter le gaspillage en section d’acier pour les
traverses, et leur réduire la hauteur ainsi que pour obtenir un assemblage encastré efficace.

Figure 20 : Portiques avec traverses à âme pleine renforcées avec jarrets

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 40/71 2013-2014


 Les poteaux de pignon :

Ce sont des poutres en I ou en H, bi-articulées, placées verticalement au niveau de la façade


pignon. Le recours à ces potelets permet la reprise des efforts dus au vent pignon, et surtout le
maintien de la maçonnerie.

Figure 21 : Poteaux de pignon

 Les contreventements:

Il s’agit d’un ensemble d’éléments stabilisateurs qui aident la structure à résister aux forces
horizontales (actions dues au vent, action horizontales des ponts roulants, chocs, composantes
horizontales des actions verticales appliquées à la toiture inclinée, etc.) en les transférant
jusqu’aux fondations. Ces éléments favorisent la stabilité de la structure et contribuent à la
limitation des déformations.

Figure 22 : Contreventements vertical (croix de Saint André)

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 41/71 2013-2014


VI.3. Justification des types de profilés des éléments de la charpente
métallique

Les éléments d’acier seront de profils en IPE, en HEA ou en CAE. Le choix n’est pas
hasardeux puisqu’il doit être déterminé d’une manière optimale et relativement au
comportement de l’élément.

Les pannes et les traverses, par exemple, travaillent en flexion. Il est donc utile d’utiliser des
IPE qui donnent de forte inertie requises par rapport à un seul axe, tandis que les sablières, qui
sont par définition des éléments de compression, travaillent en compression et demandent des
profils en HEA, sinon les IPE seront de sections énormes et non convenables à leurs
emplacements.

Les poteaux travaillent en flexion composé d’où le profilé le plus adopté est le HEA ou HEB.

VI.4. Descriptif

Le système porteur d’une construction métallique consiste en son ossature dont la


fonction est de porter le bâtiment dans sa globalité, ne servent en aucun cas de séparation
d’espaces mais permettant de fixer les éléments destinés à diviser la surface, et recevant le
remplissage en paroi finalisant la construction de bâtiment.

En général, l’ossature constitue l’appui de la construction, capable de recevoir les


charges. Elle comporte des poutres, des poutrelles horizontales et des poteaux verticaux qui
assurent la stabilité de l’ouvrage tout en reprenant le poids de la charpente, de la couverture et
les charges climatiques que le vent (et éventuellement la neige).

Un bâtiment a 2 versant (un nef) de :

31m de largeur (portées de 31m).

Longueur 8 travées de 6m et 2 travées de 5m.

Hauteur (épure) 8.50m.

Hauteur de faitage 9.30m.

Profondeur 60m.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 42/71 2013-2014


Couverture en bacs d’acier nervuré et galvanisée de 75/100 d’épaisseur pente =
5% avec un complexe isolation + étanchéité, bâtiment clos ayant une
perméabilité (portes : à droite 4.2% et à gauche 5.3%).

Figure 23 : Structure modélisée sur Robot

VI.5. Hypothèses de calcul

La stabilité transversale est assurée par des portiques encastrés à la base et encastrés en
tête (car le sol est de bonne portance) d’où économie sur la structure métallique.

La stabilité longitudinale est assurée par des contreventements transversaux reportant les
poussées des montants de pignons sur les deux long Pons stabilisées par des croix de Saint
André.

Les calculs seront effectués conformément aux règles NV65-Mod 99 et CM 66.


________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 43/71 2013-2014


 Nuance de l’acier

Pour le type d’acier à utiliser, nous nous référons à l’industrie. La nuance couramment
utilisée est S235 dont les caractéristiques sont les suivantes :

- Module d’élasticité E = 210 GPa

- Masse volumique  = 7850 kg/m3

- Coefficient de poisson  = 0.3

- Coefficient de dilatation thermique  = 12.10-6 °C-6 (pour T<100°C)

 Systèmes statiques :

Les éléments de la charpente métallique sont tous liés par des liaisons rigides
(encastrements) ou articulées (rotules).

La structure est stable si elle est isostatique ou hyperstatique. L’hyperstaticité est


préférée vu les conséquences qu’elle engendre, à savoir la bonne répartition des moments de
flexion avec des valeurs extrêmes plus faible que dans une structure isostatique et par suite
des déplacements plus petits, la possibilité de redistribution des efforts en cas
d’endommagement d’une partie de la structure (cas d’un incendie, d’un choc, d’une
explosion, etc.), la grande sensibilité a des changements de température, a des tassements
d’appui différentiels, a des déplacements d’appui et aux imprécisions de fabrication ou de
montage.

VI.6. Charges et surcharges

Le poids propre de la couverture, et les charges d’entretien sont repris par l’élément de
la couverture qui travaille en flexion comme poutre simple en s’appuyant sur les pannes.

Ces dernières sont sollicitées par une charge uniformément répartie provenant des
réactions d’appuis de la couverture. Elles travaillent en flexion, et s’appuient sur les portiques
qui reçoivent ces charges concentrées au droit de chaque panne ainsi que la charge d’action du
vent.

Les fondations reprennent les réactions d’appuis des portiques et les transmettent au sol
support.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 44/71 2013-2014


Les poteaux pignons rajoutés, dont les appuis inférieurs sur la fondation et les appuis
supérieurs sur les contreventements longitudinaux de toiture, sont soumis à l’action du vent.

Ils travaillent à la flexion et transmettent donc leurs réactions aux fondations par l’appui
inférieur et au contreventement horizontal de toiture par l’appui supérieur.

Au fait, le contreventement horizontal (qui est une poutre à treillis ayant comme
membrures les pannes sablières) transmet la part de l’action du vent, apportée par le potelet
aux portiques par compression via les sablières.

Les contreventements verticaux de long-pan, qui travaillent comme des poutres à treillis
consoles, transmettent les réactions d’appui du contreventement de toiture aux fondations.

Suivant le cahier de charges :

VI.6.1. Vent

Vent région II site normale 0.70 KN/m².

Neige néant.

Longueur du bâtiment 60 m.

Largeur du bâtiment 31 m.

Hauteur du bâtiment 9.30 m.

Niveau faitage +10.20m

Figure 24 : Exemple d’un portique en charpente métallique du bloc3.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 45/71 2013-2014


VI.6.2. Charges permanentes

Couverture /étanchéité/isolant = 0.25 KN/m² (toutes surfaces).

Poids propre portique d=0.785 KN/m3 (voir note de calcul ANNEXE).

Poids propre pannes et couverture = 0.30 KN/m² 0.25 KN/m²


0.05 KN/m²

Travées de 6m donc 30 x 6=180 KN/ml.

VI.6.3. Charges des exploitations

Gaines de climatisation + installation électriques + poussières (0.70 KN/m²).

Charge ponctuelle : Centrale de climatisation se trouvant entre deux portiques, et


l’effort que supporte le portique le plus chargé est de (13.25 KN).

VI.6.4. Pente versants

Pente de 5%.

VI.6.5. Règlements

CM 66 _ NV65-Mod 99

Calcul du vent voir annexe.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 46/71 2013-2014


Calcul du vent et
dimensionnement de
l’ossature

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 47/71 2013-2014


VII. Calcul du vent

VII.1. Les impératifs techniques liés à une charpente métallique

Les constructions en charpente métallique peuvent être conçues selon une grande variété
de solutions. Cependant, son élaboration reste toujours dépendante de la législation en
vigueur, comme les performances thermiques et acoustiques ou encore les dispositions
relatives au respect de l’environnement. De ce fait, il est indiscutable de veiller à ce que la
charpente respecte toutes les normes actuelles.

Par ailleurs, si la charpente métallique s’adapte à toutes sortes de contraintes, elle doit
avoir été conçue et calculée en fonction de ces obligations. A titre d’exemple, le
dimensionnement de la charpente doit tenir compte des surcharges climatiques (neige et vent).

VII.2. Notations et définitions

 Paramètres d’action du vent sur la structure :

L’action exercée par le vent sur une des faces d’un élément de paroi est normale a cet
élément. Elle est déterminée en fonction de la vitesse du vent, de la catégorie de la
construction, de ses proportions d’ensemble et de nature du site, de l’emplacement de
l’élément considéré dans la construction et de son orientation par rapport au vent, de la
dimension s de l’élément considéré, de la forme de la paroi (plane ou courbe) à laquelle
appartient l’élément considéré et de la perméabilité de la paroi.

 Définition terminologiques :

Le maitre couple désigne la projection orthogonale de la surface considérée ou de


l’ensemble de la construction sur un plan normal a la direction du vent.

La surface considérée peut être une surface au vent qui désigne la surface exposée au
vent, ou une surface sous le vent qui correspond à une surface non exposée au vent ou
parallèle à la direction du vent.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 48/71 2013-2014


Figure 25 :L’effet du vent sur la structure

Une des façades d’un élément appartenant à une construction est dite soumise à une
pression (ou à une surpression) lorsque la force normale a cette face est dirigée vers elle. Elle
est dite soumise à une dépression lorsque la force est dirigée en sens contraire.

Les bâtiments en constructions métalliques sont de trois types : fermé, ouvert ou semi-
S0
ouvert selon un coefficient, dit de perméabilité de construction, de la forme :   100
ST

Avec :  : pourcentage d’ouverture.

S 0 : Somme des surfaces ouvertes (fenêtre, porte)

S T : Surface totale de la construction.

VII.3. Pression du vent appliquée à la structure


L’action du vent sur une paroi est explicitée par la formule suivante :

QV      k m  k h  k s  c p  q10

Où  : coefficient de r éduction des pressions dynamiques.

k m : Coefficient d’amplification dynamique.

k h : Coefficient de masque.

k s : Coefficient due à l’effort d’hauteur.

c p : Coefficient de pression.

q10 : Pression dynamique de base à 10 mètres d’hauteur.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 49/71 2013-2014


 Détermination de la pression dynamique de base :

Les calculs doivent envisager le cas d’une pression dynamique normale et celui d’une
pression dynamique extrême dont le rapport par rapport à la première est pris égal à 1.75.

Par convention, les pressions dynamiques de base normale et extrême sont celles qui
s’exercent à une hauteur de 10 m au-dessus du sol, pour un site normal, sans effet de masque
sur un élément dont la plus grande dimension est égale à 0.50 m. Leurs valeurs varient avec
les zones conformément à la carte de la figure 23. Les valeurs à prendre en compte sont
illustrées dans le tableau 6.

Figure 26 : Régions du vent

Tableau 6 : Zonage et valeurs des pressions dynamiques de base en Tunisie

Pression dynamique de base (KN/m²)

normale extrême

Région 1 0,5 87,5

Région 2 0,7 122,5

Région 3 0,9 157,5

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 50/71 2013-2014


Pour notre projet est implanté à Sabalet ben Ammar a côté de Tunis City.

D’après la carte, il s’agit bien de la région 2. Soit q10 égale à 0,7 KN/m² pour le cas de
pression normale et q10 égale à 122,5 KN/m² pour le cas de pression extrême.

 Effet de la hauteur k h :

Pour une hauteur h (exprimée en m) au-dessus du sol, la pression dynamique q h est


donnée par :

h  18
q h = 2,5 q10
h  60

qh h  18
Soit K h   2,5
q10 h  60

 Effet du site K s :

La pression dynamique de base normale et extrême doit être multipliée par un

coefficient K s qui tient compte de la nature du site d’implantation du projet : protégé, normal
ou exposé.

 Effet de masque K m :

Le bâtiment n’étant pas protégé par d’autres constructions ayant une grande probabilité
de durée. Pour des raisons de sécurité, K m peut être pris égal à 1.

 Le coefficient d’amplification dynamique  :

Pour ce qui suit, les calculs seront tous menés en statique. Nous ne tiendrons pas compte
de l’effet dynamiques, soit   1 .

 Effet de dimension  :

Les pressions dynamiques s’exerçant sur les éléments constitutifs d’une construction
(panneaux, potelets, lisses, poutres, poteaux, etc.) doivent être affectées d’un coefficient de
réduction  tenant compte de leurs variations moyennes en fonction de la plus grande
dimension (horizontale ou verticale) de la surface offerte au vent (maitre-couple) intéressant
l’élément considéré, et de la cote H du point le plus haut de cette surface. Pour des hauteurs
inférieures toutes à 30 m, nous adoptons 0.7 pour la valeur de  .
________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 51/71 2013-2014


 Calcul du coefficient Cp :

Le coefficient Cp se calcule par la formule suivante : Cp = Ce – Ci.

Avec Ce : caractérise les actions extérieurs auxquelles sont soumises les faces
extérieures des parois du bâtiment : des succions, si les parois sont sous le vent et des
pressions ou à des succions, si elles sont au vent.

Ci : caractérise les actions intérieures qui résultent du fait que les volumes intérieurs
soient en un état de surpression ou de dépression suivant l’orientation des ouvertures par
rapport au vent et leur importance relative.

Ce et Ci dépondent du coefficient  0 par l’intermédiaire du rapport de dimension  :

h h
a  , b  où : a désigne la longueur de la face long-pan et b celle de la face
b b
pignon.

Le calcul de Ce se fait selon les règles suivantes :

 Parois verticales : Face au vent Ce = +0,8

Face sous le vent Ce = -(1,3  0 -0,8)

 Toitures: Vent transversal (c’est-à-dire normal aux génératrices) :


Ce= f ( , 0a ) où   5

Vent longitudinal (c’est-à-dire parallèle aux génératrices) : Ce = f (0  , 0b )

Le calcul de Ci se fait selon les règles suivantes:

 Vent transversal : Surpression Ci = +0,6 (1,8-1,3 0 a )

Dépression Ci = -0,6 (1,3  0 a -0,8)

 Vent longitudinal : Surpression Ci = +0,6 (1,8-1,3 0 a )

Dépression Ci = -0.6 (1,3 0 a -0,8)

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 52/71 2013-2014


Calcul manuel de quelques
élémentents de structure en
charpente métallique

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 53/71 2013-2014


VIII. Calcul manuel des pannes

Les pannes en IPE 140 avec deux liernes :

. Entraxe des pannes : 2.35 m

. Portée des pannes : 6 m

VIII.1. Les charges

 Charge permanente : (Poids de couverture \ Isolation \ Etanchéité)= 0.25KN /m²

(Voir article IV.5.2)

: (Poids propre de la panne = 0.129 KN/m)

G = (0.25 x 2.35) + 0.129  G = -0.72 KN/m

 Charge d’exploitation :

Q = 0.70 KN/m² (Voir article IV.5.3)

Q= 0.70 x 2.35  Q = - 1.65 KN/m

 Vent : La valeur la plus défavorable du vent est :

Vent D/G sur (+) = 2.49 KN/m²

(Voir note de calcul valeur des charges neige et vent)

V = (2.49/6) x 2.35  V = 0.98 KN/m

VIII.2. Calcul des composants des efforts

Figure 27 : Les composants des efforts

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 54/71 2013-2014


Tg α = 0.05 => α = 2.86°

 Charge permanente :

Gx
Cos α =  Gx = G.Cos α
G

 Gx = - 0.72.Cos (2.86)

 Gx = - 0.72 KN/m

Gy
Sin α =  Gy = G.sin α
G

 Gy = - 0.72.sin (2.86)

 Gy = -0.04 KN/m

 Charge d’exploitation:

Qx
Cos α =  Qx = Q.Cos α
Q

Qx = - 1.65.Cos (2.86)

 Qx = - 1.65 KN/m

Qy
Cos α =  Qy = Q.Cos α
Q

Qy = - 1.65.Sin (2.86)

 Qy = - 0.08 KN/m

VIII.3.Combinaisons des charges : (ELU)

 Combinaison 1 : g + 1.75 V

qx = Gx + 1.75V

= - 0.72 + (1.75 x 0.98)

 qx = 1KN/m

qy = Gy = - 0.04 KN/m

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 55/71 2013-2014


 Combinaison 2 : 1.35 g + 1.5 P

qx = 1.35 Gx + 1.5 Qy

= 1.35 x (-0.72) + 1.5 x (-1.65)

 qx = - 3.45 KN/m

qy = 1.35 Gy + 1.5 Qy

= 1.35 x (-0.04) + 1.5 x (-0.08)

 qy = - 0.17 KN/m

VIII.4.Vérification de la flèche :

On va calculer la flèche suivant X seulement car on a bloqué le déplacement selon Y en


utilisant des tirants (liernes).

La vérification de la flèche se fait à l’état ultime de service.

 Flèche :
5 [-(0.72  1.65) ]  600 4
fx    3.52Cm
384 541  21.105
6
On a = 170.45 et L/200 est la flèche limite admissible
0.035

Donc 0.0352 m ≃ L/170.42 > L/200  D’où la flèche ne passe pas.

On passe à une panne de IPE 160 :

 Flèche :

5 [-(0.72  1.65) ]  600 4


fx    2.19Cm
384 869  21.105

 2.19 < L / 200  La flèche est donc vérifiée avec une panne de IPE 160.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 56/71 2013-2014


VIII.5. Vérification des contraintes :

Figure 28 : Moment appliqué à la panne.

1
D’ou: Mx = Qx.l²
8

1 1
My = Qy. ( ) ²
8 3

1
 Combinaison 1 : Mx = x 1 x 6² = 4.5 KN..m
8

1
My = x (- 0.04) x 2² = -0.02 KN..m
8

1
 Combinaison 2 : Mx = x (- 3.45) x 6² = 15.52 KN..m
8

1
My = x (- 0.17) x 2² = -0.09 KN..m
8

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 57/71 2013-2014


Il faut que

 Combinaison 1 :

Ix Iy
 x +  y = Mx / ( ) + My / ( ) ≤ 2350 daN/cm²
V V

4.5  104 0.02  104


= +
109 16.7

= 424,82 daN/cm² ≤ 2350 daN/cm² (Vérifié)

 Combinaison 2 :

Ix Iy
 x +  y = Mx / ( ) + My / ( ) ≤ 2350 daN/cm²
V V

15.52  104 0.09  104


= +
109 16.7

= 1477.75 daN/cm² ≤ 2350 daN/cm² (Vérifié)

IX. Calcul des liernes

La charge la plus défavorable suivant Y : q = 0.17 daN/cm

On prend constructivement des liernes de Ø 10.

Pour un diamètre Ø 10 on a des liernes de section 0.78 cm²

D’où:

ql 0.17  6.10²
N 3
 =  3 =
S S 0.78

  = 43.59 daN/cm² ≤ 2350 daN/cm² (Vérifié)

On utilise donc des liernes M 10

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 58/71 2013-2014


X. Effort du Vent

X.1. Pression dynamique de calcul

H max = 10.20 m ; v = 0.7 KN/m² ; Région II ; site normal.

qn = qb x KH x Km x Ks x  x β

 Effet de la hauteur :

qH H  18
KH = = 2.5 x
q1 0 H  60

H  18
Donc: qH = 2.5 x q10 x
H  60

10.2  18
 qH = 2.5 x 0.7 x
10.2  60

 qH = 0.70KN/m²

qH 0 .7
 KH =  KH =  KH = 1
q1 0 0 .7

 Effet de masque : Km = 1

 Effet du site : KS = 1

 Effet de dimension  = 0.83

Figure 29 : Coefficient de réduction des pressions dynamiques

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 59/71 2013-2014


 Le coefficient d’amplification dynamique : β = 1

 qn = 0.7 x 1 x 1 x 0.83 x 1

 qn = 0.58 KN/m²

X.2. Action intérieures

Bâtiment fermé :   5% . Soit une suppression (+) : Ci = + 0.6 (1.8 – 1.3  0 )

Soit une dépression (-) : Ci = - 0.6 (1.3  0 – 0.8)

a = 60 m ; b = 31 m

a 60 a
=  = 1.94
b 31 b

H 9 .3
a = =  a = 0.155 < 0.5
a 60

H 9 .3
b = =  b = 0.3 < 1
b 31

Figure30:Constructions prismatiques à base quadrangulaire reposant sur le sol 

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 60/71 2013-2014


 Vent normal a la grande face :

Ci = 0.42 (+)


 01 = 0.85  
Ci = - 0.18 (-)

 Vent normal a la petite face :

Ci = 0.393 (+)


 02 = 0.88  
Ci = - 0.206 (-)

X.3. Action extérieurs

f = 9.3 – 8.52  f = 0.78

h 9.30 h
=  = 4.65 m
2 2 2

h
f≤ et tg α = 0.05  α = 2.86°
2

Figure 31: Coefficient Ce (toitures à un ou plusieurs versants plans).


________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 61/71 2013-2014


Tableau 7 : Tableau des Ce calculé.

Vent normal a la Vent normal a la petite


grande face face

Parois Parois Parois Parois


verticales obliques verticales obliques
Au vent

Ce = 0.8 Ce = -0.3 Ce = 0.8 Ce = - 0.33


Sous le vent

-(1.3x ɣ01 -0.8) -(1.3x ɣ01 -0.8)


Ce = -0.28 Ce = -0.29
Ce = -0.305 Ce = -0.344

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 62/71 2013-2014


Figure 32 : Le diagramme des efforts du vent normal a la grande face.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 63/71 2013-2014


Figure 33 : Le diagramme des efforts du vent normal a la petite face.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 64/71 2013-2014


XI. Calcul des poteaux pignon

XI.1. Poteau pignon 1


On va supposer des profils de IPE 300

Figure 34 : La répartition des efforts du vent sur les poteaux pignions 1 et 2.

.Entraxe de poteau pignon 1 est de :

L max = 8.84 m – 0.30 m

 L max = 8.54 m

.Le cas le plus défavorable est celui du vent normal a la petite face :

Ce – Ci = 0.8 – (-0.21)

 Ce – Ci = 1.01

.Le vent :

6.7  6.28
V= qn x (Ce - Ci) x
2

 V = 0.58 x 1.01 x 6.49

 V = 3.8 KN/m

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 65/71 2013-2014


XI.1.1. Vérification de la flèche

5 Vl 4 5 3.8  8.54 4
f      1.5Cm
384 EI 384 8356  21.105

L
1.5 < = 2.85 Cm : car le mur est en maçonnerie (Vérifié)
300

Comme le IPE 300 est largement vérifier, revérifions avec IPE 270

5 3.8  854 4
f    2.16Cm
384 5790  21.105

L
f = 2.16 Cm < = 2.85 cm (Vérifié)
300

XI.1.2. Vérification de la résistance

3.8  8.54 2
M V  1.75   60.62 KN .m
8
MV 60.62.10 4 (daN .cm)
  
I 429(cm 3 )
V
   1413daN / cm 2 <  e  2350daN / cm 2
    e (Vérifié)

XI.2. Poteau Pignon 2

On va supposer des profils de IPE 270

.Entraxe de poteau pignon 2 est de : L max = 8.87 m

.Le cas le plus défavorable est celui du vent normal a la petite face : Ce – Ci = 1.01

 Le vent :

5.18  6.70
V = qn x (Ce - Ci) x
2

= 0.58 x 1.01 x 5.94

 V = 3.48 KN/m

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 66/71 2013-2014


XI.2.1 Vérification de la flèche

5 Vl 4 5 3.48  887 4
f      2.31Cm
384 EI 384 5790  21.105

L
F = 2.31 cm < = 2.96 Cm (Vérifié)
300

XI.2.2 Vérification de la résistance

3.48  8.87 2
M V  1.75   59.89 KN .m
8

MV 59.89.10 4 (daN .cm)


    1396daN / Cm²
I 429(cm 3 )
V

   1396daN / cm 2 <  e  2350daN / cm 2

    e (Vérifié)

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 67/71 2013-2014


Modélisation du portique sur
le logiciel Robot Autodesk

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 68/71 2013-2014


XII.1 Vérification des déplacements

XII.1.1 Déplacements horizontaux en tête du poteau

La vérification se fait à l’ELS, la hauteur du poteau est de 8.52 m d’où la déformation


L 852
horizontale admissible Ux = d’où = 4.26 cm.
200 200

Le déplacement du nœud 8 sous la combinaison de service la plus défavorable est de


0.8cm.

Le déplacement du nœud 2 sous la combinaison de service la plus défavorable est de


0.9cm.

 La condition de flèche est vérifier (voir note du calcul).

XII.1.2 Déplacements verticaux à mi- travée

La vérification se fait à l’ELS, la travée est de 31 m d’où la déformation horizontale


L 3100
admissible Uz = d’où = 15.5 cm.
200 200

Le déplacement du nœud 5 à mi- travée sous la combinaison de service la plus


défavorable est de 0.8cm.

Le déplacement du nœud 2 sous la combinaison de service la plus défavorable est de


11cm.

 La condition de flèche est vérifier (voir note du calcul).

XII.1 Vérification des déplacements

On s’assure que les contrainte amplifiée par les coefficients de flambement et de flexion
soient les limites admissibles c.-à-d. inférieure à la contrainte  e = 235 MPa.

(Voir note de calcul)

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 69/71 2013-2014


Conclusion
L’élaboration de ce rapport nous a été très bénéfique du fait que j’ai pu étendre mes
connaissances dans le domaine de génie civil ainsi que pouvoir adapter mon savoir à la
réalisation d’un tel projet.

Au terme de ce travail, j’ai passé en premier lieu de l’étape de la conception en


appliquant les solutions les plus adéquates et favorables de notre projet tout en respectant les
contraintes technico-économiques.

La maîtrise des logiciels de calculs est importante, ce projet m’a permis d’amélioré mes
compétences pour apprendre à modéliser une structure métallique sur le logiciel d’analyse de
structure Robot Autodesk Structural et une structure en béton armé sur le logiciel Arche Effel.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 70/71 2013-2014


BIBLIOGRAPHIE

[1] Règles B.A.E.L 91 révisées 99: Règles techniques de conception et de calcul des
ouvrages et constructions en béton armé suivant la méthode des états-limites. Edition
EYROLLES Paris, Décembre 2007.

[2] Règles N.V.65 ET ANNEXES : Règles définissant les effets de la Neige et du Vent
sur les conceptions et annexes. Edition EYROLLES Paris, Juin 1983.

[3] Fascicule de documentation NFP06-004 : Bases de calculs des constructions,


Charges permanentes et charges d’exploitation dues aux forces de pesanteur, Edition AFNOR
Paris, Mai 1977.

[4] Norme Française homologuée NFP06-001: Bases de calculs des constructions,


Charges d’exploitation des bâtiments, Edition AFNOR Paris, Avril 1978.

[5] Détail de coupe fourni par l’architecte du projet.

________________________________________________________________________________________________________________

PROJET DE FIN D’ETUDE 71/71 2013-2014