Vous êtes sur la page 1sur 48

MÉTHODES & TECHNIQUES D’AUDIT

RAPPORT DE STAGE DE FIN D’ÉTUDES


23 avril - 31 août 2007

GUSTAVO ADOLFO MORA VILLAMIZAR


Responsable ENSTA : Richard Le Goff
Responsable Mazars : Alice Chanal

ÉCOLE NATIONALE SUPÉRIEURE DE TECHNIQUES AVANCÉES


24 SEPTEMBRE 2007
PARIS

2
Remerciements

Tout d’abord je remercie Dieu pour m’avoir offert une opportunité merveilleuse et pour
m’avoir permis de finir cette aventure qui a commencé il y a plus de 2 ans ; rien n’aurait été
possible sans Lui.

Je remercie ma famille qui m’a soutenu et m’a encouragé quand toutes les portes
semblaient se fermer devant moi; malgré la distance ils ont été toujours très proches de moi et
ils n’ont pas cessé de m’offrir leur amour inconditionnel.

Je remercie mon amour : je ne sais pas ce que je ferais dans cette vie sans toi…

Je tiens particulièrement à remercier mon parrain, Stéphane Pailler, qui m’a


accompagné au sein de l’entreprise pendant mon stage. Je suis très reconnaissant pour
l’important soutien que j’ai reçu de sa part : il s’est montré disponible quand j’ai eu des petits
inconvénients et surtout lors de mon procès d’embauche.

Je remercie également tous les collaborateurs avec qui j’ai eu l’occasion de travailler au
cours des différentes missions sur lesquelles j’ai été affecté. Que ce soit des assistants
débutants, des responsables de mission ou encore des associés, ils ont su se montrer présents
et à l’écoute dès que cela était nécessaire.

3
Résumé

Actuellement, les marchés internationaux n’ont pas de frontières et ceux qui souhaitent
y participer doivent éliminer toutes les barrières pour avoir accès aux informations financières
de qualité, transparentes et comparables, nécessaires pour prendre les bonnes décisions. Et
c’est justement cela ce que l’on appelle « l’internationalisation de la comptabilité et les
finances » dont on parle depuis quelque temps surtout après les scandales financiers des
dernières années qui ont bouleversé l’Europe et les Etats-Unis. Au-delà la mise en évidence
des niveaux de corruption et des faiblesses du système, l’ultime objectif est de trouver une
uniformité dans le langage et les pratiques comptables de chaque pays afin de faciliter la
comparabilité entre les entreprises d’un même secteur d’activité et d’une période à une autre.

C’est la raison pour laquelle, l’audit financier est devenu une obligation pour les
entreprises, mais également une nécessité pour celles qui veulent rester compétitives et
valables dans les marchés mondiaux.

Ce rapport de stage dans l’audit financier démontre que, dans un premier temps, ce
métier va beaucoup plus loin que des écritures comptables et s’occupe de l’analyse et de
l’organisation de l’information pour la rendre accessible et disponible pour toutes les parties
impliquées. Dans un second temps, l’on pensait qu’il était obligatoire d’avoir une formation
en finances ou être diplômé d’une école de commerce pour avoir accès à ce métier mais de
plus en plus d’ingénieurs deviennent très appréciés et convoités pour nos capacités
d’adaptation et d’apprentissage. Ce fait est démontré facilement si l’on regarde la proportion
d’ingénieurs dans chaque promotion et les énormes différences de salaire.

Dans les pages suivantes, l’on détaillera le contexte de l’audit en France et à l’étranger
et la position du cabinet par rapport à ses concurrents anglo-saxons. De la même manière l’on
expliquera le déroulement d’une mission d’audit et ces différentes parties, et pour finir l’on
décrira les travaux effectués au niveau stagiaire, ainsi que les principales caractéristiques des
missions sur lesquelles j’ai été affecté.

Mots clés :
Mazars, audit, comptabilité, fiscalité, commissariat au comptes, IFRS, « Big Four »,
Sarbanes – Oxley, Praxity, CAC 40, mission ponctuelle, expertise comptable, normes
internationales, finances, immobilisations, créances, clients, ventes, achats, trésorerie,
banques, fournisseurs, titrisation.

4
Abstract

First of all, this report will show that auditing isn’t just creating and reading financial
statements but also analyse them and organize the information to make it reachable for every
single party involved. Secondly, we used to think that one needed a financial background or a
commercial degree to be eligible for this kind of job but nowadays engineers are the most
precious assets of the company because of their adaptability and their learning methods. We
could prove this just looking the huge quantity of engineers beginning in the business every
year and also the important differences in salaries.

In the next pages, we are going to detail the context of the audit business in France as in
the European Union and also the position of the company against the American competitors.
Also, we are going to explain the development of an audit mission and its components and
finally we are going to describe the different works of an intern and the main features of an
audit mission.

Keywords:
Mazars, audit, accounting, tax, advisory services, US GAAP, IFRS, Praxity, worldwide,
“Big Four”.

5
Table des Matières

1. INTRODUCTION................................................................................................................ 9

2. LE CABINET MAZARS ................................................................................................... 10


2.1. Bref historique : De 2000 à nos jours............................................................................................................ 10

2.2. L’implantation en France et à l’étranger ........................................................................................................ 11

2.3. Les activités du groupe................................................................................................................................... 14

2.4. Travailler dans le cabinet Mazars................................................................................................................... 15

3. MAZARS ET LE MARCHE DE L’AUDIT EN FRANCE ............................................ 17


3.1. Classement par le chiffre d’affaires ............................................................................................................... 17

3.2. Le nombre de mandats détenus dans le CAC 40............................................................................................ 18

3.3. Les clients de Mazars ..................................................................................................................................... 19

4. LE COMMISSARIAT AUX COMPTES......................................................................... 21


4.1. Mission : garantir la fiabilité de l’information ............................................................................................... 21

4.2. Les missions de Commissariat aux comptes des comptes annuels................................................................. 21

4.3. Les missions ponctuelles................................................................................................................................ 22

4.4. Pouvoirs d’appréciation des comptes ............................................................................................................. 23

5. LES MISSIONS D’AUDIT................................................................................................ 24


5.1. Les principes généraux de la comptabilité ..................................................................................................... 24

5.2. L’organisation d’une mission d’audit ............................................................................................................ 25

6. TRAVAUX EFFECTUES : UNE APPROCHE PAR CYCLES.................................... 27


6.1. Cycle Ventes / Clients.................................................................................................................................... 28

6.2. Cycle Achats / Fournisseurs........................................................................................................................... 29

6.3. Cycle Immobilisations ................................................................................................................................... 29

6.4. Cycle Trésorerie............................................................................................................................................. 31

6.5. Cycle Capitaux Propres.................................................................................................................................. 33

6
7. MES MISSIONS................................................................................................................. 34
7.1 Dans les Services : Distriboissons................................................................................................................... 34

7.2. Dans l’immobilier : Archon Groupe France................................................................................................... 35

7.3. Dans la banque : BRED Banque Populaire .................................................................................................... 36

7.4. Dans les Finances : Eurofactor....................................................................................................................... 36

7.5. Bouclage et archivage .................................................................................................................................... 37

8. L’AUDIT EN AMERIQUE LATINE............................................................................... 38

9. CONCLUSION................................................................................................................... 39

10. BIBLIOGRAPHIE ........................................................................................................... 40

ANNEXE 1 : FICHE D’EVALUATION PARRAIN .......................................................... 41

ANNEXE 2 : LA TITRISATION ......................................................................................... 43

ANNEXE 3 : LE REFERENTIEL IFRS............................................................................. 44

ANNEXE 4 : PHASES - RESTITUTIONS ET TEMPS..................................................... 45

ANNEXE 5 : EXEMPLE DE MEMO DE SECTION ........................................................ 46

7
Table de Figures

Figure 1 : Implantation en France ........................................................................................... 11


Figure 2 : Implantation en Europe .......................................................................................... 12
Figure 3 : Implantation dans le monde.................................................................................... 13
Figure 4 : Évolution du Chiffre d'affaires et des Effectifs 2002 - 2006.................................. 14
Figure 5 : Structure Hiérarchique............................................................................................ 16
Figure 6 : L'audit en France 2007. Données pour l'exercice 2005-06,................................... 17
Figure 7 : Présence des principales sociétés d’audit en France .............................................. 19
Figure 8 : Organisation générale d’une mission d'audit.......................................................... 26

8
1. Introduction

Dans une société qui change et évolue de manière accélérée, l’ingénieur est amené à
travailler dans un contexte de plus en plus divers où les décisions qu’il prendra tout au long
de sa carrière seront étroitement liées au contexte économique national et international. De
cette manière, il ne peut pas se permettre de ne pas être préparé ni d’avoir les compétences
nécessaires pour mener à bien un rôle actif dans l’entreprise et dans la société.

En plus, de ses fortes connaissances techniques l’ingénieur d’aujourd’hui doit être


sensible aux problématiques économiques courantes et au « fonctionnement financier » de
l’entreprise. C’est la raison pour laquelle, j’ai décidé d’effectuer mon stage de fin d’études au
sein du cabinet d’audit financier Mazars et également d’y continuer en tant que salarié à
temps plein.

Ce qui m’a motivé à accepter l’offre de stage dans ce cabinet était non seulement l’idée
que j’avais de l’audit ; un métier très formateur, mais aussi la possibilité d’évoluer dans des
secteurs d’activité assez différents et d’avoir une vue d’ensemble du fonctionnement des
entreprises en France, ce qui reste très appréciable et intéressant pour moi. En effet, en tant
que stagiaire j’ai été amené à travailler sur des missions très diverses aussi bien par la taille
des entreprises auditées (PME, CAC 40) que par le secteur d’activité représenté (Banque,
Services, Industrie, Immobilier) ou bien encore par le type de mission réalisée (Commissariat
aux comptes ou ponctuelle).

Au début de ce stage, j’ai eu l’occasion d’assister à une formation pendant deux


semaines en comptabilité et analyse financière ; mais il faut signaler que même si l’audit est
étroitement lié à la comptabilité, le métier d’auditeur va beaucoup plus loin que la lecture des
écritures comptables et il s’agit plutôt de voir et analyser ce qui se trouve au-delà d’elles.

Ce rapport de stage est divisé de la façon suivante : pour commencer je vais présenter
l’entreprise et le marché de l’audit en France. Puis l’on répondra aux questions suivantes : le
Commissariat aux comptes, de quoi s’agit-il ? , Qu’est-ce qu’une mission d’audit ? et Quels
sont les différents travaux et responsabilités d’un stagiaire dans le cadre d’une mission de
C.A.C.1 ?. Ensuite, je ferai un bref aperçu de la situation de l’audit dans l’Amérique Latine et
pour finir je détaillerai les principales missions auxquelles j’ai participé et mes impressions de
chacune.

1
C.A.C. fait allusion au Commissariat aux Comptes ; Ne pas confondre avec l’indice CAC

9
2. Le cabinet Mazars

2.1. Bref historique : De 2000 à nos jours


2000
 Développement du groupe Mazars en Argentine, aux Émirats Arabes Unis, aux États-
Unis, en Tunisie, en Turquie, mais aussi au Chili, en Inde et au Venezuela.
 Eurogroup Institute, CMC-AMS, Eurogroup RH et Team Consult rejoignent le pôle
conseil qui prend le nom d'Eurogroup Consulting.
 Paardekooper & Hoffman, 7e cabinet d'audit et de conseil aux Pays-Bas, intègre le
Groupe Mazars avec 21 bureaux et 770 collaborateurs.
 Mazars créée aux Etats-Unis un partenariat resserré de 2000 professionnels : Mazars
Team America en concluant 2 accords avec le cabinet MR Weiser & Co à New York et
Moss Adams sur la côte Ouest.

2001
 Développement du groupe Mazars en Arabie Saoudite et à Cuba.

2003
 Mazars et Moores Rowland fusionnent leurs bureaux de Hong Kong.

2004
 Développement du groupe Mazars au Sultanat d'Oman.

2005
 En France, Mazars et Magellan choisissent d'exercer séparément leurs expertises
respectives. Les professionnels de Mazars et les avocats de Magellan pourront ainsi
exercer la plénitude de leurs métiers auprès de leurs clients, sans restrictions légales ou
réglementaires.
 Mazars poursuit son développement dans le monde. En Égypte, tout d'abord, en signant un
accord de correspondance avec le cabinet Nabil Joseph Abdel Messih & Co. Aux Etats-
Unis ensuite, où Mazars renforce ses partenariats en misant sur de nouvelles associations
avec des partenaires régionaux importants. En Irlande enfin, où Mazars se rapproche du
cabinet de Galway Jim Tierney & Co.

2007
 Mazars vient d’annoncer sa fusion avec les cabinets allemands, Hemmelrath, et anglais,
Moores Rowland LLP. Par ailleurs, il renforce sa présence internationale via l’alliance
Praxity.

10
2.2. L’implantation en France et à l’étranger

2.2.1. L’implantation en France


Le 5e cabinet d'audit et de conseil financier

L'activité audit et le conseil financier du groupe Mazars


s'exercent en France au travers d’un réseau intégré de 19
bureaux principaux pour un total de 26 implantations, et fédère
les compétences et le professionnalisme de plus de 2000
collaborateurs, dont 125 associés. Un réseau de cabinets
partenaires en France et en Outre-mer complète ce dispositif.
Cette couverture nationale répond à une logique de proximité
géographique avec le client. L'activité générée en France a
représenté 242 millions d'euros de chiffre d’affaires en 2007
(chiffre à juin 2007).

Figure 1 : Implantation en France

11
2.2.2. L’implantation en Europe
Présents dans tous les pays européens, les bureaux Mazars occupent le 5e rang du
marché en Espagne, en Italie, au Portugal et au Turquie. Ils se situent dans les dix premiers
cabinets du marché dans les Îles Britanniques (Grande-Bretagne et Irlande), en Allemagne et
en Europe Centrale (Pologne, République Tchèque et Hongrie) ainsi qu'au Benelux (Belgique
et Luxembourg).

Figure 2 : Implantation en Europe

2.2.3. L’implantation dans le reste du monde


Le groupe dispose d’une présence internationale dans 40 pays avec 7500 collaborateurs,
pour un chiffre d'affaires de 650 millions d'euros.

2.2.3.1. L’Alliance PRAXITY


Mazars a donné en 2007 une dimension supplémentaire à son
développement international créant, avec les principales firmes
américaines de l’ex-réseau MRI, l’Alliance internationale Praxity.

L’Alliance rassemble, sans exclusivité territoriale, des cabinets d’audit et de conseil


indépendants, partageant des valeurs proches et des exigences similaires en termes de qualité
de service.

Praxity permet à Mazars de renforcer ses liens avec ses partenaires nord-américains et
de donner une impulsion nouvelle à la présence du Groupe en Amérique du Nord.

12
Au-delà, l’Alliance Praxity permettra à Mazars de créer des liens durables avec d’autres
partenaires, notamment en Asie, afin d’accompagner mieux encore ses clients internationaux
et de leur proposer une offre de services encore plus globale.

Figure 3 : Implantation dans le monde

 Mazars en Afrique :
Afrique du Sud, Bénin, Cameroun, Côte d’Ivoire, Djibouti, Égypte, Île Maurice, Madagascar,
Maroc, Sénégal, Tunisie

 Mazars en Amérique Latine et aux Caraïbes :


Antilles Néerlandaises, Argentine, Bermudes, Brésil, Chili, Cuba, Martinique, Mexique, Pérou,
Uruguay, Venezuela

 Mazars en Amérique du Nord :


Canada, Etats-Unis

 Mazars en Asie Pacifique :


Australie, Chine, Hong Kong, Inde, Japon, Nouvelle Calédonie, Singapour, Vietnam

13
 Mazars en Europe :
Allemagne, Autriche, Belgique, Chypre, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grèce,
Hongrie, Irlande, Italie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal,
République Tchèque, Roumanie, Royaume Uni, Russie, Slovaquie, Suède, Suisse, Turquie,
Ukraine

 Mazars au Proche et Moyen Orient :


Arabie Saoudite, Égypte, Émirats Arabes Unis, Liban, Sultanat d’Oman

Figure 4 : Évolution du Chiffre d'affaires et des Effectifs 2002 - 2006

2.3. Les activités du groupe


Mazars, en tant que cabinet d’audit, assure pour ses clients différents types de mission
réunis dans 3 grands pôles:

 Corporate Assurance Services


 Business Advisory Services
 Tax Advisory Services

2.3.1. Corporate Assurance Services


Dédiée aux grands groupes et aux sociétés cotées, cette ligne regroupe tous les métiers
de l’audit et de la certification : audit légal, audit contractuel, maîtrise des opérations (contrôle

14
interne, risk management, développement durable, audit des systèmes d’informations…),
actuariat et transaction support.
2.3.2. Business Advisory Services
Dédiée aux entreprises de plus petite taille, cette ligne regroupe les métiers de
l’expertise comptable et des services financiers. Mazars réalise des missions telles que la
tenue de la comptabilité, la préparation des états comptables et financiers, l’optimisation de
l’organisation de la fonction comptable et l’externalisation de la fonction comptable et
administrative.
La diversité de l'offre Mazars assure aux entreprises clientes un service sur-mesure, à
chaque étape de leur existence.

2.3.3. Tax Advisory Services


Dédiée à l’ensemble des entreprises, l’offre Mazars permet aux entreprises de mieux
maîtriser leur environnement fiscal et d’optimiser leur stratégie dans ce domaine. Mazars a
des compétences en fiscalité internationale, fiscalité des particuliers et fiscalité des
entreprises.

2.3.4. Le pôle juridique et fiscal : Magellan


Créé initialement comme activité d’appoint pour l’audit et l’expertise comptable,
Magellan (connu jusqu’en 2000 sous le nom de Mazars & Associés) rassemble les activités
juridiques et fiscales du groupe.
Les missions confiées au cabinet se déclinent autour de trois grands thèmes
d’intervention : le conseil fiscal (sociétés, personnel, aspects internationaux, fiscalité des
groupes), le conseil juridique (droit des contrats et des sociétés pour l’essentiel), et le conseil
en droit social et la gestion de l’expatriation. Les équipes de Magellan sont composées
d’avocats et de fiscalistes.

2.4. Travailler dans le cabinet Mazars


Au sein du cabinet, l’évolution et la prise de responsabilités se font assez rapidement.
La structure hiérarchique est la suivante :

15
Associés
(À vie)

Fondé de
Pouvoir
(Indéfini)

Directeur de Mission
(3 ans minimum)

Responsable de Mission
(3 ans minimum)

Assistants Confirmés
(1 an)

Stagiaires et Assistants Débutants


(1 an)

Figure 5 : Structure Hiérarchique

Tout nouvel arrivant est accompagné d’un parrain qui le suivra tout au long de sa
carrière et s’occupera de faire le lien entre le collaborateur et l’entreprise. A la fin de chaque
mission, les responsables élaborent une fiche d’évaluation pour chaque intervenant. Ces
différentes fiches sont centralisées par le parrain et servent de support à l’appréciation globale
et annuelle du collaborateur. Dans le cas des stagiaires, la Direction RH évalue la synthèse
élaborée par le parrain et détermine si le cabinet est intéressé de faire ou non une offre
d’embauche (CF.. Annexe 1 : Fiche d’évaluation faite par mon parrain).

16
3. Mazars et le marché de l’audit en France

L’activité de commissariat aux comptes est traditionnellement partagée en France entre


les grands cabinets anglo-saxons, les grands cabinets français et les cabinets de moindre taille
(CA < 8 M€).
En clair, le marché se répartit entre les cabinets suivants : PriceWaterhouseCoopers,
KPMG, Deloitte et Ernst & Young, qui forment les « Big Four» ; Mazars et BDO Marque et
Gendrot, qui sont les deux cabinets français les plus importants, font jeu égal avec les cabinets
anglo-saxons sur le territoire national. Plusieurs critères permettent d’approcher le marché de
l’audit : le chiffre d’affaires total, le nombre de mandats détenus ou encore l’importance des
sociétés auditées.

3.1. Classement par le chiffre d’affaires


Dans l’édition 290 de « La Profession Comptable » l’on trouve le classement le plus
récent (mars 2007) des cabinets selon le chiffre d’affaires. Les chiffres cités ci-dessous ne
concernent que l’activité d’audit et sont exprimés en milliers d’euros. Depuis la dissolution et
l’éclatement du réseau Andersen, les « Big Five » sont devenus les « Big Four ».

CA HT
Cabinet Clôture Employés Bureaux
(K€)
KPMG France 716 764 09/2006 6 653 194
Deloitte France 554 000 05/2006 4 600 148
Ernst & Young France 550 000 12/2006 3 000 15
PricewaterhouseCoopers France 452 100 06/2006 2 745 25
Mazars 242 100 12/2006 1 900 26

L'audit
L'audit en
en France
France (2007)
(2007)

716764
716764
800000
800000
700000 554000
554000 550000
550000
700000
600000
600000 452100
452100
(K€)

500000
CA (K€)

500000
400000
400000 242100
242100
CA

300000
300000
200000
200000
100000
100000
00
KPM
KPMGG Deloitte
Deloitte E&Y
E&Y PWC
PWC M
Mazars
azars

Figure 6 : L'audit en France 2007. Données pour l'exercice 2005-06,


Source : La profession comptable n°290 de mars 2007

17
Le groupe Mazars se place au 5e rang juste après les « Big Four », avec un chiffre
d’affaire consolidé de 242 millions d’euros lors de la saison 2005 - 2006. Disposant d’une
expertise reconnue en France, le groupe se pose comme alternative aux grands réseaux
pluridisciplinaires. Il est ainsi l’auditeur de 200 sociétés cotées sur 16 marchés internationaux.
150 d'entre elles sont cotées en Europe, et plus de 50 en Amérique du Nord et du Sud et en
Chine.
Parmi les 500 premières capitalisations boursières européennes, Mazars audite plus de
sociétés que n'importe quelle autre organisation, en dehors des Big 4, et 18 des 100 premières
entreprises européennes appartiennent au portefeuille des clients.

Il est à noter que si Mazars se défend au niveau français, sur le plan mondial, le cabinet
ne rivalise pas avec les quatre concurrents anglo-saxons. Ces derniers disposent d'un réseau et
d'un nombre d'implantions largement supérieurs qui leur confèrent un avantage certain et qui
représentent par ailleurs une barrière à l'entrée très efficace à l'encontre de nouveaux entrants
potentiels sur le plan mondial.

3.2. Le nombre de mandats détenus dans le CAC 40


Une étude réalisée par le « Journal du Management » en novembre 2006, aboutit à un
classement comparable à partir du nombre de mandats détenus par chaque cabinet dans le
CAC 40. La conclusion que l’on peut en tirer n’est pas surprenante : le marché se répartit
majoritairement entre les « Big Four » et Mazars.

Présence des principales sociétés d’audit en France


Source : Journal du Management (28/11/2006)
Nombre de
Rang
Cabinet mandats dans le CA (K€)
Mondial
CAC 40
KPMG France 12 716 764 4
Deloitte France 14 554 000 2
Ernst & Young France 23 550 000 3
PricewaterhouseCoopers France 13 452 100 1
Mazars 14 242 100 NS

18
Nombre
Nombre de
de mandats
mandats dans
dans le
le CAC
CAC 40
40 (2006)
(2006)

23
23
25
25

20
20 14
14 14
14
13
13 12
15
15 12

10
10

55

00
EE&
&YY M
Mazars
azars Deloitte
Deloitte PWC
PWC KPMG
KPMG

Figure 7 : Présence des principales sociétés d’audit en France


Source : Journal du Management (28/11/2006)

Cette deuxième approche du marché de l’audit apporte cependant des enseignements


supplémentaires : Mazars se trouve mieux placé que les cabinets du « Big Four ». Quand à
Ernst & Young il devient le premier de l’Hexagone en termes de mandats détenus. Il dépasse
PWC, l’ex-leader historique de cette catégorie.

3.3. Les clients de Mazars


L’offre de services du cabinet Mazars s'articule aujourd'hui autour de 9 principaux
secteurs. Les clients les plus représentatifs dans chaque secteur sont les suivants :

 Secteur Industries de Procès, Services, Distribution : Dassault, Matra Hachette,


Moët & Chandon, Plastic Omnium, PSA, Thomson, LVMH, Castorama, VVF
Vacances…
 Secteur BTP, Contracting, Immobilier : Bouygues, Axa Immobilier, Gecina/Simco,
Société des Immeubles de France, Klépierre…
 Secteur Aéronautique, Défense, Espace : Aréva, Arianespace, Astrium, Dassault
Aviation, DCN, DGA, EADS, GIAT Industries, GIFAS, Lagardère Groupe, MBDA,
SMA, Snecma, SNPE, Sogerma, Thalès,…
 Secteur Technologies, Médias, Communication : Alcatel Bouygues (Télécom et
média), Cegetel, Lagardère, Publicis, Thomson Multimédia
 Secteur Agroalimentaire : Bonduelle, Castel, Groupe Danone, Harry's, Panzani, Pernod
Ricard,…
 Secteur Assurance et prévoyance : Assurances du Crédit Mutuel, AXA, BNP Paribas,
Écureuil Vie, Groupama
 Secteur Banque : AFD, AXA Banque, BNP Paribas, Cétélem, Banque Directe, Caisse
d'Épargne, Crédit Agricole, Danone Finance, Deutsche Bank, Dexia, Entenial, Lazard,
Société Générale, Sofaris…

19
 Secteur publique : La Poste, SNCF, EDF, GDF, ADP, Ministère de l'Économie, des
Finances et de l'Industrie, Ministère de la Défense, Ministère de l'Équipement, des
Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer, Plus de 20 départements, Plus de 100
communes, Banque Mondiale, ONU ...

En France, le cabinet compte parmi ses clients plus de 100 sociétés cotées dont :

Par indices boursiers

14 des 40 sociétés composant l'indice CAC 40


27 des 120 sociétés composant l'indice SBF 120
47 des 250 sociétés composant l'indice SBF 250

5 des 20 sociétés composant l'indice CAC NEXT 20


20 des 100 sociétés composant l'indice CAC MID 100
10 des 90 sociétés composant l'indice CAC SMALL 90

Par marchés boursiers

30 sociétés cotées sur l'Eurolist A


28 sociétés cotées sur l'Eurolist B
42 sociétés cotées sur l'Eurolist C
11 sociétés cotées sur les Autres Marchés

20
4. Le commissariat aux comptes

4.1. Mission : garantir la fiabilité de l’information


Le commissaire aux comptes a pour mission générale l’audit et la certification des
comptes de ses clients. Il garantit ainsi que les registres sont correctement tenus et que
l’information financière fournie aux tiers est fiable.
En 1935, les pouvoirs des commissaires aux comptes sont accrus afin de lutter contre
les scandales financiers nombreux à l’époque. Les commissaires aux comptes qui contrôlent
des sociétés, faisant appel à l’épargne publique, doivent recevoir l’agrément d’une cour
d’appel. Les commissaires aux comptes ont désormais l’obligation de rapporter au procureur
de la République les faits délictueux dont ils ont eu connaissance. Depuis, les lois et les
règlements concernant la profession se sont multipliés afin de coller au plus près aux
évolutions de l’entreprise.
Le commissaire aux comptes, c'est-à-dire l’associé dans le cas du groupe Mazars, est
légalement responsable de la certification des comptes présentés publiquement par une
entreprise. Chaque année, à la même date, les comptes sont clôturés de façon à établir le bilan,
le compte de résultat et l’annexe. Le bilan fait état de la situation financière cumulée depuis sa
création, avec d'un côté ce que l'entreprise possède (actifs et créances) et de l'autre ce qu'elle
doit. Ainsi, il est possible de se faire une idée de la situation financière de cette entreprise et
de la gestion à un moment donné. Les comptes de résultat présentent l'activité de l'exercice
qui vient de s'écouler (exercice = année entre deux clôtures) avec d'un côté les produits et de
l'autre les charges rattachées à l’exercice. Les comptes de résultat sont remis à zéro au début
de chaque exercice. L’annexe explique en détail les différents comptes et les mouvements les
plus importants de la période qui vient de s’écouler. Ainsi, ces documents sont soumis à
l'appréciation du commissaire qui doit établir, grâce à plusieurs contrôles, si les comptes
présentés reflètent fidèlement la réalité financière de l’entreprise.

4.2. Les missions de Commissariat aux comptes des comptes annuels

4.2.1. Contrôle légal obligatoire


Les sociétés par actions, SA, SCA et SAS doivent se soumettre au contrôle légal, quelle
que soit leur taille (Loi du 1er mars 1984) : les SNC, SARL, SCS, ainsi que toute personne
morale ayant une activité économique doivent subir ce contrôle si elles dépassent au moins 2
de seuils suivants :

 Total du bilan > 1,55 M€


 Chiffre d'affaires hors taxes > 3,10 M€
 Nombre de salariés > 50

4.2.2. Le contrôle légal facultatif


Ce contrôle est décidé par les associés ou par le juge. Dans les SNC et SCS non
soumises au contrôle légal obligatoire, les associés peuvent désigner un C.A.C. à l’unanimité
ou à une majorité prévue dans les statuts. Dans les SARL, les associés peuvent nommer un
C.A.C. à l’AG, à la majorité ordinaire.

21
4.2.3. Le contrôle contractuel
La demande de ce contrôle peut être effectuée par l’entreprise ou par des tiers. Ce
contrôle doit respecter les normes de l’OEC (Ordre des experts-comptables). Toute
information comptable et financière peut avoir des conséquences graves sur l’entreprise, aussi
est-il nécessaire pour les dirigeants de s’assurer de la sincérité des informations. Les
préoccupations d’une révision pour les dirigeants sont le plus souvent :

 Les besoins d’une information financière fiable avant de la présenter à des tiers ou aux
associés,
 L’appréciation de l’organisation comptable actuelle afin d’en déceler les insuffisances et
de les améliorer,
 La nécessité d’éviter des fraudes et des détournements.
Certains tiers ou partenaires de l’entreprise en relation avec elle ont souvent intérêt à ce
que les comptes soient préalablement révisés avant de prendre des décisions. Ainsi, la
demande du contrôle peut être faite par :

 Les banques,
 Les salariés, par l’intermédiaire du comité ou des syndicats,
 Une entreprise voulant fusionner,
 L’autorité des marchés financiers (AMF).

Le contrat qui lie l’auditeur est considéré comme un contrat d’entreprise dans le sens de
l’article 1710 du Code civil français (contrat par lequel l’une des parties s’engage à faire
quelque chose pour l’autre, moyennant un prix convenu entre elles). D’après les normes
professionnelles, l’expert-comptable et son client définissent une lettre de mission, définissant
les obligations réciproques.

4.3. Les missions ponctuelles


La mission ponctuelle, comme son nom le sous entend, est une mission contractuelle
entre l'entreprise et le cabinet, qui consiste par exemple à évaluer d'un point de vue impartial
et extérieur un secteur que l'entreprise n'estime pas optimal. Cette mission s’assimile à un
diagnostic de l'état d'une partie de l'activité de l'entreprise. D’autres missions ponctuelles ont
pour rôle de répondre à des besoins d’audit spécifiques de certaines entreprises (audit
d’acquisition, de réorganisation du système comptable ou informatique, etc.).
J’ai ainsi participé à une mission ponctuelle à la Banque Populaire BRED où nous
avons validé un portefeuille de 15 000 crédits hypothécaires qui feraient l’objet d’une
titrisation (CF. Annexe 2).
Ce genre de mission complète l'activité du cabinet sur les mois où généralement il y a
peu de clôture (avril - septembre), et est destinée uniquement à une diffusion en interne.
Ces missions s’apparentent souvent à des missions de conseil et ne peuvent donc pas
être réalisées au sein d’entreprises pour lesquelles nous sommes commissaires aux comptes
pour des raisons de séparation entre les pôles de conseil et d’audit.

22
4.4. Pouvoirs d’appréciation des comptes
Trois choix se présentent au commissaire aux comptes lors de la certification des
comptes :

 Les études réalisées par les auditeurs n'ont révélé aucune défaillance dans les procédures,
et n'ont pas montré d'erreur significative dans l'affectation des chiffres. Dans ce cas, il
appose sa signature sur ces comptes et ainsi s'engage pénalement.
 Les études réalisées ont montré quelques erreurs conséquentes dans l'affectation des
comptes, erreurs que l'entreprise a refusé de rectifier même à la demande des équipes
d'audit. Alors le commissaire aux comptes peut signer en émettant des réserves sur les
postes qui lui ont paru litigieux et ainsi se couvrir pénalement de toute poursuite
ultérieure.
 Il est apparu que de graves erreurs ont été faites et que par conséquent les comptes ne
reflètent pas une image fidèle de la situation de l'entreprise. C'est alors que le commissaire
aux comptes peut prendre l'option de refuser de signer les comptes. Cette décision, très
importante et très grave pour l'entreprise, n'est prise que dans des cas extrêmes.

La vocation de ces comptes est d'être présentée aux tiers, pour qu'ils se fassent une
opinion fidèle et réelle sur la santé financière de l’entreprise. Ces personnes peuvent être des
actionnaires, des entreprises concurrentes, ou des fournisseurs. Il apparaît alors évident que la
certification des comptes soit primordiale dans un environnement financier de plus en plus
concurrentiel, fait d'alliances et de rapprochements stratégiques.

23
5. Les missions d’audit

5.1. Les principes généraux de la comptabilité


Que ce soit pour une mission de C.A.C. ou une mission ponctuelle, le premier travail à
effectuer est de comprendre l’activité de l’entreprise pour ainsi être capable de la reconnaître
dans les comptes qui seront audités.
L’audit d’une société comporte un certain nombre d’obligations légales qui doivent
permettre à cette société de présenter des comptes respectant les principes généraux de la
comptabilité qui suivent :

5.1.1. Principes relatifs au temps


La comptabilité présentée doit être rattachée à un exercice, donc tous les mouvements
pris en compte doivent avoir un événement générateur dans l’exercice :

 Continuité d’exploitation
 Séparation (indépendance) des exercices (cut off).

5.1.2. Principes relatifs à la valeur


 Coût historique : on valorise les actifs par rapport au coût historique et on détermine la
valeur actuelle en enlevant la dépréciation correspondante, ce qui a changé avec les IFRS
car la valorisation ce fait au coût réel ou du marché. (CF. Annexe 3: Comparaison entre le
Plan Comptable Général Français et le référentiel IFRS - International Financial
Reporting Standard).
 Principe de prudence (un des principes les plus importants) : on valorise toujours les
produits au plus bas et les charges au plus haut. Exemple : une plus value sur des actions
boursières ne sera pas prise en compte, on valorisera les actions sur leur valeur d’achat.
Par contre, une moins value sera prise en compte directement).

5.1.3. Principes relatifs à « la bonne information »


 Non compensation : tous les mouvements doivent apparaître, on ne solde donc pas un
compte à l’actif et un compte au passif. Exemple : une société possède 2 comptes dans
une banque, un très déficitaire et l’autre bénéficiaire dans un montant équivalent. Ceci est
une erreur de gestion qui entraînera des frais financiers qui doivent apparaître dans les
comptes.
 Permanence des méthodes
Le respect de ces principes oblige les auditeurs à se fier à 7 critères d’audit. En effet, les
écritures doivent :

 être réelles
 concerner l’entreprise (important lors d’audit de filiales d’un groupe)

24
 être comptabilisées sans oubli
 être comptabilisées sans double emploi
 être comptabilisées dans le bon compte
 être comptabilisées pour le bon montant
 être comptabilisées dans la bonne période.

La principale contrainte au moment d’émettre cette opinion est l’impossibilité de


réaliser une vérification exhaustive (sinon, cela engendrerait des missions « éternelles ») et
une énorme augmentation des coûts. C’est pourquoi, le travail se fait selon une approche en
fonction des risques, où les différents cycles comptables sont audités selon le degré de risque
(risque élevé → contrôle des comptes étendus ; risque faible → contrôle des comptes allégé).

Les principaux risques sont (liste non exhaustive) :

 Risques inhérents au secteur d’activité : contexte réglementaire, spécificités du secteur ;


 Risques inhérents à la structure de l’entreprise : taille, forme juridique ;
 Risques propres à l’entreprise : relevés dans les dossiers N-1 et la synthèse intérimaire ;
 Risques potentiels : identifiés lors de l’examen des événements marquants de l’exercice.

5.2. L’organisation d’une mission d’audit


Le commissaire aux comptes à une obligation de moyens et non de résultats, il n’a donc
pas à faire un examen exhaustif de la comptabilité de la société. L’organisation des missions
respecte donc une approche par les risques de la société. Un travail en aval des interventions
permet de prendre connaissance de l’activité de la société et d’identifier les risques sur le plan
de la gestion et de la comptabilité afin de donner une direction à l’examen des comptes
pendant les interventions.
Le Commissariat aux comptes est nommé par le conseil d’administration pour une
période de 6 ans. Ces 6 années de mandat permettent de créer des liens forts avec le client. De
cette manière le cabinet peut connaître les points dits faibles de la société et les risques
potentiels pour la certification.

25
Le cycle d’audit ne se déroule pas de la même manière tout au long de l’année mais suit
des étapes bien définies ; la chronologie est la suivante :

Figure 8 : Organisation générale d’une mission d'audit

 Approche - Conception de la mission (mai – juin) : Actualisation de la connaissance de


l’activité et de l’environnement de contrôle, identification et hiérarchisation des risques
d’audit, conception de l’approche et planification de l’audit.
 Situation intermédiaire (30 juin) : Examen limité des données financières et attestation.
 Intervention intérimaire (octobre – novembre) : Évaluation détaillée des risques et du
contrôle interne, mise à jour de l’approche.
 Pré-final (novembre – décembre) : Entretiens avec la Direction, examen des positions
de principe et des points sensibles, anticipation des travaux de révision.
 Final (janvier – mars) : Suivi des recommandations faites à l’intérim, des décisions
prises au pré-final. Contrôles adaptés des états financiers en fonction de l’appréciation du
risque d’audit.
 Bouclage (mars – mai) : Synthèse finale, permettant une réflexion commune avec la
société sur les recommandations, révision des annexes et des documents émis.
 Opinion : Présentation des comptes aux actionnaires.

Des informations plus détaillées sur la distribution du temps dans chaque phase de la
démarche d’audit sont disponibles dans le graphique de l’annexe 4.

26
6. Travaux effectués : Une approche par cycles

Sur une mission de C.A.C. standard, l’audit des comptes de la société est réalisé par
cycles. On appelle un cycle un poste du bilan comptable ou du compte de résultat, parfois un
groupement entre plusieurs postes. Il existe 20 cycles à auditer sur une société, ils permettent
une analyse complète des comptes. Ces cycles correspondent à des regroupements plus ou
moins naturels des comptes.
Dans le cas de mes missions (CF.. paragraphe 7), les principaux cycles qui m’ont été
confiés en ma qualité de stagiaire furent entre autres, les cycles :

 Cycle Ventes / Clients


 Cycle Achats / Fournisseurs.
 Cycle Immobilisations
 Cycle Trésorerie
 Cycle Capitaux propres

Pour chacun de ces cycles, un certain nombre de travaux et tests sont à effectuer, à
formaliser sur papier ou par ordinateur puis à classer dans des classeurs. Il faut garder à
l’esprit que l’objectif de l’audit est de vérifier que les principes généraux de la compatibilité
cités précédemment ont été bien respectés et correctement appliqués. Pour chaque cycle, la
démarche suivie est globalement la suivante :

 Compréhension du fonctionnement du cycle


 Identification des principales variations
 Vérification des mouvements
 Recherche des pièces justificatives
 Réalisation des contrôles propres à chaque cycle étudié

Les contrôles effectués lors d’une mission de commissariat aux comptes ne peuvent être
exhaustifs faute de temps. En effet au cours de l’examen des comptes, nous procédons par
sondages sur les montants les plus significatifs et sur les postes exposés à un risque important,
puis l’on formule un jugement par cohérence.
Dans ce qui suit, je montrerai les objectifs recherchés et les travaux réalisés des
principaux cycles sur lesquels j’ai travaillé.

27
6.1. Cycle Ventes / Clients

6.1.1. Définitions
Créances d'exploitation : Il s’agit des créances nées de d'exploitation et créances
assimilées.
Chiffre d’affaires : Montant des affaires réalisées par l'entreprise avec les tiers dans
l'exercice de son activité professionnelle normale et courante.

6.1.2. Objectifs du contrôle des comptes


 S'assurer que les produits et charges inscrits au compte de résultat et provenant des
opérations de ventes résultent uniquement de l'enregistrement intégral des transactions
réalisées dans l'exercice comptable considéré.
 S'assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des opérations de ventes
sont correctement évalués et bien classés.

6.1.3. Contrôles types


6.1.3.1. Ventes
 Contrôler l'évolution des ratios significatifs par rapport à l'année précédente.
 Pour les ventes à des sociétés du groupe ou ayant des administrateurs communs vérifier
les conditions.
 Obtenir et vérifier le rapprochement entre le chiffre d'affaires tel qu'il apparaît en
comptabilité et le chiffre d'affaires déclaré pour le paiement de la TVA.
 Vérifier que le montant total des ventes au journal des ventes correspond au chiffre
d’affaires comptabilisé.
 Vérifier l'origine des comptes clients créditeurs.
 Vérifier la correcte séparation des exercices en faisant des tests de cut-off.

6.1.3.2. Clients et comptes rattachés


 Appliquer la procédure de confirmation directe en adressant des lettres aux clients pour
leur demander confirmation d’une créance (Circularisation).
 Lorsque la procédure de confirmation directe ne peut pas être appliquée (ou donne des
résultats insuffisants) :
o Vérifier que les soldes individuels sont correctement analysés.
o Vérifier les paiements ultérieurs crédités sur ces comptes avec les avis
bancaires.
 Pour les montants qui n'ont pas encore été payés depuis la date d'arrêté, examiner tout
document pouvant justifier le montant inclus dans le solde (bons d'expédition, factures,
correspondances).
 Pointer la balance clients avec les comptes individuels.
 S'assurer que les clients créditeurs figurent au passif du bilan et qu'il n'existe pas de
compensation entre soldes débiteurs et créditeurs.

28
 Vérifier que les créances à un an au plus et les créances à plus d'un an sont distinguées
dans l'annexe lorsque ces éléments ont un caractère significatif.

6.2. Cycle Achats / Fournisseurs

6.2.1. Définitions
Dettes d'exploitation : Dettes nées à l'occasion du cycle d'exploitation et dettes
assimilées.
Achats : Les charges comprennent les sommes ou valeurs versées ou à verser :
o soit en contrepartie de marchandises, approvisionnements, travaux et services
consommés par l’entreprise ainsi que des avantages qui lui ont été consentis ;
o soit en vertu d’une obligation légale que l’entreprise doit remplir.

6.2.2. Objectifs du contrôle des comptes


 S'assurer que les charges et produits inscrits au compte de résultat et provenant des
opérations d'achat, proviennent uniquement de l'enregistrement intégral des transactions
réalisées dans l'exercice comptable considéré.
 S'assurer que les comptes de tiers inscrits au bilan et provenant des opérations d'achat sont
correctement évalués et classés.

6.2.3. Contrôles types


D’une manière générale, les contrôles effectués sont similaires à ceux réalisés dans le cas du
cycle Ventes / Clients, en se plaçant toutefois du point de vue opposé, c'est-à-dire celui où
l’entreprise achète des biens, des services, ou plus globalement quand elle contracte une dette
envers un fournisseur quelconque.

6.3. Cycle Immobilisations

6.3.1. Définitions
Immobilisations corporelles : Il s’agit des éléments corporels destinés à servir de
façon durable à l'activité de l'entreprise. Ils ne se consomment pas dès le premier usage. Ces
immobilisations se répartissent au bilan, lorsqu'elles sont terminées, sous les rubriques
suivantes :
o terrains (y compris agencements et aménagements des terrains) ;
o constructions ;
o installations techniques, matériels industriels et outillages ;
o autres immobilisations corporelles.
Immobilisations incorporelles : Elles sont définies comme étant des actifs non
monétaires identifiables sans substance physique. Sont considérées comme des
immobilisations incorporelles les éléments suivants :
o Les frais d'établissement
o Les concessions, brevets, licences, marques, procédés, droits et valeurs
similaires

29
o Les fonds de commerce
o Les frais de recherche et développement
Immobilisations financières : Les immobilisations financières désignent toutes les
participations de l'entreprise, les prêts qu'elle a consenti à d'autres sociétés ou bien encore
diverses créances liées aux participations financières. Les immobilisations financières
s'opposent aux disponibilités et aux valeurs mobilières de placement par leur caractère à
moyen - long terme.
o Titres de participation ;
o Titres créant des liens d’association avec d’autres sociétés ;
o d'autres moyens aux effets analogues.
Amortissement pour dépréciation : C’est la constatation comptable d'un
amoindrissement de la valeur d'un élément de l'actif résultant de l'usage, du temps, du
changement de technique et de toute autre cause.
Dépréciation : Différence en moins entre la valeur brute et la valeur nette comptable
d'un élément de l’actif. Elle est constatée par des provisions ou des amortissements pour
dépréciation.

6.3.2. Objectifs du contrôle des comptes


Le contrôle des immobilisations doit permettre de vérifier si :

 elles existent
 elles appartiennent à l'entreprise
 elles sont correctement évaluées (valeurs brutes et nettes)
 elles sont correctement enregistrées
 la distinction entre charges et immobilisations est correctement effectuée
 les informations incluses dans l'annexe sont suffisantes et correctes.

6.3.3. Contrôles types

6.3.3.1. Contrôle de l’existence


 Obtenir le tableau des mouvements (brut, amortissement et provision) des immobilisations
incorporelles
 Vérifier que le fichier et les comptes sont mis à jour

6.3.3.2. Contrôle de la propriété


 Vérifier les titres de propriété de la société en ce qui concerne les terrains et les
immeubles et s'assurer qu'ils ne font pas l'objet d'une sûreté réelle.

30
6.3.3.3. Contrôle de la validité des enregistrements comptables
Généralités
 S'assurer que les soldes au fichier des immobilisations correspondent aux totaux inscrits
sur le compte du grand-livre
 Tester l'exactitude des calculs arithmétiques du fichier des immobilisations
 Vérifier l'exactitude des totaux du tableau des mouvements (brut et amortissement).
Acquisitions
 Vérifier les principales acquisitions de l'exercice avec les contrats et procès-verbaux du
Conseil d'Administration, les budgets d'investissements et les justificatifs (commandes,
factures, paiements)
 Au cas où il y a eu production d'immobilisations par l'entreprise, s'assurer que les coûts
imputés sont corrects.
Cessions
 Vérifier les principales cessions de l'exercice avec les documents justificatifs (facture,
autorisation, encaissement du prix, certificat de destruction ...)
 Vérifier que la valeur brute et les amortissements ont été sortis des comptes et du fichier
 S’il y a des cessions d'immobilisations, s'assurer que les plus ou moins-values dégagées
sont comptabilisées correctement
Amortissements
 Déterminer si la base d'évaluation et les taux utilisés pour l'amortissement sont appropriés,
compte tenu des durées de vie probables des actifs et de leur utilisation pendant l'exercice
 Vérifier avec le dossier permanent que les taux utilisés (et mode) sont les mêmes que ceux
de l'exercice précédent. Sinon évaluer l'impact du changement sur le résultat
 Vérifier que les amortissements sont calculés de manière constante et sur une durée
compatible avec la nature de chaque catégorie de bien (durée de protection, durée de bail,
etc.).
Annexe
 Vérifier que les éléments constitutifs des postes frais d'établissement, frais de recherche et
développement et fonds commercial sont commentés dans l'annexe ainsi que les modalités
retenues pour leur amortissement.

6.4. Cycle Trésorerie

6.4.1. Définitions
Liquidités : Espèces ou valeurs assimilables à des espèces et, d'une manière générale,
toute valeur qui, en raison de leur nature, est immédiatement convertible en espèces pour son
montant nominal (disponibilité). Sont également compris dans les liquidités les bons qui, dès
leur souscription, sont remboursables à tout moment, ainsi que les comptes bancaires à terme
lorsqu'il est possible d'en disposer par anticipation.
Valeurs mobilières de placement (VMP) : Titres acquis en vue de réaliser un gain à
brève échéance. Leur acquisition a un objectif de placement et non d’exercice d’influence sur
la société émettrice.

31
Concours bancaires courants : Dettes à l'égard des banques contractées en raison de
besoins de trésorerie résultant :
o de l'exploitation courante
o ou des autres opérations d'exploitation de l'entreprise.

6.4.2. Objectifs du contrôle des comptes


 S'assurer que les montants inscrits au bilan sont correctement évalués et classés
 S'assurer que les montants inscrits au compte de résultat reflètent bien l'intégralité des
charges ou produits relatifs à ces opérations
 S’assurer que la situation de trésorerie de l’entreprise est reflétée de façon exacte par les
montants inscrits au bilan
 S’assurer que tous les produits et frais concernant les opérations de trésorerie sont inscrits
au compte de résultat.

6.4.3. Contrôles types


Dans cette section, les tests et contrôles sont effectués au centime près.

 Appliquer la procédure de confirmation directe pour les soldes, découverts et prêts


bancaires, ainsi que pour les conditions (taux d'intérêt, commissions, plafond,
remboursement) qui y sont attachées
 Obtenir également confirmation des signataires autorisés, des intérêts ou autres frais
concernant l'exercice et non encore débités. Cette procédure sera appliquée à tous les
comptes bancaires y compris ceux ayant des soldes nuls ou sans mouvement. L'ensemble
des informations obtenues fera l'objet d'une exploitation
 Obtenir les rapprochements bancaires établis par l'entreprise
 Pour les écritures passées par l'entreprise et pas par la banque :
o vérifier que les écritures figurent bien dans les livres de l'entreprise avant la
clôture
o vérifier que la banque a pris ces mouvements en considération sur les relevés
de l'exercice suivant
o vérifier que l'entreprise a respecté la règle de séparation des exercices en
enregistrant ces montants.
 Pour les écritures passées par la banque et non par l'entreprise, tenant compte de son
caractère risqué, il faut vérifier la nature de cette écriture et apurer exhaustivement le
rapprochement.
 S'assurer que les soldes bancaires n'ont pas été compensés
 S'assurer que les montants en devises sont convertis aux taux de clôture
 Vérifier les « soldes à la banque » avec les relevés et confirmations
 Vérifier les « soldes dans les livres » avec les comptes individuels.

32
6.5. Cycle Capitaux Propres

6.5.1. Définitions
Capital : Il s’agit de l’apport initial lors de la constitution de l’entreprise.
Report à nouveau bénéficiaire : bénéfice dont l'affectation est renvoyée, par
l'Assemblée Générale Ordinaire statuant sur les comptes de l'exercice, à la décision de
l'Assemblée Générale Ordinaire appelée à statuer sur les résultats de l'exercice suivant
Report à nouveau déficitaire : pertes constatées à la clôture d'exercices antérieurs qui
n'ont pas été imputées sur des réserves ni résorbées par une réduction du capital social et qui
devront être déduites du bénéfice de l'exercice suivant ou ajoutées au déficit dudit exercice.
Résultat : Le résultat de l'exercice est théoriquement égal tant à la différence entre les
produits et les charges qu'à la variation des capitaux propres entre le début et la fin de
l'exercice.

6.5.2. Objectif du contrôle des comptes


 S’assurer du respect des obligations légales et la correcte prise en compte des décisions
des organes juridiques de la société.

6.5.3. Contrôles types

6.5.3.1. Capital
 Obtenir le tableau des mouvements depuis l'exercice précédent
 S'assurer de la conformité des mouvements avec les procès verbaux d'assemblées.

6.5.3.2. Souscription
 Lors de la création d'une entreprise, vérifier les écritures relatives à la souscription du
capital et vérifier que :
o l'intégralité du capital a été souscrite
o les règles de forme des actions et parts sociales ont été respectées
o le capital social est égal au minimum légal
o les règles de publicité ont été respectées.

6.5.3.3. Augmentation de capital


 Se faire présenter les documents sociaux relatifs à l'augmentation de capital.

6.5.3.4. Bénéfice distribuable


 Vérifier que les bénéfices distribués (ou proposés) sont réels
 Vérifier le paiement des dividendes.

33
7. Mes missions

Pendant mon stage j’ai eu l’occasion de travailler sur quatre missions principalement,
dans des équipes et des environnements différents à chaque fois.

7.1 Dans les Services : Distriboissons

7.1.1. Présentation de la mission


Distriboissons est une entreprise de taille moyenne dont son activité principale est la
distribution de boissons ; il n’existe aucun processus de transformation. La particularité de
cette entreprise est qu’elle clôture sa période le 31 mai et pour cette raison nous avons
intervenu durant la semaine du 21 mai. Il s’agissait d’une mission de commissariat aux
comptes conventionnelle, durant laquelle l’équipe d’audit n’était composée que d’une
responsable de mission et de moi ; pour nous deux, il s’agissait de la première fois que l’on
travaillait sur ce dossier.

7.1.2. Travaux effectués


Comme il a été mentionné auparavant, il s’agissait d’une mission conventionnelle de
C.A.C et pour cela nous avons reparti l’audit des différents cycles entre la responsable et
moi ; l’on disposait d’une semaine pour finir tous les travaux ce qui était plus qu’assez pour
finir, tenant compte de la taille de l’entreprise. Les cycles que j’ai du auditer furent
Immobilisations (corporelles, incorporelles et financières), Trésorerie, et Fournisseurs. Pour
chacun de ces cycles il fallait rencontrer les personnes chargées de la comptabilité et du
juridique afin d’obtenir les pièces justificatives des montants déclarés. Ensuite, il faut
chercher les pistes d’audit et les valider de façon pertinente. Comme a été expliqué dans le
chapitre 6, pour chaque cycle il faut réaliser une série de contrôles spécifiques qui dépendent
non seulement de l’entreprise en question et des mouvements significatifs lors de la période
mais aussi des besoins d’information du responsable de mission.

7.1.3. Impressions
Même s’il s’agissait d’une petite entreprise, je dois avouer que cette première mission
dans le cabinet a été la plus enrichissante et la plus positive de tout mon stage. Le fait qu’il
s’agisse d’une petite entreprise m’a permis de comprendre son fonctionnement dans
l’ensemble et de m’apercevoir des faiblesses dans toutes les différentes sections. La relation
avec ma responsable a été excellente et elle m’a donné beaucoup d’indépendance sans me
laisser à la dérive. Cette première mission m’a permis de me rendre compte en quoi le métier
de l’ingénieur dans le monde de l’audit pouvait être utile et parfois nécessaire. En effet, les
connaissances techniques ont été d’une aide précieuse pour m’adapter à l’environnement
d’une société que je ne connaissais pas et de m’adapter à chaque interlocuteur rencontré.

34
7.2. Dans l’immobilier : Archon Groupe France

7.2.1. Présentation de la mission


Archon groupe est une entreprise d’origine américaine qui appartient au « Goldman
Sachs Group, Inc. » et s’occupe de la gestion d’actifs immobiliers et des crédits
hypothécaires. Cette entreprise est composée de plusieurs filiales qui elles mêmes à leur tour
en sont aussi composées de plusieurs. Lors de cette mission, il fallait valider la liasse de
consolidation de deux des filiales et tous les retraitements faits dans le tableau de variation de
résultat.
La liasse de consolidation n’est que les états financiers de l’entreprise (bilan, CdR et
annexe) modifiés par les différents retraitements de la période ; ces retraitements peuvent être
des opérations entre les entreprises du même groupe, des comptes courants du groupe, des
agios des comptes courants, des écritures non-passées de la période précédente, etc. Le
tableau de variation de résultat montre également la manière dont le résultat social a été
retraité pour pouvoir s’ajouter au résultat consolidé.

7.2.2. Travaux effectués


Les travaux qui m’ont été confiés furent la validation des liasses de consolidation de
deux filiales et la validation des tableaux de variation de résultat.

7.2.3. Impressions
Le contexte de la mission a été assez spécial : d’une part c’était ma première
intervention sur une mission de consolidation et d’autre part l’équipe était composée d’une
responsable de mission (qui n’était pas à 100% présente dans la mission), d’un assistant
débutant et de moi comme stagiaire. L’assistant est parti en congé maladie presque dès mon
arrivée et je me suis trouvé pratiquement seul durant la mission. Il s’agissait d’une
intervention compliquée, non seulement car je ne connaissais pas l’entreprise ni la façon dont
elle faisait sa consolidation, mais aussi car ce type de mission se fait sous un logiciel qui
s’appelle « Magnitude », qui facilite la présentation et la compréhension des retraitements, et
que l’entreprise ne possédait pas, elle faisait tout sous Excel. Je dois avouer, que j’ai
beaucoup travaillé mais la plupart du temps c’était davantage pour essayer de comprendre ce
que je devais faire, les travaux sous Excel ne faisant qu’empirer la tache. Bien sur à la fin de
l’intervention j’ai commis mes premières erreurs de débutant, surtout dans la formalisation
des retraitements, mais comme je l’ai précisé lors de mon entretien de parrainage, ce sont des
erreurs que je n’aurais pas commisses si j’avais été mieux encadré.

35
7.3. Dans la banque : BRED Banque Populaire

7.3.1. Présentation de la mission


Lors de cette mission ponctuelle il fallait valider le portefeuille des créances
hypothécaires de la banque qui feraient l’objet d’une titrisation. Pour cela, nous nous sommes
rendus dans le bâtiment de la banque à Bercy où nous avons, en tout confidentialité, validé les
informations consignées dans un échantillon de prêts pour déterminer le risque de
remboursement et ainsi pouvoir définir la valeur du titre.

7.3.2. Travaux effectués


Le portefeuille était composé de 15000 prêts hypothécaires et pour cette validation nous
avons pris un échantillon significatif. Dans un logiciel spécifiquement conçu pour cette
mission, nous avons déterminé un certain nombre de paramètres, dont le montant, la durée, les
revenus et la profession qui, dans l’ensemble, nous donneraient le risque du portefeuille et
grâce auquel nous pourrions ainsi déterminer la valeur des titres. Cette valorisation a été faite
par une entité spécialisée dans le domaine.

7.3.3. Impressions
Cette mission ne relève pas d’une mission d’audit mais plus d’une mission de conseil et
d’accompagnement. Il est nécessaire de se rendre compte que l’audit financier comporte
différents types de missions dont certaines de ce genre. D’un point de vue pragmatique, ce
type de mission est beaucoup plus rentable et lucratif pour le cabinet qu’une mission de
C.A.C conventionnelle.

7.4. Dans les Finances : Eurofactor

7.4.1. Présentation de la mission


Eurofactor est une entreprise appartenant au groupe Crédit Agricole leader dans
l'affacturage2 et le financement du poste clients. Il s’agit d’une mission classique de
Commissariat aux comptes pour une clôture au 30 juin. Généralement les clôtures au 30 juin
sont suivies d’intervention courant juillet mais celle-ci a lieu en août.

7.4.2. Travaux effectués


Les travaux qui m’on été confiés lors de cette mission sont les cycles trésorerie et
créances et dettes envers des établissements de crédit. Pour mieux illustrer les travaux
effectués dans le cycle créances, vous trouverez dans l’annexe 5 l’extrait de la formalisation
que j’ai réalisé à la fin de mon intervention. Ce type de formalisation est fondamental et
indispensable dans chaque mission, non seulement pour que les responsables soient au
courant des travaux faits et de son état d’avancement mais aussi pour laisser une trace de ce
qui a été fait pour la prochaine intervention.

2
L'affacturage est un moyen de financement des entreprises par le biais d'une société de financement, la société
d'affacturage, à laquelle seront confiées les créances de l'entreprise. Le factor assume le risque de solvabilité du
client, mais pas celui de non-paiement. L'affacturage est ainsi une combinaison d'une prestation de services, la
gestion du recouvrement des créances, d'une opération analogue à l'assurance, la garantie de crédit des débiteurs
et d'une opération de crédit.

36
7.4.3. Impressions
Cette mission m’a laissé entrevoir les difficultés que l’on rencontre dans l’organisation
et la planification de nos missions. En effet, il est extrêmement difficile de concilier la volonté
de réaliser une intervention courte et efficace avec la réalité du fonctionnement de
l’entreprise : informations arrivant au compte goutte, souvent lacunaires ou non définitives…
Ce travail de planification n’est pas réalisé lors des deux premières années chez Mazars
puisqu’il est à la charge des responsables de mission.

7.5. Bouclage et archivage

7.5.1. Bouclage
Le travail de bouclage consiste à reprendre les dossiers de chacune des sociétés, puis de
lister les points restés en suspens et de relancer nos interlocuteurs afin de recevoir par
exemple des pièces manquantes ou des documents corrigés. Cette étape permet de donner une
appréciation pleinement justifiée sur les comptes d’une société. Le bouclage se termine par
une phase de questionnaires permettant de s’assurer que toutes les diligences nécessaires ont
été mises en œuvre par le cabinet, il s’agit également de pointer toutes les informations
présentées dans les documents financiers de l’entreprise afin de s’assurer qu’aucun rajout ou
oubli n’a été effectué sans l’accord du cabinet.

7.5.2. Archivage et contrôle qualité


Une fois les bouclages finis, une dernière étape met fin définitivement aux travaux de
clôture, il s’agit de l’archivage. Cette étape consiste à classer dans un dossier permanent tous
les éléments pertinents et utiles destinés à être réutilisés lors de futures interventions. Ce
dossier restera accessible aux équipes d’audit. Pour ce qui est des tests et autres documents
secondaires, ils sont envoyés aux archives pour être conservés pendant au moins la durée
complète du mandat d’audit c'est-à-dire 6 ans.
À la fin de chaque saison, l’entreprise effectue en interne un contrôle qualité de certains
dossiers, et particulièrement au niveau de la forme. Pendant cette période les collaborateurs
doivent donc revoir leurs dossiers de l’année et procéder à une vérification de la mise en
forme.

37
8. L’audit en Amérique Latine

La standardisation comptable a été vue dans la plupart des pays de l’Amérique Latine,
comme une charge et une obligation plutôt que comme une nécessité pour pouvoir s’adapter
aux mutations économiques du marché globalisé.

En outre, la structure économique de ces pays n’est pas complètement adaptée aux
exigences du marché international puisqu’elle est constituée principalement des petites et
moyennes entreprises et elles constituent l’axe de leur activité économique. En Colombie par
exemple, les micros, petites et moyennes entreprises (en espagnol : MIPYMES) représentent
une partie fondamentale de l’économie nationale puisqu’elles sont la plus importante source
d’emploi et de richesse constituant 94% de la totalité des entreprises du pays et assurant 65%
des emplois. De cette manière, la mise en place d’un nouveau référentiel comptable entraîne
des coûts supplémentaires de changement dont elles n’ont pas les moyens.

De toute façon, elles sont conscientes de leur profond retard en comparaison avec le
reste du monde et des conséquences négatives que cet isolement économique peut entraîner.
Par conséquent, la Colombie ainsi que d’autres pays du continent, se trouvent dans un état de
passage entre les schémas comptables conventionnels, nationalistes et protectionnistes, vers
les systèmes spécialisés d’information en accord avec les standards internationaux et les
nouvelles méthodes du management et de la comptabilité de gestion.

En termes macroéconomiques, ces pays ont fait des progrès mais pas assez pour pouvoir
parler d’aperture économique et s’orienter vers les scenarios internationaux. Le « talon
d’Achille » est toujours l’intégration économique dans le continent même qui n’a pas permis,
auparavant, le bon développement du « Pacte Andin » entre la Colombie, l’Equateur, le
Pérou, la Bolivie et le Venezuela (dont le retrait a été annoncé le 22 avril 2006 pour adhérer
au Mercosur. La raison invoquée est la signature d'accords de libre-échange avec les États-
Unis par la Colombie et le Pérou).

Aujourd’hui les motivations d’intégration économique se dirigent vers la Zone de libre-


échange des Amériques ou ZLÉA (en anglais : FTAA ; en espagnol et portugais : ALCA), la
Communauté Andine des Nations (CAN) et quelques autres accords importants avec les
Etats-Unis et la Communauté Européenne. Cela démontre qu’il existe une véritable volonté
de ne pas rester dissociés, mais d’essayer de trouver une harmonisation économique qui se
fera sans perdre les caractéristiques propres de chaque pays et reflétera les conditions
économiques et sociales de chacun.

38
9. Conclusion

Après avoir eu ce premier aperçu du métier et de l’entreprise, je peux en tirer plusieurs


conclusions. D’abord j’ai eu l’occasion de démythifier l’audit ; voir qu’il est un métier qui
demande de la rigueur, de l’ordre et de la formalisation mais qui permet de découvrir
l’activité économique et financière d’une entreprise depuis un point de vue globale et externe,
ce qui n’est pas le cas dans d’autres domaines. Ensuite, ce stage m’a donné envie de rester au
sein du cabinet ; c’est vrai qu’en tant que stagiaire je n’ai pas fait les choses les plus
intéressantes du métier, mais il s’avère à l’avenir comme une expérience très enrichissante.
Et pour finir, le dernier point, sinon le moindre, j’ai eu la chance d’intégrer une entreprise
magnifique qui s’est toujours montrée ravie de m’avoir parmi ses collaborateurs et intéressée
de me garder par la suite.

Ce stage comme je le désirais, m’a permis de faire converger toutes les formations que
j’ai eues jusqu’à présent et de les compléter par une expérience économique (financière,
comptable, gestion). Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les ingénieurs sont très
appréciés dans ce métier non seulement grâce à leurs méthodes rigoureuses de travail déjà
apprises au long de leur scolarité, mais aussi grâce à leur capacité d’apprendre facilement et
rapidement ; dans le secteur d’activité assurance particulièrement, les ingénieurs sont très
demandés car il requiert des fortes bases mathématiques et les problématiques techniques ont
une grande importance. Il faut souligner également, que les collaborateurs bénéficient d’une
bonne marge d’autonomie, que ce soit dans les taches confiées ou dans les horaires de travail.
La seule justification rendue est celle du travail fourni.

Un autre aspect clé de ce stage est que même en tant que stagiaire, j’ai été tout de suite
en contact avec le client. J’ai donc dû vite apprendre à savoir travailler avec le client, c’est-à-
dire à aller le voir en entretenant un bon contact avec lui d’une part et en sachant ce que je
cherchais à obtenir auprès de lui d’autre part afin que ni lui ni moi ne perdions de temps
inutilement. De plus toute mission s’effectue en équipe, j’ai donc dû faire preuve
d’adaptabilité afin de pouvoir travailler en permanence avec d’autres personnes.

Enfin d’un point de vue plus technique, j’ai bien sûr acquis de nombreuses notions de
comptabilité. Grâce surtout à la diversité de mes missions, dans lesquelles j’ai pu découvrir
différentes entreprises, et ainsi observer les différences d’organisation les unes par rapport aux
autres, en percevoir (en partie car sur des temps d’intervention court, il ne saurait en être
autrement) la complexité, et constater combien il était plus facile d’intervenir dans les
structures bien organisées. Il est en effet alors plus aisé de trouver le bon interlocuteur, plus
facile d’obtenir la bonne pièce justificative...

Comme je l’avais mentionné précédemment cette expérience a renforcé mon intention


d’exercer ce métier lors de mes premières années après la sortie de l’école. Je ne pourrais pas
dire pour combien de temps j’y resterai mais je ferai de mon mieux pour en tirer tous ses
bénéfices.

39
10. Bibliographie

 « CAC 40 : qui audite qui ? ». Site JDN management, [En ligne].


http://www.journaldunet.com/management/0611/0611163-audit-cac-40.shtml
(Page consultée le 27 août 2007)

 Site Mazars Groupe, [En ligne].


http://www.mazars.com
(Page consultée le 27 août 2007)

 Site Mazars France, [En ligne].


http://www.mazars.fr
(Page consultée le 27 août 2007)

 « Audit comptable et financier ». Site Wikipedia France, [En ligne].


http://fr.wikipedia.org/wiki/Audit_comptable_et_financier
(Page consultée le 27 août 2007)

 « Classement des cabinets d’audit en France ». La Profession Comptable. Mars 2007, N°


290

 Supports formation des stagiaires

40
Annexe 1 : Fiche d’évaluation parrain

41
42
Annexe 2 : La Titrisation

Originellement, il s’agit d’un mode de financement qui a évolué pour devenir à la fois
un instrument de gestion du bilan, de gestion des risques, et de création de valeur. Une
tentative de définition générale peut-être dérivée du nom du produit : il s’agit d’une technique
financière qui transforme des actifs illiquides en titres (obligation ou autre) liquides (est
liquide un actif pour lequel il existe un marché efficace qui permet à tout moment à
l’investisseur d’investir ou de désinvestir dans cet actif. Par opposition, est illiquide un actif
pour lequel il n’existe pas de marché efficace).

L’exemple suivant illustre la dynamique générale dans la titrisation :

Une banque, le cédant, souhaite lever un financement basé sur un portefeuille de crédits
hypothécaires. La banque cède à la SPC, créée pour l’occasion, le portefeuille de crédits ainsi
que tous les droits attachés (tels que les droits liés à une assurance vie) ; la SPC émet des
obligations dont les intérêts et les remboursements en capital seront assurés exclusivement par
les flux financiers du portefeuille de crédit ; avec le résultat de l’émission obligataire, la SPC
paie à la banque le prix de vente du portefeuille.
Économiquement, tout se passe pour la banque comme si elle avait obtenu le
financement « en direct » et elle s’est assurée un financement sur base de la qualité du
portefeuille de crédit. Juridiquement, il n’y a aucun rapport entre l’investisseur et la banque,
puisque la SPC est interposée entre les deux : la faillite ou le défaut du cédant n’aura d’effet
ni sur l’opération, ni sur les investisseurs.

Avantages
 Accès à une nouvelle source de financement
 Transfert de risques
 Gestion de bilan
 Discrétion et maintien de la relation avec le client
 Extraction de valeur

43
Annexe 3 : Le référentiel IFRS

L’IFRS (International Financial Reporting Standards) cherche l’harmonisation au


niveau international de l'information financière pour une meilleure comparabilité et une
meilleure transparence des états financiers publiés par les Entreprises et les Groupes

Objectifs

 Fournir une information transparente aux utilisateurs afin de les sécuriser et les aider dans
leur prise de décisions
 Garantir la transparence et la comparabilité des comptes

Comparaison entre les deux référentiels

Système Français Système International


Système International
(PCG) (IFRS)
(IFRS)

Vision juridique de l’entreprise Vision économique de l’entreprise

Évaluation du Patrimoine Évaluation de la Rentabilité

Prééminence du droit sur les faits Prééminence de la Réalité sur la forme

Valeur comptable des actifs Valeur de marché des actifs

Relation entre comptabilité et fiscalité Indépendance entre la comptabilité et la


fiscalité

États financiers conformes au Plan États financiers conformes aux normes


Comptable Général IAS/IFRS

44
Annexe 4 : Phases - restitutions et temps

45
Annexe 5 : Exemple de memo de section
Mémo Créances et Dettes envers les établissements de crédit (C)

I. Objectifs

− S’assurer de la réalité des comptes courants bancaires.


− S’assurer de la correcte valorisation des comptes en devises et de la correcte comptabilisation des comptes
courants.

II. Données chiffrées : CF.. Feuille Maîtresse

III.Travaux effectués

− Feuille maîtresse à partir de la BG (Créances envers les EC en C100, Dettes envers les EC en C200),

− Revue analytique

− Comptes courants ordinaires :


 Sélection de rapprochements bancaires au 30.06.2007 selon le caractère significatif
des soldes en comptabilité,
 Validation des rapprochements bancaires sélectionnés (contrôle de l’apurement des
écritures en suspens).

− Créances et Dettes rattachées : validation du calcul des ICNE sur swaps

− Prêts & Emprunts :


 Fichier de suivi des prêts accordés aux filiales au 30.06.2007 : Validation des flux du
2ème trimestre 2007, Validation des créances rattachées, Validation des intérêts à
recevoir ; Récupération des avenants éventuels aux conventions.
 Emprunts : validation des mouvements et des ICNE sur dettes subordonnées

IV. Revue analytique

Les principaux évènements du trimestre sont :

- Révision de plafond des prêts octroyés à deux filiales

V. Points notés

1. Comptes courants ordinaires : Validation des rapprochements bancaires

Interlocuteur : M. Lemonier

 Rapprochements bancaires (C110 à C 250)

Les vérifications effectuées au titre des rapprochements bancaires ont porté sur 10 comptes et concernent des
montants considérés comme les plus significatifs. Les 5 comptes sélectionnés à l’actif représentent 80% du poste
Comptes courants ordinaires débiteurs, et les 5 comptes sélectionnés au passif représentent un scope de 51% du
poste Comptes ordinaires créditeurs.

46
 Points notés

Les rapprochements bancaires sont satisfaisants avec 63% des rapprochements sélectionnées qui sont apurés (1-
(Total points suspens / Total apurements))3. Il faut noter également que deux des comptes vérifiés présentaient
un rapprochement parfait entre le solde comptable et le relevé bancaire (C140 et C240), et un du passif avait solde
bancaire égal à zéro (C250). Ce compte appartient à un client (il a d’ailleurs son nom : « Bull SA ») et il a été
liquidé une fois que les fonds y sont arrivés.

Les 10 comptes sélectionnés représentent 70% de l’ensemble Comptes courants ordinaires débiteurs et créditeurs
(283 588K€/406 946K€). De la même manière que pour la période précédente, toutes les écritures présentant
une étoile dans la colonne code, correspondent à des écritures qui ont été apurées entre la date de clôture et la
date d’édition du rapprochement bancaire. Ainsi, la plupart d’écritures avaient déjà été apurées et pour cela le
scope validé n’est pas significatif (Total d’apurements / Total Comptes Courants Ordinaires D et C)4.

Lors du rapprochement entre le solde bancaire apparaissant sur l’état de rapprochement et le solde apparaissant
sur le relevé bancaire, nous n’avons pas constaté de différences (sauf quelques écarts non significatifs C220 et C240).

 Suivi des suspens

Nous avons obtenu le suivi global des points en suspens au 30.06.2007. Ce tableau est saisi manuellement et
pour cela il présent quelques erreurs de saisie ; or les totaux ne cadrent pas exactement avec les tableaux fournis
par le logiciel de gestion comptable notamment à cause du décalage entre la date d’édition de chaque tableau
(justification verbale donné par M. Lemonier) ; pour ces raisons on ne peut pas estimer à quel point les
informations retirées sont pertinentes (même si les totaux entre les tableaux restent cohérents).

 Remarque sur les rapprochements bancaires:

1) Ecritures passées en banque et pas en comptabilité

Dans de nombreux cas, il s’agit de virements reçus en banque à la fin du mois et comptabilisés au début du mois
suivant. M. Lemonier nous a fourni les états de rapprochement actualisés ce qui nous a permis de valider les
rapprochements.

Les écritures passées en banque et pas en comptabilité peuvent également être des écritures passées
automatiquement sur un compte bancaire d’Eurofactor à la fin du mois. Les écritures comptables sont passées
automatiquement ou manuellement quelques jours plus tard et apparaissent donc en comptabilité le mois suivant.

2) Ecritures passées en comptabilité et pas en banque

Il s’agit généralement de chèques émis non encaissés à la fin du mois ; les relevés bancaires actualisés fournis
par M. Lemonier nous ont permis de valider les rapprochements. Dans la plupart de cas, il s’agit de montants
non significatifs et pour cela ils passent d’un mois à l’autre presque inaperçus. Le service comptable fait des
relances périodiques par mail pour régulariser les écritures qui restent toujours en suspens.

Les rapprochements sont satisfaisants. L’apurement sur les montants sélectionnés est satisfaisant. Cependant,
comme il a été indiqué il reste des écritures en suspens après notre intervention.

 Suivi des suspens au 31.03.2007


C127,
Les 4 points en suspens de l’intervention du 31.03.2007 ont été bien régularisés (CF. Mémo C 31.03.2007,
C135, C136 et C215
).

 Point à suivre :

Des nouveaux suspens ont été trouvés et serons traités avant de la prochaine intervention :

3
1 - (476 260,12 / 1 290 594,8) = 63,1%
4
(1 290 594,8 / 406 946 156) = 0,32%

47
- Les montants 19 502.84€, 15 173.22€ et 14 714.27€ se trouvent en cours de résolution juridique
/contentieux (CF. mail C115).
- Le montant 140 684.21€ est un virement qui n’a pas été régularisé. M. Lemonier doit passer l’écriture
d’OD pour le régulariser (CF. C135).
- Le montant 59 871.49€ est un double paiement. M. Lemonier a lancé la régularisation (CF. mail C136).
- Dans C210, tous les montants choisis sont des points en suspens et correspondent à des chèques émis
non encaissés (dont un significatif de 134 049.03€). Le service comptable a envoyé un nouveau mail
pour régulariser ces écritures.
- Se renseigner auprès M. Lemonier : il y a un apurement (CF. C232) qui a été fait entre la date de clôture
et la date d’édition mais qui n‘avait pas d’étoile sur le rapprochement bancaire, mais s’il avait été
rapproché avant la date de clôture il ne devrait pas apparaître dans le rapprochement (???)

VI. Conclusion

Sans d’autres points à ajouter la section est validée

48