Vous êtes sur la page 1sur 33

Sonnati Matthieu

Fournier Teddy

Janvier 2007
1
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Compte rendu TP Abaqus


TP 1 : Déflection d’une poutre encastrée

Le but de ce TP est de simuler le fléchissement d’une poutre dont l’une des extrémités est
encastrée. Ce cas simple possède une solution analytique issue de la théorie des poutres. Cela
nous permettra de comparer la véracité des résultats numériques obtenus pour différents
maillages.

Matériau : Acier
5 mm
E = 210 000 MPa
= 0,3

2 mm

150 mm

F = 15 N

1. Calcul de la solution analytique


Pour ce problème relativement simple, il existe une solution analytique aisément
calculable. D’après les caractéristiques du matériau et les paramètres géométriques fournis
par l’énoncé nous pouvons calculer la flèche en utilisant l’équation suivante :
F x 3 Lx 2
y(x) = −
EI 6 2
Avec le moment d’inertie I tel que :
h l
2 2
h 3l
I= y ² dy dz = ≈ 20,83 mm4
h l 12
− −
2 2
Le calcul de la flèche pour les différentes valeurs de x a été réalisé sous Excel®. Nous
obtenons la courbe analytique suivante :

Janvier 2007
2
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Flèche de la fibre neutre (F=15N)


Solution analytique

Longueur (mm) 150


0,0
0 20 40 60 80 100 120 140 160
-0,5

-1,0
Déplacement (mm)

-1,5

-2,0

-2,5

-3,0

-3,5

-4,0

La flèche maximale calculée grâce à la solution analytique est :


Fan = -3,86 mm.

2. Calcul numérique

2.1 Petite déformation (F = 15N)


Dans un premier temps nous avons appliqué une force de 15 N en bout de poutre. Nous avons
fait l’hypothèse des petites déformations (Non linear geometry : Step->Nlgeom->Off).

a. Simulation 1
Dans un premier temps nous avons utilisé les paramètres de maillage suivant :
- Taille de maille : 4 mm
- Degré d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite
- Type d’éléments : Hexaèdre

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Janvier 2007
3
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Le graphe de la flèche de la fibre neutre (voir ci-dessous) nous montre une flèche maximale
de -354 mm, soit une erreur de plus de 9000% par rapport à la solution analytique
(Fan = -3,86 mm).
Flèche de la fibre neutre (F=15N)
Solution analytique VS 4-Hex-Lin

Longueur (mm) 150


0
0 20 40 60 80 100 120 140 160

-60

-120
Déplacement (mm)

Solution analytique
-180
15-4-H-L

-240

-300

-360

b. Simulation 2
Suite à l’erreur monumentale précédemment obtenue, nous avons essayé de diminuer la taille
de notre maillage.
- Taille de maille : 3 mm
- Degré d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite

Janvier 2007
4
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
- Type d’éléments : Hexaèdre

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Comme le montre le graphe ci-dessous, la flèche maximale est de -5,12 mm, ce qui est plus
proche de la solution analytique (Fan = -3,86 mm) que précédemment.
Flèche de la fibre neutre (F=15N)
Solution analytique VS 3-Hex-Lin

Longueur (mm) 150


0,0
0 20 40 60 80 100 120 140 160
-0,5

-1,0

-1,5
Déplacement (mm)

-2,0

-2,5 Solution analytique

-3,0 15-3-H-L

-3,5

-4,0

-4,5

-5,0

-5,5

Cependant la correspondance entre simulation numérique et solution analytique n’est pas


encore satisfaisante.

Janvier 2007
5
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
c. Simulation 3
Toujours dans le but de nous rapprocher de la solution numérique nous avons encore diminué
la taille de notre maillage.
- Taille de maille : 1 mm
- Degré d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite
- Type d’éléments : Hexaèdre

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Le graphe de la flèche de la fibre neutre (voir ci-dessous) nous montre une flèche maximale
de -4,02 mm, ce qui correspond à peu près à la solution analytique (Fan = -3,86 mm).
Flèche de la fibre neutre (F=15N)
Solution analytique VS 1-Hex-Lin

Longueur (mm) 150


0,0
0 20 40 60 80 100 120 140 160
-0,5

-1,0
Déplacement (mm)

-1,5

-2,0 Solution analytique

-2,5 15-1-H-L

-3,0

-3,5

-4,0

-4,5

Janvier 2007
6
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
d. Simulation 4
Au lieu de diminuer la taille du maillage, nous avons aussi essayé d’augmenter l’ordre
d’interpolation, de linéaire à quadratique.
Note : lors de nos essais le calcul n’a pas convergé pour une taille de maille de 4 mm. C’est
pour cette raison que nous avons légèrement diminué la taille de maille.
- Taille de maille : 3 mm
- Degré d’interpolation : quadratique
- Type d’intégration : intégration réduite
- Type d’éléments : Hexaèdre

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Le graphe de la flèche de la fibre neutre (voir ci-dessous) nous montre une flèche maximale
de -3,85 mm, ce qui correspond quasi-exactement à la solution analytique (Fan = -3,86 mm).

Janvier 2007
7
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Flèche de la fibre neutre (F=15N)


Solution analytique VS 3-Hex-Quad

Longueur (mm) 150


0,0
0 20 40 60 80 100 120 140 160
-0,5

-1,0
Déplacement (mm)

-1,5
15-3-H-Q
-2,0
Solution analytique

-2,5

-3,0

-3,5

-4,0

e. Simulation 5
Nous avons aussi étudié les différentes formes de maille. Dans ce maillage nous avons utilisé
des éléments tétraédriques en remplacement des éléments hexaédriques, précédemment
utilisés.
- Taille de maille : 3 mm
- Degré d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite
- Type d’éléments : Tétraèdre

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Janvier 2007
8
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
Comme le montre le graphe ci-dessous, la flèche maximale est de -2,54 mm. On peut
remarquer que, dans ce cas, la flèche maximale est inférieure (en valeur absolue) à celle de la
solution analytique.
Flèche de la fibre neutre (F=15N)
Solution analytique VS 3-Tet-Lin

Longueur (mm) 150


0,0
0 20 40 60 80 100 120 140 160
-0,5

-1,0
Déplacement (mm)

-1,5
15-3-T-L
-2,0
Solution analytique

-2,5

-3,0

-3,5

-4,0

f. Simulation 6
Comme nous l’avons fait pour les éléments hexaédriques, nous avons aussi tenté de diminuer
la taille des éléments tétraédriques.
- Taille de maille : 1 mm
- Degré d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite
- Type d’éléments : Tétraèdre

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Janvier 2007
9
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
D’après le graphe ci-dessous, la flèche maximale est de -3,63 mm, ce qui est assez proche de
la solution analytique.
Flèche de la fibre neutre (F=15N)
Solution analytique VS 1-Tet-Lin

Longueur (mm) 150


0,0
0 20 40 60 80 100 120 140 160
-0,5

-1,0
Déplacement (mm)

-1,5
15-1-T-L
-2,0
Solution analytique

-2,5

-3,0

-3,5

-4,0

g. Simulation 7
Nous avons aussi tenté de changer le mode de calcul en passant d’un calcul d’intégration
réduite à un calcul en mode incompatible.
- Taille de maille : 3 mm
- Degré d’interpolation : linéaire
- Type d’éléments : Hexaèdres à mode incompatible

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Janvier 2007
10
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
La flèche maximale obtenue est de 3,84mm, ce qui remarquablement proche pour des
éléments de cette taille et en comparaison avec ce que l’on obtient pour les calculs à
intégration réduite.
Flèche de la fibre neutre (F=15N)
Solution analytique VS 3-Hex inc-Lin

Longueur (mm) 150


0,0
0 20 40 60 80 100 120 140 160
-0,5

-1,0
Déplacement (mm)

-1,5
Solution analytique
-2,0
15-3-Hinc-L

-2,5

-3,0

-3,5

-4,0

h. Conclusion
Le tableau ci-dessous rassemble les résultats obtenus pour les différents essais de maillage.
Connaissant la solution analytique, nous avons calculé l’erreur entre solution numérique (Fsim)
et solution analytique (Fan = 3,86 mm).

Taille Degré Type Fsim Erreur


N° Type d’éléments
d’éléments d’interpolation d’intégration (mm) sim/an
1 4 linéaire intégration réduite hexaèdre 354 9000 %
2 3 linéaire intégration réduite hexaèdre 5,12 33 %
3 1 linéaire intégration réduite hexaèdre 4,02 4,1 %
4 3 quadratique intégration réduite hexaèdre 3,85 0,2 %
5 3 linéaire intégration réduite tétraèdre 2,54 34 %
6 1 linéaire intégration réduite tétraèdre 3,63 5,9 %
Hexaèdre à mode
7 3 linéaire - 3,84 0,5 %
incompatible

Le graphe ci-dessous rassemble les courbes des flèches obtenues pour les différentes
simulations. La flèche de la simulation 1 n’est pas représentée car elle correspond à une
solution totalement aberrante.

Janvier 2007
11
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Flèche de la fibre neutre (F=15N)


Récapitulatif

Longueur (mm) 150


0
0 20 40 60 80 100 120 140 160

-1

15-3-T-L
-2
Déplacement (mm)

15-1-T-L
15-3-H-Q
Solution analytique
-3
15-3-Hinc-L
15-1-H-L
-4 15-3-H-L

-5

-6

Comme on peut le voir, ce sont les simulations 4 et 7 qui conduisent aux meilleurs résultats.
On en déduit que les éléments hexaédriques ou tétraédriques linéaire à intégration réduite sont
trop "rigides" en flexion pour donner de bons résultats de déformées. En revanche, les
éléments quadratiques (simulation 4) et ceux à mode d’intégration incompatibles
(simulation 7) conduisent à des résultats très proches de la solution analytique.

2.2 Grande déformation (F = 1500N)


Dans un second temps nous avons appliqué une force de 1500 N en bout de poutre.
L’hypothèse des petites déformations n’est plus valable (Non linear geometry :
Step->Nlgeom->On).

a. Simulation 1
Malgré le fait que nous savions pertinemment que l’hypothèse des petites déformations n’est
pas applicable pour une telle force, nous avons tout de même tenté une simulation en gardant
cette hypothèse (Step->Nlgeom->Off).
Nous avons utilisé un des maillages les plus performants parmi ceux précédemment testés :
- Taille de maille : 3 mm
- Degré d’interpolation : quadratique
- Type d’intégration : intégration réduite
- Type d’éléments : Hexaèdre

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Janvier 2007
12
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Sans surprise, la flèche maximale obtenue est de 385 mm, ce qui correspond exactement à la
solution analytique pour une force de 1500 N. On remarque que cette valeur est
proportionnelle à la force. Afin d’éviter d’avoir des valeurs incorrectes il est donc
indispensable de n’utiliser l’hypothèse des petites déformations qu’à bon escient.

b. Simulation 2
La simulation précédente ayant confirmé l’inexactitude de l’hypothèse des petites
déformations pour une telle force, nous avons ensuite tenté une nouvelle simulation sans
utiliser cette hypothèse (Step->Nlgeom->On).
Nous avons gardé le même maillage :
- Taille de maille : 3 mm
- Degré d’interpolation : quadratique
- Type d’intégration : intégration réduite
- Type d’éléments : Hexaèdre

Nous avons obtenus le résultat suivant :

Janvier 2007
13
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

La flèche maximale est de 118 mm ce qui est bien inférieur à la valeur précédente.

Le graphe ci-dessous illustre l’importante différence entre les résultats inexacts obtenus en
faisant l’hypothèse des petites déformations (solution analytique et simulation numérique) et
le résultat correct obtenu en analyse non linéaire.
Flèche de la fibre neutre (F=1500N)
Solution analytique VS 3-Hex-Quad
Longueur (m m ) 150
0
0 20 40 60 80 100 120 140 160

-50

-100

-150
Déplacement (mm)

Solution analytique
-200 Nlgeom Off
Nlgeom On

-250

-300

-350

-400

Janvier 2007
14
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

TP 2 : Dimensionnement de patin amortisseur

1. Etude analytique préliminaire


1.1 Calcul de L
Tout d’abord, calculons la dimension L (cf énoncé) :
2
l0
Aire = π + L × l0
2
D’où
L ≈ 7,4

1.2 Calcul de la hauteur du patin non déformé


L’énoncé exige que la déformation en SVB soit inférieure à 10 %.
Soit h p0 la hauteur du patin non déformé.

∆h h p − h p
0

εz = = < 0,1
h p0 h p0

D’où
hp
h p0 <
0,9
On considère que la hauteur du patin déformé est celle du logement.
h p = 14 mm h p0 < 15,5 mm

On pose h p0 = 15,4 mm, ce qui correspond à une déformation de ε z = 9,1% .

1.3 Calcul de la longueur et de la largeur du patin non déformé


Nous allons maintenant dimensionner la longueur (X p0 ) et la largeur (Y p0 ) du patin non
déformé de manière à éviter le contact avec les parois du logement lors de l’écrasement.
D’après la loi de Hooke généralisée, on sait que :
1+ v v
ε= σ − tr (σ ) Id
E E
Pour X p0 , on a :

v
ε x = − σ = −νε z = - 0,048
E
D’où

Janvier 2007
15
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

∆X X p − X p
0
Xp
εx = 0 = = - 0,048 X p0 =
Xp X p0 1,048
Pour éviter tout contact on doit prendre Xp inférieure à la longueur du logement (23,4 mm).
On pose donc :
X p = 22,9 mm X 0p = 21,8 mm

De manière similaire, pour Y p0 on a :

v
ε y = − σ = −νε z = - 0,048
E
D’où

∆Y Y p − Y p
0
Yp
εy = 0 = = - 0,048 Y p0 =
Yp Y p0 1,048
Pour éviter tout contact on doit prendre Yp inférieure à la largueur du logement (16 mm).
On pose donc :
Y p = 15,5 mm Y p0 = 14,8 mm

2. Recherche d’une solution par simulation numérique


2.1 Généralités
Notre système est composé de trois parties :
- le plan,
- le logement,
- le patin.
Le plan est la pièce la plus simple puisqu’elle consiste en un rectangle indéformable. Nous
l’avons donc défini en tant que pièce "analytical rigid".
Le logement est une pièce d’une forme plus complexe mais qui est aussi considérée comme
indéformable. Nous l’avons donc défini en tant que pièce "discret rigid".
Le patin, quant à lui, est la pièce "deformable" sur lequel va porter notre étude de
dimensionnement et d’ajustement des propriétés mécaniques (E, et C).
L’image ci-dessous, nous montre l’assemblage spatial des trois éléments de notre système :

Janvier 2007
16
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Le plan, représente une


plaque métallique.

Le patin, composé
d’élastomère.

Le logement, en acier.

Dimension du logement et du patin non déformé :

En ce qui concerne les interactions et autres conditions initiales, nous avons :


- encastré le logement de manière à empêcher tous mouvements (translations et rotations
bloquées),
- une interaction "penalty" (frottante) entre les cotés du patins et ceux du logement,
- une interaction "penalty" (frottante) entre le haut du patin et le plan,
- une interaction "rough" (collante) entre le fond du patin et celui du logement.

Janvier 2007
17
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
On impose un déplacement au plan supérieur jusqu’à l’amener en contact avec le logement
tout en bloquant tous les autres degrés de libertés (blocage des rotations selon les trois axes et
des déplacements selon x et y).

2.2 Conditions SVH et SVB


L’énoncé exigeait de notre système plan-patin-logement qu’il remplisse deux conditions lors
de son fonctionnement.
Condition Socle Vers le Bas (SVB)
Cette condition exige l’écrasement complet des patins sous le poids de la charge. Il faut donc
que les patins rentrent entièrement à l’intérieur de leur logement pour une charge inférieure à
celle de la tuyère (30 450kg).
Calcul de la force correspondant au point de la tuyère (Fsvb) :
30450 × 9,81
Fsvb = ≈ 74 600 N
4
La condition SVB sera remplie si la force nécessaire à l’écrasement complet du patin est
inférieure à 74 600 N.

Condition Socle Vers le Haut (SVH)


Cette condition exige que la force verticale nécessaire à l’affleurement de 0,7 mm d’un patin
2545
soit supérieure à kg.
C
Calcul de la force nécessaire à l’affleurement (Fsvh) :
2545 × 9,81
Fsvb = ≈ 62 400 N
0,4
avec C = 0,4
La condition SVH sera remplie si la force nécessaire à l’affleurement de 0,7 mm d’un patin
est supérieure à 62 400 N.

Pour simuler les deux conditions nous avons divisé notre simulation en deux "step" :
- Step 1 : simulation de la condition SVB. On applique au plan supérieur un déplacement
conduisant à l’écrasement complet du patin et on enregistre la force résultante (RF3).
- Step 2 : simulation de la condition SVH. On relève le plan de 0,7 mm par rapport au step
précédent et on enregistre aussi la force résultante (RF3).

2.3 Simulation 1
Dans un premier temps, les caractéristiques du matériau utilisé (élastomère) sont :
- Module de Young : E =500 MPa
- Coefficient de poisson : = 0,48

Janvier 2007
18
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
- Coefficient de frottement : C =0,4
Les paramètres géométriques du patin non déformé ont été calculés de manière à éviter le
contact avec la paroi lors d’une déformation verticale de 10% :
- Hauteur du patin : 15,6 mm
- Longueur du patin : 21,9 mm
- Largeur du patin : 14,8 mm
Les paramètres de maillage sont les suivants :
- Type d’éléments : hexaèdres
- Dégrée d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite
- Taille de maille du patin : 1
- Taille de maille du logement : 1,2

Nous avons obtenus les résultats suivants :


Step 1

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire pour écraser totalement le patin est la
suivante :
RF3 = 15 170 N
Comme nous l’avons calculé précédemment, la condition SVB est remplie si et seulement si :
RF3 < 74 600 N
La condition SVB est donc remplie.

Janvier 2007
19
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
Step 2

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire à l’affleurement de 0,7 mm du patin est la
suivante :
RF3 = 7 460 N
Comme nous l’avons calculé précédemment, la condition SVH est remplie si et seulement si :
RF3 < 62 400 N
La condition SVH n’est donc pas remplie.
En conclusion, la simulation 1 :
- Satisfait la condition SVB,
- Ne satisfait pas la condition SVH.

2.4 Simulation 2
Puisque la simulation 1 ne satisfait pas la condition SVH, nous avons essayé de changer la
déformation verticale de notre patin.
Nous avons gardé les mêmes caractéristiques du matériau que précédemment, c’est à dire :
- Module de Young : E =500 MPa
- Coefficient de poisson : = 0,48
- Coefficient de frottement : C =0,4
Par contre nous avons augmenté la déformation verticale de notre patin à 26%. Les
paramètres géométriques du patin non déformé ont donc été recalculés toujours dans le but
d’éviter tout contact avec la paroi :
- Hauteur du patin : 18,9 mm
- Longueur du patin : 20,4 mm

Janvier 2007
20
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
- Largeur du patin : 13,8 mm
Nous avons gardé les mêmes paramètres de maillage :
- Type d’éléments : hexaèdres
- Dégrée d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite
- Taille de maille du patin : 1
- Taille de maille du logement : 1,2

Nous avons obtenus les résultats suivants :


Step 1

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire pour écraser totalement le patin est la
suivante :
RF3 = 35 570 N
Comme précédemment, la condition SVB est remplie (RF3 < 74 600 N) mais on remarque,
tout de même, une nette augmentation de RF3.

Janvier 2007
21
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
Step 2

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire à l’affleurement de 0,7 mm du patin est la
suivante :
RF3 = 30 060 N
Comme précédemment, la condition SVH n’est pas remplie (RF3 < 62 400 N) même si on
s’en rapproche.
En conclusion, la simulation 2 :
- Satisfait la condition SVB,
- Ne satisfait pas la condition SVH.

2.5 Simulation 3
Nous avons ensuite essayé d’augmenter le Module de Young de notre élastomère. Nous
l’avons augmentée jusqu’à 800 MPa, ce qui représente la valeur maximale raisonnable pour
un élastomère. Au-delà, il faudrait passer à d’autres matériaux.
Les caractéristiques du matériau pour cette simulation sont donc :
- Module de Young : E =800 MPa
- Coefficient de poisson : = 0,48
- Coefficient de frottement : C =0,4
Les paramètres géométriques du patin non déformé sont les mêmes que précédemment
(déformation verticale de 26%) :
- Hauteur du patin : 18,9 mm
- Longueur du patin : 20,4 mm
- Largeur du patin : 13,8 mm

Janvier 2007
22
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
Nous avons gardé les mêmes paramètres de maillage :
- Type d’éléments : hexaèdres
- Dégrée d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite
- Taille de maille du patin : 1
- Taille de maille du logement : 1,2

Nous avons obtenus les résultats suivants :


Step 1

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire pour écraser totalement le patin est la
suivante :
RF3 = 57 200 N
Comme précédemment, la condition SVB est toujours remplie (RF3 < 74 600 N) et on
remarque, une fois encore, une nette augmentation de RF3.

Janvier 2007
23
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
Step 2

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire à l’affleurement de 0,7 mm du patin est la
suivante :
RF3 = 48 900 N
Une fois de plus, la condition SVH n’est pas remplie (RF3 < 62 400 N) même si on s’en
rapproche encore.

En conclusion, la simulation 3 :
- Satisfait la condition SVB,
- Ne satisfait pas la condition SVH.

2.6 Simulation 4
Pour cette simulation nous avons optée pour une autre stratégie. Au lieu d’essayer de se
rapprocher vainement de l’inatteignable condition SVH, nous avons modifié la condition
SVH elle-même en la diminuant jusqu’à une valeur inférieure à celle de RF3 obtenue dans le
Step 2 de la Simulation 3.
En effet, la condition SVH étant dépendante du coefficient de frottement C, il suffit
d’augmenter ce dernier pour diminuer la force nécessaire à la satisfaction de la condition
SVH.
En prenant par exemple C=0,53, nous obtenons :
2545 × 9,81
Fsvb = ≈ 47 100 N
0,53
La nouvelle condition SVH sera donc remplie si :
RF3 < 47 100 N

Janvier 2007
24
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
Les caractéristiques du matériau pour cette simulation sont donc :
- Module de Young : E =800 MPa
- Coefficient de poisson : = 0,48
- Coefficient de frottement : C =0,53
Les paramètres géométriques du patin non déformé sont :
- Hauteur du patin : 18,9 mm
- Longueur du patin : 20,4 mm
- Largeur du patin : 13,8 mm
Une fois encore, nous avons gardé les paramètres de maillage suivant :
- Type d’éléments : hexaèdres
- Dégrée d’interpolation : linéaire
- Type d’intégration : intégration réduite
- Taille de maille du patin : 1
- Taille de maille du logement : 1,2

Nous avons obtenus les résultats suivants :


Step 1

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire pour écraser totalement le patin est la
suivante :
RF3 = 57 800 N
Comme précédemment, la condition SVB est remplie (RF3 < 74 600 N).

Janvier 2007
25
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
Step 2

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire à l’affleurement de 0,7 mm du patin est la
suivante :
RF3 = 49 500 N
La nouvelle condition SVH étant RF3 > 47 100 N, celle ci est satisfaite.
En conclusion, la simulation 4 :
- Satisfait la condition SVB,
- Satisfait la condition SVH.

3. Influence du positionnement du patin


Dans cette partie, nous avons tenté de déterminer l’influence du positionnement du patin à
l’intérieur du logement. On peut facilement imaginer que lors de sa fabrication le patin ne soit
pas parfaitement centré dans son logement. Nous avons donc essayé de quantifier l’impact de
ce mauvais positionnement sur la satisfaction des conditions SVB et SVH.
3.1 Simulation 5
Pour ne pas avoir à réinventer la poudre, nous avons conservé les mêmes conditions initiales
et autres paramètres que ceux de la Simulation 4.
Caractéristiques du matériau Paramètres géométriques Paramètres de maillage
Eléments hexaédriques
Module de Young : E =800 MPa Hauteur du patin : 18,9 mm
Dégrée d’interpolation : linéaire
Coefficient de poisson : = 0,48 Longueur du patin : 20,4 mm
Taille de maille du patin : 1
Coefficient de frottement : C =0,53 Largeur du patin : 13,8 mm
Taille de maille du logement : 1,2

Janvier 2007
26
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
Lorsque le patin est centré, la distance en X entre le patin et le logement est de 1,5 mm.
Lorsque le patin est centré, la distance en Y entre le patin et le logement est de 1,1 mm.

Le patin a été décentré de manière à ce qu’un des cotés du patin se retrouve en contact avec le
logement au cours de la déformation.
Vecteur de translation du patin :
0 0,75
0 0,55
0 0

Janvier 2007
27
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Après un temps de calcul relativement long (75 min), nous avons obtenus les résultats
suivants :

Janvier 2007
28
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire pour écraser totalement le patin est la
suivante :
RF3 = 78 000 N
La condition SVB (RF3 < 74 600 N) n’est plus remplie.
On remarque qu’il y a contact entre le patin et les parois du logement au cours de
l’écrasement, ce qui explique en partie la non satisfaction de la condition SVB.

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire à l’affleurement de 0,7 mm du patin est la
suivante :
RF3 = 52 900 N
En revanche, la condition SVH (RF3 > 47 100 N) est satisfaite.
En conclusion, la simulation 5 :
- Ne satisfait pas la condition SVB,
- Satisfait la condition SVH.

Janvier 2007
29
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy
3.2 Simulation 6
Nous venons de voir que le décentrage du patin peut conduire à l’insatisfaction des conditions
imposées.
Nous avons ensuite essayé de déterminer le décentrage toléré, compatible avec la satisfaction
des conditions SVH et SVB.
Nous avons gardé les mêmes conditions initiales et autres paramètres que ceux de la
Simulation 4. En revanche, le décentrage a été diminué de moitié par rapport à la
Simulation 5.
Vecteur de translation du patin :
0 0,37
0 0,27
0 0

Après un temps de calcul bien plus court (26 min seulement !), nous avons obtenu les résultats
suivants :

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire pour écraser totalement le patin est la
suivante :
RF3 = 57 800 N
La condition SVB (RF3 < 74 600 N) est satisfaite.

Janvier 2007
30
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

La force résultante selon l’axe z (RF3) nécessaire à l’affleurement de 0,7 mm du patin est la
suivante :
RF3 = 49 500 N
La condition SVH (RF3 > 47 100 N) est satisfaite.

En conclusion, la simulation 6 :
- Satisfait la condition SVB,
- Satisfait la condition SVH.

3.3 Conclusion
Comme on peut le voir sur le graphe ci-dessous, seules les simulations 4 et 6 remplissent les
deux conditions SVH et SVB.

Janvier 2007
31
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Force résultante selon z

Temps (s)
0 0,5 1 1,5 2
0

10

20

30 Simulation 1
Simulation 2
RF3 (kN)

Simulation 3
40
Simulation 4
SVH2 : 47100 N Simulation 5
50 Simulation 6

60 SVH1 : 62 400 N

70
SVB : 74 600 N

80

Les paramètres satisfaisants nos conditions sont donc les suivants :


Géométrie du patin Géométrie de la cavité
Caractéristiques du matériau
non déformé du logement
Module de Young : E = 800 MPa Hauteur : 18,9 mm Hauteur : 14,0 mm
Coefficient de poisson : = 0,48 Longueur : 20,4 mm Longueur : 23,4 mm
Coefficient de frottement : C = 0,53 Largeur : 13,8 mm Largeur : 16,0 mm

Il faut aussi que le décentrage ne soit pas excessif. La limite de décentrage possible se situe
entre ceux imposés aux simulations 5 et 6. Cela signifie que le vecteur de translation par
rapport à l’axe commun au patin et au logement doit être compris entre :
0 0,37 0 0,75
0 0,27 et 0 0,55
0 0 0 0

Janvier 2007
32
Sonnati Matthieu
Fournier Teddy

Conclusion Générale

Cette première approche des logiciels de calculs par élément finis nous a permis de nous
familiariser avec quelques uns des principes de bases.
En ce qui concerne le maillage nous avons fait les observations suivantes:
- Les éléments hexaédriques tendent à donner de meilleurs résultats que les éléments
tétraédriques, notamment pour les flexions.
- Plus la taille des mailles est petite, plus la simulation s’approche de la solution réelle.
- Les éléments d’interpolations quadratiques donnent de meilleurs résultats que les
éléments linéaires.
- L’hypothèse des petites déformations doit être utilisée consciencieusement.
Pour ce qui est du temps de calcul, nous nous sommes aperçu que celui-ci augmente lors de
la diminution de la taille des mailles ou lors du passage d’un degré d’interpolation linéaire à
quadratique. L’enjeu est donc de trouver les paramètres de maillage conduisant à des résultats
viables tout en minimisant le temps de calcul.

Janvier 2007
33