Vous êtes sur la page 1sur 66

République Tunisienne

Ministère de la Ecole des Cadres


Formation "Groupe Etoile Formation"
Professionnelle et de Enregistré Sous N° 03126-51
l’Emploi

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES


POUR L’OBTENTION DU DIPLÖME

BREVET DE TECHNECIEN SUPERIEUR


COMPTABILITE ET FINANCE (BTS)

LE CONTRAT DE LEASING

ELABORE PAR : BARKACHE MOHAMED JIHED

ENCADREE PAR : CHEHIDI HANEN

ANNEE DE FORMATION :

2019/2021
DEDICACE

J'adresse un salut profond et sincère à ma famille, qui n'a pas


hésité même un instant à me donner toutes les possibilités d'arriver
là où je suis aujourd'hui. Je salue tous mes amis et collègues qui
ont participé avec moi au cours des quatre années d'études, et je
salue le GROUPE ETOILE FORMATION, qui était
l'environnement approprié pour nous permettre d'atteindre notre
objectif.

MOHAMED JIHED
REMERCIMENT
J'adresse mes remerciements sincères et affectueux à mon
mentor et compagnon dans mon combat, Mme Chedid Hanen, et
merci, Mme Amamou Maali.

MOHAMED JIHED
Liste des Abréviations

CDET : Code de Droit d'Enregistrement et de Timbre

IAS : International Acoutin Standard

IRPP et IS : Impôt sur le Revenu de Personne Physique et Impôt sur les


sociétés

LF : Location Financement

NCT : Norme Comptable Tunisienne

RS : Retenu à la Source

TVA : Taxe sur la Valeur Ajoutée


Liste des Tableaux

Tableau 1: Comparaison entre le crédit-bail et les autres opérations du Leasing ........................ 14


Tableau 2: La mise en service des actifs ............................................................................................ 34
Tableau 3: Organigramme de la Société ........................................................................................... 42
Tableau 4: Echéancier de Crédit LEASING..................................................................................... 44
Table des matières
DEDICACE
REMERCIMENT
Liste des Abréviations
Liste des Tableaux
Table des matières
INTRODUCTION ................................................................................................................................ 1
CHAPITRE 1 : LE CONTRAT DE LEASING ............................................................................... 3
SECTION 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LE LEASING : ............................. 3
I. Histoire du leasing : ............................................................................................................ 3
I.1. Les origines de la location :........................................................................................... 3
I.2. L’Antiquité : .................................................................................................................. 4
I.3. La première société de location : .................................................................................. 5
I.4. Le Moyen Age : .............................................................................................................. 5
I.5. Le Mercantilisme :......................................................................................................... 5
I.6. La Révolution Industrielle : .......................................................................................... 5
I.7. La naissance du Leasing : ............................................................................................. 6
II. Développement du leasing à partir de XXe siècle :................................................. 6
II.1. Développement du leasing aux Etats-Unis : ................................................................ 6
II.2. Internationalisation du leasing :................................................................................... 7
III. Définition du leasing : .................................................................................................... 7
III.1. Leasing… Crédit-bail… IDJAR ; des précisions utiles : .............................. 7
a) Dans le droit anglo-saxon : ........................................................................................... 8
b) Dans le droit latin : ......................................................................................................... 8
c) Dans le droit musulman : ............................................................................................. 8
d) La notion de leasing selon la convention d’Ottawa : ............................................. 8
IV. Mécanisme d’une opération leasing : ......................................................................... 9
IV.1. Les partenaires de l’opération : .......................................................................... 9
a) Le bailleur, le crédit-bailleur ou la société de leasing : ......................................... 9
V. Mécanisme d’une opération leasing : ....................................................................... 10
V.1. Les partenaires de l’opération : ............................................................................ 10
a) Le bailleur, le crédit-bailleur ou la société de leasing : ....................................... 10
b) Le locataire, le preneur ou le crédit preneur : ...................................................... 10
c) Le fournisseur, le fabricant ou le vendeur ............................................................. 11
V.2. Déroulement d’une opération de leasing. ........................................................... 11
SECTION 2 : CARACTERISTIQUES DU LEASING : ..................................................... 12
I. Les opérations voisines du leasing : .............................................................................. 13
II. Les variations du leasing ............................................................................................. 14
II.1. Leasing financier versus leasing-opérationnel : ................................................ 15
a) Leasing financier : ........................................................................................................ 15
b) Le leasing financier est caractérisé par les particularités suivantes :.............. 15
c) Leasing opérationnel : ................................................................................................. 15
d) Leasing opérationnel est spécifié par les caractéristiques suivantes : ............. 15
II.2. Leasing mobilier versus leasing immobilier : .................................................... 15
a) Leasing Mobilier : ........................................................................................................ 15
b) Leasing Immobilier : ................................................................................................ 16
II.3. Leasing domestique versus leasing international : ........................................... 16
a) Leasing domestique ou leasing national : ............................................................... 16
b) Leasing international : ................................................................................................ 16
III. Les adaptations particulières du leasing : ................................................................ 16
III.1. Cession bail : .......................................................................................................... 16
III.2. Crédit-bail adossé : .............................................................................................. 17
a) Leasing Fournisseur ..................................................................................................... 17
b) Crédit-bail fiscal : ......................................................................................................... 17
c) Leasing partenaire : ..................................................................................................... 18
d) Leasing industriel : ....................................................................................................... 18
IV. Aspect juridique du crédit-bail : ................................................................................ 18
IV.1. Le contrat de crédit-bail : ................................................................................... 18
IV.2. Classification d’un contrat de crédit-bail : .................................................... 19
IV.3. Les clauses d’un contrat de crédit-bail : ......................................................... 20
IV.4. Droits et Obligations des partenaires : ............................................................ 22
V. Crédit-bail versus crédit bancaire : ............................................................................ 24
VI. Avantages et inconvénients comparatifs du leasing :............................................ 24
VI.1. Les avantages du leasing :................................................................................... 24
a) Pour le locataire : ......................................................................................................... 24
VI.2. Fiscalité attrayante a deux niveaux Déductibilité des loyers : .................. 25
a) Un Allégement progressif du poids de lA TVA : ............................................ 25
b) Pour le bailleur : ........................................................................................................... 25
VI.3. Des intérêts liés à lA rentabilité : ...................................................................... 26
a) Pour le fournisseur : .................................................................................................... 26
VI.4. Les inconvénients du Leasing : ......................................................................... 28
b) Pour le locataire : ......................................................................................................... 28
c) Pour le bailleur : ........................................................................................................... 28
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing. ...................................... 30
SECTION 1 : L’ASPECT JURIDIQUE : ................................................................................ 30
I. Sociétés autorisées à exercer l’activité du Leasing : ................................................. 30
II. Obligations juridiques des sociétés de leasing : ..................................................... 30
III. Les différents types de leasing : ................................................................................. 31
IV. Classification selon la nature juridique du bien : ................................................... 31
V. Classification selon la responsabilité des parties : ................................................. 32
VI. Les conditions du contrat de leasing :....................................................................... 32
SECTION 2 : L’ASPECT FISCAL DE LEASING : ........................................................ 33
I. Impôt sur les sociétés : ..................................................................................................... 33
II. Taxe sur la valeur ajoutée : ......................................................................................... 34
III. Droit d’enregistrement : ............................................................................................... 34
SECTION 3 : L’ASPECT COMPTABLE : ........................................................................ 34
I. Classification des contrats de location : ....................................................................... 35
I.1. Contrat de location financement : ........................................................................ 35
I.2. Contrat de location simple : ................................................................................... 36
II. Comptabilisation des contrats location-financement : .......................................... 36
II.1. Comptabilisation des loyers : ................................................................................. 37
II.2. Amortissement du bien loué par le preneur : .................................................... 37
III. Traitement des contrats de cessions bail Lease- back : ........................................ 39
III.1. Définition : .............................................................................................................. 39
III.2. Location financement : ........................................................................................ 39
III.3. Location simple : ................................................................................................... 39
IV. Avantages, inconvenants et risques........................................................................... 40
IV.1. Avantage : ............................................................................................................... 40
IV.2. Inconvénients : ...................................................................................................... 40
IV.3. Risque induit par le crédit-bail : ....................................................................... 41
Etude de CAS. ................................................................................................................................. 42
I. PRESENTATION DE LA SOCIETE :.................................................................................................... 42
II. ANALYSE JURIDIQUE DE CONTRAT DE LEASING : .......................................................................... 43
1. Aspect juridique (voir annexe 1) ............................................................................................... 43
2. Etat de tableau d’amortissement (voir annexe 2) …. ................................................................ 43
3. Exemple de reçu de caisse règlement (annexe 3)…. ................................................................. 43
4. Ecriture sur logiciel comptasieg (annexe 4)…. ......................................................................... 43
III. Analyse comptable du contrat .................................................................................................. 43
Conclusion Générale................................................................................................................... 48
Bibliographie ................................................................................................................................. 49
Les annexes
INTRODUCTION GENERALE
Introduction

INTRODUCTION
Le leasing, existant depuis 1952 aux états unis d'Amériques, n'a vu le jour en Tunisie
qu'en 1984 par la création de « Tunisie leasing ».

Il est resté non réglementé jusqu'à l'apparition des lois 94-89 et 94-90 en juillet 1994 par
les quelles, le législateur a opté pour l'approche juridique de cette opération. C'est à dire que
l'opération de leasing n'est qu'une location assortie d'une promesse de vente. Par conséquence
seuls les paiements de redevances devront être enregistrés, comme pour tout contrat de
location. Les biens n'apparaissent pas au bilan du locataire-utilisateur du bien. Ils sont
comptabilisés dans les comptes du bailleur. C'est cette solution qui a été choisie par la loi
n°94-89 du 26 juillet 1994, relative au leasing

Le leasing ou crédit-bail est une opération établie entre trois acteurs que sont
l’entreprise, le fournisseur de matériel et un établissement financier. Ce contrat de location
permet à une société de profiter d’un bien pendant une certaine durée sans en être le
propriétaire.

Le leasing est une forme de contrat de location à durée déterminée qui, à son terme,
peut comporter une option d’achat, une reconduction du contrat ou la restitution du matériel.

Ce mode de financement permet aux entreprises de faire l’acquisition de biens


(mobiliers, immobiliers, véhicules, équipements…) plus ou moins onéreux dans le cadre de
leur activité. Le leasing permet ainsi aux sociétés de préserver leur trésorerie et de gérer au
plus juste leur budget mensuel. C’est également un financement avantageux sur le plan fiscal.

Acquérir du matériel en leasing présente des avantages fiscaux et comptables pour une
entreprise. Il permet en effet de préserver ses capacités d’investissement et d’endettement
puisque le leasing ne figure pas sur le bilan comptable. De plus, les loyers du leasing étant
comptabilisés comme des charges dans le compte de résultat, cela permet à la société de
diminuer le montant de l’impôt à verser. Enfin, le préfinancement de la TVA est assuré par
l’établissement de crédit et son paiement est échelonné sur toute la durée du contrat.

Le contrat de leasing est établi entre trois protagonistes : un crédit preneur qui loue le
matériel (l’entreprise), un fournisseur de matériel et un crédit bailleur qui finance le matériel.
Il peut s’agir d’une banque, d’un établissement de crédit ou d’une société de crédit-bail. Un
chef d’entreprise qui souhaite acquérir un bien dont il ne peut ou ne veut acquérir la propriété
va s’adresser auprès d’un fournisseur avant de faire une demande de leasing auprès d’un

1|Page
Introduction

crédit bailleur. Ce dernier achète alors le matériel et le loue pendant une durée déterminée à
l’entreprise, mais il s’engage à le vendre à l’issue du contrat au crédit preneur s’il le souhaite.
Le leasing se distingue de la simple location longue durée, car il existe une possibilité de
devenir propriétaire à la fin du contrat. Ce n’est pas non plus une location-vente puisque
aucune obligation d’achat n’est mentionnée dans le contrat de leasing.

Le leasing laisse la possibilité à l’entreprise de soit restituer le matériel à la fin du


contrat, soit renouveler le contrat, soit lever l’option d’achat et devenir propriétaire en
achetant le matériel à sa valeur résiduelle.

Le leasing est un moyen de financement accessible à toutes les entreprises, quel que soit
le statut juridique. Les PME et PMI, les professions libérales et l’auto entrepreneurs, les
entreprises industrielles, commerciales, agricoles et artisanales peuvent recourir au leasing.

ON TROUVE PLUSIEURS TYPES DE LEASINGS :

 Le leasing opérationnel :

Cette catégorie de leasing permet le financement d’investissements courants à moyen


terme, comme l’acquisition de véhicules, de machines ou de biens mobiliers. Le leasing
opérationnel comprend des éléments de prestation et d’entretien. Le coût de la maintenance et
des réparations est inclus dans le loyer et, en cas de soucis de matériel pendant la durée du
contrat, celui-ci est remplacé, sans frais supplémentaires.
 Le leasing financier

Le leasing financier permet de louer un bien sur du long terme. Contrairement au


leasing opérationnel, ce format ne comporte aucun service.
 Le leasing immobilier

Le leasing immobilier consiste à financer la construction d’un bien immobilier à usage


professionnel ou l’achat d’un immeuble existant. Il peut également s’agir de bureaux.
Le leasing est une solution de financement très intéressante pour toutes les entreprises.
C’est un moyen efficace d’acquérir du matériel sans grever le budget de la société. Il permet
ainsi de préserver la capacité d’emprunt de l’entreprise pour d’autres investissements.
Il est courant de l’utiliser pour équiper en voiture de fonction ou de société son
personnel, ou pour le financement de machines industrielles.
Donc quelles sont les obligations juridiques ainsi que fiscal de société de leasing ?
Et quelles sont les traitements comptables de l’opération de Leasing ?

2|Page
PARTIE THEORIQUE
CHAPITRE 1 :
LE CONTRAT DE LEASING
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

CHAPITRE 1 : LE CONTRAT DE
LEASING
SECTION 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LE
LEASING :

Ce premier chapitre est à la fois un voyage dans le passé pour trouver les origines du
leasing au milieu des diverses versions, un arrêt sur le présent pour évaluer l’état actuel du
leasing dans le monde des affaires et une vision vers l’avenir pour prévoir ce qu’adviendra ce
mode de financement particulier.
Il y a lieu de préciser qu’il n’existe pas une définition stricte du leasing. Ce terme
d’origine anglo-saxonne, s’est imposé dans la pratique financière un peu partout dans le
monde avec des dénominations différentes telles que le crédit-bail en France ou IDJAR dans
les pays arabes.
On retrouve, aussi, le leasing dans ces pays avec des pratiques juridiques, comptables et
techniques diversifiées.
Nous clôturerons ce chapitre par le déroulement d’une opération de Leasing,
mais avant nous définirons les partenaires qui y participent.

I. Histoire du leasing :

I.1. Les origines de la location :

L'histoire de la location est vieille de plus de quatre mille ans et coïncide avec
l'apparition de l'écriture et des civilisations organisées.
Personne ne connaît avec exactitude la date du premier contrat de location conclu dans
l'histoire de l'humanité.

Si on attribue généralement la paternité du leasing moderne à un industriel californien


du nom de Henry Schönefeld, il n'est pas inintéressant de se plonger dans le passé pour
découvrir les étapes parcourues par nos ancêtres avant d'aboutir au concept élaboré que
nous connaissons aujourd’hui. L’histoire du leasing nous invite à remonter les siècles et à
prendre pied en un temps où histoire et légende se confondent.
On prête à la première dynastie Thinite en Egypte Antique, vers 3000 ans avant J-C,
l'idée originale de la location. A cette époque commençaient à se développer les rapports
structurés entre créanciers et débiteurs et apparaissaient les prémices de ce qui est devenu la
bureaucratie.

3|Page
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

La première preuve matérielle d'une opération de location remonte à plus de 2000 ans
avant J-C. Elle a été mise à jour par des scientifiques lors de fouilles pratiquées dans
l'ancienne cité.
 Etat sumérienne d’Our en basse Mésopotamie (sud de l'Irak). Les prêtres de Sumer
louaient alors aux fermiers du bétail, des outils agricoles ou des terres en échange du
paiement d'un prix fixe. Les parties définissaient sur des tablettes d'argile les
conditions d'utilisation et de possession, l'obligation de transfert et de paiement ainsi
que le droit d'accès aux sources d'eau.
Dans cette même région, apparut le Code d'Hammourabi, du nom du roi de Babylone
au début du XVIII siècle avant. J.-C. Il s'agit sinon de la première, de l'une des premières lois
écrites. Nous y découvrons que la location était déjà une formule très répandue. Elle pouvait
aussi bien concerner des animaux comme le bœuf, le mouton, le chien de berger ou l'âne,
mais également, et cela nous intéresse au premier titre, des objets mobiliers à destination
professionnellecomme les bateaux, les chariots, les charrues ou les systèmes d'irrigation.
I.2. L’Antiquité :

Les anciennes civilisations grecque, romaine et égyptienne ont toutes pratiqué la


location de manière très efficace.
Pour la population, il s'agissait souvent de l'unique moyen de se procurer des terres
cultivables et les outils nécessaires à leur culture.

Il était en effet très difficile à cette époque de se fournir en outils de production.


La location des équipements et des terres permettait d'accéder à l'agriculture et donnait
aux villageois la possibilité de subvenir à leurs besoins.

A partir de 1200 avant J-C, les Phéniciens se sont progressivement illustrés dans le
commerce maritime, jusqu'à mener une véritable expansion vers l'occident. Leurs comptoirs
s'étendaient sur tout le bord méditerranéen.
Pour assurer le développement de leurs activités, les Phéniciens pratiquaient la location
des navires de long cours. La nature de ces opérations nedifférait guère des contrats de leasing
que nous connaissons aujourd'hui. Pour donner satisfaction à sa clientèle, les Phéniciens ne se
limitaient pas à louer des navires, ils en proposaient aussi l'équipage.
On peut raisonnablement penser que les Phéniciens ont approché le concept du leasing
financier. Les navires étaient loués pour une période fixe. Le locataire en supportait seul les
risques et jouissait à son gré des profits.

4|Page
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

I.3. La première société de location :

La première société de l'histoire humaine connue pour avoir développé une activité de
location fut celle de la famille de banquiers Muras hu aux environs de 450 à 400 avant J-C,
dans l'ancienne cité de Nippur au sud-est de Babylone. Elle était avant tout spécialisée dans la
location des terres agricoles. Elle pratiquait également la location du bétail et celui des
équipements agricoles.
On rapporte que les officiers et les soldats au service de l’empire perse recevaient des
terres en paiement de leur solde. Ceux qui n'entendaient pas les cultiver eux-mêmes, les
louaient aux Muras hu, lesquels en confiaient la gestion et l'usage à des cultivateurs contre
rémunération.
Il est intéressant de noter l'étonnante proximité avec le système triangulaire
caractéristique du leasing. On retrouve les trois intervenants que sont le fournisseur, le
preneur et le donneur de leasing.
I.4. Le Moyen Age :

La location au moyen-âge acquit une certaine popularité. On y louait notamment


le moulin, le four ou le pressoir. La location des chevaux y était largement répandue.
On peut relever plusieurs anecdotes propres à cette période. Comme celle de ces
marchands italiens, qui, au temps des Croisades, marchaient sur les tracesdes armées pour leur
proposer des armures à la location. Ou encore, les nombreux navires loués par Guillaume le
Conquérant, duc de Normandie, lors de l'invasion qu'il a menée contre l'Angleterre en l'an
1066 de notre ère.
I.5. Le Mercantilisme :

A la Renaissance, l'individualisme faisait son chemin. L'Etat prônait le nationalisme et


ne voyait sa force que dans la concentration des richesses, notamment celle en provenance
des nouveaux mondes. L'intense activité coloniale qui en découla permit à la location de
s'implanter toujours plus dans la société.

I.6. La Révolution Industrielle :

L’avènement d'une société de production mécanisée modifia fondamentalement l'offre


en matière de biens d'équipement. L'apparition de la machine à vapeur, le développement de
la métallurgie et de l'industrie textile, l'intense activité minière et la croissance considérable
des transports offrirent à la location une plate-forme sans précédent pour se développer.

5|Page
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

La construction des réseaux de chemins de fer entraîna de formidables investissements.


En raison des besoins exigeants de l'économie, la location n'a cessé d'évoluer vers une forme
voisine du leasing actuel. Pour illustrer cette tendance, on peut citer le cas d'un financement
de wagons de train intervenu au Royaume-Uni en 1840 et recensé comme étant le premier
contrat de location à prévoir un amortissement total. On peut abuse mentionner les activités de
la société Birmingham Wagon Company, créée le 20 mars 1855 et que Deacon considère
comme la première société de leasing. Cette entreprise pratiquait la location de wagons sur
des périodes fixes allant de 5 à 8 ans et avait notamment pour clientèle les propriétaires de
mines. On relèvera pour finir les contrats de location-vente que la société North Central
Wagon and Finance Company de Rotterdam proposait dès 1861 aux entreprises de chemins
de fer et aux propriétaires de mines.

Jusqu'alors, le monde utilisait essentiellement la vapeur comme source d'énergie. A la


fin du 19ème siècle, il en découvrit une autre : l'électricité. La force électrique fut mise au
service des machines, des tramways, de l'éclairage des rues, des habitations et des usines. A
ceci vint s'ajouter les progrès significatifs dans la fabrication de l'acier et la chute
spectaculaire de son prix. Ces phénomènes conduisirent à la création de nouveaux biens
d'équipement toujours plus performant et dont la nécessité s'imposa par elle-même.
I.7. La naissance du Leasing :

Nous l'avons vu, la location remonte aux origines des civilisations. Souvent, elle
approcha la forme actuelle du leasing, mais jamais n'en remplit toutes les conditions. Il fallut
un long développement pour que l'histoire en arrive à cette forme évoluée de l'économie et
l'idée d'un homme, Henry Schönefeld. Cet entrepreneur californien en développa le concept.
Son idée consistait à acquérir machines et véhicules de transport pour en céder ensuite
l'usage aux entreprises qui en manifestaient le besoin. La durée devait être fixe, le contrat non
résiliable et les paiements interviennent à échéances ponctuelles. Pour développer son idée, il
créa en mai 1952 à San Francisco, la société United State Leasing Corporation.

II. Développement du leasing à partir de XXe siècle :


II.1.Développement du leasing aux Etats-Unis :

Le développement du leasing aux Etats-Unis a été facilité par la souplesse du droit


Anglo - saxon ; droit dans lequel il est loisible d’utiliser de nouveaux modes de contracter
pourvu qu’il ne se heurte pas à des interdits explicites. Il fut également facilité par le fait que

6|Page
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

certaines branches de l’industrie connaissaient des rythmes de production particulièrement


vifs, ce qui créait de gros besoins de financement.
Le développement du leasing aux Etats-Unis connut une accélération supplémentaire
lorsque, en 1960, les banques commerciales furent autorisées à pratiquer le leasing.
II.2.Internationalisation du leasing :

Le leasing s’est propagé dans les pays industrialisés une dizaine d’années après son
apparition aux Etats-Unis. En 1961 au Canada, au Royaume Uni, en Suède, en Allemagne, en
Suisse et en France. En 1963 au Japon, en Belgique, en Finlande, en Espagne et en Italie.
La contagion ne s’est pas limitée en Europe, elle a gagné l’Amérique latine (Brésil,
Venezuela…), l’Asie (Indonésie, Corée, philippines …), l’Australie, l’Afrique (Maroc, côte
d’ivoire…).
L’extension géographique du leasing a été accompagnée de l’établissement de relations
internationales entre professionnels de cette technique. De grands clubs internationaux se sont
fondés : Lease Club, Crédit Union, Multi Lease, Ebic Lease…
Les pays anglo-saxons, notamment, le Royaume-Uni ont reçu le leasing comme un
nouveau mode de financement sans édicter des lois nouvelles.
De plus, dans ces pays anglo-saxons, l’avantage fiscal consistant à attribuer la propriété
des biens aux entreprises locataires ont été un puissant facteur d’expansion du leasing.
Dans les pays de droit latin, au contraire, la tradition juridique nécessitait de ranger le
nouveau type de financement dans une catégorie de contrats défini par la loi.
Par exemple, en France, sur le plan fiscal, les autorités responsables sont

Intervenues pour contrôler ou limiter les avantages fiscaux que l’introduction du leasing
aurait pu procurer en vertu de la législation existante ; ou bien, dans certains cas ou le leasing
leur paraissait un procédé bénéfique, elles sont intervenues pour créer des avantages en faveur
de ce procédé.

III. Définition du leasing :


Des appellations différentes et des interprétations multiples, les pratiques du leasing
varient modérément d’un pays à l’autre.

III.1. Leasing… Crédit-bail… IDJAR ; des précisions utiles :

En anglo-américain ‘Leasing’, en latin ‘Crédit-bail’ ou en arabe ‘Idjar’, ces termes


représentent tous des appellations différentes pour une même réalité économique : mettre à la

7|Page
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

disposition des investisseurs des biens moyennant le versement de loyers pour une durée
irrévocable.
a) Dans le droit anglo-saxon :

Le leasing recouvre une variété d’opérations de location fondées sur des distinctions
économiques et non juridiques, allant de la location simple à la location avec option d’achat.
En effet, dans ces pays anglo-saxons, le leasing concerne tout bien, indépendamment de sa
destination, le bien peut être mis à la disposition aussi bien des professionnels que des
particuliers6. L’option d’achat peut être incluse dans le contrat mais n’en constitue pas un
aspect spécifique ; elle est possible et non systématique.
b) Dans le droit latin :

Le crédit-bail est souvent présenté de façon un peu réductrice comme la traduction


française du leasing. Ainsi, le crédit-bail est « une technique de crédit dans laquelle le prêteur
(société de crédit-bail) propose à l’emprunteur la location d’un bien d’équipement ou d’un
immeuble, assortie d’une promesse unilatérale de vente, contre le paiement d’un loyer».
D’une façon générale, tous les biens dont la propriété est transmissible peuvent
faire l’objet d’un contrat de crédit-bail. Singulièrement, en droit français, les
destinataires d’un contrat de crédit-bail sont des personnes morales ou des professionnels, le
propriétaire du bien étant, au plan juridique, la société de crédit-bail. Les biens mobiliers ou
immobiliers concernés doivent être destinés à un usage professionnel.
c) Dans le droit musulman :

Le leasing est un mode de financement conforme aux principes de la chari’a islamique.


En effet, celle-ci interdit les intérêts, produit tiré de la mise à disposition de fonds, mais
autorise en revanche le produit tiré de la mise à disposition d’un bien acquis par les mêmes
fonds 8.
La chari’a définit « EL IDJARN » comme le transfert de l’usufruit d’une chose en
contrepartie d’un produit déterminé.
d) La notion de leasing selon la convention d’Ottawa :

La convention internationale sur le leasing, signée à Ottawa, le 25.05.1988 est le


résultat des travaux menés, dès 1974, au sein de l’UNIDROIT (institut international pour
l’unification du droit privé).
En raison de l’importance croissante que revêtait déjà le leasing dans la vie des
entreprises ; le comité d’études constitué, rédigea la convention qui fût signée en 1988. La

8|Page
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

France fût la première à la ratifier suivie de l’Italie puis du Nigeria. La convention put alors
entrer en vigueur le 01.05.1995.
La convention s’assigne pour objet de sauvegarder l’équilibre entre les intérêts des
différentes parties à l’opération et d’adapter les règles juridiques régissant habituellement le
contrat de bail aux relations triangulaires caractéristiques qui naissent des opérations de
leasing.
Dans son article premier, la convention d’Ottawa décrit le leasing comme l’opération
dans laquelle une partie (le crédit-bailleur) ;

Un bien d’équipement, du matériel ou de l’outillage dans des termes approuvés par le


crédit-preneur,

Conclut un contrat dénommé le ‘contrat de crédit-bail’ avec le crédit-preneur donnant à celui-


ci le droit d’utiliser le matériel moyennant le paiement de loyers.

Selon la convention, l’opération de crédit-bail présente les caractéristiquessuivantes :


 Le crédit-preneur choisit le matériel et le fournisseur sans faire appel de
façon déterminante à la compétence du crédit-bailleur ;
 L’acquisition du matériel incombe au crédit-bailleur en vertu d’un contrat de
crédit-bail, conclu ou à conclure entre le crédit-bailleur et le crédit-preneur,
dont le fournisseur à connaissance ;
 Les loyers stipulés au contrat sont calculés pour tenir compte notamment de
l’amortissement de la totalité ou d’une partie importante du coût du
matériel.
IV. Mécanisme d’une opération leasing :

Le leasing est une opération tripartie qui interpose un bailleur, un preneur et un


fournisseur. Ces trois intervenants collaborent et assurent le déroulementde l’opération.
IV.1. Les partenaires de l’opération :

a) Le bailleur, le crédit-bailleur ou la société de leasing :

Pouvant être une société de leasing, un établissement financier ou une filiale de banque,
le bailleur acquiert le bien pour le donner en location. Il est le propriétaire ‘juridique’ du bien
dont il cède au locataire le droit d ‘usage. Le bailleur reçoit en contrepartie des redevances
périodiques convenues.

9|Page
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

Ces dernières années, on assiste à l’apparition d’une nouvelle forme Conclut, sur
l’indication d’une autre partie (le crédit-preneur), un contrat dénommé le ‘contrat de
fourniture’ avec une troisième partie (le fournisseur) en vertu duquel elle acquiert un bien
d’équipement, du matériel ou de l’outillage dans des termes approuvés par le crédit-preneur,

 Conclut un contrat dénommé le ‘contrat de crédit-bail’ avec le crédit-preneur donnant


à celui-ci le droit d’utiliser le matériel moyennant le paiement de loyers.
Selon la convention, l’opération de crédit-bail présente les caractéristiques
suivantes :
 Le crédit-preneur choisit le matériel et le fournisseur sans faire appel de
façon déterminante à la compétence du crédit-bailleur ;
 L’acquisition du matériel incombe au crédit-bailleur en vertu d’un contrat de
crédit-bail, conclu ou à conclure entre le crédit-bailleur et le crédit-preneur,
dont le fournisseur à connaissance ;
 Les loyers stipulés au contrat sont calculés pour tenir compte notamment de
l’amortissement de la totalité ou d’une partie importante du coût du
matériel.
V. Mécanisme d’une opération leasing :

Le leasing est une opération tripartie qui interpose un bailleur, un preneur et un


fournisseur. Ces trois intervenants collaborent et assurent le déroulementde l’opération.
V.1. Les partenaires de l’opération :

a) Le bailleur, le crédit-bailleur ou la société de leasing :

Pouvant être une société de leasing, un établissement financier ou une filiale de


banque, le bailleur acquiert le bien pour le donner en location. Il est le propriétaire
‘juridique’ du bien dont il cède au locataire le droit d ‘usage. Le bailleur reçoit en
contrepartie des redevances périodiques convenues.

Ces dernières années, on assiste à l’apparition d’une nouvelle forme de sociétés


de leasing, c’est des sociétés de financement spécialisées dans la vente de produits
fabriqués par leur maison mère. Elles sont connues sous le nom de captives.
b) Le locataire, le preneur ou le crédit preneur :

Le locataire est l’investisseur qui reçoit le bien en location. Il détient le droit d’usage
et d’utilisation pour ses besoins d’exploitation. Il est en conséquence le propriétaire

10 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

‘économique’ du bien loué.


c) Le fournisseur, le fabricant ou le vendeur

L’opération de leasing interpose un fournisseur ou un fabricant pour la vente du bien


objet du contrat de leasing.
De nos jours, le fournisseur élabore un « programme de financement des ventes » en
vue de promouvoir la vente de ses produits. Pour cela, il y a deux alternatives :
Soit le fournisseur s’associe avec un bailleur dans le cadre d’un « Leasing Partenaire ».
Cette coopération entre le fournisseur et le bailleur peut revêtir plusieurs formes, elle
peut prendre la forme d’un simple accord de partenariat jusqu'à la création d’une filiale de
leasing entre les deux partenaires.
Ou bien, le fournisseur, tout seul, crée une filiale spécialisée dans le financement des
produits de la société mère. Dans ce cas, on parle de leasing captif et la société est dite
‘société de financement captive de fabricant’
C’est le cas surtout dans le domaine de l’automobile où il y a plusieurs sociétés de
financement des fabricants d’automobile telle que ‘crédit Chrysler’.

La mise en point de ce programme de financement des ventes présente de nombreux


attraits pour le fournisseur. Il lui permet de mieux contrôler son marché, d’accroître les parts
qu’il en détient, d’obtenir des revenus auxiliaires et d’accroître sa rentabilité.

V.2. Déroulement d’une opération de leasing.


Correspondent aux étapes suivantes :

 Le client mène la transaction avec le fournisseur ;


 Le client conclut le contrat avec la société de leasing ;
 La société de leasing passe la commande au fournisseur ;
 Le fournisseur livre le bien au client qui le réceptionne (procès- verbal
de réception) ;

 Le fournisseur adresse la facture et le procès-verbal de réception en


vue du règlement ƒ ;

 Le client commence à verser les loyers à la société de leasing.

11 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

Note ;
Le procès-verbal de réception est un document qui atteste que le client a réceptionné le
matériel et qu’il est conforme à sa commande.
La signature du procès-verbal de réception conjointement par le locataire et le
fournisseur déclenche le paiement du fournisseur par le bailleur et le versement du premier
loyer par le crédit-preneur au crédit-bailleur.
Une fois ces notions de base sur le leasing définies, nous détaillerons dans le chapitre
suivant les caractéristiques de ce mode de financement à savoir les différentes formes que
peut revêtir le leasing. Nous évoquerons aussi dans ce chapitre l’aspect juridique d’une forme
restrictive du leasing soit le crédit-bail.

SECTION 2 : CARACTERISTIQUES DU LEASING :

Il n’existe pas un cadre juridique universel au leasing. Ce dernier est régi par des
législations différentes d’un pays à un autre.

Le leasing est un terme générique qui recouvre une variété d’opération de location basée
sur des distinctions économiques et non juridiques. Il regroupe la location simple, la location-
vente, le crédit-bail et bien d’autres opérations.
La jurisprudence et la législation ont longtemps hésité à définir un contrat de leasing.
Ceci est peut-être dû à la complexité du contrat qui combine à la fois un contrat de vente, de
louage, de mandat…
C’est aussi peut-être la raison pour laquelle certains législateurs le classent sous la
catégorie d’un des contrats le combinant. En effet certains considèrent le leasing comme un
simple contrat de location, d’autres au contraire l’abordent comme une pure opération
financière.
Aux Etats-Unis, par exemple, le leasing opérationnel est considéré comme une simple
opération de location. Le leasing financier, au contraire, est considéré comme une opération
de vente.
En Belgique, par exemple, un contrat de crédit-bail ne concerne que les particuliers,
quant au contrat de leasing, il est destiné aux investisseurs.
D’après ces deux exemples, on voit bien que les pratiques du leasing varient d’un pays à
l’autre.

12 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

I. Les opérations voisines du leasing :


Le leasing est un procédé qui comprend une multitude d’opérations de location et de
vente. Ces opérations recouvrent la location pure et simple, la location- service (Renting), la
location longue durée, la location avec option d’achat, la location-vente (Hire Pure chase), la
vente à tempérament et évidemment le crédit-bail.

Le crédit-bail est un type de leasing. Autrement dit, il est une dénomination restrictive
du leasing. Le crédit-bail est une opération originale qui malgré sa nature juridique de
louage est assimilée à une opération financière. Il est donc nécessaire de distinguer le crédit-
bail des autres opérations de leasing.

De même, le crédit-bail se différencie de la location-vente vue qu’elle est


automatiquement suivie d’un transfert de propriété.

En effet, le vendeurs’engage à vendre le bien loué et le locataire s’engage à l’acheter :

La promesse est synallagmatique, alors qu’elle est unilatérale dans le crédit-bail.

Le renting ou la location- service désigne un contrat complexe qui mêle louage et


prestation. D’origine américaine, le renting touche souvent des matériels coûteux d’une haute
technicité et impliquant une maintenance régulière (grand ordinateur, matériel de
transport…).
Le reste des opérations locatives et de vente seront mentionnées en passage dans le
tableau de la page suivante :

13 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

Tableau 1: Comparaison entre le crédit-bail et les autres opérations du Leasing

VENTE A
CREDIT- LOCATION LOCATION-
TEMPERA
BAIL SIMPLE VENTE
MENT
Objet/ but Acquisition Contrat de location Contrat de location Contract de
et/ou pur etsimple sans assorti d’une promesse vente
financement faculté d’achat synallagmatique devente
du bien loué pour le bailleur et
d’achat
pour le locataire
Nature de Contrat de Durée courte Durée fixe irrévocable Durée fixe
l’opération locationassorti renouvelable maximal
d’une promesse
unilatérale de
vente
Durée de Durée moyen Durée courte Durée fixe Durée fixe
l’opération net fixe renouvelable irrévocable maximal

Réserve de Non Non Oui Oui


propriété
Reconstitution Oui Partielle Totale Totale
du
Capital investi
Transfert de Selon le Pas de transfert La propriété n’est La propriété
propriété dénoueme de propriété transférée qu’à la fin est
nt du du bail au transférée
contrat propriétaire dès la
signature du
contrat

Dans ce tableau, nous dégagerons brièvement les similitudes et lesdifférences entre le


crédit-bail et les autres opérations voisines du leasing.

II. Les variations du leasing

Le leasing peut être classé selon plusieurs critères : le degré de transfert de risque au
locataire (leasing financier / leasing opérationnel), la nature du bien loué (mobilier /
immobilier), la nationalité des parties prenantes au contrat (leasing national / leasing
international), selon la finalité du contrat (contrat avec ou sans option d’achat) et selon
l’intention du locataire (location acquisition / location exploitation) …
Dans cette section, nous avons retenu les trois premiers critères. Cette classification
nous donne les variantes suivantes du Leasing :

14 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

II.1.Leasing financier versus leasing-opérationnel :

a) Leasing financier :

Le leasing financier est la formule la plus courante et la plus assimilable au crédit-


bail. C’est un accord sans clause d’annulation qui prévoit le transfertau locataire de tous les
avantages, inconvénients et risques inhérents à la propriété du bien.
b) Le leasing financier est caractérisé par les particularités suivantes :

 Le locataire prévoit d’acquérir le matériel à l’expiration du contrat. Il


assume le risque d’obsolescence et prend en charge la maintenance et
l’assurance, il s’agit en conséquence pour le locataire d’un financement
acquisition.
 Le bailleur structure le contrat de manière à récupérer intégralement le
coût initial de l’équipement ainsi que sa marge bénéficiaire.
c) Leasing opérationnel :

Le leasing opérationnel est une formule de financement qui accompagne une offre de
services complémentaires (assurance, maintenance, remplacement…). Elle est généralement
pratiquée par des loueurs professionnels éventuellement associés à des sociétés
financières spécialisées dans le leasing.

d) Leasing opérationnel est spécifié par les caractéristiques suivantes :

Il s’agit donc pour le locataire d’un financement d’utilisation car l’équipement loué
n’est financé que pour une partie de sa durée de vie économique.
Le bailleur couvre ses coûts grâce aux nombreuses locations et à la vente finale du bien,
il assume ainsi un risque marché car les loyers ne permettent qu’un amortissement partiel du
capital investi.
II.2. Leasing mobilier versus leasing immobilier :

a) Leasing Mobilier :

Le leasing mobilier s’applique aux biens mobiliers neufs ou d’occasion comme les
machines et équipements industriels, les ordinateurs et matériels de bureau, les véhicules
utilitaires, les voitures de tourisme, les bateaux, avions et matériel ferroviaire …

15 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

b) Leasing Immobilier :

Le leasing immobilier s’applique aux biens immeubles à usage professionnel ; il


concerne aussi bien la construction d’immeubles neufs que l’acquisition d’immeubles
anciens. On retrouve dans cette catégorie les immeubles industriels, les magasins, les
immeubles de bureau, les hôtels et loisirs, les services publics…. Peuvent également être pris
en charge les frais annexes, tels les honoraires (architecte, promoteur, notaire…) ou les droits
d’enregistrement.
II.3. Leasing domestique versus leasing international :

a) Leasing domestique ou leasing national :

Le leasing domestique est une opération qui fait intervenir un bailleur et un locataire
résidents dans un même pays. La résidence du fournisseur n’est pas prise en considération.
b) Leasing international :

Le leasing international est une opération dont laquelle le bailleur et le locataire ont leur
résidence ou leur siège social dans des pays différents.
Lorsque le fournisseur, le locataire et le bailleur ont chacun leur résidence dans un pays
différents, l’opération a explicitement un caractère international.
III. Les adaptations particulières du leasing :
Le leasing s’adapte aux besoins particuliers du preneur. Il peut se structurer de multiples
façons.
III.1. Cession bail :

C’est la formule par laquelle une entreprise cède à la société de leasing un bien mobilier
ou immobilier dont elle est propriétaire et conclut aussitôt avec elle un contrat de leasing
sur ledit bien. Grâce à la cession bail, l’entreprise dispose de fonds nouveaux et continu, selon
le principe même du leasing, à utiliser le bien comme si elle en était toujours propriétaire.
Alors qu’un contrat de leasing EST, à l’origine, UN moyen pour le locataire de disposer
de nouveaux outils de production, la cession bail consiste à transformer en liquidités des actifs
existants, soit pour en financer d’autres plus utiles ou plus rentables, soit pour faire face à des
difficultés de trésorerie.

16 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

Le schéma suivant résume le Principe de l’opération :

Parfois, la cession bail est utilisée pour financer un bien qui doit être importé. Le
locataire décharge ainsi le bailleur des formalités de dédouanementà l’importation.
III.2. Crédit-bail adossé :

C’est un mécanisme complexe qui adjoint la cession bail et une sous- location. Deux
modalités de crédit-bail adossé sont à distinguer, selon qu’elles concernent une société de
crédit-bail et un fournisseur ou deux sociétés decrédit-bail.
a) Leasing Fournisseur

Une société de leasing achète le bien à un fournisseur. Ce dernier garde le bien à sa


disposition pour le sou louer à ses propres clients désignés comme des sous locataires.
La cession bail ressemble un peu au leasing adossé. Ce dernier a pour objet en plus de
renforcer la trésorerie du locataire, de permettre au fournisseur de diffuser ses fabrications en
les sous-louant.
Le crédit-bail adossé est aussi utilisé lorsque le client du fabricant ou le sous-locataire
ne présente pas une solvabilité suffisante. Ce dernier ne peut donc pas obtenir lui-même une
ligne de crédit.
Le crédit-bail adossé peut également être conclu entre deux sociétés de leasing. Il
constitue alors un procédé de refinancement. La société de leasing « A » cède le bien à une
autre société de leasing « B » qui le lui donne en crédit- bail (cession bail). La société « A »
sous-loue le bien à un utilisateur en se refinançant auprès de la société « B » puis en
partageant la marge bénéficiaire avec elle.
b) Crédit-bail fiscal :

A la différence du leasing classique qui organise l’opération autour du locataire et du


bailleur, la version fiscale fait intervenir une trilogie (locataire, investisseur, prêteurs)
accompagnée de conseillers comme l’arrangeur, les experts comptables, juridiques et fiscaux.
Cette formule repose sur des pertes enregistrées au bilan du bailleur, ces pertes résultent
des avantages fiscaux liés à la propriété du bien. Par exemple, le bien est amorti en dégressif
sur huit ans, alors que la location est réalisée sur quinze ans. Dans une première phase, les
loyers sont inférieurs au montant des amortissements fiscaux et des charges d’intérêts. Ce
qui entraîne des pertes qui sont compensées, dans une deuxième phase, par des profits lorsque
le bien a été amorti et la dette suffisamment remboursée pour que les intérêts soient inférieurs
aux loyers.

17 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

Le leasing fiscal est un montage complexe réalisé dans les pays riches dont
l’environnement réglementaire est clair et stable. Le marché recouvre essentiellement cinq
pays : les Etats- Unis, le japon, l’Allemagne, la Grande- Bretagne et la France.
L’Etat voit dans le leasing fiscal un mécanisme indirect de subvention à même
d’admettre et de supporter le surcoût de trésorerie d’un système de différé fiscal.
c) Leasing partenaire :

C’est une stratégie d’alliance ou de partenariat associant une société de leasing à un


fournisseur d’équipement. Ce dernier est plus connu sous le nom de‘captif’.
d) Leasing industriel :

Cette formule ne porte pas sur une fraction (meuble ou immeuble) des Investissements
d’une entreprise mais sur des installations complètes.

Après avoir vu relativement toutes les formes du leasing, ses dérivées et ses adaptations,
nous n’avons retenu que le crédit-bail pour étudier l’aspect juridique dans la prochaine
section.

IV. Aspect juridique du crédit-bail :


IV.1. Le contrat de crédit-bail :

C’est le document clé de l’opération de crédit-bail, puisqu’il crée le lien juridique entre
le locataire et le bailleur. Les parties y fixent les droits et obligations réciproques, ainsi que
les conditions et procédures. Le contrat précise, entre autres, la durée de location et
l’échéancier des loyers.
Le bailleur y réserve le droit au locataire, par une promesse unilatérale de vente, de se
porter acquéreur du bien à l’issue de la période contractuelle à un prix convenu d’avance.

Le contrat fixe également l’indemnité de résiliation à laquelle s’expose le client en cas


de non-paiement des redevances.

C’est le code monétaire et financier qui reprend les dispositions de la loi, n°66-455 du 2
juillet 1966 qui traite du crédit-bail. D’après ce code, le crédit- bail est « une opération de
location de biens (meubles ou immeubles) achetés en vue de cette location par des organismes
financiers qui en demeurent propriétaires, lorsque ces opérations quelles que soient leurs
qualifications, donnent au locataire la possibilité d’acquérir tout ou partie des biens loués,
moyennant un prix convenu tenant compte, au moins pour partie….

18 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

Pourtant, on ne peut réduire le crédit-bail à une simple location avec option d’achat,
c’est une opération complexe qui réalise une symbiose originale entre cinq contrats : la vente,
la location, le mandat, la promesse de vente et le contrat de crédit.
 Le crédit-bail est un contrat de location dans lequel le bailleur concède à un
preneur, pour une durée déterminée, ses droits d’usage et de jouissance.
 Le bailleur achète le bien pour le louer. Le contrat de vente devrait être
indépendant du contrat de location, mais c’est le locataire qui choisit et
réceptionne la chose vendue et assume les obligations qui en découlent.
 Le contrat de crédit-bail comporte un mandat du crédit-bailleur qui délègue au
locataire l’exercice de ses droits d’acheteur et de propriétaire de la chose louée.
Le locataire agit au nom et pour le compte du bailleur.
 Le preneur est bénéficiaire d’une promesse unilatérale de vente du bailleur. Le
prix est fixé à l’avance en tenant compte des loyers versés.
 Le contrat de crédit-bail est un contrat de crédit diffèrent du prêt. Il permet au
locataire de disposer immédiatement d’un bien en le payant progressivement
sous forme de loyer.
IV.2. Classification d’un contrat de crédit-bail :

Nous rappelons que le crédit-bail est une dénomination restrictive du leasing. Il


implique la réunion de trois éléments
L’achat du bien par l’établissement bailleur. Il est indispensable que le bailleur soit
propriétaire du bien. L’acquisition peut se faire auprès d’un fournisseur ou du preneur lui-
même.
La location du bien à l’utilisateur. Le contrat de crédit-bail est une opération de
location. Le crédit-bailleur et le crédit-preneur ont respectivement la qualité de bailleur et de
locataire. Le premier devant procurer au second la jouissance de la chose.
C’est une location qui se différencie d’une location ordinaire car elle est un élément
inséparable de l’achat. En plus, le bailleur se décharge contractuellement de toutes les
obligations incombant à un propriétaireordinaire.
Option d’achat. Le contrat doit comporter de la part du bailleur une promesse
unilatérale de vente. Une différence importante avec la convention d’Ottawa sur le leasing
international pour laquelle il peut l’option d’achat n’est pas obligatoire.
Nous rappelons que le crédit-bail suppose, en principe, l’interposition de trois
intervenants. Le vendeur qui fournit le matériel, l’utilisateur du bien et l’établissement

19 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

financier qui assure le financement.


L’opération ainsi décrite à un caractère triangulaire. Elle ne met, cependant, pas en
présence un contrat triangulaire mais deux contrats bilatéraux distincts :
Le contrat de vente liant le fournisseur et le bailleur.

Le contrat de crédit-bail, conclu entre le bailleur et le locataire, par lequel le premier


confère au second la jouissance du matériel en contrepartie de loyers et lui ouvre une option
d’achat à la fin du contrat.

Dans ce qui suit, nous détaillerons toutes les caractéristiques liées au contrat de crédit-
bail.
IV.3. Les clauses d’un contrat de crédit-bail :

Un contrat de crédit-bail contient des clauses obligatoires et des clauses facultatives.


Ces clauses varient et sont propres à chaque établissement bailleur. Néanmoins, un contrat de
crédit-bail contient généralement des informations sur les clauses suivantes :
La durée Le contrat comprend, dans tous les cas, une première période irrévocable
pendant laquelle le locataire ne peut mettre fin à la location avant la date d’expiration prévue.
Cette durée de location ne peut excéder la durée de vie réelle du bien. Elle peut toutefois être
inférieure pour remédier au besoin de l’entreprise utilisatrice et à l’obsolescence du matériel
loué.
 Le montant :
Le crédit-bail permet le financement jusqu'à 100% de la valeur de l’équipement à
acquérir majorée éventuellement de l’ensemble des frais nécessaires à sa mise en place et à
son fonctionnement.
 Les loyers ou les redevances locatives :
- Les loyers désignent les versements découlant de la jouissance d’un
bien. Le montant des loyers est généralement constant.

- Le montant des loyers est fonction du montant du bien, de la durée de


location et de la valeur résiduelle.
- La possibilité existe de les moduler contractuellement suivant un barème
dégressif ou saisonnier en fonction de l’activité de l’entreprise.
- Le paiement de ces loyers peut être effectué à terme échu ou
exceptionnellement à terme à échoir.
- Le versement en est assuré par mensualités, trimestrialités ou

20 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

semestrialités suivant les possibilités du locataire.

- Le règlement est effectué par chèque, virement bancaire ou autorisation


de prélèvement sur compte bancaire du locataire.
 Les garanties :
Les sociétés de leasing se limitent généralement à la propriété du bien loué. Pour des
raisons de sécurité, des garanties (sûretés réelles, dépôt de garanties…) peuvent être
cependant demandées.
 Remplacement du matériel :
Il s’agit de la possibilité pour le locataire de demander le remplacement du matériel, en
cours de contrat, par un nouveau matériel. Cette clause permet de remédier à temps au
vieillissement du matériel. Clause dite d’obsolescence du matériel.
 La livraison du bien :
Le bien est livré en un lieu convenu généralement par le locataire.
 Le paiement du matériel :
D’une façon générale, les conditions de paiements sont déterminées par accord entre le
locataire et le fournisseur.
 L’installation du matériel :
Tous les frais afférents au transport, à l’installation et à la mise en route du bien loué
sont à la charge du locataire.
 La Publicité :
L’objectif de la publicité est de permettre l’identification des parties et des biens qui
font l’objet des opérations de crédit-bail. En matière mobilière, ces renseignements sont
publiés à la requête du bailleur sur un registre tenu au greffe du tribunal de commerce. Cette
publicité doit être renouvelée tous les cinq ans.

Les opérations de crédit-bail qui portent sur des immeubles sont publiées à la
conservation des hypothèques.

Le défaut de publicité est sanctionné par l’inopposabilité aux tiers. En effet, un contrat
de crédit-bail non publié est valable entre les parties mais reste inopposable aux tiers sauf si
ces derniers ont eu connaissance de l’existence des droits du crédit-bailleur.

En cas de procédure collective, le bailleur à défaut d’une publicité perd le droit de


propriété, le bien devient le gage des créanciers du crédit-preneur qui peuvent bénéficier des

21 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

fonds provenant de la vente dudit bien.


 La résiliation :
Le contrat peut être résilié par le bailleur en cas d’inexécution, par le locataire, d’une
clause importante du contrat de location.

Le contrat comporte généralement des clauses de résiliation très rigoureuses notamment


pour sanctionner le non-paiement des loyers à leur échéance. Dans ce cas, le preneur peut être
contraint de verser une indemnité correspondant à la totalité des loyers restant à courir et
restituer le matériel.
 L’option d’achat :
Au terme de la période irrévocable de location, le locataire à généralement une triple
option. L’acquisition, la restitution du bien ou la prolongation du contrat.

La liste des clauses précitées n’est pas exhaustive, elle est à titre d’exemple.
Néanmoins, toutes les clauses figurant dans un contrat de crédit-bail doivent être
rigoureusement respectées par les parties prenantes.
IV.4. Droits et Obligations des partenaires :

La nature juridique du crédit-bail impose donc aux parties prenantes des obligations et
des droits. Comme les obligations d’un partenaire constitue par symétrie les droits d’un autre
partenaire, on ne citera dans les paragraphes qui suivent que les obligations de chacun.
 Obligations du fournisseur :
Le fournisseur a tout d’abord une ‘obligation de délivrance’ du bien vis à vis du
locataire. Cela se concrétisera par la signature du procès-verbal de réception’ du matériel
conjointement par le locataire et le fournisseur. Ce procès-verbal constate que le bien est livré
et conforme à la commande.

Le fournisseur assume une ‘obligation de garantie contre les vices cachés’ au bénéfice
du locataire en cas d’inadaptation ou de défaillance de l’équipement.
Enfin, le fournisseur a l’obligation de transférer le titre de propriété au bailleur sur les
instructions du locataire.
 Obligations du bailleur :
Obligations financières. D’abord, le bailleur doit remettre les fonds directement au
fournisseur comme prévu dans le contrat. Ensuite, il s’engage à respecter les délais de
paiement accordés à l’utilisateur du bien. Il ne doit donc pas réclamer les loyers avant leur

22 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

terme.
Le bailleur peut souscrire des polices d’assurance complémentaires pour son propre
compte. Il peut aussi intégrer dans son offre un package où les coûts de maintenance et les
primes d’assurance sont incluses dans les loyers.
Les conditions financières telles que les ristournes, les remises et les délais de paiement
négocié par le locataire auprès du fournisseur doivent être tenu en compte dans le calcul des
loyers.
Obligations légales. Le bailleur a pour obligation légale de publier le contrat au greffe
du tribunal de commerce du siège de l’entreprise locataire.
Cette publicité légale a pour objet de protéger les droits des autres créanciers du
locataire. Ces derniers ne doivent pas être leurrés par la surface financière du locataire. Le
bordereau de publication doit être le plus précis possible.
Le non-respect des publications légales entraîne pour le bailleur la perte de droit de
propriété.
Obligations liées au bien. Le bailleur a essentiellement une obligation d’abstention’. Il
s’engage à ne rien faire qui puisse nuire à l’utilisation et à l’exploitation du bien par le
preneur.
Le bailleur a également l’obligation de transférer la propriété du bien au locataire, à
l’issue du contrat, si ce dernier opte pour l’acquisition
 Obligations du preneur :
En contrepartie du droit de jouissance, le preneur à l’obligation de payer les loyers aux
prix, lieu et dates convenues.
Le locataire a la charge de l’entretien et des réparations. En effet, le locataire assume les
risques techniques relatifs à l’utilisation du bien et éventuellement les conséquences d’une
sous exploitation de ce même bien.
Nous déduisons à travers cette section que la réglementation française reste vraiment
rigoureuse sur les définitions et les pratiques juridiques du crédit- bail.
La loi algérienne s’est fortement inspirée de l’aspect juridique du crédit- bail en France.
D’ailleurs, la plupart des pays Nord africains ont pratiqué le crédit-bail sous l’influence de
l’économie française présente dans leurs pays. L’exemple le plus frappant est celui du Maroc
qui a introduit le crédit-bail dès 1965.

23 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

V. Crédit-bail versus crédit bancaire :

Ce chapitre traite des décisions portant sur la structure de financement d’une entreprise,
c’est à dire, la répartition de ses financements entre capitaux propres, emprunt bancaire et
crédit-bail. La question majeure est comment aboutir à une structure de financement
optimale ?
Le point de départ de ce chapitre est d’ordre qualitatif. Autrement dit, l’analyse du choix
de financement est fonction des avantages et inconvénients de chaque solution.
En réalité, l’aspect financier d’une opération de crédit-bail revêt une importance
particulière. Le coût du loyer demeure un élément de jugement exclusif dont dépendra la
décision d’un chef d’entreprise pour le choix du financement de son investissement.
Le leasing a la réputation d’être un peu plus cher que les autres modes de financement :
crédit bancaire, fonds propres...

Mais est ce que ces jugements sont fondés ? Et si la réponse est oui ?
Cette cherté n’est- elle pas justifiée par certains avantages ?
C’est les questions auxquelles nous tenterons de répondre dans le chapitre suivant.
VI. Avantages et inconvénients comparatifs du leasing :

Il est important de garder à l’esprit la différence entre crédit-bail et crédit bancaire.


Chacun de ces deux produits occupe une place importante dans le choix de financement offert
aux investisseurs. Le crédit-bail n’est pas systématiquement la bonne réponse. Les
investisseurs ont intérêt à considérer les divers avantages et inconvénients avant de l’ajouter à
leur gamme de produits financiers.

VI.1. Les avantages du leasing :


Le leasing s’impose comme un moyen de plus en plus sollicité en raison des avantages
qu’il procure. Ces avantages sont nombreux et peuvent être ramenés pour l’essentiel aux
éléments suivants :
a) Pour le locataire :

 Quotité de financement :
Dans la plupart des cas, le leasing permet le financement jusqu'à 100% toutes taxes
comprises de la valeur de l’équipement à acquérir. Plus accessoirement l’ensemble des
prestations nécessaires à la mise en place et à au fonctionnement du bien loué.

24 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

 Trésorerie préservée :
En offrant un financement total de l’investissement, le leasing permet de préserver la
trésorerie de l’entreprise qui conserve ses fonds propres pour les affecter au financement des
besoins de son exploitation.
 Garanties réduites :
Le leasing ne nécessite généralement pas de garanties lourdes à supporter par le
locataire. Le bailleur peut s’en tenir uniquement à la propriété du bien à financer qu’il détient
jusqu’à l’expiration du contrat. Toutefois, le bailleur peut demander des sûretés ou des
garanties réelles pour se prémunir contre le risque d’une négligence du bien par le locataire.

VI.2. Fiscalité attrayante a deux niveaux Déductibilité des


loyers :
Les loyers payés au bailleur sont considérés comme des charges déductibles
intégralement de la base imposable.

a) Un Allégement progressif du poids de lA TVA :

La charge de la TVA est étalée sur toute la durée de la location, elle est payée au fur et
à mesure par le locataire lors des facturations des loyers par le bailleur.

 Crédit sur mesure :


Le leasing permet le remplacement rapide et le renouvellement du bien en fonction de
son usure économique effective et des nouvelles technologies introduites.
En d’autres termes, le leasing est un financement qui s’adapte au cycle de vie du produit
surtout pour les équipements à forte obsolescence technologique (matériels informatiques).
 Réponse rapide :
Etant spécialisée dans le financement des équipements ou d’immeubles professionnels,
la société de leasing répond rapidement à la demande de financement.
Le leasing favorise donc les décisions rapides et permet de procéder à des
investissements imprévus et urgents.

b) Pour le bailleur :

 Forte garantie
Le titre de propriété est la principale garantie du bailleur. Il est considéré comme un
créancier privilégié par rapport aux autres créanciers du locataire.

25 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

En cas de défaillance du locataire, le bailleur pourra revendre ou relouer le bien. La


sécurité liée à la propriété effective du bien est donc supérieure à celle dont dispose un
banquier ordinaire. Toutefois, le bailleur peut exiger des garanties personnelles
complémentaires pour se prémunir contre une négligence nuisible à la valeur du matériel de la
part du preneur.
 Avantages fiscaux :
Etant le propriétaire légal du bien, le bailleur bénéficie du droit d’amortissement,
déduisant ainsi de son revenu imposable le coût d’acquisition du bien.
 Réductions supplémentaires :
En tant que client important, le crédit-bailleur peut parfois recevoir des réductions des
fournisseurs de biens. Il en fera ainsi profiter le locataire.
 Transfert du risque :
Dès lors que le contrat prévoit irrévocablement l’option d’achat à échéance, le bailleur
ne récupère pas le bien, le risque d’obsolescence est donc supporté par le locataire.
 Leasing partenaire :
Lorsque le bailleur s’associe avec le fournisseur dans le cadre d’un leasing partenaire, il
en tire aussi des avantages liés à l’environnement et à la rentabilité.
 Des intérêts liés à l’environnement :
Un leasing partenaire est, pour le bailleur, une opportunité de croissance et de maintien
de l’activité. L’atout majeur reste la création d’un marché captif avec un volume d’affaire
récurent.
Ce partenariat permet aussi à la société de leasing d’avoir une meilleure expertise des
équipements financés à savoir une connaissance plus fine du cycle de vie des matériels et de
leur valeur de revente future.

VI.3. Des intérêts liés à lA rentabilité :


Le bailleur économise son réseau de distribution en se servant de celui du fournisseur.
Ce dernier lui permet ainsi d’obtenir un volume d’affaires régulier et de diminuer ses coûts
publicitaires.
a) Pour le fournisseur :

Le leasing et particulièrement la mise en point d’un programme de financement des


ventes par leasing présente de nombreux attraits pour le fournisseur. Il lui permet de mieux

26 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

contrôler son marché, d’accroître les parts qu’il en détient, d’obtenir des revenus auxiliaires et
d’accroître sa rentabilité.
 Marché et concurrence :
Ce programme permet au fournisseur de proposer une offre globale à son client, tout en
ayant un discours agressif sur le prix. Il lui permet de jouer sur de nombreux paramètres
(maintenance, consommables et autres prestations incorporées au contrat) déjouant ainsi les
comparaisons avec la concurrence, car la compétition ne porte plus exclusivement sur les
qualités techniques et le prix du bien mais également sur le service.
De cette manière, le fournisseur se démarque de la concurrence et emporte plus
facilement la décision de l’acheteur.
En outre, le fournisseur contrôle sa part de marché puisque des utilisateurs actuels de
matériel sont les acheteurs potentiels de nouveaux matériels. Il est donc important pour un
fournisseur d ‘exercer des actions marketing pour fidéliser des clients existants.
Le « Programme de financement des ventes » permet au fournisseur de mieux maîtriser
la récupération des matériels retournés à l’expiration d’un contrat de leasing. Il pourra décider
des circuits de commercialisation les plus appropriés.
C'est pourquoi, le fournisseur qui cède un équipement à une société de leasing pour la
mise à la disposition des preneurs sera plus rassuré sur la bonne fin du contrat de vente du
matériel.
 Forte rentabilité :
La marge commerciale comprend, en plus de la marge sur la vente du matériel, un
produit financier annexe complété éventuellement par une commission d ‘apport d’affaires
payées par la société de leasing au fournisseur. De même, d’autres commissions peuvent être
obtenues dans le cadre de la location - service qui intègre prime d’assurance et maintenance.
 Services complémentaires :
Indirectement, un programme de financement des ventes apporte une bonne formation
au fournisseur en matière de financement des investissements et une opportunité d’acquérir
une certaine expertise en matière de montage financier.
Naturellement, tous ces avantages cités ci-dessus ne doivent pas être la seule
motivation. Le leasing doit rester pour le fournisseur un outil marketing destiné à favoriser
une activité principale : la vente des matériels.

27 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

VI.4. Les inconvénients du Leasing :


Comme tous les modes de financement, le leasing n’est pas dispensé d’imperfections.
Nous exposerons dans la section présente les inconvénients découlant du leasing et touchant
ses intervenants :
b) Pour le locataire :

 Perte de flexibilité opérationnelle :


Durant toute la période de location, le locataire n’est pas maître des biens loués ; par
conséquent les actifs susceptibles de servir de garanties aux créanciers se trouvent réduits.
 Coût du leasing :
Les redevances locatives dans le cas d’une opération de crédit-bail sont relativement
onéreuses par rapport à un emprunt bancaire traditionnel.

En pratique, les investisseurs ont tendance à comparer brutalement les taux d’intérêt des
sociétés de leasing à ceux des crédits classiques. Or, la comparaison en termes de taux est
critiquable à deux niveaux :

D’abord, le coût du crédit-bail ne dépend pas seulement du loyer de l’argent. Il est aussi
fonction des services rendus (rapidité du financement jusqu’à 100%, flexibilité des loyers…).

Aussi, en comparaison des banques et établissements spécialisés, les sociétés de leasing


ont des frais de gestion supplémentaire dus au fait que le crédit-bail suppose une relation
triangulaire entre : fournisseur, bailleur et preneur.
c) Pour le bailleur :

Le bailleur doit faire face d’abord à des risques liés au client mais aussi à des risques
liés au retour du matériel.
 Les risques ‘CLIENT’ :
L’analyse du risque d’une opération de leasing repose d’abord sur l’appréciation du
risque de l’entreprise. L’examen de la situation financière de cette dernière et de son
programme d’investissement doit permettre d’apprécier sa capacité à payer les loyers et à
faire face à l’ensemble de ses autres engagements.
 Les risques ‘MATERIEL’ :
La première principale garantie du bailleur réside dans la propriété effective du bien,
objet du contrat. Les deux principaux risques que court le bailleur quant à l’équipement sont

28 | P a g e
Chapitre 1 : Le contrat de LEASING

généralement des risques liés au retour du matériel : le risque de contrepartie et le risque


marché.
 Le risque de contrepartie :
En cas de défaillance du locataire en cours de l’opération, le bailleur est amené à
récupérer le bien pour le relouer ou pour le revendre sur le marché d’occasion, il est alors
impératif que la dette résiduelle soit inférieure à la valeur marchande du bien.
 Le risque de valeur résiduelle :
Si le locataire opte pour la restitution du bien à la fin de l’opération, il faut que la valeur
résiduelle financière retenue pour déterminer le montant des loyers ne soit pas inférieure à la
valeur de marché.
En pratique, ces risques varient en fonction des données relatives.
A la nature même de l’équipement. Matériel standard ou spécifique, évolution
technologique et l’obsolescence du bien, utilisation et entretien, reconditionnement et mise à
niveau du matériel…
Aux caractéristiques du fournisseur. Renommé et parts du marché du fournisseur,
implantation et réseau, garanties données par le fournisseur...
A la structure du marché de l’occasion. Organisation, taille, efficience du marché de
l’occasion, durée et coût de commercialisation, le démontage et le transport du bien…
Il est clair que les sociétés de leasing préfèrent financer des matériels dont la
dépréciation est lente et le marché secondaire assez actif, donnant ainsi une meilleure
consistance à la valeur de l’évolution du bien.
Pour se prémunir contre tous les risques cités ci-dessus, le bailleur peut exiger du
locataire des garanties complémentaires telles que les garanties personnelles ou un dépôt de
garantie. Ce dépôt est un pourcentage du montant du financement qui est prélevé avant la
facturation des loyers. Le dépôt est remboursé en fin d’opération au client ou s’impute sur
tout ou partie des loyers impayés en cas de défaillance de sa part.
Enfin, le bailleur peut limiter son risque en négociant par exemple avec le fournisseur
du matériel soit un engagement de reprise (reprise du matériel à un prix convenu d’avance si
le preneur ne paye plus les loyers) soit un engagement de rachat (rachat du bien à un prix
convenu d’avance à la fin du contrat.

29 | P a g e
CHAPITRE 2 :
LES DIFFERENTS ASPECTS DU CONTRAT DE LEASING
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

Chapitre 2 : Les Différents Aspects du


Contrat de leasing.
SECTION 1 : L’ASPECT JURIDIQUE :

I. Sociétés autorisées à exercer l’activité du Leasing :

Les opérations de leasing sont considérées comme une forme de crédits prévus par la loi
n°67-51 du 7décembre 1967 réglementant la profession bancaire et les textes subséquents.
Les opérations de leasing ne peuvent être effectuées à titrer d’activité habituelle
que par :

 Les établissements bancaires soumis aux dispositions de la loi n°67-51 du 7


décembre 1967 réglementant la profession bancaire et les textes subséquents.

 Les établissements financiers prévus par l’article 2 de la loi n°67-51 du 7


décembre 1967 réglementant la profession bancaire et les textes subséquents.

 Les établissements soumis aux dispositions de la loi n°85-108 du 6 décembre


1985 portant encouragement d’organismes financiers et bancaires travaillant
essentiellement avec les non-résidents.
Ces établissements sont soumis à la réglementation et au contrôle de la Banque Centrale
de Tunisie.
II. Obligations juridiques des sociétés de leasing :
Les opérations de leasing relatives aux équipements ou au matériel sont soumises à
l’inscription, à la requête du bailleur, sur un registre ouvert à cet effet au greffe du tribunal
dans le ressort duquel le preneur est immatriculé au registre de commerce. Dans ce registre
sont insérés tous les renseignements qui permettent l’identification des parties et celles des
biens objets desdites opérations.

Si le preneur n’est pas immatriculé au registre de commerce, l’inscription est requise au


greffe du tribunal dans le ressort duquel se trouve l’établissement dans lequel sont exploités
les équipements ou le matériel objet du contrat de leasing.
Les modifications affectant les renseignements susvisés sont inscrites en marge des
inscriptions existantes. En outre, dans le cas où la modification intervenue implique un
changement d’où résulte la compétence du greffe d’un autre tribunal, le bailleur doit faire

30 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

reporter l’inscription modifiée sur le registre du greffe de ce tribunal.


Les inscriptions sont radiées soit sur justification de l’accord des parties, soit en vertu
d’un jugement ou d’un arrêt ayant la force de chose jugée.
Le greffier délivre à tout requérant une copie ou un extrait de l’état des inscriptions
portant éventuellement mention des transferts ou des inscriptions modificatives.
Les pièces justificatives qui doivent être présentées au greffier, les modalités de la
publication ou de la radiation et les modèles des bureaux d’inscription, copies ou extraits sont
fixées par un arrêté du ministre de la justice.
III. Les différents types de leasing :

On peut les classifier selon :

 La nature juridique du bien, on distingue le leasing mobilier et le


leasing immobilier.

 Les responsabilités des parties, on distingue le leasing financier et le


leasing opérationnel.
IV. Classification selon la nature juridique du bien :

Le bien, objet du contrat peut être mobilier ou immobilier c'est pour cette raison qu'on
distingue entre leasing mobilier et immobilier :
 Le leasing mobilier :
Le leasing mobilier est celui qui porte sur des biens d'équipement n'ayant pas le
caractère d'immeuble, c'est à dire celui qui est destiné à financer les biens meubles ayant une
grande mobilité interne.
En général, la durée du contrat s'étale généralement entre trois et cinq ans. A l'expiration
de la durée de location, le locataire a le choix entre trois alternatives :
 Relouer le bien.
 Restituer le bien à la société de leasing.
 Acheter le matériel pour sa valeur résiduelle.
 Le leasing immobilier :
Les opérations de crédit-bail immobilier sont « les opérations par lesquelles une
entreprise donne en location des biens immobiliers à usage professionnel, achetés par elle ou
construits pour son compte.
En général, la durée du contrat s'étale généralement entre quinze et vingt ans. A
31 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

l'expiration de la durée de location, le locataire a le choix entre trois alternatives :


 Acquérir le bien.
 Renouveler le contrat.
 Quitter les locaux.
V. Classification selon la responsabilité des parties :
Le bailleur dans une opération de leasing peut être affronté, soit à un rôle purement
financier, soit un rôle opérationnel :
 Le leasing financier :
Dans ce type d'opération, le bailleur joue le rôle d'un simple financier puisqu'il transfert
au locataire l'intégralité du risque lié à l'utilisation du bien Il n'assume aucun service en dehors
de la mise à sa disposition du bien.
 Le leasing opérationnel :
Dans ce mode de leasing le bien est inscrit au bilan. En cas de rupture du contrat, le
bailleur devient automatiquement le propriétaire du bien.

Contrairement au leasing financier, cette forme de leasing inclus des services tels que
l'entretien et la maintenance
VI. Les conditions du contrat de leasing :

Le contrat du leasing doit obligatoirement s'effectuer par un écrit sous peine de nullité.
La durée doit être mentionnée ainsi que le montant du loyer. Il doit préciser la possibilité
pour le preneur d'acquérir le bien en fin de période à sa valeur résiduelle. En effet, les
sociétés de leasing s'efforcent de créer un certain parallélisme entre la durée de vie fiscale du
bien et sa période contractuelle.
 Les conditions préalables à l'obtention d’un crédit leasing :
Elles consistent à la constitution d'un dossier juridico-financier :

 Les documents juridiques sont le registre de commerce récent, le statut


de la société, les procès-verbaux de nomination des responsables, les
attestations professionnelles, la nature de la personne (physique ou
morale), l'objet de l'activité commerciale et la réparation du capital.

 Les documents financiers renseignent sur l'activité du bénéficiaire avec


sa banque et sur sa solvabilité.

32 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

 Les conditions relatives au bien objet de l’opération :


La société du leasing n'intervient pas dans le choix du matériel, mais elle ne finance pas
n'importe quel bien. Ce dernier doit être neuf ou d'occasion récente, il doit être durable,
standard pour que l'entreprise puisse relouer ou vendre et facilement démontable pour éviter
toute sorte de friction lors d'une éventuelle reprise.
Le candidat renseigne sur le secteur d'exploitation, sa forme juridique, son lieu et la
structure financière pour que la société du leasing puisse valoriser le risque qu'elle va encourir
en cas d'acceptation de la demande de ce candidat.

SECTION 2 : L’ASPECT FISCAL DE LEASING :

Les dispositions fiscales relatives au leasing ont été prévues par la loi n°94-90 du 26
juillet 1994 tel que modifiée par la loi 2000-98 du 25 décembre 2000 et la loi 2006-85 de 25
décembre 2006. Elles sont insérées dans le code de l’impôt sur le revenu des personnes
physiques et de l’impôt sur les sociétés, du code de la TVA et du code des droits
d’enregistrement et de timbre.
I. Impôt sur les sociétés :

Selon la loi de finances pour la gestion de 2007 a :

 Admis la déductibilité des charges d’amortissement des biens acquis


en leasing à partir du 1er janvier 2008, dans les limites fixées par
l’arrêté du ministre des finances. L’amortissement annuel est calculé
sur la base de la durée du contrat de leasing sans que cette durée ne
soit inférieure à celle prévue dans l’arrêté du ministre des finances.
 Prévu que les charges financières occasionnées par le financement par
voie de leasing demeurent aussi déductibles.
 Abrogé, à partir du 1er janvier 2008, les dispositions de l’article 15 de
la loi 1994- 89 du 26 juillet 1994 relative aux opérations de leasing.
 Prévu l’application des dispositions susmentionnées à partir du 1er
janvier 2008. L’annuité d’amortissement déductible est déterminée
sur la basede la durée de location prévue par le contrat de leasing. Elle
est déterminée en fonction du quotient suivant :
Prix de revient total / durée du contrat de leasing.

33 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

Toutefois, la durée prise en compte pour le calcul des amortissements ne doit pas être
inférieure à la durée minimale fixée, en fonction de la nature des actifs, par le décret n°2008-
492 comme suit :
Tableau 2: La mise en service des actifs

Nature du bien Durée


minimale
Les constructions à l’exception de la valeur des 7 ans
terrains.
Les matériels, machines et équipements 4 ans
Le matériel de transport 3 ans

L’amortissement est calculé à partir de la date de mise en service des actifs.


II. Taxe sur la valeur ajoutée :

La TVA sur les biens acquis en leasing autres que les voitures de tourisme faisant
l’objet même de l’exploitation est déductible de la TVA collectée.

Pour les investissements agrées, le preneur présente son dossier au service du contrôle
fiscal conformément à l’article 9 de la loi 93-120 ce qui permet à la société de leasing
d’acheter le bien en suspension de TVA et par conséquent de facturer au preneur les
redevances en suspension de TVA.
III. Droit d’enregistrement :

Lors de l'acquisition d'un immeuble auprès de l'établissement de leasing,le preneur est


tenu en cadre de l'opération de leasing de payer un droit de 25 dinars par page à condition que
la vente soit faite au cours de la durée de location ou à son tenu.
La taxe au profit de la conservation foncière est de 1%, et à défautd'immatriculation de
l'immeuble, la taxe sur les mutations d'immeubles nonimmatriculés est de 3%.

SECTION 3 : L’ASPECT COMPTABLE :

La norme comptable internationale 17 définit un contrat de location comme le droit


d’utiliser un actif en échange d’un paiement ou d’une série de paiements.

34 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

 Flux physique : le bien

Bailleur preneur

Flux financier : le loyer

La norme IAS 17 («accounting for lèases») traite de tous les contrats de leasing à
l’exclusion des contrats de location spécialisés suivants :
 Les contrats de location portant sur la prospection ou l'utilisation de
minéraux, de pétrole, de gaz naturel, et autres ressources similaires non
renouvelables ;
 Les accords de licences portant sur des éléments tels que des films
cinématographiques, des enregistrements vidéo, des pièces de théâtre, des brevets et
des droits d'auteur.
I. Classification des contrats de location :

La distinction entre contrats de location-financement et contrats de location-simple


repose sur le degré de transfert par le bailleur au preneur des avantages et des risques
inhérents à la propriété du bien.
I.1. Contrat de location financement :

Le bail qui répond aux conditions ci-après, peut être défini comme un contrat de
location-financement :

 Le contrat de location transfère la propriété de l’actif au preneur au terme de la durée


du contrat de location,

 Le contrat de location donne au preneur l’option d’acheter l’actif à un prix qui devrait
être suffisamment inférieur à sa juste valeur à la date à laquelle l’option peut être levée
pour que, dès le commencement du contrat de location, on ait la certitude raisonnable
que l’option sera levée,

 La durée du contrat de location couvre la majeure partie de la durée de vie économique


de l’actif même s’il n’y a pas transfert de propriété,

 Les actifs loués sont d’une nature tellement spécifique que seul le preneur peut les

35 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

utiliser sans leur apporter de modifications majeures.


 Les indicateurs de situations qui, individuellement ou conjointement, pourraient
également conduire à classer un contrat en tant que contrat de location-financement
sont les suivants :
 Si le preneur peut résilier le contrat de location, les pertes subies par le bailleur
relatives à la résiliation sont à la charge du preneur,
 Les profits ou pertes résultant de la variation de la juste valeur de la valeur résiduelle
sont à la charge du preneur (par exemple sous la forme d’une diminution de loyer
égale à la majeure partie du produit de cession à la fin du contrat de location).
 Le preneur a la faculté de poursuivre la location pour une deuxième période
moyennant un loyer sensiblement inférieur au prix du marché.
Les exemples et les indicateurs présentés ne sont pas toujours concluants. Si d’autres
caractéristiques montrent clairement que le contrat ne transfère pas laquasi-totalité des risques
et des avantages inhérents à la propriété, le contrat de location est classé en tant que contrat de
location simple. Cela peut être le cas, par exemple, si la propriété de l’actif est transférée au
terme du contrat de location moyennant le paiement d’un montant variable égal à sa juste
valeur du moment où, s’il y a des loyers conditionnels en conséquence desquels le preneur
n’encourt pas la quasi-totalité de ces risques et avantages.
I.2. Contrat de location simple :

Est considéré comme contrat de location simple tout bail qui ne satisfait pas à aucune
des conditions énoncées pour qualifier un contrat de location- financement.
II. Comptabilisation des contrats location-financement :
Tout contrat de location-financement doit être comptabilisé dans les états financiers du
preneur selon les règles suivantes :
A la date d’entrée en vigueur du contrat, comptabilisation :

 Du bien loué à l’actif du bilan

 De l’obligation de payer les loyers futurs au passif du bilan

 Amortissement du bien inscrit à l’actif (s’il est amortissable).

Comptabilisation des loyers en distinguant la charge financière et le remboursement du


principal.
Le coût d’entrée de l’actif acquis en location-financement inclut toutes les charges

36 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

générées directement par les actions engagées par le preneur en vue de conclure le contrat de
location-financement.
Les paiements minimaux dont le preneur est redevable portent sur :
 Le total des paiements prévus pour toute la durée du bail à l’exclusion
des frais de gestion et des taxes engagées par le bailleur et refacturables
au preneur.
 Tous les montants garantis par le preneur.
II.1.Comptabilisation des loyers :

La comptabilisation des loyers s’opère en distinguant la charge financière


afférente à l’exercice et le remboursement du passif.

La charge financière totale du bail est égale à la différence entre :

 Le total des paiements minimaux dus pendant la durée du


contrat.

 Le passif constaté à la date d’entrée en vigueur du bail.

La charge financière est portée dans l’état de résultat sur la durée du bail, de façon à
obtenir un taux d’intérêt constant sur les capitaux restant dus au titre de chaque période.
Dans le cas du contrat de location-financement, les risques et avantages sont transférés
au preneur, ce qui conduit à la comptabilisation de ce bien chez le bailleur en créances et
non en immobilisations.
II.2. Amortissement du bien loué par le preneur :

Une dotation aux amortissements doit être constatée pour les éléments d'actifs
amortissables.
La méthode d'amortissement des actifs loués doit être cohérente avec celle applicable
aux actifs amortissables que possède l'entité, et la dotation aux amortissements doit être
calculée selon IAS 16 Immobilisations corporelles et IAS 38 Immobilisations incorporelles.
Si l'on n'a pas une certitude raisonnable que le preneur devient propriétaire de l'actif à la fin
du contrat de location, l'actif doit être totalement amortie sur la plus courte de la durée du
contrat de location et de sa durée d'utilité.
La durée d’amortissement d’un bien faisant l’objet d’un contrat de location-
financement correspond à :

 La durée d’utilisation pour l’entreprise, dans la mesure où le preneur

37 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

aura raisonnablement la propriété du bien loué en fin du bail.


 La durée la plus courte de la durée de vie économique et de la durée
du bail s’il existe une incertitude que le preneur deviendrait le
propriétaire du bien.

Traitement chez le preneur :

Traitement de contrat de LF :

22400000 Immobilisation a statut juridique particulier

16200000 Emprunts auprès des Établissement financiers

16200000 Emprunts auprès de l’établissement financier

50500000 Echéances – d’un an/ EMPR.COUR

Règlement de la première échéance :

50500000 Echéances – d’un an/ EMPR.COUR

65100000 CHARGES D'INTERETS

53200000 BANQUE

Evaluation du matériel :

68000000 Dotations aux amortissements

28000000 Amortissement Immobilisation

38 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

III. Traitement des contrats de cessions bail Lease- back :


III.1. Définition :

Une transaction de cessions-bails est une opération de cession d’un actif pour le
reprendre à bail. Le paiement au titre de la location et le prix de vente sont
généralement liés car ils sont négociés ensemble. La comptabilisation d'une opération de
cessions-bails dépend de la catégorie du contrat de location.

 Si une transaction de cessions-bails débouche sur un contrat de location-


financement,
Tout ce qui excède les produits de cession par rapport à la valeur comptable ne doit pas
être immédiatement comptabilisé en résultat par le vendeur-preneur. L’excédent doit au
contraire, être différé et amorti sur la durée du contrat de location.
 Si une transaction de cessions-bails débouche sur un contrat de location
simple et s’il est clair que la transaction est effectuée à la juste valeur,
tout profit ou perte doit être comptabilisé immédiatement
III.2. Location financement :

Si l'opération de cessions-bails débouche sur une location-financement, la transaction


est pour le bailleur un moyen d'accorder un financement au preneur, l'actif tenant lieu sûreté.
C'est pourquoi il ne convient pas de considérer un excédent des produits de cession par
rapport à la valeur comptable comme un produit (chez le preneur/cédant).
III.3. Location simple :

Si la transaction est effectuée à la juste valeur, tout profit ou perte doit être comptabilisé
immédiatement.
 Si le prix de vente est supérieur à la juste valeur, l'excédent doit être
différé est amorti sur la durée d'utilisation attendue de l'actif.
 Si les paiements au titre de la location elles prix de vente correspondent
à la juste valeur de l'actif, la transaction de vente a été normale et tout
profit ou perte doivent être comptabilisés immédiatement.
 Si la juste valeur lors de la transaction de cessions-bails est inférieure à
la valeur comptable de l'actif, une perte égale au montant de la
différence entre la valeur comptable et la juste valeur doit être
comptabilisée immédiatement.

39 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

IV. Avantages, inconvenants et risques


IV.1. Avantage :

Le leasing est une technique de financement qui offre de nombreux avantages pour le
bailleur que pour le preneur, tels que :
 Faciliter l'obtention de financement et représente donc une solution rapide et
souple aux problèmes d'investissement sans affecter les lignes de crédit ou des
garanties spécifiques de l'entreprise auprès des banques,
 L'étalement des charges financières sur la durée économique de l'investissement,
 La récupération entière de la TVA (calculée sur les loyers),
 La possibilité d'échanger à la fin ou au cours du bail, les équipements loués
contre d'autres plus modernes ou plus adaptés à son besoin,
 La possibilité de financement intégral de l'investissement,
 La rapidité et l'efficacité dans le traitement des demandes de financement,
 La préservation de la capacité d'autofinancement de l'entreprise,
 Bénéficier de la déductibilité des loyers du résultat imposable,
 Conserver les fonds propres en vue de les affecter au financement des besoins
d'exploitation,
 Le crédit-bail permet aux PME à faibles capacités d'endettement, de financer leur
développement,
Durant le contrat l'entreprise reste locataire de l'équipement, c'est une opération hors
bilan. L'équipement n'apparaît pas à l'actif du bilan de l'entreprise, en conséquence le passif
n'est pas impacté par une augmentation de la dette. Les ratios de solvabilité et d'endettement
ne sont pas modifiés et l'entreprise conserve sa capacité d'emprunt.
IV.2. Inconvénients :

Cependant, bien qu'il permette à l'entreprise de disposer de nombreux avantages, le


crédit-bail renferme toutefois des inconvénients qu'il est utile de connaître avant d'en avoir
recours :
 Généralement, le leasing est une technique de financement d'un
coût élevé surtout pour les petites entreprises, en effet les loyers
à verser et le prix résiduel qu'ils doivent être payés dans le cas
de l'option d'achat sont importants,
 Les entreprises de leasing peuvent refuser d'acquérir un
bien/matériel si elle juge qu'il est obsolète ou si elle estime qu'il

40 | P a g e
Chapitre 2 : Les Différents Aspects du Contrat de leasing.

sera difficile de le revendre au terme du contrat de location,


 La complexité du montage de l'opération,
 La possibilité pour le bailleur de retirer le bien pour tout
défaut depaiement, puisqu'il demeure propriétaire du bien,
 Le locataire en rachetant le bien même pour une valeur
résiduellefaible, doit l'amortir à l'issue du contrat,
 Les frais de résiliation du contrat de leasing sont très élevés,
 Les biens financés ne peuvent être donnés en garantie,
 Les coûts fixes engendrés par ce mode de financement
sont lesmêmes quel que soit la taille de l'entreprise preneur,
 Paiement d'indemnités si le locataire met fin
anticipativement aucontrat.
IV.3. Risque induit par le crédit-bail :

Malgré que le financement par crédit-bail représente les avantages cités auparavant il est
freiné par certaines difficultés de mise en place.

D'une part, pour l'utilisateur le fait de ne pas être propriétaire de l'équipement est un
obstacle psychologique important car l'entrepreneur aime montrer son bien. D'autre part, pour
le bailleur les garanties de propriétés sont souvent illusoires, c'est pour cela il est obligé de
chercher une garantie financière et là création/projet est examinée avec beaucoup de
circonspections. Le bilan et l'activité passés sont de bons indicateurs de capacité
professionnelle.
En général les risques les plus importants sont liés à l'équipement objet ducontrat. Le
crédit-bailleur court quant à l'équipement deux principaux risques :
- Risque de contrepartie : En raison de la défaillance du locataire en
cours de contrat le crédit-bailleur est amené à récupérer le bien et à le
vendre surle marché de l'occasion.
- Risque de valeur résiduelle : Il faut que cette valeur retenue pour la
détermination du montant des loyers ne soit pas inférieure à la valeur du
marché.
En pratique ces risques varient en fonction des données relatives à la même nature de
l'équipement aux caractéristiques du fournisseur et à la structuredu marché de l'occasion

41 | P a g e
ETUDE DE CAS
Etude de CAS

Etude de CAS.
I. PRESENTATION DE LA SOCIETE :

NOM : BEN YOUNES ET FILS

NATURE D’Activité : commerce en gros

CODE TVA : 319269T/A/M/000

R.C : 113.752.1997

HISTOIRE DE LA SICIETE : la société est en activité depuis 14/05/1994

GÉRANCE DE LA SOCIETE : SAHBI BEN YOUNES

CAPITAL SOCIALE : 300.000dt

CA MENSUEL : depuis 2000 le CA augmente pour sera 50.000dt chaque mois

MATERIEL DE TRANSPORT : 2 voitures Peugeot jumpy

BANQUE DE TRANSACTIONS : BANQUE DE TUNISIE (BT)

SECTEUR DE TRAVAL : SOUSSE/MONASTIRE/ZAGHWEN/NABEUL

sahbi ben younes


gérant

sarra chouket
assistante

romdhane barkache mohamed jihed barkache zayeni moncef


représentant magasin comptabilié

Tableau 3: Organigramme de la Société

42 | P a g e
Etude de CAS

II. ANALYSE JURIDIQUE DE CONTRAT DE LEASING :

1. Aspect juridique (voir annexe 1)


- Numéro de contrat : 20180000427

- Nature de contrat : contrat de location-financière leasing

- Société de leasing : BT-LEASING

- Locataire : Sahbi ben Younes

- Nature d’immobilisation loyer : FIAT Modèle QUBO

- Durée du contrat : 60 mois

- Base locative : 35348.236 dt

2. Etat de tableau d’amortissement (voir annexe 2) ….

3. Exemple de reçu de caisse règlement (annexe 3)….

4. Ecriture sur logiciel comptasieg (annexe 4)….

III. Analyse comptable du contrat

Le taux d’amortissement comptable appliqué et de 10.00% soit une duréede 5 ans

43 | P a g e
Etude de CAS

Tableau 4: Echéancier de Crédit LEASING


NUM ECHEANCE MONTANT PLUS LOYER H.T MONTANT LOYER
LIGNE DE EN VALUE T.V.A T.T.C
PAIEMENT PRINCIPAL
001 30/06/2018 553.216 263.916 817.132 155.255 972.387
002 30/07/2018 557.826 259.306 817.132 155.255 972.387
003 30/08/2018 562.475 254.657 817.132 155.255 972.387
004 30/09/2018 567.162 249.970 817.132 155.255 972.387
005 30/10/2018 571.888 245.244 817.132 155.255 972.387
006 30/11/2018 576.654 240.478 817.132 155.255 972.387
007 30/12/2018 581.457 235.673 817.132 155.255 972.387
008 30/01/2019 586.304 230.828 817.132 155.255 972.387
009 28/02/2019 591.190 225.942 817.132 155.255 972.387
010 30/03/2019 596.117 221.015 817.132 155.255 972.387
011 30/04/2019 601.085 216.047 817.132 155.255 972.387
012 30/05/2019 606.094 211.038 817.132 155.255 972.387
013 30/06/2019 611.145 205.987 817.132 155.255 972.387
014 30/07/2019 616.238 200.894 817.132 155.255 972.387
015 30/08/2019 621.373 195.759 817.132 155.255 972.387
016 30/09/2019 626.551 190.581 817.132 155.255 972.387
017 30/10/2019 631.772 185.360 817.132 155.255 972.387
018 30/11/2019 637.037 180.095 817.132 155.255 972.387
019 30/12/2019 642.346 174.786 817.132 155.255 972.387
020 30/01/2020 647.699 169.433 817.132 155.255 972.387
021 29/02/2020 653.096 164.036 817.132 155.255 972.387
022 30/03/2020 658.538 158.594 817.132 155.255 972.387
023 30/04/2020 664.026 153.106 817.132 155.255 972.387
024 30/05/2020 669.560 147.572 817.132 155.255 972.387
025 30/06/2020 675.140 141.992 817.132 155.255 972.387
026 03/07/2020 680.766 136.366 817.132 155.255 972.387
027 30/08/2020 686.493 130.693 817.132 155.255 972.387
028 30/09/2020 692.159 124.973 817.132 155.255 972.387
029 30/10/2020 697.927 119.205 817.132 155.255 972.387
030 30/11/2020 703.743 113.389 817.132 155.255 972.387
031 30/12/2020 709.608 107.524 817.132 155.255 972.387
032 30/01/2021 715.521 101.611 817.132 155.255 972.387
033 28/02/2021 721.484 95.648 817.132 155.255 972.387
034 30/03/2021 727.496 89.636 817.132 155.255 972.387
035 30/04/2021 733.558 83.574 817.132 155.255 972.387
036 30/05/2021 739.671 77.461 817.132 155.255 972.387
037 30/06/2021 745.835 71.297 817.132 155.255 972.387
038 30/07/2021 752.050 65.082 817.132 155.255 972.387
039 30/08/2021 758.317 58.815 817.132 155.255 972.387
040 30/09/2021 764.636 52.496 817.132 155.255 972.387
041 30/10/2021 771.008 46.124 817.132 155.255 972.387
042 30/11/2021 777.433 39.699 817.132 155.255 972.387
043 30/12/2021 783.912 33.220 817.132 155.255 972.387
044 30/01/2022 790.445 26.687 817.132 155.255 972.387

44 | P a g e
Etude de CAS

045 28/20/2022 797.032 20.100 817.132 155.255 972.387


046 30/03/2022 803.674 13.458 817.132 155.255 972.387
047 30/04/2022 810.371 6.761 817.132 155.255 972.387
048 30/05/2022 817.120 0.012 817.132 155.255 972.387
049 30/05/2022 1.000 1.000
TOTAL 32.487.196 6.736.140 39.223.336 7.452.240 46.675.576

45 | P a g e
Etude de CAS

46 | P a g e
Etude de CAS

47 | P a g e
CONCLUSION GENERALE
Conclusion Générale

Conclusion Générale
Malgré le changement de l’état d'esprit du législateur tunisien en ce qui concerne le
leasing, les mesures introduites par la loi des finances de l'année 2007 présentent une
conciliation partielle entre le régime fiscal régissant les contrats de location financement et
les méthodes comptable pour les contrats conclus à partir du 1er janvier 2008 car on ne peut
pas comptabiliser le bien objet du contrat à l'actif du bilan, sauf si le transfert de propriété
soit certain.
Dans le cadre de projet de stage, il importe de faire revue des grandes lignes qui
composent et présenter brièvement les résultats, auquel il a abouti.
Ce stage m’a permis d’acquérir et d’obtenir une certaine richesse de
connaissance :

- Au niveau de la comptabilité : savoir la comptabilisation des factures


d’achat de vente.

- Au niveau de la fiscalité : établir les déclarations fiscales et déposer aux


recettes des finances dans les délais légaux.

48 | P a g e
BIBLIOGRAPHIE
Bibliographie

Bibliographie

 Textes réglementaires :
- Note Commune N° 22/2008

- Note Commune N° 24/2008

- Norme Comptable Tunisienne 41

- International Accounting Standard

- Loi des finances pour l'année 2007

- Loi des finances pour l'année 2008

- la loi n°94-90 du 26 juillet 1994

- la loi 2000-98 de 25 décembre 2000

49 | P a g e
LES ANNEXES