Vous êtes sur la page 1sur 23

Exposé élaboré par : Encadré par :

- Siham AMGHAR - Pr. Rachid EL MOUSSAOUI


- Bouchra SAIDI
- Hassnae ARIZKI
- Hanane IARAB
- Bouchra LMOUFID
- Abdellah EL YASSIMI 1

Droit Fiscal Marocain


INTRODUCTION
Les domaines du contentieux fiscal:

Le contentieux fiscal comporte deux branches distinctes :

Le contentieux de le contentieux du
l’assiette recouvrement
Le recouvrement :
Avec la prise en charge du recouvrement d’autres impôts
et taxes à partir de 2004, la DGI est amenée à gérer
progressivement cette partie du contentieux,
concurremment avec les services de la Trésorerie Générale
du Royaume (TGR).

Quant à son objet, la contestation porte sur des


considérations qui ne remettent pas en cause le
fondement légal de l’impôt. Elles touchent le plus souvent
à la question de la prescription de l’action en
recouvrement de l’administration ou à l’irrégularité des
actes de poursuites accomplis pour le recouvrement forcé
(commandement, saisies, Avis à tiers détenteurs…)
L’assiette
Dans le contentieux de l’assiette, le contribuable
conteste la conformité au droit de l’impôt mis à sa
charge.
L’article 235 du Code Général des impôts stipule :
« Les contribuables qui contestent tout ou partie du
montant des impôts, droits et taxes mis à leur
charge doivent adresser, au directeur général des
impôts ou à la personne déléguée par lui à cet effet,
leurs réclamations… »
O Au regard de la légalité interne, le contribuable soutient
que l’impôt mis à sa charge par un acte d’imposition ou
acquitté spontanément est illégal dans son principe ou
dans son montant. Il en demande pour ce motif la
décharge, la réduction ou la restitution.

O Au regard de la légalité externe, la critique formulée par le


contribuable vise à dénoncer l’illégalité de l’un des actes
pris au cours de la procédure ayant conduit à
l’établissement de l’impôt telle la procédure de contrôle
ou celle menée devant les différentes commissions de
recours. Le contribuable conteste alors l’impôt à travers
la procédure d’imposition suivie pour l’établir.
La phase juridictionnelle du contentieux fiscal:
 la nature des recours : Est-il un recours en annulation ou un
recours de pleine juridiction ?
Le recours en annulation :
Le requérant demande au juge :
 De statuer sur la légalité d’un acte administratif, qu’il soit individuel ou
réglementaire, et de l’ annuler s’il n’est pas conforme à la norme
juridique. Ce contentieux comprend notamment le recours pour excès de
pouvoir.

objet
Le contrôle de la légalité de l’acte administratif par son annulation en
raison de l’excès de pouvoir de l’autorité fiscale

Le recours en annulation bénéficie de la gratuité des frais de justice.


Le recours de pleine juridiction :

Il s’agit du recours dont les conclusions peuvent tendre à:

 La décharge d’une somme d’argent.


 la condamnation de l’administration à réparer un dommage.
 La réformation d’un acte administratif.

objet

Non seulement d’annuler la décision, mais aussi la remplacer


par une autre décision en cas de besoin
 la compétence juridictionnelle

la compétence d’attribution :

Le législateur marocain a reconnu la compétence générale


des tribunaux administratifs en matière des conflits qui
naissent de l’application des textes législatifs et
réglementaires en matière fiscal, ainsi qu’en matière des
actions tendant au recouvrement des créances de trésor
public, et de contrôle de la légalité des actes administratifs.
(Art 8 de la loi 41-90).
Les tribunaux administratifs marocains sont compétents pour
les recours :
•en pleine juridiction
•en annulation.
•en référés.
En France:

Pour le Contentieux de l’assiette :Les juridictions diffèrent selon


l’imposition concernée. Le contribuable doit ainsi saisir soit une
juridiction administrative, soit une juridiction judiciaire.
- Le juge administratif est compétent en matière d’impôt sur
le revenu, impôt sur les sociétés, taxe sur la valeur ajoutée, taxe
d’habitation, taxes foncières ou encore taxe professionnelle.
- Le juge judiciaire est compétent en matière de droits
d’enregistrement (successions, donations, ventes, …), droits de
timbre, impôt de solidarité sur la fortune ou contributions
indirectes.
Et en ce qui concerne le Contentieux du recouvrement :
Lorsque le contentieux vise l’obligation de payer, la juridiction
compétente est la même qu’en matière d’assiette.
La compétence territoriale :

Le principe : Tribunal du domicile réel ou élu du


défendeur (article 27 du CPC)

Les dérogations :
 tribunal du lieu de paiement de l’impôt
 tribunal du siège social ou du principal établissement
de la société (art 28 du CPC)
En France:
 Droits d'enregistrement :Tribunal de Grande Instance
dans le ressort duquel se trouve le service des finances
publiques chargé de recouvrement
 Impôts, contributions, droits et taxes : le tribunal
administratif compétent est celui du lieu où l’autorité
qui a établit l’impôt a légalement son siège
 Les raisons déclenchant le recours judiciaire

Le recours judiciaire suite a la réclamation sur le


recouvrement:

•Le refus de la requête du contribuable; (Art 121 du C.R.C.P)

•Absence de réponse à la réclamation du contribuable par


l’administration (Art 121 C.R.C.P)

•Pour arrêter la procédure de saisie vu le caractère urgent du


cas.
Le recours judiciaire suite à la réclamation a base
d’imposition :
3 situations peuvent être envisagées :

O L’administration accepte la requête du contribuable

O L’administration fiscale notifie sa décision au


contribuable qui n’est pas d’accord.

O l’expiration du délai de réponse de trois (3) mois et


silence de l’administration fiscale
La procédure juridictionnelle

cette procédure se caractérise par les caractéristiques suivantes :

-Procédure écrite

-Procédure inquisitoire
-Procédure inégalitaire
-Procédure contradictoire
L’administration fiscale peut La requête est écrite, signée
être représentée par l’un de ses
agents, la présence d’un avocat et appuyée par une copie du
ne lui est pas obligatoire, jugement attaqué par un
contrairement aux contribuables avocat.
qui doivent être représenté par Elle doit contenir toutes les
ce dernier.
La demande doit contenir le références permettant
nom et le prénom du d’identifier le requérant,
demandeur ou de son l’objet de la demande, les
mandataire, son domicile et sa faits et les moyens invoquées
profession, s’il s’agit d’une
personne morale ça sera la et les pièces dont le
dénomination, la nature et le requérant entend s’en servir.
siège social.

Devant le tribunal Devant la cour de


administratif cassation
L’instruction est en effet une phase de l’instance fiscale
presque toujours indispensable pour que soient précisés les
arguments des parties et réunies les preuves qui leur
incombent. La technicité du débat fiscal exige la production
de nombreux documents justificatifs de la preuve écrites qui se
révéleront souvent déterminantes pour la solution du litige.

Dès l’enregistrement de la requête, le Président du tribunal


administratif transmet le dossier de l’affaire à la chambre
compétente composée de trois magistrats dont un président.
Celui-ci transmet le dossier à un juge rapporteur pour instruire
l’affaire, ainsi qu’au commissaire royal de la loi.
-- Trois Magistrats
Après instruction Jugement -- Un greffier
et délibération (forme et de
fond) -- Commissaire Royal

Le jugement est notifié aux parties par le greffier du tribunal.

l’administration
Si c’est le contribuable qui
fiscale qui est
est déboutés, il doit
L’exécution condamnée, elle
s’acquitter des impôts dus,
du doit mettre
augmentés des amendes et
jugement immédiatement à
majorations de retard, à
la disposition du
moins qu’il ait déjà acquitté
contribuable les
l’impôt en question, avant
dégrèvements
d’ester en justice.
accordés.
Les voies de recours
A- Les voies de recours ordinaires

•L’appel ( de l’article 134 à l’article 146 du CPC)

Devant quelle juridiction faut-il porter le litige administratif ?


Ou doit-on déposer la requête d’appel?
Quel est le délai de l’appel? Et quant est ce que la cour d’appel
compétente doit statuer ?
Qui peut exécuter la décision de la cour d’appel ?

•L’opposition (de l’article 130 a l’article 133)

Quelles sont les conditions de l’opposition?


Quel est le délai d’opposition?
Quels sont les effets de l’opposition?
B- Les voies de recours extraordinaires

Il s’agit des recours qui ne suspendent pas l’exécution de


la décision attaqué, et ne sont ouverts que dans des cas
limitativement énumérés par la loi.
• Le pourvoi en cassation

Le pourvoi en cassation tend à faire censurer par la cour


de cassation la non-conformité du jugement qu’il
attaque aux règles de droit.
La cour de cassation est un juge du droit et non un
troisième degré de juridiction, en ce sens qu’elle ne
statue pas sur les faits litigieux.
Les pourvois soumis à la cour de cassation
doivent être fondés sur l’une de causes ci-
après (art 359 du Code de Procédure Civile) :

 Violation de la loi interne


 violation d’une règle de procédure ayant
causé préjudice à une partie
 Incompétence.
 Excès de pouvoirs
 Défaut de base légale ou défaut de motifs
La tierce opposition La rétraction ou le recours
en révision
Le recours en révision
La tierce opposition est permet de faire rétracter un
ouverte aux personnes jugement passé en force de
qui subissent un chose jugée afin qu’il soit à
nouveau statué en fait et en
préjudice par l’effet d’un droit, selon l’article 402 de
jugement auquel elles code de la procédure civile ;
n’ont pas pris part, ni Seules les personnes qui
étaient représentées et à ont été parties ou
l’égard duquel elles sont représentées lors du
des tiers . jugement peuvent
demander la révision.
CONCLUSION
Merci pour votre attention