Vous êtes sur la page 1sur 63

Etude de l’impact sur

l’environnement

Mme.Yasmina EDDARIY
2017/2018
Objectif principal de l’étude d’impact sur
l’environnement

Prévenir de nouvelles dégradations de


l’environnement liées aux activités
humaines.
Volets de l’EIE

EIE comprend trois volets :


Surveillance et le suivi de l’état de
l’environnement;
Réparation des dégâts causés par l’homme;
Prévention de Futurs dégâts .
Pour le Maître d’ouvrage

 EIE est un outil d’aide à la conception ,permet au


Maitre d’ouvrage (Promoteur) de disposer de toutes les
informations sur le site d’implantation de son activité et
donc d’évaluer correctement toutes les interactions entre le
site (le milieu naturel et humain) et l’activité.;
Grâce à l’EIE, le promoteur sait si l’activité projetée va
agresser et dégrader le milieu naturel qu’il utilise, mais
aussi si le milieu va avoir des effets négatifs sur l’activité;
Les informations contenues dans l’EIE peuvent éviter au
promoteur d’effectuer un investissement non rentable par
méconnaissance du milieu d’implantation du projet.
Pour l’administrateur

L’EIE constitue un outil d’aide à la décision pour


l’administration .L’EIE permet aux services compétents
de disposer de toutes les informations nécessaires à la
prise de décision quant à la réalisation de projets
susceptibles d’avoir d’importantes incidences sur le
milieu naturel et humain.
Avantages de EIE

 Economiser le coût exagéré de la réparation des


dommages causés à l’environnement;
 Eviter les graves conséquences de dégâts irréversibles ;
 Préserver son cadre de vie.
Projets assujettis

 Certains projets d’infrastructure, comme : les ports de


commerce ou de plaisance ;
Les infrastructures touristiques, notamment celles situées
au niveau du littoral, de la montagne ou en milieu rural ;
Les stations d’épuration des eaux usées ;

 Certains projets industriels, certains projets agricoles;


Cimenteries ;
Industrie de plâtre;
Grands travaux de transfert d'énergie.
Exemples des impacts sur l’environnement

 Consommation d’énergie naturels;


 Production des déchets;
 Action sur l’eau et les sols ;
 Emissions de poussières ;
 Nuisances sonores ;
 Dégagement de CO2 ;
 Bouleversement des paysages.
Exemple 1

EIE préalable à la construction d’une voie de contournement urbaine et


permettant d’éviter un impact .
Une route doit contourner un quartier urbain à vocation essentiellement
résidentielle. Elle doit suivre un tracé qui a été établi par une étude
technique et a été préféré à d’autres tracés possibles. La route, telle
qu’elle est prévue, va séparer les enfants du quartier résidentiel de
l’école qu’ils fréquentent. Les écoliers devront donc traverser quatre
fois par jour la route pour aller à l’école et retourner chez eux .
Exemple 1
L’EIE permet de mettre en évidence les risques d’accidents graves liés
à la traversée de la route par les enfants. L’importance du risque
d’accident est démontrée à l’aide de statistiques, d’études de cas
comparables, etc
L’EIE propose trois solutions pour supprimer cet impact négatif :
L’aménagement d’un tunnel pour les piétons;
L’aménagement d’un tunnel pour le passage de la route au niveau de
l’accès à l’école ;
L’abandon de l’école actuelle et la construction d’une nouvelle école
à l’intérieur du quartier résidentiel que contourne la route.
Exemple 1

L’étude évalue chacune des trois solutions qu’elle propose. Elle les
compare du point de vue de la faisabilité technique, de la faisabilité
financière, et environnementale;
L’EIE a donc montré que la voie de contournement pouvait avoir un
impact négatif sur la population (le risque d’accident des enfants
traversant la route pour se rendre à l’école).
Si la solution proposée est acceptée par l’autorité compétente.
Elle sera financée par le maître d’ouvrage.
Exemple 2

EIE préalable à la réalisation d’une unité industrielle et


permettant de favoriser l’activité projetée. Une unité de production
industrielle doit être installée en site périurbain. Il est prévu une création
de 800 emplois d’ouvriers qualifiés.
Exemple 2

Le bilan environnemental présenté dans l’EIE fait apparaître que des


mesures de suppression ou d’atténuation des impacts négatifs sur
l’environnement de l’activité de production doivent être prises :
filtrage, réduction de la consommation d’eau, prétraitement des eaux
usées, plantation d’arbres comme écran acoustique, etc.
Une fois ces mesures prises, l’activité sera compatible avec les
exigences en matière d’environnement. Cependant, l’implantation de
l’unité industrielle aura des conséquences importantes sur le trafic
routier local.
Exemple 2

Le coût de l’adaptation du carrefour aux besoins nés de la création de


l’unité industrielle sera supporté par l’Administration en charge des
infrastructures urbaines, et non par le promoteur de l’unité industrielle.
On voit ici que l’EIE a permis de montrer l’existence d’une conséquence
indirecte du projet, avant que le problème soulevé ne se pose
concrètement. Ainsi, elle a permis d’adapter a priori les infrastructures
routières aux besoins du développement économique, pour le plus grand
bénéfice de l’unité projetée et de la collectivité.
Exemple 2

En effet, la création de 800 emplois va augmenter considérablement la


circulation automobile aux heures de pointe sur la voie conduisant à la
zone où se situe l’usine.
Le problème qui se pose ici est donc de réduire les effets négatifs (la
saturation d’une infrastructure routière et ses conséquences) d’un impact
positif de l’unité industrielle (la création de 800 emplois).
L’EIE indique la solution pour supprimer l’impact négatif de l’unité
industrielle sur la circulation routière locale :
Il faut augmenter la capacité du carrefour giratoire, inadapté au
développement de la zone où doit être implantée l’unité.
Acteurs impliqués dans la procédure de l’étude
d’impact sur l’environnement

Le Ministère de tutelle du projet : Il joue un rôle particulièrement important dans


la procédure de l’EIE car c’est lui qui détient la plus grande expertise sur le projet
soumis à l’EIE.
Conformément aux textes législatifs en projet, le Ministère de tutelle :
- Reçoit l’avis de projet ;
- Elabore le cahier des charges de l’EIE en collaboration avec le promoteur ;
-Reçoit l’étude d’impact, il le transmet à l’autorité gouvernementale chargée de
l’environnement ;
-Organise l’enquête publique et préside la commission de l’enquête publique ;
- Participe à l’examen de l’EIE au sein du Comité National des Etudes d’Impact.
- Participe à la surveillance et au suivi du projet.
Acteurs impliqués dans la procédure de l’étude
d’impact sur l’environnement

Promoteur du projet assujetti à la procédure de l’EIE . Il ne pourra


obtenir l’autorisation administrative de son projet que si la procédure EIE
a aboutit à une décision d’acceptabilité du projet au niveau de
l’environnement.
Son rôle est le suivant :
Première étape : Le promoteur doit déposer un avis de projet auprès
du Ministère de tutelle de son activité et de l’autorité gouvernementale
chargée de l’environnement.
Deuxième étape : Pour chaque projet retenu, la commission
nationale constitue une commission particulière de sept membres au
maximum. Celle-ci prend toutes les initiatives pour que le public soit
informé des intentions des décideurs et qu'il puisse faire part de ses
questions, observations et solutions alternatives.
Composition du Comité National des Etudes d’Impact

Le Comité comprend les représentants des administrations publiques qui sont


particulièrement concernées par la problématique de la protection de
l’environnement, à savoir :
- Ministère de l’Environnement
- Ministère des Travaux Publics ;
- Ministère de l’Energie et des Mines ;
- Ministère de l’Agriculture et de la Mise en Valeur Agricole ;
- Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat ;
- Ministère des Pêches Maritimes et de la Marine Marchande ;
- Ministère du Tourisme ;

- Ministère de la Santé Publique .


Comité régional des Etudes d’Impact

Il est créé, dans chaque région du royaume, un comité régional d'études


d'impact sur l'environnement Il est présidé par le Wali de la région, il sera chargé :
sera chargé :
- d'examiner les études d'impact sur l'environnement relatives aux
projets dont le seuil d'investissement est inférieur ou égal à deux cent millions de
dirhams (200.000.000 DH) ;
-de donner son avis sur l'acceptabilité environnementale des projets qui lui est
soumis;
- de participer à l'élaboration des directives préparées par l'autorité gouvernementale
chargée de l'environnement afférentes aux études d'impact sur l'environnement .
Comité régional des Etudes d’Impact

Le comité national peut confier, l'examen de toute étude


d'impact sur l'environnement portant sur des projets entrant dans ses
compétences au comité régional du lieu d'implantation du projet, s'il
estime que les conditions de son évaluation, au niveau national, ne
sont pas réunies
Nombre de projets examinés par les CREI, (2009) et (2010)
Troisième étape :
Établissement du cahier des charges de l’EIE
Sur la base des informations contenues dans l’avis de projet, le
Ministère de tutelle prépare le cahier des charges de l’étude
d’impact en collaboration avec le promoteur et en s’appuyant sur
les directives élaborées par l’autorité gouvernementale chargée de
l’environnement.
Le cahier des charges identifie les enjeux environnementaux
importants dont le promoteur doit tenir compte dans l’étude
d’impact.
Enquête publique

L’enquête publique est ouverte par arrêté de l’autorité de tutelle


de l’activité dans les quinze jours suivant le dépôt de l’étude
d’impact.
L’enquête publique consiste à mettre à la disposition du public
l’étude d’impact sur l’environnement. Elle a pour objectif
d’informer la population sur les impacts éventuels du projet et de
recueillir les observations des citoyens à ce sujet.
Une Commission mise en place à cet effet est chargée de
l’enquête publique, qui est réalisée aux frais du promoteur ; elle
est présidée par le ministère de tutelle.
Comité régional de l’Enquête publique

Le président de la commission peut inviter à ses travaux,


toute personne ou entité publique ou privée pouvant aider la
commission dans sa tâche. Il peut, à la demande des membres de la
commission et si les spécificités du projet l'exigent, demander l'avis
d'un expert sur certains aspects particuliers de l'étude d'impact du
projet soumis à l'enquête publique.
Population

La population de la zone d’influence du projet est concernée


par le projet dans la mesure où c’est elle qui va subir les éventuelles
conséquences sur son cadre de vie, voire sur son mode de vie.
C’est pour qu’elle puisse s’exprimer et donner son avis sur
le projet que la procédure de l’EIE prévoit sa consultation dans le
cadre de l’enquête publique. La population pourra consulter le
dossier de l’étude d’impact et présenter ses observations dans un
registre ouvert à cet effet.
Informer le public et le faire participer à la prise de
décision

Depuis les premières ébauches du projet jusqu’à l'enquête


publique, la participation active et continue du public est essentielle
car elle contribue à la définition des alternatives et des variantes du
projet étudié. Pour le maître d'ouvrage, l’élaboration de l’étude
d’impact constitue l’occasion d’engager le dialogue avec la
population, les associations et les partenaires institutionnels.
Enquête publique

A l’issue de l’enquête, la Commission rédige un rapport de


l’enquête publique qui synthétise les observations de la population
concernant le projet et le transmet au Comité National des Etudes
d’Impact sur l’Environnement;
L’enquête publique doit être prise en compte lors de l’examen de
l’étude d’impact.
Examen de l’étude d’impact sur l’environnement

L’examen de l’EIE a pour objectif d’estimer la compatibilité du


projet avec les impératifs de protection de l’environnement afin de
prendre une décision quant à l’acceptabilité environnementale du
projet. Il se déroule en trois étapes :
1) Examen de la recevabilité de l’étude
Il s’agit de vérifier si l’étude est conforme aux exigences formulées
par la loi des études d’impact, le décret d’application de la loi et les
directives. Si elle n’est pas conforme à ces textes, l’étude est
refusée. Elle doit être entièrement refaite par le promoteur.
2) Examen des éléments d’information contenus dans l’étude

Les autorités compétentes examinent l’étude :


- Elles vérifient si l’étude est décrite de manière satisfaisante :
- L’état initial de l’environnement,
- Les impacts générés par le projet,
- Les mesures d’atténuation et/ou de compensation des impacts négatifs,
- Le programme de suivi et de surveillance.
-Elles.s’assurent de la pertinence et du sérieux des méthodes scientifiques utilisées pour
évaluer les impacts ;
- Elles contrôlent la fiabilité des données présentées dans l’EIE. Si l’EIE présente des
lacunes, le promoteur est tenu de fournir les compléments d’information nécessaires.
3) Rédaction du rapport après examen de la compatibilité du

projet avec la protection de l’environnement

Les éléments présentés dans les différentes parties de l’étude seront


examinés afin de statuer sur l’acceptabilité environnementale du
projet. Suite à cet examen, le Comité National de l’Environnement
rédige un rapport sur l’acceptabilité environnementale du projet, en
tenant compte du rapport de l’enquête publique, et émet un avis sur
l’acceptabilité environnementale du projet.
Décision d’acceptabilité environnementale

L‘autorité en charge de l’environnement prononce la décision


d’acceptabilité gouvernementale du projet dans un délai de trois mois
après réception de l’EIE.
Suite à l’examen de l’EIE, qui prend en compte le rapport de
l’enquête publique, trois types de décisions peuvent être prononcés :
- L’acceptabilité du projet du point de vue environnemental ;
- L’acceptabilité du projet sous condition : le projet doit être modifié ou
proposer des mesures supplémentaires pour devenir acceptable ;
-La non-acceptabilité du projet du point du vue environnemental.
Maître d’ouvrage

Après l’acceptabilité du projet , le promoteur ou bien le


maître d’ouvrage , doit assurer le suivi et la surveillance de
l’environnement sur lequel son projet produira des impacts, suivant
le plan qui a été convenu avec le Comité National des études
d’impact à l’issue de l’examen de l’EIE.
.
.
Chapitre II : Contenu de l’étude
d’impact
Dossier de l’étude d’impact sur l’environnement

Questions clés à développer :


Les objectifs et le contexte du projet;
Les alternatives et variantes à considérer;
Les principaux impacts;
L’étendue des impacts;
La population concernée;
Les outils d’évaluation et d’analyse des impacts;
Les exigences pour l’atténuation des impacts .
Etude d’impact sur l’environnement d’un projet
doit contenir les éléments suivants :

Description détaillée du projet ;


Description et une analyse détaillée de l’état initial du site et de son
environnement naturel, socio-économique et humain ;
Evaluation des impacts prévisibles, directs et indirects, à court,
moyen et long terme, du projet sur l’environnement ;
Présentation des mesures envisagées pour supprimer, réduire ou
compenser les conséquences du projet dommageables pour
l’environnement;

Programme de suivi et de surveillance de l’état de l’environnement.


Etude d’impact sur l’environnement d’un projet doit contenir
les éléments suivants :

Une note de synthèse récapitulant le contenu et les conclusions de


l'étude;
Un résumé contenant les informations et les principales données
contenues dans l'étude destiné au public.
Dossier de l’étude d’impact sur l’environnement
Dossier de l’étude d’impact sur l’environnement

Contexte du projet
 Présentation du promoteur;
 Décrire ses activités reliées au projet;
 Présenter sa politique de protection de l’environnement;
Exposer les raisons qui motivent la réalisation du projet et le choix
du site, incluant les opinions exprimées;
 Décrire sommairement le projet;
 Faire mention des projets connexes;
 Démontrer que le projet est la meilleure solution en décrivant
sommairement les autres solutions envisageables).
Dossier de l’étude d’impact sur l’environnement

 Description du projet et de son site d’implantation :


Le projet devra être décrit dans tous ses aspects. Devront
notamment être présentés de manière précise :
 L’activité projetée;
 Le coût du projet;
 Les étapes du projet;
 Les dimensions et la configuration des installations et
infrastructures (à l’aide de plans et de schémas).
Dossier de l’étude d’impact sur l’environnement
Une analyse de l'état initial du site et de son environnement portant
notamment sur :
- Les richesses naturelles;
- Les espaces (naturels, agricoles, forestiers, maritimes ou de loisirs),
affectés par les aménagements ou ouvrages ;
- Une analyse des effets directs et indirects, temporaires et permanents
du projet sur l'environnement et plus particulièrement sur :
- La faune et la flore, le sol, l'eau, l'air;
- Les sites et les paysages.
- Le climat;
- La protection des biens et du patrimoine culturel;
- La commodité de voisinage (effets liés aux bruits, vibrations, odeurs,
émissions lumineuses et autres émissions polluantes);
- L’hygiène;
- La santé;
- La sécurité .
Description du milieu récepteur

La description du milieu récepteur est essentielle à l’analyse


environnementale, afin d’obtenir une connaissance adéquate des
composantes qui risquent d’être touchées par le projet. Le premier
élément de cette étape consiste à (i) délimiter la zone d’influence du
projet pour ensuite (ii) en décrire les composantes pertinentes (le sol,
l’eau, l’air, les espèces animales et végétales, le paysage et les
communautés humaines..).
Analyse des variantes du projet
Description et analyse des variantes du projets

Variantes : différents moyens susceptibles d’assurer la réalisation


d’un projet , en faisant varier ses paramètres principaux : taille du
projet , localisation , technologie employée , mode de fonctionnement
etc ..
Analyse des impacts des variantes sélectionnées

Le projet doit être analyser de point de vue :


- Technique ;
- Economique ;
- Environnemental ;
- Social .
Description et analyse des variantes du projets

L’objectif de cette étape consiste à démontrer que la variante


du projet retenue par le promoteur constitue globalement la
meilleure option aux plans technique, économique et
environnemental. Cet objectif est atteint en comparant entre elles
différentes variantes du projet de manière à en faire ressortir les
points forts et les points faibles.
Description et analyse des variantes du projets

Identifier les variantes du projet;


Décrire les caractéristiques des variantes;
Faire une analyse comparative des variantes;
Justifier le choix de la variante préférable.
Choix du site

 Sélection des sites potentiels en fonction des exigences clés du projet


Exemple : le port de Tanger Med
Le plus grand port en Afrique,, il est situé à 14 km à peine des côtes
espagnoles, et se trouve sur la voie de passage du commerce maritime
mondial Est-Ouest entre l'Asie, l'Europe et l'Amérique du Nord. Grâce à
cette position stratégique le port est situé sur la seconde voie maritime la
plus fréquentée au monde.
Analyse comparative des variantes

Au plan environnemental, la comparaison s’appuiera


essentiellement sur les inconvénients (ou avantages)
environnementaux permanents les plus importants, ainsi que sur les
inconvénients temporaires les plus préoccupants. L’analyse
comparative contient généralement un tableau synthèse qui fait
ressortir les principaux éléments discriminants en faveur ou contre
l’une ou l’autre des variantes .
Justification du choix de la variante préférable

La variante sélectionnée est évidemment celle qui répond le mieux aux


objectifs du projet, tout en étant la plus acceptable globalement sur les
plans environnemental, technique et économique.
Analyse des impacts de la variante retenue

Cette étape a comme objectifs de déterminer tous les impacts


probables associés à la réalisation du projet sur le milieu physique,
les ressources biologiques et les communautés humaines, ainsi que
les mesures à prendre pour les minimiser ou mieux, les prévenir. Le
promoteur doit proposer une méthode d’identification et
d’évaluation des impacts qui soit objective, concrète et
reproductible. Le raisonnement doit être clair et accessible pour le
lecteur..
Analyse des impacts de la variante retenue

Cette étape comprend les éléments suivants :


L’identification des sources d’impact;
L’identification des impacts du projet sur le milieu récepteur;
L’évaluation de l’importance des impacts;
L’évaluation des impacts cumulatifs;
Les mesures d’atténuation des impacts négatifs ;
 La synthèse du projet .
Description de la variante retenue

Une description élaborée de la variante retenue est essentielle avant


d’initier l’analyse des impacts. Cette description doit inclure toute
information utile à l’évaluation des impacts. Une liste des principales
caractéristiques descriptives d’un projet doit être fournie :
 Le plan d’ensemble des composantes du projet à une échelle
appropriée (incluant les voies de circulation, les structures et les
bâtiments), les plans spécifiques des éléments de conception du projet
et un plan en perspective de l’intégration de l’ensemble des
composantes dans le paysage environnant ;
Description de la variante retenue

Les installations de chantier et autres infrastructures temporaires


(chemins d’accès, parcs pour la machinerie, installations sanitaires,
équipements de traitement des eaux , cantine, bureaux administratifs,
stationnements, etc.) ;
Les modalités et les mesures de protection des sols, des eaux de
surface et souterraines, de l’atmosphère et de la faune , incluant les
mesures temporaires ;
Description de la variante retenue

Les activités d’aménagement et de construction (forage, excavation,


creusage , franchissement de cours d’eau, enlèvement du sol,
démolition ou déplacement de bâtiments, etc.) ;
 Les déblais et remblais (volume, lieux, collecte, transport,
entreposage et élimination) ;
 Les eaux de ruissellement et de drainage (collecte, contrôle,
dérivation, confinement) ;
 Les émissions atmosphériques (ponctuelles et diffuses) ;
 Les déchets (volume, lieux et modes d’élimination, etc.) .
Description de la variante retenue

Les bâtiments et autres structures permanentes, ainsi que les


installations connexes (routières, ferroviaires, portuaires et
aéroportuaires, prises d’eau, aires de réception, de manipulation etc.) ;
 Les modes d’exploitation, les procédés et équipements, ainsi que les
schémas de procédé et les bilans de masse pour chacune des étapes de
production et de gestion de rejets, notamment les schémas de
circulation des eaux (de procédé, de refroidissement, sanitaires et
pluviales) ;
Description de la variante retenue

Les rejets liquides, solides et gazeux (quantité et caractéristiques


physiques, chimiques et biologiques détaillées, localisation précise de
leurs points de rejet), le bruit, les odeurs, les émissions diffuses et les
autres types de nuisance, ainsi que les équipements et installations qui y
sont associés ;
Les mesures d’utilisation rationnelle et de conservation des ressources
(réduction à la source, amélioration de l’efficacité d’utilisation et
application des technologies de valorisation : recyclage, compostage,
etc.) ;
Evaluation de l’intensité des impacts

L’intensité de l’impact consiste à juger le degré de perturbation


du milieu occasionné par le projet. On utilisera généralement différents
niveaux d’intensité qui correspondront à autant de degré de perturbation.
Pour déterminer l’intensité d’un impact, il est important de considérer la
valorisation intrinsèque (opinion scientifique) de la composante et celle
accordée par la population. Plus une composante de l’écosystème sera
valorisée, unique, rare ou sensible, plus l’intensité de l’impact sera
significative.
Evaluation de l’étendue d’un impact

L’étendue d’un impact réfère à son influence sur le territoire en


termes de superficie. Une étendue ponctuelle signifiera que seulement les
environs immédiats du milieu seront perturbés. Une étendue locale
référera à un territoire plus vaste, mais relativement limité dans l’espace.
Une étendue régionale sera considérée pour un impact dont la
répercussion dépassera largement les limites de la zone d’étude
restreinte.
Evaluation de la durée d’un impact
La durée de l’impact probable réfère à sa portée dans le temps. Il
pourra être temporaire ou permanent. Un impact temporaire sera associé
à la notion de réversibilité des conditions observées avant la réalisation
du projet, dans un laps de temps déterminé, souvent immédiatement
après la période de construction. Un impact permanent pourra être
associé à la notion d’irréversibilité. Parfois, il sera aussi intéressant de
spécifier le caractère récurrent et la fréquence de certains impacts. Ainsi,
plus un impact négatif sera intense, étendu et durable, plus il risquera
d’être important, particulièrement pour les composantes
environnementales fortement valorisées par la population ou la
communauté scientifique.
Evaluation complémentaire d’un impact
Conformément aux objectifs poursuivis par le développement durable, il
est nécessaire de décrire sommairement les grandes tendances observées
en matière d’intégrité écologique du territoire sur lequel se réalisera le
projet du promoteur. Il peut s’agir de faire le point sur quelques
composantes clés d’intérêt pour la population et la communauté
scientifique comme la santé publique, la qualité générale du milieu (air et
eau), la disparition des espèces ou l’épuisement des ressources
renouvelables. L’évaluation consiste dès lors à déterminer dans quelle
mesure et dans quel sens, la réalisation du projet risque de modifier les
tendances observées sur le territoire, en entraînant la saturation pour
certaines composantes environnementales clés ou l’atteinte d’un seuil