Vous êtes sur la page 1sur 115

Formation Combustion

FUEL LOURD
SAACKE
Brûleurs Industriels

1
Plan de formation
• Chapitre 1 :
– Les combustibles liquides

2
Plan de formation
• Chapitre 2 : La combustion
– Propriété des corps simples et composés
rencontré en combustion
– Définition de la combustion
– Combustion des fuels

3
Plan de formation
• Chapitre 3 : La meilleure combustion
– Conditions d’une bonne combustion fuel
– Contrôles et analyses des combustions fuel

4
Plan de formation
• Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle rotative
– Origine
– Principe
– Description
– Avantages
– Matériel auxiliaire

5
Plan de formation
• Chapitre 5 : Alimentation en combustible
– Schéma de distribution fuel
– Accessoires fuel

6
Plan de formation
• Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
– Ventilateur

7
Chapitre 1 : Les combustibles
1. Les combustibles liquides :
a. Le pétrole brut

8
Chapitre 1 : Les combustibles
b. Le raffinage :

Les gaz (propane, butane, …)


L’essence légère
L’essence lourde
Le solvant
Le lampant
Le gasoil
Le fuel lourd
Les résidus (huiles, paraffines, bitumes
, coke de pétrole, …)

9
Chapitre 1 : Les combustibles
c. Propriétés des fuels lourds
– Viscosité
– Point d’écoulement
– Point éclair
– Souffre
– PCS et PCI

10
Chapitre 1 : Les combustibles
o Viscosité :
– Unité : Cst (centistokes = 1 cst = 1 mm²/s)
– Tableau de viscosité

11
12
Chapitre 1 : Les combustibles
o Le point d’écoulement :
– Importance pour le stockage

13
Chapitre 1 : Les combustibles
o Le point éclair :
– Différent de point d’auto-inflammation
– Condition de température minimale pour
inflammation des vapeurs en présence d’une
flamme

14
Chapitre 1 : Les combustibles
o Le souffre dans le fuel
– Corrosion
– Pollution atmosphérique
– classement

15
Chapitre 1 : les combustibles
o PCI et PCS
 Pouvoir calorifique supérieur
 Pouvoir calorifique inférieur

16
Chapitre 2 : La combustion
1. Propriété des corps simples rencontrés en
combustion :
– L’air :
• Gaz incolore, inodore
• Considérons une densité de 1 (référence)
• Composition
• Combustion

17
Chapitre 2 : La combustion
• L’hydrogène (H)
– Beaucoup plus léger que l’air (densité 0,07)
– Présent dans les combustibles
– Se combine avec l’oxygène pour former de l’eau
sous forme de vapeur (H2O)

18
Chapitre 2 : La combustion
• Le carbone ( C )
– Rencontré à l’état solide
– Liquide ou gazeux
– Combustion complète
– Combustion incomplète
– Excès d’air

19
Chapitre 2 : La combustion
• Le gaz carbonique (CO2)
– Incolore,
– Plus lourd que l’air (densité 1,5)
– Résultat de l’oxydation complète du carbone par
l’oxygène

20
Chapitre 2 : La combustion
• Le monoxyde de carbone (CO)
– Incolore
– Inodore
– Plus léger que l’air (densité =0,97)
– C’est un combustible

21
Chapitre 2 : La combustion
• Le souffre (S2)
– Corps solide de couleur jaune
– À l’état gazeux il est beaucoup plus lourd que l’air
(Densité = 2,85)
– C’est un combustible
– SO2 => SO3 => H2SO4

22
Chapitre 2 : La combustion
2. Définition de la combustion
– La combustion est une réaction chimique
d’oxydation au cours de laquelle des particules
combustibles (susceptibles de brûler) s’oxydent
lorsqu’elles sont intimement mêlées à un
comburant (l’oxygène contenu dans l’air).

23
Chapitre 2 : La combustion
• Formules chimiques
– C + O = CO + énergie
– CO + O2 = CO2 + énergie

– H2 + O = H2O + énergie

– S2 + 2O2 = 2SO2 + énergie


– SO2 + O = SO3 + énergie

24
Chapitre 2 : La combustion
• Formules chimiques
– Calcul de l’air nécessaire
– La combustion idéale serait celle qui serait
stœchiométrique
– Obligation d’excès d’air
– Problème liés à l’excès d’air

25
Chapitre 2 : La combustion
• Le combustion des fuels

26
27
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Contrôles et analyses des combustions fuel
– Les trois conditions
• Température suffisante dans l’enceinte pour assurer
l’inflammation
• Mélange aussi intime que possible entre le combustible
et le comburant
• Proportions convenables combustible/ comburant

28
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Contrôles et analyses des combustions fuel
– Aspect de la flamme
• Flamme très brillante
• C’est un guide mais pas suffisant
• Contrôle par analyse

29
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Contrôles et analyses des combustions fuel
– Combustion normale
• Flamme jaune orangé très éclairante
• Pas de fumées
• Pas de petites aigrettes brillantes au sein de la flamme
• Un excès d’air
• Compositions des fumées

30
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Contrôles et analyses des combustions fuel
– Aspect des fumées
• Le smoke test doit rester en dessous de 3 sinon
encrassement rapide à redouter
• Imbrûlés solides (deux types)

31
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Contrôles et analyses des combustions fuel
– Règles pratiques pour réduire la pollution
• Surveiller la dimension de la chambre de combustion et
sa charge thermique.

32
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Contrôles et analyses des combustion fuel
– Contrôle des débits
• Fuel
• Air

33
Chapitre 3 : La meilleure combustion

 la formule permettant de calculer l’excès d’air


est la suivante

 Exemple pour 13% de CO2 dans les fumées

34
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Autre méthode de calcul de l’excès d’air (par
l’oxygène résiduel)

• Exemple avec 4% d’oxygène résiduel

35
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Exemple de réglage théorique

36
37
Chapitre 3 : La meilleure combustion
• Flamme fuel Lourd

38
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative

39
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Origine :
– Licence américaine
– Arrivée en Europe en 1930
– D’abord utilisée en marine marchande
– SAACKE est leader mondial de cette technique

40
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Principe de fonctionnement

41
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• La vitesse de rotation de la coupelle est
relativement élevée :
– 5000 à 6000 tours par minute en fonction des
modèles

42
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Le fuel est introduit sans pression dans la
coupelle

43
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Forme conique
• Force centrifuge

• Film mince de fuel sur la coupelle


• Extraction du fuel vers l’extrémité de la
coupelle

44
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative

45
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Le film est projeté dans la chambre de
combustion

46
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• La gamme de coupelle Saacke est
dimensionnée de 100kg/h en 100 kg/h
• Et bien entendu, plus le débit est important
plus la coupelle est de grand diamètre

47
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• L’air de pulvérisation intervient a ce moment
pour guider le film vers la chambre de
combustion
• 5 à 10 % du volume d’air
• Buse réglable pour ajuster l’angle de
pulvérisation

48
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative

49
50
51
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les trois types de flux d’air du brûleur
– Air primaire ou de pulvérisation (voir ci-dessus)
• Dévie le combustible pour former un cône de
pulvérisation
• Déchire le flux de combustible pour en faire de très
fines gouttelettes.

52
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les trois types de flux d’air du brûleur
– L’air secondaire ou air de combustion
• Le plus important en quantité
• Animé d’un mouvement recyclant (pour abaisser les
NOx)
• Très grande vitesse

53
54
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les trois types de flux d’air du brûleur
– L’air tertiaire ou air d’accrocheur de flamme
• Refroidissement de l’accrocheur de flamme (protection
du rayonnement)
• Accrochement de la flamme
• Faible en quantité

55
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Passage de l’air tertiaire

56
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• La distribution d’air
– Le second élément après le pulvérisateur c’est le
caisson d’air, son rôle est de :
• Diffusion de l’air
• Modulation de l’air (débit)
• Maintien mécanique du pulvérisateur

57
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Le caisson d’air
– Sa taille est fonction du débit d’air maximum à
faire passer
– Présente des ailettes fixes qui permettent un
meilleure répartition de l’air autour du brûleur et
une orientation de l’entrée d’air au choix.
– Un double clapet qui permet la régulation du
débit

58
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les ailettes fixes

59
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Double clapet de régulation

60
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les registres (composés de : )
– Accrocheur de flamme
• Crée une turbulence pour stabiliser la flamme

61
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les registres (composés de : )
– Le réglage d’air tertiaire
• Refroidissement de l’accrocheur de flamme et des
pièces exposées au rayonnement

62
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les registres (composés de : )
– La couronne réfractaire
• Directement soumise au rayonnement
• Favorise la naissance de la flamme par rayonnement
retour

63
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les registres (composés de : )
– L’anneau d’ailettes
• Orientables
• Laisse le passage libre pour l’air secondaire
• Permettent de modifier la forme de la flamme

64
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Avantages du brûleur à coupelle rotative
– Basse pression
• Seulement deux bars de pression
• Pas de pompe haute pression
• Pas de gicleur de pulvérisation
– Pas de bouchage
– Pas d’altération de la combustion
• Organes d’arrêt simples
• Pas de nécessité de stockage de fuel domestique pour
le rincage

65
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Avantages du brûleur à coupelle rotative
– Basse température
• Réchauffage moindre
• Économie d’électricité

66
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Avantages du brûleur à coupelle rotative
– Grande modulation
• Modulation de 1/10 avec coupelle
• Modulation de 1/3 avec injection HP

67
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Avantages du brûleur à coupelle rotative
– Adaptable à tout foyer
• Flamme courte et douce
• Rayonnement intensif
• Flamme longue sur demande
• Adaptation de la forme de la flamme sur demande par
le jeu des registres d’air

68
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Avantages du brûleur à coupelle rotative
– Protection de l’environnement
• Le dispositif d’émulsion permet de respecter les
normes d’émission en poussières
• Le température du fuel inférieure à 100°C permet de
faciliter l’emploi de l’émulsion
• Économie d’un dépoussièreur

69
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Avantages du brûleur à coupelle rotative
– Matériel industriel, équipement de haute qualité
• Matériel robuste
• Entretien très faible
• Adapté à la télésurveillance
• Autocontrôle possible
• Doubles vannes de sécurité homologuées
• Régulateur compound VR à large gamme de réglage

70
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Avantages du brûleur à coupelle rotative
– Revalorisation des déchets
• Le SKV permet de brûler énormément de produit
liquides ou gazeux comme :
– Fuel extra lourd
– Déchet chimique (glycérine, …)
– Huiles minérales usagées
– Sludges
– Graisse animale,
– ….

71
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Avantages du brûleur à coupelle rotative
– Bilan thermique élevé
• Faible excès d’air
• Combustion optimum sur une très grande de plage de
modulation
• Rendement optimum sur une très grande plage de
modulation.
• Régulation du taux d’oxygène sur demande
• Alimentation en air chaud sur demande

72
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le régulateur compound

73
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le régulateur compound
• But : via la régulation de charge, il distribue la quantité
de combustible nécessaire au respect du point de
consigne
• Adapte par des cames de réglage la quantité d’air
nécessaire (primaire et secondaire)
• Attention c’est un organe de réglage et non d’arrêt donc
des vannes d’isolement doivent être prévues.

74
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– L’allumeur gaz / électricité

75
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– L’allumeur gaz / électricité
• Deux flexibles séparés amènent le gaz et l’air (soit de
combustion soit comprimé avec détendeur au choix)
• Un transformateur haute tension provoque une
étincelle (comme une bougie de voiture)
• Soit vis de réglage sur la tête soit petites vannes à
pointeau pour le réglage des débits

76
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le traceur chauffant
• Ces cordons chauffants sont généralement utilisée pour
maintenir chaud le fuel entre le réchauffeur et le
brûleur ainsi que pour le réchauffage lors du démarrage
afin d’établir la circulation
• Avant le démarrage il faut laisser circuler le fuel dans le
circuit jusqu’à obtenir la température voulue (la
viscosité voulue)
• Pour éviter la surchauffe généralement ces traceurs
sont munis d’un thermostat de limitation haute

77
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le traceur chauffant
• Ces cordons chauffants sont généralement utilisée pour
maintenir chaud le fuel entre le réchauffeur et le
brûleur ainsi que pour le réchauffage lors du démarrage
afin d’établir la circulation
• Avant le démarrage il faut laisser circuler le fuel dans le
circuit jusqu’à obtenir la température voulue (la
viscosité voulue)
• Pour éviter la surchauffe généralement ces traceurs
sont munis d’un thermostat de limitation haute

78
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le traceur chauffant

79
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le dispositif d’émulsion

80
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le dispositif d’émulsion
• La haute teneur en asphaltène provoque beaucoup de
poussières
• Le mélange fuel / eau réduit la production de
poussières et la production d’imbrûlés solides
• Amélioration de la pulvérisation par explosion des
gouttelettes lors de la vaporisation.

81
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le dispositif d’émulsion
• Avantages
– Sans lui on ne pourrait plus utiliser le fuel lourd comme combustible
– Faibles quantité d’eau ajoutée
– Injection directement au nez du brûleur donc pas de pollution du fuel par
de l’eau (on met de l’eau uniquement dans le fuel consommé)
– Pas de production de mélange durant les arrêt du brûleur
– Pas de risque de vaporisation de l’eau à l’arrêt car température du fuel
inférieure à 100°C
– Construction compacte
– Dispositif de mélange simple et robuste
– Pas de pièces en mouvement dans le dispositif de mélange
– Facilité d’installation
– Modulation de l’addition d’eau en fonction de la charge
– Mise au point et réglages simples

82
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le dispositif d’émulsion
• Effet de l’émulsion
– A excès d’air constant l’eau augmente la proportion de petites
particules

83
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– Le dispositif d’émulsion
• Effet de l’émulsion
– MAIS … diminue leur quantité en valeur absolue

84
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– La régulation d’oxygène
• On récupère un signal en mV à la sortie d’une sonde
d’oxygène au zirconium qui est transformé en %O2
• Ce signal est comparé à une courbe préenregistrée par le
technicien
• La position du volet d’air secondaire est corrigée par rapport
a sa position initiale pour arriver au taux d’oxygène voulu
• Une limitation de mouvement du volet d’air est mise en
place afin de ne pas permettre n’importe quoi au système et
ainsi éviter des correction absurde qui masquerait des
problèmes plus grave.

85
Chapitre 4 : Le brûleur à coupelle
rotative
• Les éléments auxiliaires
– La régulation d’oxygène

86
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Alimentation en fuel lourd

87
88
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Principe de mise en service
– Mise en marche du réchauffeur électrique avec
circuit réduit par le bypass.

89
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Principe de mise en service
– Circuit complet parle boucle de gavage, arrêt du
réchauffeur électrique

90
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Principe de mise en service
– Circuit entièrement réchauffé a la vapeur ou a
l’eau chaude, retour du fuel en amont du groupe
de pompage.

91
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Groupe de pompe de gavage
– Deux pompes indépendantes
– Deux filtres indépendants
– Deux clapets de retenue (anti-retour)
– Grande disponibilité car toujours une pompe en
secours et possibilité de nettoyer un filtre pendant
l’utilisation de l’autre

92
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Groupe de pompe de gavage

93
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Réchauffeur de fuel
– Deux énergies
• Électriques au démarrage
• Vapeur, eau chaude ou
fluide thermique après
– Échangeur à contre
Courants
– Muni de :
• Purge
• Thermostat
• Soupape de sécurité

94
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Régulateur de pression fuel
– Deux principes amont ou aval

95
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Régulateur de pression fuel amont

96
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Régulateur de pression fuel aval

97
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Le régulateur de pression
– Sert au maintien de la
pression de boucle constante
– Réglage par la tension du
ressort
– Montage vertical préférable
– Explication du
fonctionnement

98
99
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Le compteur de fuel lourd
– Contrôle du débit lors du réglage du brûleur
– Compteur à piston rotatif
– Montage horizontal obligatoire
– Attention si on place un compteur une filtration
accrue sera nécessaire (500µm pour le brûleur,
100 µm pour le filtre)

100
Chapitre 5 : Alimentation en
combustible
• Le compteur de fuel domestique
– Contrôle du débit lors du réglage du brûleur
– Compteur à roue
– Montage horizontal obligatoire
– Pour le fuel domestique la filtration avant le
compteur n’est nécessaire que si il n’ya pas de
filtre avant les pompes.

101
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Nous avons vu précédemment que la
combustion nécessite une certaine quantité
d’air qui est fonction de la quantité de fuel ou
de gaz pour avoir lieu
• MAIS outre son débit la pression de l’air est
importante car il doit pouvoir vaincre les
obstacles rencontrés.
• Qui sont : ???

102
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Le silencieux du ventilateur
• Les tuyauteries
• Le brûleur
• La chaudière
• L’économiseur
• Le filtre des fumées
• ….

• Notre ventilateur devra donc être capable de


vaincre toutes ces pertes de charges
103
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Notions de débit
– Débit = vitesse x Section
• Ce débit nous sera donné en m³/h
• Pour une vitesse en m/s
• Une section en m²
• Avec une correction de 3600 pour sec => heure
– ATTENTION : pour le calcul de combustion une
correction est nécessaire car m³/h => Nm³/h

104
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Notions de Pression
– Pression statique
• Pression qui peut être mesurée directement par
exemple par un pressostat ou un tube de colonne d’eau

105
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Notions de Pression
– Pression statique
• Cette pression décroit proportionnellement à
l’éloignement du ventilateur
• La gaine s’oppose au passage de l’air, on dit qu’elle
génère une perte de charge (en mmCE ou mbar)

106
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Notions de Pression
– Pression Totale
• Mesure de pression réalisée par le placement d’un tube
en U dans le flux d’air
• Somme des effet de la pression statique et de la
pression due à la vitesse.

107
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Notions de Pression
– Pression dynamique
• Valeur faible
• P dyn = P tot – P stat

108
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Notions de Pression
– Vitesse
• Pour le calcul de la vitesse on utilise

• Avec

• Mais en général nous utilisons plutôt une anémomètre ou


un tube de pitot pour la mesure de la vitesse dans une
conduite

109
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Dimensionnement d’un ventilateur

110
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Dimensionnement d’un ventilateur
– Calcul du débit (hypothèse de conditions normales)
• 1500 kg/h de combustible fuel

– Combustion neutre donne :


• 1500 x 10,8 = 16200 m³/h
– Excès d’air de 20% :
• 16200 x 1,2 = 19440 m³/h
– Surdimensionnement de 10 % (bonne pratique)
• 19440 x 1,1 = 21000 m³/h

111
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Dimensionnement d’un ventilateur
– Calcul du débit (hypothèse de conditions
normales)
• Débit en m³/s = 21000 / 3600 = 5,83 m³/seconde

112
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Dimensionnement d’un ventilateur

113
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Dimensionnement d’un ventilateur
– Calcul de la pression statique
• Perte de charge du brûleur = 325 mmCE
• Perte de charge de la chaudière = 50 mmCE
• Gaine d’air = 5 mmCE
• Dépoussièreur = 70 mmCE

• Total = 450 mmCE

114
Chapitre 6 : Alimentation en air de
combustion
• Dimensionnement d’un ventilateur

115