Vous êtes sur la page 1sur 27

Mécanique des structures

et
Résistance des Matériaux
Résumé du cours

Par Jonathan Verlant-Chenet


Version 1.1 (5 janvier 2006)
Table des matières

CHAPITRE 1. I NTRO DUCT IO N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1

1. A PROPOS DU COURS ............................................................................................... 1

2. R APPELS .............................................................................................................. 1
2.1. Contraintes .......................................................................................................... 1
2.2. Déformations évanouissantes ............................................................................... 1
2.3. Loi de Hooke (comportement élastique linéaire).................................................... 1
3. S ECURITE STRUCTURALE ........................................................................................... 1
3.1. Approche déterministe ......................................................................................... 2
3.2. Approche semi probabiliste .................................................................................. 2
3.3. Types d’actions .................................................................................................... 3
4. S CHEMA STATIQUE .................................................................................................. 3

4.1. Appuis ................................................................................................................. 3


4.2. Réactions de liaison.............................................................................................. 3
4.3. Eléments structuraux............................................................................................ 3
5. D IAGRAMMES MNT ................................................................................................ 4
5.1. Forces internes..................................................................................................... 4
5.2. Déformée des poutres planes ............................................................................... 4
5.3. Relation M-T ........................................................................................................ 5
5.4. Cas de sollicitation (calculs élastiques des poutres) .............................................. 5

CHAPITRE 2. TR ACT IO N/CO M PRESS IO N N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6

1. I NTRODUCTION ...................................................................................................... 6
2. S ECURITE DES PIECES TENDUES .................................................................................... 6

2.1. Modules de résistance et de rigidité...................................................................... 6


2.2. Prise en compte du poids propre .......................................................................... 6
2.3. Poutre composée de deux matériaux .................................................................... 7
2.4. Effets thermiques ................................................................................................. 8
3. T UBES ET ANNEAUX ................................................................................................. 9

4. T REILLIS ARTICULES ................................................................................................ 9

CHAPITRE 3. F LEX IO N . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10

1. F LEXION PURE : M Z ............................................................................................... 10


1.1. Définition ........................................................................................................... 10
1.2. MNT et contraintes ............................................................................................. 10
1.3. Sécurité des pièces fléchies ................................................................................ 11
1.4. Poutres composées de deux matériaux ............................................................... 11
2. F LEXION SIMPLE ( CISAILLEMENT ) : TY ET M Z .................................................................. 12
2.1. Définition ........................................................................................................... 12
2.2. Théorie de Jourawski .......................................................................................... 12
2.3. Moments statiques ............................................................................................. 13
2.4. Parois minces ..................................................................................................... 13
2.5. Déformation due au cisaillement ........................................................................ 13
2.6. Calcul des assemblages ...................................................................................... 14
3. F LEXION OBLIQUE ( GAUCHE ) : TY, TZ, MY ET M Z ............................................................. 14
3.1. Définition ........................................................................................................... 14
3.2. Calcul des contraintes ........................................................................................ 14
4. F LEXION COMPOSEE : N, T Y ET M Z ............................................................................. 14
4.1. Définition ........................................................................................................... 14
4.2. Position de l’axe neutre et noyau central ............................................................ 15
4.3. Flexion composée oblique .................................................................................. 15

CHAPITRE 4. TOR S IO N U NIFOR ME M X . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16

1. D EFINITION ........................................................................................................ 16
2. E SSAI DE TORSION ................................................................................................ 16
3. S ECURITE STRUCTURALE DES PIECES TORDUES ................................................................ 17
4. A NALOGIE DE L ’ HYDRODYNAMIQUE ............................................................................ 17
5. P AROIS MINCES .................................................................................................... 17

5.1. Section ouverte .................................................................................................. 17


5.2. Section fermée ................................................................................................... 17

CHAPITRE 5. C ALC UL DE S DE PL ACEME NT S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18

1. M OTIVATION ...................................................................................................... 18
2. D EFORMEE DUE A LA FLEXION ................................................................................... 18

2.1. Equation différentielle et CL ............................................................................... 18


2.2. Intégration directe.............................................................................................. 18
3. T HEOREMES DES TRAVAUX VIRTUELS ET INTEGRALES DE M OHR ............................................ 18
4. E FFET DE L ’ EFFORT TRANCHANT ................................................................................ 19

CHAPITRE 6. P RO PR IETES MEC A NIQU ES DE S M ATER I AUX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20

1. E SSAIS .............................................................................................................. 20
1.1. Essai de traction/compression ............................................................................ 20
1.2. Essai de fatigue .................................................................................................. 21
2. E FFETS DE LA TEMPERATURE ..................................................................................... 21

3. E FFETS DIFFERES .................................................................................................. 21


4. M ODELES CONSTITUTIFS ......................................................................................... 21

CHAPITRE 7. C ALC UL S P L A ST IQUE S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22

1. T RACTION PLASTIQUE ............................................................................................ 22

1.1. Calcul de la charge ultime et du gain .................................................................. 22


1.2. Contraintes résiduelles ....................................................................................... 22
2. F LEXION PLASTIQUE PLANE ...................................................................................... 22

CHAPITRE 8. I NST A BI L ITE S . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

1. T YPES D ’ INSTABILITES ............................................................................................ 23


2. F LAMBEMENT ELASTIQUE ......................................................................................... 23

2.1. Causes de flambement ....................................................................................... 23


2.2. Calcul de la charge critique eulérienne ............................................................... 23
3. I MPERFECTIONS INDUSTRIELLES ................................................................................. 24
CHAPITRE 1. Introduction

1. A propos du cours

L’objectif de ce cours est l’étude de la résistance (contraintes), de la rigidité (déformations) et des


instabilités d’une structure à l’aide des lois de la mécanique et de la caractérisation expérimentale
des matériaux. Par étude, on entend la vérification des structures (on connaît les actions, les
dimensions et les matériaux, et on veut connaître les forces internes, les déplacements, ...) ou le
dimensionnement des structures (on connaît les actions et le degré de sécurité à atteindre, et on
détermine les dimensions et matériaux optimales).

2. Rappels

2.1. Contraintes

Pour une direction n, les contraintes sont modélisées par un


Gn
G (n ) dF ( )
vecteur contraintes T = lim
dA →0 dA

Pour une facette, on utilise le tenseur des contraintes : Ti( ) = τij n j


n

2.2. Déformations évanouissantes

Les déformations sont évanouissantes lorsqu’elles sont lentes et petites : le


1 ⎛ ∂u ∂u ⎞
tenseur des déformations peut alors être linéarisé : aij = ⎜ i + j ⎟ . Pour
2 ⎜⎝ ∂x j ∂xi ⎟⎠

l’exemple ci-contre, on définit l’allongement relatif dû à la traction :


dx∗ − dx
εx = , et par effet Poisson il y a également un allongement selon z : εz .
dx

2.3. Loi de Hooke (comportement élastique linéaire)

La loi de Hooke est un lien linéaire entre les contraintes et l’allongement relatif : σx = E εx où E
est le module de Young. On peut définir les allongements dus à l’effet Poisson comme ceci :
⎪⎧ ε y = −νε x
⎨ (où ν est le coefficient de Poisson)
⎪⎩ εz = −νεx

3. Sécurité structurale

Toute structure doit être conçue de manière à résister, avec une marge appropriée, à l’ensemble
des sollicitations prévues durant les périodes de montage et d’exploitation. On parle alors du
concept de durée de vie qui est influencée par la sécurité structurale.
Pour quantifier cette notion de sécurité, on utilise des coefficients de sécurité qui modélisent une
marge de réserve et des incertitudes. Ils prennent en compte :

Résistance des matériaux | Chapitre 1 : Introduction 1


• L’intensité, la durée, la nature (statique ou dynamique) et le point d’application des forces
extérieures
• La dispersion des propriétés mécaniques (défauts, contraintes internes, etc) et leur
modification dues au vieillissement, à la corrosion, etc.
• Les imprécisions sur les dimensions (tolérances)
• Les incertitudes sur la modélisation que l’on a utilisée pour calculer toutes les propriétés du
matériau (hypothèses simplificatrices, calculs approchés)
• Les malfaçons diverses

3.1. Approche déterministe

On pose un coefficient de sécurité global γ (négligeant les


détails locaux des incertitudes), et on utilise la méthode des
contraintes admissibles :
σruine
γ σmax ( en service) = σruine ⇒ σmax ( en service) ≤ = σadm
γ
Ci-contre, un exemple de résolution par la méthode des contraintes admissibles.

3.2. Approche semi probabiliste

On tient ici compte des incertitudes de manière probabiliste. On définit des états limites,
c’est-à-dire des états dans lesquels la structure ne peut être utilisable. Il en existe 2 :

• Etat Limite Ultime (ELU) : état dans lequel la structure est en ruine, à cause de :
o Rupture par contrainte excessive, matériau déficient, par fatigue (sollicitations
répétées),...
o Le système est instable (flambement : voir chapitre correspondant) ou en déséquilibre
global (glissement ou renversement)
o Déplacements excessifs (comme un toit trop flexible soumis au poids important de l’eau)
• Etat Limite de Service (ELS) : état dans lequel la structure est inutilisable mais récupérable,
à cause de :
o Structure trop déformée bloquant les mécanismes (comme les portes qui ne peuvent plus
s’ouvrir ou se fermer) ou faisant perdre de la précision
o Déplacements localement excessifs (exemple : rupture des joints d’étanchéité par effet
thermique)
o Fissures ou vibrations exagérées (exemple : bâtiment oscillant)
o Dégradations (corrosion, détérioration, rouille, éclatement « givré », ...)

Le principe est qu’on veut maintenir la probabilité d’atteindre un état limite inférieure à une
certaine valeur (sauf en montage où on s’en fout de l’état limite de service, vu qu’on est en
train de monter la structure).
Ces états limites sont représentés par différentes valeurs :

• Valeurs caractéristiques (notées avec un indice k). Il existe une probabilité déterminée
pour que les résistances effectives soient supérieures aux résistances caractéristiques et
que les actions effectives soient inférieures aux actions caractéristiques.
• Valeurs de calcul (ou de dimensionnement, notées avec
un indice dim ou d) : ce sont les valeurs caractéristiques
modifiées par un coefficient de pondération modélisant
les incertitudes. La condition de sécurité est Sd ≤ R dim

Ci-contre, un exemple de conception à l’ELU.

Résistance des matériaux | Chapitre 1 : Introduction 2


3.3. Types d’actions

Différentes actions (forces extérieures) peuvent jouer sur la sécurité structurale :

• Effets statiques (comme le vent) et dynamiques (comme l’excitation de la fréquence propre


d’une structure
• Charges permanentes (poids propre, ...)
• Charges d’exploitation (foule, neige, vent, ...)
• Actions indirectes (effets thermiques, ...)
• Actions exceptionnelles (séismes, ...)

4. Schéma statique

4.1. Appuis

• Rouleau : bloque 1 translation, 2 degrés de liberté, 1 réaction de liaison


• Articulation : bloque 2 translations, 1 degré de liberté, 2 réactions de liaison
• Encastrement : bloque 2 translations et rotation, 0 degré de liberté, 3 réactions de liaison

4.2. Réactions de liaison

4.2.1 Calcul

On calcule les réactions de liaison à partir des équations d’équilibre :


⎧⎪ ∑ Fx = 0
• Equilibre de translation : ⎨
⎪⎩ ∑ Fy = 0
• Equilibre de rotation (au point A) : ∑ MA = 0

4.2.2 Isostatique vs Hyperstatique

Un système est isostatique lorsqu’il y a autant d’équations que d’inconnues (toutes les
réactions de liaison peuvent être déterminées). Il est hyperstatique lorsqu’il y a trop
d’inconnues par rapport aux équations. S’il manque n équations pour déterminer n
inconnues « de trop », alors on dit que le système est
n fois hyperstatique.
Un système peut également être intérieurement
hyperstatique sans l’être extérieurement. Des
exemples sont donnés ci-contre. On voit que la
deuxième structure, par exemple, est intérieurement
hyperstatique : si on fait une coupe verticale en plein
milieu, six inconnues sont libérées (3 en haut et 3 en bas).

4.3. Eléments structuraux

Il y a différents types d’éléments structuraux :

• Solide 3D : toutes les dimensions sont du même ordre de grandeur, et il n’y a pas de
simplification possible.
• Plaque et coque : une dimension (l’épaisseur) est plus petite que les deux autres
o La structure est plane et il n’y a pas d’effort dans le plan : plaque (flexion et cisaillement)
o La structure est plane et il y a des efforts uniquement dans le plan : état plan (tension)

Résistance des matériaux | Chapitre 1 : Introduction 3


o La structure est plane et il y a des efforts partout : coque plane (tension, flexion et
cisaillement)
o La structure est courbe : coque (tension, flexion et cisaillement)
• Poutre et arc : une dimension (la longueur) est plus grande que les deux autres
o La structure est rectiligne et il y a des efforts hors axe : poutre (effort normal, flexion et
cisaillement). On dit qu’une poutre est prismatique lorsque son axe est droit (cet axe est
en général x).
o La structure est rectiligne et il y a des efforts uniquement dans l’axe : barre (effort normal)
o La structure est rectiligne, il y a des efforts uniquement dans l’axe mais aucune résistance
à la compression : câble (effort normal > 0)
o La structure est courbe : arc (effort normal, flexion et cisaillement)

NB : une tension est comme une traction sauf qu’il n’y a une force que d’un côté et pas deux
de chaque côté.

5. Diagrammes MNT

5.1. Forces internes

Les différentes forces internes sont


représentées ci-contre en 2D puis en 3D.

• Effort normal N
o Valeur : N = ∫ σxdA
A

o Convention de signe : traction N>0 et compression N<0

• Effort tranchant T
o Valeur : Ty = ∫ τxy dA
A

o Convention de signe : T>0 si la partie de droite descend

• Moment fléchissant M
o Valeur : Mz = ∫ σx ydA
A

o Convention de signe : M>0 si les fibres du bas sont tendues.

En 3D, on ajoute un moment fléchissant selon y : My = ∫A


σxzdA , un moment de torsion selon
x : Mx = ∫ (τ
A xz y − τxyz ) dA , et un effort tranchant selon z : Tz = ∫
A
τxzdA

La réalisation des diagrammes MNT se fait selon toutes ces notions. Mais avant de les
appliquer, il faut toujours calculer les réactions de liaison !

5.2. Déformée des poutres planes

Pour mieux se représenter ce qui se passe lors de la déformation de poutres planes,


on exagère le déplacement (cf ci-contre) en respectant les règles suivantes :

• Lorsqu’il y a une rotule (articulation représentée par un rond) : M=0


• Les angles sont conservés aux nœuds rigides
• Respecter les conditions cinématiques (il ne peut y avoir déplacement dans un encastrement)
• La portée d’une poutre est invariable

Résistance des matériaux | Chapitre 1 : Introduction 4


5.3. Relation M-T

Ces relations se trouvent à partir du schéma ci-contre :

• Equilibre de translation vertical :


dT
0= −
N T +q ( x ) dx + ( T + dT ) = q ( x ) dx + dT ⇒ = −q ( x )
force

dx
montante force descendante

• Equilibre de rotation autour de C :


dx q(x) dM
−q ( x ) dx − (M + dM) = Tdx − ( dx ) − dM ⇒
2
0 = M + Tdx T=

2 2 dx
on substitue les forces répartie par
une force dT située au milieu de AC

5.4. Cas de sollicitation (calculs élastiques des poutres)

N Ty Tz Mx My Mz

Traction simple x

Flexion pure
x
(M constant)

Flexion simple
x x
(M variable)

Flexion composée x x x

Flexion oblique x x x x

Torsion x

Résistance des matériaux | Chapitre 1 : Introduction 5


CHAPITRE 2. Traction/compression N

1. Introduction

On parlera ici de traction/compression simples. En postulant un tenseur des contraintes


⎛ σ 0⎞
τij = ⎜ ⎟ , on peut vérifier si les équations d’équilibre et de compatibilité sont respectées :
⎝0 0⎠

?
• Equation d’équilibre en volume ∂ jτij + fi = 0 : oui si fi = 0
G ? G N
• Equations d’équilibre en surface σ1x A = N1x : oui si il y a équilibre avec N, c’est-à-dire si σ =
A
⎛ σ /E 0 0 ⎞
?
⎜ ⎟
• Equations de compatibilité δijk δpqr ∂ jqakr = 0 : oui car aij = ⎜ 0 −νσ /E 0 ⎟ = cste
⎜ 0 0 −νσ /E ⎟⎠

2. Sécurité des pièces tendues

2.1. Modules de résistance et de rigidité

N
• On définit A en tant que module de résistance en traction/compression : σ =
A
• On définit EA en tant que module de rigidité en traction/compression :
Hooke σ NL NL
u
N = εN L = L= ⇒ u=
allongement allongement E EA EA
relatif

2.2. Prise en compte du poids propre

Si on ajoute le poids propre, les valeurs de sécurité en sont modifiées. Soit une poutre
soumise à une force P, et de poids mg = ρgV , et donc de poids linéique
ρgV N P + px
p= = ρgA . L’effort normal total vaut donc : N = P + px ⇒ σx = = , et si
L A A
on utilise la méthode des contraintes admissibles :
P + px x =L P
σx ≤ σadm ⇒ ≤ σadm ⇒ P + ρgAL ≤ Aσadm ⇒ P ≤ A ( σadm − ρgL ) ⇒ ≤A
A σadm − ρgL

Si on prend en compte le poids propre pour une poutre (ou un câble : imaginons que ce soit
un très lourd et long cable), quel devrait être la variation de la section pour que la
contrainte soit identique dans toute la longueur de la poutre ?
Pour ça, on utilise le schéma ci-contre où :
σ ( A + dA ) = σ
NA + ρ gAdx

⇒ σA + σdA = σA + ρgAdx

traction
traction N en poids qui se rajoute
N en A entre A et A+dA
A + dA
ρg
dA ρg A ρg L
⇒ = dx ⇒ ln = L ⇒ A = A 0e σ
A σ A0 σ

Résistance des matériaux | Chapitre 2 : Traction/compression N 6


2.3. Poutre composée de deux matériaux

2.3.1 Equations générales

⎧ N = N1 + N2 = A1σ1 + A2σ2
Lorsqu’une poutre est composée de deux matériaux, on a les équations : ⎨
⎩ ε1 = ε2
On pose ici l’hypothèse que l’allongement des deux matériaux sera le même si ils sont
suffisamment bien attachés ensemble. Ceci permet de lever l’hyperstaticité interne.
La deuxième équation se développe comme ceci :
⎧ N1 N − N1 ⎛ 1 1 ⎞ N A1E1
⎪ = ⇒ N1 ⎜ + ⎟= ⇒ N1 = N
σ1 σ2 N1 N2 N=N1 +N2 ⎪ A1E1 A 2E2 A
⎝ 11E A E
2 2 ⎠ A E
2 2 A1 1 + A 2E2
E
ε1 = ε2 ⇒ = ⇒ = ⇒ ⎨
E1 E2 A1E1 A 2E2 ⎪ N − N2 N2 ⎛ 1 1 ⎞ N A 2E2
⎪ A E = A E ⇒ N2 ⎜ A E + A E ⎟ = A E ⇒ N2 = A E + A E N
⎩ 11 2 2 ⎝ 11 2 2 ⎠ 1 1 1 1 2 2

Et aussi :
⎧ A1E1 u 1
⎪ N1 = A E + A E N ⇒ L = A E + A E N
u u N N ⎪ 1 1 2 2 1 1 2 2 NL
ε1 = ε2 = ⇒ = 1 = 2 ⇒ ⎨ ⇒ u=
L L A1E1 A 2E2 ⎪N = A 2E2 u 1 A1E1 + A 2E2
N ⇒ = N
⎪⎩ 2 A1E1 + A 2E2 L A1E1 + A 2E2
Principes qui se généralisent à toute poutre composée de n matériaux :
AiEi NL
Ni = N et u =
∑ A jE j ∑ A jE j
Appliquons ce principe, par exemple, au duo acier-béton. On pose le coefficient d’équivalence
E σa σb E σ
(rapporté à l’acier) : n = a ⇒ εa = εb ⇒ = ⇒ σa = σb a = nσb ⇒ σb = a
Eb E a Eb Eb n

⎧ N
⎪ σa = j
σ ⎛ A ⎞ ⎪ Aa
On a donc l’effort normal : N = σa A a + σb Ab = σa A a + a Ab = σa ⎜ A a + b ⎟ , ce qui donne : ⎨
n n

⎝ ⎪ NL
j
A a ⎪ u=E A j
⎩ a a

j = A + Ab
avec A nommée la section homogénéisée.
a a
n
NB : n est souvent pris comme étant le rapport du module de Young le plus grand sur le module
de Young le plus petit (n est donc >1)

2.3.2 Principe de Saint-Venant

Saint-Venant a observé que : « à une distance de l’extrémité égale à la plus


grande dimension transversale de la pièce, la répartition des contraintes
normales sur une section droite est pratiquement uniforme ».
On énonce le principe de Saint-Venant comme ceci : « dans une section d’une poutre, la
distribution des contraintes (dues à des forces appliquées plus loin) ne change pas si les
remplace par un autre système de forces dont les efforts internes sont les mêmes ». Ceci
n’et valable que pour les poutres massives (donc pas aux parois minces ou aux treillis).

2.3.3 Précontrainte

La précontrainte consiste à utiliser deux matériaux pour une construction, dans l’unique
but que si le premier matériau atteint sa limite de résistance, le deuxième « continue à
résister » pour lui. Il existe deux types de précontraintes : la pré- et la post-tension.

Résistance des matériaux | Chapitre 2 : Traction/compression N 7


• La prétension, décrite ci-contre, se modélise comme ceci :
o A l’étape 2, on tend le fil et on le met donc en traction
(2)
⎪⎧ Na = P Nb( ) = 0
2

P: ⎨ 2
( )
σb( ) = 0
2
⎪⎩ σa = P/A a
o A l’étape 3, on coule du béton
o A l’étape 4, on relâche le fil et ce dernier a tendance à
revenir à son état initial : il effectue donc une
compression –P sur le béton par frottement (on applique
les équations d’une poutre composée de 2 matériaux) :
⎧ ( 4) Ea A a Eb Ab
Nb( ) = −P
4
⎪ Na = −P E A + E A Ea A a + Eb Ab
⎨ a a b b
⎪ ( 4) ( 4) j ( 4) ( 4)
⎩ σa = Na /A a = −P/A a σb = σa /n
o Superposition des deux :
⎧ 0 (2) ( 4) ⎛ Ea A a ⎞ Eb Ab
⎪ Na = Na + Na = P ⎜1− ⎟=P
⎪ ⎝ E a A a + Eb Ab ⎠ Ea A a + Eb Ab
⇒ N0a + Nb0 = 0

⎪ N0 = N(2) + N( 4) = −P Eb Ab
⎪ b b b
Ea A a + Eb Ab

On est donc dans un état d’autocontrainte, puisque les forces internes sont auto-
équilibrées.
⎧ 0 (2) ( 4) P P
⎪ σa = σa + σa = A − A j
⎪ a a

⎪ σ0 = σ(2) + σ( 4) = − P
⎪ b b b jn
A
⎩ a

⎧ P P Q
⎪ σa = A − A j A
+
j
⎪ a a a
o Ainsi, si on applique maintenant une force extérieure Q : ⎨
⎪σ = − P Q
+
⎪ b jn A
A jn
⎩ a a

jA 1 1 P Q − P P Q
et comme A a a ⇒  ⇒  ⇒  , la force
A j
A A j
A A j
A
a a a a a a

extérieure modifie peu la précontrainte (mais il y a perte de stabilité dans le


temps).

• La post-tension est décrite ci-contre. On tend ici le fil après


le coulage du béton. Ceci se modélise comme ceci :
⎧⎪ N(a2) = P Nb( ) = −P
2

o A l’étape 2 : ⎨
(2)
σb( ) = −P/Ab
2
⎪⎩ σa = P/A a
o Ainsi, si on applique maintenant une force extérieure Q :
⎧ P Q
⎪ σa = A + A
j
⎪ a a
⎨ et on obtient le même résultat qu’au-
⎪σ = − P Q
+
⎪ b Ab A jn
⎩ a

dessus : Q est négligeable

2.4. Effets thermiques

La dilatation thermique s’exprime par εth = α


N ∆
NT
coefficient de élévation uniforme
dilatation thermique de température

Si la structure est libre de se dilater (isostatique), aucune contrainte n’apparaît.

Résistance des matériaux | Chapitre 2 : Traction/compression N 8


Mais si la dilatation est empêchée (hyperstatique), la structure va vouloir se
dilater d’un coefficient εth , mais il va apparaître des contraintes σréaction qui vont
entièrement contrer cette dilatation en provoquant une compression de
coefficient σréaction . Ainsi, la poutre ne bougera pas et il y aura équilibre :
σréaction σréaction
εth + εréaction = 0 ⇒ ε th = −εréaction = − ⇒ α∆T = − ⇒ σréaction = −Eα∆T
E E

3. Tubes et anneaux

• Modélisation générale : écrivons l’équation d’équilibre pour le schéma ci-contre :


π /2 π /2
0 = −2N + 2∫ qr sin α dα = −2N + 2qr ∫ sin α dα ⇒ N = qr
0 
0

De plus, comme la section est beaucoup plus grande que l’épaisseur, on peut supposer que
⎧ N qr
⎪⎪ σθ ≈ c = A = A
te

l’allongement est identique partout, et donc : ⎨


⎪ ε = σθ = qr ⇒ u = ε r = qr
2

⎪⎩ θ
E EA
θ
EA

• Tubes libres de se déformer longitudinalement


r pr
o si t ≤ ⇒ σθ =
10 t
σθ pr prL
o Par effet Poisson : εz = −νε θ = −ν = −ν ⇒ uz = εzL = −ν
E Et Et
• Récipient sous pression
pr F pA fond pπr2 pr σθ
On a toujours σθ = , mais en z : σz = = = = =
t A circulaire A circulaire 2πrt 2t 2
• Tubes longitudinalement indéformables
pr
On a toujours σθ = mais la déformation longitudinale est nulle εz = 0 (on se trouve dans un
t
état plan de déformation). De plus, si le matériau est élastique et isotrope : σz = νσθ

4. Treillis articulés

Un treillis articulé est un ensemble de barres assemblées les unes aux autres à
leurs extrémités articulées (aux nœuds). Rappelons que la présence de
articulations annule la présence de moments, et fait bien d’un treillis une
structure qui ne comporte que des efforts normaux N. La cellule de base d’un
treillis est le triangle (le carré est instable, voir ci-contre).
Pour qu’un treillis soit isostatique, il faut que barres + réactions = 2noeuds

Ensuite, pour déterminer les équilibres aux nœuds, il faut


isoler chaque nœud, y indiquer les efforts normaux (et efforts
extérieurs), puis écrire les équations d’équilibre.

[ ... Coupe de Ritter ?! ... ]

Résistance des matériaux | Chapitre 2 : Traction/compression N 9


CHAPITRE 3. Flexion

1. Flexion pure : Mz

1.1. Définition

Une flexion pure est une poutre soumise à un M constant, sans aucun effet
⎛ dM ⎞
tranchant ⎜ = T = 0 ⎟ . On va utiliser l’hypothèse de Bernoulli qui consiste à poser
⎝ dx ⎠
que les sections planes restent planes et perpendiculaires (la flexion se fait dans le
plan). Mettons cette hypothèse en équation en se basant sur le schéma ci-contre.
Les deux triangles étant semblables, leur rapport base/hauteur sont identiques :
ds
εx =
ds s ds − y s y Ey
= ⇒ = ⇒ εx = − ⇒ σx = − où R y est le rayon de
−y R y s Ry Ry Ry
courbure. On peut vérifier que la flexion pure (d’un matériau élastique linéaire)
⎛ −Ey /R y 0 ⎞
respecte les équations constitutives. Si on pose τij = ⎜ ⎟ , on a :
⎝ 0 0⎠
?

⎪ ∂ jτij + fi = 0 respecté si fi = 0
⎨ ?
⎪ δ δ ∂ a =0 respecté car τij linéaire
⎩ ijk pqr jq kr

1.2. MNT et contraintes

E
• Effort normal : N = ∫
A
σxdA = − ∫A ydA
=
R y 
0
N
on est en flexion
⇒ yG = 0
yGA pure, il n'y pas de N

yG étant la distance entre le centre de gravité de A et le centre de gravité global du matériau,


on peut dire que l’on se trouve dans les axes principaux d’inertie. Il n’y a donc pas de τ
⎧ Ty =
⎪ ∫A
τxy dA = 0
N
on est en flexion
⇒ τxy = 0
⎪ pure, il n'y pas de T
• Effort tranchant : ⎨
⎪ Tz =

∫A
τxzdA = 0
N
on est en flexion
⇒ τxz = 0
⎩ pure, il n'y pas de T

⎧ E EI EI
⎪ Mz = ∫A σx ydA = − ∫ y 2dA = − z ⇒ Mz = − z
⎪ Ry A Ry Ry

⎪ E E
• Moment fléchissant : ⎨ My = ∫ −σxzdA = ∫ yzdA = Iyz = 0

A R y
A R y N
car axes
⎪ principaux

(
⎪ Mx = ∫A τxz y − τxy z dA = 0
⎩ )
Ey EIz Mz Mz y
• Contraintes : σx = − et Mz = − ⇒ σx = Ey ⇒ σx =
Ry Ry EIz Iz

Résistance des matériaux | Chapitre 3 : Flexion 10


1.3. Sécurité des pièces fléchies

Mz y
Pour des calculs de sécurité, il faudra connaître la contrainte maximale. Comme σx = ,
Iz
celle-ci est simplement la contrainte lorsque y est maximal : σx = Mz y sup/inf /Iz

1.3.1 Modules de résistance et de rigidité

Iz M
• On définit en tant que module de résistance en flexion : σx =
y sup/inf Iz /y sup/inf
1 M
• On définit EIz en tant que module de rigidité en flexion : =−
Ry EIz

1.3.2 Moment d’inertie

bh3 bh3
• Pour un rectangle : Ix,base = Ix,centre =
3 12

⎧ Ix = IxC + b2A
⎪⎪
• Formule de Steiner : ⎨ Iy = Iy C + a2A

⎪⎩ Ixy = IxC y C + ab A
• Calcul par décomposition : Ix = ∑ (I xCi + bi2Ai )
• Aux axes principaux : les moments Ix et Iy sont maximaux, Ixy = 0

1.3.3 Rendement géométrique

My M I
Pour diminuer les contraintes σx = = , on doit augmenter z , mais en augmentant
Iz Iz /y y
Iz = ∫
A
y 2dA , on augmente y. On va donc tenter de trouver un juste milieu à l’aide du

rendement géométrique, comparant notre géométrie à la situation idéale. Ce


2
⎛h⎞
2 2 A⎜ ⎟
A ⎛h⎞ ⎛h⎞ ⎛ Ith ⎞ ⎝ 2⎠ = A h
profil idéal est celui où Ith = 2 ⎜ 2⎟ = A ⎜ 2⎟ ⇒ ⎜⎜ ⎟⎟ =
2 h
N ⎝N ⎠ ⎝ ⎠ ⎝ y sup/inf ⎠th 2
aire
y2G 2
On définit alors le rendement géométrique comme
I/y sup/inf
ceci : ηe = et on remarque que le profil en I
( sup/inf )th
I/y

possède le meilleur rendement.

1.4. Poutres composées de deux matériaux

Comme pour le cas de la traction/compression où on avait posé une section de référence


j = A + A b (homogénéisation), on va ici poser un moment d’inertie de référence : Ii = I + Ib
A a a a a
n n

Résistance des matériaux | Chapitre 3 : Flexion 11


2. Flexion simple (cisaillement) : Ty et Mz

2.1. Définition

On a ici la présence d’un moment Mz variable (donné par σx = My /Iz , puisque T n’influence
que peu σx ) et donc d’un effort tranchant T y, donné par Ty = ∫A
τxy
N
dA . Remarquons que
contraintes de
cisaillement

My
Ty n’intervient pas dans σx = , car il ne perturbe que peu les contraintes normales, de
Iz
même pour la courbure.
a4 I a3
Si on compare les figures ci-contre, on trouve pour 1/2 : Iz = 2 ; z =2 et
12 y max 6
pour 3 : Iz = a (2a ) /12 ; Iz /y max = 2a (2a ) /6 , donc 3 est 4x plus rigide et 2x plus
3 2

résistant.

2.2. Théorie de Jourawski

On va ici déterminer les contraintes rasantes τyx ,


présentes à l’intérieur de la poutre fléchie (voir
ci-contre), et on trouvera ensuite les contraintes de cisaillement car τxy = τyx .
Pour ce faire, utilisons l’équation d’équilibre ∂ jτij + fi = 0 :
G G G
∇τij + fi = 0 ⇒ ∫∫∫ ∇τijdV + ∫∫∫ fdV =0 ⇒ w ∫∫ S τN
ijndS + ∫∫∫V fdV = 0 . Cette équation,
V V i i

T( )
n

portée en x, où il n’existe aucune force de volume (le poids est en y), donne :
(n) (n)
Tx( )dS + ∫∫ Tx( )dS + ∫∫ Tx( )dS + ∫∫ Tx( )dS = 0
−x x n n
∫∫ T
w S x dS + ∫∫∫V x
f dV = 0 ⇒ ∫∫ T
w S x dS = ∫∫ Σ Σ′ coupe AA 'B 'B Slatérale

(NB : ici T n’est pas l’effort tranchant mais bien le tenseur des contraintes projeté selon une
direction précisée en exposant)
On va supposer ici qu’il n’y a pas de force tangentielle en surface (on s’en occupera par après),
et que la poutre est prismatique ( Σ = Σ′ ) :

⎣⎡σx ( x + dx ) − σx ( x ) ⎦⎤ dS + ∫∫coupe AA 'B 'B τnxdAdx = 0


⎡ Tx( − x ) + Tx( x ) ⎤ dS + (n) ( )
∫∫ ∫∫coupe AA 'B 'B Tx dS + ∫∫Slatérale Tx dS = 0
n
Σ ⎣ ⎦


⇒ ∫∫
Σ

pas de force tangentielle


en surface

∂σx indépendant
∂σx ∂σx
⇒ ∫∫
Σ ∂x
dxdS + ∫∫ τ dAdx = 0
coupe AA 'B 'B nx

de x ∫∫Σ ∂x
dS + ∫ τnxdA = 0
AB
⇒ ∫
AB
τnxdA = − ∫∫
Σ ∂x
dS

Mettons maintenant l’hypothèse de Bernoulli :


My ∂σx ∂Mz y y y T
σx = z ⇒ = = Ty ⇒ ∫ τnxdA = − ∫∫ Ty dS = − y ∫∫ ydS où S ( Σ ) est le moment
Iz ∂x ∂x Iz Iz AB Σ Iz Iz 

Σ
S( Σ )

statique de Σ . Afin de résoudre l’intégrale du membre de gauche, on va prendre ici la valeur


T T S (Σ)
moyenne (constante) de τnx ⇒ ∫ τnxdA ≈ ∫ τnxdA = τnx ∫ dA = − y S ( Σ ) ⇒ τnx = − y
AB AB N
AB Iz Iz A
A

n =− y Ty S ( Σ )
Dans le cas particulier où AB est parallèle à Oz : τnx = − τyx = −τxy ⇒ τxy = ( STIB )
Iz b

Résistance des matériaux | Chapitre 3 : Flexion 12


2.3. Moments statiques

Le moment statique défini au point précédent est un moment géométrique par rapport au

centre. En effet, les coordonnées du centre géométrique sont : xc = ∫A


xdA Sy
=
∫ dA A A

yc =
∫A
ydA
=
Sx
⇒ S = A yc
∫ dA A
A

Le moment statique d’une surface d’aire Σ est égal au produit de l’aire Σ par
la distance de son centre géométrique à l’axe. Si cet axe passe par le centre
géométrique, alors le moment statique est forcément nul.
Ainsi, pour la section ci-contre, on aura deux choix de calcul :
b h/2 b 2 h/2 b ⎡ h2 ⎤
• Méthode standard : S ( Σ ) = ∫ dx ∫ ydy = ⎡y ⎤ = ⎢ − y2 ⎥
0 y 2 ⎣ ⎦y 2⎣ 4 ⎦
h/2 + y ⎛ h ⎞
• Méthode simplifiée : S ( Σ ) = b⎜ − y ⎟
2


 ⎝2 ⎠
yG Σ

Ty S ( Σ ) Ty 1 ⎡ h2 2⎤
On obtient alors les contraintes avec la formule de Jourawski : τxy = = ⎢ − y ⎥ qui
Iz b Iz 2 ⎣ 4 ⎦
Ty h2 ???? 3 Ty
est une parabole valant 0 en ± h/2 et qui est maximum au centre : τmax
xy = =
Iz 8 2A

2.4. Parois minces

La formule de Jourawski donne une bonne précision pour les parois minces :
T S (Σ)
τxn ≈ τxn = − y . La structure comporte un flux de cisaillement donné par
Iz t
Ty Ty t = cte Ty s
τxnt = − S (Σ) = − ∫∫ ydA = − ∫ yt ds . Ce flux se conserve à travers les parois
Iz Iz A Iz 0

comme le ferait un courant électrique ou un débit (loi des nœuds).

• Pour les parois minces ouvertes, c’est-à-dire les parois pour lesquelles il n’existe pas de
Ty S ( Σ )
chemin fermé parcourant toute la section, τxn = − (qui est maximum en Smax ( Σ ) ). Par
Iz t
contre, tout changement brutal induit des concentrations (et donc des discontinuités) de
contraintes, ce qui est, selon Saint-Venant, mal interprété par les formules de Jourawski.
On va donc y rajouter des facteurs de concentration de contraintes.
4
o Sous effort normal : σmax = K t σnominale = K t P
πd2
32
o Sous effort fléchissant : σmax = K t σnominale = K t M
πd3
• Pour les parois minces fermées (comme les poutres tubulaires), on a difficile à appliquer
Jourawski car il n’existe plus d’endroit où le flux f de cisaillement est connu à priori.

2.5. Déformation due au cisaillement

Selon la loi de Hooke, on a τxy = G γ xy . Seulement τxy n’est pas uniforme et donc γ xy
(déformations) non plus. De ce fait, les sections vont gauchir (= être déformées) et
l’hypothèse de Bernoulli n’est plus rigoureusement satisfaite. Seulement, dans le
cas où h << L, cet effet de gauchissement est négligeable et on peut donc dire qu’à
ce moment là, Bernoulli est applicable : c’est la généralisation de l’hypothèse de Bernoulli.

Résistance des matériaux | Chapitre 3 : Flexion 13


2.6. Calcul des assemblages

Il existe trois types d’assemblages : longitudinaux, transversaux (joints) et les nœuds.


L’analyse des assemblages est assez complexe donc on préfère faire des tests ELU en
laboratoire (principalement des cisaillements directs et des ruptures d’assemblages).

• Cisaillement direct
L’assemblage de deux poutres par un rivet ci-contre ne peut être
modélisé par une poutre en traction N. En effet, le rivet génère des
contraintes responsables de discontinuités qui ne plaisant pas vraiment à Saint-Venant. De
F
plus, le cisaillement n’est pas pur. En pratique, on calcule comme ceci : τm = ≤ τadm
A N
déterminé par
des essais

• Assemblages longitudinaux
Il est possible de résoudre analytiquement les assemblages longitudinaux... [???]

3. Flexion oblique (gauche) : Ty, Tz, My et Mz

3.1. Définition

La flexion oblique apparaît lorsque les


sollicitations ne sont pas portées par les
axes principaux mais selon des axes
quelconques de direction α
Du coup, on aura des moments fléchissant (pouvant être variables) selon deux directions :
⎪⎧ My = −Mcos α
⎨ où les M et les T respectent toujours les mêmes conventions de signes.
⎪⎩ Mz = Msin α

3.2. Calcul des contraintes

• L’effet de ces deux moments se superpose donc dans le calcul de la contrainte normale :
Mz y Myz
σx = + . On trouve ainsi l’axe neutre (axe où les contraintes sont nulles σx = 0 )
Iz Iy

Mz y Myz Msin α y Mcos α z sin α y Iy I


comme ceci : σx = + =0 ⇒ − =0 ⇒ z= = y y tan α
Iz Iy Iz Iy Iz cos α Iz

• Pour le calcul des contraintes tangentielles, on utilise le théorème de Jourawski généralisé :


Ty S ( Σ,z ) Tz S ( Σ,y )
τnx = − −
Iz A Iy A

4. Flexion composée : N, Ty et Mz

4.1. Définition

La flexion composée apparaît dès qu’il existe une force qui n’est ni perpendiculaire, ni
parallèle à la poutre considérée (exemple ci-contre). M, N et T sont ainsi présents.
N My
Pour une flexion composée ci-contre, on a σx = σN + σM = + z
A Iz
On voit sur le schéma que la superposition des deux effets peut
donner trois solutions différentes : soit σx est positif partout, soit
il est positif partout mais s’annule à l’extrémité supérieure, soit il est positif et négatif.

Résistance des matériaux | Chapitre 3 : Flexion 14


4.2. Position de l’axe neutre et noyau central

Dans chacun des trois cas sur les schémas précédents, on définit un y0 qui est la distance
entre la force appliquée et l’annulation de σx . Il s’agit donc de y0 tel que
N Mz y 0 Mz y 0 N N Iz
+ =0 ⇒ =− ⇒ y0 = −
A Iz Iz A Mz A
On peut décrire cette double sollicitation M+N comme étant équivalente à la
même force N excentrée en un point E d’une distance e (voir ci-contre). A ce
N Iz I
moment là, on a que Mz = Ne et l’axe neutre devient alors y 0 = − =− z
Mz A eA
On définit le noyau central comme étant la zone de la section telle que, si E s’y trouve, σx ne
change pas de signe sur toute la section (deux premiers cas dans le schéma précédent).

4.3. Flexion composée oblique

N Mz y Myz ⎛ 1 e y e z⎞
Si on a une flexion composée oblique, on a σx = + + = N⎜ + y + z ⎟
A Iz Iy ⎜A Iz Iy ⎟⎠

Pour trouver la distance entre l’axe neutre ( σx = 0) et le point d’application E de la force :
1
⎛ 1 e y e z⎞
σx = N ⎜ + y + z ⎟ = 0 ⇒ d = distance (E,axe neutre) = A
⎜A Iz Iy ⎟⎠ 2
⎝ ⎛ ey ⎞ ⎛ ez ⎞
⎜ ⎟ + ⎜⎜ ⎟⎟
⎝ Iz ⎠ ⎝ Iy ⎠

Résistance des matériaux | Chapitre 3 : Flexion 15


CHAPITRE 4. Torsion uniforme Mx

1. Définition

Définissons la torsion à partir de l’exemple d’un arbre cylindrique ci-


contre. Il s’agit d’une sollicitation où seul un moment M x selon l’axe
longitudinal x apparaît. Dans l’exemple, ces moments sont notés T et
sont appelés moments de torsion. Ils vont donc faire subir des
rotations de sens opposé de part et d’autre du centre O. Remarquons
que l’arbre cylindrique n’est attaché nulle part : on ne considère dans ce chapitre que des
gauchissements libres. En effet, c’est le seul cas qui ne fait apparaître que Mx, et donc τxy et τxz .
Saint-Venant fait ici l’hypothèse que, en vue de toutes les symétries, chaque section droite doit
tourner dans son plan autour de son centre O, comme un disque rigide. Ainsi, les sections planes
restent planes et les angles au centre sont conservés.

• Les génératrices (« hauteur » du cylindre) vont donc se courber et devenir hélicoïdales,


formant un angle α . On fait l’hypothèse que cet angle est très petit, de sorte que
dx
cos α ≈ 1 ⇒ dx′ = ≈ dx (dx’ étant l’élément dx de la génératrice
cos α
déformée). On voit donc qu’au niveau longitudinal, les longueurs se
⎧ε ≈0
conservent et il n’y a pas de contraintes qui apparaissent : ⎨ x
⎩ σx ≈ 0
• Par contre, au niveau de la section, il va y avoir des déformations. A une
abscisse x, il y aura une rotation θx et à une abscisse x+dx plus loin, la
rotation est plus importante : θx + dθx . Le fait que cette rotation soit plus
importante en dx génère une déformation du rectangle abcd représenté
dans le schéma ci-contre : il va devenir un parallélogramme abc’d’. Seulement, seuls les

angles changent : les cotés restent identiques : cc ' = dd' = rdθx = γ dx ⇒ γrθ = r x
dx
dθx
Comme on a du cisaillement pur, on applique la loi de Hooke : τrθ = Gγrθ = Gr qui se généralise
dx
dθx
en Mx = G J (où J est la constante de torsion)
dx
Pour Les poutres à section circulaire, J n’est rien d’autre que l’inertie polaire :
dθ dθ πR 4
Mx = ∫∫ τrθ r dA = ∫∫ Gr x r dA = G x ∫∫ r2dA avec Ip =
A A dx dx 

A 2
Ip

2. Essai de torsion

Il est possible de déterminer G par des essais de torsion. Ces essais nous fournissent l’angle de
dθx πR 4
Mx = G J J =Ip =
dθ dx M 2 Mx 2 2LMx
torsion total θx = L x = L x = L ⇒ G=
dx GJ G πR 4 θx πR 4
Or, on sait aussi que G = E/2 (1+ ν ) , donc on trouve ν (coefficient de Poisson) grâce à ces essais.

Résistance des matériaux | Chapitre 4 : Torsion uniforme Mx 16


3. Sécurité structurale des pièces tordues

Selon le matériau utilisé, un type de critère est à appliquer :

• Matériaux ductiles
σe
Le critère de von Mises stipule que τe = , ce qui donne :
3
σadm
o Critère déterministe : τ ≤ τadm =
3
o Critère semi-probabiliste : Mx,d ≤ Mx,dim

• Matériaux fragiles
τu
o Critère déterministe : τ ≤ τadm =
γ
o Critère semi-probabiliste : Mx,d ≤ Mx,dim

4. Analogie de l’hydrodynamique

Pour les sections qui ne sont pas circulaires, il n’existe pas de solution analytique : on doit trouver
une solution approchée. Pour imaginer ce qu’il se passe au niveau du flux des contraintes de
cisaillement dans les autres sections, on fait une analogie avec l’hydrodynamique. Par
exemple, pour la section rectangulaire ci-contre, on imagine qu’il s’agit de la section
du fond d’un bac d’eau que l’on fait tourner (effet de la torsion). L’eau va tourner
autour du centre du bassin, et il va se développer un profil de vitesse. On va, dans
notre analogie, dire que ce profil de vitesse est identique à celui des contraintes de
cisaillement.

5. Parois minces

5.1. Section ouverte

Dans le cas de parois minces, on a une épaisseur t beaucoup plus petite que la
longueur b. On peut alors se permettre de dire que le profil des contraintes est
linéaire, s’annulant au centre de l’épaisseur. Il faut remarquer que dans ce
genre de configuration, il apparaît de forces contraintes dans les angles
entrants (à la jonction des rectangles), que cette théorie ignore. On contre cet
effet en rajoutant des congés de raccordement qui augmentent J.

5.2. Section fermée

Si on veut comparer une section fermée (prenons la


section tubulaire ci-contre) à une section ouverte, on
utilise l’analogie de l’hydrodynamique. Dans le cas
ouvert, « l’eau » va percuter les bords et va faire
demi-tour. De ce fait, il y aura un flux dans les deux
sens. Au contraire, dans le cas fermé, on a un flux qui ne va que dans un seul sens. De ce fait,
ces contraintes peuvent développer un moment de torsion bien plus
élevé : Mxfermé  Mouvert
x . Ainsi, la section fermée est beaucoup plus
résistante à la torsion que la section ouverte. Attention cependant aux
instabilités (voir ci-contre).

Résistance des matériaux | Chapitre 4 : Torsion uniforme Mx 17


CHAPITRE 5. Calcul des déplacements

1. Motivation

On utilise le calcul des déplacements pour déterminer les états limites de service
point de vue rigidité (souvent plus exigeant que la résistance).

2. Déformée due à la flexion

Soit la poutre rectiligne ci-contre, soumise à des actions perpendiculaires à son


axe, provoquant un déplacement. Si ce déplacement est petit, on pourra utiliser le
tenseur des déformations évanouissantes. Cherchons donc l’équation de la déformée de
l’axe (ou de la ligne élastique) à l’aide de cette hypothèse.

2.1. Equation différentielle et CL

Comme les déplacements sont petits, la courbure est définie comme étant :
1 y ′′
= ≈ y′′ . Ainsi, on assimile la déformée (normalement étant parabolique) comme
R y (1+ y ′ 2 )3/2

étant un cercle. Comme on a


dM dT
=T = −q
1 M dx dx q
EIz y (
4)
y(
4)
=− = y ′′ ⇒ EIz y ′′ = −M ⇒ EIz y′′′ = − T ⇒ =q ⇒ =
Ry EIz EIz

Cette équation se combine avec quatre conditions aux limites :

• Conditions sur y (position) : fixé par les appuis


• Conditions sur y’ (rotation) : fixé par les appuis
• Conditions sur y’’ (moment fléchissant M)
• Conditions sur y’’’ (effort tranchant T)

Certains exemples de conditions aux limites sont représentés ci-contre.


Souvent, pour y et y’, on utilise les conditions de continuités (voir ci-contre).

2.2. Intégration directe

Il est possible d’intégrer directement l’équation du quatrième ordre et de trouver ainsi y


pour tout point x. Le problème c’est qu’on a besoin de y et θ en quelques points seulement
(en général, les points où la flèche est maximale). Il faut donc trouver une autre méthode :
c’est la méthode des travaux virtuels.

3. Théorèmes des travaux virtuels et intégrales de Mohr

Il existe deux types de théorèmes pour les travaux virtuels : soit on a des forces réelles et on fait
apparaître des déplacements virtuels, soit on a des déplacements réels et on fait apparaître des
forces virtuelles. L’idée de Mohr a été de considérer ce dernier cas en plaçant une force unitaire

Résistance des matériaux | Chapitre 4 : Calcul des déplacements 18


dans le sens du déplacement cherché. Ainsi, on obtient comme équation d’équilibre de rotation :
( n)
∫∫∫V i i
 ∫∫ S Ti′ ui dS = ∫∫∫V τN′ij
f ′u dV + w



aij
N
dV = 1N . δN
force déplacement
travail dû aux travail dû aux tenseur des tenseur des unitaire recherché
forces virtuelles de forces virtuelles de contraint es déformations
volume surface évanouissantes

Si on admet que M, N et T ne s’influencent pas, on peut dissocier leurs effets :

M′y My MM′ 2 MM′ MM′


• Pour M : ∫∫∫ τ′ij aij dV = ∫∫∫
dV = ∫∫∫ y dV = ∫ dx ∫∫ y 2dA = ∫ dx
V I EI V
V EI2 A EI 2 A A EI
N′ N NN′ NN′ NN′
• Pour N : ∫∫∫ τ′ij aij dV = ∫∫∫ dV = ∫∫∫ dV = ∫ dx ∫∫ dA = ∫ dx
V V A EA V EA 2 A EA 2 A A EA

T′S TS TT′ A S2 TT′ A S2 TT′


• Pour T : ∫∫∫ τ′ij aij dV = ∫∫∫ dV = ∫∫∫ dV = ∫ dx 2 ∫∫ 2 dA = ∫ χ dx
V V Ib GIb V GA I2 b2 A GA I
A b
A GA

χ

MM′ NN′ TT′


Et donc : δ = ∫ dx + ∫ dx + ∫ χ dx
A EI A EA A GA
Il y a aussi des effets dus à la température. Pour une élévation uniforme de température εx = α ∆T ,
∆T′
et pour un gradient thermique ∆T′ ⇒ εx = α y . On a donc :
h

N′ N′
• Pour l’élévation de température ∆T : ∫∫∫
α ∆T dV = ∫ α ∆T dx ∫∫ dA = ∫ N′ α ∆T dx
τ′ij aij dV = ∫∫∫
A A A V A A V

M y ∆T
′ ′ M ∆T
′ ′ M′ ∆T′
• Pour le gradient thermique ∆T′ : ∫∫∫ τ′ij aij dV = ∫∫∫ α y dV = ∫ α dx ∫∫ y 2 dA = ∫ α dx
V V I h A hI A A h

MM′ NN′ TT′ M′ ∆T′


Et donc : δ = ∫ dx + ∫ dx + ∫ χ dx + ∫ N′ α ∆T dx + ∫ α dx
A EI A EA A GA A A h
MM′
Souvent, les différents effets sont négligeables devant celui de M et δ ≈ ∫ dx
A EI
Les valeurs de ces intégrales, appelées intégrales de Mohr, sont tabulées selon la situation.

4. Effet de l’effort tranchant

L’effort tranchant implique un


A
B=
T χ T
gauchissement γ = χ = où B est
GA GB
l’aire réduite (différents exemples
dT
=− q
T dx q M q
d’aires réduites sont ci-contre). Ainsi, on a y′ = ⇒ y ′′ = − ⇒ y ′′ = − −
GB GB EI GB

Résistance des matériaux | Chapitre 4 : Calcul des déplacements 19


CHAPITRE 6. Propriétés mécaniques des
matériaux

1. Essais

Les propriétés mécaniques des matériaux sont des propriétés macroscopiques qui décrivent le
comportement microscopique. Certaines de ces propriétés nécessitent des essais en laboratoires
pour être connues.

1.1. Essai de traction/compression

Ces essais sont purement unidimensionnels et les résultats sont également valables pour la
flexion des poutres. Il existe des matériaux ductiles et des matériaux fragiles.

• Matériaux ductiles
Toutes les déformations vont apparaître sous forme d’une variation de
section (voir ci-contre). S’il y a rupture, elle aura lieu à cet endroit.
Lors d’un essai de traction, le matériau va suivre plusieurs phases dans le
plan des contraintes en fonction de l’allongement.

o La première phase est la phase linéaire élastique σ = εE


o La deuxième est le palier d’étirement (allongement sans variation de
contrainte). Lorsque l’on traverse ce palier, il apparaît des bandes
de Lüders (plans atomiques qui glissent successivement par
cisaillement, voir ci-contre). Ces paliers disparaissent à la
troisième phase et le matériau redevient mat.
o La troisième est l’écrouissage : le matériau est en phase plastique et sa contrainte
continue d’augmenter avec la déformation.
o Si on stoppe cette déformation plastique, le matériau va suivre la courbe 4 dite de
déchargement élastique
o La cinquième phase est la striction : la contrainte est de moins en moins forte et le
matériau finit par rompre en 6

• Matériaux fragiles
Ces matériaux se rompent dès que la limite élastique est dépassée (le matériau ne
peut être rendu plastique). On les caractérise par une limite de rupture en traction
et une limite de rupture en compression (souvent plus importante). Les essais de
compressions sont difficiles sur les matériaux fragiles : ils se fissurent (voir ci-
contre) juste avant la rupture mais on a pas le temps de voir apparaître ces
fissures. On procède donc à des essais en traction nommés essais brésiliens
(deuxième photo ci-contre). On trouve comme cela l’élongation axiale qui nous
permet de trouver les autres élongations.

Résistance des matériaux | Chapitre 5 : Propriétés mécaniques des matériaux 20


1.2. Essai de fatigue

La fatigue est la diminution de la résistance à cause d’actions


répétitives. Elle est d’autant plus forte si ces actions sont
cycliques. Les résultats de ces essais se décrivent sur les
courbes de Wöhler, assez difficiles et longues à réaliser. On sait
qu’il existe toujours une contrainte σfat au-dessous de laquelle le matériau ne se rompt
jamais. Pour les métaux, on a que σfat = 0,37 σt + 77MPa

2. Effets de la température

La température joue sur deux choses :

• La fragilité du matériau : si un matériau ductile possède un défaut, qu’il est sollicité


dynamiquement par traction et qu’il est à basse température, il peut se rompre comme
un matériau fragile. On détecte la température en réalisant un teste de résilience
(résistance aux chocs), en calculant à chaque fois l’énergie utile à la rupture
W = mg (h0 − h) pour une certaine température. On repère donc facilement la température

de transition TTDF.
• La variation des propriétés mécaniques : la norme définit pour chaque matériau une résistance
au feu RF.

3. Effets différés

• Fluage : il s’agit de l’accroissement de ε dans le temps lors


d’un σ constant. Si la contrainte est élevée, on a le graphe ci-
contre de ε ( t ) . Par contre, si la contrainte est modérée (celle
de l’état de service), alors ε se stabilise à une valeur ε∞
• Relaxation : il s’agit de la diminution de σ dans une pièce
soumise à un ε constant (premier schéma ci-contre).
• Recouvrance : récupération, après fluage, des propriétés
initiales (deuxième schéma ci-contre).

4. Modèles constitutifs

• Modèle élastique : ce modèle est régi par la loi de Hooke : σ = εE en


linéaire et σ = f ( ε ) en non linéaire. Il est caractérisé par le fait que le
chemin de charge est le chemin de décharge (les déformations sont
réversibles).

• Modèles élastoplastiques

o Parfaitement plastiques : le palier plastique est ici important (comme


pour l’acier). On se sert de ces modèles pour faire des calculs
plastiques. Ci-contre, un exemple de modèle élastique parfaitement

plastique et un exemple de modèle rigide parfaitement plastique.

o Avec écrouissage : on a ici une zone d’écrouissage et non plus une zone de palier.

Résistance des matériaux | Chapitre 5 : Propriétés mécaniques des matériaux 21


CHAPITRE 7. Calculs plastiques

1. Traction plastique

1.1. Calcul de la charge ultime et du gain

On applique ici le modèle élastoplastique parfaitement


plastique, et non plus le modèle élastique étant donné que la loi
de Hooke ne prend pas en compte la placticité.

• Pour une pièce homogène, on a : Npl = Ne = Aσe

• Pour une pièce composée de deux matériaux, on a la


condition ε1 = ε2 qui donne les valeurs

Ne = A j = A + A2
avec A et Npl = A1σe1 + A2 σe2
1 e1 1 1
n

Npl
La plasticité offre un plus donné par le gain Gain =
Ne

1.2. Contraintes résiduelles

Une des propriétés intéressantes de la traction plastique sont les


⎧ Npl
⎪ σrés 1 = σe1 − j
⎪ A1
contraintes résiduelles. Elles sont définies par : ⎨ . De
⎪σ Npl
= σe2 −
⎪ rés 2 nAj
⎩ 1

ce fait, on est dans état d’autocontraintes : A1 σrés 1 + A 2 σrés 2 = 0 . On voit sur le diagramme ci-
contre que le matériau 2 ne peut reprendre sa forme initiale à cause de ses déformations
permanentes (il empêche donc l’autre de revenir à sa configuration initiale).
Une structure ne se comporte plastiquement qu’à sa première mise en charge, après quoi elle
se comporte élastiquement grâce aux contraintes résiduelles produites par la déformation
plastique initiale.

2. Flexion plastique plane

[???]

Résistance des matériaux | Chapitre 6 : Calculs plastiques 22


CHAPITRE 8. Instabilités

1. Types d’instabilités

Il peut y avoir des instabilités dans toute structure en compression :

• Flambement par compression pure


• Déversement par flexion
• Voilement par torsion

Les phénomènes d’instabilités sont soit locaux, soit globaux.

2. Flambement élastique

Le flambement apparaît par divergence : la poutre se dérobe à l’effort normal de compression en


fléchissant transversalement. L’étude de ce phénomène doit prendre en compte le fait que les
déplacements sont importants (on dira qu’ils le sont mais que les rotations sont modérées) et qu’il
y a des non-linéarité matérielles (que l’on ne considérera pas).
On dit qu’un flambement est stable si la poutre reprend sa forme initiale lorsqu’on supprime la
force de compression.

2.1. Causes de flambement

Le flambement apparaît si :

• Il existe déjà une courbure initiale : en compression, la courbure augmente


et donc M augmente
• Il y a excentrement de la charge de compression : un moment
M= FN e
N se rajoute et donc le moment sur Ω′ devient
force de dis tance
compression d' excentricité

M = F (e + y )
Qx
• Il existe des charges axiales transversales : un moment M = se
2
Qx
rajoute et donc le moment sur Ω′ devient M = Fy +
2

2.2. Calcul de la charge critique eulérienne

1 M M
Puisque les rotations sont modérées, on a = y′′ = − ⇒ y ′′ = − où M est une fonction de F,
R EI EI
de y, ... Dans le cas de la poutre comprimée excentriquement : on a trouvé
F EIπ2
M = F ( e + y ) ⇒ y ′′ = − ( e + y ) , ce qui amène à trouver que Fcr = 2 . Ainsi, la charge critique
EI L
est indépendante de l’excentricité e. Cette charge existe toujours, même si la poutre est
parfaite et parfaitement sollicitée (compression non excentrée). Dans le cas parfait, on parle

Résistance des matériaux | Chapitre 7 : Flambement 23


de flambement eulérien et on trouve une charge
EI π2
critique eulérienne : Fcr = où Lk est la longueur
L2k

de flambement (exemples ci-contre), et I est pris


comme le plus faible de la section (l’axe de ce I est
l’axe de flambement).
Fcr
Cette théorie d’Euler est valable uniquement si σcr = ≤ σp
A

3. Imperfections industrielles

Les pièces industrielles ont des imperfections inévitables, aussi bien géométriques (forces toujours
excentrées, dimensions réelles différentes des dimensions nominales) que matérielles (contraintes
résiduelles, matériau non homogène).

Résistance des matériaux | Chapitre 7 : Flambement 24