Vous êtes sur la page 1sur 12

Audit Fiscal Rapport de Stage

SOMMAIRE

INTRODUCTION 7

PARTIE I : APPROCHE DE LA REVUE FISCALE........................................................................8


I- REVUE FISCALE................................................................................................................................8
II- METHODOLOGIE DE LA REVUE FISCALE.................................................................................9
PARTIE II : REVUE FISCALE ( CAS DE LA SOCIETE INDUSTRIELLE ABC)...................11

GÉNÉRALITÉS 11

6
Audit Fiscal Rapport de Stage

INTRODUCTION

La fiscalité constitue aujourd’hui une composante essentielle dans la vie des entreprises appelées, plus
que jamais à la manipuler au quotidien. En effet la fiscalité est une variable stratégique de l’entreprise
et celle-ci se doit d’optimiser sa charge fiscale.

Des différents éléments imposent aujourd’hui à l’entreprise marocaine de nouvelles règles et


contraintes fiscales dont les plus importantes peuvent être résumées dans les points suivants :

 Un système d’imposition basé, dans la plupart des cas sur les déclarations spontanées du
contribuable, chargé dans ce nouveau contexte d’établir lui-même ses déclarations et de verser
l’impôt correspondant en respectant les délais prescrits .

 Un renforcement des sanctions prévues par l’administration fiscale en cas d’inobservation des
règles et obligations fiscales, et l’acheminement progressif vers plus de rigueur au niveau des
contrôles fiscaux opérés par le fisc.

 Des modifications, importantes en nombre, au niveau des textes de loi régissant les différents
impôts et taxes que le contribuable doit désormais suivre rigoureusement afin d’éviter des
sanctions de plus en plus lourdes et coûteuses.

Dans un environnement aussi mouvant, l’entreprise se doit d’être vigilante au niveau du suivi du
paramètre fiscal afin de minimiser le risque fiscal qui pèse en permanence sur sa situation et qui
pourrait menacer sa pérennité, voire même sa survie.

Ainsi, la revue fiscale pourrait parfaitement contribuer à aider l’entreprise à maîtriser à gérer et à
évaluer sa situation fiscale.

7
Audit Fiscal Rapport de Stage

PARTIE I : APPROCHE DE LA REVUE FISCALE

I- REVUE FISCALE

Définition

La revue fiscale consiste à se opérer un examen limité de l’ensemble des structures fiscales d’une
entité et leur fonctionnement. C’est la fiscalité dans l’entité sous toutes les formes qui est l’objet de la
revue fiscale (TVA, impôts directs, douanes, enregistrements, etc.)

La revue fiscale peut être demandée par la direction de l’entité, elle peut également être demandée par
un tiers intéressé.

Objectifs

Le recours à la revue fiscale s’avère indispensable pour l’entreprise car il lui permet de faire le point
sur sa situation fiscale.

Une mission de revue fiscale a pour objectif l’examen de la situation fiscale de l’entreprise. Il s’agit,
en fait, en ayant recours à des spécialistes de la matière, de voir de quelle façon l’entreprise
appréhende la fiscalité, comment elle intègre le paramètre fiscal ainsi que le niveau de son risque
fiscal.

Le fiscaliste va s’assurer que l’entreprise respecte effectivement ses obligations fiscales. Il opère ainsi
un contrôle de régularité qui va permettre à l’entreprise de connaître ses erreurs mais aussi et surtout
les risques engendrés par ces dites erreurs.

En outre, il va évaluer l’aptitude de l’entreprise à utiliser au mieux de ses intérêts, les possibilités que
lui offre la législation fiscale.

Aussi peut-on dire que la revue fiscale représente un audit fiscal limité quant à son étendue et son
programme de travail et dont le but est d’informer sur la nature et l’étendue des risques fiscaux, plus
particulièrement sur les actions à engager par l’entreprise afin de corriger l’impact de ces risques.

8
Audit Fiscal Rapport de Stage

II- METHODOLOGIE DE LA REVUE FISCALE

Toute mission d'examen, quelle qu'en soit la nature, suppose une démarche et une méthodologie
permettant d'atteindre son objectif avec le maximum de sécurité et en utilisant les moyens nécessaires
de façon optimale, et la revue fiscale n'échappe pas à cette règle.

Cependant la nature des missions de revue fiscale et la diversité des objectifs qui peuvent être
poursuivis interdisent la définition d’une méthodologie standard appliquée à toutes les missions de
revue fiscale.

Ainsi, le fiscaliste sera amené à adopter une démarche et une méthodologie permettant d’atteindre son
objectif avec le maximum de sécurité et utilisant les moyens nécessaires de façon optimale.

La revue fiscale requiert une intervention basée sur une méthodologie éprouvée et appliquée selon une
planification rigoureuse.

Dans son approche, le fiscaliste serait amené à privilégier l’analyse des risques qui pourraient, soit être
à l’origine d’irrégularités fiscales, soit empêcher les irrégularités éventuelles d’être décelées.

Ainsi, cette approche par les risques permettrait à l’auditeur d’optimiser son travail notamment en:

Adaptant son travail en fonction des risques encourus ;


Vérifiant ce que les comptes et les déclarations fiscales contiennent et ce qui devrait s’y trouver ;
Planifiant efficacement son intervention en identifiant à l’avance la majeure partie des problèmes.

Aussi, la démarche générale du fiscaliste pourrait se baser essentiellement sur les trois étapes
suivantes:
Après la phase préliminaire:
 Prise de connaissance générale de la fonction fiscale
 Contrôle des opérations et documents fiscaux disponibles
Et par la suite la synthèse et le rapport de revue fiscale

Prise de connaissance générale de la fonction fiscale

Cette phase constitue un préalable nécessaire pour l’orientation efficace des travaux sur les zones de
risque les plus saillantes. Elle présente dans sa consistance, les mêmes caractéristiques que dans la
démarche de l’audit financier et comptable.

Elle se base sur l’approche ci-après :

L’identification des aspects significatifs (au regard de la fiscalité) qui caractérisent les activités de
l’entreprise, son environnement législatif et réglementaire, sa structure d’exploitation, ses liens
économiques avec d’autres entités nationales et internationales …

La connaissance des opérations exceptionnelles effectuées durant les exercices non prescrits et qui
demandent un traitement spécifique sur le plan fiscal. Par exemple des opérations sur le haut du bilan,
les conventions juridiques de longue durée, les fusions, scissions, cessions partielles d’actifs… Il s’agit
également d’opérations qui caractérisent l’exploitation durant cette période, comme l’extension
d’activité au plan géographique, l’intégration de nouvelles activités, la création de brevets, la
recherche appliquée…

9
Audit Fiscal Rapport de Stage

Contrôle des opérations fiscales :

Ces contrôles dépendront de la nature et des objectifs de la mission et peuvent être selon le cas axés
essentiellement:

Sur le respect des règles fiscales dans le cadre du contrôle de la régularité fiscale

Sur l’évaluation des choix fiscaux opérés par l’entreprise dans le cadre de la vérification de l’efficacité
de la gestion fiscale.

L’étendue des travaux de contrôle à effectuer devrait être matérialisée par un programme de
vérification qui est rédigé sur une feuille de travail spécialisée.

Rapport de revue fiscale

Le rapport de revue fiscale est un document dans lequel seront consignées la synthèse et les
conclusions des travaux du fiscaliste.

Compte tenu du fait que la mission de revue fiscale n’obéit pas à des normes prédéterminées, la forme
et le contenu du rapport devront prendre en considération les remarques suivantes:

Les parties disposent d’une marge de liberté pour fixer la forme et le contenu du rapport

Certaines caractéristiques doivent cependant être prévues par les parties

Au niveau de la revue fiscale, les conclusions peuvent être communiquées au client sous deux formes
distinctes:

Le rapport de revue fiscale qui dresse la situation fiscale de l’entreprise.

Le rapport de recommandations qui devrait préconiser des actions en vue d’atténuer ou de prévenir les
risques relevés, Ce rapport qui est facultatif dans le cadre d’une mission d’audit comptable, devrait
logiquement constituer un élément important de la mission. En effet compte tenu de la nature de la
mission de revue fiscale, l’ultime préoccupation devrait normalement consister à disposer des moyens
et actions nécessaires à réduire le risque fiscal.

10
Audit Fiscal Rapport de Stage

PARTIE II : REVUE FISCALE ( CAS DE LA SOCIETE INDUSTRIELLE ABC)

1- Présentation de la société

Généralités
Forme juridique : Société anonyme créée en 2001
Siège social : Casablanca
Capital social : ……Dhs
Actionnariat : …...

Activités

Production et exportation de produits miniers.

Régime fiscal de la société ABC :

En matière d’IS:
• ABC en tant que société exportatrice, bénéficie de réductions permanentes en matière d’IS telles que
prévues à l’article 6 du code général des impôts (CGI), à savoir:
o Un taux d’IS réduit de 17,5% pour les exportations directes;
o Un taux d’IS réduit de 17,5% pour les ventes de produits à des entreprises qui les exportent
après leur valorisation.
o Le taux effectif d’imposition à l’IS au 31/12/2008, compte tenu du chiffre d’affaires à l’export
et la réduction d’IS, est de 18,88%.

En matière de TVA:
• ABC bénéficie de l’exonération de la TVA avec droit à déduction prévue par l’article 92 du CGI sur les
opérations d’exportation de produits dûment justifiées, entre autres, par des avis d’exportation et par le
rapatriement des devises correspondantes. ABC en tant qu’exportateur, peut soit s’approvisionner en
suspension de TVA, soit obtenir le remboursement de la TVA ayant grevé les achats de biens et services
ouvrant droit à déduction.

En matière de taxe professionnelle et taxe des services communaux:


• ABC est soumis aux mêmes dispositions de droit commun relatives à ces taxes avec exonération
quinquennale de la taxe professionnelle pour les investissements réalisés.

2- Contexte de la mission :

Notre intervention s’inscrit dans une mission de due diligence en vue de l’ouverture de capital de la société
ABC.

3- Démarche de notre revue fiscale :

Notre approche a été basée sur les principes d’une revue fiscale limitée effectuée sur la base des documents mis
à notre disposition et de l’exploitation d’une revue fiscale antérieure.

11
Audit Fiscal Rapport de Stage

Cette revue avait pour objectifs:

o D’identifier et d’analyser tous les risques fiscaux chiffrés ou non qui ressortent des documents
disponibles, notamment les résultats des contrôles fiscaux, les rapports d’audit externes, les
rapports de revues fiscales limitées, etc.
o D’extrapoler les risques relevés jusqu’à fin 2008, dernière date de clôture des états financiers.
o De chiffrer les incidences fiscales en principal et majorations.

Notre examen a porté sur les exercices 2004 à 2008 comptes tenus des documents disponibles.

A ce titre, la période non prescrite pour la société ABC peut remonter au delà de l’exercice 2004 compte tenu des
reports déficitaires et des crédits de TVA.

Les impôts et taxes qui ont fait l’objet d’examen de notre part, concernent notamment les impôts déclaratifs;
Impôt sur les sociétés (IS), IS retenue à la source, Taxe sur la valeur ajoutée (TVA), Impôt sur le revenu (IR).

Les impôts et taxes émis par voie de rôle n’ont pas fait l’objet d’examen de notre part faute de données sur les
litiges pouvant exister.

Nous résumons l’examen des risques fiscaux effectué dans les principales étapes suivantes :

 Prise de connaissance et examen de la documentation disponible


 Identification, compréhension et analyse des données fiscales caractéristiques de l’entité
 Exploitation des résultats des contrôles fiscaux et/ou des revues fiscales limitées
 Examen des rapports généraux et spéciaux des audits externes
 Revue analytique des liasses fiscales, déclarations fiscales et identification des anomalies ou risques de
redressements fiscaux le cas échéant

4- Analyse des risques fiscaux:

Sur la base des travaux ci dessus, les résultats dégagés pour la société ABC:

4.1. Présentation des données fiscales

Exercices non prescrits

Impôt/Taxe 2002 2003 2004 2005 2006 2007


Impôt sur les
sociétés
Impôt sur les
revenus
TVA

12
Audit Fiscal Rapport de Stage

Données fiscales

2002 2003 2004 2005 2006 2007

Résultat comptable - 3 500 000 500 000 - 800 000 1 600 000 - 67 000 000 2 000 000
Résultat fiscal - 1 000 000 - - 800 000 - 20 000 000 17 000 000
CM ou IS 250 000 280 000 300 000 320 000 360 000 450 000
IR 3 000 000 3 500 000 3 900 000 4 000 000 5 100 000
Taxe urbaine
Patente 500 000 500 000 500 000 500 000 500 000 500 000
Droits de douane 4 000 2 000 100 000 50 000 100 000 -
TVA due 700 000 1 300 000 1 200 000 2 900 000
Autres impôts et taxes ( retenue à
la source) 1 000 110 000 100 000 50 000 90 000

Jusqu’à fin 2006, ABC a payé l’IS sur la base de la cotisation minimale.

A partir de 2007, ABC a absorbé ses déficits fiscaux et a payé l’IS.

4.2 Présentation des Résultats de la revue fiscale antérieure :

Le rapport de la revue fiscale limitée effectuée par un cabinet externe fait ressortir un risque fiscal total estimé à
36 millions de DH, détaillé comme suit :

Principal Majorations Total

IS 15 000 000 5 938 781 20 938 781


IS RS - - -
TVA - - -
IR 11 000 000 4 685 527 15 685 527
Total 26 000 000 10 624 308 36 624 308

13
Audit Fiscal Rapport de Stage

4.3. Analyse des risques fiscaux et hypothèses d’extrapolation:

Risques fiscaux Commentaires


Impôt sur les sociétés
 En vertu des dispositions de l’article 10 du CGI, les dotations aux provisions sont
constituées en vue de faire face soit à la dépréciation des éléments de l'actif, soit à
des charges ou des pertes non encore réalisées et que des évènements en cours
rendent probables. Les charges et les pertes doivent être nettement précisées quant
à leur nature et doivent permettre une évaluation approximative de leur montant.

 Le rapport de la revue fiscale limitée conclut que certaines provisions constatées


par la société ne remplissent pas les conditions de déductibilité fiscale et peuvent,
par conséquent, être rappelées en cas de contrôle fiscal. Il s’agit, principalement,
des provisions suivantes :
Provisions
constatées
- Prouvions pour dépréciation des stocks : La société a pour pratique de
provisionner les stocks de matières et fournitures selon des coefficients
statistiques en fonction de la date d’entrée des articles concernés. Cette
pratique n’est pas acceptée fiscalement; les provisions doivent être
individualisées et précisées quant à leur nature et montant.

- Provision pour investissements : La provision constatée n’a pas été


utilisée dans les conditions fixées par la loi et de ce fait, peut être rappelée
en cas de contrôle.

 Nous avons extrapolé ce risque fiscal sur l’exercice 2007 en fonction des données
comptabilisées.
 D’après le rapport de la revue fiscale limitée, la société constate en charges des
Situations non
provisions pour litiges en cours au niveau du tribunal.
chiffrées : Provisions
pour dommage
personnel  Nous n’avons pas pu connaître le sort de ces litiges et nous n’avons pas pu chiffrer
le risque fiscal y affèrent.
 L’Administration fiscale dispose du droit de regard sur les prix pratiqués par les
sociétés d’un même groupe dans le cadre d’opérations intra-groupe

 L’appréciation de ces prix se base ou bien sur la comparaison avec des entreprises
Risque de du même secteur ou bien sur la base d’informations dont dispose l’administration
rectification des prix fiscale.
relatifs aux
transactions entre la
société ABC et les  Ainsi, le Chiffre d’affaires ou le résultat peuvent être rectifiés par l’Administration
autres sociétés du Fiscale sur la base des prix retenus par celle-ci.
groupe

 Nous ne disposons pas d’éléments pour chiffrer ce risque. Le management de ABC


confirme que les prix pratiqués sont des prix de marché.

14
Audit Fiscal Rapport de Stage

Risques fiscaux Commentaires


Impôt sur le revenu
 La société accorde à son personnel un certain nombre d’indemnités qu’elle
considère non imposables à l’IR.
 Ces indemnités doivent respecter certaines conditions pour être exonérées:
- être destinées à couvrir des charges effectives liées à la fonction ou
l’emploi du salarié, elles doivent être justifiées
- Elles ne doivent pas couvrir des frais de même nature ou faire double
emploi avec la déduction forfaitaire pour frais professionnels.
Indemnités versées
 Les indemnités qui peuvent présenter un risque sont les suivantes:
aux salariés et non
soumises à l’IR - Aide exceptionnelle de logement
- Indemnité de panier
- Indemnité d’éloignement et de transport
- Indemnité forfaitaire de congé
 L’extrapolation de ce risque sur 2007 est effectuée sur la base des montants réels de
ces indemnités comptabilisées durant cet exercice.

4.4. Synthèse des risques fiscaux actualisés à fin 2008:

• Impôt sur les sociétés :

2002 2003 2004 2005 2006 2007 Total


Provision pour dépréciation des
stocks 100 000 230 000 320 000 350 000 1 000 000
Reprise provision stock - - 100 000 - 230 000 - 320 000 - 650 000
Provision pour dépréciation des
comptes clients 170 000 290 000 290 000 290 000 1 040 000
Reprise provision client - - - 170 000 - 290 000 - 290 000 - 750 000

Réintégration dotations aux


amortissements non déductibles 7 000 000 8 000 000 9 000 000 8 000 000 39 000 000 56 000 000

Produits réalisés non comptabilisés 421 000 - 421 000 -


Total réintégrations 7 000 000 8 000 000 9 270 000 8 671 000 38 669 000 30 000 56 640 000
Résultat déclaré - 1 000 000 - - 800 000 - 20 000 000 17 000 000 - 2 200 000
Déficit reportable - 2 600 000 - - - - - -
Majoration de 15% Article 44 IS 130 435 - - - 2 608 696 - 2 608 696
Nouvelle base 3 530 435 8 000 000 9 270 000 9 471 000 21 277 696 17 030 000 57 048 696
Impôt dû 1 235 652 2 800 000 3 244 500 3 314 850 7 447 193 5 960 500 19 967 043
Impôt payé 250 000 280 000 300 000 320 000 360 000 450 000 1 430 000
Reliquat IS à payer 985 652 2 520 000 2 944 500 2 994 850 7 087 193 5 510 500 18 537 043
Report Crédit CM sur excédent IS
sur CM - - - - - -
Insuffisance d'IS 985 652 2 520 000 2 944 500 2 994 850 7 087 193 5 510 500 18 537 043
Majoration de 15% 441 675 449 228 1 063 079 826 575 2 780 557
Pénalité de 10% 294 450 299 485 708 719 551 050 1 853 704
Mois de retard ( au 31/10/2008) 42 30 18 6
Pénalités de retard 750 848 583 996 956 771 413 288 2 704 902
Total risque fiscal (au 30/10/08) 4 431 473 4 327 558 9 815 763 7 301 413 25 876 206

15
Audit Fiscal Rapport de Stage

• Impôts sur les revenus :

En KDH 2004 2005 2006 2007 Total


Indemnité spéciale 96 000 96 000 96 000 96 000 384 000
Indemnité différentielle de voiture 122 126 247 399 - - 369 525
indemnité de représentation 1 013 013 1 252 367 1 607 100 1 607 100 5 479 580
Aide exceptionnelle au logement 1 721 806 1 335 760 1 682 616 1 682 616 6 422 798
Indemnité d'éloignement et de transport 1 894 548 1 846 157 2 135 347 2 135 347 8 011 397
indemnité forfaitaire de congé 404 981 430 830 469 020 469 020 1 773 851
indemnité de panier 245 566 260 380 293 580 293 580 1 093 106
Total Indemnités 5 498 040 5 468 893 6 283 663 6 283 663 23 534 258
Taux moyen de l'imposition 40% 40% 40% 40%
Brut 9 163 401 9 114 822 10 472 771 10 472 771 39 223 764
IR à verser 3 665 360 3 645 929 4 189 108 4 189 108 15 689 506
Pénalité de 10% 366 536 364 593 418 911 418 911 1 568 951
Majoration de 15% 549 804 546 889 628 366 628 366 2 353 426
Pénalités de retard 989 647 765 645 628 366 377 020 2 760 678
Total risque fiscal (au 30/10/08) 5 571 348 5 323 056 5 864 752 5 613 405 22 372 560

• Synthèse générale des risques fiscaux relevés pour ABC

- Risques chiffrées actualisés à fin 2008 :

Principal Majorations Total

IS 18 537 043,48 7 339 162,74 25 876 206,22


IS RS - - -
TVA - - -
IR 15 689 505,56 6 683 054,67 22 372 560,23
Total 34 226 549,04 14 022 217,41 48 248 766,45

- Risques non chiffrés : opérations intragroupe

16
Audit Fiscal Rapport de Stage

Conclusion :
La réussite d’une mission de revue fiscale nécessite l’adoption d’une démarche rigoureuse alliant à la fois la
maîtrise de la réglementation fiscale en vigueur, une bonne connaissance des spécificités fiscales de l’entreprise
et des outils d’analyse adaptées.

Le fiscaliste doit faire preuve de beaucoup de vigilance pour appréhender l’ensemble des aspects fiscaux
significatifs de la société, il doit veiller à bien argumenter ses positions et doit, in fine, couronner son travail par
des propositions pertinentes à même de garantir à la société une meilleure gestion fiscale.

17