Vous êtes sur la page 1sur 13

TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 1/13

Corrigé Exercice 1 : MINI-COMPRESSEUR.

Question 1 : Ecrire le ou les CIR qui sera ou seront utilisés.

La bielle 3 a un mouvement quelconque par rapport au bâti 1. Donc il faudra sûrement déterminer le
CIR de 3/1 : I3 / 1 .

Question 2 : Donner le cheminement pour déterminer graphiquement la vitesse du piston par rapport au
bâti : VB4 / 1 . (NB : Cette question ne sera jamais demandée aux concours).

Méthode réfléchie (à réaliser au brouillon) :


I3 / 1  ( V
 A2 / 1 )  OA
VB4 / 1  VB3 / 1  
VA3 / 1  VA2 / 1 sens donné par  2 / 1

 VA2 / 1   2 / 1 . OA

Question 3 : Appliquer cette démarche et déterminer graphiquement, dans la position donnée, cette vitesse.
(Justifier les différentes étapes de la construction).

Explications des différentes étapes de construction (à réaliser sur feuille de copie) :


1) On trace le vecteur vitesse connu : V A2 / 1 .
Le mouvement de 2/1 est une rotation de centre O, donc :
- ( VA2 / 1 )  OA ,
- sens donné par  2 / 1 ,
- VA2 / 1   2 / 1 . OA  4.0,025  0,1 m / s .

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point A, on obtient


V A3 / 1  V A3 / 2  V A2 / 1  V A2 / 1 , car A centre de la rotation de 3/2 (donc V A2 / 3  0 ).

3) Tous les centres de rotation sont aussi des Centres Instantanés de Rotation donc : O  I2 / 1
A  I3 / 2
B  I4 / 3
Le mouvement de 4/1 est une translation rectiligne de direction x 1 , donc I4 / 1 est à l’infini
perpendiculairement à x 1 .
Ainsi, selon le théorème des 3 plans glissants, nous avons I3 / 1  (I2 / 1I3 / 2 )  (I4 / 1I4 / 3 )  (OA)  (B, y1) .
Connaissant I3 / 1 et VA3 / 1  VA2 / 1 , on détermine VB3 / 1  VB4 / 1 par la répartition linéaire des vitesses.

On mesure 1,8 cm pour VB4 / 1 , soit compte tenu de l’échelle : VB4 / 1  8,1 cm / s .

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 2/13

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 3/13

Corrigé Exercice 2 : PRESSE À GENOUILLÈRE.

Question 1 : Ecrire le ou les CIR qui sera ou seront utilisés.

2 pièces ont un mouvement quelconque par rapport au bâti 0 : la bielle 2 et la biellette 4. Donc il
faudra sûrement déterminer le CIR de 2/0 : I2 / 0 et le CIR de 4/0 : I4 / 0 .

Question 2 : Donner le cheminement pour déterminer graphiquement la vitesse du coulisseau par rapport
au bâti : VD5 / 0 . (NB : Cette question ne sera jamais demandée aux concours).

Méthode réfléchie (à réaliser au brouillon) :


I4 / 0
VD5 / 0  VD4 / 0  ( V
 I2 / 0
 A1 / 0 )  OA
VB4 / 0  VB2 / 0  
VA2 / 0  VA1/ 0 sens donné par 1 / 0

 VA1/ 0  1 / 0 . OA

Question 3 : Appliquer cette démarche et déterminer graphiquement, dans la position donnée, cette vitesse.
(Justifier les différentes étapes de la construction).

Explications des différentes étapes de construction (à réaliser sur feuille de copie) :


1) On trace le vecteur vitesse connu : V A1/ 0 .
Le mouvement de 1/0 est une rotation de centre O, donc :
- ( VA1 / 0 )  OA ,
- sens donné par 1 / 0 ,
2.N1 / 0 2.60
- VA1 / 0  1 / 0 . OA  .a  .60  377 mm / s .
60 60

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point A, on obtient


V A1/ 0  V A1/ 2  V A2 / 0  V A2 / 0 , car A centre de la rotation de 2/1 (donc V A1/ 2  0 ).

3) Tous les centres de rotation sont aussi des Centres Instantanés de Rotation donc : O  I1 / 0
A  I2 / 1
B  I3 / 2  I4 / 2  I4 / 3
C  I3 / 0
D  I5 / 4
Le mouvement de 5/0 est une translation rectiligne de direction y , donc I5/ 0 est à l’infini perpendiculairement à y .
Ainsi, selon le théorème des 3 plans glissants, nous avons : I2 / 0  (I1 / 0I2 / 1 )  (I3 / 0I3 / 2 )  (OA )  (BC) ,
I4 / 0  (I3 / 0I4 / 3 )  (I5 / 0I5 / 4 )  (BC)  (D, x ) .
Connaissant I2/ 0 et VA2 / 0  VA1 / 0 , on détermine VB2 / 0  VB4 / 0 par la répartition linéaire des vitesses.
Connaissant I4/ 0 et VB4 / 0  VB2 / 0 , on détermine VD4 / 0  VD5 / 0 par la répartition linéaire des vitesses.

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 4/13

On mesure 1,2 cm pour VD5 / 0 , soit compte tenu de l’échelle : VD5 / 0  23 cm / s .

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 5/13

Corrigé Exercice 3 : BATTEUR À HOULE.

Question 1 : Ecrire le ou les CIR qui sera ou seront utilisés.

2 pièces ont un mouvement quelconque par rapport au bâti 0 : la bielle 2 et la pale 4. Donc il faudra
sûrement déterminer le CIR de 2/0 : I2 / 0 et le CIR de 4/0 : I4 / 0 .

Question 2 : Donner le cheminement pour déterminer graphiquement la vitesse en K de la pale 4 par


rapport au bâti 0 : VK4 / 0 . (NB : Cette question ne sera jamais demandée aux concours).

Méthode réfléchie (à réaliser au brouillon) :


I4 / 0
VK4 / 0 
VD4 / 0  VD3 / 0 C
 I2 / 0
VB3 / 0  VB2 / 0 
VA2 / 0  VA1/ 0
 ( V
 A1 / 0 )  OA

sens donné par 1 / 0

 VA1/ 0  1 / 0 . OA

Question 3 : Appliquer cette démarche et déterminer graphiquement, dans la position donnée, cette vitesse.
(Justifier les différentes étapes de la construction).

Explications des différentes étapes de construction (à réaliser sur feuille de copie) :


1) On trace le vecteur vitesse connu : V A1/ 0 .
Le mouvement de 1/0 est une rotation de centre O, donc :
- ( VA1 / 0 )  OA ,
- sens donné par 1 / 0 ,
- VA1 / 0  1 / 0 . OA  7.0,1  0,7 m / s .

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point A, on obtient


V A1/ 0  V A1/ 2  V A2 / 0  V A2 / 0 , car A centre de la rotation de 2/1 (donc V A1/ 2  0 ).

3) Tous les centres de rotation sont aussi des Centres Instantanés de Rotation donc : O  I1 / 0 A  I2 / 1
B  I3 / 2 C  I3 / 0
D  I4 / 3 E  I5 / 4
F  I5 / 0

Ainsi, selon le théorème des 3 plans glissants, nous avons : I2 / 0  (I1 / 0I2 / 1 )  (I3 / 0I3 / 2 )  (OA )  (BC) ,
I4 / 0  (I3 / 0I4 / 3 )  (I5 / 0I5 / 4 )  (CD)  (EF) .
Connaissant I2/ 0 et VA2 / 0  VA1 / 0 , on détermine VB2 / 0  VB3 / 0 par la répartition linéaire des vitesses.

Connaissant C et VB3 / 0  VB2 / 0 , on détermine VD3 / 0  VD4 / 0 par la répartition linéaire des vitesses.
Connaissant I4/ 0 et VD4 / 0  VD3 / 0 , on détermine VK4 / 0 par la répartition linéaire des vitesses.

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 6/13

On mesure 2 cm pour VK4 / 0 , soit compte tenu de l’échelle : VK4 / 0  1 m / s .

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 7/13

Corrigé Exercice 4 : PRESSE À 2 EXCENTRIQUES.

Question 1 : Ecrire le ou les CIR qui sera ou seront utilisés.


4 pièces ont un mouvement quelconque par rapport au bâti 1 : les bielles 5, 6, 7 et 8. Donc il faudra
sûrement déterminer les CIR : I5 / 1 , I6 / 1 , I7 / 1 et I8 / 1 .

Question 2 : Donner le cheminement pour déterminer graphiquement la vitesse du piston par rapport au
bâti : VH9 / 1 . (NB : Cette question ne sera jamais demandée aux concours).

Méthode réfléchie (à réaliser au brouillon) :


I8 / 1
VH9 / 1  VH8 / 1  I7 / 1
VF8 / 1  VF7 / 1  ( V
 I6 / 1  B2 / 1 )  AB
VE7 / 1  VE6 / 1  
VB6 / 1  VB2 / 1 sens donné par  2 / 1

 VB2 / 1   2 / 1 . AB

Question 3 : Appliquer cette démarche et déterminer graphiquement, dans la position donnée, cette vitesse.
(Justifier les différentes étapes de la construction).
Explications des différentes étapes de construction (à réaliser sur feuille de copie) :
1) On trace le vecteur vitesse connu : VB2 / 1 .
Le mouvement de 2/1 est une rotation de centre A, donc :
- ( VB2 / 1 )  AB ,
- sens donné par  2 / 1 ,
2.N2 / 1 2.60
- VB2 / 1   2 / 1 . AB  .60  .60  377 mm / s .
60 60

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point B, on obtient


VB6 / 1  VB6 / 2  VB2 / 1  VB2 / 1 , car B centre de la rotation de 6/2 (donc VB6 / 2  0 ).

3) Tous les centres de rotation sont aussi des Centres Instantanés de Rotation donc : A  I2 / 1 B  I6 / 2 C  I3 / 1
D  I5 / 3 G  I4 / 1 H  I9 / 8
E  I6 / 5  I7 / 5  I7 / 6
F  I7 / 4  I8 / 4  I8 / 7

Tout point de roulement sans glissement est aussi un Centre Instantané de Rotation donc : I  I3 / 2 .
Le mouvement de 9/1 est une translation rectiligne de direction y , donc I9/ 1 est à l’infini perpendiculairement à y .
Selon le th. des 3 plans glissants, nous avons immédiatement : I5 / 2  (I6 / 2I6 / 5 )  (I3 / 2I5 / 3 )  (BE)  (ID)
I5 / 1  (I2 / 1I5 / 2 )  (I3 / 1I5 / 3 )  ( AI25 )  (CD)

Ainsi, à l’aide de ces 2 CIR intermédiaires, nous pouvons obtenir : I6 / 1  (I2 / 1I6 / 2 )  (I5 / 1I6 / 5 )  ( AB)  (I5 / 1E)
I7 / 1  (I4 / 1I7 / 4 )  (I5 / 1I7 / 5 )  (GF)  (I5 / 1E)
D’autre part, I8 / 1  (I4 / 1I8 / 4 )  (I9 / 1I9 / 8 )  (GF)  (H, x )

Connaissant I6 / 1 et VB6 / 1  VB2 / 1 , on détermine VE6 / 1  VE7 / 1 par la répartition linéaire des vitesses.
Connaissant I7/1 et VE7 / 1  VE6 / 1 , on détermine VF7 / 1  VF8 / 1 par la répartition linéaire des vitesses.

Connaissant I8/1 et VF8 / 1  VF7 / 1 , on détermine VH8 / 1  VH9 / 1 par la répartition linéaire des vitesses.

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 8/13

Corrigé Exercice 5 : MINI-COMPRESSEUR.

La bielle 3 a un mouvement quelconque par rapport au bâti 1. Donc il faudra sûrement appliquer le
théorème de l’équiprojectivité entre A et B dans leur mouvement de 3/1 : VA 3 / 1.AB  VB3 / 1.AB .

Méthode réfléchie (à réaliser au brouillon) :


 ( V
 A2 / 1 )  OA
VB4 / 1  VB3 / 1 VB3 / 1.BA  VA 3 / 1.BA

II II sens donné par  2 / 1
VB4 / 1 
VA2 / 1  VA2 / 1   2 / 1 . OA

// x

Explications des différentes étapes de construction (à réaliser sur feuille de copie) :


1) On trace le vecteur vitesse connu : V A2 / 1 .
Le mouvement de 2/1 est une rotation de centre O, donc :
- ( VA2 / 1 )  OA ,
- sens donné par  2 / 1 ,
- VA2 / 1   2 / 1 . OA  4.0,025  0,1 m / s .

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point A, on obtient


V A3 / 1  V A3 / 2  V A2 / 1  V A2 / 1 , car A centre de la rotation de 3/2 (donc V A2 / 3  0 ).

3) Le mouvement de 4/1 est une translation rectiligne de direction x 1 , donc VB4 / 1 // x 1 .


Connaissant ( VB3 / 1 )  ( VB4 / 1 ) et VA3 / 1  VA2 / 1 , on détermine VB4 / 1  VB3 / 1 en appliquant
le théorème de l’équiprojectivité entre A et B dans leur mouvement de 3/1 : VA 3 / 1.AB  VB3 / 1.AB .

On mesure 1,8 cm pour VB4 / 1 , soit compte tenu de l’échelle : VB4 / 1  8,1 cm / s .

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 9/13

Corrigé Exercice 6 : PRESSE À GENOUILLÈRE.

2 pièces ont un mouvement quelconque par rapport au bâti 0 : la bielle 2 et la biellette 4. Donc il
faudra sûrement appliquer le théorème de l’équiprojectivité :
- entre A et B dans leur mouvement de 2/0 : VA 2 / 0 .AB  VB2 / 0 .AB ,
- entre B et D dans leur mouvement de 4/0 : VB4 / 0 .BD  VD4 / 0 .BD .

Méthode réfléchie (à réaliser au brouillon) :

VD5 / 0  VD4 / 0 VD4 / 0 .DB  VB4 / 0 .DB VB2 / 0 .BA  VA2 / 0 .BA
II II II II

VD5 / 0 VB2 / 0 VB3 / 0 VA1/ 0


//(CD)  (CB)

 ( V
 A1 / 0 )  OA

sens donné par 1 / 0

 VA1/ 0  1 / 0 . OA

Explications des différentes étapes de construction (à réaliser sur feuille de copie) :


1) On trace le vecteur vitesse connu : V A1/ 0 .
Le mouvement de 1/0 est une rotation de centre O, donc :
- ( VA1 / 0 )  OA ,
- sens donné par 1 / 0 ,
2.N1 / 0 2.60
- VA1 / 0  1 / 0 . OA  .a  .60  377 mm / s .
60 60

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point A, on obtient


V A1/ 0  V A1/ 2  V A2 / 0  V A2 / 0 , car A centre de la rotation de 2/1 (donc V A1/ 2  0 ).

3) Le mouvement de 3/0 est une rotation de centre C, donc VB3 / 0  CB .


Connaissant ( VB2 / 0 )  ( VB3 / 0 ) et V A2 / 0  V A1/ 0 , on détermine VB4 / 0  VB2 / 0 en appliquant
le théorème de l’équiprojectivité entre A et B dans leur mouvement de 2/0 : VA 2 / 0 .AB  VB2 / 0 .AB .

4) Le mouvement de 5/0 est une translation rectiligne de direction y , donc VD5 / 0 // y .

Connaissant ( VD4 / 0 )  ( VD5 / 0 ) et VB4 / 0  VB2 / 0 , on détermine VD5 / 0  VD4 / 0 en appliquant


le théorème de l’équiprojectivité entre B et D dans leur mouvement de 4/0 : VB4 / 0 .BD  VD4 / 0 .BD .

On mesure 1,2 cm pour VD5 / 0 , soit compte tenu de l’échelle : VD5 / 0  23 cm / s .

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 10/13

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 11/13

Corrigé Exercice 7 : BATTEUR À HOULE.

2 pièces ont un mouvement quelconque par rapport au bâti 0 : la bielle 2 et la pale 4. Donc il faudra
sûrement appliquer le théorème de l’équiprojectivité :
- entre A et B dans leur mouvement de 2/0 : VA 2 / 0 .AB  VB2 / 0 .AB ,
- entre D, E et K dans leur mouvement de 4/0 : VD4 / 0 .DE  VE4 / 0 .DE .

Méthode réfléchie (à réaliser au brouillon) :


VE4 / 0 .ED  VD4 / 0 .ED
II II
VK4 / 0 .KE  VE4 / 0 .KE
VK4 / 0 VE5 / 0 VD3 / 0
VB2 / 0 .BA  VA2 / 0 .BA
 (FE)
C II II
VK4 / 0 .KD  VD4 / 0 .KD  VB3 / 0 VA1/ 0
II VB3 / 0  VB2 / 0
VD3 / 0  (CB)

 ( V
 A1 / 0 )  OA

sens donné par 1 / 0

 VA1/ 0  1 / 0 . OA

Explications des différentes étapes de construction (à réaliser sur feuille de copie) :
1) On trace le vecteur vitesse connu : V A1/ 0 .
Le mouvement de 1/0 est une rotation de centre O, donc :
- ( VA1 / 0 )  OA ,
- sens donné par 1 / 0 ,
- VA1 / 0  1 / 0 . OA  7.0,1  0,7 m / s .

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point A, on obtient


V A1/ 0  V A1/ 2  V A2 / 0  V A2 / 0 , car A centre de la rotation de 2/1 (donc V A1/ 2  0 ).

3) Le mouvement de 3/0 est une rotation de centre C, donc VB3 / 0  CB .


Connaissant ( VB2 / 0 )  ( VB3 / 0 ) et V A2 / 0  V A1/ 0 , on détermine VB3 / 0  VB2 / 0 en appliquant

le théorème de l’équiprojectivité entre A et B dans leur mouvement de 2/0 : VA 2 / 0 .AB  VB2 / 0 .AB .

4) Comme le mouvement de 3/0 est une rotation de centre C, et connaissant VB3 / 0 , on obtient VD3 / 0
par la répartition linéaire de la vitesse des points d’un solide en rotation.

5) Le mouvement de 5/0 est une rotation de centre F, donc VE5 / 0  FE .


Connaissant ( VE4 / 0 )  ( VE5 / 0 ) et VD4 / 0  VD3 / 0 , on détermine VE4 / 0 en appliquant le
théorème de l’équiprojectivité entre D et E dans leur mouvement de 4/0 : VD4 / 0 .DE  VE4 / 0 .DE .

6) Connaissant VD4 / 0  VD3 / 0 et VE4 / 0 , on détermine VK4 / 0 en appliquant 2 fois le théorème de


l’équiprojectivité d’abord entre D et K, puis entre E et K dans leur mouvement de 4/0 :
VD4 / 0 .DK  VK4 / 0 .DK et VE4 / 0 .EK  VK4 / 0 .EK .

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 12/13

On mesure 2 cm pour VK4 / 0 , soit compte tenu de l’échelle : VK4 / 0  1 m / s .

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010


TD 12 corrigé - Cinématique graphique - CIR et équiprojectivité Page 13/13

Corrigé Exercice 8 : PRESSE À 2 EXCENTRIQUES.

4 pièces ont un mouvement quelconque par rapport au bâti 1 : les bielles 5, 6, 7 et 8. Donc il faudra
sûrement appliquer le théorème de l’équiprojectivité :
- entre D et E dans leur mouvement de 5/1 : VD5 / 1.DE  VE5 / 1.DE ,
- entre B et E dans leur mouvement de 6/1 : VB6 / 1.BE  VE6 / 1.BE ,

- entre E et F dans leur mouvement de 7/1 : VE7 / 1.EF  VF7 / 1.EF ,


- entre F et H dans leur mouvement de 8/1 : VF8 / 1.FH  VH8 / 1.FH .

Méthode réfléchie (à réaliser au brouillon) :


VE5 / 1.ED  VD5 / 1.ED ( V
VH9 / 1  VH8 / 1 VH8 / 1.HF  VF8 / 1.HF  D3 / 1 )  CD
II

II II VD3 / 1 sens donné par  3 / 1
VH9 / 1 VF7 / 1 
 VD3 / 1   3 / 1 . CD

// y
VF7 / 1.FE  VE7 / 1.FE VE6 / 1.EB  VB6 / 1.EB
 ( V
II II II
 B2 / 1 )  AB
VB2 / 1 
VF4 / 1 VE5 / 1  VE6 / 1 sens donné par  2 / 1

 (GF)  VB2 / 1   2 / 1 . AB

Explications des différentes étapes de construction (à réaliser sur feuille de copie) :
1) On trace les vecteurs vitesses connus : VB2 / 1 et VD3 / 1 .
Le mouvement de 2/1 est une rotation de centre A, donc :
- ( VB2 / 1 )  AB ,
- sens donné par  2 / 1 ,
2.N2 / 1 2.60
- VB2 / 1   2 / 1 . AB  2 / 1. AB  .60  .60  377 mm / s .
60 60
Le mouvement de 3/1 est une rotation de centre C, donc :
- ( VD3 / 1 )  CD ,
- sens donné par 3 / 1 ,
2.N3 / 1 2.60
- VD3 / 1  3 / 1 . CD  3 / 1. CD  .40  .40  251 mm / s .
60 60

2) En utilisant la composition des vecteurs vitesses au point B, on obtient


VB6 / 1  VB6 / 2  VB2 / 1  VB2 / 1 , car B centre de la rotation de 6/2 (donc VB6 / 2  0 ).

3) Connaissant VB6 / 1  VB2 / 1 et VD5 / 1  VD3 / 1 , on détermine VE6 / 1  VE5 / 1 en appliquant 2


fois le théorème de l’équiprojectivité d’abord entre B et E dans leur mouvement de 6/1, puis entre C et E
dans leur mouvement de 5/1 : VB6 / 1.BE  VE6 / 1.BE et VC5 / 1.CE  VE5 / 1.CE .

4) Le mouvement de 4/1 est une rotation de centre G, donc VF4 / 1  GF .


Connaissant ( VF7 / 1 )  ( VF4 / 1 ) et VE7 / 1  VE5 / 1 , on détermine VF8 / 1  VF7 / 1 en appliquant

le théorème de l’équiprojectivité entre E et F dans leur mouvement de 7/1 : VE7 / 1.EF  VF7 / 1.EF .

5) Le mouvement de 9/1 est une translation rectiligne de direction y , donc VH9 / 1 // y .


Connaissant ( VH8 / 1 )  ( VH9 / 1 ) et VF8 / 1  VF7 / 1 , on détermine VH9 / 1  VH8 / 1 en appliquant

le théorème de l’équiprojectivité entre F et H dans leur mouvement de 8/1 : VF8 / 1.FH  VH8 / 1.FH .

MPSI-PCSI Sciences Industrielles pour l’Ingénieur S. Génouël 24/11/2010