Vous êtes sur la page 1sur 32
Centre Collaborateur de l’OMS pour la Recherche en Epidémiologie et la Réponse aux Maladies Emergentes

Centre Collaborateur de l’OMS pour la Recherche en Epidémiologie et la Réponse aux Maladies Emergentes

TELEPHONE:

00 33 (0)1 40 21 28 48

FAX:

00 33 (0)1 40 21 28 03

E-MAIL:

EPIMAIL@EPICENTRE.MSF.ORG

WEB:

HTTP://WWW.EPICENTRE.MSF.ORG

ASSOCIATION LOI 1901.

Enquête nutritionnelle chez les enfants âgés de 6 à 59 mois, N’Djamena, Tchad

Jonathan Polonsky

Septembre 2010

Juillet 2010

Version:

29 septembre 2010

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

2

Table des matières

Table des matières

2

Liste des tableaux

3

Liste des figures

3

Remerciements

4

Résumé

5

Liste des abréviations

7

1 Contexte

8

2 Objectifs

9

2.1 Objectif général

9

2.2 Objectifs spécifiques

9

3 Méthodologie

10

3.1 Approche générale

10

3.2 Echantillonnage et population cible

10

3.3 Formation et supervision des enquêteurs

11

3.4 Sélection des ménages à visiter et les enfants à mesurer

11

3.5 Collecte des données

11

3.6 Cas particulier

12

3.7 Saisie et analyse des données

12

3.8 Ethique

12

4 Résultats

13

4.1 Description de l’échantillon

13

4.2 Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois d’après les standards

OMS, 2006

13

5 Discussion

15

6 Conclusion

17

7 Recommandations

17

Annexes

18

Annexe 1

Résultats d’après les références NCHS, 1977

18

Annexe 2

Cartes des arrondissements de la ville de N’Djamena

19

Annexe 3

Listes des grappes tirées au sort

22

Annexe 4

Questionnaire

23

Annexe 5

Calendrier des événements

24

Annexe 6

Guide des enquêteurs

25

2

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

3

Liste des tableaux

Tableau 1 :

(source: recensement 2009)

Tableau 2 :

Distribution de la population en arrondissement de N’Djamena, Tchad, août 2010

10

Distribution de l’échantillon anthropométrique de la ville de N’Djamena selon l’âge et le

sexe pour les enfants âgés de 6 à 59 mois, Tchad, août 2010

13

Tableau 3 :

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de

N’Djamena, selon l’indice P/T en z-score (et/ou œdèmes), par sexe, Tchad, août 2010

13

Tableau 4 :

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de

N’Djamena, selon l’indice P/T en z-score (et/ou œdèmes), par classe d’âge, Tchad, août 2010

14

Tableau 5 :

Distribution de la malnutrition aiguë et des œdèmes pour les enfants âgés de 6 à 59 mois

de la ville de N’Djamena, selon l’indice P/T en z-scores, Tchad, août 2010

14

Tableau 6 :

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de

N’Djamena, selon le périmètre brachial, Tchad, août 2010

14

Tableau 7 :

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de

N’Djamena, selon l’indice P/T en z-score (et/ou œdèmes), par sexe, Tchad, août 2010

18

Tableau 8 :

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de

N’Djamena, selon l’indice P/T en z-score (et/ou œdèmes), par classe d’âge, Tchad, août 2010

18

Tableau 9 :

Distribution de la malnutrition aiguë et des œdèmes pour les enfants âgés de 6 à 59 mois

de la ville de N’Djamena, selon l’indice P/T en z-scores, Tchad, août 2010

18

Liste des figures

Figure 1 :

N’Djamena, Tchad (UNDP, mars 2009)

8

3

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

4

Remerciements

Je remercie tous ceux qui ont contribué au bon déroulement de cette enquête en France et au Tchad.

Je remercie sincèrement les autorités de la République du Tchad de nous avoir donné l’autorisation de réaliser cette enquête, et les populations de N’Djamena pour leur accueil et leur participation à cette enquête.

J’aimerais particulièrement remercier toute l’équipe de Médecins Sans Frontières France à N’Djamena pour son accueil chaleureux et son aide sans faille – Salha Issoufou, Pennie Verseau, Sandrine Sabatier et Toe Jackson.

Je suis tout spécialement reconnaissant envers l’équipe d’enquêteurs pour leur enthousiasme, leur rigueur et leur ardeur au travail qui a permis à cette enquête d’avoir eu lieu.

Je remercie enfin les collègues d’Epicentre pour leur support durant les différentes phases de l’enquête.

4

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

5

Résumé

Contexte N’Djamena est la capitale de la République du Tchad, un des pays le plus pauvre du monde et régulièrement en proie à l’insécurité alimentaire et aux crises nutritionnelles. En 2010, N’Djamena a été affectée par une épidémie de rougeole. En réponse à cette dernière, le Ministère de la Santé Publique du Tchad (MSP) a réalisé une campagne de vaccination de masse, avec le soutien des centres opérationnels des sections de Médecins Sans Frontières (MSF) basées à Paris (OCP), à Amsterdam (OCA) et à Genève (OCG). Les épidémies de rougeole peuvent être associées à une augmentation de la prévalence de la malnutrition aigüe. MSF-OCP, préparé à ce phénomène, a apporté son aide au MSP en prenant en charge des enfants malnutris par le soutien apporte à un Centre Nutritionnel Thérapeutique Hospitalier (CNTH) et cinq Centres Nutritionnel Thérapeutique Ambulatoire (CNTA). Les CNTA prennent en charge les enfants souffrant de Malnutrition Aigüe Sévère (MAS) sans complications. Entre le début du projet jusqu’à fin Juillet 2010, 3249 enfants malnutris ont été pris en charge par MSF-OCP. Fin 2008, Action Contre la Faim (ACF) avait fait une série d’enquêtes nutritionnelles à N’Djamena, rapportant des prévalences de MAS entre 1,6% et 2,8% (OMS 2006), et de Malnutrition Aigüe Globale (MAG) entre 7,7% et 10,8% (OMS 2006). Aucune autre évaluation de ce type n’avait été effectuée à N’Djamena depuis cette celle-ci. Dans ce contexte, MSF-OCP a demandé à Epicentre de faire une enquête nutritionnelle dans la ville de N’Djamena, afin d’améliorer son analyse de la situation et afin de décider la suite à donner au projet.

Méthodologie Une enquête transversale en grappe à deux degrés a été réalisée, dans les dix arrondissements de la ville de N’Djamena, correspondant à une population estimée à 993 492 personnes selon les chiffres du dernier recensement en 2009. Cette enquête a été effectuée à partir d'un échantillon représentatif de la population cible calculé à l’aide du logiciel « ENA Delta ». Une taille d’échantillon de 912 enfants a été estimée nécessaire pour l’enquête anthropométrique.

Principaux résultats

Référence: Standards OMS 2006

Population cible

N

%

IC 95%

Malnutrition aiguë globale (MAG) (<-2 z-scores et/ou œdèmes) Malnutrition aiguë sévère (MAS) (<-3 z-scores et/ou œdèmes)

 

918

13,3

11,0 – 15,9 2,3 – 4,6

6 - 59 mois 6 - 59 mois

918

3,3

Référence: NCHS 1977

Population cible

N

%

IC 95%

MAG (<-2 z-scores et/ou œdèmes) MAS (<-3 z-scores et/ou œdèmes)

6 - 59 mois 6 - 59 mois

922

12,6

10,3 - 15,3 1,5 – 3,5

922

2,3

Périmètre brachial

Population cible

N

%

IC 95%

MAG (PB<125mm)

6 - 59 mois 6 - 59 mois

925

7,5

5,7 – 9,7 2,3 - 4,8

MAS (PB<115mm)

925

3,4

5

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

6

Conclusion Les résultats de l’enquête ont montré que la situation nutritionnelle pouvait être qualifiée d’alarmante. La prévalence de la MAS (selon les normes OMS 2006 et NCHS 1977) était en dessous du seuil d’urgence, et pouvait être qualifiée de précaire. Cependant, la MAG restait alarmante, à peu près au seuil d’urgence. Ce contexte requiert de poursuivre et renforcer les différentes activités du programme nutritionnel mis en place par MSF. Les prévalences du MAG et MAS sont au-dessus des seuils d'urgence pour les enfants de moins de deux ans, mais en dessous de ces seuils pour les enfants plus âgés. Cette constatation pourrait avoir des répercussions opérationnelles pour MSF OCP.

Recommandations Les résultats de cette enquête montrent que la priorité est de continuer de réduire la prévalence de malnutrition et ce, au moins jusqu’à la fin de la période de soudure (octobre/novembre 2010), en suivant les recommandations suivantes :

1. Continuer de prendre en charge les enfants souffrant de MAS ;

2. Focaliser les activités sur les enfants de moins de 2 ans, parmi lesquels la prévalence de la malnutrition est au-dessus des seuils d'urgence ;

3. Considérer de mettre en place un programme nutritionnel de supplémentassions pour les enfants souffrant de MAM ;

4. Envisager la reconduction de ce type d’enquête après la période de soudure.

6

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

7

Liste des abréviations

ACF :

Action Contre la Faim

CNTA :

Centre Nutritionnelle Thérapeutique Ambulatoire

CNTH :

Centre Nutritionnelle Thérapeutique Hospitalier

EDS :

Enquête Démographique et de Santé

ENA:

Emergency Nutrition Assessment

ERN :

Evaluation Rapide Nutritionnelle

IC:

Intervalle de Confiance

MAG :

Malnutrition Aiguë Globale

MAM :

Malnutrition Aiguë Modérée

MAS :

Malnutrition Aiguë Sévère

MSF :

Médecins Sans Frontières

OCA :

Centre Opérationnel basé à Amsterdam

OCG :

Centre Opérationnel basé à Genève

OCP :

Centre Opérationnel basé à Paris

MSP :

Ministère de la Santé Publique

NCHS:

National Center for Health Statistics

OMS :

Organisation Mondiale de la Santé

ONG :

Organisation Non Gouvernementale

OR :

Odds Ratio

PB :

Périmètre Brachial

P/T :

Poids pour Taille

TMB :

Taux Brut de Mortalité

TMU5 :

Taux de Mortalité des enfants de moins de 5 ans

7

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

8

1

Contexte

N’Djamena est la capitale de la République du Tchad, un des pays le plus pauvre du monde et régulièrement en proie à l’insécurité alimentaire et aux crises nutritionnelles. Elle est située situé à l’est de la frontière camerounaise (Figure 1). Selon les chiffres du dernier recensement officiel de 2009, la ville était peuplée de 993 492 habitants 1 .

Figure 1 :

N’Djamena, Tchad (UNDP, mars 2009)

peuplée de 993 492 habitants 1 . Figure 1 : N’Djamena, Tchad (UNDP, mars 2009) 1

1 Source: Recensement 2009

8

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

9

En 2010, N’Djamena a été affectée par une épidémie de rougeole. En réponse à cette dernière, le Ministère de la Santé Publique du Tchad (MSP) a effectué une campagne de vaccination de masse, avec le soutien des centres opérationnels des sections basées à Paris (OCP), à Amsterdam (OCA) et à Genève (OCG) de Médecins Sans Frontières (MSF). Les épidémies de rougeole peuvent être associées à une augmentation de la prévalence de la malnutrition aigüe, comme l’a illustré une précédente épidémie de rougeole à N’Djamena en 2005 2 . MSF OCP, préparé à ce phénomène, a apporté son aide au MSP en prenant en charge des enfants malnutris, par le soutien apporte à un Centre Nutritionnel Thérapeutique Hospitalier (CNTH) et cinq Centres Nutritionnel Thérapeutique Ambulatoire (CNTA). Le CNTH prend en charge les enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère (MAS) avec complications. Les CNTA prennent en charge les enfants souffrant de MAS sans complications. Entre le début du projet jusqu’à fin Juillet 2010, 3249 enfants malnutris ont été pris en charge par MSF OCP. Fin 2008, Action Contre la Faim (ACF) avait fait une série d’enquêtes nutritionnelles à N’Djamena, rapportant des prévalences de MAS entre 1,6% et 2,8% (OMS 2006), et de Malnutrition Aigüe Globale (MAG) entre 7,7% et 10,8% (OMS 2006), mesurés par Poids pour Taille (P/T) en Z-score 34 . En 2010, lors de la réponse à l’épidémie de rougeole, des évaluations rapides nutritionnelles (ERN) ont été organisées par MSF OCP, utilisant la méthode de dépistage au périmètre brachial (PB). Les prévalences de MAS et de MAG étaient elevé 5 . Aucune autre enquête nutritionnelle classique n’avait été effectuée à N’Djamena depuis 2008. Dans ce contexte, MSF OCP a demandé à Epicentre de faire une enquête nutritionnelle dans la ville de N’Djamena, afin d’améliorer son analyse de la situation et afin de décider la suite à donner au projet.

2

Objectifs

2.1 Objectif général

Evaluer le statut nutritionnel des enfants vivant de la ville de N’Djamena au Tchad.

2.2 Objectifs spécifiques

Mesurer la prévalence de la MAG et de la MAS, chez les enfants de 6

à 59 mois,

selon les

indicateurs OMS 2006 et NCHS 1977. Mesurer la prévalence de la MAG et de la MAS au PB, chez les enfants de 6 à 59 mois.

2 Epidémie de rougeole à N’Djamena, Tchad : Janvier – Juillet 2005, Epicentre, 2005

3 Evaluation de la situation nutritionnelle dans la ville de N’Djamena Tchad, Action Contre la Faim, 2008

4 MAS est défini comme poids/taille (WHZ) <-3 z-score et/ou présence d’œdèmes bilatéraux; MAG est défini comme poids/taille (WHZ) <-2 z-score et/ou présence d’œdèmes bilatéraux.

5 Evaluation rapide de la situation nutritionnelle à N’Djamena, fait par MSF-OCP

9

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

10

3

Méthodologie

3.1 Approche générale

L’enquête s’est déroulée dans les 10 arrondissements de N’Djamena (pop. 993 492). Les enfants de moins de 5 ans représentaient 17,3% de la totalité 6 .

Tableau 1 :

Distribution de la population en arrondissement de N’Djamena, Tchad, août 2010 (source:

recensement 2009)

Arrondissement

Population 1

Population <5 ans

1

77817

13462

2

67983

11761

3

41305

7146

4

75096

12992

5

103019

17822

6

47420

8204

7

230905

39947

8

189916

32855

9

78241

13536

10

81790

14150

Total

993492

171874

3.2 Echantillonnage et population cible

Une enquête transversale en grappes à deux degrés a été effectuées, à partir d'un échantillon représentatif de la population cible. Pour une prévalence attendue de la MAS de 5%, une précision de 2% et un effet grappe de 2 une taille d’échantillon de 912 enfants a été estimée nécessaire pour l’enquête au moyen du logiciel « Emergency Nutritional Assessment (ENA) » 7 . La définition du ménage retenue pour l’enquête était celle d’un groupe de personnes « qui partagent le même repas et qui dorment ensemble dans la même concession » 8 . Soixante grappes ont été tirées au sort (Annexe 3). Dans chacune des grappes, les ménages à visiter ont été sélectionnés selon la méthode « EPI transversal » 9 . Dans chaque ménage sélectionné, tous les enfants âgés de 6 - 59 mois ont été mesurés jusqu’à inclure 15 enfants par grappe. Tous les enfants répondant aux critères de sélection dans le dernier ménage visités étaient retenus pour l’enquête, même si ce nombre amenait la grappe à plus de 15 enfants.

6 Enquête Démographique et de Santé (EDS), TCHAD, 2004. Available at http://tinyurl.com/32oooa7

7 Version Delta, juin 7, 2010. Available at www.nutrisurvey.net/ena_delta

8 Cette définition est basée sur l'exposition présumée à un ensemble commun de risques pour le résultat d'intérêt (dans ce cas, la malnutrition).

9 Krebs, C. J. 1999. Ecological Methodology. Menlo Park (CA): Addison Wesley Longman. 2nd ed. p158–198. Author: Krebs, C. J.

C. J. 1999. Ecological Methodology. Menlo Park (CA): Addison Wesley Longman. 2nd ed. p158–198. Author: Krebs,

10

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

11

3.3 Formation et supervision des enquêteurs

Vingt personnes ont été recrutées sur la ville de N’Djamena, elles ont bénéficié d’une formation de trois jours par un épidémiologiste d’Epicentre et portant sur:

- la définition, les signes et la classification de la malnutrition ;

- la prise des mesures anthropométriques ;

- les données à recueillir et le remplissage des formulaires de recueil de données ;

- la méthodologie de sélection des ménages et des enfants ;

- le test de standardisation et les réajustements à l’issue de ce test ;

- l’étude pilote a eu lieu le troisième jour de formation.

Au terme de la formation, 6 équipes de 3 personnes (1 chef d’équipe et 2 mesureurs) ont été constituées. Les deux personnes restantes ont été sélectionnées pour travailler comme superviseurs des équipes avec l’épidémiologiste d’Epicentre. La proximité des arrondissements ont permis d’encadrer chaque équipe individuellement durant les 5 jours de l’enquête et de veiller, ainsi, au respect de la méthodologie de sélection des ménages, des enfants et de la prise des mesures anthropométriques. Chaque équipe devait réaliser deux grappes par jour et les données étaient saisies chaque jour par l’épidémiologiste d’Epicentre. L’ensemble des données a pu être vérifiée à l’aide du logiciel « ENA » 7 .

3.4 Sélection des ménages à visiter et les enfants à mesurer

Pour chaque grappe, un carrefour a été choisi au hasard comme point de départ, en utilisant une grille superposée sur une carte. À ce carrefour, le stylo a été utilisé pour choisir une direction au hasard. Le foyer le plus proche à été inclus dans l’enquête. Le second ménage était sélectionné en prenant la maison la plus proche à droite (dos contre la porte de la maison visitée) et ainsi de suite. S'il y avait plusieurs ménages au sein du foyer, ils ont tous été inclus dans l'échantillon. Dans chaque grappe, un minimum de 15 enfants âgé de 6 et 59 mois ont été inclus.

3.5 Collecte des données

Les données suivantes ont été collectées avec un questionnaire (Annexe 4):

l’âge (exprimé en mois) : il a été relevé à partir de l’acte de naissance, d’une pièce d’état civil ou du

carnet de santé. Cependant, lorsque cette date était inconnue, l’enquêteur l’estimait avec l’aide du parent, en se référant soit sur l’âge d’un enfant de la même promotion qui détenait une pièce contenant l’âge, soit avec le calendrier des évènements élaboré pour les besoins de cette enquête (Annexe 5); le sexe;

le poids (exprimé en kg et à 100g près) : les enfants ont été pesés déshabillés à l’aide d’une balance

de type Salter d’une capacité de 25 kg et graduée au 100 grammes près. Dans chaque ménage, avant le début des mesures, les balances étaient vérifiées et tarées; la taille a été mesurée à l’aide d’une toise graduée à 0,1 cm pour tous les enfants âgés de 6 à 59 mois à l’exception de ceux présentant un handicap aux membres inférieurs. Les enfants mesurant moins de 87 cm ont été mesurés couchés et ceux de 87 cm ou plus l’ont été debout;

le PB (exprimé en mm) : il était mesuré au bras gauche de l’enfant, à mi-hauteur entre l’épaule et le coude, le bras pendant et décontracté;

11

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

12

les œdèmes : la présence d’œdèmes bilatéraux était vérifiée en appuyant avec le pouce sur le dessus des deux pieds en gardant une pression de trois secondes;

3.6 Cas particulier

-

Maison vide : si la maison était vide, il était demandé aux voisins où se trouvaient les habitants de cette maison. S’ils planifiaient leur retour avant que l’équipe d’enquêteurs ne quitte le village ou le quartier, l’équipe retournait en fin de journée pour y administrer les questionnaires. Dans le cas contraire, la famille était considérée comme absente.

-

Enfant absent : Chaque enfant absent et remplissant les critères d’inclusion était inclus dans le questionnaire anthropométrique. L’équipe revenait visiter la maison à la fin de la journée afin de prendre les mesures de l’enfant absent. Si l’enfant n’était toujours pas présent à la fin de la journée, il était considéré comme absent.

-

Enfant hospitalisé : Si un enfant était hospitalisé lors de l’enquête, il devait être mesuré par l’équipe d’enquêteurs à la fin de la journée dans la structure de santé proprement dite.

-

Enfant handicapé : Les enfants handicapés étaient inclus dans l’enquête en récoltant les données comme âge, sexe recherche des œdèmes bilatéraux. L’handicap devait être mentionné dans le carnet de note ou le questionnaire.

3.7 Saisie et analyse des données

La saisie et analyse des données a été réalisée avec le logiciel « ENA » 7 .

3.8 Ethique

Une demande d’autorisation a été introduite auprès du MSP pour la réalisation de cette enquête. Les autorités locales, dont les chefs des arrondissements, ont été prévenues par l’intermédiaire du Ministère de la Santé et MSF du déroulement prévu de l’enquête. Avant d’envoyer les équipes dans un quartier, les sensibilisateurs ainsi que les superviseurs se sont rendus auprès du chef d’arrondissement ou de quartier concerné afin de l’informer pleinement des buts de l’enquête et d’obtenir son consentement. Dans chaque ménage sélectionné, les enquêteurs ont d’abord recueilli le consentement du chef de ménage ou de leur représentant avant de mesurer les enfants. Si le consentement n’était pas donné, les enquêteurs n’ont pas insisté, et ils ont continué l’enquête en visitant le ménage suivant.

12

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

13

4

Résultats

4.1 Description de l’échantillon

942 enfants (662 ménages) ont été enquêtés, soit 60 grappes, afin d’atteindre les 15 enfants de moins de 5 ans attendu par grappe. Parmi eux, 8 étaient absents et 2 présentaient des handicaps. Ils ont été exclus. En total, 932 enfants ont donc été retenus. 927 étaient âgés de 6 à 59 mois.

Tableau 2 :

Distribution de l’échantillon anthropométrique de la ville de N’Djamena selon l’âge et le sexe pour les enfants âgés de 6 à 59 mois, Tchad, août 2010

 

Garçons

Filles

Total

Ratio Garçons / Filles

no.

%

no.

%

no.

%

6-23 mois

180

50

182

50

362

39

1,0

24-59 mois

290

51

275

49

565

61

1,1

Total

470

51

457

49

927

100

1,0

4.2 Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois d’après les standards OMS, 2006

Selon les critères Epi Info 10 , 9 enfants ont été exclus de l’analyse, car leurs mesures étaient aberrantes ou absents.

Tableau 3 :

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de N’Djamena, selon l’indice P/T en z-score (et/ou œdèmes), par sexe, Tchad, août 2010

Prévalence de la Malnutrition Aiguë (Réf. Standards OMS, 2006)

Garçons n = 461

Filles n = 457

Total n = 918

Malnutrition aiguë globale (MAG) (<-2 z-scores et/ou œdèmes)

(59) 12,8 % (IC 95% 10,1 - 16,0)

(63) 13,8 % (IC 95% 10,7 - 17,6)

(122) 13,3 % (IC 95% 11,0 - 15,9)

Malnutrition aiguë modérée (MAM) (<-2 z-scores and >=-3 z-scores, sans œdèmes)

(46) 10,0 % (IC 95% 7,5 - 13,2)

(46) 10,1 % (IC 95% 7,3-13,8)

(92) 10,0 % (IC 95% 8,0 - 12,5)

Malnutrition aiguë sévère(MAS) (<-3 z-scores et/ou œdèmes)

(13) 2,8 % (IC 95% 1,7 - 4,6)

(17) 3,7 % (IC 95% 2,4 - 5,8)

(30) 3,3 % (IC 95% 2,3 - 4,6)

La prévalence des œdèmes bilatéraux est de 1,2% (n = 11)

10 Valeurs aberrantes Epi Info pour PT Z-score : <-4 ou >6.

13

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

14

Tableau 4 :

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de N’Djamena, selon l’indice P/T en z-score (et/ou œdèmes), par classe d’âge, Tchad, août

2010

(Réf. Standards OMS, 2006)

Emaciation sévère

(<-3 z-score)

Emaciation modérée (>= -3 et <-2 z-score)

Normale (> = -2 z score)

Œdèmes

Age

Total no.

No.

%

No.

%

No.

%

No.

%

6-23 mois

360

26

7,2

56

15,6

278

77,2

9

2,5

24-59 mois

564

4

0,7

40

7,1

520

92,2

2

0,4

Total

924

30

3,3

96

10,4

798

86,4

11

1,2

Tableau 5 :

Distribution de la malnutrition aiguë et des œdèmes pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de N’Djamena, selon l’indice P/T en z-scores, Tchad, août 2010

Distribution de la Malnutrition aiguë (Réf. Standards OMS, 2006)

<-3 z-score

>=-3 z-score

Présence d’œdèmes

Kwashiorkor marasmique (5) 0,5%

Kwashiorkor

(6) 0,6%

Absence d’œdèmes

Marasme

Pas de malnutrition sévère

(25) 2,7%

(893) 96,1%

Par ailleurs 6 sur 11 cas d’œdèmes bilatéraux présentaient un périmètre brachial inférieur à 115mm.

Tableau 6 :

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de N’Djamena, selon le périmètre brachial, Tchad, août 2010

N = 925

n

%

IC 95%

Effet Grappe

MAG (PB<125mm) MAM (PB ≥115<125mm) MAS (PB<115mm)

69

7,5

5,7 - 9,7 2,9 - 5,8 2,3 - 4,8

1,2

38

4,1

1,3

31

3,4

1,1

14

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

15

5

Discussion

Lors de la saisie des données, il n’y a eu que très peu de valeurs aberrantes détectées et le test de plausibilité avait un score égal à 8% 11 , ce qui signifie que les mesures ont été prises de façon acceptable. La collecte des données est assez faible en ce qui concerne les âges (préférence digits pour les années et pour les multiples de 6 mois) Ces résultats montrent la difficulté à obtenir les informations exactes de l’âge des enfants. L’analyse de la distribution de la malnutrition selon les tranches d’âge a montré une différence significative. La grande majorité des enfants souffrant de MAG et de MAS ont entre 6-23 mois (Odds Ratios [ORs] : MAG= 3,5 [95%IC : 2,2 – 5,4]; MAS = 10,9 [95%IC : 2,9 – 41,0]) (Tableau 4). Les prévalences du MAG et MAS sont au- dessus des seuils d'urgence pour les enfants de moins de deux ans, mais en dessous de ces seuils pour les enfants plus âgés. Cette constatation pourrait avoir des répercussions opérationnelles pour MSF OCP. Les prévalences de la MAG et sévère selon les normes OMS 2006 et NCHS 1977 mettaient en évidence une situation nutritionnelle alarmante 12 (MAG entre 12,6% et 13,3% [95%IC : 10,3 –15,9] / MAS entre 2,3% et 3,3% [95%IC : 1,5 – 4,6]) bien que les IC de la MAS restent relativement larges. Cette prévalence de malnutrition aiguë peut s’expliquer en partie par le fait que l’enquête se soit déroulée pendant la période de soudure, quand l’augmentation des prix des denrées est observée (dû à différents facteurs tels que l’épuisement des stocks vivriers). Il y a une différence significative entre les estimations de MAG évalué par P/T et par PB. Cet écart pourrait être dû à une variété de facteurs, notamment le fait que, dans les populations avec une plus grande proportion de personnes longilignes (comme ceux qui habitent la région du Sahel de l'Afrique, y compris le Tchad), les estimations de la prévalence de la malnutrition en fonction du P/T des mesures ont tendance à surestimer l'ampleur du problème 15 . En tout cas, il est connu que, dans une certaine mesure, le P/T et le PB identifient les différents groupes d'enfants qui souffrent de malnutrition. Cela signifie qu’il n’y a pas de correspondance parfaite entre les mesures, et que les différences varient d'une enquête à l'autre, mais peut être significative 15 . Une étude menée par Epicentre, basée sur l'analyse de 114 enquêtes sur la nutrition, a constaté que le ratio de « la prévalence de MAG mesurée par P/T et celle mesurée par PB varié de 0,3 à 12. Les résultats présentés dans notre étude montrent une ration de 0,6, donc dans ces normes. 13 En ce qui concerne la prévalence des enfants présentant des œdèmes bilatéraux, elle était de 1,2%. Néanmoins, il faut rappeler que pour une prévalence égale de cas de marasmes et de kwashiorkors, l’incidence des cas de kwashiorkor sera plus importante que celles des marasmes car la durée de la maladie est trois à six fois plus courte chez un patient atteint de kwashiorkor que de marasme. Le statut nutritionnel était plus alarmant que ce qui était attendu après les évaluations précédentes menées dans la ville de N’Djamena. L’ENR menée par MSF en 2010 montrait de MAS sur un échantillon de convenance de enfants) 14 et l’enquête nutritionnelle menée par ACF en novembre et décembre 2008 montrait entre 1,6% et 2,8% de MAS sur trois échantillons de environ 430 enfants chacun) 3 . Mais ces deux autres évaluations ont été menées pendant les périodes différentes de cette dernière enquête, menée, elle, pendant la période de soudure. Or, la saisonnalité joue un rôle important dans l'état nutritionnel au Tchad.

11 Check de plausibilité, ENA delta version

12 Les seuils définis par l’UNICEF sont de 5% soit une situation acceptable (mise en place d’une surveillance de la population) ; 10% soit une situation alarmante (mise en place de centre nutritionnel thérapeutique et supplémentaires, distribution alimentaire ciblée) ; 15% et au-delà soit une situation d’urgence (multiplication de centres et autres mesures).

13 Global Acute Malnutrition: Comparison of Mid Upper Arm Circumference (MUAC<125mm) and Weight for Height indicators (WH<80% of the median and WH<-2 Z-score), Epicentre 2002

14 Utilisation de PB et recherche de présence d’œdèmes bilatéraux sur les enfants de 65cm à <110cm en taille

15

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

16

Par conséquent, il est difficile de comparer ces évaluations, même si on peut s'attendre à des résultats plus faibles en tenant compte de la sécurité alimentaire au cours de la période de soudure. La grande différence entre les résultats de l'examen préalable PB en est probablement due à différentes méthodes employées.

16

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

17

6 Conclusion

Les résultats de l’enquête ont montré que la situation nutritionnelle peut être qualifiée d’alarmante. 15 La prévalence de la MAS (selon les normes OMS 2006 et NCHS 1977), bien qu’en dessous du seuil d’urgence, pourrait être qualifiée de précaire. Cependant, la MAG reste alarmante, à peu près au seuil d’urgence. Ce contexte demande une poursuite et un renforcement des différentes activités du programme nutritionnel mené par MSF.

7 Recommandations

Les résultats de cette enquête montrent que la priorité est de continuer de réduire la prévalence de malnutrition et ce, au moins jusqu’à la fin de la période de soudure (octobre/novembre 2010), en suivant les recommandations suivantes :

Continuer de prendre en charge les enfants souffrant de MAS ;

Focaliser les activités sur les enfants de moins de 2 ans, parmi lesquels la prévalence de la malnutrition est au-dessus des seuils d'urgence ;

Considérer de mettre en place un programme nutritionnel de supplémentassions pour les enfants souffrant de MAM ;

Envisager la reconduction de ce type d’enquête après la période de soudure.

15 Young H, Jaspars S. The meaning and measurement of acute malnutrition in emergencies. A primer for decision- makers. Humanitarian Practice Network, Number 56. ODI ; 2006

17

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

18

Annexes

Annexe 1

Résultats d’après les références NCHS, 1977

Tableau 7 :

N’Djamena, selon l’indice P/T en z-score (et/ou œdèmes), par sexe, Tchad, août 2010

Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de

Prévalence de la Malnutrition Aiguë (Réf. NCHS, 1977)

Garçons n = 465

Filles n = 457

Total n = 922

MAG (<-2 z-score et/ou œdèmes)

(57) 12,3 % (IC 95% 9,6 - 15,5)

(59) 12,9 % (IC 95% 10,0 - 16,5)

(116) 12,6 % (IC 95% 10,3 - 15,3)

MAM (<-2 z-score and >=-3 z-score, sans œdème)

(46) 9,9 % (IC 95% 7,5 - 13,0)

(49) 10,7 % (IC 95% 8,0 - 14,3)

(95) 10,3 % (IC 95% 8,2 - 12,9)

MAS (<-3 z-score et/ou œdèmes)

(11) 2,4 % (IC 95% 1,3 - 4,3)

(10) 2,2 % (IC 95% 1,2 - 4,1)

(21) 2,3 % (IC 95% 1,5 - 3,5)

La prévalence des œdèmes bilatéraux est de 1,2% (n = 11)

Tableau 8 : Prévalence de la malnutrition aiguë pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de N’Djamena, selon l’indice P/T en z-score (et/ou œdèmes), par classe d’âge, Tchad, août 2010

(Réf. NCHS, 1977)

Emaciation sévère

(<-3 z-score)

Emaciation modérée (>= -3 et <-2 z-score)

Normale (> = -2 z score)

Œdèmes

Age

Total no.

No.

%

No.

%

No.

%

No.

%

6-23 mois

358

10

2,8

66

14,4

282

78,8

9

2,5

24-59 mois

564

3

0,5

34

6,0

527

93,4

2

0,4

Total

922

13

1,4

100

10,9

809

87,7

11

1,2

Tableau 9 : Distribution de la malnutrition aiguë et des œdèmes pour les enfants âgés de 6 à 59 mois de la ville de N’Djamena, selon l’indice P/T en z-scores, Tchad, août 2010

Distribution de la Malnutrition aiguë (Réf. NCHS, 1977)

<-3 z-score

>=-3 z-score

Présence d’œdèmes

Kwashiorkor marasmique (3) 0,3%

Kwashiorkor

(8) 0,9%

Absence d’œdèmes

Marasme

Pas de malnutrition sévère

(10) 1,1%

(906) 97,7%

18

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

19

Annexe 2

Cartes des arrondissements de la ville de N’Djamena

Carte 1 : Ville de N’Djamena, Tchad

ville de N’Djamena Carte 1 : Ville de N’Djamena, Tchad Carte 2 : Arrondissements 1 &

Carte 2 : Arrondissements 1 & 2, et points de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad*

de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad* * les points rouges sont les «

* les points rouges sont les « points de départ » pour les 60 grappes

19

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

20

Carte 3 : Arrondissements 3 & 4, et points de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad

de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad Carte 4 : Arrondissements 5 & 6,

Carte 4 : Arrondissements 5 & 6, et points de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad

Tchad Carte 4 : Arrondissements 5 & 6, et points de départ pour les grappes, ville

20

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

21

Carte 5 : Arrondissement 7, et points de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad

de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad Carte 6 : Arrondissements 8 & 10,

Carte 6 : Arrondissements 8 & 10, et points de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad

Tchad Carte 6 : Arrondissements 8 & 10, et points de départ pour les grappes, ville

21

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

22

Carte 7 : Arrondissement 9, et points de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad

de départ pour les grappes, ville de N’Djamena, Tchad Annexe 3 Listes des grappes tirées au

Annexe 3

Listes des grappes tirées au sort

Arrondissement de N’Djamena

Population 1

N° de grappes

1

77817

RC, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7 8, 9, 10, 11, 12 13, RC, 14, 15 RC, 16, 17, 18 RC, RC, 19, 20, 21, 22, 23, 24 25, 26, 27, 28, 29, 30 RC, RC, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40, 41, 42, 43 44, 45, 46, 47, 48, 49, 50, 51 52, 53, 54, 55, 56, 57 58, 59, 60

2

67983

3

41305

4

75096

5

103019

6

47420

7

230905

8

189916

9

78241

10

81790

Total

993492

60

22

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

23

Annexe 4

Questionnaire

Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 23 Annexe 4 Questionnaire 23

23

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

24

Annexe 5

Calendrier des événements

Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 24 Annexe 5 Calendrier des événements 24

24

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

25

Annexe 6

Guide des enquêteurs

Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 25 Annexe 6 Guide des enquêteurs 25

25

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

26

Epicentre-Médecins Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 26 26

26

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

27

Epicentre-Médecins Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 27 27

27

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

28

Epicentre-Médecins Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 28 28

28

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

29

Epicentre-Médecins Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 29 29

29

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

30

Epicentre-Médecins Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 30 30

30

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

31

Epicentre-Médecins Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 31 31

31

Epicentre-Médecins Sans Frontières

Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010

32

Epicentre-Médecins Sans Frontières Enquête nutritionnelle: N’Djamena, Tchad, juillet 2010 32 32

32