Vous êtes sur la page 1sur 4

QCM IMMUNOLOGIE TUTORAT 25/7/2007

1- Les techniques de précipitation :

A- nécessitent la formation de réseau à partir d’Ag en solution


B- utilisent des Ag sous forme de particules insolubles
C- la zone d’équivalence est la zone ou le précipité est maximal.
D- En cas d’excès d’Ag, chaque épitope présent va se fixer à une molécule d’Ac mais tous les
sites d’Ac seront occupés par une molécule distincte d’Ag
E- En zone d’excès d’Ac, des molécules d’Ag différentes occupent chaque paratope

2- La néphélémétrie

A- s’intéresse à la lumière diffractée par les complexes Ag-Ac


B- La mesure se fait dans l’axe du faisceau optique
C- Nécessite une courbe de calibration
D- On peut augmenter la sensibilité en couplant des Ag ou des Ac à des particules de latex
E- Ne peut pas être automatisable

3- Les techniques d’agglutination

A- le test de Coombs indirect en est un exemple


B- la technique de Waaler Rose en est un exemple
C- permettent de détecter des Ig monoclonales
D- la technique de Waaler Rose permet de doser les Ac anti DNA
E- le Facteur Rhumatoïde est une IgM anti IgG

4- Techniques d’agglutination

A- le groupage sanguin utilise ce principe


B- Le test de Waaler Rose utilise des globules rouges de mouton et des IgM de lapin anti mouton
C- Le Facteur rhumatoïde est uniquement présent si le patient est atteint de polyarthrite rhumatoïde
D- Le test de Coombs direct recherche des auto anticorps contre les globules rouges du malade
E- L’agglutination est la formation d’un réseau à partir de particules insolubles

5- Le test de grossesse urinaire

A- est une technique immunologique par migration sur phase solide permettant la détection
quantitative de l’HCG
B- nécessite un témoin (contrôle) de validité du test
C- permet de détecter la présence d’HCG urinaire grâce à des anticorps Anti HCG complexé à des
microparticules
D- En cas de contrôle négatif, la patiente n’est pas enceinte
E- La phase solide contient des Ac anti HCG qui captent le complexe HCG-AC anti HCG-
microparticules lors de leur migration

6- les techniques suivantes utilisent un marqueur :

A- la néphélémétrie
B- la radioimmunologie
C- l’immunofluorescence
D- l’immunoenzymologie
E- l’agglutination

7- L’immunofluorescence (directe et indirecte)

A- est une technique permettant de détecter des Ac Anti nucléaire


B- utilise un marqueur fluorochrome complexé à un Ac
C- utilise un marqueur enzymatique complexé à un Ac
D- L’IF directe permet l’étude d’Ag tissulaire, cellulaire ou bactérien
E- L’IFI permet un dosage semi quantitatif d’Ac contre un Ag fixé sur une lame (ex : autoimmunité)

8- Immunoenzymologie

A- l’Ag à doser est contenu dans le liquide biologique


B- utilise un marqueur enzymatique
C- peut utiliser une méthode « sandwich »
D- peut utiliser une méthode de compétition grâce à des Ag marqués
E- est d’utilisation peu courante en laboratoire

9- Immunofixation

A- est une méthode quantitative


B- permet de détecter des Ig monoclonales
C- nécéssite le dépôt d’antisérums après la phase de migration
D- permet de détecter des autoanticorps (FR, AAN…)
E- nécessite une révélation enzymatique

10- La cytométrie en flux

A- est un des principes utilisés pour l’hémogramme


B- la diffraction aux petits angles est liée à la taille des cellules
C- les cellules passent une par une devant un faisceau laser
D- permet un compte et un tri des cellules
E- la diffraction à 90° dépend de la mobilité des cellules

11- le seuil de positivité des IgE spécifique habituellement utilisé est (KU/l) :

A- 0.15
B- 0.25
C- 0.35
D- 0.45
E- 0.55

12- la tryptase sérique

A- son dosage doit être effectué avant la 1ère heure si on suspecte un choc anaphylactique
B- est utile dans le diagnostic et le suivi de l’anaphylaxie uniquement lors de piqure
d’hyménoptères
C- est libérée par les mastocytes lors de la réaction allergique immédiate
D- est utile dans le diagnostic de mastocytose et lors des tests de provocation de l’allergie
E- le rapport tryptase pendant la réaction / tryptase basale est l’indicateur le plus sensible d’une
anaphylaxie pour un patient donné

13- Quelques définitions…

A- L’allergie est l’ensemble des manifestations cliniques liée à une réponse immunologique
dépendante des IgE
B- L’atopie est l’aptitude génétiquement déterminée à fabriquer des Ac d’isotype IgE
C- Un Ag est une substance capable d’induire une réaction immunologique spécifique
comportant notamment la formation d’Ac
D- Les trophallergènes sont les allergènes alimentaires
E- La présence d’IgE spécifique à un Ag signe l’allergie

14- Hypersensibilité de type 1

A- est également appelée de type immédiate


B- Les Ac responsables sont les IgM
C- Un des exemples est l’eczéma de contact
D- On observe un afflux de PN éosinophile, libération de médiateurs provenant de l’acide
arachidonique.
E- Peut être responsable d’un choc anaphylactique

15- Hypersensibilité de type 2

A- est appelée à complexes immuns


B- le complément est activé
C- l’exemple type est la maladie sérique
D- les immuns complexes circulent, se déposent et peuvent être responsables d’une réaction
inflammatoire locale
E- les Ac sont des IgG ou IgM

16- Hypersensibilité de type 3

A- est appelée cytotoxique


B- le complément est activé
C- les Ag sont membranaires
D- peut être rencontrée dans certaines maladies auto immunes
E- les Ac sont des IgG

17- Hypersensibilité de type 4

A- est appelée retardée


B- peut mettre en cause des haptènes, liés à des protéines
C- les cellules responsables sont les lymphocytes T
D- L’IDR à la tuberculine et l’eczéma de contact en sont des exemples
E- Les Ac en cause sont des IgE
18- L’allergie

A- concernerait environ ¼ de la population


B- l’asthme, la rhinite allergique, l’anaphylaxie en sont des manifestations
C- Tous les asthmes ne sont pas allergiques
D- Inflammation bronchique, obstruction bronchique et hyperréactivité bronchique sont
étroitement intriqués dans l’asthme allergique
E- L’éviction de l’allergène est, quand il est possible, à la base du traitement.

19- Parmi ces propositions, lesquels sont fréquemment rencontrées dans l’allergie :

A- Fièvre
B- Arthralgies
C- Eruption cutanée urticarienne
D- Conjonctivite
E- Diarrhée

20- la désensibilisation

A- est un des traitements de l’allergie


B- consiste en l’administration sous cutanée ou sublinguale de dose croissant d’Ag
C- est efficace pour les allergènes tels que le venin d’hyménoptères, les pollens
D- le suivi se fait sur les IgE spécifique
E- Nécessite un allergène clairement identifiable

21- L’identification d’un allergène peut se faire par :

A- des tests cutanés d’allergie (prick test)


B- Le dosage des IgE spécifique
C- Le dosage des IgE totales
D- Le taux sérique de la protéine cationique de l’éosinophile
E- Des tests de provocation