Vous êtes sur la page 1sur 2

EXERCICE 4

Partie A
!

1) Puisque la fonction f est continue sur [0, 1],

!1

f ! (t) dt existe et

!1
0

f ! (x) dx = [f(x)]0 = f(1) f(0) =


!1

2) Puisque la fonction f est continue et positive sur [0, 1],

1
1
0=
.
2e
2e

f(x) dx est laire, exprime en units daire, du domaine

du plan compris entre les droites dquations


0 et x = 1, laxe des abscisses
! x="
! et
" la courbe (C). Ce domaine contient le
1 1
1
rectangle ABCD o B a pour coordonnes
,
, C a pour coordonnes
, 0 et D a pour coordonnes (1, 0). Laire
2 2e
2
!1
1
1
1
1
de ce rectangle est gale
ou encore
et donc
f(x) dx !
.
2 2e
4e
4e
0
Partie B
1) Pour tout rel non nul x, on a f(x) =

Ensuite, lim

x +

1
= 0, lim
x +
x

1
1
1+ 2
x

x
x
ex = 2
x2 + 1
x

1
1
1+ 2
x

ex =

1
1
1+ 2
x

ex .

1
= 1 et dautre part lim ex = lim eX = 0. Donc
x +
X
1+0
lim f(x) = 0.

x +

On en dduit que la droite 5Ox) est asymptote la courbe (C) en +.


2) La fonction g est continue sur [0, +[ en tant que polynme et est strictement croissante sur [0, +[ en tant que
somme de trois fonctions strictement croissantes sur [0, +[, savoir les fonctions x " x3 , x " x2 et x " x 1.
Puisque la fonction g est continue et strictement croissante sur [0, +[, on sait que pour tout rel k lment de
[g(0), lim g(x)[= [1, +[, lquation g(x) = k admet une solution et une seule dans [0, +[. En particulier, puisque
x +

0 [1, +[, lquation g(x) = 0 admet une solution et une seule dans [0, +[. On note cette solution.
Puisque g(0) = 1 $= 0, on a plus prcisment ]0, +[.
3) a) La fonction f est drivable sur [0, +[ en tant que quotient de fonctions drivables sur [0, +[ dont le dnominateur
ne sannule pas sur [0, +[ et pour x ! 0
ex ((1 x)(x2 + 1) 2x2 )
(x3 x2 x + 1)ex
(ex + x(ex ))(x2 + 1) xex (2x)
=
=
(x2 + 1)2
(x2 + 1)2
(x2 + 1)2
x
g(x)e
.
= 2
(x + 1)2

g ! (x) =

Maintenant, pour tout rel positif x,

ex
< 0 et donc pour tout rel positif x, f ! (x) a le signe contraire de g(x).
+ 1)2

(x2

b) La fonction g est strictement croissante sur [0, +[ et sannule en . Donc, si 0 " x < , on a g(x) < g() ou encore
g(x) < 0 et si x > , on a g(x) > g() ou encore g(x) > 0.
Puisque les fonctions f ! et g sont de signes contraires sur [0, +[, on en dduit le tableau de variations de f.
x
f ! (x)

0
+

0
f()

f
0
4) a) Soit x ! 0. On a dj

x
! 0 et dautre part
x2 + 1
x
x2 + 1 2x
(x 1)2
1
2
=
=
! 0,
2 x +1
2(x2 + 1)
2(x2 + 1)

http ://www.maths-france.fr

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits rservs.


!

et donc

1
x
" .
x2 + 1
2
Pour tout rel x de [0, +[, 0 "

b) Soit n un entier naturel. Pour tout rel x de [n, 2n] on a 0 "


ex > 0, on en dduit que

x
1
" .
x2 + 1
2

x
1
" et donc, puisque pour tout rel x de [n, 2n],
x2 + 1
2

xex
1
" ex .
x2 + 1
2
! 2n
! 2n
1 x
e dx avec
f(x) dx
Par positivit et croissance de lintgrale, on obtient alors 0 "
n
n 2
pour tout rel x de [n, 2n], 0 "

! 2n
n

$2n
#
1 x
1
1
e dx = ex
= (en e2n ).
2
2
2
n

On a montr que
pour tout entier naturel n, 0 " un "

c) On a

lim n = et donc

n +

lim en = 0. De mme,

n +

1 n
(e e2n ).
2

lim e2n = 0. On en dduit

n +

Mais alors, le thorme des gendarmes permet daffirmer que

lim

n +

1 n
(e e2n ) = 0.
2

lim un = 0.

n +

http ://www.maths-france.fr

c Jean-Louis Rouget, 2010. Tous droits rservs.


!