Vous êtes sur la page 1sur 5

CORRIGE

tion imposÈe (prÈcontrainte ajoutÈe lors de la construction de chaque vous- soir)

5. Calcul de la perte de prÈcontrainte pour ces diffÈrents effets.

a) Perte de prÈcontrainte due au retrait

HypothËses :

t = 3 mois

t 0 = 14 jours Consistance du bÈton : plastique HumiditÈ relative : 60 % Epaisseur de líÈlÈment t ef =750 mm

σ

ps

=

ε

cs

E

s

=

0.048 10

3

195 10

3

ε cs,1 = 0.4 mm/m g(t) = 0.20

g(t 0 ) = 0.08

ε

cs

= 0.4 (0.2 0.08) = 0.048

=

9.5 N / mm

2

b) Perte de prÈcontrainte due au fluage

HypothËses :

t = 3 mois

t 0 = 14 jours Consistance du bÈton : plastique HumiditÈ relative : 60 % Epaisseur de líÈlÈment t ef =750 mm

ε

cc

=ϕ ε

.

c el

=ϕ

σ

c

E

c

ϕ 1 = 2.4 ψ to = 1.2

f(t-t 0 ) = f(76 jours) = 0.3

( ,

ϕ t

t

0

)

=

2.4 1.2 0.3

=

0.864

HypothËses :

E c = 37 kN/mm 2

( ) E ≅ 10'500 3 f c cm 2 ⋅ 10.5 = 5.25 N
(
)
E
10'500
3
f
c
cm
2
10.5
=
5.25
N
/
mm
2

1

1

σ

c

=

2

0,

final

σ

c

= −

ε

cc

σ

pc

=

ε

cc

E

s

=

1.22 10

4

195 10

3

=

24 N / mm

2

=

0.864

5.25

37

10

3

=

/

1. Calcul pour les c‚bles díextrÈmitÈ du flÈau des pertes par frottement

100

díextrÈmitÈ du flÈau des pertes par frottement 100 4.82 α tan( α 1 ) = 2
díextrÈmitÈ du flÈau des pertes par frottement 100 4.82 α tan( α 1 ) = 2

4.82

α

tan(

α

1

) =

2

f

=

2 2.84

=

l

0.0568

100 1

α

=

3.25

°

Coefficient de frottement : µ = 0.18

Coefficient díirrÈgularitÈ : ϕ = 0.0011 ϕx = 0.11

µα = 0.0225

: ϕ = 0.0011 ⇒ ϕ x = 0.11 ⇒ µ α = 0.0225 cf. doc.

cf. doc.

Freyssinet

σ

x

=

σ

0

e

(

+

µα ϕx

)

=

σ

0

0.875

perte de 12.5% par frottement

Pertes de

PrÈcontrainte

et armatures

Exercice 4

mm m

(si la tension est appliquÈe aux deux extrÈmitÈs du flÈau, cette perte est divi- sÈe par 2)

2. Quelle est la diffÈrence pour les c‚bles du milieu du flÈau ?

Les c‚bles du milieu du flÈau (1 Ëre Ètape) ne prÈsentent quasiment aucune perte par frottement du fait de leur faible longueur (l = 10 m)

3. Quels sont les effets diffÈrÈs ‡ prendre en compte ?

Trois effets diffÈrÈs entraÓnent des pertes de prÈcontrainte il síagit :

- Du fluage du bÈton

- Du retrait du bÈton

- De la relaxation des aciers de prÈcontrainte

4. Quelle est líinfluence de la mÈthode de construction pour le calcul des effets diffÈrÈs ?

Le premier voussoir aura avant clavage un ‚ge de 6 mois, alors que le dernier voussoir mis en place aura un ‚ge díenviron 14 jours (mise en prÈcontrainte et clavage). Il faudra donc tenir compte díun ‚ge moyen du bÈton pour le calcul des effets diffÈrÈs. De plus les premiers voussoirs sont soumis ‡ une dÈforma-

=Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >«Z«hWb[ Z[ DWkiWdd[

DÈpartement de gÈnie civil IBAP ñ bÈton armÈ et prÈcontraint

1.22 10

4

Ponts en

BÈton armÈ

AnnÈe acadÈmique 2000 - 2001 8Ëme semestre

1

Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Dr. O. Burdet Assistants : P. Schertenleib

c) Perte de prÈcontrainte due ‡ la relaxation

HypothËses :

Classe de relaxation 2 Contrainte initiale σ 0 = 0.7f tk = 1240 N/mm 2

t

rel

σ

p

,

p

,

σ

rel

=

0.65

σ

pr

=

0.65

pour t

=

70

jours cf

,

.

SIA

0.06 1240

=

48.5 N / mm

162

2

art

Les pertes diffÈrÈes cumulÈes s'ÈlËvent ‡ :

σ = 9.5 + 24 + 48.5 = 82 N / mm

‡ : ∆ σ = 9.5 + 24 + 48.5 = 82 N / mm 4

4 πγ

R

V d

1.8

τ

c

− 4 b ± 16 b 2 + = m 2 π
4
b
±
16
b
2 +
=
m 2
π

d

avec τ c = 1.2 N/mm 2 d m = 62.5 mm

7)= 1.2 N/mm 2 ⇒ ⇒ ⇒ ⇒ d m = 62.5 mm . 5.41 Condition

. 5.41

Condition : u 16d m (SIA 162, art.3.25.405)

u

=

4

b

+π

d

m

=

u = 16d m dío˘ :

Verification :

4 400 ⋅ +π ⋅ 62.5 ≅ γ R V d d m ≥ 1.8
4 400
+π ⋅
62.5
γ R
V d
d
m ≥
1.8 16
τ
c
1800 mm ≥ 16d m 3 1.2 202.5 10 ⋅ ⋅ = 1.8 16 ⋅
1800 mm
16d
m
3
1.2 202.5 10
=
1.8 16
1.2

(KO!)

85 mm

10 ⋅ ⋅ = 1.8 16 ⋅ ⋅ 1.2 ( KO !) ≅ 85 mm u
10 ⋅ ⋅ = 1.8 16 ⋅ ⋅ 1.2 ( KO !) ≅ 85 mm u

u 16d m =1360 mm

u = 4 400 + π 85 1870 mm

2 soit environ 6.6 %.

d m calculÈ OK!

La perte totale moyenne (frottement moyen + effets diffÈrÈs) síÈlËve ‡

(frottement moyen + effets diffÈrÈs) síÈlËve ‡ ∆ σ = 6.3 + 12.5 2 ≅ 12.5

σ = 6.3 +12.5 2 12.5 %

6. Calculer líÈpaisseur minimale requise de la dalle de roulement pour líintroduction de charges ponctuelles (roue de camion).

Il síagit de dimensionner líÈpaisseur de la dalle de roulement pour Èviter tout risque de poinÁonnement localisÈ sous líeffet díune roue de camion.

Q

d

= γ

q

⋅Φ

1

Q

=

1.5 1.8

75

=

202.5

kN

La rÈsistance ultime au poinÁonnement est donnÈe par (SIA 162, art.3.25.4)

V

R

=

1.8

τ

c , red

u d

m

HypothËse

:

d d

0

τ

u = 4b +π d

m

c red

,

= τ

c

Q

40

40
0 ⇒ τ u = 4 ⋅ b + π ⋅ d m c red ,

40

40
40

d m /2

b

Epaisseur minimale :

t min = d m + enrobage + φ barre = 85 + 40 + 20 = 145 mm

7.

Quelle

transversale ?

est

líinfluence

de

cette

sollicitation

sur

líarmature

NÈceesite que la rÈsistance ‡ la flexion ‡ proximitÈ de líapplication de la charge soit suffisante (SIA 162 art. 3.25.408)

m

'

xRm

a

s ,min

=

=

m

'

yRm

=

0.125

γ

R

V

d

=

 

m

'

30.4 10

6

xRm

=

0.9

f

y

d

 

0.9

460 85

0.125 1.2 202.5

=

= 865

2

mm

/

'

m

30.4

kNm m

/

'

Cette armature est ‡ ajouter en nappe nappe infÈrieure de la dalle de

roulement.

Pour des raisons díimpÈratifs constructifs (mise en oeuvre du bÈton) et de

rÈsistance flexionnelle, les dalles de roulement ont trËs rarement une Èpaisseur infÈrieure ‡ 25 cm, le critËre de poinÁonnement est donc rarement dÈterminant, sauf au niveau des appuis selon le type de tablier.

Ponts en

BÈton armÈ

=Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >«Z«hWb[ Z[ DWkiWdd[

DÈpartement de gÈnie civil IBAP ñ bÈton armÈ et prÈcontraint

Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Dr. O. Burdet Assistants : P. Schertenleib

AnnÈe acadÈmique 2000 - 2001 8Ëme semestre

2

RÈpartition des armatures transversales dans la dalle de roulement
RÈpartition des armatures transversales dans la dalle de roulement
des armatures transversales dans la dalle de roulement SystËme statique SystËme statique C=0, rÈpartition Q m
des armatures transversales dans la dalle de roulement SystËme statique SystËme statique C=0, rÈpartition Q m
des armatures transversales dans la dalle de roulement SystËme statique SystËme statique C=0, rÈpartition Q m
des armatures transversales dans la dalle de roulement SystËme statique SystËme statique C=0, rÈpartition Q m

SystËme statique

SystËme statique C=0, rÈpartition Q mod1

Diagrammes des moments Q mod1

SystËme statique C=∞∞∞∞, rÈpartition Q mod1

Diagrammes des moments Q mod1 Armature de flexion RÈpartition des armatures Armature pour poinÁonnement
Diagrammes des moments Q mod1
Armature de flexion
RÈpartition des armatures
Armature pour poinÁonnement

Armature de flexion ‡ vÈrifier

Ponts en

BÈton armÈ

=Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >«Z«hWb[ Z[ DWkiWdd[

DÈpartement de gÈnie civil IBAP ñ bÈton armÈ et prÈcontraint

Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Dr. O. Burdet Assistants : P. Schertenleib

AnnÈe acadÈmique 2000 - 2001 8Ëme semestre

3

8. Dessiner sur une coupe transversale au 1:50 le principe díarmature.

sur une coupe transversale au 1:50 le principe díarmature. Ponts en BÈton armÈ =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >

Ponts en

BÈton armÈ

=Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >«Z«hWb[ Z[ DWkiWdd[

DÈpartement de gÈnie civil IBAP ñ bÈton armÈ et prÈcontraint

Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Dr. O. Burdet Assistants : P. Schertenleib

AnnÈe acadÈmique 2000 - 2001 8Ëme semestre

4

9. Comment coffrez-vous cette section et quelles Ètapes de bÈtonnage envisagez

Dans le cas díune construction par encorbellement, la section est gÈnÈralement bÈtonnÈe en une seule Ètape. Les porte ‡ faux sont parfois bÈtonnÈs ultÈrieurement pour diminuer le poids devant Ítre supportÈ par líÈquipage mobile. LíinconvÈnient principal est un joint de bÈtonnage vertical et traversant qui constitue une zone de pÈnÈtration idÈale pour les sels de dÈverglaÁage en cas dÈfaut de líÈtanchÈitÈ. Par ailleurs le joint se situe au droit du moment maximal transversal.

le joint se situe au droit du moment maximal transversal. Si líouvrage est exÈcutÈ sur cintres

Si líouvrage est exÈcutÈ sur cintres fixes, plusieures possibilitÈs sont envisagables. Il est par exemple possible de bÈtonner la dalle infÈrieure, puis de bÈtonner les ‚mes et la dalle de roulement en une seule fois. Le principal avantage est quíil est possible díappuyer le coffrage de la dalle de roulement sur la dalle infÈrieure dÈj‡ durcie. Le principal inconvÈnient est la mise en oeuvre du bÈton sous les c‚bles de prÈcontrainte au droit de líarrÍt de bÈtonnage.

Il est Ègalement possible de bÈtonner les ailes avec la dalle infÈrieure. De ce fait on conserve les avantages ÈnumÈrÈs prÈcedemment avec toutefois le mÍme problËme de mise en oeuvre du bÈton au droit de líarrÍt de bÈtonnage que dans le cas prÈcÈdent. Un avantage supplÈmentaire est un meilleur Èquilibre des volumes de bÈton ‡ mettre en place pour chaque Ètape de bÈtonnage. Par contre, le coffrage de líintrado de la dalle infÈrieure doit Ítre fermÈ et rÈsister ‡ la pression lors du bÈtonnage.

fermÈ et rÈsister ‡ la pression lors du bÈtonnage. Ponts en BÈton armÈ =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >
fermÈ et rÈsister ‡ la pression lors du bÈtonnage. Ponts en BÈton armÈ =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >
fermÈ et rÈsister ‡ la pression lors du bÈtonnage. Ponts en BÈton armÈ =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >
fermÈ et rÈsister ‡ la pression lors du bÈtonnage. Ponts en BÈton armÈ =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >
fermÈ et rÈsister ‡ la pression lors du bÈtonnage. Ponts en BÈton armÈ =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >
fermÈ et rÈsister ‡ la pression lors du bÈtonnage. Ponts en BÈton armÈ =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >
fermÈ et rÈsister ‡ la pression lors du bÈtonnage. Ponts en BÈton armÈ =Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >

Ponts en

BÈton armÈ

=Yeb[ feboj[Y^d_gk[ >«Z«hWb[ Z[ DWkiWdd[

DÈpartement de gÈnie civil IBAP ñ bÈton armÈ et prÈcontraint

Prof. Dr. Aurelio Muttoni, Dr. O. Burdet Assistants : P. Schertenleib

AnnÈe acadÈmique 2000 - 2001 8Ëme semestre

5