Vous êtes sur la page 1sur 44

UNIVERSITE DE BAMAKO

*******************
INSTITUT UNIVERSITAIRE
DE GESTION
******************

MEMOIRE
D’ANALYSE ADMINISTRATIVE APPLIQUEE

THEME

LA TENUE DE LA COMPTABILITE
D’UNE SOCIETE COMMERCIALE
CAS DE LA SOCIETE COMMERCIALE « SYLLA &
FILS »

Présenté et soutenu par :

Mr Siaka COULIBALY

Pour l’obtention du
Diplôme Universitaire de Technologie

OPTION :
FINANCES COMPTABILITE

Promotion : 2006-2008

DIRECTEUR DE MEMOIRE: Date de soutenance :

Mr Harouna SOUMARE Bamako, le…./…./2009

1
MEMOIRE

D’ANALYSE ADMINISTRATIVE APPLIQUEE


SOMMAIRE
DEDICACE ……………………………………………………………….4

REMERCIEMENTS………………………………………………………5

LISTE DES ABREVIATIONS ET SIGNIFICATIONS………………….6

LISTE DES ANNEXES …………………………………………………..8

INTRODUCTION…………………………………………………………..9

Plan détaillé………………………………………………………………12

PREMIERE PATIE : RAPPORT DE STAGE………..13

I PRESENTATION DE BURECO………………………………………..14
- Création de BURECO
- Objectifs de BURECO
- Missions
- Fonctionnement
- Activité
II LES ACTIVITES MENEES DURANT LE STAGE…………………..17
III DESCRIPTION DES TACHES EFFECTUEES……………………..17
A/ Observations et Suggestions……………………………………….19
B/ Conclusion……………………………………………………………...20
DEUXIEME PARTIE : MEMOIRE D’ANALYSE
ADMINISTRATIVE APPLIQUEE………………………………21
INTRODUCTION…………………………………………………………..22
CHAPITTRE I : La société SYLLA & FILS…............................23

A/ Présentation de la société commerciale SYLLA & FILS……23

B/ L’organisation de la société SYLLA & FILS………………...23

2
CHAPITTRE : II La tenue de la Comptabilité d’une société
commerciale……………………………………………………….24

Section 1 : Le Mécanisme D’élaboration des Différentes Opérations


Comptables…………………………………………………………………..24

Exemple de journaux de saisie……………………………………………...25

Exemple de journal d’achat…………………………………………………26


Exemple de journal de vente………………………………………………...27
Exemple de journal de caisse………………………………………………..29
Exemple de journal de Banque……………………………………………..30

Section2 : Les Impôts et Taxes sur le Salaire (Calcul et Règlement)…….30

A Le salaire…………………………………………………………………..30

B Les taxes liées au salaire………………………………………………….31


Exemple de calcul d’ITS…………………………………………………….33
Exemple de journal de salaire……………………………………………...35
Exemple de journal de règlement de salaire……………………………….36

CHAPITREIII : LES RESULTATS OBTENUS………………..37

A / Edition comptable

B/ Le rapprochement caisse

C/ Le rapprochement banque

D/ La récapitulation périodique des journaux auxiliaires

E/ Les documents de synthèses ………………………………………..38


a) observations……………………………………………………………..42
b) suggestions
c) conclusion…………………………………………………………….....43

3
DEDICACE :

Je dédie ce mémoire à mes très chers parents. Vous qui m’avez


soutenu pendant toutes ces années par vos prières, vos bénédictions et
vos Conseils, car sans vous je ne serai pas là aujourd’hui.
Ceci est votre œuvre, merci de ce que vous avez fait de moi.

4
REMERCIEMENTS :

Je remercie Dieu le tout puissant de m’avoir offert ce grand jour marquant


une des étapes la plus importante de ma vie.
Mes sincères remerciements vont à l’endroit de :
- Mes parents qui m’ont donné une éducation dont j’en suis fière et qui
grâce à eux j’ai découvris le monde des études.
- La Direction et tous le corps professoral de l’Institut Universitaire de Gestion
(IUG) pour la bonne formation qu’ils m’ont offerte
- Mon Directeur de Mémoire Mr HAROUNA SOUMARE pour sa disponibilité
et son attachement au travail bien fait ;
- Mon encadreur Mr Souleymane SANOGO Auditeur du cabinet pour son
entière disponibilité ;
- L’ensemble du personnel de BURECO et plus particulièrement Monsieur
Daouda DIALLO Directeur Financier du cabinet, qui m’a permis de faire
mon stage au BURECO,
Monsieur Issouf COULIBALY promoteur du cabinet, Monsieur Alou
BAGAYGO, Monsieur Alassane Traoré et leur secrétaire Madame Sissoko
Sadio SYLLA ;
- Mes vifs remerciements à la famille DIONE notamment à mon tonton Mr
KARIM ISSA DIONE et ma tante Mme DIONE ALIMATA KONATE pour
leur soutien matériel et financier durant toutes mes études
- A la famille SOGORE plus précisément a Mr YAYA SOGORE pour son
soutien moral et son affection sans condition
- A toutes mes familles ; mes amis et à mes camarades de promotion
- Et tous ceux qui, de près ou de loin ont contribué à la réussite de mes
études.
Je ne saurai terminer sans pourtant remercier infiniment pour une seconde
fois le créateur de tous.

5
SIGLES ET SIGNIFFICATIONS
ACH Achat
ACI Agence de Cession Immobilière
ADAC Association pour le Développement des Appui
aux Communautés
APROFEM Association pour la Promotion des Femmes au
Mali
BURECO Bureau d’Etude Comptable et d’Organisation
JC Journal de Clôture
CADP Cabinet d’Assistance pour le Développement
Participatif
CAI Caisse
CDPS Commission Diocèse Pastoral et Social
CDSC Clientèle Disposant de Services Comptables
CF Contribution Forfaitaire
CORDAID
CNDSC Clientèle ne Disposant pas de Services
Comptables)
D Débit
DA Directeur Associé
DECF Diplôme d’Etudes Comptables et Financière
DUT Diplôme Universitaire de Technologie
EHEP Ecole des Hautes Etudes Pratiques
FACT Facture
ICCO Organisation Inter- Eglise de Coopération du
Développement)
IFTU Institut de Formation Technique et Universitaire
IUG Institut Universitaire de Gestion
ITS Impôt sur le Traitement de Salaire
J Jour
NIF Numéro d’Identification Fiscale
MIAGE Maîtrise en Informatique Appliquée de la Gestion des
Entreprises
MSTCF Maîtrises en Science et Technique Comptable et
Financière

MSTCI Maîtrise en Science et Technique de Commerce


6
Internationale
Mvt Mouvement
OD Opérations Diverses
OCAECAM Ordre des Comptables Agrées et Experts
Comptables Agrées du Mali

ONG Organisation Non Gouvernementale

PI Plan International
PPLM Pain Pour Le Monde
R Résultat
RAN Report A Nouveau
RCCM Registre de Commerce et de Crédit Mobilier
SARL Société A Responsabilité Limitée
SN Sans Numéro
SR Sans Référence
SYSCOA Système Comptable Ouest Africain
TAFIRE Tableau Financier des Ressources et des Emplois
TFP Taxe de Formation Professionnelle
TL Taxe de Logement
TVA Taxe sur la Valeur Ajoutée
VTE Vente
TEJ Taxe emplois jeunes

7
LISTES DES ANNEXES

I ORGANIGRAMME DE BURECO
II FACTURE D’ACHAT
III FACTURE DE VENTE
IV LE GRAND LIVRE DES COMPTES
V LA BALANCE DES COMPTES
VI LE GRAND LIVRE DES COMPTES TIERES
VII LA BALANCE DES COMPTES TIERES

8
I INTRODUCTION
PRESENTION DE L’ETABLISSEMENT
 Création
L’Institut Universitaire de Gestion a été crée par le décret N°96-156 /PM
du 23 mai 1996 et le décret N° 96-377 / PM du 31 décembre 1996 fixe
son organisation et ses modalités de fonctionnement.
 Objectifs
L’institut Universitaire de Gestion (I.U.G) (ex EHEP) est un
établissement supérieur technique à cycle court. Il a pour objectif :
La préparation des futurs diplômés à des fonctions d’encadrement et de
responsabilité dans le domaine de la gestion des administrations et des
entreprises ;
La formation continue ;
L’initiation d’activités en relation avec les milieux professionnels.
LES FORMATIONS
La formation initiale :
- L’I.UG prépare en 2 ans au DUT (Diplôme Universitaire de
Technologie) dans les filières suivantes :
- Secrétariat Bureautique (SB);
- Finances Comptabilité (FC);
- Technique de Commercialisation (TC) ;
- Informatiques de Gestion (IG) ;
- Hôtellerie -Tourisme (HT);
- Commerce International (CI);
- Gestion et Logistique des Transports (GLT);
- Gestion des Entreprises et Administrations (GEA)
♦ La formation continue et autres activités
Dans le cadre des UFP (Unité de Formation et de Production) préparation
de DUT en cours du soir. Dans le cadre de l’UFAE (Unité de Formation et
d’Appui aux Entreprises) formation sur mesure, semaine, en relation avec
l’IN TEC de Paris préparation au Diplôme d’Etudes Finances Comptables
(DECF), préparation au diplôme d’expertise.
L’IUG a mis en place a l’intention des étudiants admis au DUT des cours
de Maîtrises en Science et Technique Comptable et Financière (MSTCF),
de Maîtrise en Informatique Appliquée de la Gestion des Entreprises
(MIAGE) et de Maîtrise en Sciences et Technique de Commerce
Internationale (MSTCI) Cette formation est de deux ans après le DUT.

9
CONDITION D’ADMISSION
Peuvent s’inscrire à l’Institut Universitaire de Gestion les candidats
remplissant les conditions ci-après :
a)Pour les candidats maliens :
- être bachelier régulier de l’année en cours ;
- être titulaire du Brevet de Technicien (diplôme de l’ECICA ou équivalent)
de l’année en cours et ayant obtenu une moyenne d’admission supérieure
ou égale à 12 /20 ;
- être âgée de 25 ans ou plus ;
- être sélectionner à la suite d’un test ;
- s’acquitter des frais d’inscription s’élève à 5000F CFA par an
b) Pour les professionnels maliens :
- être titulaire d’un Diplôme énonce ci-dessus ;
- être âgée de 35 ans ou plus ;
- être sélectionner à la suite d’un examen spécial ;
- s’acquitter des frais inscriptions de 50000FCFA ou de25000FCFA par an
selon son statut ;
c) Pour les étrangers :
- être sélectionner à l’issue d’un examen de dossier ;
- s’acquitter des frais d’instruction s’élève à 300000FCFA par an

 INFRASTRUCTURES :
*Trois (3) salles d’informatiques,
*Deux (2) salles de dactylographie
*Résidence universitaire (80 chambres).
*Cantine indépendant,
*Proximité (200m) terrain de foot, hand et de basket-ball,
*Environnement propre au « footing »,
*Proximité (100m) d’un laboratoire de langues (Anglais,
Allemand).
 CONDITION D’EVALUATION
- Des devoirs en communs sont organisés à la fin de chaque
semestre dans toutes les matières pour les étudiants de la 1ère
année. Pour être admis en 2ème année les candidats doivent se
présente régulièrement à l’ensemble des épreuves et obtenir
10
une moyenne générale au moins 10/20.Toutes absences
injustifié pendant un contrôle de connaissance entraîne la note
zéro. En cas d’absence justifié l’étudiant subira une épreuve de
rattrapage.
- Une ou deux devoirs en commun est programmé pour les
étudiants de la 2ème année. L’examen de fin d’étude est organisé
en fin d’année dans les disciplines enseignées, il comporte une
session écrite et la soutenance d’un Mémoire d’Analyse
Administrative Appliquée.

 CONDITION D’OBTENTION DU DIPLÔME :

Pour être définitivement déclarer admis au DUT les candidats


doivent obtenir une moyenne générale au moins égale à 12/20
sur l’ensemble des matières y compris la soutenance du
mémoire de fin étude. Un stage de fin de cycle au terme de trois
(3) mois à l’issue duquel l’étudiant soutien un Mémoire d’Analyse
Administrative Appliquée devant un membre de jury composé
d’enseignants de l’UIG ; parents ;amis . Ce stage lui permet de
mettre en pratique les connaissances acquises durant sa
formation ; afin d’apprécier une situation donnée de l’entreprise,
car pour un étudiant, les connaissances théoriques risquent de
devenir caduques si elles ne sont pas complétées par des
pratiques.
C’est dans cette optique que j’ai effectué mon stage au Bureau
d’Etudes Comptables et d’Organisations (BURECO) pendant
lequel j’ai rédigé un rapport de stage. Le thème traité est : LA
TENUE DE LA COMPTABILITE D’UNE SOCIETE
COMMERCIALE. Le cas choisi est la société commerciale
SYLLA & FILS.
A cet effet, le travail sera présenté en deux parties : une
première partie présentant le Bureau d’Etudes Comptables et
d’Organisations qui sera suivie d’une deuxième partie comportant
le dossier mémoire.

11
II-PLAN DETAILLE DU MEMOIRE
Ce rapport que je vais vous présenter se compose de deux grandes
parties :
- La première partie porte sur : la présentation du lieu de stage le
Bureau d’Etudes Comptables et d’Organisations (BURECO),
comprenant un aperçu sur les activités menées durant le stage, des
observations, suggestions et en fin une conclusion.
- La deuxième partie porte sur le thème : «LA TENUE DE LA
COMPTABILITE D’UNE SOCIETE COMMERCIALE Le sujet traité
portera sur le cas de la société commerciale SYLLA & FILS et
comportera les points suivants :
- Introduction ;
- Développement ;
- Conclusion

12
PREMIERE PARTIE : RAPPORT DE STAGE

13
PRESENTATION DE L’ENTREPRISE ET SERVICE
D’ACCEUIL

PRESENTATION DE BURECO
 CREATION

Le cabinet comptable BURECO sis à l’ACI 2000 à l’immeuble N’DEYE


face à la place CAN est crée le 23 /05 /1992.Comme la majorité des
cabinets, le cabinet BURECO est une entreprise individuelle dont le
promoteur Mr Issouf Coulibaly est comptable agrée inscrit au tableau de
l’Ordre des Comptables Agrées et Experts Comptables Agrées du Mali
(O.C.A.E.C.A.M.)

 COMPETENCES ET OBJECTIFS BURECO

L’objectif principal que vise BURECO consiste à contribuer au


renforcement des compétences des acteurs de l’économie dont entre
autres les entreprises publiques, mixtes et privées, les projets de
développement, les ONG et autres associations, les commerçants
acteurs du secteur formel et informel.

Depuis 1992 BURECO exerce des activités dans les domaines


suivants :
- l’assistance comptable et de gestion ;
- l’organisation administrative, comptable et financière d’entreprise ;
- la formation ;
- le conseil en gestion ;
- l’audit ;
- l’expertise judiciaire ;
- les conseils juridiques et fiscaux ;
- installation de logiciel informatique.

En plus du cabinet le promoteur de BURECO dispose d’une école de


formation nommée COMPLEXE Adam Ba Konaré composée de I.F.T.U.
(Institut de Formation Technique et Universitaire) créée en 1999 et le
lycée DONNISO en 2004.

14
 LES PARTENAIRES

BURECO a des partenaires comme :

o PARTENAIRES INTERNATIONAUX :
- Pain Pour Le Monde (PPLM)
- Plan MALI (PM)
- Organisation Inter- Eglise de Coopération du développement (ICCO)
- CORDAID
-DED (Deutscher Entwicklungs dienst)

o PARTENAIRES NATIONAUX
- APROFEM (Association Pour la Promotion des Femmes au Mali)
- CADP (Cabinet d’Assistance pour le Développement Participatif
- CDPS (Commission Diocèse Pastoral et Social)
- ADAC (Association pour le Développement d’Appui aux
Communautés)
- TONUS (Kati)

C/ FONCTIONNEMENT
Le système de gestion de BURECO est totalement informatisé.
Le logiciel permet au cabinet d’une part à tenir la comptabilité de ses
clients (plus d’une centaine) et d’autre part de tenir sa propre comptabilité.
Les ressources sont composées uniquement des notes d’honoraire
adressées aux clients.

D/ LES ACTIVITES

L’assistance comptable

L’activité principale de BURECO se résume à l’assistance comptable et


vise deux catégories de clientèles :

- clientèle disposant de service comptable :(CDSC), concernant les


entreprises dotées de services de comptabilités, le cabinet fait de
l’assistance comptable qui se résume à une vérification et suivi du service
comptable.

- clientèle ne disposant pas de service comptable :(CNDSC), pour cette


catégorie de clientèle, le cabinet à partir des pièces comptables fournies
tient leur comptabilité conformément aux normes en vigueur au Mali.
15
L’audit

Il s’agit d’une mission d’audit financier c’est-à-dire le contrôle de gestion, il


consiste à l’examen professionnel des informations comptables et
financières fournies par une entreprise ou une organisation en vue
d’émettre une opinion responsable et indépendante sur la régularité, la
sincérité, l’exhaustivité des comptes à partir des rapports financiers et Etats
financiers (ONG ; entreprise ; société) soumis à l’audit.

 L’assistance fiscale

Elle consiste à conseiller et assister les entreprises et sociétés dans le


cadre des déclarations mensuelles et contrôle fiscal
En plus des principales activités BURECO pratique la formation des
stagiaires de fin d’étude et des stagiaires pour un perfectionnement
professionnel sous contrat APEJ.

16
DEROULEMENT DU STAGE ET DESCRIPTION DES TACHES
EFFECTUEES

CHAPITRE II : Les activités menées durant le stage

C’est par note de service que j’ai été autorisé à effectuer un stage de trois
(3) mois au Bureau d’Etudes Comptables et d’Organisations (BURECO).
Le cabinet étant une entreprise individuelle, il effectue toutes les activités
qui embrassent la gestion à commencer par la tenue de la comptabilité,
audit et évaluation d’entreprise, expertise judiciaire, liquidation des sociétés
etc. Cette période de stage a été pour moi un cycle de formation cohérent
pendant lequel, j’ai effectué les tâches comme :
- Le classement des pièces comptables (factures ; reçues ; avis de
crédit et de débit) dans l’ordre chronologique et par nature ;
- L’imputation de ces pièces ainsi classées c’est à dire attribution d’un
numéro de compte selon le SYSCOA ;
- La saisie des pièces imputées dans les journaux sur le logiciel de
comptabilité SAARI ligne 100 versions 12.02
- La technique d’établissement des déclarations mensuelles et de la
TVA.

17
ORGANIGRAMME DE BURECO

DIRECTEUR DIRECTEUR
ASSOCIE

SERVICE SERVICE
SECRETARIAT
COMPTABLE AUDIT

ASSISTANTS ASSISTANTS

18
CHAPITRE III LES OBSERVATIONS ET
SUGGESTIONS :

A/ OBSERVATIONS :
Pendan
t mon stage, j’ai remarqué que BURECO est une structure bien organisée
et l’ordre hiérarchique est respecté. Une complémentarité est visible entre
collaborateurs et le travail se fait dans la convivialité. Il est compétent à son
activité et donne toujours satisfaction à ses clients, les dossiers des
différents clients sont traités d’une manière simultanée dans le logiciel
SAARI, aux journaux auxiliaires ainsi que la centralisation des journaux
d’achats, la tenue du grand livre des comptes et l’établissement de la
balance est automatique.
Certes qu’il est compétent et sérieux dans son travail, J’ai constaté
quelques défaillances à son travail qui sont entre autres :
- Insuffisance du matériel informatique
- Insuffisance des locaux
- Insuffisance des informations de la part de certains clients pour la tenue
de leur comptabilité
- Et le nombre de stagiaire est très élevé

B/ SUGGESTIONS :

Pour rendre son travail plus efficace et plus rapide BURECO doit faire
recours à d’autres matériels informatiques. La construction ou la location
d’un local plus grand serra la bienvenue. Aussi il doit limiter le nombre de
stagiaire ou dresser un emploi du temps qui leur permettrait de travail par
groupe pour une formation meilleure.

19
C/ CONCLUSION :

En effet mon stage au cabinet BURECO qui a durée trois (3) mois m’a
surtout permis d’éclaircir beaucoup de zone d’ombres. Ce passage m’a été
un apport inestimable de comprendre un tel décalage entre la théorie et la
pratique .Le cabinet BURECO est un véritable cabinet de comptabilité qui
met son savoir faire à la disposition de toutes entreprises de la place pour
la tenue d’une meilleure comptabilité.
Au cours de ce stage, j’ai appris pas mal de choses entre autres :
- Le classement des pièces comptables ;
- L’imputation des pièces comptables ;
- La saisie comptable dans les différents journaux ;
- La déclaration fiscale ;
- La vérification des comptes ;
- Les logiciels (WORD ; EXCEL ; SAARI ligne 100 version 12 .02)

20
DEUXIEME PARTIE
MEMOIRE ADMINISTRATIVE APPLIQUEE

INTRODUCTION
21
Les entreprises ainsi que les sociétés Maliennes ont une durée de vie
généralement très courte .Cela s’explique par plusieurs facteurs parmi
lesquelles figures les comptabilités mal tenues.
La bonne tenue de la comptabilité d’une société est-elle nécessaire pour
son épanouissement ?
La mauvaise tenue de la comptabilité est un virus qui compromet toute
analyse concernant l’évolution de ses activités.
De nos jours avec la mondialisation les sociétés sont confrontées à une
compétition nationale et internationale. Elles ont intérêts à contrôler leur
comptabilité et faire face à la concurrence.
Ce contrôle de comptabilité peut se faire en deux étapes : Un contrôle
interne et un contrôle externe.

 Le contrôle interne :
C’est comme un système de sécurité élaboré par les dirigeants de
l’entreprise ou de la société contribuant à la maîtrise de leur entité.
L’existence de ce contrôle dans une entreprise constitue une sérieuse
présomption de la fiabilité des comptes .C’est à dire de la concordance
entre les données comptables et la réalité.
Un système de contrôle insuffisant, mal appliqué ou même inexistant peut
faire croire que le patrimoine n’est pas conforme aux principes de gestion.
Le contrôle interne est une des conditions essentielles de la régularité des
comptes d’une part. Et d’autre part de sa valeur probante. Pour une gestion
saine de la société une comptabilité doit enregistrer tous les faits d’une
société et elle doit être complète.

 Le contrôle externe :
C’est un travail exécuté par une personne en dehors de la société qui
détient l’évaluation du patrimoine de la société à sa charge et d’examiner la
comptabilité de l’entreprise afin d’exprimer son opinion sur la régularité,
ensuite envisager des recommandations.

22
CHAPITRE I : LA SOCIETE SYLLA & FILS

A/ PRESENTATION

L’une des activités de BURECO est la tenue régulière de la comptabilité


des sociétés ne disposant pas de service comptable. C’est dans ce
contexte qu’il est chargé de tenir la comptabilité de la société commerciale
SYLLA & FILS. La société SYLLA & FILS est une société commerciale, son
siège social est à Bamako -coura. Elle est immatriculée au Registre du
Commerce et de Crédit Mobilier (RCCM) sous le numéro 056439A ayant
pour Numéro d’Identification Fiscale (NIF) est 6690625Z.
L’objectif de cette société est l’achat et la vente des déodorant ; machine à
calculer ; cartouche pour imprimante ;carton rames ;Blanco ;grésil ;paquets
sous chemises ;carton savon

B/ : L’ORGANISATION
a) Le directeur :
- veuille à l’application des lignes de conduites des statuts et
règlement à l’intérieure de la société ;
- veille à l’efficacité de l’œuvre, ainsi qu’au bon fonctionnement de la
société ;
- maintient des bonnes relations qui favorisent un meilleur travail
d’équipe ;
- Est le seul signataire des comptes de la société.
b) La secrétaire :
- suit des courriers ;
- s’occupe de la réception des visiteurs leurs accueils et leur
introduction chez les personnels intéressés ;
- assure la saisie et l’impression des correspondances et autres
documents de la société ;
- est responsable du matériel informatique et de tout objets lié au
secrétariat ;
- elle veuille à l’enregistrement correct correspondances dans les
registres de départ et d’arrivé de la société.
C) Le gérant :
- Il est responsable de la boutique
- s’occupe de la vente des marchandises
- veuille au contrôle des stocks de marchandises

d) Le chauffeur
23
- Il assure la livraison des marchandises
- Assure la propreté des véhicules

CHAPITRE II: LA TENUE DE LA COMPTABILITE


D’UNE SOCIETE COMMERCIALE
Section 1 : LE MECANISME D’ELABORATION DES
DIFFERENTES OPERATIONS COMPTABLES

Tous les clients amènent leurs pièces comptables au cabinet que ce


dernier se charge de leur traitement jusqu'à l’établissement des Etats
Financiers. La tenue de la comptabilité d’une société commerciale est
essentiellement caractérisée par :
- Le classement des pièces comptables ;
- L’imputation des pièces comptables ;
- L’enregistrement dans les comptes (saisie comptable)

a) Le classement des pièces comptables :


Le classement est pratiquement le premier travail du cabinet à l’arrivée des
pièces comptables. Il se traduit par la mise en ordre des factures, des
reçus, des quittances remis par le client (client du cabinet) en les classant
chronologiquement (jours, mois, l’année de l’exercice).

b) L’imputation des pièces comptables :


Il est l’opération qui consiste à attribuer un numéro de compte selon le plan
comptable SYSCOA aux pièces précédemment citées.

c) LA SAISIE DES PIECES COMPTABLES :


La saisie des pièces comptables au cabinet BURECO se fait sur un
logiciel de comptabilité appelé « SAARI ligne 100 V 10.2 »
- on fait double clique sur le raccourci du logiciel ;
- on sélectionne société « SYLLA & FILS »
- puis on ouvre cette même société
- on clique sur le menu traitement de saisie dans le quel apparaissent
différents journaux auxiliaires
- on choisit le journal pour la saisie.

24
Exemple de journaux de saisie :

Période Code Intitulé du journal

Janvier 2009 ACH Journal Achats


Janvier 2009 BQ1 Journal Banque monnaie locale 1
Janvier 2009 BQ2 Journal Banque monnaie locale 2
Janvier 2009 BQ3 Journal Banque monnaie locale 3
Janvier 2009 CAIS Journal de Caisse monnaie locale
Janvier 2009 CCP Compte Cheque postaux1
Janvier 2009 OD Journal de l’Opérations Diverses
Janvier 2009 RAN Journal de Report à Nouveau
Janvier 2009 VTE Journal de ventes

Ainsi on enregistre dans les journaux de Janvier jusqu'à la fin Décembre


2009.

1) Le journal d’Achat

Ce journal a été beaucoup exploité compte tenu de l’utilisation des


différentes factures des fournisseurs.
Dans ce journal on enregistre généralement les opérations d’achats.
Pour cela on trouve :
Au débit :

6011 Achat de marchandises dans UEMOA

Au crédit :
401 Fournisseur

25
Exemple : Le15 Décembre 2008 la société SYLLA & FILS fait les achats
suivants avec son fournisseur Papeterie Diaby & Fils :
20 déodorants AYAM pour 20000f CFA
05 chronos pour 12500f CFA
10 rames de papier reprographie à la somme de 40000f CFA
03 Agrafeuses pour un montant total de 3000f CFA
01 carton de savon pour 10000f CFA

LE JOURNAL D’ACHAT

Jou N° de cpt N°de Réf. N°de Libellés Ech PC Débit Crédit


r Géne pièce cpt
Tiers
15 6011000 1 57 Achat de20 8550
0 déodorants 0
AYAM+01
carton de
savon
15 4010000 1 57 401 Papeterie 85500
Diaby Diaby
&Fils

2) L e Journal de Vente :
Dans ce journal on enregistre les opérations de ventes.
Ainsi l’enregistrement se fait comme suit :

Au débit :

4110000 clients

Au crédit :

70110000 ventes de marchandise;


4431TVA facturée sur vente;

26
LE JOURNAL DE VENTE
Jo N° de cpt N°de Réf. N°de cpt Libelle Ech PC Débit Crédit
ur Géne pièce Tiers s
20 7011000 12 48 Facture
MPU
BC22/9
/DG 200000
20 4431000 12 48 TVA/
facture
MPU
BC22/9
/DG 36000
20 4110000 12 48 411PMU PMU-
MALI
BC22/9
/DG 236000

3) Le Journal de Caisse :

Il concerne toutes les entrées et sorties d’argent en espèces.


Les opérations suivantes sont enregistrées dans ce journal :
- Les règlements faites par les clients en espèces ;
- Les versements d’espèces à la banque et autres opérations en espèces
Dans le cas de la société commerciale SYLLA & FILS, ce type d’opération
concerne en général les mouvements de caisse.

Exemple : Reprenons les deux (2) exemples précédent en supposant que


les règlements ont été effectue en espèce.

- Dans le journal caisse l’enregistrement s’effectuera de la manière


suivante :(pour la facture d’achat)

On débite :

40100000 fournisseurs

Par le crédit de crédite :

57100000 caisse

27
- Pour l’enregistrement de l’opération du 25 Décembre2008 (pour la facture
vente).

On débite :

57100000 caisse

Par le crédit de :

41100000 clients

Saisie sur le logiciel SAARI ligne 100 :

- Commencer à entrer dans les journaux de saisie


- Cliquer sur le journal de caisse qui s’ouvre immédiatement
- Choisir le mois qui nous concerne (le curseur se positionne dans la
colonne date) selon notre exemple c’est le mois de décembre
- Saisir la date 15
- Le numéro de compte approprié (40100000)
- La référence 57
- Le libellé (papeterie Diaby & Fils)
- Au débit le montant 85500f CFA
- Puis valider par la touche entrée et automatiquement la machine
donne un numéro à la pièce que nous devons inscrire sur celle-ci.
Saisir la même date, le numéro de compte à créditer est le 57100000,
la référence reste inchangé, le libellé doit être changer et le même
numéro de pièce.
Le déplacement du curseur d’une colonne à l’autre se fait par la touche
de tabulation.
Il en est de même procédure pour la vente.

28
LE JOURNAL DE CAISSE :

Jo N° de N°de Ré N°de cpt Libellés Ech P Débit Crédit


urs cpt pièc f. tiers C
Général es
15 401000 1 57 401Diaby Papeterie
Diaby
&Fils 85500
15 571000 1 57 Caisse 85500

20 571000 2 85 Caisse 236000

20 411000 2 85 411PMU MPU BC


20/09/DG 236000

4)Le journal de banque :

Le journal de banque a le principe d’enregistrement que le journal de


caisse (la caisse enregistre les opérations en espèces alors que la banque
enregistre les opérations effectuées par chèques ou par virement).
La société SYLLA & FILS travaille avec une banque de la place dont le
numéro de compte est 5211000 (BNDA)

Exemple : Au mois de novembre 2008 la société SYLLA & FILS a


effectue les opérations suivantes :
- Le 16 Novembre 2008 règlement du fournisseur (Librairie Kouma) par
chèque N°422 pour un montant de 154000F CFA
- Le 25 Novembre 2008 règlement de notre client (PMU) par cheque n° 680
pour un montant de 82000 FCFA
Après la prise en charge de ces opérations dans le journal d’achat et dans
le journal de vente ; l’enregistrement dans le journal de banque se fait
comme suit :

29
LE JOURNAL DE BANQUE

Jour N° de N°de Réf. N°de cpt Libellés Ec P Débit Crédit


cpt pièce tiers h C
Généra
l
16 401 1 74 Librairie 3 boites de bics 154000
Kouma bleus+3agraffeus
es
16 5211 1 74 BNDA Cheq n° 154000
422
25 5211 2 83 BNDA chèqn° 82000
680
25 411000 2 83 PMU PMU-MALI 82000
BC22/09

Le Journal de Report A Nouveau :


Dans ce journal, seront reportés tous les soldes du compte bilan de la
balance générale à la clôture de l’exercice antérieur.
Ils seront mis dans le journal RAN (Report à nouveau) du mois de janvier à
la clôture.
Le débit est égal au crédit.

Section 2 : LES IMPOTS ET TAXES SUR LE SALAIRES (calcul


et règlement)

A) SALAIRE :
On appelle salaire l’ensemble des rémunérations du personnel d’une
entreprise en contre partie du travail fourni.
Ainsi pour pouvoir faire le calcul du salaire au préalable il faut passer par
la situation du salaire.
o Le calcul du salaire se résume comme suit :
Salaire de Base=Nbre d’heure*Taux horaire
Salaire Brut=Salaire de base +Heure suppl+Prime et ind.
INPS=Salaire Brut*3.6%
Base non impo=Ind. de solid+Ind. de fonction+INPS
Base impo=Salaire Brut- Base non impo

30
Totale retenue=INPS+ITS
L’ITS est déterminé par le barème d’ITS il est arrondi au 250f
inférieur. Le taux de réduction pour charge de famille est :
Marié=10%
Célibataire ; veuf ; divorcé=0%
Nbre de part=2.5%par enfant à charge jusqu’au 10ème inclus

B/ Les taxes liées aux salaires :

1) Taxes fiscales :

♦ La Contribution Forfaitaire (CF):

Elle est calculée sur le salaire brut mensuel au taux de 3.5%.


Exemple : Pour un salaire brut mensuel de 285000f CFA, la
Contribution Forfaitaire (CF) est égal à 285 000*3,5% = 9975f CFA

♦ Taxe de Logement (TL) :

Elle est calculée sur le salaire brut mensuel au taux de 1 %.


Exemple : Pour un salaire brut mensuel de 285000f CFA, la Taxe de
Logement (TL) est égal à 285000*1% =2850f CFA

♦ Taxe de Formation Professionnelle :

Elle est calculée sur le salaire brut mensuel au taux de 2%.


Exemple : Pour un salaire brut mensuel de 285000f CFA, la Taxe de
Formation Professionnelle (TFP) est égal à 285000*2% = 5700f
CFA
♦ Taxe emploi jeunes :

Elle est calculée sur le salaire brut mensuel au taux de 2%.


Exemple : Pour un salaire brut mensuel de 285000f CFA, la Taxe de
Formation Professionnelle (TFP) est égal à 285000.2% = 5700f
CFA

2) Taxes sociales :

♦ Institut Nationale de Prévoyance Sociale ( INPS) :


- part de l’employé = 3.6%
- part de l’employeur = 18.4%
________
22%
31
♦ Impôt sur le Traitement de Salaire (ITS) :

Pour son calcul on tiendra compte du salaire annuel et de la situation


matrimoniale (marié ; célibataire ; divorcé ; veuf et nombre d’enfants
en charge) suivant le Barème qui se présente comme suit :

Le barème d’ITS
Tranche de Taux Montant Cumul
revenu
0 à175000 0% 0 0
175001 à600000 5% 21250 21250
600001 à1200000 13% 78000 99250
1200001 à1800000 20% 120000 219250
1800001 à 2400000 28% 168000 387250
2400001 à 3500000 34% 374000 761250
Au-delà de3500000 40%

Exemple de calculs d’ITS : Le chef comptable d’une entreprise de la


place a perçu en Mai 2008 les éléments de rémunération suivants :

Salaire de Base = 150000

Prime de bilan = 25000

Ind de fonction = 24000

Prime de logement= 40000

Prime de téléphone= 10000

Heures supplémentaires= 30000

Allocation de famille = 6000

Il est marié, père de 6 enfants mineurs à charge


Calculer le montant de l’ITS net annuel et mensuel du en 2008

32
Solution :

Salaire de Base= 150000

Prime de bilan = 25000

Ind. de fonction= 24000

Prime de logement= 40000

Prime de téléphone= 10000

Heures supplémentaires=30000

Allocation de famille= 6000


________
Salaire Brut= 285000

INPS 3.6% = 10260


Allocation de famille= 6000
Ind. de fonction= 24000
________
Base non imposable= 40260
Base imposable mensuelle= (285000-40260)=244740
Base imposable annuelle= (244740*12)=2936880
On arrondi à1000f inférieur=2936000

Tranche de revenu Taux Montant Cumul

0 à175000 0% 0 0
175001à 600000 5% 21250 21250
600001à1200000 13% 78000 99250
1200001à1800000 20% 120000 219250
1800001 à 2400000 28% 168000 387250
2400001 à 2936000 34% 182240 569490

Réduction pour charge de famille :

Marié= 10%
6 enfants= (6*2.5)=15%
______
25%
Réduction= (569490*25%)=142372.5
33
ITS net annuel= (569490-142372.5)=427117.5
Taux d’imposition réel F1= (427117.5/2936880)*100=15%
Taux d’imposition F2= (F1-2) d’où F2=15%-2%=13%
ITS net annuel en2008=2936880*13%=381794.4
ITS net mensuel=381794.4/12=31816.4
On arrondi à 250f inférieur, on aura ITS = 31250f

3) Comptabilisations des salaires :

Cet enregistrement comptable encore appelé (Opérations Divers OD) se


présente comme suit :

On débite les comptes :


6413 Contribution Forfaitaire
6414 Taxe de Formation Professionnelle
6418 Taxe de Logement
6419 Taxe emplois jeunes
6611 Salaire de Base
6641 Charge Sociale

Et on crédit des comptes:


422 Rémunération due
4311 Prestation Familiale
4471 Etat, ITS
4473 Etat, CF
4474 Etat, TL
4478 Etat TFP
4479 Etat TEJ

34
Le journal des salaires :

Jour N° de N° de Réf N° de Libellés Ech Débit Crédit


s cpte pièce cpte
Géne Tiers
26 6413 5 Etat CF 9.975
6414 Etat TFP 5.700
26 6418 6 Etat TL 2.850
6419 Etat TEJ 5.700
26 6611 7 Personnel 285.000
6641 Charges social 52.440
26 422 8 Rémunération 243.490
4311 Prestation F 62.700
26 4471 9 Etat ITS 31.250
4473 Etat CF 9.975
26 4474 10 Etat TL 2.850
4478 Etat TFP 5.700
26 4479 11 Etat TEJ 5.700

35
Règlements des salaires :

Les retenues sur salaire de chaque mois sont reversées au plus tard le 15
du mois suivant si le 15 est un jour ouvrable sinon, le 1er jour ouvrable qui
suit. C'est-à-dire la déclaration des retenues du mois de janvier s’effectue
avant le 15 février.
C’est dans cette norme que la société SYLLA & FILS doit reverser avant
chaque échéances ses retenues. Lors du règlement de salaire et de ces
retenues sur salaire l’enregistrement comptable se présente suit :

On débite les comptes :


422 Rémunération
4311 Etat INPS
4471 ITS
4473 Etat CF
4474 Etat TL
4478 Etat TFP
4479 Etat TEJ

Contre les comptes :

571 Caisse ou521 Banque

Exemple de règlement de salaire :

Jour N° de N° de Réf N° de Libellés Ech Débit Crédit


cpte pièce cpte
Géne Tiers
26 422 20 Rémunération 243.490
26 4311 21 INPS 62.700
26 4471 22 Etat ITS Mai 31.250
26 4473 23 Etat CF Mai 9.975
26 4474 24 Etat TL 2.850
26 4478 25 Etat TFP 5.700
26 4479 26 Etat TEJ 5700
26 571 27 Caisse 361665

36
CHAPITRE III : LES RESULTATS OBTENUS

A / L’édition comptable :

Apres avoir fait les saisies, le menu Etat nous permet d’effectuées les
opérations suivantes édition des :
Brouillard des comptes ;
Le journal des comptes ;
Balance Générale des comptes ;
Grand livre général des comptes,
Balance des comptes tiers
Grand livre des comptes tiers,
.

B/ Le rapprochement caisse :

Il permet d’apporter des corrections par rapport au montant réel se trouvant


dans la caisse.

C/ Le rapprochement banque :

La société nous envoie ses relevés bancaires pour faire un état de


rapprochement.
L’état de rapprochement est une opération qui consiste à comparer les
écritures du compte banque avec celles du relevé bancaire en les pointant
afin d’avoir une idée sur le montant que l’on a pendant une période.
Après ces ajustements avec la balance générale des comptes, nous
procédons à la saisie dans l’ Etat Financier

D/ La récapitulation périodique des journaux auxiliaires

Le total (débit et crédit) des sommes enregistrées dans chaque journal


auxiliaire doit être reporté mensuellement dans le journal livre .Cette
récapitulation s’appelle « le système centralisé ». Les logiciels de
comptabilité la préparation de ces reports éditant automatiquement et dans
l’ordre chronologique un journal général qui récapitule les totaux des
journaux auxiliaires. Les journaux auxiliaires doivent être conservés pour
vérifier les opérations au jour le jour.

37
1 Le grand livre des comptes :
Les écritures du journal général doivent être reportées sur le grand
livre des comptes. Ce report constitue une ventilation des opérations
selon le plan de compte de la société dressée par le cabinet.

2 La balance des comptes :


C’est le logiciel de comptabilité qui génère la balance générale des
comptes de la société. Elle regroupe tous les comptes mouvementés de la
classe 1 à la classe 8
La fonction de contrôle de la balance s’explique par la double égalité
suivante :
Total Soldes Débits = Total Soldes Crédits

Total des Mouvements Débits = Total des Mouvements Crédits.

Pour les états financiers, le Bilan, le compte de résultat et annexes sont


automatiquement dressés par la machine.

E/ LES DOCUMENTS DE SYNTHESES :

1 Définition :
Les états financiers sont des documents périodiques établis pour rendre
compte du patrimoine, de la situation financière et du résultat de la société.
Ils sont un indissociable et décrivent de façon régulière et sincère les
événements, opérations et situation d’exercice pour donner une image
fidèle. Il comprend :
 le bilan ;
 le compte de résultat
 le TAFIRE (Tableau Financier des Ressources et des Emplois) ;
 l’état supplémentaire qui n’est obligatoire que pour le système
normal.

Toutes les étapes citées plus haut aboutissent à la réalisation des Etats
Financiers de l’année lequel forment le tout.

2 Les différentes parties de l’Etat Financier


Le bilan et le compte de résultat constituent le dénominateur commun à un
tous ces systèmes. Les autres : le TAFIRE, les annexes viennent en
complément des premières qui sont obligatoires dans certaines systèmes
et pas dans d’autres comme nous venons de parler au dessus. Le TAFIRE
et les annexes sont obligatoires dans le système allégé.

38
a) Le bilan :

Le bilan est un document de synthèse qui fait apparaître, à la date donnée


la situation patrimoniale actif et passif de l’entreprise. Le bilan est établi à
partir des soldes des comptes (classe 1 à 5) figurant sur la balance après
inventaire .Il est noté que le bilan 2008 de la société commerciale SYLLA
& FILS est conforme au norme du SYSCOA
Au BURECO, le logiciel de comptabilité adapté au système normal pour
l’élaboration, permet de détailler tous les postes du bilan.
o L’actif du bilan :
Il concerne les éléments du patrimoine qui représente les droits dont
dispose l’entreprise : droit de propriété sur les biens, droit de créances sur
les débiteurs. En se basant sur la société commerciale SYLLA & FILS, ces
droits sont :
L’actif circulant : clients, stock de marchandises ;
- la trésorerie active ;
- la banque ;
- la caisse ;

Nous constatons que certaines postes de l’actif du bilan de l‘entreprise


n’ont pas été mouvementés comme les écarts de conversions etc.
S’il n’y a pas eu d’information sur un poste, ce dernier ne fera pas l’objet
d’enregistrement.

o Le passif du bilan :
Il comprend les capitaux et les dettes de l’entreprise envers les tiers. Ils
constituent les éléments de crédits du bilan

Les éléments enregistrés au passif de l’entreprise sont :


Capitaux Propres et Ressources Durables :
- le capital ;
- le Report à Nouveau ;
- le Résultat net de l’Exercice.

- Le passif Circulant :
Fournisseurs d’Exploitation ;
Dettes fiscales ;
Dettes sociales.

La différence entre l’actif du bilan et le passif constituant le résultat net du


bilan. Ce résultat est inscrit au passif du bilan.

39
Le bilan est organisé et facilite la comparaison entre l’exercice dont on
arrête les comptes (exercice N) et (exercice N -1). C’est une façon de
suivre l’évolution de l’entreprise, au fur et à mesure de corriger les postes
qui ont des défaillances. Assure le service des travaux de réparation ;
Faisons le compte rendu régulier au chef comptable ou au Directeur.

b) Le compte de résultat :
SI les comptes de la classe 1 à 5 de la balance sont réservés au bilan,
ceux des classes 6,7 et 8 sont prévues pour l’élaboration des comptes
de résultat.
La machine ventile automatiquement les comptes de la classe 5 au
bilan de la même manière elle ventile les comptes de la classe 6,7 et 8
au compte de résultat en produits et charges.
Le compte de résultat est un document important, un indice qui
détermine la situation exacte d’une période donnée. C’est un élément
indispensable pour la gestion de l’entreprise car il permet aux
propriétaires, aux préteurs et aux fiscs de se faire une idée sur
l’entreprise. Ce qui explique le service régulier des opérations des
produits et des charges tout au long d’une année.

Le logiciel SAARI adapta à l’élaboration du compte de résultat du


système normal subdivise le compte de résultat en deux parties : les
charges (classe 7 et 8) en activité ordinaire et hors activité ordinaire
(HAO).
La différence donne le résultat net de l’exercice qui doit être identique
au résultat du bilan.

La totalisation des produits et charges admet trois rubriques pour


chaque résultat.
- activités d’exploitation ;
- activités financières ;
- activités hors activités ordinaires.
Pour bien augmenter les explications, il sera nécessaire de prendre
l’exemple sur la situation des postes de charges et de produits de
l’entreprise qui se présente comme suite :

40
♦ Les postes de charges de l’entreprise :
Activité d’exploitation :
Il s’agit des achats, transports, services extérieurs, dette activité regroupe
les opérations qui sont directement liées à l’exploitation de l’entreprise (voir
l’annexe). Elle concerne tous les achats et variations de stocks, les
transports et les services extérieurs (la rémunération d’un service donné
par d’autre entreprise) .Exemple entretien et réparation, prime d’assurance,
frais de téléphone et publicité.

- Charges du personnel : toutes sommes versées aux personnels.

- Dotation aux amortissements et aux provisions : elle concerne la dotation


de tous les biens amortissables etc.

Activités financière :
Cette activité est liée aux opérations financières de l’entreprise. Elle est
mouvementée ici (voir l’annexe) ce sont les amortissements et les
provisions qui n’ont pas été mouvementée.

Hors Activités Ordinaires (HAO) :


Cette rubrique correspond en partie dans le SYSCOA : elle dépend le nom
de HAO elle concerne les opérations nom courantes de l’entreprise.

♦ Les comptes de produits de l’entreprise :


Les produits comprennent les sommes aux valeurs reçues ou à recevoir,
soit en contre partie des biens vendus ou aux services rendus, ainsi que
les prêts consentis auprès des institutions financières et tant d’autre.

41
OBSERVATIONS ET SUGGESTIONS

a) OBSERVATIONS :

Il est illusoire de dire que toutes les activités menées par BURECO, vont
comme souhaiter, malgré ses grandes performances car, nulle œuvre
humaine n’est parfaite.
Le manque d’information de la part de certains clients pour la tenue de
leur comptabilité demeure une difficulté pour le bon fonctionnement de
travail.

b) SUGGESTIONS :

Le cabinet BURECO doit sensibiliser les clients de l’importance de la


fourniture de toutes les pièces justificatives.
Il doit recommander aux clients et cela mensuellement la vérification
préalable des factures qu’ils envoient au cabinet afin de voir si elles sont à
jours de même si elles sont accompagnées des pièces justificatives, cela
facilitera la tache à l’assistant chargé du dossier de pouvoir mieux effectuer
son travail tout en réduisant les omissions possible.
Le cabinet doit se doter de matériel informatique suffisant afin de permettre
à chaque assistant comptable d’avoir son ordinateur.
Quant aux clients, ils doivent veiller sur la livraison des pièces au cabinet
pour permettre à ce dernier d’exécuter normalement son travail afin
d’aboutir à une comptabilité fiable et un résultat réel.

42
a) CONCLUSION :

Le stage au cabinet à réveiller en moi l’amour pour la profession


comptable, car il m’a permis de mettre en pratique les connaissances
théoriques qui ont sanctionnées mes formations secondaire et universitaire.
J’estime beaucoup que l’organisation administrative et comptable de
BURECO répond parfaitement aux objectifs de complément de l’IUG par le
stage pratique de fin de cycle.
Ainsi et au vu de ma formation universitaire sanctionnée par un DUT en
Finances Comptabilité, je pense qu’il est indispensable de faire un stage
pratique dans un cabinet comptable car, il est l’incarnation de l’expertise en
matière de comptabilité
Je ne saurai terminer à la rédaction de ce document sans au préalable
présenter mes sincères remerciements aux personnels du cabinet
BURECO en particulier à Mr Daouda DIALLO qui à bien voulu m’accueillir
dans ce cabinet ainsi que à Mr Yaya Sogoré de tout ceux qu’il a fait pour la
réussite de mes études.

BIBLIOGRAPHIE :

- Lectures des anciens mémoires


- Plan comptables SYSCOA
- Des explications obtenues auprès des personnels de BURECO

43