Vous êtes sur la page 1sur 16

Les Musées de Poitiers

Dans les musées


Actualités des Musées de Poitiers
septembre-octobre-novembre-décembre 2010
Exposition
Un Louvre pour Poitiers ; la construction du Musée-Hôtel de Ville (1867-1875)
MUSéE SAINTE-CROIx, 15 OCTObRE 2010 – 16 jANVIER 2011
vernissage le jeudi 14 octobre à partir de 18h

La construction d’un nouvel Hôtel de Ville pour Poitiers, Vue perspective de l’Hôtel
de Ville datée et signée en
remplaçant le vieil échevinage, fit l’objet de plusieurs bas à droite
« 1869 G. Guérinot »,
projets au cours du XIXe siècle. Il fallut attendre les plans offerte le jour de la pose
de Gaëtan Guérinot, l’architecte de la préfecture, en 1867, de la première pierre
« à Son Excellence
pour que la construction soit enfin lancée. M. O. Bourbeau Ministre
de l’Instruction publique,
La restauration en cours - les intérieurs à partir de Hommage respectueux de
l’auteur, 31 octobre 1869,
l’automne 2010 - est l’occasion d’une exposition qui G. Guérinot ».
révèle la genèse du bâtiment, les ambitions de ses
concepteurs et la qualité de son décor.
Grâce aux prêts consentis par la Médiathèque François-
Mitterrand et les archives municipales, de nombreux
documents sont mis au jour  : plans, élévations, photo- principale, et à Auguste Cain, célèbre sculpteur animalier,
graphies, maquettes, factures, discours, médaille auteur des «  tigres chimères  » du campanile, s’inscrit
commémorative... Le concours de grandes collections dans cette ambition monumentale pour l’édifice, dont le
publiques (musées d’Amiens, Dijon, Lyon, du Louvre et vestibule doit abriter des sculptures du musée.
du Petit Palais à Paris, musées royaux d’art et d’histoire
de Bruxelles) comme celui d’un collectionneur particulier
■ LE DECOR PEINT DE PIERRE PUVIS DE CHAVANNES
Le recours à Pierre Puvis de Chavannes, déjà auteur des
permet de réunir dessins et esquisses peintes de Pierre
décors peints du vestibule du musée d’Amiens et de
Puvis de Chavannes, en complément de ceux appartenant
l’escalier du musée de Marseille, décidé par le ministre des
aux musées de Poitiers, qui éclairent l’exécution du décor
Beaux-Arts en 1870, souligne encore l’ambition double
de l’escalier d’honneur.
de ce Musée – Hôtel de Ville.
Connu pour son indépendance, l’artiste s’empare
■ LA CONSTRUCTION DU MUSEE – HOTEL DE VILLE toutefois des travaux menés par quelques membres
Le chantier du nouvel Hôtel de Ville fut porté par Louis- de la Société des Antiquaires de l’Ouest pour définir le
Olivier Bourbeau, maire de Poitiers à partir de 1847. programme décoratif qui emprunte largement à l’histoire
Devenu brièvement ministre de l’Instruction publique en de la ville et soumet au Salon de 1874, le premier
1869, il présida la pose de la première pierre le 31 octobre décor achevé  : L’an 732, Charles Martel secourant la
de cette année-là. chrétienté par sa victoire sur les Sarrasins près de
La mise au point du projet, entre 1867 et 1869, évolua Poitiers. La seconde composition, Retirée au couvent de
vers un parti monumental d’une qualité exceptionnelle. Sainte-Croix, Radegonde donne asile aux poètes et protège
Le choix de l’emplacement, longuement mûri, comme la les Lettres contre la barbarie du temps, VIIe siècle, recevra
révision des plans de Guérinot avec Lefuel, l’architecte du elle aussi un accueil très favorable au Salon. Les deux
Louvre de Napoléon III, traduisent les ambitions portées toiles valorisent des épisodes fondateurs qui rappellent la
pour cet édifice  : à la fois lieu de pouvoir et musée, le place occupée par Poitiers dans l’histoire de France.
bâtiment rappelle, dans son pavillon central, les guichets Les dessins et esquisses réunis dans l’exposition
du Louvre, réputés être le chef-d’œuvre de Lefuel. permettent de découvrir le processus créatif de l’artiste,
De la même façon, le décor sculpté, confié pour partie à des vers une plus grande efficacité des mises en page, afin
artistes poitevins, mais aussi à des Parisiens – Bernard et d’asseoir la noblesse des sujets représentés.
Mallet – comme à Louis-Ernest Barrias, qui livre les modèles
des figures de l’Agriculture et de la Science pour la façade A.B.P.

En couverture : Puvis de Chavannes (1824-1898)


Retirée au couvent de Sainte-Croix, Radegonde donne asile aux poètes et protége les Lettres contre la barbarie du temps, VIIe siècle (détail).
2 (1874) Décor de la cage d’escalier de l’Hôtel de Ville.
Exposition

Grégory Vouhé – Anne Benéteau Péan


Un Louvre pour Poitiers
La construction du Musée – Hôtel de Ville
1867-1875

D es décennies durant on attendit la reconstruction du vieil

Un Louvre pour Poitiers


échevinage. En 1867, Gaétan Guérinot, qui venait de bâtir la
préfecture, rédigea un projet d’Hôtel de Ville et Musée de Poitiers.
La révision des plans fut supervisée par Lefuel, l’architecte du Louvre
de Napoléon  III. Dans son dessin définitif, le pavillon central de
l’Hôtel de Ville rappelle d’ailleurs de près les guichets du Louvre, qui
passent pour le chef-d’œuvre de Lefuel. A l’instar du musée parisien,
le bâtiment poitevin doit aussi abriter les collections municipales de
peinture et de sculpture. Destiné à accueillir une partie des statues,
le vestibule est en fait une reprise assez claire du passage Richelieu
du Louvre. Et quand en 1870 le ministre des Beaux-Arts attribue les
peintures de l’escalier d’honneur, il choisit Puvis de Chavannes, qui
a décoré ainsi le vestibule du musée d’Amiens et l’escalier de celui
de Marseille.

Musée Sainte-Croix, Poitiers


25 e
ISBN 2-919251-00-1

9 782919 251001 Un Louvre pour Poitiers

Catalogue rédigé par Anne Benéteau Péan et Grégory Vouhé

Commissariat : Anne Benéteau Péan, Grégory Vouhé


Catalogue : Anne Benéteau Péan, Grégory Vouhé ;
préface d’Alain Claeys, Député-Maire de Poitiers ;
152 pages, ill. Couleur ;
25 euros.

Pierre Puvis de Chavannes, esquisse peinte pour


Charles Martel vainqueur des Sarrasins, (vers 1873),
huile sur papier marouflé sur toile, collection privée.

CONféRENCES

■ Mardi 26 octobre à 18h30, auditorium du musée ■ Mardi 4 janvier à 18h30, auditorium du musée
Sainte-Croix - entrée libre Sainte-Croix - entrée libre
«  Un Louvre pour Poitiers  ; la construction du Musée- «  Puvis de Chavanne (1824-1898) et le décor peint de
Hôtel de Ville (1867-1875) » l’Hôtel de Ville de Poitiers » par Sophie Bozier, historienne
par Grégory Vouhé, historien de l’art et commissaire de l’art.
adjoint de l’exposition Souvent associé à Gustave Moreau comme précurseur
Présentation de la sélection de documents opérée pour du Symbolisme pictural, Puvis de Chavannes est avant
illustrer l’histoire de la construction du Musée - Hôtel tout un artiste des plus singuliers, créateur d’une œuvre
de Ville de Poitiers, depuis le projet de 1867 jusqu’à au caractère intimiste, raffiné, aux lignes stylisées, aux
l’achèvement du bâtiment en 1875. tons assourdis. Puvis a également su renouveler l’art du
Loin du pastiche que l’on prétend fautivement, c’est en grand décor monumental, comme en témoignent, entre
vérité l’un des plus beaux exemples de l’architecture beaucoup d’autres commandes publiques, les deux toiles
municipale du temps de Napoléon III, pour lequel son marouflées dans l’escalier de l’Hôtel de Ville de Poitiers.
architecte, G. Guérinot, fut médaillé tant en France qu’aux
Etats-Unis.
Les présentations de l’exposition, par Daniel Clauzier
guide-conférencier, à destination des enseignants
(premier et second degrés) auront lieu le mercredi 20
octobre à 14h et le mardi 26 octobre à 10h

3
Carnet des musées
ACqUISITIONS
Don de la collection Taillet

L’habitat de Sous-Clan (1er Âge du Fer) a livré de la


céramique parfois décorée dont plusieurs formes (jarre,
coupes, tasse) ont pu être entièrement reconstituées.
Des fragments de faisselle attestent de la fabrication de
fromage.
Ces recherches ont fait l’objet d’une thèse de doctorat
d’Etat soutenue à Paris I – Sorbonne en 1987 sous
Mandibule de jeune mammouth la direction de Mme J. BEAUJEU-GARNIER et de
La Viaube (Jaunay-Clan, Vienne)
Paléolithique inférieur
J.  CHAVAILLON intitulée  : Potentialités de Jaunay-Clan
(Vienne). Evolution comparative.
La collection Taillet offre un intérêt tout particulier pour
La collection Taillet se compose d’un ensemble d’environ les musées de Poitiers. Elle complète les séries des
14000 objets lithiques et 1250 pièces osseuses Paléolithiques inférieur et moyen de la collection Patte et
provenant des terrasses du Clain, découverts en du dépôt de l’Université : collection Chauvet (alluvions de
prospection par M. Maurice TAILLET lors de l’exploitation la Charente et de la Vienne, sites en grotte charentais).
de sablières de 1947 à 1960. La région de Jaunay-Clan et de Saint-Georges-les-
La collection lithique présente des séries du Paléolithique Baillargeaux, dense en sites protohistoriques (et
inférieur et du Paléolithique moyen incluant des racloirs et antiques) déjà présents dans nos collections (par exemple
des denticulés, du débitage Levallois (technique visant à la riche sépulture du Mia) voit par ailleurs son passé plus
prévoir plus précisément la forme des éclats). récent se préciser à la lueur des découvertes actuelles
Des pièces osseuses (mammouth, renne, bison, hyène) en archéologie préventive. Le matériel de la Viaube et de
constituent un ensemble remarquable dont une Sous-Clan prend sa place dans cette continuité.
mandibule de jeune mammouth entière, en très bon état M. TAILLET, descendant d’une famille poitevine, a souhaité
de conservation ainsi que plusieurs défenses d’autres faire don de sa collection aux Musées de Poitiers. Ayant
animaux, jeunes et adultes, de la même espèce. consacré des années aux recherches dans la région de
Tout le matériel trouvé a fait l’objet d’un repérage, a Jaunay-Clan, il veut que celles-ci soient utiles aux chercheurs
été enregistré et marqué. Les séries sont donc bien et que le matériel soit conservé et mis en valeur.
individualisées, par leurs différentes patines et par leur C.B
provenance. Elles constituent donc de nouveaux jalons
dans la chronologie paléolithique locale.
La collection inclut également des vestiges d’habitats
protohistoriques publiés à l’occasion des XIVe et XVe
congrès préhistoriques de France (1955 et 1957). 
La station de la Viaube (Bronze II b final de la chronologie
de Déchelette) correspondait à un habitat dont les restes
de fonds de cabane en partie incendiés ont permis la
détermination de végétaux  : blé (Triticum Monococcum
et Triticum Dicoccum), orge (Ordeum), glands (plusieurs
Jarre céramique
espèces de chêne), châtaignier, pépins de raisin, source Sous-Clan (Jaunay-Clan, Vienne)
d’informations sur l’environnement et l’agriculture. Bronze final / Premier Âge du Fer

4
Carnet des musées

■ jacques VILLEGLE (né à quimper en 1926) Plus de 190 expositions personnelles lui ont déjà été
Guide du pèlerin de Saint-Jacques consacrées dans le monde entier depuis 1957, dont une
de Compostelle (2006) importante rétrospective au Musée national d’art moderne
en 2008, et il a fait l’objet de plusieurs monographies.
Peinture à l’huile et bombage au pochoir sur 4 toiles de lin, Exposé à Poitiers à plusieurs reprises depuis 1988,
H. 600 – l. 210 cm chaque toile notamment en 1999 au Confort Moderne – Le Grand
Mix – et en 2003 au musée Sainte-Croix – L’alphabet
la Acquis avec la participation du F.R.A.M. (Fonds régional d’acquisition socio-politique – l’œuvre de Jacques Villeglé, désormais
re, pour les musées) représenté de manière exceptionnelle dans les collections
es. poitevines, y prend ainsi une dimension majeure.
de Réalisée pour la cathédrale
de Poitiers, dans le cadre
de l’exposition La nuit
■ Henri DOUCET (Pleumartin, 1883 – Ypres, 1915)
rat Vue d’une ville (vers 1913)
us des temps organisée en
de septembre 2006, cette
Aquarelle sur papier, H. 33,5 – l. 24,5 cm
an œuvre exceptionnelle entre
Signée en bas à droite : H. Doucet
au musée grâce à la géné-
ur rosité de l’artiste qui a offert Acquis avec la participation du F.R.A.M. (Fonds régional d’acquisition
es à la Ville trois toiles sur les pour les musées)
et quatre.
de Sur quatre lés de lin, La carrière très courte
Jacques Villeglé a transcrit d’Henri Doucet, interrompue
es- le dernier chapitre du Guide brutalement par sa mort
et du pèlerin de Saint-Jacques au front en mars 1915,
ple de Compostelle écrit en latin par Aimery Picaud, de explique que l’œuvre de cet
us Parthenay-le-Vieux, au XIIe siècle. Le récit prend place à artiste demeure méconnu.
es Poitiers et narre des événements dramatiques survenus Pourtant ce surdoué, origi-
de suite au mauvais accueil réservé à des pèlerins de Saint- naire de Pleumartin près
Jacques, rappelant le lecteur au devoir d’hospitalité. de Châtellerault, fréquenta
té Le texte, ici dans sa version française, est composé très tôt les avant-gardes,
nt dans l’alphabet sociopolitique rassemblé par Jacques après une formation à
de Villeglé depuis 1969, à partir de graffiti urbains et de l’Ecole des Beaux-Arts de
urs signes appartenant aux domaines économique, religieux, Paris. Voyageant en Italie
politique, scientifique. en 1905, il s’arrêta à Saint-
C.B Jacques Villeglé est une figure majeure du Nouveau Tropez où le néo-impressionnisme de Paul Signac le
Réalisme. Depuis soixante ans, il s’approprie les affiches séduisit. Proche du groupe de l’abbaye de Créteil, il exposa
lacérées par les passants anonymes, dans les rues du à deux reprises aux côtés notamment de Gleizes et de
monde occidental dont il a fait son atelier. L’une d’elles, Brancusi, et dès 1907, il participa au Salon d’Automne et
Ras l’front – Rue des Quatre-Roues, qu’il a prélevée au Salon des Indépendants, où l’influence de Cézanne et
en février 1998 à Poitiers, appartient aux musées de des cubistes était alors sensible dans ses œuvres.
Poitiers. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont Urbi & Ami du critique d’art, peintre et érudit anglais Roger Fry,
Orbi, Cheminements, Liens et Lieux. il séjourna à Londres en 1912 et travailla pour les Omega
Tout son œuvre – affiches lacérées, alphabet Workshops fondés par Fry. De retour à Paris après un
sociopolitique – est le miroir de nos « réalités collectives », voyage en Italie et en Tunisie durant l’été 1913, il reçut
miroir abyssal, réfléchissant dans le lambeau, la fibre, la des commandes de décors pour le Théâtre des Arts.
couleur, les mots, les images lacérées, colères, victoires, Installé au printemps suivant à Villeneuve-lès-Avignon, il
élans de vie, embrasements d’humanité. y peignit de nombreux paysages.

5
Carnet des musées

Dès 1948, une rétrospective lui était consacrée à Poitiers, Invitée en résidence par la Ville de Poitiers en 2008,
faisant entrer dans les collections trois toiles et un projet Christina Kubisch y a composé 23 promenades  : durant
de tapisserie. Trois peintures purent être acquises en tout le mois d’octobre, les promeneurs coiffés de casques
1988 et 1990, puis deux autres en 2005, grâce au legs équipés de capteurs transformant en fréquences audibles
de Jeannie Boisseau. les ondes magnétiques produites par les multiples appareils
L’œuvre graphique de Doucet demeure rare, ce qui du quotidien, étaient invités à redécouvrir rues, bâtiments
renforce l’intérêt de l’aquarelle qui entre aux musées et commerces selon les itinéraires conçus par l’artiste.
de Poitiers, complétant ainsi les neuf œuvres sur toile Ce dessin transcrit le plan des itinéraires et témoigne
déjà présentes. La sensibilité de l’artiste pour la couleur d’une expérience auditive et artistique unique.
se révèle dans cette aquarelle  : la palette acidulée où
prédominent les valeurs froides – bleu, vert – contraste ■ f. fORICHON
avec des accents de rose et de jaune. Portrait de Guillaume Gilbert (1891)

■ Christina KUbISCH (née en 1948 à brême) Huile sur toile, H. 56,1 – l. 46 cm


23 promenades électromagnétiques à Poitiers Dédicacé, signé et daté en bas à droite :
(2008) A mon ami Gilbert/F. Forichon 91

Crayons de couleur sur papier, H. 82 – l. 63 cm Acquis avec la participation du F.R.A.M. (Fonds régional d’acquisition
pour les musées)
Signé et daté en bas à droite : Kubisch 2008

Acquis avec la participation du F.R.A.M. (Fonds régional d’acquisition


pour les musées)

Christina Kubisch travaille à l’intersection des arts


visuels et de la création musicale. Peintre, musicienne et
compositeur, elle figure parmi les pionniers du mouvement
international « Sound Art ». Depuis 1976, elle réalise des
installations et promenades sonores dans les grandes
villes du monde entier : muni d’un casque, le promeneur
est plongé dans un univers sonore inouï qui se superpose
au paysage sonore naturel.

La personnalité du modèle constitue l’intérêt principal


de ce portrait : Guillaume Gilbert, né à Moulins en 1862
et mort entre 1940 et 1942, dirigea à la fois l’école des
Beaux-Arts et le musée de Poitiers de 1894 à 1928. Il
avait été l’élève de Jean-Léon Gérôme à Paris avant
d’arriver à Poitiers où il enseigna d’abord le dessin, la
peinture et la sculpture à l’école des Beaux-Arts dont il
prit la direction. Les musées de Poitiers conservent deux
toiles de sa main.
L’auteur de cette toile demeure moins connu. Ami du
modèle si on en croit la dédicace, il était portraitiste
et enseigna le dessin au lycée de Nîmes. Ce portrait,
exécuté avec finesse et un réel talent, permet d’enrichir
les collections liées à l’histoire de Poitiers au tournant du
XXe siècle.

A.B.P.

6
Carnet des musées

MUSéOGRAPHIE : PRéHISTOIRE
Des vitrines pour La Marche

Les Musées de Poitiers


conservent deux collections
exceptionnelles : la collection
Péricard et la collection
Bastière. Celles-ci proviennent
des fouilles du site de La Marche
(Lussac-les-Châteaux, Vienne) menées
par Léon Péricard et Stéphane Lwoff de
1937 à 1942 et par Jean Airvaux en 2001.
De ce matériel, riche et abondant, quelques éléments
seulement se trouvent exposés au public. Les plus
Plaquette gravée figurant une tête de cheval (Relevé et photo)
connus sont les gravures sur pierre réalisées sur des Calcaire
supports de taille variable (quelques centimètres à plus Magdalénien moyen
Relevé Léon Pales
d’un mètre) décryptées par Léon Pales qui y consacra de
longues années. Un visage humain, des silhouettes à
la féminité et à l’embonpoint exacerbés, deux hommes
dans un face à face ludique ou cérémoniel, un avant-
train de mammouth, des têtes  : cheval, cervidé, lièvre…
se laissent découvrir. Leur présentation nécessite un
éclairage mieux adapté actuellement en cour d’étude.
La dernière « Nuit des Musées » a été l’occasion de sortir
de l’ombre une quarantaine d’incisives de cheval gravées
de petits triangles quadrillés évoquant fortement une Perle-pendentif claviforme décorée
figuration de sexe féminin. Leur destination précise nous Ivoire
Magdalénien moyen
échappe encore. Ces objets donnent aujourd’hui lieu à
une étude pluridisciplinaire (odontologie, techniques de
fabrication, traces d’utilisation).
La diversité de l’outillage en os, bois de renne et ivoire
(baguettes, sagaies, bandeaux, lissoirs, alènes, aiguilles
à chas, bâtons percés) ainsi que l’abondance et la
qualité des objets de parure (pendeloques, perles, dents
perforées, coquillages) justifient que deux nouvelles
vitrines leur soient prochainement consacrées.
Si la majeure partie de ce matériel est courante dans du
Magdalénien moyen, quelques types d’objets sont très
localisés sur le plan régional et précisément datés du
Magdalénien III (14280 B.P. I 160) : il s’agit des petites
sagaies rainurées à biseau simple dite «  de Lussac-
Angles », des incisives de cheval gravées ou encore des
perles «  claviformes  » en ivoire ou en bois de renne à
propos desquelles on pourrait évoquer un phénomène
de « mode ».
Sagaies dites « de Lussac-Angles », os
C. B. Magdalénien moyen

7
Carnet des musées

CONVENTION ENTRE LA VILLE DE POITIERS, L’INSTITUT NATIONAL


DE RECHERCHES ARCHéOLOGIqUES PRéVENTIVES, LA DIRECTION RéGIONALE
DES AffAIRES CULTURELLES
Les Musées ont pour mission la conservation, l’inventaire, des connaissances acquises dans le cadre d’opérations
l’étude des collections patrimoniales, mais aussi archéologiques menées sous le contrôle des services
leur valorisation auprès du public, par des actions de déconcentrés de l’Etat. C’est pourquoi ces trois partenaires
médiation. L’Inrap assure, lui, sur prescription de l’Etat, la ont souhaité, réunis par des missions culturelles et
détection, la conservation ou la sauvegarde par l’étude, du scientifiques communes ou complémentaires, établir une
patrimoine archéologique affecté par l’aménagement du convention ayant pour objectif de valoriser, auprès d’un
territoire, mais veille également à médiatiser les résultats très large public, par des conférences, des expositions,
de ses recherches. Le Service Régional de l’Archéologie des colloques…, la recherche archéologique régionale.
contribue, quant à lui, à la diffusion auprès des publics

CONféRENCE
■ jeudi 21 octobre à 18h30, auditorium du musée Sainte-Croix – entrée libre
Mille ans d’évolution d’un territoire littoral à L’Houmeau (17) ; des viticulteurs romains aux agriculteurs du Moyen Âge
(Ier – Xe siècles)
Par Thierry Cornec, Inrap
La conférence de Thierry Cornec s’inscrit dans ce cadre. L’occupation du site est toujours attestée à l’époque
C’est préalablement à la réalisation de lotissements carolingienne représentée par des vestiges d’habitats
au nord de La Rochelle, à L’Houmeau, que Thierry et de zones de travail, associés à une nécropole. Foyers,
Cornec réalisa une intervention archéologique en 2008. silos, aire d’ensilage, puits déterminent cette implantation
Les 5  ha fouillés ont révélé une occupation antique et médiévale. Le site de Monsidun se révèle d’un très grand
médiévale couvrant près d’un millénaire (IIe –Xe siècle). intérêt, puisqu’il permet d’appréhender, sur près de 10
A l’époque romaine, se rattache un bâtiment viticole dont siècles, l’évolution de l’aménagement d’un territoire situé
subsistaient un chai, une aire de foulage, des bassins (cf. sur le littoral, depuis l’Antiquité jusqu’à l’aube du Moyen Âge.
photo). Bordé par une voirie, il fonctionne dès le IIe siècle
et évolue jusqu’au VIe siècle. Plus inattendus dans ce
secteur, des ensembles funéraires antiques ont été
mis au jour, révélant, pour l’un, des sépultures d’enfants
avec mobilier de verre et de céramique, pour l’autre, des
tombes d’adultes réunies au sein d’une vaste fosse et
accompagnées d’un riche mobilier d’offrandes.

Vue générale de l’installation viticole romaine,


dotée de bassins à cupule,
mise à jour à L’Houmeau (Monsidun).
Cliché Inrap, Thierry Cornec.

8
Carnet des musées

MOUVEMENT DES œUVRES

Les musées de Poitiers constituent le premier ensemble


muséal de la région Poitou-Charentes pour leur richesse
patrimoniale. Les collections Beaux-Arts – peinture,
sculpture, dessin, arts décoratifs – comme celles
d’archéologie ou d’histoire régionale sont régulièrement
sollicitées pour des prêts à de nombreuses expositions en
France et à l’étranger.

■ joseph Charron
Clovis après Tolbiac (1881) - terre cuite modelée.
Exposition « Les héros. Le désir de l’exceptionnel »
au Industriemuseum d’Hattingen (Allemagne)
du 12 mars au 31 octobre 2010.

Tête gauloise trouvée à Poitiers


(IIe ou Ier s. av. J.-C.)

■ Tête gauloise
(IIe ou Ier s. av. j.-C.)
Poitiers, rue de la Marne - fouille Inrap 2002
Exposition « Les Gaulois font la fête », musée de Bibracte,
du 1er avril au 30 novembre 2010.

■ Edgard Maxence
Sérénité (1er quart xxe) - huile sur bois
Vue du château de La Tourière à Bouguenais
(1er quart xxe) – huile sur toile.
Exposition « Maxence » au musée des Beaux-Arts de
Nantes du 21 mai au 13 septembre 2010, et au musée de
la Chartreuse à Douai du 16 octobre 2010 au 17 janvier
2011. 

■ André brouillet
Intimité , huile sur toile, (1893).
Exposition « Sous la lampe. Peintures de 1830 à 1930 »
du 9 octobre 2010 au 16 janvier 2011 au musée de
Saint-Maur, villa Médicis à Saint-Maur-des-Fossés.
Edgard Maxence
Sérénité (1er quart XXe) - huile sur bois

9
Les rendez-vous des musées
LES jOURNéES EUROPéENNES DU PATRIMOINE - entrée libre
Thème national « Les grands hommes : Quand ■ dimanche 19 septembre
femmes et hommes construisent l’Histoire » Musée Sainte-Croix
■ samedi 18 septembre • 11h : L’école d’Ingres (1780-1867), par Sophie Bozier,
Musée Sainte-Croix guide-conférencière
• 11h : Préhistoire : Etienne Patte, savant poitevin, • 14h : A l’aube du Moyen Âge, Hilaire, Radegonde,
par Thomas Bauduin, guide-conférencier Fortunat, par Thomas Bauduin, guide-conférencier
• 14h : A l’aube du Moyen Âge, Hilaire, Radegonde, • 15h : performance chorégraphique et musicale autour
Fortunat, par Thomas Bauduin, guide-conférencier du tableau « Weeping Venus » de Romaine Brooks
• 15h : performance chorégraphique et musicale (durée (1874 ? – 1970), par Barbara Blanchet (danse) et
20 mn) : Barbara Blanchet, danseuse et chorégraphe de Véronica Onetto (chant lyrique) de la Cie « Pic la poule »
la Cie « Pic la Poule », invite la chanteuse lyrique Veronica (reprise)
Onetto, le temps d’une performance autour du tableau • 16h : Les leçons de Rubens dans la peinture de l’Ecole
de Romaine Brooks « Weeping Venus » au musée Sainte- du Nord au XVIIe siècle, par Daniel Clauzier, guide-
Croix. Donner vie à ce tableau. S’en imprégner pour qu’il conférencier
prenne corps. Investir, envahir l’espace, le laisser résonner. • 17h : spectacle de danse par la Cie « Pic la Poule » (reprise)
Ce tableau fait partie des sources d’inspiration de Barbara Hypogée des Dunes
Blanchet pour son prochain solo « La femme échouée » • 11h : Monique Béraud,
qui sera créé au printemps 2011. « Pic la poule » est guide-conférencière
conventionnée par la Ville de Poitiers. • 14h : Françoise d’Argenson,
• 16h : Les leçons de Rubens dans la peinture de l’Ecole guide-conférencière
du Nord au XVIIe siècle, par Daniel Clauzier, guide- • 15h : Dominique Simon-Hiernard,
conférencier responsable des collections
• 17h : spectacle de danse par la Cie « Pic la Poule » (reprise) Parc de l’hypogée
antiques et médiévales
• 16h : Françoise d’Argenson,
guide-conférencière
visites limitées à 13 personnes et sur inscription
(service culturel : 05-49-41-07-53)

LES ExPRESSIfS
(en partenariat avec Poitiers Jeunes)
■ Vendredi 8 – samedi 9 – dimanche 10 octobre,
dans la cour du musée Sainte-Croix
Programme disponible à partir du 15 septembre sur
Romaine Brooks « Weeping Venus » (1917) www.lesexpressifs.com

Hypogée des Dunes : ouverture exceptionnelle CONCERT


• 11h : Dominique Simon-Hiernard, responsable des Le Circuit (en partenariat avec le Confort Moderne et dans
collections antiques et médiévales le cadre des « Tudiantes », semaine d’accueil des étudiants)
• 14h : Françoise d’Argenson, guide-conférencière ■ Samedi 2 octobre à 16h (durée 1h)
• 15h : Monique Béraud, guide-conférencière Angil and the hiddentracks : groupe stéphanois qui évolue
• 16h : Dominique Simon-Hiernard, responsable entre pop, hip hop (par le phrasé du chanteur) et rock.
des collections antiques et médiévales Tarif : 3 € /Gratuit pour les bénéficiaires de la carte culture
visites limitées à 13 personnes et sur inscription (programme complet dès septembre sur
(service culturel : 05 49 41 07 53) www.confort-moderne.fr)

10
Les rendez-vous des musées

CONCERT-LECTURE ■ jeudi 13 janvier : Mouvements radicaux ; au carrefour


Chopin, un hiver à Majorque de l’art, l’architecture et du design
■ Dimanche 5 décembre à 16h15 (durée 1h15) ■ jeudi 24 février : Du point de vue à l’ambiance
entrée libre ■ jeudi 17 mars : Expérimenter et parcourir l’espace
Par les élèves musiciens du Conservatoire à Rayonnement urbain : du privé au public et vice versa
Régional de Niort (C.R.R. ) et par les élèves comédiens du ■ jeudi  21 avril (à la Maison de l’architecture) : Art,
département d’art dramatique du C.R.R. de Poitiers, sous architecture et paysage
la direction de Pierre Fardet. ■ jeudi 12 mai (à la Maison de l’architecture) : Sculpture
Au XIXe siècle, l’Espagne est à la mode. Les voyageurs et architecture
s’y rendent en pèlerinage passionné et multiplient leurs
récits. On étudie la langue, la littérature, l’histoire, les
LES MUSICALES DU MARDI
institutions et les arts de cette mystérieuse péninsule, musée Sainte-Croix - entrée libre
rêve de tous les romantiques. Entre novembre 1838 Les «  Musicales du mardi  »
et février 1839, Frédéric Chopin fait un séjour sur l’île au musée Sainte-Croix sont
de Majorque où il écrit une partie de son œuvre. Les des mini-concerts de trente
œuvres musicales seront accompagnées par la lecture de minutes, animés par les élèves
sa correspondance avec Franz Liszt, George Sand  : des classes de musique de
Mateo FERRER, Franz LISTZ, Giacomo MEYERBEER, chambre du conservatoire, à
Mariano Rodriguez de LEDESMA, Robert SCHUMANN... travers des œuvres dont le
répertoire peut s’étendre du
CONféRENCES XVIIe siècle à nos jours.
■ Mardi 26 octobre à 18h30, auditorium du musée
Sainte-Croix - entrée libre
« Un Louvre pour Poitiers ; la construction du Musée-Hôtel ■ Mardi 7 décembre à 12h30
de Ville (1867-1875) » par Grégory Vouhé, historien de ■ Mardi 8 février à 12h30 (dans le cadre des Journées
l’art et commissaire adjoint de l’exposition. de la Musique de Chambre)
■ Mardi 4 janvier à 18h30, auditorium du musée ■ Mardi 12 avril à 12h30
Sainte-Croix - entrée libre ■ Mardi 28 juin à 18h
« Puvis de Chavanne (1824-1898) et le décor peint de
fILMS DOCUMENTAIRES
l’Hôtel de Ville de Poitiers » par Sophie Bozier, historienne
de l’art. auditorium du musée Sainte-Croix – entrée libre
■ jeudi 21 octobre à 18h30, auditorium du musée ■ Mardis 19 octobre et 14 décembre à 12h30
Sainte-Croix - entrée libre « Pierre Puvis de Chavannes ou la nostalgie de l’idéal » par
Mille ans d’évolution d’un territoire littoral à L’Houmeau ; Jean-Marie Lantez (1995 – 26’)
des viticulteurs romains aux agriculteurs du Moyen Âge Consacré aux six grandes compositions que l’artiste a
(Ier – Xe siècles), par Thierry Cornec, Inrap. réalisées sur les murs du musée de Picardie à Amiens
entre 1861 et 1882, ce film pose un regard nouveau
CYCLE DE CONféRENCES sur l’art d’un peintre devenu porte-parole des valeurs
(en partenariat avec l’Ecole des Beaux-Arts de Poitiers) officielles de son temps.
Auditorium du musée Sainte-Croix, les jeudis à ■ Mardi 9 novembre à 12h30 – entrée libre
19h15 - entrée libre « Louise Bourgeois », par Camille Guichard (1993 – 52’)
« Art, architecture, design » par Rozenn Carnevet La vieille dame qui traverse la rue c’est elle, Louise
(programme complet sur www.musees-poitiers.org) Bourgeois, dont l’histoire nous est d’abord brossée à
■ jeudi 18 novembre : Les mouvements d’avant- grands traits par le biais de photographies tirées des
garde ; de l’objet à l’environnement archives familiales. La rencontre a lieu chez elle et dans
■ jeudi 9 décembre : Art et architecture ; un conflit son atelier de Brooklyn où elle entreprend une exégèse de
fertile son œuvre dans une optique résolument psychanalytique.

11
Les rendez-vous des musées

VISITES COMMENTéES DES COLLECTIONS DU MUSéE SAINTE-CROIx


: Visite traduite simultanément en langue des signes (L.S.F.)

■ Dimanche 5 septembre, à 15h : ■ Dimanche 7 novembre à 18h :


Préhistoire ; de la chasse au festin, La scénographie par la lumière dans la peinture
par Claudine Gautier, animatrice du XIXe s., par Sophie Bozier, guide-conférencière
■ Mardi 7 septembre, à 18h : ■ Dimanche 14 novembre, à 15h :
L’écriture dans la société gallo-romaine, Visite de l’exposition « Un Louvre pour Poitiers ;
par Thomas Bauduin, guide-conférencier la construction du Musée-Hôtel de Ville (1867-1875) »
■ Dimanche 12 septembre, à 15h : par Daniel Clauzier guide-conférencier
Visite de l’exposition « L’expédition de Glen Baxter ■ Dimanche 21 novembre, à 15h :
en Poitou-Charentes », par Daniel Clauzier Naissance de l’art en Préhistoire, par Monique Béraud,
guide-conférencier guide-conférencière
■ Dimanche 26 septembre, à 15h : ■ Dimanche 28 novembre, à 15h :
Romaine Brooks (1874 ?-1970), Quand les Pictons passent à table par
par Sophie Bozier, guide-conférencière Thomas Bauduin, guide-conférencier
■ Dimanche 3 octobre, à 15h : ■ Dimanche 5 décembre à 15h :
Les animaux à la Préhistoire, Visite de l’exposition « Un Louvre pour Poitiers ;
par Claudine Gautier, animatrice la construction du Musée-Hôtel de Ville
■ Mardi 5 octobre, à 18h : (1867-1875) » par Sophie Bozier, guide-conférencière
Des lions au musée, de l’Antiquité au XIXe siècle, ■ Mardi 7 décembre à 18h :
par Françoise d’Argenson, guide-conférencière Chez ces gens là ; les petites gens dans la peinture
■ Dimanche 17 octobre, à 15h : des XVIIe-XVIIIe siècles, par Françoise d’Argenson,
Visite de l’exposition « Un Louvre pour Poitiers ; guide-conférencière
la construction du Musée-Hôtel de Ville (1867- ■ Dimanche 12 décembre, à 15h :
1875) », par Sophie Bozier, guide-conférencière « Magnum Lemonum » ; Poitiers, et son territoire dans
■ Dimanche 24 octobre, à 15h : l’Antiquité, par Thomas Bauduin, guide-conférencier
Le bestiaire roman, par Monique Béraud, ■ Dimanche 19 décembre, à 15h :
guide-conférencière Auguste Rodin et Camille Claudel, par Sophie Bozier,
■ Dimanche 31 octobre, à 15h : guide-conférencière
L’or de Venise, le retable de Paolo Veneziano (XIVe s.),
par Daniel Clauzier guide-conférencier
■ Mardi 2 novembre, à 18h :
Les rites funéraires dans l’Antiquité,
par Thomas Bauduin, guide-conférencier

Brassard d’archer, schiste.


Sépulture de Magné, Gençay (Vienne) ; pointes de flèches, silex.
Abri de Bellefonds (Vienne) ; Pointe, cuivre.
Sépulture de Thorus, Château-Larcher (Vienne).
Chalcolithique.

12
Croq'musée
LES P’TITS ATELIERS POUR LES 4-6 ANS
de 9h30 à 11h
Les enfants doivent être accompagnés d’un adulte.
■ 26 octobre / 21 décembre / 28 décembre
Ciel mes bijoux ! : retrouve les différentes parures et
autres bijoux portés par les personnages du musée.
Atelier : confection de bijoux en divers matériaux.
■ 28 octobre / 30 décembre
Purée ! Quelle compote ! : découverte de la nature morte
dans les collections. Atelier : réalisation en volume d’une
petite nature morte.
■ 2 novemb re / 23 décembre
Vive le vent d’hiver ! : observe les quatre saisons parmi
les œuvres peintes. Atelier : composition en peinture et
collage sur les saisons.

ATELIERS-jEUx
de 14h à 16h30

Pour les 6-8 ans ■ 30 décembre


■ 26 octobre / 21 décembre Ces serpents qui sifflent sur vos têtes : découverte des
Chapeau l’artiste ! : De nombreux personnages du musée personnages d’Athéna et de Méduse. Atelier : réalisation
en découpage, collage, assemblage, d’une tête
portent des chapeaux de toutes sortes, pars à leur
monstrueuse de Méduse. Prévoir pour chaque enfant
recherche. Atelier : confection d’un chapeau.
une boîte type boîte à chaussures.
■ 28 octobre / 23 décembre 
Ciel mes bijoux ! : retrouve les différentes parures et
autres bijoux portés par les personnages du musée. Pour les 9-12 ans
Atelier : confection de bijoux en divers matériaux. ■ 29 octobre
■ 2 novembre / 28 décembre Les contes de la crypte : viens découvrir les œuvres les
La peau du dragon : découverte des dragons du musée. plus inquiétantes du musée. Atelier : réalisation d’une
Atelier : création d’une peau imaginaire de monstre en drôle d’araignée.
collage et peinture. ■ 31 décembre
■ 24 décembre Chapeau l’artiste ! : De nombreux personnages du musée
L’étoile mystérieuse : évocation des légendes de Noël. portent des chapeaux de toutes sortes, pars à leur
Atelier : réalisation d’un objet lié à la fête de Noël. recherche. Atelier : confection d’un chapeau.

LES ANNIVERSAIRES AU MUSéE Renseignements et inscriptions au service éducatif :


POUR LES 5 à 10 ANS
05 49 41 07 53 ou
(groupe d’âge homogène), les samedis, à 14h00 ou à service-educatif-musees@mairie-poitiers.fr
15h30. Un adulte responsable accompagne le groupe.

13
Les Amis des musées
jOURNéE DES ASSOCIATIONS LES COURS DE L’éCOLE DU LOUVRE
AU PARC DE bLOSSAC (formulaire d’inscription sur www.musees-poitiers.fr)
■ Dimanche 26 septembre 
Stand d’information sur les activités de la SAMP. Le siècle d’Or de la peinture espagnole,
par Emmanuel Stiller chargé de cours et
VOYAGES de travaux dirigés devant les œuvres,
Ecole du Louvre, les lundis à 18h :
■ Samedi 2 octobre  ■ 8 novembre : un long siècle d’Or. Les acquis de
En car : visite du village de Tusson (ruines d’une abbaye, la Renaissance et les leçons du Greco.
musée, église) et découverte du bel ensemble roman de
■ 15 novembre : Un style national et ses relations avec
Saint-Amand-de-Boixe.
l’Europe. Ribera à Naples.
■ 22 novembre : Les centres régionaux. Velasquez et
■ Mercredi 8 décembre Zurbaran à Séville.
Visites des expositions dans les Galeries nationales du
Grand Palais à Paris :
■ 29 novembre : Le roi, la cour et la gloire de Velasquez
• « Claude Monet » : Pendant plus de soixante ans, Claude
■ 13 décembre : Murillo, le baroque international et
la fin des Habsbourg d’Espagne.
Monet a peint sans relâche, élaborant une œuvre qui
incarne l’expression la plus pure de l’impressionnisme,
Tarif : 40 € / tarif réduit : 25 €
pour constituer au début du XXe siècle un des
fondements de l’art moderne.
L’impulsion créative : l’Expressionnisme en
• « La France 1500, entre Moyen Âge et Renaissance » :
Allemagne (1905-1914), par Eve Lepaon, chargée
L’exposition a pour ambition de faire découvrir
de cours et de travaux dirigés devant les œuvres,
l’effervescence créatrice sans précédent qui a
Ecole du Louvre, à 18h :
accompagné le passage du Moyen Âge à la Renaissance.
Les pièces exposées constituent un ensemble très
■ Lundi 21 mars : Dresde 1905 : l’utopie libertaire du
riche et représentatif de la diversité des formes groupe Die Brücke
culturelles de ce moment de transition  : peintures, ■ Lundi 28 mars : L’Expressionnisme à Berlin entre
sculptures mais aussi art du verre et architecture. 1910 et 1914 : rencontres, ruptures et éclatement.
■ Lundi 4 avril : De Murnau à Munich : l’association
des artistes autour de Kandinsky
CONféRENCE
■ Lundi 11 avril : Der Blaue Reiter ou la quête
■ Mardi 12 octobre à 18h, auditorium du Musée de la spiritualité.
Sainte-Croix
La restauration des tableaux, (suite de la conférence en Tarif : 32 € / tarif réduit : 20 €
2009 sur la dégradation des peintures) par B. Jadot-Pivet

Tarif : 4 € plein tarif / gratuit adhérents SAMP /


Gratuité pour les étudiants et demandeurs d’emploi

Cotisation annuelle : Permanence :


28 € individuels / 45 € couples / 5 € étudiants le jeudi matin (sauf pendant les vacances scolaires)
Renseignements : Pour toute information complémentaire :
SAMP, 3 bis, rue Jean-Jaurès - 86000 Poitiers www.musees-poitiers.org, rubrique Les Amis des
Tél : 05 49 41 34 93 (répondeur / enregistreur). musées

14
L'œuvre en question
CARREAUx DE PAVEMENT
Château de Dissay (Vienne)
Fin du XVe siècle
Terre cuite

Innovation propre au Moyen Âge, les pavements de terre Ces carreaux proviendraient du château de Dissay,
cuite glaçurés ornèrent en France à partir du XIIe siècle, reconstruit par Pierre d’Amboise, évêque de Poitiers de
demeures seigneuriales, hôtels particuliers, maisons 1481 à 1505. Les 90 éléments conservés ont pu orner
bourgeoises, châteaux et nombre d’édifices religieux. Au un sol du château, déposé vers 1858, ainsi que l’évoque
même titre que la peinture murale, le vitrail, la sculpture, Mgr X. Barbier de Montault, lors d’une visite en 1887. Le
ils firent rapidement partie intégrante de l’architecture château, qui fut la résidence épiscopale de Poitiers, offre
médiévale et constituaient souvent, à cause des des pavements encore en place décorés aux armes de
matériaux coûteux et des artisans spécialisés, Pierre d’Amboise. D’autres carreaux empruntent,
des pavements luxueux et ostentatoires. comme les spécimens du musée, le décor au
L’ornementation des sols se développa à partir blason  : fleurs de lys, lions couronnés, griffons
du XIIIe siècle. L’héraldique y joua aussitôt un évoquant les alliances de la famille d’Amboise.
rôle important : les armoiries s’y déclinèrent. L’écusson de Pierre d’Amboise y apparaît aussi
«  Pendant deux ou trois siècles, marcher avec sa devise en belles lettres gothiques
sur la couleur », écrit Michel Pastoureau, «  toute diversité, toute patience  ».
«  c’est souvent marcher sur des On sait que l’évêque appréciait la
armoiries ou des emblèmes, et, ce chasse, d’où la présence de cerfs, de
faisant, c’est aussi proclamer son marcassins, de chiens, mais aussi
identité, évoquer ses ancêtres, la danse comme l’illustrent les
souligner sa parenté, affirmer sujets représentés. Le bestiaire
sa propriété, exposer ses fantastique prend la forme
ambitions et mettre en place de griffons et de dragons.
son pouvoir ». Plus inattendues, d’élégantes
Les musées de Poitiers lettres gothiques appartiennent
conservent des centaines de à un alphabet utilisé, comme dans
carreaux, hérités de sauvetages les vitraux de la chapelle, en simple
patrimoniaux poitevins, effectués en décor.
majorité par la Société des Antiquaires L’ensemble de l’ornementation du
de l’Ouest, mais que les registres château de Dissay démontre l’ambition
d’inventaire ne renseignent guère. Parmi artistique et religieuse de l’évêque de
ce fonds, un ensemble remarquable et Poitiers, et illustre le profond renouvellement
homogène se démarque du lot  : bicolore, artistique qui marqua le passage du Moyen
réalisé dans une terre rouge, il relève de la Âge à la Renaissance. Ces carreaux de terre
technique de l’estampage. Par la forme losangée, cuite en témoignent, modestement, et nous
la qualité de sa facture, le style et les couleurs, rappelle, par ailleurs, l’importance du mécénat de
il se révèle d’un grand intérêt historique et artistique. Pierre d’Amboise.
D.S.H.

Carreau de pavement exposé au musée Sainte-Croix

15
Renseignements pratiques
HORAIRES DES MUSéES DE POITIERS LA CARTE D’AbONNEMENT
■ Horaires du 1er octobre au 31 mai Tarif normal : 10 € - Tarif réduit : 3 €
mercredi au vendredi : 10h-12h / 13h15-17h Elle est valable un an à compter de sa date de délivrance.
samedi et dimanche : 14h-18h Elle permet l’accès gratuit au musée Sainte-Croix,
Journée continue : le mardi au musée Sainte-Croix l’abonnement aux programmes culturels des musées,
de 10h-17h l’invitation aux vernissages d’expositions, la gratuité
■ Horaires du 1er juin au 30 septembre pour 3 visites commentées au choix, le tarif réduit pour
mardi au vendredi : 10h-12h / 13h15-18h les autres visites commentées.
samedi et dimanche : 10h-12h / 14h-18h
Nocturnes : le mardi au musée Sainte-Croix TARIf DES VISITES COMMENTéES
jusqu’à 20h jusqu’au 31 août (en sus du tarif d’entrée sauf mardi et 1er dimanche du mois)
Fermeture le lundi et les jours fériés, sauf le 11/11, Tarif normal : 3 €, individuels 
le jeudi de l’Ascension, le 14/07 et le 15/08 Tarif réduit : 2 €, abonnés aux musées de Poitiers,
Membres de la SAO, SAMP, guide-conférenciers,
L’HYPOGéE DES DUNES adhérents à la Maison des Artistes, personnes
Cet oratoire mérovingien aménagé aux confins d’une handicapées, bénéficiaires du RSA, ou de tout autre
nécropole romaine par l’abbé Mellebaude reste l’un des dispositif du même type et les demandeurs d’emploi
monuments les plus éloquents du Haut Moyen  Âge par inscrits au Pôle emploi et non indemnisés, bénéficiaires
les inscriptions et les sculptures uniques en Europe qu’il de la carte Bourse spectacle, personnes non imposables.
renferme. Fermé au public par mesure conservatoire, il fait Gratuité : Jeunes de mwoins de 18 ans.
actuellement l’objet d’une campagne de restauration.
TARIfS DES ANIMATIONS éDUCATIVES
MUSéE RUPERT-DE-CHIèVRES Ateliers-jeux , P’tits ateliers, En avant la zizique,
Fermé pour travaux de rénovation jusqu’à fin 2012. les mystères du samedi : 3 € pour les enfants de Poitiers
5 € pour les enfants hors
TARIfS D’ENTRéE AUx MUSéES Poitiers
Tarif normal : 4 € individuels, 2 € le dimanche Anniversaires : 5 € pour les enfants de Poitiers
Tarif réduit : 3 €, groupes d’adultes  7 € pour les enfants hors Poitiers
(à partir de 5 personnes)
Gratuité  : Jeunes jusqu’à 17 ans révolus, étudiants,
apprentis, personnes handicapées, demandeurs d’emploi Actualités des musées de Poitiers
non indemnisés, bénéficiaires du Revenu Minimum Directeur de la publication : Alain Claeys, Député-Maire de Poitiers
d’Insertion, du Revenu de Solidarité Active ou de tout Rédaction : Anne Benéteau-Péan, Catherine Buret,
autre dispositif du même type, guide-conférenciers, Dominique Simon-Hiernard (équipe scientifique),
Stéphanie Coussay et Cécile Le Bourdonnec
enseignants, adhérents à la Maison des artistes, groupes (service culturel et éducatif)
scolaires, centres de loisirs, bénéficiaires de la carte Crédits photographiques : musées de Poitiers, Ch. Vignaud,
sauf mention contraire
Bourse spectacle... Réalisation : IRO – La Rochelle -Tirage : 10 000 exemplaires
Journées de gratuité : le mardi et le 1er dimanche Dépôt légal : ISSN 1295- 3563
de chaque mois

Musée Sainte-Croix • 3 bis rue Jean-Jaurès86000 Poitiers


www.musees-poitiers.org • musees@mairie-poitiers.fr