Vous êtes sur la page 1sur 4

Science économique Notions du référentiel : Offre et demande, prix et

quantité d'équilibre, preneur de prix, rationnement,


surplus, gains à l’échange, allocation des ressources.
3- La coordination par le marché
3- 2– Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il?

Activité 2 - L'offre du beurre par rapport au prix

 Evolution du prix et des quantités offertes de beurre

Document 1:
Questions :
1. Périodisez l’évolution du prix du beurre entre 2010 et 2017. Opérez des calculs d’évolution pour chaque période
2. Périodisez l’évolution de la collecte de lait, indicateur de la production de beurre, entre 2010 et 2017. Opérez
des calculs d’évolution pour chaque période
3. Pouvez-vous faire apparaître une relation ? Est-elle de corrélation ou de causalité ?

 Relation entre le prix du beurre et les quantités offertes

Document 2 :

Source : Les Décodeurs, Production et consommation de beurre : pourquoi les stocks diminuent, LE
MONDE | 04.11.2017
Questions :
1. Calculez l’élasticité- prix de l’offre de beurre en 2017
2. Peut-on établir une relation de corrélation ou de causalité ? Expliquer le raisonnement
3. Compléter le tableau suivant : Cochez la réponse juste
Variable déterminante prix
quantité
Variable déterminée prix
quantité
Courbe d’offre Pente positive
Pente négative
Offre Croissante
Décroissante

 Les déterminants de l’évolution des quantités offertes : les chocs d’offre

Document 3 :
Ce repli des fabrications de beurre est lié au déséquilibre du marché mondial de la poudre de lait écrémé : pour tenter
de limiter ce déséquilibre du marché, le choix des opérateurs européens et mondiaux a été de réduire les fabrications de
poudre de lait écrémé (et donc de beurre, coproduit de la poudre de lait écrémé) pour se concentrer sur les fromages, qui
offrent une meilleure valorisation du lait et pour lesquels la demande sur le marché mondial était dynamique. Ainsi, les
fabrications européennes de fromages ont augmenté de 90,6 milliers de tonnes (+ 1,5 %) sur les 8 premiers mois de
2017.
Source : Agrimer, Eléments d’éclairage sur l’évolution du marché du beurre en 2017, 6/11/2017

Document 4 :
Dans le même temps, la production mondiale, elle, n’a augmenté que de 2 % en 2017. « Ce léger décalage est un terreau
fertile pour une hausse des prix », souligne Jean-Marie Séronie, agroéconomiste. Il s’explique notamment par une légère
baisse de la production laitière en Nouvelle-Zélande, premier pays exportateur de lait, dont le système
productiviste montre ponctuellement des signes d’essoufflement.
En Europe, la production a également baissé depuis la fin des quotas laitiers, en 2015. A l’époque, la fin de ce système
avait provoqué une surproduction suivie d’une chute des cours, qui avait incité les éleveurs à réduire leurs tonnages.
Des stocks avaient alors été constitués, qui ont notamment pu permettre d’amortir, dans un premier temps, la hausse du
prix du beurre, avant d’arriver à quasi-extinction.
Depuis la fin de 2016, la récolte fourragère particulièrement médiocre et des conditions climatiques difficiles ont elles
aussi contribué à réduire la production laitière européenne, précipitant d’autant la hausse des prix. En France, on
enregistre une baisse de 3 % de la production de beurre, soit près de 700 000 tonnes de lait en moins, selon
FranceAgriMer. Pour rappel, il faut environ 23 litres de lait pour un kilo de beurre.
Source : Les décodeurs, Production et consommation de beurre : pourquoi les stocks diminuent, LE
MONDE | 04.11.2017

Document 5 :
Phénomène aggravant, les pays de l’Union européenne ont, pendant de nombreuses années, pâti d’une surproduction de
beurre. Ils ont donc incité leurs éleveurs à produire un lait moins riche en matière grasse (qui sert à faire le beurre et la
crème) et plus riche en protéines (pour le lait liquide et la poudre de lait). Ont ainsi été mis en place des quotas de
production de matière grasse laitière afin d’en limiter la production

Source : Séverin Husson, La crise du beurre expliquée en quatre graphiques , La Croix, 23/10/201

Document 6 :
« De nombreuses exploitations ont arrêté de croître et stoppé la construction de nouvelles capacités de production. La
crise laitière que nous subissons depuis deux ans a fortement amputé les trésoreries des éleveurs. Pour survivre, ils ont
réduit les achats de consommations intermédiaires (aliments du bétail, engrais, semences, services...) et beaucoup ont
réformé leurs troupeaux ", analyse Gérard You. En nombre de bêtes, les trois premiers pays européens (France,
Allemagne et Pologne) ont subi un recul significatif. Dans toute l'Europe, un million de vaches laitières ont été abattues
l'an dernier pour tenter de redresser les cours du lait. « Aux Pays-Bas, en raison de problèmes de pollution par les
phosphates dans les exploitations, un plan d'aide du gouvernement octroyant 1.200 euros par vache abattue va faire
disparaître 160.000 vaches. Leur production laitière devrait s'en ressentir », observe Gérard Calbrix.
Source : RICHARD HIAULT De nouveau en vogue, le beurre voit ses cours s'envoler, LES ECHOS | LE 23/03/2017
Questions :
1. Compléter le tableau
Offre de beurre
Chocs d’offre positifs
négatifs
Déterminants des Conjoncturels
variations Structurel -
Conséquences sur les Prix du beurre
Quantité de beurre
2. Comment se déplace la courbe d’offre (vers le bas/haut ? droite/gauche) ? Construisez le graphique mettant en
évidence les chocs d’offre.

Grille d’autoévaluation

Critères de réussite A ECA NA


Maitrise des savoir - Construction de la courbe d’offre
faire
- mise en évidence des mécanismes d’un choc
- distinction déterminants conjoncturels/structurels